Vous êtes sur la page 1sur 6

CH IV : LES PIERRES disparaît et donne lieu à un b- Briques légères :

ARTIFICIELLES rétrécissement de volume, pour Elles sont obtenues en ajoutant à


I- Définition : Ce sont des corriger ceci les dimensions l’argile une matière
matériaux mis en forme par doivent être plus inflammable (charbon, liège,
l’homme qui, soit après cuisson, grande que doit avoir la brique polystyrène) qui disparaît sous
soit après prise d’un liant, après séchage. forme de gaz au moment de
atteignent une dureté et une 4- Fabrication : cuisson. Ainsi leurs poids est
résistance à la compression Cinq étapes : léger et sont probablement
du même ordre que celle des L’extraction de l’argile. employées pour les cloisons
roches. On distingue : Le malaxage pour aboutir à légères.
Les pierres artificielles une pâte homogène c- Briques réfractaires :
cuites telles les briques, les Le moulage des briques Elles sont obtenues en
tuiles, les tuyaux,... etc. Le Séchage (à l’air libre ou mélangeant des matériaux
les pierres artificielles non séchage artificiel): argileux déjà cuits avec du
cuites comme le béton, La Cuisson :( T≈1400°C) quartz et de la terre alumineuse,
l’amiante, le ciment, etc. l’ensemble doit être de nouveau
II- Les briques : 5- Différentes sortes de cuit. Ces briques résistent aux t°
1- définition : Ce sont des briques. élevées pour les employer aux
éléments de construction formés Les briques peuvent être revêtements des fours et les
avec de l’argile obtenue par classées suivant : conduites de fumée.
cuisson et destinés à l’exécution leur format. 6- Propriétés et qualités des
de la maçonnerie. leur méthode de fabrication briques :
2- Composition : : façonnées à la main ou à la a- Résistance à la compression
La matière première la plus machine. :
importante pour la fabrication leur degré de dureté : la La résistance à la compression
de la brique est l’argile (roche dureté dépend de la nature. de la brique est exigée de 80
tendre de couleur grise ou leur degré de l’argile kg/cm² tandis que celle de la
jaunâtre avec beaucoup de suivant les régions. maçonnerie est de 10 kg/cm²
grains fin et de forte liaison). leur degré d’étanchéité : grâce à la présence des joints.
3- propriétés. briques lourdes légères ou
a) L’argile utilisée doit avoir éponges. b- Porosité :
une composition homogène qui la configuration de leur P% = (PH-Ps /Ps) x 100 P% ne
nécessite un malaxage section : briques pleines, doit pas dépasser 15% au
intense. perforées ou creuses. maximum
b) L’argile humide doit avoir a- briques pleines perforées et Ps= Poids de la brique sèche
une plasticité parfaite pour creuses : Ph= Poids de la brique trempée
permettre le malaxage et la Lors de la fabrication, les dans l’eau
mise en forme ; l’argile grasse briques peuvent être pourvues c- Gélivité :
c-à-d. l’argile contenant peu de de trous qui ont comme but : Les pores très fins vont par
sable a une grande plasticité que de laisser sécher mieux et capillarité absorber et retenir
l’argile maigre. rapidement les briques crues l'eau dans la brique; par grands
c) L’argile doit sécher sans se fabrication d'éléments plus froids, l’eau gèle, augmente de
fissurer et sans se déformer, grands, sans augmenter le poids volume et la fait ensuite
pour ceci l’argile maigre Economie dans les matières s'écailler, la brique qui a été
convient mieux que l’argile premières et le poids du pressée fortement présente plus
grasse. transport de défaut que la brique mauvis
d) L’argile ne doit pas contenir Amélioration de compactée.
des matières miscibles pour ne l'adhérence du mortier à la d- Efflorescence :
pas présenter des défauts après brique Elle apparaît sous forme de
cuisson. Amélioration de l’isolation moisissure blanche à la surface
e) L’argile contient une eau qui thermique et l’isolation contre de la maçonnerie, et peut être
après séchage et cuisson l’humidité causée par :
des sels présents dans la avec réduction en poudre par maçonnerie courante :
brique extinction suivie ou non de Fondations, mortiers de joints et
des sels présents dans le mouture avec ou sans addition d’enduits..
liant d’améliorants (clinker, laitier et Emploi avec les ciments
des sels provenant de la pouzzolane). sous forme de mortiers bâtards
terre en contact avec la II- CATEGORIES DE donne des enduits
maçonnerie CHAUX généralement moins sujet à la
Ces sels sont dissous par La Chaux Hydraulique, fissuration et plus
l’humidité, en temps secs, cette La Chaux Grasse Ou imperméables.
humidité l’évapore en laissant Aérienne 2- La chaux grasse ou
des taches blanches. La Chaux Maigre : ne aérienne :
III- Les Hourdis s'emploie qu’en agriculture S'obtient par la cuisson de
1- définition : comme engrais. calcaire carbonique. L’acide
Les briques pour hourdis sont 1- La chaux hydraulique : carbonique s’élimine à la
des éléments d’argile cuite S’obtient par cuisson de cuisson et la roche cuite est de
employées pour la fabrication calcaire ayant une grande teneur la chaux presque pure (90%
des planchers ou des hourdis d’argile variant de 5 à d’oxyde de calcium).
creux. 22% et qui contient de l’alumine Elle n’est pas hydraulique,
2- Avantage d’utilisation des silicique. elle ne durcit qu’on contact de
hourdis dans les planchers: La chaux hydraulique c’est l’acide carbonique
Allégement de la de la chaux durcissant plus contenu dans l’air.
construction rapidement sous l’eau sans a) Utilisation :
Suppression de coffrage être au contact de l’air. La chaux grasse est très
Rapidité de la mise en a) Différentes catégories de appropriée comme enduit
œuvre chaux hydrauliques : intérieur, elle peut aussi servir
Economie de matière La chaux hydraulique se divise de
Bonne isolation thermique en 4 catégories d'après la durée chaux blanche, car elle peut
et Acoustique de la prise et ledegré facilement se combiner à l’acide
Absence de fissuration. d’hydraulicité. carbonique de l’air et
IV- Les tuyaux : % d’argile ainsi se pétrifier. Index
Catégorie d’hydraulicité
dans le calcaire
Tuyaux en argile ferreux Chaux faiblement Avant d’utiliser la chaux
5 à 8% 0,1 à 0,16
(tuyaux en grès) : utilisés hydraulique grasse, il faut la laisser
Chaux moyennement
comme canalisations hydraulique
8 à 15% d’éteindre au minimum0,16pendant
à 0,31
l’évacuation des eaux Chaux normalement
15 à 19%
rois (3) semaines. 0,31 à 0,42
pluviales/usées hydraulique b) Forme commerciale :
Chaux éminemment
Drains : sont des tuyaux de hydraulique
19 à 22% La chaux grasse est encore
0,42 à 0,5

drainage sont des tuyaux courts Rq : L’index d’hydraulicité est souvent livrée en roche afin
et poreux, en argile calculé en fonction des rapports d’être éteinte sur le chantier ;
cuite, non vitrifiée ; employées de poids entre la silice (SiO2 ), elle éteinte et vendue sous
pour effectuer les travaux de l’alumine (Al2O3) et l’oxyde de forme de poudre en sacs
drainage dans des fer (F2O3) trois (3) substances mentionnant chaux grasse ainsi
terrains riches en eau. contenues dans le que la marque de fabrique.
V- Les tuiles : Ce sont des calcaire ;
éléments rectangulaires et IH= [m (SiO2 )+ m (Al2O3)+m CHAPITRE VI- LES
minces en argile cuite, (F2O3)]/m(calcaire) PLATRES
employés pour la couverture des IH↗ ↔ Vitesse de I- Définition :
toitures. durcissement au contact de Sont des produits obtenus par
CHAPITRE V : LES CHAUX l’eau ↗ déshydratation et pulvérisation
I- DEFINITION : b) Utilisation : de gypse (sulfate de chaux
Chaux= Des produits résultant L’utilisation de chaux hydraté : SO4 Ca2 H2O) après
de la cuisson de calcaires hydrauliques est intéressante échauffement dans le four.
naturels plus ou moins argileux pour tous les travaux de D’après la température de
l'échauffement de gypse on 4- Remarques : Dosage en
Le plâtre se dissout l’eau, il ne
obtient des plâtres semi- volume :
Deux cas :
hydratés et les plâtres peut donc jamais être employé
Cas d’un
anhydratés. ni à l’extérieur ni en des lieux mortier de chaux Dosage en
2- Plâtres semi-hydratés : humides. grasse : poids :
S'obtiennent en échauffant du Le plâtre ne peut jamais être exemple : 1 Poids du liant
sulfate de calcaire de 125 mélangé au ciment, car il se volume de chaux inclus dans un
jusqu’à 180° et en le broyant forme des cristaux nuisibles au pour deux
volumes de sable
mètre cube de
ensuite finement. mortier qui se désagrège à couse Cas de mortier fini.
La poudre blanche ainsi obtenu de l’augmentation du volume. fabrication de Poids de liant à
et grasse au toucher et colle aux Il faut toujours ajouter du mortier en petites mélanger à
doigts c’est un liant qui durait plâtre à l’eau et non le contraire quantités : 1m3 de sable
très vide lorsqu’il est additionné afin d'éviter la formation de exemple : trois
seaux de
d’eau. grumeaux.
sable pour un seau
a- Formes commerciales : Le plâtre corrode le fer non
de ciment
Ils sont livrés en sacs de papier protégé.
ou de plastique ou en barils CHAPITRE VII- LES IV - Les composantes des
métalliques. MORTIERS mortiers :
b- Conservation : I- Définition: Les mortiers=mélange de
Etant donné que ce matériau est Mortier = mélange homogène (sable+ liant + d'eau)
trop hygroscopique il doit être d'une matière inerte (le sable) Mortier "bâtards" = Mélange de
conservé en un endroit très sec. avec une matière (sable + deux liants (le plus
Si non il se détériore active (le liant), le tout gâché souvent chaux et
rapidement. avec certaine quantité d'eau. ciment, ou deux ciments
Utilisation : Le plâtre semi- II-Types : différents)
hydraté s’ajoute au mortier à Mortier normal 1m3 de sable + Un sable est convenable lorsque
chaux afin d'accélérer le : 1/3 liant (m3) la grosseur des grains est
durcissement, d’avoir un aspect Volume du liant= = 1m3 comprise entre 0,5 et 2 mm ;
blanc et de réduire le retrait. Volume des vides de mortier Le rôle du sable dans un mortier
3- Les plâtres anhydratés (ou Mortier maigre est :
anhydrites) : : Le volume de 1m3 de sable Diviser la masse du liant pour
S’obtiennent par la cuisson de liant est + liant 1m3 permettre la prise (liant aérien).
gypse à des températures
inférieur au de mortier Abaisser le prix de revient du
volume des vides. mortier.
atteignant 1000 à 1100 °C, ces Mortier gras :
plâtres additionnés d’eau Le volume de
Diminuer le retrait et ses
deviennent durs et résistent aux liant
conséquences (les fissurations)
intempéries leur durcissement est supérieur au
volume des vides. Doit être de bonne qualité
est légèrement plus lent que il ne faut pas employer n'importe
celui du plâtre semi-hydraté, il quel liant pour n'importe quel
est donc plus facile à travailler. III - Les dosages :
travail.
Dosage = Le rapport quantité de
a- Formes commerciales : Eviter l’emploi d’un liant stocké
liant sur quantité de mortier, ce
Le plâtre anhydrite se vend en depuis trop longtemps
rapport permet de Rejeter les liants touchés par
sac de papier de 50 kg.
classer les mortiers en plusieurs l’humidité
b- Utilisation :
catégories Le rôle primordial de l’eau est de
L'anhydrite est une excellente
Il existe deux façons de doser le provoquer la prise du liant
matière pour les plâtrages
mortier. mélangé
intérieurs vu qu’elle devient
au sable.
beaucoup plu dure que le
a - Qualités :
mortier à chaux et qu’elle Doit être pure que possible (non
devient beaucoup plus dure que acide, pas de matières organiques
le mortier à chaux et qu’elle ne ou
présenté pas de fissures. terreuses, ni de déchets
industriels) important qu'un liant
8- produire une
On peut employer sans danger dont la résistance mécanique est 1- améliorer la expansion.
l'eau potable de 160 à 250 bars maniabilité ou la 9- réduire le
b - Quantité : La fabrication du mortier : Il consistance. ressuage.
La quantité d'eau de gâchage est faut assurer un mélange parfait 2- réduire la 10-améliorer
variable, elle influence la
afin d'obtenir teneur en eau. l'adhésivité
résistance
finale du mortier, elle dépend :
une pâte homogène. 3- améliorer la d'un nouveau
de la granulométrie du sable Les précautions après la durabilité. béton sur un
employé et de son degré mise en œuvre : Les travaux en 4- accélérer la ancien.
été nécessitent prise et le 11-diminuer la
d'humidité.
l’humidification afin d’éviter un durcissement. chaleur
du dosage du mortier.
5- améliorer d'hydratation.
du travail à exécuter. retrait trop brutal qui diminue la
l'imperméabilité. 12-améliorer la
de la nature du mortier mise résistance
6- améliorer la résistance aux
en œuvre. du mortier résistance à attaques
de la température ambiante et VI - Fabrication des mortiers : l'abrasion. chimiques.
des matériaux. Fabrication à 7- réduire le 13-produire
la main : retrait de la pâte. une teinte ou
V - Caractéristiques et Mélanger à une couleur.
propriétés des mortiers : sec le sable et
La masse est
Résistance à liant aussi
humectée
l'écrasement= f(liant employé parfaitement VII- LES DIFFERENTES
progressivement
+ dosage+ qualités des que possible CATEGORIES
puis malaxée
composants+ Former D'ADJUVANTS :
Fabrication
fabrication et mise en œuvre du ensuite au Le critère permettant leur
mécanique
milieu du classement est le résultat de leur
mortier) à l’aide des
mélange une action, on distingue :
L'adhérence au matériau cuvette qui
bétonnières
mis en oeuvre: Un mortier 1- LES PLASTIFIANTS :
recevra l'eau
maigre est beaucoup Des poudres ou farines très
gâchage
moins adhérent qu'un mortier fines, employées à raison de 2 à
moyen ou gras ; 3 % du poids du ciment, qui a
CHAPITRE VII : LES
Imperméabilité = f(liant pour rôle essentiel
ADJUVANTS
employé + dosage) l'amélioration la plasticité du
IV- DEFINITION :
Un mortier contenant moins béton et par conséquent faciliter
Ce sont des substances autres
de liant Vides Produit sa miseen place.
que le ciment, l'eau et les
perméable granulats, ajoutées au béton, au Exemple :
Un mortier trop riche en la chaux grasse,
mortier ou au ciment en vue de
liant Retrait et fissuration la bentonite,
changer on l'améliorer une ou
Produit le kieselguhr (sable
plusieurs de leurs propriétés
perméable siliceux),
(moins de 2 % de la masse du
Retrait : les pouzzolanes très fines
ciment).
L'importance du retrait (pendant L'inconvénient de ces farines est
V- L’ACTION DES
la prise et le durcissement) est qu'elles exigent pour leur propre
ADJUVANTS:
en rapport avec : mouillage un
1) Mécanique, En Modifiant La
Le dosage : un dosage supplément notable d'eau de
Consistance Du Mélange.
excessif (mortier trop gras) gâchage, ce qui risque
2) Physique, En Agissant Sur La
accentue le retrait et de là, d'accroître le retrait.
Tension Superficielle Des
la fissuration. NB : Les Super-plastifiants
Composants.
La quantité d'eau de gâchage permettent de produire des
3) Chimique, En Modifiant La
: qui influence la qualité d'un bétons très fluides de haute
Vitesse De Prise Des Liants.
mortier. résistance
VI- LES DIFFERENTS BUTS
La qualité du liant :un super DES ADJUVANTS :
2- LES FLUIDIFIANTS :
ciment fait un retrait plus Poudres on farines qui ont une
action physico-chimique,
employées à raison de 0,5 à 1% distances. la masse du ciment.
du poids du ciment, et abaissent Pour des ouvrages où l'on Toutefois, le chlorure de
en particulier la tension désire éviter l'affaiblissement calcium augmente les risques de
superficielle entre l'eau et les que représentent les corrosion de l'acier
corps solides. Ils facilitent le reprises de bétonnage. d'armature et de la précontrainte
mouillage des grains de sable et Pour le bétonnage par en raison de la sensibilité de
de ciment et diminuent leur temps chaud ou en grande l'acier dur. Ainsi,
tendance à s'agglutiner les uns masse, afin d'étaler dans le les agents accélérateurs de
aux autres temps. prise provoquent souvent une
NB: Certains fluidifiants un En surface de certains augmentation du retrait et des
effet retardateur de prise, panneaux préfabriqués, pour risques de fissuration du béton.
3- LES ENTRAINEURS permettre le délavage de la 7- LES ANTIGELS :
D'AIR : couche superficielle de ciment Ce sont des adjuvants
Ce sont des produits tensioactifs et laisser apparaître les agrégats, complexes qui font fonction à la
(poudre ou solution à mélanger dans un but fois de plastifiants, des
avec l’eau de gâchage), décoratif. entraîneurs d'air et des
employés à raison de 0,1 à 0.5% NB : accélérateurs de durcissement
du poids du ciment, ils facilitent Un excès localisé de (ou de prise). Ils permettent
la formation de finies produit peut en effet arrêter la donc de bétonner
bulles d'air (100 um) dans prise et en provoquer des dans les meilleures conditions
la masse du béton frais ce qui le accidents graves. possibles en période d'hiver.
rend plus maniable tout en De plus leur emploi permet 8- LES HYDROFUGES DE
réduisant la quantité d’eau de une diminution la teneur en eau MASSE :
gâchage. du mélange, ce quiréduit les Ce sont des poudres ou des
4- LES REDUCTEURS possibilités de ressuage et de liquides qui conférant aux
D'EAU : ségrégation. bétons des mortiers, des
Ce sont des produits employés La résistance à très court propriétés anti-mouillantes,
soit pour obtenir une résistance terme (durant les 24 premières s'opposant ainsi à la pénétration
donnée avec un dosage en heures) lest généralement de l'eau dans les pores. Ils sont à
ciment plus faible, soit pour réduite, mais à long terme, on base de
augmenter affaissement d'un enregistre des résistances sels minéraux et de savons ou
béton sans avoir augmenter sa mécaniques supérieures. d'albuminoïde ou de protéines.
teneur en eau. 6- LES ACCELERATEURS NB :
NB : Plusieurs réducteurs d’eau DE PRISE : Les hydrofuges de masse +
retardent quelque peu la prise du Ce sont des produits qui les plastifiantes une
béton et entraînent aussi une permettent de réduire la durée augmentation de la compacité +
faible quantité d'air. Ils de mûrissement d'un béton soit une diminution des
réduisent aussi les risques de pour permettre l'enlèvement des perméabilités à l'eau.
ressuage et de ségrégation. coffrages plus tôt, soit pour Certains hydrofuges
5- LES RETARDATEURS accélérer la mise en service de peuvent provoquer une baisse
DE PRISE : la structure. Ils sont utilisés sensible de la résistance du
Ce sont des produits qui également pour contre carrer béton, ou une augmentation de
permettent d'allonger la période partiellement le ralentissement retrait.
de temps durant laquelle le de la réaction d'hydratation 9- AUTRES ADJUVANTS
béton occasionné partiellement les Les colorants pour donner
reste plastique et maniable. basses températures. une teinte particulière
Les principaux usages des NB : Les agents d'expansifs
retardateurs sont les suivants Le chlorure de calcium est permettant une augmentation du
: l'adjuvant de ce type le plus volume de la pâte de ciment
Pour des bétons mis en couramment utilisé, Les agents adhésifs
place par pompage, ou habituellement dans des permettent d'améliorer
transportés sur des longues concentrations de 0,5 à 2 % de considérablement l'adhésivité
d'un nouveau béton à un ancien. COFFRAGES :
Les adjuvants Les qualités d'un coffrage
imperméabilisants produisent peuvent être énumérées
des bétons étanches, moins comme suit :
perméables, qui pourront être a) robustesse, résistance à la
utilisés pour des ouvrages pression du béton, chocs,
hydrauliques. vibration,
la poudre d'acier dans les b) stabilité,
bétons qui serviront à la c) étanchéité,
fabrication de plancher de d) économie, le prix d'achat ou
bâtiment industriels de fabrication devant être
(amélioration de la résistance du évidemment en rapport avec le
béton à l'abrasion et aux nombre de réemplois prévus ou
chocs) possibles..

V- LES COFFRAGES
CHAPITRE VIII : LES METALLIQUES :
COFFRAGES AVANTAGE INCONVENI
I- COFFRAGES ET S ENTS
ECHAFAUDAGES 1- Réduction
Les coffrages et échafaudages d’une partie
présenteront une rigidité des
suffisante pour résister sans inconvénients
1- Le prix
tassements ni déformations des coffrages
d'achat est très
nuisibles, aux charges, en bois :
élevé
surcharges et efforts de toute main d'œuvre
nature qu'ils sont exposés à 2- Ils n'offrent
importante +
qu'un intérêt
subir pendant l'exécution des réemplois
restreint pour
travaux et, notamment aux limités +chutes
les travaux
efforts élevées et
courants du
engendrés par le serrage du inévitables)
bâtiment sauf
béton. 2- Ils disposent
s'il
Les quatre composantes : d'accessoires
s'agit de
1- Les éléments de moulage, très étudiés
l'exécution
assurant la forme du bâton : qui permettent
répétée
planches 27 mm, 34 mm, le des clavetages
d'éléments
contre-plaqué, les panneaux et des
toujours
préfabriqués, les panneaux de blocages
identiques.
fibres de bois faciles, des
comprimées… possibilités de
2- Les éléments d'étaiement, réglages très
supports du moule :exp : étais précis
métalliques
3- Les éléments de
raidissement
4- Contreventement :
5- Les accessoires divers :
pointes, serre-joints, cales,
tortillards, entretoises
préfabriquées, tendeurs à
clavette.
II- QUALITES DES

Vous aimerez peut-être aussi