Vous êtes sur la page 1sur 52

N°154 - SEPTEMBRE 2018

ISSN 1769-0552 - PRIX AU NUMÉRO : 14 E

www.gazette-sante-social.fr DÉPASSER LES CONSTATS POUR VOUS APPORTER DES SOLUTIONS

Handicap
La réponse accompagnée
pour tous questionne les pratiques p. 15

Juridique Anticiper Portrait


La protection Besoins sociaux : Une ergothérapeute
des données de santé l’analyse passe au service
après le RGPD p. 26 à l’interco p. 32 des soignants p. 38
au secours
je suis utile
!

Avec l’aide d’Amir et d’Hashim,


Élodie anime la boutique
solidaire de sa ville.

secours-catholique.org Ensemble,
construire
un monde juste
caritasfrance
Secours Catholique – Caritas France et fraternel
Société éditrice : Groupe Moniteur (SAS)
ÉDITO
Antony Parc II – 10 place du Général de Gaulle
BP 20156 - 92186 Antony Cedex
Tél. : 01 77 92 92 92
Site internet : www.gazette-sante-social.fr CLAUDE JACQUIER
Directeur de recherche honoraire au CNRS
Principal actionnaire : Info Services Holding
Président et directeur de publication : Julien Elmaleh
Directeur des rédactions : Guillaume Doyen

RÉDACTION
Rédacteur en chef : Laurent Thoviste (04 76 65 77 78).

DR
Assistante de rédaction : Marie-Aurélie Colpin 
(04 76 65 77 78). redaction@lagazette-sante-social.com

RÉALISATION
Rédacteur en chef technique : Laurent Brugièregarde
Secrétaire de rédaction : Véronique Garcia
Un compromis,
pour survivre
Rédacteur graphiste : Karine Colnel
Chef de fabrication : Hervé Charras
Web : Romain Mazon (rédacteur en chef délégué),
webmaster-g2s@lagazette-sante-social.com

L
Ont collaboré à ce numéro :
a politique de la ville devrait être placée au cœur de la nécessaire tran-
A. Caviccio, M. Cousin, C. Destombes, S. de Fréminville,
S. Guillaume, G. Langlois, E. Larpin, N. Levray, L. Martin, sition écologique de nos territoires rurbains à l’heure où des défis de
B. Menguy, S. Paulic, JM. Pichavant, S. Soykurt,
G. Zignani. toute nature n’ont jamais été aussi lancinants : défis environnementaux
(changements climatiques), défis socio-démographiques et culturels (flux
PUBLICITÉ
Directeur de clientèle : migratoires nécessaires au renouvellement de nos sociétés), défis écono-
Gilles Dubois, 01 79 06 79 67 ou 06 67 15 78 67
miques (panne de la création de valeurs ajoutées). Telle n’est cependant pas
Exécution technique :
Anna Da Silva (01 79 06 71 82). la perspective, et, à tous les niveaux, les responsables ont baissé les bras
pub.specialistes@infopro-digital.com
laissant le champ libre aux tenants d’un retour au passé et d’un repli sur soi
ANNONCES CLASSÉES (01 79 06...) illusionnistes !
Directeur commercial :
Clément Supplice (73 65) Cet échec n’est pas imputable à la conception de la politique de la ville, mais
Directeur des opérations : ­
Christian Fehr (73 71)
à sa mise en œuvre qui s’en est prise aux lieux et aux gens alors que l’essentiel
Équipe commerciale (73 33) : des maux tenait à nos institutions bureaucratiques balkanisées, empilées et
Anne Vignier, Guillaume Lebre
Directrices de clientèle : sectorisées. L’enjeu est plus que jamais leurs transformations en profondeur
Laurence Leroy (73 68), et cela passe non pas par la loi ou le décret, mais par la mise en œuvre de
Mira Marchard (73 69)
emploi-g2s@lagazette-sante-social.com projets au quotidien portés par des acteurs, conspirateurs des réformes en
quête de complices au sein des administrations publiques et privées.
DIFFUSION (01 79 06...)
Directeur : Guillaume de Corbière (72 95). Pendant les trente glorieuses, le compromis social-démocrate ou chrétien-
Maëlle Penelon (04 76 93 12 65) démocrate a permis un certain réencastrement des sphères de l’économie
ABONNEMENTS (01 79 06...) et du social grâce à un partage négocié de la valeur ajoutée entre capital et
Nadia Clément (directrice, 72 91) travail. Il y avait alors des « partenaires sociaux » conscients que leur intérêt
Abonnement :
abonnement-g2s@lagazette-sante-social.com bien compris était de coopérer même s’il faisait alors fi de la composante
TARIFS : 1 an environnementale. Ce vieux compromis a volé en éclat et, face aux nou-
(11 numéros + Newsletter hebdomadaire électronique) : veaux défis désormais mondialisés, il a été impossible d’en faire émerger
Administrations et sociétés : 130 € (France)
Étranger nous consulter - Personnels : 109 € (France) un nouveau, associant les domaines disjoints de l’environnement, du social
Vente au numéro : 14 € et de l’économie. C’était l’ambition des politiques européennes intégrées de
RCS Nanterre 403 080 823 développement soutenable communautaire dont la politique de la ville. Las,
N° SIRET 403 080 823 00012
N° TVA intracommunautaire FR 32 403 080 823
les acteurs sociopolitiques déterminés et mobilisés ont jusqu’ici fait défaut.
N° de commission paritaire : 1121T85614 C’est le constat fait par Nicolas Hulot dont la longue plainte prolongée reflétait
Mensuel - Dépôt légal : à parution
Imprimeur : Imprimerie non pas tant ses incapacités individuelles, mais bien cette absence durable et
de Champagne, très insoutenable pour la planète. Aux communautés-territoires, désormais,
ZI Les franchises, 52200 Langres
de coproduire ce compromis pour survivre au quotidien. u
Origine du papier :
Allemagne Certification : PEFC
Impact sur l’eau (P tot) :
0,016 kg/tonne
Ce papier provient de forêts
gérées durablement et ne contient
pas de fibres recyclées.

La Gazette Santé-Social • septembre 20183


Offrant encore plus de services et d’informations au grand public et aux professionnels du secteur, le
nouveau portail www.sanitaire-social.com vient de voir le jour et devient la nouvelle pierre angulaire de la
plateforme sanitaire et sociale.

Une offre de services complète La nouvelle ère de la plateforme Des partenariats stratégiques
Le portail www.sanitaire-social.com
Sanitaire et Social
L’Annuaire Sanitaire et Social continue
dispose d’un annuaire regroupant plus Crée et conçu de manière à pouvoir d’étendre son réseau d’influence en
de 45 000 structures médico-sociales apporter une interaction la plus nouant des partenariats en marque
de l’hexagone et des pays limitrophes. instantanée possible avec les internautes, blanche avec des acteurs majeurs des
le portail www.sanitaire-social.com secteurs de l’édition, de l’assurance et
Il met également en avant des offres devient le maillon clé d’un véritable de la santé.
d’emplois du secteur ainsi que des écosystème du secteur sanitaire et social.
actualités, mises à jour par les Ces partenariats permettent également de
établissements eux-mêmes. démultiplier les informations relayées sur
le portail www.sanitaire-social.com, sur
Enfin des guides d’informations utiles le web et via des applications dédiées.
et pertinents apportent de véritables Parmi les plus notables :
conseils et indications précieuses à ses SANOFI – MONDIAL ASSISTANCE –
utilisateurs. MALAKOFF MEDERIC – AGE VILLAGE.

Il interagit avec les sites web des clients


et des différents partenaires en marque
blanche de l’entreprise, pour permettre
une multidiffusion de l’information. Une
offre d’emploi ainsi publiée sur le site
web d’un client est automatiquement
diffusée sur le portail et sur les sites
web de ses partenaires.
Dans sa nouvelle version, le portail se L’Annuaire Sanitaire et Social ce
dote d’outilsderecherchepluspuissants La nouvelle plateforme Sanitaire et sont aussi 12 éditions régionales
et plus performants (mémorisation des Social devient enfin réalité, et permet distribuées à tous les acteurs du
recherches, géolocalisation dynamique, désormais d’offrir des informations
etc.) permettant aux internautes de secteur santé et médico-social.
fiables et mises à jour, à l’ensemble du
trouver et d’accéder aux informations grand public et des professionnels du
adéquates en quelques secondes. secteur.

Annuaire Sanitaire et Social - 70, rue Philippe de Girard - 75018 Paris - 01 42 09 13 00 - marketing@onpc.fr
OFFICE NATIONAL DE PUBLICATION
ET DE COMMUNICATION
SOMMAIRE
Septembre 2018 - n°  154

Le principe de base de la protection des données


83,6 % des enfants de 3 ans et plus avaient de santé repose sur la responsabilisation Les CJS sensibilisent les jeunes à l’entrepreneuriat
accès à des services de garde en 2016. 10 des opérateurs. 26 collectif dans une logique d’éducation populaire. 43

COMITÉ D’ORIENTATION ACTUALITÉ


Claire Alisaid-Guerain, directrice de l’Office
villeurbannais des personnes âgées et des retraités. 6 À SUIVRE
Moufida Ali Soudja, directrice adjointe à la direction
de l’emploi et de la formation de la région Occitanie. 10 EUROPE Politiques familiales, des progrès qui masquent de fortes disparités
Alain Ananos, directeur général adjoint des services 11 ENTRETIEN Jean-Paul Raymond, « Nous allons travailler à la production
de la ville de Pantin. Alexis Baron, directeur de
l’agglomération grenobloise au département de d’une action publique sobre et de qualité »
l’Isère. Pascal Bély, consultant pour le secteur public
et associatif en management du changement durable. 12 MÉMENTO Les échéances à surveiller
David Ben Sadoun, directeur général des services de
la communauté de communes Pays du Mont-Blanc.
Sandra Bertezène, professeur titulaire de la Chaire de
DOSSIER
gestion des services de santé, Cnam. Patrice Blemont, Handicap
inspecteur général de l’administration de l’Éducation
nationale et de la recherche. Marie Borne, formatrice « Une réponse accompagnée pour tous »
interne permanente du ministère de l’Intérieur.
Laurent Cabourg, président de Alter. ID Consulting.
questionne les pratiques 15
­Jean-­Michel Caudron, consultant en ingénierie
gérontologique. David Causse, coordonnateur du
Pôle santé-social et directeur du secteur sanitaire
JURIDIQUE
de la Fehap. ­Géraldine Chapurlat, formatrice
consultante, Formaneo. Guillaume Charron, éditeur 23 Délit de solidarité : en finir pour de bon
médicosocial, Dunod. Jean-Pierre Couteron, président
de la Fédération Addiction. Frédérique Delafolie,
24 TEXTES OFFICIELS/JURISPRUDENCE
chargée des relations médias, de l’événementiel et  NALYSE La protection des données de santé après le RGPD
26 A
des partenariats pour la Fegapei. Céline Desmarais,
maître de conférences HDR, université de Savoie.  UESTIONS SUR… Le conseil citoyen
28 Q
­Delphine ­Dollat, directrice de la petite enfance de
la mairie de Villeurbanne. Samuel Dyens, directeur
général adjoint des services du conseil général PROSPECTIVE
du Gard. Olivier Farre, ­directeur du CCAS de
Romans-sur-Isère. Pierre Gauthier, ancien directeur 31 La réforme de l’assurance chômage doit activer les dépenses « passives »
de l’action sociale. Romain Gizolme, directeur de
­l’AD-PA. Éric Guillon, psychologue. Jean-Pierre 32 ANTICIPER Besoins sociaux : l’analyse passe à l’interco
Hardy, directeur au projet stratégique, France
Horizon. Sarah Humblot, directrice des ressources 35 DÉCRYPTAGE Santé mentale : un plan en 3 volets
humaines, de la solidarité et de la petite enfance.
Marcel Jaeger, directeur du département DISST
du Cnam. Antoine Janbon, responsable des MÉTIER
publications à l’Uniopss. Frédéric Jésu, consultant,
vice-président de DEI-France, ex-pédopsychiatre 37 Le mot du social - P comme précarité
de service public. Chantal Juglard, présidente du
Syndicat des personnels sociaux éducatifs et de 38 PORTRAIT Une ergothérapeute au service des soignants
santé des administrations parisiennes. Carole Knoll,
administratrice nationale en charge des questions de 40 MANAGEMENT Comment réussir son recrutement dans le secteur médico-social ?
prévention et action sociale-MNT. Pierre-Brice Lebrun,
professeur de droit. Pierre-Olivier Lefebvre, délégué
41 CARRIÈRE La Gipa dans la FPT et la FPH
général du Réseau francophone des villes amies
des aînés. Olivier Mariotte, président du Nile. TERRITOIRES
Valérie Mercadal, directrice de la communication
de l’Uniopss. Hélène-Sophie Mesnage, adjointe  EPORTAGE À Saint-Brieuc, les coopératives jeunesse de services œuvrent
43 R
au délégué général, Union nationale des centres
communaux d’action sociale ­(Unccas). Olivier Nys, au développement social
directeur général, métropole du Grand Lyon.
Sandra Onyszko, chargée de communication pour 46 INITIATIVE Des services civiques pour sortir les personnes âgées de leur isolement
­l’UFNAFAAM. ­Laurent Ott, formateur-chercheur en
travail social. Claudine Paillard, directrice générale
47 INITIATIVE À Limoges, Odyss’Elles redonne une place aux femmes dans l’espace public
adjointe, chargée du pôle solidarité et santé de la
mairie de Rennes. Pascal Pourtau, coordinateur INNOVATION
Crips Rhône-Alpes. Jean-Michel Rapinat, directeur
délégué de l’ADF. Dino ­Santilli, docteur en Sciences 48 À l’hôpital, les patients peuvent être suivis par… un robot
de gestion, chercheur au Cerefige. Catherine Saunier,
responsable du service solidarités du CCAS de la ville REVUE DE PRESSE
de Lyon. Guy ­Sebbah, directeur général adjoint du
pôle santé social du Groupe SOS. Laurent Sochard, 49 Aix-en-Provence stimule la scolarisation des enfants roms
responsable-coordonnateur du pôle Enfance du
CNFPT. ­Pierre ­Verdier, avocat au barreau de Paris,
Docteur en droit. François Vialla, responsable du
CEERDS. Emmanuel Vigneron, conseiller scientifique,
La Nouvelle Fabrique des territoires. Bulletin d’abonnement p. 30. Offres d’emploi des secteurs sanitaire, social et médico-social p. 50.
Illustration de couverture : © BURGER/PHANIE
La Gazette Santé-Social • septembre 20185
À SUIVRE

Société de confiance : adapter l’administration


pour transformer la société
L a loi n° 2018-727 pour un État au service d’une société
de confiance (Essoc) a été publiée le 11 août. Toutes les
démarches administratives, sauf la première délivrance d’un
document d’identité, doivent être dématérialisées d’ici à
2022 et personne ne pourra être tenu de produire à l’admi-
nistration une « information déjà détenue ou susceptible
d’être obtenue auprès d’une autre administration ». Sur
les 73 autres articles, une dizaine concerne précisément le
secteur social. L’article 2 établit un droit à l’erreur pour les
particuliers de bonne foi. Les bénéficiaires des prestations
sociales et des minima sociaux pourront se voir octroyer
(art. 37) un droit de rectification des informations les concer-
nant lorsque celles-ci ont une incidence sur le montant des
indus qui leur sont notifiés. Les administrations volontaires
pourront expérimenter la mise en place d’un référent unique

© XAVIER DE TORRES/MAXPPP
pour des procédures et des dispositifs déterminés (art. 29).
L’article 50 autorise le gouvernement à légiférer par ordon-
nances, pour faciliter l’implantation, le développement et
le maintien de modes d’accueil de la petite enfance. Enfin,
l’article 53 prévoit l’expérimentation du relayage. NL

CONVENTION CHIFFRE CLÉ À VOIR

12,6
Le CNFPT et la Mildeca Monsieur je-sais-tout
contre les addictions Vincent Barteau, 35 ans, entraîneur de foot
Le CNFPT et la Mission interministérielle de d’1,92 m, voit débouler dans son quotidien
En 2017, les caisses
lutte contre les drogues et conduites addictives de célibataire invétéré, son neveu, Léo,
d’allocations
(Mildeca) collaborent depuis plusieurs années familiales ont 13 ans, 1,53 m, autiste Asperger et joueur
afin de diffuser aux agents territoriaux les versé au moins une d’échecs émérite. Une comédie qui aborde
connaissances en matière de prévention et prestation légale à sans lourdeur ni pathos, un sujet de santé
de prise en charge des conduites addictives ou plus de 12,6 millions publique rarement traité au cinéma.
de leurs conséquences. Ils ont signé le 11 juillet de foyers. Cette goo.gl/cQ4X5W
une convention triennale dans l’objectif de hausse de 0,9 % par
contribuer conjointement à la mise en œuvre rapport à 2016 est
territoriale du prochain plan national notamment liée à
de mobilisation contre les addictions. une progression de
Elle développe plusieurs axes de travail en 7,5 % du nombre de
termes de mise à disposition des ressources bénéficiaires de la
et de formation. prime d’activité.

LA PERSONNALITÉ Céline Poulet, secrétaire générale du Comité interministériel du handicap


Céline Poulet (47 ans) a été nommée le 24 août secrétaire générale du Comité interministériel
du handicap (CIH). Elle succède à Étienne Petitmengin qui prend sa retraite. Céline Poulet était
déléguée nationale aux personnes en situation de handicap à La Croix-Rouge française depuis
2015. Elle a exercé auparavant les fonctions de directrice générale adjointe à la Fegapei.
Elle sera chargée de « coordonner l’ensemble des actions gouvernementales menées en faveur
des personnes handicapées et de suivre la mise en œuvre des décisions prises par le Comité
interministériel du handicap », a écrit Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes
handicapées. Le CIH est notamment chargé du suivi de la mise en œuvre de la convention
internationale relative aux droits des personnes handicapées.
DR

6 septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


À SUIVRE

PETITE ENFANCE LE MOT


6,3 milliards pour développer l’accueil du jeune enfant
La COG liant la branche Famille de la Sécurité sociale à l’État pour les cinq prochaines « AUTONOMIE »
années (2018-2022) a été signée le 19 juillet. Elle prévoit une augmentation du Fonds
Une enquête réalisée par
national d’action sociale de plus de 10 % sur cinq ans pour atteindre 6,38 milliards
l’Ifop pour Happy Senior
d’euros en 2022 pour développer l’offre d’accueil du jeune enfant avec 30 000 places
et le Groupe Duval met
supplémentaires en crèches, 500 000 places d’accueil de loisirs supplémentaires dans
en avant que dans les
le cadre du plan mercredi et la mise en place d’une nouvelle prestation à destination
marqueurs de la vieillesse,
des jeunes. L’implantation de crèches dans les quartiers prioritaires de la politique
c’est la perte d’autonomie
de la ville sera favorisée grâce à la mise en place d’un bonus de 1 000 euros par place.
qui constitue la principale
Le soutien à la parentalité sera renforcé avec le financement de près de 500 nouveaux
angoisse pour 75 % des
lieux d’accueil pour les enfants et leurs parents et 150 nouveaux postes de médiateurs
seniors lorsqu’ils envi-
familiaux.
sagent leur avancée en âge.
La baisse des capacités
Contrats aidés : la baisse continuera financières (36 %), le coût
des prestations de maintien
à domicile ou de prise en
charge en établissement
spécialisé (34 %), le désen-
gagement des pouvoirs
publics dans la santé et
le social (21 %), l’absence
de professionnels pour la
prise en charge (18 %) ou
même de proches (16 %)
viennent loin derrière. C’est
l’anticipation d’une perte
d’autonomie qui constitue
la principale incitation, pour
les seniors, à envisager de
quitter son domicile pour
vivre en établissement.

À LIRE
Comment la démocratie en
santé s’exerce-t-elle ? Des
patients experts peuvent-
ils réellement former des
médecins ? Tous les citoyens
peuvent-ils contribuer à

Loi Asile et immigration : l’amélioration du système


de soins ? Le point en dix

les principales mesures questions.


« La démocratie en santé

L es députés ont voté la loi pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et en question(s) », Presses de l’HEESP,
ISBN 978-2-8109-0638-3.
une intégration réussie le 1er août dernier. L’objectif consiste à réduire à six mois le
délai d’instruction d’une demande d’asile. Aussi la loi réduit-elle de 120 à 90 jours (60
jours en Guyane) le délai au-delà duquel le dépôt peut entraîner un examen selon la
procédure accélérée. Le recours suspensif est supprimé pour un grand nombre de cas.
Les personnes originaires de pays dits « sûrs », celles qui demandent un réexamen ou
qui sont considérées comme des menaces à l’ordre public pourront être plus facilement
renvoyées. Prenant acte de la position du Conseil constitutionnel du 6 juillet 2018, la loi
n’énumère plus limitativement les actes autorisés d’aide aux personnes qui n’ont pas, ou
plus, de titre de séjour. Reste que même lorsqu’une aide est apportée sans contrepartie
financière, les personnes doivent agir sans « contrepartie directe ou indirecte » et de
façon « exclusivement humanitaire » (art. 38). NL

La Gazette Santé-Social • septembre 20187


À SUIVRE

Le 3e plan national pour les maladies rares


annonce 11 axes et 55 mesures
S ous le titre « Partager l’innovation, un diagnostic et
un traitement pour chacun », le troisième Plan natio-
nal Maladies rares 2018-2022 dévoilé le 4 juillet prévoit
­cinquante-cinq mesures groupées en onze axes. Il se fixe
comme objectifs de mieux dépister, de débuter les prises en
charge au plus tard un an après la première consultation par
un spécialiste et de faciliter l’accès aux traitements utiles.
Il prévoit également de focaliser un accompagnement plus
étroit des personnes atteintes de handicaps liés à une mala-
die rare, et de leurs aidants. Un effort particulier sera porté

©ANDREAS ARNOLD/ZUMA PRESS/ZUMA/REA


sur l’accès aux dispositifs, droits et prestations dédiés par
une information des personnes malades et de leur entourage.
L’ambition du plan est aussi de mieux accompagner certaines
étapes clés comme l’annonce du diagnostic, la transition
adolescent-adulte, les situations d’urgence. L’axe recherche
du PNMR3 vise au partage des données par, notamment, la
création d’entrepôts de données de qualité, interopérables
et réutilisables. NL

ELLE A DIT
Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées LE BILLET
D’OLIVIER MARIOTTE

“La solution est de proximité,


© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/

Président de Nile
© O. MARIOTTE

elle est à l’école de tous, la


MAXPPP/A. SOUBIGOU

(le lien entre les acteurs


crèche de tous, l’entreprise de de santé)
tous… On a encore du travail… ”
Laissez-le mourir !
S’il y a bien une mesure salutaire, au vu de
SANTÉ l’obsolescence de ce régime de protection
Propositions pour soigner sociale, c’est celle de réformer le RSI pour
permettre à ses ayants droit de bénéficier
mieux CHIFFRE CLÉ
des services du régime général. Un système
La Haute Autorité de santé (HAS) a publié le
10 juillet un rapport en cinq axes assorti de vingt
et une propositions. Le premier axe vise à mobili-
0,4
Entre le
vétuste qui rappelle les années 1970 dans
son mode de gestion, nonobstant d’une
immense propension à se désintéresser le
ser des leviers qui le sont insuffisamment comme plus facilement du monde de tout ce qui
l’autorégulation par les professionnels ou la me- 1e trimestre 2017 pourrait s’appeler une politique de service.
sure du résultat. Le second propose de faire évo- et le 1er trimestre Jusqu’ici, personne n’avait semblé regretter
luer les mécanismes d’évaluation des technologies 2018, l’emploi cette euthanasie. Personne ? Comme dans
de santé pour s’adapter aux incertitudes associatif a
toute aventure picaresque, il reste un petit
baissé de 0,4 %
qui entourent l’innovation (entrées-sorties du village (gaulois sûrement) qui résiste et le
dans le secteur
panier de biens et services remboursés, méca- fait savoir. C’est la CGT qui vient de se fendre
sanitaire et social.
nisme de prise en charge réversible et condition- d’un communiqué de presse pour faire
Si le domaine
nelle pour les médicaments). La HAS suggère de la santé savoir qu’elle allait vaillamment défendre nos
également de refondre le dispositif d’évaluation (+ 0,1 %) reste à intérêts ! La lecture de la dépêche a de quoi
des établissements sociaux et médico-sociaux, de la hausse sur un laisser pantois, arguant que nos droits sont
renforcer les capacités à disposer et à exploiter an, l’ensemble foulés au pied de la négociation, usant à qui
des données médicalisées pour évaluer la qualité, médico-social est mieux mieux d’un vocabulaire guerrier
l’efficacité et l’efficience et de mobiliser les outils en légère baisse en face duquel on a juste envie de dire :
de la démocratie participative en institutionnali- (- 0,3 %). « surtout laissez-le mourir ! »
sant par exemple le débat public en santé.

8 septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


LES MAINS,
NTRE
?
E
S
’ONT
U
ILS L

ET VO

Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par les dispositions du livre II du Code de la mutualité immatriculée au répertoire SIRENE sous
le numéro SIREN 775 678 584. Document à caractère publicitaire – Mai 2018 - TheLINKS - Crédit photos : Getty Images

83 % des Français se déclarent attachés aux différents services publics de proximité et 8 Français
sur 10 considèrent les agents territoriaux utiles. Pourtant la santé des agents se dégrade.
Face à ce constat, la MNT agit !

Pour améliorer la santé et le mieux-être au travail des agents territoriaux, et après l’avoir transmis
aux pouvoirs publics, la MNT vous présente son livre blanc. Préconisations, études, constats,
bonnes pratiques de différentes collectivités…

Découvrez ces informations essentielles sur utileauquotidien.fr/livre-blanc


EUROPE

DISCRIMINATION FAMILLE

Politiques familiales,
Directive bloquée
Le 2 juillet 2008, la
Commission européenne
avait proposé une nouvelle
loi contre la discrimination, des progrès qui masquent
de fortes disparités
pouvant interdire la dis-
crimination fondée sur la
religion ou les convictions,
le handicap, l’âge ou l’orien-

L
tation sexuelle dans tous les a Commission européenne a publié
domaines de la vie sociale, y
le 13 août son premier rapport thé-
compris l’éducation, le loge-
ment et l’accès aux biens et matique sur les politiques familiales
services. Plusieurs ONG ont et pour l’enfance dans les États membres.
dénoncé le fait que, dix ans Il s’agit plus précisément du premier rap-
après sa présentation, elle port de la Plateforme européenne pour
soit toujours bloquée l’investissement dans l’enfance qui fait
au Conseil. le point sur l’effet des différentes initia-
  tives européennes et évalue les pratiques
AIDANTS FAMILIAUX nationales. Premier enseignement, le taux
Proposition rejetée d’enfants en risque de pauvreté a diminué

© CHRIS TOBIN/GETTYIMAGES
Plusieurs groupes du entre 2011 et 2016 mais très légèrement.
Parlement et des organisa- En 2016, il était de 26,4 % soit seulement
tions comme la Coface ont
0,9 % de moins qu’en 2011 avec de fortes
critiqué le manque d’ambi-
tion des États membres le
disparités, la Bulgarie étant la plus expo-
21 juin lors d’un vote sur la sée avec la Roumanie, contrairement au
Danemark et à la ­Finlande ou la Slovénie. • Le taux d’enfants en risque de
directive « équilibre vie pri- pauvreté:était de 26,4 % en 2016 soit
vée et vie professionnelle  seulement 0,9 % de moins qu’en 2011.
notamment sur la situation Objectif presque atteint • 32,9 % des enfants de moins de
des aidants. La Commission Le rapport fait aussi le point sur les poli- 3 ans:étaient inscrits dans des structures
avait ainsi proposé cinq jours d’accueil pour enfants en 2016.
tiques de gardes d’enfants et services • 83,6 % des enfants de 6 ans et plus:avaient
de congé afin de venir en
d’éducation. En 2002, l’UE avait convenu accès à des services de garde en 2016.
aide à des proches malades.
Les États membres ont choisi que d’ici à 2010, au moins 33 % des
de laisser cette responsabilité enfants de moins de 3 ans et au moins Nouveaux droits
aux seuls États. 90 % des enfants entre 3 ans et l’âge de Chypre, la République tchèque, le Por-
  début de scolarité obligatoire devaient tugal, la Slovénie et l’Espagne ont intro-
SÉCURITÉ SOCIALE avoir accès aux services de garde formels. duit de nouveaux droits à congé pour
Accord à l’arraché Objectif presque atteint puisque selon le les pères. Au Portugal, les pères sala-
Le 21 juin, les ministres ont rapport, en moyenne 32,9 % des enfants riés doivent maintenant prendre un
eu du mal à s’accorder sur les de moins de 3 ans étaient inscrits dans congé de paternité obligatoire de quinze
nouvelles règles de coordi- des structures d’accueil pour enfants en jours. L’Autriche a introduit une prime
nation des régimes de sécu- 2016. Pour les enfants de 3 ans et plus, bonus pendant vingt-huit jours pour
rité sociale, particulièrement 83,6 % avaient accès à des services de les pères qui interrompent leur travail
sur les allocations-­chômage
garde en 2016. Au total, seulement douze juste après la naissance de leur enfant.
pour les frontaliers. Il a été
acté que l’État membre de
États membres ont atteint ces objectifs de D’une manière générale, en dépit de ces
travail sera responsable du Barcelone en 2016 (la France se classe 6e) évolutions, le rapport estime qu’il reste
versement des allocations et la garde de cette catégorie d’enfants était encore des défis à relever, notamment en
dès une période de travail de encore inférieure à 65 % en Croatie, en matière de pauvreté, d’accès à des ser-
trois mois alors que c’était Grèce, en Roumanie et en Pologne. vices de garde abordables et d’équilibre
jusqu’à présent le pays de Sur le reste des politiques et notamment entre vies familiale et professionnelle et
résidence. Le Luxembourg les congés parentaux, le rapport souligne entre les pères et les mères. u
disposera d’une période
encore une évolution favorable des légis- Solenn Paulic
transitoire de sept ans.
lations nationales. Lien vers le rapport : goo.gl/t9Kcsv

10  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


ENTRETIEN

JEAN-PAUL RAYMOND, président de l’Association nationale des directeurs


d’action sociale et de santé des départements (ANDASS)

« Nous allons travailler à la production


d’une action publique sobre et de qualité »

V
ous succédez à Roland Giraud à la tête de
l’ANDASS. Quelles vont être vos priorités ?
Roland Giraud a donné une forte impulsion
pendant ses cinq années de mandat : la formalisation
écrite de notre expertise sur des enjeux nationaux
forts comme le revenu de solidarité active (RSA), la
protection de l’enfance, l’investissement social. Je
vais m’inscrire dans cette continuité. Il est impor-
tant qu’une association comme la nôtre apporte son
éclairage, alerte les élus et les décideurs, par ses
compétences techniques. Nous voulons aussi tra-
vailler sur la production d’une action publique sobre
et de qualité. Aujourd’hui, de nombreux question-

© VILLE DE PARIS
nements sur le mécanisme institutionnel autour de
l’action sociale se posent et peu de solutions émer-
gentes vont dans le sens d’une simplification. Cette
question va traverser le mandat. Nous devons être
porteurs de méthodologie. Comment faire simple ? Jean-Paul Quel rôle va jouer la transition numérique
Qui est le plus compétent pour telle ou telle action ? Raymond, pour une meilleure prise en compte
Directeur de
Comment ne pas exclure ? Comment permettre le l’action sociale, des besoins de la population ?
maintien des droits ? Nous avons des difficultés de l’enfance Le numérique est un enjeu majeur car il s’impose
en France à trouver le bon ajustement. À l’Andass, et de la santé partout, dans toute la vie sociale. Nos sondages
de la ville de
nous sommes convaincus que nous pouvons mieux Paris depuis nous ont surpris par le taux d’équipement de
faire du social. 2014 certains foyers mais d’autres sont loin du compte.
Or, derrière cet équipement, se pose la question de
Quelle place attribuer aux départements par l’accès et du maintien aux droits. Les profession-
rapport à la montée de l’intercommunalité ? Son parcours nels doivent être connectés, les usagers aussi. Nous
Il a succédé, le
L’intercommunalité recouvre des réalités très 16 juin 2018, à devons permettre aux populations les plus éloi-
différentes en fonction de sa dimension. La place Roland Giraud, gnées de ne pas perdre leurs droits. Le numérique
à la présidence
et les relations avec le département ne peuvent de l’Andass. doit être un outil de facilitation et doit faire gagner
donc pas être les mêmes. Sur un terrain rural, le Administrateur en proximité. Ce n’est pas un substitut relationnel.
territorial, il a été
département détient une place centrale en tant que DGA du conseil Mais cela demande un investissement fort, pensé
régulateur des inégalités sociales et territoriales. général (CG) de pour et avec les usagers.
l’Essonne chargé
Dans une métropole, les enjeux sont différents. La des solidarités
France n’est pas encore complètement mûre dans (2008-2014), Que pensez-vous mettre en œuvre
directeur des
la montée en charge des compétences sociales politiques pour une meilleure reconnaissance
au niveau des intercommunalités. Nous n’avons sociales du des travailleurs sociaux ?
CG du Loiret
pas encore tranché sur le meilleur échelon. Il faut (2003-2006), Nous voulons, là aussi, travailler sur la simplifi-
parvenir à se projeter dans une France au sein de DGA cation des procédures. Nous devons parvenir à ce
développement
laquelle il pourrait y avoir des délégations de com- social et projets que les travailleurs sociaux puissent se concentrer
pétences car la diversité est telle que les modèles urbains du Val sur leur cœur de métier à savoir l’accompagnement
Fourré (Yvelines),
doivent être différents. Mais ils doivent aussi être et directeur des individuel des bénéficiaires. Actuellement, nous
lisibles afin que la population sache qui gère quoi, services sociaux sommes encore trop dans une logique administra-
puis du CCAS
de même que le niveau d’égalité et d’équité dans de Versailles tive, de guichet et de gestion des urgences. u
l’accès aux droits doit être similaire. (1991-2000). Propos recueillis par Laure Martin

La Gazette Santé-Social • septembre 201811


Les échéances à surveiller
Modulation service public d’information en
des tarifs des ESMS santé. À cet effet, les MAH seront RENDEZ-VOUS
enregistrées dans le répertoire
DEPUIS LE 29 JUIN
FINESS. Une instruction du
Depuis le 29 juin, la possibilité 27 juin dernier vient définir les 3e Salon des
pour l’autorité de tarification modalités d’enregistrement des expérimentations et
de reprendre tout ou partie MAH dans le répertoire FINESS. innovations solidaires
des excédents comptables Ce texte revient également sur les LES 11 ET 12 OCTOBRE À RENNES
dégagés par les établissements modalités de reprise du stock des
sociaux et les établissements Ce salon veut contribuer
MAH existantes dans ce même
médico-sociaux (ESMS) soumis à l’exploration de ce que
répertoire. Les gestionnaires
à l’obligation de conclure un seront les solidarités de
disposent d’un délai de quatre
contrat pluriannuel d’objectifs et demain et préparer les futurs
mois à compter de la date de
de moyens (CPOM) en diminution professionnels à l’invention
publication de l’instruction pour
des tarifs accordés par cette de nouvelles réponses dans
effectuer la reprise de stock sur
autorité est supprimée par décret. les champs de la culture, de
leur périmètre géographique.
L’affectation des résultats est l’entrepreneuriat social, des
Instruction du 27 juin 2018,
réalisée par l’établissement ou le publiée le 23 juillet. handicaps, du numérique, de
service selon les modalités définies l’emploi, de la formation et
dans le contrat. Le décret prévoit l’insertion, de l’accès aux droits,
également la possibilité pour les
Création de la citoyenneté et la participation,
CPOM de prévoir la modulation l’Observatoire des personnes âgées et de
du tarif en fonction d’objectifs national du suicide l’intergénérationnel, de la santé
d’activités. DEPUIS LE 4 AOÛT et du bien-être.
Décret n° 2018-519 du 27 juin 2018, www.askoria.eu/seis
JO du 28 juin. Un décret crée l’Observatoire
national du suicide, en définit Congrès de l’autisme
les missions et la composition. LE 13 OCTOBRE À LILLE
Enregistrement Cet observatoire se situe dans Cette 4e édition, organisée par
des maisons d’accueil la continuité de la dynamique Vaincre l’autisme, réunira des
hospitalières dans impulsée par l’Observatoire chercheurs et des experts du
créé par décret le 9 septembre
le fichier FINESS 2013 pour une durée de quatre ans.
monde entier venus présenter
JUSQU’AU 23 NOVEMBRE leurs toutes dernières avancées
Il résulte du besoin des pouvoirs en la matière. Seront abordées
L’article L.6328-1 du code de la publics de disposer d’un instrument les différentes perspectives
santé publique prévoit que les de connaissance et d’aide à la de la recherche en matière
agences régionales de santé décision, pluridisciplinaire et de traitements, de soins et
tiennent à jour un répertoire indépendant, dans le champ de la d’alternatives innovantes de
régional des maisons d’accueil prévention du suicide. prise en charge.
hospitalières (MAH), dans le Décret n° 2018-688 du 1er août 2018, www.vaincrelautisme.org
cadre de la mise en œuvre du JO du 3 août 2018.

  + 
     

 
 
 
 
   
     
 
     

 0(  "-'  0   
          - 0   
   %

  
      
  &.. #1$ )  !/ *      &.. #1$ )  . /*
      

12  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


JOURNÉE
viescolaire
acteurs de la

D’ÉTUDE JEUDI 11 OCTOBRE 2018 - PARIS

m
Handicap

ock.adobe.co
INCLUSION DES ENFANTS HANDICAPÉS,

v - st
aie
COMMENT RELEVER LE DÉFI

v
ku
s_
ny
e
©d

8 h 30 – 12 h 30 14 h – 17 h 15

• Ouverture de la journée Panorama des réalisations concrètes


➧➧Sophie CLUZEL*, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre en charge dans les territoires
des Personnes handicapées
• Retour d’expérience d’un dispositif de prise
Le virage inclusif : quelle ambition en charge coordonnée : le Centre Bulle d’air
pour quelles réalisations concrètes - Retour sur l’enjeu de la re-socialisation de l’enfant
- Les solutions pour mettre en place une coordination loisir et rééducation
• Le virage inclusif : une ambition partagée ➧➧Priscilla WERBA, Responsable, CENTRE BULLE D’AIR DE CROISSY-SUR-SEINE (78)
- L’intégration du handicap dans le milieu ordinaire comme priorité du gouvernement
- Le handicap à l’école : quelles mesures concrètes prévues et à venir • L’accueil d’une classe spécialisée en école ordinaire :
➧➧Patrice FONDIN, Conseiller de la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre le cas d’un Institut médico éducatif (IME)
en charge des Personnes handicapées - Comment intégrer les enfants accueillis en milieu spécialisé en classes ordinaires
- Diagnostiquer les conditions d’aménagement organisationnel et matériel
• Les clefs de la transformation de l’offre pour l’école
médico-sociale : le cas de l’Île-de-France ➧➧Vincent MOREAU, Directeur départemental, PEP28**
- Panorama des besoins de transformation de l’offre médicosociale
pour une plus forte ouverture vers l’extérieur • La coordination des acteurs autour de l’exemple
- Retour d’expérience à travers les chantiers conduits par l’ARS Île-de-France du centre ressource petite enfance et handicap
pour mettre en œuvre cette transformation de l’Isère
➧➧Marc BOURQUIN, Directeur de l’autonomie, ARS ÎLE-DE-FRANCE - Comment favoriser la mise en réseau des acteurs locaux pour favoriser l’accueil
de l’enfant handicapé en milieu ordinaire
• Comment favoriser et développer l’accès - Les clés pour réussir : sensibiliser, former, accompagner
des enfants en situation de handicap ➧➧Annick REYNAUD, Directrice, CENTRE RESSOURCE PETITE ENFANCE ET HANDICAP
aux accueils de loisirs DE L’ISÈRE
- Présentation de la Mission nationale accueils de loisirs & handicap en charge
de promouvoir, faciliter et développer l’accès des enfants en situation de handicap • L ’intégration de la problématique du handicap
aux accueils de loisirs dans un projet éducatif territorial
- Quel rôle jouent, à l’échelle locale, les Pôles d’appui et de ressources - Quelle position l’ANDEV adopte-t-elle
➧➧Laurent THOMAS, Délégué général, MISSION NATIONALE ACCUEIL DE LOISIRS - Les ambitions du PEdT en matière d’accompagnement des enfants handicapés
ET HANDICAP
- Quels leviers mobilisés pour y parvenir : retour d’expérience de la ville de Rennes
- La démarche de la ville de Cholet pour inscrire l’axe « intégration de l’enfant
• Retour d’expérience : les centres de loisirs Pluriel différent » dans son PEdT et sa volonté de complémentarité et continuité éducative
- Quelles sont les caractéristiques de l’accueil en centre de loisir d’enfants ➧➧Audrey MAUNOURY, Coordinatrice PEDT-Éducation-Animation, VILLE DE CHOLET
en situation de handicap ➧➧François MESURE, Directeur éducation-enfance, VILLE DE RENNES
- Le principe de mixité des publics : comment permettre pour les uns de changer
leur regard sur le handicap et pour les autres de découvrir la richesse éducative * Sous réserve de disponibilité d’agenda de dernière minute
d’une vie collective ** Pupilles de l’Enseignement Publique
➧➧Jérémy BROUARD, Directeur, ASSOCIATION LOISIRS PLURIELS DE CHOLET

Journée animée par Jean-Marie PICHAVANT, Responsable du Pôle Autonomie Santé, GROUPE ENEIS

Avec le soutien de :

PROGRAMME ET INSCRIPTION EN LIGNE SUR :


https://evenements.infopro-digital.com/gazette-
des-communes/journees-d-etudes-st-5
Journée d’étude « Handicap »
OU AU VERSO
JOURNÉE
viescolaire
acteurs de la

D’ÉTUDE JEUDI 11 OCTOBRE 2018 - PARIS

Handicap
INCLUSION DES ENFANTS HANDICAPÉS, COMMENT RELEVER LE DÉFI

BULLETIN D’INSCRIPTION MA COMMANDE


 ollectivités locales :
C
Collectivité/organisme................................................................. 490 € HT (588 € TTC)
.......................................................................................................  ntreprises publiques
E
et privées, établissements
Adresse...........................................................................................
publics : 590 € HT (708 € TTC)
.......................................................................................................
Code postal.......................... Ville.................................................... Total : ............................................ € HT*
* Ce montant comprend l’ensemble des prestations :
accueil café, déjeuner, conférences-débats,
Participant documents et traitement de l’inscription.

Monsieur Madame Informations inscriptions multiples,

CODE : JE_HAND_111018
Nom................................................................................................ rendez-vous sur :
https://evenements.infopro-digital.com/gazette-
Prénom........................................................................................... des-communes/journees-d-etudes-st-5
Fonction.......................................................................................... Journée d’étude « Handicap », tarifs d’inscription
Tél...................................................................................................
E-mail *............................................................................................
(*Indispensable pour l’envoi de la confirmation d’inscription)
➜Nombre de places limité, bulletin
Règlement (1) : à retourner avant le 5/10/2018
mandat administratif chèque joint (2) - Par email :
penelope.vincent@infopro-digital.com
Adresse de facturation.....................................................................
- Par courrier à :
....................................................................................................... Pénélope Vincent / Territorial
Antony Parc II
Service interlocuteur........................................................................ 10, place du Général de Gaulle
BP 20156 - 92186 Antony Cedex
Code postal.......................... Ville....................................................
- Par fax au 01 77 92 98 17
(1) Une facture sera envoyée à l’adresse complétée ci-dessus.
(2) Le règlement par chèque est obligatoire pour les inscriptions à titre personnel.
Les Journées d’étude sont organisées par la société TERRITORIAL
Règlement par chèque bancaire à l’inscription à l’ordre de Territorial S.A.S., un organisme de formation déclaré sous le n° d’activité 82 38040
ou par mandat administratif aux coordonnées bancaires ci-dessous : 55 38. Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’Etat et ce en vertu
TERRITORIAL SAS - RIB : CIC Crédit Industriel et Commercial - Code Banque : 30066 - Code guichet : de l’article L.6352-12 du code du travail. Tarifs valables jusqu’à la date
des événements. TVA : 20%. Les informations à caractère personnel
10949 - Compte n° 00020062001 - Clé RIB : 26 - IBAN : FR76 30066109 4900 0200 6200 126 - Bank
recueillies ci-dessus par la société TERRITORIAL S.A.S., société par
identification code (BIC) : CMCIFRPP - N° SIRET : 404 926 958 00020 - Code APE : 5813Z actions simplifiées au capital de 1 259 907 euros. Siège social : Antony
Parc 2 - 10 place du Général de Gaulle - La Croix de Berny - BP 20
156 - 92186 ANTONY CEDEX, immatriculée au RCS NANTERRE
Date : Cachet et signature : sous le numéro 404 926 958 font l’objet d’un traitement informatique.
Elles sont nécessaires à notre société pour traiter votre commande,
et sont enregistrées dans notre fichier de clients. TERRITORIAL
S.A.S. pourra envoyer des communications relatives à nos activités.
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 août 2004 (art.34 et
s.). Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de modification
et de suppression sur l’ensemble des données qui vous concernent.
Pour exercer ces droits, vous pouvez écrire à : cnil.evenements@
infopro-digital.com. Retrouvez l’intégralité des modalités
d’inscription et conditions générales de vente sur http://
evenements.infopro-digital.com/gazette-des-communes/cgv

INFOS PRATIQUES :
La journée se déroulera dans Paris intramuros. Le lieu exact vous sera précisé lors de l’envoi de votre convocation. Il sera aisément accessible en
transports en commun.
Pour toute autre information : Elvire ROULET – Tél. : 01 77 92 93 36 – elvire.roulet@infopro-digital.com
DOSSIER
Handicap
« Une réponse
accompagnée pour
tous » questionne
les pratiques
Effective depuis le 1er janvier 2018, la démarche « Une réponse accompagnée
pour tous » se déploie progressivement sur l’ensemble du territoire national.
Elle doit notamment permettre la conception de plans d’accompagnement
globaux pour les bénéficiaires d’une orientation de la MDPH confrontés à
une réponse indisponible ou insatisfaisante, et par conséquent, la mise en
œuvre effective du « zéro sans solution » préconisé dès 2014 par le rapport
Piveteau. Coconstruction, concertation avec l’usager et droit à l’innovation…,
les effets attendus vont bien au-delà de la simple mise en place d’un nouveau
dispositif et questionnent les pratiques des acteurs participant à
l’accompagnement des personnes handicapées.
Jean-Marie Pichavant, responsable du Pôle autonomie santé, Groupe Enéis,
jm.pichavant@groupe-eneis.com

La Gazette Santé-Social • septembre 201815


DOSSIER

L
e rapport coordonné par Denis Piveteau mobilisation temporaire de ressources complé-
en 2014, « Zéro sans solution » porte mentaires…
les fondements de la démarche « Une
réponse accompagnée pour tous ». L’ambi- L’usager au cœur du système
tion de l’époque visait à répondre de manière Placer l’usager au cœur du système est un
adaptée et pérenne aux besoins des personnes principe fondamental posé par l’article 89 de
handicapées et notamment à celles confrontées la loi Santé : il ne peut pas y avoir de PAG
à des ruptures dans leur parcours. Elle va se sans l’accord express de l’usager ou de son
concrétiser à travers l’intégration, dans la loi représentant. La personne concernée doit donc
de modernisation de notre système de santé, participer activement à la définition du contenu
de l’article 89 qui précise les conditions de du PAG, au même titre que les autres parte-
mise en œuvre d’un plan d’accompagnement naires autour de la table. Ce principe bouscule
global (PAG) comme réponse alternative pos- les pratiques des professionnels de terrain qui
sible pour les personnes confrontées à l’absence doivent apprendre à (re)travailler ensemble et
ou à l’inadaptation des réponses proposées au en même temps faire preuve d’une totale trans-
regard de leurs besoins. parence vis-à-vis de l’usager. Pour favoriser la
participation de tous les usagers, la démarche
Solution alternative prévoit également la possibilité de construire un
Le cœur de la démarche consiste en la mise dispositif de pair-aidance dont le rôle consiste
en place du processus permettant, autour de à confier, à un bénévole associatif ou à une
la MDPH, à l’ensemble des acteurs impliqués personne handicapée, une fonction d’interface
de construire des plans d’accompagnement ou de décrypteur favorisant ainsi le caractère
globaux. constructif des échanges entre la personne
Concrètement, dans le cas d’un enfant han- concernée et les professionnels.
dicapé en attente de place en institut médico-
éducatif, la MDPH va solliciter le concours Un rôle d’ensemblier pour les MDPH
d’établissements sociaux et médico-sociaux « Une réponse accompagnée pour tous »
(ESMS) et de l’Éducation nationale en vue de impacte par conséquent directement les pra-
construire une solution alternative et individua- tiques des MDPH qui doivent se donner les
lisée dans l’attente d’une future admission. En moyens d’assumer le rôle d’ensemblier, autour
cas d’échec ou de blocage réglementaire dans la duquel se construisent les solutions, que lui
recherche de solutions, les autorités de tutelle confie la démarche. Une nouvelle fonction voit
(ARS, conseil départemental) ou les financeurs progressivement le jour, le référent du PAG,
(CPAM) peuvent être également mobilisés pour dont le rôle consiste à accompagner le déploie-
lever certains verrous : dérogation à l’autorisa- ment des PAG tout au long de leur cycle de vie.
tion de tel établissement, financement à titre À la clé, de nouvelles compétences, en cours
dérogatoire de telle prestation de transport, d’acquisition, pour certains professionnels des

ORIGINE DE LA DEMANDE DE PAG PAR CATÉGORIE D’ACTEUR POUR LES 2 PREMIERS MOIS DE L’ANNÉE 2018
PLUS DE

1 200
37 %
40
35
26 %
LE NOMBRE DE PLANS 30
D’ACCOMPAGNEMENT 25 18 %
GLOBAUX 20
11 %
signés sur l’ensemble 15
du territoire national 4% 4%
10
depuis le lancement
de la démarche en 2017. 5
Ce chiffre cache des 0
réalités très différentes en ASE / PJJ Usager ou représentant MDPH Établissement sanitaire ESMS Éducation nationale
fonction des territoires. Source : Enéis, données collectées auprès des territoires déployant la démarche « Une réponse accompagnée pour tous ».

16  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


DOSSIER

MDPH : visibilité exhaustive et actualisée de Les financeurs, du contrôle au dialogue


l’offre et des ressources existantes sur le terri- Cette transformation de l’offre à destination
toire, pédagogie et capacité de médiation pour des personnes handicapées appelle également
coconstruire des solutions avec les partenaires une mise en mouvement de la part des agences
et la personne handicapée… Plus globalement régionales de santé et des conseils départemen-
et en lien avec d’autres chantiers de transfor- taux. Il s’agit tout d’abord d’affiner l’analyse de
mation (harmonisation des pratiques via un l’adéquation entre les besoins et les ressources
système d’information tronc commun, revue disponibles de leur territoire d’intervention à
des pratiques d’évaluation via un nouveau travers la production de diagnostics. La rela-
formulaire de demande ou bien encore suivi tion entre autorités de tutelle et opérateurs
systématique des orientations via un système de terrain doit aussi évoluer et passer d’une
d’information dédié…), la démarche invite les culture du contrôle à une culture du dialogue
MDPH à repenser leur organisation et leurs de gestion et des mécanismes de souplesse
modes d’intervention. Au-delà de la mise en devront rapidement se mettre en place en lien
place des PAG, on constate que les pratiques avec les évolutions de la réglementation. À
d’évaluation de l’ensemble des équipes pluri- REPÈRES ce titre, le déploiement progressif des CPOM
disciplinaires ainsi que la capacité à assurer • 2005 : loi du 11 février pourrait, idéalement, favoriser l’émergence
pour l’égalité des droits
un suivi des orientations sont aujourd’hui et des chances,
d’une nouvelle relation basée sur la confiance
questionnées pour les MDPH étant entrées de la participation réciproque et le droit à l’innovation, mais égale-
et la citoyenneté des
manière anticipée dans « Une réponse accom- personnes handicapées.
ment sécuriser l’engagement de l’ensemble des
pagnée pour tous ». • 2014  : publication opérateurs d’un territoire au déploiement et à la
du rapport Piveteau pérennisation de la démarche par l’engagement
« Zéro sans solution ».
Une plus grande ouverture • 2016  : loi de de tous.
pour les opérateurs modernisation de
notre système de santé
Au niveau des opérateurs (ESMS, établisse- et son article 89. Un mouvement systémique
ments sanitaires, Éducation nationale…), qui • 2016 : lancement Les premiers retours d’expérience démontrent
participent à la mise en œuvre des réponses, de la démarche que la réussite repose sur la qualité du parte-
« Une réponse
les attentes de transformation portent sur leur accompagnée nariat et la relation de confiance que les pro-
capacité à faire preuve d’une plus grande ouver- pour tous » par fessionnels vont réussir à construire dans la
24 départements
ture vers leur territoire d’intervention pour leur pionniers. durée. La démarche a des effets sur la structure
permettre de proposer des réponses modulaires • 2017  : généralisation même de l’offre qui commence à se transformer
de la démarche à
coconstruites entre partenaires. Il s’agit égale- 90 départements. localement.
ment d’assumer un nouveau rôle : le coordon- • Depuis le 1er janvier Aussi, par la construction de solutions « cou-
2018 : application
nateur de parcours qui a pour fonction d’assurer pleine et entière
sues main », pour répondre à des situations
le suivi de la mise en œuvre opérationnelle de l’article 89 individuelles complexes, de nouvelles réponses
de la loi Santé.
du PAG et de favoriser la bonne circulation de apparaissent, encouragées par les autorités de
l’information entre partenaires. À nouveau, le tutelle qui accordent les dérogations à l’auto-
déploiement de la démarche dans les territoires risation nécessaires. Pour certains territoires, il
montre des impacts qui dépassent la simple est temps de questionner la gouvernance terri-
participation des opérateurs à la mise en place toriale de l’offre à destination des personnes en
de PAG. Par un renforcement des partenariats, situation de handicap pour mieux identifier les
c’est toute l’offre à destination des personnes besoins et les ressources disponibles et apporter
en situation de handicap qui est aujourd’hui collectivement les réponses attendues. Évaluer
questionnée à travers le traitement des situa- la réussite de la démarche simplement à l’aune
tions individuelles alors même que le virage du nombre de PAG signés par chaque MDPH
inclusif porté par le gouvernement appelle, par constituerait, à ce titre, une erreur manifeste
le haut, au même mouvement. Établissements d’interprétation. « Une réponse accompagnée
« Hors les murs », plateaux techniques appor- pour tous » représente avant tout un mouve-
tant des prestations externalisées, nouvelles ment systémique dont les effets pourront se
formes d’habitat…, autant d’opportunités qui mesurer à travers la capacité des partenaires à
devraient faciliter, du fait de leur généralisation, limiter les ruptures de parcours et à proposer
la conception des PAG et plus largement l’indi- collectivement des réponses adaptées à la diver-
vidualisation des réponses proposées. sité des besoins. u

La Gazette Santé-Social • septembre 201817


DOSSIER

AUDE

La MDPH assume son rôle d’ensemblier


Comptant parmi les vingt-quatre territoires pionniers investis dans « Une réponse accompagnée
pour tous » en 2016, la rapide montée en puissance des demandes de PAG a impliqué
une évolution de la posture de la MDPH de l’Aude vis-à-vis de ses partenaires.

R
apidement confrontée à un nombre de et la MAS mais également la mise en place
demandes de PAG, la MDPH de l’Aude a d’un important dispositif de formation. Cette
dû s’adapter. La directrice et son équipe personne est aujourd’hui accueillie en internat
d’encadrement ont organisé le lancement de la temps plein au sein de la MAS.
démarche. Le conseil départemental a accompa-
gné ce travail par le recrutement d’un chargé de Concentrer les efforts
mission, rapidement rejoint par une infirmière La MDPH veut désormais limiter la montée en
diplômée d’État et une assistante administrative puissance du nombre de demandes de PAG
qui ont permis de structurer les outils et nouer voire de les réduire pour concentrer les efforts
les contacts de proximité avec les différents REPÈRES sur les situations les plus critiques. Plusieurs
acteurs, les usagers et leurs familles. • Plus d’une centaine leviers seront mobilisés : poursuivre le travail
de demandes de PAG
reçues par la MDPH
sur la coordination des pratiques d’admission
Casser le poids des représentations depuis 2016. en établissement médico-social pour favoriser
Un enjeu majeur porte sur la capacité de la • 116 PAG l’accueil des publics prioritaires, accompagner
signés depuis 2016.
MDPH à « casser le poids des représentations » • 10 projets innovants la transformation de l’offre et la généralisation
et favoriser les échanges entre opérateurs. « Il en cours de réflexion. des réponses coordonnées (Itep-Sessad ou IME-
est parfois étonnant de constater l’absence Sessad, IME avec classe en milieu ordinaire…).
de connaissance, voire certaines idées reçues Le déploiement des chantiers nationaux comme
autour de tel dispositif ou de telle catégorie d’éta- le SI tronc commun des MDPH ou le SI de suivi
blissement », constate Catherine ­Roumagnac, sa des orientations devrait aussi avoir pour effet de
directrice. « Nous avons donc rapidement fait le faire évoluer la manière dont la MDPH construit
choix de susciter les rencontres et les échanges ses réponses en matière d’orientation en établis-
entre acteurs du monde médico-social mais sements et services pour une plus forte proximité
aussi du monde social et sanitaire dans le but de avec les ressources disponibles sur le territoire. u
faciliter l’émergence de réponses communes. Ce
travail commence aujourd’hui à porter ses fruits Hélène Sandragné, vice-présidente du conseil départemental
et nous espérons ainsi faciliter l’organisation de l’Aude, présidente de la commission « Autonomie »
et de la CDAPH
des PAG, et à terme construire ces réponses
« La relation quotidienne de l’usager
© S. LIMONGY/DÉP. DE L’AUDE

modulaires dans le droit commun. » Un travail


qui appelle une nouvelle posture de la part des avec la MDPH a été améliorée »
agents de la MDPH chargés de la conduite du Le déploiement de « Une réponse accompagnée pour
projet : aller à la rencontre des ESMS et des tous » a été l’occasion pour les services de la MDPH
de revoir en profondeur ses modalités de travail.
partenaires, comprendre leur fonctionnement
Nous avons renforcé les contacts avec le collectif Handi-Aude pour
et leurs contraintes. Sans quoi la relation de favoriser les échanges d’informations et partager autour des difficultés
confiance ne pourra s’instaurer. rencontrées de part et d’autre. La relation quotidienne de l’usager avec
Construire des réponses communes appelle la MDPH a également été améliorée. Je pense notamment à la mise
également créativité et innovation. Un exemple à jour du portail Web de la MDPH sur lequel le suivi en temps réel de
parmi d’autres, celui d’un adulte diagnostiqué l’état d’avancement des demandes est maintenant possible, ou bien
autiste en sortie d’hospitalisation a été accueilli encore à la mise en place de permanences mensuelles dans les locaux
de la MDPH par plusieurs associations du territoire. Enfin, en termes de
au sein d’une maison d’accueil spécialisée
conciliation, nous avons organisé la mise à disposition, également dans
(MAS) ne disposant pourtant pas des compé- les locaux de la MDPH, d’une permanence du délégué départemental du
tences nécessaires pour ce type de profil. La défenseur des droits et accompagné la création d’une fonction de pair-
mise en place d’un PAG a permis un accueil conciliateur. Ces mesures améliorent la relation usager-administration et
séquentiel progressif entre le CHS d’origine favorisent l’accompagnement de ceux qui en ont le plus besoin.

18  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


DOSSIER

VAL-D’OISE

Le département mise sur la souplesse


pour éviter les ruptures de parcours
Pour accueillir en urgence et mieux accompagner le parcours de l’usager, le département
du Val-d’Oise a recours à des mécanismes d’assouplissement et de dérogation au cadre
du fonctionnement des ESSMS.

L
a diversité et la complexité de certaines Un cadre plus formel
situations individuelles impliquent de Plusieurs chantiers viennent conforter ce mode
rechercher des solutions qui n’entrent pas de fonctionnement. L’une des orientations
toujours dans le cadre habituel de fonctionne- du schéma départemental, validé en début
ment des établissements et services. Dans le d’année, vise à assouplir davantage l’offre en
REPÈRES
Val-d’Oise, le département fonctionne de façon ESMS. Plusieurs leviers ont ainsi pu être identi-
• 15 000  à
rapprochée avec la MDPH, qui dispose d’une 16 000 nouvelles
fiés pour développer les pratiques existantes : le
visibilité sur le devenir des personnes ayant personnes entrent passage à un fonctionnement en « file active »,
chaque année dans
fait l’objet d’une orientation, par le biais de son le dispositif en réalisant
le développement de l’accueil séquentiel ou
logiciel de suivi des orientations. Les rencontres une première demande temporaire dans les établissements et services,
auprès de la MDPH.
bilatérales avec les gestionnaires des établisse- le déploiement de la démarche « Une réponse
• 2 364 places
ments et services du territoire sont régulières, en établissements accompagnée pour tous » qui implique notam-
initiées depuis plusieurs années par le pôle et services à destination ment de formaliser un cadre de souplesse et de
des enfants en 2017.
social de la MDPH pour mieux appréhender les • 2 223 places dérogation et d’accompagner les ESMS dans
projets d’établissement, et faire le lien avec les en établissements l’évolution de leurs pratiques. Le schéma pré-
et services à destination
candidatures et situations d’urgence rencontrées. des adultes en 2017. voit également d’accompagner la mise en œuvre
d’évolutions réglementaires connexes, telles
Un parcours plus fluide que l’ouverture des agréments ou la nomencla-
Des habitudes de travail ont ainsi pu émerger ture Sérafin. Un travail sur le cadre de souplesse
autour de situations individuelles pour appor- a par ailleurs été travaillé au niveau régional par
ter des solutions rapides en cas de besoin. Un l’ensemble des départements d’Ile-de-France,
certain nombre de mécanismes ont pu être dans une dynamique impulsée par l’ARS. u
sollicités pour éviter des ruptures de parcours,
mais également pour assurer un parcours plus
fluide pour les usagers. Parmi ceux-ci l’accueil Valérie Honoré-Rougé, chef de service du secteur personnes
en surnombre (limité à une ou deux personnes handicapées de la direction de l’offre médico-sociale
du département
supplémentaires en journée, et l’accueil d’une
personne en hébergement pendant un mois
« Le lien de confiance permet de s’assurer que les
dans une chambre de secours), l’accueil tem- dérogations correspondent à de vraies urgences »
poraire de plus de 90 jours, ainsi que l’accueil « Le partenariat et la communication entre les gestionnaires
temporaire en urgence, assorti d’une régularisa- d’établissement, la MDPH, le département et l’ARS ont été l’une des
conditions de réussite. La confiance réciproque qui a pu s’instaurer entre
tion de l’orientation par la CDAPH sous quinze
les gestionnaires et le département a facilité ce mode de fonctionnement,
jours s’il y a nécessité. qui suppose que le directeur sollicite l’accord en amont de l’accueil,
L’accueil temporaire d’urgence se fait toujours et que nous nous rapprochions rapidement de la MDPH pour valider
en concertation avec la MDPH, qui valide à la l’urgence et la solution envisagée. Aujourd’hui, les demandes de
fois l’urgence mais également la pertinence dérogations émanent de fait le plus souvent de la structure elle-même.
de l’accueil. Enfin, des établissements ont pu Le lien de confiance existant entre la délégation départementale de
s’engager à conserver une place pour la personne l’ARS, le département et la MDPH est également important, car il permet
de s’assurer que les demandes correspondent bien à de vraies urgences,
en cas de projet de départ de l’établissement, si le
et que chaque acteur se mobilise aux côtés de l’établissement en cas
projet ne venait pas à se confirmer. Pour cela, la de difficultés avérées. La capacité des acteurs à déléguer la prise de
place a pu être dédiée par exemple à des accueils décision et l’utilisation de moyens de communication rapides sont deux
temporaires le temps de la durée test du projet. conditions pour que le système fonctionne. »

La Gazette Santé-Social • septembre 201819


DOSSIER

POINTS DE VUE

Un changement d’échelle
dans la réponse aux besoins
des personnes handicapées
Marina Drobi, cheffe de projet au Comité interministériel du handicap et Stéphane Corbin,
directeur de la compensation à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, témoignent
des conditions nécessaires pour que « Une réponse accompagnée pour tous » réponde mieux
aux besoins des personnes en situation de handicap. Le travail entre acteurs et la participation
des usagers sont essentiels.

Comment se passe le déploiement s’appuie sur les dynamiques territoriales. Dans


de la démarche ? certains territoires, elle a remis à plat des rela-
Marina Drobi : Nous sommes en plein chan- tions entre partenaires qui s’étaient grippées et
gement d’échelle. D’une part, l’année 2018 est a permis une meilleure coordination entre les
celle de la généralisation. Même si de nom- intervenants que rencontrent une personne en
breux départements se sont lancés dès 2017, la situation de handicap et ses proches. C’est un
mise en œuvre opérationnelle a débuté souvent La responsabilité travail de confiance et de transparence entre
en 2018. D’autre part, on constate une véritable des acteurs les acteurs. Mais la démarche réinterroge éga-
prise de conscience quant à la nécessité d’in- institutionnels, lement la relation entre l’offre et la demande. Il
vestir de manière concomitante tous les axes que ce soit au y a un enjeu fondamental à mieux connaître les
de la démarche, les travaux engagés localement niveau local besoins des personnes à l’échelle d’un territoire
et les feuilles de route sont désormais plus ou national, pour que des réponses pertinentes puissent
complets. C’est essentiel car, comme le disaient être mobilisées. Celles-ci doivent être rapide-
est de créer
Denis Piveteau et Marie-Sophie Desaulle, la ment disponibles et ne pas seulement reposer
des conditions
voiture a besoin de ses quatre roues pour avan- sur une dérogation ou sur « le pas de côté ». La
cer. Surinvestir un axe au détriment des autres pour faciliter diversité et la modularité des réponses doivent
rendrait la démarche bancale et risquerait de le déploiement être recherchées. Ce n’est pas toujours évident
gripper la dynamique de transformation portée de cette et il nous faut des outils puissants d’analyse.
par les acteurs. Enfin, pour aboutir aux objec- dynamique Le déploiement d’un système d’information de
tifs de la démarche, nous pouvons désormais suivi des orientations participe à cet objectif.
nous appuyer sur une dynamique interministé-
rielle plus forte et l’ambition du gouvernement Chacune de vos institutions est pilote
à avancer sur le chemin de la société inclusive. d’un axe de la démarche, la mobilisation
Pour citer encore Denis Piveteau, « on ne peut des usagers pour le SG CIH et la mobilisa-
espérer aboutir à ‘‘zéro sans solution’’ sans tion des MDPH pour la CNSA. Quelles sont
avoir l’ambition du ‘‘cent pourcent inclusif’’ ». les ambitions de ces différents chantiers ?
Stéphane Corbin : La démarche s’appuie sur MD : Le SG CIH est effectivement responsable
DR

l’ambition de ne laisser personne sans solu- de l’axe portant sur le développement de


tion d’orientation réellement effective. Pour Marina Drobi, l’accompagnement et le soutien par les pairs.
atteindre cet objectif, elle vise une meilleure ancienne membre La création d’une dynamique d’accompagne-
du cabinet de la
articulation entre les acteurs et un copartage de secrétaire d’État en ment par les pairs est un levier pour renforcer
responsabilité dans l’élaboration des réponses charge des Personnes le pouvoir d’agir des personnes en situation de
faites aux personnes. Mais il y a aussi un inté- handicapées et de la handicap et leur permettre de jouer un rôle
Lutte contre l’exclusion,
rêt plus global à revoir collectivement la façon est aujourd’hui cheffe plus actif dans leurs parcours. C’est un enjeu
dont on évalue les besoins des personnes et de projet « Une réponse essentiel au regard des ambitions de la loi du
comment on construit les réponses avec les accompagnée pour 11 février 2005 et de la Convention relative
tous » au Comité
personnes elles-mêmes… Je vois deux intérêts interministériel aux droits des personnes handicapées. Et c’est
majeurs à cette démarche. Premièrement, elle du handicap. également un enjeu essentiel pour le succès de

20  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


DOSSIER

la transformation que nous visons à impulser. son ouvrage récent sur ce sujet (1). Si je ne
Que ce soit pour trouver des réponses aux devais en citer que deux ce serait la nécessaire
situations individuelles ou pour faire évoluer prise de recul par rapport à sa propre expé-
l’offre d’accompagnement sur un territoire, rience et l’impératif d’une posture relationnelle
nous avons besoin d’ouvrir le champ des spécifique où l’objectif n’est pas de « faire le
possibles. La rencontre entre l’expertise des bien d’autrui, mais de le soutenir dans ses
professionnels et l’expertise dite « d’usage » rêves et ses projets » (2). De la même manière,
des personnes vivant avec le handicap est pour la formation par pairs va bien au-delà de la
cela un formidable vecteur. mobilisation des témoignages des personnes
SC : Les MDPH ont aujourd’hui des pratiques concernées dans une formation réalisée par les
très diversifiées mais toutes ont identifié la professionnels. Il s’agit de s’appuyer sur ce qui
nécessité de s’adapter aux besoins de la per- se pratique déjà pour aller plus loin au service
sonne et de rechercher des solutions pour de l’empowerment des personnes en situation
les personnes en risque de rupture dans leur de handicap. La responsabilité des acteurs
parcours. Mais, l’objectif est l’amélioration institutionnels, que ce soit au niveau local
continue du système d’orientation et d’accom- ou national, est de créer des conditions pour
pagnement des personnes. Cette volonté d’un faciliter le déploiement de cette dynamique :
accompagnement renforcé des projets des capitaliser l’existant, mettre en place des for-
personnes est déjà à l’œuvre dans de nom- mations, intégrer la mobilisation des pairs dans
breuses MDPH. Elles le font en lien avec les les appels à projets, mobiliser des financements
autres chantiers qui leur sont confiés comme le quand c’est nécessaire. Cependant, l’action doit
déploiement d’un système d’information har- Il y a un enjeu être conçue et portée par les pairs, c’est ça la
monisé destiné à terme à simplifier leur travail fondamental à condition de réussite essentielle.
quotidien pour pouvoir accorder plus de temps mieux connaître SC : La principale difficulté relève de la coordi-
à l’accompagnement, la mise à disposition d’un les besoins nation dans le temps des différents travaux en
nouveau formulaire unique de demande pour cours. C’est pourquoi dans le cadre du comité
des personnes
faciliter la compréhension d’une situation. Ces de pilotage national, il est à la fois question de
à l’échelle
transformations prennent du temps. Le chan- la transformation de l’offre médico-sociale, des
gement des cultures professionnelles et des
d’un territoire travaux autour du plan de transformation pour
pratiques concerne à la fois l’accompagnement pour que l’école inclusive, des travaux des départements
à la mise en œuvre des droits, les pratiques des réponses pour le développement du soutien au domicile
d’admission et les pratiques d’évaluation des pertinentes ou encore des projets territoriaux de santé men-
besoins. Parce que le changement est global, il puissent être tale. Sur les territoires, on retrouve ces objectifs
nécessite de pouvoir s’appuyer sur des parte- mobilisées de diversification et de modularité dans les
naires qui partagent la même ambition. programmes régionaux de santé que pilotent
les agences régionales de santé, mais aussi dans
Comment explique-t-on les difficultés les schémas départementaux de l’autonomie ou
rencontrées et quelles conditions des solidarités des conseils départementaux. Ils
pour les lever ? peuvent être déclinés dans les contrats plurian-
MD : En ce qui concerne la mobilisation des nuels d’objectifs et de moyens (CPOM) passés
usagers, nous avons me semble-t-il deux types avec les établissements et services médico-
© CNSA

de difficultés. Certains considèrent que cette sociaux. Ils trouvent également un appui dans
dynamique de soutien par les pairs existe Stéphane Corbin, l’action menée par les représentants de l’Éduca-
déjà dans le réseau associatif et que nous est directeur de la tion nationale au sein des groupes techniques
n’avons guère besoin d’aller plus loin. D’autres compensation à la Caisse départementaux. La démarche « Une réponse
de la solidarité pour
identifient bien la plus-value de ces nou- l’autonomie (CNSA). accompagnée pour tous » participe pleinement
velles approches mais ne savent pas forcément Il était auparavant au développement d’une société plus inclusive
comment les décliner de manière concrète et conseiller technique où le « droit commun » est avant tout mobilisé :
de la ministre de la Santé
opérationnelle localement. Nous devons donc en charge des personnes l’école mais aussi l’emploi, les activités cultu-
expliquer que l’accompagnement par les pairs âgées, des personnes relles ou sportives par exemple. Le montage de
va plus loin que la simple entraide et implique handicapées et de la ces partenariats et le pilotage de ces chantiers
cohésion sociale, et DGA
un certain nombre de prérequis et conditions chargé des solidarités reposent donc sur une gouvernance et une
que développe par exemple Ève Gardien dans en Indre-et-Loire. responsabilité partagées dans les territoires. u
(1) Ève Gardien, « L’accompagnement et le soutien par les pairs », PUG, 2017. (2) Idem, p. 66.

La Gazette Santé-Social • septembre 201821


DOSSIER

VU D’AILLEURS

Au Danemark, l’inclusion
est entrée dans les mœurs
Depuis le début des années 2000, le Danemark a fait de l’inclusion des personnes handicapées
dans la société une priorité nationale. Éducation, santé, logement, accessibilité à l’emploi
et à la vie sociale…, à tout âge de la vie, le handicap doit donc être pris en compte.

E
n ratifiant la déclaration de sources et de compétences afin d’aider
DANEMARK
­Salamanque en 2006, le ­Danemark les autres écoles à adopter et faire vivre
prend la mesure de l’intégration le processus d’inclusion par la scola- • Population : 5,6 millions (2018).
des enfants en situation de handicap en risation. Cette école compte 8 à 10 % • PIB par habitant : 49 021 $US (OCDE, 2016).
milieu scolaire ordinaire. L’objectif est d’élèves handicapés de 6 à 15 ans aux • Indice de développement humain :
0,92 (2014).
ambitieux : scolariser 96 % des enfants troubles divers (autisme, hyperacti- • Espérance de vie à la naissance :
handicapés en milieu ordinaire jusqu’en vité, troubles du comportement…). Le 80,8 (OCDE, 2015).
2015. Pour ce faire, les enfants, quel système s’appuie sur la complémen- • Taux de fécondité :
1,8 enfant par femme (OCDE, 2016).
que soit leur handicap, sont intégrés tarité entre des profils d’enseignants
• Mortalité infantile :
dans des classes classiques, suivent une et de spécialistes de la pédagogie et la 3,7 morts/1000 naissances vivantes
partie des enseignements et bénéficient proximité de l’encadrement avec un (OCDE, 2015).

également des soins ou des actes de enseignant pour dix élèves environ
rééducation directement sur le site de (ration e­ nseignant-élève : 1 pour 10,7). situation de handicap et module leurs
l’école. La logique repose sur l’adapta- Le centre de ressources permet aussi de enseignements afin de les insérer à leur
tion du système aux enfants en situation créer des formations et stages à destina- rythme sur le marché du travail. Au
de handicap, et non le contraire. tion des professeurs encore peu habitués lieu de mettre en place une obligation
aux troubles présents chez leurs élèves. d’emploi des travailleurs handicapés,
Objectif rempli le Danemark incite les entreprises à les
À la fin de l’année scolaire 2014-2015, Jusqu’à la formation professionnelle embaucher. L’État finance les services
95,2 % des élèves handicapés sont L’inclusion des personnes en situation d’assistance personnelle pour trouver un
scolarisés en milieu ordinaire. Si le de handicap se mesure aussi par rap- emploi, ainsi que l’adaptation du poste
Danemark a quasiment rempli son port à leur présence sur le marché du de travail le cas échéant. S’il n’existe pas
objectif, plusieurs études mettent en travail. Le centre d’éducation technique de quotas pour les entreprises, il y a une
avant des points d’amélioration. Ainsi, de Copenhague (TEC) est un centre priorité d’emploi dans le secteur public
une enquête effectuée au printemps de formation professionnelle de haut à qualification égale. Une incitation qui
2016 auprès de 650 familles montre un niveau (mécanique, électricité, serrurier, semble favoriser un accueil pérenne et
certain scepticisme de la part des parents transport…) qui accueille des jeunes en de qualité. u
quant au niveau d’individualisation
Cyrille Billaud, directeur associé du Groupe Enéis Conseil
de l’accompagnement proposé à leurs
enfants. Sont à titre d’exemple pointées
« Les Danois ont su construire un système
du doigt, l’adaptation et l’organisation inclusif sur lequel la France peut s’appuyer »
© GROUPE ENEIS

des espaces. Cela ne concerne pas seu- En dix ans, les objectifs en matière d’inclusion scolaire ont été
quasiment atteints. Les Danois ont su construire un système
lement leur accessibilité mais également
inclusif sur lequel la France peut s’appuyer pour rattraper son
leur organisation pour répondre aux retard. Il est d’ailleurs assez étonnant de constater qu’en démarrant en 2006,
besoins spécifiques des personnes en les Danois aient pu obtenir de tels résultats alors qu’un an auparavant, la France
situation de handicap : petits groupes, adoptait la loi du 11 février 2005 et son ambitieux volet d’inclusion scolaire.
calme et temps de silence. Autre point Sans toutefois l’ériger en modèle absolu, je vois dans le système danois deux
soulevé : le manque de connaissance principaux atouts dont nous devrions nous inspirer. Tout d’abord, la présence
du handicap de la part des enseignants. systématique des professionnels médico-sociaux des structures spécialisées
sur le lieu de l’école, leur présence facilitée en classe le cas échéant et leur
participation à l’équipe éducative simplifiée par la proximité géographique.
École pilote Ensuite, la nécessaire gradation des niveaux d’accompagnement scolaire
À Copenhague, l’école primaire ­d’Øster sur un territoire pour répondre aux besoins d’individualisation de l’enseignement,
Farimagsgade est devenue centre de res- dans une logique de territoire inclusif.

22  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


JURIDIQUE
PARCE QUE LES SOLUTIONS SONT DANS LA MAÎTRISE D’UN CADRE RÉGLEMENTAIRE COMPLEXE ET DIVERSIFIÉ

Délit de solidarité :
en finir pour de bon
Brigitte Menguy
Le cas de Martine Landry, une
responsable locale d’Amnesty
International, poursuivie pour « aide
à l’entrée sur le territoire de deux
© PATRICIA MARAIS

mineurs en situation irrégulière »,


avait ému l’opinion publique au
printemps. Relaxée le 13 juillet, la
militante s’était dite « soulagée » par ce jugement.
Mais c’était sans compter l’appel du parquet.

«N
TEXTES OFFICIELS ous apprenons avec consternation l’appel par le
EHPAD
procureur général d’Aix-en-Provence du jugement
Financement d’actions
de prévention destinées du tribunal correctionnel de Nice qui avait pro-
aux résidents�����������������������������������������������������������������P. 24 noncé la relaxe de Martine Landry le 13 juillet dernier ». Ce sont
ESMS par ces mots qu’Amnesty International a annoncé fin juillet, dans
Délais et conditions de caducité un communiqué, sa consternation d’apprendre qu’une de leurs
partielle des autorisations
responsables locales, Martine Landry, voyait sa relaxe remise en
d’ouverture������������������������������������������������������������������������P
 . 24
compte par le parquet.
JURISPRUDENCE Selon Amnesty International, cette décision est surprenante : « le
RSA parquet est garant de l’intérêt public. En première instance, la
Pas de compensation lorsqu’il
procureure [du tribunal de Nice] avait demandé la relaxe. Il est
y a modification de règles
existantes�������������������������������������������������������������������������������P. 25 assez étonnant que la protection de ce même intérêt public exige
Action sociale une condamnation dix jours après la relaxe obtenue ». D’autant
Dépôt par téléservice plus que, dans le cas de Martine Landry, le tribunal a indiqué que
d’une demande de RSA�����������������������������P. 25 « la preuve de la matérialité du franchissement de la frontière »
ANALYSE par la prévenue n’avait « pas été rapportée ». Le tribunal a égale-
La protection des données ment reconnu que rien ne permettait d’établir que Martine Landry
de santé après le RGPD���������������������������P. 26
avait réalisé des faux pour attester d’une demande d’assistance
5 QUESTIONS SUR… éducative aux mineurs qu’elle avait recueillis.
Le conseil citoyen������������������������������������������������P. 28
Un appel encore plus surprenant qu’il intervient peu de temps
après la décision du Conseil constitutionnel déclarant contraire
au principe de fraternité l’article L.622-4 du code de l’entrée et du
séjour des étrangers et du droit d’asile. En effet, selon les Sages, les
personnes qui apportent une aide désintéressée aux migrants en
situation irrégulière en France ne peuvent plus être poursuivies.
Le législateur a désormais jusqu’au 1er décembre pour modifier le
code de l’entrée et du séjour des étrangers afin de mettre fin au
délit de solidarité. Et confirmer ainsi la relaxe de Martine Landry. u

La Gazette Santé-Social • septembre 201823


TEXTES OFFICIELS
Page réalisée par Gabriel Zignani

EHPAD HANDICAP
Financement d’actions de Élargissement du
vivier des accompa-
prévention destinées aux résidents gnants des élèves

U ne instruction du 25 juin revient


sur le financement d’actions
de prévention destinées aux rési-
du financement d’actions collectives de
prévention.
L’objectif est notamment d’accroître
Un décret modifie le décret
relatif aux conditions de
recrutement et d’emploi des
dents des établissements d’héberge- les actions de prévention, notamment accompagnants des élèves
en situation de handicap. Il
ment pour personnes âgées dépen- en matière de santé bucco-dentaire, de
élargit le vivier de recrute-
dantes (Ehpad) par les conférences repérage précoce de la perte d’autono- ment des a ­ ccompagnants en
des financeurs de la prévention de la mie, d’activité physique adaptée, de assouplissant les conditions de
perte d’autonomie. diététique et de prévention des chutes recrutement. Il fixe par ailleurs
Conformément aux mesures prévues pour les personnes âgées résidant en à 60 heures la durée minimale
dans la feuille de route « Grand âge et Ehpad. de formation d’adaptation à
autonomie » présentée le 30 mai 2018, À noter que le texte précise qu’une com- l’emploi.
les agences régionales de santé (ARS) munication en direction des conseils Décret n° 2018-666 du 27 juillet 2018,
JO du 29 juillet.
sont invitées à veiller à ce que le départementaux viendra en appui de
concours versé aux conférences des cette instruction de manière à ce que la MIGRANTS
financeurs de la prévention de la perte feuille de route « Grand âge et autono-
Mise en place
d’autonomie soit mobilisé pour des mie » puisse se mettre en œuvre dans
actions menées en Ehpad ou touchant une dynamique partagée. u
du parcours
des résidents d’Ehpad en 2018, au titre Instruction du 25 juin 2018, publiée le 18 juillet. de santé pour
les primo-arrivants
Une instruction du 22 juin
encourage la construction de
ESMS parcours de santé des migrants

Délais et conditions de caducité adaptés aux territoires par


une animation de l’offre locale

partielle des autorisations autour de cet objectif. Elle pro-


pose également aux ARS d’uti-
d’ouverture liser un espace numérique de
travail pour le partage d’outils

U n décret fixe les modalités dans les-


quelles les autorisations sociales et
médico-sociales sont réputées partiel-
d’autorisation relevant de la compé-
tence exclusive du président du conseil
départemental ou conjointe avec le
et de pratiques. Le but est no-
tamment de faciliter l’accès à la
prévention et aux soins des per-
lement caduques, en l’absence d’ou- directeur général de l’agence régionale sonnes nouvellement arrivées
verture au public d’une partie de la de santé. sur le territoire.
Instruction du 22 juin 2018,
capacité autorisée, et selon que la déci- Ce décret fixe également les conditions, publiée le 10 juillet.
sion d’autorisation regroupe de façon les modalités de mise en œuvre et
distincte plusieurs sites d’implantation d’évaluation de ce dispositif.  QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL
ou distingue plusieurs types de presta- Le décret est applicable aux décisions Stratégie de
tions ou de modes d’accueil et d’accom- d’autorisations accordées à compter du
promotion auprès
pagnement clairement identifiables. Le 1er juillet 2018. Un régime transitoire
décret autorise, à titre expérimental est aménagé pour les décisions d’auto-
des agents
et pour une durée de deux ans, les risation pour lesquelles une procédure Une instruction est relative à la
mise en œuvre d’une stratégie
présidents des conseils départemen- d’appel à projets a été engagée anté-
de promotion de la qualité de
taux situés dans les régions Auvergne- rieurement au 1er juillet 2018 et pour vie au travail (QVT) dans les
Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Ile- les décisions d’autorisation ne faisant établissements médico-­sociaux
de-France et ­Provence-Alpes-Côte pas l’objet d’une procédure d’appel à (Ehpad et établissements
d’Azur à prendre des décisions déro- projets et pour lesquelles une demande accueillant des personnes
geant aux seuils d’extension définis d’autorisation a été déposée avant la handicapées).
à l’article D.313-2 du code de l’action date mentionnée au 1er juillet 2018. u Instruction NOR : SSAA1820182J
du 17 juillet 2018, publiée le 1er août.
sociale et des familles pour les projets Décret n° 2018-552 du 29 juin 2018, JO du 30 juin.

24  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


JURISPRUDENCE
Page réalisée par Gabriel Zignani

RSA AUTONOMIE
Pas de compensation lorsqu’il y a Le point GIR
départemental validé
modification de règles existantes Selon le Conseil d’État, en

L
imposant aux départements
es règles créant des charges nou- après plusieurs revalorisations du mon-
de fixer la valeur du point GIR
velles pour les collectivités territo- tant forfaitaire mensuel du RSA dans le (groupe iso-ressources) dépar-
riales et impliquant une compensation cadre du « plan pluriannuel contre la temental à un niveau au moins
par l’État en vertu du second alinéa de pauvreté et pour l’inclusion sociale », égal à la valeur arrêtée l’année
l’article L.1614-2 du code général des présenté par le gouvernement le 21 jan- précédente, le pouvoir régle-
collectivités territoriales sont celles vier 2013, a pour effet d’accroître mentaire s’est borné à mettre
qui, tout à la fois, présentent un carac- significativement les charges qui leur en œuvre, sans le dénaturer, le
principe selon lequel le départe-
tère obligatoire et sont propres aux incombent en vertu de l’article L.262-
ment verse aux établissements,
compétences transférées. 24 du code de l’action sociale et des au titre de l’allocation person-
Toutefois, le Conseil d’État précise familles, alors même que les charges nalisée d’autonomie, un forfait
que les charges nouvelles résultant exposées par les départements depuis global relatif à la dépendance,
de la modification de règles de portée la date du transfert de compétence à ces dont il fixe le montant et qui
générale ayant une incidence financière collectivités de l’allocation de revenu prend en compte le niveau
sur l’exercice par les collectivités terri- minimum d’insertion ont connu une de dépendance moyen des
résidents.
toriales de leurs compétences ne sont évolution défavorable.
Conseil d’État, 9 juillet 2018, req. n° 407426.
pas concernées par cette obligation de Mais pour le Conseil d’État, si la majo-
compensation. ration de ce montant modifie des règles COUPURES D’EAU
En l’espèce, différents départements relatives à l’exercice de compétences
Encadrement
demandaient l’annulation d’un décret transférées, la légalité de cette modifi-
En cas de non-paiement des
par lequel le montant du revenu de cation ne dépend donc pas de l’inter-
factures, la fourniture restreinte
solidarité active (RSA) était augmenté vention d’une telle compensation. u de l’eau est maintenue jusqu’à
soutenant que le décret qui intervient Conseil d’État, 9 mai 2018, req. n° 412055. ce qu’il ait été statué sur la
demande d’aide financière.
Ainsi, le distributeur d’eau a
interdiction de suspendre ses
services pendant la durée de
ACTION SOCIALE l’instruction de la demande

Dépôt par téléservice d’aide. De plus, ces dispositions


n’autorisent pas le distributeur
d’une demande de RSA d’eau à fournir un service partiel
en cas de réponse négative à

L e Conseil d’État estime que


« si l’exercice de la faculté de
déposer par téléservice une demande
effet : ni d’ouvrir un droit automatique
à l’attribution du RSA en dispensant
ces caisses, lorsqu’elles effectuent l’ins-
une demande d’aide.
Cour de cass., civ. 1re, 16 mai 2018,
req. n° 17-13395.

de revenu de solidarité active (RSA) truction de la demande, de vérifier que CONTENTIEUX


auprès des caisses d’allocations fami- les conditions d’attribution de cette Réexamen des droits
liales ou de mutualité sociale agricole allocation sont remplies ; ni d’imposer
au RSA
dispense l’usager de la fourniture de au président du conseil départemental
Le Conseil d’État a apporté une
certaines pièces justificatives, cette de déléguer à ces caisses la décision
précision sur le droit au revenu
dispense ne vaut que pour les pièces d’attribution du RSA prise sur cette de solidarité active. Ainsi,
se rapportant aux informations dont demande comme l’article L.262-13 du lorsqu’un bénéficiaire a déposé
ces caisses disposent déjà ou qu’elles code de l’action sociale et des familles une demande de réexamen de
peuvent obtenir auprès d’autres admi- le lui permet. u ses droits qui a été rejetée, le
nistrations ou organismes ». De même, refus opposé à une nouvelle
cette dispense n’a pour objet ou pour Conseil d’État, 9 mai 2018, req. n° 408371. demande ayant le même objet
n’a le caractère d’une décision
confirmative qu’en tant qu’elle
concerne la même période.
Conseil d’État, 18 juillet 2018, req. n° 406288.

La Gazette Santé-Social • septembre 201825


ANALYSE JURIDIQUE

DONNÉES PERSONNELLES

La protection des données de santé


après le RGPD
Le règlement européen et sa transposition dans la loi Informatique et libertés rendent les
opérateurs responsables du traitement des données de santé sous le contrôle de la Cnil. La tenue
d’un registre interne, la désignation d’un délégué spécifique et une sécurisation juridique,
technique et organisationnelle s’ajoutent aux obligations existantes sur les incidents informatiques
graves et aux règles en matière d’hébergement externalisé ou de pratiques de télémédecine.

L
e 25 mai 2018 est entré en vigueur le Sa formation restreinte prend les mesures et
règlement général sur la protection des prononce les sanctions à l’encontre des res-
données (RGPD) européen. La loi du ponsables de traitements ou des sous-traitants
20 juin 2018 relative à la protection des don- qui ne respectent pas les obligations du RGPD
nées personnelles le transpose dans notre (LIL, art. 11 et 17).
corpus juridique en modifiant la loi Informa-
tique et libertés (LIL) du 6 janvier 1978. Le Protection renforcée
décret du 1er août pris pour l’application de la Le RGPD définit une nouvelle notion de « pri-
loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’infor- vacy by design ». Considérées comme sen-
matique, aux fichiers et aux libertés, modifiée sibles, les données de santé bénéficient d’un
par la loi n° 2018-493 du 20 juin 2018 rela- régime de protection renforcée. Le principe
tive à la protection des données personnelles est celui de l’interdiction du traitement des
apporte différentes précisions. C’est donc un données de santé relatives à une personne
nouveau cadre réglementaire qui s’applique au identifiée ou identifiable et de leur commer-
traitement de données à caractère personnel, cialisation (RGPD, art. 9 ; LIL, art. 8). Toutefois,
c’est-à-dire, quel que soit le procédé utilisé, à leur exploitation est possible si la personne
la collecte, l’enregistrement, l’organisation, la concernée, bien informée de la finalité du cadre
conservation, l’adaptation ou la modification, dans lequel ses données seront utilisées, donne
à l’extraction, la consultation, l’utilisation, la son consentement « clair et explicite » (RGPD,
communication par transmission, à la diffusion art. 7). Elle est également autorisée si elle est
ou toute autre forme de mise à disposition, le rendue nécessaire aux fins de la médecine pré-
rapprochement ou l’interconnexion, ainsi qu’au ventive, des diagnostics médicaux, de l’admi-
verrouillage, à l’effacement ou la destruction de nistration de soins ou de traitements, ou de la
telles données (LIL, art. 2). Ce nouveau cadre gestion de services de santé et mis en œuvre
s’applique sous le contrôle de la Commission par un membre d’une profession de santé, ou
nationale de l’informatique et des libertés par une autre personne soumise à l’obligation
(Cnil), autorité administrative indépendante. de secret professionnel. Elle est enfin permise
si elle est conforme à la loi Informatique et
La donnée de santé au sens du RGPD libertés et justifiée par l’intérêt public, pour
éviter notamment la propagation des maladies,
Une donnée de santé se rapporte à l’état de santé, physique ou
mental, passé, présent ou futur, d’une personne physique identifiée ou dans le cadre d’une recherche publique,
ou identifiable. Elle est collectée à l’occasion d’une prestation de soins après avis motivé et publié de la Cnil, ou encore
de santé, d’une prise en charge sanitaire, ou pour la recherche. Elle s’il s’agit de données rendues anonymes. Si
concerne le génome, la fréquence cardiaque moyenne ou l’analyse la déclaration préalable des fichiers auprès
sanguine, les informations relatives à un handicap, un risque de maladie, de la Cnil et la délivrance d’une autorisation
des antécédents médicaux, un traitement clinique, un état physiologique sont d’une manière générale supprimées, sauf,
ou biomédical, etc. Une donnée (nombre de pas journaliers) peut être
notamment, pour la recherche, l’instance doit
qualifiée de données de santé quand son croisement avec d’autres
données (âge, sexe et habitudes alimentaires) permet de déduire un être consultée préalablement à toute opération
état de santé. Toute donnée utilisée à des fins médicales, peu important de traitement sur les données de santé. Ce qui
sa nature ou sa source, est une donnée de santé par destination. est précisé dans le décret du 1er août.

26  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


ANALYSE JURIDIQUE

juridiques pour la vie privée des personnes


Nomination d’un délégué concernées. Cette analyse contient une descrip-
Le principe de base de la protection des don- tion des opérations de traitement et la finalité
nées de santé à caractère personnel repose poursuivie, une évaluation de l’intérêt au regard
sur la responsabilisation des opérateurs et de des risques, et les mesures de protection mises
leurs sous-traitants, à savoir les établissements REPÈRES en place pour limiter le risque (anonymisation,
sanitaires et médico-sociaux, les acteurs insti- • Règlement (UE) certificat SSL, cryptage des données…). L’opé-
n° 2016/679 du 27 avril
tutionnels, les industriels pharmaceutiques et 2016 relatif à la rateur met en outre en œuvre des processus
du dispositif médical, les start-up en santé, etc. protection des garantissant la sécurité et la confidentialité des
personnes physiques à
En conséquence, ceux-ci doivent respecter de l’égard du traitement des données et le respect des droits des personnes
nouvelles obligations. La première concerne la données à caractère (clauses contractuelles, procédures internes…).
personnel et à la libre
nomination obligatoire d’un délégué à la pro- circulation de ces Le texte oblige enfin à signaler à la Cnil les
tection des données (DPD) en cas de traitement données (règlement incidents de sécurité impliquant des données
général sur la protection
à grande échelle des données de santé. Le DPD des données). personnelles (CSP, art. L.1111-8-2), obligation
prend le relais des précédents correspondants • Loi n° 2018-493 qui s’ajoute à celle du signalement des incidents
du 20 juin 2018
informatique et libertés (CIL). Soumis à une relative à la protection informatiques graves aux agences régionales de
obligation de confidentialité, le DPD veille à des données santé (ARS). Des obligations spécifiques sont
personnelles.
l’application du RGPD et de la LIL, conseille son • Décision du Conseil
prévues pour les sous-traitants des opérateurs,
employeur sur les sujets relatifs à la protection constitutionnel lorsqu’ils traitent des données de santé externa-
n° 2018-765 DC
des données de santé recueillies par celui-ci. du 12 juin 2018.
lisées par un établissement de santé.
Il est l’interlocuteur de la Cnil. Un salarié en • Loi n° 78-17
poste peut être chargé de cette mission. Une du 6 janvier 1978 relative Sanctions graduelles
à l’informatique, aux
mutualisation entre plusieurs établissements fichiers et aux libertés. Ces trois obligations s’ajoutent aux règles édic-
est également possible (RGPD, art. 47). • Décret n° 2018-687 tées par le code de la santé publique et relatives
du 1er août 2018
pris pour l’application à l’hébergement externalisé des données de
Mise en place d’un registre interne de la loi n° 78-17 du santé couvertes par le secret médical, à la
6 janvier 1978 relative
La deuxième obligation concerne la mise en à l’informatique, aux pratique de la télémédecine, à l’identifiant
place d’un registre interne, qui s’applique à fichiers et aux libertés, national de santé, etc. Dans ce nouveau cadre
modifiée par la loi
tous et non plus seulement aux seuls établis- n° 2018-493 du 20 juin juridique, l’opérateur garantit au citoyen la
sements disposant d’un CIL. Le registre men- 2018 relative à la sécurité maximale de ses données person-
protection des données
tionne notamment le nom et les coordonnées personnelles. nelles, la transparence de leur traitement et le
de l’entreprise responsable du traitement et du • « Guide pratique sur la respect de ses droits.Toute défaillance, l’impru-
protection des données
DPD, les finalités du traitement, la description personnelles »,
dence et la négligence engagent sa responsabi-
des catégories des personnes concernées, les Commission nationale lité dans le cadre d’un système de sanctions
Informatique et libertés
délais prévus pour l’effacement des données, (Cnil) et Ordre national
graduelles, allant de la mise en demeure et
la description des mesures de sécurité pour les des médecins, juin 2018. de l’avertissement à l’amende administrative.
protéger. Il décrit les traitements et documente Relevé de 150 000 euros à trois millions d’euros
leur conformité au règlement et à la loi natio- par la loi Pour une République numérique en
nale afin de pouvoir en justifier, à tout moment, 2016 (art. 65), le plafond de ces amendes est
en cas de contrôle de la Cnil. porté au maximum à 4 % du chiffre d’affaires
mondial ou jusqu’à 20 millions d’euros (LIL, art.
Analyse d’impact 45). Enfin, un juge peut prononcer
préalable une sanction pénale, pouvant
En outre, en raison de aller jusqu’à cinq ans d’empri-
l’impact sur les droits et libertés sonnement et 300 000 euros
fondamentaux des individus ainsi que d’amende (RGPD, art. 58, 83,
de la portée générale et absolue du secret 84 ; code pénal, art. 226-16 à
médical, tout opérateur doit sécuriser les 226-24). Cet arsenal puni-
traitements de données de santé. Il tif n’empêche pas la sai-
doit réaliser une analyse d’im- sine d’un tribunal au
pact préalable portant sur civil pour l’obtention de
les risques techniques de ­dommages-intérêts. u
sécurité et les risques Nathalie Levray

La Gazette Santé-Social • septembre 201827


5 QUESTIONS SUR…
Par Nathalie Levray

Le conseil citoyen
Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les élus et les préfets doivent
créer une instance participative pour favoriser la coconstruction des contrats de ville.

1 Qu’est-ce qu’un conseil 3 Comment fonctionne diagnostic, définition des enjeux et des
citoyen ? un conseil citoyen ? priorités, identification des ressources
Le conseil citoyen est l’instance démo- Le conseil citoyen est créé sur la base existantes, élaboration et program-
cratique d’un quartier prioritaire de la d’un recensement préalable des pra- mation des actions, mise en œuvre,
politique de la ville. Il est composé à tiques et des initiatives participatives, suivi et évaluation. Ses représentants
parité d’habitants et de représentants réalisé sous la responsabilité des par- recherchent la construction d’une
d’associations et d’acteurs non insti- tenaires du contrat de ville (préfet, vision commune pour un projet terri-
tutionnels. Le collège des habitants maires et président de l’EPCI) dans torial intégré.
veille, par sa composition, à représen- le cadre du processus de son élabora- Ils participent pleinement à la gouver-
ter les différentes composantes de la tion. Des habitants sont tirés au sort nance, siègent aux instances de pilo-
population du quartier, notamment dans le respect de la parité homme/ tage et communiquent régulièrement
les jeunes. Le second collège regroupe femme, à partir des listes électorales, aux différents acteurs du contrat de
les associations et les collectifs ainsi des fichiers des organismes HLM, du ville, leurs travaux et propositions,
que les acteurs de terrain, exerçant répertoire d’immeubles localisés uti- ainsi que le bilan de la mise en œuvre
une activité professionnelle ou non lisé par ­l’Insee dans le cadre du recen- des projets. Le conseil citoyen élabore
lucrative au sein du quartier, qui n’ont sement, etc., ainsi que par un appel et conduit, à son initiative, des pro-
aucun lien direct avec l’un des acteurs au volontariat. Les modalités d’organi- jets cohérents avec les objectifs des
institutionnels. Il peut s’agir de com- sation, les règles de représentation ou contrats de ville et complémentaires
merçants, de petites entreprises ou d’articulation avec conseils de quartier avec l’existant. Ils sont développés
encore de médecins et de profession- ou locaux de la jeunesse, et le nombre en lien avec une structure partenaire
nels paramédicaux (loi n° 2014-173 du de personnes participantes sont définis (centre social, MJC, centre de santé…)
24 février 2014 de programmation à partir d’un consensus trouvé locale- et portés directement par le conseil
pour la ville et la cohésion urbaine, ment. Les conseils citoyens inscrivent citoyen ou par des habitants du quar-
art. 7). leur action dans le respect des valeurs tier non membres du conseil citoyen.
de liberté, d’égalité, de fraternité, de Ceux-ci sont alors accompagnés et
2 Quels sont les objectifs laïcité et de neutralité. Le lieu et les soutenus dans leur démarche par le
et les missions d’un conseil moyens dédiés pour le fonctionnement conseil.
citoyen ? du conseil citoyen ainsi que les actions
Le conseil citoyen crée un espace de de formation de ses membres sont défi- 5 Quels sont les liens
propositions et d’initiatives à partir nis par le contrat de ville. Le conseil du conseil citoyen
des besoins des habitants. Il favorise citoyen peut faire appel à l’expertise avec les institutions ?
l’émergence et la valorisation d’une de personnalités extérieures. Le conseil citoyen n’est ni présidé ni
parole libre des habitants, notamment animé par des élus. L’État apporte son
ceux qui sont éloignés des processus 4 Quel est le lien d’un conseil concours à son fonctionnement dans
traditionnels de participation. Dans ce citoyen avec le contrat le cadre du contrat de ville.
cadre, il prend en compte l’expertise de ville ? Le préfet de département, après
d’usage des habitants. Dans chaque Le conseil citoyen favorise la consultation du maire et du président
commune soumise à l’obligation de coconstruction de tous les volets de l’EPCI, reconnaît la composi-
création d’un conseil de quartier, le du contrat de ville (renouvellement tion du conseil citoyen et accorde,
maire peut décider que le conseil urbain, réussite éducative, ateliers si besoin est, la qualité de structure
citoyen se substitue au conseil de quar- santé ville, zones de sécurité priori- porteuse du conseil citoyen à une per-
tier (code général des collectivités ter- taires, etc.). Il est associé à chacune des sonne morale chargée d’en assurer le
ritoriales, art. L.2143-1). étapes de la démarche contractuelle : ­fonctionnement. u

28  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


de développement et de solidarité.
ENSEMBLE,

quotidiennement les associations dans leurs projets


Banque au cœur des territoires, le Crédit Agricole accompagne
AGISSONS POUR

NOS TERRITOIRES.
LA SOLIDARITÉ DANS

Rendez-vous sur credit-agricole.fr


08/2018 – Édité par Crédit Agricole S.A., agréé en tant qu’établissement de crédit – Siège social : 12, place des États-Unis, 92127 Montrouge Cedex – Capital social : 8 599 311 468 € – 784 608 416 RCS Nanterre. Crédit photo : Getty Images.
Une vision transversale
des secteurs sociaux et médico-sociaux

UN MENSUEL PRATIQUE POUR FAVORISER DES SERVICES EN LIGNE RÉSERVÉS ET ACCESSIBLES EN ILLIMITÉ AUX ABONNÉS :
LE TRAVAIL COLLABORATIF compléments rédactionnels exclusifs, espace de préparation aux concours,
newsletter, archives, offres d’emploi…

UN DISPOSITIF D’INFORMATION :
• Qui vous éclaire sur les grandes réformes : santé, affaires sociales, famille-enfance, handicap, vieillesse, insertion…
• Qui vous permet de coopérer avec les autres acteurs sanitaires et médico-sociaux
• Qui analyse et décrypte pour vous l’actualité juridique

ABONNEZ-VOUS ! Mon règlement par :


PZ014

Virement, à réception de la facture Chèque bancaire à l’ordre de la Gazette Santé Social


Bulletin à compléter et à renvoyer à : La Gazette Santé Social - Service Abonnements - Antony Parc 2 Carte bancaire
10 place du Général de Gaulle – BP 20156 - 92186 Antony Cedex - Tél. : 01 79 06 70 00 N°
Date d’expiration :
q O ui, je m’abonne à la Gazette Santé Social Cryptogramme** :
Date et cachet et/ou signature obligatoires

à titre professionnel ** Ce sont les 3 derniers chiffres


(1 an - 11 numéros + les services numériques) au prix de 130 euros TTC au dos de votre carte, sur la bande de signature.

M. Mme
q O ui, je m’abonne à la Gazette Santé Social Nom ...............................................................................Prénom...........................................................
à titre personnel Établissement/Collectivité...................................................................................................................
(1 an - 11 numéros + les services numériques) au prix de 109 euros TTC
R CS Nanterre 403 080 823

Service/Fonction...................................................................................................................................
Adresse..................................................................................................................................................
Retrouvez toutes nos offres sur : www.gazette-sante-social.fr Code postal Ville................................................................................
Tél. Fax.....................................................................
Offre valable en France métropolitaine jusqu’au 31 octobre 2018. Etranger et DOM TOM : nous consulter.
Conformément à la loi du 06/01/1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les E-mail* ...............................................................................................................................................
rectifier et vous opposer à leur transmission éventuelle en écrivant au Service diffusion. * Après inscription sur le site muni de votre n° d’abonné
PROSPECTIVE
PARCE QUE LES SOLUTIONS SONT DANS L’ANTICIPATION DES RÉFORMES EN COURS ET DE LEURS IMPACTS

Olivier Dupuis, secrétaire général


de la Fédération des entreprises d’insertion

La réforme de
l’assurance chômage
doit activer les
dépenses « passives »
DR

L
ANTICIPER a fin proclamée de la crise ne signera pas la fin de l’exclu-
Besoins sociaux :
l’analyse passe à l’interco������������������� p. 33
sion. Notre société, nos sociétés ont toujours autant de mal à
intégrer les plus fragiles. Les entreprises d’insertion vont être
DÉCRYPTAGE plus que jamais utiles dans ce temps de redémarrage de l’écono-
Santé mentale :
un plan en 3 volets���������������������������������������������P. 35 mie. Utiles parce qu’elles sont aux avant-postes des compétences
en devenir, utiles parce qu’elles sont les seules à savoir combiner
insertion dans l’emploi et modèle à faible financement public.
Malgré cela, le budget du ministère de l’Emploi sera en réduc-
tion en 2019. Il n’y a pourtant aucune fatalité, ni à l’exclusion ni
au développement de réponses efficientes. L’une des solutions
simples se cache derrière « l’activation des dépenses passives »,
que l’on pourrait traduire par de la solidarité contractuelle avec
– en contrepartie de l’aide reçue – une mise en mouvement du
bénéficiaire.
Appliqué à l’indemnisation chômage, bien qu’il s’agisse d’une
assurance, le principe de conditionnalité est légitime, cela ouvre
la possibilité de proposer à une personne indemnisée d’opter pour
un contrat à durée déterminée d’insertion, qui se finance avec le
fléchage de cette indemnité vers les entreprises d’insertion. Pour
que la relation de l’entreprise d’insertion et de celui devenu salarié
reste celle du contrat de travail, l’indemnité du bénéficiaire est
versée à un tiers, l’Agence de services et de paiement qui est déjà
le gestionnaire des financements des entreprises d’insertion, qui
opère alors une gestion collective. Ainsi la réforme annoncée peut
ouvrir la possibilité pour des personnes volontaires en situation
précaire de recourir à une solution efficace de retour à emploi et
à la puissance publique de développer une politique publique de
l’emploi sans coût supplémentaire. u

La Gazette Santé-Social • septembre 201831


ANTICIPER

SOCIAL

Besoins sociaux :
l’analyse passe à l’interco
Photographie, état des lieux, diagnostic, baromètre, il existe de multiples façons et raisons
de réaliser une analyse des besoins sociaux. Mais à l’heure où la compétence sociale est de plus
en plus portée par les CIAS, les ABS s’envisagent plus fréquemment à l’échelle communautaire.
Un exercice bien différent.

Q
u’une analyse des besoins sociaux un outil de pédagogie grâce à une objectivation
(ABS) soit directement impulsée par des grandes « tendances » de la population. La
une équipe municipale/intercommu- démarche permet de travailler sur les visions
nale ou que l’idée soit largement « soufflée » par fantasmées (avec des taux de non-recours aux
les agents d’une collectivité ou d’un CCAS/CIAS, droits et à la santé qui surprennent très souvent
la première raison évoquée est souvent sim- élus et agents) comme sur les visions « affec-
plement : « mieux connaître le territoire ». Car tives » d’élus persuadés de la présence d’une
l’ABS est avant tout un outil qui vise à répondre solidarité endogène sur un territoire où « tout le
de manière objective et mesurable à des ques- monde se connaît ». Une fois ce « portrait com-
tions telles que : qui sont mes habitants, de quoi paratif et évolutif » réalisé, son appropriation
ont-ils besoin, comment répondre à ces besoins diffère. Un diagnostic d’ABS peut « rester dans
de manière efficace ? Les maîtres mots sont donc les placards » comme devenir un document de
évolution et comparaison. Une ABS replace le référence très régulièrement utilisé par les élus,
territoire dans le temps et dans l’espace, au-delà les agents et les partenaires. L’ABS est en effet
des fameuses « guerres de clocher ». Les diagnos- un document de travail qui dépasse le seul
tics réalisés dans le cadre des ABS permettent cadre de la politique sociale (emploi, logement,
ainsi aux élus de prendre du recul. santé, handicap…), et peut devenir un outil
d’aide à la décision pour définir ou réajuster
Visions fantasmées les orientations d’une ville ou d’une intercom-
Dans les plus petites communes, l’ABS est par- munalité. Le décret du 21 juin 2016 impose
fois vue par les directeurs de services comme d’ailleurs désormais de réaliser une ABS « au
cours de l’année civile qui suit chaque renou-
LE POINT DE VUE vellement général des conseils municipaux ».
© VILLE DE ABLON-SUR-SEINE

Anne Gausset, DGS de la commune d’Ablon-sur- À mi-mandat, c’est aussi l’occasion d’effectuer
Seine et ancienne DGA « Services à la population » un bilan et de réorienter les politiques menées
de Juvisy
jusqu’alors.
« Ce sont les zones de frictions
qui sont intéressantes ! » Déficits organisationnels
En 2006, plusieurs communes du département de l’Essonne Car l’ABS est de fait aussi un support d’évalua-
se sont lancées dans une ABS intercommunale. C’était assez tion de politiques publiques. À Arras, dans le
précurseur à l’époque et ce qui est sûr c’est que la démarche a Pas-de-Calais, l’ABS réalisé en 2018 a permis
bousculé les lignes de tout le monde – élus, agents et partenaires de lancer une grande évaluation du projet de
– tous se sont posé des questions. Au début, le climat était tendu
développement solidaire de la ville coconstruit
mais la friction était nécessaire. Chaque ville avait un jugement sur
les autres villes, y compris chez les agents. Rien que l’idée d’un dans le cadre de l’ABS en 2012. Chaque axe
CCAS n’est pas la même partout. L’ABS a permis de sortir des et chaque action du projet de développement
représentations affectives et de créer du lien entre les communes font l’objet d’une évaluation précise et objec-
et entre les acteurs. Objectiver et partager pour mieux répondre tive afin de réajuster et garantir la cohérence
aux besoins de l’usager, ça a été les grandes finalités de l’ABS. du projet de la ville et du CCAS. Il peut aussi
Petit à petit les habitudes de travail se sont créées, ça a été très parfois même prendre des allures d’audit de
productif. Grâce à l’ABS, une maison des solidarités accueillant
structure puisqu’il pointe les déficits organisa-
CCAS et partenaires a été construite.
tionnels des structures au sein d’un ­territoire.

32  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


ANTICIPER

La démarche peut alors méthode doit être appliquée


aboutir à la constitu- pour toutes les communes
tion d’un nouvel orga- alors que l’avancée de leurs
nigramme, à un renou- réflexions autour de la poli-
vellement des fiches de tique sociale est bien diffé-
poste en fonction des com- rente : « Rien que l’idée d’un
pétences et des ressources CCAS n’est pas la même par-
existantes. tout », explique Anne Gaus-
set, DGS de la commune
Réalités contrastées d’Ablon-sur-Seine, ayant par-
Mais à l’heure où la compé- ticipé à la réalisation d’une
tence sociale d’intérêt com- ABS à l’échelle de quatre
munautaire est de plus en communes. Dans certains
plus portée par les CIAS, les territoires, les élus locaux des
ABS s’envisagent désormais communes les plus rurales,
plus fréquemment à l’échelle moins accoutumés à ce type
communautaire. L’exercice d’exercice, ont été encouragés
se révèle, cependant, un peu à réaliser leur autodiagnostic
différent. D’abord, parce qu’un territoire inter- via une méthode proposée par Territoires
communal recoupe des réalités contrastées. Conseils, bureau d’études rattaché à la Caisse
« Les préoccupations sont différentes entre le des dépôts. La démarche est ascendante, elle
maintien du dernier commerce de proximité questionne les acteurs locaux, et en particulier
d’une commune de moins de 1 000 habitants les élus, sur les grands enjeux sociaux et socié-
et la structuration des aides légales d’un CCAS taux de leur commune, elle fait avancer sans
de plusieurs dizaines d’agents », explique un imposer et permet aux parties prenantes de se
agent de la communauté urbaine d’Arras par- saisir de leur diagnostic.
ticipant à l’élaboration de l’ABS. Ensuite, parce
que les habitudes de travail entre les com- Gérer la temporalité
munes sont variables d’un territoire à un autre L’appropriation politique et technique de la
et peuvent être presque entièrement à créer. démarche passe donc également par une com-
L’adhésion pleine et entière à la démarche
est loin d’être toujours une évidence. Au-delà
des divergences autour des représentations
1,30 euro
le coût estimatif
munication interne adaptée qui rythme l’ABS
dans le temps. Pour cela, les outils les plus
simples sont parfois les plus efficaces. Ainsi,
d’une ABS par habitant.
et contours que doit prendre l’intervention certaines collectivités diffusent à leurs agents et
sociale, elles questionnent aussi parfois sim- partenaires un « journal », une « lettre d’infor-
plement le bien-fondé de la démarche. La mation » pédagogique à chaque temps fort
pédagogie et la prise de hauteur sont alors de la démarche (lancement, restitution des
d’autant plus essentielles, même si l’exercice résultats, retour sur les temps de concerta-
est délicat : territorialiser les besoins tout en tion…). Ce document de communication de
dégageant des enjeux communs. deux à quatre pages reprenant le calendrier,
les objectifs et la méthodologie permettent à >>
Support de cohésion
Un concept fondamental vient alors s’ajouter : Observer sans créer une usine à gaz
la cohésion. Comme toute autre démarche Pour ne pas se perdre dans la masse de données disponibles,
réalisée à l’échelle intercommunale (contrat les directives politiques doivent être claires sur les objectifs de
local de santé, convention territoriale glo- l’observatoire, les analyses et interprétations attendues en précisant
bale, contrat enfance-jeunesse…), une ABS les périmètres de comparaison, les publics concernés, les indicateurs
implique sur un temps plus ou moins long des et approfondissements thématiques pertinents ainsi que le mode de
représentation de la donnée. La solution technique choisie doit permettre
échanges (parfois musclés) et des allers-retours
de dégager rapidement les disparités territoriales. À l’échelle communale
avant la prise de décisions communes. Pour comme intercommunale, certains observatoires sont ainsi directement
que les échanges soient constructifs, les choix connectés au système d’information géographique de la collectivité afin
méthodologiques sont clés. L’erreur serait de de territorialiser les données à l’échelle des Iris (îlots regroupés pour
penser que, dans un souci d’égalité, la même l’information statistique) ou des communes de manière automatique.

La Gazette Santé-Social • septembre 201833


ANTICIPER

LE POINT DE VUE « Se montrer » en tant qu’acteur


© J. MELLIN/VILLE D’ARRAS

Frédéric Leturque, maire d’Arras et vice-président Par ailleurs, disposer ainsi d’un projet social
aux solidarités et au logement à la communauté de territoire permet d’avoir plus de poids
urbaine
dans la recherche de financements. Une ABS
« Il ne faut pas du tout exclure permet en effet à l’intercommunalité de « se
un plan d’action à géométrie montrer » en tant qu’acteur territorial incon-
variable selon les communes » tournable dans la coordination des réponses
Le lancement d’une analyse des besoins sociaux économiques apportées à la population. Les liens entre ABS
(ABSe) à l’échelle de la communauté urbaine est un formidable et contractualisation avec les conseils dépar-
outil de coordination entre la ville, la communauté urbaine tementaux, la CAF et la MSA sont nombreux.
et les différents partenaires. Quand Arras a lancé une ABS, Ternoiscom, intercommunalité à caractère
il était évident que la communauté avait vocation à réaliser rural situé dans le Pas-de-Calais, a lancé son
le même exercice afin de favoriser la coopération à l’échelle
ABS afin de préciser le plan d’action du projet
intercommunale. Entre la ville-préfecture, la petite couronne et les
communes rurales, les réalités sont très différentes et pourtant la de convention territoriale globale (CTG) avec la
coopération est essentielle ! L’ABS pourrait également favoriser les CAF. De même, dans la communauté de com-
prises d’initiatives de certaines communes. Il ne faut pas du tout munes Loire-Semène en Haute-Loire, le contrat
exclure un plan d’action à géométrie variable selon les communes enfance jeunesse (cofinancé par la CAF et le
en fonction des intérêts de chacun avec certaines communes conseil départemental) arrivant à expiration,
qui auront plus vocation à travailler ensemble. L’objectif l’ABS est également vue comme un support
c’est d’avancer de manière efficace avec une méthodologie
de réflexion dans la perspective de la signature
participative et concertée.
d’une convention territoriale globale (CTG).

>> tous les acteurs de disposer du même niveau Feuille de route


d’information. Dans tous les cas, la gestion de Dans un contexte où les intercommunalités
la temporalité est essentielle : il ne faut pas aller ont de plus en plus de poids dans l’élaboration
trop vite pour laisser aux acteurs le temps de et la coordination de politiques sociales terri-
s’approprier l’ABS mais veiller au respect d’un torialisées, l’ABS est donc un levier d’actions
calendrier correct pour éviter l’essoufflement multiformes, qui doit être adapté en fonction
de la démarche et la démobilisation des acteurs. des réalités de l’EPCI. Les rencontres entre
acteurs associatifs, collectifs divers, élus et
Optimiser la cohérence de l’offre professionnels de l’intervention sociale inhé-
À l’heure où l’optimisation des ressources rentes à une ABS permettent de faire évoluer
devient une composante essentielle de toute les mentalités sur la « question sociale », et
politique publique, les diagnostics d’ABS ont de dégager les grandes valeurs du territoire.
aussi pour avantage de faire un état précis de Ainsi, l’ABS devient une feuille de route par-
l’offre présente sur le territoire. Ils mettent tagée, un document stratégique dans lequel
souvent en lumière les doublons éventuels et transparaît une vision commune du territoire,
organisations de travail « en silo ». Que l’ABS et qui inscrit sur le papier les grandes orienta-
soit pilotée par plusieurs CCAS ou un CIAS, tions pour les années à venir. « La démarche a
elle permet aussi d’optimiser la coordination et permis aux communes d’avoir un référentiel
la cohérence de l’offre présente sur le territoire commun qui a servi pendant longtemps »,
et parfois les ressources humaines et finan- témoigne Anne Gausset. Si l’ABS d’hier était
cières. Il s’agit de s’interroger sur l’allocation un projet de territoire permettant de définir ce
optimale des ressources disponibles sur le qui relevait ou non de l’intérêt communautaire
REPÈRES territoire (collectivités, partenaires, acteurs et précisait les contours de la compétence
• Décret n° 2016-824 privés notamment associatifs) en fonction des sociale, l’ABS de demain pourrait être un sup-
du 21 juin 2016
relatif aux missions besoins qui ont préalablement été objectivés port de coordination et de contractualisation
des centres communaux dans le diagnostic. Les mutualisations peuvent plus large intégrant les politiques sociales,
et intercommunaux
d’action sociale. concerner des dépenses de fonctionnement éducatives et d’accès aux services. Dans les
• La position (ex. portage de repas à domicile) comme d’in- deux cas, les finalités dépassent le décret du
de l’ANCCAS,
gazette-sante-social.fr/
vestissement (ex. construction d’une maison 21 juin 2016. u
30737 de services). Marion Cousin, Ithéa Conseil

34  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


DÉCRYPTAGE

HANDICAP

Santé mentale : un plan en 3 volets


Les trente-sept mesures de la feuille de route sur la santé mentale visent à « changer le regard »
sur ce sujet et sur les personnes atteintes de troubles psychiques. Ce plan parviendra-t-il
à améliorer leur situation et à faire travailler ensemble les acteurs sanitaires, sociaux
et médico-sociaux de l’accompagnement ?

L
es objectifs de la feuille de route présen- le cadre de la mise en place des projets ter-
tée le 28 juin par Agnès Buzyn (1) sont ritoriaux de santé mentale (PTSM), prévus
d’autant plus ambitieux que la situation à l’article 69 de la loi de modernisation du
des personnes souffrant de troubles ou de mala- système de santé de janvier 2016 (3). Il s’agit
dies mentaux et de ceux qui les accompagnent ni plus ni moins de structurer et d’articuler au
n’a cessé de se fragiliser ces dernières années. niveau territorial la réponse à l’ensemble des
Par manque de mobilisation politique, du fait besoins des personnes souffrant de troubles
d’une priorisation des moyens qui n’a jamais ou de maladies mentaux… en faisant travailler
favorisé la santé mentale et d’une division ensemble, de leur propre initiative, des acteurs
de ces moyens héritée d’une organisation en qui gravitent dans des univers différents et se
« tuyaux d’orgues », rigide et étanche. connaissent très peu ou pas. Les conditions
de mise en œuvre des PTSM, pourtant déjà
Promouvoir le bien-être mental REPÈRES
explicitées dans un décret de juillet 2017, sont
Le plan s’articule selon trois grands axes. Il (1) goo.gl/BbfKw5
à nouveau précisées. Ce volet prévoit égale-
s’agit tout d’abord de « promouvoir le bien-être ( 2) http:// ment d’améliorer la formation des médecins et
mental, de prévenir et repérer précocement dispositifvigilans.org/ d’augmenter le nombre de praticiens formés,
la souffrance et les troubles, et de prévenir le ( 3) gazette-sante- de renforcer la complémentarité des différents
social.fr/42888
suicide ». Notamment chez les jeunes. L’Éduca- professionnels mais aussi d’optimiser l’alloca-
tion nationale, par exemple, sera encouragée à tion des ressources et d’engager une réflexion
développer les compétences psychosociales des sur le financement de la psychiatrie.
enfants « dès le plus jeune âge ». Un chantier
considérable qui nécessitera la formation de Améliorer l’inclusion sociale
nombreux professionnels et prendra beaucoup Le troisième et dernier volet vise à « améliorer
de temps… L’expérimentation du dispositif les conditions de vie, l’inclusion sociale et la
Ecout’Emoi consistant à proposer aux 11-25 ans citoyenneté des personnes en situation de han-
en souffrance une consultation de psychologue dicap psychique ». La marge de progression est
prise en charge sera lancée en 2019 en Ile-de- grande… Le plan met l’accent sur le travail, en
France, Grand-Est et Pays de la Loire. Le projet incluant ces personnes dans les bénéficiaires
VigilanS (2) de recontact systématique des du dispositif d’emploi accompagné et sur le
personnes ayant tenté de se suicider, « né » à point très sensible du logement. La ministre a
Lille et étendu depuis à six autres régions, sera en effet prévu d’étendre le dispositif « Un chez
quant à lui généralisé « dans les deux ans », au soi d’abord » – ce qui était déjà prévu en jan-
sein d’un « plan d’ensemble » contre le risque vier 2017 – et de leur permettre d’accéder à l’ha-
suicidaire. Des actions de prévention de la bitat inclusif prévu dans le projet de loi Elan. Le
souffrance au travail, notamment celle des rôle des pairs devrait également être renforcé,
professionnels de santé et médico-sociaux, sont via le développement de la « pair-aidance », de
également en cours de mise en place via les médiateurs pairs dans le secteur médico-social
politiques de qualité de vie au travail. mais aussi des groupes d’entraide mutuelle
(GEM). La ministre les souhaite plus nombreux
Articuler les réponses au niveau territorial et moins « vulnérables », notamment par le
Le second volet porte sur les parcours de soins renforcement du dialogue entre ces GEM et les
coordonnés, qui doivent être garantis et sou- agences régionales de santé. u
tenus. Un très vaste chantier déjà lancé dans Géraldine Langlois

La Gazette Santé-Social • septembre 201835


Collection
LES 100 PREMIERS JOURS
Nouvelle
Edition

Je prends mon poste de...


Je prends mon poste
d'animateur en EHPAD
Si l’animation en établissement pour personnes âgées a longtemps été
« réservée » à l’animateur, la tendance s’inverse depuis quelques années
et on sollicite de plus en plus les équipes. L’animation devenant ainsi
l’affaire de tous, il est indispensable que chaque agent soit conscient
de son importance dans le projet d’accompagnement du résident et
favorise le bon déroulement des animations proposées. La notion
d’animation est à mettre en lien, avant tout, avec celles de bien-être et
de plaisir. L’ouvrage traite de la prise de poste de l’animateur en EHPAD
sous tous ses aspects : savoirs, savoir-faire, savoir-être.

Avec l’expertise de Fabrice Anguenot, chargé de mission


dans un organisme public, formateur, Joël Clérembaux, consultant
et formateur auprès de collectivités territoriales, Chantal Renaudineau,
directrice du pôle Gérontéval au CNEH.

PANDPJ12
Réf. PJ12 BON DE COMMANDE
Parution juin 2018 À renvoyer à Territorial Éditions - CS 40215 - 38516 VOIRON Cedex
Version papier : 22,90 € TTC
TVA en vigueur Je commande ……… exemplaire(s) du livre « Je prends mon poste d’instruc-
teur des autorisations d’urbanisme » au prix unitaire de 22,90 € TTC
France métropolitaine : 1 € par commande, Union européenne : 8,90 € par article,
DOM-TOM et étranger : 14,90€ par article
Commande
• Bon de commande ci-contre Code client : . .........................................................................................................................................
• Fax : 04 76 05 01 63
• Email : vpc@territorial.fr Collectivité : ..........................................................................................................................................
• Web : www.lagazetteboutique.fr
Nom, prénom :.......................................................................................................................................
Nos engagements Fonction :..................................................................................................................................................
• Envoi en colissimo suivi
• Commande expédiée sous 48 h Adresse :...................................................................................................................................................
• Paiement en ligne sécurisé
• Possibilités de paiement : .......................................................................................................................................................................
- réservé aux administrations
et collectivités : mandat Code postal :................................. Ville : ..........................................................................................
administratif
- pour les particuliers : Tél. :..................................................................... Fax :.....................................................................
carte bancaire, chèque…
E-mail : .....................................................................................................................................................

Contact RIB : CIC Crédit Industriel et Commercial - Code banque : 30066 Signature et cachet :
• Tél. : 04 76 65 87 17 Code guichet : 10949 - N° compte : 00020062001 - Clé RIB : 26
IBAN : FR76 3006 6109 4900 0200 6200 126 - BIC (Bank Identifier
(du lundi au vendredi de 9 h à 12 h Code) : CMCIFRPP - N° SIRET : 404 926 958 00020 - Code APE : 5813Z
et de 13 h 30 à 17 h 30) Je déclare avoir pris connaissance des conditions générales de vente
• SAV : service-client-editions@territorial.fr applicables aux ouvrages (disponibles sur le site Internet
www.lagazetteboutique.fr) et les accepter sans réserve.
• Rejoignez-nous sur
facebook.com/territorial.editions

www.territorial-editions.fr
MÉTIER
PARCE QUE LES SOLUTIONS SONT DANS L’ÉVOLUTION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES,
LA DÉONTOLOGIE ET LES VALEURS QUI FONDENT LE SOCIAL

LE MOT DU SOCIAL

PORTRAIT
P comme précarité
La précarité est « partout », disait Bourdieu, « consubstantielle au
Une ergothérapeute
au service des soignants�����������������������P. 38 développement de ce nouveau régime du capitalisme », ajoutait
Castel. Complexe et multifactorielle, elle renvoie une personne,
MANAGEMENT hors statut, hors norme, hors champ. Billé y voit une dépendance
Comment réussir
son recrutement dans à autrui pour survivre. Elle rend tributaire, hier de la charité et de
le secteur médico-social ?�����������������P. 40 l’aumône, aujourd’hui de l’État et des dispositifs sociaux. Étymo-
logiquement, précaire n’est-il pas ce qui est « obtenu par prière »
CARRIÈRE
La Gipa dans la FPT (precarius).
et la FPH����������������������������������������������������������������������������������P. 41 Des catégories traditionnellement visées – femmes, personnes
peu qualifiées, immigrés – la précarité s’est étendue à tous les
groupes sociaux dans un « sentiment diffus » d’« insécurité
sociale » (Le Coz). Dans le travail, le logement, la santé, dans
les relations familiales, sociales et les rapports citoyens, ou en
ce qui concerne le capital financier, économique et culturel, la
précarité place l’humain dans l’incertitude de son avenir et un
sentiment d’impuissance à agir sur sa vie. Selon Paugam, c’est
« une épreuve » qui « renvoie au processus d’affaiblissement des
liens de l’individu à la société au sens de la double perte de la
protection et de la reconnaissance sociale ». « Une défaite sociale
du soi », pour Le Blanc.
« Processus d’invisibilité sociale » (Le Blanc) et « processus de
disqualification sociale » (Paugam), la précarité ne se combat
que dans une logique à l’échelle de l’humain. Le Coz réclame
« une réflexion philosophique sur le sens de la vie humaine, une
interrogation du rapport d’un être humain à ses semblables, à
sa culture ». Dans cette perspective, il insiste sur l’importance
de l’éducation, de l’apprentissage de la civilité et de l’accès à la
culture. Analysant la précarité sous l’angle de l’altérité et de la
temporalité, il invite à se placer sur le terrain de « l’ouverture à
un avenir porteur d’espoirs et de rencontres avec […] les autres » :
« la réponse au défi contemporain de la précarité devra dépasser
le cadre strictement budgétaire ». u
Nathalie Levray

La Gazette Santé-Social • septembre 201837


PORTRAIT

SANTÉ

Une ergothérapeute
au service des soignants
Ergothérapeute à l’Ehpad Les Romarins dans l’Aude, Laure Marty est depuis trois ans la cheville
ouvrière d’une démarche de prévention des troubles musculo-squelettiques destinée au personnel
soignant de l’établissement. Avec un impact très positif sur les arrêts maladie.

A
uparavant, Laure Marty, ergothéra- à la personne, avec un indice de fréquence des
peute, consacrait l’essentiel de son accidents du travail très élevé dans les Ehpad
temps aux résidents, les uns atteints de (92,4) et en continuelle augmentation (source :
la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparen- Caisse nationale d’assurance maladie). Avec
tés, les autres, âgés en moyenne de 90 ans et très des conséquences en chaîne. « La charge de tra-
dépendants physiquement. Objectif : les aider vail se répercute sur les collègues, ce qui accroît
à « utiliser toutes leurs capacités afin de préser- encore les difficultés », constate Laure Marty.
ver leur autonomie », explique celle qui déploie Quand l’établissement s’est engagé dans une
REPÈRES son art pour la marche, la toilette, la position démarche de prévention en s’équipant d’aides
• La prévention des assise dans un fauteuil, la balnéothérapie, ou techniques (lire les encadrés), l’ergothérapeute
AT-MP dans les Ehpad, encore les repas. Tenir une cuillère et la porter s’est impliquée. Elle a suivi une formation à la
un document qui
souligne l’augmentation à sa bouche relève de l’exploit pour certains. prévention des risques liés à l’activité physique
des accidents du travail « Je leur montre qu’ils en sont capables ou je adaptée au secteur sanitaire et social (Prap 2S).
dans les Ehpad, en
explique l’origine et les leur fournis une aide technique pour faciliter Un cycle d’une semaine, complété de sessions
moyens de les prévenir. les gestes », raconte-t-elle. Elle anime également plus courtes, pour apprendre à utiliser les aides
• www.inrs.fr/
actualites/videos-tms- des ateliers, par petits groupes : jeux, contes, techniques, s’approprier une méthodologie
soin-personne.html images, pour la stimulation cognitive, et activité d’analyse et être à son tour formatrice. « J’ai
Dix vidéos sur la
prévention des troubles physique douce pour améliorer l’équilibre et appris à étudier une situation de travail à un
musculosquelettiques prévenir les chutes. moment donné et à chercher une solution
dans le secteur de l’aide
et du soin à la personne. adaptée », explique l’ergothérapeute.
• www.inrs.fr/metiers/ Aides techniques
sante-aide-personne/
ehpad.html
Depuis trois ans, elle a désormais une seconde Jeux de rôle
Une présentation mission : s’occuper du personnel, très exposé à Fin 2015 et début 2016, elle a formé le per-
des facteurs de risques
professionnels dans
la lombalgie, aux douleurs articulaires et autres sonnel soignant de l’Ehpad, par groupe, en
les Ehpad et des actions TMS. Ouvert en 2007, l’Ehpad Les Romarins n’a trois jours. D’abord pour leur enseigner l’usage
de prévention.
pas échappé à ce phénomène qui ne cesse de des aides techniques. « Ils les ont eux-mêmes
s’aggraver dans les services de l’aide et des soins essayées pour savoir ce que ressent un résident
quand on fait un transfert, par exemple du lit
Alain Bourrat, contrôleur de sécurité de la Carsat, qui a aidé au fauteuil. Et j’ai animé des jeux de rôle : l’un
l’Ehpad Les Romarins à prévenir les TMS de ses agents se met à la place du résident l’autre lui dit les
« Les chambres ont été équipées
LANGUEDOC-ROUSSILLON

consignes pour qu’il se mobilise, s’assoit, lève


de rails au plafond » ses pieds, etc. Cela permet de comprendre
« Nous recommandons au personnel soignant de ne l’importance du regard et de la parole adressés
© CARSAT

plus faire de transferts manuels, par exemple du lit au à la personne âgée pour que celle-ci aide, par-
fauteuil, quand les personnes âgées ne marchent plus. ticipe », précise-t-elle.
L’établissement audois a équipé toutes ses chambres de rails au plafond Les soignants ont également appris à ana-
munis d’un moteur et reliés à un harnais qui est glissé sous le corps de la
lyser une situation et résoudre des difficultés.
personne âgée pour la transporter en douceur. Dans les salles de bain, il
a mis des chaises à hauteur et position variable. Il a aussi aplani les seuils
« Cela a libéré la parole. Ils en discutent et ils
de porte pour que les chariots passent sans heurts, acquis un matériel viennent me voir pour me signaler les pro-
plus léger pour le nettoyage, ainsi qu’un véhicule adapté pour les sorties blèmes qu’ils rencontrent. Cela permet d’être
des personnes âgées. » réactif assez vite», confie Laure Marty. 

38  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


PORTRAIT

et son métier a changé. « Maintenant, j’ai un


double regard, sur le résident et sur le soi-
gnant, observe-t-elle. Si une personne âgée a
besoin de continuer à prendre ses appuis lors
des transferts, par exemple du lit au fauteuil,
j’ajoute à l’attention du soignant : elle va trouver
son appui sans que vous ayez à forcer. Ne forcez
pas, ne vous faites pas mal. » L’ergothérapeute
réévalue sans cesse avec les soignants l’usage
des aides techniques. Il arrive qu’un résident,
parce qu’une opération a rétabli ses capacités
motrices, n’en ait plus besoin. Ou, à l’inverse,
la situation peut se dégrader. Il faut sans cesse
adapter l’intervention des professionnels.
La nouvelle approche mise en œuvre a eu
des effets très positifs sur l’organisation. « Les
accidents du travail ont rapidement diminué,
ce qui a entraîné une baisse rapide des arrêts
maladie. Ils ont généré jusqu’à 500 jours d’arrêt
maladie par an pour 37 salariés contractuels.
Il n’y en avait plus que 14 pour 34 salariés en
2017 », révèle Alain Bourrat, conseiller de la
Carsat Languedoc-Roussillon qui a accompagné
cette démarche de prévention. Laure Marty
observe plus de bien-être au travail, même si la
pression reste importante. Autre point positif :
cela a permis aux soignants de passer moins
de temps dans les manutentions manuelles et
« d’être plus dans la relation avec le résident »,
note-t-elle.
Encore faut-il que l’équipe maintienne ses
efforts, sinon les accidents du travail aug-
mentent de nouveau, ce qui est le cas au pre-
mier semestre 2018, même si c’est encore
faible. « Certains mouvements ont été oubliés »,
DR

constate l’ergothérapeute. Une formation desti-


A la même période, elle a conduit l’évaluation
LAURE MARTY née à mettre à jour les connaissances est prévue
Formée en
des risques professionnels avec le personnel ergothérapie à cet automne.
Montpellier à la fin
de l’établissement. Une démarche qui leur a des années 1990,
permis de prendre conscience de la complexité elle a travaillé Flux tendu
quelques années
des situations. «  Chacun ressent les choses en centre de
Laure Marty sait à quel point sa nouvelle mis-
différemment, par exemple un agent qui a rééducation sion est essentielle dans un Ehpad qui fonc-
des problèmes de santé n’appréhendera pas fonctionnelle tionne avec un effectif réduit, à flux tendu. « Il
avant d’entrer
le travail de la même manière. Cela dépend en 2008 à l’Ehpad suffit que deux ou trois personnes âgées aient
aussi de chaque résident. Le facteur humain Les Romarins. besoin de soins plus importants car elles ne
Elle y travaille
est essentiel. C’est pourquoi rien n’est figé », à temps partiel
peuvent plus se lever. Cela se répercute sur
souligne l’ergothérapeute. (60 %). toute la chaîne de travail. Et si une personne est
en fin de vie, la charge psychologique s’ajoute à
Double regard la charge de travail supplémentaire phénomé-
Pour assurer cette nouvelle mission, son nale », remarque-t-elle. u
temps partiel a augmenté d’une demi-journée Solange de Fréminville

La Gazette Santé-Social • septembre 201839


MANAGEMENT

Comment réussir son recrutement


dans le secteur médico-social ?
Réussir son recrutement
n’est pas qu’une question
de feeling. Les procédures et
les méthodes sont importantes
d’autant que les tâches se
complexifient dans le secteur
médico-social.

A
vant le recrutement, mainte-
nir des liens institutionnels

© MARTA NASCIMENTO/REA
avec les acteurs de l’emploi
(Pôle emploi, missions locales, PLIE,
DIRECCTE) sous forme de rencontres
au moins annuelles, nomination d’un
référent ; utiliser des dispositifs exis-
tants permettant de présélectionner
des profils (PMSMP, stages) ; identifier selon qu’elles sont perçues comme auxquelles s’ajoutent les problèmes
et formaliser les canaux de diffusion respectées ou violées : l’entretien de liés à la non-discrimination. Ces règles
des annonces de recrutement ; élaborer recrutement doit être une opportu- relèvent de la justice procédurale.
une grille de compétences au regard du nité pour le candidat de démontrer ses
profil de poste (savoir-faire technique, connaissances et ses savoir-faire ; il doit Les biais à éviter
empathie, spécificité des métiers du également permettre d’être une oppor- La perception sélective qui est la ten-
grand âge…) ; élaborer un guide de tunité pour le candidat de contester ou dance d’un individu à ne prendre en
recrutement à destination des recru- de modifier le processus d’évaluation considération que les caractéristiques
teurs (procédure, guide d’entretien, ou de prise de décisions ; il doit garan- d’une personne ou d’une situation qui
présentation des valeurs) ; une réponse tir que les procédures de décisions correspond à ses propres valeurs ou
(favorable, défavorable ou d’attente) sont consistantes entre les candidats croyance. L’effet de halo qui est la ten-
doit être transmise systématiquement et à travers le temps ; le recruteur doit dance à juger une personne ou une
aux candidats dans un délai de deux fournir un feedback opportun et infor- situation, en ne se fiant qu’à une seule
semaines. matif concernant la performance et la de ses caractéristiques plutôt qu’à un
décision ; il doit également y avoir une ensemble de dimensions observables.
Règles procédurales information, une communication et L’effet de miroir. Les attentes qui se défi-
Il y a six règles procédurales qui des explications sur la décision ; il ne nissent comme la disposition à trouver
influencent positivement ou négati- doit pas y avoir de questions inappro- chez une personne ce que l’on attend
vement les perceptions des candidats, priées et formulations préjudiciables d’elle. La gestion des impressions qui
est l’effort systématique déployé pour
Faut-il recourir aux tests ? créer et maintenir l’impression sou-
Les tests d’aptitudes cognitives se présentent sous forme de tests de logique, haitée aux yeux d’autrui. La clémence
de raisonnement ou linguistiques. Ils sont actuellement très peu utilisés dans le (l’évaluateur octroie des résultats très
secteur médico-social. Or, ils ont des résultats plutôt positifs et s’avèrent être
positifs à tous les candidats, sans égard
de bons « prédicteurs » de la performance en emploi notamment car l’aptitude
mentale favorise l’apprentissage qui est une clé dans le secteur médico-­social. à leur niveau de performance), la sévé-
En effet, le niveau de qualité de prise en charge, même pour des emplois qui rité (situation où l’évaluateur n’attribue
pourraient paraître de faible qualification comme les aides-soignantes ou que des résultats négatifs) ou l’erreur de
les agents hôteliers, est devenu très complexe, ce qui fait que des actes qui tendance centrale (caractérise une éva-
peuvent paraître très simples (aide au repas, toilettes, changes, animation) luation moyenne pour tous et survient
révèlent en réalité des actes complexes. Il est à noter que l’ACG augmente lorsqu’un évaluateur n’ose pas prendre
avec les connaissances et l’expérience.
position). u Sylvain Guillaume

40  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


CARRIÈRE

La Gipa dans la FPT et la FPH


Instaurée en 2008 au profit des fonctionnaires et de certains agents contractuels des trois
versants de la fonction publique, l’indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d’achat
permet de compenser une évolution de traitement brut inférieure à l’évolution des prix
à la consommation.

R
econduit pour l’année 2017, ce dispositif rence de quatre ans prise en considération. Les
est destiné à compenser une éventuelle agents contractuels doivent avoir été employés
perte de pouvoir d’achat des agents mais de manière continue sur la période de référence
il n’a pas vocation à se substituer à l’évolu- de quatre ans prise en considération, par le
tion de la valeur du point indiciaire, ni à être même employeur public. Les agents contrac-
pérenne. REPÈRES tuels de l’État, transférés aux collectivités terri-
• Décret n° 2008-539 toriales ou à leurs groupements en application
du 6 juin 2008
Dispositif relatif à l’instauration de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés
La garantie individuelle du pouvoir d’achat d’une indemnité dite de et responsabilités locales, sont réputés remplir
garantie individuelle
(Gipa) résulte d’une comparaison entre l’évo- du pouvoir d’achat. cette dernière condition.
lution du traitement indiciaire brut (TIB) • Arrêté du 17 novembre En revanche, le montant de la Gipa ne peut
2017 fixant au titre de
détenu par l’agent sur une période de réfé- l’année 2017 les éléments
être versé aux fonctionnaires rémunérés au titre
rence de quatre ans et celle de l’indice des prix à prendre en compte d’un emploi fonctionnel sur une des années
pour le calcul de
à la consommation (hors tabac en moyenne l’indemnité dite de
bornes de la période de référence, à l’exception
annuelle) sur la même période. garantie individuelle du des emplois fonctionnels ouverts aux agents
pouvoir d’achat, JORF
Si le traitement indiciaire brut effectivement du 18 novembre 2018.
des catégories B et C. Par ailleurs, le montant
perçu par l’agent au terme de la période a de la Gipa n’est pas soumis aux majorations et
évolué moins vite que l’inflation, un montant indexations pouvant être versées aux agents
indemnitaire brut équivalent à la perte de pou- en poste dans les départements et collectivi-
voir d’achat ainsi constatée est versé à chaque tés d’outre-mer. Enfin, le montant de la Gipa
agent concerné. ne peut être versé aux agents ayant subi, sur
une des périodes de référence, une sanction
Agents concernés disciplinaire ayant entraîné une baisse du
Les fonctionnaires des trois versants de la traitement indiciaire.
fonction publique, les magistrats et les
militaires et certains agents contractuels Modalités de calcul
ont vocation à bénéficier de la Gipa. Le traitement indiciaire brut
Parmi ces derniers, sont plus précisé- pris en compte corres-
ment concernés les agents contractuels pond à l’indice majoré
rémunérés par référence expresse à un détenu au 31 décembre
indice et recrutés par un contrat à durée de chacune des deux
indéterminée (CDI) ou par contrat à durée années bornant la période
déterminée (CDD) s’ils ont été employés de de référence multiplié par
manière continue sur la période de référence la valeur moyenne annuelle
par le même employeur public. Ils doivent de du point pour chacune de ces
plus être rémunérés sur la base d’un indice deux années. Pour la mise en
inférieur ou égal à la hors échelle B. En outre, œuvre de l’indemnité en 2017,
les fonctionnaires doivent détenir un grade la période de référence est fixée du
dont l’indice sommital est inférieur ou égal à 31 décembre 2012 au 31 décembre
HEB (hors échelle B). 2016. u
D’autre part, les fonctionnaires doivent Un calculateur est à la disposition
des agents : goo.gl/Adyp7e
avoir été rémunérés sur un emploi public pen-
dant au moins trois ans sur la période de réfé- Sophie Soykurt

© BIRGIT REITZ-HOFMANN - STOCK.ADOBE.COM

La Gazette Santé-Social • septembre 201841


20 21 22
NOV. 2018
✓ ✓ ✓

PARIS > PORTE DE VERSAILLES

Le grand rendez-vous
de l’achat public 

900 exposants,
13 domaines d’activité

+ 100 conférences

Inscription gratuite sur


salondesmaires.com
TERRITOIRES
PARCE QUE LES SOLUTIONS SONT DANS L’ACTION DE PROXIMITÉ ET LA COOPÉRATION ENTRE ACTEURS

REPORTAGE

À Saint-Brieuc,
les coopératives
jeunesse de services
œuvrent au
développement social
Alternatives aux jobs d’été, les coopératives jeunesse de services
sensibilisent les 16-18 ans aux projets collectifs. À Saint-Brieuc,
cet outil venu du Québec est un véritable moyen d’émancipation
des jeunes. En Ile-de-France, la méthode concerne aussi les 18-25 ans.
Avec partout le même succès.
Éric Larpin
>>
INITIATIVES
Des services civiques
pour sortir les personnes
âgées de leur isolement������������������������p. 44
À Limoges, Odyss’Elles
redonne une place
aux femmes dans
l’espace public������������������������������������������������������������P. 45
© ROMAIN BLÉTEAU

La Gazette Santé-Social • septembre 201843


REPORTAGE
À Saint-Brieuc, les coopératives jeunesse de services œuvrent au développement social

S
>> avannah, Coline, Enora et Ulrich… en deux mois, de la CAE, au travers d’un contrat
tout dix filles et cinq garçons, sont déjà Cape (contrat d’appui au projet d’entreprise).
à la tête de leur entreprise coopérative, La signature de ce contrat était un moment de
la CJS Millenium ! Ils ont à peine 17 ans, sont fierté pour Savannah : « on n’est plus n’importe
encore au lycée et ont décidé, comme premier qui ! On nous a demandé de fournir des docu-
job d’été, de participer à la coopérative jeunesse ments administratifs. Et on a un vrai contrat ».
de services (CJS) implantée dans le quartier de
la Croix Saint-Lambert, à Saint-Brieuc (Côtes- Comité local
d’Armor). Cette coopérative éphémère a aussi Si Laurence Falkenstein est la marraine éco-
vocation à les sensibiliser à l’entrepreneuriat nomique du projet, Ludovic Bachet est, lui, le
collectif dans une logique d’éducation popu- parrain Jeunesse. En tant que responsable de
laire, à créer de la mixité sociale entre les jeunes l’association Le Cercle, c’est à lui qu’incombe
et les personnes pour qui ils travaillent et à leur la tâche d’aiguiller les jeunes : « nous avions
REPÈRES
apprendre l’autonomie. cinquante candidats cette année et nous en
• En 2018, 700 jeunes
présents dans
avons retenu quinze. Je suis impressionné par
Un vrai contrat 60 territoires leur motivation. Ils sont présents tous les jours
et 11 régions.
Pour les jeunes, c’est une première. Pour les à leur local de travail avant les animateurs. En
• Depuis 2013,
soutiens du projet en Bretagne, c’est déjà la 2 200 jeunes quatre ans, je n’ai pas connu un seul abandon !
cinquième promotion de cet outil innovant sont passés La CJS est un bel outil de travail pour le déve-
dans les CJS.
venu du Québec. Les CJS y existent depuis une • Coopérer pour loppement social ».
trentaine d’années et elles ont été importées entreprendre, Implanté dans le quartier, Le Cercle met aussi
www.cooperer.coop,
en France, pour les 16-18 ans, par le réseau 07 69 27 81 45, des locaux à disposition pour le siège social
des coopératives d’activités et d’emploi (CAE), Nelly Lechaplain, de la CJS. À la tête de chaque CJS, un comité
déléguée générale.
Coopérer pour entreprendre. • Pôle Rich’ESS
local est également mis en place, qui choisit les
À Saint-Brieuc, la CAE Avant-premières de Saint-Brieuc, deux parrains Économie et Jeunesse, recrute
contact@richess.fr,
est donc tout naturellement partie prenante Mathilde Lebreton,
également deux animateurs pour faire vivre
du projet, aux côtés du Pôle ESS du Pays de chargée de mission. le démarrage de la coopérative, et sollicite des
Saint-Brieuc et de l’association de quartier • Scic Le Phares, partenaires locaux. À Saint-Brieuc, la respon-
L’Ile-Saint-Denis,
prioritaire Le Cercle. « Nous assurons le support www.lephares.coop, sabilité en revient à Rich’ESS, le pôle de déve-
comptable et juridique des six CJS des Côtes-­ 09 72 63 70 95, loppement de l’ESS. « Rich’ESS est chargé de
Arthur Lauvergnier,
d’Armor. Soutenir des jeunes coopérateurs et chargé de mission la préparation de la CJS avant les mois d’été et
leur développement, c’est très logique pour essaimage. de son suivi. Nous devons rassembler des par-
une CAE qui vise à sécuriser le parcours de tenaires financiers et opérationnels. Le budget
ses ­entrepreneurs-salariés qui, pour certains de la CJS est de plus de 20 000 euros, servant
d’entre eux, vont présenter leur métier aux pour moitié à salarier les deux animateurs pen-
jeunes. La CJS permet de les mettre en situa- dant trois mois. À Saint-Brieuc, nous avons un
tion réelle d’entreprise collective », détaille écosystème favorable, avec des aides de la ville
Laurence Falkenstein, directrice d’Avant-pre- et de l’agglo, du département, de la préfecture,
mières. Concrètement, les jeunes sont à la fois du bailleur social et de la CAF 22.
dirigeants de leur entreprise, en achetant une Certains des partenaires nous aident aussi à
part sociale symbolique, et salariés, pendant trouver les premiers contrats : entretien paysa-
ger, aide au sondage dans les transports locaux,
Le Cape, une obligation de moyens animation pour des événements locaux comme
Le Cape est une forme de contrat généralisé dans les structures les Estivales de volley », précise Mathilde
d’accompagnement à la création d’entreprise, comme les coopératives Lebreton, chargée de mission.
d’activités et d’emploi et les couveuses d’entreprises à l’essai.
Ce n’est pas un contrat de travail à proprement parler. L’entreprise ou Pris au sérieux
l’association s’engagent à une obligation de moyens pour permettre Fin juillet, les jeunes sont tous sur le pont : en
aux porteurs de projets de mener à bien leur création d’entreprise,
train de réaliser des prestations, de facturer les
mais sa signature engage les deux parties. Le Cape a une durée de
douze mois, renouvelable deux fois. Il permet aux porteurs de trouver
travaux déjà effectués ou de contacter de nou-
un cadre de protection juridique et sociale pendant la durée veaux clients potentiels. « Nous avons créé des
de la création d’activité. La loi sur l’ESS du 31 juillet 2014 autorise commissions pour ces trois tâches. Pour les acti-
son utilisation systématique dans les CAE. vités, nous avons décidé collectivement de ce

44  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


REPORTAGE

que nous voulions faire, sachant qu’en tant que participent au financement d’une troisième
mineurs, certains travaux nous sont interdits », CJM dans l’agglo Est Ensemble. Et la région Ile-
explique Coline. La CJS Millenium centre ses de-France a décidé cette année de cofinancer,
missions sur des petits déménagements, du via une convention pluriannuelle d’objectifs,
nettoyage, de la garde d’animaux, de l’aide sur la création de six CJM sur son territoire, avec
les réseaux sociaux. À la fin des deux mois, ils un coût d’environ 40 000 euros par coopérative.
peuvent espérer un chiffre d’affaires commun « L’intérêt de ces coopératives éphémères, c’est
de 6 000 à 7 000 euros, soit environ 300 euros qu’elles peuvent s’adapter localement à des
pour les coopérants, qui découvrent au passage publics très divers.
les charges sociales… « Mais la rémunération Depuis cet été, il en existe également une
est loin d’être leur seule motivation. Ce sont à Narbonne, qui s’adresse aux porteuses de
des jeunes qui ne se connaissaient pas entre projet de plus de 45 ans », conclut Arthur
eux et qui veulent qu’on les écoute et qu’on les Lauvergnier. u
prenne au sérieux.
Depuis les premières promotions, trois sont
devenus administrateurs du Cercle, quatre ont
créé une junior association et tous en parlent à
leurs copains », rassure Ludovic Bachet.

Extension aux 18-25 ans INTERVIEW


Les résultats des premières CJS bretonnes ont Nelly Lechaplain,
essaimé dans toute la France et se sont étendus déléguée générale CJS France
aux 18-25 ans (coopératives jeunes majeurs
- CJM) il y a deux ans. En Ile-de-France, une
première expérience a eu lieu fin 2017 à L’Ile- « Les CJS combinent
Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
plusieurs objectifs »
DR

Une deuxième CJM Coop commune a


« En tant que réseau des CAE, nous nous sommes
démarré mi-juillet avec douze personnes autour
intéressés aux CJS, par rapport à deux problématiques du
des activités : animations culturelles et spor- mouvement coopératif : le renouvellement des générations
tives, customisation d’objets recyclés ou photo- de dirigeants et la place des jeunes dans les entreprises.
graphie. « Classiquement, notre projet de CJM Nous avons démarré l’expérimentation en 2013 en Bretagne
cherche à renforcer le pouvoir d’agir des jeunes. avec d’autres acteurs de l’ESS : pôles des Pays, CRESS,
Les CJM durent trois mois pour des jeunes collectivités. Les CJS combinent plusieurs objectifs :
orientés par les missions locales ou Pôle emploi sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat collectif,
acquisition de compétences entre pairs, émancipation
et qui sont donc éloignés de l’emploi. Ils ont
des jeunes. Elles durent deux mois, partagées entre
20 heures de présence par semaine pour déve- deux semaines d’organisation collective et de définition
lopper leurs activités et peuvent être accompa- des services, puis le reste à réaliser des prestations. En
gnés professionnellement et socialement par moyenne, elles génèrent 5 000 euros de chiffre d’affaires.
la CAE Coopaname et par l’association Étude Cet été, on dénombre une soixantaine de CJS dans onze
et chantiers », souligne Arthur Lauvergnier, régions, soit plus de 700 jeunes concernés ; elles ont été
chargé de projet d’essaimage des coopératives initiées soit par les CAE locales, soit par des collectivités,
soit par des pôles ESS, ou par des espaces jeunesse. Les
éphémères de jeunesse en Ile-de-France au sein
comités locaux qui rassemblent les différents partenaires
du Phares, un pôle territorial de coopération bâtissent des budgets de 25 000 à 30 000 euros, soit un
économique (PTCE). Comme dans une CJS, les coût d’environ 2 500 euros par jeune. Le principe de ces
jeunes ont signé un Cape. Après la première coopératives éphémères a été étendu il y a deux ans aux
promotion, quatre jeunes ont renouvelé leur 18-26 ans, dans des coopératives jeunes majeurs (CJM),
Cape au sein de Coopaname, pour poursuivre qui fonctionnent trois mois dans l’année. Il s’agit de jeunes
le démarrage de leur activité et l’un d’eux a déjà qui sont plus directement employables à la sortie de
la coopérative, alors qu’ils étaient éloignés de l’emploi.
créé son entreprise.
Aujourd’hui, notre problématique est de trouver de
Fort de ces résultats, le Phares, qui anime le nouveaux financements pour cette expérimentation au sein
comité local de la CJM, a réussi à convaincre de Coopérer pour entreprendre, pour prendre le relais des
des financeurs d’aller plus loin. En Seine- fondations qui nous ont aidés au départ, comme celle du
Saint-Denis, la CAF, la Dirrecte et la DDCS Crédit coopératif et la France s’engage. »

La Gazette Santé-Social • septembre 201845


INITIATIVE

VIEILLISSEMENT

Des services civiques pour sortir


les personnes âgées de leur isolement
L’association Binôme 21 emploie en permanence 40 jeunes en service civique qui vont
une à deux fois par semaine chez les retraités isolés. Exemple à Semur-en-Auxois.

S
ortir les personnes âgées de leur isole- « elles ont du mal à entrer en relation avec les
ment : telle est la mission première de autres », souligne Marie-Françoise Erard.
Binôme 21, fondée en 2010 par Marie-
Françoise Erard. Pour cela, l’association a déve- Service à la mobilité
loppé deux types de réponse. La première est Pour répondre aux besoins détectés lors des
REPÈRES
la cohabitation intergénérationnelle qui offre échanges avec les personnes âgées isolées, le
• Territoire :
aux jeunes une solution d’hébergement chez département
CCAS a développé un service de mobilité à la
un senior qui met à disposition (le plus sou- de la Côte-d’Or demande, en mettant à disposition une voiture
(538 000 habitants).
vent gratuitement) une chambre meublée en avec chauffeur. Cela permet, par exemple,
• Budget annuel :
échange d’une présence régulière. En 2017, 140 000 euros (pourvus d’aller chercher celles qui sont intéressées par
trente-sept contrats de cohabitation ont été notamment par l’État les activités proposées au centre social ou, pour
qui finance l’indemnité
signés en Côte-d’Or. La seconde action repose versée aux jeunes les retraités qui ont très peu de ressources,
sur l’embauche de jeunes en service civique signataires d’un d’accéder à l’épicerie solidaire de Montbard.
engagement
dont le rôle est d’aller au domicile des per- de service civique). Grâce à ce service, « cinq personnes participent
sonnes âgées isolées ou bien d’organiser pour • Contact Binôme 21 : régulièrement aux sorties culturelles organisées
03 80 46 47 43
elles des activités en petits groupes intergéné- ou 06 78 65 74 95 une fois par semaine par le centre social »,
rationnels. binôme.vingtetun souligne Azéline Yon-Dubourq, coordinatrice
@gmail.com
au centre social. « Anna Colin les accompagne
Identifier le public si elles le demandent. Mais, avec le temps,
Chaque année, l’association emploie ainsi deux certaines personnes comme Morag, une Britan-
fois quarante jeunes recrutés pour une durée nique qui, sans famille en France, ne sortait plus
de six mois. La principale difficulté consiste depuis que des problèmes de santé l’empêchent
à repérer les personnes qui se sont repliées de conduire, se remobilisent toutes seules »,
sur elles-mêmes et qui échappent aux radars. se félicite Azéline Yon-Dubourq. Le pari de
Binôme 21 s’efforce pour cela de développer l’inclusion est alors gagné. u
des partenariats locaux comme avec le CCAS de Alexandra Caviccio
Semur-en-Auxois. Le CCAS a réuni l’ensemble
Anna Colin, service civique
des acteurs qui, sur le terrain, sont capables
« Chez certains, nous ne faisons
© ALEXANDRA CACCIVIO

d’identifier le public ciblé par Binôme 21.


Le groupement des professionnels de santé que parler, beaucoup parler »
de l’Auxois Morvan, en particulier, « repère « J’ai passé un Bac pro Commercialisation et services
en restauration mais ça ne me plaisait pas vraiment.
beaucoup de situations d’isolement qu’il nous
Le service civique me laisse du temps pour voir ce que
communique », détaille Bénédicte Lesecq, la je veux faire après. L’association m’aide déjà à y réfléchir. J’ai commencé
directrice du CCAS. début mars après une formation à Binôme 21. Ça m’a permis de découvrir,
Depuis 2014, à Semur-en-Auxois et dans les entre autres, les problématiques liées au vieillissement et à la maladie. Mon
communes voisines, « cinq jeunes ont signé un contrat est de 24 heures par semaine, dont 22 heures vraiment consacrées
contrat de cohabitation avec un senior », sou- aux visites chez les personnes âgées. Au total, je suis entre treize et
ligne Marie-Françoise Erard. Anna Colin, recru- quatorze personnes, la plupart pour 1 à 2 heures par semaine mais certaines
me demandent de venir deux fois par semaine. Chez certaines personnes,
tée en mars dernier pour six mois de service
nous faisons beaucoup de jeux – type Scrabble, Triomino, Rummikub – ou
civique, suit de son côté quatorze personnes nous sortons nous promener ou faire des petites courses. Chez d’autres,
âgées de 62 ans à plus de 97 ans. Parmi elles, nous ne faisons que parler, beaucoup parler ! Il y en a, à l’inverse, qui ne
trois sont en Ehpad où, parce qu’elles arrivent veulent que regarder la télé. Le temps est un peu long pour moi mais le fait
à un moment où elles sont en mauvaise santé, d’avoir quelqu’un avec eux pour regarder la télé leur fait du bien. »

46  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


INITIATIVE

INCLUSION SOCIALE

À Limoges, Odyss’Elles redonne une


place aux femmes dans l’espace public
Le CIDFF du Limousin bâtit avec les habitantes des quartiers prioritaires de Limoges un projet
collectif de tourisme urbain local. Pour leur redonner une place dans l’espace public et changer
le regard sur ces zones stigmatisées.

D
onner aux femmes une place plus légi- de proposer un nouvel outil à nos élus locaux.
time dans l’espace public, c’est l’objectif On ne sait pas encore si cela prendra la forme
du projet Odyss’Elles mené par le Centre de visites touristiques, avec les femmes pour
d’information sur les droits des femmes et des guides, de films ou d’affichages. Ce sont les
familles (CIDFF) de Limoges (Haute-Vienne). femmes qui décideront du dispositif final »,
Il s’adresse en particulier aux habitantes des complète Marie-Clémence Coudert.
neuf quartiers prioritaires de la préfecture du REPÈRES
Limousin, avec pour ambition conjointe de • Territoire : quartiers Outil d’évaluation
prioritaires de la ville
réconcilier la périphérie et le centre-ville. Le de Limoges.
Le groupe de quinze femmes se réunit une fois
fil conducteur d’Odyss’Elles, qui démarre cette • Public : femmes par semaine dans les locaux du CIDFF. Elles y
année et se poursuivra en 2019, est de raconter des QPV, migrantes. trouvent le soutien de la coordinatrice, mais
• Budget : 25 000 euros.
l’histoire de la ville, au travers des migrations • Contact :
aussi d’une femme-relais et d’une accompagna-
successives et des femmes qui ont laissé une Marie-Clémence trice sociale, pour mener à bien ce projet. Pour
empreinte locale. Coudert, CIDFF du financer Odyss’Elles, le centre d’information
Limousin, 29 C rue
des Pénitents Blancs, peut compter sur un appel à projets de l’agglo-
Émissaires dans leur quartier 87000 Limoges, mération limougeaude, ainsi que sur le soutien
05 55 33 86 00,
« Odyss’Elles prend la suite d’autres actions www.infofemmes.com de la Fondation Cognacq-Jay. « Pour nos finan-
collectives, comme Mon quartier a des Elles, ceurs, nous avons mis en place depuis 2016 un
un programme réalisé l’an dernier. C’était un outil d’évaluation de la capacité d’agir, dans
diagnostic de territoire déjà mené avec des toutes nos actions. Tout au long du processus,
femmes des neuf quartiers prioritaires. Il a nous observons d’où elles partent et où elles
abouti à l’édition d’un journal et à l’organi- arrivent, quitte à changer notre accompagne-
sation de rencontres. Avec Odyss’Elles, nous ment, individuel et collectif, si ça ne fonctionne
allons plus loin, en cherchant à changer le pas », précise Marie-Clémence Coudert. u
regard sur des zones stigmatisées. Comme dans Éric Larpin
tous nos projets collectifs, ce sont les femmes
qui décident de ce qu’elles souhaitent faire », Patricia Gaucher, directrice du CIDFF du Limousin
explique Marie-Clémence Coudert, coordina-
« Ce sont les femmes qui construisent leur projet
trice au CIDFF.
Le groupe a été constitué en juin dernier,
de A à Z »
avec une quinzaine de femmes, qui vont porter « Odyss’Elles prend place dans l’ensemble des parcours collectifs
que nous proposons aux femmes de Limoges, mais aussi des trois
le projet et seront aussi des émissaires dans
départements limousins. À partir des accompagnements collectifs, on
leur quartier pour informer sur les ressources débouche aussi sur des accompagnements individuels pour l’insertion
qu’elles peuvent trouver dans un CIDFF, en sociale et professionnelle. Nous travaillons avec tous les réseaux locaux,
matière d’accès au droit et à l’égalité et l’inser- publics et associatifs, de santé, de lutte contre les violences faites aux
tion professionnelle. Leur premier travail a été femmes, d’emploi et de formation. Pour le programme Odyss’Elles, nous
de trouver des traces de leur histoire au musée demandons aux travailleurs sociaux des quartiers d’orienter les femmes
de Limoges. Sur ces bases, elles vont faire intéressées par cette approche historico-touristique. Comme ce sont
les femmes qui construisent leur projet de A à Z, cela leur sert aussi
appel aux souvenirs de leurs histoires fami-
pour leur insertion sociale et professionnelle individuelle. Odyss’Elles
liales. Ensuite, elles auront aussi l’occasion de est un programme que nous avons inventé à Limoges, mais que nous
rencontrer des historiens et des experts locaux partageons avec les autres CIDFF en France, au travers de fiches-projets.
pour peaufiner leurs idées. « L’objectif final est D’autres territoires peuvent se les approprier. »

La Gazette Santé-Social • septembre 201847


INNOVATION

À l’hôpital, les patients peuvent


être suivis par… un robot
La start-up française Calmedica a développé un outil de suivi
automatisé des patients en amont et en aval de leur séjour.
Le chatbot MemoQuest équipe aujourd’hui une centaine
d’hôpitaux, dont ceux de l’AP-HP.

M
emoQuest, proposé par la start- et extrêmement efficace. Tous les télé-
up Calmedica, est un robot phones portables peuvent envoyer et

DR
conversationnel (ou chatbot) recevoir des SMS, et si vous posez
qui dialogue par SMS avec les patients une question simple, 95 % des gens
MEMOQUEST
• Robot conversationnel de suivi
avant et après une hospitalisation, et répondent ! », souligne Alexis Hernot, pré et postopératoire.
alerte les équipes médicales en cas de cofondateur de la start-up avec Corinne • Abonnement : 3 000 euros par an pour
besoin. Le principe est simple : avant Segalen, médecin. Une étude menée à un centre hospitalier, puis de 2 à 5 euros
par patient, selon la complexité du suivi.
l’opération, les patients reçoivent des l’hôpital St-Antoine AP-HP (1), où un • Société Calmedica:labellisée entreprise
SMS leur rappelant les consignes à pilote du chatbot a été testé, a comparé innovante du ministère de la Recherche,
Prix Galien 2017, prix e-santé « Les
respecter et les horaires de convoca- le rappel des consignes préopératoires Échos » 2018.
tion. Le lendemain de l’intervention, par SMS aux appels téléphoniques. Elle • http://www.calmedica.fr/
un algorithme renvoie un SMS pour conclut à une diminution des retards
demander aux patients de confirmer des patients et à une augmentation problème. Si les SMS ne sont pas reçus
que « tout va bien ». du respect des consignes. Enfin, 30 % ou mal compris, une alerte prévient
des patients contactés par téléphone les infirmières, qui peuvent prendre
Un système très simple auraient préféré être suivis par SMS. le relais. En cas de complications, le
L’ambulatoire est appelé à se dévelop- Pour Alexis Hernot, « le SMS est moins robot peut poser des questions supplé-
per en France : il ne représente que 46 % intrusif, plus clair et les patients ont mentaires pour préciser le problème et
des opérations contre 64 % en Europe. toujours l’information sur eux ». Par ail- faciliter le travail de l’infirmière. « Le
L’un des freins identifiés : la mauvaise leurs, le système permet une meilleure suivi est automatique pour 90 % des
gestion de la douleur, responsable d’un organisation des services, en identifiant patients. En cas de souci, l’humain est
tiers des réhospitalisations, selon l’As- les éventuels trous dans les plannings remis au cœur du système et dispose
sociation française de chirurgie, qui et en réduisant le temps d’attente des du temps nécessaire pour s’occuper des
plaide pour l’information et l’éducation patients. Après l’opération, tous les personnes qui en ont besoin », indique
des patients. MemoQuest remplit cette patients reçoivent un SMS et doivent Alexis Hernot. La moitié des réponses
mission. « C’est un système très simple indiquer si tout va bien ou signaler le arrivant en moins de 5 minutes, les
infirmières peuvent gérer les problèmes
immédiatement.
L’AVIS DE L’EXPERT
Dr Sophie Di Maria, unité de chirurgie ambulatoire Logique « conversationnelle »
de la Pitié-Salpêtrière AP-HP
La technologie a aussi été installée au
« Cela libère du temps soignant, cœur du nouveau robot de Calmedica
consacré aux patients qui en ont dédié aux sites internet. Les laboratoires
besoin »
DR

et les associations de patients peuvent


« Cette solution permet d’avoir plusieurs contacts avec les patients avant ainsi ajouter une logique « conversa-
et après la chirurgie, de leur rappeler les consignes, y compris en soirée tionnelle » à leur site internet et passer
ou le week-end quand nous n’avons pas de personnel. Cela libère du en quelque sorte « du cinéma muet au
temps soignant, consacré aux patients qui en ont besoin. Au début, j’étais cinéma parlant ». Un laboratoire mène
un peu réticente, je pensais qu’on perdait le côté humain. En réalité, les une première expérimentation autour
patients apprécient ce système et nous sommes sûrs qu’ils reçoivent bien
de l’addiction à l’alcool. u
les informations. L’avantage est de pouvoir donner des consignes précises
Christelle Destombes
par SMS aux patients dont ils gardent une trace écrite. D’ailleurs, nous (1) « Mieux communiquer avec les patients non
avons observé un meilleur respect des consignes avec ce système. hospitalisés », Didier Sicard, Marc Beaussier,
goo.gl/4bWvgn

48  septembre 2018 • La Gazette Santé-Social


La revue de presse Chers lecteurs, chaque mois, nous vous proposons un supplément, composé d’articles Article extrait de la revue
de Territorial sélectionnés dans les autres titres du Groupe Territorial. Notre objectif : Acteurs de la vie
vous être toujours plus utile, en vous faisant découvrir la richesse de tous nos magazines. scolaire • numéro 98 •
Juin - juillet 2018

INITIATIVES

Aix-en-Provence stimule
la scolarisation des enfants roms
Un collectif associatif du Pays d’Aix multiplie depuis 2008 les actions d’accompagnement
à la scolarisation des enfants roms. En 2017, deux services civiques ont été missionnées pour
renforcer leur ouverture au monde par des activités d’animation durant les vacances scolaires.

U
n premier programme d’animations a été
proposé aux familles et aux enfants pour
les vacances de février 2017. Comme
pour les suivants, il a bénéficié du soutien actif
de la direction des musées et du patrimoine et du
centre social du Château de l’horloge.

Vaincre les réticences © SKYNESHER/ISTOCKPHOTO.COM

Les publics de ces structures et 6 à 14 enfants


roms accompagnés par 3 à 6 adultes de leur REPÈRES
entourage ont, toute une semaine, partagé, suc- • Éducasources,
cessivement, une animation musicale au Musée la base nationale des
ressources numériques
des tapisseries, une découverte des métiers pour l’éducation du
d’art au Pavillon de Vendôme, une initiation réseau Canopé propose Non seulement le partage des activités avec des
un ensemble de
aux marionnettes au Musée du Vieil-Aix, un ressources sur la publics d’origines différentes n’a pas posé de
spectacle sur l’astronomie, la découverte d’un scolarisation des enfants problèmes mais il a permis aux uns et aux autres
issus de familles
médiabus et de différentes bibliothèques, une itinérantes et de
de tisser des liens, de se découvrir et de s’appré-
visite du planétarium, un film de Tintin et, voyageurs : textes cier. Les volontaires, les bénévoles associatifs et
officiels, outils
sur plusieurs après-midi, la réalisation d’une pour la classe ou la
les agents publics qui ont encadré l’opération
fresque au centre social. Au fil des jours, les formation des en sont également sortis très satisfaits. Depuis
enseignants, actes de
deux volontaires et les associations mobilisées colloques, témoignages,
la rentrée 2017, l’opération a été renouvelée et
autour du projet ont su vaincre les réticences expériences associatives, accueille de plus en plus d’enfants et d’adultes.
bibliographie,
des familles, gagner leur confiance et surtout sitographie…
enthousiasmer les enfants. Les familles sont • www.educasources. Projection dans l’avenir
education.fr/
devenues porteuses et heureuses que leurs • selection-detail-
Pour Béatrice Guimard, référente du conseil
enfants, toujours soigneusement habillés, s’ap- 135724.html départemental auprès des populations roms
proprient la ville et des savoirs nouveaux. et Catherine Rouch, animatrice bidonvilles du
Secours catholique Aix-Arles, qui pilotaient
Partage d’activités les services civiques, « ce projet s’inscrit dans
Avec jusqu’à une vingtaine d’enfants de 5 à 11 ans l’histoire. Il a permis sans aucun doute la pro-
mais toujours assez peu d’adultes, davantage jection des familles roms dans l’avenir, malgré
prisonniers de leurs tâches et de leur position leur instabilité liée à leur habitat. Elles ont com-
sociale dans leur communauté, l’opération s’est pris que les équipements culturels leur étaient
renouvelée sur les deux semaines des vacances accessibles, que le bidonville était au sein même
de printemps et sur deux semaines des congés de la ville et que cette dernière leur appartenait
d’été 2017, avec des animations supplémen- autant qu’ils y appartiennent. Ce projet est une
taires : jardinage, céramique, street art, monde réussite. Parents et enfants sont en demande de
de l’opéra, chasse au trésor, pique-nique, visites, sortir des bidonvilles ». u
piscine, Taï-chi… Jean-Dominique Delaveau

La Gazette Santé-Social • septembre 201849


OFFRES D’EMPLOI
RETROUVEZ LES OFFRES D’EMPLOI DES SECTEURS SANITAIRE, SOCIAL ET MÉDICO-SOCIAL

Envoyez vos projets d’annonces à : recrutement.gazette@infopro-digital.com


Tél.: 01 79 06 73 33 - Fax: 01 79 06 79 87

Vous pouvez consulter les offres d'emploi de la filière "Santé-Social" sur le site

LA COMMUNAUTÉ La Ville du
DE COMMUNES DE PLESSIS-TRÉVISE
LA PLAINE DIJONNAISE
Val de Marne
Recrute
20 000 habitants
Afin de répondre à l’évolution nécessaire
et souhaitée du Pôle Familial et Social
Recrute, par voie de mutation,
Un(e) Directeur/trice du APF France handicap est une importante détachement, inscription sur liste d’aptitude
organisation française, reconnue d’utilité
Pôle Familial et Social h/f publique, de défense et de représentation Pour l’ensemble de ses structures Petite
Cadre d’emplois (catégorie A) des personnes en situation de handicap et de
des Attachés territoriaux Enfance : 3 crèches collectives, 1 halte-garderie,
leurs proches.
(Filière administrative, Filière médicosociale,
1 crèche familiale
recrute
Filière animation)
À ce titre, vous serez chargé, sous l’autorité directe du
Directeur Général des Services, de diriger le Pôle Familial
Directeur UN INFIRMIER H/F
et Social, dont le périmètre comprend deux Multiaccueils
Petite Enfance (en Délégation de Service Public), deux
Territorial des Actions Missions : Suivi médical des enfants : soins, mise en
place et suivi des traitements • Conseils auprès des
Relais Petite Enfance (RAM - 2 agents), un Centre Social
(8 agents) et un Point Relais Emploi (2 agents). Associatives (H/F) responsables de crèches • Organisation et participation
Missions : Indre et Cher - CDI Temps Plein aux visites médicales avec le médecin référent
- Pilotage , animation et contrôle de la mise en œuvre • Participation à l’élaboration des protocoles d’urgence
des politiques publiques liées à la Petite Enfance, à la et de prévention avec les responsables des structures et
Sous l’autorité du Directeur Régional Centre
Famille, aux Séniors et à l’Action Sociale - Réalisation le médecin • Mise à jour et suivi des dossiers médicaux
du diagnostic organisationnel et financier du Pôle
Val de Loire, et en étroite collaboration avec
les élus, bénévoles, salariés du territoire (vaccinations …) • Gestion du stock de médicaments.
- Pilotage et animation de l’écriture des politiques
publiques - Animation et coordination des équipes et avec l’appui des responsables et chefs
de projets régionaux, ses missions sont : Profil : • Diplôme d’état d’infirmier • Expérience exigée
- Coordination des équipements petite enfance du territoire
• Relayer, décliner les orientations, stratégies de 2 ans dans le secteur de la petite enfance ou en
- Participation à l’élaboration de la programmation des
investissements à court, moyen et long termes - Ecriture, et dynamiques associatives sur son territoire et pédiatrie • Qualités relationnelles et capacité d’écoute •
pilotage et suivi du Contrat Enfance Jeunesse et des en région de manière coordonnée • Manager Disponibilité.
contrats divers relevant du Pôle - Veille juridique et mise les acteurs associatifs élus, bénévoles, salariés
en œuvre des réformes - Force de proposition auprès (6) • Impulser, accompagner, coordonner les Merci d’adresser votre candidature (lettre de motivation
des élus du secteur et auprès du DGS. projets et leur mise en œuvre • Développer et CV) à : Monsieur le Maire Direction des
Profil : des partenariats et les implantations locales Ressources Humaines - 36, av. Ardouin,
- Détenteur a minima d’un diplôme de niveau II, vous êtes • Assurer la gestion budgétaire, administrative 94 420 LE PLESSIS-TREVISE
idéalement titulaire du diplôme de puériculteur et / ou vous • Développer les ressources et optimiser les
justifiez d’une expérience significative dans les moyens existants. 427207-DJ

domaines du développement social local, de l’animation • Bac + 4 • Expérience dans le secteur du


ou du travail social - Vos capacités de négociation et de handicap et/ou dans le secteur associatif

viescolaire
conciliation, votre sens de l’écoute et de l’équité, ainsi acteurs de la
• Expérience du management en délégation
que votre pragmatisme seront des atouts indispensables
pour ce poste - De nombreux déplacements sont à pré-
souhaitée. Salaire brut mensuel base : 3 100€.
voir, le permis B est indispensable.
Candidature à adresser à : Le magazine
Poste à pourvoir dès que possible Direction Régionale APF Centre Val de Loire, des professionnels
Comment postuler ? Mathilde MIALON, Responsable Régionale territoriaux de
427065-CHM

Adressez votre candidature par courriel à Ressources Humaines l’éducation et


Mme Laila ASSEFY, Consultant en recrutement pour
Manpower Conseil Recrutement mathilde.mialon@apf.asso.fr des temps de l’enfant
laila.assefy@manpower.fr
Téléphone : 03 45 60 02 00 427183-DJ Abonnez-vous sur www.territorial.fr

50 La Gazette Santé-Social • Septembre 2018

PaGss154.indd 50 10/09/2018 15:50


Le Conseil départemental des Landes recrute (h/f)

Son·Sa Directeur·trice de la Solidarité Départementale


Le Département des Landes se caractérise globalement par un fort dynamisme démographique. Accueillant aujourd’hui 405 000
habitants, il s’accroit tous les ans de 5 000 habitants. Sa population est marquée cependant par un vieillissement important. Les
politiques de solidarité menées depuis de nombreuses années accompagnent cette évolution quantitative et les évolutions des
difficultés dans les différents domaines de compétences : Alzheimer, autisme, différentes intégrations, protection de l’enfance... Les
politiques sont déclinées dans plusieurs schémas départementaux qui sont en cours de réalisation. Les politiques sont également
partagées avec les nombreux partenaires de ces secteurs.
Sous l’autorité du Directeur Général des Services, vous êtes char- santé …). Vous montrez de fortes aptitudes managériales, des capaci-
gé(e) d’organiser et de mettre en œuvre les politiques départemen- tés d’arbitrage et de pilotage. Force de proposition dans un contexte
tales en matière de solidarités  : action sociale, aide sociale à d’accompagnement du changement, vous êtes apte au pilotage de
l’enfance, protection maternelle et infantile, personnes âgées, per- projets complexes, stratégiques et transversaux.
sonnes handicapées, insertion sociale et professionnelle. Notam- Diplômé(e) de l’enseignement supérieur, vous possédez une expé-
ment, vous participez, à ce titre, à la définition des orientations rience confirmée à des niveaux de responsabilité de direction dans
stratégiques avec les élus et la direction générale, en veillant à leur les collectivités publiques. Vous connaissez le travail avec des élus,
AUDACIEU

adaptation aux spécificités du territoire. Assisté(e) d’un adjoint, vous vous exercez en collectivité territoriale dont vous connaissez la
encadrez 600 agents, dont 30 cadres ainsi que 380 assistants fami- culture. Votre expérience jusqu’à aujourd’hui vous a familiarisé avec
liaux. Vous gérez un budget de près de 230 Millions d’Euros. la connaissance du secteur social et médico-social. Rigoureux.se vous
Vos activités comportent plusieurs volets : • Définir et impulser la avez le sens de l’organisation et de solides compétences de gestion
déclinaison des politiques publiques initiées et arrêtées par l’exécu- administrative et budgétaire. Vous favorisez la transversalité avec les
tif et l’assemblée départementale en matière de solidarités • Contri- autres pôles, vous privilégiez le travail en équipe. Vos qualités per-
buer à l’évaluation des politiques en matière de solidarités (analyse sonnelles vous permettent de disposer de grandes capacités
des besoins du territoire, études prospectives, propositions) • Ani- d’adaptation, d’un relationnel aisé facilitant le partenariat.
mer et développer les partenariats locaux afin de favoriser une Recrutement par voie statutaire niveau A+, administrateur territorial
meilleure lisibilité de ces politiques • Elaborer les stratégies de ou équivalent (tout candidat de la Fonction Publique État, Hospita-
gestion des ressources budgétaires et financières allouées • Elabo- lière ou du secteur privé, avec une expérience significative dans le
rer et faire évoluer les outils de pilotage et d’évaluation des diffé- domaine du social et médico-social et de la santé).
rentes missions • Animer et piloter le collectif de direction.
www.landes.fr Vous connaissez les enjeux sectoriels et le cadre réglementaire des La prise de fonction est prévue pour 1er avril 2019.
politiques publiques du champ des solidarités (social, médico-social et
Merci d’adresser votre dossier de candidature avec les éléments suivants le 30/09/2018 (délai de rigueur) : CV
détaillé, lettre de motivation, dernier bulletin de salaire ainsi que la dernière situation administrative pour les fonc-
tionnaires et le dernier entretien professionnel.
• Par courrier à M. le Président du Conseil départemental des Landes, DRH et des Moyens, Hôtel du Département,
rue Victor Hugo, 40025 MONT-DE-MARSAN CEDEX • Ou par mail à : drh.recrutement@landes.fr
Renseignements : secrétariat du Directeur de la Solidarité départementale - 05 58 05 40 40 poste 8401

LE CENTRE COMMUNAL D’ACTION SOCIALE


DE SANARY-SUR-MER
RECRUTE
RECRUTE PAR VOIE STATUTAIRE

Responsable du Pôle Petite- UN PSYCHOLOGUE CLINICIEN,


Enfance, Enfance, Jeunesse (H/F) À TEMPS PARTIEL 20 H/SEMAINE (H / F)
Sous l’autorité de la Directrice Générale Adjointe, il ou elle pilote
le Pôle Petite Enfance-Enfance-Jeunesse en lien avec l’ensemble CADRE D’EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX
des services de la Communauté de Communes, ainsi que les
différents partenaires institutionnels, privés ou associatifs. En tant
que Responsable du Pôle Petite Enfance-Enfance-Jeunesse Chargé(e) d’assurer des prises en charge transitoires auprès d’enfants et d’adolescents, orientés par les structures
(20 agents permanents) qui recouvre : un multi accueil, un RIPAME, d’accueil jeunes enfants (0-4 ans), les établissements scolaires (cycle primaire et secondaire), le partenaire de
4 accueils de loisirs et 4 espaces jeunes. prévention spécialisé ou les travailleurs sociaux.
MISSIONS : t $PODFQUJPO  DPPSEJOBUJPO FU QJMPUBHF EV 1ÙMF 
t.BOBHFNFOUEV1ÙMF t(FTUJPOBENJOJTUSBUJWFFUmOBODJÒSFEV MISSION : • Evaluer et poser un premier diagnostic, dans le cadre de la prévention des troubles précoces (apprentissage
1ÙMF  t 1BSUJDJQBUJPO Ë MB EÏmOJUJPO EFT PSJFOUBUJPOT TUSBUÏHJRVFT et / ou développement), et orienter et accompagner les familles et leurs enfants vers le parcours de soins adapté via les
FO NBUJÒSF EF QPMJUJRVF &OGBODF+FVOFTTF t .JTF FO ”VWSF FU institutions, et les praticiens spécialisés. • Pratiques d’observation d’enfants en situation d’accueil, notamment dans le cadre
suivi du Contrat Enfance Jeunesse en lien avec les directeurs de du dépistage des enfants atteints de troubles précoces en lien avec les équipes et les familles. • Analyse des pratiques avec
structures. les équipes d’EAJE, • Participation aux plateaux techniques (UTS CD 83) et équipes pédagogiques (inspection académique IEN)
PROFIL :tExpérience similaire exigée. tSens des responsabilités, • Appui à l’élaboration des projets d’établissement / crèches • Participation aux réunions du réseau Petite Enfance • Travail
organisation, rigueur, t $BQBDJUÏ Ë EÏMÏHVFS FU DPPSEPOOFS EFT en concertation avec le directeur du CCAS, la coordinatrice PE, ainsi qu’auprès des élus adjoints à la Petite Enfance et aux
services, tSens de l’écoute. affaires sociales. • Participation au pilotage des interventions prévues dans le cadre du Contrat enfance jeunesse (CEJ).
Basée sur le cadre d’emploi des Attachés territoriaux (catégorie A) • Proposer des actions favorisant le soutien à la parentalité (conférences, débats, forums…) • Réunions avec les partenaires
/#* *'4& 1BSUJDJQBUJPOEFMFNQMPZFVSËMBHBSBOUJFNBJOUJFO (ASE, ASI, AEMO, Education Nationale, médico-social, PMI, CMP, CAMSP…)
EFTBMBJSF $IÒRVFTEÏKFVOFS
Recrutement rapide : MFT DBOEJEBUVSFT TFSPOU ÏUVEJÏFT BV mM EF PROFIL : Détenteur d’un master 2 en psychologie clinique/développement/psychopathologie, vous faites preuve
leur réception d’adaptabilité et d’autonomie dans un cadre institutionnel. Vos qualités humaines et votre maîtrise des techniques de
communication, d’écoute et de relation à la personne sont indispensables pour instaurer des relations de confiance avec les
427321-JH

Recrutement statutaire, à défaut contractuel


428504-HG

pour une durée de 3 ans familles, et les partenaires. Vous possédez de réelles aptitudes à l’analyse et à la production d’écrits professionnels.
CADRE D’EMPLOI DES ATTACHÉS TERRITORIAUX Rémunération Statutaire + Régime Indemnitaire + COS
Temps de travail : 35h - Protocole ARTT
POSTE À TEMPS COMPLET (35H00) Poste à pourvoir immédiatement
Les candidatures sont à adresser avant le 21/9 à : Monsieur le
Président - Communauté de Communes du Pays de Dol et de la
Merci d'adresser une lettre de motivation manuscrite + CV + photo à :
Baie du Mont-St-Michel - 17 rue de le Rouelle - 35120 Dol de M. le Président du CCAS de Sanary-sur-mer - 1 place de la République - CS 70001 - 83112 Sanary-sur-mer
Bretagne ou à l’adresse mail suivante : rh@ccdol-baiemsm.bzh
www.sanarysurmer.com

La Gazette Santé-Social • Septembre 2018 51

PaGss154.indd 51 10/09/2018 15:50