Vous êtes sur la page 1sur 3

Fonctions de plusieurs variables-Calcul différentiel

1 Rappels: fonctions de plusieurs variables

1.1 Si n ∈ R, on note Rn l’ensemble des n−uplets de réels (x1 , x2 , ...xn )

1.2 Une fonction de plusieurs variables est une fonction dont l’ensemble de départ est Rn (ou une partie de Rn )
Exemple:

R2 → R
Soit f : On a f (x, y) = x2 + y 2 , c’est une fonction de deux variables.
(x, y) → x + y 2
2

1.3 Une fonction de plusieurs variables peut arriver dans R (cf exemple précédent), ou dans Rp .
Exemple:

R3 → R2
Soit f : f est une fonction de trois variables, qui arrive dans R2 .
(x, y, z) → (x + y 2 , yz)
2

1.4 Si la fonction est une fonction de 2 ou 3 variables, on note souvent les variables x, y, z au lieu de x1 , x2 et
x3 .

1.5 Si la fonction f arrive dans Rp (p entier ≥ 2), on peut écrire f sous la forme

f (x1 , x2 , ..., xn ) = (f1 (x1 , x2 , ..., xn ), f2 (x1 , x2 , ..., xn ), ..., fp (x1 , x2 , ..., xn ))

Les fonctions fi s’appellent les fonctions composantes de f


Exemple:

R3 → R2
Soit f :
(x, y, z) → (x2 + y 2 , yz)

On a f1 (x, y, z) = x2 + y 2 et f2 (x, y, z) = yz. Ce sont les 2 fonctions composantes de f .

2 Dérivées partielles et différentielle

2.1 On ne peut pas utiliser la notion de dérivée classique avec une fonction de plusieurs variables: on utilise les
dérivées partielles.

Si f : Rn → R est une fonction de n variables x1 , x2 , ..., xn , on appelle dérivée partielle de f par rapport à
xi (ou par rapport à la iième variable ) au point a:
la dérivée (classique) de f en a, considérée comme une fonction de la seule variable xi (les autres variables
∂f
étant considéres comme des constantes). On note ce nombre (a)
∂xi
Exemple:
R2 → R
Soit f :
(x, y) → x2 + y 2

1
∂f
Par exemple, la dérivée partielle de f par rapport à x en (0, 1) vaut (0, 1) = 2x (0, 1) = 0
∂x

(en effet, si y est considérée comme une constante, la dérivée de x2 + y 2 par rapport à x est 2x.

2.2 Si f : Rn → R, on appelle différentielle de f en a ∈ Rn l’application linéaire suivante:

Rn → R
dfa : ∂f ∂f ∂f
(h1 , ..., hn ) → ∂x1 (a)h1 + ∂x2 (a)h2 + ... + ∂xn (a)hn

Exemple:

R2 → R
Soit f :
(x, y) → x2 + y 2
La différentielle de f en (a1 , a2 ) est l’application suivante:

R2 → R
df(a1 ,a2 ) : ∂f ∂f
(h1 , h2 ) → ∂x1 ((a1 , a2 ))h1 + ∂x2 ((a1 , a2 ))h2 = 2a1 h1 + 2a2 h2

Dans cet exemple la premiere variable x1 est tout simplement x, et la deuxieme est y.
On a par exemple, df(1,3) (a, b) = 2a + 6b

2.3 On généralise la définition précédente aux fonctions f : Rn → Rp .

3 Matrice jacobienne, Jacobien


3.4 La différentielle de f en a est une application linéaire, elle peut être représentée par sa matrice dans la base
canonique. On appelle cette matrice la matrice jacobienne de f en a.

3.5 Soit f : Rn → Rp telle que

f (x1 , x2 , ..., xn ) = (f1 (x1 , x2 , ..., xn ), f2 (x1 , x2 , ..., xn ), ..., fp (x1 , x2 , ..., xn ))

La matrice jacobienne de f en a s’écrit alors


⎛ ∂f1 ∂f1 ∂f1

∂x (a) ∂x2 (a) ... ∂xn (a)
⎜ 1 ⎟
⎜ ⎟
⎜ ∂f2 ∂f2 ∂f2 ⎟
⎜ ∂x1 (a) ∂x2 (a) ... ∂xn (a)⎟
⎜ ⎟
⎜ ⎟
⎜ . ⎟
⎜ . .. .. .. ⎟
⎜ . . . . ⎟
⎜ ⎟
⎝ ⎠
∂fp ∂fp ∂fp
∂x1 (a) ∂x2 (a) ... ∂xn (a)

Exemple:
R2 → R2
Soit la fonction f :
(r, θ) → (r cos(θ), r sin(θ))

• Ses fonctions composantes sont: f1 (r, θ) = r cos(θ) et f2 (r, θ) = r sin(θ)


• On a :
∂f1 ∂f1 ∂f2 ∂f2
(r, θ) = cos(θ), (r, θ) = −r sin(θ), (r, θ) = r cos(θ), (r, θ) = sin(θ)
∂r ∂θ ∂θ ∂r
• Sa matrice jacobienne au point (r, θ) s’écrit:
 
cos(θ) −r sin(θ)
sin(θ) r cos(θ)
2
3.6 Si f : Rn → Rn ( les ensembles d’arrivées et de départ de f ont le même nombre de variables ), on appelle
Jacobien de f en a, noté Jac(f )(a), le determinant de la matrice jacobienne de f en a.

Exemple:
R2 → R2
Reprenons l’exemple précédent: Soit la fonction f :
(r, θ) → (r cos(θ), r sin(θ))

cos(θ) −r sin(θ)
Alors Jac(f )(r, θ) = = r cos2 (θ) + r sin2 (θ) = r
sin(θ) r cos(θ)

4 Le théorème de changement de variables

4.7 On utilise la notion de Jacobien pour calculer des intégrales multiples. Il existe en effet une formule de
changement de variables pour les intégrales multiples, qui généralise la formule connue pour les intégrales
simples.

4.8 Si on veut faire un changement de variable, on a:



f (x1 , ..., xn ) dx1 dx2 ...dxn = f (φ(u1 , ..., un ))|Jac(φ)| du1 du2 ...dun
U V

où

• φ est une fonction (le changement de variable) tel que φ((u1 , ..., un )) = (x1 , ..., xn )
• V est l’ensemble tel que (u1 , ..., un ) ∈ V ⇔ x1 , ..., xn ∈ U

4.9 Comment utiliser cette formule? On pose φ((u1 , ..., un )) = x1 , ..., xn , c’est à dire que l’on exprime les
anciennes variables ( x1 , ...) en fonction des nouvelles ( u1 , ..)

Exemple:

On doit calculer
+∞
+∞
2 +y 2 )
e−(x dxdy
0 0

x = r cos(θ)
Posons Avec les notations du théoréme, φ(r, θ) = (x, y) donc φ(r, θ) = (r cos(θ), r sin(θ))
y = r sin(θ)

x ∈ [0, +∞[
Reste à determiner les bornes de r et θ: ⇔ r ∈ [0, ∞[, θ ∈ [0, π2 [
y ∈ [0, +∞[

cos(θ) −r sin(θ)
Or Jac(φ)(r, θ) = = r, donc
sin(θ) r cos(θ)


+∞
+∞
π
+∞
2
x2 +y 2 2
e dxdy = e−r r drdθ
0 0 0 0

2 +∞
π −e−r
=
2 2
0
π1 π
= =
22 4