Vous êtes sur la page 1sur 122

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

République Algérienne Démocratique et Populaire


‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université Djillali LIABES ‫جامعة الجياللي ليابس‬


de Sidi-Bel-Abbès ‫بسيدي بلعباس‬
Faculté de Médecine ‫كلية الطب‬
Département de Pharmacie ‫قسم الصيدلة‬

Mémoire de fin d’études


POUR L’OBTENTION DU DIPLÔME DE DOCTEUR EN PHARMACIE

Le profil de l’automédication chez la femme


enceinte dans la ville de Sidi-Bel-Abbès

Présenté et soutenu publiquement le 04-07-2017


Par
Mlle Fatima El Zohra Hameurlaine
et
Mlle Khedidja Deras

Devant le jury composé de :


Président : Pr. Belhadj Zoubida Faculté de Médecine de Sidi-Bel-Abbès
Encadreur : Dr. Choukchou Braham Salima Faculté de Médecine de Sidi-Bel-Abbès
Examinateurs : Dr. Aguini Salim Faculté de Médecine de Sidi-Bel-Abbès
Dr. Hamza Merad Boudia Faculté de Médecine de Sidi-Bel-Abbès
REMERCIEMENTS :

En préambule à ce travail nous tenons à remercier Allah le tout puissant et


miséricordieux pour tous les bienfaits, la force et le courage qu’il nous a accordé durant
notre formation ainsi que l’audace pour dépasser toutes les difficultés.

A tous les professeurs de la faculté de médecine département de pharmacie de


Sidi Bel-Abbes .Nous vous sommes reconnaissant, et vous remercie pour tout ce que
vous nous avez transmis

A Professeur BELHADJ maitre de conférence A en médecine de travail de la


faculté de médecine de Sidi Bel-Abbes.Vous nous faîtes l'honneur d'accepter la
présidence du jury de cette thèse. Veuillez trouver ici l'expression de notre sincère
reconnaissance.

A Monsieur le Docteur Hamza Najib MERAD BOUDIA pharmacien d’officine


Nous vous remercions d'avoir accepté de participer à notre jury de thèse

A Monsieur le Docteur AGUINI maitre assistant en toxicologie de la faculté de


médecine de Sidi Bel-Abbes.Nous vous remercions de nous avoir fait l'honneur
d'accepter de juger de la qualité de cette thèse. Croyez en nos remerciements les plus
sincères.

A notre encadreur madame CHOUKCHOU maitre assistante A en chimie pour sa


grande disponibilité et ses bons conseils.

A Monsieur le Docteur LOULED ABDELKRIM médecin résident en


épidémiologie et médecine préventive qui a su se rendre disponible et nous accueillir
au sein du service d’épidémiologie du CHU de Sidi Bel-Abbès. Recevez ici nos
meilleurs remerciements.

Aux femmes enceintes qui nous ont beaucoup aidées dans notre étude.

A la sincérité des pharmaciens qui ont répondu à nos questionnaires.


Dédicace
Le temps est venu pour remercier Allah le tous puissant
de m’avoir donné la santé, les connaissances et la
volonté afin de terminer mes bonnes années d’études et
le savoir pour réaliser cet ouvrage que je dédie :

A ma chère mère, Allah yarhamha, comme symbole de


son grand sacrifice et immense dévouement pour ma
réussite et mon bonheur.

A mon père ,en lui souhaitant une longue vie,

A mes très chère sœurs et mes chers frères Sans qui,


la vie n’aurait aucun charme, vous me remplissez de joie
et de bonheur, je vous aime fort.

A mes amies, C’est un bonheur et une grande force de


vous savoir à mes côtés, pour encore longtemps j’espère.

A toutes les personnes qui m’ont aimé ; je leurs dis merci


de m’avoir donné l’occasion de partager des moments
inoubliables
A tous mes ami(e)s, la promotion 2016 /2017 du
département de pharmacie de Sidi-Bel-Abbes

Fatima zohra
Table des matières :
Remerciements …………………………………………………………………………ii

Dédicace……………………………………………………………………………….. iii

Liste des tableaux………………………………………………………………….......iv

Liste des figures………………………………………………………………………..vi

Liste des abréviations…………………………………………………………….viii

Introduction……………………………………………………………………………2

Partie théorique:

Chapitre I: Aspect réglementaire des médicaments et de l'automédication

I.1 Généralités sur le médicament :…………………………………………………..…6

I.1.1 Histoire du médicament :……………………………………………………….6

I.1.2 Définition :………………………………………………………………… …..6

I.1.3.L’Autorisation de mise sur le marché (AMM)…………………………………7

I.1.3.1.Qualité……………………………………………………………………7

I.1.3.2.Efficacité ………………………………………………………………...7

I.1.3.3. Sécurité ………………………………………………………………….7

I.1.4 Classification juridique des médicaments ……………………………………..7

I.1.4.1. Liste I ………………………………………………………………..…7

I.1.4.2.Liste II………………………………………………………...... ………8

I.1.4.3.Liste des stupéfiants …………………………………………………….8

I.1.4.4.Les médicaments hors liste……………………………………………... 8

I.2 Généralités sur l’automédication :……………………………………………………8


I.2.1. L’automédication : de quoi parle-t-on ?................................................................9

I.2.2. Réglementation des médicaments d’automédication :…………………………..9

I.2.3. Les bénéfices et les risques de l’automédication :…………………………….10


Chapitre II : Femme enceinte et médicament

II.1. Le cycle menstruel : les généralités ………………………………………………13

II.1.1.La phase folliculaire :…………………………………………………………13

II.1.2.La phase ovulatoire :………………………………………………………... .13

II.1.3.La phase lutéale :……………………………………………………………..13

II.2.Variation d’hormones pendant la grossesse :……………………………………...14

II.2.1.La βhCG……………………………………………………………………....14

II.2.2.La progestérone……………………………………………………………….14

II.2.3.Les estrogènes ………………………………………………………………...14

II.3 Diagnostic de la grossesse ………………………………………………………..15

II.3.1.Les premiers signes de la grossesse :…………………………………………15

II.3.2.Les tests de grossesse :………………………………………………………...15

II.3.3.Détermination du terme de grossesse :………………………………………..15

II.4. Les changements physiologiques et leurs impacts sur la pharmacocinétique des


médicaments :…………………………………………………………………………..16

II.4.1Pharmacocinétique chez la femme enceinte: ………………………………….16

II.4.1.1.L’absorption …………………………………………………………...16

II.4.1.2.La distribution :………………………………………………………...16

II.4.1.3.Métabolisme et L’élimination …………………………………………17

II.4.2.Pharmacocinétique chez le fœtus :…………………………………………….17

II.4.2.1.La distribution :…………………………………………………………17

II.4.2.2.La métabolisation :……………………………………………………...17

II.4.2.3.L’élimination :………………………………………………………….18
II.5. Les transferts trans-placentaires :…………………………………………………18

II.5.1.Les caractéristiques physico-chimiques ………………………………………19

II.5.2.Le milieu ……………………………………………………………………...19

II.5.3.Les propriétés du placenta :…………………………………………………...19

II.6. Les phases de développement du fœtus et risque médicamenteux :………………19

II.6.1.La période péri-implantatoire…………………………………………………20

II.6.2.La période embryonnaire……………………………………………………...20

II.6.3.La période fœtale : …………………………………………………………….20

II.6.4.La période prénatale …………………………………………………………...21

II.7. Les situations de prise de médicament au cours de la grossesse :………………...21

II.7.1.Les médicaments les plus prescrits …………………………………………...21

II.7.2.Les médicaments d’automédication les plus consommés …………………….22

II.8.Classification des médicaments selon leur risque pour la grossesse :……………..23

II.8.1.La classification internationale créée par la Food and Drug Administration


(FDA) :…………………………………………………………………………………23

II.8.1.1.Catégorie A :………………………………………………………….23

II.8.1.2.Catégorie B …………………………………………………………...23

II.8.1.3.Catégorie C……………………………………………………………23

II.8.1.4.Catégorie D …………………………………………………………...23

II.8.1.5.Catégorie X …………………………………………………………...23

II.8.2. La classification française créée par l’Agence nationale de sécurité du


médicament et des produits de santé (L’ANSM)………………………………………24

II.8.2.1 Possible …………………………………………………………………..24

II.8.2. 2 Envisageable - Prudence ………………………………………………...24

II.8.2. 3 A éviter …………………………………………………………………..24

II.8.2. 4 Déconseillé ………………………………………………………………24


II.8.2. 5 Contre-indiqué………………………………………………………..…24

II.9. Les médicaments dangereux pendant la grossesse :………………………………25

II.9.1.Médicaments à risque tératogène certain et élevé : ………………………...25

II.9.2.Médicaments à risque tératogène certain mais faible, nécessitant un


diagnostic anténatal : …………………………………………………………………..25

II.9.3.Médicaments à risque fœtal et/ou néonatal :……………………………...…25

Chapitre III : Le risque des médicaments disponibles en automédication et le


conseil pharmaceutique pour les petits maux de la grossesse

III.1.Généralités : ……………………………………………………………………....32

III.2. Les médicaments et leurs risques en automédication des femmes enceintes …...32

III.2. 1.Médicaments de la douleur et la fièvre …………………………………….32

III.2.1.1.Paracétamol………………………………………………………..33
III.2.1.2Aspirine : …………………………………………………………..33
III.2.1.3. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens :………………………...35
III.2.1.4.Le phloroglucinol :………………………………………………...36
III.2.2.Médicaments des troubles digestifs :……………………………………...36
III.2.2.1.Les médicaments des gastralgies :………………………………....36
III.2.2.1.1.Oméprazole et ranitidine :………....................................37
III.2.2.1.2.Les antiacides :………………………………………....37
III.2.2.2.Les antiémétiques :………………………………………………..38
III.2.2.2.1.Le métoclopramide …………………………………….38
III.2.2.2.2.Dompéridone :………………………………………….38
III.2.2.3.L’anti-diarrhéique :………………………………………………..39
III.2.2.3.1.Loperamide :……………………………………………39
III.2.2.3.2.Diosmectite :…………………………………………....40
III.2.2.4.Les laxatifs :……………………………………………………….40
III.2.3.Troubles de la sphère ORL……………………………………………..…42
III.2.3.1.Médicaments du rhume :……………………………………………42
III.2.3.1.1.Pseudoéphédrine……………………………………………42
III.2.3.1.2.Phéniramine :……………………………………………….43
III.2.3.2.Les anti-allergiques………………………………………………….43

III.2.3.2.1.La dexchlorphéniramine :…………………………………43


III.2.3.2.2.Cétirizine et Loratadine :…………………………………44

III.2.3.3.Médicaments des maux de gorge :………………………………….44

III.2.3.3.1.Chlorhexidine……………………………………………..44

III.2.3.3.2.Chlorure de benzalkonium………………………………..45

III.2.3.3.3 Alpha amylase ……………………………………………45

III.2.4.Troubles des voies aériennes supérieures :…………………………………...46

III.2.4.1.Les expectorants:……………………………………………………...46

III.2.4.2.Les antitussifs :………………………………………………………..46

III.2.4.2.1.Le Dextrométhorphane……………………………………….47

III.2.4.2.2.Codéine :……………………………………………………....47

III.2.4.2.3.Oxomémazine :………………………………………………...48

III.2.5.Les compléments alimentaires …………………………………………….…49

III.3. Remèdes aux petits maux de grossesse :…………………………………………50


III.3. 1.Troubles digestifs :………………………………………………………...50
III.3.1.1.Les nausées et les vomissements :………………………………………..50
III.3.1.2.Le reflux gastro-œsophagien :……………………………………………51
III.3.1.3.La constipation :……………………………………………………….…52
III.3.2.Les troubles de la circulation veineuse ………………………………….....53
III.3.2.1.L’insuffisance veineuse : Les jambes lourdes …………………………...53

III.3.2.2.Les hémorroïdes :…………………………………………………...……54

III.3.3.Les douleurs lombaires :………………………………………………...…55


Partie pratique
I. Objectifs de l’étude :……………………………………………………..……57
I.1.Objectif principale…………………………………………….……….…57
I.2Objectifs secondaires………………………………………………….….57
II.Matériels et méthodes…………………………………………………………57
II.1.Type de l’étude………………………………………………………….57
II.2.Période de l’étude……………………………………………………….57
II.3.Population étudiée……………………………………………………….57
II.4.Critères d’inclusion et d’exclusion………………………………………57
II.5.Recueils des données…………………………………………………....58
III.Résultats………………………………………………………………………60
III.1.Sondage au près des femmes enceintes…………………………………..60
III.2.Sondage auprès des pharmaciens d’officine………………………..……77
IV.Discussion………………………………………………………………….…84
V.Conclusion……………………………………………………………………..91
Références bibliographiques…………………………………………………..…92
Annexe……………………………………………………………………………..
Liste des tableaux :

Tableau I: Médicament à risque tératogène certain et élevé :…………………...26

Tableau II: Médicaments à risque tératogène certain mais faible nécessitant un


diagnostic anténatal……………………………………..………………………...27

Tableau III: Médicaments à risque fœtal et/ou néonatal…………………………....28

Tableau IV : Paracétamol et grossesse………………………………………………33

Tableau V: Aspirine et grossesse…………………………………………………...34

Tableau VI: Anti-iflammatoire et grossesse………………………………………..35

Tableau VII: Phloroglucinol et grossesse…………………………….……………...36

Tableau VIII: Anti-ulcéreux et grossesse…………………………………………..37

Tableau IX: Antiacides et grossesse………………………………………………..37

Tableau X : Metoclopramide et grossesse……………………… ………..……….38

Tableau XI: Dompéridone et grossesse…………………………………………….38

Tableau XII : Lopéramide et grossesse……………………………………………...39

Tableau XIII: Diosmectite et grossesse……………………………………………..40

Tableau XIV: Laxatifs et grossesse………………………………………………...41

Tableau XV : Pseudoéphédrine et grossesse……………………………………....42

Tableau XVI : Phéniramine et grossesse…………………………………………....43

Tableau XVII : Dexchlorphéniramine et grossesse…………………………..........43

Tableau XVIII: Antihistaminique H1 deuxième génération et grossesse………...44

Tableau XIX : Chlorhexidine et grossesse……………………………………….44

Tableau XX: Chlorure de benzalkonium et grossesse..................................................45


Tableau XXI:Alpha-amylase et grossesse……………………………………..…......45
Tableau XXII : Les expectorants et grossesse……………………………………....46
Tableau XXIII : Le Dextrométhorphane et grossesse…………………………….....47

Tableau XXIV : La Codéine et grossesse……………………………………………47


Tableau XXV : Oxomémazine et grossesse……………………………………….....48
Tableau XXVI : Les compléments alimentaires et grossesse…………………….....49
Tableau XXVII : Résultats comparatifs des groupes « automédiquées » et « non
automédiquées »………………………………………………………………….......76

Tableau XXVIII : Répartition des pharmaciens selon la dispensation des médicaments


sans ordonnance pour la population générale……………………………………….....78

Tableau XXIX : Répartition selon la dispensation de médicament sans ordonnance


pour la femme enceinte……………………………………………………………….81
Tables de figures :

Figure 1 : Age des femmes enceintes interrogées…………………………………...60

Figure 2: Niveau d’étude des femmes enceintes interrogées………………………..61

Figure 3:Répartition des femmes selon l’activité professionnelle…………………...62

Figure 4:Répartition des femmes enceintes selon le nombre d’enfants qu’elles ont à
charge………………………………………………………………………………...63

Figure 5:Répartition des femmes enceintes selon l’âge gestationnel……………….64

Figure 6: Femmes enceintes et symptômes gênants ressentis durant la grossesse....65

Figure 7: Femmes enceintes et affection chronique………………………………....66

Figure8:Répartition des femmes enceintes selon la pratique de l’automédication en


dehors de la grossesse………………………………………………………………....67

Figure 9:Répartition des femmes enceintes selon la connaissance des dangers de


l’automédication……………………………………………………………………...68
Figure 10:Répartition des femmes enceintes selon la source d’informations sur le
médicament utilisé………………………………………………………………........69

Figure 11:Répartition des femmes enceintes selon la prise des plantes


médicinales…………………………………………………………………………...70

Figure 12:Répartition des femmes enceintes selon le recours à l’automédication


pendant la grossesse…………………………………………………………………...71

Figure 13:Répartition des femmes enceintes selon le moment du recours à


l’automédication……………………………………………………………………...72

Figure 14 : Les médicaments pris en automédication par les femmes enceintes……73

Figure 15:Répartition des femmes enceintes selon le lieu où elles ont eu le


médicament…………………………………………………………………………..74

Figure 16:Répartition des femmes enceintes selon les raisons qui les ont poussées à
l’automédication……………………………………………………………………..75
Figure 17:Le succès de la pratique de l'automédication…………………………..…...77
Figure 18:Répartition des pharmaciens selon la fréquence de dispensation des
médicaments sans ordonnance pour la population générale…………………………..78

Figure 19:Acteurs décisifs de l'automédication………………………………………..79

Figure 20 : Répartition selon les raisons qui poussent à se procurer des médicaments
sans ordonnance……………………………………..……………………………..…...80

Figure 21:Répartition selon la fréquence de dispensation des médicaments sans


ordonnance à la femme enceinte…………………………………….………………..81

Figure 22:Les classes thérapeutiques délivrées à la femme enceinte………………..82

Figure 23:Répartition selon la réaction des pharmaciens face à la demande de


médicament sans ordonnance par la femme enceinte…………………………….......83
Liste des abréviations :

OMS : Organisation Mondiale de la Santé


AMM: Autorisation de Mise sur le Marché.
PMF: Prescription Médicale Facultative
PMO: Prescription Médicale Obligatoire.
GNRH : Gonadotrophine Releasing Hormone
FSH : Follicle Stimulating Hormone.
LH : Luteinizing Hormone
HCG : l’Hormone Gonadotrophine Chorionique
SA : Semaine d’Aménorrhée
DDR : Date Des Dernières Règles
LCC : Longueur Cranio-Caudale
Cmax : Concentration maximale
CYTP450 : Cytochrome P450
Da : Daltons

FDA : Food and Drug Administration

ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé

AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé

AVK : Anti-Vitamine K

AINS : Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens


COX2 : Coxo-Oxygénase2
HTAP : Hypertension Artériel Pulmonaire
IEC : Inhibiteurs de l’Enzyme de Conversion

G6PD : Glucose-6-Phosphate Déshydrogénase

RGO :Reflux Gastro-Oesophagien

MFIU : Mort Fœtale In Utero


Introduction
Introduction :

L’automédication est un phénomène qui se développe dans le monde entier et


conduit à une autonomisation de la prise en charge de la santé par les individus, sans
avis médical.

Selon les estimations de l’organisation mondiale de la santé (OMS), à l’échelle


mondiale, plus de la moitié des médicaments sont prescrits, distribués ou vendus de
manière inappropriée et la moitié des patients ne les prennent pas correctement. Cet
usage incorrect peut prendre la forme d’une consommation exagérée ou inappropriée
des médicaments sur prescription ou en vente libre.(1)

En France, La prévalence de l’automédication a été évaluée à 68% dans la


population générale en 2011(2). Dans la plupart des pays en voie de développement, ce
phénomène est en extension et prend une place importante dans la société .En Tunisie et
en Maroc, le taux des individus qui ont pratiqué l’automédication a été estimé à 86,3%
et 79% respectivement. (3, 4)

En Algérie, Selon une étude menée par Dr M Ziari spécialiste en pharmacologie :


trois algériens sur quatre pratiquaient l’automédication en 2006. Ce comportement
devient de plus en plus courant. En 2015, 82% de la population générale de la wilaya
de Tlemcen a recouru à l’utilisation des médicaments sans prescription médicale.(5)

L’automédication peut cependant s’avérer dangereuse pour de multiples raisons :


erreur dans les posologies, non respect des contre-indications, interactions
médicamenteuses, retard au diagnostic… Elle est aussi fortement déconseillée chez
certaines catégories de patients comme les personnes âgées et les femmes enceintes.
Rares sont les médicaments ayant démontré une absence totale de toxicité embryonnaire
ou foetale. Les données actuelles disponibles chez l’homme sont en général le fruit
d’une extrapolation des expériences faites sur l’animal ou le résultat d’enquêtes de
pharmacovigilance. Par principe de précaution, la plupart des notices du VIDAL
mettent en garde contre une éventuelle utilisation des molécules pendant la grossesse.
Les précédentes enquêtes portant sur l’automédication n’ayant pas fourni des
estimations globales de sa prévalence au cours de la grossesse, il nous est apparu
intéressant de nous poser la question suivante : Quelle est la prévalence de
l’automédication pendant la grossesse dans la wilaya de Sidi Bel Abbes ?

Nous avons décidé d’aborder également les questions suivantes : Existe-t-il des
facteurs favorisants ? Quelles sont les médicaments les plus utilisés ?

Nous aborderons dans la première partie de l’étude des généralités sur le


médicament et l’automédication, les modifications physiologiques chez la femme
enceinte et leurs conséquences sur la prise médicamenteuse. Nous étudierons ainsi les
changements physiologiques de la femme lors d’une grossesse et leurs conséquences sur
la pharmacocinétique des médicaments, le passage placentaire des molécules, et les
différentes phases de développement du foetus associées au risque médicamenteux.
Nous étudierons aussi les risques des médicaments disponibles en automédication et le
conseil du pharmacien pour la prise en charge des petits maux liés à la grossesse.

La seconde partie permettra d’exposer notre étude qui a été réalisée chez des
femmes enceintes de l’établissement hospitalier spécialisé mère et enfant (maternité) de
Sidi Bel Abbes et les pharmaciens d’officine par le biais de questionnaires. Les
résultats seront ensuite exposés puis analysés et discutés.
Partie théorique
Chapitre I :
Aspect réglementaire du médicament
et de l’automédication
I.1 Généralités sur le médicament :

I.1.1 Histoire du médicament :

La découverte de nouveaux médicaments s’est longtemps limitée à l’observation


empirique des effets produits par certaines substances naturelles sur le cours des
maladies. C’est Paracelse au XVIème siècle qui prôna la nécessité d’un médicament
spécifique pour chaque maladie.

Au XIXe siècle, grâce aux progrès de la chimie et de la physiologie, les


chercheurs parviennent à isoler les principes actifs des substances connues. La
morphine est ainsi isolée à partir de l'opium en 1803 par Friedrich Adam Satürner. On
apprend par la suite, à synthétiser ces molécules extraites de végétaux, comme l'acide
acétylsalicylique en 1853.

L'âge d'or de la pharmacie débute en 1937 avec la découverte de la propriété


antibactérienne des sulfamides, de la pénicilline en 1947 par Flemming ou encore de la
cortisone en 1948. Commence alors une extraordinaire accélération de découverte de
substances dont la plupart sont, encore actuellement, présentes dans la composition des
médicaments actuels.

Aujourd'hui et pour les années à venir, c'est vers les biotechnologies que la
recherche se tourne grâce au génie génétique, à la biologie moléculaire et aux cellules
souches. (6)

I.1.2 Définition :

Selon l’article 170 de la loi n°13-08 algérienne du 20juillet 2008 :

« On entend par médicament, au sens de la présente loi : Toute substance ou


composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à
l’égard des maladies humaines ou animales, et tous produits pouvant être administrés à
l’homme ou à l’animal en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger
et modifier ses fonctions organiques ».(5)
Un médicament comprend une partie responsable de ses effets sur l’organisme
humain, le principe actif, et, le plus souvent, une partie inactive faite d’un ou de
plusieurs excipients. Pour qu’un médicament puisse être commercialisé, il doit faire
l’objet d’une autorisation de mise sur le marché.(7)

I.1.3.L’Autorisation de mise sur le marché (AMM)

L’AMM est une autorisation délivrée pour une durée de 5 ans, renouvelée sans
limitation de durée sauf en cas de nécessité de réévaluation du rapport bénéfices/risques.
Les critères d’octroi de l’AMM sont de trois types :

I.1.3.1.Qualité : On analyse l’origine et la nature des matières premières, les procédés


de synthèse et de fabrication, les impuretés, la stérilité, la stabilité du produit fini, etc…

I.1.3.2.Efficacité : L’efficacité est basée sur les résultats des essais cliniques et sur
l’évaluation du rapport « bénéfices/risques ».

I.1.3.3. Sécurité : La sécurité est déterminée après étude des données expérimentales
(génotoxicité, reprotoxicité…) et les données cliniques (effets indésirables).
Une fois cette AMM reçue, les médicaments font l’objet d’une classification.(8)

I.1.4 Classification juridique des médicaments :

Les médicaments sont divisés en deux groupes : les médicaments nécessitant une
prescription médicale obligatoire (PMO) et les médicaments de prescription médicale
facultative (PMF) en fonction du risque pour la santé. Dans le premier cas, les
médicaments vont alors être listés.

I.1.4.1. Liste I : cette liste est celle des médicaments (substances ou préparations
vénéneuses) présentant les risques les plus élevés pour la santé. Elle regroupe les
médicaments de l’ancien « tableau A » avec une réglementation particulière concernant
– le conditionnement et l’emballage : étiquette comportant un espace blanc entouré d’un
filet rouge ;
– les conditions de détention : armoire ou locaux fermés à clefs et ne contenant rien
d’autre que des substances classées « toxiques » ou « très toxiques» ;
– la délivrance par le pharmacien : elle se limite strictement à la quantité exacte
prescrite sur l’ordonnance, sans possibilité, pour le malade, d’obtenir le renouvellement
de sa prescription (sauf mention expresse du médecin précisant le nombre de
renouvellements ou la durée du traitement).(9)

I.1.4.2.Liste II : c’est la liste des médicaments de l’ancien « tableau C », c’est-à-dire


des substances vénéneuses considérées comme moins dangereuses que les précédentes
pour lesquelles les conditions d’achat par le malade sont moins limitées : avec la même
ordonnance, sauf mention contraire du médecin, le malade peut obtenir sur sa demande
la délivrance d’une nouvelle prescription de médicament. Ils sont étiquetés comme suit :
Un rectangle blanc entouré d’un filet vert.

Toutefois, la durée de prescription obéit à la règle générale (prescription pour une


durée maximale de 12 mois). (9)

I.1.4.3.Liste des stupéfiants : (ancien tableau B) :

Ce sont des médicaments susceptibles d’entraîner des toxicomanies. La fabrication, la


vente, la détention et l’usage nécessitent une autorisation spéciale.(10)

I.1.4.4.Les médicaments hors liste : Les médicaments ne sont pas classés sur une liste.
Ils sont en vente libre en pharmacie sans présentation d’une ordonnance, mais peuvent,
bien entendu être prescrits par les médecins : se sont des médicaments à prescription
médicale facultative (PMF). Il existe 2 catégories : les médicaments « conseils »
prescrits par les pharmaciens aux malades qui demandent conseil au pharmacien à
l’occasion d’un symptôme et les médicaments « grand public » dont la promotion est
assurée dans les médias et qui sont demandés par les patients-clients aux pharmaciens.
(11)

I.2 Généralités sur l’automédication :

L’automédication, c’est une pratique qui n’est pas nouvelle. Elle est
profondément ancrée dans les mentalités. Elle dominait avec la médecine populaire et
l’usage traditionnel des plantes médicinales. Au début de la révolution industrielle
européenne et l’urbanisation, les anciens médicaments « herbeux » sont remplacés par
des médicaments sous emballage vendus sans ordonnance par les pharmaciens.
Au fil du temps, ce phénomène a pris une large ampleur. En 2006,
l’automédication concernait près de 80 % de la population adulte française.
On ne trouve aucune définition de l’automédication dans le Code de la Santé
publique puisqu’il ne s’agit pas d’un traitement mais d’un comportement.(12)

I.2.1. L’automédication : de quoi parle-t-on ?

L’automédication peut d’abord s’envisager comme le recours, dans une intention


de soin, à un ou plusieurs médicaments sans l’aide d’un médecin. Au-delà de cette
simple définition, plusieurs autres ont été proposées.

L’organisation mondiale de la santé, définie l’automédication, comme étant : « la


sélection et l’usage de drogues, par des personnes pour traiter des symptômes ou
maladies auto-diagnostiqués ». Cette définition inclut, l’utilisation des médicaments non
prescrits, et aussi l’usage des médecines alternatives, telles : préparations
traditionnelles, plantes médicinales.(13)

Selon le conseil de l’ordre des médecins français, « L’automédication est


l’utilisation, hors prescription médicale, par des personnes pour elles-mêmes ou pour
leurs proches et de leur propre initiative, de médicaments considérés comme tels et
ayant reçu l’autorisation de mise sur le marché (AMM), avec la possibilité d’assistance
et de conseils de la part des pharmaciens ». (14)

Au sens le plus large, elle consiste à faire devant la perception d’un trouble de
santé, un autodiagnostic et à se traiter sans un avis médical ; la décision thérapeutique
peut être médicamenteuse ou autre. Cette pratique est extrêmement fréquente : le
malade analyse ses symptômes, leur intensité, leur durée et décide en première intention
de ne pas consulter un médecin, mais soit d’utiliser un médicament dont il dispose dans
sa pharmacie familiale, soit d’acquérir un médicament sans ordonnance. (15)

I.2.2. Réglementation des médicaments d’automédication :

Selon l’article 181 de la loi algérienne n85-05 du 16 février 1985 relative à la


protection et la promotion de la santé :« Tout médicament n’est délivré que sur
présentation d’une prescription médicale, à l’exception de certains produits
pharmaceutiques dont la liste est arrêtée par voie réglementaire » .
Il s’agit de médicaments qui ont reçu une AMM , non listés et en dispensation
libre. Aux doses thérapeutiques recommandées, tous ces médicaments ne présentent pas
de danger direct ou indirect lié à la substance active qu’ils contiennent, même s’ils sont
utilisés sans surveillance médicale.

Ils sont utilisés pour traiter des pathologies considérées comme « mineures » :
douleurs, fièvre, constipation, toux, asthénie, maux de gorge, états grippaux, douleurs
digestives. Ils doivent posséder des caractéristiques particulières pour pouvoir être
adaptés à l’automédication :

 les indications thérapeutiques, la durée de traitement et les


informations figurant dans la notice permettent leur utilisation, avec le conseil
particulier du pharmacien d’officine, sans qu’une prescription médicale n’ait été
établie ;
 le contenu du conditionnement en poids, en volume ou en nombre
d’unités de prise est adapté à la posologie et à la durée de traitement
recommandés dans la notice ;
 l’autorisation de mise sur le marché ou la décision
d’enregistrement ne comporte pas d’interdiction ou de restriction en matière de
publicité auprès du public en raison d’un risque possible pour la santé publique.
(16)

I.2.3. Les bénéfices et les risques de l’automédication :

L’automédication est une pratique qui apporte de multiples bénéfices. Tout


d’abord, d’un point de vue médical, elle aide le patient à soulager rapidement les
symptômes considérés comme « gênants » , par conséquent les consultations des
pathologies dites « bénignes » vont être diminuer. Ensuite, elle permet au patient de se
prendre en charge, avoir une réponse directe et rapide à son mal et ainsi d’être acteur
de sa santé .Enfin, l’aspect économique est prépondérant car l’automédication
économise les frais pour une consultation médicale .(17)

Cependant, cette pratique n’est pas sans risque et est souvent à l’origine
d’iatrogénie. D’abord, Le patient court le risque de retarder la prise en charge médicale
appropriée d’une maladie qui peut être grave à cause d’un autodiagnostic faux.
L’exemple en est la prise des antihistaminiques H2 en cas de douleurs digestives qui
s’avéreraient en rapport avec un ulcère digestif à Helicobacter pylori. Ensuite, l’oubli
de signaler à son médecin traitant (ou à son pharmacien) la prise de médicaments auto-
prescrits peut être à l’origine d’interactions médicamenteuses ou d’inefficacité de la
prescription. En outre, le choix du produit d’automédication peut être inadapté, fait
courir un risque d’inefficacité et d’évolution de la maladie. Enfin, le risque de cumul du
même principe actif au sein de plusieurs spécialités pharmaceutiques conduit à un
risque de surdosage.(17)
Chapitre II :
Femme enceinte et médicament
II.1. Le cycle menstruel : les généralités

Le cycle menstruel varie de 25 à 30 jours selon les femmes. La durée de référence


est de 28 jours. Il a pour rôle de permettre l’ovulation et de préparer l’endomètre à une
éventuelle implantation. En l’absence de fécondation, la fin du cycle menstruel est
marquée par la desquamation de la muqueuse utérine : ce sont les menstruations, plus
communément appelées « règles ».(18)

Le 1er jour du cycle correspond au 1er jour des règles. Le cycle comprend deux
phases : la phase folliculaire et la phase lutéale. Au cours du cycle menstruel, les
ovaires et l’axe hypothalamo-hypophysaire se contrôlent mutuellement via les
hormones. L’hypothalamus permet la production de la Gonadotrophine Releasing
Hormone (GnRH), qui va stimuler la production des hormones FSH, Hormone
FolliculoStimulante, et LH, Hormone hypophysaire Lutéinisante, au niveau de
l’hypophyse. Ces deux hormones agissent sur les ovaires qui stimulent à leur tour la
production de progestérone et d’oestrogènes.(18)

II.1.1.La phase folliculaire :

C’est durant cette première phase qu’a lieu la croissance folliculaire. Au début de
cette phase, il existe dans chaque ovaire une dizaine de follicules. Un seul follicule
parviendra à atteindre la taille suffisante pour être sélectionné : il s’agira du follicule
ovulatoire de De Graaf. Le follicule est entouré d’un ensemble de cellules appelé
granulosa. Les cellules de la granulosa sécrètent des oestrogènes à partir d’androgènes.
A ce stade, l’oestradiol et la FSH agissent en synergie afin d’augmenter la taille du
follicule de De Graaf et de produire un ovule mature. (18)

II.1.2.La phase ovulatoire :

Le taux d’oestradiol atteint un pic 24 à 36 heures avant l’ovulation. La croissance


du follicule continue, et sous l’influence de la FSH, les cellules de la granulosa
acquièrent des récepteurs à la LH. L’ouverture du follicule est liée au pic de LH : c’est à
ce moment-là que l’ovule est expulsé. (18)

II.1.3.La phase lutéale :

Après expulsion de l’ovocyte, les fragments du follicule forment ce qu’on appelle


le corps jaune. Les cellules de la granulosa restant sécrètent de la progestérone et de
l’oestradiol sous l’effet de la LH. Le corps jaune a une durée de vie d’environ 15 jours.
En l’absence de grossesse, son activité sécrétoire cesse et induit une chute hormonale et
l’arrivée des règles. (18)

Dans le cas contraire, en cas de fécondation, sous l’influence de la βHCG sécrétée


par l’embryon, le corps jaune continue à produire de la progestérone et de l’oestradiol,
durant les trois premiers mois de la grossesse. Le corps jaune disparaîtra lorsque le
placenta aura acquis une maturité suffisante pour sécréter lui-même les hormones.(18)

II.2.Variation d’hormones pendant la grossesse :

Trois hormones subissent principalement des changements lors d’une grossesse :


la progestérone, l’estradiol et l’Hormone Gonadotrophine Chorionique (βHCG).

II.2.1.La βhCG

La βhCG - secrétée dès la fécondation- joue un rôle essentiel au niveau de


l’ovaire maternel dans la transformation du corps jaune cyclique en corps jaune
gravidique. Ce dernier va assurer la production de progestérone et d’estradiol au cours
des sept à neuf premières semaines de la grossesse jusqu’à ce que le placenta soit
capable de synthétiser lui-même les hormones nécessaires à la poursuite de la
grossesse.(19)

II.2.2.La progestérone

La progestérone est synthétisée à partir des précurseurs du cholestérol par les


ovaires, puis, plus tard, par le placenta. Son taux augmente tout au long de la grossesse
pour atteindre 130 ng/mL au moment du terme. Le rôle essentiel de la progestérone est
de réduire le tonus utérin, empêchant ainsi les contractions du myomètre. Cette
hormone va également agir sur les muscles lisses appartenant à d’autres systèmes tels
que le système gastro-intestinal, rénal ou pulmonaire dont elle réduit respectivement le
tonus de l’estomac, la motilité intestinale et le tonus vasculaire.(19)

II.2.3.Les estrogènes

Les estrogènes sont synthétisés par le placenta. Leur synthèse croît durant la
grossesse, leur taux atteignant, au terme de celle-ci, 110 ng/mL. Ils augmentent la
circulation sanguine utéro-placentaire et jouent également un rôle au niveau des
modifications physiologiques des muscles lisses utérins. (19).

En plus des rôles cités au dessus, ces hormones jouent un rôle important dans le
maintien de la grossesse en transformant les cellules immunitaires maternelles dans un
état transitoire de tolérance qui implique qu’un fœtus semi-allogénique ne soit pas rejeté
par le système immunitaire maternel, de l’implantation embryonnaire jusqu’à
l’accouchement. (20)

II.3 Diagnostic de la grossesse :

II.3.1.Les premiers signes de la grossesse :

Ces signes sont souvent évocateurs d’une grossesse débutante, sans qu’ils soient
tous automatiques. Le premier signe est l’aménorrhée, révélatrice de la grossesse si la
femme est habituellement bien réglée. D’autres signes sont précoces, tels des troubles
digestifs (nausées, vomissements), une hypersomnie, une tension mammaire et une
hyperpigmentation des aréoles. (21)

II.3.2.Les tests de grossesse :

Les tests de grossesse reposent sur la détection de l’hCG. En pratique, il existe des tests
urinaires vendus en pharmacie . Il s’agit des tests colorimétriques qualitatifs utilisant
des anticorps monoclonaux. Ces tests sont très fiables mais ne sont ni sensibles ni
spécifiques à 100% . des facteurs urinaires peuvent parfois perturber la réaction causant
des faux positifs tel que protéinurie, hématurie, prise de certains médicaments
(benzodiazépines, neuroleptiques) et des faux-négatifs :l’absorption d’une grande
quantité d’eau tend à diluer l’urine et donc à diminuer la concentration de hCG ce qui
peut la rendre indétectable.Le test de référence reste le test sanguin basé sur le dosage
plasmatique de l’hCG.(22)
II.3.3.Détermination du terme de grossesse :

La détermination de la date présumée du début de la grossesse est essentielle lors


du premier examen prénatal chez le médecin. Elle permet le calcul de l’âge gestationnel,
qui s’exprime en semaine d’aménorrhées (SA) révolues, à partir du premier jour du
dernières règles normales. Ilya deux façons de dater une grossesse :
 À partir de la date du premier jour des dernières règles : le terme
théorique = date des dernières règle (DDR)+14 jours (début de la
grossesse)+9mois soit 41 semaines d’aménorrhées .
 Datation échographique entre 7 et 12 SA par la mesure de la
longueur cranio-caudale(LCC)de l’embryon estimant l’âge gestationnel à +/-3
jours. C’est le moyen le plus fiable pour dater une grossesse. (22)

II.4. Les changements physiologiques et leurs impacts sur la


pharmacocinétique des médicaments :

II.4.1Pharmacocinétique chez la femme enceinte:

Pendant la grossesse, plusieurs changements physiologiques s’opèrent afin


d’assurer le développement normal du fœtus. La pharmacocinétique qui étudie le
devenir des médicaments dans l’organisme va être modifiée.

II.4.1.1.L’absorption :

Tout au long de la grossesse, on observe une sécrétion de progestérone. Celle-ci


réduit la motilité intestinale et augmente le temps de vidange gastrique de 30 à 50%. Le
pH gastrique ainsi que la sécrétion de mucus sont aussi augmentés. Toutes ces
modifications entrainent donc, au niveau digestif, un ralentissement de la résorption et
une augmentation de la concentration du médicament en raison d’un temps de contact
plus long sur son site de résorption. Par ailleurs, Les nausées et les vomissements de la
grossesse peuvent réduire l’absorption des médicaments et leur Cmax ou faire en sorte
que plusieurs doses soient omises, ce qui peut modifier la réponse au traitement. Pour la
voie inhalée, le débit cardiaque étant augmenté, l’absorption alvéolaire est plus
importante. Enfin, par voie intramusculaire et cutanéo-muqueuse, l’absorption est
également augmentée en raison de la vasodilatation due à l’accélération du débit
local.(23)

II.4.1.2.La distribution :

Il existe une augmentation des compartiments hydriques et lipidiques au cours de


la grossesse avec un maximum à 30-34 semaines d’aménorrhées. L’eau totale augmente
de 8 litres dont 60% correspondent au foetus, au liquide amniotique et au placenta. Le
volume de distribution pour les médicaments hydrophiles est donc élargi.
En parallèle, il existe au cours des deux premiers trimestres de la grossesse, une
augmentation des graisses d’environ 3 à 4 kg, ce qui amplifie le volume de distribution
pour les médicaments lipophiles. Une diminution de la liaison aux protéines
plasmatiques est observée en raison d’une hypoalbuminémie ( 12% à terme)
conduisant à une augmentation de leur fraction libre dans le sang .(23)

II.4.1.3.Métabolisme et L’élimination

L’élimination des médicaments se fait principalement par la voie hépatobiliaire et


la voie rénale. Des modifications du métabolisme hépatique des médicaments ont été
observées au cours de la grossesse. L’activité métabolique hépatique est multipliée
favorisant la biotransformation des médicaments.

L’œstrogène et la progestérone entrainent une augmentation de l’activité


enzymatique de certains cytochromes (CYTP450 et CYT2D6). L’élimination des
médicaments métabolisés par ces derniers est donc plus importante. Du coté rénal, le
débit sanguin s’élève de 60 à 80% avec un maximum à 26 semaines d’aménorrhée et le
débit de filtration glomérulaire augmente de 40 à 50%. La clairance des médicaments
éliminés par le rein est alors augmentée. Tout ceci entraine une élimination accrue des
médicaments.(23, 24)

II.4.2.Pharmacocinétique chez le fœtus :

II.4.2.1.La distribution :

Le taux de médicaments lié aux protéines est plus faible chez le fœtus que chez
l’enfant : le médicament actif est donc en quantité plus importante.

La variation de la distribution des médicaments peut être expliquée par la


proportion d’eau du fœtus : la proportion d’eau totale du fœtus en début de gestation est
15 à 20% supérieure à celle de la fin du troisième trimestre. Avec l’âge, la concentration
en protéines augmente jusqu’à obtenir des concentrations en albumine plasmatique
proches des concentrations maternelles.(24)
II.4.2.2.La métabolisation :

Les capacités de métabolisation sont très variables au cours du développement du


fœtus. La glycuronoconjugaison est la voie majeure d’inactivation des médicaments.
Cependant elle est quasiment inexistante chez le fœtus. (24)

On sait que le cytochrome P450 est présent chez le fœtus, c’est pourquoi on peut
dire que les réactions d’oxydations sont existantes. Des réactions de sulfoconjugaison
et d’hydroxylation ont également déjà été mises en évidence. 50 % de la circulation
fœtale évite le foie en étant dirigée directement vers le cœur et le cerveau, évitant ainsi
le premier passage hépatique. Ce mécanisme favorise l’accumulation de certains
médicaments chez le fœtus.(24)

II.4.2.3.L’élimination :

L’élimination dépend principalement de la mère : les métabolites actifs sont


éliminés par la mère car l’élimination rénale du fœtus est quasiment inexistante.
Cependant, si les médicaments sont trop polarisés, ils ne pourront pas retraverser le
placenta pour être éliminés. Il y aura alors accumulation avec un risque de toxicité.

Pour le nouveau-né, le risque de surdosage est plus important si la mère prend un


traitement juste avant la naissance. Il métabolise et élimine les médicaments beaucoup
plus lentement.(24)

II.5. Les transferts trans-placentaires :

Le placenta humain est un organe autonome et transitoire qui va permettre le


développement de l’embryon puis du fœtus pendant la vie intra-utérine. Il possède une
activité d'échange, de protection foetale plus ou moins spécifique contre les
xénobiotiques et une importante fonction endocrinienne : Il assure la synthèse des
stéroïdes et d’hormones spécifiques de la grossesse (βHCG). (25)

Le passage des médicaments à travers le placenta est proportionnel au gradient


de concentration entre la mère et le fœtus .Il existe trois modes de passage trans-
placentaire :

 Par diffusion passive simple : cette diffusion est la force


principale de passage. Le transfert de la grande majorité des molécules
s’effectue par diffusion passive simple. Ce passage a l’avantage de ne pas
consommer d’énergie.

 Par diffusion facilitée : cela nécessite un transporteur de


molécules.

 Par transport actif : par le biais d’un transporteur et d’énergie.


(26)

Les mécanismes de passage dépendent de différents facteurs :

II.5.1.Les caractéristiques physico-chimiques

Les molécules non ionisées passent plus facilement la barrière placentaire que les
molécules ionisées. Il en est de même pour les molécules liposolubles. Le placenta
constitue une barrière partielle entre la mère et l’enfant : seules les molécules de poids
moléculaire élevé ne peuvent quasiment pas la franchir. Les substances dont le poids
moléculaire est inférieur à 600D la traversent facilement (26)

II.5.2.Le milieu

L’équilibre acide-base influe sur l’ionisation des molécules :

Le pH sanguin du fœtus est légèrement plus acide que celui de la mère. Les bases
faibles non ionisées au pH sanguin maternel passent le placenta, s’ionisent au contact du
pH du fœtus et retraversent difficilement le placenta. (26)

A l’état d’équilibre, les concentrations plasmatiques fœtales peuvent alors


dépasser celles de la mère. Cet effet est encore plus important lorsque le bien-être fœtal
est compromis, puisque le pH sanguin fœtal est davantage diminue.(24)

II.5.3.Les propriétés du placenta :

Avec l’âge, la surface du placenta augmente de 1.5m² à 16m². Son épaisseur


diminue et sa vascularisation augmente : la surface d’échanges augmente jusqu’au
terme.(26)
II.6. Les phases de développement du fœtus et risque médicamenteux :

La grossesse est classiquement découpée en trimestres d’environ treize semaines


d’aménorrhée (SA). Elle peut également être divisée en trois grandes phases de
développement: la période péri-implantatoire, la période embryonnaire et la période
fœtale. Durant la grossesse, la femme est exposé à de nombreuses substances
médicamenteuses qui peuvent être foetotoxiques ou tératogènes.(28)

La tératologie est une science décrivant les anomalies du développement et


étudiant leurs causes. Une substance dite « tératogène » est susceptible de provoquer
des malformations chez les enfants dont la mère a été traitée pendant la grossesse. (27)

La plupart des anomalies n’ont pas d’origine connue. Dans environ un quart des
cas de malformations congénitales, l’origine est génétique ou chromosomique. Selon
différentes études, les médicaments seraient en cause dans moins de 5% des cas. Les
agents tératogènes sont de nature variée : agents infectieux (virus : varicelle, rubéole…),
médicaments (thalidomide, rétinoïdes…), autres agents chimiques (solvants…) ou
encore agents physiques .Une substance dite « foetotoxique » aura un retentissement
fœtal ou néonatal avec atteinte de la croissance ou de la maturation des organes. Ce type
d’atteinte est provoqué lors d’une exposition au second ou troisième trimestre de
grossesse.(29)

II.6.1.La période péri-implantatoire : s’étend de la conception jusqu’au 12e jour de


grossesse. Elle correspond à la migration du zygote issu de la fécondation vers l’utérus,
à sa segmentation et l’implantation du blastocyte dans l’endomètre.Durant cette période,
les échanges materno-fœtaux sont peu nombreux. C’est la loi du « tout ou rien » qui
prime. Le médicament tératogène pris pendant cette période n’aura aucune conséquence
ou entraînera la mort embryonnaire.(28)

II.6.2.La période embryonnaire s’étend, quant à elle, du 13e au 56e jour post-
conceptionnel. Cette phase du développement est marquée par la mise en place, selon
un calendrier très précis, de l’ensemble des organes.C’est au cours de cette période que
le risque malformatif ou tératogène est le plus important. Plusieurs facteurs influent ce
risque : la nature du médicament, la période et durée d’exposition, les posologies ainsi
que les particularités génétiques de chacune.(28)
II.6.3.La période fœtale : débute au 57e jour post-conceptionnelet s’achève à
l’accouchement. Elle est associée à la croissance, la maturation et la fonctionnalisation
des organes. Les conséquences d'une exposition médicamenteuse sont alors très
variables : défaut de maturation d'un ou de plusieurs organes (système nerveux central,
organes génitaux…), anomalies fonctionnelles temporaires ou définitives (insuffisance
rénale…), effet carcinogène à distance, interférence avec le développement cérébral à
l'origine de troubles neurocomportementaux (alcool, acide valproïque…).(28)

II.6.4.La période prénatale :

En cas de traitement à proximité de l'accouchement, le nouveau-né peut rester


exposé au médicament pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines après la
naissance, en raison de capacités d'élimination encore limitées. Il se trouve donc de ce
fait, imprégné par un médicament pris par la mère avant ou pendant l’accouchement.
Des symptômes néonataux de sevrage ou de surdosage peuvent apparaître, notamment
chez les prématurés. (28, 29)

II.7. Les situations de prise de médicament au cours de la grossesse :

Il existe différentes situations de prise médicamenteuse au cours de la grossesse :


une pathologie chronique préexistante pour laquelle la poursuite d'un traitement est
indispensable (épilepsie, asthme, dépression, diabète, etc.), des pathologies
intercurrentes survenant pendant la grossesse chez une patiente jusque-là en bonne santé
(infections, traumatismes, etc.)et des pathologies ou circonstances exclusivement
obstétricales (menace d'accouchement prématuré). (30)

II.7.1.Les médicaments les plus prescrits

Les femmes enceintes représentent une population à risque concernant les


médicaments. Toutefois, la prise médicamenteuse de cette population est non
négligeable.Différentes études évaluent la proportion de femmes ayant eu au moins une
prescription de médicaments pendant leur grossesse entre 80 et 95%. Cette
consommation est considérée comme beaucoup plus importante au troisième trimestre,
ce qui est sans doute lié à l’existence de pathologies spécifiques en fin de grossesse. Les
médicaments les plus prescrits sont :

- le paracétamol (63,3% des femmes),


- le fer (48,9%),

- l’acide folique (44,5%),

- le phloroglucinol (38,6%),

- le magnésium (27,1%),

- l’amoxicilline (25,9%),

- l’alginate de sodium, (exemple : Gaviscon®, Maalox®) (17,9%),

- la dompéridone (15,7%),

- l’hespéridine, (exemple : Cyclo3®, Daflon®…) (12,1%),

- le rhinofluimucil (10,8%)

- et la prednisolone (9,6%). (31)

II.7.2.Les médicaments d’automédication les plus consommés

D’après l’étude réalisée en 2011 par Cécile Klein, les médicaments les plus
utilisés en automédication pendant la grossesse sont :

- le paracétamol,

- l’alginate de sodium (gaviscon® et le maalox®),

- le phloroglucinol (spasfon®),

- l’hespéridine (daflon®),

- la diosmectite (smecta®),

- le macrogol (forlax®),

- et l’homéopathie.(31)
II.8.Classification des médicaments selon leur risque pour la
grossesse :

Deux types de classification existent : la classification internationale et la


classification française, plus connue.

II.8.1.La classification internationale créée par la Food and Drug Administration


(FDA) :

Aux États-Unis, la FDA a établi une classification permettant de définir le risque


pour le fœtus pour chaque médicament pris pendant la grossesse. Cette classification est
divisée en cinq catégories :

II.8.1.1.Catégorie A : les médicaments appartenant à ce groupe ne présentent pas de


risques pour le fœtus et peuvent être utilises pendant la grossesse. Aucun effet
indésirable n’a été observé après l’administration de ces médicaments chez la femme
enceinte.(32)
II.8.1.2.Catégorie B : Les études animales ne montrent pas de risque tératogène mais
ce risque n’est pas démontré chez l’homme ou les études animales sont positives mais
non contrôlées chez la femme enceinte. L’innocuité du médicament n’est pas
établie.(32)

II.8.1.3.Catégorie C : le risque fœtal est inconnu. Les études de reproduction chez


l'animal ont montré un effet négatif sur le fœtus, mais il n'y a pas d'études adéquates et
bien contrôlées chez l’homme ou les études animales n’ont pas été menées et les études
chez l’homme font défaut.(32)

II.8.1.4.Catégorie D : Les études ont mis en évidence un risque pour le fœtus. Le


médicament peut être utilisé en cas d’urgence s’il n’y a pas d’autres alternatives
thérapeutiques et s’il y a un bénéfice pour la mère.(32)

II.8.1.5.Catégorie X : Les études chez l'animal ou chez l'homme ont montré des
anomalies fœtales. Le risque lié à l'utilisation du médicament chez les femmes enceintes
l'emporte clairement sur tous les avantages possibles. Les médicaments sont
formellement contre indiqués.(32)
Cette classification comporte plusieurs limites : les données cliniques humaines
ont une place beaucoup moins importante que les données des études animales et les
différentes catégories ne tiennent pas compte des conditions d’exposition et du stade de
développement.(32)

II.8.2. La classification française créée par l’Agence nationale de sécurité du


médicament et des produits de santé (L’ANSM)

L’ANSM, anciennement AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des


produits de santé) a également sa classification en cinq catégories :

II.8.2.1 Possible : L’ensemble des données cliniques disponibles sont rassurantes. Le


médicament peut donc être théoriquement pris si cela est nécessaire, généralement à des
doses très faibles ou faibles. Le traitement doit être le plus bref possible.

II.8.2. 2 Envisageable - Prudence : L’administration du médicament peut être


envisagée avec prudence ou vigilance avec contrôle des doses qui doivent rester faibles
ou modérées.

II.8.2. 3 A éviter : Le médicament n’est pas à délivrer, soit par manque de données, soit
pour une toute autre raison, y compris pour le conseil.

II.8.2. 4 Déconseillé : Il y a un risque existant pour le fœtus, l’administration du


médicament est déconseillée.

II.8.2. 5 Contre-indiqué :L’utilisation du médicament est formellement proscrite


pendant la grossesse en raison de la toxicité pour le fœtus.

(33)
II.9. Les médicaments dangereux pendant la grossesse :

La prescription médicale chez les femmes enceintes repose sur l’analyse


individuelle d’un rapport bénéfice/risque entre le fœtus et la mère. Les médicaments
sont classés en différentes catégories :

II.9.1.Médicaments à risque tératogène certain et élevé :

Ils sont formellement contre-indiqués chez la femme enceinte ou en âge de


procréer en l'absence de contraception efficace, et leur prescription se fait dans des
conditions très strictes (contraception, tests de grossesse réguliers…).(29)

II.9.2.Médicaments à risque tératogène certain mais faible, nécessitant un


diagnostic anténatal :

La décision de les prescrire ou de les poursuivre si la grossesse est débutée dépend


du bénéfice thérapeutique maternel attendu, des risques des traitements alternatifs, des
connaissances actualisées et des possibilités de diagnostic anténatal.(29)

II.9.3.Médicaments à risque fœtal et/ou néonatal :

Certains médicaments sont spécifiquement contre-indiqués pendant la période


foetale en raison d’effets fœtaux ou néonatals graves (sans effet malformatif) (29)
Tableau I: Médicaments à risque tératogène certain et élevé : (27, 34) (35)

Médicament (DCI) et Malformations Conduite à tenir


nom commercial les plus fréquentes
Thalidomide Squelette (membres), cœur Grossesse :contre-

Lénalidomide Effet tératogène attendu, indication absolue

médicament(structurellement prescription et surveillance


proche du thalidomide) particulière , contraception

Isotrétinoïne(Tetralysal®) Système nerveux central hautement efficace,

Alitrétinoïne Oreille externe ,cœur, face commencée 4 semaines


avant traitement et
Acitrétine Squelette
poursuivie 1 mois après
(Soriatane®)
l'arrêt des médicaments (et
2 ans pour l'acitrétine)

Valproate de sodium Anomalies de fermeture du Femme en âge de


(Dépakine® ) tube neural procréer :
(myéloméningocèle, spina ne pas utiliser sauf absolue
bifida) nécessité et absence
Dysmorphie faciale d'alternative contraception
Fente labiale Grossesse :
Cœur contre-indication
Risque élevé de troubles si valproate maintenu :
graves du développement acide folique (5 mg/j)
(30 à 40 %) : diminution du 1 mois avant la conception
quotient intellectuel global et et 2 mois après ;
verbal, troubles envahissants surveillance prénatale et
du développement, autisme néonatale spécialisées
Tableau II: Médicaments à risque tératogène certain mais faible, nécessitant un
diagnostic anténatal (27, 34) (35)

Médicament Malformations Conduite à tenir

(DCI et nom commercial) les plus fréquentes

Lithium Cœur et gros vaisseaux Si possible arrêt jusqu'au


56e jour Échographie axée
sur le cœur ≥ 18 SA
Carbamazépine Anomalies de fermeture Supplémentation par acide
(Tegrétol®) du tube neural : 0,5 à 1 % folique (5 mg/j) 1 mois
Fente labiale avant la conception et
Cœur 2 mois après
Échographie axée sur le
tube neural et la face
Anti-vitaminiqueK (AVK) Os du nez (hypoplasie ou Réservées au cas où
Warfarine absence) et des phalanges l'héparine ne peut pas être
(Coumadine®) (hypoplasie) utilisée chez la femme
Acénocoumarol Ponctuation des épiphyses enceinte.
(Sintrom®) Perte embryonnaire ou Échographie du massif
fœtale facial, du squelette, du
cerveau
Méthotrexate Malformations du système Contre-indication absolue
nerveux central, de pendant la grossesse
l'appareil cardiovasculaire,
du crâne et de la face

Des cardiopathies et des Contre-indiquée au


Sulfamides anomalies de fermeture du premier trimestre mais
antibactériens : tube neural sont rapportées possible aux deuxième et
Cotrimoxazole pour une utilisation troisième trimestre.
pendant le premier
trimestre.
Tableau III: Médicaments à risque fœtal et/ou néonatal (27, 34) (35)

Médicament (DCI et Manifestations Conduite à tenir


nom commercial) les plus fréquentes

Anti-inflammatoires non Toxicité rénale dès Contre-indication à partir de la


stéroïdiens(AINS) 12 semaines 24e semaine d'aménorrhée (y
Ibuprofène (Advil®) (oligoamnios, compris par voie cutanée)
insuffisance rénale) Prévention de l'automédication
Kétoprofène (Profenid®)
Fermeture du canal
artériel : mort in utero,
insuffisance cardiaque
droite, HTAP
Allongement du temps de
saignement

Inhibiteurs de l’enzyme toxicité rénale dès Contre-indication dès le 3e mois


de conversion (IEC) et 12 semaines Substitution le plus tôt possible
Antagonistes de (oligoamnios, par une autre classe
l’angiotensine 2, comme insuffisance rénale parfois d'antihypertenseur
par exemple : irréversible)

 Captopril (Lopril®..)
 Losartan (Cozaar®..)

Inducteurs enzymatiques : Syndrome hémorragique Mère : vitamine K1, 10 à 20 mg


carbamazépine précoce (déficit en par jour pendant les 15 jours
oxcarbazépine vitamine K) précédant l'accouchement ;
phénobarbital Anomalie vitamine D2 : 1 000 U par jour
phénytoïne phosphocalcique (déficit pendant le dernier trimestre
rifampicine en vitamine D) Nouveau-né : vitamine K1 0,5 à
Sédation, difficultés de 1 mg IM ou IV, surveillance
succion, hypotonie neurologique si antiépileptique
Neuroleptiques : Signes atropiniques Mère : favoriser la monothérapie
Chlorpromazine(Largactil®) (tachycardie,rétention et la réduction progressive des
Halopéridol(Haldol®) urinaire, doses pendant les 2 derniers mois
Olanzapine(Zyprexa®) hyperexcitabilité, Nouveau-né : surveillance
distension abdominale,) neurologique et digestive
Manifestations
extrapyramidales
Troubles glycémiques
avec les neuroleptiques
« atypiques »
Antidépresseurs Signes atropiniques :
imipraminiques (tachycardie, Nouveau-né : surveillance
Imipramine(Tofranil®) rétention urinaire, neurologique et digestive
hyperexcitabilité,
distension abdominale,)
Inhibiteurs de la recapture Hypothermie, agitation, Nouveau-né : surveillance du
de la sérotonine (IRS) tremblements, irritabilité, comportement
Fluoxétine (Prozac®) insomnie
Sertraline (Zoloft®) Risque accru d'HTAP
Suspicion de troubles
autistiques
Benzodiazépines : Troubles de la succion, Mère : préférer si possible
Diazépam(Valium®) somnolence, hypotonie, l’oxazépam, à demi-vie
dépression respiratoire, intermédiaire
apnée Nouveau-né : surveillance du
Rarement : syndrome de comportement et de la
sevrage respiration : scope d’apnées à
discuter
Bêtabloquants : Hypoglycémie Nouveau-né : surveillance de
Acébutolol(Sectral®) Bradycardie glycémie, pression artérielle et
Insuffisance cardiaque fréquence cardiaque
Hypotension
Aminosides Néphrotoxicité et toxicité Leur prescription doit être courte
auditive variables en et surveillée, notamment au plan
fonction des molécules, rénal. La kanamycine et la
des posologies et des streptomycine sont contre-
durées de traitement. indiquées.
Cyclines dyschromies dentaires Doxycycline : prescription
(pour les dents de lait déconseillée mais d’utilisation
uniquement, pas possible si la prescription est
d’atteinte des dents nécessaire au premier trimestre,
définitives car leur mais prescription contre-indiquée
calcification ne débute aux deuxième et troisième
qu’après la naissance) trimestres.
Tétracycline : prescription
contre-indiquée quel que soit le
terme

(27, 34) (35)


Chapitre III :
Le risque des médicaments disponibles en
automédication et le conseil pharmaceutique
pour les petits maux de la grossesse
III.1.Généralités :

Selon des études réalisées au niveau national, l’automédication est pratiquée par
80 % des adultes de la population algérienne .Les patients désirent participer
activement à leur santé. Ils utilisent des médicaments qu’ils peuvent acheter sans
prescription ou antérieurement prescrits, inutilisés et conservés. Les antalgiques
s’imposent largement comme étant les médicaments les plus fréquemment utilisés en
automédication, viennent ensuite, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ,les
antigrippaux, les médicaments du tube digestif , les antitussifs , les antiallergiques et les
antiasthéniques . Les femmes enceintes n’échappent pas à cette règle. Certains
médicaments peuvent les exposer et leurs enfants à naître à des risques élevés.(5)

Il a été choisi de se concentrer sur les quatre classes de médicaments qui ont
majoritairement été observées dans les précédentes enquêtes, il s’agit des médicaments
des troubles gastroduodénaux, des médicaments des pathologies ORL, des médicaments
de la douleur , des médicaments des troubles des voies aériennes supérieures et les
compléments alimentaires.

III.2. Les médicaments et leurs risques en automédication des femmes


enceintes :

III.2. 1.Médicaments de la douleur et la fièvre :

Il s’agit de la classe des antalgiques et anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les


principales indications sont : le traitement des affections douloureuses et/ou fébriles
telles que les céphalées, les états grippaux, les douleurs dentaires, les courbatures, et
éventuellement les migraines après avis médical.
III.2.1.1.Paracétamol
Tableau IV : Paracétamol et grossesse

Spécialités concernées PARALGAN® DAFALGAN® - DOLIPRANE® -


DOLYC® - EFFERALGAN® - ® - PANADOL® -
Etat des connaissances Le paracétamol est l’antalgique de palier 1 et
l’antipyrétique le mieux connu chez la femme enceinte
quel que soit le terme de la grossesse :

les données publiées sont très nombreuses et rassurantes.


A ce jour, les données cliniques disponibles sur le rôle
éventuel du paracétamol en cours de grossesse dans
l’apparition de cryptorchidies chez les fœtus masculins
(Cela est défini par l’absence de descente testiculaire. Les
testicules sont alors situés dans la cavité abdominale ou
dans le canal inguinal. Il peut en résulter une stérilité si
l’anomalie est bilatérale) sont contradictoires et ne
permettent pas d’établir l’existence d’un lien de causalité.
Bilan des Il est possible d’utiliser du paracétamol à posologie
recommandations usuelle quel que soit le terme de la grossesse.
(36)

III.2.1.2Aspirine :
L’aspirine (ou acide acétylsalicylique) a de nombreuses propriétés : antalgique,
antipyrétique, anti-inflammatoire à une posologie ≥ 500 mg/jour et anti-agrégant
plaquettaire à posologie plus faible.
Tableau V: Aspirine et grossesse

Spécialités concernées ASPEGIC® - CATALGINE®


Etat des Aspect malformatif : Les données chez les femmes
connaissances enceintes exposées à l’aspirine au 1er trimestre sont très
nombreuses et aucun élément inquiétant n’est retenu à ce
jour.

Aspect fœtal et néonatal : Aux doses ≥ 500 mg/jour


l’aspirine peut provoquer une toxicité fœtale et /ou
néonatale cardiaque et/ou rénale, parfois irréversible, voire
fatale, en particulier à partir du début du 6ème mois de
grossesse (24 semaines d’aménorrhée).Il s’agit d’une
constriction partielle ou totale du canal artériel et d’une
atteinte de la fonction rénale. Des accidents aigus
(insuffisance cardiaque voire mort fœtale in utero) peuvent
survenir avec des prises très brèves à l’approche du terme.

Un allongement de la durée de la grossesse et du


travail ainsi qu’une augmentation des pertes sanguines
maternelles ont également été décrits avec l’aspirine
poursuivie jusqu’à l’accouchement avec ces fortes doses.
Les atteintes décrites sont consécutives à une inhibition de
synthèse des prostaglandines fœtales et néonatales. Ce
mécanisme d’action est commun à tous les AINS y
compris les inhibiteurs de COX2.

Aux doses anti-agrégantes plaquettaires, l’aspirine


n’a pas d’effet sur les fonctions rénale et cardiaque du
fœtus et n’entraîne pas de complications hémorragiques
materno-fœtales.

Bilan des  Aux doses anti-agrégantes il est possible d’utiliser


recommandations l’aspirine quel que soit le terme de la grossesse.
 Aux fortes doses (≥ 500 mg/j) :

Jusqu’au début du 6° mois (24 SA) l’utilisation d’aspirine


à doses ≥ 500 mg/j est possible ponctuellement. On évitera
les prises chroniques.Au-delà du début du 6° mois (24 SA)
l’utilisation d’aspirine à doses ≥ 500 mg/j est formellement
contre-indiquée.
(37)

III.2.1.3. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens :

Tableau VI: Anti-iflammatoire et grossesse

Spécialités Ibuprofène : ADVIL® -UPFEN®-ANADVIL®


concernées Diclofénac :VOLTARENE®-CLOFENAL®
VOLTARENE EMULGEL® - XENID®-RAPIDUS®
Etat des Fausses couches : Une légère augmentation des fausses
connaissances couches est attribuée à l’exposition aux AINS en début de
grossesse. Cependant, faute de précision sur un certain
nombre de facteurs de risque et de modalités exactes
d’exposition, ces résultats doivent être confirmés.

Aspect malformatif : Les données chez les femmes


enceintes exposées aux AINS sont d’importances variables
en fonction des molécules mais aucun élément inquiétant
n’ai retenu à ce jours.

Aspect fœtal et néonatal : Tous les AINS peuvent


provoquer une toxicité fœtale et /ou néonatale cardiaque
et/ou rénale, parfois irréversible, voire fatale, en particulier à
partir du début du 6ème mois de grossesse (24 semaines
d’aménorrhée)
Bilan des A l’exception des collyres, l’utilisation ponctuelle ou
recommandations chronique de tous les AINS est formellement contre-
indiquée à partir du début du 6ème mois de grossesse (24
SA), quelle que soit leur voie d’administration.

(38)

III.2.1.4.Le phloroglucinol :

Tableau VII: Phloroglucinol et grossesse

Spécialités concernées SPASFON®


Etat des connaissances Les données publiées chez des femmes enceintes
exposées au phloroglucinol sont très nombreuses et
rassurantes, quel que soit le terme de la grossesse.
Bilan des L’utilisation du phloroglucinol est possible quel que
recommandations soit le terme de la grossesse.

(39)

III.2.2.Médicaments des troubles digestifs :

III.2.2.1.Les médicaments des gastralgies :

Au cours de la grossesse, la taille de l’utérus augmente, repoussant ainsi


certains organes, notamment l’estomac vers le haut. Ceci donne souvent lieu à un reflux
gastro-oesophagien et à des gastralgies. Différentes molécules peuvent traiter ces
symptômes. On distingue les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) dont l’oméprazole,
les antihistaminiques H2 (ranitidine) et les antiacides.
III.2.2.1.1.Oméprazole et ranitidine :

Tableau VIII: Anti-ulcéreux et grossesse

Spécialités concernées Oméprazole : LOMAC ®, MOPRAL ®


Ranitidine : AZANTAC ®, RANITEX ®

Etat des connaissances Les données publiées chez les femmes exposées en
cours de grossesse sont très nombreuses et
rassurantes.
Bilan des recommandations Il est possible d’utiliser l’oméprazole /ranitidine
quel que soit le terme de la grossesse

(40, 41)

III.2.2.1.2.Les antiacides :

Tableau IX: Antiacides et grossesse

Spécialités concernées MAALOX® (Hydroxyde de Magnésium


et d’Aluminium)
RENNIE® (Carbonate de Magnésium et
de Calcium)
GAVISCON® (Alginate de sodium
Bicarbonate de sodium)
Etat des connaissances Il n'y a pas d'études fiables de
tératogenèse chez l'animal. En clinique,
l'analyse d'un nombre élevé de
grossesses exposées n'a apparemment
révélé aucun effet malformatif ou
fœtotoxique particulier de ces
médicaments
Bilan des recommandations Ces médicaments peuvent être prescrits
pendant la grossesse, si besoin.
(42, 43)
III.2.2.2.Les antiémétiques :

III.2.2.2.1.Le métoclopramide

Tableau X : Metoclopramide et grossesse

Spécialités concernées PRIMPERAN® - CLOPRAMID®


Etat des connaissances Les données publiées sont très nombreuses et rassurantes.
Une étude récente sur près de 30 000 grossesses exposées
au premier trimestre confirme ces conclusions.

Bilan des L’utilisation du métoclopramide est possible quel que soit


recommandations le terme de la grossesse
(44)
III.2.2.2.2.Dompéridone :

Tableau XI: Dompéridone et grossesse

Spécialités concernées MOTILIUM® - PERIDYS®


Etat des connaissances Les données publiées chez les femmes
exposées en cours de grossesse sont
nombreuses et rassurantes. Chez
l’animal, les résultats des études sont
contradictoires.
Bilan des recommandations On préférera le métoclopramide
(Primpéran®) pour traiter une femme
enceinte .En cas d’inefficacité de ce
dernier, on pourra avoir recours à la
dompéridone quel que soit le terme de la
grossesse.
(45)
III.2.2.3.L’anti-diarrhéique :
III.2.2.3.1.Loperamide :

Tableau XII :Lopéramide et grossesse

Spécialités concernées IMODIUM® - PERACEL®

Etat des connaissances Aspect malformatif : Le lopéramide n’est pas tératogène chez
l’animal. Les données publiées chez les femmes exposées au
premier trimestre de grossesse sont nombreuses et aucun élément
inquiétant n’est retenu à ce jour.Il n’y a aucune donnée sur la
prise de lopéramide au long cours pendant la grossesse.

Aspect néonatal : A ce jour, aucun effet néonatal n’a été


rapporté lors d’expositions au lopéramide en fin de grossesse,
mais les données publiées, en particulier dans les diarrhées
chroniques, sont très peu nombreuses. En théorie,
l’administration d’un médicament jusqu’à l’accouchement peut
entraîner des effets néonatals dont la nature se superpose souvent
aux effets recherchés et/ou indésirables chez l’adulte.
Bilan des Pour une diarrhée aiguë : l’utilisation du lopéramide est
recommandations possible quel que soit le terme de la grossesse.

Pour une diarrhée chronique : en l’absence de donnée sur la


prise de lopéramide au long cours chez la femme enceinte, le
bien-fondé du traitement mérite d’être réévalué
III.2.2.3.2.Diosmectite :
Tableau XIII: Diosmectite et grossesse

Spécialités concernées SMECTA®


Etat des connaissances Il n’existe pas d’études de tératogénèse
chez l’animal. Les études chez la femme
sont insuffisantes pour exclure tout
risque d’effet tératogène ou foetotoxique
Bilan des recommandations Compte tenu de son absence d’effet
général, la disomectite semble pouvoir
être utilisée pendant la grossesse

(46)

III.2.2.4.Les laxatifs :
Il existe quatre classes de laxatifs : les laxatifs de lest (mucilages, son et fibres)
qui agissent par augmentation du volume des selles, les laxatifs lubrifiants (huile de
paraffine) qui ramollissent les selles, les laxatifs osmotiques (lactulose, macrogol) qui
provoquent un appel d’eau dans l’intestin, et les laxatifs stimulants (Bisacodyl…) qui
stimulent le péristaltisme intestinal. Les laxatifs locaux ne sont pas étudiés ici.
Tableau XIV: Laxatifs et grossesse

Huile de paraffine : LANSOYL® -


LUBENTYL®
Spécialités concernés Lactulose : DUPHALAC®, EZILAX®
Macrogol : FORLAX®
‫ــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــ‬
Sterculia : NORMACOL®
Etat des connaissances Les données publiées chez les femmes
exposées en cours de grossesse au
macrogol, lactulose et huile de paraffine
sont peu nombreuses. Aucun élément
inquiétant n’est retenu à ce jour.
Bilan des recommandations On préférera quel que soit le terme de la
grossesse : un laxatif osmotique :
lactulose (Duphalac®), ou macrogol
(Forlax®) ou un mucilage sterculia
(Normacol®).Si un laxatif lubrifiant est
nécessaire, l’huile de paraffine pourra être
utilisée ponctuellement pendant la
grossesse. Il est déconseillé de l’utiliser de
façon prolongée car il peut diminuer
l’absorption de vitamines liposolubles

Les laxatifs stimulants : le docusate sodique ( REGULAX®, NORGALAX® )


le bisacodyl (LAXADYL®) et le picosulfate de sodium(PONCTUEL®). Ils agissent
en provoquant une sécrétion colique qui dilue les selles. Leur utilisation au long cours
est fortement déconseillée. Cependant, les données concernant les femmes enceintes ou
allaitantes exposées au séné sont nombreuses. Pour les autres molécules, les données
sont moins nombreuses, mais aucun élément inquiétant n’est apparu à ce jour.(47)
III.2.3.Troubles de la sphère ORL

III.2.3.1.Médicaments du rhume :

Deux types de molécules sont utilisés dans la prise en charge du rhume. La


congestion nasale est traitée par des vasoconstricteurs (pseudoéphédrine), tandis que
l’écoulement nasal est pris en charge par des anti-histaminiques de première génération
(chlorphénamine, triprolidine et phéniramine).

III.2.3.1.1.Pseudoéphédrine :

Tableau XV : Pseudoéphédrine et grossesse

Spécialités concernés ACTIFED RHUME® : (Paracétamol, Chlorhydrate


de pseudoéphédrine, Chlorhydrate de triprolidine)
HUMEX RHUME® : (paracétamol, Pseudoéphédrine
chlorhydrate), DOLIRHUME® : (Paracétamol et
pseudoéphédrine)

Etat des connaissances Il n’y a pas de données fiables de tératogenèse chez


l’animal. En clinique, les études épidémiologiques
n’ont pas mis en évidence d’effet malformatif lié à
l’utilisation de la pseudoéphédrine.
Bilan des par mesure de prudence et compte tenu des puissantes
recommandations propriétés vasoconstrictives de la pseudoéphédrine,
son utilisation est déconseillée pendant la grossesse.
(48)
III.2.3.1.2.Phéniramine :

Tableau XVI : Phéniramine et grossesse

Spécialités concernées FERVEX ETAT GRRIPAL® : (phéniramine,


paracétamol, vitamine C), RYNZA® (phéniramine,
paracétamol, caféine, phénylephrine), GRYPEX®
(Paracétamol, Maléate de phéniramine)
Etat de connaissance Absence d'étude chez l'animal et de données cliniques
humaines, le risque n'est pas connu.
Bilan des Par mesure de prudence, ne pas prescrire chez la femme
recommandations enceinte.
(49)

III.2.3.2.Les anti-allergiques
La prise en charge des symptômes de la rhinite allergique saisonnière ou non,
se fait par des anti-histaminiques H1. Deux générations de molécules existent : la
première génération aux propriétés anticholinergique telles que la dexchlorphéniramine.
Les antihistaminiques de seconde génération sont dépourvus d’effets anti-
cholinergiques et sont représentés par la cétirizine et la loratadine.
III.2.3.2.1.La dexchlorphéniramine :
Tableau XVII : Dexchlorphéniramine et grossesse

Spécialités concernées POLARAMINE® HISTAGAN®


Etat des connaissances Aspect malformatif : Les données publiées chez les
femmes exposées à la dexchlorphéniramine au premier
trimestre de grossesse sont très nombreuses et rassurantes.

Aspect néonatal : Il n’y a pas de donnée sur les expositions


à la dexchlorphéniramine en fin de grossesse.
Bilan des L’utilisation ponctuelle de la dexchlorphéniramine est
recommandations possible.S’il s’agit d’un traitement au long cours, on
préférera un antihistaminique H1 non atropinique et peu
sédatif
(50)
III.2.3.2.2.Cétirizine et Loratadine :

Tableau XVIII: Antihistaminique H1 deuxième génération et grossesse

Spécialités concernées Cétirizine : VIRLIX® - ZYRTEC®


Loratadine : CLARITYNE®
Etat des connaissances Les données publiées chez les femmes exposées à la
cétirizine et à loratadine en cours de grossesse sont très
nombreuses et rassurantes.
Bilan de L’utilisation de la cétirizine et loratadine est possible quel
recommandation que soit le terme de la grossesse
(51)

III.2.3.3.Médicaments des maux de gorge :

Les maux de gorge peuvent être soulagés par des traitements symptomatiques
locaux à base d’antiseptiques (chlorhexidine, benzalkonium,), d’anesthésiques locaux
(lidocaïne, tétracaïne) ou d’anti-inflammatoires (alpha-amylase).

III.2.3.3.1.Chlorhexidine

Tableau XIX : Chlorhexidine et grossesse.

Spécialités concernées ELUDRIL® collutoire, (tétracaïne associée à la


Chlorhexidine)
Etat des connaissances Il n’existe pas de données ou il existe des données limitées
(moins de 300 grossesses) sur l’utilisation de la
chlorhexidine et de la tétracaïne chez la femme enceinte.
Les études effectuées chez l’animal n’ont pas mis en
évidence d’effets délétères directs ou indirects (dans les
conditions normales d’utilisation) sur la reproduction.
Bilan des par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser
recommandations ce médicament pendant la grossesse.
(52)
III.2.3.3.2.Chlorure de benzalkonium.

Tableau XX: Chlorure de benzalkonium et grossesse.

Spécialités HUMEX MAL DE GORGE® (Chlorhydrate de


concernées lidocaïne Chlorure de benzalkonium)
Etat des connaissances Il n'existe pas de données de tératogenèse chez l'animal.En
clinique, aucun effet malformatif ou fœtotoxique n'est
apparu à ce jour. Toutefois, le suivi de grossesses
exposées à ce médicament est insuffisant pour pouvoir
exclure tout risque
Bilan des En conséquence, par mesure de précaution, il est
recommandations préférable de ne pas utiliser ce médicament pendant la
grossesse
(53)
III.2.3.3.3. Alpha-amylase.
Tableau XXI:Alpha-amylase et grossesse.

Spécialités concernées MAXILASE ®


Etat des connaissances Il n'existe pas de données de tératogenèse chez l'animal.
En clinique, aucun effet malformatif ou fœtotoxique n'est
apparu à ce jour. Toutefois, le suivi de grossesses
exposées à ce médicament est insuffisant pour pouvoir
exclure tout risque.
Bilan des En conséquence, par mesure de précaution, il est
recommandations préférable de ne pas utiliser ce médicament pendant la
grossesse.
(54)
III.2.4.Troubles des voies aériennes supérieures :

III.2.4.1.Les expectorants:

Dans les difficultés d’expectoration, trois molécules mucolytiques sont


principalement utilisées : l’ambroxol, l’acétylcystéine et la carbocistéine.

Tableau XXII : Les expectorants et grossesse.

Spécialités concernées Ambroxol : MUXOL®


N-acétylcystéine : FLUIMUCIL® - SOLMUCOL®
Carbocistéine : RHINATIOL®
Etat des connaissances Absence d’effet tératogène chez l’animal. Les données
publiées chez les femmes exposées au 1er trimestre de la
grossesse sont peu nombreuses mais aucun élément
inquiétant n’est retenu à ce jour. Aux 2ème et 3ème
trimestres, les données sont très nombreuses et rassurantes.
Bilan des Si un fluidifiant bronchique est indispensable, on préférera
recommandations utiliser l’acétylcystéine ou l’ambroxol mieux connus chez la
femme enceinte
(55)

III.2.4.2.Les antitussifs :

Il existe plusieurs classes d’antitussifs, essentiellement les opioïdes légers, les


antihistaminiques anticholinergiques et les médicaments à base de plantes.
III.2.4.2.1.Le Dextrométhorphane.
Tableau XXIII : Le Dextrométhorphane et grossesse.

Spécialités concernées HUMEX TOUX SECHE®, BRONCHOCALM®


Etat des connaissances Aspect malformatif : Les données publiées chez les
femmes enceintes exposées au dextrométhorphane au
1er trimestre sont nombreuses et rassurantes.Aspect
néonatal : Les opioïdes légers utilisés jusqu’à
l’accouchement à doses suprathérapeutiques peuvent
être responsables d’un syndrome de sevrage chez le
nouveau-né.
Bilan des Il est possible d’utiliser du dextrométhorphane à
recommandations posologie usuelle quel que soit le terme de la
grossesse.

III.2.4.2.2.Codéine :

Tableau XXIV : La Codéine et grossesse.

Spécialités concernées NEO-CODION® - EUPHON®


Etat des connaissances Aspect malformatif : Les données publiées chez les femmes
exposées au 1er trimestre de grossesse sont très nombreuses et
rassurantes. La possibilité d’une faible augmentation des
malformations cardiaques a été soulevée par quelques études
mais elle n’a pas été confirmée à ce jour.

Aspect néonatal : La codéine utilisée jusqu’à l’accouchement


à doses supra thérapeutiques peut être responsable d’un
syndrome de sevrage chez le nouveau-né. Il se manifeste
notamment par une irritabilité, des trémulations, un cri aigu et
une hypertonie, survenant à distance de la naissance.
Bilan des Il est possible d’utiliser la codéine à posologie usuelle quel
recommandations que soit le terme de la grossesse.
III.2.4.2.3.Oxomémazine :

Tableau XXV : Oxomémazine et grossesse.

Spécialités TOPLEXIL®
concernées
Etat des Aspect malformatif : Il n’y a pas de donnée publiée chez des
connaissances femmes exposées à l’oxomémazine au 1er trimestre de la
grossesse, mais aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour.

Aspect néonatal : chez les nouveau-nés de mères traitées par


d’autres phénothiazines jusqu’à l’accouchement, en particulier à
fortes doses, des symptômes (de type extrapyramidal et/ou
atropinique) peuvent parfois apparaître dans les premiers jours de
vie
Bilan des L’utilisation de ce médicament est déconseillée pendant la
recommandations grossesse.
(56)
III.2.5.Les compléments alimentaires :
Tableau XXVI : Les compléments alimentaires et grossesse.

Complément alimentaire Rôle Recommandation


L’acide VITAMINE activité anti-oxydante assure le l’utilisation des
ascorbique C UPSA® bon déroulement de la grossesse. médicaments contenant
Elle permet également de l’acide ascorbique
d’augmenter la biodisponibilité du pendant la grossesse est
fer. Une carence en vitamine C possible.
serait responsable
d’accouchement prématuré
Le magnésium VITAMAG® Un déficit en magnésium peut être L’apport de magnésium
MAGNESIUM responsable de fatigue chronique, pendant une grossesse
ADDITIVA® de crampes, de perturbations du est à envisager avec
MEGAMA® métabolisme glucidique ou encore prudence.
de troubles du rythme cardiaque.
Cependant, un apport massif de
magnésium lors d’une grossesse a
des conséquences beaucoup plus
graves pour le foetus. Il peut
provoquer un arrêt cardiaque.
Les complexes NEUROVIT® Le bon fonctionnement du Eviter les spécialités
vitaminiques ZANITRA® système nerveux central (B1) et le contenant la vitamine A
(A,B,D,E) ALVITYL® système immunitaire (B6)
Les carences en B2 et B5
pourraient être responsables d’un
retard au développement foetal.
Une carence en B6 pourrait
favoriser l’apparition d’un diabète
gestationnel.la carence en
vitamine B9 est impliquée dans
des anomalies de fermeture du
tube neural.
(57)
III.3. Remèdes aux petits maux de la grossesse :
Les « petits maux » survenant chez la femme au cours de la grossesse créent un
très réel inconfort qu’il faut aider à faire supporter. Pour faire face aux demandes des
femmes enceintes, le pharmacien doit avoir connaissance des principaux troubles de la
grossesse. Ils sont fréquents et prévisibles, principalement dus aux modifications
physiologiques et hormonales. Il faut donc savoir repérer ces symptômes et proposer
des solutions médicamenteuses et des règles hygiéno-diététiques.(58)

III.3. 1.Troubles digestifs :


III.3.1.1.Les nausées et les vomissements :
Les nausées et vomissements, qui surviennent durant le premier trimestre de la
grossesse, représentent le trouble médical digestif le plus courant pendant cette période.
La plupart des nausées et vomissements sont bénins, sans conséquences. Ils apparaissent
le matin et disparaissent spontanément. Mais il existe une forme plus grave, appelée
l’hyperemesis gravidarum, qui engendre une perte de poids importante de la femme
supérieure à 5 %, une déshydratation et un déséquilibre électrolytique. La
physiopathologie des nausées et vomissements est liés à l’imprégnation hormonale
(progestérone et oestrogènes) qui entraîne une relaxation des muscles lisses du tube
digestif.
Règles hygiéno-diététiques :
 le fractionnement des repas:
Il faut consommer de petites quantités mais plus souvent, toutes les deux ou trois
heures, ce qui permet de solliciter l’estomac de façon plus douce, d’améliorer la
digestion et d’atténuer le dégoût pour les aliments.
 Privilégiez les sucres lents, les crudités, les produits laitiers, les fruits et
les féculents, riches en vitamine B6, indispensables au bon développement foetal.
 Evitez les odeurs fortes provoquant des nausées :
En effet, le système olfactif de la femme enceinte est beaucoup plus sensible et ce, dès
les premières semaines de la grossesse. Certaines odeurs deviennent alors très
désagréables et provoquent des nausées.
 Evitez l’hypoglycémie :
Il est important que la femme évite l’hypoglycémie du matin en prenant le petit
déjeuner au lit ou en mangeant quelques biscuits secs un quart d’heure avant de se lever,
et en évitant les glucides d’absorption rapide qui entraînent une sécrétion d’insuline
responsable d’une hypoglycémie secondaire.
 Boire régulièrement dans la journée :
Il faut boire régulièrement dans la journée pour éviter la déshydratation une demi-heure
avant ou après le repas plutôt que pendant afin de ne pas surcharger l’estomac.
Les traitements médicamenteux en conseil :
Certains traitements médicamenteux peuvent être délivrés chez la femme enceinte
sans prescription médicale. Leur délivrance peut être envisagée dans le cas où les règles
hygiéno-diététiques et les alternatives ne suffisent pas.

En conseil, on trouve le VOMITEB®, disponible en vente libre. C’est un sirop à base de


plantes médicinales constitué essentiellement de gingembre, citron et clou de girofle .Sa
délivrance est envisagé à des posologies de 30 à 40mg par jour soit : 2 cuillères à café (10ml), 3
à 4 fois par jour. Le pharmacien doit proposer le meilleur traitement possible, adapté à chaque
patiente. Il ne doit pas hésiter à orienter la femme enceinte vers une consultation médicale en
cas de doute ou face à des symptômes importants et persistants depuis plus de 3 jours sans
amélioration.

(59, 60)

III.3.1.2.Le reflux gastro-œsophagien :


Le reflux gastro-oesophagien (RGO) est le deuxième symptôme digestif le
plus courant chez la femme enceinte : 25% des femmes enceintes souffrent de brûlures
d’estomac. Le RGO se manifeste par un pyrosis, une douleur rétro sternale ascendante.
Ce symptôme est la conséquence d’une part de l’hypertrophie de l’utérus qui effectue
une pression abdominale, et d’autre part de la progestérone qui diminue le tonus du
sphincter inférieur de l’oesophage. Ces symptômes disparaissent rapidement, jusqu’à
quatre semaines après l’accouchement. (61)

Règles hygiéno-diététiques :
Le RGO peut être limité par quelques règles simples :
 Eviter de manger tard le soir ou juste avant de se coucher
 La femme enceinte doit également éviter les aliments ou les plats acides
épicés, les boissons gazeuses, et les excitants (caféine).
 Il est préférable de boire de l’eau en dehors des repas.
 Surélever la tête du lit ou le haut du corps d’une dizaine de centimètre.
 Evitez de porter des objets lourds (efforts importants) et de pratiquer des
activités physiques prônant une antéflexion prolongée .(62)
Les traitements médicamenteux en conseil
Si les règles hygiéno-diététiques ne suffisent pas, le pharmacien peut proposer à la
patiente un antiacide réduisent la concentration en protons du contenu gastroduodénal.
Plusieurs spécialités sont disponibles en vente libre. Le GAVISCON® ou NOBAC®
composé d’alginate de sodium et de bicarbonate de sodium est pris après chaque repas
ou au moment des douleurs, avec une posologie de 2 cuillères à café trois fois/jour .On
trouve également RENNIE® comprimé a base de carbonate de calcium et carbonate de
magnésium. La posologie usuelle par 24 heures est de 1à 2 comprimés, soit 4 à 8
comprimés .La durée du traitement est limitée à 10 jours. Le pharmacien orientera la
patiente vers une consultation médicale si aucune amélioration n’est notée après 3 jours.
(42, 43, 63)
III.3.1.3.La constipation :
La constipation touche 31% des femmes enceintes, le plus souvent au deuxième et
troisième trimestre. Comme vu précédemment, la progestérone a un effet inhibiteur sur les
muscles lisses du tube digestif. Par conséquent, le temps du transit intestinal va s’allonger.
L’hypertrophie de l’utérus, qui induit une pression sur l’appareil digestif, et la réabsorption
d’eau accrue au niveau colique sont également responsables de la constipation chez la femme
enceinte.

Les règles hygiéno-diététiques :


 Une hydratation suffisante, un litre et demi d’eau par jour et
éventuellement une eau riche en magnésium afin de favoriser l’hydratation du bol
alimentaire.
 Privilégier une alimentation riche en fibres comme les légumes verts, les
fruits, le pain complet, et les produits céréaliers qui accélèrent le transit intestinal.
 Il faut éviter les aliments qui ralentissent le transit intestinal tels que le
chou les artichauts, les féculents, les bananes ou encore les graisses animales
 Il est conseillé de pratiquer une activité physique régulière, comme de la
marche ou de la natation.
 Il faut également essayer d’aller à la selle à des heures régulières, tous les
jours, sans se retenir.
Les traitements médicamenteux en conseil :

De nombreux médicaments peuvent être délivrés en cas de constipation chez la


femme enceinte. Les laxatifs de première intention sont les laxatifs osmotiques comme
DUPHALAC® et FORLAX® .Ils hydratent les selles et augmentent leur volume. La
posologie est de 1 à 3 sachets par jour.
L’huile de paraffine , un laxatif lubrifiant , est déconseillé durant la grossesse car
il est susceptible de réduire l’absorption de vitamines liposolubles (A, D, E, K), ce qui
pourrait avoir des conséquences néonatales.
(64, 65)

III.3.2.Les troubles de la circulation veineuse :

III.3.2.1.L’insuffisance veineuse : Les jambes lourdes :

L’insuffisance veineuse se caractérise par des manifestations cliniques liées à une


stase veineuse induite par une perturbation du retour veineux des membres
inférieurs .La grossesse entraîne des changements physiologiques à l’origine d’une stase
veineuse : prise de poids, imprégnation œstro progestative vasodilatatrice augmentation
de la masse sanguine et compression des vaisseaux par l’utérus gravide. Tous ces
éléments sont à l’origine de la sensation de jambes lourdes. D’autres facteurs de risques
peuvent s’y ajouter : l’âge, les grossesses multiples, les antécédents familiaux (hérédité,
facteurs génétiques) l’hypertension artérielle, la station debout prolongée, la sédentarité.

Conseil hygiéno-diététiques :

 Le port de bas de compression est fortement conseillé car il améliore le


retour veineux et soulage les symptômes
 Pratiquer un exercice physique adapté (marche dans l’eau) plusieurs fois
par jour, favorisant une amélioration du fonctionnement de la pompe veineuse des
mollets.
 Il faut que la femme surélève les jambes de 20cm environ lorsqu’elle est
en position allongée, et évite toute source de chaleur comme le chauffage au sol ou les
bains chauds qui vont créer une vasodilatation.(66)
Les traitements médicamenteux en conseils :
Un traitement veinotonique local permettra une stimulation de la circulation
veineuse, et qui, par un effet de fraicheur, soulagera les douleurs. Pour une meilleure
efficacité, on conseillera de les placer au réfrigérateur. On pourra proposer Cyclo3
crème composée de petit houx et de mélilot, à raison de deux applications par jour, en
massage léger et ascendant, pendant deux à trois minutes.(67)

III.3.2.2.Les hémorroïdes :

Les hormones, la congestion pelvienne et le mauvais retour veineux génèrent


l’apparition d’hémorroïdes pendant la grossesse, en particulier au deuxième trimestre.il
s’agit d’une dilatation des veines hémorroïdales. Les hémorroïdes peuvent être
localisées au niveau de la partie profonde de l’anus ou immédiatement à l’entrée. Elles
provoquent des rectorragies des suintements associés à un prurit qui peuvent entraîner
une irritation péri-anale. Le patient peut ressentir une gêne en position assise et une
douleur peut survenir au moment de la défécation.

Conseil hygiéno-diététiques :

 Les hémorroïdes sont fortement liées à la constipation Le traitement


principal est donc de traiter cette constipation qui est un facteur déclenchant.
 Privilégier une alimentation équilibrer et riche en fibre.
 Boire au moins 1.5L d’eau par jour
 Il faut éviter la caféine, les excitants et les repas épicés.
 Il est conseillé d’éviter les positions assises prolongées et de pratiquer de
la marche.

Les traitements médicamenteux en conseil :

Le traitement local peut consister dans un premier temps à faire des bains de siège
à l’eau tiède (40-50°C) trois à quatre fois par jour pendant dix à vingt minutes. On
pourra ajouter des spécialités à usage topique .Le pharmacien conseille des spécialités
contenant un anesthésique local sans cortisone (par exemple Titanoréine® lidocaïne
crème).L’utilisation de ces crèmes doit se faire sur une courte période, car elles peuvent
entraîner une sensibilisation du derme de l’anus et des problèmes dermatologiques
permanents. Pour le traitement oral, traiter tout d’abord la constipation si elle est
associée. Recourir ensuite à un antalgique de première intention pour soulager les
douleurs : le paracétamol. Associer un traitement veinotonique tel que la diosmine
(Daflon® : six comprimés par jour les quatre premiers jours, puis quatre comprimés par
jour pendant trois jours). On pourra conseiller des extraits retrouvés dans des spécialités
Par exemple Ginkor fort® : une unité (gélule)- contient 14mg de Ginkgo biloba, 300
mg d’heptaminol et 300 mg de troxérutine -trois à quatre gélules par jour pendant sept
jours. (68)
III.3.3.Les douleurs lombaires :

Les douleurs lombo-sacrées sont des douleurs fréquentes pendant la grossesse


touchent jusqu’à 50 % des femmes enceintes. Elles débutent en général au cours du
quatrième mois de grossesse pour atteindre une intensité maximale entre cinq et sept
mois de grossesse Cette douleur est liée à la prise de poids, à la distension des muscles
abdominaux et à des facteurs hormonaux : La relaxine, hormone produite par le corps
jaune et l’endomètre au cours de la grossesse, est pourvue d’un puissant effet sur le
métabolisme entraînant un relâchement ligamen-taire précoce.

Conseil hygiéno-diététiques :

 Privilégier le repos et une literie de bonne qualité.


 Les femmes enceintes doivent éviter les talons hauts ou plats, le port de
charges lourdes, les positions statiques prolongées une prise de poids excessive.
 L’application de patchs chauffants ou de bouillotes permet de soulager la
douleur.
 Le port d’une ceinture de soutien lombaire adapté.

Les traitements médicamenteux en conseil


Le paracétamol est l’antalgique de 1ère intention au cours de la grossesse. C’est le
seul traitement que l’on peut proposer à la femme enceinte à l’officine, les AINS étant
contre-indiqués. (69)
Partie pratique
I. Objectifs de l’étude :

I.1.Objectif principal :
Evaluer le taux de l’automédication chez la femme enceinte dans la ville de
Sidi- Bel- Abbes .

I.2.Objectifs secondaires :
Le comportement des pharmaciens d’officine de la ville de Sidi-Bel-Abbès vis-à-vis
l’automédication chez la femme enceinte.

II. Matériel et méthode :

II.1.Type d’étude :
Il s’agit d’une étude descriptive transversale.
II.2.Période d’étude :
L’étude s’est étalée sur une période de deux mois, allant du 2 janvier au 2 mars 2017
II.3.Population étudiée :
- Femmes enceintes
II.4.Critères d’inclusion et d’exclusion:
 Les femmes enquêtées :
Les sujets inclus étaient des femmes enceintes venant effectuer une consultation
et celles qui étaient hospitalisées dans le service de la grossesse à haut risque quel que
soit le terme de leur grossesse dans la maternité « BEN ATOU MIRA » de Sidi Bel
Abbes après avoir pris leur consentement .Les sujets exclus étaient des femmes avaient
déjà participé et les femmes faisant une Mort fœtal in utero (MFIU) ou une grossesse
arrêtée .

II.5.Recueil des données :

II.5.1.l’enquête avec les femmes enceintes :

Le recueil des données pour cette étude a été réalisé à l’aide d’un questionnaire
anonyme .Il a été remplis au prés des femmes enceintes - choisies en fonction des
critères d’inclusion précédemment décrits- dans la salle d’attente des urgences et au
niveau de leurs chambres dans le service de la grossesse à haut risque. La méthode de la
face à face a été suivie pour remplir le questionnaire (cette méthode présente l’avantage
de recueillir les réactions et les commentaires effectués par les interviewées) .

Le questionnaire (Annexe I) comporte 16 questions à choix simple ou multiple,


des questions ouvertes et les propositions non formulées étaient prises en compte selon
le contexte par l’option Autres. Ce questionnaire a inclus des items répartis en deux
rubriques :
 La première rubrique :
Comporte des questions concernant des renseignements personnels (âge, niveau
d’étude, activité professionnelle, la parité, et l’existence ou pas d’une pathologie
chronique ou des maladies attrapées lors de la grossesse ). Elle a pour objectif
d’identifier précisément la personne interrogée. Cela permettra d’établir, entre autre, des
relations entre l’identité sociale et le recours à l’automédication.
 La deuxième rubrique :
Comporte des questions concernant l’automédication (pendant ou hors la grossesse,
le moment du recours, les différents facteurs favorisants, les médicaments utilisés et
leurs provenance, le recours ou pas à la phytothérapie ainsi la source d’information sur
le médicament pris en automédication).

II.5.2.L’enquête avec les pharmaciens d’officine :

Le pharmacien d’officine est généralement très occupé, et donc n’a pas vraiment
beaucoup de temps à consacrer à ce type d’enquête, sur ce critère le questionnaire a été
crée de la façon la plus simple qui soit. Il contient sept questions nécessitant de cocher
soit oui /non soit et dans certains cas plusieurs cases.
Le questionnaire « Annexe II » comprend des questions dont le but est de
connaitre le comportement du pharmacien vis-à-vis à l’automédication chez la femme
enceinte.
Les questionnaires ont été remplis d’abord auprès des officines du Centre ville,
La Brimer, Sidi yacine, Sorécor. Ensuite, dans les autres officines situées à Sidi
Djilali,Benhamouda,Rocher.Enfin, les questionnaires ont été distribués aux pharmacies
de la région de Bab Daya ,Madina monawara et cité Makam chahid et ceci afin
d’obtenir un nombre satisfaisant des pharmaciens interrogés .

II.6. Saisie et analyse des données :

Les données ont été saisies et analysées sur le logiciel Statistical Package for the
Social Science (SPSS) version 21 et l’Excel. Le test de khi-deux a été utilisé pour la
comparaison des variables qualitatives. Le seuil de signification a été fixé à p<0,05
III. Résultats :

I. Sondage auprès des femmes enceintes :

I.1.Caractéristiques générales de l’échantillon étudié

Deux cent quarante-cinq femmes enceintes ont été interrogées. La moitié de


l’échantillon sondé (54,3 %) était âgée de 30 à 40 ans. La population globale étudiée est
composée majoritairement de multipares(62,5%). 46,1% des patientes de notre étude
avaient un niveau moyen et 82% n’exerçaient aucune activité professionnelle.
58,8% des enquêtées étaient au neuvième mois et 33,9 % consommaient des
médicaments en lien avec un antécédent médico-obstétrical dont 7,8% étaient des
malades chroniques. 69,4% des femmes interrogées pratiquaient l’automédication en
dehors de la grossesse. (Annexe III)
I.1.1.L’âge :

60% 54,30%

50% 40,40%

40%

30%
Age

20%

2% 3,30%
10%

0%
Moins de 20 ans Entre 20 et 29 Entre 30 et 40 Plus de 40 ans
ans ans

Figure 8 : Répartition des femmes enceintes selon l’âge


I.1.2.Le niveau d’étude :

Les niveaux d’études des femmes enceintes interrogées étaient les suivants :

2,90%

22,40%

Aucun niveau
Collège BEM
46,10% Lycée
Etudes supérieures

28,60%

Figure 9: Répartition des femmes enceintes selon le niveau


I.1.3.L’activité professionnelle :

La situation socioprofessionnelle des femmes enceintes interrogées était la suivante :

90%

80%

70%

60%

50%

82% Travail
40%

30%

20%

10% 18%

0%
OUI NON

Figure 10:Répartition des femmes selon l’activité professionnelle


I.1.4.La parité :

La majorité des femmes enceintes sondées étaient des multipares (62,5%)

40,00% 37,60%

35,00%

30,00% 26,50%
22,90%
25,00%

20,00% La parité
13,10%
15,00%

10,00%

5,00%

0,00%
Aucun Un Deux Trois et plus

Figure 11:Répartition des femmes enceintes selon le nombre d’enfants qu’elles ont à
charge
I.1.5.L’âge gestationnel :

70,00%

60,00% 58,80%

50,00%

40,00%

Age gestationnel
30,00%

20,00%

9,80%
10,00% 7,30%
5,30% 6,10%
4,10%
2,90% 3,30%
0,80% 1,60%
0,00%
1er 2eme 3eme 4eme 5eme 6eme 7eme 8eme 9eme A
mois mois mois mois mois mois mois mois mois terme

Figure 12:Répartition des femmes enceintes selon l’âge gestationnel


I.1.6.Symptômes gênants ressentis durant la grossesse :

Il s’agissait principalement des métrorragies et des anémies

73,90%
80,00%

70,00%

60,00%

50,00%

40,00% Les symptomes génants


26,10%
30,00%

20,00%

10,00%

0,00%
OUI NON

Figure 13: Répartition des femmes enceintes selon les symptômes gênants ressentis
durant la grossesse
I.1.7.Malades chroniques :

7,8% de la population étudiée était des malades chroniques. IL s’agissait


essentiellement des patientes diabétiques et des hypertendues.

92,20%
NON

Affection chronique

7,80%
OUI

0,00% 20,00% 40,00% 60,00% 80,00% 100,00%

Figure 14: Répartition des femmes enceintes selon l’ affection chronique


I.1.8.L’automédication hors grossesse :

30,60%

OUI
NON

69,40%

Figure8:Répartition des femmes enceintes selon la pratique de l’automédication en


dehors de la grossesse
I.1.9.La connaissance des dangers de l’automédication :

Parmi les 245 patientes interrogées, seulement 5 patientes ne connaissaient pas les
dangers de l’usage des médicaments pendant la grossesse.

2%

OUI
NON

98%

Figure 9:Répartition des femmes enceintes selon la connaissance des dangers de


l’automédication
I.1.10.La source d’information sur le médicament utilisé

60

50

49,7%
40

30

22,8%

20 18,8%

10 1,2%
5,3%
0,6%
1,2%
0

Source d'information

Figure 10:Répartition des femmes enceintes selon la source d’informations sur le


médicament utilisé
I.1.11.La phytothérapie pendant la grossesse :

8,60%

OUI
NON

91,40%

Figure 11:Répartition des femmes enceintes selon la prise des plantes médicinales
I.2.L’automédication pendant la grossesse :

I.2.1.La prévalence de l’automédication chez les femmes enceintes :

Parmi les 245 femmes enceintes interrogées, 21,6% (n=53) ont pratiqué
l’automédication pendant la grossesse.

21,60%

OUI
NON

78,40%

Figure 12:Répartition des femmes enceintes selon le recours à l’automédication pendant


la grossesse
I.2.2.La prévalence de l’automédication pendant chaque trimestre :

Le moment du recours à l’automédication a été effectué beaucoup plus durant le


premier trimestre de la grossesse.

34%
37,70%
Premier trimèstre
deuxième trimèstre
troisème trimèstre
plus d'un trimèstre

7,50%
20,80%

Figure 13:Répartition des femmes enceintes selon le moment du recours à


l’automédication
I.2.3.Les médicaments consommés en automédication durant la grossesse :

34
35

30

25

20

15 Médicament consommé
12
10
10
6

5 3
2 2

Figure 14 :Répartition des femmes enceintes selon les médicaments pris en


automédication pendant la grossesse
I.2.4.La provenance du médicament utilisé :

Les femmes se procuraient des médicaments utilisés essentiellement auprès des


pharmacies puis auprès de leurs armoires à pharmacie.

3,80%

17,30%

Pharmacie
Chez vous
78,80% Plus d'une réponse

Figure 15:Répartition des femmes enceintes selon le lieu où elles ont eu le médicament
I.2.5.Les circonstances de l’automédication :

70,00%

60,00% 58,50%

50,00%

39,60%
40,00%

Les circonstances de
30,00%
l'automédication

20,00%

10,00%

1,90%
0,00%
Symptomes Besoin de Difficulté d'accès à
considérés comme soulagement un professionnel de
bénins rapide santé

Figure 16:Répartition des femmes enceintes selon les raisons qui les ont poussées à
l’automédication
I.3.Facteurs favorisant le recours à l’automédication pendant la grossesse :

Tableau XXVII : Résultats comparatifs des groupes « automédiquées » et « non


automédiquées ».

Automédication
Variable Oui Non Valeur de p
Age :
Moins de 20 ans 1 4 0,011
Entre 20 et 29ans 13 86
Entre30 et 40 ans 39 94
Plus de 40 ans 0 8
Total 53 192
Niveau d’étude : 0,556

aucun niveau 0 7
Collège BEM 25 88
Lycée 15 55
Etudes supérieures 13 42
Total 53 192
Parité 0,221
Aucun 14 78
Un 13 43
Deux 16 49
Trois et plus 10 22
Total 53 192
Connaissances des 0,008
dangers de
l’automédication

Oui 49 191
Non 4 1
Total 53 192
II. Sondage auprès des pharmaciens d’officine :

II.1.Avis des pharmaciens sur l’évolution de la pratique de l’automédication :

NON
13%

OUI
87%

Figure 17:Répartition des pharmaciens selon le succès de la pratique de


l'automédication
II.2.Avis des pharmaciens sur la dispensation des médicaments sans ordonnance :

Tableau XXVIII : Répartition des pharmaciens selon la dispensation des médicaments


sans ordonnance pour la population générale

Pourcentage
Fréquence Pourcentage valide
Oui 38 97,4 97,4
Non 1 2,6 2,6
Total 39 100,0 100,0

18,90%
21,60%

Très souvent
Souvent
Rarement

59,50%

Figure 18:Répartition des pharmaciens selon la fréquence de dispensation des


médicaments sans ordonnance pour la population générale
II.3.Les acteurs décisifs de l’automédication :

38,50%
40,00%

33,30%
35,00%

30,00%

25,00% 23,10%

20,00%

15,00%
L'acteur décisif
10,00%

5,00% 2,60% 2,60%

0,00%

Figure 19:Répartition des pharmaciens selon l’acteur décisif de l'automédication


II.4.Les raisons encourageant les femmes enceintes à faire de l’automédication,
selon les pharmaciens :

60
53,8%

50

40

30
Raisons
20,5%
20 15,4%

7,7%
10
2,6%

0
Manque Habitude Manque Publicité Plus d'une
d'argent de temps répnse

Figure 20 : Répartition selon les raisons qui poussent à se procurer des médicaments
sans ordonnance
II.5.La dispensation pour la femme enceinte :

Tableau XXIX : Répartition selon la dispensation de médicament sans ordonnance pour


la femme enceinte.

Pourcentage
Fréquence Pourcentage valide
Oui 24 61,5 61,5
Non 15 38,5 38,5
Total 39 100,0 100,0

Souvent
23%

Rarement
77%

Figure 21:Répartition selon la fréquence de dispensation des médicaments sans


ordonnance à la femme enceinte
II.6.Les médicaments délivré pour la femme enceinte sans ordonnance :

12,5% des pharmaciens délivraient des antibiotiques (l’amoxicilline) , des antitussifs et


des compléments alimentaires.

41,70%
45,00%

40,00%

35,00% 29,20%

30,00%

25,00%

16,70%
20,00%
12,50%
15,00%

10,00%

5,00%

0,00%
Antalgiques Médicament du Compléments Autres
tube digestif alimentaires

Figure 22: Répartition des pharmaciens selon les classes thérapeutiques délivrées à la
femme enceinte.
II.5.Le comportement du pharmacien face à l’automédication :

58,30%
60,00%

50,00%

40,00%

30,00%
20,80%
16,70% Réaction du pharmacien
20,00%

10,00%
4,20%

0,00%
Donnez Dire que vous Plus d'une
des ce n'est délivrez réponse
conseils pas une
bonne
chose

Figure 23:Répartition selon la réaction des pharmaciens face à la demande de


médicament sans ordonnance par la femme enceinte
IV. Discussion :

La demande d’un médicament sans ordonnance médicale à l’officine, est un


comportement courant et partagé par une grande partie des Algériens. Or, pendant la
grossesse, la consommation des médicaments peut être dangereuse pour la mère, le
fœtus et le nouveau-né. En réalisant cette étude, nous avons voulu estimer la prévalence
de l’automédication pendant la grossesse et établir le profil des médicaments les plus
consommés ainsi d’identifier les facteurs favorisant le recours à ce comportement.

L’automédication chez la population étudiée :

Dans notre étude, 21,6% des femmes enceintes ont recouru à l’automédication
pendant la grossesse. Ce résultat est proche d’une étude menée en Ethiopie (20,1%) (70)
, en Tunis (26,2% )(71) et à l’étude de Mikou S en 2008 montrant une proportion de
(23,3%) d’automédication.(72)

Ce taux est par contre inférieur à ceux obtenus dans d’autres études françaises
réalisées par Coralie L (56,9%) en 2013 et Courrier D (41,5%) en 2014 .(2, 31)

La faible prévalence d’automédication estimée dans notre étude peut s’expliquer


par l’existence du remboursement de nombreux médicaments incitant les femmes
enceintes de passer à la consultation médicale, la gratuité de l’accès aux médecins dans
les services publiques, le manque de confiance au pharmacien du fait de sa non
disponibilité dans l’officine et la crainte de la majorité des femmes interrogées de porter
préjudice au fœtus en cas de prise de médicament par automédication.

Nous avons défini la prévalence de l’automédication pour chacun des trois


trimestres de la grossesse. D’après les résultats obtenus, 37,7% des enquêtées ont
recouru à l’automédication au cours du premier trimestre et 20,8% durant le troisième
trimestre. Cela est peut-être due aux changements physiologiques et hormonaux mal
tolérés au début de la conception et à la survenue des maux de fin de grossesse.

Les médicaments les plus consommés en automédication par les patientes


interrogées, étaient les antalgiques à base de paracétamol, vient après les antiacides
(Maalox®), les antispasmodiques (Spasfon®), les compléments alimentaires et des
antitussifs (Bronchocalm®, Zécuf®). Ces classes pharmaco-thérapeutiques sont
également retrouvées dans l’étude de Mikou S (72).Les principales symptomatologies à
l’origine de l’automédication sont les céphalées, les troubles digestifs (RGO), les
douleurs dorsales et dentaires. Il apparait donc que les médicaments les plus consommés
pendant la grossesse par automédication sont des médicaments de confort ayant pour
objectif de palier aux petits maux de la grossesse. On peut donc estimer qu’ils ne
présentent pas de risque particulier lorsque les posologies sont respectées.

Dans notre étude, les classes des médicaments utilisés ne se limitent pas à celles
des PMF puisque trois femmes ont recouru à l’antibiothérapie par l’amoxicilline pour
traiter un rhume. Ceci peut les exposer au risque de développement de germes résistants
ce qui peut augmenter non seulement l’incidence des échecs thérapeutiques mais aussi
le coût du traitement. Deux femmes ont pris un AINS (diclofénac) afin de traiter des
lombalgies. Leur consommation était au cours du premier et dernier trimestre, mais
était ponctuelle. Il est important de rappeler que la prise d’AINS est formellement
contre-indiquée à partir du 6e mois de grossesse, en raison de leur foetotoxicité
cardiaque et rénale (constriction voire fermeture du canal artériel et atteinte de la
fonction rénale). De même, il faut noter qu’un risque de faire une fausse couche a aussi
été évoqué au 1er trimestre de grossesse.(72)

Pendant la grossesse, parmi les patientes pratiquant l’automédication, 78,8% ont


déclaré acheter les médicaments en pharmacie. Le pharmacien doit jouer son rôle
comme conseiller lorsqu’il délivre des médicaments à prescription non obligatoire à une
femme enceinte ou en âge de procréer.

17,3% des interrogées ont pris des médicaments présents dans l’armoire à
pharmacie familiale .Cela pose le problème de la « reconsommation » sans avis
médical. Celle-ci comporte plusieurs dangers qui se déclinent en plusieurs points :

- risque de prendre des médicaments inapproprié au stade de la grossesse,

- risque de prendre un traitement inadapté aux symptômes,

- risque de cacher des symptômes plus graves,

- risques de consommer des médicaments périmés


De la question 13, il ressort en premier lieu que la motivation essentielle de
l’automédication était la banalisation des symptômes ressentis. En deuxième intention,
vingt-et-une patientes déclaraient le faire pour se soulager rapidement. Ces données
sont identiques à l’étude de Biblot.P (73)

Les patientes ne sont certainement pas totalement conscientes des risques des
médicaments pendant la grossesse. Il faut se méfier de la banalisation de certains
médicaments, des habitudes des patientes hors grossesse afin de prévenir les dangers de
la prise médicamenteuse chez la femme enceinte.

La difficulté d’obtenir un rendez-vous, le manque de temps pour aller consulter,


ne semble pas être une raison d’automédication.

Nous avons constaté qu’en dehors de la grossesse, 69,4% des femmes


s’automédiquaient ce qui concorde avec les résultats d’une précédente enquête de
Biblot .P (73%)(73). Pendant la grossesse ce pourcentage diminue à (21,6%).

Nous avons remarqué que les femmes qui ne s’automédiquaient pas en dehors de
la grossesse, ne modifient pas leurs habitudes. Toutes les femmes s’automédiquant
pendant la grossesse, faisaient parties de celles qui l’ont pratiqué en dehors. Il
semblerait que la grossesse entraîne une prise de conscience qui bouleverse les
comportements, les habitudes des femmes face aux médicaments. Ces derniers ont une
mauvaise réputation ; pendant la grossesse, ils sont évités par la peur de la survenue de
malformations, d’anomalies chez l’enfant à naître.

Les principales sources d’information considérées par les femmes enceintes


étaient le personnel de santé (pharmaciens : 49 ,7 %, médecins : 5,3%,) et la notice du
médicament 22,8%.Il est à noter cependant que le recours à l’internet, la famille et amis
était très faible.

8,6% des enquêtées ont recourus à la phytothérapie au cours de la grossesse .Les


plantes médicinales les plus consommées étaient le Thym, Khella et la Rue pour
soulager les douleurs abdominales. Cependant, ces plantes ne sont pas dénuées de
risques car elles contiennent des huiles essentielles qui peuvent perturber le bon
déroulement de la grossesse donc leur utilisation est déconseillée chez la femme
enceinte.
Les facteurs influençant le recours à l’automédication :

Chez les patientes ayant eu recours à l’automédication (n=53), chaque variable

(Age, parité, niveau d’étude, connaissance de danger de l’automédication) a été étudiée


afin de connaitre si l’une d’elles apparait comme un facteur favorisant l’automédication.

Le test khi deux de Pearson a été utilisé afin de connaitre l’existence d’un lien
statistique entre le recours à l’automédication pendant la grossesse et les variables
qualitatives analysées .Le seuil retenu pour déterminer la liaison ou l’indépendance
statistique est p≤0,05.

La tranche d’âge la plus touchée était celle située entre 30 et 40 ans du fait qu’a
cet âge, la femme prend confiance en elle et donc à tendance à croire qu’elle est apte a
décider seule lorsqu’il s’agit de santé. Il y a une relation significative entre
l’automédication et l’âge.

Les résultats de notre analyse comparative entre les groupes « automédiquées » et


« Non automédiquées » ont montré qu’il n’existait pas de différences significatives
entre la parité et l’automédication. Nous aurions pu croire que les multipares
connaitraient bien les médicaments autorisés et interdits pendant la grossesse
puisqu’elles avaient déjà été confrontées à la situation et par conséquent se
permettraient plus d’automédication. L’étude de Damase-Michel et al. avaient déjà
montré l’absence de lien entre l’automédication et le nombre de grossesse.(74)

Pour le niveau d’étude aucun lien n’est statiquement significatif. Ceci s’oppose à
l’étude Damase-Michel et al qui ’avaient montré l’existence de relation entre ce critère
et l’automédication.(74)

Sur les deux-cent-quarante femmes enceintes connaissant les dangers de


l’automédication pendant la grossesse, quarante-neuf patientes ont recourus à ce
comportement. Ceci peut s’expliquer par l’expérience antérieure des femmes en matière
des médicaments autorisés car la majorité d’entres elles étaient multipares. Il y a une
relation très significative entre l’automédication et la connaissance des dangers de cette
dernière au cours de la grossesse. Ceci explique le faible taux de la prévalence obtenu
dans notre étude.
Avis des pharmaciens sur l’automédication des femmes enceintes :

Au cours de notre enquête, les pharmaciens d’officines de la ville de Sidi Bel


Abbes ont confirmé à 87,2% que l’automédication était une pratique de plus en plus
courante .Selon eux, l’acteur décisif qui permet à l’automédication de se développer
était la patiente elle-même (33,3%) vient après le pharmacien (23,1%).Cette pratique est
due, essentiellement au manque d’argent (20,5%) et des habitudes des patientes
(15,4%).

61,5% des pharmaciens ont déclaré qu’ils délivraient des médicaments sans
ordonnance pour les femmes enceintes. Ils s’agit essentiellement des antalgiques types
paracétamol,les médicaments de tube digestif (Nobac®)et les compléments
alimentaires(acide folique).Trois pharmaciens déclaraient délivrer Rhinatiol® Soothex®
et de l’amoxicilline .Ce dernier nécessite une prescription médicale obligatoire pour
qu’il puisse être délivrer.

Le comportement des pharmaciens face à la demande des médicaments sans


ordonnance est variable en fonction de la personne demandeuse .On constatait que la
quasi-totalité délivrait souvent des médicaments pour la population général mais la
fréquence de délivrance lorsqu’il s’agissait d’une femme enceinte était rare puisque
cette dernière est un sujet à risque dont il faut lui fortement déconseiller la prise
médicamenteuse sans avis médical.

Limite de l’étude :

La principale difficulté rencontrée lors de la distribution du questionnaire a été de


trouver le moment idéal pour aborder les femmes. En effet, il n’était pas possible de
remplir les questionnaires le matin, en raison du passage du personnel soignant dans
toutes les chambres du service de la grossesse à haut risque. L’obstacle rencontré lors
du remplissage du questionnaire était les difficultés de compréhensions. Le terme
d’automédication n’étant pas compris par certaines interrogées. Il a été nécessaire
d’expliquer à quoi correspond le terme, en adaptant le discours selon le niveau de
compréhension de la patiente.

Sur ce sujet, on n’a pas trouvé des études algériennes publiées avec lesquelles on
comparait nos résultats .Pour les études internationales on a cherché les plus récentes
qui ont été faites.
Nous avons observé un biais de sélection pour le critère « trimestre » de la
grossesse puisque 58,8% des femmes interrogées étaient au neuvième mois. Dans le but
de pallier cette dernière limite, on a essayé de distribuer des questionnaires au sein des
cabinets libéraux des gynécologues mais cela n’était pas possible car on n’a pas pu
obtenir leurs consentements.

Notre étude comportait un biais de mémorisation dans la mesure où il était


demandé aux femmes de renseigner leur consommation en médicaments sur toute la
période de la grossesse. Pour limiter ce biais, nous avons choisi de remplir les
questionnaires en proposant une liste des médicaments afin de stimuler la mémoire de la
patiente .Une démarche prospective permettrait de pallier ces limites, elle pourrait être
effectuée en demandant à la patiente de noter ses prises de médicaments sur un carnet
tout au long de la grossesse et celui-ci serait restitué à l’enquêtrice au moment de
l’accouchement.
Conclusion
V. Conclusion :

Cette étude vise à évaluer la prévalence de l’automédication pendant la grossesse


dans la ville de Sidi Bel Abbes. Près d’un quart des femmes enceintes consommaient
des médicaments en automédication pendant le premier et le troisième trimestre. La
connaissance des dangers des médicaments et l’âge des interrogées influent le recours
à l’automédication. Les médicaments les plus consommés sont dits de « confort » : le
Paracétamol, Maalox®, Spasfon® et des compléments alimentaires qui ne présentent
pas de réels dangers pour la mère et le fœtus, à condition que le respect des posologies
soit assuré. Ces médicaments sont utilisés surtout pour soigner les «petits maux de
grossesse » dont les symptômes apparaissent comme bénins, et ne nécessitant donc pas
de consultation médicale.

A la lumière de cette étude, l’automédication chez la femme enceinte est une


réalité évidente qui a besoin d’être organiser. Les professionnelles de santé doivent
l’informer sans cesse des bénéfices mais aussi et surtout des risques de
l’automédication.

Le pharmacien doit assurer un rôle de conseiller thérapeutique, en s’appuyant sur


des sources fiables comme le CRAT. Il est un gage de sécurité dans la dispensation des
médicaments de médication officinale. Pour éviter la prise de médicaments, le
pharmacien conseille aux patientes des règles hygiéno-diététiques simples pouvant
soulager leurs petits maux.

Comme perspective, Il faut créer un dossier pharmaceutique après information et


accord du patient .C’ est un outil recensant tous les médicaments délivrés dans toutes
les pharmacies, que ce soit par un médecin ou suite à un conseil d’un pharmacien. Afin
de vérifier les contre indications ainsi que les interactions médicamenteuses.
Références
bibliographiques
Références :
(1). Promouvoir l’usage rationnel des médicaments: éléments principaux . Genève
OMS; 2002; Available from: http://apps.who.int/medicinedocs/pdf/s4873f/s4873f.pdf.

(2).Courrier D. Automédication et grossesse :enquête auprès de 740 femmes enceintes


dans les établissements de santé du Réseau Périnatal Alpes-Isère en été 2013 et en hiver
2014: Université de Joseph Fourier 2014.

(3).Bouanene I, El Mhamdi S, Saadallah F, Ben Salah A, Soltani M. Profil des auto-


médiquants dans la ville de Monastir, Tunisie. Revue d'Épidémiologie et de Santé
Publique. 2013;61, Supplement 4:S297.

(4).Oirdi M, Cherrah Y, Ahid S. Profil de l’automédication chez des patients dans la


région de Rabat-Salé-Zemmour-Zair, Maroc. Revue d'Épidémiologie et de Santé
Publique. 2015;63, Supplement 2:S78.

(5).Fardeheb Y. Evaluation du phénomène d’automédication dans la Wilaya de


Tlemcen: Faculté de medecine Aboubaker Belkaid; 2015.

(6).Ankri J, Pelicand J. Médicament et santé publique:petite histoire du médicament.


Actualité et dossier en santé publique. 1999;n° 27.

(7).Beyssac E, Aiache J, Hoffart V. Initiation à la connaissance d'un médicament. 5


édition ed. Paris: Elsevier masson; 2008. 413 p :5.

(8).Autorisation de mise sur le marché ANSM; 2017 [consulté le 01-02-2017];


Available from: http://ansm.sante.fr/Activites/Autorisations-de-Mise-sur-le-Marche-
AMM/L-AMM-et-le-parcours-du-medicament/(offset)/0.

(9).Moulin M, Coquerel A. Pharmacologie. 2 edition ed. Paris: Elsevier Masson; 2002.


858 p :20

(10).Talbert, Willoquet, Gervais. Guide pharmacologie clinique. Paris: Le moniteur des


pharmaciens 2013. 1693 p :16-17 .
(11).Médicaments listés et non listés [Internet]. Available from:
http://www.chups.jussieu.fr/polys/pharmaco/poly/ordonnance.html.

(12).Palazzolo J. Le comportement d’automédication chez les plus de 65 ans : une étude


qualitative en médecine générale. NPG Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie.
2017;17(97):63-9.

(13).The Role of the pharmacist in self-care and self-medication [Internet]. WHO;


Available from: http://apps.who.int/medicinedocs/pdf/whozip32e/whozip32e.pdf.

(14).L’automédication. Ordre national des medecins; [ Consulté le03-02-2017];


Available from: http://www.conseil-national.medecin.fr/article/l-automedication-680
(15).Thérese C. Médicament et santé publique :chiffres de l ’ autoconsommation en
France et à l ’ étranger. Actualité et dossier en santé publique. juin1999;n° 27 30-1.

(16).Mascret C. L’automédication, un comportement ou une classe de médicaments ?


Actualités Pharmaceutiques. 2009;48(484):56-8.

(17).Montastruc J-L, Bondon-Guitton E, Abadie D, Lacroix I, Berreni A, Pugnet G, et


al. Pharmacovigilance, risks and adverse effects of self-medication. Thérapie.
2016;71(2):257-62.

(18).Merviel P, Cabry R, Brzakowski M, Dupond S, Boulard V, Lourdel E, et al. Cycle


menstruel. Gynécologie. 2011;30-A-10:1-17.

(19).Armessen C, Faure S. La physiologie de la grossesse. Actualités Pharmaceutiques.


2009;48(486):10.

(20).Gailly-Fabre E, Kerlan V, Christin-Maitre S. Hormones, grossesse et relation


materno-fætale. Annales d'Endocrinologie. 2015;76(6):S39-S50.

(21).Blumental Y, Belghiti J, Driessen M. Gynécologie Obstétrique. Paris: ESTEM;


2009. 260 p :9.

(22).Courbière B. Gynécologie Obstétrique. Paris: Vernazobres-Grego; 2012. 573 p :11-


14.

(23).Grossesse et médicaments John Libbey 2016 [consulté le 10-12-2016]; Available


from:
http://www.jle.com/en/revues/met/edocs/grossesse_et_medicaments_180003/article.pht
ml?tab=texte.

(24).Ferreira E, Brigitte M, Caroline M. Grossesse et allaitment. 2 édition ed. Montéreal


CHU Sainte-Justine; 2013. 1183 p :74-80.

(25).Loïc M. Traité d'obstétrique. Paris: Elsevier Masson; 2010. 657 p :4-11 .

(26).Serreau.R. Tératologie et utilisation des médicaments au cours de la grossesse.


Gynécologie/Obstétrique. 2011;5-020-A-70:1-9.

(27).les médicaments dangereux pendant la grossesse CRAT; 2016 [updated 24 août


2016 Consulté le 10-10-2016]; Available from: :
http://www.lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=742.

(28).Bellet F, Joannet B, Marsille F, Mounier G, Guy C, Beyens M-N. Médicaments et


grossesse : ce que doit savoir le pharmacien d’officine. Actualités Pharmaceutiques.
2013;52(529):18-25.

(29).Annie P, Thierry V. Médicaments et grossesse :prescrire et évaluer le risque. Paris:


: Elsevier Masson; 2012. 277 p :3-5.
(30).Ceccaldi PF, Luton D. Chapitre 19 - Grossesse et médicaments. Pathologies
maternelles et grossesse. Paris: Elsevier Masson; 2014. p. 425-33.

(31).Coralie L. La prise de médicaments au cours de la grossesse. Caen2013.

(32).Denis D, Touvron G. Conduite à tenir chez une patiente présentant un glaucome


pendant la grossesse. Journal Français d'Ophtalmologie. 2010;33(5):346-9.
(33).Médicaments et grossesse ANSM; 2016 [consulté le 20-12-2016]; Available from:
http://ansm.sante.fr/Dossiers/Medicaments-et-grossesse/Evaluation/(offset)/1.

(34).Prescription et populations particulières : Médicaments et femme en âge de


procréer/grossesse Vidal; 2017 [updated 21 Février 2017Consulté le 05-03-2107];
Available from:
https://www.vidal.fr/recommandations/2585/prescription_et_populations_particulieres_
medicaments_et_femme_en_age_de_procreer_grossesse/generalites/.

(35).Jeanmougin P. Antibiothérapie chez la femme enceinte et allaitante. EMCTraité de


Médecine Akos 2014;9(13):1-7.

(36).Antalgiques et grossesse. CRAT; [updated 21 octobre 2016Consulté le15-3-2017];


Available from: https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=18.

(37).Aspirine. CRAT; [updated 17 juillet 2013 consulté le 15-05-2017]; Available


from: https://lecrat.fr/articleSearchSaisie.php?recherche=aspirine.

(38).Anti-inflammatoires non stéroïdiens et grossesse. CRAT; [updated 28 octobre


2016 Consulté le 16-5-2017]; Available from:
https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=649.

(39).Phloroglucinol. CRAT; [updated 17 février 2016Consulté le18-5-2017]; Available


from: https://lecrat.fr/articleSearchSaisie.php?recherche=oxom%C3%A9mazine.

(40).Oméprazole. CRAT; [updated 20 janvier 2016 consulté le16-5-2017]; Available


from: https://lecrat.fr/articleSearchSaisie.php?recherche= oméprazole.

(41).Ranitidine. CRAT; [updated 20 janvier 2016consulté le 16-5-2017]; Available


from: http://www.lecrat.fr/articleSearchSaisie.php?recherche=ranitidine.

(42).Rennie cp Fertilité / grossesse / allaitement. Vidal; 2016 [updated 08 Novembre


201612-03-2017]; Available from: https://www.vidal.fr/Medicament/rennie-14297-
fertilite_grossesse_allaitement.htm.

(43).Gaviscon susp buv Fertilité / grossesse / allaitement Vidal; 2017 [updated 01


Février 2017Consulté le13-03-2017]; Available from:
https://www.vidal.fr/Medicament/gaviscon-7362-fertilite_grossesse_allaitement.htm.

(44).Métoclopramide. CRAT; [updated 18 février 2016Consulté le 19-5-2017];


Available from: https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=57.
(45).Dompéridone. CRAT; [updated 18 février 2016 Consulté le 19-5-2017]; Available
from: https://lecrat.fr/articleSearchSaisie.php?recherche=domp%C3%A9ridone.

(46).Antidiarrhéiques - Grossesse et allaitement. CRAT; [updated 17 février 2016


Consulté le 9-3-2017]; Available from:
https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=452.

(47).Laxatifs - Grossesse et allaitement. CRAT; [updated 17 février 2016Consulté le


16-5-2017]; Available from: https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=10.

(48).Pseudoéphédrine. VIDAL; [updated 16 Janvier 2013consulté le16-05-2017];


Available from: https://www.vidal.fr/substances/4358/pseudoephedrine/.

(49).FERVEX ETAT GRIPPAL. VIDAL; [updated 09 Mai 2016Consulté le 17-5-


2017]; Available from: http://document-
rcp.vidal.fr/20/fbfe45e9805f41da8bfe1a149fbdc620.pdf.

(50).Dexchlorphéniramine. CRAT; [updated 9 mai 2017Consulté le 18-5-2017];


Available from: https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=218.

(51).Antihistaminiques H1 - Grossesse et allaitement. CRAT; [updated 9 mai


2017Consulté le 18-5-2017]; Available from:
https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=19.

(52).Chlorhexidine. VIDAL; [updated 15 Septembre 2016Consulté le 19-5-2017];


Available from: http://document-
rcp.vidal.fr/b5/681b5d16e18c48bd9dbe4133972682b5.pdf.

(53).Humex mal de gorge. VIDAL; [updated 20 Avril 2017Consulté le 18-5-2017];


Available from: http://document-
rcp.vidal.fr/41/9d9445468a664208ab741dd6ff15a541.pdf.

(54). MAXILASE ALPHA-AMYLASE. VIDAL; [updated 04 Mars 2016 Consulté le


18-5-2017]; Available from: https://www.vidal.fr/Medicament/maxilase_alpha-96013-
fertilite_grossesse_allaitement.htm.

(55).Carbocistéine. CRAT; [updated 4 mars 2015 Consulté le 12-3-2017]; Available


from: https://lecrat.fr/articleSearchSaisie.php?recherche=oxom%C3%A9mazine.

(56).Antitussifs et grossesse. CRAT; [updated 3 février 2016Consulté le 12-3-2017];


Available from: https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=13.

(57).Schlienger JL. État des lieux des compléments alimentaires chez la femme
enceinte: Dietary supplements during pregnancy: A review. Médecine des Maladies
Métaboliques. 2011;5(5):521-32.

(58).Thoulon JM. Petits maux de la grossesse. EMC - Gynécologie-Obstétrique.


2005;2(3):227-37.
(59).Armessen C, Faure S. Les nausées et vomissements de la grossesse. Actualités
Pharmaceutiques. 2009;48(486):11-3.

(60).Vomiteb sirop Magpharm; 2013 [consulté le 24-03-2017]; Available from:


https://www.magpharm.com/portfolio/vomiteb-sirop/.

(61).Armessen C, Faure S. Le reflux gastro-œsophagien chez la femme enceinte.


Actualités Pharmaceutiques. 2009;48(486):14-5.

(62).Battu C. Troubles digestifs et grossesse. Actualités Pharmaceutiques.


2015;54(550):19-22.

(63).Faure S. Topiques gastro-intestinaux. Actualités Pharmaceutiques.


2015;54(550):57-61.

(64).Armessen C, Faure S. La constipation au cours de la grossesse. Actualités


Pharmaceutiques. 2009;48(486):16-8.
(65).Duphalac 10 g/15 ml sol buv en sachet Fertilité / grossesse / allaitement. Vidal;
2017 [updated 13 Avril 2016consulté le 06-04-2017]; Available from:
https://www.vidal.fr/Medicament/duphalac-5701-fertilite_grossesse_allaitement.htm.

(66).Battu C. Accompagnement d’une femme enceinte présentant des troubles


circulatoires. Actualités Pharmaceutiques. 2015;54(550):23-6.

(67).Cyclo3 .Fertilité / grossesse / allaitement Vidal; 2015 [ Consulté 12-03-2017];


Available from: https://www.vidal.fr/Medicament/cyclo_3_fort-4685-
fertilite_grossesse_allaitement.htm.

(68).Berthélémy S. Conseils à un patient souffrant d’hémorroïdes. Actualités


Pharmaceutiques. 2011;50(504):35-6.

(69).Battu C. Quels antalgiques pour soulager les lombalgies au cours de la grossesse ?


Actualités Pharmaceutiques. 2015;54(550):16-8.

(70).Befekadu A, Dhekama NH, Mohammed MA. Self-medication and contributing


factors among pregnant women attending antenatal care in Ethiopia: The case of Jimma
University specialized hospital. Medicine Science. 2014;3(1).

(71).Automédication chez la femme enceinte par Cyrine ben brahim Prezi; [Consulté le
21-5-2017]; Available from: https://prezi.com/vgrswgwnxwbm/automedication-chez-la-
femme-enceinte/.

(72).Mikou S, Buire A-C, Trenque T. Automédication chez la femme enceinte.


Thérapie. 2008;63(6):415-8.

(73).Biblot P. L’automédication chez la femme enceinte.La précarité comme facteur de


risque: Université de Lorraine; 2013.
(74).Damase-Michel C, Lapeyre-Mestre M, J M. Consommation de médicaments
pendant la grossesse : enquête auprès de 250 femmes en consultations dans un Centre
Hospitalier Universitaire. J Gynecol Obstet Biol Reprod. 2000;29(n°1):77-85.
Annexe
La République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Faculté de médecine Sidi Bel Abbes : Département de la pharmacie

Questionnaire(Annexe I) « l’automédication chez la femme enceinte »

1)-Quel âge avez-vous ?

□Moins de 20 ans □Entre 20 et 29 □ Entre 30et 40 ans □ Plus de 40 ans

2)-Quel est votre niveau d’étude ?

□ Aucun niveau □ Collège BEM □ lycée □ Etudes supérieures

3)-Etes –vous une femme travailleuse?

□ Oui □ Non

4)-Combien d’enfants avez-vous à charger ?

□ Aucun □ Un □ deux □ trois et plus

5)-. La consultation que vous allez réaliser aujourd’hui est la consultation du :


□1er mois □ 2 mois □3 ème mois □ 4ème mois □ 5ème mois □ 6ème mois
□ 7ème mois □ 8ème mois □ 9ème mois □ Consultation de terme

6)-Avez-vous ressenti des symptômes gênants durant votre grossesse ?

□ Oui □Non

Si oui laquelle (ou lesquelles)………………………………………………

7)- Avez-vous une ou plusieurs affections chroniques ?


□Oui □Non
8)- Avez-vous pris des médicaments de votre propre initiative et sans prescription
médicale pendant votre grossesse ?

□ Oui □ non

9)-Si oui veuillez citer le ou les médicaments que vous avez consommés en
automédication ainsi que le motif ayant conduit à la prise médicamenteuse ?

…………………………………………………………………………………………..
............................................................................................................................................

10)- A quel moment de votre grossesse le recours à ces médicaments a-t-il- eu lieu ?

Au cours de : □ premier trimestre □2 ème trimestre □ dernier trimestre


11)- comment vous vous êtes procurée du médicament utilisé ?

□Dans une pharmacie □Chez vous (armoire à pharmacie) □ Autre .........................

12)-Pour quel raison n’êtes vous pas allées consulter votre médecin traitant, ou
obstétricien avant de prendre l’initiative d utiliser le médicament ?

□Besoin de soulagement rapide □Symptômes considérés comme bénins

□Difficultés d’accès à un professionnel de santé □Difficultés économiques

□Autres :………………………………………………….

13)- Avez –vous l’habitude de prendre des plantes ou extraits de plante médicinales
pour vous vous soigner pendant la grossesse ?

Si oui citez ces plantes ........................................................................................................

14)- Avez-vous eu recours à l’automédication en dehors de votre grossesse ?

□Oui □Non

15)- Pensez-vous connaitre les dangers de l’automédication ?

□ Oui □ non

16)-Vers quels professionnels de santé ou autre vous tournez pour obtenir des
informations sur les médicaments que vous utilisez ?

□Médecin traitant □Gynécologue obstétricien □Sage femme

□Pharmacien □Notice du médicament

□Internet □La famille ou amis □Autre :……………………………..


La République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Faculté de médecine Sidi Bel Abbes :Département de la pharmacie

Questionnaire(AnnexeII): « l’automédication chez la femme enceinte »

« Ce questionnaire est à remplir de façon anonyme, cochez la réponse appropriée »

1)- l’automédication semble avoir des succès ces dernières années, confirmer vous cette
pratique ?

□ Oui □ Non

2)- Vous arrive- t-il de délivrer des médicaments sans ordonnance?

□ Oui (quelle est la fréquence ? □Très souvent □ souvent □ rarement)

□Non

3)- Quels sont les acteurs décisifs qui permettront à l’automédication de se développer ?

□Pharmacien □ Laboratoire pharmaceutique □ Patiente □ Publicité

4)- Selon vous qu’est ce qui encourage les femmes enceintes de se procurer des
médicaments sans ordonnance auprès des officines ?

□ Manque d’argent □ manque de temps □ habitude □ autre :……..

5)- Délivrez-vous des médicaments sans ordonnance pour une femme enceinte ?

□Oui (quelle est la fréquence ? □ Très souvent □ Souvent □ Rarement)

□Non

6)-Si oui quelles sont les classes médicamenteuses que vous pouvez délivrer?

□ Antalgiques □ Antigrippaux □ Antihistaminiques

□ Antitussifs, expectorant □ Anti inflammatoires □ Antibiotiques

□Antiasthéniques □ Compléments alimentaires (vitamines et autres)

□ Médicaments du tube digestif □Autre :…………………….

7)-Comment réagissez-vous ?

□ Vous délivrez □ vous donnez des conseils □ vous dites que ce n’est pas une bonne
chose □ autre :……………
( AnnexeIII)

I. Résulats du sondage auprès des femmes enceintes:


Variable Effectif Pourcentage Pourcentage valide
Age
moins de 20 5 2,0 2,0
entre 20 et 29 99 40,4 40,4
entre 30 et 40 133 54,3 54,3
plus de 40 8 3,3 3,3
Total 245 100,0 100,0
Niveau d’étude
aucun niveau 7 2,9 2,9
Collège BEM 113 46,1 46,1
Lycée 70 28,6 28,6
Etudes supérieures 55 22,4 22,4
Total 245 100,0 100,0
Travail
oui 44 18,0 18,0
non 201 82,0 82,0
Total 245 100,0 100,0
Nombre d’enfant
aucun 92 37,6 37,6
un 56 22,9 22,9
deux 65 26,5 26,5
trois et plus 32 13,1 13,1
Total 245 100,0 100,0
Age gestationnel
premier mois 2 ,8 ,8
deuxième mois 10 4,1 4,1
troisième mois 13 5,3 5,3
quatrième mois 4 1,6 1,6
cinquième mois 7 2,9 2,9
sixième mois 8 3,3 3,3
septième mois 15 6,1 6,1
huitième mois 18 7,3 7,3
neuvième mois 144 58,8 58,8
à terme 24 9,8 9,8
Total 245 100,0 100,0
Symptômes gênants
oui 64 26,1 26,1
non 181 73,9 73,9
Total 245 100,0 100,0
Maladie chronique
oui 19 7,8 7,8
non 226 92,2 92,2
Total 245 100,0 100,0

Automédication
pendant la grossesse
oui 53 21,6 21,6
non 192 78,4 78,4
Total 245 100,0 100,0
Moment du recours à
l’automédication
premier trimestre 20 37,7 37,7
deuxième trimestre 4 7,5 7,5
troisième trimestre 11 20,8 20,8
Plus d’une réponse 18 34,0 34,0
Total 53 100,0 100,0
Provenance du
médicament
pharmacie 41 77,4 78,8
vous 9 17,0 17,3
plus 2 3,8 3,8
Total 52 98,1 100,0
Réponse manquante 1 1,9
Total 53 100,0
Circonstances
d’automédication
soulagement rapide 21 39,6 39,6
symptômes bénins 31 58,5 58,5
difficulté d'accès à un
1 1,9 1,9
professionnel de santé
Total 53 100,0 100,0
Phytothérapie
oui 21 8,6 8,6
non 224 91,4 91,4
Total 245 100,0 100,0
Automédication hors
grossesse
oui 170 69,4 69,4
non 75 30,6 30,6
Total 245 100,0 100,0
Connaissances des
dangers de
l’automédication
oui 240 98,0 98,0
non 5 2,0 2,0
Total 245 100,0 100,0

Source d’information
sur le médicament
Medecin traitant 9 5,3 5,3
Gynécologue 2 1,2 1,2
Pharmacien 85 49,7 50,0
Notice du médicament 39 22,8 22,9
Internet 1 ,6 ,6
famille ou amis 2 1,2 1,2
Deux sources 32 18,7 18,8
Total 170 99,4 100,0
Réponse manquante 1 ,6
Total 171 100,0

II. Résultats du sondage auprès des pharmaciens d’officine :

Variable Effectif Pourcentage Pourcentage valide


Succès de l’automédication
OUI 34 87,2 87,2
NON 5 12,8 12,8
Total 39 100,0 100,0
Dispensation du médicament
sans ordonnance pour la
population générale
OUI 38 97,4 97,4
NON 1 2,6 2,6
Total 39 100,0 100,0
Fréquence de dispensation
Très souvent 7 18,4 18,9
Souvent 22 57,9 59,5
Rarement 8 21,1 21,6
Total 37 97,4 100,0
Réponse manquante 1 2,6
Total 38 100,0
Acteurs décisifs
Pharmacien 9 23,1 23,1
Laboratoire pharmaceutique 1 2,6 2,6
Patiente 13 33,3 33,3
Publicité 1 2,6 2,6
Plus d’une réponse 15 38,5 38,5
Total 39 100,0 100,0
Les raisons d’automédication
Manque d'argent 8 20,5 20,5
Manque de temps 3 7,7 7,7
Habitude 6 15,4 15,4
Autre 1 2,6 2,6
Plus d’une réponse 21 53,8 53,8
Total 39 100,0 100,0
Dispensation du médicament
sans ordonnance pour la
femme enceinte
OUI 24 61,5 61,5
NON 15 38,5 38,5
Total 39 100,0 100,0

Fréquence de dispensation
Souvent 5 20,8 22,7
Rarement 17 70,8 77,3
Total 22 91,7 100,0
Réponse manquante 2 8,3
Total 24 100,0
La réaction du pharmacien
Donnez des conseils 14 58,3 58,3
Dire que ce n'est pas une bonne
4 16,7 16,7
chose
vous délivrez 1 4,2 4,2
Plus d'une réponse 5 20,8 20,8
Total 24 100,0 100,0
Abstract :

The aims of this study were to define the overall prevalence of self-médication
during pregnancy and the prevalence for each term ,to define the type of drugs
consumed and to search the favorable factors for self-medication. A retrospective
survey is conducted in a population of pharmacists (39) and pregnant women (245)
who went for prenatal consultation in Sidi Bel Abbes’s maternity ward . Data was
collected by using an anonymous questionnaire. The prevalence of self-medication in
this study was 21,6 %. In most cases, the drugs used are “comfort drug”. Two women,
only, had taken anti-inflammatory during the first and the third term.

It seems that the age and the awarness of the dangerous use of drugs during
pregnancy affect self-médication.In this study,a minority of pregnant women used drugs
by their own, However,This practice is not safe .The pharmasist has to frame it.

Keywords:;Pregnancy; Prevalence ; Self-medication ;Survey ;Teratogenic

:‫ملخص‬

‫ذحذيذ قائمح‬، ً‫كما يهذف إن‬.‫يهذف هزا انعمم أساسا إنً ذحذيذ وسثح انرطثية انزاذي خالل فرشج انحمم تصفح عامح‬
‫ امشأج حامم عهً مسرىي‬245 ‫ذم إجشاء االسرطالع مع‬.‫وانثحث عه األسثاب انمؤثشج عهً رنك‬، ‫األدويح انمسرعمهح‬
. ‫ صيذني‬39‫انمؤسسح اإلسرشفائيح نألمىمح وانطفىنح في مذيىح تهعثاس و‬

‫أغهة األدويح انمرىاونح‬.‫ تانمائح مه انىساء انمسرجىتاخ ماسسه انرطثية انزاذي أثىاء انحمم‬21, 6

‫نم يكه نها ذأثيش عهً صحح انجىيه ما عذي حانريه صشحرا ترىاونهما نمضاداخ االنرهاب خالل انفرشج األونً وانثانثح‬
‫ يعرثش سه انمشأج انحامم ومعشفح انمخاطش انمرشذثح عه ذىاول األدويح تذون وصفح طثيح مه انعىامم‬.‫مه انحمم‬
‫ سغم وجىد وسثح قهيهح مه انىساء انهىاذي ماسسه انرطثية انزاذي أثىاء انحمم اال أن‬.‫انمؤثشج عهً انرطثية انزاذي‬
.‫هاذه األخيشج نيسد خانيح مه انمخاطش نزا يجة عهً انصيذني ذأطيشها‬

‫اسرطالع‬،‫ االورشاس‬،‫انحمم‬،‫ انرطثية انزاذي‬:‫الكلمات المفتاحية‬


Résumé :

Les objectifs de cette étude étaient d’estimer la prévalence de l’automédication


chez les femmes enceintes de façon globale et pour chaque trimestre de la grossesse, de
définir le profil des médicaments consommés et de rechercher des facteurs favorisants.
Une enquête a été menée auprès de 245 femmes en consultation prénatale au niveau de
la maternité de Sidi Bel Abbes et auprès de 39 officines. Le recueil de données a été
effectué à l’aide d’un questionnaire anonyme. Parmi les femmes interrogées, 21,6 % se
sont automédiquées durant leur grossesse. Pour la majorité d’entre elles, il s’agit de
médicaments de « confort ». Deux femmes ont pris un anti-inflammatoire au cours du
premier et troisième trimestre de la grossesse. L’âge et la connaissance des dangers des
médicaments influent sur l’automédication.

Il apparaît qu’une minorité des femmes enceintes a eu recours à la prise


médicamenteuse en automédication. Cependant cette pratique n’est jamais sans risque et
les professionnels de santé doivent l’encadrer.

Mots clés : Automédication ; Enquête ; Grossesse ; Prévalence ; Tératogène