Vous êtes sur la page 1sur 2

TYPOLOGIE DES RISQUES OPERATIONNEL

Le risque opérationnel, tel que nous l’avons défini précédemment montre à quel point le système
financier peut être exposé à des défaillances d’ordre interne ou externe. Pour mieux les
appréhender, le comité de Bâle II à adopter une classification assez précise de ces différents types de
risques et des lignes d'activités qui peuvent le générer. Cette classification énumère sept risques
opérationnels

1- Les Fraudes internes :


Dans ce cas, le risque opérationnel correspond à des pertes dues à des actes visant à
frauder, détourner des biens ou des règlements, la législation ou la politique de l'entreprise
impliquant au moins une partie interne à celle-ci. C’est le cas par exemple d’une transaction
non enregistrée intentionnellement, de détournement de capitaux, d'actifs, ou de contre
façon.
2- Les Fraudes externes :
Dans le cadre de ce risque opérationnel, les pertes sont dues à des actes visant à frauder,
détourner des biens ou à tourner des règlements, ou la législation de la part d'un tiers. C’est
le cas d’un vol, d’un piratage, ou du vol d'informations
3- Les Pratiques en matière d'emploi et de sécurité sur le lieu de travail :
Ce risque opérationnel s’identifie en des pertes résultant d'actes non conformes à la
législation ou aux conventions relatives à l'emploi, la santé ou la sécurité, de demandes
d'indemnisation ou d'atteinte à l'égalité ou d’actes de discrimination. C’est le cas par
exemple des questions liées aux rémunérations, des avantages liés à la résiliation d'un
contrat etc.…
4- Les Clients, produits et pratique commerciales :
Ce cas de risque opérationnel se défini comme étant des pertes résultant d'un manquement
non - intentionnel ou dues à la négligence, à une obligation professionnelle envers des clients
spécifiques, ou de la nature ou conception d'un produit. C’est le cas par exemple de la
violation du devoir fiduciaire.
5- Les Dommages aux actifs corporels :
Ce cas de risque opérationnel consiste en la destruction ou dommages résultant d'une
catastrophe naturelle ou d'autres sinistres .C ‘est le cas par exemple des dommages causés
par un tremblement de terre.
6- Le Dysfonctionnement de l'activité et des systèmes :
Ce cas de risque opérationnel se défini comme étant des pertes provoquées par le
dysfonctionnement de l'activité ou des systèmes (Exemple problèmes informatique et ou de
télé- communication).
7- L'Exécution, livraison et gestion des processus :
Dans le cas de ce risque opérationnel, les pertes résultent d'un problème dans le traitement
d'une transaction ou dans la gestion des processus ou de relation avec les contreparties
commerciales et fournisseurs. C’est le cas par exemple d’une mauvaise communication,
d’une erreur de saisie de donnée ou erreur de chargement.

Au vue de ces différents types de risques opérationnels énumérés, il apparait claire que le
système financier n’est pas à labris de menaces qui peuvent affectées son bon fonctionnent.
Ainsi donc se pose la question de savoir quelles sont les solutions idoines pour limiter les
dégâts liés au risque opérationnel .