Vous êtes sur la page 1sur 4

GEOTECHNIQUE K.BABA E.S.T.

/SALE

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS

CERCLES DE MOHR

Exercice n1
Soit les contraintes agissant sur l’élément ci-contre (Mpa). Evaluer
a. σ et τ pour α=30°.
b.σ1 et σ3.
c. L’orientation des plans principaux.
d. La contrainte tangentielle maximale et l’orientation du plan sur
lequel elle agit.

Exercice n2
Soit l’élément de l’exercice 1. Cette fois, l’élément a subit une
rotation β par rapport à l’horizontale. Trouver les contraintes σ et τ
sur le plan incliné de α par rapport à la base de l’élément. On donne
σA = 52 kPa, σB = 12 kPa,
α = 35° et β = 20°.

Exercice n3
Soit les contraintes agissant sur l’élément ci-contre (Mpa).
Evaluer :
a. σ et τ pour α=30°.
b. σ1 et σ3 .
c. L’orientation des plans principaux.
d. La contrainte tangentielle maximale et l’orientation du plan
sur lequel elle agit

Exercice n4
Soit les contraintes appliquées sur l’élément ci-contre. Trouver la
valeur et la direction des contraintes principales majeure et
mineure. On donne α=45°.

ESSAI DE CISAILLEMENT DIRECT

Exercice n5 :
Dans un essai de cisaillement direct sur un échantillon de sable pulvérulent, la contrainte
normale verticale agissant sur l’échantillon est de 300kN/m2 et la contrainte tangentielle
horizontale à la rupture est de 200 kN/m2. En supposant une distribution uniforme des
contraintes dans la zone de rupture et une enveloppe de rupture rectiligne avec c=0, évaluer à l
aide du cercle de Mohr, la valeur et la direction des contraintes principales à la rupture.
Expliquer pourquoi l’essai de cisaillement direct ne permet pas de déterminer les contraintes
principales dans un échantillon pour lequel la contrainte de cisaillement est inferieure à la
contrainte de rupture.

1
RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS
GEOTECHNIQUE K.BABA E.S.T./SALE

Exercice n6:
Dans un essai de cisaillement direct sur un échantillon de sable pulvérulent, la contrainte
normale verticale agissant sur l'échantillon est de 300 kN/m2 et la contrainte tangentielle
horizontale à la rupture est de 200 kN/m2. En supposant une distribution uniforme des
contraintes dans la zone de rupture et une enveloppe de rupture rectiligne avec c = 0, évaluer à
l'aide du cercle de Mohr, la valeur et la direction des contraintes principales à la rupture.
Expliquer pourquoi l'essai de cisaillement direct ne permet pas de déterminer les contraintes
principales dans un échantillon pour lequel la contrainte de cisaillement est inférieure à la
contrainte de rupture.

Exercice n7
Une boîte de Casagrande (dimensions de l’échantillon 7x7x4 cm) a été utilisée pour tester
trois échantillons remaniés issus d’un même sol. On a obtenu les résultats suivants :
N1 = 0.5 kN T l,1 = 0.309 kN
N2 = 1.0 kN T l,2 = 0.472 kN
N3 = 1.5 kN T l,3 = 0.634 kN
Déterminez les caractéristiques du sol testé (cohésion et angle de frottement).

Exercice n8 :
On effectue un essai de cisaillement direct sur un sol sableux.
Les conditions initiales sont  n= 65 kPa et K0 =0.5.
La rupture se produit pour une contrainte normale inchangée mais avec une contrainte
tangentielle de 41 kPa.
1. Tracez les cercles de Mohr correspondant à ces deux situations.
2. Déterminez les contraintes principales, l’orientation du plan de rupture, l’orientation du
plan principal majeur et l’orientation des plans subissant les contraintes de cisaillement
maximales, au moment de la rupture.

Exercice n9 :
Deux échantillons d’un même sol ont été cisaillés dans une boîte de Casagrande. Les résultats
sont les suivants:
[kPa] [kPa]
Echantillon1 0 52
Echantillon2 167 124

1. Calculez les caractéristiques intrinsèques du sol.


2. Calculez, pour le second échantillon, les contraintes principales à la rupture et
l’inclinaison de la facette de rupture par rapport à l’horizontale.
3. Que valent, dans ce cas, les contraintes sur un plan orienté de –22° par rapport au plan de
rupture ?

Exercice n10 :
Un sol pulvérulent a été soumis à un essai de cisaillement au cours duquel il a été amené à la
rupture.
Les contraintes normales s’exerçant sur deux facettes perpendiculaires ont pu être mesurées :
75 kPa et 125 kPa. La contrainte de cisaillement valait 32 kPa dans les deux cas.
1. Représentez le cercle de Mohr relatif à cet état de contrainte.
2. Que vaut l’angle de frottement du sol ?

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS


2
GEOTECHNIQUE K.BABA E.S.T./SALE

3. Que valent les contraintes normales et de cisaillements sur une facette inclinée de 18° par
rapport à la contrainte principale mineure ?

COMPRESSION TRIAXIAL

Exercice n11 :
Deux essais courants de compression triaxiale CD sont effectués sur un sable sec dense à
grains angulaires, à un meme indice des vides. La contrainte cellulaire dans l’essai A est des
100 kPa et de 400 kPa dans l’essai B, on maintient ces contraintes constantes tout au long de
lessai. A la rupture, les essais presentaient des contraintes déviatoriques de 400 kPa (essai A)
et de 1700 kPa (essai B).
 Tracer, pour les deux essais, les cercles de Mohr au début et a la rupture,
 Déterminer, en supposant que c=0
 Quelle est la contrainte de cisaillement à la rupture, sur le plan de rupture, dans les
deux essais ?
 Déterminer l’orientation théorique du plan de rupture dans chaque échantillon ?
 Quelle est l’orientation du plan d’obliquité maximale ?

Exercice n12 :
Soit un essai triaxial drainé effectué sur le sable, ou ’3=150kPa et (’1/’3)r egal à 3,7.
Quelles seront les valeurs de ’ 1r, (1 -3) r et ’
On suppose que l’échantillon est cisaillé dans des conditions non drainées à la meme
contrainte totale cellulaire. La pression intersticielle induite à la rupture u est de 70 kPa.
Déterminer :
’1r, (1 -3) r,  en termes de contrainte totales et l’angle du plan de rupture
Supposant qu’on a une contrainte cellulaire de 300 kPa, déterminer u

Exercice n°13 :
Une argile normalement consolidée a 150 kPa, puis cisaillée en compression axiale sans
drainage. A la rupture, la différence entre les contraintes principales est de 100 kPa et les
pressions interstitielles sont de 88 kPa.
Evaluer les paramètres de résistance de Mohr-Coulomb en contraintes totales et en
contraintes effectives analytiquement et graphiquement,
Mettre en graphique les cercles de Mohr en contrainte totale et en contraintes effectives et les
enveloppes de rupture,
Calculer (1’/3 ’) puis (1/3) ,
Evaluer l’angle théorique du plan de rupture dans l’échantillon.

Exercice n°14 :
Un échantillon sec de sable compact est soumis à un essai triaxial, on suppose que l’angle de
frottement interne  est voisin de 36°.
a- Si la contrainte principale minimale est de 300 kPa, pour quelle valeur de la contrainte
principale majeure l’échantillon se rompra-t-il ?
b- Quelle sera la valeur de celle-ci si le sable possède une légère cohésion de 12 kPa ?

Exercice n°15 :
Deux échantillons identiques d’argile molle saturée et normalement consolidée ont été
reconsolidées à 150 kPa dans une cellule triaxiale. Un échantillon a été cisaillé avec drainage
et la différence entre les contraintes principales à la rupture était de 300 kPa. L’autre

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS


3
GEOTECHNIQUE K.BABA E.S.T./SALE

échantillon a été cisaillé sans drainage et la différence entre les contraintes principales à la
rupture était de 200 kPa.
a- déterminer les caractéristiques au cisaillement de cette argile dans les deux cas,
b- calculer la valeur de la pression interstitielle à la rupture pour l’échantillon non drainé,
c- évaluer l’angle théorique du plan de rupture pour les deux échantillons.

Exercice n°16 :
a- On effectue un essai de cisaillement direct sur un échantillon de sable sous une contrainte
normal de 420 kPa. La rupture se produit lorsque la contrainte tangentielle atteint 280 kPa.
Evaluer les contraintes principales majeure et mineure ainsi que les caractéristiques au
cisaillement de ce sable et tracer le diagramme de Mohr.
b- Un autre échantillon de ce même matériau est consolidé dans une cellule triaxiale sous une
contrainte isotrope de 420 kPa et on le cisaille en maintenant ouvertes les soupapes de
drainage. A la rupture le déviateur de contrainte est égal à 1046 kPa. Evaluer les
contraintes principales majeure et mineure ainsi que les caractéristiques au cisaillement de
ce sable et tracer le diagramme de Mohr.
c- Les deux essais permettent-ils d’obtenir les mêmes résultats, interpréter,
d- Donner l’orientation des plans mineur et majeur et celle du plan de rupture pour les deux
essais.

COMPRESSION SIMPLE

Exercice n°17:
On effectue un essai de compression simple sur une argile molle. L’échantillon, taillé dans
une carotte non remaniée, a un diamètre de 35 mm et une hauteur de 80mm. La charge
appliquée à la rupture sur l’anneau de charge était de 14,3 N et le déplacement axial, de
11mm. Calculer la résistance à la compression simple et la résistance au cisaillement de
l’échantillon d’argile molle.

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS


4

Vous aimerez peut-être aussi