Vous êtes sur la page 1sur 3

1.

Sujet : Il est temps que les parents arrêtent de décider à la place de leurs jeunes
enfants.

Pour :

J’ai lu avec un grand intérêt l’article de monsieur Paul Alain, publié sur votre journal, le 2
novembre dernier, au sujet des parents et leurs obligations envers leurs enfants.
L’affirmation suivante a attiré mon attention : Il est temps que les parents arrêtent de
décider à la place de leurs jeunes enfants.

Je partage l’avis de monsieur Alain, et à mon humble avis, la relation entre les parents et
leurs enfants devrait être basée sur la tolérance, l'amour et le respect réciproque.

D'abord, les parents peuvent avoir une image utopique de leurs enfants et ainsi ils leurs
imposent des choix qui dépassent leurs aptitudes. Cette attitude s'avère erronée car les
seuls qui connaissent leurs vrais penchants et aptitudes ce sont les enfants. L'exemple le
plus significatif nous est fourni par les décisions que prennent les parents à la place de
leurs enfants dans le domaine des études, ce qui peut causer des dommages
irréversibles sur la poursuite du cursus scolaire et universitaire.

De plus, en faisant vivre son enfant dans cette sphère étroite où il n'a ni responsabilités
ni décisions à prendre, on rendra plus difficile son adaptation à la vie et à sa dure réalité.
Prenons le cas des décisions prises par les parents en ce qui concerne les fréquentations
de leurs enfants, et qui peuvent mener à la solitude de l'enfant et au rejet de l’autre.

En outre, la liberté de décision est un apanage exclusif à chaque individu, et le lui spolier
reviendrait à lui nuire. En effet, décider au lieu de son enfant pourrait tarir son esprit
critique, ainsi l'enfant aura une faible personnalité et ne sera pas autonome. Citons le cas
des choix vestimentaires que font les parents pour leurs enfants, et qui pourraient
rendre l'enfant une sorte de paria social.

Bref, choisir au lieu de ses enfants pourrait avoir des répercussions désastreuses sur
eux.

En conclusion, On peut dire que décider pour ses enfants peut s'avérer néfaste, car cela
affaiblit leurs personnalités et ne les prépare pas à affronter la réalité, d'autant plus que
ces décisions peuvent être contradictoires avec les penchants des enfants et créent ainsi
un abîme entre eux et leurs rêves.

Contre :

J’ai lu avec un grand intérêt l’article de monsieur Paul Alain, publié sur votre journal, le 2
novembre dernier, au sujet des parents et leurs obligations envers leurs enfants.
L’affirmation suivante a attiré mon attention : Il est temps que les parents arrêtent de
décider à la place de leurs jeunes enfants.

J’aimerai intervenir sur ce point, car je suis convaincu qu’il est primordial que les
parents prennent les décisions à la place de leurs enfants.
D'abord, les parents peuvent parfois être autoritaires, et se montrer sévères envers
leurs enfants, mais ce n'est que par amour et pour le bien de leurs descendants qu'ils
agissent de la sorte, car nos parents veulent nous voir les surpasser et atteindre le
firmament de la réussite.

Ensuite, décider pour ses enfants, c'est avant tout une responsabilité parentale. En effet,
c'est le rôle de chaque parent de prendre les décisions pour assurer l'avenir de sa
progéniture et éviter ainsi des choix non réfléchis qui pourraient avoir des
répercussions néfastes sur la famille.

Enfin, les parents sont bien plus expérimentés et clairvoyants que leurs enfants. Par
conséquent, ils les empêcheront de commettre les mêmes erreurs qu'eux-mêmes. Par
exemple, les parents peuvent restreindre l'utilisation des nouveaux moyens de
communication à leurs enfants, pour éviter que cela ne les influence négativement.

En somme, pour ces personnes, décider à la place des enfants est la meilleure chose à
faire, même si cela peut entraîner une dégradation du rapport parents/enfants.

2. Sujet : La recherche spatiale aboutira un jour à des découvertes importantes pour


l’humanité. Il faut continuer à investir dans ce domaine !

Pour :

J’ai lu avec un grand intérêt l’article de Pierre Closi, que vous avez publié le 24 Octobre
dernier, au sujet de la recherche spatiale et le budget extraordinaire consacré à cette
discipline.

Toutefois Monsieur Closi a omis de citer l’importance de cette science pour notre survie
sur terre.

Selon moi, il est évident que la recherche spatiale est indispensable pour l’humanité et
on n’a pas le choix que d’investir encore plus dedans.

En premier lieu, l’être humain a le besoin naturel de poser des questions sur son
entourage, d’élaborer des hypothèses et de les tester pour en tirer des lois. La recherche
spatiale répond à ce besoin elle nous fournit les réponses à nos questions qui ne cessent
d’accroitre. Dans l’absence des réponses l’homme sera enveloppé par la terreur dû à
l’ignorance de l’espace, ce monde obscur qui englobe la terre.

En deuxième lieu, certes les investissements dans le domaine spatial sont colossaux, des
milliards de Dollars sont mise entre les mains de NASA au service de la recherche
scientifique et l’exploration de l’univers, pourtant ces investissements restent justifiés
vu les bénéfiques que l’humanité en tire. Grâce aux informations récoltées de l’espace on
peut éviter des catastrophes naturelles qui peuvent détruire notre planète en une
fraction de seconde, par exemple en étudiant les mouvement de la terre, des autres
planète et des roches qui flottent dans le vide on peut prédire si y’aura une éventuelle
collusion entre eux afin de l’éviter ou de prendre les précautions nécessaires.
En troisième lieu, dernièrement NASA a réussi à prouver l’existence de l’eau sur Mars,
cette incroyable découverte pousse l’humanité à considérer fortement la possibilité de
pouvoir créer une vie sur cette planète. Notre planète terre vie actuellement un défi
écologique qui se traduit par le taux de pollution qui ne cesse d’augmenter et par le
réchauffement planétaire qui perturbe la stabilité climatique, cela nous oblige à penser
au pire et à considérer la possibilité de découvrir une nouvelle planète qui sera notre
refuge si la vie sur terre devient impossible.

En somme, la recherche spatiale est la science d’aujourd’hui et de l’avenir, et tout


investissement dans ce domaine servira à la protection de l’humanité et à la continuité
de son existence.

3. Sujet : Il est mauvais pour les enfants de lire les bandes dessinées.

Contre :

C’est avec un grand intérêt que j’ai lu l’article de Monsieur Pierre Alain, que vous avez
publié sur votre journal le 22 Octobre dernier, au sujet des bandes dessinées et leur
impact négatif sur les enfants.

Selon moi, il est évident que les bandes dessinées peuvent contribuer d’une manière
positive à l’éducation de nos enfants.

En premier lieu, les bandes dessinées représentent un contenu riche qui stimule
l’imagination des enfants. Ces derniers utilisent ces images présentées sous forme
d’histoire pour imaginer une scène colorée en essayant de détecter la logique qui les
relie. Cela permet à l’enfant de développer plusieurs qualités artistiques.

En deuxième lieu, les bandes dessinés sont un outille efficace pour protéger les enfants
de l’addiction à la technologie et aux équipements électroniques qui représentent le vrai
danger. Cet outil est une manière pour apprendre à nos enfants l’habitude de prendre un
livre entre leurs mains et de prendre plaisir en le lisant. Tout de même les bandes
dessinées contiennent des textes qui accompagnent les images, ce qui permet aux
enfants de développer leur capacité de lecture.

En troisième lieu, les bandes dessinées peuvent jouer un rôle important dans
l’apprentissage de la morale chez l’enfant. Grâce aux histoires l’enfant se met dans la
peau du personnage et il apprend des expériences de ce dernier, de sa réussite ainsi que
de son échec. En choisissant la bonne histoire, les parents peuvent éduquer leurs enfants
d’une manière indirecte, surtout s’ils prennent plaisir à discuter le contenu de la bande
dessinée avec eux, en vérifiant s’ils ont bien déchiffré le bon message.

En somme, la bonde dessinée contribue efficacement à l’éducation des enfants, à


condition que le contenu de ces dernières soit contrôlé et bien choisi par les parents.