Vous êtes sur la page 1sur 106

m

FORMATION
INDUSTRIE

Dug W
MUIR DUO 'Ir ° I&L
n UU

s
LES ESSAIS DE PUITS
Objectifs, matériel de base
et déroulement général

D. PERRIN

ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement


SOMMAIRE
CHAPITRE 1
OBJECTIFS DES ESSAIS DE PUITS
1.1 PRINCIPE DES ESSAIS DE PUITS .. .. .. .. .. . .. .... . . . ... . .... .. .. .. ... .. .. ... .. .. .. . . . .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ..... .. . 5

1.2 PRINCIPAUX OBJECTIFS DES ESSAIS DE PUITS ET MOYENS DE LES ATTEINDRE .. 6


1 .2 .1 Cas des essais sur puits d'exploration (au sens strict) . . .. .. .. .. . .. .. .. ..... .. . .. .. .. ... .. ....... .. .. ... .. . .,_._., 7
1.2.1 .1 Échantillonneurs deformation (RFT, MDT, FIT) .. ..... .. ..... .... ..... .. ... .. .. . .... .. ..... .. ....... .. .. ... .. .. 7
1 .2.1.2 Garnitures provisoires . .. ... .. .. .. ..... .. .. .. ....... ...... ....... .. .. . . ..... .. ..... .. .. ... .. .. ... .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. ... 7
1 .2.2 Cas des essais sur puits de confirmation .. .. .. . .. .. .. .. .. .... . .. .. .. . . . . . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. .. .  , 10
1.2.3 Cas des essais initiaux sur puits de développement .. .. .... . . . .. .. .. ... .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. ....... ... .. .. ......... .. .. .... 11
1 .2.4 Cas des essais périodiques sur puits de développement .. .. . .. .. .. .. ..... ..... .. ....... .. ....... .. ..... ....... .. .. ..... .. .. .. 12

CHAPITRE 2
MATÉRIEL DE BASE POUR LES ESSAIS DE PUITS
2.1 DIFFÉRENTS TYPES DE TESTS . .. .... ... .. .. .. .. .. ... .... .. .. .. ... .. .. .. . . . .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ... .. .. ... .. .. . .. .. .. ....... .... . 15
2.1 .1 Test en trou ouvert ... . . . . .. . . .. . ... . .. .. ....... .... .. .. . .. .. .. .. .. ... .... .. .... ... .. .. .. ... .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. . .. .. ..... .. .. . .. .. .. ....... .. .. . 15
2.1 .2 Test de type "barefoot" . .. .. .. .... . .. .. .. .. . .... .. .. .. . ...... .. .. ....... .. .. ..... . . .. .. .. . .. .. . . . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. ... .. .. .. ....... .. . 16
2.1 .3 Test en trou cuvelé .. .. .. ... .. .. ....... .. .. ... . ... .. .. .. . ...... .. .. ....... .. .. .. .... . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. ... .. .. ... . . . . .. . . . . ... .. . 16

2 .1 .4 Test de couche sélectif : straddle test ... .. .. .. . . ..... .. .. ....... .. .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. ... .. .. ..... .. .. .. ..... .. . 16

2.2 GARNITURE DE TEST (CAS DES TESTS À TERRE, OU EN MER À PARTIR


D'UN SUPPORT FIXE). .. ....... .. .. ....... .. .. ... . ..... .. .. ...... . .. .. .. .... . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. ..... .. .... .. . . ... . 17

2 .2.1 Fonctions de base à assurer ....... .. .. ..... .. .. .. ... .. .... .. .. .. ..... .. .. .. ... . . .. .. .. . .. .. . . . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. . .. .. .. . ........ .. . 17

2.2.2 Composants de base ... .. .. .. .. ....... .. ... .... .. .. .. ... .. .. .. .. . . .. . . ... .. .. ..... . . .. .. ... .. .. . . . .. .. .. . .. .. ..... .. .. ... .. .. . .. .. .. .. . . ..... ... 17

2.2.3 Autres composants . .... .. . . . . .. ..... .. .. ....... .. .... ... .... .. .. .. ... .... .. ....... .. . . .. . . . .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. . .. .. .. .. ....... .. . 19

2.2.4 Équipement complémentaires . .. ......... .. ....... .. .. .. .. ..... .... .. ....... .. .. .. . .. .. . .. . . .. .. . . . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ....... .. . . . 20

2.2.5 Exemple de garniture de test en trou ouvert .. .. .. . . ... .. ........... .. .. .. .. . .. .. ... .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ..... .. ..- 20

2.2.6 Exemple de garniture de test en trou cuvelé . .. .. . . ... .. .. ......... .. .. .. ... .. .. ... .. .. ... .. .. .. . .. .. ... .. .. .. .. .. .. .. ... .. .. ..... 21

2.3 ÉQUIPEMENTS COMPLÉMENTAIRES POUR LA GARNITURE DE TEST DANS


LE CAS D'UN TEST À PARTIR D'UN SUPPORT FLOTTANT .. ..... .. .. ... .. .. ... .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ..... 22

2.4 ÉQUIPEMENTS DE SURFACE .. ......... .. .. .. ... . ... .. .. ....... .. .. .. .. ... .. ..... .. .. ... .. .. .. . .. .. ... .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. . .. . . 23

2..4.1 Fonctions de base à assurer : . .. .. ... .. .. ..... .... .. .. .. ... .. .. .. .. ..... . . .... .. .. ... ..... .. .. .. ... .. .. ... .. .. .. . . . .. ... .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. 23

2.4.2 Équipements de base .... .. .. . .. . . . . .. . .. .. .. ... .. .. .. ......... .. .. .. .. . .. .. .. ......... .. ..... .. . .... .. .. ... .. .. ..... .. .. ... .. .. ... .. .. .. .. . .. .. 23

2.4.3 Autres équipements .. .... .. ... .. .. .. . .. .. .. . . ... .. .. . ............ .. .... . .. .. .. ..... .. .. .. ... .. ..... .. .... ... .. .. ..... .. ..... . . . . ... .. .. .. . . . .. .. 24

2.4.4 Équipements complémentaires . .. .. .. ... .. .. .. ......... .. .. .. ... . . .. .. .. . .... .. .... ... .. ..... .. ..... .. .. ... .. .. .. ... .. . ...... .. . . .. . .. .. .. 25

2.4.5 Synthèse .. .. .. ... .. .. .. .. ......... .. .. .. ... .. . . ... .. . . .. . . . .. .. .. ......... .. . . .. .. .. . .. .. .. ..... .. ..... .. .. ..... .. ....... .. .. . . . . . ....... .. .. ... .. .. .. 25

O Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
3
Sommaire

CHAPITRE 3
PRINCIPE DE DÉROULEMENT

3.1 REMARQUES PRÉLIMINAIRES .. .. .. .. ... ...... .. .. .. . . ... .. .. .. .. .. ..... .. .. .. . . . .. .. . . . .. .. . .. .. ... .. ..... .. .. ... .. .. .. . .. .. .. 27
3 .1 .1 Analogie entre puits producteurs et puits injecteurs . . .... .. .. .. .. .. ..... .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. . .. .. .. . .. ..... .. .... . .. .. .. . . . .. .. 27
3 .1 .2, Remarque liée à la détermination de la productivité . .... .. .. .. .. .. .. ... .. .. .. . .. .. .. ... .. .. .. . .. ... .. ..... .. ..... .. .. .. . . . .. .. 27

3.2 PRESSIONS DANS LE PUITS À CONSIDÉRER ... .. .... .. .. .. ... .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. . .. ..... .. .. ... .. .. .. . . . .. .. 28

3.3 DÉROULEMENT D'UN TEST DE COURTE DURÉE (CAS D'UN COUSSIN PARTIEL) . .. .. 29
3.3.1 Descente de la garniture de test et ancrage du packer ... .. .. .. .. .. .... . .. .. .. . . . .. .. .. . .. .. .. . .. .. . .. ..... .. .. ... .. .. .. . . . .. .. 29
3.3.2, Pré-débit (ou débit initial) . .. ..... .. .. .. . . ... .. .. .. .... .. .. . .. .. .. .. ......... .. .. .. .. ... .. .. .. ... .. .. . .. .. .. . .. .. . .. ..... .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. 30
3.33 Fermeture initiale ... .. .. .. .. . . . .. ..... .. .. .. ..... .. .. .. .. .. .. .. . .. .. .. .. .. ......... .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. ..... .. . .. .. . .. .. ... .. .. .. . .. .. .. .. ... .. 30
3.3.4 Débit principal (ou second débit) . .. .. ....... .. .... .. .. . .. .. .. .. .......... . .. .. .. ... .. .. .. ... .. .. ... .. .. . .. .. . .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ... .. 30
3.3 .5 Fermeture finale .. ... .. .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. . . . . ... .. .. .. .. .. .. . . . .... .. .. .. ......... .. .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ... .. .. . . . .. . .. . . . .. .. . . . . . . . .. .. .. . . . .. 31
3.3.6 Désancrage du packer et remontée de la garniture de test..... .. .. .. .. . .. .. .. ... .. .. ..... .. ... .. . .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ..... 31

3.4 DÉROULEMENT D'UN TEST À HUILE DE LONGUE DURÉE


(CAS D'UN COUSSIN JUSQU'EN SURFACE) .. .. ........... . . .. .. .. ... .. .. ..... .. ..... .. ... .. . .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ... .. 32

3.5 DÉROULEMENT D'UN TEST À GAZ .. .. .. .. . .... .. .. .. .... ..... .. .. .. .. . .. .. .. ..... .. ..... .. ... .. . . . . . . . . .. .. .. . .. .. .. .. ..... 33
3.5 .1 Le back pressure test .. .... .. . . . .. .. . . . .. .. .. ........... .. .. .. . .... .. .. .. .... .. .. . .. .. .. .. ... .. .. ..... .. ..... . . ... .. . .. .. .. . . . .. .. .. . .. .. .. ..... 34
3.5 .2, Le test isochrone .. ....... .. .. .. . .. .. .. . . . .. .. .. ........... . . .. .. . .... .. .. .. .... .... . . . .. .. .. ... .. .. ... .. .. ..... .. ... .. . . . .. . . . .. .. .. . . . .. .. .. ..... 34
3.5 .3 Le test isochrone modifié . . . . .. .. ... .. .. .. ........... .. .. .. . .... .. .. .. ...... ... .. .. .. .. ... .. .. ... .. .. ..... .. ... .. . .. .. . . . . . .. .. . .. .. .. .. ... .. 34

CHAPITRE 4
SYNTHÈSE DES INFORMATIONS ATTENDUES
D'UN ESSAI DE PUITS ET CONCLUSION

4 .1 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS ATTENDUS D'UN ESSAI DE PUITS .. ..... ... .. ... .. .. ... .. .. .. ..... .. ... 35
4.1 .1 Informations recueillies sur site ........... .. .. .. . ...... .. .. ......... .. .. .. .. ... .... .. .. ... .. .. ... .. .. . .. .. ... .. . .. .. .. ... .. .. ..... .. ..... 35
4.1 .1 .1 Informations obtenues en fond de puits .. ......... .. .. .. .. ... .. .. .. ..... .. .. ... .. .. ... .. ... .. . .. .. .. ... .. .. ..... .. .. ... 35
4.1 .1 .2 Informations obtenues en surface (dans le cas de débit en surface) . ..... ... .. ... .. .. ... .. .. ..... .. .. ... 35
4.1.2 Résultats en laboratoire .... .. ..... .. .. .. ....... .. .. .. .. ..... .. .... .... ... .. .. .. .. ....... .. ..... .. .. . .. . . . . ..... ... .. ... .. .. ... .. .. ..... .. ..... 36
4.1 .2 .1 Dans les conditions de réservoir .. . . . .... .. .... .... ... .. .. .. .. ....... .. ......... ....... ..... ... .. ... .. .. ... .. .. ....... .. ... 36
4.1 .2 .2 Aux conditions de surface ..... . . .. .. . . . ...... .... .... ... .. .. .. .. ......... ......... .. ..... ..... ... .. ..... .. ... .. .. .. .... . .. .. . 37
4.1 .3 Résultats gisement calculés ou estimés à partir des informations recueillies sur site ... .. .. ... .. .. ......... ... 37

4.2 EN CONCLUSION . .. . .... .. .. ....... .. .... ... .. .. .. . . .. ... .. .... .. .. .. . .. .. .. .. . . . . ... .. ..... ... . .. ... .. .. . . . ... .. ... .. .. ... .. .. ... .. .. .. ... 37

FIGURES .. .. .. ....... .. ..... .. .. ... .. .. ... .. ... .. . .. .. .. . .. .. .. ... .. .. .. ... 39

Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
4
CHAPITRE 1
OBJECTIFS DES ESSAIS DE PUITS

1 .1 Principe des essais de puits


Le but poursuivi lors d'un essai de puits est, d'une manière générale, d'obtenir des
renseignements sur un puits et sur un réservoir .

Pour cela, on impose une variation instantanée de débit en tête du puits et on mesure, en
fonction du temps, l'évolution correspondante de la pression au fond du puits.

L'interprétation d'un essai de puits porte toujours sur une période où, juste après avoir
varié, le débit est maintenu constant et où la pression est mesurée
" Si ce débit constant n'est pas nul, il s'agit d'un essai en débit qui provoque une haïsse de
pression en fond de puits (draw down).
" Si ce débit constant est nul, il s'agit d'un essai puits fermé qui provoque une remontée de
la pression en fond de puits (build-up)

S'il y a eu plusieurs variations de débit, cela influe sur le comportement de la pression de


fond et il faut alors connaître l'historique des débits pour pouvoir interpréter. Aussi, les essais
puits fermé sont préférables aux essais en débit pour lesquels la pression de fond risque d'être
perturbée par des fluctuations intempestives du débit.

Cependant, les puits à gaz posent un problème spécifique qui justifie, quand cela est
possible (temps suffisant, . . .) le recours à plusieurs débits .

Pour déterminer les caractéristiques du réservoir et la productivité du puits, la qualité des


mesures de débit est aussi importante que celle des mesures de pression. Un soin particulier
doit donc être apporté aux mesures des débits en surface .

En outre, au cours de l'essai de puits des échantillons des fluides produits sont prélevés et
la température est enregistrée .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
5
Objectifs des essais de puits

1 .2 Principaux objectifs des essais de puits et moyens de les


atteindre
Selon que l'essai de puits est effectué sur un puits d'exploration, un puits de confirmation
ou un puits de développement (et dans ce dernier cas que l'essai soit un essai initial ou un
essai périodique), les objectifs de base ou l'importance respective de ces objectifs ne sont pas
les mêmes .

Cependant, les principaux objectifs d'un essai de puits sont parmi les suivants
" Déterminer la nature et/ou les caractéristiques des fluides produits,
" Déterminer l'état du puits et son potentiel de production,
" Evaluer les caractéristiques du réservoir,
" Contrôler l'efficacité d'une complétion ou d'un traitement sur le réservoir
(stimulation, . . . .),
" Suivre l'évolution des paramètres relatifs au puits ou au réservoir .

Pour cela, il est nécessaire


" de prélever un échantillon des fluides produits,
" de connaître le débit des fluides produits,
" de connaître l'évolution de la pression de fond et de la température de fond suite à une
variation de débit.

Associés aux informations fournies par d'autres moyens d'investigation, en particulier les
diagraphies différées et le carottage mécanique (et dans une moindre mesure les diagraphies
instantanées et l'analyse des déblais), la géophysique et la géologie, ces informations sont fonda-
mentales pour
décider de réaliser un avant-projet,
" bâtir un avant-projet de développement,
" prendre la décision de développer un champs,
" élaborer plusieurs projets de développement et établir les prévisions de production
correspondantes,
" choisir un projet de développement,
" réactualiser les prévisions et optimiser le développement au vu du comportement effectif
du gisement lors de son exploitation.

© Copyright 1999 ENSPM Formation industrie - Forage " Production " Gisement
6
Objectifs des essais de puits

1 .2.1 Cas des essais sur puits d'exploration (au sens strict)

On appelle puits d'exploration, au sens strict, le premier puits qui est foré sur une structure
que l'on ne connaît jusqu'à présent qu'à travers des études géologiques et géophysiques .

Pour ce type de puits, les essais s'effectuent en cours de forage. Une zone vierge vient
d'être forée où l'on a peu d'information sur les pressions, les fluides en place et les qualités de
réservoir .

L'objectif du test est donc par priorité de prouver la présence d'hydrocarbure et de définir
" la nature et les caractéristiques des fluides en place (y compris l'eau),
" les caractéristiques de la couche et plus particulièrement la pression initiale, la
température ainsi qu'une perméabilité et une productivité approximative .

Le prélèvement d'échantillons "représentatifs" permet de connaître les fluides et des


mesures de pression permettent de déterminer la pression initiale de la couche et d'en évaluer
la perméabilité .

Les principaux moyens utilisables pour cela sont


" les échantillonneurs de formation descendus au câble électrique (RFT : Repeat
Formation Tester, MDT : Modular formation Dynamic Tester, FIT : Formation Interval
Tester, par exemple) utilisables soit en trou ouvert, soit en trou cuvelé selon le type
d'échantillonneur .
les garnitures provisoires de test (type DST) en trou ouvert (essai de courte durée,
généralement de durée inférieure à 12 heures) ou en trou cuvelé, voire un équipement
provisoire de type complétion.

1 .2.1.1 Échantillonneurs de formation (RFT, MDT, FIT)

Ce sont des outils d'investigation rapide, opérés avec un câble électrique, en découvert pour
les deux premiers et en cuvelage pour le troisième . Ils permettent une prise de pression de
couche et une prise d'échantillon parfaitement localisé et en sécurité puisque le puits reste
sous boue. Ces outils permettent d'estimer la perméabilité du réservoir grâce à l'interprétation
d'une remontée de pression

1.2.1.2 Garnitures provisoires

Le choix entre essai en trou ouvert ou essai en trou cuvelé et le choix du type de garniture
sont imposés principalement par le contexte opératoire (à terre, en mer, . . .), la durée nécessaire
pour l'essai et la nature de l'effluent .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
7
Objectifs des essais de puits

La garniture permet d'isoler la zone testée du reste du puits, de soumettre cette zone à une
pression réduite, la mettant donc en condition de produire.

Selon la durée de la phase "débit", un volume de l'effluent peut être recueilli en surface,
avant remontée de la garniture de test.

L,'utilisation de vannes de fond, en réduisant les volumes, minimise l'influence de la


compressibilité des fluides sur la courbe de remontée de pression (build-up) .

a) Détermination de la nature des fluides produits

Elle se fait par échantillonnage . Il y a deux modes d'échantillonnage


" l'échantillonnage de fond,
" l'échantillonnage de surface .

L'échantillonnage defond
Afin d'être représentatif, l'échantillon de fond doit être prélevé au-dessus de la zone
perforée et en régime monophasique . Pour les puits de découverte, on ne doit donc pas
compter à priori sur la validité des échantillons de fond, à cause de l'incertitude sur la nature
du régime d'écoulement en fond de puits (monophasique ou diphasique) .

L'échantillonnage de surface
En conséquence, l'échantillonnage de surface (au séparateur) sera à considérer à priori
comme le plus fiable et le plus représentatif à condition de l'effectuer avec grand soin. En
particulier, il faut optimiser le débit
" il faut un débit suffisant pour éviter les phénomènes de ségrégation dans le tubing,
" il faut un débit non exagéré pour, si possible, ne pas provoquer d'écoulement diphasique
(ou l'apparition de coning) dans le gisement et en fond de puits .

Toutefois pour être en mesure d'effectuer un échantillonnage de surface, il faut disposer de


suffisamment de pression et de temps de débit afin de pouvoir établir un débit d'effluent en
surface et le stabiliser.

b) Détermination des caractéristiques de la couche

On s'intéresse particulièrement aux points ci-après.

La mesure de la pression vierge


La pression vierge est un renseignement fondamental en soi : les études réservoirs
effectuées durant les premiers temps de production sont toutes calées sur ce paramètre initial .
Il y a des conditions opératoires à respecter afin qu'aucun doute ne subsiste quant à la
détermination de la pression vierge .

e Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
8
Objectifs des essais de puits

L'estimation de la perméabilité et de la qualité de la liaison couche-trou (le skin)

Les mesures de pression et de débit et plus particulièrement l'interprétation de la remontée


de pression après fermeture du train de test permettent essentiellement
" de déterminer la perméabilité effective de la couche et d'évaluer également la présence
de fissures ou de fractures,
»d'observer la présence d'hétérogénéités à une certaine distance du puits (faille,
changement de faciès, changement de fluide, etc . ... ),
" d'estimer la qualité de la liaison couche-trou (skin factor).

Bien qu'il soit toujours préférable d'avoir des débits stabilisés avant la fermeture,
l'interprétation peut éventuellement tenir compte des variations de débit pendant la phase
débit.

La mesure de la température du réservoir

L'enregistrement dans le temps de la température de fond (débit et build-up) donne des


indications fondamentales sur la nature de l'écoulement .

Par ailleurs, la connaissance précise de la température de fond statique est indispensable


aux études PVT faites en laboratoire sur les échantillons prélevés (attention, les températures
données par les thermomètres à maxi des enregistreurs de pression, souvent très secoués à la
remontée du train de test, ne sont qu'un palliatif) .

c) Conclusions et recommandations

Dans les puits de découverte, on doit s'attacher à enregistrer et échantillonner un maximum


de choses même si l'intérêt n'en est pas évident à priori .

Les "cuttings", les carottes et les "logs" effectués peuvent indiquer la présence
d'hydrocarbures, mais ces derniers ne sont véritablement prouvés que lorsqu'ils auront été
"testés" .

Sur un premier puits, il faut surtout prouver la présence d'hydrocarbures récupérables


et réaliser un échantillonnage correct.

Les moyens de calculs sont beaucoup plus élaborés pour l'interprétation des pressions que
pour les corrélations de PVT. On ne craint donc pas trop les effets pouvant compliquer la
remontée de pression (skin et effet de capacité, débit non parfaitement stabilisé, etc .. . ). Si le
test est techniquement réussi, on pourra toujours estimer le "hk" . Par contre, si tout ce qui
concerne l'échantillonnage n'a pas été correctement réalisé et scrupuleusement enregistré,
l'utilisation des échantillons peut même devenir impossible .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
9
Objectifs des essais de puits

1.2.2 Cas des essais sur puits de confirmation

Ces puits, réalisés aussi pendant la phase exploration, sont aussi appelés puits
d'appréciation ou, selon l'objectif premier visé, puits de délinéation .

L'approche n'est plus la même. Les premiers renseignements ont été obtenus sur le puits
d'exploration ou les précédents puits de confirmation. On ne cherche donc plus à prouver une
découverte mais à recueillir suffisamment de données pour pouvoir bâtir ou finaliser un avant-
projet .

Le programme de l'essai de puits, généralement plus complet est bâti à l'aide des
connaissances acquises lors des essais effectués sur le ou les puits précédents .

On cherche tout d'abord à confirmer les premiers résultats


" obtenir un échantillon parfaitement représentatif (par exemple par échantillonnage de
fond en respectant un débit limite estimé dans le cas où il y a possibilité d'être au fond
dans des conditions monophasiques),
*confirmer et/ou préciser les caractéristiques réservoirs déjà obtenues (pression,
perméabilité et productivité du puits, . . . ).

On cherche également, si le temps le permet, à déterminer les caractéristiques lointaines de


la couche
" perméabilité lointaine,
" présence d'hétérogénéités latérales et/ou verticales, de discontinuité, de faille,
limites du réservoir, mécanismes naturels de drainage.

L'utilisation combinée de ces renseignements avec les résultats obtenus par d'autres
moyens tels que lithologie, diagraphies différées, permet d'effectuer les premières corrélations
entre puits et donc d'avoir une image à l'échelle du gisement et non plus seulement à celle du
puits.

On s'efforce de respecter scrupuleusement le programme qui aura été défini au préalable à


partir des connaissances acquises antérieurement . Ce programme doit comporter des
indications sur le timing de l'essai (de façon à pouvoir se situer dans de bonnes conditions
d'interprétation), le choix des duses (principalement pour les tests à gaz) ainsi que la fréquence
et la précision des mesures de débit, de pression de tête, de densité, de GOR, de WOR et de
température à effectuer .

Ces essais, étant souvent de plus longue durée, ont généralement lieu en trou cuvelé soit
avec une garniture de type DST, soit de préférence avec un équipement provisoire de type
connplétion .

© Copyright 1999 ENSPM Formation industrie - Forage " Production " Gisement
10
Objectifs des essais de puits

1.2.3 Cas des essais initiaux sur puits de développement

Dans ce contexte, les fluides sont généralement bien connus. L'échantillonnage constitue
donc un objectif important pour un tel essai seulement dans le cas d'un puits structurellement
éloigné ou isolé de la zone déjà développée.

L'effort porte donc principalement sur la détermination des caractéristiques du réservoir au


moyen de l'analyse des mesures de pression et de débit.

Le premier objectif de l'essai sur un puits de développement est d'évaluer l'état du puits et
ses abords . Les paramètres suivants sont recherchés
" la qualité de la liaison couche-trou (skin factor),
" la perméabilité proche (et lointaine),
" la productivité actuelle et la productivité potentielle du puits,
" la pression statique du réservoir au moment de l'essai .

En conséquence, il est de bonne pratique d'effectuer un essai de puits immédiatement après


la mise en exploitation du puits (en production ou en injection) .

Cette pratique permet


" de prendre diverses décisions pour ce puits ou pour les puits suivants à développer
(modification en ce qui concerne la liaison couche-trou, traitement éventuel, .. . )
" de vérifier l'efficacité de la complétion ou d'une stimulation initiale,
" d'obtenir des données de référence pour la comparaison avec les performances futures .

Le deuxième objectif est de porter l'investigation à une échelle plus grande du réservoir
pour estimer
" les hétérogénéités (perméabilités verticales et horizontales, failles, fractures, ... ) et les
limites,
" les interférences entre puits de développement,
" le degré de communication entre plusieurs zones,
" les mécanismes naturels de drainage (activité d'un aquifère, . . . ),

Ceci conduit à une meilleure connaissance des données du réservoir et donc à une
meilleure vision du développement du gisement .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
11
Objectifs des essais de puits

Pour ce faire, on est généralement conduit à adopter une durée de débit puis une durée de
fermeture suffisamment longue pour s'affranchir des effets transitoires néfastes au niveau du
puits et aussi pour "voir" ce qui se passe le plus loin possible. Des essais d'interférence ou des
pulses-tests permettent aussi de faire porter l'investigation sur la partie de réservoir comprise
entre deux puits (continuité de la couche, .. .).

Ces essais sont en principes réalisés avec l'équipement définitif en place. Cependant, dans
certains cas (choix du niveau à mettre en exploitation, stimulation, . . .) ils peuvent être réalisés
avec une garniture provisoire avant l'équipement définitif du puits .

1.2.4 Cas des essais périodiques sur puits de développement

Ces essais sont bien entendu réalisés avec l'équipement de complétion alors en place dans
le puits .

La fermeture du puits peut avoir lieu en tête (mais dans ce cas se pose le problème de
l'évaluation et de la prise en compte de l'after-flow pour l'interprétation) . Cependant, il existe
de nos jours des outils que l'on vient placer dans un siège classique et qui permettent de
fermer en fond de puits .

Les objectifs sont nombreux et variés et s'inscrivent dans le cadre d'une politique de
surveillance des puits élaborée sur l'ensemble du gisement .

Un premier souci est de surveiller l'état de santé du puits et en particulier


" de suivre l'évolution de la productivité du puits et donc de l'endommagement aux abords
du trou,
" de détecter, de situer ou de comprendre des "anomalies" au niveau de la liaison couche-
trou (coning, problèmes liés à l'exploitation simultanée de zones multiples, fuites, ...).

Un deuxième aspect est de surveiller le comportement plus global du gisement et en


particulier de suivre l'évolution
de la pression statique du réservoir (ce qui permet, entre autres, d'évaluer la nécessité ou
l'efficacité d'un procédé de maintien de pression),
des interfaces, . . . .

Pour ce faire, il peut être nécessaire de ne pas se cantonner aux essais "débit-pression" mais
de recourir aussi aux diagraphies de production (PLT, TDT, ... ).

Ces diagraphies de production permettent aussi d'obtenir des informations sur l'équipement
du puits lui-même, sur le tubing en particulier (dépôt, corrosion, fuite, . ..) .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
12
Objectifs des essais de puits

Toutefois, l'interprétation des diagraphies de production est assez souvent difficile à faire si
l'on n'a pas pris le soin de réaliser un jeu de référence avant que les problèmes ne se
présentent .

Selon le diagnostic qui est alors posé, des "remèdes" divers peuvent alors être envisagés
(traitement de la couche, réduction de débit, abandon d'une zone, changement de zone,
fermeture du puits, activation, maintien de pression, . . . .).

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
13
CHAPITRE 2
MATÉRIEL DE BASE POUR LES ESSAIS DE PUITS

2.1 Différents types de tests


On peut établir une classification en fonction de la manière dont la zone à tester est isolée
du reste du puits. Cela impose le type général de la garniture de test requise et, en conjonction
avec les objectifs du test, influence la sélection des outils individuels ainsi que la conception
finale de la garniture de test.

2.1.1 Test en trou ouvert (figure la)

Dans ce cas le packer de la garniture de test est ancrée dans le découvert . Le packer peut
être du type activité par compression ou de type gonflable.

Les tests en trou ouvert tendent à être moins chers dans la mesure où ils économisent le
coût d'un casing ou d'un liner et d'une cimentation .

Cependant on est confronté à un certain nombre de problèmes ou de difficultés, en


particulier
" Le trou doit être bien calibré et ne pas présenter d'irrégularité de diamètre afin
d'augmenter le potentiel d'étanchéité du packer.
" La section en trou ouvert limite la pression qui peut être appliquée dans l'espace
annulaire ; en conséquence seules des garnitures de test de type mécanique (où les outils
sont opérés en particulier par des translations ou des rotations) peuvent être utilisées, à
l'exclusion des garnitures opérées par pression annulaire.
" Les tests en trou ouvert sont généralement limités à quelques heures en raison de
craintes de problèmes d'instabilité des parois du trou qui peuvent provoquer le
coincement de la garniture de test.

La hauteur de la zone testée doit être limitée (hauteur normale : environ 20 m) . Le forage
(ou le carottage) doit être arrêté en conséquence .

Dans les cas difficiles à terre, ou de manière générale en mer, on ne doit pas pratiquer de
test en trou ouvert mais mettre en place un cuvelage ou un liner supplémentaire et réaliser un
test en trou cuvelé (cf. paragraphe 2.1 .3).

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

15
Matériel de base pour les essais de puits

2.1.2 Test de type "barefoot" (figure lb)

Dans ce cas la zone testée est en trou ouvert, mais le packer de la garniture de test est ancré
dans la section cuvelée qui se trouve au dessus du découvert. Cela permet de limiter ou
d'éviter certains problèmes relatifs au test en trou ouvert.

2 .1 .3 Test en trou cuvelé (figure le)


Dans ce cas l'ensemble de la garniture de test se trouve dans le cuvelage .

Les tests en trou cuvelé présentent en particulier les avantages suivants


Le potentiel d'étanchéité du packer est très élevé du fait d'un profil intérieur bien régulier
et de diamètre connu.
On dispose de plus de flexibilité quand à la conception du train de test (possibilité
d'utiliser des outils commandés par la pression annulaire, . . . ).
" La durée du test peut être considérablement plus longue (moins de risque de coincement
de la garniture).

Par contre les opérations de cimentation et de perforation peuvent provoquer un


endommagement des abords du puits.

2.1.4 Test de couche sélectif : straddle test (figure l d)


Si la zone à tester est loin du fond du puits ou au dessus d'un autre niveau réservoir, la
partie inférieure du puits peut être isolée de cette zone à tester par un packer supplémentaire.

Pour ce faire on utilise généralement une garniture de test


" avec deux packers gonflables, en trou ouvert ;
" avec un packer récupérable et un bridge plug, en trou cuvelé .

O Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
16
Matériel de base pour les essais de puits

2.2 Garniture de test (cas des tests à terre, ou en mer à partir d'un
support fixe)

2.2.1 Fonctions de base à assurer

La réalisation d'un test, et tout particulièrement d'un test en trou ouvert, impose de
pouvoir
" s'affranchir de la pression exercée par la colonne de boue sur la zone à tester et diminuer
la pression en face de cette zone jusqu'à une valeur inférieure à celle des fluides
contenus dans la couche,
" canaliser ces fluides jusqu'en surface sans risque de pollution de la boue ou d'éruption,
" maintenir, sur les formations non testées, la pression exercée en forage par la colonne de
boue pour éviter leur éboulement ou la venue des fluides qu'elles contiennent,
" d'arrêter momentanément le débit des fluides sans utiliser la pression hydrostatique de la
boue,
d'enregistrer en fond de puits la température, la pression et leurs variations tout au long
du test,
procéder, en fin de test, à la remontée de la garniture de test après avoir remis l'ensemble
du puits sous fluide de contrôle.

2.2.2 Composants de base

Les éléments de base d'une garniture de test, permettant en particulier d'assurer les
fonctions vues au paragraphe précédent, sont les suivants
Le tubulaire proprement dit, constitué selon le cas de tiges de forage ou de tubing.
Ce tubulaire sert
- de conduit pour l'effluent qui sera produit,
- de support pour les autres éléments .
Les tiges de forage sont plus particulièrement utilisées dans le cas de tests en cours de
forage (DST : Drill Stem Test) de courte durée d'une zone à faible ou moyenne pression.
Dans les autres cas, et tout particulièrement s'il y a risque de présence d'acide sulfurique
(11,S), on préfère utiliser des tubings qui présentent une meilleure étanchéité au niveau
des raccords .

O Copyright 1999 FNSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
17
Matériel de base pour les essais de puits

Un packer
Ce manchon en caoutchouc situé au dessus de la zone à tester s'applique sur les parois
du trou par compression, réalise l'étanchéité et sépare le puits en deux zones sans
communication entre elles.
" Un tester
C'est principalement une vanne (ou plusieurs) qui peut être ouverte ou fermée à volonté .
Descendu fermée, elle est surmontée à l'intérieur des tiges d'un coussin de liquide de
densité et de hauteur adaptées (tampon d'eau ou de gas où par exemple) de manière à ce
que la pression hydrostatique correspondante soit inférieure à celle des fluides présents
dans la zone à tester (figure 2a).
L'ouverture du tester, après que le packer ait été ancré, permet de décomprimer les
fluides sous packer et ceux contenus dans la zone testée à la pression créée par le fluide
tampon présent au dessus du tester (figure 2b) ; cette décompression permet le débit des
fluides .
La fermeture du tester, le packer étant toujours ancré permet d'arrêter le débit (sans
utiliser la pression hydrostatique de la boue) et de provoquer la remontée de pression
(figure 2c). Sa position proche du fond du puits minimise la perturbation liée à la
recompression du volume dans le puits (effet de capacité) lors de la remontée de
pression .
Ces opérations d'ouverture et de fermeture du tester, packer ancré, peuvent être répétées
autant de fois que nécessaire .
Des porte-enregistreurs
Ils reçoivent les enregistreurs de pression et de température .
Suivant leur place et leur agencement dans la garniture, les enregistreurs de pressions
permettent d'enregistrer soit la pression régnant à l'intérieur de la garniture soit la
pression régnant à l'extérieur de la garniture, et donc en particulier l'évolution de la
pression de fond lors de la phase de débit (draw down) et lors de la phase de fermeture
(build-up) .
Une vanne d'égalisation
La réalisation du test entraîne un régime de pression sous le packer différent de la
pression hydrostatique de la boue qui s'exerce au-dessus du packer.
Afin de pouvoir décomprimer et désancrer le packer à la fin du test, il est indispensable
d'égaliser les pressions de part et d'autre du packer .
Pour cela on utilise une vanne d'égalisation située entre le packer et le tester. En fin de
test, elle permet d'ouvrir une communication entre l'annulaire et l'intérieur de la
garniture de test (partie en dessous du tester) et donc
- d'égaliser les pressions de part et d'autre du packer,
- de repousser, sous réserve que finjectivité soit suffisante, les effluents produits (situés
dans la garniture en dessous de ce point) dans la formation testée en pompant de la
boue de forage en tête d'espace annulaire, les mâchoires annulaires des BOP étant
fermées (figure 2d).

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " production " Gisement

18
Matériel de base pour les essais de puits

Lors de la descente du train de test, cette vanne est en position ouverte et sert de by-pass
pour le passage du fluide du dessous au dessus du packer au fur et à mesure que la
garniture est descendue . Elle sera fermée avant l'ouverture initiale du tester.
" Un dispositif de circulation inverse
A la fin du test, si le puits a été productif, le train de test se trouve partiellement ou
complètement rempli par l'effluent . Il est alors dangereux de réaliser la manoeuvre de
remontée avec ce fluide inflammable à l'intérieur de la garniture de test .
Un dispositif de circulation inverse, situé au-dessus du tester, permet d'ouvrir un orifice
sur l'espace annulaire et de récupérer l'effluent situé dans la garniture par circulation
inverse (figure 2e) . Pour raison de sécurité cette vanne est généralement doublée .

2 .2.3 Autres composants

Selon que le test est effectué en trou ouvert ou en trou cuvelé, de nombreux autres éléments
sont ou peuvent être aussi intégrés dans un train de test, tout particulièrement
" Un sabot
Cet élément est situé tout en bas de la garniture de test.
Dans le cas d'un test en trou ouvert, c'est un raccord à fond plat permettant de prendre
appui sur le fond du puits et donc de comprimer le packer .
" Des crépines
Ce sont des tubes perforés par lesquels l'effluent produit par la zone testée pénètre dans
la garniture de test et qui agissent aussi comme un filtre vis à vis des débris produits.
" Un verrouillage hydraulique du packer
Il permet de garder le packer ancré même si l'on reprend le poids de la garniture pour
manceuvrer les outils au dessus du packer et en particulier le tester.
Cet outil de verrouillage est activé par surpression entre la pression hydrostatique due à
la boue dans l'annulaire et la pression qui règne dans le train de test (sous le tester)
pendant le test proprement dit.
Il est désactivé lors de l'ouverture, en fin de test, de la vanne d'égalisation situé entre le
packer et le tester.
" Un joint de sécurité
Tout particulièrement lors d'un test en trou ouvert, les risques de coincement du packer
sont importants. Dans ce cas, le dévissage du joint de sécurité permet la récupération de
la partie libre de la garniture .
" Une coulisse de battage
Avant d'en venir à l'extrémité de dévisser le joint de sécurité en cas de coincement, on
essaye de décoincer le packer en exerçant des efforts de traction sur le packer par battage
grâce à la coulisse hydraulique intercalée au-dessus du joint de sécurité.

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
19
Matériel de base pour les essais de puits

40 Des masse-tiges ou des tiges lourdes


Placées au dessus du dispositif de circulation inverse, elles permettent en particulier de
disposer de suffisamment de poids pour
- comprimer les garnitures d'étanchéité du packer,
- et, dans le cas d'un tester de type mécanique, ouvrir la vanne du tester.
40 Une vanne de sécurité de fond
Elle permet de fermer la garniture de test en fond de puits au cas où la vanne du tester
serait défaillante .
Un échantillonneur de fond
Intégré dans la garniture, il permet de piéger l'effluent présent à cette cote . Il est activé
en fin de la dernière phase de débit.

2 .2.4 Équipement complémentaires

En fonction du contexte et des objectifs de l'essai de puits d'autres équipements peuvent


être requis tels que
Un "TCP" (Tubing Conveyed Perforator)
Dans le cas d'un test en trou cuvelé, ce TCP placé à l'extrémité inférieure de la garniture
de test, permet avec la même garniture, et donc une seule descente, de perforer le
cuvelage et de réaliser l'essai de puits proprement dit .
Un système de lecture en surface (surface read-out)
Ce système permet, après descente du train de test et dégorgement du puits, de venir se
connecter via un câble électrique sur les capteurs de fond et de retransmettre les mesures
de fond en direct (sans avoir à attendre la remontée du train de test pour pouvoir
récupérer les enregistreurs) .

2.2 .5 Exemple de garniture de test en trou ouvert

Les figures 3 à 5 présentent


" Un exemple de garniture de test en trou ouvert avec tester mécanique (figure 3).
" Un packer de test de type open-hole : le bobtail packer' (figure 4) .
Le packer obture l'espace annulaire compris entre les parois du sondage et les tiges de
forage, par compression de la garniture entre la béquille qui s'appuie sur le fond du trou
et le train de tige qui appuie .

'équipement Schlumberger

© Copyrigbt 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
20
Matériel de base pour les essais de puits

La garniture dit être suffisamment souple pour se mouler contre les parois du trou (un
système évitant le fluage de la garniture), mais elle doit retrouver son état initial pour
être remontée sans coincement à la fin du test .
Les diamètres des garnitures du packer seront tels que le jeu avec le diamètre du trou
soit de l'ordre de 1" .
Les poids sur packer pour obtenir l'étanchéité sont de l'ordre de 1 t par pouce de
diamètre de trou soit une dizaine de tonnes dans un trou 8 1/2".
La position du packer sera choisie pour que celui-ci se trouve dans une zone bien
calibrée et consolidée .
" Un tester mécanique : Multi-Flow Evaluator' [MFE] (figure 5).
Cet outil est basé sur le fait que le verrouillage hydraulique du packer permet
- d'ouvrir le tester en mettant du poids,
- de fermer le tester en enlevant le poids .
L'outil est constitué de 3 parties
- la partie vanne et chambre d'échantillonnage,
- la partie temporisation hydraulique de l'ouverture,
- la partie sélection de la position.
L'ensemble de chicanes, suivant la position du mandrin intérieur, permet ou non le débit
de fluide à travers les différents orifices de passage.
Quand le tester est fermé à la fin du test, le fluide emprisonné entre les 2 "valves" peut
être conservé à la pression où il a été récupéré et transvasé dans une bouteille pour
échantillonnage, une fois la garniture de test remontée hors du puits.
Si le temps dont on dispose pour réaliser le test le permet, il est possible de faire
plusieurs cycles d'ouverture et de fermeture.
Les parties "temporisation de l'ouverture" (temporisation obtenue grâce à un piston qui
se déplace dans une chambre d'huile) et "sélection de la position" permettent que le
fonctionnement du tester soit compatible avec celui des autres outils intégrés dans la
garniture de test et en particulier que
- lors de l'ouverture initiale du tester, celle-ci ne se produit qu'après fermeture de la
vanne d'égalisation et ancrage du packer,
- lors des fermetures du tester, celles-ci se produisent sans que la vanne d'égalisation ne
s'ouvre et que le packer ne se désancre.

2.2.6 Exemple de garniture de test en trou cuvelé

Les figures 6 à 8 présentent


e Un exemple de garniture de test en trou cuvelé avec tester opéré par la pression
annulaire (figure 6).

t équipement Schlumberger

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

21
Matériel de base pour les essais de puits

40 Un packer de test à ancrage dans le cuvelage : le positest packer' (figure 7).


Le packer réalise l'étanchéité sur la paroi intérieure du cuvelage . Il est équipé de
plusieurs manchons courts en caoutchouc dur. Le point d'appui est réalisé par le système
classique : coins-cônes avec un système de verrouillage par rainure en J.
un tester opéré par la pression annulaire : le Full Bore Pressure Controlled Tester
[FB PCT] (figure 8) .
Cet outil est constitué de 2 parties
- la partie vanne (vanne de type ball valve),
- la partie opérateur hydromécanique .
Le PCT est préchargé avec de l'azote en surface (en fonction de la pression
hydrostatique dans le puits) de manière à régler la pression à exercer en tête d'annulaire
pour provoquer son ouverture.
Le PCT reste ouvert tant que cette pression est maintenue en tête d'annulaire. Pour
fermer le PCT, il suffit de purger la pression annulaire . En réappliquant de la pression
dans l'annulaire on peut rouvrir le PCT et ainsi de suite autant de fois que nécessaire en
fonction du programme de test.
Un accessoire (Hold open) peut être ajouté qui permet de descendre et remonter la
garniture avec le PCT en position ouverte bien que l'annulaire ne soit pas en pression

2 .3 Équipements complémentaires pour la garniture de test dans


le cas d'un test à partir d'un support flottant
Dans le cas d'un test à partir d'un support flottant des équipements complémentaires sont
nécessaires (figure 9) et en particulier
" Une SSTT (Subsea Test Tree) (figure 10)
Placée dans le BOP sous-marin, cette SSTT permet, au cas où les conditions
météorologiques ou techniques ne permettraient plus de garder le support de surface
connecté à la garniture de test, de
- suspendre la garniture de fond dans les BOP sous-marin,
- fermer à ce niveau la garniture de test,
- déconnecter à ce niveau la garniture de test .
Elle peut être complétée (figure 10) :
- d'une retainer valve
Avant déconnection de la partie haute de la garniture de test, cette vanne est fermée,
évitant ainsi que l'effluent contenu dans cette partie de la garniture se répande dans la
mer ;

équipement Schlumberger

C Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
22
Matériel de base pour les essais de puits

- d'une lubricator valve


Placée suffisamment en-dessous de la tête de contrôle située en surface (flowhead),
elle permet de descendre dans la garniture de test un train de travail au câble
relativement long sans avoir besoin d'une longueur de sas importante au-dessus de la
flowhead.
" Plusieurs joints coulissants
Ils permettent les variations de longueur de garniture de test, sous l'effet des variations
de température et de pressions lors des différentes phases de débit et de fermeture, tout
en respectant les deux points fixes que sont le packer et la SSTT.
Ces joints coulissants sont aussi souvent utilisés dans les garnitures de test pour supports
fixes .

2.4 Équipements de surface

2. .4.1 Fonctions de base â assurer


L'équipement de surface doit permettre en particulier
" de supporter les pressions en tête et d'assurer la sécurité en surface ;
" de maintenir un (ou des) débit(s) compatible(s) avec la capacité des installations et le
programme de test ;
" de récupérer des échantillons ;
" le cas échéant, de mesurer le débit de l'air contenu dans la garniture au début du test et
pousssé par le débit de l'effluent venant du fond du trou ;
" de séparer l'effluent s'il arrive en surface pour compter séparément l'huile, le gaz et
l'eau ;
" de connaître les conditions de débit, de séparation, de comptage et d'échantillonnage ;
" de stocker ou brûler l'effluent.

2.4.2 Équipements de base


Les équipements de base en surface sont les suivants
" Une tête de contrôle appelée aussi tête d'éruption
Elle est équipée entre autres d'une vanne de sécurité.
Elle permet en particulier d'orienter l'effluent vers les installations de surface et de
fermer le puits en tête en cas de nécessité .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
23
Matériel de base pour les essais de puits

Un manifold de duses
Il permet de régler le débit du puits et d'abaisser la pression de l'effluent de manière à
être en-dessous de la pression de service des équipements en aval .

Un réchauffeur ou un échangeur à vapeur


Dans le cas d'une huile, et tout particulièrement d'une huile visqueuse, il favorise
l'écoulement de l'huile et la séparation huile-eau en diminuant la viscosité de l'huile .
Dans le cas d'un gaz, il permet de réchauffer le gaz afin d'éviter la formation d'hydrates .
Dans ce cas, la détente du gaz n'est pas faite en une seule fois au niveau du manifold de
duse, mais en plusieurs fois . En particulier, on dispose d'une duse à mi-serpentin dans le
réchauffeur ou l'échangeur .

Un séparateur
Il permet de séparer les différents fluides (gaz, huile et eau éventuellement) et par là-
même il permet le comptage et l'échantillonnage de chacun de ces fluides séparément.

Un bac de stockage
A certains moments du test, on y envoie l'huile sortant du séparateur. Cela permet
d'étalonner le ou les compteurs huile, de prendre en compte certains phénomènes tels
que le dégazage de l'huile en aval du séparateur ou la décantation supplémentaire d'eau
qui est encore dispersée (en émulsion) dans l'huile à la sortie huile du séparateur .

" Un bassin et une torche à gaz ou des brûleurs


Ils permettent d'évacuer les fluides produits .

" Un système d'arrêt d'urgence (ESD : Emergency Shut Down)


Il permet de fermer le puits et de mettre les équipements de surface en sécurité en cas de
besoin .

2.4.3 Autres équipements

De nombreux autres équipements sont ou peuvent être nécessaires en ce qui concerne les
installations de surface, tout particulièrement

" Des chiksans ou des conduites flexibles


Ils permettent de relier entre eux les différents équipements . Ils doivent être
soigneusement fixés par les câbles de retenue pour éviter tout battage pendant le test ou
en cas de rupture.

" Un skrinkage tester


Cet appareil permet de mesurer la perte de volume de l'huile par dégazage entre les
conditions de fonctionnement du séparateur et les conditions ambiantes .

" Un surge tank


Dans le cas où l'huile contient en particulier de l'hydrogène sulfuré, le bac de stockage
doit être remplacé par un bac fermé maintenu à très faible pression, le surge tank.

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

24
Matériel de base pour les essais de puits

" Des échantillonneurs


Ils permettent de prélever des échantillons des différents fluides produits. Ils sont
spécifiques à chacun des fluides .
" Une pompe de transfert
Elle permet de reprendre l'huile contenue dans le bac de stockage (ou le surge tank) pour
l'envoyer dans le bassin de décantation ou dans les brûleurs .
" Un manifold huile
Il permet d'orienter l'huile sortie séparateur soit vers le bac de stockage (ou le surge
tank) soit vers le bassin de décantation ou l'une des poutres de brûlage.
" Un manifold gaz
Il permet d'orienter le gaz sortie séparateur vers la torche gaz appropriée .
Des compresseurs d'air
Ils permettent d'apporter l'air nécessaire à une bonne combustion de l'huile .
" Des pompes à eau
Elles permettent
- de faire un rideau d'eau autour des brûleurs pour limiter les effets de rayonnement,
- d'injecter de l'eau dans l'huile à brûler pour améliorer la combustion .
" Des poutres de brûlage
Elles supportent les brûleurs et les torches à gaz.
Elles sont placées en fonction des vents dominants et il doit y en avoir dans deux
directions opposées pour n'utiliser que celui qui est dans une direction acceptable par
rapport au sens du vent.
" Un circuit incendie

2.4.4 Équipements complémentaires

En fonction des opérations à réaliser, d'autres équipements peuvent être requis tels que
" Un équipement de travail au câble
Dans le cas où des opérations de travail au câble sont prévues ou envisagées permettant
le test, le matériel correspondant doit être en place. Le sas de travail au câble est monté
sur la tête de puits au niveau d'un raccord adéquat situé au-dessus de la croix de la tête
de contrôle et d'une vanne d'isolation.
" Une cabine laboratoire
On y regroupe en particulier toutes les mesures et enregistrements fait en surface . Elle
peut être équipée d'un mini-laboratoire PVT.

2.4.5 Synthèse

La figure 11 montre un exemple de disposition du matériel de surface dans le cadre d'un


test en mer à partir d'un support flottant .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
25
CHAPITRE 3
PRINCIPE DE DÉROULEMENT D'UN ESSAI DE PUITS

3.1 Remarques préliminaires

3.1 .1 Analogie entre puits producteurs et puits injecteurs

Tout ce qui suit concerne plus spécifiquement les puits producteurs mais peut être étendu
aux déroulements des essais dans les puits injecteurs en "inversant" le débit .

Il existe en effet une analogie évidente en ce qui concerne les phases d'essais (puits en débit
ou puits fermé) des puits producteurs et des puits injecteurs telle que illustré au tableau
suivant
Puits producteurs Puits in'ecteurs
test en production
Puits en débit test d'injectivité
(draw down)

remontée de pression déclin de pression


Puits fermé
(build-up) (fall-off)

TABLEAU 1 Analogie entre essais de puits producteurs et essais des puits injecteurs

Notons tout de même que des précautions particulières sont nécessaires pour les essais des
puits d'injection (propreté de l'eau injectée et risque de colmatage . . .).

3.1 .2 Remarque liée à la détermination de la productivité

Pendant un test en cours de forage, la productivité d'un puits varie en général avec le temps
au fur et à mesure que la zone réservoir participant au débit s'élargit . Très rares sont alors les
circonstances où l'on peut obtenir des conditions de débit et de pression parfaitement
stabilisées, correspondant à ce que l'on appelle un écoulement permanent . On se contente en
général, après dégorgement, d'un débit (ou de paliers de débits décroissants ou croissants)
aussi stabilisé(s) que possible, correspondant à un (ou des) écoulement(s) de type transitoire
ou parfois de type pseudo-permanent que l'on sait en théorie interpréter.

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie -Forage " Production " Gisement
27
Principe de déroulementd'un essai de puits

Dans le cas d'une huile à pression de bulle inférieure à la pression de fond en débit, un seul
de ces débits est nécessaire . Il permet de calculer l'indice de productivité réel, caractéristique
de la couche et de la qualité de la liaison couche-trou, et l'indice de productivité théorique
(hors effet de colmatage, . . . ) .
Dans le cas d'une huile à pression de bulle supérieure à la pression de fond en débit ou dans
le cas d'un gaz, plusieurs de ces débits sont nécessaires pour déterminer la "courbe de
délivrabilité" de la couche. Néanmoins, pour un puits d'exploration et compte tenu des
conditions souvent difficiles (météo, offshore, forte pression) et de la sécurité (présence d'une
duse de fond limitant le débit), on préfère généralement se limiter à un seul débit suivi d'une
remontée de pression suffisamment longue .
La mesure des débits est indispensable et nécessite un séparateur dont le bon
fonctionnement doit être contrôlé (pression et température du séparateur constantes) . Les
débits d'huile sont estimés par des mesures de niveaux dans un bac étalonné (ou à l'aide d'un
compteur) tandis que les mesures des débits de gaz s'effectuent à l'aide d'un orifice
dép :rimogène.
Les pressions sont mesurées en tête de puits et au fond du puits. Il faut que les pressions, à
la fin de la dernière période de débit et pendant toute la période de fermeture qui suit, soient
enregistrées en continu et avec le même appareil.
Les températures sont mesurées à la fois en tête et au fond du puits.
On mesure également la densité de l'huile, la densité de gaz, les gradients de pression et de
température dans les puits, éventuellement la teneur en sédiments, la teneur en eau et sa
salinité, . . .

3.2 Pressions dans le puits à considérer


Dans le puits, les pressions à considérer sont les suivantes (figure 12)
" La pression de gisement Pg qui est la pression des fluides dans la zone du réservoir qui
est à tester.
Tant que le puits n'est pas en débit, cette pression est présente dans l'ensemble du
réservoir, depuis ses limites extérieures jusqu'au puits .
" La pression hydrostatique Ph exercée par le fluide de forage ou de complétion en
place dans le puits avant le début du test.
Durant la phase de forage, la densité de la boue est ajustée de façon à ce que Ph soit
supérieur à Pg et assurer ainsi la stabilité du puits .

" La pression du coussin PC exercée par la colonne de liquide présente dans la garniture
de test (au dessus du tester descendu fermé).
Cette pression est ajustée de manière à avoir P, inférieur à Pg lors de l'ouverture de la
vanne de test soit en ne remplissant que partiellement la garniture de test soit en utilisant
un fluide léger (tel que de l'eau ou du gas oil) .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
28
Principe de déroulement d'un essai de puits

" La pression en fond de puits Pf au cours du test .


Cette pression varie pendant le test . Avant le début du test elle est égale à Ph ; lors des
phases de débit, du fait des pertes de charge dans le gisement et aux abords du puits liées
à l'écoulement des fluides, elle chute en dessous de Pg. Dans les phases de fermeture elle
retend, plus ou moins rapidement, vers Pg. Se reporter aux paragraphes 3.3 à 3.5 ci-après
pour plus de détails .

3.3 Déroulement d'un test de courte durée (cas d'un coussin partiel)
Dans le cas des tests en trou ouvert la durée du test doit être courte afin de limiter le risque
de coincement de la garniture . Fondamentalement le temps pendant lequel le packer reste
ancré ne doit pas dépasser quelques heures (2 à 3 heures dans le cas d'une formation pas
parfaitement consolidée) .

On ne dispose généralement pas d'un temps suffisant pour déterminer correctement la


productivité et, en particulier en offshore, le matériel de surface peut être simplifié par rapport
à ce qui a été dit précédemment au paragraphe 3 .1 .2 (brûlage direct sans passer par un bac de
jaugeage en particulier) .

La figure 13 illustre l'évolution de la pression vue par l'enregistreur de pression situé sous
le tester tout au long des phases opératoires décrites ci-après .

3.3.1 Descente de la garniture de test et ancrage du packer


La garniture de test est descendue vanne du tester fermée et avec un coussin de fluide au
dessus de cette vanne afin que, lors de l'ouverture de la vanne, la pression en fond de puits
soit
" suffisamment faible pour permettre un bon débit initial et la remontée de l'effluent
jusqu'en surface (si possible) ;
" pas trop faible de manière à ne pas endommager les parois du trou ou la formation par
un différentiel de pression trop grand, en particulier dans le cas de formations mal
consolidées .

En pratique, il est courant d'admettre un différentiel de pression de plusieurs dizaines de


bar voire une centaine de bar.

L'enregistreur, tout au long de la descente de la garniture dans le puits, voit la pression


hydrostatique due à la colonne de boue dans l'espace annulaire qui le sépare de la surface
augmenter au fur et à mesure de la descente .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
29
Principe de déroulementd'un essai de puits

Une fois en fond de puits, on procède à l'installation des équipements de surface (tête de
contrôle, . . . ) et lorsque tout est prêt, on peut procéder à l'ancrage du packer, en appliquant
dessus une partie du poids de la garniture .

3.3.2 Pré-débit (ou débit initial)

Cette première ouverture du tester a pour but


de décomprimer les abords du puits, la pression hydrostatique due à la boue de forage
ayant eu tendance à surcomprimer cette zone à une valeur supérieure à celle de la
pression de gisement ;
" d'établir une bonne communication entre le réservoir et le puits, un effet de décolmatage
étant espéré du différentiel de pression important.

Cette ouverture doit normalement être effectuée de jour.

La durée de cette période de pré-débit est généralement de l'ordre de quelques minutes .

3.3.3 Fermeture initiale

Le tester est refermé afin de mesurer la pression initiale (pression vierge) . Le temps de
fermeture retenu est important par rapport au temps de débit précédent (si possible trois quart
d'heure ou mieux une heure) afin d'obtenir par recompression du fond de puits une pression la
plus proche possible de la pression de gisement .

3.3 .4 Débit principal (ou second débit)

Dans le cadre de ces essais de puits de courte durée, l'objectif de cette période de débit est
de permettre
" qu'un volume d'effluent suffisant pénètre dans la garniture de test pour pouvoir prélever
un échantillon représentatif,
" et, si possible d'avoir l'arrivée de l'effuent en surface .

Là encore cette ouverture doit normalement être effectuée de jour.

La durée de ce débit dépend du temps disponible restant (par rapport au temps total
pendant lequel le packer peut rester ancré) et du comportement du puits . On peut par exemple
appliquer la règle du pouce suivante
si le débit est correct, répartir de manière égale le temps restant entre cette période de
débit et la fermeture finale,

O Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
30
Principe de déroulement d'un essai de puits

si le débit est très élevé, augmenter éventuellement le temps réservé au débit tout en
gardant un temps de fermeture au moins égal à la moitié du temps de débit et qui ne
devrait pas être inférieur à trente minutes,
si au contraire le débit est faible, faire en sorte d'avoir un temps de fermeture double de
celui de la période de débit,
" si le puits se tue, procéder à la fermeture du tester si possible avant que le puits ne soit
tué ou, au plus tard, dès que celui-ci se tue.

Remarquons que le diagramme de pression représenté sur la figure 13 correspond à un cas


où le test a été refermé avant que l'effluent n'arrive en surface .

3.3.5 Fermeture finale

Cette phase est très importante en ce qui concerne la collecte des données relatives au
gisement et au puits.

De l'interprétation de la remontée de pression (build-up) on cherche à déduire


" la pression de gisement (on note généralement cette pression de gisement tirée de la
remontée de pression P*)
hk
" le rapport
p
" l'effet pariétal (S = skin effect)

3.3.6 Desancrage du packer et remontée de la garniture de test

Pour désancrer le packer il faut préalablement ouvrir le dispositif d'égalisation de pression


et reprendre le poids de la garniture de test.

La remontée de la garniture de test n'est réalisée qu'après avoir


" repoussé au mieux dans la formation les effluents situés sous le tester en pompant via
l'annulaire et la vanne d'égalisation de pression désormais ouverte,
" ouvert la vanne de circulation inverse et circulé au mieux les effluents situés dans la
garniture de test au dessus du tester; ceci doit normalement être effectué de jour.

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

31
Principe de déroulement d'un essai de puits

3 .4 Déroulement d'un test à huile de longue durée (cas d'un coussin


jusqu'en surface)

C'es tests sont obligatoirement réalisés en trou cuvelé . Ils durent généralement de un à
quelques jours, parfois une à deux semaines en fonction des objectifs du test et du nombre de
niveau à tester. Selon le cas ils peuvent être réalisés avec une garniture provisoire ou à travers
l'équipement définitif dans le cas des essais initiaux.

On ne traite pas ici des essais de production de très longue durée (quelques semaines à
plusieurs mois) ayant pour but d'évaluer les mécanismes de drainage et nécessitant de produire
une quantité suffisante pour que la pression statique du gisement soit affectée.

Le déroulement du test est conçu en fonction des règles internes du maître d'oeuvre et des
objectifs du test . Aussi il ne faut considéré la suite que comme un exemple .

La figure 14 illustre l'évolution de la pression vue par l'enregistreur situé sous le tester tout
au long des opérations décrites ci-après
" Dégorgement du puits
Dans la mesure du possible, cette phase de débit sera poursuivie jusqu'à obtenir en tête
de puits un effluent propre (teneur en solide proche de zéro si possible) et un débit à peu
prêt stable .
Durant cette phase les quantités produites sont à estimer .
" Fermeture initiale
Elle doit être suffisamment longue pour permettre à toute la zone décomprimée dans le
gisement de se restabiliser à la pression de gisement initiale (au moins deux fois le
temps de la période de dégorgement) .
Dans le cas où il est prévu d'utiliser un "surface read out" pendant le test, l'outil de
lecture des enregistreurs est descendu durant cette phase. Il restera en place ainsi que le
câble de mise en place (qui sert aussi de câble de retransmission des mesures) jusqu'à la
fin du test .
Débit principal
On cherche généralement à avoir le débit maximal compatible avec
- la capacité de débit de l'ensemble des installations de surface (en fait c'est souvent la
capacité de brûlage qui est la plus faible),
- l'obtention des paramètres stables en surface (pression et température en tête de puits,
GOR, . . .).

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
32
Principe de déroulement d'un essai de puits

Il faut prolonger cette période au moins plusieurs heures après que le débit, le GOR et la
pression en tête aient atteint des valeurs stabilisées .
En général un temps de débit de quelques heures (par exemple 8 à 12 heures) est
suffisant . Il est d'autant plus long que la perméabilité est faible.
" Fermeture pour enregistrement du build-up
Cette période de remontée de pression est essentielle pour l'interprétation ultérieure de
l'essai .
Le temps de fermeture doit être suffisant.
On retrouve le même esprit que la règle du pouce vue précédemment si ce n'est que le
temps de fermeture est souvent au moins égal au temps de débit
" Débit pour échantillonnage
De manière à être dans des conditions favorables d'échantillonnage, on utilise
généralement un débit réduit . Les paramètres de surface et en particulier les paramètres
au niveau du séparateur (P, T, Qh , Qg, GOR) doivent être parfaitement stabilisés .

3.5 Déroulement d'un test à gaz


Dans certains cas, en fonction des objectifs du test et du temps dont on dispose, le
déroulement du test peut être identique à celui vu pour un puits à huile si ce n'est que
le temps de débit nécessaire peut être plus élevé (18 à 24 heures par exemple),
" le temps de fermeture est souvent au moins égal à une fois et demi le temps de débit.

Dans le cas où il s'agit de caractériser la délivrabilité en gaz de puits (relation entre le débit
produit et la pression en fond de puits pour une pression de gisement donnée) et l'AOFPt
(Absolute Open Flow Potential), il est nécessaire de disposer, d'un point de vue théorique,
d'au moins deux débits différents et, d'un point de vue pratique, d'au moins quatre débits
différents. En effet l'effet pariétal dépend du débit (il est de la forme S' = S + Dq) et il faut
donc disposer de plusieurs débits pour évaluer cette dépendance (figure 15).

Pour ce faire on utilise généralement l'une des procédures de test pour puits à gaz ci-après
" le back pressure test
" le test isochrone
" le test isochrone modifié

L'absolute open flow potential, appelé aussi en français "débit potentiel absolu du puits" est le débit que l'on
aurait si l'on ne laissait en fond de puits que la pression atmosphérique (c'est donc un débit fictif supérieur à
ce que peut réellement produire le puits puisque, en fond de puits, la pression sera toujours supérieure à la
pression atmosphérique du fait en particulier du poids de la colonne de gaz et des pertes de charge dans le
tubing).

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

33
Principe de déroulement d'un essai de puits

3.5.1 Le back pressure test (figure 16)


Il est caractérisé par plusieurs paliers de débit (en général 4)
chacun à un débit constant,
chacun suffisamment long pour atteindre théoriquement le régime pseudo-permanent,
à 4 débits nettement différents si possible (pour lever toute ambiguïté sur le tracé de la
droite, cf. figure 15),
les paliers étant choisis dans le sens croissant ou décroissant selon le contexte et les
autres objectifs du test.

En cas de débit croissant, le back pressure test doit impérativement être précédé d'un
dégorgement à un débit supérieur au débit maximum qui sera utilisé pendant le test afin d'être
dans des conditions de nettoyage identiques pour chaque débit.

3.52 Le test isochrone (figure 17)


Il est caractérisé par une succession de phases "débit-fermeture" (en général 4)
" chacun à un débit constant,
" les temps de débit étant identiques pour chaque palier, le dernier étant prolongé jusqu'à
atteindre le régime pseudo-permanent,
chaque temps de fermeture entre deux débits consécutifs étant suffisamment long pour
que la pression en fond de puits remonte à chaque fois jusqu'à la pression initiale c'est-à-
dire la pression de gisement) .

3.5.3 Le test isochrone modifié (figure 18)


Il. est caractérisé par une succession de phases "débit-fermeture" (en général 4)
" chacun à un débit constant,
" les temps de débit étant identiques pour chaque palier, le dernier étant prolongé jusqu'à
atteindre le régime pseudo-permanent,
" chaque temps de fermeture entre deux débits consécutifs étant égal au temps d'un palier
de débit.

Le déroulement est donc identique au test isochrone, si ce n'est que les temps de fermeture
intermédiaires sont égaux aux temps de débit ; la pression en fond de puits lors des phases de
fermeture ne remonte donc pas jusqu'à la pression initiale .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
34
CHAPITRE 4
SYNTHÈSE DES RÉSULTATS ATTENDUS
D'UN ESSAI DE PUITS ET CONCLUSION

4.1 Synthèse des résultats attendus d'un essai de puits


Les résultats attendus d'un essai de puits sont de deux sortes
" les données relatives aux fluides du réservoir,
" les caractéristiques du réservoir et des abords du puits .

Toutes les deux sont évaluées ou calculées à partir des informations obtenues directement
sur site.

4.1.1 Informations recueillies sur site

4.1 .1.1 Informations obtenues en fond de puits


" Échantillon(s) de fluide du réservoir piégé aux conditions de fond à l'intérieur des
échantillonneurs de fond.
" En cas de non débit en surface, une certaine quantité d'huile brute récupérée et analysée
pendant la circulation inverse (échantillonnage à la pression atmosphérique et/ou
chromatographie) .
" Enregistrement de la pression et de la température en fond de puits.

4.1.1 .2 Informations obtenues en surface (dans le cas de débit en surface)

a) Durant la période de débit


" Pression et température en tête de puits.
" Pression et température de séparation .
" Débits d'huile, de gaz, d'eau
=> GOR, WOR .

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
35
Synthèse des résultats attendus d'un essai de puits et conclusion

Facteur de skrinkage de l'huile et densité de l'huile de stockage .


41 BSW (Basic Sediment and Water) : teneur en sédiment et en eau de la phase liquide .
Densité du gaz sortie séparateur .
Analyse chromatographique du gaz.
Masse volumique et salinité de l'eau.
Échantillons en pression de l'huile et du gaz.
Ces échantillons sont prélevés à la sortie du séparateur pendant la période de débit
stabilisé. Ils sont recombinés en laboratoire en vue de faire une étude PVT complète .

b) Pendant la période defermeture


" Pression en tête de puits .

4.1,.2 Résultats en laboratoire

En laboratoire, les caractéristiques complétées du fluide de gisement sont déterminées dans


les conditions de fond et de surface . Les études sont menées soit directement sur des
échantillons de fond soit après recomposition à partir des échantillons d'huile et de gaz pris à
la sortie du séparateur.

La connaissance de ces caractéristiques est fondamentale


" pour définir et optimiser au mieux les installations de traitement nécessaire lors de la
phase de développement du champs,
" pour connaître la valeur marchande des produits ainsi élaborés.

4.1.2.1 Dans les conditions de réservoir

Les principales caractéristiques sont


" la composition précise du fluide ;
" les propriétés thermodynamiques, et en particulier
- la pression de bulle (ou de rosée) à la température de fond,
- la température et la pression critique (T, et P,),
- le facteur de surcompressibilité Z du gaz dans le réservoir,
- la compressibilité des différentes phases,
- la viscosité des différentes phases,
- le pourcentage de gaz libre en fonction de la pression à la température de gisement

e Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

36
Synthèse des résultats attendus d'un essai de puits et conclusion

4.1.2.2 Aux conditions de surface

Aux conditions de surface, les caractéristiques souvent données sont les suivantes
" caractéristiques précises de l'huile de stockage ('API, viscosité en fonction de la
température, tension de vapeur REID, pourcentage total de paraffine, . . .) ,
" FVF (Formation Volume Factor) c'est-à-dire le volume occupé dans les conditions de
gisement par un mètre d'huile de stockage et le gaz dissous correspondant .

4.1 .3 Résultats gisement calculés ou estimés à partir des informations


recueillies sur site
" Pression initiale du réservoir .
Elle est obtenue de deux manières
- par lecture directe des enregistreurs lors de la fermeture initiale,
- par lecture ou extrapolation de la courbe de remontée de pression lors de la fermeture
finale.
" Perméabilité de la formation et effet pariétal (skin factor) .
Ces résultats sont obtenus par interprétation de la remontée de pression (ou de la période
de débit) .
" Indice de productivité (pour un puits à huile) ou courbe de délivrabilité et AOFP (pour
un puits à gaz).
Dans la mesure où l'écoulement n'est pas de type permanent l'indice de productivité (IP)
ne peut pas être calculé directement à partir du débit et des pression mais doit être déduit
des grandeurs tirées de l'interprétation du build-up ( hk et S en particulier).
" Rayon d'investigation .
" Hétérogénétités du réservoir, limites, . . .

La connaissance de ces éléments est fondamentale pour déterminer ou optimiser le profil


de production du champs en corrélation avec
" le nombre et la position du puits,
" les moyens de production assistée et/ou activée à mettre en oeuvre.

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

37
Synthèse des résultats attendus d'in essai de puits et conclusion

4.2; En conclusion

Un essai de puits est une opération délicate qui doit être préparée avec soin afin
d'obtenir le maximum d'informations sûres,
de travailler avec le maximum de sécurité.

Le programme doit clairement définir les objectifs de l'essai et établir un ordre de priorité
afin. d'avoir recueilli les informations principales même si il se révélait impossible de mener le
programme d'essai jusqu'à sa fin .

Il faut noter toutes les informations relatives au déroulement effectif de l'essai (en
particulier l'habillage des diagrammes doit être fait sur le chantier dans la foulée de
l'opération) .

De nombreuses personnes (représentants de différentes entités du maître d'oeuvre,


personnel du contracteur de forage, personnel d'une ou de plusieurs sociétés de services
spécialisées) sont impliquées dans le déroulement d'un essai de puits. Il est donc fondamental
de bien définir
les objectifs principaux,
la tâche et la responsabilité de chacun.

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement

38
FIGURES

Gisement
Industrie - Forage " Production "
© Copyright 1999 ENSPM Formation
39
Les essais de puits

FIG . I : Types de test

oolDP9845

b : "BARE FOOT"
a : EN TROU OUVERT

004DP9845
002DP9945

c : EN TROU CUVELÉ d : SÉLECTIF : straddle test


(trou ouvert ou cuvelé)

industrie - Forage " Production " Gisement


Copyright 1999 FNSPM Formation
41
Les essais de puits

FIG. 2 : Composants de base


d'une garniture de test (1/2)

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
42
Les essais de puits

FiG. 2 : Composants de base


d'une garniture de test (2/2)

_ Vanne d'égalisation
(ouverte)

004DP9903

Dispositif
de circulation
(ouvert)

005DP9903

Formation Industrie - Forage " Production " Gisement


© Copyright 1999 ENSPM
43
Les essais de puits

FiG. 3 : Garniture typique de test en trou ouvert


avec tester mécanique MFE' (MFE : Multi-Flow Evaluator)
f
équipement Schlumberger

Provide Weight for MFE/Packer ; Number .


Depends on Requirement, Buoyancy, Etc.

Operated by Internal Pressure

Se Parates Reverse Tools in Case


of Debris in String

Operated by Drop-Bar, Released from - Break-Off Plug


Surface Reverse Toot

Separates Downhole Valve and Reverse


Tool in Case of SedimentlDebris

Stops Reverse Tool Bar Damaging MFE

Main Downhole Valve ; Operated by Pipe Reciprocation - Multi-Flow


May Include Choke and Sample Chamber Evaluator (MFE)

Minimizes Sure and Swab Effects and Equalizes - Open-Hole Bypass


Pressure Over Packer at End of Test

To Read Downhole Flow and Shut-In - Pressure Recorder


Pressure (and Temperature) (Inside Reading)

Provides Upwards Shock to


Help Free Stuck Tools

Allows Retrieval of Upper Part of -


String if Lower Part Becomes Stuck
Keeps Packer Locked and Set Even
When Manipulating Pipe to Work MFE

Open Hole Packer


(Conventional or Bobtail)

Allows Flow but Acts as Filter to Sand, Etc.

Reads Downhole Pressures" jI"/ J Pressure Recorder


(Outside Reading)

May Be Required to Space Out and Keep Pressure


Gauges Out of Sand/Debris at Bottom of Hole

Lowermost Part of String


Rests on Bottom of Hole
004OP9908
'Must Be Heavy Duty to Bear Weight of Tools and Drift Collars.

(0 Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage - Production - Gisement


44
Les essais de puits

FIG. 4 : BOBTAIL PACKER


-r
équipement Schlumberger

005DP9908

Travel
Collar

Rubber

Packer
Element

String Tags
Bottom of

Hole

PACKER NOT SET PACKER SET

Industrie -Forage " Production " Gisement


© Copyright 1999 ENSPM Formation
45
Les essais de puits

FIG. 5 : MFE' (Multi-Flow Evaluator)


t
équipement Schlumberger

0070P9908

Top Sub
ptiooal Choke)

Splines
stopped
Inner Mandrel
Spline
,1ndex System
Spline Sleeve roes
Pass Thru
Spline Sleeve
Index Pin
Bearings

Brasa Valve
Valve Spring

Oil Chamber

. Upper Packing

Flew Ports .Ports Open


Sample Chamber Sample

Ports _
Closed

TOOL CLOSED TOOL OPEN TOOL CLO


String in Tension) (Tool string (Tool string
in Compression) ornpressio

O Copyright 1999 ENSPM Formation industrie - Forage " Production " Gisement

46
Les essais de puits

FiG. 6 : Garniture typique de test en trou cuvelé


avec tester opéré par la pression annulaire PCT'
(PCT : Pressure Controlled Tester)
t
équipement Schlumbe rger

009DP9908
Tubing/Drill pipe
Provides Flow Path to Surface

Slip Joint System Provides Expansion/


Contraction Compensation for Major
String - Number Depends on Depth Full Bore Slip Joint :
and Test Sequence Half Open
Full Bore Slip Joint :
Closed

Provide Weight for Packer ; Number


Depends on Requirement/Buoyancy
Multi ID Reverse
Reclosable Internal Pressure Operated Valve (MIRV)
Spotting Tool/Reverse Valve

Separates Reverse Tools

Single Shot Annulus


Annulus Pressure Operated Reverse Operated Reverse
Tool (Multi-Cycle Before Opening) Valve (SSARV)

Separates SSARV and DBS


- Dual-Ball Safety
Annulus Pressure Operated Safety Valve and Sampler
Valve/Catches Sample (DBS)
Full Bore Pressure
Main Downhole Valve : Operated by Controlled Tester
Annulus pressure (FB PCT)
Full Bore Hydrostatic
Companion Tool for PCT Traps Reference Tool
Hydrostatic Reference Pressure (FB HRT)
Inside PCT; Has Integral Bypass

Carries up to 4 Slimline
pressure Recorders

Provides Upstrain Shock on Stuck Tools

Allows String to be Backed-Off -


if Lower Section Becomes Stuck
Positrieve Cased
Seals Between Annulus and Formation) .-- Hole Packer
Bypass/
Supports String Weight/Has IntegralSlips
Has Hydraulically Operated Upper Hole
to Prevent Tool Being pumped Out of
Full Bore Gauge
Carries up to 4 Slimline Gauges Carrier

Wireline Re-entry
Provides Guide for Re-Entry of Guide (WLRG)
Wireline Suspended Tools

industrie - Forage " Production " Gisement


© Copyright 1999 ENSPM Formation
47
Les essais de puits

FIG . 7 : POSITEST' PACKER


équipement Schlumberger

008DP9908

-Anti-Extrusion

O Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Fonge " Production " Gisement

48
Les essais de puits

FIG. 8 : FB PCT' (Full Bore Pressure Controlled Tester)


t
équipement Schlumberger

OIODP9908

Bali Set

Hydrostatic--
Ports
per :tor Mandrel

nSating . Re rence Pressure


iston

CLOSED OPEN

industrie - Forage " Production " Gisement


O Copyright 1999 ENSPM Formation
49
Les essais de puits

FIG. 9 : Test à partir d'un support flottant

Appareil flottant

SSTT : SLibsea test tree


1,nd de I t mer

Train de tiges principal

Section supérieure

f Joints coulissants

Section inférieure Train de tige secondaire

Tester

Packer

Crépines

Enregistreurs de pression
006DP9845F

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
50
Les essais de puits

FIG. 10 : EZ TREEt (subsea test tree)


& Lubricator Valve'/ Retainer Valve
équipement Schlumberger

012DP9908

Flowhead

Retainer Valve
Closed
One Stand of

F//7/7,7~
Tubing/Drilipipe

Lubricator
Valve Riser
Disconnected

EZ Tree Valves
Closed

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
51
Les essais de puits

FIG . 11 : Disposition du matériel de surface


(test en mer à partir d'un support flottant)

n38DP9908

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
52
Les essais de puits

FIG. 12 : Pressions dans le puits à considérer

005DP9845F

Pg = pression de gisement

Ph = pression hydrostatique exercée par le fluide de forage ou de


complétion

Pc = pression dû au coussin de liquide placé (lors de la descente de la


garniture) au-dessus du tester en position fermé

Pf = pression en fond de puits au cours du test

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
53
Les essais de puits

FiG . 13 : Déroulement d'un test de courte durée


(cas d'un coussin partiel)

Pression 009DP9845F

Temps

70 descente de la garniture de test et ancrage du packer


OO pré-débit (tester ouvert)
Os fermeture initiale (tester fermé)
pression initiale (pression vierge)

® débit principal (tester ouvert)


OO fermeture finale (tester fermé)
build-up -* P*, h k , S
p

© desancrage du packer et remontée de la garniture de test ; pour cela


- ouverture de la vanne d'égalisation et squeeze par l'annulaire
ouverture
- du dispositif de circulation inverse et circulation

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
54
Les essais de puits

FIG . 14 : Déroulement d'un test à huile de longue durée


(cas d'un coussin jusqu'en surface)

Pression de fond 010DP9845F

Temps

O dégorgement de puits
20 fermeture initiale, descente des outils pour la lecture en surface
O débit principal (draw down)
® fermeture pour enregistrement du build-up
débit réduit pour échantillonnage

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
55
Les essais de puits

FIG . 15 : Déroulement d'un test a gaz


influence du débit sur l'effet partial

St =S+Dq

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
56
Les essais de puits

FiG. 16 : Déroulement d'un test à gaz


Back pressure test

011DP9845F
Débit de gaz

® dégorgement
20 fermeture initiale
O période de débit
- quatre débits différents et stabilisés
- chacun suffisamment long pour atteindre le régime pseudo-permanent

® fermeture finale

O Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage " Production " Gisement
57
Les essais de puits

FIG. 17 : Déroulement d'un test à gaz


Test isochrone

Débit de gaz 007DP9845F

Débit prolongé
q3

ql
C -]
Temps

ORNO
Pression de fond

1
EMM
Pwf 4
1-1
Pression
pseudo-stabilisée
en débit

4
Temps

D dégorgement
O fermeture initiale
DO période isochrone
- quatre débits de durée égale
- débit final prolongé jusqu'à atteindre le régime pseudo-permanent
- fermetures entre deux débits consécutifs suffisamment longues pour avoir
recompression jusqu'à la pression initiale

® fermeture finale

© Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage - production - Gisement


58
Les essais de puits

FIG . 18 : Déroulement d'un test à gaz


Test isochrone modifié

Débit de gaz 008DP9845F

débit prolongé
q4
q3

Temps

Pression de fond

wf 4 Pression
pseudo-stabilisée
en débit
Temps
4

O dégorgement
O fermeture initiale
O période isochrone modifiée
- quatre débits de durée égale
- débit final prolongé ,jusqu'à atteindre le régime pseudo-permanent
- fermetures entre deux débits consécutifs égales à chaque temps de débit

® fermeture finale

e Copyright 1999 ENSPM Formation Industrie - Forage - Production - Gisement


59
m
FORMATION
INDUSTRIE

0T 0 0
MUR 0000 U00 M000000800 R U0

0000000

LES ESSAIS DE PUITS


Conduite et sécurité

F. ARCAS

ENSPM Formation Industrie -Forage " Production " Gisement


SOMMAIRE

1. LES ÉQUIPEMENTS DE TEST ET LA SÉCURITÉ

2. NOTION DE BARRIÈRE de SÉCURITÉ dans un puits

3. RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES

4. CONSIGNES OPÉRATIONNELLES

5. ANALYSE DE RISQUE
1. LES ÉQUIPEMENTS DE TEST
ET LA SECURITE
Compression FB-PCT string, 10 kpsi, 5 in. x 2°/1 in ., H,S

SLPJ-C

To compensate for changes in test string length.


SLPJ-C
Optional on land, compulsory on semi-sub
Quantity depends on depth, BHT, stimulation, etc .

Drill collars

SHRV-F "Short" circulating valve set up


to open by annulus pressure

Drill collar

MCCV-E Multicycle circulating valve


Multiple I.D . reverse valve

TFTV-F Used for automatically filling the string


and pressure testing

SBSV-E L2J Run as either pump through safety valve


Pipe tester valve single ball safety valve

PCTV-E/HOOP-E F0_1 Pressure controlled tester valve/HOOP-E

SHRT-C 0 0 Reference hydraulic pressure for PCT & bypass

RCAR-F Gauge carrier for FHPR or Ameradas

JAR-C Hydraulic jars

SAJ-F Safety joint

Packer Positrieve or Positest packer

Perforated tail pipe tubing


Gun system Firing head
Guns
Systèmes de sécurité Systèmes vanne E-Z

Installation de la vanne E-Z

0 ac

Installation standard Option 1 Option 2


i
OFF s

Gas fired heater must


be placed outside zone
1 or 2 .

O SHORE WELL HEAD

Gas fired heater must


be placed outside zone
1or2 .

(30 ft)
OFFSHORE WELL HEAD

10m 2 5M
- _.
75 fft
30ft

15'm`, _
45 ft '

13m (40ft)

TANK
with safety
apparatus

SEPARATOR
(off shore type)

RECOMMENDED PRACTICE
ON SHORE WELL HEAD
qô:ô P~~o_9n
30m
90f

Gas fired
HEATER

TANK

Minimum distance in brackets!

;aen~,ee sy=;
Schlumberger

ESD station

ESD stations

Dimensions
Length 43 .3 in . [1 .10 ml
Width 39 .3 in . [1 .00 ml
Height 41 .7 in . [1 .06 m]
Weight 1012 Ibm [460 kg]

Options
High-low pilots See booklet M-075121
Extra high-pressure hose P-582666, 20-m high-pressure hose with push-pull for second actuator

SMP-4715 ( 1 1/93) L SUJurnberger 1993


Network of Monitnr,) Schlumberger

000

Company office
Drill floor, zone i

Description The monitors are made in two versions One


version for outside use is mounted in an enclo-
The Network of Monitors system is designed for sure suitable for Zone 1 areas . such as the drill
real-time access to well test information at sev-
floor, or at the choke manifold The outdoor dis-
eral areas of th-wellsite or rig it is an extension plays are controlled by a touch-outton pad on
of the Dual SMART" network, which uses one
the monitor case The second version is for
Smart Central Processing Unit (SCPU) for data indoor use such as in the client company office
acquisition tasks and one for interpretation The indoor displays are controlled by the SCPU
The system shows a clear, graphical . color
or by a hand-held remote control The client set
representation . as well as digital values, of the
also has the option of sending screen dumps to
main test measurements The measurements
a local printer .
shown can be chosen independently of those
on the acquisition SCPU and other monitors

'".t,~, o i SGn~~rnDer()~r

EIhenNET > :f ~~ô~7er--~ . ., ,~I YBrOr CGrPOrdPOn

9 schwmoerger '99'
SMP-n7c5 094)
Mercury-Free Transfer Bench

1211111. E7_ E

Mercury-fee oil
sample bottle
(PSR-F/PSRA-F)

Description The transfer bench is ruggedly constructed


of stainless steel and equipped with high-
The Mercury-Free Transfer Bench is designed to
pressure hydraulic fittings, enabling operation
transfer bottomhole samples from the sampler to
in pressures up to 15,000 psi- The sample
the sample bottle without the use of mercury. A
pressurization and transfer are carried out
water/glycol mix is used as the transferring fluid.
using an air-driven hydraulic pump with optional
The sample is pressurized into a monophasic
manual operation.
state before transfer, and the bubblepoint pres-
A constant volume unit is incorporated into
sure is measured at surface conditions to ensure
the transfer bench to permit accurate withdrawal
that the samples-are representative of the
of pressurizing fluid, in 2- cm' amounts. This
reservoir fluid_and that all samples have similar
feature results in faster and more accurate
characteristics-sampler opening pressure and
bubblepoint checks
bubblepoint pressure
A "snubber" unit is built into the hydraulic
The sample is transferred into Schlumberger
circuit to protect the test gauge from damage
mercury-free sample bottles (PSR-F or PSRA-F) .
during automatic sample transfer_

O Sd)lurrberger 1993
SMP-4758 () IM)
Mercury-Tree Uii 5ampie none
(PSR-F/ PSRA-F)

Description
The PSR-F/PSRA-F oil sample bottles are
designed for mercury-free transfer of samples
from bottomhole sampling tools, or for mercury-
free surface sampling .
The bottles feature a piston with special low-
friction seals for accurate bubblepoint checks
A heavy ball assists in homogenization of
the sample-
Metal-to-metal seals avoid gas migration
during long storage periods. Dead volumes are
reduced to a minimum. Each bottle has a unique
serial number .

SMP-4752 (11/93)
2. NOTION DE BARRIÈRE DE SÉCURITÉ
DANS UN PUITS
In Wellbore

PRMA Y SAFETY BA CEP Tester vaive Mud colurin

SECOND . SAFETY BARRIER None* Well


architecture

If a failure occurs at the closed tester valve, the


string will be reverse filled up creating a level drop
in the riser; appropriate action is to keep a constant
'ill-up of the riser while running in the hole .

WH Connector
Wellhead housing ACCEPTANCE CRITERIA:
Casing pack-offs
AC 1 + AC 2 + AC 3+ AC 4
+AC 7+AC9+AC1®

RUNNING A TEST STRING


IN A 'PERFORATED WE LL
Production
casing (Closed tester valve)
for production
liner)

_. . . . __ .. .... .. ..............._..... .... ._.__ . .._ .- ~~_ .. ... .. ._ . . ._.. .~~. . . ._ .... . .-.. ... .- ._ . .. ..... ... .. ._. . .... . .. .. .._. . .... .. .n_.- .a .. -... . .u .. ..... .u. .. .._... ... .. .. .-.. ... .. .. ._ .. ....... ._a.... ._..-._ ..._........ ... ... ..- .. . ..... ... ... . ...~.... .. .~. ..~ . .~._,_.-~.
- CF "D-C1 .
In drillstrina In Wellbore

PRIMARY SAFETY E~~RRGER PEOF\ ftfiud cocumn


SECOND . SAFETY BARRIER SER Well
architecture

°: Tester valve can also be closed with annuius pressure


increase (with the packer set)

WH Connector
Wellhead housing
Casing pads-ofis
Sea floo"

ACCEPT ANCE CRITERIA :

AC 1 + AC 2 + AC 3+ AC4 + AC i +
AC 9+AC10

RUNNING A LOCK-OPEN TEST STRING


OR COMPLETIN G A PERFORATED WELL

Figure 4B
sFT In drillstrina In Wellbore

Kill
ttiARY SAFET~r EAR:R(ER ~tr ¬n fl4Lrd
Sea level

SECOND . SAFETY BARRIER Tester valve Well


Marine riser architecture
G):'1 I~I Lj~éV~^

Tubing extension
e Must be adequate at packer Ceoth

BOP
STACK

KL

WH Connector
ACCEPTAN CE CRITERIA :
Wellhead housing
Casing pack-offs Fluted hanger
a floor AC 1 + AC 2 + AC 3+ AC 4 + AC5
+AC 7+AC9+AC10

Conductor
sting

Surface ca

aead annum

Formation fluid

LINER HANGER
Option
INER OVERLAP
-EMENT
Interrieciate casing

Note :protection of SST


Leak-off umbilicals in marine riser and
in rotary table (F) .
Tester valve
Cement sheath
-
~Sf
r
. "r
_:_ _ _.. _. ..... . . ._.-_ .
PAY ZONE WELL TESTING
~r
.i {Flow and shut-in periods)
Production casing
(or procuction irner) ;'S
Circ . head + In drillstrina In Wellbore
HP valves
Sea :evel
SAFE1 Y SA RIER, I&ud coiumIn Mud coiu n
or brfne or brine

Manne riser SECOND . SAFE7Y BARRIER 3urf.press . Well


equipment architecture

BOP 10
STACK CL

.
Do
KL
CL

WH Connector
Wellhead housing
Casing oac+<-ofls ACCEPTANCE CRITERIA :
Sea floor

AC1 +AC2+AC3+AC4+AC5
+AC7 +AC10
Conductor string

Surface casing

dead annuli

Drill pipes

Mud or brine

LINER HANGER
(Option)
LINER OVERLAP
CEMENT
intermediate casing

Leak-off

r"1
Cement sheath r T.C .P . +
cire . sub Note . DP's can be spaced-out and landed on wellhead

PAY ZONE
P ERFORATING WITH
Production cas,ngr,~ CONVEYED GUNS
)or production
liner) (Overbalance conditions)

Figure 4E`
In -d~
illstri~n In Wellbore

FRIv4ARY SAFE" BARRAR StHng + Lub . Mud column


Sea level integrftfee

SECOND . SAFETY BARMER Tester valve Well


architecture

ACCEPTANCE CRITERIA :
Fluted hanger
floor AC 1 + AC 2+AC3+AC4
+AC8+ AC9+AC10

Also : SST and SSLV with cable shearing capacity

WIRELINE THROUGH A
TEST STRING
Production 5"MJ "I (Live well - Slick or 4 'E" line)
casing
(or production ., !vt
.1
tl~W-y
1 :Sj'
finer)
Sea leve . In drillstrinQ In Wellbore

PRi[lfAFY S/-.FETY EARRiER h1luo Column Mud cofumn


SECOND . SAFETY BARRIER Surf. Equip . Well
architecture

a, . s h
5,'
.
:
~i~

ACCE PTANCE CRITERIA :


WH Connector
AC1 + AC2+AC3+AC4+
Wellhead housing
Sea floor
AC5+ AC7+AC8+ AC10
Casing pack-ofts

LINER HANGER
(Option)
LINER OVERLAP
CEMENT

Notes :
1) With Jack-up or platform rigs . DP's will be set on
slips . PR can be closed
2) With floating rigs, the DP's are landed on the
wellhead with HOT when safety and sea conditions
dictate it .
3) Perforation is feasible only in overbalance condition .

PERFORATING THROUGH DP,$


(Overbelance condition)
Production casing ;}
(or procuction liner;

-19
In -drilistring In Wellbore

SA-FE7Y BARR11ER VV~Ud coh-r.",-nn" 1,01,,Jr~

SECOND . SAFETY BARRIER IBOPV Well


architecture

osiTORY MEANé S FH l` ,

ACCEPTANCE CRITERIA :

AC 1 +AC2+AC3+AC4+AC5
+AC9+AC10

Opor

Note : Reverse circulate prior to upset packer


Squeeze formation fluid volume below the packer prior to POOH
Rerun DP's without delay to condition mud column at perf . level .

PULLING A TEST STRING


(After a flow test)
FORMATION
INDUSTRIE

3. RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES
1 - QUALIFICATION DU PERSONNEL

L'importance des résultats et les risques associés à une telle opération


requièrent de mettre en
place une supervision de premier ordre, cela concerne, sans
distinction, le Maitre d'Oeuvre et les
Contracteurs ; c'est pourquoi une action, préalable à tout test,
doit être engagée pour s'assurer
que les représentants sur site de l'entrepreneur de forage
et des services : outils de test, TPID
(SSTT, EZ tree), process de surface, clé et hydrotest,
échantillonnage, éventuellement wireline
possèdent la qualification (training certificate) et l'expérience voulue
(curriculum vitae) .

En ce qui concerne le personnel du Maître d'Oeuvre à bord


(c'est-à-dire le responsable unique de
la sécurité et le responsable de la conduite du test), une
qualification "Contrôle des Eruptions"
est requise, de plus, en ce qui concerne le responsable de la conduite du test, une connaissance
théorique et une expérience pratique des tests de formation sont obligatoires .

Ainsi, au moment de l'essai, chacun sera en mesure d'assumer


correctement ses responsabilités et
une confiance mutuelle s'installera .

La qualité d'une supervision pouvant être altérée par la fatigue des


intervenants, les équipes
seront bien structurées en conséquence pour le travail envisagé .

2 - RECOMMANDATIONS POUR-tA PREPARATION D'UNE OPERATION

2 .1 - Visite préalable de l' appareil

Lors de la visite de sécurité,


on doit s'assurer que
l'appareil de forage est en condition satisfaisante pour exécuter
d'éventuels tests de
formation et pour, si nécessaire, adapter certains équipements ; les
points suivants seront
particulièrement examinés

Périmètre de sécurité,position des aspirations d'air et surface


offerte pour les équipements de
test,
Compatibilité du bloc d'obturation avec tes tubulaires utilisés
Circuit de contrôle de boue (manifold, dégazeur, trip tank . . .),
Facilité de tuage et de fabrication de boue,
2 - RECOMMANDATIONS POUR LA PREPARATION D'UNE OPERATION (suite)

. Outils de repêchage et boue de réserve

. Etat des lignes de surface, des tubulaires nécessaires,

. Possibilité de destruction des hydrocarbures (bourbier, poutre, vent),

. Acquisition des paramètres nécessaires à la conduite du test (compte-coups, chromato, pression


sur l'EA, fiabilité du MD . . .),

. Sécurité électrique, moyens de lutte anti-incendie et premiers soins,

. Qualification du peFSonnel d'encadrement .

. Stop moteurs,

. Procédure d'abandon du site .

Lorsque cette visite préalable est éloignée de plus d'un an de la date présumée du test, une
visite d'inspection supplémentaire pourra être décidée .

2 .2 - Droit à - expertise préalable

Le responsable chargé de l'élaboration du programme ou de la conduite du test doit vérifier


l'intégrité de l'architecture du puits ; il doit demander la mise en conformité de l'ouvrage
lorsque la sécurité en opération et/ou la validité des résultats du test sont en cause, cela
concerne en particulier

. la qualité et la hauteur des cimentations (cuvelage ou colonne suspendue de production),


. la tenue du découvert sous le packer, les venues possibles de sable,
. la constitution du bloc d'obturation et organes associés

. l'épreuve hydraulique des BOP et du cuvelage de production à au moins 110 % de PMA,


. l'usure du cuvelage après une longue phase de forage,
. la densité de boue requise pour équilibrer la pression supposée du réservoir,
. l'absence de. venue d'P1 2 S lorsque l'ouvrage et les équipements utilisés sont en métallurgie
standard .

Les deux derniers points peuvent justifier la décision de déclencher une opération
complémentaire par RFT ou FIT .

2 .3 - Rédaction du programme techniqu e

Le programme technique fait suite au programme de principe émis par l'Exploration (puits
d'explorat "'îon) ou par le Gisement (puits d'appréciation/développement) . Il est établi en se
basant sur les informations obtenues lors du forage de la zone d'intérêt (diagraphies, carottes,
densité de la boue, opération de cuvelage/cimentation), les résultats de la visite préalable de
l'appareil, et la disponibilité en équipement de test .
2 - RECOMMANDATIONS POUR LA PREPARATION D'UNE OPERATION (suite)

On doit y trouver

. les divers contrôles techniques et épreuves hydrauliques,

. la composition du train de test et ses particularités,

. la procédure de descente/remontée,

. la séquence retenue pour le déroulement du test,

. la couverture météo/océano et la marge résultante pour la mise en sécurité du puits .

. les conditions aux limites pour interrompre le test,

. les procédures d'urgence (e .g . abandon du site, lutte anti-incendie, soin et évacuation


d'urgence, contrôle anti-pollution, contrôle de venue ou perte),

. les lignes de commandement et de reporting sur le site d'opération,

. les rôles et responsabilités des représentants des Sociétés de Service et du Contracteur de


forage .

2 .4 - Qualité d'une cimentation de . cuv elage

Elle doit toujours être contrôlée, et autant que possible, juste avant l'exécution du test pour
prendre en compte toutes les sollicitations pouvant l'affecter .

Les enregistrements par outils CBL (adhérence) et CET (micro-annulaires) seront validés et jugés
satisfaisants par un représentant du Service Forage-Complétion .

On doit s'assurer tout particulièrement de la qualité de la cimentation

dans l'entrefer cuvelage/colonne suspendue avec un packer de test ancré dans la colonne
suspendue, _
en présence de plusieurs niveaux potentiels à gradient de pression différent .

2 .5 - Liquide de co ntrôle et d'espace annulaire

a) Densité

Il représente une barrière de sécurité fondamentale et, à ce titre, on doit veiller à avoir une
surpression de l'ordre de 1 à 1,5 MPa (150 à 200 psi) .

b) Utilisation d'une - saumure

Quand la boue présente des phénomènes d'instabilité, principalement en haute température, le


remplacement d'une boue de forage par une saumure de complétion peut se justifier lors de tests
répétitifs .

Une saumure présente, toutefois, les inconvénients de laisser migrer rapidement le gaz vers la
surface et d'accentuer le niveau de perte après un test .
2 - RECOMMANDATIONS POUR LA PR EPARATION D'UNE OPERATION (suite)

Note 1 : Cas d'un sup port flottant

on doit supposer le cas d'un riser


Dans le choix de la densité du liquide de contrôle,
surface réduite à la tranche d'eau .
déconnecté soit une contre-pression de

liner
Note 2 : Cas d'un packer ancré au-dessus de la tête de

existe un déficit hydrostatique causé par


Si le volume sous packer n'a pas pu être esquiché, il
la boue peut être nécessaire pour
la recompression sous le packer, un alourdissement de
rétablir l'équilibre .

c) Contrôle - et - traitement du - liquide

pour éliminer tout mélange indésirable (eau princi-


- Totit le circuit doit être contrôlé
paiement) ._

volume de boue "en circulation" ; on


- Un traitement nécessite de réaliser deux cycles du
de fond et ayant les
cherchera à obtenir un liquide homogène prenant en compte les conditions
caractéristiques suivantes

. yield value = 15 minimum


. et/ou gel 10 = 15 à 20 minimum
. filtrat = 6 à 10 maximum

la boue non alourdie


- Toute dilution doit être faite non pas avec de l'eau mais avec de
de faire est la
spécialement fabriquée pour l'opération de test ; une autre façon
mise en attente de
"centrifugation" si elle permet d'abaisser la densité de la boue sans
l'appareil _

l'ouvrage doit comporter un


- En cas d'abandon provisoire du puits, le liquide restant dans
inhibiteur de corrosion et un bactéricide .

en place, on doit se poser


- Suivant le type de formation testée, son gradient et le fluide
heavy mud) et du bouchon de
la question de la boue lourde de sécurité en réserve (safety
colmatants avant le désancrage du packer .

pour éliminer 1'effluent


- Un test de formation se termine par une circulation inverse
test et par une circulation directe pour supprimer tout fond
présent dans la colonne de
les caractéristiques du liquide de contrôle .
gazeux et assurer

2 .6 - Cuvelage - Tête de puits - Obturateurs

a) Essais en pression

dernier cuvelage en tout point doivent


La tête de forage, les obturateurs à mâchoires et le
fluide produit auquel on
résister à PMA (soit la pression en tête du puits recomprimé plein de
En test "open hole", les formations situées
ajoute 10 MPa (1 500 .psi) pour initer un esquiche) .
une surpression en tête de l'EA de
entre le sabot et le packer OH doivent pouvoir supporter
OPERATION (suite)
2 - RECOMMANDATIONS P OUR LA PREPARATION D'UNE

Les essais en pression sont réalisés suivant les


3,5 MPa (500 psi) minimum sans perte de boue .
110 % de PMA . on
RTM's 4/4-4 et 6/3-1/3 en retenant P .test ),
encaissant la formation à tester .
protègera de cette surpression la cimentation

se peut que la contre-pression annulaire


Avec des outils de test à réponse annulaire, il
retenue pour l'épreuve du cuvelage si elle est
(pouvant atteindre 28 MPa ou 4 000 psi) soit
supérieure à PMA .

b) Constitution - du - bloc - d'obturation

I1 faut satisfaire au critère de redondance PR par


pour la colonne de test, soit à un
PR ce qui peut conduire soit à un diamètre imposé
diamètre du "slick joint" (5" ou 3 1/2")
reconditionnement du bloc ; avec un engin flottant le
sera par là-même imposé .

OEUVRE DES EQUIPEMENTS


3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION ET LA MISE EN

3 .1 - Colonne de test

a) Précautions -d'emploi

inspectée, mesurée, calibrée et nettoyée .


Avant utilisation, une colonne de test doit avoir été
impacts sur les filetages (utilisation de
Toutes précautions sont à prendre pour éviter les
protecteurs bien vissés et de guide de vissage) .

conditions de fond, et pour avoir un


compte des
Une graisse sera sélectionnée en tenant
coefficient de vissage voisin ou égal à 1 .

d'une colonne de test doivent subir une


Toutes les connexions entrant dans la composition
par l'intérieur, soit par l'extérieur .
épreuve hydradlique à au moins 110 % de PMA soit

doit réaliser
Pour un test techniquement difficile (HP, FIT), on

préalable dans le puits,


- une épreuve interne globale après une descente
(torque turn device) .
- un contrôle de vissage avec enregistrement graphique

b) Caractéristiques mécaniques

égal ou inférieur à 0,66 (ou S .F . de 1 .50)


Une colonne de test doit offrir un taux de travail
utilisé en contrainte conjuguée d'éclatement,
par rapport à la limite élastique de l'acier
très profonds, ce taux peut être révisé à la
d'écrasement et de traction . Pour les puits
; pour un test avec présence d'H 2 S, on doit
hausse pour rester dans des tubula "; res usuels
0,50 pour réduire le phénomène de
chercher, au contraire, à l'abaisser au voisinage de
fragilisation .
OEUVRE DES EQUIPEMENTS (suite)
3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION ET LA MISE EN

3 .2 - Equipemen ts de surface

de-forage
a) Equipements- propres -à- l'appareil-
----------

vannes du manifold et les dispositifs de fermeture en


- Les conduites, les flexibles, les
vérifiés et testés à au moins 110 % de
surface (gray valve) utilisés pendant le test seront
PMA dès que la décision de tester est prise .

doivent être opérationnelles à tout


- Les pompes de l'appareil et la pompe haute pression
HP (cementing unit) sera testée sur
moment pendant toute la durée du test . La pompe
(bull heading), c'est-à-dire à PMA
10 minutes à la puissance requise pour un éventuel tuage
et à 500 1 /mn (==3 bpm) .

le test) fera aussi l'objet d'un essai de


- Le générateur de vapeur (s'il est requis pour
performance .

venue,
- Tout le circuit assurant le contrôle d'une
on rappelle en particulier les points

suivants

. l'emploi d'une torche verticale attachée au mât est proscrit,

fonction des vents dominants à au


. à terre, la torche sera solidement fixée et disposée en
. Son diamètre intérieur sera au moins 3" I .D . Un
moins 50 mètres des installations de test
moyen d'allumage à distance doit être prévu,

dans des directions opposées et équipées


en mer, on disposera de deux poutres orientées
veilleuse tout temps commandée à distance . Un
chacune d'une torche, d'un brûleur et d'une
protègera du rayonnement de la flamme .
écran d'eau alimenté par une pompe de forage

poutre à la poupe suffit .


Note : avec bateau - à positionnement dynamique une seule

géologique, tes détecteurs gaz (et H S si


Doivent être opérationnels : le chromatographe
c'est le cas), les contrôleurs de niveau des bassins,
le bac de manoeuvre (trip tank la î,
de luttre contre le feu, les masques
commande à distance des obturateurs, le système
et pour un engin flottant les moyens
autonomes pour intervention en atmosphère viciée
de marée ; si l'effluent contient
d'abandon, le compensateur de pilonnement et l'indicateur
insert type diverter) ainsi qu'une
de 1'H 2 S, un déviateur solidaire de la table (exemple
ventilation forcée du plancher de travail sont recommandés .

l'appareil, un contrôle de débit sera


- Si l'air nécessaire aux brûleurs est fourni par
compresseur(s) autonome(s) (impératif
effectué ; en cas d'insuffisance on installera un (des)
en cas de présence d'H 2 S) .

b) Equipementsspécifiques - de - test
-------------------------

- a tête de contrôle

bidirectionnelle en position vanne maîtresse,


La tête de contrôle doit comporter une vanne
flottant un joint tournant (swivel) .
deux sorties latérales, une vanne de sas et en
DES EQUIPEMENTS (suite)
3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION ET LA MISE EN OEUVRE

Une entrée latérale équipée d'un clapet de non-retour


Elle doit pouvoir être suspendue au moufle .
sortie, équipée d'une vanne télécommandée est connectée
est raccordée à la pompe de tuage et une
au manifold de test .

sera connu et contrôlé à chaque manoeuvre .


Le nombre de tours nécessaire pour opérer les vannes

au manifold sera haubannée et particulièrement


La liaison souple reliant la tête de contrôle
l'ouverture du bipasse de fond (lorsqu'il
surveillée . Sa longueur doit être telle qu'elle autorise
existe) .

- Le manifold de test
purge
pour faciliter les changements de du ses . Une
On utilisera un manifold à deux branches une clarinette
I1 autorisera seul ou grâce à
doit être prévue pour intervenir sur les duses .
la prise de pression amont/aval, la prise de température
(data header) l'échantillonnage,
(méthanol, désémulsifiant . . .), le branchement d'un
amont/aval, l'injection de produits divers
compteur pour le prédébit .
pour
manifold de contrôle de forage doit être effectué
Un raccordement en aval des duses vers le
de dernière minute .
faciliter la circulation inverse sans branchement
égale à
liaison à la tête de contrôle sera au moins
La pression de service du manifold et de sa
la pression de service de cette dernière .

- Les équipements de process

bac de jaugeage) seront disposés de


réchauffeur,
Les équipements de process (séparateur,
manière à respecter les principes ci-après : -_

par
du puits et hors des zones de sécurité créées
. A terre : hors du périmètre de sécurité
la direction des vents dominants .
chaque équipéTnent de process, on tiendra compte de
avec
créées par un équipement sont compatibles
. En mer : on vérifiera que les zones classées et des
compte de la direction des vents dominants
les installations existantes . On tiendra
pour les utilités .
aspirations d'air frais pour le quartier vie ou
bac de
débiter un puits directement sur un
Il est proscrit de dégorger ou de faire
impérativement intercalé dans ce cas .
jaugeage/ stockage, un séparateur doit être
une
sera entrepris que sur de petits volumes et sur
Tout stockage d'huile ou de gasoline ne ligne de
pourvus de pare-flamme, respirateur,
courte période, les bacs utilisés seront à ce bac
injection de mousse . En cas d'HZS, l'accès
dégazage hors du périmètre de travail et
de protection individuel et avec l'assistance d'un Zème
ne s'opère qu'avec un équipement
opérateur .
ne peut
partie de la dotation que si aucune autre solution
Un réchauffeur à flamme nue ne fera fonction de la . durée
être sélectionné en
être trouvée . Le combustible utilisé doit
d'utilisation de cet appareil .
(suite)
ET LA MISE EN OEUVRE DES EQUIPEMENTS
3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION
réglementaire depuis moins de 3 ans . Il
doit avoir subi une visite et une épreuve
Le séparateur soupape et plaque d'éclatement
nettoyé (si possible à la vapeur) ;
sera parfaitement vidangé et non dangereuses pour le personnel et
indépendants et des évacuations
doivent avoir des circuits
l'appareil de forage .
faite suffisamment à l'avance et
de surface doit être
L'épreuve hydraulique de l'installation
logique
conformément à une séquence

Exemple avec manifold 10 000/5 000 WP


réchauffeur 5 000/3 000 WP
séparateur 1 440 psi WP

Amont !Amont pied de !


! Tête contrôle ! 'Amont déviat .
! ! Amont +
Installation séparateur !
et partie amont
amont+ huile/gaz ! torche(s)
réchauffeur
concernee +& séparateur,
manifold
t +
! !
+ +
+ v

àPSouà PPF ou
!
! 6,9 MPa ! 3,45 MPa !
1 150 % de PPF ! 34,5 MPa ! 9,6 MPa
! Valeur de (500 psi) !
!(1 400 psi) ! (1 000 psi) !
! puis épreuve !(5 000 psi)
! l'épreuve + 1
max !
! ! BP à 0,6 MPa
! + 1 !
(100 psi) !
t
! + !
! !

est estimée avec confiance)


(PPF = pression en tête de puits fermé lorsqu'elle

de coudes et de
de surface doivent présenter un minimum
D'une façon générale, les lignes de torches
doivent être solidement amarrées . Quant aux lignes
points de raccordements, elles du test
d'eau propre doit confirmer avant l'ouverture
et d'aspersion d'eau, une circulation
l'absence de bouchage .

- Matériel de-p révention et de mesures


' être prévu
de sable, un moyen de contrôle/détection doit
. Si l'on suspecte un entraînement
en amont du séparateur .
sera prévu au
d'hydrates, un système d'injection de méthanol
. Si .1 'on craint la formation
clapet de non retour sur la tête) .
niveau de la tête de contrôle (prévoir un
de
de la mise en oeuvre des équipements
on veillera à ce que le contracteur responsable habituelles
opérations, des pièces de rechange
surface dispose, avant le début des du
opercules de vannes, etc . . .), ainsi que
(manomètres, . disque de rupture du séparateur, densimètres,
morts,
matériel de mesure usuel (jeu de duses fixes, balance à poids
lecteur de diagramme pression et température,
à gaz,
thermomètres, centrifugeuses, balance
etc . . . ) .
mesures de
matériel permettant de faire plusieurs
du
Le technicien boue doit disposer
salinité sur l'eau récupérée .
(suite)
ET LA MISE EN OEUVRE DES EQUIPEMENTS
3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION
instruments de
à disposition son chromatographe, ses
Le géologue de sonde doit mettre à 2 litres de
nombreux flacons de prélèvement (0,5
surveillance du circuit boue et de
capacité) . ,

Matériel d'échantillonnage
nécessite la manipulation de mercure, on
(surface et/ou fond)
Si la prise d'échantillons
s'assurera
le site,
été vérifié et testé avant expédition sur
. que tout le matériel nécessaire a disponible,
récupération en cas de fuite est
. que l'équipement de sécurité et de avec la
connue de tous les intervenants et est en accord
. que la procédure opératoire est
réglementation locale .
huile et gaz sera
un nombre conséquent de containers pour
Pour l'échantillonnage, de l'effluent .
pour valider la représentativité
approvisionné ainsi que l'appareil,mini PVT
être réalisé
prélèvement dans trois fûts de 200 litres doit
Pour un bydrocarbure liquide, un
.
aux fins d'analyse de commercialité
vue d'analyse de
prélèvera des échantillons supplémentaires en
Pour les eaux de gisements on
corrosion .

3 .3 - Equ ipement de subsurface

a) Terre - ou - plate - forme - fixe


le fonctionnement des
est installé pour ne pas entraver
Aucun équipement de subsurface
obturateurs .

b) Engin -flottant

L'équipement de subsurface comprendra


de puits . Sa
déconnectable ou TP10, posée dans la tête
- Une tête de production immergée réponse
permettre la fermeture des mâchoires totales . Sa
hauteur en positlon déconnectée doit sera
que possible (le flexible restant sur touret
à la fermeture devant être aussi rapide
éventuellement raccourci) .

sur engin à
au-dessus de la TPID est obligatoire
juste
- Une retainer valve située
positionnement dynamique .
risque
de méthanol au-dessus ou sous la TPID en cas de
- Un raccord ou dispositif d'injection
gaz (mer froide) .
sévère de givrage de
rotation en cas
située environ 30 mètres sous la table de
- Une vanne de sas (lubricator valve)
d'opérations au câble .
du pilonnement .
string) ajustée compte tenu de la marée et
Une extension de tubes (landing à la
train de test et, à ce titre, on cherchera
C'est une partie vulnérable du égale
d'acier) . Sa pression d'épreuve est au moins
surdimensionner (en épaisseur ou en grade grâce au
induire de flambage en rigidifiant l'ensemble
à 110 % de PMA et on veillera à ne pas la tête
de joint court juste en-dessous de
compensateur de pilonnement . On ne mettra jamais
sera éprouvé en même temps que celle-ci .
de production, mais un simple qui
3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION ET LA MISE EN OEUVRE DES EQUIPEMENTS (suite)

3 .4 - E qu i p ement de fond

Les équipement de fond sont choisis en fonction de l'effluent produit (viscosité, érosivité,
présence d'H 2 S . . .) des conditions de fond (pression, température, sédimentation boue, . . .),
de l'appareil (flottant ou fixe), du type de test (open hole ou en cuvelage) .

a) Vannes de fond

La préférence doit être donnée aux outils "plein passage" (full bore, fulflo . . .) pour
réduire les phénomènes de bouchage, d'érosion et assurer un décolmatage suffisant .

La recommandation sur le nombre minimal de dispositifs à intercaler est la suivante

Zone vierge, fluide inconnu, gradient anormal

! EN MER !
! A TERRE ! EN MER FIXE
! ! ! FLOTTANT 1
1 1 ! ! !
Nombre de dispositifs ! 1 + SV* ! 2 + SV* !2 + SV*! TPID !
1 de fermeture !

! ! ! au 1 dans !
! Position ! au fond ! au fond 1 fond ! BOP !

*SV (Safety Valve) = fermeture actionnée en cas de rupture de la colonne de test .

Fluide connu, qradient normal

Dans ce cas, une simplification est possible pour faciliter l'accès à la formation par
wireline, stimulation ou reperforation, l'équipement du puits s'apparente alors à une
complétion pséudo-définitive .

EN MER
! A TERRE ! EN MER FIXE !
FLOTTANT

! ! ! 1 !
!Nombre de dispositifs ! 1 ! .' *!
1 1 2 TPID
! de fermeture ! ! 1 1
1 ! ! ! !
! ! 1 ! !
! !au fond ou en !au fond ou au ! au ! dans !
! Position ! subsurface !moins 100 ft ! fond ! BOP 1
! !sous la mud- ! ! !
! ! ! line ! !

* capable de couper le câble wireline utilisé (si c'est le cas) .


3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SELECTION ET LA MISE EN OEUVRE DES EQUIPEMENTS (suite)

b) Packer

Le choix entre un packer retirable ou un packer permanent doit être évalué à chaque test,
en prenant en compte divers risques possibles tels que : surpression/dépression en :
manoeuvre, instabilité de puits, gradient de pression élevé, gaz nocif (H 2 S, CO 2 , azote) 
vapeur sous pression, zone à gaz près de la surface, toutes conditions qui (si elles :
existent) doivent faire préférer un packer permanent ; ce choix facilite, par ailleurs,
la procédure d'abandon par esquiche de ciment en supprimant la nécessité d'un}
cement-retainer et en réduisant le volume sous packer .

Le tableau suivant fixe le dP admissible sur les packers et par


dépression-
conséquent la
maximale possible lors de la phase de prédébit

Valeurs du AP maximal pour divers types de packer

! !
t\~ !13"3/8-12"1/4 ! 9"5/8-8"1/2 ! 7" _6" 1W1

! 6,9 MPa ! 13,8 MPa ! 17,2 MPa 17,2 MPa !


! Open-hole
(1 000 psi) ! (2 000 psi) ! (2 500 psi) ! (2 500 psi) !
! t

Retrievable ! 10,3 MPa ! 20,7 MPa ! 34,5 MPa ! 34,5 MPa !


! (RTTS, positest)! (1 500 psi) ! (3 000 psi) ! (5 000 psi) ! (5 000 psi) !
! !

! Permanent ! 17,2 MPa I 34,5 MPa 55,2 MPa 82,8 MPa I


! (model D ou ! (2 500 psi) ! (5 000 psi) I (8 000 psi) I (12 000 psi)I
! Permadrill) I S !
! ! I ! I
1

Nota : - un packer retirable est toujours associé à un bipasse,


- uh-packer permanent est toujours associé à une flapper valve .

c) Dis ositif de circulation inverse

sur
On doit disposer d'au moins 2 organes de circulation opérables sans délai et basés
l'intérieur de la
des modes d'activation différents (par exemple, un en pressurisant
Ils sont disposé_
colonne de test et un en pressurisant par l'espace annulaire) .
de fond et hors sédimentation . Ils doivent autoriser l'épreuve
au-dessus des vannes
interne de l'assemblage de fond (BHA) .

possible de le
Si un de ces deux organes est une gêne à la conduite du test, il est
ou si le
supprimer si l'injectivité dans la couche est prouvée et possible à tout moment,
met er
dégagement du train de test de quelques mètres, en étant possible à tout moment,
communication le tubing avec l'annulaire au niveau du packer .
(suite)
3 - RECOMMANDATIONS POUR LA SEL ECTION ET LA MISE EN OEUVRE DES EOUIPEMENTS

d) Enregistreurs - de - fond
testée . Précision et durée
Ils doivent être placés le plus près possible de la zone
d'appareil, on n'utilisera pas
d'enregistrement doivent conduire à un choix particulier
Tenir compte dans la gamme
moins de 2 éléments de pression et 1 élément de température .
sous packer . Vérification
d'utilisation de la surpression causée par l'esquiche du volume
de fond .
doit être faite de l'adéquation de l'étalonnage (récent) aux conditions

e) Duse de fond/tampon
pour réduire le tampon
Une duse de fond peut être employée pour les tests jugés à risques
tête en débit et le risque de formation
d'eau mais également pour abaisser la pression en
permettre le tuage aisé du puits (spring
d'hydrate {par détente au fond) . Elle doit
la duse et au tampon au moment de
loaded choke par exemple) . La contre-pression due à
admissible au packer, de la tenue du
l'ouverture est ajustée en tenant compte du Op
de test sans débit au jour (cas
terrain, de la nécessité de décolmater la couche et, lors
échantillon valable . Lorsque
des puits à eau ou sous hydrostatique) de l'obtention d'un
tampon jusqu'en surface afin
la formation ne doit pas être déconsolidée, on envisagera un
pas de fluide combustible
de contrôler le j~p sur la couche en permanence . On n'utilisera
(gasole, gaz naturel) sauf dérogation dûment justifiée .

f) Masses-ti2es
sans
Lorsque des masses-tiges sont intégrées à un train de test, celles-ci doivent être
les connexions auront été vérifiées depuis moins de 6 mois
dépôt intérieur, calibrées,
(magnaflux) et bloquées au couple requis sans graissage excessif .

3 .5 - Equipement de sécurité

La dotation minimale doit être

2 masques d'intervention à air comprimé, (en plus de la dotation habituelle),


2 appareils respiratoires à oxygène (avec bouteilles à pleine charge),
1 brancard,
CO
1 détecteur portatif à gaz (Draeger) avec 1 lot de cartouches pour hydrocarbures, 2'
H 5,
. 12explosimètre,
. papier à acétate de plomb,
si un stockage
1 lot d'extincteurs, en particulier un système à mousse est requis
.
d'hydrocarbures liquides existe (ex . : bac de jaugeage),
. une trousse de premiers secours .
sera
Une liste des contacts d'urgence (médecin, hôpital, évacuation, secours externes . . .)
établie et approuvée par le Chef des Opérations (ou le-Chef de Base) .
site pendant la
Une personne qualifiée dans la pratique des premiers soins doit être sur le
santé (ou carte de
durée du test, sous sa responsabilité, il est recommandé qu'une fiche de
vie) soit remplie pour chaque individu prenant part aux opérations .

tests contenant ur
Un agent sécurité et un supplément en dotation seront requis pour les
effluent toxique
4 - RECOMMANDATIONS PO UR L'EXECUTION D'UN TEST

4 .1 - Avant l'opé ration de test

Il est de la responsabilité du RUS de s'assurer qu'ont été réalisés les contrôles


suivants

Un essai de libre circulation d'eau dans le circuit de contrôle d'une venue (suivi
d'une prévention contre le gel si nécessaire),
Epreuve à pression de service (ou à 110 % de PMA) des différents branchements de
surface,
Existence d'un volume de boue en surface au moins égal au volume du puits et de la
compatibilité des caractéristiques de cette boue avec les conditions du test,
Contrôle qu'aucune anomalie n'a été relevée au - cours des derniers tests et contrôles
périodiques mentionnés dans le registre de l'appareil et, dans le cas contraire, que le
mesures correctives ont été apportées,
- Chaque intervenant possède l'équipement de protection individuelle que requiert sa
fonction,
- Une communication phonique correcte entre le'bureau du RUS et le maître sondeur ainsi
qu'une liaison phonique sans fil pour la surveillance du process,
- Les équipements de lutte contre l'incendie sont en état, en nombre suffisant et
judicieusement déployés,
- En mer, que l'ancrage d'un engin flottant est sûr,
=Des dispositions sont prises pour éviter tout rejet accidentel et un moyen de
dépollution par bateau d'assistance existe,
- Une vanne anti-éruption s'adaptant sur le train de tubulaires utilisés est disponible
au plancher . Cette vanne doit être en position ouverte et doit posséder une facilite
pour permettre un levage et un vissage aisés (Cf . RTM 6/3-1/1) .
- La réunion préparatoire (prejob meeting) et les principes d'exécution (ou le :
éventuelles dérogations) conformément à la préconisation DPRO n ° 2 sont réalisés,

Le responsable de la conduite du test est satisfait par le test de préfonctionnement de


outils (tels que : PCT, DBS, MIRY, safety valve, EZ tree, - lubricator valve, automatic win-
valve, . . . ), et l'épreuve des appareils 6e traitement du fluide produit .
TEST (suite)
F - RECOMMANDATIONS POUR L'EXECUTION D'UN

4 .3 - Pendant l'opé ration de test

dispositions suivantes
Seront scrupuleusement respectées les

Chef de chantier, du mécanicien et éventuellement de


- Présence obligatoire sur le chantier du
rester au frein, prêt à mettre en oeuvre les pompes et
l'électricien . Le maître-sondeur doit
les obturateurs .
de la
packer permanent) ne sera posé qu'après branchement
- Le packer (ou le locator avec un
HP sur le puits . Avant la pose, la stabilité du puits
tête sur le manifold et de la pompe
sera vérifiée .
définies dans le
et les conditions d'échantillonnage
- Les séquences d'ouverture, fermeture celle nécessitée par la
modification, autre que
programme de test seront respectées . Toute
Service Forage/Complétion .
sécurité devra être avalisée par le Chef du
produit, les
période de débit pour diagnostiquer le fluide
- Etre très attentif au début de la
surface .
fuites par l'espace annulaire ou en
en continu de
annulaire, enregistrement
- En cas d'utilisation d'outil cyclé par pression
volumes de compression et de purge .
cette pression et contrôle des
sélection à la fin de
ne nuit jamais, quitte à faire une
- Une abondance d'échantillons
l'essai .
avec un
de fond, éviter as fermeture de fond
Pour assurer le fonctionnement des vannes préalable
et avec un débit excessif (fermeture
dégorgement incomplet (solides en suspension)
limiter le à l'ouverture (ne jamais dépasser 27,5 MPa) ; la
en surface), de même Lp F), en
température de fond dépassant 140 °C (290 °
fiabilité des vannes est réduite avec une
du temps de séjour au fond .
présence de CO 2 et H 2 S, et avec l'accroissement
mar'ifbld
fin de la période de débit en passant par le
- Circulation inverse à débuter dès la homogénéiser la
par une circulation directe pour
de forage et le dégazeur vertical, suivie
remontée de la colonne de test .
boue et annule-r--le fond gazeux avant la

packer (sauf cas de perte constatée) .


- Esquiche systématique du volume sous

de contrôle après la remontée des outils .


- Descente sans délai d'une garniture
des
L'atterrissage des hélicoptères, l'accostage
- En mer, mise en alerte du bateau de veille . soumis à
grue au-dessus des installations seront
bateaux de service et les mouvements de
l'autorisation du RUS .
Elles sont
ayant servi de base au programme technique .
- Respect des limites opérationnelles
rappelées ci-après

. Limite-de-pression en-tête
Avec un
ouvert n'excédera pas 35 MPa (5 000 psi) .
La pression maximale en tête de puits interdites (test
fermeture en surface sont
engin flottant, les remontées de pression par
isochrone par exemple) .
4 - RECOMMANDATIONS POUR L'EXEC UTION D'UN TEST (suite)

. Limite de température

au-dessus de 140 ° C (290 ° F), la température


Outre le manque de fiabilité des outils de fond
entre - 29 ° C (- 20 ° F) et + 120°C (+ 250°F) pour
de tête, quant à elle, doit être comprise
. En outre, le risque de formation d'hydrate de
respecter le design des vannes de surface
pour la température en amont duse sous laquelle il
gaz après duse impose une limite basse
méthanol n'est pas prévue .
ne faut pas descendre si l'injection de

. Limite de débit

dépend de la composition des phases


La limite est fixée par le séparateur dont la capacité
en présence (huile + gaz + eau) .

pas 1 000 000 m , /j (28 MMCFPD) en


Ainsi, pour un séparateur 1 440 psi WP on ne dépassera
gazée ; ces limites sont également
gaz sec ou 1 000 m 3 /j (6 000 BOPD) d'huile normalement
huile, 0 = 4" ligne gaz) .
imposées par les poutres standards de brûlage (0 = 3" ligne

1'effluent peut causer une réduction de ces


Un rayonnement trop intense dû au brûlage de
cette situation . Le dépassement de
limites, les responsables sur site sont seuls juges de
l'installation de surface et par
ces limites ne peut s'envisager que par le doublement de
l'utilisation simultanée de 2 poutres de brûlage (ou 2 torches) .

. Limite_due_aux-conditions météorologiques

de rayonnement, mauvaise
La météo peut être un facteur limitant le débit pour cause
de travail difficiles
ventilation (vent trop faible), pollution, ou encore de conditions
(vent trop fort) .

pas occasionner des mouvements


En mer, avec un support flottant, l'état de la mer ne doit
l'engin à l'aplomb du puits, au
qui portent atteinte à la tête de surface, au maintien de
temps requis pour se placer en position de sécurité .

sera suspendu quand les valeurs suivantes risquent d'être


En règle générale, un test
dépassées

* Pilonnement : 2 m (7 ft)
* 1/2 roulis, 1/2 tangage : 2°
* Débattement : 3 % de la profondeur d'eau
* Traction sur les ancres : 70 % du test de l'ancrage en traction .
ernspm
FORMATION
INDUSTRIE

4. CONSIGNES OPÉRATIONNELLES
. CONTENGENCY SCENARIOS.

Les instructions décrites ci-dessous seront préalablement discutées avec les représentants
SAIPEM, après accords elles seront affichées dans :

- Le dog house.

- Le bureau du chef de chantier.

- Le bureau Elf.

- Le bureau Schl~-,mberger (lab cabine).

Aux instructions décrites ci-dessous s'ajoutent les instructions chapitre 7: CONSIGNES


RELATIVES AUX OPERATIONS D'ACIDIFICATION .

6.1 Feu à bord .

En cas de tout feu à bord le test sera interrompu suivant les procédures suivantes :

Pas de wire line ou coiled tubinq dans le puits

a. Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT.

b . Fermeture de la master valve ou flow line sur la flowhead.

Wire line ou coiled tubing dans le puits

a . Remonter le wire line ou le coiled tubing au dessus du PCT.

b. Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT.

c. Fermeture de la master valve ou flow line sur la flowhead .

6 .2 Détérioration des conditions météo.

Fonction des conditions météo les opérations de test peuvent être arrêtées:

al . Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT, attente amélioration .

a2. Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT.

Circulation inverse en utilisant la vanne de circulation.

Fermeture de la master valve ou flow line sur is flowhead .

6.3 Fuite ou rupture ligne aval flowhead.

Pas de wire line ou coiled tubing dans le puits

a . Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT.

b. Fermeture de la master valve ou flow line sur la flowhead.

c . Réparation et test de la ligne .


Wire tine ou coiled tubing dans le puits

a . Fermeture de flow line sur la flowhead.

b. Purge pression flowline .

c. Remonter le wire line ou le coiled tubing au dessus du PCT.

d. Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT .

e . Réparation et test de la ligne .

6.4 Fuite dans le test string .

Pas de wire line ou coiled tubing dans le puits.

a . Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT .

b. Circulation inverse en utilisant la vanne de circulation, ou bullheading


du puits s'il s'avère
impossible d'activer les outils .

Wire line ou coiled tubing dans le p uits.

a. Remonter le wire line ou le coiled tubing au dessus du PCT.

b. Purge de l'espace annulaire pour fermeture du PCT.

c. Circulation inverse en utilisant la vanne de circulation, ou


bullheading du puits s'il s'avère
impossible d'activer les outils .

6.5 Fuite au packer.

La manifestation de cette fuite sera une chute rapide de la pression


annulaire .
Pas de wire line ou coiled tubing-dans-le puits

a. Si le puits est en débit, fermeture du chock manifold.

b. Remplir l'espace annulaire avec de la saumure .

c. Essai de pressuriser l'annulaire pour activer la vanne


de circulation . Si cela s'avère impossible
descendre un tubing puncher . Circulation inverse .

Wire line ou coiled tubing dans le puits .

a. Si le puits est en débit, fermeture du chock manifold.

b. Remplir l'espace annulaire avec de la saumure .

c. Remonter le wire line ou le coiled tubing .

d. Essai de pressuriser l'annulaire pour activer la vanne de


circulation . Si cela s'avère impossible
descendre un tubing puncher. Circulation inverse .
EMERGENCY STATION BILL
25/2-12A WELL TESTING OPERATIONS
STATIONS - 1 -EL VHS PERSONNEL

ELF
PILOT HOUSE (; o / E13' DRILLING TI?-AL%IKE
ELF WELL : )VISOR
F f E-1 .Od . i ii*.Til_.
3 fi3,1VISOR

TOOL TIT. "~),ii lia'


.
IRII1LER. . ASS . STialj-T DRILLER
RIG FLOOR
3Q q?G FLOOR C.I I"f;~ a REQUIRr"j f
FLOPETFOT. ~) j3 SEA Oi EÂ~KtAOi`+
".
z" . :S fRS iW: O!. D " "'001. 1LA

F"I.J, TTâi :S f " C!, i_IE F 013 ERXrOlt


--SWITCH t, ?N U Vlle (VIt.-.3
r
i-

WELL TEST
7W VT ON .
ORDER

CEMENT UNIT PUMP OPEI IJOR ON DU rf

DERRIC%R 1IIM
MUD ROOM Efl' 111TI) ENGINEER

p RE, ILklN1 0 17
, 1aIG FLOOR
-A ONLY IF
TONG OPERAT DIRECTLY ! 1\ZVOLVE D IN Ti3G OPERUTION)
(T .O .S) -,,-

Ali: OTHi± FS IPERS0N.~rEi.: 1It"ST FOLLOW


~C'ENC ;Y I; jtOC"EDURES
Prejob meeting

Prejob sur la plate-forme

il est dirigé par le RSE avec la participation de l'ingénieur FORCOM .


II permet de présenter l'opération
- Nature, caractéristiques toxicologiques et fonction des fluides .
- Débits programmés .
- Pressions attendues .
- Durée probable de l'opération .
- Les procédures d'urgence telles que décrites précédemment .
Une séquence opérationnelle prévisionnelle ainsi que le programme auront été distribués aux
différents responsables .

Liste des participants

Contrôleur Forage-Complétion Senior.


Ingénieur FORCOM.
Contrôleur Forage-Complétion Junior .
Agent de sécurité n° 1 .
Chef de chantier plate-forme
Chef de poste
Responsable Schlumberger Test.
Opérateur pompage HPIDowell .
Superviseur Halliburton .

- Opérateur Halliburton azote.


FORMATION
INDUSTRIE

5. ANALYSE DE RISQUE
SAFETY ANALYSIS TABLE COMPONENT : CUSTOMER : ELF PETROLAND

FLOWLINE RIG : TRIDENT 14

SEGMENTS WELL: F15-AO02

(CLEAN- UP PHASE) REF : 1-J un-93

UNDESIRABLE EVENT POSSIBLE CAUSE DETECTABLE CONDITION DETECTION

AT COMPONENT
I A ;,- TREAW:'CHOKE MANIII~ç l~h r

OVER PRESSURE CHOKE FAILURE (CLOSED) HIGH PRESSURE


BLOCKED LINE

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE


RUPTURE LOW PRESSURE & BACKFLOW
DOWNSTREAM. CHOKE MANIP.OLÇI T'© BURN

BLOCKED LINE HIGH PRESSURE ESD1, ESD2

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE ESD1, ESD2


RUPTURE LOW PRESSURE & BACKFLOW

NOTE 1 : PSV NOT REQUIRED ON FLOWLINE SEGMENT PROVIDING MAWP > SITP.
NOTE 2: PANEL 2, ESD VALVE UPSTREAM TEST MANIFOLD IS ISOLATED OPEN DURING THE CLEAN UP
NOTE 3 : BACK FLOW FROM CLEAN UP LINE IS CONSIDERED NEGLIGEABLE
NOTE 4 : PSH2 SETTING IS CHANGED DURING THE CLEAN UP PHASE
NOTE 5 : LINES ARE SECURED WITH CABLES.

LEGEND : HAZARD A=insignificant, B-slight, C-moderate, D-severe


RISK 1 =very low risk, 2=low risk, 3=medium risk, 4-high risk
SAFETY ANALYSIS TABLE COMPONENT : CUSTOMER : ELF PETROLAND
FLOWLINE RIG : TRIDENT 14
SEGMENTS WELL: F15-AO02
(TEST PHASE) REF: 1-Jun-93
UNDESIRABLE EVENT POSSIBLE CAUSE DETECTABLE CONDITION HAZ RISK DETECTION ACTION
AT COMPONENT
t_1 f T~{ L-¬ IÇE AIEANERbI+D FLAW
71

OVER PRESSURE I CHOKE FAILURE (CLOSED) HIGH PRESSURE A PSH1 NONE


BLOCKED LINE NOTE 1

LEAK I DETERIORATION LOW PRESSURE B 2 PSL1, BPV ESD1, ESD2


RUPTURE LOW PRESSURE & BACKFLOW
DOWNSTREAWCHOK:E MANIFOLD TO STEAAJL:EXCHAN

OVER PRESSURE BLOCKED LINE HIGH PRESSURE B 3 PSH2 NONE


NOTE 1

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE B 2 PSL2, BPV ESD1, ESD2


RUPTURE LOW PRESSURE & BACKFLOW A

OVER PRESSURE I BLOCKED LINE I HIGH PRESSURE I B 3 I PSH3, PS-13P I


I PSVI1PEVD2

LEAK I DETERIORATION I LOW PRESSURE B 2 PSL3, BPV ESD1, ESD2


RUPTURE LOW PRESSURE & BACKFLOW I A I 4

NOTE 1 : PSV NOT REQUIRED ON FLOWLINE SEGMENT PROVIDING MAWP > SITP .
NOTE 2 : LINES ARE SECURED WITH CABLES.
LEGEND : HAZARD A-insignificant, B=slight, C-moderate, D-severe
RISK 1 =very low risk, 2=low risk, 3-medium risk, 4-high risk
SAFETY ANALYSIS TABLE COMPONENT : CUSTOMER : ELF PETROLAND
STEAM HEAT RIG : TRIDENT 14
EXCHANGER WELL: F15-AO02
REF : 1-Jun-93
UNDESIRABLE EVENT I POSSIBLE CAUSE DETECTABLE ION HAZ I RISK DETECTION ACTION

I COMPONENT I I
HYDROCARBON TUBE (10K)
OVER PRESSURE BLOCKED OUTLET HIGH PRESSURE PSH2 NONE

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE PSL2 ESD1, ESD2


RUPTURE SHELL - HIGH STEAM PRESSURE PT 322 PSV010, NOTE 2

HYDROCARBON TUBE (5K)


OVER PRESSURE I BLOCKED OUTLET HIGH PRESSURE I B I 2 I PSH2 ESD1,ESD2

LEAK I DETERIORATION PSL2 ESD1, ESD2


( SHELL - HIGH SEAM PRESSURE I A I 4 PT 322 PSV010, NOTE 2

STEAM SHELL
OVER PRESSURE COIL RUPTURE HIGH PRESSURE ESD1, ESD2
PSV010, NOTE 2
LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE NONE
RUPTURE

NOTE 1 : PSL NOT REQUIRED AS MINIMUM OPERATING PRESSURE IS ATMOSPHERIC PRESSURE OR FREQUENTLY VARIES
TO ATMOSPHERIC WHILE IN SERVICE .
NOTE 2: STEAM RETURN OVERBOARD TO AVOID GAS FLOW TO STEAM EXCHANGER DURING COIL RUPTURE .

LEGEND : HAZARD A=insignificant, B-slight, C-moderate, D-severe


RISK 1-very low risk, 2-low risk, 3-medium risk, 4-high risk
SAFETY ANALYSIS TABLE COMPONENT : CUSTOMER : ELF PETROLAND
RIG : TRIDENT 14
SEPARATOR WELL : F15-AO02
REF: 1-Jun-93
UNDESIRABLE EVENT POSSIBLE CAUSE DETECTABLE CONDITION HAZ RISK DETECTION ACTION

AT COMPONENT

OVER PRESSURE BLOCKED OUTLET HIGH PRESSURE B 3 PT 101 ESD1, ESD2


PSH3, PSH3P PSV1, PSV100

UNDER PRESSURE OUTFLOW EXCEEDS INFLOW LOW PRESSURE B 1 PT 101, PSL3 ESD1, ESD2

OVER FLOW INFLOW EXCEEDS OUTFLOW HIGH LIQUID LEVEL B 1 LT 111 ESD1, ESD2
LEVEL CONTROL FAILURE NOTE 1

GAS BLOW-BY LEVEL CONTROL FAILURE LOW LIQUID LEVEL B 2 LT 111 ESD1, ESD2
NOTE 2

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE & BACKFLOW A 3 LT111, NOTE 2 ESD1, ESD2

NOTE 1 : EQUIPMENT DOWNSTREAM CAN SAFELY HANDLE MAXIMUM LIQUID CARRY-OVER.


SEPARATOR CONTINUOUSLY MANNED DURING OPERATIONS.

NOTE 2: FSV NOT INSTALLED AS MAXIMUM VOLUME OF HYDROCARBONS THAT COULD BACKFLOW FROM
DOWNSTREAM EQUIPMENT IS INSIGNIFICANT.

LEGEND : HAZARD A=insignificant, B-slight, C.moderate, D-severe


RISK 1=very low risk, 2-low risk, 3=medium risk, 4-high risk
SAFETY ANALYSIS TABLE COMPONENT: CUSTOMER : ELF PETROLAND
RIG: TRIDENT 14
TRANSFER PUMP WELL : F15-AO02
REF: 1-Jun-93

UNDESIRABLE EVENT POSSIBLE CAUSE DETECTABLE CONDITION HAZ RISK DETECTION ACTION
AT COMPONENT

OVER PRESSURE BLOCKED DISCHARGE LINE HIGH PRESSURE B 1 NONE NOTE 2


NOTE 1

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE & BACKFLOW B 2 NONE NONE


RUPTURE NOTEZ

NOTE 1 : PUMP IS MANUALLY OPERATED AND CONTINUOUSLY MANNED .

NOTE 2: PUMP MAXIMUM DISCHARGE PRESSURE IS LESS THAN 70% OF MAWP OF DISCHARGE PIPING.

LEGEND : HAZARD A=insignificant, 13-slight, C-moderate, D-severe


RISK 1-very low risk, 2-low risk, 3-medium risk, 4-high risk
CUSTOMER : ELF PETROLAND
RIG: TRIDENT 14
WELL : F15-AO02
REF: 1-Jun-93

BLOCKED OUTLET HIGH PRESSURE PT 401, VENT PSV 300


NOTE 1 ESD1, ESD2

LOSS OF SEPARATOR LIQUID HIGH PRESSURE PT 401, VENT PSV 300


LEVEL NOTE 1 ESD1, ESD2

OVER FLOW PUMP FAILURE / MAL OPERATION HIGH LIQUID LEVEL LT 411, VENT PSV 300
BLOCKED LIQUID OUTLET HORN, NOTE 1 ESD1, ESD2

GAS BLOW-BY OUTFLOW EXCEEDS INFLOW LOW LIQUID LEVEL LT 411, VENT NONE
HORN, NOTE 1

LEAK DETERIORATION LOW PRESSURE & BACKFLOW NONE NONE


RUPTURE

NOTE 1 :
LIQUID LEVEL IS AUTOMATICALLY MAINTAINED IN THE VESSEL, FILLING OPERATIONS ARE CONTINUALLY ATTENDED

LEGEND : HAZARD A=insignificant, B =slight, C=moderate, D=severe


RISK 1=very low risk, 2=low risk, 3=medium risk, 4-high risk