Vous êtes sur la page 1sur 5

Généralité sur MIKE 11

MIKE 11 est un logiciel professionnel pour la simulation des flux, la qualité de l'eau, le
transport des sédiments dans les estuaires, les rivières, les systèmes d'irrigation, des canaux
et autres cours d'eau.

MIKE 11 simule les écoulements transitoires unidimensionnels, les phénomènes de transport


et de dispersion de produits polluants et de sédiments, et les réactions biologiques et
chimiques.

Il prend en compte tous les types de réseaux hydrauliques, d’ouvrages et de conditions


d’écoulement, tels que :

- Ecoulement fluviaux ou torrentiels,


- Débits d’apports latéraux,
- Ecoulement noyés ou dénoyés sur les déversoirs,
- Procédure de gestion de barrages,
- Pertes de charge locales, et rugosité dépendant des conditions hydrauliques,
- Inondation et ressuyage des lits majeurs,
- Ecoulement bidimensionnels dans les champs d’inondation,
- Effet du vent.
- Injection de produits polluants,
- Réactions chimiques et biologiques affectant la qualité de l’eau.

L’outil de simulation est fondé sur cinq modules :

- Un module hydrologique,
- Un module hydrodynamique,
- Un module de transport-dispersion,
- Un module de qualité de l’eau,
- Un module de transport de sédiments

Par la suite on se restreint au module hydrodynamique, vu que notre étude a pour objectif la
simulation de l’écoulement d’un canal.

Comment MIKE 11 traite les singularités ?


 Perte de charge due au resserrement ou élargissement de la section

Les pertes de charge sont calculées moyennant la formule :

𝜏. 𝑄²
∆H = ⁄
2. 𝑔. 𝐴²

où ΔH est la perte d'énergie rencontrés, g est l'accélération de la pesanteur, Q est le débit, A


est la surface mouillée à cet endroit et la quantité 𝜏 désigne le coefficient de perte d'énergie
totale.
- La perte d'énergie causée par la contraction de la section d'écoulement est
modélisée par l'équation :

𝜏. 𝑐𝑜𝑛𝑡 = 𝜏. 𝑖𝑛 (1 − 𝑉1⁄𝑉 )

où 𝜏. 𝑖𝑛 est un coefficient défini par l'utilisateur, V1 est la vitesse en amont au point


précédent et V la vitesse moyenne (au sein de section transversale).

- La perte d'énergie causée par l’élargissement de la section d'écoulement est


modélisée par l'équation :

𝜏. é𝑙𝑎𝑟 = 𝜏. 𝑜𝑢𝑡 (1 − 𝑉2⁄𝑉 )²

où 𝜏. 𝑜𝑢𝑡 est un coefficient défini par l'utilisateur, V2 est la vitesse en aval et V la


vitesse moyenne (au sein de section transversale).

Enfin on obtient :

𝜏 = 𝜏. 𝑐𝑜𝑛𝑡 + 𝜏. é𝑙𝑎𝑟 = 𝜏. 𝑖𝑛 (1 − 𝑉1⁄𝑉) + 𝜏. 𝑜𝑢𝑡 (1 − 𝑉2⁄𝑉)²

 Ecoulement dans les buses ou dalots

- Perte de charge :

On résume les principales pertes de charge :

 A l’entrée de l’ouvrage due au rétrécissement de la section d’écoulement, avec


𝜏. 1 = 𝜏. 𝑖𝑛 (1 − 𝐴⁄𝐴1)
A1 : Section transversal du point juste en amont.
A : Section transversal le long de l’ouvrage.

 A la sortie due à l’élargissement de la section d’écoulement, avec


𝜏. 2 = 𝜏. 𝑜𝑢𝑡 (1 − 𝐴⁄𝐴2)²
A2 : Section transversal du point juste en aval.
A : Section transversal le long de l’ouvrage.

On remarque que la formule a changé de ce qu’on a exposé dans la section


précédente, et ceci est dû au faite qu’on a un seul débit qui transite.

 Les pertes de charges singulières le long de l’ouvrage calculé selon la formule de


Manning, à savoir :
2. 𝑔. 𝐿. 𝑛²⁄
𝜏. 𝑓 =
𝑅 4/3
g : Accélération de la pesanteur,
L : Longueur de l’ouvrage,
n : Coefficient de Manning généralement pris entre 0.011 et 0.019

R : Rayon hydraulique.
 Ainsi la perte de charge totale est exprimée sous la forme :
𝑄²⁄ 𝜏. 1⁄ 𝜏. 𝑓
∆H = 2. 𝑔 × ( + ⁄ + 𝜏. 1⁄ )
𝐴1² 𝐴² 𝐴2²
- Coefficients pris dans l’équation de quantité de mouvement

 Débit nulle, Autrement dit il n’y a pas d’écoulement dans l’ouvrage on adopte les
coefficients suivant :
α=0, β=1, γ=0, δ=0

 Ecoulement contrôlé par les conditions en amont, se produit lorsque le niveau


aval de l'eau n'a aucune influence sur l’écoulement dans l’ouvrage.
Le débit Q, est donc uniquement fonction du niveau d'eau du fleuve à l’entrée h1,
et peuvent être exploitées par rapport une relation Q/h défini avant la simulation.
On retrouve ce cas lorsque on est en face d’un :
- Débit entrant critique.
- Orifice d’entrée partiellement rempli, et débit critique à la sortie.
- Orifice d’entrée complètement rempli, et débit critique à la sortie.
- Ecoulement libre à la sortie.

On distingue deux cas :

 Ecoulement fluvial :

2𝑔⁄ 2𝑔⁄
𝛼 = −√ 𝑎. 𝑏 ; 𝛾 = −√ 𝑎. 𝑏

𝛽= 1 ; 𝛿=0

𝑎 = 𝜏⁄ 2 − 1⁄ 2 + 1⁄ 2
𝐴 𝐴1 𝐴2

𝑏 = ℎ1 − ℎ2

On garde les mêmes notations, en ajoutant :


h1 = Hauteur d’eau à l’amont, h2 = Hauteur d’eau à l’aval.

 Ecoulement torrentiel :

𝛼 = − 𝑔 .𝐴 ; 𝛾 = − 𝑔 .𝐴
𝜏. 𝑄 𝜏. 𝑄²
𝛽 = 2∆𝑥∆𝑡 + ⁄2. 𝑔. 𝐴² ; 𝛿 = 𝑔. 𝐴. (ℎ1 − ℎ2) + (𝜃 − 1) ⁄
2. 𝑔. 𝐴²
+ 2∆𝑥∆𝑡𝑄

𝜃 , paramètre intégré du système compris entre 0.5 et 1, et sa valeur reflète


l’importance de l’influence de l’aval ou l’amont sur l’écoulement, par exemple si l’aval n’a
aucune influence, on prend 𝜃 = 0.5 au contraire, si l’aval est très influent, on prend 𝜃 = 1.
 Ecoulement contrôlé par les conditions en aval, se produit lorsque le niveau d’eau
à l’aval impose une contrainte sur l’écoulement à travers l’ouvrage, dans ce cas, on
n’aura pas recours à la relation Q/h calculé à l’amont.
On retrouve ce cas lorsque on est en face d’un :
- L’entrée et la sortie de l’ouvrage est partiellement remplie.
- L’entrée est complètement remplie, et la sortie partiellement.
- L’entrée est partiellement remplie, et la sortie complètement.
- L’ouvrage est totalement en charge.

𝛼 = − 𝐶𝑐 ; 𝛾 = 𝐶𝑐

𝛽= 1 ; 𝛿=0

𝜏. 𝑓⁄
𝐶𝑎 = 𝜏1⁄ 2 + + 𝜏2⁄ 2 − 1⁄ − 1⁄
𝐴1 𝐴12 𝐴2 𝐴1² 𝐴2²

𝐶𝑏 = ℎ1 − ℎ2

2. 𝑔
𝐶𝑐 = | 𝐶𝑎 |√ ⁄| 𝐶𝑎 |. 𝐶𝑏

- Calcul du débit critique

𝑔. 𝐴𝑐⁄
𝑄𝑐 = 𝐴𝑐. √ 𝑇 T : largeur, et Ac surface d’écoulement dans le cas critique.

- Condition du régime critique à l’entrée de l’ouvrage :

𝑄𝑐. 𝑛
𝑆0 > [𝑆𝑐 = ( ⁄ 2 )²]
𝐴𝑐. 𝑅𝑐 3

S0 pente de l’ouvrage,

Sc pente critique

Rc Rayon Hydraulique correspondant au régime critique.

- Condition du régime critique à la sortie de l’ouvrage :

𝑆0 < 𝑆𝑐

- Calcul du débit quand l’orifice d’entrée est en charge :


𝑄𝑐 = 𝐶0. 𝐴𝑓𝑢𝑙𝑙. √2. 𝑔. (𝐻1 − 𝑧1)

H1 : Charge de l’eau à l’amont, z1 : cote d’entrée de l’ouvrage.

C0 coefficient choisi par l’utilisateur.

- Calcul du débit quand tout l’ouvrage est en charge avec sortie libre:
2. 𝑔. (𝐻1 − 𝑧2)⁄
𝑄𝑐 = 𝐴𝑓𝑢𝑙𝑙. √ 𝜏1 + 𝜏2 + 𝜏2

z2 : cote de l’ouvrage à l’aval ; 𝜏2 est pris généralement égale à 1.

- Elaboration de la relation Q/h:

Le logiciel suit la même procédure déjà expliqué dans la partie laminage de la crue,
au cours de la première partie (Etude Hydrologique).