Vous êtes sur la page 1sur 24

le projet scientifique

MÉTHODOLOGIE
et culturel
U
n musée aujourd’hui ne peut plus A QUOI SERT UN PSC ?
se contenter de gérer l’existant.
Il doit s’interroger sur sa vocation, C’est un document stratégique, qui
l’évolution de ses collections et de ses permet de conduire une politique.
publics, son rôle dans la cité, sa place sur C’est un document de cadrage, qui
la scène locale, nationale ou internatio- permet de garder le cap dans un quotidien
nale. Le projet scientifique et culturel doit envahissant.
apporter des réponses à ces questions. C’est un instrument de dialogue et
de négociation (avec les tutelles, les
partenaires).
C’est une référence commune pour toute
QU’EST-CE QU’UN PROJET l’équipe et un outil de pilotage.
SCIENTIFIQUE ET CULTUREL ? Il a une utilité immédiate et peut être mis
en œuvre dès sa rédaction : politique
Ce n’est pas une étude de programma- d’acquisition, programme de recherche,
tion architecturale ou muséographique, politique des publics, plan de formation
encore moins une simple liste des surfa- du personnel…,
ces et équipements nécessaires. Ce n’est Il s’inscrit dans la durée mais doit pouvoir
pas une programmation culturelle, ni un évoluer et s’adapter aux circonstances.
simple catalogue d’actions à mener. Ce Si un chantier est prévu, c’est un document
n’est pas non plus un projet de service ou préalable indispensable pour obtenir une
d’établissement. aide de l’Etat à l’investissement (décret
n° 2002-852 du 2 mai 2002, article 10).
C’est une démarche visant à définir la
vocation du musée et son développe-
ment : c’est un document qui définit les QUI ÉLABORE LE PSC ET QUAND ?
grandes orientations et les stratégies
du musée pour les cinq ans à venir, en Le PSC relève de la responsabilité du chef
prenant en compte et en mettant en co- d’établissement, mais il ne s’élabore pas
hérence toutes les missions du musée : dans la solitude : les équipes du musée
- Collections : conservation, restauration, dans les différents secteurs d’activités
acquisition, gestion, étude, recherche. doivent y être associées et en être
- Publics : connaissance des publics, po- informées, ainsi que tous les partenaires
litique des publics, accueil, activités cul- du musée. Un PSC réussi repose sur
turelles et pédagogiques, muséographie. une large consultation, qui garantit la
Il s’applique à tous les types de collec- faisabilité du projet et l’adhésion de tous.
tions. Le PSC peut être rédigé à tout moment
de la vie de l’établissement pour expliciter
Le PSC s’appuie sur une analyse de la ses stratégies.
vocation et de l’environnement du mu- S’il existe déjà un PSC antérieur, il est
sée, ainsi que sur l’identification des nécessaire de l’actualiser, voire d’en
attentes et demandes des destinataires rédiger un nouveau après quelques
du musée (tutelles, publics, partenaires) années, la «durée de vie» d’un PSC
pour y répondre au mieux. C’est avant n’excédant pas cinq ans environ.
tout une réflexion, qui doit dégager Quand un chantier est prévu, le PSC est
une dynamique d’ensemble et débou- la première étude préalable à réaliser,
cher sur des propositions concrètes avant toute étude de programmation
d’action. Aucune mission du musée ne architecturale.
doit être négligée, mais le PSC est sélec- Il présente l’expression des besoins
tif dans ses propositions et doit dégager qui fera ensuite l’objet d’une traduction
des priorités, en fonction de besoins et spatiale, technique et financière par un
de destinataires précisément identifiés. programmiste.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 1
La méthode proposée ici peut être utilisée Une méthodologie de réflexion est
pour tout projet de création, de rénovation proposée dans le tableau à trois
ou d’extension de musée. colonnes « Méthodologie de réflexion
pour élaborer un PSC » (voir annexe 1)
qui recense méthodiquement et
COMMENT ÉLABORER UN PSC ? exhaustivement les questions que l’on
peut être amené à se poser au moment
Une démarche itérative de rédiger un PSC. Ce tableau ne doit
pas brider la créativité nécessaire à
1- Réfléchir et consulter l’établissement de tout projet, c’est un
Outre les équipes du musée, consulter les simple outil méthodologique, à adapter
partenaires existants ou potentiels, ainsi aux situations et à interpréter. Par ailleurs,
que des experts. L’élaboration d’un PSC ce n’est pas non plus le plan du futur
est le moment idéal pour créer ou conso- projet scientifique et culturel (on trouvera
lider des partenariats. une proposition de plan en annexe 2).

2- Rédiger une esquisse de quelques pa- Toutes les données factuelles qu’on aura
ges, synthétisant les grands objectifs. pu rassembler au cours de ce travail de
Cette esquisse peut faire l’objet si né- bilan, de diagnostic et de détermination
cessaire d’une validation officielle par la d’objectifs ne prennent leur valeur que si
tutelle et par la DMF sous-couvert de la elles s’appuient sur une vision globale du
DRAC. musée et de son rôle, si elles s’organisent
autour d’un concept.
3- Rédiger le document final de PSC

4- Engager les phases de validation offi- Trouver un concept


cielle définitive.
Pour un musée, qu’est-ce qu’un
A tous les stades, la DRAC et la DMF concept ?
(inspection générale des musées, C’est ce qui fait son identité, sa
département de l’architecture, de la personnalité, son originalité, sa spécificité
muséographie et des équipements, par rapport à un autre musée, un autre
département des publics, centre de équipement ou un autre territoire, ce
recherche et de restauration des musées qui définit son image et ce qui fait que
de France, bureau des affaires juridiques) le public viendra le visiter plutôt qu’un
peuvent être consultées et intervenir en autre musée. Cette identité se définit
conseil. à partir des collections, bien sûr, mais
aussi du caractère du bâtiment qui les
abrite (ou du site dans lequel se trouve
La méthode de réflexion le musée), ou encore de la cordialité de
l’accueil, de la beauté ou de l’inventivité
Il n’existe pas de modèle ni de recette : de la muséographie, de l’ambiance
chaque PSC est unique parce que de ses espaces, de la variété et de la
chaque musée est unique et chaque qualité de ses expositions et de ses
environnement est unique. activités culturelles. C’est tout ce qui
Cependant, la méthode reste la même permet de qualifier un musée, de dire s’il
d’un musée à l’autre : est prestigieux, original, savant, beau,
- réalisation d’un état des lieux (bilan de inventif, chaleureux, de référence dans
l’existant, accompagné d’un diagnostic son domaine, etc.
lucide et critique),
- élaboration d’un projet sélectif présentant
les priorités retenues.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 2
MÉTHODOLOGIE
Le concept repose également sur le sens
EXEMPLE : LE MUSÉE DE LA DENTELLE
du musée dans un environnement précis ET DE LA MODE DE CALAIS
à un moment précis, sur la vocation de
l’établissement par rapport à ses destin
ataires d’aujourd’hui et de demain : quel Un outil pour mettre en valeur la dentelle
et d’abord celle de Calais
est son rôle dans la cité ? Qu’apporte-t- Dans le cadre à forte valeur patrimoniale de
il en termes d’image à sa tutelle ? Que l’ancienne usine de dentelle Boulart, et à partir
représente-t-il pour ses publics et que des collections et des témoignages qu’il rassem-
leur apporte-t-il aujourd’hui ? Quelle ble (…), l’établissement a pour objectif de faire
découvrir la dentelle manuelle et mécanique,
relecture des collections faudrait-il opérer et d’abord celle de Calais, ses usages et ses
pour les rendre accessibles au plus représentations, son histoire et son présent, ses
grand nombre et par quels moyens ? En techniques et ses hommes (…).
intervenant lourdement (sur le bâtiment,
sur la muséographie) ou légèrement (à Un musée vivant et accessible
travers les activités) ? La découverte de la dentelle privilégiera la
mise en marche de métiers et la démonstration
Dans quel sens souhaite-t-on développer le des savoir-faire (…) ainsi que la mise en valeur
des collections de costumes et de lingeries ; il
musée ? Le concept est en effet une veillera à être accessible par sa médiation au
« vision » du musée, qui structurera plus grand nombre.
et justifiera son action dans tous les
domaines. Il ne s’agit pas forcément
Un outil culturel destiné au premier chef
de révolutionner l’existant, mais de aux calaisiens
déterminer où doivent se situer les Le musée a vocation de s’adresser en premier
continuités et les ruptures, et selon les lieu aux habitants de son territoire, Calais et le
domaines d’activité s’il est nécessaire de littoral, dont il constituera l’un des maillons forts
de la mise en valeur de son patrimoine.
rétablir, développer, transformer, innover.

Il n’existe pas « un » concept et un seul Mais aussi un outil de développement


pour chaque musée. En fonction des touristique
Parallèlement, l’établissement constituera l’un
collections, de l’environnement, des des atouts maîtres du développement touristique
attentes de la tutelle, de la personnalité du de Calais et de la Côte d’Opale et participera
chef d’établissement, plusieurs réponses par son rayonnement à la redynamisation du
seraient possibles et acceptables, du centre-ville.
moment qu’elles sont justes et adaptées.
Cependant, le choix du concept nécessite Ainsi qu’un centre de ressources
de prendre parti. pour l’industrie
Dans le cadre de des spécificités et en articula-
tion avec l’ensemble des partenaires, le musée
Le concept est une notion complexe qui se aidera également au renouveau de la production
définit rarement en une formule lapidaire dentellière calaisienne en tant que centre de
(le « Pour un musée solidaire » du musée ressources dans les domaines de la création et
de Roubaix reste une exception) et qui de la formation.
ne se dégage pas forcément d’emblée.
Ce sera souvent le fruit de la réflexion et
il faut accepter cette maturation comme Le musée ne sera donc pas seulement un con-
normale. servatoire ni un simple outil au service de l’image
de Calais et de sa dentelle, mais aussi un acteur
du contexte dans lequel il se développe. Il s’in-
sèrera pleinement dans la vie de la cité en tant
qu’équipement réellement structurant, partenaire
d’une industrie, qui y trouvera (…) la vitrine qui lui
fait actuellement défaut.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 3
Déterminer des objectifs
EXEMPLE : POLITIQUE DES PUBLICS

Un objectif est l’expression de ce que - Bilan : un musée constate qu’il attire très peu
l’on veut faire. Les objectifs sont choisis de touristes étrangers alors qu’ils sont nombreux
et définis dans le cadre d’une réflexion à séjourner dans la ville et dans la région
- Objectif stratégique : faire venir au musée les
stratégique sur le projet du musée et le touristes étrangers
choix de ses priorités. - Objectifs opérationnels pour la politique des
publics : connaître les publics étrangers, mettre
Dans un projet scientifique et culturel, les en place de nouveaux partenariats, faire évoluer
la médiation
objectifs ne décrivent donc pas ce que fait - Actions : nouer des contacts avec les tours
le musée mais expriment les résultats qu’il opérateurs, travailler à une communication
se propose d’atteindre. Ainsi, déterminer adaptée avec l’Office de tourisme, procéder à
des objectifs au départ permettra la traduction des fiches de salle, proposer des
audio-guides en plusieurs langues
d’évaluer plus facilement les résultats - Évaluation des résultats de ces actions au
de l’action à conduire. Ils permettent regard des objectifs
aussi de structurer une stratégie autour
d’orientations bien définies dans la partie
« projet » du PSC. Ils donnent du sens à
ce qui va être réalisé. C’est pourquoi ils EXEMPLE : COLLECTIONS
utilisent des verbes comme maintenir,
- Bilan : les collections du musée ne sont pas
poursuivre, créer, améliorer, favoriser…
informatisées
Clairs et sélectifs, les objectifs sont - Objectif stratégique : informatiser les collec-
ambitieux mais réalistes par rapport aux tions
moyens dont le musée pourra disposer. - Objectifs opérationnels : faire l’acquisition
du matériel informatique et du logiciel adapté,
former le personnel chargé de l’informatisation,
On peut distinguer deux types d’objectifs : informatiser 100% de la collection de peintures
les objectifs stratégiques et les objectifs (= 500 tableaux) en 2007
opérationnels. - Actions : saisir le contenu des 500 fiches
d’œuvres, photographier les 500 tableaux,
- Les premiers expriment, en cohérence
réaliser une base de données de la collection de
avec les objectifs des tutelles, les peintures
priorités stratégiques pour le musée. Ils - Évaluation des résultats de ces actions au
sont donc en nombre limité, peuvent regard des objectifs
être hiérarchisés et correspondent
généralement aux grands domaines de
l’action du musée : l’insertion dans le
territoire, les collections, le bâtiment, les Analyser les moyens nécessaires ?
publics…
- Les objectifs opérationnels sont la Le PSC n’a pas pour objectif de
traduction des objectifs stratégiques déterminer précisément les moyens
pour chaque activité. Les objectifs nécessaires à sa mise en œuvre.
opérationnels se décomposent ensuite Dans le cadre d’un chantier, c’est le
en actions. programmiste qui sera chargé de calculer
Ce sont les objectifs stratégiques qui ces coûts d’objectifs (investissement
doivent figurer dans le PSC. et éventuellement fonctionnement),
en s’appuyant notamment sur ses
compétences en économie de la
construction.

Cependant, dans tous les cas, l’auteur du


PSC doit se placer dans une perspective
réaliste, correctement dimensionnée pour
ne pas se situer dans l’utopie pure. Son

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 4
MÉTHODOLOGIE
rôle est d’exprimer les besoins aussi LA VALIDATION
précisément que possible et d’évaluer
si ses propositions pourront être 1- Validation du PSC par la tutelle.
réalisées à moyens constants ou non. Il est recommandé que cette validation
Il est notamment de sa responsabilité prenne la forme d’une approbation du
de préciser les accroissements document par l’assemblée délibérante.
indispensables en termes de personnel 2- Transmission du PSC à la DRAC
(nombre, compétences, formation). Il est recommandé d’en adresser une ver-
La réorganisation éventuelle de sion papier (transmission officielle) ainsi
l’établissement pour atteindre les qu’une version informatique.
objectifs fixés relève du projet de service La DRAC émet un avis, qui doit néces-
ou d’établissement qui est une démarche sairement inclure une appréciation sur
distincte et postérieure au PSC. la dimension régionale et territoriale du
projet.
3- Transmission du PSC par la DRAC à la
Rédiger le document final de PSC DMF des versions papier et informatique
(accompagnées de l’avis de la DRAC,) ;
On trouvera une proposition de plan en pour examen par les services de la DMF.
annexe 2. 4- Réponse de la DMF à la tutelle, sous
couvert de la DRAC, dans un délai de
Le PSC doit être bref et concis : c’est deux mois (à compter de la réception).
un document d’orientation stratégique, L’avis de la DMF peut revêtir trois for-
qui n’a pas à entrer dans les détails mes :
techniques. L’ensemble du PSC ne - validation du PSC.
devrait pas excéder 30 à 50 pages (sans - validation avec réserves (explicitées) :
compter les annexes). dans ce cas une rédaction complétée ou
modifiée doit être adressée en retour à la
L’état des lieux (bilan de l’existant et DMF sous couvert de la DRAC.
diagnostic) doit être précis et critique - non-validation motivée.
et renvoyer si nécessaire à des annexes
techniques existantes (dont la liste Pour un musée national relevant de la
est dressée en annexe 2). Les listes DMF, le PSC est adressé à la DMF pour
d’œuvres, les expositions organisées validation et est également présenté par
depuis 20 ans, la liste des groupes le chef d’établissement devant la com-
touristiques reçus, etc. ne doivent pas mission scientifique des musées natio-
figurer dans le PSC. naux.

Le projet qui est la part la plus importante


du document doit dégager les grands UTILISER LE PSC
axes prioritaires (objectifs stratégiques)
et les expliciter clairement. Ces grands Le PSC doit rester facile d’accès et de
axes doivent naturellement prendre en consultation dans le musée pour consti-
compte les missions et les obligations tuer la référence de tous. Il doit être éva-
des musées telles qu’elles sont définies lué au moins annuellement et actualisé
la loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002, codifiée en fonction de ces évaluations. Sa forme
au code du patrimoine. doit donc lui permettre d’être évolutif.
En cas de chantier, le PSC sera le ca-
Il est recommandé d’inclure des hier des charges remis au programmiste
illustrations dans le PSC et d’en réaliser qui réalisera l’étude de programmation.
une courte synthèse qui servira de Il sera ensuite inclus dans le dossier
document de communication. de concours de recrutement du maître
d’oeuvre.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 5
Méthodologie de réflexion
ANNEXE 1

pour élaborer un PSC


MODE D’EMPLOI DU TABLEAU
Rappel :
Toutes les missions d’un musée, ses Ce tableau n’est pas le plan du futur
fonctions ainsi que ses moyens sont PSC, c’est une aide à la réflexion. Il n’a
recensés dans le tableau. Pour chaque pas forcément vocation à être rempli
fonction, le tableau détaille les éléments exhaustivement et il doit être adapté à
suivants : chaque musée.

Les deux premières colonnes sont La colonne de droite est consacrée au


consacrées à l’état des lieux. « projet ».
En fonction des priorités identifiées, elle
- La colonne de gauche est consacrée au permet de dégager les futures orienta-
« bilan de l’existant ». tions du projet, en déterminant les objec-
Le bilan de l’existant, fondé sur des don- tifs que l’on veut fixer et en précisant s’il
nées objectives, est une phase néces- s’agit d’une continuité ou d’une évolution
saire qui doit prendre en compte toutes par rapport à l’existant (rétablir, dévelop-
les activités du musée, mais qui ne doit per, transformer, innover…). Il est rappelé
pas prendre trop de temps ni absorber que ces objectifs doivent être sélectifs (et
toutes les énergies, car c’est le projet qui éventuellement quantifiables).
importe. C’est un exercice de position-
nement précis dans le temps (le musée
aujourd’hui). Sauf pour l’historique, le bi-
lan doit prendre en compte des données
récentes (au maximum 3 à 5 ans) et ne pas
mélanger données anciennes et données
récentes. Il ne doit pas non plus anticiper
sur le projet (tentation fréquente). Le bilan
est également l’occasion de recenser les
études existantes.

- La colonne centrale, « diagnostic »


complète le bilan par une évaluation cri-
tique :
La situation est-elle satisfaisante ou non ?
Quels sont les ressources, les points forts
et les faiblesses en interne ?
Quels sont les dysfonctionnements ob-
servés, les réussites et les échecs ?
Où se situent les menaces (concurrence,
évolution du contexte…) et les opportu-
nités (synergies, collaborations…) en ex-
terne ? Quelles sont les potentialités ?
Les moyens sont-ils suffisants pour réali-
ser les missions ?
Ce diagnostic permet d’identifier les po-
tentialités et les difficultés ; il permettra
de déterminer des priorités et aidera à
orienter les propositions du projet.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 6
ENVIRONNEMENT Service-ressource de la DMF : PUB

CONTEXTE GÉNÉRAL ET LOCAL


Inscrire la politique des publics dans l’environnement géographique, économique, social et culturel

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET


Analyse de l’environnement géo- Quels sont pour le musée les Comment le PSC s’inscrit-il par
graphique (urbain / rural ?), écono- atouts et les contraintes liés aux rapport à l’environnement géo-
mique, social et culturel caractéristiques de l’environne- graphique, économique, social et
Connaissance de la population : ment et de la population ? culturel du musée ?
catégories socio-professionnelles, Quels sont les axes principaux de Comment le PSC prend-il en
démographiques, niveau d’éduca- développement sociaux, économi- compte les évolutions de l’envi-
tion et de culture, pratiques cultu- ques et culturels ? ronnement (construction d’infras-
relles, chômage, expansion, vie de Comment la politique des publics tructures, mouvements de popu-
la région… s’inscrit-elle dans ces axes ? lation…) ?
Connaissance du contexte local :
principales activités et structures
culturelles, axes de développement
majeurs choisis par les acteurs de
la région (Ville, Département, Ré-
gion), partenariats existants

HISTOIRE DE L’INSTITUTION ET CONCEPT


Analyser la vocation du musée et déterminer un concept

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

(en restituant l’institution dans Des enseignements, des lignes Quel concept est proposé pour
l’histoire de la ville, de la région, de force se dégagent-ils de l’his- le PSC ?
des musées) torique ?
Le concept est-il adapté à la situa-
Historique synthétique tion actuelle ? Le concept proposé s’inscrit-il
(but : comprendre, décrypter, re- dans la continuité de l’action du
trouver la vocation d’origine et les musée ? Marque-t-il une évolu-
vocations successives, retracer tion ? Laquelle ?
l’évolution du concept d’origine au
concept actuel).

STATUT ET GESTION DU MUSÉE Services-ressource de la DMF : IGM, SG


Analyser le statut de l’établissement

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Quel est le statut du musée ? La situation est-elle satisfaisante ? Une évolution du statut de l’établis-
Propriétaire(s) des collections ? Le statut du musée est-il adapté ? sement ou de son mode de gestion
Propriétaire du bâtiment ? Le mode de gestion est-il adapté ? est-elle à envisager ?
Gestionnaire ? Le statut des collections est-il Une clarification du statut des col-
Existence de conventions claires clair ? lections doit-elle être réalisée ?
entre les partenaires… ?

- Quel est le mode de gestion ?

- Quel est le statut des collections ?


(propriété, dépôts…)

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 7
SITE ET BÂTIMENT Services-ressource de la DMF : MUS, C2RMF et IGM
Analyser et tirer parti de l’environnement géographique

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Contexte rural ou urbain ? La situation est-elle satisfaisante ? Comment corriger les difficultés
Isolement ? Points forts, points faibles ? identifiées ?
- Situation (ville, quartier, habitat…)
- Site (environnement immédiat) La situation et l’environnement Un changement de lieu semble-
. Nature géographique sont-ils favorables t-il nécessaire ? (notamment si
. Proximité des transports, ou défavorables ? les difficultés se cumulent avec
facilités d’accès d’autres handicaps : inadaptation
. Autres équipements culturels du bâtiment…)
et de loisirs ou monuments
à proximité

Contraintes techniques
- Risques pour les collections ?
(inondations, pollution, vibrations…)
- Contraintes d’urbanisme
(PLU, secteur sauvegardé…)
- Evolutions récentes ?

SITE ET BÂTIMENT Services-ressource de la DMF : MUS, C2RMF


Analyser et tirer parti du bâtiment

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Caractère particulier (ou non) La situation est-elle satisfaisante ? Quelles sont les améliorations à
- Contraintes particulières Points forts, points faibles ? apporter au bâtiment existant ?
(protections MH, décors…)
- Synergie avec les collections En quoi le bâtiment (et/ou le site) Faudrait-il envisager une extension ?
(ex : site archéologique) est-il un atout ou un handicap ? un transfert sur un autre lieu ? Pour-
- Surfaces Est-il adapté à sa fonction de mu- quoi ?
Totale sée ? Adaptable ?
Par fonction : exposition perma-
nente ; exposition temporaire ;
locaux culturels et pédagogiques ; Principaux dysfonctionnements
réserves ; locaux techniques ; ad- observés :
ministration).
Une fiche synthétique des surfaces
par fonction peut vous aider à faire
cette analyse.
Existence d’une réserve foncière ? Quelles études ont déjà été réa-
lisées ?
- Adaptation à la fonction de musée A quelle date ? Sont-elles encore
(conservation, réception du public). valables ?
- Etat sanitaire du bâtiment ? Relevés de géomètres / diagnos-
- Maintenance ? tics sanitaires / Diagnostics des
- Abords ? structures / étude de programma-
- Etat des effectifs affectés tion / étude MH/ relevés thermo-
à l’exploitation du bâtiment hygrométriques sur un an
et du site ? (total en équivalents
temps plein et compétences) L’existence d’études préalables
- Evolutions depuis la mise en facilitera considérablement la réa-
service du bâtiment? lisation du projet.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 8
COLLECTIONS Service-ressource de la DMF : IGM

NATURE
Analyser et évaluer les collections

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET


(Collections exposées et en réserve) Identifier et caractériser les collec- Comment peut-on mieux mettre
tions (forces, faiblesses, lacunes), les collections en valeur, en les
- Historique rapide de leur constitution dire de quoi elles témoignent, et ce rendant accessibles au public le
(collectes, grandes donations…) qu’elles peuvent apporter (ou non) plus large ?
- Nature aux publics d’aujourd’hui
(domaines couverts ; nombre ...)
- Points forts (chefs-d’œuvre ; Comparer les collections à celles
originalité, représentativité) ; des musées géographiquement
points faibles (lacunes, banalité...) proches et à celles des musées de
- Pourcentage exposé, pourcentage même type (en qualité, importance,
en réserve ; (des œuvres en réserve représentativité), pour mettre l’éta-
méritent-elles d’être exposées ?) blissement en perspective
- Statut juridique
(propriété claire, connue, assurée ?) Vérifier si leur propriété ou leur
- Dépôts (pourcentages des dépôts, possession est claire et assurée.
grands déposants, conventions
claires … ?)

ACQUISITIONS / ENRICHISSEMENT
Évaluer et déterminer la politique d’acquisition

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Politique d’acquisition actuelle, Qualifier cette politique Au vu du diagnostic général du


budget d’acquisition musée, le renforcement des ac-
quisitions doit-il être une priorité
Le budget d’acquisition est-il aujourd’hui ?
suffisant ?
Quelle est la politique d’acquisi-
tion proposée ? (quels axes forts ?
poursuite, inflexions, nouveaux
axes à introduire…)

Si un chantier est prévu : quelles


sont les acquisitions nécessaires
(achats, collectes, dépôts…) pour
compléter le futur parcours muséo-
graphique ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 9
IDENTIFICATION
Identifier les collections (inventaire, récolement, informatisation, numérisation, étude, documentation)

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Gestion des collections : La situation est-elle satisfaisante ? Au vu du diagnostic général du


État des lieux Points forts, points faibles ? musée, l’amélioration de l’identifi-
(statut, inventaire, récolement, cation des collections doit-elle (ou
informatisation, numérisation, Les collections sont-elles bien non) être une priorité aujourd’hui ?
photographie...) identifiées ? Peut-on les gérer Dans quel domaine particulière-
Existe-t-il un plan de récolement ? correctement ? Leur statut est-il ment ?
clair ?
- Etude des collections Quelle est la politique proposée ?
Connaissance des collections, Sont-elles bien ou mal documen- Quels sont les objectifs et les pro-
étude des collections, état de la tées et bien étudiées ? jets proposés ?
documentation des collections ? Les objectifs proposés s’ins-
Etat des publications ? Ou reste-t-il beaucoup de travail à crivent-ils dans la continuité de
faire ? Combien, et sur quelles col- l’action du musée ? Marquent-ils
- Existe-t-il un service de lections ? A évaluer en pourcenta- une évolution ? Laquelle ? Quels
documentation interne ? ges (au moins sommairement) moyens sont envisagés ?
Une bibliothèque (nombre
d’ouvrages et de publications) ? Les moyens sont-ils suffisants ?
Qui les gère ?
Qui les utilise ? Services- ressource de la DMF :
C2RMF, MUS/ Bureau technique,
IGM

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 10
CONSERVATION ET GESTION Services-ressource de la DMF : C2RMF,
Conserver et gérer les collections (exposées et en réserve) IGM, MUS/Bureau technique

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Chantier des collections ? La situation est-elle satisfaisante ? Au vu du diagnostic général du


. en cours / fini Points forts, points faibles ? musée, l’amélioration de la con-
. état d’avancement / durée prévue Où en est-on ? Les moyens servation et de la gestion des
. objectifs ? sont-ils suffisants (personnel et collections exposées et en réserve
budget) ? (détailler par domaine si doit-elle (ou non) être une priorité
nécessaire) aujourd’hui ? Dans quel domaine
particulièrement ?
- Etat sanitaire des collections Les collections sont-elles en bon
(Connu et maîtrisé ? Bon ou état et correctement conservées ?
Quelle est la politique proposée ?
mauvais état ? A détailler Existe-t-il un plan global de con-
Quels sont les objectifs et les pro-
par domaine et par lieu de servation préventive ?
jets proposés ?
conservation si nécessaire). Ou reste-t-il beaucoup de travail
Les objectifs proposés s’ins-
- Conditions de conservation à faire ? Combien, et sur quelles
crivent-ils dans la continuité de
(climat, lumière, empoussièrement, collections (à évaluer en pourcen-
l’action du musée ? Marquent-ils
infestations…) satisfaisantes ou non ? tages) ?
une évolution ? Laquelle ? Quels
(à détailler par lieu de conservation
moyens sont envisagés ?
si nécessaire) ; Appareils de Identifier les grandes urgences
mesure et de contrôle ?
Projets identifiés :
- Etat des réserves Les réserves sont-elles suffisantes
(Lieu, conditions de stockage et adaptées ? - Etudes techniques à réaliser ?
et de conservation ? Rangement, - Améliorations à prévoir ?
conditionnement). - Plan d’urgence ?
Sont-elles visitables, accessibles, - Plan global de conservation
visibles ? préventive ? (concerne aussi
- Sécurité (incendie) et sûreté (vol) bâtiment, personnel…)
des biens : matériels ?
personnel ? efficacité ? - Chantier des collections à planifier ?
Etudes techniques ont déjà été Quelles études techniques res-
- Nouvelles réserves à prévoir ?
réalisées ? A quelle date ? Sont- tent à réaliser ?
Préciser la part des collections à
elles encore valables ? Quelle est Ces études doivent être confiées
présenter dans les salles et la part
leur exploitation ? à un professionnel (restaurateur
prévue à conserver en réserve.
Bilan sanitaire des collections/ plan spécialisé en conservation pré-
Pour évaluer les besoins en matière
d’urgence et de prévention des ventive ou spécialiste de sécurité
de réserves, voir Muséofiche « Ré-
risques/ étude du climat/, relevés et sûreté)
serve, mode d’emploi ».
thermo-hygrométriques sur un an
La programmation détaillée des
/ sécurité/ sûreté /constats d’état
réserves fera l’objet d’un docu-
(sur quelles collections ?)
ment distinct du PSC, à rendre
- Régie ultérieurement.
- Volume des prêts
et des mouvements ? Si un chantier muséographique
- Fonction de régie est prévu : préciser le volume de
(correctement assurée ? restaurations qui sera nécessaire
personnel suffisant , formé ? pour permettre la rénovation du
procédures satisfaisantes ?) parcours.
Restaurations (bilan ; budget ;
programmation pluriannuelle des
restaurations ?)

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 11
RECHERCHE
Analyser et déterminer une politique de recherche

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Effectifs du personnel scientifique La situation est-elle satisfaisante ? Au vu du diagnostic général du


(total en équivalent temps plein, Points forts, points faibles ? musée, l’amélioration des activités
fonction, spécialité) de recherche doit-elle être une
Le musée a-t-il une politique de priorité aujourd’hui ?
- Existe-t-il une politique de recherche recherche ?
(qui ne se limite pas à la stricte Quelle est son aire de rayonne- Quelle est la politique proposée ?
étude des collections mais se ment scientifique (local, régional, Quel sont les objectifs et les pro-
situe dans une perspective plus national, international) ? jets proposés ?
large et inclut des partenariats) ? Les objectifs proposés s’ins-
- Quelles sont les recherches Moyens suffisants ? crivent-ils dans la continuité de
en cours ? l’action du musée ? Marquent-ils
- Recherches isolées ou avec une évolution ? Laquelle ? Quels
des partenaires ? lesquels ? moyens sont envisagés ?

- Quelles sont les activités


de recherches ?
. Expositions ?
. Publications scientifiques ?
. Colloques, séminaires,
rencontres ?

- Centre de ressources
(lieu de référence dans son
domaine, ouvert au public) ?
ouvert à quel public ?
(catégories, capacité d’accueil,
nombre de chercheurs annuel,
capacité d’hébergement ?
moyens humains ? budgets ?)

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 12
PARCOURS ET MUSÉOGRAPHIE Services-ressource de la DMF : IGM, PUB, MUS
Analyser le parcours actuel / En concevoir un nouveau ?

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Organisation du parcours La situation est-elle satisfaisante ? La muséographie existante est-elle


(thématique, chronologique…) ? Points forts, points faibles ? conservée ?
- Circuit logique, cohérent ?
La muséographie sert-elle les Faut-il la « rajeunir » ?
- Obsolescence technique collections et permet-elle une vi- Selon quels principes ?
(matériels : vitrines, éclairages, site de bonne qualité scientifique,
audiovisuels, maquettes...) ? agréable et instructive ? Ou faut-il envisager de refaire en-
- Obsolescence scientifique ? tièrement le parcours de visite ?
(décalage par rapport à la recherche Dans ce cas, exposer les principes
et aux interrogations contempo- du futur parcours dans les salles
raines ?) permanentes :
- Obsolescence esthétique ? Exposé synthétique du synopsis
de la visite, accompagné de l’in-
- Conditions de conservation dication des grands partis de visite
satisfaisantes (environnement, (ludique, didactique, convivial, es-
matériaux mis en œuvre ?) thétique…), des principes scéno-
graphiques souhaités (ambiances)
- Lieux commodes, confortables et du type d’aide à la visite (feuilles
- Signalétique et documents d’aide de salle, audioguide…).
à la visite, médiation humaine En quoi la muséographie prévue
(suffisants ? efficaces ? adaptés est-elle adaptée aux publics ci-
aux publics reçus ?) blés ? (voir fiche Publics)
(voir infra la partie Publics)
- Indiquer les rotations de collec-
- Manque-t-on de place pour tions envisagées (présentations
exposer les collections ? périodiques tournantes, muséo-
(entassement en salles ? Y- a-t-il graphie évolutive…)
des collections en réserve - Evaluer sommairement les acqui-
qui méritent d’être montrées ?) sitions et restaurations nécessaires
pour le nouveau parcours, ainsi
que la part des collections prévue
en salles / part prévue en réserves

La programmation détaillée du
parcours de visite est un docu-
ment distinct du PSC, qui peut
être rendu ultérieurement.
Voir Muséofiche «Programmation
scientifique du parcours de visite».

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 13
PUBLICS Service-ressource de la DMF : PUB

CONNAISSANCE DES PUBLICS


Connaître les publics

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET


Connaissance des visiteurs du mu- Quels enseignements peut-on en Des études et enquêtes sur les pu-
sée ou les publics potentiels tirer ? blics sont-elles envisagées ?
Méthodes et outils utilisés : études Quels sont les publics du musée ? Avec quelles méthodes et quels
et enquêtes, billetterie, analyse Quelles conclusions tirer des ta- outils ?
quantitative, analyse qualitative… bleaux de fréquentation ? Avec quelles compétences, en in-
Exploitation des données et ana- Ces résultats correspondent-ils terne ou en externe ?
lyse des résultats (comment, par aux objectifs ? La politique des publics utilise-t-elle
qui, sous quelle forme…) les résultats des études et enquêtes
réalisées pour proposer des évolu-
tions et appuyer des projets ?

POLITIQUE DES PUBLICS, OBJECTIFS

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Fixer les objectifs de la politique des publics

Objectifs exprimant les priorités Ces objectifs sont-ils formalisés et Les objectifs proposés s’inscri-
stratégiques du musée en liaison mesurables ? vent-ils dans la continuité de l’ac-
avec les axes définis par la tutelle Sont-ils connus de la tutelle et du tion du musée ou marquent-ils une
Objectifs opérationnels pour les personnel de l’établissement ? évolution ?
différents domaines d’activité Ces objectifs sont-ils atteints ? De nouveaux objectifs sont-ils
Sont-ils (encore) adaptés ? présentés ?

Définir une stratégie

Stratégie retenue : La stratégie est-elle adaptée aux La stratégie proposée s’inscrit-elle


développement, diversification, publics visés ? dans la continuité de l’action du
fidélisation des publics… Quels sont les résultats ? musée ?
Sont-ils satisfaisants ? Marque-t-elle une évolution ?
Laquelle ?

Déterminer une politique tarifaire

Politique et grille tarifaires : La politique tarifaire adoptée cor- La politique tarifaire proposée
gratuité, tarifs réduits… respond-elle aux objectifs de la s’inscrit-elle dans la continuité de
politique des publics du musée ? l’action du musée ?
Est-elle adaptée aux publics qui Marque-t-elle une évolution ?
fréquentent le musée ? Laquelle ?
Une analyse de la structure des
publics est-elle prévue ?

Choisir des horaires d’ouverture

Horaires d’ouverture : Les horaires d’ouverture sont-ils Le choix des horaires d’ouverture
ouverture à l’heure du déjeuner, adaptés aux souhaits et aux prati- proposés s’inscrit-il dans la conti-
nocturnes… ques des visiteurs ? nuité de l’action du musée ?
Marque-t-il une évolution ? La-
quelle ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 14
ACCUEIL ET PARCOURS DE VISITE

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Accueillir les publics

Accès : signalétique extérieure, Est-il facile d’arriver au musée ? Quels sont les projets visant à
abords, accessibilité… Comment l’accueil est-il organisé ? améliorer l’accès des publics au
Accueil physique et orientation des Par qui est–il assuré ? musée ?
publics : billetterie, remise d’un Ses modalités sont-elles adaptées Quels sont les projets visant à
plan, gestion de l’affluence, prise et satisfaisantes pour tous les améliorer l’accueil physique et
en charge des handicapés, confort publics ? l’orientation des publics ?
des locaux, vestiaire, sanitaires… Existe-t-il une prise en compte de
Organisation de la fonction d’ac- l’accueil des publics dans sa glo-
cueil (existe-t-il un service spéci- balité (téléphone, courrier postal et
fique ?) électronique) ?

Proposer un parcours de visite

Signalétique intérieure au musée Le parcours de visite est-il adapté Quels sont les projets concernant
Muséographie et parcours de aux publics ? le parcours de visite (signalétique,
visite Le message du musée est-il com- évolution des thématiques…) et la
Proposition de documents d’aide à pris ? médiation ?
la visite (fiches de salle, panneaux, Quels dispositifs d’évaluation pour (voir supra Parcours et muséogra-
cartels) le parcours de visite et la média- phie)
tion ?

Proposer des services commerciaux

Services commerciaux : Sont-ils satisfaisants (commodité, Des évolutions sont-elles envisa-


librairie - carterie, boutique, café- attractivité, rentabilité, adaptation gées ?
téria… à la vocation du musée et à la de-
Offre proposée mande des visiteurs…) ?
Mode de gestion (par le musée, S’inscrivent-ils dans la politique
concession…) des publics ?
Concurrence ou complémentarité
par rapport à l’offre environnante ?
Le mode de gestion est-il adapté ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 15
SERVICE DES PUBLICS

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Mettre en place et faire fonctionner un service des publics

Existence d’un service des publics Quelle est sa dénomination ac- Création d’un service des publics
et / ou d’un service éducatif tuelle ? A-t-elle évolué ? et/ou d’un service éducatif s’il
Bref historique du service des n’existe pas ?
publics
Moyens humains et financiers dont Ces moyens sont-ils suffisants par Quels sont les projets d’évolution
dispose le service des publics : rapport aux objectifs de la politique du service, de son organisation et
- Personnel en équivalent des publics ? de ses moyens humains et finan-
temps plein ciers ?
- Organigramme du service
et insertion dans l’organigramme
du musée
- Statut, fonction et formation
(initiale et continue) des personnels
- Budget du service des publics
(hors dépenses en personnel)
et part dans le budget total
de l’établissement

Le situer dans l’établissement et avec ses partenaires

Relations avec la conservation : Degré de synergie avec les autres Des évolutions sont-elles envisa-
mode de fonctionnement pour services en interne ? gées ?
l’élaboration de documents, les
expositions…
Relations avec l’accueil
Relations avec les services admi-
nistratifs
Relations avec des partenaires Comment travaille-t-il avec des Des partenariats nouveaux sont-ils
externes (Éducation nationale, partenaires en externe ? envisagés ?
entreprises, associations, autres Ces partenariats sont-ils satisfai-
structures culturelles…) sants ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 16
OUTILS ET POLITIQUES CULTURELLES

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Mettre en œuvre des actions en direction des publics

Principales activités et publics ciblés : Analyse critique de la programmation Quelles sont les évolutions envi-
ateliers, visites-conférences… sagées ?
Expositions : thèmes, rythme, Ces actions sont-elles évaluées ? De nouvelles actions sont-elles
moyens financiers et techniques… Comment (en interne ou en ex- proposées ?
Publications terne) ? Raisons du succès ou de Correspondent-elles à de nou-
Locaux : ateliers, salle de conféren- l’insuccès de certaines activités et veaux objectifs de la politique des
ce, auditorium, salle d’exposition… publications ? publics ?
Centre de documentation ouvert Le personnel (scientifique, de mé-
au public (pour quels publics, dans diation, technique) est-il suffisant ?
quelles conditions, avec quels Est-il formé ?
moyens) Les locaux sont-ils adaptés ?
Services documentaires satisfaisants ?

Communiquer

Communication spécifique pour Quelles sont les relations avec les Des évolutions dans la stratégie de
ces actions médias ? communication ou dans ses sup-
Canaux de communication Cette communication est-elle sa- ports sont-elles envisagées ?
Site internet (contenu, publics visés) tisfaisante ?
Le site internet est-il adapté aux
besoins du musée et aux attentes
des internautes ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 17
L’ÉTABLISSEMENT

AUDIENCE ET RAYONNEMENT
Analyser et accroître l’audience et le rayonnement de l’établissement

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET


L’audience et le rayonnement ne La situation est-elle satisfaisante ? Quelle audience et quel rayon-
se mesurent pas seulement en Points forts, points faibles ? nement vise-t-on (selon les acti-
termes de fréquentation. vités)?
- Publics : Le musée est-il identifié, connu,
Attractivité, notoriété touristique ? reconnu ? Les objectifs proposés s’inscri-
(à quelle échelle : locale, Pour quelles activités ? A quelle vent-ils dans la continuité de l’ac-
nationale, internationale ?) échelle ? tion du musée ? Marquent-ils une
- Activités scientifiques : Cette notoriété correspond-elle évolution ? Laquelle ?
Rayonnement scientifique ? aux objectifs du musée ? Quels moyens sont envisagés ?
(à quelle échelle : locale, Ces développements sont-ils co-
nationale, internationale ?) hérents et plausibles ?
Comment le mesure-t-on ?
(couverture presse, demande
de catalogues, nombre de prêts,
participations à des colloques…)

DESTINATAIRES
Analyser les destinataires de l’établissement

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Les destinataires du musée ne Les attentes des destinataires Quels sont les futurs destinataires ?
sont pas seulement ses visiteurs. sont-elles connues ?
Qui sont les destinataires et quel- Le musée y répond-il ? Les objectifs, activités et services
les sont leurs attentes ? Que représente le musée pour les prévus sont-elles adaptés aux des-
destinataires ? tinataires concernés ?
- Tutelle ? Que leur apporte-t-il ?
- Partenaires ?
- Publics visiteurs ?
- Publics non-visiteurs (on-line…) ?
- Population locale non-visiteuse ?
- Communauté scientifique
et professionnelle ?
- L’équipe du musée
en tant qu’utilisateur ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 18
PARTENARIATS ET RÉSEAUX
Évaluer les partenariats et les réseaux de l’établissement

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Quels sont les partenaires ? Évaluer les partenariats et l’inser- Quels sont les partenariats iden-
(récapitulation) tion dans les réseaux : suffisants ? tifiés pour les objectifs et actions
. Scientifiques satisfaisants ? définis ?
(qui ? pour quelles activités ?) A renforcer, à créer ?
. Culturels
(qui ? pour quelles activités ?) Dans quels réseaux s’insèrera le
. Financiers musée ?
(qui ? pour quelles activités ? A renforcer, à créer ?
motivations des financeurs ?)

- Dans quels réseaux s’insère


le musée ?
. Réseaux territoriaux ?
Scientifiques ? Thématiques ?
. Réseaux de promotion,
de collaboration ?

STRATÉGIE DE COMMUNICATION
Évaluer la stratégie de communication de l’établissement

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

- Sur quoi communique le musée ? La situation est-elle satisfaisante ? Quelle sera l’image du musée ?
(ses collections, le bâtiment, Points forts, points faibles ? Est-elle adaptée aux objectifs
un objet-phare, ses activités, visés ?
ses expositions…) L’image que communique le mu- Sur quoi communiquera-t-on ?
sée est-elle adaptée aux objectifs Par quels canaux ?
- Quelle est l’image du musée du musée et satisfaisante ?
qui se dégage de cette Les canaux utilisés sont-ils adaptés
communication ? aux publics visés ?
Les résultats sont-ils satisfaisants ?
- Par quels canaux communique-t-il ? Les moyens sont-ils suffisants ?
(dépliants, presse, affiches, site
Internet, fichiers de mailings...)
(site : gestion du site, contenus,
mise à jour régulière…)
- Qui définit et réalise la communi-
cation du musée ?
(Communication propre ?
Groupée avec d’autres établisse-
ments ? Maîtrisée par le musée ?
Adaptée aux objectifs ?)

- Moyens ? Professionnalisme ?

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 19
MOYENS ET FONCTIONNEMENT

BILAN DE L’EXISTANT DIAGNOSTIC PROJET

Évaluer les moyens sur les trois dernières années

- Budget (total ; par grands postes ; Récapitulation critique : Évaluation des moyens néces-
financeurs) ; mécénat Les moyens sont-ils suffisants ? saires pour réaliser le projet, no-
adaptés ? tamment en personnel (nombre,
- Personnel Quels sont les principaux points compétence) : recrutements et
- Total (en équivalent en temps plein) noirs et dysfonctionnements ? formations à envisager, montée
- Par fonction : le personnel est-il Peut-on espérer des accroisse- en puissance, moyens en fonc-
en nombre suffisant, doté des ments de moyens, ponctuels ou tionnement à envisager.
compétences requises ? définitifs ?
- Existe-t-il un organigramme clair, Faudra-t-il travailler à moyens
une répartition claire des tâches ? constants ? des ressources
un management satisfaisant ? supplémentaires sont-elles né-
un plan de formation permanente ? cessaires ? Par quelles sources ?
Prévoyez-vous de rechercher des
Un tableau synthétique des effec- mécénats, pour quelles activités
tifs, par fonction, peut vous aider (acquisitions, restaurations, acti-
dans cette analyse. vités en direction des publics..) ?

- Locaux
L’organisation du musée permet-
elle un fonctionnement satisfaisant
et l’accomplissement harmonieux
de toutes les missions ?
Quels sont les principaux dysfonc-
tionnements observés ?

Évaluer les activités

Existe-t-il un mode d’évaluation de Le système d’évaluation (s’il existe) Faut-il mettre en place un système
toutes les activités du musée ? est-il satisfaisant ? d’évaluation ? Améliorer ou modi-
des indicateurs d’activité ? fier le système existant ?
une gestion par objectifs ? Périodicité (annuelle ?) et mode
d’évaluation à préciser.
Récapituler les indicateurs choisis

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 20
Contenu d’un projet

ANNEXE 2
scientifique et culturel
FORMAT INTRODUCTION

Un PSC ne devrait pas excéder 30 à 50 Pourquoi rédiger un PSC à ce moment de


pages (sans compter les annexes). la vie du musée ? Chantier de création ou
Il est souhaitable de l’accompagner d’il- de rénovation en prévision ? demande de
lustrations. la tutelle ? changement de tutelle ? chan-
Il est recommandé de rédiger également gement de chef d’établissement ? néces-
une courte synthèse qui servira de do- sité d’actualiser le précédent PSC ? sou-
cument de communication auprès de la hait de faire le point sur l’établissement et
tutelle et des partenaires. son développement ?

PREMIÈRE PARTIE

État des lieux


(bilan de l’existant et diagnostic)

Le bilan de l’existant doit être exhaustif - Environnement du musée


dans le sens où il doit couvrir toutes les (géographique, socio-démographique,
missions du musée. Il n’est pas néces- culturel…)
saire cependant de trop le détailler : on
renverra aux annexes pour fournir des - Historique rapide
informations complémentaires.
Le bilan doit être objectif, précis et juste. - Concept actuel
Il doit s’accompagner d’un diagnostic
critique : - Site et bâtiment
La situation dans chaque domaine est-
elle satisfaisante ou non ? - Collections
Quels sont les atouts et les faiblesses ? Nature et évaluation
Quelles sont les opportunités et les me- Acquisitions
naces ? Identification
Les têtes de chapitre énumérées ici sont Conservation et gestion
indicatives, elles doivent être adaptées
à la situation et aux particularités de - Recherche
l’établissement. Le contenu de ces têtes
de chapitre est détaillé dans l’annexe 1 - Parcours et muséographie
« Méthodologie de réflexion pour éla-
borer un PSC ». - Publics
Connaissance des publics
Politique des publics
Accueil et parcours
Service des publics
Outils et actions

- Audience et rayonnement

- Partenariats et réseaux

- Communication

- Moyens et fonctionnement

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 21
DEUXIÈME PARTIE

Projet

Le projet n’est pas la description des tâ- - Concept


ches quotidiennes d’un musée. Tout mu- (si le concept actuel convient,
sée doit en effet inventorier et conserver le conserver)
correctement ses collections, les enrichir,
contribuer à la diffusion de la recherche, - Site et bâtiment
exposer ses collections, disposer d’un
service des publics et accueillir ses pu- - Collections
blics (loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002, co- Acquisitions
difiée au code du patrimoine). Cependant, Identification
si ces missions fondamentales et légales Conservation et gestion
ne sont pas remplies, elles doivent devenir
des objectifs prioritaires du projet. - Recherche

Le projet n’est pas non plus un exercice - Parcours et muséographie


utopique et idéaliste cherchant à régler (si une création ou une rénovation
tous les dysfonctionnements et à engager est envisagée) :
toutes les actions à la fois. Synopsis du parcours et principales
orientations muséographiques
C’est au contraire un choix de priorités,
qui doivent être peu nombreuses. Le pro- - Publics
jet est l’exposé d’une stratégie et consiste Connaissance des publics
à énoncer les objectifs prioritaires qui vont Politique des publics
orienter l’action. Contrairement au bilan, Accueil et parcours
il n’a pas besoin d’être exhaustif. S’ap- Service des publics
puyant sur le bilan, il peut être sélectif Outils et actions
et synthétique. Il précise si les objectifs
retenus s’inscrivent dans la continuité de - Audience et rayonnement
l’action antérieure (poursuivre une acti-
vité, maintenir un niveau de fréquentation, - Partenariats et réseaux
renforcer telle fonction, remédier à tel
dysfonctionnement) ou si au contraire il - Communication
s’agit d’une nouveauté (créer un service
des publics, aménager des réserves exté- - Moyens et fonctionnement
rieures, conquérir le public adulte, engager
l’informatisation des collections…).

Les têtes de chapitre qui suivent sont


indicatives et sont à adapter à la situa-
tion du musée. Leur contenu est détaillé
dans l’annexe 1 « Méthodologie de ré-
flexion pour élaborer un PSC ». Il n’est
pas nécessaires de les traiter toutes, si la
situation dans un domaine a été jugée sa-
tisfaisante dans le bilan, ou si le bilan a fait
apparaître d’autres priorités ou urgences
plus importantes pour le musée. Le projet
ne vise pas l’exhaustivité, mais la cohé-
rence et l’efficacité.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 22
ANNEXES DU PSC

1. Liste des principaux objectifs 7. Bâtiment


choisis dans le projet - Plan de situation dans la localité
- Plan(s) du musée
2. Liste des études déjà réalisées - Tableau des surfaces
(avec leur date) Surface totale ; surface par site ;
surfaces par fonction : exposition
PSC antérieur permanente ; exposition temporaire ;
Architecture : relevés de géomètre ; locaux pédagogiques et culturels ;
diagnostics sanitaires ; diagnostics des réserves ; locaux techniques ;
structures ; étude de programmation ; administration
étude Monuments historiques ; relevés
thermo-hygrométriques sur un an 8. Collections
Collections : plan de récolement dé- - Note sur le statut des collections
cennal ; plan d’informatisation et/ou de (en cas de situation compliquée :
numérisation ; bilan sanitaire des collec- propriétaires différents, dépôts fragiles,
tions ; constats d’état ; plan d’urgence statut juridique obscur…)
et de prévention des risques ; étude du - Plan de récolement décennal
climat ; relevés thermo-hygrométriques - Bilan à l’instant T de l’exécution
sur un an ; étude en conservation pré- de l’étude de conservation préventive
ventive ; planification d’un chantier des - Bilan à l’instant T de la mise en œuvre
collections ; plan d’aménagement des du plan de conservation préventive
réserves ; études sur la sûreté ; études - Bilan à l’instant T du chantier des
sur la sécurité ; rapports de différents collections
services de la DMF (inspections, rap-
ports techniques) 9. Activités scientifiques
Publics : étude des publics ; observa- - Liste des expositions sur 5 ans
toire des publics (avec leur fréquentation)
Communication : plan de communication - Liste des publications (sur 5 ans)
Audits financiers ou organisationnels - Liste des séminaires et colloques
organisés (sur 5 ans)
3. Dépliant ou plaquette du musée
10. Publics
4. Statuts de l’association - Principales conclusions des études
(s’il s’agit d’un musée associatif) des publics
ou de l’établissement - Tableau des fréquentations
(pour un établissement public) (en indiquant la source de ces données)
Payants / Gratuits
5. Personnel Individuels / Groupes
- Organigramme Scolaires
- Effectifs par service ou fonction Composition socio-démographique
(en équivalent temps plein) Origine géographique
- Principales activités organisées
6. Budget en direction des publics
Budget global ; par fonction : - Dépliants des « saisons »
personnel ; acquisitions ; action culturelle…
11. Liste des principaux partenaires
et des réseaux dans lesquels s’inscrit
le musée (par secteur d’activité)

12. Autres

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 23
LEXIQUE

CHANTIER DES COLLECTIONS


Chaîne de traitement préventif et curatif PLAN DE CONSERVATION
des collections pouvant comporter les PRÉVENTIVE
phases suivantes : récolement, anoxie, Ensemble programmé d’opérations,
dépoussiérage, mesures d’urgence, pho- défini et mis en œuvre à la suite d’une
tographie, conditionnement et transfert étude pour assurer sur le long terme une
conservation adaptée aux collections.
Les trois axes principaux d’un plan de
conservation préventive sont : le contrôle
de l’environnement (climat, lumière), la
ÉTUDE DE PROGRAMMATION formation du personnel et le plan d’ur-
ARCHITECTURALE ET MUSÉOGRA- gence.
PHIQUE
Basée sur le projet scientifique et culturel
du musée, l’étude de programmation est
confiée à un professionnel de la pro-
grammation architecturale et technique PROJET DE SERVICE
(programmiste) et doit aider la maîtrise OU D’ÉTABLISSEMENT
d’ouvrage à préciser et maîtriser sa com- C’est un document généralement court
mande et à définir le cahier des charges et orienté vers l’action. Son objet est
qui sera remis au maître d’œuvre. de définir des modes d’organisation
Elle comporte outre une phase bilan adaptés au développement des activités
(le programme fonctionnel), une étude du musée (cadre d’organisation, orga-
de faisabilité (ou pré-programme) et le nigramme fonctionnel, répartition des
programme architectural et technique missions, procédures…). Il s’appuie sur
détaillé. Voir Muséofiche «étude de pro- les objectifs définis dans le PSC.
grammation».

ÉTUDE EN CONSERVATION
PRÉVENTIVE
Réalisée par un spécialiste en con-
servation préventive (préventiste), elle
comprend tout d’abord un diagnostic
sur le bâtiment (état sanitaire, fonctions,
équipement, environnement) et sur les
collections (identification état de conser-
vation, environnement, gestion). Dans
un second temps elle définit et donne
les orientations du plan à proprement
parler, en terme de programmation sur le
bâtiment, les collections et le personnel
à former.

Muséofiche 2
Direction des musées de France 2007 24