Vous êtes sur la page 1sur 4

Stomatodynies, Glossdynies

Definition
La stomatodynie (aussi connue sous les termes de glossodynia, glossopyrosis, dysesthesie
orale) est une sensation de brûlure intra orale chronique qui n’a pas de cause identifiable
locale ou systémique ou liée à une maladie.

Epidemiologie
Compte tenu du manque de critères diagnostiques universellement acceptés le recueil de
données épidémiologiques précises sont difficiles à établir. Actuellement la prevalence des
stomatodynies dans la population générale est estimée de 0.7% to 15%. 1 Les femmes sont
affectées en moyenne 7 fois plus que les hommes et plus communément dans la période péri
et post ménopause.

Pathophysiologie
L’étiologie des stomatodynies reste peu établie ni pas tout à fait comprises. Des etudes
récentes ont mis en evidence des preuves croissantes de l’implication de mécanismes
algiques centraux et périphériques de type neuropathique.2 Il est probable que dans une
large proportion de patients les stomatodynies impliquent des interactions entre des
facteurs locaux, systémiques et psychologiques.3

Caractéristiques cliniques

Siège: Le plus souvent la douleur affecte la partie antérieure de la langue, suivie par le
palais, les lèvres et le pharynx , cependant plusieurs sites peuvent être impliqués.
Charactère : brulure
Severité: moderée à sevère
Déclenchement: le plus souvent il est décrit comme progessif et spontané, cependant il peut
apparaître après un évènement déclencheur.
Durée, periodicité: la sensation est habituellement quotidienne de faible intensité au réveil,
s’aggravant après le premier repas de la journée et atteignant le maximum d’intensité le soir.. 4
Facteurs aggravants : la symptomatologie peut être exacerbée par la parole, les contraintes
_____________________________________________________________________________________________

© Copyright 2016 International Association for the Study of Pain. All rights reserved.

IASP brings together scientists, clinicians, health-care providers, and policymakers to stimulate and support the study of
pain and translate that knowledge into improved pain relief worldwide.
et la fatigue. Néanmoins la mastication peut réduire la symptomatologie ainsi que boire,
mastiquer un bonbon ou de la gomme, dormir ou se reposer et lors des activités de loisirs.
Caractérisques associées : une alteration du gout et une sensation de bouche sèche sont
les caractéristiques les plus fréquemment associées. La sensation de brûlure intra orale
constante affecte sévèrement la qualité de vie 5. Anxieté, irritabilité, dépression et baisse de la
sociabilité sont des données habituelles chez les patients stomatodyniques comme dans les
autres états de douleurs chroniques. Néanmoins leurs rôles dans la pathogénèse des
stomatodynies restent incertains.6,7Les cancérophobies sont également une composante
habituelle chez ces patients.

Diagnostic:
Il est crucial pour le diagnostic de faire la distinction entre une sensation de brulûre secondaire
à une cause initiale de celles des stomatodynies. Cette sensation de brulûre secondaire à une
cause initiale peut être locale ou systémique (dans ce cas la cause doit être traitée et la
sensation de brulûre peut disparaître avec succès) cependant dans les stomatodynies la
douleur est la maladie elle-même. Donc le diagnostic de la stomatodynie est basé sur
l’exclusion de quelques conditions locales ou systémiques qui pourraient justifier ce symptôme
de brulure. Par consequent une anamnèse très approfondie et un examen physique minutieux
doivent être réalisés. Parmi les causes locales les plus habituelles des symptômes sont
inclues: candidoses, hyposalivation, lesions muqueuses, allergies, traumatismes
(mécaniques, chimiques, thermiques et sur le plan systémique avitaminose, diabète,
hypothyroidisme, pathologies auto-immunes, effet secondaires de traitements
médicamenteux, [inhibiteurs de l’angiotensine]). 8

Examens:
Ils peuvent contribuer au diagnostic et inclurent des examens sanguins (déficit vitaminique,
diabète, maladie autoimmune), des prélèvements cytologiques (candidoses), des mesures
du debit salivaire (xérostomie) et des recherches d’allergies).

Pronostic:
Une amélioration a été observée chez la moitié aux deux tiers des patients en 6 à 7 ans après
l’apparition. Cependant le prognostic est défavorable car les études ne montrent de remission
complète que chez seulement 3% des patients pendant les 5 années après l’apparition de la
maladie. 9,10

Thérapeutique
Le traitement des stomatodynies reste un défi. Il est principalement pharmacologique et utilise
les molécules des douleurs neuropathiques.. Le clonazepam (benzodiazepine) a été utilisé en
pratique clinique en première intention pour le traitement des stomatodynies.11 Le clonazepam
topique a ainsi été suggéré dans la literature. 12 Les therapies cognitivo-comportementales ont
montré un intérêt dans les stomatodynies et les médecines complémentaires et alternatives
peuvent constituer une autre option pour les patients stomatodyniques. 13,14
Par ailleurs, tout facteur incluant les aliments et habitudes alimentaires qui peuvent ajouter ou

_____________________________________________________________________________________________

© Copyright 2016 International Association for the Study of Pain. All rights reserved.

IASP brings together scientists, clinicians, health-care providers, and policymakers to stimulate and support the study of
pain and translate that knowledge into improved pain relief worldwide.
exacerber les symptomes doivent être controlés ou évités comme manger des aliments
acides (ananas , tomates, orange, citrons…), alcool, tabac, bains de bouche avec alcool et
dentifrices abrasifs.

References
1. Zakrzewska JM, Forssell H, Glenny AM. Interventions for the treatment of burning
mouth syndrome. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2005(1).
2. Jaaskelainen SK. Pathophysiology of primary burning mouth syndrome. Clin
Neurophysiol. Jan 2012;123(1):71-77.
3. Patton LL, Siegel MA, Benoliel R, De Laat A. Management of burning mouth syndrome:
systematic review and management recommendations. Oral Surg Oral Med Oral Pathol
Oral Radiol Endod. Mar 2007;103 Suppl:S39 e31-13.
4. Grushka M. Clinical features of burning mouth syndrome. Oral Surgery, Oral Medicine,
Oral Pathology. Jan 1987;63(1):30-36.
5. Lopez-Jornet P, Camacho-Alonso F, Lucero-Berdugo M. Quality of life in patients with
burning mouth syndrome. J Oral Pathol Med. Aug 2008;37(7):389-394.
6. Lamey PJ, Freeman R, Eddie SA, Pankhurst C, Rees T. Vulnerability and presenting
symptoms in burning mouth syndrome. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol
Endod. Jan 2005;99(1):48-54.
7. de Souza FT, Teixeira AL, Amaral TM, et al. Psychiatric disorders in burning mouth
syndrome. J Psychosom Res. Feb 2012;72(2):142-146.
8. Nasri-Heir C, Zagury G J, Thomas D, Ananthan S. Burning Mouth Syndrome: Current
concepts. J of Indian Prosthodont Soc. 2015;15:300-307.
9. Sardella A LG, Demarosi F, Bez C, Cassano S, Carrasi A Burning Mouth syndrome: a
retrospective study investigating spontaneous remission and response to treatments.
Oral Dis 2006;12:152-155.
10. Rodriguez-de Rivera-Campillo E, Lopez-Lopez J. Evaluation of the response to
treatment and clinical evolution in patients with burning mouth syndrome. Medicina oral,
patologia oral y cirugia bucal. May 2013;18(3):e403-410.
11. Heckmann SM, Kirchner E, Grushka M, Wichmann MG, Hummel T. A double-blind
study on clonazepam in patients with burning mouth syndrome. Laryngoscope. Apr
2012;122(4):813-816.
12. Gremeau-Richard C, Woda A, Navez ML, et al. Topical clonazepam in stomatodynia: a
randomised placebo-controlled study. Pain. Mar 2004;108(1-2):51-57.
13. Komiyama O, Nishimura H, Makiyama Y, et al. Group cognitive-behavioral intervention
for patients with burning mouth syndrome. Journal of oral science. Mar
2013;55(1):17-22.
14. Lopez-Jornet P, Camacho-Alonso F, De la Mano-Espinosa T. Complementary and
alternative medical therapies in patients with burning mouth syndrome. Journal of
alternative and complementary medicine (New York, N.Y.). Apr 2011;17(4):289-290.

_____________________________________________________________________________________________

© Copyright 2016 International Association for the Study of Pain. All rights reserved.

IASP brings together scientists, clinicians, health-care providers, and policymakers to stimulate and support the study of
pain and translate that knowledge into improved pain relief worldwide.
About the International Association for the Study of Pain®
IASP is the leading professional forum for science, practice, and
education in the field of pain. Membership is open to all professionals
involved in research, diagnosis, or treatment of pain. IASP has more
than 7,000 members in 133 countries, 90 national chapters, and 20
Special Interest Groups.

_____________________________________________________________________________________________

© Copyright 2016 International Association for the Study of Pain. All rights reserved.

IASP brings together scientists, clinicians, health-care providers, and policymakers to stimulate and support the study of
pain and translate that knowledge into improved pain relief worldwide.