Vous êtes sur la page 1sur 24

L1 L2 L1

L1 L2

PHYSIQUE

PHYSIQUE
L2

Mécanique du point
Cet ouvrage propose une synthèse
de l’apprentissage de la mécanique
newtonienne du point grâce à des fiches
Chaque fiche contient :
> des rappels de cours : définitions,
propriétés, formules importantes. Mécanique
du point
de cours suivies d’exercices corrigés en > des points de méthodologie et des
détail. Toutes les étapes des calculs et des conseils.
raisonnements sont explicitées, plusieurs > des exemples détaillés pour illustrer
exercices étant illustrés et faisant référence les notions ou apprendre à résoudre
les uns aux autres de manière à donner une les questions.
cohérence globale à la présentation. Divers

Mécanique du point
> des exercices et leurs corrigés détaillés.
outils méthodologiques sont également
exposés et mis en œuvre pour aider à la
résolution des exercices.

Loïc Villain 22 fiches


Loïc Villain
est enseignant-chercheur en physique à l’Université
François-Rabelais de Tours où il effectue son
Résumés de cours
activité de recherche en astrophysique relativiste
au Laboratoire de Mathématiques et Physique
107 exercices corrigés
Théorique. Il est impliqué dans de nombreuses
activités de diffusion de la connaissance, au niveau
Méthodologie et conseils
universitaire et vers le grand public. Il a publié
DANS LA MÊME COLLECTION
plusieurs ouvrages en physique chez
De Boeck Supérieur.
Conception graphique : Primo&Primo®

ISBN : 978-2-8073-0766-7

www.deboecksuperieur.com
Prix TTC : 16 €

SP_SC_MECA.indd 1 20/07/2017 11:34


Mécanique
du point

9782807307667_Physique.indb 1 20/07/2017 08:23:55


DANS LA MÊME COLLECTION
Sup en poche est une collection destinée aux étudiants du 1er cycle, essentiellement
en Licence 1 et 2. Son objectif est de permettre à l’étudiant de réviser et s’entraîner
en vue de réussir ses examens. Chaque ouvrage est composé de fiches proposant
des cours résumés suivis d’exercices corrigés pas à pas.

Optique géométrique
R. Taillet

Toutes les maths


pour bien commencer sa licence
F. Cottet-Émard

9782807307667_Physique.indb 2 20/07/2017 08:23:56


L1 L2

PHYSIQUE
Mécanique
du point
Loïc Villain

9782807307667_Physique.indb 3 20/07/2017 08:23:56


Pour toute information sur notre fonds et les nouveautés dans votre domaine
de spécialisation, consultez notre site web : www.deboecksuperieur.com

© De Boeck Supérieur s.a., 2017


Rue du Bosquet, 7 – B-1348 Louvain-la-Neuve

Tous droits réservés pour tous pays.


Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partielle-
ment ou totalement le présent ouvrage, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au
public, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.

Imprimé aux Pays-Bas

Dépôt légal :
Bibliothèque Nationale, Paris : septembre 2017 ISSN 2566-2724
Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles : 2017/13647/141 ISBN 978-2-8073-0766-7

9782807307667_Physique.indb 4 20/07/2017 08:23:56


Sommaire
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VI

Partie  1 Cinématique

1 Référentiel, repère et coordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2


2 Coordonnées cartésiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3 Coordonnées polaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4 Principaux systèmes de coordonnées curvilignes
tridimensionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
5 Vecteur position et base cartésienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
6 Base polaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
7 Bases cylindrique et sphérique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
8 Déplacement élémentaire, vitesse et accélération. . . . . . . . . . . . . . 58
9 Vitesse et accélération dans les systèmes de coordonnées
et bases curvilignes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
10 Abscisse curviligne et base de Frenet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
11 Propriétés générales des mouvements et cas particuliers. . . . . . . 93
12 Composition des vitesses et accélérations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

Partie  2 Dynamique, énergétique et applications

13 Forces, lois de Newton et référentiels inertiels. . . . . . . . . . . . . . . . . 124


14 Principaux exemples de forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
15 Moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
16 Travail et énergie cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
17 Forces conservatives, énergie potentielle et énergie mécanique. 166
18 Mécanique du point en référentiel non-inertiel. . . . . . . . . . . . . . . . . 179
19 Frottements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
20 Forces centrales et newtoniennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
21 Oscillateur harmonique libre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
22 Oscillateur harmonique forcé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

Sommaire V

9782807307667_Physique.indb 5 20/07/2017 08:23:56


Introduction
Ce livre expose une synthèse des notions de base de la mécanique du
point dans son formalisme newtonien, c’est-à-dire à l’aide du concept
de force. Il est composé de courtes fiches de rappels de cours, suivies
d’exercices corrigés qui les mettent en œuvre et représentent le cœur
de cet ouvrage.
La mécanique repose notamment sur la cinématique, domaine qui s’oc-
cupe de la description des mouvements, indépendamment de leur
contexte physique. Pour cette raison, l’ouvrage a été construit en deux
parties. La première, qui peut sembler plus formelle, reprend la cinéma-
tique depuis les notions fondamentales (référentiel, repère, etc.) et re-
vient sur certains « outils mathématiques », introduits peu à peu. Tous les
exercices de la partie cinématique ont une motivation physique, même si
elle n’a pas toujours été explicitement mentionnée. Il est notamment fait
référence à plusieurs d’entre eux dans la seconde partie qui traite de la
dynamique du point proprement dite et de ses principales applications.
Quiconque souhaiterait se concentrer sur les principes physiques peut
donc, dans un premier temps, parfaitememnt ignorer la partie cinéma-
tique et n’y revenir qu’en cas de besoin.
D’une manière générale, les fiches ont été conçues pour être auto-suf-
fisantes, ou, quand tel n’est pas le cas, pour ne jamais faire appel à des
notions qui n’ont pas déjà été abordées dans une fiche antérieure. Il en
est en particulier ainsi pour les exercices qui représentent la majeure par-
tie de l’ouvrage et sont considérés ici comme des outils pédagogiques,
et non seulement comme des tests pour voir si le cours a été compris.
Certains d’entre eux sont des applications très directes du cours, d’autres
sont des grands classiques, d’autres encore servent de prétexte pour in-
troduire une technique mathématique ou un concept intéressants.
Chaque exercice est accompagné d’un corrigé détaillé, parfois de re-
marques méthodologiques, et toujours d’une indication de niveau (★★★,
★★★, ★★★). Celle-ci se réfère non pas à la difficulté conceptuelle, mais
au temps nécessaire pour faire l’exercice. Un niveau ★★★ peut ne pas
être difficile, tout en requérant de s’y plonger pendant plusieurs dizaines
de minutes. Dans tous les cas, la présence d’un corrigé détaillé ne doit
pas être une tentation pour ne pas chercher à résoudre soi-même l’exer-
cice. Le lire n’a d’intérêt pédagogique qu’après avoir effectivement pris le
temps de réfléchir activement.

VI Introduction

9782807307667_Physique_00.indd 6 20/07/2017 08:35:39


Partie 1
Cinématique

9782807307667_Physique.indb 1 20/07/2017 08:24:26


COURS
1 Référentiel, repère et
coordonnées
[ MOTS-CLÉS : référentiel, repère, système de coordonnées, trajectoire, équations
horaires ]

1 Résumé de cours
u uDéfinition : Un référentiel est un ensemble de points, fictifs ou maté-
riels, immobiles les uns par rapport aux autres et qui servent à repérer
le système dont on étudie le mouvement. On peut en quelque sorte
se représenter un référentiel comme un solide rigide, idéalisé ou réel.
u uPropriété : À tout observateur, on peut associer un unique référentiel
dans lequel il est immobile à chaque instant. On assimile en général
l’observateur et le référentiel qui lui correspond.

Attention
En raison du caractère relatif du mouvement (voir la notion de relativité dans la
fiche 13), il est nécessaire de préciser dans quel référentiel est observée l’évolution
d’un système pour pouvoir la décrire. En effet, un objet n’est pas en soi immobile ou
mobile. Il ne l’est que par rapport à quelque chose d’autre.

u uDéfinition : On nomme référentiel absolu, le référentiel associé à l’es-


pace, lequel est supposé être, en physique newtonienne, une scène
immuable dans laquelle se déroulent les phénomènes.
u uDéfinition : À un référentiel, on joint implicitement un repère temporel,
ou un temps, défini par une origine temporelle et une unité de temps.
Il permet de doter chaque phénomène d’une date, voire d’une durée.
u uDéfinition : Un événement est un phénomène qui a lieu en un endroit
ponctuel donné à un instant précis.
u uPropriété : En mécanique classique, on considère qu’il existe un
temps universel et absolu, c’est-à-dire qu’il est possible d’utiliser le
même repère temporel pour tous les référentiels, sans que n’appa-
raissent de désaccords sur la date des événements ou la durée des
phénomènes.
u uPropriété : Dans le Système international, les dates et les durées s’ex-
priment en secondes (symbole s).

2 Cours

9782807307667_Physique.indb 2 20/07/2017 08:24:26


1. Cinématique
u uDéfinition : Un repère (spatial) est l’ensemble formé d’un point géo-
métrique, nommé origine et souvent noté O, et de trois axes orthogo-
naux.
u uPropriété : Il existe un unique référentiel par rapport auquel l’origine
et les axes d’un repère particulier sont immobiles à chaque instant. En
revanche, à un référentiel donné peuvent naturellement être associés
une infinité de repères distincts qui diffèrent par la position de leur
origine ou l’orientation de leurs axes.

Figure 1.1. Deux repères de l’espace, d’origine et d’axes distincts.


Si, à chaque instant, les deux repères gardent la même position
l’un par rapport à l’autre, ils peuvent correspondre au même référentiel.
En revanche, si la distance OO′ ou l’orientation relative
des axes varient, ils sont associés à des référentiels différents.

Attention
Par abus de langage, on désigne fréquemment un référentiel par un repère qui le
définit.

u uDéfinition : Dans un référentiel, et étant donné un repère, la position


d’un point peut être repérée à l’aide de 3 nombres, dits coordonnées,
qui l’identifient de manière unique. Les coordonnées correspondent
par exemple à des distances – et ont alors la dimension physique de
longueurs – ou à des angles, et sont dans ce cas sans dimension phy-
sique.
u uPropriété : Dans le Système international, les distances s’expriment
en mètres (symbole m) et les angles en radians (symbole rad, unité
sans dimension).
u uDéfinition : Une convention qui attribue à chaque point de l’espace ou
d’un référentiel un et un seul triplet de coordonnées est un système
de coordonnées. On construit d’ordinaire tout système de manière à

Fiche 1 : Référentiel, repère et coordonnées 3

9782807307667_Physique.indb 3 20/07/2017 08:24:26


ce que l’origine du repère associé au référentiel y ait des coordon-
nées simples (valant 0 par exemple).
u uDéfinition : Dans un système de coordonnées, une ligne de coordon-
nées est une courbe le long de laquelle une seule coordonnée varie.

Attention
Dans certains système de coordonnées, l’origine est un point particulier auquel on
ne peut pas associer trois coordonnées. C’est par exemple le cas dans le système
de coordonnées polaire, défini dans la fiche 3, où l’on ne peut pas lui attribuer de
coordonnée angulaire unique.

u uDéfinition : Un point matériel est la modélisation idéalisée d’un sys-


tème physique considéré comme un point géométrique doté de cer-
taines propriétés physiques (une masse, une charge électrique, etc.),
mais sans volume ni superficie. Dans un système de coordonnées
donné et à une date fixée, il est repéré de manière unique par 3 coor-
données spatiales.
u uDéfinition : Dans un référentiel, la trajectoire d’un point matériel est
l’ensemble des positions qu’il occupe au cours du temps.

Attention
S’il existe des restrictions sur les déplacements possibles d’un point matériel, le
nombre de coordonnées utiles pour décrire sa position et sa trajectoire peut être
inférieur à 3. Par exemple, si le système ponctuel étudié est assujetti à se déplacer
dans un plan, il suffit de deux coordonnées pour le répérer.

u uDéfinition : Dans un système de coordonnées, une trajectoire peut


être caractérisée par des équations horaires, qui décrivent les coor-
données en fonction du temps, ou, pour certains mouvements simples,
par une (ou plusieurs) équation(s) qui relie(nt) ou détermine(nt) explici-
tement les coordonnées du point. Cependant, certaines informations
cinématiques, comme la vitesse, ne sont incluses que dans les équa-
tions horaires.

4 Cours

9782807307667_Physique.indb 4 20/07/2017 08:24:27


EXERCICES
6
Exercice 1 Coordonnées et composantes polaires ★★★
Un point M a pour coordonnées cartésiennes (5, -2).
Déterminer : 1. ses coordonnées polaires ; 2. les composantes polaires de
son vecteur position.

Exercice 2 Composantes des vecteurs de base ★★★


Soit un point de coordonnées polaires (½, µ) et de coordonnées carté-
siennes (x, y).
1. Déterminer, en fonction de ½ et µ, les composantes des vecteurs 
r r
(e½ , eµ ) qui lui correspondent dans la base cartésienne, ainsi que celles
des vecteurs de la base cartésienne dans la base polaire.
2. Montrer qu’il existe des matrices R(µ) et R′(µ) telles que
r r r r
 e½   ex   ex   e½ 
 r = R ×  er  et  er = R′ ×  r 
 eµ   y  y  eµ 
où × désigne le produit matriciel, puis calculer leur produit R(µ) × R′(µ)
et commenter le résultat.

Exercice 3 Dérivées de vecteurs mobiles ★★★


1. À partir des composantes cartésiennes, exprimées en fonction de µ,
r r r r
des vecteurs  (e½ , eµ ) déterminer les expressions de de½ / dµ et deµ / dµ
rappelées dans le résumé de cours.
r
2. Soit une fonction vectorielle e(®) qui associe à chaque valeur du réel
r
® un vecteur de l’espace. Montrer que si e(®) a une norme indépendante
r r
de ®, alors, pour une même valeur de ce paramètre, e et de / d® sont
r r
orthogonaux, puis vérifier cette propriété avec les vecteurs e½ et eµ .

Exercice 4 Spirale ★★★


On considère un point M dont les équations horaires cartésiennes, pour
t ≥ 0, sont
  ¼t2 
x(t) = t cos  
  2 

  ¼t2 
y(t) = t sin  2 
  
où les distances sont en centimètres et le temps en secondes.

42 Exercices

9782807307667_Physique.indb 42 20/07/2017 08:24:46


1. Cinématique
1. Déterminer les équations horaires polaires du point.
2. À l’aide des équations polaires, faire une figure sur laquelle sont repré-
sentées les positions occupées à t1 = 2 / 2 , t2 = 1, t3 = 2 , t4 = 7 / 2
et t5 = 2, ainsi que les vecteurs de la base polaire en chacune de ces po-
sitions.
r
3. Exprimer le vecteur ey dans chacune des bases polaires obtenues.

Exercice 5 Ellipse ★★★


On considère une courbe dont l’équation polaire est
20
½(µ) =
10 - 7 cos(µ)
1. Justifier que la courbe est symétrique par rapport à l’axe Ox et en
déduire qu’il suffit d’étudier son comportement pour µ ∈ [0, ¼[ afin d’avoir
une idée de son allure.
2. Sur une figure, placer les points correspondants à µ = 0, µ = ¼/6,
µ = ¼/4, µ = ¼/2 et µ = ¼ (ainsi que toutes les valeurs opposées) puis, en
chacun de ces points, représenter la base polaire.

Fiche 6 : Base polaire 43

9782807307667_Physique.indb 43 20/07/2017 08:24:46


CORRIGÉS
15
Exercice 1 Expression en coordonnées polaires ★★★
1. Par définition, on a
r uuuur r
=
LO OM ∧ p
avec, ici, la restriction que le mouvement est contenu dans le plan z = 0.
uuuur r r r r r r r
On a donc (voir fiche 9) OM = ½ e½ et= v ½& e½ + ½µ& eµ . Puisque e½ ∧ e½ =
0
r r r
et que e½ ∧ eµ = ez , on en déduit
r r
LO = m½2µ& ez
où m est la masse de la particule.
2. Pour obtenir LOx, il faut calculer le produit scalaire entre le moment
cinétique en un point de cet axe et son vecteur directeur unitaire. Or, par
r
construction, le point O appartient à Ox et ex en est le vecteur directeur
unitaire. Ainsi,
r r
LOx = LO ⋅ ex = 0

Méthodologie
De manière générale, le moment cinétique par rapport à un axe contenu dans le plan
du mouvement est toujours nul.

3. De manière analogue, on a
r r
LOz = LO ⋅ ez = m½2µ&

Méthodologie
Lorsqu’un mouvement est plan, le moment cinétique par rapport à un axe orthogonal
au plan est la composante du moment cinétique par rapport au point d’intersection de
l’axe et du plan.

Exercice 2 Équations du pendule ★★★


Dans le référentiel terrestre supposé galiléen, le moment cinétique du
uuuur r r r
point matériel de masse m par rapport au point O est OM ∧ p , où p = mv
est sa quantité de mouvement. Puisque, dans le système de coordon-
uuuur r r r
nées polaire d’origine O, OM = ` e½ et v = `µ& eµ , on a
r r
LO = m`2µ& ez

152 Corrigés

9782807307667_Physique.indb 152 20/07/2017 08:26:42


2. Dynamique
r
où ez est le vecteur unitaire qui complète la base cylindrique et est ortho-
gonal au plan du mouvement.
r
Les deux forces qui agissent sur le point matériel sont la tension du fil  T
r
et son poids  P . Le point O étant fixe, on peut y appliquer le théorème du
moment cinétique pour écrire
r
dLO uuuur r uuuur r
= MO (T ) + MO (P )
dtuuuur r uuuur r uuuur r
Cependant, par définition, MO= (T ) OM ∧ T , avec OM et T qui sont
r
tous deux colinéaires à e½ . Ainsi, le moment de la tension est nul et seul
r r r
=
celui du poids importe. Puisque ( )
P mg cos µ e½ - sin µ eµ , on a
r uuuur r r
m`2µ&& ez = MO (P ) = -`mg sin µ ez
soit µ&& + (g / `)sin µ =
0 , qui était l’équation obtenue en projetant le prin-
r
cipe fondamental de la dynamique selon eµ .

Exercice 3 Force centrale et lois de Kepler ★★★


1. Le moment cinétique de la masse par rapport à O s’écrit
r uuuur r r
=LO m OM ∧ v , où v est la vitesse du point. En dérivant cette expres-
sion par rapport au temps, on obtient
r
r r uuuur r
dLO
dt
(
= m v ∧ v + OM ∧ a )
puisque O est fixe. Le premier terme est nul par définition du produit vec-
toriel, et, à l’aide de la deuxième loi de Newton, on peut écrire
r
dLO uuuur r
= OM ∧ F
r dt
si F est la force qui agit sur le point matériel. Or, dans la situation consi-
r uuuur
dérée, F est à chaque instant colinéaire à OM . Ainsi, le moment ciné-
r
tique LO est une constante du mouvement, c’est-à-dire une grandeur
dont la valeur reste constante au cours de l’évolution du système.
Remarque  : Le résultat obtenu est l’une des particularités des « forces
centrales » qui sont abordées dans la fiche 20.
2. De la conservation du moment cinétique par rapport à O, on déduit le
r
caractère plan du mouvement de la façon suivante : par construction, LO
uuuur
est orthogonal à OM et à la vitesse. Il a donc une direction fixée par les
conditions initiales, qu’il garde par la suite. Si l’on définit un repère cylin-

Fiche 15 : Moment cinétique 153

9782807307667_Physique.indb 153 20/07/2017 08:26:42


r
drique dont l’axe Oz est parallèle à LO , il n’y a ni force ni vitesse initiale
selon Oz. Le mouvement reste par conséquent confiné dans le plan or-
thogonal.
En ce qui concerne le fait que pendant des intervalles de temps égaux, le
rayon vecteur balaie des surfaces égales, on le comprend en se rappe-
lant que le produit vectoriel entre deux vecteurs a pour valeur absolue la
surface du parallélogramme qu’ils définissent. Or, en regardant la figure
r uuuur
ci-dessous, on constate que l’aire balayée par r = OM pendant une du-
rée infinitésimale dt est
r r r r
r ∧ dr r ∧ vdt
= dA =
2 2
r r r r r r r
où dr = r(t + dt) - r(t) . Puisque r ∧ v =LO / m , la constance de LO est
r
équivalente à celle de l’aire balayée par r pendant des temps égaux.

Exercice 4 Équilibre d’un ensemble masses + fils + poulie ★★★


On s’intéresse au système « anneau » dans le référentiel terrestre suppo-
sé galiléen. Puisque l’ensemble est au repos, le théorème du moment
cinétique indique que la somme des moments, par rapport à un point
donné, des forces qui agissent sur l’anneau doit être nulle. Celui-ci est
r r r
soumis à 3 forces : les tensions des fils, notées T , Tm et TM , dont il nous
faut a priori connaître à la fois la norme et l’orientation pour calculer leurs
r
moments. Néanmoins, le moment par rapport à O de T , de norme incon-
uuur
nue, est nul, étant donné que cette force est colinéaire à OA , où O est le
point par rapport auquel on calcule les moments et A le point d’action. La
condition d’équilibre se réduit par conséquent à
uuuur r uuuur r r
MO (TM ) + MO (Tm ) = 0

154 Corrigés

9782807307667_Physique.indb 154 20/07/2017 08:26:43


2. Dynamique
Par ailleurs, les fils étant sans masse et la poulie parfaite, la norme de la
r
tension  Tm est mg, c’est-à-dire le poids de la masse que soutient le fil. Par
r
le même raisonnement, on conclut que celle de TM est Mg. D’autre part,
r r r r r
le produit vectoriel de deux vecteurs A et B est A ∧ B = AB sin(®AB )u ,
où A et B sont les normes des vecteurs, où ®AB est l’angle entre eux, et
r
où u est un vecteur unitaire orthogonal au plan qu’ils définissent et tel
r r r uuur r r
que le trièdre ( A , B , u ) soit direct. Les trois vecteurs OA , TM et Tm
appartenant au plan de la figure ci-dessous, les deux moments seront
orthogonaux à ce plan et l’on peut donc les projeter selon la normale
pour ne garder que des grandeurs algébriques, autrement dit des mo-
ments par rapport à l’axe ∆ passant par O et orthogonal au plan de la fi-
gure. Si l’on note L la distance OA, la condition d’équilibre projetée selon
∆ prend la forme
Lmg sin(®m ) + LMg sin(®M ) = 0
où les deux ® sont des angles algébriques à exprimer en fonction des
données du problème et de l’inconnue µ.
L’énoncé indiquant que les distances OA et AB sont égales, le triangle
OAB est isocèle en A et l’angle µ, celui qu’il est demandé de déterminer,
est présent à deux endroits (voir la figure). On en déduit que l’angle Á, qui
complète le triangle, vérifie 2µ + Á = ¼, soit Á = ¼ - 2µ, avec 2µ, le complé-
uuur r
mentaire de Á, qui est également l’angle ®M entre OA et TM . D’autre
r uuur
part, puisque la tension  Tm est verticale, l’angle qu’elle fait avec OA ,
noté ci-dessus ®m, est tel que  µ + ®m = ¼/2. Il convient cependant de
r
prendre en compte l’orientation de cet angle : les deux tensions  Tm et
r uuur
TM ont des orientations opposées par rapport à OA , car l’une va dans
le sens direct, et l’autre dans le sens indirect. Leurs moments sont donc
eux aussi de signe opposé et l’on a finalement
-Lmg sin(¼ / 2 - µ) + LMg sin(2µ) = 0
ce qui, en utilisant les relations sin(¼/2 - µ) = cos µ et
sin(2µ) = 2 sin(µ) cos(µ), se simplifie en sin µ = m / (2M).

Fiche 15 : Moment cinétique 155

9782807307667_Physique.indb 155 20/07/2017 08:26:43


Vérification : On constate que lorsque M → 1, l’équilibre correspond
à µ = 0, c’est-à-dire à une configuration dans laquelle les deux fils su-
périeurs sont collés contre le plafond.

156 Corrigés

9782807307667_Physique.indb 156 20/07/2017 08:26:44


L1 L2 L1
L1 L2

PHYSIQUE

PHYSIQUE
L2

Mécanique du point
Cet ouvrage propose une synthèse
de l’apprentissage de la mécanique
newtonienne du point grâce à des fiches
Chaque fiche contient :
> des rappels de cours : définitions,
propriétés, formules importantes. Mécanique
du point
de cours suivies d’exercices corrigés en > des points de méthodologie et des
détail. Toutes les étapes des calculs et des conseils.
raisonnements sont explicitées, plusieurs > des exemples détaillés pour illustrer
exercices étant illustrés et faisant référence les notions ou apprendre à résoudre
les uns aux autres de manière à donner une les questions.
cohérence globale à la présentation. Divers

Mécanique du point
> des exercices et leurs corrigés détaillés.
outils méthodologiques sont également
exposés et mis en œuvre pour aider à la
résolution des exercices.

Loïc Villain 22 fiches


Loïc Villain
est enseignant-chercheur en physique à l’Université
François-Rabelais de Tours où il effectue son
Résumés de cours
activité de recherche en astrophysique relativiste
au Laboratoire de Mathématiques et Physique
107 exercices corrigés
Théorique. Il est impliqué dans de nombreuses
activités de diffusion de la connaissance, au niveau
Méthodologie et conseils
universitaire et vers le grand public. Il a publié
DANS LA MÊME COLLECTION
plusieurs ouvrages en physique chez
De Boeck Supérieur.
Conception graphique : Primo&Primo®

ISBN : 978-2-8073-0766-7

www.deboecksuperieur.com
Prix TTC : 16 €

SP_SC_MECA.indd 1 20/07/2017 11:34