Vous êtes sur la page 1sur 348

Moine Dhamma Sæmi

La vie de Bouddha
et de ses principaux disciples
p

Yangon (Myanmar) – janvier 2004 Ce livre est gratuit, il ne


http://www.dhammadana.org doit pas être vendu.
dhammadæna
2 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 3
Moine Dhamma Sæmi

La vie de Bouddha
et de ses principaux disciples

Écrit en 2003, achevé en janvier 2004


– Version corrigée (mai 2005) – dhammadæna
dhamma dæna – http://www.dhammadana.org/dhammadana.htm
4 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 5

Table des matières


Table des matières ................................................................................5
Avertissement .......................................................................................8
Mesures de temps ...............................................................................10
Le quotidien de Bouddha....................................................................12

I. De la première vie de boddhisatta à la dernière naissance ..15


L’ermite Sumedhæ ..............................................................................17
Les dix pæramø du boddhisatta ............................................................30
Le roi Vessantaræ ................................................................................40
L’avant-dernière vie du futur Bouddha...............................................42
Les 32 caractéristiques d’un bouddha.................................................44
II. De la naissance à l’éveil .........................................................47
La naissance du futur Bouddha...........................................................49
L’enfance du prince Siddhattha ..........................................................56
Les 4 grands signes.............................................................................60
Le départ pour la forêt ........................................................................66
Les six ans d’austérités .......................................................................71
La voie moyenne ................................................................................77
III. De l’éveil à l’arrivée à Ræjægaha .........................................81
L’éveil de Bouddha ............................................................................83
Les 49 jours après l’éveil....................................................................87
La sollicitation du brahmæ Sahampati ................................................92
Les premiers enseignements de Bouddha ...........................................95
L’intégration du riche Yasa dans le saµgha .....................................102
La propagation du dhamma ..............................................................105
L’entrée des trente princes Bhaddavaggø dans le saµgha.................106
À propos des trois frères Kassapa.....................................................107
L’entrée des trois frères Kassapa dans le saµgha.............................111
L’arrivée de Bouddha à Ræjægaha ....................................................117
6 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

IV. À propos des principaux disciples moines ........................119


Le passé des Vénérables Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna................121
L’entrée de Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna dans le saµgha ...........126
À propos du Vénérable Ko¼ðañña....................................................134
À propos du Vénérable Yasa ............................................................136
À propos des trente moines Bhaddavaggø.........................................137
Le retour à Kapilavatthu ...................................................................138
L’entrée du prince Nanda dans le saµgha ........................................145
L’héritage donné au prince Ræhulæ...................................................150
Le passé du Vénérable Anuruddhæ ...................................................153
À propos du prince Anuruddhæ.........................................................159
Le passé du Vénérable Ænandæ ........................................................166
À propos du Vénérable Ænandæ........................................................173
Le passé du Vénérable Mahæ Kassapa..............................................179
Le passé des Vénérables Ræhulæ et Ra¥¥hapæla.................................200
À propos du Vénérable Ræhulæ.........................................................205
À propos du Vénérable Ra¥¥hapæla...................................................207
V. À propos des moniales .........................................................211
Le passé de Mahæpajæpati Gotamø....................................................213
À propos de Mahæpajæpati Gotamø ...................................................216
À propos de Yasodharæ.....................................................................219
La reine Khemæ ................................................................................221
La courtisane Ambapælikæ ................................................................223
VI. À propos des principaux disciples laïcs.............................225
Le parinibbæna du roi Sudoddhana ...................................................227
Le docteur Jøvaka..............................................................................228
Le dæyaka Anæthapi¼ðika (donateur du monastère de Jetavana)......235
La vénération du roi Ajætasatu pour Bouddha ..................................238
VII. Les principaux sermons....................................................243
La démonstration des pouvoirs psychiques ......................................245
L’enseignement de l’abhidhamma....................................................250
Le brahmæ Baka................................................................................252
Bouddha et les castes ........................................................................256
Le sermon aux Kælæma.....................................................................260
Le brahmane Pañcagga .....................................................................261
Le sermon au Vénérable Cþ¹amælukyaputta.....................................263
Le moine malade, soigné par Bouddha.............................................265
Le sermon au jeune Singæla..............................................................266
Bouddha et les maîtres religieux.......................................................268
Le Vénérable Vakkali, admirateur de la beauté de Bouddha............269
Le sermon au brahmane Akkosa Bhæradvæja ...................................270
Le labourage de Bouddha .................................................................271
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 7

VIII. Les principaux conflits ....................................................273


La division du saµgha par Devadatta...............................................275
Le conflit de la rivière Rohinø...........................................................290
La haine de Mæga¼ðiya envers Bouddha..........................................292
La femme ascète Sundarø..................................................................296
L’accusation de Ciñkhamæna contre Bouddha .................................298
La dispute des moines.......................................................................299
L’oppression de Mæra au Vénérable Mahæ Moggalæna....................303
A³gulimæla, le coupeur de doigts .....................................................306
IX. Du dernier vassa au premier concile.................................311
Les vassa de Bouddha.......................................................................313
Le dernier vassa de Bouddha ............................................................314
Le parinibbæna du Vénérable Særiputtaræ .........................................315
Le parinibbæna du Vénérable Mahæ Moggalæna...............................321
Le parinibbæna de Bouddha ..............................................................323
Le premier concile ............................................................................341
8 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Avertissement

L a vie de Bouddha est particulièrement riche d’enseignements, et c’est


d’ailleurs ce qui fait tout son intérêt. Contrairement à certains ouvrages,
celui-ci respecte le tipi¥aka (les trois parties des Écritures palies) – c’est-à-
dire l'enseignement de Bouddha –, ne s’appuyant que sur des textes basés sur
celui-ci, et évite de tenir compte des a¥¥hagæthæ (les commentaires), qui font
souvent l’objet de contestations. Son contenu se borne à l’essentiel, car
l’intégralité des textes canoniques sur la vie de Bouddha s’étale sur de nombreux
volumes. Bien qu’adaptés au mieux à la langue française et à la compréhension
occidentale contemporaine, les dialogues et les faits décrits dans ce livre demeu-
rent fidèles aux Écritures canoniques du theravæda.
Pour mener à bien la réalisation de cet ouvrage, les travaux de recherches, de
traductions (depuis le pali et le birman) et d’explicitations ont été effectués en
collaboration avec des moines birmans versés dans les Écritures canoniques (en
particulier le Vénérable Devinda, de Mandalé).
Hormis les événements qui concernent directement Bouddha, la chronologie n’a
pu être respectée, pour la simple raison que les périodes où se déroulent les récits
sont longues et se chevauchent, et les événements courts ne sont pas systémati-
quement datés. Ainsi, certains chapitres sont regroupés chronologiquement, tan-
dis que d’autres sont regroupés par thèmes.
Autrefois, les histoires de dragons cracheurs de feu, d’individus qui volent dans
les airs, d’abondantes quantités d’or qui apparaissent spontanément, ou d’êtres
qui tombent aux enfers, avalés par la terre, attiraient des foules entières. De nos
jours, de telles histoires ont plutôt tendance à faire fuir le monde, devenu si scep-
tique qu’il ne croit même plus en la réalité. Seuls, les enfants, les amateurs de
contes de fées, et les personnes qui ont une grande confiance envers l'enseigne-
ment de Bouddha, accordent du crédit à ce type de récits présent tout au long des
Écritures.
Si certains faits à « caractère magique », présents dans les enseignements du
dhamma, peuvent surprendre ou paraître relever de la science-fiction, il faut sa-
voir qu’ils étaient tout à fait banals aux temps où ils se produisaient. Certains
d’entre nous ont du mal à croire que tout être qui a développé suffisamment de
pæramø (maturité dans le dhamma), et qui s’efforce convenablement et suffisam-
ment à certains exercices de méditation, est en mesure de développer des pou-
voirs psychiques. Une personne vivant au temps de Bouddha aurait beaucoup plus
de mal à croire à l’existence d’Internet. Essayons de lui expliquer que de notre
temps, même un individu stupide est en mesure d’envoyer une image de lui, qui
peut-être animée et accompagnée de son, qui, voyageant par des fils et par des
ondes dans l’air, parvient à l’autre bout de la planète en une fraction de seconde,
et le tout, exclusivement à l’aide de matériel !
Naturellement, même du temps de Bouddha, il y avait des personnes sceptiques.
Bouddha disait que trois choses ne doivent pas être réfutées, en précisant que
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 9
chacun était libre d’y croire ou pas, mais devait éviter de critiquer : 1) les pou-
voirs psychiques développés par la concentration ; 2) tout ce qui est lié à Bouddha
(l’omniscience, les connaissances particulières, les pouvoirs, les caractéristiques
particulières, les manifestations spontanées, etc.) ; 3) le kamma (la loi naturelle
des causes et de leurs conséquences).
Toutefois, il convient de garder à l’esprit que dans les récits de l’enseignement de
Bouddha, ce qu’il y a de plus important, ce ne sont pas les faits, qui peuvent par-
fois paraître très étranges, mais leurs sens et la grande richesse des sages recom-
mandations et explications qu’ils contiennent, qui sont autant d’encouragements à
la pratique de chacun sur la voie juste et raisonnée, celle qui conduit à la libéra-
tion de toutes les impuretés mentales, racines de toutes les souffrances.
10 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Mesures de temps
Calendrier employé

S i les dates des événements de la vie de Bouddha font toujours état de


controverses lorsqu’elles sont calculées d’après le calendrier grégorien ou
le calendrier dit « bouddhique », les dates énoncées à l’aide du calendrier
de la « Grande ère » sont fiables. En effet, il s’agit du calendrier employé de son
temps et par conséquent avec lequel les événements importants furent datés. La
date de ce calendrier étant parvenu à un très grand nombre, le père de Sudoddha-
na (c’est-à-dire le grand-père de Bouddha) alors roi, décida de la remettre à zéro.
Ainsi, le prince Siddhattha naquit en 68 de la Grande ère.
Pour un emploi facile des mois, nous considérons le mois de « citta », qui com-
mence à la nouvelle lune de mars ou d’avril, comme le mois d’avril, et les autres
mois en conséquence de cela. Remarquons qu’un mois commence au premier jour
suivant un jour de nouvelle lune.

Unités de temps

L
e kappa équivaut au temps écoulé durant le cycle d’un monde, autrement
dit, entre la genèse d’un univers (le big-bang, d’un point de vue scientifi-
que) et celle du suivant. 10140 kappa correspondent à 1 asa³khyeyya. Le
mahækappa, qui correspond à 4 asa³khyeyya, constitue la plus grande unité de
temps employée dans les enseignements du dhamma. L’æyukappa est l’espérance
de vie des humains à une époque donnée. Du temps de Bouddha Gotama,
l’æyukappa était de cent ans. L’æyukappa s’allonge progressivement au fil du
temps jusqu’à une durée si longue que les humains ne peuvent plus compter leur
âge ; ils oublient même qu’ils sont nés et qu’ils vont mourir. Ensuite, cette espé-
rance de vie régresse peu à peu jusqu’à l’âge de dix ans. Actuellement, nous som-
mes dans une phase de régression de l’æyukappa. Un cycle de progression et de
régression de l’æyukappa est appelé antarakappa. Chaque asa³khyeyya comporte
64 antarakappa.

La durée nécessaire pour devenir un bouddha

P
our parvenir à nibbæna, la libération définitive de toutes les souffrances,
une quantité démesurée de pæramø (maturité dans le développement
d’actes méritoires effectués avec l’œil de la sagesse) est nécessaire. Pour
devenir un bouddha omniscient, qui a la capacité de découvrir par lui-même la
voie qui mène à nibbæna et de l’enseigner aux êtres, la quantité de pæramø néces-
saire est incomparablement plus importante. Il faut par conséquent un temps
inconcevablement long pour permettre leur développement. Pour exprimer de
telles durées, nous employons l’asa³khyeyya.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 11
Le temps durant lequel un futur bouddha développe les pæramø nécessaires à un
tel accomplissement se découpe en trois périodes :
1. Période durant laquelle il formule à l’aide de la pensée le vœu de devenir
un bouddha.
2. Période durant laquelle il formule à l’aide de la parole le vœu de devenir
un bouddha.
3. Période durant laquelle il s’efforce activement, à l’aide de la pensée, de la
parole et du corps, à l’entraînement qui le conduira à devenir un bouddha
(développement des 10 pæramø propres aux boddhisatta).
Pour le bouddha Gotama, la première période a duré 7 asa³khyeyya, la seconde
9 asa³khyeyya, et la troisième 4 asa³khyeyya et 100 000 kappa.
La durée de ces périodes varie d’un bouddha à l’autre. La troisième période dure
environ 4 asa³khyeyya s’il s’agit d’un bouddha qui se base (lors du développe-
ment des pæramø) sur la sagesse – comme le bouddha Gotama – (pañña buddha),
environ 8 asa³khyeyya s’il s’agit d’un bouddha qui se base sur la foi, sur la
confiance (saddhæ buddha), environ 16 asa³khyeyya s’il s’agit d’un bouddha qui
se base sur l’effort (vøriya buddha).
12 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le quotidien de Bouddha
Lorsqu’il n’était pas en déplacement, ni dans la forêt, Bouddha demeurait dans un
monastère ou un autre, où l’emploi du temps variait peu. Une journée type du
Bienheureux se divisait en cinq parties : 1) la matinée, 2) l’après-midi, 3) le pre-
mier tiers de la nuit, 4) le second tiers de la nuit, 5) le dernier tiers de la nuit.
Évidemment, l’horlogerie n’existait pas en ce temps-là, mais on peut donner des
heures approximatives...

Le dernier tiers de la nuit (2h00 – 6h00)

A
près environ deux heures de sommeil, Bouddha se levait vers 4h00. Il se
lavait le visage, avant de faire une marche, suivie d’une assise pour une
absorption d’une heure. Ensuite, il balayait le monde du regard, à l’aide
de dibbacakkhu ñæ¼a, la connaissance qui permet de voir partout, pour savoir qui
il aiderait et à qui il irait délivrer un sermon, dans la journée qui arrivait.

La matinée (6h00 – 12h00)

V
ers 6h00, il fermait sa robe et partait collecter sa nourriture dans le village
ou la ville alentour, en silence, les yeux vers le sol, suivi ou non d’autres
moines. Une fois la collecte terminée, il mangeait au village, au bord du
chemin ou dans un abri, comme tous les moines avaient coutume de faire à cette
époque. Souvent, des dæyaka l’invitaient pour le repas. Dans ce cas, il n’avait pas
besoin d’effectuer sa collecte ; il allait déjeuner chez ces gens, avant de leur déli-
vrer un enseignement. Quand il revenait au monastère, il se faisait laver les pieds
et changer ses robes.

Remarque : En vertu de ses pæramø exceptionnelles, Bouddha était doté de nombreuses par-
ticularités propres à tout bouddha omniscient. Entre autres, il ne se salissait pas. Bien qu’il
marchait toujours pieds nus, ses pieds restaient toujours propres. Toutefois, il se faisait laver
les pieds chaque fois qu’il revenait de l’extérieur, et se lavait régulièrement. Bouddha faisait
afin d’éviter que certains pensent qu’il adopte des comportements non humains, et croient
ainsi qu’il est un deva ou un dieu, et non un être humain.

Ensuite, il rappelait à ses disciples les cinq dullabha (les cinq événements qui
surviennent difficilement) :
(Ici, l’expression « difficile de » est à comprendre dans le sens « difficile de
parvenir à ».)
Il est très difficile qu’un bouddha omniscient s’éveille.
Il est très difficile de naître humain.
Il est très difficile de développer saddhæ (foi et confiance) envers le dhamma.
Il est très difficile d’être moine.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 13
Il est très difficile d’entendre l’enseignement d’un sage (d’un être accompli
dans le dhamma).
Ayant énoncé ces cinq événements rarissimes, il encourageait chacun à ne pas
négliger une occasion aussi précieuse en s’efforçant de son mieux à la pratique du
dhamma, jusqu’à nibbæna, la seule issue à la misère de l’existence.

L’après-midi (12h00 – 18h00)

V
ers midi, Bouddha recevait généralement des moines qui venaient lui
poser des questions ou lui demander des conseils. Peu après, il faisait une
courte sieste dans le gandha ku¥ø, sa chambre parfumée de lotus. Ensuite,
il donnait des enseignements aux laïcs qui venaient auprès de lui. Quand ceux-là
rentraient chez eux, il donnait des enseignements aux moines. Après, il se lavait,
avant d’enseigner encore le dhamma aux moines.

Le premier tiers de la nuit (18h00 – 22h00)

V
ers la tombée de la nuit, Bouddha continuait de recevoir de nombreux
disciples pour clarifier leurs doutes, et pour répondre à leurs interroga-
tions. Il leur expliquait divers points de l’enseignement de la réalité, et
leur exposait la pratique de la générosité, de la vertu et de la concentration que
sont tenus de suivre tous ceux qui souhaitent mettre un terme définitif à leur souf-
france.

Le second tiers de la nuit (22h00 – 2h00)

V
ers 22h00, les deva de la sphère Majjhimayæma venaient à leur tour profi-
ter des enseignements du Parfait, qui répondait aussi à toutes leurs inter-
rogations.
14 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 15

DE LA PREMIÈRE VIE DE BODDHISATTA À LA


DERNIÈRE NAISSANCE
16 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 17

L’ermite Sumedhæ
L’environnement du jeune Sumedhæ

I
l était une fois un jeune brahmane qui s’appelait Sumedhæ – le futur
Bouddha Gotama –, ce qui signifie « celui qui est doté d’une sagesse digne
de louanges ». Il naquit et vivait dans la ville d’Amaravatø. Cette cité était
judicieusement construite, il était très agréable d’y vivre. Tout y était
merveilleusement organisé, seule, l’harmonie régnait. Tout était à la fois très
beau, très pur, très propre. Partout, les espaces verts tenaient une place en parfait
équilibre avec les habitations. Une eau naturellement pure coulait en tous lieux,
ne laissant aucun quartier au sec. La nourriture abondait pour tout le monde, tout
comme le travail. Personne ne manquait de quoi que ce soit. Tout le monde était
satisfait, et prospérait dans son activité. Les gens étaient si heureux que leur
qualité de vie était comparable à celle des deva (êtres vivant dans des sphères où
la jouissance est constante et les plaisirs particulièrement raffinés). Les joyaux
des sept sortes abondaient également à Amaravatø. Les échanges commerciaux et
scientifiques étaient nombreux avec les autres royaumes, avec qui les relations
étaient des plus fameuses. Tous les habitants de cette cité exemplaire étaient très
mûrs dans leur pæramø (maturité dans le développement d’actes méritoires
effectués avec l’œil de la sagesse).
Les parents du jeune Sumedhæ étaient brahmanes depuis de nombreuses
générations, du côté du père comme de celui de la mère. Le jeune garçon naquit
dans le ventre d’une femme saine, libre de maladies. Depuis sept générations,
tous les membres de sa famille n’ont jamais fait l’objet d’accusations ou de
critiques désobligeantes. Ils furent toujours très purs, très propres dans leur
mental. Ils étaient tous d’une éclatante beauté naturelle. Très aboutis dans tous les
domaines, la joie au cœur, ils surent fréquemment effectuer de bonnes actions. Au
fil du temps, ils amassèrent une fortune colossale. Quelle que soit l’activité dans
laquelle ils s’investissaient, ils prospéraient de manière exemplaire, y compris
dans les domaines philosophiques. Outre ces richesses mentales, chaque
génération posséda d’importantes réserves de riz, en permanence. Cette famille
fut en tout temps très douée en astrologie (les trois volets, connus sous le nom
d’Iru, Yaju et Sæma) ; ils pouvaient donner des conférences sur le sujet des heures
durant, citant de longs textes par cœur, sans jamais se heurter à la moindre
hésitation. Ils étaient aussi très habiles dans les autres disciplines... Littérature,
grammaire, récits de légendes. Infatigablement, chaque membre de la famille
brillait dans toutes ces matières.
Alors qu’il était encore très jeune, les parents de Sumedhæ moururent. Le trésorier
de la famille vint donc le voir pour lui présenter en détail les affaires de
l’héritage :
« Ici se trouve tout ce qui provient de votre père. Là, tout ce qui provient de
votre mère, et là, de votre grand-père... »
18 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Il lui désigna les affaires que tous ses ancêtres avaient accumulées, en prenant
soin de préciser qui légua chaque affaire, jusqu’à sept générations en arrière. En
voyant cette incroyable fortune devant lui, le jeune Sumedhæ pensa :
« Après avoir amassé toute cette fortune depuis si longtemps, tous les membres
de ma famille ont disparu. Ils sont morts sans emporter avec eux la moindre
particule de leur fortune. Si je fais dæna (pratique de la générosité) avec tout ça, je
développerai alors beaucoup de kusala (actions méritoires). De cette manière, je
pourrai mourir en emportant tout cela avec moi. »
Dernier membre de sa famille, il devint le chef de la maison. Ce jour, il alla
s’asseoir sous le plus haut toit de la demeure, profitant du grand calme qui y
régnerait désormais. Alors qu’il profita pleinement de cette tranquillité, il se mit à
songer :
« Il est vraiment insupportable de renaître, d’avoir à subir à tout moment des
maladies, la vieillesse et, bien sûr, la mort. Tout cela est beaucoup de souffrance.
Ce corps n’est fait que de choses répugnantes, comme les poils, les ongles, la
chair, les os, les intestins, les excréments, le cerveau, la bile, le mucus, le pus, le
sang, la sueur, la graisse, la glaire, l’urine... Il doit certainement exister une
manière de parvenir à la libération de tout ça. Je chercherai cette voie qui mène à
nibbæna (objet de paix illimitée où aucune conscience n’apparaît). S’il y a le
chaud, il y a nécessairement le froid. Puisqu’il y a lobha, dosa, et moha (l’avidité,
l’aversion et l’ignorance) il y a forcément alobha, adosa, et amoha (l’absence de
ces choses). De même, s’il y a kusala, il y a akusala (s’il y a mérite, il y a
démérite). De la même manière, s’il y a la naissance, la vieillesse, la maladie et la
mort, il doit bien y avoir un endroit où il n’y a ni naissance, ni vieillesse, ni
maladie, ni mort. De la même manière, quand on a une maladie, il y a des
médecins qui nous indiquent comment nous guérir de cette maladie. Si on reste
malade par négligence d’avoir pris les médicaments, ce ne sera pas la faute du
médecin, ni des médicaments. Il en va exactement de même avec les kilesæ (les
impuretés mentales). C’est-à-dire qu’il y a certainement une façon de se guérir
des kilesæ et donc quelqu’un en mesure de nous en indiquer la posologie. Si on se
néglige, on sera encore malade de kilesæ. Ce ne sera pas la faute de l’instructeur,
ni de la méthode. Si je ne suis pas le bon chemin pour me libérer de la maladie
des kilesæ, sans écouter les instructions d’un enseignant qui connaît le traitement
qu’il convient d’appliquer, ce ne sera pas de sa faute. »

L’abandon des biens

Q
uelques années plus tard, le brahmane Sumedhæ se remit à songer
comme lorsqu’il était jeune :
« Mes ancêtres n’ont pas pu emporter une seule particule de leur
fortune. Moi non plus, lorsque je mourrai à mon tour je ne pourrai rien
emporter. Je vais donc faire en sorte de pouvoir emporter cette fortune avec moi,
jusqu’à nibbæna (la cessation définitive de la souffrance). »
Mettant en application sa décision, il se rendit auprès du roi :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 19
« Sire, j’ai peur de la naissance, de la vieillesse, de la maladie et de la mort. Je
n’ai pas envie de prendre de femme. J’ai envie de devenir renonçant. Je possède
une grande fortune dont je n’ai plus besoin. Je vous en fais cadeau.
— Sumedhæ ! Je ne peux pas accepter. Ces affaires ont été accumulées par vos
ancêtres, elles vous appartiennent à présent. Utilisez-les pour vous ! »
À peine le jeune brahmane fut-il rentré à sa demeure qu’il frappa sur un grand
tambour pour alerter la population. Répondant nombreux à l’appel, quand les
gens arrivèrent chez lui, il leur annonça :
« Servez-vous selon votre satisfaction ! Prenez tout, ne laissez rien du tout ! Je
vous donne tout. Prenez tout ce que vous voulez ! »
Aussi bien les gens riches que les gens pauvres se servirent joyeusement dans
cette mine de trésor offerte de bon cœur à tout venu. Certains repartirent chez eux
les poches si lourdes d’or et d’objets précieux en tout genre, qu’ils titubaient et
tombaient à la renverse. Une fois que la résidence du brahmane fut totalement
vidée, il abandonna la maison elle-même à qui en avait besoin.

Le départ pour la montagne

I
l partit ensuite vers la montagne Himavantæ (Chaîne de l’Himalaya) pour y
mener la vie d’ermite. Quand il arriva dans la grande chaîne montagneuse, il
décida de se rendre sur le mont Dhammika. À cet instant, le roi deva de ce
temps, qui se nommait Sakka (à l’instar des autres rois deva), ordonna à l’un des
nombreux deva qui constituaient sa cour :
« Allez créer un logement pour que le renonçant Sumedhæ puisse loger dans de
bonnes conditions, et faites-le en sorte qu’il le voit en montant vers le mont
Dhammika.
— Très bien, Sire ! Je pars sans attendre. »
Quand il descendit sur la montagne, le deva créa un solide logement avec un toit
de feuilles. Il créa aussi une allée pour la marche durant la pratique du renonçant.
Il la fit libre de cinq fautes : (1) libre d’irrégularité, l’allée fut parfaitement plate ;
(2) libre d’arbres et de racines ; (3) libre d’herbe et de buissons ; (4) libre de trop
d’étroitesse ; (5) libre de trop de largeur. Sa longueur était de 60 coudées et sa
largeur de 3 coudées (1 coudée correspond environ à 50 centimètres). Du sable
était soigneusement étalé sur l’allée.
Le logement fut créé en un lieu et d’une manière qui contribuent à offrir
parfaitement à qui l’occupera, les huit sama¼asukha, ce qui signifie « les huit
bonheurs du renonçant » :
1. Ne pas avoir d’affaires à garder.
2. Accepter la nourriture offerte sans faire le difficile.
3. Manger la nourriture froide (ne pas accepter d’invitation, se contenter de la
nourriture collectée).
4. Être exempt de taxes envers l’État.
20 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

5. Ne pas avoir le moindre attachement à son lieu de domicile.


6. N’avoir aucune raison d’être inquiété des voleurs et des malfaiteurs.
7. Ne pas entretenir de relations privilégiées avec les rois, les personnes haut
placées.
8. Être libre de circuler dans les quatre directions.
En plus de cela, le logement créé par le deva à l’attention du renonçant Sumedhæ
comporte toutes les conditions idéales pour le développement de la concentration
et des abhiñña (pouvoirs psychiques). Il fit aussi apparaître des arbres fruitiers
déjà gonflés de fruits mûrs, prêts à la consommation. Un petit lac pour se baigner
et pour boire, n’avait pas été oublié, non plus. Le deva prit soin de ne laisser
aucun lion, aucun tigre dans les parages, de telle sorte qu’il n’y ait pas de danger.
Il prit également soin à garder le lieu libre d’oiseaux dangereux. L’endroit était
parfaitement serein, sans aucun danger. Le deva fit encore dresser deux dossiers
de bois, un à chacune des deux extrémités de l’allée, pour s’y adosser, ainsi qu’au
milieu de l’allée, sur le côté, une pierre plate de couleur verte pour s’y asseoir. À
l’intérieur du logement, il créa toutes les affaires utiles à un ermite : un jeu de
robes, un bol, un broc, un chapeau... La demeure comportait en outre une petite
cuisine, avec sa place pour faire le feu, des bûches, un pot d’eau, un gobelet. Il
écrit un mot sur le mur intérieur, pour faire comprendre à Sumedhæ qu’il pourrait
librement prendre ce logement pour lui :
« Quiconque souhaite mener une vie de renonçant est libre d’utiliser ce
logement et tout ce qu’il comporte. Soyez-y ermite ! Employez ce lieu selon les
besoins de votre vie d’ermite ! »
Dès que le deva finit son œuvre, il remonta chez lui. Peu après, Sumedhæ, qui se
dirigeait vers le mont Dhammika, contourna une rivière, parvint au pied de cette
montagne, et leva la tête autour de lui en s’interrogeant :
« Où vais-je pouvoir aller pour trouver un endroit tranquille et convenable pour
ma vie d’ermite ? »
À ce moment, il aperçut le logement créé par le deva. Il s’y dirigea lentement,
paisiblement. Quand il arriva devant la modeste demeure, il se dit :
« L’ermite qui loge ici a dû aller recevoir sa nourriture dans un village voisin ;
c’est le matin et personne ne semble être là. Je vais attendre qu’il revienne.
Comme il sera fatigué de sa ronde, il va certainement revenir directement ici pour
se reposer. Je vais l’attendre. »

La décision de devenir ermite

A
u bout d’une longue attente, ne voyant pas de signe particulier indiquant
que quelqu’un vivait ici, il se décida à pénétrer dans la demeure afin
d’être fixé. Il poussa la porte, entra, et, comme il observait attentivement
l’intérieur, il aperçut sans tarder la mention écrite sur le mur. Quand il la lut, il
comprit aussitôt que personne n’habitait ce logement et qu’il était libre. Sumedhæ
réfléchit alors :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 21
« Je semble tout à fait correspondre au type de personne à qui ce message est
adressé. »
Il prit toutefois le temps de réfléchir encore et trouva 9 inconvénients de l’habit
laïc et 12 avantages de l’habit de renonçant. En disant : « Je suis maintenant chez
moi ! », il décida de devenir ermite. Il se débarrassa de toutes ses affaires de laïc,
pour ne garder que les affaires d’ermite, et vêtit la robe et le bonnet qui
n’attendaient que lui. C’est ainsi qu’il élut domicile dans cette nouvelle demeure,
faite à sa mesure.
L’ermite Sumedhæ marchait tranquillement sur l’allée, en observant son corps,
lorsqu’il s’arrêta pour réfléchir :
« Mon souhait est parvenu au sommet. Le fait que je sois ermite à présent me
convient parfaitement ; c’est exactement ce qu’il me fallait. C’est une démarche
excellente, digne de félicitations. Je renonce à tous les plaisirs des sens. Je suis
devenu un renonçant. Je vais pouvoir m’entraîner au développement de la
concentration. Je m’efforcerai pour obtenir ce qui est noble et obtenir le vrai
bonheur. »
Il était enchanté, plein d’allégresse. Plus tard, il s’assit sur la pierre verte,
savourant toutes ces pensées. Le temps passa vite. Il resta ainsi jusqu’à la tombée
de la nuit. Ce moment venu, il rentra dans son logement, s’étalant sur le lit. Il
dormit d’un sommeil profond. À l’aube, il repensa à sa nouvelle vie de renonçant.
Il vit tous les défauts du mariage. Il pensa à son cheminement : il avait abandonné
toutes ses affaires aux autres, il s’était défait des plaisirs des sens, lui était
apparue la volonté de ne développer que des kusala. Il en conclut que ce sont
toutes ces causes qui le poussèrent à renoncer à tout au profit de la vie d’ermite. Il
prit une détermination :
« Désormais, puissé-je demeurer pleinement attentif à tout ce que je fais !
Maintenant, j’entame l’entraînement qui va me permettre de développer la
tranquillité. »
Comme il trouva 8 inconvénients à son logement et 10 avantages à demeurer sous
un arbre, il partit s’installer sous un arbre. Il aura donc dormi seulement une nuit
dans le logement créé par le deva. Le matin suivant, il alla dans un village voisin
pour y recevoir sa nourriture quotidienne. Emplis de générosité et de respect, les
gens lui donnèrent de la nourriture en abondance. De ce fait, son bol fut rempli en
très peu de temps. Il rentra près de son arbre pour manger. Là, il réfléchit :
« Si je suis devenu ermite, ce n’est pas dans le but d’obtenir de la nourriture. En
acceptant ainsi de la nourriture de la part de gens qui font preuve de grand
respect, cela est susceptible de provoquer l’orgueil. Le fait de s’habituer à
consommer de la bonne nourriture peut être source d’avidité et de diverses
insatisfactions. Il serait bien que je limite mon alimentation aux fruits trouvés
dans la nature. Si je m’allonge, la paresse et la torpeur pourraient se développer.
Il serait bien que j’évite de m’allonger. »
22 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Dès ce jour, il se contenta des fruits qu’il trouva par terre et dans les arbres. Il
renonça à la posture allongée, même la nuit, se restreignant aux trois postures :
debout, en marche et assise.
En sept jours, il expérimenta tous les jhæna (état d’absorption où la conscience est
fixée sur un objet unique) : les cinq rþpa jhæna et les quatre arþpa jhæna, ainsi
que les cinq abhiñña.

La préparation de l’accueil de Bouddha Døpa³karæ

L
e bouddha de ce temps-là, Bouddha Døpa³karæ était déjà éveillé.
Néanmoins, l’ermite Sumedhæ l’ignorait, car il était constamment absorbé
dans ses jhæna. Alors que ce Bouddha enseigna son premier sermon, dans
le bois de Sunandæ Ræma, il y avait cent millions de deva qui l’écoutaient.
Après avoir enseigné son premier sermon, Bouddha Døpa³karæ poursuivit son
chemin, propageant le dhamma à travers le monde, afin que le plus d’êtres
possible puissent se délivrer des kilesæ. Il était accompagné de 400 000 moines –
tous arahanta –, et parvint à la ville de Rammævatø. À l’écart de cette ville se
trouvait le monastère de Sudassana, dans lequel il s’installa. Comme tout le
monde savait ici que Bouddha était arrivé avec les moines, les gens eurent le
grand plaisir d’aller leur faire des offrandes : du beurre, de l’huile, du miel et
divers produits médicinaux. En se prosternant respectueusement devant Bouddha,
ils l’invitèrent pour le repas du lendemain, avec tous les autres moines. Le jour
suivant, ils construisirent un immense abri pour que tous les moines puissent y
manger confortablement et s’y reposer. Ils préparèrent le tout de sorte à ne pas
négliger le moindre détail. Chaque place, chaque plat et chaque décoration étaient
impeccables, de façon à pouvoir recevoir le plus dignement possible tous ces
moines. Sur le sol, ils éparpillèrent des pétales de lotus pour permettre d’y
marcher agréablement et de diffuser une agréable odeur parfumée dans tous les
alentours des lieux de l’invitation.
Comme il avait beaucoup plu, la route par laquelle allaient arriver Bouddha
Døpa³karæ et tous les moines était délabrée. La route s’était affaissée, éboulée, et
par endroits, elle était désagrégée. Beaucoup de boue avait coulé. Tout le monde
s’attela donc à remettre le chemin en bon état, plat et lisse. On mit du sable par-
dessus et étala le tout de pétales de lotus. Alors que de nombreuses personnes
étaient attelées à ce chantier, Sumedhæ, qui se déplaçait dans les airs à l’aide de
ses pouvoirs, les aperçut du haut du ciel. Il vit tous ces gens, remplis de joie,
s’appliquant aux décorations des lieux et à la réparation de la route pour garantir
un somptueux accueil. Curieux de connaître l’événement qui se prépara, il
descendit et s’approcha de ces gens pour leur demander :
« Que se passe-t-il ? Pourquoi êtes-vous si heureux ? Pour qui remettez-vous en
bel état cette route ? Qui vous préparez-vous à accueillir si dignement ?
— Ô Sumedhæ ! Dans ce monde, un être incomparable a vaincu les kilesæ, dans
ce monde il est le plus grand et le plus noble. Il s’appelle Døpa³karæ, c’est le
dernier Bouddha et il vient de s’ouvrir. C’est pour ce bouddha que nous sommes
en train de préparer cette route. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 23
Quand il eut entendu ça, Sumedhæ fut pris d’une joie indescriptible, extrêmement
forte. Il fut si réjoui par cette nouvelle que son corps fut envahi par un puissant
pøti (extase profonde, ne relevant pas des plaisirs sensoriels). Il savait, à l’instar
de la plupart des gens de cette région du monde, qu’un bouddha était sur le point
d’apparaître, car un millier d’années avant la dernière naissance de chaque
bouddha, les deva en préviennent les humains capables de les entendre.
Néanmoins, personne n’était en mesure d’en connaître le moment précis.
L’ermite fut si ravi qu’il répéta tout haut à plusieurs reprises le mot « Bouddha ».
Il était enchanté à l’idée qu’il allait pouvoir le rencontrer. Il pensa :
« Quelle chance inestimable de pouvoir connaître ce noble Bouddha ! Je vais
pouvoir saisir cette opportunité pour développer énormément de kusala. Il est
tellement difficile de rencontrer un bouddha. »
Désireux de contribuer à la préparation de l’accueil du Bienheureux Døpa³karæ, il
demanda :
« Comme vous êtes en train de rendre plat et propre le chemin par lequel
Bouddha va arriver avec ses disciples, j’aimerai moi aussi participer à cette
merveilleuse action. Je vous en prie, donnez-moi une parcelle de route afin que je
puisse également œuvrer à cet acte de grands kusala destiné à accueillir
Bouddha ! »
Les gens connaissaient l’ermite Sumedhæ, réputé pour sa sagesse et ses pouvoirs.
Ils lui accordèrent immédiatement une parcelle de route en très mauvais état : la
boue coulait, le terrain était tordu, le sol complètement rugueux. En lui présentant
ce bout de route, ils lui dirent :
« Voilà, occupez-vous de rendre convenable cette parcelle de route pour
accueillir dignement Bouddha et ses disciples ! »
L’ermite songea alors :
« En un seul instant, grâce à mes pouvoirs, je suis capable de transformer cette
vieille chaussée déformée en route parfaite, rigoureusement plate et sans le
moindre défaut. Cependant, je me garderai de faire ainsi, car certains risqueraient
de ne pas apprécier. Je ne saurais donner un tel spectacle vis-à-vis de ces gens qui
se donnent tant de mal. Je préfère donc m’atteler à cette besogne à l’aide de mes
propres mains, laissant de côté mes pouvoirs. »
Il se mit donc à la tâche, sans ménager ses efforts, transportant d’imposantes
quantités de pierres et de terre. Avant qu’il eût le temps d’achever son travail, on
pouvait déjà voir Bouddha Døpa³karæ apparaître au loin, suivi de ses nombreux
moines. Tout le monde était tellement heureux, que chacun criait de joie. Certains
tapaient sur des tambours, d’autres s’exclamèrent : « sædhu ! sædhu ! sædhu ! ».
Beaucoup de deva, également, vinrent assister à l’accueil de Bouddha et du
saµgha. Ce jour-là, tout le monde pouvait apercevoir les deva. Alors que
Bouddha et les moines approchaient, tous – deva et humains – joignirent
respectueusement les mains. Imitant les humains, les deva jouaient de la musique
pour souhaiter la bienvenue au Bienheureux Døpa³karæ. Les deva firent neiger
des mandærava, des fleurs qui poussent exclusivement dans le monde des deva.
24 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les humains, quant à eux, lançaient des fleurs par milliers. Quand Sumedhæ vit
Bouddha et les moines se rapprocher, il n’était pas parvenu à terminer sa parcelle
de route. Sa seule pensée fut de préserver absolument le Bienheureux et les
moines de tout défaut de la route :
« Tant pis si je meurs ! Que Bouddha et ses disciples ne se salissent pas, qu’ils
ne glissent pas sur ce flux de boue ! Je n’ai pas eu le temps de finir, mais je ne
peux en aucun cas laisser cela dans cet état. »
Comme il restait un bout long comme la taille d’un homme, il se plaqua dans la
boue de tout son long, sur le ventre, la tête en avant, et se dit encore :
« Que Bouddha et ses disciples me marchent dessus, quitte à ce que je meurs !
Si je meurs, ce n’est pas grave ; j’aurais au moins accompli une action féconde en
kusala. Le plus important est d’éviter à Bouddha et aux moines de marcher sur un
terrain accidenté. »
Il posa même son chapeau d’ermite à côté de lui, détendit son chignon en étalant
ses cheveux autour, étala sa robe sur les côtés, de sorte à recouvrir au mieux la
boue de la parcelle inachevée.

Le souhait de devenir un bouddha

P
eu avant que Bouddha ne parvienne à lui, Sumedhæ, qui était conscient de
sa grande sagesse, se mit à songer tout haut :
« Je sais que ma sagesse me permettrait de comprendre rapidement
l’enseignement de Bouddha. Néanmoins, je ne voudrais pas partir tout seul dans
le parinibbæna (extinction définitive de toutes consciences et donc du cycle des
renaissances), je voudrais y aller qu’en y conduisant de nombreux êtres. Je veux,
moi aussi, devenir un bouddha. Quel avantage y aurait-il à devenir un arahanta
maintenant, lors du sæsana de Bouddha Døpa³karæ ? Je vais m’efforcer de devenir
moi-même un bouddha omniscient. Si je parviens à développer l’omniscience, je
serai en mesure d’envoyer de nombreux êtres en nibbæna. »
Parmi la foule, qui se tenait sur les deux côtés de la route, s’approcha une
brahmane nommée Sumittæ, avec huit fleurs de lotus dans les mains, qu’elle
destinait à offrir à Bouddha. Comme elle entendit les paroles de l’ermite
Sumedhæ, elle s’approcha de lui en lui tendant cinq de ses fleurs, n’en gardant
que trois dans ses mains. Elle lui déclara :
« Ô ermite ! Je me joins à vous en souhaitant de tout cœur que vous puissiez
développer les pæramø dans les meilleures conditions possible, jusqu’à ce vous
puissiez devenir un bouddha omniscient. »
En lui disant cela, elle formula le souhait de demeurer toujours à ces côtés,
développant les pæramø avec lui, au fil des nombreuses existences qu’ils
connaîtraient jusqu’à ce que l’ermite Sumedhæ parvienne à l’éveil. Cette
brahmane deviendrait beaucoup plus tard, la princesse Yasodharæ, épouse du
prince Siddhattha.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 25
Alors que Bouddha arriva à sa hauteur, l’ermite lui tendit les cinq fleurs, en lui
formulant le souhait de devenir, un jour, un bouddha. À ce moment-là, Bouddha
Døpa³karæ s’arrêta devant l’ermite Sumedhæ, lui décernant un byæditta (parole
annonciatrice de faits qui se produiront dans un futur lointain), devant la grande
foule rassemblée autour, à l’aide de neuf gæthæ, qui disent en substance :
« D’ici quatre asa³khyeyya et cent mille kappa, vous serez un véritable
bouddha. Lorsque vous parviendrez à votre dernière vie, quittant Kapilavatthu,
allant dans la forêt, après avoir pratiqué les dukkaracariya (austérités sévères),
vous irez sous l’arbre Ajapæla, après avoir mangé le fromage suprême offert par
Sujætæ, vous irez au bord de la rivière Nerañjaræ pour manger, ensuite, vous irez,
en suivant le chemin qu’auront préparé pour vous les deva, jusqu’à l’arbre de
l’éveil, sous lequel vous parviendrez à la connaissance des quatre nobles vérités.
Votre mère s’appellera Mæyædevø, votre père Sudoddhana, et vous Gotama.
Upatissa et Kolita seront vos deux plus nobles disciples. Ænandæ sera votre
serviteur attitré, qui vous accompagnera partout, s’occupant de vous et vous
nourrissant. Khemæ et Uppalava¼a seront vos plus nobles disciples femmes
(moniales). L’arbre sous lequel vous parviendrez à l’omniscience s’appellera
l’arbre de la Boddhi (arbre sous lequel un bouddha parvient à la connaissance des
quatre nobles vérités). »
Ensuite, lorsque la brahmane Sumittæ lui offrit ses trois fleurs et qu’elle lui
formula son souhait d’accompagner le noble ermite jusqu’au parinibbæna, le
Bienheureux réfléchit un instant. Quand il le lui confirma en prononçant un
byæditta, il dit à l’attention de l’ermite Sumedhæ :
« Ô Sumedhæ ! Cette femme vous accompagnera tout le temps, elle vous sera
dévouée, vous aidant de son mieux, elle sera toujours remplie de bienveillance
envers vous. Ce sera une personne qui ne dira que des paroles motivées par un
amour sincère. Elle sera douce de caractère. Après que vous êtes devenu
bouddha, elle deviendra arahanta. »
Bouddha mangea ensuite avec le saµgha la nourriture respectueusement offerte
et tous repartirent une fois le repas fini. L’ermite Sumedhæ eut cette pensée :
« J’ai développé tous les jhæna et toutes les abhiñña. Je suis parvenu au sommet
de ces réalisations. En dehors du saµgha, il n’y a pas une seule personne qui soit
parvenue à une maîtrise des jhæna et des abhiñña équivalentes à la mienne. Dans
tout l’univers, il n’y a pas un seul ermite qui me soit comparable. »
Pensant cela, il fut rempli de joie.
Chaque fois qu’un futur bouddha formule le souhait de devenir un bouddha et
qu’il rencontre un bouddha qui lui certifie – à l’aide du byæditta – la réalisation
prochaine de ce souhait, grâce à sa vision lointaine en l’avenir, tenant compte des
pæramø de l’aspirant, ce jour durant et dans le monde, 32 signes se manifestent.
Criant leur joie, les deva confirmèrent les paroles de Bouddha Døpa³karæ, en
déclarant à l’ermite :
« Aujourd’hui sont apparus les 32 signes, vous serez donc un bouddha ! »
26 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les 32 signes du souhait d’être bouddha

V
oici les 32 signes qui apparaissent le jour où un futur bouddha formule le
souhait de devenir bouddha et que ce souhait est certifié par un bouddha :

1. Le climat n’est pas froid.


2. Le climat n’est pas chaud.
3. Le calme est omniprésent.
4. Il n’y a aucun problème.
5. Il n’y a pas de vent violent.
6. Les fleuves et rivières coulent paisiblement.
7. Tous les arbres à fleurs fleurissent.
8. Tous les arbres fruitiers donnent des fruits.
9. Tous les joyaux du monde des deva, de celui des brahmæ et de la Terre
brillent vivement.
10. Les instruments de musique du monde humain et du monde des deva se
mettent à jouer d’eux-mêmes.
11. Des fleurs pleuvent du ciel à la manière de la pluie.
12. Dans l’océan, il y a un gigantesque (mais non dangereux) tourbillon.
13. Toutes les souffrances éprouvées dans le monde des enfers sont apaisées.
14. Le soleil est d’une clarté parfaite.
15. En plein jour, tout le monde peut apercevoir les étoiles.
16. De l’eau sort naturellement de la terre.
17. Les constellations apparaissent très clairement.
18. La planète Visækhæ est parfaitement claire, tout comme la pleine lune.
19. Tous les animaux demeurant sous terre sortent à l’air libre.
20. Tout le monde est satisfait de ce qu’il a, quelle que soit la quantité de ses
possessions.
21. Il n’y aucune maladie.
22. Personne n’a faim.
23. Le ræga (la convoitise) de chaque être est insignifiant.
24. Aucun être n’éprouve d’avidité, d’aversion ou d’ignorance.
25. Personne n’éprouve la peur.
26. La poussière ne tombe pas.
27. Aucune mauvaise odeur ne se fait sentir, mais seulement les bonnes odeurs.
28. Tous les êtres humains peuvent apercevoir les deva et les brahmæ.
29. Tous les êtres humains peuvent apercevoir les êtres vivant dans les enfers.
30. Toutes les portes s’ouvrent d’elles-mêmes.
31. Aucun être ne meurt.
32. Personne ne fait l’objet d’une conception.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 27
Les deva et les brahmæ (les êtres des plus hautes sphères d’existence) dirent alors
à l’ermite Sumedhæ :
« C’est en raison de l’apparition de ces 32 signes que vous allez devenir
bouddha. Entraînez-vous donc avec effort et persévérance ! Allez toujours de
l’avant, ne reculez jamais. Nous, les deva, savons parfaitement que vous allez
devenir bouddha. »
À ce moment-là, les deva et brahmæ s’approchèrent, manifestant intensément leur
joie. Après, tout le monde rentra chez soi, et l’ermite Sumedhæ retourna dans sa
forêt. Il était ravi des paroles des deva et des brahmæ. Commençant à réfléchir
profondément sur les paroles d’encouragement qui venaient de lui être
communiquées, il eut les pensées suivantes :
« Bouddha ne revient jamais sur une chose qu’il dit. Quand il dit quelque chose,
il ne se trompe pas, cela s’avère toujours juste. Il ne parle jamais inutilement, il ne
dit jamais des choses sans signification. De la même manière qu’une pierre lancée
en l’air finit irrémédiablement par retomber, de la même manière que chaque être
né finit irrémédiablement par mourir, de la même manière que la nuit finit
irrémédiablement par laisser place au jour, lorsque Bouddha annonce quelque
chose, cela finit par se produire. En accord avec ce qu’il a dit, je serai donc bel et
bien un bouddha omniscient. Pour devenir un bouddha, de quelle manière vais-je
devoir m’y prendre ? »

La réflexion sur les pæramø

E
n réfléchissant profondément à la démarche à suivre en vue de devenir
bouddha, les 10 pæramø que chaque futur bouddha développe lui vinrent à
l’esprit. Comme il disposait déjà d’une excellente sagesse, il devina
facilement ces pæramø, les unes après les autres, dans leur bon ordre. Pour
chacune d’entre elles, il se détermina à la pratiquer ardemment et sans répit, à
l’aide d’un sermon qu’il se donna à lui-même :
« (1) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø (propres à chaque futur bouddha). Il te faudra être parfaitement établi
dans dæna (la générosité). Efforce-toi d’être une personne complètement établie
dans dæna ! De la même manière qu’on vide un pot rempli d’eau ou de lait, tu
devras pratiquer dæna sans faire de distinction, aussi bien envers des personnes
nobles, des personnes moyennes que des personnes viles. Pour devenir un
bouddha pleinement éveillé, un bouddha omniscient, dæna pæramø ne suffit pas.
(2) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans søla (la vertu). Efforce-toi d’être
une personne complètement établie dans søla ! Le camarø est un animal qui prend
extrêmement soin de sa queue – connue pour être magnifique –, sans jamais la
laisser s’accrocher où que ce soit. De la même manière, il te faudra prendre très
28 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

soin de ton søla. Pour devenir un bouddha pleinement éveillé, un bouddha


omniscient, søla pæramø ne suffit pas.
(3) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans nekkhamma (le renoncement).
Efforce-toi d’être une personne complètement établie dans nekkhamma ! Une
personne qui éprouve des souffrances abominables dans une prison est prête à en
sortir à n’importe quel prix. De la même manière, il convient d’abandonner la vie
laïque au profit de la vie solitaire, si tu veux te libérer de la prison des plaisirs
sensoriels, des sphères de kæma (le monde humain et le monde des deva), de rþpa
(monde matériel des brahmæ) et de arþpa (monde immatériel des brahmæ). Pour
devenir un bouddha pleinement éveillé, un bouddha omniscient, nekkhamma
pæramø ne suffit pas.
(4) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans pañña (la sagesse). Efforce-toi
d’être une personne complètement établie dans pañña ! Lorsqu’un renonçant va
collecter sa nourriture, il ne choisit pas les maisons, il s’arrête devant toutes les
maisons qui se trouvent sur son chemin, acceptant la nourriture telle qu’elle lui
est donnée, aussi bien la nourriture provenant des maisons nobles, des maisons
moyennes et des maisons viles. De la même manière, il te faudra toujours aller
vers les gens, quelle que soit leur sagesse : aussi bien vers ceux qui sont dotés
d’une noble sagesse, vers ceux qui sont dotés d’une sagesse moyenne et vers ceux
qui sont dotés d’une sagesse vile. Il te faudra toujours aller vers ces trois types de
personnes en leur demandant
“ Quels sont les actes méritoires ? Quels sont les actes nuisibles ? Qu’est-ce qui
est une faute ? Qu’est-ce qui n’est pas une faute ? ”
Pour devenir un bouddha pleinement éveillé, un bouddha omniscient, pañña
pæramø ne suffit pas.
(5) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans vøriya (l’effort). Efforce-toi
d’être une personne complètement établie dans vøriya ! Ne craignant rien ni
personne, un lion déploie toute sa puissance chaque fois qu’il se lève, qu’il se
déplace et qu’il s’assoit. De la même manière, il te faudra toujours faire preuve
d’une pleine énergie. Pour devenir un bouddha pleinement éveillé, un bouddha
omniscient, vøriya pæramø ne suffit pas.
(6) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans khantø (la patience, la tolérance).
Efforce-toi d’être une personne complètement établie dans khantø ! La Terre
supporte tout, quels que soient les déchets qu’on peut lui jeter dessus. Elle tolère
tout, sans jamais s’en plaindre. De la même manière, quoi que tu endures, quelles
que soient les insultes qui te seront adressées, il te faudra toujours rester
impassible. Quelles que soient les situations qui pourront se présenter, tu devras
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 29
faire preuve d’une tolérance illimitée. Pour devenir un bouddha pleinement
éveillé, un bouddha omniscient, khantø pæramø ne suffit pas.
(7) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans saccæ (l’honnêteté). Efforce-toi
d’être une personne complètement établie dans saccæ ! Aussi bien durant la
saison des pluies, durant la saison chaude ou durant la saison froide, la planète
Vénus demeure toujours droite dans sa trajectoire. De la même manière, il te
faudra rester droit, en toutes circonstances. Il faudra toujours dire ce qui est juste
et seulement ce qui est juste. Pour devenir un bouddha pleinement éveillé, un
bouddha omniscient, saccæ pæramø ne suffit pas.
(8) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans adhi¥¥hæna (la détermination).
Efforce-toi d’être une personne complètement établie dans adhi¥¥hæna ! De la
même manière qu’une montagne est inébranlable, tu devras faire preuve d’une
détermination constante et inflexible. Pour devenir un bouddha pleinement
éveillé, un bouddha omniscient, adhi¥¥hæna pæramø ne suffit pas.
(9) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans mettæ (l’amour, la
bienveillance). Efforce-toi d’être une personne complètement établie dans mettæ !
Qu’elle soit bonne ou mauvaise, une personne est pareillement désaltérée si elle
boit de l’eau fraîche, elle est pareillement nettoyée si elle se lave à l’aide d’eau.
De la même manière, il te faudra toujours développer de la bienveillance envers
les êtres, qu’ils soient bons ou mauvais. Pour devenir un bouddha pleinement
éveillé, un bouddha omniscient, mettæ pæramø ne suffit pas.
(10) Sumedhæ, si tu veux vraiment devenir un arahanta pleinement éveillé et
développer l’omniscience, il te faudra suivre un entraînement ininterrompu des
pæramø. Il te faudra être parfaitement établi dans upekkhæ (l’équanimité mentale).
Efforce-toi d’être une personne complètement établie dans upekkhæ ! De la même
manière qu’une balance parfaitement équilibrée dont les plateaux ne s’abaissent
ni s’élèvent, tu devras toujours faire preuve d’une équanimité parfaite. Il ne te
faudra suivre les sensations agréables, ni les sensations désagréables. Si une
sensation agréable apparaît, il conviendra de ne pas développer d’avidité ; si une
sensation désagréable apparaît, il conviendra de ne pas développer d’aversion. »
Dès l’issue de sa réflexion sur les 10 pæramø, la terre se mit à trembler, en guise
d’approbation. Le noble ermite se mit sans attendre à entamer sa pratique de
développement de ces pæramø.
30 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les dix pæramø du boddhisatta


La manière de développer les dix pæramø

D
urant tout le temps où il fut boddhisatta (être qui s’entraîne à devenir
bouddha et dont le souhait d’être bouddha a été certifié par un bouddha
omniscient), le futur Bouddha s’entraîna sans cesse au développement
des pæramø (maturité dans le développement d’actes méritoires effectués avec
l’œil de la sagesse) avec une volonté inégalable. Il cultiva chacune de ces dix
pæramø à l’aide des 5 bhævanæ (développements) : 1) cørakæla bhævanæ :
développement étalé sur une très longue période ; 2) nirantara bhævanæ :
développement continu, sans relâche ; 3) niravasesa bhævanæ : développement
complet, sans limite et sans faire d’exception ; 4) sakkacca bhævanæ :
développement dans une humilité et un respect complets ; 5) abhirati bhævanæ :
développement dans la joie, sans le moindre acte produit à contrecœur.
Le futur Bouddha appliquait constamment ces cinq bhævanæ pour chacune des dix
pæramø.

Accomplissement de la générosité (dæna pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta (futur
bouddha) s’entraîna à dæna, la pratique de la générosité, du don, de
l’abandon de ses biens aux autres. Lorsqu’il fut le roi Søvi, il offrit tout ce
qu’il put ; beaucoup d’argent et beaucoup d’affaires de toutes sortes. Toutefois, il
demeurait très insatisfait tant il voulait offrir. Quand il n’eut plus d’affaires à
donner, il ne supporta plus l’idée de ne plus rien avoir pour poursuivre sa pratique
de la générosité. Il décida alors d’offrir ses yeux à un aveugle. Le roi des deva
Sakka le sut, et comme aucun aveugle n’osa venir auprès du roi Søvi, le roi Sakka
voulu le mettre à l’épreuve. Il fit alors apparaître un brahmane aveugle. Le
boddhisatta appela aussitôt un chirurgien pour lui retirer ses yeux. Le spécialiste
lui décommanda fermement de se défaire de ses yeux :
« Ne faites pas cela ! Un roi ne peut se permettre d’être aveugle.
— C’est sans importance, prenez mes yeux !
— Réfléchissez bien, après il sera trop tard.
— Trêve de bavardage ! Enlevez-moi ces yeux sans perdre de temps ! »
Ainsi, le roi offrit ses deux yeux au brahmane aveugle. Empli d’admiration pour
le geste du roi Søvi, le roi Sakka vint lui avouer :
« J’ai créé ce brahmane aveugle afin de tester votre générosité. Je constate avec
grande satisfaction qu’elle est sans limite. »
Le roi Sakka récompensa l’acte du boddhisatta Søvi en lui redonnant la vue, à
l’aide de deux nouveaux yeux, afin qu’il puisse poursuivre son entraînement de
développement des pæramø dans les meilleures conditions.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 31
Le nombre d’existences au sein desquelles le futur Bouddha offrit ses yeux furent
aussi nombreuses que les étoiles visibles dans le ciel par une nuit sans nuage.
Quand le boddhisatta fut le roi Vessantaræ, il donna son épouse et ses deux
enfants (voir le chapitre « Le roi Vessantaræ »).
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de dæna pæramø.

Accomplissement de la vertu (søla pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta
s’entraîna à søla, la pratique de la vertu, de la conduite pure, de
l’abstinence de tout ce qui est nuisible. Il était tant déterminé à développer
la vertu qu’il préférait mourir plutôt que de se risquer au moindre manquement,
aussi minime soit-il. Lorsqu’il fut le næga (dragon) Sa³gakhagæla, il se disait :
« Que l’on fasse ce que l’on veut de ma chair et de mes os ! »
Il demeurait sur un petit monticule, au bord de la route. Souvent, lorsqu’un
chasseur l’apercevait, il le martyrisait. Certains lui donnaient des coups de bâton,
d’autres s’amusaient à lui enfoncer un bâton dans les narines. Un jour, un
chasseur lui décocha une flèche. À chacun de ces coups qu’on lui porta, il
demeura immobile, sans réagit, par peur d’endommager son søla.
Dans une autre existence, lorsqu’il fut le prince Mahæpaduma, il vivait avec son
père, qui était le roi, et sa belle-mère. Un jour, quand le roi s’absenta, son épouse
séduisit le prince pour s’offrir une relation amoureuse avec lui. Le boddhisatta
ayant fermement refusé, elle se couvrit le corps de griffures. Lorsque le roi rentra
et constata la peau griffée de toutes parts de son épouse, celle-ci lui prétendit :
« Le prince Mahæpaduma a voulu me faire la cour. Comme j’ai refusé, il m’a
griffée partout. »
Bien que son fils démentit les paroles mensongères de la femme, le roi ne crut
que sa malveillante épouse, dont il était aveuglément amoureux. Il arrêta son fils,
et le fit jeter en bas d’une falaise. La chute du prince fut amortie grâce à d’épais
arbres et à l’atterrissage sur le dos d’un crocodilien. Comme le prince avait un
très grand søla, l’animal le sentit et ne lui fit aucun mal. Au contraire, il le
protégea et l’amena au sein de la forêt, où le prince Mahæpaduma vécut une vie
d’ermite. Une fois, un chasseur l’ayant aperçu, il en informa le roi, qui voulut le
revoir. Ayant pris conscience de la malveillance de son épouse, il regretta
amèrement d’avoir voulu tuer son fils. C’est alors qu’il la jeta au bas de la falaise
pour la punir de ses mauvais actes, en vérifiant que rien n’eut amorti sa chute.
Quand le roi retrouva son fils dans la forêt, il voulut le ramener au palais :
« Ô fils ! Revenez au palais, je vais vous mettre sur le trône !
— Cela ne m’intéresse pas le moins du monde, la vie en forêt me procure un
bonheur total. Vous devriez d’ailleurs en faire autant, pratiquez la méditation et
développez un bon søla ! »
32 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le roi rentré au palais, le prince Mahæpaduma demeura seul dans la tranquillité


de la forêt, où il eut tout le loisir de développer ses pæramø.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de søla pæramø.

Accomplissement du renoncement de la vie en


société (nekkhamma pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à nekkhamma, la pratique du renoncement, qui consiste à
abandonner la vie en société au profit de la vie solitaire, la vie d’ermite ou
de moine. C’est de nekkhamma qu’il s’agit quand il fut le prince Mahæpaduma et
qu’il préféra rester dans la forêt. Lorsqu’il était le roi Mahæjanaka, il partit
également seul dans la forêt, renonçant à son trône et à tous les biens que lui
offrait son royaume.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de nekkhamma pæramø.

Accomplissement de la sagesse (pañña pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à pañña, la pratique de la sagesse, c’est-à-dire du
développement du savoir et de la compréhension, et de la réflexion
analytique. Lorsqu’il était le ministre d’un roi, qu’il s’appelait alors Mahosadha,
il aidait très efficacement les gens en usant de sa puissante intelligence. Grâce à
lui, la justice fut rendue à de nombreuses personnes. En analysant des gens
emprisonnés qui clamaient leur innocence, il savait qui pouvait être relâché, lui
épargnant alors une incarcération inutile. Redoutable enquêteur, il parvenait à
retrouver les coupables des grands délits, les envoyant alors en prison, et les
mettant ainsi hors d’état de nuire à la population. Inégalable dans sa qualité de
diplomate, il avait une remarquable habileté à apaiser les conflits qui éclataient
entre plusieurs royaumes, évitant ainsi de sanglantes guerres.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de pañña pæramø.

Accomplissement de l’effort (vøriya pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à vøriya, la pratique de l’effort. Lorsqu’il fut un garçon nommé
Mahæjanaka, alors âgé de seize ans, il effectua un voyage en bateau, sur la
mer. Le navire chavira et le boddhisatta fut le seul survivant. Il nagea vers le
continent tout le jour durant, toute la nuit durant, et de même les jours suivants,
sans relâcher son effort. Au bout de sept jours de natation ardente, une devø
s’approcha de lui :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 33
« Que faites-vous ?
— Je tente de regagner le rivage.
— Vous n’y parviendrez jamais, il est beaucoup trop loin ! Vos efforts sont vains.
— Mes efforts ne sont pas vains, à cet instant, les autres personnes qui étaient sur
le bateau avec moi sont mortes, car elles n’ont pas essayé de nager comme je le
fais. Voilà sept jours que je m’y efforce et c’est grâce à cela que vous pouvez me
rencontrer aujourd’hui. »
Éprise d’admiration pour le jeune Mahæjanaka, elle l’aida en le déposant
directement sur la terre ferme, dans le jardin royal. Épuisé, le jeune homme
s’endormit dans un profond sommeil. Comme le roi venait de mourir sans laisser
de succession, les ministres appliquèrent la procédure que la tradition impose
dans cette situation... On attela quatre chevaux à un carrosse nommé Phussa, dans
lequel étaient mis les cinq attributs royaux ayant appartenu au roi défunt : l’épée
courte, les chaussures, l’éventail, la couronne et l’ombrelle blanche. Sans
personne à bord, on libéra le carrosse, laissant les chevaux libres d’aller où ils le
désirent. La première personne devant qui s’arrêterait la diligence serait le
nouveau dirigeant du royaume.
Une fois lâchés, après une course de courte durée, les chevaux pénétrèrent dans le
jardin royal, certains d’eux. En arrivant près du jeune Mahæjanaka, encore
profondément endormi, ils firent trois tours autour de lui, avant de s’arrêter,
immobiles devant lui. C’est ainsi qu’il devint roi, avant même de sortir de son
profond somme.
Il avait demandé à son coiffeur de l’avertir s’il trouvait sur son crâne un cheveu
blanc. Un jour, le coiffeur en trouva un et le lui montra. Effrayé, le roi
Mahæjanaka s’exclama :
« Je suis vieux ! Je ne dois abandonner la vie royale sans plus attendre pour me
consacrer au développement de la connaissance ! »
Le jour même, il partit pour la forêt, embrassant alors la vie d’ermite jusqu’à la
fin de ses jours.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de vøriya pæramø.

Accomplissement de la patience (khantø pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à khantø, la pratique de la patience, quelles que soient les actes
et les paroles des autres sur lui. Lorsqu’il était l’ermite Khantøvædø, il se
rendit dans le parc du roi, où il rencontra le général en chef de l’armée royale. Un
jour, le roi démunit de ses fonctions l’un de ses hommes qui travaillaient pour le
royaume. Accablé de se retrouver sans travail, il alla se morfondre seul dans le
jardin. Quand il aperçut l’ermite Khantøvædø, il s’emporta et pesta :
« Les ermites sont des bons à rien, ils sont sans prestige et sans bénéfice pour les
autres ! »
34 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Il conclut sa phrase en lui crachant sur la tête, d’un air méprisant, et rentra chez
lui. Le lendemain, le roi lui redonna les fonctions qu’il lui avait retirées la veille.
Comme cet homme s’imaginait avoir retrouvé son poste grâce à son acte de
mépris envers l’ermite, il fonda une superstition, de laquelle naquit une triste
coutume : dans l’espoir de retrouver une place de travail, tous les gens qui
perdaient un poste allaient dans le jardin royal, cracher sur le crâne de l’ermite,
qui subissait patiemment, sans rien dire.
Un jour où le climat était propice, le roi et son épouse allèrent pique-niquer dans
le jardin royal. Quand le monarque s’absorba dans une profonde et paisible sieste,
la reine s’approcha de l’ermite et écouta respectueusement l’enseignement qu’il
lui délivra, ravie par la sagesse de son discours. Quand le roi émergea de son
somme, il fut surpris de ne trouver personne autour de lui. Lorsqu’il aperçut son
épouse auprès de l’ermite que, à l’inverse de la reine, il n’appréciait pas, il fut
saisi d’une colère noire. Il se précipita sur l’ermite, en lui vociférant, d’un air à la
fois dédaigneux et enragé :
« C’est quoi votre croyance ?
— Ma croyance est la patience. »
Mettant rudement à l’épreuve la patience de l’ermite, le roi lui trancha un bras,
avant de lui demander, d’un air sadique :
« À présent, quelle est votre croyance ?
— Ma croyance est la patience, et sera toujours la patience. »
Le roi lui coupa ensuite l’autre bras et les deux jambes, en lui reposant la même
question après chaque membre sectionné. La réponse de l’ermite restait
également chaque fois la même. Le roi ne supportait pas la vision de cet ermite
qui le regardait avec la plus grande patience, les yeux remplis de compassion pour
lui, bien qu’il se vidait de tout son sang, mutilé de ses deux bras et de ses deux
jambes. Excédé, il lui trancha net le nez, et lui demanda une dernière fois :
« À présent, quelle est votre croyance ?
— Ma croyance est la patience, et sera toujours la patience.
— Eh bien patientez et mourez ! »
En assenant sa dernière phrase à l’ermite Khantøvædø, le roi lui cracha en pleine
figure, avant de rentrer à son palais. Un instant plus tard, arriva dans le parc le
général en chef de l’armée qui fut apitoyé de constater la sinistre œuvre du roi.
Désolé, il déclara à l’ermite :
« Je suis profondément navré, je regrette qu’il vous soit arrivé un tel malheur.
Puissiez-vous être capable de tolérer une telle chose !
— Ne vous inquiétez pas pour moi, je peux très bien le tolérer, mais les deva eux,
ne vont pas pouvoir le tolérer. Ne restez surtout pas dans ce royaume, partez vite
vous réfugier ailleurs ! »
Sur ces dernières paroles, l’ermite succomba de ses irréparables blessures, tandis
que le général, confiant envers l’ermite, s’empressa de fuir vers un autre
royaume. Le jour suivant, les deva firent pleuvoir de l’or comme de la pluie pour
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 35
faire sortir toute la population du royaume à l’extérieur des maisons. Quand tous
sortirent – dont toutes les personnes qui persécutèrent sans scrupule l’ermite
Khantøvædø –, face dirigée vers le ciel, les deva firent alors pleuvoir des couteaux
et des lances sur tous les lâches, détruisant le maudit royaume.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de khantø pæramø.

Accomplissement de la vérité (saccæ pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à saccæ, la pratique de la vérité, qui consiste à ne dire que ce qui
est juste, et ne jamais dire ce qui est faux. Lorsqu’il était le roi
Mahæsutasoma, le roi d’un autre royaume, connu sous le nom de Porisæra – le
futur A³gulimæla –, se fit bannir par son peuple, révolté, car il se nourrissait
exclusivement de viande humaine. Rejeté de tous, il partit alors vivre dans la forêt
et mangeait tous les gens qui avaient le malheur de s’y aventurer. Un jour, de
nombreuses personnes s’associèrent pour le tuer. Dès que le cannibale Porisæra
perçu ce groupe impressionnant de personnes furieuses se rapprocher de lui à
grande vitesse, armées de bâtons, de haches, de pierres et de divers outils
agricoles pointus, il se mit à courir à toutes enjambées, ne songeant qu’à sauver sa
peau. Dans sa fuite, il marcha sur un bout de bois pointu qui lui transperça le pied
de part en part. Il alla se cacher dans un fourré, patientant jusqu’au départ des
autres. Comme il ne pouvait plus courir après ses proies, il alla sous un grand
arbre, susceptible de loger un deva, lui implorant :
« Soignez-moi vite le pied ! Si vous parvenez à le guérir avant sept jours, je
vous offrirai en sacrifice le sang de la gorge tranchée de cent un rois. »
En sept jours, son pied guérit de lui-même, sans les soins du deva. Comme il fut
persuadé que les soins du deva étaient la cause de cette guérison, il attrapa cent
rois, aidé par le fidèle ogre qu’il dressa pour l’assister dans ses besognes. Cet ogre
fut l’un de ses grands amis lors d’une existence passée. La situation plongeait le
deva dans une grande inquiétude. Il songea :
« Il croit être guéri parce que je l’ai soigné, alors que je n’ai rien fait. Il a attrapé
cent rois qu’il va tuer, croyant me récompenser avec leur sang. Que faire ? »
Il se rendit immédiatement auprès de Sakka, le roi des deva, qui lui donna un
conseil :
« Le roi Mahæsutasoma étudia avec lui, c’était un grand ami autrefois. Porisæra
l’écoutait toujours, quoi qu’il lui recommandait. Vous n’avez qu’à lui dire :
“ Vous ne pourrez m’offrir un sacrifice convenable seulement lorsque vous
m’offrirez le sang du roi Mahæsutasoma. ” Il n’osera jamais lui faire de mal. »
Le deva s’adressa à Porisæra en lui demandant ce que Sakka lui avait suggéré,
mais à l’inverse de l’hypothèse émise par le roi deva, lorsqu’il attrapa
Mahæsutasoma, il se décida à le tuer. Mahæsutasoma lui dit :
36 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Hier, j’ai promis à un brahmane que j’assisterai à l’enseignement qu’il


donnera demain. Comme j’ai donné ma promesse, je tiens à ne pas la rompre.
Laissez-moi partir, et demain, lorsque son enseignement sera fini, je reviendrai
vers vous. »
Refusant de croire le roi Mahæsutasoma, il pensa :
« Si je laisse partir, il ne reviendra pas. Il cherche un prétexte pour fuir, car il a
peur. »
Sentant que Porisæra ne voulait pas lui accorder sa confiance, le boddhisatta lui
fit revenir la mémoire :
« Quand nous étions jeunes, nous avons étudié ensemble de nombreuses années,
vous souvenez-vous ? M’avez-vous une seule fois vu manquer à ma parole ?
M’avez-vous entendu une seule fois mentir ?
— Non, je le reconnais. »
Le respect forcé par l’honnêteté sans tache dont fit toujours preuve son ancien
ami Mahæsutasoma, le cannibale Porisæra le relâcha. Le lendemain, le roi
boddhisatta put aller tranquillement écouter l’enseignement du brahmane. Une
fois que celui-ci fut achevé, il revint aussitôt vers Porisæra, qui, malgré tout
surpris de le revoir, pensa :
« Comment se fait-il qu’il revienne ? Comme je vais le tuer, n’a-t-il pas peur de
mourir ? »
Curieux, il demanda au roi Mahæsutasoma :
« Quel est l’enseignement qui vous a été donné d’entendre aujourd’hui ?
Enseignez-le-moi !
— Il s’agit d’un enseignement qui ne se destine pas à des mangeurs de viande
humaine !
— Je m’engage à réaliser quatre souhaits de votre choix si vous me l’enseignez.
— C’est entendu, dans ce cas, je vous l’enseigne. Écoutez bien :
“ Associez-vous avec les personnes saines ! Ne vous associez pas avec les
personnes malsaines ! Si vous fréquentez des personnes saines, vous serez
toujours heureux. Si vous fréquentez des personnes malsaines, vous serez
toujours malheureux. ”
— Voilà un merveilleux enseignement ! Je suis ravi de l’avoir entendu ! Quels
sont vos quatre souhaits ?
— Mon premier souhait est que je puisse vous voir en bonne santé durant les cent
années qui suivent.
— Daccord, je vous laisse en vie afin que vous puissiez me voir en bonne santé.
— Mon deuxième souhait est que vous libériez les cent rois que vous avez
attrapés.
— D’accord, je les libère.
— Mon troisième souhait est que vous rameniez chaque roi dans son propre
royaume.
— D’accord, je les ramène tous dans leur propre royaume.
— Mon quatrième souhait est que vous cessiez de manger de la chair humaine.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 37
— Cela, je ne puis vous l’accorder. Je ne peux pas vivre sans en manger.
— Je vous avais dit que je ne voulais pas vous donner cet enseignement, car vous
n’êtes pas digne de le recevoir. Je l’ai tout de même fait, car vous m’avez promis
quelque chose. Vous rompez votre promesse, vous n’êtes donc qu’un vaurien, une
personne malsaine ! »
Honteux, Porisæra concéda à accorder le quatrième souhait du roi Mahæsutasoma.
Ainsi, il épargna sa vie, il relâcha les cent rois qu’il avait attrapés, il les ramena
dans leurs royaumes respectifs, et ne mangea plus jamais de chair humaine.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de saccæ pæramø.

Accomplissement de la détermination
(adhi¥¥hæna pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à adhi¥¥hæna, la pratique de la détermination. Lorsqu’il fut le
prince Temi, dans son tout jeune âge, il eut la capacité de se remémorer
son passé et vit qu’il avait subi l’horreur de l’existence au sein du monde des
enfers. Horrifié, il voulut s’assurer de ne plus expérimenter d’existences aussi
effrayantes. Ainsi, il se résolut à ne jamais succéder à son père, car un roi est
parfois contraint d’appliquer des sanctions cruelles et le jeune Temi ne voulut
plus jamais être responsable du moindre mauvais acte. Afin qu’on le laisse
tranquille, dès qu’il fut en âge de parler, il se détermina fermement à ne jamais
prendre la moindre initiative, il demeurait constamment immobile. Il ne se levait
que lorsqu’on le levait, ne s’allongeait que lorsqu’on l’allongeait, ne s’asseyait
que lorsqu’on l’asseyait et ne marchait que lorsqu’on le faisait marcher. Il ne
mangeait que la nourriture qu’on lui apportait à la bouche, se laissant nourrir
comme s’il était paralysé. Il se détermina également à feindre ne jamais rien
entendre et à ne jamais laisser échapper un son de sa voix, laissant ainsi croire
qu’il était sourd et muet.
Le roi fit contrôler son fils par de grands spécialistes qui s’accordèrent tous à
affirmer qu’il ne présentait aucun signe de surdité, de mutité ou d’impotence.
Comme le roi ne voulut plus croire aux prétendus handicaps de son fils, il fit tout
pour s’assurer qu’il pouvait entendre et pour le faire parler. Maintes fois, il lui fit
brusquement peur par derrière, mais Temi avait développé une telle attention de
chaque instant qu’il ne sursautait jamais. Maintes fois, il le mit dans les bras
d’une fille pour l’inciter à se mouvoir de lui-même sous l’effet de l’excitation,
mais Temi demeurait insensible et immobile. Maintes fois, il le battit, espérant le
faire pleurer, mais Temi demeurait toujours insensible. Maintes fois, il le privait
de nourriture plusieurs jours durant, mais Temi ne demanda rien.
Quand le prince fut âgé de seize ans, son père décida de s’en débarrasser :
« Ce fils ne vaut rien du tout ! Il est incapable de quoi que ce soit, il ne sert à
rien. Qu’on le tue ! »
38 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Sur cette rude décision, il le fit emmener dans la forêt pour qu’on l’y enterre
vivant. Alors que les hommes du roi creusaient le trou, le prince Temi attendait
dans le char. Comme on voulait le tuer, il voulut réagir, il fit un peu d’exercice
physique pour détendre ses membres dont il ne s’était jamais servi. Après avoir
effectué des mouvements pour la première fois depuis seize ans, il prononça la
première parole pour la première fois depuis le même temps, s’adressant aux
fossoyeurs :
« Que faites-vous ? Pourquoi creusez-vous ce trou ? »
Sans se retourner, les hommes, persuadés de la surdi-mutité du prince, crurent
répondre à un étranger :
« C’est pour enterrer vivant le prince.
— Pourquoi voulez-vous le tuer ?
— Il ne parle pas, n’entend pas et demeure sans mouvements. Le roi veut s’en
débarrasser, car il le juge inutile. »
Le prince Temi leur enseigna ensuite un sermon du dhamma basé sur les
bénéfices de la générosité, de la vertu et de la concentration. Lorsque les
fossoyeurs se retournèrent vers lui, ils furent à la fois stupéfaits et heureux de le
voir parler, entendre et bouger. Ils voulurent le reconduire aussitôt au palais pour
avoir la joie d’apporter au roi un fils qui parle, qui entend et qui se meut.
Néanmoins, il refusa de les accompagner, préférant rester dans la forêt, où il
commença sans plus attendre un entraînement de concentration pure.
Le roi et la reine vinrent le trouver dans la forêt dès qu’ils furent mis au courant
de l’absence de handicap de leur fils, et l’incitèrent à devenir roi. Néanmoins,
Temi refusa :
« Pour ne pas être roi, je me suis contraint à supporter une vie insupportable
pendant seize ans. Je reste méditer ici, car il n’y a que dans la solitude de la forêt
que je peux être satisfait ! »
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement d’adhi¥¥hæna pæramø.

Accomplissement de la bienveillance
(mettæ pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à mettæ, la pratique de la bienveillance envers tous les êtres.
Lorsqu’il était le roi d’un petit royaume, le roi d’un royaume voisin,
nettement plus grand que le sien, l’envahit et attrapa le roi boddhisatta pour
s’emparer de son royaume. Enfermé dans un cachot, dans le palais du roi
envahisseur, le roi prisonnier rayonna d’amour et de bienveillance à l’égard du
mauvais roi. Incapable de supporter cet amour d’une force imparable, le roi ne
put demeurer paisible, son corps entier devint brûlant. La conscience torturée par
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 39
son acte nuisible, le roi ne put s’empêcher de redonner la liberté au boddhisatta
qu’il avait capturé.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement de mettæ pæramø.

Accomplissement de l’équanimité
(upekkhæ pæramø)

P
endant tout le temps où il développa les dix pæramø, le boddhisatta,
s’entraîna à upekkhæ, la pratique de l’équanimité, en ne réagissant ni aux
situations agréables, ni aux situations désagréables. Lorsqu’il était un
homme riche, il se défit de toutes ses possessions, y compris sa demeure, et alla
s’installer dans un charnier situé dans un quartier habité par une population
brutale. En le voyant vivre parmi les cadavres, les gens le prirent pour un fou. Ils
lui lancèrent des pierres, lui crachaient dessus et l’insultaient. En dépit de ces
mauvais traitements, le boddhisatta demeurait paisible, parfaitement neutre face à
ces agressions.
Durant toute son existence, il avait coutume de demeurer exclusivement dans des
endroits susceptibles d’être une source de dérangements en tous genres, mettant
ainsi à dure épreuve son équanimité.
Voilà comment, parmi d’innombrables autres fois, le futur Bouddha s’entraîna au
développement d’upekkhæ pæramø.
40 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le roi Vessantaræ

D
epuis tout petit, le prince Vessantaræ – le futur Bouddha – avait la passion
du don. Dès qu’il fut en âge de parler, il offrait tout ce qu’il avait sur lui
avec une intense frénésie de générosité. En devenant adulte, il se maria
avec la princesse Maddødevø. Ils eurent une fille et un peu plus tard, un fils. Le
prince Vessantaræ offrait énormément. Sans attendre sa mort, le roi mit son fils
sur le trône. Ainsi, le prince Vessantaræ devint roi à son jeune âge.
Un jour, il y eut la sécheresse dans un royaume voisin, car la pluie ne tombait
plus. Une tradition voulait que les éléphants blancs soient d’un excellent auspice.
Ainsi, dans le royaume du roi Vessantaræ, à l’instar de la plupart des royaumes, il
y avait un magnifique éléphant d’un blanc immaculé, pour lequel les gens avaient
une adoration sans limite. Après s’être réunis, les dirigeants du royaume sans
pluie décrétèrent qu’ils devaient à tout prix héberger un éléphant blanc au sein de
leur royaume. Une délégation partit alors demander au roi Vessantaræ de bien
vouloir leur faire don du grand éléphant blanc de son royaume. Il était d’une telle
générosité qu’il leur donna l’éléphant sans la moindre hésitation. Furieux, les
gens ne purent tolérer que leur roi ait pu donner le magnifique éléphant blanc,
pour qui tout le monde accordait une valeur inestimable. Voyant en ce geste un
impardonnable sacrilège, toute la population du royaume exigea l’exil immédiat
du roi Vessantaræ. Sous la pression du peuple, le père du roi Vessantaræ fut
contraint de demander à son fils de quitter le palais.
Il partit dans la forêt avec son épouse et ses deux enfants. Tous quatre vécurent
comme des ermites. Une fois, Vessantaræ croisa un brahmane nommé Jþjakæ – le
futur Devadatta – qui lui demanda ses enfants, car il avait besoin de domestiques.
Il les lui offrit tous les deux, sans plus d’hésitation qu’il en avait fallu pour
l’éléphant blanc. Le brahmane Jþjakæ alla dans le royaume du père de Vessantaræ
avec ses deux nouveaux jeunes esclaves, qu’il battait fréquemment. Quand le père
de Vessantaræ les aperçut, il fut très surpris de trouver ses petits-enfants. Il les
racheta aussitôt à Jþjakæ pour les récupérer. Le brahmane mangeait comme un
goinfre, à tel point, qu’un jour, ne parvenant pas à digérer son repas, il mourut.
Comme le temps passait, le père de Vessantaræ voulut revoir son fils. Il partit lui-
même, accompagné de nombreux soldats, dans la forêt à la recherche de son fils.
Ont rejoint cette expédition tous ceux qui aimaient Vessantaræ. Quand ils le trou-
vèrent, celui-ci les invita à s’asseoir. Grâce à la grande sagesse qu’il avait déve-
loppée, il leur délivra un sermon, les exhortant à s’entraîner sans relâche à la
générosité, à la vertu et à la concentration. À la fin du sermon, les membres de sa
famille lui sautèrent dans les bras, en pleurant. Ensuite, à cause de la grande fati-
gue due au voyage à travers la forêt et du choc émotif provoqué en retrouvant
Vessantaræ pour qui ils avaient un immense amour, ils perdirent conscience et
tombèrent au sol. Quand ils reprirent leurs esprits, le roi deva Sakka fit pleuvoir
une ondée. Ceux qui voulurent être mouillés furent mouillés, ceux qui ne voulu-
rent pas être mouillés demeurèrent secs.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 41
Quand Vessantaræ fut rentré dans son royaume, chacun lui pardonna, comprenant
sa générosité sans limite. Il fut alors de nouveau accepté comme roi. Plus tard, ne
voulant plus rien garder pour lui, le roi Vessantaræ donna sa femme. Comme il
craignait qu’elle se retrouvât dans les bras d’une personne qui ne sache pas la
respecter convenablement, il l’offrit à Sakka, le roi des deva. Comme les gens ne
pouvaient pas voir les deva, afin que sa nouvelle épouse soit épargnée de tout
ennui, le roi deva fit apparaître un homme de noble apparence qui demeurait
toujours à ses côtés.
Au terme de cette existence en tant que roi Vessantaræ, le futur Bouddha Gotama
connaîtra une vie de deva avant de renaître pour la dernière fois.
42 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’avant-dernière vie du futur


Bouddha
Une vie de deva

A
vant de naître pour la dernière fois, le futur Bouddha vécut dans le monde
des deva. Il demeura dans la quatrième des six sphères que compte le
monde des deva (la sixième étant la plus haute, et la première la plus
basse). Plus la sphère est « haute », plus le confort y est intense et plus la vie y est
longue. Pour un deva de la quatrième sphère, l’existence a une durée avoisinant
quatre mille années de deva ; ce qui correspond à 576 000 000 années humaines.
Le futur Bouddha rayonnait d’une vertu si pure et faisait montre d’un
comportement si noble que les autres deva comprirent sans douter qu’il était le
prochain Bouddha. C’est ainsi que, mille ans avant sa dernière naissance, tous les
deva de l’univers et les humains – par le biais des sages capables de
communiquer avec les deva – ne furent pas sans ignorer que le prochain Bouddha
allait bientôt apparaître parmi les humains.
À l’approche du moment tant attendu, les deva déclarèrent au futur Bouddha :
« Le moment est venu pour vous de prendre naissance dans le monde humain. »

Les cinq visions

B
ien que les deva l’incitèrent à reprendre naissance dans le monde humain
de façon immédiate, le futur Bouddha n’accepta cependant pas de se
soumettre à cette exhortation ; il ne descendrait pas tant que les cinq
visions ne se seraient pas manifestées...

1) Le temps (kæla) : le moment opportun, où parviennent à maturité les


pæramø du plus grand nombre d’êtres apparaissant là où ils sont en
mesure de recevoir l’enseignement du dhamma.
2) Le pays (døpa) : pour le bouddha Gotama, le sous-continent indien.
3) La région (desa) : le majjhima desa, la « région du milieu », où tous
les éléments géographiques, géologiques et climatiques sont
équilibrés.
4) La caste (kula) : l’une des deux plus hautes castes ; la caste royale ou
la caste des brahmanes.
5) L’âge de la mère (mætu æyu) : un âge suffisamment avancé pour
mourir peu après l’accouchement, car il ne convient pas que
quelqu’un naisse dans un ventre qui a porté un bébé destiné à devenir
un bouddha dans cette vie même.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 43
Une fois que ces cinq visions apparurent, le futur Bouddha accepta de renaître
dans le monde humain, selon le critère de chacune de ces visions : le temps fut
propice à un grand nombre d’êtres parvenus à maturité sur le plan des pæramø ; le
pays fut le sous-continent indien ; la région fut celle dite du milieu, dans le nord-
est de l’Inde actuelle ; la caste de la famille fut royale ; la mère fut âgée de
cinquante-cinq ans.
Les cinq visions étant complètes, le futur Bouddha se décida donc à « descendre »
dans le monde humain, pour bénéficier de sa dernière existence, durant laquelle il
accomplirait la plus noble des tâches, fruit d’un entraînement soutenu durant un
nombre incalculable d’existences. Cette tâche consiste à découvrir par lui-même
le caractère douloureux, instable et non maîtrisable de l’existence, sa cause, sa fin
et le moyen qui permet d’y aboutir. Aussitôt accomplit cette inestimable
découverte, il l’enseignera pour le bien de tous les êtres, pour permettre la
délivrance de tous ceux qui voudront bien faire l’effort de mettre cet
enseignement en pratique.
44 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les 32 caractéristiques
d’un bouddha

C
haque bouddha est facilement reconnaissable, grâce à des caractéristiques
dont ne sont jamais pourvus les êtres humains ordinaires. Il existe
32 caractéristiques qui sont propres à tous les bouddhas omniscients. Ces
caractéristiques sont déjà toutes présentes au moment de leur naissance, et ne
changent jamais, jusqu’au parinibbæna. Voici quelles sont ces
32 caractéristiques :
1. La plante de chaque pied est plate.
2. La surface des pieds est recouverte d’empreintes qui représentent cent huit
petits dessins – dont chacun a une signification bien précise.
3. Les talons sont proéminents (allongés vers l’arrière).
4. Les doigts de pieds et de mains sont longs.
5. La plante de chaque pied et la paume des mains sont très lisses.
6. Les doigts de pied sont parfaitement droits et réguliers (sans espaces entre
eux).
7. L’os extérieur de la cheville est conique.
8. Les mollets sont très réguliers sur toute leur longueur (cylindriques).
9. Les mains atteignent les genoux, lors de la posture debout, sans se courber.
10. La verge demeure plaqué contre la peau, sans balancer.
11. La peau est dorée.
12. La peau est très douce.
13. Des poils petits et très fins couvrent très régulièrement toute la surface du
corps.
14. Les cils sont dressés vers le haut.
15. Le squelette est parfaitement droit dans le sens vertical (y compris la
colonne vertébrale).
16. Le dessus des pieds et des mains, ainsi que la nuque, sont légèrement
bombés, de façon très régulière.
17. La poitrine est comme celle d’un lion, large et gonflée.
18. Le dos est très régulier, sans rainure verticale au centre.
19. L’envergure des bras correspond à la taille.
20. Le cou est très régulier, de façon cylindrique.
21. Le corps peut entièrement acquérir ses besoins nutritifs à l’aide d’une très
faible quantité de nourriture (ne serait-ce qu’un grain de riz).
22. La bouche est dessinée de sorte à donner l’impression d’un léger sourire
permanent.
23. La mâchoire possède quarante dents.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 45
24. Les dents sont parfaitement régulières, elles ont toutes la même hauteur et
sont droites au lieu d’être arrondies ou pointues.
25. Les dents sont parfaitement encastrées les unes contre les autres, sans
chevauchement ni écart.
26. Les quatre canines émettent une légère lueur.
27. La langue est très lisse, très plate et très longue (elle peut atteindre
l’oreille).
28. La voix est parfaite, très agréable à entendre, très régulière.
29. Les yeux, bruns foncés, sont parfaits, particulièrement agréables à
regarder.
30. Les sourcils sont très doux et magnifiques.
31. Entre les sourcils se trouve un poil assez long pour être tenu alors que le
bras est tendu. Relâché, il prend naturellement sa place entre les sourcils,
en spirale, et la pointe remontant légèrement vers le front.
32. Le front offre une peau supplémentaire, dont le bord inférieur est
clairement visible au-dessus des sourcils (comme il s’agissait d’une espèce
de plaque protectrice posée sur le front, indépendante de l’organisme).

Remarque : Contrairement à une fausse interprétation qui laisse souvent croire à


une proéminence sur le sommet du crâne qui compte parmi ces 32 caractéristiques, il
ne s’agit ni d’une proéminence crânienne, ni d’une des 32 caractéristiques. Cette
« bosse » sur la tête avec laquelle le Bienheureux est souvent représenté sur les
statues ou les illustrations, n’est en fait que sa chevelure, arrangée un peu à la
manière d’un chignon, et qui ne dépasse pas deux doigts (en largeur) de hauteur,
d’où la règle qu’il établit pour le saµgha – dont il est le premier moine : « Si un
moine garde des cheveux longs – de plus de deux doigts –, il commet un dukka¥a
(une faute encline aux critiques) ». Le jour où le prince Siddhattha renonça à la vie
princière au profit de la vie de renonçant, il trancha sa longue chevelure à l’aide de
son épée. À cet instant, il prit une détermination (outre celle qui prit en lançant les
cheveux coupés vers le ciel) : « Puissent les cheveux qui me restent ne plus pousser,
ni se perdre ! » À ce moment-là, les cheveux qui lui restèrent se sont proprement
regroupés en eux-mêmes, sur le sommet du crâne, pour ne plus bouger jusqu’à
l’extinction du Bienheureux. Voilà pourquoi Bouddha avait ce volume noir et
circulaire au-dessus de la tête, dès le jour où il partit demeurer dans la forêt. Les
artistes qui peignent Siddhattha bébé avec une grande bosse au milieu du crâne sont
donc mal informés.
Remarque : Outre ces 32 caractéristiques, il existe des caractéristiques dites
mineures, dont la plus connue est sans aucun doute une proéminence des lobes
(légère, et non en mesure de faire tomber les oreilles sur les épaules). Les textes
présentent ainsi une classification de 80 caractéristiques, dont les 32 précitées sont
incluses.
46 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 47

II

DE LA NAISSANCE À L’ÉVEIL
48 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 49

La naissance du futur Bouddha


La dernière naissance

I l était une fois, dans la région du majjhimadesa (au nord-est du sous-


continent indien), un roi nommé Sudoddhana, vivant dans le royaume de
Kapilavatthu. Il épousa une belle princesse du nom de Sirømahæmæyæ. Le roi
Sudoddhana et son épouse étaient si bienveillants et si bienfaisants à l’égard de
chacun que tout le monde les appréciait dans le royaume. Comme ils voulaient
ardemment un fils, ils conçurent un enfant. La nuit même de sa conception, le
jeudi de la pleine lune du mois de juillet 67 de la Grande ère, la reine
Sirømahæmæyæ fit un rêve extraordinaire...

Les 32 signes des quatre grands événements

D
ans la vie de Bouddha, on peut noter quatre grands événements : Sa
conception, sa naissance, son éveil et la transmission de son premier
sermon.

Remarque : Il convient de ne pas confondre ces quatre grands événements avec les quatre
grands lieux : celui de sa naissance, celui de son éveil, celui de son premier sermon et celui
de son parinibbæna (son extinction définitive).

Le jour de chacun de ces quatre grands événements de la vie de Bouddha


apparaissent (seulement pour la journée) 32 signes, et il en va de même pour
chaque bouddha :
1. Une lumière très vive enveloppe dix mille univers.
2. Les aveugles retrouvent la vue (pour leur permettre de voir les
manifestations visuelles propres aux 32 signes).
3. Les sourds retrouvent l’ouïe (pour leur permettre d’entendre les
manifestations sonores propres aux 32 signes).
4. Les muets retrouvent l’usage de la parole (pour leur permettre d’exprimer
leur joie à propos des manifestations propres aux 32 signes).
5. Les bossus et les gens courbés (dont les vieillards) se redressent (pour
mieux pouvoir apprécier les 32 signes).
6. Les paralysés retrouvent l’usage de leurs jambes (toujours dans le but de
pouvoir profiter pleinement des 32 signes).
7. Les liens (chaînes, cordes, etc.) qui attachent les poignets des personnes
prisonnières s’ouvrent.
8. Toutes les souffrances des enfers sont apaisées.
9. Les peta mangent à leur faim et boivent à leur soif (ce qui caractérise
habituellement un peta est d’être cruellement affamé et assoiffé en
permanence).
50 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

10. Il n’y a aucun danger pour les animaux.


11. Il n’y a aucune maladie pour quiconque.
12. La totalité des relations humaines est dominée par la courtoisie et la
bienveillance.
13. Tous les chevaux hennissent sur un ton très agréable.
14. Tous les éléphants barrissent sur un ton très agréable.
15. Tous les instruments de musique se mettent à jouer spontanément (d’eux-
mêmes).
16. Tous les bracelets se mettent à tinter mélodieusement sans qu’on les
touche.
17. Quelle que soit la direction fixée par le regard, le paysage est totalement
propre, d’une pureté parfaite.
18. Quiconque hume le vent se sent fraîchement et pleinement revigoré.
19. Une pluie très abondante tombe, malgré la saison, très éloignée de la
mousson.
20. De l’eau sort spontanément de la terre.
21. Il n’y a pas le moindre oiseau dans le ciel.
22. Les rivières coulent très paisiblement.
23. L’eau des mers et océans est sucrée.
24. Des fleurs de lotus de cinq espèces recouvrent intégralement la surface de
tous les lacs et de toutes mares.
25. Tous les arbres à fleurs s’ouvrent en même temps.
26. Tous les arbres habituellement sans fleurs ont le tronc qui se couvre de
fleurs.
27. Tous les arbres habituellement sans fleurs voient leurs petites branches se
couvrir de fleurs.
28. Toutes les lianes se couvrent de fleurs.
29. Des khandhapadumæ – fleurs qui fleurissent habituellement exclusivement
dans le monde des deva – s’ouvrent dans les endroits où les fleurs ne
peuvent pas percer, comme les pierres et les zones rocheuses.
30. D’immenses fleurs de lotus demeurent suspendues en haut du ciel.
31. Il pleut des fleurs.
32. Les instruments de musique des deva se mettent à jouer spontanément
(d’eux-mêmes).

Le rêve de la reine Sirømahæmæyæ

Q
uatre deva soulevèrent son lit transportant ainsi la reine dans une forêt,
dans laquelle ils posèrent le lit sur une grande pierre plate, à l’ombre
d’un shorea robusta en fleurs. Les deva l’ont ensuite lavée, vêtue de
somptueux habits, parée de fleurs splendides et ointe de parfums exquis.
Ils l’ont délicatement déposée dans un « pæsæda » (une maison à toits à
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 51
étages) fait d’or. Là s’est approché un éléphant d’un blanc totalement immaculé,
qui est entré dans la reine par son flanc droit. Ainsi s’est achevé le rêve.
Lorsque la reine raconta son rêve au roi, il en a demandé la signification aux
brahmanes astrologues de la cour, qui s’accordèrent sur la même réponse :
« La reine Sirømahæmæyæ a été désignée pour donner naissance à un être aux
pleines pæramø, un être très grand, un être très noble. »
Le roi et la reine furent réjouis des dires des brahmanes. Pour partager leur joie,
ils ont organisé un somptueux banquet, lors duquel les riches comme les plus
pauvres étaient conviés. Ils offrirent également des tissus aux nécessiteux.

La naissance

S
ix mois après son rêve extraordinaire, la reine Sirømahæmæyæ ressentit un
vif désir de se rendre sur sa terre d’origine, le royaume de Devadaha. Elle
demanda donc l’accord au roi de la laisser faire le trajet jusqu’au palais de
son père. Approuvant le souhait de son épouse, le roi prit les dispositions
nécessaires pour son voyage. Protégée par de nombreux soldats, elle fut
transportée dans un palanquin magnifiquement décoré.
En chemin, alors que le cortège de la reine passait devant le bois de Lumbini, au
pied de la chaîne de l’Himalaya (près de l’actuel Népal). C’était un splendide
bois, riche de fleurs aux mille parfums autour desquelles dansaient les abeilles et
plantés de saules au-dessus desquels planaient joyeusement des oiseaux aux
couleurs vives. Séduite par l’endroit, la reine ordonna aux porteurs de s’y arrêter,
avec sa suite, pour profiter d’une pause dans la fraîcheur de ce bois.
Alors que la reine profitait d’un agréable repos, le moment vint de mettre au
monde son enfant. Ce vendredi de la pleine lune de mai 68 de la Grande ère, sous
un shorea robusta (espèce de saule) est alors né le futur Bouddha. Au moment de
l’accouchement, quand un des serviteurs prit l’enfant dans ses bras, ce dernier se
glissa jusqu’au sol, se mettant à marcher. Il fit sept pas en direction de l’est.
S’immobilisant debout, il dit :
« Je suis le plus noble dans cet univers.
Je suis le plus grand dans cet univers.
Je suis le plus digne d’éloges dans cet univers.
Je ne renaîtrai plus dans ce monde.
Je ne renaîtrai pas non plus dans un autre monde. »

Les sept naissances simultanées

S
ont nés ou apparus le même jour que lui : 1) Yasodharæ (elle sera son
épouse) ; 2) Ænandæ (son cousin) ; 3) Channa (il sera son fidèle serviteur) ;
4) Kæ¹udæyø (il sera l’homme de confiance du roi, avant de devenir un
52 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

moine arahanta) ; 5) Ka¼ðaka (il sera son cheval princier), 6) Mahæbodhi (il est
l’arbre sous lequel il parviendra à l’illumination) ; 7) Quatre gigantesques pots
d’or (ils apparurent dans le palais).
Très vite informés de la nouvelle, de nombreux amis et parentés de la reine
Sirømahæmæyæ accoururent de la ville d’origine de cette dernière jusqu’à
Lumbini, ainsi que de nombreux amis et parentés du roi Sudoddhana, en
provenance de Kapilavatthu. Comme il fut recommandé à la reine de retourner à
Kapilavatthu sans poursuivre son voyage, elle rentra le jour même avec son noble
bébé et sa suite. Le royaume tout entier fut enchanté d’apprendre la nouvelle.
Alors que tout le monde arrivait au palais royal, le roi Sudoddhana fit venir son
maître, l’ermite Kæ¹adevila.

L’ermite Kæ¹adevila

L
a famille de l’ermite Kæ¹adevila fréquente la famille royale depuis
longtemps. Son père fut le conseiller du roi de l’époque, c’est-à-dire le
père du roi Sudoddhana. Avant d’être ermite, Kæ¹adevila se nommait
Asita. Plus âgé que le jeune Sudoddhana, il fut son professeur qu’il lui enseigna
toutes les matières. À la mort de son père, en accédant au trône, le nouveau roi
Sudoddhana fit d’Asita son conseiller. À cette occasion, il le baptisa d’un
nouveau nom : Kæ¹adevila. À cette époque, le jeune roi avait un très grand
orgueil. Il refusait de se prosterner devant qui que ce soit, pas même devant son
maître. Il n’acceptait de se prosterner que devant ses propres parents ; or, ces
derniers étaient défunts. Face à ce terrible orgueil, Kæ¹adevila prit la ferme
décision de tout faire pour voir le roi se prosterner. Il a alors quitté la vie
mondaine pour devenir renonçant ; il fut depuis lors un ermite. Quand il fut sur le
point de partir dans la forêt, le roi lui dit :
« Kæ¹adevila, ne partez pas ! Demeurez toujours auprès de moi ! Je vais faire
bâtir une ku¥ø (logement pour un renonçant) pour vous dans mes jardins, et je
vous ferai apporter chaque jour votre repas. »
Acceptant la généreuse offre du roi, l’ermite entama dès lors un intense et long
entraînement à la concentration, jusqu’à parvenir à développer les jhæna et les
abhiñña. Grâce aux abhiñña (pouvoirs psychiques), l’ermite Kæ¹adevila se rendit
souvent chez les deva. L’ermite demeurait ainsi tantôt dans le monde humain,
tantôt dans le monde des deva.
À la naissance du futur Bouddha, les deva manifestèrent une profonde joie,
s’écriant allègrement entre eux :
« Nous allons pouvoir entendre l’enseignement du dhamma, nous allons pouvoir
bénéficier de la libération. »
Témoin de leur intense joie, l’ermite Kæ¹adevila leur en demanda la raison. Dès
que les deva l’eurent avisé, il fut très surpris et très heureux à la fois. Il
redescendit aussitôt chez les humains et se rendit au palais royal.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 53

La première prosternation du roi

S
’approchant du roi, il lui demanda sans attendre :
« Où est votre fils ? Je veux le voir ! »
Un instant plus tard, le roi revint vers son maître, son jeune enfant dans les
bras. En arrivant devant l’ermite Kæ¹adevila, il joignit les mains du bébé en signe
de respect envers lui. À ce moment précis, l’enfant posa ses deux pieds sur la tête
de l’ermite. Sous ce présage extraordinaire, l’ermite Kæ¹adevila comprit qu’il fut
bel et bien devant le futur Bouddha. De ce fait, il se prosterna respectueusement
devant lui. À la fois étonné parce que son maître se prosterna devant son jeune
fils et gêné parce qu’il le tint dans ses bras, le roi déposa son fils pour se
prosterner – pour la première fois – devant lui.

La lecture des mains par l’ermite Kæ¹adevila

D
oté de compétences en astrologie, l’ermite observa les mains du futur
Bouddha, avant de déclarer :
« Cet enfant sera probablement le futur Bouddha ».
Cette nouvelle répandit la joie dans le cœur de tout le monde. Profondément ravi,
l’ermite s’est mis à rire, ensuite, il a pleuré, le visage plongé dans une grande
tristesse. Le roi a demandé à son maître la raison de ses rires et de ses pleurs.
L’ermite expliqua alors que la pensée que de nombreux êtres vont être délivrés à
tout jamais de la souffrance grâce à l’enseignement du futur Bouddha provoqua
en lui un intense rire de joie. Ensuite, songeant à son âge très avancé, il prit
conscience qu’il ne serait plus de ce monde lorsque ce futur Bouddha serait en
âge d’enseigner le dhamma. Il savait aussi qu’en conséquence de ses réalisations
des plus hauts jhæna, il renaîtra dans les sphères arþpa du monde des brahmæ,
d’où il est par définition impossible d’entendre ou de voir quoi que ce soit – étant
donné l’absence de matière. Il s’est donc mis à pleurer. Interrogé par le roi,
curieux de savoir vers quel âge son fils serait en mesure d’enseigner le dhamma,
l’ermite précisa qu’il aura à ce moment trente-cinq ans.

À propos de Næ¹aka

L
’ermite Kæ¹adevila s’en alla rendre visite à son neveu. Arrivé auprès de ce
dernier, il l’informa que le prochain bouddha prit naissance, qu’il se
trouva à présent au palais royal, en la personne du prince, et qu’il sera en
mesure d’enseigner le dhamma d’ici trente-cinq ans. Ce disant, il enjoignit son
neveu d’aller auprès de lui, le temps venu, pour bénéficier de son enseignement,
et par conséquent, de nibbæna, la libération complète et définitive du cycle des
renaissances. Empli de confiance envers son oncle, le jeune Næ¹aka abandonna
aussitôt ses biens et parti seul dans la forêt, pour y mener une vie de renonçant.
54 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

À chaque sæsana (période durant laquelle fleurit l’enseignement d’un bouddha), il


y a une personne – ni plus ni moins – qui pratique le moneyya (entraînement ultra
intensif conduisant à la fin des kilesæ), selon l’un des trois degrés de difficulté,
essentiellement définis par l’effort et la détermination : noble, moyen, faible. Le
degré faible exige douze ans de pratique, le degré moyen sept ans, et le degré
noble sept mois. En l’occurrence, Næ¹aka, le neveu de l’ermite, s’attellera à la
pratique du moneyya selon le degré noble, dès qu’il entendra pour la première fois
Bouddha enseigner le dhamma, le huitième jour suivant celui du premier sermon
délivré aux cinq premiers disciples. Une telle pratique se base sur une ascèse très
intense. Parmi les déterminations qui la constituent, le renonçant se limite à une
seule maison par jour devant laquelle il s’immobilise, attendant que l’un de ses
habitants en sorte éventuellement pour venir lui donner un peu de nourriture. Il ne
va pas se présenter devant une seconde maison, même s’il n’a rien obtenu. De
plus, il ne retourne jamais deux fois devant la même maison ; il est donc nomade.
Næ¹aka parviendra au stade d’arahanta en étant debout, et, à l’instar de tous les
pratiquants du moneyya, il expirera au moment même où il parviendra à ce stade,
en raison de la difficulté du moneyya, entrant alors dans le parinibbæna, la
cessation définitive du cycle des renaissances.

L’examen du bébé par les huit brahmanes

C inq jours après la naissance de son fils, le roi fit appel à huit brahmanes
astrologues très réputés pour lire les signes de la main du futur Bouddha.
Après un soigneux examen des jeunes mains du bébé, les sept plus
anciens astrologues s’accordèrent à affirmer :
« De deux choses l’une : si cet enfant continue de mener une existence
mondaine, il sera un roi très puissant, dominant l’humanité entière ; si cet enfant
mène la vie de renonçant, il deviendra un bouddha pleinement éveillé. »
Le plus jeune des astrologues, quant à lui, ne voit qu’une seule possibilité :
« Cet enfant est le futur Bouddha ».
Très surpris des visions révélées par les astrologues, le roi leur demanda :
« Comment pourrait mon fils, se lassant de l’existence princière, quitter le palais
pour la vie austère du renoncement, comment expliquer une pareille
aberration ? »
Ko¼ðañña, le plus jeune des astrologues, lui expliqua :
« Cet enfant est accompli en pæramø, il est dépourvu d’avidité et n’a plus aucun
attachement au plaisir des sens. Lorsqu’il rencontrera les 4 grands signes – le
vieillard, le malade, le mort et le renonçant –, il quittera le palais au profit de la
vie ascétique, jusqu’à devenir un bouddha. »
Le roi fut consterné par ces prédictions. Il n’appréciait pas du tout l’idée que son
fils pourrait mener une vie de renonçant. Seule la perspective de le voir incarner
le plus puissant des rois pouvait le satisfaire. Après mûres réflexions, il décida de
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 55
confiner son fils au sein du palais, veillant à ce qu’il demeure préservé du
moindre contact extérieur, l’empêchant ainsi de rencontrer les 4 grands signes.
Pour s’en assurer, il a fait quitter les lieux à toute personne susceptible de
présenter les caractéristiques d’un des 4 grands signes ou d’en informer le jeune
prince, dans les alentours du palais, sur un rayon si large que le meuglement
d’une vache située à l’extérieur ne put être perçu depuis le palais.
À l’issue de leurs prédictions, les astrologues ont attribué un nom au prince :
Siddhattha, qui signifie « celui qui a la capacité d’exaucer le souhait des deva et
des hommes ».

La mort de la reine Sirømahæmæyæ

A
u septième jour du prince Siddhattha (le jeudi qui suivit sa naissance), la
reine Sirømahæmæyæ – sa mère – mourut, prenant naissance dans la
quatrième sphère du monde des deva, répondant au nom de Santusita.
Comme le roi Sudoddhana avait deux épouses, il lui en subsistait une autre, après
la mort de la reine. Cette épouse, qui s’appelait Mahæpajæpati Gotamø, deviendrait
la première bhikkhunø (moniale) à l’origine du saµgha féminin (voir le chapitre
« À propos de Mahæpajæpati Gotamø »). Étant la sœur de la reine défunte, elle fut
par conséquent la tante du prince Siddhattha, en plus d’être sa belle-mère.
Quelques jours après la naissance du prince Siddhattha, elle donna naissance à un
enfant, qui portera le nom de Nanda, et qui deviendrait plus tard un arahanta
(voir le chapitre « L’entrée du prince Nanda dans le saµgha »). Elle confia son
fils à une nourrice et prit à sa charge le jeune Siddhattha pour l’allaiter elle-même
et prendre soin de lui, exactement comme s’il s’agissait de son propre fils. En
outre, on cacha à l’enfant la mort de sa mère, si bien qu’en prenant de l’âge, il
crut toujours que la reine Mahæpajæpati Gotamø fut sa véritable mère.
56 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’enfance du prince Siddhattha


La deuxième prosternation du roi

Q
uand le jeune prince fut âgé d’un mois (le jour de pleine lune qui suivit
celui de sa naissance), le roi Sudoddhana se rendit dans les champs pour
labourer lui-même, une matinée entière, sans ménager ses efforts, sous le
regard admiratif des paysans du royaume et de gens de toutes castes,
venus assister à cette grande tradition annuelle. Cette tradition voulait qu’une
démonstration personnelle du roi occasionne d’abondantes récoltes.
Alors que le roi labourait activement la terre, le jeune Siddhattha fut placé à
l’ombre d’un jamelonier (arbre à baies). Très curieuses d’observer le labourage
cérémonial du roi, les nombreuses femmes chargées de s’occuper du bébé royal
l’oublièrent durant toute la matinée, le laissant tout seul. Le jeune Siddhattha –
alors âgé d’un mois – s’est redressé lui-même pour se retrouver en posture assise,
et s’est naturellement mis à pratiquer ænæpæna, autrement dit, il se concentrait sur
la sensation de l’air entrant et sortant des narines. Après un court instant, il
expérimenta le premier jhæna. Alors que le prince Siddhattha restait immobile
pendant toute la matinée, le soleil arriva devant lui. Or, l’ombre demeura toujours
sur lui, comme si une ombrelle invisible était placée juste au-dessus de sa tête. Se
rappelant soudainement leur devoir, les femmes préposées à la surveillance du
jeune prince se précipitèrent vers lui. Le voyant assis, immobile, totalement à
l’ombre malgré l’absence d’abri, elles sont allées prévenir le roi, qui en fut si
surpris qu’il se dépêcha vers le lieu où se trouvait son fils. Ébahi d’étonnement
devant ce fait extraordinaire, il se prosterna devant le bébé.

La création du grand bassin par les deva

A
lors que le prince Siddhattha parvenait à l’âge de sept ans, son père
s’enquit auprès de ses conseillers pour les interroger à propos des
amusements appréciés par les enfants de cet âge. Comme ceux-là
indiquèrent qu’ils adorent jouer dans l’eau, le roi a fait construire un bassin. Les
ouvriers passèrent une journée entière à discuter des plans, à mesurer l’endroit et
à appliquer des marques au sol. Ce n’est qu’à la fin du jour qu’ils se décidèrent où
ils allaient creuser, comment ils aménageraient le bassin, et où ils planteront des
arbres, tant et si bien qu’à la tombée de la nuit, la première pelletée ne fut
toujours pas effectuée.
Pendant la nuit, voyant cela, le roi des deva – Sakka – demanda à un autre deva
d’aller faire ce bassin avant la venue du jour suivant. Il descendit alors, rapide
comme un éclair, créant un bassin gigantesque, long de telle sorte qu’il ne fut pas
possible d’entendre le meuglement d’une vache située de l’autre côté. Le bassin
était peuplé d’oiseaux splendides aux mille couleurs, des fleurs de lotus des plus
resplendissantes espèces flottaient près du rivage. Au lever du soleil, voyant la
gigantesque piscine, tout le monde fut émerveillé. On appela immédiatement le
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 57
roi, qui fut ravi de partager sa joie avec toutes les personnes présentes. Devinant
de quelle manière cela avait pu apparaître, il mentionna à l’égard de tous :
« Cela est l’œuvre des deva. S’ils ont agi ainsi, c’est grâce aux pæramø
exceptionnelles de notre prince Siddhattha. »
On est allé chercher le prince pour lui montrer le bassin. Accompagné par tous les
enfants du palais, le jeune Siddhattha s’y est amusé durant toute la journée. Dans
ce bassin paradisiaque, certains ramaient à bord de barques, d’autres plongeaient
et nageaient.

La construction des trois palais

L
orsque le prince fut âgé de seize ans, son père lui fit construire trois
somptueux palais, chacun en fonction de l’une des trois saisons – pluie,
hiver, été. Le palais d’été fut baptisé Ramma, celui des pluies Suramma,
quant à celui d’hiver Subha. Chacun était entièrement recouvert d’or. Suramma
avait été doté de 7 toits et les deux autres de 9 toits chacun. Le roi fit loger son
fils dans ces trois palais aussitôt leur construction achevée. Très soucieux du
confort d’existence du jeune prince, il veilla avec un soin particulier de lui offrir
le meilleur, en tous points de vue. Le jeune Siddhattha bénéficia alors des
meilleures choses en mesure de ravir au plus haut degré les plaisirs des cinq sens.
Les plus beaux décors naturels et intérieurs, et les plus somptueux spectacles de
danse pour le ravissement des yeux. Les musiques les plus mélodieuses et les plus
recherchées pour le ravissement des oreilles. Les mets les plus raffinés et les plus
goûteux pour le ravissement du palais. Les fleurs et les encens les mieux
parfumés pour le ravissement du nez. Les soins corporels (massages, bains à
température optimale, éventage, etc.) les plus aboutis et les plus appliqués pour le
ravissement du corps.
En réfléchissant, il se disait que si son fils se marie, il ne renoncerait pas et
demeurerait au palais, devenant le plus grand des rois, et que lui-même aurait
alors l’honneur d’être le père du plus grand des rois. Dans ce dessein, il décida de
marier son fils.

La demande de la main de la fille du roi


Subbabuddha

L
e roi Sudoddhana dépêcha un messager pour aller demander – pour son
fils Siddhattha – la main de la fille du roi Subbabuddha, régnant sur le
royaume de Devadaha. Ce roi était le frère de la reine défunte, et donc
l’oncle du prince Siddhattha. Sa réponse fut la suivante :
« Siddhattha n’a aucun savoir, on ne lui a jamais rien enseigné, son père ne lui a
rien appris. Il est bel homme, mais rien de plus. Il est donc inutile ; une telle
personne ne mérite pas ma fille. »
58 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le roi Sudoddhana s’est entretenu avec son fils, lui faisant part de ce fait.
Siddhattha répliqua :
« Je n’ai pas besoin d’apprendre quoi que ce soit, je possède déjà toutes les
connaissances. »
Devant le scepticisme de son père, le jeune prince lui proposa, sûr de lui :
« Que voulez-vous que je vous montre ?
— Le tir à l’arc ! »
Le roi répondit sans hésitation, sachant très bien qu’il s’agissait de la plus difficile
des disciplines, et aussi la plus représentative de puissance et d’habileté pour un
prince qui en possède la maîtrise.

La démonstration des capacités


du prince Siddhattha

A
fin de prouver ses capacités à son père, se tenant debout sans la moindre
protection, le prince Siddhattha ordonna à quatre archers habiles de se
placer autour de lui et de décocher une flèche chacun sur lui, tous en
même temps. Alors que les quatre flèches furent lâchées simultanément en se
dirigeant à une vitesse vertigineuse sur le prince, il les esquiva d’un geste sûr et
gracieux. Dans le même élan, il renvoya les quatre flèches heurter le centre du
bouclier de chacun des quatre archers. Il exhiba de nombreux autres exploits.
Entre autres... Il lança une flèche vers le ciel et en décocha immédiatement une
autre à l’aide de laquelle il fendit l’arrière de la première. Il monta des éléphants
et des chevaux, y effectuant les figures les plus ardues et les plus spectaculaires. Il
montra ses talents de lancer au couteau, non moins surprenants. À chaque
prouesse accomplie, tout le monde applaudissait et criait son admiration,
plongeant le palais tout entier dans une effervescence festive. Comme le prince fit
connaître ses compétences exemplaires dans toutes les disciplines, il acquit une
grande célébrité.

Le mariage du prince Siddhattha


avec la princesse Yasodharæ

C
onsentant joyeusement et fièrement à donner la main de sa fille au prince,
le roi Subbabuddha l’envoya au palais de Kapilavatthu. Alors que le
mariage approchait, les parentés de Siddhattha et celles de Yasodharæ
firent parvenir de nombreux cadeaux au palais. Beaucoup envoyèrent aussi leur
fille, espérant que le jeune prince la choisisse comme épouse. Le jour du mariage,
il choisit néanmoins la princesse Yasodharæ, dont on dit qu’elle fut aussi exquise
que l’or, pour être son épouse, mais toutefois également d’autres filles, afin de
constituer sa propre cour. Toutes les filles qui s’occupaient de la princesse, alors
qu’elle vivait encore auprès de son père dans le royaume de Devadaha, la
suivirent au palais de Kapilavatthu.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 59
Dès son mariage, le prince Siddhattha vécu avec la princesse Yasodharæ dans le
bonheur, le confort et l’opulence, treize ans durant. Les réjouissances qui
s’offraient continuellement aux jeunes époux étaient tant raffinées qu’elles furent
comparables à celles expérimentées par les deva vivant dans les sphères les plus
confortables.
60 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les 4 grands signes


Le vieillard

U n jour, alors qu’il était âgé de vingt-huit ans, le prince Siddhattha, sortit à
l’extérieur du palais pour se rendre dans le somptueux jardin royal de
Kapilavatthu. Le convoi qui le conduisit vers le jardin se constituait de
quatre chevaux, de la princesse, d’un cocher qui dirigeait les chevaux, de soldats
et de quelques membres de la cour. Un deva de la sphère Tusitæ (quatrième
sphère), vit que le temps approchait pour le prince Siddhattha de renoncer à
l’existence princière pour partir dans la forêt. Juste avant que la diligence ne
pénétrât dans le jardin royal, ce deva fit apparaître le premier des quatre grands
signes. Il créa un vieillard tout édenté, les cheveux blancs, la peau fripée, ridée de
toutes parts, le dos courbé. Il tremblait en se tenant sur sa canne. Très âgé et
l’apparence usée, le vieillard se dressait devant l’entrée du jardin. Le deva fit de
telle sorte que seuls, le prince et le cocher puissent l’apercevoir. Le prince, qui
n’avait jamais vu que des jeunes personnes, fut très surpris par cette vision.
Choqué, il s’enquit auprès du cocher :
« Ses cheveux ne sont pas comme ceux des autres ; ils sont tout blancs. Son
corps n’est pas non plus comme celui des autres ; il semble usé et son dos est tout
courbé. Toutes ses dents sont tombées. Il semble n’avoir plus que la peau sur les
os. Il tremble de toutes parts. Qui est-ce ?
— C’est un vieillard. Une personne parvenue à la vieillesse.
— Auparavant, je n’avais vu de personnes aux cheveux blancs (il répéta toute la
description), et n’en avais jamais entendu parler, non plus. Comment se fait-il
qu’il soit ainsi ? Expliquez-moi !
— Quand la vie arrive à une certaine durée, on devient comme cela, tout
l’organisme dépérit.
— Moi aussi, serai-je inévitablement ainsi, un jour ?
— Tous les êtres vieillissent de la sorte. Le fait d’avoir un corps amène
inévitablement à connaître la vieillesse.
— Je peux donc connaître moi aussi la vieillesse. Je suis si bouleversé que ne
veux plus aller au jardin. Faites demi-tour et rentrons au palais ! »
La vision du premier des quatre grands signes provoqua chez le jeune prince une
profonde prise de conscience. Il demeurait épouvanté à l’idée qu’il connaîtrai
irrémédiablement la vieillesse. Étonné de voir la diligence si vite revenir au
palais, le roi interrogea le cocher :
« Comment se fait-il que vous ne soyez pas restés au jardin royal ?
— Le prince n’a même pas voulu y pénétrer tant il est bouleversé, Sire.
— Qu’a-t-il bien pu le bouleverser ?
— Il a aperçu un vieillard, Sire. »
Le roi comprit aussitôt ce que son fils a dû ressentir au contact de cette vision.
Très soucieux à l’idée qu’il puisse découvrir les trois autres signes, le monarque
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 61
fit élargir d’une seconde distance, depuis laquelle on ne peut plus entendre une
vache meugler, le périmètre vierge de tout élément susceptible de lui (au prince)
faire découvrir l’un de ces trois autres signes. Il fit également multiplier les
réjouissances et les distractions dont disposait déjà son fils pour tenter d’effacer
sa désillusion.

Le malade

Q
uatre mois plus tard, ayant de nouveau le désir de se rendre au jardin
royal, le prince Siddhattha fit atteler la diligence princière et se mit en
chemin, escorté de soldats et de quelques membres de la cour. Juste
avant que la voiture ne pénétrât dans le jardin, le deva (celui qui fit
apparaître le premier des quatre grands signes) fit apparaître le deuxième des
quatre grands signes. Il créa un malade, le corps recouvert de pustules, rongé par
la maladie baignant lamentablement dans ses propres excréments et urines. Il
n’avait pas la force de se lever, ni de s’allonger tout seul. Profondément marqué
par la douleur, l’apparence cadavérique et vide de santé, le malade se tenait
devant l’entrée du jardin. Le deva fit de telle sorte que seuls, le prince et le cocher
puissent l’apercevoir. Le prince, qui n’avait jamais vu que des personnes en
pleine santé, fut très surpris par cette vision. Choqué, il s’enquit auprès du
cocher :
« Les yeux de cette personne ne sont pas comme ceux des autres. Ils demeurent
ternes et à peine entre-ouverts. Sa voix non plus n’est pas comme celle des autres.
Il gémit comme s’il était continuellement en proie à la douleur. À l’inverse des
autres personnes, il semble être condamné par une immense faiblesse. Qui est-
ce ?
— Ceci est un malade. Une personne qui souffre de maladie.
— Auparavant, je n’avais vu de personnes aux yeux ternes et à peine ouverts (il
répéta toute la description), et n’en avais jamais entendu parler, non plus.
Comment se fait-il qu’il soit ainsi ? Expliquez-moi !
— Cet homme a contracté une maladie. C’est-à-dire qu’une affection s’est
emparée de son corps. La maladie dont il souffre fait qu’il n’est pas conscient de
sa posture : il ne sait pas s’il est debout ou assis. Il existe en outre de nombreuses
autres maladies.
— Moi aussi, un jour, vais-je inévitablement souffrir d’une maladie, comme cet
homme ?
— Tous les êtres sont assujettis à la maladie, personne n’en est épargné, personne
ne demeure éternellement en parfaite santé. Le fait d’avoir un corps amène
inévitablement, un jour ou l’autre, à éprouver des maux physiques divers.
— Je peux donc connaître moi aussi la maladie. Je suis si bouleversé que ne veux
plus aller au jardin. Faites demi-tour et rentrons au palais ! »
La vision du deuxième des quatre grands signes provoqua chez le jeune prince
une profonde prise de conscience. Il demeurait effrayé à l’idée qu’il connaîtrai
irrémédiablement la maladie. Étonné de voir la diligence si vite revenir au palais,
le roi interrogea le cocher :
62 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Comment se fait-il que vous ne soyez pas restés au jardin royal ?


— Le prince n’a même pas voulu y pénétrer tant il est bouleversé, Sire.
— Qu’a-t-il bien pu le bouleverser ?
— Il a aperçu un malade, Sire. »
Le roi comprit aussitôt ce que son fils a dû ressentir au contact de cette vision.
Très soucieux à l’idée qu’il puisse découvrir les deux autres signes, le monarque
fit élargir d’une troisième distance, depuis laquelle on ne peut plus entendre une
vache meugler, le périmètre vierge de tout élément susceptible de lui faire
découvrir l’un de ces trois autres signes. Il fit encore multiplier les réjouissances
et les distractions dont disposait déjà son fils pour tenter d’effacer sa désillusion.

Le mort

Q
uatre mois plus tard, ayant de nouveau le désir de se rendre au jardin
royal, le prince Siddhattha fit atteler la diligence princière et se mit en
chemin, escorté de soldats et de quelques membres de la cour. Juste
avant que la voiture ne pénétrât dans le jardin, le deva fit apparaître le
troisième des quatre grands signes. Il créa un mort, installé dans un palanquin
mortuaire qu’était en train de préparer et entourait un large groupe de personnes.
Le deva fit de telle sorte que cette procession, qui prenait place devant l’entrée du
jardin, ne fut visible que du prince et du cocher. Curieux de cette scène, le jeune
Siddhattha s’enquit auprès du cocher :
« Que fait cet attroupement de gens ?
— Ils préparent un palanquin pour transporter un mort.
— Auparavant, je n’ai jamais vu de mort, et n’en ai jamais non plus entendu
parler. Emmenez-moi voir cette personne morte. »
Quand le cocher eut approché la diligence, le prince en descendit et s’approcha du
mort pour l’observer de près. Le cadavre avait la peau blanchâtre, d’un aspect
lugubre, déjà rongée par la décomposition. Très surpris de voir une apparence si
macabre émanant d’un être humain, le prince, qui n’avait jamais vu que des
personnes en vie, demanda au cocher :
« Comment expliquez-vous la mort ?
— Quand on parvient à la mort, on ne revoit plus jamais sa famille, ni ses amis.
— Moi aussi, serai-je mort, un jour ? Connaîtrais-je inévitablement la mort ? Moi
aussi, viendrais-je à ne plus jamais revoir ma famille, ni mes amis ? (Le prince ne
savait pas que sa mère était morte, car le jour de son décès, il n’avait que sept
jours, et depuis lors, on lui avait laissé croire que la reine Mahæpajæpati Gotamø
était sa mère biologique).
— Tous les êtres qui peuplent l’univers connaîtrons inévitablement la mort. À un
moment de l’existence, tout corps finit par dépérir de cette façon, aboutissant
inévitablement à la mort. Vous aussi, un jour vous serez mort, et ainsi, ne reverrez
plus votre famille, ni vos amis.
— Je peux donc connaître comme tout le monde la mort, moi aussi. Je suis si
bouleversé que ne veux plus aller au jardin. Faites demi-tour et rentrons au
palais ! »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 63
La vision du troisième des quatre grands signes provoqua chez le jeune prince
une profonde prise de conscience. Il demeurait effrayé à l’idée qu’il connaîtrai
irrémédiablement la mort. Étonné de voir la diligence si vite revenir au palais, le
roi interrogea le cocher :
« Comment se fait-il que vous ne soyez pas restés au jardin royal ?
— Le prince n’a même pas voulu y pénétrer tant il est bouleversé, Sire.
— Qu’a-t-il bien pu le bouleverser ?
— Il a aperçu un mort, Sire. »
Le roi comprit aussitôt ce que son fils a dû ressentir au contact de cette vision.
Très soucieux à l’idée qu’il puisse découvrir le dernier signe, le monarque fit
élargir d’une quatrième distance, depuis laquelle on ne peut plus entendre une
vache meugler, le périmètre vierge de tout élément susceptible de lui faire
découvrir l’un de ces trois autres signes. Il fit, une fois de plus, multiplier les
réjouissances et les distractions dont disposait déjà son fils pour tenter d’effacer
sa désillusion. Néanmoins, le jeune prince voulut rester seul dans sa chambre, tant
il était accablé par cette troisième vision. Il songea :
« Ainsi, chacun dans le monde est destiné à mourir, un jour ou l’autre. Personne
n’a découvert comment échapper à cela. Il doit cependant bien y avoir un moyen
d’y parvenir. Je dois le découvrir et en faire bénéficier tous les êtres ! »

Le renonçant

Q
uatre mois plus tard, ayant de nouveau le désir de se rendre au jardin
royal, le prince Siddhattha fit atteler la diligence princière et se mit en
chemin, escorté de soldats et de quelques membres de la cour. Juste
avant que la voiture ne pénétrât dans le jardin, le deva fit apparaître le
dernier des quatre grands signes. Il créa un renonçant, le crâne et le menton rasés,
vêtu d’un simple tissu ocre, assis et immobile, absorbé dans un profond samædhi
(concentration). Affichant une apparence noble et sereine, le renonçant se trouvait
devant l’entrée du jardin, de sorte que seuls, le prince et le cocher puissent
l’apercevoir. Le prince, qui n’avait jamais vu que de personnes sans cesse
obsédées par les activités effervescentes du monde, fut très surpris par cette
vision. Intrigué, il demanda au cocher :
« Ce personnage n’est pas comme les autres. Il n’a pas de cheveux, ni de barbe.
L’habit – teinté d’un ton ocre – qu’il porte n’est pas non plus comme celui des
autres. Qui est-il ?
— C’est un renonçant.
— Qu’est-ce qu’un renonçant ? Expliquez-moi ce que cela signifie !
— C’est une personne qui s’entraîne en vue de se libérer de la vieillesse, de la
maladie et de la mort. Sa générosité est sans limite. Il s’entraîne noblement et
sans relâche au développement des 10 kusalakammapathadhamma. Ne
consacrant sa vie qu’à cela, il porte cet habit ocre, renonçant à toutes les
réjouissances de la vie laïque. Une telle personne est appelée un renonçant. Un
renonçant est une personne proche du dhamma, qui ne commet pas de faute, il
observe une conduite pure. Il sait que sa pratique est bonne. Une telle personne
64 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

est appelée un renonçant. Il n’opprime pas les êtres, il prend toujours soin
d’autrui, ne visant que le bénéfice de chacun. Il comprend que cela est bien. Une
telle personne est appelée un renonçant.
— J’ai beaucoup d’admiration pour de tels êtres, qui s’entraînent en vue de se
libérer de la vieillesse, de la maladie et de la mort. (il énonce ainsi toute la
définition que le cocher vient de lui exposer) Voilà une noble manière de vivre ! »
Comme le prince souhaita parler directement au renonçant, il s’approcha de lui, et
lui adressa les mêmes questions qu’il venait d’adresser au cocher. Comme le
renonçant lui fournit les mêmes réponses, le prince conclut le dialogue par les
mêmes paroles de félicitations.
Très heureux, le prince pénétra dans le jardin royal. Ayant prit place à l’ombre
d’un bosquet, il savoura la délicieuse atmosphère et la délicatesse des parfums
généreusement offerts par des fleurs de toutes espèces, dont le dégradé des
couleurs n’avait rien à envier aux plus beaux ciels permis par le coucher du soleil.
Ses pensées rivées sur la découverte qu’il venait de faire, il irradiait du plus
intense des bonheurs.

Remarque : Concernant le futur bouddha Gotama, l’espace de temps entre les apparitions
des quatre grands signes fut de quatre mois, mais pour d’autres bouddhas, cette durée peut
être de cent ans – en proportion de leur durée de vie. Selon les enseignements du dhamma, à
chaque antarakappa (cycle de progression et de régression de l’espérance de vie humaine), la
durée de vie des humains s’allonge progressivement jusqu’à un nombre astronomique
d’années, pour redescendre ensuite peu à peu, jusqu’à l’âge de dix ans. Toutefois, un
bouddha n’apparaît jamais dans une période dont l’espérance de vie des humains excède les
cent mille ans. La raison étant que leur vie est si longue que les humains, oubliant
complètement leur naissance, n’accepteraient pas l’enseignement du dhamma, refusant de
croire que leurs corps ont à subir la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort. Bien que
ces points constituent la seule chose qui pousse les êtres à la pratique du dhamma, rares, déjà
parmi ceux qui ont une vie suffisamment courte pour en être pleinement conscients, sont
ceux qu’ils motivent à s’entraîner sur la voie de la libération jusqu’au succès. Ignorant de ces
points fondamentaux pour vouloir la libération, personne – à une époque où l’on vit jusqu’à
cent mille ans – ne voudrait faire le moindre effort pour espérer échapper à des souffrances
invisibles (car trop lointaines pour être visibles).

La naissance de Ræhulæ

L
a princesse Yasodharæ n’était pas présente lors de cette sortie, car elle
était enceinte. Le prince Siddhattha resta jusqu’à la fin du jour dans le
jardin royal, se délectant paisiblement de sa beauté et de sa tranquillité.
Pendant ce temps, son épouse mit au monde un garçon. Un messager dépêché du
palais arriva au jardin pour informer le prince de l’événement. Prenant
connaissance de la naissance de son fils, le jeune prince fut complètement
consterné, son visage se referma aussitôt, complètement désolé et rembruni. Il
songea à voix haute :
« J’avais de l’attachement pour mon épouse, et à présent, le problème se trouve
multiplié. Cette naissance constitue un attachement supplémentaire qui
m’emprisonne encore plus. L’accablement soudain de mon esprit est comparable
à la lune subitement plongée dans l’ombre d’une éclipse. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 65
Ceux qui ont entendu ces paroles sont allés les rapporter au roi Sudoddhana. Le
monarque nomma son petit-fils nouveau-né en conséquence : Ræhulæ, ce qui
signifie « éclipse de lune » en pali. Après avoir passé toute la journée dans le
jardin, à la tombée de la nuit, le prince Siddhattha rentra dans son palais, où avait
lieu une grande fête, organisée par le roi. Il avait convié les meilleurs danseurs et
chanteurs du royaume pour célébrer la naissance de son petit-fils, mais surtout
pour ranimer la joie dans le cœur de son fils, qui n’était plus satisfait de son
existence au sein du palais princier. Le roi était très soucieux du bonheur du
prince, car sa plus grande ambition était de le voir assurer sa succession au trône.

L’exclamation spontanée
de la princesse Kisægotamø

S ur le chemin du retour, peu avant d’arriver au palais, le prince Siddhattha


croisa une jeune princesse, nommée Kisægotamø, qui s’écria spontanément,
dès qu’elle aperçu le prince :
« Oh ! Que la mère de cet homme doit être comblée de bonheur ! Que le père de
cet homme doit être comblé de bonheur ! Que l’épouse de cet homme doit être
comblée de bonheur ! »
Entendant cela, le prince songea :
« Ce n’est pas possible ! Comment pourraient la mère, le père et l’épouse d’un
puthujana (être ordinaire ; être qui n’a pas encore développé une vue juste de la
réalité) être comblés de bonheur ? Ce n’est qu’une fois que sera éteint le feu des
kilesæ (impuretés mentales) que sont lobha, dosa, et moha (l’avidité, l’aversion et
l’ignorance) qu’il y aura matière à être comblé de bonheur. Ce n’est qu’une fois
que la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort seront écartées qu’il y aura
matière à être comblé de bonheur. »
En suite à cette réflexion, il décida :
« Cette nuit, je vais partir dans la forêt à la recherche de la paix de nibbæna, je
vais m’efforcer de triompher de la naissance, de la vieillesse, de la maladie et de
la mort. »
Ravi des paroles de la jeune Kisægotamø, qui l’ont amené à renforcer sa prise de
conscience, le prince Siddhattha lui offrit un collier de perles d’une valeur de
10 000 de la devise de l’époque. Ce qui eut pour effet d’inonder la jeune
princesse d’une joie intense, car elle s’imagina plaire au prince. Elle interpréta ce
présent comme un cadeau d’amour. Estimant que la princesse Yasodharæ était
déjà vieille du fait qu’elle avait déjà eu un enfant, elle pensa que le prince la
prendrait pour épouse, et qu’un jour, elle deviendrait ainsi la reine.
66 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le départ pour la forêt


L’écœurement des plaisirs sensoriels

D
e retour au palais, ce lundi de la pleine lune de juillet 97 de la Grande ère
le prince Siddhattha se dirigea droit vers le salon principal, sans prendre
la peine de monter dans la chambre où étaient la princesse et son bébé.
Une fois dans le salon, il s’allongea sur son vaste trône, abrité par une large om-
brelle blanche. En face et sur les côtés du trône princier, de jeunes et belles fem-
mes dansaient, d’autres jouaient de divers instruments de musique, d’autres en-
core, chantaient de plaisantes mélodies. Toutes étaient richement vêtues, soigneu-
sement coiffées et agréablement parfumées. À l’inverse des jours précédents, le
prince n’éprouvait plus le moindre plaisir à ces réjouissances. Les kilesæ (impure-
tés mentales) lui pesaient tant qu’il n’acceptait plus de les subir, aussi moindres
soient-ils. Demeurant insensible au gracieux spectacle des danseuses, aux délica-
tes harmonies des musiciennes et à la douceur de la mélodie des chanteuses, il
s’endormit. Voyant le prince endormi, toutes les femmes présentes dans le palais,
très embarrassées, n’osaient plus faire de mouvement, par peur de le déranger
dans son sommeil. Elles n’osaient pas non plus partir, car l’ordre ne leur en avait
pas été donné ; toutes restèrent donc sur place. Alors que l’heure avança, toutes
les personnes présentes dans le palais s’endormirent sur place.
Tout le monde dormait dans un désordre complet : les corps étaient éparpillés
dans tous les coins, dirigés dans tous les sens, des langues pendaient, certaines
ronflaient, bavaient, râlaient, parlaient pendant le sommeil, mâchonnaient, gar-
daient la bouche grande ouverte, d’autres s’étaient à demi dénudées dans
l’inconscience du sommeil. Après le milieu de la nuit, le prince s’est réveillé. Il a
contemplé le spectacle désolant qui s’offrait à ses yeux. Il fut complètement, et
pour de bon, rassasié des kilesæ, et même dégoûté, écœuré. Cette vision répu-
gnante lui fit penser à un charnier désordonné où les cadavres sont entassés pêle-
mêle. Une pensée le déprima :
« Dire que je suis resté insouciant, plongé dans ce monde des plaisirs sensoriels
pendant vingt-huit ans ! »

Le départ du palais

L
e prince décida de mettre aussitôt à l’œuvre sa décision de partir pour la
forêt. Il descendit en bas du palais, où était tranquillement endormi Chan-
na, son fidèle serviteur. Channa dormait toujours devant l’entrée du pa-
lais, prenant garde à ce que personne ne vienne déranger prince pendant son
sommeil. Arrivé dans le hall d’entrée de sa demeure, le prince Siddhattha réveilla
Channa, en lui ordonnant d’aller préparer Ka¼ðaka. Ka¼ðaka était le nom du
cheval princier, doué d’une intelligence exceptionnelle. Habituellement apprêté
après l’aube, Ka¼ðaka comprit que si l’on équipait sa selle de nuit, c’est parce
que le futur Bouddha était prêt à effectuer son départ vers la forêt. Réalisant
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 67
l’immense importance du rôle qu’il était sur le point de tenir, il eut un hennisse-
ment de joie retentissant dans toute la cité de Kapilavatthu. Afin que personne ne
soit réveillé et ne soupçonne alors le départ du prince, les deva ont empêché le
puissant hennissement de parvenir aux oreilles de tous les habitants endormis de
la cité.
Juste avant de partir, le prince demanda à Channa de l’attendre un instant auprès
de son cheval. Comme il n’avait pas encore vu son fils, il voulut au moins
l’apercevoir une fois avant de partir. Il monta donc dans la chambre où se trouvait
la princesse, et souleva le rideau du lit. En voyant son fils, qui dormait paisible-
ment dans les bras de sa mère, il voulut le prendre dans les siens. Il pensa toute-
fois que cela n’était pas raisonnable, étant donné la circonstance : il risquerait de
réveiller la princesse, il si tel était le cas, il ne pourrait plus partir pour la forêt. Il
a donc contenu son désir et partit sans avoir touché son fils. Il se contenta de
penser :
« Je dois partir sans plus tarder. Quand j’aurai trouvé ce que je cherche, je re-
viendrai. Je pourrai alors voir mon fils, et revoir sa mère. »
En sortant, le prince s’approcha de Ka¼ðaka (son cheval), lui glissant à l’oreille :
« Aide-moi à partir dans la forêt, afin que je puisse accomplir ma tâche qui me
conduira à offrir à tous les êtres la possibilité de briser la chaîne qui les retient
prisonniers dans la sphère des plaisirs des sens. »
Le prince monta le cheval, et Channa s’accrocha à la queue du cheval. L’animal
partit au galop en direction de la forêt. Pour que le futur Bouddha puisse partir
vers la forêt sans la moindre contrainte, les deva ont tout fait pour que personne
ne puisse soupçonner quoi que ce soit. Ils ont absorbé les bruits résonnants pro-
voqués par le galop du cheval. Au moment précis où le prince arriva vers la
grande porte de l’enceinte du palais, si lourde qu’il fallait mille hommes pour
l’ouvrir, celle-ci s’ouvrit d’elle-même, grâce à l’œuvre des deva.

L’empêchement de Mæra

P
endant que le cheval traversa la ville de Kapilavatthu, le deva Mæra, de la
cinquième sphère du monde des deva – appelée Vasavattø, ce qui signifie
« ceux qui ont la possibilité de faire apparaître tout ce qu’ils veulent » –
s’adressa au prince :
« Non ! N’allez pas dans la forêt ! Pourquoi allez-vous chercher tant de diffi-
culté inutilement ? Si vous attendez sept jours, apparaîtra le véhicule qui vous
permettra de faire le tour du monde. Vous pourrez ainsi diriger le monde entier.
Rentrez donc dans votre palais !
— Hé, Mæra ! Je sais très bien que je peux bénéficier de ce véhicule d’ici sept
jours. Cela ne m’intéresse absolument pas ; j’ai renoncé à tout ce qui a trait à la
sphère des sens qui me dégoûte autant qu’un vulgaire crachat ! Je n’ai pas du tout
l’ambition d’être roi. »
68 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Sans prêter attention à Mæra, il poursuivit son chemin en traversant toute la ville.
Au moment où il sortit de Savatti, il ressentit un vif désir de revoir une dernière
fois la ville où il a vécu toute sa vie. Pour ne pas faire perdre un temps précieux
au jeune prince, les deva ont fait tourner la ville autour de lui de sorte qu’il puisse
la voir en un clin d’œil, dans tous ses recoins, sans avoir à se déplacer. Pour
l’aider à effectuer son déplacement vers la forêt dans les meilleures conditions,
les deva indiquèrent la voie et éclairèrent le chemin. Ils diffusèrent même de
parfums exquis et jouèrent des mélodies enchanteresses tout au long du trajet,
pour marquer leur vénération envers le futur Bouddha.
Dirigé vers l’ouest et long de trente yþjanæ (un yþjanæ = distance parcourue – par
un homme – en une journée de marche), le trajet aboutit à une grande rivière.
Toujours aidé par les deva, le cheval traversa la rivière d’un seul bond. Alors
qu’ils parvinrent à l’autre rive, le jeune Siddhattha descendit de sa noble monture
et s’enquit à Channa :
« Quel est le nom de cette rivière ?
— Cette rivière se nomme Anomæ (la rivière noble), prince.
— Cet endroit me semble très propice pour renoncer à mon statut de prince et
revêtir l’habit de renonçant. »
Sur ces paroles, le futur Bouddha abandonna tous ses bijoux et parures à Channa.

La coupe des cheveux

À
l’aide de sa dague princière, le jeune Siddhattha coupa d’un trait sa lon-
gue chevelure, et la lança haut en direction du ciel, en prenant la détermi-
nation suivante :
« Puissent ces cheveux ne pas retomber sur terre si je devais devenir Bouddha
(dans cette vie même) ».
Lorsque les cheveux étaient en l’air, le deva Sakka s’en empara. Il fit dresser un
cetiya pour les conserver. Ce cetiya fut appelé Sþ¹æma¼i. Ensuite, le brahmæ
Gha¥ikæra remit au jeune Siddhattha les huit articles de nécessité de tout renon-
çant : trois robes, un bol, une ceinture, une aiguille avec du fil, un filtre à eau et
une lame. Le brahmæ Gha¥ikæra était arahanta, depuis l’époque du bouddha Kas-
sapa. En ce temps-là, Siddhattha était l’ami de ce brahmæ. Le jeune renonçant
abandonna alors ses vêtements princiers, qui firent l’objet d’un cetiya, du nom de
Dussa, dressé dans l’Akani¥¥ha bhþmi, la plus haute sphère des rþpa brahmæ (le
plus haut des mondes où subsiste encore la matière). Il se vêtit aussitôt des robes
données par le brahmæ. Dès cet instant commença sa vie monacale et il prit le
nom de Gotama.
Alors que le jeune Siddhattha fut devenu renonçant, il indiqua à son fidèle servi-
teur :
« Channa, à présent me voilà renonçant. Je vais partir seul dans la forêt. Rentrez
au palais avec Ka¼ðaka.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 69
— Noble Siddhattha, je veux demeurer tout le temps avec vous. Je voudrais rester
ici et devenir renonçant également.
— Non, Channa, vous devez retourner au palais, afin de tenir informés mon père
et ma belle mère de mon départ pour la forêt. »
Obéissant à l’injonction du renonçant, Channa et Ka¼ðaka se mirent en route
pour le palais. À peine la grande rivière traversée, prenant conscience qu’il ne
reverrait plus Siddhattha, le cheval princier en était si triste qu’il mourut subite-
ment de chagrin. Channa poursuivit donc le chemin tout seul. D’abondantes lar-
mes ruisselèrent sur ses joues, jusqu’à ce qu’il pénétra dans Kapilavatthu.
Ka¼ðaka, reprit naissance dans le monde des deva.
Quand Channa s’approchait du palais, il vit le roi, la reine, ainsi que toute la cour,
attendre anxieusement à l’extérieur de l’enceinte royale, les traits des visages
distordus par l’inquiétude, espérant le retour du prince. Alors que Channa relatait
le départ du prince pour la forêt, prenant soin de ne pas omettre de détail, tout le
monde se mit à pleurer à chaudes larmes, déchiré par la tristesse.

Le premier repas collecté à l’aide du bol


à Ræjægaha

T
out proche de la rivière Anomæ, se trouvait une forêt de manguiers, nom-
mée Anupiya, dans laquelle le renonçant Siddhattha pénétra pour y trou-
ver une place convenable à son entraînement. Il y demeura sept jours
durant, avant de partir pour le royaume de Ræjægaha. Il parvint, trente yþjanæ plus
loin (donc un mois plus tard), à la ville du même nom.
À peine parvenu dans la capitale du royaume, le jeune renonçant fit un tour,
s’immobilisant un instant devant chaque maison qui bordait le chemin, dans le
but de collecter son repas quotidien, à l’aide de son bol. Ici, personne ne le
connaissait, mais il dégageait une telle prestance, il rayonnait une telle pureté et
une telle noblesse, que tous ceux qui l’apercevaient furent instantanément épris
d’une admiration profonde et d’une vénération totale. Dans la ville entière, très
rapidement tout le monde parlait de la présence en ces lieux, d’un être extraordi-
naire, rayonnant comme la lumière. Bimbisæra lui-même, le roi du royaume de
Ræjægaha, entendit parler du jeune renonçant. Il interrogea ses valets, voulant
savoir s’il s’agissait d’un deva, d’un næga ou d’un humain. Afin d’élucider cette
question, l’un d’eux fut dépêché sur place.
Lorsque le renonçant Siddhattha termina sa collecte de nourriture, il s’assit à
l’ombre de la montagne Pa¼ðava, face vers l’est, prêt à prendre son repas. Alors
qu’il ouvrit le couvercle de son bol, il fut saisi d’une telle sensation de dégoût
qu’il eut presque envie de vomir. La qualité de cette nourriture, offerte par les
personnes des couches pauvres de la société, était certes très éloignée de celle des
mets excessivement raffinés dont il avait l’habitude de se délecter depuis sa plus
tendre enfance. Toutefois, il se ressaisit rapidement, se donnant lui-même un
sermon :
70 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ne perds pas de vue que tu recherches nibbæna. Lorsque tu étais prince, tu


mangeais les meilleurs mets, le plus délicat et le plus délicieusement parfumé des
riz. À présent, tu as fait le choix de renoncer à toutes ces choses, en vue de parve-
nir au but suprême qu’est nibbæna. Tu dois accepter tout ce qui t’est donné, sans
faire le difficile ; ce n’est qu’à ce prix que tu finiras par parvenir à nibbæna.
Comment pourrais-tu obtenir un bénéfice, quel qu’il soit, si tu commences à sui-
vre les moindres désirs de ce corps, qui n’est rien d’autre qu’un répugnant tas
d’immondices ? »
Après cette reprise en mains, il entama son repas. Pendant ce temps, le valet en-
voyé par le roi Bimbisæra arriva tout près de lui. L’ayant délicatement observé, il
repartit vite avertir le roi, pour revenir avec lui, peu après, sur les lieux. Dès que
le roi vit le noble renonçant (qui venait d’achever son repas), il lui adressa la
parole :
« Qui êtes-vous ?
— Je suis le fils du roi Sudoddhana. »
Rempli d’une vénération intense et d’une joie profonde et soudaine, le roi pour-
suivit :
« Oh que vous êtes encore jeune et si rayonnant ! Soyez un roi ! Je vous donne
la moitié de mon royaume !
— La richesse d’un roi est chose totalement futile, qui ne sert qu’à perpétuer les
kilesæ, qu’à nous entretenir dans le saµsaræ. Je viens de renoncer à un royaume.
Ça n’est point pour en prendre un autre. Je considère la richesse, aussi royale soit-
elle, comme un vulgaire crachat. J’ai renoncé à tout cela tout comme l’on crache
une glaire ignoble.
— (Très satisfait de la réponse du renonçant) sædhu ! sædhu ! sædhu ! Puissiez-
vous vous entraîner dans les meilleures conditions possible, pour le plus grand
des succès ! Une fois que vous serez devenu un bouddha, venez en tout premier
lieu dans notre royaume afin d’enseigner le dhamma.
— C’est entendu, le temps venu, je répondrai à votre invitation. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 71

Les six ans d’austérités


Les deux premiers instructeurs : les ermites ƹæra
et Udaka

L
e jeune renonçant poursuivit son chemin en s’enfonçant dans les profon-
deurs de la forêt. Après une longue marche à travers les gigantesques
étendues boisées du pays, il rencontra un ermite nommé ƹæra, de l’ethnie
des Kælæma. Cet ermite avait atteint les cinq rþpa jhæna (absorptions matérielles
dans lesquelles la conscience n’a qu’un seul objet). Dès qu’il prit connaissance de
son enseignement, le renonçant Siddhattha s’attela à un entraînement de samatha,
selon les instructions de son nouveau maître. Il atteignit les jhæna le jour même,
ce qui ne manqua pas de laisser l’ermite ƹæra stupéfait. Le jeune renonçant, qui
ne voulut pas s’arrêter en si bon chemin, s’enquit auprès de son maître à propos
de la suite de son entraînement :
« Maître, quelles sont les instructions qu’il me faut suivre à présent que je suis
parvenu aux jhæna, pour continuer mon cheminement vers la connaissance ?
— Je ne suis pas en mesure de vous le dire.
— Qu’y a-t-il, en dehors de ce que je sais et que vous ne m’avez pas encore en-
seigné ?
— Il n’y a rien, en dehors de ce que vous savez et que je ne vous ai pas encore
enseigné. »
Fortement déçu par l’aveu de son instructeur, le jeune renonçant restait sur sa
faim, frustré de ne savoir comment poursuivre son entraînement. Quant à
l’ermite, content des résultats élevés et rapides de son élève, il lui proposa :
« Votre accomplissement est immense et exemplaire. Je vous propose de diriger
la secte avec moi ; nous aurons beaucoup de disciples.
— Je décline votre offre, car je ne cherche pas à avoir des disciples sous mon
autorité. Je ne cherche que nibbæna, la fin du cycle des naissances, des vieillesses,
des maladies et des morts. Je ne suis pas du tout satisfait des expériences que je
viens de réaliser auprès de vous. Elles apportent la tranquillité du mental, le
confort parfait, et l’apaisement des kilesæ (impuretés mentales), mais pas de façon
durable. De plus, tout cela est encore de l’ordre des sphères des sens. »
En terminant son explication, le renonçant Siddhattha salua respectueusement
l’ermite ƹæra, avant de prendre congé de lui.
Poursuivant sa route à travers l’épaisse forêt, il parvint dans un lieu où régnait
une tranquillité remarquable. À cet endroit vivait un ermite, connu sous le nom
d’Udaka, fils de Ræma. Il avait atteint tous les jhæna, y compris les deux premiè-
res abhiñña : pubbenivæsa ñæ¼a (connaissance permettant de voir les existences
passées) et dibbacakkhu ñæ¼a (connaissance permettant de tout voir, et à travers
tout, quelle que soit la distance). Comme le renonçant Siddhattha fut accepté
comme l’élève de cet ermite, il entreprit un entraînement de samatha en suivant
72 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

méticuleusement les instructions de son nouveau maître. En plus des plus hautes
absorptions propres aux jhæna, il atteignit les deux premières abhiñña le jour
même, pour le plus grand étonnement de l’ermite Udaka. Le jeune renonçant, qui
ne voulut pas s’arrêter en si bon chemin, s’informa auprès du maître pour savoir
comment poursuivre son entraînement :
« Maître, quelles sont les instructions qu’il me faut suivre à présent que je suis
parvenu aux jhæna, pour continuer mon cheminement vers la connaissance ?
— Je ne suis pas en mesure de vous le dire.
— Qu’y a-t-il, en dehors de ce que je sais et que vous ne m’avez pas encore en-
seigné ?
— Il n’y a rien, en dehors de ce que vous savez et que je ne vous ai pas encore
enseigné. »
Fortement déçu par l’aveu de son instructeur, le jeune renonçant restait, une fois
de plus, sur sa faim, frustré de se retrouver sans guide pour continuer son entraî-
nement. L’ermite, quant à lui, fier des résultats brillants et soudains de son élève,
il lui proposa :
« Votre accomplissement est immense et exemplaire. Je vous propose de diriger
la secte avec moi ; nous aurons beaucoup de disciples.
— Je décline votre offre, car je ne cherche pas à avoir des disciples sous mon
autorité. Je ne cherche que nibbæna, la fin du cycle des naissances, des vieillesses,
des maladies et des morts. Je ne suis pas du tout satisfait des expériences que je
viens de réaliser auprès de vous. Elles apportent la tranquillité du mental, le
confort parfait, l’apaisement des kilesæ, la connaissance des vies passées et la
vision à distance, mais pas de façon durable. De plus, tout cela est encore de
l’ordre des sphères des sens. »
En terminant son explication, le renonçant Siddhattha salua respectueusement
l’ermite Udaka, avant de prendre congé de lui.

La rencontre avec le groupe des cinq

E
n poursuivant son chemin, le renonçant Siddhattha finit par déboucher
dans le bois d’Uruvela : un lieu d’une sérénité et d’une beauté exception-
nelles. En cet endroit très propice au samædhi (développement de la
concentration), il rencontra cinq renonçants, nommés Ko¼ðañña, Vappa, Bhad-
diya, Mahænæma et Assaji. Ko¼ðañña – le plus âgé des cinq – est le plus jeune
des huit brahmanes astrologues qui donnèrent le nom de Siddhattha au prince
alors bébé. Il fut le seul à prédire que le jeune prince deviendrait Bouddha et pas
autre chose. Les quatre autres de ces cinq renonçants sont les fils de quatre parmi
les sept autres brahmanes, alors disparus à ce jour. Étant donné que Ko¼ðañña
savait que le prochain bouddha était sur le point de se manifester, c’est lui qui
incita ses quatre compagnons à renoncer à la vie mondaine au profit de la vie
ascétique.
Ces cinq renonçant furent réjouis de l’arrivée du futur Bouddha, car ils
l’attendaient depuis longtemps déjà. Aussitôt son arrivée parmi eux, ils le nourri-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 73
rent et prirent grand soin de lui, veillant à ce qu’il ne manque de rien, afin de
pouvoir s’entraîner dans les meilleures conditions possible.

La sévérité des déterminations

À
cette époque, dans le majjhima desa (la « région du milieu »), existaient
de nombreuses croyances sur le moyen d’entraînement permettant de
parvenir à la libération définitive du cycle des renaissances. Bien que
personne n’y était encore arrivé, beaucoup avaient une idée quant au type
de méthode le plus probable pour y parvenir. Les hypothèses émises par les plus
grands maîtres convergeaient en un même point : les austérités. Pour cette raison,
le renonçant Siddhattha adopta ces pratiques. De très nombreux ascètes
s’adonnaient à ces ascèses toujours sévères, mais sous des formes les plus diver-
ses. Le futur Bouddha s’y employa de la façon la plus ardue et la plus extrême qui
soit, persuadé qu’elles pourraient lui procurer la sagesse nécessaire au dévelop-
pement de la connaissance juste de la réalité.
Ce qui constitue véritablement la base des pratiques austères que sont les dukka-
racariya, prétendues développer la plus haute sagesse par toutes sortes
d’oppressions du corps, est un solide vøriya (effort) et une ferme détermination,
motivée par un effort inébranlable, par un engagement tel que :
« Quitte à ce qu’il ne me subsiste que la peau, les veines, et les os ; quitte à ce
que ma chair et mon sang se dessèchent complètement ; puissé-je ne jamais aban-
donner ma pratique jusqu’à la libération ! »
Le renonçant Siddhattha se rendit dans le village de Senæ pour y collecter sa
nourriture à l’aide de son bol. Une fois son repas terminé, il s’installa sous un
arbre du bois d’Uruvela, où il commencerait à pratiquer les dukkaracariya de
façon sévère. Là, il se mit à réfléchir :
« Quel avantage peut-il y avoir dans le fait de manger de la nourriture obtenue à
l’aide du bol ? Je mange jusqu’à pleine satisfaction la bonne nourriture offerte
avec générosité par les gens. Bien que je pratique mettæ bhævanæ (développement
de l’amour bienveillant) à l’égard de ces donateurs, en consommant tous ces bons
aliments préparés avec soin, je ne parviendrai jamais au but que je me suis fixé ;
je ne deviendrai jamais un bouddha omniscient. »
Afin d’être assurément délivré de toute avidité, il renonça à la nourriture obtenue
dans les villages. Il se contenta de subvenir à ses besoins alimentaires à l’aide de
ce qu’il trouverait à terre, dans la forêt d’Uruvela : des fruits de toutes sortes et de
toutes tailles, même pourris, des champignons des feuilles... Après une longue
période selon ce régime, il constatait qu’il ne parvenait toujours pas au stade de
bouddha. Il se dit que le fait d’aller chercher quotidiennement ces fruits lui cau-
sait trop de besogne, lui faisant perdre un temps précieux dans sa pratique. De ce
fait, il décida :
« Désormais, je me nourrirai exclusivement des fruits qui tombent ou qui roulent
jusqu’à la portée de mes mains, sans avoir à me lever. »
74 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Quelque temps plus tard, considérant une fois de plus qu’il s’alimentait trop faci-
lement, il augmenta encore la sévérité de sa détermination en se limitant aux
fruits qui tomberaient directement sur lui-même.
Alors que les jours se succédaient sans lui donner le sentiment d’un quelconque
progrès, il réfléchit à une autre pratique qui lui permettrait de parvenir à
l’omniscience. Ce faisant, une idée lui vint à l’esprit :
« Il serait bien de pouvoir être définitivement débarrassé de tous les akusala
(démérites). Je vais empêcher tout akusala d’apparaître. »
De sorte qu’aucun état d’esprit teinté d’akusala (acte – aussi minime soit-il –
nuisible du corps, de la parole ou de la pensée) ne fusse en mesure d’apparaître, il
les neutralisa à l’aide d’états d’esprits kusala. Telle fut la méthode qu’il employa
pour taire les akusala, car lorsqu’un kusala se manifeste, il ne laisse aucune place
aux akusala. Il s’entraîna si durement de la sorte qu’un flot de transpiration lui
coulait sans cesse des aisselles. Son vøriya (effort) s’accrut encore. À travers tout
son corps, se firent ressentir de virulentes tensions.
Il maintint ses efforts sans les réduire, malgré l’immense difficulté qu’il éprou-
vait ; son vøriya était extrêmement puissant. Sa vigilance, aussi, était fermement
maintenue. Son corps fut en proie à des douleurs d’une vivacité si effroyable
qu’aucun autre être humain n’eut été capable de les supporter. Néanmoins, il
poursuivait toujours son entraînement avec la même ténacité, car sa volonté était
d’une fermeté et d’une force illimitées.
Vidé de toute sérénité, son corps s’envahit peu à peu d’une chaleur brûlante. Bien
qu’il baignât de tout son être dans d’atroces souffrances, il ne réduisit pas son
effort. Cependant, à l’instar des pratiques précédentes, celle-ci ne conduisait à
aucun résultat donnant les signes de ce qui pouvait ressembler à l’omniscience.
Réfléchissant profondément à cela, il eut l’idée suivante :
« Si je m’empêchais de laisser sortir et entrer l’air, ce serait bien. »
Mettant aussitôt cette nouvelle idée en pratique, il empêcha la moindre particule
d’air d’entrer ou de sortir par sa bouche ou par son nez. Au bout d’un long mo-
ment, l’air prisonnier se regroupa et se mit à pousser si fort qu’il s’évacua d’un
seul souffle par les oreilles, si brutalement que le bruit produit fut semblable à
celui du soufflet d’un forgeron.
Il maintint ses efforts sans les réduire, malgré l’immense difficulté qu’il éprou-
vait ; son vøriya était extrêmement puissant. Sa vigilance, aussi, était fermement
maintenue. Son corps fut en proie à des douleurs d’une vivacité si effroyable
qu’aucun autre être humain n’eut été capable de les supporter. Néanmoins, il
poursuivait toujours son entraînement avec la même ténacité, car sa volonté était
d’une fermeté et d’une force illimitées.
Une fois l’air sorti, il décida de se boucher les oreilles, en plus de la bouche et du
nez, qu’il n’avait cessé d’obstruer. L’air encore contenu dans le corps, finit peu à
peu par se rassembler vers le haut du corps, en bousculant les organes internes,
jusqu’au sommet de la tête, provoquant des douleurs particulièrement abomina-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 75
bles. Ce fut comme si un homme très costaud administrait de grands coups sur le
crâne d’un être faible à l’aide d’un objet dur pointu.
Quand l’air fut rassemblé dans le crâne du renonçant Siddhattha, l’intensité de la
douleur devint horriblement insupportable. Elle était comparable à celle que res-
sentirait un homme faible qui se ferait enrouler un gros élastique autour de la tête
par un homme très costaud qui aurait serré de toutes ses forces.
Plus tard, l’air descendit dans le ventre, créant des remous d’une violence ef-
frayante. Les douleurs que le renonçant Siddhattha ressentit furent comme celles
que quelqu’un aurait éprouvées si un boucher habile lui avait découpé le ventre à
l’aide de son grand couteau. Après, cette douleur se répandit dans tout le corps.
Il maintint ses efforts sans les réduire, malgré l’immense difficulté qu’il éprou-
vait ; son vøriya était extrêmement puissant. Sa vigilance, aussi, était fermement
maintenue. Son corps fut en proie à des douleurs d’une vivacité si effroyable
qu’aucun autre être humain n’eut été capable de les supporter. Néanmoins, il
poursuivait toujours son entraînement avec la même ténacité, car sa volonté était
d’une fermeté et d’une force illimitées.

Le paroxysme de l’ascèse

L
e corps du futur Bouddha semblait s’embraser tant il était opprimé par la
douleur. Ce fut comme si l’on eut fermement saisi quelqu’un pour le
maintenir tendu au-dessus des flammes d’un grand feu pour le faire rôtir.
L’ascète Siddhattha était tant torturé par les douleurs infernales causées par sa
pratique qu’il en perdit connaissance. Il s’écroula sur le côté, demeurant longue-
ment immobile. Parmi les deva qui étaient dans les parages, pour assister aux
rudes austérités du futur Bouddha, trois d’entre eux se confièrent leurs pensées :
« Oh, l’ascète Siddhattha est mort !
— Non, il n’est pas encore mort, il est en train de mourir.
— Vous faites erreur tous les deux, il n’est pas mort, ni en train de mourir ; il est
devenu arahanta. »
Le deva qui présume la mort de l’ascète Siddhattha se rendit auprès du roi Su-
doddhana pour l’informer de sa conviction :
« Ô Sudoddhana ! Votre fils est mort !
— Est-il mort après être devenu Bouddha ou avant d’être devenu Bouddha ?
— Il est mort avant d’être devenu Bouddha.
— Je n’en crois pas un mot ! Il est impossible que mon fils soit mort sans être
parvenu à l’omniscience. »
Dès que le renonçant Siddhattha reprit conscience, il se redressa immédiatement,
ignorant catégoriquement la douleur qui persistait à le persécuter de toutes parts.
Comme il était totalement déterminé à obtenir l’omniscience, il pratiquerait les
austérités d’une façon tout aussi extrême, sans relâcher un seul instant son effort,
durant six ans.
76 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Après sa chute, quand il eut pleinement rassemblé ses esprits, il réfléchit profon-
dément, jusqu’à ce que lui vienne une nouvelle idée :
« Je vais interrompre complètement mon alimentation. Je vais demeurer en
m’interdisant strictement toute nourriture. »
Quand les deva prirent connaissance de cette nouvelle détermination, l’un d’entre
eux alla prévenir le grand ascète :
« Si vous ne mangez plus rien du tout, vous allez mourir. Nous ne vous laisserons
pas mourir ; nous allons vous nourrir à l’aide d’aliments de deva en les insérant
dans votre corps par vos pores.
— Il est hors de question que vous me nourrissiez. Si vous faites ainsi, je serai
nourri et donc en contradiction avec ma détermination. Puisque vous ne voulez
pas me laisser sans alimentation, je préfère me nourrir moi-même. Je mangerai
donc, mais en très faible quantité. »
Dès lors, il s’est mis à manger chaque jour, mais extrêmement peu. Il limita son
alimentation quotidienne à un seul grain de riz, à un seul pois ou à une seule cuil-
lère de haricots bouillis. Au fil des jours et des semaines qui suivirent, il com-
mença à devenir très maigre. Après quelques mois, son apparence avait complè-
tement changé. À cause de cette nutrition sévère, il devint excessivement rachiti-
que, pâle et faible. À tel point que la peau de son crâne s’était fripée comme une
vieille gourde molle qu’on eût fait sécher au soleil. Sa peau était sèche comme
celle d’un poisson séché et de la couleur d’une punaise. Habituellement, sa peau
qui avait toujours été d’une belle couleur dorée, était devenue très sombre, cer-
tains l’auraient dite noire, d’autres, brune, d’autres encore, grise. Ses yeux étaient
tellement enfoncés dans leurs orbites qu’ils avaient l’aspect d’eau sombre au fond
d’un puits profond. Un seul effleurement sur sa peau suffisait à faire tomber tous
les poils. Ses jambes étaient comme des bambous. La colonne vertébrale était
semblable à un chapelet. Ses nervures étaient comme les chevrons éparpillés
d’une vieille maison. En touchant son ventre, il parvenait à toucher son dos. Ses
fesses étaient ratatinées comme le sabot d’un chameau. Les rares fois où il parve-
nait encore à faire ses besoins, ne sortait qu’une crotte petite et sèche comme un
fruit de bétel. On ne pouvait même plus distinguer les lignes de ses mains. Il était
tellement faible qu’il n’avait même plus la force de faire ænæpæna (concentration
du mental sur la sensation de l’air entrant et sortant par le nez). Lorsqu’il se le-
vait, il tombait aussitôt à terre.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 77

La voie moyenne
La ré-acceptation de nourriture offerte

L ’ascète Gotama pratiqua ainsi les sévères austérités durant six ans, au
terme desquels, il conclut :
« Aucun être n’est jamais allé et ne peut aller aussi loin dans ces prati-
ques. Pas un seul humain n’est capable de supporter autant d’oppression et de
douleur. Je suis parvenu aux limites de la mort. Or, toutes ces pratiques ne m’ont
nullement mené à nibbæna, et encore moins au stade de bouddha. Cela n’est donc
pas la voie. Je vais cesser de la suivre ; je vais réaccepter de la nourriture pour
redonner des forces à mon corps, pour prendre soin de ce corps. À présent, je vais
pratiquer sans exagérer un effort dans un sens ou dans l’autre. Je vais pratiquer en
équilibrant saddhæ (foi), pañña (sagesse), vøriya (effort) et samædhi (concentra-
tion). »
Une fois prise cette raisonnable décision, il remangea peu à peu les fruits qu’il
trouvait près de lui, il retrouva suffisamment de forces pour se lever et aller rece-
voir de la nourriture à l’aide de son bol. Quelques jours plus tard, une chair sai-
nement nourrie combla ses creux osseux, il retrouva sa belle apparence d’antan, et
suffisamment d’énergie pour poursuivre sa pratique dans des conditions pleine-
ment satisfaisantes.

Le rejet du renonçant Gotama


par le groupe des cinq

L
orsqu’il vit le renonçant Gotama se remettre à consommer la nourriture
acceptée des mains d’autrui, le groupe des cinq critiqua fermement le
noble pratiquant :
« Regardez le renonçant Gotama ! En pratiquant les dukkaracariya pendant six
ans, il n’est pas parvenu à devenir bouddha, à présent qu’il se remet à consommer
jusqu’à pleine satisfaction la nourriture offerte, il est encore moins en mesure de
devenir bouddha ! Il agit ainsi pour bénéficier d’une existence confortable et de
gains divers ; cela n’a rien d’honorable. Il nous a trahi. Puisqu’il en est ainsi, nous
ne prendrons plus soin de lui. »
Le groupe des cinq renonçants est donc parti pour aller poursuivre sa pratique
dans la forêt d’Isipatanamigadæ (qui signifie « le parc des gazelles »). Le futur
Bouddha poursuivit donc tout seul sa pratique, allant lui-même et quotidienne-
ment chercher sa nourriture dans les villages voisins.
78 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les 5 grands rêves du futur Bouddha

L
a nuit qui suivit le mardi du quatorzième jour du mois d’avril, en 103 de
la Grande ère, Bouddha fit cinq rêves :

1) Il était allongé sur la terre, la tête était posée sur la montagne Himavantæ
(l’Himalaya), qui lui servait d’oreiller. Ses pieds parvenaient à la mer du Sud.
Alors que ses bras étaient en croix, la main droite parvenait à la mer de l’Ouest et
la main gauche à la mer de l’Est. Cela signifiait que son enseignement couvrirait
tout le pays (le sous-continent indien).
2) Il vit de l’herbe, dont la teinte était celle du corail rouge, sortir de son nombril,
pour jaillir dans le ciel, jusqu’à la plus haute sphère du monde des brahmæ. Cela
signifiait que sa renommée rayonnerait jusqu’à la plus haute sphère du monde des
brahmæ.
3) Il demeura allongé, tandis que des insectes d’un blanc immaculé montèrent sur
lui jusqu’à ses genoux. Cela signifiait que beaucoup de disciples viendraient à lui,
suivant respectueusement son enseignement.
4) Il vit une impressionnante volée d’oiseaux multicolores arriver vers lui, en
provenance des quatre points cardinaux. En arrivant tout près de lui, ils devinrent
tous tout blancs. Cela signifiait que des gens de toutes les castes viendraient inté-
grer sa communauté.
5) Il était sur un gigantesque excrément, haut comme une montagne, marchant
dessus sans se salir les pieds. Cela signifiait que les kilesæ (les impuretés menta-
les) n’auront plus d’emprise sur lui, laissant alors son mental propre de toute
souillure.
Lorsqu’il se réveilla, il conclut avec enthousiasme :
« Ces rêves sont excellents. Je vais probablement devenir Bouddha aujourd’hui
même. »
Comme il avait pleinement retrouvé sa santé, il poursuit sa route, jusqu’à débou-
cher devant l’entrée d’un village. Située près de la forêt d’Uruvela, cette localité
se nommait de Senæ. Le lieu se révélant propice à son entraînement, le noble
renonçant s’assit à l’ombre d’un banian. Dans le proche village vivait un certain
Mahæsena, un riche homme dont la fille se nommait Sujætæ. Alors en âge de se
marier, elle fit le vœu de trouver un excellent époux, et celui d’avoir des enfants,
dont le premier serait un garçon. Pour que ses vœux se réalisent, elle avait cou-
tume, depuis longtemps, d’effectuer chaque année des offrandes d’une valeur de
10 000 « devises » de l’époque. Elle déposait fidèlement ces riches donations
sous un banian, qu’elle croyait habité par un deva susceptible de satisfaire ses
souhaits. deva ou pas, le fait est que tous ses souhaits se réalisèrent : elle épousa
un excellent époux, avec lequel elle obtint, un premier enfant, un garçon de sur-
croît.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 79

Le fromage suprême

L
e jour suivant fut la date, alors pleine lune d’avril, de son offrande an-
nuelle. Des semaines en avance, Sujætæ prépara soigneusement un fro-
mage à base du meilleur lait : elle nourrit mille vaches à l’aide de racines
de lianes médicinales cueillies dans les zones fraîches de la forêt. Elle fit traire
toutes les vaches, retirer la moitié d’entre elles, et avec le lait obtenu, elle nourrit
les cinq cents vaches restantes. Ensuite, elle refit diviser le nombre des vaches en
deux pour en nourrir la moitié avec le lait obtenu par la traite des cinq cents. Elle
procéda ainsi selon la même méthode, jusqu’au moment où il ne resta plus que
huit vaches. À l’aide du lait donné par ces dernières, la jeune femme concocta un
fromage suprême. Sachant que ce met allait se destiner au futur Bouddha, des
deva y ajoutèrent leurs propres ingrédients : de la nourriture pour deva.
Sujætæ envoya l’une de ses domestiques pour aller nettoyer le périmètre de sol
entourant l’arbre. Lorsque celle-ci arriva près de l’arbre, elle aperçut l’ascète
Gotama, assis face à l’est, rayonnant d’une puissante lumière qui englobait tout
l’arbre. Après le nettoyage du lieu, elle courut auprès de sa maîtresse pour lui
rapporter la surprenante découverte qu’elle y fit :
« Sujætæ, venez vite ! J’ai vu le deva que nous adorons ; il est là, assis sous
l’arbre. Venez vite afin de pouvoir lui rendre hommage. C’est une chance inespé-
rée que de pouvoir lui faire une offrande en personne ! »
Disposant le fromage suprême dans un bol en or d’une valeur de 10 000 devises
de l’époque, elle partit immédiatement vers l’arbre, accompagné de sa domesti-
que. Alors qu’elles arrivèrent au pied de l’arbre, dès que les deux femmes virent
le renonçant Gotama, leurs cœurs se remplirent de joie. Sujætæ fut tellement ravie
de se retrouver en face de celui qu’elle prit pour le deva qu’elle a toujours imagi-
né demeurer dans l’arbre, qu’elle lui offrit le fromage suprême ainsi que le bol
lui-même.
Ce fait constitue l’une des nombreuses traditions du dhamma : chaque bouddha
reçoit, le jour où il parvient à l’éveil – mais avant l’éveil –, un bol en or de cette
valeur, dans lequel est offert son dernier repas d’avant l’éveil. Comme il n’avait
plus l’ancien bol offert par le brahmæ Gha¥ikæra, le noble renonçant accepta ce
nouveau bol.

Le dernier repas avant l’éveil

L
’ascète Gotama descendit avec son nouveau bol au bord de la rivière Ne-
rañjaræ, dans laquelle il prit un bain. Ensuite, il s’assit au bord de cette
rivière, le visage dirigé vers l’est et mangea son repas en 49 bouchées,
exactement. Il posa son bol sur la surface de la rivière, en prenant la détermina-
tion suivante :
« Puisse ce bol se diriger à contre-sens du courant si je puis devenir Bouddha en
ce jour ! »
80 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Dès qu’il lâcha son bol, celui-là parcourut 80 coudées à contre-sens du courant,
avant de s’enfoncer dans les eaux de la rivière. Les trois bouddhas précédents ont
d’ailleurs eu exactement la même détermination, et leur bol respectif fit le même
parcours.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 81

III

DE L’ÉVEIL À L’ARRIVÉE À RÆJÆGAHA


82 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 83

L’éveil de Bouddha
Le trône de la victoire

U
ne fois qu’il termina son repas, le renonçant Gotama pénétra dans une
forêt de shorea robusta (espèce de saule) située près de la rivière, dans
laquelle il pratiqua ænæpæna tout l’après-midi. En cette fin de mercredi de
pleine lune d’avril de l’an 103 de la Grande ère, le futur Bouddha alla s’installer
sous un banian : l’arbre de la boddhi. Avant d’y arriver, il croisa Sotthiya, un
coupeur d’herbe. Épris d’une profonde admiration, Sotthiya voulut lui offrir quel-
que chose. Comme il n’avait rien d’autre que l’herbe qu’il transportait sur son
épaule, il lui en offrit huit gerbes. Parvenu devant l’arbre de la boddhi, le noble
renonçant y étala les huit gerbes d’herbes sur le côté est de l’arbre. À ce moment
précis, un grand trône, nommé Aparæjita (le trône de la victoire), d’une envergure
de 14 coudées (environ 7 mètres) se dressa de dessous terre, à 4 coudées de
l’arbre, juste à l’endroit où l’ascète Gotama posait les gerbes.
Le futur Bouddha s’assit, jambes repliées, sur le trône Aparæjita, dressé spéciale-
ment pour lui.

Remarque : Toutes les représentations de Bouddha (statues, peintures, etc.) le montrent assis
en lotus. Cependant, dans les textes canoniques, il est nullement précisé de quelle manière il
était assis. On sait seulement que ses jambes étaient pliées et devant lui.

Il prit à ce moment une détermination irréversible :


« Quoi qu’il advienne de ce corps, que la chair et le sang sèchent de sorte à ne
laisser que les os, la peau et les tendons ; puissé-je ne pas me lever de cet endroit
tant que je ne serai pas parvenu au stade de bouddha. »
Sur cette inébranlable promesse, il commença à pratiquer samatha, tant paisible-
ment qu’intensément, à l’aide du support ænæpæna. Le soleil n’était pas encore
couché, lorsque Mæra arriva accompagné de ses nombreux guerriers deva. Mæra
fit tout ce qui fut en son pouvoir pour empêcher le renonçant de poursuivre sa
noble pratique. Il voulut tant s’accaparer le trône Aparæjita qu’il cria au noble
renonçant :
« Gotama ! Redonne-moi immédiatement mon trône ! »
Cependant, la raison principale de ses assauts visait à ne pas le laisser parvenir à
l’éveil. Le nuisible Mæra voulait avoir tous les êtres sous sa coupe et les voir
souffrir perpétuellement. Si le renonçant Gotama parvenait à nibbæna, il devien-
drait Bouddha, alors vainqueur du cycle sans fin des renaissances, et serait en
mesure de conduire les êtres à s’en libérer définitivement.
Quand il parvint devant l’arbre de la boddhi, Mæra se fit apparaître mille bras, à
l’aide desquels il attaqua le noble renonçant à l’aide de flèches. Lui et ses subal-
ternes s’affairèrent de tous leurs efforts pour saboter la concentration du futur
84 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Bouddha. L’ascète Gotama rayonna d’une si puissante mettæ (amour), qu’au seul
contact de ses ondes, les flèches se transformèrent immédiatement en superbes
fleurs qui retombèrent en douceur sur le sol, tels des flocons de neige. Il prit en-
suite la terre à témoin, affirmant :
« Cette terre sait que je me suis efforcé sans répit au développement des
10 pæramø durant 4 asa³khyeyya et cent mille kappa. »
Chaque boddhisatta (bouddha à venir) développe les 10 pæramø de manière in-
comparablement plus poussée et plus difficile que les arahanta ordinaires. Elles
exigent des qualités telles que seuls les boddhisatta sont capables de les dévelop-
per (voir le chapitre « Les dix pæramø du boddhisatta »).
Les pæramø de l’ascète Gotama étaient parvenues à pleine maturité. De ce fait,
rien ni personne ne fut en mesure de constituer pour lui le moindre obstacle à
l’éveil – qu’il était sur le point d’accomplir. Dès qu’il eut prononcé les paroles de
sa prise à témoin, la terre s’est mise à trembler, en guise d’approbation. Cela eut
pour effet d’effrayer Mæra et tous les autres deva de son armée. Le noble renon-
çant vainquit le grand deva maléfique avant le coucher du soleil. Il put ainsi pour-
suivre en toute tranquillité son entraînement à la concentration sur ænæpæna.

La réalisation des jhæna

E
n développant la concentration sur ænæpæna, le renonçant Gotama parvint
rapidement au sammæ samædhi (la concentration juste), ce qui l’épargna
de ræga (l’attachement), dosa (la colère), thøna (la paresse), middha (la
torpeur), uddhacca (le vagabondage du mental), et kukkucca (le doute). Ensuite, il
expérimenta le premier jhæna. De là, il continua son absorption jusqu’à expéri-
menter le deuxième jhæna. Ensuite, il poursuivit toujours son absorption, jusqu’à
ce qu’il expérimenta le troisième jhæna. Après cela, toujours absorbé dans un
profond samatha, il parvint au quatrième jhæna. De là, il continua de développer
sa concentration jusqu’à expérimenter le cinquième jhæna. Il venait alors de réali-
ser les cinq rþpa jhæna.
Il continua son absorption en se déterminant, cette fois, à expérimenter à nouveau
le premier rþpa jhæna. Une fois qu’il y parvint, il poursuivit jusqu’au deuxième
rþpa jhæna, et ainsi de suite, jusqu’au cinquième (et dernier) rþpa jhæna. En
continuant son absorption, il arriva à expérimenter le premier arþpa jhæna. De là,
il continua son absorption jusqu’à expérimenter le deuxième arþpa jhæna. En-
suite, il poursuivit sans cesse son développement de la concentration jusqu’au
troisième arþpa jhæna, en continuant jusqu’au quatrième (et dernier) arþpa jhæna.
Il avait alors réalisé les 8 samæpatti (absorptions).
À ce moment-là, à l’aide de déterminations, il a ré-expérimenté tous ces jhæna de
nombreuses fois, dans l’ordre, dans l’ordre inverse, et dans le désordre, en de très
diverses combinaisons ; comme en les franchissant par deux (en allant du pre-
mier, au troisième et au cinquième, ou du quatrième au deuxième, etc.) Après
cela, il développa la première des abhiñña (pouvoir psychique). De là, il ré-
expérimenta tous les jhæna et cette abhiñña de nombreuses fois en de très diver-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 85
ses combinaisons. Après, il développa l’abhiñña suivante. De là, il ré-
expérimenta tous les jhæna et ces deux abhiñña de nombreuses fois en les combi-
nant de façons très diverses. Après, il développa l’abhiñña suivante et fit de
même, jusqu’à développer toutes les abhiñña.

La réalisation de l’éveil et de l’omniscience

P
endant la première partie de la nuit (depuis le coucher du soleil jusqu’à son
lever, la nuit se divise en trois parties de durée égale), le noble renonçant
développa pubbenivæsa ñæ¼a (connaissance suprême permettant de revoir
ses existences passées ainsi que celles des autres). Pendant la seconde partie de la
nuit, il développa dibbacakkhu ñæ¼a (« œil de deva », connaissance suprême
permettant de tout voir, et à travers tout, quelle que soit la distance). Pendant la
troisième partie de la nuit, il poursuivit toujours ses absorptions. Peu avant l’aube,
il décida de dormir un instant. Ensuite, il s’est encore absorbé dans les jhæna,
jusqu’au quatrième. À ce moment-là, il connaissait parfaitement les jhæna ; il prit
conscience que non seulement ces états ne duraient pas, mais qu’ils étaient encore
des états, rien d’autre que des états. Cela ne pouvait donc absolument pas être la
libération.
La maturité de ses pæramø fut telle qu’il eut spontanément l’idée, à cet instant, de
prendre ce jhæna comme objet d’observation. Il développa ainsi pour la première
fois vipassanæ (la vision directe de la réalité). Alors qu’il porta son attention sur
ce jhæna, il développa æsavakkhaya ñæ¼a (connaissance suprême qui entraîne
l’éradication des kilesæ), par l’expérimentation des quatre magga phala ñæ¼a (les
quatre stades de connaissance de nibbæna), qui le conduisirent successivement à
paccavekkha¼æ (réflexion analytique) et à sabbaññuta (l’omniscience) au mo-
ment précis de l’aube. Il devint par conséquent – et désormais – Bouddha.
Auparavant, il eut déjà expérimenté les connaissances de pubbenivæsa et de dib-
bacakkhu, en compagnie des ermites ƹæra et Udaka. Néanmoins, il les eut déve-
loppés, en ce temps, de façon radicalement moins profonde et moins étendue que
cette nuit d’éveil total (par exemple, la connaissance permettant de voir ses exis-
tences passées, qui lui laissa entrevoir, autrefois, un nombre très limité
d’existences passées, s’élargit, à son éveil, sur la totalité de ses existences). Du-
rant la nuit qui venait de s’achever, Bouddha aura développé les six connaissan-
ces qui sont propres à chaque bouddha : dibbacakkhu ñæ¼a, « l’œil des deva » la
connaissance qui permet de tout voir ; iddhividha ñæ¼a, la connaissance qui per-
met de tout créer et tout transformer ; dibbasota ñæ¼a, la connaissance qui permet
de tout entendre, à l’instar des deva ; cetopariya ñæ¼a, la connaissance qui permet
de connaître la pensée des autres ; pubbenivæsa ñæ¼a, la connaissance qui permet
de connaître les existences antérieures ; æsavakkhaya ñæ¼a, la connaissance qui
permet de mettre un terme aux kilesæ par soi-même.
En parvenant à l’omniscience, comprenant qu’il venait de rompre les chaînes du
saµsaræ, Bouddha déclara :
86 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Autrefois, j’ai longuement cherché la cause de ta¼ha (l’attachement, la base


des kilesæ) ; comme je ne la trouvais pas, je tournais encore en rond dans le
saµsaræ. Maintenant, j’ai trouvé la cause de ta¼ha, par la réalisation de
l’arahanta magga phala ; je ne tourne désormais plus en rond dans le saµsaræ. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 87

Les 49 jours après l’éveil


7 jours sous l’arbre de l’éveil (palla³ka sattæha)

A
près être parvenu à l’omniscience, Bouddha demeura, sept jours durant,
assis à la même place ; sous l’arbre de l’éveil, sur le trône Aparæjita. Il
porta profondément sa réflexion sur le pa¥iccasamuppæda, les 12 causes
interdépendantes qui constituent le principe régissant les existences de chaque
être à travers le saµsaræ.

7 jours en regardant le trône de la victoire


(animisasattha sattæha)

E
nsuite, il se déplaça au nord-est de l’arbre de l’éveil, jusqu’à en être dis-
tancé de 14 envergures d’homme (1 envergure d’homme est la distance
entre les deux bras – d’un homme de corpulence moyenne – étendus en
croix). Il fit alors demi-tour sur lui-même et fixa du regard le « trône de la vic-
toire ». Il demeura ainsi sept jours durant, sans défaire son regard du trône, et sans
même cligner un œil. Les deva s’imaginèrent alors que Bouddha éprouvait tant
d’attachement pour ce trône qu’il ne parvenait pas à s’en détacher. Afin de dissi-
per ces doutes, le Bienheureux fit une démonstration de ses pouvoirs, que seul un
bouddha fut capable de déployer : il bondit jusqu’au ciel et, revenant sur le sol
terrestre, à 7 envergures d’homme de l’arbre de l’éveil, se tenant debout, il fit
jaillir une puissante trombe d’eau de l’une de ses oreilles et simultanément, une
puissante éruption de feu par l’autre oreille.

7 jours sur l’allée de joyaux


(ratanaca³kama sattæha)

E
nsuite, Bouddha fit apparaître une allée de 60 coudées de long, placée
perpendiculairement à la ligne qui partait au nord-est de l’arbre de l’éveil,
et constituée de sept joyaux : or, argent, perle, émeraude, pierre précieuse,
rubis et œil-de-chat. Il fit des allées et des venues sur cette allée, en mar-
chant régulièrement, d’un pas modéré, sept jours durant.

7 jours dans l’abri de joyaux (ratanaghara sattæha)

E
nsuite, Bouddha s’installa dans une ku¥ø, constituée des sept mêmes
joyaux que l’allée, créée pour lui par les deva, et située à 40 coudées au
nord-ouest de l’arbre de l’éveil. Le Bienheureux y demeura sept jours
durant, à réfléchir en profondeur sur les sept parties qui constituent
l’abhidhamma. En parvenant à la dernière partie – le pa¥¥hæna –, de la lumière
émana de son corps, en six couleurs différentes : marron (nøla), or (pøta), rouge
88 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

(lohita), blanc (odæta), teinte sombre (mañji¥¥ha), et un mélange de toutes les


teintes (pabhassara). Des siècles plus tard, ces couleurs constitueraient le drapeau
du theravæda. Ce drapeau se divise en six bandes verticales, représentant respec-
tivement ces teintes, de gauche à droite : bleu, jaune, rouge, blanc, marron, et la
dernière bande (censée représentée le mélange de toutes les teintes) se divise elle-
même en cinq bandes horizontales, reprenant chacune la couleur d’une des autres
bandes.

7 jours sous le banian Ajapæla (ajapæla sattæha)

E
nsuite, il se dirigea à 32 envergures d’homme en direction de l’est de
l’arbre de l’éveil, jusqu’à un autre banian, nommé Ajapæla, sous lequel il
s’installa. Mæra, avait observé Bouddha sans relâche dès l’instant où il
était parvenu à l’éveil. Il a beau eu s’efforcer de trouver en lui des kilesæ, mais en
vain : il n’en vit pas le moindre. À cet instant, il conclut que Bouddha était bel et
bien parvenu à l’éveil complet, et par conséquent à la libération des kilesæ.
Voyant qu’il eut échoué, le deva maléfique fut très consterné.
Apercevant leur père aussi attristé, Tah¼æ, Arati et Ragæ, les trois filles de Mæra
s’approchèrent afin de lui en demander la raison. Quand elles surent que c’est
l’absence de kilesæ de Bouddha qui fut la cause de l’accablement de leur père,
elles tentèrent de le consoler :
« Ne soyez pas inquiet, père, nous allons corrompre le renonçant Gotama, nous
allons provoquer en lui l’apparition de kilesæ. »
Les trois devø prirent l’apparence de très jeunes femmes, au physique d’une beau-
té extraordinairement parfaite. Alors que les trois devø d’apparence humaine éta-
laient leur séduction d’une manière soigneusement raffinée, en dansant et en se
trémoussant devant Bouddha, celui-ci leur annonça :
« J’ai vaincu tous les kilesæ, je suis parvenu à l’omniscience : personne ne peut
faire quoi que ce soit pour me corrompre. Votre jeu de séduction est susceptible
de plaire aux puthujana, mais pour moi, bouddha ayant totalement éliminé les
kilesæ, vous ne présentez pas la moindre différence avec des cadavres qu’on jette
dans les charniers. »
Impressionnées par l’intensité de la pureté dont rayonnait le Parfait, et par sa
totale indifférence face à leurs charmes propres à séduire n’importe quel homme,
les trois filles de Mæra reconnurent :
« Vous êtes digne de recevoir de nobles offrandes, ainsi que d’être le maître des
hommes, des deva et des brahmæ. »
Constatant de fait que Bouddha avait bel et bien vaincu tous les kilesæ, elles re-
partirent dans leur monde.
Pendant que le Bienheureux était encore assis sous l’arbre Ajapæla, un brahmane
nommé Huµhu³ka s’approcha de lui, prononça joyeusement quelques paroles de
politesse et s’assit à une distance respectueuse de lui. À cette époque, il y avait
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 89
beaucoup de brahmanes. Tous étaient très respectés et très écoutés. Certains
s’adonnaient à des actes sains, alors que d’autres s’adonnaient à des actes mal-
sains. Le brahmane Huµhu³ka souhaitait connaître l’avis de Bouddha – qu’il
croyait cependant n’être qu’un ascète sage. Il lui demanda donc :
« Hé, Gotama ! Qu’est-ce qui définit un brahmane ?
— Un brahmane (qui signifie littéralement « noble ») est quelqu’un qui s’est
débarrassé de tous les kilesæ comme on se débarrasse de quelque chose en le
jetant à la rivière qui l’emporte dans son courant. Un brahmane est quelqu’un qui
a éteint dosa (l’aversion) et mæna (l’orgueil) comme on éteint un grand feu. Un
brahmane est quelqu’un qui a éliminé ræga (l’attachement) ; il a søla (la vertu) ; il
est parvenu à nibbæna ; il a accompli tout ce qu’il y avait à accomplir. Seul un tel
être est digne d’être appelé un brahmane. »

7 jours sous l’arbre Mucalinda (mucalinda sattæha)

E
nsuite, Bouddha alla auprès d’un étang situé à 51 envergures d’homme au
sud-est de l’arbre de l’éveil, et s’assit sous un arbre du même nom, situé
au bord de cet étang. Il goûta à la paix de nibbæna sept jours durant. Il y
eut de fortes et incessantes précipitations pendant les sept jours, ainsi qu’un vent
froid. Comme le roi des dragons-serpents, qui vivait dans l’étang, aperçut Boudd-
ha, il se précipita auprès de lui avec l’idée suivante :
« Je vais le protéger contre la pluie, le froid, le chaud, le vent, le soleil, les ser-
pents et les taons. »
(Le dragon-serpent ignorait que Bouddha était absorbé en nibbæna et que qui-
conque le fut était naturellement et parfaitement protégé de tout. Toutefois, son
intention et son action furent génératrices de beaucoup de kusala.) S’enroulant
autour de Bouddha, il fit sept tours autour de lui, et plaça sa tête juste au-dessus
de lui, remplissant ainsi la fonction d’un parapluie, le cou gonflé pour le rendre
large.
Au bout de sept jours, comme la pluie et le vent cessèrent, le dragon-serpent se
déroula et prit l’apparence d’un homme juste pour pouvoir se prosterner conve-
nablement devant lui. Émergeant de nibbæna, Bouddha prononça à haute voix :
« Heureux sont les arahanta qui ont expérimenté nibbæna à l’aide des quatre
magga ! Heureux sont les êtres qui ont éliminé dosa, ræga et mæna ! Heureux sont
ceux qui possèdent la patience ! Heureux sont ceux qui font preuve de bienveil-
lance envers les êtres ! »

7 jours sous l’arbre Ræjæyatana (ræjæyatana sattæha)

E
nsuite, Bouddha se rendit sous un sapium baccatum, situé à 40 envergures
d’homme au sud de l’arbre de l’éveil, pour goûter une fois de plus à la
paix de nibbæna sept jours durant. Au terme de ces sept jours, comme il
éprouva le besoin de se laver le visage, le roi deva Sakka se chargea alors de lui
offrir de l’eau.
90 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Deux frères commerçants, en provenance d’Ukkalæ (actuelle région d’Yangon, au


Myanmar), effectuaient un long voyage en char – en partant d’Ukkalæjanapuda –,
qui les amena près de Bouddha. L’un s’appelait Tapussa et l’autre Bhallikæ. Le
deva Bhummaso, qui fut autrefois (lors d’une existence passée) une parenté de
ces deux frères commerçants, leur suggéra :
« Mes amis ! Le dernier bouddha vient d’apparaître ; il vient de découvrir les
quatre nobles vérités. Rendez-vous auprès de lui, il se trouve en ce moment sous
l’arbre sapium baccatum, tout près d’ici. Allez auprès de lui et offrez à ce noble
Bouddha des gâteaux de riz au beurre sucrés et des gâteaux de miel (le deva sa-
vait qu’ils en avaient avec eux). Vous connaîtrez ainsi la prospérité durant de
longs jours et de longues nuits. »
Contents des dires du deva, les deux frères marchands s’approchèrent de Boudd-
ha. Ils se prosternèrent devant lui et s’assirent à une place convenable, avant de
s’adresser à lui :
« Vénérable Bouddha, veuillez accepter ces gâteaux de riz au beurre sucrés et
ces gâteaux de miel ! Si vous acceptez cette offrande, nous connaîtrons la prospé-
rité durant de longs jours et de longues nuits. »
Demeurant immobile et silencieux, Bouddha n’accepta pas l’offrande, bien qu’il
n’eut rien mangé depuis sept semaines. Les quatre deva surveillant l’univers
arrivèrent des quatre points cardinaux, précisant aux deux commerçants qu’il
n’était pas convenable d’offrir de la nourriture à Bouddha sans l’aide d’un réci-
pient. Chacun créa un bol fait de joyaux pour l’offrir au Bienheureux. Comme
Bouddha ne voulait pas accepter le bol d’un deva au détriment des trois autres, il
les accepta tous les quatre. Comme il ne voulait pas non plus manger à l’aide d’un
de ces bols, rendant alors inutiles les trois autres, il prit cette détermination en les
acceptant :
« Puissent ces quatre bols ne faire qu’un ! »
Obéissant à son souhait, les quatre bols se fondirent en un seul bol, toutefois
pourvu de quatre rebords. Une fois que Bouddha finit de manger, les deux frères
commerçants se sont respectueusement prosternés à ses pieds, en lui disant :
« Vénérable Bouddha, nous croyons en vous, nous croyons en votre dhamma.
Nous nous fions en vous, nous avons foi en vous. À partir d’aujourd’hui et aussi
longtemps que nous vivrons, nous nous fierons à vous et à votre enseignement. »
Et à chacun de dire :
« Puissé-je prendre refuge en Bouddha ! Puissé-je prendre refuge dans le dham-
ma ! »
Ces deux frères marchands furent les deux premiers laïcs à prendre le double
refuge. Avant de prendre congé, ils formulèrent une demande au Bienheureux :
« Ô noble Bouddha ! Pourriez-vous nous donner quelques-uns de vos cheveux
afin que nous puissions rapporter quelque chose de vous à vénérer ? »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 91
Exauçant la demande des deux frères, Bouddha cassa huit de ses cheveux qu’il
leur remit.

Remarque : Aujourd’hui, et ce, depuis deux mille cinq cents ans, ces huit cheveux de
Bouddha sont logés au sein du cetiya – faussement traduit par pagode – Shwedagon
d’Yangon (Myanmar), ville d’origine des deux frères commerçants.
92 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La sollicitation
du brahmæ Sahampati
L’hésitation de Bouddha

A
u 50e jour qui suivit son éveil, Bouddha retourna sous le banian Ajapæla,
se mettant à réfléchir :
« Ce dhamma que je viens de découvrir est particulièrement profond. Il
est difficile à voir, il est difficile à comprendre. Il est paisible, il est noble. Il n’est
pas une chose dont les Sakya (l’ethnie dont est issue la famille de Bouddha, peut
aussi s’écrire Sækøya) ont l’habitude. Il est très subtil. Ce n’est qu’à l’aide de la
sagesse qu’il est possible de le connaître. Il libère des sphères des sens. J’ai pu
comprendre tout le processus des causes et effets du pa¥iccasamuppæda. J’ai pu
me débarrasser de tout attachement, grâce à ce dhamma. Je suis en mesure
d’enseigner ce dhamma. Les êtres ne peuvent pas comprendre ce dhamma. Parmi
les êtres, il y a si peu de sagesse et tant de kilesæ. Les êtres apprécient tellement
les plaisirs sensoriels. Si je leur enseigne le dhamma, ils ne vont pas comprendre ;
je vais me fatiguer inutilement. Les êtres ne sont pas prêts pour ce dhamma que je
viens de découvrir en pratiquant ardemment et très difficilement. Tous les êtres
ne peuvent pas le comprendre facilement, car ils ont de la poussière devant les
yeux. »
À ce moment-là, le brahmæ Sahampati – de la première sphère matérielle du
monde des brahmæ – qui a prêté attention aux pensées de Bouddha, s’est appro-
ché de lui, se mettant à genoux, par terre, joignant respectueusement les mains,
s’adressant ainsi au noble Bouddha :
« Vénérable renonçant, je vous demande d’enseigner le dhamma. Il y a dans ce
monde des êtres qui n’ont que très peu de poussière devant les yeux. Comme ils
n’ont pas entendu le dhamma, ils vont à leur perte. Ils ne leur manquent que
d’entendre le dhamma. Faites-leur connaître le dhamma. Dans l’état du Magadha,
il n’y a que des grands maîtres de sectes qui ont de la saleté devant les yeux.
Ouvrez-leur la porte de nibbæna, Vénérable Bouddha. Épargnez-les de cette sale-
té. Faites-leur entendre les quatre nobles vérités. Je vous en prie, levez-vous et
allez enseigner le dhamma aux êtres. Parmi eux, il y aura des personnes qui seront
en mesure de le comprendre. »
Ce brahmæ fut un ami de Bouddha (Gotama) au temps de Bouddha Kassapa. Bien
qu’encore puthujana, il expérimenta le premier jhæna au moment de sa mort.
C’est pour cela qu’il demeurait depuis cette époque, dans la première sphère
matérielle du monde des brahmæ.
À ce moment-là, Bouddha dit au brahmæ Sahampati :
« Oui, j’ai moi-même pensé ainsi, mais ce dhamma que je viens de découvrir est
particulièrement profond. Il est difficile à voir, il est difficile à comprendre. Il est
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 93
paisible, il est noble. Il n’est pas une chose dont les Sakya ont l’habitude. Il est
très subtil. Ce n’est qu’à l’aide de la sagesse qu’il est possible de le connaître. Il
libère des sphères des sens. J’ai pu comprendre tout le processus des causes et
effets du pa¥iccasamuppæda. J’ai pu me débarrasser de tout attachement, grâce à
ce dhamma. Je suis en mesure d’enseigner ce dhamma. Les êtres ne peuvent pas
comprendre ce dhamma. Parmi les êtres, il y a si peu de sagesse et tant de kilesæ.
Les êtres apprécient tellement les plaisirs sensoriels. Si je leur enseigne le dham-
ma, ils ne vont pas comprendre ; je vais me fatiguer inutilement. Les êtres ne sont
pas prêts pour ce dhamma que je viens de découvrir en pratiquant ardemment et
très difficilement. Tous les êtres ne peuvent pas le comprendre facilement, car ils
ont de la poussière devant les yeux. »
Après que le brahmæ ait de nouveau formulé sa sollicitation, Bouddha répéta sa
réponse. Déterminé à ce que Bouddha tienne compte de son conseil, le brahmæ
répéta sa sollicitation une troisième fois. Inlassablement, Bouddha répéta sa ré-
ponse une troisième fois, avant de se pencher un peu plus sur la sollicitation du
brahmæ.

Le consentement de Bouddha

T
out bien considéré, épris de compassion pour tous les êtres, Bouddha
regarda à travers le monde à l’aide de ses pouvoirs psychiques qui per-
mettent de tout voir, afin de trouver des êtres susceptibles de comprendre
le dhamma. Comme il en vit effectivement quelques-uns, il finit par accepter la
sollicitation du brahmæ, promettant qu’il enseignera le dhamma. Se prosternant
respectueusement devant Bouddha, le brahmæ se retira.
Le néfaste deva Mæra s’approcha aussitôt du Bienheureux, en le sollicitant à son
tour :
« Gotama ! N’attendez plus pour jouir de la Paix que vous venez de trouver !
Éteignez-vous donc tranquillement en parinibbæna !
— Hé Mæra ! Je n’entrerai pas en parinibbæna tant qu’il n’y aura pas suffisam-
ment d’arahanta et d’êtres capables d’enseigner le dhamma dans ce monde. »
Ignorant Mæra, balayant l’univers de son esprit à l’aide de ses pouvoirs, Bouddha
se demanda :
« À qui vais-je pouvoir commencer à enseigner le dhamma ? Qui donc pourrait-
il rapidement comprendre ce dhamma ? (Réfléchissant...) Cet ermite ƹæra de
l’ethnie des Kælæma est doté de sagesse, il est poli et très intelligent, voilà bien
longtemps qu’il n’a plus qu’une fine couche de poussière (impuretés mentales)
devant les yeux (sagesse). Il serait bien que j’enseigne le dhamma en premier à
cette personne, il serait capable de le comprendre rapidement. »
Un deva ne montrant pas son corps apprit à Bouddha :
« Vénérable Bouddha, l’ermite ƹæra de l’ethnie des Kælæma est mort il y a sept
jours ; il a repris naissance dans les sphères immatérielles du monde des brahmæ
94 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

(dépourvu de corps et de tout organe sensoriel, ce type d’être n’a pas la possibilité
d’entendre le dhamma). »
Bouddha eut alors de la compassion pour cet ermite qui aurait pu rapidement
comprendre le dhamma. Il se demanda alors à nouveau :
« À qui vais-je pouvoir commencer à enseigner le dhamma ? Qui donc pourrait-
il rapidement comprendre ce dhamma ? (Réfléchissant...) Cet ermite Udaka, fils
de Ræma a de la sagesse, il est poli et très intelligent, voilà bien longtemps qu’il
n’a plus qu’une fine couche de poussière (impuretés mentales) devant les yeux
(sagesse). Il serait bien que j’enseigne le dhamma en premier à cette personne, il
serait capable de le comprendre rapidement. »
À ce moment-là, un deva ne montrant pas son corps apprit à Bouddha :
« Vénérable Bouddha, l’ermite Udaka, fils de Ræma, est mort le jour dernier. »
Bouddha eut alors de la compassion pour cet ermite qui aurait pu rapidement
comprendre le dhamma. Il se demanda alors à nouveau :
« À qui vais-je pouvoir commencer à enseigner le dhamma ? Qui donc pourrait-
il rapidement comprendre ce dhamma ? Il y a ce groupe de cinq renonçants qui
s’est ardemment entraîné à la plus noble des tâches. Je vais enseigner le dhamma
en premier à ce groupe des cinq. À présent, où peuvent-ils bien se trouver ? »
Grâce à ses pouvoirs psychiques, il a rapidement pu localiser ses cinq anciens
compagnons, qui se trouvaient dans le royaume de Bæræ¼asi, près de la ville du
même nom, dans la forêt de Migadæ. À ce moment-là, Bouddha quitta la forêt
d’Uruvela et se mit tranquillement en route pour le royaume de Bæræ¼asi, vers la
forêt de Migadæ, voyageant seul et à pied.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 95

Les premiers enseignements de


Bouddha
La rencontre avec l’ascète Upaka

S ur le chemin, il croisa l’ascète Upaka, qui s’adressa à lui :


« Oh, comme vous avez la peau claire ! Comme votre visage est lumi-
neux ! Quel est votre nom ? Auprès de qui êtes-vous devenu renonçant ?
Qui est votre maître ? Quelle doctrine suivez-vous ?
— Je suis Ananta Jina (ce qui signifie « celui qui a vaincu »). Je n’ai pas de maî-
tre. Je domine tout. Je sais tout. J’ai vaincu tous les akusala. J’ai réalisé nibbæna.
De ce fait, je me suis délivré des kilesæ ; je n’ai plus du tout d’attachement. J’ai
acquis cette connaissance par moi-même, sans suivre aucun maître. Dans le
monde, personne ne m’est égal. Parmi les deva de ce monde, aucun n’est compa-
rable à moi. Dans ce monde, je suis le seul arahanta. J’ai découvert le vrai
dhamma par moi-même, j’ai su apaiser le feu des kilesæ. C’est pour cela que je
suis Ananta Jina. Je me rends à Bæræ¼asi pour lancer la roue du dhamma. »
— Si je comprends bien, vous êtes un bouddha parfaitement accompli, ayant
vaincu les cinq mæra de façon complète et à la sagesse sans limite.
— Oui, j’ai vaincu tous les kilesæ.
— Bien. C’est possible (lança l’ascète, d’un air peu convaincu, car il ne croit pas
un mot de ce que Bouddha lui dit). Où allez-vous maintenant ?
— Je me rends à Bæræ¼asi pour y enseigner le dhamma. »
L’ascète se poussa sur le côté pour laisser passer Bouddha. Le Bienheureux pour-
suivit son voyage jusqu’à Bæræ¼asi, où il arriva près du groupe des cinq.

Les retrouvailles avec le groupe des cinq

B
ouddha poursuivit son voyage et parvint jusqu’au royaume de Bæræ¼asi,
dans le bois d’Isipatana (qui signifie « le bois des ermites »), connu aussi
sous le nom de Migævana (qui signifie « parc des gazelles »), où se trou-
vait le groupe des cinq.
En voyant arriver Bouddha de loin, le groupe des cinq se mit à le critiquer, se
promettant mutuellement de ne rien faire pour l’accueillir :
« L’ascète Gotama s’est remis à accepter les biens que lui offrent les gens. Il a
abandonné sa noble tâche de kammathæna (entraînement à la concentration). Il
fait une tournée pour obtenir des gains. Cet ascète Gotama arrive. Ne le vénérons
pas, ne l’accueillons pas. Ne prenons pas la robe et le bol de cet ascète Gotama.
Laissons-le debout, ne lui préparons pas une place pour s’asseoir. S’il veut
s’asseoir, il se débrouillera lui-même. »
96 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Alors que Bouddha approchait, les cinq ascètes constatèrent que quelque chose
avait vivement changé en lui : son apparence évoquait une certaine majesté. Une
fois que Bouddha arriva tout près d’eux, les cinq furent éblouis par l’éclat de
pureté et de noblesse qui irradiait de lui, à tel point qu’ils demeurèrent totalement
incapables de tenir leur engagement.
Ils l’accueillirent très convenablement, avec le plus grand respect. L’un d’eux prit
sa robe et son bol, un autre lui prépara une place pour s’asseoir. Un autre lui mit à
sa disposition de l’eau pour se laver les pieds, un autre lui mit à sa disposition une
planche pour se laver les pieds, et le dernier lui mit à sa disposition un morceau
de terre cuite pour se frotter les pieds. Bouddha s’est alors assis à la place qui fut
préparée à son intention et se nettoya les pieds. Comme à l’accoutumée, le groupe
des cinq interpellait Bouddha par « ascète Gotama ». S’adressant à cinq renon-
çants, Bouddha leur indiqua :
« Ascètes, ne m’appelez pas “ ascète Gotama ”. Ascètes, je suis un arahanta,
quelqu’un qui est parvenu tout seul à connaître complètement le vrai dhamma.
Ascètes, écoutez-moi ! J’ai obtenu le nibbæna suprême. Je vais vous enseigner le
dhamma. En accord avec cet enseignement, vous allez quitter le monde laïc pour
rejoindre le monde des moines. Vous allez abandonner tous les attachements et
tous les désirs pour aller vers une pratique noble. Bientôt, vous allez obtenir
l’incomparable état d’arahanta.
— Ascète Gotama, vous n’avez pas le zèle d’un ariyæ qui a dépassé les dix kusa-
lakammapathadhamma des êtres ordinaires. Vous vous êtes remis à accepter les
biens que vous offrent les gens. Vous avez abandonné votre tâche de kammathæ-
na. Vous ne voyagez que pour obtenir des gains. Maintenant, vous n’avez pas le
zèle d’un ariyæ qui a dépassé les dix kusalakammapathadhamma. Dans ces condi-
tions, comment obtenir le stade d’ariyæ ?
— Je ne recherche aucun gain. Je n’ai pas abandonné ma tâche de kammathæna.
Je ne voyage pas pour obtenir des gains. Ascètes, je suis un arahanta. Je suis
Bouddha, celui qui connaît tout le dhamma de façon juste. Ascètes, écoutez-moi.
J’ai obtenu le nibbæna suprême. Je vais vous enseigner le dhamma. En accord
avec cet enseignement, vous allez quitter le monde laïc pour rejoindre le monde
des moines. Vous allez abandonner tous les attachements et tous les désirs pour
aller vers une pratique noble. Bientôt, vous allez obtenir l’incomparable état
d’arahanta ».
Comme les cinq ascètes demeuraient toujours sceptiques, Bouddha poursuivit :
« Depuis que nous nous connaissons et durant toutes les années où nous avons
vécu ensemble, avez-vous le souvenir que je vous ai déjà tenu un tel discours ? »
Comme le groupe des cinq réalisa que le renonçant Gotama ne leur avait effecti-
vement jamais tenu un tel discours, il consentit à écouter ce qu’il avait à ensei-
gner, se disant que de toute façon, il n’avait rien à perdre. Bouddha étant alors en
mesure de leur faire connaître le dhamma, il leur fit entendre sa parole. Le groupe
des cinq écouta respectueusement. Pendant que Bouddha exposait le dhamma, les
cinq renonçants voulurent accéder au stade d’arahanta.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 97

Le premier sermon

L
e samedi de la pleine lune de juillet 103 de la Grande ère, peu avant le
coucher du soleil, Bouddha entama son premier sermon.
Il s’adressa ainsi à ses anciens compagnons :
« Ô moines ! Il y a deux voies extrêmes qu’il convient d’éviter. Quelles sont-
elles ? La première voie extrême à éviter est kæmasukhallikæ nuyoga (pratique
d’expérience des plaisirs sensoriels) ; c’est la voie de la délectation des plaisirs
sensoriels. C’est la recherche du bonheur dans le plaisir des sens, l’effort pour
obtenir les bénéfices matériels et sensuels. Cette voie est vile. Seuls les êtres qui
vivent au sein de la société, les puthujana s’y adonnent. Les ariyæ ne s’y adon-
nent pas. Cette voie n’offre pas le moindre bénéfice. La seconde voie extrême à
éviter est attakilamathæ nuyoga ; c’est la voie de toutes pratiques destinées à
persécuter son corps, à le priver, à l’épuiser, à le mortifier. C’est la recherche de
la pauvreté, c’est la misère du corps et du mental, c’est le rejet de tout bien maté-
riel. Cette voie est tout aussi mauvaise ; elle conduit à la souffrance. Les ariyæ ne
s’y adonnent pas. Cette voie n’offre pas le moindre bénéfice.
Ô moines ! Évitez ces deux voies extrêmes. Adoptez seulement la voie moyenne.
En évitant ces deux extrêmes, moi, Bouddha, ai développé la sagesse en prati-
quant la voie moyenne (la voie modérée). J’ai découvert les quatre nobles vérités
grâce à la mise en pratique de la voie moyenne. Seule, cette pratique est en me-
sure de faire surgir la sagesse. C’est une pratique qui éteint les kilesæ, qui conduit
(donc) à nibbæna.
Ô moines ! C’est ainsi que j’ai pu me débarrasser des kilesæ, développer la
connaissance des quatre nobles vérités et parvenir à nibbæna par moi-même.
Moines, quelle est donc cette noble pratique de la voie moyenne, qui permet le
développement de la connaissance, l’extinction des kilesæ, la connaissance des
quatre nobles vérités, la réalisation de nibbæna ? Il s’agit des huit facteurs qui
constituent la voie des ariyæ, qui sont connus de celui qui s’entraîne à la voie
moyenne. Quels sont ces huit facteurs qui constituent la voie des ariyæ ? Ils sont :
(1) sammæ di¥¥hi (la compréhension juste), (2) sammæ sa³kappa (la pensée juste),
(3) sammæ væcæ (la parole juste), (4) sammæ kammanta (l’action juste),
(5) sammæ æjøva (le moyen d’existence juste), (6) sammæ væyæma (l’effort juste),
(7) sammæ sati (l’attention juste), (8) sammæ samædhi (la concentration juste).
Ces 8 magga³ga (constituants de la voie), qui mènent à nibbæna, représentent la
voie moyenne. Je les ai pratiqués. Pour cette raison, j’ai réalisé la connaissance
des quatre nobles vérités, j’ai développé l’œil de la sagesse, je suis parvenu à
nibbæna. Quelles sont ces quatre nobles vérités que j’ai découvertes ? (1) dukkha
saccæ, la noble vérité de la souffrance ; (2) samudaya saccæ, la noble vérité de
l’origine (de la souffrance) ; (3) nirodha saccæ, la noble vérité de l’extinction (de
la souffrance) ; (4) magga saccæ, la noble vérité de la voie (permettant de parve-
nir à l’extinction de la souffrance).
Ce n’est qu’une fois que l’on prend conscience de dukkha saccæ – la première
noble vérité – que l’on est en mesure de connaître samudaya saccæ – la deuxième
98 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

noble vérité –, et pour réaliser nirodha saccæ – la troisième noble vérité –, il


convient de mettre en pratique magga saccæ – la quatrième noble vérité –, qui est
constituée par les 8 magga³ga. »
Ô moines ! J’ai accompli cette noble pratique, qui permet, grâce à une sagesse
particulière, l’apaisement des kilesæ, la connaissance des quatre nobles vérités et
l’expérimentation nibbæna. Moines, il y a la souffrance de la naissance, la
souffrance de la vieillesse, la souffrance de la maladie, la souffrance de la mort, la
souffrance de devoir vivre avec ceux qu’on n’aime pas, la souffrance d’être sépa-
ré de ceux qu’on aime, la souffrance de ne pas obtenir ce que l’on veut, la souf-
france de l’attachement aux cinq agrégats. Moines, ainsi, la raison de toute cette
souffrance est l’attachement à l’existence. Comment s’attache-t-on ? Il y a
l’attachement aux plaisirs des sens (sassata di¥¥hi) et l’attachement à une nouvelle
vie (uccheda di¥¥hi). »
Lorsque ce sermon fut achevé, le soleil se coucha.

Les jours suivant le premier sermon

À
la fin de ce premier sermon, grâce à la grande maturité de ses pæramø,
mettant en application la parole du Parfait au moment même où il
l’entendait, Ko¼ðañña devint sotæpana. Il pria Bouddha d’être son
guide :
« Ô noble Bouddha ! Prenez-moi comme disciple !
— Venez, moine ! Pratiquez le noble dhamma ! Faites le nécessaire pour vous
débarrasser de la souffrance ! »
Par ces trois brèves phrases, Bouddha intégra son tout premier disciple. Les qua-
tre autres renonçants suivraient de la même manière, les jours suivants. Comme
Bouddha continua d’enseigner le dhamma, le premier jour qui suivit la pleine
lune, Vappa devint sotæpana. Le deuxième jour, ce fut au tour de Bhaddiya. Le
troisième jour, Mahænæma. Le quatrième jour, enfin, Assaji.
En ce temps-là, le monde comptait six moines.

Remarque : Selon la rapidité à réaliser le magga phala (nibbæna) – et devenir ainsi un ariyæ
–, depuis le moment où a lieu la prise de connaissance avec le dhamma, on distingue quatre
types d’êtres, en fonction de leurs pæramø... 1) ugghæ¥itaññþ, celui qui réalise le dhamma à
l’aide d’une profonde sagesse (il lui suffit d’un bref instant de vipassanæ, pendant qu’il en-
tend une seule strophe du dhamma) ; 2) vipañcitaññþ, celui qui réalise le dhamma après une
large explication (il lui suffit d’un court moment de vipassanæ après un enseignement détail-
lé) ; 3) neyya, celui qui réalise le dhamma par la pratique (retraites vipassanæ), dans cette vie-
même ; 4) padaparæma, celui qui réalise le dhamma par la pratique sur plusieurs vies, car il
n’a suffisamment de pæramø pour y parvenir en une seule vie. Il semblerait que de nos jours,
seuls subsistent les deux derniers types d’êtres parmi ceux qui réalisent encore le dhamma.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 99

Næ¹aka et la pratique du moneyya

O utre le groupe des cinq, le premier sermon fut attentivement écouté par
dix-huit millions de brahmæ et un nombre incalculable de deva. Parmi
ces derniers, l’un fut un ami du renonçant Næ¹aka (le neveu de l’ermite
Kæ¹adevila). Il alla vite le retrouver près de l’arbre sous lequel il s’entraînait, pour
l’informer que Bouddha était apparu. Le renonçant Næ¹aka put ainsi rejoindre le
Parfait afin qu’il puisse lui délivrer l’enseignement qui lui est destiné.
S’approchant de lui, il s’assit à un endroit convenable, se prosterna respectueu-
sement avant de lui demander :
« Ô noble Bouddha ! Enseignez-moi la pratique du moneyya (qui signifie “ pra-
tique permettant de se défaire du saµsaræ ”) !
— Næ¹aka, la pratique du moneyya est très difficile. Elle exige énormément
d’efforts. Si vous voulez toutefois la mettre en pratique, je vais vous l’enseigner.
Écoutez-moi très attentivement...
Considérez de manière égale les personnes que vous aimez et les personnes que
vous haïssez ; ne développez ni d’amour, ni de haine, pour qui que ce soit.
Des femmes viendront peut-être vous séduire ; ne répondez pas à leur charme, n’y
prêtez pas attention. Ne vous laissez jamais détourner de votre noble pratique ;
gardez votre mental pur afin que rien ne puisse corrompre votre démarche de
moine.
Rejetez les plaisirs sensoriels, liés aux cinq sphères des sens que sont : rþpa (ma-
tière), sadda (son), gandha (odeur), rasa (goût), pho¥¥habba (toucher).
Ne répondez jamais aux attaques, ni aux insultes. Demeurez neutre.
Ne répondez jamais aux personnes qui vous manifesteront de l’affection ou de
l’admiration. Demeurez neutre.
Ne faites pas de mal à autrui, n’opprimez personne.
Pratiquez les 13 dhuta³ga (les pratiques ascétiques). (1) Renoncez aux robes
neuves, entraînez-vous à ne porter que des robes abandonnées. (2) Renoncez à
une quatrième robe, entraînez-vous à n’utiliser que trois robes. (3) Renoncez aux
invitations à déjeuner, entraînez-vous à ne manger que la nourriture obtenue par
collecte à l’aide du bol. (4) Renoncez à franchir des maisons sans marquer de
temps d’arrêt devant, lors de la collecte quotidienne de nourriture entraînez-vous
à stopper devant chaque maison. (5) Renoncez à manger à tout autre endroit après
avoir déjà mangé, entraînez-vous à ne manger qu’à un seul endroit (une seule fois
par jour). (6) Renoncez à manger à l’aide d’un second bol, entraînez-vous à man-
ger à l’aide d’un seul bol. (7) Renoncez à accepter de la nourriture après avoir
commencé votre repas, entraînez-vous à manger en refusant toute nourriture sup-
plémentaire. (8) Renoncez à demeurer dans un monastère situé près d’un village,
entraînez-vous à demeurer dans un monastère de forêt (situé dans une zone inha-
bitée). (9) Renoncez aux lieux abrités par un toit, entraînez-vous à demeurer sous
un arbre. (10) Renoncez aux lieux abrités par quoi que ce soit, entraînez-vous à
demeurer dans les lieux en plein air. (11) Renoncez aux lieux où il n’y a pas de
100 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

cadavre, entraînez-vous à demeurer dans les charniers. (12) Renoncez à changer


d’endroit pour dormir, une fois qu’une place vous a été attribuée, entraînez-vous à
vous contenter de la place qui vous sera attribuée pour dormir. (13) Renoncez à la
posture allongée, entraînez-vous à n’employer que les postures en marche, debout
et assise (y compris pour dormir).
Il faudra demeurer pleinement attentif à chacun de vos actes ; même lorsque vous
irez collecter votre nourriture, vous devrez demeurer absorbé dans votre entraî-
nement à vipassanæ.
Vous devrez rester silencieux à tout moment.
Vous ne devrez pas développer d’affinités avec les dæyaka qui vous offriront la
nourriture.
Si vous n’obtenez rien lors de votre collecte de nourriture, restez neutre ; n’en
soyez pas pour le moins offusqué. Ne critiquez pas, ne vous plaignez pas. »
(Les recommandations de Bouddha à propos de la pratique du moneyya sont
encore très nombreuses.)
Quand il eût écouté toutes les recommandations que Bouddha lui donna, le Véné-
rable Næ¹aka partit aussitôt dans la forêt pour commencer sa pratique du moneyya.
En accord avec les instructions du Parfait, il demeurait dans la forêt, sans jamais
rester deux jours sous le même arbre, il n’allait jamais deux fois dans le même
village pour y chercher sa nourriture. Il pratiqua très ardemment et sans répit le
moneyya durant sept mois, au terme desquels il parvint au stade d’arahanta. Sa-
chant qu’il était tout proche de la fin de sa vie, il se concentra pour connaître avec
précision le moment de sa mort. Ainsi, le moment venu, il est allé se laver, s’est
respectueusement prosterné vers la direction où se trouvait Bouddha, et s’est mis
debout, adossé à la paroi de la montagne, pour expirer dans une profonde sérénité.
Sachant que Næ¹aka venait de s’éteindre, Bouddha se rendit vers son cadavre,
accompagné de ses moines, pour le faire brûler.

Le sermon d’Anattalakkha¼a

L
e cinquième jour qui suivit le premier sermon, Bouddha délivra le sutta
(discours) d’Anattalakkha¼a. Il commença en demandant à ses cinq disci-
ples :
« rþpa (la matière) est-il nicca (permanent) ou anicca (non permanent) ?
— rþpa est anicca, Vénérable.
— rþpa est-il sukha (jouissance) ou dukkha (souffrance) ?
— rþpa est dukkha, Vénérable.
— rþpa est-il atta (propre en soi) ou anatta (dépourvu d’en soi) ?
— rþpa est anatta, Vénérable.
— vedanæ (la sensation) est-elle nicca ou anicca ?
— vedanæ est anicca, Vénérable.
— vedanæ est-elle sukha ou dukkha ?
— vedanæ est dukkha, Vénérable.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 101
— vedanæ est-elle atta ou anatta ?
— vedanæ est anatta, Vénérable.
— sañña (la perception) est-elle nicca ou anicca ?
— sañña est anicca, Vénérable.
— sañña est-elle sukha ou dukkha ?
— sañña est dukkha, Vénérable.
— sañña est-elle atta ou anatta ?
— sañña est anatta, Vénérable.
— sa³khæra (la volition mentale) est-il nicca ou anicca ?
— sa³khæra est anicca, Vénérable.
— sa³khæra est-il sukha ou dukkha ?
— sa³khæra est dukkha, Vénérable.
— sa³khæra est-il atta ou anatta ?
— sa³khæra est anatta, Vénérable.
— viññæ¼æ (la conscience) est-il nicca ou anicca ?
— viññæ¼æ est anicca, Vénérable.
— viññæ¼æ est-il sukha ou dukkha ?
— viññæ¼æ est dukkha, Vénérable.
— viññæ¼æ est-il atta ou anatta ?
— viññæ¼æ est anatta, Vénérable. »
À l’issue de cet enseignement, les cinq moines devinrent arahanta. Il y eut en ce
jour, dans le monde, six arahanta.

Les quatre choses qui ne doivent pas


être méprisées

L
orsque le roi Pasenadø Kosala – du royaume de Sævatthi – rencontra
Bouddha pour la première fois, il lui fit part de son étonnement :
« Ô moine Gotama ! Vous prétendez être pleinement éveillé, comment
cela peut-il être possible ? Vous êtes encore jeune, même très jeune !
— Pasenadø Kosala ! Il y a quatre choses qui ne doivent pas être méprisées ou
regardées de haut sous prétexte qu’elles sont jeunes : un noble guerrier, un ser-
pent, un feu et un moine. Un jeune guerrier mis en colère peut faire beaucoup de
mal, il peut tuer beaucoup de gens. La morsure d’un serpent, aussi petit soit-il,
peut être mortelle. Le plus petit des feux peut détruire des maisons et des forêts
entières. Un moine, même le plus jeune, peut être arahanta. »
102 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’intégration du riche Yasa


dans le saµgha
La luxueuse existence du riche Yasa

U n jour, il y avait un homme riche très délicat, du nom de Yasa. Il vivait


dans trois palais différents, que son père fit bâtir pour lui, un palais pour
chacune des trois saisons : un pour la saison fraîche, un pour la saison
chaude et un pour la saison des pluies. Durant les quatre mois de la saison des
pluies, Yasa n’était entouré que de femmes, sans un seul homme, qui dansaient et
jouaient de la musique pour lui. Il ne sortait jamais de son palais. Le riche jeune
homme avait les cinq sens totalement comblés. Il allait tôt au lit, et durant toute la
nuit, on allumait des lampes à huile. Une fois, se levant au milieu de la nuit,
voyant toutes ces femmes éparpillées n’importe comment autour de lui, il eut le
sentiment d’être au beau milieu d’un cimetière. Saturé de cette existence noyée
dans la débauche, il prit conscience du caractère répugnant du corps. Cette prise
de conscience déboucha sur une décision soudaine de renoncer à tout. Le jeune
Yasa partit alors sur-le-champ. Arrivé devant la porte fermée de son palais, il
formula un souhait :
« Puissé-je ne pas rencontrer d’ennui en quittant le monde laïc pour celui du
renoncement ! »
Des deva lui ouvrirent la porte. En parvenant devant la porte fermée de la ville, il
reformula son souhait :
« Puissé-je ne pas rencontrer d’ennui en quittant le monde laïc pour celui du
renoncement ! »
De nouveau, des deva lui ouvrirent la porte.

Le départ de Yasa pour la forêt

P
lus tard, il arriva dans la forêt de Nigadæ, dans le bois d’Isipatana. Boudd-
ha, qui s’était levé tôt, était en train de faire sa marche. Apercevant de loin
le riche Yasa approcher, le Bienheureux interrompit sa marche s’installa à
terre en s’asseyant les jambes croisées. Ensuite, s’approchant du Bienheureux,
Yasa s’adressa à lui :
« Ô noble renonçant ! Sachez combien les kilesæ (impuretés mentales)
m’oppriment !
— Dans nibbæna, il n’y a rien qui soit opprimant. Asseyez-vous, je vais vous en
enseigner le dhamma. Ce nibbæna, aucun kilesæ ne peut l’opprimer, rien ne peut
le troubler. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 103
Réjoui, le riche Yasa s’approcha de Bouddha, il se prosterna respectueusement
devant lui et s’assit à une place convenable. Quand il eut entendu son enseigne-
ment, il devint sotæpana. Lorsque son père, parti à sa recherche, arriva près de
Bouddha, ce dernier, à l’aide de ses pouvoirs, cacha son fils de sa vue, afin de
pouvoir lui enseigner également le dhamma. S’approchant du Bienheureux qui
semblait seul, le père de Yasa le questionna :
« N’auriez-vous pas aperçu mon fils ?
— Si, je l’ai aperçu ; vous allez bientôt le revoir. En attendant, asseyez-vous là et
écoutez-moi, je vais vous enseigner le dhamma. »
Séduit par la noblesse et la majesté dont rayonnait Bouddha, il accepta de bon gré
sa proposition. Alors qu’il écouta attentivement le dhamma, le père devint sotæ-
pana (premier des quatre stades de réalisation du dhamma) et son fils, qui écou-
tait aussi, devint arahanta (dernier stade). Ce dernier ne pouvait donc plus conce-
voir d’autre issue que l’existence monacale ; un arahanta est intrinsèquement un
moine, puisqu’il est un être parvenu à la libération du saµsaræ (cycle des renais-
sances) et que ce qui définit un moine est précisément : « celui qui s’entraîne au
mieux et sans relâche jusqu’à se libérer du saµsaræ ». Pour cette raison, le faisant
réapparaître aux yeux de son père, Bouddha le prit comme disciple, à l’aide de
ces mots :
« Venez, moine ! Pratiquez le noble dhamma ! Œuvrez pour (aider les autres à
parvenir à) la fin de la souffrance ! »
Le père invita les deux moines – Bouddha et le Vénérable Yasa – à venir manger
chez lui. Le lendemain, le Bienheureux et son disciple furent dignement reçus
chez le père. Le repas leur fut servi avec le plus grand soin.

La première prise des trois refuges

À
l’issue du repas, Bouddha délivra un enseignement du dhamma. Toutes
les personnes présentes devinrent sotæpana : l’ex-épouse du Vénérable
Yasa – qui n’est autre que Sujætæ, la femme qui offrit le fromage suprême
au renonçant Gotama, la veille de son éveil –, la mère du Vénérable Yasa, et
quatre de ses amis. Le père prit le triple refuge : en Bouddha, dans le dhamma
(son enseignement) et envers le saµgha (sa communauté). Il devint ainsi le pre-
mier homme à prendre le triple refuge, en même temps que l’ex-épouse et la mère
de Yasa devinrent les premières femmes à prendre le triple refuge. Ses quatre
amis présents, Vimala, Subæhu, Pu¼¼aji et Gavaµpati, quant à eux, ont voulu
l’imiter en devenant moines à leur tour. Ils ont alors suivi Bouddha, qui leur déli-
vra un enseignement, au terme duquel tous les quatre devinrent arahanta. Un jour
suivant, cinquante autres amis qu’avait fréquenté le Vénérable Yasa vinrent en
faire autant, devenant tous arahanta après un autre enseignement délivré par
Bouddha, et aussitôt – par définition – moines. Il y eut donc, en ce jour, dans le
monde, soixante et un arahanta.
104 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le premier vassa

A
près que Bouddha eut délivré des enseignements du dhamma à l’intention
de ses moines et des familles de ces derniers, il partit vers la forêt de
Migadævana, dans laquelle il passa son premier vassa (saison des pluies,
s’étalant sur trois mois, durant lesquels les moines demeurent au même endroit
sans voyager). Pour permettre au Bienheureux de passer le vassa dans de bonnes
conditions, Nandiya, un riche homme, lui fit bâtir une ku¥ø dans cette forêt.
(Voir aussi le chapitre « À propos du Vénérable Yasa ».)

Remarque : Un jour, lorsque le saµgha comportait déjà de nombreux membres, les moines
saccageaient les rizières sans même s’en rendre compte, lorsqu’ils voyageaient durant la
mousson, car le paddy n’est pas encore sorti de terre. Comme les paysans du royaume de Ræ-
jægaha se fâchaient contre les moines, le roi Bimbisæra sollicita Bouddha (pour qui il avait un
immense respect) de demander à ses disciples de ne pas circuler pendant cette saison. En
échange, le Bienheureux demanda au roi de laisser les moines libres de toute obligation mili-
taire. C’est ainsi que Bouddha établit que chaque moine devrait désormais demeurer dans un
seul monastère pendant le vassa, c’est-à-dire les trois mois de la saison des pluies, évitant
ainsi d’abîmer les rizières.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 105

La propagation du dhamma

Q
uand le vassa fut parvenu à sa fin, Bouddha réunit ses disciples :
« Ô moines ! Je vous ai enseigné tout ce qu’il était nécessaire pour que
puissiez devenir des arahanta. À présent que vous êtes des arahanta,
pour que les nombreux êtres qui errent dans le saµsaræ puissent s’en
libérer, voyagez et faites connaître cet enseignement aux plus d’êtres possible. En
parcourant ainsi les royaumes, le bénéfice sera inestimable pour les êtres. Ne
voyagez pas à deux sur le même chemin. Sinon, alors que l’un enseignera, l’autre
sera inutile. »
Obéissant aux recommandations du Bienheureux, les moines partirent dans toutes
les directions et enseignèrent le noble dhamma à tous ceux qui furent prêts à
l’entendre. L’enseignement de la réalité fut ainsi exposé à chaque personne croi-
sée, et en chaque lieu habité dans lequel s’arrêtait l’un d’entre eux. Beaucoup de
personnes furent réjouies de découvrir le dhamma que les moines leur faisaient
découvrir. Certaines formulèrent le souhait de devenir moine. Ceux-là furent
conduits par les moines auprès de Bouddha. Les gens souhaitant prendre la robe
monastique, en nombre fortement croissant, n’avaient plus la possibilité de tous
être intégrés dans la communauté par le Bienheureux lui-même. Pour cette raison,
il confia cette tâche à ses nobles disciples :
« Moines ! N’amenez plus à moi les personnes qui souhaitent devenir moines.
Intégrez-les vous-mêmes dans le saµgha.
— Comment le faire, noble Bouddha ?
— Donnez-leur le statut de moine par la prise des trois refuges. »
Obéissant à leur maître, les moines intégrèrent de nombreux nouveaux moines à
l’aide du triple refuge.
106 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’entrée des trente princes


Bhaddavaggø dans le saµgha

U n jour, alors que Bouddha se rendait dans la forêt d’Uruvela, il y ren-


contra trente princes : les princes Bhaddavaggø (ce qui signifie « le bon
groupe »). L’air désemparé, tous couraient, d’un coin à l’autre, lançant
des regards nerveux dans toutes les directions. Dirigeant son observation dans
leur mental, le Bienheureux sut qu’ils recherchaient une courtisane qui leur avait
volé leurs parures et bijoux. Quand les princes virent Bouddha, ils le questionnè-
rent :
« Vénérable, n’auriez-vous pas aperçu une femme ?
— Pourquoi cherchez-vous une femme ?
— Elle nous a volé nos parures et nos bijoux.
— Qu’y a-t-il de plus noble ? Chercher une femme ou se chercher soi-même ?
— Il est plus noble de se chercher soi-même, Vénérable. »
Le Bienheureux délivra un enseignement du dhamma aux trente princes Bhadda-
vaggø :
« S’adonner aux plaisirs des sens, est comme rêver qu’on mange. Dans un rêve,
on a beau manger autant de quantité de nourriture qu’il est possible d’imaginer, le
corps n’en sera pas rassasié pour le moindre. Les plaisirs des sens sont exacte-
ment comme du poison, ils sont propices à d’innombrables maladies, douleurs et
souffrances, et générateurs de beaucoup d’akusala. L’attachement aux plaisirs des
sens fait renaître dans les mondes inférieurs. »
Il termina son enseignement en exposant les quatre nobles vérités. Quand il fut
terminé, les trente princes devinrent ariyæ. Certains étaient devenus sotæpana,
certains sakadægæmi, certains anægæmi et les autres arahanta. Tous furent inté-
grés dans le saµgha.
(Voir aussi le chapitre « À propos des trente moines Bhaddavaggø ».)
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 107

À propos des trois


frères Kassapa
Le souhait des trois fils du roi Mahinda

B
ouddha présenta ensuite le récit des trois moines Kassapa, expliquant
comment ils développèrent leurs pæramø, jusqu’à devenir des arahanta...

Depuis le sæsana de Bouddha Padumuttara, ils ne cessèrent pas de déve-


lopper les pæramø. Il y a 92 kappa, se sont éveillés deux bouddhas. D’abord,
Bouddha Tissa, et pour le buddha sæsana suivant, Bouddha Phussa. Le père de
Bouddha Phussa était le roi Mahinda. Ce roi avait un jeune frère, qui avait lui-
même un fils qui deviendrait le disciple bras droit de ce bouddha (l’équivalent du
Vénérable Særiputtaræ pour le bouddha Gotama). Il y avait un brahmane nommé
Purohita, qui avait un fils qui deviendrait l’équivalent du Vénérable Mahæ Mog-
galæna pour le bouddha Gotama. La petite sœur du roi, quant à elle, avait un fils,
qui deviendrait celui qui deviendrait le serviteur attitré de Bouddha Phussa,
l’équivalent du Vénérable Ænandæ. Le roi avait en tout quatre fils, dont le plus
âgé était Bouddha (toutefois né d’une autre mère). Les trois autres disposaient
chacun de sa cour, respectivement de, 500, 300 et 200 personnes. Ce sont eux qui
deviendraient les trois frères Kassapa, et leurs sujets leurs disciples.
Un jour, alors que Bouddha Phussa retourna dans son pays d’origine, chez son
père le roi Mahinda, ce dernier, rempli d’admiration, se prosterna, le regarda et
pensa :
« Mon fils est Bouddha. Les paroles de mon fils sont le dhamma. Mon fils re-
présente le saµgha. Auparavant, il ne m’est jamais arrivé d’avoir un fils bouddha.
Cela m’arrive maintenant. Cela ne m’arrivera plus à l’avenir. Si je suis mainte-
nant un roi aussi noble, c’est parce que mon fils est Bouddha. Cela ne se repro-
duira plus à l’avenir. »
Ces pensées lui donnèrent la chair de poule tant elles lui remplirent le corps de
joie. Après cela, il échangea des paroles réjouissantes avec son fils Bouddha, et
lui dit :
« J’ai déjà quatre-vingt-dix mille ans (en ce temps-là, l’espérance de vie était
extrêmement longue). Mon âge est donc très avancé ; je vais bientôt mourir. Tout
comme la berge s’effrite en se laissant emporter par la rivière qui tape contre la
rive, je vais bientôt disparaître. Je ne voudrais pas disparaître sans bénéfice. Ô
noble fils ! Laissez-moi vous offrir jusqu’à la fin de ma vie les quatre nécessités
(nourriture, logement, vêtements, médicaments). »
Bouddha accepta. Les autres fils s’adressèrent à leur père pour lui demander de
les laisser, eux aussi, faire des offrandes à leur grand frère, mais il refusa ferme-
ment la sollicitation de ses trois fils.
108 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Un jour, une guerre éclata à la frontière du royaume. Le roi envoya alors ses trois
jeunes fils en les chargeant d’apaiser le conflit. Sans que cela ne tarde, ils rempor-
tèrent un grand succès. Quand ils rentrèrent au palais, le roi fut ravi de la victoire
de ses fils. Il leur dit :
« Je vous promets de réaliser le souhait que vous voulez.
— Nous n’avons qu’un seul souhait. Nous voulons pouvoir offrir les objets des
quatre nécessités à notre noble frère – Bouddha – et à tout le saµgha, jusqu’à la
fin de notre vie.
— Je regrette, cela est la seule chose dont je ne puisse pas vous offrir. En dehors
de cela, je vous accorde tout ce que vous voulez, mais pas cela.
— Concédez-nous seulement dix mille ans (ce qui est très peu, pour l’espérance
de vie de l’époque).
— Non, cela est trop, je ne peux vraiment pas. »
En disant cela, le père réfléchit et se dit qu’il ne pouvait pas interdire complète-
ment à ses fils d’accomplir leur générosité envers Bouddha, leur propre frère, de
surcroît. Autrement, ils risqueraient de devenir ses ennemis. Ainsi, il finit par
concéder avarement un mois pour chacun de ses trois fils (ce qui correspondait à
une période dérisoire).

L’action méritoire des trois frères

L es trois frères convoquèrent alors leur trésorier, en lui donnant l’ordre de


consacrer l’intégralité de leur fortune à nourrir Bouddha et la totalité du
saµgha (90 000 moines) à l’aide des meilleurs mets, des meilleurs gâ-
teaux, des meilleures boissons, et leur fournir tous leurs besoins, tous les jours
durant trois mois, lors du prochain vassa. Eux-mêmes, accompagnés de leurs
mille disciples, prirent la robe pendant toute cette période, respectant scrupuleu-
sement les 10 préceptes. Le conseiller juridique et le trésorier prirent donc en
charge toute l’organisation qui fut établie pour servir dignement le saµgha, ré-
pondant à tous les besoins susceptibles de se manifester. Les personnes em-
ployées pour l’occasion, afin de s’occuper de préparer la nourriture et de cuisiner
le repas de tous les moines étaient au nombre de 84 000.
Au premier jour, les moines étaient tellement nombreux qu’ils ne laissèrent aucun
reste de nourriture. Comme les employés comptaient sur ces restes pour nourrir
leurs enfants, ceux-là restèrent sans manger ce jour. Voulant s’épargner toute
dépense pour nourrir leurs familles, les 84 000 employés préférèrent profiter de
l’occasion pour dérober chaque jour un peu de nourriture déjà payée par les trois
frères à l’intention du saµgha, avant le repas des moines, jusqu’à la fin du vassa.
Pour avoir volé de la nourriture destinée à des moines, qui plus est, à des arahan-
ta, à l’issue de leur vie, les 84 000 employés reprirent tous naissance dans le
monde des peta.
Quand le vassa toucha à sa fin, selon l’exigence des trois frères, les huit affaires
furent offertes pour chacun des moines. À ce moment-là, ils formulèrent le sou-
hait suivant :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 109
« Puisse cette offrande nous permettre, lors d’un prochain bouddha, devenir
arahanta avec nos mille disciples ! »
Au terme de leur existence, les trois frères reprirent naissance tantôt dans le
monde des deva, tantôt dans le monde des humains, ne manquant jamais de
s’entraîner à une noble pratique de vertu et de générosité, et ce, jusqu’à rencontrer
Bouddha Gotama. À ce moment-là, ils furent les trois frères Kassapa, ayant res-
pectivement comme disciples les 500, 300 et 200 personnes de leur suite, au
temps de Bouddha Padumuttara.

Bouddha (Gotama) conclut ce récit en précisant que c’est en leur raison de leurs
pæramø que les trois moines Kassapa et leurs anciens disciples devinrent, en ce
jour, des arahanta.

Les 84 000 peta

L
e conseiller juridique devint – au temps de Bouddha Gotama – le roi Bim-
bisæra, et le trésorier devint l’upæsaka (personne qui soutient et qui res-
pecte Bouddha, le dhamma et le saµgha) Visækha. Les 84 000 employés,
quant à eux, en raison de leur vol de nourriture destinée au saµgha, prirent nais-
sance aussi souvent dans les mondes supérieurs que dans les mondes inférieurs,
pendant la longue durée nécessaire jusqu’au kappa actuel (soit 92 kappa). Arri-
vant au début de ce kappa, ils demeurèrent seulement dans le monde des peta. Du
temps de Bouddha Kakusandha (le premier des cinq bouddhas de notre kappa),
alors qu’ils étaient des peta au ventre énorme et à la tête minuscule, ils vivaient
dans les cinq montagnes qui entouraient Ræjægaha (ces cinq montagnes existent à
chaque bouddha), ils allèrent auprès de Bouddha Kakusandha pour lui faire part
de leur souci :
« Ô noble Bouddha ! Il y a si longtemps que nous n’avons rien pu manger.
Quand allons-nous enfin pouvoir mettre un terme à notre faim ?
— Ne demandez pas cela à moi. Attendez que je m’éteigne dans le parinibbæna,
et patientez jusqu’au prochain bouddha, qui se nommera Ko¼ægamana. Vous
pourrez le lui demander. »
Bien longtemps après, alors qu’apparut Bouddha Ko¼ægamana, ils allèrent auprès
de lui pour lui faire part de leur souci :
« Ô noble Bouddha ! Il y a si longtemps que nous n’avons rien pu manger.
Quand allons-nous enfin pouvoir mettre un terme à notre faim ?
— Ne demandez pas cela à moi. Attendez que je m’éteigne dans le parinibbæna,
et patientez jusqu’au prochain bouddha, qui se nommera Kassapa. Vous pourrez
le lui demander. »
Bien longtemps après, alors qu’apparut Bouddha Kassapa, ils allèrent auprès de
lui pour lui faire part de leur souci :
« Ô noble Bouddha ! Il y a si longtemps que nous n’avons rien pu manger.
Quand allons-nous enfin pouvoir mettre un terme à notre faim ?
110 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— Attendez que je m’éteigne dans le parinibbæna, et patientez jusqu’au prochain


bouddha, qui se nommera Gotama. Lorsque ce bouddha apparaîtra, il y aura un
roi, nommé Bimbisæra, qui fut autrefois votre conseiller juridique, du temps de
Bouddha Padumuttara. Un jour, Bouddha Gotama se rendra avec le saµgha au
palais pour recevoir des offrandes. À cette occasion, le roi et les siens accompa-
gneront leurs offrandes par une cérémonie de partage des mérites, à l’intention
d’êtres tels que vous. »
Bien longtemps après, une fois apparu Bouddha Gotama, celui-ci se rendit –
comme prédit par Bouddha Kassapa – chez le roi Bimbisæra, accompagné de ses
moines, pour recevoir des offrandes. À l’issue de la cérémonie, le roi et les siens
accomplirent le partage des mérites pour tous les êtres. Cependant, demeurant
exclus de ce partage – en raison de l’importance de leurs akusala (démérite) –, les
84 000 peta n’obtinrent toujours rien. Très insatisfaits, ils pénétrèrent tous, durant
la nuit, dans le palais royal, jusqu’à la chambre du roi, où ils montrèrent leurs
horribles corps ; ce qui ne manqua pas d’effrayer au plus haut point le roi. Il
s’empressa d’aller voir Bouddha afin de lui raconter les visions terrifiantes qui
s’offrirent brusquement à lui durant la nuit. Bouddha lui expliqua :
« Les 84 000 peta qui vous ont rendu visite cette nuit ne sont autres que les
84 000 cuisiniers que vous avez vous-même engagés alors que vous étiez conseil-
ler juridique au temps de Bouddha Padumuttara, il y a 92 kappa. Voilà un temps
immensément long qu’ils n’ont plus rien pu manger. Bouddha Kassapa leur a
indiqué qu’ils ne remangeraient seulement une fois que vous, le roi Bimbisæra,
accomplirait le partage des mérites après avoir effectué une offrande à moi,
Bouddha Gotama, et au saµgha. N’ayant toujours rien obtenu pour enfin calmer
leur faim, ils sont venus se montrer à vous. »
Un autre jour, le roi Bimbisæra fit l’offrande de nourriture et de robes à Bouddha
et au saµgha, à l’issue de laquelle il fit le partage des mérites accumulés avec
tous êtres, et en particulier avec les peta. En prononçant « sædhu ! sædhu ! sæd-
hu ! », le supplice des 84 000 peta parvint enfin à expiration ; ils prirent tous
renaissance, dès cet instant, dans le monde des deva.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 111

L’entrée des trois frères


Kassapa dans le saµgha
La rencontre de l’ermite Uruvela Kassapa
avec Bouddha

I
l était une fois trois frères, connus sous le nom des « frères Kassapa ». L’aîné
se nommait Uruvela Kassapa, car il vivait dans le bois d’Uruvela. Le cadet
se nommait Nadø Kassapa, car il vivait au bord d’une rivière (Nadø signifie
rivière, en pali). Le benjamin se nommait Gayæ Kassapa, car il vivait près de la
grande rivière Gayæ (dans laquelle se jette la rivière qui coule près des habitations
des deux autres frères). Le premier avait cinq cents disciples, le second en avait
trois cents, et le troisième, pour sa part, en avait deux cents. Ces trois frères et
tous leurs disciples s’adonnaient aux attakilamathæ nuyoga (pratiques qui oppri-
ment, qui épuisent le corps). Ils étaient tous convaincus que cet entraînement était
en mesure de les conduire à la plus haute sagesse. Un jour, en se déplaçant dans la
forêt d’Uruvela, Bouddha arriva vers la ku¥ø de l’ermite Uruvela Kassapa. En
s’approchant de lui, il lui demanda :
« Me laisseriez-vous passer quelque temps auprès de vous ?
— Je n’y vois pas d’objection, mais il n’y a pas place pour loger.
— Je peux dormir n’importe où, la cuisine me conviendra très bien.
— N’allez surtout pas dans la cuisine, un puissant dragon-serpent y a pris place, il
est très dangereux.
— Ne vous inquiétez pas pour moi, je ne risque rien.
— C’est comme vous voulez, à vos risques et périls ! »
Bouddha entra dans la cuisine et s’assit sur l’herbe qui était posée sur le sol, en se
concentrant paisiblement sur ænæpæna. À ce moment-là, le dragon-serpent pénétra
à son tour dans la cuisine. Voyant quelqu’un installé à sa place, il se plongea dans
une immense colère. Il cracha du feu et de la fumée sur Bouddha. À l’aide de ses
pouvoirs, le Bienheureux se mit aussi à faire jaillir du feu sur le dragon-serpent.
De l’extérieur, on pouvait voir la cuisine enveloppée par de larges flammes
comme si elle était complètement incendiée. Accourant précipitamment pour
observer cet inquiétant spectacle, l’ermite se soucia de Bouddha :
« Le pauvre ! Il est mort alors qu’il était encore si jeune. Il avait une si belle
apparence. »
Le combat dura toute la nuit, sans que personne osât approcher en raison des
puissantes et dangereuses flammes. À l’aube, Bouddha décida de soumettre le
dragon-serpent par la force de sa bienveillance. Il vainquit la créature, devenue
inoffensive, sans lui avoir fait le moindre mal. Comme il voulut montrer le dra-
gon-serpent à l’ermite sans l’effrayer, il le réduisit de sorte à le faire rentrer dans
son bol. Devenu tout petit, il n’osait même plus cracher de feu. Quand Bouddha
112 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

sortit de la cuisine, il s’approcha de l’ermite, ébahi de surprise. En lui tendant le


bol, il ouvrit le couvercle pour lui en montrer le contenu :
« Le voici, votre dragon-serpent ! »
Doublement surpris, l’ermite Uruvela Kassapa songea :
« Il a de grands pouvoirs ce renonçant, alors que moi, je n’en ai pas. Néanmoins,
il n’est pas encore arahanta comme moi ! »
Bouddha connaissait parfaitement les pensées de l’ermite ; or il demeura silen-
cieux.
L’ermite était donc persuadé d’être plus accompli que Bouddha. Néanmoins, il
reconnaissait que son invité fut digne de respect ; il avait beaucoup d’admiration
pour lui :
« Ô grand renonçant ! Restez donc avec moi ! Je vous nourrirai tous les jours. »

Les hommages des deva et du brahmæ

L
a nuit suivante, les quatre grands deva chargés de surveiller l’univers à
chacun des quatre points cardinaux, sont venus auprès de Bouddha. Alors
que leurs corps irradiaient d’une lumière sublime, ils se prosternèrent
respectueusement devant le Bienheureux. Quand ils repartirent, leurs corps irra-
diaient toujours de la même lumière. Le lendemain, l’ermite Uruvela Kassapa
vint chercher Bouddha pour le repas. Quand ils eurent terminé de manger,
l’ermite ne retint pas plus longtemps sa curiosité :
« Qui est venu vous rendre visite la nuit passée ?
— Ce sont les quatre grands deva qui sont venus me trouver. Je leur ai enseigné
le dhamma, ils se sont occupés de moi. »
L’ermite Uruvela Kassapa songea :
« Il a de grands pouvoirs ce renonçant, alors que moi, je n’en ai pas. Néanmoins,
il n’est pas encore arahanta comme moi ! »
Bouddha connaissait parfaitement les pensées de l’ermite ; or il demeura silen-
cieux.
La nuit suivante, Sakka, le roi deva vint rendre visite à Bouddha, le corps étince-
lant d’une lumière nettement plus vive que celle des quatre grands deva de la nuit
précédente. Il se prosterna très respectueusement devant le Bienheureux, qui lui
délivra un enseignement du dhamma. Plus tard, le deva Sakka repartit en brillant
tout autant qu’à son arrivée, non sans avoir bien pris soin de Bouddha. Le lende-
main matin, à l’issue du repas, l’ermite Uruvela Kassapa, se renseigna auprès du
Bienheureux. Quand il sut qui était venu rendre visite la veille à son hôte, il son-
gea :
« Il a de grands pouvoirs ce renonçant, alors que moi, je n’en ai pas. Néanmoins,
il n’est pas encore arahanta comme moi ! »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 113
Bouddha connaissait parfaitement les pensées de l’ermite ; or il demeura silen-
cieux.
La nuit suivante, ce fut le tour d’un brahmæ de rendre visite à Bouddha, le corps
brillant d’une lumière encore plus étincelante que celle du roi deva Sakka. Il se
prosterna très respectueusement devant le Bienheureux, qui lui délivra un ensei-
gnement du dhamma. Plus tard, le brahmæ repartit en brillant tout aussi vivement
qu’à son arrivée, non sans avoir bien pris soin de Bouddha. Le lendemain matin, à
l’issue du repas, lorsque l’ermite Uruvela Kassapa, se renseignant auprès du
Bienheureux. Quand il sut qui était venu rendre visite la veille à son hôte, il son-
gea :
« Il a de grands pouvoirs ce renonçant, alors que moi, je n’en ai pas. Néanmoins,
il n’est pas encore arahanta comme moi ! »
Bouddha connaissait parfaitement les pensées de l’ermite ; or il demeura silen-
cieux.

Les tentatives du rabaissement de l’orgueil de


l’ermite Uruvela Kassapa

D
ans le but de désagréger l’orgueil démesuré de l’ermite Uruvela Kassapa,
Bouddha entreprit de lui faire une démonstration de ses pouvoirs psychi-
ques. Aucune de ces démonstrations, tout aussi fascinantes les unes que
les autres, ne manqua de surprendre l’ermite. Cependant, le Bienheureux déploya
plus d’un millier de pouvoirs, sans que l’orgueil de l’ermite fût altéré pour le
moindre. Parmi ces nombreux pouvoirs...
Bouddha se rendit d’un bon sur l’île de Søha¹a (actuel Sri Lanka) pour y prendre
son repas. Quand l’ermite lui demandait où il avait pris son repas, il lui répondit
simplement qu’il avait mangé sur l’île de Søha¹a.
Il alla dans un charnier situé près du village Senæ (où vivait Sujætæ, la mère du
Vénérable Yasa) pour y ramasser un tissu abandonné, enroulé autour d’un cada-
vre. Il fut si surprenant qu’un être aussi noble puisse ramasser une chose aussi
répugnante que ce bout de tissu rongé par les vers, que la terre en trembla. Voyant
cela, le roi deva Sakka descendit pour faire apparaître une grande pierre plate,
dans le but de laisser facilement sécher le tissu abandonné ramassé par Bouddha,
une fois lavé. Alors que l’ermite passait dans les parages, il vit cette pierre plate
immense. Étonné, comme il demanda au Bienheureux d’où elle provenait, puis-
qu’il ne l’avait jamais aperçue auparavant, il lui répondit que Sakka – le roi des
deva – l’a créée spécialement afin qu’il puisse faire sécher la robe qu’il vient de
trouver.
Parmi les nombreuses pratiques adoptées par ces ermites, l’une consistait à se
baigner dans l’eau froide d’une rivière. Une autre consistait à demeurer très près
d’un grand feu. Ces deux pratiques, selon leurs croyances, sont propices au net-
toyage des kilesæ, c’est-à-dire des impuretés mentales. Comme chaque matin,
l’ermite prit un bain dans la rivière encore froide en raison de la faible élévation
114 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

du soleil. Ensuite, il voulut rapidement se réchauffer en sortant de la rivière ; il lui


fallait donc vite couper des bûches pour allumer un feu. Comme elles étaient trop
grosses, il n’y parvenait pas. Il pensa tout de suite à Bouddha :
« Notre grand renonçant est doté de prestigieux pouvoirs : il va pouvoir m’aider
à allumer un grand feu. »
Quand il communiqua son souhait à Bouddha, celui-là fit fendre cinq cents bû-
ches à l’aide d’une seule parole – grâce à ses pouvoirs. Puisqu’elles étaient encore
trop vertes, l’ermite n’arriva pas à les allumer pour faire un feu. Il sollicita donc
encore de l’aide au Bienheureux, qui vint au secours de tous les ermites : il allu-
ma en clin d’œil cinq cents feux ; un devant chacun des cinq cents ermites. Par
compassion pour eux, il fit de même tous les jours qui suivirent. L’ermite Uruvela
Kassapa se remit à penser :
« Le grand renonçant nous donne cinq cents feux par jour à l’aide d’une seule
parole. Il a de grands pouvoirs, alors que moi, je n’en ai pas. Néanmoins, il n’est
pas encore arahanta, comme moi ! »
Une fois de plus, Bouddha connaissait parfaitement les pensées de l’ermite ; or il
demeura silencieux.
Un jour, il plut énormément. L’eau avait tout envahi, elle ruisselait dans les
moindres recoins. Toujours dans le but de montrer ses pouvoirs, Bouddha mar-
chait sans le moindre inconvénient. Le niveau de l’eau était monté très haut, ce-
pendant, ses pieds ne touchaient pas l’eau, et un grand nuage de poussière se
dégageait de ses pieds lorsqu’il avançait, exactement comme s’il progressait sur
un terrain complètement sec.
Voyant toute cette eau envahir les alentours, l’ermite pensa que Bouddha dut être
emporté par les eaux et qu’il s’y était peut-être noyé. Il partit rapidement à son
secours, à l’aide d’une barque. Quand il l’aperçut, totalement sec au-dessus des
eaux, il fut très surpris. Il l’interpella :
« Je craignais que vous soyez en danger. J’ai donc accouru à votre rescousse,
mais je suis soulagé de constater que vous paraissez sain et sauf : vous ne touchez
pas même la surface de l’eau ! »
Le Parfait rejoignit alors la barque en laissant son corps s’y envoler d’une ma-
nière paisible et gracieuse. Une fois de plus, l’ermite se mit à penser :
« Il a de grands pouvoirs ce renonçant, alors que moi, je n’en ai pas. Néanmoins,
il n’est pas encore arahanta comme moi ! »
Cette fois, Bouddha réfléchit :
« Après les nombreux pouvoirs – plus d’un millier – dont je lui ai fait démons-
tration, le gigantesque orgueil de cet ermite n’a pas subi la moindre altération !
Pour le rendre un peu plus modeste, je vais lui parler. »
S’approchant de l’ermite Uruvela Kassapa, il lui fit prendre conscience de son
attitude débordante d’orgueil :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 115
« Vous avez un orgueil démesuré, Kassapa ! Après tout ce que vous avez vu,
vous osez encore penser que vous êtes un arahanta, que vous êtes plus sage que
les autres. Vous êtes exactement comme un vers luisant qui se croit plus brillant
que le soleil ! »

Le rejet de ses croyances


par l’ermite Uruvela Kassapa

T
ouché droit par ces paroles, l’ermite ravala aussitôt son orgueil, et se pros-
terna devant Bouddha en lui demandant sans attendre :
« Prenez-moi comme disciple !
— Avant cela, il convient d’avertir tous vos disciples que vous intégrez le
saµgha.
— (Ayant rassemblé tous ses disciples) Je vous informe tous que la pratique que
je vous ai enseignée n’est pas la pratique juste. Je vous informe aussi que j’ai
décidé de devenir moine, auprès du Vénérable Gotama.
— (Les disciples) Nous voulions nous aussi intégrer la communauté du Vénéra-
ble Gotama depuis que nous le connaissons. Nous n’attendions rien de mieux que
vous le fassiez vous-même. Puisque vous vous êtes décidé à rejoindre le noble
renonçant Gotama, nous tous, également, voulons devenir moine.
— (Bouddha, s’adressant à tous) Toutes les pratiques auxquelles vous vous en-
traîniez jusqu’à ce jour sont des pratiques stériles, qui ne permettent nullement
l’éradication des kilesæ ; telles que : prendre des bains dans la rivière froide, se
chauffer le corps tout près du feu, demeurer tout nu, adopter le jeûne extrême, les
austérités ascétiques, opprimer son corps de toutes sortes de manières... Toutes
ces pratiques ne permettent pas d’effacer les kilesæ. Seul, l’entraînement des huit
magga³ga permet d’effacer les kilesæ. Seuls ceux qui adoptent un tel entraîne-
ment parviennent à nibbæna. »
Au terme de cet enseignement, Bouddha dit :
« Venez, moines ! »
Par ces deux mots, les cinq cents ermites devinrent tous de nouveaux moines.
Pour marquer symboliquement la répudiation de leur vie d’ermite, ils jetèrent
toutes leurs anciennes affaires dans la rivière. Quand Nadø Kassapa et Gayæ Kas-
sapa, les deux frères de l’ex-ermite Uruvela Kassapa, et leurs disciples, qui de-
meuraient au bord et en aval de cette rivière, virent toutes leurs affaires emportées
par le courant, ils s’imaginèrent qu’un incident grave s’était produit. Ils furent si
inquiets qu’ils partirent non seulement immédiatement auprès de leurs amis, mais
tout le monde fut du voyage, sans exception. Lorsqu’ils arrivèrent auprès d’eux,
ils eurent le soulagement de les voir en bonne santé et la grande surprise de les
trouver assis autour de Bouddha, les mains respectueusement jointes. Après un
bref échange de paroles, ces cinq cents ermites rejoignirent les autres, portant le
nombre des nouveaux moines à un millier. Quand chacun d’eux fut équipé de
robes et d’un bol, Bouddha leur délivra un enseignement, qui ferait l’objet du
sutta Ædittapariyæya. Cet enseignement dit en substance :
116 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Le corps est une chose particulièrement répugnante. Il est comparable à un feu


tant y brûlent les kilesæ. Le corps est comme une maison incendiée, car il est sous
l’emprise du feu des kilesæ : le feu de la colère, le feu de l’avidité, le feu de
l’ignorance, le feu de l’orgueil... C’est à l’aide de la pratique de la générosité, de
la vertu et de vipassanæ bhævanæ (concentration multiple développée à l’aide de
la vision directe de la réalité), qu’il est possible d’apaiser le feu des kilesæ. »
Quand cet enseignement fut terminé, tous les moines présents devinrent arahanta.
Ensuite, accompagné de tous ces moines, Bouddha poursuit son chemin jusqu’à
Ræjægaha.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 117

L’arrivée de Bouddha
à Ræjægaha

U ne fois arrivé à l’éveil, après s’être mis en chemin pour faire connaître
son enseignement, le Parfait ne s’était pas dirigé ailleurs que vers Ræjæ-
gaha, afin de respecter la promesse qu’il fit au roi Bimbisæra, de venir en
premier lieu dans son royaume pour y enseigner le dhamma. Arrivant aux abords
de Ræjægaha, le Bienheureux s’installa dans un jardin de palmiers sucriers, ac-
compagné de tous ses nouveaux disciples. La nouvelle fit rapidement le tour de la
capitale, et le roi lui-même fut vite informé de la présence de Bouddha et des
moines. Ravi de ce fait, il partit tout de suite le trouver, accompagné de sa cour et
de nombreuses personnes de toutes castes : des brahmanes, des commerçants, des
ouvriers, des paysans, etc. Il y avait beaucoup de monde, non seulement parce
que Bouddha avait déjà une grande réputation avant son éveil, lorsqu’il
s’adonnait à ses pratiques de méditation près de Ræjægaha, mais aussi parce que le
Vénérable Uruvela Kassapa était aussi très connu dans la région (en tant
qu’ermite). Ainsi, en arrivant auprès d’eux, les gens se sont prosternés devant le
grand attroupement de moines, sans toutefois savoir, pour la plupart d’entre eux,
qui était – de Bouddha ou du Vénérable Uruvela Kassapa – le maître et qui était
le disciple. Chacun se demandait qui avait adopté la doctrine de qui. Connaissant
les pensées de la foule, pour briser ce doute, Bouddha interrogea tout haut au
Vénérable Uruvela Kassapa :
« Uruvela Kassapa, pourquoi avez-vous renoncé à vos pratiques d’ermite ?
— Nous avons toujours adopté toutes les pratiques que nos maîtres nous ont en-
seignées, ce que leurs maîtres leur avaient enseigné, depuis une très ancienne
tradition de maîtres à disciples. Vénérable Bouddha, vous nous avez montré la
pratique qui conduit à magga phala (l’expérience de nibbæna). C’est pourquoi,
depuis lors, nous avons renoncé à toutes ces pratiques, et nous vous avons rejoins
pour que vous soyez notre maître, notre guide. »
Tout le monde fut réjoui et félicita Bouddha, qui fit abandonner leurs vues erro-
nées à ces anciens ermites, et à les conduire sur la noble voie du dhamma, jusqu’à
nibbæna. Le Parfait précisa également qu’il leur avait déjà délivré un sermon pour
qu’ils abandonnent leurs fausses vues, lors d’une existence précédente. Après
cette précision, il délivra un enseignement, faisant l’objet du jætaka Næradakassa-
pa (ce récit d’une des vies antérieures de Bouddha se compose de 190 strophes), à
l’issue duquel 110 000 personnes parmi celles présentes – dont le roi – sont deve-
nues sotæpana. 10 000 autres personnes se sont contentées de prendre le triple
refuge.
Quand l’enseignement fut achevé, le roi Bimbisæra, régnant sur l’état du Magad-
ha, déclara à Bouddha :
« Avant que je ne devienne roi, j’avais cinq souhaits :
118 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

(1) il serait bien que je devienne roi ;


(2) il serait bien qu’une fois parvenu à l’éveil, Bouddha vienne en premier lieu
dans mon royaume ;
(3) il serait bien que je puisse entendre l’enseignement de Bouddha une fois qu’il
viendrait ;
(4) il serait bien que je puisse comprendre son enseignement ;
(5) il serait bien que je puisse abandonner les vues erronées pour adopter les vues
correctes (grâce à cet enseignement).
Aujourd’hui, ces cinq souhaits se sont réalisés. Désormais, Vénérable Bouddha,
veuillez me considérer comme upæsaka (personne qui respecte Bouddha, son
enseignement et la communauté de ceux qui le véhiculent). Je vous convie à mon
palais pour le repas de demain, Vénérable Bouddha, ainsi que tous les moines qui
sont ici présents. »
Le lendemain, lorsque le saµgha arriva au palais, le roi les reçut lui-même et leur
fit servir le repas. Après manger, Bouddha délivra un cha¥¥hakathæ (ce qui signi-
fie « six paroles », en pali), c’est-à-dire un enseignement général. Quand Boudd-
ha délivrait un enseignement, il s’agissait le plus souvent d’un enseignement
général (quand il n’y avait pas un thème particulier à aborder). Un « enseigne-
ment général » se divise en six parties :
dæna kathæ, la pratique de la générosité ;
søla kathæ, la pratique de la vertu ;
sagga kathæ, à propos du monde des deva ;
mokkha kathæ, la libération (des impuretés), nibbæna ;
kæmænaµ ædønava kathæ, l’imperfection des plaisirs sensoriels ;
catusacca kathæ, les quatre nobles vérités.
Une fois que Bouddha acheva son enseignement, le roi lui offrit un château qu’il
possédât dans le bois de Ve¹uvana (la « forêt de bambous », en pali), situé aux
alentours de Ræjægaha, pour en faire un monastère – le tout premier monastère du
saµgha. Le jour même, Bouddha s’y installa, avec les Vénérables Assaji, Yasa,
les trente anciens princes Bhaddavaggø et d’autres moines.
Depuis que le Bienheureux était revenu à Ræjægaha, certains l’appelaient « le
sage », d’autres l’appelaient « l’ascète Gotama », d’autres, encore, l’appelaient
« le noble renonçant », mais désormais, plus personne ne l’appelait « le prince
Siddhattha ».
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 119

IV

À PROPOS DES PRINCIPAUX DISCIPLES MOINES


120 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 121

Le passé des Vénérables Særi-


puttaræ et Mahæ Moggalæna
Le renoncement du riche Sarada

B
ouddha raconta ensuite le récit du développement des pæramø des Vénéra-
bles Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna...

Il y a 1 asa³khyeyya et 100 000 kappa en arrière, vivaient un brahmane et


un riche homme, tous deux de la tribu des Mahæsæla. Le brahmane se nommait
Sarada – le futur Vénérable Særiputtaræ – et le riche homme Sirivaððhana – le
futur Vénérable Mahæ Moggalæna. Tous deux furent les meilleurs amis du
monde, et ce, dès leur plus tendre enfance. À la mort de son père, Sarada hérita de
toute sa fortune, qui comprenait également les biens de tous ses ancêtres. Alors
jeune adulte, Sarada alla dans un endroit calme et silencieux pour réfléchir :
« Maintenant, je sais de quelle vie je bénéficie. Plus tard, je ne sais pas quelle
vie m’attend. Toutefois, une chose est sûre : il en va toujours de même. Après la
conception, on débouche sur une nouvelle naissance ; après la naissance, on par-
vient irrémédiablement à la mort. Puis cela recommence éternellement ainsi.
Toute cette fortune ne présente pas le moindre avantage. De toutes les richesses,
l’or, l’argent, les joyaux, les réserves de riz... on ne peut rien emporter quand on
meurt. Si quelqu’un meurt, on a beau lui souhaiter tout ce qu’on veut, on ne peut
plus rien pour lui ; il renaîtra là où il doit renaître (en fonction de ses actes). Les
plaisirs sensoriels sont dépourvus de toute substance. Quel bénéfice retire-t-on en
jouissant de ces sens ? Il serait vraiment bien que je puisse trouver une voie qui
me sorte de cette sphère des plaisirs sensoriels. Il serait bien qu’après avoir re-
noncé à l’existence laïque, j’adopte une vie de renoncement, afin de rechercher
nibbæna, la libération définitive de la sphère des sens. »
Quand Sarada se rendit auprès de son ami Sirivaððhana, il lui fit part de ses ré-
flexions, lui annonçant son intention de mener la vie de renonçant. Ensuite, il lui
proposa :
« Ami Sirivaððhana ! Aimeriez-vous, vous aussi, abandonner la vie laïque, pour
mener la vie de renonçant, consacrée à la recherche du précieux nibbæna ?
— Non, Sarada, je n’envisage pas cela. Toutefois, si vous êtes prêt à faire ainsi,
n’attendez pas, partez dès maintenant mener la vie de renonçant ! »
Sarada abandonna la totalité de ses possessions. Il partit sur une montagne pour y
vivre en ermite. Il développa rapidement les jhæna et les abhiñña. Au fur et à
mesure, tous ses amis sages le rejoignirent, jusqu’à ce que l’ermite Sarada se
retrouve avec 74 000 disciples ermites. Il leur enseigna les jhæna et les abhiñña.
Tous parvinrent à les développer intégralement.
122 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La rencontre de l’ermite Sarada


avec Bouddha Anomadassø

D
ans le majjhima desa, dans le royaume de Candavatø, s’éveilla Bouddha
Anomadassø. Les parents de ce bouddha étaient roi et reine. Le roi
s’appelait Yasavæ et la reine Yasodharæ (rien à voir avec l’épouse du
prince Siddhattha). À l’instar de tout bouddha, le Bienheureux Anoma-
dassø avait ses deux aggasævaka (les deux plus nobles disciples, l’équivalent des
Vénérables Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna pour Bouddha Gotama) et son servi-
teur attitré, qui l’accompagnait où qu’il allât (l’équivalent du Vénérable Ænandæ
pour Bouddha Gotama). Son disciple bras droit était le Vénérable Nisabha, son
disciple bras gauche était le Vénérable Anoma. Son serviteur attitré était le Véné-
rable Varu¼a. De la même manière, il avait ses deux plus nobles disciples monia-
les : sa disciple bras droit était la Vénérable Sundaræ, sa disciple bras gauche était
la Vénérable Sumana.
Un jour, alors que Bouddha Anomadassø sortait d’un phala samæpatti (absorption
en nibbæna), il vit Sarada dans sa montagne, entouré de ses 74 000 disciples.
Sachant qu’il était destiné à devenir l’un des deux aggasævaka d’un futur boudd-
ha, il décida d’aller le voir. Il vola dans les airs grâce à ses pouvoirs psychiques
pour le rejoindre sur la montagne. Ce jour-là, tous les disciples de l’ermite étaient
partis chercher des fruits dans les forêts environnantes. Bouddha Anomadassø alla
tout seul sur la montagne. Quand il arriva, l’ermite Sarada était lui aussi tout seul.
Quand l’ermite vit Bouddha s’approcher de lui, il sut aussitôt :
« Dans ce monde, il n’y a pas plus noble que lui, personne ne peut le rivaliser. »
Pour l’accueillir, il lui prépara une place pour s’installer, il lui apporta de l’eau. Il
se prosterna très respectueusement, lui adressa des paroles de courtoisie et s’assit
sur le côté, plus bas que lui. À ce moment-là, tous les disciples de l’ermite revin-
rent, très surpris de voir leur maître marquer de profonds signes de respect envers
un étranger – Bouddha Anomadassø – et s’asseoir plus bas que lui, car ils se sont
toujours imaginé que leur maître était le noble de tous les êtres. Ils ne purent
cacher leur étonnement :
« Ô maître ! Cette personne serait-elle plus noble que vous ?
— Comment osez-vous poser une pareille question ? Entre une montagne et un
grain de sésame, qu’est-ce qui est le plus grand ?
— Une montagne est infiniment plus grande, maître.
— De la même façon, la grandeur de cet être n’est pas comparable avec moi ; il
est Bouddha, en ce monde, c’est le plus noble. »

Le souhait de l’ermite Sarada

T out le monde se prosterna devant Bouddha Anomadassø, se mit à prendre


le plus grand soin de lui, et lui offrit les meilleurs fruits de la cueillette.
Bouddha pensa qu’il serait bien que ses deux principaux disciples soient
ici, avec lui. Quand ceux-là prirent connaissance de la volonté du Bienheureux,
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 123
ils vinrent sur la montagne, accompagnés de tout le saµgha, composé en ce
temps-là de cent mille moines. À leur arrivée, les ermites s’empressèrent de leur
préparer une bonne place pour s’asseoir. Pour ce faire, ils couvrirent le sol de
fleurs. Bouddha Anomadassø se leva, allant s’asseoir face au saµgha et devant
tous les ermites, sur un endroit surélevé, également recouvert de fleurs. Pour
permettre un considérable mérite aux ermites qui préparèrent avec grand soin
l’endroit d’accueil du saµgha et lui-même, il s’absorba dans le nirodha (expéri-
mentation de la cessation de toutes consciences) durant sept jours. Sachant dans
quel type d’absorption le Parfait était, tout le saµgha se plongea également dans
le nirodha. Afin de protéger Bouddha Anomadassø des intempéries, l’ermite Sa-
rada tendit au-dessus de lui un parapluie fait de feuilles, sans bouger, les sept
jours durant l’absorption des moines, sans manger, ni rien faire d’autre. Seul, pøti
(joie intense) l’envahit.
Quand tout le monde sorti de son absorption, Bouddha appela Nisabha près de lui
– son disciple bras droit – l’enjoignant d’enseigner à l’intention de tous les ermi-
tes, un sermon à propos du mérite développé par le don de fleurs, tel qu’ils ve-
naient de le faire au saµgha. Après, il invita Anoma – son disciple bras gauche –
à prononcer le même sermon. Quand ce fut chose faite, pas un seul des ermites ne
devint ariyæ. Bouddha Anomadassø délivra lui-même un enseignement, au terme
duquel les 74 000 ermites devinrent tous arahanta, à l’exception de Sarada, dont
les pæramø le destinaient à la distinction particulière d’aggasævaka, lors d’un
prochain buddha sæsana (au temps de Bouddha Gotama). Le Bienheureux n’eut
alors qu’à dire « ehi bhikkhu ! », et tous obtinrent spontanément bol et robes. À
cet instant, l’ermite Sarada formula son souhait à Bouddha Anomadassø :
« Ô noble Bouddha ! Avec les kusala (actes méritoires) que j’ai accomplis par
mon offrande de fleurs et par ma protection sept jours durant à l’aide d’un para-
pluie de feuilles, puissé-je devenir, tout comme votre noble disciple le Vénérable
Nisabha, aggasævaka disciple bras droit d’un prochain bouddha ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, qui est une connaissance propre à un bouddha et per-
mettant de prédire dans un très lointain avenir en se basant notamment sur les
facteurs très complexes du kamma des êtres et de l’évolution de leurs pæramø, le
Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent à l’ermite Sarada. Ensuite, il
lui répondit :
« Sarada, toutes les conditions sont favorables : d’ici 1 asa³khyeyya et
100 000 kappa, vous deviendrez un aggasævaka. Dans ce kappa, il y aura cinq
bouddhas : d’abord Bouddha Kakusandha, suivi de Bouddha Ko¼æguma, ensuite
Bouddha Kassapa, et après, Bouddha Gotama, auprès duquel vous serez le disci-
ple bras droit. Votre nom sera alors Særiputtaræ. »
Après cela, Bouddha Anomadassø et tout le saµgha – dont les 74 000 disciples –
repartirent, laissant l’ermite Sarada tout seul sur sa montagne.
124 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le souhait de Sirivaððhana

B
ientôt, l’ermite Sarada rendit visite à son ami Sirivaððhana, qui vivait
encore pleinement dans le monde laïc. En arrivant, il s’arrêta devant la
porte de sa maison. Sirivaððhana vint lui ouvrir :
« Ô ami Sarada ! Voilà si longtemps que nous ne nous sommes point
revus. Je vous en prie, entrez donc ! Asseyez-vous ! (Il accueillit courtoisement
son ami et s’assit à côté de lui.) Où sont vos disciples ? Ne vous accompagnent-ils
pas ?
— Un jour, alors que tous mes disciples étaient allés chercher des fruits dans la
montagne, je reçus la visite d’un être exceptionnel. Personne ne peut être comparé
à lui. (Il relata à son ami tout ce qui s’était passé ensuite...) C’est ainsi que je
deviendrai le disciple bras droit de Bouddha Gotama. Jusque-là, faisons chemin
ensemble, mon ami ! Puissiez-vous devenir le disciple bras gauche de ce boudd-
ha ! Efforcez-vous de devenir un aggasævaka avec moi !
— Comment pourrais-je m’y prendre ? Je ne connais même pas ce Bouddha Ano-
madassø, je n’ai pas la moindre relation avec lui ! (Il réfléchit un instant.) Emme-
nez-moi auprès de lui, mon ami ! Aidez-moi, et faites-le-moi connaître ! Alors
seulement je serai en mesure d’accomplir un grand acte méritoire et de formuler
moi aussi mon souhait en conséquence.
— Ne soyez pas inquiet pour cela, je me fais un devoir d’aller inviter Bouddha
Anomadassø et ses moines à venir chez vous. Vous n’avez qu’à vous occuper du
nécessaire pour les recevoir.
— Entendu ! Je vais de ce pas faire aménager un abri capable d’abriter deux cent
mille moines. J’organiserai tout pour leur offrir le repas et les boissons durant
sept jours. »
L’ermite alla retrouver Bouddha pour lui annoncer l’invitation :
« Ô noble Bouddha ! Par compassion pour mon ami Sirivaððhana, je serai tel-
lement ravi que vous acceptiez, avec le saµgha, une invitation pour le repas et les
boissons durant sept jours. Voudriez-vous lui faire l’honneur de votre visite, de
venir chacun de ces sept jours, et délivrer un enseignement à l’issue du septième
jour ? »
Acceptant l’invitation du riche Sirivaððhana, Bouddha Anomadassø vint à chacun
de ces sept jours, accompagné de cent mille moines. Sirivaððhana leur fit servir
repas et boissons, et le septième jour, offrit un jeu de trois robes pour chacun des
moines. À ce moment, Bouddha enseigna le dhamma. Quand le sermon fut ache-
vé, Sirivaððhana s’approcha du Bienheureux :
« Ô noble Bouddha ! Le souhait de mon ami l’ermite Sarada est accompli : il
sera aggasævaka, au temps de Bouddha Gotama. Avec tous les kusala que je
viens d’accomplir pendant ces sept jours, puissé-je devenir, tout comme votre
noble disciple le Vénérable Anoma, aggasævaka disciple bras gauche d’un pro-
chain bouddha ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, Bouddha Anomadassø examina profondément les
probabilités qui s’offraient au riche Sirivaððhana, avant de lui répondre :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 125
« Toutes les conditions sont favorables : dans 1 asa³khyeyya et 100 000 kappa,
vous deviendrez un aggasævaka. Dans ce kappa, il y aura cinq bouddhas :
d’abord Bouddha Kakusandha, suivi de Bouddha Ko¼æguma, ensuite Bouddha
Kassapa, et après, Bouddha Gotama, auprès duquel vous serez le disciple bras
gauche. Votre nom sera alors Mahæ Moggalæna. »
Sirivaððhana marqua sa satisfaction en se prosternant respectueusement devant
Bouddha. Tout le monde était enchanté par cette noble prédiction.

Quand Bouddha (Gotama) eut achevé ce récit, il conclut, comme il le fit au terme
du récit de chacun de ses autres grands disciples :
« Comme chacun peut le constater, les distinctions particulières qui sont propres
à chacun de ces moines ne leur ont pas été remises en fonction de leur tête, mais
leur sont dues exclusivement en vertu de la détermination de leur souhait lointain
certifié par un bouddha omniscient et des innombrables pæramø qu’ils ont déve-
loppées au cours de périodes extrêmement longues. »
126 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’entrée de Særiputtaræ et Ma-


hæ Moggalæna dans le saµgha
La prise de conscience d’Upatissa et de Kolita

E
n ce temps-là, il y avait deux villages, ni près, ni loin de Ræjægaha, du
nom d’Upatissa et de Kolita. Deux bébés naquirent en même temps, un
dans chacun de ces deux villages. Il leur fut donné le même nom que leur
village respectif : Upatissa et Kolita (le village d’Upatissa est aussi connu sous le
nom de Næ¹aka). Le père d’Upatissa – du futur Vénérable Særiputtaræ – était un
brahmane, chef du village ; il s’appelait Mahæsæla, et de son autre nom,
Va³kanta. Sa mère, quant à elle, se nommait Rþpasærø. À l’instar du brahmane
Mahæsæla, le père de Kolita – du futur Vénérable Mahæ Moggalæna – était brah-
mane et chef de son village. Il se nommait Sujæta, quant à la mère, elle s’appelait
Moggalø. Ces deux familles entretenaient d’excellentes relations, avant même la
naissance d’Upatissa et Kolita. Les membres de ces familles étaient très versés
dans les sciences, notamment en astrologie. Lorsqu’ils devinrent plus grands,
Upatissa et Kolita furent les plus doués de leur famille respective, dans toutes les
disciplines ; ce qui leur valut de fréquentes félicitations de la part de leurs parents
et d’autres parentés.
Un jour, Upatissa et Kolita assistaient à une grande fête en plein air, célébrée
comme le voulait la tradition : sous un ciel dégagé permettant de voir toutes les
étoiles. Alors que se tenait un magnifique spectacle de danse, Upatissa prit sou-
dainement conscience de l’omniprésence de la souffrance au sein de l’existence :
« Ce corps n’est constitué que de choses absolument répugnantes, il n’est rien
d’autre qu’un sac de douleurs qui est assujetti à tout moment aux maladies et aux
maux divers. La vie humaine ne dure tout au plus qu’une centaine d’années, au
terme desquelles survient irrémédiablement la mort. De plus, on est contraint à
d’innombrables peines et difficultés pour subvenir à ses besoins alimentaires,
vestimentaires, de logement, d’hygiène... Se mettre en ménage avec une épouse
(ou un époux) et avoir des enfants à sa charge constitue autant de sources sup-
plémentaires de problèmes. Il est complètement incroyable et ahurissant de cons-
tater à quel point les êtres peuvent se complaire dans une existence aussi miséra-
ble ! C’est inimaginable à quel point on peut être aveugle. »
Songeant ainsi, son visage se rembrunit. Voyant son ami, Kolita lui demanda la
raison de son air si désolé. Lorsqu’Upatissa lui en expliqua la raison, il eut subi-
tement la même prise de conscience, lui confiant alors qu’il était parfaitement
d’accord avec lui, en concluant :
« Il serait vraiment bien qu’il puisse exister un endroit qui nous permettrait
d’être affranchi de tout cela. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 127
Upatissa et Kolita demandèrent alors la permission à leurs parents de les laisser
quitter la vie du foyer pour la vie d’ascète ; ce qu’ils obtinrent sans délai. Avant
de partir, ils demandèrent à leurs nombreux amis s’ils étaient prêts à les suivre.
Tous ceux qui furent d’accord d’en faire autant partirent avec eux.

L’ascète Sañcayabela¥¥ha

I
ls se rendirent auprès d’un ascète réputé de la région, du nom de Sañcayabe-
la¥¥ha. Étant donné que les gens avaient beaucoup d’admiration pour Upatis-
sa et pour Kolita, ils ont naturellement eu tendance à effectuer de nombreu-
ses offrandes et marques de respect envers le nouveau maître des deux jeunes
ascètes. Les nouveaux renonçants adoptaient scrupuleusement les instructions qui
leur furent enseignées par leur maître. La pratique d’Upatissa et de Kolita était
d’une remarquable noblesse. À cette époque, le renonçant Gotama n’était pas
encore parvenu au stade de bouddha, et ne demeurait encore que très peu connu.
Deux à trois jours après leur arrivée auprès de l’ascète Sañcayabela¥¥ha, Upatissa
et Kolita savaient et avaient expérimenté tout ce que leur maître savait et avait
expérimenté. Ne se doutant pas d’une telle chose, ils l’interrogèrent :
« Maître, de ce que vous savez et que nous ne savons pas encore, qu’y a-t-il que
vous ne nous avez pas encore enseigné ?
— De ce que je sais et que vous ne savez pas encore, il n’y a rien. Je vous ai déjà
enseigné tout ce que je savais.
— Nous ne sommes pas satisfaits, la pratique que vous nous avez enseignée ne
conduit pas à la fin de la maladie, de la vieillesse et de la mort. »
Upatissa et Kolita prirent ensemble une décision :
« Cet ascète ne sait rien du tout, il n’y a pour nous pas le moindre avantage à
rester encore avec lui. Le pays est vaste, il y a de nombreux maîtres, nous allons
en chercher un autre. »
Ils prirent ensuite la détermination de s’entraîner à la recherche de la libération,
sans relâcher leurs efforts et jusqu’à la mort s’il le fallait. Cette détermination se
basait sur une promesse mutuelle : le premier d’entre eux qui trouverait le dham-
ma qui permettrait de mettre un terme à la vieillesse, à la maladie et à la mort,
avertirait l’autre. Sur cette promesse, Upatissa et Kolita prirent congé de l’ascète
Sañcayabela¥¥ha et partirent à la recherche d’un autre maître ; un maître qui serait
en mesure de leur enseigner une pratique conduisant à la fin de la maladie, de la
vieillesse et de la mort.
Quand ils rencontrèrent un autre ascète également très réputé, ils s’entretinrent
quelques instants avec lui, en l’interrogeant sur des points essentiels concernant la
pratique qu’il enseignât. Ce faisant, ils s’aperçurent tous deux que les connaissan-
ces de l’ascète étaient désespérément limitées. Non seulement, il ne fut pas en
mesure de répondre de façon satisfaisante aux questions des deux jeunes ascètes,
mais de plus, percevant clairement la supériorité de la sagesse des deux renon-
çants sur la sienne, lui-même demanda à Upatissa et Kolita de le prendre comme
leur disciple. Ils poursuivirent alors leur route auprès d’autres maîtres, de nom-
128 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

breux maîtres connus, qui tous, après avoir avoué ne pas être capable de satisfaire
la demande des deux jeunes ascètes, leur ont demandé de les accepter auprès
d’eux comme disciples. Ainsi, après s’être rendu auprès de nombreux ascètes
connus, Upatissa et Kolita revinrent auprès de l’ascète Sañcayabela¥¥ha – leur
premier maître – accompagnés de leurs nouveaux disciples, au nombre de deux
cent cinquante. Ils revinrent auprès de lui, car ils n’avaient pas trouvé d’être plus
sage, et s’ils retournèrent vers lui plutôt qu’un autre, c’était surtout parce qu’il fut
le premier.
Ils ignoraient encore qu’ils étaient nettement plus mûrs que lui, sur la voie de la
connaissance. Pourtant, ce maître ne savait, pour ainsi dire, rien. Quand on le
questionnait, il répondait toujours ce qu’on voulait entendre : quand on lui de-
mandait s’il existe d’autres existences après la mort, il demandait en retour
« Qu’en pensez-vous ? » Si on lui répondait « Je pense que oui », il disait « Alors,
il doit probablement en être ainsi » ; Si on lui répondait « je pense que non », il
acquiesçait de la même façon. Quand on lui demandait « Les bonnes et les mau-
vaises actions entraînent-elles des conséquences ? », il éludait le problème à
l’aide de la même tactique que la question sur les existences après la mort.

La rencontre entre le Vénérable Assaji


et l’ascète Upatissa

Q
uelques temps plus tard, après que Bouddha se fut éveillé et qu’il demeu-
rait depuis trois jours dans le monastère de Ve¹uvana, le Vénérable Assa-
ji partit collecter sa nourriture quotidienne dans un village voisin. Alors
qu’il s’approchait du village, l’ascète Upatissa – le futur Vénérable Særi-
puttaræ – l’aperçut sur son chemin. En regardant le noble moine, l’ascète pensa :
« Oh, comme il a la peau claire ! Comme son visage est lumineux ! Quelle su-
blime prestance ! Il serait vraiment bien que je lui parle. »
Il attendit respectueusement que le moine aille tranquillement récolter son repas.
À son retour du village, le Vénérable Assaji s’installa sous un abri près de
l’endroit où se tenait le jeune Upatissa. L’ascète s’approcha de lui pour lui prépa-
rer une place destinée à la consommation de son repas, et pour lui apporter de
l’eau. Quand le Vénérable eut terminé de manger, l’ascète Upatissa le salua res-
pectueusement, lui exprimant des paroles réjouissantes de politesse. En
s’approchant de lui, il s’assit à une place convenable et s’adressa ainsi au noble
moine :
« Quel est votre nom ? Auprès de qui êtes-vous devenu moine ? Qui est votre
maître ? Quelle doctrine suivez-vous ?
— Je suis le moine Assaji. Il y a dans ce monde quelqu’un qui est parvenu à l’état
d’arahanta par lui-même. Quand je l’ai rencontré, je lui ai demandé auprès de qui
il est devenu moine, qui est son maître et quelle doctrine il suit. Il s’agit d’un
moine qui fut prince, un fils de Sakya. Aujourd’hui, je suis les indications de ce
noble moine. C’est ce noble Bouddha qui est mon maître. C’est l’enseignement
de ce noble Bouddha que j’adopte.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 129
— (L’ascète fut réjoui des paroles du vénérable) Quelle est la croyance de votre
maître ? Quel est l’enseignement de votre maître ?
— Cet enseignement est diamétralement opposé à celui des ascètes tels que vous.
Il n’a absolument rien à voir. Cet enseignement n’est fait que de substance. Il
s’agit de l’enseignement qui conduit à nibbæna. Cela dit, sachez que je viens à
peine de rejoindre ce bouddha. Dans sa communauté, il n’y a que des nouveaux
moines pour l’instant. Je ne suis pas en mesure de vous enseigner largement le
dhamma, mais seulement un extrait.
— Ça ne fait rien ! Que ce soit beaucoup ou seulement un peu, enseignez-le-moi,
je vous en prie ! Même si ce n’est que très peu, je parviendrai sûrement à en obte-
nir beaucoup (conscient de sa grande sagesse, Upatissa savait qu’à l’aide de peu
d’éléments d’une doctrine, il était capable de comprendre beaucoup de choses,
par le biais de la réflexion analytique).
— Bouddha enseigne ceci... La naissance, la vieillesse, la maladie et la mort sont
source de souffrances et sont inévitables. Ainsi, l’existence est souffrance.
L’attachement est la cause de la souffrance. L’extinction de l’attachement mène à
l’extinction de la souffrance. La voie moyenne est la voie qui mène à l’extinction
de la souffrance. Telle est la croyance de ce noble moine qui est mon maître. Ce
dhamma a la faculté de faire disparaître, d’éradiquer les moindres kilesæ. Grâce à
ce dhamma, il n’y a plus la moindre inquiétude à avoir, il nous permet de parvenir
au but suprême qu’est nibbæna. »
N’ayant entendu que ces quelques phrases du dhamma, Upatissa devint sotæpana.
Comblé de bonheur, il affirma au Vénérable Assaji :
« C’est très bien ! Il ne m’en fallait pas plus, j’ai très bien saisi cet enseigne-
ment. Pourriez-vous m’indiquer où je puis trouver Bouddha ?
— Il demeure en ce moment dans un monastère qui se situe dans la forêt de
Ve¹uvana.
— (Songeant à son compagnon Kolita – le futur Vénérable Mahæ Moggalæna) Je
connais quelqu’un qui comprendra facilement le dhamma de ce Vénérable
Bouddha, également. Nous irons ensemble rendre visite à Bouddha. »

La transmission du dhamma de l’ascète Upatissa


à l’ascète Kolita

L
’ascète Upatissa rentra auprès des autres ascètes. Voyant arriver son com-
pagnon de loin, l’ascète Kolita constata :
« Quelle apparence lumineuse ! Quelle noble prestance ! Cela ne me
surprendrait pas qu’il soit parvenu à une réalisation stable. »
Alors que le noble Upatissa approchait, son compagnon l’interpella par des com-
pliments :
« Que vous êtes lumineux ! Que votre apparence est propre et claire ! Êtes-vous
parvenu au but suprême de nibbæna ?
— Je suis parvenu au but suprême de nibbæna.
130 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— De quelle manière êtes-vous y êtes-vous parvenu ?


— J’ai rencontré un moine qui partait collecter sa nourriture. Il s’appelle Assaji.
Quand il s’est installé sous un abri près de l’endroit où je me tenais, je me suis
approché de lui pour lui préparer une place afin qu’il puisse prendre son repas, et
pour lui apporter de l’eau. Quand le Vénérable Assaji eut terminé de manger, je
l’ai respectueusement salué, en lui disant des paroles réjouissantes. En
m’approchant de lui, je me suis assis à une place convenable et lui ai demandé :
“ Quel est votre nom ? Auprès de qui êtes-vous devenu moine ? Qui est votre
maître ? Quelle doctrine suivez-vous ? ” Il m’a répondu : “ Je suis le moine Assa-
ji. Il y a dans ce monde quelqu’un qui est parvenu à l’état d’arahanta par lui-
même. Quand je l’ai rencontré, je lui ai demandé auprès de qui il est devenu
moine, qui est son maître et quelle doctrine il suivait. Il s’agit d’un moine qui fut
prince, un fils de Sakya. Aujourd’hui, je suis les indications de ce noble moine.
C’est ce noble Bouddha qui est mon maître. C’est l’enseignement de ce noble
Bouddha que j’adopte. ” »
L’ascète Upatissa lui relata mot pour mot sa rencontre avec le Vénérable Assaji.
Quand il en vint au moment où le moine s’apprêta à exposer brièvement le dham-
ma découvert par Bouddha – tel que le Vénérable Assaji le lui présenta –, l’ascète
Kolita, empressé d’en prendre connaissance, s’exclama :
« Enseignez-le-moi ! Enseignez-moi vite ce noble dhamma ! »
Quand ce fut fait, l’ascète Kolita devint sotæpana à son tour. À ce moment-là, il
proposa à son compagnon ce que lui-même avait l’intention de proposer :
« Allons vers ce Vénérable Bouddha ! Ce Vénérable Bouddha sera notre maître.
Allons en informer nos disciples ! »
Quand ces derniers – au nombre de deux cent cinquante – furent mis au courant,
ils choisirent tous de suivre leurs deux jeunes maîtres Upatissa et Kolita auprès de
Bouddha.

Le délaissement de l’ascète Sañcayabela¥¥ha

A
vant de partir rejoindre Bouddha, les ascètes Upatissa et Kolita allèrent
avertir de leur départ leur maître et les deux cent cinquante autres ascètes.
L’ascète Upatissa prit la parole :
« Maître. Abandonnez vos croyances et vos pratiques, car elles sont
erronées. J’ai trouvé la voie juste. Bouddha s’est éveillé ; le dhamma a commencé
à se répandre. Je vous informe, que pour notre part, nous quittons votre secte pour
rejoindre la communauté de ce Bouddha. La pratique que vous enseignez ne pré-
sente aucun bénéfice. Abandonnez-la et rejoignez-nous auprès du Vénérable
Bouddha !
— Non, je reste ici. J’ai une grande réputation, j’ai beaucoup de disciples et de
nombreuses personnes me vénèrent. Je ne veux pas perdre cela. Ce serait comme
s’il fallait verser le contenu d’un très grand pot rempli (d’une chose précieuse)
dans un tout petit pot : je perdrais beaucoup. Je ne veux pas non plus me retrouver
en dessous de quelqu’un. Je tiens beaucoup à mon prestige. D’ailleurs, laissez-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 131
moi plutôt vous proposer autre chose : restez avec moi, et nous dirigerons la secte
à trois avec le dhamma que vous venez de trouver. Nous jouirons ainsi d’un grand
prestige, nous serons respectés par beaucoup de disciples et bénéficierons de
beaucoup de donations.
— Maître, ne soyez pas vaniteux d’un enseignement qui est vide de substance.
— Parmi les êtres pourvus de sagesse et les êtres dépourvus de sagesse, qui sont
les plus nombreux ?
— Les êtres dépourvus de sagesse sont nettement plus nombreux, maître.
— Chers disciples ! Les mauvais êtres s’unissent. Les pauvres s’unissent. Les
fous s’unissent. Là est une règle universelle. Pour cette raison, les êtres dépourvus
de sagesse viendront vers moi, et les êtres pourvus de sagesse iront vers Bouddha.
Ne vous inquiétez pas pour moi ; j’aurai toujours beaucoup de disciples. Mainte-
nant, si vous voulez partir, allez-y ! »
Finalement, tout le monde partit – 500 ascètes –, même les disciples de l’ascète
Sañcayabela¥¥ha. Tant et si bien qu’il resta tout seul, au milieu de logements dé-
sertés. Il fut si déprimé qu’il en vomit du sang chaud. Quand les autres le surent,
quelques anciens disciples revinrent auprès de lui afin de prendre soin et de nour-
rir leur pauvre ancien maître.

La rencontre des ascètes Upatissa et Kolita


avec Bouddha

L
orsque les 500 ascètes approchèrent du monastère de Ve¹uvana, Bouddha
était en train de délivrer un enseignement devant une large assemblée.
Bouddha aperçut de loin arriver les ascètes Upatissa et Kolita et les dis-
tingua immédiatement parmi cette foule d’ascètes. Il indiqua, à l’égard de tous les
moines, à propos des deux jeunes ascètes, qui s’avançaient vers lui :
« Moines ! Ces deux renonçants qui arrivent seront dans ce monde, mes deux
plus grands (plus nobles) disciples.
— (Les ascètes Upatissa et Kolita se prosternèrent à ses pieds) Vénérable Boudd-
ha, acceptez-nous comme vos disciples moines !
— Venez, moines ! Il convient de pratiquer correctement mon enseignement.
Pour vous débarrasser de toute la souffrance et de toute la misère, adoptez une
noble pratique ! »
Par ces paroles, Upatissa et Kolita rejoignirent le saµgha (la communauté des
moines), obtenant instantanément bol et robes, grâce aux pouvoirs du Parfait.
Comme tous les renonçants avaient pris place, Bouddha délivra un enseignement
général (cha¥¥hakathæ), au terme duquel tous les ascètes présents devinrent ara-
hanta, hormis les Vénérables Upatissa et Kolita. Par conséquence, ils intégrèrent
tous le saµgha (un arahanta étant un moine par excellence). Les Vénérables
Upatissa et Kolita ne devinrent pas encore arahanta, car ils étaient destinés à
bénéficier d’une distinction particulière, qu’ils obtiendraient dès l’instant où ils
deviendraient arahanta ; ils leur manquaient encore un peu de pæramø pour cette
distinction qui en exige beaucoup plus que pour être « simplement » arahanta.
132 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Ces distinctions sont propres à un nombre bien défini de moines, elles apparais-
sent identiquement à chaque bouddha, et sont attribuées en fonction d’un souhait
spécifique, d’une détermination profonde et d’un entraînement qui s’étend sur
une période de temps extrêmement longue. La distinction destinée à chacun des
Vénérables Upatissa et Kolita s’appelle aggasævaka, ce qui signifie « disciple
suprême ». En effet, comme Bouddha l’avait précisé, ces deux moines devien-
draient ses deux plus grands disciples.

Remarque : En intégrant un nouveau moine dans sa communauté, chaque fois que Bouddha
prononçait « Venez, moine(s) ! » (« ehi bhikkhu » en pali), un bol et un jeu de trois robes ap-
paraissaient spontanément pour celui ou ceux qui devenaient moines. Toutefois, il faisait ap-
paraître bol et robes seulement pour ceux qui en avaient fait le don à des moines lors
d’existences précédentes. Si tel n’était pas le cas – et il avait la capacité de le vérifier instan-
tanément en consultant les vies passées de n’importe quel être – il ne disait pas « Venez,
moine ! » lorsqu’il acceptait dans le saµgha quelqu’un qui n’avait jamais offert de bol ou de
robe.

Les deux disciples suprêmes de Bouddha

P
our obtenir les dernières pæramø qui leur manquaient pour être aggasæva-
ka, les Vénérables Upatissa et Kolita s’entraînèrent intensivement et sans
relâche à vipassanæ, chacun dans son coin. Pour ce faire, le Vénérable
Kolita partit s’installer sous un arbre. Au bout de sept jours, Bouddha alla voir si
son entraînement se faisait dans de bonnes conditions. Quand il parvint devant le
Vénérable Kolita, il le vit piquer de la tête, sous l’emprise de la torpeur. Il lui dit
simplement :
« Celui qui cherche la cessation de la naissance, de la vieillesse, de la maladie et
de la mort doit éviter la torpeur et la paresse. Secouez-vous et maîtrisez-vous afin
de ne pas sombrer lamentablement dans la torpeur et la paresse ! »
Très déterminé à se ressaisir, le Vénérable Kolita se redressa soudainement et, dès
le premier instant d’attention, il parvint au stade d’arahanta.
Le Vénérable Upatissa, quant à lui, alla pratiquer dans une grotte, avec son neveu,
l’ascète Døghanakha. Au quinzième jour qui suivit l’intégration dans le saµgha
du Vénérable Upatissa, Bouddha entra dans la grotte où il demeurait, pour ensei-
gner le dhamma à l’ascète Døghanakha. Comme le jeune moine était juste à côté,
il en tendit l’oreille pour profiter de cet enseignement, grâce et à l’issu duquel, il
parvint au stade d’arahanta. S’il lui fallut un peu plus de temps que son compa-
gnon le Vénérable Kolita, c’est en raison de sa sagesse extrêmement développée,
qui l’incita à analyser mentalement en profondeur les étapes progressives de son
entraînement.
Le jour même, Bouddha réunit le saµgha, faisant placer le Vénérable Upatissa à
sa droite et le Vénérable Kolita à sa gauche. Attribuant la distinction qui revient à
chacun de ces deux nobles moines, il s’adressa au saµgha en ces termes :
« À partir d’aujourd’hui, le Vénérable Upatissa sera dhammasenæpati (grand
spécialiste du dhamma, ce qui signifie qu’il est – après Bouddha – le moine le
plus compétent dans le domaine de la sagesse et de l’analyse du dhamma). Il
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 133
s’appellera désormais Særiputtaræ. Le Vénérable Kolita, quant à lui, sera iddhi-
manta etadagga (grand spécialiste des abhiñña, ce qui signifie qu’il est – après
Bouddha – le moine le plus compétent dans le domaine de l’exécution des pou-
voirs psychiques). Il s’appellera désormais Mahæ Moggalæna. »
Comme ce jour était un jour de pleine lune, l’uposatha devait être effectué.
Bouddha présenta donc l’ænæpætimokkha (l’énoncé de la conduite des moines
sous l’autorité de Bouddha lui-même) :
« Demeurer parfaitement patient à tout moment et en toute circonstance est la
plus noble des pratiques qui mènent à nibbæna. Ainsi a enseigné chaque Bouddha.
Il est impossible qu’un renonçant puisse maltraiter autrui. Celui qui maltraite
autrui ne peut pas être un renonçant.
Tout ce qui peut être néfaste, il ne faut pas l’accomplir ; ce qui est bienfaisant, il
faut le développer ; il faut entretenir un esprit pur. Ainsi, chaque Bouddha a en-
seigné ces trois vérités.
Il ne faut pas accuser autrui ; il ne faut pas critiquer autrui ; il ne faut pas déve-
lopper d’inimité ; il ne faut pas opprimer autrui ; il faut entretenir soigneusement
sa pratique du pætimokkha (sa conduite) ; il faut manger à la mesure de son corps
(connaître ses limites en ce qui concerne la nourriture) ; il faut éviter de rester
dans les endroits proches des villes et des villages (il faut préférer les endroits
calmes et à l’écart de la population) ; il faut s’efforcer de s’entraîner à vipassanæ
(développer une bonne concentration à l’aide de la vision intérieure) pour garder
un esprit pur et serein.
Tout cela, chaque Bouddha l’a enseigné. »
Certains moines n’étaient pas contents que Bouddha remît ces hautes distinctions
aux Vénérables Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna. Ils protestaient, arguant qu’il
aurait été plus juste de les remettre à des moines plus anciens, tel que le Vénéra-
ble Ko¼ðañña, plutôt qu’à de tout nouveaux venus dans le saµgha. Bouddha leur
en expliqua la raison :
« Je n’ai pas remis ces distinctions selon leurs têtes, d’ailleurs, je n’ai moi-même
rien décidé. Ces distinctions reviennent à ces deux moines et à aucun autre parce
qu’ils ont formulé un souhait profond et adopté depuis fort longtemps un entraî-
nement spécifique en vue de parvenir à cela. Ils ont développé énormément de
pæramø ; c’est en vertu de cela qu’ils méritent d’être mes deux aggasævaka.
— Vénérable Bouddha, quelles sont les pæramø exceptionnelles que certains êtres
développent pour parvenir à ces distinctions particulières ?
— Je vais vous expliquer. »
Pour faire comprendre clairement la raison de l’attribution de ces distinctions
particulières à certains moines, le Parfait raconta l’histoire du développement des
pæramø de chacun de ses principaux disciples que compte à ce jour la communau-
té...
134 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

À propos du Vénérable
Ko¼ðañña

I
l y a 100 000 kappa, vivait Bouddha Padumuttara. En ce temps-là, les hu-
mains vivaient en moyenne cent mille ans, et le saµgha (la communauté des
moines) comptait cent mille moines. Le père de Bouddha Padumuttara, qui
s’appelait Ænandæ (rien à voir avec le Vénérable Ænandæ), était le roi du royaume
de Ha¼sævatø. Il avait aménagé un jardin pour son fils, dans lequel il pouvait don-
ner des enseignements à un très large public. La tradition qu’avait instaurée le roi
Ænandæ consistait à ce que chaque jour, une personne différente offre le repas au
saµgha, de façon à faire participer tous les citoyens. Un jour, il enjoignit tous les
pauvres à se grouper pour offrir le repas aux moines. Un certain Mahæsæla – le
futur Vénérable Ko¼ðañña – était présent. Ce jour-là, Bouddha Padumuttara attri-
buait une distinction particulière de rattaññþ etadagga au moine qui fut à la fois
le premier des moines à avoir intégré le saµgha et le premier à être devenu ariyæ
(être parvenu à la Libération) – après Bouddha Padumuttara. Quand Mahæsæla vit
cela, il eut très envie d’être un jour, lors d’un prochain buddha sæsana (époque où
l’enseignement d’un bouddha est connu), le moine qui bénéficierait de cette dis-
tinction, qui s’attribue au premier disciple d’un bouddha. C’est donc à ce mo-
ment-là qu’il formula son souhait et qu’il commença sa pratique de développe-
ment des pæramø (maturité propre à la sagesse) dans cette perspective.
Le septième jour qui suivit son souhait, Mahæsæla, qui était un très riche homme,
invita tout le saµgha pour leur offrir le repas, à l’issue duquel il offrit un jeu de
trois robes pour chacun des moines du saµgha. Faisant ce don immense, il son-
gea :
« Par ce grand acte méritoire, puissé-je ne pas rencontrer de misère et de grandes
souffrances pendant tout mon cheminement dans le saµsaræ (cycle des renaissan-
ces) jusqu’à nibbæna ! (réalisation de la paix illimitée) »
Ensuite, il se prosterna respectueusement devant Bouddha Padumuttara et, les
mains jointes, s’adressa à lui :
« Ô noble Bouddha ! Je souhaiterai tellement devenir rattaññþ etadagga (le plus
ancien des moines) comme le moine que j’ai vu, il y a sept jours.
(Bouddha Padumuttara, prit connaissance des pæramø de Mahæsæla et réfléchit à
l’aide de sa sagesse illimitée, pour savoir s’il est envisageable que cet homme
bénéficie un jour de cette distinction)
— Tout est favorable pour que cela se produise. Vous pourrez devenir le premier
moine et le premier ariyæ d’un buddha sæsana et ainsi bénéficier de la distinction
de rattaññþ etadagga, après un entraînement exemplaire pendant
100 000 kappa. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 135
Dès cet instant, le riche Mahæsæla développa les kusala (actes méritoires) de ma-
nière ininterrompue, par une intense pratique de dæna (générosité) et de søla (ver-
tu), sans jamais renaître dans les mondes inférieurs.
Une fois, 91 kappa avant notre ère, apparut Bouddha Vipassø. À cette époque,
dans un village complètement perdu, éloigné de tout, vivaient deux riches frères,
dont le plus jeune – qui n’était autre que le futur Vénérable Ko¼ðañña – se nom-
mait Sþ¹akæla, et le plus âgé Mahækæla. Les deux frères étaient riziculteurs.
Quand les plants de riz furent encore jeunes au point de ne pas encore donner
leurs fruits, Sþ¹akæla les pressa afin d’obtenir du lait de riz, connu pour être riche
en protéines. Cela fait, il alla les offrir en tout premier lieu aux moines. Parfois, il
préparait ce lait de riz en lui incorporant du beurre, du lait ou du miel, avant de
l’offrir au saµgha.
Lorsque la première récolte de riz fut fraîchement coupée, il en fit également
profiter d’abord les moines. Il allait toujours offrir la nourriture en priorité au
saµgha, quoi qu’il préparât à manger. Parallèlement, il continuait toujours à
formuler avec une grande ferveur son souhait de devenir etadagga, qui lui reve-
nait naturellement à l’esprit à chaque vie. Les rizières de Sþ¹akæla donnaient du
riz de très haute qualité et en très grande quantité, grâce à ses innombrables actes
méritoires. Quant à Mahækæla, son grand frère, il n’obtenait que très peu de riz,
bien que possédant la même surface de rizières ; cela était le résultat de son ab-
sence d’actes méritoires : il n’effectuait jamais le moindre don aux êtres nobles.
Comme Sþ¹akæla ne comprenait pas la raison de ce fait, il se rendit auprès de
Bouddha Vipassø pour lui demander comment il fut possible que les récoltes de
son frère étaient systématiquement catastrophiques, tandis que les siennes systé-
matiquement prospères. Là, Bouddha Vipassø prononça cette célèbre phrase :
« Qui prend soin du dhamma, le dhamma prend soin de lui. »
Ainsi, chaque fois que le futur Ko¼ðañña effectuait un acte méritoire, il souhaitait
intensément que cet acte puisse contribuer à le faire digne de recevoir, un jour, la
distinction propre à ceux qui deviennent le premier moine et le premier ariyæ
après un bouddha.

Bouddha (Gotama) termina le récit des origines de la distinction d’etadagga du


Vénérable Ko¼ðañña en concluant :
« Voilà pourquoi, grâce aux pæramø exceptionnelles qu’il a développées tout ce
temps durant, aujourd’hui (au temps de Bouddha Gotama), il est devenu etadag-
ga. »
Après ce récit, Bouddha relata de la même façon ceux qui montrent les causes des
distinctions des quatre autres moines constituant le groupe des cinq. Chacun des
moines du groupe des cinq faisant l’objet d’une distinction particulière, il y a
donc, à l’identique, un groupe des cinq propre à chaque bouddha.
Ensuite, il présenta l’histoire d’un autre moine, qui fait également l’objet d’une
distinction : le Vénérable Yasa...
136 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

À propos du Vénérable Yasa

C haque distinction possède sa particularité. Celle du Vénérable Yasa est


d’avoir pris conscience du caractère indésirable de l’existence de la
même manière que Bouddha : en percevant le caractère répugnant du
corps humain. Une nuit, il vit soudainement un ensemble de corps de femmes
jonchées de manière désordonnée, endormies après s’être pleinement investies
dans les réjouissances, comme s’il s’agissait d’un répugnant tas de cadavres dans
un charnier.
Dans une vie passée, il effectua toute son existence durant un travail dans les
charniers, à l’instar de ses cinquante-cinq amis, qui devraient le rejoindre dans le
saµgha. Ainsi, ils brûlaient des cadavres et nettoyaient les charniers. C’est cette
longue expérience parmi les morts, qui incita le futur Vénérable Yasa à renoncer
aux plaisirs sensoriels par une telle prise de conscience.
(Voir aussi le chapitre « L’intégration du riche Yasa dans le saµgha ».)
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 137

À propos des trente moines


Bhaddavaggø

A utrefois, lors d’un précédent bouddha, les trente moines connus sous le
nom de Bhaddavaggø, formulèrent le souhait de devenir arahanta. Ils ne
cessèrent, depuis, de développer leurs pæramø. Pour expliquer comment
cela avait commencé, Bouddha exposa le Tu¼ðila jætaka. Dans ce récit de l’une
de ses vies antérieures, il est dit que ces trente moines étaient, en ce temps-là, un
groupe de trente ivrognes. Ils croisèrent le futur Bouddha, qui leur fit la morale, à
l’issue de laquelle il leur exposa les cinq préceptes :
1. S’abstenir de nuire à la vie d’autrui.
2. S’abstenir de voler.
3. S’abstenir de pratiques sexuelles inconvenantes.
4. S’abstenir de paroles mensongères.
5. S’abstenir de consommer de l’alcool et toutes substances intoxicantes.
Dès lors, soixante mille ans durant, aucun des trente ne brisa pas le moindre de
ces préceptes. Grâce à la pureté de leur conduite, ils deviendraient tous arahanta
une fois que Bouddha serait éveillé. Le Bienheureux conclut le récit à propos des
trente moines Bhaddavaggø en soulignant que leur aboutissement n’est que le fruit
de leurs pæramø.
(Voir aussi le chapitre « l’entrée des trente princes Bhaddavaggø dans le
saµgha ».)
138 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le retour à Kapilavatthu
L’invitation du roi

T el un feu est capable de couvrir une forêt en très peu de temps, Bouddha
propagea le dhamma qu’il découvrît il y a peu de temps encore. De ce
fait, la nouvelle que le Bienheureux s’éveillât et commençât à enseigner
sa noble parole s’était répandue dans le royaume de Ræjægaha et même dans les
contrées alentour. Quand le roi Sudoddhana en fut lui-même avisé, il fit appeler
un de ses ministres auprès de lui pour lui confier une mission :
« Appelez mille hommes du palais avec vous, et allez à Ræjægaha. Je veux que
vous alliez auprès de mon noble fils Bouddha, et que vous l’invitiez à se rendre
ici, à Kapilavatthu, en lui adressant ce message de ma part : “ À présent je suis
vieux. Avant de mourir, je voudrais rendre hommage à mon noble fils Bouddha.
Puisse mon noble fils bien vouloir se rendre à mon palais de Kapilavatthu ! ” »
Obéissant au roi, le ministre s’empressa de rassembler mille hommes avec lui, et
se dépêcha vers Ræjægaha. Quand il arriva dans la ville du roi Bimbisæra avec ses
hommes, il se rendit directement au monastère de Bouddha, dans le bois de
Ve¹uvana. Le Bienheureux était en train de délivrer un enseignement, à l’issue
duquel toutes les personnes présentes devinrent arahanta. Par conséquent, le
ministre et les mille hommes intégrèrent aussitôt la communauté monastique.
Outre le fait qu’il ne rentrerait plus à Kapilavatthu, l’ex-ministre oublia totale-
ment le message que le roi lui avait ordonné de transmettre à Bouddha, demeurant
ainsi silencieux.
Comme le roi Sudoddhana ne voyait personne revenir, il dépêcha un autre minis-
tre, accompagné de mille autres hommes pour aller transmettre le même message
à son noble fils. Quand ils arrivèrent, ils écoutèrent le Bienheureux leur délivrer
un enseignement au terme duquel, eux aussi, devinrent arahanta, oubliant com-
plètement le message du roi. N’ayant toujours pas la moindre nouvelle de son fils
Bouddha, le roi Sudoddhana envoya une fois de plus un ministre et mille hom-
mes, qui connurent tous encore la même suite que les précédents ministres et
hommes dépêchés. Refusant de désespérer, le roi continua d’envoyer des minis-
tres et des hommes, qui finirent tous arahanta, et donc moines, auprès du Bien-
heureux, oubliant le message royal. Lorsqu’il eut envoyé en tout neuf ministres et
neuf mille hommes sans plus jamais avoir de nouvelles et encore moins de celles
de son fils Bouddha, il réfléchit :
« Mes ministres et mes hommes ne m’aiment-ils pas ? Sur quel homme vais-je
bien pouvoir compter pour être certain du succès de cette mission pourtant sim-
ple ? »
Il pensa soudainement à Ka¹udæyø, né en même temps que Bouddha, qui fut tou-
jours un homme de confiance. Il le fit appeler et lui dit :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 139
« Si je vous envoie inviter mon fils Bouddha, êtes-vous capable de faire en sorte
pour qu’il vienne ? Êtes-vous en mesure de lui dire que je souhaite l’inviter ici, à
Kapilavatthu ?
— Je vous avoue que je serais tenté de devenir moine si je vais là-bas.
— Faites ce que vous voulez : si vous voulez être moine, soyez moine ! Si vous
ne voulez pas être moine, ne soyez pas moine ! Tout ce que je vous demande,
c’est de m’amener mon fils ! Cela vous est-il possible ?
— Oui, Sire. Je vous promets de vous le ramener. »
Ka¹udæyø partit donc, accompagné de mille hommes. Quand tous arrivèrent au-
près du Bienheureux, un enseignement leur suffit pour devenir arahanta. Parmi
ces nouveaux moines, personne ne dit rien pendant sept jours. Le huitième jour,
qui était le premier jour de l’été, Ka¹udæyø adressa finalement à Bouddha le mes-
sage qu’il promit au roi de transmettre :
« Ô noble Bouddha ! Votre père, le roi Sudoddhana m’a chargé de vous infor-
mer qu’il souhaite vous inviter dès à présent à Kapilavatthu, car maintenant, le
climat est propice, les cultures sont achevées, nous pouvons donc circuler aisé-
ment. L’été qui débute est très agréable. Les fleurs sont fraîchement ouvertes. Le
meilleur moment est venu pour voyager jusqu’à Kapilavatthu. »

Remarque : Le Vénérable Ka¹udæyø prononça 60 gæthæ pour informer le Bienheureux de


l’invitation de son père, le roi Sudoddhana, mettant essentiellement l’accent sur les avantages
de la saison pour effectuer un voyage vers Kapilavatthu.

Le voyage vers Kapilavatthu

L
e lendemain de la pleine lune d’avril, Bouddha se mit en voyage pour
Kapilavatthu, accompagné de vingt mille moines, dont la moitié était
originaire de Kapilavatthu – tous ceux dont le roi Sudoddhana avait en-
voyé avec ses ministres –, et l’autre de Ræjægaha. La distance séparant les deux
capitales étant de 60 yþjanæ, le voyage devrait durer deux mois. Bouddha renonça
à ses pouvoirs pour se rendre à Kapilavatthu, car le fait de voyager à pied lui
permettait d’enseigner le dhamma à de nombreux individus. Toutefois, le Véné-
rable Kæ¹udæyø fila avertir le roi de l’arrivée prochaine de son noble fils. Grâce à
ses pouvoirs, il gagna le palais en un instant, par la voie des airs. Quand le roi
l’aperçut arriver du ciel, sans même lui laisser le temps de se poser à terre, il
l’interrogea à brûle-pourpoint :
« Est-ce que mon fils est capable de voler comme vous le faites ?
— Vous ne pouvez pas me comparer au noble Bouddha ! Ce serait comme si l’on
voulait comparer une corne de bœuf avec la chaîne de l’Himalaya, ou une petite
flamme avec le soleil ! Il rayonne à la perfection les chabba¼¼araµsi (les six
couleurs propres aux bouddhas). Dans les trente-deux sphères que compte
l’univers, il est le plus noble. »
Les paroles de Kæ¹udæyø remplirent de joie le roi Sudoddhana. Le roi lui offrit le
repas, et le sollicita de bien vouloir accepter d’aller, à l’aide de ses pouvoirs,
chaque jour, offrir de sa part, le repas à son fils Bouddha, jusqu’à ce qu’il par-
140 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

vienne à Kapilavatthu. Ce faisant, Kæ¹udæyø informa chaque jour le roi de la posi-


tion de son fils. Pendant ce temps, baignant dans un immense enthousiasme, tout
le monde préparait la venue du Bienheureux. Dans le jardin de Nigrodha, pour lui
et ses principaux disciples, on bâtit un monastère.

L’exhortation du roi à la vie monacale

À la veille de l’arrivée de Bouddha à Kapilavatthu, le roi Sudoddhana avait


réuni sa famille au grand complet, et lui avait tenu le discours suivant :
« Mon fils avait deux possibilités : comme les astrologues l’avaient
prédit, il pouvait devenir le roi du monde, faisant le tour de la Terre, ou Bouddha,
délivrant les êtres du saµsaræ. C’est ce dernier choix pour lequel il opta. Il va
arriver, accompagné de nombreux moines, avec lesquels il parcourra les royau-
mes pour enseigner le noble dhamma au plus grand nombre. À l’exception de
mon autre fils, Nanda, et de mon petit-fils, Ræhulæ, je vous encourage tous et
vivement à embrasser la noble vie monacale et à suivre Bouddha. »
Bouddha donna un enseignement à tous les siens, qui s’étaient réunis au nombre
de 190 000 personnes. Ensuite, il se mit en route pour une bourgade nommée
Anupiya, où viendraient le rejoindre six célèbres princes Sakya, nommés : Anu-
ruddhæ, Ænandæ, Bhaddiya, Kimila, Bhagu, et Devadatta. Il y avait également un
coiffeur, qui s’appelait Upæli.

La neutralisation de l’orgueil des Sakya

P
arvenant au terme de son voyage, Bouddha et ses moines entrèrent dans
Kapilavatthu. Ceux de son ethnie, les Sakya, étaient particulièrement or-
gueilleux, du fait qu’ils appartenaient à la caste royale. Quand ils virent
arriver le Bienheureux, certains dirent :
« Oh, voici notre fils Siddhattha ! Il a l’âge d’être notre fils ! »
Les plus âgés ne daignèrent pas même se prosterner devant le Parfait. Ils restèrent
bien en arrière, se contentant d’envoyer les plus jeunes au-devant. Pour neutrali-
ser cet immense orgueil, Bouddha fit une petite démonstration de ses pouvoirs : il
bondit dans le ciel à une bonne hauteur. Il se mit à marcher dans le vide, comme
s’il était sur terre, au-dessus de la foule ébahie des Sakya. Ensuite, il fit jaillir du
feu au-dessus de son corps, par le dessous de son pied droit et par son œil droit,
de l’eau par le dessous de son pied gauche et par son œil gauche, et un mélange
de feu et d’eau par sa bouche et ses narines. En même temps, son corps rayonna
les chabba¼¼araµsi à tel point que le ciel entier fut illuminé. Avant que tout ce
feu et toute cette eau ne retombassent transformés en particules inoffensives
(comme du sucre en poudre) sur la foule paralysée d’étonnement, l’orgueil des
Sakya s’évanouit complètement.
Quand Bouddha redescendit, son père Sudoddhana se prosterna devant lui, appli-
quant le front sur ses pieds, en lui disant :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 141
« Je me suis prosterné devant vous la première fois à votre naissance quand vous
posâtes vos pieds sur la tête de l’ermite Kæ¹adevila ; la seconde fois lors de la
cérémonie de labourage, quand vous demeuriez assis le dos droit – alors que vous
n’aviez qu’un mois –, à l’ombre malgré la présence du soleil ; et la troisième fois
à présent. »
Considérablement impressionnés par la démonstration de Bouddha, voyant le roi
lui-même se prosterner devant lui, tout le monde en fit autant, jusqu’aux plus
orgueilleux des Sakya. Bouddha alla s’installer sur le trône qui fut dressé à son
attention. Il fit pleuvoir une ondée sur la foule. Ceux qui voulurent être mouillés
furent mouillés, ceux qui ne voulurent pas être mouillés demeurèrent secs. Ce fait
étrange surprit tout le monde. Bouddha expliqua qu’il eût plu de la même façon il
y a 576 000 000 années en arrière, au temps du roi Vessantaræ (son avant dernière
vie humaine). Le Bienheureux exposa ce jætaka – en mille strophes – où il fut ce
roi Vessantaræ (voir le chapitre « Le roi Vessantaræ »). Ce jour était le mardi du
premier jour suivant la pleine lune de mai de l’année 103 de la Grande ère.
Quand le jætaka fut achevé, tout le monde rentra dans sa maison respective, sans
qu’un seul n’eut l’idée d’inviter Bouddha pour le repas du lendemain. Le roi lui-
même, convaincu que son noble fils viendrait de lui-même à son palais, ne l’a pas
invité. Il ne devinait pas qu’un moine se rend chez les gens uniquement si ces
derniers l’invitent, même s’il s’agit de ses propres parents.

La première collecte de nourriture


dans Kapilavatthu

B
ouddha réfléchit aux bouddhas qui l’ont précédé. À l’aide de ses pouvoirs
psychiques, il vit tout de suite qu’aucun d’eux ne s’était rendu dans la
moindre maison sans y avoir préalablement été invité. Ainsi, il entra le
lendemain dans Kapilavatthu, accompagné de tous ses disciples pour y effectuer
la coutumière collecte, le bol dans les mains. Alors que le Bienheureux et les
autres moines s’arrêtaient devant les maisons pour y recevoir leur nourriture quo-
tidienne, les gens furent autant ravis que surpris. Tout le monde descendait dans
les rues pour voir le saµgha de près, pour se prosterner. On ne parlait que de
Bouddha et du saµgha dans la ville. Le vacarme ne manqua pas d’alerter la prin-
cesse Yasodharæ, qui courut à la fenêtre pour voir ce qu’il se passait. Quand elle
aperçut Bouddha, son ex-époux, rayonnant de lumière et suivi des autres moines,
elle se demanda :
« Est-il bien convenable de faire comme ils font, d’aller demander de la nourri-
ture avec un récipient ? »
Elle s’empressa d’aller avertir le roi Sudoddhana :
« Sire ! Sans venir chez nous, en nous ignorant totalement, ne songeant qu’à son
estomac, votre fils est en train de réclamer de la nourriture devant les maisons
avec ses disciples. Cela est-il bien convenable ? »
142 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Comme ils n’avaient jamais vu ça, ils ne comprenaient naturellement pas la signi-
fication de la collecte de nourriture selon la manière habituelle des renonçants.
Sur les mots de la princesse, sans mot dire, le roi releva ses robes et, en les tenant
fermement – pour éviter de s’y encoubler –, courut seul et aussi vite qu’il le put,
jusqu’auprès de son fils, en lui criant :
« Vénérable fils ! Pourquoi faites-vous cela ? Pourquoi attirez-vous ainsi la
honte sur nous ? Pourquoi n’êtes-vous pas venu chez nous, au palais ? Quel avan-
tage avez-vous à aller réclamer de la nourriture aux gens du peuple ? Vous seriez-
vous imaginé que je n’ai pas les moyens d’offrir le repas à vingt mille moines ?
Des 334 569 ancêtres de notre lignée, depuis le tout premier roi Mahæsammata
jusqu’à notre récent ancêtre Søhahanu, jamais un seul n’a demandé une seule fois
sa nourriture à autrui !
— Tous les bouddhas qui m’ont précédé ont toujours eu l’habitude de faire ainsi
pour obtenir leur nourriture : ils s’arrêtent immobiles en silence devant les mai-
sons et acceptent la nourriture de ceux qui veulent bien leur en donner, mais ils ne
demandent rien ; ils ne mendient pas. Lorsqu’un bouddha (ou tout autre moine)
reçoit et accepte une invitation, il s’y rend. S’il n’est pas invité, il va collecter sa
nourriture à l’aide de son bol. Comme je n’ai pas été invité aujourd’hui, je col-
lecte ma nourriture à l’aide de mon bol. Collecter sa nourriture à l’aide de son bol
est une pratique qu’aucun bouddha ne se doit d’oublier. »

L’accession du roi et de la reine au stade d’ariyæ

S
ur ces paroles, Bouddha enseigna une gæthæ à son père :
« Il convient de développer les kusala (actes sains, méritoires) par une
bonne pratique du dhamma. Ceux qui adoptent une telle pratique du dham-
ma connaissent le bonheur dans leur vie présente. Ceux qui adoptent une telle
pratique du dhamma connaîtront également le bonheur dans leur prochaine vie. »
Entendant cela, le roi devint sotæpana. Il prit le bol de son noble fils et l’invita,
lui et le saµgha, à son palais pour le repas. Alors que tous s’installèrent, le roi
invita Bouddha à prendre place sur le trône royal. Le Bienheureux donna un en-
seignement qui commença ainsi :
« Tout ce qui peut être néfaste, il ne faut pas l’accomplir ; ce qui est bienfaisant,
il faut le développer ; il faut entretenir un esprit pur. Ainsi a enseigné chaque
bouddha. »
Entendant cela, le roi parvint au stade de sakadægæmi, et la reine – Mahæpajæpati
Gotamø – parvint à celui de sotæpana.
Quand le repas fut achevé, tous les membres de la famille royale vinrent marquer
leur respect et leur vénération à Bouddha en se prosternant devant lui, à
l’exception de la princesse Yasodharæ.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 143

Les retrouvailles avec la princesse Yasodharæ

T
rès orgueilleuse, la princesse refusait de sortir de sa chambre. Les jeunes
filles qui s’occupaient d’elle vinrent la trouver dans sa chambre, en lui
sommant de bien vouloir venir auprès de Bouddha pour s’y prosterner.
Elle leur répondit :
« Si vraiment Bouddha a de la compassion pour moi, il viendra. S’il vient dans
ma chambre, alors je me prosternerai devant lui. »
Les filles rapportèrent ces paroles à Bouddha, qui remit son bol à son père. Appe-
lant ses deux nobles disciples Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna, il rejoignit la prin-
cesse dans sa chambre, où beaucoup de personnes étaient présentes. Quand il
rentra dans sa chambre, il lui dit :
« Aujourd’hui, si vous souhaitez me vénérer, faites-le librement. Si vous voulez
me parler, faites-le librement. Que personne ne vous empêche de vous exprimer
comme vous l’entendez ! »
Ayant dit cela, il s’assit sur un divan princier, et la princesse Yasodharæ se jeta à
ses pieds, entourant ses bras autour des chevilles du Bienheureux, le front sur ses
pieds. Elle resta silencieuse, et soudainement, d’abondantes larmes ruisselèrent de
ses yeux. Ses sanglots furent d’une grande violence. Ensuite, elle se prosterna.

Les louanges du roi à l’égard


de la princesse Yasodharæ

À
ce moment-là, le roi entra à son tour dans la chambre, et raconta à
Bouddha :
« Ô noble fils ! Laissez-moi vous dire ! Depuis que vous êtes parti dans
la forêt, et jusqu’à ce jour, la princesse Yasodharæ a continué de faire exactement
comme si vous étiez là. Elle entretenait les lieux et vos affaires comme si vous
n’étiez jamais parti. Depuis qu’elle a su que vous ne vous vêtissiez que d’une
robe couleur de jacquier (brunâtre), elle ne porte rien d’autre qu’une robe identi-
que. Depuis qu’elle apprit que vous ne preniez qu’un seul repas par jour, elle se
limite également à un seul repas par jour. Depuis qu’elle a su que vous avez re-
noncé aux lits et aux chaises, elle demeure toujours par terre, où qu’elle soit dans
le palais. Même la nuit, elle dort sur le sol. Depuis qu’elle a su que vous
n’utilisiez aucun maquillage, parfum, etc., elle a aussi abandonné ces choses.
Chaque fois que des gens de sa famille ou des amis proches viennent la voir en lui
proposant de l’aider pour quoi que ce soit, elle refuse ostensiblement, déclinant
l’aide de tous. »
Bouddha prit la parole, disant que cela n’eut rien d’étonnant :
« Autrefois, alors que nous étions tous deux un couple de candakinnarø (espèce
d’oiseau), j’étais le mâle, elle la femelle. Déjà en ce temps-là, elle faisait tout elle-
même, sans nécessiter de l’aide des autres. »
144 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Ensuite, Bouddha retourna dans son monastère de Nigrodha Ræma, aux abords de
Kapilavatthu.

Remarque : La personne qui tient lieu d’épouse d’un bouddha juste avant son éveil,
l’accompagne également durant la très longue période de développement de ses pæramø,
c’est-à-dire durant tout le temps où il est boddhisatta, mais de manière continue, car un
boddhisatta demeure souvent seul. De telles femmes sont donc des individus qui font l’objet
d’un souhait particulier (le même jour que celui prononcé par un futur bouddha) et d’un long
développement des pæramø, avant de parvenir également au stade d’arahanta, au cours de la
dernière existence du bouddha qu’elles ont suivit.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 145

L’entrée du prince Nanda dans


le saµgha
Le mariage du prince Nanda

Q
uand Bouddha était à Kapilavatthu depuis trois jours, le roi songea :
« Je ne peux plus compter sur mon fils aîné pour la succession du trône
puisqu’il est devenu Bouddha. En revanche, il reste mon jeune fils Nan-
da. Je vais lui faire cinq cadeaux : un palais, une cérémonie de coiffe,
une couronne, un mariage, et une ombrelle. »

Remarque : Les cinq cadeaux du roi Sudoddhana à son fils Nanda... 1) Un palais : palais
princier avec tous les éléments qui entourent un palais, comme un grand jardin, des gardes
pour la sécurité, des vivres en abondance pour chaque jour, etc. ; 2) Une cérémonie de
coiffe : confection d’une coiffure particulière, réservée aux futurs rois, où les longs cheveux
sont enroulés au-dessus de la tête en une sorte de chignon ; 3) Une couronne : couronnement
de prince héritier ; 4) un mariage : mariage avec la ravissante princesse Janapadakalyæ¼ø ;
5) Une ombrelle : ombrelle royale blanche, attribut symbolisant la royauté. »

Les cinq cadeaux furent accomplis dans la même journée. Alors que le couron-
nement venait tout juste d’être célébré, Bouddha, qui faisait sa collecte de nourri-
ture, arrivait au palais et s’installa face au public, sous le ma¼ðapa (grand abri)
qui avait été dressé pour les cérémonies des cinq cadeaux du roi au prince Nanda.
Il délivra un enseignement sur le ma³gala (fait d’être épargné des mauvaises
choses). Au terme de cet enseignement, il tendit son bol à son jeune frère Nanda
qui le prit dans ses bras. Bouddha se leva et repartit pour son monastère. Le
prince Nanda avait un si profond respect pour son noble grand frère qu’il n’osa
point remettre son bol à quelqu’un d’autre. Il le porta lui-même, suivant le Bien-
heureux, mais croyant toutefois qu’il le reprendrait en arrivant à l’extérieur du
grand abri. Or, il n’en fut rien : Bouddha continua son chemin. Le prince Nanda
crut alors que son frère reprendrait son bol en sortant de l’enceinte du palais. En
franchissant la grande porte, le Bienheureux poursuit son chemin comme si de
rien n’était. Plus tard, sur la route, suivant toujours son grand frère, le bol sur
l’épaule, tenu à deux mains, il pensa qu’il avait tout simplement oublié. Comme il
lui passait devant, lui mettant le bol bien en vue, il vit que Bouddha ne prêta tou-
jours pas attention à lui. Il fut donc contraint de le suivre encore.
Alors que tous deux s’éloignaient du palais, des servantes accoururent vers la
princesse Janapadakalyæ¼ø en s’écriant :
« Bouddha vient d’emmener votre mari dans son monastère ! »
Entendant cela, le sang de la reine ne fit qu’un tour, de gros sanglots surgissent
aussitôt. Complètement affolée, elle courut à la fenêtre, hurlant, la voix brisée par
le chagrin, à son mari qu’elle vit s’éloigner :
146 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Mon bien-aimé Nanda ! Ne restez pas longtemps au monastère ! Revenez


vite ! »
La voix affligée de son épouse fit au prince Nanda l’effet d’une aiguille plantée
dans son cœur. Quand ils arrivèrent au monastère, Bouddha demanda à son jeune
frère :
« Seriez-vous prêt à mener la vie de moine ?
— Oui, noble frère, je suis prêt à mener la vie de moine. »
Le jeune prince n’était pas prêt du tout à mener l’existence monacale et ne le
voulait certainement pas. Il n’avait qu’une seule chose en tête : vivre aux côtés de
sa ravissante princesse qu’il venait à peine d’épouser et de laquelle il venait d’être
séparé avant même la première nuit. Seuls, le respect et la crainte envers Bouddha
le firent répondre en désaccord avec son propre souhait. Toutefois, Bouddha
appela son noble disciple Særiputtaræ pour intégrer son jeune frère dans le
saµgha, car il savait que bien qu’il eut à ce moment l’esprit plus aux amours
qu’au renoncement, ses pæramø étaient cependant largement assez mûres pour
qu’il soit un noble moine.

La nostalgie du Vénérable Nanda

D
epuis qu’il était devenu moine, le Vénérable Nanda était très insatisfait de
sa nouvelle condition. Quoi qu’il fît, chaque fois qu’il s’asseyait, qu’il
s’allongeait ou qu’il mangeait, les phrases implorantes de sa jeune et jolie
épouse le hantaient. Il en perdait l’appétit et le sommeil tant il fut accablé de
nostalgie. Un jour, Bouddha alla s’installer à Sævatthi, dans le monastère de Jeta-
vana, où l’accompagna le Vénérable Nanda. Alors qu’il était là-bas, ses tristes
pensées restaient les mêmes. Un jour, il se confia auprès de ses compagnons moi-
nes qui partageaient son logement :
« Je suis si malheureux dans ma vie de moine. J’ai été contraint de suivre
Bouddha dans son monastère alors que je venais tout juste d’achever mon ma-
riage avec la ravissante princesse Janapadakalyæ¼ø. Quand je m’éloignais du
palais, je l’entendais pleurer en me criant désespérément : “ Mon bien-aimé Nan-
da ! Ne restez pas longtemps au monastère ! Revenez vite ! ” Je vais retourner à
la vie laïque, il y a une vie de roi qui m’attend. »
Ne supportant plus de voir leur compagnon aussi malheureux, les autres moines
allèrent rapporter son discours à Bouddha. Une fois informé du malaise de son
jeune frère, le Bienheureux le convoqua auprès de lui :
« Mon cher Nanda, j’eu ouïe dire que vous ne vous plaisiez pas dans le saµgha.
Cela est-il le cas ?
— Oui, Vénérable Bouddha, je vous avoue ne pas me plaire dans le saµgha.
— Pour quelle raison n’êtes-vous pas satisfait de votre existence au sein du
saµgha ?
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 147
— Depuis que j’ai quitté le palais, la voix déchirée par la tristesse de ma jeune
épouse ne cesse de me revenir à l’esprit ; cela m’opprime terriblement. C’est pour
cette raison que je souhaite quitter la robe.
— Ne soyez pas inquiet, vos tracas ne dureront pas longtemps. Venez donc avec
moi, nous allons dans la forêt. »
Prenant son jeune frère par le bras, Bouddha l’emmena traverser la forêt, jusqu’à
parvenir dans une zone lugubre, où un incendie avait tout brûlé sur son passage :
il ne restait que des souches, des branches calcinées et quelques sinistres ani-
maux. Là, ils aperçurent une vieille guenon horrible, à la silhouette courbée et
toute tordue, à la peau fripée comme un fruit pourri, aux yeux tombant comme
s’ils fondaient sur son vieux visage hideux à faire peur à n’importe qui. En dési-
gnant l’épouvantable animal, Bouddha questionna son jeune frère :
« Qu’est-ce que c’est ?
— C’est une vieille guenon, Vénérable Bouddha.
— D’elle ou de la princesse Janapadakalyæ¼ø, qui est la plus belle ?
— (Le Vénérable Nanda se mit à pleurer tant il fut contrarié.) Comment pouvez-
vous parler aussi crûment ?
— Je connais précisément votre état d’esprit Nanda, je provoque volontairement
vos sentiments pour vous aider à les surpasser. Ne soyez surtout pas irrité ! »
Sur ces entrefaites, Bouddha conduisit le Vénérable Nanda dans le monde des
deva, dans la sphère de Tævatiµsæ, à l’aide de ses pouvoirs psychiques. En arri-
vant, ils empruntèrent une route du monde des deva, jusqu’au palais du roi ; le
palais Vejayantæ. Au moment où ils y parvinrent, cinq cents devø (femelle de
deva) passèrent lentement devant eux, pour se rendre au palais du roi Sakka – le
roi des deva –, pour l’honorer et le servir. Ces devø étaient d’une grâce et d’une
beauté éblouissantes comme il ne fut jamais possible de l’imaginer chez les fem-
mes du monde humain. Le charme et la perfection de l’esthétique qu’irradiaient
ces jeunes nymphes dépassaient largement toutes les descriptions possibles.
Voyant son jeune frère les yeux écarquillés d’étonnement, paralysé de fascina-
tion, complètement séduit par la puissante beauté dont rayonnait chacune des cinq
cents devø, il l’interrogea :
« Nanda, est-ce que ces devø vous paraissent belles ?
— Oh oui, noble frère ! Je n’aurai jamais pu imaginer qu’une telle beauté puisse
exister !
— De la princesse Janapadakalyæ¼ø et de chacune de ces devø, qui est la plus
belle ?
— Aux côtés de ces exquises devø, la princesse Janapadakalyæ¼ø devient compa-
rable à la vieille guenon que nous avons vue dans la forêt brûlée, Vénérable
Bouddha.
— Pratiquez avec effort au sein de mon sæsana si vous voulez que de telles devø
viennent s’occuper de vous. Je vais vous enseigner comment devenir une per-
sonne digne de recevoir la vénération et la présence d’autant de devø qu’il y en a
pour ce roi. »
148 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La gæthæ des devø

Q
uand ils redescendirent au monastère de Jetavana, Bouddha lui délivra
un enseignement à propos des trois caractéristiques (anicca, dukkha et
anatta, c’est-à-dire la fugacité, l’insatisfaction et la non maîtrise de quoi
que ce soit). Depuis qu’il les a vues, le Vénérable Nanda fut prêt à tout
pour avoir de nombreuses devø pour lui tout seul. Bouddha lui donna cette gæthæ à
propos des trois caractéristiques en lui spécifiant qu’il s’agit d’une pratique desti-
née à obtenir des devø. En effet, celui qui s’entraîne à cette pratique avec succès
obtient une telle sagesse qu’il devient très rapidement arahanta, bénéficiant ainsi
de la vénération des devø. Un arahanta n’est – par définition – plus du tout inté-
ressé par les devø ; c’est pour cela qu’elles viennent facilement à lui. Paradoxale-
ment, c’est donc l’intérêt pour une chose qui incite à adopter une pratique qui
conduit au désintérêt de cette chose. Très motivé, le jeune moine ne cessa ni ne
relâcha sa pratique, en récitant continuellement cette « gæthæ des devø ». Quand
ses compagnons moines l’entendaient réciter cette gæthæ, ils s’exclamaient ouver-
tement, d’un air moqueur :
« Ah ! On dirait que Bouddha lui a donné la “ gæthæ des devø ” ! »
Honteux, le Vénérable Nanda partit se cacher dans un endroit d’où l’on ne pour-
rait plus l’entendre, pour y continuer tranquillement sa pratique. Grâce à une
volonté et un effort inflexible, le jeune moine parvint un jour au stade d’arahanta.
Constatant cet événement, un deva rendit visite à Bouddha, pour lui manifester sa
joie :
« Ô noble Bouddha ! Nous sommes très heureux d’avoir pu constater que votre
jeune frère vient de parvenir au bout du monde (à la libération du saµsaræ). »
À la nuit tombée, le Vénérable Nanda vint lui-même informer son frère Bouddha
de son succès :
« Ô noble frère ! Je suis parvenu à mettre un terme au saµsaræ. Je n’ai plus du
tout envie de devø (donc ni de femmes). Laissez-moi vous féliciter pour votre
merveilleuse omniscience.
— Si vous ne voulez plus de devø, alors j’ai accompli ma tâche. »
Le Vénérable Nanda fut ravi que Bouddha ait su lui donner l’entraînement qu’il
lui correspondait. Le Bienheureux poursuivit en délivrant une gæthæ :
« L’arahanta a franchi la boue que sont les plaisirs sensoriels. Il a cassé l’épine
que sont les plaisirs sensoriels. Il est parvenu à nibbæna, dépourvu de tout lobha
(avidité), dosa (aversion) et moha (ignorance). Il ne réagit plus aux désagréments,
il ne réagit plus aux agréments. »
Trois jours après qu’il fut devenu arahanta, ses compagnons moines
l’interrogèrent :
« Vénérable, vous qui étiez si malheureux au sein du saµgha, vous qui vouliez
retourner dans le monde laïc, qu’en est-il à présent ?
— Je n’ai plus le moindre regret quant à ma vie laïque. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 149
Comme les moines eurent du mal à le croire, ils allèrent interroger Bouddha sur le
sujet. Le Parfait leur dit :
« Il y a quelques jours en arrière, le moine Nanda était comme une maison au
toit et aux murs percés de toutes parts, laissant passer les rayons brûlants du so-
leil, le vent glacial de la nuit et la pluie. Aujourd’hui, il est comme une maison
bien fermée et bien isolée, au travers de laquelle ne peuvent passer les rayons
brûlants du soleil, ni le vent glacial de la nuit, ni la pluie. »
Le Bienheureux fit de ces paroles une gæthæ :
« Une maison au toit ouvert laissant entrer la pluie est comme un yogø (personne
qui s’entraîne au développement de la concentration – vipassanæ ou samatha) qui,
négligeant son entraînement, laisse entrer le ræga (l’attachement, les kilesæ) en
lui. Une maison au toit bien isolé, qui ne laisse pas entrer une goutte de pluie, est
comme un yogø qui, s’étant entraîné avec effort et persévérance, ne laisse plus
entrer ræga en lui. »
À ce moment-là, tous les moines présents devinrent ariyæ : certains sotæpana,
certains sakadægæmi, certains anægæmi et les autres arahanta.
150 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’héritage donné
au prince Ræhulæ
La revendication de l’héritage

L
e septième jour après son arrivée à Kapilavatthu, Bouddha arrivait au
palais, pour répondre à une invitation, accompagné de ses vingt
mille moines. Ce jour-là, la princesse Yasodharæ habilla son fils Ræhulæ –
qui avait sept ans – de ses plus beaux habits princiers et de ses plus belles parures.
Ensuite, elle lui ordonna :
« Va auprès de ton père ! Il se trouve parmi ces vingt mille moines. Entre tous
ces moines, il est l’être le plus noble. Autrefois, avant qu’il ne parte dans la forêt,
il vivait ici, au palais, avec nous. En ce temps-là, il y avait quatre gigantesques
pots d’or. Ils ont disparu le jour même où il est parti. J’ignore à qui il les a
confiés, je ne sais pas où il les a cachés. Cette fortune te sera nécessaire lorsque tu
seras roi, pour entretenir toute ta famille. Elle constitue ton héritage. Va voir ton
père, et réclame-lui ton héritage ! »
Sur ces paroles, elle envoya son fils auprès de son noble père. Alors que Bouddha
était en train de manger paisiblement, son fils s’approcha de lui, et sans se pros-
terner, il demeura debout devant son père. Il lui déversa un flot de paroles, lui
racontant des choses selon les sujets les plus divers, pendant toute la durée du
repas. Cependant, Bouddha l’ignora totalement. Lorsqu’il finit son repas, il se
leva, sans daigner prêter attention à son fils, bien que ce dernier le suivit en lui
tirant sur sa robe. Avant de quitter le palais, le Bienheureux daigna finalement
écouter le petit Ræhulæ, qui lui sollicita exactement ce dont sa mère le lui a de-
mandé :
« Père, donnez-moi votre héritage ! Votre héritage me revient ! »
Bouddha ne chassa pas son fils, bien qu’il fît preuve d’un virulent manque de
respect. Les gens qui se tenaient autour restèrent outrés. Toutefois, personne
n’osa réprimander le jeune Ræhulæ devant Bouddha.

Le don de l’héritage

S on fils toujours fermement accroché à sa robe, le Bienheureux rentra au


monastère, feignant l’ignorer. Têtu, l’enfant suivit son noble père jusqu’à
son monastère. Là, Bouddha s’adressa enfin à lui :
« Tu veux de l’or, de l’argent, des biens matériels, mais ces choses ne font que
perdurer le saµsaræ ! Il serait donc nuisible que je te donne un héritage lokø (ce
qui est propre à nourrir l’attachement dans la sphère des sens). Il serait incompa-
rablement plus profitable que je te donne un héritage lokuttara (ce qui est propre
à se libérer du saµsaræ). (Bouddha s’adressa à son noble disciple, le Vénérable
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 151
Særiputtaræ.) Mon cher Særiputtaræ ! J’ai décidé de donner dès maintenant mon
plus noble héritage à mon fils. Intégrez-le dans le saµgha ! »
Le Vénérable Særiputtaræ fit donc entrer le petit Ræhulæ dans la communauté en
lui faisant prendre le triple refuge. Le Vénérable Mahæ Moggalæna lui rasa la tête
et lui donna l’habit monastique. Le Vénérable Mahæ Kassapa, quant à lui, devint
son instructeur attitré.
(Voir aussi le chapitre « À propos du Vénérable Ræhulæ ».)

Remarque : En ce temps-là, il suffisait qu’un moine fît prendre le triple refuge (en Bouddha,
dans le dhamma et envers le saµgha) à quelqu’un pour le faire entrer dans le saµgha. En ou-
tre, Bouddha n’avait pas encore fondé le statut de sæma¼era (novice) qui apparaîtrait au
même moment où le Bienheureux établirait la règle interdisant un moine d’intégrer une per-
sonne âgée de moins de vingt ans dans la communauté.

La tristesse du roi

D
ès qu’il apprit l’entrée de son petit-fils dans la vie monacale, le roi Su-
doddhana fut plongé dans une grande tristesse :
« Mon premier fils a quitté la vie laïque et est devenu Bouddha,
Ka¹udæyø, bon nombre de mes ministres et de mes hommes sont devenus moines,
mon deuxième fils Nanda est devenu moine, et à présent, mon petit-fils vient à
son tour de devenir moine. »
Bien que sakadægæmi, le roi était désemparé. Il décida d’aller voir son fils dans
son monastère de Nigrodha. Quand il parvint auprès du Bienheureux, il lui dit :
« Ô noble fils ! Alors que vous n’étiez qu’un bébé, les astrologues me dirent que
dès que vous verriez les quatre grands signes, vous partiriez dans la forêt, aban-
donnant totalement votre existence laïque. J’ai fait tout mon possible pour éviter
de vous laisser rencontrer ces quatre grands signes. Malgré cela, vous les avez
tous vus. Le jour de votre départ, les deva vous ont ouvert la porte et vous êtes
parti dans la forêt, oubliant sans remords et sans pitié votre famille. Plus tard, je
vous ai envoyé dix de mes ministres, dont Ka¹udæyø, accompagnés de mille hom-
mes chacun, pour venir vous inviter ; ils sont tous devenus moines. Ensuite, cela a
été le tour de mon deuxième fils Nanda de devenir moine. Aujourd’hui, c’est mon
petit-fils qui intègre votre communauté. J’en suis désemparé. Dans toute la des-
cendance, il n’y a plus personne pour assumer le trône. C’est comme un arbre
coupé dont il ne subsiste que la souche : la descendance est condamnée à
s’éteindre ! »
Bouddha enseigna une gæthæ à son père, la gæthæ Pabbajita. Quand il eut fini, le
père lui dit :
« Vous ne devriez pas accepter dans le saµgha des individus sans l’accord de
leurs parents. »
Bouddha accepta, il réunit les moines, et leur dit :
152 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô moines ! Si les parents ne l’autorisent pas, il ne faut pas intégrer leur enfant
dans le saµgha. Le moine qui intègre dans le saµgha une personne dont les pa-
rents s’y opposent commet un dukka¥a (faute critiquable). »
Par ces paroles, Bouddha venait d’établir le tout premier point du vinaya (disci-
pline monastique).

La joie du roi

U n autre jour, tout joyeux, le roi vint voir son fils Bouddha :
« Ô Vénérable fils ! Je vais vous faire part d’une pensée que j’ai eue ce
matin et qui m’a rempli de joie. Au temps où vous pratiquiez les dukka-
racariya, un deva est venu me voir à plusieurs reprises, m’affirmant que vous
étiez mort. Je n’ai jamais voulu le croire, étant convaincu que vous ne pourriez
pas être mort sans être parvenu à devenir un bouddha omniscient (voir le chapitre
« Les six ans d’austérités »). C’est avec une grande joie que je repense à cela,
j’avais bel et bien raison : lorsque je vous vois aujourd’hui, si bien portant et
débarrassé de tous les kilesæ.
— Cela s’était déjà produit à l’identique il y a un certain nombre de vies en ar-
rière : je portais le nom de Mahædhammapæla, et étais le fils du riche homme que
vous étiez. Un maître mal intentionné s’est rendu plusieurs fois auprès de vous,
brandissant deux os humains et affirmant “ votre fils est mort ”, mais vous n’avez
jamais cru un mot de ses mensonges. »
Comme Bouddha raconta en détail le jætaka Mahædhammapæla, le roi Sudoddha-
na devint anægæmi. Il ne connaîtrait donc désormais plus jamais la tristesse.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 153

Le passé du Vénérable
Anuruddhæ
Le riche Apæka¥a

A
utrefois, il y a 100 000 kappa, vivait Bouddha Padumuttara, dans le
royaume d’Haµsævatø. Un soir, il délivra un enseignement du dhamma à
un large public de moines et de laïcs. Tout devant se tenaient le roi et les
membres de la famille royale, derrière lesquels étaient assis leurs ministres, en-
suite les riches et les brahmanes, suivis des représentants des autres castes, jus-
qu’aux plus basses, qui se trouvaient en arrière. Un très riche homme, du nom
d’Apæka¥a, avait modestement pris place tout au fond, derrière tout le monde,
caché dans l’obscurité. À l’issue de cet enseignement, Bouddha Padumuttara
attribua la distinction particulière de dibbacakkhu etadagga au moine qui était
digne d’en bénéficier, présentant sa compétence au public :
« Ce moine est capable de tout voir : les choses qui sont cachées, les choses qui
sont éloignées d’une longue distance et les choses qui sont microscopiques. Il
peut voir toutes ces choses très distinctement, avec grande facilité. »
Empli d’admiration pour ce moine, le riche Apæka¥a souhaita soudainement et
vivement devenir lui aussi, le moine dibbacakkhu etadagga lors du temps d’un
prochain bouddha. Il attendit tranquillement que tout le monde quittât les lieux,
jusqu’à se retrouver seul avec Bouddha Padumuttara. À ce moment-là, il se leva,
s’approcha du Bienheureux, et lui adressa quelques paroles de politesse, avant de
s’asseoir à une place convenable sur le côté pour lui parler :
« Ô noble Bouddha ! Veuillez accepter, avec tout le saµgha, une invitation pour
le repas de demain, chez moi. »
Le Bienheureux accepta par son coutumier silence.

La transmission du byæditta au riche Apæka¥a

L
e lendemain, alors que Bouddha et tout le saµgha répondaient à son invi-
tation, le riche Apækæ¥a la prolongea durant sept jours, pendant lesquels il
nourrit copieusement et respectueusement tout le saµgha. Au terme du
dernier repas, il offrit un jeu de trois robes à Bouddha et à chacun des moines.
S’approchant du Parfait, il se prosterna respectueusement devant lui avant de lui
formuler son grand souhait :
« Ô noble Bouddha ! Par les nombreux kusala que j’ai accomplis, je ne veux pas
être le roi des brahmæ, je ne veux pas être le roi des deva, je ne veux pas être le
roi des humains ; cela ne m’intéresse pas. Je souhaite, tout comme le moine à qui
vous avez attribué le dibbacakkhu etadagga, bénéficier également de cette dis-
154 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

tinction particulière, lors d’un prochain buddha sæsana. Puissé-je devenir un


dibbacakkhu etadagga ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, qui est une connaissance propre à un bouddha et per-
mettant de prédire dans un très lointain avenir en se basant notamment sur les
facteurs très complexes du kamma des êtres et de l’évolution de leurs pæramø, le
Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent au riche Apæka¥a. Ensuite, il
lui répondit :
« Apæka¥a, toutes les conditions sont favorables : d’ici 100 000 kappa, vous
deviendrez un etadagga. Dans ce kappa, il y aura cinq bouddhas : d’abord
Bouddha Kakusandha, suivi de Bouddha Ko¼æguma, ensuite Bouddha Kassapa,
et après, Bouddha Gotama, auprès duquel vous serez dibbacakkhu etadagga.
Votre nom sera alors Anuruddhæ. »

Le développement des kusala nécessaires


au dibbacakkhu etadagga

L
e riche Apæka¥a s’enquit alors auprès du Bienheureux :
« Quels sont les kusala que je devrai développer pour obtenir les pæramø
nécessaires au dibbacakkhu etadagga ?
— Il convient d’offrir des lampes à huile, cela est très propice pour le dibbacakk-
hu etadagga. »
(Les lampes à huile constituent l’éclairage qui permet d’y voir à ceux qui sont
dans l’obscurité.)
Le riche Apæka¥a prit le triple refuge, se mit à observer les cinq préceptes, et
depuis, il ne cessa de les respecter. Sans relâcher ses efforts, il développa conti-
nuellement et de son mieux les kusala nécessaires à la réalisation de son souhait.
Jusqu’au parinibbæna de Bouddha Padumuttara, il vint chaque soir lui offrir des
lampes à huile pour l’éclairer. Ensuite, les reliques du Bienheureux furent entre-
posées dans un cetiya (reliquaire ayant plus ou moins la forme d’une cloche) en
or. Ce jour-là, il vint déposer mille lampes à huile en offrande autour de ce cetiya.
Mort de vieillesse, il reprit naissance comme le roi des deva, dans la sphère Tæva-
tiµsæ, mille fois consécutives (une pour chaque lampe à huile offerte autour des
reliques). Dans son palais de roi deva, tout brillait d’une vive lumière, jusqu’à
1 yþjanæ alentour. Ensuite, il reprit naissance un nombre incalculable de fois
comme roi à la tête d’un royaume, dont une centaine de fois en tant que roi de
tous les humains.
Un jour, il rencontra Bouddha Sumedhæ, à qui il offrit deux mille lampes à huile.
Les vies suivantes, il connut trente vies comme roi des deva et vingt-deux vies
comme roi du monde – humain –, jusqu’à renaître comme humain au temps de
Bouddha Kassapa. Dans cette vie, il fut un riche habitant de Bæræ¼asø, qui possé-
dait 400 000 000 de la devise de l’époque. Quand Bouddha Kassapa entra en
parinibbæna, il offrit mille lampes à huile, dans lesquelles il mit de l’huile de
beurre, qu’il entreposa autour du cetiya bâti pour abriter les reliques du Bienheu-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 155
reux Kassapa. Le riche homme vécu jusqu’à l’âge de l’espérance de vie de
l’époque, sans jamais cesser ses actions méritoires, avant de renaître dans le
monde des deva.

Le pauvre Annabhæra

E
n raison d’un akusala, il reprit naissance dans le monde humain, au sein
d’une famille pauvre du royaume de Bæræ¼asø. Comme son travail
l’amènerait à porter du riz à longueur de journée à l’aide d’un fléau sur les
épaules, il lui sera attribué le nom d’Annabhæra, qui signifie « celui qui porte le
riz ». Plus tard, il se mit au service d’un riche homme, nommé Sumana, qui don-
nait généreusement un toit à ceux qui n’en avaient pas, offrit de la nourriture aux
mendiants et aux renonçants.
Un pacceka buddha (un être capable de parvenir à la connaissance des quatre
nobles vérités par lui-même) nommé Upari¥¥ha, vivait sur la montagne Gandha-
mædana. Un jour, alors qu’il venait de s’absorber dans le nirodha samæpatti (ab-
sorption dans la cessation de toutes consciences), s’interrogea dès qu’il en sortit :
« Aujourd’hui, qui vais-je pouvoir encourager dans son développement des
kusala ? »
En cherchant à l’aide de ses pouvoirs psychiques, il vit le pauvre Annabhæra, qui
avait de grandes pæramø. Prenant son envol, il fendit les airs jusqu’à parvenir
devant la petite maison d’Annabhæra, située à côté de la grande propriété du riche
Sumana. Annabhæra, qui fut allé dans la forêt pour chercher de la nourriture pour
le riche Sumana, rentra juste à ce moment-là. Aussitôt qu’il aperçut le pacceka
buddha, il fut rempli d’une profonde joie. Il s’empressa d’entrer dans la maison
pour demander à son épouse si elle avait déjà préparé sa ration alimentaire quoti-
dienne. Comme elle répondit par l’affirmative, il lui demanda de la lui verser
dans un récipient, et il accourut vers le pacceka buddha Upari¥¥ha, lui offrant
respectueusement cette nourriture, bien qu’elle constitua son seul repas de la
journée. L’épouse du pauvre homme se mit à réfléchir :
« Mon mari a dignement sacrifié sa part de nourriture pour l’offrir à ce pacceka
buddha malgré sa grande fatigue causée par son travail dans la forêt. Moi qui suis
restée tranquillement à la maison, pourquoi ne pourrais-je pas offrir mon repas
quotidien à ce pacceka buddha ? »
Sur cette réflexion, elle s’empressa, elle aussi, d’aller offrir sa part quotidienne au
pacceka buddha. Étant donné que le noble Upari¥¥ha avait obtenu de la nourriture
en suffisance pour son repas, le jeune couple l’invita à prendre son repas dans la
maison. Comme il accepta, ils lui préparèrent une place convenable, lui apportè-
rent de l’eau et s’occupèrent de lui afin qu’il puisse manger dans les meilleures
conditions. Après son repas, le pacceka buddha délivra un enseignement du
dhamma à propos de dæna et de søla (un pacceka buddha n’est pas en mesure de
conduire autrui à nibbæna). Quand ce fut fait, le pauvre Annabhæra s’adressa à
lui :
156 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô Vénérable ! Nous sommes pauvres en cette vie, nous n’avons rien pour
nous, pas même cette maison (elle appartient au riche Sumana), car nous avons
commis de mauvais actes par le passé. Grâce aux kusala que nous venons
d’accomplir, puissions-nous être épargné de malheur et de misère pour toutes les
vies qui nous restent à vivre, jusqu’au parinibbæna ! Puissions-nous être satisfaits
dans nos moindres besoins, de sorte que nous ne sachions même pas d’où pro-
vient le riz !
— Puissent vos souhaits être rapidement réalisés, puissent-ils être comblés
comme pleine est la pleine lune ! »
À ce moment-là, la devø qui vivait au-dessus de la maison du riche Sumana, qui
eût attentivement assisté à l’invitation du noble Upari¥¥ha, ravie du merveilleux
akusala accompli, laissa éclater son euphorie, criant « sædhu ! sædhu ! sædhu ! »
suffisamment fort pour que le riche Sumana entende. Ce dernier interpella aussi-
tôt la devø :
« Pourquoi dites-vous “ sædhu ! ”, l’air si réjouie ?
— En raison de la noble offrande de nourriture que viennent d’accomplir le pau-
vre Annabhæra et son épouse.
— Moi aussi, j’offre de la nourriture ; je nourri des renonçants et des pauvres
chaque jour. Malgré tous ces kusala, je ne vous entends jamais dire “ sædhu ! ”
pour moi !
— Le pauvre Annabhæra, lui, bien que n’ayant fait qu’une seule offrande, a offert
son repas à un être immensément noble, très digne d’offrandes. Comme il s’agit
d’un être au søla exceptionnel, l’offrande qui lui est faite cause un bénéfice
énorme. »

Le caractère invendable des mérites

A
lors que le riche Sumana songeait au dire de la devø, vint en lui l’idée
d’acheter au pauvre Annabhæra le grand mérite qu’il venait d’accomplir.
À peine le pacceka buddha partit, il vint aussitôt auprès d’Annabhæra lui
faire part de sa proposition :
« Annabhæra ! Qui est l’être noble dont vous venez d’offrir le repas ?
— Son nom est Upari¥¥ha, il s’agit d’un pacceka buddha.
— Vendez-moi le mérite que vous avez accompli grâce à cette offrande ! Je vous
l’achète 1 “ devise ” (l’unité de la devise de l’époque représentait déjà une grande
somme).
— Ce mérite ne peut être accompli qu’une seule fois. Je ne veux pas le vendre.
— Laissez-moi vous l’acheter 2 “ devises ” si vous préférez.
— Cela n’est pas faisable ; je ne veux pas.
— Je vous donne 3 “ devises ” pour ce mérite, vendez-le-moi ! »
Au fur et à mesure des refus du pauvre Annabhæra, le riche Sumana monta pro-
gressivement son prix d’achat jusqu’à la considérable somme de
1 000 “ devises ”. Annabhæra finit par dire fermement à son interlocuteur :
« Je ne vous vendrai rien du tout, quel qu’en soit le prix !
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 157
— Puisque vous ne me permettez pas d’acheter votre mérite, je vous somme,
pour le moins, de le partager avec moi.
— J’ignore si cela est possible. Veuillez m’attendre un instant, je vais me rensei-
gner. »
Comme le noble Upari¥¥ha avançait lentement, il n’était pas encore très loin, ce
qui permit à Annabhæra de le rattraper rapidement. Quand il le rejoignit, il lui
demanda :
« Ô noble Upari¥¥ha ! Est-il convenable de partager des mérites ?
— Lorsqu’on allume une lampe à huile pour éclairer une maison, et qu’à l’aide de
sa flamme, on allume une deuxième lampe à huile, la flamme de la première
diminue-t-elle ?
— Non, noble Vénérable, elle demeure identique.
— La flamme de la deuxième lampe à huile est-elle plus petite que celle de la
première ?
— Non, noble Vénérable, elle est identique.
— De la même manière, quand on partage un mérite, il demeure identique pour
soi et pour celui qui bénéficie de ce partage. Quand, après avoir offert un bol de
nourriture à un renonçant, une personne partage les mérites obtenus par ce don
avec dix personnes, chacune de ces dix personnes bénéficie du mérite comme si
elle avait elle-même offert un bol de nourriture à ce renonçant. Ainsi, je vous
encourage pleinement à partager vos mérites. N’hésitez jamais à le faire, cela est
très bénéfique. »
Quand le pauvre Annabhæra fut de retour, il partagea son mérite avec le riche
Sumana. Quand ce fut fait, le riche homme voulut lui offrir de l’argent :
« Veuillez accepter ces 1 000 “ devises ” que voici.
— Je ne veux pas de cet argent. Si j’ai partagé ce mérite avec vous, c’est par pure
compassion.
— Si je souhaite vous offrir cette somme, c’est pour la même raison, et non pour
acheter le mérite que vous venez de partager avec moi. »
Dans ces conditions, Annabhæra accepta cette somme colossale, ce qui dispensa
lui et son épouse de continuer de travailler pour cet homme.

L’encouragement du roi

L
e soir venu, le riche Sumana décida d’aller rendre visite au roi. Comme il
cherchait une personne pour l’accompagner au palais, il emmena avec lui
le seul individu qui se trouvait dans les parages : Annabhæra. Quand tous
deux arrivent dans le salon où trônait le roi, ce dernier n’aperçut qu’Annabhæra,
sans prêter la moindre attention à Sumana. Vexé, le riche homme finit par de-
mander au roi :
« Sire, pourquoi regardez-vous cet homme avec tant d’intérêt, sans m’accorder
la moindre attention ?
— C’est parce que je n’ai jamais vu cet homme auparavant.
158 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— (Sumana réfléchit un peu) Non Sire, je crois plutôt que c’est parce qu’il a
développé d’excellents kusala.
— Quel genre de kusala a-t-il développé ?
— Il a offert son repas à un pacceka buddha. »
(Il expliqua toute l’histoire au roi.)
— (Le roi) S’il est digne que vous lui ayez donné 1 000 “ devises ” en guise de
récompense, alors il est digne que je lui donne à mon tour une récompense. »
Ces paroles à peine prononcées, le roi offrit à Annabhæra un bel endroit en bor-
dure de l’enceinte du palais, où il fit bâtir une belle demeure destinée à accueillir
Annabhæra et son épouse. Dès le lendemain matin, les hommes du roi s’attelèrent
sur le terrain pour le rendre plat et régulier. Quand il donnèrent les premiers
coups de pelle et de pioche, de la terre surgit une quantité considérable d’or.
Averti de cette découverte inattendue, le roi déclara :
« Cette terre est la terre de mon royaume, elle est donc ma possession. Ramenez-
moi tout cet or ! »
Au moment précis où les hommes du roi employèrent leurs pelles pour charger
l’or dans les chars qui devraient être acheminés au palais royal, il fut transformé
en vulgaire terre. Dès qu’il en fut averti, le monarque finit par avouer :
« Après tout, j’ai offert ce terrain à Annabhæra ; cette terre est donc la sienne.
Creusez-la donc pour lui ! »

Le riche Mahæsumana

D
ès que les hommes poursuivirent leurs travaux de creusage de la terre,
ayant à l’esprit que le terrain et tout ce qui s’y trouve appartient à Annab-
hæra, la terre s’est refait or. Ils en trouvèrent une telle quantité qu’une
colline d’or massif avait fini par être dressée sur toute la longueur jouxtant
l’enceinte du palais. Stupéfait de ce spectacle qui s’offrait à ses yeux, le roi
convoqua ses ministres, qu’il interrogea :
« Regardez tout cet or, qui constitue la possession d’Annabhæra. Y a-t-il, dans
notre royaume, une personne qui soit plus riche ?
— Non, Sire. De tout le royaume, pas une seule personne n’est plus riche
qu’Annabhæra. »
Depuis ce jour, baptisé d’un nouveau nom, Annabhæra serait connu comme « le
riche Mahæsumana ». Le roi lui donna un vêtement que seuls les riches portent.
Le riche Mahæsumana ne cessa jamais de produire des mérites, tout au long de sa
vie, au terme de laquelle il reprit naissance comme le roi des deva. Après cette
royale existence, il connu de nombreuses vies, tantôt dans le monde des deva,
tantôt dans le monde humain, jusqu’à renaître au temps de Bouddha Gotama,
dans le royaume de Kapilavatthu. Dans cette existence, qui serait sa dernière, il
fut le fils du jeune frère du roi Sudoddhana, et porta le nom d’Anuruddhæ.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 159

À propos du prince Anuruddhæ


Le meilleur gâteau du monde

L
e roi Sudoddhana avait un jeune frère qui s’appelait Sukkodana, qui avait
lui-même deux fils : les princes Mahænæma et Anuruddhæ. Le plus jeune,
le prince Anuruddhæ, était très beau. Il était aussi très courtois, agréable-
ment poli, et plutôt aimable. Par-dessus tout, il était extrêmement délicat. Il béné-
ficiait d’un kamma particulièrement excellent. Ses besoins lui parvenaient avant
même qu’ils n’apparaissent. Quels que fussent ses besoins, jamais de sa vie il
n’entendit « il n’y en a pas » ou « il n’y en a plus », à tel point qu’il ignore tota-
lement la définition de cette expression. Cela s’explique par le souhait très intense
qu’il fit avant cette existence, en répétant fréquemment, à l’issue d’innombrables
actes méritoires :
« Puissé-je, à l’avenir, être si bien à l’abri du moindre besoin, que j’ignorerai
totalement la formule “ il n’y en a pas ” ! »
Une fois, alors qu’il était enfant, le jeune prince Anuruddhæ jouait avec d’autres
amis princes à pile ou face. Le perdant devait donner un gâteau au gagnant.
Comme il perdit, le jeune Anuruddhæ envoya un valet auprès de sa mère pour
qu’elle lui donne un gâteau. Quand le valet revenait vers le jeune prince, il put
remettre son dû au gagnant de la partie. En poursuivant le jeu, il perdit encore,
envoyant alors une fois de plus le valet réclamer un gâteau auprès de sa mère. Ne
voulant pas rester sur la défaite, le jeune Anuruddhæ continua le jeu, perdant une
troisième et une quatrième fois consécutives. Après avoir fait remettre trois gâ-
teaux aux gagnants, il envoya une quatrième fois le valet pour obtenir le qua-
trième gâteau qu’il venait de perdre au jeu. Quand le valet arriva près de la mère
du petit prince pour lui demander une nouvelle fois un gâteau, elle lui répondit
qu’elle n’avait plus de gâteau. Voyant revenir le valet les mains vides, Anuruddhæ
le héla :
« Pourquoi ne m’apportez-vous pas mon gâteau ?
— Du gâteau ? Il n’y en a plus, prince.
— Apportez-moi donc ce gâteau “ il n’y en a plus ” ! »
N’osant pas contrarier le petit prince – qui ne comprenait pas le sens de cette
formule –, le valet se contenta d’aller vers sa mère lui rapporter sa demande telle
quelle. Accomplissant à la lettre le souhait de son fils, la brave femme confia au
valet un pot en or – où elle avait coutume de ranger les gâteaux – proprement
vide, fermé de son couvercle d’or, afin qu’il le remette à l’enfant. Au moment
précis où le valet lui remit la boîte en or vide dans les mains, les deva chargés de
surveiller la bourgade, en raison des extraordinaires mérites passés du petit
prince, y insérèrent discrètement un gâteau façonné par leurs soins. Ce gâteau
était tout ce qu’il y a de plus exquis ; il ne fut pas possible d’imaginer une pâtisse-
rie au goût aussi excellent et à l’odeur aussi affriolante. Quand Anuruddhæ soule-
va le couvercle de la boîte d’or, un effluve incroyablement alléchant s’en déga-
160 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

gea, si puissant qu’elle envahit les narines de tous les habitants de la bourgade. Le
jeune prince fut incapable de résister à cette violente tentation. Il se contenta
toutefois d’effleurer sa langue sur le délice. Cela suffit à lui envahir le corps
d’une sensation délicieusement envoûtante. Anuruddhæ décida :
« Ce gâteau “ il n’y en a plus ” est irrésistiblement délicieux. Désormais, j’en
mangerai tous les jours. »
Sous l’emprise du non maîtrisable désir provoqué par la divine pâtisserie, bien
que destinée à son ami, il oublia tout et partit se plonger dans la solitude de sa
chambre pour apprécier pleinement le gâteau, sans en laisser la moindre miette.
Ensuite, il se mit à réfléchir :
« Les gâteaux que ma mère me donnait par le passé étaient, en comparaison, très
quelconques. Cela doit signifier qu’elle m’aimait peu. C’est la première fois
qu’elle me donne un gâteau excellent comme celui-ci. Cela doit signifier qu’elle
ne m’aime vraiment que depuis maintenant. »
Attristé par ces pensées, le petit prince retrouva sa mère, se lovant contre ses
seins :
« Mère, est-ce que vous m’aimez ?
— Les borgnes chérissent avec le plus grand soin l’œil qui leur reste. De la même
manière, toutes les mères de l’univers sont pleines d’amour pour leurs enfants. Il
n’est pas de mère qui n’aime pas ses enfants !
— Pourquoi m’avez-vous toujours donné des gâteaux ordinaires, alors
qu’aujourd’hui seulement, vous m’avez donné un gâteau “ il n’y en a plus ” ?
— Dans le pot d’or que je vous ai fait apporter, y avait-il un gâteau ?
— Certainement ! Il ne m’a jamais été offert de goûter un gâteau d’une telle sa-
veur !
— (Elle fit appeler le valet.) Qu’y avait-il dans la boîte d’or que je vous ai fait
remettre à mon fils ?
— Je l’ignore Madame, vous me l’avez remise fermée, et je n’ai pas levé le cou-
vercle jusqu’à ce que je la laisse au jeune prince.
— Je comprends, mon fils Anuruddhæ est un garçon au kamma exceptionnel. Il a
accompli un nombre considérable de mérites. J’en conclus donc que ce sont les
deva qui ont glissé ce gâteau dans la boîte. »
Comme le petit prince demanda à sa mère de lui donner tous les jours du gâteau
« il n’y en a plus », elle lui fit, depuis ce jour et tant qu’il fut laïc, apporter une
boîte vide chaque fois qu’il lui réclama du gâteau « il n’y en a plus ». Ainsi, cha-
que fois que le jeune Anuruddhæ ouvrait la boîte, il y trouvait le plus savoureux
de tous les gâteaux du monde, dont il pouvait se délecter.

L’origine du riz

À
l’instar de ses amis, le prince Anuruddhæ grandit et se maria. Un jour,
alors qu’il jouait avec deux de ses amis, les princes Bhaddiya et Kimila,
il les invita à faire part de leur opinion sur une question :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 161
« Mes amis ! Vous qui avez de la sagesse, savez-vous d’où provient le riz ?
— (Le prince Kimila) Le riz provient des silos, voyons !
— (Le prince Bhaddiya) Vous n’y êtes pas, mon cher ! Le riz provient bien évi-
demment du plat de service apporté à table.
— (Le prince Anuruddhæ) Écoutez-moi bien et puissiez-vous vous en souvenir
toute votre vie ! Le riz provient du remuage de la cuillère, au moment de sa cuis-
son, c’est là, à l’aide d’un juste dosage d’eau, qu’il se fait. »

Remarque : Le mot « riz » traduit ici le mot pali « bhatta », qui signifie plus spécifiquement
« riz cuit » – prêt à être mangé. Ce terme n’a donc pas du tout dans le sens de « grain de riz
cru », ni « paddy », ni « plante du riz ».)

La vie de moine et la besogne des laïcs

S e remémorant le discours du roi Sudoddhana exhortant les siens à adopter


la vie de moine, le prince Mahænæma vint voir son jeune frère Anuruddhæ :
« Frère Anuruddhæ, depuis que le roi nous a tous encouragés à rejoindre
la communauté de Bouddha, pas un seul de nous n’est devenu moine. Néanmoins,
très nombreux sont ceux qui sont devenus moines dans les autres castes. Ainsi, si
vous souhaitez devenir moine, n’hésitez pas ! D’ailleurs, si je souhaite devenir
moine, je n’hésiterai pas non plus.
— En quoi consiste la vie de moine ?
— Un moine, c’est celui qui renonce à tout : à toutes ses possessions, à toutes ses
distractions, à toutes ses habitudes, et même à ses cheveux et à sa barbe. Il limite
ses vêtements à une robe, qui se compose simplement de trois tissus rectangulai-
res teints dans une décoction de jacquier. Pour sa nourriture, il se contente de ce
que les gens lui donnent quand il va au village avec son bol. Il dort tout seul.
Ainsi est la vie de moine.
— Je ne pourrai jamais supporter une telle existence, c’est beaucoup trop dur. Je
suis bien trop délicat, cela m’épuiserait et m’accablerait. Je serais incapable de
mener une existence aussi rude. En revanche, si vous tenez à devenir moine, je
vous en prie, allez donc rejoindre la communauté de Bouddha !
— Entendu ! Si vous ne voulez pas devenir moine, alors je le deviendrai ! Cepen-
dant, pendant que je serai moine, vous vous chargerez de toutes les besognes des
laïcs.
— Quelles sont les besognes des laïcs ?
— Écoutez-moi bien, je vais vous le dire... Il faut bien labourer les champs ; il
faut établir des irrigations, en entreposant des digues ; il faut ensemencer tous les
champs ; il faut verser de l’eau là où il en manque et en retirer là où il y en a trop ;
quand le paddy sort de terre, il faut le recueillir, ensuite, il faut le repiquer ; pour
pas qu’il sèche au soleil, il faut soigneusement l’arroser ; lorsque l’eau devient
sale, il faut la remplacer par de l’eau propre ; dès que les plantations portent leurs
fruits, il faut constamment surveiller les champs pour que les oiseaux ne viennent
pas tout picorer ; quand le riz arrive à maturité, il faut le faucher ; il faut le frap-
per pour en faire tomber les grains ; il faut l’entreposer convenablement dans des
silos pour que les rats ne viennent pas le manger ; il faut le faire sécher au soleil ;
il faut le passer au tamis et le décortiquer. Voilà la besogne nécessaire pour
162 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

l’obtention seule du riz. Le travail est à peu près le même pour la production des
autres denrées alimentaires. Pour obtenir des vêtements, des parures, des bijoux,
des meubles ou d’autres affaires, il faut de l’or ou de l’argent. Pour obtenir de l’or
ou de l’argent, il convient d’effectuer toutes ces tâches. En plus de celles-ci, vien-
nent s’ajouter toutes les tâches qui consistent à l’entretien du foyer : passer le
balai, nettoyer les meubles, laver le linge, cuisiner les aliments, servir les repas,
faire la vaisselle... Il faut se soucier constamment de tout et suffisamment à
l’avance, de sorte à ne manquer de rien pour le lendemain. Ainsi, la besogne des
laïcs est sans fin, il faut s’y atteler jusqu’à la fin de la vie.
— Quel avantage y a-t-il donc à vivre dans la sphère des sens ? Puisqu’il en est
ainsi, restez donc dans le monde laïc et occupez-vous de la famille ! Je vais fina-
lement embrasser la vie de moine. »

L’autorisation de la mère du prince Anuruddhæ

L
e prince Anuruddhæ se rendit auprès de sa mère pour lui faire part de son
souhait de prendre la robe :
« La vie laïque ne m’intéresse plus du tout ; je veux devenir moine. Je
vous en prie, laissez-moi partir !
— Je n’ai que deux fils pour qui j’ai trop d’attachement. Je ne pourrai pas suppor-
ter d’être séparée de vous. Je regrette, mais je ne puis consentir à vous donner
l’autorisation de partir mener la vie de moine. »
Elle se mit à pleurer, tandis que le jeune prince réitéra une seconde, puis une
troisième fois sa demande. Sachant très bien que le prince Bhaddiya ne voudrait
jamais d’une existence monacale, sa mère finit par lui proposer :
« Si votre ami le prince Bhaddiya concède à devenir moine, je vous laisse partir
avec lui. »
Le prince Anuruddhæ ne tarda pas à rendre visite son ami le prince Bhaddiya,
régnant sur la ville de Koliya :
« Ô ami Bhaddiya ! Je ne suis plus satisfait de la vie laïque. Je souhaite rejoindre
la communauté de Bouddha et être moine. Néanmoins, ma mère me laisse partir à
la seule condition que vous m’accompagniez. Je ne peux donc devenir moine
seulement si vous le devenez. Alors, je vous en prie, par compassion pour moi,
veuillez adopter la vie de moine !
— Je regrette, mais je ne veux vraiment pas d’une telle existence.
— Je vous en supplie, je vous somme d’accepter ! »
Comme le prince Anuruddhæ insista considérablement, l’implorant d’un air dé-
sespéré, son ami, éprouvant de la compassion pour lui, finit par accepter. C’est
surtout la gêne qui le fit céder, en dépit de son aversion pour la vie de moine.
Dans un éclat de joie, le jeune Anuruddhæ s’écria :
« Parfait ! Allons-y de ce pas ! Partons rejoindre la communauté de ce noble
Bouddha !
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 163
— Pas si vite ! Laissez-moi du temps tout de même. Je vous demande d’attendre
sept ans.
— Sept ans ? Cela est beaucoup trop ! Je vous en prie, je ne pourrai jamais atten-
dre sept ans !
— Dans ce cas, je vous demanderai d’attendre au moins six ans.
— Six ans ? Cela est beaucoup trop, je ne pourrai jamais attendre si longtemps !
— Dans ce cas, je vous demanderai d’attendre au moins cinq ans.
— Cinq ans ? Cela est beaucoup trop, je ne pourrai jamais attendre si longtemps !
(Impatient de partir, le prince Anuruddhæ estima toujours trop longue la durée
d’attente proposée par son ami, de sorte que ce dernier concéda à la réduire tou-
jours plus, progressivement jusqu’à une période nettement plus courte...)
— Dans ce cas, je vous demanderai d’attendre au moins un mois et demi.
— Un mois et demi ? Cela est encore beaucoup trop, je ne pourrai jamais attendre
si longtemps !
— Bien. Je concède à partir au plus vite. Néanmoins, cela s’avère impossible
avant sept jours, car je suis seul au palais, toute ma famille est en voyage : je dois
attendre son retour. »
Heureux de n’avoir qu’une semaine à patienter, le jeune prince s’en alla trouver
sa mère pour lui annoncer l’acceptation de son ami Bhaddiya de l’accompagner.
Contrainte de tenir sa promesse, la mère du jeune Anuruddhæ le laissa partir pour
mener la vie monacale.

Le départ des six princes et du dæyaka Upæli


pour la forêt

U n certain Amitodana, motivé par les fameuses exhortations de son frère le


roi Sudoddhana, et saisissant l’occasion du départ proche des princes
Anuruddhæ et Bhaddiya pour le saµgha, incita son fils Ænandæ – qui
allait bientôt devenir le fameux Vénérable Ænandæ – à adopter la vie monacale.
De la même façon, se joignirent à eux les princes Kimila, Bhagu, et Devadatta,
ainsi que leur serviteur, le coiffeur Upæli.
Ainsi, au septième jour, les six princes et le dæyaka Upæli, partirent rejoindre le
Bienheureux, escortés par une troupe armée équipée d’éléphants, de chevaux, de
chars, et d’archers, jusqu’à la frontière du royaume. Ensuite, les sept continuèrent
leur chemin seuls et à pied. Alors qu’ils parvinrent dans une épaisse forêt, les six
princes remirent tous leurs bijoux et parures à leur dévoué serviteur :
« Upæli, tous ces bijoux et parures sont susceptibles de nous attirer inutilement
des dangers en traversant cette grande forêt, prenez-les et gardez-les, nous vous
les donnons. Maintenant, retournez à Kapilavatthu !
— Quoi qu’il advienne, je veux toujours rester avec vous. Je vous en supplie,
laissez-moi partir avec vous !
— Non, il faut que vous retourniez à Kapilavatthu. Laissez-nous et allez-vous-
en ! »
164 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Implorant les princes à genoux, le brave Upæli insista jusqu’à trois fois consécuti-
ves pour que les princes acceptent de le laisser venir avec eux, mais ils exigèrent
autant de fois de lui qu’il rentrât. N’osant pas contredire les princes, le coiffeur
prit le chemin du retour à contre-cœur, incapable de retenir ses sanglots. Après
avoir parcouru à peine quelques pas, il s’arrêta et réfléchit :
« Quand les Sakya de Kapilavatthu vont me voir arriver avec tous les bijoux et
parures des six princes sur les épaules, ils vont s’imaginer que je les ai tués pour
les dérober. Ils vont donc me tuer avant même que je ne puisse prononcer un seul
mot. Eux viennent de renoncer à tout pour être moine. Et moi, pourquoi ne pour-
rais-je pas être moine, tout comme eux ? »
Sur ce, il accrocha les précieux bijoux et parures sur un arbre, en se disant qu’il
les abandonna à celui qui aurait la chance de les trouver. Ensuite, il s’empressa
d’aller rejoindre les autres, qui concédèrent à le laisser les suivre. Ainsi, tous les
sept poursuivirent leur route à travers la forêt, jusqu’à parvenir auprès de Boudd-
ha. Quand ils eurent fini leurs respectueuses prosternations auprès du Bienheu-
reux, les six princes lui proposèrent :
« Ô noble Bouddha ! Comme chacun le sait, les Sakya sont réputés être très
orgueilleux. Dès notre entrée, nous voulons anéantir notre orgueil. Afin
d’amorcer solidement cette résolution, nous voudrions que vous intégriez le
dæyaka Upæli avant nous. Ainsi, ce sera à nous de le vénérer, et non l’inverse. »

Le premier vassa des six princes Sakya

C
omme les princes l’avaient suggéré, Bouddha intégra d’abord le dæyaka
Upæli, et après seulement les six princes. Quand ce fut fait, les sept nou-
veaux moines suivirent Bouddha jusqu’à son monastère de Ve¹uvana, à
Ræjægaha, pour y passer le vassa, pendant lequel de nobles stades furent
réalisés... Le Vénérable Bhaddiya devint arahanta, développant les trois vijjæ
(pubbenivæsa, dibbacakkhu, æsavakkhaya, c’est-à-dire les connaissances qui
permettent de voir les existences passées, de voir partout, et d’être débarrassé de
tous les kilesæ, les impuretés mentales), avec le pa¥isambhidæpatta (quoi qu’on lui
demande, il sait tout) ; le Vénérable Anuruddhæ développa la connaissance su-
prême de dibbacakkhu (connaissance permettant de tout voir, quelles que soient
la distance, la taille et la matière susceptible de cacher) ; le Vénérable Ænandæ
développa le sotæpatti phala (premier stade de réalisation du dhamma) ; le Véné-
rable Devadatta, bien que demeurant puthujana (être encore plongé dans les vues
erronées), développa les abhiñña (pouvoirs psychiques) propres à son niveau. Les
Vénérables Kimila, Bhagu, et Upæli, quant à eux, devinrent arahanta à l’issue du
vassa, et le Vénérable Anuruddhæ le deviendrait un peu plus tard.
Après ce vassa, le Vénérable Anuruddhæ alla voir le Vénérable Særiputtaræ afin
de lui demander des instructions lui permettant de s’entraîner jusqu’à nibbæna,
avant d’aller s’installer près de la ville de Pæsønava¼sa, dans le royaume de Ce-
tiya, où il commença sans attendre sa noble pratique. Il réfléchit si intensément
aux sept mahæpurisavitaka (les sept façons de réfléchir des êtres nobles) qu’une
assommante fatigue l’envahit. Voyant cela, malgré la distance, Bouddha se mit en
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 165
route jusqu’au lieu où s’était établi le Vénérable Anuruddhæ, pour l’apaiser de
cette fatigue inutile. En arrivant près du jeune moine, Bouddha lui enseigna aussi-
tôt le mahæ ariyæ vaµsa, une pratique qui souligne l’importance de savoir se
contenter des huit affaires (trois robes, un bol, une ceinture, une aiguille et du fil,
un filtre à eau et une lame) et savoir demeurer dans la concentration. Grâce à cette
pratique, il devint très rapidement un arahanta, développant – tout comme le
Vénérable Bhaddiya – le pa¥isambhidæ (une connaissance intégrale du dhamma).
Sa tâche accomplie, le Bienheureux s’en retourna dans son monastère de
Ve¹uvana.

L’attribution de la distinction particulière au Véné-


rable Anuruddhæ

A
lors que le saµgha était réuni, Bouddha prit la parole en désignant le
Vénérable Anuruddhæ :
« Moines ! Parmi tous mes disciples, ce moine portant le nom
d’Anuruddhæ est le plus compétent dans la suprême connaissance de dibbacakkhu
(capacité à tout voir, quels que soient les obstacles : murs, distance, taille, etc.).
En vertu des pæramø exceptionnelles qu’il a développées durant 100 000 kappa, je
lui attribue la distinction particulière de dibbacakkhu etadagga (le plus habile
dans la connaissance qui permet de tout voir). »
Chacun fut réjoui de cette noble distinction attribuée au Vénérable Anuruddhæ.
166 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le passé du Vénérable Ænandæ


Bouddha Padumuttara et sa famille

I
l y a 100 000 kappa, dans le royaume de Haµsævatø, vivait sa dernière exis-
tence le prince Uttarakumæra – futur Bouddha Padumuttara –, dont le père
était le roi Ænandæ (rien à voir avec le Vénérable Ænandæ) et la mère la reine
Sujætæ. Quand il découvrit les quatre grands signes, il renonça à l’existence prin-
cière et partit dans la forêt. Il parvint à l’éveil au terme de sept jours d’ascétisme.

Remarque : Une fois entamé leur renoncement dans leur dernière vie, tous les bouddhas
parviennent à l’éveil en sept jours. Néanmoins, Bouddha Gotama, lui, dut pratiquer les sévè-
res austérités durant six longues années, car cela fut son souhait alors qu’il était boddhisatta
(futur bouddha). En effet, chaque bouddha, bien avant de parvenir à sa dernière existence,
formule un souhait particulier pour sa dernière vie. Le futur et prochain Bouddha Arimet-
teyya aurait, quant à lui, souhaité un visage identique pour tous les humains lors de sa der-
nière existence.

Lorsque Bouddha Padumuttara voyagea jusqu’au bois où il allait délivrer son


premier sermon, une fleur de lotus s’ouvrit sous chacun de ses pas. C’est pour
cette raison qu’il s’appelait Padumuttara : paduma signifie lotus, uttara signifie
noble. Ses deux plus grands disciples masculins étaient les Vénérables Devala et
Sujæta, ses deux plus grandes disciples féminines étaient les Vénérables Amitæ et
Asamæ, et son serviteur attitré était Mahæ Sumana. En ce temps-là, l’espérance de
vie était de cent mille ans et le saµgha se composait de cent mille moines.
Parfois, Bouddha Padumuttara rendait visite à sa famille au palais royal, accom-
pagné de ses disciples. Le roi Ænandæ avait placé son fils cadet Sumana – le futur
Vénérable Ænandæ – dans une petite ville éloignée de 120 yþjanæ de la capitale.
De temps à autre, lui aussi venait rendre visite à sa famille au palais ou auprès de
son grand frère Bouddha Padumuttara. Un jour, lorsqu’un conflit éclata à la fron-
tière du royaume, le roi y envoya son jeune fils sur le terrain, avec des éléphants,
des chevaux, des chars et des archers, ayant pour mission d’aller l’apaiser. Quand
il réussit sa tâche avec grand succès, il dépêcha un messager auprès de son père
afin de l’en informer.

Le souhait du prince Sumana

R
éjoui de prendre connaissance du succès de son fils, le roi Ænandæ en-
voya deux de ses ministres pour inviter son fils. Sur le chemin qui le
ramena vers le palais de son père, le jeune homme s’entretint avec les
ministres :
« Si mon père se propose de répondre à l’un de mes souhaits, que serait-il bien
que lui demande ?
— Vous pouvez lui demander des éléphants, des chevaux, des bourgades, de
l’or...
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 167
— (L’autre ministre était beaucoup plus sage) Tous ces biens ne sont que maté-
riel : ils sont très faciles à obtenir. Néanmoins, les biens lokuttara (ce qui permet
de se libérer du saµsaræ) sont beaucoup plus difficiles à obtenir. Si votre père le
roi s’engage à exaucer l’un de vos souhaits, il serait plus judicieux de lui deman-
der qu’il vous accorde de vous consacrer à soutenir Bouddha et son sæsana.
— (Le prince) Voilà un excellent conseil ! Je n’aurais pu imaginer de plus riche
idée. »
En arrivant au palais, le prince alla respectueusement saluer son père. Comme
prévu, le monarque voulut le récompenser de son succès :
« Mon cher fils ! Faites-moi connaître votre souhait, quel qu’il soit, je m’engage
à le réaliser.
— Je ne veux pas d’éléphants, ni de chevaux, ni de bourgades, ni d’or... Je n’ai
qu’un seul souhait, père ; je voudrais seulement que vous me laissiez m’occuper
de mon noble frère Bouddha jusqu’à la fin de ma vie.
— Cela est impossible, je ne puis vous l’accorder. Demandez-moi autre chose !
— Pourquoi revenez-vous sur votre parole ? Vous vous êtes engagé à réaliser
mon souhait, quel qu’il soit ! »
Le roi ne pouvait pas rejeter complètement son engagement, sous peine de perdre
son honneur, car à cette époque, manquer à un engagement était considéré comme
une impardonnable offense. Le roi consentit donc à accorder à son fils la durée
des trois mois du prochain vassa pour répondre à son souhait. Néanmoins, la vie
entière était pour le roi une telle exigence qu’il lui aurait été plus facile de décro-
cher la lune. Il faut savoir, cependant, que compte tenu de la durée de vie des
hommes en ce temps, trois mois avaient proportionnellement une durée de deux
heures et quelques minutes pour l’époque de Bouddha Gotama (notre époque, en
somme).
Le jeune prince se mit à songer :
« L’autorisation du roi est une aubaine inespérée. Encore faudrait-il que Boudd-
ha accepte mes services auprès de lui. Il me faut aller le lui demander. »

L’invitation du prince Sumana à Bouddha

B
ouddha Padumuttara avait achevé son repas quand son jeune frère, le
prince Sumana, parvint à son monastère. Comme le Bienheureux était allé
se reposer dans sa chambre, le prince ne l’aperçut pas en arrivant ; il ne
vit que des moines. En s’approchant vers un groupe de moines, il joignit respec-
tueusement les mains et adressa quelques paroles de politesse, avant d’annoncer
le motif de sa visite :
« Ô nobles Vénérables ! Je suis le prince Sumana, le frère de Bouddha. Auriez-
vous l’obligeance, je vous prie, de m’indiquer où je puis trouver Bouddha ? Qui
pourrait-il me conduire auprès de lui ?
— Nous n’osons pas aller le déranger maintenant. Nous vous prions d’attendre le
temps nécessaire.
— Si vous n’osez pas me conduire à lui, qui oserait le faire ?
168 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— Le mahæthera (moine ayant au moins vingt ans d’ancienneté dans le saµgha)


Sumana, qui est le serviteur attitré de Bouddha, doit être en mesure de vous aider.
— Pourriez-vous, je vous prie, m’emmener auprès de ce mahæthera Sumana ? »
Les moines conduisirent aussitôt le prince Sumana auprès du mahæthera Sumana.
En arrivant près de lui, le prince joignit respectueusement les mains et adressa
quelques paroles de politesse, avant de réitérer sa demande :
« Ô noble Vénérable ! Je suis le prince Sumana, le frère de Bouddha. Auriez-
vous l’obligeance, je vous prie, de me permettre de rencontrer Bouddha ?
— Certainement, je vous demande un bref instant. »
À l’aide de ses pouvoirs psychiques, le mahæthera Sumana se retrouva, le temps
d’un éclair, dans la chambre du Bienheureux, pièce parfumée à l’aide de lotus,
par les moines prenant soin de lui :
« Ô noble Bouddha ! Votre frère, le prince Sumana, vient d’arriver auprès de
moi ; il souhaiterait vous voir.
— Où est-il ?
— Dehors, parmi les autres moines.
— Préparez-nous une place là où il se trouve, afin que je puisse le recevoir. »
Le mahæthera Sumana revint aussi vite qu’il fut allé avertir Bouddha Padumutta-
ra de la présence de son frère. Il installa aussi rapidement et facilement qu’un
claquement de doigts une place convenable pour s’asseoir, avant de retourner –
non moins vite – avertir le Bienheureux que la place était prête. Le voyant ainsi
faire, le prince songea :
« Quels puissants pouvoirs a ce mahæthera Sumana ! Que j’aimerai être, tout
comme lui, le serviteur attitré d’un prochain bouddha ! »
Bouddha Padumuttara ne tarda pas à rejoindre son jeune frère qui, s’étant respec-
tueusement prosterné devant son noble frère, lui dit aussitôt, devant tout le
saµgha :
« Ô noble Bouddha ! En arrivant, j’ai demandé à un groupe de moines où vous
trouver. Comme ils n’osaient pas aller dans votre chambre, j’ai demandé à voir
quelqu’un de plus vaillant. On m’a alors conduit auprès du mahæthera Sumana,
qui est immédiatement allé vous chercher. Parmi le saµgha, je trouve ce moine
particulièrement aimable et digne d’appréciations. J’ai beaucoup d’admiration
pour lui.
— Le mahæthera Sumana est mon serviteur attitré. Il est celui qui s’occupe tou-
jours de moi et qui me nourrit tous les jours. Partout où je me rends, il
m’accompagne. Il est très brave.
— Noble frère Bouddha quel genre de kusala faut-il développer pour devenir,
comme le mahæthera Sumana, le serviteur attitré d’un prochain bouddha ?
— Pour ce faire, il convient de s’occuper de Bouddha et du saµgha, en effectuant
des tâches ou des offrandes susceptibles de les aider dans leur pratique du dham-
ma (vipassanæ, étude, enseignement, procédures du vinaya, etc.), et d’observer
soi-même un excellent søla. En faisant ainsi, il est envisageable de devenir le
serviteur attitré d’un bouddha.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 169
— Afin de me donner l’occasion de devenir un jour le serviteur attitré d’un
bouddha, veuillez accepter mon invitation avec tout le saµgha pour le repas de
demain ! »
Comme Bouddha Padumuttara accepta l’invitation d’un silence, le prince Sumana
le salua respectueusement et rentra chez lui pour organiser le repas du lendemain.
Quand Bouddha et les autres moines vinrent manger, le prince renouvela son
invitation. Il en fut de même pendant sept jours de suite. Le septième jour, au
terme du repas, le prince Sumana s’adressa à son frère Bouddha :
« Ô noble Bouddha ! Notre père m’a permis de m’occuper de vous pendant les
trois mois du vassa. Veuillez accepter, pour vous et le saµgha, mon invitation
durant ces trois mois ! »
Le Bienheureux réfléchit un instant, pour savoir s’il était convenable d’accepter
une si longue invitation, en fonction des pæramø d’un futur serviteur attitré de
bouddha. Comme cela l’était, il demeura silencieux. Chaque fois qu’un bouddha
reste silencieux à la formulation d’une invitation, cela signifie qu’il accepte.
Comprenant l’approbation de son noble frère, le jeune prince donna les détails de
son invitation :
« Dans la ville que je gouverne, je vais faire construire un monastère pouvant
vous accueillir avec tout le saµgha, et je vais faire arranger la route qui y mène.
Lorsque ce sera prêt, je dépêcherai un messager pour vous en tenir informé. »
Quand le prince Sumana retourna au palais royal, il relata à son père sa rencontre
avec Bouddha Padumuttara.
De retour dans sa ville, il acheta un grand parc à un riche homme nommé So¼a,
afin d’y bâtir un monastère. Sa construction lui aura coûté au total
300 000 « devises » de l’époque : 100 000 pour le terrain, 100 000 pour les bâti-
ments, les arbres, les fleurs, etc. et 100 000 pour la main-d’œuvre. À cela s’ajouta
le coût de la nouvelle route – longue de 120 yþjanæ. Dès que les travaux de fini-
tion furent achevés, le prince envoya, comme promis, un messager pour en avertir
le roi, Bouddha Padumuttara et le saµgha.
Bouddha et tous les autres moines partirent suffisamment longtemps à l’avance,
de sorte à arriver avant le vassa dans la ville du prince Sumana. Quand ils furent
encore à 1 yþjanæ de leur lieu d’invitation, le prince les avait rejoins pour les
accueillir. En arrivant près de la ville, le prince les conduisit au parc où se trou-
vait le monastère, qu’il eut la grande joie d’offrir à son frère Bouddha. En outre, il
offrit à chaque moine les huit affaires obligatoires aux moines : une robe du bas,
une robe du haut, une robe double, un bol, une ceinture, un filtre à eau, un rasoir
et une aiguille avec du fil. Ensuite, il réunit ses subalternes en leur déclarant :
« J’ai fait venir mon noble frère Bouddha dans ma propre ville. Tous les boudd-
has prennent soin du dhamma. En revanche, ils n’accordent aucun intérêt aux
choses matérielles. Dans ce même état d’esprit, pendant toute la durée des trois
mois du vassa, portant la robe brunâtre, adoptant les dix préceptes, je vais demeu-
rer dans le monastère de Bouddha. De cette manière, je serai dans les meilleures
conditions pour m’occuper des affaires du saµgha et prendre grand soin de
170 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Bouddha. À l’aide de toute la fortune – or, argent, joyaux, réserves de riz, etc. –
qui se trouve dans ma banque, occupez-vous soigneusement du saµgha, veillant à
répondre à leurs moindres besoins ! »

Le souhait du prince Sumana

A
insi, durant les trois mois du vassa, les ministres se sont occupés de nour-
rir le saµgha et de fournir tous ses besoins, à l’aide de la fortune du
prince Sumana. À l’issue du vassa, le prince offrit un jeu de trois robes
d’une valeur de 1 000 « devises » de l’époque à chacun des membres du saµgha.
Il s’approcha ensuite vers le Bienheureux, se prosterna respectueusement devant
lui, avant de lui faire part de son souhait, les mains jointes :
« Ô noble Bouddha ! Je ne veux pas devenir le roi des deva, ni le roi des hu-
mains. Avec tous les kusala que je viens d’accomplir pendant ces sept jours,
puissé-je devenir, tout comme votre noble disciple le Vénérable mahæthera Su-
mana, serviteur attitré d’un prochain bouddha ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, qui est une connaissance propre à un bouddha et per-
mettant de prédire dans un très lointain avenir en se basant notamment sur les
facteurs très complexes du kamma des êtres et de l’évolution de leurs pæramø, le
Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent au prince Sumana. Ensuite, il
lui répondit :
« Sumana, toutes les conditions sont favorables : d’ici 100 000 kappa, vous
deviendrez un upa¥¥hæka etadagga (le meilleur serviteur de Bouddha). Dans ce
kappa, il y aura cinq bouddhas : d’abord Bouddha Kakusandha, suivi de Bouddha
Ko¼æguma, ensuite Bouddha Kassapa, et après, Bouddha Gotama, dont vous
naîtrez le même jour. Votre père se nommera Amitodana et sera l’un des frères du
roi Sudoddhana. Dans cette vie, vous deviendrez le serviteur attitré de Bouddha
Gotama, et serez connu sous le nom d’Ænandæ. »
Le prince pensa, en se réjouissant :
« Un bouddha ne se trompe jamais. Quand il dit quelque chose, cela n’est pas
vain ; quand il prédit que quelque chose se produira, il ne peut en être autre-
ment. »

Les mérites et les démérites du futur Vénérable


Ænandæ

D
epuis ce jour, à quelques exceptions près, le futur upa¥¥hæka etadagga ne
cesserait de développer les pæramø, à l’aide de la pratique de la générosi-
té, de la vertu et de la concentration. Peu de temps après la validation de
son souhait par Bouddha Padumuttara, il rencontra l’ermite Ja¥ila, qui était le
futur Bouddha Gotama, et qui s’attelait donc depuis fort longtemps au dévelop-
pement des pæramø nécessaires à l’omniscience. Jusqu’à sa mort, le futur Vénéra-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 171
ble Ænandæ s’occupa alors avec zèle du futur Bouddha Gotama avec le plus grand
soin et d’une manière hautement respectueuse.
Il reprit naissance dans le monde des deva, dans la sphère Tusitæ, dont succéda
une vie humaine, après laquelle il renaquit dans de très nombreuses vies royales :
trente vies en tant que roi des brahmæ, mille vies en tant que roi des deva, mille
vies en tant que roi des humains et un nombre incalculable de vies en tant que
roi « ordinaire » (à la tête d’un royaume). Au temps de Bouddha Kassapa, il reprit
naissance comme brahmane. Un jour, il abandonna le vêtement qu’il porta à un
moine très vertueux pour qu’il puisse en faire un sac pour son bol. Grâce à ce
kusala, de l’or lui est apparu. Il poursuivit ses mérites sans relâcher ses efforts.
Quand il parvint au terme de cette existence, il prit naissance sept fois de suite
comme roi des deva, avant de renaître dans le monde humain, à la tête du
royaume de Bæræ¼asø. En ce temps-là, il y avait cinquante-huit pacceka buddha,
qui vivaient dans la montagne de Gandhamædana, pour qui il offrit un logement
chacun.
Parmi ses existences, il fut un jour un orfèvre, aussi riche que beau. Menant une
vie de séducteur, il s’emparait fréquemment de la femme des autres, s’adonnant
alors à la méconduite sexuelle. À l’issue de cette existence, il reprit naissance en
tant que fils d’un homme riche. Il vécut heureux tout au long de sa vie, car les
résultats des akusala dus à la mauvaise conduite sexuelle de sa vie précédente
n’avaient pas encore mûri. Pendant cette existence, il développa dæna, søla, mettæ
et bhævanæ jusqu’à sa mort. Ensuite, il reprit naissance dans l’enfer Yoruva, dans
lequel il connut une vie très douloureuse. Les résultats des actes sains produits
tout au long de son existence précédente n’étaient pas encore mûrs. En revanche,
ce furent ceux des mauvais actes produits lors de son avant-dernière existence qui
l’étaient.
Après cette triste existence, étant donné qu’il lui restait encore des akusala kam-
ma à subir, le futur Vénérable Ænandæ reprit naissance dans le monde animal en
tant que bouc. Grand et bel animal qu’était ce bouc, il fut châtré et réduit à un
amusement pour les autres ; les enfants le montaient, les adultes aussi. Prenant de
l’âge, le bouc fut envoyé à la boucherie, où on le tua pour sa viande. La vie sui-
vante, il fut un singe. Le chef du clan dont il faisait partie était jaloux de lui ; il
avait peur qu’une fois devenu grand, il soit susceptible d’être un rival. À cause de
cette crainte, il lui écrasa les testicules et le tua. Sa vie suivante fut celle d’un
taureau. Comme ce taureau était fort et en bonne santé, ses propriétaires le castrè-
rent en lui écrasant les testicules, afin de l’employer comme un moyen de trans-
port pour des charges lourdes. Une fois que l’animal fut affaibli par l’âge, on
l’envoya à la boucherie. Il reprit naissance comme être humain dépourvu de sexe,
c’est-à-dire qu’il ne fut ni un homme, ni une femme. À la suite à cette existence
malheureuse, il naquit cinq existences de suite dans le monde des deva en tant
que femme de deva. Lors de cette cinquième existence en tant que de devø, il fut
Rþcæ, la fille du roi A³gati. Toutes les existences pénibles que le futur Vénérable
Ænandæ connu, jusqu’à celle où il fut la fille du roi A³gati, ne furent que le résul-
tat de sa mauvaise conduite sexuelle commise lorsqu’il fut un riche orfèvre.
172 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

À l’issue de cette existence, il renaquit dans la quatrième sphère du monde des


deva, où il rencontra le futur bouddha Gotama, alors parvenu à son avant-dernière
vie. Au terme de leurs vies, ils furent conceptualisés au même instant, apparais-
sant dans le ventre de leurs mères respectives. Tous deux naquirent le même jour
– dix mois plus tard –, mais le futur Bouddha Gotama un peu avant le futur Véné-
rable Ænandæ. Quand ce dernier parvint à l’âge adulte, il entra dans le saµgha
avec ses cinq amis princes, et le dæyaka Upæli (voir le chapitre « Le prince Anu-
ruddhæ »).
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 173

À propos du Vénérable Ænandæ


Les neuf premiers serviteurs attitrés de Bouddha

D
urant les vingt premiers vassa de Bouddha (les vingt premières années
qui suivirent son éveil), neuf membres du saµgha se sont succédés pour
occuper la tâche de serviteur attitré du Bienheureux – huit moines et un
novice : le Vénérable Nægasamæla, le Vénérable Nægita, le Vénérable Upavæna, le
Vénérable Sunukkhatta, le sæma¼era Cunda, le Vénérable Cunda, le Vénérable
Sægata, le Vénérable Rædha et le Vénérable Meghiya. Pendant cette période, le
Vénérable Ænandæ ne s’occupa que très occasionnellement de son cousin Boudd-
ha.
Un jour, le premier de ces serviteurs attitrés, le Vénérable Nægasamæla, accompa-
gna Bouddha dans l’un de ses déplacements. Comme il était chargé de s’occuper
de Bouddha, il portait son bol et sa robe double. Ils parvinrent à un embranche-
ment de deux chemins, qui partaient chacun dans une direction différente.
Comme le Vénérable Nægasamæla proposa au Bienheureux d’emprunter l’un des
deux chemins, ce dernier refusa, indiquant qu’il s’agissait d’une route à éviter.
Malgré tout, son disciple insista trois fois de suite en marquant sa préférence pour
la route qu’il avait choisie. Patiemment, Bouddha lui répéta qu’il ne convenait pas
d’emprunter cette route. En dépit de l’interdiction du Parfait, le moine lâcha les
affaires de son maître sur le sol et s’apprêta à emprunter la voie déconseillée.
Bouddha lui ordonna de ramasser ses affaires pour les lui remettre poliment en
mains propres. Quand ce fut fait, chacun poursuivit son chemin, le serviteur atti-
tré sur la route interdite, et Bouddha sur l’autre.
Peu de temps après, le Vénérable Nægasamæla rencontra une bande de brigands
qui le rouèrent de coups jusqu’au sang, avant de lui dérober toutes ses affaires.
Quand ceux-là s’en allèrent, le moine songea :
« Me voilà tout seul, sans secours, dépouillé de toutes mes affaires. J’aurais
mieux fait d’écouter Bouddha. »
Il rebroussa immédiatement chemin, prit l’autre route, et courut jusqu’à rattraper
son maître. Quand Bouddha vit son disciple dépouillé de ses affaires et saignant à
la tête, il lui demanda :
« Qu’est-ce qui vous est arrivé ?
— Je me suis fait battre et voler par des brigands.
— Vous venez de subir l’akusala que vous avez commis dans une vie passée.
Entraînez-vous à développer de la bienveillance à l’égard des êtres. »
Un jour, dans le royaume du Pæcønavaµsa, Bouddha partit en voyage avec son
dernier serviteur attitré en date, le Vénérable Meghiya. Alors qu’ils arrivèrent
dans la forêt de mangues Migadævana, le moine serviteur fut très inspiré par
l’endroit. À tel point qu’il souhaita ne plus en repartir :
174 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô noble Bouddha ! Je voudrais demeurer ici, pour méditer en parfaite tranquil-


lité.
— Ne restez pas ici, cet endroit n’est pas convenable.
— Cet endroit est vraiment merveilleux, je n’ai pas la moindre envie de le quit-
ter. »
Le Vénérable Meghiya insista à trois reprises pour rester dans la forêt, tandis que
Bouddha le lui interdit autant de fois, avant de poursuivre seul son chemin. Refu-
sant d’écouter le Parfait, le jeune moine demeura dans la forêt de manguiers, où il
commença aussitôt sa méditation. Plus tard, il avouerait à Bouddha qu’il eût
échoué dans sa pratique, le mental entaché de désirs sensuels, de malveillance et
de cruauté.

La recherche d’un serviteur attitré permanent

Q
uand le Bienheureux arriva à Sævatthi, il réunit tous les moines :
« Ô moines ! Parmi les moines serviteurs attitrés qui m’ont accompa-
gnés, certains refusent de prendre la même route que moi, ils
m’abandonnent en lâchant mes affaires à terre, d’autres veulent rester
dans un lieu, me laissant poursuivre seul le voyage, d’autres encore, ne me prêtent
pas la moindre attention. Aujourd’hui, j’arrive à un âge avancé (cinquante-cinq
ans). Si je devais porter chaque fois mes affaires lors de mes déplacements, alors
qu’il y a de nombreux jeunes moines en pleine santé dans le saµgha, les gens se
mettraient à critiquer, trouvant cela inacceptable. Je pense donc qu’il serait
convenable que je puisse disposer en permanence d’un moine qui soit mon servi-
teur attitré, qui tienne sa tâche à cœur, sachant s’occuper correctement de moi.
J’ai besoin d’un volontaire pour cette tâche.
— (Le Vénérable Særiputtaræ) Ô noble Bouddha ! J’ai développé avec efforts les
pæramø pendant 1 asa³khyeyya et 100 000 kappa dans le but de servir le sæsana
d’un être aussi noble que vous l’êtes. Mon souhait a toujours été celui d’aider
Bouddha dans sa noble tâche, jusqu’au parinibbæna. Dans votre sæsana, il n’y a
pas un moine (en dehors de Bouddha, naturellement) qui ait autant de sagesse que
moi. À ce titre, je suis parfaitement digne de m’occuper de vous. En vertu de cela,
laissez-moi être votre serviteur attitré !
— (Bouddha) L’enseignement – du dhamma – que vous donnez à un public est le
même que celui que je donne moi-même à un public. Il est inutile que vous res-
tiez près de moi, alors que vous avez une inégalable habileté à enseigner à un
endroit pendant que j’enseigne ailleurs. Pour cette raison, je ne peux pas vous
accepter comme serviteur attitré. Je n’ai pas besoin d’un aggasævaka pour cette
tâche.
— (Le Vénérable Mahæ Moggalæna) Ô noble Bouddha ! J’ai développé avec
efforts les pæramø pendant 1 asa³khyeyya et 100 000 kappa dans le but de servir
le sæsana d’un être aussi noble que vous l’êtes. Mon souhait a toujours été celui
d’aider Bouddha dans sa noble tâche, jusqu’au parinibbæna. Dans votre sæsana, il
n’y a pas un moine (en dehors de Bouddha, naturellement) qui ait autant dévelop-
pé les pouvoirs psychiques que moi. À ce titre, je suis parfaitement digne de
m’occuper de vous. En vertu de cela, laissez-moi être votre serviteur attitré !
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 175
— (Bouddha) Le service que vous rendez au dhamma à l’aide de vos pouvoirs
psychiques est le même que celui que je rends moi-même au dhamma. Il est inu-
tile que vous restiez près de moi, alors que vous avez une inégalable habileté à
faire connaître le dhamma à l’aide de vos pouvoirs psychiques à un endroit pen-
dant que j’en fais autant ailleurs. Pour cette raison, je ne peux pas vous accepter
comme serviteur attitré. Je n’ai pas besoin d’un aggasævaka pour cette tâche. »
De la même manière, les Vénérables Anuruddhæ, Bhaddiya, Upæli et tous les
autres mahassævaka (grands disciples) de Bouddha, qui furent au nombre de 80,
proposèrent à tour de rôle au Bienheureux de devenir son serviteur attitré, mais
chaque fois, il déclina leur offre, donnant une réponse toujours semblable à celle
qu’il donna aux Vénérables Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna.

Vénérable Ænandæ, serviteur attitré de Bouddha

P
armi tous les moines susceptibles de pourvoir à cette honorable tâche, pas
un seul ne se porta volontaire. Connaissant le respect exemplaire que le
Vénérable Ænandæ avait pour son cousin Bouddha, d’autres moines ne
tardèrent pas à l’inciter à se proposer :
« Vénérable Ænandæ ! Vous qui êtes digne d’une telle tâche, pourquoi ne de-
mandez-vous pas à Bouddha qu’il vous prenne comme serviteur attitré ?
— Je ne veux pas solliciter quoi que soit à notre noble maître. S'il pense que je
conviens à cette tâche, il me le demandera lui-même.
— (Bouddha) Ô moines ! Le Vénérable Ænandæ a un amour sans limite pour moi.
De plus, de vous tous, il est celui qui a le plus de vøriya (effort). Le Vénérable
Ænandæ va très bien prendre soin de moi.
— (Des moines) Vénérable Ænandæ ! Qu’attendez-vous ? Dépêchez-vous donc de
vous lever et d’aller auprès de Bouddha ! »
Bien que le Vénérable Ænandæ n’en avait pas encore prit conscience lui-même, le
Parfait savait parfaitement que son cousin avait développé les pæramø en vue
d’être son serviteur attitré.

Les 8 conditions du Vénérable Ænandæ

O
béissant à la recommandation des moines, le Vénérable Ænandæ se leva,
se rapprocha de Bouddha, et se prosterna respectueusement devant lui,
avant de déclarer, les mains jointes :
« Ô noble Bouddha ! Je vous demanderai 4 privilèges dont je refuse de bénéfi-
cier et 4 privilèges dont je souhaite bénéficier. Si vous daignez accepter ces 8
conditions, j’accepte d’être votre assistant.
— Quels sont les 4 privilèges dont vous refusez que je vous fasse bénéficier ?
— (1) Que je porte les robes de qualité qui vous sont offertes. (2) Que je mange la
nourriture raffinée qui vous est offerte. (3) Que je demeure avec vous dans votre
chambre parfumée. (4) Que je vous accompagne aux invitations.
— Pourquoi souhaiteriez-vous que je vous refuse ces 4 privilèges ?
176 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— (1) Pour éviter de susciter la jalousie de ceux qui, me voyant porter de belles
robes, diraient que cela est dû au fait que je m’occupe de vous. (2) Pour éviter de
susciter la jalousie de ceux qui, me voyant manger de la nourriture raffinée, di-
raient que cela est dû au fait que je m’occupe de vous. (3) Pour éviter de susciter
la jalousie de ceux qui, me voyant rester dans votre chambre parfumée, diraient
que cela est dû au fait que je m’occupe de vous. (4) Pour éviter de susciter la
jalousie de ceux qui, me voyant vous accompagner aux invitations, diraient que
cela est dû au fait que je m’occupe de vous. Je ne tiens vraiment pas à m’occuper
de vous pour obtenir de tels privilèges. Voilà la raison pour laquelle je souhaiterai
que vous me refusiez ces 4 privilèges.
— Quels sont les 4 privilèges dont vous souhaitez que je vous accorde ?
— (1) Que vous alliez à toutes les invitations que j’accepte pour vous, quand des
personnes viennent pour vous inviter, mais que vous n’êtes pas là. (2) Que vous
laissiez à tout moment les visiteurs qui viennent de loin en votre présence s’ils ont
été amenés par moi. (3) Que vous m’enseigniez tous les points sur lesquels appa-
raissent un doute. (4) Que vous me répétiez intégralement tous les enseignements
que vous êtes amené à délivrer en mon absence.
— Pourquoi souhaiteriez-vous que je vous accorde ces 4 privilèges ?
— (1 et 2) Au cas où je serais votre serviteur attitré, si je ne peux pas aider les
gens à vous rendre hommage ou à accepter les invitations qu’ils vous donnent, ils
vont me critiquer : “ Il n’est même pas capable de nous conduire à Bouddha. À
quoi bon a-t-il été désigné pour être son serviteur attitré ? ”. (3 et 4) Pour que je
puisse mémoriser l’intégralité de votre parole, de sorte à pouvoir toujours répon-
dre lorsqu’on me demandera à propos d’un enseignement : “ Il a été délivré où ?
Quand ? Quel jour ? Il s’adressait à qui ? De quel jætaka s’agit-il ? ”, sinon on
dira de moi : “ Il n’est même pas capable de répondre à nos questions. À quoi bon
a-t-il été désigné pour être le serviteur attitré de Bouddha ? ”. Voilà la raison pour
laquelle je souhaiterai que vous m’accordiez ces 4 privilèges.
— J’accepte ces 8 conditions. Je vous attribue donc la distinction particulière de
upa¥¥hæka (serviteur attitré). »
Ainsi, les pæramø développées par le Vénérable Ænandæ durant 100 000 kappa,
outre de grandes qualités, l’amenèrent à ce moment-là, à devenir le serviteur
attitré de Bouddha.

Remarque : Bouddha savait parfaitement quelle était la raison de chacune des conditions po-
sées par son cousin Ænandæ. Il avait l’habitude de poser des questions dont il connaissait la
réponse dans le but d’en faire connaître la réponse aux autres.

La fonction de serviteur attitré de Bouddha

T
ôt le matin, le Vénérable Ænandæ se levait avant Bouddha. Il passait alors
le balai dans la chambre du Bienheureux. Dans chaque monastère où il se
rendait, Bouddha avait sa chambre attitrée, parfumée de fleurs de lotus.
Cette chambre est appelée gandha ku¥ø (gandha signifie parfum et ku¥ø signifie
logement monastique). Ensuite, il préparait trois bâtons effilochés – un souple, un
moyen et un dur – pour que Bouddha se brossât les dents, de l’eau froide et de
l’eau chaude pour qu’il pût se laver le visage. Quand Bouddha se levait, il se
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 177
lavait le visage. Le Vénérable Ænandæ lui essuyait les pieds, avant qu’il ne fasse
sa marche. Pendant que le Bienheureux effectuait sa marche, son serviteur s’en
allait lui préparer de la bouillie de riz. Quand Bouddha mangeait sa bouillie, le
Vénérable Ænandæ lui préparait ses robes pour aller faire sa collecte de nourriture.
Lorsque le Bienheureux se changeait, son cousin prenait ses robes d’intérieur
pour aller les ranger, et lui installait une couverture pour qu’il puisse s’asseoir,
avant d’aller lui-même se préparer pour accompagner son maître pendant la col-
lecte quotidienne.
Quand ils revenaient de la collecte de nourriture, le Vénérable Ænandæ essuyait
les pieds de Bouddha, lui préparait de nouveau une place pour s’asseoir, et allait
étendre les robes de son maître, après lui avoir remis celles d’intérieur. Ensuite, il
se chargeait de tout le nécessaire pour le repas de son maître. Il le servait, lui
réchauffait des aliments (obtenus par la collecte du matin), lui apportait et lui
servait de l’eau pour boire, l’éventait s’il faisait chaud ou s’il y avait des insectes
gênants, etc. Après le repas, il battait la poussière de la couverture de son lit avant
que Bouddha ne fasse une courte sieste. La sieste terminée, le serviteur lui appor-
tait de l’eau à boire et de l’eau pour se rafraîchir.
Quand Bouddha avait des courbatures, son fidèle cousin le massait. Quand il
délivrait un enseignement, il lui préparait sa place sur son trône, ainsi que les
places occupées par les moines venant écouter l’enseignement du Bienheureux,
en balayant, en installant des couvertures pour s’asseoir, etc.
Lorsque Bouddha se rendait à quelque part, il l’accompagnait en portant son bol
et sa robe double, et le servait tout au long de la journée, en lui rendant précieu-
sement tous les services nécessaires. Les rares fois où Bouddha ne pouvait se
déplacer avec le Vénérable Ænandæ, il lui rapportait mot pour mot tous les ensei-
gnements qu’il avait délivrés pendant de son absence. Quand le Bienheureux
avait du se rendre à l’extérieur pendant la journée, quand il rentrait le soir, le
Vénérable Ænandæ lui apportait de l’eau propre pour lui servir à boire, de l’eau
froide et de l’eau chaude pour lui laver les pieds, et pour qu’il puisse se doucher.
Il lui apportait une serviette à l’aide de laquelle il lui essuyait les pieds. Pendant
qu’il se douchait, il lui frottait le dos. Quand il voulait se reposer, il lui installait
une couverture épaisse. À la tombée de la nuit, le fidèle serviteur allumait des
lampes à huile.
Le Vénérable Ænandæ demeura le serviteur attitré de Bouddha jusqu’au parinib-
bæna de ce dernier, soit pendant vingt-cinq ans. Né le même jour que le Bienheu-
reux, qui disparut à l’âge de quatre-vingts ans, le Vénérable Ænandæ, lui, disparut
à l’âge de cent vingt ans.
(Voir aussi le chapitre « Le quotidien de Bouddha »).
178 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les 5 distinctions particulières


du Vénérable Ænandæ

Q
uelque temps plus tard, alors qu’ils étaient au monastère de Jetavana,
Bouddha réunit le saµgha, devant lequel il raconta les existences pas-
sées du Vénérable Ænandæ, expliquant les pæramø qui l’ont amené à
devenir qui il était à ce jour. Ensuite, il décerna cinq etadagga (distinc-
tions particulières) au Vénérable Ænandæ, pour mettre en valeur ses qualités ex-
cellentes : (1) bahussuta, excellente culture générale (il avait des connaissances
remarquables dans tous les domaines) ; (2) satimanta, excellente mémoire (il
pouvait mémoriser mot pour mot de très longs discours après une seule écoute, il
mémorisa d’ailleurs l’intégralité de l’enseignement de Bouddha, ce qui lui valu
être à l’origine du suttanta et de l’abhidhamma) ; (3) gatimanta, excellente capa-
cité à faire les liens entre différents points (par exemple, d’une phrase enseignée
par Bouddha, il savait instantanément en faire le rapprochement : sa signification,
de quel sermon elle est tirée, à quels enseignements elle présente des liens, quand,
où, à qui, et dans quel contexte elle a été enseignée) ; (4) dhitimanta, excellente
capacité d’assimilation (quand il entendait un enseignement, il était parfaitement
concentré dessus, il le comprenait immédiatement, et l’assimilait avec un effort et
un enthousiasme inégalables) ; (5) upa¥¥hæka, excellente capacité à s’occuper de
Bouddha (dans les tâches quotidiennes les plus diverses).
Cent jours après le parinibbæna du Bienheureux, étant donné qu’il fut le seul
ayant été capable de mémoriser l’intégralité des enseignements de Bouddha, bien
qu’encore sotæpana, le Vénérable Ænandæ fut choisi pour mener à bien le premier
concile. Cependant, après une nuit d’entraînement à vipassanæ appliqué avec un
effort sans pareil, juste à l’aube du premier jour du concile, il parvint au stade
d’arahanta. Par conséquent, il s’affranchit totalement de nouvelles existences, car
dépourvus de kamma, ses actes n’engendreraient désormais plus de résultats.
(Voir aussi le chapitre « Le premier concile ».)
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 179

Le passé du Vénérable
Mahæ Kassapa
Le riche Vedeha

I l y a 100 000 kappa, vivait Bouddha Padumuttara. Dans le royaume de


Haµsævatø, il y avait un grand parc nommé Khemæ, dans lequel il avait de
nombreux animaux, tous protégés par le roi, qui en avait interdit la chasse.
Bouddha Padumuttara demeurait dans ce parc. Un jour, un riche homme, nommé
Vedeha – le futur Vénérable Mahæ Kassapa –, dont la fortune s’élevait à
800 000 000 « devises » de l’époque, s’était rendu dans le parc Khemæ et salua le
Bienheureux en se prosternant respectueusement devant lui.
Un autre jour, il prit les huit préceptes et demeura auprès de Bouddha Padumutta-
ra. Ce jour-là, le Parfait attribuait la distinction particulière à son troisième plus
grand disciple, le Vénérable Mahæ Nisabha. Ce noble moine devenait dhu-
ta³gadhara etadagga (le meilleur pratiquant des 13 pratiques ascétiques). Voyant
cela, le riche Vedeha se sentit plein d’allégresse à l’idée de se retrouver un jour à
la place d’un tel moine. C’est d’ailleurs ce qu’il espéra dès cet instant. Il attendit
tranquillement que tout le monde s’en fût allé, et lorsqu’il se retrouva seul avec
Bouddha Padumuttara, il s’approcha de lui. Se prosternant respectueusement, il
s’adressa poliment au Bienheureux :
« Ô noble Bouddha ! Acceptez-vous mon invitation pour le repas de demain,
accompagné de tout le saµgha ?
— Sachez d’abord qu’il y a actuellement près de six millions huit cent mille moi-
nes et novices dans le saµgha.
— Je ne suis pas sans l’ignorer, Vénérable Bouddha. Je serais ravi que vous ve-
niez tous, autant que vous êtes : moines et novices. »
Comme le Bienheureux accepta l’invitation du dæyaka Vedeha, ce dernier
s’empressa de rentrer chez lui pour organiser le grand repas du jour suivant.

Le refus du Vénérable Mahæ Nisabha

L e lendemain, Bouddha Padumuttara arriva, accompagné de tout le


saµgha, à l’exception d’un moine... Au loin, le riche Vedeha aperçut le
Vénérable Mahæ Nisabha collectant son repas quotidien en s’arrêtant
devant chaque maison bordant la route ; en accord avec les 13 dhuta³ga (prati-
ques ascétiques). Le riche homme accourut vers lui pour l’inviter :
« Vénérable ! Je vous en prie, laissez-moi prendre votre bol. Il y a chez moi
Bouddha et tout le saµgha, invités pour le repas. Venez donc vous joindre à eux
pour que je puisse vous servir également le repas. »
180 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Comme le noble moine marqua un refus à son invitation en demeurant parfaite-


ment immobile et silencieux, le riche Vedeha se contenta de lui prendre son bol,
et alla le remplir d’un repas complet, avant de retourner près du vénérable pour le
lui remettre en mains.

La formulation du souhait du riche Vedeha

L
orsque Bouddha Padumuttara acheva son repas, le riche homme
s’approcha de lui pour lui demander :
« Vénérable Bouddha ! Lorsque je suis allé inviter le Vénérable Mahæ
Nisabha, il refusa de venir dans ma maison, préférant collecter sa nourriture en
restant sur le chemin. Pourquoi ne vous suit-il pas ? Qu’a-t-il de plus de vous ?
— Vedeha ! Nous acceptons de manger chez les gens qui nous invitent, tandis
que le Vénérable Mahæ Nisabha ne mange pas la nourriture des invitations, il ne
mange que celle qu’il obtient à l’aide de son bol, en attendant devant les maisons.
Nous logeons dans des monastères proches des villes et des villages, tandis que le
Vénérable Mahæ Nisabha ne loge pas en ces lieux, il loge uniquement dans la
campagne (isolé des autres habitations). Nous dormons sous un toit, tandis que le
Vénérable Mahæ Nisabha ne dort que dans des endroits non abrités. »
Bouddha lui présenta ainsi les 13 dhuta³ga. Quant il eut fini, le riche homme fut
épris d’une immense vénération pour ce moine. À cet instant, il décida d’offrir le
repas à tout le saµgha durant sept jours de suite. À l’issue du repas du septième
jour, il offrit un jeu de trois robes de haute qualité à Bouddha Padumuttara et à
chacun des moines. En accomplissant cette colossale offrande, il s’approcha du
Bienheureux, se prosternant respectueusement devant lui, avant de lui demander,
les mains jointes :
« Ô noble Bouddha, par tous les mérites que j’ai développés, qu’il s’agisse de
générosité, de vertu ou de bienveillance, je ne veux pas renaître comme deva, ni
comme humain. Puissé-je, lors d’un prochain buddha sæsana, tout comme le
Vénérable Mahæ Nisabha, devenir dhuta³gadhara etadagga ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, qui est une connaissance propre à un bouddha et per-
mettant de prédire dans un très lointain avenir en se basant notamment sur les
facteurs très complexes du kamma des êtres et de l’évolution de leurs pæramø, le
Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent au riche Vedeha. Ensuite, il
lui répondit :
« Vedeha ! Toutes les conditions sont favorables : d’ici 100 000 kappa, au temps
de Bouddha Gotama, vous deviendrez le dhuta³gadhara etadagga, le troisième
plus grand de ses disciples. Votre nom sera Mahæ Kassapa. »

Le pauvre Ekasæ¥aka

L
e riche Vedeha accomplit d’innombrables mérites jusqu’à la fin de son
existence, avant de reprendre naissance dans la sphère de Tævatiµsæ du
monde des deva. Ensuite, il connut de nombreuses existences confortables
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 181
dans le monde des humains et dans celui des deva. 91 kappa avant Bouddha Go-
tama, il naquit au temps de Bouddha Vipassø. Il vécut dans le royaume de Band-
humatø, en tant que pauvre brahmane, en raison d’un akusala passé. Il s’appelait
Ekasæ¥aka, ce qui signifie « celui qui n’a qu’un seul vêtement ». Il vivait dans une
petite hutte avec son épouse. L’unique moyen de subsistance de ce couple était
les plantes comestibles et les bûches qu’ils trouvaient dans la forêt et qu’ils ven-
daient au village. Chacun avait un vêtement du bas, tandis qu’ils devaient se par-
tager un vêtement du haut pour deux – un rectangle de tissu. Tant est si bien que
lorsqu’il y avait des réunions de brahmanes, seul Ekasæ¥aka s’y rendait, laissant
sa femme à la hutte, n’osant aller nulle part sans vêtement supérieur. Il en était de
même pour lui, lorsque c’est son épouse qui se rendait à une réunion de brahma-
nes.
Étant donné la très longue espérance de vie de l’époque, Bouddha Vipassø donnait
un enseignement tous les sept ans. Alors que le Bienheureux s’apprêtait à en
donner un, les deva avertirent tout le monde du précieux événement, qui cette
fois, aurait lieu la nuit. Le pauvre couple de brahmanes avait un immense désir
d’aller entendre la parole du Parfait. Cependant, ils ne pouvaient pas sortir tous
deux en même temps, à cause de leur manque de vêtement supérieur. Ils tentèrent
de se mettre d’accord :
« Ekasæ¥aka, je désire grandement aller écouter l’enseignement de Bouddha
Vipassø, ce soir.
— Moi aussi, j’ai un grand désir d’aller écouter son enseignement.
— Nous avons autant envie d’y aller l’un comme l’autre, mais nous ne pouvons y
aller tous les deux. Comme il n’est pas convenable qu’une femme circule seule
dans la nuit, ce sera toi qui iras, et je resterai ici. »
Ainsi, Ekasæ¥aka alla assister à l’enseignement de Bouddha Vipassø, qui parla de
dæna, de søla, du monde des deva, et sur la voie qui mène à nibbæna. Comme
l’exigeait la coutume, après les moines, le roi et les siens occupaient le devant de
la tribune, suivis des riches brahmanes, et progressivement, de toutes les castes,
jusqu’aux plus pauvres vers l’arrière. Ekasæ¥aka, lui, était seul, discrètement assis
tout au fond. Savourant chaque parole du Bienheureux, le pauvre se remplit d’un
profond pøti (extase profonde, ne relevant pas des plaisirs sensoriels). Souhaitant
de tout son cœur faire une offrande au Parfait, il retira son vêtement et songea :
« J’aimerais beaucoup pouvoir offrir à Bouddha ce petit tissu que j’ai sur les
épaules, mais si je m’en sépare, mon épouse et moi-même n’aurons plus de vête-
ment supérieur pour nous vêtir. Ni l’un ni l’autre ne pourra sortir. Je pourrai lui
offrir seulement si j’avais un tissu supplémentaire. »
Il remit donc son tissu sur les épaules, mais ne pouvait s’empêcher de repenser à
l’hypothèse de l’offrande, hanté par l’idée de n’avoir rien à offrir au Bienheureux.
Ainsi, il enleva de nouveau son vêtement, en tentant de se décider à lui offrir. Il
fit ainsi de nombreuses fois. Comme il aboutissait chaque fois à la même conclu-
sion, il finissant toujours par remettre son tissu sur les épaules, dominé par l’idée
qu’il ne pouvait pas priver son épouse et lui-même du seul vêtement supérieur
qu’ils possédaient. Bien que la pensée de ne rien pouvoir offrir à Bouddha
l’oppressait, il ne perdit pas une seule des précieuses paroles de son enseigne-
182 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

ment. Ce violent désir d’effectuer une offrande à Bouddha ne le quitta pas de la


nuit, au terme de laquelle, il réfléchit une fois de plus :
« Ma frustration de ne pas pouvoir effectuer d’offrande à Bouddha est beaucoup
trop grande. Si j’éprouve une telle déception, c’est en raison de mauvaises actions
que j’ai commises par le passé. C’est pour cette même raison que je suis pauvre
aujourd’hui. Je voudrais tant être épargné d’existences aussi malheureuses. Ce
n’est que si je fais un don à Bouddha que cela ne se produira plus. »
Fortement encouragé par sa réflexion, il se leva sans la moindre hésitation, traver-
sa tout le public jusqu’à Bouddha Vipassø, devant lequel il s’assit et lui tendit son
tissu pour lui offrir. Ne contenant plus sa joie, il leva haut les mains et s’exclama :
« J’ai réussi ! J’ai réussi ! J’ai réussi ! »
Entendant cela, le roi Pandhuma lui demanda, poussé par la curiosité :
« Peut-on savoir ce que vous avez réussi ?
— Pendant toute la nuit, un conflit s’était installé en moi : il y avait un combat
entre une pensée qui tenait absolument à faire un don à Bouddha, et une pensée
qui affirmait que cela n’était vraiment pas possible. La première pensée était sur
le point de gagner durant la première partie de la nuit, alors que la seconde a pris
le dessus durant la deuxième partie de la nuit. Finalement, au terme de la troi-
sième – et dernière – partie de la nuit, la saddhæ (foi, confiance), très profonde, a
eu raison de la seconde pensée, permettant ainsi l’octroi du don. Voilà ce que j’ai
réussi, Sire. »

Le bénéfice immédiat de la générosité

L
e roi fut à la foi très surpris et très touché par la foi remarquable du pauvre
Ekasæ¥aka. Il fut si heureux de la réponse du pauvre brahmane qu’il lui
offrit sur-le-champ un vêtement. Dans son élan de foi, le pauvre homme
en fit aussitôt offrande à Bouddha. Ému par cette générosité sans limite, le roi lui
offrit deux autres vêtements, qu’il s’empressa d’offrir de nouveau au Bienheu-
reux. Comme le roi lui offrit quatre autres vêtements, le pauvre les offrit tout
aussitôt à Bouddha Vipassø. Quand le roi lui fit cadeau de huit autres vêtements, il
les offrit encore à Bouddha, mais quand il lui en donna seize, il réfléchit avant
d’agir :
« Si je donne tout à Bouddha au fur et à mesure qu’on me donne quelque chose,
on va finir par me critiquer. »
Il se contenta alors d’en garder deux, un pour sa femme et un pour lui, et offrit les
autres à Bouddha. Depuis ce jour, il resta très proche du Bienheureux, il s’occupa
toujours de lui, lui rendant des services très divers. Un jour, pendant l’hiver, le roi
Ca¥¥u¼¼a, d’un autre royaume, offrit au pauvre Ekasæ¥aka un jeu de deux vête-
ments d’une valeur de 100 000 « devises » de l’époque, en lui précisant :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 183
« Portez ces vêtements pour aller écouter Bouddha délivrer un enseignement.
Chaque fois que vous avez terminé d’accomplir des travaux divers pour Bouddha,
portez-le ! »
Quand le roi Ca¥¥u¼¼a prit congé de lui, le pauvre brahmane songea :
« Quel avantage peut-il y avoir à ce qu’un corps qui n’est rien d’autre qu’un tas
de pourriture porte des vêtements d’une telle valeur ? Ce n’est qu’en l’offrant à
Bouddha que je pourrais en tirer un avantage : cela me permettra de développer
de précieux kusala pour mes vies futures. »
Mettant sa pensée à l’œuvre, il alla offrir ce jeu de vêtements au Bienheureux, qui
en étendit l’un au sol comme tapis et en fixa l’autre sur le plafond, comme orne-
ment. Un jour, le roi vint rendre visite à Bouddha Vipassø. Quand il aperçut les
vêtements qu’il offrit au pauvre brahmane, l’un sur le plafond, l’autre au sol, il
s’écria :
« Comme cela est joli ! D’où viennent ces beaux tissus ? (Il les observa de plus
près) Je les reconnais, ce sont les vêtements que j’ai offerts au brahmane Eka-
sæ¥aka. Il a préféré en faire don à un endroit très convenable. Je suis tellement
heureux qu’il ait eu le noble mérite de vous les offrir ! »
Le roi fut tant pris d’admiration pour le pauvre brahmane, en raison de la beauté
de son geste, qu’il le fit appeler à son palais. Il mit huit villages à sa disposition
afin qu’il puisse s’occuper du saµgha dignement et à grande échelle. Le roi pré-
cisa que la somme des salaires de chacun de ces villages rapportait une somme de
100 000 « devises » de l’époque. Son offre comporta également huit maisons de
domestiques, huit éléphants équipés, huit chars attelés de chevaux, huit palais, et,
dans les huit directions (au nord, au nord-est, à l’est, au sud-est, au sud, au sud-
ouest, à l’ouest et au nord-ouest) des éléphants, des chevaux, des buffles, des
bœufs, etc.
Grâce à tout cela, il put développer d’innombrables kusala en œuvrant pour le
saµgha. Depuis ce jour, il ne cessa pas de pratiquer ardemment dæna, søla et
bhævanæ (la générosité, la vertu et la concentration), jusqu’au terme de son exis-
tence, après laquelle il prit naissance dans la deuxième sphère du monde des
deva. Dès lors, il expérimenta de nombreuses vies où il fut épargné de
l’indigence, tantôt dans le monde humain, tantôt dans le monde des deva.

L’offrande du morceau de tissu

A
u cours de ces existences heureuses, le futur Vénérable Mahæ Kassapa
reprit naissance à une époque située entre le bouddha Ko¼æguma et le
bouddha Kassapa, dans le royaume de Bæræ¼asø en tant que riche homme.
Un jour, alors qu’il se promenait dans la forêt, il aperçut un cabanon. Curieux, il
s’en approcha. Quand il poussa la porte, il vit un pacceka buddha en train de
coudre sa robe. Quand le riche homme s’aperçut que le noble moine solitaire
avait l’air de manquer de tissu pour achever sa robe, il l’interrogea :
184 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô noble Vénérable ! N’auriez-vous pas suffisamment de tissu pour terminer


votre robe ?
— En effet, il me manque juste de quoi faire la bordure. »
Sans l’ombre d’une hésitation, le riche homme déchira une large bande de tissu
du vêtement qu’il portait et lui offrit instantanément. Ayant effectué ce don, il
formula un souhait :
« Par le mérite de ce don, puissé-je toujours demeurer à l’abri des besoins ! »

Remarque : Un pacceka buddha est un bouddha « solitaire », un être qui a la capacité de


parvenir à l’éveil par lui-même, tandis que, non pourvu d’omniscience, il n’est pas en mesure
d’amener autrui à nibbæna.
Remarque : Traditionnellement et dans tous les temps, les moines obtiennent leurs robes en
collectant des bouts de tissus abandonnés qu’ils lavent et déteignent à l’eau bouillante, cou-
sent aux dimensions voulues et teignent à l’aide de décoctions d’écorces – généralement le
jacquier –, ce qui explique la couleur brunâtre des robes, bien que de nos jours, elles doivent
généralement leur couleur aux teintures chimiques.

La dispute des deux femmes

D
epuis qu’il eût été adulte, il prit une épouse, avec qui il vécut dans une
somptueuse maison. Cette femme, qui avait tendance à faire preuve d’un
caractère médiocre, se disputait très fréquemment avec la sœur de son
époux. Alors que le riche homme était encore dans la forêt, auprès du pacceka
buddha, un autre pacceka buddha arriva près de sa maison, où étaient son épouse
et sa sœur. Comme elles le virent, elles l’invitèrent à entrer. La sœur du riche
homme, mit dans le bol du pacceka buddha la nourriture qu’elle venait de soi-
gneusement préparer, et formula un souhait, en désignant sa belle-sœur (l’épouse
du riche homme) :
« Puissé-je, lors de mes vies prochaines, être toujours éloignée de cette femme
d’au moins 100 yþjanæ ! »
Se tenant à côté de la porte, comme la femme entendit le souhait de sa belle-sœur,
elle se fâcha :
« Comment ose-t-elle faire un souhait dont l’objet est de me rejeter ? Je ne peux
le tolérer. Cette nourriture ne peut être offerte dans ces conditions ! »
Furieuse, elle s’empara du bol du pacceka buddha qui n’a pas eu le temps
d’entamer son repas, y inséra de la boue malodorante, avant de le lui redonner.
Cet akusala (acte de démérite) aurait ces conséquences dès sa vie suivante : bien
qu’elle serait une splendide femme, sa bouche dégagerait une telle puanteur
qu’elle ferait fuir tout le monde sitôt qu’elle l’ouvrirait pour parler. La femme du
riche homme était horrifiée par l’acte de sa belle-sœur :
« Ne faites surtout pas une chose pareille, voyons ! Si vous avez envie de
m’insulter, insultez-moi ! Si vous avez envie de protester, protestez ! Mais ne
mettez pas de la boue dans le bol d’un vénérable pacceka buddha ! Pourquoi
agissez-vous ainsi ? »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 185
Prenant conscience de son geste malheureux, la femme s’empressa d’aller laver
soigneusement le bol du pacceka buddha et de le parfumer, enlevant ainsi toute
mauvaise odeur, avant d’y insérer de la mélasse qu’elle lui offrit, en formulant le
souhait suivant :
« Puissé-je, par cette offrande, renaître si belle que les gens ne se lassent jamais
de me regarder ! »
À ce moment-là, le pacceka buddha repartit en volant dans le ciel – à l’aide de
ses pouvoirs psychiques. Peu après, le riche homme rentra de sa promenade fores-
tière. Les deux femmes lui racontèrent leurs offrandes au pacceka buddha et
partagèrent leurs mérites avec lui, tandis qu’il fit de même concernant sa ren-
contre avec le pacceka buddha rencontré dans la forêt.

Le résultat du mauvais acte


envers le pacceka buddha

A
près avoir vécu jusqu’à la vieillesse, le riche homme et son épouse prirent
naissance dans le monde des deva, avant de naître à nouveau dans le
monde humain, au temps de Bouddha Kassapa, chacun de son côté. Le
futur Vénérable Mahæ Kassapa naquit dans une riche famille du royaume de Bæ-
ræ¼asø, dont la fortune s’élevait à 800 000 000 « devises » de l’époque. Son ex-
épouse naquit dans une famille jouissant d’une fortune identique.
Un jour, le jeune homme et la jeune femme furent mariés. L’épouse était une
femme d’une beauté éblouissante ; on ne se lassait pas de l’admirer. Une fois le
mariage achevé, elle vint s’installer dans la maison des parents de son époux.
Quand celui s’approcha d’elle, il fut désenchanté : elle dégageait naturellement
une violente odeur d’excrément. Ne pouvant pas supporter cela, il la renvoya chez
ses parents. Cette horrible odeur qui gâcha son existence n’était que le résultat du
mauvais acte qu’elle accomplit par le passé, en insérant de la boue malodorante
dans le bol d’un pacceka buddha. Elle fut remariée successivement à six autres
hommes de familles riches, qui la renvoyèrent également chez ses parents, les uns
après les autres.
Lorsque Bouddha Kassapa entra en parinibbæna, on fit dresser un grand cetiya
(reliquaire faisant l’objet d’un monument) pour y entreposer ses reliques. La
jeune femme s’y était rendue, observant les gens attelés à la construction du ce-
tiya. Elle se mit à songer :
« Je suis une femme extrêmement belle, néanmoins j’empeste une affreuse
odeur. À cause de cela, personne ne veut de moi ; j’ai déjà été rejetée de la mai-
son de sept hommes. À quoi bon prendre soin de toute cette beauté inutile ? Quel
avantage y a-t-il à s’orner de tous ces bijoux et parures ? Tout cela est bien inu-
tile ! »
Sur cette conclusion, elle vendit tous ses bijoux et parures grâce auxquels elle put
obtenir de l’or pour contribuer sa part à l’élévation du cetiya. Comme elle fit part
aux autres participants de son souhait de prendre en charge une partie de l’édifice,
186 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

on lui laissa le sommet. Quand elle eut fini sa tâche méritoire, elle ajouta encore
quatre splendides fleurs de lotus sur le sommet du reliquaire. Elle fit trois fois le
tour du cetiya, se prosterna respectueusement, et fit un souhait :
« Puissé-je, dans mes prochaines existences, et jusqu’à parvenir à nibbæna, éma-
ner une odeur délicieuse, et avoir la bouche naturellement parfumée comme une
fleur de lotus ! »

Le résultat de l’acte méritoire envers le cetiya

L
e jeune homme (le futur Vénérable Mahæ Kassapa), en songeant à la
femme qu’il renvoya chez ses parents, demanda à ses domestiques de se
renseigner pour savoir où elle vivait à présent. Quand il le sut, il envoya
un messager pour aller la chercher. Lorsque la jeune femme aperçut le messager,
elle s’étonna :
« Pourquoi venez-vous ?
— Votre premier époux souhaite vous revoir, il m’a chargé de vous amener à lui.
— Je ne peux pas venir, je n’ai plus une seule parure et plus aucun bijou à me
mettre ; j’ai tout vendu pour le cetiya de Bouddha Kassapa. »
Comme le messager revint seul, l’homme lui ordonna de retourner la chercher en
lui disant qu’il avait de quoi lui offrir toutes les parures et tous les bijoux qu’elle
désirât. Cette fois-ci, elle accepta de revenir auprès de lui. En arrivant, grâce au
grand mérite qu’elle accomplit pour le cetiya de Bouddha Kassapa, toute la mai-
son fut enveloppée d’une délicieuse fragrance de cœur de lotus. Quand l’homme
alla l’accueillir, il avoua sa surprise :
« Pourquoi émanez-vous un si merveilleux parfum aujourd’hui, alors
qu’auparavant, vous étiez habitée d’une si mauvaise odeur ?
— J’ai contribué au cetiya de Bouddha Kassapa. »
L’homme se mettant à réfléchir, pensa :
« Le sæsana a le pouvoir de rendre merveilleux ce qui est dégoûtant. »
Cette conclusion ne fit qu’accroître sa foi et sa confiance envers le dhamma. Pour
accomplir également un acte méritoire, il fit bâtir un large rempart tout autour du
cetiya afin de le protéger. Quand ils moururent de vieillesse, ils reprirent tous
deux naissance dans le monde des deva.

La recherche d’un vêtement au tissu doux

A
u terme de leur existence de deva, chacun renaquit en tant qu’humain,
dans le royaume de Bæræ¼asø. La femme fut alors la fille du roi, et portait
le nom de Bhaddakæ, qui signifie « celle dont on ne se lasse pas de regar-
der », tandis que l’homme fut le fils du gouverneur d’une bourgade située ni près
ni loin de la capitale, et il portait le nom de Nandiya, qui signifie « celui qui est
apprécié de tous ».
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 187
Un jour, le jeune Nandiya voulut se rendre à une grande fête organisée dans sa
bourgade. Il demanda à sa mère qu’elle lui donne un vêtement pour l’occasion.
Heureuse de faire plaisir à son fils, elle lui offrit un vêtement valant
1 000 « devises » de l’époque. Insatisfait, le jeune homme le trouvait beaucoup
trop rugueux. Elle lui en offrit un autre d’une valeur de 2 000 « devises », mais le
résultat fut le même. Soucieuse de satisfaire son fils, elle n’hésita pas à consacrer
10 000 « devises » pour lui faire don d’un vêtement sublime. Cependant, il le
rejeta de nouveau, prétextant encore la rugosité. Désespérée, la mère dit à son
fils :
« Je suis vraiment navrée, mais il n’y a pas dans notre maison un seul vêtement
aussi doux et délicat que vous le souhaiteriez, ni même dans tout le royaume ! Si
vous n’êtes toujours pas satisfait, sortez et essayez de trouver un vêtement d’un
meilleur tissu par vous-même !
— Entendu, j’irai chercher moi-même un vêtement au toucher doux. »
En partant, il salua respectueusement ses parents. Sa mère lui exprima sa pensée :
« Ô mon fils ! J’aimerai tellement te voir roi de notre royaume et être heureux,
obtenant tout ce que tu désires. »
Quittant la maison, le jeune Nandiya partit vers la capitale. Quand il y parvint, il
s’arrêta dans le jardin royal, situé à l’extérieur de la ville. Il s’allongea sur une
grande pierre plate, et entama une sieste au beau milieu du jardin. Comme la nuit
arriva, il était toujours endormi. Ses parents présumèrent qu’il était allé dormir
chez des amis.

Le nouveau roi

U
ne semaine auparavant, le roi mourut, il fut incinéré et une grande céré-
monie funéraire fut célébrée en son hommage. Étant donné que le
royaume ne pouvait demeurer sans roi, il fallut vite en trouver un autre.
Toute la descendance du roi défunt n’était constituée que de sa fille. Cependant,
la tradition exigeait un homme pour la succession au trône. Les ministres du roi
mort s’en remirent à la coutume qu’il convenait d’appliquer dans une telle situa-
tion... On attela quatre chevaux à un carrosse « Phussa », c’est-à-dire une dili-
gence contenant les cinq attributs royaux ayant appartenu au roi : l’épée courte,
les chaussures, l’éventail, la couronne et l’ombrelle blanche. Sans personne à
bord, on libéra le carrosse, laissant les chevaux libres d’aller où ils le désirent. La
première personne devant qui s’arrêterait la diligence serait le nouveau roi.
Dès que les chevaux furent lâchés, ils sortirent par la porte est de l’enceinte du
palais, se et se dirigèrent tout droit. Un convoi de soldats les suivit, à dos
d’éléphants, de chevaux, de chars et à pied. Assistant eux aussi au déplacement
du carrosse « Phussa », les deva souhaitèrent de tout cœur que les chevaux stop-
peraient devant un homme digne d’être un bon souverain pour le royaume. Quand
les chevaux parvinrent au jardin royal, ils y pénétrèrent. En arrivant près du jeune
Nandiya, encore profondément endormi, ils firent trois tours autour de lui, avant
de s’arrêter, immobiles devant lui.
188 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Les chevaux ayant fait leur choix, on fit venir les astrologues de la cour, qui exa-
minèrent soigneusement les signes des pieds et des mains du jeune Nandiya,
avant de déclarer qu’il avait un excellent kamma, et qu’il était en mesure de gou-
verner le monde entier. Tout le monde fut si heureux que toute la cour du roi fut
conviée à se rendre au jardin, où une grande fête s’improvisa sur place. Le jeune
Nandiya ne se réveilla que lorsque les harpes, les flûtes et les tambourins se mi-
rent à jouer en son honneur. Très surpris par tout ce vacarme qui avait pris place
autour de lui, il s’enquit :
« Que se passe-t-il ? Qui vous a envoyé ici ?
— Nous sommes ici pour fêter notre nouveau roi ! »
On lui expliqua tout en détail, sans interrompre la fête, qui battait son plein. Dans
le même élan, fut célébrée la cérémonie du mariage, avec la princesse Bhaddakæ.
Ensuite, le nouveau roi et la nouvelle reine rentrèrent au palais.

Le résultat de l’offrande du morceau de tissu

T
rès heureux d’accueillir leur nouveau roi, les ministres lui offrirent un
cadeau de bienvenue : un vêtement d’une valeur de 100 000 « devises »
de l’époque. Tâtant l’étoffe du vêtement, loin d’en être satisfait, le roi
s’écria :
« Que ce tissu est rugueux !
— (Les ministres étaient dépités) Dans tout le royaume, il n’y a pas un seul vête-
ment qui soit aussi doux que celui-ci, Sire.
— L’ancien roi portait-il ce genre de vêtements ?
— Oui Sire, ses vêtements étaient identiques à celui-ci.
— Le roi n’avait donc pas un bon kamma ! En raison de ses maigres kusala, il
devait se contenter de vêtements aussi rugueux que celui-ci. Moi, je refuse de
porter de tels vêtements. »
Ensuite, il ferma les yeux en formulant un souhait :
« Puisse le résultat de tous les kusala que j’ai développés par le passé se pro-
duire maintenant ! »
Tout en prononçant son souhait, il déversa une carafe d’eau sur le sol. Soudaine-
ment, quand il eu vidé la moitié de la carafe vers l’est, apparut un vêtement par-
fait, dont l’étoffe était d’une merveilleuse douceur. Heureux de pouvoir récom-
penser le nouveau roi de son immense kusala acquis par son offrande du morceau
de tissu au pacceka buddha lors de son avant-dernière existence, ce sont les deva
qui firent apparaître ce vêtement. Ils ne cessèrent pas d’offrir des apparitions...
Tandis qu’il vidait l’autre moitié de la carafe vers le sud, vers l’ouest et vers le
nord, apparurent à chacune des quatre directions huit présentoirs à branches gar-
nies en surabondance d’objets précieux, de bijoux, d’or, d’argent, de tissus, de
nourriture et de toutes sortes d’affaires. Quand le roi se servait, les présentoirs se
regarnissaient aussitôt, de façon inépuisable. Chaque fois que le roi frappa sur un
gong pour inviter les gens du peuple à venir se servir, trente-deux présentoirs tout
autant fournis en choses précieuses et utiles sortaient de terre aux quatre points
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 189
cardinaux. On venait ainsi se servir dans tout le royaume à cette source de ri-
chesse inépuisable, grâce aux innombrables actes méritoires passés du roi Nan-
diya. Plus personne n’avait besoin de travailler, car tous les besoins apparais-
saient spontanément.

La recherche d’êtres dignes de dons

À
cette époque, l’espérance de vie était très longue. Un jour, alors que le roi
Nandiya régnait depuis dix mille ans, il se retrouva avec sa reine dans la
plus haute pièce du palais, juste sous le toit à étages. Il dit à son épouse :
« Si nous sommes si riches aujourd’hui, c’est grâce aux actions méritoires que
nous avons effectuées lors de nos vies passées. Afin que cela perdure, il convient
de poursuivre sans cesse le développement des kusala. Pour ce faire, nous devons
trouver des personnes dignes de recevoir des dons. »
Sur les sages conseils de son époux, la reine envoya des hommes dans les huit
directions à la recherche de tels êtres. Au bout de six mois, n’ayant pas trouvé une
seule personne répondant au critère voulu, le roi et la reine se retrouvèrent de
nouveau dans la pièce du haut. Le roi déclara sa conviction :
« Dans ce royaume, il y a certainement des personnes dotées d’une vertu pure.
Je ne peux pas croire qu’il n’y en ait pas. »
Ils se tournèrent tous deux vers l’est, retirèrent toutes leurs parures et prirent les
huit préceptes. Ils firent apporter une immense quantité d’affaires susceptibles de
servir à des êtres très purs de søla, tels que des renonçants. Ils attendirent jusqu’au
soir, souhaitant très fort que viennent à eux de tels êtres. Comme personne n’était
venu, ils donnèrent toutes ces affaires aux mendiants et aux voyageurs de passage
dans la capitale. Le lendemain, ils firent de nouveau apporter une immense quan-
tité d’affaires susceptibles de servir à des êtres très purs de søla, et, en observant
toujours les huit préceptes, ils se tournèrent vers le sud, accompagnant leurs pen-
sées du même souhait. Comme personne ne se présenta, à la tombée de la nuit, ils
abandonnèrent de même toutes ces affaires aux mendiants et aux voyageurs. Le
jour suivant, ils en firent autant, se tournant vers l’ouest, mais l’insuccès demeura
le même. Au quatrième jour, ils se tournèrent vers le nord pour attendre la venue
tant espérée d’êtres au søla pur, dignes de recevoir les nombreuses offrandes
qu’ils avaient rassemblées le jour même.

Les cinq cents frères pacceka buddha

E
n ce temps-là, dans la montagne Himavantæ, vivaient cinq cents pacceka
buddha, tous frères. La mère de ces nobles êtres était une reine, nommée
Padumadevø. L’aîné d’entre eux s’appelait Mahæ Paduma. Après s’être
lavé le visage dans le lac Anotatta, situé dans leur montagne, les cinq cents pac-
ceka buddha prirent tous leur envol – à l’aide de leurs pouvoirs psychiques – et
voyagèrent ensemble jusqu’à la capitale du royaume de Bæræ¼asø. Quand les gens
du palais, les yeux au ciel vers le nord, les virent s’approcher, ils s’empressèrent
190 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

d’aller avertir le roi et la reine. À peine les cinq cents frères atterrirent que le roi
et la reine accoururent à l’extérieur du palais pour les accueillir et les inviter à
entrer dans leur immense palais. En comptant la grande famille royale, les in-
nombrables princes et princesses, la cour, les ministres, les valets, les cuisiniers,
les jardiniers et tous les autres domestiques, la population vivant au palais se
chiffrait à seize mille personnes. Le couple royal fut débordé de joie en pouvant
enfin offrir à de si nobles êtres les affaires qu’ils avaient préparées à cet effet.
Après avoir offert le repas aux pacceka buddha, l’aîné délivra un enseignement
du dhamma pour le plus grand bonheur du roi, de la reine et de toute la cour.
S’approchant des pacceka buddha, le roi Nandiya se prosterna respectueusement
et s’adressa à eux :
« Ô nobles Vénérables ! Veuillez accepter de rester vivre ici ; nous vous invitons
à demeurer dans le grand jardin royal. Nous vous fournirons tous vos besoins, de
sorte que vous ne rencontriez pas la moindre difficulté. Laissez-nous l’occasion
de pratiquer dæna (la générosité) et søla (la vertu) auprès de vous, tout en prenant
soin de vous jusqu’à la mort ! »
Les cinq cents nobles frères acceptèrent en silence. Ainsi, le monarque fit bâtir
cinq cents logements et cinq cents allées – pour permettre la marche – dans le
jardin royal, situé dans un endroit très calme des alentours de la ville. Les pacce-
ka buddha purent rapidement s’installer. Dès ce jour, le roi et la reine les nourri-
rent chaque jour, et leur fournirent tous leurs besoins.

Le parinibbæna des cinq cents pacceka buddha

C
omme un conflit éclata dans une lointaine province du royaume, le roi
dut s’y rendre. Avant de s’absenter, il fit quelques recommandations à
son épouse :
« N’oubliez pas de bien vous occuper des cinq cents nobles pacceka buddha.
Veillez à ce que leur repas quotidien leur soit servi à temps et qu’ils ne manquent
de rien ! »
Sur ces recommandations, le roi Nandiya se mit en route vers le lieu du conflit.
Le premier jour, la reine prit le plus grand soin des pacceka buddha, veillant à ce
que leur repas leur soit convenablement servi. Dès le coucher du soleil et durant
toute la nuit suivante, les cinq cents nobles frères s’absorbèrent dans les jhæna. À
l’aube, ils entrèrent tous au même moment en parinibbæna, se libérant alors tota-
lement du cycle sans fin du saµsaræ.
Le matin suivant, la reine arriva au jardin royal, comme la veille, accompagnée
des nombreux domestiques chargés d’effectuer le service pour les pacceka budd-
ha. Comme elle vit qu’aucun des frères n’était sorti de son logement, elle voulut
les laisser tranquilles, et ordonna aux domestiques de passer le balai sur les allées
en attendant qu’ils sortent d’eux-mêmes. Comme le temps du repas était dépassé,
elle envoya un domestique pénétrer dans un des logements. Quand il rapporta que
le pacceka buddha qui l’occupait était sans vie, tout le monde comprit qu’il était
entré en parinibbæna (un pacceka buddha étant par définition arahanta, entre
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 191
irrémédiablement en parinibbæna au terme de son existence). Quand on ouvrit les
autres logements, on sut alors que les cinq cents nobles frères avaient tous expiré.
La reine pleura, accablée de tristesse. Elle fit incinérer les cinq cents corps, avant
de faire soigneusement récupérer les reliques dans leurs cendres. Ensuite, elle fit
bâtir un cetiya dans le jardin pour chacun des pacceka buddha. Quand le roi Nan-
diya rentra du conflit, la reine sortit du palais pour aller l’accueillir, en lui annon-
çant le parinibbæna des cinq cents pacceka buddha. Sans entrer au palais, le roi se
rendit directement au jardin pour se prosterner devant les cetiya. Alors qu’il ren-
dit hommage aux pacceka buddha, il réfléchit :
« Ces nobles êtres étaient pourvus de nombreux pouvoirs, ils étaient capables de
voler haut dans le ciel, de se déplacer sous terre. Cependant, aujourd’hui ils sont
morts. Je vais moi aussi mourir un jour. »
Comme l’espérance de vie des humains était très longue, il était rare de voir mou-
rir des gens. Toutefois, ce jour-là, il prit pleinement conscience du caractère irré-
médiable de la mort. Comme il décida subitement de devenir renonçant, il confia
le trône à son fils et repartit dans le jardin pour y mener la vie d’ermite. Se re-
trouvant seule, à côté de son fils roi, la reine pensa :
« Quel avantage y a-t-il à rester dans le palais, maintenant que mon époux est
parti ? Il serait beaucoup mieux que j’opte pour une vie de renoncement, moi
aussi. »
C’est alors qu’elle imita son époux, en se faisant bâtir un logement de l’autre côté
du jardin. L’un comme l’autre développèrent rapidement les jhæna. Ils s’y absor-
bèrent régulièrement, toute leur vie durant, à l’issue de laquelle ils reprirent nais-
sance dans le monde des brahmæ.

Le refus de Pippali de se marier

A
près une longue existence dans le monde des brahmæ, ils naquirent hu-
mains au temps de Bouddha Gotama, dans le pays de Magadha. Lui – le
futur Vénérable Mahæ Kassapa –, était dans un village de brahmanes
appelé Mahætittha, dont son père, nommé Kapila, était le chef. Sa famille appar-
tenait à l’ethnie Kassapa, et le nom qui lui fut donné était Pippali, ce qui signifie
« adorable ». Elle, était dans un village de brahmanes appelé Sægala, dont son
père, nommé Kosiya, était le chef. Le nom qu’elle se fit attribuer était Bhaddakæ-
pilænø, ce qui signifie « belle couleur d’or ».
Un jour, le brahmane Kapila et son épouse parlèrent à leur fils Pippali, alors âgé
de vingt ans :
« Ô fils ! Il est temps de songer à la descendance de notre ethnie. Trouvez-vous
une femme qui vous plaît, nous organiserons votre mariage.
— Je ne veux pas de femme ! L’activité sexuelle est une chose qui ne m’intéresse
pas du tout ! Je préfère m’occuper de vous jusqu’à votre mort. Ensuite,
j’adopterai la vie de renonçant. »
192 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Quatre ou cinq jours plus tard, alors que ses parents lui tinrent le même discours,
il se boucha carrément les oreilles. Cependant, sa mère insistait tout le temps et
par tous les moyens pour consentir son fils à trouver une femme ; elle ne le lais-
sait jamais tranquille. Le jeune Pippali était tellement harcelé par sa mère qui
faisait de ce mariage une fixation, qu’il s’est mis à chercher une idée qui lui per-
mettrait de retrouver la tranquillité. Quand il trouva une solution, il se mit aussitôt
à la tâche. Il modela de ses propres mains, à l’aide d’or, une jeune fille d’une
éclatante et sublime beauté, en grandeur nature, qu’il habilla ensuite comme si
elle avait été en chair et en os. Il alla montrer son œuvre à sa mère :
« Ô mère ! Regardez la fille que voici... J’accepte de me marier, à la condition
que vous me trouviez une fille exactement comme elle ! »
Résignée à ne plus importuner son fils, cependant soucieuse de le marier coûte
que coûte, la mère réfléchissait continuellement à un moyen de parvenir à ses
fins. Un jour, elle pensa :
« Il doit certainement exister une fille identique à cette statue d’or ! »

La fille d’or

L
a brahmane s’empara de la statue qu’elle fit mettre dans une diligence, en
chargeant huit brahmanes de parcourir le pays jusqu’à ce qu’ils trouvent
une fille identique. Au cas où ils y parviendraient, elle leur enjoignit de
proposer la statue d’or en cadeau à ses parents si ceux-là acceptaient de laisser
leur fille se marier avec Pippali. Alors que la voiture parcourait de nombreuses
villes et de nombreux villages, elle arriva un jour à l’entrée du village de Sægala,
au bord d’une rivière où une foule de gens prenaient leur bain. Comme il y avait
beaucoup de monde à cet endroit, les huit brahmanes prirent la statue d’or et la
posèrent au milieu de la foule, près de la rivière. Ils reculèrent ensuite, essayant
de voir à qui elle pouvait ressembler, comme ils faisaient chaque fois qu’ils arri-
vaient dans un lieu habité.
L’apparence de Bhaddakæpilænø, âgée alors de seize ans, avec son teint d’or, était
rigoureusement identique à celle de la statue d’or façonnée par Pippali. Quand la
domestique attitrée de la jeune fille, nommée Khujjæ, descendit sur la berge de la
rivière pour prendre son bain, combien surprise fut-elle d’apercevoir au milieu de
la foule ce qu’elle prit pour sa maîtresse :
« Bhaddakæpilænø ! Que faites-vous ici ? Rentrez vite, ne restez pas un instant de
plus ici ! Vous savez bien qu’il n’est pas convenable de rester en un tel endroit
pour une fille d’une aussi noble caste que la vôtre. »
La voyant rester immobile, sourde à ses paroles, Khujjæ voulut la tirer à elle.
Quand sa main heurta la dure épaule de la statue, elle réalisa enfin qu’elle n’avait
en face d’elle qu’un bloc d’or modelé, ce qui la fit rire. Ayant vu la domestique
parler à la statue, les huit brahmanes s’approchèrent d’elle pour l’interroger :
« Est-ce que la fille pour qui vous avez pris cette statue est pareille à elle ?
— Il n’y a pas de différence entre elle et cette statue, elle est tout aussi parfaite.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 193
— Brille-t-elle autant que cette statue ?
— Oh oui ! Son teint d’or est tout aussi éclatant ! Elle est capable d’éclairer une
pièce grande de douze coudées de côté. De plus, elle dégage une telle fragrance
naturelle qu’on peut savourer son parfum jusqu’à sept maisons à la ronde. »
Heureux d’avoir accompli leur tâche, les huit brahmanes rechargèrent la statue
dans la diligence, firent monter Khujjæ et se rendirent à la maison de la splendide
Bhaddakæpilænø. Quand ils arrivèrent chez le brahmane Kosiya, le messager lui
expliqua la raison de sa venue, relatant toute l’histoire : du mariage voulu par ses
maîtres, les parents du jeune Pippali, en passant par le modelage de la statue en
or, jusqu’à leur rencontre avec la domestique attitrée de la jeune fille. Il précisa
aussi que son maître Kapila était un brahmane très réputé, chef du village Mahæ-
tittha, dont la fortune s’élevait à 800 000 000 « devises » de l’époque. Le brah-
mane Kosiya considéra la situation :
« Ce jeune homme doit avoir un kamma exceptionnel pour avoir eu une telle
idée et, de surcroît, façonné une statue identique à notre précieuse fille. »
Comme il accepta de donner la main de sa fille au fils du brahmane Kapila, les
huit brahmanes lui remirent la statue d’or. Aussitôt que la jeune Bhaddakæpilænø
entendit parler de Pippali par ses parents, elle ressentit étrangement un amour
profond pour lui, comme s’il était né de son propre ventre, néanmoins cet amour
était dépourvu de tout désir charnel.

Le mariage de Pippali et de Bhaddakæpilænø

Q
uand les huit brahmanes rentrèrent à Mahætittha, ils racontèrent à leurs
maîtres le succès de leur mission, leur rencontre avec le chef brahmane
du village Sægala, et son consentement à donner sa fille en mariage. En
apprenant cela, Pippali fut déconcerté :
« Comment ont-ils pu trouver une fille identique ? Je n’aurais jamais cru que
cela fût possible ! Je ne puis manquer à ma promesse. Me voilà bien embarrassé :
je vais être contraint de me marier ! »
Désappointé, il lui écrivit une lettre sur une feuille d’or :
« Chère Bhaddakæpilænø,
Je ne saurais trop vous encourager de vous marier avec un garçon de votre âge
et de votre ethnie.
En ce qui me concerne, je n’ai aucun désir de vivre dans les plaisirs senso-
riels.
Mes parents tiennent vivement à me voir marié, mais je n’aspire qu’à la vie de
renonçant.
S’ils parviennent à me marier, je finirai tout de même par quitter la vie laïque
un jour prochain.
Si je devais devenir renonçant après le mariage, cela provoquerait beaucoup
de souffrance inutile.
Je vous saurai ainsi gré de votre compréhension, en refusant de vous marier
avec moi.
194 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Respectueusement,
Pippali »
De son côté, Bhaddakæpilænø écrivit aussi une lettre sur une feuille d’or, destinée
à Pippali :
« Cher Pippali,
Je ne saurais trop vous encourager de vous marier avec une fille de votre âge
et de votre ethnie.
En ce qui me concerne, je n’ai aucun désir de vivre dans les plaisirs senso-
riels.
Mes parents tiennent vivement à me voir mariée, mais je n’aspire qu’à la vie
de renonçante.
S’ils parviennent à me marier, je finirai tout de même par quitter la vie laïque
un jour prochain.
Si je devais devenir renonçante après le mariage, cela provoquerait beaucoup
de souffrance inutile.
Je vous saurai ainsi gré de votre compréhension, en refusant de vous marier
avec moi.
Respectueusement,
Bhaddakæpilænø »
Chacun confia sa lettre à un messager qu’il envoya remettre à l’autre. À mi-
parcours, les deux messagers se croisèrent :
« Ô messager ! Pour qui apportez-vous la lettre que vous tenez là ?
— C’est une lettre de Pippali, le fils du brahmane Kapila de Mahætittha, destinée
à Bhaddakæpilænø, la fille du brahmane Kosiya, de Sægala.
— Voilà une étrange coïncidence ; j’ai là une lettre de cette Bhaddakæpilænø pour
ce Pippali ! »
Sous l’emprise d’une incontrôlable curiosité, les deux messagers ne purent
s’empêcher de lire les deux lettres. Combien grande fut leur surprise lorsqu’ils
constatèrent leur indifférenciation. Leur crainte quant à la déception qu’elles
risqueraient de provoquer chez leurs maîtres n’était pas moins grande, lorsqu’ils
prirent conscience des conséquences que pouvaient engendrer leurs contenus.
Pour ne pas troubler la joie des quatre parents qui se réjouirent du mariage, ils
réécrivirent entièrement les deux lettres, faisant exprimer à chacun des expédi-
teurs qu’il se languissait du mariage avec l’autre, en remplissant chaque missive
des plus doux mots d’amour. À leur réception, les lettres ne manquèrent pas de
ravir au plus haut point les parents de chacun des deux destinataires. Quand les
parents de l’un rencontrent les parents de l’autre, s’imaginant que leurs enfants
respectifs n’attendaient que d’être ensemble, ils organisèrent sans tarder un somp-
tueux mariage pour les unir.
Le jeune couple se retrouva malgré lui, le soir du mariage, dans la même cham-
bre. Ayant la même idée, chacun prit une couronne de fleurs avant de se coucher,
et la plaça au milieu du lit, entre les deux. Prenant une solide détermination, Pip-
pali désigna une des deux couronnes à sa nouvelle épouse en lui disant :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 195
« Si cette couronne de fleurs se fane, cela signifie que vous avez un désir sensuel
pour moi. Si elle se fane, je divorce. »
Prenant la même détermination, Bhaddakæpilænø désigna l’autre couronne à son
nouvel époux en lui disant la même phrase qu’il venait de lui adresser. Pendant
toute la nuit, aucun ne toucha l’autre. Le lendemain à l’aube, aucune des fleurs
qui composaient les deux couronnes ne s’était flétrie. Quand les jours et les mois
passèrent, les fleurs restèrent toujours aussi intactes qu’au jour du mariage. Ainsi,
ils vécurent tous deux dans une grande pureté mentale, sans jamais se toucher. À
tel point que leurs parents finirent par croire qu’ils ne s’aimaient pas du tout.
Cependant, ils avaient un amour pur l’un pour l’autre, dépourvu de tout attache-
ment et de tout désir sensuel. À la mort de ses parents, Pippali bénéficia de tout
leur héritage, dont la fortune s’élevait à 870 000 « devises » et se composait de
terres et de villages entiers de gens travaillant sur les terres. Le couple vivait ainsi
dans une importante richesse.

La prise de conscience du vice de la vie laïque

U
n matin, Pippali alla voir comment se déroulait la besogne de ses ouvriers
qui travaillaient dans ses champs. Ce jour-là, les employés du brahmane
labouraient la terre, mettant à jour de nombreux vers et insectes, qui ne
tardaient pas à se faire dévorer par des centaines d’oiseaux qui piquaient du ciel
avant d’aller savourer leur chasse sur les branches des arbres. Effrayé par ce spec-
tacle, il se mit à songer sérieusement :
« Si ces nombreux êtres se font impitoyablement broyés par le bec des oiseaux,
de qui est-ce la faute ? Ce ne peut pas être celle de l’ouvrier qui retourne la terre,
puisqu’il ne fait qu’obéir au propriétaire des champs. Si je ne leur avais pas de-
mandé de cultiver ces champs, ils n’auraient pas labouré la terre, les vers et les
insectes n’auraient pas été mis au jour, et les oiseaux n’auront alors pas pu les
manger. Je suis donc le responsable de ces akusala, étant donné que je suis le
propriétaire de ces terres. »
Cette pensée le fit tressaillir, à tel point qu’il refusa d’assumer plus longtemps
cette infernale responsabilité. Il prit donc dès cet instant la ferme décision de tout
abandonner à son épouse et de partir mener la vie de renonçant.
Le même matin, Bhaddakæpilænø était partie dans la direction opposée, inspecter
les champs qu’elle dirigeait elle-même. Arrivée près d’un champ de sésame, où
ses ouvrières travaillaient à l’entretien des plantations, elle vit avec effroi une
envolée de corbeaux picorant un nombre important d’insectes accrochés aux
plants de sésame. Elle eut alors une réflexion semblable à celle de son époux :
« Si ces nombreux êtres se font cruellement dévorés par des corbeaux, de qui
est-ce la faute ? Ce ne peut pas être celle de l’ouvrière qui plante le sésame, puis-
qu’elle ne fait qu’obéir au propriétaire des champs. Si je ne leur avais pas deman-
dé de planter du sésame, ces plantes n’auraient pas poussé, les insectes n’y au-
raient pas grimpé, et les corbeaux n’auraient alors pas pu les manger. Je suis donc
196 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

la responsable de ces akusala, étant donné que je suis la propriétaire de ces


champs. »
Cette pensée la fit tressaillir, à tel point qu’elle refusa d’assumer plus longtemps
cette infernale responsabilité. Elle prit donc dès cet instant la ferme décision de
tout abandonner à son époux et de partir mener la vie de renonçante.

Le départ du couple pour la forêt

L
orsque les deux époux rentrèrent de leur inspection champêtre, ils se re-
trouvèrent comme chaque soir dans la pièce du haut de leur grande mai-
son. Là, leurs domestiques leur servirent le repas. Quand ils eurent fini de
manger et que tous leurs domestiques prirent congé d’eux, ils se retrouvèrent
seuls dans la maison. Ils eurent alors tout le loisir de discuter :
« Bhaddakæpilænø, de quelle fortune disposiez-vous en arrivant ici ?
— Mon père m’a laissé 5 500 “ devises ”.
— Vous pouvez ajouter cette somme avec les 870 000 “ devises ” dont j’ai hérité
et tout garder. Cette existence laïque ne m’intéresse plus du tout, j’ai décidé de
tout abandonner pour mener la vie de renonçant.
— De la même manière dont vous ne voulez plus de cette fortune, je n’en veux
plus non plus. Nous n’avons qu’à partir tous les deux mener la vie du renonce-
ment. »
À ce moment-là, ils ignoraient encore l’existence de Bouddha, qui était éveillé
depuis peu de temps. Comme le soleil se couchait, ils préparèrent chacun une
robe brunâtre de renonçant et se munirent d’un bol en terre, ainsi que des rares
affaires nécessaires à la vie de renoncement : un filtre à eau, une aiguille avec du
fil, un rasoir et une ceinture. Alors que la nuit venait de tomber, ils se coupèrent
mutuellement les cheveux. Ils prononcèrent alors les paroles suivantes :
« Si vraiment dans ce monde il y a un arahanta, alors il est notre maître. Désor-
mais, soyons renonçants ! »
Sans attendre plus longtemps, ils se vêtirent de la robe de renonçant et abandon-
nèrent toutes leurs affaires. Quand tout le monde fut endormi aux alentours, ils
purent partir discrètement. Les villages habités par leurs domestiques étaient si
nombreux qu’ils n’eurent pas le temps de tous les traverser avant l’aube. Quand
les premiers sortirent de chez eux, ils virent leurs maîtres, les cheveux coupés,
vêtus de la robe brunâtre des renonçants et portant, pour toutes affaires, un bol de
terre. Ils furent considérablement surpris :
« Ô chers maîtres ! Où allez-vous donc ainsi ?
— Nous partons dans la forêt. Nous avons fait le choix de renoncer à l’existence
laïque. »
Les domestiques se mirent à pleurer. Ils se groupèrent nombreux, tout autour
d’eux, se mettant à genoux et les suppliant de ne pas les laisser. Les nouveaux
renonçants voulurent les rassurer :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 197
« Ne vous inquiétez pas ! Nous ne vous laissons pas sans travail. Nous ne vous
abandonnons pas sans rien. Tout est à vous, à présent ! Vous n’êtes plus nos do-
mestiques. Vivez librement, comme vous le souhaitez, en exploitant les terres à
votre guise. »
Les domestiques sanglotèrent de plus belle, tandis que leurs deux maîtres s’en
allèrent. Peu après, ils furent sur le point de pénétrer dans l’épaisse jungle. À
l’entrée de cette forêt, le chemin se séparait en deux. Quand Bhaddakæpilænø, qui
marchait derrière Pippali, le vit se retourner pour s’adresser à elle, elle se proster-
na respectueusement et joignit les mains en écoutant ses dires :
« Si les gens nous voient ensemble, étant donné que nous sommes un homme et
une femme, ils vont nous critiquer en disant que nous sommes un couple de faux
renonçants, qui n’est pas capable de se séparer. S’ils pensent ainsi, ils risquent de
se retrouver dans les mondes inférieurs en raison de ces mauvaises pensées déve-
loppées sur des êtres purs d’intention. Il n’est donc pas convenable que nous
restions ensemble. Pour éviter cela, nous allons nous quitter. Je vais prendre l’un
de ces deux chemins, tandis que vous allez emprunter l’autre. »
Ils firent comme il dit, se séparant sans la moindre larme et sans tristesse, comme
ils n’avaient pas le moindre attachement l’un pour l’autre. À ce moment-là, la
terre se mit à trembler, de nombreux éclairs se firent voir dans tout le ciel, et le
tonnerre gronda, bien qu’il n’y eut pas de pluie.

La rencontre de Pippali avec Bouddha

À
cet instant, Bouddha était dans le monastère de Ve¹uvana, dans le
royaume de Ræjægaha. Quand il sentit le tremblement de terre et vit les
éclairs, il se demanda :
« Que se passe-t-il ? »
À l’aide de ses pouvoirs psychiques, il vit la séparation des deux renonçants. En
volant dans les airs, il alla à la rencontre du renonçant Pippali. Il l’attendit sous un
banian nommé Bahuputtaka, situé au bord du sentier qu’empruntait le futur Mahæ
Kassapa, entre la ville de Ræjægaha et celle de Nælanda. Bouddha rayonnait de ses
six couleurs habituelles. Quand Pippali l’aperçut, il se dit aussitôt :
« Dans les trois mondes (brahmæ, deva et humain), cet être doit être le plus
noble de tous, il est sans aucun doute le bouddha incomparable. Je vais demander
à ce Parfait de me prendre comme son disciple. »
Depuis l’endroit où il l’aperçut, il lui annonça :
« Ô noble Bouddha ! Vous êtes mon maître. Considérez-moi désormais comme
votre disciple !
— Ô mon cher Kassapa ! Venez vers moi ! »
Bouddha choisit de l’interpeller par le nom de son ethnie. Le renonçant
s’approcha et se prosterna auprès du Bienheureux, qu’il l’intégra dans le saµgha
à l’aide des trois phrases habituelles :
198 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Tout ce qui peut être néfaste, ne l’accomplissez pas ! Ce qui est bienfaisant,
développez-le ! Entretenez un esprit pur ! »
Quand ce fut fait, ils s’en allèrent tous deux, le nouveau moine derrière le Bien-
heureux.

L’échange des robes doubles

A
u bout d’une longue marche, le moine s’arrêta devant un arbre souhaitant
prendre un peu de repos. Il s’empara de sa robe double qu’il avait sur son
épaule, la plia en quatre et l’installa à un endroit convenable, invitant
Bouddha à s’y asseoir. En s’installant, le Bienheureux toucha le tissu de la robe
pliée pour lui :
« Quel doux tissu ! »
Le moine pensa alors que Bouddha devait bien apprécier cette robe neuve, et qu’il
serait probablement ravi de pouvoir la porter :
« Je vous prie d’accepter cette robe, noble Bouddha !
— Si vous me donnez cette robe, qu’allez-vous porter, ensuite ?
— Si en échange, vous me donnez votre robe du bas, cela ne causera pas d’ennui.
— Je vais plutôt vous donner ma robe double. Mais simplement, la vôtre est toute
neuve alors que la mienne est très usagée, c’est une vieille robe abandonnée que
j’ai trouvée il y a longtemps. Est-ce que ça ne vous pose pas de problème ? Allez-
vous pouvoir l’utiliser ? Lorsque j’ai ramassé cette robe, la terre s’est mise à
trembler. Mon geste a été félicité par les brahmæ et les deva. Tous les bouddhas
passés ont coutume d’adopter cette pratique. Il ne serait pas convenable
d’attribuer cette robe particulière à une personne non parfaitement établie dans la
vertu. Toutefois, un être au søla aussi pur que le vôtre la mérite bien. »
Le moine prit alors la vieille robe que Bouddha lui offrit, tandis que son maître
prit celle sur laquelle il était assis. Au moment de l’échange, une fois de plus, la
terre se mit à trembler.

Le plus compétent dans la pratique des dhuta³ga

P
lus tard, ils arrivèrent au monastère de Ve¹uvana. Une fois qu’ils s’étaient
reposés, Bouddha appela son nouveau disciple à qui il enseigna les
13 dhuta³ga. En accord avec les explications du Bienheureux, il entama
aussitôt la pratique de ces nobles pratiques ascétiques. À l’aube du huitième jour,
il devint arahanta, et obtint la connaissance intégrale du dhamma, ainsi que les
6 abhiñña.
Quand les moines le surent, ils en avertirent Bouddha, qui félicita le Vénérable
Mahæ Kassapa. Quand il se rendit au monastère de Jetavana, il le prit avec lui.
Là-bas, réunissant le saµgha, le Bienheureux lui attribua la distinction particu-
lière de dhuta³gadhara etadagga (le meilleur pratiquant des pratiques ascéti-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 199
ques). C’est ainsi que le Vénérable Mahæ Kassapa devint le troisième plus grand
disciple de Bouddha.
Bhaddakæpilænø, quant à elle, fit son intégration dans le saµgha des moniales.
Aussitôt après avoir entendu l’enseignement de Bouddha, elle s’absorba dans la
contemplation vipassanæ, et ne tarda pas, à son tour, à parvenir au stade
d’arahanta.
200 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le passé des Vénérables Ræhulæ


et Ra¥¥hapæla
L’invitation des deux ermites

A u temps où le futur Bouddha Padumuttara vivait son avant-dernière exis-


tence, dans le royaume de Haµsævatø, vivait un homme – le futur Véné-
rable Ræhulæ – dont les riches parents possédaient une fortune de
400 000 « devises » de l’époque. Quand ils sont morts, il hérita de toute leur
fortune. Son ethnie était celle de Mahæsæla. Voyant les affaires de ses parents, de
ses grands-parents et de tous ses ancêtres, il songea :
« Mes ancêtres ont laissé tant d’affaires, et ils sont morts sans rien avoir pu
emporter. »
Lui et son grand ami d’enfance – le futur Vénérable Ra¥¥hapæla – firent construire
quatre grands abris, un à côté de chacune des quatre portes de la ville : à l’est, au
sud, à l’ouest et au nord. Sous ces abris, ils offrirent le repas à tous les pauvres et
aux voyageurs de passage. Il ne voulut jamais laisser quelqu’un repartir les mains
vides, c’est pour cela qu’on le nommait Ægatapæka, ce qui signifie « celui qui
nourrit tous ceux qui viennent ». Son grand ami, lui, se nommait Anaggatapæka,
ce qui signifie « celui qui donne toujours quelque chose dans le récipient de quel-
qu’un ».
Un jour, ils se déplacèrent en dehors de la ville pour leurs affaires, vers un village
ni proche ni éloigné. Il y avait deux ermites qui vivaient dans la montagne Hima-
vantæ. Ce jour-là, alors que ces ermites volaient dans le ciel, ils aperçurent les
deux amis sur leur chemin. Ils se posèrent juste à côté eux, avant d’aller collecter
leur nourriture dans le village. Toujours enclins à développer des kusala (actes
méritoires) en voyant les ermites, les deux amis s’écrièrent :
« N’allez pas chercher votre nourriture au village ! Nous vous invitons chez
nous pour le repas. »
Alors que chacun des deux amis reçut chaque ermite chez lui, l’un d’eux deman-
da à l’ermite qu’il avait invité :
« Vénérable ermite ! Je vous prie d’accepter de venir chaque jour manger chez
moi ! »
De son côté, l’autre ami fit exactement la même proposition à l’ermite qu’il avait
invité, et ce dernier accepta également. Depuis ce jour, les deux ermites vinrent
quotidiennement chez leur hôte respectif, et à la fin de leur repas, ils délivrèrent
un petit enseignement.
L’ermite qui mangeait chez Ægatapæka, avait souvent l’habitude, ensuite, de se
rendre au fond de la mer, dans le monde des næga (dragons), pour s’y absorber
paisiblement dans les jhæna (états d’absorptions engendrés par une concentration
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 201
pure). Ainsi, il avait coutume, après son enseignement, de prononcer des souhaits
pour son donateur, tels que :
« Puissiez-vous être aussi riche et aussi comblé que le roi des næga ! »
Un jour, Ægatapæka lui demanda :
« Combien vastes sont les possessions du roi des næga ?
— C’est indescriptible tant cela est colossal. Leurs femmes sont aussi ravissantes
que les devø (femelles des deva). Les næga sont toujours plongés dans la satisfac-
tion et les plaisirs. Ils ne manquent jamais de musiciens et de danseurs pour les
distraire. »
Entendant cela, il désira de tout son cœur devenir le roi des næga. Depuis, il for-
mula régulièrement le souhait de bénéficier d’une telle existence.
L’ermite qui mangeait chez Anaggatapæka, avait souvent l’habitude, ensuite, de
se rendre au fond du ciel, dans le monde des deva (ensemble de sphères où les
plaisirs sont généralement très puissants et continus) pour s’y absorber paisible-
ment dans les jhæna. Ainsi, il avait coutume, après son enseignement, de pronon-
cer des souhaits pour son donateur, tels que :
« Puissiez-vous être aussi riche et aussi comblé que le roi des deva ! »
Un jour, Anaggatapæka lui demanda :
« Combien vastes sont les possessions du roi des deva ?
— C’est indescriptible tant cela est colossal. Les devø sont d’une beauté tout au-
tant indescriptible. Les deva sont toujours plongés dans la satisfaction et les plai-
sirs. Ils ne manquent jamais de musiciens et de danseurs pour les distraire. »
Entendant cela, il désira de tout son cœur devenir le roi des deva. Depuis, il for-
mula régulièrement le souhait de bénéficier d’une telle existence.
Grâce aux quatre abris des portes de la ville et à l’invitation quotidienne des deux
ermites, les deux amis développèrent d’innombrables kusala, sans se lasser de
formuler leurs souhaits respectifs.

Le roi des næga et le roi des deva

À
l’issue de leur vie, Ægatapæka naquit roi des næga et Anaggatapæka, quant
à lui, naquit roi des deva. Le nouveau roi des næga – le futur Vénérable
Ræhulæ – fut extrêmement déçu de sa nouvelle condition :
« Je me suis fait avoir ! Je n’aurais jamais dû suivre les mauvais conseils de cet
ermite ! Je ne suis qu’un animal ! J’ai beau être roi, mais je suis le roi d’un monde
inférieur ! »
Il fut quelque peu consolé lorsqu’il aperçut des næga femelles se transformer en
femmes d’une sublime beauté et qu’il réalisa que lui-même avait la capacité de se
transformer en homme magnifique. Ses sujets le distrayaient à l’aide de musiques
délicieusement mélodieuses et de danses joliment gracieuses. Bien que plongé
202 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

dans de puissantes réjouissances, il n’en demeura pas moins morose, déçu par son
triste sort. Selon la tradition, le roi des næga s’entretint tous les quinze jours avec
le deva Virþpakkha, chargé de surveiller le monde des næga, et qui compte donc
parmi les quatre grands deva chargés de surveiller l’univers. Quand il rencontra le
nouveau roi des næga, le deva Virþpakkha l’amena auprès du nouveau roi des
deva – le futur Vénérable Ra¥¥hapæla. Le roi deva interrogea son ami :
« Dans quelle vie avez-vous repris naissance ?
— Je suis un vulgaire næga ! J’enrage d’avoir suivi les conseils de l’ermite que je
nourrissais ! Me voilà dans le monde animal à cause de cela. Je suis peiné de ce
vilain sort. L’ermite qui prenait ses repas chez vous était de meilleur conseil ; je
n’ai pas eu la chance que vous avez d’être deva.
— Ne soyez pas déçu, ne faites pas de reproche à votre ancien maître ! Bouddha
Padumuttara vient de parvenir à l’éveil. Allez le voir, si vous souhaitez dévelop-
per suffisamment de kusala pour être le suivant roi des deva. »

Le souhait du roi næga

R
éjoui de la nouvelle, le roi næga prit forme humaine et se rendit directe-
ment dans le monde humain, sans passer par chez lui. Il alla auprès de
Bouddha Padumuttara pour l’inviter :
« Ô noble Bouddha ! Je vous prie d’accepter mon invitation à venir prendre le
repas chez moi, accompagné de tout le saµgha ! »
Par son silence, le Bienheureux accepta l’invitation, tandis que le næga rentra
chez lui organiser le repas. Le jour venu, Bouddha prévint le saµgha (la commu-
nauté des moines).
« Ô moines ! Aujourd’hui, nous allons dans un village très lointain. Que ceux
qui parmi vous ont développé les abhiñña (les pouvoirs psychiques)
m’accompagnent ! »
Ils prirent tous leur envol jusqu’à la mer, dans laquelle ils plongèrent, descendant
jusqu’au monde des næga. Comme le roi næga vint les accueillir, il les vit tous
arriver du ciel, en file, par ordre d’ancienneté, et fut impressionné en particulier
par les plus jeunes novices, qui pénétraient aussi aisément que les anciens dans
les profondeurs de la mer. En arrivant chez les næga, tous les membres du saµgha
s’assirent en un grand cercle, du plus ancien au moins ancien, de sorte que le
jeune novice Uparevata, alors âgé de sept ans à peine et entré depuis peu dans la
communauté, était assis juste à côté de son père Bouddha Padumuttara. Alors que
le repas fut servi au saµgha, le roi næga était pris d’admiration pour le petit Upa-
revata. Émerveillé par ce tout jeune novice, il l’observa à côté de Bouddha, cons-
tatant qu’il était d’une apparence semblable à celle du Bienheureux. Comme le
næga ne connaissait pas le novice Uparevata, qui lui semblait toutefois avoir un
air familier avec Bouddha, il s’enquit auprès de ce dernier :
« Ô noble Bouddha ! Qui est ce jeune novice à votre côté ?
— Il est mon fils, le dernier à être entré dans la communauté.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 203
— J’aimerai tant, moi aussi, être le fils d’un prochain bouddha ! Pour que cela
soit possible, que faut-il faire ? Quel genre de kusala faut-il développer ?
— Il convient de développer dæna, søla et bhævanæ (la générosité, la vertu et la
concentration). »
Le roi næga offrit au saµgha des objets de cuivre, des couvertures et de nombreu-
ses autres affaires. Depuis ce jour, il convia Bouddha Padumuttara et le saµgha
trois fois par mois. Un jour, il s’adressa ainsi au Bienheureux :
« Ô noble Bouddha ! Avec tous les kusala que je produis régulièrement, puissé-
je devenir, tout comme votre fils Uparevata, le fils d’un prochain bouddha ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, qui est une connaissance propre à un bouddha et per-
mettant de prédire dans un très lointain avenir en se basant notamment sur les
facteurs très complexes du kamma des êtres et de l’évolution de leurs pæramø, le
Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent au roi des næga. Ensuite, il
lui répondit :
« næga, toutes les conditions sont favorables : grâce à vos nombreux kusala,
vous allez renaître trente fois en tant que roi des brahmæ, soixante-quatre fois en
tant que roi des deva, mille fois en tant que roi des humains, un nombre incalcu-
lable de fois en tant que roi d’un royaume. D’ici 100 000 kappa, vous deviendrez
un sikkhækæma (le meilleur dans le développement de la vertu, de la concentration
et de la sagesse), au temps de Bouddha Gotama, dont vous serez le fils. Votre
nom sera alors Ræhulæ. »

Le souhait du roi deva

U
n jour, le roi næga se rendit de nouveau auprès de son ami roi deva, qui
lui demanda :
« Êtes-vous allé voir Bouddha, comme je vous l’avais conseillé ? Avez-
vous développé des kusala auprès de lui, afin de devenir roi des deva ?
— Non, je n’ai pas fait ce souhait. J’ai développé de nombreux kusala en invitant
régulièrement Bouddha et tout le saµgha, et le souhait que j’ai fait est de devenir
le fils d’un prochain bouddha. D’ailleurs, vous devriez, vous aussi, aller voir
Bouddha, développer des kusala auprès de lui et formuler le souhait de devenir le
grand disciple d’un prochain bouddha. »
Quand le roi deva alla voir Bouddha Padumuttara, ce dernier était précisément en
train d’attribuer la distinction particulière de saddhæpabbajita etadagga, le disci-
ple qui a la foi et la confiance la plus profonde de tous les membres du saµgha.
Empli d’admiration, le roi deva voulut lui aussi devenir le saddhæpabbajita eta-
dagga d’un prochain bouddha. Lorsqu’il demanda à Bouddha comment s’y pren-
dre, ce dernier lui expliqua qu’il lui fallait développer sans relâche les kusala, par
la pratique de la générosité, de la vertu et de la concentration.
Quand il eut invité le Bienheureux avec ses disciples à de nombreux repas et
offert des robes et diverses affaires à la communauté monastique, le roi deva
retourna auprès de Bouddha afin de lui formuler son souhait :
204 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô noble Bouddha ! Avec tous les kusala que j’ai accomplis, puissé-je devenir
le saddhæpabbajita etadagga d’un prochain bouddha ! »
Grâce à anægataµsa ñæ¼a, le Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent
au roi des deva. Ensuite, il lui répondit :
« deva, toutes les conditions sont favorables : d’ici 100 000 kappa, vous devien-
drez un aggasævaka (noble disciple) Au temps de Bouddha Gotama, vous serez
saddhæpabbajita etadagga. Votre nom sera alors Ra¥¥hapæla. »

Le prince Pathavindhara

L
orsque les deux amis reprirent naissance au temps de Bouddha Phussa, le
futur Vénérable Ræhulæ devint roi des deva, tandis que le futur Vénérable
Ra¥¥hapæla devint, quant à lui, le ministre d’un roi dans le monde humain.
Ce ministre avait la digne tâche d’organiser les invitations qui sont faites à
Bouddha, aux moines, aux rois et aux brahmanes.
Au temps de Bouddha Kassapa, le futur Vénérable Ræhulæ fut le fils aîné du roi
Kikø, il prit le nom de Pathavindhara. Il avait sept petites sœurs, dont la plus
jeune, nommée Sa³aghadæsø, deviendrait la dæyikæ (bienfaitrice) Visækhæ, dona-
trice du monastère Pubbæræma, dans le royaume de Ræjægaha, au temps de
Bouddha Gotama. Un jour, les sept sœurs princesses décidèrent d’offrir sept lo-
gements à Bouddha Kassapa. Le prince Pathavindhara, qui voulut également
participer à la donation, demanda à ses sœurs :
« Donnez-moi l’un de ces logements, afin que je puisse moi aussi en offrir un à
Bouddha.
— Il n’en est pas question ; il est difficile d’en faire bâtir un, cela représente
beaucoup de travail. Si vous voulez en offrir un, vous n’avez qu’à le faire bâtir
vous-même ! »
Offusqué de ce refus, il fit bâtir cinq cents logements qu’il offrit ensuite au Bien-
heureux Kassapa. Au terme de son existence, il renaquit dans la sphère Tusitæ
pour une longue et heureuse vie de deva, avant de renaître de nombreuses fois
tantôt humain, tantôt deva, jusqu’à aboutir dans le ventre de la princesse Yasod-
haræ, où il entamerait sa dernière vie.
Tout comme lui, son ami vécut un grand nombre de vies humaines et de deva,
avant de renaître pour la dernière fois, dans le monde humain, au temps de
Bouddha Gotama.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 205

À propos du Vénérable Ræhulæ


Le novice exemplaire

U
ne fois entré dans le saµgha (voir le chapitre « L’héritage donné au
prince Ræhulæ »), alors qu’il n’était encore qu’un enfant, Ræhulæ était un
sæma¼era (novice) tout à fait exemplaire. Chaque matin, il se levait tôt, et
il allait dehors prendre une bonne quantité de sable à l’aide des deux mains et
disait :
« Puisse-t-il y avoir autant de personnes qui m’éduquent et m’instruisent, telles
que les Vénérables Særiputtaræ, Mahæ Moggalæna, Mahæ Kassapa... qu’il y a de
grains de sable dans ces mains ! »
Il écoutait respectueusement tous ceux qui lui faisaient la morale et, en obéissant
novice, il mettait soigneusement en pratique toutes les recommandations qui lui
étaient faites. Son noble père Bouddha lui enseignait régulièrement un sermon,
qui est connu sous le nom de sutta Ræhulovædæ. Dans ce sermon, le Bienheureux
expliqua entre autres à son fils l’entraînement devant être adopté par les sæ-
ma¼era. Notamment, il dit qu’il ne faut pas développer d’orgueil, qu’il faut régu-
lièrement effectuer les diverses tâches nécessaires à l’entretien du monastère et au
bon fonctionnement de la communauté, qu’il faut accueillir convenablement les
invités en s’assurant qu’ils ne manquent de rien, qu’il faut toujours se comporter
respectueusement et poliment, qu’il ne faut jamais répliquer aux anciens. (Depuis,
le sutta Ræhulovædæ est immanquablement enseigné dans tous les monastères où
vivent des novices.)

La nuit dans les toilettes

L
orsque des moines avaient passé la nuit sous le même toit que des laïcs, en
ronflant bruyamment et s’étant dévêtus dans l’inconscience du sommeil,
les gens proférèrent de vives critiques sur le manque de dignité du
saµgha. Dans le souci de ne plus permettre ce genre d’incident de se produire,
Bouddha avait établi une règle interdisant aux moines de passer la nuit sous le
même toit qu’un laïc ou qu’un sæma¼era.
Quand Bouddha quitta le royaume d’ƹavø – où s’était produit l’incident – pour
se rendre au royaume de Kosambø, le sæma¼era Ræhulæ et quelques moines
l’accompagnèrent. Alors qu’ils firent halte pour la nuit dans une auberge, les
moines et le novice s’installèrent dans l’unique grand dortoir, tandis que Bouddha
alla dormir à part (dans une petite chambre). Soucieux de vouloir respecter la
règle établie par leur maître, les moines défendirent au sæma¼era Ræhulæ de pas-
ser la nuit avec eux. Il alla donc dormir dans les toilettes. Le lendemain à l’aube,
Bouddha se rendit aux toilettes. Quand il poussa la porte, il aperçut son jeune fils
endormi. Il toussota afin de le prévenir de sa présence. Avant de se rendre compte
que Bouddha avait déjà ouvert la porte des toilettes, le sæma¼era toussota à son
206 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

tour, voulant indiquer que les toilettes étaient occupées. Quand Bouddha interro-
gea son fils, il lui expliqua pourquoi il passa la nuit dans cet endroit aussi peu
approprié. Depuis ce jour, le Parfait modifia la règle en autorisant les moines à
passer jusqu’à deux ou trois nuits sous le même toit que des laïcs.

L’admiration du novice Ræhulæ

T
ous les moines avaient une grande affection pour le sæma¼era Ræhulæ.
Chacun le félicitait pour ses qualités remarquables. Durant tout le temps
où il fut novice, le jeune Ræhulæ avait un comportement irréprochable ;
jamais il ne plaisantait ni ne s’adonnait à des jeux d’enfant, ni ne faisait preuve
d’orgueil. Peu avant ses dix-huit ans, Bouddha lui enseigna le sutta
Cþ¹aræhulovæda, qui explique les trois caractéristiques inhérentes à toutes choses
(fugacité, insatisfaction et absence d’existence propre des choses), à l’issu duquel
il devint arahanta.
Quand il avait dix-huit ans, il allait parfois collecter sa nourriture dans les villa-
ges, derrière son noble père et seul avec lui. Son apparence était aussi belle et
aussi noble que celle du Parfait. Très bien établi dans søla (la vertu), il était digne
d’être le fils de Bouddha. Ayant une forte admiration pour lui, les gens ne se
lassaient jamais de le vénérer. Souvent, des jeunes filles tombaient amoureuses de
lui. Tout le monde le félicitait de sa conduite exemplaire.
Une fois, Bouddha ayant réuni le saµgha, attribua à son fils, le Vénérable Ræhu-
læ, la distinction particulière de sikkhækæma etadagga, ce qui signifie « le meilleur
dans (la volonté, l’assiduité et l’effort de) l’entraînement du développement de
søla (la vertu), samædhi (la concentration) et pañña (la sagesse) ».
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 207

À propos du Vénérable
Ra¥¥hapæla
La volonté irréductible de devenir moine

P
arvenu à sa dernière vie, le jeune Ra¥¥hapæla, qui prit le nom de son père,
naquit dans une richissime famille du royaume de Kuru, dans un village
nommé Thullako¥¥hika. Quand il devint adulte, il fut marié à une ravis-
sante femme. Ensemble, ils vécurent dans une telle opulence que leur qualité de
vie leur permettait d’éprouver une existence aussi confortable que celle des deva.
Un jour, Bouddha vint délivrer un enseignement. Profitant de cette grande occa-
sion, le riche Thullako¥¥hika alla l’écouter. Il apprécia tant les paroles du Bien-
heureux qu’il voulut devenir moine immédiatement. S’approchant de Bouddha, il
lui fit part de sa volonté dès qu’il se fut prosterné :
« Ô noble Bouddha ! Veuillez m’accepter comme disciple !
— Je vous intègre dans le saµgha aussitôt que vous bénéficierez de l’autorisation
de vos parents. »
Impatient d’embrasser la vie monacale, il s’empressa alors d’aller demander cette
autorisation à ses parents :
« Père ! Mère ! Je n’ai pas d’autre volonté que celle de devenir moine. Laissez-
moi rejoindre la communauté de Bouddha !
— Vous êtes notre seul fils et nous vous aimons comme nous nous aimons nous-
mêmes. C’est pourquoi nous ne pouvons pas vous accorder l’autorisation de de-
venir moine. »
N’ayant que cette volonté en tête, le jeune Ra¥¥hapæla insista continuellement
auprès de ses parents, cherchant par tous les moyens comment il pourrait les
convaincre de le laisser partir rejoindre le saµgha. Comme il recevait toujours le
même refus, il finit par protester d’une façon radicale, qui serait en mesure
d’inciter ses parents à lui donner leur accord. Il s’allongea sur la terre et demeura
ainsi, immobile et refusant de manger quoi que ce soit. Le lendemain, feignant de
l’ignorer, ses parents ne cédèrent pas le moins à sa protestation. Obstiné, le jeune
homme poursuivit son jeûne, sans déplacer de sa posture. Il demeura ainsi sept
jours durant. Voyant leur fils si malheureux, complètement amaigri de n’avoir
rien mangé et déterminé à mourir si on ne le laissait pas mener l’existence mona-
cale, ses parents eurent beaucoup de peine. Ils préférèrent le laisser rejoindre la
communauté des moines plutôt que de le voir mourir.
Une fois qu’il eut repris des forces et qu’il fut intégré dans le saµgha, le Vénéra-
ble Ra¥¥hapæla reçut les instructions de vipassanæ auprès de Bouddha. Il les prati-
qua, et parvint au stade d’arahanta en quelques jours seulement.
208 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le retour chez ses parents

À
ce moment-là, il décida d’aller enseigner le dhamma à ses parents.
Comme il rentra dans son village, il effectua une collecte de nourriture à
l’aide de son bol, pour obtenir son repas, allant de maison en maison,
s’arrêtant en silence. Quand il arriva devant la maison de ses parents, la domesti-
que sortait de la maison pour jeter la nourriture périmée de la veille. Comme il
n’avait obtenu qu’une infime quantité de nourriture, en voyant la domestique sur
le point de jeter l’ancienne nourriture, il lui dit :
« Si vous voulez vraiment jeter cette nourriture, je vous en prie, jetez-la dans
mon bol ! »
Elle fit comme il lui dit, sans reconnaître le fils de ses maîtres, à cause de son
crâne rasé et de son habit monastique. Le Vénérable Ra¥¥hapæla alla s’asseoir un
peu plus loin, s’adossant à un muret, et consomma cette nourriture rassise de la
veille, sans se préoccuper de sa qualité tant il avait faim. Soudainement, la do-
mestique le reconnut et se demanda pourquoi il mangea par terre, de la nourriture
périmée, et surtout, pourquoi n’était-il pas venu chez ses parents ? Elle crut alors
qu’il était devenu fou. Elle courut annoncer cela au père, qui tressaillit en appre-
nant ce que vit la domestique. Il courut à toutes enjambées et dès qu’il vit à son
tour ce que venait de lui décrire la domestique, il éclata en sanglots. Il se dépêcha
d’aller auprès de son fils pour l’inviter dans la maison. Il fit la cuisine pour lui et
quand il lui offrit, le vénérable répliqua qu’il avait fini de manger. Son père pensa
cependant à lui dire :
« Demain, n’allez pas collecter de nourriture avec ce bol, nous vous invitons
pour le repas. »
Acceptant l’invitation, il revint le lendemain. Quand il eut terminé son repas, ses
parents, qui étaient déterminés à ramener leur fils à la vie laïque, l’amenèrent
dans la pièce qui contenait toute leur fortune. Il y avait là un amoncellement co-
lossal d’or, d’argent, de pierres précieuses... Les parents du noble moine déclarè-
rent à son intention :
« Voici la fortune de ton père, ici celle de ta mère, là celle de ton grand-père,
(etc.). Profitez de tout cela comme vous l’entendez, jouissez-en à souhait ! »
Le père désigna ensuite l’ex-femme de son fils, qui était somptueusement parée :
« Votre ravissante femme n’attend qu’à vous voir revenir ici afin de passer de
très agréables moments tous les deux. Saisissez donc ces merveilleuses occasions
qui se présentent à vous pour toute la vie ! »
Rien de tout cela ne fut en mesure d’intéresser le Vénérable Ra¥¥hapæla étant
donné qu’il était arahanta. Après avoir poliment décliné les offres acharnées de
ses parents, il se mit à leur délivrer un enseignement du dhamma, ainsi qu’à son
ex-épouse :
« Notre corps n’est qu’un composé des quatre éléments – terre, eau, feu, et air.
On y trouve de la chair, des os, du sang, de l’urine, des glaires, du pus, etc. (Les
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 209
32 ko¥¥hæsa). En dehors de ces 32 ko¥¥hæsa, il n’y a rien d’autre. Ce corps ren-
ferme d’innombrables maladies qui l’oppressent. Il exige énormément d’entretien
qu’il faut répéter continuellement. Observez bien ce corps ; rien n’est durable
dans ce corps. Il périra irrémédiablement. Après, il finit sous terre. Faites comme
moi, pratiquez comme je l’ai fait : abandonnez toutes vos possessions. Jetez ces
choses inutiles dans le fleuve ! Pourquoi cela ? Car toutes ces choses sont source
de dukkha (souffrance, problèmes). Lorsqu’on possède des biens, nous sommes
contraints de les surveiller et de les entretenir sans cesse. Malgré tous ces soins,
rien ne peut empêcher leur détérioration ou leur perte. Débarrassez-vous vite de
toutes ces choses qui sont source permanente d’inquiétude. »
Lorsqu’il eut achevé cet enseignement, il partit à l’aide de ses pouvoirs psychi-
ques, directement vers le ciel, en traversant le plafond. Il s’en alla de la sorte,
parce qu’il connaissait les intentions de son père. Il savait qu’il avait pris soin de
fermer toutes les portes de la maison pour le forcer à rester, et qu’il escomptait lui
ôter de force son habit monastique pour lui mettre des vêtements laïcs à la place.
Ses parents étaient tellement obsédés par l’idée de le faire rester qu’ils n’ont
même pas écouté son enseignement. Lorsqu’il partit, le Vénérable Ra¥¥hapæla se
rendit dans le jardin du roi Korabya.

La rencontre avec le roi Korabya

E
n parvenant dans l’enceinte du palais royal, le Vénérable Ra¥¥hapæla se
posa dans le jardin de Migæjina, sur des pierres plates. Le roi, qui était
alors dans son jardin, s’approcha de lui. Il lui demanda :
« Ô noble moine ! Pourquoi êtes-vous moine ? Certains entrent dans la commu-
nauté monastique, car ils n’ont plus de famille, plus d’amis, d’autres parce qu’ils
sont pauvres. Et vous, pour quelle raison êtes-vous entré dans la communauté
monastique ?
— Je ne suis concerné par aucune des raisons que vous venez d’énumérer pour
l’instant, bien que cela puisse arriver à tout moment et j’en suis bien conscient.
Simplement, je n’ai pas voulu attendre de perdre ces choses. Je suis devenu
moine, car je ne veux plus rien de tout cela : ni de l’opulence, ni des amis, ni de la
famille.
— Pourquoi avez-vous voulu renoncer à tout ?
— Nos corps, tout comme les choses, ne sont qu’un ensemble d’éléments éphé-
mères. Ils peuvent se détruire à tout moment. Personne ne peut éviter la vieillesse,
ni la maladie, ni la mort. Nous sommes toujours susceptibles de reprendre nais-
sance dans les mondes inférieurs (tant que nous ne sommes pas parvenus à nib-
bæna). Le fait de demeurer en famille et d’avoir des amis sont des éléments qui
contribuent à envoyer dans les mondes inférieurs, car on développe beaucoup
d’attachements, qui constituent avant tout des akusala. Quand nous demeurons
dans les plaisirs sensoriels, nous ne sommes jamais rassasiés. Un plaisir a à peine
le temps de finir qu’on le désire de nouveau. Nous ne faisons que suivre notre
avidité, nous sommes complètement esclaves de notre désir. Voilà pourquoi je ne
veux plus du moindre plaisir sensoriel. Être éternellement un esclave est une
210 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

chose qui ne m’intéresse absolument pas. Voilà pourquoi j’ai voulu renoncer à
tout. »
Un jour, Bouddha réunit le saµgha. Il attribua la distinction particulière de sadd-
hæpabbajita etadagga au Vénérable Ra¥¥hapæla, c’est-à-dire la personne la mieux
établie dans la foi et la confiance envers le dhamma.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 211

À PROPOS DES MONIALES


212 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 213

Le passé de
Mahæpajæpati Gotamø
Le souhait d’être la première moniale

I
l était une fois, au temps de Bouddha Padumuttara, une fille d’une ethnie
inconnue – la future Mahæpajæpati Gotamø. Quand elle devint adulte, elle alla
écouter l’enseignement du Bienheureux. Un jour, alors que Bouddha Padu-
muttara avait réuni les deux saµgha, il attribua la distinction particulière de rat-
taññþ (la plus ancienne) etadagga à la première moniale du saµgha féminin.
Ayant assisté à cette noble attribution, la femme d’ethnie inconnue eut le vif désir
de bénéficier elle aussi de cette distinction, au temps d’un prochain bouddha.
Quand tout le monde fut parti, elle s’approcha du Bienheureux, et se prosterna
respectueusement devant lui, et le convia avec le saµgha pour le repas du lende-
main. Alors qu’elle octroya également diverses offrandes à tout le saµgha, elle
revint voir Bouddha pour lui faire part de son souhait. Avant de lui répondre, le
Bienheureux examina les probabilités qui s’offrirent à elle à l’aide de la connais-
sance anægataµsa, lui permettant de sonder un très lointain avenir en tenant
compte de l’évolution des pæramø des êtres :
« Toutes les conditions sont favorables : d’ici 1 asa³khyeyya et 100 000 kappa,
viendra le temps de Bouddha Gotama, dont vous serez la tante et la mère nourri-
cière. vous deviendrez la première moniale de son sæsana, bénéficiant ainsi de la
distinction particulière de rattaññþ. Votre nom sera alors Mahæpajæpati Gotamø. »
La jeune femme fut réjouie des paroles du Bienheureux. Depuis, elle ne cessa de
développer ses pæramø en développant dæna, søla et bhævanæ (la générosité, la
vertu et la concentration).

Je¥¥hakadæsø et les cinq pacceka buddha

A
u terme de son existence, elle renaquit dans le monde des deva, dans la
sphère Tævatiµsæ, avant de reprendre une naissance humaine dans le
royaume de Bæræ¼asø, où elle devint la chef des domestiques dans la
maison d’un homme riche d’une fortune de 500 000 000 « devises » de l’époque.
Elle s’appelait alors Je¥¥hakadæsø. Comme elle devait s’occuper toute la journée
de son riche maître et se contenter de la nuit pour s’occuper d’elle-même, elle
était tout le temps épuisée. Dans la montagne Gandhamædana, vivaient cinq pac-
ceka buddha. Comme la saison des pluies approchait et qu’ils n’avaient pas en-
core de logement pour y demeurer pendant toute la mousson, ils descendirent en
ville pour trouver des personnes qui se voueraient à les aider. Tandis que les cinq
pacceka buddha s’approchèrent de la maison du riche homme, ce dernier les
interrogea :
« Ô nobles Vénérables ! Que faites-vous par ici ?
214 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— Nous cherchons de l’aide pour nous bâtir des huttes avant l’arrivée de la mous-
son.
— Je regrette, mais je ne peux pas vous aider, car je n’ai vraiment pas le temps.
Allez donc voir d’autres personnes, vous trouverez certainement quelqu’un qui
sera en mesure de vous rendre service. »
Comme ils ne trouvèrent personne d’autre dans la ville, ils décidèrent de s’en
aller. Sur le chemin, ils croisèrent Je¥¥hakadæsø, qui était partie chercher de l’eau à
la source. Curieuse de voir ces nobles êtres, elle leur demanda :
« Ô nobles Vénérables ! Quelle est la raison de votre venue en ville ?
— Nous avons besoin de huttes pour y demeurer pendant la saison des pluies.
Nous sommes donc venus chercher de l’aide.
— En avez-vous trouvé ?
— Non, personne n’est en mesure de nous aider, pas même le riche homme que
nous avons vu.
— N’y a-t-il que les riches qui peuvent vous aider ? Les pauvres ne peuvent-ils
pas vous aider ?
— Certainement que si !
— Dans ce cas, je vais vous aider. Demain, n’allez pas faire votre collecte de
nourriture, je vous invite pour le repas. »
En rentrant dans la maison du riche, Je¥¥hakadæsø réunit toutes les domestiques et
leur relata sa rencontre avec les cinq pacceka buddha, l’aide qu’elle leur proposa
pour leurs huttes, ainsi que l’invitation qu’elle leur fit. Elle conclut en disant :
« Voilà une belle occasion pour nous toutes de développer beaucoup de kusa-
la. »
Toutes furent ravies et s’écrièrent « sædhu ! » à trois reprises pour marquer leur
joie. Lorsque leurs maris rentrèrent, ils partagèrent la même joie en apprenant
l’aide qu’ils allaient pouvoir apporter à de nobles êtres. Le lendemain, après que
le repas fut servi aux pacceka buddha, Je¥¥hakadæsø leur demanda où ils vou-
draient que soient bâties leurs huttes. Peu de temps après, les cinq huttes furent
construites. Pendant toute la durée de la saison des pluies, Je¥¥hakadæsø offrit aux
pacceka buddha tous leurs repas et tous leurs besoins. Quand la mousson prit fin,
elle offrit à chacun un jeu de trois robes.

La nourricière du prince Siddhattha

A
u terme de leur existence, tous les domestiques prirent naissance dans la
sphère Tusitæ du monde des deva. La vie suivante, Je¥¥hakadæsø naquit
dans le monde humain, dans un village de tisserands du royaume de Bæ-
ræ¼asø. Devenant adulte, elle se maria. Dans cette vie, elle rencontra des pacceka
buddha à qui elle offrit leurs repas quotidiens pendant toute la durée de la mous-
son. Après cette existence, elle reprit naissance chez les deva, avant de renaître
tantôt dans le monde humain, tantôt dans le monde des deva.
Au temps de Bouddha Gotama, elle devint la fille du roi Añjama, régnant sur le
royaume de Devadaha. Quand elle fut en âge de se marier, elle prit le nom de
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 215
Mahæpajæpati Gotamø. Le roi Sudoddhana la prit pour épouse avec sa grande sœur
Sirømahæmæyæ, qui deviendrait la mère du prince Siddhattha. Quelques jours
après la naissance de ce dernier, Mahæpajæpati Gotamø enfanta d’un garçon, le
prince Nanda. Sept jours après la naissance du prince Siddhattha, la reine Sirøma-
hæmæyæ mourut. C’est Mahæpajæpati Gotamø qui, dès cet instant, devint la nou-
velle reine. Dès ce jour, elle confia son propre fils à une nourrice et prit le jeune
Siddhattha pour s’en occuper elle-même, jusqu’à ce qu’il devienne adulte. Étant
donné qu’on eut toujours pris soin de cacher au futur Bouddha l’existence de la
mort, il crut que Mahæpajæpati Gotamø fut sa propre mère, jusqu’à l’âge de vingt-
neuf ans, où il prit connaissance de la mort. Voilà pourquoi Bouddha a toujours
appelé sa tante Mahæpajæpati Gotamø « mère ».
216 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

À propos de
Mahæpajæpati Gotamø
La sollicitation de Mahæpajæpati Gotamø

P
endant que Bouddha demeurait au monastère de Nigrodha de Kapilavat-
thu, sa tante nourricière, la reine Mahæpajæpati Gotamø, vint le voir :
« Ô noble Bouddha ! Nous, les femmes, souhaitons également pouvoir
mener la vie monacale dans votre sæsana (époque durant laquelle l’enseignement
d’un bouddha est connu). Autorisez les femmes qui le veulent à être moniales !
— La vie monacale est inadaptée aux femmes. Cela est inapplicable sans compli-
cations. Une femme est impropre à vivre dans le saµgha. Si j’accordais cette
autorisation, le sæsana serait rapidement anéanti. »
En dépit de l’opposition de Bouddha, la reine insista en lui formulant trois fois sa
sollicitation. Le Parfait demeura néanmoins toujours aussi ferme dans son refus.
Mahæpajæpati Gotamø se mit à pleurer. N’obtenant pas ce qu’elle et de nombreu-
ses autres femmes désiraient ardemment, elle rentra au palais, le visage déchiré
par le désespoir et la tristesse.
Après avoir demeuré longuement à Kapilavatthu, Bouddha s’en retourna à Vesælø,
dans le monastère Mahævana. Déterminée à obtenir de Bouddha l’autorisation de
fonder une communauté de moniales, Mahæpajæpati Gotamø se décida à revenir
vers lui, accompagnée de nombreuses femmes. Elle se rasa le crâne et, se déles-
tant de ses bijoux et parures, changea ses vêtements pour vêtir la robe brunâtre
des renonçants. Beaucoup d’autres femmes Sakya en firent autant. Elles prirent
toutes la route, avec Mahæpajæpati Gotamø à leur tête. Le long voyage jusqu’à
Vesælø fut très pénible, pour ces femmes qui n’étaient pas accoutumées à marcher
pieds nus et sans ombrelle pour se protéger contre le lourd soleil. En parvenant
devant le monastère du Bienheureux, elles étaient exténuées, leurs pieds étaient
en sang, certaines souffraient de plaies, d’autres de brûlures dues au soleil. Beau-
coup fondirent en larmes tant elles furent éreintées. En les apercevant, le Vénéra-
ble Ænandæ reconnut instantanément qu’elles étaient de l’ethnie des Sakya. Éton-
né de les voir en ce lieu, vêtues de la sorte, sans cheveux et dans cet état
d’épuisement, plein de compassion, il les interrogea :
« Pour quelle raison êtes-vous venues de si loin ?
— Nous voulons être moniales. Ainsi, nous venons obtenir de Bouddha qu’il
nous autorise à fonder un saµgha féminin.
— Attendez ici, je vais moi-même en parler à Bouddha. »
Comme les femmes Sakya approuvèrent, le Vénérable Ænandæ se rendit dans la
chambre de Bouddha :
« Ô noble Bouddha ! Mahæpajæpati Gotamø et de nombreuses autres femmes
Sakya attendent devant le monastère. Elles se sont rasé le crâne et vêtues de la
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 217
robe brunâtre. Épuisées d’avoir parcouru pieds nus la longue distance qui les
sépare de Kapilavatthu jusqu’ici, elles pleurent tant elles ont mal. Je vous somme
d’accepter l’établissement d’une communauté de moniales.
— Ænandæ ! Il n’est pas convenable que des femmes adoptent la vie monacale.
Ce mode de vie, inadapté pour elles, leur serait trop difficile. Si j’acceptais des
moniales dans mon sæsana, il ne durerait pas longtemps. Voilà pourquoi il est
impropre d’accepter des femmes dans le saµgha. »
Le Vénérable Ænandæ eut beau réitérer trois fois sa demande, Bouddha refusa
chaque fois, donnant la même explication. Alors, le cousin Ænandæ attira
l’attention de son maître sur tous les soins et tout l’amour que sa tante Mahæpajæ-
pati Gotamø lui porta alors qu’il fut un bébé de sept jours à peine, et ce, jusqu’à ce
qu’il soit un homme. Désireux de convaincre Bouddha d’autoriser sa tante à fon-
der le saµgha des moniales, il avança un argument irréfutable :
« Ô noble Bouddha ! En menant la vie monacale, une femme ne peut-elle pas
devenir sotæpana, sakadægæmi, anægæmi ou arahanta ? »

L’établissement du saµgha féminin

P
oussé par l’obstination de son cousin, Bouddha réfléchit un instant, avant
de proposer :
« Ænandæ ! Si les femmes sont en mesure de respecter les 8 garudhamma
(points devant être respectés par les moniales) à vie, j’autorise la fondation d’un
saµgha féminin.
— Quels sont ces 8 garudhamma, Vénérable Bouddha ?
— Voici quels sont les 8 garudhamma :
(1) Quelle que soit son ancienneté, une moniale doit toujours rendre les honneurs
qui sont dus aux moines, même à ceux qui le sont seulement depuis le jour
même (se prosterner, joindre les mains en signe de respect quand il parle,
s’asseoir plus bas que lui, etc.).
(2) Les moniales ne sont pas autorisées à passer le vassa dans une zone où il n’y a
pas de moines.
(3) Chaque jour d’uposatha (présentation de la discipline monastique), les monia-
les doivent s’adresser au saµgha masculin en vue de demander deux choses :
la date de l’uposatha et la préparation d’un enseignement du dhamma à leur
égard.
(4) À l’issue du vassa, chaque moniale doit adresser (oralement) une invitation
aux deux communautés (celle des moines et celles des moniales) pour qu’on
lui reproche les fautes qu’elle a éventuellement commises (les moines font la
même chose entre eux).
(5) Une moniale qui commet un saµghædisesa (faute entraînant une réunion du
saµgha) doit suivre la procédure du mænatta (propre à purifier une telle faute)
auprès des deux communautés durant quinze jours.
(6) Pour une moniale, l’intégration dans le saµgha ne peut être effectuée
qu’auprès des deux communautés et seulement après avoir observé les six
218 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

premiers préceptes (ne pas nuire aux êtres, ne pas s’emparer de ce qui n’a pas
été donné, ne pas adopter de pratique sexuelle, ne pas mentir, ne pas absorber
d’alcool, ne pas consommer d’aliment solide après midi) sans une faute durant
deux ans.
(7) Une moniale n’est en aucun cas autorisée à réprimander un moine.
(8) Les moniales n’ont pas le droit d’enseigner aux moines, mais les moines ont
le droit d’enseigner aux moniales. »
Ensuite, le Vénérable Ænandæ retourna auprès des femmes Sakya et leur fit part
de la proposition de Bouddha, qui leur fit la plus grande joie. Lorsqu’il leur de-
manda si elles étaient prêtes à se plier à cette condition que sont les
8 garudhamma, elles acceptèrent immédiatement.
Ainsi fut établi le saµgha féminin, dont la Vénérable Mahæpajæpati Gotamø fut la
première moniale. Elle se mit à s’entraîner avec détermination et persévérance au
développement de vipassanæ (connaissance directe de la réalité) aussitôt que
Bouddha lui en donna les instructions. En très peu de temps, elle devint arahanta.
Un jour, Bouddha vint délivrer un enseignement du dhamma à toutes les monia-
les, à l’issue duquel elles devinrent toutes arahanta à leur tour.
Un jour, ayant réuni les deux saµgha, Bouddha attribua la distinction particulière
de rattaññþ etadagga (la plus ancienne) à la Vénérable Mahæpajæpati Gotamø, car
elle fut la première moniale du saµgha féminin, en plus d’être la personne qui en
est à l’origine.

Remarque : Avant Bouddha, qui est déjà à l’origine du concept d’une communauté de
moines, personne n’avait donné une position aussi importante à des femmes au sein d’une
organisation religieuse.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 219

À propos de Yasodharæ
Le passé de Yasodharæ

A
utrefois, il y a 4 asa³khyeyya et 100 000 kappa, vivait Bouddha Dø-
pa³karæ, dans le royaume de Rammavatø. Comme le Bienheureux, ac-
compagné de quatre cent mille moines, se rendait à une invitation des
habitants de la ville de Rammavatø, ces derniers avaient dressé un gigantesque
abri et refait la route à neuf, afin d’accueillir le saµgha le plus dignement possi-
ble. Parmi la foule qui s’apprêtait à accueillir Bouddha Døpa³karæ et ses moines,
il y avait une fille brahmane nommée Sumittæ – la futur Yasodharæ. Quand elle
s’approcha, elle aperçut, allongé sur une portion de boue de route qui ne pu être
achevée à temps, un ermite – l’ermite Sumedhæ, le futur Bouddha Gotama –, qui
sacrifiait son corps pour épargner au Bienheureux et à ses disciples de marcher
sur du terrain accidenté. Éprise d’une intense compassion, elle lui donna cinq
fleurs dans les mains, parmi les huit qu’elle s’était procuré pour offrir à Bouddha.
Lorsque le Bienheureux s’arrêta devant l’ermite Sumedhæ, il lui décréta qu’il
deviendrait un bouddha du nom de Gotama (voir le chapitre « L’ermite Sumed-
hæ »). À ce moment-là, Sumittæ s’approcha de Bouddha Døpa³karæ et lui offrit les
trois fleurs qui lui subsistaient, et elle lui formula, comme le fit l’ermite, le sou-
hait d’être la compagne de cet ermite parfaitement pur de vertu et bouddha à
venir, et de le suivre sur son parcours de 4 asa³khyeyya et 100 000 kappa, tout au
long du développement des pæramø, jusqu’au parinibbæna. Après examen des
conditions présentes et futures, le Bienheureux Døpa³karæ lui confirma qu’elle
l’accompagnerait désormais, et serait son épouse lors de sa dernière vie.
Depuis, au fil de ses existences, elle vécut très souvent proche du futur Bouddha
Gotama, elle fut fréquemment son épouse, développant ainsi ses pæramø avec lui.
Elle naquit pour son avant-dernière vie dans la même sphère du monde des deva
dans laquelle était le futur Bouddha Gotama.

La dernière vie de Yasodharæ

E
lle naquit pour la dernière fois dans le monde humain, le même jour que le
prince Siddhattha, au royaume Devadaha, dont son père Suppabuddha
était le roi. Le nom que ses parents lui attribuèrent fut Bhabbakañcanæ, ce
qui signifie « celle qui a un beau teint d’or ». Parvenue à l’âge adulte, la princesse
prit le nom de Yasodharæ et fut mariée au prince Siddhattha, de qui elle eut un
garçon, Ræhulæ. Plus tard, le prince Siddhattha partit dans la forêt à la recherche
de l’éveil. Quand il devint Bouddha, la princesse Yasodharæ vit le prince Nanda
rejoindre sa communauté, suivi quelques temps après par son fils Ræhulæ. Plus
tard, le roi Sudoddhana disparu en parinibbæna. Lorsque, à son tour, la reine
Mahæpajæpati Gotamø partit fonder le saµgha des moniales, la reine Yasodharæ se
retrouva très esseulée au palais. Elle se rendit auprès de Bouddha :
220 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô noble Bouddha ! Il n’y a plus personne au palais de Kapilavatthu – dans la


famille royale –. Tout le monde est venu à vous. Rendez-moi donc notre fils Ræ-
hulæ ! Je le mettrai sur le trône.
— Bhabbakañcanæ ! Je ne suis pas parvenu à l’éveil pour mon propre avantage, ni
pour celui des membres de ma famille. Si je suis devenu Bouddha, c’est pour le
bénéfice de la totalité des êtres qui errent dans l’univers. Le fait de jouir des plai-
sirs sensoriels au sein du saµsaræ est comme marcher sur le rebord d’un grand
pot. Cela est sans fin : on tourne sans cesse en rond. En faisant ainsi, on récolte
une énorme quantité d’akusala, qui entraîne dans les mondes inférieurs. Pour
cette raison, renoncez vous aussi à la vie du palais et devenez moniale auprès de
la Vénérable Mahæpajæpati Gotamø. »
Adoptant les sages recommandations du Bienheureux, la princesse Yasodharæ
embrassa la vie monacale en rejoignant le monastère de la Vénérable Mahæpajæ-
pati Gotamø. Elle fut intégrée dans la communauté sous son ancien nom, devenant
ainsi la Vénérable Bhabbakañcanæ. Quand elle obtint les instructions de
l’entraînement à vipassanæ qu’elle appliqua aussitôt, elle parvint sans tarder au
stade d’arahanta. Elle développa aussi les 8 jhæna et les 6 abhiñña. Quand elle
observa ses vies passées, grâce à pubbenivæsa ñæ¼a (connaissance permettant de
voir les existences passées), elle était capable de remonter jusqu’à
16 asa³khyeyya en arrière. Comme elle était la plus habile du saµgha féminin
dans l’emploi des abhiñña, Bouddha réunit les deux saµgha, et lui attribua la
distinction particulière de mahæbhiññæ etadagga. La Vénérable Bhabbakañcanæ
faisait également partie des quatre êtres les plus compétents dans la connaissance
pubbenivæsa, avec les Vénérables Særiputtaræ, Mahæ Moggalæna et Bækula. Les
autres personnes qui eurent développé cet abhiñña ne pouvaient connaître leurs
vies antérieures jusqu’à seulement 100 000 kappa en arrière.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 221

La reine Khemæ

L
’une des épouses du roi Bimbisæra, la reine Khemæ, était une femme
splendide, d’une beauté inconcevable qui ne pouvait laisser aucun homme
indifférent. Au temps de Bouddha Padumuttara, elle avait effectué de
généreuses donations au saµgha, formulant le souhait d’être un jour une femme
d’une beauté éblouissante, ce qui fut le cas en cette vie, au temps de Bouddha
Gotama. En raison de son inégalable beauté, elle développa un immense orgueil.
Elle n’était jamais allée écouter Bouddha enseigner, car elle savait qu’il présentait
fréquemment les caractères repoussant du corps, et cette idée lui déplaisait forte-
ment. Le roi voulant inciter son épouse à entendre l’enseignement du Bienheu-
reux, il employa un stratagème judicieux... Il fit appel à des chanteurs pour faire
entendre à la reine Khemæ, près de sa fenêtre, des chansons vantant les beautés du
monastère Ve¹uvana et de son remarquable parc. Passionnée par les beaux espa-
ces naturels, une fois qu’elle eut entendu ce chant, n’ayant jamais été à Ve¹uvana,
elle ne résista plus au désir d’aller admirer ce lieu.
Par une matinée agréablement fraîche, elle se rendit au monastère Ve¹uvana,
qu’elle n’avait jamais visité, bien que ce soit son propre époux qui l’ait fait bâtir
pour Bouddha et le saµgha. Des écureuils se balançaient sur les arbres du parc
entourant le monastère. Des étangs étaient jonchés de lis, et le vent léger transpor-
tait une délicieuse fragrance de jasmin. Lorsque des gens l’aperçurent, elle se
décida à pénétrer dans la salle principale où était Bouddha, de peur d’être sujette
aux critiques. Auparavant, sachant que la reine Khemæ arrivait vers son monas-
tère, Bouddha créa une jeune femme d’une beauté absolument parfaite, qui, assise
non loin de lui, l’éventait paisiblement. Aussitôt que la reine entra dans la salle où
Bouddha donnait son enseignement, elle vit la fille, qu’elle fixa sans décrocher
son regard. Elle était si surprise par la beauté de cette créature sans défaut qu’elle
n’accorda pas la moindre attention à Bouddha. Tout en gardant les yeux rivés sur
la création visuelle du Bienheureux, elle pensa :
« Je n’ai jamais vu une femme plus belle que moi. Celle-ci semble si parfaite,
serait-elle plus belle que moi ? Je n’ose y croire ! »
Connaissant très bien le contenu des pensées de la reine, Bouddha modifia
l’apparence de la jeune femme qu’il eut créée, sous les yeux frappés de stupeur de
la reine Khemæ. Il la fit progressivement vieillir, à vue d’œil. D’abord, quelques
rides apparurent, faisant flétrir peu à peu le visage. Le délicat sourire s’édenta, les
splendides cheveux noirs devinrent gris, les bras s’amaigrirent, et les yeux perdi-
rent leur éclat. Ensuite, tout le corps se voûta, tandis que la peau devenait toute
fanée, avec de grosses tâches de vieillesse, qui apparaissaient comme des cham-
pignons de moisissure. Maintenant, les cheveux étaient blancs, le dos tout courbé
et la maigreur à son comble. Alors que les dernières dents s’effritèrent, les che-
veux tombèrent et le corps, sans force, s’étalait sinistrement sur le sol, sans cesser
de décrépir. Les yeux pourrirent et disparurent au fond de leurs orbites sombres
pendant que la peau se décomposait. Peu après, tous les muscles, la chair et les
veines avaient fondu, laissant voir le squelette tout entier. Lui-même ne tarda pas
222 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

à se délabrer, se désagrégeant en miettes et en poussière, balayées par le vent qui


entrait dans la pièce.
Subjuguée par cette impressionnante vision, la reine eut cette pensée :
« Une fille aussi parfaite finit comme un répugnant squelette, qui, lui-même
tombe en poussière ! Ainsi, j’ai toujours été tellement attachée à un corps tout
aussi dépourvu de substance, qui subira inévitablement le même sort ! »
Elle prit alors brusquement conscience du processus de l’existence, conditionné
par anicca, dukkha et anatta (la fugacité, l’insatisfaction et la non-maîtrise de
quoi que ce soit), et en particulier du caractère repoussant et périssable du corps.
Elle accepta enfin d’entendre les sages paroles de Bouddha, qui poursuivit son
enseignement :
« Le corps expérimente continuellement de nombreux maux. Il est impur, il est
impropre, il est pourri. Des éléments absolument abjects en sortent par le haut (la
bouche, le nez, les oreilles et les yeux) et par le bas (l’anus et le sexe). Seuls les
êtres insensés développent de l’attachement pour ce corps. Les sages n’en veulent
plus ; s’efforçant de briser tout attachement pour ce corps, ils se débarrassent de
dukkha, parvenant ainsi à nibbæna. »
Avant que le Bienheureux ne prononçât la dernière phrase, la reine devint sotæ-
pana. Entendant la dernière phrase, elle devint arahanta. Elle entra ainsi, avec le
consentement de son époux le roi Bimbisæra, dans le saµgha féminin, pour em-
brasser la vie de moniale. Elle deviendrait même l’une des deux plus nobles mo-
niales, recevant à ce titre la distinction d’aggasævaka féminin, par Bouddha.

Remarque : La prise de conscience de la reine Khemæ est l’un des rares cas où Bouddha
employa ses pouvoirs psychiques de manière visible. Il le fit seulement quand il savait qu’un
individu en avait besoin et qu’il ne lui fallait que cela pour provoquer en lui une prise de
conscience susceptible de le mener à la compréhension du dhamma. Dans ce genre de cas, où
Bouddha fit usage de créations visuelles devant un large public, il ne faisait apparaître ces
visions qu’aux yeux des individus qui en avaient besoin pour développer leur sagesse.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 223

La courtisane Ambapælikæ
R
épugnée à l’idée de naître dans le ventre d’une femme, la futur Ambapæ-
likæ fit le souhait de naître autrement que par accouchement si elle devait
renaître dans le monde humain. En raison de ses nombreux kusala (actes
méritoires), elle réalisa son vœu, quand elle prit vie dans le monde humain, dans
un manguier du royaume de Vesælø. Bébé, elle fut recueillie et élevée par le gar-
dien du jardin de manguiers où elle était apparue. En revanche, elle développa
jadis un akusala (acte de démérite) en insultant une moniale de courtisane. Pour
cette raison, cette existence la destinerait à être une prostituée.
Devenue adulte, elle fut si belle que tout le monde voulut l’avoir pour soi. Elle fit
l’objet de telles disputes que personne ne pouvait se marier avec, risquant de se
faire tuer par de nombreux hommes jaloux qui la désiraient avidement. Pour apai-
ser ce problème, le roi Licchavø eut l’idée d’attribuer officiellement à la ravissante
Ambapælikæ le titre de courtisane de Vesælø. L’État lui alloua une somme de
1 000 « devises » de l’époque par mois, et elle en prenait 50 à chaque homme qui
passait la nuit avec elle. Le prix étant élevé, seuls les hommes riches avaient les
moyens de goûter à ses amours. Le roi Bimbisæra lui-même, ne résista pas à pren-
dre du plaisir avec elle, tant et si bien qu’il l’a mise enceinte. Lorsque son enfant
naquit, un garçon, elle l’appela Vimala. Parvenu à l’âge de quinze ans, le fils
d’Ambapælikæ devint disciple de Bouddha comme sæma¼era, avant de devenir
moine à l’âge de vingt ans. Quand il se fut convenablement entraîné au sati-
pa¥¥hæna (établissement dans la vision directe de la réalité), il devint arahanta.
Un jour, Bouddha arriva avec le saµgha dans le jardin de manguiers
d’Ambapælikæ. La fameuse courtisane vint convier Bouddha pour le repas du
lendemain. Celui-ci accepta l’invitation. La famille royale de Licchavø se rendait
auprès du Bienheureux pour l’inviter, eux aussi, pour le repas du lendemain. En
chemin, ils croisèrent la courtisane Ambapælikæ, qui rentrait chez elle préparer sa
réception du lendemain. Enchantée, elle s’exclamait tout haut qu’elle avait
l’honneur de recevoir chez elle Bouddha et le saµgha pour le déjeuner. Tenant à
son invitation, le roi Licchavø lui proposa aussitôt de la lui racheter :
« Ô Ambapælikæ ! Laissez-nous vous racheter l’honneur de cette invitation !
— Ô Sire ! Je n’ai pas l’intention de vendre cette invitation.
— Je vous donne une immense quantité d’or pour l’avoir.
— Même si vous proposiez de m’offrir le royaume de Vesælø entier, je ne renon-
cerai pas à cette invitation ! »
Furieux, le roi et sa famille poursuivirent leur chemin jusqu’auprès de Bouddha,
devant qui ils s’assirent à une place convenable, se prosternèrent et prononcèrent
quelques paroles de politesse, avant de s’adresser à lui :
« Ô noble Bouddha ! Nous savons que la courtisane Ambapælikæ vous a invité
pour le repas de demain, avec le saµgha. Cependant, comme je souhaite égale-
ment avoir l’honneur de vous offrir une invitation le même jour, je pense qu’il
serait beaucoup plus convenable pour vous et pour le saµgha de venir prendre le
224 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

repas à mon palais. Ainsi, veuillez accepter mon invitation pour le déjeuner de
demain, Vénérable Bouddha !
— J’irai demain, avec le saµgha, prendre le repas chez Ambapælikæ, car j’ai
accepté son invitation. Quand un moine accepte une invitation pour un repas,
chez qui que ce soit, il ne va pas manger ailleurs.
Après le repas, composé de riz au lait et de gâteau, servi avec grand respect, Am-
bapælikæ offrit son jardin de manguiers au Bienheureux et lui fit bâtir un monas-
tère. Après avoir entendu Bouddha délivrer un enseignement, elle abandonna
toutes ses affaires et adopta la vie de moniale au sein du saµgha féminin. Son fils
lui donna les instructions de satipa¥¥hæna, visant à développer la vipassanæ (vi-
sion directe dans la réalité). Elle s’entraîna avec effort et persévérance, et sans
que cela ne tarde, elle devint arahanta.
Bouddha et ses disciples, quant à eux, parvinrent dans un petit village situé tout
près, appelé Ve¹uva. Comme la mousson était sur le point de commencer, Boudd-
ha décida d’y passer son dernier vassa.
(Voir aussi le chapitre « Le dernier vassa de Bouddha ».)
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 225

VI

À PROPOS DES PRINCIPAUX DISCIPLES LAÏCS


226 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 227

Le parinibbæna du
roi Sudoddhana

P
arvenu à la fin de son quatrième vassa, après avoir envoyé les moines aller
enseigner à travers le pays, Bouddha quitta son monastère de Ræjægaha
pour se rendre à Vesælø. Le roi Licchavø, heureux de recevoir le Parfait sur
ses terres, fit construire pour lui et ses disciples un monastère à l’ouest de Vesælø.
Lorsque sa construction fut achevée, le roi s’approcha respectueusement de
Bouddha :
« Ô noble Bouddha ! Veuillez accepter ce monastère et y demeurer durant le
prochain vassa. »
Comme le Bienheureux accepta par son coutumier silence, ravi de cette bénédic-
tion, le roi partagea sa joie avec tous les habitants du royaume. De nombreux
autres logements furent bâtis aux alentours de la capitale pour abriter le saµgha.
Un mois plus tard, le roi Sudoddhana tomba gravement malade. Craignant de
disparaître sans avoir revu son noble fils – Bouddha –, il envoya immédiatement
un messager pour l’inviter à son palais. Le roi tenait encore une fois à lui rendre
hommage et à entendre sa noble parole. Laissant quelques moines à Vesælø, ac-
compagné de cinq cents moines, le Bienheureux se mit en route pour Kapilavat-
thu, où son père Sudoddhana l’attendait. Quand il arriva à la capitale, il put ainsi
délivrer de nombreux enseignements à son père. Le troisième jour qui suivit
l’arrivée de Bouddha à Kapilavatthu, le roi succomba à sa maladie en parvenant
au stade d’arahanta, ce qui lui permit d’entrer directement en parinibbæna. Son
corps fût incinéré lors d’une grande cérémonie, après laquelle Bouddha retourna
avec ses moines dans son monastère de Nigrodha, aux abords de Kapilavatthu.
228 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le docteur Jøvaka
Le bébé de la courtisane Sælavatø

D
ans la ville de Vesælø, vivait une courtisane, nommée Ambapælikæ (voir le
chapitre « La moniale Ambapælikæ »). Devenue célèbre grâce au roi Lic-
chavø qui la laissa exercer en vue d’attirer du monde dans la capitale, la
seule prostituée du royaume était d’une beauté éblouissante. Pour cette raison,
nombreux étaient les hommes qui furent attirés à Vesælø et beaucoup l’admiraient
pour sa contribution à la prospérité de la ville. Un jour, un riche homme de Ræjæ-
gaha se rendit à Vesælø pour ses affaires. Comme il fut surpris de constater beau-
coup d’animation dans la ville, il se renseigna pour en connaître la raison. On lui
expliqua que cela était dû à la courtisane Ambapælikæ. De retour à Ræjægaha, le
riche homme rendit visite au roi Bimbisæra, à qui il proposa de conférer à une
femme une fonction de fille de joie afin d’instituer au royaume le même attrait
dont jouit Vesælø. Approuvant la suggestion du riche homme, le roi ordonna de
choisir une fille qui accepterait une telle fonction. Une splendide fille fut trouvée.
Nommée Sælavatø, cette jeune femme était talentueuse dans l’art de la danse et du
chant. Elle se vit attribuer officiellement le titre de courtisane de Ræjægaha. Son
tarif s’élevait à 100 « devises » de l’époque pour la nuit.
Bientôt, l’un des nombreux fils du roi Bimbisæra, le prince Abhaya, alla passer
une nuit avec la superbe Sælavatø. Elle sut qu’il était l’un des fils du roi. Sans rien
lui dire, elle le laissa la mettre enceinte. Comme sa grossesse l’empêcha
d’exercer, elle ne voulut plus accepter de clients. Ainsi, elle donnait divers pré-
textes à ceux qui la désiraient pour un soir, comme le mal de tête ou des douleurs
d’estomac. Dix mois plus tard, naquit un garçon. Comme la courtisane aurait
nettement préféré avoir une fille, elle n’aimait pas cet enfant. Préférant s’en dé-
barrasser, elle se demandait où elle allait pouvoir l’abandonner. Quand elle eut
réfléchi, Sælavatø plaça son indésirable fils dans une boîte en bois et l’abandonna
sur un tas d’ordures, au bord du chemin qu’avait l’habitude d’emprunter le prince
Abhaya. Le lendemain, peu après l’aube, quand le prince suivit son chemin, il
aperçut une bande de corbeaux se réunissant en cercle autour de la boîte en bois,
prêts à manger le bébé. Il demanda à ses hommes :
« Allez voir ce qu’il y a dedans !
— (Une fois le bébé découvert) C’est un nouveau-né qui a été abandonné ici,
prince !
— Est-il encore vivant ?
— Il est vivant ! (en pali : “ jøvaka ! ”)
— Prenez-le ! Je le ramène au palais. »
En raison de l’exclamation poussée par le valet quand il trouva le bébé, ce dernier
fut appelé Jøvaka, « le vivant ». Lorsqu’il eut quelques années, il avait l’habitude
de jouer avec les autres enfants du palais. Quand ceux-là se disputaient avec lui,
ils l’insultaient méchamment :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 229
« Fils sans père ! Fils sans mère ! gamin trouvé dans un tas d’ordures ! »
Entendant cela, l’enfant vint demander à son père :
« Qui est mon père ? Qui est ma mère ? Est-il vrai que j’ai été récupéré dans un
tas d’ordures ?
— Je ne connais pas ton véritable père, ni ta véritable mère. Je ne suis que ton
père adoptif. »

Les études de Jøvaka

U
ne fois que Jøvaka fut devenu jeune homme, il songea :
« Si je n’acquiers pas de connaissances, je serai pauvre. Je dois donc
faire des études. Quelle matière vais-je pouvoir étudier ? Je dois dévelop-
per une connaissance avec laquelle je sois susceptible d’aider les autres. »
Au temps de Bouddha Padumuttara, un dæyaka offrit une grande quantité de mé-
dicaments et appliqua de nombreux soins au saµgha. Il était un médecin réputé
d’une habileté remarquable, connu comme étant le docteur Sølava. Quand le futur
Jøvaka le rencontra, il eut la grande volonté d’en faire autant. Quand il apprit
qu’une telle fonction exigeait un nombre important de kusala, il effectua de nom-
breuses offrandes à Bouddha Padumuttara et au saµgha. Un jour, il se rendit
auprès du Bienheureux. Lorsqu’il se fut respectueusement prosterné devant le
bouddha Padumuttara, il s’adressa à lui :
« Ô noble Bouddha ! Tout comme le docteur Sølava, je voudrais être le docteur
attitré du bouddha et du saµgha d’un prochain buddha sæsana ! »
Quand Bouddha Padumuttara eut vérifié ses pæramø et ses conditions futures, il
lui donna la certification de son souhait, par le byæditta (parole annonciatrice).
Depuis, il ne cessa de développer des kusala, spécifiquement orientés vers des
actes de soins médicaux. C’est pour cette raison que le jeune Jøvaka fut
naturellement porté sur la médecine, et deviendrait doué d’une compétence
inégalable en la matière.
Comme il opta rapidement pour la médecine, il demanda aux gens qui se ren-
daient à Ræjægaha, de toutes provenances :
« D’où venez-vous ? Peut-on étudier la médecine dans votre ville ? Dans quelle
école ? »
Un jour, un voyageur venant de Takkasila l’informa que dans sa ville, il y avait
un grand professeur de haute compétence, très versé sur les sciences médicales.
Comme Jøvaka lui demanda de le ramener avec lui dans sa ville, le voyageur
accepta. Ainsi, il quitta discrètement Ræjægaha, sans rien dire à son père, car il
craignait qu’il lui dise :
« Il n’est pas convenable pour vous d’étudier la médecine. Je vous défends de
partir d’ici ! »
230 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Lorsque Jøvaka arriva à Takkasila, réputée pour sa grande université, il ne tarda


pas à rencontrer le grand professeur dont lui avait parlé le voyageur. En le rece-
vant, le professeur l’interrogea :
« Que voulez-vous étudier ?
— Je souhaiterai étudier la médecine, professeur.
— C’est entendu, si vous êtes prêt à étudier sérieusement, je vous enseignerai.
— Il y a cependant un problème ; je suis sans un sou.
— Ne vous inquiétez pas ! Vous n’aurez qu’à vous occuper de moi et effectuer
quelques taches ménagères. »
Ainsi toujours très proche du professeur, Jøvaka devint rapidement le meilleur de
ses élèves. Il apprenait beaucoup, très vite, et retenait parfaitement tout ce qu’il
étudiait. Au bout de sept ans, il avait déjà développé une compétence sans pareil
en médecine. Un jour, il questionna son professeur :
« J’ai vite appris, professeur. J’ai beaucoup appris et je retiens tout ce que j’ai
appris. À présent, mes études ne sont-elles pas arrivées à terme ? Que me reste-t-
il encore à apprendre ?
— Bien. Allez chercher des plantes qui soient dépourvues de vertus médicinales.
Si vous en trouvez une, apportez-la-moi ! »
L’étudiant Jøvaka alla dans la forêt proche et chercha longuement des plantes qui
n’eussent point de propriétés médicinales. Épuisé par sa vaine recherche, il rentra
auprès du professeur, lui avouant son échec :
« Professeur ! Je ne suis pas parvenu à trouver une seule plante dont les vertus
ne soient pas médicinales.
— Parfait ! Cela prouve que vous êtes en mesure d’exercer à présent, je suis très
satisfait de vous ! Vous pouvez vous en aller ! »

Les premiers soins du docteur Jøvaka

S
on professeur lui donna quelques sous pour son voyage de retour. Il ne lui
en remit toutefois pas suffisamment, car lorsque le docteur Jøvaka parvint à
mi-chemin entre Takkasila et Ræjægaha, il se retrouva dans la ville de Sæke-
ta, sans un sou pour poursuivre son trajet. Le professeur le fit exprès pour que son
élève soit ainsi obligé, pour continuer sa route, de trouver de l’argent par lui-
même. Pour ce faire, il n’aurait d’autre choix que de mettre en pratique la méde-
cine qu’il venait d’étudier sept ans durant. Faisant ainsi, il constaterait ses grandes
capacités et pourrait alors avoir une grande gratitude envers son professeur. C’est
donc ce qu’il fit. Comme il cherchait des personnes qui avaient besoin de soins, il
rencontra des gens qui lui parlèrent d’une femme riche souffrant d’un mal de tête
qui durait sans relâche depuis sept ans. Ce mal ne s’était jamais amélioré, en dépit
des nombreuses consultations dont elle avait déjà fait l’objet. Sa migraine était
devenue tristement connue. Le docteur demanda à voir la femme. Lorsqu’il arriva
chez elle, il fut reçu par le gardien :
« Qui dois-je annoncer ?
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 231
— Je suis le docteur Jøvaka. Je me propose de soigner Madame qui, m’a-t-on dit,
souffre d’une migraine vieille de sept ans.
— Attendez un instant je vous prie. (Le domestique se rendit auprès de sa maî-
tresse...) Madame, un docteur se propose de vous guérir de votre migraine.
— Quel âge a-t-il ?
— Il a environ vingt-cinq ans.
— Je ne veux pas le recevoir, il est trop jeune.
— (Le domestique retourna vers le docteur...) Madame ne souhaite pas vous
recevoir.
— Puis-je savoir pour quelle raison ?
— Elle prétend que vous êtes trop jeune.
— L’âge ne signifie rien ! Laissez-moi soigner Madame. Si mes soins s’avèrent
inefficaces, qu’elle ne me donne pas un sou. Seulement si je parviens à la guérir,
elle pourra me payer. »
Comme elle consentit, il la consulta, et diagnostiquant son mal, il sut que le
beurre constituerait le meilleur remède. Il ordonna donc à un domestique :
« Apportez-moi du beurre ! »
Quand on lui en apporta, il en introduisit dans les narines de sa patiente, et pour
bien le faire pénétrer à l’intérieur de sa tête, il souffla dans son nez, de sorte que
tout le beurre ressortit par sa bouche. Elle fit ramasser par son domestique tout le
beurre échappé de sa bouche. Voyant cela, le docteur craignit que sa patiente fût
d’une avarice si sévère qu’elle refuserait de le payer. Quand la dame vit la tête
soucieuse du docteur, elle le rassura :
« Ne vous inquiétez pas docteur ! Je vous payerai si je suis satisfaite. Simple-
ment, je n’aime pas le gaspillage, c’est pourquoi je récupère ce beurre pour
l’éclairage (dans les lampes à huile). »
Ayant terminé ses soins, le docteur se lava les mains. Après sept années de dou-
leurs, le mal de tête de la riche femme disparut soudainement et complètement.
Elle fut si ravie que son cœur s’emplit d’une intarissable allégresse. Elle lui donna
4 000 « devises », tout comme son époux, son fils et sa belle-fille, ce qu’il lui fit
en tout 16 000 « devises ». À cette belle rétribution, ils ajoutèrent tout le néces-
saire à son voyage jusqu’à Ræjægaha : un char attelé de chevaux, des domestiques,
etc.
Lorsque le docteur arriva à Ræjægaha, son père adoptif fut réjoui de le retrouver.
Comme il estimait qu’il n’avait plus besoin de rien, à présent qu’il était rentré à
Ræjægaha, le docteur donna tout ce qu’il avait au prince Abhaya, qui ne voulut
plus le laisser repartir :
« Restez ici, je vous en prie ! N’allez plus ailleurs ! »
Le roi Bimbisæra était malade depuis longtemps. Il perdait beaucoup de sang dans
ses selles. Le docteur Jøvaka est donc allé le voir. En apportant une seule fois ses
soins au souverain, celui-ci fut totalement guéri. Ensuite, il soigna un riche
homme qui souffrait de douleurs abominables dans la tête. Une fois qu’il l’eut
ausculté, le docteur décida de l’opérer. Il lui ouvrit le crâne duquel il retira deux
232 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

insectes parasites minuscules qui rongeaient le cerveau du malade. Quand le


patient fut rétabli après l’opération, le docteur lui montra les deux insectes en lui
annonçant :
« Si ces deux parasites étaient restés plus longtemps dans votre tête, le petit
aurait rongé la totalité de votre cerveau en sept jours, tandis que cinq jours au-
raient suffi au gros pour vous tuer. »
Un autre riche avait le ventre torturé par une douleur, qui disparut aussitôt que le
docteur Jøvaka appliqua ses soins.

Les soins apportés au roi Ca¼¥apajjota

P
lus tard, le docteur se rendit auprès du roi Ca¼¥apajjota, de Campænagara,
qui souffrait d’une grave maladie. Il était d’une grande faiblesse, incapable
de se redresser. Son teint était très pâle, il n’avait plus d’appétit depuis fort
longtemps. Après l’avoir ausculté, le docteur Jøvaka décréta que son patient de-
vait être soigné à l’aide de beurre. En entendant cela, le roi tressaillit, car il exé-
crait le beurre. Refusant catégoriquement qu’on utilisât du beurre, il ordonna
qu’on le soignât à l’aide d’autres produits. Bien que le docteur savait que sa ma-
ladie ne pouvait guérir qu’à l’aide d’une potion à base de beurre, il n’osa pas
contredire le roi. Cependant, soucieux de guérir son patient, il trouva un moyen
de lui faire avaler sa potion à base de beurre, en y mélangeant un ingrédient capa-
ble de dissiper l’odeur et le goût du beurre. Le docteur réfléchit :
« Quand le roi aura digéré la potion, il va l’éructer. À ce moment-là, l’odeur du
beurre apparaîtra. Il deviendra furieux, il me fera tuer. Je vais lui demander un
éléphant pour me sauver. »
Il prétexta alors au roi un besoin d’aller chercher des plantes médicales dans la
nature, loin dans la forêt, et qu’il le sollicita pour cela de bien vouloir lui prêter un
éléphant. Comme le roi accepta, le docteur Jøvaka lui fit avaler le remède et partit
sans tarder, au dos de l’éléphant. Il s’empressa aussi loin qu’il le put, ne faisant
halte au bord de la route que lorsqu’il estima qu’on ne pouvait plus le rattraper, et
il s’installa pour prendre son repas. Lorsque le roi éructa, selon ce qui fut prévu,
une violente et nauséabonde effluve de beurre envahit les narines du monarque,
qui éclata brusquement dans une rage impérieuse. Il ordonna immédiatement à
Kæka, son meilleur coursier – l’homme le plus rapide à la course à pied –, de
rattraper le docteur. Lorsque Kæka se mit en route, le roi lui cria pour le mettre en
garde :
« Rattrapez-le-moi vite ! Mais méfiez-vous, car les médecins sont vicieux ! S’il
vous nourrit, n’acceptez rien, il pourrait vous empoisonner ! »
L’homme courra si vite qu’il arriva bientôt devant le docteur, qui prenait tranquil-
lement son déjeuner au bord de la route, à côté de son éléphant. Surpris de voir le
coursier venir le chercher, il parvint toutefois à garder son sang froid et lui propo-
sa un fruit. Comme le coursier refusa, il prit discrètement un peu d’une substance
diarrhéique à l’aide de son ongle qu’il planta dans un fruit en le saisissant. Sous
les yeux du coursier, il croqua à pleines dents dans le côté non contaminé du fruit
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 233
et le lui tendit généreusement. Comme le coursier le vit manger une partie de ce
fruit, il pensa :
« Ce fruit ne peut pas être empoisonné puisque ce médecin en a consommé lui-
même. Je n’encours alors aucun danger en le mangeant. Je vais donc l’accepter,
car cette course m’a donné de l’appétit. »
C’est ainsi que le coursier accepta joyeusement le fruit que lui offert par le doc-
teur Jøvaka. Un bref instant plus tard, il fut pris d’une violente diarrhée, devenant
impuissant à poursuivre sa course après le docteur, qui put tranquillement conti-
nuer sa route, jusqu’à Ræjægaha. En arrivant dans le royaume du souverain Bim-
bisæra, il fut en sécurité.

Remarque : Le rapide coursier Kæka, lors d’une vie passée, rencontra un pacceka buddha,
qu’il vit de loin. Voulant absolument lui offrir de la nourriture, il s’empara de son propre re-
pas et courut vers lui pour le lui donner. Comme le noble être était déjà loin et commençait à
disparaître dans la forêt, c’est non sans grandes difficultés qu’il parvint de justesse à le rattra-
per, complètement essoufflé. Lorsqu’il eut effectué son acte méritoire, il fit le souhait de de-
venir dans une existence prochaine, l’homme le plus rapide à la course à pied. C’est pourquoi
il fut, au temps de Bouddha Gotama, le plus rapide coureur du monde. Il eut beau rattraper le
docteur Jøvaka, mais malheureusement, il ignorait qu’il s’agissait du meilleur médecin du
monde.

Le premier soin apporté à Bouddha

L
a sixième personne que soigna le docteur Jøvaka fut Bouddha. Un jour,
alors que Bouddha souffrait de constipation, il demanda au Vénérable
Ænandæ :
« Ænandæ ! J’ai besoin d’un médicament contre la constipation. »
Le Vénérable Ænandæ alla avertir le docteur Jøvaka du besoin de son maître. Le
docteur donna de l’huile au serviteur attitré du Bienheureux, en le chargeant de la
première partie du traitement :
« Vénérable Ænandæ ! Quand Bouddha prendra son repas, mélangez cette huile
avec son riz. Faites cela trois jours de suite. Le quatrième jour, je viendrai lui
donner des médicaments. »
Le Vénérable Ænandæ suivit soigneusement la prescription. Le quatrième jour, le
docteur arriva près de Bouddha, qu’il ausculta. Ensuite, il lui remit trois feuilles
de lotus :
« Ô noble Bouddha ! Reniflez trois fois ces feuilles ! Cela achèvera de vous
guérir, vous pourrez retourner aux selles et sans peine. »
L’après-midi, quand le docteur arriva de nouveau, il interrogea le Bienheureux :
« Ô noble Bouddha ! La médecine de ce matin a-t-elle montré son efficacité ?
— À merveille ! Cela est très satisfaisant. »
Dès ses premiers soins, la compétence du docteur Jøvaka devint très célèbre, tant
en médecine qu’en chirurgie. Outre les soins qu’il se proposait d’offrir au
234 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

saµgha, beaucoup de personnes importantes firent appel à lui, dont des rois et des
ministres. Toutefois, son plus grand bonheur était de venir trois fois par jour
s’occuper de Bouddha, en vérifiant soigneusement l’état de sa santé.

L’autorisation des robes offertes

E
n ce temps-là, Bouddha n’avait pas encore autorisé les robes offertes par
les dæyaka. Seules, les robes faites de tissus abandonnés étaient portées
par les moines. Un jour, après le repas, le docteur vint auprès de Bouddha,
souhaitant lui offrir une robe. Cependant, Bouddha déclina son offre :
« Les moines n’acceptent pas les robes offertes.
— Ô noble Bouddha ! Je souhaiterais justement qu’ils puissent le faire, car les
robes abandonnées sont source de problèmes de santé ; elles procurent beaucoup
de maladies aux moines, car elles sont ramassées dans des lieux généralement très
sales, où pullulent les bactéries. De plus, cela permettrait aux dæyaka de dévelop-
per de considérables mérites. Pour ces deux raisons, veuillez laisser les moines
accepter les robes offertes ! »
Depuis ce jour, Bouddha autorisa les moines à accepter les robes que leur offrent
les bienfaiteurs. Aussitôt que les gens furent mis au courant de cette autorisation,
ils furent si heureux de cette belle occasion qu’ils furent nombreux à offrir de
grandes quantités de robes aux moines.
Conscient des avantages d’avoir le saµgha près de lui, il offrit à Bouddha et au
saµgha un parc, peu éloigné de sa propre demeure, dans lequel il leur fit bâtir un
monastère, qui porterait le nom d’Ambavana. À l’issue de la cérémonie
d’offrande de ce monastère, le Bienheureux délivra un enseignement du dhamma.
À ce moment-là, le docteur Jøvaka devint sotæpana.

Remarque : Avant que Bouddha n’autorise au saµgha d’accepter les robes offertes, chaque
moine se procurait lui-même son habit monastique en ramassant des tissus abandonnés.
Quand il en avait suffisamment, il les lavait et les déteignait à l’eau bouillante. Ensuite, il les
teignait avec une décoction d’écorces (généralement le jacquier), obtenant ainsi une couleur
brunâtre, autant destinée à ne pas développer d’attachement pour la beauté d’un vêtement
clair que pour donner une teinte unique pour tous les membres de la communauté (symboli-
sant notamment l’absence de différences de castes ou de niveau social entre les moines). Fi-
nalement, les tissus teints étaient cousus ensemble afin d’obtenir un grand rectangle de tissu,
constituant une robe à part entière.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 235

Le dæyaka Anæthapi¼ðika
(donateur du monastère de Jetavana)
La rencontre du dæyaka Anæthapi¼ðika
avec Bouddha

D
evenu adulte, le jeune Sudatta prit le nom d’Anæthapi¼ðika. C’était un
riche commerçant de Sævatthi. Un jour, il partit pour la ville de Ræjægaha,
avec un convoi de cinq cents chars. En arrivant dans la capitale, il logea
chez le frère de son épouse, le dæyaka Visæla. Ce dernier se préparait à offrir le
repas à Bouddha pour le lendemain. Comme il était très occupé à l’organisation
de ce déjeuner, il ne prenait pas le temps de parler avec son beau-frère de Sævat-
thi. Ce dernier lui demanda :
« Vous me paraissez très affairé. Que préparez-vous donc ?
— Demain, je vais offrir le repas à Bouddha.
— À Bouddha ? Bouddha est-il éveillé ? Je l’ignorais. Je suis si réjoui de
l’apprendre ! Je veux le rencontrer maintenant ! Je veux lui rendre hommage tout
de suite !
— Ce n’est pas possible à présent, il fait déjà nuit. Vous pourrez aller le voir
demain si vous voulez lui rendre hommage. »
Durant la nuit, le dæyaka Anæthapi¼ðika songeait tellement à la visite qu’il allait
rendre au Bienheureux qu’il ne parvenait pas à s’endormir. Quand il aperçut une
vive lumière, il s’imagina que le jour s’était levé. La nuit n’en était pourtant pas
encore à son dernier tiers, l’aube était encore loin. Cependant, il croyait que le
matin arrivait, car des deva avaient fait apparaître de la lumière pour l’inciter à se
rendre sans plus attendre auprès de Bouddha. Ces deva, qui étaient ses amis dans
une vie passée, surent par avance les remarquables kusala qu’il allait produire.
Impatient de rencontrer le Parfait, Anæthapi¼ðika sortit de la maison de son beau-
frère et partit à la recherche du monastère de Bouddha. En étant sur le point d’y
parvenir, il dut traverser un charnier. La vue de cadavres l’effraya à tel point qu’il
décida de rebrousser chemin à grandes enjambées. Les deva s’empressèrent alors
de l’encourager :
« Vous êtes sur le bon chemin ! Continuez, vous êtes bientôt arrivé ! N’ayez pas
peur, il n’y a pas de danger. Chaque pas que vous faites vers Bouddha vaut plus
que 10 000 000 ! »
Mis en confiance par ses amis deva, il continua sa marche et arriva bientôt tout
près du monastère où était le Bienheureux. De là, il l’aperçut, faisant sa marche,
et rayonnant une apparence extraordinairement majestueuse. Alors qu’il
s’approcha de Bouddha, ce dernier interpella Anæthapi¼ðika par son nom de
jeunesse, Sudatta, ce qui lui procura une agréable surprise. On ne connaissait
habituellement que son nom d’adulte – Anæthapi¼ðika. Le Bienheureux lui pro-
236 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

posa de s’asseoir devant lui, sur le côté, et lui délivra un enseignement, à l’issue
duquel il devint sotæpana. Il prit le triple refuge, en déclarant à Bouddha :
« Ô noble Bouddha ! Désormais, considérez-moi comme votre upæsaka (quel-
qu’un qui respecte les “ trois joyaux ”, c’est-à-dire Bouddha, son enseignement et
sa communauté monastique). Je vous convie demain dans la maison de mon
beau-frère Visæla, où je vous offrirai le repas. »
Bouddha accepta par son coutumier silence. Quand il rentra chez son beau-frère,
qui s’apprêta à offrir le repas à Bouddha, il lui relata sa rencontre avec le Bien-
heureux, en lui annonçant l’invitation qu’il lui donna :
« J’ai convié, à mon tour, le noble Bouddha pour le repas de demain.
— Je vous en prie, vous êtes mon invité ; ne faites rien, je m’en occuperai.
— Il en est hors de question ! Je l’ai moi-même invité pour lui offrir le repas, et
j’y tiens plus que tout ! »
Le jour suivant, le dæyaka Anæthapi¼ðika offrit comme prévu le repas à Bouddha.
Lorsque le déjeuner fut terminé, Anæthapi¼ðika l’invita à venir s’installer auprès
de sa ville, Sævatthi. Comme Bouddha accepta, il ajouta :
« Attendez un peu, je vais vous construire un monastère pour que vous et le
saµgha puissiez loger convenablement. »
Quand il eut achevé ses affaires pour son travail, il décida de rentrer sans tarder à
Sævatthi. Sur le chemin du retour, il fit construire de nombreux abris, pour que
Bouddha puisse se reposer et faire des haltes pour la nuit, en voyageant de Ræjæ-
gaha jusqu’à Sævatthi.

Le monastère de Jetavana

E
n arrivant à Sævatthi, comme le dæyaka Anæthapi¼ðika cherchait un ter-
rain pour la construction du monastère promis à Bouddha, il alla voir le
prince Jeta qui possédait un bois vaste et très calme :
« Ô prince Jeta ! Je désire acheter votre bois.
— Mon bois est une merveille ; je ne veux pas le vendre.
— Je suis prêt à vous l’acheter à très bon prix.
— Je refuse de vendre mon bois à qui que ce soit et quelle qu’en soit la somme
proposée.
— Je vous en prie, vendez-le moi, je vous donnerai une très grande somme
d’argent.
— Il est hors de question que je le vende !
— Pour vous l’acheter, je vous donnerai suffisamment de monnaie pour couvrir
intégralement la surface du bois avec des pièces d’argent. »
Pensant qu’il convaincrait mieux le prince Jeta par la pratique que par la théorie,
à l’aide d’un char, il déversa des pièces d’argent dans le bois du prince, de sorte à
en recouvrir entièrement la surface. Il y en avait en tout pour
180 000 000 « devises » de l’époque. Cette action eut pour effet un subit change-
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 237
ment d’avis de la part du prince. Le dæyaka Anæthapi¼ðika put ainsi faire bâtir un
monastère aussi gigantesque que majestueux, qui sera connu comme le très fa-
meux monastère de Jetavana, dans lequel Bouddha aura passé le plus de temps :
24 vassa. La construction dura neuf mois. Quand tout fut prêt, il invita Bouddha
et le saµgha. En l’année 110 de la grande Ère, il offrit le monastère à Bouddha et
depuis ce jour, il vint lui-même quotidiennement, trois fois par jour, pour offrir la
traditionnelle bouillie de riz dès l’arrivée de l’aube, le repas, des fleurs et divers
besoins du saµgha. Il nourrissait ainsi chaque jour cinq cents moines.
Une fois, Bouddha réunit le saµgha pour attribuer une distinction particulière de
dænapati etadagga au dæyaka Anæthapi¼ðika. Cette distinction honore le plus
grand donateur : la personne qui offrit le plus au saµgha dans tout le sæsana.
238 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La vénération du roi Ajætasatu


pour Bouddha
La recherche d’un nouveau maître

A
près avoir tué son père, le roi Ajætasatu était accablé de tristesse, rongé
par les regrets. Depuis que Devadatta était tombé en enfer, il avait une
peur terrible d’être destiné au même sort. Cette pensée l’horrifia à tel
point qu’il ne parvenait plus à trouver le sommeil, ni l’appétit. Il doutait cons-
tamment sur ce que lui réserverait son avenir. La nuit de la pleine lune de novem-
bre, alors qu’il ne parvenait pas à s’endormir, il sortit de sa chambre et alla dans
un endroit de son palais ouvert au ciel. Pour ne pas le laisser seul, ses ministres
lui tenaient compagnie. Dans sa mélancolie, le roi dit :
« Cette nuit est magnifique, on voit toutes les étoiles. »
Après un long silence, il demanda à ses ministres :
« Auprès de quel maître serait-il bien que je m’en remette ? »
Chacun des ministres qui lui donna une réponse croyait en un maître religieux
différent, parmi ceux qui sont les plus connus, bien que tous aveuglés par les vues
erronées. Le premier, qui croyait en l’ascète Pþra¼akassapa, vanta longuement
ses qualités, précisant qu’il connaissait aussi bien le passé, le présent et le futur.
Lorsqu’il enjoignit le jeune roi à adopter la doctrine de son maître, il resta silen-
cieux. Ensuite, un autre ministre lui exposa les qualités de son maître, le non
moins célèbre ascète Makkhaligosæla, puis ce fut au tour des autres ministres, de
parler de leur maître respectif : Les ascètes Kesakambala, Næ¥aputta, Pakudha-
kaccæyana et Sañcaya.

Remarque : L’ascète Næ¥aputta, plus connu de nos jours sous le nom de Mahævøra, est le
fondateur du jaïnisme, religion qui regroupe encore de nombreux adeptes, bien qu’elle ne se
soit jamais étendue en dehors du Nord de l’Inde.

À l’instar du premier qui se fut exprimé, les autres ministres ont vanté leur maître
et incité le roi à l’adopter. Cependant, il resta chaque fois silencieux. Comme le
docteur Jøvaka, qui était aussi l’un des ministres du roi, n’avait rien dit, le roi lui
demanda :
« Jøvaka ! Pourquoi ne dites-vous rien ? Chacun a abondamment parlé de son
maître. N’avez-vous pas de maître à qui vous faites confiance ? »
Jøvaka se leva et, respectueusement, se courba trois fois de suite, les mains join-
tes, en direction d’où se trouvait Bouddha. Ensuite, il se tourna vers le roi :
« Ne croyez pas que je n’ai pas de maître ! Bien sûr que j’ai un maître !
— Qui est-il ?
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 239
— Mon maître est un être totalement établi dans søla, samædhi et pañña (la vertu,
la concentration et la sagesse). Il est un bouddha, qui enseigne parfaitement le
dhamma. Il est un arahanta digne de recevoir les hommages de tous les brahmæ,
de tous les deva, de tous les humains et de tout le reste des êtres. Sire, suivez
l’enseignement de ce noble Bouddha !
— Jøvaka ! Amenez-moi auprès de votre maître Bouddha ! Allons-y mainte-
nant ! »

La visite auprès de Bouddha

C
omme il était tard, le docteur Jøvaka prépara vite tout ce qu’il fallut pour
se rendre auprès de Bouddha. Ils partirent dès que la garde du roi fut
prête. Cette garde était constituée de cinq cents superbes femmes, cha-
cune sur son cheval.

Remarque : Le roi n’engageait que des femmes pour sa garde. Étant donné qu’à cette épo-
que, seul un homme était accepté sur le trône, le roi s’assurait ainsi qu’aucun de ses gardes du
corps féminins ne s’aviserait de le tuer pour lui prendre sa place.

En se dirigeant vers le monastère où était Bouddha le docteur Jøvaka assura au roi


qu’il était avec mille deux cent cinquante moines. Cependant, en s’approchant du
monastère du jardin des manguiers, un silence total régnait. Soucieux, le roi de-
vint méfiant, il commençait à croire que le docteur le conduisait dans un guet-
apens pour l’exécuter. Quand il aperçut l’air inquiet du roi, le docteur Jøvaka le
rassura :
« Sire ! N’ayez pas peur ! Bouddha est bel et bien ici, avec le saµgha, mais ils
sont très silencieux. »
En arrivant dans le monastère, le roi Ajætasatu vit en effet le Bienheureux, domi-
nant une grande salle où mille deux cent cinquante moines étaient réunis, assis
dans une grande paix. Leur apparence sereine conférait à l’endroit une atmos-
phère de grande quiétude. Comme il avait tué son père – le roi Bimbisæra – qui
était l’un des principaux dæyaka du Bienheureux, il baissa la tête quand il se trou-
va devant lui, sans oser lui dire un mot. Alors Bouddha prit la parole :
« Ajætasatu ! En voyant tous ces moines silencieux, à quoi pensez-vous ?
— Ô noble Bouddha ! Je pense à mon fils. Je serais ravi qu’il puisse demeurer
aussi tranquille comme ces nobles moines ! »
En tenant ce propos, le roi pensa au dialogue qu’il aurait inévitablement avec son
fils, un jour ou l’autre :
« Ô père ! Où est mon grand-père ?
— Votre grand-père est mort, fils.
— Comment est-il mort ?
— Je l’ai tué.
— Pourquoi l’avez-vous tué ?
— Pour prendre sa place sur le trône. »
240 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Il en conclut que son fils aura probablement la même idée :


« Il voudra donc me tuer pour prendre ma place sur le trône, de la même ma-
nière. S’il restait paisible comme un moine, j’échapperai à ce vilain sort. »
Quand il émergea de ses pensées, il questionna Bouddha :
« Ô noble Bouddha ! Quels sont les avantages de la vie de moine ?
— À qui avez-vous déjà posé cette question ?
— J’ai demandé ça aux ascètes Pþra¼akassapa, Makkhaligosæla, Kesakambala,
Næ¥aputta, Pakudhakaccæyana et Sañcaya. Ils ont été incapables de me répondre
de manière satisfaisante.
— Je vais vous dire, Ajætasatu, quels sont les avantages de la vie de moine. Lors-
qu’on est moine, il y a de nombreux avantages pour la vie présente. Par exemple,
un pauvre paysan pense : “ Je suis un être humain, et le roi Ajætasatu aussi. Je suis
pauvre, et lui est riche. Comment faire pour être riche comme lui ? ” Il se débar-
rasse de toutes ses possessions et devient moine. Quand il croise le roi, que se
passe-t-il ? C’est le roi qui lui doit le respect, car sa noble conduite le place au-
dessus de tous, même les hommes les plus importants de la société. Cela n’est
qu’un des innombrables avantages de la vie présente d’un moine. Un autre avan-
tage est d’avoir tout son temps pour se consacrer à samatha pour réaliser les jhæ-
na et à vipassanæ pour réaliser les stades de sotæpana, sakadægæmi, anægæmi et
arahanta. »
En entendant Bouddha enseigné, le roi fut enchanté. Il lui déclara :
« Avant, comme j’étais inconscient, débordant d’orgueil et d’avidité, j’ai tué
mon père qui était un être noble. Pour ne plus commettre d’actes nuisibles, je
m’efforcerai de mon mieux. Veuillez me considérer comme votre disciple laï-
que ! »
Quand le roi fut rentré au palais avec ses sujets, Bouddha dit à ses moines :
« Si le roi Ajætasatu n’avait pas tué son père, il aurait pu être sotæpana au-
jourd’hui. Quand il mourra, il ira dans le monde des enfers, dans la sphère située
juste au-dessus de celle où se trouve Devadatta (donc légèrement moins doulou-
reuse). Grâce à tous les kusala qu’il va effectuer pour le saµgha, il n’y restera
que 60 000 ans. Ensuite, il renaîtra plusieurs vies de deva et d’humains, avant de
devenir pacceka buddha. »
Depuis cette nuit, le roi Ajætasatu développa une vénération sans pareil pour
Bouddha. Ses moindres efforts furent consacrés à servir Bouddha, le dhamma et
le saµgha, qu’il soutenait très activement, tandis qu’il ne se rendit plus jamais
auprès des maîtres titthi (êtres développant des vues erronées). Le roi Ajætasatu
développa ainsi une vénération sans bornes durant les huit ans qui passèrent avant
que Bouddha n’entre en parinibbæna. Trois mois après la disparition du Bienheu-
reux, c’est lui qui soutiendra l’organisation du premier grand concile, tenu dans le
souci de préserver intact le noble et précieux enseignement de Bouddha.
Le roi Ajætasatu aura été le puthujana qui avait le plus de vénération pour Boudd-
ha.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 241
Remarque : Un être ne peut pas devenir ariyæ au sein d’une existence lors de laquelle il
commet un pañcænantariyakaµ, l’un des cinq akusala qui empêchent la réalisation du
dhamma dans la vie présente : 1) tuer sa mère, 2) tuer son père, 3) tuer un arahanta,
4) blesser un bouddha (il n’est pas possible de tuer un bouddha omniscient), 5) créer une di-
vision au sein du saµgha.
242 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 243

VII

LES PRINCIPAUX SERMONS


244 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 245

La démonstration des
pouvoirs psychiques
Les trois types de pouvoirs psychiques

L
orsque Bouddha demeurait dans le magnifique parc de Pavarika, situé
près du village Nalanda, un certain Kevaddha vint auprès de lui. Après
s’être assis à une place convenable, il se prosterna respectueusement de-
vant le Bienheureux, lui prononça quelques paroles de politesse, avant de
s’adresser à lui :
« Ô noble Bouddha ! Nalanda est une ville couronnée de succès. Ses habitants
baignent dans la prospérité, ils ont confiance envers vous. Afin d’accroître et de
maintenir solidement cette confiance, il serait bien que vous présentiez quelques
démonstrations d’abhiñña (pouvoirs psychiques).
— Kevaddha ! Je n’enseigne pas le dhamma de cette façon. »
Lorsque Nalanda réitéra sa sollicitation une seconde, puis une troisième fois,
Bouddha répondit chaque fois à l’identique. Ensuite, il expliqua les trois types de
pouvoirs psychiques :
« 1) Il y a les pouvoirs psychiques qui consistent à produire des créations vi-
suelles, à traverser les murs, à voler dans les airs, à marcher sur l’eau sans
s’y enfoncer (etc.).
2) Il y a les pouvoirs psychiques qui consistent à connaître les pensées et les
vies passées d’autrui.
3) Il y a les pouvoirs psychiques qui consistent à guider les êtres selon leurs
pæramø (maturité) par l’emploi de moyens qui leur sont appropriés.
Les deux premiers types de pouvoirs psychiques, s’ils sont employés pour le
plaisir ou pour impressionner les gens, ils ne diffèrent alors pas d’une vulgaire
performance de prestidigitation. Les moines qui les pratiquent dans ce but sont
une source de honte, d’humiliation et de dégoût pour le saµgha. Si les moines
prennent l’habitude de susciter la confiance des gens envers le dhamma à l’aide
de ces moyens, le jour où ils ne seront plus capables de développer ces pouvoirs
psychiques, le sæsana (l’enseignement de Bouddha) prendra fin. De tels moyens
sont en mesure d’impressionner et de convertir des foules vers sa propre doctrine,
mais ils n’apportent pas la connaissance du dhamma, ils sont sans le moindre
bénéfice pour sortir les êtres du saµsaræ (cycle des renaissances).
Le troisième type de pouvoirs psychiques aide les êtres à se débarrasser de la
souffrance. C’est le seul type de pouvoirs psychiques qui soit digne d’être prati-
qué. Quand un moine voit un individu prisonnier de la passion, rongé par
l’avidité, il emploie ses pouvoirs pour lui apprendre à se libérer de la passion, de
l’avidité. Quand un moine voit un individu esclave de la colère, dévoré par
l’aversion, il emploie ses pouvoirs pour l’aider à contrôler sa colère et son aver-
sion. Quand un moine voit un individu sous l’emprise de l’ignorance, il emploie
246 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

ses pouvoirs pour l’aider à se défaire de son ignorance en développant la connais-


sance de la nature de la réalité. Voilà les pouvoirs psychiques qu’il est sain et
constructif d’employer. »

L’interdiction d’exhiber les pouvoirs psychiques

U
n jour, alors que Bouddha avait 20 vassa, certains brahmanes de la ville
de Ræjægaha avaient des doutes quant à la sagesse et à la capacité des
moines. Quelques-uns allaient jusqu’à affirmer qu’il n’y avait plus un
seul arahanta dans le saµgha, ce qui eut pour conséquence d’alarmer beaucoup
de gens. Un riche brahmane de la capitale, était pour sa part, persuadé qu’il n’y
avait plus un seul moine doué de pouvoirs psychiques. Ayant réfléchi à un moyen
de le prouver aux habitants de la ville, il eut une idée, qu’il mit aussitôt en œuvre.
Il fit accrocher un bol en bois de santal au sommet d’un poteau de soixante cou-
dées (environ trente mètres) de hauteur et proclama devant la foule :
« Je fais la promesse d’adopter la doctrine du moine qui serait capable de prou-
ver qu’il est arahanta en montrant son habileté à voler dans les airs en allant
décrocher ce bol ! »

Remarque : Au temps de Bouddha, les arahanta avaient systématiquement des pouvoirs


psychiques. Le brahmane était cependant mal informé, car les arahanta étaient loin d’être les
seuls à être doués de ces pouvoirs. En effet, même les puthujana (êtres qui ont encore des
vues erronées) peuvent en développer certains.

Comme le bol de santal demeurait toujours à sa place, le riche brahmane alla


jusqu’à affirmer formellement l’absence d’arahanta dans le monde. Consternés,
les habitants s’enivrèrent d’alcool toute la nuit durant. Nombreux étaient ceux qui
ne voulaient plus respecter les moines. Craignant que cela pût porter gravement
atteinte à la foi et à la confiance des gens envers le dhamma, un moine, le Véné-
rable Pi¼ðælasæradvæja, exécuta avec une grande aisance l’exploit encouragé par
le brahmane. Cela eut pour effet de conduire la ville entière dans un grand tu-
multe de joie et de satisfaction.
Le riche brahmane se rendit auprès du Vénérable Pi¼ðælasæradvæja. Épris
d’admiration, il lui demanda de l’accepter comme disciple. Plus tard, le riche
brahmane se rendit vers Bouddha accompagné de nombreux amis :
« Ô noble Bouddha ! Vos moines ont de merveilleux pouvoirs psychiques. Je
voudrais qu’ils fassent une démonstration à mes nombreux amis que voici avec
moi. J’ai énormément d’admiration pour le saµgha depuis que j’ai assisté à
l’exploit du Vénérable Pi¼ðælasæradvæja. »
Lorsque le brahmane eut relaté l’exploit du bol de santal accroché à 60 coudées
de hauteur, Bouddha fit appeler le Vénérable Pi¼ðælasæradvæja et ordonna que
l’on casse le bol de santal pour en faire un médicament à oindre. Réunissant le
saµgha, il établit que dorénavant, les moines ne devraient plus jamais exhiber
leurs pouvoirs psychiques :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 247
« Il n’est pas convenable de fasciner la foule à l’aide des abhiñña. Je refuse que
les moines fassent connaître ou exposent les avantages du dhamma à l’aide de tels
moyens. J’autorise l’emploi des abhiñña uniquement en cas de danger immédiat
ou pour connaître un individu dans le but de mieux l’aider par des recommanda-
tions utiles, mais jamais en lui montrant des choses causées par les abhiñña. »

La préparation du spectacle de démonstration


des abhiñña

Q
uelques temps plus tard, lorsque Bouddha demeurait au royaume de
Sævatthi, dans le monastère de Jetavana. Heureux de pouvoir narguer le
saµgha, un groupe de titthi (individus adoptant des vues erronées) eut le
projet d’organiser un spectacle de démonstration de pouvoirs psychi-
ques. Pour mener à bien leur spectacle public, ces titthi s’attelèrent à la construc-
tion d’un grand abri, et ne manquèrent pas d’en avertir par avance toute la popu-
lation du royaume. Quand le roi Pasenadø Kosala prit connaissance de la nature
du spectacle qui se préparait, il se rendit vers Bouddha afin de lui faire part de
l’événement, avant de lui proposer :
« Ô noble Bouddha ! Laissez-moi vous bâtir un grand abri afin que vous puis-
siez rabaisser l’orgueil de ces titthi.
— Ne vous donnez surtout pas cette peine !
— Si je ne m’en charge pas, qui va le faire ?
— Le deva Sakka (le roi des deva) le créera pour moi.
— À quel endroit montrerez-vous vos pouvoirs psychiques ?
— Sous un manguier.
— Quel jour choisissez-vous pour votre démonstration ?
— Le jour de la pleine lune de juillet.
— À quel endroit devront s’installer tous ceux qui souhaitent assister à votre
démonstration ?
— Ne vous inquiétez pas pour cela ; on me verra de n’importe où sur la Terre. »
En sortant de cet entretien avec Bouddha, le roi Pasenadø Kosala s’empressa de
dépêcher des messagers dans toutes les directions afin de prévenir toute la popu-
lation de son royaume de l’événement. Quand les titthi entendirent que Bouddha
effectuerait sa démonstration sous un manguier, ils firent couper tous les man-
guiers. Le matin du jour de pleine lune de juillet, il n’y avait plus un seul man-
guier ; il n’en subsistait pas même une pousse, hormis dans le jardin du roi, où
personne n’aurait osé les saccager. Faisant sa collecte de nourriture dans Ræjæga-
ha, le Bienheureux arriva au palais du roi.
À cette saison, il n’y avait plus de mangues depuis longtemps. Toutefois, il en
subsistait une, dans le jardin du roi, pas plus, ni moins. C’était un fruit magnifi-
que, généreux de taille et mûr à la consommation. Quand Ka¼ða, le gardien du
jardin, le vit, il le cueillit pour aller le donner au roi. Néanmoins, aussitôt qu’il
aperçut le Parfait avec son bol, il eut le grand plaisir de le lui offrir. Ayant collec-
té suffisamment de nourriture pour la journée, Bouddha s’installa à l’extérieur,
248 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

non loin du jardin royal, pour y prendre son repas. Lorsqu’il finit de manger, il
donna le noyau de la mangue au gardien :
« Ka¼ða ! Plantez ce noyau !
— Vénérable Bouddha, où voulez-vous que je le plante ?
— Ici même ! »
Une fois le noyau planté, le gardien vint verser de l’eau sur les mains du Bienheu-
reux pour qu’il se les lavât. En tombant sur le sol, l’eau arrosa le noyau. À ce
moment, grâce aux pouvoirs de Bouddha, le noyau s’ouvrit, et un immense et
superbe manguier poussa en un instant. Étonné de l’apparition soudaine du man-
guier, Ka¼ða alla avertir le roi et tous les gens qu’il croisa. L’arbre portant déjà
de nombreux fruits, le gardien les cueillit pour les offrir au saµgha. Le roi ordon-
na qu’un important déploiement de gardiens se tînt autour de l’arbre pour le pro-
téger des titthi mal intentionnés. Les gens qui voulaient voir l’arbre de près arri-
vaient en masse. Tout le monde cueillait les délicieuses mangues de l’arbre, qui
repoussaient aussitôt, de sorte que le manguier en était constamment plein. Désa-
gréablement surpris d’apprendre que se dressait encore un manguier, les titthi
tentèrent d’aller le couper. Aussitôt qu’ils parvinrent auprès de l’arbre, les gens,
qui les avaient en horreur, leur lancèrent les noyaux des mangues sur la tête.
Apeurés par cette hostilité collective, les titthi s’enfuirent à toutes enjambées vers
le grand abri qu’ils venaient d’achever pour leur spectacle de démonstration de
pouvoirs. Le roi deva Sakka donna lieu à un puissant ouragan qui détruisit l’abri
des titthi, tout en prenant soin d’épargner les maisons alentour. Ensuite, il déclen-
cha une pluie diluvienne malgré la saison, ciblée au même endroit. Désespérés
dans les décombres de leur abri, pataugeant dans la boue provoquée par la tem-
pête, les titthi s’enfuirent des lieux. Leur chef, accablé de désespoir, s’attacha un
lourd pot autour de la tête et se donna la mort en se jetant dans la rivière. Il reprit
naissance dans le monde des enfers. Les titthi, n’avaient en fait aucun pouvoir
psychique. Leur fanfaronnade n’avait eu pour but que l’exaspération des moines
dont Bouddha avait interdit l’emploi public des pouvoirs psychiques.

La démonstration des pouvoirs de Bouddha

P
our rabaisser l’orgueil des titthi, Bouddha déploya pleinement ses pou-
voirs. Il fit apparaître une allée de pierres précieuses flottant haut dans
l’air, et il s’élança jusqu’au-dessus de celle-ci. Ensuite, il demeura immo-
bile un instant, flottant dans le vide. De là, il entra dans le quatrième jhæna. Il fit
jaillir de grandes flammes par certaines parties de son corps, comme les oreilles,
les yeux, la bouche ou même les pores de sa peau, tandis que de l’eau émergeait
par d’autres parties de son corps. Il créa ensuite un autre bouddha de telle sorte
qu’on ne pouvait plus savoir qui était le vrai. L’un était assis, l’autre debout.
Quand le premier se leva pour marcher, l’autre s’allongea. Les deux se mirent
alors à discuter du dhamma, se posant tour à tour des questions, auxquelles l’autre
répondait, comme s’ils avaient été deux êtres totalement distincts. Tout le monde
pouvait les voir clairement, quel que soit le lieu où ils étaient.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 249
Remarque : Pour déployer une abhiñña (quelle que soit l’abhiñña et pour qui que ce soit),
une personne doit préalablement et nécessairement entrer dans les quatre premiers jhæna, car
ce n’est qu’à l’issu du quatrième jhæna qu’ils peuvent être développés. Les êtres les plus ha-
biles sont capables, à tout moment, d’entrer successivement dans les quatre jhæna en l’espace
d’une fraction de seconde, comme certains des plus grands disciples de Bouddha.

Plus tard, lorsque la démonstration fut terminée, Bouddha ne redescendit pas. Au


contraire, il monta et disparut dans le ciel. Il partit directement chez les deva, où il
s’assit sur une grande pierre plate nommée Pa¼ðukamdalæ. Il resterait là-haut, où
il passerait les trois mois du vassa. Ne le voyant plus réapparaître, certains se
mirent à pleurer. Beaucoup l’attendaient, et s’installaient sur place, le regard fixé
dans le ciel, là où le Bienheureux avait disparu. On demanda au Vénérable Mahæ
Moggalæna :
« Ô noble Vénérable ! Où Bouddha a-t-il pu partir ?
— Ne me le demandez pas ! Demandez cela au Vénérable Anuruddhæ ! »
Le Vénérable Mahæ Moggalæna connaissait très bien la réponse, mais il voulait
mettre à l’épreuve les capacités du Vénérable Anuruddhæ, qui fut parfaitement
capable de répondre :
« Il est parti dans la sphère Tævatiµsæ du monde des deva. Il reviendra dans
notre monde à la pleine lune marquant la fin du vassa. »
Comme les gens voulurent néanmoins l’attendre dès cet instant, ils s’installèrent
tous dans la ville de Sævatthi, même ceux dont la résidence était loin de la capi-
tale.
250 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’enseignement de
l’abhidhamma
Le vassa de Bouddha dans le monde des deva

E
n arrivant dans le monde des deva, Bouddha revit sa mère, qui avait repris
naissance dans ce monde, sous le nom de Santusita. Il enseigna les sept
parties de l’abhidhamma, en particulier à l’être qui fut sa mère (Mæyæde-
vø), mais aussi à tous les deva.

Remarque : De nos jours, personne ne peut être certain du sexe de la mère de Bouddha lors-
qu’elle renaquit chez les deva. Certains prétendent qu’elle est devenue un deva, d’autres as-
surent qu’elle est devenue une devø.

Pendant les trois mois qu’il passa dans le monde des deva, il enseignait sans inter-
ruption, de nuit comme de jour. Pour s’alimenter, il descendait chaque jour dans
le monde humain. Parfois, il allait collecter sa nourriture à la cime des montagnes
Himavantæ où, bien qu’aucun homme n’y vivait, des deva lui versaient de la
nourriture provenant de leur monde. Parfois, il allait collecter sa nourriture très
loin, là où personne ne le connaissait, mais grâce à ses pouvoirs psychiques, il
savait vers qui aller, dans les contrées lointaines où le sæsana était inconnu, vers
des gens dotés d’une immense foi et d’un respect naturel envers les renonçants. Il
n’allait pas faire sa collecte dans le majjhima desa, car il ne voulait pas être em-
barrassé devant les gens qui l’auraient invité. S’il évitait ce type de situation, c’est
parce qu’il ne devait pas perdre de temps sur Terre ; il devait vite remonter pour
continuer l’enseignement de l’abhidhamma. Après avoir pris son repas dans une
forêt de santal, il prenait un peu de repos et il enseignait un rapide résumé au
Vénérable Særiputtaræ, avant de remonter dans le monde des deva.
Le Vénérable Særiputtaræ était capable de restituer l’intégralité des enseignements
grâce à la version « concentrée » des enseignements que le Bienheureux lui lais-
sait. Il transmettait alors à son tour l’abhidhamma à ses cinq cents disciples.
Bouddha parvenait à enseigner l’abhidhamma aux deva sans la moindre interrup-
tion, car pendant qu’il descendait chaque jour sur Terre pour y collecter son re-
pas, le consommer et enseigner l’abhidhamma en abrégé à son noble disciple, il
créait un double qui le relayait ! Ainsi, il créait par avance toutes les paroles que
sa copie allait enseigner. Seuls, les deva les plus doués de pouvoirs s’en rendaient
compte.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 251

La descente dans le monde humain

S
ept jours avant la fin du vassa, le Vénérable Mahæ Moggalæna demanda à
Bouddha :
« Ô noble Bouddha ! Où comptez-vous descendre à la fin du vassa ?
— Savez-vous où le Vénérable Særiputtaræ a passé le vassa ?
— Près de la ville de Sa³kassanagara.
— Très jute. À la pleine lune, je descendrai à la porte sud de cette ville. Les gens
souhaitant m’accueillir n’auront qu’à se rendre là-bas. Cet endroit se situe à
30 yþjanæ de Sævatthi.
— Entendu, Vénérable Bouddha. Je transmettrai cette information. »
Le jour de pleine lune d’octobre, le Bienheureux acheva d’enseigner
l’abhidhamma. Les deva qui l’écoutaient – dont son ancienne mère – devinrent
sotæpana. Ensuite, il annonça au roi des deva Sakka :
« Puisque mon enseignement est terminé, je retourne dans le monde humain. »
Le roi deva prévint alors les autres deva. Pour descendre jusqu’à la porte sud de
Sa³kassanagara, Bouddha fit apparaître un escalier, fait de matières précieuses,
qui se divisait en trois parties : une partie centrale et une partie de chaque côté. La
partie centrale, sur laquelle le Parfait descendit, était en pierres précieuses, l’une
des parties de côté était en or, et l’autre en argent. Sur les côtés, le roi Sakka en
tête, descendaient les deva qui accompagnaient Bouddha, tenant au-dessus de lui
des ombrelles. Le spectacle de cette descente majestueuse émanait une noblesse
et une splendeur sans pareilles. Bouddha avait fait en sorte que chacun des hu-
mains puisse tout voir, y compris les deva qui l’escortaient. Il rayonnait des six
nobles couleurs, sous l’acclamation de l’immense foule venue l’accueillir. Parmi
eux, beaucoup eurent une forte envie de devenir un bouddha. Certains deva
jouaient de la harpe, d’autres de la flûte, d’autres encore, du tambourin, tout en
descendant les somptueux escaliers. Tout le monde adorait Bouddha, le vénérait,
se prosternait, tout en admirant sa magnificence. Parvenu au bas des escaliers, il
délivra un enseignement aux êtres présents. À l’issue de cet enseignement, cer-
tains devinrent sotæpana, d’autres sakadægæmi, d’autres encore anægæmi.
252 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le brahmæ Baka
Les convictions du brahmæ Baka

L
orsque Bouddha demeurait au royaume de Sævatthi, dans le monastère de
Jetavana, un matin, comme il le faisait chaque jour, il balaya le monde à
l’aide de son œil mental, capable de tout voir. Il s’interrogea alors :
« À qui vais-je délivrer un sermon aujourd’hui ? »
Ce matin-là, il vit un brahmæ (être demeurant dans le plus élevé des six groupes
de mondes, où la matière est très subtile ou inexistante). Il vivait dans la sphère
d’Æbhassara, et s’appelait Baka. Il y a très longtemps, alors que ce brahmæ était
encore un humain, il s’entraîna au développement de la concentration samatha
durant cent mille ans. Après quoi, il reprit naissance chez les brahmæ, tout
d’abord dans la sphère propre au quatrième jhæna (absorption due à la concentra-
tion pure) – nommée Vehapphala – pendant cinq cents mahækappa. Ensuite, il
reprit naissance dans la sphère propre au troisième jhæna – nommée Subhaki¼a –
pendant soixante-quatre kappa, et enfin, où il se trouva à ce jour, dans la sphère
propre au deuxième jhæna – nommée Æbhassara, durant déjà huit kappa. Il fut
donc dans cette sphère depuis tellement longtemps, et il avait vu tant de fois
l’univers s’anéantir et se reformer, qu’il eut totalement oublié ses existences pas-
sées. Étant donné qu’il était complètement absorbé dans les états extatiques, il
oublia même sa précédente vie de brahmæ, déjà très lointaine.
Ayant pratiqué exclusivement la méditation samatha (concentration sur un objet
unique), il n’avait pu développer la connaissance juste de la réalité. Il vivait de-
puis si longtemps qu’il était convaincu qu’il avait toujours été, et qu’il ne mour-
rait jamais. N’étant pas en mesure de voir les brahmæ des sphères supérieures, il
ne se douta même pas qu’ils pussent exister. Comme il était le plus vieux de sa
sphère, et qu’il avait vu d’innombrables êtres naître et mourir, il était persuadé
que personne n’avait existé avant lui. De plus, son état extatique était si intense
que tout ce qui se produisit coïncidait parfaitement avec ses souhaits. Quand un
univers avait disparu et que le suivant n’était pas encore apparu, il eut cette pen-
sée :
« Il serait bien qu’il y ait un univers. »
En ce temps-là, un univers se forma. Il pensa ensuite :
« Il serait bien qu’il y ait des êtres dans cet univers. Il serait bien qu’il y ait aussi
des êtres qui apparaissent près de moi. »
En ce temps-là, des êtres firent leur apparition dans l’univers. Des êtres apparu-
rent aussi près du brahmæ Baka, qui fut alors convaincu d’avoir créé l’univers,
ainsi que les êtres qui le peuplent. Comme les brahmæ de sa sphère arrivèrent tous
après lui, ils crurent à ses propos, se persuadant tous des mêmes croyances.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 253
Remarque : Plus la concentration est développée, plus rares sont les éléments susceptibles
d’interférer ou de créer des obstacles. Dans les états dus aux jhæna, la concentration est tel-
lement développée que même les pensées ne sont plus en contradiction avec les événements.
Remarque : Les religions monothéistes sont nées de cette façon. Dans toute l’histoire de
l’humanité, des mystiques sont parvenus à développer les quatre jhæna. Cela permit à certains
d’entre eux de développer la capacité de communiquer avec l’un ou l’autre de ces êtres, vi-
vant dans l’une des vingt sphères du monde des brahmæ. Chacun de ces brahmæ, à l’instar du
brahmæ Baka, était intimement persuadé d’avoir créé l’univers et d’être éternel. À l’issue de
leurs absorptions, convaincus d’avoir rencontré le dieu tout puissant, bien qu’agissant avec la
plus grande sincérité, ces mystiques répandirent les plus grandes religions de ce monde, qui
prennent leur source dans l’ignorance de ces brahmæ, qui n’ont d’autre ambition que d’être
vénérés par tous les êtres de l’univers. Par ailleurs, nous pouvons constater que le but proposé
par la plupart des religions est une existence dans une sphère de bonheur éternel, une unifica-
tion avec la divinité, ou une vie de brahmæ (ce qui, pour ainsi dire, revient au même).

Par conséquent, le brahmæ Baka pensait qu’il était totalement libre de vieillesse,
de maladie et de mort. Ignorant du dhamma et n’éprouvant rien d’autre qu’un
intense et continuel bonheur que sa condition lui conférait, il était certain d’être
en permanence dans nibbæna.
Comme Bouddha vit clairement tout cela, il décida d’aller rencontrer ce brahmæ
dès qu’il aurait fini son repas, afin de lui faire rejeter ses fausses vues. Quand il
arriva là-bas, dès que le brahmæ Baka aperçut le Bienheureux, il l’interpella :
« Gotama ! Il est très bien que vous veniez me rendre visite. Vous avez passé
beaucoup de temps dans le monde humain, vous arrivez tard, ici. Absorbez-vous
donc dans samatha ! Si vous vous entraînez bien, cela vous permettra
d’apparaître ici, où seul règne un parfait bonheur. Dans cette sphère, il n’y a pas
de vieillesse, ni de maladie, ni de mort. Le monde des brahmæ, c’est nibbæna ! »

Le sermon de Bouddha au brahmæ Baka

B
ouddha délivra un sermon à l’intention du brahmæ Baka, devant tous les
brahmæ, qui écoutèrent attentivement :
« Ô brahmæ ! Écoutez-moi tous, je vais parler... Ce brahmæ Baka est
plongé dans l’obscurité. Il dit à tous : “ Si vous voulez du bonheur, venez vers
moi ! ” Il pense que le monde des brahmæ (le plus confortable des six mondes) est
nibbæna (l’extinction totale des sensations). Il pense également qu’anicca (la
fugacité) est nicca (la permanence), que dukkha (l’insatisfaction) est sukha (le
bonheur), qu’anatta (l’absence d’entité propre des choses) est atta (l’entité propre
des choses), et qu’asubha (l’imperfection) est subha (la perfection). Il n’a pas la
moindre notion de nibbæna.
— Gotama ! Je ne suis pas le seul à adopter ces croyances. Tous les brahmæ qui
nous entourent en ce moment ont précisément les mêmes croyances.
— Un voleur qui se fait arrêter, dans l’impossibilité de nier son fait, déclare que
de toute façon, tout le monde vole. Vous prétendez, exactement de la même ma-
nière, que les autres ont la même croyance que vous. Sachez bien que vous n’êtes
pas éternel ; vous allez mourir, le jour où votre espérance de vie aura échu. Vous
n’êtes pas dans la plus haute sphère. Au-dessus de vous, il y a encore la sphère
254 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Vehapphala (sphère propre au troisième jhæna), au-dessus de laquelle il y a la


sphère Subhaki¼a (sphère propre au quatrième jhæna), au-dessus de laquelle il y a
encore bien d’autres sphères (sphères immatérielles). Savez-vous pourquoi vous
êtes aujourd’hui dans la sphère d’Æbhassara des brahmæ ?
— Non, je l’ignore.
— Autrefois, il y a très longtemps, lorsque vous étiez encore un être humain,
vous viviez dans un royaume appelé Bæræ¼asø. Vous étiez un brahmane et portiez
le nom de Kesava. Prenant conscience des innombrables imperfections qui enta-
chent la vie humaine, vous avez adopté la vie d’ermite, durant laquelle vous avez
ardemment développé la concentration samatha, obtenant ainsi les jhæna. Un
jour, une caravane de cinq cents marchands traversait un grand désert, dans lequel
elle s’est perdue. Ils ont tourné en rond durant sept jours. N’ayant plus de vivres,
ni même une seule goutte d’eau, ils pensaient qu’ils allaient mourir. Ne voyant
plus l’intérêt à marcher inutilement sous le lourd accablement du soleil, ils se sont
allongés, résignés à mourir. À ce moment, l’ermite que vous étiez les a vus – à
l’aide de ses pouvoirs psychiques. Épris de compassion pour ces gens, il leur a
fait apparaître eau et nourriture en abondance, ainsi que des oasis riches en arbres
et en eau. Grâce à cela, tous ont pu regagner leur ville, sains et saufs. Cela a été
votre premier grand mérite.
Un jour, alors que l’ermite Kesava demeurait près d’un village, une bande de
brigands a entièrement pillé ce village, emportant tout avec eux : les objets de
valeur, les meubles, les réserves de nourriture, le bétail, et même les femmes.
L’ermite Kesava entendit des cris et des pleurs de femmes et d’enfants maltraités.
Par compassion, voulant mettre un terme à l’oppression subie par ces villageois, il
créa une grande troupe armée dirigée par des généraux. À la vue des soldats, pris
d’une terrible peur, les brigands se sont échappés en courant, abandonnant tout
leur butin sur place. Toujours avec ses pouvoirs, l’ermite remit en un très bref
instant toutes les affaires proprement en place, dans leurs maisons respectives.
Cela a été votre deuxième grand mérite.
Un jour, dans le royaume de Bæræ¼asø, un roi envoya un ministre et des hommes
pour aller chercher des éléphants et des chevaux dans la forêt. Ils en ont trouvé en
grand nombre. Pour les ramener vers la capitale royale, ils les ont fait monter sur
des radeaux et descendirent le fleuve avec. Les hommes et les bêtes étant nom-
breux, beaucoup de déchets étaient produits, tous jetés dans le fleuve, ainsi que
les excréments et urines. Le næga (dragon-serpent) qui vivait dans le fleuve en
était très mécontent. Pris d’une intense colère, il se fit gigantesque et menaça
d’engloutir le radeau et tous ses occupants. Voyant ces hommes épouvantés et
impuissants face au danger qui se dressait devant eux, l’ermite Kesava s’empressa
de faire apparaître un oiseau géant, filant droit sur le næga, le bec en avant. Ef-
frayé, le næga s’est enfui se cacher dans les profondeurs du fleuve. Tous les
hommes, tous les éléphants et tous les chevaux étaient donc sauvés. Cela a été
votre troisième grand mérite.
Pendant cette vie d’ermite, j’étais votre disciple, mon nom était Kappara et je
demeurais près de la montagne Himavantæ. Un jour, le roi de Bæræ¼asø a invité
dans sa ville l’ermite que vous étiez. Comme l’ermite ne se plaisait pas, il est
retourné vivre près de son disciple que j’étais. Surpris par le départ de l’ermite
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 255
Kesava, le roi envoya un ministre pour aller le questionner. En arrivant à lui, il lui
a demandé :
“ Ô noble ermite ! Pourquoi êtes-vous venu ici ? Ne vous plaisiez-vous pas chez
le roi ? N’aviez-vous pas de nourriture en bonne quantité ? De quoi manquiez-
vous ? ”
L’ermite lui a alors expliqué :
“ La ville n’est pas un endroit convenable pour un ermite. On y entend des fem-
mes, il y a des enfants bruyants, il y a trop d’agitation. Pour méditer, on est beau-
coup mieux à la campagne. La place d’un ermite est en forêt, ou à la montagne,
comme ici. En cet endroit, je bénéficie d’une parfaite tranquillité, je peux méditer
paisiblement, je suis avec mon disciple, qui s’occupe bien de moi et je peux parler
du dhamma avec lui. ”
Satisfait de la réponse de l’ermite Kesava, le ministre est retourné au palais.
Ainsi, vous avez sauvé de nombreuses personnes de nombreux malheurs, un
nombre incalculable de fois. Vous avez pratiqué intensément samatha, durant de
nombreuses années. En raison de tous ces kusala, vous avez pris naissance dans
le monde des brahmæ. Ainsi, comme j’étais votre disciple, l’ermite Kappara, nous
avons maintes fois parlé ensemble du dhamma. Réfléchissez donc ! Souvenez-
vous ! »
Bouddha ayant mis au jour les profondeurs de la mémoire du brahmæ Baka à
l’aide de ces récits, ce dernier rejeta toutes ses fausses croyances, qui
s’écroulèrent de son esprit d’un seul bloc, tout comme son orgueil. D’un état
d’esprit empreint de respect et d’admiration pour le Parfait, il lui déclara :
« Je m’efforcerai désormais de mettre soigneusement en application votre ensei-
gnement. »
Quand Bouddha lui eut enseigné les quatre nobles vérités, il retourna dans le
monde humain.
256 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Bouddha et les castes


Sunita, le balayeur

À
Sævatthi, vivait un balayeur nommé Sunita. Son travail était très pénible,
tout comme son existence, car les gens le méprisaient ouvertement. Son
salaire lui permettait à peine de survivre. Comme il n’avait pas de loge-
ment, il dormait sur le bord de la route, dans la poussière et la saleté, manquant de
se faire faucher par les chars qui passaient sans faire attention à lui, dans le froid
des nuits d’hiver, à la merci des insectes et des bêtes nuisibles.
Il rencontrait souvent des gens dont il voulait devenir un ami, mais il lui était
interdit de se mélanger à eux, car on prétendait que les hommes étaient divisés en
différentes castes et que ceux qu’il rencontrait étaient dits d’une caste supérieure,
tandis que lui n’était qu’un paria. Chaque fois qu’une personne de caste prétendue
plus haute que la sienne passait près de lui, il devait vite se cacher. Si, par mé-
garde, son ombre effleurait l’une de ces personnes ou s’il marchait sur l’ombre de
l’une d’entre elles, il était réprimandé et battu. Ainsi, le pauvre Sunita vivait une
existence particulièrement malheureuse.
Un beau jour, en balayant la route, il aperçut Bouddha, suivi de nombreux moi-
nes. Comme le Bienheureux s’approchait de lui, il fut mêlé de joie et de crainte,
car d’une part, le Parfait rayonnait une merveilleuse sérénité, et d’autre part, il n’y
avait dans les parages aucun endroit pour se cacher. Le pauvre Sunita se contenta
de rester debout, immobile, les mains jointes en signe de respect. Sachant que le
balayeur était prêt à mener l’existence monacale, Bouddha s’arrêta et lui deman-
da, d’une voix emplie de bienveillance :
« Ô cher ami, voudriez-vous abandonner votre travail et me suivre ? »
Auparavant, personne ne s’était adressé à lui de la sorte. Très ému, il fut rempli
d’une joie intense et, les yeux en larmes, il lui répondit :
« Ô noble Vénérable ! On s’est toujours adressé à moi pour me donner des or-
dres ou pour me réprimander. C’est la première fois qu’on m’adresse une parole
aimable ! Si vous acceptez dans votre noble communauté un vulgaire balayeur
sale et misérable comme moi, alors je vous suivrai ! »
À l’aide de sa phrase habituelle « Venez, moine ! », le Bienheureux intégra le
pauvre Sunita dans le saµgha, lui faisant apparaître spontanément bol et robes.
Depuis ce jour, plus personne ne le classa dans une caste, et chacun le respecta
dignement, y compris les brahmanes, les ministres et les rois.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 257

Le rabaissement de l’orgueil
du brahmane Anba¥¥ha

A
lors que Bouddha se dirigeait dans le royaume de Kosala, accompagné de
cinq cents moines, il parvint dans la bourgade d’Ukka¥¥ha, dirigée par le
brahmane Pokkharasæti. Lorsque ce brahmane entendit que le Bienheu-
reux arrivait, il voulut être certain qu’il s’agissait bel et bien de Bouddha et non
d’un charlatan. Pour ce faire, il envoya son disciple Anba¥¥ha, doué en astrologie,
en lui ordonnant :
« Allez contrôler ce prétendu Bouddha ! Prenez soin de vérifier qu’il comporte
bien les trente-deux caractéristiques qui qualifient un bouddha omniscient ! »
En s’installant sous un bosquet à l’entrée de la bourgade, Bouddha n’avait pas
tardé à se retrouver entouré de nombreux habitants du lieu. Quand le brahmane
Anba¥¥ha arriva, il adoptait une démarche irrespectueusement vulgaire, dépourvue
de toute civilité, et, sans se prosterner, il s’assit juste devant Bouddha, comme
quelqu’un qui n’avait jamais reçu la moindre éducation. À ce propos, Bouddha lui
demanda :
« Vous comportez-vous de cette manière avec les gens âgés, les professeurs et
les gens respectueux ?
— Entre brahmanes, nous ne nous comportons pas ainsi, nous sommes ainsi seu-
lement quand nous parlons avec les “ crânes rasés ”, comme vous. Les ascètes,
dont vous faites partie, créent les choses par les pieds, tandis que nous, les brah-
manes, créons les choses par la poitrine, et les rois créent les choses par le front.
Les Sakya sont orgueilleux. Lorsque je me rends en voyage chez eux, ils ne
m’accueillent jamais, ils se moquent de moi, alors qu’ils devraient me respecter,
car je suis un brahmane.
— Anba¥¥ha ! Quelle est votre ethnie ?
— Mon ethnie est celle des Ka¼hayana.
— Connaissez-vous l’origine de votre ethnie ?
— Je ne connais pas tout.
— Écoutez-moi ! Je vais vous expliquer... Jadis vivait un roi, nommé Okkæka, qui
avait quatre fils et quatre filles. Comme il avait promis la succession à l’aîné,
pour s’assurer que ses frères ne lui causent jamais de problèmes, il a donc envoyé
ces trois princes et quatre princesses, accompagnés de tous leurs sujets, en pleine
forêt profonde, dans les montagnes Himavantæ. Ce groupe de gens a bâti son
propre village au sein de la forêt, sans l’aide de personne. En les félicitant pour ce
bel exploit, le roi Okkæka s’est exclamé : “ sakya ! ”, qui signifie : “ Quels vail-
lants ! ” C’est ainsi qu’est apparue l’ethnie des Sakya. L’une des femmes esclaves
du roi, qui se nommait Dæsø, a eu un fils, nommé Ka¼ha, qui, le jour de sa nais-
sance, était doté de poils de barbe et parlait. Les gens ont alors pris peur de lui ;
ils se demandaient s’il ne s’agissait pas d’un ogre. Dès que Ka¼ha a su qu’il était
un fils d’esclave et donc destiné à en devenir un lui-même, et qu’il eut l’âge de
courir, il s’est enfui. Il est allé auprès d’ermites, qui lui ont enseigné des pratiques
spéciales. Parvenu à l’âge adulte, il est revenu vers le roi Okkæka pour lui récla-
mer une fille. Le roi s’est alors mis en colère et a brutalement saisi son arc pour
258 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

lui décocher une flèche. En récitant une formule magique, Ka¼ha a paralysé le roi
alors qu’il tendait son arc. Comme tout le monde était effrayé, ils ont préféré
répondre à son souhait en lui cédant une fille. C’est à partir de ce couple et de
tous leurs enfants que s’est développée l’ethnie des Ka¼hayana. Anba¥¥ha ! Vous
êtes les esclaves des Sakya ! Ne soyez donc pas trop orgueilleux ! »
Le brahmane Anba¥¥ha ne savait plus quoi répliquer. Ensuite, il pensa qu’il était
tout de même noble puisque la femme de son ancêtre était une Sakya. Bouddha
poursuivit :
« Cela dit, l’appartenance dans les ethnies ou dans les castes est sans la moindre
importance. Dans la société (du temps de Bouddha), khattiya (la caste royale) est
la plus noble des castes. En réalité, ceux sont les êtres qui sont pleinement établis
dans søla, samædhi et pañña qui sont les plus nobles. »
N’oubliant pas pourquoi il était venu auprès du Parfait, le brahmane l’observa en
tentant de déceler discrètement les trente-deux caractéristiques. Étant donné que
deux de ces trente-deux signes concernaient la langue et le sexe, le brahmane
Anba¥¥ha ne pouvait les vérifier. Bouddha connaissait parfaitement le contenu des
pensées du brahmane, dans le seul but d’anéantir l’orgueil des brahmanes An-
ba¥¥ha et Pokkharasæti, il sortit sa langue de façon à en faire toucher le bout avec
son oreille, et défit sa robe du bas pour lui laisser voir la particularité de la verge.
Il fit tout cela à l’aide de ses pouvoirs, de façon à ce que personne d’autre que le
brahmane ne pût voir.
(Voir aussi le chapitre « Les 32 caractéristiques d’un bouddha ».)
Le brahmane Anba¥¥ha alla relater au brahmane Pokkharasæti sa rencontre avec le
Bienheureux. Quand il se vanta de son odieux comportement avec lequel il
s’approcha de Bouddha, le brahmane Pokkharasæti lui infligea un violent coup de
pied. Très étonné que son disciple pût confirmer la validité des trente-deux carac-
téristiques, il voulut aller auprès de Bouddha pour les contrôler par lui-même.
Quand il arriva, il salua respectueusement le Bienheureux, qui lui montra les
trente-deux caractéristiques propres à tout bouddha omniscient. Satisfait, le
brahmane l’invita pour le repas du lendemain. Le jour suivant, à la fin du déjeu-
ner, Bouddha délivra un enseignement du dhamma, à l’issu duquel le brahmane
Pokkharasæti devint sotæpana.

L’appartenance des castes selon Bouddha

D
u temps de Bouddha, le système des castes était solidement établi sur la
péninsule indienne. Selon ce système, la classe d’appartenance des êtres
est déterminée dès leur naissance et chacun est condamné à y demeurer
jusqu’à sa mort. Il y a 2 500 ans, les quatre castes étaient les suivantes : khattiya
kula, la caste royale ; bræhma¼a kula, la caste des brahmanes (des nobles) ; vessa
kula, la caste des commerçants (qui inclus également toutes les professions
permettant de vivre aisément, ainsi que les guerriers) ; sudda kula, la caste des
pauvres et des exclus (les parias), dont font partie les esclaves.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 259
Bouddha condamnait fermement le système des castes, qu’il disait incorrect. Il
indiquait qu’il y avait aussi bien des gens malsains que des gens vertueux dans
chacune des castes, et que chaque personne serait amenée à subir la conséquence
de ses mauvais actes, en dépit de son appartenance à une caste ou à une autre. Il
insista sur le fait que la seule chose qui devrait déterminer l’appartenance d’un
être dans une classe, ce sont ses actes.
Le Bienheureux enseigna :
« On n’est pas un paria selon sa naissance.
On n’est pas un noble selon sa naissance.
On est un paria seulement selon ses actes.
On est un noble seulement selon ses actes. »
260 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le sermon aux Kælæma

U
n jour, Bouddha voyageait avec ses moines, vers le royaume de Kosala.
En chemin, il parvient dans la grande bourgade de Kesamutti, où vivent
les Kælæma. Là, le chef de la bourgade accueillit le Bienheureux à l’aide
de paroles polies et avenantes. Ensuite, il s’adressa ainsi à lui :
« Ô noble Bouddha ! Il y a parfois des ascètes qui nous rendent visite dans notre
bourgade. Chacun fait l’éloge de sa propre doctrine, vantant sa supériorité par
rapport aux autres. Qui dit vrai ? Qui ne dit pas vrai ? Plongés dans le doute, nous
ne parvenons pas à savoir. Pourriez-vous, noble Bouddha, nous éclairer sur ce
point ?
— Kælæma ! Ne croyez pas ce que quelqu’un vous dit uniquement parce qu’il
affirme que c’est vrai ! Ne croyez qu’après avoir réfléchi, analysé et compris par
vous-mêmes ! Ne croyez que ce que vous savez par vous-mêmes être sain et
bénéfique !
Il y a dix types de paroles sur lesquelles il ne faut pas s’appuyer pour développer
une croyance. Il ne faut pas adopter une croyance, il ne faut pas tenir pour vrai
une parole ou une doctrine sous le seul prétexte que c’est :
1) Une parole qui circule d’un individu à l’autre (bouche à oreille).
2) Une parole qui provient des ancêtres.
3) Une parole non certaine (une rumeur ou une tradition).
4) Une parole faisant l’objet d’une littérature (textes sacrés, etc.).
5) Une parole issue d’une simple réflexion personnelle.
6) Une parole qui résulte d’une simple déduction.
7) Une parole qui se fonde sur des apparences.
8) Une parole issue d’une conviction personnelle.
9) Une parole qui provient d’une personne respectable.
10) Une parole qui provient d’un professeur.
Kælæma ! Rejetez toute doctrine dont vous savez par vous-mêmes qu’il y a des
failles. N’adoptez qu’une doctrine dont vous savez par vous-mêmes qu’elle est
saine et bénéfique. »
Les Kælæma furent réjouis des paroles du Bienheureux. Une fois qu'ils prirent
connaissance de son enseignement, ils l'adoptèrent tous.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 261

Le brahmane Pañcagga

I
l était une fois un brahmane nommé Pañcagga, parce qu’il offrait toujours
son riz en tout premier lieu et à chacune des cinq phases de sa préparation
(du fauchage au service dans l’assiette) à Bouddha et au saµgha : « pañca »
signifie « cinq » et « agga » signifie (dans ce cas) « en premier lieu ». (1) Quand
il fauchait le paddy, avant de consommer le riz pour lui, il allait l’offrir au
saµgha. (2) Quand il faisait tourner les bœufs sur le paddy (pour récupérer les
derniers grains), avant de consommer ce riz pour lui, il allait l’offrir au saµgha.
(3) Quand il mettait tout le riz dans les silos, avant de le consommer pour lui, il
allait l’offrir au saµgha. (4) Quand il cuisinait le riz dans la grande marmite,
avant de le consommer pour lui, il allait l’offrir au saµgha. (5) Quand il servait le
riz dans les assiettes, avant de le consommer pour lui, il allait l’offrir au saµgha.
Bouddha demeurait au monastère de Jetavana, dans le royaume de Sævatthi. Un
matin, alors qu’il vit (par ses pouvoirs mentaux) que ce brahmane et son épouse
étaient mûrs pour la réalisation du dhamma, il alla faire sa collecte près de chez
eux. Quand il arriva devant leur petite maison, il s’y arrêta, demeurant silencieux.
Le brahmane Pañcagga ne pouvait pas voir Bouddha, car il lui tournait le dos. Il
était en train de manger. Son épouse, en revanche, vit le Bienheureux. Elle songea
à cet instant :
« Si mon époux aperçoit Bouddha, il lui offrira notre riz. S’il fait ainsi, on devra
aller chercher encore du riz, et je n’en ai pas la volonté. »
Elle s’approcha discrètement du Bienheureux, et lui chuchota à l’oreille :
« Désolée, Vénérable Bouddha, nous n’avons rien à donner, aujourd’hui. »
Bouddha fit un non de la tête, tout en restant sur place, ce qui fit rire la brahmane.
Il rayonna soudainement de ses fameuses lumières de six couleurs dans toute la
maisonnette des brahmanes. Comme le brahmane les vit très clairement et qu’il
entendit aussi le rire de son épouse, il se retourna et la gronda :
« Bouddha est ici et vous ne me dites rien ? »
Il avait déjà consommé la moitié de son riz. Comme il voulut offrir le reste de son
repas à Bouddha. Il lui dit :
« Habituellement, je vous offre toujours le riz avant d’avoir commencé à man-
ger. Aujourd’hui, j’ai déjà commencé à manger. Puis-je tout de même vous offrir
ce riz ?
— Pañcagga ! Qu’il s’agisse de nourriture avant d’avoir mangé, qu’il s’agisse de
nourriture pendant que l’on mange, ou qu’il s’agisse de restes de nourriture après
avoir mangé, il est convenable de l’offrir aux moines de la même manière. Telle
est la pratique des moines ; ils mangent ce qu’on leur donne. Un moine ne doit
pas complimenter la nourriture qu’on lui donne, ni la critiquer.
— Ô noble Vénérable ! Quel genre de personnes sont les moines ?
262 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

— Ceux qui ne développent pas d’attachements sur les næma (consciences) et les
rþpa (matières) sont des moines. »
À cet instant, Bouddha enseigna une gæthæ aux deux brahmanes à l’issue de la-
quelle ils devinrent anægæmi.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 263

Le sermon au Vénérable
Cþ¹amælukyaputta

L
orsque Bouddha demeurait au royaume de Sævatthi, dans le monastère de
Jetavana, le Vénérable Cþ¹amælukyaputta se posait de grandes questions à
propos de l’univers et de la vie. Il se promit de quitter le saµgha si
Bouddha n’était pas capable de répondre à ses interrogations. Il se rendit alors
auprès du Parfait pour lui en faire part :
« Ô noble Bouddha ! Il y a dix questions que je voudrais vous poser.
(1) L’univers est-il permanent ?
(2) L’univers est-il non permanent ?
(3) L’univers est-il limité ?
(4) L’univers est-il illimité ?
(5) La vie est-elle unifiée au corps ?
(6) La vie est-elle une chose distincte ?
(7) Le corps est-il une chose distincte ?
(8) Les êtres vivent-ils encore après la mort ?
(9) Les êtres ne vivent-ils plus après la mort ?
(10) Peut-on dire que les êtres, après la mort, ni vivent, ni ne vivent pas ?
Si vous connaissez les réponses à ces questions, alors répondez-moi ! Si vous ne
connaissez pas les réponses à ces questions, alors avouez que vous ne les connais-
sez pas ! Si vous n’êtes pas capable de me répondre, je quitte votre communauté
pour retourner à la vie laïque.
— Cþ¹amælukyaputta ! Ne m’avez-vous jamais demandé de répondre à ces ques-
tions pour devenir moine auprès de moi ?
— Oui, noble Bouddha, je ne vous ai jamais demandé de répondre à ces questions
pour devenir moine auprès de vous.
— Si vous exigez de connaître les réponses à ces questions avant de commencer
la pratique du dhamma, vous mourrez sans en avoir pu obtenir le moindre béné-
fice. Parce que je ne répondrai jamais à ces questions ! Par exemple, si quelqu’un
reçoit une flèche empoisonnée, et qu’il exige de connaître le nom et la caste de
l’archer, ainsi que de savoir de quoi est faite la flèche, avant même qu’on la lui
retire, il mourra certainement. De la même manière, la pratique du dhamma cons-
titue l’essentiel, c’est le seul moyen de se délivrer du cycle sans fin du saµsaræ,
les questions que l’on se pose sont sans importance. Lorsque vous êtes en train de
penser que l’univers est permanent, vous ne pratiquez plus. Lorsque vous êtes en
train de penser qu’il est non permanent, de la même façon, vous ne pratiquez plus
(...). Que l’univers soit permanent ou qu’il soit non permanent, (...) il y a dukkha ;
la vieillesse, la maladie et la mort. J’ai enseigné comment se délivrer de la vieil-
lesse, la maladie et la mort. Mettez en application le dhamma que j’ai enseigné,
étudiez-le ! Il n’y a aucun avantage à se demander si l’univers est permanent ou
non permanent (...), ni pour soi, ni pour les autres. Cela ne cause qu’une perte de
264 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

temps. Pour cette raison, pratiquez ce que vous êtes en mesure d’expérimenter,
pratiquez pour vous libérer de la souffrance que vous vivez chaque jour ! J’ai
enseigné les quatre nobles vérités. Si vous pratiquez en accord avec ces quatre
nobles vérités, vous vous libérerez du saµsaræ. »
Le Vénérable Cþ¹amælukyaputta fut enchanté des paroles du Bienheureux. En
conclusion, Bouddha ajouta :
« Préoccupez-vous de ce que j’ai enseigné, ne vous préoccupez pas de ce que je
n’ai pas enseigné ! »

Remarque : Bouddha ne voulait jamais perdre de temps en répondant à une question dont la
réponse n’apporte aucune aide sur la pratique du dhamma. Par exemple, il dit maintes fois et
implicitement que tant que demeurent les kilesæ (les impuretés mentales), la mort est aussitôt
suivit d’une autre existence, lorsqu’il délivre un enseignement à propos des conséquences des
actes. Néanmoins, il ne parle jamais de tels concepts sans d’autres fins qu’eux-mêmes.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 265

Le moine malade, soigné


par Bouddha

B
ouddha effectuait régulièrement une tournée des monastères, dans le souci
de contrôler si tout se passait pour le mieux, et de régler les éventuels
problèmes qui pouvaient se manifester. Comme pour la plupart de ses
déplacements, son fidèle cousin, le Vénérable Ænandæ, l’accompagnait lors ces
visites d’inspection. Un jour, lors de l’une de ces tournées, le Bienheureux aper-
çut un vieux moine malade, qui s’appelait Putigatta. Le vieux moine était affligé
d’une diarrhée aiguë, il se traînait lamentablement dans ses propres excréments.
Interrogé par le Bienheureux, le Vénérable Putigatta put lui répondre, en dépit de
sa grande faiblesse. Il lui déclara :
« Personne ne s’occupe ni même ne fait attention à moi. Je n’ai plus de famille,
et pas d’amis. »
Bouddha prit immédiatement soin de lui. Il le lava lui-même à l’aide d’eau
chaude que lui apporta le Vénérable Ænandæ, et tous deux le mirent sur une robe
propre avant que la sienne soit lavée et séchée (les moines utilisent leurs robes
comme draps). Quand le Bienheureux eut apporté au moine malade les soins
nécessaires au soulagement de sa douleur, il réunit tous les moines du monastère
pour les réprimander d’avoir abandonné leur compagnon sans aide. Il expliqua
qu’il est dans le devoir de chacun de s’occuper les uns des autres, et que le
saµgha est comme une famille, dans laquelle aucun membre ne doit être délaissé
par les autres. Ensuite, Bouddha conclut :
« Les moines qui prennent soin de moi sont ceux qui prennent soin des mala-
des. »
266 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le sermon au jeune Singæla

S ur le chemin du retour à Ræjægaha, le Bienheureux effectuait sa collecte de


nourriture. Ce matin-là, il vit un jeune homme aux cheveux et aux vête-
ments trempés d’eau, qui se prosternait humblement face à six directions :
vers l’est, vers le sud, vers l’ouest, vers le nord, vers le ciel et vers la terre. Inter-
rogé par Bouddha, le jeune homme, qui s’appelait Singæla, lui expliqua :
« Ô noble Bouddha ! Je fais toujours ainsi, car mon père, avant de mourir, a tout
juste eu le temps de me donner une dernière recommandation : “ Ô fils ! Chaque
jour, mouillez-vous intégralement, et prosternez-vous vers les six directions ! ”
— Vous avez raison de respecter chaque jour la dernière volonté de mon père,
mais il convient de ne pas suivre cette recommandation à la lettre. Comme il était
mourant, il n’a pas eu le temps de vous donner sa recommandation en détail.
Néanmoins, il savait que lorsqu’un sage vous verrait faire ainsi, il en compren-
drait la signification et serait alors en mesure de vous l’expliquer. En voici donc
la signification :
“ mouillez-vous intégralement ” est une métaphore qui exprime la fraîcheur de
mettæ, l’amour et la bienveillance dont il faut rayonner de tout son être, en toutes
situations.
Les six directions, quant à elles, correspondent aux personnes qu’il convient de
respecter et d’honorer :
l’est pour le père et la mère ;
le sud pour ses professeurs ;
l’ouest pour son épouse (pour son époux si l'on est une femme) ;
le nord pour le reste de sa famille, pour ses amis et pour ses voisins ;
le ciel pour les sages – les moines, les ascètes, etc. ;
la terre pour ses employés. »
Ensuite, Bouddha enseigna au jeune Singæla les devoirs de chacun dans la socié-
té, qui font l’objet du Singælovæda sutta, avant de poursuivre :
« Il y a quatre choses qui doivent être soigneusement évitées : 1) le meurtre,
2) le vol, 3) la méconduite sexuelle et 4) le mensonge.
Il y a quatre types de causes qui incitent à commettre de mauvaises actions : 1) la
partialité ou le fait d’être influencé, 2) l’hostilité, 3) la stupidité et 4) la crainte.
Il y a six façons de gaspiller lamentablement sa richesse : 1) boire de l’alcool ou
consommer des intoxicants, 2) errer à l’extérieur tard dans la nuit, 3) passer trop
de temps dans les fêtes et les divertissements, 4) s’adonner au jeu, 5) s’associer
avec des amis nuisibles ou paresseux, 6) rechercher la compagnie de femmes
supplémentaires – en plus de son épouse – (d’hommes supplémentaires pour les
femmes – en plus de son époux). »
Écoutant respectueusement le sermon que lui délivrait Bouddha, le jeune Singæla
lui avoua :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 267
« Soudainement, je me souviens que mon père me disait souvent combien mer-
veilleux était l’enseignement de Bouddha. Bien qu’il m’ait fréquemment incité à
aller écouter vos enseignements, je lui donnais toujours un prétexte pour ne pas y
aller : “ c’est trop ennuyeux ”, “ je n’ai pas le temps ”, “ je suis trop fatigué ”, “ je
n’ai pas de quoi faire un don au saµgha ”... Dorénavant, je vous promets de
m’appliquer à la recommandation de mon père, tel que vous m’en avez enseigné
la véritable signification. Veuillez me considérer, dès aujourd’hui, comme votre
upæsaka (disciple laïc) ! »
268 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Bouddha et
les maîtres religieux

L e célèbre millionnaire Upali était l’un des meilleurs disciples du maître


religieux Nigantha Nathaputta. Comme il était très habile dans les débats
philosophiques, son maître lui demanda un jour de se rendre auprès de
Bouddha pour lui prouver qu’il se trompa – selon ce qu’en croyait son maître – à
propos de la loi de causes et effets qu’est le kamma. Après une longue discussion,
Bouddha parvint à convaincre aisément le riche Upali que son maître était dans
l’erreur, en n’énonçant que des faits irréfutables et vérifiables par tous.
Impressionné par l’enseignement de Bouddha, parfaitement juste, cohérent et
propre à ouvrir les yeux sur la réalité, il lui demanda aussitôt de l’accepter comme
disciple. À son grand étonnement, le Bienheureux lui dit :
« Upali ! Soyez certain que vous n’adoptez pas la doctrine que j’enseigne seu-
lement parce que vous avez apprécié mes paroles ou parce que vous êtes sous
l’emprise d’émotions agréables. Examinez mon enseignement en profondeur
avant de prendre la décision d’être mon disciple !
— Je suis vraiment ravi de votre proposition, Vénérable Bouddha. D’autres maî-
tres m’auraient accepté sans la moindre hésitation. Comme beaucoup de gens me
connaissent, ils auraient même proclamé haut et fort que le millionnaire Upali a
rejeté la doctrine de son ancien maître pour la leur. Je vous en prie, je n’ai pas de
doute sur votre enseignement, veuillez m’accepter dès maintenant comme votre
disciple !
— C’est entendu, puisque vous êtes prêt. Néanmoins, n’oubliez jamais de prati-
quer la tolérance et la compassion. Continuez de soutenir matériellement vos
anciens maîtres comme vous le faites, étant donné qu’ils dépendent beaucoup de
votre appui. Vous ne pouvez pas les ignorer du jour au lendemain, après les avoir
aidé si longtemps. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 269

Le Vénérable Vakkali, admira-


teur de la beauté de Bouddha

D
ans le royaume de Sævatthi, vivait un homme nommé Vakkali, qui avait
une admiration sans limite pour Bouddha, et en particulier pour la pureté
de son esthétique. Un jour, il songea :
« En demeurant dans ce village, je n’ai pas l’occasion d’admirer la beauté par-
faite de Bouddha. Par contre, si j’étais moine, j’aurais tout le loisir de l’admirer
de près. »
C’est alors qu’il entra dans le saµgha. Il était si préoccupé par admirer
l’apparence du Bienheureux qu’il ne faisait rien d’autre de ses journées, négli-
geant ainsi de se consacrer à la pratique du dhamma. Il suivait Bouddha dans ses
moindres déplacements, même pendant la collecte de nourriture, comme s’il était
son ombre. Bouddha ne disait rien, attendant qu’il se ressaisisse. Néanmoins, au
lieu d’étudier l’enseignement de la réalité ou de s’entraîner au développement de
la connaissance par la vision directe de la réalité, il se contentait toujours de
s’émerveiller de l’apparence du Bienheureux.
Un jour, Bouddha répondait à une invitation de trois mois dans le royaume de
Ræjægaha, laissant le Vénérable Vakkali à Sævatthi. Celui-ci s’était tant attaché à
regarder constamment Bouddha auprès de lui qu’il ne supportait pas l’idée de
vivre sans le voir. Il se morfondait à longueur de journée dans une profonde tris-
tesse, attendant impatiemment le retour du Bienheureux. Au bout de trois mois,
lorsque Bouddha rentra, il constata que rien n’eut changé dans son attachement, et
il sut alors que seul un choc violent serait en mesure de le pousser à réfléchir sur
le caractère futile de ses attachements. Ainsi, il le convoqua pour le chasser :
« Vakkali ! Partez d’ici et allez vivre ailleurs ! Il n’y a pas le moindre bénéfice à
regarder ce corps. Ceux qui voient le dhamma me voient ! Ceux qui ne voient pas
le dhamma ne me voient pas ! »
Le Vénérable Vakkali fut tant accablé de tristesse qu’il décida d’aller se jeter du
haut de la montagne Gijjhakø¥a. Lorsque, à l’aide de ses pouvoirs psychiques,
Bouddha le vit arriver en haut de la montagne, il voulut le réconforter afin de lui
éviter le suicide. Il fit alors apparaître une radieuse et chaleureuse image de lui, en
lui enseignant les quatre nobles vérités, mais il avait déjà sauté dans le vide qui
entourait la haute falaise. Pendant sa chute, toutes ses pæramø parvinrent à maturi-
té à l’écoute de la parole du Parfait. Il devint arahanta en quelques instants et
parvint à développer les abhiñña à temps pour s’épargner l’écrasement fatal au
sol.
Peu après, le Vénérable Vakkali reçut du Bienheureux la distinction particulière
de l’être ayant la plus forte vénération pour Bouddha.
270 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le sermon au brahmane
Akkosa Bhæradvæja

I
rrité par les fréquentes intégrations dans le saµgha des brahmanes de son
clan, le brahmane Akkosa Bhæradvæja se fâcha contre Bouddha, lui proférant
des blasphèmes et de virulentes insultes. Subissant patiemment les vulgarités
hostiles du brahmane, Bouddha lui demanda :
« Supposons que des parents vous rendent visite et qu’ils repartent sans avoir
accepté la nourriture que vous leur avez offerte. Qu’advient-il de la nourriture
laissée ?
— De toute évidence, cette nourriture me reviendrait ! Ce que les autres ne veu-
lent pas, je le garde naturellement pour moi !
— Je n’accepte pas vos grossières insultes. De ce fait, puisqu’elles vous revien-
nent, vous pouvez les garder pour vous. »
Ensuite, il délivra un sermon expliquant comment dosa (la colère) est vaincu par
adosa (la non-colère).
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 271

Le labourage de Bouddha

D
ans le sud du royaume de Ræjægaha, vivait un brahmane paysan nommé
Kasi Bhæradvæja. Un jour, il organisa une cérémonie de labourage dans
les champs qui entouraient Næ¹a, son village de brahmanes. Comme la
tradition le voulait, le brahmane Bhæradvæja laboura lui-même le champ, devant
les nombreuses personnes présentes en ce jour de fête. Selon la croyance, le geste
propice du brahmane susciterait de fructueuses récoltes sur ses terres. À ce mo-
ment-là, Bouddha faisait sa collecte de nourriture. Il arriva au bord du champ du
brahmane, son bol dans les mains, rayonnant des six couleurs propres à un
bouddha omniscient. Surpris et admiratifs de la pureté et de la majesté dégagées
par le Parfait, tout le monde détourna le regard vers lui, n’accordant plus
d’attention au brahmane. Très orgueilleux, ce dernier interpella Bouddha en se
fâchant :
« Hé, Gotama ! Si, tout comme moi, vous travailliez sur les champs, vous ob-
tiendriez de nombreuses richesses. Ce n’est pas bien de manger le riz des autres.
Il n’y a aucune dignité dans la vie de moine, il n’y a que du profit. Moi, afin de
subvenir à mes besoins, je travaille ! Faites donc comme moi, ne mendiez pas !
— Ô Bhæradvæja ! Je ne demande jamais rien à qui que ce soit. Moi aussi je tra-
vaille, je laboure les champs, tout comme vous !
— Je n’ai jamais vu vos champs, ni vos graines, ni vos bœufs.
— Je laboure le champ søla (de la vertu), je sème les graines saddhæ (de la foi, de
la confiance), à l’aide des bœufs des huit magga³ga (les huit éléments indispen-
sables au développement de l’entraînement permettant de parvenir à la libération
du cycle des renaissances, et par définition, de la souffrance), et du joug pañña
(de la sagesse). Je me nourris de samatha (concentration fixe) et de vipassanæ
(vision directe de la réalité par une concentration répétée). Ensuite, je récolte les
fruits de magga et de phala (nibbæna, la cessation définitive de la souffrance).
Voilà pourquoi, tout comme vous, je laboure les champs. »
Très satisfait de la réponse du Bienheureux, le brahmane Kasi Bhæradvæja
l’écouta respectueusement lui exposer les huit magga³ga. Quand Bouddha eut
terminé, le brahmane devint sotæpana. Il voulut offrir du gâteau de riz au lait au
Bienheureux, qui refusa poliment, expliquant qu’il n’acceptait pas de nourriture
obtenue en raison de ses enseignements. Épris d’admiration pour Bouddha, le
brahmane le convia toutefois à passer le vassa près de son village. C’est ainsi que
le Bienheureux demeura durant les trois mois du vassa dans le monastère de
Dakkhi¼agiri, offert par le brahmane Kasi Bhæradvæja, à côté du village Næ¹a.
272 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 273

VIII

LES PRINCIPAUX CONFLITS


274 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 275

La division du saµgha
par Devadatta
Le racolage du prince Ajætasatu

B
ouddha en était à son vingtième vassa, lorsqu’il demeurait au royaume de
Kosambø. Dans ce royaume, des gens voulaient faire des dons à de grands
disciples de Bouddha, tels que le Vénérable Særiputtaræ, le Vénérable
Mahæ Moggalæna, le Vénérable Mahæ Kassapa ou le Vénérable Ænandæ. Cepen-
dant, en arrivant au monastère, ils ne les trouvaient pas. Désireux de servir ou
d’inviter ces nobles moines, ils demandèrent où les trouver. En revanche, per-
sonne ne s’enquérait à propos du Vénérable Devadatta. Nul n’avait l’intention de
lui faire des offrandes ou de l’inviter. Jaloux des nobles disciples très demandés,
il se lamenta et se mit à penser :
« J’ai du mal à le croire ; personne ne vient pour moi, personne ne me fait
d’offrandes, personne ne m’invite. Je n’ai pas d’amis dans le royaume de Kosam-
bø, personne ne m’apprécie. Par contre, beaucoup sont proches de moines tels que
les Vénérables Særiputtaræ, Mahæ Moggalæna, Mahæ Kassapa et Ænandæ. Per-
sonne ne vient vers moi. Je soupçonne Bouddha de dire de mauvaises choses sur
mon compte aux gens pour qu’ils daignent me vénérer. Pour cette raison, je ne
veux plus rester avec Bouddha. Je vais aller ailleurs, je vais rechercher des gens
qui me vénéreront. Les plus grands de ce pays, tels que les rois, sont les dæyaka
de Bouddha. Il serait bien que je puisse avoir comme dæyaka une personne de
cette envergure. Le fils du roi Bimbisæra, le prince Ajætasatu est encore jeune
(adolescent). Il n’a pas encore de maître attitré. Un jour, il sera roi à son tour. Je
vais tenter de le séduire afin qu’il me prenne comme maître. Si j’y parviens,
j’aurais beaucoup à gagner. »
Ayant pensé ainsi, le moine Devadatta partit avec ses disciples pour le royaume
de Ræjægaha. Bien que puthujana (être encore sous l’emprise des vues erronées),
il avait développé des pouvoirs psychiques. Pour impressionner le jeune prince, il
apparut brusquement devant lui, transformé en magnifique prince, paré de somp-
tueux habits. Cinq gros serpents s’enroulaient autour de lui : deux autour des
jambes, deux autour des bras et un autour du cou. Cette impressionnante appari-
tion fit hurler de frayeur le prince Ajætasatu. Satisfait de son effet, le moine De-
vadatta lui demanda :
« Cela vous fait-il peur, prince ?
— Certainement ! Cela est terrifiant ! Qui êtes-vous ? Un homme ? Un deva ? Un
næga ?
— Je suis le Vénérable Devadatta. Je voulais seulement vous montrer mes capaci-
tés.
— Pouvez-vous me montrer votre apparence de moine ? »
276 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Pour dissiper le doute du jeune prince, le moine Devadatta reprit son apparence
de moine. Épris d’admiration, le prince eut soudainement une haute estime de lui,
à tel point qu’il s’exclama :
« Le noble Bouddha que vénère mon père n’a pas autant de pouvoirs ! »
Il eut tant de respect et de vénération pour Devadatta que le fils du roi Bimbisæra
se rendit quotidiennement auprès de lui pour lui apporter cinq cents pots de riz,
accompagné de cinq cents de ses sujets. Devadatta obtint ainsi de quoi nourrir
aisément tous ses disciples. Du fait que beaucoup de gens avaient une grande
admiration pour le prince Ajætasatu, qui avait une intense vénération pour Deva-
datta, ils se mirent eux aussi, à vénérer ce personnage déraisonné, en lui octroyant
d’innombrables dons. Cela lui permit également d’avoir de nombreux disciples,
moines et laïcs, tous puthujana. Dès lors, la renommée de Devadatta commença à
percer telle une flèche. Il développa en même temps un orgueil démesuré.

Remarque : Un puthujana est un être susceptible de développer des vues erronées, même
s’il a confiance dans le dhamma (la très large majorité des êtres sont des puthujana). Un pu-
thujana peut commettre n’importe quel type d’actions, et retomber de ce fait dans les mondes
inférieurs, à n’importe quel moment. Dès qu’un puthujana réalise le dhamma, grâce à
l’expérience de la cessation (nibbæna), il devient ariyæ, un « être noble », qui ne peut plus
jamais douter des enseignements du dhamma. Alors incapable de transgresser délibérément
l’un des cinq préceptes, l’ariyæ est définitivement épargné des existences dans les mondes in-
férieurs, et assuré de parvenir au parinibbæna, après un nombre limité d’existences.

L’ambition de Devadatta

U
n jour, Devadatta décida :
« Je vais chasser Bouddha et prendre la direction du saµgha à sa
place. »
À cause de cette mauvaise intention, il perdit tous les pouvoirs psychiques qu’il
avait obtenus après des années d’efforts. Un des principaux dæyaka du Vénérable
Mahæ Moggalæna, le dæyaka Kukku¥a, mourut, avant de reprendre naissance dans
la sphère Catumahæ du monde des deva. Quand il parvint dans cette nouvelle
existence, il vint rendre visite au Vénérable Mahæ Moggalæna, à qui il annonça :
« Ô noble Vénérable ! Bénéficiant de nombreuses offrandes, Devadatta a déve-
loppé de mauvaises pensées. Il a l’intention de prendre la place de Bouddha.
Ayant eu cette pensée, il a perdu ses pouvoirs psychiques. »
Quand il eut entendu les paroles du deva, le Vénérable Mahæ Moggalæna alla les
rapporter au Bienheureux, qui lui dit :
« Mon cher Mahæ Moggalæna ! Le deva a dit juste, il ne parle pas par jalousie.
N’en parlez à personne pour le moment. Les gens vont finir par connaître les
mauvaises intentions de Devadatta. »
Quittant le royaume de Kosambø, Bouddha se rendit à Ræjægaha, où il s’installa au
monastère de Ve¹uvana. Voyant arriver le Bienheureux, les moines lui dirent :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 277
« Après avoir fait du prince Ajætasatu son dæyaka, Devadatta bénéficie quoti-
diennement de cinq cents pots de riz et d’innombrables affaires. En vertu de cela,
tous ses disciples baignent dans le confort, ils obtiennent de la nourriture en abon-
dance.
— Ô moines ! Les affaires ne procurent pas de bénéfice. Quand on en possède
trop, cela susceptible de corrompre l’esprit. Cela est très propice aux akusala.
Une fois qu’un bananier a donné ses fruits, on peut le couper, car il n’en donnera
plus (un bananier ne donne des fruits qu’une seule fois). De la même manière,
Devadatta ne donnera plus de “ fruits ”, car il s’est laissé corrompre par la sura-
bondance des dons. »
Au moment où Bouddha finissait son explication, Devadatta arriva, et il
s’exprima devant les cinq cents moines qui étaient alors présents :
« Ô noble Bouddha ! Vous êtes devenu vieux. Cessez de diriger le saµgha,
reposez-vous donc tranquillement ! Confiez-moi le saµgha ! Je saurais le diriger
convenablement.
— Ô Devadatta ! N’ayez pas de telles volontés de prise de pouvoir ! Le saµgha
n’a nullement besoin d’un chef. Appliquez-vous plutôt à votre propre entraîne-
ment ! »
En dépit du propos de Bouddha, Devadatta insista par trois reprises. Bouddha
finit pas lui dire :
« Ô Devadatta ! J’ai fondé et conduis le saµgha parce que tous les êtres souhai-
tant se libérer (du saµsaræ) l’ont voulu, parce qu’on me l’a sollicité. Vous, per-
sonne ne vous l’a demandé. J’ai de nombreux disciples, moines et laïcs, qui sont
venus à moi, car ils m’ont fait confiance et ils ont voulu que je leur enseigne la
voie qui mène à nibbæna. Bien que les Vénérables Særiputtaræ et Mahæ Moggalæ-
na soient mes meilleurs disciples, je ne leur confierai jamais cette tâche. Ayez
conscience que ce n’est pas à un être comme vous – qui n’est même pas sotæpana
– à qui une telle tâche peut être confiée ! »
Recevant ces paroles devant le saµgha, Devadatta blêmit d’humiliation et
d’irritation. Dès lors, il considéra le Parfait comme son ennemi.

La mise en garde contre Devadatta

D
evinant les fâcheuses conséquences susceptible d’apparaître à la suite des
nuisibles intentions de Devadatta, Bouddha dit à ses disciples :
« Une fois que Devadatta aura persuadé le prince Ajætasatu de
s’adonner à de mauvais actes, des dangers vont se produire. Ô moines ! Allez
avertir les gens de Ræjægaha. Dites-leur bien que tout ce que peut faire ou dire
Devadatta n’a aucun rapport avec Bouddha, avec le dhamma ou avec le saµgha.
Ce qu’il peut faire ou dire n’a de rapport qu’avec lui. »
Selon le pakæsanøya (procédure destinée à prévenir les gens des actes – corporels,
oraux ou écrits – d’un moine, ou de quelqu’un qui se fait passer comme tel, qui
n’ont rien à voir avec le dhamma) exposé par le Bienheureux, les moines ont
278 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

rapidement mis en garde les gens de Ræjægaha contre Devadatta. Une fois que
tout le monde fut averti, chacun choisit son camp. Ceux qui étaient stupides et
dépourvus de sagesse se sont rangés du côté de Devadatta, prétendant que
Bouddha cherchait à détruire sa réputation, jaloux des nombreux dons et homma-
ges dont il bénéficiait. Tandis que ceux qui étaient intelligents, pourvus de sa-
gesse et de bon sens, ont naturellement fait confiance à Bouddha.

La tentative de meurtre contre le roi Bimbisæra

P
eu de temps après, Devadatta se rendit auprès du prince Ajætasatu :
« Ajætasatu ! Jadis, les gens avaient la vie longue. De nos jours, nous
l’avons courte. Votre père est encore jeune. Si vous deviez attendre sa
mort avant d’accéder au trône, vous risqueriez d’avoir à patienter très longtemps.
Vous devriez vous débarrasser de lui dès maintenant, jouissant ainsi d’une longue
vie de roi. Pour ma part, je vais éliminer Bouddha et diriger le saµgha à sa
place. »
Incapable de réfléchir par lui-même, le prince se contenta alors de songer :
« Mon maître Devadatta a beaucoup de pouvoir, il a également beaucoup de
sagesse. Il est convenable que je suive ses recommandations. Je vais donc mettre
en application ce qu’il m’a dit. »
Un jour, un couteau derrière sa veste, il alla dans la chambre de son père. Les
gardiens qui se tenaient devant la porte de la chambre l’ont contrôlé. Lorsqu’ils
trouvèrent le couteau qu’il cachait dans ses vêtements, ils l’ont amené devant son
père, le roi, en lui remettant ce qu’ils avaient trouvé sur lui. Perplexe, le roi de-
manda à son fils :
« Que voulez-vous au juste ?
— Je venais pour vous tuer et prendre ainsi votre place.
— Quelle idée ! Qu’est-ce qui vous a mis une pareille idée en tête ?
— C’est le Vénérable Devadatta qui me l’a recommandé. »
Le lendemain matin, le roi réunit ses ministres. Il leur demanda quelles disposi-
tions prendre, et chacun donna son avis :
« Il faut tuer le moine Devadatta, car c’est lui qui a dit de vous tuer.
— Non, il est mieux de tuer tous les moines, ainsi nous ne pourrons plus avoir de
problème de la part d’un membre du saµgha.
— Je crois, pour ma part, que c’est plutôt le prince Ajætasatu qu’il nous faudrait
éliminer.
— (Le roi) Certainement pas ! J’ai beaucoup trop de compassion pour lui ! Lais-
sez-moi vous raconter... Quand mon fils était encore dans le ventre de sa mère, il
lui donna envie de boire du sang. Comme nous ne voulions pas céder à cette
exigence, mon épouse perdit beaucoup de poids et ne cessait de s’affaiblir. Alors,
je me suis tranché le poignet pour faire boire mon sang à mon épouse pour le
bébé, et tout est rentré dans l’ordre. Le jour de la naissance du bébé, des astrolo-
gues l’ont étudié et ont unanimement décrété : “ Ce bébé tuera son père un jour ”.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 279
À ce moment-là, mon épouse voulut tuer son bébé, refusant l’idée qu’il puisse me
tuer un jour. J’ai dit : “ Il en est hors de question ! S’il veut me tuer, qu’il me
tue ! ”. De peur que la reine parvienne à tuer le bébé, je le lui ai retiré aussitôt.
Quand il a grandi, qu’il marchait et parlait, il était vraiment adorable. Je l’ai
confié à sa mère, et elle l’a fortement aimé, ne voulant plus le faire disparaître.
Elle a ensuite considérablement pris soin de lui, jusqu’à l’âge adulte. Ainsi, s’il
veut me tuer, qu’il me tue ! J’ai voulu un fils pour qu’il soit roi. D’ailleurs, nous
n’allons pas attendre. Puisqu’il veut être roi, je vais le mettre sur le trône dès
maintenant ! »

La détention de l’ancien roi Bimbisæra

S
elon l’annonce du roi Bimbisæra à ses ministres, le prince Ajætasatu monta
sur le trône. À peine roi, il destitua de leurs fonctions tous ceux qu’il
n’aimait pas et attribua le titre de ministre à tous ceux qu’il appréciait.
Quand les gens du royaume apprirent la tentative de meurtre de l’ancien roi par
son propre fils, influencé par le nuisible Devadatta, ils comprirent pleinement
l’avertissement de Bouddha.
Le nouveau roi Ajætasatu alla voir Devadatta :
« Vénérable ! À présent, me voilà roi. Il ne reste qu’à résoudre votre problème.
— Ajætasatu ! Ce que vous venez de faire, c’est exactement comme garder un
serpent au venin mortel dans ses vêtements ; à n’importe quel moment, il peut
attaquer. De la même manière, votre père pourra, à n’importe quel moment re-
prendre la couronne si le cœur lui en dit. Il faut absolument vous en débarrasser
pour de bon. Sinon, dès qu’il sera las d’avoir accompli votre caprice, il vous fera
arrêter et reprendra le trône à votre place.
— Comment faire, Vénérable ? Que suggérez-vous ?
— Tuez-le, voyons !
— Je crois que je ne serais jamais capable de le tuer avec un couteau.
— Ne le tuez pas avec un couteau, tuez-le en le laissant mourir de faim ! »
Obéissant à l’injonction de Devadatta, le roi Ajætasatu arrêta son père, et le fit
mettre dans un profond cachot du palais. Il interdit à quiconque de lui rendre
visite, hormis son épouse, la reine Vedehø. Il défendit également quiconque de lui
apporter de la nourriture, promettant de tuer tous ceux qui se risqueraient à le
nourrir. Pour que personne ne puisse s’approcher du prisonnier Bimbisæra, le roi
déploya un foisonnement de gardes à l’entrée et aux alentours du cachot. La reine
Vedehø vint faire des reproches à son fils :
« Vous ne pouvez pas faire une chose pareille ! Remettez immédiatement votre
père en liberté ! »
La reine parla en vain, car le jeune roi ne voulait rien entendre. La reine Vedehø
cacha du riz dans ses vêtements. Comme elle était la seule personne autorisée à
approcher son époux détenu, elle put le nourrir. Grâce à elle, il pouvait manger et
prendre des forces ; cela était sa seule source d’alimentation. Au bout de quinze
jours, le jeune roi s’enquit à propos de son prisonnier :
280 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Comment va mon père ? Est-il toujours en vie ?


— Il se porte bien, Sire. Il est toujours en vie.
— À l’aide de quelle nourriture peut-il subsister ?
— Votre mère lui apporte de quoi se nourrir.
— Désormais, fouillez-la quand elle vient le voir, de sorte qu’elle n’ait rien sur
elle. »
La reine ne pouvait plus rien cacher dans ses vêtements. Pour nourrir son époux,
elle cacha de quoi l’alimenter dans son gros chignon. Quand le stratagème fut
dévoilé, on lui détachait les cheveux. Elle ne pouvait donc plus le nourrir de cette
façon. Jamais à cours de subterfuges pour sauver son époux, juste avant d’aller lui
rendre visite, elle se douchait et s’enduisait le corps de mélasse. Le prisonnier
Bimbisæra n’avait alors qu’à lécher son épouse pour se nourrir. Quand l’astuce fut
découverte, le roi interdit purement et simplement à sa mère d’aller voir son
époux. Depuis ce jour, le détenu ne mangea donc plus rien. Il se contenta de pra-
tiquer satipa¥¥hæna (l’établissement de l’attention, qui vise à développer vipassa-
næ, la connaissance directe de la réalité).

La mort de l’ancien roi Bimbisæra

A
u bout sept jours, le prisonnier Bimbisæra était encore en vie. Quand le
roi Ajætasatu demanda comment allait son père, on lui répondit qu’il
faisait tranquillement des marches et des assises, absorbé dans la
contemplation des phénomènes physiques et mentaux. Comme le temps passait,
le fils commença à perdre patience. Plongé dans une grande colère, il pensa :
« Pourquoi n’est-il toujours pas mort ? Finissons-en ! »
Il voulait l’empêcher de marcher, afin de l’achever plus rapidement. Il appela
donc le coiffeur, qui possédait un rasoir très coupant, pour faire trancher les plan-
tes des pieds de l’ancien roi. Ce dernier fut ravi de voir arriver le coiffeur dans sa
cellule, car il pensait que son fils, voulant le libérer, avait envoyé le coiffeur pour
lui raser la barbe et lui couper les cheveux, avant sa sortie. Ainsi, il pleura de joie,
jusqu’au moment où des hommes l’attachèrent solidement. C’est avec horreur
qu’il constata que les ordres donnés par son fils étaient tout autres. On utilisa le
rasoir du coiffeur pour lui trancher de profondes entailles dans les plantes des
pieds. Ensuite, on lui appliqua du sel dans les plaies, et on lui mit les pieds dans
des braises ardentes.
Lors d’une existence passée, le roi Bimbisæra entra sur la plate-forme d’un cetiya
(reliquaire faisant l’objet d’un monument) sans retirer ses chaussures. Se moquant
de la propreté étincelante du noble lieu, il marcha avec les pieds sales tout autour
du reliquaire, y compris sur les places destinées aux moines pour s’asseoir. Il
expérimenterait les conséquences de cet akusala, en subissant le tranchage, le
salage et la brûlure de ses pieds. Sans tarder, cette fois il mourut. Dans son der-
nier souffle, il prononça le nom de Bouddha. Il prit naissance dans la sphère Ca-
tumahæ du monde des deva, prenant le nom de Javanasabha.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 281
Le jour de la mort de l’ancien roi Bimbisæra, son fils eut à son tour un fils nommé
Udayabhadda. Il fut si heureux qu’il pensa à son père. Il voulut partager cette joie
avec lui. Il demanda à sa mère :
« Mère ! Mon père m’aimait-il quand je suis né ? Était-il heureux comme je le
suis maintenant ?
— Certainement ! Comme vous n’êtes pas en mesure de l’imaginer ! Pour vous
en donner une idée, je vais vous raconter. Voyez-vous la cicatrice que vous avez
au bout du doigt ? Une fois, vous avez eu une plaie à cet endroit. Vous ne parve-
niez pas à dormir, vous pleuriez sans cesse, jour et nuit. Votre père, le roi Bimbi-
særa, laissa de côté son devoir royal pour vous prendre dans ses bras et mit votre
doigt dans sa bouche pour vous soulager de la douleur qui vous accablait. Lors-
que du pus sortait, de peur que vous vous soyez remis à pleurer s’il avait enlevé
votre doigt de sa bouche, il avala tout le pus qui en sortait. Voilà comment il vous
aimait. Seriez-vous capable d’en faire autant pour votre fils ? Quand vous êtes né,
les astrologues ont affirmé à votre père que vous le tuerez un jour. En dépit de
cela, il vous a toujours protégé, affirmant que vous pourriez le tuer si vous vou-
liez, mais que lui prendrait toujours grand soin de vous. Vous demandez-vous
toujours si votre père vous aimait ? »
Le jeune roi Ajætasatu était bouleversé par les paroles de sa mère. Il courut vers la
prison, en criant :
« Libérez mon père ! libérez mon père !
— C’est trop tard, Sire. Votre père est mort ce matin. »
Le jeune roi était effondré de tristesse, sanglotant comme un fou, rongé par la
douleur. Il regrettait amèrement la mort qu’il avait donnée à son père. Inconsola-
ble, il organisa la cérémonie funéraire de son père, où le corps de ce dernier fit ses
adieux, les cendres emportées par le vent.

L’envoi des trente-deux archers contre Bouddha

L
orsque Devadatta apprit la mort de l’ancien roi Bimbisæra et le chagrin du
roi Ajætasatu, il alla le voir en lui délivrant divers enseignements. Quand
il en vint à évoquer le triste événement, il finit en concluant :
« Ô Ajætasatu ! Le cas de votre père est maintenant réglé. Il reste celui de
Bouddha à présent. Pour le tuer, j’ai besoin de trente-deux archers. »
Toujours confiant envers le nuisible Devadatta, le roi lui mis à disposition les
archers demandés. Devadatta avait élaboré un plan de manière à réussir son meur-
tre sans qu’on puisse le soupçonner... Il réunit les trente-deux archers, et s’adressa
au plus habile d’entre eux :
« Allez tout près de Bouddha et lancez-lui une flèche en plein cœur. »
Quand il eut reçu son ordre, le plus habile des archers se mit à l’œuvre ; il alla
vers le Bienheureux. Dès qu’il fut parti, il envoya deux autres archers, leur or-
donnant d’aller attendre le premier archer, cachés derrière le chemin, et de le tuer
282 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

dès qu’il reviendrait du monastère de Bouddha. Quand les deux archers furent
partis, il en envoya quatre autres en leur demandant d’aller attendre le retour des
deux autres, cachés derrière le chemin, à un endroit moins éloigné, et de les exé-
cuter à leur tour. Après que ceux-là se mirent en route, il en envoya huit autres
avec le même ordre, en désignant toutefois un endroit encore moins éloigné.
Quant aux dix-sept archers qui restaient, le nuisible Devadatta leur ordonna seu-
lement de se cacher sur place, guettant les huit derniers partis pour les éliminer à
leur retour.
Quand le premier archer fut arrivé auprès de Bouddha, il lui décocha une flèche,
qui, juste avant d’atteindre sa cible, fut anéantie par les pouvoirs psychiques du
Parfait. Impressionné de voir sa flèche disparaître soudainement juste devant sa
cible, l’archer jeta son arc. Le Bienheureux lui demanda de s’asseoir, rayonnant
d’une telle compassion que déjà il regrettait son geste. Il lança son archer dans les
fourrés et vint se prosterner devant lui et écouta l’enseignement qu’il lui délivra,
avant de prendre les trois refuges, en lui déclarant qu’il compterait désormais
parmi ses upæsaka (bienfaiteurs). Lorsqu’il rebroussa chemin, Bouddha lui re-
commanda de prendre le chemin opposé, car il vit – à l’aide de ses pouvoirs psy-
chiques – que les autres archers attendaient pour le tuer. Comme l’archer ne reve-
nait pas, les deux qui furent envoyés pour le supprimer commencèrent à
s’inquiéter. Ils se sont avancés lentement jusqu’à Bouddha. Et quand ils parvin-
rent à lui, ils furent surpris de ne pas l’avoir trouvé. En les apercevant, le Bien-
heureux les invita à prendre place près de lui. Quand ils entendirent
l’enseignement du Parfait, ils firent comme le premier archer. Pour la même rai-
son, tous les autres archers suivirent le chemin jusqu’à Bouddha, et n’en reparti-
rent qu’après avoir jeté leur arme et prirent les trois refuges.
Une fois que les trente-deux archers se retrouvèrent ensemble, apprenant alors
qu’ils avaient reçu de Devadatta l’ordre de s’entretuer, ils se contentèrent de re-
tourner vers lui et de lui dire :
« Si vous voulez tuer Bouddha, vous n’avez qu’à le faire vous-même ! »

L’envoi du gros rocher

A
près cet échec, Devadatta décida qu’il agirait lui-même, prenant à la lettre
la réplique ironique des archers. Un jour, il alla sur la montagne Gijjha-
ku¥a, sur laquelle il fit rouler un énorme rocher par ses disciples, jusqu’au
rebord de la falaise qui dominait la route de l’étroite vallée coincée entre deux
montagnes. Quand ce fut fait, il fit évacuer tout le monde et resta seul à attendre.
Peu de temps après, alors que Bouddha suivait la route de la vallée, Devadatta
poussa le lourd rocher, le faisant ainsi dangereusement chuter vers le cœur de la
vallée, où avançait le Bienheureux. Voyant tomber le rocher au-dessus de lui,
Bouddha fit apparaître un pont rocheux entre les deux montagnes qui entouraient
la vallée, de sorte à retenir le gros rocher dans sa chute. Celui-ci se fracassa sur le
barrage avec une violence telle, qu’il se brisa en nombreux morceaux. Alors que
des éclats volèrent au loin, l’un d’eux blessa Bouddha au pied. Lorsqu’il leva les
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 283
yeux vers le haut, il vit le nuisible Devadatta, qui l’observait au loin, guettant les
effets de son terrible acte. Bouddha l’interpella :
« Devadatta ! Pourquoi tentez-vous, après avoir pris la robe monastique, de me
supprimer, moi Bouddha ? Est-ce parce que vous pensez que l’enfer Avøci – le
plus douloureux des enfers – est agréable ? »
Quand les moines virent le pied ensanglanté de Bouddha, ils lui demandèrent ce
qui s’était passé. Une fois que la nouvelle tentative de meurtre de Devadatta leur
fut racontée, certains s’armèrent de bâtons pour protéger Bouddha, qui les rassu-
ra :
« Ne vous inquiétez pas ! Personne ne peut tuer un bouddha omniscient. Un
bouddha ne s’éteint en parinibbæna que par lui-même ; personne ne peut l’y pré-
cipiter. »
Le docteur Jøvaka soigna la plaie de Bouddha. Au bout de trois jours, sa blessure
étant totalement guérie, il put de nouveau aller collecter sa nourriture avec son
bol.
De son côté, Devadatta réfléchit à un nouveau stratagème pour éliminer Bouddha.

L’éléphant Næ¹ægiri

B
ien décidé à tuer Bouddha, le néfaste Devadatta pensa :
« Bouddha a une apparence majestueuse, il enseigne merveilleusement
le dhamma, il protège les êtres, les gens le vénèrent énormément. Pour
cette raison, je ne trouverai jamais quelqu’un qui accepterait de l’éliminer. En
revanche, un animal peut effectuer une telle besogne sans se poser de questions.
Je vais donc lâcher un éléphant sur Bouddha. »
À peine cette idée surgie dans son esprit malsain, Devadatta alla emprunter au roi
Ajætasatu son éléphant Næ¹ægiri, connu pour être très sauvage et mauvais. Il tua
de nombreuses personnes. Quand le roi le lui remit, attaché par des chaînes et
entouré d’hommes armés pour le maintenir, Devadatta lui fit boire de l’alcool afin
de le rendre plus méchant encore. Étant donné que le faux moine prévit lâcher le
dangereux pachyderme le lendemain matin, au moment où Bouddha effectuerait
sa collecte quotidienne, le roi fit avertir tous les habitants des environs de ne pas
sortir pendant la matinée du lendemain. Il indiqua simplement qu’un éléphant
dangereux serait lâché, sans toutefois préciser que la cible serait Bouddha. Cet
étrange événement fit rapidement le tour de Ræjægaha, et beaucoup de gens allè-
rent trouver le Bienheureux pour lui déconseiller de sortir le lendemain. Beau-
coup déclarèrent, en devinant un mauvais coup de sa part, que Devadatta avait dû
se concerter avec le roi pour lancer cet éléphant contre Bouddha. Ce dernier se
contenta de répondre :
« Ce n’est rien, ne vous inquiétez pas, aucun danger ne peut m’arriver ! Je vais
amadouer cet éléphant. »
284 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Refusant de suivre les conseils des gens inquiets, il demanda au contraire à tous
ses disciples de le suivre dès le lendemain matin ; ils iraient tous effectuer ensem-
ble la collecte de nourriture. Au lever du jour, Bouddha appela son serviteur atti-
tré :
« Ænandæ ! Réunissez tous les moines de Ræjægaha dans le monastère de
Ve¹uvana. »
Quand tous furent présents, Bouddha emprunta la route principale, qui ne désem-
plissait jamais de monde et qui se dirigeait droit vers le centre de la ville. Il était
suivi de tous ses disciples. Comme tout le monde fut prévenu du danger, chacun
avait grimpé dans les arbres, sur les toits des maisons, et partout où l’on ne pou-
vait être atteint par l’éléphant. Lorsque Devadatta aperçut Bouddha arriver au loin
avec ses disciples, il fit boire encore un peu d’alcool à l’éléphant Næ¹ægiri, avant
de le lâcher sur lui. Dans le public, il y avait des titthi (personnes développant des
vues erronées) qui se réjouissaient :
« Aujourd’hui, Bouddha va mourir. Nous en serons débarrassés ! »
Quand l’éléphant s’approcha, en apercevant Bouddha, il émit un puissant barris-
sement, qui fit trembler le sol sous ses lourdes pattes. Dans une fureur folle, le
puissant animal détruisit toutes les maisons et tous les arbres situés aux abords de
la route. Rien ne résistait à son passage, même les constructions les plus solides.
Il commença à charger le Bienheureux en se précipitant à grande vitesse vers lui
et ses moines. Les moines qui se trouvaient juste derrière Bouddha, voyant
l’éléphant se précipiter vers eux à une allure inquiétante, proposèrent à leur maî-
tre :
« Vénérable Bouddha ! Ce féroce animal est réputé pour être très violent. Vous
ne savez peut-être pas comment il est dangereux. Nous vous prions de tourner et
d’emprunter sans plus tarder un autre chemin.
— Ô moines ! Soyez sans crainte ! Je vais le dompter pour qu’il soit docile.
— (Le Vénérable Særiputtaræ) Vénérable Bouddha ! Demeurez tranquillement à
l’écart, je vais me charger de le dompter.
— Non, Særiputtaræ, restez où vous êtes !
— (Le Vénérable Mahæ Moggalæna) Vénérable Bouddha ! Demeurez tranquille-
ment à l’écart, je vais me charger de le dompter.
— Non, Mahæ Moggalæna, restez où vous êtes ! »
D’autres grands disciples se proposèrent de la même façon, essuyant tous le
même refus. Tandis que la masse effrayante du pachyderme n’était plus qu’à une
faible distance des moines, le Vénérable Ænandæ se propulsa d’un bond devant le
Bienheureux, soucieux de le protéger au sacrifice de sa vie. Néanmoins, son maî-
tre lui ordonna de ne pas rester devant lui :
« Poussez-vous d’ici et filez derrière, Ænandæ ! Laissez-moi m’occuper moi-
même de cet éléphant.
— Ne faites pas cela, noble Bouddha ! Cet animal est très sauvage, et ivre de
surcroît. Laissez-moi mourir plutôt que de vous risquer à un tel danger. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 285
Comme le Vénérable Ænandæ avait un immense attachement pour son maître
pour qui il craignait un danger, il persista à ne pas lui obéir. Bouddha l’aspira – à
l’aide de ses pouvoirs psychiques – tout en l’éjectant derrière lui en un éclair. À
cet instant, terrifiée par l’éléphant, une femme courrait avec son bébé dans les
bras. Gênée par son enfant dans sa course, elle vint le poser tout près de Bouddha,
le croyant en sécurité auprès de lui, et continua sa fuite de plus belle. Apercevant
cette femme, l’éléphant la prit pour nouvelle cible, plus excité par un être mou-
vant qu’un être immobile. Bouddha s’adressa alors à l’éléphant :
« Si tu as été lâché, c’est pour me tuer et non pour tuer quelqu’un d’autre. Laisse
cette femme en paix et vient plutôt vers moi ! »
En se retournant vers le Bienheureux, l’éléphant le fixa du regard, prêt à le char-
ger. Cependant, Bouddha lui projeta un flot de mettæ (amour, bienveillance) tel-
lement puissant, que l’animal se dégrisa de l’alcool qu’il avait absorbé et, se sen-
tant envahi par un amour d’une intensité extraordinaire, il se dépossédât subite-
ment de toute malveillance. Mettant sa trompe dans la bouche, rabaissant les
oreilles et la queue, il s’approcha tout doucement de Bouddha, et s’abaissa devant
lui. Félicitant l’éléphant, le Bienheureux le caressa en lui donnant des recomman-
dations :
« À partir d’aujourd’hui, ne sois plus jamais mauvais, ne tue pas ! Demeure
gentil et bienveillant à l’égard des autres ! Ainsi, lorsque tu parviendras au terme
de ton existence, tu pourras accéder aux mondes supérieurs (monde humain,
monde des deva ou monde des brahmæ). »
Quand l’éléphant Næ¹ægiri entendit les paroles du Bienheureux, épris d’une pro-
fonde admiration, il l’entoura délicatement de sa trompe, en guise de respect et de
gratitude. L’animal était tellement respectueux de suivre les recommandations de
Bouddha qu’il aurait aisément pu devenir un sotæpana s’il avait été un être hu-
main. À ce moment-là, tous les gens présents ont exprimé leur joie dans un tu-
multe d’exclamations. Les gens étaient si admiratifs pour cet éléphant qu’ils le
caressaient longuement et beaucoup d’entre eux lui offrirent de nombreux dons.
L’éléphant changea alors de nom ; il s’appellerait désormais Dhanapæla, ce qui
signifie : « celui qui prend soin de sa fortune ». Bouddha délivra un enseignement
à toutes les personnes présentes. Certains devinrent sotæpana, les autres prirent
les trois refuges.

Les cinq exigences de Devadatta

D
epuis le jour où l’éléphant fut lâché sur Bouddha, plus personne n’avait
de vénération pour le nuisible Devadatta, y compris le roi Ajætasatu. Il
devint alors très difficile pour lui et ses disciples d’obtenir de la nourri-
ture. En revanche, les gens avaient une vénération plus forte que jamais pour
Bouddha. Devadatta et ses disciples ne parvenant plus à obtenir de quoi se nourrir
à l’aide de la collecte, ils en vinrent à mendier carrément leur repas auprès des
gens. Dépourvu de honte, Devadatta incita même des disciples laïcs à aller de-
mander pour lui de la nourriture aux villageois. Quand Bouddha sut cela, il établit
une nouvelle règle de conduite monastique (le pæcittiya 32) :
286 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ô moines ! Si un moine consomme de la nourriture réclamée ou offerte de


manière incorrecte (impolie, irrespectueuse, etc.), acceptée à quatre moines ou
plus, il commet un pæcittiya à chaque ingestion. »
Bouddha précisa en outre qu’un moine ne doit jamais demander quoi que ce soit à
qui que ce soit – en dehors du saµgha. En revanche, un moine est à la rigueur
autorisé à faire connaître ses besoins à un membre de sa famille directe (enfants,
parents, grands-parents, etc.) ou à une personne qui l’a expressément invité à lui
en faire part.
Quand Bouddha établit cette règle, Devadatta se fâcha contre lui plus que jamais.
Il réunit ses quatre principaux disciples, qui étaient les moines Kokælika,
Ka¥modakatissa, Kha¼ðadeviya et Samuddadatta :
« Ô disciples ! Je vous annonce ma séparation totale avec Bouddha et sa com-
munauté, avec qui je n’ai plus rien à faire. Restez seulement auprès de moi !
N’allez plus rien faire avec les moines de Gotama !
— (Le moine Kokælika) Ô Vénérable Devadatta ! Bouddha a beaucoup de pou-
voirs. Comment pourriez-vous diviser le saµgha ? C’est impossible !
— Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas difficile ! Je connais bien le vinaya (disci-
pline monastique) que Gotama enseigne. Je sais comment l’enseigner. Je vais
demander à Gotama d’intégrer cinq points supplémentaires dans le vinaya. Il va
certainement les refuser. À ce moment-là, j’intégrerai ces cinq points, fondant
ainsi ma propre communauté. Dans ce monde, il y a beaucoup de personnes qui
sont attirées par les pratiques particulières. Ainsi, il y aura toujours du monde qui
viendra à moi ! »
Peu de temps après, il se rendit près de Bouddha lui faire part de ses cinq exigen-
ces, devant une grande assemblée de moines :
« Ô noble Bouddha ! Je vous prie d’intégrer cinq points supplémentaires dans le
vinaya...
(1) Que tous les moines demeurent isolés dans la forêt. Établissez une grosse
faute pour chaque moine qui demeure près des villages.
(2) Que tous les moines se nourrissent exclusivement de la nourriture obtenue à
l’aide de la collecte. Établissez une grosse faute pour chaque moine qui ré-
pond à une invitation pour un repas.
(3) Que tous les moines portent des robes faites à partir de tissus abandonnés.
Établissez une grosse faute pour chaque moine qui utilise une robe neuve of-
ferte par un dæyaka.
(4) Que tous les moines dorment sous un arbre. Établissez une grosse faute pour
chaque moine qui passe la nuit sous un toit.
(5) Que tous les moines soient végétariens. Établissez une grosse faute pour cha-
que moine qui mange de la viande ou du poisson. »
Bouddha refusa fermement chacune de ces cinq exigences, et déclara à Devadat-
ta :
« Devadatta ! La voie que j’ai enseignée est la voie moyenne. Que les moines
qui souhaitent demeurer isolés dans la forêt y demeurent ! Que les moines qui
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 287
souhaitent demeurer près des villages y demeurent ! Que les moines qui souhai-
tent collecter leur nourriture à l’aide du bol s’alimentent ainsi ! Que les moines
qui souhaitent répondre aux invitations pour les repas s’alimentent ainsi ! Que les
moines qui souhaitent porter des robes faites de tissus abandonnés se vêtissent
ainsi ! Que les moines qui souhaitent porter des robes neuves offertes par les
dæyaka se vêtissent ainsi ! Que les moines qui souhaitent dormir sous un arbre y
dorment ! Que les moines qui souhaitent dormir sous un toit y dorment ! Que les
moines qui souhaitent être végétariens le soient ! Que les moines qui souhaitent
manger de la viande et du poisson en mangent !
Concernant la viande, j’ai déjà enseigné les viandes qu’il n’est pas convenable de
consommer pour un moine. »

Remarque : Auparavant, à propos du végétarisme, Bouddha avait déjà expliqué, entre autres,
que lorsqu’un moine accepte la viande d’un animal qui n’a pas été tué par lui, ni spéciale-
ment à l’intention du saµgha, il peut la manger sans commettre le moindre akusala, car il
n’est aucunement responsable de sa mort. Il est même tenu de l’accepter, car d’une part, il ne
doit pas montrer d’exigences pour la nourriture qui lui est offerte, et d’autre part, il ne doit
pas empêcher aux nombreuses personnes qui n’ont que de la viande à offrir au saµgha
l’occasion de se faire du mérite par leur pratique du don.
Remarque : Outre la viande d’un animal tué spécifiquement pour un ou plusieurs membres
du saµgha, un moine ne doit pas accepter ni manger dix sortes de viande, dans le but de ne
pas choquer les gens qui prêtent des qualités nobles, sacrées ou affectives à certains animaux
ou simplement aux êtres humains : l’être humain, le chien, le cheval, l’éléphant, le léopard, le
tigre, le lion, l’ours, l’hyène et le serpent.

La division du saµgha

C
omme le Bienheureux rejeta ses cinq exigences, Devadatta fut ravi, car il
n’en attendait pas moins. Aussitôt qu’il fut sorti du bâtiment principal où
demeurait Bouddha, il s’écria devant tous les moines qui se tenaient près
de lui :
« Je viens de demander au moine Gotama d’intégrer cinq nobles pratiques dans
le vinaya. Il a refusé ! Il a peur de la difficulté et du dépouillement. Il préfère une
vie confortable pour lui et ses moines. Il veut vivre facilement en jouissant de
nombreux dons. Je me sépare de ce Gotama, car je tiens à intégrer ces cinq nobles
pratiques dans le vinaya. Que ceux qui veulent me suivre viennent avec moi ! »
Lorsque ce discours fut rapporté à Bouddha, il convoqua Devadatta pour lui dire :
« Devadatta ! Ne tentez pas de diviser le saµgha ! Les êtres qui œuvrent à divi-
ser le saµgha subissent les enfers Avøci (les plus pénibles de tous) pendant un
kappa entier. En revanche, les personnes qui œuvrent pour ressouder un saµgha
divisé, après leur mort, expérimentent la vie de deva pendant un kappa entier. »
En dépit de l’avertissement de Bouddha, désireux de s’obstiner dans sa maudite
besogne de division du saµgha, Devadatta prit congé de lui.
Un jour, alors que le Vénérable Ænandæ faisait sa collecte de nourriture dans la
ville de Ræjægaha, il rencontra Devadatta, qui lui dit :
288 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

« Ænandæ ! Sachez que désormais, je ne ferai plus l’uposatha avec les disciples
de Bouddha, je ne participerai plus à aucune procédure avec eux. Moi et mes
disciples formons à présent une communauté totalement à part. »
Le Vénérable Ænandæ rapporta ces propos à Bouddha. Le jour d’uposatha sui-
vant, accompagné de cinq cents moines de Vesælø qu’il réussit à racoler dans sa
secte, Devadatta se rendit à la ville de Gayæsøsa. Parmi la population, personne
n’appréciait le grand provocateur de discorde qu’il était. Ainsi, lui et ses disciples
rencontrèrent de larges difficultés pour obtenir leur nourriture. Pour cette raison,
beaucoup de moines voulurent quitter la robe pour retourner à la vie laïque.

La déchéance de Devadatta

B
ouddha convoqua ses deux disciples suprêmes, les Vénérables Særiputtaræ
et Mahæ Moggalæna :
« Ô Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna ! Les cinq cents moines qui ont
suivi Devadatta sont entrés dans le saµgha, car ils cherchent la paix de nibbæna.
À cause de Devadatta, ils sont sur le point de quitter le saµgha, car ils sont à
cours de nourriture et de vêtements. Allez les voir et enseignez-leur le dham-
ma ! »
Les deux aggasævaka (les deux plus nobles disciples de Bouddha – les Vénéra-
bles Særiputtaræ et Mahæ Moggalæna) partirent à la rencontre des disciples de
Devadatta. Quand ce dernier les aperçut de loin, il fut empli d’une immense joie.
Quand son principal disciple, le moine Kokælika, remarqua l’allégresse qui ani-
mait son maître, il voulut le mettre en garde :
« Vénérable Devadatta ! Ne faites pas confiance à ces deux moines !
— Ne vous en faites pas ! Ils viennent vers moi, car ils apprécient les cinq prati-
ques que j’impose à ma communauté. Ils viennent pour s’intégrer à nous ! »
Au moment où les deux aggasævaka arrivèrent parmi eux, Devadatta les accueillit
dignement. Il leur fit préparer deux bonnes places pour qu’ils puissent s’installer.
Néanmoins, déclinant l’hospitalité de Devadatta, ils s’assirent tous deux à une
autre place. Devadatta commença à délivrer un enseignement devant tous ses
disciples et les deux invités, sans mot dire, écoutaient tranquillement parler
l’irraisonné. Après un long enseignement qui dura jusqu’à la nuit, épuisé, Deva-
datta invita le Vénérable Særiputtaræ à prendre sa place avant d’aller se coucher :
« Ami Særiputtaræ ! Je suis fatigué, à présent je vais me reposer. Je vous en prie,
donnez un enseignement ! »
Le Vénérable Særiputtaræ délivra un enseignement à propos des quatre nobles
vérités. Ensuite, le Vénérable Mahæ Moggalæna donna à son tour un enseigne-
ment, qui lui, traitait des pouvoirs psychiques. Après avoir entendu
l’enseignement de chacun des deux aggasævaka, les cinq cents moines présents –
hormis les quatre disciples principaux de Devadatta – devinrent sotæpana. À
l’arrivée du jour nouveau, le Vénérable Særiputtaræ vint poliment annoncer son
départ à Devadatta qui venait tout juste de se réveiller :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 289
« Ô Devadatta ! Nous nous en allons, maintenant. Ceux qui apprécient votre
enseignement viendront vers vous, ceux qui apprécient le nôtre viendront vers
Bouddha. »
Au moment où les deux aggasævaka s’éloignèrent, les cinq cents moines présents
les suivirent. Assistant au départ de ses cinq cents anciens disciples, Devadatta
devint fou de colère au milieu des quatre disciples qui lui restaient. Également
furieux, le moine Kokælika lui donna un violent coup de genou dans la poitrine,
avant de lui hurler sur un ton de reproche :
« Ne vous avais-je pas dit de ne pas les accepter ? Voyez où nous en sommes, à
présent ! »
Tombé à terre, Devadatta fut gravement blessé par son disciple, à tel point qu’il
vomit du sang en abondance. Il se mit à réfléchir à tous ses actes nuisibles et à
toutes les recommandations qui lui furent faites. Se remettant entièrement en
question, il finit peu à peu par avoir de profonds regrets sur ses agissements. Il
réalisait sur le tard les conséquences néfastes que ses actes étaient susceptibles
d’engendrer. Ses réflexions aboutirent à une volonté très forte d’aller reconnaître
ses erreurs auprès de Bouddha en lui demandant pardon. Comme il ne pouvait pas
marcher, il demanda à ses quatre derniers disciples de le transporter, à l’aide d’un
banc, au monastère du Bienheureux, qui demeurait alors à Sævatthi. Juste avant
d’arriver, après un pénible voyage en raison du transport de Devadatta, assoiffés,
les quatre moines posèrent le banc à terre pour se désaltérer dans un étang situé
devant l’entrée du monastère de Jetavana.
Alors que les quatre moines étaient en train de boire, Devadatta était seul, assis
sur son banc, attendant que les autres finissent de boire. Impatient d’épancher sa
soif, il posa ses pieds à terre pour tenter de se redresser. Mais soudainement, dès
que ses pieds se posèrent au sol, la terre s’ouvrit sous lui, l’aspirant lentement,
telle une géante bouche l’avalant en douceur. Pendant qu’il descendait, il joignit
les mains et se courba, malgré la douleur qui le tiraillait depuis le mauvais coup
qu’il reçut à la poitrine, en direction de Bouddha. Il lui rendait hommage, en lui
demandant pardon, avec ses plus sincères regrets. C’est ainsi que, absorbé dans
un état d’esprit extrêmement bénéfique, Devadatta plongea lentement dans les
feux du plus violent des enfers, dans lequel il restera pendant l’effrayante durée
d’un kappa complet. Toutefois, en raison du puissant kusala qu’il développa
durant les derniers instants de sa vie, après son séjour infernal, il deviendra un
pacceka buddha (un bouddha parvenu par lui-même à la connaissance des quatre
nobles vérités, néanmoins non en mesure de l’enseigner aux autres) et aura le
nom d’A¥¥hissara, ce qui signifie « celui qui prend conscience du dhamma par la
vue d’ossements ».
290 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le conflit de la rivière Rohinø

E
ntre le royaume de Kosiya et celui de Kapilavatthu, coulait une rivière
nommée Rohinø. Cette rivière était très employée par les paysans des deux
côtés pour l’irrigation des rizières. Un jour de juin, la rivière était presque
asséchée. Il n’y avait donc plus d’eau pour irriguer les rizières. Afin de discuter
du problème, les paysans des deux royaumes se réunirent. Ceux de Kapilavatthu
déclarèrent :
« Cette rivière ne peut être partagée, car il n’y a pas assez d’eau pour les deux
royaumes. Si nous la prenions seulement pour nous, nous pourrions irriguer tou-
tes nos rizières. Ainsi, vous devez nous laisser cette eau ! »
Naturellement, les paysans de l’autre royaume tinrent le même discours. Alors
que personne ne parvenait à trouver un accord, les uns conspuaient les autres, et
rapidement, les insultes se mirent à fulminer. Les paysans de Koliya hurlèrent à
ceux de Kapilavatthu :
« Vous ne valez pas mieux que des chiens ou du bétail, car vous vous reprodui-
sez entre frères et sœurs ! »
Les tout premiers ancêtres de certaines ethnies de Kapilavatthu avaient effective-
ment fait l’objet de mariages au sein de la famille, mais cette tradition n’avait
plus cours depuis longtemps. Les paysans de Kapilavatthu rétorquèrent à ceux de
Koliya :
« Ne soyez pas fiers, car vous êtes tous gouvernés par un lépreux ! »
En effet, avant de diriger son royaume, le roi de Koliya souffrait de la lèpre, mais
il fut guéri avant son accession au trône. Comme le conflit s’envenimait, les mi-
nistres durent s’en mêler, et peu de temps après, les rois eux-mêmes arrivèrent sur
place, chacun accompagné de ses troupes armées. Chaque camp restait sur sa
propre rive, n’attendant que l’ordre de son roi pour assaillir la rive rivale. Alors
que tous s’apprêtèrent à entrer dans une guerre violente, Bouddha arriva. Le ma-
tin même, il avait su qu’un conflit se constituait autour de la rivière Rohinø. Il vint
par le ciel, et demeura immobile, assis et flottant dans l’air, juste au-dessus de la
rivière, en rayonnant de ses fameuses six couleurs. Quand tous aperçurent
Bouddha, pour qui ils avaient un grand respect, ils lâchèrent leurs armes et se
prosternèrent devant lui. Le Bienheureux interrogea les rois :
« Pour quel problème êtes-vous sur le point de vous battre ?
— Pour la rivière Rohinø.
— Quelle est la valeur de cette rivière ?
— Elle est très faible.
— Quelle est votre propre valeur ?
— Elle est inestimable.
— Est-il raisonnable de risquer des hommes dont la valeur est inestimable pour
une rivière qui n’a qu’une faible valeur ? Si je n’étais pas intervenu, votre sang
aurait rempli cette rivière ! Vous vous laissez emporter par la haine, car vous
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 291
recherchez les plaisirs sensoriels. Vous recherchez les plaisirs sensoriels, car vous
êtes sous l’emprise des kilesæ. Moi, je ne me laisse jamais emporter par la haine,
car je ne recherche pas les plaisirs sensoriels. Je ne recherche pas les plaisirs
sensoriels, car je ne suis pas sous l’emprise des kilesæ. »
Une fois que le Parfait eut délivré un enseignement du dhamma, tous comprirent
la stupidité de s’entretuer et furent convaincus des bienfaits de la solidarité. La
plupart, même, devinrent sotæpana.
292 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La haine de Mæga¼ðiya
envers Bouddha
L’époux idéal

U
n riche brahmane, nommé Mæga¼ðø, et son épouse eurent une fille qu’ils
appelèrent Mæga¼ðiya. Lorsqu’elle devint grande, elle était une jeune
fille magnifique. Elle rayonnait d’une telle splendeur et d’une telle beauté
naturelle que tous les brahmanes la demandaient en mariage. Excédé, son père
déclara un jour à l’adresse de tous les brahmanes du village :
« De vous tous, pas un seul ne mérite ma fille ! Je la marierai seulement à un
être noble ! »
Un matin, quand Bouddha balaya le monde du regard à l’aide de ses pouvoirs
mentaux, il vit le couple de brahmanes. Comme il constata qu’ils étaient mûrs
pour parvenir à la réalisation, il décida d’aller à leur rencontre. Ainsi, Bouddha se
rendit à l’endroit où le brahmane avait l’habitude d’effectuer des séances de ré-
chauffement en s’approchant tout près d’un grand feu, imaginant se purifier les
impuretés du mental grâce du feu. Beaucoup d’ascètes, d’ermites et de brahmanes
avaient de telles croyances, en ce temps-là. En apercevant le Bienheureux, le
brahmane Mæga¼ðø fut épris d’une soudaine et forte admiration pour lui. Il le
trouva d’une parfaite beauté, très lumineux, d’une apparence pleine de majesté et
de noblesse. Il pensa :
« Dans ce monde, il n’y a pas un seul être qui lui soit égal. Je vais le marier à ma
fille. »
Il s’écria à l’attention de Bouddha, sans lui demander son avis :
« Moine ! J’ai une fille d’une beauté sublime dont je ne peux me résoudre à
laisser la main à l’un des brahmanes de mon village. Vous, en revanche, vous êtes
digne de ma fille, je vais la marier à vous ! Attendez un instant ! »
Ne lui laissant le temps de répliquer, le brahmane, satisfait de sa rencontre, fila
rapidement chez lui pour prévenir son épouse et sa fille. Dès qu’il parvint chez
lui, il empressa sa fille de se faire propre, bien maquillée, bien habillée et parée de
ses plus beaux bijoux. Aussitôt prévenus de la rencontre d’un être noble avec
lequel le brahmane Mæga¼ðø voulut marier sa fille, les habitants du village suivi-
rent le brahmane, son épouse et leur fille quand ils se mirent en route vers
l’endroit de la rencontre. Lorsqu’ils arrivèrent tous près du grand feu, Bouddha
n’était plus là. Il avait seulement laissé – volontairement – son empreinte de pas
avant de partir. Déçu de ne plus revoir celui qu’il considérait comme l’époux
idéal de sa fille, le brahmane se hâta de le retrouver en scrutant toutes les direc-
tions. Son épouse, qui était dotée d’une grande habileté en astrologie, examina la
trace de pas laissée par Bouddha, et notifia ensuite :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 293
« Cet être est extrêmement noble, il est très pur, il n’a plus de kilesæ. Il ne veut
pas d’épouse.
— Encore vos maudites divinations ! Vous verriez des crocodiles dans un pot
d’eau ! »
Agacé par les propos de son épouse, le brahmane s’entêta à rechercher Bouddha.

Le corps de Mæga¼ðiya selon Bouddha

A
yant finalement retrouvé le Bienheureux, le brahmane interpella son
épouse :
« Le voilà ! Le voilà ! C’est l’homme que j’ai rencontré ce matin, c’est
lui à qui je vais marier ma fille ! (S’adressant à Bouddha) Moine ! Prenez la main
de ma fille !
— Je ne veux pas de votre fille ! Après avoir renoncé à la vie royale, je suis parti
dans la forêt, où j’ai pratiqué le détachement avec effort et détermination. Au
bout de six ans, je suis parvenu à l’omniscience. Juste après ce moment-là, Mæra
envoya ses filles pour me séduire. Bien qu’elles soient infiniment plus belles que
votre fille, cela n’a pas eu le moindre effet sur moi. Les kilesæ conduisent sans
cesse vers de nouvelles existences. En ce qui me concerne, j’ai vaincu tous les
kilesæ. Je n’apprécie donc plus les plaisirs sensoriels. Ce corps est rempli de cho-
ses répugnantes. Votre fille n’est rien d’autre qu’un tas de chair, d’os, de sang, de
pus, de glaire, d’urine, de matières fécales... Elle est comme un pot d’excréments.
Je n’ai vraiment pas la moindre envie de toucher à votre fille. »
Quand Bouddha eut prononcé ces paroles, le brahmane et sa femme devinrent
tous deux anægæmi, tandis que leur fille fut fâchée contre Bouddha. Furieuse, elle
dit à ses parents :
« Pourquoi ce moine dit-il que je ne suis qu’un pot d’excréments ? Qu’il attende
un peu ma vengeance ! »
Loin de vouloir froisser Mæga¼ðiya, le Bienheureux eut parlé ainsi à l’attention
de ses parents, dans le seul but de provoquer en eux la prise de conscience qui les
incita à développer la connaissance directe de la réalité un bref instant, suffisant
pour parvenir au stade d’anægæmi.

L’appel aux insultes

L
e père de Mæga¼ðiya rejoignit la communauté des moines et la mère re-
joignit celle des moniales. Dans son monastère respectif, chacun devint
arahanta sans tarder. En prenant la robe, ils confièrent leur fille à son
oncle, le grand frère du père. Ce dernier en fit cadeau au roi Utena, qui eut la joie
d’en faire l’une de ses trois épouses. Un jour, quand la reine Mæga¼ðiya sut que
Bouddha était dans sa ville, elle le médit avec virulence et incita la population à
l’insulter pour le chasser à tout jamais du royaume. Le Vénérable Ænandæ, qui
accompagnait le Bienheureux, voulut s’en aller, car il ne supportait pas la haine et
294 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

les insultes des gens envers son noble maître. Bouddha lui recommanda toutefois
la pratique de la patience et de la tolérance. Il dit :
« Comme un éléphant qui résiste à l’assaut des flèches sur un champ de bataille,
nous devons supporter les inimités des gens irrespectueux. Les compliments ne
durent guère au-delà de sept jours. Il en est de même pour les critiques défavora-
bles. Attendez donc patiemment que cela se termine. Si vous vous rendez dans un
autre endroit où les critiques persistent, où irez-vous ensuite ? »

La haine de la reine Mæga¼ðiya

L
e roi, qui était puthujana, ne vénérait pas Bouddha, contrairement à l’une
de ses trois épouses, la reine Sæmævatø, qui elle, était sotæpana. Malgré le
fait qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de voir Bouddha, elle parvint à
réaliser le dhamma grâce à des instructions reçues de la part d’un disciple du
Bienheureux. Très jaloux, le roi tenait à ce que personne ne puisse apercevoir ses
reines. Pour cette raison, il ne les laissait jamais sortir de l’enceinte du palais et
avait privé leurs bâtiments de fenêtres et d’ouvertures. Comme la reine Sæmævatø
voulut apercevoir Bouddha, afin de pouvoir le vénérer, elle avait pratiqué des
trous dans le mur. Ces trous lui permettaient enfin de le voir, lorsqu’il passait au
loin en allant faire sa collecte de nourriture.
Un jour, la reine Mæga¼ðiya, qui détestait la reine Sæmævatø parce qu’elle avait de
la vénération pour Bouddha, alla dénoncer au roi les trous qu’elle fit dans le mur
de son bâtiment, dans l’espoir qu’il se fâche contre elle. En apercevant les trous,
le roi interrogea la reine Sæmævatø :
« Pourquoi avez-vous fait ces trous dans le mur ?
— C’est pour pouvoir regarder Bouddha, afin de mieux le vénérer.
— Ne faites pas cela ! Ces trous sont minuscules, je vais vous faire arranger de
grandes ouvertures pour que vous puissiez le voir convenablement. »
Épris de compassion pour son épouse, le roi exécuta sa promesse et la reine Sæ-
mævatø put ainsi voir confortablement le Bienheureux. Cela rendit la reine Mæ-
ga¼ðiya furieuse. Elle se mit à haïr la reine Sæmævatø plus que jamais.
Une autre fois, la reine Mæga¼ðiya se procura un serpent venimeux qu’elle en-
ferma dans une harpe. Elle alla déposer l’instrument tout prêt du lit où dormait le
roi, dans la chambre de la reine Sæmævatø. Discrètement, elle ouvrit la harpe et
s’éloigna avec précaution. Comme le serpent fut enfermé durant longtemps, il
était furieux lorsqu’il sortit. La reine Mæga¼ðiya cria :
« Un serpent ! Un serpent ! C’est la reine Sæmævatø qui l’a caché dans la harpe
pour tenter de vous éliminer. »
Réveillé en sursaut, le roi partit en courant pour se protéger. À peine remis de ses
émotions, enragé, le roi décida de tuer l’innocente reine Sæmævatø. Il la fit atta-
cher avec toutes les domestiques vivant dans le même bâtiment qu’elle – qui
étaient également toutes sotæpana – et qui la servaient. Lorsque le roi se préparait
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 295
à décocher la première flèche, la reine Sæmævatø recommanda aux autres fem-
mes :
« Ne soyez pas en colère face à cette injustice, ne pleurez pas ! Au lieu de cela,
donnez tout votre amour, envoyez au roi toute la mettæ que vous êtes en mesure
d’envoyer ! »
Ainsi, elles envoyèrent un puissant rayonnement de mettæ au roi, tandis que lui
envoya sa flèche mortelle. Malgré la puissance de l’arc, la mettæ fut plus forte que
la flèche, qui fit demi-tour juste quand elle allait atteindre son but, avant d’aller
tomber aux pieds du roi. Le roi Utena comprit ce qui venait de se passer. Il prit
aussi subitement conscience de l’innocence de la reine Sæmævatø, et ordonna donc
de relâcher toutes les femmes. Ensuite, la reine Sæmævatø délivra un enseignement
du dhamma à l’issue duquel le roi développa une grande vénération pour Boudd-
ha, son enseignement et sa communauté, à tel point qu’il voulut l’inviter. Ainsi, le
jour suivant, le Bienheureux fut reçu au palais avec ses moines et tous reçurent de
la part du roi, après un excellent repas, une robe chacun.
Depuis ce jour, la reine Mæga¼ðiya fut en colère, plus que jamais, contre la reine
Sæmævatø. Lorsque le roi s’absenta dans une autre ville, elle mit le feu au bâtiment
de la reine Sæmævatø, qui périt carbonisée, ainsi que toutes ses domestiques. Les
conditions de cette mort atroce ne fut que la conséquence d’un terrible acte lors
d’une existence précédente, où ces femmes avaient tué un pacceka buddha en
l’embrasant à l’aide d’un grand feu. Quand le roi Utena rentra de son voyage, il
fut consterné de constater la mort de la reine Sæmævatø. Dans son affliction, il
n’attendit pas pour infliger un châtiment à la reine Mæga¼ðiya ; il l’arrêta avec ses
domestiques et les fit toutes enterrées jusqu’à la taille, avant de leur mettre le feu.
296 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La femme ascète Sundarø

D
epuis que Bouddha atteignit l’éveil, la plupart des gens développèrent
beaucoup d’admiration pour lui, et cessèrent d’en avoir pour les titthi
(adeptes de croyances hérétiques). Ainsi, nombreux furent ceux qui firent
des dons au saµgha, et rares furent ceux qui en firent aux titthi. Comme les titthi
n’obtenaient que très difficilement leur nourriture et leurs divers besoins, ils se
réunirent :
« Nos gains sont devenus rares depuis que le moine Gotama a pris de la popula-
rité. Il nous faut lui briser sa réputation. »
Dans la réunion, il y avait une ascète nommée Sundarø, qui était d’une beauté
magnifique. Les autres ascètes songèrent qu’il leur serait profitable de faire accu-
ser Bouddha avec cette fille. Dans le but de mettre leur plan à exécution, ils solli-
citèrent Sundarø :
« Vous êtes une très jolie femme. Voulez-vous bien nous aider à entacher la
réputation de Bouddha afin qu’il n’obtienne plus de gains ?
— C’est entendu, je ferai de mon mieux pour vous aider. »
Alors que Bouddha demeurait au royaume de Sævatthi, dans le monastère de
Jetavana, les gens venaient nombreux écouter son enseignement. Le soir, une fois
que le Bienheureux avait donné sa parole, tout ce monde rentrait chez soi. À ce
moment précis, dans le but de croiser ces gens, l’ascète Sundarø alla au monas-
tère. Chaque soir, comme des gens étaient surpris de voir une ascète approcher du
monastère de Bouddha, ils l’interrogèrent :
« Où allez-vous ainsi ?
— Je passe la nuit avec Bouddha, dans sa chambre. »
Ayant dit ça, la jeune fille patientait dans un bosquet jusqu’à ce que plus personne
ne pût la voir, et rentrait chez elle, parmi les titthi. Tôt le matin, elle retournait
dans l’enceinte du monastère et en sortait dès que les gens commençaient à circu-
ler, de façon à se montrer le plus possible. Trois jours après cet acte d’imposture,
les titthi payèrent un groupe d’alcooliques pour tuer l’ascète Sundarø :
« Quand la besogne sera effectuée, jetez son cadavre dans un tas d’ordures situé
près du monastère du moine Gotama. »
Lorsque les alcooliques attrapèrent la jeune fille, ils la tuèrent, et comme conve-
nu, ils la jetèrent sur un grand tas d’ordures, tout près du monastère de Jetavana.
Les titthi feignirent ne pas savoir où elle se trouvait. Ils allèrent voir le roi Kosala,
en le mettant au courant de la disparition de l’ascète Sundarø. Le roi leur deman-
da :
« Où pensez-vous qu’elle peut être ? Auriez-vous une idée ?
— Nous ne serions pas surpris qu’elle soit au monastère de Jetavana.
— Dans ce cas, faites-la chercher à cet endroit ! »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 297
Pour n’éveiller aucun soupçon, les titthi prirent soin de simuler des personnes
cherchant longuement quelque chose dont ils ignorent totalement la localisation.
Lorsqu’ils se rendirent sur le grand tas d’ordures, ils feignirent d’être surpris et
horrifiés en découvrant son cadavre. Ils racontèrent à toutes les personnes qu’ils
rencontrèrent :
« Afin que les autres ne voient pas les saletés auxquelles il s’est livré avec cette
fille, le moine Gotama l’a fait tuer et jeter son cadavre sur un tas d’ordures par ses
disciples ! »
Ils firent tout le tour de la ville pour crier ces propos, informant toute la popula-
tion. Effrayés de ces accusations, certains moines ne surent pas comment gérer la
situation. Après les avoir exhortés au calme et leur avoir expliqué qu’il n’y avait
aucune raison d’être inquiet lorsqu’on était innocent, Bouddha ajouta :
« Aux personnes qui vous accusent sans fondement, répondez : “ Ceux qui men-
tent et ceux qui nient ce qu’ils ont fait sont égaux dans leurs mauvais actes et
souffriront en conséquence. ” Les gens, constatant que vous demeurez calmes, se
fatigueront. D’ici sept jours, les accusations s’évanouiront. »
En effet, étonnés de voir Bouddha et ses disciples si calmes, les gens de Sævatthi
se souvinrent qu’ils ont toujours fait preuve d’une vertu exemplaire et qu’ils
n’avaient jamais commis le moindre crime. Chacun cessa alors de les critiquer,
persuadé que l’assassin de l’ascète Sundarø était quelqu’un d’autre.
Le roi Kosala fit brûler le corps de l’ascète Sundarø. Après, il envoya ses minis-
tres pour enquêter sur son meurtre. Quand les alcooliques reçurent l’argent pro-
mis pour leur sinistre besogne, ils se disputèrent violemment à propos du partage
qui ne satisfaisait aucun d’entre eux. Cette dispute éclata alors qu’un des minis-
tres chargés de l’enquête passa tout près d’eux. C’est ainsi qu’ils furent démas-
qués. Ils furent aussitôt arrêtés et contrôlés auprès du roi. Contraints de tout
avouer, les alcooliques dénoncèrent les titthi de leur avoir commandité le meurtre.
Les titthi furent tous arrêtés et solidement attachés. On leur fit faire le tour de la
ville, en les forçant à proclamer à haute voix les propos suivants :
« Ce n’est pas le moine Gotama qui a fait tuer l’ascète Sundarø, c’est nous qui
avons fait tuer l’ascète Sundarø. Bouddha et ses disciples n’ont aucun tort, nous
seuls sommes en tort. »
Ensuite, ils furent jetés en prison. Après cette affaire, les gens se mirent à vénérer
Bouddha plus qu’à l’accoutumée. Le Bienheureux délivra un enseignement :
« Il y a des gens qui disent ou qui font de mauvaises choses et qui nient qu’il
s’agit d’eux. Ces gens-là renaissent en enfer. Certains accusent des gens, volon-
tairement et à tort, d’avoir commis des fautes. Ceux-là renaissent également en
enfer. »
Après cet enseignement, beaucoup devinrent sotæpana.
298 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

L’accusation de Ciñkhamæna
contre Bouddha

U
n jour, des ascètes titthi (ayant des vues erronées) souhaitaient détruire la
réputation de Bouddha, car ils étaient très jaloux de lui. Ils ne suppor-
taient pas de voir les gens avoir une grande vénération pour le Bienheu-
reux, et voulaient que les gens viennent à eux pour leur faire de nombreuses of-
frandes. Pour parvenir à leur fin, ils ont demandé à l’une des rares disciples qui
les admiraient, une jeune femme nommée Ciñkhamæna, de leur rendre un service
qu’elle accepta sans hésitation.
Après avoir attaché des morceaux de bois autour de son ventre, sous ses habits,
pour laisser croire qu’elle était enceinte, elle se rendit au monastère du Bienheu-
reux, un jour où beaucoup de monde assistait à son enseignement. Lorsque Ciñk-
hamæna entra dans la grande salle où une foule écoutait attentivement la parole du
Parfait, elle s’écria devant tout le monde, pointant Bouddha d’un doigt accusa-
teur :
« Regardez ! Ce Bouddha que vous vénérez tant à beau vous donnez de beaux
enseignements, il a dormi avec moi et m’a délaissée dès qu’il m’a mise enceinte !
Regardez mon ventre, n’est-ce pas honteux ? »
En voyant cela, Sakka – le roi des deva – dépêcha quatre deva pour aller inspecter
la jeune femme. Lorsqu’ils arrivèrent près d’elle, ils virent, grâce à leurs yeux
permettant de voir à travers tout, qu’il n’y avait que du bois au lieu d’un bébé. Ils
firent apparaître des souris sur le bois, qu’elles ne tardèrent pas à ronger à pleines
dents. Rapidement, tout le bois tomba au sol, laissant alors apparaître un ventre
plat comme une planche, sous les yeux stupéfaits des nombreuses personnes
présentes. Scandalisés par l’acte inacceptable de la jeune femme, les gens la batti-
rent. Pour échapper aux coups qui pleuvaient sur sa tête, elle s’enfuit à grandes
enjambées. Quand elle fut sortie de l’enceinte du monastère, elle fut absorbée par
la terre, tombant directement dans la plus douloureuse sphère du monde des en-
fers.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 299

La dispute des moines


L’éclatement du conflit

T
rois dæyaka (bienfaiteurs) du royaume de Kosambø offrirent un monastère
chacun à Bouddha et au saµgha, auxquels ils donnèrent leurs noms res-
pectifs : Ghositæ – où était alors établi Bouddha –, Kukku¥æ et Pæværikæ.
Dans le monastère Ghositæ demeuraient également un mahæthera (moine ayant au
moins vingt ans d’ancienneté) spécialiste du vinaya, et un mahæthera spécialiste
du dhamma, ainsi que leurs nombreux disciples, au nombre de cinq cents chacun.
Un jour, le vénérable spécialiste du dhamma alla aux toilettes et laissa de l’eau
dans l’écuelle destinée à se laver après utilisation des toilettes.

Remarque : Bouddha établit de très nombreux points à observer pour les moines. Lorsqu’ils
sont transgressés, certains engendrent une grande faute ; d’autres une faute moyenne, d’autres
une petite faute. Les plus petits points, eux, n’occasionnent pas de faute lorsqu’ils ne sont pas
respectés, ils sont seulement des points que chaque moine est tenu d’observer, ou tout au
moins de s’y entraîner. Le point concernant l’écuelle des toilettes ne constitue pas une faute,
mais seulement un manquement qui compte parmi les points les plus mineurs de cette der-
nière catégorie.

Allant à son tour aux toilettes, le vénérable spécialiste du vinaya s’aperçut que
l’autre vénérable laissa de l’eau dans l’écuelle. En sortant des sanitaires, il alla
vers lui :
« Vénérable ! Sachez que vous avez commis un manquement au vinaya : un
moine ne doit pas laisser d’eau dans l’écuelle des toilettes qui sert au rinçage
après usage.
— J’ai omis de le faire, donc il n’y a pas de manquement, car cela n’était pas
volontaire. »
Désapprouvant le prétexte, le moine spécialiste du vinaya s’en alla, sans rien
ajouter. Lorsqu’il parvint auprès de ses disciples, il leur déclara, à propos du
moine spécialiste du dhamma :
« Ce moine est très compétent pour enseigner le dhamma, mais il n’est visible-
ment pas capable de mettre correctement en application le vinaya. Il ne sait même
pas aller proprement aux toilettes ! »
Quand les disciples du mahæthera spécialiste du dhamma entendirent cela, ils se
fâchèrent, se retrouvant ainsi en conflit avec les disciples de l’autre mahæthera.
Ils ne furent plus du tout en bons termes, ils ne s’adressèrent même plus la parole.
Les dæyaka des deux moines spécialistes ne vénérèrent, ne parlèrent, n’offrirent et
ne rendirent service plus qu’au moine avec lequel ils avaient le plus d’affinités,
dédaignant totalement l’autre. À l’identique, les deva se divisèrent, les uns privi-
légiant l’un des deux mahæthera, et les autres préférant l’autre. Chaque fois que
les deux mahæthera se croisèrent, ils ne se parlèrent pas, feignant s’ignorer l’un
l’autre. S’ils s’adressaient une parole, ce ne fut que pour se disputer et se vocifé-
300 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

rer mutuellement de rudes remontrances. Si l’un parlait en présence de l’autre, ce


dernier le réfutait violemment.
Quand Bouddha vit cela, il réunit tout le monde :
« Ô moines ! Ne vous fâchez pas ! Ne vous laissez pas envahir par la discorde !
Ne laissez pas le saµgha s’altérer inutilement ! Efforcez-vous de ne développer
que de l’amour et de la bienveillance les uns envers les autres !
— (Un moine intervint) Vénérable Bouddha ! Restez tranquillement absorbé en
nibbæna, ne dites rien, ne vous mêlez pas de ce conflit, restez à part ! »
Bouddha répéta trois fois sa morale. Comme personne ne l’écouta, il enseigna
deux jætaka (récits d’existences passées) :
« Autrefois, un chasseur attrapait des oiseaux avec un grand filet. Il y avait un
groupe d’oiseaux, toujours les mêmes, qui restaient tout le temps groupé. Chaque
fois que le chasseur lançait son filet sur les oiseaux, ils s’envolaient tous en même
temps, soulevant alors le filet avant de s’échapper. Si bien que le chasseur ne
parvenait jamais à en attraper un seul. Un jour, les oiseaux s’étaient pris dans une
dispute. Le chasseur arriva et lança son filet. Les oiseaux étaient si fâchés qu’ils
restaient au sol. Certains disaient :
“ Qu’attendez-vous pour vous envoler ? Voulez-vous bien vous dépêcher un
peu ? ”
Les autres répondaient :
“ Puisque vous parlez si bien, donnez donc l’exemple ! ”
Ils étaient tellement préoccupés par leur dispute qu’ils ne s’envolèrent même pas.
Le chasseur put alors sans peine tous les attraper.
Autrefois, un souverain envoya ses hommes pour tuer le roi d’un autre royaume
afin de se l’accaparer. Blessé à mort, le roi du royaume convoité agonisait, quand
son fils arriva. En voyant que son père venait d’être victime d’un assassinat, il fut
horrifié. Lorsqu’il lui en demanda la raison, le roi mourant, la lui expliqua. Alors
que le fils fit serment de le venger en allant tuer lui-même le souverain malfai-
sant, son père eut encore le temps de lui faire une recommandation, avant de
succomber :
“ Ne faites surtout pas cela ! Cela ne ferait que perpétuer le mal, la vengeance
engendre des guerres sans fin ! ”
Le fils du roi affirma qu’il obéira, mais lorsqu’il vit son père s’éteindre pour tou-
jours, il ressentit une si forte haine, qu’il oublia aussitôt sa promesse. Il se préci-
pita chez le souverain ennemi avec la ferme intention de le tuer. En arrivant dans
son palais, lorsqu’il s’approcha du souverain, celui-ci était paisiblement en train
de faire la sieste. Sur le point de lui enfoncer son épée dans le ventre, il hésita un
instant, se remémorant le sage conseil de son père défunt. Il s’y résigna et repartit
sur la petite des pieds. Comme le sommeil du souverain était très léger, il se ré-
veilla d’un bond, interrogeant le jeune homme :
“ Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ? ”
Le jeune homme lui avoua :
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 301
“ Je suis le fils du roi que vous avez fait assassiner. Je suis venu ici pour venger
mon père, mais finalement, je me suis rappelé de sa dernière recommandation. Il
m’a dit de ne surtout pas le venger, car cela ne ferait que perpétrer indéfiniment le
mal. ”
Ému, le souverain regretta amèrement son geste. Il rendit au fils du roi défunt le
royaume qu’il venait de dérober à ce dernier. »

Comme les autres moines ne daignèrent pas prêter attention aux paroles de
Bouddha, il partit seul dans la forêt, s’isoler dans la tranquillité de la nature, à
sept yþjanæ de Kosambø, près du village de Pælileyyaka. Ce village était entouré
d’une vaste forêt du même nom, dans laquelle il s’enfonça paisiblement.

L’éléphant Pælileyyaka

L
orsque Bouddha fut installé dans cette forêt, un éléphant vint vers lui.
C’était un éléphant exaspéré de vivre dans son troupeau, qui demeurait en
un lieu où la nourriture était insuffisante tant les bêtes étaient nombreuses.
Las de demeurer à l’étroit parmi les autres éléphants qui vivaient chacun pour soi,
sans respecter les autres, celui-ci avait préféré s’isoler seul dans un endroit paisi-
ble. Il partit sans prévenir les autres éléphants. Bouddha l’aperçut et pensa :
« À l’instar de cet éléphant qui n’a pas voulu rester avec les autres, je suis parti
m’isoler dans la forêt. »
Quand l’animal vit le Bienheureux, il vint s’abaisser devant lui en signe de res-
pect. Bouddha le nomma Pælileyyaka, du nom de la forêt. Il dit au pachyderme :
« Pælileyyaka ! C’est parce que j’ai été déçu des miens que je suis parti seul dans
cette forêt, tout comme toi. »
L’éléphant était très serviable avec Bouddha ; il balaya les feuilles mortes devant
lui, et lorsque le Bienheureux se dirigeait vers les villages voisins pour aller col-
lecter sa nourriture quotidienne, l’éléphant lui portait son bol à l’aide de sa
trompe. Pendant la nuit, il veillait sur lui. Parfois, il allait lui cueillir des fruits. Un
jour, un singe aperçut l’éléphant Pælileyyaka prendre soin de Bouddha. Il décida
alors :
« Moi aussi, je veux faire ma bonne action pour Bouddha. »
Il alla s’emparer d’une ruche, et après en avoir soigneusement retiré les abeilles
une à une, il l’offrit au Bienheureux, qui la mangea entièrement. Heureux de son
offrande, le singe hurla de joie en sautant comme un fou d’arbre en arbre. Man-
quant une branche, il tomba de si haut qu’il se tua sur le coup. En raison de son
mérite, il renaquit dans le monde des deva.
302 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

La fin du conflit

L
e temps passait et Bouddha resta durant tout le vassa dans la forêt de
Pælileyyaka. À Kosambø, les gens se plaignaient de son absence. Les moi-
nes n’avaient toujours pas cessé d’être en conflit, les gens en eurent assez,
ils ne venaient plus auprès d’eux. Comme ils décidèrent de ne plus du tout donner
de nourriture aux moines, ceux-là finirent par vite se mettre d’accord et régler
enfin le conflit une fois pour toutes. À la fin du vassa, les moines voulurent le
retour de leur maître. Le Vénérable Ænandæ partit à sa recherche, accompagné de
ses disciples. À l’entrée de la jungle, le Vénérable Ænandæ demanda aux moines
de l’attendre. Il pénétra dans la forêt Pælileyyaka, et lorsqu’il s’approcha de
Bouddha, il se fit charger par l’éléphant qui le prit pour un ennemi. Complète-
ment apprivoisé par Bouddha, l’éléphant lui obéit lorsqu’il reçut l’ordre de laisser
le Vénérable Ænandæ tranquille. Après avoir raconté la fin du conflit à Bouddha,
son cousin Ænandæ lui indiqua que ses disciples attendaient à l’entrée de la forêt
et qu’ils avaient très envie de le voir. Bouddha consentit à ce qu’ils vinssent tous
vers lui. Chacun d’eux fut enchanté de revoir le Bienheureux, tous lui demandè-
rent de revenir à Kosambø. Comme il accepta, il s’apprêta à repartir avec tous les
moines, mais l’éléphant Pælileyyaka les en empêcha avec sa trompe. Bouddha,
qui comprit le souhait du pachyderme, indiqua aux moines :
« Il tient à vous faire un don, restons donc ici une nuit, nous retournerons à Ko-
sambø demain. »
Pendant toute la nuit, l’éléphant alla cueillir de nombreux fruits dans la forêt,
qu’il offrit le lendemain matin à tous les moines. Quand tous se mirent en route,
l’éléphant tint à les accompagner. Bouddha lui expliqua que cela ne fut pas possi-
ble :
« Tu dois rester dans la forêt. Là-bas, il n’y a pas de place pour toi. Il y a beau-
coup d’hommes, certains pourraient te faire du mal. »
L’éléphant fut tellement triste de voir partir Bouddha qui le laissait seul, qu’il
mourut de chagrin. Il renaquit, à l’instar du singe, dans le monde des deva. Avant
de parvenir à Kosambø, Bouddha croisa un messager qui vint lui faire part d’une
invitation du dæyaka Anæthapi¼ðika – le donateur du monastère de Jetavana. Sans
aller à Kosambø, Bouddha se rendit directement à Sævatthi. Quand les moines qui
furent à l’origine du conflit surent que Bouddha était au monastère de Jetavana,
ils vinrent tous auprès de lui. Ces moines avaient provoqué tant d’agitation qu’ils
avaient développé une mauvaise réputation jusqu’à de lointaines contrées. En les
voyant, beaucoup de gens se mirent alors à les critiquer ouvertement. Les moines
eurent tellement honte qu’ils n’osèrent pas relever la tête. Bouddha leur délivra
un enseignement à l’issue duquel certains devinrent sotæpana, d’autres sakadæ-
gæmi, d’autres encore anægæmi et les autres arahanta. Dans cet enseignement, il
mit notamment en garde :
« Il faut s’associer avec le sage, il ne faut pas s’associer avec l’idiot. Si nous ne
pouvons pas trouver de bons amis, il est mieux de rester seul. Il n’y a pas d’amitié
bénéfique avec les idiots. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 303

L’oppression de Mæra au Véné-


rable Mahæ Moggalæna
Les tiraillements de Mæra

L
orsque Bouddha demeurait dans la ville de Saµsumæragiri, le Vénérable
Mahæ Moggalæna demeurait tranquillement dans sa ku¥ø (petit logement
pour moines) sur le flanc d’une montagne. Alors qu’il était tranquillement
en train de faire sa marche, le nuisible deva Mæra, à l’aide de ses pouvoirs psy-
chiques, se fit tout petit et entra dans son ventre afin de l’opprimer. Comme le
noble moine éprouva brusquement de virulentes douleurs dans le ventre, il se
demanda :
« Comment ces douleurs peuvent-elles être aussi fortes et si soudaines ? Aurais-
je mal digéré ? Je vais m’allonger un instant, cela passera sûrement. »
Bien que le Vénérable Mahæ Moggalæna s’allongea, les douleurs empiraient en-
core. Comprenant que quelque chose d’anormal se produisait, il examina
l’intérieur de son ventre à l’aide de ses pouvoirs psychiques, dont il était le plus
habile du saµgha. Il y découvrit instantanément Mæra, à qui il lança :
« Hé Mæra ! Sachez que Bouddha me considère comme son fils. Si vous oppri-
mez un fils de Bouddha, c’est comme si vous opprimiez Bouddha lui-même.
Cessez donc immédiatement vos oppressions, autrement, vous vous préparez à
des conséquences désastreuses. Sortez immédiatement de mon ventre ! »
Convaincu que le noble moine ne pouvait pas le voir, Mæra crut qu’il accusa à
tout hasard, sans pouvoir vérifier sa présence dans son ventre. Ainsi, il demeura
silencieux et immobile dans l’estomac de l’aggasævaka (noble disciple de
Bouddha), qui ajouta :
« Hé Mæra ! Je sais parfaitement que vous êtes là. Sortez vite ! »
Cette fois, le mauvais plaisantin se sentit démasqué. Il finit donc par sortir. Ce-
pendant, déterminé à incommoder le Vénérable Mahæ Moggalæna, il persista à
rester dans les lieux en se cachant, adossé derrière la porte de sa ku¥ø. le Vénéra-
ble Mahæ Moggalæna s’écria :
« Je vous vois ! Je vous vois ! »
Doutant encore des dires du Vénérable Mahæ Moggalæna, le parasite Mæra crut
qu’il ne pouvait pas le voir. De ce fait, il demeura tranquillement dans sa ca-
chette.
304 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le sermon du Vénérable Mahæ Moggalæna à Mæra

C
omprenant que Mæra n’était pas prêt de le laisser tranquille, le noble
vénérable décida de le sermonner :
« Mæra ! Il y a très longtemps, j’étais tout comme vous un mauvais
deva. Mon nom était Dussø, j’avais une petite sœur nommée Kælø, dont vous êtes
le fils. Vous êtes donc mon neveu. En ce temps-là, je ne songeai qu’à faire le mal,
et à importuner tout le monde. Au temps de Bouddha Kakusandha,
j’incommodais les moines. Je m’arrangeais pour que les gens critiquent les moi-
nes. Je me transformais en femme, et à l’insu de tous, je me glissais juste à côté
de moines endormis, ce qui ne manquait pas de provoquer de nombreuses criti-
ques ouvertes de la part des gens. Ainsi, développant beaucoup de mauvaises
critiques et pensées à l’égard de nobles moines, de nombreuses personnes renais-
saient dans les mondes inférieurs à cause de moi et cela me réjouissait. En raison
des gigantesques akusala que je développais sans cesse, j’ai énormément souffert
quand j’ai dû en subir les conséquences. Un jour, Bouddha Kakusandha avait
réuni les moines pour leur dire :
“ Le deva Dussø agit pour corrompre la saddhæ (la foi et la confiance) des gens.
Restez donc très prudents et évitez de développer des mauvaises intentions. Déve-
loppez les nobles efforts que sont mettæ (l’amour), karu¼a (la compassion), mudi-
tæ (la joie pour les autres) et upekkhæ (l’équanimité). ”
Les moines se sont entraînés comme le Parfait leur avait enseigné. En peu de
temps, certains sont devenus arahanta. J’avais beau tracasser ces moines par tous
les moyens possible, jamais ils n’étaient accablés, car ils étaient arahanta. Pour
cette raison, je me suis attaqué aux autres moines. J’ai tout fait pour qu’ils bénéfi-
cient d’une surabondance d’affaires, espérant ainsi les corrompre par
l’attachement au confort matériel et aux possessions matérielles, jusqu’à les pous-
ser à vouloir reprendre la vie laïque. Pour ce faire, prenant l’apparence d’un
moine, je parcourais le ciel en volant, à la vue des gens, dans le but de susciter de
leur part une intense vénération pour le saµgha. Tout en flottant dans le ciel, je
demeurais assis, je dormais, je cousais ma robe. Les gens étaient tellement admi-
ratifs qu’ils ont offert un nombre colossal d’affaires au saµgha. Quand ces dona-
teurs moururent, ils naquirent dans le monde des deva. Bouddha réunissait les
moines pour leur dire :
“ Ô moines ! Vous avez bénéficié d’un nombre considérable d’affaires, car le
deva Dussø a incité les gens à offrir sans retenue en provoquant chez eux une
admiration extrême pour le saµgha. Afin de ne pas développer d’attachement
pour ces choses sans valeur, pratiquez la contemplation sur les cadavres ! Afin de
ne pas développer d’attachement pour la nourriture qui vous est offerte en grande
quantité et en haute qualité, pratiquez la contemplation sur la nourriture ! ”
Quand ces moines ont pratiqué ainsi, ils sont tous devenus arahanta.

Remarque : La contemplation sur la nourriture consiste, pour le renonçant, à ne pas y déve-


lopper d’attachement, grâce aux prises de consciences suivantes : la nourriture a comme seul
rôle d’alimenter le corps, elle doit donc être consommée en quantité raisonnable et régulière.
La nourriture ne doit pas être consommée pour le plaisir, pour son goût ou pour l’esthétique
du corps. La nourriture n’a rien de désirable, car si elle n’est pas consommée, elle pourrit
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 305
vite ; tandis que si elle est consommée, elle est rapidement transformée en excréments et en
urines répugnants et pestilentiels.

Quoi que je leur fisse, mes tracas n’avaient plus d’effet sur eux, puisqu’ils étaient
arahanta. Cela me frustrait tant que je me suis plongé dans une grande fureur.
Pour apaiser cette colère, j’ai voulu porter atteinte physiquement à l’un de ces
arahanta. Alors que Bouddha partait collecter sa nourriture, suivi du Vénérable
Vidhura, j’ai possédé un enfant. Disposant de son corps à loisir, j’ai saisi une
pierre et l’ai lancée violemment sur le Vénérable Vidhura, en pleine tête, lui pro-
voquant une plaie saignante sur le crâne. Ensuite, je suis vite reparti chez moi,
dans le monde des deva. Ce seul acte provoqua un nombre gigantesque d’akusala
du fait qu’il était arahanta. En mourant, je suis né aux enfers et j’y ai demeuré
durant cent mille ans.
Neveu Mæra ! C’est pourquoi il ne faut pas porter atteinte à Bouddha, au dhamma
et au saµgha. Abstenez-vous de manquer de respect à Bouddha, abstenez-vous de
ternir le dhamma, abstenez-vous d’opprimer les moines ! Autrement, tout comme
le Dussø que j’étais, vous allez subir les atroces et interminables souffrances des
enfers. »
Effrayé par les paroles du noble moine, Mæra s’en alla et n’importuna plus jamais
le Vénérable Mahæ Moggalæna.
306 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

A³gulimæla,
le coupeur de doigts
La naissance d’Ahiµsaka

D
ans le royaume de Sævatthi, vivait le roi Pasenadø Kosala. L’un de ses
conseillers était le brahmane Antaka, qui, avec sa femme Mantænø, donna
naissance à un fils – qui allait devenir A³gulimæla –, au terme de dix
mois de grossesse. Quand il naquit, durant la nuit, tous les couteaux du royaume
se mirent à scintiller. Son père, doué en astrologie, fut surpris de cet étrange pré-
sage. Il consulta les étoiles, et prédit qu’il deviendrait un brigand. Il s’écria alors :
« Bon sang ! Cet enfant deviendra un assassin ! »
Le lendemain matin, il alla mettre le roi au courant :
« Sire ! J’ai eu un fils cette nuit. Hélas, il sera quelqu’un d’offensif.
— Justement, pendant la nuit, j’ai vu tous les couteaux scintiller. Que cela signi-
fie-t-il ? Serais-je en danger ?
— Non, cela n’est qu’un signe marquant la naissance de mon fils.
— Beaucoup d’autres enfants comme votre fils sont-ils nés cette nuit ?
— Non, Sire. Ne vous inquiétez pas, mon fils est le seul.
— Dans ce cas, cela n’est pas bien grave.
— Pour éviter tout danger futur, je vais le tuer.
— Non, laissez-le en vie ! Un seul criminel n’est pas difficile à attraper. »
Le père attribua à son fils le nom d’Ahiµsakadægæmi, qui signifie : « absence
d’oppression », afin de l’inciter à demeurer inoffensif chaque fois qu’il entendrait
de son nom, car les mauvais présages prévoyaient l’inverse.

L’exigence du professeur

Q
uand Ahiµsakadægæmi devint un jeune homme, son père l’envoya au-
près d’un professeur réputé dans une grande université peuplée de nom-
breux étudiants. Il devint rapidement le plus brillant, le plus obéissant et
le plus instruit des élèves.
Pour limiter le risque que son fils commette de mauvaises actions, son père l’avait
laissé sans argent, l’obligeant ainsi à demeurer toujours auprès de son professeur.
Ainsi, en s’occupant de lui, il s’entraîna à ne pas développer d’orgueil. Il prit
donc soin de son maître et de l’épouse de ce dernier. Comme il était le meilleur
dans toutes les matières, les autres étudiants étaient jaloux de lui. De ce fait, ils
inventèrent des critiques sans fondement dont ils allaient faire part au professeur,
afin qu’il n’appréciât plus son élève suprême :
« Maître ! Ahiµsaka fait de mauvaises choses avec votre épouse. »
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 307
La première fois qu’il entendit cela, le professeur n’en crut pas un mot. Quand,
peu à peu, de nombreux autres étudiants – concertés entre eux – lui prétendirent
la même chose, il devint méfiant et commença à avoir des doutes. Il n’appréciait
plus du tout son meilleur élève, au point qu’il voulut le tuer. Il pensait toutefois :
« Je ne peux pas le tuer, il est le plus brillant de mes élèves. Si je le tuais, cela
risquerait de ternir ma réputation. Le roi m’attraperait et me mettrait en prison. Je
vais donc tacher de le faire disparaître autrement. »
Un jour, le maître convoqua son élève :
« Ahiµsaka ! Vous êtes très intelligent. Vous apprenez facilement. Pour cette
raison, je vais vous enseigner des connaissances spéciales, ignorées de tout le
monde. Pour ces enseignements supplémentaires, il va falloir, en retour, répondre
à mon exigence, et je vous transmettrai ces connaissances.
— Oh oui, maître ! Enseignez-moi ce que personne ne sait ! Pour cela, que dois-
je faire, maître ?
— Vous allez me rapporter mille doigts humains. »

Remarque : Les Écritures ne précisent pas de quels doigts il s’agit, ni combien de person-
nes ; elles indiquent seulement « mille doigts ». Les Birmans penchent pour deux index par
personne (donc cinq cents personnes), alors que selon les Thaïs, il s’agirait d’un pouce par
personne (donc mille personnes).

La collecte des doigts

A
près avoir respectueusement salué son professeur, le jeune Ahiµsaka
partit en forêt, armé d’une épée. C’était à contrecœur qu’il partait ainsi à
la recherche de mille doigts, mais comme il avait une immense soif de
connaissance, il fut prêt à tout pour bénéficier de ces enseignements inconnus des
autres et promis par son professeur. Malgré qu’il fut doué d’une grande intelli-
gence, il agissait sans réfléchir. Ainsi, il tua, par la lame de son épée, toutes les
personnes qu’il croisait sur son chemin, et trancha leurs doigts. Au début, il en-
treposa les doigts dans un recoin de la forêt, en vue de les récupérer ultérieure-
ment, car ces bouts d’os et de chair le dégoûtaient. Lorsqu’il voulut les reprendre,
ils avaient disparu, dévorés par les animaux. Conscient de sa maladresse, après
avoir tué de nombreuses personnes sans avoir pu conserver leurs doigts, il
conserva ceux de ses suivantes victimes autour du cou, en les accrochant à un fil,
comme une guirlande. Dès lors, quand les gens virent ce lugubre collier, ils
l’appelèrent A¼gulimæla, ce qui signifie « guirlande de doigts ».
Comme plus personne n’osa s’aventurer dans la forêt, il entrait dans les villages
durant la nuit, et tuait leurs habitants dans leur sommeil. Parfois, des gens
s’armaient et se regroupaient pour tenter de le tuer. Mais il était tellement fort,
agile et rapide qu’il parvenait toujours à s’enfuir. Les gens furent nombreux à se
plaindre au roi Pasenadø Kosala :
« Attrapez et tuez cet assassin qui ravage nos villages !
— Je vais envoyer mon armée, demain ils l’attraperont et le tueront. »
308 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Quand le père d’A¼gulimæla sut que le roi allait envoyer son armée pour suppri-
mer son fils, il l’annonça à son épouse :
« Ils vont attraper notre fils. Il tue beaucoup de gens, il leur coupe les doigts,
alors les gens ont sollicité le roi de bien vouloir l’attraper et de lui donner la mort
afin qu’il ne nuise plus.
— Oh ! Mon fils ! Je ne veux pas qu’il soit tué ! »
La mère du coupeur de doigts partit immédiatement en forêt à la recherche de son
fils, pour tenter de le sauver. Le matin, lorsqu’A¼gulimæla compta les doigts qu’il
avait déjà coupés, il en avait neuf cent quatre-vingt-dix-neuf ; il lui fallait donc
encore tuer une dernière personne pour obtenir le compte exigé par son profes-
seur. Pressé d’en finir, il prit une ferme décision :
« La première personne que j’aperçois aujourd’hui, je la tue. Je pourrais ainsi
retourner auprès de mon maître pour qu’il me délivre enfin son enseignement
spécial, et je pourrais rentrer chez moi. »
Peu après, il vit sa mère qui lui cria :
« Ô mon fils ! Faites attention à vous, le roi a envoyé son armée pour vous
tuer. »

La rencontre d’A¼gulimæla avec Bouddha

P
rêt à tuer n’importe qui pour obtenir son dernier doigt, l’épée en avant,
A¼gulimæla courut vers sa mère, sans écouter ce qu’elle lui dit. Bouddha
arriva juste à ce moment-là, se plaçant entre A¼gulimæla et sa mère. Le
matin même, alors que Bouddha balayait l’univers de son regard – comme il avait
coutume de le faire chaque matin –, il vit A¼gulimæla sur le point de se faire
attraper et tuer par l’armée royale, et sa mère sur le point de se faire tuer par son
propre fils. C’est pourquoi il décida d’intervenir afin d’éviter le danger. Avant de
partir, les villageois s’écrièrent à trois reprises à l’attention du Bienheureux :
« Ô Vénérable Bouddha ! N’allez pas vers A¼gulimæla, il est beaucoup trop
dangereux ! »
Sans écouter les conseils des villageois, Bouddha s’en alla sauver la mère du
coupeur de doigts et A¼gulimæla lui-même, dont il savait que, malgré son mau-
vais égarement, ses pæramø étaient excellentes. Lorsqu’A¼gulimæla aperçut
Bouddha, il le chargea avec son arme, en pensant :
« Autant tuer un étranger, cela m’évitera de tuer ma mère »
Comme il se précipita vers Bouddha, celui-ci filait à grande vitesse, sans aucun
effort, glissant paisiblement sur l’air comme un oiseau planeur. Plus A¼gulimæla
courait vite, plus Bouddha s’éloignait de lui. Essoufflé et agacé de ne pas pouvoir
le rattraper afin de lui couper un doigt, il cria :
« Arrêtez-vous ! Arrêtez-vous !
— Je suis arrêté, moi. C’est vous, qui courez encore.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 309
— Pourquoi dites-vous cela ? Ne mentez pas, vous vous éloignez de moi à une
vitesse incroyable !
— Je parle du saµsaræ. Je me suis arrêté de courir dans le cycle infernal des
renaissances, alors que vous, vous êtes toujours lamentablement en train d’y cou-
rir. »
A¼gulimæla prit conscience de sa situation grâce aux paroles du Bienheureux,
qu’il approuva immédiatement. Il réalisa ainsi qu’il était en train de s’attirer les
pires ennuis à cause d’un professeur fou qu’il lui exigeait quelque chose
d’insensé ! Il abandonna son épée en la lançant dans les fourrés, se prosterna
devant Bouddha, et lui demanda :
« Protégez-moi ! Enseignez-moi votre doctrine ! »
Une fois que Bouddha lui eut délivré un enseignement complet, il devint arahan-
ta. Le Bienheureux l’intégra donc dans la communauté monastique par sa phrase
habituelle « ehi bhikkhu ! »

Remarque : Bouddha intervint à temps, car un être qui tue sa mère ne peut plus réaliser le
dhamma au sein de cette vie, ne pouvant alors s’épargner de longues et douloureuses existen-
ces dans les mondes infernaux.

Le nouveau moine suivit Bouddha jusqu’à Sævatthi. Pour que tout le monde sache
bien qu’A¼gulimæla avait intégré le saµgha, Bouddha fit le tour de toute la ville
avec son disciple, avant de parvenir au monastère de Jetavana. Comme cette
nouvelle parvint aux oreilles du roi Pasenadø Kosala, il vint voir Bouddha, ac-
compagné de mille soldats. En arrivant, il se prosterna devant le Bienheureux et
le mit en garde :
« Ô noble Bouddha ! A¼gulimæla est un assassin ! Ne prenez pas d’assassins au
sein de votre noble communauté !
— Il n’est plus un assassin, je lui ai enseigné le dhamma, maintenant il est ara-
hanta. »
Ravi d’apprendre cela, le roi se prosterna devant le nouveau moine et lui demanda
de lui faire part de ses besoins.
Lorsque le Vénérable A¼gulimæla alla collecter sa nourriture à l’aide de son bol,
les gens qui le reconnaissaient le bombardaient de pierres. Il rentra le bol vide et
la tête en sang. Quand il vint informer Bouddha de cet incident, ce dernier lui
expliqua :
« Cela est tout à fait normal, c’est le résultat des akusala que vous avez déve-
loppé par tous les meurtres que vous avez commis. Pour apaiser la haine que les
gens reportent sur vous, je vais vous enseigner une gæthæ que vous allez réciter
aux femmes qui ont du mal à avoir des enfants : “ Depuis que je suis arahanta, je
ne tue plus personne. Autant que cela est vrai, puissiez-vous donner naissance à
de nombreux enfants ! ” »
Chaque fois qu’il rencontrait des femmes concernées par ce problème, il leur
récitait cette gæthæ et elles obtenaient facilement des enfants. Ainsi, après avoir
310 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

supprimé des vies, il contribuait à favoriser des naissances. Peu à peu, les gens se
remirent à considérer le Vénérable A³gulimæla et à le respecter pour ce qu’il était
devenu.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 311

IX

DU DERNIER VASSA AU PREMIER CONCILE


312 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 313

Les vassa de Bouddha

B
ouddha expira à l’âge de quatre-vingts ans. Il vécut les vingt-neuf premiè-
res années de son existence dans l’opulence, alors qu’il fut le prince Sidd-
hattha (de sa naissance jusqu’à seize ans dans le palais de son père, et les
treize années suivantes dans les trois palais que son père, le roi Sudoddhana, fit
bâtir pour lui). À l’âge de vingt-neuf ans, il renonça à son existence princière au
profit de la vie d’ascète, où il s’entraîna aux sévères austérités durant six ans. À
son éveil, lorsqu’il parvint à l’omniscience, à l’âge de trente-cinq ans, il enseigna
le dhamma à la connaissance des êtres durant les quarante-cinq dernières années
de son existence. Pendant ces quarante-cinq ans, il passa autant de vassa. Chaque
année, Bouddha, comme chaque moine, demeure en un seul lieu pendant toute la
durée de la saison des pluies – la mousson.
Voici les lieux où Bouddha passa ses vassa :

vassa vihæra Lieu


er
1 Forêt de Migadævana
e e
2 au 4 Monastère Ve¹uvana Royaume de Ræjægaha
e
5 Forêt Mahævana, royaume de Vesælø
6e Petit monastère Montagne Maku¹a
7e Sphère Tævatiµsæ (monde des deva)
8e Forêt de Migadævana
e
9 Monastère Pavarikæræma Royaume de Kosambø
10e Au pied d’un arbre Forêt de Pælileyyaka
11e Monastère de Næ¹ikæræma Village brahmane de Næ¹a
12e Sous l’arbre Na¹eru Royaume de Verañja
13e Monastère Montagne Cæliya
14e Monastère de Jetavana Royaume de Sævatthi
15e Monastère de Nigrodha Royaume de Kapilavatthu
16e Monastère de Mahævæna Royaume d’ƹavø
17e Monastère de Ve¹uvana Royaume de Ræjægaha
18 et 19e
e
Monastère Montagne Cæliya
20e Monastère de Ve¹uvana Royaume de Ræjægaha
21 au 39e
e
Monastère de Jetavana Royaume de Sævatthi
40e au 44e Monastère de Pubbæræma Royaume de Ræjægaha
45e Jardin de manguiers, village Ve¹uva
314 La vie de Bouddha et de ses principaux disciples

Le dernier vassa de Bouddha

E
n vue d’effectuer son quarante-cinquième vassa, Bouddha se rendit près
du village Ve¹uva, situé entre Vesælø et Ræjægaha. Beaucoup de moines
accompagnèrent le Bienheureux, mais le village était trop petit pour per-
mettre à ses habitants d’offrir en suffisance la nourriture pour tous. Ainsi, Boudd-
ha envoya à Vesælø la plupart des disciples qui l’avaient suivi. Au début du vassa,
Bouddha commença à souffrir d’une maladie qui le fit déféquer du sang. Bien
qu’il savait qu’il était proche de son parinibbæna (extinction définitive dans la
paix qui résulte de la cessation des existences), il prit soin d’en parler à personne
pour le moment. Il décida qu’il en parlerait seulement une fois qu’il serait rétabli.
Il développa alors vipassanæ, grâce à laquelle il put rapidement s’absorber en
nibbæna (paix illimitée, procurée par la cessation des phénomènes physiques et
mentaux). L’expérimentation de nibbæna a, entre autres, la vertu de neutraliser
toutes les maladies. Cela permit au Bienheureux de reprendre considérablement
de nouvelles forces et de se rétablir en bonne partie. Néanmoins, les séquelles
physiques sont toujours épargnées par nibbæna. Ainsi, celles qu’il avait depuis le
temps où il s’adonnait aux austérités extrêmes demeurèrent, et même
s’aggravèrent, compte tenu de son âge avancé (79 ans). Il continuait donc de
perdre beaucoup de sang. Sakka, le roi des deva arriva vers lui afin d’en prendre
le plus grand soin. Une fois que Bouddha fut guéri, le Vénérable Ænandæ vint
vers lui, et se prosterna respectueusement avant de lui demander :
« Ô noble Bouddha ! C’est un immense plaisir de constater que votre santé s’est
améliorée. Quand vous êtes malade, je me sens mal également, si mal que j’en
oublie tout le dhamma que vous nous avez enseigné. Ce dhamma est si précieux !
Enseignez-le-nous autant que vous pouvez, jusqu’à votre extinction en parinib-
bæna ! N’entrez pas en parinibbæna !
— Ænandæ ! Pour le bénéfice de tous les êtres, j’ai enseigné le vinaya (la disci-
pline et la vertu des renonçants ; pour la pureté de la conduite), le suttanta (les
discours entre Bouddha ou ses disciples, avec d’autres personnes ; pour la com-
préhension mentale et l’encouragement à la pratique) et l’abhidhamma (la des-
cription exhaustive de toutes les formes de matières et consciences de l’univers ;
pour exposer en détail les éléments qui constituent la réalité). Maintenant, je suis
vieux, j’ai bientôt quatre-vingts ans. Quand on est arahanta (être qui a totalement
éliminé les impuretés mentales) c’est le bonheur complet. Après avoir rejeté les
kilesæ (impuretés mentales) tels que lobha (l’avidité), dosa (l’aversion), mæna
(l’orgueil), micchæ di¥¥hi (fausses vues), contemplez votre corps ! »
Bouddha continua d’enseigner le dhamma à son noble cousin, en lui exposant
clairement la pratique qui devra le conduire jusqu’au stade d’arahanta.
La vie de Bouddha et de ses principaux disciples 315

Le parinibbæna du Vénérable
Særiputtaræ
Les adieux du Vénérable Særiputtaræ à Bouddha

L
orsque le vassa parvint à sa fin, Bouddha se rendit à Sævatthi. Un jour,
après être allé collecter et avoir mangé son repas, le Vénérable Særiputtaræ
pénétra dans le nirodha samæpatti (absorption dans la cessation de toute
conscience). Lorsqu’il en ressortit, il se mit à réfléchir :
« Traditionnellement, est-ce que ce sont les bouddhas qui s’éteignent d’abord en
parinibbæna (extinction définitive dans la paix de nibbæna) ou est-ce que ce sont
les aggasævaka (les deux plus nobles disciples d’un bouddha) qui y s’éteignent
d’abord ? »
À l’aide de ses pouvoirs psychiques, il vit que les aggasævaka sont les premiers à
s’en aller. Il se demanda ensuite où il allait disparaître. Il se souvint alors que le
Vénérable Ko¼ðañña, le plus ancien des disciples, expérimenta le parinibbæna
dans les montagnes Himavantæ. Le Vénérable Ræhulæ, le fils de Bouddha, quant à
lui, entra en parinibbæna dans la sphère Tævatiµsæ du monde des deva. Lorsque
ses réflexions l’amenèrent à penser à sa mère, qui fit toujours preuve d’un grand
scepticisme, il se dit :
« Ma mère est encore plongée dans les fausses croyances. Si je ne lui enseigne
pas moi-même le dhamma, elle ne pourra jamais le réaliser. Je vais donc lui en-
seigner le dhamma. De plus, si je ne le lui enseignais pas, les gens me critique-
raient en disant : “ Le Vénérable Særiputtaræ enseigne le dhamma à de nombreu-
ses personnes, mais il n’est pas capable de l’enseigner à sa propre mère ! ”. De
plus, mes trois frères et mes trois sœurs sont tous arahanta. Je m’éteindrai donc
en parinibbæna seulement après avoir enseigné le dhamma à ma mère. »
Le Vénérable Særiputtaræ alla auprès de Bouddha afin de le prévenir qu’il se ren-
dait chez sa mère. Ayant prévu de se rendre dans son village natal avec ses cinq
cents disciples, il appela son frère, le Vénérable Cunda, pour lui demander de les
réunir. Lorsque les cinq cents moines furent présents, le Vénérable Særiputtaræ les
amena tous auprès de Bouddha, devant lequel il dit :
« Ô noble Bouddha ! Je vais bientôt entrer en parinibbæna.
— À quel endroit vous éteindrez-vous ?