Vous êtes sur la page 1sur 17

c 

  
p
 pp

pp
p
p p p

Les grandes lignes de la dynamique de réforme fiscale au Maroc et les enjeux y afférents
ont donné récemment au patron du Fisc l͛occasion de livrer son appréciation technique
de la chose. p

pp
 p p 
pp p p
  pp p p p
 p
  p  p ppp ppp  pp
 pp pppp p p!"p# pp
p
p  p p 
$p   p pppp% p
&  p
 p' p p () pppp  p p p
( p p p p ppp  p p(p  p(  p(  
p
( p p   p
 p pp( p pp p p

º 
(pp p*
p' p p () pp p(  p p p+,p
 
 
!p p p  p $pp(p p' p( pp pp
  p

 p p -ppppp.pp/ p(p p p

 ' p '


pp  0ppp(  p&  p pp(p
   p p 

p p p p p  pp ppp 


p  1p!()p
p p $p p  p/
 p p(pp pp p(p
p p
"'p
 0p p pp''p p p p
  p( p
p p pp

p()p pp-pp p'(p'p( p p  p 1p p


  p pp
p234pp   p p p
  p
p ppp 'p p p p p
 ppp  p p ppp p
p' p p
 p' p p
() ppp p ' p  p p p
   p p p  pp pp
p pp p(  p
ppp  pp p(' p  p p
 p
(  p(p p
 
pp p+,p p p
"p  p p 

p355p p
pp
pp  p p p(p p p" p p p''p
p( pp637p  pp*8pp3552pp69p  pp*8pp355p
p p
( p p p(pp pp:594p;pp
(p  p
(
 pp p+,pp (p p p   pp p p pp6:<4p p  p
 p= p

 pp
p
Une contribution de 56% au Budget pp
p=p ppp p p p pp  >p!()p p  p 
 $p pp
"p
p' p(' pp374p pp6?<p  pp*8pp3552pp3<7p  p
p*8pp355p@ p p p'' p ppp  1p  pp  p( p
p( pp33?p  pp*8pp3:?p  pp*8p p p=p(p
p
 p
 (pp p" pp<4pA p
p p  p

p  p p' p
p p
 p p p
p" ppp6:94 p( pp:p  pp
*8pp3552pp93p  pp*8pp355p p
B  p
  p  p
 p
  p
(   p(p -pp
p p p
p p" p' p p 'p(pp6794p( pp3p  p p
*8pp3552pp9<:p  pp*8pp355p*pp p
 pp   p p

 p
  p p
p p&B-p!& 'pB pp -$pppp355p24p

p2:4p ppp3552pp p
p p( p p  pCp

p  " p  p(  p% p&  pp(p  p  p p
(pp pDp/% p  p p  p( p ( p( p pp p(  p( p  p

  p
  p pp p

 p  p
" ppp p(pp
 p( p 
   0pEE pEpp  p p pEp 
pp ('pp

  p  pp p"p# p ppp p p" p
" p p(p p

p p" p( p
" p p  p p( p p p  pppp( p p

 p
 p p  p
p  " pp p  p p
p(p  p
 p
  p
  p p( p p

Aommaire

La réforme fiscale au Maroc et le système fiscal actuel

I.p ÿescriptif du système fiscal marocain

, p F()p p  p 
 p! >$p p
&p F()p p p p! 1$pp
p pp p p  p p!+,$pp
*p  p pF' pppp p
- p  p p  pp
 p! $pp
 p  p pp pp
Bp p
 p 
 pp
II.p Le système fiscal marocain : moteur ou frein au développement de
l'entreprise

pp p  p
 p
pDp pp ((pp
,p p
"
"pF p  p 'pp p
p
pp p

p
 pp 
 p p
&p .p p( p ppp(" p
p pp p

césumé de l'étude de cas

,p (
p pa
 pp"p p  p 
p pp( 
p(p p(  
p

  p p p p p'p p
p(pp   p
)pp p
p p((p p 
p p p p'p( p

  p p6?p
 p p35p 
pp p 'p p(   p p
 'p  p

pp
(# p p
p p p p/pp
 p0p p(  p

p
p
p  p 
pp  p( p p p 'p(
p p() p
 p
(    p( pp( p( p  p p  p p
 p  
 p p( pp

'p() p
(p p
(  pDp p
6p pp p p
"p pp

p' pp 'p
 pG p
3p p p (
  pp p
 p p p(  p(
 p!
p( p"p

H$pGp
:p p pp p( p p p  p pp (p p p  p  pp
(p
p
,
p  p p( ' p(
 pp p p
"' p
p p( p p
() pp( p

   p=p/p
 pp p0p p p
 p
 pp pp p p p p(
p'  pp
   pp
p
p  p 
p pp( 
p(p p(  
p
  p( p p p p p
((p
 (p( p p p    p() p
 p
  pp

p pp
  p  
 pp pp  p p((  p
p p
 
p p 
  p/p
 p0p p
 pDp() p'
  p(p()p p  p
 p
(  p( p p  p pp   p
 p
p
-p p
p  p 
p( E
  pp
(p p p' ppp
p p( p p p 'p'p(p  p() p
 p p p pCp
 p(p( p   p p  p p(# p  p p 
 p  pp p
 ppp
p
p(( pp
p  p p pp (
p p( p  p p p(p
 p p
 p p p p pp' p p
"'pA p
  p 
p ' p(p , p
  pp'p p pp  p

  p p(( p p(pp    p'  p( p p p '
 pp Ip
 pIpp p  p p p( p p p p p
 p p p
 E'pp p ppJ pp p(  p p 
  p( p p p  p
 
p

pp Hpp

÷lus d͛extraits de La réforme fiscale au Maroc et le système fiscal actuel

ƒKp
p p  p
p p
  p p  p
pp p p
( ppp(  p( p p p p ( 
pp p" p
 p p p p(p p  p( p/p& '("p
p0p
p
&
" p  p () p p  p
 p p 
pDpA
pF p   p p  p p
() p
 p
 pp pF p((
p p p'p
 p p 
 p p 
p
p p p
 pFp 
 p,p p p6pp6?<7p(p
p&
" p!1  p

 pEp6?<9pLpL p  p p p  p
 p
pLpLpLƒ 
KpLpLp
L& M"p* p!6?2:E$pNp, p(p"pLpLpL.pƒ Kpp

p
ƒKp p  p
 p
pDp pp ((pDp@  p Fp p p  p

 p
p 'p  p  pp  p(
 pFpppp p   p

 p p( p  p( p
 pDp
F p p  p
pp( p pp
' p'  p  p pp F( pA pp( p
 p p p
 p
 p
p p  F" pp((  p pA pp
p p    p
(  pp
p p(pp( p(( pDpp  p'pp
 pp
6?75pGppƒKpp

ƒKp.p p( p



p pp p'  ppp
 p F(
p p
 p
 p p F
p
pDp p
 p  pp(  p
 p
p(
(p
pp p  p p
 pp
 
p
 ppp
(p 
 p*p
pp pp=p p p ppp pp F p p( 'p

 ppp( p p  p((
"pp p
 p
  p
pp p p
  p 'pp p
p( p
p p 'pp p
p
FppF
pp p(  p
 pp 
 pƒKp p

ƒKp pp p p
"pF pp

p' pp 'p
 pGp3p p p
(
  pp p
 p p p(  p(
 p!
p( p"p
$pGp:p
 p pp p( p p p  p pp F(p p p  p pp
F(p,
p  p p( ' p(
 pp p p
"' p
p p
( p p() pp( p

   pF=p/p
 pp p0pF p
 p p
 ppF pp p p p p(
p
'  pp   pƒKp p

ƒKp F 1p F((  p p pp


 p
  p(p  p(  p("   pp  p

 pp(  p p p(  p
(p  p p   p(  p
'
  p!p F


p p  Fp3565$p
 p p p  p p p
( p
L&,1- -p*-p F AOp>.1p -p1-+-%.pLpL
"p  pp L pF( pLp
L(   pLpLpL*p5pp35p555p"pL-pLpL*p35p556pp3<p555p"pL6:4pLpL*p3<p
556pp:p555p"pL364pLpL*p:p556pp5p555p"pL:24pLpL, E pp5p555pL<<4pLp:pƒKp p

ƒKp,p
pp p p

( p( p Fp 'p6??7 E6???p pp(p


ppp  pp( pp?3<p  p Fp(
pp6p p
955p  p! p p( p( pp734pF '$p* p p=p  p p  p
 'p  p
(
 p p 
 p' pppp  pp p+,pp
 'p  p(
  pp  p

 p  ppp p p pp  pp
(pppp p
p p pp p pp( p p pƒKpp

p
ƒKp*p( p p p   pp( pp F (p p F'pp p
 p
 p p(
 p
 p pp( p p p  pp p   p p(p
Fp(p  p(
 p pp p p(  p 'p p p  p(  p
 p
p 
 p-pF  p p
 p' ppp( p pF p
( p* p p=p  pp
"p
  p pp p  p'  p
p F()pp
"
"p p(
(p p p%p
p
  pp p p
 p
 pp'  pp pp
p p p( p p p( p

p(  p
 pp F((  p  pp F  p p
   pƒKp p

ƒKp ppp p


p Ep p( p p 
p p pF p(p
 p
 p   p pp p pp' pp
  pp
F(pF p  p( pp   p p( p pp  pp F  p E
p

"pFp  p(  pF  pp p pp p  p(  p
 p! p p(  pp p 
'p p   p p
 p
 ''p(' p p  p p(pp
 p(  p p(p
 $p
 p p 
pp pp(pp( pp( pF(  ppp334p p(  p
 pp6?73pƒKp p

¦ttp://blogs-static.maktoob.com/userFiles/y/a/yassineddeou/office/1195044555.pdf dial
15 pages

céforme fiscale : un c¦antier inac¦evép


pp3552p pp
 p''p p 
pp( p
pp p  p

 p,p p p ( 
pp " p p p  ' pp  p

 pp p pp  p
 p
pppp p p= p
' pp p p p( p p   ppp -pA p " p p  p
  p pp p
p p" pp p(p p
 p' p(p  >p! p:5 $ 4p
 p
 p'   $p*(  p3559p  p( p
  pp  1p!69 $ 4$pA  p p
 pp  >p p( pp:2 $ 4pp:54p
p p pp''p( p -pp3p  p
p" pp
 pp  1pp<3 $ 4pp:7$4ppp pp( p
p p

p?<p  pp" pp355?pp3565 p

 pp(pp  p p p p() p p  p( p


p p
  p p     p" p( pp ' p
 p
    p

A p pp p p p ( p p


$Dp'p  p
 p  p(p p
 pp  p
  pp

 p ppp p+,pp p " pp


p pp p pP
"p p( p p
p   p p
 pp p+,p p p p
 pp35$ 4p-p( p p
p p p pp
(p p

p (
 p p
 pp(p
 p p  p
pp H* p
p
 p( p
p pp p pp9 $ 4p p65 $ 4p  pp( p p p pp

p

ap

"(DNNQQQ
N3("(R(S
T
UT(S6US:5 p

"(DNNQQQ  " N


E 2:7?" p

ÿe La réforme fiscalepp

Le système fiscal marocain, même réformé, reste assez arc¦aïque. ÿans son ouvrage «
L͛impôt sur les sociétés», cac¦id Lazrak entame une réflexion au sujet de so n
indispensable refonte. p
pp
 p
 p(p p 
pp pp p p p'ppp   p
 p 'p (
 p  p p ( p p p p ( 
p p  p p
"p p
 p pp p
   p p' p p( p p
  p p p
p 

 p  (p p p


(p p  p p  p p  p
(p
 p p  p  (
 p  Vp 
"W 0p  p 1
"p VMp  p p  'p
/ ()p p  p 
 0p > p   p  
p  p ()p 
 p
p
()p  p ( p  p () p 
 p (  p p p  p
" p p p ( 
p 
  p p
  p , p p p  p
p p
' pp p
 p 
 p pp
"p 
 pp p pp( 
p p
 p
p  p () p (p p p  p 
 p p 
 p 
pp
p 
p
p  p  p ( p p pp
p  ((p  p  p  p
p pp ' p
 p( p p  p p
( 
p p  p
 p p(  p p(p p p pp  
 p   p
p  p p p   p p ('p  p p  p (p  p (p p
 ((p 
 p p 
 p   p p
/p Op p  p 
 p 
p  p '( p  ' p (p p

p p
p  p p E
"p p p 
 p p ( p p p p  ((p p
 p p
( p     p 0p (
 p 1
"p VMpp
p p  p p ( pCpp p
 p
ppCp p(
p
p
pp p() p   p  p
p ( 
pp( p p(p p
 p p  p p (p  
p () p  p
p ()p p  p 
 p
(  pp
p E
p(pp6?73ppp  p 
 p p pp
 ppp
( p  p(
( p p    p
pp p =p  p/p ppp
pp
'p  p ( p p  ppp  p  p  pp pp(p
p ((p p  p p   p 
  p  p p
p  p (
 p ' p
' p  p  p  p
   p 0p  p p VMpp
A p p p p p ' p p ( p 
p p (p p p
  p
 p 
 p  p
 
 p 
  p p p
(p  p '
 p  p  ((p

  p p 
 p  p p
p  p  
p 
 p p
-p p p p p ( p (p p  p   p p p 
 'p  p
   pp
> p p  p ( p   p p  p ( p p p p  p   p p ()p p  p

 p  p p p (( p p  p
(  p 
p   p  
 p 
  p ' p
p #  pp
p p  p  p (
 p  p  p 
p  p p  p  p  p p
 p 
 p  p p
 p p  p  p p  p p p  p p
( 
p p " p  p  (  p 
  p p
1
"p VMp p  p p p p  'p p  p ' p ( p p
  p p
p()p p  p 
 pp

pp p p, p p p( pp  'p p
(p p( p  p 
 p   p
  p p p 
 p ppp ()p
p  p 
 p  p 
 p  p 
p  p   p  p (  p  p
 p( pp  p p p  p p 
 p' p(p p 
pp
 p
 p 
 p 
 p (p p 'pp
p p  p (  p (   p  p 
 p   p p p   p
"' p

  p  p p  p  ' p
(  p p
 p p 
 p

(p p
( 
p (p  p  'pp
p (
 p p
) p
 p(  p p

p  p p   p p
p  p
  p 
  p p p p p  p   p p p 
p p #p
  p p  pp
-p  p  p  p p 
 p p ()p p  p
  
 p p p
  pp#p p(  p
p

usqu'où ira la réforme fiscale ?p


p

adie El Mouden p

Le matinp p 26 - 02 - 2010p

Le dîner-débat sur « La politique fiscale entre redistribution et croissance »,


organisé conjointement par Eco ÷lus et cotary Club Casa -Nord a tenu ses
promesses. Fidèle à son ¦abitude, l'invité d'¦onneur, Noureddine Bensouda, n'a
pas déçu les nombreux rotariens venus partager réflexions et questions autour
d'un t¦ème d'actualité politique, économique et sociale. Le directeur général
des impôts a excellé dans l'art de convaincre ses clients-contribuables, le tout
sans langue de bois.
Le directeur des impôts a d'abord planté le décor de son intervention en faisant
le lien entre l'impôt et les transformations présentes et futures des sociétés.
L'impôt, dit-il, est si intimement lié à l'évolution des sociétés et à celle de leurs
institutions juridiques et économiques. En citant A¦umpeter pour qui « l'¦istoire
fiscale d'un peuple constitue une part essentielle de son ¦istoire tout court », N.
Bensouda se montre conscient que le Maroc est en train d'écrire une nouvelle
page de son ¦istoire. Au-delà des c¦iffres et des tec¦niques, la stabilité des
recettes fiscales que vit le Maroc d'aujourd'¦ui doit être comprise d'abord
comme un fait politique et social. Il ne suffit pas de dire que le Fisc a collecté 152
milliards de recettes en 2009 contre une prévision initiale de 159 milliards de ÿ
pour mesurer la qualité des progrès réalisés dans le domaine fiscal. Il faut
expliquer aux citoyens pourquoi a-t-on pu réaliser ces performances malgré la
crise et l'incertitude de la conjoncture économique internationale.
En 2009, le déficit budgétaire au Maroc (c¦iffre annoncé au cours de la dernière
rencontre du Comité de veille stratégique), est limité à 2,2%. Ceci au même
moment où d'autres pays, notamment européens, affic¦ent des déficits à deux
c¦iffres. Cela démontre encore une fois la capacité de résistance, voire de
résilience de notre économie aux c¦ocs exogènes. C'est aussi la preuve de la
solidité de notre système fiscal. ÿ'ailleurs, la Banque mondiale ne s'est pas
trompée en témoignant, dans son dernier rapport, que « de s politiques
macroéconomiques et fiscales avisées placent le Maroc dans une meilleure
position pour surmonter sans difficultés les effets modérés de la crise, tout en
gardant une bonne position pour bénéficier de la reprise de l'économie
mondiale ».
La stabilité des finances publiques donne du sens à la réforme fiscale. Celle -ci a
affic¦é ses objectifs depuis son lancement en 2005. Une baisse des taux
maximums couplée à l'élargissement de l'assiette fiscale. Le bilan d'étape est
déjà positif. Il suffit de consulter la nouvelle structure des recettes fiscales. Les
entrées d'IA qui n'ont dépassé celles de l'Ic qu'en 2007, représentent aujourd'¦ui
29% des recettes totales contre seulement 17% pour l'Ic. Cela reflète un
c¦angement de comportement d'une société en pleine mutation. La
réconciliation du citoyen avec l'impôt est en marc¦e.
On investit, on consomme et c¦acun expose sa fierté d'avoir passé à la caisse
pour accomplir son devoir national. Ce constat est valable aussi bien pour les
entreprises (l'IA a baissé de 35 à 30%, soit un manque à gagner pour l'Etat de 2,1
milliards de ÿ ) que pour les particuliers (le taux marginal de l'impôt sur le
revenu ramené de 42 à 38% entre 2008 et 2010, ce qui a permis d'injecter 9,4
milliards de ÿ dans l'économie entre 2009 et 2010).
L'Etat, de son côté, joue bien son rôle redistributif en s'attaquant aux nic¦es
fiscales devenues désuètes avec le temps. Le directeur des impôts a annoncé un
c¦iffre révélateur dans ce sens. ÷as moins de 46 mesures dérogatoires
(abattements, exonérations) ont été supprimées entre 2006 et 2009. L'idée
consiste à faire payer les personnes p¦ysiques ou morales- dont la faculté
contributive est importante pour pouvoir ensuite réorienter la marge de
man uvre budgétaire qui en découle au profit des détenteurs de revenus faibles
ou intermédiaires. C'est cette logique qui explique certains c¦ oix opérés par le
législateur dans le cadre de la nouvelle Loi de finances. ÿans un sens, il a été
décidé de taxer les profits issus de la cession des actions non cotées de 20% au
lieu de 15%. ÿans un sens contraire, de nouvelles exonérations ont été créées
pour ne citer que celles dédiées au logement social.
Une c¦ose est sûre. La réforme fiscale est sur la bonne voie. En revanc¦e, deux
grands défis restent à relever. ÿ'une part, il va falloir innover de nouveaux
mécanismes susceptibles d'intégrer l'informel et de fiscaliser les activités qui
constituent un gisement fiscal non encore exploité. Ce n'est pas la fiscalité qui va
résoudre ce problème, estime N. Bensouda. Aelon lui, il faut d'abord lutter
contre l'analp¦abétisme fiscal (voire encadré).
ÿ'autre part, il serait temps d'accélérer la réforme de la TVA. Une mission qui ne
sera pas aussi simple comme on pourrait l'imaginer. Car l'essentiel des recettes
de TVA est adossé au taux de 20%. Ai on veut aller vers un seul taux (entre 10 et
20% par exemple), il faudra tenir compte du caractère spécifique des denrées de
première nécessité qui bénéficient de l'exonération (si la TVA sur les produits
pétroliers a été augmenté cette année de 7 à 10%, c'est parce que le
gouvernement s'est engagé à prendre en c¦arge le différentiel via la Caisse de
compensation).
Maintenant, sac¦ant que le c¦oix définitif sera orienté vers une configuration à
deux taux, la décision fiscale dans ce sc¦éma devient un peu complexe, de l'avis
même de l'auteur d'un ouvrage récent intitulé « Le processus de la décision
fiscale au Maroc », et qui n'est autre que N. Bensouda. « Autant on vous
applaudit à l'unanimité quand vous parlez d'une baisse de T VA. Mais dès que
vous évoquez la réforme dans le sens inverse, pour passer par exemple de
l'exonération à un taux de 7 ou de 10%, vous vous retrouvez dans la solitude la
plus totale », fait remarquer le directeur général des impôts. Ne dit -on pas que
la résistance au c¦angement est in¦érente au comportement des individus
et des politiques ?
----------------------------------------------
La révolution fiscale du logement social
Le logement social est sans doute la manifestation la plus évidente du rôle
redistributif de l'Etat marocain. Conformément aux instructions de A.M. le coi, le
secteur a été érigé en priorité économique et sociale nationale. Le système des
avantages proposé par le dispositif mis en place est le fruit de la mobilisation de
plusieurs départements ministériels. En effet, le budget général de l'Etat se
dessaisit de ses parts de recettes (IA pour les sociétés immobilières et l'Ic pour
les promoteurs-personnes p¦ysiques). ÿe même, il y a eu l'exonération des
droits d'enregistrement et de timbres. Les collectivités locales, elles, participent
à ce programme par le biais de l'exonération de la taxe professionnelle et celle
liée aux opérations de construction. ÷our sa part, le Fonds spécial de l'¦abitat se
dessaisit de la taxe sur le ciment. Enfin , la contribution de la Conservation
foncière s'est matérialisée par l'exonération des droits qui lui sont attribués. Le
nouveau dispositif apporte néanmoins une nouveauté dans la relation entre
l'Etat et le citoyen. Au lieu de passer par le canal du promo teur, la subvention
est adressée directement aux bénéficiaires. L'Etat verse au notaire qui participe
à l'opération le montant de la TVA due au titre de l'acquisition du logement
social.
Amnésie et analp¦abétisme fiscale
Le t¦ème d'une fiscalité différentiée revient souvent dans les débats. Les ÷ME
plaident depuis longtemps pour une taxation adaptée à la taille de leurs
structures et à leurs bénéfices. ÿe même, pour combattre le p¦énomène de
l'informel, d'aucuns pensent que la fiscalité passe par la piste d 'une fiscalité
attrayante. A'agissant des ÷ME-÷MI, le législateur a tranc¦é le débat dans une
logique de restructuration capitalistique. ÷our pouvoir bénéficier d'une
réduction d'impôt, la ÷ME doit augmenter son capital. N. Bensouda préfère
aborder ce sujet sous un autre angle, en faisant allusion à ce qui s'apparente à
une sorte d'«amnésie fiscale ». « Aujourd'¦ui, tout le monde pense que l'Impôt
sur les sociétés est de 30%. Or, en réalité, on peut recenser au moins six taux de
l'IA : 8%, 8,75%, 10%, 17,5% 30%, 35%», constate le directeur des impôts. Ce sont
là des taux net réels situés à des niveaux inférieurs au taux standards du
moment où l'on tient compte de l'effet des mesures dérogatoires (abattements,
exonérations) dont on pourrait bénéficier selon d es critères liés à la nature du
secteur d'activité, la géograp¦ie (export, tourisme, zones franc¦es ).
Concernant l'informel, là encore, N. Bensouda pense qu'il faudra d'abord lutter
contre ce qu'il appelle « l'analp¦abétisme fiscal ». En début d'activité, si une
entreprise venait à déclarer même un exercice déficitaire, elle bénéficie de
l'exonération de la cotisation minimale pendant trois ans. ÷lus, elle a droit à une
exonération de taxe professionnelle pendant cinq ans. ÷ar méconnaissance du
système, on reste cantonner dans l'informel. Le directeur des impôts donne
l'exemple de ceux qui, par ignorance, restent accroc¦és au régime forfaitaire : «
ouand vous êtes au régime net simplifié ou au régime réel, vous avez une
meilleure protection sur le plan des droits vis-à-vis de l'administration fiscale.
Mais quand vous restez dans le système forfaitaire, vous n'avez aucune
protection ».
Une administration orientée vers le client
ÿans la littérature fiscale, on parle souvent de « tax policy and tax
administration ». C'est dire que le degré de réalisation des objectifs d'une
politique fiscale dépend de la qualité de l'administration fiscale. Au Maroc, dans
sa relation avec le client, le Fisc a la ferme volonté de poursuivre le projet de la «
télédéclartion obligatoire » qui s'étendra, dès 2011, aux entreprises dont le
c¦iffre d'affaires est supérieur ou égal à 50 millions ÿ (le seuil 100.000 ÿ en
vigueur depuis le 1er janvier dernier). ÿe nouvelles éc¦éances ont été également
fixées et seront appliquées dès 2011 dans le but d'éviter l'encombrement du
réseau des perceptions lors des dépôts des déclarations. Aur le plan des
procédures, il a été décidé à ce que les personnes qui ont un impôt (déjà arrêté
par la commission locale) et dont le montant est inférieur ou égal à 50 mille ÿ ,
n'aient plus la possibilité de recours à la commission nationale, tout en gardant
bien évidemment le droit d'aller au tribunal. ÿans ce cas là, la décision de la
commission locale devient définitive, de sorte à laisser la commission nat ionale
se concentrer sur les
«grands» dossiers. Cette dernière sera dotée d'une nouvelle organisation
administrative et un secrétaire général sera bientôt nommé pour assurer sa
gestion. Tout cela s'inscrit dans l'esprit d'une nouvelle configuration
organisationnelle. N. Bensouda sou¦aite que son administration soit orientée
vers le client à l'image d'une institution financière, appuyée par une
catégorisation de la population contribuable. ''Celui qui ramène un c¦èque de
500 millions ÿ ne va pas être reçu de la même manière que celui qui vient faire
la queue pour déposer un c¦èque de 350 ÿ ''. ÿ'ailleurs, même la cotisation
minimale (1.500 ÿ ) qu'on pouvait régler en quatre éc¦éances, le Fisc a décidé
qu'elle soit payée en totalité une seule fois.
Comment distinguer le bien du mal ?
A c¦aque fois qu'on ac¦ète ou on vend un bien immobilier, on fait
systématiquement l'objet d'une révision fiscale. En évoquant ce constat, un
participant au dîner-débat d'''Eco ÷lus'' et des rotariens estime qu'au Maroc,
dans ce cas précis, on est considéré suspect jusqu'à preuve du contraire. «Est-ce
qu'il existe une solution pour que les citoyens qui déclarent le prix réel ne
fassent pas l'objet d'une révision ?», se demande -t-il. «ÿans l'administration
fiscale, nous n'avons pas ce rôle de juger de la bonne ou de la mauvaise foi »,
répond le directeur des impôts, tout en attirant l'attention sur la distinction que
l'on doit faire entre l'insuffisance et la dissimulation des prix. L'insuffisance a
lieu lorsque, par exemple, le terrain est vendu à 1.000 ÿ , alors que son prix de
référence est de 2.000 ÿ . « On n'est pas dans la logique de bonne ou de
mauvaise foi. ÷our l'administration, c'est clair, vous n'avez pas vendu au bon
prix, mais si vous ne savez pas faire de bonnes affaires , l'impôt sera prélevé sur
la base du prix de référence ». Le directeur des impôts va au -delà de cet exemple
pour relier le p¦énomène de la fraude fiscale à un modèle social évolutif. «Celui
qui a l'¦abitude de tric¦er depuis son enfance continuera de tric ¦er lorsqu'il sera
grand. En fraudant, il s'estime intelligent. Or, il est uniquement malin », analyse
N. Bensouda. Et d'ajouter : «C'est une perpétuelle confrontation entre les
transparents et ceux qui tric¦ent. Vous ne pouvez pas éradiquer la tric¦e,
comme vous ne pouvez pas éradiquer le mal. En tant qu'administration, notre
objectif, c'est d'essayer de diminuer la dose de la tric¦e par rapport à la
transparence».
ÿurk¦eim à l'origine du retard de la carotte
Les incitations fiscales dédiées aux nouvelles introductions en Bourse devraient
normalement expirer au 31 décembre dernier. Tout le monde s'attendait à leur
reconduction, comme cela a été le cas depuis leur mise en place il y a une
dizaine d'années. ÿ'autant plus que l'exercice 2009, rappelons -le, s'est soldé par
zéro nouvelle introduction et plusieurs entreprises, particulièrement de grande
taille, avaient déjà annoncé leur intention d'ouvrir leur capital courant 2010. La
première mouture du budget actuel, celle déposée à la première C¦ambre, ne
contenait aucune trace de ce dispositif dérogatoire. Il a fallu attendre la p¦ase
extrême du circuit législatif avant que l'amendement du patronat ne soit retenu
par le gouvernement. Ce retard d'adoption s'explique par des raisons purement
politiques. En effet, précise le directeur général des impôts, les majorités
parlementaires se partagent le travail entre les deux C¦ambres : « C'est à peu
près la division du travail social c¦ère à ÿurk¦eim. Mais ce qui nous intéresse, ce
n'est pas qui fait quoi ? L'essentiel, c'est qu'au 1er janvier, quel est le système
fiscal qui a été mis en place ?»
Les limites de l'épargne longue
En l'absence de mécanismes susceptibles d'inciter à la promotion de l'épargne
longue sur le marc¦é boursier (plans d'épargne actions ), le directeur des impôts
préfère traiter cette question à partir de l'offre déjà existante. Autant
d'organismes proposent à la clientèle des produits d'assurance -vie ou de retraite
complémentaire. Mais les résultats affic¦és sur ce créneau sont loin d'atteindre
des niveaux en ligne avec le potentiel de l'économie marocaine en matière de
mobilisation d'épargne surtout longue. ÷ourtant, comme l'a bien rappelé N.
Bensouda, ces produits sont totalement défiscalisés. « ouand bien même les
dispositifs législatifs donnent la possibilité de déduire la totalité du revenu,
mat¦ématiquement, vu le pouvoir d'ac¦at de c¦acun, la proportion à épargner
reste limitée », observe le directeur général des impôts.
ouand la transparence réduit la taxe
C'est juste une erreur, ayant glissé dans la rédaction de la Loi de finances 2009,
qui aurait retardé l'application de la nouvelle mesure. Les profits issus de la
cession d'une valeur mobilière (actions ou parts de capital) sont désormais taxés
à 15% lorsqu'il s'agit d'une valeur cotée en Bo urse et à 20% pour les transactions
¦ors cote. Le budget 2009, en baissant cette taxe de 20 à 15%, n'avait pas
précisé que ce taux ne devait s'appliquer qu'au profit des actions cotées. En
corrigeant cette erreur, la nouvelle Loi de finances suscite des ré actions
controversées, notamment c¦ez ceux qui estiment que cette mesure
discriminatoire (selon eux) allait avoir des effets néfastes jusqu'à atteindre
l'attractivité de l'investissement étranger. Aurtout si l'on sait qu'en plus du
différentiel de 5%, les transactions ¦ors cote sont soumises au droit
d'enregistrement. La réponse du directeur des impôts est catégorique : « Il faut
être bon joueur. Le ÷arlement, souverain,
a décidé d'opter pour cette distinction. Les investisseurs étrangers sont venus et
ont payé leurs droits d'enregistrement, sac¦ant que ce dernier impôt est
déductible. Il ne faut pas confondre les intérêts suprêmes de l'Etat avec les
intérêts particuliers ». En fait, le différentiel de 5%, c'est en quelque sorte une
prime de transparence, aux yeux des députés. ouand on est ¦ors cote, le prix
réel de la cession n'est pas connu avec certitude.
ouand le Fisc demande à ce que l'opération soit enregistrée, c'est justement
pour favoriser la transparence. ÷ar contre, lorsque la transaction s'éc¦ange en
Bourse, la transparence est garantie dans la mesure où la cotation est suivie en
temps réel. ÷ar conséquent, tout profit constaté sur le marc¦é boursier sera taxé
à 15% au lieu de 20%.
ÿes pistes pour améliorer la Balance des paiements
Le constat est unanime. La soutenabilité à terme de la Balance des paiements
pose vraiment problème au Maroc. C'est un sujet transversal qui concerne
plusieurs départements ministériels. Invité à partager sa réflexion autour de
certaines pistes ayant filtré d'une récente rencontre avec le G÷BM (portant sur
la fiscalité du secteur financier), le directeur des Impôts évoque deux aspects
importants. ÿ'une part, celui lié au dumping et à la sous -facturation. On apprend
ainsi que le ministère de l'Industrie et celui du Commerce extérieur sont en train
de réfléc¦ir, en concertation avec l'ensemble des parties prenantes, à des
solutions pour lutter contre le p¦énomène de la sous -facturation qui, non
seulement laisse des traces sur les recettes fiscales, mais surtout pénalise les
entreprises et les industriels marocains. ÿ'autre part, la question du
rapatriement des capitaux a été traitée dans le sens d'une fiscalité incitative.
«Certains pays, notamment l'Italie, l'Allemagne et la Grande -Bretagne, ont
imaginé des incitations aux rapatriements des capitaux. Mais je tiens à préciser
que cela ne relève pas de ma compétence. C'est aux politiques de décider la
bonne mesure à prendre pour améliorer la Balance des paiements», nuance le
directeur des impôts.
La TVA ne conditionne pas le développement durable
ÿevrait-il y avoir une fiscalité incitative dédiée aux projets de développement
durable? Certes, la Loi de finances 2010 a apporté une baisse de TVA pour
l'ac¦at des équipements solaires, mais aux yeux du directeur des impôts, ce
n'est pas la baisse de taxation qui va inciter à investir ce créneau. La TVA, dit, il
faut la laisser tranquille. Il faut peut -être l'améliorer. Et d'ajouter : « La TVA n'a
jamais été un impôt servant à orienter l'économie. C'est un impôt sur la
consommation qui doit être payé par tout le monde. A c¦aque fois qu'on le
touc¦e, on met en difficulté les autres impôts».
Gouvernance fiscale et régionalisation avancée
La fiscalité sera certainement au centre des débats «économiques » autour du
projet de la «régionalisation avancée». Cette réflexion relève, comme l'a bien
rappelé N. Bensouda, des compétences de la Commission consultative désignée
par A.M. le coi. C¦ose qui n'a pas empêc¦é le directeur des impôts de donner
aux rotariens présents lors du dîner-débat un aperçu des expériences étrangères
en la matière. Le c¦oix se fait généralement entre trois écoles de finances
publiques. La première, liée à une seule entité, l'Etat en l'occurrence, qui se
c¦arge de la collecte des impôts avant de procéder à la répartition de s
ressources entre les différentes régions. Ensuite, le modèle de l'autonomie du
pouvoir fiscal : c¦aque entité, que ce soit l'Etat, la région ou la collectivité locale,
prélève à la limite de ses propres prérogatives sur la base d'une seule assiette
fiscale. Enfin, il y a le modèle mixte, associant les deux premiers modèles, tel
que celui adopté par le Maroc au niveau des finances régionales ou locales. Le
directeur des impôts rappelle, à ce titre, que 30% des recettes de TVA vont
directement aux collectivités locales. ÿe leur côté, les régions bénéficient des
recettes fiscales à ¦auteur de 1% des entrées d'IA et 1% des entrées d'Ic. ÿans ce
système ¦ybride, d'autres taxes se gèrent à l'éc¦elle locale. Bref, conclut N.
Bensouda, tous les modèles sont bons. « Il faut juste savoir lequel serait le
mieux adapté à même d'atteindre les objectifs arrêtés par A.M. le coi
Mo¦ammed VI ». Encore faut-il se soucier de la dimension liée à la gouvernance
fiscale. Est-ce que l'Etat marocain, se demande le directeur des im pôts, est en
mesure d'avoir des administrations fiscales nationales, régionales et locales ?
A c¦acun son rôle, y compris les médias !
C'est connu. ÿans un processus de conception d'une Loi de finances, le dernier
trimestre de l'année est décisif. Les tractations battent leur plein au cours de
cette période. On peut alors se poser la question légitime des raisons qui
expliquent l'absence de l'Administration générale des impôts des débats qui
meublent les discussions parlementaires. ÿe même sur le plan de la
communication externe, le Fisc évite les sorties médiatiques pendant cette
période. ÷as de déclarations, pas d'interviews. Il s'agit là d'une attitude tout à
fait volontaire, apprend-on du directeur des impôts. L'administration fiscale
n'est qu'un outil d'exécution de la politique gouvernementale. Autrement dit,
entre le mois de juin et celui de décembre, la balle est dans le camp des
politiques (gouvernement, députés et conseillers). C'est une «période muette»
aux yeux du Fisc. Le politique décide, puis l 'Exécutif met en uvre. ÷ar contre, de
janvier à mai, c'est à l'administration fiscale de pren dre le relais pour expliquer
les décisions contenues dans la Loi de finances. «Il ne faut pas confondre les
rôles. Les organes de presse ne sont pas là pour décid er à la place des politiques
», lance N. Bensouda. Message reçu.
ouid de la fiscalité agricole ?
Les revenus agricoles sont exonérés de l'impôt jusqu'au 31 décembre 2013. ouid
donc de l'après 2013? Le directeur des impôts a annoncé l'ouverture de
discussions entre l'administration fiscale et le département de l'Agriculture. Une
réflexion commune est engagée dans l'objectif d'anticiper le devenir de la
fiscalité de ce secteur pourvoyeur de ric¦esses et surtout créateur d'emplois. La
fiscalité agricole, comme disait N. Bensouda, c'est un métier à apprendre. Cela
passe d'abord par une revue d'expériences étrangères, notamment en Europe.
Fiscalité du futur, keep it simple
Comment sera la fiscalité marocaine dans le futur ? céagissant à cette question
prospective, le directeur des impôts est favorable au principe p¦ilosop¦ique
«Keep it simple », lequel désigne le fait que la simplicité dans la conception
devrait être le but rec¦erc¦é et que toute complexité non nécessaire devrait
être évitée. Les c¦oses simples sont plus facilement compré¦ensibles, surtout
dans le domaine de la fiscalité. Autre principe valable si on se fie aux
enseignements de l'¦istoire fiscale, celui de l'ancienneté. « Un bon impôt est
celui qui dure longtemps », souligne N. Bensouda qui pense aussi que l'Ic devrait
garder la même configuration. ÷ar contre, s'il y a un rattrapage dont il faudra
tenir compte, ce sera au niveau de la position fiscale locale en lien avec les
évolutions futures de l'économie et la fiscalité internationales. L'écono mie ''va
plus vite que la fiscalité''. ÷our ne prendre que l'exemple du commerce
électronique, une activité en pleine croissance au Maroc (notamment c¦ez les
transporteurs aériens). ÿ'ailleurs, une compagnie d'assurance locale a dû
expliquer au Fisc que pour bénéficier de la déduction des c¦arges, elle ne
dispose pas de factures en bonne et due forme, mais juste d'un certain nombre
d'enregistrements contenues sur des disquettes. ÿe son côté, l'administration
fiscale a dû c¦anger sa position pour s'adapter à cette situation. Moralité,
affirme N. Bensouda, le droit fiscal doit rattraper au fur et à mesure les
nouvelles réalités économiques. Le Maroc accorde un intérêt particulier à ces
sujets dans le cadre de sa contribution active au sein des instances de l'O CÿE ou
encore de l'ONU.
L'exonération de la TVA sert de starting-block
Les entreprises qui démarrent à peine leurs activités bénéficient d'une
exonération de la TVA pendant une certaine période qui peut aller jusqu'à 36
mois pour celles ayant signé des conventions d'investissement avec le
gouvernement (pour un investissement supérieur ou égal à 200 millions ÿ ).
÷our les autres, l'exonération est valable pour 24 mois. Cette mesure a fait
l'objet d'un débat intense lors des dernières discussions budgétaires. Certains
opérateurs, notamment ceux issus de la Fédération du Bâtiment et travaux
publics, ont plaidé pour une suppression de ce dispositif qui, d'après eux,
pénalise la trésorerie des fournisseurs, généralement des ÷ME, surtout lorsque
celles-ci traitent avec des entreprises publiques (ONE, ONCF, ONÿA ). ÷our le
Fisc, l'exonération, c'est juste un starting-block qui aide à entretenir un bon
départ. Aac¦ant que selon le principe universel, on doit payer la TVA à c¦aque
fois qu'on ac¦ète un bien ou un service. « Momentanément, l'Etat a accordé aux
entreprises qui démarrent leur activité un délai d'exonération de 24 mois pour
soulager leurs trésoreries, du moment où l'investissement ne va commencer
réellement à produire qu'au bout de deux ou trois années », e xplique N.
Bensouda. La Loi de finances avait réduit ce délai à 12 mois. La première
C¦ambre a déposé un amendement pour le faire passer à 18 mois. Enfin, la
deuxième C¦ambre a décidé de le fixer à 24 mois
"(DNN'" 
NN N637925p

"(DNNQQQ
'N ( N
 N
 N' T
 T3565(p p
'p