Vous êtes sur la page 1sur 51

Rapport de projet tuteuré de la 3ème année Ingénierie

des Systèmes Informatiques

La mise en place d’une


solution de sauvegarde sur un
serveur NAS

Réalisé par Encadré par

FADIL Oussama Professeur : M. AITIBOUREK LAHCEN

Professeur : M. SAFSOUF YASSINE

Année universitaire 2017/2018


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

© IGA Marrakech, 2018 1


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS


DC et RODC
Dédicace 

A mes très chers parents ;


Tous les mots du monde ne suffisent pas pour
exprimer mes sentiments envers vous.
A mes frères et mes sœurs ;
Pour tous les moments de joie que nous avons
passés ensemble, je vous dis Merci.
A toute ma famille ;
A tous mes chers amis ;
Je vous remercie pour tous les instants
inoubliables que j’ai passés avec vous.
A mes professeurs ;
A tous ceux qui m’aiment.

FADIL Oussama

© IGA Marrakech, 2018 2


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC Remerciements
et RODC

En préambule à ce mémoire, nous souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères
aux personnes qui nous ont apporté de l’aide et qui ont contribué à l’élaboration de ce
projet.

Je tiens à remercier sincèrement mes encadrants Monsieur SAFSOUF Yassine et


Monsieur AITIBOUREK Lahssen qui, se sont toujours montré à l’écoute et très
disponibles tout au long de la réalisation de ce projet, ainsi que pour l’inspiration, l’aide et
le temps qu’ils ont bien voulu nous consacrer.

Mes vifs remerciements s’adressent également aux personnels travaillant à l’Institut


Supérieure d’ingénierie et des Affaires « ISGA » et toute personne qui a contribué
à l’élaboration de ce travail.

Enfin nous saisissons cette occasion pour remercier les membres du jury tout en espérant
qu’ils trouvent dans ce rapport les qualités de clarté et de motivation qu’ils attendent.

© IGA Marrakech, 2018 3


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC Résumé
et RODC

Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet tuteuré à l’Institut Supérieure

d’ingénierie et des affaires « ISGA » pour l’obtention du Diplôme de licence en systèmes

informatiques.

Dans ce cadre, j’ai implémenté une solution de sauvegarde sur un serveur NAS,

permettant de minimiser les divers dégâts provenant des incidents graves suite d’une male

gestion des ressources et l’absence d’une certaine stratégie de sauvegarde. Ce projet

implémente une solution basée sur la diversité de types de sauvegardes, tout en intégrant

une technologie de RAID.

© IGA Marrakech, 2018 4


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC Abstract
et RODC

© IGA Marrakech, 2018 5


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC Table
et RODC de matières

Introduction générale ........................................................................................................ 10

I) Problématique du projet ........................................................................................... 13


1) Présentation de problématique de projet : ............................................................................... 13

2) Statistiques :............................................................................................................................. 13

II) Types de sauvegardes informatiques ....................................................................... 16


1) Introduction ............................................................................................................................. 16

1.1 Définition d’une sauvegarde :.................................................................................................. 16

1.2 Environnement de sauvegarde :............................................................................................... 16

1.3 Types de sauvegardes : ............................................................................................................ 17


1.3.1 La sauvegarde complète........................................................................................................................... 17

1.3.2 La sauvegarde incrémentale ..................................................................................................................... 18

1.3.3 La sauvegarde différentielle ..................................................................................................................... 19

2) Rotation de médias : ................................................................................................................ 20

2.1 Définition : ................................................................................................................................. 20

2.2 Fonctionnement .......................................................................................................................... 20

2.3 Illustration .................................................................................................................................. 21

3) Systèmes à tolérance aux pannes :........................................................................................... 22

3.1 Définition : ................................................................................................................................. 22

3.2 Fonctionnement .......................................................................................................................... 22


3.2.1 Termes RAID ................................................................................................................................................. 22

3.3 Types de RAID .......................................................................................................................... 23


3.3.1 RAID 0 ........................................................................................................................................................... 23
3.3.1.1 Définition : ............................................................................................................... 23
3.3.1.2 Application de RAID 0 : .......................................................................................... 23

3.3.2 RAID 1 ........................................................................................................................................................... 24


3.3.2.1 Définition : ............................................................................................................... 24
3.3.2.1 Application de RAID 1 : .......................................................................................... 24

© IGA Marrakech, 2018 6


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
3.3.3 RAID 5 ........................................................................................................................................................... 25
3.3.3.1 Définition ................................................................................................................. 25
DC et RODC
3.3.3.2 Application de RAID 5 : .......................................................................................... 25

3.3.4 RAID 10 ......................................................................................................................................................... 26


3.3.4.1 Définition ................................................................................................................. 26
3.3.4.2 Application de RAID 10 : ........................................................................................ 27

III) Périphériques de sauvegardes & systèmes de stockage ......................................... 28


1) Périphériques de stockage : ..................................................................................................... 29

1.1 Définition : ................................................................................................................................. 29

1.2 Types de périphériques de stockage : ......................................................................................... 29


1.2.1 Les Disques durs :........................................................................................................................................... 29

1.2.2 Les disquettes ................................................................................................................................................. 30

1.2.3 Les CD-ROM ................................................................................................................................................. 30

1.2.4 Les DVD-ROM .............................................................................................................................................. 31

1.2.5 Les Clés USB ................................................................................................................................................. 31

2) Systèmes de sauvegarde : ........................................................................................................ 32

2.1 Introduction : .............................................................................................................................. 32

2.2 Définition des systèmes de sauvegarde ...................................................................................... 32

2.3 Les types d’architecture de sauvegarde ...................................................................................... 32


2.3.1 DAS : .............................................................................................................................................................. 32

2.3.2 NAS ................................................................................................................................................................ 32

2.3.3 SAN ................................................................................................................................................................ 33

2.4 Différence entre SAN et NAS : .................................................................................................. 33

2.5 L’intérêt de l’un par rapport à l’autre : ....................................................................................... 35


2.5.1 SAN ................................................................................................................................................................ 35

2.5.2 NAS ................................................................................................................................................................ 36

2.6 Conclusion : ............................................................................................................................... 36

IV) Réalisation de la solution de sauvegarde NAS ........................................................ 38


1) Introduction : ........................................................................................................................... 38

2) Présentation de la solution NAS4FREE : ................................................................................ 38

3) Simulation du projet : .............................................................................................................. 38

© IGA Marrakech, 2018 7


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
3.1 La configuration matérielle : ...................................................................................................... 38

DC 3.2 Téléchargement de l’ISO : ......................................................................................................... 38


et RODC

3.3 Démarrer le serveur sur le CD-ROM : ....................................................................................... 39

3.4 Choix du support : ...................................................................................................................... 39

3.5 Copie des fichiers d’installation : ............................................................................................... 40

3.6 Configuration du réseau : ........................................................................................................... 40

3.7 Configuration du système.......................................................................................................... 42

3.8 Configuration des disques .......................................................................................................... 42

3.9 L’intégration de nas4free avec mon domaine AD : ................................................................... 46

3.10 Automatisation des sauvegardes .............................................................................................. 47

V) Conclusion et perspectives ........................................... Error! Bookmark not defined.

VI) Références .................................................................................................................. 50

© IGA Marrakech, 2018 8


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC Liste
et RODCdes figures
Figure 1-1-1 Statistiques sur les principales causes de perte de données………………... 12

Figure 2-1-1 Environnement de sauvegarde……………………………………………... 15


Figure 2-1-2 Schéma d'une sauvegarde incrémentielle…………………………………... 17
Figure 2-1-3 Schéma d'une sauvegarde différentielle……………………………………. 18
Figure 2-2-1 Schéma d'une stratégie de rotation GFS……………………………………. 20
Figure 2-3-1 Le mode RAID 0…………………………………………………………… 23
Figure 2-3-2 Le mode RAID 1…………………………………………………………… 24
Figure 2-3-3 Le mode RAID 5…………………………………………………………… 25
Figure 2-3-4 Le mode RAID 10…………………………………………………………. .26

Figure 3-1-1 Schéma d'un disque dur……………………………………………………. .28


Figure 3-1-2 Schéma d'une disquette…………………………………………………….. 29
Figure 3-1-3 Schéma d'un CD-ROM…………………………………………………… ..30
Figure 3-1-4 Schéma d'un DVD-ROM…………………………………………………... 30
Figure 3-1-5 Schéma d'une Clé USB…………………………………………………….. 31
Figure 3-2-1 Différence entre SAN et NAS……………………………………………… 32
Figure 3-2-2 Schéma illustrant DAS, NAS et SAN……………………………………… 34

Figure 4-1-1 Démarrer le serveur sur CD-ROM…………………………………………. 38


Figure 4-1-2 Choix du support…………………………………………………………… 38
Figure 4-1-3 Sélection de la virtuelle machine…………………………………………... 39
Figure 4-1-4 Choix de média pour installer le NAS4FREE……………………………… 39
Figure 4-1-4 Configuration de réseau……………………………………………………. 40
Figure 4-1-5 Configuration de DHCP……………………………………………………. 40
Figure 4-1-6 Choix d’une adresse IP………………………………………………………40
Figure 4-1-7 Message indiquant que le serveur est accessible…………………………… 41
Figure 4-1-8 Fenêtre de l'identification…………………………………………………... 41
Figure 4-1-9 Configuration de disques……………………………..…………………….. 42
Figure 4-1-10 Choix de disques………………………………………………………….. 42
Figure 4-1-11 Gestion de disques choisies………………………………………………. 42
Figure 4-1-12 Formatage de disques…………………………………………………….. 42
Figure 4-1-13 Réalisation de l'opération sur les disques…………………………………. 43
Figure 4-1-14 Création de point de montage……………………………………………... 43
Figure 4-1-15 Processus d'ajout de point de montage sur les disques…………………… 44
Figure 4-1-16 Application de modification………………………………………………. 44
Figure 4-1-17 Les différents points de montage de projet……………………………….. 45
Figure 4-1-18 Intégration de NAS4FREE avec le AD…………………………………… 45
Figure 4-1-19 Automatisation de Sauvegarde……………………………………………. 46
Figure 4-1-20 Les médias qui vont contenir les sauvegardes réalisées…………………... 47
Figure 4-1-21 Schéma montrant le résultat final du projet………………………………. 47

© IGA Marrakech, 2018 9


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

Introduction générale
DC et RODC
Afin d’appliquer les méthodologies et les cours enseignés à l’institut
supérieur du génie appliqué de Marrakech, je dois réaliser un
travail de recherche et d'étude. Celui-ci me permet de m’initier à la recherche, d’appliquer
mes connaissances acquises durant ma formation. Dans le cadre de
mon mini projet, je suis amené à réaliser une solution de sauvegarde sur un serveur NAS.

Afin de comprendre la démarche que j’ai utilisé pour mener


ce projet à son terme, mon rapport se structure de la façon suivante :

Tout d’abord, dans le premier chapitre, je vais présenter la problématique du

projet ainsi les statistiques montrant une nécessité de suivre une stratégie de sauvegarde.

Après, dans le deuxième chapitre on va voir les différents types de sauvegardes et les

systèmes à tolérance aux pannes, par la suite, le troisième chapitre va présenter les anciens

périphériques de sauvegarde ainsi que les systèmes adoptés pour la gestion rationnelle des

sauvegardes. Enfin, dans le dernier chapitre, je vais terminer par une réalisation de la

solution permettant de concrétiser ces notions théoriques en travaillant sur une technologie

NAS4FREE

© IGA Marrakech, 2018 10


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

© IGA Marrakech, 2018 11


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Partie 1 :

Problématique du projet

Ce chapitre présente d’une manière générale la

problématique déclenchant la réalisation de ce projet, ainsi que

les différentes statistiques qui nous impose de suivre une stratégie

de sauvegarde pertinente.

© IGA Marrakech, 2018 12


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

I) Problématique du projet
DC et RODC

1) Présentation de problématique de projet :

Tout d’abord, n’importe quel projet a une problématique donnant un sens pour
lui. Notre problématique se concentre dans la perte des données qui peuvent être sensibles,
ce qui nous obligent de manipuler les différentes situations permettant cette perte qui vient
généralement d’une absence au niveau de la gestion des systèmes informatiques.

2) Statistiques :
Selon les statistiques établies par les plus grandes entreprises spécialisées dans la
récupération de données, on peut dire que les principales causes de perte de données
mentionnées par les utilisateurs sont :

 44 % défaillance matériel ou système d’exploitation.


 32 % erreur humaine.
 14 % logiciel endommagé ou corruption d’un logiciel.
 07 % virus.
 03 % catastrophes naturelles.

Figure 1-1-1 Statistiques sur les principales causes de perte de données

© IGA Marrakech, 2018 13


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC En se basant sur ce schéma, on peut sortir quelques analyses qui peuvent nous diriger vers
et RODC
des solutions précises. Donc voilà les analyses des causes les plus critiques et qui ont un
pourcentage plus élevé :

 Un dysfonctionnement matériel (44%). Pour le matériel la partie la plus critique


pour le stockage des données est le disque dur. Il faut supposer que les minuscules
champs magnétiques resteront intacts dans un monde rempli de bruit
électromagnétique ?
 Une erreur utilisateur (32%) Les humains ne sont pas fiables non plus, soit ils font
une erreur, soit ils sont malicieux et détruisent les données en connaissance de
cause.
 Un dysfonctionnement logiciel (14%) Et enfin, pour la partie des logiciels, des
développements modernes n’essaient pas d’être fiables : un programme solide est
une exception, pas une règle.

Dans le prochain chapitre, nous allons traiter les différentes solutions existées pour faire
protéger les systèmes informatiques, en commençant par une définition des sauvegardes
informatiques et aussi voir les types de ces sauvegardes, et finalement on traitera les
diverses technologies permettant de renforcer la bonne gestion de nos systèmes
informatiques.

© IGA Marrakech, 2018 14


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Partie 2 :

Types de Sauvegardes informatiques

Ce chapitre va parler sur les différents types de sauvegardes qui existent

ainsi qu’une petite définition de la sauvegarde de données. Par la suite on verra

un schéma de l’environnement de sauvegardes. Et finalement on va traiter la

notion de la rotation des médias.

© IGA Marrakech, 2018 15


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

II) Types de sauvegardes informatiques


DC et RODC

1) Introduction

1.1 Définition d’une sauvegarde :


En informatique, la sauvegarde (backup en anglais) est l'opération qui consiste à dupliquer
et à mettre en sécurité les données contenues dans un système informatique. Certains
utilisateurs ont pour objectif final de sauvegarder leurs fichiers dès le moment de leur
enregistrement comme celui qui vient de saisir un texte de loi dans un traitement de texte.

Ce terme est à distinguer de deux notions proches :

 l'enregistrement des données, qui consiste à écrire des données sur un périphérique,
tel qu'un disque dur, une clé USB, des bandes magnétiques, où les informations
demeureront même après l'extinction de la machine, contrairement à la mémoire
vive.
 l'archivage, qui consiste à enregistrer des données de manière à garantir sur le long
terme leur conformité à un état donné, en général leur état au moment où elles ont
été validées par leurs auteurs.

La sauvegarde passe forcément par un enregistrement des données, mais pas


nécessairement dans un but d'archivage.

1.2 Environnement de sauvegarde :


Voilà un schéma qui permet d’illustrer l’environnement de la sauvegarde :

Figure 2-1-1 Environnement de sauvegarde


© IGA Marrakech, 2018 16
La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Le serveur NAS est dédié à la sauvegarde, grâce à la technologie RAID, limite


considérablement les risques de pertes de fichiers. Disposé hors de la salle informatique, il
permet de sécuriser les données en interne.

 Avantages : coûts du matériel et de la mise en œuvre faible, la restauration des


données peut se faire rapidement.
 Inconvénients : le paramétrage et la restauration des données nécessitent des
compétences techniques.

Il s’agit d’un système de sauvegarde de données sur internet : votre serveur est alors
connecté à un serveur distant qui effectue des sauvegardes soit en léger décalé, soit en
temps réel selon votre configuration.

 Avantages : La sauvegarde est quasi synchrone (perte de données minimale en cas


de problèmes). La gestion des données en ligne (récupération, classement) est
relativement simple (codes d'accès administrateurs fournis). Vous pouvez stocker
un grand volume de données (1 To et plus). Les solutions de chiffrement permettent
d'exporter des données sensibles en toute sécurité.
 Inconvénients : en cas d'interruption de la connexion internet, les sauvegardes et les
récupérations ne sont plus possibles.

1.3 Types de sauvegardes :


Voici un rapide passage des quatre types les plus courants pour vous aider à comprendre
vos options :

1.3.1 La sauvegarde complète

Avec une sauvegarde complète, chaque fois qu’un système est sauvegardé, tous les fichiers
et dossiers du système sont copiés. Votre système de sauvegarde stocke une copie
complète supplémentaire de la source de données lors de chaque sauvegarde programmée.

Donc, si vous sauvegardez votre système le cinquième jour de chaque mois, le 5 Mars,
vous auriez une sauvegarde complète des données de votre système. Il existera une autre
sauvegarde complète avec les données du 5 Février, du 5 Janvier, etc.

Bien que le temps de sauvegarde soit plus lent et que la sauvegarde nécessite plus d’espace
de stockage, l’avantage de la sauvegarde complète des fichiers est que les opérations de
restauration sont plus rapides et plus simples.

© IGA Marrakech, 2018 17


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC 1.3.2 La sauvegarde incrémentale

Pour une sauvegarde incrémentale, la sauvegarde initiale est complète et chaque

sauvegarde suivante stocke les modifications apportées depuis la dernière sauvegarde.

Par conséquent, pour une sauvegarde effectuée le 5 Mars, vous auriez une sauvegarde

complète des données telle qu’elle existait le 5 Janvier avec les modifications apportées

entre Janvier 5 et 5 Février, puis les modifications apportées entre le 5 Février et 5 Mars.

La sauvegarde incrémentielle est plus longue à restaurer, mais plus rapide à sauvegarder, à

la différence de la sauvegarde complète. C’est la méthode qui nécessite le moins de

quantité de stockage. Ceci est généralement la méthode utilisée par les systèmes de

sauvegarde en ligne.

Figure 2-1-2 Schéma d'une sauvegarde incrémentielle

© IGA Marrakech, 2018 18


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC 1.3.3 La sauvegarde différentielle

Comme la méthode incrémentale, avec une sauvegarde différentielle, la première

sauvegarde est complète. Mais par la suite, le système sauvegarde tous les changements

depuis la dernière sauvegarde complète.

Pour reprendre notre exemple, le 5 Mars, le système sauvegarde tous les changements

effectués lors de la sauvegarde complète du 5 Janvier.

Figure 2-1-3 Schéma d'une sauvegarde différentielle

© IGA Marrakech, 2018 19


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC
2) Rotation de médias :

2.1 Définition :
La rotation Grand-père-Père-Fils est la planification de rotation des médias la plus
couramment utilisée. Cette stratégie de planification utilise des ensembles de médias de
sauvegarde (bandes) quotidiens (Fils), hebdomadaires (Père) et mensuels (Grand-père).
Vous pouvez ainsi sauvegarder vos données pendant une année entière en utilisant un
nombre minimum de médias (bandes). Le nombre de bandes utilisées pour les rotations
GFS dépend du nombre de jours ouvrables spécifiés pour la stratégie de sauvegarde.

2.2 Fonctionnement
La méthode de rotation GFS fonctionne comme suit :

 Sauvegardez vos données sur une bande séparée tous les jours ouvrables. Pour
chaque sauvegarde quotidienne, nous vous conseillons d'utiliser une bande
différente. Par exemple, si votre cycle de sauvegarde est de cinq jours ouvrables par
semaine, vous devez utiliser quatre bandes quotidiennes avant de vous servir d'une
bande hebdomadaire (vous pouvez par exemple étiqueter les bandes quotidiennes
Lundi, Mardi, Mercredi et Jeudi ou de Jour 1 à Jour 4, etc.). Vos sauvegardes
quotidiennes peuvent être complètes, incrémentielles ou différentielles. Après le
quatrième jour, la première bande quotidienne utilisée est recyclée et écrasée par la
sauvegarde quotidienne planifiée suivante.

Rappelez-vous qu'en raison de la fréquence d'utilisation plus élevée des bandes


quotidiennes par rapport aux bandes hebdomadaires et mensuelles, vous devrez les
remplacer plus souvent.

 Le cinquième jour, utilisez une bande hebdomadaire et non une autre bande
quotidienne. Vos sauvegardes hebdomadaires doivent toujours être complètes.
Vous devez utiliser cinq bandes hebdomadaires avant d'utiliser une bande
mensuelle (vous pouvez étiqueter les bandes hebdomadaires de Semaine 1 à

© IGA Marrakech, 2018 20


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
Semaine 5). Après la cinquième semaine, la première bande hebdomadaire utilisée
est recyclée et écrasée par la sauvegarde hebdomadaire planifiée suivante.
DC et RODC
 A la fin de la troisième semaine, utilisez une bande mensuelle et non une autre
bande hebdomadaire. Vos sauvegardes mensuelles doivent être des sauvegardes
complètes. Vous devez disposer de 12 bandes mensuelles afin de sauvegarder en
toute sécurité une année entière de données (vous pouvez étiqueter les bandes
mensuelles de Janvier à Décembre ou de Mois 1 à Mois 12). Après le douzième
mois, la première bande mensuelle utilisée est recyclée et écrasée par la sauvegarde
mensuelle suivante.

2.3 Illustration
Le schéma suivant présente un exemple de stratégie de rotation GFS sur 5 jours qui vous
offre une méthode sûre et fiable de sauvegarde des données sur une année entière en
utilisant un nombre minimum de médias de sauvegarde :

Figure 2-2-1 Schéma d'une stratégie de rotation GFS

© IGA Marrakech, 2018 21


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
Une stratégie de rotation GFS sur cinq jours nécessite environ 21 bandes par an, tandis
DC qu'une
et RODCstratégie sur sept jours nécessite environ 23 bandes par an (deux bandes
quotidiennes de plus). Pour ces deux planifications, le nombre de médias nécessaire varie
selon les critères de conservation spécifiés et le nombre de données sauvegardées. En
outre, le nombre de médias nécessaires pour chaque planification peut également dépendre
de l'utilisation du multi-flux et de l'ajout éventuel de sessions de sauvegarde à vos médias.

3) Systèmes à tolérance aux pannes :

3.1 Définition :

RAID (Redundant Array of Independents Disks, matrice redondante de disques


indépendants) est une technologie simple qui améliore les performances des solutions de
stockage externe.
RAID vous permet de choisir la manière dont vous souhaitez utiliser votre dispositif afin
qu'il convienne à vos besoins. Pour être bref, la technologie RAID divise ou copie la tâche
d'un parmi de nombreux disques durs (ou simplement de deux) afin d'améliorer les
performances ou de générer la redondance des données en cas de panne du disque. Vous
pouvez choisir comment le dispositif manipule les données en configurant son mode RAID

3.2 Fonctionnement

3.2.1 Termes RAID

Pour mieux comprendre comment la technologie RAID fonctionne, veuillez tout d'abord
vous familiariser avec les termes ci-dessous :

 Le striping :
(Entrelacement) est la séparation des données entre plusieurs disques. Les matrices RAID
en striping visent à regrouper la capacité maximale en un seul volume.

© IGA Marrakech, 2018 22


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

 Le mirroring :
DC et RODC
(Mise en miroir) correspond à la copie de données vers un ou plusieurs disques. Les
matrices RAID en mirroring permettent généralement la panne d'au moins un disque de la
matrice sans aucune perte de données, en fonction du niveau RAID de cette matrice.

 La tolérance aux pannes :

Permet à une matrice RAID de continuer à fonctionner (c'est-à-dire que les données
stockées dans la matrice sont encore disponibles pour l'utilisateur) en cas de panne d'un
disque. Toutes les matrices RAID en mirroring ne sont pas conviviales. Par exemple,
certains dispositifs RAID doivent être éteints avant qu'un disque défaillant ne
Soit remplacé alors que les dispositifs LaCie RAID disposent d'une option de
remplacement avec un disque « remplaçable à chaud » qui permet au dispositif de rester
sous tension et aux données de demeurer accessibles pendant que le disque défaillant est
remplacé.

3.3 Types de RAID


3.3.1 RAID 0

3.3.1.1 Définition :

RAID 0 (également appelé mode FAST dans certains dispositifs LaCie) est le mode RAID
le plus rapide. Nécessitant au moins 2 disques, RAID 0 « stripe » les données sur chaque
disque. Les capacités disponibles de chaque disque sont ajoutées afin qu'un seul volume
logique apparaisse sur l'ordinateur. En cas de panne d'un disque physique de la matrice, les
données de tous les disques ne sont plus accessibles étant donné que seules certaines
parties des données ont été enregistrées sur tous les disques.

3.3.1.2 Application de RAID 0 :

RAID 0 est idéal pour les utilisateurs qui nécessitent une vitesse et une capacité
maximales. Les éditeurs de vidéo travaillant avec des fichiers très volumineux peuvent
utiliser RAID 0 lors de l'édition de plusieurs flux vidéo afin d'obtenir des performances de
lecture optimales. Une matrice RAID 0 convient plus à des personnes travaillant

© IGA Marrakech, 2018 23


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
activement avec des fichiers (par exemple les éditeurs vidéo) et ne doit pas être utilisée
comme une simple solution de stockage et de sauvegarde ou sur des systèmes vitaux.
DC et RODC

Figure 2-3-1 Le mode RAID 0

3.3.2 RAID 1

3.3.2.1 Définition :

RAID1 est un mode RAID sûr qui nécessite au moins 2 disques et fonctionne avec des
paires de disques. Un volume logique apparaît sur l'ordinateur et la capacité disponible
combinée des deux disques est limitée à la capacité du disque de capacité inférieure. Si l'un
des deux disques tombe en panne, les données sont immédiatement disponibles sur l'autre
disque. Aucune donnée n'est perdue si l'un des deux disques tombe en panne

3.3.2.1 Application de RAID 1 :

RAID 1 fournit une sécurité maximale des données en cas de panne d'un seul disque mais
Étant donné que les données sont enregistrées deux fois, les performances sont légèrement
Réduites lors de l'écriture. RAID 1 est un bon choix lorsque la sécurité est plus importante
que la vitesse.

© IGA Marrakech, 2018 24


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 2-3-2 Le mode RAID 1

3.3.3 RAID 5

3.3.3.1 Définition

RAID 5 combine striping de RAID 0 et redondance des données dans une matrice avec un
minimum de trois disques. La différence entre RAID 3 et RAID 5 est que la configuration
RAID 3 offre de meilleures performances mais une capacité globale légèrement inférieure.
Les données sont en striping sur tous les disques et un bloc de parité (P) est enregistré sur
la même bande pour chaque bloc de données. Si l'un des deux disques tombe en panne, les
Données du disque défaillant peuvent être reconstruites sur un disque de remplacement.
Aucune donnée n'est perdue en cas de panne d'un seul disque, mais si un deuxième disque
tombe en panne avant que les données n'aient pu être reconstruites sur un disque de
remplacement, toutes les données de la matrice seront perdues.

3.3.3.2 Application de RAID 5 :

RAID 5 combine sécurité des données et utilisation efficace de l'espace disque. La panne
d'un disque n'entraîne pas d'interruption de service car les données sont lues à partir de
blocs de parité. RAID 5 est utile pour l'archivage ainsi que pour les personnes qui
souhaitent un certain niveau de performance et ont besoin d'avoir constamment accès à
leurs données, par exemple les éditeurs vidéo.

© IGA Marrakech, 2018 25


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 2-3-3 Le mode RAID 5

3.3.4 RAID 10

3.3.4.1 Définition

RAID 10 (également appelé RAID 1+0) est un autre niveau RAID qui combine les
attributs des autres niveaux, en particulier RAID 1 et RAID 0. Elle est une « bande
d'éléments en mirroring », ce qui signifie que les données sont en striping sur deux
matrices en mirroring. Le striping se produit entre deux matrices et le mirroring a lieu
sur la même matrice, ce qui rend la reconstruction extrêmement rapide. Le nombre de
disques des matrices RAID 10 doit être un multiple de quatre. Pour les produits LaCie
disposant de cinq disques, dans une matrice RAID 10, le cinquième disque sera un disque
de rechange ou sera inutilisé. Voir le schéma à droite. Dans une matrice RAID 10, un
disque de chaque paire en mirroring peut tomber en panne sans aucune perte de données.
Cependant, le disque qui fonctionne dans une matrice contenant un disque défaillant
devient un point faible pour la matrice toute entière. Si le deuxième disque d'une paire en
mirroring tombe en panne, la matrice toute entière est perdue

© IGA Marrakech, 2018 26


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

3.3.4.2 Application de RAID 10 :

RAID 10 fournit de bonnes vitesses en raison du striping de RAID 0 mais réduit de moitié
la capacité disponible d'un dispositif (en supposant que tous les disques dans la matrice
aient la même capacité)

Figure 2-3-4 Le mode RAID 10

© IGA Marrakech, 2018 27


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

III) Périphériques de sauvegardes & systèmes de stockage


DC et RODC

Partie 3 :

Périphériques de stockage et systèmes de


sauvegardes

Ce chapitre va parler sur les divers supports de sauvegarde évolués dans le

temps, ainsi que les différents systèmes de sauvegarde permettant une persistance des

données notamment celles qui sont sensibles et précieuses.

© IGA Marrakech, 2018 28


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et1) Périphériques de stockage :


RODC

1.1 Définition :

Un périphérique de stockage est un composant dans lequel une grande


quantité d'informations peut être enregistrée sous forme de bits.

1.2 Types de périphériques de stockage :


1.2.1 Les Disques durs :
Les disques durs sont les périphériques de stockage par excellence. Ce sont des disques
rotatifs rigides magnétisés à la surface d'un ou des deux côtés. Les informations peuvent
être écrites ou lues par l'intermédiaire d'un bras (Voir photo ci-dessous) dont la tête est
sensible aux champs magnétiques de zones minuscules à la surface du disque. Bien sûr il
faut des circuits électroniques (partiellement visibles sur la photo) pour accomplir ceci et
pour contrôler le disque. L'unité complète s'appelle un lecteur de disque ou simplement un
lecteur. Ils contiennent des dizaines de giga-octets (milliards d'octets). C'est là que sont
enregistrés tous les fichiers que vous créez lorsque vous enregistrez des textes que vous
avez tapés au clavier. Ils contiennent également des tas de programmes enregistrés sous
forme de fichiers et qui sont nécessaires au fonctionnement du système.

Figure 3-1-1 Schéma d'un disque dur

Ici le type d'enregistrement est donc magnétique et se fait sur le disque métallique que
vous voyez sur la photo. Il peut y avoir plusieurs disques magnétiques en parallèle dans les
disques durs à grande capacité de stockage. Lorsque vous éteignez votre ordinateur ces

© IGA Marrakech, 2018 29


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
enregistrements persistent. Ceci n'est pas à confondre avec la mémoire RAM (qui sera vue
en détails à la page suivante).
DC et RODC
Ces disques tournent à une vitesse de l'ordre de 5 à 10.000 tours par minute, et selon
la position des bras on peut accéder rapidement à n'importe quelle zone du disque. 10.000
tours par minute signifient 3/1000 seconde pour un demi-tour, ce qui donne une idée du
temps moyen nécessaire pour arriver à la position géographique d'un bit sur le disque. Et
ceci est encore bien lent pour un processeur

1.2.2 Les disquettes

Le lecteur de disquettes permet d'enregistrer et de lire les informations sur une disquette.
Les disquettes ne peuvent d'habitude contenir que 1,44 mégaoctets. De plus ils ne sont pas
très fiables, leur temps de vie n'est généralement pas très élevé. Leur avantage est qu'ils
sont pratiques pour le transport de petites quantités d'informations.

Figure 3-1-2 Schéma d'une disquette

1.2.3 Les CD-ROM

Le lecteur CD-ROM permet de lire les informations sur un CD-ROM, ce qui peut
contenir environ 700 mégaoctets. Si c'est un graveur, il peut en outre enregistrer des
informations sur des CDs. La musique étant enregistrée sous forme de bits, celle-ci est
restituée par le lecteur qui envoie les bits à l'ordinateur et celui-ci transforme l'information
en impulsions électriques qui font vibrer les hauts parleurs.

© IGA Marrakech, 2018 30


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 3-1-3 Schéma d'un CD-ROM

1.2.4 Les DVD-ROM

Le lecteur DVD est l'équivalent pour les images. L'acronyme DVD correspondait au départ
à Digital Vidéo Disc, puis à Digital Versatile Disc. Le mot Anglais "versatile" est un
exemple typique de faux ami qui veut dire que la chose a beaucoup d'utilités diverses ou
que la personne a des talents variés, alors qu'en Français cela qualifie une personne qui
change facilement d'opinion, lunatique... Un DVD peut contenir 133 minutes de film en
plus de l'enregistrement sonore.

Figure 3-1-4 Schéma d'un DVD-ROM

1.2.5 Les Clés USB

Le format USB permet le branchement « à chaud » de composants externes à l’ordinateur,


c’est-à-dire qu’il ne faut pas redémarrer l’ordinateur pour pouvoir les brancher. Les clés
USB sont des unités de stockage de très petite taille, faciles à transporter et qui ne présente
pas l’inconvénient, comme pour les disques, de craindre les rayures

© IGA Marrakech, 2018 31


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et2) Systèmes de sauvegarde :


RODC

Figure 3-1-5 Schéma d'une Clé USB

2.1 Introduction :
Le stockage des données et leurs exploitations sont au cœur du système d’information
d’une entreprise. Pour cela différentes architectures sont possibles, mais quelles sont-elles
et laquelle choisir ?

2.2 Définition des systèmes de sauvegarde


Les systèmes de stockage sont un ensemble d'équipements informatiques ordinateur,
connexion réseau, médias de stockage - et de logiciels appropriés, responsables du
stockage à long terme de grandes masses d'informations et de leur accès.

2.3 Les types d’architecture de sauvegarde


2.3.1 DAS :

Direct Attached Storage, ou comme son nom l’indique, méthode de connexion où la baie
de disque est directement connectée sur un serveur

2.3.2 NAS

Network Attached Storage, via cette méthode on distingue la connexion d’une baie de
stockage directement sur le réseau. Elle est alors accessible par tous les périphériques
connectés au même réseau sans devoir passer par un hôte intermédiaire.

© IGA Marrakech, 2018 32


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
2.3.3 SAN

DC et RODC
Storage Area Network, on reste sur les baies de stockage connectées au réseau, mais cette
fois ce réseau leur est dédié.

2.4 Différence entre SAN et NAS :


En quelques mots, le NAS fait référence à un périphérique précis, relié au LAN et
potentiellement accessible par tous les usagers du réseau. Le SAN fait référence à un
réseau de données à part entière, en parallèle du LAN

Figure 3-2-1 Différence entre SAN et NAS

Dans les détails l’architecture de ces deux systèmes ne fonctionne pas de la même manière
:

NAS :

 Un périphérique NAS possède son propre système de fichier, généralement du


CIFS (Common Internet File System) pour le monde Windows ou du NFS
(Network File System) pour le monde Unix/Linux.
 Les accès au NAS se font au niveau fichier.
 Un périphérique de stockage peut accueillir différents volumes partagés de
différentes façons, permettant d’avoir différents partages NAS sur un même réseau.
Par exemple un partage CIFS et un partage NFS.
 Un NAS peut gérer les accès concurrents, on parle alors de données partagées.
 Un partage NAS peut être multi-protocolaire, par exemple : accès CIFS et NFS
concurrents

© IGA Marrakech, 2018 33


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
SAN :
DC et RODC
 Dans un SAN c’est le serveur qui gère le système de fichier sur les espaces de
stockage auxquels il a accès. Un périphérique de stockage peut être relié à plusieurs
serveurs via le SAN, ce sont alors des espaces de stockage sur le même
périphérique qui sont dédiés à différents serveurs, on appelle ces espaces de
stockages des LUNs.
 L’accès à ces LUNs se fait au niveau bloc
 Une LUN est considérée par le serveur qui y est connecté comme un disque dur
local, d’où le système de fichiers gérés par l’OS du serveur. Dans ce cadre le
périphérique de stockage où se trouve la LUN ne connait pas l’emplacement des
données, en quelques sortes, la baie ne voit qu’un gros fichier.
Seul un serveur avec un OS capable de lire le système de fichiers dans lequel est
formaté l’espace de stockage peut y lire les données.
 Il n’y a pas d’accès en écriture concurrent sur une même LUN dans un SAN. Une
LUN peut éventuellement être connectée en lecture sur d’autres serveurs, mais un
seul et unique serveur peut y écrire des données.
 Un SAN peut être câblé en fibre optique, sera alors utilisé le protocole FC (Fibre
Channel). En câble réseau cuivré, les protocoles iSCSI (internet SCSI) ou FCoE
(Fibre Chanel over Ethernet) peuvent être utilisés.
 Dans le cadre d’un SAN en fibre optique, les matériels sont reliés entre eux via un
switch FC, on parle alors de fabric.
 Pas d’adressage IP dans la cadre d’une utilisation de la fibre optique. Les
périphériques sont identifiés et accédés par leur WWN (World Wide Name),
WWPN (World Wide Port Name) ou WWNN (World Wide Node Name). Les
accès se gèrent en effectuant du zoning.

© IGA Marrakech, 2018 34


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 3-2-2 Schéma illustrant DAS, NAS et SAN

2.5 L’intérêt de l’un par rapport à l’autre :


2.5.1 SAN

L’intérêt de mettre en œuvre un SAN est d’obtenir un réseau dédié aux données à haut
débit, qui ne sera pas perturbé par les différents flux qui peuvent transiter sur un LAN
(Accès internet, Messagerie, Accès, NAS, VoIP, etc…).

Tout est fait dans un SAN pour optimiser les temps d’accès et de traitements aux données :

 Les débits en fibre optique sont actuellement de 8 Gbits/s.


 La mise en place d’une redondance des switchs FC permet d’assurer une continuité
de service en cas de panne
 Les disques utilisés en RAID assurent performance et sécurité
 Un SAN peut être utilisé avec n’importe quel type d’OS, les LUN étant
indépendantes les unes des autres.
 Un SAN peut être facilement étendue, la fibre optique offrant de meilleures
performances sur les longues distances.

On peut ainsi stocker par le SAN les VMs de la solution de virtualisation, stocker les bases
de données, les bases mails…

Un réseau SAN est également idéal pour effectuer les sauvegardes des serveurs sur les
robots en un minimum de temps et sans perturbation sur le trafic du LAN.

© IGA Marrakech, 2018 35


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
2.5.2 NAS

DC Les
et RODC
réseaux cuivrés tendent à concurrencer le NAS en fibre optique, avec le 10Gbit/s
d’ores et déjà disponibles. Ainsi chez un constructeur comme NetApp, il est tout à fait
possible d’envisager le stockage des machines virtuelles d’un ESX sur un NAS NFS sans
pertes de performances par rapport à une architecture SAN.

Le gain est évident :

– Simplicité d’administration :

 Pas de SAN en fibre optique


 Accès concurrents possibles par rapport aux LUNs
 Simplicité de mise en place :
 Pas de zoning, de paramétrage d’une fabric
 Utilisation d’un réseau IP

– Coût amoindri par l’utilisation d’un réseau cuivré, plus courant que de la fibre optique

2.6 Conclusion :
Le SAN aurait tendance à reculer face aux réseaux cuivrés en 10 Gbit/s qui proposent des
débits et des performances équivalents. De plus les technologies tendent à évoluer dans ce
sens avec l’implémentation de protocole tel que le FCoE qui permet d’utiliser le protocole
Fibre Channel sur un réseau IP classique.

Cependant le SAN reste une architecture permettant d’isoler complètement son réseau de
données, et ainsi de garantir la performance des échanges. Cela peut avoir son importance
dans le système de sauvegarde notamment, en maitrisant au mieux le temps disponible lors
des fenêtres de sauvegarde.

© IGA Marrakech, 2018 36


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Partie 4 :

Réalisation de la solution d’une


sauvegarde (NAS)

Dans ce chapitre, on va présenter comment implémenter la solution NAS4FREE.


Premièrement, on a réalisé une intégration de AD avec cette solution de NAS4FREE,
après on automatisé les différentes types de sauvegardes selon des stratégies bien
définies.

© IGA Marrakech, 2018 37


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

IV) Réalisation de la solution de sauvegarde NAS


DC et RODC

1) Introduction :
Le but de ce projet est de créer un serveur NAS ou pour faire plus simple, d’avoir un
Serveur qui met à disposition de toutes les machines sur le réseau l n’importe quel type de
fichiers, ainsi que les différents objets dedans le domaine d’étude.

2) Présentation de la solution NAS4FREE :

Des distributions de NAS il en existe des tas, parmi les plus connues on trouve notamment
FreeNAS. La distribution sur laquelle portera ce projet s’appelle NAS4Free. FreeNAS est
maintenant exploité par une société commerciale et NAS4Free est la continuation du projet
initial. Ce qui m’a surtout fait pencher pour Nas4Free c’est que dans leurs dernières
versions réciproques Nas4Free est beaucoup moins gourmand en ressources machines.

3) Simulation du projet :

3.1 La configuration matérielle :

NAS4Free a deux avantages sur le plan matériel :

 Il est peu gourmand en ressources, la machine que j’ai utilisée dispose d’un
CéléronD à 3Ghz et comme j’avais de la RAM sous la main je l’ai montée à 3 GO
de RAM ;
 Il accepte tous les types de stockage sans broncher : j’ai pu lui coller un disque en
SATA, un en USB.

3.2 Téléchargement de l’ISO :


La première chose à faire va être de récupérer sur le site de NAS4Free, l’image ISO qui va
permettre l’installation du système. La page de Download, et actuellement la dernière
version est la 9.1.0.1.636. Attention, par défaut la version proposée sur cette page est la
mise à jour depuis une version précédente.

© IGA Marrakech, 2018 38


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
3.3 Démarrer le serveur sur le CD-ROM :
DC et RODC
Lorsqu’on boot sur le CD Rom après le démarrage s’affiche un menu qui contient 9
propositions.

Figure 4-1-1 Démarrer le serveur sur CD-ROM

Pour faire l’installation nous allons choisir la dernière : Install/Upgrade NAS4Free from
LiveCD/LiveUSB

3.4 Choix du support :


La fenêtre qui s’affiche est la suivante :

Figure 4-1-2 Choix du support

Il va falloir choisir entre :

1. Mettre le système du NAS sur un disque dur ou sur une clé USB
2. Installer le système avec une partition de swap ou pas

Quelques éléments pour vous aider dans ces douloureux choix. Si vous choisissez un
disque dur ce disque ne pourra pas être utilisé pour stocker des données et il vous bouffera
un port SATA ou IDE.

Si vous choisissez une clé USB, le démarrage sera beaucoup plus lent. C’est même parce
que je trouvais le démarrage particulièrement lent que je suis passé au disque dur. Il faudra

© IGA Marrakech, 2018 39


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
aussi que votre BIOS soit capable de booter sur un périphérique USB sans passer par le
menu de boot.
DC et RODC
3.5 Copie des fichiers d’installation :
Après un écran d’accueil la fenêtre suivante s’affiche :

Figure 4-1-3 Sélection de la virtuelle machine

Cette fenêtre demande la source d’installation et normalement c’est donc le CD ROM qui
est proposé. La fenêtre qui suit et qui est celle de destination est plus intéressante :

Figure 4-1-4 Choix de média pour installer le NAS4FREE

Dans ma copie d’écran je n’ai que 3 disques dur. Je dois donc choisir entre eux. A noter
pour les non linuxiens que si j’avais des périphériques USB ils apparaitraient comme DA0,
DA1, …

En quelques dizaines de secondes le système est installé. On a ensuite retiré le CD ROM et


même retirer le lecteur pour gagner un emplacement pour un disque dur supplémentaire.
Redémarrer ensuite le serveur en bootant sur le support sur lequel vous venez d’installer
NAS4Free.

3.6 Configuration du réseau :


Au redémarrage du serveur on se trouve sur le même menu qu’après avoir booté sur le CD
ROM.

© IGA Marrakech, 2018 40


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 4-1-4 Configuration de réseau

Mais cette fois nous allons choisir de configurer le réseau. Ce sera donc le choix numéro 2
: Configure Network IP Adress. C’est du grand classique, dans un premier temps on
choisit si l’on veut du DHCP ou de l’adressage fixe.

Figure 4-1-5 Configuration de DHCP

Si l’on a choisi du fixe, il faudra configurer une adresse IP, un masque et éventuellement
une passerelle (si vous avez du routage à faire) et un DNS si vous avez besoin de résoudre
des noms de machine.

Figure 4-1-6 Choix d’une adresse IP

A l’issue de la configuration on vous propose de configurer le réseau en IPV6, il faut en


avoir l’utilité et en être capable ce qui n’est doublement pas mon cas. A l’issue de
l’initialisation du paramétrage réseau, le message nous indiquant que le serveur est
maintenant accessible depuis le l’interface web doit s’afficher :

© IGA Marrakech, 2018 41


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 4-1-7 Message indiquant que le serveur est accessible

Et voilà c’est fini ! Le serveur est maintenant installé. Vous pouvez ranger l’écran, le
clavier et la souris (qui d’ailleurs n’a servi à rien) et laisser le serveur tourner dans son
coin.

3.7 Configuration du système


 Connexion à la console d’administration

La suite va se passer sur la console web, c’est à dire depuis n’importe quelle machine du
réseau depuis un navigateur avec l’adresse IP que vous avez choisie. Exemple :
http://192.168.23.128/

Dans la fenêtre qui s’affiche une identification est demandée :

Figure 4-1-8 Fenêtre de l'identification

Par défaut ce sera :


Username : admin
Password : nas4free

3.8 Configuration des disques


Avant de configurer les disques, il va falloir vous demander ce que vous voulez en faire de
votre NAS.

 Importer les disques

Menu Disques => Gestion

© IGA Marrakech, 2018 42


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 4-1-9 Configuration de disques

La fenêtre suivante s’affiche :

Figure 4-1-10 Choix de disques

Dans cette fenêtre nous allons choisir Importer des disques afin que le système nous
indique les disques qui sont à sa disposition. Lorsqu’il a fini d’importer les disques la
fenêtre suivante (avec vos disques à vous) doit s’afficher :

Figure 4-1-11 Gestion de disques choisies

 Formater les disques

Menu Disques => Formater

Figure 4-1-12 Formatage de disques

© IGA Marrakech, 2018 43


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
Choisir le disque à formater (c’est là que ça peut être intéressant de leur avoir donné un
nom usuel à l’étape précédente)
DC et RODC
Choisir UFS comme système de fichiers ou Software RAID si vous avez choisir de faire du
RAID.

Cliquer sur Formater le disque.

Réaliser l’opération sur chacun des disques dont le serveur dispose.

Figure 4-1-13 Réalisation de l'opération sur les disques

 Créer des points de montage

Le point de montage est une notion qui est plus connue des utilisateurs barbus et sales du
monde Unix/Linux que des gens normaux qui utilisent Windows, regardent des matches de
foot et ne savent pas dire non à une jolie fille. Le point de montage est en fait un premier
répertoire à créer (ou plutôt à monter) sur un disque et à partir duquel seront accessibles
tous les fichiers et dossiers.

Pour créer ce point de montage, se rendre dans le menu Disques => Point de montage

Figure 4-1-14 Création de point de montage

Dans la fenêtre qui s’affiche cliquer sur + pour ajouter un point de montage.

© IGA Marrakech, 2018 44


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 4-1-15 Processus d'ajout de point de montage sur les disques

 Sélectionner le disque.
 Donner un nom au point de montage
 Cliquer sur Ajouter

L’opération est à réaliser sur chacun des disques à utiliser. Lorsque tous les points de
montage ont été créés il reste à Appliquer les modifications en cliquant sur le bouton
éponyme.

Figure 4-1-16 Application de modification

Voilà une figure qui présente les points de montage crées le long de la réalisation de ce
projet :

© IGA Marrakech, 2018 45


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

DC et RODC

Figure 4-1-17 Les différents points de montage de projet

3.9 L’intégration de nas4free avec mon domaine AD :


Dans cette partie, on va simuler comment intégrer notre serveur NAS avec le domaine AD
qui s’appelle MARRAKECH. Lors de la connexion on va remarquer que le serveur NAS
va automatiquement charger les utilisateurs de domaine tels que les profiles itinérants et les
comptes Administrateurs.

Voici une figure illustrant un résumé de ces informations :

Figure 4-1-18 Intégration de NAS4FREE avec le AD

© IGA Marrakech, 2018 46


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS
3.10 Automatisation des sauvegardes
DC et RODC
En exploitant le principe GFS déjà expliqué précédemment, on a pu réaliser une
automatisation des sauvegardes soit, journalière, hebdomadaire et mensuelle.
Voilà les figures à partir desquelles on montre la réalisation de cette automatisation :

Cette image montre le logiciel utilisé pouvant de gérer et automatiser les différentes
sauvegardes.

Figure 4-1-19 Automatisation de Sauvegarde

L’image suivante illustre les médias qui vont être réservés pour contenir les sauvegardes
réalisées :

Figure 4-1-20 Les médias qui vont contenir les sauvegardes réalisées

© IGA Marrakech, 2018 47


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

Finalement voilà le résultat donné par ce logiciel qui nous facilite l’implémentation des
DC et RODC
stratégies :

Figure 4-1-21 Schéma montrant le résultat final du projet

© IGA Marrakech, 2018 48


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

V) Conclusion et perspectives
DC et RODC

© IGA Marrakech, 2018 49


La mise en place d’une solution de sauvegarde sur un serveur NAS

VI) Références
DC et RODC

© IGA Marrakech, 2018 50