Vous êtes sur la page 1sur 8

T.

P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

T.P 4: Etude du moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné

1. Buts
Etude du moteur asynchrone triphasé en régime sinusoïdal par le modèle linéaire. Cette étude
comprend :
 L’identification des paramètres (à partir des essais à puissance réduite : essai à vide,
essai au synchronisme, essai à rotor calé...).
 Essai en charge et relevé des caractéristiques du moteur.
2. Constitution
Le moteur asynchrone comprend:
 Un Stator : partie fixe, armature portant un bobinage triphasé alimenté par un système
équilibré de tensions à la fréquence ws.
 Un rotor : partie mobile, constitue le " secondaire" de la machine et il n’est connecté à
aucune source d’énergie. On distingue :
- Rotor à cage d’écureuil (en court-circuit).
- Rotor bobiné.

3. Principe
Si on alimente le circuit statorique (primaire) par un système des tensions triphasées équilibrées
de fréquence fs ou (ws), on obtient un champ magnétique tournant à la vitesse synchrone
ws
( Ωs  ).
p

T.P : Electrotechnique Page: 16 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

Ce flux balayant le circuit rotorique y induit des f.é.m., ce dernier étant en court-circuit, les
f.é.m. y produisent des courants. Du fait de la loi de Lenz, les courants rotoriques induits vont
s’opposer par leurs effets (qui est ici le couple) à la cause qui a leur donné naissance (qui est la
rotation relative du champ tournant par rapport au rotor) en entraînant le rotor en rotation dans le
sens du champ tournant.

On définit le paramètre glissement qui caractérise la diminution relative de vitesse du


Ωs  Ω ws  wm wr
rotor par : g   
Ωs ws ws
En régime sinusoïdal, toutes les grandeurs rotoriques (courants, flux) sont à la fréquence fr  gfs .
Condition électrique de synchronisme : ws=wm+wr
Condition mécanique de synchronisme : Ωs  Ωm  Ωr
Avec
fr : fréquence des courants rotoriques,
ws : pulsation des courants statoriques,
wr : pulsation des courants rotoriques,
wm : vitesse électrique du rotor.
4. Bilan des puissances actives en fonctionnement moteur
 La puissance active absorbée par le moteur est : Pa  3VsIscos(s) .
 Les pertes ferromagnétiques au stator, sont mesurées lors d’un essai à vide:
pfs  pjs0  3VsIs0cos(s0) .

 Les pertes par effet joules statoriques sont définies par : pjs  3Rs Is2
 On appelle puissance transmise au rotor (puissance électromagnétique), l’expression
définie par Pe  Pa  pfs  pjs .
 Les pertes par ferromagnétiques au rotor sont négligeables car elles sont liées à la
fréquence du rotor.

T.P : Electrotechnique Page: 17 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

 Les pertes par effet joules rotoriques sont définies par : pjr  3Rr I r2
 Les pertes mécaniques pméc sont généralement d’origines frottements.
 On appelle puissance mécanique sur l’arbre (puissance utile), l’expression définie par
Pu  Pe  pfs  pjs  p m .

 Bilan de puissances:

pfs pfr

Pa Pe Pu

pjs pjr pméc

A partir du bilan des puissances actives en fonctionnement moteur, on peut définir le rendement
de la machine :
Pu (1  g)(Pa  pfs  pjs)  pméc
 En fonctionnement moteur : η M  
Pa Pa
Pu Pa
 En fonctionnement moteur : η G  
Pa (1  g)(Pa  pfs  pjs )  pméc

5. Modèles du moteur asynchrone en régime sinusoïdale


La description de la machine asynchrone par un modèle permet d’estimer le couple
électromagnétique développé et de montrer comment varie la vitesse et le courant absorbé en
fonction du couple demandé.
Hypothèses : Saturation négligée, répartition sinusoïdale du flux.

T.P : Electrotechnique Page: 18 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

 Modèle 1
Le schéma équivalent d’une phase statorique et d’une phase rotoriques est donné par :

Is Rs jlsws mIr jlrwr Ir


m
Is0
Vs Rf jXf Es Er Rr

La f.é.m. et la pulsation du rotor sont données respectivement par les expressions suivantes :
Er  mgEs , wr  gws

Si de plus on considère l’approximation suivante est vraie (Is>>Is0), le schéma précédent vu coté
stator à la pulsation (ws) devient:

Rs jXp
Is I' r
Is0
R' r
Vs Rf jXf
g

Avec
Rs : Résistance d’une phase statorique, Rf : Résistance due aux pertes fer,
Xf : Réactance magnétisante du circuit magnétique,
Xp  Xs  m 2 .Xr  Xs  X' r : Réactance de fuites d’une phase du stator et du rotor vue coté stator,
R' r Rr
 : Résistance dune phase du circuit rotorique ramenée coté statorique.
g m 2g

 Modèle 2 :
Les équations d’une phase (statorique et rotorique) dans un repère de Park tournant à la vitesse
(wa) sont :
 ds
 v s  R s i s  dt  jw a  s

 0  R r i r  d  r  j(w a  w m )  r
 dt

Avec wm : pulsation mécanique.

T.P : Electrotechnique Page: 19 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

Les équations précédentes dans un repère synchrone (lié au champ tournant) deviennent:
 vs  Rs i s  jws s

 0  Rr i r  j(ws  wm) r

Sachant que les équations des flux s’écrivent :


 s  LsIs  MIr

 r  LrIr  MIs

On obtient
V s  Rs Is  jLsws I s  jMw s I r

 Rr
0  g Ir  jLrws Ir  jMw s Is

En introduisant le courant rotorique ramené au stator ( I' r  m I r ) et le courant magnétisant
absorbé par le moteur à vide ( Is0  Is  I' r ), le système précèdent devient :
 M M
 Vs  Rs Is  jws(Ls  m )Is  jws m Is0

 M Rr Lr M
 jws Is0  I' r  jws(  )I' r
m 2 m2 m
 gm

On dénote les expressions par :


M
ls  Ls  : Inductance cyclique de fuites du stator,
m
Lr M
l' r   : Inductance cyclique de fuites d’une phase rotorique ramenée au stator,
m 2 m

M
Xf  ws : Réactance magnétisante,
m
Rr
R' r  : Résistance d’une phase rotorique ramenée au stator,
m2
On obtient finalement
Vs  RsIs  jlswsIs  jXfwsIs0

 R' r
 jXfwsIs0  g I' r  jl' rwsI' r

T.P : Electrotechnique Page: 20 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

Ces équations traduisent le schéma monophasé équivalent d’un moteur asynchrone ramené au
stator, sera corrigé par une résistance due aux pertes fer:

Rs jlsws
Is I' r
Is0
jl' rws
Vs Rf jXf
R' r
g

 Modèle 3
Si on considère que l’impédance du circuit statorique est négligeable, le schéma équivalent
précédent devient :

6. Expressions et caractéristique du couple Te

Is I' r
Is0
jX' r
Vs Rf jXf
R' r
g

A partir du schéma équivalent du circuit précédant, on peut définir plusieurs expressions du


couple électromagnétique :
R' r
Pe 3 Vs 2 g
F1 : Te  ( )
Ωs Ωs R' r 2
( )  (X' r) 2
g

R' r
Vs 2 wr
F2 : Te  3p( )
ws R' r 2
( )  (l' r) 2
wr

T.P : Electrotechnique Page: 21 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

Avec X' r  l' rws


R 'r
Le couple électromagnétique maximum est obtenu pour un glissement optimum : g k 
X 'r

Vs 2 1
F3 : Temax  3p
ws 2X' r
On voit que le couple maximum est indépendant de la résistance du circuit rotorique.
Le couple électromagnétique peut être exprimé en fonction du couple maximum, on obtient
alors :
2.Temax
F4 : Te 
gk g

g gk

Le couple de démarrage (g=1)


3 Vs 2 R' r
F5 : Ted  ( )
Ωs (R' r)  (X' r) 2
2

 Caractéristique normalisée du couple Te (g) :


1

0.8
Moteur
0.6

0.4

0.2
Te/Temax

-0.2

-0.4

-0.6

-0.8 Génératrice

-1
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4
g/gk

T.P : Electrotechnique Page: 22 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 4 : Etude du moteur asynchrone triphasé

7. Travail demandé
7.1.Essais à puissances réduites
7.1.1. Essai à vide
a. Prévoir le montage pour cet essai ?

b. En déduire le facteur de puissance 10, les pertes fer et les éléments (Rf, Xf).

7.1.2. Essai en courant continu


a. Prévoir le montage pour cet essai ?

b. Mesurer les valeurs de Rs, Rr ?

7.1.3. Essai a rotor calé


a. Prévoir le montage pour cet essai ?

b. En déduire les valeurs de réactance Xs et X’r ?

7.2. Essais en charge

T.P : Electrotechnique Page: 23 Proposé par M : SOYED_Abdessami