Vous êtes sur la page 1sur 19

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Réalise par :
Ingénieur d’état : MERZOUK ABDEL OUAHID
1-/ Définition de la topographie
1-2 / Notions d’échelle et de précision
2 / - Les instruments de mesure
3-Nivellement direct et Indirect:
3-2 / Le nivellement direct
3-2-1 / Principe du nivellement direct:
3-2-2 / les niveaux
a- Mise en station du niveau
b- Les nivelles
3-3 / Le nivellement indirect
3-3-1 / Principe
3-3-2 / Le nivellement trigonométrique
4-Profil en long et en Travers
4-1 – Profil en log
4-2 – Profil en Travers
5-Cubature des terrassements
5-1 / Calcul des volumes
6-Calcule de surface
6-1/ Polygones définis par coordonnées polaires des sommets
6-2/ Polygones définis par coordonnées rectangulaires
6-3/ les planimètres

7-/ Implantation d’un Ouvrage


7-1 / Introduction
7-2 / Implantation d’un point
7-2 / Pose d’un trait de niveau ou nivellement d’un repère
1-/ Définition de la topographie :

La Topographie (topos = lieu, graphie = décrire) est la science qui a


pour objet de représenter sur une surface plan, appelée carte, une étendue plus
ou moins vaste de la surface terrestre an y reproduisant tout ce qui existe sur
cette portion de terrain :

- les détails naturels (rivières, collines, montagnes, Etc.…….)


- les détails artificiels (routes, voies ferrées, puits, réservoirs, maisons, Etc.
………..)

Elle offre ainsi la possibilité de reporter sur un plan la surface terrestre st d’y
faire figurer touts les détails qui la concernent et cela sous une forme
conventionnelle simple et facile à interpréter par l’utilisateur .Cette
représentation cartographique est possible grâce à :

- Une réduction sur la carte, suivant une proportion déterminée, des


surfaces de terrain c’est là le fait de l’échelle ;
- Aux signes conventionnels des objets naturels et artificiels se trouvant sur
le terrain : c’est le but de la planimétrie ;
- La représentation graphique des forces du terrain et du relief : c’est
l’objet de l’altimétrie.

1-2 / Notions d’échelle et de précision :

L’échelle d’un plan ou d’une carte est le rapport exprimé dans la


même unité entre une longueur mesurée sur la carte et la même longueur
mesurée sur le terrain.

Longueur mesurée sur la carte


Ech =
Longueur mesurée sur le terrain

Exemple :

- a / Si on mesure une distance de 5 cm sur le plan et la même distance sur


le terrain est 25 m donc l’échelle sera :
5 1
Ech = =
5000 1000
-b / Si on mesure une longueur de 8.3 cm sur le plan à l’échelle de 1/
2000 , la longueur réelle sera :

L réel = 8.3 x 2000 = 16 600 cm = 166 m

- c / Si la longueur mesurée sur le terrain est 85 m , elle sera représente


sur un plan à échelle 1/ 500 par :
85
L plan = = 0.17 m = 17 cm
500
2 / - Les instruments de mesure :
Les instruments utilisés pour les mesures les angles et les distances sont :

- Goniographe : Instrument permettant de déterminer graphiquement des


angles.
- Niveau : Instrument définissant une ligne horizontale.
- Cercle : Instrument permettant la mesure des angles horizontaux.
- Eclimètre : Instrument permettant la mesure des angles verticaux.
- Clisimétre : Instrument permettant les mesures de pentes.
- Théodolite : Instrument permettant la mesure des angles horizontaux,
verticaux et les distances.
- Tachéomètre : Instrument possédant les fonctions du théodolite (but de
notre formation marque LEICA)

LEICA : le leica TPS est un tachéomètre électronique de haute précision


conçu pour chantiers. Doté d’une technologie innovante, il rend plus faciles
les levés quotidiens
3-Nivellement direct et Indirect :
3-1 / Généralités :
Le nivellement est l’ensemble des opérations qui permettent de
déterminer des altitudes et des dénivelées (différences d’altitudes ).
L’altitude d’un point est la distance en mètre entre ce point , et une surface
niveau zéro .
Le nivellement peut s’effectuer selon trois procédés qui sont par ordre de
précision décroissante :
- Le nivellement direct ou géométrique.
- Le nivellement indirect ou trigonométrique.
- Le nivellement barométrique ( méthode de nivellement basée sur
des mesures de prissions atmosphériques) peu précis .

3-2 / Le nivellement direct :

Le nivellement direct s’appuie exclusivement sur des visées horizontales .En


général il est exécuté avec un niveau.
Les niveau sont classés en trois catégories. Chaque catégorie correspond à des
besoins différents, et à des méthodes appropriées.

1/- Niveau de précision (Nivellement direct de haute précision)


2/- Niveau d’Ingénieur (Nivellement direct de précision)
3/- Niveau de Chantier (Nivellement direct ordinaire)

3-2-1 / Principe du nivellement direct :


Soit à déterminer l’altitude HB d’un point B connaissant l’altitude HA d’un
point A

On dispose :

- d’une mire verticale graduée en centimètres en A.


- d’une mire verticale graduée en centimètres en B.
- d’un niveau en station au milieu de AB
- on effectue une lecture sur la mire en A (lecture arrière) AR , une lecture
sur la mire en B (lecture avant) AV ,
- la lecture se font avec le trait horizontal médian du réticule (trait
niveleur)
la dénivelée  H est égale en grandeur et en signe à la différence des
lectures AR et AV

 H = L AR – L AV

N-B : Un niveau peut être déréglé et dans ce cas son axe optique n’est pas
horizontal. Les observations faites sont donc inexactes.il est utile de mesurer
l’importance de l’angle de dérèglement du niveau (collimation)

3-2-2 / les niveaux :


a- Mise en station des niveau :
la mise en station peut être effectué à l’aide de trois vis calantes

b- Les nivelles :
L’horizontalité de la visée est obtenue soit par l’intermédiaire
d’une nivelle soit automatique

3-3 / Le nivellement indirect :

3-3-1 / Principe :
Ayant calculé ou mesuré la distance entre deux point A et B , on mesure l’angle
de l’inclinaison (i) de AB
- Si AB a été mesuré selon la pente :
Dénivelée (dn) = Dp x Sin (i)
Avec :
* Dp : distance en pente
* I : Angle verticale entre A et B

- Si AB a été mesuré à l’horizontale :


Dénivelée (dn) = Dh x tg (i)
Avec :
* Dp : distance horizontale
* I : Angle verticale entre A et B

3-3-2 / Le nivellement trigonométrique :


Le nivellement trigonométrique set généralement effectué à court distance , la
formule générale reste valable
-soit à déterminer l’altitude de point B connaissant celle de A
En appelant : - ht la hauteur de l’Instrument en A
- hv la hauteur du point visé sur la miré en B
- Dn la dénivelée entre A et B

Donc : Altitude de B = Altitude de A + dn


Ou dn = ht + dh tg i - hv

Dans la pratique , on a observe en B une mire à la même hauteur que l’appareil


en A ( hv= ht ) donc :
Dn = dh tg (i)

- cheminement en nivellement indirect :


Comme le cheminement en nivellement direct , il relie deux point A et B
d’altitudes connues :
- chaque sommet sera stationné
- les visées seront réciproque .
On obtient une dénivelée directe de A sur S1
- A chaque station l’opération effectuera deux lectures de cercle vertical (cercle
gauche et cercle droit)
Les dénivelées, directes et inverses ne devront pas différer de plus de 1 ou 2 par
rapport à l’unité du mesure.

- le signe de la dénivelée sera toujours celui de la visée direct (d)

En prenant la moyenne des visées, directes en inverses et les additionnant


algébriquement, on obtient en B une altitude dont la différence avec l’altitude
connue est l’écart de fermeture.

4-Profil en long et en Travers :

4-1 – Profil en log :

Un profil en long est la représentation d’une coupe verticale suivant l’axe d’une
route, d’une voie ferrée, d’un canal, d’une conduite, etc.….Son étude est
associée à celle du trace en plan.

Les distances(abscisses) et les altitudes(ordonnées) sont prises graphiquement


sur les document .ces éléments permettent de dessiner le profil en long comme
ci-dessous :
On adopte généralement une échelle des hauteurs égale à dix (10) fois celle des
longueurs afin d’accentuer le relief du terrain

Pour limiter l’importance de la feuille de report on choisit un niveau de


référence appelé plan de comparaison qui doit être inférieur à l’altitude la plus
passe des point du profil. Si certaines parties du profil ne peuvent être
représentées à l’échelle des hauteurs on effectue un changement de plan de
comparaison pour les tronçons en cause.

Le profil en long provisoire choisi parmi les divers itinéraires étudiés est vérifié
sur le terrain, complété et joint à l'avant-projet.

Exemple : Profile en long d’une conduite AEP


4-1 – Profil en Travers :

Un profil en travers représente la coupe verticale du terrain. Suivant un plan


perpendiculaire à l’axe du projet.
Il représente le terrain naturel, le gabarit type du projet ou les deux superposés.
Les profils en travers sont donc des sections transversales correspondant à
chaque point du profil en long. ils sont séparés alors que le profil en long est
une section longitudinale continue.ces profils dont indispensables à toute étude
de trace, notamment pour le calcul de la cubature des terrassements
Suivant le terrain naturel et le projet on peut classer les profils en travers en
trois catégories :
En général l’échelle adoptée pour les profils en travers est le 1/100 ou le 1/200
Le dessin doit être exécuté de telle sorte que la partie gauche du profil
corresponde au cote gauche de la voie pour un observateur tournant le dos à
l’origine du profil en long et allant vers son terme final. Cette convention est
appelée rabattement du profil en travers vers l’extrémité du trace .

Le dessin du profil du terrain naturel est exécuté en reportant en abscisses les


distances horizontales, de l’axe aux point levés, puis en en ordonnées les
différences d’altitude des points par rapport au point de comparaison.

Le profil type du projet est superposé ensuite en reportant d’abord le point


d’axe dont l’altitude est donnée sur profil en long

Les profils en travers sont numérotés sur le plan général ainsi que sur le profil
en long, de l’origine à la fin du projet.
5-Cubature des terrassement :

La cubature des terrassement consiste à calculer les volumes de terres à


enleve(déblais) ou bien à ajouter (remlais) pour assurer l’execution d’un projet.

Les volumes sont calculés à l’aide des élément suivants :


- surface de déblai et de remblai extraites des profil en travers
- distances entre profils en travers.

5-1 / Calcul des volumes :

Considérons le volume v compris entre deux profils successifs s et s1

On admet que le volume v est égale à la moyenne de surfaces des profils s et s1


multipliée par le distance l entre les deux profils en travers

Sd + Sd1
Vd= x L
2

Sr + Sr1
Vr= x L
2
Donc on a finalement la formule suivante :

S + S1 S1 + S2 S2+ S3
V= x L + x L2 + x L3+ …..etc
2 2 2

Qui peut se transformer pour la commodité des calculs en :

L L + L1 L1 + L2
V= S x + S1( ) + S2( )…..etc
2 2 2

6-Calcule de surface :

6-1/ Polygones définis par coordonnées polaires des sommets :

- choisir un sens de rotation


- chaque sommet (n) est rattaché à un point O par la longueur Ln et le
gisement Gn .
- désignons par  les angles au centre tels que :
 n-1 = G n - G (n-1)
n = G ( n+1) - Gn

La surface du polygone est la somme algébrique des surfaces de tous les


triangles :

2 S = L1.L2.Sin(1) + l2.l3. Sin(2) +l3.l4. Sin(3)+…….. +ln.l1.


Sin(n)

Si la station O est à l’extérieur du polygone la surface du dernier triangle ln.l1.


Sin(n)

6-2/ Polygones définis par coordonnées rectangulaires :

La surface d’un polygone dont on connait les coordonnées rectangulaires des


sommets peut être calculée en décomposant la figure en triangle, rectangles ou
trapèzes. Cette méthode longue et rarement appliquée.
Après généralisation, et transformation, la formule précédente devient :

2 S =  ( Xn ( Y(n-1) - Y(n+1))
2S’ =  ( Yn ( X(n-1) - X (n+1)) = - 2 S
6-3/ les planimètres :

Le planimètre est un instrument destiné à mesurer la surface d’une figure


fermée quelconque (plan, carte, diagramme)

Parmi tous les planimètres qui ont mis au point, le planimètre polaire
compensateur est le plus utilisé en raison de sa facilité d’emploi

Il est dit polaire lorsque sa directrice est un cercle : c’est le cercle polaire décrit
par son bras polaire tournant autour de son pole fixe.

Il est dit compensateur lorsque le bras polaire peut être place successivement de
part et d’autre du bras traceur, la moyenne des lectures pole à droite, et pole à
gauche donne la valeur exacte de la surface mesurée, dans la mesure ou
l’opérateur a suivi exactement le contour de la figure à planimétrie.
7-/ Implantation d’un Ouvrage :

7-1 / Introduction :
A l’inverse du lève qui consiste à reporter sur un plan ce qui existe sur le
terrain, l’implantation consiste à tracer sur le terrain, suivant les indications
d’un plan, la position exacte d’un ou plusieurs ouvrages, bâtiments, ….etc.

Les instruments nécessaires à une implantation peuvent être suivant la précision


requise, le tachéomètre, le théodolite, niveau, chaine,….etc.

Une implantation comporte deux phases d’exécution :


- Exploitation des documents de terrain ou des plans dont on dispose pour
en extraire par lecture directe ou par calculs éléments d’implantation.
- Application sur le terrain des moyens et des procédés nécessaires à
l’implantation.

7-2 / Implantation d’un point :


L’implantation d’un point se fait par :
- Alignement entre deux points connus.
- Perpendiculaire à une droite donnée (procédé dit du 3-4-5)
- Procédé de la médiatrice
- Trace d’un angle donné
- Implantation de points par abscisses et ordonnées
- Implantation de point par les cordonnées polaires (rayonnement)

7-2 / Pose d’un trait de niveau ou nivellement d’un repère :

Les repères principaux de chantier servent d’origine à de courts


cheminements de nivellement ou à des opérations de rayonnement destinées à la
placer des repères d’altitude à cote ronde dite ( traits de niveau )
Ces traits de niveau placés sur des piquets, broches, chaises ou murs
existants server en suite à mettre en place les éléments successifs de
construction
La pose d’un trait de niveau nécessite le calcul de l’altitude de l’axe
optique de la donnée station du cheminement de référence.
La trace du plan de visée de cette dernière station est alors matérialisée
sur le support repère.
.