Vous êtes sur la page 1sur 12

LE DIRECT

SAVOIRS

La Chine dans l'espace : un monde à part


27/0 9 / 2 018 (MIS À J O UR À 07:29)

Par Maxime Tellier

  

La Chine fête ce 27 septembre le dixième anniversaire de la première sortie d'un


taïkonaute dans l'espace. Autrefois à la traîne, le programme spatial chinois a
rattrapé une partie de son retard mais s'est développé à l'écart des autres pays.

Le taïkonaute Zhai Zhigang lors de la première sortie d'un Chinois dans l'espace le 27 septembre
2008 • Crédits : CCTV - AFP

La Chine fait aujourd'hui partie du cercle très fermé des principales puissances
spatiales : capable comme les Etats-Unis et la Russie d'envoyer des humains dans
l'espace de manière autonome. Mais au-delà de ce symbole au fort impact
médiatique,
Actualités l'objectifArt
Savoirs duetprogramme
Création spatial chinois Documentaires
Fictions demeure terre à Conférences
terre :
accompagner le pays dans son essor économique et sa volonté de souveraineté. En
 Le direct
2018, le pari est réussi mais au prix d'un certain isolement. La Chine a développé
son propre complexe industriel en marge des autres pays et de la plupart des
collaborations, un monde à lui tout seul.

À LIRE AUSSI

Cosmonaute, spationaute, taïkonaute ou astronaute : quel est le bon mot ?

L'époque du "grand rattrapage"


La première mention d'un projet spatial chinois remonte à 1957, après le lancement
de Spoutnik par l'URSS. Mao Zedong lance alors à ses concitoyens : "Nous aussi,
nous fabriquerons des satellites !"  L'objectif est atteint treize ans plus tard, en 1970,
quand Pékin lance Dong Fang Hong 1 (littéralement "L'Orient est rouge"), au sommet
d'une fusée Longue Marche. C'est un satellite de propagande qui diffuse l'hymne
national en vigueur à l'époque, "L'Orient est rouge". 

La route est plus longue pour réussir l'étape suivante, envoyer un homme dans
l'espace. Mission accomplie le 15 octobre 2003, quand Yang Liwei devient le
premier taïkonaute ("homme de l'espace" ou "homme du grand vide" en chinois). Il
accomplit quatorze révolutions autour de la Terre en vingt et une heures. 

Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences


Mais la conquête ne s'arrête pas là : le 27 septembre 2008, Zhai Zhigang,
 Le direct
commandant de la mission Shenzhou 7, enfile son scaphandre et sort une vingtaine
de minutes dans le vide spatial ; c'est la première sortie extra véhiculaire effectuée
par un Chinois. Zhai Zhigang célèbre l'événement en brandissant le drapeau rouge
étoilée de la Mère patrie pour la postérité (voir photo ci-dessus). Les exploits
s'enchaînent ensuite : lancement de la première station Tiangong 1 (littéralement
"Palais Céleste 1") en 2011, avec un cours de physique très médiatisé en Chine. Il
est diffusé en direct à la télévision en 2013 par Wang Yaping, deuxième taïkonaute
chinoise dans l'espace (voir vidéo ici). Après quelques missions habitées, la station
est abandonnée et la Chine en perd le contrôle : Tiangong 1 est désintégrée lors de
sa rentrée atmosphérique le 2 avril 2018 et certains morceaux finissent dans
l'océan Pacifique. 

Après la Lune, objectif Mars 


Entre temps, la Chine a tout de même réussi à rejoindre le club des puissances
lunaires en faisant débarquer un robot motorisé baptisé "Lapin de jade" (Yutu en
version originale) en 2013. Ce rover parcourt la surface lunaire mais rencontre un
problème mécanique qui le plonge dans de longues phases d'inactivité et il rend
l'antenne définitivement en 2016.

Le robot de la sonde chinoise Chang'e 3 sur la Lune en décembre 2013 • Crédits : China National
Actualités Savoirs Art et Création
Space Administration Fictions Documentaires Conférences
En 2016, Pékin lance le successeur de sa première station, Tiangong 2. Un
 Le direct
laboratoire censé être la première brique d'une grande station spatiale qui devrait
être habitée à l'horizon 2022, date à laquelle la Station spatiale internationale
devrait arriver à la fin de son existence. Des équipes européennes ont d'ailleurs pris
contact avec le gouvernement chinois pour y mener des expériences scientifiques.
Une fois habitée, la station devrait prendre le nom de Tiangong-3 et pourrait être la
première station spatiale chinoise ouverte à une collaboration internationale. 

Au rayon des projets, Pékin veut aussi construire une base lunaire (peuplée de
robots dans un premier temps, puis d'humains dans un second temps d'ici 2030).
Un simulateur de base lunaire, le Palais Lunaire, a même été construit à Pékin par
l'université de Beihang, spécialisée dans la recherche astronautique, pour
reconstituer des séjours de longue durée avec quatre taïkonautes. Pour arriver à ses
fins, l'industrie spatiale chinoise se doit de maîtriser des techniques de pointe dont
les applications sont précieuses : en matière de systèmes de propulsion, de jeep
lunaire, de moyens de télécommunications, etc. "Quand on mène des opérations
aussi complexes qu’envoyer des hommes dans l’espace ou une sonde capable
d’alunir, on affiche un niveau d’organisation très élevé", explique Philippe Coué,
spécialiste du programme spatial chinois, dans un entretien au Monde, "cela prouve
la maîtrise d’un ensemble de technologies très sophistiquées, et projette l’image
d’un pays très moderne. Ce genre de programme sert aussi un objectif de cohésion
nationale (...). Démontrer de telles capacités permet de fixer les meilleurs étudiants
chinois, enclins à partir à l’étranger (...)."

L'espace :
Actualités
une ambition stratégique
Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences
La Chine a maintenu ses ambitions malgré les échecs : la perte de la station
 Le direct
Tiangong 1 en 2018 mais aussi le lancement raté d'une fusée Longue Marche 5 à
l'été 2017. Ce lanceur lourd devait mettre en orbite un satellite de communications ;
une déconvenue qui a entraîné le report du lancement de la sonde Chang'e 5, qui
devait ramener des échantillons du sol lunaire en 2017. Cette mission ne se posera
finalement sur la Lune qu'en 2019, a annoncé l'agence officielle Chine nouvelle. En
revanche, la mission du robot de Change 4 est maintenue : il doit se poser sur la
face cachée de la Lune en décembre 2018. Au delà de la Lune, les Chinois visent
Mars : ils veulent envoyer un vaisseau autour de la planète rouge aux environs de
2020 avant d'y envoyer un robot téléguidé par la suite.

 Pékin a très bien compris que l'espace permet de jouer dans la cour des grands,
comme disait le général de Gaulle. Après la terre, la mer et l'air, l'espace est le
quatrième élément qu'il faut maîtriser lorsque vous voulez compter sur la scène
mondiale. Aujourd'hui, il y a six puissances spatiales : les Etats-Unis, l'Europe, la
Chine, l'Inde, la Russie et le Japon... Ce sont ces mêmes pays qui ont un poids
très fort au niveau de la diplomatie internationale parce que le spatial permet
une palette gigantesque d'applications ; il est donc très important d'être présent
dans l'espace !          
Jean-Yves le Gall, président du Centre national d'études spatiales (Cnes)

Mais si la Chine a fait d'énormes progrès pour combler son retard, le pays ne peut
pas prétendre à la première place. "Les Etats-Unis continuent de faire la course en
tête à la fois au niveau qualitatif et quantitatif. Les Américains lancent beaucoup de
fusées ainsi que des satellites extrêmement sophistiqués", précise Jean-Yves le Gall,
"En 2e ex-æquo, je mettrais l'Europe et la Chine. L'Europe d'un point de vue qualitatif
car elle lance des satellites à la pointe au niveau technologique et la Chine d'un
point de vue quantitatif car le pays en lance énormément. Il se pourrait qu'en 2018,
la Chine soit le pays qui en lance le plus au monde... La raison est simple : ses
satellites ont une durée de vie limitée par rapport aux nôtres, cela nous permet d'en
lancer moins".

Les Etats-Unis freinent le développement de la Chine

Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences


 Le direct

• Crédits : Forrest Anderson / The LIFE Images Collection - Getty

Mais dans le monde de l'espace commercial, la Chine doit surtout faire avec un gros
handicap par rapport à ses concurrents : "Pékin n'a pas le droit de lancer de
satellites qui contiennent des composants américains", explique Jean-Yves le Gall,
"on appelle cela la réglementation Itar". Cette législation américaine (dont l'acronyme
signifie "International traffic in arms regulations", réglementation sur le trafic d'armes
au niveau international) est un outil précieux détenu par Washington dans la guerre
commerciale qui l'oppose à ses rivaux : la réglementation Itar permet aux Etats-Unis
de contrôler les importations et exportations de biens jugés sensibles pour la
sécurité nationale du pays. "La Chine est un monde spatial à part, elle fabrique des
satellites, les lance mais ne peut pas lancer de satellites occidentaux, sauf s'ils sont
Itar free, sans composants américains". Ainsi, Pékin n'est pas un concurrent sérieux
pour l'Europe et pour la fusée Ariane, leader mondial dans le lancement de
satellites... "Une situation qui n'est pas près d'évoluer vu l'état des relations
politiques entre la Chine et les Etats-Unis".

L'isolement de Pékin dans le domaine spatial "tient essentiellement à la politique


nord-américaine vis-à-vis de la Chine", complète Isabelle Sourbès-Verger, géographe
et spécialiste du programme spatial chinois, "à la fin des années 1990, le Rapport
Cox a illustré les préoccupations du Congrès sur les risques que les relations
commerciales faisaient courir à la sécurité nationale". Ce rapport parlementaire
alertait sur les dangers posés par un partage des technologies avec la Chine, "la
mise sur orbite
Actualités simultanée
Savoirs de plusieurs satellites
Art et Création Fictions [nécessaire pour leConférences
Documentaires déploiement
du système de télécommunications Iridium] aurait pu être copiée et détournée pour
 Le direct
permettre le lancement de plusieurs ogives en cas de frappe nucléaire, ce qui
représentait une menace pour la sécurité des États-Unis…" 

Malgré ces contraintes, la Chine atteint son principal objectif : "les technologies
spatiales sont stratégiques pour leur contribution au développement économique du
pays et à la gestion du territoire", complète Isabelle Sourbès-Verger. 

 Pour un pays si grand, il sera toujours moins coûteux d’utiliser des satellites de
télécom que de dérouler des câbles à travers les déserts sur des milliers de
kilomètres… La valeur symbolique du spatial est très forte en Chine, mais il
s’agit d’affirmer ainsi sa modernisation et son accès au même niveau
technologique et scientifique que les anciennes grandes puissances
colonisatrices. C’est différent de notre lecture. En 2003, un chauffeur de taxi à
Pékin m’a dit : « D’accord, nous venons d’envoyer des hommes dans l’espace,
c’est super, mais la Chine sera vraiment une grande puissance le jour où elle
aura des prix Nobel. » Le programme habité n’est pas au cœur du programme
spatial chinois, et il n’a pas vocation à le devenir. Il y a bien d’autres applications
civiles et militaires prioritaires.          
Isabelle Sourbès-Verger, géographe et spécialiste du programme spatial chinois.

La France, premier partenaire de la Chine


Pour autant, la solitude de Pékin en matière spatiale n'est pas total et Paris joue un
rôle dans l'ouverture du pays au reste du monde : "la France montre l'exemple de ce
point de vue", se félicite Jean-Yves le Gall, "nous sommes le premier pays à mener
une collaboration pour lancer des satellites. Deux programmes sont en cours, CFO
Sat (China-France Oceanography Satellite), pour l'étude du climat et que nous allons
lancer le 29 octobre depuis la Chine. Un peu plus tard, nous lancerons également
SVOM, un satellite astronomique... La France est aussi associée au programme
chinois dans le domaine de la médecine spatiale avec le projet Cardio space. La
Chine désire développer un programme spatial complet, compte tenu de la taille de
son territoire et du nombre de ses habitants, mais les Etats-Unis restent la principale
puissance, d'un point de vue budgétaire et technologique" (le budget américain
atteint 20 milliards de dollars en 2018 contre 6 à 7 milliards pour la Chine).

Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences


 Le direct

CNES
@CNES

#CFOSAT est un satellite franco-chinois d’observation du vent et


des vagues à la surface des océans. Il doit être lancé à l’automne
2018
12:20 - 16 août 2018
50 30 personnes parlent à ce sujet

La Chine peut toutefois se réconforter grâce à une première percée symbolique sur
le sol américain : dans le blockbuster hollywoodien "Seul sur Mars" sorti en 2015,
c'est la Chine (et son programme spatial) qui vient au secours de Matt Damon.
L'acteur y incarne un astronaute américain coincé sur la planète rouge et les Chinois
proposent leur aide au moyen d'une fusée secrète et surpuissante dont ils avaient
caché l'existence à la Nasa. Dans la réalité, cette fusée n'existe pas (même si un
projet est bien dans les cartons pour l'horizon 2030 ; elle serait plus puissante que
la mythique et toujours indépassée Saturn V qui emmena les missions Apollo sur la
Lune), mais l'anecdote dit beaucoup de l'état d'esprit des Américains, qui redoutent
de perdre leur place de numéro un. Le directeur de l'administration spatiale chinoise,
Xu Dahze, avait même réagi à la sortie du film de Ridley Scott : "Quand j’ai vu le film
Seul sur Mars, qui prévoit une coopération sino-américaine en vue d’une mission de
secours sur Mars dans des circonstances dramatiques, cela montre que nos
homologues américains espèrent ardemment coopérer avec nous", avait-il déclaré.
"Cela dit, il est fort regrettable que, pour des raisons que chacun connait, des
obstacles limitent cette collaboration".

A LIRE AUSSI sur France Culture : deux articles consacrés aux programmes spatiaux
des Etats-Unis et de la Russie, acteurs historiques et toujours actuels de la conquête
de l'espace.

À LIRE AUSSI
Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences
La Russie tente de retrouver sa place dans l'espace
 Le direct

À LIRE AUSSI

"Make America great again"… sur la Lune !

Maxime Tellier

Tags : espace conquête spatiale Chine Géopolitique

Recevez quotidiennement votre dose indispensable


de culture et de savoirs.
Pour vous abonner, saisissez votre adresse email.

Adresse email

JE M'ABONNE

Contenus sponsorisés

MY ANTIVIRUS REVIEW DESAFIOMUNDIAL WHITEMAX BELEZA FEMININA


Les « 10 meilleurs » mac 20 famosas que Famosos revelam Segredo de avó que foi
antivirus de 2018 (Vous assumiram sua clareador dental 10x presa por não ter rugas
ne devinerez jamais homosexualidade e você mais barato que é febre humilha dermatologistas
lequel est n°1) não sabia no Brasil
Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences
 Le direct

MÉLIUZ CITROËN COOLIMBA ATLAS QUANTUM


Jovens descobriram uma Novo SUV Citroën C4 Fotos Horripilantes do Como Investir em
forma de ganhar dinheiro Cactus: bem-vindo à Titanic Encontradas em Bitcoin?
na Americanas.com próxima geração SUV Câmera Antiga

Sur Le Groupe Radio France Contenus sponsorisés

Violente agression homophobe dans le 20e [Galeria] Os luxos de Neymar que são de cair o
arrondissement de Paris - FRANCE BLEU queixo! - DESAFIOMUNDIAL

Tours : Le chef de chœur du conservatoire mis en A mais lida da semana: o segredo asiático que
examen pour viols sur mineurs s’est suicidé - obriga a pele a não ter rugas -
FRANCE MUSIQUE BLOG.BELEZAFEMININA.ME

Bilan carbone : équiper sa maison revient à faire 6 Essas Fotos Mostram Porquê Ela Causou a Fila
allers-retours Paris-New York en avion - FRANCE Mais Longa do Aeroporto - COOLIMBA
INTER
VALE3 pode quebrar? Veja análise completa da
Extraterrestres : premier contact - FRANCE CULTURE ação. - TORO INVESTIMENTOS

MGK sifflé sur "Rap Devil" ? En fait, ça serait un Este especialista em investimentos revela um
gros fake - LE MOUV' incrível segredo sobre os maiores bancos
brasileiros - EU QUERO INVESTIR

É possível ganhar muito dinheiro investindo em


dólar, afirma analista - TORO RADAR

Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences


 Le direct

Retrouvez nous sur

   

Presse et communiqués
Papiers, la revue de France Culture

Fréquences
Applications
Aide à l'écoute

S'abonner à nos newsletters

THÉ M ATIQ U ES

Actualités

Droit et justice, Économie, Éducation, Environnement, Géopolitique, Médias, Numérique, Politique, Religion et
spiritualité, Société

Savoirs

Géographie, Histoire, Philosophie, Psychanalyse, Sciences, Sociologie

Art et Création

Architecture, BD, Cinéma, Théâtre, Création sonore, Danse, Dessin, Design, Gastronomie, Littérature, Musique,
Peinture, Photographie, Sculpture, Vidéo

INDE X

Toutes les séries


Tous les dossiers
Tous les tags
Toutes les personnalités
Toutes les émissions
Toutes les œuvres

Actualités Savoirs Art et Création Fictions Documentaires Conférences


 Le direct
ARCHIVES

2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
2018

Éditions Médiateur Mentions légales Annonceurs Fréquences ACPM