Vous êtes sur la page 1sur 60

Universitatea “Spiru Haret”

Facultatea de Management financiar-contabil


Titular de disciplina:
lect. univ. dr. Galina Florea

Limba franceză
Curs practic
Anul I

1
Cursul se adresează studenţilor anului I al Facultatii de Management financiar-contabil
(zi, FR, ID) şi prezintă unele mici texte despre Franţa si francezi. El reflectă o realitate
lingvistică modernă şi are ca scop să-l ajute pe student a-şi însuşi deprinderea de a se exprima
clar şi concis într-o mare varietate de situaţii cotidiene. Lexicul propus este inserat, pe cât e
posibil, în contexte fireşti.
Cursul conţine două module a câte şapte unităţi fiecare. Unitatea este împărţită în două
părţi . Prima parte conţine un text despre Franţa (repere geopolitice) însoţite de exerciţii de
fonetică şi gramatică cu trimiteri la compendiul din anexă.
Partea a doua conţine texte si contexte cu lexic de uz general, prezentat
într-o ordine de o anume logică :
- macromediu ( concepte generale);
- micromediu ( locuinţa si obiecte înconjurătoare) ;
- familie (relaţii, activităţi).
Fiecare modul se încheie cu un test de (auto)evaluare.

2
Module 1
Unité 1
L’hexagone

La France ressemble à un hexagone. On distingue six côtés: trois côtés maritimes (mer du
Nord–Manche, océan Atlantique, mer Méditerrannée) et trois côtés terrestres (Belgique–Luxembourg,
Allemagne–Suisse–Italie, Espagne). Elle est soumise à trois influences: atlantique, méditerranéenne,
continentale. C’est un carrefour et cela explique sa diversité.
La France est un pays d’une grande diversité.
Diversité des montagnes: vieilles et peu élevées (Massif armoricain, Massif central, Ardennes,
Vosges) ou jeunes et élevées (Jura, Alpes, Pyrénées). Le sommet le plus haut est le mont Blanc (4807
m) dans les Alpes.
Diversité des fleuves: les cinq fleuves (Seine, Loire, Garonne, Rhin, Rhône) sont de dimension
moyenne (entre 525 km pour la Garonne et 1010 km pour la Loire); trois ont leur source hors de
France: le Rhin et le Rhône en Suisse, la Garonne en Espagne; trois seulement sont navigables); tous
traversent de grandes villes: la Seine traverse Paris; la Loire, Nantes; la Garonne, Toulouse et
Bordeaux; le Rhin, Strasbourg; le Rhône, Lyon.
Le climat de la France est, dans l’ensemble, un climat tempéré. Il est soumis à trois influences:
atlantique, continentale et méditerranéenne. On distingue donc:
- un climat atlantique, maritime et tempéré, plutôt brumeux, humide et frais au nord et en
Bretagne, mais chaud et ensoleillé en Aquitaine;
- un climat continental avec des hivers secs et froids et des étés chauds et secs, mais des
printemps et des automnes pluvieux. Toutefois, le climat montagnard connaît quelques
différences: les étés sont courts et les hivers longs, froids et enneigés; la température peut
y devenir sibérienne et descendre jusqu’à -35°( Doubs situé non loin de Besançon);
- un climat méditerranéen, avec des étés chauds, ensoleillés et secs et des hivers doux; ce
climat est aussi un climat violent à cause du vent (mistral et tramontane) et des orages.
Les Français n’oublient pas l’hiver 1954 et la sécheresse de 1976, ainsi que les deux tempêtes
des 26 et 28 décembre 1999.
La France en chiffres:
Superficie: 550000 km².
Population: 58 millions d’habitants (son encien empire colonial avait 10 millions de km² et une
population de 50 millions).
Distance maximale: nord-sud: 973 km; est-ouest: 945 km.
Altitude moyenne: 342m.
Longueur des frontières: 5670 km, dont 2970 km terrestres et 2700 km maritimes.

Questionnaire:
Quelles montagnes séparent la France de l’Espagne? La France de l’Italie? Quel fleuve est le pus long et
sépare le nord et le sud de la France? Quel fleuve se jette dans la Méditerrannée? Lequel constitue une frontière
entre la France et l’Allemagne? Après avoir lu le texte ci-dessous, présentez aussi la Roumanie (relief, rivières,
montagnes, unités administratives, réseau de transport etc.).

La Roumanie
La position géographique et le milieu naturel ont assuré à la Roumanie des conditions favorables à la
population (23 millions) à partir des temps les plus anciens. Le territoire de la Roumanie offre une unité
d’ensemble remarquable due aux conditions naturelles, aux ressourses et au caractère fonctionnel en dépit de
leur diversité. Les montagnes, les collines et les plaines sont ordonnées en amphithéâtre, et l’arc carpatique, par
sa position centrale, peut être comparé à une cité naturelle. Le relief de la Roumanie est compris entre 2.544m (le
massif de Moldoveanu dans les monts Făgăraş) et la Mer Noire, disposé en trois marches bien délimitées. Les
montagnes, respectivement l’arc carpatique (y compris les Monts Apuseni), forment un bastion central aux
altitudes de 800 à 2500m, en occupant 28% de la surface du pays. Le Plateau transilvain, entouré de montagnes,
auquel viennent s’ajouter les collines et les plateaux de l’extérieur des Carpates, constitue la seconde marche de

3
relief, de 200 à 800m d’altitude, dont le poids représente 42% de la superficie totale. Les plaines au-dessous de
200m, situées du côté sud et sud ouest, représentent 30% du territoire de notre pays. Les Carpates, loin de
constituer un arc montagneux redoutable, sont coupées par de nombreuses dépressions et de larges vallées,
longitudinales ou transversales, comme celles des eaux de l’Olt, du Jiu, du Mureş, du Someş et du Danube, qui
ont favorisé l’habitat depuis les temps les plus reculés.
Les rivières de la Roumanie appartiennent pour la plupart au bassin du Danube (le Delta du Danube a
été déclaré Réserve de la Biosphère). Seul le côté Est de la Dobroudja est drainé par de petites rivières qui se
dirigent directement vers la mer. Les rivières de Transylvanie (excepté l’Olt), de Maramureş et de Crişana se
dirigent vers l’Ouest, pour se jeter dans la Tisa. Toutes les autres, la majorité en direction générale nord-sud ou
nord-ouest (Jiu, Olt, Argeş, Siret, Prut), rejoignent le Danube. Fleuve navigable, le Danube gagne en importance
dans le trafic fluvial européen par les canaux Danube-Rhin et Danube-Mer Noire, permettant ainsi une liaison
directe entre les ports de Rotterdam et Constanţa. Le secteur de Brăila-Soulina assure depuis longtemps (1870) le
trafic maritime de marchandises, étant dôté d’aménagements pour les vaisseaux de fort tonnage. Ces dernières
décennies, le réseau hydrographique de la Roumanie a été élargi par plusieurs lacs de retenue, en vue de mettre
en valeur l’énergie hydroélectrique et pour l’alimentation en eau industrielle, dont les plus importants sont ceux
du Danube (aux Portes de Fer et à Ostrovu Mare) et dans les Carpates, sur Bistriţa, Lotru, Argeş etc.
L’organisation administrative-territoriale de la Roumanie a subi des modifications pendant les
différentes périodes historiques, en relation avec le développement socio-économique et politique. L’unité
administrative de base de la Roumanie est le judeţ (département), forme ancienne d’organisation administrative
sur le territoire de notre pays, ayant à son origine le terme latin de judicium (siège d’un tribunal).
Actuellement, la Roumanie comporte au point de vue administratif 41 départements et le municipe de
Bucarest, la capitale du pays. Comme unités administratives de base dans le cadre des départements il y a les
villes et les communes, formées à leur tour par un ou plusieurs villages, en fonction du développement
économique et des voies d’accès. Le village est la plus ancienne forme d’organisation de la population sur le
territoire de la Roumanie, le noyau de formation du réseau d’établissements qui inclut actuellement 262 villes
(dont 80 sont des municipes) et 2.686 communes avec plus de 13.000 villages.
La ville de Bucarest a plus de 2 millions d’habitants. 24 villes ont plus de 100.000 dont 7 ont dépassé
300.000 (Constanţa, Iaşi, Timişoara, Cluj-Napoca, Galaşi, Braşov et Craiova).
Un réseau routier et féroviaire suffusamment dense assure les liaisons économiques entre localités. La
répartition ordonnée des unités de relief et les nombreuses vallées impriment au réseau de communication une
forme d’anneaux concentriques, liés par de nombreuses ramifications convergeant vers le centre du pays, dont
une partie est intégrée aux grandes artères à trafic européen, reliant l’Ouest et l’Est du continent à la Péninsule
Balcanique.

Exercices de phonétique: (ex.1, p. 35)

Sujet à traiter
Mon pays / ma contrée
“De tous les pays répandus sur la terre, en est-il un de plus beau que toi? Quel autre pays se
pare en été de fleurs plus jolies, de moissons plus riches? Vertes sont tes collines, belles sont tes forêts,
pur et clair est ton ciel; tes monts s’élèvent vers les cieux…
La patrie est le premier et le dernier mot que l’homme prononce; elle est la source de toutes
ses joies. L’amour pour la patrie naît en même temps que nous et cet amour est infini, éternel… La
patrie est le souvenir de notre enfance, la maison paternelle avec son grand arbre au seuil de la porte,
c’est l’amour maternel et nos rêves innocents… c’est la fumée du foyer,…c’est l’air qui nulle part
n’est plus doux!
Les vieillards disaient aux jeunes: ”Là-bas dans la vallée, au loin, où le soleil est si beau, là où
les riusseaux sont frais, là où le ciel est doux, où la terre est fertile, c’est là, mes enfants, le pays!”.
A. Rousseau “Chant de la Roumanie”

Repères lexicaux: amour (m), pays (m), patrie (f), terroir (m), contrée (f), paysan (m), paysage
(m), montagne (f), grotte (f), monastère (m), plaine (f), vallée (f), mer (f), fleuve (f), ruisseau
(m), cascade (f), chute d’eau (f), forêt (f), bois (m), bocage (m), hêtre (m), chêne (m), frêne (m),
pin (m), bouleau (m), champs (m, pl), pâturage (m), troupeau (m), berger (m), mouton (f),
chalumeau (m) / flûte (f) champêtre, flûte de berger; chant (m) / chanson (f), travaux champêtres:
semailles (f, pl), moisson (f), moissonneur (m), moissonneuse (f), vigne (f), vignoble (m),
vendange (f), vigneron (m) etc.

4
La montagne offre des paysages variés.
La moissonneuse-batteuse est une machine agricole qui moissonne et bat les céréales
automatiquement.
La Normandie est un pays célèbre par ses bocages.
Expresions:
- être du pays: je ne suis pas du pays (de la région);
- être patriote: Pierre est très patriote ( il aime beaucoup sa patrie; il est prêt à faire des sacrifices pour
elle);
- par patriotisme: ils ont défendu leur pays par patriotisme (par amour pour leur patrie).
Proverbes et sentences:
Il n’est point de terre plus douce que la patrie (grec).
Nous ne sommes pas nés pour nous, mais pour notre patrie (Platon).
A tous les coeurs bien nés, que la patrie est chère! (Voltaire).

Exercices:
1. Faites le commentaire d’un proverbe.
2. Parlez de votre petite contrée.

Unité 2
Les régions de la France
La France est aujourd’hui divisée en 22 régions regroupées en 6 régions plus grandes: l’Est,
l’Ouest, le Nord, le Sud, le Centre et l’Ile-de-France.
L’Est regroupe quatre régions historiques: la Lorraine, l’Alsace, la Bourgogne et la Franche-
Comté.
Elles connaissent des destins différents.
La Lorraine sort lentement de la crise liée à la fin des industries lourdes (fer, charbon).
L’Alsace bénéficie de sa situation frontalière avec l’Allemagne, de sa riche agro-industrie (vin, bière,
sucre) et de son rôle européen avec Strasbourg où se trouve le Parlement européen et le Conseil de
L’Europe. Le destin de la Franche-Comté est lié au dynamisme de l’industrie automobile (Peugeot) et
des industries mécaniques et féroviaires (Alsthom). Quant à la Bourgogne, elle continue à tirer sa
richesse de son célèbre vignoble et des industries agroalimentaires qui lui sont associées.
La Bretagne, la Normandie et le Pays de la Loire forment la région Ouest.
La Bretagne est célèbre pour ses paysages. C’est une terre de marrins avec de nombreux ports
de pêche. Son agriculture et son élevage se sont beaucoup développés (légumes, porcs). L’industrie
automobile, les télécommunications, la recherche océanographique, le tourisme et la balnéothérapie
ont transformé la Bretagne pauvre en une région riche et dynamique.
La Normandie, avec ses célèbres paysages de bocages, reste une grande terre d’élevage, de
production laitière et d’industrie agroalimentaire.
Les Pays de la Loire sont tournés vers la mer et bénéficient du dynamisme des deux grands
ports, Nantes et Saint-Nazaire, principaux centres de construction navale et d’mportation du pétrole.

Questionnaire :
Décrivez les deux régions: quelles sont les villes principales? quelle est leur industrie? leur agriculture? leur vie
économique? Quelles sont les régions historiques de la Roumanie? Par quoi diffèrent-elles?

Exercices de phonétique: (ex.2, p. 35)

Sujet à traiter
Mon village / ma ville natale
On dit que la vie à la campagne est plus agréable que dans la ville. C’est vrai, mais elle est
aussi plus dure et parfois plus compliquée s’il n’y a pas d’école, de médecin ou de magasin. On
constate toutefois que les citadins construisent de plus en plus des maisons à la campagne pour y

5
passer les week-ends et les vacances. On voit bien cette tendance à fuir l’agitation et l’uniformité
ennuyeuse du paysage citadin chez les habitants de Bucarest. Sur le bord d’un grand lac, ils ont
construit un village-musée, unique en son genre. On a réuni avec un grand art et beaucoup de sagesse
(sur une surface de 9 ha environ) plus de trois cents constructions authentiques: maisons villageoises,
étables, poulaillers, pigeonniers, puits, porches, escaliers, moulins à vent, églises en bois etc. Elles ont
été démontées et transportées jusqu’ici de tous les coins du pays. C’est une histoire vivante de ce qu’a
pu être l’habitat roumain à la montagne, sur la plaine, au bord de la mer, au delta du Danube.
A l’intérieur de chaque maison on peut trouver des ustensiles de la vie rustique, des
décorations qui varient d’une région à l’autre, des artisanats.
On peut voir ici des églises qui datent du XIII-ième siècle et qui gardent les caractéristiques du
temps, à des tours à trois étages. A l’intérieur on admire les arcs, les croix, la perfection des détails
ornamentaux, les colonnes sculptées. Les objets exposés montrent le génie de notre peuple et son
éternelle aspiration vers le beau, l’harmonie et la perfection.
La capitale a aussi d’autres musées, non moins intéressants: le musée historique, le musée
militaire, le musée qui porte le nom de Gr. Antipa, un autre (de littérature) qui porte le nom de
M.Eminescu et même un musée sportif.

Repères lexicaux:
transport: avion (m), train (m), métro (m), autobus (m), automobile (f), trolley (m), tramwai (m),
motocyclette (f), bicyclette (f), charette (f), sémaphore (m), gare (f), aéroport (m) etc.
marché (m), supermarché (m), magasin (m), boutique (f), foire (f) etc.
unité industrielle (f), usine (f), fabrique (f), combinat (m) etc.
école supérieure (f), université (f), institut de recherche (m), clinique (f), hôpital (m) etc.
lieux d’agrément et de récréation: jardin botanique (m), vieux parcs (m.,pl), beaux lacs (m.,pl),
terrasses (f.,pl), restaurants (m.,pl), hôtels (m.,pl) etc.
lieux de prière: grands et vieux monastères(m.,pl), églises (f.,pl) anciennes et modernes, chapelles
(f.,pl) estudiantines etc.

Le gigantisme des cités apporte son cortège de troubles, d’insatisfactions, de contraintes à


subir. Un des fruits amers du gigantisme c’est la solitude, le rejet. On est beaucoup plus seul dans une
grande cité que dans un de nos plus petits villages. On se croise dans les rues, par milliers patfois, sans
se rencontrer une seule fois.
On peut, si l’on vit sans famille, ce qui est le cas de beaucoup, être malade, mourir chez soi,
sans que personne le sache. D’où un terrible anonymat dans la vie, dans la souffrance, dans la mort.
Expressions imagées:
- sortir en ville: elle est sortie en ville;
- habit de ville (vêtements citadins);
- la ville éternelle (Rome); la ville sainte (Jerusalem);
- la cour du roi Pétaud, pétaudière (sat fara caini, satul lui Cremene);
- les racontars/les potins du village (gura/posta satului).
Proverbes et sentences
Que ceux qui veulent un appui le cherche en Dieu (latin).
Pour voir la lumière de Dieu, éteignez votre petite chandelle (anglais).
Qui se connaît, connaît Dieu (latin).
L’homme propose et Dieu dispose (Thomas a Kempis).
Celui qui laisse Dieu hors de ses comptes, ne sait pas compter (italien).

Exercices:
1. Faites le commentaire d’un proverbe (à votre choix).
2. Présentez votre ville / village natal.

6
Unité 3
Le Nord et le Sud

Le Nord, qui comprend le Pas-de-Calais, la Picardie et la région Champagne-Ardennes, est


une terre très contrastée.
Le Nord a perdu ses trois sources de richesses: le charbon, la sidérurgie et le textile. C’est une
région en plein changement. Aujourd’hui, l’industrie du verre domestique et le commerce de la laine
placent la région au premier rang mondial. Lille bénéficie de sa situation de ville carrefour de l’Europe
entre la Flandre, las Pays Bas, l’Allemagne et la Grande-Bretagne grâce à l’Eurotonnel sous la
Manche.
L’agriculture est aussi une grande source de richesse: premier producteur mondial de chicorée
et d’endives; grosse production de céréales sur les plateaux de la Picardie et, autours de la ville de
Reims, bien sûr le vignoble de champagne et ses centaines de millions de bouteilles vendues chaque
années dans le monde entier.
Le Grand Sud, de la région lyonnaise au Languedoc-Roussillon, en passant par la région
Provence-Côte d’Azur et la Corse, est le deuxième pôle économique de la France. Ses avantages sont:
sa situation géographique, lieu de passage obligé entre le nord et le sud de l’Europe; son agriculture à
haut rendement (cultures maraîchaires et fruitières) et un vignoble en plein renouveau; sa diversité
industrielle (industries chimiques, pétrochimiques, métallurgiques, pharmaceutiques, aéronautiques,
mécaniques, informatiques; industries liées aux technologies de l’information et de la
communication); son industrie touristique performante grâce aux sports de montagne en hiver (ski) et
en été (escalades, randonnées) dans les Alpes, aux plages ensolleillées de la Côte d’Azur; grâce aussi à
la variété des paysages et à la richesse du patrimoine culturel.

Questionnaire:
Quelle est l’agriculture et l’industrie des ces deux régions, leur vie économique? Quelles sont les plus grandes
villes de ces deux régions? Quel est leur vignoble le plus connu? Et ceux de la Roumanie?

Exercices de phonétique: (ex.3 et 4, p. 35)

Sujet à traiter
Ma maison / mon appartement
J’habite une grande maison rue Mihai Eminescu. Notre trois pièces est situé au deuxième. Il a
une très grande cuisine où on prépare et où on prend les repas. J’aime les prendre souvent avec des
amis. Aujourd’hui c’est Pierre qui est mon invité. Il me parle de son oncle qui s’est bâti une très belle
maison à la campagne. C’est là que Pierre va passer ses grandes vacances.

Repères lexicaux :
village (m), maison rustique (f), ferme (f), dépendances (f, pl); construire / édifier / bâtir qqch ; maçon (m),
briques (f, pl) ; mettre / jeter les fondements (m, pl); mettre le toit (m) ; faîte (m), poutre (f), chevron (m),
grenier (m), tuile (f) ;
ville (f), quartier (m) ; loger / demeurer / habiter qqch (un bâtiment / une maison / une villa / une tour
etc.) ; logis(m), domicile(m), demeure(f), habitation(m), foyer(m), chez soi (m); étage(m),
rez-de-chaussée(m), mansarde(f) ;
salon (m) / salle à manger (f), dortoir (m), chambre pour les enfants (f), coin-joujoux (m), lit (m),
chaise (f), couverture (f), rideau (m), moquette (f), cuisine (f), vaisselle (f), essuie-mains (m), salle de
bain (f), miroir (m) , peigne (m), brosse à dent (f), peignoir (m) etc.

Récemment, la famille d’un de mes collègues a pris logement dans notre quartier.
Notre appartement a un ameublement moderne.
Les maçons sont des ouvriers dont le métier est d’édifier des murs, des maisons, des
immeubles.
Dans cette vieille ferme, le toit et les plafonds sont soutenus par des poutres (des morceaux de
bois longs et épais).

7
Le faîte de cette maison est travaillé avec art.

Dialoque entre les deux garçons:


Pierre :
- Il est chic votre salon, mais il est froid ; pas de canapé, pas de coussins.. Et où est votre télé ?
Jean :
- La télé? Nous n’aimons pas la télé! Alors, nous n’en avons pas dans notre appartement.
Pierre :
- Et les jours de match, comment faites-vous?.
Jean :
- Les matchs, nous ne les aimons pas non plus… Chez nous, on ne comprend pas le sport
moderne, c’est plutôt une affaire commerciale, industrielle et publicitaire. Ca fait pitié à voir des
robots bourrés de médicaments stimulants…Tu ne trouves pas, toi ?

Expressions imagées :
- à la maison (chez soi) : venez jouer à la maison ;
- tenir la maison ( être à la tête du gouvernement d’une famille) ;
- être de la maison ( être un ami très intime) ;
- une tarte maison / un pâté maison (qui ont été faits à la maison) : Pour le dessert, le maître
d’hôtel nous a conseillé de prendre des glaces maison.
- avoir le vivre et le couvert (a avea casă şi masă).
Sentences et maximes :
1. A chaque oiseau son nid est beau (chez soi chacun se sent bien).
2. L’âtre de notre maison est plus chaud que celui du voisin.
3. La maison est une belle maison quand elle est habitée par de braves gens.

Exercices :
1. En vous servant du lexique proposé parlez de votre foyer et de votre famille.
2. Commentez un dicton ( à votre choix).

Unité 4
Le Sud-Ouest et le Centre

Le Sud-Ouest regroupe les régions d’Acquitaine et de Midi-Pyrénées. C’est une terre d’union
qui promène le visiteur entre vallées, mer et montagne. Elle réunit le passé de ses vieilles cités (Albi,
Pau) et le futur technologique; les sommets et les cirques des Pyrénées et les vallées tranquilles avec
leurs châteaux et forteresses; la richesse de la nature (Parc national des Pyrénées, forêt des Landes,
gouffre de Padirac) et un patrimoine culturel très divers (grottes, pèlerinages populaires aux
monastères). Deux capitales forment le coeur de ces régions: Bordeaux et Toulouse.
Bordeaux est la capitale prestigieuse d’une région essentiellement agricole où dominent la
vigne et le maïs.
Toulouse, la ville rose, doit son appellation à ses constructions en briques roses. Elle
concentre l’essentiel des activités de sa région. Les plus importantes sont l’aéronautique (Aerbus),
l’aérospatiale (Ariane) et l’électronique. Elle regroupe aussi d’importants centres de recherches
européens.
Le Centre comprend l’Auvergne, le Limousin et la région Centre. Le Centre est d’abord une
terre d’agriculture et d’élevage. Une terre d’agriculture avec les céréales de la grande plaine de la
Beauce (blé, betterave à sucre), les cultures spécialisées de Touraine (fleurs, champignons, légumes,
fruits). Une terre d’élevage avec les spécialités de Limousin: le boeuf et le mouton.
L’industrie est surtout concentrée en Auvergne avec les usines de pneumatiques Michelin et
une industrie pharmaceutique à Clermont-Ferrand.

8
L’industrie des loisirs connaît une réussite spectaculaire à Poitiers avec le Futuroscope, parc
d’attractions consacré à l’image et aux innovations technologiques.
L’industrie touristique réunit à la fois un tourisme culturel en Touraine, de sports de plage en
Charentes, de randonnées à pied (balades dans le Massif central, escales du Puy de Dôme et des
volcans éteints) et de thermalisme (Vichy) en Auvergne.

Questionnaire:
Quels sont les villes les plus connues de ces deux régions? Quelle est leur industrie? Quelle est l’agriculture de la
région? Et l’industrie touristique et de loisirs? Quels sont les attraits culturels et touristiques de la Roumanie?
Décrivez ceux que vous avez visités.

Exercices de grammaire: (ex.1, p. 35)

Sujet à traiter
Matière
… Puis, le silence. Un instant de silence où Simon retrouva le décor réel. Un comptoir de bois
noirci, une balance de cuivre, des étagères où s’empilaient des paquets de gris, des boites de papier
gommé. Les clochettes rouges d’un fuchia luisaient près de la porte dont le vent gonflait le rideau de
toile. D’où venait ce silence?
Pierre Gamarra

Repères lexicaux
métal (m), plomb (m), fer (m), asier (m), nickel (m), or (m), argent (m), pierre (f), argile (f), papier
(m), bois (m), cuir (m), plastique (m) etc.

Paul explique à ses invités :


- Ces meubles anciens en bois doré sont un héritage de mes grands-parents. Ils s’étaient logés avec
goût. Et cette grosse montre de nickel à brasselet de cuir a appartenu à mon grand-père, mais il y a
longtemps qu’elle ne marche pas. Cette maison de briques rouges aux fondements de pierre et au toit
de tuile, que vous voyez sur cette photo, est une ancienne propriété où mes grands-parents passaient
leurs vacances.

La dame de nage est l’endroit où repose l’aviron. Renforcé par un manchon en plastique il protège le
bois et facilite la rotation.

Expressions imagées
- faire d’une pierre deux coups (avoir plus d’une réalisation);
- dormir d’un sommeil de plomb;
- avoir un ami en or (merveilleux) ; avoir un caractère en or ; un cœur d’or ; faire une
affaire en or (merveilleuse) ; rouler sur l’or (être riche) ;
- avoir une santé de fer ; avoir une main de fer (autoritaire) ;
- avoir des nerfs d’acier.
Sentences et maximes
1. Tout n’est pas or qui brille.
2. L’argent a moins de valeur que l’or, et l’or que la vertu.
3. La fortune est de verre ; au moment où elle brille le plus, elle se brise.
Exercices :
1 . Faites la description des meubles et des objets de votre logis en désignant la matière dont ils sont
composés.
2. Trouvez des équivalents roumains pour les expressions ci-dessus. Choisissez trois expressions
pour les insérer dans de petits contextes.

9
Unité 5
L’Ile-de-France et la région parisienne

Autour de Paris et de ses vingts arrondissements s’est développé un immense ensemble qu’on
appelle aujourd’hui l’Ile-de-France. Elle comprend: la banlieue ou petite couronne avec ses trois
départements; la région parisienne ou la grande couronne avec ses quatre départements et Paris lui-
même. L’ensemble de ces départements, Paris compris, constitue la plus grande agglomération
d’Europe avec 10,9 millions d’habitants dont 2,2 millions à Paris. Malgré la régionalisation, la région
parisienne conserve un poids économique énorme. Elle concentre l’essentiel des pouvoirs de décision
politiques, économiques, bancaires et boursiers. L’Ile de France est aussi le principal centre
intellectuel, culturel et scientifique du pays: grandes écoles, universités, laboratoires de recherches,
principales institutions culturelles, presse nationale, grands réseaux de radio publiques et privés,
chaînes de télévision y sont tous concentrés. La région est également au centre d’un réseau de
transports à dimension européenne: réseau d’autoroutes, réseau de TGV (train à grande vitesse), RER
(réseau express régional), aéroport de Roissy font de la région parisienne un lieu d’interconnexion
totale. Avec ses richesses touristiques historiques (Versailles, Fontainebleau, Chantilly, Saint-
Germain, Compiègne, Chartres, ses parcs de loisirs (Disneyland, Astérix), ses infrastructures pour
accueillir salons et congrès internationnaux, et bien sûr l’attractivité de Paris, l’Ile-de-France est la
première destination touristique au monde.

Questionnaire:
Pourquoi l’Ile-de-France est-elle la région la plus urbanisée de France? Pourquoi peut-on dire que l’Ile-de-
France est la première des 22 régions de France? Quels sont les aéroports de Bucarest? Est-il lui aussi un noeud
de réseaux de transports ( réseau aérien, réseau féroviaire, d’autoroutes)?

Exercices de grammaire: (ex.1a / b, p. 37)

Sujet à traiter
Ma famille
Mes parents sont tous deux professeurs. Je suis en neuvième. Nous habitons une grande maison où je
me sent un peu seule. C’est porquoi j’aime visiter souvent mes grands-parents et ma tante qui habite avec eux.
C’est une jeune femme pleine de beauté et d’élégance. Elle est blonde, souple, avec de beaux yeux bleus qui
rient toujours. Elle est professeur de musique, donc un esprit artistique, plein d’harmonie et de grâce. Dans
son temps libre elle aime soigner les fleurs qui embelissent la maison. et le jardin de mes grands-parents. Elles
sont de différentes espèces et de toutes les couleurs. J’admire beaucoup leur beauté et leur parfum qui
embaume toute la maison. Pendant les grandes vacances, j’aime m’asseoir sous le grand noisier pour
admirer le paysage et faire des lectures édifiantes.

Repères lexicaux :
famille : ménage, couple ; père, mère ; grand-père, grand-mère ; beau-père, belle-mère ; frère, sœur ;
beau-frère, belle-sœur ; petit-fils, petite-fille ; neveu, nièce ; oncle, tante ; cousin, cousine ;
parrain, marraine; filleul, filleule.

Au baptême d’Hélène, son parrain et sa marraine ont promis de l’aider et de veiller sur elle.
Thomas est mon filleul: je suis son parrain.

Expressions imagées:
- avoir un air de famille (ressemblance entre les membres d’une famille) ;
- faire bon ménage avec qqn (a ţine / duce casă bună cu cineva);
- être familier : Ce visage m’est familier (bien connu).
- avoir des manières familières (trop libres, peu respectueuses).
Proverbes et sentences :
1. Honore ton père et ta mère ; comme tu traites tes parents, tes enfants te traiteront.

10
2. La dot la plus riche c’est la vertu des parents.
3. Les enfants des enfants sont la couronne des vieillards, et les pères sont la gloire de leurs enfants.

Exercices:
1. Faites le commentaire d’un des proverbes (à votre choix).
2. Parlez de votre famille.

Unité 6
Paris
Quartiers
La ville de Paris est peu étendue (80 km², 105 avec les bois), comparativement à Londres ou
Berlin. Pourtant, à l’intérieur de cet espace restreint, la ville a découpé des espaces très spécifiques et
facilement reconnaissables.
C’est ainsi que le Quartier latin avec les universités, les grandes écoles, les éditeurs, les cafés
littéraires, concentre l’activité intellectuelle et culturelle.
L’Ile de la Cité, avec la préfecture de police, le palais de justice, les tribunaux est le centre de
l’activité juridique. Mais elle est aussi le lieu monumental de la vie religieuse avec Notre Dame de
Paris, associée à la plupart des événements importants de l’histoire de France.
Sur les grands boulevards, de la place de la République à l’Etoile, se trouvent les énormes
édifices des banques, des assurances, de la Bourse et des grands magasins: c’est le centre des affaires.
Autour de la place Vendôme, de l’avenue de l’Opéra, du faubourg Saint-Honoré et de l’avenue
Montaigne se situent les commerces du luxe, de la joaillerie, de la haute couture et de l’art.
Les Champs-Elysées renovés forment d’abord une perspective unique entre le Louvre et La
Défense. C’est une vitrine où toutes les grandes marques veulent être vues. L’essentiel de l’avenue est
tourné vers la consommation, le tourisme et le loisir. C’est le lieu de rencontre de tous les étrangers de
passage à Paris.
Paris est une ville globale. C’est un statut qu’elle partage avec Londres, Neew-Iork et Tokyo.
Au centre de la plus grande agglomération urbaine d’Europe, elle aparaît toujours plus comme un
centre de richesses, une capitale financière et boursière, un centre de création technologique, culturelle
et intellectuelle.
Capitale politique et administrative, Paris concentre l’essentiel du pouvoir: présidence de la
République, gouvernement, Parlement, Conseil d’Etat, Conseil constitutionnel, Cour de cassation,
Conseil de la magistrature, centrales syndicales et instances patronales, Conseil économique et
social…
Capitale économique et financière, Paris abrite les principaux centres de décisions industriels
(France Télécom, Renault, Alcatel…), les sièges des grandes banques (BNP, Crédit Agricole, Société
Générale, Crédit Lyonnais), des sociétés d’assurances (Axa…), la Bourse.
Capitale culturelle et intellectuelle, Paris regroupe les éditeurs, les journaux, les
hebdomadaires et les magazines nationaux, les grandes institutions culturelles patrimoniales (musées
du Louvre, d’Orsay, Centre Pompidou, Comédie-Française, Opéra et Ballet national, orchestres
symphoniques), l’Institut de France avec l’Académie française… Dix universités, la plupart des
grandes écoles ( ENA, Polytechnique, Ecole des mines, Ecole centrale, Ponts-et-Chaussées, Ecole
nationale des beaux-arts), les centres de recherches dont le CNRS (Centre national de la recherche
scientifique), le Collège de France assurent la prééminence de Paris dans la formation des élites du
pays et la diffusion de la pensée.
Capitale médiatique, Paris abrite les grands groupes de médias, les chaînes de télévision et de
radio, les studios de cinéma, les agences de presse (AFP), les agences de photos, les principaux
opérateurs de l’Internet.
Capitale internationale, elle est le siège des ambassades de 140 pays, mais aussi d’organismes
comme l’UNESCO, l’OCDE, le Secrétariat général de la Francophonie …

Questionnaire :

11
Pourquoi la capitale de la France est-elle une ville globale? Porqoupi est-elle nommée capitale politique et
administrative? Economique et financière? Culturelle et intellectuelle? Médiatique? Internationale? Faites un
parallèle entre Paris et Bucarest.

Exercices de grammaire: (ex.1, p. 38)

Sujet à traiter
Couleurs
…L’automne dans sa chanson de guêpes et de tônneaux prolongeait lentement l’été. Les
feuillées des collines passaient du vert au bronze et du bronze au cuivre roux. Les vignes dépouillées
s’enflammèrent. Dans les jardins, les carrés de fraisiers tournèrent au rouge sang.
Pierre Gamarra
Repères lexicaux
adjectifs : blanc(-che), bleu(-e), vert(-e), noir(-e), violet(-te), jaune, rose, rouge ;
adjectifs réunis (tous deux invariables) : des yeux bleu foncé ; des cheveux châtain clair ;
noms (invariables) employés à la place des adjectifs : des rubans paille (couleur de paille) ; des
écharpes aurôre ; des fichus marron ; des manteaux olive ; des châles ponceau ; des habits
noisette.
L’arc-en-ciel a sept couleurs : le rouge, l’orange, le jaune, le vert, le bleu, l’indigo et le violet.
Tous les matins les soldats saluent les couleurs (le drapeau de leur pays).
Au bord de la mer on reprend couleur (bonne mine).
Dès le début de la discussion il a annoncé la couleur (son opinion et ses intentions).
Ses opinions ont changé de couleur.
Expressions imagées
- avoir un rire jaune (silit) ;
- avoir une colère jaune (furie oarbă) ;
- regarder d’un œil noir (furieux) ;
- avoir des idées noires (être déprimé) ;
- passer une nuit blanche ; se battre à l’arme blanche ; parler d’une voix blanche ; donner à
qqn carte blanche (la possibilité de décider librement) ; être blanc comme neige / comme
un linge ;
- voir la vie en rose ;
- avoir vu de toutes les couleurs (expériences difficiles, douloureuses) ;
- faire un numéro vert (un apel gratuit).

Exercices:
1. Cherchez dans le fragment ci-dessus les mots qui indiquent la couleur. Traduisez-le.
Faites la description de votre contrée natale automnale.
2. Quelles sont les couleurs des tricolores français et roumain ? Et les couleurs de l’arc-en-
ciel ? Trouvez des contextes convenables pour trois expressions imagées (à votre choix).

Unité 7
La V-ième République
La Y-ième République est constituée en 1958 par le général de Gaulle comme sollution à la
grande crise coloniale des années cinquante: les guerres d’Indochine et d’Algérie (1954-1962).
Lorsqu’en 1945, de Gaulle, le Libérateur, se voit confier les rênes du gouvernement, la France se
trouve à la tête d’un immense empire colonial. La construction de cet empire est liée à la défaite de
1870 (guerre franco-prussienne). L’expansion coloniale a pour objectif de rendre à la France son
ancienne puissance, de lui procurer les matières premières qu’elle n’a pas, d’assurer pour sa
production de nouveaux marchés, de constituer un réseau de bases navales dans le monde entier qui

12
garantissent le contrôle des itinéraires essentiels à son essor. L’Afrique du Nord et subsaharienne, le
Moyen-Orient, l’océan Indien, l’Extrême-Orient forment un empire de 10 millions km² peuplé de 50
millions d’habitants. Avec cet empire la France est la deuxième puissance coloniale après le
Royaume–Uni. Elle défend ses intérêts en prenant le prétexte d’une mission civilisatrice “porter
partout sa langue, ses moeurs, son drapeau, ses armes et son génie”. Les volontés d’ndépendance dans
les colonies après la seconde guerre mondiale oblige la France à renoncer à cet empire soit de manière
pacifique, soit après des guerres d’indépendance. “Nous n’avons pas su les assimiler, ni permettre leur
épanouissement”, dit le Général.
Les colonisés d’hier ont adhéré à la dernière phase de son oeuvre décolonisatrice: la
coopération, un système dans lequel la France les aide à se développer. De Gaulle a réussi a
convaincre son pays que la décolonisation signifiait mutation et non défaite. Les territoires soumis à sa
loi composait une mosaïque de peuples troublés par le vent de l’indépendance. Il a fallu changé de
politique.
La politique d’investissement, la coopération politique et militaire, le dialogue Nord-Sud,
l’organisation de la Francophonie sont les nouvelles formes de l’action internationale de la France.
L’article 2 de la Constitution qui a fondé la Y-ième République dit:
“La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant
la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. L’emblème national est le
drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. L’hymne national est la Marseillaise. La devise de la République
est: liberté, égalité, fraternité. Son principe est: gouvernement du peuple, par le peuple et pour le
peuple”.

Questionnaire:
Qui est le fondateur de la République actuelle? Quand est-elle fondée? A la suite de quoi? Pouquoi la
France s’est elle construit un empire colonial? Quelle en était la raison? Quel était le prétexte? Quelles sont les
relations actuelles avec ses anciennes colonies? Quel est l’emblème national de la Roumanie?

Exercices de grammaire: (ex.1, p. 39)

Sujet à traiter
Poids et mesures
…Après cinquante mètres de terrain nu se dressait le mur de l’école. Alors il se courba en
avant et se mit a marcher.
A dix mètres du mur, il s’allongea et laissa passer quelques minutes…
Personne dans le jardin. Une demi-douzaine de lourdes motos s’appuyaient au mur. Un amas
confus de valises et de caisses se dressait parmi les fraisiers. A ce moment il entendit le pas lourd de la
sentinelle.
Pierre Gamarra
Repères : système de poids et mesures ; kilogramme(m), quintal(m), tonne(f) ;
peser (avoir un certain poids ; déterminer le poids de qqch) ; pesage(m),
pesée(f) ; balance (f), peson (m), pèse-bébé (m), bascule (f) ; léger, lourd ;
mesurer, métrer, arpenter qqch (a măsura în lung şi în lat) ;
mètre à ruban (ruletă) ; compas (m) ;
quantités indéterminées : tas(m), pile(f), groupe(m), équipe(f), foule(f) etc.

Il a arpenté la chambre. Elle fait 3 mètres sur 4.


Cette planche de bois fait / a 1cm d’épaisseur.
Cette étagère mesure / fait 1m de long (elle a 1m de longueur) ;
50 cm de large (elle a 50cm de largeur) ;
1,5m de haut (elle a 1,5m de hauteur).

- Quelle est la profondeur de la piscine ?

13
- Elle fait 2m de profondeur.
- Quelle est la surface de cette salle sportive ?
- Cette salle sportive a une superficie de 180m2.
- Combien pèse ce disque ? Quel est son poids ?
- Il pèse / fait 10 kilos.

Le terrain fait un hectare = 10.000m2 (mètres carrés).


Ce conteneur fait 50 m3 (mètres cubes).

- A quelle distance sommes nous de Bucarest ?


- Nous sommes à 50 km de Bucarest.

Quelques quantités : un tas de sable; un tas de choses à faire; une pile (vraf) de livres; un
groupe de touristes; une équipe de sportifs; une foule de supporters ( de très nombreux
supporters); une foule de détails (une énorme quantité; une multitude); la plus grande partie (la
pluspart, la majorité):
La plupart de touristes visitent la cathédrale Notre-Dame.
Expressions imagées :
- peser ses mots / mesurer ses paroles ;
- peser le pour et le contre (évaluer une situation) ;
- peser du regard (examiner, apprécier) ;
- un avis qui pèse lourd (qui compte) ;
- toiser qqn : le mesurer de la tête aux pieds (a-l măsura pe cineva din cap pâna în
picioare) ;
- se mesurer avec un adversaire (lutter contre qqn).
Sentences et maximes :
1. Trois choses donnent la mesure de l’homme : la richesse, le pouvoir, l’adversité.
2. Un cheveu de qui l’on aime tire mieux que quatre boeufs.
3. Les jeunes vont en bandes, les adultes par couples, et les vieux tout seuls.

Exercices :
1. Faites le commentaire d’une maxime.
2. Dites comment faites-vous des provisions.

Test d’autoévaluation
Mettez au féminin les noms:
a) ami, Roumain, Français, champion, écolier, lycéen,jumeau, veuf, époux, vendeur,
coiffeur, ambassadeur, chanteur, chat, loup;
b) mari, grand-père, garçon, oncle, gendre, neveu, parrain, cerf, bouc, boeuf, porc, canard,
perroquet, pigeon;
c) enfant, élève, camarade, collègue, libraire, bibliotécaire, locataire, touriste, patriote,
adversaire, comptable, directeur, chef, juge, professeur.
Mettez au pluriel les noms suivants: ingénieur, fonctionnaire technico-commercial, chef
d’équipe, contremaître, dactylo, étudiant, travail, fils, monsieur, madame, mademoiselle.
Trouvez tous les prédéterminants (articles et adjectifs prédéterminatifs) convenables pour
les noms suivants: écologie (f), activités (f, pl), étudiants (m, pl), sucre (m).
Exemple: avion (un, l’, à l’, de l’; cet; quel; mon, ton, son, notre, votre, leur; chaque, même,
autre, aucun, tel, certain, tout, différent; un, premier, second, deuxième, dixième etc. – voir le
thème “Les prédéterminants”).

14
Trouvez des déterminants (qualificatifs) pour les noms ci-dessous. Exemple:
fonctionnaire diplômé:
bilan (m), budjet (m), salarié (m), fiche de paie (f), prime (f), congé(m), retraite (f),
rémunération (f), gestion (f), salaire (m), bénéfice (m), perte (f), dette (f).
Mettez en français:
El citeşte o carte. Ea şi-a uitat umbrela acasă. Ei au cumpărat o pâine. Ea are unghii mari.
Copilul are un dinte bolnav. Aici lipseşte un apostrof. Acest cuvânt are funcţie de epitet
(atribut adjectival, acordat).
Traduisez le texte:
En général les prix résultent de la confrontation des offres des vendeurs et des
demandes des acheteurs sur le marché des biens et des services.
Mais il y a aussi une politique des prix: chaque agent économique établit son prix en
tenant compte de plusieurs critères, dont le marché de ses biens et la concurrence. Ce prix doit
être résonablement bas pour attirer un grand nombre de consommateurs; mais aussi élevé
pour se mettre en évidence sous le rapport qualitatif vis-à-vis de la concurrence pour
entretenir une image de marque pour les produits concernés.
Décrivez minutieusement votre bureau de travail. Montrez la matière des objets et leur
destination.
Parlez de votre faculté. Que signifie pour vous cette première session? Comment
préparez-vous vos examens?
Présentez-vous en 10-15 lignes.

Module 2
Unité 1
L’organisation des pouvoirs

La Constitution de 1958, modifiée en 1962 et puis en 2000, règle l’organisation des pouvoirs
sous la Y-ième République. Elle a instauré un régime à caractère présidentiel. Le président de la
République est le chef de l’Etat. Il est élu tous les cinq ans par suffrage universel. Il réside au palais de
l’Elysée. Il veille au fonctionnement régulier de l’Etat, au respect de l’indépendance nationale et des
traités. Il nomme le premier ministre, préside le Conseil des ministres et peut dissoudre l’Assemblée
nationale. Il est le chef des armées, conduit la politique extérieure et, en cas de crise grave, peut
disposer de pleins pouvoirs.
Le gouvernement – c’est-à-dire l’ensemble des ministres – avec à sa tête le Premier ministre
conduit la politique de la nation. Il a sous son autorité l’administration,* la police et l’armée. Il est
responsible devant le Parlement. Il réside à l’hôtel Matignon.
Le Parlement comprend deux assemblées, l’Assemblée nationale qui siège au Palais-Bourbons
et le Sénat qui siège au palais du Luxembourg. Ainsi, 557 députés et 321 sénateurs discutent et votent
les lois. Les députés sont élus au suffrage universel direct pour cinq ans, les sénateurs au suffrage
indirect pour neuf ans. Il n’y a qu’une seule session du Parlement: elle commence en octobre et se
termine fin juin.

15
Les autres institutions de la vie politique sont:
Le Conseil constitutionnel (9 membres), qui veille à la constitutionnalité des lois;
Le Conseil économique et social (230 membres), qui est consulté sur les projets de loi et sur les
problèmes économiques et sociaux;
Le Coseil d’Etat, qui examine les textes de loi pendant leur rédaction et conseille le
gouvernement; il dit aussi le droit quand il y a conflit entre un citoyen et une administration. Il faut
distinguer plusieurs administrations:
- l’adminitration centrale, celle des ministères avec leurs grandes directions;
- l’administration locale, avec ses préfectures de région, ses préfectures de département et ses sous-
préfectures d’arrondissement, qui toutes représentent le pouvoir central, assurent le bon
fonctionnement des services et contrôlent en son nom;
- de grandes directions administratives jouent également un rôle important au niveau local: direction
du Trésor pour les impôts, académies et rectorats pour l’enseignement etc.
La France est divisée en 22 régions, 96 départements, 325 arrondissements, 3714 cantons, 36000
communes. Elle comprend aussi 4 départements et 9 territoires d’Outre- mer.

Questionnaire:
Nommez les institutions de la Y-ième République. Comment le président de la République est-il élu? Pour
combien d’années? Comment devient-on Premier ministre? Et député? Quel est le rôle du Conseil économique et
social? Et du Conseil constitutionnel? Et du Conseil d’Etat? Comparer les institutions de France avec celles de la
Roumanie.

Exercices de grammaire: (ex.1,2 p. 40)

Sujet à traiter
Ma journée de travail
Pour tout réussir, je me lève d’habitude à six heures du matin . Je fais rapidement ma toilette et je
prépare la petit déjeuner pour mon mari et nos trois enfants. Les aînés vont à l’école, le benjamin, à la
maternelle. Il a quatre ans, il se réveille le dernier, quand tout le monde est déjà prêt. Il boit sans trop d’envie
son lait et il est conduit à la maternelle par mon mari qui part le dernier; il doit être au bureau vers neuf
heures. Moi, je prends mes affaires et je sors avec les deux aînés pour être à temps, eux à l’école, moi, à
l’entreprise.

Repères lexicaux :
vie quotidienne ( travail, école, famille); matin (m), midi (m), après-midi (m), soir (m) ; petit déjeuner (m),
déjeuner (m), goûter (m), dîner (m) ; lever (m), coucher (m) ;
entreprise (f), comptable (m, f), structure administratuve (f) : président (directeur général), directeur du
service technique / commercial / administratif ; chef des projets / des ventes / du personnel / de la production /
de la publicité / de la comptabilité etc. ; secrétaire de direction ; dactylo ; techniciens, ingénieurs, spécialistes,
employés ;
activités : étudier un dossier, signer un contrat, aller à la banque, prendre / déposer de l’argent ; faire des
bulletins de paye / de salaire, travailler à l’ordinateur etc.
ordinateur : clavier (unité d’entrée comprenant des touches ressemblant à celle d’une machine à écrire) ;
écran d’affichage / de visualisation (unité de sortie constituée par un écran muni d’un tube à rayons
cathodiques) ; souris (angl. mouse) – dispositif auxiliaire qui permet de déplacer sur l’écran un curseur ;
imprimante (unité de sortie destinée à l’impression des textes ; imprimante à aiguilles, à jet d’encre, à laser, à
transfer thermique) ; sortir un texte (faire une sortie) – produire un document par une imprimante ; logiciel
(angl. software) – ensemble des programmes relatifs au traitement des données.

Autrefois, dans les entreprises françaises le service du personnel croulait sous les questions des
employés relatives à leurs bulletins de salaire. Combien de jours de congé payés me reste-t-il ? Avec trois ans
d’encienneté quel est le montant de ma prime ? Quand seront payées les heures suppléméntaires ? Solution :
concevoir un logitiel interactif et mettre quelques P.C. en libre-service dans l’entreprise (pour 2700
employés). Ce n’est plus le service du personnel qui répond aux questions des employés, mais un ordinateur

16
multimédia. L’utilisation du logitiel est simple : il suffit de cliquer avec la souris de l’ordinateur sur n’importe
quel élément du bulletin de salaire pour obtenir des informations sur les heures supplémentaires, les congés
payés, les cotisations ou l’assurance chômage. L’utilisateur obtient une réponse sous forme de texte et de
dessins qui s’affichent sur l’écran, ou par une voix préenregistrée).
Expressions :
- travail du corps / de l’esprit (fisic / mintal) ;
- travailler à qqch (s’occuper de) : Je veux toujours travailler à mon esprit, à mon âme, à mon
coeur (Mme de Sévigné) ;
- travaux publiques (ouvrages faits aux frais de l’Etat pour l’utilité publique) ;
- bêtes de travail (vite de munca).
Proverbes et sentences :
1. Celui qui ne veut pas travailler ne doit pas manger (Saint Paul).
2. Le travail est pour les hommes un trésor (grec).
3. Travailler c’est prier (latin).
4. Sue et tu seras sauvé (americain).
5. L’homme naquit pour travailler comme l’oiseau pour voler (français).

Exercices:
1. Commentez un des proverbes (à votre choix).
2. Parlez de votre journée de travail.

Unité 2
La vie politique

La vie politique s’organise autour de deux blocs: la droite et la gauche. A droite, deux
tendances dominent: une tendance gaulliste, le Ressemblement pour la République (RPR) qui se
réclame des idées du général de Gaulle: indépendance nationale, intervention de l’Etat dans la vie
économique, rassemblement de toutes les catégories sociales. Son leader est l’actuel président de la
République, Jacques Chirac. L’autre rassemblement à droite, l’Union pour la démocratie française
(UDF), regroupe les tendances chrétiennes.
A gauche, on trouve également deux traditions: la tradition socialiste démocratique (parti
socialiste) et la tradition marxiste (parti communiste). Ce dernier à perdu beaucoup de son influence
d’autrefois.
Le parti socialiste, qui doit son renouveau à François Mitterrand, est actuellement la première
force politique du pays. Il regroupe plusieurs tendances: libérale, planificatrice, européenne. Son
leader est l’actuel Premier ministre, Lionel Jospin.
A côté de ces grands partis, deux forces occupent une place particulière:
- à l’extrême droite, le Front national (FN) et le mouvement national pour la France, mouvements
héritiés du slogan “Famille, travail, patrie”;
- à gauche, les Verts regroupent un électorat jeune, urbain et intellectuel, soucieux de cadre de vie,
de respect écologique etc. Les Verts ont formé avec le parti socialiste et le parti communiste le
gouvernement de la gauche plurielle de 1997 à 2002.
Les présidents de la Y-ième République
Le général Charles de Gaulle quitte le pouvoir en avril 1969 à la suite des événements de mai
1968 (émeute des jeunes et des ouvriers).
Des questions de société peuvent faire naître des mouvements qui ont une influence
importante sur le comportement politique: ce fut le cas de SOS Racisme dans les années 1980.
La présidence de Georges Pompidou a durée jusqu’à 1974. La crise pétrolière de 1974 va
obliger les présidents Giscard d’Estaing (1974-1981) et François Mitterrand (1981– 1995) à une
politique de forte protection sociale, de restructuration de l’économie, d’intégration européenne afin de
créer un espace de développement puissant et protégé.

17
Depuis 1986, les Français imposent par leur choix aux élections une nouvelle forme de
gouvernement: la cohabitation. Ainsi, un président de gauche a cohabité avec deux premiers ministres
de droite, et aujourd’hui un président de droite cohabite avec un Premier ministre de gauche. Comme
si les Français refusaient la division entre droite et gauche que voudraient leur imposer les partis
politiques.
La cohabitation:
1986 - 1988: Président de gauche: François Mitterrand
Premier ministre de droite: Jacques Chirac
1993 – 1995: Président de gauche: François Mitterrand
Premier ministre de droite: Edouard Balladur
1997 – 2002: Président de droite: Jacques Chirac
Premier ministre de gauche: Lionel Jospin.

Questionnaire:
SOS Racisme a été fondé par les Beurs (enfants français d’immigrés d’origine arabe ou africaine) pour
combattre les thèses racistes. Pourquoi les immigrés sont-ils souvent victimes du racisme? Quels sont les blocs
autours desquels s’organise la vie politique française? Quels sont les deux principaux partis politiques de droite?
Quels sont les partis qui constituent la gauche? Dans notre pays, la vie politique s’organise-t-elle toujours autour
de deux blocs, comme en France? Commentez votre réponse.

Exercices de grammaire: (ex.1,2 p.41)

Sujet à traiter
Chiffres / calculs

… La quatrième planète était celle d’un businessman. Cette homme était si occupé qu’il ne
leva même pas la tête à l’arrivée du petit prince.
- Bonjour, lui dit celui-ci. Votre cigarette est éteinte.
- Trois et deux font cinq. Cinq et sept douze. Douze et trois quinze. Bonjour. Quinze et sept
vingt-deux. Pas le temps de la rallumer . Vingt-six et cinq trente et un…
A. de Saint-Exupéry
Repères lexicaux :
nombre (m), chiffre (m), nombre à trois chiffres, chiffres pairs / impairs ;
fractions : la moitié ½ ; le tiers 1/3 ; le quart ¼ ; le cinquème 1/5 ; le dixième 1/10 etc. ;
calculer, calculette, aditionner, soustraire, multiplier, diviser, faire le total.
- Ils sont combien ? (combien de personnes).
- Ils sont dix.
Les pris ont doublé (triplé etc.)
L’inflation a augmenté de 2O% (vingt pour cent).
Cet élève compte facilement de tête (sans calculette). Il est bon en calcul mental. Il fait
rarement d’erreurs.
Les quatre opérations :
Combien font …?
aditionner (adition) 3 + 3 = 6 ( 3 plus 3 égale 6 ) ;
soustraire (soustraction) 7 - 4 = 3 ( 7 moins 4 égale 3 ) ;
multiplier (multiplication) 2 x 2 = 4 ( 2 multiplié par 2 égale 4) ;
diviser (division) 9 : 3 = 3 ( 9 divisé par 3 égale 3 ).
Les opérations bancaires usuelles
a) de débit (elles diminuent la provision de votre compte): les règlements – régler =payer une
facture; les retraits (retirer de l’argent).
b) de crédit (elles augmentent la provision de votre compte): les encaissements.
La banque fait des prêts (prêter de l’argent aux clients).
Les clients peuvent faire des emprunts à la banque (emprunter de l’argent à la banque).

18
La banque peut financer une entreprise ou faire des crédits; elle peut envoyer ou recevoir de
l’argent de ses clients.
Expressions imagées :
– faire les cent pas (marcher de long en large) ;
– manger comme quatre (beaucoup) ;
– se mettre / se couper en quatre pour qqn (faire tout) ;
– faire ses quatre volontés (tous ses caprices) ;
– raconter qqch en deux mots (brièvement) ;
– couper les cheveux en quatre (chercher des complications) :
Luc complique les choses, il coupe toujours les cheveux en quatre.
Sentences et maximes :
1. On compte plus facilement ses moutons que ses amis.
2. Avoir beaucoup d’amis, c’est n’avoir point d’ami.
3. On a trois amis sûrs : son père, sa mère et son épouse fidèle.

Exercices :
1. Faites le calcul des frais d’un repas au restaurant.
2. Trouvez les équivalents roumains des expressions ci-dessus.

Unité 3
Vie sociale

La famille a longtemps été le bien aimé de la politique française. Face à une France qui
vieillissait et se dépeuplait, l’Etat à mis en place une politique volontariste, d’où une nette
augmenation de naissances: c’est ce qu’on a appelé le “baby boom”: en 2001 la France a été
championne d’Europe des bébés.
Cette politique a d’abord un aspect financier: les allocations familiales sont une aide directe de
l’Etat à partir du deuxième enfant. L’Etat accorde également des réductions d’impôts importantes
pour les couples avec enfants. Ces familles peuvent aussi bénéficier de réductions dans les transports
en commun ou pour des activités culturelles. Elles ont accès aux bourses d’études pour les enfants si
leurs salaires sont insuffisants.
Sur le plan social l’Etat a souhaité que les maternités ne soient pas un handicap professionnel
pour les femmes: elles ne perdent ni leur salaire ni leur emploi pendant leur congé de maternité de six
mois. A partir du deuxième enfant, elles peuvent bénéficier d’un congé parental d’un an, rémunéré,
pour élever leurs enfants Elever un enfant étant un métier, les femmes qui ont élevé trois enfants et qui
n’ont pas pu avoir une activité professionnelle autre ont droit à une retraite. Dans le cadre de l’égalité
hommes-femmes, les hommes peuvent aussi bénéficier d’un congé de paternité de deux semaines.
Les communes qui veulent faciliter la vie des couples avec enfants ont mis en place des
crèches qui accueuillent les enfants toute la journée. L’accueil à l’école maternelle est aussi une
manière de concilier vie professionnelle et vie familiale.
Enfin, la vie familiale a ses symboles: la fête des Mères et la fête des Pères, et bien sûr la fête
de Noël qui est la fête de tous les enfants.
La famille française est une famille chrétienne: 75% des Français se disent catholiques. Ils se
marient à l’église et baptisent leurs enfants. Les autres croyants de la France sont des protestants
(800000), des mosaïques (600000), des musulmans (4000 000), des bouddhistes et autres croyances
des habitants de ses anciennes colonies.

Questionnaire:
C’est quoi une famille? Qu’est-ce qu’elle représente pour vous? Dites si vous êtes d’accord ou non avec les
affirmations véhiculées par les médias dans le but de justifier les formes anormales de convivialité
(homosexualité, lesbianisme, PACS – pacte civil de solidarité, etc.), ainsi que le profit des grands producteurs du
caputalisme de séduction, qui s’efforcent de transformer le luxe en nécessité et les loisirs en norme de vie:

19
La famille contemporaine se constitue hors du mariage.
La famille est un groupe de personnes ayant plaisir de vivre ensemble.
Le bonheur du couple est plus important que celui de la famille.
Le bonheur de la famille est le père et la mère mariés pour la vie avec plusieurs enfants.

Exercices de grammaire: (ex.1,2,3 p.43)

Sujet à traiter
Mon week-end
Samedi, moi et mon mari, nous nous occupons du ménage. Moi, je fais le nettoyage et la lessive et lui, il
fait les provisions pour la semaine suivante. Ce n’est pas par plaisir qu’il fait les courses, mais par devoir. Ce
qu’il aime, c’est bricoler. Le bricolage est aussi la passion de l’aîné, qui a douze ans. Il n’est pas passionné par
le sport ou par les discothèques comme les enfants de son âge. Il peut rester des heures entières auprès de son
père pour l’aider dans ses travaux. Et nous trouvons que c’est normal. L’école mixte ne fait pas de différence
d’éducation entre garçons et filles. C’est la famille qui doit accomplir cette tâche, faire de sorte que les filles
(avec leur pudeur) se sentent filles et les garçons s’avouent garçons. Les filles et les garçons ne sont pas
interchangeables. Ils ont besoin, pour leur équilibre et leur bonheur, d’une éducation à la différence. Surtout à
la puberté, car le décalage de maturité entre garçons et filles infantilise les garçon.s. Avec la crise de la
transmission éducative et la démission des adultes, on aura une société non pas mixte, mais sans hommes.
C’est en ce qui concerne les vertus. Quant aux vices, la rue s’en charge: drogue, alcool, cigarettes, prostitution
etc.
La paternité est une grande responsabilité.

Repères lexicaux :
outils à bricoler (à faire de petits travaux dans la maison): boîte (f) à outils, marteau (m), tenailles(f, pl), scie
(f) à métaux, escabeau (m), établi (m), étau (m), rabot (m), maillet (m), vrille (f), clé (f), pince (m) ;
où faire des provisions: boulangerie ( du pain, des baguettes, des produits de pâtisserie, de la farine),
boucherie (de la viande), charcuterie (du jambon, des saucisses, du pâté de foie), crèmerie (du lait, de la
crème, des oeufs, du fromage), épicerie ( du riz, de l’huile, du thé, du sucre, des conserves) etc.
au marché : des légumes (pommes de terre, harricots, choux, carrottes, concombres, tomates, oignon, ail etc.);
des fruits (pommes, poires, prunes, abricots, pêches, cerises, griottes etc.);
où faire des achats : au supermarché qui a plusieurs rayons (prêt-à-porter, chaussures, chapeaux, montres et
bijoux, parfums, papeterie etc.).

Pour les gros achats nous allons ensemble dans les supermarchés où on peut trouver presque tout le
nécessaire. C’est d’habitude avant les grandes fêtes. J’aime visiter surtout le rayon de prêt-à-porter (haine
gata) , mais aussi celui de chaussures, de gants et chapeaux, de parfums… C’est un peu difficile à supporter
pour mon mari qui n’aime pas les supermarchés.
Mes deux filles aiment beaucoup cuisiner. Elles me donnent un coup de main à la préparation des
plats aimés de toute la famille : les galettes, les boulettes, le rôti et la grillade. Nous aimons aissi le poisson frit
et mariné. Tous ces plats nous les préparons samedi. Faute de temps, pendant la semaine on prépare des mets
à la légère.
Expressions:
- première éducation (cei şapte ani de-acasă);
- faire école buissonnière (a chiuli) ;
- l’école du monde / de la vie (şcoala vieţii);
- faire un bon / un mauvais marché (conclure une bonne / une mauvaise affaire) ;
- à bon marché (pour peu de chose / à peu de frais).
Proverbes et sentences:
1. Qui aime bien châtie bien (Bible).
2. L’éducation a des racines amaires, mais ses fruits sont doux (grec)..
3. Il faut conduire l’enfant par la pudeur et l’ambition, comme on conduit les chevaux par le frein et l’éperon
(grec).
4. Une tête bien faite est mieux qu’une tête bien pleine (français).

20
Exercices :
1. Commentez un des proverbes (à votre choix).
2. Parlez de votre week-end.

Unité 4
L’enseignement

En France les études sont obligatoires jusqu’à 16 ans; l’école est gratuite de la maternelle à
l’université (les droits universitaires étant très peu élevés); c’est un service public qui comprend des
écoles publiques et des écoles privées sous contrat avec l’Etat. Pour les Français, l’école doit permettre
d’abord de trouver un travail; mais son rôle est aussi de donner une culture générale, de former la
réflexion et l’esprit critique.
Le système éducatif français est un système fort centralisé. Les programmes, les diplômes sont
nationaux. L’Education nationale représente le cinquième du budget de l’Etat; ses fonctionnaires
(900000) forment le corps le plus important (28% de la population active); et les élèves constituent à
peu près le quart de la population du pays.
Le système éducatif se compose de trois degrés qui scolarisent environ 14 millions d’élèves;
6,4 millions au premier degré, 5,5 millions au second degré et 2,2 millions d’étudiants dans le
supérieur.
Le premier degré se compose de l’école maternelle qui n’est pas obligatoire (de 2 à 5 ans) et
de l’école primaire obligatoire à partir de 6 ans, dont le rôle est d’apprendre à lire, écrire et compter à
tous les enfants.
Le second degré distingue l’enseignement général et l’enseignement professionnel, le premier
cycle (de la sixième à la troisième) et le second cycle (de la seconde à la terminale).
Le I cycle conduit au brevet des collèges pour l’enseignement général, au CAP (certificat
d’aptitude professionnelle) ou au BEP (brevet d’études profesionnelle) pour l’enseignement
professionnel court.
Le second cycle mène au baccalauréat général ou professionnel ou au brevet de technicien.
75% des élèves arrivent au niveau du bac et 65% environ le réussissent.
L’examen du baccalauréat en juin est le grand moment de l’année scolaire: toute la France
passe le bac et médite sur les sujets reçus.
L’enseignement supérieur comprend les universités et les grandes écoles. L’accès à
l’université est automatique avec le baccalauréat; pour accéder aux grandes écoles, il faut passer un
concours d’entrée très difficile (après une préparation de 2 années). Les grandes écoles sont les plus
recherchées parce qu’elles forment les cadres supérieurs de l’Etat et de l’économie. Tous les grandes
secteurs d’activités ont leurs écoles: l’administration de l’Etat, l’ENA (Ecole nationale
d’administration); les finances, HEC (Ecole des hautes études commerciales); l’élite scientifique,
l’Ecole polytechnique; l’éducation, les Ecoles normales supérieures; les travaux publiques, l’Ecole
nationale des ponts et chaussées; l’industrie, l’Ecole des mines; l’agriculture, l’Institut national
d’agronomie …
Le système universitaire:
DUT - diplôme de l’Institut Universitaire de Technologie (2 ans).
DEUG –diplôme d’études universitaires générales (2 ans).
Licence – 1 an; Maîtrise – 1 an; DESS / DEA – 2 ans (diplôme d’études supérieures spécialisées /
diplôme d’études approfondies); Doctorat - 3 ans.
Le coût total de la scolarité est estimé à 76000 euros par enfant: l’Etat finance 65%, les
communes ou régions 20%, les entreprises 6%, les parents 7%.

Questionnaire:
Les études françaises s’organisent autour de trois niveaux. Quels sont ces niveaux? Quelles sont les distinctions à
l’intérieur de chaque niveau? Quels sont les diplômes offerts aux élèves et étudiants français? Présentez les

21
différences entre le système éducatif français et le système de l’enseignement roumain. Comparez les coûts de la
scolarité en France avec ceux de notre pays.

Exercices de grammaire: (ex.1,2 p.46)

Sujet à traiter

Ma journée de repos
Dimanche, après la messe où nous allons ensemble avec mes parents et nos enfants, nous dînons chez
nous. Je mets toujours le couvert pour sept personnes. C’est une ancienne habitude et c’est très intéressant.
Mes trois enfants ne cessent pas de conter à leurs grands-parents tous leurs « exploits » de la semaine écoulée.
Les grands-parents, à leur tour, commencent à se rappeler des situations semblables de mon enfance ou même
de la leur avec, bien sûr, les couleurs de l’époque. Et les plats des enfants restent souvent intacts en les
écoutant.
Après le dîner, on fait des lectures édifiantes (chez nous on aime beaucoup la philocalie) et on écrit
des lettres. Mon frère et les deux soeurs de mon mari n’habitent pas dans notre ville. Mes enfants ont donc
beaucoup d’oncles, de tantes et de cousins. Ils demandent souvent de leurs nouvelles qu’ils partagent
joyeuseument, le dimanche, avec leurs grands-parents.

Repères lexicaux:
dimanche (m), église(f), messe(f), cierge(m), prière(f), sermon(m), évangile(f), lecture édifiante(f), personne
philocalique (qui aime comtempler la beauté et la sagesse divine);
promenade(f), jeux(m,pl), discussions(f,pl), visites(f,pl), fêtes(f,pl), fiançailles(f,pl), noces(f,pl), baptême(m)
etc.

« Celui qui règne dans les Cieux et de qui relève tous les empires, à qui seul appartient la gloire, la majesté et
l"indépendance est aussi le seul qui se glorifie de faire la loi aux rois et de leur donner, quand il Lui plaît, de
grandes et de terribles leçons.
Soit qu’Il élève les trônes, soit qu’Il les abaisse, soit qu’Il communique sa puissance aux princes, soit
qu’Il la retire à lui-même, et ne leur laisse que leur propre faiblesse, Il leur apprend leur devoir d’une manière
souveraine et digne de Lui. Car en leur donnant sa puissance, Il leur demande d’en user comme Il fait Lui-
même, pour le bien du monde…» (Bossuet, Oraisons).
Expressions :
- air de dimanche (air de fête ; de gaieté) ;
- jour férié (de fête) ;
- se donner une fête (se divertir aux dépens de qqn);
- fête de naissance (commémoration d’un anniversaire) ;
- fête d’une personne (le jour de la fête du saint dont elle porte le nom) ;
- fête patronale / du lieu / du village (le jour de la fête du saint sous l’invocation duquel est placé ce
village) ;
Proverbes et sentences :
1. 1.Le travail du dimanche n’enrichit pas (italien).
2. En petite maison, la part de Dieu est grand.e (français).
3. L’homme qui se confie à Dieu est un arbre qui ne cesse pas de porter du fruit (Bible).
4. Celui qui ne craint pas Dieu, craint-le (latin).

Exercices:
1. Faites le commentaire des proverbes.
2. Parlez de votre journée de repos et de votre violon d’Ingres (hobby).

Unité 5
Vie professionnelle

22
Un Français sur trois travaille (25 millions d’actifs). Les autres ce sont les enfants, les
étudiants, les adultes qui ne travaillent pas, les chômeurs et les retraités.
Aujourd’hui on entre de plus en plus tard (25 –29 ans) dans la vie active et on en sort plus tôt
(55 – 59ans).
Ceux qui travaillent sont agriculteurs (3%), artisans ou chefs d’entreprise (7%), cadres
d’entreprise ou professions libérales (12%), contremaîtres, agents de maîtrise, enseignants (20%),
employés, policiers, militaires (30%), ouvriers (27%). Avec le procès rapide de desindustrialisation
on constate aujourd’hui une nette baisse du nombre d’ouvriers. Les employés sont désormais le groupe
dominant: en effet, deux emplois sur trois concernent les services, nombreux surtout dans le tourisme (
la France accueille chaque année un nombre de touristes qui dépasse de beaucoup le total de sa
population).
Trois phénomènes dominent les changements dans la vie professionnelle:
- l’augmentation du nombre des femmes, qui occupent la moitié des emplois du secteur des
services, mais qui n’arrivent pas à rivaliser avec les hommes dans les emplois de cadres ou de
chefs d’entreprises;
- l’augmentation du nombre de fonctionnaires, qui sont plus de cinq millions aujourd’hui. Les
enseignants sont ceux qui ont l’image la plus positive avec les employés des postes, des hôpitaux
et la police.
- l’apparition d’une catégorie de professions intermédiaires (ni employés ni cadres) qui s’est
développée dans le commerce, l’informatique et la santé.
Mais le phénomène majeur est le chômage. Il a changé le rapport des Français au travail, il est
à l’origine d’un emploi précaire, d’une baisse de confiance dans les diplômes comme moyen d’accès à
l’emploi. Une nouvelle génération est née qui a grandi avec le chômage, elle a une autre culture et ses
maîtres mots sont flexibilité et adaptibilité, émulation et dépassement de soi. Elle bouleverse
hiérarchies, rôles, carrières et ambitions; elle exige hiérarchies plates, processus de décision rapide et
participation. Elle a un mot d’ordre: réussir vite, et un atout: la maîtrise des technologies de
l’information et de la communication.
Les Français sont 1,7 millions à travailler à l’étranger. C’est en Angleterre qu’ils sont les plus
nombreux, mais on les retrouve aussi en Allemagne, aux Etats-Unis, au Canada ou en Italie.
La France compte aussi 1,6 millions des travailleurs étrangers.

Questionnaire:
Quelles sont les catégories socioprofessionnelles? Pourquoi le secteur de services français emploie plus d’actifs
que le secteur industriel? Quelles catégories sont en baisse? Pourquoi? Quelles sont les nouvelles inégalités
créées par le chômage? Quels sont les problèmes socioprofessionnels de la Roumanie? Quel est ici le taux et le
rôle du chômage?

Exercices de grammaire: (ex.1a / b, 2 p. 47- 48)

Sujet à traiter
Correspondance
… Huit jours après son départ, je recevais d’elle une lettre admirablement sage et bonne. Je ne
lui répondis point, d’après sa prière. « Je vous tiendrai compagnie de loin, m’écrivait-elle, autant que
cela se pourra ». Et pendant tout le temps que dura son absence, à des intervalles réguliers, elle mis la
même patience à m’écrire. Elle ne voulait pas me laisser seul avec son souvenir, sans intervenir de
temps en temps par un signe évident de sa présence.
Eugène Fromentin

Repères lexicaux :
adresse (f), enveloppe (f), correspondant (m), expéditeur (m), destinataire (m),
destination (f) ; écrire / rédiger une lettre ; adresser / envoyer une lettre à qqn ;
types de lettres : lettre de faire-part (d’invitation à une solennité) ;
lettre d’avis (avis d’expédition) ;

23
lettres de créance (de acreditare) ;
lettre de garantie.

En France l’adresse d’une lettre comporte le numéro de l’immeuble ou de la maison, le nom


de la rue, un numéro codé de cinq chiffres et le nom de la commune.
Exemple : M. Pierre Dupont
77, rue de la Gare
16210 Montmoreau
16 correspond au numéro du département, ici la Charente.
210 à celui de la commune dans le département.

Cher amie,
J’ai reçu ta lettre ce matin. J’ai essayé quelques jours de suite de téléphoner à notre amie
Virginie, mais je tombais sans cesse sur son répondeur. Je suppose qu’elle est partie pour quelque
temps à la campagne . Quand j’aurais de ses nouvelles, je vais te passer un coup de fil.

J’ai adressé une lettre à Claudine ( je la lui ai envoyée)


La lettre n’est pas parvenue à la destination.
Le ministre a prononcé un discours à l’adresse des enseignants (destiné aux enseignants).
Ce jeu sportif demande beaucoup d’adresse (dextérité, habileté).
Le directeur a fait une adresse au ministère (un document / une communication officielle).

Expressions imagées :
- être en / avoir / mener / entretenir une correspondance avec qqn ;
- avoir une belle main (une belle écriture) ;
- trouver une correspondance parfaite entre les choses (conformité, ressemblance) ;
- mettre en écrit / par écrit (a pune pe hârtie) ;
- faire un billet doux (a scrie un bileţel de dragoste).
Sentences et maximes:
1. Une lettre est une conversation écrite.
2. S’il ne se passe rien, écris pour le dire.
3. Une heure de conversation vaut mieux que cinquante lettres (Mme de Sévigné).
Exercices :
1. Après avoir lu la petite lettre ci-dessus, essayez de faire une autre pareille.
2. Commentez les dits de Mme de Sévigné, femme- écrivain (1626 –1696).

Unité 6
Les fêtes et les congés

Les Français travaillent environ 1650 heures par an. Depuis 1982 ils ont cinq semaines de
congés auxquelles s’ajoutent les dix jours fériés répartis dans l’année (jour de l’An, Pâques, 1 mai, 8
mai, Ascension, Pentecôte, 14 juillet, 15 août, 11 novembre, Noël ).
Le catholicisme a donné son rythme au calendrier des Français. Noël, Pâques, Toussaint (1
novembre), Fête de la Vierge sont des repères forts de la pratique religieuse et de la vie sociale:
moments de retrouvailles familiales autour du sapin et des cadeaux à Noël; souvenir des morts pour la
Toussaint (c’est l’occasion de fleurir les tombes le plus souvent avec des chrysanthèmes).
Pâques et Pentecôte ont déjà un goût de vacances et de soleil: c’est le temps de petits voyages.
L’Ascension et le 15 août sont l’occasion de week-ends prolongés: le 15 août, Fête de la Vierge ou
Assomption, correspond au moment où le plus grand nombre de Français sont en vacances. De
nombreuses fêtes de village sont organisées durant cette période.
Signification des fêtes.

24
Pâques – fête annuelle de l’Eglise chrétienne, “fête des fêtes, solennité des solennités”,
commémorant la Résurrection de Jésus-Christ. La fête de Pâques a été fixée par le concile de Nicée
(325) au premier dimanche après la pleine lune, après l’équinoxe de printemps. Les Eglises orthodoxes
suivent l’ancien calendrier pour fixer la date de Pâques.
Pentecôte – descente du Saint-Esprit sur les Apôtres et la création de l’Eglise.
Ascension – quarante jours après la Résurrection, “Jésus est monté aux Cieux et est assis à la
droite du Père” (Saint Apôtre Luc).
La France républicaine imprime, elle aussi, sa marque sur le temps et sur la vie sociale.
Le I mai (fête du travail) est l’occasion d’offrir du muguet “porte-bonheur”.
8 mai (fête de la Victoire 1939-1945), 14 juillet (Fête nationale), 11 novembre (armistice
1914-1918) sont les temps forts à la célébration de la mémoire nationale.

Questionnaire:
Comparez les jours de congé en France et dans notre pays. Expliquez les différences. A quelles célébrations sont
associés: le sapin? le muguet? les oeufs rouges? le réveillon? la visite des cimetières? les souvenirs des soldats
morts pour la France? les origines démocratiques de la vie nationale? Choisissez un ou plusieurs jours de fête et
décrivez les traditions qui y sont associées.

Exercices de grammaire: (ex.1,2,3 p. 49)

Sujet à traiter
Les voyages
Ce que nous aimons ce sont les randonnées à pieds et les pèlerinages. Nous aimons notre
contrée avec ses bois, ses rivières et ses monastères. Parfois nous allons à la pèche. Non pas pour des
captures, mais pour le plaisir de se trouver au milieu de la nature. Et puis à cause du benjamin qui ne
résiste pas encore aux longues voyages, mais qui est au comble du bonheur si le bouchon de la ligne
disparaît dans l’eau (signe que le poisson “mord”). Combien de plaisirs on rassemble par cette
agréable manière de voyager qui cultive l’amour envers le pays! Sans compter la santé qui s’affermit,
l’humeur qui s’égaye et le fait que pour les enfants ce sont de vraies explorations.

Repères lexicaux: excursion (f), marche touristique (f), ballade (f), randonnée (f), tourisme vert
(voyages à la campagne); sac à dos(m), carte(f), boussole (f);
voyage d’affaire / de plaisir; agence / bureau de tourisme; guide touristique; moyens de transport;
billet(m), hôtel(m), louer une chambre; visiter des monuments historiques/culturels etc.

Pour voyager à pied on n’a pas besoin des chemins tout faits ni de routes commodes. On peut
passer partout où un homme peut passer: on peut s’asseoir à l’ombre d’un bois touffu, on peut entrer
dans une grotte, examiner les minéraux d’une carrière, côtoyer une rivière etc.
Cet écrivain parle dans son “Recueil de Voyages” des pays lointains et pittoresques.

Expressions imagées:
- envoyer promener (se débarasser de quelqu’un);
- promener ses pas;
- promener son regard;
- promener ses pensées;
- la vie est un voyage (nous ne faisons que passer sur cette terre);
- faire le grand voyage (mourir).
Proverbes et sentences:
1. L’univers est une espèce de livre dont la première page est ton pays (français).
2. Les voyages sont la partie frivole des gens sérieux, et la partie sérieuse des gens frivoles russe).
3. Les voyages améliorent les sages et empirent les sots (anglais).
4. Qui veut voyager loin, ménage sa monture (fr.).

Exercices:

25
1. Faites le commentaire d’un proverbe.
1. Parlez de vos voyages (randonnées, pèlerinages).

Unité 7
Gastronomie

Les repas de fête sont des moments gastronomiques où s’illustre le savoir-faire des Français.
“Comment voulez-vous gouverner un pays qui a 350 sortes de fromages?”. Ce bon mot du
général de Gaulle montre à quel point la gastronomie est partout, y compris en politique…La
gastronomie, les plaisirs de la table sont le premier sujet de conversation des Français… à table. Ils
sont à l’origine d’un nombre considérable d’ouvrages, guides, livres de recettes et de nombreuses
émissions de radio et de télévision. La cuisine moderne se veut plus légère et plus respectueuse des
produits et des saveurs. Dans les assiettes des Français, on trouve plus de légumes frais et moins de
pommes de terre, plus de poisson et beaucoup moins de viande qu’autrefois. Ils sucrent deux fois
moins qu’il y a vingt ans et ont triplé leur consommation de vin de qualité. L’attention au corps et à la
forme, le souci de manger sain et équilibré ont modifié sensiblement les habitudes alimentaires des
Français. Le succès le plus spectaculaire est celui des produits “bio”: fruits, légumes, oeufs, produits
laitiers. Ce succès s’explique aussi par les difficultés que connaît l’industrie alimentaire: crise de la
“vache folle” et méfiance à l’égard des produits transgéniques (maïs, soja). Les Français redécouvrent
à cette occasion leur lien passionnel avec la terre. L’agriculture “bio” progresse de 25% chaque année
depuis 1994 et pourrrait atteindre 5% du budget agroalimentaire en 2005.
Il ne faudrait pas oublier la gastronomie faite des produits régionaux et des traditions
familiales qui coupe la France en deux: au nord, la cuisine au beurre, au sud, la cuisine à l’huile et puis
les nombreux fromages. La Normandie est célèbre par son camembert, le centre par son roquefort,
fromage bleu fabriqué avec du lait de brebis, qui est devenu le symbole de la lutte contre une
alimentation industrielle internationale. 93% des Français mangent du fromage régulièrement: 11% en
mangent 25 fois par semaine, 33% 14 fois et 56% 6 fois. “Du pain, du vin et du fromage”: pour
beaucoup de Français, c’est ça le vrai plaisir gastronomique.

Questionnaire:
En France la gastronomie est devenue un art national. Essayez de dire pourquoi? Quels vins français et quels
fromages célèbres connaissez-vous? Quelle place occupent les fromages dans la tradition gastronomique de notre
pays? Parlez de quelques plats régionaux traditionnels.

Exercices de grammaire: (ex.1,2,3 p. 50)

Sujet à traiter
L’éducation civique
Etre citoyen, c’est être responsable. C’est aussi faire preuve d’esprit civique. Or que constate-t-on
aujourd’hui ? La vie civique apparaît dévaluée, beaucoup de gestes et d’habitudes (céder la place aux vieux
dans les transports, par exemple) se sont perdus. Vandalisme, dégradation d’édifices publiques, fraude dans
les transports en commun ou encore destruction des cabines téléphoniques, autant de faits qui sont la
manifestation d’un « incivisme » généralisé.
Souvent indifférente, la famille n’inculque guère aux jeuns enfants la politesse et la courtoisie. A
l’origine de ce phénomène il y a incontestablement une faillite de l’éducation civique: l’école ne sait plus
former les citoyens. On parle souvent des droits de l’homme. Mais sait-on que l’homme a aussi des devoirs à
l’égard des autres ? Autrefois, on nous enseignait une règle d’or : « La liberté consiste à faire tout ce qui ne
nuit pas à autrui. La liberté de chacun finit là où commence celle des autres ». Nous sommes attachés à la
démocratie, mais celle-ci ne peut pas se satisfaire du laisser-aller actuel. Les adoslescents ont un besoin
impérieux de copier de modèles et de s’affirmer. Mais les modèles proposés par les médias sont dans leur
grande majorité des individus violents, agressifs, ayant une vie amorale. C’est la raison pour laquelle en
Grèce les films américains ont été boïcotés par les intellectuels et la jeunesse estudiantine. C’est aussi l’avis

26
des Français, qui mènent depuis longtemps un débat contre l’influence néfaste de la télé. Il y a une dizaine
d’années, les débats qui touchaient les médias prenaient la forme d’un pugilat entre les universitaires et les
journalistes : respectabilité du savoir contre l’ivresse de l’influence, souci de sauver son âme contre envie de
vendre ses livres etc. On n’en est plus là. C’est désormais de réflexion qu’il s’agit. La prévalence de l’image,
de l’émotion, du spectacle. On vit dans l’actualité des signes passagers et très vite remplacés. Notre attention
est sautillante, superficielle. La télé empêche le développement des facultés individuelles naturelles, d’un
raisonnement analytique, logique et personnel. Elle crée un esprit de foule…
Qu’est-ce qu’on pense chez nous ? Comment va-t-on abriter les jeunes brindilles contre les vents du
désert?

Repères lexicaux: enseignement, instruction(f), éducation(f), stimulant(m), manières(f,pl), politesse(f),


étique(f), norme (f) morale/sociale/civique, droit /devoir civique etc.

On ne peut devenir un citoyen éclairé que si l’on est un homme charpenté, avec une armature physique,
intellectuelle et morale. Cette charpente est la responsabilité commune de la famille, de l’école et de la
société.
Les médias comportent une forte polluation morale; elles s’efforsent de répandre métodiquement une
culture d’(auto)destruction, de la mort , une vision “new-age”-iste sur le monde.
Expressions:
- droits civiques (droits que la loi donne aux citoyens);
- devoirs civiques (les devoirs du citoyen);
- état civil (la condition d’une personne, résultant de sa filiation et des ses alliances);
- acts civils (acts qui constatent l’état civil des personnes);
- mariage civil (fait à la mairie);
- civiliser la société (polir les moeurs): les peuples se civilisent difficilement.
Proverbes et sentences:
1. C’est la société d’autrui qui enseigne à l’homme ce qu’il sait (grec).
2. La société serait une chose charmante, si l’on s’intéressait les uns aux autres (fr.).
3. L’arbre vit à l’aide de ses racines et l’homme de la société (géorgien).

Exercices:
1. Faites le commentaire d’un proverbe (à votre choix).
2. Exposez vos idées sur l’éducation. Comment les appliquez-vous dans votre famille?

Test d’autoévaluation
Trouvez des adverbes pertinents pour les verbes proposés. Exemple: marcher lentement etc.
ouvrir…, saluer…, chercher…, travailler…, se développer…, surveiller…, intervenir…, se
réveiller…, investir…, rémunérer…, s’informer…, distribuer…, exploiter…, démarrer….
Formulez trois phrases et mettez-les à la forme négative et interrogative.
Mettez les phrases ci-contre à la voix passive:
Elle a écrit une lettre. Il a payé une facture. Ils ont prévenu leurs amis. Le client a confirmé ma
commande. Le chef de service a remarqué l’absence d’un employé. La Banque de France émet des
billets. Elle surveille toutes les opérations bancaires avec l’étranger.
Continuez les phrases: Marie sait que… Ils pensaient que… Elles étaient sûres que…Vous avez
supposé que… Il a démontré que… Nous avons prouvé que…On nous a dit que…
Fates l’analyse morphosyntaxique de la phrase: Les sectes se dissimulent aujourd’hui derrière des
associations culturelles ou des centres paramédicaux.
Exemple: La publicité transforme le luxe en nécessité.

27
Qu’est-ce qui (transforme le luxe en nécessité)? – la publicité; c’est le sujet de la phrase exprimé par
un nom commun, concret, non animé, non nombrable, collectif, simple de forme, dérivé (du verbe
publier), genre féminin, nombre singulier (voir le schéma d’analyse du nom dans la grammaire du
nom);
La publicité, qu’est-ce qu’elle fait? – transforme, c’est le prédicat (verbal simple) de la phrase exprimé
par le verbe transformer (a transforma), du I-ier groupe, temps: présent, mode: Indicatif, personne: III-
ième, nombre: singulier, forme: affirmative, voix: active, aspect: duratif (voir le schéma d’analyse du
verbe).
Traduisez le texte:
Enfants exploités
Plus de 211 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans sont contraints de travailler. L’image de
l’enfance occulte souvent la réalité vécue des enfants. Et celle-ci, dans de nombreux pays, ressemble
toujours à ces cauchemars que décrivent au XIX-ième siècle , dans des romans hallucinants, des
auteurs comme Charles Dickens, Victor Hugo, Hector Malot ou Edmondo de Amicis dans “Le livre
coeur”(Paris, 2001).
La mondialisation libérale n’a rien arrangé. Car, dans un monde où la libre circulation des
capitaux et des marchandises est désormais globablement instaurée les industries des pays du Sud
ne peuvent maintenir leur place sur le marché qu’en jouant du seul domaine dans lequel elles
restent largement compétitives: le faible coût de leur force de travail. Sans la mise au travail des
enfants, sensiblement moins rémunérés que les adultes, beaucoup de pays verraient leur
compétitivité s’effondrer, leurs exportations diminuer et leurs rentrées en devises chuter.
Les entreprises multinationales ne sont pas les dernières à profiter de cette exploitation de
mineurs. Entre autres, celles du tabac (Philip Morris, Altadis), de la banane (Chiquita, Del Monte),
et du cacao (Cargill). Au Malawi, par exemple, dont l’industrie du tabac est le premier employeur,
des dizaines de milliers d’enfants sont exploités pour la récolte et le séchage des feuilles de tabac.
En Equateur, des enfants de 7 à 8 ans travaillent dans les champs de bananes douze heures par jour.
En Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, des milliers d’enfants-esclaves sont
utilisés pour le travail dans les plantations.
Cette question des enfants-esclaves et du trafic dont ils sont l’objet avait fait la “une” des
journaux en avril 2001, lorsque fut découvert un navire nigérien (l’Etireno), parti du Bénin et
transportant des dizaines d’enfants qui devraient être vendus comme esclaves au Gabon. Selon le
Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), plus de 200.000 enfants et adolescents sont
victimes de ces trafics, achetés et vendus, en Afrique centrale et de l’Ouest…
Plus de 700.000 enfants sont victimes, chaque année, du trafic de personnes, retenus contre
leur volonté dans des conditions d’esclavage, à cause, selon l’ONU, “de la demande de main-
d’oeuvre bon marché et celles, toujours croissante, de filles et de garçons pour le commerce
sexuel”… ( Le Monde diplomatique, juillet 2002).
Mettez en français:
Un inventator român a realizat, cu ani in urmă, un dispozitiv de anihilare a radiaţiilor nocive din
habitatul human. Această invenţie a primit medalia de argint la concursul internaţional de inventică
Eurica 2001. Astfel s-a putut constata ca telefonul mobil si calculatorul au o influenţă foarte negativă
asupra sănătăţii. Aceste cercetări coincid cu resultatele obţinute de către cercetătorii unui laborator din
statul Indiana (SUA), care au produs un aparat asemănător.
(Libertatea, 8 ianuarie 2003)
Faites l’organigramme (structure administrative) de votre entreprise. Dites ensuite en quoi consiste
l’activité de chaque compartiment (ou fonction). Ne pas se limiter au schéma!
Nommez les opérations bancaires usuelles. Dites en quoi consiste chaque opération.
Après avoir lu le texte, faites un abrégé des fonctions de la Banque de France:
Fondée par Napoléon Bonaparte en 1800, la Banque de France est la banque centrale, la “banque
des banques”. A la différence de ce qui se passe dans d’autres pays, l’Etat français est actionnaire
à 100% de la banque centrale. La Banque de France est chargée de “veiller sur la monnaie et le
crédit” ainsi que sur le “bon fonctionnement bancaire”. Son privilège est d’émettre des billets. Elle
a aussi pour mission de coopérer à la préparation et à la mise en oeuvre de la politique monétaire
décidée par le gouvernement. Elle exerce sur les autres banques un droit de regard en particulier,
c’est elle qui fixe les taux d’intérêt lorsqu’elles accordent des crédits à leurs clients.

28
L’augmentation ou la baisse des taux d’intérêt influe largement sur l’économie: la baisse
encourage les particuliers à acheter à crédit (voiture, logement etc.) et relance la consommation,
la hausse, au contraire freine les emprunts, réduit la mase d’argent disponible, pèse sur les prix et
permet de freiner l’inflation.Vis-à-vis à l’étranger, la Banque de France joue le rôle de haute
autorité en matière de change; elle assure la surveillance de toutes les opérations bancaires avec
l’étranger.
Imaginez un dialogue entre un client et un guichetier de la banque.

ANNEXE
Module 1
Unités 1,2, 3
Eléments de phonétique
La phonétique est la discipline qui s’occupe des sons d’une langue (mots et structures). Elle
tient comspte de la prononciation des sons et non de leur orthographe, qui bien souvent en français ne
représente pas exactement cette prononciation. L’orthographe française est étymologique, c’est-à-dire
qu’elle conserve quelque chose de l’ancien aspect des mots.

Phonétique du mot

La langue française a 36 sons : 16 voyelles, 17 consonnes et 3 semi-voyelles.


Pour fixer (transcrire) ces sons le français se sert de 26 lettres : 6 voyelles et 20 consonnes.

L’alphabet français
L’alphabet graphique
A B C D E F G H I J K L M
(a) (be) (se) (de) (e) (f) (e) (a) (i) (i) (k) (l) (n)

N O P Q R S T U V W X Y Z
(n) (o) (pe) (ky) (r) ( s) (te) (y) (ve) (double v)(iks) (igrεk) (zεd)

L’alphabet français comprend trois lettres qui n’existent pas dans l’alphabet roumain : q, w, y. En
revanche, il ne connaît pas les lettres : ă, î, â, ţ , ş de l’alphabet roumain.
La lettre h ne représente aucun son. Il y a deux espèces de h :
h muet qui permet l’élision (l’homme) et la liaison (les hommes)
h aspiré qui ne permet ni l’une ni l’autre : le / héros, les / héros.
Dans les dictionnaires les mots qui commencent par un h aspiré sont marqués par un astérisque
(*) : *héros.
Les lettres de l’alphabet ne peuvent pas exprimer en totalité les sons du langage. On se sert par
dessus des accents et des combinaisons de lettres :
- voyelles (ai, au, ei, eu, eau, oi, ou, oeu)
- voyelles et consonnes (an, am, en, e,, in, im, on, om, um)
- consonnes (ch, ph, th, sch, gn, gu, qu, ss, ts, tz).

L’alphabet phonétique
Les voyelles

1. Voyelles orales

[a] a antérieur pas [ pa ]


[a] base [ ba:z ]
[e] été [ ete ]
[ε] mère [ mε :r ]

29
[∂] pureté [ pyr∂te ]
[i] ici [ isi ]
[Ɔ] porte [ pƆ.rt ]
[o] héros [ ero ]
[u] pour [ pu:r ]
[y] mur [ my :r ]
[Ø] feu [ fØ ]
[œ] fleur [ flœ :r ]

2. Voyelles nasales
[ã] maman [ mamã ]
[ ε̃ ]̃ incertain [ ε̃sε̃rtε̃ ]
[õ] son [ sõ ]
[œ̃] brun [ brœ̃ ]

Les semi-voyelles

[j] mieux [ mjØ ]


[ρ] nuit [ nρi ]
[w] oie [ wa]

Les consonnes
[b] bal [ bal ]
[d] dispute [ dispyt ]
[f] frère [ frε :r ]
[g] grand [ grã ]
[ʓ ] joue [ ʓu ]
[k] coq [ kƆk ]
[l] lit [ li ]
[m] mule [myl ]
[n] nain [ nε̃ ]
[p] père [ pε :r]
[r] rue [ ry ]
[s] santé [ sãte ]
[t] terre [ tε :r ]
[v] voler [ vƆle ]
[z] zéro [ zero ]
[ ∫] chance [∫ã. s ]
[ŋ] mignon [ miŋõ ]

Prononciation
Voyelles orales (articulées à l’aide de la cavité bucale)
a) simples (composées d’un seul son) non arrondies
[ i ] est l’équivalent de i roumain et peut être représenté par :
i : lit, si
y : stylo, lycée
[ e ] est l’équivalent de e du mot roumain a renega et peut être représenté par :
é : été, année
er : berger, militer
ier : étudier, écolier
ez : nez, skiez (II-ième personne du pluriel)
ied, ef (final) : pied, clef
es (mots monosyllabiques): les, des, ses, ces, mes

30
et (conjonction)
ai (futur simple I-ière personne) : j’irai, je finirai
[ ε ] est beaucoup plus ouvert que e roumain moyen et peut être exprimé par :
è : mère, rivière
e : fête, être
ai, aî: faire, connaître
ais: (imparfait et conditionnel présent) : je finirais
ai (final) : essai, vrai
(exceptions : gai, quai et la I-ière pers. du passé simple et du futur simple : je parlai, je parlerai) ;
ay : crayon, rayon
ei : Seine, baleine
eil, eille : soleil, abeille
el : bel, nouvel
ès (final) : après, succès
et (final) : ticket, paquet
e (avant une consonne double): belle, nouvelle
e suivi de deux consonnes différentes (excepté l ou r ) : veston, directeur
e + consonne en syllabe accentuée : bec, fer
[a] est l’équivalent du a roumain : papa, camarade
b) simples arrondies
[α] s’articule dans la partie postérieure de la cavité bucale et n’a pas de correspondant en
roumain : pas, âne
[ o ] est plus fermé que o du roumain et s’exprime par :
o (final ou avec consonne non prononcée) : zéro, repos
o : nôtre, diplôme
au : épaule, auteur
eau : chapeau, oiseau
o + tion : nation, émotion
[ Ɔ ] est plus ouvert que o roumain et peut être représenté par :
o + consonne prononcée : sport, octobre
au : Paule, aurore
u + m final : rhum, minimum (exception : parfum)
[ u ] est le même qu’en roumain et s’exprime par une combinaison :
ou : jour, rouge
aou : août
c) composées et arrondiées (formées par la combinaison de deux voylles)
[ y ] est obtenu en prononçant i avec les lèvres arrondies comme pour prononcer u et peut être
représenté par :
u : tu, lune
û : sûr, mûr
eu : dans les formes du verbe avoir (participe passé : eu, passé simple : j’eus etc.)
[ ø ] est obtenu en prononçant e avec les lèvres arrondies comme pour prononcer o et peut être
représenté par :
eu (final ou suivi d’une connsonne non prononcée) : jeu, deux
eu + t,k,z : meute, heureuse
oeu : nœud, œufs (pl.), bœufs (pl.)
[ œ ] est obtenu en prononçant e avec les lèvres arrondies comme pour prononcer o et peut être
représenté par :
eu + consonne prononcée (outre t,c,z) : heure, fleuve
oeu + consonne prononcée : sœur, œuf (sg.), bœuf (sg.)
oe : œil
[ ∂ ] ne se prononce pas ou il est prononcé comme un e arrondi (le son précédent) : chemise, je,
le, de, ne
Voyelles nasales (pour lesquelles le souffle s’échappe à la fois par la bouche et par le nez)
a) simples non arrondies

31
[ ε̃ ] est représenté par :
in (final ou suivi d’une autre consonne) : matin, institut
im : simple, timbre
yn, ym : syntaxe, symbôle
aim : faim
ain : main, vaincre
ein : plein, peintre
ien : bien, mécanicien
b) simples arrondies
[ ã ] est représenté par :
am, an : an, dans, jambe, chambre
en, em: prendre, vendre, novembre, ensemble
aon : faon, paon
[ õ ] est représenté par :
on, om : non, mon, ombre, rompre
c) composées et arrondies
[œ] est représenté par :
un (suivi d’une consonne ou final) : lundi, chacun
um (suivi d’une consonne) : humble
um final : parfum

Semivoyelles (semiconsonnes)
[w] a presque la même articulation que la voyelle u du roumain suivie d’une
autre voyelle et peut être représenté par :
ou : oui, jouer
oi : trois, mois
ua : square, quartz
oe, oê : moelle, poêle
[ ρ ] a la même articulation que [y] suivi d’une autre voyelle et peut être représenté par :
u : nuance, cuisine
[j] a presque la même articulation que i du roumain suivi d’une autre voyelle et peut être
rerésenté par :
i : cahier, étudiant
y : yeux, yole
ill, il (final) : fille, travail, sourcil.

Consonnes
Un seul trait va être pris en considération ici pour les consonnes : la sonorité. Selon ce critère
elles peuvent être divisées en deux grandes groupes :
- sourdes [ f,k,p,t,s,s ]
- sonores [ b,d,g,l,m,n,gn,,r,v,j,z ].
Les quatre dernières exigent l’allongement des voyelles qui leur précèdent. C’est pourquoi dans
la transcription elles sont précédées le plus souvent du signe [ : ].

Les graphies par lesquelles peuvent être représentées les consonnes :


[ b ] barbe, robe
[ d ] dire, mardi
[f] est représenté par:
f : fils, défiler
ph : photo, téléphone
[ g ] apparaît dans les graphies suivantes:
g : gare, garçon
gu : guichet, guidon
gh : ghetto
c : second, secondaire

32
[ ʓ ] est prononcé comme j du roumain et apparaît dans les graphies suivantes :
j : joli, bijou
g + e : geste, langage
g + i : agile, énergie
g + y : gymnase, gymnaste
[ k ] est prononcé comme c du roumain et apparaît dans les graphies:
c : café, concours
k : kilo, képi
q : coq, cinq
qu : qui, qualité
x : excès, expression
mais
exact [egzakt], exercice, exiger, exister
ch : écho, technique, orchestre
[ l ]: livre, ballon
[m]: maternelle, fromage
[n ]: nappe, banane
[p ]: patrie, étape
[ r ]: radio, béret
[ s ] est prononcé comme s du roumain et apparaît dans les graphies:
s (initial et s+cons.) : sucre, stade, esprit
ss : classe, glisser, poisson
sc + e,i : scène, science
c + e,i,y : cercle, cycle, merci
ç + a,o,u : français, garçon, reçu
t + i + autre consonne : nation, démocratie
x : six, dix
[ t ] apparaît dans:
t : tirer, pilote
th : théatre, thème
[ v ] apparaît dans:
v : ville, avion
w : wagon
[ z ] apparaît dans:
z : zéro, horizon
s intervocalique : prose, désert
x : dixième, dix-huit
[ ∫ ] est prononcé comme ş du roumain et apparaît dans:
ch : chat, chien
sch : schéma, schiste
[ ŋ ] est prononcé comme ni mouillé et apparaît dans:
gn : signe, gagner
mais
g - n dans des mots comme stagnant, diagnostique etc.

2. Les signes orthographiques de la langue française

Accents
Les accents français sont :
- l’accent aigu [ ´ ]
- l’accent grave [ ` ]
- l’accent circonflexe [ ^ ]
L’accent aigu
Cet accent marque un e fermé [e]. Il peut être :

33
- initial (s’il forme une syllabe tout seul) : é-norme, é-tudiant
- final (suivi ou non d’un e muet ou du signe du pluriel s ) : thé, musée, beauté
- dans l’intérieur du mot, s’il ferme la syllabe (s’il est prononcé comme fermé): pré-fé-rer, ré-pé-ter.
L’accent grave
L’accent grave marque un e ouvert [ ε ] . Cette voyelle reçoit un accent grave lorsqu’elle est suivi
d’une syllabe avec e muet : frè-re, poè-me, complè-te.
Portent un accent grave une série de mots terminés en ès :
- noms : procès, accès, succès
- adverbes : auprès, très, près
- prépositions : dès, après, ès
- l’adjectif exprès (fém. expresse).
Deux autres lettres peuvent porter un accent grave : à et ù.
A porte un accent grave dans :
- la préposition à pour la différencier du verbe avoir : il a ;
- les adverbes ça et là pour ne pas les confondre avec le pronom démonstratif ça (cela) et l’article
défini féminin ;
- les formes composées de ces édverbes : deça, delà ;
- l’adverbe déjà ;
- la préposirion voilà.
U porte un accent grave dans l’adverbe ou le pronom relatif où (unde, în care) pour le
différencier de la conjonction ou (sau, ori).
L’accent circonflexe
C’est un accent que peuvent recevoir toutes les voyelles. Il marque généralement une voyelle
longue : âge, gîte, fête, drôle, mûr.
On peut encore le trouver dans :
- les pronoms possessifs : le nôtre, le vôtre ;
- les noms et les adjectifs formés à l’aide du suffixe - âtre : bleuâtre, marâtre, blanchâtre ;
- les participes passés masculins des verbes devoir, mouvoir, croître (dû, mû, crû);
- le présent (III-ième personne) des verbes: plaire, déplaire, complaire (il plaît, il complaît, il
déplaît);
- le passé simple (I-ière et II-ième personne pl.): nous chantâmes / sortîmes / voulûmes) ;
Autres signes orthographiques
La cédille
s’applique à la lettre c devant les voyelle a, o, u pour lui conserver la prononciation de [s] :
façade, garçon, reçu.
Le trema
s’applique aux lettres e , i , u pour souligner le fait, qu’elles se détachent de celles qui leur
précèdent :
ë: Noël, ambiguë, aiguë
ï : maïs, naïf, égoïste
ü : Saül.
L’apostrophe
marque l’élision de la voyelle finale (a,e,i) qui a lieu dans :
- les articles définis le, la : l’école, l’enfant
- le pronom démonstratif neutre ce : c’est mon livre
- le pronom relatif que (pe care) :
Le livre qu’il a lu est intéressant.
Le pronom relatif-interrogatif qui ne s’élide jamais :
Celui qui arrive est mon meilleur ami.
Qui avez-vous vu au cinéma ?
Je ne sais qui il attendait.
- l’adverbe de négation ne :
Il n’a rien dit. Il n’y viendra pas.
- les conjonctions :
si devant les pronoms il, ils :

34
On ne sait pas s’il vont partir ce soir.
que (ca), lorsque (când), puisque (deoarece), quoique (deşi)
devant les pronoms il(s), elle(s), on, un, une, en :
Je pense qu’il reviendra.
Il faut étudier lorsqu’on est jeune.
- la préposition jusque lorsqu’elle précède les prépositions à, en, ou les adverbes où, ici :
Lisez ce fragment jusqu’au bout.
- les pronoms indéfinis quelqu’un, quelqu’une :
Y a-t-il quelqu’un là-bas ?
Le trait d’union
est employé pour lier :
- les éléments d’un mot composé : arc-en-ciel, tête-à-tête ;
- le pronom sujet inversé et son verbe : dit-on, vient-elle ?
- le pronom complément et le verbe à l’Impératif : vas-y ! couche-toi !
- les adverbes si et là et les mots qui leur précèdent ou leur succèdent : ce garçon-ci, ci-contre,
là-bas etc. ;
- les pronoms personnels toniques et l’adjectif même : moi-même, eux-même ;
- les adjectifs numéraux composés : dix-sept, quatre-vingt-dix-neuf ;
- quelques noms propres : Anne-Marie.

La syllabation
(despărţirea cuvintelor în silabe)
Quand on parle, la première unité qu’on prononce n’est pas un son isolé, mais un groupe de sons,
une syllabe. Ce groupe doit comporter obligatoirement un son vocalique. Si celui-ci se trouve le
dernier la syllabe est dite ouverte : ré-pé-ter.
Si la syllabe se termine par une consonne elle est dite fermée : jour-nal .
On recourt parfois à couper un mot dans l’écriture. On divise le mot en tenant compte des syllabes.
Voici les principales règles de la syllabation française.
Deux consonnes qui se suscèdent
- au début du mot elles font partie de la même syllabe (sta-de) ;
- à l’intérieur du mot elles se séparent (ar-mée).
Les consonnes doubles se séparent obligatoirement : bel-le, ac-cord, af-fai-re, rap-port, ter-rain, im-
mo-bi-le, ab-bé, bles-ser .
En revanche, les groupes où la deuxième consonne est l ou r ne se séparent jamais :
li-bre, cer-cle, ai-gle, o-bli-ger.
Les groupes de consonnes avec h qui représentent un seul son (ph, ch, gh, th) ne se divisent pas :
thé-â-tre, pho-to, a-chat.
Si le groupe comporte trois consonnes, deux restent à la première et la dernière passe à la syllabe
suivante : comp-ter, (s’)obs-ti-ner, sculp-ter, domp-ter.
Si la première syllabe est un préfixe, on va en tenir compte : trans-met-tre, sub-or-don-ner, sur-es-
ti-mer.
Les groupes qui comportent des semivoyelles ne se divisent pas : lieu, ci-toyen etc.
Les groupes de quatre consonnes se dissocient après la deuxième consonne : ins-tru-ment.
L’apostrophe ne se sépare pas du mot qui suit : l’en-fant, l’em-pi-re, l’é-co-le etc.

Phonétique des structures (phonétique syntactique)


L’accent tonique
Outre l’accent orthographique qui a trait au caractère des sons et aux mots isolés, il existe un
accent phonétique lié à l’intensité de la voix et nommé accent tonique. L’accent d’intensité sert à
articuler la dernière syllabe d’un syntagme avec plus de force que les autres. La voyelle de la syllabe
accentuée devient deux fois plus longue que le reste des voyelles du même mot.
Le groupe rythmique
En français, le porteur de l’accent tonique est un groupe de mots qui exprime une idée unique. Ces
groupes de mots sont dits groupes rythmiques.

35
Dans le groupe rythmique l’accent tombe toujours sur la dernière syllabe du dernier mot. Donc, ce
type d’accent n’est pas fixé sur un mot, mais sur un groupe de mots.
Le groupe rythmique peut avoir plusieurs structures :
- prédéterminant + nom : nos amis ;
- préposition + prédéterminant + nom : sur la table ;
- prédéterminant + déterminant+ nom : les grands sportifs ;
- préposition + prédéterminant + déterminant + nom : avec ses propres mains ;
- prédéterminant + nom + préposition + nom : un cri de joie ;
- prédéterminant + nom + déterminant : une équipe entraînée ;
- prédéterminant + déterminant+ nom + déterminant : un grand chapeau bleu.
Outre ces structures, il existe des groupes rythmiques ayant un pronom sujet et un verbe
(accompagné ou non de déterminants) :
- pronom sujet + verbe : il rit ;
- pronom sujet + verbe à la forme négative : il ne rit pas ;
- pronom sujet + auxiliaire + participe passé / infinitif : il veut manger ;
- pronom sujet + pronom complément + verbe : il nous a dit ;
- pronom sujet (+ pronom complément) + adverbe + verbe : nous l’avons mal compris.
La segmentation en groupes rythmiques est très importante pour l’articulation des énoncés français.
Cela est d’autant plus important pour les étudiants roumains qui sont habitués à la dynamique de
l’accent tonique de la langue maternelle et qui ne déterminent pas toujours des groupements
rythmiques évidents.

L’enchaînement [ ]
En français les mots à l’intérieur d’un syntagme forment toutes une chaîne de syllabes. Ces mots
liés dans une chaîne de syllabes constituent un enchaînement : il est venu avec elle quatre amis.
On distingue deux types d’enchaînement : vocalique et consonantique.
Dans l’enchaînement vocalique la voyelle finale du mot qui précède se lie à la voyelle initiale
(ou h aspiré) du mot qui suit : tu a eu aussi ; le héros.
L’enchaînement consonnantique est la liaison entre la consonne finale du mot qui précède et la
voyelle initiale du mot qui suit : il a accepté ; cette étudiante ; notre enfant.

La liaison [ Μ ]
- Une consonne finale, muette dans un mot pris isolément, s’articule dans un syntagme si le
mot qui suit commence par une voyelle ou h muet : vientΜ-il ? lesΜ hommes.

Liaisons obligatoires :
- entre le pronom personnel sujet on, nous, vous, il, elle et le verbe qui suit commençant par une
voyelle ou h muet : nous Μirons entre les prédéterminants et le nom : tesΜ affaires ;
- entre la préposition et les adverbes : sansΜ espoir ;
- entre les éléments des mots composés et des locutions : lesΜ EtatsΜ-Unis, mot-Μ à-Μ mot ;
Parfois la liaison modifie la prononciation :
- s et x deviennent z : deuxΜ élèves ;
- f devient v dans : neufΜ ans ;
- d devient t : un grandΜ essor.

Liaisons interdites :
- avec les mots qui commencent par un h aspiré : les / homards ;
- avec la conjonction et : il lit et / écrit des lettres ;
- avec les adjectifs numéraux un, une, huit, huitième, onze, onzième : il allait les voir tous les / huit
jours ;
- avec les prépositions vers, envers, à travers : vers un bois.
On va éviter également la liaison après la terminaison -es de la deuxième personne du singulier de
l’Indicatif présent et du Subjonctif présent et après le verbe avoir à la deuxième personne du
singulier : tu es allé ; tu entre en salle ; tu as une bonne mine.

36
Exercices phonétiques
1. Après avoir lu attentivement le matériel concernant l’alfhabet français, essayez d’identifier les
voyelles orales et nazales en prononçant correctement les mots ci-dessous. Trouvez ensuite
leurs correspondants roumains.
L’extérieur du corps humain : corps (m), crâne (m), front (m), cheveux (m,pl), yeux (m,pl),
oreille (f), nez (m), bouche (f), nuque (f), gorge (f), cou (m), pomme d’adam (f), épaule (f), aisselle
(f), poitrine (f), seins (m,pl), thorax (m), bras (m), poignet (m), coude (m), avant-bras (m), main (f),
doigts (m,pl), hanche (f), reins (m,pl), abdomen (m), ventre (m), aine (f), fesse (f), cuisse (f), genou
(m), jambe (f), talon (m).
2. Tirez des textes des deux premières unités tous les mots ayant un accent ou des combinaisons
de (voyelles et de consonnes). Faites-les entrer dans d’autres phrases en faisant attention à
l’orthographe.
3. Faites la syllabation des mots ci-dessous. Trouvez ensuite leurs correspondants roumains :
a) les muscles :
muscles orbiculaires (m, pl), muscle deltoïde (m), grand pectoral (m), grand dentelé (m),
grand oblique (m), muscles abdominaux (m, pl), muscle biceps (m), triceps (m),
quadriceps fémoral (m), couturier (m), jumeau interne (m), jambier (m) ;
a) les os :
clavicule (f), omoplate (f), cage thoracique (f), humérus (m), collonne vertébrale (f), bassin
(m), cubitus (m), radius (m), carpe (m), phalange (f), fémur (m), rotule (f), tibia (m),
péroné (m), tarse (m).
4. Identifier tous les cas d’enchaînement et de liaison du texte de la troisième partie.

Unité 4
Grammaire (unités 1 - 7 )
Généralités
Parler une langue c’est savoir construire des phrases.
La phrase a deux constituants de base : le groupe nominal (GN) et le groupe verbal (GV) qui
peuvent être complétés par des groupes prépositionnels (GP) :
L’entraîneur travaille.
L’entraîneur de l’équipe nationale de boxe explique à ses disciples les procédés les plus efficaces
de défense sur le ring même.
Questions à formuler sur les constituants de la phrase :
Sujet a) personnes : Qui ? Qui est-ce qui ?
b) choses : Qu’est-ce qui ?
Prédicat (verbal simple ou composé ; nominal): Qu’est-ce qu’on dit du sujet ? Le sujet, qu’est-ce
qu’il fait (a fait, fera) ?
Complément d’objet direct (COD) : Qu’est-ce que ? Quoi ? Qui ? (Elle voit qui ? – pe cine ?)
Complément du nom / épithète (f) : Quel(s) ? Quelle (s) ?
Complément d’objet indirect (COI) : a, de, par, sur, avec, contre…qui ? quoi ?
Compléments prépositionnels :
- de temps : Quand ?
- de lieu : Où ?
- de cause : Pourquoi ?
- de manière : Comment ?
- de quantité : Combien ?
- de but : Dans quel but ? etc .
Exercices:
1. Formulez des questions pour chaque élément des phrases ci-contre :

37
Le système monètaire et financier français est bien réglé. La banque centrale contrôle les opérations
des autres banques du pays. Les marchandises obéïssent à des règles de marché. Ce secteur souffre en
France de lacunes importantes. Plusieurs travaux marquants ont proposé des typologies des systèmes
financiers.

Unité 5
Le groupe nominal
Le noyau du GN est le nom lui-même. C’est une des neuf parties du discours divisées par les
grammairiens en deux grands groupes :
- variables (le nom, l’article, l’adjectif, le pronom, le verbe)
- invariables (l’adverbe, la préposition, la conjonction, l’interjection).
Le nom varie en genre et en nombre.
Genre des noms
Le genre grammatical sert à exprimer la distinction des sexes des noms d’être (personnes, animaux,
oiseaux). Le français connaît deux genres : masculin et féminin (il n’y a pas de forme neutre).
Généralement le féminin se forme du masculin en ajoutant un e :
ami (m) – amie (f)
Le plus souvent le e ajouté sert à sonoriser la dernière consonne de la forme du masculin :
Français – Française.
SI le nom masculin se termine en e, il reste invariable :
collègue (m) – collègue (f).
L’addition de e fait intervenir des changements au niveau
a) des terminaisons :
- ouverture de la voyelle : er -- ière (écolier – écolière)
- redoublement de la consonne :
en -- enne : lycéen – lycéenne, gardien -gardienne
on -- onne : champion - championne (mais : compagnon – compagne)
eau, el -- elle : jumeau – jumelle, colonel - colonelle
at – atte : chat – chatte
et – ette : cadet – cadette
ot – otte : sot – sotte (mais: idiot – idiote)
- modificaton de la consonne finale :
x -- se : curieux – curieuse ; époux – épouse
p -- ve : loup – louve ; veuf – veuve.
b) des suffixes :
eur -- euse : coiffeur – coiffeuse ; vendeur – vendeuse (mais : gouverneur - gouvernante) ;
eur -- esse : demandeur –demanderesse ; pécheur –pécheresse ; mais :
mineur – mineure, majeur – majeure, inférieur – inférieure ; supérieur – supérieure ;
teur -- trice : ambassadeur – ambassadrice; empereur – impératrice ;
mais : docteur – doctoresse (femme docteur), serviteur – servante,
chanteur – chanteuse / cantatrice ;
e -- esse : nègre – négresse; tigre – tigresse ; hôte – hôtesse ; prince – princesse.
Certains noms ont un féminin tout différent du masculin :
a) les termes de paternité :
homme – femme frère – sœur
père – mère gendre – bru
mari – femme oncle – tante
fils – fille neuveu – nièce
garçon – fille parrain – marraine
c) les noms d’animaux et d’oiseaux :
mouton – brebis coq – poule
bœuf – vache canard – cane
cheval – jument dindon – dinde
porc – truie jars – oie
bouc – chèvre perroquet – perruche

38
cerf – biche pigeon – colombe.
D’autres noms ont une seule forme pour les deux genres :
un / une élève un / une secrétaire un / une artiste
un / une enfant un / une locataire un / une libraire
un / une collègue un / une bibliotécaire un / une touriste
un / une camarade un / une patriote un / une adversaire
Les noms qui désignent des professions exécutées autrefois seulement par des hommes
précisent leur féminin à l’aide du mot femme : une femme auteur / juge / magistrat / ingénieur
/ professeur etc.
Le genre des noms d’animaux et d’oiseaux ayant une seule forme est précisé à l’aide des mots
femelle ou mâle :
un éléphant femelle
un moineau femelle
une girafe mâle
une allouette mâle.
Les noms de choses ont un genre fixé arbitrairement. De ce fait il existe des différences de
genre à retenir.
Cf. : genre masculin en français et féminin en roumain :
art, café, casque, champagne, chiffre, dogme, doute, front, insecte, légume, livre, meuble,
monastère, monde, ongle, pain, parapluie, pétale, sort, souci, sel etc.
genre féminin en français et masculin en roumain :
âme, annonce, apostrophe, armoire, attaque, auto, bague, boxe, chaise, chose, danse, dent,
douche, épaule, épithète, gorge, jambe, joue, omoplate etc.
Pour éviter toute confusion il faut consulter le dictionnaire.
Exercices :
1. Ecrivez le féminin des noms :
a) élève, étudiant, sportif, entraîneur, auteur, marchand, veuf, berger, danseur, lecteur, père,
ambitieux, fils, gendre, oncle, neveu, parrain ;
b) lion, chat, cheval, tigre, cerf, rossignol, pigeon, perroquet

Unité 6
Pluriel des noms
On le forme en ajoutant la lettre s au singulier :
un ballon – des ballons
une ville – des villes
Les noms terminés au singulier par s, x ou z ne changent pas au pluriel :
un fils – des fils
un nez – des nez
une noix – des noix.
Les noms terminés au singulier par au, eu prennent un x au pluriel :
un jeu – des jeux
un oiseau – des oiseaux
Font exception à cette règle quelques noms : bleu, pneu, landeau qui prennent s au pluriel.
Les noms terminés par ou prennent s : des trous, des verrous etc.
Exception : bijou(x), genou(x), joujou(x), chou(x).
Les noms composés monsieur, madame, mademoiselle font le pluriel messieurs, mesdames,
mesdemoiselles.
Remarque : on emploie madame et mademoiselle quand on s’adresse à des personnes concrètes.
Dans tous les autres cas on les remplace par dame et demoiselle :
Il a vu une dame et une demoiselle qui descendaient des valises.
Schéma d’analyse du nom : propre/commun; concret /abstrait; animé/non animé; nombrable/non
nombrable (de quantité); individuel /collectif; simple/composé (de forme); primaire/dérivé; genre
(m,f); nombre (sg., pl).

39
Exercices:
Tirez du texte de cette unité tous les noms au pluriel.

Unité 7
Mots qui accompagnent le nom
Les prédéterminants (Pd)
Cette classe de mots déterminent le nom du point de vue du genre et du nombre avant même
d’être qualifié (le prédéterminent). Elle comprend :
- l’article, qui indique que les noms sont pris dans un sens défini, indéfini ou partitif ;
- les adjectifs prédéterminatifs (démonstratifs, interrogatifs, possessifs, indéfinis, numéraux) .
L’article
- indéfini : un, une, des
- défini : le, la, les
forme élidée : l’ (devant les noms qui commencent par une voyelle ou h muet : l’étudiant,
l’habitude) ;
forme contractée : à + le = au ( aller au stade )
à + les = aux ( aller aux compétitions )
de + le = du ( revenir du stade )
de + les = des (revenir des compétitions )
- partitif ( devant les noms de quantité ou abstraits) : du (pain, bon sens), de la (crème, bonté).
A la différence du roumain la place de l’article français est toujours avant le nom :
le papillon – fluturele
la couleur - culoarea.
L’article français sert également à exprimer le cas.
Singulier
N. le garçon / l’étudiant / la fillette
G. du garçon / de l’étudiant / de la fillette
D. au garçon / à l’étudiant / à la fillette
A. le garçon / l’étudiant / la fillette
Pluriel
N. les garçons / les étudiants / les fillettes
G. des garçons / des étudiants / des fillettes
D. aux garçons / aux étudiants / aux fillettes
A. les garçons / les étudiants / les fillettes.

Les adjectifs
- démonstratifs : ce / cet, cette, ces (ce garçon, cet avion)
- interrogatifs : quel(s) ? quelle(s) ?
- possessifs :
singulier pluriel
féminin : ma masculin : mon mes
ta ton tes
sa son ses
notre nos
votre vos
leur leurs
Remarque : pour les noms féminins qui commencent par une voyelle on emploie les formes du
masculin : mon amie, mon affaire.
- indéfinis : chaque, même, autre(s), aucun(e), tel(s) / telle(s), certain(e), tout(s) / toute(s), maint /
mainte(s), différent(s) / différente(s), divers / diverse(s) etc.
- numéraux (cardinaux et ordinaux). Les derniers se forment à l’aide du suffixe -ième : deux –
deuxième, dix – dixième etc.
Exception : premier et second .
La forme des numéraux cardinaux peut être simple ou composée (formée par addition et / ou par
multiplication) : dix-sept (10 + 7) ; quatre-vingt (4 x 20); quatre-vingt-deux

40
(4 x 20 +2) ;
1 un 11 onze 21 vingt et un 90 quatre-vingt-dix
2 deux 12 douze 22 vingt-deux 91 quatre-vingt-onze
3 trois 13 treize 30 trente 97 quatre-vingt-dix-sept
4 quatre 14 quatorze 40 quarante 99 quatre-vingt-dix-neuf
5 cinq 15 quinze 50 cinquante 100 cent
6 six 16 seize 60 soixante 1000 mille (n’a pas de pluriel)
7 sept 17 dix-sept 70 soixante-dix 1000000 million
8 huit 18 dix-huit 80 quatre-vingt 1000000000 milliard
9 neuf 19 dix-neuf
10 dix 20 vingt
Exercices :
1. Trouvez (à l’aide du dictionnaire) un nom convenable pour chaque adjectif indéfini.

Module 2
Unité 1
Une autre classe de mots
qui accompagnent le nom (seul ou en groupe): les prépositions.
Le plus souvent elles marquent un rapport en introdiusant un complément :
Il parle à Marie.
Selon leurs formes elles peuvent être simples ou composées (locutions prépositives).
Rapports marqués par les prépositions :
- temps : à, avant, après, depuis, durant, jusqu’à, pendant, pour (il est parti pour trois jours) ;
- lieu, espace : à, en, chez, dans, de, devant, derrière, après, sous, sur, vers, au-dessus, au-dessous
etc. (devant la maison il y a un arbre) ;
- cause : pour, par, grâce, à cause de etc. ( il est apprécié pour ses succès) ;
- manière : à, avec, de, par, sous, selon, de façon à etc. (il parle de façon à se faire comprendre) ;
- but : à, envers, pour, en but de etc. (on a des devoirs envers sa patrie) ;
- possession : à, de, pour, etc. (c’est pour lui) ;
- conformité : selon, d’après, avec, suivant etc. (on agit selon des règles) ;
- opposition : contre, malgré etc. (on a vaincu malgré la forte opposition) ;
- exclusion : sans, sauf, excepté, hors, hormis etc. (toutes les pièces sont bien éclairées, hormis la
plus petite) ;
- comparaison : près de, auprès de etc. (je suis rien près de toi).
Les plus fréquentes sont à, de et en qui peuvent marquer plusieurs rapports :
A : - la direction (l’étudiant va à la faculté) ;
- le temps ( il sort à midi) ;
- le but, la destination (chambre à louer) ;
- la possession (ce livre est à moi) ;
- le moyen (aller à bicyclette) ;
- la dédicace ( à ma chère amie) ;
- la description, la caractéristique (la fille aux yeux bleus).
Elle est fréquente aussi dans des locutions : à relire, à terre, à vrai dire, au point de vue etc.
De : - le point de départ (il vient de Paris) ;
- l’origine (je suis de Roumanie) ;
- la matière (c’est un bijou d’or) ;
- la qualité (c’est un oiseau de proie) ;
- la cause (pleurer de chagrin) ;
- l’appartenance (le tronc de l’arbre) ;
- le moyen (il joue du violon) ;
- le temps (il est à la faculté de 8 heures jusqu’à 16 heures) ;
- la distance (de Lion à Marseille).

41
Locutions : de bonne heure, de grand matin, de suite, d’avance etc.
En : - le lieu (en bus, en auto) ;
- la date (il est né en 1902) ;
- la manière (se précipiter en masse) ;
- la matière (en or, en argent,en bois, en papier, en cuir etc.) ;
- l’état (en colère, en bonne santé etc.) ;
- la qualité (il me parle en ami) ;
- la manière de s’exprimer (en français, en prose) ;
- la tenue (en habit de soir).
Locutions : en l’honneur de , en l’état, en l’absence, en la présence etc.
Remarque : Si le nom est déterminé en est substitué par dans :
Il fait ce voyage en auto (dans son auto).
Exercices :
1.Tirez les prépositons du texte de cette partie et dites quel est le rapport exprimé.
2. Mettez en français : Dimensiunile acestei săli sportive corespund standardului.
I-am dat adversarului o lecţie bună. Copiii admiră vitrinele magazinelor. Frunzele copacilor erau
incă verzi. Paginile acestei cărţi au pe ele multe insemnări. Pe ecranele televisoarelor vezi numai
reclame de tot felul. Medicul familiei a intervenit la timp.

Unité 2
Le groupe verbal (GV)
Le centre du groupe verbal est le verbe qui varie selon :
- la personne et le nombre du sujet : je vais, tu vas, il vont…
- le temps : présent, passé, futur (il est, il fut, il sera) ;
- l’aspect (déroulement interne de l’action : commencement, durée, fin) : il lit, il a lu, il est en train
de lire…
- l’attitude du sujet parlant ( le mode) : action, réelle, iréelle, virtuelle etc. (elle vient, il est possible
qu’elle vienne etc.) ;
- la voix : active, passive (forme pronominale ou réfléchie) :
Létudiant lit un livre. Le livre est lu par l’étudiant.
- le genre du nom sujet (à la III-ième personne ) :
Il est venu. Elle set venue.
Le verbe a donc six catégories : voix, mode, aspect, temps, personne et nombre.
Selon la forme et la manière d’être conjugués, les verbes français se répartissent en réguliers et
irréguliers et forment trois groupes :
I-er groupe : 4000 verbes environ, la terminaison de l’infinitif -er. Outre aller et envoyer ces
verbes ont une conjugaison régulière.
II-ième groupe : 1400 verbes environ, infinitif -ir ; participe présent -issant : blanchir –
blanchissant. Tous ces verbes sont réguliers.
III-ième groupe : 1OO verbes environ, infinitif -oir, -re et les verbes en -ir qui n’intercalent pas
le suffixe -iss- au participe présent : partir - partant.
Ces verbes sont irréguliers parce qu’ils modifient leur radical : il est, il fut, il sera etc.
C’est le groupe le moins nombrex, mais le plus difficile à apprendre.
Cependant, pour un niveau moyen, il suffit de bien connaître les plus usités : avoir, être, aller,
venir, qui participent à la formation des temps et les verbes qui ont une large sémantique ( faire,
prendre, mettre, donner, devoir, pouvoir etc.).
Schéma d’analyse du verbe : forme textuelle – infinitif – groupe – traduction – temps – mode
– personne – nombre – forme (positive, négative, interrogative) – voix (active, passive, pronominale) –
aspect (commencement, durée, fin de l’action).
Les temps
Selon leur forme les temps se répartissent en simples et composés. Les temps simples se forment
du radical et des désinences spécifiques pour chaque temps (v. le tableau de formation des temps
simples).
Les formes des verbes auxiliaires (obligatoires à retenir)
Avoir

42
Présent Imparfait Futur simple Passé simple
J’ai J’avais J’aurai J’eus
Tu as Tu avais Tu auras Tu eus
Il / elle / a Il / elle / on avait Il / elle / on aura Il / elle / on eut
Nous avons Nous avions Nous aurons Nous eûmes
Vous avez Vous aviez Vous aurez Vous eûtes
Ils / elles ont Ils / elles avaient Ils / elles auront Ils / elles eurent
Être
Présent Imparfait Futur simple Passé simple
Je suis J’étais Je serai Je fus
Tu es Tu étais Tu seras Tu fus
Il / elle / on est Il / elle / on était Il / elle / on sera Il / elle / on fut
Nous sommes Nous étions Nous serions Nous fûmes
Vous êtes Vous étiez Vous seriez Vous fûtes
Ils / elles sont Ils / elles étaient Ils / elles seront Ils / elles furent
Note : Ces verbes sont nommées auxiliaires puisqu’ils aident à former les temps composés où ils
précèdent un participe passé. Mais ils peuvent également accompagner un nom, avec ou sans article.
Le verbe être employé auprès d’un nom sans article désigne le métier ou la nationalité : Il est étudiant
/ ingénieur etc.
Le verbe avoir qui précède un nom (avec ou sans article) et lui sert de support
morphologique, forme avec celui-ci une locution verbale (nominalisation à verbe-support) :
Il a du courage / de la bonté etc.
Exercices :
1. Mettez aux temps simples de l’Indicatif les verbes : frapper le ballon, dépasser l’adversaire et
sauter en longueur.
2. Tirez du texte de cette partie tous les verbes à l’Infinitif et dites quel est leur groupe.

Unité 3
Formation des temps composés
Ces structures sont composées de deux éléments : un auxiliaire et un participe passé ; pour les
structures périphrastiques : un verbe semi-auxiliaire et l’infinitif du verbe à conjuguer (v. le tableau de
la formation des temps simples).
A chaque temps composé il correspond un temps simple du verbe auxiliaire.

Schéma de formation
Passé composé ---- Présent
Plus-que-parfait ---- Imparfait
Futur antérieur ---- Futur simple
Passé antérieur ---- Passé simple du verbe avoir ou être et le participe passé du verbe à
conjuguer.
_________________
Futur proche ---- Présent du verbe aller
Passé récent ---- Présent du verbe venir précédé de la préposition de plus l’infinitif du
verbe à conjuguer.
Exemple :
Je suis descendu(e)
J’étais descendu(e)
Je fus descendu(e)
Je serai descendu(e)
Je vais descendre
Je viens de descendre.

43
Pour former un temps composé on doit donc savoir quel est l’auxiliaire dont on a besoin et quelle
est le forme du participe passé du verbe à conjuguer.

Verbes conjugués avec être :


Aller, venir et ses dérivés (re-, de-, ad-, con-, pro-, pré-, sur-, par-, inter-), arriver – partir,
(r)entrer – sortir, monter – descendre, naître – mourir, tomber, rester.

Formation du participe passé


Pour former le participe passé des verbes réguliers (I-ier et II-ième groupes) on écarte r de la
terminaison infinitivale : lancer --- lancé (attention à l’accent !)
punir --- puni
Le participe passé des verbes irréguliers ont des terminaisons différentes :
partir - parti ; recevoir – reçu ; écrire – écrit ; mettre – mis.
Certains verbes font leur participe d’un radical différent : avoir – eu ; être – été ; pouvoir – pu ;
naître – né etc.
L’accord
Le participe passé des verbes conjugués avec être s’accorde en genre et en nombre avec le sujet :
Il est revenu. Elle est revenue.
Ils sont revenus. Elles sont revenues.
Le participe passé des verbes conjugués avec l’auxiliaire avoir s’accorde en genre et en nombre
avec le complément direct, repris par un pronom :
Les fleurs que j’ai reçues sont belles (j’ai reçu des fleurs).
Si le participe joue le rôle d’adjectif, il s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il
accompagne :
Les fleurs reçues sont belles.
La lettre envoyée est courte.

Les formes verbales


La forme négative
Pour donner à un verbe une forme négative on se sert des particules ne et pas : il ne vient pas.
A l’infinitif les deux verbes de la négation précèdent le verbe : ne pas fumer !
Aux temps simples on place le verbe entre les deux termes de la négation :
Il ne participera pas à cette compétition.
Aux temps composés, ainsi qu’à la voix passive, c’est l’auxiliaire qu’on met entre les négations : Il
n’a pas participé…
Je ne suis pas aimé.

Forme pronominale
Structures pronominales sont dites les structures construites à l’aide de deux pronoms personnels
(un sujet et un complément) qui désignent la même personne :
Je me lave (se laver).
Le pronom sujet : je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles désigne la personne qui accomplit l’action,
tandis que le pronom complément : me, te, se, nous, vous, se montrent que cette action est subie par
celui qui l’accomplit.
Tous les verbes pronominaux se conjuguent avec l’auxiliaire être .

Forme (voix) passive


La plupart des constructions actives (le sujet fait l’action) ont des constructions équivalentes
passives (le sujet subit l’action) :
L’enfant mange un gâteau.
Le gâteau est mangé par l’enfant.
La voix passive se forme à l’aide du verbe être au temps correspondant et le participe passé du
verbe à conjuguer : il est aimé (présent)
il sera aimé (futur)
il était aimé (imparfait)

44
il a été aimé (passé composé)
il avait été aimé (plus-que-parfait) etc.
En français comme en roumain le verbe à la voix passive a deux sujets : celui qui supporte
l’action (le gâteau), nommé sujet grammatical et celui qui l’accomplit, le sujet réel, logique, nommé
complément d’agent (l’enfant).
Le complément d’agent est introduit à l’aide des prépositions par et de. La dernière a une aire
plus restreinte. Elle est employée après les verbes :
- qui expriment un sentiment, une attitude : aimer, haïr, estimer, respecter etc.
- croire, connaître, ignorer, oublier : il est connu de vous (vă este cunoscut) ;
- saisir, gagner, envahir, combler : elle est comblée de bonheur (copleşită de ) ;
- accompagner et suivre : il est accompagné de son frère.
Dans tous les autres cas on emploie la préposition par.

Forme interrogative
En français il y a trois procédés de formation de cette structure :
- par l’inversion du sujet : Quel âge avez-vous ?
- à l’aide du tour interrogatif est-ce que : Est-ce qu’il pleut ?
- à l’aide de l’intonation (au niveau familier) : Tu chantes ?
La forme interrogative est employée seulement à l’Indicatif et au Conditionnel.
Exercices :
1. Identifiez les formes composées des verbes du texte de cette partie.
2. Mettez les verbes régler un compte et payer une facture à toutes les personnes du singulier et
du pluriel des temps composés de l’Indicatif.
3. Ecrivez en lettres tous les adjectifs numéraux du texte ci-dessous :
La France
Superficie : 551 km
Population : 58 mln
Population urbaine : 73,5%
Nature de l’état : république
Parlement : 557 députés
2 chambres : Assemblée Nationale, Conseil de la République
Le Président de la République et le Parlement sont élus au suffrage universel direct
(uninominal).
Les conseillers de la République (sénateurs) : 317
Ils sont élus au suffrage indirect.
Monnaie : franc/euro
Langue parlée : français (langue officielle) ;
Langues régionales : breton, catalan, corse, occitan, alsacien, flamand, basque.
Organisation administrative : 96 départements métropolitains, 5 départements d’outre-mer et 2
collectivitées territoriales (Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon).
Chaque département est divisé en cantons, dont le nombre varie selon la densité de la population.
Les cantons sont divisés en communes.

Unité 4
Le pronom
Les pronoms peuvent être de plusieurs espèces.
Le pronom personnel
Tout comme le nom , il joue dans la phrase le rôle de sujet ou de complément.
Les pronoms personnels sujets (je, tu, il, elle,nous, vous, ils, elles) accompagnent toujours le verbe
aux temps et aux modes personnels pour préciser la personne dont il s’agit. Leur présence est
obligatoire pour la distinction des formes qui ont la même prononciation :
J’écris, tu écris, il écrit…
Ces formes sont dites atones (non accentuées). L’accent de la parole tombe sur le verbe.
Les formes toniques (accentuées) sont généralement isolées par une virgule ou un trait d’union :
Moi, je lis ; eux, ils chantent.

45
Dors-tu ? Lève-toi !
Les formes moi, toi, soi, eux sont toujours toniques ; les autres (tu, il, elle, le la, nous, vous, ils,
elles) sont toniques ou atones selon le cas.
Les pronoms personnels compléments
A la I-ière et à la II-ième personnes du singulier et du pluriel ces pronoms compléments (directs et
indirects) ont des formes identiques (je, me ; te, te et nous, nous ; vous, vous) :
Complément direct (COD) Complément indirect (COI)
Il me regarde (accusatif : pe mine, mă) Il me prête son stylo (datif : mie, îmi)
Je te félicite (pe tine, te) Je te parle (ţie, îţi)
Il nous invite au restaurant (pe noi, ne) Tu nous propose une affaire (nouă, ne)
Il vous salue (pe voi, vă) Je vous demande pardon (vouă, vă).
A la III-ième personne ces formes sont :
singulier : le / la ; lui ( à lui ; à elle)
pluriel : les ; leur (à eux ; à elles).

La place du pronom personnel complément


S’il y a un seul pronom il se place avant le verbe (aux temps composés avant l’auxiliaire) : Il
nous à répondu.
Si le verbe est accompagné par les deux compléments à la fois, il y a à retenir deux possibilités :
a) le COI se place avant le COD (comme en roumain) , si les personnes sont différentes (I-ière et
II-ième ou II-ième et III-ième) :
Il nous envoie des lettres --- Ils nous les envoie (ni le) ;
b) le COD se place avant le COI si tous les deux sont à la III-ième personne :
Je le lui rend (le dictionnaire).

A ces formes on peut ajouter les pronoms réfléchis se / soi, le pronom neutre il, le pronom
personnel on ainsi que les pronoms adverbiaux en et y .

Se accompagne les verbes dites « pronominaux » : se lever, s’éveiller, s’épanouir, s’éprendre etc.
et change de forme à toutes les personnes : me, te, se / nous, vous se (v. le cours précedent).

La forme tonique soi est employée si le sujet est exprimé par un pronom indéfini ( on, personne,
nul chacun, aucun, tel etc.) :
Personne n’est tout à fait content de soi
ou si le nom est pris dans un sens général :
L’avare n’amasse que pour soi.

Le pronom neutre il
C’est le pronom personnel il employé devant un verbe impersonnel. En ce cas il ne représente pas
un être ou une chose de genre masculin, mais joue le rôle du sujet grammatical :
Ën hiver il neige et il gèle.
Parfois il est employé même si la phrase a déjà un sujet réel :
A cette soirée il est venu beaucoup de gens (gens - sujet réel).

Le pronom personnel indéfini on


est employé seulement pour les noms de personnes. Il accompagne toujours un verbe à la III-ième
personne du singulier et peut remplacer toutes les personnes. On le traduit selon le contexte par :
- des verbes impersonnels ( + supin) : on dit (se spune) ; on doit étudier (trebuie de invăţat) ;
- des verbes à la voix passive : on peut visiter l’exposition entre dix et seize heures (expoziţia poate
fi vizitată) ;
- la I-ière personne du pluriel : chez nous on se couche à onze heures (noi ne culcăm la) ;
- la II-ième personne du singulier : quand on est sûr… (când eşti sigur…).
Les pronoms en et y
En remplace un nom précédé par la préposition de :
Il a besoin de ce stylo. Il en a besoin.

46
Y remplace des noms précédés de la préposition à : Elle va à la faculté. Elle y va .
En est employé le plus souvent dans les constructions des verbes tels : parler de, douter de, se
contenter de , s’excuser de, s’étonner de, se passer de, se souvenir de etc.
Y est employé auprès des verbes construits avec à : s’adresser à, s’attacher à, s’habituer à, se
mettre à, se décider à :
Cette affaire est sérieuse, pensez-y.

Autres pronoms
Pronom possessif
Un seul possesseur
le mien / la mienne (al meu / a mea) les miens / les miennes (ai mei / ale mele)
le tien / la tienne les tiens / les tiennes
le sien / la sienne les siens / les siennes
Plusieurs possesseurs
le nôtre / la nôtre (al nostru / a noastră) les nôtres (ai noştri / ale noastre)
le vôtre / la vôtre les vôtres
le leur / la leur les leurs

Pronom démonstratif
celui (m,sg), celle (f,sg) ; ceux (m,pl), celles (f,pl)
celui-ci, celui-là ; celle-ci, celle-là ; ceux-ci, ceux-là ; celles-ci, celles-là ;
ceci, cela, ça (ça est la forme non littéraire du pronom cela).

Pronom interrogatif
Qui ? que ? quoi ? (cine ? ce ?) (formes invariables)
Lequel ? laquelle ? lesquels ? lesquelles ? (formes variables)
Le tour interrogatif est-ce que ?
Pronom relatif
Qui, que, quoi, dont, où (care, pe care, ce, despre / de care, unde) (invariables)
Lequel, laquelle, lesquels, lesquelles (variables)
(à l’exception des pronoms dont et où ces formes coincident avec les formes du pronom
interrogatif).

Pronom indéfini
quelqu’un (cineva) ; quelques chose (qqch), personne, tout, rien, quelque part, partour, n’importe
où etc.
Dans leur grande majorité les formes des pronoms indéfinis coïncident avec les formes des
adjectifs indéfinis. Ces derniers accompagnent un substantif et non pas un verbe :
Tout homme est mortel.
Tout est bien qui fini bien.
Exercices :
1.Dites quelle est l’espèce du pronom souligné et là où il est possible dites le nom remplacé :
Le sage se contente de peu. Il ne suffit pas de louer la vertu, il faut surtout la pratiquer.
La force est ce qui agit par soi-même. Les bons vins fortifient, mais il ne faut pas en abuser.
L’homme heureux est celui qui commande à ses passions. Rien n’est plus rare qu’un caractère auquel
toutes les parties soient dans un accord parfait. L’égoïste n’aime personne. On n’instruit pas les
facultés de l’âme, on les réveille. Les hommes ne sentent jamais assez combien ils ont besoin les uns
des autres. Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; qui ne veut rien faire trouve une excuse.
Celui qui est un grand homme, c’est celui qui n’a pas perdu la candeur de son enfance.
2. Identifiez l’équivalent du pronom indéfini on :
On dit que l’hiver sera dur. On vend au marché plus de peaux d’agneau que de peaux de loup. On
fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut. On doit savoir se débrouiller dans les

47
situations difficiles. On frappe à la porte. Lui et moi, on n’a plus rien à se dire. Est-on prêts ? Si
l’on réfléchit, c’est un peu risquant. On ne s’est pas vus depuis longtemps. Chez nous le soir on
faisait des lectures. On affaiblit toujours ce qu’on exagère.

Unité 5
L’adjectif qualificatif

L’adjectif qualificatif est un constituant facultatif du GN ou un constituant d’un GV, ordinairement


avec être (sembler, paraître, devenir, rester).
Le groupe du nom est alors de la forme :
Déterminant + Nom + Adjectif : Le cheval gris trottine.
Le groupe du verbe est de la forme : Le cheval est gris.
IL est à retenir que parfois l’adjectif peut précéder le nom, fait qui emmene une modification de
sens. A comparer :
Il a sa propre maison. Sa maison est propre (proprie – curată).
J’ai entendu une certaine nouvelle. Cette nouvelle est certaine (oarecare – sigură).
Eminescu a été un grand poète. Son père est un homme grand (de seamă – înalt).
Ce pauvre enfant, il est malade. C’est un homme pauvre (biet – sărac).
C’est un brave homme. C’est un homme brave (cumsecade – viteaz).

Formation du féminin

Règle générale : on ajoute un e à la forme du masculin :


grand – grande intelligent – intelligente
Modifications au niveau de
- désinences : -f --- -ve : vif – vive ; bref – brève
-l --- -lle : réel – réelle ; individuel – individuelle
-t --- -tte : coquet – coquette ; muet – muette
- suffixes : -et --- -ète : concret – concrète ; complet - complète
-s --- -sse : gros – grosse ; épais – épaisse
-ier --- -ière : fier – fière
-eau --- -elle : beau – belle ; nouveau - nouvelle
-eux, -oux --- -euse, -ouse : fameux –fameuse ; jaloux – jalouse.
Les formes du masculin beau, nouveau, vieux, fou, mou ont des formes correspondantes ( bel,
nouvel, vieil, fol, mol) qui s’emploient devant les noms qui commencent par une voyelle : nouvel an.
Certains adjectifs ont des formes spéciales :
franc – franche ; doux – douce ; roux – russe ; blanc – blanche ; franc – franche ;
public - publique ; long – longue etc.

Formation du pluriel

Règle générale : on ajoute un s à la forme du masculin ou du féminin singulier :


petits – petites
Les exceptions concernent les adjectifs masculins.
Les adjectifs terminés au singulier en -s ou -x ne changent pas au pluriel :
un homme las – des hommes las
un enfant joyeux - des enfants joyeux
Les adjectifs en -al font le pluriel en -aux :
un édifice monumental - des édifices monumentaux
Quelques adjectifs font exception : final – finals.
Les adjectifs suivants font le pluriel en -x : beau, nouveau, jumeau.

L’accord

48
L’adjectif qualificatif s’accorde en genre et en nombre avec le nominal qu’il accompagne. S’il a
une forme composée, l’accord se fait selon sa structure :
- deux adjectifs : les deux éléments s’accordent (des pommes aigres – douces).
- mot invariable sous, mi, demi, nu, -o + adjectif : le premier élément reste invariable (relations
franco-roumaines) ;
Les deux éléments restent invariables si :
- les deux éléments expriment la couleur : des yeux vert clair (deschis) ;
- la nuance est précisée par un nom : chapeaux gris perle ; rubans jaune paille ;
- la nuance est exprimée par un nom qui tient la place de l’djectif de couleur : marron, citron, olive,
orange, paille, cerise etc. :
Elle cherche des blouses orange et des robes citron.
Le partcipe verbal (présent et passé) peut avoir lui aussi une valeur adjectivale.
Le participe présent a la terminaison -ant : enfant obeissant, argument convaincant, être vivant,
travail fatigant, mot intrigant, terrain glissant etc.
Le participe passé a plusieurs terminaisons (en fonction du groupe verbal) : temps perdu, problème
résolu, livre lu, lettre écrite, compte acqis, match remis etc.

Degrés de signification
En français il y a trois degrés de comparaison :
Positif sage
Comparatif de supériorité : plus sage que
d’égalité : aussi sage que
d’infériorité : moins sage que
Superlatif relatif de supériorité : le / la / les plus sage(s) de…
d’infériorité : le / la / les moins sage(s) de…
absolu : très (bien, fort etc.) sage

Quelques adjectifs ont des formes irrégulières


Positif Comparatif Superlatif
Bon meilleur(e) le /la / les meiller(e)s
Mauvais pire le / la / les pires
Petit moindre le / la / les moindres

Exercices :
1. a) Souligner tous les adjectifs (qualificatifs et autres) des phrases suivantes :
Les personnes sensibles sont sujettes à de grands chagrins. Dans tout homme il y a un peu de tous
les hommes. La charité vaut toutes les autres vertus. Mes enfants, une vertu dans votre cœur est
un diamant sur votre front. Quel beau spectacle offre une mer furieuse ! Chaque saison a son
retour périodique et certain. Toute habileté dans un art quelconque mérite des éloges. Cet étang,
cette forêt, ces champs, ces prairies dépendaient autrefois de ce château.
b) Identifiez les adjectifs et leurs degrés de comparaison :
La vertu est la route la plus courte vers la gloire (grec). L’homme habile est supérieur à
l’homme fort (grec). Le silence est le plus beau bijou d’une femme, mais elle le porte rarement
(anglais). L’homme est plus fragile que l’œuf et plus dur que le roc (grec). L’ami est quelquefois plus
proche qu’un frère (bible). L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un
roseau pensant (Pascal). Il n’y a rien de mieux que ce que les Français font bien, et rien de pire que ce
qu’ils font mal.
2. Cherchez dans le texte de cette partie tous les adjectifs et dites le degré exprimé.

Unite 6
L’adverbe

est ainsi nommé parce qu’il accompagne le plus souvent un verbe (lat. : ad – auprès de) ; il
équivaut à une préposition suivie d’un nom :

49
parler poliment - parler avec politesse.
C’est un modificateur qui sert à modifier la signification d’un adjectif ou d’un autre adverbe :
Sa sœur est très malade.
Cet enfant se couche trop tard.
Les adverbes peuvent marquer :
- l’affirmation : assurément, certainement, certes, vraiment etc.
- la négation : ne, pas, non, nullement, point, rien etc.
- la manière : sagement, doucement, bonnement etc.
- la comparaison : ainsi, aussi, autant etc.
- la quantité : assez, beaucoup, davantage etc.
- le temps : alors, aussitôt, autrefois, depuis etc.
- le lieu : là, loin, partout etc.

Formation des adverbes


La plupart des adverbes dérivent du féminin des adjectifs auxquels on ajoute le suffixe -
ment : clair – claire+ment
attentif – attentive+ment
Exceptions :
- les adjectifs terminés au masculin en –ai, -e, -i, -u qui n’ont pas besoin de -e muet pour former
des adverbes :
(-ai) vrai + ment - vraiment
(-e) modéré + ment - modérément
(-i) poli + ment - poliment
(-u) absolu + ment - absolument
- les adjectifs qui changent -e muet en -é :
commode - commodément
commun - communément
aveugle - aveuglément
confus - confusément
enorme - enormément
precis - précisément
profond - profondément etc.
- les adjectifs terminés en -ant et -ent qui forment les adverbes en -amment et emment :
puissant - puissamment
élégant - élégamment
évident - évidemment
prudent - prudemment etc.

Degrés de comparaison

Tout comme les adjectifs les adverbes forment des degrés de signification à l’aide des adverbes de
comparaison aussi, plus et moins : aussi, plus, moins rapidement que…
Quelques adverbes ont des formes irregulières :
Positif bien mal peu beaucoup
Comparatif de supériorité : mieux pis / plus mal moins plus
d’égalité : aussi bien aussi mal aussi peu -
d’infériorité : moins bien moins mal - -
Superlatif relatif : le miex le pis / le plus mal
absolu : très bien très mal très peu -

Exercices :
1. Identifiez les adverbes et traduisez les phrases :

50
La façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne (fr.). Où force reigne raison n’a lieu (fr.). Tout
ce qui a été faible ne peut jamais être absolument fort (fr.). Plusieurs ne savent nuire à leurs
ennemis sans faire pire à eux-mêmes (fr.). Toutes sont des filles parfaites, d’où viennent les
méchantes épouses ? (angl.).
2. Formez des adverbes à partir des adjectifs ci-dessous : immense, opportun, uniforme, diffus,
intense, élégant, violent, prudent, partiel, sincère.
3. Cherchez dans le texte de cette partie des adjectifs qui pourraient être transformés en
adverbes.

Unité 7
Concordance des temps
On appelle concordance des temps, dans une phrase complexe, les relations qui existent entre
le temps de la principale et celui des subordonnées. Le temps de la parole peut être présent, passé
ou futur. Le fait dont on parle (de la subordonnée) peut être simultané, antérieur ou postérieur à
l’événement de la principale.
Lorsque le verbe de la principale est au présent on emploie pour les trois rapports les temps
suivants :
Présent sim. Présent (il affirme qu’il gagne le match)
post. Futur simple ou Futur proche (il affirme qu’il gagnera ;
qu’il va gagner le match)
ant. Passé composé ou Passé récent ( il affirme qu’il a gagné ;
qu’il vient de gagner le match)
Un temps passé (imparfait, passé simple, passé composé etc.) dans la principale :
Passé sim. Imparfait (il affirma qu’il gagnait le match)
simple post. Futur dans le passé ou Futur immédiat dans le passé
(il affirma qu’il gagnerait ; qu’il allait gagner le match) ;
ant. Plus-que-parfait ou Passé immédiat dans le passé
(il affirma quil avait gagné ; qu’il venait de gagner la match).
Le futur immédiat dans le passé de la phrase : «… L’empereur initia ce qui allait devenir le
football… » exprime un rapport de postérieurité au plan du passé : ceea ce avea să devină…
Transformation du discours direct en discours indirect
Les paroles ou les pensées d’une personne peuvent être reproduites par une autre personne :
- J’ai soif ! Il dit qu’il a soif.
- Apportez-moi un jus ! Il me dit de lui apporter un jus.
- Voulez-vous un jus d’orange ? Il me demande si je veux un jus d’orange.

On transpose ( par rapport au discours direct ) les pronoms personnels et (dans une narration
faite au passé) les temps du verbe.
Pour le sujet, l’attribut ou l’objet direct noms de personnes, on emploie qui; pour le sujet non
animé ce qui et pour l’ojet direct nom de chose ce que:
- Qui est venu? Je ne sais pas qui est venu.
- Qui êtes-vous? J’ignore qui vous êtes.
- Qui cherchez-vous? Je vous demande qui vous cherchez.
- Qu’est-ce qui peut vous intéresser? Je ne sais pas ce qui peut vous intéresser.
- Que lisez-vous? Je veux savoir ce que vous lisez.

Si la question porte sur les autres compléments, la question indirecte est introduite par les
mêmes mots interrogatifs que la question directe: les pronoms qui et quoi précédés de
prépositions, le pronom lequel (laquelle etc.), l’adjectif quel, les adverbes quand, où, d’où;
comment, combien, ce que (=combien), pourquoi:
Il ne sait même plus comment et quand il a appris cette chose.
L’exclamation indirecte est introduite par quel, comme, combien, ce que (=combien):
Il se souvint combien elle était jolie et séduisante.
Ainsi, papa, tu sais comme je t’aime!

51
Exercices :
1. Déterminez les rapports exprimés et dites quels sont les temps employés :
Les nations qui veulent des protecteurs trouvent des maîtres (amér). Il est bien connu que toutes les
grandes choses ont été faites par les petites nations (angl). Où commence le mystère finit la justice
(angl). Où il y a un étang, il y a des grenouilles (russe). Quand on vit au milieu des roses, on en
prend malgré soi le parfum (russe). Si l’on augmente toujours la finesse du tranchant, la lame se
brisera (chin). Les princes qui ont remporté le plus de victoires sont ceux contre qui personne n’a
jamais osé faire la guerre (chin). Même la guerre finit par où elle aurait dû commencé (esp). Le
génie commence les beaux ouvrages, mais le travail les achève (fr). Les hommes ne sont pas
pendus pour avoir volé des chevaux, mais pour que les chevaux ne soient plus volés (angl). On dit
que les hommes ont été, sont et seront menés par les événéménts (fr).
2. Continuez le phases en exprimant tous les rapports possibles :
Il dit que… Il a dit que…
3. Mettez en français :
Acest sportiv ştia că colegii lui au muncit mult şi că vor avea mari succese. El a aflat că colegii
lui plecaseră la stadion unde trebuia să aibă loc un meci amical. Antrenorul ne-a spus ca urmează
să începem o nouă serie de antrenamente. Eu cred că această carte îmi poate fi de folos. Ea e sigură
că va obţine rezultate bune.

Tableau 1
Formation des temps simples

Terminaison
Mode Temps
Gr. I Gr. II Gr:III Gr. III

Infinitif Présent -er -ir -ir, - oir, - re -ir, -oir, -re

-ant
Présent -ant -issant -ant
Participe -i, -u, -s, -t
Passé -é -i -i, -u; -s, -t

-is, -is, -it -s, -s, -d, (-t)


Sing. -e, -es, -e -s, -s, -d, (-t)
Indicatif Présent -x, -x, -t -x, -x, -t
-issons,-issez,
Pl. -ons, -ez, -ent -ons, -ez, -ent -ons, -ez, -ent
-issent
-ais,-ais,-ait -issais, -issais, -ais, -ais, -ait
Sing.
Indicatif -issait -ais, -ais, -ait
Imparfait
-ions, -iez, -issions, -issiez, -ions, -iez, -aient
Pl. -ions, -iez, -aient
-aient -issaient
-us, -us, -ut -us, -us, -ut
Sing. -ai, -as, -a -is, -is, -it -is, -is, -it
-is, -is, -it
Indicatif Passé -ûmes, -ûtes,
simple -âmes, -âtes, - -îmes, -îtes, -urent -ûmes, -ûtes, -urent
Pl. èrent -irent -îmes, -îtes,
-îmes, -îtes, -irent
-irent

Indicatif Futur -ai, -as, -a (sing.); -ons, -ez, -ent (pl.)

Condi-
Présent -ais, -ais, -ait (sing.); -ions, -iez, -aient (pl.)
tionnel

52
Sing. -isse, -isses, -e,–es, -e
-e, -es, -e -e, -es, -e
Subjonctif Passé -isse
-ions, -iez,
simple -ions, -iez, -aient -issions, -issiez,
-ent -ions, -iez, -ent
Pl -issent
-usse,-usses, -ût
-usse, -usses, -ût
-isse, -isses, -ît
-asse, -asses, -ât -isse, -isses, -ît
Sing. -isse, -isses, -ît
Imparfait -ussions,
-assions, -assiez, -issions, -issiez, -ussions, -ussiez, -ussent
Pl. -ussiez, -ussent
-assent -issent
-issions, -issiez, -issions, -issiez, -issent
-issent
-e -is -s -s
Impératif Présent -ons -issons -ons -ons
-ez -issez -ez -ez

53
Tableau 2

Conjugaison d’un verbe du I-ier groupe: donner

Temps simples Temps composés Temps simples Temps composés

Indicatif Impératif

Présent Passé composé Présent Passé

Je donne J’ai donné – –


Tu donnes Tu as donné Donne Aie donné
Il/elle/on donne Il/elle/on a donné – –
Nous donnons Nous avons donné Donnons Ayons donné
Vous donnez Vous avez donné Donnez Ayez donné
Ils/elles donnent Ils/elles ont donné – –
Subjonctif
Imparfait Plus-que-parfait
Présent Passé
Je donnais J’avais donné que je donne que j’aie donné
Tu donnais Tu avais donné que tu donnes que tu aie donné
Il/elle/on donnait Il/elle/on avait donné qu’il donne qu’il ait donné
Nous donnions Nous avions donné que nous donnions que nous ayons donné
Vous donniez Vous aviez donné que vous donniez que vous ayez donné
Ils/elles donnaient Ils/elles avaient donné qu’ils/elles donnent qu’ils aient donné

Passé simple Passé antérieur Imparfait Plus-que-parfait

Je donnai J’eus donné que je donnasse que j’eusse donné


Tu donnas Tu eus donné que tu donnasses que tu eusses donné
Il/elle/on donna Il/elle/on eut donné qu’il donnât qu’il eût donné
Nous donnâmes Nous eûmes donné que nous donnassions que nous eussions donné
Vous donnâtes Vous eûtes donné que vous donnassiez que vous eussiez donné
Ils/elles donnèrent Ils/elles eurent donné qu’ils/elles donnassent qu’ils eussent donné
Conditionnel
Futur simple Futur antérieur
Présent Passé

Je donnerai J’aurai donné Je J’aurais donné


Tu donneras Tu auras donné donnerais Tu aurais donné
Il/elle/on donnera Il/elle/on aura donné Tu Il/elle/on aurait donné
Nous donnerons Nous aurons donné donnerais Nous aurions donné
Vous donnerez Vous aurez donné Il/elle/on Vous auriez donné
Ils/elles Ils/elles auront donné donnerait Ils/elles auraient donné
donneront Nous
donnerions
Vous
donneriez
Ils/elles
donneraient

Infinitif Participe

Présent Passé Présent Passé Passé composé Passé composé

donner avoir donné Donnant donné ayant donné ayant donné

54
Tableau 3

Conjugaison d’un verbe du II-ième groupe: finir

Temps simples Temps composés Temps simples Temps composés

Indicatif Impératif

Présent Passé composé Présent Passé

Je finis J’ai fini – –


Tu finis Tu as fini Finis Aie fini
Il/elle/on finit Il/elle/on a fini – –
Nous finissons Nous avons fini Finissons Ayons fini
Vous finissez Vous avez fini Finissez Ayez fini
Ils/elles Ils/elles ont fini – –
finissent
Subjonctif
Imparfait Plus-que-parfait
Présent Passé
Je finissais J’avais fini que je finisse que j’aie fini
Tu finissais Tu avais fini que tu finisses que tu aie fini
Il/elle/on Il/elle/on avait fini qu’il finisse qu’il ait fini
finissait Nous avions fini que nous finissions que nous ayons fini
Nous finissions Vous aviez fini que vous finissiez que vous ayez fini
Vous finissiez Ils/elles avaient fini qu’ils/elles finissent qu’ils aient fini
Ils/elles
finissaient

Passé simple Passé antérieur Imparfait Plus-que-parfait

Je finis J’eus fini que je finisse que j’eusse fini


Tu finis Tu eus fini que tu finisses que tu eusses fini
Il/elle/on finit Il/elle/on eut fini qu’il finît qu’il eût fini
Nous finîmes Nous eûmes fini que nous finissions que nous eussions fini
Vous finîtes Vous eûtes fini que vous finissiez que vous eussiez fini
Ils/elles finirent Ils/elles eurent fini qu’ils/elles finissent qu’ils eussent fini
Conditionnel
Futur simple Futur antérieur
Présent Passé

Je finirai J’aurai fini Je finirais J’aurais fini


Tu finiras Tu auras fini Tu finirais Tu aurais fini
Il/elle/on finira Il/elle/on aura fini Il/elle/on finirait Il/elle/on aurait fini
Nous finirons Nous aurons fini Nous finirions Nous aurions fini
Vous finirez Vous aurez fini Vous finiriez Vous auriez fini
Ils/elles finiront Ils/elles auront fini Ils/elles finiraient Ils/elles auraient fini

Infinitif Participe

Présent Passé Présent Passé Passé composé

finir avoir fini finissant fini Ayant fini

55
Tableau 4

Conjugaison du verbe avoir

Temps simples Temps composés Temps simples Temps composés

Indicatif Impératif

Présent Passé composé Présent Passé

J’ai J’ai eu – –
Tu as Tu as eu Aie Aie eu
Il/elle/on a Il/elle/on a eu – –
Nous avons Nous avons eu Ayons Ayons eu
Vous avez Vous avez eu Ayez Ayez eu
Ils/elles ont Ils/elles ont eu – –
Subjonctif
Imparfait Plus-que-parfait
Présent Passé
Je avais J’avais eu que j’aie que j’aie eu
Tu avais Tu avais eu que tu aies que tu aie eu
Il/elle/on avait Il/elle/on avait eu qu’il ait qu’il ait eu
Nous avions Nous avions eu que nous ayons que nous ayons eu
Vous aviez Vous aviez eu que vous ayez que vous ayez eu
Ils/elles avaient Ils/elles avaient eu qu’ils/elles aient qu’ils aient eu

Passé simple Passé antérieur Imparfait Plus-que-parfait

J’ eus J’eus eu que j’eusse que j’eusse eu


Tu eus Tu eus eu que tu eusses que tu eusses eu
Il/elle/on eut Il/elle/on eut eu qu’il eùt qu’il eût eu
Nous eùmes Nous eûmes eu que nous eussions que nous eussions eu
Vous eùtes Vous eûtes eu que vous eussiez que vous eussiez eu
Ils/elles eurent Ils/elles eurent eu qu’ils/elles eussent qu’ils eussent eu
Conditionnel
Futur simple Futur antérieur
Présent Passé

J’aurai J’aurai eu J’aurais J’aurais eu


Tu auras Tu auras eu Tu aurais Tu aurais eu
Il/elle/on aura Il/elle/on aura eu Il/elle/on aurait Il/elle/on aurait eu
Nous aurons Nous aurons eu Nous aurions Nous aurions eu
Vous aurez Vous aurez eu Vous auriez Vous auriez eu
Ils/elles auront Ils/elles auront eu Ils/elles auraient Ils/elles auraient eu

Infinitif Participe

Présent Passé Présent Passé Passé composé

Avoir avoir eu ayant eu ayant eu

56
Tableau 5

Conjugaison du verbe être

Temps simples Temps composés Temps simples Temps composés

Indicatif Impératif

Présent Passé composé Présent Passé

Je suis J’ai été – –


Tu es Tu as été Sois Aie été
Il/elle/on est Il/elle/on a été – –
Nous sommes Nous avons été Soyons Ayons été
Vous etes Vous avez été Soyez Ayez été
Ils/elles sont Ils/elles ont été – –
Subjonctif
Imparfait Plus-que-parfait
Présent Passé
J’étais J’avais été que je sois que j’aie été
Tu étais Tu avais été que tu sois que tu aie été
Il/elle/on était Il/elle/on avait été qu’il soit qu’il ait été
Nous etions Nous avions été que nous soyons que nous ayons été
Vous étiez Vous aviez été que vous soyez que vous ayez été
Ils/elles étaient Ils/elles avaient été qu’ils/elles soient qu’ils aient été

Passé simple Passé antérieur Imparfait Plus-que-parfait

Je fus J’eus été que je fusse que j’eusse été


Tu fus Tu eus été que tu fusses que tu eusses été
Il/elle/on fut Il/elle/on eut été qu’il fùt qu’il eût été
Nous fùmes Nous eûmes été que nous fussions que nous eussions été
Vous fùtes Vous eûtes été que vous fussiez que vous eussiez été
Ils/elles furent Ils/elles eurent été qu’ils/elles fussent qu’ils eussent été
Conditionnel
Futur simple Futur antérieur
Présent Passé

Je serai J’aurai été Je serais J’aurais été


Tu seras Tu auras été Tu serais Tu aurais été
Il/elle/on sera Il/elle/on aura été Il/elle/on serait Il/elle/on aurait été
Nous serons Nous aurons été Nous serions Nous aurions été
Vous serez Vous aurez été Vous seriez Vous auriez été
Ils/elles seront Ils/elles auront été Ils/elles seraient Ils/elles auraient été

Infinitif Participe

Présent Passé Présent Passé Passé composé

être avoir été étant été ayant été

57
Tableau 6
Conjugaison des verbes du III-ième groupe

Remarques
Infinitif Présent de l’Indicatif Passé simple Part. passé Futur simple Présent du Subjonctif
Aller Je vais, tu vas, il va ; nous allons, J’allai allé, -é J’irai Que j’aille, que nous allions,
vous allez, ils vont qu’ils aillent
(s’)asseoir J’assieds,nous asseyons, ils J’assis assis, -e J’assiérai Que j’asseye, que nous Participe présent : asseyant ou
asseyent ; ou : j’assois, nous asseyions ; que j’assoie, que ns assoyant
assoyons, ils assoient assoyions
Attendre J’attends, nous attendons, ils J’attendis attendu,-e J’attendrai Que j’attende Se conjuguent de la meme manière
attendent que tous les verbes en endre, -andre,
-ondre
Battre Je bats, nous battons, ils battent Je battis battu, -e Je battrai Que je batte, que nous battions
Boire Je bois, nous buvons, ils boivent Je bus bu, -e Je boirai Que je boive, que nous buvions
Conduire Je conduis, nous conduisons, ils Je conduisis conduit,-e Je conduirai Que je conduise Se conjuguent de la meme manière
conduisent les verbes : réduire, introduire,
produire, traduire; construire,instruire
Connaître Je connais, il connaît ; nous Je connus connu,-e Je connaîtrai Que je connaisse Tous es verbes en -aître
connaissons, ils connaissent
Courir Je cours, nous courons Je courus couru,-e Je courrai Que je coure
Craindre Je crains, nous craignons, ils Je craignis craint,-e Je craindrai Que je craigne Tous les verbes en -aindre, -
craignent eindre,-oindre
Croire Je crois, nous croyons Je crus cru,-e Je croirai Que je croie / croyions
Descendre Je descends, nous descendons Je descendis descendu Je descendrai Que je descende
Devoir Je dois, nous devons, Je dus dù, Je devrai Que je doive,
ils doivent due,dus que nous devions
Dire Je dis,nous disons, vous dites, ils Je dis dit, -e Je dirai Que je dise
disent
Dormir Je dors, il dort, nous dormons, ils Je dormis dormi,-e Je dormirai Que je dorme
dorment
Ecrire J’écris, nous écrivons J’écrivis écrit,-e J’écrirai Que j’écrive
Envoyer J’envoie, nous envoyons J’envoyai envoyé,-e J’enverrai Que j’envoie, Que nous
envoyions
Faire Je fais, nous faisons, Je fis fait,-e Je ferai Que je fasse
vous faites, ils font Que nous fassions
Lire Je lis, nous lisons Je lus lu,-e Je lirai Que je lise
Mettre Je mets, nous mettons, Je mis mis,-e Je mettrai Que je mette
ils mettent
Mordre Je mords, nous mordons Je mordis mordu,-e Je mordrai Que je morde

58
Remarques
Infinitif Présent de l’Indicatif Passé simple Part. passé Futur simple Présent du Subjonctif
Mourir Je meurs, nous mourons, ils meurent Je mourus mort,-e Je mourrai Que je meure
Que nous mourions
Naître Je nais,nous naissons Je naquis né,-e Je naîtrai Que je naisse
Ouvrir J’ouvre, nous ouvrons J’ouvris ouvert,-e J’ouvrirai Que j’ouvre Tous les verbes en -vrir, -frir
Perdre Je perds, nous perdons Je perdis perdu,-e Je perdrai Que je perde
Plaire Je plais, il plaît, ns plaisons Je plus plu Je plairai Que je plaise
Pouvoir Je peux ou je puis, tu peux, il peut, Je pus pu Je pourrai Que je puisse
nous pouvons, ils peuvent Que nous puissions
Prendre Je prends, nous prenons, Je pris pris, -e Je prendrai Que je prenne
ils prennent Que nous prenions
Prévoir Je prévois, ns prévoyons Je prévis prévu,-e Je prévoirai Que je prévoie
Recevoir Je reçois, nous recevons, Je reçus reçu,-e Je recevrai Que je reçoive
ils reçoivent
résoudre Je résous, nous résolvons, ils Je résolus résolu,-e Je résoudrai Que je résolve
résolvent
Répondre Je réponds, nous répondons Je répondis répondu,-e Je répondrai Que je répondisse
Rire Je ris, nous rions Je ris ri Je rirai Que je ris / riions
Rompre Je romps, nous rompons Je rompis rompu,-e Je romprai Que je rompe
Savoir Je sais, nous savons, Je sus su,-e Je saurai Que je sache
ils savent Que nous sachions
Servir Je sers, nous servons Je servis servi,-e Je servirai Que je serve
Sortir Je sors, nous sortons Je sortis sorti,-e Je sortirai Que je sorte
Taire Je tais, nous taisons Je tus tu,-e Ja tairai Que je taise
Tenir Je tiens, nous tenons, ils tiennent Je tins, nous tînmes tenu,-e Je tiendrai Que je tienne, Que nous tenions
Vaincre Je vaincs, il vainc, nous vainquons Je vainquis vaincu,-e Je vaincrai Que je vainque
Vendre Je vends, nous vendons Je vendis vendu,-e Je vendrai Que je vende
Venir Je viens, nous venons Je vins, nous vînmes, ils venu,-e Je viendrai Que je vienne
vinrent
Vivre Je vis, nous vivons, ils vivent Je vécus vécu,-e Je vivrai Que je vive
Voir Je vois, nous voyons Je vis vu, -e Je verrai Que je voie, Que nous voyions
Vouloir Je veux, nous voulons, Je voulus voulu,-e Je voudrai Que je veuille
ils veulent Que nous voulions
Valoir Je vaus, nous valons, Je valus valu,-e Je vaudrai Que je vaille
ils valent Que nous valions

59
Bibliographie

1. Bescherelle „La conjugaison pour tous”, Hatier, Paris, 2000.


2. Jeanrenaud, A. „Langue française contemporaine”, Polirom, Iaşi, 1996.
3. Ghidu, Gh.; Pisoschi, V. “Gramatica limbii franceze cu exerciţii”, Bucureşti, Teora,
1999.
4. Cosaert, P. “La France dans le monde et le monde en France”, Paris, Marketing, 1996.
5. Ross, S. “Civilisation progressive du français”, CLE International, 2000.
Sources littéraires:
Fromentin, E. (1924), „Dominique”, éd. Henri Cyral, Paris.
Gamarra, P. (1983), „Le maître d’école”, éd. Temps Actuels, Paris.
Maupassant, Guy de ( 1921), „Contes. Mon oncle Jules”, éd. Albin Michel, Paris.
Saint-Exupéry, Antoine de (1946), „Le Petit Prince”, Gallimard, Paris.

60

Centres d'intérêt liés