Vous êtes sur la page 1sur 5

MASTER 2

Responsable : Salvador JUAN

Conditions d’admission

Avoir une maîtrise de sociologie ou une licence de sociologie avec 60 crédits ECTS en M1 dans
un master du domaine « Sciences humaines et sociales » ou une équivalence. Sauf dérogation (tout à
fait exceptionnelle), un étudiant ayant suivi le cursus de sociologie de l’UCBN ne peut être admis en
M2 que s’il a obtenu au moins 14/20 à son mémoire de M1.
Les dossiers des étudiants non titulaires d’une maîtrise ou d’un M1 de sociologie de l’UCBN seront
déclarés admis en M2 à l’issue de la réunion des intervenants aux séminaires du M2 d’octobre de
l’année en cours.
Aucun étudiant ne peut s’inscrire en M2 sans directeur de recherche (DR) acceptant, par courrier
inséré dans le dossier d’inscription, de diriger le travail de l’étudiant. Le DR de M1 n’est pas
nécessairement le même que celui de M2. Tout enseignant titulaire du master peut encadrer un
mémoire de M2. Cependant, les non HDR le feront en co-encadrement. Par ailleurs, la soutenance du
mémoire de M2 doit nécessairement être validée par deux enseignants HDR.
Conformément aux règles de la Scolarité générale, le responsable du master signe un tableau
récapitulant les étudiants admis en M2 pour l’année en cours. Les étudiants non mentionnés sur ce
tableau ne peuvent se présenter aux examens.

Programme de M2

Il varie partiellement chaque année en fonction des choix de recherche des intervenants et des
invités extérieurs (voir l’affiche officielle du master2). Pour 2006-2007, les principaux thèmes
abordés, à Caen, dans le séminaire du vendredi (9h.30-12h.30 et 14h.-17h, présentés dans l’ordre du
calendrier) sont :

S. JUAN : Théories concernant les risque et la vulnérabilité ; productivisme et scientisme,


D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux,
A. LEGER : Education et vulnérabilité,
C. TAROT : Religions, sociétés et violences,
D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation.

Modalités d’examen et de contrôle des connaissances (pour M2)

Les séminaires théoriques sont évalués sur la base d’une épreuve sur table : dissertation de
trois heures organisée au mois de janvier, puis de 4 heures en juin et septembre, pour la session de
rattrapage. Les copies sont corrigées par trois enseignants : le responsable et deux autres enseignants
du M2. Une bibliographie dite « de base » est donnée à tous les étudiants au moment de l’inscription
et sert de critère principal pour apprécier les connaissances théoriques attendues (cf. infra).
Les étudiants souhaitant arrêter à l’issue du premier semestre et valider les ECTS du semestre auront
une note de « mémoire » sur la base du projet de recherche.
La présence au séminaires du vendredi (cours théoriques) et du mardi (oraux de janvier et
conférences avec invités) est obligatoire. Cependant, la présence des étudiants ayant le statut officiel
de salarié n’est pas obligatoire ; elle est néanmoins fortement encouragée. Les remboursements de
trajets vers Rouen sont conditionnés à la présence des étudiants aux séminaires de Rouen (et
réciproquement pour les étudiants venant de Rouen). Le cas spécial des étudiants boursiers du M2
requiert la présences à tous les séminaires du vendredi et du mardi quel que soit leur statut. C’est
pourquoi les séances du vendredi et du mardi feront donc l’objet d’un appel.

La mention générale donnée au diplôme de master dépend des moyennes des deux années. Une
mention particulière figure également sur le diplôme pour le mémoire de fin d’études.

DEBOUCHES PROFESSIONNELS

Le débouché par excellence du Master Recherche est la poursuite en thèse. Néanmoins, ce Master
Recherche est conçu comme pouvant être une formation professionnelle par la recherche et donc un
diplôme terminal pour ceux qui ne voudraient pas s’engager dans une recherche de longue durée. Le
marché local a absorbé jusqu’à présent nombre des titulaires de l’ancien DEA dans des fonctions
diverses de chercheur, de consultant en entreprise, de chargé d’études dans des administrations ou
des organismes publics ou parapublics (chambre de commerce, ANPE, Conseil Régional), voire sur
des postes plus opérationnels (dans le cadre des politiques publiques partenariales locales). Nombre
d’institutions de formation régionales d’enseignement supérieur (écoles d’ingénieurs, écoles de
commerce, CHU, juristes et économistes, etc.), sollicitées, comme nous, par l’actualité des
problématiques du risque et de la vulnérabilité initient des formations à caractère opérationnel mais
font état d’un manque de réflexion générale sur la question du risque et interpellent sur cet aspect
nos divers laboratoires.

Informations complémentaires

Les laboratoires d’accueil sont Pour Caen :


• Le Laboratoire d’Analyse Socio-Anthropologique du Risque
• Le Centre Maurice Halbwachs, équipe caennaise Dynamiques et relations sociales (CNRS-
EHESS-ENS) qui est également équipe CEREQ,

Pour Rouen et Le Havre


• Le GRIS, équipe CEREQ,
• Le CERTAI, université du Havre.

Contacts pour la Basse-Normandie

Secrétariat du master de sociologie : Nadège Douesnel


Information : Nadège Douesnel,
Département de sociologie, UFR Sciences de l’Homme
BP 5186, 14032 Caen Cedex
Téléphone : 02 31 56 55 32
nadege.douesnel@unicaen.fr

Séminaire d’enseignement-recherche du M2 (2006-2007)

du vendredi : 9h.30-12h.30 et 14h.-17h. (sauf *)

*Ouverture : à Rouen le 20 Octobre, 10h.-12h.


Lieu affiché ultérieurement

20 AM et 27 octobre à Rouen,
Caen, 03 novembre (Salle du Conseil)
Mat : S. JUAN : La sociologie du risque
A.M. : S. JUAN : L’anthropologie de la vulnérabilité

Caen, 10 novembre (Salle du Conseil)


Mat. : A. LEGER : Education et vulnérabilité 1.
A.M. : S. JUAN : Anthropologie du risque
et sociologie de la vulnérabilité

17 et 24 novembre, Rouen

Caen, 01 décembre, (Salle du Conseil)


Mat. LEGER : Education et vulnérabilité 2.
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 1.

Caen, 08 décembre, (MRSH Salle 006)


Mat. A. LEGER : Education et vulnérabilité 3.
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 2.

15 et 22 décembre, Rouen

Caen, 12 janvier 2007 (Salle du Conseil)


Mat. D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux 1
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 3.

Caen, 19 janvier (Salle du Conseil)


Mat. D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux 3.
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 4.

26 janvier et 02 février, Rouen

Caen, 02 mars (Salle du Conseil)


Mat. : D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation 1.
A.M. : D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux 1.

Caen, 09 mars (Salle du Conseil)


Mat. D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation 2.
A.M. D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation 3.

16 et 23 mars, Rouen

Caen, 30 mars (Salle du Conseil)


* Mat. (10h.-12h.) : L’équipe : clôture, synthèse, bilan
Bibliographie générale de base du
Master2 Risques et vulnérabilités sociales
balléa F. & Simon C. Le service social du travail, L’Harmattan, 2004
Arendt H. La crise de la culture, 1954, tr. fr. Gallimard, 1972 ; Condition de l'homme moderne, 1958, tr.
Calmann-Lévy, 1983
Aron R. Etudes sociologiques, PUF, 1988 ; Les désillusions du progrès,1965-69, Gallimard, 1996
Beck U. La Société du risque. Vers une nouvelle modernité, 1986, Paris, Aubier, 2001
Bourdieu P. (ed.) La misère du monde, Seuil, 1993 ; Science de la science et réflexivité, Ed. Raisons d’agir,
2001.
Bourg D. L’homme artifice, Gallimard, 1996
Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol. CXIV 2003, Faut-il une sociologie du risque ?, PUF (diffusion)
Callon M., Lascoumes P, Barthe Y. Agir dans un monde incertain, Seuil 2001
Castel R. L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Seuil, 2003
Chateauraynaud F., Torny D., Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l'alerte et du
risque, Ed. de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2000
Châtel V. & Soulet M-H (Eds.) Agir en situation de vulnérabilité, Les Presses de l’Université Laval, 2003
Cingolani P. La précarité, Que-sais-je ?, PUF, 2005
Clavandier G. La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, CNRS éditions, 2004
Commissariat au Plan, L’économie face à l’écologie, La découverte - La documentation française
Conditions et genres de vie. Chroniques d’une autre France, L’Harmattan, (co-direction de S. Juan et D.
Le Gall), 2002
Dictionnaire des risques, Armand Colin, (co-direction de M. Dobré, Y. Dupont, A. Haesler, C. Herbert, S.
Juan, D. Le Gall et F. Lemarchand – coord. géné. Y. Dupont), 2003
Dobré M. L’écologie au quotidien, L’Harmattan, 2002
Douglas M. De la souillure, 1967, La découverte, 1992
Duclos D. Les industries et les risques pour l’environnement, L’Harmattan, 1991 ; Nature et démocratie
des passions, PUF, 1996
Elias N. La solitude des mourants, 1982, Agora, 2002
Gauchet M. Le désenchantement du monde, Gallimard, 1985
Girard R. La violence et le sacré, Grasset, 1976
Godard O., Henry C., Lagadec P., Michel-Kerjan E. Traité des nouveaux risques, Gallimard, 2002
Gorz A. Ecologie et politique, Seuil 1978 ; Métamorphoses du travail, quête du sens, Galilée, 1988
Gras A. Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Fayard, 2003
Gueissaz A. Les mondes universitaires et leur informatique, Ed. CNRS Sociologie, 2000
Habermas J. L'espace public, 1962, tr. fr. Payot, 1986 ; La technique et la science comme « idéologie »,
1968, Gallimard, 1973 ; Droit et démocratie, 1992, tr. fr. Gallimard 1997, L’avenir de la nature humaine,
2001, Gallimard, 2002
Haesler A. Sociologie de l’argent et postmodernité, Droz, 1995
Illich I. La convivialité, tr. fr. Seuil, 1973 ; Némésis médicale, tr. fr. Seuil, 1975
Internationale situationniste, rééd. Fayard, 1997
Juan S. Critique de la déraison évolutionniste, L’Harmattan, 2006
Kalaora B. Au delà de la nature, l’environnement. L’observation sociale de l’environnement, L’Harmattan,
1998
Langoüet G. & Léger A. Le choix des familles. Ecole publique ou école privée ?, Fabert, 1997
Latour B. Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte, 1999
Le Breton D. L’adieu au corps, Métailié, 1999 ; Passions du risque, Métailié, 2000 ; Conduites à risque,
PUF, 2002
Le Gall D. & Bettahar Y. (dirs) La pluriparentalité, PUF, 2001
Lemarchand F. La vie contaminée, L’Harmattan, 2002
Lianos M. Le nouveau contrôle social, L’Harmattan, 2001
Maréchal J.P. Le prix du risque. L’économie au défi de l’environnement, Presses du CNRS, 1991
Palmade J. (dir.) L’incertitude comme norme, PUF, 2003
Paugam S. Les formes élémentaires de la pauvreté, PUF, 2005
Peretti-Watel P. La société du risque, La Découverte, 2001
Riutort P. Précis de sociologie, PUF, 2004
Taguieff P.A. Du progrès, EJL Librio, 2001
Tarot C. De Durkheim à Mauss, l’invention du symbolique. Sociologie et science des religions, La
Découverte et Syros, 1999
Thebaud-Mony A. L’envers des sociétés industrielles, L’Harmattan, 1990
Touraine A. La prophétie anti-nucléaire, Seuil, 1980a ; L’après socialisme, Grasset, 1980b ; Critique de la
modernité, Fayard, 1992 ; Barbarie et progrès, Alice éditions, 2002