Vous êtes sur la page 1sur 56

Projet d’Eau 2012

Tuteur : Nadia Saiyouri

Méthodes d’irrigation
en milieu aride

BARBISAN Nicola Le GAC Thibaut


De SEVIN Hugo RYSAK Quentin
GABARROT François ULLMANN Coralie
Sommaire
Introduction ................................................................................................................................. 4
I Les différentes méthodes d’irrigations.......................................................................................... 5
- Les différents types d’irrigation gravitaire.............................................................................. 5
1) L’irrigation par planche et par bassin ........................................................................ 5
2) L’irrigation à la raie ................................................................................................. 6
3) L’irrigation partielle de la rhizosphère ...................................................................... 8
- L’irrigation par aspersion : .................................................................................................... 9
1) Microaspersion ....................................................................................................... 9
2) L’aspersion ............................................................................................................. 9
3) Coûts.................................................................................................................... 14
- Micro irrigation superficielle ............................................................................................... 15
1) Système complet de goutte-à-goutte ..................................................................... 15
2) Goutte-à-goutte simplifié ...................................................................................... 17
3) Applications.......................................................................................................... 18
- Les exsudeurs souterrains. ................................................................................................. 19
1) Irrigation par vases céramiques poreux. ................................................................. 19
2) Irrigation à l’aide de tuyaux poreux sectionnés. ...................................................... 20
3) Irrigation par manchons de plastique perforés ........................................................ 20
4) Conclusions sur les exsudeurs souterrains .............................................................. 21
- Irrigation Souterraine et Drainage Contrôlé ......................................................................... 22
1) Introduction ......................................................................................................... 22
2) Définition ............................................................................................................. 22
3) Principes de fonctionnement des systèmes ............................................................ 23
II Etude de cas sur des zones géographiques précises.................................................................... 27
- Récupération de l’eau de pluie en Ethiopie. Irrigation par les crues et le ruissèlement. .......... 27
1) Description de cette technique .............................................................................. 27
2) Coût, Avantages et Inconvénients .......................................................................... 28
- Gestion de l’eau et méthodes de captation de l’eau en Asie ................................................. 29
1) La situation des réserves d’eau .............................................................................. 29
2) Des techniques innovantes .................................................................................... 30
- Gestion de l’eau et méthodes de captation de l’eau au Sahara ............................................. 33
1) La situation de la réserve en eau Saharienne .......................................................... 33
2) Les systèmes d’irrigation propres au Sahara ........................................................... 34
3) Conclusion partielle sur la région du Sahara septentrional ....................................... 38

2
- Technique de captage en Israël........................................................................................... 39
1) Condensation historique........................................................................................ 39
2) Le rôle de l'irrigation dans l'agriculture de pointe.................................................... 39
3) L'offre et la demande - la gestion de ressources en eau limitées .............................. 40
4) L’eau saumâtre et l’eau de mer, des techniques maitrisées ..................................... 40
5) La situation actuelle .............................................................................................. 42
- Australie : La grande sécheresse ......................................................................................... 43
1) Le contexte environnemental ................................................................................ 43
2) Les investissements technologiques ....................................................................... 44
3) Réutilisation des eaux usées .................................................................................. 45
III Le biomimétisme, base de la récolte de l’eau. ........................................................................... 46
- La « récolte » du brouillard. ............................................................................................... 46
1) Les filets de brouillard ........................................................................................... 46
2) Curtains water. ..................................................................................................... 48
3) Coastal fog-harvesting tower, Huasco, Chilie. (Les tours de brouillard) ..................... 49
- Récupération de l’eau par condensation............................................................................. 51
1) Eole Water Marc Parent (ingénieur français) .......................................................... 51
2) Max Water ........................................................................................................... 52
3) Groasis Water Box................................................................................................. 52
Conclusion générale du rapport ................................................................................................... 54
IV Références Webographie :....................................................................................................... 55
- Les différentes méthodes d’irrigations ................................................................................ 55
- Etude de cas sur des zones géographiques précises ............................................................. 55
- Le biomimétisme, base de la récolte de l’eau....................................................................... 56

3
Introduction

L’eau est un des enjeux majeurs du 21e siècle. En effet, bien que les réserves mondiales
d’eau soient théoriquement suffisantes pour les besoins de toute la planète, elles sont très
inégalement réparties. Les précipitations sont également très déséquilibrées en fonction des
saisons dans certaines régions du monde. De plus, le réchauffement climatique augmente encore
ces inégalités.

Il est important de savoir que l’agriculture est de loin le plus grand consommateur d'eau
(devant l’industrie et les services), puisque 69 pour cent des prélèvements mondiaux lui sont
imputables. Dans ce contexte assez particulier, les systèmes d’irrigation en milieux aride et leurs
améliorations récentes sont cruciaux afin de permettre la production de nourriture dans ces zones,
de réaliser des économies d’eau ou encore de lutter contre la désertification.

Nous avons donc choisi de détailler dans un premier temps les différentes techniques
d’irrigations utilisés dans ces zones arides et semi-arides et leurs récentes innovations vis-à-vis de
l’économie d’eau. Ensuite nous nous sommes intéressés à différentes étude de cas à travers le
monde où des projets innovants ont été mis au point pour répondre à des situations de pénuries
d’eau précises. Enfin nous verrons les moyens de captation de l’eau les plus modernes qui ont été
inventés ces dernières années.

4
I Les différentes méthodes d’irrigations.
- Les différents types d’irrigation gravitaire

L’irrigation de surface ou irrigation gravitaire consiste à repartir l’eau directement sur la


parcelle cultivée par ruissellement sur le sol dans des sillons ( méthode d’irrigation à la raie), par
nappe (on parle d’irrigation par planche ou calant) ou encore par submersion contrôlée (irrigation
par bassin). Il s’agit du mode d’irrigation le plus ancien (et donc assez rudimentaire) mais il est peu
couteux en investissement et il s’agit de la méthode la plus utilisée à travers le monde (il représente
par exemple 80% de la superficie des grands périmètres irrigués du Maroc). Il est donc indispensable
de s’y intéresser dans le cadre de ce projet.
Traditionnellement pour ces méthodes, l’eau est amenée au niveau de la parcelle puis
distribuée dans des canaux de terres qui alimente les raies, les planches ou les bassins. Les pertes par
infiltration et la difficulté de contrôler les débits délivrés conduisent à un gaspill age d’eau et à un
arrosage hétérogène.

1) L’irrigation par planche et par bassin

Ces techniques sont utilisées pour les cultures semées à plat telles que les céréales, le bersim, la
luzerne, des plantes fourragères etc.
En agriculture, une planche désigne une portion longue et étroite d’un jardin ou d’un champ. Le
principe de l’irrigation par planche et de faire couler une mince couche d’eau sur des planches
longues et étroite pour un sol à pente faible (0.1 jusqu’à 5% selon les cultures). L’eau ruisselle et
s’infiltre au cours de son parcours le long de la planche. Pour éviter un gaspillage excessif de l’eau,
elle est déversée par une ou plusieurs vannes dans le canal d’amenée, guidée le long de la planche
par des bourrelets latéraux peu élevés et larges (afin qu’ils n’opposent aucun obstacle au passage des
machines, en période sèche). Un canal de colature recueille, au bas de la planche, les eaux en excès.

L’irrigation par bassin est similaire, sauf que le sol n’est pas incliné, il est donc nécessaire de
fournir une quantité et un débit d’eau plus important pour obtenir une nappe d’eau sur toute la
surface de la parcelle de terre délimitée par des rigoles. Cette nappe d’eau va ensuite s’infiltrer
progressivement dans le sol. Cette technique présente de nombreux inconvénients, et surtout dans
le cadre d’une irrigation en milieu aride. On observe en effet un tassement du sol en profondeur, une
réduction de la perméabilité et une asphyxie temporaire du sol qui peut être nuisible. De plus elle
réclame beaucoup d’eau et donc la proximité d’une oasis.

Ces techniques traditionnelles restent néanmoins très utilisées, et elles ont été modernisées ces
dernières années.

5
La modernisation de ces techniques
d’irrigation par planche et par bassin peut
consister en plusieurs points :

- Etancher le canal qui distribue l’eau


en tête de parcelle
- L’équiper de vannes de régulation
pour irriguer successivement les
différents bassins
- Automatiser l’ouverture et la
fermeture des différentes vannes
- Recouvrir les canaux de distribution,
les remplacer par des canaux
préfabriqués ou encore les enterrer
sous terre.

Ces différentes techniques sont toutefois


assez couteuses et nécessitent beaucoup
d’entretien même si elles diminuent
Figure 1 : Schéma de réseau d'irrigation de surface modernisé grandement le gaspillage de l’eau.

2) L’irrigation à la raie

Cette technique est utilisée pour les cultures semées en billon telle que la betterave à sucre et la
pomme de terre.
Elle consiste à couvrir partiellement le sol par l’eau qui, ensuite, s’infiltre latéralement et
remonte par capillarité. Au lieu de s’étendre sur toute la surface, l’eau quittant le canal d’amenée
ruisselle puis s’infiltre dans les rigoles bordant les billons sur lesquels sont implantées les cultures.
S’infiltrant latéralement et remontant par capillarité, elle atteint les racines.
On l’utilise idéalement pour des sols composés de sable de texture grossière et de limon sableux
avec une pente de 0.2 à 3 %. Elle est peu chère et facile à mettre en place mais on observe de fortes
pertes d’eau par percolation ou par fuite lors de l’acheminement de l’eau (30 à 40% de l’eau est ainsi
perdue au Maroc) Il faut donc veiller à l’entretien de ces canaux et utiliser des gai nes souples ou des
tuyaux semi-rigides en polyéthylène pour réduire ces pertes.

L’irrigation à la raie se prête


mieux à la mécanisation par
siphon, par rampes à vannettes,
par gaine souple ou par
transirrigation. Ces techniques
ont différents avantages et
inconvénients les unes par
rapport aux autres.

Irrigation à la raie par siphon

6
Irrigation à la raie par gaine
souple

L’irrigation par siphon permet


d’éviter beaucoup de travaux liés à
la distribution, de réduire l’érosion
du sol à la tête de la raie. Il présente
une bonne répartition de l’eau et un
faible investissement.

L’irrigation par rampes à vannettes permet un


réglage plus précis et plus constant du débit
d’eau déversé (les vannettes sont réglable en
position 25, 50 ,75 et 100%). Toutefois une
étude de dimensionnement est nécessaire.

L’irrigation par gaine souple est peu chère et


facile à mettre en œuvre. Elle est toutefois
assez fragile (déchirures) et les débits déversés
sont peu précis

Le système “transirrigation” est constitué d’un tuyau rigide posé avec une pente
régulière en tête de parcelle et percé d’orifices calibrés qui alimentent les raies. Le déplacement
automatique d’un piston à l’intérieur du tube entraine le déplacement de la main d’eau sur
l’ensemble de la parcelle. Le débit de chaque trou décroît progressivement jusqu’à s’annuler au fur
et à mesure que le piston se déplace vers l’aval du trou. Cette technique permet peu de travail
pendant l’irrigation, une maitrise précise de la dose d’eau apportée (et donc moins de gaspillage). Le
principal inconvénient est qu’elle est très onéreuse et nécessite une étude de dimensionnement
approfondie.
Ces systèmes d’irrigation ont un rendement hydraulique de 50% (la moitié de l’eau
utilisée n’est pas effectivement captée par la plante) pour les méthodes traditionnelles et jusqu’à
80% pour les méthodes modernisés. Ces chiffres s’approchent des rendements des techniques
d’aspersion ou de micro-irrigation. Toutefois, des recherches récentes pourraient permettre
d’améliorer l’économie d’eau sans surcoût important.

7
3) L’irrigation partielle de la rhizosphère

Des recherches récentes (2010) ont été effectuées en Chine sur une manière différente
pour irriguer les cultures. Il s’agit de l’irrigation partielle de la rhizosphère (Partial root-zone drying
irrigation en anglais).

Le principe de cette technique est relativement simple à comprendre : on va irriguer


uniquement la moitié de la racine de la plante, et ceci de manière alternée. On a donc la moitié de la
racine qui capte l’eau nécessaire à son développement et l’autre moitié qui subit une pénurie d’eau
et va envoyer des signaux aux cellules de la plante. Celle-ci va donc « adapter » son comportement
en diminuant sa consommation d’eau.

On observe ainsi une diminution de la transpiration de la plante qui s’adapte, mais aussi
une diminution de l’évaporation du sol (car on irrigue une surface 2 fois plus petite). Cela permet
aussi de limiter l’augmentation de la salinité des sols qui est un vrai problème pour l’irrigation au
long terme.

Ces études ont été effectuées avec la


méthode d’irrigation à la raie en
irriguant alternativement une raie
sur 2.

Les chercheurs ont comparé la taille et le développement des racines, des feuilles et de la tige de
plante de cotons pour une irrigation traditionnelle (toutes les raies sont irriguées), une irrigation
partielle d’une seule des 2 raie et une irrigation d’une seule raie alternativement.

Les résultats ont été assez spectaculaires, l’irrigation partielle alternée permet une
économie de presque 30 % d’eau (par rapport à l’irrigation traditionnelle) pour la même quantité de
récolte. On a également observé que la plante arrive à maturité plus tôt avec cette méthode. Pour les
régions semi arides de Chine, cela constitue un avantage économique pour la culture de certaines
plantes(le coton notamment). En effet cette méthode permet de sauver une plus grande partie de la
récolte qui arrive à maturité avant les périodes de grand froid.

En conclusion on peut dire que cette technique présente de nombreux avantages :


- Elle est facile à mettre en place et peu onéreuse (il suffit d’avoir un moyen technique de
contrôler le débit d’eau dans les raies).
- Elle est adaptable aux autres systèmes d’irrigation (micro irrigation par exemple) car elle est
liée au comportement de la plante et non à une innovation technique.
- Elle est utilisable pour beaucoup de plantes différentes : les chercheurs ont réussi à faire
pousser des tomates, des raisons, des pommes de terre (et pas uniquement du coton).

8
- L’irrigation par aspersion :

1) Microaspersion

L'irrigation grâce à des micropulvérisateurs arrose seulement une fraction de la surface d u


sol. L'eau est éjectée en jets fins par une série de gicleurs d'où elle tombe en pluie. Chaque gicleur
peut arroser plusieurs mètres carrés. Le système de la microaspersion permet donc d'augmenter le
volume de sol mouillé dans lequel les racines des plantes absorbent l'eau et les éléments nutritifs, ce
qui est particulièrement intéressant pour les gros arbres.

La microaspersion a un autre gros avantage. En effet, comme les orifices des gicleurs sont
plus larges et le taux d'écoulement supérieur, le risque d'obstruction est réduit. La pression requise
est de l'ordre de 1 à 2 bars. Ce qui oblige à installer un système de pompage ou à surélever le
réservoir d'alimentation d'au moins 10 m.

A d'autres égards, l'irrigation par microaspersion permet l'applicati on fréquente d'un faible volume
d'eau et l'injection de fertilisants dans l'eau. En outre, il est facile d'adapter les systèmes de
microaspersion aux conditions des pays en développement, en réduisant leur taille, pour la rendre
plus conforme aux parcelles à irriguer, généralement de petites dimensions.
En revanche, la microaspersion a aussi des inconvénients. La composante évaporation du bilan
hydrique est accrue, à la fois parce que la surface mouillée est plus grande, que l'eau est pulvérisée
dans l'air sec et que les feuilles les plus basses sont mouillées. Comme le feuillage est mouillé,
l'utilisation d'eau saumâtre et l'incidence des maladies fongiques posent plus de problèmes.

2) L’aspersion

L'irrigation par aspersion s'est rapidement développée après la seconde guerre mondiale,
notamment en Europe et aux Etats-Unis. Avec les améliorations techniques de rendement et de la
baisse du coût, elle s’est petit à petit développée dans les régions arides et semi-arides. L'eau est
transportée dans des réseaux de conduites sous pression puis délivrée au niveau de la parcelle par
des bornes qui régulent la pression et le débit. L’eau est ensuite dirigée dans d’autres conduites qui
alimentent sous pression des asperseurs qui répandent l'eau en pluie.

Il existe deux types d’irrigation par aspersion. L’aspersion traditionnelle et l’aspersion mécanisée.

L’aspersion traditionnelle

En agriculture, les arroseurs sont à rotation lente. Celle-ci est obtenue par le va-et-vient d’un
bras de levier qui porte un seul aubage et qui oscille grâce à l’impact d’un jet qui s’échappe d’une
buse. Voici quelques chiffres de dimensionnement :
Diamètre des Pression de Portée Angle d’inclinaison
buses (mm) service (bars) par rapport à
l’horizontal (°)
Petits Arroseurs 4à 7 Entre 2.5 et 3.5 Relativement
faible, petites
gouttelettes
Moyens Arroseurs 8 à 14 Entre 3.5 et 4.5 Entre 25 et 26
Grands Arroseurs 15 à 25 Au moins 4.5 Grande, Entre 23 et 24
grosses
gouttelettes

9
Les petits asperseurs sont disposés le long d'une rampe mobile que l'on déplace de poste en poste,
pour irriguer l'ensemble de la parcelle.

Les grands arroseurs ont une pluviométrie


horaire élevée et ceci conduit à la formation de
grosses gouttelettes. Ceci peut poser problème. En
effet la taille des gouttelettes ne doit occasionner
aucun dommage ni au sol, ni à la culture. Et plus
l’arroseur est grand, plus les gouttelettes sont
grosses. Les gouttes peuvent poser des problèmes
de battances du sol (formation de croûte
superficielle) sur des sols limoneux ou fins. Il faut
donc dimensionner notre arroseur en fonction du
sol (limon, sable…) et du type de plante.

De plus l’angle d’inclinaison joue aussi un rôle tres


important dans l’homogénéité de l’irrigation. L’angle idéal d’inclinaison par rapport au plan
horizontal est de 32° en condition calmes (vent quasi nul). Mais à cause du vent (celui-ci ne doit pas
être trop fort), l’angle d’inclinaison doit être diminué pour permettre une irrigation homogène.

Il existe deux types d’installations d’aspersion traditionnelle: les installations mobiles portatives et les
installations semi-mobiles portatives.

Les installations mobiles portatives sont composées de canalisations principales ainsi que de
rampes qui peuvent être déplacées à la main. Les conduites qui forment l’ensemble du système
doivent donc être légères, facilement raccordables et détachables les unes des autres. Elles sont
habituellement en aluminium léger ou en alliage d’aluminium et leur longueur est en général de 6m.
Les installations mobiles portatives sont donc conseillées pour les régions à capital d’investissement
faible mais qui disposent d’une main d’œuvre abondante.

L’autre type d’installation d’aspersion traditionnelle est l’installation semi-mobile portative.


Elle comprend des canalisations principales fixes et enterrées à intervalles réguliers. Le plus souvent,
la station de pompage est permanente et elle est située de telle façon à minimiser le trajet de l’eau.
En général les canalisations fixes sont en acier et elles sont aussi protégées contre la corrosion. Mais
il existe d’autres variantes, en utilisant des tuyaux flexibles.

Le type de plantation influe aussi sur le fait de mettre des installations permanentes ou non.
En effet les installations permanentes (ou couverture totale), où les conduites principales et les
rampes sont enterrées, sont souvent utilisées dans les exploitations de vergers. Le gros intérêt de la
couverture totale est qu'avec une bonne disposition d'asperseurs on peut ob tenir une répartition
homogène de l'eau sur l'ensemble de la surface irriguée. Les pertes d'eau sont pratiquement nulles
et dans des dispositifs bien conçus, on obtient des rendements hydrauliques de l'ordre de 90 à 95 %.

En revanche les installations temporaires sont des systèmes qui ont la particularité de pouvoir être
montés au moment de la plantation puis démontés jusqu’à la dernière irrigation avant la récolte.

10
L’aspersion mécanisée

L’aspersion mécanisée est très souvent utilisée dans les grandes exploitations. On y utilise
des systèmes de rampes pivotantes et de rampes frontales. Le système de rampe pivotante est
constitué d’une conduite avec arroseurs, supportée à l’une de ses extrémités par une tour à pivot
central d’où l’eau arrive, une série de tours munies de roues et un moteur électrique ou hydraulique.
La conduite peut mesurer entre 100 et 500 m et peut irriguer jusqu’à 100 ha. I1 faut noter que la
pluviométrie nécessaire pour apporter une dose homogène à chaque rotation, croît au fur et à
mesure que l'on s'éloigne du centre. En extrémité de rampe, la pluviométrie maximale peut atteindre
80 à 100 mm/h, ce qui est incompatible avec la perméabilité de la plupart des sols. I1 est conseillé de
ne pas dépasser un rayon de l'ordre de 400 m sauf sur sol sableux très perméable. Mais l’aspersion
mécanisée exige un capital d’investissement élevé mais une faible main d’œuvre. Si la pression de
service est de l’ordre de 6 bars, les débits varieront entre 250 et 850 m 3/h. Pour les rampes frontales,
toutes les tours sont mobiles et le déplacement se fait latéralement. Pour alimenter le système en
eau, l’alimentation se fait soit par un fossé creusé au milieu ou au bord du champ, soit par un tuyau
flexible. En revanche, l’investissement doit être tres important et la consommation énergétique tres
élevée.

Pivot

Un autre type d’irrigation mécanisée par aspersion est l’irrigation par enrouleurs. Ce type
d’irrigation est la plus répandue dans le monde. Les enrouleurs sont des machines d’irrigation à
tambour et à tuyau flexible. L’enrouleur est constitué d’un tambour, sur laquelle s’enroule un tuyau
flexible en polyéthylène. L’enroulement du tuyau provoque le déplacement d’un canon d’arrosage
monté sur roues à l’extrémité du tuyau. L’enrouleur effectue ainsi un arrosage en bande, sans
intervention. En fin de parcours l’enroulement s’arrête automatiquement et l’ensemble est déplacé
au moyen d’un tracteur pour arroser la bande suivante. La longueur du flexible varie évidemment en
fonction de la longueur du champ et peut atteindre 600 m. Son diamètre peut aller de 50 à 140 mm.
Enfin le débit peut atteindre 50 m 3/h et la portée est d’environ 100m.

11
Enrouleur

Pour utiliser l’irrigation par enrouleur, on a besoin des éléments suivants : un tambour, un
châssis, un mécanisme d’enroulement, un asperseur et un porte asperseur, un flexible en
polyéthylène, un système de régulation de la vitesse d’avancement afin d’apporter la dose d’eau
choisie, un système d’enroulement uniforme du tambour et une sécurité de fin de course. Les plus
grandes machines peuvent contenir un poids dépassant 5 tonnes. En outre, le tambour doit
supporter un couple important afin de pouvoir tirer le flexible rempli d’eau le long de la bande de
champ. Pour permettre l’irrigation, un mécanisme d’entrainement fait tourner le tambour qui
enroule lentement le flexible et tire le porte asperseur le long du terrain. Le tambour peut être
entrainé par chaine, par un engrenage, ou un système d’ergot actionné à l’aide d’une turbine, d’un
soufflet ou d’un moteur… En revanche le système d’entrainement à piston est abandonné depuis
plusieurs années à cause de sa forte oxydation par l’eau d’irrigation.

Ensuite on décrit les différents éléments qui constituent l’irrigation par enrouleur. Tout
d’abord, le porte asperseur est soit un chariot soit un traineau. Leur conception est pensée afin de
réduire au minimum l’endommagement des plantes dû à son déplacement. Mais il existe des portes
asperseurs avec un espacement de roue variable. Cela permet de réutiliser plusieurs fois un porte
asperseur pour différentes cultures. Ensuite le flexible doit être en polyéthylène pour combiner une
grande rigidité et une grande flexibilité. Les flexibles sont obtenus en variant la densité du
polyéthylène. De plus l’enrouleur est également équipé d’un système de régulation de vitesse
d’avancement du porte asperseur. Il existe 2 types de régulations. Tout d’abord une régulation
mécanique (basée sur l’augmentation du diamètre du tambour) et enfin une régulation électronique.

Après avoir installé le porte asperseur en bout de champ, on alimente l’enrouleur en eau
sous pression. Au cours de l’irrigation, l’effort de frottement diminue avec la longueur du flexible
déroulé. Ce qui entraine une augmentation de la vitesse d’avancement. Pour avoir une distribution
uniforme de l’irrigation, on doit réduire la pression afin de garder une vitesse quasi-constante. En

12
effet une variation de la vitesse d’avancement de plus de 10% n’est pas recommandée pour
conserver une bonne homogénéité. Tout ceci s’effectue grâce au régulateur de vitesse d’avancement
décrit un peu plus haut.

Pourquoi mettre en place une irrigation par aspersion?


Afin de savoir si on met en place une irrigation par aspersion et afin de dimensionner le
système d’irrigation, on doit considérer les facteurs suivants :
1) La dimension et la forme de la surface à irriguer, sa topographie et le type du sol
2) Les sources d’eau disponibles ou potentielles et leurs caractéristiques
3) Les conditions climatiques dans la région, l’accessibilité à la parcelle et la culture à irriguer.

Avantages Inconvénients Solutions


Bon pour les sols de faible Ecarter dans les régions tres On atténue l'effet du vent
profondeur (ne pouvant être régulièrement ventées en rapprochant le plus
correctement nivelés pour une (vents ≥ 5 m/s dégradent possible les asperseurs et
irrigation de surface) considérablement l’homogénéité en les disposant en
de l’arrosage) triangle ou en rectangle,
dont la plus grande
I1 faut savoir que l'irrigation au dimension est orientée
canon est d'autant plus sensible au dans le sens du vent.
vent que la portée du jet est
importante.

Bon pour les sols trop perméables Evaporation directe pendant Eviter l’arrosage par
qui ne permettent pas une l’irrigation. aspersion à midi
répartition uniforme de l’eau dans
le cadre d’une irrigation avec
ruissellement de surface

Bon pour les terrains à pente Lorsque le réseau ne dispose pas


irrégulière avec micro relief d'une charge gravitaire, la mise en
accidenté ne permettant pas pression nécessaire au bon
l’établissement d’une desserte fonctionnement des asperseurs
gravitaire à surface libre entraine des coûts d'énergie de
pompage qui peuvent être
importants.

Longue durée des composantes

Pour le pivot : il présente Son principal inconvénient est la Il convient bien pour les
l'avantage de pouvoir réaliser un forme circulaire de la surface grandes surfaces de
arrosage très homogène et bien arrosée. monoculture.
contrôlé, sans aucune
intervention manuelle. Cela
permet d'envisager son utilisation
pour répandre les produits
fertilisants ou de traitements
phytosanitaires
Ne nécessite pas une grande
qualité de l’eau
Peut opérer sans surveillance

13
3) Coûts

Les éléments essentiels du coût de l'irrigation par aspersion sont les charges
d'investissement, les charges de main d'œuvre, les charges d'entretien des équipements et les
charges d'énergie (nécessaires pour assurer une pression suffisante au niveau des asperseurs ou des
canons) Ce dernier est direct en cas de pompage individuel ou inclus dans le prix de l'eau en cas de
distribution par réseau collectif. Cet élément dans le coût de l’irrigation est très important. Parfois il
conduit à abandonner les canons à haute pression, voir même les enrouleurs pour revenir à des
installations fonctionnant à moyenne ou basse pression

Type d’équipements Cout ramené à l’hectare (€/ha)


Rampe mobile, canon déplaçable 200
Couverture intégrale : commande manuelle 1600
Couverture intégrale : automatique 2300
Enrouleur 750
Pivot : 80 à 30 ha 900
Pivot : 20 à 30 ha 1400
Pivot : 10 à 20 ha 1700
Valeurs moyennes des investissements.

Le type d’irrigation par aspersion à utiliser varie donc en fonction de nombreuses caractéristiques. Il
faut en tenir compte afin d’optimiser l’eau et le capital d’investissement.

14
- Micro irrigation superficielle

Les méthodes décrites dans cette section sont basées sur l'arrosage continu ou régulier d'une
fraction de la surface du sol. Pour ce faire, on distribue habituellement l'eau dans des conduites
fermées (par exemple des tubes de plastique) en des points spécifiques, dont l'emplacement et
l'espacement dépendent de la configuration de la plante cultivée. Au niveau de ces points, on laisse
l'eau sortir à la surface, en veillant à ce que le débit ne soit pas supérieur à la capacité d'infiltration
du sol, pour que toute l'eau pénètre dans la rhizosphère sans stagner ou s'écouler à la surface.

Les systèmes d'irrigation dans lesquels l'eau est distribuée par des conduites fermées
(tuyaux) permettent généralement d'économiser de l'eau car ils accroissent l'uniformité des
applications et évitent les pertes en quantité (dues à la percolation et à l'évaporation) et en qualité
(dues à la contamination de l'eau dans les canalisations à ciel ouvert). Mais comme ils nécessitent un
dispositif de pressurisation et des installations coûteuses, cette économie génère souvent une
augmentation de la consommation d'énergie et des investissements en capital. C'est pourquoi des
méthodes minimisant ces dépenses de capital et d'énergie sont nécessaires.

1) Système complet de goutte-à-goutte

On appelle irrigation au goutte-à-goutte l'application lente et localisée d'eau, littéralement


au goutte-à-goutte, au niveau d'un point ou d'une grille de points sur la surface du sol. Si l'eau
s'écoule à une vitesse inférieure à la capacité d'absorption ou d'infiltration du sol, celui-ci n'est pas
saturé et il ne reste pas d'eau qui stagne ou ruisselle à la surface.

L'eau est amenée jusqu'aux orifices de gouttage par un assemblage de tuyaux en plastique,
généralement en polyéthylène opaque ou en PVC résistant aux intempéries. Des canalisations
latérales, alimentées par une conduite maîtresse, sont posées sur le sol. Ces canalisations,
généralement d'un diamètre de 10 à 25 mm, sont perforées ou munies de goutteurs spéciaux.
Chaque goutteur doit déverser l'eau goutte à goutte sur le sol, à un débit prédéterminé, allant de 1 à
10 litres par heure.
La pression de l'eau dans les tuyaux est ordinairement comprise entre 0,5 et 2,5 atmosphères. Cette
pression s'atténue par frottement lorsque l'eau s'écoule à travers les étroits passages ou orifices du
goutteur, si bien que l'eau sort à une pression atmosphérique sous forme de gouttes et non en jet ou
aspersion.
Les goutteurs commercialisés sont soit internes (fixés à l'intérieur des tuyaux d'amenée latéraux)
soit externes (enfichés sur les tuyaux à travers des trous perforés dans la paroi de la conduite
d'amenée). Ils sont conçus pour évacuer l'eau à un débit constant de 2, 4 ou 8 litres par heure. Le
débit de sortie est toujours altéré par des variations de la pression, mais dans une moindre mesure si
les émetteurs sont munis d'un régulateur de pression. La fréquence et la durée de chaque irrigation
sont contrôlées par une vanne actionnée manuellement ou par une série de valves automatiques
programmables. Des valves doseuses interrompent automatiquement l'écoulement une fois qu'un
volume prédéterminé a été appliqué.

15
Schéma d'un système classique d'irrigation au goutte-à-goutte

La zone humectée, et donc le volume d'enracinement actif, est ordinairement inférieure de


50 pour cent à ce qu'elle serait si tout le sol était mouillé uniformément. Si les applications au goutte -
à-goutte sont fréquentes (ce qui est conseillé), la portion mouillée du sol reste en permanence
humide, mais le sol n'est pas saturé et reste donc bien aéré. Cela crée des conditions d'humidification
exceptionnellement favorables. L'irrigation au goutte-à-goutte présente donc un avantage certain
par rapport à l'irrigation par surverse et même par rapport à l'irrigation par aspersion moins
fréquente, en particulier pour les sols sableux ayant une faible capacité de rétention d'eau et dans
les climats arides où les pertes par évaporation sont élevées. En outre, contrairement à l'irrigation
par aspersion, l'irrigation au goutte-à-goutte n'est pratiquement pas affectée par le vent. La texture
du sol, la topographie ou la rugosité de la surface ont aussi une influence moins grande qu'avec
l'irrigation de surface.
Si la quantité d'eau déversée est supérieure aux besoins de la plante, la zone mouillée se trouv ant en
dessous de chaque goutteur s'allonge vers le bas et peut finir par former une «cheminée» qui draine
l'eau excédentaire hors d'atteinte des racines.

Le système du goutte-à-goutte permet aussi d'employer de l'eau légèrement saumâtre


(ayant par exemple une teneur en sel d'environ 1 000 à 2 000 mg/litre) pour irriguer des cultures
comme le coton, la betterave à sucre, les tomates ou les dattes qui ne sont pas trop sensibles à la
salinité. L'eau saumâtre n'entre pas en contact direct avec le feuillage, qui risque donc moins d'être
brûlé par le sel qu'avec l'irrigation par aspersion. Comme, dans la zone mouillée, le sol reste en
permanence humide, les sels ne se concentrent pas et la salinité de la solution du sol dans la
rhizosphère n'est que légèrement supérieure à celle de l'eau d'irrigation. Dans les zones où les pluies
saisonnières sont suffisantes, les anneaux de grosses concentrations en sel formés autour du point
de gouttage sont habituellement lessivés chaque année.

Les systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte requièrent des investissements relativement


élevés, car il faut une grande quantité de tuyaux, de tubes, de goutteurs et de dispositifs auxiliaires
pour parvenir à délivrer le volume d'eau voulu en des points spécifiques du champ. En outre, comme
les orifices standards des goutteurs sont étroits, des dispositifs de filtrage onéreux doivent être
installés pour prévenir leur obstruction. De ce fait, les systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte
tendent à être plus chers, au moins au départ, que les systèmes d'irrigation superficielle. Ils peuvent
se révéler rentables à long terme s'ils parviennent effectivement à prévenir le gaspillage d'eau et la
dégradation des terres, si fréquents avec les méthodes traditionnelles. Cependant, pour qu'ils soient

16
plus facilement applicables dans les zones arides en voie de développement, il faut trouver des
moyens de les simplifier et de réduire leurs coûts d'installation et de fonctionnement.

2) Goutte-à-goutte simplifié

L'équipement extrêmement sophistiqué, mis au point pour les systèmes d'irrigation au


goutte-à-goutte dans les pays industrialisés, leur a fait perdre la simplicité qui était à la base de leur
conception. La principale justification de ces systèmes qui nécessitent des capitaux importants et
consomment généralement beaucoup d'énergie est l'économie de main-d'œuvre. Etant donné que
l'importance relative des coûts des facteurs entrant en jeu dans les pays en développement d'Afrique
est souvent inversée par rapport aux pays industrialisés, il est indispensable de simplifier ces
systèmes. La conception des systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte doit être revue de façon à
faciliter leur installation et leur entretien, tout en conservant les principes de base, à savoir
l'application fréquente d'un faible volume d'eau, et la maximisation de l'efficacité de l'irrigation.

Les goutteurs ne doivent pas nécessairement être des dispositifs de précision. Ils peuvent
être improvisés en perçant des trous à la main dans les canalisations latérales. Pour que ces
perforations soient aussi uniformes que possible, il est conseillé d'utiliser des poinçons arrondis
comme ceux employés pour faire des trous dans les ceintures de cuir. Pour empêcher un écoulement
trop important ou l'obstruction des orifices, les utilisateurs peuvent recouvrir les trous avec des
«colliers» bien ajustés, faits en découpant de petites sections du tuyau utilisé pour les canalisations
latérales et en les faisant glisser sur les trous. En procédant par tâtonnements, un utilisateur peut
fabriquer des goutteurs adéquats pour une fraction infime du prix auquel ils sont vendus dans le
commerce. En outre, ces goutteurs sont faciles à entretenir, c'est-à-dire à nettoyer ou à déboucher
quand il le faut. Pour fabriquer les goutteurs, on peut aussi couper des petits bouts de tuyau
(microtubes) et les insérer dans des trous pratiqués dans les parois des canalisations latérales; on
ajustera ensuite la longueur des microtubes pour obtenir le débit souhaité (figures 25 et 26).

Fabrication d'un système simple d'arrosage au Fabrication d'un système simple d'arrosage au
goutte-à-goutte en perforant un tuyau de goutte-à-goutte, en insérant un microtube, de
plastique et en recouvrant les orifices avec un longueur réglable, dans un tuyau latéral
manchon découpé dans le même tuyau

La pression hydraulique dans les conduites d'amenée ne doit pas nécessairement être créée
par des pompes mécaniques. Il suffit d'installer le réservoir quelques mètres plus haut que la terre à
arroser pour créer une pression de gravité suffisante pour irriguer au goutte-à-goutte une petite
surface. En élargissant le diamètre des tubes et les orifices des goutteurs, et en augmentant la durée
des arrosages, on peut compenser la faiblesse de la pression. On évitera ainsi de devoir placer des
régulateurs de pression de précision, surtout si le terrain est relativement plat et si les canalisations
latérales ne sont pas trop longues ou trop étroites.

17
Le filtrage peut être assuré en interposant un simple récipient rempli de sable entre la
source d'eau et les conduites d'irrigation. L'eau (trouble) qui arrive entrera au fond du récipient et se
répandra vers le haut à travers les couches de sable, dont elle sortira filtrée, pour se déverser dans
les conduites d'irrigation. Un filtre de ce type peut être fabriqué sur place, avec un récipient de métal
ou de plastique de la taille que l'on jugera appropriée, compte tenu de la vitesse d'écoulement et de
la turbidité de l'eau. Le sable utilisé à cette fin sera lavé au préalable pour retirer les particules p lus
fines et devra être nettoyé ou remplacé régulièrement à mesure qu'il s'encrassera.

La mesure du débit est fondamentale pour garantir une utilisation efficace de l'eau. Si un
système n'est pas équipé de débitmètres ou de valves doseuses, le débit doit être contrôlé en
enregistrant la durée de chaque irrigation. Le volume de l'écoulement par unité de temps devrait
être contrôlé et recontrôlé périodiquement, de même que l'uniformité (ou la variabilité) du débit des
goutteurs dans chaque canalisation latérale et dans les conduites qui se trouvent dans le champ.
Pour ce faire, on peut enregistrer le temps qu'il faut pour que l'eau qui s'écoule remplisse une cuve
d'un volume donné. Le volume d'eau déversé au cours de chaque période d'irrigation doit
correspondre aux besoins estimés de la culture, compte tenu de son stade de croissance et des
conditions météorologiques (pluviométrie et évapotranspiration depuis l'irrigation précédente).

3) Applications

Dans le cadre du projet COGESFOR, 5 sites du Plateau Mahafaly à Madagascar ont été dotés
de kit simple de micro-irrigation goutte-à-goutte. Chaque kit permet d’irriguer 50m 2 et coûte environ
26€. L’installation et la formation des paysans étant effectuées, il s’est avéré que cette technique
permettait d’économiser l’eau 6 fois par rapport à un arrosage traditionnel. L’automatisation et la
bonne santé des plantations ont suffi à convaincre pour les agriculteurs qui gagnent en temps, eau et
récolte. Ils sont donc prêts à acheter d’autres kits pour étendre la technique sur toutes leurs terres.

La société International Development Enterprises India (IDEI) investit depuis 15 ans en


recherche et développement, formation et promotion, pour fournir des technologies à faible coût et
adaptées aux faibles surfaces agricoles. Elle a permis, grâce à un projet de micro-irrigation, de sortir
1,5 million de paysans de la pauvreté en améliorant leur sécurité alimentaire et leur revenu.
L’impact immédiat du goutte-à-goutte est de pouvoir avoir une deuxième voire une troisième culture
pendant la saison sèche.

18
- Les exsudeurs souterrains.

La méthode des exsudeurs souterrains consiste en l’approvisionnement en eau direct de la


rhizosphère grâce à des réceptacles poreux que l’on enfouit dans le sol, de telle sorte que leur
ouverture supérieure affleure à la surface, et d’une profondeur permettant d’atteindre une certaine
quantité de racines (15 à 50 cm). L’eau migre donc de l’exsudeur vers le sol environnant, et donc la
rhizosphère, grâce à la perméabilité des parois du réceptacle, et alimente ainsi de manière continue
et contrôlée la plante. On peut de plus choisir de remplir périodiquement les réservoirs ou de les
conserver constamment pleins, donnant lieu ainsi à différents modes d’approvisionnement de la
plante en eau.

1) Irrigation par vases céramiques poreux.

Il s’agit là d’une des plus vieilles méthodes d’irrigation en milieu aride, qui dispose d’un
avantage non négligeable, à savoir que les vases en céramique poreuse sont généralement produits
directement à base d’argile présente dans la région qui doit être irriguée. Néanmoins, cette méthode
ne s’applique généralement qu’à la petite irrigation, à savoir pour des parcelles réduites en
superficie.

On place des pots d’argile poreuses, après avoir creusé des fosses peu à moyenneme nt
profondes, de sorte que l’ouverture supérieure affleure à la surface de la fosse, après damage. L’eau
est alors versée à la main ou grâce à un réseau de tuyaux perforés, par l’ouverture supérieure de ces
pots, jusqu’à la hauteur désirée et nécessaire pour le bon approvisionnement de la plante. Les
formes et dimensions des vases poreux sont variables. On peut déplorer l’archaïsme de certains
aspects de cette méthode, puisque de nombreuses variables de modelage des vases ne sont pas
optimisées, tout comme le réseau d’approvisionnement.

Réseau de vases poreux pour l’irrigation d’un parcelle

Cette méthode permet néanmoins d’irriguer un nombre fini de plantes dans la zone proche
de chaque pot en argile, et donc d’ajuster avec précisions les besoins en eau en accord avec le
nombre de plantes à irriguer. Par exemple, chaque vase peut servir à irriguer 3 plantes A, ou 4
plantes B, selon que la plante soit plus demandeuse en eau que la plante B. Ces ajustements sont
néanmoins permis par le fait que cette méthode est généralement appliquée pour l’irrigation non-
expansive.

19
Cette irrigation est en particulier adaptée aux arbres fruitiers, où l’on ajoute des jarres à côté
de l’arbre grandissant au fur et à mesure de sa croissance. Le rythme des renouvellements ainsi que
du rajout des vases dépend principalement de l’expérience locale. Des observations et des essais
minutieux sont nécessaires pour optimiser les variables du système sur lesquelles il est possible de
jouer.
On retrouve cette méthode en Afrique du Nord et au Proche-Orient.

2) Irrigation à l’aide de tuyaux poreux sectionnés.

La méthode que nous venons d’observer peut bénéficier d’améliorations techniques, qui
simplifient son usage et donc sa capacité à répondre à des besoins d’agriculture expansive. En
remplaçant les jarres poreuses par des tuyaux horizontaux réalisés dans la même argile perméable,
on optimise l’exsudeur souterrain en permettant des cultures plus resserrées, comme les cultures
maraichères. On note de plus que l’extrémité du tuyau est recourbée vers la surface, afin de
permettre l’approvisionnement en eau le long du tuyau, par écoulement du fluide.
Les tuyaux sont placés au fond d’une tranchée peu profonde (environ 25cm de profondeur),
creusée au centre d’une planche d’un mètre de large, et disposés de façon à former un tuyau
horizontal continu de 3 m de long. La tranchée est ensuite à nouveau comblée de terre.
Les tuyaux, fabriqués en tronçons, à base d’argile poreuse trouvée directement dans la
région, sont assemblés, et disposent donc de jointures par lesquelles l’eau s’exfiltre, s’ajoutant au
potentiel de perméabilité du matériau.

Sol irrigué par des tuyaux souterrains d’argile poreux

On peut de plus, grâce à cette méthode, irriguer deux rangées de plantes avec une seule
conduite souterraine, plantées de part et d’autre du tuyau.
On retrouve cette méthode au Zimbabwe.

3) Irrigation par manchons de plastique perforés

Cette méthode est la quasi-réplique verticale de l’irrigation à base de tuyaux poreux. On


implante en effet à proximité de la plante une fine gaine plastique perforée, pour qu’elle aliment
directement en eau les racines et la rhizosphère
Le manchon est de plus en plastique imperméable, contrairement aux
argiles poreuses utilisées dans les méthodes précédentes, implique la nécessité
de le perforer. Le diamètre et l’espacement des trous sont des variables
essentielles qui ne peuvent hélas qu’être optimisées après plusieurs essais et
conclusions. Ces paramètres influent également sur la solidité de la gaine en
plastique.
Enfin, l’introduction de la gaine en plastique dans le sol est rendue
possible par l’ajout de sable dans cette gaine, ayant néanmoins pour effet de
réduire la capacité de rétention d’eau dans la gaine de 50 à 60 %.
On retrouve cette méthode au Sénégal, dans des plantations de manioc principalement.

20
4) Conclusions sur les exsudeurs souterrains

Les différentes méthodes que nous avons pu observer comportant des exsudeurs
souterrains semblent présenter les même avantages et inconvénients.
En effet, elles permettent à chaque fois un dosage efficace de l’eau à fournir pour avoir une
irrigation optimale. Elles sont de plus très faciles à mettre en œuvre, car peu couteuses en matériel,
d’autant plus que l’argile nécessaire est généralement directement disponible sur place. Elles sont
enfin très efficaces car permettent d’alimenter quasi directement la rhizosphère de la plante,
optimisant ainsi la dépense en eau.
Toutefois, on peut déplorer que cette méthode d’irrigation ne puisse satisfaire que des cas
de petite irrigation, car trop archaïque pour être étendue à une irrigation plus extensive. Le manque
de recherche d’optimisation, ou alors trop spécifique à des cas bien particuliers, gêne donc une
méthode pourtant intéressante et novatrice.

21
- Irrigation Souterraine et Drainage Contrôlé

1) Introduction

L'irrigation souterraine consiste à amener de l'eau


jusqu'à la zone racinaire des plantes en régularisant, par des
moyens artificiels, la hauteur de la nappe souterraine. Cette
méthode peut être appliquée dans les endroits où la nappe
est naturellement haute, ce qui est souvent le cas le long des
vallées fluviales ou dans les zones arides où l’intérêt est de
remonter la nappe phréatique vers les racines.

2) Définition

On creuse habituellement des tranchées ouvertes jusqu'à une


profondeur inférieure à la nappe, et le niveau de l'eau est contrôlé par des
barrages régulateurs ou des vannes. De cette manière, les tranchées
peuvent servir soit à drainer l'excédent d'eau et, partant, à abaisser la
nappe phréatique pendant les saisons humides, soit à élever la nappe en
période sèche et, de ce fait, à humidifier la rhizosphère par en dessous.

On peut les éviter en plaçant en dessous de la nappe des


tuyaux poreux ou perforés (généralement en plastique ondulé), munis Elévation ou abaissement d e la nappe
de prises d'eau de distribution réglables. Ouvertes, les prises d'eau phréatique pour l'irrigation souterrain e,
font office de drains; fermées, elles permettent à la nappe d'eau de en contrôlant le niveau de l'eau dans des
s'élever. Les conduites souterraines sont cependant plus coûteuses à fossés parallèles
installer et plus difficiles à entretenir, car elles tendent à être
bouchées par de la terre ou de l'oxyde de fer précipité . L'irrigation
souterraine peut être utilisée pour arroser les cultures de plein champ, les pâturages et les vergers.
Elle convient particulièrement bien aux plantes hydrophiles, telles que la canne à sucre et les dattes.
L'uniformité de l'irrigation dépend de la régularité de la surface et de l'uniformité du sol.
Le contrôle précis du niveau d'une nappe d'eau souterraine peu profonde est une tâche délicate et
difficile comportant de grands risques. La profondeur idéale de la nappe d'eau devrait être de 30 à 60
cm en dessous de la rhizosphère. Si elle est plus élevée, elle tend à engorger le sol , à limiter
l'aération et à provoquer une ascension capillaire et une évaporation à la surface, où les sels risquent
de s'accumuler. Par ailleurs, si elle est maintenue à un niveau trop bas, la plante risque d'être privée
de l'humidité dont elle a besoin. En poussant, la plante absorbe plus d'humidité et son système
racinaire s'étend vers le bas, si bien que la nappe tend à baisser, sauf si on la maintient à dessein à un
niveau élevé.
Etant donné que la source d'eau se trouve en dessous de la zone racinaire, celle -ci est
approvisionnée en eau par capillarité. Le fonctionnement du système dépend donc des
caractéristiques de sorption du sol. Un sol à texture fine (argileux) tend à s'engorger d'eau et à limiter
l'aération. Dans un sol argileux, l'eau d'irrigation souterraine ou de drainage s'écoule aussi plus
lentement. Dans ce type de sol, les tranchées ou les conduites souterraines doivent être moins
espacées. En revanche, un sol à texture grossière (sableux) a une capacité de rétention hydrique trop

22
faible et tend à s'assécher trop vite. Comme avec les autres méthodes d'irrigation, rien ne saurait
remplacer l'expérience locale en matière de maîtrise de l'eau, basée sur la connaissance des
caractéristiques spécifiques du sol et des besoins des plantes.

L’utilisation de canaux ouverts pour l’irrigation souterraine s’avère moins avantageuse que
l’utilisation de réseaux enterrés. Les réseaux de conduites enterrées tout en permettant à la fois le
drainage et l’irrigation comme pour les canaux ouverts n’amènent aucune perte de surface cultivable
par rapport aux fossés. De plus, les fossés sont considérés par les agriculteurs comme une nuisance
pour les travaux de culture et la circulation des machines.
Ce chapitre traitera de l’irrigation souterraine à l’aide d’un système de drainage souterrain.

3) Principes de fonctionnement des systèmes

Forme de la nappe sous irrigation souterraine


La figure 1 montre la forme que prend la nappe entre deux drains lors du drainage et de
l’irrigation souterraine. Elle montre que sous irrigation souterraine, la nappe possède une forme
concave contrairement à la forme convexe constatée lors du drainage. En effet, c’est la différence
d’élévation entre la nappe au niveau des drains et celle à mi-chemin entre ceux-ci qui crée le
mouvement latéral de l’eau. Dans le cas de l’irrigation souterraine, l’eau doit s’écouler des drains
vers le point milieu entre deux drains afin de combler les pertes par évapotranspiration.
La différence d’élévation ”m” entre la nappe au niveau des drains et celle à mi-chemin entre
ceux-ci est un facteur très important à considérer puisque l’uniformité d’approvisionnement en eau
des racines en dépend.

Figure 1 : Forme de la nappe entre deux drains lors de l’irrigation souterraine et du drainage.

23
Structure de contrôle du niveau de la nappe
Le contrôle du niveau de la nappe souterraine est effectué à l’aide d’une structure appelée
chambre de contrôle. La chambre de contrôle doit permettre le fonctionnement du système de
tuyaux enterrés sous les modes de drainage et d’irrigation souterraine.
La figure 2 montre un modèle de chambre de contrôle qui est constituée d’un tuyau vertical
en acier galvanisé de 1,2 m de diamètre. Le contrôle du niveau de l’eau s’effectue à l’aide d’un
panneau amovible au centre de la chambre. Si le niveau de l’eau s’élève dans la chambre de contrôle
au-dessus du panneau, le trop plein se déverse de l’autre côté du panneau amovible et s’évacue vers
le fossé.
En mode irrigation, l’eau en provenance de la pompe se déverse dans la section amont
alimentant la surface irriguée souterrainement. La différence entre le niveau d’eau dans la chambre
de contrôle et celui de la nappe dans le sol provoque à elle seule le mouvement de l’eau de la
chambre de contrôle vers le système de tuyaux. En période de drainage, le panneau amovible peut
être enlevé et le système se comporte comme un réseau de drainage conventionnel.

Vue en plan

Vue en coupe

Figure 2 : Chambre de contrôle (d’après Hawkins, 1979).

24
Il existe plusieurs types de chambres de contrôle. Celui de la figure 3 montre un système où
le niveau d’eau est maintenu constant à l’aide d’un tuyau vertical. Si le niveau venait à monter au -
dessus de l’entrée supérieure du tuyau, l’eau pénétrerait dans le tuyau et se drainerait vers le fossé
ou le cours d’eau. Une trappe installée à la base de la chambre de contrôle permet un drainage
complet lorsque la trappe est ouverte. La figure 4 montre une chambre munie d’un flotteur. Elle est
construite de tuyaux en chlorure de polyvinyle (PVC) dont les diamètres varient entre 100 et 300
mm. Un flotteur coulissant sur une corde munie d’un cran d’arrêt actionne l’ouverture d’une portière
en caoutchouc flexible. Lorsque le niveau à l’amont dans le système s’élève au-dessus du niveau
d’ajustement du flotteur, ce dernier, sous la poussée d’Archimède ouvre la portière qui laisse
évacuer une certaine quantité d’eau proportionnelle à son ouverture. Légère, peu encombrante et
facile à installer et à ajuster, la chambre à flotte est disponible sur le marché et elle est de plus en
plus utilisée.

Figure 3 : Chambre de contrôle munie d’un tuyau vertical et d’une trappe de drainage.

25
Figure 4 : Chambre de contrôle en PVC avec flotteur.

Quel que soit le type de chambre de contrôle utilisé, il importe :


Que le niveau de l’eau dans la chambre puisse être ajusté en fonction du niveau désiré de la
nappe dans le sol et pour permettre un drainage partiel lors de fortes précipitations;
Que toute forme de contrôle puisse être enlevée de la chambre ou court-circuité afin que le
système se comporte comme un système de drainage en automne et au printemps.

Système d’alimentation en eau


Les chambres de contrôle montrées aux figures 2, 3 et 4 seraient très peu efficaces au niveau
économie d’eau si le seul système de contrôle utilisé était un système de trop plein (panneau de
contrôle, tuyau vertical servant à évacuer le trop plein ou flotteur actionnant une portière).
En effet, la demande en eau de la part des cultures varie constamment alors que le débit de
la pompe est constant. Il est donc nécessaire d’installer une valve à flotteur qui contrôlera
l’alimentation en eau. Afin d’éviter la surchauffe de la pompe, il faut prévoi r, en plus, une valve de
sécurité assurant un débit minimum lorsque la valve à flotte est fermée.
Une pompe actionnée par un moteur diesel ou électrique peut être utilisée. Dans le cas d’un
moteur électrique, il ne faut pas utiliser un système de flotteurs pour contrôler le départ et l’arrêt de
la pompe puisque la vitesse d’abaissement du niveau d’eau dans la chambre est tel qu’il nécessiterait
de fréquents arrêts et départs pouvant endommager le moteur.

26
II Etude de cas sur des zones géographiques précises

- Récupération de l’eau de pluie en Ethiopie. Irrigation par les crues et le


ruissèlement.

1) Description de cette technique

En Ethiopie, le climat est semi-aride, voire aride dans certains zones. La pluviométrie
moyenne annuelle est de 500-700 mm mais elle est irrégulière et surtout mal distribuée. Les terrains
ont une pente plate à légère (0-5%). De plus les exploitations sont de petites échelles et
moyennement riches. Et le travail est souvent manuel.

L’utilisation agricole du ruissellement et


des crues est une pratique traditionnelle de
récolte d’eau qui permet de surmonter le déficit
hydrique des sols et les pertes de récoltes dans
les zones chaudes et sèches à pluviométrie
irrégulière. L’eau des crues qui suit le lit des
rivières éphémères, les routes et les pentes est
captée grâce à des digues provisoires de terre et
de pierres (cf. photo à gauche). Un réseau de
canaux creusés à la main – formé par un canal
de diversion principal et des canaux secondaires
et tertiaires – achemine et distribue l’eau aux
Figure 2: Canal principal de diversion de l’eau des crues vers
champs cultivés dans des zones naturellement
les champs. Les berges sont stabilisées par recouvrement
avec des pierres. plates ou nivelées. L’eau captée sert à produire
des cultures de rente, des légumes et des arbres fruitiers. Les champs irrigués sont divisés en bassins
rectangulaires bordés de diguettes pour optimiser le stockage de l’eau et réduire le risque d’érosion.

La gestion du ruissellement et des crues nécessite une réactivité importante de la part des
paysans. Lorsqu’une crue est attendue dans la rivière temporaire, les paysans doivent ériger la digue
en travers du lit de la rivière. De même, chaque paysan doit entretenir le canal qui condui t l’eau à
son champ. Lorsque l’eau arrive dans le champ, elle se répartit par inondation ou par des rigoles qui
sont ouvertes et refermées avec un outil local.

La fertilité du sol peut être améliorée grâce au compostage et au paillage. L’entretien, qui
consiste à réparer les brèches dans le canal et les fossés d’acheminement, est à refaire avant chaque
saison des pluies. Cette technique est utilisée pour des cultures annuelles ou pour l’arboriculture. De
plus elle permet d’éviter la perte d’eau, l’aridité des sols et les pertes de terre arable par érosion
hydrique. En revanche cette technique est très influencée par la sécheresse et par les variations
saisonnières. Elle est aussi sensible aux très fortes crues.

Pour utiliser cette technique de captage d’eau de pluie, la main d’œuvre doit être très
importante à la mise en place (travail intensif pour construire les structures : construction des canaux
avec des talus latéraux, stabilisés par des pierres ; préparation du lit de semence en construisant des
bassins dans les champs). La main d’œuvre doit continuer à être importante pour l’entretien car
chaque année les paysans doivent refaire les tranchées (reconstruction des canaux, du lit de
semence et extraction des sédiments).

27
2) Coût, Avantages et Inconvénients

Coût de mise en place (en Coût d’entretien (en dollars/ha)


dollars/ha)
Main d’œuvre 253 450
Equipement 24 64
Intrants agricoles 106 300
TOTAL 383 814

Les coûts de mise en place comprennent la construction du fossé de diversion, la construction des
bassins, la préparation du lit de semence, les semences et les plants, le désherbage et le binage,
l’irrigation et la récolte. On voit que cette technique est assez couteuse.

Voici un rapide tableau qui résume les bénéfices et les faiblesses et quelles solutions on peut
apporter :

Bénéfices Faiblesses Solutions


Augmentation du revenu Augmentation de la charge de Fournir des outils agricoles ;
agricole (bénéfice à partir travail. Construire des structures
de la 4ème année : 711 dollars permanentes en tête de
diversion et revêtir l’intérieur
Augmentation du taux des fossés pour améliorer leur
d’humidité du sol stabilité et diminuer l’entretien.

Diminution du ruissellement Inégalité sociale (seuls les Mise à disposition de crédits


(de 50% à 5% des pluies paysans les plus aisés ont accès
annuelles) à la technologie)
Augmentation de la fertilité du
sol
Diminution des inondations en
aval
Augmentation des rendements Perte de terres (à cause des Ceci est compensé par
(400% après 10 ans) structures de conservation) l’augmentation de la
production

On remarque donc d’après ce tableau que les retombés sur le court et le long terme sont
extrêmement positives. On augment radicalement le rendement et le bénéfice grâce à
l’augmentation rapide de la production.

28
- Gestion de l’eau et méthodes de captation de l’eau en Asie

1) La situation des réserves d’eau

Nous allons nous intéresser aux différentes stratégies de gestion de l’eau pour l’irrigation en
Asie, et plus précisément dans 2 zones géographiques : la région aride au nord de la chine adjacente
au désert de Gobi et les régions arides du nord-est de l’Inde. En effet ce sont 2 pays qui doivent faire
face à des problématiques de manque d’eau et qui disposent des fonds nécessaires pour rechercher
des solutions innovantes à ces questions.

Dans ces 2 zones, les précipitations sont très inégales durant l’année : il pleut beaucoup (sous forme
de violents orages) pendant 2 à 4 mois et le reste de l’année est très sec. On peut ainsi voir sur le
graphique suivant les quantités de précipitations en Chine en moyenne sur les 30 dernières années.

La ville de Yinchuan est située dans la zone semi-aride du nord de la Chine. Les zones arides et semi-
aride du nord nord-ouest de la Chine représente plus du quart du pays.

Malgré les faibles précipitations dans ces zones, l’agriculture s’y est développée grâce aux
ressources en eau disponible sous forme de nappe phréatiques et de rivières. Elles sont alimentées
par le ruissèlement des eaux de pluie qui tombent sur les montagnes qui bordent la région. On peut
voir sur le schéma suivant les différents bassins versants et rivières de la zone.

29
Il s’agit de la zone entourée en rouge
sur la carte de la page précédente.
On peut se situer grâce à la ville de
Yinchan située au sud-est de cette
région.

Toutefois, de nombreuses études réalisées par les chercheurs chinois montrent que la
quantité d’eau disponible dans ces nappes baisse d’année en année. De plus sa qualité diminue
également, ainsi que la végétation environnante. La conséquence directe est la désertification
croissante de la région. Ceci est dû à la surconsommation des eaux de surface pour l’agriculture ces
dernières années, à la mauvaise gestion de l’eau et à l’utilisation de méthodes d’irrigation
archaïques.

On peut voir l’évolution du niveau


des eaux souterraines à la fin du 20e
siècle dans la région

La Chine a donc décidé de mettre en place une stratégie d’économie de l’eau pour l’irrigation
et de lutte contre la désertification. L’Inde rencontre aussi ces problèmes dans une moindre mesure
dans la région nord-ouest de son territoire.

Nous nous sommes donc intéressés plus en avant sur les différentes techniques innovantes que ces 2
pays ont mises en place pour lutter contre le manque d’eau.

2) Des techniques innovantes

Irrigation de pâturage avec de l’eau salée en Inde (2001)

Dans les zones arides du nord-ouest de l’Inde, des chercheurs ont voulu utiliser des réserves
souterraines naturelles d’eau salée en complément des précipitations pour l’irrigation de plantes

30
herbeuses et de graminées. Cela permettrait d’utiliser un minimum d’eau douce pour faire pousser
des pâturages et obtenir des quantités de fourrage plus importantes dans ces zones où le désert
gagne du terrain.

Les chercheurs ont testé différentes espèces d’herbes ayant des capacités à tolérer la
présence de sel avec différents schémas d’irrigation (irrigation avec uniquement de l’eau douce, avec
de l’eau salée) et sont arrivés à des résultats intéressants pour une espèce particulière. En irriguant
avec l’eau salée des nappes cette espèce, on obtient une quantité de fourrage seulement 27% plus
petite qu’avec une irrigation à l’eau douce. L’irrigation de cette herbe avec de l’eau salée permettrait
donc d’obtenir des pâturages viables pendant une plus longue période, dans cette zone aride avec
des températures parfois très chaudes et ainsi lutter contre la désertification.

Collecte et de stockage des eaux de ruissellement en Chine (2005)

Dans les zones limitrophes du désert en Chine, on essaie de faire pousser des arbres afin de
lutter contre la désertification. La technique de collecte des eaux de ruissèlement ( Microcatchment
water harvesting) existe depuis plus de 2000 ans. De nombreuses recherches sur cette technique
« oubliée » sont effectuées depuis quelques années par des chercheurs israéliens notamment.
Certains chercheurs chinois envisagent de l’utiliser à grande échelle pour végétaliser les zones en
voie de désertification. Une zone de microcaptage est en fait une zone délimitée par des rigoles, où
le sol est légèrement pentu. Elle est conçue pour accroitre le ruissellement de la pluie afin de
concentrer l’eau dans un bassin de plantation où elle s’infiltre et est efficacement stockée dans le
profil du sol.

La taille d’une zone de microcaptage peut varier de 1 m² à 1000m². Une étude a donc été
effectuée entre 2001 et 2003 pour mesurer l’efficacité de la méthode pour des microcaptages de
différentes tailles (de 5 à 50 m²) afin d’irriguer des arbres de l’espèce Tamarix ramosissima.

L’étude a révélé que la technique pouvait être appliquée pour faire pousser des arbres du
type choisi efficacement. Elle a montré que tous les phénomènes pluvieux ne générait pas forcément
de ruissellement (seulement 30% en moyenne) et que la quantité d’eau de ruissellement collectée
était proportionnelle à la taille de la zone de collecte. Ainsi sans système de microcatchment, on

31
obtient au bout de 3 ans un arbre de 1.45m de haut et un tronc de 1.25cm de diamètre. Avec un
microcaptage de 15m² on obtient respectivement 2.10m et 1.5cm et avec un microcaptage maximal
de 50m² on obtient une hauteur de 2.7m et un diamètre de 2cm. Le dispositif permet donc bien de
fournir efficacement plus d’eau à la plante et d’augmenter sa croissance.

Comparaison sur les différentes techniques de collecte et de stockage de l’eau de pluie, Chine
(2011)
En Chine, il y a eu une étude de 2007 à 2009 pour comparer les différents systèmes de
récolte de l’eau de pluie (The ridge and furrow rainwater harvest system RFRHS). Ce système est
composé de sillons et de crêtes alternés. Les crêtes sont imperméabilisées par un film plastique pour
que l’eau tombe dans les sillons où les plantes sont cultivées. Ces sillons sont recouverts d’un paillis
de sable et de gravier, c’est-à-dire d’une couche de sable/gravier qui a pour but de laisser l’eau
pénétrer dans le sol mais d’empêcher son évaporation. Ce paillis peut aussi être renforcé avec du
film plastique qui ne laisse passer l’eau qu’à certains endroits.

On peut voir les crêtes et les sillons


où les plantes sont cultivées. Il s’agit
pour cette étude d’une plantation de
pastèques.

On distingue ici le paillis composé de


gravier et de sable.

Dans cette étude, on cherche à trouver la combinaison optimale du ratio entre les zones de
crête et de sillons, de la composition du paillis (présence ou non de gravier et d’un film plastique)
pour la culture de la pastèque dans une zone semi-aride.

Comparativement à la méthode d’irrigation à la raie classique, ce système de collecte des


précipitations (RFRHS) combiné avec un paillis de gravier et de sable ou de film plastique ne réduit
pas seulement l'évaporation du sol, il permet aussi de stabiliser les fluctuations de température du
sol. De plus, il en résulte une meilleure utilisation de l’eau de pluie et un rendement de récolte des
pastèques plus élevé. Le ratio crête/sillon a un effet important sur l’efficacité du système et il s’avère
que le meilleur ratio est 1 :1. Recouvrir l’arête avec une couche de film plastique permet aussi un
meilleur rendement.

En conclusion, on peut dire que ce système peut être appliqué efficacement pour l’irrigation
dans les milieux où les précipitations sont limitées. De plus il est moins cher et plus facile à mettre en
œuvre que le système de récolte des eaux de ruissèlement par microcaptage.

32
- Gestion de l’eau et méthodes de captation de l’eau au Sahara

1) La situation de la réserve en eau Saharienne

Le système aquifère du Sahara septentrional (SASS) est un immense réservoir d’eau


souterraine, qui, en raison des conditions désertiques que l’on trouve dans cette région, est très peu
renouvelables. Néanmoins, de nombreux forages et autres systèmes de captation d’eau sont
présents sur place pour permettre l’approvisionnement des populations locales ainsi que l’irrigation
de terrains. Des problématiques se créent donc au niveau de cette zone de par la nécessité de
développer une zone dont la richesse en eau souterraine est contrainte.
Au cours des trente dernières années, les prélèvements en eau dans le SASS sont passés de
O,6 à 2,5 milliards par an. La salinisation des eaux, la baisse de la piézométrie, le tarissement des
exutoires naturels, les interférences entre pays, tels sont les problèmes qui se greffent à
l’exploitation de la ressource du SASS, et qui menacent lourdement à terme la durabilité du
développement socio-économique engagé dans l’ensemble de la zone.

Le système aquifère du Sahara septentrional est le système né de la superposition de deux


couches aquifères profondes, grandes réserves d’eaux souterraines de la région : la formation du
Continental Intercalaire (CI), qui est la plus profonde, et celle du Complexe Terminal (CT). On obtient
ainsi un système d’une superficie totale de plus d’un million de km², vaste réservoir d’eau pour les
populations qui vivent dans cette zone.

L’aridité du climat rend le renouvellement de ces nappes souterraines très limité. On peut
chiffrer la « recharge » de ce système à environ 1 milliard de m3 par an, et ce de manière non
homogène : en effet, ce sont surtout les régions de l’Atlas saharien, ainsi que le Dahar et le Djebel
Nefoussa qui réalimentent la nappe en eau. Toutefois, les réserves sont bien supérieures, fruits d’une
accumulation qui s’étend sur des siècles de
très faible exploitation, et sont même
difficilement chiffrables.
On dénombre en tout sur le SASS près
de 8800 points d’eau, répartis entre les trois
pays qui partagent cette immense réserve :
6500 en Algérie, 1200 en Tunisie et 1100 en

33
Lybie. L’exploitation par ces pays du SASS étant croissante depuis une trentaine d’années, on est en
droit de se demander quel est le destin de ce système aquifère au faible renouvellement annuel, et
dont la détérioration semble d’autant plus probable.
L’intense évolution des prélèvements dans les aquifères du SASS a profondément modifié la
vision que l’on peut désormais se faire de cette exploitation, laquelle se trouve confrontée à un
certain nombre de risques majeurs du simple fait de son développement : salinisation des eaux, …

2) Les systèmes d’irrigation propres au Sahara

Les conditions extrêmes du Sahara septentrional ont contraint les populations qui s’y sont
installées à redoubler d’ingéniosité pour trouver l’eau et l’utiliser à bon escient pour leurs activités,
et donc principalement pour l’irrigation. Au travers des âges, le système aquifère du Sahara
septentrional a été exploité par les civilisations du Maghreb, d’abord de manière ancestrale, puis
nous allons voir comment ces techniques se sont modernisées pour permettre un développement
plus efficace de ces régions.

2. 1 Les foggaras

La foggara est un système propre au Sahara qui offre une eau par gravité permanente sans
matériels d’irrigation, et ce contrairement aux forages modernes, qui exigent des systèmes de
pompage à énergies fossiles, extrêmement couteux. Les foggaras utilisent directement les eaux du
système aquifère du Sahara septentrional, montrant que même avant l’apparition des technologies
modernes, les populations locales avaient connaissance des réserves souterraines qui sommeillaient
sous les ergs et les dunes arides du Sahara. On en dénombre aujourd’hui 1700 en fonctionnement.

La foggara consiste en une galerie drainante creusée en ligne droite de l’amont à l’aval, qui
capte et amène de l’eau souterraine vers le terrain à irriguer, et ce de manière gravitaire, grâce à une
pente appropriée. L’arrosage se fait aussi par écoulement gravitaire, il est favorisé par les conditions
topographiques favorables du SASS, car le niveau du sol est inférieur au niveau piézométrique de la
nappe du Continental Intercalaire. La partie essentielle de la foggara est la partie drainante du canal,
creusée directement dans la zone aquifère, pour faire circuler l’eau et permettre le passage des
ouvriers en phase de réalisation.
A contrario, la partie du canal qui est en dehors de la zone aquifère ne sert qu’à acheminer
l’eau en dehors de la nappe, et ce en utilisant une légère pente de canal et donc un écoulement
gravitaire.

Schéma d’écoulement de l’eau dans la foggara depuis le SASS


34
On peut citer en exemple la foggara d’Amghiar, située dans la région de Timimoun, qui
présente une longueur de 7 kilomètres de galeries et plus de 250 puits servant à l’aération et aux
éventuels besoins d’entretien. Ces puits sont creusés à une profondeur de 45 mètres, et pénètrent
donc directement dans la nappe hydrostatique du Continental Intercalaire. Le débit enregistré
moyen est de 35 l/s, ce qui revient à environ un million de m 3 par seconde.

Puits d’aération de la foggara Répartisseur de la foggara

Il est intéressant de remarquer que certaines foggaras présentent une longueur de plus de 15
kilomètres de galeries et plus de 400 puits d’aération. La distribution de l’eau vers les utilisateurs se
fait par débit, grâce à un répartiteur situé en sortie de la foggara, et des canaux qui acheminent l’eau
jusqu’aux zones à irriguer.
Ce système traditionnel jouit de plus d’un aspect communautaire important : en effet,
chaque contributeur à la construction de la foggara devient propriétaire d’une part d’eau qui est
proportionnelle à sa contribution, et dispose du droit d’en faire usage, de la vendre, voire de la louer.
Les conditions d’entretien de la foggara sont toutefois particulièrement pénibles et dangereuses, les
accidents d’effondrements de puits étant fréquents.

Actuellement, ce mode de gestion traditionnelle commence à être abandonné car l’évolution


du mode de vie, de plus en plus urbain, contraint au remplacement de l’agriculture de subsistance
par l’agriculture de marché, toujours plus expansive. On arrive donc progressivement à une
dégradation des foggaras et de leur débit, due principalement au manque d’entretien et à la
disparition de la main d’œuvre qualifiée, entrainant une mauvaise qualité des canaux et donc des
problèmes d’infiltration.
Ce type de système souffre de plus de la concurrence avec les forages modernes de pompage
d’eau, qui, bien que très couteux en énergie, permettent des débits bien supérieurs à ceux des
foggaras. La demande étant croissante, on peut donc difficilement envisager de voir les foggaras
ressurgir comme solution d’agriculture expansive dans les plaines arides du Sahara.
On pourrait toutefois envisager des améliorations et des protections de ces foggaras, qui
restent des outils ancestraux et efficaces d’irrigation, et font partie intégrante de la culture locale. On
peut par exemple :
Isoler par une matière étanche la partie inactive de la foggara, très perméable et susceptible
de créer des infiltrations.
Boucher les forages situés dans le champ de captage des foggaras.
Etudier par une expérimentation un système d’entretien plus moderne et sécurisé

35
2. 2 La Grande Rivière Artificielle de Lybie

Le projet de la grande rivière artificielle ou GRA est parti de la découverte accidentelle en


1968 d’importants gisements d’eaux fossiles dans les grès nubiens de la région de Koufra, par la
compagnie américaine « Occidental Petroléum » au cours de travaux d’exploration pétrolière.
Dés la fin de l’année 1968, la société américaine créait une exploitation agricole de 600 ha
dans cette région chère à la dynastie sénoussie, encore au pouvoir. Ainsi une dizaine de milliers
d’hectares irrigués ont été développés dans cette région, mai s la réussite n’est pas au rendez vous.
En effet, des conditions naturelles peu propices à l’agriculture, l’éloignement des marchés, les coûts
importants de transport pour les intrants mais aussi les difficultés pour attirer une main d’œuvre, ont
sérieusement contrarié la tentative de mise en culture.
En 1983, le président Kadhafi a annoncé officiellement le projet de la grande rivière
artificielle GRA appelé aussi Great Man-Made River GMR. Ce projet gigantesque consiste à transférer
les eaux fossiles des bassins sédimentaires de Libye orientale (dans les grès nubiens de la région de
As-Sarir-Tazirbu-Koufra et du Fezzan vers la côte, c’est-à-dire sur une distance variant entre 400 à
800 km. En phase finale, 6 Millions de m 3 seront pompés chaque jour, soit plus de 2 Milliards de
m /an.
3

Cartographie de la grande rivière artificielle

A la fin du projet, la rivière s’étendra sur une longueur totale de


3500 km et les canalisations font 4 mètres de diamètre, formées de
tronçons cylindriques de 6,5 mètres de long pesant chacun 7,3 tonnes.
L’alimentation du réseau est fournie par plus de 480 puits répartis dans
tout le pays qui déversent directement dans deux conduites principales
en direction de la Tripolitaine avec un débit de 2,5 millions de m3 par
jour, chiffre révélateur de la dimension pharaonique de ce projet.
Elaboré pour permettre un développement sans précédent des
surfaces irriguées, ce projet a répondu dans un premier temps aux
besoins en eau potable, à Tripoli notamment. Toutefois, le volet agricole
est mis progressivement en œuvre avec la création ou la revitalisation de
périmètres irrigués dans la Jeffara.

36
Néanmoins, il est important de préciser que ce projet suscite de nombreuses craintes, car
trop demandant en réserves en eau. En effet, avec une capacité de pompage de 2 milliards de mètres
cubes par an, et un taux de renouvellement de seulement 1 milliard par an, la Lybie à elle seule
excède les capacités à très long terme que peut offrir le SASS. Que se passerait-il dès lors, si d’autres
pays voisins suivaient l’exemple libyen ? La méconnaissance des valeurs réelles de la capacité de la
nappe aquifère saharienne ne permettent pas de dire combien de temps un tel système sera viable.
De plus, l‘exploitation des aquifères profonds du Nubien dans les oasis de Siwa dans le nord
est proche de l’interface eau douce/eau saline. L’augmentation des prélèvements actuels pourrait
engendrer un flux des eaux salines vers les eaux douces. L’exploitation d’ un puit dans la région de
Jaghbub pourrait augmenter probablement le risque de détérioration de la qualité des eaux dans
l’aquifère du Nubien.

On est donc en droit de se demander si ce projet, aux vues de ses dimensions pharaoniques
et de l’investissement qu’il nécessite en conséquence, est le meilleur moyen de fournir l’eau pour
irriguer un pays en développement dans une zone aride comme la Libye. De tels investissements
pourraient être replacés dans des technologiques plus simples, se basant sur une ressource non-
fossile, telles que les usines de dessalement, dont certaines sont déjà présentes sur les côtes
d’Algérie, de Tunisie et de Libye.

2. 3 La réutilisation des eaux usées et drainées à El Oued.

Certaines régions, notamment proches des villes, sont soumises à un problème commun, à
savoir le rejet à la périphérie des eaux usées et drainées, comme dans la région d’El Oued, qui vont
donc directement repartir dans la nappe phréatique en raison d’un sol particulièrement perméable
dans cette région.
L’absence d’un exutoire naturel complique d’avantage le rejet du surplus d’eau et les eaux
usées. Cependant, la solution au problème de la remontée nécessite la suppression des fosses
septiques et la généralisation d’un réseau d’assainissement dans toute la région d’El Oued
équipée par des stations d’épuration. Les eaux épurées ainsi que les eaux de drainage seront
destinées à l’irrigation. Les boues récupérées seront valorisées et réutilisées comme amendement
pour les sols pauvres en matières organiques. La plantation des arbres de type Eucalyptus est à
encourager car ils serviront de brise-vent et consommeront des volumes d’eau considérables
directement de la nappe phréatique. L’expérience déjà entamée dans l’agriculture a donné des
résultats très satisfaisants et peut être une voie pour résoudre le problème de la remonté e.
En d'autres termes, cela constituera une agriculture basée sur :
Une irrigation par les eaux usées et de drainage épurées
Des arbres « Eucalyptus » utilisés comme brise-vent par les agriculteurs

37
3) Conclusion partielle sur la région du Sahara septentrional

On remarque au sein des différentes méthodes que nous venons de voir qu’elles ont toutes
une productivité en eau différente, mais aussi une gestion des réserves propre. La Grande Rivière
Artificielle de Libye, par exemple, permet de pomper un débit impressionnant, mais qui semble trop
contraignant aux vues du manque de renouvellement et de données concernant les ressources e n
eau que peut fournir le système aquifère du Sahara septentrional. Les foggaras, de par leur
ancienneté, sont très demandeuses en entretien, et nécessiteraient d’être optimisées dans le sens de
la modernité pour être plus rentables, et plus en adéquation avec les besoins de ces pays en
développement important. Les techniques plus modernes de recyclage de l’eau sont donc
encourageantes et nécessitent d’être développées, car peuvent être une bonne solution de couplage
avec d’autres méthodes.
Les évolutions politiques récentes qu’a connues le nord de l’Afrique gênent pour le moment
les évolutions de la politique du captage de l’eau, mais le temps dira quels seront les choix que feront
les gouvernements nouvellement mis en places dans ces régions vis-à-vis de la ressource en eau
considérable et pourtant fragile qu’est le SASS.

38
- Technique de captage en Israël

1) Condensation historique

La rareté de l'eau a toujours constitué un élément dominant


dans l'agriculture de la majeure partie du Moyen Orient aride, les
habitants dépendant de pluies saisonnières peu abondantes et
irrégulières ou de rivières pour leur approvisionnement en eau. Le
climat d'Israël est fortement influencé par la proximité du désert qui
borde le pays au sud et à l'est. La majeure partie du territoire d'Israël
est considérée comme aride (60%) ou semi-aride. Les pluies ne
tombent qu'en hiver, principalement entre novembre et mars.

Jusqu'au début du XXe siècle, l'agriculture du Pays d'Israël,


presque entièrement dépendante des pluies, était limitée à la partie
nord du pays et à la région côtière. Dans certaines localités du nord
dotées de sources d'eau, les champs étaient irrigués. L'eau était
acheminée par gravitation de la source jusqu'aux champs au moyen
de simples canaux à ciel ouvert. Cependant, par suite des pertes
importantes occasionnées par l'infiltration rapide dans le sol lors du
transport, l'eau était distribuée de façon inégale.

L'idée que l'agriculture nécessite un approvisionnement en


eau fiable n'émergea qu'à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
Ces technologies furent apportées par des immigrants qui avaient
reçu une formation professionnelle, notamment des spécialistes
expérimentés dans les méthodes avancées de forage des couches
rocheuses dures, et des techniciens du pompage de grandes
quantités d'eau dans des puits profonds.
Approvisionnement en eau
2) Le rôle de l'irrigation dans l'agriculture de pointe

Compte tenu des conditions prévalant au début du XXe siècle dans cette région, notamment
la prédominance de la culture sèche reposant presque exclusivement sur les pluies saisonnières,
l'introduction de nouveaux concepts dans l'agriculture supposait non seulement des changements
techniques, mais également une modification en profondeur de la stratégie et de l'ampleur des
progrès agricoles.

Dans le cadre des efforts de peuplement, des géologues placés sous la direction du professeur
L.Picard (immigrant arrivé d'Allemagne en 1924) furent recrutés pour rechercher des eaux
souterraines. Un équipement de forage moderne capable de creuser à de grandes profondeurs sous
des couches de roches dures, des machines de pompage efficaces, et l'introduction de nouveaux
matériaux comme le ciment et les conduites métalliques furent employés pour développer des
systèmes d'approvisionnement en eau fiables.

Au début, les colonies s'associèrent localement, investirent des fonds pour la recherche des eaux
souterraines, et réussirent à assurer un approvisionnement en eau plus ou moins continu.

Par la suite, une conception plus large de la question de l'approvisionnement en eau fut adoptée.
Le premier effort concerté pour élaborer un projet de grande envergure remonte à 1935. C 'est
Mekorot, la Compagnie nationale des eaux nouvellement créée, qui prépara et réalisa le projet entre
1935 et 1938. L'eau provenait de trois puits forés dans les versants occidentaux de la vallée de
Jezréel. Les principales caractéristiques de ce projet étaient les suivantes :

39
Acheminement de l'eau dans des canalisations en métal, sous pression, ce qui assurait un
approvisionnement continu sur de longues distances. La pression permettait d'irriguer les
champs par aspersion, et non plus par inondation traditionnelle.
Incorporation de deux citernes de béton et de deux réservoirs à ciel ouvert, afin d'assurer un
approvisionnement en eau constant. L'eau était pompée dans les réservoirs, la nuit, lorsque
les tarifs de l'électricité étaient relativement bas ; puis elle était amenée sans interruption
jusqu'au système d'irrigation.

La question de la disponibilité des ressources en eau et de la possibilité de mettre en place des


systèmes modernes destinés à assurer un approvisionnement suffisant n'était pas seuleme nt d'ordre
théorique ou technologique. Elle comportait également des implications politiques. En effet, les
droits nationaux sur la terre étaient au cœur du conflit entre les communautés juive et arabe.

3) L'offre et la demande - la gestion de ressources en eau limitées

Les ressources en eau douce d'Israël, qui s'élèvent en moyenne à 2 milliards de mètres cubes
par an, sont actuellement exploitées jusqu'à leur limite. Or, la population du pays est en
augmentation constante, comme d'ailleurs la demande en eau.

Des mesures urgentes s'imposent afin de fournir des quantités d'eau supérieures. Les eaux
secondaires, une catégorie qui comprend les effluents, l'eau saumâtre et l'eau de mer, constituent
une source potentielle importante. Un traitement approprié - l'épuration dans le cas des eaux
d'égout et le dessalement pour l'eau saumâtre et l'eau de mer - est susceptible de fournir des
quantités d'eau supplémentaires si nécessaires. Le système de traitement des eaux usées pour
l’irrigation étant similaire de pays en pays, nous l’aborderons dans le cadre de l’étude de cas sur
l’Australie, nous approfondirons ici la technique de captage par dessalement de l’eau de mer
seulement.

4) L’eau saumâtre et l’eau de mer, des techniques maitrisées

Initialement, les techniques classiques de distillation étaient utilisées mais leur coût s'avère
très élevé en énergie électrique pour être utilisées à grande échelle. Elles consistent à faire passer de
l'eau salée par plusieurs étages d'évaporation et de condensation. Dans le procédé d'électrodialyse,
l'eau salée est placée dans une cuve à électrodes. Le courant électrique dissocie les molécules de sel
(NaCl) en cations Na+ et Anions Cl- qui sont respectivement attirés par les deux électrodes opposées.
Le principe de l'osmose inverse consiste à comprimer l'eau à travers une membrane perméable aux
seules molécules d'eau à l'exclusion des sels, à une pression supérieure à sa pression osmotique. Peu
utilisé compte tenu de la fragilité des membranes, ce procédé est maintenant utilisé à un niveau
industriel dans les nouveaux sites de dessalement israéliens.

Compte tenu de leur besoin, les Israéliens se sont dotés de fortes compétences dans le
domaine du dessalement. Les efforts de R&D ont permis de substantielles réductions de coût du
dessalement à l'aide de technologies membranaires. Les membranes sont plus résistantes à la
pression et ont une durée de vie plus grande. De plus, la taille des grands sites de dessalement
permet des économies d'échelle. Les améliorations dans le prétraitement ont également contribué à
faire diminuer le prix de revient. Parallèlement, l'augmentation de l'efficacité des pompes permet de
réduire la consommation énergétique. Le coût de dessalement d'un mètre cube d’eau de mer est
passé de 1 dollar au début des années 90 à environ 0,75 au début des années 2000. Il se rapproche à
présent de 0,5 dollar.

40
Les principaux facteurs du cout du dessalement

Dans une certaine mesure, l'eau saumâtre non traitée est déjà utilisée pour irriguer des cultures.
De nombreuses études ont été réalisées pour vérifier si l'eau saumâtre peut être utilisée pour
l'irrigation. Elles ont montré que certaines cultures comme le coton, la tomate et le melon tolèrent
volontiers des eaux saumâtres (jusqu'à 7 à 8 dS/m - déci-Siemens par mètre - de conductivité,
équivalent à une salinité de 0,41 à 0,47% de chlorure de sodium). Mais, afin de réduire au minimum
l'accumulation des sels autour des racines et pour faciliter le lessivage de ces sels accumulés, il est
essentiel :

d'utiliser des systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte délivrant l'eau saumâtre


De cultiver les plantes dans un milieu sans sols ou dans des sols légers (sableux ou terreau
sablonneux)

Lorsque les cultures le tolèrent, l'utilisation d'eau saumâtre contribue à l'économie d'eau douce.

Les techniques de prétraitement se sont développées et améliorées, notamment pour les


eaux contaminées. Les progrès les plus importants concernent la mise en place de techniques
membranaires d'osmose inverse. Des compétences relativement nouvelles dans les premiers stades
du traitement (ultrafiltration, microfiltration) ont également émergé. Parallèlement, le taux de rejet
de sel s'est amélioré de 98,5% en 1990 à 99,7% en 2000. La durée de vie des membranes s'est
allongée et les fabricants peuvent parfois garantir leurs produits jusqu'à dix ans (contre 2 à 3
seulement dans les années 90)

41
5) La situation actuelle

Ces dernières années, l'approvisionnement en eau d'Israël a atteint un stade d'équilibre


extrêmement fragile entre l'offre et la demande par suite de plusieurs facteurs :

Une série d'années de sécheresse, aboutissant à un remplissage insuffisant des réservoirs


d'eau (aussi bien en surface que dans les nappes aquifères), associé à un pompage excessif
des réserves en eau déjà en diminution.
Un rapide accroissement de la population du fait de l'immigration (4,8 millions d'habitants en
1990, 6,3 millions en 2000, soit une croissance de 31% en 10 ans), ce qui conduit à une
consommation d'eau à usage domestique plus importante.
Des hésitations et des retards de la part des décideurs à allouer les ressources financières
nécessaires pour des projets de grande envergure comme le recyclage et l'épuration des
eaux usées et la construction d'usines de dessalement de l'eau de mer.

42
- Australie : La grande sécheresse

1) Le contexte environnemental

L’Australie, le continent habité le plus aride de la planète est grandement menacé par les
changements climatiques. Ce pays est par ailleurs l’un des plus touchés par ce
réchauffement exceptionnel. L’Australie est un continent unique au monde : à l’exception de
l’Antarctique, c’est le continent habité le plus sec de la planète. Les Australiens ayant un
style de vie peu économe des ressources naturelles (à l’image du mode de vie nord-
américain), le défi est d’autant plus de taille! L’un des endroits les plus fragile est le
bassin Murray-Darling, là où se concentrent la majorité de la population australienne, dans
le sud-est de ce continent aride.

L’Australie est l’un des continents les plus arides. Plus de 80 % de sa surface connaît une
pluviométrie annuelle inférieure à 600 millimètres, dont 94 % s’évaporent, 2 % s’infiltrent
dans le sol et 4 % se transforment en ruissellement. De plus, certaines années, la pluie peut
se faire plus rare, comme lors d’une année El-Niño, où les précipitations sont généralement
plus faibles.

En Australie, l’irrigation est très importante pour l’agriculture : en effet, seulement 5 % des
terres agricoles en Australie sont irriguées, mais garantissent 30 % du produit agricole et de
ce total des terres agricoles irriguées, 70 % se trouvent sur le basin Murray-Darling, qui
représente 14 % du territoire australien.

Les précipitations dans le sud-est de l’Australie occidentale ont diminué d’environ 15 % et les
recherches indiquent que les changements climatiques ont contribué à cette diminution. Les
températures ont augmenté en Australie et un certain nombre de conséquences se font déjà
sentir. Les récents apports mensuels en eau dans le bassin Murray-Darling (2007-2008) sont
bien en deçà de la moyenne à long terme et même de la moyenne de 1989-2007.
Comparativement à plusieurs autres fleuves dans le monde, les principaux fleuves et rivières
de l’Australie voient leur débit diminuer énormément. Pour la rivière Murray et surtout la
rivière Darling, le ratio entre l’écoulement maximum et l’écoulement minimum annuel est
très grand.

43
D’ici environ 10 ans, la majorité du ravitaillement des Australiens sera probablement
assurée par le dessalement de l’eau de mer et par la réutilisation des eaux usées. Vers
2020, un tiers seulement de l’eau consommée proviendra de l’eau de pluie.

2) Les investissements technologiques


Confronté à la sécheresse, le gouvernement australien a adopté en juin 2004 une « Initiative
nationale de l’eau » visant à redéfinir entièrement la gestion de l’eau dans toutes ses
dimensions : mesure et surveillance de l’état des ressources, capacités de stockage, droits
d’accès et marchés de l’eau, réforme des systèmes de gestion urbains et ruraux. Ce
programme était accompagné de la mise en place d’un fonds d’investissement dans le
secteur de l’eau, lequel a donné l’impulsion à la construction de nombreuses nouvelles
infrastructures. Certains de ces nouveaux projets visent à réduire les gaspillages inutiles,
comme la conversion des canaux ouverts en pipe-lines pour éviter les pertes dues à
l’évaporation. Mais la plupart d’entre eux restent davantage orientés par une politique
d’augmentation de l’offre d’eau à n’importe quel prix que par un effort de rationali sation et
de modération des usages. Les projets les plus importants sont ainsi ceux de construire
plusieurs usines de dessalement (Perth, Sydney, Melbourne…), des usines de traitement de
l’eau, de nouveaux barrages (Urannah) ou de nouveaux conduits pour transférer l’eau sur
de grandes distances, ainsi que le lancement d’opérations de prospection dans le Nord du
pays. Dans certains cas, un certain effort est fait pour limiter les impacts négatifs des
projets : en ce qui concerne l’usine de dessalement de l’eau de mer projetée par la ville de
Perth, par exemple, une grande partie de ses (importants) besoins en énergie devraient être
couverts par des sources renouvelables, solaires et éoliennes. Les projets de recyclage des
eaux usées à des fins industrielles, agricoles ou domestiques commencent également à se
multiplier. L’ampleur de ces investissements fait de l’Australie un véritable laboratoire pour
les nouvelles technologies de l’eau, et les multinationales du secteur y sont particulièrement
présentes et actives.

Selon le quotidien The Australian, le PDG de l'entreprise d'emballages australienne Visy


industries vient d'annoncer vouloir investir dans les infrastructures d'irrigation.
L'entrepreneur propose de créer des sortes d'autoroutes d'eau avec péage qui
permettraient d'attirer des investisseurs privés. Une étude montre qu'un système
d'irrigation dans la vallée de Murrumbidgee récolterait 1.300 gigalitres par an. Les
investissements estimés à 824 millions de dollars australiens créeraient 4.500 emplois.

44
3) Réutilisation des eaux usées
Un autre moyen d’économiser l’eau de manière substantielle est de réutiliser les eaux usées
agricoles, municipales et industrielles pour réduire les demandes en eau douce. Dans de
nombreux cas, les polluants associés à ces eaux usées sont en fait de précieux nutriments
pour les cultures (c’est-à-dire azote, potassium, phosphore, magnésium, etc.) dont ils
peuvent améliorer la production. Toutes les régions du monde peuvent tirer plusieurs
avantages économiques de l’utilisation de ces eaux usées pour augmenter la production
agricole, notamment une amélioration de la productivité agricole, une réduction des besoins
d’épuration des eaux usées, ainsi qu’un emploi et une répartition plus efficaces des
ressources en eau.

L’ « Initiative nationale de l’eau » a notamment permis la construction de trois usines de


recyclage :
à Bundamba dont la capacité est de 66000m3/jour
à Gibson Island dont la capacité est de 100000m3/jour
à Luggage Point dont la capacité est de 66000m3/jour,
ainsi que la construction de plus de 200km de canalisation pour acheminer l’eau traitée
depuis les 6 usines de traitement des eaux usées jusqu’aux 3 usines de traitement avancé de
l’eau et pour distribuer l’eau produite pour les usages industriels et agricoles.

45
III Le biomimétisme, base de la récolte de l’eau.

La Nature a inventé de prodigieux dispositifs dont


l'homme aura un jour ou l'autre besoin de s'inspirer.

Le Stenocara, scarabée vivant dans le désert de


Namibie, parvient à survivre, sans eau. Chaque matin, il
monte au sommet d'une haute dune, se positionne face
au vent et déploie ses élytres dont la surface cirée est
recouverte de bosses microscopiques. Les brouillards
océaniques poussés à l'intérieur des terres se
Stenocara
condensent alors par magie et une goutte d'eau apparaît
permettant au Stenocara de s'abreuver. Pour se désaltérer, il se penche en avant et les gouttes d'eau
glissent dans des micro-rainures de sa carapace jusqu'à leur orifice buccal. Ce prodigieux mécanisme
a été mis en évidence pour la première fois en 2001 par Andrew Parker et Chris Lawrence de
l'université d'Oxford ("Water Capture by a Desert Beetle," Nature 414, 2001). De plus, "Stenocara"
étonne par sa résistance à la chaleur, en effet, ce seraient des réflecteurs infrarouges sur le dos du
scarabée qui l'aideraient à résister aux fortes températures. Depuis, de nombreux laboratoires
essayent de créer des matériaux s'inspirant de la structure des élytres du Stenocara. Des scientifiques
du Ministère de la Défense Britannique ont développés une technique nommée : "Fog Harvesting".
De ces recherches pourrait découler la conception de tissus de tente ou de tuiles pour la collecte
d'eau potable, idéales dans les régions arides.

Pour l’heure la récolte de l’eau dans l’air donne lieu à de nombreux projets dont voici
quelques exemples, certains existent depuis des millénaires, d’autres exploitent de nouvelles
technologies.

- La « récolte » du brouillard.

1) Les filets de brouillard

Des ingénieurs chiliens ont redécouvert et développé une technique, connue depuis des
siècles en Arabie, de « récolte » de l’eau du brouillard au moyen de filets. Très simple et ne
nécessitant aucune énergie, elle semble pouvoir être adaptée à un certain nombre de pays sur tous
les continents.
Le petit village chilien d’El Tofo, situé à 780 mètres d’altitude et à 360 kilomètres au Nord -
ouest de Santiago dans une zone désertique, peut revenir à la vie après avoir été abandonné par les
dieux – en l’occurrence les dieux ont pour forme terrestre la compagnie minière américaine
Bethlehem Steel Cy – au début des années 1970. En effet, quand le géant américain décida
d’abandonner l’exploitation de la mine de fer, il emporta avec lui le système de distribution d’eau et
le générateur d’électricité. La petite communauté de 350 âmes, on l’imagine aisément, vécut l’enfer.
L’eau ne fut plus délivrée que par un camion poussif et elle était plutôt contaminée.
Mais, dans la vie de cette modeste localité, la date du vendredi 6 mars 1992 est à marque r d’une
pierre blanche. Ce jour-là, en effet, l’eau revint dans les canalisations et, depuis lors, chacun de ses
habitants a pu jouir de 25 litres d’eau par jour. Derrière cet exploit, il y a une technique connue
depuis des temps immémoriaux des nomades du Rùb El Khali, l’immense désert de l’Arabie.

46
L’eau provient en fait du
brouillard. De grands filets tendus
sur son passage obligent les
minuscules gouttelettes d’eau à
se condenser. Eau qui emprunte
ensuite des canalisations et, par
gravité, arrive au réservoir du
village. Le système set plus
efficaces lorsqu’il se compose de
deux filets tendus de façon à ce
que, lorsqu’ils se frottent sous
l’effet du vent, les gouttelettes se
condensent mieux. Un filet de 12
mètres sur 3,5 produit 180 litres
d’eau/jour. Cette technologie ne
nécessite aucune énergie, demande des constructions simples dont la maintenance peut se faire
localement avec des matériaux courants. Le coût de cette eau est de l’ordre du quart du prix du
transport par camion-citerne. Mieux : comme on obtient ici de l’eau distillée, sa qualité chimique et
bactériologique est impeccable. La quantité d’eau obtenue est, par ailleurs, non seulement suffisante
pour alimenter les villageois, mais encore les spécialistes chiliens comme Waldo E. Canto, dire cteur
des forêts, espèrent pouvoir replanter des arbres de la région, arbres qui deviendront autosuffisants
au bout de cinq à six ans car ils condenseront eux-mêmes l’eau du brouillard par leur feuillage.
Les recherches prouvent que vingt-deux pays sur tous les continents ont les caractéristiques
indispensables pour amener l’eau du brouillard à se condenser en altitude. On peut citer : le
Mexique, le Honduras, l’Équateur, Gibraltar, l’Angola, le Kenya, la Namibie. A Oman, la technique est
aussi appliquée et l’ingénieur chilien Juan Sebastian Barros, qui a collaboré au projet omanais, calcule
qu’en fonction de la densité du brouillard, un collecteur peut produire jusqu’à 3 000 litres/jour. Les
études entreprises au Chili dès 1960 sur les brouillards se sont axées sur El Tofo en 1980 et ont
impliqué l’Université du Chili, l’Université catholique et un institut international de développement
de l’Ontario au Canada. La technique est simple, peu coûteuse et la réalisation aisée si les conditions
physiques et climatiques le permettent.

Version évoluée en augmentant la surface de captation à Tenerife, ile au large du Maroc où les
précipitations sont rares.

Robert Schemenauer sait à quel point les filets peuvent changer la vie des gens. Depuis plus
de 20 ans, avec l'aide d'un FogQuest organisation non gouvernementale, il a installé des filets de
brouillard dans les régions arides de 13 pays. Ses projets actuels sont au Chili, en Ethiopie, en
Erythrée, au Népal et au Maroc.
Comme dans le cas d’El Tofo, la technique est souvent utilisée également pour aider au
reboisement dans des zones où les précipitations sont faibles.

47
2) Curtains water.
En 1971 dans le Colorado,
l’artiste Christo et son épouse
installèrent un rideau en
nylon orange monumental de
12 780 m² (381 m de large et
111 m de haut) tendu entre
deux massifs. Libre
dynamique, cette œuvre
symbolisait une barrière
artificielle. Le tissu était
accroché sur quatre câbles en
acier, fixé avec des barres de
fer fixées dans le béton sur
chaque pent e, et 200 tonnes
de bét on.
A but uniquement artistique, la 1ère version a irrémédiablement lâchée suite a un vent de 100 km/h,
guerre plus concluante pour la deuxième version. Cette œuvre a néanmoins donnée des idées pour
capter l’eau sur d’immense surface.

Une étude au pied de la célèbre statue Christ de Rio di Janeiro a été réalisée par des ingénieurs et
architectes (Maurits Ruis). Sur le même principe, mais avec une maille adaptée au brouillard, le
rideau de 173 000 m² pourrait récolter 867 500 litres d’eau par jour, alimentant ainsi 96% en eau la
ville de Cosme Velho. Lorsque le brouillard envahirait la vallée le rideau se déplorait, et se replierait
en période de beau temps.

Ce principe de captation par surface, a donné lieu à quelques projets, ou la surface se


refermait et prenait la forme d’une enveloppe, créant ainsi à la manière d’une peau un espace clos
pouvant même servir de lieu de culture.

48
3) Coastal fog-harvesting tower, Huasco, Chilie. (Les tours de brouillard)

L'une des approches les plus prometteuses de l'architecture durable est la conception de
structures profitantes de leur environnement immédiat. Que ce soit orienté vers le sud pour les
panneaux solaires ou un lieu stratégique pour les éoliennes, le maximum d'efficacité est obtenu en
faisant le panel de toute une gamme de facteurs environnementaux.

La tour spirale nommée Coastal Fog tower se spécialisée dans cette approche utilisant un
type de brouillard unique au Chili appelé " Camanchaca ". Ce brouillard dense côtier s’étire du Pérou
vers les régions du nord du Chili. Il se condense en une couche de faible altitude au dessus de la mer
pour former des nuages côtiers (200-400m au-dessus du sol) qui sont ensuite poussés vers l'intérieur
des terres.

Se dressant de 200 mètres de haut, cette flèche


en spirale conçut par Fernández et Ortega Architectes
est une merveille de capture du brouillard et permet de
récolter les molécules d'eau en suspension dans la
vallée de la rivière Huasco. Son squelette formé en bois
permet de tendre une résille plastique piégeant
l’humidité. L’eau ainsi captée ruissèle le long de
canalisation en cuivre, puis est filtrée pour retirer le sel
et stockée sous terre dans des entonnoirs. Ici, les oligo-
éléments de la mer sont filtrés par un système
d'osmose inverse , qui est beaucoup plus efficace que le
traitement de l'eau de mer en eau potable fait par les
usines de dessalement. Le résultat final est un système
de distribution d'eau, avec un rendement prévu de 2-20
litres par mètre carré de surface verticale, la production
de 20.000 à 200.000 litres d'eau par jour. Prototype au 1/10ème.

49
Un prototype à l’échelle 1/10ème à été réalisé
en février 2010, afin d’obtenir des
informations sur son comportement in situ,
avant commercialisation du projet. Situé à
une altitude de 460 m au dessus du niveau de
la mer, le prototype possède une surface de
71 m² et délivre de meilleures performances
par rapport au filet de brouillard, notamment
grâce à sa forme.

D’autres projets naissent dans certaines autres régions du globe toujours avec ce procédé
de « récolte » du brouillard. Ce système simple, faible en énergie et se servant de la gravité permet
de cultiver certaines régions où les pluies se font rares. Il produit cependant des ressources
négligeables bien sûr pour une industrie ou une agriculture intensive. L’irrégularité de la
production d’eau en été oblige les utilisateurs à s’adapter et stocker cette eau. L’intérêt de ce
système reste surtout local, notamment à cause des trajectoires du vent.

Conclusion sur les filets de brouillard.

Avantages :
- les pays arides sont souvent des pays pauvres, ce système nécessite peu de moyens.
- système idéal pour des iles ou l’eau souterraine est salée, ou pour des villes enclaves où
l’acheminement par camion-citerne est coûteux.
- l’entretien des installations est simple et ne demande pas de compétences particulières.
- l’eau récoltée est dans certaines conditions potables.
Inconvénients :
- conditions climatiques particulières.
- système complémentaire et non principal de production d’eau.
- le brouillard n’est pas régulier tout au long de l’année, d’où une nécessité de conserver l’eau
(problème de pollution, bactérie…).

50
- Récupération de l’eau par condensation.

1) Eole Water Marc


Parent (ingénieur français)

Si les fameux filets attrape-


brouillard du nord du Chili ont braqué les
yeux du monde entier sur cette technique
rustique mais efficace, un Français lui, a
mis au point une éolienne à produire de
l'eau. Marc Parent a présenté en
novembre dernier, un prototype: "Eole
Water". Le principe de ce "moulin à vent" particulier, est assez simple : l'électricité produite par
l'éolienne alimente un groupe frigorifique installé derrière le rotor (partie rotative). Au contact des
parois froides, l'humidité de l'air se condense et l'eau s'écoule dans un réservoir caché dans le mât.
"A 20 °C, chaque kilo d'air peut contenir jusqu'à 15 g d'eau ", explique l'inventeur. Chez lui, dans les
Alpes de Haute Provence, il récupère ainsi de 30 à 100 litres d'eau par jour, filtrés pour éliminer les
polluants de l'air. Pour l'instant le procédé est très cher (35 euros le mètre cube, soit 12 fois plus que
le prix moyen de l'eau en France) mais Marc
Parent espère réduire les coûts avec des
éoliennes plus puissantes. Cependant, les
experts assurent qu'il sera difficile de
concurrencer financièrement le procédé de
désalinisation de l'eau de mer...sauf pour les
régions éloignées, justement, des côtes.
Pour l'instant son offre ne fait pas beaucoup
de remous, on se contente d'éoliennes qui
font de l'électricité, c'est nettement plus
rentable. En octobre 2009, le groupe Suez a
d'ailleurs installé le plus grand parc chilien
entre Santiago et La Serena.

Coupe de principe de l’éolienne.

51
2) Max Water
Sur le même principe qu’Eole water, un
inventeur australien Whisson a élaboré un prototype
pour les pays en voie de développement nommé
MaxWater. Sorte de moulin à vent modernisé son
principe consiste à récupérer l’eau contenue dans
l’air ambiant sur des parois refroidies.
Le vent souffle à travers un ensemble
de turbines qui alimente ensuite une série de plaques
réfrigérées. Comme l'air passe au-dessus de ces
plaques, l'eau se condense dessus et s'écoule vers le
bas dans un réservoir de collecte, où elle peut être utilisée pour être bu ou pour l'irrigation. Les
plaques, sur le modèle de la feuille de lotus, ouvrent la voie à davantage d'eau se condensant sur la
surface refroidie. Le prototype utilise également des panneaux solaires pour faire fonctionner le
compresseur permettant de garder les plaques refroidies. Optimiser son utilisation dépendra en
grande partie de la façon dont sont utilisées les conditions locales. Son prototype permet d’extraire
7,5 litres par jour, il espère pouvoir le commercialiser et arriver à 10l/jour.

3) Groasis Water Box

L'entrepreneur néerlandais Pieter Hoff a créé un dispositif unique en son genre pour récolter
de l'eau dans des régions arides, où les pluies sont occasionnelles. Avec ce dispositif, surnommé
le Groasis waterboxx , Pieter Hoff (Pays-Bas) a remporté le Prix Beta Dragons 2008. Sans utiliser d'eau
souterraine ni d'électricité, ce dispositif peut produire de l'eau douce, même dans les endroits les
plus secs de la planète et favorise
ainsi l’implantation de plantes et
arbres afin de survivre dans des
circonstances difficiles. La boîte
collecte de l'eau de pluie, en la
stockant dans la partie inférieure
de la boite, mais également l’eau
de rosée, qui ruissèle le long des
rainures. La boite distribue de l’eau douce à l'arbre planté
au centre durant une longue période.

52
- Inspiré par les excréments d’oiseau, le dispositif est calqué sur la façon dont les excréments, digérés
par les oiseaux, protègent les semences de l’évapotranspiration. Le 1er rôle de la « water box » est
donc de conserver l’humidité du sol où elle repose. La graine pousse donc en tirant l’avantage de
cette protection.

- La « boite », en réalité, un cylindre de 50 cm de diamètre et 25 cm de hauteur, possède une


ouverture tubulaire où est plantée la plante, et permet de conserver au maximum 15 litres d’eau (3
litres de moyenne). Grâce à son design l’eau ne s’évapore pas.

- La nuit, la différence de température provoque une condensation de goutteles d’eau sur les parois
de la « water box » qui ruissèlent ensuite dans la réserve.
Le système délivre 50 ml chaque jour d’eau dans le sol.

- Ceci développe une colonne d’eau en dessous du système sur environ 2 mètres de profondeur.
La boite peut être retiré lorsque la plante a suffisamment grandit, cependant pour éviter
l’évapotranspiration l’ingénieur préconise une installation de fibre de coco ou de coton.

Ce système, un peu antinomique avec la notion d’irrigation, fonctionne plus comme un


réservoir permettant de protéger la plante en se basant sur les prémices d’une micro Oasis. Ainsi,
l'homme pourrait replanter le désert ou des zones érodées, restaurer la couverture végétale et
rendre ses terres plus productives avec des arbres fruitiers ou des plans fruitiers (melon, tomate…).
L’ingénieur a depuis 2010 parcouru 8 pays (Maroc, état Unis, Irak) et développé ce système. En
octobre Pieter Hoff retourne avec succès d'un voyage dans le Sahara marocain. 90% des arbres
plantés étaient vivants plusieurs mois après avoir enduré des chaleurs extrêmes dans le sol rocheux.

53
Conclusion générale du rapport

Grâce à ce projet, nous avons donc essayé, de faire un inventaire des différentes techniques,
existantes ou à venir, d’irrigation en milieu aride et de les comparer. Nous nous sommes donc divisé s
le travail en six grandes techniques d’irrigation (l’irrigation gravitaire, l’aspersion, la micro irrigation
superficielle, l’exsudeur souterrain et l’irrigation souterraine et le drainage contrôlé) afin de
déterminer, si possible, la meilleure. Après avoir mis en commun nos documents nous nous sommes
rendus compte que, finalement, il n’existe pas de meilleure technique. En effe t chaque technique
possède des avantages et des inconvénients. Certaines techniques peuvent être utilisées avec de
l’eau de mer, d’autres non (cela peut boucher les trous) ; certaines ont besoin d’un fort capital
d’investissement et d’une faible main d’œuvre ou inversement ; pour finir certaines sont efficaces
sur des terrains à relief quasiment plat, quand d’autres peuvent être utilisées sur tous types de
terrains. Donc lorsqu’un exploitant décide d’irriguer son champ, il doit donc analyser ses ressources
(physiques, monétaires), les caractéristiques de son champ et du sol, la qualité et l’abondance de
l’eau… afin de choisir la meilleure technique d’irrigation et obtenir un rendement optimal.

Et afin de mettre en exergue ces différences de choix nous avons ensuite cherché des
exemples dans différentes régions du monde. Et chaque exemple utilise une technique différente et
appropriée à son environnement.

Notre projet fournit donc un inventaire consultable, en premier lieu, par un exploitant afin
de choisir la meilleure technique d’irrigation en milieu aride pour son exploitation.

54
IV Références Webographie :
- Les différentes méthodes d’irrigations

- Partial rootzone irrigation increases water use efficiency, maintains yield and
enhances economic profit of cotton in arid area. Li-Song Tanga, Yan Li, Jianhua Zhangb
- Les techniques modernes d’irrigation et les économies d’eau L. RIEUL
- L’irrigation gravitaire par micro-raie en Algérie. Propositions pour une amélioration de la pratique
ou une modernisation de la technique. Quelles alternatives ? M.N. Chabaca

- Coûts des différents systèmes d’irrigation, Colloque sur l’irrigation l’eau, source de qualité et de
rendement, Roland HARNOIS, février 2006
- Transfert de technologie en agriculture, Matériel d’irrigation, Prof. Mohammed AZOUGGAGH, 2001
- Techniques d’irrigation de l’avenir et leur cout, L. RIEUL, 199

- Influence de l’irrigation goutte-à-goutte par des eaux chargées sur un sol léger
http://ressources.ciheam.org/om/pdf/a57/04001956.pdf
- Critères et options pour des méthodes d’irrigation appropriées
http://www.fao.org/docrep/W3094F/w3094f05.htm#TopOfPage
- Magnasoatane : Bulletin du projet de gestion durable des terres
http://awsassets.panda.org/downloads/magnasoatane_slm_bulletin0.pdf
- Concrètement, l’entrepreneuriat social, c’est quoi ? Un cas d’école en Inde
http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/2010/11/17/concretement-lentrepreneuriat-social-cest-
quoi-un-cas-decole-en-inde/

- Etude de cas sur des zones géographiques précises

Ethiopie :
- collecte des eaux de pluie, Groupe GDT,2008.

Sahara septentrional :
-Système aquifère du Sahara septentrional : gestion concertée d’un bassin transfrontalier, OSS, 2008
- La Grande Rivière Artificielle de la Libye et le développement durable, Ohmar KHEDHER
- La foggara dans les oasis de Touat Gourrara et Tidikelt, Abdrezzak KHADRAOUI
- Les ressources en eau et leurs utilisations dans le secteur agricole en Algérie , N. LOUCIF SEIAD
- La disparition des ghouts dans la région d’El Oued (Algérie), B. REMINI
- http://www.gwe-gruppe.de/fr/products/references/great_manmade_river/

Chine:
www.elsevier.com
- Microcatchment water harvesting for growing Tamarix ramosissima in the semiarid loess region of
China - Xiao-Yan Li, Lian-You Liu, Shang-Yu Gao, Pei-Jun Shi, Xue-Yong Zou, Chun-Lai Zhang
- Effects of gravel–sand mulch, plastic mulch and ridge and furrow rainfall harvesting system
combinations on water use efficiency, soil temperature and watermelon yield in a semi-arid Loess

55
Plateau of northwestern China Yajun Wanga, Zhongkui Xiea, Sukhdev S. Malhib, Cecil L. Verab, Yubao
Zhanga, Zhihong Guoa
- A survey: obstacles and strategies for the development of ground-water resources in arid inland
river basins of Western China Yonghua Zhua, Yanqing Wua, Sam Drakeb
Improving agricultural water use efficiency in arid and semiarid areas of China Xi-Ping Deng, Lun
Shan, Heping Zhang, Neil C. Turner
- Response of nine forage grasses to saline irrigation and its schedules in a semi-arid climate of north-
west India O.S. Tomara, P.S. Minhasa, V.K. Sharmaa, Raj K. Gupta
- Microcatchment Water Harvesting for Desert Revegetation Soil Ecology and Restoration Group

Australie :
Un environnement exceptionnel
http://alcheringa.fr/videos/un-environnement-exceptionnel/
Le défi environnemental de l’Australie
http://www.maplanetebleue.com/2010/10/23/le-defi-environnemental-de-laustralie/
La sécheresse permanente en Australie
http://www.partagedeseaux.info/article6.html
Valmont Water Management Group
http://www.valley-fr.com/page.aspx?id=1817&pid=1816
Western Corridor Recycled Water Project - Australie
http://www.veoliaeau.com/solutions/references/western-corridor.htm

Israel :

http://www.haifa-israel.info/eauenisrael.pdf
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-
4010_1952_num_61_328_14024
http://www.mfa.gov.il/MFAFR/MFAArchive/2000_2009/2000/10/Zoom+sur+Israel-
+La+mise+en+valeur+de+ressources+e.htm

- Le biomimétisme, base de la récolte de l’eau

http://www.linternaute.com/science/environnement/dossiers/06/eau-potable/12.shtml
http://inhabitat.com/coastal-fog-tower/
http://www.holcimfoundation.org/T1227/A08LAngCL-prog10.htm
http://www.eolewater.com/
http://christojeanneclaude.net/projects/valley-curtain
http://knowledge.allianz.com/?1380/water-solutions-farming-the-fog
http://www.sutmundo.com/grow-trees-climate-groasis-waterbox/
http://www.groasis.com/fr

56