Vous êtes sur la page 1sur 2

Boris Johnson présente son «plan pour un meilleur Brexit» que celui de Theresa May

Par Journaliste Figaro Florentin Collomp Mis à jour le 28/09/2018 à 14:22

Boris Johnson présente son «plan pour un meilleur Brexit» que celui de Theresa May

Daily Telegraph

VIDÉO - L'ex-ministre lance une nouvelle attaque contre la chef du gouvernement britannique,
deux jours avant l'ouverture de la grand-messe annuelle des conservateurs à Birmingham.

Correspondant à Londres

Il a encore frappé. A deux jours de l'ouverture d'un congrès conservateur à haut risque pour la
première ministre Theresa May, Boris Johnson l'attaque à nouveau sur sa gestion du Brexit. Il
dénonce «l'humiliation intellectuelle et morale» de son plan de Chequers. Il fustige aussi
«l'échec collectif du gouvernement et un abandon de la volonté des élites britanniques qui n'ont
pas été à la hauteur du mandat que leur a confié le peuple».

Violente, la charge est livrée à la une et sur deux pleines pages du quotidien tory The Daily
Telegraph. L'ancien ministre des Affaires étrangères, qui a démissionné en juillet en opposition
avec les projets de May, y détaille son propre «plan pour un meilleur Brexit». Il préconise
l'abandon des propositions de Chequers - une association douanière avec l'Europe sur la libre-
circulation des marchandises - et la négociation à la place d'un traité de libre-échange classique
sans aucun droit de douane.

«Inacceptable vassalité forcée»

Il plaide aussi pour l'abandon de la «clause de sauvegarde» adoptée par Londres et les Vingt-
Sept pour garantir l'absence de frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République
d'Irlande. Cette mesure reviendrait, selon lui, à une «inacceptable vassalité forcée». «C'est le
moment de changer le cours des négociations et de rendre justice aux ambitions et au potentiel
du Brexit», lance-t-il, à six mois pile de la date du départ, le 29 mars 2019. Un peu tard pour
remettre sur la table tout le cadre âprement négocié entre le gouvernement britannique et les
Européens depuis deux ans.

L'offensive était prévue. Boris Johnson entend, depuis sa démission, «sauver le Brexit avant qu'il
ne soit trop tard», explique un de ses proches. Ces derniers le pressaient d'exposer dans le détail
sa vision, de peur qu'il ne se discrédite par ses critiques incessantes sans contre-propositions.
Mais son long exposé ne contient guère de nouvelle idée et fait peu de cas des contraintes
objectives avec lesquelles cherche à jongler Theresa May.

Theresa May sous pression des frondeurs europhobes

La bataille va se poursuivre à Birmingham, où se réunissent les militants du Parti conservateur à


partir de dimanche. Mardi, Boris Johnson grillera la politesse à la première ministre à la veille de
son grand discours de clôture, en tenant un meeting dans lequel il compte à nouveau appeler à
l'abandon de son plan de Chequers. Ces assauts répétés visent à se poser en alternative pour
faire échouer Theresa May et, au bout du compte, la remplacer à Downing Street.

Figure très contestée parmi les élus tory, Johnson jouit d'une vaste popularité à la base du parti.
Il est d'ailleurs loin d'être le seul à critiquer les projets de May. Celle-ci va devoir faire face à un
assaut groupé de frondeurs europhobes, y compris au sein de son équipe gouvernementale, qui
cherchent aussi à la pousser à changer son fusil d'épaule et à reprendre les négociations avec
Bruxelles sur de nouvelles base. Le temps presse. Le prochain sommet européen décisif pour un
accord éventuel sur le Brexit est dans trois semaines. Faute de quoi, nombreux sont ceux,
comme Boris Johnson, à préconiser une sortie brutale de l'UE sans accord dans six mois.

This is a modal window.

An unanticipated problem was encountered, check back soon and try again

Error Code: MEDIA_ERR_UNKNOWN

Session ID: 2018-09-28:81b0898f9fd95d7256d53b92 Player ID: vjs_video_3

Salzbourg : les dirigeants de l'UE veulent éviter un «hard Brexit» - Regarder sur Figaro Live

Centres d'intérêt liés