Vous êtes sur la page 1sur 72

LA DOCTRINE

CNPS

1
SOMMAIRE
Pages

AVANT-PROPOS
1ère PARTIE : LA DETERMINATION DES COTISANTS …...….6
TITRE I : L’ASSUJETTISSEMENT ET L’AFFILIATION AU REGIME ..7
CHAPITRE I : GENERALITES SUR L’ASSUJETISSEMENT ……………..……7
I. Principe général…………………………………………………………………………………….7
II. Notions …………………………………………………………………………………………….7
II.1. L’assujettissement……………………………………………………………………………….7
II.2. L’affiliation………………………………………………………………………………………7
II.3. L’immatriculation……………………………………………………………………………….7
II.4. Le régime de sécurité sociale……………………………………………………………………7
III. L’obligation d’assujettissement………………………………………………………………...8
III.1. Le caractère obligatoire de l’assujettissement………………………………………………8
III.2. La nature de l’obligation d’assujettissement………………………………………………….8
III.3. La portée de l’obligation d’assujettissement …………………………………………………9
III.3.1. A l’égard de l’employeur ………………………………………………………………………….9
III.3.2. A l’égard de l’assuré volontaire …………………………………………………………………………..9

CHAPITRE II : L’AFFILIATION OBLIGATOIRE DE L’EMPLOYEUR ……..10


I. Principe……………………………………………………………….………………….…..10
II. L’obligation d’affiliation de l’employeur…………………………………………………..10
II.1. Nature…………………………………………………………………………………………….10
II.2. Portée……………………………….……………………………………………………………11
II.3. Force contraignante ……………………………………………………………………………..11
III. Les modalités de l’immatriculation des travailleurs salariés ………………………..12
TITRE II. LES
EMPLOYEURS…………………………………………………..13
CHAPITREI :LES PERSONNES
MORALES……………………………………………13
I. Les personnes morales de type particulier……………………………………………..13
I.1. L’Etat……………………………………………………………………………………….…14
I.2. Les collectivités territoriales…………………………………………………………………15
I.3. Les organisations internationales et les représentations diplomatiques………………….…..15
I.3.1. Les organisations internationales………………………………………………………………………..…..15
I.3.2. Les représentations diplomatiques et consulaires…………………………………………………………...16

2
I.4. Les organisations non gouvernementales…………………………………………………..….18
I.5. Les associations et coopératives……………………………………………………………….18
I.5.1. Les associations……………………………………………………………………………………………..18
I.5.2. Les coopératives …………………………………………………………………………………………...19
II. Les personnes morales de droit commun : les entreprises…………………………….…..20
II.1. Les entreprises publiques…………………………………………………………………….21
II.2. Les entreprises privées……………………………………………………………………….22
II.2.1. Les sociétés commerciales ……………………………………………………………………………… .22
II.2.2. Les cas particuliers ………………………………………………..……………………....22
II.2.2.1. Les entreprises de travail temporaire (décret n°96-194 du 7 mars 1996)……………………………….…………22
II.2.2.2. Les sous traitants et autres tâcherons ……………………………………………………….23
II.2.3. Le Groupement d’Intérêt économique (GIE) ……………………………………………………………..23
II.2.4. Les Institutions de Prévoyance Sociale (IPS) …………….……………………………………23

CHAPITRE II. LES PERSONNES PHYSIQUES……………………….…………24


TITRE III. LES TRAVAILLEURS……………………………………………..25
CHAPITRE I : LE TRAVAILLEUR DEPENDANT………………………………….25
I. Le travailleur salarié………………………………………………………… …………….25
I.1. Le travailleur à temps partiel ou travailleur occasionnel……………………………………..26

I.2. Le travailleur détaché …………………………………………………………………………27


I.3. Le travailleur expatrié………………………………………………………………………….27
I.4. Les marins (décret n°64-481 du 8 décembre 1964)…………………………………………..28
I.5. Les Kroomens (arrêté 407 METT/MEFP du 30 Août 1995)……………………………………28

I.6. Les personnels des représentations diplomatiques et consulaires …………………………29


I.6.1. Le principe de l’exemption du régime ivoirien de prévoyance sociale ……………………………..29
I.6.2. Les dispositions particulières de la convention ivoiro-française de sécurité sociale………………..30

I.7. Les personnels des organisations internationales ……………………………….…………..30


I.8. Les fonctionnaires……………………………………………………………………………….31
I.9. Les stagiaires …………………………………………………………………………………….32
I.9.1. Le stage de fin d’études ………………………………………………………………………………..32
I.9.2. Le stage rémunéré ……………………………………………………………………………………..32
I.10. Les travailleurs vacataires ………………………………………………………………...……32
I.10.1. Les médecins privés …………………………………………………………………………………..32
I.10.2. Les autres travailleurs du privé………………………………………………………………………..33
I.11. Le personnel navigant des compagnies aériennes……………………………………………33
I.12. Les travailleurs bénéficiaires d’une pension………………………….……………………….33
II. Les travailleurs assimilés aux salariés………………………………………………….34
III. Les travailleurs bénévoles……………………………...……………………………….35
CHAPITRE II : LE TRAVAILLEUR
INDEPENDANT……………………………...……..35
CHAPITRE III : LES CONDITIONS GENERALES DE L’ASSUJETTISSEMENT DU
TRAVAILLEUR
…………………………………………………………………………36
I. L’exclusion des conditions liées à la personne du travailleur…………………………….36

3
I.1. Le sexe………………………………………………………………………………………………37
I.2. La nationalité ……………………………………………………………………………………….37
I.3. L’âge ………………………………………………………………………………………………..37
II. Les conditions objectives …………………………………………………………………37
II.1. Le principe de la pluralité d’employeurs………………………………………………………..37
II.2. Le contrat de travail ou de prestation de service …..…………………………...……………..37
II.2.1. La forme du contrat ……………………………………….…………………………………………...37
II.2.2. Le principe de la territorialité de l’exécution du contrat…………………………………….………..38
II.3. La rémunération ………………………………………………………………...………...……..38

2éme
PARTIE :LES COTISATIONS SOCIALES…………………39

TITRE I : L’ASSIETTE DE COTISATION


CHAPITRE I : LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DE L’ASSIETTE…………40
I. Le salaire …………………………………………………………………………...……40
I.1. Le salaire de base ou catégoriel…………………………………………………………….….40
I.2. Le sursalaire………………………………………………………………………………….….40
II. Les compléments de salaire……………………………………………………………..40
II.1. La rémunération des heures supplémentaires……………………………………………….40
II.2. Les indemnités ou primes ……………………………………………………………………….41
II.3. Les avantages
II.3.1. Les avantages en espèces
II.3.1.1. Les frais professionnels………………………………………………………………………………………………..42
II.3.1.2. Le cas des prestations familiales
II.3.1.3. Le cas particulier de l’assurance maladie
II.3.1.4. Le cas particulier de la retraite complémentaire …………………………………………………………………..43
II.3.2. Les avantages en nature
II.3.2.1. Les avantages en nature prévus par l’arrêté n°03 MAS.CAB du 11 mai 1983
II.3.2.2. Les avantages en nature découlant de la pratique des employeurs
II.3.2.2.1. Le véhicule
II.3.2.2.1.1. Evaluation sur la base des dépenses réellement engagées………………………………………………………………………44
II.3.2.2.1.2. Evaluation au forfait
II.3.2.2.2 Les bons d’achat………………………………………………………………………………………………………………………..46
II.3.2.2.3. Le ticket de restaurant
II.3.2.2.4. Les tarifs préférentiels sur les produits fabriqués ou vendus par l’entreprise
II.3.2.2.5. Les voyages d’agrément

I. CHAPITRE II. LES EXCLUSIONS ...................................................................47


II. La prime de panier
III. La prime de salissure ……….…………………………………………………………..…….……………………….48
IV. La prime de tenue de travail
V. La prime d’outillage
V. Les indemnités liées à la rupture du contrat de travail
V.1. L’indemnité de départ volontaire pour motif économique
V.2. L’indemnité de non concurrence

4
V.3. Les frais funéraires…………………………………………………………………49
VI. Les autres frais professionnels
VI.1. Les frais professionnels occasionnant un remboursement des dépenses réelles
VI.2. Les frais professionnels occasionnant un remboursement forfaitaire
VII. Les prestations familiales
CHAPITRE III. LES LIMITES DE L’ASSIETTE DE COTISATION.............…...52
I. Le plancher de l’assiette de cotisation
I.1. Le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG)
I.2. Le Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG)
I.3. Les salaires minima par catégorie…………………………………………………………51
II. Le plafond de l’assiette de cotisation
II.1. Le fractionnement du plafond annuel
II.2. La régularisation annuelle………………………………………………………………….52
II.2.1. Principe
II.2.2. Règles applicables à la régularisation annuelle

TITRE II : LES TAUX DE COTISATION…………………………………………54


CHAPITRE I : L’UNIFORMITE DU TAUX
I. En matière de Prestations Familiales et de Maternité …………………………………….55
II. En matière de retraite, invalidité, décès

CHAPITRE II. LA VARIABILITE DU TAUX


I. Les bases de la tarification ……………………………………………………………..56
I.1. Le mécanisme
I.2. Les taux de cotisations applicables en matière d’accidents du travail
II. Les cas particuliers
II.1 Cas de pluralité d’activités……………………………………………………………….……58
II.2 Cas des activités et établissements ne figurant pas dans l’arrêté n° 21 TAS
II.2.1. Le secteur agricole
II.2.1.1. Définition du secteur agricole (stricto sensu)
II.2.2.2. Définition de l’agro-industrie
II.2.2. Les entreprises de travail temporaire ……………………………………………………………….….59

3ème PARTIE : LE RECOUVREMENT DES COTISATIONS


Titre I : LE RECOUVREMENT NORMAL OU AMIABLE………………….60
CHAPITRE I : LE PAIEMENT DES COTISATIONS
I. Le fait générateur de la dette de cotisation
II. L’exigibilité des cotisations ……………………………………………………………..61
III. Les modalités de règlement
III.1. Le règlement par chèque
III.2. Le règlement par virement ……………………………………………………………………62
III.2.1. Le virement interbancaire
III.2.2. Le virement télégraphique ou de compte à compte émanant de la même banque que celle de l’organisme de
Sécurité Sociale
III.2.3. Les virements postaux
III.3. Les autres modes de règlement
IV. La prescription

5
IV.1. La prescription de la dette …………………………………………………………………..63
IV.2. La prescription de l’action
IV.3. La régularisation des cotisations prescrites

CHAPITRE II : LE CONTROLE…………………………………………………………………64
I. Les missions des agents de contrôle
II. L’étendue des pouvoirs des agents de contrôle
III Les droits des employeurs en matière de contrôle
III.1. Le droit d’exiger les documents d’habilitation
III.2. Le droit de contestation…………………………………………………………………………66
III.3. La possibilité de solliciter un paiement échelonné des dettes sociales
III.4. Le droit de communication des résultats du contrôle
IV. La portée et l’effet du contrôle ………………………………………………………….…67

IV.1. Le rapport de contrôle

IV.2. La rétroactivité du contrôle sur une période déjà vérifiée


CHAPITRE III : LA TAXATION D’OFFICE………………………………………..………68

I. Les conditions de la taxation d’office


II. Le mode opératoire de la taxation d’office ………………………………………….……69
III. La révision de la taxation d’office
TITRE II : LE RECOUVREMENT CONTENTIEUX
CHAPITRE I : LES SOURCES DU CONTENTIEUX DU RECOUVREMENT DES
COTISATIONS SOCIALES
I. Les obstacles au contrôle de la caisse ……………………………………………………70
II. La rétention indue du précompte
III. Le défaut ou le retard de production de document et de paiement de cotisations
III.1. Le défaut ou retard de production de documents
III.2. Le défaut ou le retard de paiement des cotisations

III.3. Le régime des sanctions


III.3.1. Les pénalités…………………………………………………………………………….72
III.3.2. Les majorations de retard
III.3.3. Le remboursement des prestations servies
CHAPITRE II : LES PROCEDURES DU RECOUVREMENT CONTENTIEUX DES
COTISATIONS SOCIALES …………………………………………………………….73
I. La procédure de droit commun
I.1. L’action civile……………………………………………………………………….74
I.2. L’action civile jointe à l’action publique
II. La procédure de la contrainte
II.1. La mise en demeure préalable
II.2. L’établissement de la contrainte

6
II.3. La notification de la contrainte ………………………………………………………………75

II.4. L’opposition à la contrainte

II.5. La tentative de règlement amiable………………………………………….…………..…….76


II.6. L’exécution de la contrainte…………………………….………………………………….….76
III. Les procédures collectives ……………………………………………………….……..76
III.1. Les différentes procédures…………………………………………………………….………76
III.1.1. Le règlement préventif
III.1.2. Le redressement judiciaire
III.1.3. La liquidation des biens
……………………………………………………………………..………..….77
III.2. L’effet suspensif des procédures collectives
III.3. La distribution des deniers issus de la réalisation des biens du débiteur en cessation de paiement
……………………………………………………………………………………………..78
III.3.1. De la sûreté de la Caisse nationale de Prévoyance sociale ………………………………………………78
III.3.2. Du rang de la
CNPS………………………………...………………………………………………………78
III.3.2.1. Le classement en matière immobilière de l’article 166 III.3.2.2. Le classement en matière mobilière
de l’article 167
……………………………………………………………………………………79

IV. La procédure d’admission en non valeur………………………………………………..79

7
1ère PARTIE : LA DETERMINATION DES
COTISANTS
TITRE I : L’ASSUJETTISSEMENT ET
L’AFFILIATION AU REGIME
CHAPITRE I : GENERALITES SUR
L’ASSUJETISSEMENT
I. Principe général
Toute personne qui remplit les conditions prévues par la loi pour bénéficier pour tout ou partie
des risques couverts, des dispositions d’un régime de Sécurité Sociale, doit normalement, à son
initiative ou bien à celle de son employeur selon le cas, être assujettie au régime de manière à
pouvoir prétendre aux prestations et à s’acquitter de ses cotisations.

II. Notions
II.1. L’Assujettissement
Le mot fait plus particulièrement partie du vocabulaire fiscal. Dans cette matière,
l’assujettissement est la situation dans laquelle se trouve une personne qu’une loi ou un
règlement administratif contraint à une prestation financière au profit d’une caisse publique.
En matière de sécurité sociale, l’assujettissement est une situation de droit qui place une
personne dans le champ d’application d’une législation obligatoire et implique son
rattachement à l’un des régimes de sécurité sociale dont il découle alors un certain nombre
d’obligations, notamment celle de cotiser.
Cette situation juridique découle d’un ensemble de circonstances de fait ou de droit qui
déterminent le champ d’application personnel d’un régime de sécurité sociale. Elle se
matérialise par le rattachement obligatoire d’une personne à un régime. Par un tel
rattachement, s’exécute l’obligation d’assujettissement faite à une personne de s’affilier à un
régime de Sécurité sociale, en fonction de son statut et de son activité.
II.2. L’affiliation
L’affiliation apparaît comme une notion ambivalente. Parfois, l’affiliation privilégie
l’appartenance à un régime de sécurité sociale et se rapproche ainsi de l’assujettissement.
Parfois, elle s’applique plus simplement, à la détermination de l’organisme de
rattachement des personnes soumises au régime de sécurité sociale dont il a la charge.
II.3. L’immatriculation

8
L’assujettissement ne doit pas être confondu, en revanche, avec l’immatriculation.
L’assujettissement caractérise en effet une circonstance de fait, à laquelle la loi attache des
effets de droit : dès lors qu’une personne s’inscrit, par son activité, par sa situation personnelle
ou familiale, dans le champ d’application d’un régime de Sécurité Sociale, elle relève du
régime, a vocation aux prestations qu’il comporte, et est astreinte, s’il y a lieu, au paiement des
cotisations.
L’immatriculation désigne, plus simplement une opération de caractère administratif,
par laquelle l’organisme de sécurité sociale procède au recensement de l’assuré en lui
attribuant généralement un numéro d’identification.
II.4. Le régime de sécurité sociale
La notion de régime de sécurité sociale désigne :
- soit du point de vue statutaire, l’ensemble des dispositions fixant les droits et
obligations de sécurité sociale d’une catégorie de personnes déterminées selon la nature
de leur activité professionnelle ;
- soit du point de vue organique, l’organisation administrative mise en œuvre pour gérer
un ensemble de branches au profit d’une catégorie de personnes déterminées selon leur
statut.

III. L’obligation d’assujettissement


III.1. Le caractère obligatoire de l’assujettissement
Dans sa conception moderne, la sécurité sociale se traduit, en particulier par le caractère
obligatoire de l’assujettissement au régime, qui s’impose à toute personne remplissant les
conditions prévues par la loi. A cet égard, l'assujettissement peut s’analyser comme étant le
rapport obligatoire qui lie au régime de sécurité sociale les personnes qui doivent adhérer au
système d’assurances sociales institué par l'Etat en raison de l'existence entre elles d'une
relation de travail.
L’assujettissement est une contrainte dont l’organisme compétent pour y procéder, ne peut se
soustraire car il ne dispose pas à cet égard d’un pouvoir d’appréciation. En effet, l’appartenance
au régime de sécurité sociale dont il a la charge n’est pas laissée à leur libre choix mais dépend
plutôt des conditions de fait déterminées par l’activité et le statut des personnes assujetties.
Ainsi, la décision rendant l’assujettissement effectif est prise par l’organisme – saisi d’une
demande à cet effet – dans le cadre de l’exercice d’une compétence liée.

III.2. La nature de l’obligation d’assujettissement


L’assujettissement est une obligation générale et de principe qui est prescrite par la loi. Son
inexécution met en cause la responsabilité de l’employeur qui encourt de ce fait des sanctions
pécuniaires et pénales. Les dispositions relatives à l’assujettissement ont un caractère d’ordre
public dont il résulte que :
- l’assujettissement procède exclusivement de la réunion des conditions prévues par la loi
et ne saurait être affecté par la volonté exprimée par les personnes intéressées, par la
qualification qu’elles ont entendu donner à leurs rapports ...
- le rattachement au régime doit normalement prendre rétroactivement effet à la date à
laquelle les conditions prévues par la loi sont réunies et non à la date à laquelle
l’organisme de sécurité sociale constate cet état de fait.

9
III.3. La portée de l’obligation d’assujettissement
Une fois que les conditions fixées par la loi sont réunies, il faut que les formalités pratiques
obligatoires qui consacrent l’assujettissement soient remplies. D’une façon générale, elles
incombent à l’employeur et à l’assuré volontaire :
III.3.1. A l’ égard de l’employeur
Il pèse sur l’employeur une obligation dont l’exécution profite aux travailleurs affiliés plutôt
qu’à lui-même car l’assujettissement donne à ceux-ci vocation aux prestations servies par le
régime. En somme, en vertu de la loi, l’employeur est substitué à ses salariés pour porter à la
connaissance de l’organisme dont il relève, toute embauche et toute rupture du contrat de
travail susceptibles de modifier ou de mettre un terme à leur assujettissement au régime de
sécurité sociale.
En tout état de cause, l’obligation légale d’assujettissement de ses travailleurs à laquelle il est
astreint, exige pour être exécutée l’accomplissement par l’employeur des formalités
obligatoires :
- au préalable, de son affiliation à l’organisme chargé de gérer le régime de sécurité
sociale dont il relève ;
- de l’immatriculation de ses salariés au régime de sécurité sociale ;
- de la déclaration de toutes les modifications liées à l’exécution du contrat de travail.
III.3.2. A l’égard de l’assuré volontaire
Il pèse sur lui une obligation dont l’exécution ouvre directement à son profit le droit aux
prestations octroyées par le régime de sécurité sociale auquel il a souscrit en remplissant les
formalités obligatoires qui matérialisent son adhésion c'est-à-dire :
- son affiliation et son immatriculation à l’organisme chargé de gérer le régime de
sécurité sociale auquel il a souscrit ;
- la déclaration de toutes les modifications de son statut professionnel et de sa
qualité d’assuré volontaire.
Dans de nombreux pays africains, le Code de Sécurité Sociale consacre expressément
l’obligation d’assujettissement des travailleurs salariés et assimilés en des termes identiques
selon lesquels : « Sont assujettis au régime de sécurité sociale … tous les travailleurs soumis
aux dispositions du Code du travail … ». Certains parmi eux vont même jusqu’à distinguer
l’assujettissement au régime de l’affiliation de l’employeur à l’organisme en précisant : « Est
obligatoirement affiliée en qualité d’employeur à l’établissement de prévoyance sociale chargé
de gérer le régime … toute personne physique ou morale, publique ou privée qui emploie au
moins un travailleur salarié … »
Apparemment, en Côte d’Ivoire, le législateur a préféré privilégier le rattachement des
personnes soumises au régime de sécurité sociale à l’organisme chargé de le gérer en instaurant
l’affiliation obligatoire de l’employeur.

10
CHAPITRE II : L’AFFILIATION OBLIGATOIRE
DE L’EMPLOYEUR
I. Principe
Le principe de l’affiliation obligatoire de l’employeur est posé par l’article 5 du code de
prévoyance sociale qui dispose : « Est obligatoirement affilié à la Caisse Nationale de
Prévoyance Sociale tout employeur occupant des travailleurs salariés tels que visés à
l’article premier du code du travail.
Cette affiliation prend effet à compter du premier embauchage d’un travailleur salarié ».
Le principe de l’affiliation obligatoire de l’employeur est fondé sur l’obligation d’affiliation à
la CNPS qui lui incombe et dont l’exécution lui confère la capacité de remplir les formalités
obligatoires qui matérialisent l’appartenance du travailleur salarié au régime de prévoyance
sociale dont cette Institution de Prévoyance sociale a la charge.

II. L’obligation d’affiliation de l’employeur


II.1. Nature
L’obligation d’affiliation de l’employeur à la CNPS naît dès que les circonstances de fait
déterminent l’existence d’une relation de travail. Ces circonstances sont réputées être acquises
lorsque l’employeur utilise des travailleurs et leur permet ainsi d’exercer une activité
professionnelle. Or, la responsabilité de remplir les formalités obligatoires liées à la déclaration
du travailleur en vue de son immatriculation pèse au premier chef sur l’employeur affilié à la
CNPS.
L’affiliation à la CNPS vaut en même temps affiliation au régime. En effet, dans l’organisation
du régime de prévoyance sociale des travailleurs salariés et assimilés, la CNPS assure
simultanément le service des prestations et le recouvrement des cotisations. Dans ces
conditions, le régime et l’organisme chargé de le gérer forment un tout indissociable. Il en
découle que lorsque la CNPS immatricule le travailleur déclaré par l’employeur affilié, elle se
prononce en même temps sur son assujettissement au régime dont elle a la charge.
Il suit de tout ce qui précède que l’immatriculation est le simple corollaire de
l’assujettissement. Ainsi, elle ne peut légalement intervenir qu’au profit des personnes qui
relèvent effectivement du champ d’application du régime de prévoyance sociale des travailleurs
salariés et assimilés.

II.2. Portée
L’article 5.2 ci-dessus du Code de Prévoyance sociale précise que l’affiliation de l’employeur
« prend effet à compter du premier embauchage d’un travailleur salarié… ». Par cette
précision, le législateur laisse entendre que point n’est besoin d’imposer à l’employeur d’avoir
un effectif minimum de travailleurs salariés avant de s’affilier. Dès qu’avec l’embauchage, une
relation de travail est établie entre l’employeur et ne serait-ce qu’une seule personne, les effets
des droits et obligations subordonnés à l’affiliation de l’employeur commencent à courir.

11
En principe, l’affiliation prend effet à compter du premier embauchage d’un travailleur salarié.
En réalité, la date à laquelle l’affiliation de l’employeur produit ses effets dépend étroitement
de la date de début des activités de l’employeur et de la date à laquelle il a embauché le
travailleur. A cet égard, comme la date de début d’activité de l’employeur ne peut pas précéder
la date d’embauche du travailleur, deux situations se distinguent :
1. La coïncidence de la date de début d’activité et de la date d’embauche
C’est la situation idéale dans laquelle l’obligation d’affiliation naît dès que commencent les
activités de l’employeur. Il faut et il suffit pour cela que la circonstance de fait – en
l’occurrence une relation de travail – soit établie.
2. L’antériorité de la date de début d’activité à la date d’embauche
Avant l’embauchage de tout salarié, l’employeur n’est pas tenu par l’obligation d’affiliation
contenue dans l’article 5.1 du Code de Prévoyance sociale car il n’occupe pas de travailleur
salarié. Toutefois, dans la mesure où aucune disposition de la législation applicable ne l’en
empêche, il conserve la faculté de s’affilier à la CNPS.
II.3. Force contraignante
Malgré les sanctions pécuniaires et pénales prévues à cet effet, la force contraignante de
l’obligation d’affiliation à la CNPS est atténuée par les modalités pratiques même de
l’affiliation. En effet, cette obligation est exécutée à l’entière et totale initiative de l’employeur
qui n’est tenu par aucun délai de déclaration des travailleurs embauchés. Dans ces conditions, il
lui est loisible de décider du moment à partir duquel il devra l’exécuter. De même, il a tout
pouvoir de décider de déclarer qui il veut comme travailleur en vue de son immatriculation.
Les modalités pratiques de l’affiliation et de la déclaration des travailleurs, nécessitent de
soumettre l’employeur à des règles plus strictes afin de préserver l’intérêt des travailleurs. Ces
règles visent notamment à lui imposer un délai de déclaration du travailleur à la CNPS de huit
(08) jours à partir de la date d’embauche. Au terme de ce délai, la CNPS pourra procéder à
l’immatriculation d’office du travailleur salarié :
- à son initiative, en prenant la date d’embauche effective du travailleur comme date
d’effet de l’affiliation de l’employeur et des droits du travailleur ;
- à l’initiative du travailleur lui-même. Dans ce cas également, la date d’effet de ses
droits va courir à partir de la date d’embauche.
Sans préjudice des effets de l’immatriculation d’office, les sanctions pécuniaires et pénales
prévues pour défaut de déclaration ou dissimulations de la part de l’employeur peuvent lui être
éventuellement infligées.

III. Les modalités de l’immatriculation des travailleurs


salariés

Le Code de Prévoyance sociale et les textes règlementaires qui précisent et rendent applicables
ses dispositions, sont muets sur les modalités pratiques de l’immatriculation des travailleurs
salariés.
Or, cette formalité obligatoire lie l’employeur affilié. En effet, l’immatriculation étant le simple
corollaire de l’assujettissement, elle ne peut légalement intervenir, qu’au profit des personnes

12
qui relèvent effectivement du champ d’application du régime de prévoyance sociale des
travailleurs salariés et assimilés.
Ce vide juridique ne peut pas empêcher que la pratique fondée entre autres sur les dispositions
antérieures de l’article 4 de la loi n°60-314 du 21 septembre 1960 instituant une Caisse de
Retraite des Travailleurs salariés de Côte d’Ivoire, abrogées par l’article 174 du Code du
Prévoyance sociale, continue d’imposer à l’employeur affilié :

- lorsqu’il embauche un travailleur salarié non immatriculé, l’obligation de faire une


déclaration aux fins d’immatriculation à la CNPS ;
- lorsque le lien de travail est rompu, l’obligation de le porter à la connaissance de la
CNPS car cela peut interrompre l’assujettissement du travailleur salarié au régime.
D’ailleurs, l’inexécution de ces obligations tombe sous le coup des sanctions pénales visées par
les articles 29 et 174 du Code de Prévoyance sociale et pécuniaires définies par son article 30.
En définitive, sans l’existence d’une relation de travail entre l’employeur et ses salariés, il ne
saurait y avoir d’affiliation de l’employeur. Le principe de l’affiliation obligatoire de
l’employeur défini par l’article 5 du Code de Prévoyance sociale est donc conditionné par le
lien de travail créé par son activité. Une telle affiliation fait courir l’obligation de cotiser au
régime de Prévoyance sociale des travailleurs régis par le Code du travail et assimilés. Les
travailleurs salariés immatriculés à la CNPS sont soumis à cette obligation dont la
responsabilité est supportée par leurs employeurs.

TITRE II. LES EMPLOYEURS


Définition
Est considéré comme employeur, toute personne physique ou morale, de droit public ou
de droit privé, pour le compte et sous l’autorité de laquelle le travailleur salarié ou
assimilé est – à quelque titre que ce soit – occupé à accomplir les tâches réalisant le
travail, en contrepartie d’une rémunération qu’elle assume.
Peu importe que les activités de l’employeur visent un but lucratif ou non lucratif, soient ou
non d’utilité publique et se déploient dans le secteur public ou dans le secteur privé. La notion
d’employeur trouve sa raison d’être fondamentale dans le rapport qui se crée et s’établit
nécessairement avec la personne qu’il utilise par le fait ou à l’occasion du travail.
Afin que ce rapport de travail par nature inégalitaire, ne perpétue pas entre eux des relations
marquées par la soumission logique des uns (les travailleurs) aux autres (les employeurs),
celles-ci sont exclusivement gouvernées par les dispositions du Code du travail qui, à l’instar
de celles du Code de Prévoyance Sociale cherchent avant tout à les rééquilibrer en garantissant
une forme de protection :
- des travailleurs contre les abus de l’employeur ;
- des travailleurs principalement et des employeurs accessoirement contre les aléas de
la vie professionnelle.

13
CHAPITRE I. LES PERSONNES MORALES
Parmi les différentes catégories d’employeurs constitués par les personnes morales de droit
public et de droit privé, il faut distinguer :

- les personnes morales surtout publiques de type particulier ;


- les personnes morales de droit commun que sont les entreprises publiques ou
privées.

I. Les personnes morales de type particulier


Elles tirent leur importance et leur particularité du fait que :
- elles incarnent la souveraineté nationale tant à l’intérieur qu’en dehors des frontières
d’un pays : l’Etat et les représentations diplomatiques ;
- elles représentent le bien commun international quel que soit le lieu de leur
établissement : les organisations et ONG internationales ;
- elles sont créées selon des modalités spécifiques à leurs activités qu’elles aient ou
non un but lucratif : coopératives, associations, organisations non gouvernementales
nationales.

I.1. L’Etat
L’Etat est une personne morale de droit public qui, sur le plan juridique, représente une
collectivité, un peuple ou une nation, à l'intérieur ou à l'extérieur d'un territoire déterminé sur
lequel elle exerce le pouvoir suprême, la souveraineté.
Cette notion fait apparaître l’Etat comme une fiction politico-juridique qui ne saurait comme
telle être un employeur à part entière. Cependant, la pratique identifie cette personne morale
par le biais des services publics qui le représentent. Sous ce vocable, sont désignées les entités
politico-administratives qui n’existent que parce qu’elles sont l’émanation de l’Etat.
En effet :
- la souveraineté est exercée sur le territoire de l’Etat par les institutions politiques,
judiciaires et à caractère économique et social que sont : la Présidence de la
République, l’Assemblée Nationale, la Cour Suprême, le Conseil Constitutionnel, le
Conseil Economique et Social …
- la souveraineté exige que l’Etat mette en œuvre une organisation politique et
administrative destinée à gouverner le pays et à administrer son territoire. Cette
organisation se structure au plan politique autour des Ministères qui, eux-mêmes se
subdivisent au plan administratif en :

14
▪ Services centraux : Inspections Générales, Directions Générales, Contrôle
financier, Directions Centrales, Services Autonomes, Sous directions …
▪ Services déconcentrés : Préfectures, Directions Régionales et Départementales,
Etablissements scolaires publics, Structures sanitaires publiques (Hôpital
Général, Dispensaires, Formations sanitaires) Services locaux divers,
Délégations …), Régies financières (Trésoreries, Perceptions, Services des
Impôts, Bureaux des douanes, …).
Les services publics sont institués par la constitution, la loi ou des actes réglementaires
(décrets, arrêtés, décisions) et leurs responsables sont ordonnateurs principaux ou secondaires
du budget de l’Etat. Ce sont donc des administrateurs de crédits budgétaires qui engagent
directement ou par délégation les dépenses de fonctionnement que sont les charges de
personnel. C’est un critère déterminant pour qu’ils soient affiliés en tant qu’employeur à la
CNPS puisqu’ils sont ainsi compétents pour recruter directement et occuper des travailleurs
soumis au Code du travail ou assimilés.

I.2. Les collectivités territoriales


Dans le but de satisfaire l’intérêt général dans toute son étendue et sa diversité, l’Etat
décentralise ses attributions en chargeant les collectivités territoriales de les mener à bien.
Afin qu’elles prolongent efficacement son action auprès des citoyens, il confère la personnalité
morale et l’autonomie financière aux démembrements territoriaux que sont les Mairies,
Districts, Conseils généraux ...
Les collectivités territoriales sont régies par la loi et créées par voie réglementaire. Ce sont des
personnes morales de droit public qui se distinguent de l’Etat et doivent être affiliées à la
CNPS. En effet, conformément à l’article 2 de la loi n°2002-04 du 03 janvier 2002 portant
statut du personnel des collectivités territoriales « … le personnel des collectivités territoriales
comprend :
- les fonctionnaires et agents de l’Etat ;
- les agents soumis au code du travail. »
Ainsi, le fait qu’elles recrutent et utilisent des travailleurs soumis au Code du travail ou
assimilés leur confère la qualité d’employeur.

I.3. Les organisations internationales et les représentations


diplomatiques

I.3.1. Les organisations internationales


Une organisation internationale est une « association d’Etats constituée par un traité, dotée
d’une constitution et d’organes communs, et possédant une personnalité juridique distincte de
celle des Etats membres.»

Une organisation internationale s’entend donc d’une « organisation intergouvernementale.»


C’est une personne morale de droit public international, qui, en tant que telle, bénéficie de :

15
- privilèges parmi lesquels l’exemption du régime de sécurité sociale qui lui permet
d’être exonérée des charges sociales ;
- l’immunité de juridiction.
Les organisations internationales qui ont leur siège ou exercent leurs activités en Côte d’Ivoire
se distinguent sur la base de l’étendue de leur domaine d’activité en :

- organisations à vocation générale [certaines, universelles comme l’ONU ; d’autres,


régionales telle l’Union Africaine (UA)] ;
- organisations à vocation spéciale (économiques et financières : Banque Mondiale,
F.M.I., BAD, B.C.E.A.O., B.O.A.D. ; sociales et humanitaires : O.I.T., O.M.S. ;
techniques (C.A.M.P.C.); politiques et militaires …

Sur la base du rôle général qui leur est assigné, elles s’identifient comme étant des
organisations de coopération ou de coordination et des organisations d’intégration
(C.E.D.E.A.O., U.E.M.O.A.) ou d’unification.

Bien que n’ayant pas de territoire propre, les organisations internationales jouissent en
principe de la capacité juridique qui leur est nécessaire pour exercer leurs fonctions et atteindre
leurs buts sur le territoire de l’Etat dit du siège ou des Etats auxquels elles apportent une
assistance opérationnelle par l’intermédiaire de leurs Agences, Missions, Bureaux, Directions

En réalité, les modalités d’application de ce principe sont fixées par les conventions sur les
privilèges et immunités, les accords de siège, les accords spécifiques avec les Etats dans le
cadre de l’assistance technique et pour la réunion de leurs organes en dehors de l’Etat de siège.

Il en résulte que les organisations internationales ont, à l’intérieur de tout Etat, le droit de
contracter, d’acquérir et de vendre des biens mobiliers et immobiliers, d’ester en justice. A cet
effet, l’agent (ou l’organe collégial exécutif) le plus élevé dans la hiérarchie de l’organisation
(Secrétaire général, Directeur général, Commission des Communautés européennes) ou son
représentant, est habilité à le représenter en justice ou lors de la conclusion des actes juridiques
internes.

En somme, en Côte d’Ivoire ainsi que dans tous les Etats, les organisations internationales
agissent comme n’importe quelle personne morale de droit privé puisqu’elles entretiennent des
rapports juridiques courants avec les personnes physiques et morales qui y sont installées. Elles
passent ainsi des actes contractuels soumis à la loi locale.

Dès l’instant où parmi ces actes, des contrats de travail régis par le code du travail sont
susceptibles notamment d’être conclus, les organisations internationales peuvent être des
employeurs. Ainsi, même si elles en bénéficient, l’exemption fiscale et l’immunité de
juridiction ne font pas disparaître forcément l’obligation pour elles de s’affilier à la CNPS. Il en
est de même pour les représentations diplomatiques.

I.3.2. Les représentations diplomatiques et consulaires

16
Par ce vocable, il faut entendre l’ensemble du personnel et des services rattachés à la mission
diplomatique permanente ou au poste consulaire d'un gouvernement national auprès du
gouvernement d'un autre pays.
Comme les missions diplomatiques, les postes consulaires sont des services publics relevant
de leur Etat national, mais installés dans un Etat étranger.
Ce vocable se rapporte notamment aux : Ambassade, Chargé d’affaires, Mission
diplomatique, Consulat, Poste consulaire …
I.3.2.1. Destinées à garantir le respect de sa souveraineté lorsque ses agents, sa législation ou
ses biens sont en rapport direct avec la souveraineté territoriale d’un autre Etat, les immunités
de l’Etat protègent à la fois la représentation diplomatique en tant que bien se trouvant dans
un territoire étranger et ses actes juridiques, contestés à l’étranger.
Ces immunités accordent à l’Etat :
- l’immunité de juridiction sur ses activités « spécifiquement publiques » qui
correspondent approximativement aux actes de puissance publique ou aux actes
adoptés dans le cadre d’une mission de service public. Cette immunité repose sur le
principe selon lequel « Un Etat jouit pour lui-même et pour ses biens, de l’immunité
de juridiction devant les tribunaux d’un autre Etat ». Il en résulte que, sauf s’il y
consent, l’Etat à travers ses représentations diplomatiques ne peut pas être jugé à
l’étranger.
En revanche, « l’Etat ne peut invoquer » l’immunité de juridiction devant un tribunal
étranger dans une procédure concernant une « transaction commerciale », des contrats
de travail … ; si, en accomplissant des actes de gestion, il se comporte comme une
personne privée … ;
- l’immunité d’exécution, dont bénéficient tous les biens affectés aux fonctions
d’autorité c'est-à-dire les biens nécessaires à l’activité des représentants de l’Etat et de
ses services publics à l’étranger – les ambassades – ainsi que ses disponibilités
monétaires dans des banques mêmes privées.
I.3.2.2. Les fonctions des consuls et les postes consulaires revêtent un caractère purement
administratif car ils sont principalement chargés d’exercer certaines fonctions concernant les
nationaux se trouvant dans l’Etat de résidence (état civil, assistance judiciaire et para judiciaire,
délivrance de passeports) ; d’accorder des visas aux personnes étrangères qui désirent se rendre
dans l’Etat d’envoi …
Les privilèges et immunités consulaires ont une conception purement fonctionnelle consistant
à:
- protéger les postes consulaires par l’inviolabilité des locaux consulaires qui ne
s’applique qu’aux bâtiments utilisés exclusivement par le personnel pour son travail,
la liberté et la protection des communications officielles ;
- garantir aux agents consulaires une inviolabilité personnelle et une immunité
juridictionnelle accordée aux seuls actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions
consulaires par les fonctionnaires et agents consulaires.
Les protections et garanties octroyées par l’ensemble des privilèges et immunités des
représentations diplomatiques tombent lorsque celles-ci initient et exécutent des actes de pure
gestion privée. Les représentations diplomatiques deviennent ainsi des sujets de droit privé
qui relèvent des dispositions de la loi nationale en vigueur en matière de législation du travail

17
et de prévoyance sociale. Dans ce cas, leur qualité d’employeur l’emporte sur celle de
représentant d’un Etat souverain et leur impose l’obligation de s’affilier à la CNPS.
I.4. Les organisations non gouvernementales
Les organisations non gouvernementales (ONG) peuvent être ou non à caractère international.
Une organisation internationale non gouvernementale ou une association internationale est une
institution créée par une initiative privée – ou mixte – à l’exclusion de tout accord
intergouvernemental, regroupant des personnes privées ou publiques, physiques ou morales, de
nationalités diverses.

Pour déterminer leur caractère international, l’article 28 de la loi n°60-315 du 21 septembre


1960, relative aux associations précise : « Sont réputées associations étrangères, quelle que soit
la forme sous laquelle ils peuvent éventuellement se dissimuler, les groupements présentant les
caractéristiques d’une association, qui ont leur siège à l’étranger, ou qui, ayant leur siège en
Côte d’Ivoire, sont dirigés en fait par des étrangers ou bien ont, soit des administrateurs
étrangers, soit un quart au moins de membres étrangers. »
Du point de vue de leur finalité, les organisations internationales non gouvernementales
(OING) ne poursuivent pas de buts lucratifs. La diversité des buts poursuivis est quasi-infinie.
Ce peut être :
- un but humanitaire (CICR, associations caritatives diverses, Amnesty International)
ou religieux (Eglises, Conseil œcuménique des Eglises) ;
- un but politique ;
- un but scientifique ;
- un but économique et social (Fédérations syndicales, Associations
professionnelles) ;
- un but sportif (Comité olympique international) ;
- un but écologique (Greenpeace) ;
- un objectif documentaire, etc.

Dans certains cas, des accords de siège déterminent les conditions de l’installation des
organisations internationales non gouvernementales (OING) sur le territoire de l’Etat de siège
ou d’exercice de leurs activités. Ces accords définissent en même temps les privilèges et
immunités dont elles bénéficient. La plupart du temps, c’est un acte relevant du droit interne de
l’Etat de siège ou d’exercice de leurs activités qui les crée et les autorise à effectuer leurs
opérations.

En tout état de cause, ces actes leur reconnaissent la capacité juridique nécessaire pour
contracter et ester en justice. En conséquence, elles acquièrent la qualité d’employeur et
doivent s’affilier à la CNPS aussitôt qu’elles recrutent du personnel.

Les organisations non gouvernementales à caractère national rejoignent les associations.

I.5. Les associations et coopératives


I.5.1. Les associations

18
Selon l’article 1er de la loi n°60-315 du 21 septembre 1960, relative aux associations :
« L’association est la convention par laquelle une ou plusieurs personnes mettent en commun
d’une façon permanente leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que lucratif.
Elle est régie, quant à sa validité, par les principes généraux du droit applicables aux contrats et
obligations.»

Les associations de personnes peuvent se former librement sans autorisation préalable sous la
forme d’associations déclarées et d’associations reconnues d’utilité publique. Quelle que soit sa
nature, toute association doit faire l’objet d’une déclaration préalable à la préfecture ou à la
circonscription administrative où l’association a son siège social. Il en est donné récépissé.

Les articles 11, 12, 13 et 21 confèrent la capacité juridique nécessaire aux :

- associations déclarées et unions d’associations pour « ester en justice, acquérir à titre


onéreux, posséder et administrer … les cotisations de ses membres » et des biens
immobiliers ;
- associations reconnues d’utilité publique pour « faire tous les actes de la vie civile. »

Cela leur permet d’effectuer des actes de gestion et d’être ainsi partie à des contrats dont
notamment les contrats de travail. Il suit de là qu’elles doivent s’affilier en tant qu’employeur à
la CNPS.

I.5.2. Les coopératives

L’article 1er de la loi n°97-721 du 23 décembre 1997 relative aux Coopératives dispose : « Les
coopératives sont des groupements de personnes physiques ou morales de type particulier, de
forme civile ou commerciale, apolitiques et non confessionnelles, régies par :

- les principes coopératifs universels : adhésion volontaire et ouverte à tous, pouvoir


démocratique exercé par les membres, participation économique des membres,
autonomie et indépendance, éducation, formation et information, coopération entre
coopératives, engagement envers la communauté ;
- les principes généraux du droit applicable aux contrats ;
- les dispositions de leurs statuts. »

Les coopératives peuvent mener leurs actions dans toutes les branches d’activités légales, sauf
dispositions législatives contraires. Elles exercent une activité économique en qualité de
mandataires de leurs membres à titre non lucratif.

L’objet social d’une coopérative est soit d’accomplir en commun une activité professionnelle
déterminée, soit d’apporter à l’ensemble de ses membres un bien ou un service précis facilitant
une même activité professionnelle. L’objet de la coopérative doit toujours contribuer à la
promotion de ses membres.

La création d’une coopérative est subordonnée à l’obtention d’un agrément délivré


expressément ou accordé tacitement par l’autorité administrative territorialement compétente
dans les deux mois qui suivent sa saisine.

19
L’agrément confère à la coopérative la pleine capacité juridique et permet le démarrage effectif
de ses activités. Il doit être publié au Journal Officiel pour être opposable aux tiers.

La coopérative est donc un sujet de droit privé capable de recruter du personnel conformément
aux dispositions du Code du travail. A cet égard et comme tout autre employeur, elle est tenue
de s’affilier à la CNPS.

II. Les personnes morales de droit commun : les entreprises


L’article 11 du décret n°64-481 du 08 décembre 1964 fixant les conditions de gestion du
régime des accidents du travail et maladies professionnelles, à compter du 1er janvier 1965
définit l’entreprise comme étant « une organisation économique de forme juridique
déterminée (propriété individuelle ou collective) constituée pour une production de biens
destinés à la vente ou à la fourniture de services rémunérés.
Elle peut comprendre un ou plusieurs établissements. Un établissement donné relève toujours
d’une entreprise. Un établissement unique et indépendant constitue à la fois une entreprise et
un établissement. »
Le régime juridique qui régule leur gestion permet de caractériser les entreprises publiques et
les entreprises privées.

II.1. Les entreprises publiques


Ce sont essentiellement les démembrements de l’Etat institués par la loi n°98-388 du 02 juillet
1998 fixant les règles générales relatives aux établissements publics nationaux et portant
création de catégories d’établissements publics et abrogeant la loi n°80-1070 du 13 septembre
1980, dans le but d’accomplir des missions de service public ou d’intérêt général relevant de sa
compétence exclusive.

Ce texte instaure une « Catégorie d’établissement public » c'est-à-dire un « ensemble


d’établissements publics régis par les mêmes règles législatives à raison de la nature juridique
ou des caractéristiques de leur activité. »
Ces activités sont dévolues à un « Etablissement public national » défini comme étant une
« personne morale de droit public créée par l’Etat, disposant de l’autonomie financière, dont
l’objet exclusif et spécialisé est de remplir une mission de service public en suivant des règles
adaptées à sa mission, et comportant des contraintes et des prérogatives de droit public.»
Deux grandes catégories d’établissements publics nationaux existent :
1. l’Etablissement Public Administratif (EPA) que constitue tout service public, doté de la
personnalité morale de Droit public et de l’autonomie financière, dont les ressources
sont essentiellement d’origine publique et les prestations, en principe gratuites.
Font partie de la catégorie des établissements publics administratifs : l’AIP, l’Agence
Nationale de l’Aviation Civile (ANAC), l’Institut Pédagogique National de
Enseignement Technique Professionnel (IPNETP), le Centre Ivoirien Anti-Pollution
(CIAPOL), le Centre National de Transfusion Sanguine, le Centre National de
Documentation Juridique, l’ENSEA, les CROU, l’INP/FHB, l’Institut National de
Formation Sociale, l’INSP, l’Institut Raoul Folereau …
2. L’Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC) que constitue tout
établissement doté de la personnalité morale de Droit public et de l’autonomie

20
financière, qui remplit une mission de service public spécialisée à caractère industriel
ou commercial et dont les ressources résultent principalement des redevances perçues
sur les usagers.
Même s’il n’a pas la qualité de commerçant, l’Etablissement public industriel et
commercial gère ses activités selon les règles applicables à une entreprise commerciale
de droit privé.
Dans la catégorie des établissements publics industriels et commerciaux figurent :
l’AGEFOP, l’AGEPE, l’Imprimerie Nationale, les CHU, l’ONI, la Pharmacie de la
Santé Publique de Côte d’Ivoire, l’Institut de Cardiologie d’Abidjan, l’Institut Pasteur
de Côte d’Ivoire …
Quelle que soit sa nature, chaque établissement public national est créé par un décret qui définit
sa mission, détermine, selon l’objet de son activité et la nature de ses ressources, la catégorie à
laquelle il appartient et fixe les règles particulières de son organisation administrative et
financière.

Il est obligatoirement soumis aux règles de la comptabilité publique car même s’il dispose d’un
patrimoine propre, ses deniers sont publics. Mais il n’est pas soumis aux voies d’exécution.

En dépit de ses particularités, tout établissement public national ne peut, quel qu’il soit, se
défaire de l’obligation d’affiliation des employeurs à la CNPS car son personnel est composé à
la fois :
- de fonctionnaires régis par le statut général de la fonction publique ;
- et d’agents contractuels relevant du code du travail et au titre desquels cette
obligation tire son fondement.

II.2. Les entreprises privées


Les entreprises privées comprennent plusieurs types de personnes morales de droit privé.

II.2.1. Les sociétés commerciales


Les unes sont créées par des initiatives privées dans un but purement lucratif suivant les
procédures définies par l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et
du Groupement d’Intérêt économique du 17 avril 1997. Ce sont les sociétés industrielles,
commerciales ou de toute autre nature dont le capital est constitué par des particuliers. Elles
appartiennent aux actionnaires sous la forme surtout de Sociétés Anonymes (S.A), Sociétés
Anonymes à Responsabilité Limitée (SARL) …
Les autres sont créées à l’initiative de l’Etat dans un but lucratif également par des actes
règlementaires ou conformément aux dispositions législatives et règlementaires applicables aux
sociétés anonymes. Leur capital est entièrement ou partiellement constitué par des
participations de l’Etat, de toute autre personne morale de droit public ou des Sociétés d’Etat.
Elles sont identifiées sous la forme de Sociétés d’Etat (SNPECI, PETROCI Holding, BNETD,
BNI, PAA, AGETU, SODEMI, CGRAE, ATCI, SODEFOR, …), de Sociétés d’Economie
Mixte (LONACI …) et de Sociétés à participation financière publique.

II.2.2. Les cas particuliers


Ils concernent notamment :

21
II.2.2.1. Les entreprises de travail temporaire (décret n°96-194 du 7 mars 1996)
Selon l’article 11.4 du Code du travail repris par l’article 1 er du décret précité : « Est
entrepreneur de travail temporaire toute personne physique ou morale dont l’activité exclusive
est de mettre à la disposition provisoire d’utilisateurs, personnes physiques ou morales, des
salariés, qu’en fonction d’une qualification convenue, elle embauche et rémunère à cet effet. »
La convention qui lie l’entrepreneur de travail temporaire à l’utilisateur est une convention de
prestation de service.
L’objet de cette convention est l’exécution d’une mission dont la durée est limitée à trois mois,
renouvelable trois fois par période d’un mois au maximum.
L’entrepreneur de travail temporaire doit s’affilier à la CNPS pour s’acquitter du paiement
obligatoire des cotisations sociales dues pour le compte du travailleur en mission. A cet effet, il
est tenu de fournir à l’utilisateur une attestation indiquant sa situation relative au recouvrement
des cotisations sociales.
En cas de défaillance de l’entrepreneur pendant la mission, l’utilisateur lui est substitué pour le
règlement des cotisations sociales.
II.2.2.2. Les sous traitants et autres tâcherons
L’article 11.6 du Code du travail énonce que : « Le tâcheron est un sous-entrepreneur qui, sans
être propriétaire d’un fonds de commerce, artisanal ou agricole, et engageant lui-même la main
d’œuvre nécessaire, passe avec un entrepreneur un contrat écrit ou verbal pour l’exécution d’un
travail ou la fourniture de certains services moyennant un prix forfaitaire. »
L’alinéa 1 de l’article 11.7 du même code poursuit : « Quand les travaux sont exécutés dans les
ateliers, magasins ou chantiers de l’entrepreneur, ce dernier est, en cas d’insolvabilité du
tâcheron, substitué à celui-ci en ce qui concerne le paiement des salaires dus aux travailleurs. »

Il en résulte que les sous traitants et tâcherons doivent s’affilier à la CNPS et régler les
cotisations sociales dues au titre des travailleurs qu’ils utilisent. Toutefois, s’ils sont défaillants,
cette obligation retombe sur l’entrepreneur principal.

II.2.3. Le Groupement d’Intérêt économique (GIE)


L’acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du Groupement d’Intérêt
économique du 17 avril 1997 a créé également le Groupement d’Intérêt Economique. Cette
entité économique est constituée par contrat entre deux ou plusieurs personnes physiques ou
morales y compris les personnes exerçant une profession libérale soumise à un statut législatif
ou réglementaire ou dont le titre est protégé.
Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE) a pour but exclusif de mettre en œuvre pour une
durée déterminée, tous les moyens propres à faciliter ou à développer l’activité économique des
ses membres, à améliorer ou à accroître les résultats de cette activité.
Son activité doit se rattacher essentiellement à l’activité économique de ses membres et ne peut
avoir qu’un caractère auxiliaire par rapport à celle-ci.
Le GIE ne donne pas lieu par lui-même à réalisation et à partage des bénéfices. Il peut être
constitué sans capital. Les droits des membres ne peuvent être représentés par des titres
négociables.
Il jouit de la personnalité morale et de la pleine capacité à compter de son immatriculation au
registre du commerce et de crédit immobilier.

22
II.2.4. Les Institutions de Prévoyance Sociale (IPS)
La loi n°99-476 du 02 août 1999 portant définition et organisation des Institutions de
Prévoyance Sociale est venue ajouter à cette multitude de personnes morales de droit privé, la
catégorie des Institutions de Prévoyance Sociale. Ces Institutions sont des personnes morales
de droit privé de type particulier sans capital social et dont les ressources sont
principalement constituées par les cotisations sociales.
Leurs résultats sont obligatoirement et intégralement affectés et répartis entre les fonds de
réserve créés par le Conseil d’administration à l’effet de l’augmentation de ses fonds propres.
Seule pour le moment, la CNPS est une Institutions de Prévoyance sociale.
Malgré leur diversité et leur nombre, toutes les personnes morales de droit privé établies
conformément à la législation en vigueur sont par nature des employeurs soumis à l’obligation
de s’affilier à la CNPS.

CHAPITRE II. LES PERSONNES PHYSIQUES


Les particuliers en raison des activités qu’ils mènent ou à cause des exigences de la vie sociale
peuvent être eux aussi des employeurs. Cette qualité peut ou non s’appuyer sur une
réglementation.
Cette réglementation est d’abord édictée par l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des
sociétés commerciales et du Groupement d’Intérêt économique du 17 avril 1997 qui prévoit
avec les Sociétés unipersonnelles, un type de sociétés commerciales pouvant être créées par
une seule personne dénommée « associé unique » par un acte écrit et notarié.

Elle peut être également inhérente à la nature de l’activité menée. C’est le cas des professions
libérales. En effet, des individus peuvent remplir toutes les conditions exigées par la profession
et obtenir l’autorisation requise des pouvoirs publics d’exercer la profession d’avocat, de
notaire, d’huissier, de pharmacien, de médecin privé, d’expert comptable, de géomètre …

Dans d’autres circonstances, il suffit de remplir la simple formalité de l’inscription préalable au


registre de commerce du tribunal compétent avant de gérer un fonds de commerce ou d’exercer
des activités personnelles dans l’artisanat, le transport, le commerce de détail surtout, la
restauration …

Lorsque la nécessité s’impose à des particuliers d’occuper du personnel domestique (cuisinier,


bonne, boy, maître d’hôtel, gouvernante …), l’application des dispositions de la réglementation
en vigueur reste peu contraignante en pratique.

La réglementation peut même s’avérer insuffisante voire inadaptée pour capter les travailleurs
du secteur informel ou atypique.

Quoiqu’il en soit, dès lors qu’une personne physique occupe pour son propre compte et sous
son autorité un travailleur moyennant rémunération du travail fourni, elle se comporte comme
un employeur et doit à ce titre se conformer à l’obligation de s’affilier à la CNPS.

23
 cet égard, rien n’empêche une personne physique d’être son propre employeur et de s’affilier
de ce fait à la CNPS.

TITRE III. LES TRAVAILLEURS


En Côte d’Ivoire, le Code de Prévoyance sociale emprunte au Code du travail la définition du
travailleur. Dans d’autres législations nationales, ce sont plutôt les dispositions applicables en
matière de sécurité sociale qui définissent elles-mêmes la notion de travailleur. Elles arrivent
ainsi à l’adapter aux réalités socio-économiques qui caractérisent toutes les dimensions du
milieu professionnel.
Il apparaît ainsi que la notion de travailleur est dynamique et évolutive. Elle est
essentiellement matérielle et s’identifie d’abord au lien de dépendance qui unit le travailleur à
son employeur, en rejetant toute discrimination basée sur la personne du travailleur (sexe, âge,
nationalité …). Son contenu s’enrichit ensuite par l’apport la jurisprudence et des formes de
travail qui, en s’éloignant de plus en plus d’un tel lien de dépendance, correspondent au travail
dit indépendant.

CHAPITRE I : LE TRAVAILLEUR DEPENDANT


L’article 2 du Code du Travail donne la définition du travailleur dépendant. Il dispose en effet
que : « Est considéré comme travailleur au sens de la présente loi, quels que soient son
sexe et sa nationalité, toute personne qui s’est engagée à mettre son activité
professionnelle, moyennant rémunération, sous la direction et l’autorité d’une autre
personne, physique ou morale, publique ou privée.
Pour la détermination de la qualité de travailleur, il ne sera tenu compte ni du statut juridique
de l’employeur, ni de celui de l’employé.
Les personnes nommées dans un emploi permanent d’un cadre d’une administration publique
ne sont pas soumises aux dispositions de la présente loi. De même, les travailleurs employés au
service de l’Etat ou des personnes morales de droit public et qui relèvent d’un statut particulier,
échappent, dans la limite de ce statut et de celle des principes généraux du droit administratif, à
l’application du présent code.»
Plusieurs catégories de travailleurs dépendants existent.

I. Le travailleur salarié
Le travailleur salarié est la personne physique qui loue sa force de travail ou la met à la
disposition d’une autre personne physique ou morale en contrepartie d’une rémunération.

24
En principe, la relation de travail entre un employeur et un salarié est établie du fait de
l’existence d’un contrat de travail. Le contrat individuel de travail est la convention (verbale
ou écrite) par laquelle une personne s’engage à mettre son activité professionnelle, manuelle ou
intellectuelle, à la disposition d’une autre personne (physique ou morale) sous la subordination
de laquelle elle se place, moyennant une rémunération.
Trois conditions sont nécessaires pour qu’il y ait contrat de travail :
- l’activité de l’homme, son activité professionnelle appelée prestations de travail. Cette
activité peut être physique ou cérébrale (manœuvre, comptable, secrétaire, médecin,
vedette de cinéma, professeur etc.…) ;
- la rémunération qui est le salaire du travail, la contrepartie de la prestation de travail. Si
la prestation de travail n’est pas accomplie, la rémunération n’est pas due ;
- le lien de subordination : la subordination place le travailleur sous l’autorité de son
employeur qui lui donne des ordres concernant l’exécution du travail, contrôle leur
accomplissement et vérifie les résultats.

Le contrat de travail peut être conclu pour une durée indéterminée ou pour une durée
déterminée. Cette distinction ne produit aucun effet sur l’immatriculation du travailleur à la
CNPS puisque la nature du contrat de travail – contrat à durée indéterminée ou déterminée,
contrat à l’essai – ne soustrait pas l’employeur de son obligation de déclarer le travailleur à cet
effet.
Il en est de même en ce qui concerne les différents types de travailleurs salariés qui se dégagent
en fonction de la nature de leur profession et des particularités de leurs activités.

I.1. Le travailleur à temps partiel ou travailleur occasionnel


L’article 21.2 alinéa 3 du Code du Travail dispose : « Une durée de travail inférieure à la durée
normale peut être stipulée dans le cadre du travail à temps partiel.»

L’article 1er du décret n°96-202 du 7 Mars 1996 relatif au travail à temps partiel précise : « Est
considéré comme travail à temps partiel … le travail effectué de façon régulière et volontaire,
dont la durée est inférieure ou au plus égale à trente (30) heures par semaine ou cent vingt
(120) heures par mois.»

L’article 2 du même décret poursuit : «Le travailleur à temps partiel est celui dont la durée du
travail ne peut être supérieure à trente (30) heures par semaine ou à cent vingt (120) heures par
mois.» Même s’il peut effectuer des heures complémentaires au-delà de cette limite
hebdomadaire ou mensuelle, le nombre total des heures de travail à temps partiel doit rester
inférieur à la durée légale du travail hebdomadaire ou mensuel.

Que le travail soit accompli dans la durée normale, à temps partiel ou occasionnellement, le
salaire légal pris en compte en matière de Prévoyance sociale, doit être au moins égal au SMIG.

I.2. Le travailleur détaché


Le détachement est la situation dans laquelle se trouve un salarié que son employeur met
temporairement à la disposition d’une autre entreprise située en Côte d’Ivoire ou hors de Côte
d’ivoire – qui est le plus souvent une société filiale ou appartenant au même groupe.

25
Il y a détachement lorsque l’employeur conserve le salarié sous sa dépendance exclusive et
reste maître de son affectation. Le statut du salarié est maintenu dans son entreprise d’origine.
Toutefois, ce statut est suspendu pendant la durée du détachement.
En matière de sécurité sociale le régime juridique du contrat de détachement produit des effets
différents selon trois variantes :
- le contrat de détachement d’une entreprise à sa succursale située sur le territoire de la
Côte d’Ivoire. Cela ne produit aucun effet puisque le travailleur reste toujours
immatriculé à la CNPS ;

- le contrat de détachement à l’étranger. Il s’agit du contrat de détachement d’un salarié,


qui tout en restant placé sous l’autorité d’un employeur établi en Côte d’Ivoire, effectue
son travail dans un autre Etat ou vice versa. Dans ce cas, le travailleur appelé à exercer
son activité dans une entreprise située dans un autre Etat ne change pas de régime de
sécurité sociale car il reste toujours assujetti au même régime pendant la durée du
détachement ;
- le fonctionnaire en situation de détachement sur le territoire national auprès d’une
entreprise dont la gestion est de type privée. En règle générale, le contrat de détachement
prévoit le maintien de l’affiliation des fonctionnaires au seul régime de retraite de la
Fonction Publique. En ce qui concerne les Prestations Familiales et de Maternité ainsi
que les Accidents du travail et Maladies Professionnelles, ils doivent être affiliés à la
CNPS.

Le détachement préserve ainsi la continuité de l’affiliation à un même régime de sécurité


sociale et constitue pour le travailleur, une garantie certaine de ses droits sociaux. Cependant, si
une convention bilatérale de sécurité sociale coordonne les législations de l’Etat du lieu
d’exécution du contrat et de l’Etat dans lequel le contrat est conclu, ce sont les dispositions
conventionnelles qui s’appliquent. C’est le cas par exemple de la Convention Ivoiro-française
de sécurité sociale du 25 juin 1986.
Le contrat de détachement se distingue du contrat d’expatrié.

I.3. Le travailleur expatrié


L’expatrié se définit comme :
- un salarié envoyé à l’étranger pour une longue période, n’ayant plus ou peu de lien
direct de subordination avec son employeur d’origine,
- ou un travailleur recruté par une entreprise étrangère et qui exerce son activité sur le
territoire du pays (pays d’accueil) où ladite entreprise est installée.
Le contrat d’expatrié est donc un contrat par lequel un salarié expatrié exerce son activité pour
le compte de son employeur d’accueil. De ce fait, ne faisant plus partie de l’effectif de
l’employeur d’origine, sa rémunération est généralement fixée par l’employeur d’accueil.
L’expatrié ne conservant quasiment pas de lien de subordination avec son employeur d’origine,
la loi applicable est celle du lieu d’exécution du contrat de travail. Le travailleur expatrié est
donc assujetti au régime de sécurité sociale du pays d’accueil. Il est astreint au paiement des
cotisations au régime de sécurité sociale de ce pays.

I.4. Les marins (décret n°64-481 du 8 décembre 1964)

26
Il résulte des énonciations de ce décret que le personnel engagé en Côte d’Ivoire au service des
navires maritimes ou fluviaux pour quelque travail salarié que ce soit, est affilié à la CNPS sauf
dispositions particulières prévues par voie d’accord international. C’est le cas de l’arrangement
administratif de la Convention ivoiro-française de sécurité sociale du 25 juin 1986 concernant
les marins.
Le rattachement de cette catégorie de travailleurs au régime ivoirien de Prévoyance sociale
s’appuie sur le critère du pavillon à travers l’article 15 du décret n°64-481 du 8 décembre 1964.
Ainsi, tous les travailleurs salariés quelle que soit leur nationalité, exerçant sur les bateaux ou
navires battant pavillon ivoirien sont obligatoirement affiliés à la Caisse Nationale de
Prévoyance Sociale (CNPS).

I.5. Les Kroomens (arrêté 407 METT/MEFP du 30 Août 1995)


En vertu de cet arrêté : « Est considérée comme kroomen, toute personne qui, dans un port de
la Côte d’Ivoire, s’embarque sur un navire pour y être exclusivement employée aux opérations
de manutention à bord et/ou aux travaux préparatoires et complémentaires de ces opérations,
moyennant rémunération.»
L’article 13 alinéa 5 de l’arrêté interministériel ci-dessus indique que tout kroomen doit être
déclaré à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) dès son premier embarquement
afin de bénéficier des prestations servies par cette Institution.
L’article 4 du même arrêté précise que la direction chargée des transports maritimes est
responsable de la gestion administrative des kroomen. En conséquence, cette direction doit être
considérée comme l’employeur chargé d’accomplir toutes les démarches administratives et
formalités auprès de la CNPS en vue de les immatriculer.

I.6. Les personnels des représentations diplomatiques et


consulaires
Le personnel des représentations diplomatiques et consulaires s’entend des membres des
missions diplomatiques ou des postes consulaires tels que les chefs de mission et leur
personnel privé, les chefs de postes consulaires, le personnel diplomatique, le personnel
administratif et technique, les fonctionnaires et employés consulaires ainsi que le personnel de
service, qu’ils soient fonctionnaires ou non, nationaux ou non nationaux.

I.6.1. Le principe de l’exemption du régime ivoirien de prévoyance sociale


Il résulte des énonciations de l’article 33 de la convention de Vienne sur les relations
diplomatiques du 18 avril 1961 et de l’article 48 de la convention de Vienne sur les relations
consulaires du 24 avril 1963, qu’en Côte d’Ivoire, les personnels des représentations
diplomatiques et consulaires bénéficient en principe de l’exemption du régime ivoirien de
prévoyance sociale et restent toujours assujettis – bien que se trouvant en Côte d’Ivoire sur le
territoire d’un Etat étranger – à leur système national de sécurité sociale ou à celui d’un Etat
tiers.
Le champ d’application matériel de cette exemption est restreint aux services rendus à l’Etat
accréditant (ou d’envoi) par les personnels des représentations diplomatiques et consulaires
tandis que son champ d’application personnel est élargi expressément aux membres des
familles des membres du poste consulaire vivant à leur foyer.

27
L’exemption du régime ivoirien de prévoyance sociale s’applique également aux domestiques
privés qui sont au service exclusif de l’agent diplomatique à condition :
- qu’ils ne soient pas ressortissants de l’Etat de Côte d’Ivoire ou n’y aient pas leur
résidence permanente ;
- et qu’ils soient soumis aux dispositions de sécurité sociale qui peuvent être en vigueur
dans l’Etat accréditant ou dans un Etat tiers.
Il en est de même et dans les mêmes conditions, des membres du personnel privé qui sont au
service exclusif des membres du poste consulaire.
Les agents diplomatiques et membres du poste consulaire qui ont à leur service des personnes
auxquelles l’exemption du régime ivoirien de prévoyance sociale ne s’applique pas, doivent
observer les obligations que les dispositions de prévoyance sociale en vigueur en Côte d’Ivoire,
imposent à l’employeur.
C’est ce que confirme d’ailleurs la lettre circulaire n° 7636/AE/PRO/PI/RC/DMA du 21
novembre 1997 adressée par le Ministre des Affaires Etrangères aux missions diplomatiques
accréditées en Côte d’Ivoire et aux organisations internationales ayant un siège ou un bureau en
Côte d’Ivoire lorsqu’elle souligne notamment que « …le personnel non diplomatique doit
être obligatoirement immatriculé et couvert par les dispositions de la loi n°68-595 du 20
Décembre 1968 portant Code de la Prévoyance sociale et ses textes subséquents. Les
employeurs sont tenus de faire bénéficier leur employé de la législation ivoirienne du
travail. A cet égard, le Ministre informe les Missions Diplomatiques, les Organisations
Internationales et les Organisations non Gouvernementales de l’obligation d’affiliation à la
CNPS et du versement régulier des cotisations sociales, sans lesquels leurs travailleurs seraient
pénalisés si un risque survenait ou à leur retraite ».
L’exemption des personnels des représentations diplomatiques et consulaires n’exclut toutefois
pas leur participation volontaire au régime de prévoyance sociale prévu en Côte d’Ivoire par
l’article 6 du Code de Prévoyance sociale.
De même, tel qu’il est édicté par la Convention de Vienne, le principe général de l’exemption
laisse subsister les dispositions particulières prévus à cet effet par les accords bilatéraux ou
multilatéraux relatifs à la sécurité sociale qui ont été conclus antérieurement ou le seront
ultérieurement. C’est le cas notamment de la convention ivoiro-française de sécurité sociale.

I.6.2. Les dispositions particulières de la convention ivoiro-française de


sécurité sociale
L’article 2 de la convention ivoiro-française de sécurité sociale exclut de son champ
d’application personnel les fonctionnaires et agents de l’Etat, notamment les agents exerçant
des fonctions diplomatiques ou consulaires. Toutefois, les consuls honoraires, les agents
consulaires ainsi que le personnel administratif et technique de ces missions et postes
consulaires sont assimilés aux agents exerçant une activité salariée et la législation qui leur est
applicable est donc celle du pays de résidence.

En ce qui concerne :

- les personnels salariés des postes diplomatiques et consulaires autres que ceux visés à
l’article 2 ci-dessus,
- les travailleurs au service personnel d’agents de ces postes (domestiques privés),

28
dès lors qu’ils ne sont pas ressortissants de l’Etat dans lequel ils exercent leur activité, l’article
5 paragraphe 2-c de cette convention leur donne la faculté d’opter, pour l’application de la
législation de l’état représenté pour autant que ces salariés soient des ressortissants de cet
Etat ou aient été antérieurement affiliés au régime de sécurité sociale dudit Etat.

Ainsi :
- les travailleurs ayant la nationalité du pays accréditant, recrutés sur la base du Code du
travail (les recrutés locaux) ont la possibilité d’opter pour la législation du pays de
résidence ou pour la législation de leur pays d’origine.
Par exemple : un ivoirien recruté par un contrat de travail le liant à l’Ambassade de
Côte d’Ivoire en France peut choisir d’être affilié soit au régime ivoirien soit au régime
français. Il en va de même pour un français recruté par l’Ambassade de France en Côte
d’Ivoire ;

- les recrutés locaux ayant soit la nationalité du pays de résidence de la mission


diplomatique ou du poste consulaire, soit la nationalité d’un pays tiers (autre que la
France ou la Côte d’Ivoire), relèvent de la législation du pays de résidence.

Par exemple : un ivoirien recruté par un contrat de travail le liant à l’Ambassade de


France en Côte d’Ivoire, sera affilié au régime ivoirien de sécurité sociale. Il en sera de
même pour un travailleur burkinabé ou malien. Toutefois, si ces travailleurs ont
antérieurement été affiliés au régime de sécurité sociale de l’Etat accréditant (la France)
le droit d’option leur est ouvert.

I.7. Les personnels des organisations internationales


Généralement, les accords de siège conclus entre ces organismes et l’Etat de siège ou de
l’installation de leur représentation règlent leur situation au regard de la législation de sécurité
sociale.
Lorsque ce n’est pas le cas, il faut recourir aux dispositions de la Convention de Vienne
relatives aux les personnels des représentations diplomatiques et consulaires (Ambassades et
Consulats) indiquées au point I.6.1. ci-dessus.
I.8. Les fonctionnaires
Selon l’article 23 de la loi N°92-570 du 11 Septembre 1992 portant Statut Général de la
Fonction Publique : « Le fonctionnaire doit servir l’Etat avec loyauté, dignité, intégrité et
dévouement. Il doit consacrer l’intégralité de son activité professionnelle aux tâches qui lui
sont confiées. Il ne peut exercer à titre professionnel, une activité privée lucrative de quelque
nature que ce soit sauf dérogation accordée par décret. »
Il en ressort qu’en principe, le Code du Travail ne s’appliquant pas aux fonctionnaires, ils sont
exclus du champ d’application personnel du régime de sécurité sociale de la CNPS.
Cependant, ils peuvent exercer une activité professionnelle dans le secteur privé dans le cadre
d’un détachement, si une dérogation en bonne et due forme leur est accordée à cet effet, par
décret.
Dans ces conditions, le fonctionnaire détaché doit être déclaré à la CNPS et cotiser au moins au
titre des branches des Prestations Familiales et des risques professionnels. En ce qui concerne

29
plus particulièrement les cotisations au titre du régime de retraite du secteur public ou de la
branche vieillesse du régime de Prévoyance sociale du secteur privé, le fonctionnaire détaché
peut opter pour le régime de retraite qui lui est le plus favorable.
Tout fonctionnaire exerçant dans le secteur privé sans bénéficier de la dérogation visée à
l’article 23 du Statut Général de la Fonction Publique est en situation irrégulière dans la mesure
où il exerce une activité clandestine. Même si un tel contrat de travail peut être frappé de
nullité, cela n’emporte aucune conséquence en matière de prévoyance sociale. En effet, peu
importe que le contrat de travail soit valable ou non. Dès lors qu’en fait le rapport d’employé à
employeur existe, le fonctionnaire dont le contrat est entaché de nullité doit être immatriculé à
la CNPS. Dans ce cas de figure, les cotisations doivent être acquittées pour toutes les branches
du régime de Prévoyance sociale géré par la CNPS.

I.9. Les stagiaires


Les stagiaires relèvent de deux régimes de stage.

I.9.1. Le stage de fin d’études


Certains cycles d’études imposent aux élèves et étudiants d’effectuer un stage de fin de
formation, souvent non rémunéré, en vue d’obtenir leur diplôme.
Dans ce cas, le stagiaire doit être couvert au titre des accidents du travail et des maladies
professionnelles.
La charge des cotisations incombant à l’établissement d’enseignement, une convention de stage
signée entre l’établissement concerné et l’employeur doit être établie à cette fin.

I.9.2. Le stage rémunéré


Lorsque le stage est considéré comme rémunéré par une indemnité de stage supérieure ou égale
au SMIG, qu’il s’inscrive dans le cadre d’études ou non, le stagiaire relève du régime ivoirien
de Prévoyance sociale.
La charge de la cotisation incombe à l’employeur auprès duquel le stage se déroule dans la
mesure où le statut social du stage est très proche de celui du travailleur salarié.
I.10. Les travailleurs vacataires
En général, cette catégorie de travailleurs se caractérise par le fait qu’elle exerce une activité
professionnelle rémunérée pour une période ponctuelle et de courte durée.
En dehors des fonctionnaires exerçant dans le secteur privé en position ou non de détachement
(cf. I.8 ci-dessus), les autres vacataires relèvent essentiellement des professions médicales et de
l’enseignement.

I.10.1. Les médecins privés


Les médecins privés exercent une profession libérale et ont une clientèle particulière. Ce sont
des travailleurs indépendants qui, en tant que tels, sont en principe hors du champ d’application
personnel du régime obligatoire de Prévoyance sociale géré par la CNPS.

30
Toutefois, lorsqu’ils interviennent à temps partiel auprès d’un organisme, d’une clinique ou
d’une entreprise, ils doivent être considérés comme des travailleurs temporaires ou horaires (cf.
point I.1. ci-dessus) dont l’immatriculation à la CNPS est obligatoire.

I.10.2. Les autres travailleurs du privé


Les travailleurs vacataires des établissements scolaires non agréés par les autorités compétentes
doivent être considérés comme des travailleurs clandestins. Leurs employeurs sont donc soumis
à l’obligation de les immatriculer et de cotiser pour leur compte au titre de l’ensemble des
branches du régime de Prévoyance sociale géré par la CNPS.
D’une façon générale, tout salarié du secteur privé ou tout travailleur indépendant assurant des
vacations est assimilé au travailleur occasionnel ou à temps partiel qui exerce une activité
professionnelle à mi-temps (journaliers ou horaires) sous l’autorité, la direction et le contrôle
d’un employeur qui est de surcroît responsable de tous les risques auxquels il est exposé
pendant sa présence sur les lieux du travail.
I.11. Le personnel navigant des compagnies aériennes
L’article 14 du décret 64-481 du 8 décembre 1964 énonce qu’en principe, le personnel navigant
des transports aériens est affilié à la CNPS lorsqu’il a pour point d’attache une localité située en
Côte d’Ivoire.
En Côte d’Ivoire, pour reconnaître le « point d’attache » du personnel roulant ou navigant, la
réglementation se réfère au critère de résidence que celle-ci soit principale ou secondaire. Selon
ce critère, si les travailleurs sont occupés de manière prépondérante sur le territoire de la partie
contractante où ils résident, c’est la législation de cette partie qui s’applique. La prépondérance
de l’activité exercée en Côte d’Ivoire par le personnel navigant est appréciée en nombre
d’heures de vol.

I.12. Les travailleurs bénéficiaires d’une pension


Lorsque, quelle que soit la nature de la pension de retraite servie par le régime de prévoyance
sociale géré par la CNPS au bénéficiaire celui-ci reprend une activité salariée, la qualité de
salarié éteint le droit à la pension. En conséquence, cette prestation est suspendue dans la
mesure où les obligations liées à son assujettissement et aux cotisations sociales naissent à
nouveau.

Sauf dispositions particulières d’une convention de coordination, le bénéfice d’une pension de


retraite servie par le régime de prévoyance sociale géré par la CNPS ne fait pas obstacle à
l’exercice d’une activité rémunérée au titre d’un autre régime de sécurité sociale. C’est le cas
par exemple du fonctionnaire ou du parlementaire en activité et qui perçoit en même temps une
pension de retraite octroyée au titre de l’assurance vieillesse des travailleurs du secteur privé et
assimilé.

II. Les travailleurs assimilés aux salariés


L’article 67 du Code de Prévoyance Sociale étend la définition du travailleur salarié aux actifs
qui leur sont assimilés pour être obligatoirement affiliés à la branche des accidents du travail et
des maladies professionnelles du régime de Prévoyance sociale géré par la CNPS. Ce sont :

31
1°- les membres des sociétés coopératives ouvrières de production ainsi que les gérants
non salariés de coopératives et leurs préposés ;
2°- les gérants d’une société à responsabilité limitée, lorsque les statuts prévoient qu’ils
sont nommés pour une durée limitée, même si leur mandat est renouvelable, et que leurs
pouvoirs d’administration sont, pour certains actes, soumis à autorisation de
l’Assemblée Générale à condition que lesdits gérants ne possèdent pas ensemble plus de
la moitié du capital social ; les parts sociales possédées par les ascendants, le conjoint
ou les enfants mineurs d’un gérant sont assimilées à celles qu’ils possèdent
personnellement dans le calcul de sa part ;
3° les présidents directeurs et directeurs généraux des sociétés anonymes ;
4°- les apprentis ;
5°- les élèves des établissements d’enseignement technique et les personnes placées
dans les centres de formation, de réadaptation ou de rééducation professionnelle pour
les accidents survenus par le fait où à l’occasion de cet enseignement ou de cette
formation. En ce qui concerne ces élèves et personnes, un décret, déterminera à qui
incombent les obligations de l’employeur ;
6°- les détenus exécutant un travail pénal, pour les accidents survenus par le fait ou à
l’occasion de ce travail …

III. Les travailleurs bénévoles

Le travail bénévole, c’est-à-dire le travail exécuté sans aucune idée de gain et dans la seule
intention de rendre service à autrui ne confère pas à son auteur la qualité de travailleur salarié
assujetti au régime de prévoyance sociale.

Le caractère bénévole d’un travail résulte de l’absence de toute rémunération (en espèces ou en
nature) mais plus encore, des intentions véritables et réelles des parties. Les travailleurs
bénévoles se retrouvent surtout dans les associations et Organisations Non Gouvernementales
(ONG) à caractère national. Il faut toutefois éviter de confondre le véritable travailleur
bénévole tel que défini ci-dessus et le travailleur bénévole « déguisé » qui peut s’avérer être un
travailleur salarié stricto sensu tel que défini au chapitre I ci-avant.

CHAPITRE II : LE TRAVAILLEUR INDEPENDANT


En vertu de l’article 6 du Code de Prévoyance sociale, les personnes qui ne sont pas des
travailleurs salariés tels que définis à l’article 2 du Code du travail peuvent adhérer
volontairement à un ou plusieurs des régimes que constituent les accidents du travail et
maladies professionnelles, les Prestations familiales et de Maternité et la Retraite.
En outre, selon l’article 15.4 du Code du Travail « … il est loisible au travailleur d’exercer en
dehors de son temps de travail, toute activité à caractère professionnel non susceptible de
concurrencer l’entreprise ou de nuire à la bonne exécutions des services convenus. »
Si l’article 6 du Code de Prévoyance sociale institue le principe de l’adhésion volontaire des
travailleurs non salariés à une ou plusieurs branches du régime de Prévoyance sociale, l’article
15.4 du Code du Travail consacre quant à lui, le principe de la pluralité d’employeur. Ces deux

32
textes, bien que n’ayant pas le même objet, se rejoignent pourtant pour reconnaître ainsi une
nouvelle forme d’actifs qui ne sont pas strictement sous la direction et l’autorité d’un
employeur.
En effet, ces textes se préoccupent moins du lien de dépendance juridique du travailleur salarié
à son employeur que du lien de subordination économique avec un donneur d’ouvrage. Leurs
relations juridiques ne repose pas sur un contrat de travail mais plutôt sur un contrat
d’entreprise (ou de prestation de service).
Ils établissent donc implicitement la catégorie du travailleur dit indépendant parce qu’il est
entièrement libre d’organiser et de conduire comme il l’entend son activité professionnelle.
Le travailleur indépendant correspond également à la personne physique qui mène
individuellement ou collectivement des activités dites informelles ou atypiques que la
définition de l’article 2 du Code du travail ne prend pas en compte.
Il suit de tout ce qui précède que « toute personne exerçant à titre principal une activité
professionnelle quelle que soit sa nature, pour son propre compte ou pour le compte
d’autrui peut être considérée comme travailleur indépendant.»

Le statut de travailleur indépendant est présumé sur la base des éléments caractéristiques de la
définition ci-dessus. Cependant cette présomption peut être renversée si la preuve est établie
que le travailleur fournit des prestations à un donneur d’ouvrage dans des conditions qui le
place dans un lien de subordination juridique permanent à l’égard de celui-ci. Dans ce cas, il
devra être obligatoirement affilié au régime.

Les travailleurs indépendants peuvent ainsi être :

- les indépendants faisant le commerce c'est-à-dire les artisans, commerçants et industriels


…;

- les travailleurs intellectuels indépendants c'est-à-dire les professions libérales, artistes,


consultants … ;

- les indépendants du domaine agricole au sens large c'est-à-dire les exploitants agricoles,
éleveurs, pisiculteurs … individuels …

CHAPITRE III. LES CONDITIONS GENERALES


DE L’ASSUJETTISSEMENT DU TRAVAILLEUR
Qu’il soit dépendant ou indépendant, le statut personnel du travailleur ne doit pas avoir
d’incidence sur son assujettissement au régime de Prévoyance sociale. Ce n’est pas forcément
le cas des conditions moins subjectives relatives au nombre d’employeurs, au contrat de travail,
au lieu de travail et à la rémunération.

I. L’exclusion des conditions liées à la personne du


travailleur

33
Les articles 2 du Code du Travail et 44 et 49 de la convention collective interprofessionnelle du
19 juillet 1977 font clairement ressortir que le statut de travailleur salarié est purement
matériel. Il ne peut pas en être autrement pour le travailleur indépendant car ce statut n’est
apprécié que par rapport aux éléments concrets que sont :

- l’engagement libre et volontaire de mettre sa force de travail à la disposition d’autrui ;


- la rémunération qui en est attendue ;
- la subordination du travailleur à son employeur.
Par conséquent, toute personne qui est reconnue comme ayant le statut de travailleur est
assujettie au régime ivoirien de Prévoyance sociale sans qu’il ne soit tenu compte de son statut
personnel c'est-à-dire son sexe, sa nationalité son âge.
I.1. Le sexe
Les hommes et les femmes qui travaillent pour un employeur sont assujettis à la CNPS dans les
mêmes conditions, avec les mêmes obligations et les mêmes droits.
De même, aucune discrimination fondée sur le sexe ne peut être imposée à l’affiliation
volontaire du travailleur non salarié.

I.2. La nationalité
La nationalité ne peut constituer ni un avantage supplémentaire ni un empêchement pour
l’assujettissement obligatoire ou volontaire du travailleur. Une fois assujetti, le travailleur
étranger et le travailleur ivoirien bénéficient dans les mêmes conditions, des mêmes protections
et droits.

I.3. L’âge
A condition de respecter l’âge minimum requis par l’article 23.8 du Code du Travail et de
rejeter ainsi toute forme de travail des enfants, les personnes dont le statut de travailleur est
établi, doivent ou peuvent être assujetties au régime ivoirien de prévoyance sociale.

II. Les conditions objectives


II.1. Le principe de la pluralité d’employeurs
L’article 15.4 du Code du Travail sus-cité du 12 janvier 1995, pose le principe la pluralité
d’employeurs dont peut relever un travailleur.
Aussi depuis 1995, tout travailleur fût-il salarié ou indépendant peut-être lié à plusieurs
employeurs à la fois et être indistinctement déclaré à la CNPS par chacun d’eux.
En principe, en pareil cas, le travailleur est tenu d’informer chacun de ses employeurs, à la fin
de chaque mois ou de chaque trimestre, sur le montant total des rémunérations qu’il a reçues au
cours de la période, lorsque l’ensemble de ses gains est supérieur au plafond annuel de
cotisations.

II.2. Le contrat de travail ou d’entreprise

34
II.2.1. La forme du contrat
En matière de prévoyance sociale, la validité du lien professionnel étant nécessaire et suffisante
pour faire immatriculer le travailleur à la CNPS, il importe peu, quelle que soit la qualification
qui lui a été donnée par les parties, que le contrat de travail soit verbal ou écrit, exprès ou tacite,
valable ou non.
En ce qui concerne le travailleur indépendant son affiliation ne repose que sur sa volonté de
s’assurer ou non.

II.2.2. Le principe de la territorialité de l’exécution du contrat

Le principe de la territorialité de l’exécution du contrat de travail est édicté dans les termes
suivants par l’article 1er du code du travail : « Le présent code du travail est applicable sur
tout le territoire de la République de Côte d’Ivoire.
Il régit les relations entre employeurs et travailleurs résultant de contrats conclus pour
être exécutés sur le territoire de la République de Côte d’Ivoire.
Il régit également l’exécution occasionnelle, sur le territoire de la République de Côte d’Ivoire,
d’un contrat de travail conclu pour être exécuté dans un autre Etat. Toutefois, cette dernière
disposition n’est pas applicable aux travailleurs déplacés pour une mission temporaire
n’excédant pas trois (03) mois.»
Ainsi donc, ne peuvent être assujettis au régime de sécurité sociale géré par la CNPS que les
travailleurs tenus par les obligations d’un contrat de travail qui s’exécute en Côte d’Ivoire.
Le contrat à l’origine de l’activité professionnelle du travailleur indépendant doit également
être réalisé sur le territoire de l’Etat de la Côte d’Ivoire pour que par la suite, il lui soit possible
d’adhérer volontairement au régime de son choix.

II.3. La rémunération
Aucun travailleur ne peut devenir un assuré social s’il ne perçoit pas une rémunération en
contrepartie ou du fait de son travail. Quelle que soit sa nature, la rémunération ne peut être
tirée que d’une activité professionnelle. Que ce soit un salaire ou toute autre forme de revenu
(commission, indemnité, rémunération d’un service, pourboire …) son montant doit être au
moins égal au SMIG.

35
2ème PARTIE: LES COTISATIONS SOCIALES
TITRE I : L’ASSIETTE DE COTISATION

PRINCIPES
1. Les règles générales liées aux éléments constitutifs de l’assiette des cotisations et à leur
évaluation sont édictées par l’article 23 du code de Prévoyance Sociale qui dispose :
« Les cotisations sont assises sur l’ensemble des salaires y compris les avantages en nature
et indemnités diverses versés par l’employeur à son personnel salarié à l’exception des
indemnités ayant le caractère de remboursement de frais.
Toutefois, les rémunérations dépassant un certain montant déterminé dans des conditions
fixées par décret pris après avis du conseil d’administration de la Caisse nationale de
Prévoyance sociale, ne sont comptées que pour ce montant.
Le montant du salaire à prendre en considération pour base des cotisations en application
des dispositions ci-dessus ne peut être inférieur, en aucun cas, au salaire minimum
interprofessionnel garanti (SMIG) applicable aux travailleurs salariés.»

2. L’article 1er de l’arrêté N° 003 du ministre des affaires sociales du 11 Mai 1983, précise :
« L’assiette des cotisations sociales comprend la rémunération totale du travailleur à
l’exclusion des prestations familiales et des cotisations patronales aux régimes des
prestations familiales, des accidents du travail et des maladies professionnelles et de la
retraite.»
D’une façon générale, l’assiette des cotisations est constituée :

- principalement, par le salaire proprement dit, c’est-à-dire les sommes correspondant à la


qualification professionnelle du travailleur et proportionnelles soit à la durée soit au
volume du travail ;
- accessoirement, par tous les éléments quelles qu’en soient la forme, la dénomination et
la nature qui sont alloués en considération du travail fourni ou de la qualité de
travailleur salarié, en vertu soit des dispositions légales et réglementaires, soit des
dispositions expresses ou tacites du contrat collectif ou individuel, soit encore des

36
usages de la profession ou de l’entreprise, même si ces avantages sont octroyés en
dehors de toute occupation effective du salarié.

3. Dans la mesure où selon l’article 6 du Code de Prévoyance sociale, des personnes autres que
les employeurs « occupant des travailleurs salariés tels que définis à l’article 2 du Code du
Travail » peuvent adhérer volontairement à une ou plusieurs des branches du régime de
prévoyance sociale géré par la CNPS, cette définition de l’assiette des cotisations peut paraître
excessivement restrictive.
Il suit de là que la mise en œuvre du principe de l’affiliation volontaire de catégories de
personnes n’ayant ni le statut ni la qualité de salarié à la CNPS exige que la notion d’assiette
des cotisations soit envisagée dans une acception extensive qui la saisit en tant que revenu
acquis comme rémunération du travail fourni (qu’il soit intellectuel, physique, matériel,
immatériel).
Dès lors, les cotisations peuvent être également assises sur des revenus autres que les salaires et
leurs accessoires. A cet effet, les règles déterminant les limites de l’assiette peuvent être
appliquées à de tels revenus pourvu qu’ils soient tirés d’une activité professionnelle.

CHAPITRE I : LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DE


L’ASSIETTE
L’article 31.1. du Code du Travail dispose : «Par rémunération ou salaire, il faut entendre le
salaire de base ou salaire minimum et tous les autres avantages, payés directement ou
indirectement, en espèces ou en nature, par l’employeur au travailleur en raison de l’emploi de
ce dernier.»

I. Le salaire
I.1. Le salaire de base ou catégoriel
C’est le salaire minimum fixé pour la catégorie professionnelle par le barème des salaires en
vigueur au sein de l’entreprise.

I.2. Le sursalaire
Il arrive que le salaire soit supérieur au salaire minimum. L’excédent de la rémunération
brute versée par l’employeur sur le salaire catégoriel est appelé sursalaire. Ce sursalaire
prend parfois le nom de « majoration individuelle ».

II. Les compléments de salaire


II.1. La rémunération des heures supplémentaires
Selon l’article 21.2 du Code du Travail du 12 janvier 1995 et l’article 5 du décret n°96-203 du
7 mars 1996 relatif à la durée du travail, la durée hebdomadaire du travail ne peut excéder :
- 40 heures pour les entreprises non agricoles ;
- 48 heures pour les entreprises agricoles dans la limite de 2400 heures par an.

37
Cette durée légale peut être dépassée dans les conditions prévues par les dispositions du décret
précité relatives notamment aux équivalences, aux heures supplémentaires, à la récupération
des heures de travail perdues et aux dérogations à la journée de travail.

La rémunération des heures supplémentaires selon les modalités fixées par le Code du Travail
et précisées par l’article 24 du décret n°96-203 du 07 mars 1996, est intégrée dans l’assiette des
cotisations.

II.2. Les indemnités ou primes


L’assiette des cotisations incorpore toutes les primes et indemnités de toute nature n’ayant le
caractère ni de dommages intérêts ni de remboursement de frais. A cet égard, les primes et
indemnités les plus courantes sont :
 la prime d’ancienneté ;
 la prime d’assiduité ;
 la prime incitative de départ à la retraite. Cette prime représente la rémunération que le
travailleur salarié aurait perçue jusqu’à la date effective de sa retraite ;
 l’indemnité compensatrice de congé payé ;
 l’indemnité de départ volontaire pour motif personnel. Dans la mesure où la rupture du
contrat de travail n’incombe pas à l’employeur, cette indemnité est assimilable à un
salaire ;
 l’indemnité de licenciement dans tous les cas où celle-ci n’a pas le caractère de
dommages intérêts. En tant qu’une indemnité légale versée à l’occasion du départ
définitif du salarié, elle constitue une rémunération qui doit être comprise en totalité
dans l’assiette de cotisation sociale ;
 l’indemnité de préavis est le salaire correspondant au délai de préavis. Elle doit être
regardée comme étant une rémunération comprise dans l’assiette des cotisations de
sécurité sociale. Il en est ainsi :
- aussi bien dans le cas où le salarié a continué d’occuper son emploi pendant la durée
du délai de préavis ;
- que dans celui où ayant immédiatement cessé ses fonctions, il n’a effectué aucun
travail pendant ce délai ;
 l’indemnité de mise à la retraite
L’indemnité versée aux travailleurs, au moment de leur mise à la retraite n’est pas
assimilable à des dommages intérêts destinés à compenser la perte de la situation. Elle
est regardée comme un supplément de traitement soumis à cotisation.

II.3. Les avantages

II.3.1. Les avantages en espèces


L’avantage en espèces ou en argent consiste en la remise d’une somme d’argent ou d’une
indemnité qui correspond à des dépenses qui incombent normalement au salarié. L’avantage en
argent peut être considéré comme un élément constitutif de l’assiette des cotisations notamment
dans les cas ci-dessous.

38
II.3.1.1. Les frais professionnels
Les sommes dont la preuve de l’utilisation effective conformément aux besoins de l’entreprise
n’est pas apportée, sont réintégrées dans l’assiette de cotisation.
II.3.1.2. Le cas des prestations familiales
Les prestations familiales, allocations, indemnités et majorations à caractère familial et social
attribuées contractuellement ou gracieusement par les employeurs constituent bel et bien des
suppléments de salaires soumis à cotisation.
II.3.1.3. Le cas particulier de l’assurance maladie
En dehors des éventualités couvertes par la sécurité sociale, l’Etat oblige l’employeur à
s’assurer lui-même contre les éventualités qui relèvent de sa responsabilité civile.
Mais il ne lui fait pas d’obligation d’assurer ses travailleurs notamment contre la maladie.
Néanmoins, il peut, s’il le désire leur verser des primes pour s’assurer contre ce risque. Dans ce
cas, la part employeur de la prime d’assurance constitue un avantage en espèces pour le salarié.
Toutefois, le montant global de cette prime doit être réparti de manière à déterminer la
contribution de chaque salarié dans l’assiette des cotisations. La répartition individuelle sera
évaluée sur une base réelle ou forfaitaire.
 L’évaluation au réel : la détermination du montant de l’avantage se fait chaque année
à partir de la consommation individuelle de chaque salarié en frais de santé ;
L’évaluation forfaitaire : l’évaluation de cet avantage peut également être déterminée
de manière forfaitaire en tenant compte du montant de la prime d’assurance payée par
l’employeur, appelée part employeur.
Exemple :

Part Part Consommation Assiette


employeur Salarié réelle Assiette réelle forfaitaire
Salariés
a 300 000 96 000 450 000 340 909 300 000
z 300 000 96 000 352 500 267 045 300 000
e 300 000 96 000 1 500 000 1 136 364 300 000
r 300 000 96 000 - - 300 000
t 300 000 96 000 1 000 000 757 576 300 000
y 300 000 96 000 - - 300 000

TOTAL 1 800 000 576 000 3 302 500 2 501 894 1 800 000

II.3.1.4. Le cas particulier de la retraite complémentaire


L’Etat ne faisant pas obligation à l’employeur de garantir une retraite complémentaire à ses
salariés, l’assurance retraite est intégralement prise en compte dans le brut social.

II.3.2. Les avantages en nature


Les avantages en nature peuvent être définis comme étant des faveurs d’ordre pécuniaire qu’un
employeur accorde à ses salariés sous forme de services ou de produits en vue de leur permettre
de réaliser une économie correspondant à la satisfaction de besoins certains.

39
II.3.2.1. Les avantages en nature prévus par l’arrêté n°03 MAS.CAB du 11 mai 1983
L’article 3 de l’arrêté n°03 MAS.CAB du 11 mai 1983 annexé ci-après précise que « la valeur
mensuelle des avantages en nature perçus par le travailleur entrant dans l’assiette des
cotisations est déterminée » en fonction de leur nature. Ce sont notamment ceux qui sont liés :
 au logement et accessoires ;
 à la domesticité (personnel de maison) ;
 à divers autres avantages spécifiques (climatisation, eau, nourriture, blanchissage,
linge et vaisselle).
Les montants mensuels de ces avantages sont évalués forfaitairement à des taux minima.
Ainsi :
- lorsque les montants réels sont inférieurs à ces taux, l’assiette des cotisations
doit prendre en compte la valeur forfaitaire ;
- lorsque les taux fixés d’un commun accord entre les travailleurs et leurs
employeurs sont supérieurs à ces montants, ce sont les taux effectivement
convenus qui rentrent dans l’assiette.
Ces montants sont comptés pour moitié lorsque ces avantages en nature sont consentis à des
travailleurs du secteur agricole.

II.3.2.2. Les avantages en nature découlant de la pratique des employeurs


II.3.2.2.1. Le véhicule
En l’absence de barème officiel fixant la valeur de cet avantage, les règles suivantes doivent
être observées :
- l’utilisation privée d’un véhicule mis à la disposition du salarié de façon permanente
constitue un avantage en nature qu’il s’agisse d’un véhicule dont l’employeur est
propriétaire ou locataire ;
- lorsque le salarié restitue le véhicule lors de chaque repos hebdomadaire et durant
les périodes de congés, le salarié ne dispose pas en permanence du véhicule.
L’avantage en nature, résultant de l’utilisation éventuelle à titre privé la semaine,
pourra être négligé lorsque l’utilisation du véhicule pendant la semaine (trajets
domicile-travail) constitue le prolongement des déplacements professionnels
effectués à l’aide du véhicule.
L’avantage en nature véhicule est évalué, au choix de l’employeur, soit sur la base des
dépenses réellement engagées, soit sur la base d’un forfait.

II.3.2.2.1.1. Evaluation sur la base des dépenses réellement engagées


 Dans le cas d’un véhicule acheté
L’évaluation est effectuée sur la base des dépenses engagées pour le compte du salarié.
Ces dépenses comprennent :
- l’amortissement de l’achat du véhicule, toutes taxes comprises (TTC), sur 5 ans à
hauteur de 20% par an ;

- l’assurance et les frais d’entretien (révision, changement de pneumatiques,


vidanges, etc.) toutes taxes comprises (TTC) ;

40
- le cas échéant, les frais de carburant utilisé pour l’usage privé et payé par
l’employeur.
Si le véhicule a plus de 5 ans, le pourcentage de l’amortissement à retenir est de 10 %.
L’évaluation est faite en proratisant le nombre de kilomètres parcourus annuellement (ou
pendant la durée de la mise à disposition en cours d’année) pour l’usage personnel par le
nombre de kilomètres parcourus annuellement par le véhicule mis à disposition de façon
permanente.
 Dans le cas d’un véhicule loué ou en location avec option d’achat
L’évaluation se fait à partir du coût global de la location, de l’entretien et de l’assurance toutes
taxes comprises, et, le cas échéant, des frais de carburant utilisé pour l’usage privé et payé par
l’employeur.
L’évaluation est proratisée à partir des factures attestant le nombre de kilomètres parcourus
annuellement (ou pendant la durée de la mise à disposition en cours d’année) pour l’usage
personnel et le nombre de kilomètres parcourus annuellement par le véhicule mis à disposition
de façon permanente.
Lorsque l’employeur ne peut pas justifier le kilométrage parcouru à titre privé, la CNPS peut
régulariser en prenant les forfaits sur la base de l’usage privé évalué à 20%.

II.3.2.2.1.2. Evaluation au forfait


 Dans le cas d’un véhicule acheté
Lorsque le salarié l’utilise en permanence et paie ses frais de carburant, l’évaluation de
l’avantage se fait sur la base de 9% du coût d’achat du véhicule toutes taxes comprises (TTC).
Si le véhicule a plus de 5 ans, la base d’évaluation est de 6% du coût d’achat TTC.
Lorsque le salarié utilise le véhicule en permanence mais que l’employeur paie le carburant,
l’évaluation est faite :
- soit sur la base des 9% du prix d’achat du véhicule de moins de 5 ans (ou 6% s’il a
plus de 5 ans) auxquels s’ajoutent les dépenses de carburant ;

- soit à partir d’un forfait global de 12% du coût d’achat du véhicule ou de 9% si le


véhicule a plus de 5 ans.

 Dans le cas d’un véhicule loué ou en location avec option d’achat


Lorsque le salarié paie ses frais de carburant, l’évaluation résultant de l’usage privé est
effectuée sur la base de 30 % du coût annuel comprenant les dépenses ayant pour objet la
location, l’entretien et l’assurance.
Lorsque l’employeur paie le carburant, l’évaluation est faite :
- soit à partir du pourcentage précédent auquel s’ajoutent les dépenses de carburant
réellement engagées pour l’usage privé ;

- soit sur la base d’un forfait de 40% du coût total annuel comprenant les frais de
location, d’entretien, d’assurance et de carburant.

 Cas particuliers

41
 1er cas particulier : le salarié verse une redevance
Les règles d’évaluation de l’avantage en nature sont identiques, que l’employeur opte
pour l’évaluation au forfait ou pour la valeur réelle :

- lorsque la redevance versée par le salarié est inférieure à l’évaluation de


l’avantage (au forfait ou au réel), l’avantage en nature sera égal à la
différence entre ces deux valeurs ;
- en revanche, lorsque cette redevance est supérieure ou égale au montant de
l’évaluation, il n’ y a pas d’avantage en nature.

 2ème cas particulier : véhicule mis à disposition pour une utilisation uniquement
professionnelle
Dans le cas d’une utilisation professionnelle pour le trajet domicile-lieu de travail,
aucun avantage en nature n’est constitué par l’économie de frais réalisée par le salarié
lorsqu’il est démontré que :

- l’utilisation du véhicule est nécessaire à l’activité professionnelle ;


- le véhicule n’est pas mis à disposition de manière permanente et ne peut
donc être utilisé à des fins personnelles.
Par ailleurs, l’employeur doit démontrer que le salarié ne peut pas utiliser les transports
en commun soit parce que le trajet domicile-lieu de travail n’est pas desservi, soit en
raison de conditions ou d’horaires particuliers de travail.
 3ème cas particulier : véhicule utilitaire
L’avantage constitué par la mise à disposition permanente d’un véhicule utilitaire peut
être négligé dès lors que l’employeur indique dans un écrit (règlement intérieur,
circulaire, courrier écrit ou électronique, etc.) que le véhicule est utilisé à des fins
professionnelles uniquement. La notion de véhicule utilitaire peut être vérifiée par
référence à la « carte grise.»

Il pourra également s’agir de voitures particulières aménagées dans un but


professionnel.
 4ème cas particulier : vente d’un véhicule à tarif préférentiel par le constructeur, un
concessionnaire ou un agent de la marque à leurs salariés
Dans ce cas, il faut distinguer plusieurs situations :

- lorsque la réduction tarifaire n’excède pas 30% du prix public toutes taxes
comprises (TTC), l’avantage en nature peut être négligé ;
- lorsque la réduction est supérieure à 30% du prix public TTC, il convient de
réintégrer la totalité de l’avantage en nature dans l’assiette des cotisations de
sécurité sociale.

II.3.2.2.2 Les bons d’achat

42
La délivrance par l’employeur de bon pour l’achat à l’extérieur de l’entreprise de biens et
services constitue un avantage en nature à intégrer dans l’assiette de cotisation.
II.3.2.2.3. Le ticket de restaurant
Le ticket modérateur de restaurant ou la prise en charge entière du ticket de restaurant par
l’employeur constitue un avantage en nature à intégrer dans l’assiette de cotisation.
II.3.2.2.4. Les tarifs préférentiels sur les produits fabriqués ou vendus par l’entreprise
Les tarifs préférentiels sur les produits fabriqués ou vendus par l’entreprise dont bénéficient les
salariés sont considérés comme des avantages en nature octroyés par l’employeur.
II.3.2.2.5. Les voyages d’agrément
Le prix des voyages offerts gratuitement par l’employeur à des salariés et à leurs conjoints doit
être intégré dans l’assiette des cotisations au titre des avantages en nature.

CHAPITRE II. LES EXCLUSIONS


Les indemnités ou primes ayant le caractère de remboursement ou de dommages intérêts sont
exclues des éléments constitutifs de l’assiette de cotisation.
Sur le fondement de ce principe, l’article 2 de l’arrêté n°003 du 11 Mai 1983 énonce : « Les
primes et indemnités de panier, de salissure, de tenue de travail, d’outillage et de
transport sont exclues de l’assiette des cotisations dans les limites suivantes :
- prime de panier : 3 fois le SMIG horaire ;
- prime mensuelle de salissure : 13 fois le SMIG horaire ;
- indemnité mensuelle de tenue de travail : 7 fois le SMIG horaire ;
- prime mensuelle d’outillage : 10 fois le SMIG horaire ;
- indemnité mensuelle de transport : 50 fois le SMIG horaire. »
Les montants obtenus selon les modalités de calcul déterminées ci-dessus constituent les
plafonds d’exclusion, en dehors de l’indemnité mensuelle de transport dont le plafond a été
révisé pour être fixé à 25 000 FCA. En conséquence, lorsque le montant des indemnités ou
primes effectivement payées est supérieur à ces plafonds, le surplus rentre dans l’assiette de
cotisation.
En tout état de cause, pour écarter des avantages, indemnités ou primes de l’assiette des
cotisations de sécurité sociale, il faut qu’ils soient :
- exceptionnels ou ponctuels ;
- inhérents au travail ;
- utilisés conformément à leur objet.

I. La prime de panier
L’article 54 de la Convention Collective Interprofessionnelle (CCI) prévoit que le travailleur
bénéficie d’une prime de panier dont le montant à exclure de l’assiette de cotisation est égal à
trois (3) fois le SMIG horaire.
Cette prime est octroyée dans les trois (3) cas suivants :

43
- le travailleur accomplit 6 heures consécutives de travail de nuit (pour la CCI), les heures
de nuit sont celles effectuées entre 21 heures et 5 heures du matin) ;

- le travailleur accomplit 10 heures ou plus de jour avec une prolongation d’au moins une
heure la nuit ;

- le travailleur accomplit une séance ininterrompue de travail de 10 heures dans la journée.

Le Code du Travail et la Convention Collective Interprofessionnelle ne prévoient pas de


distinction de prime de panier entre les paniers de jours et ceux de nuit.

II. La prime de salissure


Elle est versée lorsque le travailleur est occupé à des travaux salissants. La prime mensuelle de
salissure est destinée à couvrir les dépenses engagées par le travailleur tant pour l’hygiène
corporelle que pour le nettoyage des vêtements.
Le plafond d’exclusion de cette prime est égal 13 fois le SMIG horaire de la catégorie du
travailleur.

III. La prime de tenue de travail


Dans les entreprises dont l’activité entraîne pour l’ouvrier des frais exceptionnels de vêtements
ou pour lesquels une protection supplémentaire est nécessaire, l’entretien et le nettoyage des
vêtements de protection sont assurés par l’entreprise. Si l’entretien est assuré par le travailleur,
l’employeur doit lui attribuer une indemnité mensuelle dont le plafond d’exclusion est égal 7
fois le SMIG horaire.

IV. La prime d’outillage


Le travailleur perçoit une prime d’outillage dont le montant mensuel à exclure de l’assiette de
cotisation est égal 10 fois le SMIG horaire lorsqu’il fournit l’outillage complet et en bon état
nécessaire à l’exécution de son contrat de travail.

V. Les indemnités liées à la rupture du contrat de travail


Les sommes versées à l’occasion de la rupture du contrat de travail, échappent aux cotisations
de sécurité sociale quand elles présentent le caractère de dommages et intérêts,.
V.1. L’indemnité de départ volontaire pour motif économique
L’indemnité proposée aux salariés pour les inciter à quitter volontairement l’entreprise est
destinée à réparer le préjudice résultant pour eux, de la perte prématurée de leur emploi. En
conséquence, elle doit être exclue de l’assiette de cotisation car elle compense le préjudice né
de la rupture de leur contrat de travail, ce qui lui confère le caractère de dommages et intérêts.

V.2. L’indemnité de non concurrence


Le salarié qui se sépare de son employeur accepte moyennant cette indemnité de ne pas lui
faire de la concurrence. Une telle indemnité représente la contrepartie du préjudice subi par le
salarié et participe de la nature des dommages intérêts. Ainsi, elle doit être exclue de l’assiette
de cotisation.

44
V.3. Les frais funéraires
Les frais funéraires et toutes les autres indemnités de même nature versées à l’occasion du
décès d’un travailleur sont déductibles de l’assiette de cotisation si, eu égard à leur montant et
aux conditions dans lesquelles ils sont alloués, ils apparaissent comme constituant un véritable
secours.

VI. Les autres frais professionnels


Ils s’entendent des charges spéciales destinées à couvrir les frais inhérents à la fonction ou à
l’emploi et utilisés conformément à leur objet.
Les dépenses engagées à ce titre pour le compte de l’entreprise sont les sommes effectuées
occasionnellement par les salariés pour le compte et dans l’intérêt de l’entreprise. Leur
régularisation s’effectue sous forme de remboursement de dépenses réelles ou sous forme
d’allocations forfaitaires.

VI.1. Les frais professionnels occasionnant un remboursement des dépenses


réelles
Leur déduction de l’assiette de cotisation est subordonnée à leur utilisation effective
conformément à leur objet. Il appartient à l’employeur de justifier cette utilisation.
La présentation de factures et de bons d’achats volants sans relevé de frais reprenant le nom du
bénéficiaire, l’objet et le motif du remboursement est un élément indispensable pour attester la
dépense, mais ne permet pas de prouver qu’il s’agit réellement de remboursement de frais
engagés pour le compte de l’entreprise. Pour prétendre au remboursement de frais, le
bénéficiaire doit établir un relevé de frais précis, accompagné des pièces justifiant ses dépenses.
Seul ce document permet d’attester l’affectation de la dépense au moment du paiement et son
utilisation conformément à son objet.
Ainsi pour des frais de réception, l’employeur doit joindre à la note de restaurant le motif de
l’invitation ainsi que le nom des personnes invitées.
En ce qui concerne les indemnités kilométriques, l’employeur doit exiger de ses salariés des
justificatifs faisant référence à la date, au motif et au lieu de la mission, le kilométrage effectué
ainsi que la puissance fiscale du véhicule utilisé.

VI.2. Les frais professionnels occasionnant un remboursement forfaitaire


Lorsque les remboursements s’effectuent sous forme d’allocations forfaitaires, la déduction de
l’assiette des cotisations est subordonnée à l’utilisation effective des allocations conformément
à leur objet.
VII. Les prestations familiales
Selon l’article 1er de l’arrêté n° 003 du 11 mai 1983 « l’assiette des cotisations sociales
comprend la rémunération totale du travailleur à l’exclusion des prestations familiales… »
Cette disposition vise à exonérer les prestations familiales qui, conformément aux dispositions
du Code de Prévoyance sociale, sont allouées au personnel salarié par la Caisse Nationale de
Prévoyance Sociale (CNPS).

45
CHAPITRE III. LES LIMITES DE L’ASSIETTE DE
COTISATION
I. Le plancher de l’assiette de cotisation
L’article 23 alinéa 3 du Code de Prévoyance Sociale dispose :
« Le montant du salaire à prendre en considération pour base de calcul des cotisations,
ne peut être inférieur en aucun cas, au montant du salaire minimum interprofessionnel
garanti applicable au travailleur salarié.»
A défaut de textes spécifiques ou conventions collectives, usages ou accords particuliers
prévoyant un autre salaire minimum, le SMIG constitue le salaire minima de référence qui
s’applique à tous les travailleurs régis par le code du travail et assimilés.

I.1. Le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG)


Selon l’article 31.6 du Code du Travail : « Des décrets pris après avis de la Commission
consultative du travail fixent les salaires minima interprofessionnels garantis.»
Le SMIG correspond au salaire plancher car il représente le minimum social dû à tout salarié
qui apporte son travail à un employeur. L’employeur doit se conformer à l’obligation de le
verser à ses salariés. A défaut, il encourt les sanctions prévues par les articles 29 et 174 du
Code de Prévoyance sociale.
La détermination du SMIG doit prendre en compte :
- le temps de travail effectif : le SMIG est un salaire minimum obtenu sur une base
horaire à raison de 211 FCFA par heure, soit un SMIG mensuel de 36 607 FCFA depuis
février 1994. Le SMIG horaire doit être appliqué autant de fois que le travailleur a
accompli d’heures de travail effectif ;
- les avantages en nature (logement, nourriture, moyens de transport etc.…) et les
majorations ayant le caractère d’un complément de salaire.
Toutefois, il ne doit pas être tenu compte des sommes correspondant aux :
- primes d’ancienneté, d’assiduité et ayant le caractère d’un remboursement de frais ;
- majorations pour travail de nuit, dimanche et jours fériés et pour heures
supplémentaires.
I.2. Le Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG)
Il s’applique aux travailleurs des entreprises agricoles et forestières telles que définies par le
décret n° 70 – 179 du 4 mars 1970 et l’article 82 du Code Général des impôts. Il est
notablement inférieur au SMIG.

I.3. Salaires minima par catégorie


Des salaires minima par catégorie supérieurs au SMIG sont fixés par arrêté du Ministre de
l’Emploi et de la Fonction Publique.
II. Le plafond de l’assiette de cotisation
Conformément au principe de l’annualité du plafond, c’est sur la base du salaire annuel de
l’assuré que le plafond est établi. En effet, c’est le montant cumulé des salaires soumis à
cotisation durant l’exercice, qui doit être confronté aux différents plafonds annuels.

46
Les modalités de la régularisation annuelle des cotisations découlent du principe de l’annualité
du plafond.
II.1. Le fractionnement du plafond annuel
En raison de la périodicité plus courte du règlement des salaires et du paiement des cotisations,
il n’est pas possible en réalité de mettre strictement en œuvre les règles gouvernées par le
principe du plafond annuel. A cet effet, les dispositions de la législation applicable en la
matière fixent des plafonds mensuels ou trimestriels calculés proportionnellement au plafond
annuel en vue d’obtenir la rémunération soumise à cotisation. Tout autre fractionnement est
interdit en dehors de celui qui est établi par la réglementation en vigueur.
Ainsi, le décret 76-21 du 7 janvier 1976 prévoit que :
« Le plafond des rémunérations à retenir pour le calcul des cotisations dues par les
employeurs pour le financement des prestations familiales, des accidents du travail et de
la retraite ainsi que le versement des indemnités prévues à l’article 102 modifié du code
du travail est fixé comme suit :
Les rémunérations dépassant le montant de 840.000 FCFA par an ne sont comptées que
jusqu’à concurrence de ce montant, en appliquant, suivant la périodicité des payes, les
règles suivantes :
- 70.000 FCFA si le salaire est réglé par mois ;
- 3.231 FCFA si le salaire est réglé par jour. »
Ces règles sont complétées par le décret 85-320 du 23 Avril 1985 dont l’article 1er ajoute que :
« Le plafond des rémunérations à retenir pour le calcul des cotisations au régime de
retraite des travailleurs du secteur privé et assimilé de Côte d’Ivoire est fixé à 45 fois le
salaire minimum interprofessionnel garanti.»
Il faut noter que le décret 85-320 ne fait pas de distinction entre le salarié dont le salaire est
réglé par mois et celui dont le salaire est réglé par jour. En somme, au titre de la branche
retraite, il existe un plafond unique qui est actuellement de 45 fois le SMIG de 36.607 FCFA
soit 1.647.315 FCFA par mois ou 19.767.780 FCFA par an.

II.2. La régularisation annuelle


II.2.1. Principe
A la fin de chaque exercice, il est procédé à la régularisation des cotisations dans la limite du
plafond annuel compte tenu des rémunérations ou gains versés au cours de l’exercice
considéré. Pour permettre cette régularisation annuelle, l’article 26 de la loi n°99-477 du 02
Août 1999 portant Code de Prévoyance Sociale dispose : « L’employeur affilié est tenu de
produire une déclaration périodique faisant ressortir, pour chacun des salariés qu’il a
occupé au cours de la période écoulée, le montant des rémunérations ou gains perçus par
l’intéressé, ainsi que la durée du travail effectué …»
Cette déclaration périodique dénommée Déclaration Individuelle de Salaires Annuels (DISA)
doit être dûment remplie et transmise à la CNPS au plus tard, pour chaque année, à la fin du
premier trimestre de l’année suivante c’est-à-dire le 31 Mars.
Il s’agit d’une formalité légale obligatoire pour l’employeur car le défaut de production de la
DISA aux échéances fixées, en vertu des dispositions de l’article 30 de la loi précitée, lui

47
inflige une sanction pécuniaire se traduisant par le versement d’une pénalité de 10% du
montant total mensuel des cotisations dues par l’employeur défaillant.
Sur la base de la DISA, au terme de l’exercice comptable, dès que le total des cotisations
effectivement versées lors de chaque paie est inférieur au total des cotisations dues sur les
rémunérations payées au cours de cet exercice, un réajustement est opéré dans la limite cette
fois, du plafond annuel. La différence entre les deux sommes régularise le montant des
cotisations effectivement dues et doit rétablir la situation exacte.
II.2.2. Règles applicables à la régularisation annuelle.
1. La régularisation annuelle visant essentiellement à prendre en compte dans la limite du
plafond annuel, les variations possibles de la rémunération d’une paie à l’autre (augmentation
de salaire en cours d’année, gratification exceptionnelle etc.), les variations volontaires de
rémunérations ayant pour but de réduire l’assiette afin de minorer les cotisations dues doivent
faire l’objet de redressement. De ce fait, elles ne peuvent pas être confondues avec la
régularisation annuelle, même si de telles variations sont constatées ou réintégrées en fin
d’exercice. C’est le cas par exemple d’un travailleur qui n’a été déclaré qu’à l’occasion de la
production de la DISA.
2. En cas d’embauche ou de rupture de contrat en cours d’année, il est substitué au plafond
annuel, un plafond réduit en proportion des rémunérations réglées durant la période d’emploi
effectuée au cours de l’année considérée.
3. En cas de rappel de salaire versé à un salarié après son départ de l’entreprise, le rappel
s’ajoute à la rémunération versée au moment de la cessation d’emploi. Les cotisations et la
régularisation sont calculées sur le montant des rémunérations ainsi perçues, dans la limite d’un
plafond :
- déterminé en fonction de la période totale d’emploi dans l’année considérée ;
- et arrêté à la date du départ de l’entreprise.
4. Les périodes d’absence non rémunérées pour maladie, maternité, accident, convenances
personnelles ou fermeture temporaire de l’entreprise peuvent donner lieu également à une
réduction du plafond de l’assiette de cotisation, à condition que la période d’absence n’ait
donné lieu à aucune rémunération en espèces ou en nature, même si ladite rémunération est
partielle.
5. La date d’exigibilité du paiement du montant de la régularisation des cotisations dues,
doit coïncider avec la date de production de la DISA c’est-à-dire le 31 mars. Si le paiement des
cotisations à régulariser n’est pas effectué à cette date, le débiteur supporte automatiquement
les majorations de retard appliquées aux cotisations non acquittées dans les délais requis.
6. La répartition proportionnelle de la charge des cotisations en cas de pluralité
d’employeurs.
Lorsque le total des gains du travailleur dépasse le plafond annuel, il est tenu de faire connaître
à chacun de ses employeurs, à la fin de chaque mois ou de chaque trimestre, le total des
rémunérations qu’il a reçues au cours de la période. C’est à cette seule condition que la part de
cotisations patronales incombant à chacun d’eux, est déterminée dans la limite du plafond, au
prorata des rémunérations respectivement versées par les employeurs.

Exemple :

48
Madame KOUMA est agent d’accueil. Elle exerce à temps partiel à la fois au cabinet médical
CHARLIE de 7h 30 à 13h et au cabinet médical CENTER PLACE de 14 h à 19h. Elle perçoit chaque
mois :
- Du cabinet CHARLIE, un salaire de 120.000 FCFA et une indemnité de transport de 20.000 FCFA ;
- Du CENTER PLACE, un salaire de 80.000 FCFA, une indemnité de transport de 20.000 FCFA et une
prime mensuelle de tenue de travail de 1.200 FCFA ;
soit une rémunération mensuelle totale de 200.000 FCFA.
1ère hypothèse : Madame KOUMA a informé les deux employeurs des rémunérations qu’elle perçoit
de part et d’autre
Dans ce cas, le calcul des cotisations périodiques se fait au prorata ainsi qu’il suit :
1. Au titre de la retraite
Chaque employeur cotise sur l’ensemble de la rémunération versée en excluant la partie de
l’indemnité de transport et la prime mensuelle de tenue de travail hors de l’assiette.
2. Au titre des prestations familiales et des accidents du travail et maladies professionnelles :
Le plafond de cotisation est de 70 000 FCFA par mois et par travailleur.
 Détermination des bases de calcul
L’employeur CENTER PLACE cotisera sur la base de :
(80 000 FCA/200 000FCFA) *70 000 FCFA = 28 000 FCFA
L’employeur paiera donc ses cotisations sur la base de 28 000 FCFA au lieu de 80 000 FCFA.

L’employeur CHARLIE cotisera sur la base de :


(120 000 FCFA/200 000 FCFA) *70000 FCFA = 42 000 FCFA
L’employeur paiera donc ses cotisations sur la base de 42 000 FCFA au lieu de 120 000 FCFA.

 Détermination des cotisations dues


 Cotisation retraite
Employeur CENTER PLACE : 80 000 FCFA × 8% = 6 400 FCFA
Employeur CHARLIE : 120 000 FCFA × 8% = 9 600 FCFA
__________
Total Cotisation retraite = 16 000 FCFA
 Cotisation Prestations Familiales
Employeur CENTER PLACE : 28 000 FCFA × 5.75% = 1 610 FCFA
Employeur CHARLIE : 42 000 FCFA × 5.75% = 2 415 FCFA
__________
Total Cotisation P.F. = 4 025 FCFA
 Cotisation Accident du Travail et Maladies Professionnelles
Employeur CENTER PLACE : 28 000 FCFA × 3% = 840 FCFA
Employeur CHARLIE : 42 000 FCFA × 3% = 1 260 FCFA
__________
Total Cotisation A.T/M.P. = 2 100 FCFA.

2ème Hypothèse : Madame KOUMA n’a pas informé les employeurs

49
Dans ce cas, chaque employeur cotise sur le montant de la rémunération versée au salarié. Une
régularisation est faite par la CNPS après avoir reçu les différentes DISA et les trop perçus ou
montants à régulariser sont versés au crédit des comptes des employeurs ayant occupé Mme KOUMA.

TITRE II : LES TAUX DE COTISATION


Les taux de cotisation du régime de Prévoyance sociale des travailleurs du secteur privé et
assimilés définis par la loi, sont uniformes ou variables.

CHAPITRE I : L’UNIFORMITE DU TAUX


Les taux des prélèvements effectués en matière de Prestations familiales et de Maternité ainsi
qu’en matière de retraite, invalidité, décès sont uniformes. Cependant, contrairement aux
cotisations dues en matière de retraite, invalidité, décès, les cotisations de Prestations familiales
et de Maternité n’ont aucun caractère contributif.

I. En matière de Prestations Familiales et de Maternité


Les taux sont déterminés par l’article 12 du Code de Prévoyance sociale qui dispose : « Le
taux des cotisations destinées à assurer le financement de la branche des prestations
familiales est fixé à 5,75% des rémunérations mensuelles soumises à cotisation dont
0,75% au titre du risque maternité.»
Dans cette branche, les cotisations sont à la charge exclusive de l’employeur ou de l’assuré
volontaire.

II. En matière de retraite, invalidité, décès


L’article 22 du Code de Prévoyance sociale qui détermine le taux dispose : « Le taux des
cotisations destinées à assurer le financement de la branche est fixé … à 8% des salaires
soumis à cotisation.»
Quant à son article 21 alinéa 1, il établit le caractère contributif des cotisations de retraite,
invalidité, décès en indiquant que « Les cotisations dues au titre de la retraite sont assurées par
des contributions qui sont réparties à raison de :

- 50% au moins de leur montant à la charge des employeurs ;


- 50% au plus de leur montant à la charge des salariés. »

50
Sur le fondement de ce texte, l’article 1er du décret n° 2000-485 du 12 juillet 2000 précise que :
« Les pourcentages de répartition des contributions employeurs et travailleurs au régime de
retraite de la « Caisse nationale de Prévoyance sociale » sont fixés pour compter du 1er janvier
2000 comme suit :
- 60% à la charge des employeurs ;
- 40% à la charge des travailleurs.»

L’assuré volontaire peut toutefois supporter la charge entière des cotisations dues.

CHAPITRE II. LA VARIABILITE DU TAUX


Elle est spécifique à la branche des accidents du travail et des maladies professionnelles. En
général, le système qui prévaut en Afrique est celui du taux différencié par industrie ou par
classe de risque. Dans ce système mis en œuvre par les dispositions du code de prévoyance
sociale, le taux de cotisations est fixé par branche d’activité ou classe de risque. Les entreprises
et établissements sont ensuite affectés à l’une ou l’autre classe suivant la branche d’activité à
laquelle ils appartiennent.

I. Les bases de la tarification


Selon les énonciations de l’article 17 du Code de Prévoyance sociale :
« Le taux de cotisation destiné à assurer le financement de la branche des accidents du
travail et maladies professionnelles varie de 2% à 5%, en fonction du risque encouru par
le travailleur en raison de l’activité de … l’employeur. »

I.1. Le mécanisme
Dans le but de déterminer le taux de cotisation des employeurs au régime des accidents du
travail et des maladies professionnelles, les activités et établissements sont classés dans l’une
des catégories énumérées – selon l’article 9 du décret n° 64 du 8 Décembre 1964 – par un
arrêté du Ministre du Travail.
La tarification repose sur la notion d’établissement qui, en vertu des dispositions de l’article 11
du décret n° 64-481 du 08 décembre 1964 « s’entend d’un groupe de personnes travaillant
en commun, en un lieu déterminé sous l’autorité d’un ou plusieurs représentants, d’une
même autorité directrice (personne physique ou morale, publique ou privée). Il est
caractérisé par l’exercice d’une action collective en un lieu donné, le mot lieu étant employé
dans le sens d’usine, de local, de chantier et non dans le sens de ville ou circonscription …
Un établissement donné relève toujours d’une entreprise. Un établissement unique et
indépendant peut être à la fois une entreprise et un établissement. »

I.2. Les taux de cotisation applicables en matière d’accidents du


travail
L’article 17 du code de prévoyance sociale prévoit que « … La détermination du risque par
activité professionnelle est fixée par arrêté du ministre de tutelle … »

51
Conformément à ces dispositions, l’arrêté n° 21 du 10 décembre 1964 modifié par l’arrêté n°02
du 10 janvier 1965 ci-dessous annexé, détermine les taux de cotisation applicables en matière
d’accidents du travail et de maladies professionnelles selon la nature du risque inhérent à
l’activité.

II. Les cas particuliers


II.1 Cas de pluralité d’activités
L’article 10 du décret n°64 du 8 Décembre 1964 précise que le classement des établissements
et activités dans l’une des catégories définies par l’arrêté précité est effectué par la Caisse
nationale de Prévoyance sociale. « En cas d’activités multiples d’un établissement, le taux
applicable est celui de l’activité principale.»
Il est de jurisprudence constante que la détermination de l’activité principale d’une entreprise
ne peut être basée sur le chiffre d’affaires réalisé dans une branche déterminée, celui-ci
n’exprimant pas nécessairement l’importance du risque couru par le personnel de l’entreprise,
seul critère selon lequel doit être déterminé le taux applicable (Arrêt de la chambre sociale de
la Cour de Cassation française du 21 février 1963).
En conséquence, l’activité principale est celle qui est exercée par le plus grand nombre de
salariés au sein de l’établissement et à plus forte raison, de l’entreprise. Dans les cas où :
- plusieurs activités sont exercées au sein de l’entreprise avec un effectif égal par
activité ;
- l’entreprise n’arrive pas à faire la répartition de ses effectifs par activité ;
l’activité principale est celle qui engendre le risque le plus important.

II.2 Cas des activités et établissements ne figurant pas dans l’arrêté


n° 21 TAS
L’article 9 du décret n° 64 du 8 Décembre 1964 indique que lorsque les activités ou entreprises
ne sont pas énumérées par l’arrêté n° 21 du 10 décembre 1964 modifié par l’arrêté n°02 du 10
janvier 1965 fixant le classement des activités et établissements ainsi que les taux de cotisations
applicables en matière d’accidents du travail et maladies professionnelles, il sera procédé au
classement par assimilation.
Sur cette base, seront classés dans la même catégorie, les activités et établissements qui se
rapprochent le plus de ceux qui figurent dans l’arrêté précité.

II.2.1. Le secteur agricole


Ce secteur se subdivise en deux sous secteurs : le secteur agricole stricto sensu et le secteur
agro-industriel. Il importe de bien les distinguer pour pouvoir déterminer les taux de cotisation
qui doivent leur être appliqués.
II.2.1.1. Définition du secteur agricole (stricto sensu)
Elle s’appuie sur les dispositions combinées de l’article 82 du Code Général des Impôts et de
l’article … du décret n°70-179 du 04 mars 1970.
Défini par énumération, le secteur agricole comprend :

52
a) les plantations de café, cacao, coton, riz ;
b) les plantations autres que celles de café, cacao, coton, riz ;
c) les exploitations de bois, les travaux d’abattage, d’ébranchage, de transport en forêt
et lorsqu’ils sont exécutés sur le parterre de la coupe ; les travaux de débit, de
façonnage, de sciage, d’empilage et de carbonisation ;
- les exploitations d’élevage, de dressage, d’entraînement des haras ;
- les bureaux, dépôts et magasins de vente se rattachant à des exploitations
agricoles, lorsque l’exploitation constitue le principal établissement ;
- les coopératives agricoles de culture et de stockage en commun ou
motoculture ;
- les entreprises des marais salants ;
- les travailleurs agricoles occupés par des entrepreneurs ou des particuliers à
l’entretien ou à la mise en état des jardins.
Le taux de cotisation de la branche des accidents du travail et maladies professionnelles
applicable à ce secteur d’activité est de 2%.

II.2.2.2. Définition de l’agro-industrie


L’agro-industrie peut être définie comme étant l’ensemble des activités, des métiers et moyens
permettant de produire des richesses par la mise en œuvre de matières premières. Lorsque les
matières premières concernées sont d’origine agricole, il y a une agro-industrie.

L’agro-industrie peut présenter plusieurs formes en fonction du degré d’intégration par rapport
à la production agricole.
Ainsi, il faut distinguer :

- l’agro-industrie intégrée : une seule et même structure assure la production et la


transformation de la matière première. Ce mode d’exploitation se caractérise par son
haut niveau de mécanisation, sa main d’œuvre spécialisée et l’étendue des surfaces
cultivées (ex : SODESUCRE) ;
- l’agro-industrie non intégrée : la production et la transformation de la matière
première sont assurées par des entités bien distinctes. (ex : décortiqueries de café, usine
d’égrenage du coton).
Dans ce cas, la production agricole est assurée par des planteurs individuels qui
disposent d’exploitations de tailles diverses et généralement très dispersées ;
- l’agro-industrie semi intégrée ou intermédiaire : elle représente une transition entre
les deux premiers types d’agro-industrie. En d’autres termes, la structure de
transformation participe à la production de la matière première (Ex :
PALMINDUSTRIE, SAPH, SODESUCRE).
Le type d’exploitation concerné se caractérise par un périmètre agricole industriel ayant
dans son environnement immédiat, des propriétés industrielles jouissant de son
influence technique.
Pour la détermination du taux de cotisation, il faut se référer aux règles déterminées au point
II.1 ci-dessus lorsqu’il y a pluralité d’activités. Dans le cas d’espèce, l’activité principale entre
l’activité agricole et l’activité industrielle est celle qui est prépondérante sur la base des
effectifs exerçant dans chacune des activités. Le taux de cotisation sera alors celui de l’activité
principale ou prépondérante.

53
II.2.2. Les entreprises de travail temporaire
Aux termes de l’article 11.4 du Code du Travail : « Est entrepreneur de travail temporaire toute
personne physique ou morale dont l'activité exclusive est de mettre à la disposition provisoire
d'utilisateurs, personnes physiques ou morales, des salariés, qu'en fonction d'une qualification
convenue, elle embauche et rémunère à cet effet. »
Les entreprises de travail temporaire se particularisent par ce que leurs activités consistent à
faire du placement de leurs salariés auprès d’autres entreprises. Les entreprises utilisatrices de
ce type de personnel exerçant dans différents secteurs d’activité, les règles établies autorisent
à:
- faire supporter la charge des cotisations à l’entreprise de travail temporaire en même
temps que l’obligation de rémunération et de déclaration du travailleur salarié,
- appliquer à l’entreprise de travail temporaire, un taux de cotisation égal à la moyenne
des taux actuellement en vigueur c'est-à-dire 3,5% [soit (2% de taux minima) +
(5% de taux maxima)/2] arrondi par excès à 4%.

3ème PARTIE : LE RECOUVREMENT DES


COTISATIONS
PRINCIPES
1. Selon les alinéas 2 des articles 10 et 13 du Code de Prévoyance sociale, les cotisations dues
au titre des prestations familiales et des accidents de travail et maladies professionnelles, « sont
entièrement à la charge de l’employeur, toute convention contraire est nulle de plein droit, sauf
en cas d’assurance volontaire.»
2. Les dispositions de l’article 21 du même Code soulignent également que la charge des
cotisations dues au titre de la retraite est répartie entre :
- les employeurs à raison de 60% des cotisations exclusivement ;
- et les salariés à raison de 40% des cotisations précomptées – par retenue à la source –
sur leur rémunération ou gain lors de chaque paie sans qu’ils puissent réclamer ni
s’opposer à un tel prélèvement.
3. Sur le fondement de l’alinéa 6 de ce même article : « L’employeur est responsable du
règlement de l’ensemble des cotisations dues au titre du personnel de son entreprise. »
En cas de non paiement, ou de paiement partiel des cotisations ainsi dues par l’employeur, ce
dernier est passible des peines prévues par l’article 166 du Code de Prévoyance sociale.
A cet effet, il doit fournir à la Caisse nationale de Prévoyance sociale tous renseignements
relatifs à l’identification des travailleurs concernés par le règlement des cotisations.

4. En ce qui concerne l’assurance volontaire ou personnelle, la charge des cotisations


incombe directement à l’assuré volontaire qui est personnellement responsable de leur
versement.

54
5. Dans le cas des procédures collectives d’apurement du passif, le redevable des cotisations
(l’employeur) est soit surveillé, soit assisté, soit remplacé par un mandataire de justice désigné
par le tribunal. Lorsque le mandataire agit en lieu et place de l’employeur, il assume le
versement des cotisations.

Titre I : LE RECOUVREMENT NORMAL OU


AMIABLE
En règle générale, il résulte des énonciations des articles 10, 13 et 21 précités, que l’employeur
supporte en totalité la charge des cotisations. Il est donc le seul redevable des cotisations
sociales, quand bien même il partage avec le travailleur salarié – notamment en ce qui concerne
l’Assurance Vieillesse – l’obligation de cotiser.
En vertu de leur caractère déclaratif, les cotisations sociales sont portables et non quérables.
Sur la base de ce principe, le redevable (l’employeur et l’assuré volontaire) doit à son initiative,
déterminer le montant des cotisations à payer. Une fois que ce montant est connu, la dette de
l’employeur à l’égard de la Caisse nationale de Prévoyance sociale est établie et il devient le
débiteur exclusif des cotisations dont il doit s’acquitter auprès de cette Institution de
Prévoyance Sociale.

CHAPITRE I: LE PAIEMENT DES


COTISATIONS
I. Le fait générateur de la dette de cotisation
En principe, il est déterminé par le versement de la rémunération ou du gain car la consistance
de l’obligation de cotiser est directement liée au revenu perçu par le travailleur – qu’il soit
salarié ou non – assujetti.
En effet, c’est la date du versement de la rémunération qui détermine l’exigibilité de la dette et
le point de départ de la prescription. En tout état de cause, la dette de cotisation ne suppose
nullement qu’il y ait eu affiliation.

Toutefois, le fait générateur de la dette de cotisation de l’assuré volontaire peut être constitué
par l’activité assujettie au régime.

II. L’exigibilité des cotisations


Le régime de l’exigibilité des cotisations est fonction, principalement de l’effectif de
l’entreprise et de la périodicité du versement de la rémunération. En effet, les employeurs
disposant de certains délais suivant le versement des rémunérations ou gains pour s’acquitter
des cotisations (salariales ou patronales) y afférentes, les cotisations doivent être réglées :
- dans les 15 premiers jours de chaque trimestre civil si l’employeur occupe moins de 20
salariés ;

55
- dans les 15 premiers jours de chaque mois si l’employeur occupe 20 salariés et plus.

Ainsi, les dates d’exigibilité des cotisations sont fixes et se situent selon la périodicité du
paiement des cotisations au :
- 15 du mois suivant la fin du trimestre civil pour les paiements trimestriels ;
- 15 du mois suivant la fin du mois en cours pour les paiements mensuels.
L’échéance peut être considérée comme étant la date de la paie. Elle est fluctuante selon
l’employeur, quoique les usages la délimitent au plus tard au 05 du mois suivant le mois
effectivement travaillé.
De l’expiration de ce terme jusqu’à la date d’exigibilité des cotisations, tout employeur qui a
occupé du personnel d’une façon permanente ou occasionnelle, est tenue de faire connaître à la
Caisse nationale de Prévoyance sociale le montant total des rémunérations ou avantages
accordés à chacun des travailleurs employés au cours de la période durant laquelle le travail a
été fourni.
En cas de cession ou de cessation d’activité, le paiement des cotisations dues pour le trimestre
ou le mois en cours suivant le cas, est immédiatement exigible.

III. Les modalités de règlement


Selon le moyen de paiement utilisé, les règles suivantes doivent être appliquées :

III.1. Le règlement par chèque


Les chèques doivent parvenir à l’organisme de Sécurité Sociale au plus tard le jour de
l’exigibilité.
Cependant, sont réputés parvenus à bonne date, les chèques envoyés par la poste lorsque la date
d’envoi authentifiée par le cachet de la poste précède d’un jour calendaire au moins la date
d’exigibilité.

Lorsque le chèque remis en règlement revient impayé, les cotisations n’ont pas été payées dans
le délai.

III.2. Le règlement par virement bancaire


Plusieurs cas de figure se présentent :
III.2.1. Le virement interbancaire
La date de référence est celle de la compensation bancaire qui doit intervenir au plus tard le
jour ouvré qui suit immédiatement la date d’exigibilité.
III.2.2. Le virement télégraphique ou de compte à compte émanant de la
même banque que celle de l’organisme de Sécurité Sociale
La date de référence est celle du transfert effectif des fonds au compte de l’organisme de
Sécurité Sociale qui doit intervenir au plus tard le jour ouvré qui suit immédiatement la date
d’exigibilité.

56
III.2.3. Les virements postaux,
Le créditement de l’opération au Compte Chèque Postal (C.C.P.) de l’organisme de Sécurité
Sociale doit intervenir au plus tard le jour ouvré qui suit immédiatement la date limite
d’exigibilité.
III.3. Les autres modes de règlement
Il s’agit des paiements par mandat carte, mandat lettre ou mandat de versement au compte
courant postal de l’organisme. Ils sont réputés être émis à bonne date lorsque les mandats sont
revêtus d’un cachet de la poste daté d’au moins un jour calendaire avant l’exigibilité.

IV. La prescription
En général, selon l’article 2219 du code civil : « La prescription est un moyen d’acquérir ou de
se libérer par un certain laps de temps, et sous les conditions déterminées par la loi.»
L’article 37 du Code de Prévoyance sociale dispose : « L’action civile en recouvrement des
cotisations arriérées et des majorations de retard correspondantes se prescrit par cinq
années révolues à compter de la date d’exigibilité de la cotisation, sauf interruption de la
prescription, par la mise en demeure prévue à l’article 31 ci-dessus ou par tout autre acte
interruptif conformément aux règles de droit commun.»
Ce texte établit ainsi la prescription extinctive ou libératoire de l’action en recouvrement qui
entraîne l’extinction des rapports d’obligation entre la Caisse nationale de Prévoyance sociale
et le redevable, par suite de l’inaction du créancier au delà d’un certain laps de temps.
Même si elles ont toutes les deux la nature d’une prescription extinctive ou libératoire, la
prescription de l’action en recouvrement ne doit pas se confondre avec la prescription de la
dette de cotisation.

IV.1. La prescription de la dette


La dette de cotisation s’éteint au-delà de trente (30) ans car ce sont les règles du droit civil
relatives à la prescription trentenaire qui s’appliquent en la matière. Ainsi, la dette de cotisation
peut être évaluée sur des périodes arriérées de trente (30) ans au plus.
Cependant, en ce qui concerne les créances sur l’Etat, les départements, les mairies, les conseils
généraux et certains établissements publics administratifs, la déchéance quadriennale est
opposable à tous leurs créanciers et a fortiori, à la Caisse nationale de Prévoyance sociale. En
effet, les créances sur ces personnes morales de droit public s’éteignent au bout d’un délai de
quatre (04) ans à partir du premier jour de l’année qui suit celle au cours de laquelle les droits
sont nés, si aucun acte interruptif de ce délai n’a été engagé.
IV.2. La prescription de l’action
L’action en recouvrement se prescrit par cinq ans à compter de la venue à expiration du délai
imparti au redevable par la mise en demeure pour régulariser sa situation. La saisine de la
commission de recours gracieux ne produit aucun effet sur le délai de prescription en raison du
caractère non juridictionnel de cette commission.
Par ailleurs, la prescription de l’action publique en recouvrement n’interdit pas à l’organisme
de sécurité sociale de poursuivre par la voie civile les sommes qui lui sont dues.
La prescription de l’action en recouvrement peut être suspendue ou interrompue :

57
- par tout acte de poursuite et notamment par la mise en demeure ;
- par tout acte dont il résulte que le débiteur a reconnu sa dette dans les conditions du
droit commun et notamment par l’engagement de payer ou encore par des règlements
partiels de cotisation ;
- par une assignation en justice de l’employeur à l’initiative du salarié pour obtenir son
affiliation.

IV.3. La régularisation des cotisations prescrites


La prescription ne faisant pas disparaître la dette elle-même, tout employeur peut
volontairement verser des cotisations prescrites et s’exposer ainsi – à défaut de leur remise
gracieuse totale ou partielle – au paiement des majorations de retard.
A cet effet, puisque la responsabilité du règlement de la totalité des cotisations lui incombe
exclusivement, la demande de régularisation doit en principe émaner de l’employeur.
Toutefois, en cas de force majeure ou de refus manifeste de l’employeur, l’intérêt des salariés
peut exiger qu’à titre exceptionnel, ils effectuent eux-mêmes une telle demande et versent les
cotisations arriérées – à condition d’avoir donné la preuve de leur activité salariée pendant la
période considérée.
Dans tous les cas, les cotisations dues doivent être calculées suivant les dispositions en vigueur
au moment où elles auraient dû être versées. Elles sont affectées des coefficients de
revalorisation en vigueur à la date du versement.

CHAPITRE II : LE CONTROLE
Eu égard au droit d’initiative conféré au redevable pour calculer le montant de ses cotisations
sociales conformément aux dispositions du Code de Prévoyance sociale, il importe de s’assurer
que celles-ci sont effectivement observées. Ainsi, les mêmes dispositions dotent-elles la Caisse
nationale de Prévoyance sociale des pouvoirs nécessaires pour exercer les vérifications qui
s’imposent à ce titre par l’intermédiaire de ses agents de contrôle.

I. Les missions des agents de contrôle


En matière de recouvrement, la mission des agents de contrôle est de :

1. Procéder aux contrôles et vérifications nécessaires pour :


- faire appliquer la législation de Sécurité Sociale en matière de recouvrement des
cotisations sociales ;
- vérifier sur place les déclarations des salaires des employeurs ;
- faire des redressements comptables en cas d’omission de certains éléments à
prendre en compte pour le calcul des cotisations ;
- dépister les employeurs clandestins et procéder à leur immatriculation
systématique ;
- détecter les fraudes et autres formes d’abus ;

58
- rechercher les adresses des employeurs disparus.

2. Fournir des informations et des conseils aux employeurs dans le cadre de


l’interprétation des textes de Sécurité Sociale.

II. L’étendue des pouvoirs des agents de contrôle


Il ressort de la combinaison des articles 25 du Code de prévoyance sociale et 91 du Code du
Travail que les agents de contrôle de la CNPS sont habilités à constater les infractions à la
législation et à la réglementation des régimes de Prévoyance sociale gérés par cet organisme
par des rapports écrits au vu desquels l’inspecteur du Travail pourra dresser procès verbal
faisant foi et lui permettant de saisir directement les autorités compétentes.
Ils ont à cet égard des pouvoirs d’investigation qui les autorisent à :
- pénétrer librement, pendant les heures d’ouverture, sans avertissement préalable, dans
tout établissement assujetti à leur contrôle…
La formalité de l’envoi préalable d’un avis de passage n’est pas obligatoire car le
contrôle peut intervenir inopinément (dans le cas par exemple de suspicion de travail
clandestin). Toutefois, il vaut mieux l’accomplir pour éviter que le contrôle ne soit
entravé.
- procéder à tous examens, contrôles ou enquêtes jugés nécessaires pour s’assurer que les
dispositions applicables sont effectivement observées et notamment :
▪ interroger, avec ou sans témoin, l’employeur ou le personnel de l’entreprise,
contrôler leur identité, demander des renseignements à toute autre personne
dont le témoignage peut sembler nécessaire ;
▪ requérir la production de tous registres et documents dont la tenue est prescrite
par les textes en vigueur en matière de travail et de prévoyance sociale dans la
mesure où ces registres et documents sont nécessaires à l’accomplissement de
leur mission.
En outre, ils disposent d’un droit de consultation qui s’étend à la présentation par les redevables
de « tous documents qui leur seront demandés comme nécessaires à l’exercice de leur
contrôle ». Ils sont ainsi autorisés à demander tout document comptable ou non, susceptible de
faire connaître les différents éléments des rémunérations versées, même s’il s’agit de
documents ou de registres tenus par l’employeur, de sa propre initiative et dont la tenue n’est
pas obligatoire. Le droit de consultation comprend également l’accès sans contrainte ni
réticence aux fichiers informatiques.
Si ces pouvoirs d’investigation ne permettent pas à l’agent de contrôle d’accomplir sa mission,
il a toute latitude pour :
- actionner son pouvoir de constater l’obstacle à contrôle dont les peines sont identiques
à celles prévues par le Code du travail en ce qui concerne les inspecteurs du travail ;
- mettre en œuvre son droit de taxer forfaitairement.
Lorsque l’agent de contrôle de la Caisse nationale de Prévoyance sociale constate des
infractions aux dispositions de la législation et de la réglementation du travail, il est tenu
d’informer l’inspecteur du travail conformément à l’article 91 sus-mentionné.

59
III Les droits des employeurs en matière de contrôle
III.1. Le droit d’exiger les documents d’habilitation
L’article 25 du Code de Prévoyance Sociale donne à l’agent de contrôle le libre accès dans les
entreprises faisant l’objet d’une mission de contrôle. Cependant, l’exercice de cette prérogative
est soumis à certaines conditions destinées à éviter toute forme d’abus et à garantir la
protection des entreprises contre la divulgation de leurs secrets de fabrication et en général, de
leurs procédés d’exploitation.
Parmi ces conditions figurent notamment l’obligation de prêter le serment prévu au dernier
alinéa de cet article et ce, sans préjudice de l’obligation au secret professionnel qui pèse à titre
général sur l’ensemble du personnel de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale.
L’assermentation doit être justifiée à l’occasion du contrôle auprès de l’employeur qui en fait
l’objet.

III.2. Le droit de contestation


Les cotisations évaluées (redressement, taxation d’office, …) par une mission de contrôle
peuvent être directement contestées auprès de la Caisse nationale de Prévoyance sociale par
l’employeur, toutes les fois qu’il pourra prouver qu’elles ne sont pas fondées dans leur
existence ou dans leur montant.

III.3. La possibilité de solliciter un paiement échelonné des dettes


sociales
Lorsque l’importance la dette mise à la charge de l’employeur par une mission de contrôle le
justifie au regard de sa situation financière du moment, il peut solliciter le bénéfice du paiement
échelonné des sommes dues.
A cet effet, l’employeur débiteur doit prendre l’engagement ferme de respecter régulièrement
les conditions suivantes :

- l’établissement d’une déclaration écrite et signée fixant les modalités proposées pour le
paiement échelonné des sommes arriérées ;
- le paiement d’un acompte ;
- le versement régulier et intégral des cotisations en cours.
En tout état de cause, la Caisse nationale de Prévoyance sociale se réserve le droit d’accorder
ou non le bénéfice d’un paiement échelonné des cotisations dues.

III.4. Le droit de communication des résultats du contrôle


L’obligation d’information du redevable est suffisamment remplie lorsque l’employeur a été
informé des erreurs ou omissions (Arrêts de la Cour de Cassation française du 21 juin 1973 et
du 7 Mars 1991).

Cependant, en ce qui concerne plus particulièrement les redressements, leur régularité est
subordonnée au respect du principe contradictoire. A cette fin, l’agent qui a procédé au contrôle

60
doit communiquer ses observations au redevable en l’invitant à y répondre dans les quinze (15)
jours.

La communication des observations formulées au terme du contrôle et l’invitation faite au


redevable de faire connaître sa réponse revêtent le caractère d’une formalité substantielle qui a
pour but de donner un caractère contradictoire au contrôle et de préserver les droits de la
défense (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de Cassation française du 12 décembre
1996). Lorsque le redevable a répondu ou si la communication des observations n’a donné lieu
à aucune réponse de sa part, l’organisme de recouvrement peut poursuivre le recouvrement des
sommes en cause (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de Cassation française du 24 mars
1994).

A défaut, la procédure de contrôle et de redressement est entachée d’une nullité qui fait
obstacle au recouvrement des cotisations litigieuses. Il en va ainsi lorsque l’agent chargé du
contrôle a établi, clos et transmis son rapport avant d’avoir communiqué ses observations au
redevable (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de Cassation française du 06 février 1997).
Sur le fondement de cette jurisprudence, il est patent – sauf si la mission de contrôle donne lieu
à redressement – que les résultats du contrôle sont réputés être communiqués à l’employeur
lorsque l’agent de contrôle lui soumet, dans ses conclusions à la clôture de la mission, l’état
récapitulatif de la situation de l’entreprise au regard de l’application de la législation sociale et
des infractions relevées.
Quoi qu’il en soit, le rapport complet peut être produit dans le cadre d’une instance engagée
devant une juridiction.

IV. La portée et l’effet du contrôle


IV.1. Le rapport de contrôle
A l’issue de la mission de contrôle, l’agent de Contrôle établit un rapport qu’il transmet à la
Caisse nationale de Prévoyance sociale accompagné éventuellement de la réponse de
l’employeur afin d’engager la procédure de recouvrement.
Le rapport de contrôle doit faire ressortir les faits constatés et s’il y a lieu, les possibilités de
règlement de l’employeur eu égard à sa situation financière notamment dans le cas de
redressements importants.

IV.2. La rétroactivité du contrôle sur une période déjà vérifiée


En principe, le contrôle doit s’exercer dans le cadre de la prescription trentenaire de droit
commun.
D’une manière générale, il est admis qu’il n’y a pas lieu de revenir sur une période contrôlée en
vertu du principe de « l’autorité de la chose décidée » entre les parties.

Toutefois, la possibilité de procéder ultérieurement à de nouvelles vérifications demeure,


notamment en cas :
- d’éléments ou faits nouveaux tels la découverte de fraudes ou de révélations
ultérieures ;
- de décision judiciaire, prononcée avec effet rétroactif ;

61
- de réserves expresses émises lors du précédent contrôle.
Ainsi, le visa apposé sur les livres de l’employeur n’ayant pas la valeur d’un arrêté de compte,
n’exclut nullement la possibilité de faire procéder ultérieurement à de nouveaux contrôles
(Arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation française du 30 novembre 1962).

CHAPITRE III : LA TAXATION D’OFFICE


A défaut de déclaration des salaires ou de production des pièces et documents prescrits par le
Code de Prévoyance sociale pour établir les cotisations dues, la Caisse nationale de Prévoyance
sociale peut prendre l’initiative d’évaluer les cotisations du redevable en procédant à une
taxation d’office.
La taxation d’office consiste en la fixation forfaitaire du montant des salaires devant
servir à l’évaluation des cotisations.

I. Les conditions de la taxation d’office


Il est procédé à une taxation d’office dans les circonstances ci-dessous :

- lorsque le montant des salaires servant de base de calcul des cotisations n’a pas été
communiqué à l’organisme de Sécurité sociale ;
- lorsque la comptabilité de l’employeur ne permet pas d’établir le chiffre exact des
salaires payés par lui à un ou plusieurs de ses salariés ;
- lorsque les déclarations de l’employeur s’avèrent inexactes (fausses déclarations).
De même, il peut être recouru à cette taxation dans les cas notamment :

- d’omissions sur le livre de paie ;


- de contradictions et de discordances entre les déclarations et le livre de paie ;
- d’absence de justification de la réalité des déplacements compte tenu des indemnités
et primes versées ;
- d’impossibilité de déterminer les avantages en nature ;
- de non présentation des documents de paie.
Les juges du fond ont le pouvoir souverain d’apprécier la preuve de l’insuffisance ou de
l’inexactitude de la comptabilité en ordonnant une expertise le cas échéant.

II. Le mode opératoire de la taxation d’office


La fixation forfaitaire par la Caisse nationale de Prévoyance sociale du montant des salaires
dans le cadre de la taxation d’office est effectuée en fonction du taux de salaire pratiqué dans la

62
profession et au lieu considéré. La durée d’emploi est déterminée d’après les déclarations des
travailleurs ou par tout autre moyen de preuve.

En cas de carence de la Caisse nationale de Prévoyance sociale, le forfait est établi par
l’Inspecteur du Travail et des lois Sociales du ressort.

III. La révision de la taxation d’office


La dette de cotisation déterminée par la méthode de la taxation d’office est susceptible d’être
révisée si le redevable fournit les bases réelles des cotisations avant que le débit n’ait fait
l’objet d’une contrainte qui n’est rien d’autre qu’une décision de justice.

TITRE II : LE RECOUVREMENT
CONTENTIEUX
Le recouvrement contentieux est déclenché par la Caisse nationale de Prévoyance sociale
lorsque l’employeur reste débiteur à l’expiration du délai de mise en demeure de payer les
cotisations dues. A cet effet, elle met en œuvre des procédures spécifiques mais peut recourir
également aux procédures de droit commun.

CHAPITRE I : LES SOURCES DU CONTENTIEUX


DU RECOUVREMENT DES COTISATIONS
SOCIALES
Le contentieux du recouvrement est l’ensemble des différends auxquels donne lieu
l’application des dispositions du code de Prévoyance sociale sur l’affiliation et
l’immatriculation au régime général obligatoire des travailleurs régis par l’article 2 du Code du
travail et assimilés ainsi que le paiement des cotisations. Ces différends opposent les cotisants
(employeurs, assurés volontaires et salariés) entre eux et/ou aux Caisses de Sécurité Sociale.
Le contentieux du recouvrement des cotisations sociales est caractérisé par des infractions
punies par des sanctions spécifiques indiquées dans le tableau ci-dessous.

SANCTIONS
INFRACTIONS
CIVILES PENALES
Obstacle au contrôle des Organismes Amende
de Sécurité sociale Peine d’emprisonnement

Peines contraventionnelles
Rétention indue du précompte

63
Défaut ou retard de production de
Amende
documents Pénalités
Majorations de retard
Défaut ou retard de paiement des
Remboursement des Amende
cotisations
prestations

I. Les obstacles au contrôle de la caisse


Toutes les personnes qui se seront opposées ou auront tenté de s’opposer à l’exécution des
obligations ou à l’exercice des pouvoirs qui incombent aux agents de contrôle, sont passibles
des peines applicables dans le cadre de la protection des inspecteurs du travail.
Ainsi, est constitutif d’une contravention de troisième classe, le fait pour toute personne de
s’être opposée ou d’avoir tenté de s’opposer à l’exécution des obligations ou à l’exercice des
pouvoirs qui incombent aux agents de contrôle.
De même, les dispositions du Code Pénal qui prévoient et répriment les actes de résistance, les
outrages et les violences contre les officiers de police judiciaires, sont applicables à ceux qui se
rendent coupables de faits de même nature à l’égard des agents de contrôle.

II. La rétention indue du précompte


L’article 21 alinéas 3 à 6 du code de prévoyance sociale prévoit que : « La contribution
salariale est précomptée sur la rémunération ou le gain du salarié lors de chaque paie. Le salarié
ne peut s’opposer au prélèvement de cette contribution. Le paiement de la rémunération
effectué sous déduction de la retenue de la contribution salariale vaut acquis de cette
contribution à l’égard du salarié de la part de l’employeur. La contribution de l’employeur reste
exclusivement à sa charge, toute convention contraire étant nulle de plein droit.
Il doit fournir à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale tous renseignements relatifs à
l’identification des travailleurs concernés par le règlement des cotisations.
En cas de non paiement ou de paiement partiel des cotisations ainsi dues par l’employeur,
ce dernier est passible des peines prévues : amendes et peine d’emprisonnement.»
La rétention indue du précompte est une infraction propre au recouvrement des cotisations au
titre de la branche retraite. En effet, l’article précité institue l’obligation légale de cotiser du
travailleur salarié et détermine en même temps les modalités de son exécution par l’employeur.
L’inexécution de ses obligations à cet égard expose l’employeur à des sanctions.
Elles sont prévues par l’article 29 du code de prévoyance sociale qui définit ainsi leur nature
pénale :« L’employeur qui ne s’est pas conformé aux prescriptions de la présente loi en
matière de recouvrement des cotisations est puni des peines contraventionnelles déterminées
par décret. »
Le quantum des peines est fixé par les articles 1 et 2 du décret du 24 février 1957, modifié par
le décret du 23 juillet 1957 relatif au recouvrement des sommes dues par les employeurs aux
Caisses de compensation des prestations familiales installées dans les Territoires d’Outre- Mer.
Ces textes prévoient une amende de 300 à 36 000 FCFA et un emprisonnement de 1 à 15 jours
ou l’une de ces deux peines seulement.

64
III. Le défaut ou le retard de production de document et de
paiement des cotisations
L’obligation de cotiser qui lui incombe peut être transgressée par le redevable qui,
délibérément, néglige ou refuse de fournir les documents et de produire les déclarations
auxquelles il est tenu.
Le redevable peut également être tenté de se délier d’une telle obligation en ne se conformant
pas aux échéances de règlement prévues ou en ne réglant pas du tout les cotisations sociales
dues. Il commet ainsi deux types d’infractions.

III.1. Le défaut ou retard de production de documents


Selon l’article 26 alinéa 1 du Code de prévoyance sociale : « L’employeur affilié est tenu de
produire une déclaration périodique faisant ressortir , pour chacun des salariés qu’il a occupé
au cours de la période écoulée, le montant des rémunérations ou gains perçus par l’intéressé,
ainsi que la durée du travail effectué.»
III.2. Le défaut ou le retard de paiement des cotisations
Il se caractérise notamment par :
- le non-paiement ou le paiement irrégulier des cotisations qui peuvent occasionner la
mise en œuvre des procédures amiables ou contentieuses de recouvrement ;
- le non respect de la date d’exigibilité qui expose à des sanctions.

III.3. Le régime des sanctions


Sans préjudice des peines contraventionnelles définies par l’article 29 sus-cité, les employeurs
défaillants encourent les sanctions nées des infractions liées aux défauts et retards de
production des documents et de paiement des cotisations.

III.3.1. Les pénalités


Le code de prévoyance sociale en son article 30 stipule que : « Le défaut de production aux
échéances fixées de la déclaration prévue à l’article 26 ci-dessus donne lieu à versement d’une
pénalité de 10% du montant total mensuel des cotisations dues par l’employeur défaillant.»
Lorsque l’employeur n’a jamais produit de bordereau ou de déclaration, la pénalité de 10% est
encourue pour chaque salarié ou assimilé dont le contrôle a révélé l’emploi dans l’entreprise.
La même pénalité est aussi encourue pour chaque inexactitude quant au montant des
rémunérations déclarées ou chaque omission de salariés constatée sur le document produit par
l’employeur. Les pénalités sont calculées et signifiées à l’employeur par mise en demeure et
sont recouvrées dans les mêmes conditions que les cotisations.
III.3.2. Les majorations de retard
Lorsque les cotisations sociales ne parviennent pas à l’organisme de sécurité à la date
d’exigibilité, l’employeur défaillant s’expose aux majorations de retard prévues par l’article 20
de l’arrêté 1264 ITLS.CI. du 18 février 1956, sans préjudice des sanctions définies par les
articles 29 et 32 du Code de Prévoyance sociale. Les majorations de retard sont calculées au

65
taux de 0,5 pour 1000 par jour de retard et payables en même temps que les cotisations qui s’y
rapportent à partir du 16ème jour du mois suivant la fin du mois ou du trimestre civil sans tenir
compte éventuellement de son caractère férié et/ou non ouvré.
L’existence d’une contestation sur le montant des cotisations ne fait pas obstacle au calcul des
majorations de retard.
Les majorations peuvent être réduites ou annulées par décision du Conseil d’Administration
rendue sur proposition de la Commission de Recours Gracieux. Mais cette faveur n’est
accordée qu’après règlement de la totalité des cotisations ayant donné lieu à majoration et, si et
seulement si l’employeur est à jour des cotisations en cours.
Le cours des majorations de retard peut être arrêté en cas de :
- décès du débiteur : cet événement fait en effet tomber la dette de cotisations et les
majorations de retard dans la succession étant donné que les héritiers ne sont redevables
au titre du « de cujus » que des sommes dont celui-ci était lui-même redevable au jour
de son décès ;
- règlement judiciaire ou liquidation des biens.

III.3.3. Le remboursement des prestations servies


Le code de prévoyance sociale en son article 32 prévoit : « Indépendamment des sanctions
prévues à l’article 29 et du versement des cotisations arriérées et des majorations de retard
correspondantes, lorsque tout ou partie des cotisations exigibles en application de la législation
sur les prestations familiales n’a pas été acquitté dans les délais fixés, la Caisse nationale de
Prévoyance sociale est fondée à poursuivre auprès de l’employeur à qui incombe le versement
des cotisations, le remboursement de l’ensemble des prestations auxquelles les allocataires
peuvent prétendre entre la date d’exigibilité et la date du règlement définitif de la totalité des
cotisations arriérées de prestations familiales dues pour l’ensemble des travailleurs intéressés.
Sauf en ce qui concerne les cotisations et majorations de retard, les créances de la Caisse
nationale de Prévoyance sociale nées dans les conditions prévues à l’alinéa ci-dessus, peuvent
être réduites en cas de précarité de la situation du débiteur par décision motivée du conseil
d’administration la Caisse nationale de Prévoyance sociale.»
Le débit sera notifié à l’employeur pour le remboursement des prestations relatives à la branche
de prestations familiales comme prévu par la loi.
L’article 139 du Code de Prévoyance sociale institue également le remboursement par
l’employeur des dépenses de prestations en matière d’accident du travail. Cependant, son
article 33 exclut en pareil cas toute possibilité de réduire le montant de cette sanction
pécuniaire en cas de précarité financière de l’employeur.

CHAPITRE II : LES PROCEDURES DU


RECOUVREMENT CONTENTIEUX DES
COTISATIONS SOCIALES
La Caisse nationale de Prévoyance sociale dispose de moyens juridiques adéquats pour agir
rapidement et efficacement. Il en est ainsi de la contrainte qui, en tant que procédure

66
exorbitante du droit commun, lui confère des pouvoirs particuliers pour recouvrer ses
cotisations.

I. La procédure de droit commun


Lorsque les cotisations qui sont dues à la Caisse nationale de Prévoyance sociale ne sont pas
payées, celle-ci peut justifier d’un préjudice sur lequel elle a la faculté de fonder une action
judiciaire en faisant citer le débiteur à comparaître devant la juridiction compétente. Elle
dispose à cet égard de deux voies d’actions.

I.1. L’action civile


L’action civile seule peut être juridiquement intentée par l’organisme de sécurité sociale pour
recouvrer les cotisations sociales. Son aboutissement est un jugement revêtu de la formule
exécutoire ou injonction de payer condamnant l’employeur au paiement des cotisations et
majorations de retard.

I.2. L’action civile jointe à l’action publique


L’action civile se justifie davantage dans le cas où elle est jointe à l’action publique. Dans cette
hypothèse, elle s’exerce devant les tribunaux répressifs et tend à la fois à la condamnation du
débiteur :
- au versement des cotisations et majorations de retard ;
- au paiement des dommages et intérêts ;
- aux sanctions pénales (amende, emprisonnement, publicité de jugement et affichage).
II. La procédure de la contrainte
II.1. La mise en demeure préalable
L’article 31 du Code de prévoyance sociale dispose : « Toute action ou poursuite effectuée en
application de l’article 29 … est obligatoirement précédée d’une mise en demeure, par lettre
recommandée avec avis de réception ou remise par l’agent de contrôle contre récépissé au
représentant légal ou dûment habilité de l’employeur, du directeur général de la Caisse
Nationale de Prévoyance Sociale, invitant l’employeur à régulariser sa situation dans un délai
compris entre quinze jours et trois mois. »
Le représentant légal de l’employeur ou la personne dûment habilitée s’entend de toute
personne ayant reçu mandat express d’agir en lieu et place et pour le compte de l’employeur.
Par ailleurs, pendant le délai d’exécution de l’injonction de payer, la Caisse nationale de
Prévoyance sociale a toute latitude pour établir la contrainte dans l’intervalle de temps se
situant entre quinze jours au minimum et trois mois au maximum à partir de la date de
signification de la mise en demeure.
Cette règle se justifie d’autant plus que la Caisse nationale de Prévoyance sociale se réserve le
droit d’accélérer les poursuites en demandant qu’une contrainte soit rendue exécutoire bien

67
avant le dernier terme du délai d’exécution de la mise en demeure – soit trois mois à compter
du jour de sa signification – dans certains cas notamment lorsqu’il y a péril sur le recouvrement
des cotisations.
II.2. L’établissement de la contrainte
L’article 34 alinéa 1 du Code de prévoyance sociale stipule : « Si la mise en demeure prévue à
l’article 31 reste sans effet, le directeur général de la Caisse nationale de Prévoyance sociale
peut, indépendamment des poursuites pénales, exercer l’action civile en délivrant une
contrainte qui est visée et rendue exécutoire dans un délai de cinq jours par le Président du
tribunal du travail dans le ressort duquel est compris le siège de la Caisse nationale de
Prévoyance sociale ou le service décentralisé du recouvrement des cotisations.»
Il en résulte que l’initiative d’actionner les procédures, qu’elles soient de droit commun ou
qu’elles lui soient exorbitantes avec l’établissement et la notification de la contrainte,
appartient à la Caisse nationale de Prévoyance sociale.
II.3. La notification de la contrainte
L’article 34 alinéa 2 du Code de prévoyance sociale poursuit : « Cette contrainte est notifiée au
débiteur par voie d’agent administratif ou d’auxiliaire de justice spécialement commis à cet
effet par le Directeur Général de la Caisse nationale de Prévoyance sociale. Elle peut
également être adressée par lettre recommandée avec accusé de réception. Elle est
immédiatement exécutoire dans les mêmes conditions qu’un jugement.»
La contrainte a donc force exécutoire et peut produire tous ses effets dès sa notification qui est
prouvée par un avis de réception signé par l’employeur ou son représentant.
II.4. L’opposition à la contrainte
L’article 34 alinéa 3 du Code de prévoyance sociale énonce : « Le débiteur peut former
opposition dans les quinze jours de la notification à personne ou à compter de la date du
premier acte d’exécution par déclaration au greffe du tribunal ou par lettre recommandée avec
avis de réception adressée dans le même délai au greffier dudit tribunal. L’opposition suspend
l’exécution de la contrainte.»
L’opposition doit comporter toutes les justifications nécessaires sur lesquelles elle est fondée.
La Caisse nationale de Prévoyance sociale doit en être informée et doit recevoir toutes les
justifications présentées par l’employeur pour appuyer sa cause.
L’opposition ne produit aucun effet sur la tardiveté du paiement des cotisations car elle laisse
courir les majorations de retard.
II.5. La tentative de règlement amiable
L’employeur débiteur qui reçoit notification d’une contrainte a la possibilité de signer un
moratoire avec la Caisse nationale de Prévoyance sociale pour apurer sa dette. Par cet acte, il
reconnaît sa dette et s’oblige ainsi à respecter l’engagement qu’il prend.
L’engagement signé par l’employeur peut être homologué par le tribunal du travail.
II.6. L’exécution de la contrainte
Dans le cas où l’employeur débiteur ne forme pas d’opposition à la contrainte, la Caisse
nationale de Prévoyance sociale peut engager la procédure d’exécution forcée pour rentrer en
possession de ses cotisations. L’exécution est poursuivie en premier lieu sur les biens meubles

68
et, en cas d’insuffisance de ceux-ci, sur les immeubles sauf s’il s’agit d’une créance
hypothécaire ou privilégiée.
La Caisse nationale de Prévoyance sociale peut également pratiquer une mesure conservatoire
pour sauvegarder les cotisations qui lui sont dues.

L’exécution forcée et les mesures conservatoires lui permettent de garantir le recouvrement des
créances détenues par les débiteurs récalcitrants à travers trois procédures :
- les saisies conservatoires dont l’objectif est de rendre indisponibles les biens du
débiteur ;
- les saisies- vente qui portent sur les biens meubles du débiteur ;
- les saisies attribution effectuées sur les créances du débiteur généralement détenues par
les tiers.

III. Les procédures collectives


Elles désignent toute procédure dans laquelle le règlement des dettes et la liquidation
éventuelle des biens du débiteur ne sont pas abandonnés à l’initiative individuelle de chaque
créancier, mais organisés de manière à ce que tous les créanciers puissent faire valoir leurs
droits.
Les procédures collectives aménagent essentiellement la protection des créanciers et également
celle du débiteur lui-même qui se place sous la protection de la justice pour obtenir en cas de
règlement judiciaire notamment une certaine trêve avec ses créanciers pendant qu’il cherche,
avec le concours d’un mandataire de justice à redresser sa situation financière lorsque celle-ci
n’est pas irrémédiablement compromise.
Les procédures collectives sont constituées par un ensemble d’opérations qui permettent
de régler les dettes d’une entreprise (personne physique ou morale) en état de cessation de
paiement ou non.

III.1. Les différentes procédures


L’article 2 de l’Acte Uniforme OHADA portant organisation des procédures collectives
d’apurement du passif distingue trois types de procédures :
III.1.1. Le règlement préventif
Le règlement préventif s’entend de la « procédure destinée à éviter la cessation des
paiements ou la cessation d’activité de l’entreprise et à permettre l’apurement collectif de
son passif au moyen d’un concordat préventif.»
Il s’applique à toute entreprise qui « connaît une situation économique et financière
difficile mais non irrémédiablement compromise.»

III.1.2. Le redressement judiciaire


Le redressement judiciaire est « une procédure destinée à la sauvegarde de l’entreprise et
à l’apurement de son passif au moyen d’un concordat de redressement.»
Il s’agit d’une procédure à mi-chemin entre le règlement préventif et la liquidation des
biens. Cette procédure concerne des entreprises se trouvant dans une situation financière

69
difficile, mais pour lesquelles des possibilités de redressement existent encore, bien qu’elles
soient en cessation de paiement.

III.1.3. La liquidation des biens


La liquidation des biens est une « procédure qui a pour objet la réalisation de l’actif du
débiteur pour apurer son passif.»
Elle intervient lorsqu’il n’existe aucune possibilité de redressement de l’entreprise et que
celle-ci est en cessation de paiement.
En pareille hypothèse, les biens meubles et immeubles du débiteur serviront au
désintéressement de l’ensemble des créanciers.
La cession du passif du débiteur est généralement une solution peu avantageuse pour la Caisse
nationale de Prévoyance sociale car elle compromet le recouvrement des cotisations sociales
lorsque le prix de la cession est inférieur au montant du passif.

III.2. L’effet suspensif des procédures collectives


Une fois qu’elles sont engagées, les procédures collectives quelles qu’elles soient suspendent :
- le paiement des cotisations du redevable ;
- les procédures normales, amiables ou contentieuses de recouvrement des cotisations
mises en œuvre à l’encontre du débiteur.
Toutefois, le cours des majorations de retard ne peut être interrompu qu’en cas de règlement
judiciaire ou de liquidation des biens.
III.3. La distribution des deniers issus de la réalisation des biens
du débiteur en cessation de paiement
Le rang des créanciers dans la distribution des deniers issus de la réalisation des biens du
débiteur en cessation de paiement est déterminé par les articles 166 et 167 de l’Acte Uniforme
OHADA portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif. Suivant ces
textes, le classement de chaque créancier est fonction du rang de sa sûreté.

III.3.1. De la sûreté de la Caisse nationale de Prévoyance sociale


Aux termes de l’Acte Uniforme portant organisation des Sûretés, les créances de cotisations
sociales sont assorties de deux catégories de privilèges généraux suivant qu’elles sont ou non
soumises à publicité.
III.3.1.1. Conformément à l’article 107-5° de l’Acte Uniforme portant organisation des
Sûretés, les sommes dont le débiteur est redevable au titre des créances fiscales, douanières et
envers les organismes de sécurité sociale dans la limite de la somme fixée légalement pour
l’exécution provisoire des décisions judiciaires, sont privilégiées sans publicité et viennent en
cinquième position dans l’ordre des privilèges généraux non soumis à publicité.

III.3.1.2. En revanche, conformément à l’article 108 dudit texte, ces mêmes sommes sont
privilégiées au-delà du montant fixé par l’article 107-5°, à condition d’être publiées au Registre
de Commerce et Crédit Mobilier (RCCM).

70
L’Acte Uniforme OHADA relatif aux Procédures Collectives tire conséquence de cette
distinction et fait varier le rang de la CNPS dans la distribution des deniers du débiteur en
cessation de paiement selon que sa créance a été ou non publiée.

III.3.2. Du rang de la CNPS


L’Acte Uniforme OHADA portant organisation des procédures collectives d’apurement du
passif classe les créanciers selon que les deniers à leur distribuer proviennent de la réalisation
d’un bien immobilier ou d’un bien mobilier.
III.3.2.1. Le classement en matière immobilière de l’article 166
« Les deniers provenant de la réalisation des immeubles sont distribués ainsi :
1. aux créanciers des frais de justice engagés pour parvenir à la réalisation du bien vendu et
à la distribution elle-même du prix ;
2. aux créanciers de salaires super privilégiés en proportion de la valeur de l'immeuble par
rapport à l'ensemble de l'actif ;
3. aux créanciers hypothécaires et séparatistes inscrits dans le délai légal, chacun selon le
rang de son inscription au livre foncier ;
4. aux créanciers de la masse tels que définis par l'article 117 ci-dessus ;
5. aux créanciers munis d'un privilège général selon l'ordre établi par l'Acte uniforme
portant organisation des sûretés ;
6. aux créanciers chirographaires.
En cas d'insuffisance des deniers pour désintéresser totalement les créanciers de l'une des
catégories désignées aux 1°, 2°, 4°, 5° et 6° du présent article venant à rang égal, ceux-ci
concourent aux répartitions dans la proportion de leurs créances totales, au marc le franc.»
Il ressort du classement de l’article 166 de l’Acte Uniforme OHADA portant organisation des
procédures collectives d’apurement du passif que la Caisse nationale de Prévoyance sociale
vient en 5ème ou 6ème position selon que sa créance a été publiée ou non au Registre de
Commerce et Crédit Mobilier.
III.3.2.2. Le classement en matière mobilière de l’article 167

« Les deniers provenant de la réalisation des meubles sont distribués ainsi :

1. aux créanciers des frais de justice engagés pour parvenir à la réalisation du bien vendu
et à la distribution elle-même du prix ;
2. aux créanciers de frais engagés pour la conservation du bien du débiteur dans l'intérêt
du créancier dont les titres sont antérieurs en date ;
3. aux créanciers de salaires super privilégiés en proportion de la valeur du meuble par
rapport à l'ensemble de l'actif ;
4. aux créanciers garantis par un gage selon la date de constitution du gage ;
5. aux créanciers garantis par un nantissement ou par un privilège soumis à publicité,
chacun suivant le rang de son inscription au registre du commerce et du crédit mobilier ;
6. aux créanciers munis d'un privilège mobilier spécial, chacun sur le meuble supportant le
privilège ;

71
7. aux créanciers de la masse tels que définis par l'article 117 ci-dessus ;
8. aux créanciers munis d'un privilège général selon l'ordre établi par l'Acte uniforme
portant organisation des sûretés ;
9. aux créanciers chirographaires.
En cas d'insuffisance des deniers pour désintéresser totalement les créanciers de l'une des
catégories désignées aux 1°, 2°, 3°, 6°, 7° et 8° du présent article venant à rang égal, ceux-ci
concourent aux répartitions dans la proportion de leurs créances totales, au marc le franc.»

Aux termes de l’article 167, la Caisse nationale de Prévoyance sociale sera au 5ème ou 8ème rang
de la distribution selon que sa créance aura été apurée sur des deniers provenant de biens
mobiliers.
Eu égard au rang désavantageux de la Caisse nationale de Prévoyance sociale dans la
distribution des deniers issus de la réalisation des biens du débiteur en cessation de paiement,
et pour éviter de les rendre irrécouvrables, ses services compétents peuvent consentir
directement les abattements inévitables sur les cotisations en principal et leurs majorations de
retard dans le cadre des procédures collectives.

IV. La procédure d’admission en non valeur


Lorsque toutes les voies de droit aboutissant à l’exécution forcée de la dette de cotisation se
sont avérées infructueuses, les cotisations sociales qui restent dues doivent faire l’objet d’une
admission en non valeur par décision du Conseil d’Administration.

Cette décision ne doit pas être subordonnée à l’épuisement du délai de prescription de la dette
(30 ans) surtout dans les cas où lesdites cotisations deviennent irrécouvrables en raison de
l’insolvabilité, de la cessation définitive des activités ou du décès du débiteur.

En tout état de cause, pendant que le délai de prescription court, l’admission en non valeur des
cotisations dues peut être prononcée toutes les fois que la situation financière du débiteur
appréciée par la Caisse nationale de Prévoyance sociale sur la base de critères pertinents rend
cette dette irrécouvrable.

72

Vous aimerez peut-être aussi