Vous êtes sur la page 1sur 58

Année académique 2011-2012

L3S – L3P BETON ARME

Dr. Adamah P.-S. MESSAN | Novembre 2011


Sommaire
Chapitre 1 : BASE DE CALCUL ..................................................................................................................................... 5
1. OBJET DES JUSTIFICATIONS DE CALCUL.............................................................................................. 5
2. METHODES DES ETATS LIMITES ............................................................................................................. 6
2.1. Les ACTIONS ............................................................................................................................................ 6
2.2. Les SOLLICITATIONS ............................................................................................................................ 7
2.3. Les ETATS LIMITES E.L.U. et E.L.S. .................................................................................................. 7
3. PRINCIPE GENERAL DE CALCUL AUX ETATS LIMITES : ................................................................ 7
3.1. m .................................. 8
3.2. COEFFICIENT PARTIEL DE SECURITE SUR CHAQUE ACTION INDIVIDUELLE :
 G et  Q .................................................................................................................................................................... 8
4. SOLLICITATIONS DE CALCUL :.................................................................................................................. 9
4.1. GENERALITES : ....................................................................................................................................... 9
4.2. SOLLICITATIONS DE CALCUL VIS-A-VIS DES E.L.U. DE RESISTANCE : ............................ 9
4.3. SOLLICITATIONS DE CALCUL VIS-A-VIS DES E.L.S. ................................................................. 9
5. VALEURS NUMERIQUES DES ACTIONS ................................................................................................. 9
5.1. Actions permanentes dans le bâtiment ...................................................................................... 10
5.2. Charges d’exploitation dans le bâtiment ................................................................................... 11
CHAPITRE2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME ......................................................... 12
1 PRINCIPE:............................................................................................................................................................ 12
2. FONCTIONNEMENT DU BETON ARME :............................................................................................. 13
2.1. EN FLEXION : (sous l'effet du moment de flexion Mf) .......................................................... 13
2.2. AU CISAILLEMENT : (sous l'effet de l'effort tranchant V) ........................................................... 15
2.3. EN COMPRESSION SIMPLE ............................................................................................................. 17
2.4. CAS PARTICULIER DES DALLES DE PLANCHER : .................................................................. 17
CHAPITRE 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX ....................................................................................... 19
1. Le BETON :...................................................................................................................................................... 19
1.1. Résistances caractéristiques du béton : .................................................................................... 19
1.2. Diagramme déformations-contraintes du béton :................................................................. 20
1.3. Déformations du béton ..................................................................................................................... 21
2. LES ACIERS : ................................................................................................................................................. 22
2.1. Prescriptions générales .................................................................................................................... 22
2.2. Diagramme déformations-contraintes à l'E.L.U. ..................................................................... 23
2.3. Diagramme de calcul des aciers à l'E.L.S. Etat limite d'ouverture des fissures ......... 23
3 - Fonctionnement de l'association acier-béton [A.4.3,3]...................................................................... 24
Diagramme des 3 pivots ........................................................................................................................................ 24
3.1) Hypothèses : ................................................................................................................................................. 24
3.2) Ce diagramme définit 3 domaines : ..................................................................................................... 25
CHAPITRE 4 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES ........................................................................... 26
CHAPITRE 5 ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE .................................................................... 29
1. ADHERENCE DES ACIERS EN BARRES: .............................................................................................. 29
1.1. CONTRAINTE D'ADHERENCE: ....................................................................................................... 29

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 2


1.2. VALEUR LIMITE DE LA CONTRAINTE ULTIME D'ADHERENCE : ............................................ 29
1.3. ANCRAGE RECTILIGNE : ........................................................................................................................... 30
1.4. LONGUEUR DE SCELLEMENT DROIT D'UNE BARRE ISOLEE : ......................................... 30
1.5. ANCRAGE PAR COURBURE D'UNE BARRE TENDUE: ........................................................... 30
1.6. ANCRAGE D'UNE BARRE PAR CROCHET : ................................................................................ 31
1.7. VISUALISATION DE LA CHUTE DE L'EFFORT DE TRACTION DANS LA BARRE
COURBE : ................................................................................................................................................................. 31
1.8. ANCRAGE PAR CROCHET NORMAL : BAEL A.6.1,253 ........................................................ 31
1.10. ANCRAGES NORMALISES ...................................................................................................................... 31
2. ANCRAGES DES CADRES, ETRIERS, EPINGLES : ............................................................................. 32
3. JONCTION DES BARRES : .......................................................................................................................... 32
3.1. JONCTION PAR RECOUVREMENT : .............................................................................................. 32
3.2. RECOUVREMENTS SIMPLES DES ARMATURES TENDUES :....................................................... 33
3.3. COTATION DES CROCHETS : .......................................................................................................... 33
3.4. RECOUVREMENTS DES ARMATURES COMPRIMEES :......................................................... 33
CHAPITRE 6. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS NORMALES ............................................. 35
I. LA TRACTION SIMPLE ............................................................................................................................................. 35
1. DEFINITION : ................................................................................................................................................. 35
2. HYPOTHESES – NOTATIONS : ................................................................................................................ 35
3. JUSTIFICATION DES ARMATURES LONGITUDINALES :............................................................... 36
3.1. SOLLICITATIONS DE CALCUL : ...................................................................................................... 36
3.2. CONDITIONS D'EQUILIBRE : .......................................................................................................... 36
3.3. SECTIONS D'ARMATURES TENDUES : ....................................................................................... 36
3.4. CONDITION DE NON-FRAGILITE : ............................................................................................... 36
3.5. SECTION D'ACIER : ............................................................................................................................. 36
4. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES: ......................................................................................................... 36
5. DIMENSION DE LA SECTION DE BETON :.......................................................................................... 37
6. ARMATURES TRANSVERSALES :........................................................................................................... 37
II. LES POTEAUX EN "COMPRESSION CENTREE"............................................................................................. 38
1. DEFINITION: .................................................................................................................................................. 38
2. HYPOTHESES : .............................................................................................................................................. 38
3. COMBINAISONS D'ACTIONS A CONSIDERER: .................................................................................. 39
3.1. COMBINAISON DE BASE: ................................................................................................................. 39
4. LONGUEUR DE FLAMBEMENT lf ET ELANCEMENT  : ............................................................ 39
4.1. LONGUEUR DE FLAMBEMENT:..................................................................................................... 39
4.2. ELANCEMENT  ................................................................................................................................. 40
5. JUSTIFICATION DES POTEAUX : ............................................................................................................ 41
5.1. DETERMINATION FORFAITAIRE DE L'EFFORT NORMAL RESISTANT DES POTEAUX
SOUMIS A UNE COMPRESSION "CENTREE".............................................................................................. 41
6. DETERMINATION DES ARMATURES : ................................................................................................ 42
6.1. ARMATURES LONGITUDINALES : ................................................................................................ 42
6.2. ARMATURES TRANSVERSALES : .................................................................................................. 42
7. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES REGLEMENTAIRES : ................................................................ 43
7.1. DISTANCE MAXI ENTRE LES ACIERS LONGITUDINAUX : .................................................. 43
8. DIMENSIONNEMENT D'UN POTEAU COURANT : ........................................................................... 43

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 3


8.1. DONNEES ............................................................................................................................................... 43
8.2. INCONNUES........................................................................................................................................... 43
9. EVALUATION DES CHARGES SUR LES POTEAUX ........................................................................... 44
CHAPITRE 7 ..................................................................................................................................................................... 45
ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE : LES POUTRES A SECTION RECTANGULAIRE ......... 45
1. RAPPEL – HYPOTHESES : ................................................................................................................................ 45
2. EQUILIBRE D'UNE SECTION : ................................................................................................................. 45
3. REGLE DES 3 PIVOTS : ............................................................................................................................... 46
3.1. DIAGRAMME IDEAL :......................................................................................................................... 46
3.2. REGLE DES PIVOTS : .......................................................................................................................... 47
3.3. PIVOT A : DOMAINE [1b] ................................................................................................................. 47
3.4. PIVOT B : DOMAINE 2 - UTILISATION MAXIMUM DU BETON : ....................................... 48
4. CALCUL PRATIQUE POUR UNE SECTION A SIMPLES ARMATURES : ............................................. 48
4.1. DONNEES : ..................................................................................................................................................... 48
4.2. RECHERCHE DU PIVOT: ................................................................................................................... 49
4.3. PARAMETRES DE DEFORMATION : ............................................................................................ 49
4.4. DEFORMATION DE L'ACIER : ................................................................................................................. 49
4.5. EFFORTS NORMAUX .......................................................................................................................... 49
4.6. SECTION D'ACIER ............................................................................................................................... 49
5. CALCUL PRATIQUE POUR UNE SECTION A DOUBLES ARMATURES ...................................... 49
5.1. DONNEES ............................................................................................................................................... 49
5.2. DIAGRAMME DE DEFORMATION ................................................................................................. 49
5.3. MOMENT RESISTANT DU BETON Mrub ; MOMENT RESIDUEL Mres ............................... 50
5.4. SCHEMA DE CALCUL ......................................................................................................................... 50
5.5. DEROULEMENT DES CALCULS...................................................................................................... 51
6. BAEL A.4.2 : CONDITION DE NON FRAGILITE ................................................................................. 52
7. PREDIMENSIONNEMENT DE SECTIONS RECTANGULAIRES ............................................................ 52
CHAPITRE 8 : FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES POUTRES
RECTANGULAIRES JUSTIFICATIONS VIS-A-VIS DES SOLLICITATIONS TANGENTES ....................... 54
A - Comportement d'une poutre sous l'action de l'effort tranchant..................................................... 55
B - Hypothèses et prescriptions réglementaires .......................................................................................... 55
C - Conduite des calculs .......................................................................................................................................... 57

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 4


Chapitre 1 : BASE DE CALCUL

1. OBJET DES JUSTIFICATIONS DE CALCUL :

Les ouvrages et éléments d'ouvrages en béton armé doivent être conçus et réalisés de manière :

- à pouvoir résister avec une sécurité appropriée à toutes les sollicitations prévues,
- à présenter une durabilité satisfaisante durant toute la période d'exploitation.

Le calcul permet de justifier qu'une sécurité appropriée est assurée :

- vis-à-vis de la ruine de l'ouvrage et (ou) de ses éléments constitutifs,


- vis-à-vis d'un comportement non satisfaisant en service (aspect, durabilité, confort des usagers, ...)

NOTA : pour le béton armé, les vérifications du comportement en service concernent les ouvertures de
fissures (danger de corrosion des armatures) et les déformations des éléments porteurs.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 5


2. METHODES DES ETATS LIMITES :

2.1. Les ACTIONS

TYPE DE CHARGES OBSERVATIONS


dont l'intensité est constante, ou très peu variable dans le
G actions permanentes
temps
On distingue :
Q actions variables dont l'intensité varie de façon importante dans le temps
FA actions accidentelles provenant de phénomènes rares (séismes, action du feu .)

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 6


Les actions sont les forces et les couples appliqués à une structure. Ces forces et ces couples sont :
• Actions permanentes (notées G) :
- Poids propre de la structure : charges 1, 2, 8 et 12.
- Poids des autres éléments de la construction : charges 9 et 11.
- Poussées des terres, pression des liquides : 7 et 14
- Actions dues aux déformations différées : raccourcissement par retrait du béton dans le plancher 8.
• Actions variables (notées Q) :
- Charges d’exploitation : 3, 5, 6 et 13
- Charges climatiques : 4
- Action de la température climatique due aux variations d’ambiance au cours de la journée : 10.
- Actions appliquées en cours de construction qui proviennent des équipements de chantier.
- les conséquences des modifications statiques ou d'état (variations de températures, retraits, tassements
d'appuis, etc ...).

2.2. Les SOLLICITATIONS

Les sollicitations sont les efforts (effort normal N, effort tranchant V) et les moments (moment de flexion Mf,
moment de torsion MT) calculés à partir des actions par des méthodes appropriées issues de la Résistance
des Matériaux.

2.3. Les ETATS LIMITES E.L.U. et E.L.S.

Les calculs justificatifs sont conduits suivant la théorie des états-limites.


Un état limite est un état au-delà duquel la structure (ou un élément de la structure) mise hors service, ne
répond plus aux fonctions pour lesquelles elle a été conçue.

Ces fonctions sont : - la résistance (à la rupture)


- la stabilité statique (au basculement)
- la stabilité élastique (au flambement)

Le BAEL distingue : - Les "états-limites ultimes" : (indice "u") qui correspondent à la limite :
- soit de l'équilibre statique ;
- soit de la résistance de l'un des matériaux ;
- soit de la stabilité de forme.

- Les "états-limites de service" : (indice "ser") qui sont définis compte tenu :
- des conditions d'exploitation
- ou des conditions de durabilité.

NOTA : Il s'agit surtout d'états limites de déformation (instantanée ou différée) et d'ouvertures des fissures.

3. PRINCIPE GENERAL DE CALCUL AUX ETATS LIMITES :

Les justifications produites doivent montrer, pour les divers éléments constitutifs et pour l'ensemble de la
structure, que les sollicitations de calcul définies dans la suite ne provoquent pas le phénomène que l'on veut
éviter.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 7


E.L.U.

ACTIONS Combinaisons Résistance


MATERIAUX
d'actions de calcul
SOLLICITATIONS
Q E.L.S.
m Coefficient de sécurité partiel

G
Coefficient de sécurité partiel
sur les matériaux

3.1. COEFFICIENT PARTIEL DE SECURITE SUR LES MATERIAUX : m

Les propriétés de chacun des matériaux constitutifs de la structure sont minorées par un coefficient partiel de
sécurité m qui dépend du matériau et de l'état limite considéré.

 Acier :  s  1,15 (  s  1 en cas de combinaisons accidentelles)


 b  1,50 (  b  1,15 en cas de combinaisons accidentelles)
EXEMPLE E.L.U.
 Béton :

3.2. COEFFICIENT PARTIEL DE SECURITE SUR CHAQUE ACTION INDIVIDUELLE :


 G et  Q

Pour tenir compte des incertitudes relatives, soit aux actions, soit aux sollicitations, chaque action est affectée
d'un coefficient de sécurité partiel  G ou  Q qui dépend de la nature de l'action, de la combinaison dans
laquelle elle intervient et de l'état limite considéré.

A chaque combinaison d'actions affectées de leur coefficient  G ou  Q respectif, correspond une sollicitation
agissante de calcul S obtenue par une méthode de calcul (RdM par exemple).
Pour chaque état limite, il existe une sollicitation résistante de calcul S obtenue par une méthode calcul des
sections, en supposant que l'un des matériaux constitutifs a atteint une certaine déformation limite (cas de l'état
limite ultime) ou une certaine contrainte limite (cas des états limites de service).

Pour chaque état limite et pour le cas de charge le plus défavorable sous la combinaison d'actions considérée,
on doit vérifier : S  S .

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 8


4. SOLLICITATIONS DE CALCUL :

4.1. GENERALITES : Gmax


Gmin

Gmax l'ensemble des actions permanentes défavorables


Gmini l'ensemble des actions permanentes favorables
On désigne par : Q1 une action variable dite de base
Qi les autres actions variables dites d'accompagnement avec i > 1
0 , 1 , 2 les coefficients définis en A.3.1,31

4.2. SOLLICITATIONS DE CALCUL VIS-A-VIS DES E.L.U. DE RESISTANCE :

La combinaison fondamentale s'écrit : 1,35.Gmax  Gmin   Q1 .Q1  1,3 . .Qi


Qi
expression dans laquelle :  Q1  1,50 dans le cas général
NOTA : Dans le cas courant où il n'y a qu'une action variable à considérer,
la seule combinaison à étudier à l'E.L.U. est: 1,35.G 1,50.Q

4.3. SOLLICITATIONS DE CALCUL VIS-A-VIS DES E.L.S.

Elles résultent des combinaisons d'actions, dites combinaisons rares :


NOTA : Dans le cas courant où il n'y a qu'une action variable à considérer,
la seule combinaison à étudier à l'ELS est: G Q

Les coefficients  relatifs aux charges d'exploitation sont fixés par l'annexe 1 à la norme NFP06-001.

0.77 tous les locaux à l ' exception des archives * , parkings, vent et neige

 Qi  0.90 parcs de stationnem ent et archives
0.60 var aitions uniformes de la températur e

5. VALEURS NUMERIQUES DES ACTIONS

Les charges couramment utilisées sont tirées des normes NF P 06-001, NF P 06-004.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 9


5.1. Actions permanentes dans le bâtiment

poids poids
Matériau volumiques Revêtement surfacique
3
(kN/m ) (kN/m²)
chape en mortier, dalle flottante (par
béton armé 25 0,2
cm d’épaisseur)
carrelages y compris mortier de
pose :
béton non armé 22 grès cérame 4,5 mm 0,5
grés cérame 9 mm 0,6
dallage céramique 0,7 à 1
plâtre 10 Toitures :
mortier aux liants hydrauliques 18 Terrasses :
briques pleines 19 étanchéité multicouche 0,12
briques creuses 9 asphalte coulé sablé 0,5
parpaings pleins 21 gravillon de protection 0,2
parpaings creux porteurs 9 Couverture métallique
zinc (voligeage et tasseaux compris) 0,25
alu 8/10 (plaque ondulées sans support) 0,03
chêne 8 alu 8/10 (voligeage et tasseaux compris) 0,17
acier inox (voligeage et tasseaux compris) 0,25
tôle ondulé d’acier galvanisé 8/10 0,06
sapin 5,5 Couverture en tuiles (liteaux, voliges ou support compris)
pierre tendre 15 à 19 tuiles mécaniques à emboitement 0,35 à 0,45
pierre dure 22 à 25 tuiles plates 0,55 à 0,75
sables et argiles secs 14 à 16 tuiles canal 0,4 à 0,6
sables et argiles humides 17 à 19 tuiles béton 0,45
verre 25
acier 78,5

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 10


5.2. Charges d’exploitation dans le bâtiment

charges
Nature du local
d’exploitation (kN/m²)
Hébergement en chambre, salles de jeux et repos des crèches 1,5 **
Hébergement collectif (dortoirs) 2,5 **
Salles de restaurants, cafés, cantines (nombre de places assises ≤ 100) 2,5 **
Salles de réunions avec tables de travail 2,5 **
Halls divers (gares, etc.) où le public se déplace 4,0 *
Salles d’exposition de moins 50 m² 2,5 *
Salles d’exposition de plus de 50 m² 3,5 *
Salles de réunion et lieux de culte avec assistance debout 5,0
Salles, tribunes et gradins des lieux des lieux de spectacles et de sport
6,0
avec place debout
Salles de théâtre, de conférences, amphithéâtres, tribunes avec sièges 4,0
Cuisines de collectivités, non compris gros matériel 2,5
Boutiques et annexes 5,0 **
Balcons 3,5
Balcons de bâtiments recevant du public 6

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 11


CHAPITRE2 : PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DU BETON ARME

1 PRINCIPE:

Le BETON L'ACIER

Mêmes coefficient de dilatation

Bonne résistance en compression Bonne résistance en compression

Faible résistance en traction Très bonne résistance en traction

Matériau assez bon marché Coûteux et oxydable

L'idée du béton armé consiste à combiner acier et béton dans une même pièce, de façon à ce que le béton
absorbe les efforts de compression et l'acier les efforts de traction.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 12


Résiste à la compression

Béton
Protège les armatures

BETON L'adhérence acier-béton doit être parfaite

ARME
Les armatures métalliques

Acier compensent la faible résistance

du béton en traction

Le béton armé est donc l'association de ces deux matériaux, basée essentiellement sur leur possibilité
d'adhérence et sur les deux propriétés suivantes qui ont permis ce mariage :

- leurs coefficients de dilatation très proches, ce qui accroît l'adhérence normale,


- la disparité des modules d'élasticité des deux matériaux associés, ce qui a pour effet de limiter les
déformations du béton.

2. FONCTIONNEMENT DU BETON ARME :


2.1. EN FLEXION : (sous l'effet du moment de flexion Mf)

CAS D'UNE POUTRE REPOSANT SUR DEUX APPUIS SIMPLES :

- Le moment fléchissant provoque une


déformation de la poutre ; dans ces conditions
nous avons les fibres supérieures comprimées
et les fibres inférieures tendues.
Poutre sur deux appuis simples
et sollicitée en flexion simple
- Il apparaît très rapidement, dans cette zone
tendue, des fissures dues à la mise en traction
du béton.

- La présence d'armatures, judicieusement Rupture par "traction" du béton


placées près des fibres tendues, empêche ou
retarde l'apparition de ces fissures.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 13


Rupture

Rupture
Rupture d'une poutre console non "armée" par traction excessive du béton

Résistance en flexion de la même poutre "armée"


Les armatures empêchent l'ouverture des fissures

Fissuration

Fissuration
Les armatures doivent être placées le plus proche possible des fibres tendues

La disposition et les longueurs des barres constituant le ferraillage longitudinal d'une poutre sont directement
liées au diagramme enveloppe des moments fléchissants.

FERRAILLAGE LONGITUDINAL D'UNE POUTRE CONSOLE

Chapeau sur appui de rive Aciers de construction Aciers "Chapeaux sur appui"

Aciers tendus en travée


Aciers transversaux

ADFER par P.Deguette

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 14


2.2. AU CISAILLEMENT : (sous l'effet de l'effort tranchant V)
CISAILLEMENT VERTICAL
Bielle de "compression"
- Dans les zones voisines des appuis
les efforts tranchants sont maximaux;

- Ces efforts tranchants engendrent


Appui Appui
des contraintes de "cisaillement" v et
CISAILLEMENT LONGITUDINAL Contrainte principale de traction "à 45°"
des contraintes de traction dont la
valeur maximale correspond à la
contrainte "principale" de traction
pouvant entraîner une fissuration
à 45 °.
Appui Appui
- Selon le principe du béton armé, il
Zone de cisaillement maxi
faudra donc prévoir des armatures
empêchant l'ouverture de ces
fissures.

Détail

Fissure "à 45°"

Appui Appui

Contrainte principale
Vu
de traction

- Ces armatures dites "de couture" ou "transversales" sont en général placées verticalement et se présentent
sous forme de cadres, étriers, ou épingles en nappes successives dont l'espacement sera d'autant plus
faible que l'effort tranchant est plus important.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 15


FERRAILLAGE DE PRINCIPE D'UNE POUTRE ISOSTATIQUE EN BETON ARME

1 3 2 4 5

130 4*200 5*250 3*300 5*250 3*200 130


70 70
3
N°  Type d'acier Code Schéma Longueur
totale
y 22 22
1 HA 20 Armatures longitudinales 2200 26 576 26

4 ht
2 HA 16 de traction (flexion) 0000 400

(d - y) z d 3 HA 10 Armatures de montage 0000 573

4 HA 10 Armatures transversales 5201 55


25 LT
5 e 5 HA 10 Cadres, épingles, étriers 2201
8
56
8
LT
(ht - d) ht : hauteur totale de la poutre
bo d : hauteur "utile" de la poutre
y : hauteur de la zone de béton comprimé
1 2 (d - y) : hauteur de la zone de béton tendu
bo : largeur de la poutre ADFER
z : bras de levier P Deguette

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 16


2.3. EN COMPRESSION SIMPLE : FERRAILLAGE D'UN POTEAU ET DE SA SEMELLE

Dans les poteaux comprimés, le béton résiste RECAPITULATIF ACIER


HA 6 3,0 m 0,7 kg
bien à la compression; les armatures sont HA 12 13,6 m 12,0 kg
HA 16 11,6 m 18,2 kg
donc théoriquement inutiles. TOTAL 30,9 kg
Diamètre moyen: 13,01 mm

En fait, sous l'effet des charges, le poteau



Nombre Nombre Nombre Longueur Long.
N° Nu / élét d'élét total Esp. coupe
Code Schéma totale

peut céder par : 1 HA 12 7 1 7 13 94 221219


11
56
11
19 6.60
11 11
2 HA 12 3 1 3 25 114 221219 76 19 3.40

3 HA 16 4 1 4 290 0000 290 11.60


- Expansion latérale du béton (traction) ; 3.60
4 HA 12 4 1 4 91 1042 28 66

- Cisaillement à 45°; 5 HA 6 4 1 4 75 5201 11


21 3.00

- Flambage (ou flambement) dans le cas d'un (*): longueur moyenne

poteau élancé (flexion) ; 3


15 * 150

Il est donc indispensable de placer des 2 3 HA 12 e = 250

armatures :
5 1 50

- longitudinales, 7 HA 12 e = 250 30

- transversales,
3
Les armatures longitudinales sont des barres :

- disposées parallèlement à la direction de 4 5


l'effort normal,
3 * 100
- au voisinage des parois, 1
- en respectant les distances minimales 50

d'enrobage,
- et de telle sorte que la section des aciers et
2
ADFER
P. Deguette
celle du béton aient le même centre de
gravité.

Les armatures transversales sont des cadres (avec ou sans étriers ou épingles) qui doivent ceinturer
complètement les armatures longitudinales (pour que celles-ci soient prises en compte dans les calculs de
résistance), de manière à s'opposer à leur flambement.

2.4. CAS PARTICULIER DES DALLES DE PLANCHER :

Une dalle est un élément généralement horizontal, dont l'épaisseur est relativement faible par rapport à ses
dimensions en longueur et largeur.

Si cette dalle ne porte que sur deux de ses côtés opposés, elle est calculée comme une poutre; on l'appelle
« poutre-dalle ».

On considère pour les calculs une tranche de dalle de largeur b0 = 1.00 m et de portée la portée de la dalle
entre les deux côtés sur lesquels elle est appuyée; on a alors une poutre de section rectangulaire [b0 * h]

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 17


- des armatures inférieures en travées ;
Les armatures comprennent donc : - des armatures supérieures sur appuis appelées "chapeaux sur appuis".
- des armatures de répartition

Ces armatures peuvent être des barres HA ou des panneaux de treillis soudés.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 18


CHAPITRE 3 : CARACTERISQUES DES MATERIAUX

1. Le BETON :

1.1. Résistances caractéristiques du béton :

1.1.1 COMPRESSION :

Pour l'établissement des projets, dans les cas courants, un béton est défini par une valeur de sa résistance à
la compression à l'âge de 28 jours, dite valeur caractéristique requise (ou spécifiée), notée fc28 .

Cette valeur est choisie compte tenu des possibilités locales et des règles de contrôle et d'acceptation qui
permettent ultérieurement de vérifier la conformité à la spécification du béton fabriqué (ou livré) sur chantier.

REMARQUE : Le chantier doit viser en moyenne : fc28 moy  (1,15 à 1,30 ).fc28 16 cm

j
Pour j < 28 jours, on prend fcj  * fc28 pour fc28  40 MPa
4 ,76  0 ,83 * j
j
fcj  * fc28 pour fc28  40 MPa
1,40  0 ,95 * j 32 cm

Dans tous les cas, la résistance à la compression est mesurée par compression axiale de
cylindres droits de révolution 200 cm² de section et d’une hauteur double de leur diamètre
(éprouvette 16 * 32 cm)

1.1.2 TRACTION :

La résistance caractéristique à la traction du béton à l’âge de j jours, notée ftj est conventionnellement définie
(pour fcj  60 MPa ), par la relation : ftj  0 ,6  0 ,06.fcj ( ftj ,fcj en MPa)

(pour f cj  60MPa ), par la relation :ftj = 0.275fcj2/3 ( ftj ,fcj en MPa)

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 19


1.2. Diagramme déformations-contraintes du béton :
 bc Diagramme caractéristique
fcj
1.2.1 Etat-limite ultime : Diagramme rectangulaire simplifié

Diagramme "Parabole-Rectangle"
(adopté à l'E.L.U.)
Le béton est défini par un diagramme
fbu
déformations (bc)-contraintes (bc)
0,85.fcj
fbu =
 b
 appelé diagramme "parabole-rectangle",
 dans lequel la contrainte maxi est :  bc
0 0,7 3,5 °/oo
2
0 ,85 .fcj
fbu 
.  b

 b  1,50 pour les combinaisons fondamentales (Cas le plus courant)


Le coefficient b vaut :
 b  1,15 pour les combinaisons accidentelles

  1 si t  24 h (Cas courant)
t étant la durée d'application de la
Le coefficient  est fixé à :   0 ,90 si 1h  t  24h
combinaison d'actions considérée
  0 ,85 si t  1h
Lorsque la section n'est pas entièrement comprimée, il est loisible d'utiliser le diagramme rectangulaire
simplifié(1) défini ci-dessous, dans lequel yu désigne la distance de l’axe neutre de la déformation à la fibre la
plus comprimée.
 bc
bo 3,5°/oo fbu fbu
2°/oo

0,8.yu
yu yu
 bc bc bc
d Diagramme
"parabole-rectangle"
Diagramme
Diagramme
rectangulaire simplifié
des déformations

1 Diagramme équivalent, ayant sensiblement la même surface et le même centre de gravité dont l’utilisation de ce diagramme est réservée

aux calculs en flexion simple

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 20


1.2.2 Etat-limite de service : bc Courbe expérimentale
fcj
 Le béton est considéré comme un matériau élastique linéaire, défini par son
module d'élasticité.
 La contrainte de calcul en compression est égale à : fb ser  bc  0 ,6.fcj f bser

fbser = 0,6.fcj

 bc
0 1 2 3 3,5 °/oo
1.3. Déformations du béton

1.3.1. Déformation longitudinale :

 E ij = 11000
1
* f cj 3
Module de déformation longitudinale instantanée :
1
Eij  11000 * fcj 3 sous des contraintes normales d'une durée
Eij Evj d'application inférieure à 24 heures ( fcj en MPa).

1
E vj = 3700 * fcj 3 Module de déformation longitudinale différée :
1
Evj  3700 * fcj 3 sous des contraintes de longue durée
0   
d'application (permanentes) ( fcj en MPa).
Les déformations différées du béton comprennent le retrait et le fluage.
La valeur de ces modules intervient dans le calcul des flèches et des effets dus au retrait.

RETRAIT : A défaut de mesures, on estime que le raccourcissement unitaire (ou relatif) dû au retrait atteint les
valeurs suivantes dans le cas de pièces non massives, à l'air libre :

1,5*10-4 dans les climats très humides


L
2*10-4 en climat humide (cas de la France sauf le quart sud-est)
d
3*10-4 en climat tempéré sec (quart sud-est de la France)
4*10-4 en climat chaud et sec
5*10-4 en climat très sec ou désertique

1.3.1. Déformation transversale :


dé formation transversale
La déformation transversale se traduit par le coefficient de poisson  
dé formation longitudinale
Sauf cas particuliers, le coefficient de Poisson  = 0 (zéro) pour le calcul des sollicitations (E.L.U.)
du béton est pris égal à :  = 0.2 pour le calcul des déformations (E.L.S.)

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 21


2. LES ACIERS :

2.1. Prescriptions générales

-- Le caractère mécanique servant de base aux justifications est la limite d'élasticité garantie, fe
- Le module d'élasticité longitudinale de l'acier est : Es = 200 000 MPa.

Contrainte de Allongement de
Nuance f e (MPa)
rupture  R (MPa) rupture %

FeE215 215 330 à 490 22


RL FeE235 235 410 à 490 22
FeE400 400 480 14
HA FeE500 500 550 12
Remarque : On trouve des barres de longueurs variant de 6m à 12m lisse ou à haute adhérence,
pour les diamètres normalisés suivants (mm) : 5-6-8-10-12-14-16-20-25-32-40.

Sections totale d'acier en cm2


Diamètres Masse kg/m 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
6 0,222 0,28 0,57 0,85 1,13 1,41 1,70 1,98 2,26 2,54 2,83
8 0,395 0,50 1,01 1,51 2,01 2,51 3,02 3,52 4,02 4,52 5,03
10 0,617 0,79 1,57 2,36 3,14 3,93 4,71 5,50 6,28 7,07 7,85
12 0,888 1,13 2,26 3,39 4,52 5,65 6,79 7,92 9,05 10,18 11,31
14 1,210 1,54 3,08 4,62 6,16 7,70 9,24 10,78 12,31 13,85 15,39
16 1,580 2,01 4,02 6,03 8,04 10,05 12,06 14,07 16,08 18,10 20,11
20 2,466 3,14 6,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,27 31,42
25 3,850 4,91 9,82 14,73 19,63 24,54 29,45 34,36 39,27 44,18 49,09
32 6,313 8,04 16,08 24,13 32,17 40,21 48,25 56,30 64,34 72,38 80,42
40 9,864 12,57 25,13 37,70 50,26 62,83 75,40 87,96 100,53 113,09 125,66

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 22


2.2. Diagramme déformations-contraintes à l'E.L.U.

s
fe
- Le diagramme expérimental déformations (s) -contraintes (s)
à considérer pour l'application de l'article A.4.3 concernant Traction
l'état limite-ultime de résistance est défini conventionnellement
ci-contre : - 10 °/oo s
fe 10 °/oo °/oo

- Il est cependant loisible d'utiliser une forme de courbe se Es

rapprochant du diagramme réel de l'acier employé à condition : Compression

- de se référer à la valeur garantie de la limite d'élasticité fe


-fe
- et de contrôler la résistance prise en compte pour l'allongement
de 10 °/oo
Le diagramme de calcul des aciers se déduit du précédent en effectuant une
affinité parallèlement à la tangente à l'origine (droite de HOOKE) dans le
 s

fe
rapport 1/s.
fsu

fe fe
fsu  Es  2000000 MPa  sl 
s  s * Es


 s : coefficient partiel de sécurité : s = 1.15 pour les cas courants ; sauf 
s
- °/oo
sl 10 °/oo
vis-à-vis des combinaisons accidentelles définies pour lesquelles on
adopte s = 1 (unité).

2.3. Diagramme de calcul des aciers à l'E.L.S. Etat limite d'ouverture des fissures

Dans le calcul à l'ELS, les actions ne sont pas majorées ; les aciers sont donc moins sollicités qu'à l'ELU et ils
doivent être dimensionnés de telle sorte que leurs déformations restent suffisamment faibles en service pour
que les contraintes ne dépassent pas leur limite d'élasticité.

La loi de HOOKE est toujours applicable ; ==> on pourra écrire :  s  Es . s

NOTA : En général ce sont les conditions de fissuration qui déterminent les valeurs des contraintes à prendre
en compte.

2.3.1. Principe de la justification :

- Les formes et dimensions de chaque élément, ainsi que les dispositions des armatures, sont conçues de
manière à limiter la probabilité d'apparition de fissures d'une largeur supérieure à celle qui serait tolérable en
raison du rôle et de la situation de l'ouvrage.

- Les règles BAEL définissent dans leur article B.2.4 trois degrés de nocivité des ouvertures des fissures
en fonction des caractéristiques d'une construction par rapport à son environnement et de la situation de
l'élément considéré par rapport à l'enveloppe de celle-ci.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 23


FISSURATION PEU PREJUDICIABLE (F.P.P.)
Le règlement ne demande aucune vérification particulière en dehors des prescriptions
[BAEL A.4.5,32]
générales et de la condition de non fragilité.
 st  fe (MPa)

FISSURATION PREJUDICIABLE (F.P.)


La contrainte de traction des aciers est limitée à  (dzéta) :
[BAEL A.4.5,33)
2 
  Min .fe ; Max( 0 ,5.fe ; 110. .ftj  (MPa)
3 

FISSURATION TRES PREJUDICIABLE (F.T.P.)


[BAEL A.4.5,34]
La contrainte de traction des aciers est limitée à : 0 ,8. (MPa)

Coefficient de fissuration qui dépend de l'adhérence :


avec le coefficient  = 1,0 pour les ronds lisses, et les TS formés de fils tréfilés lisses
(éta)  = 1,3 pour les fils HA  < 6 mm
 = 1,6 pour les barres HA et fils HA   6 mm

3 - Fonctionnement de l'association acier-béton [A.4.3,3]

Diagramme des 3 pivots

3.1) Hypothèses :

HU 1 les sections droites restent planes (NAVIER-BERNOUILLI)


HU 2 il n'y a pas glissement entre les armatures et le béton,
HU 3 la résistance du béton à la traction est négligée,
HU 4 le diagramme déformation du béton est défini aux paragraphes précédents: diagramme
“rectangulaire simplifié” si la section est partiellement comprimée
HU 5 le diagramme déformation de l’acier est défini par une affinité de rapport 1
s
HU 6 on suppose concentrée en son c.d.g. la section d’un groupe de plusieurs barres
HU 7 les déformations se font selon le diagramme des 3 pivots avec comme limites:

10 ‰ pour l'allongement de l'acier

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 24


3,5 ‰ pour le raccourcissement du béton en flexion
2 ‰ pour le raccourcissement du béton en compression simple

3.2) Ce diagramme définit 3 domaines :

BAEL [A.4.3,3] Allongements Raccourcissements


-2‰ -3,5‰
Fibre comprimée D B
0,259d
3h/7
2

h d C
1
3
Ast
Fibre tendue
ou A E
la moins comprimée +10‰ -2‰

Domaine 1 : le diagramme des déformations passe par le pivot A.

L'acier est utilisé au maximum (allongement 10 ‰)


Le raccourcissement du béton est compris entre 0 et -3,5 ‰
Ce domaine correspond à la flexion simple ou composée et à la traction simple (droite
AD).

Domaine 2 : le diagramme passe par le pivot B.

Le béton est utilisé au maximum (raccourcissement 3,5 ‰)


L'acier est tendu ou faiblement comprimé (entre A et E)
Ce domaine correspond à la flexion simple ou composée.

Domaine 3 : le diagramme passe par le pivot C.

La section est entièrement comprimée en flexion composée ou en compression simple.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 25


ETAT-LIMITE ULTIME REGLE DES 3 PIVOTS
fb u

Diagramme de déformation °/oo


pour une section 0,7 2 3,5

Allongement Raccourcissement
3,5 °/oo
B
d' yu
Asc
3
__.h
7
2
C
ht d
1

Ast 3
A
bo 10 °/oo 2 °/oo

fsu

CHAPITRE 4 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DIVERSES

e Enrobage
PROTECTION DES ARMATURES
- Protection des armatures Enrobage (BAEL A.7.1)

L’enrobage est défini comme la distance de l’axe d’une t


armature à la paroi la plus voisine diminuée du rayon l
nominal de cette armature.

L'enrobage de toute armature est au moins égal à : e

5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins, ainsi que pour les
coffrages exposés à des atmosphères très agressives.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 26


3 cm pour les parois coffrées ou non qui sont soumises (ou sont susceptibles de l'être) à des actions
agressives, ou à des intempéries, ou à des condensations, ou encore, eu égard à la destination des
ouvrages, au contact d'un liquide.

1 cm pour des parois qui seraient situées dans des locaux couverts et clos et qui ne seraient pas exposés
aux condensations.

NOTA : L’enrobage de 5 cm peut être réduit à 3 cm si, soit les armatures, soit le béton sont protégés par un
procédé dont l'efficacité a été démontrée.

NOTA : La valeur de 3 cm peut être ramenée à 2 cm lorsque le béton présente une résistance caractéristique
supérieure à 40 MPa.

A.7.2. Possibilités de bétonnage correct


e
t
A.7.2,1 - Le diamètre des barres employées comme
l < e
10 h armatures de dalles ou de voiles courbes doit être au plus
t l l égal au dixième de l'épaisseur totale de ces éléments.
t h
e
l 
35

BETONNAGE CORRECT t bo
10
10
bo
A.7.2,2 - Le diamètre des armatures d'âme d'une poutre
est au plus égal à h/35 (h étant la hauteur totale de la poutre), ainsi qu'au diamètre des barres longitudinales et
au dixième de la largeur d'âme.
h b
 t  min ( l ; ; o)
35 10

A.7.2,3 - Les armatures peuvent être groupées en paquets à condition de les disposer de façon compacte et
d'opposer le minimum de gêne à la
mise en place du béton. BETONNAGE CORRECT
Sens de coulage du béton b
Dans tous les cas, la hauteur
du paquet doit être au plus égale au Hauteur du paquet Hauteur du paquet
c a eh a ev
double de sa largeur.
c> a
b b  ou a
D'autre part, les paquets de
eh
1,5.cg b
plus de 3 barres ne peuvent être ev  ou b
a Largeur du paquet a cg c
utilisés que si ils ne sont soumis à
aucune sollicitation d'entraînement.

Cg désignant la grosseur du plus gros granulat ; cette même distance libre doit être au moins égale à :

Cg dans la direction verticale


1,5.Cg dans la direction horizontale;

BAEL A.7.3 REPRISES DE BETONNAGE :

- Les dessins d'exécution doivent indiquer de façon précise l'emplacement et la configuration des surfaces de
reprise.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 27


BAEL A.7.4 POUSSEE AU VIDE :
Incorrect Correct Correct
- Les poussées au vide qui pourraient résulter de
la mise en jeu mécanique d'ancrages par courbure
doivent être équilibrées par des armatures de tracé et
de section appropriés.

- La mise en jeu mécanique d'un ancrage par


courbure tend à faire fléchir la barre ancrée là où sa courbure change ; il peut en résulter des poussées au
vide susceptibles parfois de faire éclater le béton de couverture.

- L'ancrage le plus dangereux à cet égard est celui qui comporte un retour rectiligne parallèle à la paroi et à son
voisinage immédiat.

- Il convient soit de disposer une ligature reliant ce retour à la masse du béton, soit (solution la meilleure)
d'incliner les retours rectilignes des ancrages vers la masse du béton

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 28


CHAPITRE 5 ASSOCIATION ACIER – BETON: L'ADHERENCE

L’adhérence caractérise la liaison de l’acier et du béton ; elle permet l’existence du béton armé.
Un ancrage est la liaison d’une barre d’acier et d’un béton, en bout de barre.

Le présent chapitre concerne les liaisons entre le béton et les armatures ; dans le cas des barres, ces liaisons
sont mesurées par la contrainte d'adhérence  s

1. ADHERENCE DES ACIERS EN BARRES:

1.1. CONTRAINTE D'ADHERENCE:


 s 
Ftraction - Soit une barre noyée dans un prisme de béton, soumise à une extrémité à
l un effort de traction: Ftraction
y
 s
x - L'équilibre du tronçon est dû aux forces d'adhérence qui
s'exercent sur une longueur dx de la barre, de périmètre u   . 
F F + dF
dx dF   s .u .dx

1 dF dF
- La liaison entre l'armature et le béton est mesurée par la contrainte d'adhérence :  s  . où est la
u dx dx
variation par unité de longueur de l'effort axial exercé sur l'armature et u   . le périmètre utile de l'armature,
confondu avec le périmètre nominal d'une barre isolée.

- L'efficacité d'une barre du point de vue de l'adhérence est caractérisée par son coefficient de scellement  s :

s 1 pour les rond lisses bruts de laminage


 s  1,5 pour les barres à HA courantes

1.2. VALEUR LIMITE DE LA CONTRAINTE ULTIME D'ADHERENCE :

- Sur la longueur d'ancrage la contrainte d'adhérence est supposée constante et égale à su  0 ,6 .2s .ftj
sa valeur limite ultime :

- L'ancrage de l'ensemble d'un paquet de barres n'est pas admis. Une barre est toujours ancrée
individuellement ; les paquets de plus de trois barres ne comportent aucun ancrage de barre individuelle sur
toute leur longueur.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 29


1.3. ANCRAGE RECTILIGNE : y ANCRAGE DES

s
BARRES DROITES ISOLEES

- En supposant  s   su = constante entre deux sections droites F1 F2 x


M1 et M2 distantes de l et soumises aux efforts F1 et F2 (avec
F2  F1) : l
s
s 
1 dF
.
 .  dx
  su 

dF  ..  su .dx
F2  F1  ..  su .l
 s su
x
- L'ancrage de la barre est assuré si l'intégralité de l'effort axial de
 . 2
traction Fs  As .fe  .fe est transmis au béton par l'adhérence
4

1.4. LONGUEUR DE SCELLEMENT DROIT D'UNE BARRE ISOLEE :

- Les barres rectilignes de diamètre  et de limite d'élasticité fe


 sont ancrées sur une longueur l s dite "longueur de scellement droit":
fe (Efforts F1  0 et F2  Fs ).
- Expression de la longueur
x
 f
ls de scellement : ls  . e
4  su
- A défaut de calcul précis, on adopte les valeurs forfaitaires
 su  suivantes pour des bétons de faible résistance ( fc28  25 MPa ) :

Fs = A.fe - l s  40. pour les aciers HA Fe E


400 de  s  1.5
- l s  50. pour les aciers HA Fe E 500 de  s  1.5
et pour les RL Fe E 215 et Fe E 235

Le tableau suivant donne les valeurs de ls/ pour quelques valeurs de fc28 appartenant au domaine couvert par
les règles BAEL :

fcj (MPa) 20 25 30 35 40 45 50 55 60

ls/ pour s = 1,5 Fe E 400 41 35 31 27 25 22 21 19 18


Fe E 500 51 44 39 34 31 28 26 24 22

1.5. ANCRAGE PAR COURBURE D'UNE BARRE TENDUE:

- Les dimensions des pièces ne sont pas toujours suffisantes pour permettre un ancrage droit de longueur l s ,
on a alors recours à un ancrage courbe (appelé crosse).

- L'effort de frottement sur le béton d'une barre courbe est supérieur à celui d'une barre droite ; à la liaison
d'adhérence s'ajoute un effet de frottement dû à la courbure (effet de courroie).

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 30


1.6. ANCRAGE D'UNE BARRE PAR CROCHET :
l1 F2
D M2
- Dans le crochet ci-contre, l'armature ne peut être soumise qu'à
C d
des efforts de traction ou de compression suivant son axe.
r
- Etudions l'équilibre d'un tronçon de la partie courbe M1M2 r su
d'angle au centre d :
 M1

- Soit F1 et F2 les forces qui sollicitent la barre aux points M1 et B A F1


M2 avec : F1  F2 et F1  F2  dF l2 F1 = F2 + dF

- On démontre que, compte tenu des conditions d'adhérence et de frottement le long de M1M2 il existe une
relation entre F1 et F2 :
F1  .F2  ' .  ..r .  su  et ' coefficients fonction de l'angle 
 .
e 1
  e . et '  et  = 0.4 (coefficient de frottement)

1.7. VISUALISATION DE LA CHUTE DE L'EFFORT DE l3


(3)
TRACTION DANS LA BARRE COURBE : M3

(1) Portion d'ancrage rectiligne  adhérence seule M2


(2) Portion d'ancrage courbe  adhérence + effet de "courroie"
(3) Portion d'ancrage rectiligne  adhérence seule
(2)
M1 Mo

1.8. ANCRAGE PAR CROCHET NORMAL :


BAEL A.6.1,253 l1 (1)

CROCHET NORMAL - A défaut de calcul plus précis, on peut admettre que l'ancrage
 BAEL A.6.1,253 d'une barre rectiligne terminée par un crochet normal est assuré
lorsque la longueur de la partie ancrée mesurée hors crochet est au
r = 3. (RL) moins égale à :
r
r = 5,5. (HA)
 - 0 ,6 .l s pour les ronds lisses Fe E 215 et Fe E 235
- 0 ,4 .l s pour les HA Fe E 400 et Fe E 500
0,4.ls (HA) ou 0,6.ls (RL)
1.9. D AUTRES TYPES
CROCHET DE CROCH
l1 COURANT
- Les retours d'équerres (   90 )
- Les ancrages à 45° (   135 ) C
- Les ancrages à 60° (   120 ) Rayon de courbure

Rayon de cintrage

Début de la zone d'ancrage

1.10. ANCRAGES NORMALISES


B A
l2
Lorsqu'une armature est pourvue à son extrémité d'un ancrage par courbure,
celui-ci peut être réalisé par un des ancrages normalisés ci-dessous :

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 31


NOTA : il est d’usage que le mandrin de façonnage ait un diamètre égal à 10. 

 C.N. E.N.


 R.N.
Code 1032  Code 1012 Code 1022

135°

Crochet Normalisé Equerre Normalisée Retour Normalisé

2. ANCRAGES DES CADRES, ETRIERS, EPINGLES :


Cadres Etrier Epingle

- On admet que les ancrages des extrémités des barres façonnées (cadres,
étriers et épingles) sont assurés par courbure suivant le rayon minimal
(= 3.), si les parties courbes sont prolongées par des parties rectilignes
de longueur au moins égale à :

- 5. à la suite d'un arc de cercle de 180 °


- 10. à la suite d'un arc de cercle de 135 ° 
- 15. à la suite d'un arc de cercle de 90 ° 


3. JONCTION DES BARRES :

3.1. JONCTION PAR RECOUVREMENT :

JONCTION PAR RECOUVREMENT SIMPLE - Il s'agit d'assurer une jonction entre armatures par
recouvrement; une jonction joue un rôle mécanique de
 transmission des efforts dans le cas d'armatures non
continues.
lr c
- La continuité mécanique est obtenue par
adhérence + frottement du béton sur l'armature.
jonction mécanique
- La longueur de recouvrement est donc fonction de
la longueur de scellement droit pour les ancrages
rectilignes.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 32


3.2. RECOUVREMENTS SIMPLES RECOUVREMENT DE CROCHETS NORMAUX
DES ARMATURES TENDUES : 

r
- Soient 2 barres de diamètre  parallèles, dont les
axes sont espacés de c
c
- La jonction des deux barres est assurée si la 
longueur de recouvrement est au moins égale à:

l r  l s longueur de scellement droit si les barres lr = 0,6.ls si c < 5. H.A.


lr = 0,6.ls + c si c > 5.
sont droites et si c  5. 
lr = 0,6.ls si c < 5. R.L.
lr = 0,6.ls + c si c > 5.
l r  l s  c si les barres sont droites et si c 5. 

3.3. COTATION DES CROCHETS : l1

- La cotation des crochets doit permettre de déterminer la longueur développée


des crochets afin d'établir la nomenclature de l'acier lors du plan de ferraillage.
l2

- d2 = Longueur utile sur appui


- ld = Longueur développée ld  l1  l 2  r .
d2

d1 d1 = ld - d2

d2 = l2 + r +/2

3.4. RECOUVREMENTS DES ARMATURES COMPRIMEES :

- Les jonctions des barres susceptibles d'être comprimées sont obligatoirement rectilignes. (pas de crochets)

- La longueur de recouvrement est l r  0 ,6 .l s

lr = 0,6.ls



Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 33


- Les règles BAEL imposent au minimum 3 cours d'armatures transversales sur toute la longueur du
recouvrement.

NOTA :

Il en est de même pour la jonction entre les aciers d'un poteau et les attentes d'une
semelle de fondation.
0,6.ls

3 cours

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 34


CHAPITRE 6. SECTIONS SOUMISES A DES SOLLICITATIONS
NORMALES

I. LA TRACTION SIMPLE
- aux états limites ultimes E.L.U. des éléments tendus, appelés tirants d'une structure
Il s'agit du calcul :
- aux états limites de service E.L.S. en béton armé.

1. DEFINITION :
Une poutre est sollicitée en traction simple si, dans toute
TRACTION SIMPLE
section droite :

N G 1. l'ensemble des forces extérieures agissant à


Ast
G gauche de la section se réduit à un effort normal de
traction

Section S d'un tirant sollicité par un effort normal N 2. le point d'application de cet effort coïncide avec le
centre de gravité G de la section

2. HYPOTHESES – NOTATIONS :

- Le béton sollicité en traction (béton tendu) est Allongement = 10 %

négligé. B
- L'effort normal de traction N est équilibré par
les armatures tendues.
- Les armatures et la section droite de béton ont
même centre de gravité. 1
- Pour une justification vis-à-vis de l'état limite
ultime de résistance, l'acier subit un
allongement  st  10 / oo (Pivot A).
- Pour une justification vis-à-vis de l'état limite
de service, la contrainte de traction de l'acier A
 st est plafonnée par les conditions de
Le béton tendu est négligé; l'effort normal N est équilibré par les armatures tendues.
fissuration (peu préjudiciable, préjudiciable ou La justification de ces armatures doit se faire vis-à-vis de l'E.L.U. et de l'E.L.S.
très préjudiciable).

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 35


3. JUSTIFICATION DES ARMATURES LONGITUDINALES :

E.L.U. E.L.S.
1,35.Gmax  Gmin 1,5 .Q1 Gmax  Gmin  Q1
3.1. SOLLICITATIONS DE
CALCUL :
3.2. CONDITIONS f
Nu  Nultime  Ast . e Nser  Nser  Ast . st
D'EQUILIBRE : Dans toute section s
droite, l'effort de traction est équilibré par
les armatures longitudinales seules :
Nu N
3.3. SECTIONS D'ARMATURES Ast  Ast  ser
fe  s  st
TENDUES :

RAPPEL : Fissuration préjudiciable : Fissuration très préjudiciable :


E.L.S. La contrainte de traction des aciers est limitée à : La contrainte de traction des aciers
2  est limitée à :
  Min .fe ; Max( 0 ,5.fe ; 110. .ftj  (MPa) 0 ,8. (MPa)
3 

3.4. CONDITION DE NON-FRAGILITE :

La sollicitation provoquant la fissuration du béton ne doit pas entraîner le dépassement de la limite d'élasticité
de l'acier.

EFFORT PROVOQUANT LA CONTRAINTE DE TRACTION


CONDITION DE NON-FRAGILITE :
FISSURATION : DANS LES ACIERS :
N B.ft 28 B.ft 28
Nf  B.ft 28  st  f   fe Ast 
Ast Ast fe

3.5. SECTION D'ACIER : Ast  Max(


Nu N
; ser ;
B.ft 28
)
fe  s st fe
 La section d'acier tendu doit être supérieure à la plus grande des
trois sections définies ci-dessus :
- E.L.U. - E.L.S. C.N.F. -

4. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES:
FISS. PREJUDICIABLE FISS. TRES PREJ.
DIAMETRE MINI DES BARRES l  6 mm l  8 mm
ECARTEMENT MAXI DES BARRES eh  4. si   20 mm eh  3. si   20 mm

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 36


PROTECTION DES ACIERS :
t
- L'enrobage de toute armature est au moins égal à : l
e

5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés à des atmosphères e

très agressives. e

3 cm pour les parois soumises à des actions agressives.


1 cm pour les parois situées dans des locaux couverts et clos et non exposés aux condensations.

5. DIMENSION DE LA SECTION DE BETON :

- Elle dépend des possibilités de bétonnage correct et des conditions d'enrobage et de protection des aciers.
- Elle doit satisfaire la condition
A .f
t de non fragilité : B  st e
ft 28

l 6. ARMATURES TRANSVERSALES : (Cadres et étriers)


st - Diamètre minimal : - Fissuration préjudiciable:
  6 mm
- Fissuration très préjudiciable:   8 mm

b - Ecartement des cadres ou étriers :

a En zone courante : st < a (plus petite dimension du tirant)

En zone de recouvrement, st est défini par la relation suivante :

At
f et  m. . . su
St

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 37


II. LES POTEAUX EN "COMPRESSION CENTREE"

1. DEFINITION:
- Un poteau est réputé soumis à une compression
N "centrée" s'il n'est sollicité en plus de l'effort normal de
G Asc compression, que par des moments dont l'existence n'est
G
pas prise en compte dans la justification de la stabilité et de
la résistance des éléments qui lui sont liés et qui ne
Section S d'un élément sollicité par un effort normal N conduisent par ailleurs qu'à des petites excentricités de la
force extérieure.

 Il s'agit donc du calcul des poteaux de bâtiment, éléments verticaux porteurs, soumis à un effort normal de
compression dite "centrée".

- La justification des sections s'effectue à l'E.L.U.R.

2. HYPOTHESES : a Raccourcissement = 2 °/oo

B
- L'ensemble des forces extérieures se réduit à un
effort normal N de compression dont le point
d'application est centré au centre de gravité :
C
- de la section de béton, b
- des armatures longitudinales

- Les sections droites restent droites et planes après


déformation. (Navier et Bernouilli) A

- Il n'y a pas de glissement relatif entre l'acier et le béton.


- Le béton et l'acier subissent le même raccourcissement  bc   sc  2  / oo
- Valeurs des contraintes normales de calcul dans une section droite:

BETON ACIER .Ess


10°/oo fe
fbu
0 ,85 .fc 28 f 
st

fbu  fsu  e
.  b s

 bc fsu
0 0,7 2 3,5 °/oo

NOTA: Le diagramme de déformation de la section se situe donc au Pivot C

- La vérification au flambement n'est assurée que si :

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 38


- L'élancement de la pièce  est inférieur ou égal à 70
- La qualité de l'exécution doit être telle que l'imperfection de rectitude ea puisse être estimée à :
l
ea  Max(1 cm ; )
500

3. COMBINAISONS D'ACTIONS A CONSIDERER:

3.1. COMBINAISON DE BASE:

3.1.1. POTEAUX SOUMIS UNIQUEMENT AUX ACTIONS DUES A DES CHARGES


PERMANENTES ET A DES CHARGES D'EXPLOITATION:

- Les combinaisons d'actions sont celles définies pour les poutres


- QB représente alors l'action des charges d'exploitation évaluée au niveau considéré en faisant application s'il
y a lieu de la loi de dégression dans les bâtiments à étages.

- Dans les cas les plus courants, l'unique combinaison d'actions à considérer est: 1,35.G 1,50.QB

4. LONGUEUR DE FLAMBEMENT lf ET ELANCEMENT  :

4.1. LONGUEUR DE FLAMBEMENT:

4.1.1. EVALUATION DE LA LONGUEUR


LIBRE:
lo
- La longueur libre d'un poteau appartenant
à un bâtiment à étages multiples est comptée
entre faces supérieures de deux planchers
lo consécutifs, ou de sa jonction avec la fondation à
lo lo
la face supérieure du premier plancher.

- La longueur libre des poteaux d'un hall ne


comportant au-dessus du sol qu'un rez-de-
chaussée couvert est comptée de la jonction avec
la fondation ou de la face supérieure du plancher
haut du sous-sol au sommet du poteau.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 39


4.1.2. CAS DU POTEAU ISOLE :

- Si il n'existe aucun dispositif de construction susceptible


de modifier la longueur de flambement l f , cette longueur
est prise égale à :

2.l o si le poteau est libre à une extrémité et encastré à 2.lo lo lo lo 0,707.lo 0,5.lo

l'autre.

lo si le poteau est articulé aux deux extrémités.

lo si le poteau est encastré aux deux extrémités


dans le cas où ces extrémités peuvent se déplacer l'une par rapport à l'autre suivant une direction
perpendiculaire à l'axe longitudinal du poteau et située dans le plan principal pour lequel on étudie le
flambement.

lo 2 si le poteau est articulé à une extrémité et encastré à l'autre.

lo 2 si le poteau est encastré aux deux extrémités: dans le cas où ces deux extrémités sont empêchées de
se déplacer l'une par rapport à l'autre suivant une direction perpendiculaire à l'axe longitudinal du
poteau et située dans le plan principal pour lequel on étudie le flambement.

4.2.3. CAS DES BATIMENTS :


- Pour les bâtiments à étages qui sont
Dalle b.a. I1 contreventés par un système de pans
lf = k.lo
verticaux (avec triangulations, voiles en béton
armé ou maçonnerie de résistance suffisante)
Poutre
I3 et où la continuité des poteaux et de leur
l'o section a été assurée, la longueur de
Poteau : I1 I3 > I1 flambement lf est prise égale à:
I2 > I1 k = 0,7
Dalle b.a.
l f  0 ,7 .l o si le poteau est à ses
extrémités: soit encastré dans un massif de
Poutre I2 fondation, soit assemblé à des poutres de
I2 > I1 plancher ayant au moins la même raideur que
Poteau : I1 Poteau encastré k = 0,7 lui dans le sens considéré et le traversant de
lo dans la fondation
Semelle b.a. part en part.
Si ces conditions
ne sont pas k=1 l f  l o dans tous les autres cas.
remplies

4.2. ELANCEMENT  :
- L'élancement  d'une pièce comprimée de section constante est le rapport de sa longueur de flambement lf
définie en fonction du rayon de giration i de la section droite du béton

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 40


Expression générale Pour un poteau rectangulaire (ou carré) Pour un poteau circulaire
de côté a de diamètre 
lf Imin a l  l
 avec i  i et   3 ,5 . f i et   4. f
i B 12 a 4 

5. JUSTIFICATION DES POTEAUX :

t
5.1. DETERMINATION FORFAITAIRE DE l
L'EFFORT NORMAL RESISTANT DES POTEAUX
SOUMIS A UNE COMPRESSION "CENTREE" st
Section de béton "réduite"

b
- L'effort normal ultime Nu agissant dans un poteau doit être
au plus égal à la valeur suivante :
b a
Br 1 cm
Nu lim ( B .f f
  . r c28  Asc . e
0 ,9.  b s
) a

1 cm

A sc : Section d'acier comprimé prise en compte dans les


calculs.

Br : Section réduite du poteau obtenue en déduisant de sa section réelle 1 cm d'épaisseur sur toute sa
périphérie.

Br  (( a  0,02 ).( b  0,02 )) (en m2) avec  b  1,50 et  s  1,15

: Coefficient fonction de l'élancement mécanique  et qui prend les valeurs :

 0 50 70 XXXXX
0 ,85 XXXXX
 50
   0 ,60.( )2 XXXXX
 0.85 1  0 ,2 .(
35
)2 0.60  0.306
XXXXX

- Les valeurs de  sont à diviser par 1,10 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours.

- Les valeurs de  sont à diviser par 1,20 si la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours et on
prend en compte fcj au lieu de fc28 dans le calcul de fbu

- Lorsque l'élancement  est supérieur à 35, il ne peut, sans justifications plus précises, être tenu compte que
des armatures disposées de façon à augmenter le plus efficacement possible la rigidité du poteau dans le
sens où son moment d'inertie est le plus faible.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 41


NOTA :
Fig. 1: Tous les aciers sont pris en compte dans le calcul
- Dans les poteaux carrés, il s'agit des Fig. 2: Les aciers 1, 2, 3 et 4 ne sont pas pris en compte
aciers disposés dans les angles. Fig. 3: Les aciers 5 et 6 ne sont pas pris en compte

Fig. 1 Fig. 2 Fig. 3


- Dans les poteaux rectangulaires b b b
dont le rapport des côtés est
compris entre 0,9 et 1,1 on applique
la règle des poteaux carrés. 1
a 4 a
2 5 6
- Dans les autres poteaux 3
rectangulaires, il s'agit des aciers
disposés le long des grands côtés 0,9 < a/b < 1,1 a/b < 0,9
Elancement < 35 Elancement > 35
de la section.

6. DETERMINATION DES ARMATURES :

6.1. ARMATURES LONGITUDINALES :

SECTION % MINI % MAXI

N B .f 1 0 ,2 .B 5 .B
Asc  ( u  r c28 ).( ) Amin  Max ( 4 .u ; ) Amax 
 0 ,9 .  b fe 100 100
s (Amin en cm²) (Amax en cm²)

- B : Section totale de béton comprimé


- u : Longueur de paroi mesurée perpendiculairement à la direction des armatures (Périmètre de la section
exprimé en mètres)

SECTION D'ARMATURES LONGITUDINALES:

5 %.B  Asc  Max (4.u ; 0,2 %.B ; (N u



Br .fc 28 1
).
0,9. b fsu
)

6.2. ARMATURES TRANSVERSALES :

- Les armatures transversales se déterminent par des règles forfaitaires :

DIAMETRE : ESPACEMENT DES COURS :

t  l max 3 st  Min ( 40 cm ; ( a 10 cm ) ; 15.l min )

5 mm  t  12 mm Valeurs utilisées : t  6mm , 8mm ou 10 mm

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 42


7. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES REGLEMENTAIRES :

7.1. DISTANCE MAXI ENTRE LES ACIERS st


LONGITUDINAUX : l

a
- Dans une pièce rectangulaire, la distance maximale entre
3 nappes mini
deux armatures longitudinales voisines sur une même face b
sur la longueur
est au plus égale à : lr = 0,6.ls de recouvrement

l  min ( ( a 10 cm ) ; 40 cm ) )
Reprise
de bétonnage

- Les ancrages et recouvrements d'armatures longitudinales


sont rectilignes (crochets interdits).

8. DIMENSIONNEMENT D'UN POTEAU COURANT :

8.1. DONNEES: Nu , fc28 , fe d' où fsu , lo d' où lf

8.2. INCONNUES: côtés a et b avec a  b ; section d'acier Asc


lo
- Le choix de l'élancement  est libre ; b

- On cherche à atteindre   35 afin de respecter le 3° commentaire de a


l'article B.8.4,1 (toutes les armatures participent à la résistance)

- CONDITION A RESPECTER :

Br .fc 28
Nu  Nu lim   .(  Asc .fsu )
0,9. b

- Br section réduite de béton : Br  ( a  2 cm ).( b  2 cm )

3 ,5 .l f
- COFFRAGE : a

N B .f 1
et Asc  ( u  r c 28 ).( )
 0 ,9 .  b fsu
N B .f N 0 ,9 .  b
- Objectif : Asc > 0  ( u  r c 28 )  0  Br  u .
 0 ,9 .  b  fc 28

N
-  = 35  = 0,70  Br  1,93 . u
fc 28

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 43


9. EVALUATION DES CHARGES SUR LES POTEAUX
L’évaluation des charges verticales agissant sur les poteaux se fait :

. en tenant compte de la loi de dégression des charges pour les bâtiments à étages,
. [B.8.1,1] en admettant la discontinuité des éléments de planchers, les charges évaluées étant majorées :

 de 15 % pour les poteaux centraux dans le cas de bâtiments à 2 travées,


 de 10 % pour les poteaux intermédiaires voisins des poteaux de rive dans le cas de bâtiments
comportant au moins 3 travées.

Pn-2 Pn-1
P1 P2 P3 Charges appliquées P1 P2 P3 Pn

P3 Pn-2 Pn
P1 1,15.P2 P3 Charges à prendre en compte P1
1,1.P2 1,1.Pn-1

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 44


CHAPITRE 7
ETAT LIMITE ULTIME EN FLEXION SIMPLE : LES POUTRES A SECTION
RECTANGULAIRE

POSITIONS DU DIAGRAMME DES DEFORMATIONS 3,5 °/oo


B 1. RAPPEL – HYPOTHESES :
 Combinaison d'actions :
2a
2b
1,35.Gmaxi  Gmini 1,5 .Q1
ht d C
1b
B.A.E.L A.4.3,42 :
Ast
Lorsque la section n’est pas entièrement
A comprimée, il est loisible d’utiliser le
bo  stl diagramme rectangulaire simplifié pour
10 °/oo 2 °/oo
les contraintes dans le béton.

 Le diagramme des déformations de la section se situe dans les domaines [1b], [2a] ou [2b].

EQUILIBRE D'UNE SECTION DROITE  bc fbu


2. EQUILIBRE D'UNE
SECTION : yu 0,8.yu
Nbu

N bu  0,8. y u . bo . f bu Mu
 Efforts normaux : ht
N stu  Ast . st d zu

 Bras de levier du couple interne : Ast


Nstu
zu  ( d  0,4. y u )  d.(1  0,4. u )
bo  st  st

2.1. EQUILIBRE DES EFFORTS : Déformations Contraintes

Nstu  N bu  Ast . st  0,8. y u . bo . fbu

2.2. EQUILIBRE DES MOMENTS :


Mu  Nbu . zu  0 ,8 . bo . fbu . d 2 .  u .(1  0 ,4 .  u )
Le couple interne équilibre le moment fléchissant ultime Mu
Mu  Nstu . zu  Ast .  st . d .(1  0 ,4 .  u )

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 45


2.3. MOMENT REDUIT : Mu  0,8. bo . d 2 . fbu . u .(1  0,4. u )

Mu
Nous appelons Moment réduit u la quantité : u   0,8. u .(1  0,4. u )
bo . d 2 . f bu

- la sollicitation Mu augmente
Ce moment réduit  u augmente si :
- les dimensions de la section (bo ou d) diminuent

Le moment réduit  u s'exprime par une équation du second degré en  : u  0,8.  u .(1  0,4.  u )
équivalente à l’équation :
0,32.  u 2  0,8.  u  u  0 dont la racine est :  u  1,25.(1  1  2. u )

3. REGLE DES 3 PIVOTS :


 Cette règle se fixe comme objectif d'utiliser au mieux les matériaux acier et béton dans une poutre fléchie.

3.1. DIAGRAMME IDEAL :


 bc = 3,5 °/oo

b B Pour une poutre en flexion, le


yu diagramme idéal est celui pour
lequel les limites mécaniques des
Diagramme idéal G matériaux sont atteintes.
AB= 0,186
ht d Ce diagramme idéal passe par :

- le pivot A:
Ast A a st  10  / oo
C. d. G. des aciers tendus
- le pivot B:
bo  st = 10 °/oo bc  3 ,5  / oo
Les limites des déformations des matériaux sont atteintes
 Les déformations des
matériaux étant connues, les paramètres  et  sont connus.

 bc 3 ,5  / oo
 AB    0 ,259 et AB  0,8. .(1  0, 4. )  0,186
 bc   st 3 ,5  / oo  10  / oo

REMARQUE 1 : Les termes  AB et  AB sont indépendants de l'équarrissage de la section.

Mu
REMARQUE 2 : u  est défini pour une section donnée;
bo . d 2 . fbu

Si le béton est connu ( f bu ), à un moment réduit  AB correspond un moment fléchissant


M AB   AB . bo . d 2 . fbu

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 46


REMARQUE 3 : Si le moment sollicitant Mu  M AB , le diagramme idéal n'est pas atteint.

3.2. REGLE DES PIVOTS :

Suivant la valeur du moment sollicitant Mu , on distingue 2 possibilités :

u   AB
3.2.1. Si Mu  M AB alors :  yu   . d diminue  2 cas possibles:
   AB

CAS [1] :  st augmente  impossible car  st  10 / oo


CAS [2] :  bc diminue  rotation du diagramme autour du pivot A

 u   AB
3.2.2. Si Mu  M AB alors: :  y u   .d augmente  2 cas possibles:
   AB

CAS [1] :  bc augmente  impossible car  bc  3 ,5  / oo


CAS [2] :  st diminue  rotation du diagramme autour du pivot B

3.3. PIVOT A : DOMAINE [1b] : PIVOT A : Utilisation maximum de l'acier  bc = 3,5 °/oo
bo
 Etat limite ultime caractérisé par les b B
déformations suivantes : yu

0  bc  3 ,5  / oo O
st  10 / oo
0,259.d

1b
Diagramme idéal
ht
0    0 ,259 d

0  u  0 ,186
A
a
 Tous les diagrammes de déformation
possibles vont décrire le domaine [1b]

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 47


3.4. PIVOT B : DOMAINE 2 - UTILISATION MAXIMUM DU BETON :

PIVOT B: Utilisation maximum du béton  bc = 3,5 °/oo  Etat Limite ultime caractérisé par
les déformations suivantes :
b B

0  st  10 / oo
y1 =  l .d
yu 0,259.d

2b
bc 3,5  / oo
ht
d
 Soit  sl
l'allongement de l'acier
obtenu pour une contrainte :
f
A
a st  e  fsu
a' s
 sl 
3,5  La lecture du diagramme
 st = 10 °/oo
bo
l 3,5 +  sl
contraintes-déformations de l'acier nous
montre qu'à partir de cette valeur, le taux
de travail de l'acier chute rapidement; la section d'acier ainsi déterminée serait excessive.

 Pour cette raison, nous définissons un moment réduit limite  l au-delà duquel les aciers sont insuffisamment
sollicités en traction.
 A cette déformation unitaire limite sl correspond un moment limite Mlim .
 Dans ces conditions, l'ensemble des diagrammes de déformations des sections soumises à un moment
fléchissant ultime M u décrira la région [2a].
 Les caractéristiques sont donc : Mlim  Mu  MAB

sl  st  10 / oo l    0 ,259


B
bc  3 ,5  / oo et l  u  0 ,186
yul = l.d
NOTA : Les grandeurs  sl , l et l sont définies par le type d'acier.
3,5°/oo
d
Pour un acier Fe E 500 fe = 500 MPa
s DIAGRAMME DE CALCUL
fe

 sl
fsu
3,5 / oo
 sl   sl  0,617 pour fe = 500 MPa
 sl  3,5 / oo fsu = 434,78 MPa
 sl = 2,17 °/oo
 l  0 ,8 . l .(1  0 ,4 . l )  l  0,372 s
On peut introduire la notion de moment réduit critique c défini à partir de la sl 10 °/oo °/oo

y   1 fcj Mu
hauteur relative de la fibre neutre : u  u   avec   donc c  0,8.c .(1  0,4.c )
d 2 100 Mser

4. CALCUL PRATIQUE POUR UNE SECTION A SIMPLES ARMATURES :

4.1. DONNEES :  Equarrissage de la poutre ( b * h )


 Enrobage inférieur et Hauteur utile ( d  ht  enrobage)
 Nature des matériaux (acier et béton) utilisés
 Moment ultime M u sollicitant la section

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 48


4.2. RECHERCHE DU PIVOT:

Mu 0,85. fc28 0   u  0 ,186  Pivot A


u  fbu  
 . b
avec si:
bo . d 2 . fbu 0 ,186   u   l  Pivot B

4.3. PARAMETRES DE DEFORMATION :

z  d.(1  0,4. u )
 u  1,25.(1  (1  2.  u ) ) et
y u   u .d

Pivot A:  st  10  / oo
4.4. DEFORMATION DE L'ACIER : Pivot B:  st 
(1   u )
.  bc
avec
u
 bc  3 ,5  / oo

Mu
N bc  0 ,8. bo . y u . fbu ou N bc 
4.5. EFFORTS NORMAUX : z
N st  N bc

N st Mu
4.6. SECTION D'ACIER : N st  Ast .fsu  Ast  ou Ast 
fsu z.fsu

5. CALCUL PRATIQUE POUR UNE SECTION A DOUBLES ARMATURES :


5.1. DONNEES :
Le moment réduit  u est supérieur au moment réduit limite  l (ou c ), les aciers tendus travaillent
insuffisamment, mais le béton travaille à son maximum; on se trouve donc au pivot B et on adjoint au béton
comprimé des armatures de compression.

5.2. DIAGRAMME DE DEFORMATION :

bc Le diagramme de déformation est tel que :


sc
 bc  3,5  / oo et  st   sl
d'
Asc
yul =  l .d On peut calculer :

ht  bc
l  et y l   l . d
d (  bc   sl )

Ast
La compatibilité des déformations permet d'écrire:
stl ( y  d' )
bo  sc   bc . l
yl

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 49


5.3. MOMENT RESISTANT DU BETON Mrub ; MOMENT RESIDUEL Mres :

Le moment résistant du béton Mrub est le moment ultime pour lequel on a atteint l'état limite ultime par
compression du béton, les aciers étant trop peu sollicités en traction.

Mrub   l . bo . d 2 . fbu et Mres  ( Mu  Mrub )

5.4. SCHEMA DE CALCUL :


La section réelle de béton armé est décomposée en 2 sections fictives de calcul :

 une section (1) é quilibrant le moment Mrub


 une section (2) é quilibrant le moment Mres  ( Mu  Mrub )

Mu = Mrub + (Mu - Mrub)


3,5 °/oo fbu  sc sc
Nsc
Nbu
Asc yl Asc

ht d 0,8.yl z2
z1
Ast Ast1 Nst1 Ast2 Nst2

bo bo l st l st

z1 = d.(1 - 0,4.  l ) z2 = (d - d') Ast = Ast1 + Ast2

SECTION [1] SECTION [2]


fe fe
z1  d .(1  0 ,4 .l ) et  st  fsu  z2  ( d  d' ) et  st  fsu 
s s
Mu  M rub
Section d'acier tendu : Ast 2 
( d  d' ).fsu
M rub
Section d'acier tendu : Ast1 
z .fsu Mu  M rub
Section d'acier comprimé : Asc2 
( d  d' ). sc

Mrub ( Mu  Mrub )
SECTION TOTALE D'ACIER TENDU : Ast   avec Mrub   l .bo .d 2 .fbu
z .fsu ( d  d' ).fsu

IMPORTANT :

BAEL A.4.1,2 Les armatures longitudinales comprimées ne sont prises en compte dans les calculs de
résistance que si elles sont entourées tous les 15 diamètres (15.) au plus par des
armatures transversales.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 50


BAEL B.6.6 La part de moment de flexion équilibrée en compression par ces armatures doit être
inférieure à 40 % du moment agissant.

NOTA : Ces articles sont très pénalisants; On a intérêt à limiter l'utilisation des sections de béton armé avec
des armatures comprimées en modifiant l'équarrissage de la section
de béton.
d'
5.5. DEROULEMENT DES CALCULS : Asc
yul = l .d
5.5.1. DONNEES :
 Moment ultime sollicitant Mu ht d
 Equarrissage de la section de la poutre ( bo * h )
 Enrobages supérieurs et inférieurs Ast
 Natures (et caractéristiques) des matériaux employés
Mu
 Moment réduit limite:  l  f(Type d' acier ; fc28 ;   ) bo
Mser

Mu 0 ,85 .fc28
5.5.2. MOMENT REDUIT : u  avec fbu 
bo .d .fbu2 .  b

Si u   l  nécessité d'armatures de compression

5.5.3. PARAMETRES CARACTERISTIQUES DE LA SECTION :


fe
 bc  3 ,5  / oo ;  st   l ;  st   sl   fsu
s
l  1,25.(1  (1  2  l )  y l   l . d et z  d. 1  0,4. l 

  . d  d' 
 sc   bc . 
y l  d' 
  bc .  l   sc  f ( matériau)
yl   l .d 
M rub   l . b. d 2 . f bu
5.5.4. MOMENT RESISTANT DU BETON; MOMENT RESIDUEL : 
M res  M u  M rub 

1  M rub M  M rub 
 Acier tendu : Ast  .   u 
fsu  d. 1  0,4. l  d  d'  
5.5.5. SECTIONS
D'ACIER :
1  M  M rub 
 Acier comprimé : Asc  .  u 
 sc  d  d'  

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 51


6. BAEL A.4.2 : CONDITION DE NON
FRAGILITE :
v' = h/2

Sollicitation de fissuration du béton non armé : (Contrainte de traction


h
dans la section supposée non armée et non fissurée)
M b .h 3 h
ftj  f avec M f : moment de flexion I  et v 
I 12 2 v = h/2
 
v
b . h2 ftj
Sollicitation de fissuration : Mf  ftj . o bo
6
Armatures équilibrant ce moment sous une contrainte fe :

Sollicitation maxi : Mst  Nst .z  fe . Ast .0 ,9.d avec Bras de levier : z  0 ,9.d et d  0 ,9. h

M st  M f
 f t 28
CONDITION NECESSAIRE :  b  d 
2  A st min  0 ,23 . b o .d .
Ast . fe .0 ,9. d  ftj . .   fe
 6  0 ,9 

7. PREDIMENSIONNEMENT DE SECTIONS RECTANGULAIRES


(B.A.E.L. A.4.5,32) Cette méthode ne convient que dans le cas où la fissuration est peu préjudiciable

Quand l'équarrissage de la poutre n'est pas imposé par des considérations


architecturales, le projeteur a intérêt à se fixer des dimensions propres à éviter les yu
armatures comprimées.
ht
HAUTEUR ECONOMIQUE : d

 Après un prédimensionnement forfaitaire, il est possible de connaître le moment ultime


Mu Ast

 Nous ne voulons pas d'armatures comprimées, donc : Mu  Mlu bo

 u   l
 Mu  l dé fini par le type d' acier
  bo . d 2 
 u
M   .
l o b . d 2
. f bu  l . fbu fbu dé fini par le type de bé ton
 Si nous choisissons à priori une des dimensions de la section, cette formule nous permet de déterminer la
seconde.

 En général la largeur bo est définie par des considérations d'effort tranchant; seule la hauteur utile d reste à
déterminer:

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 52


 Cette nouvelle hauteur utile peut modifier le poids propre de la poutre, donc la
Mu sollicitation Mu :
d
 l .bo .fbu
 Il convient alors de revoir le calcul du moment ultime Mu

Cas d'une POUTRE RECTANGULAIRE : on adopte les valeurs forfaitaires suivantes :

1 h 1 1 h 1
Poutre sur 2 appuis simples :   Poutre continue :  
15 L 10 20 L 16

Largeur de la poutre : 0 ,3 .d  bo  0 ,4 .d avec d  0 ,9.h

Cas particulier des DALLES DE PLANCHER :

Hourdis en continuité dans un seul sens :

petiteportée l 1 h 1
 x  0 ,40   
grande portée l y 35 l x 30

Hourdis prenant appui sur 4 côtés :


lx 1 h 1
 0 ,40   
ly 45 l x 40

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 53


CHAPITRE 8 : FLEXION SIMPLE ARMATURES TRANSVERSALES DES
POUTRES RECTANGULAIRES JUSTIFICATIONS VIS-A-VIS DES
SOLLICITATIONS TANGENTES

But de ce chapitre :

Calculer les armatures transversales en se limitant au cas courant des armatures "droites".

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 54


A - Comportement d'une poutre sous l'action de l'effort tranchant

L'effort tranchant est maximum sur les appuis.


En étudiant l'équilibre d'un prisme élémentaire on constate l'existence de bielles comprimées à 45° encadrées
par des fissures.
On prend en compte ce phénomène en plaçant des armatures transversales qui vont "coudre" les fissures. Ces
armatures peuvent être inclinées à 45°.
Il est plus facile de placer des armatures perpendiculaires à la fibre neutre (armatures droites).

B - Hypothèses et prescriptions réglementaires

1) Les poutres soumises à des efforts tranchants sont justifiées vis-à-vis de l'E.L.U.

La justification concerne les armatures transversales de l’âme ainsi que la contrainte du béton.
2) Effort tranchant réduit : Pour la vérification de la résistance du béton et des armatures d’âme au voisinage
des appuis et pour tenir compte des transmissions directes des charges, l’effort tranchant Vu peut être
évalué en:

- négligeant les charges réparties situées à une distance de l’appui inférieure à h/2 soit :
V'u=Vu - 0,5.h.qu

- ne prenant en compte qu’une fraction égale à 2.a/3.h des charges concentrées situées à une distance a
de l’appui comprise entre 0,5.h et 1,5.h soit :
2.a
V ' u  Vu .
3.h
V
3) Contrainte tangente conventionnelle :  u  u   ul
bo .d
4) Etat limite ultime du béton de l’âme :

Contrainte admissible pour des armatures droites :

0 ,2.f cj
- Fissuration est peu préjudiciable:  ul  min( ; 5 MPa )
b
0 ,15.f cj
- Fissuration est préjudiciable ou très préjudiciable :  ul  min( ; 4 MPa )
b

Valeurs courantes de ul (en MPa):


fc28 en MPa (γb = 1,5) 16 20 25 30
fissuration peu préjudiciable 2,13 2,67 3,33 4,00
fissuration préjudiciable ou très
1,60 2,00 2,50 3,00
préjudiciable

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 55


5) Section minimum et dispositions :

At : section des armatures transversales coupées par un plan horizontal.


st : écartement de 2 cours.
θt : diamètre des armatures transversales.

At .f e
 0 ,4 MPa (1) st  min( 0,9.d ; 40 cm ) (2)
bo .s t

h b
 t  min( ; o ; l ) (3)
35 10

Etat-limite ultime des armatures d’âme :


y st st
La vérification de l’ELU des armatures d’âme consiste, une
section At étant choisie, à calculer l’espacement des nappes
Nbc d’armatures transversales pour un effort tranchant Vu donné.
Ft (d - d') On étudie l’équilibre d’une section de béton supposée fissurée à
Ft Nbt 45°.

Nst X ( Nbt  bo .h .bt . 2 Ft  At . st )


Ft
Vu (d - d')
Poteau
( d  d' )
Pour "coudre" une fissure, il faut n  cours d'armatures
st
transversales donc une section d'acier n . At

EQUATION D'EQUILIBRE : En projection sur l'axe vertical :

2 V
Vu  n .Ft  Nbt .  0 avec u  u
2 bo .d
2
n .Ft  Vu  Nbt .
2
'
(d  d )
. At .  st  Vu  bo .h . bt
st
( d  d' ) At h
. .   u  ( . bt )
bo .d st st d

L'action commune du béton et des aciers transversaux doit empêcher l'apparition des fissures.

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 56


h h
L'expression .  réprésente la contrainte du béton; elle est minorée par : .   0 ,3 .k .ftj où :
d bt d bt

k =1  dans le cas général de la flexion simple

k dépend de la mise
 dans le cas de reprise de bétonnage n'ayant pas reçu
en œuvre k =0
de traitement particulier ou lorsque la fissuration est
jugée très préjudiciable

( d  d' ) fet A ( d  d' )


Nous obtenons l'inéquation : . . t  u  0 ,3 .k .ftj avec  0 ,9 .
d  s bo .st d

At  s .( u  0 ,3 .k .ftj )
L'inéquation devient : 
bo .st 0 ,9 .fet

At  s .(  u  0 ,3.f tj )
Dans le cas courant de la flexion simple (k = 1), la relation s’écrit : 
bo .s t 0 ,9.f e

C - Conduite des calculs

On fait le calcul à partir de l'appui où Vu est maximum.

1) Calcul de u : on vérifie que u  ul

Sinon il faut augmenter la section et notamment sa largeur b.

h b
2) Choix d'une section At : avec des barres satisfaisant (3)  t  min( ; o ; l )
35 10

3) Calcul de l'écartement initial st0 :

0 ,9.fsu .At f
On utilise sous la forme : s to  avec f su  e
(  u  0 ,3.ftj ).b s

At .f e
On vérifie  0 ,4 MPa et st  min( 0,9.d ; 40 cm )
bo .s t

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 57


4) Dispositions :

Pour une poutre de hauteur constante et des charges uniformément réparties :

- le premier cadre est disposé à st0/2 du nu de l'appui.


- on applique ensuite la règle de Caquot :

Les espacements successifs sont pris dans la liste suivante :

7, 8, 9, 11, 13, 16, 20, 25, 35, 40 (en cm).

Chaque valeur étant répétée autant de fois qu'il y a de mètres dans la demi-portée de la poutre (ou la portée s'il
s'agit d'une console).

Dans le cas d'une poutre sur 2 appuis on fait cette répartition de l'appui considéré jusqu'à l'abscisse où Vu = 0
et on recommence en sens inverse à partir de l'autre appui.

Si la poutre comporte des armatures comprimées il faut st < 15.l.

Exemple de poutre isostatique avec une répartition forfaitaire des armatures (méthode CAQUOT)

Cours de béton armé Dr Adamah MESSAN Page 58

Vous aimerez peut-être aussi