Vous êtes sur la page 1sur 57

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère des Ressources en Eau


Direction de l’Alimentation en Eau Potable
- 2014 -

Guide de pose
des conduites d’eau potable
Partie 4 : PVC
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Page 2 sur 57
Sommaire
1 Généralités et domaines d’applications..............................................................................5
2 Prescriptions relatives aux matériaux utilisés.....................................................................5
2.1 Matériaux des canalisations........................................................................................5
2.2 Le matériau PVC ou polychlorure de vinyle..............................................................5
2.2.1 Généralités..........................................................................................................5
2.2.2 Caractéristiques...................................................................................................6
2.2.2.1 Tenue à la corrosion............................................................................................6
2.2.2.2 Caractéristiques hydrauliques.............................................................................6
2.2.2.3 Gamme de tuyaux...............................................................................................7
2.2.2.4 Types de joint....................................................................................................11
3 Cas de Tuyaux PVC..........................................................................................................13
3.1 Prescriptions relatives à l’exécution des travaux......................................................13
3.1.1 Terrassements....................................................................................................13
3.1.1.1 Exécution des remblaiements...........................................................................18
3.1.1.2 Réalisation de la zone d´enrobage....................................................................19
3.1.1.3 Exécution du remblai proprement dit...............................................................20
3.1.2 Le compactage..................................................................................................21
3.1.2.1 Objectifs de compactage...................................................................................22
3.1.3 Indications de matériaux potentiels issus des sols par objectif de compactage 25
3.1.4 L’utilisation des tables de compactage dans le cas des engins mécaniques......25
3.1.5 Blindage des tranchées......................................................................................26
3.2 Manutention des tuyaux et accessoires avant et pendant la pose..............................28
3.2.1 Livraison – transport - stockage........................................................................28
3.2.2 Manutention des conduites...............................................................................28
3.2.3 Précaution de pose............................................................................................29
3.2.4 Mesures à prendre avant l’assemblage.............................................................30
3.2.5 Précautions lors de la pose d’une canalisation..................................................31
3.2.6 Mise en tranchée...............................................................................................31
3.2.6.1 Respect du profil en long..................................................................................31
3.2.6.2 Précaution de pose............................................................................................32
3.2.7 Remise en état du site / des revêtements...........................................................32
3.3 Jointures et assemblages...........................................................................................33
3.3.1 Joints collés.......................................................................................................33
3.3.2 Assemblage à bague en caoutchouc..................................................................34
3.3.3 Assemblage flexible à joint mécanique............................................................36
3.4 Prescriptions relatives aux contrôle des travaux.......................................................37
3.4.1 Contrôle des assemblages.................................................................................37
3.4.2 Contrôle des terrassements...............................................................................38
3.4.3 Contrôle de conformité du compactage............................................................39
3.4.3.1 Interprétation du pénétrogramme......................................................................41
3.5 Essais et nettoyage des conduites.............................................................................44
3.5.1 Essai de pression ou test d’étanchéité...............................................................44
3.5.2 Nettoyage et purge............................................................................................46
3.6 Travaux spéciaux......................................................................................................49
3.6.1 Venues d’eau.....................................................................................................49
3.6.2 Croisement de réseaux enterrés........................................................................50
3.6.3 Risque sismique................................................................................................51
3.6.4 Terrains instables (sol mouvant).......................................................................52
3.6.5 Terrains saturés.................................................................................................52
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.6.6 Terrains présentant un risque élevé de corrosion (sebkas, marécages, etc.).....53


3.6.7 Voies ferrées, autoroutes...................................................................................53
3.7 Pose spécifique..........................................................................................................53
3.7.1 Pose des tuyaux en aérien.................................................................................53
3.8 Massifs de butée........................................................................................................54
4 Références normatives......................................................................................................55
5 Bibliographie, sources.......................................................................................................55
6 Lexique.............................................................................................................................55

Page 4 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

1 Généralités et domaines d’applications


Le présent document est un guide de bonnes pratiques concernant la pose de canalisations
d’eau potable. Il a été rédigé en 2014 par le Ministère des Ressources en Eau de la
République Algérienne Démocratique et Populaire. Il se base sur les règlementations
existantes en Algérie (citées en Annexe) dont il fait une synthèse et auxquelles il renvoie le
lecteur. Le présent document ne traite pas des aspects suivants :
- règles de dimensionnement ou de conception des réseaux et des installations ;
- choix d’un matériau de conduite ;
- essais de conformités conduites ;
- accessoires hydrauliques, pompage ou ouvrages hors conduites ;
- passation de marchés.

Le présent document ne se soustrait en aucun cas à la règlementation existante, mais il la


rappelle. Ce guide s’adresse à des professionnels de l’eau, superviseurs, techniciens ou
ingénieurs, qu’ils soient débutants ou confirmés. On y trouvera certaines explications qui
pourront paraitre triviales à un professionnel confirmé, mais que l’on doit nécessairement
rappeler à l’attention d’un lecteur qui ne serait pas aussi expérimenté.

2 Prescriptions relatives aux matériaux utilisés

2.1 Matériaux des canalisations1

Les canalisations usinées en Algérie sont fabriquées de matériaux plastiques et métalliques


conformes aux normes algériennes.

Les tuyaux pour la distribution d'eau potable doivent être certifiés de qualité alimentaire.

Des attestations de conformités sanitaire ACS devraient être délivrées systématiquement


pour les matériaux organiques placés au contact de l’eau destinée à la consommation
humaine.

2.2 Le matériau PVC ou polychlorure de vinyle


2.2.1 Généralités
Le polychlorure de vinyle ou chlorure de polyvinyle est un polymère thermoplastique. La
matière de base pour la fabrication des tubes doit être de la résine en polychlorure de vinyle
non plastifie (PVC-U) à laquelle s’ajoutent les additifs. Aucun de ces additifs ne doit
constituer un risque toxique, organoleptique ou microbiologique ni affecter la résistance
mécanique à long terme.

1
Par instruction du 18/11/2010, le Ministre des Ressources en Eau précise à ses services que lors de la rédaction
d’appels d’offre, les matériaux produits en Algérie doivent être proposés systématiquement lorsqu’il n’y a pas de
caractéristique technique contraire (nature des terrains, pression de service, qualité d’eau…). Cette instruction
complète celle du 3 décembre 2008, qui demande d’intégrer dans les cahiers de charges l’option d’utilisation du
PEHD pour les pressions n’excédant pas les 16 Bar.
Cette recommandation du MRE, permet de donner la priorité aux matériaux produits localement. Il est bien
entendu possible d’utiliser d’autres matériaux, si les contraintes techniques le justifient.

Page 5 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

On vérifiera la conformité des matériaux aux normes suivantes :


- norme NA 7623 : Tubes et raccords en polychlorure de vinyle (PVC) non plastifié ;
- norme NA NA7746-1 à 3 : Systèmes de canalisations en plastique pour l'alimentation en
eau, pour branchements et collecteurs d'assainissement enterrés et aériens avec
pression - Polychlorure de vinyle non plastifié (PVC-U).

On se reportera à la fin du présent guide (chapitre 4) pour retrouver l’ensemble des normes
utilisées en Algérie et projets de normes en cours de rédaction.

2.2.2 Caractéristiques

Tenue à la corrosion
La tenue à la corrosion des tuyaux en matières plastiques est excellente. En revanche, ces
tuyaux deviennent fragiles à basse température et ont un coefficient de dilatation thermique
très important. Enfin, les thermoplastiques sont sensibles aux U.V. qui provoquent des
décolorations accompagnées d'une fragilisation mécanique.

Ils sont fortement déconseillés en pose aérienne même en cas de traitement anti-UV.

Caractéristiques hydrauliques
Le faible poids de la conduite permet une manipulation simple. La rugosité est faible, de
l’ordre de 0,01 mm pour les tuyaux neufs2.

2
Source : Mémento Technique de l’Eau, Degremont

Page 6 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Gamme de tuyaux
Tableau 1 : Diamètres extérieurs nominaux et tolérances
Source Norme NA 7746-2 (ISO 1452-2 : 2009)

Page 7 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 2: Epaisseurs nominales de paroi


Source Norme NA 7746-2 (ISO 1452-2 : 2009)

Page 8 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 3: Tolérances sur l’épaisseur de paroi


Source Norme NA 7746-2 (ISO 1452-2 : 2009)

Page 9 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 4: Dimensions des emboitures à coller en mm


Source norme NA7746-2 (ISO 1452-2: 2009)
Diamètre Diamètre intérieur moyen Ovalisation Longueur
intérieur de l’emboiture maximale minimale
Nominal de dim,min dim,max pour di d’emboiture
l’emboiture dn (a) Lmin (b)
12 12,1 12,3 0,25 12,0
16 16,1 16,3 0,25 14,0
20 20,1 20,3 0,25 16,0
25 25,1 25,3 0,25 18,5
32 32,1 32,3 0,25 22,0

40 40,1 40,3 0,25 26,0


50 50,1 50,3 0,3 31,0
63 63,1 63,3 0,4 37,5
75 75,1 75,3 0,5 43,5
90 90,1 90,3 0,6 51,0

110 110,1 110,4 0,7 61,0

125 125,1 125,4 0,8 68,5


140 140,2 140,5 0,9 76,0
160 160,2 160,5 1,0 86,0
180 180,2 180,6 1,1 96,0

200 200,2 200,6 1,2 106,0


225 225,3 225,7 1,4 118,5
250 250,3 250,8 1,5 131,0
280 280,3 280,9 1,7 146,0
315 315,4 316,0 1,9 163,5

355 355,4 356,1 2,0 183,5


400 400,4 401,2 2,0 206,0
(a) Les tolérances d’ovalisation sont les valeurs arrondies de 0,25 degré M de l’ISO 11922-1
(b) Les longueurs minimales d’emboiture sont égales à (0,5dn + 6 mm) ou 12 mm su (0,5dn + 6 mm) ≤ 12 mm

Figure 1: Illustration des diamètres et profondeur d'emboitures

Page 10 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 5: Dimensions des emboitures pour assemblage à bague d'étanchéité


Source norme NA7746-2 (ISO 1452-2: 2009)

Types de joint
Comme illustré sur la figure ci après, les tubes en PVC peuvent être à bout lisses ou à
emboiture, des joints correspondant à chaque type.

Page 11 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 2: Types d'emboitures des tuyaux en PVC


(Source DTR PE et PVC, Ministère des Ressource en Eau, République Algérienne)

Joint collé
Il s'agit en réalité d'une soudure à froid, du fait de l'interpénétration superficielle des parois
en présence, sous l'action dissolvante de la colle. Le démontage est impossible.

Joint automatique
Ce joint comprend une bague en élastomère qui, comprimée lors de l’emboîtement, assure
l'étanchéité.
Le montage très rapide s'effectue à l'aide d'une barre à mine, après avoir intercalé une cale
de bois. Il convient de respecter la profondeur d'emboîture.

On se réfèrera au chapitre « Spécificités des tubes en PVC » précisant les types de raccords
pour le PVC.

Page 12 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3 Cas de Tuyaux PVC

Figure 3: Conduite en PVC pression pour les réseaux d'eau potable

3.1 Prescriptions relatives à l’exécution des travaux


3.1.1 Terrassements
La profondeur de couverture minimale au-dessus de la génératrice supérieure des conduites
d’eau potable en PVC est au minimum :
- de 0,90 m pour les conduites passant sous des zones de trafic ;
- de 0,80 m pour les conduites passant dans des zones dont les températures
peuvent passer en dessous de 0°C ;
- De 0,60 m pour les zones en terres agricoles ou non soumises à un roulage.

Des profondeurs plus importantes peuvent être utilisées.

Page 13 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 4: Composition simplifiée d'une tranchée

Pour les conduites en PVC :


Le fond de la tranchée doit être constitué d’un matériau meuble (sable). En cas
contraire un lit de pose en sable de 0,10 m au minimum sera mis en œuvre en
dessous de la conduite ;
Pour un DN inférieur à 200 mm, l’assise et le remblai d’enrobage ne sont pas
différenciés. Pour les diamètres supérieurs à 200 mm, faire extrêmement attention à
compacter le matériau sous les reins du tuyau (zone d’assise), un compactage
manuel est recommandé ;
un grillage avertisseur de couleur bleu est installé à 0,30 mètre au dessus de la
génératrice supérieure du tuyau. Ce grillage avertisseur sera systématiquement
détectable – c'est-à-dire équipé d’un fil électrique isolé - dans le cas d’une conduite
en matériau non métallique.

Largeur des tranchées3


La largeur retenue est telle qu´il soit aisé d´y placer les tuyaux et autres éléments, d´y
réaliser les assemblages, et d´y effectuer convenablement les remblais autour de la
canalisation.
La largeur de tranchée minimale, au fond de fouille, y compris les blindages est déterminée
en fonction de :
de la profondeur de la tranchée ;
du type de blindage employé ;
du diamètre nominal du tuyau ;
du diamètre extérieur.

3
Source : Fascicule 70, chapitre V

Page 14 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 5: Largeur d'une tranchée avec blindage

Page 15 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 6: Largeurs de tranchées et blindages minimum - Source: fascicule 70


Profondeur Largeur de
Largeur de tranchée (m)
de tranché Type de blindage tranchée (m)
(m) DN ≤ 600 DN > 600
De + 2 x 0,30 De + 2 x 0,40
Pas de blindage
(mini 0,90) (mini 1,70)

De 0,00 à
1,30 De + 2 x 0,35 De + 2 x 0,45
(mini 1,10) (mini 1,80)

Blindage type caisson

De + 2 x 0,55 De + 2 x 0,60
(mini 1,40) (mini 1,90)

Blindage type caisson


De 1,30 à
2,50

De + 2 x 0,60 De + 2 x 0,65
(mini 1,70) (mini 2,00)

Blindage coulissant

De + 2 x 0,55 De + 2 x 0,60
(mini 1,70) (mini 2,10)

Blindage type caisson


De 2,5 à
3,50

De + 2 x 0,60 De + 2 x 0,65
(mini 1,80) (mini 2,10)

Blindage coulissant

Page 16 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

De + 2 x 0,65 De + 2 x 0,70
(mini 1,90) (mini 2,20)

Blindage coulissant à glissière

De 3,50 à De + 2 x 0,65 De + 2 x 0,70


5,50 (mini 2,00) (mini 2,30)

Blindage coulissant à glissière

De + 2 x 0,75 De + 2 x 0,80
≥ 5,50
(mini 2,10) (mini 2,60)

Blindage coulissant à glissière

Si n Largeur au fond entre


conduites blindages
  Dei    n  1  0,50  l
n
dans la 1 l  ln
tranchée Avec l de 0,1 m au minimum

La longueur maximale des fouilles qui peuvent rester ouvertes doit être précisée dans le
cahier des charges. Les types de blindage non évoqués demanderont une étude particulière.

Niches en fond de tranchée


Le lit de pose doit prévoir des niches au niveau des emboitures (Figure 6), afin d’éviter les
efforts concentrés sur les collets, le risque de rupture de la conduite, le risque d’écrasement
des joints en partie inférieure, leur décompression en partie supérieure.

Page 17 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 6: Utilité des niches dans le fond de tranchée au niveau des emboitures

Exécution des remblaiements


On distingue dans le remblaiement (Figure 7) :
La zone de remblai proprement dite, composée des parties inférieure et supérieure
du remblai.
La zone d´enrobage constituée par :
 le lit de pose ;
 l´assise ;
 le remblai latéral ;
 le remblai initial d´une hauteur minimale de 0.10 m au-dessus du collet et
de 0.15 m au-dessus de la génératrice supérieure.
Le sol en place

Figure 7: Composition complexe d'une tranchée

Page 18 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

L´exécution de l´enrobage conditionne la bonne tenue des tuyaux. Certaines parties de l


´enrobage peuvent être supprimées, confondues ou modifiées, ainsi :
les tuyaux comportant un ou des appuis incorporés peuvent autoriser la suppression
de l´assise et l´exécution directe des remblais de protection ;
une assise en béton peut remplacer le lit de pose mais n’est pas conseillée en zone
sismique.

Les remblaiements seront effectués en respectant les objectifs de compactage fixés durant
l’étude de résistance mécanique.

Réalisation de la zone d´enrobage


Les précautions prises pour l´exécution de l´assise et du remblai de protection
correspondent aux hypothèses retenues pour le choix des tuyaux. Ces précautions sont
justifiées pour la bonne conservation des ouvrages.
Afin d´assurer à la canalisation une assise stable, il convient de réaliser cette dernière, après
relevage partiel des blindages, s´ils existent, ou enlèvement des planches d’étayage basses.

Les matériaux néfastes tels que débris végétaux ou produits gypseux sont proscrits.

Exécution du lit de pose


Le lit de pose est constitué de matériaux contenant moins de 5 % de particules inférieures à
0,1 mm et ne contenant pas d'éléments de diamètre supérieur à 5 mm (sable propre). En
terrain aquifère, le lit de pose est constitué de matériaux de granularité comprise entre 6 mm
et 20 mm.

Le lit de pose a une épaisseur minimale de 0,10 m.


Il est expressément interdit à l’entrepreneur de commencer la pose des canalisations avant
la vérification du fond de la tranchée par le superviseur.

Exécution de l´assise
L'exécution de l'assise et des remblais de protection est effectuée avec tous matériaux
(sable, gravier, tout venant) agréés par le superviseur, compatibles avec les caractéristiques
des tuyaux et objectifs de compactage.
Sauf cas particuliers, au-dessus du lit de pose et jusqu´à la hauteur de l´axe de la
canalisation, le matériau de remblai est tassé sous les flancs de la canalisation et compacté
de façon à éviter tout mouvement de celle-ci et à lui constituer l´assise prévue.

Exécution du remblai de protection (latéral et initial)


Au-dessus de l´assise, le remblai et son compactage sont poursuivis, par couches
successives, symétriquement puis uniformément, jusqu´à une hauteur d´au moins 0,15 m
au-dessus de l´assemblage (manchon, collerette,...).

Sauf dispositions contraires pour les canalisations de petits diamètres (< 200 mm), l´assise
et le remblai de protection sont réalisés en une seule fois. Ces dispositions ont pour but d
´éviter la remontée des tuyaux lors du compactage.

La dimension maximale des matériaux utilisables en tranchées dans la zone d’enrobage est
de 22 mm pour les conduites de DN ≤ 200 mm, de 40 mm pour les conduites de DN >
200 mm.

Page 19 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Les sols à grain fin ayant une plasticité moyenne à élevée ainsi que les sols organiques
(matériaux argileux en particulier) sont considérés inappropriés au remblai de la zone
primaire du tuyau, sauf si le tuyau et la pose ont été conçus pour ce type de sol.

Exécution du remblai proprement dit

Matériaux utilisés pour le remblai


Les matériaux utilisés pour le remblai proprement dit doivent être conformes aux
spécifications du projet. Dans le cas le plus général, il s'agira d'un matériau provenant d'une
carrière dont la granularité se situera dans la fourchette 0/20mm – 0/40mm.

La dimension maximale des matériaux utilisables en tranchées dans la zone de remblai


proprement dit, comprenant la Partie Inférieure de Remblai (PIR) et la Partie Supérieure de
Remblai (PSR) doit être inférieure à 1/10ème de la largeur de tranchée, et inférieure à 1/5ème
de l’épaisseur de couche compactée4.

Le remblayage sera effectué en prenant en compte les contraintes supportées par la


conduite, dues au poids du sol (Figure 8) mais aussi aux forces dues à la réaction du sol, et
éventuellement à un défaut de compactage. Les matériaux utilisés pour la conduite devront
ainsi prendre en compte les données ci après :
angle de pose de la conduite ;
module de rigidité du sol, en fonction des hauteurs de couverture ;
groupe de sol du remblai.

Figure 8 : Contraintes dues au poids des terres et au défaut de compactage

Reconstitution des sols en terrain de culture


En terrain libre ou de culture, à partir de la hauteur du remblai de protection, le remblai
supérieur est poursuivi avec les déblais de terre, répandue par couches successives et
régulières, tassée manuellement.

4
Source : Remblayage des tranchées et réfection des chaussées, Compléments au Guide SETRA de 1994, 2007

Page 20 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Dans les terrains libres ou de culture, où des dommages résultant d´une décompression des
terrains sont peu à craindre, il est possible d´être moins exigeant sur le compactage de ce
remblai.

3.1.2 Le compactage
Les objectifs de compactage seront précisés dans le cahier des charges, notamment en
fonction des contraintes de sol (type de sol, charge roulantes pour une voirie, terrain
agricole, etc.).
Il est conseillé de réaliser un essai préalable avec l´entrepreneur et les matériels dont il
dispose. Au cours de cet essai, l´épaisseur des couches et le nombre de passes des engins
sont déterminés et sont celles retenues.
Certains de ces matériels nécessitent la vérification préalable de la capacité de résistance du
fond de la tranchée, du lit de pose et de la canalisation.
La limite maximale de l´épaisseur d´une couche compactée est difficile à fixer a priori tant
elle est dépendante :
de la nature du remblai ;
de la nature de la canalisation ;
des moyens mis en œuvre pour le compactage.

On préconisera habituellement des épaisseurs de couche de compactage par passe de 0,2 à


0,3 m selon la puissance du matériel utilisé. Pour le PVC, le matériau du remblai supérieur
est mis en place et compacté par couches de 0,25 m d’épaisseur jusqu’au sommet de la
tranchée. L’utilisation d’engins de compactage n’est autorisée que lorsque la hauteur du
remblai au dessus de la génératrice supérieure dépassera 0,30 m.

Page 21 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 9: Compactage conforme des flancs de la conduite

L’observation de la stabilité du remblaiement sur 1 à 2 mois en condition de roulage ouvert


permettra de valider le compactage, de rectifier si besoin puis d’effectuer le revêtement.

Objectifs de compactage
Les objectifs de compactage (Tableau 7) sont liés à la zone de remblai concernée et à la
qualité et capacité de compactage des sols en fonction de leur teneur en eau. Le présent
chapitre propose des objectifs de compactages visés. Pour les procédures de contrôle de
conformité du compactage, on se réfèrera aux organismes de contrôles agréés en Algérie.

Les objectifs de densification sont déterminés par les densités obtenues par rapport à l’OPN,
(Optimum Proctor Normal) pour chaque matériau en conditions de test réel dans le cas de la
réutilisation de matériaux en place.
Les objectifs à atteindre sont définis par les termes q2 à q5 indiqués dans les coupes types
ci après.

Remarque : Le domaine d’emploi de l’objectif q5 est généralement limité aux zones


d’enrobage des tranchées dont la hauteur de recouvrement est supérieure ou égale à
1,30 m, en cas d'encombrement des réseaux ou de difficultés d'exécution particulières et ce,
lorsque l’objectif q4 n’est pas demandé. Les autres zones de remblai de tranchée (Partie
Inférieure de Remblai PIR et Partie Supérieure de Remblai PSR) conservent les objectifs de
densification q4 et q3 habituels. La zone d’enrobage des tranchées peu profondes doit
répondre à l’objectif de densification q4.

Page 22 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 7: Objectif de compactage selon les zones de remblai (source compléments au Guide
Sétra LCPC, juin 2007)

Page 23 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 10: Objectifs de compactage (voirie)

Figure 11: Objectifs de compactage (sol naturel)

Page 24 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.1.3 Indications de matériaux potentiels issus des sols par


objectif de compactage
Ces catégories de sols doivent avant utilisation être caractérisées pour connaitre leurs
aptitudes réelles.

Objectifs Q4 et Q5

Tableau 8: Matériaux génériques pouvant être étudiés pour les objectifs de densification q4 et
q5
SOLS
Sols fins
Sols sableux et graveleux avec fines
Sols comportant des fines et des gros éléments
Sols comportant des fines (non argileuses) et des gros éléments
Sols insensibles à l'eau
SOLS ROCHEUX
Craies
Calcaires rocheux divers
Roches siliceuses
Roches magmatiques et métamorphiques

Objectif Q3

Tableau 9: Matériaux génériques pouvant être étudiés pour l'objectif de densification q3

SOLS
Sols sableux et graveleux avec fines (non argileuses)
Sols comportant des fines (non argileuses) et des gros éléments
Sols insensibles à l'eau
SOLS ROCHEUX
Craies
Calcaires rocheux divers
Roches siliceuses
Roches magmatiques et métamorphiques
SOUS-PRODUITS INDUSTRIELS
Mâchefers d'incinération des ordures ménagères
Matériaux de démolition

Objectif Q2

Tableau 10: Matériaux génériques pouvant être étudiés pour l'objectif de densification q2

MATERIAUX
Matériaux élaborés

3.1.4 L’utilisation des tables de compactage dans le cas des engins


mécaniques
La plupart des matériels de compactage mobiles possèdent leurs caractéristiques propres et
font l’objet de prescriptions d’utilisation auprès de l’entreprise en précisant le recours à des
tables de compactage.

Page 25 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Connaissant le classement géotechnique du matériau selon, son état hydrique (ts, s, m, h,


th)5 et le type de compacteur proposé par l’entreprise, la mise en œuvre sera faite par
couches compactées conformément aux prescriptions définies par des abaques
constructeurs et par types de matériaux.

L’entreprise détermine le protocole de compactage en fonction des objectifs et précise :


e = couche compactée en cm ;
Q/L = débit théorique par unité de largeur de compactage en m3/h/m ;
n = nombre de passes ;
V vitesse du compacteur en km/h ;
type du compacteur.

Dans le cas d’un marché pour lequel les moyens techniques engagés par l’entreprise de
réalisation spécifient le recours aux engins compacteurs, l’entreprise devra fournir pour
validation par le superviseur le mode de calcul et les tables de compactage prévisionnelles.

3.1.5 Blindage des tranchées


Lorsqu’une tranchée à parois verticales, en terrain meuble, a plus de 1,30 m de profondeur
et que sa largeur est inférieure aux 2/3 de sa profondeur, elle doit être obligatoirement
blindée.
Dans tous les autres cas, les parois doivent être aménagées de façon à éliminer les risques
d’éboulement.

SANS ETAYAGE
MAIS PROFIL
ADAPTE

ETAYAGE
OBLIGATOIRE

Figure 12: Application des blindages

En cas de présence de blindage, prévoir :

5
Les différents états hydriques considérés sont:
 L'état très humide (th) : Etat d'humidité très élevé ne permettant plus la réutilisation du sol dans des conditions
technico-économiques normales.
 L'état humide (h) : Etat d'humidité élevé autorisant toutefois la réutilisation du sol en prenant des dispositions
particulières (aération, traitement, etc.) estimées comme normales dans le contexte technico-commercial actuel.
 L'état d'humidité moyenne (m) : Etat d'humidité optimale (minimum de contraintes pour la mise en œuvre).
 L'état sec (s) : Etat d'humidité faible mais autorisant encore la mise en œuvre en prenant des dispositions
particulières (arrosage, sur compactage, etc.) estimées comme normales dans le contexte technico-économique
actuel.
 L'état très sec (ts) : Etat d'humidité très faible n'autorisant plus la réutilisation du sol dans des conditions technico-
économiques normales.

Page 26 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Des longueurs de tuyau réduites si l’espace de travail est réduit


Des largeurs de tranchée plus conséquentes prenant en compte l’épaisseur des
parois du blindage
Des outils de manutention des tuyaux adaptés
Des matériaux de remblai auto-compactant le cas échéant
Des matériels de compactage plus ergonomiques.

La figure ci-dessous récapitule les principaux procédés de blindage pouvant être utilisés en
fonction de la nature du terrain.

Figure 13: Choix d'un système de blindage d'une tranchée

Page 27 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.2 Manutention des tuyaux et accessoires avant et pendant la


pose
3.2.1 Livraison – transport - stockage
Ces précautions visent en particulier les modifications géométriques, les efforts excessifs et
l’action des U.V.

Les canalisations en PVC seront stockées à l’abri du soleil, de la chaleur, dans un lieu
ventilé.

Les produits sont manutentionnés, stockés et bardés dans des conditions non susceptibles
de les détériorer et à l’aide de dispositifs adaptés. Une attention particulière est portée au
maintien dans leur état d’origine, de leur géométrie, de leurs extrémités, de leurs
revêtements.
La hauteur de stockage ne doit pas dépasser 1,50 mètre (Figure 14). Les tuyaux de
diamètres différents seront stockés séparément, ou a minima, les diamètres les plus forts
seront stockés en dessous. Leur empilement doit se faire en alternant les emboîtures ou en
interposant un lit de planches entre chaque couche de tuyaux.

Figure 14: Stockage des tuyaux PVC à l'abri du soleil

Les emballages de protection des tuyaux et raccords devront être conservés jusqu’à la mise
en œuvre des tuyaux. L’obturation provisoire des extrémités des tuyaux nécessaire.
Les camions utilisés pour le transport des tuyaux devront disposer de planchers propres et
sans parties saillantes susceptibles d’endommager les tuyaux.
Tout contact des tuyaux et raccords avec des pièces métalliques saillantes ou des solvants
est formellement proscrit.

Figure 15: Tuyaux en PVC stockés en fardeaux

3.2.2 Manutention des conduites


Il est obligatoire :
de prendre les précautions nécessaires pour éviter toute dégradation pendant le
chargement, le transport, le déchargement et les différentes opérations de
manutention; éviter le glissement ou l’écrasement des tuyaux lors du transport ;

Page 28 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

d'entreposer les tuyaux sur un sol parfaitement plat et de veiller à ce qu'ils soient
correctement soutenus et fixés durant le transport;
de déplacer les tuyaux de manière telle que ni le tuyau, ni ses extrémités ne traînent
sur le sol.

Il est interdit :
de soulever ou de déplacer des tuyaux ou des tronçons à l'aide de câbles, de
chaînes ou tout moyen susceptible de l'endommager (Figure 16);
de mettre les tuyaux en contact avec une flamme nue, de l'huile ou des produits
bitumineux.

Figure 16: Levage de tuyaux en PVC à l’aide de sangles non métalliques

Les techniques de manutention ne répondant pas à ces exigences fonctionnelles sont


interdites, par exemple l’élingage par l’intérieur, utilisation de crochets non protégés, roulage
sur le sol, etc. (Figure 16)

Les produits sont déposés sans brutalité sur le sol ou dans la tranchée.
Tout produit qu’une fausse manœuvre a laissé tomber, de quelque hauteur que ce soit, est
considéré comme suspect et ne peut être posé qu’après vérification.

3.2.3 Précaution de pose


Pour la mise en fouille des sections de conduite assemblées, il y a lieu d'appliquer les
mêmes dispositions que précédemment (manutention des tuyaux).

Juste avant la mise en fouille d’un tuyau ou d’un tronçon, l’exécutant est tenu d’'inspecter
d'une façon approfondie l'état du lit de pose, de l'araser si nécessaire et d'enlever les éboulis
de terre, de pierres ou autres matériaux survenus entre-temps.

Changement de direction : courbure et déviation angulaire


Lors de changements de direction le tracé doit prendre en compte les capacités de flexion du
tuyau indiquées ci-dessous (Tableau 11).
La courbure du tuyau ne pourra en aucun cas être appliquée par chauffage du tuyau.

Page 29 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 11: Courbure à froid des tuyaux en PVC


Diamètre Rayon minimal Angle Corde Décalage
nominal R ᾳ /2 S (1) A(1)
en mm m degré mm mm
63 12.6 13.64 5.94 1.40
75 15 11.50 5.98 1.19
90 18 9.55 5.97 0.99
110 22 7.81 5.98 0.81
125 25 6.87 5.98 0.72
140 28 6.14 5.99 0.64
160 32 5.37 5.99 0.56
1) les valeurs données dans les colonnes S et A ne s’appliquent qu’à des tuyaux de 6 mètres de longueur utile

Figure 17 : Illustration de la courbure à froid des tuyaux en PVC

L’emboîtement des tuyaux doit être réalisé en maintenant les axes des tuyaux et raccords
parfaitement alignés.
La déviation ne doit être réalisée que lorsque le montage du joint est complètement achevé
et avant mise en pression. La déviation angulaire maximale autorisée est précisée par le
fournisseur.

3.2.4 Mesures à prendre avant l’assemblage


Les tuyaux et accessoires sont examinés juste avant l’assemblage :

Contrôle interne
Pour s’assurer de l’absence de corps étrangers (outils, terre, pierres, etc.). Si nécessaire, il
sera fait usage d’un racleur ou d’une brosse pour le nettoyage des tuyaux.

Contrôle externe
Absence de toute dégradation, aussi minime soit-elle. La constatation d’une dégradation
d’une profondeur supérieure à 1 mm donne lieu à l’élimination de la partie endommagée.

Obturateur provisoire des tuyaux

Page 30 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Toute conduite abandonnée provisoirement à côté ou au-dessus de la tranchée ou dans la


tranchée est toujours protégée contre l'infiltration d'eau et l'introduction d'impuretés au
moyen d'un bouchon ou d'un capuchon. Une attention particulière est portée à ces bouchons
durant la pose de la conduite dans la tranchée.
Les bouchons ou capuchons sont conçus de manière à pouvoir être retirés facilement, sans
toutefois disparaître dans la canalisation.

3.2.5 Précautions lors de la pose d’une canalisation


Pour faciliter les opérations de nettoyage et de désinfection, un certain nombre de bonnes
pratiques doivent être respectées lors de la pose des canalisations :
garder l’intérieur des canalisations et accessoires aussi propres que possible : les
tuyaux doivent être obturés à leurs extrémités et ne pas être stockés à même le sol ;
inspecter l’intérieur des canalisations avant leur installation pour vérifier l’absence de
toute poussière ;
si les travaux se réalisent en présence d’eau parasite, prendre toutes les dispositions
(drainage, pompage, rabattement..) pour éviter l’introduction d’eau dans la conduite;
les ouvertures de canalisation doivent être obturées dès que la tranchée n’est pas
utilisée ;
les matériaux de scellement, de lubrification, ou de jointoyage utilisés lors de
l’installation des canalisations doivent être stockés et manipulés de façon à éviter les
contaminations, et à les garder compatibles avec un usage en présence d’eau
potable.

3.2.6 Mise en tranchée

Respect du profil en long


Les réseaux d’eau potable sous pression doivent être installés selon des profils bien établis.
Ces profils prennent en compte le tracé de la conduite, la topographie du lieu où se
déroulent les travaux ainsi que la présence d’ouvrages souterrains.

Le respect des profils en long lors de la pose des canalisations, permettra une évacuation de
l’air contenu dans le réseau en particulier sur les points hauts. De la même façon, lorsque la
pression dans le réseau égale la pression atmosphérique, lors d’une intervention de
l’exploitant par exemple, les pentes descendantes permettront une vidange complète des
parties de réseaux situées de part et d’autre des points bas.

Sur les points hauts il sera prévu l’installation de dispositifs purgeurs d’air (ventouses) soit
manuels (vannes à boisseau sphérique, par exemple), soit automatiques. Sur les points bas
seront installés des dispositifs de vidange soit manuels (vannes à boisseau sphérique, par
exemple), soit automatiques.

Page 31 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 18: Alternance des points hauts et des points bas sur les conduites en charge

Précaution de pose
Juste avant la mise en fouille d’un tuyau ou d’un tronçon, l’exécutant est tenu d’inspecter
d'une façon approfondie l'état du lit de pose, de l'araser si nécessaire et d'enlever les éboulis
de terre, de pierres ou autres matériaux survenus entre-temps.

Pour l’assemblage la poussée doit être uniforme sur l’ensemble de la conduite (Figure 19).
La face de l’emboîture du tuyau doit être protégée avec une pièce de bois dur. Les conduites
sont assemblées à l’aide des outils suivants :
par l’effet de levier d’une barre à mine / pied-de-biche ;
à l’aide d’un godet d’engin d’excavation. La poussée doit être régulière et lente ;
les treuils mécaniques (type « tirefort ») sont utilisés avec des crochets recouverts de
caoutchouc.

Figure 19: Poussée uniforme sur l'emboiture pour l'assemblage – ici avec un madrier

Page 32 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.2.7 Remise en état du site / des revêtements


En fin de chantier, il est procédé à une remise en état des sols, par reprise des tassements,
enlèvement des excédents, etc. Les clôtures endommagées sont reconstruites à l’identique,
sauf stipulations différentes.
Immédiatement après le remblayage des tranchées, les chaussées, trottoirs et accotements
sont rétablis provisoirement en utilisant, sauf contre-indication ou prescription particulière du
service en charge de la voirie, les matériaux du corps de chaussée mis en dépôt lors des
fouilles.
Après cette réfection provisoire, les revêtements définitifs des chaussées, trottoirs et
accotements sont réalisés, conformément aux prescriptions des services de voirie
La réfection définitive peut intervenir, tronçon par tronçon, immédiatement après le
remblayage de la tranchée, la réfection provisoire n’est alors pas mise en œuvre.

3.3 Jointures et assemblages


3.3.1 Joints collés
Il est rappelé ici que la technique de collage (Figure 21) est plutôt adaptée à de faibles
variations de pression et de température. Le joint collé n’est pas démontable et ne permet
pas la dilatation.

La coupe des tuyaux, lorsqu’elle est nécessaire, doit être propre et effectuée avec un coupe-
tuyau exclusivement, la coupe à la scie ou au cutter doit être évitée. La coupe doit être
parfaitement perpendiculaire à l’axe du tube, sur toute la circonférence.

La colle utilisée doit être certifiée d’usage alimentaire

On suivra le mode opératoire suivant :


Un chanfreinage doit être pratiqué sur le bout male du tuyau s’il est fourni sans
chanfrein par le fabricant. Le chanfrein est pratiqué à l’aide d’un outil à chanfreiner ;

Figure 20: Outil à chanfreiner


Source: www.reedmfgco.com

Les zones à assembler doivent avoir été nettoyées. Les tuyaux doivent être propres
et secs ;

Marquer le tuyau sur le bout mâle à la longueur de l’emboîtement ;

Déglacer le tuyau, sur le bout mâle et l’intérieur de l’emboîture (on élimine le lubrifiant
utilisé à la fabrication) ;

Page 33 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Le collage se fait toujours à sec, le PVC ne colle pas si il est mouillé. Pour des
connexions en eau on utilisera des joints à compression ;

Encoller l’emboîture (raccord femelle), puis le bout uni (raccord mâle) sans excès :
L’application du polymère doit se faire d’une couche uniforme et homogène répartie
sur toute la ligne d’emboîture ;

Emboîter sans tourner jusqu’au repère.

Le temps de séchage est précisé sur le conditionnement du polymère. Il varie de 1 heure


pour les petits diamètres (DN < 63) en temps chaud, à 24 h pour les diamètres plus
importants (DN> 125) et en temps froid.

Figure 21: Collage des tuyaux PVC avec chanfrein

Si l’emboîtement est incomplet, on coupe le tuyau et on recommence le collage à l’aide d’un


raccord PVC long, garanti SCH 40.

Page 34 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.3.2 Assemblage à bague en caoutchouc


L’emboiture du tuyau est munie d’une gorge dans laquelle vient se placer la bague de joint
en élastomère (Figure 22). L’extrémité lisse du tuyau doit se loger dans l’emboiture en
exerçant en permanence des forces de compression sur la bague d’étanchéité. La pression
de l’eau contribue encore à améliorer le contact entre la bague d’étanchéité et la paroi
externe du tuyau.

Figure 22: Assemblage avec bague d'étanchéité

Où : di diamètre intérieur de l’emboiture ; dn : diamètre extérieur nominal ; c : longueur de


l’entrée de l’emboiture et de la zone d’étanchéité ; m : profondeur d’engagement

Procédure
Nettoyer soigneusement l’intérieur de l’emboîture, le bout-uni du tuyau et la bague de
joint ; les maintenir propres jusqu’à la fin de l’opération d’assemblage ;
Mettre en place la bague d’étanchéité ;
Emboîter le tuyau jusqu’en butée.

Page 35 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 23: Procédure pour assemblage avec bague d'étanchéité

Le lubrifiant doit être certifié pour un usage alimentaire et doit être compatible avec les
matériaux des tuyaux et des raccords

3.3.3 Assemblage flexible à joint mécanique


Cette technique est surtout utilisée pour réaliser l’assemblage entre un accessoire et
l’extrémité unie d’un tuyau. La bague de joint en élastomère vient se loger dans une gorge à
l’entrée de l’emboiture et la compression de cette bague est assurée par le talon de butée de
la contre-bride de serrage. Utilisé surtout pour les accessoires en fonte.

Figure 24: Assemblage flexible à joint mécanique

Procédure
Placer la contre bride et les boulons en maintenant l’ensemble bien centré sur
l’emboîture ;
Nettoyer soigneusement l’intérieur de l’emboîture, le bout-uni du tuyau et la bague
élastomère; les maintenir propres jusqu’à la fin de l’opération d’assemblage ;
Mettre en place la bague élastomère ;
Repérer la profondeur d’emboitement : la marquer sur l’embout mâle ;

Page 36 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Réaliser le chanfrein sur l’embout mâle s’il n’a pas été déjà réalisé. Se reporter à la
notice du fournisseur pour la profondeur d’emboitement et l’angle du chanfrein ;
Appliquer le lubrifiant sur une couche uniforme et homogène répartie sur toute la
ligne d’emboîture, la bague d’étanchéité et le chanfrein ;
Emboîter le tuyau jusqu’au repère ;
Serrer régulièrement les boulons dans l’ordre et au couple indiqués (Figure 25). Le
couple doit être respecté et le serrage ne doit pas être excessif (serrage avec un bras
de levier en plus à éviter) ;
Éviter tout porte-à-faux des accessoires du système de garniture.

Le lubrifiant doit être certifié pour un usage alimentaire et doit être compatible avec les
matériaux des tuyaux et des raccords

Figure 25: Ordre de serrage des boulons

3.4 Prescriptions relatives aux contrôle des travaux


3.4.1 Contrôle des assemblages
Joints collés
On contrôlera au minimum les aspects suivants :
Le bout uni a été déglacé ;
Le bout uni est parfaitement aligné dans l’emboiture avec la marque ;
Pas de bourrelet de colle visible ;
Le temps de séchage, la qualité du polymère ont été respectés.

Assemblage à bague en caoutchouc


On contrôlera au minimum les aspects suivants :
Le bout uni est parfaitement aligné dans l’emboiture avec la marque ;
La déviation angulaire maximale respecte les prescriptions du fournisseur ;
Sur toute la périphérie de l’emboiture, on doit avoir une largeur et une profondeur
uniforme entre le joint et l’embout mâle.

Assemblage à brides
On contrôlera au minimum les aspects suivants :
La longueur de visserie qui dépasse doit être identique sur chaque boulon / écrou ;
On veillera à n’avoir aucun porte-à-faux des composants ;

Page 37 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Le serrage est indiqué par le fabriquant. Il peut être contrôlé avec une clef
dynamométrique quelques minutes après la pose du tuyau ;
La déviation angulaire maximale respecte les prescriptions du fournisseur ;
L’espace entre les brides est constant tout autour du tuyau.

Figure 26: Les longueurs de visserie doivent être identiques

3.4.2 Contrôle des terrassements


Ils sont réalisés en cours de travaux et avant toute fondation ou exécution d’ouvrage. Une
réception partielle pourra être effectuée après les opérations contrôle. Tout tassement
apparent, érosion ou déstabilisation des remblais observés implique une reprise rapide des
terrassements.

Tableau 12: Contrôles visuels lors de chantiers de pose de conduites


Précaution à
Exemple de Contrôles visuels ou techniques Quand
imposer

Contrôler les réalisations de tranchées dès le début du chantier et Tri des matériaux à
Tout au long du
notamment les profondeurs et largeurs d'excavation vis-à-vis du l'enlèvement (tas de
chantier
CCTP cailloux séparé)
Aspect des fonds de fouille: régularité, absence de points durs, Réunion de
absence de trous sous canalisation chantier et visites
impromptues
Contrôler la présence d'un lit de pose de granulométrie fine ou le Tout au long du Si possible interdire les
fond de tranchée homogène chantier fermetures de tranchée
tant que le MOE n'a pas
Contrôler l'enrobage de la canalisation (sable ou matériaux tamisé) Tout au long du contrôlé la pose des
au dessus de la matrice supérieure chantier réseaux

Contrôler le sens de pose des canalisations à emboitement Visites de chantier

Visites de chantier Élingage des tuyaux par


Modalités de manipulation des canalisations
impromptues l’intérieur interdit

Vérifier la conformité des pièces de raccord (matériaux, type de Visites de chantier


boulonnage) impromptues

Page 38 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Aspect sec et absence


Visites de chantier,
d'éléments grossiers
Observation des matériaux de remblais tas de matériaux
Absence de terres
d'excavation triés
organiques

Epaisseur des couches


Contrôle des opérations de compactage: compactage par couches Visites de chantier
indicative : 0,25 m
obligatoire (pour tranchée comme pour terrassement) impromptues
(selon CCTP)

Vérifier les livraisons


sur cahier de chantier et
Vérification des marquages et provenance des canalisations Lors des livraisons
les marquages des
canalisations
Vérifier les niveaux de
pose de canalisations,
Mesurer les longueurs droites, largeur de tranchées, de mur,
Chaque réunion de les verticalités et
diamètre des réservations et des canalisations etc. Attachements
chantier perpendicularités des
réalisés au mètre et à la corde d'arpenteur
voiles béton des
ouvrages

Visites de chantier à minima sur les


Equipements de sécurité des personnels
impromptues ouvriers en action

Imposer un étaiement
Blindage / étaiement: pour tout travail en tranchée de plus 1,30 m minimum en planches
de profondeur en terrain meuble de coffrage et étais
vérins métalliques
Imposer l'épuisement
Venues d'eau Visite de chantier des fouilles et interdire
tout compactage

Arrêt de chantier: vérifier les fermetures des tranchées et des Selon la situation des
excavations ainsi que le balisage travaux

Essais au pénétromètre
Effectuer de test de compactage avant couverture des excavations obligatoires pour
(route ou bétonnage) ou avant réalisation d'ouvrage sur des réception. Mais leur
remblais réalisation doit se faire
avant la fin des travaux

Présence obligatoire à tous les essais de réception prévus au


Fin de chantier
marché

Cette liste n'est pas exhaustive et a une vocation d'exemple pour définir les niveaux d'observation du suivi de
chantier.

3.4.3 Contrôle de conformité du compactage


Les mesures de densification des matériaux mis en œuvre en remblayage de tranchée
seront réalisées soit avec un pénétromètre dynamique à énergie variable (Figure 27), soit
avec un pénétromètre dynamique à énergie constante.

Page 39 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Ces mesures seront obligatoirement réalisées par un organisme indépendant du titulaire du


marché et de ses prestataires éventuels (maître d’œuvre, entreprise, etc.).

Figure 27: exemple d'un pénétromètre

La méthode d'essai permet d'utiliser les pénétromètres dynamiques dans l'une ou plusieurs
des fonctions suivantes :
évaluer les épaisseurs de couches;

vérifier que l’objectif de densification visé est atteint par rapport à un catalogue de
cas. Le catalogue de cas est l’ensemble des valeurs des droites limites et de
référence résultant de l’étalonnage d’un appareil par rapport aux différentes classes
de sols. Dans cette fonction, l’identification, des matériaux effectivement mis en
œuvre est obligatoire, et notamment l’état hydrique des matériaux (états th, h, m, s
ou ts).

L’état hydrique est celui au moment du contrôle, pour les sols ayant une sous classe d’état
(c’est à dire les sols sensibles à l’eau). Ce paramètre est fondamental car un sol peut avoir
été compacté à l’état hydrique moyen et être à l’état hydrique humide le jour du contrôle de
compactage. Il convient donc à l’organisme de contrôle de mesurer, au moment des essais,
l’état hydrique des matériaux contrôlés.

vérifier que le compactage est conforme à celui d’une planche de référence

Page 40 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Interprétation du pénétrogramme

Graphique 1: Pénétrogramme (enfoncement en mm/coup)

La figure ci avant est un exemple de courbe pénétrométrique, ou pénétrogramme. On


compare le résultat obtenu aux courbes de référence, qui sont spécifique au matériau, mais
aussi spécifiques de la teneur en eau.

Les essais doivent donc être réalisés en connaissance préalable des états hydriques des
matériaux et du type de sol.

Les objectifs de compactage ont déjà été définis au chapitre , en fonction des natures de
sols. Le résultat du test devra déterminer si le compactage de la tranchée est conforme, non
conforme mais acceptable ou non conformes, et non acceptables. Les limites de conformités
sont explicitées dans le tableau ci après.

Page 41 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 13: Acceptabilité des anomalies des tests de compactage


Conforme

Sans anomalies
Non conformes, mais acceptables

Anomalies de type 1

Anomalies tolérées en fonction de la


couche dans la tranchée

Anomalies de type 2

Page 42 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC
Non conformes, et non acceptables

Anomalies de type 3

Anomalies de type 4
Légende :
Pour les pénétromètres à énergie variable
qL : valeur limite min en deçà de laquelle q ne doit pas descendre pour que la valeur de la masse
volumique rmin soit atteinte
qR : valeur de référence moyenne aux environs de laquelle doit se situer q pour que la masse volumique
corresponde à une valeur moyenne prescrite rmoy
Pour les pénétromètres à énergie constante, les droites correspondantes à qR et qL précédentes sont exprimées
sur échelle logarithmique en valeurs correspondantes:
DL ou droite limite : Enveloppe des enfoncements maximaux dans le type de matériau
DR ou de référence : Enveloppe des enfoncements moyens dans le même type de matériau

Sans anomalie :
Les cas suivants sont considérés sans anomalies :
La courbe obtenue est toujours en dépassement de qR ou jamais en dépassement de DR.
La courbe obtenue est toujours en dépassement de qL mais pas forcement de qR et les épaisseurs
prescrites sont respectées ou le pénétrogramme ne se trouve jamais en dépassement de DL et les
épaisseurs de couches sont conformes aux prescriptions.
Anomalie type 1 :
La courbe obtenue est toujours en dépassement de qL ou ne se trouve jamais en dépassement de DL mais les
épaisseurs de couches sont supérieures de plus de 20% à celles prescrites.
Anomalie type 2:
La courbe de résistance obtenue est inférieure à qL d'un écart "a" inférieur à la distance "b" entre qL et qR ou
dépasse DL d'un écart "a" inférieur à la distance "b" entre DL et DR et au total sur une hauteur de moins de 30%
de la profondeur contrôlée "h".
Anomalie type 3:
Le pénétrogramme obtenu est inférieur à qL d'un écart "a" supérieur à la distance "b" entre qL et qR , ou dépasse
DL d'un écart "a" supérieur à la distance "b" entre DL et DR, au total sur une hauteur de plus de 30% à 50% de la
profondeur contrôlée "h", quelle que soit l'importance du dépassement.
Anomalie type 4:
Le pénétrogramme est inférieur à qL ou supérieur à DL sur plus de 50% de la hauteur testée.

RAPPEL : en cas d'essai non conforme et non acceptable, le titulaire du marché devra faire
procéder à un contre-essai sur le même tronçon.
Si le résultat du premier est confirmé, le tronçon sera déclaré non conforme et devra
être remis en état ;

Page 43 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Si le résultat du premier est infirmé, un troisième essai sera réalisé dont le résultat
déterminera la conformité ou la non-conformité du tronçon.

Les essais seront systématiquement réalisés avant la reconstitution de la chaussée


définitive, c'est–à-dire la mise en œuvre des graves traitées aux liants hydrauliques ou
bitumineux qui ne sera commencée qu'après validation des résultats.

3.5 Essais et nettoyage des conduites


3.5.1 Essai de pression ou test d’étanchéité
Les épreuves sont réalisées au fur et à mesure de l’avancement des travaux.
L’essai des canalisations sous pression hydraulique constitue la dernière étape avant la
réception du réseau.
Sauf stipulation contraire, les épreuves des tronçons de conduites sont en principe réalisées
après le remblayage partiel de la tranchée.

Préparation de l’essai
Préalablement à la réalisation de l’épreuve, il est procédé à un contrôle des canalisations en
vue d’en expurger tout corps étranger.
Le matériel d’épreuve devra être installé au point le plus bas du profil de la conduite (Figure
28) afin de faciliter l’expulsion de l’air lors du remplissage de la conduite.

Figure 28: Test d’étanchéité et de pression sur les tuyaux en PVC

Les longueurs des tronçons à éprouver dépendent du diamètre de la canalisation et des


conditions de chantier. Pour les canalisations de grande dimension, les épreuves se feront
par sections de 500 mètres de longueur au maximum. La longueur optimale pour les essais
devra se situer de préférence entre 300 et 500 mètres.

Dans tous les cas, la longueur du tronçon éprouvé est limitée à 2000 m.

Il est préconisé de ne pas réaliser les essais avant que le béton des ancrages n’ait atteint la
résistance requise.

Page 44 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Avant de remplir la canalisation, il convient de s’assurer que tous les robinets d’arrêt et tous
les systèmes de purge d’air sont ouverts. L’eau utilisée pour les épreuves doit être de l’eau
potable.
L’eau utilisée pour les épreuves ne doit pas être susceptible d’apporter une contamination à
l’eau ultérieurement véhiculée.
La température de l’eau utilisée pour l’essai ne doit pas dépasser 45°C.

Mise en eau
La mise en eau de la conduite est réalisée à l’aide d’un dispositif de raccordement provisoire;
elle est effectuée progressivement.
Les poches d’air résiduelles se dissolvent dans l’eau de façon réversible pendant l’épreuve
et provoquent une chute de la pression. Pour réduire ce phénomène, il faut effectuer
lentement le remplissage de la canalisation par les points bas du réseau en veillant à ne pas
dépasser un débit de l’ordre de :
0,1 litre / seconde pour un diamètre inferieur a 90 mm ;
0,5 litre / seconde pour un diamètre compris entre 90 et 160 mm ;
2 litres / seconde a partir d’un diamètre supérieur a 160 mm.

Pour les conduites en PVC, une mise en pression « préliminaire » est effectuée à la pression
d’épreuve, avec réajustement plusieurs fois de suite à une heure d’intervalle, jusqu’à
stabilisation de la pression dans les conditions de l’essai définitif.

Mise en pression
Apres mise en pression préalable de 5 minutes, effectuée à la pression d’épreuve, il est
procédé a l’ouverture de la (des) purge (s) disposée (s) à l’autre extrémité du tronçon d’essai
par rapport au manomètre afin de vérifier qu’il n’existe aucun obstacle à la montée en
pression sur la totalité du tronçon éprouvé.

La pression est rétablie par la suite a la pression d’épreuve, pendant le temps prescrit, toutes
précautions étant prises pour éviter les coups de bélier dans la canalisation.

Exécution de l’essai
Pendant la mise en pression il faut observer les manomètres et enregistrer la vitesse de
montée en pression. Après avoir laissé suffisamment de temps à la canalisation pour lui
permettre de se stabiliser, l’épreuve de pression peut alors être effectuée de façon régulière.
Dès que la pression d’épreuve est atteinte et stabilisée, l’entrepreneur désolidarise le
tronçon éprouvé du matériel de mise en pression.
Le tronçon est maintenu en pression pendant 30 minutes au cours desquelles la diminution
de pression, mesurée avec un appareil de précision adaptée, ne doit pas être supérieure à
20 kPa.

La pression d’épreuve retenue dans le tronçon de conduite en place (STP) est égale à la
pression maximale de calcul (MDP) du tronçon. MDP correspond au niveau statique en
gravitaire ou en dynamique en refoulement, majore des effets du régime transitoire.
L’amplitude maximale du régime transitoire est déterminée en tenant compte du dispositif de
protection éventuellement installé.

On devra procéder comme suit :


laisser monter la pression jusqu’à l’obtention de la pression d’épreuve spécifiée
au point bas du tronçon ;
fermer les robinets,
maintenir la pression à ce niveau pendant 30 minutes ;
débrancher le matériel de mise en pression ;
ne plus laisser entrer d’eau dans le tronçon soumis à l’essai pendant l’heure qui
suit.

Page 45 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.5.2 Nettoyage et purge


Avant de pouvoir désinfecter par le chlore les canalisations, elles doivent être complètement
remplies d’eau de façon à éliminer les poches d’air (remplissage lent), puis vidangées pour
purger les sables ou débris qui y sont présents.

Le réseau à désinfecter doit être isolé du reste du réseau ou des réseaux intérieurs, qu’il
s’agisse d’une extension, d’un remplacement de canalisation, d’une réparation, ou d’un
nouveau réseau (Figure 29).

Figure 29: Schéma d'un tronçon à purger

Pour éviter tout refoulement et donc contamination du point d’alimentation en eau ou du


réseau préexistant, un ensemble de protection (vanne + clapet anti-retour) doit être installé.
Ces éléments doivent être désinfectés par trempage dans une solution désinfectante (chlore)
pendant une demi-heure avant leur pose.

La procédure doit suivre les étapes suivantes :

Préparation/contrôle du matériel

Rinçage initial (nettoyage)

Désinfection

Rinçage final

Contrôle de la qualité d’eau

Mise en service

Page 46 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Rinçage initial des canalisations


Un nettoyage efficace est la clé d’une bonne désinfection, raison pour laquelle un rinçage
énergique des canalisations doit être effectué. Une vitesse d’écoulement d’un minimum de
1 m/s doit être respectée sur la totalité des éléments du tronçon à désinfecter. Le tableau
suivant indique les débits minima nécessaires pour obtenir ces vitesses de circulation d’eau.

Tableau 14 : Débits minima nécessaires pour une vitesse de circulation de 1 m/s dans une
canalisation

Débit minimal nécessaire


Diamètre intérieur (mm)
(m3/h)
12 0,4
16 0,7
20 1,1
25 1,8
32 2,9
40 4,5
50 7,1
63 11,2
75 15,9
90 22,9
110 34,2
125 44,2
140 55,4
160 72,4
200 113
225 143
250 177
315 281
400 452
500 707
630 1122

Des moyens techniques adaptés doivent être mis en œuvre (nettoyage manuel
(canalisations visitables), injection d’eau sous forte pression, nettoyage eau-air pulsé, etc.).
Le nettoyage doit être poursuivi jusqu’à obtention d’une eau claire. Il est souhaitable de
mesurer la turbidité de l’eau ayant servi au nettoyage afin de s’assurer de l’efficacité de
l’étape suivante de désinfection.
L’évacuation des eaux de nettoyage ne doit pas porter atteinte au milieu récepteur.

Désinfection des canalisations

Le tableau ci après précise les dosages de chlore à respecter pour une désinfection
optimale.

Page 47 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Tableau 15 : Dosages de chlore à respecter pour une désinfection optimale 6


Dose de chlore initiale Temps de contact
(mg/L) minimal (h)
10 24
25 12
50 6

L’utilisation de produits biocides non chlorés (à base de peroxyde d’hydrogène) est autorisée
si ces produits sont conformes à la réglementation en vigueur. Il convient de bien respecter
les prescriptions du fournisseur (concentration et temps de contact).

Dans le cas de l’utilisation de produits biocides chlorés et non chlorés, il est nécessaire de
vérifier la concentration en désinfectant au bout du réseau. La consommation du
désinfectant, après le temps de contact nécessaire, ne doit pas être supérieure à 25 %.
Dans le cas contraire, il y a un risque important que la conduite ait été mal nettoyée ou
qu’elle ait subi une contamination. Il convient dans ce cas de rechercher les causes de cette
consommation excessive de désinfectant, puis de recommencer l’étape de nettoyage et/ou
de désinfection.

Protocole à suivre
La désinfection doit suivre les étapes suivantes :
Calcul et préparation de la solution désinfectante pour remplir la totalité des
canalisations du tronçon à désinfecter ;
Mise en place de ce volume au point d’injection ;
L’injection de chlore doit être permanente, et réalisée de façon à respecter de
préférence un taux de chlore de 10 mg/L pendant 24h (des concentrations trop
importantes en chlore, engendreraient un risque de corrosion pour les joints en
caoutchouc naturel et les canalisations métalliques) ;
Elle ne doit pas être interrompue lors du remplissage ;
Tous les points d’exutoire du réseau doivent être ouverts (y compris ventouses,
décharges, robinets pour prélèvement...) ;
Dès qu’un point d’exutoire commence à écouler de l’eau, il doit être refermé, et ce
de l’amont vers l’aval ;
Dès que l’écoulement se fait à l’exutoire le plus éloigné, on considère que le
réseau est rempli, on effectue un prélèvement d’eau pour vérifier le taux de
chlore. Si le taux n’est pas suffisant, on vérifie les débits de solution mère et la
concentration au point d’injection, on les adapte de façon à avoir la concentration
initiale suffisante, puis on reprend ce protocole ;
On ferme l’exutoire le plus éloigné, et on laisse le réseau en eau pendant la
période retenue en fonction de la concentration.

Rinçage final des canalisations


Après désinfection, le rinçage de la canalisation est réalisé avec un volume d’eau au
minimum égal à deux fois le volume de la canalisation.

L’efficacité du rinçage est évaluée en mesurant in situ le résiduel de désinfectant aux


différents points de contrôle. La concentration maximum résiduelle en chlore libre ne doit pas
être supérieure de plus de 0,3 mg/l à celle de l’eau de remplissage.

6
Guide de l’ASTEE Réservoirs et canalisations d’eau destinée à la consommation humaine : inspection, nettoyage et
désinfection à l’initiative du ministère français en charge de la santé

Page 48 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

La solution désinfectante est évacuée au réseau d’assainissement sous réserve que le


volume concerné soit sans impact dommageable sur la station d’épuration en aval. Dans le
cas où le rejet se ferait dans un cours d’eau, il convient de veiller à ce que la concentration
en chlore soit inférieure à 0,5 mg/l, ou inférieure à la concentration recommandée en cas
d’usage d’un autre désinfectant. Dans le cas contraire, il est nécessaire de neutraliser
l’effluent ou de réaliser une dilution de l’eau de rinçage avant rejet dans le milieu récepteur

Contrôle de la qualité de l’eau et remise en service


La conduite est à nouveau remplie et, après tranquillisation de l’eau pendant 6h au minimum,
des prélèvements d’échantillons destinés à l’analyse sont effectués en un ou plusieurs
points. Le prélèvement et la mise en œuvre de l’analyse des échantillons doivent être
effectués, au plus tard, dans les 24 h suivant la fin des opérations de nettoyage et de
désinfection.
Les points hauts doivent être purgés de leur air avant tout prélèvement. Il est recommandé
d’effectuer des prélèvements sur l’eau ayant servi au remplissage de la conduite, au bout du
bief, des points intermédiaires selon la longueur du bief (et points de prélèvements prévus
lors des travaux).
Si les délais le permettent, pour les canalisations de diamètre supérieur à 250 mm, une
durée de tranquillisation de 12 h à 24 h est recommandée afin de prendre en considération
les échanges plus importants possibles entre l’eau et les parois de la canalisation.
La procédure de nettoyage et de désinfection est considérée comme satisfaisante lorsque
les résultats sont au minimum conformes aux exigences sanitaires en vigueur.

3.6 Travaux spéciaux


3.6.1 Venues d’eau
En cas de venues d’eau (par exemple : eau de pluie, eau d'infiltration, eau de source ou eau
provenant des fuites de canalisations), la tranchée devra être maintenue à sec pendant toute
l’opération de pose du tuyau en utilisant une technique appropriée d’épuisement des eaux

Les méthodes d'élimination des venues d'eau ne doivent pas avoir d'effet sur les enrobages
et les canalisations. Des précautions doivent être prises pour empêcher l'entraînement de
matériaux fins pendant l'élimination des venues d'eau. L'influence de l'élimination des venues
d'eau sur le mouvement de la nappe et la stabilité de la zone environnante doit être prise en
compte.
En fin d'élimination des venues d'eau, tout drain provisoire doit être convenablement obturé.

Aucun compactage des remblais ne doit avoir lieu en présence d’eau dans la
tranchée. Si l’élimination de l’eau n’est pas envisageable, le choix des matériaux d’enrobage
s’orientera vers des graviers de granulométrie comprise entre 6 et 20 mm permettant un
placement drainant et une forme d’auto compactage.

On pourra distinguer plusieurs cas :


Venues d’eau nécessitant pas un rabattement ponctuel de la nappe phréatique.
Le fond de la tranchée doit être drainé sous le lit de pose. La portance du fond de la
tranchée doit être préservée : cloutage, traitement du sol à la chaux et au ciment,
substitution, renforcement par géosynthétique ou géogrille, réalisation d'un radier avec ou
sans pied.

Venues d’eau nécessitant un rabattement de la nappe phréatique


Une étude géotechnique doit préciser les techniques à utiliser. La remontée du niveau de la
nappe phréatique à l'issue des travaux doit être progressive pour éviter des désordres.

Page 49 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Pompage en fond de tranchée ;


Les pointes filtrantes verticales : il s’agit de tuyaux perforés en partie basse, les
pointes sont ensuite connectées à une pompe à vide ;
Les tuyaux horizontaux des tuyaux de plastique perforés sont mis en place dans le sol
par une trancheuse ou selon un procédé de forage dirigé. Le tuyau est mis en place le
long d’une ligne parallèle à la tranchée prévue et à un niveau inférieur à celui du fond de
tranchée. Les tuyaux sont ensuite connectés à une pompe à vide.

Figure 30: Exemple de rabattement de nappe par aiguilles


Source: Techniques de terrassement : notions de base – Fvb ffc Constructiv, 2012

Lorsque le rabattement constant est impossible


On pourra alors utiliser, en zone d’enrobage et de remblai, un matériau autoplaçant et
autocompactant qui assurera le drainage : En terrain aquifère : matériaux de granularité
comprise entre 6 mm et 20 mm par exemple.

3.6.2 Croisement de réseaux enterrés


La réalisation de travaux de terrassement nécessite de connaître l’emplacement des
différents réseaux existant sur l’emprise de l’intervention, ceci afin d’assurer la sécurité des
agents et la protection des réseaux. Il est recommandé, dans le cas d’opérations
programmées non urgentes, de demander aux services en charge des réseaux existants
(électricité, gaz, téléphone, etc.) un certain nombre d’informations sur l’emplacement des
réseaux
L’indication de l’existence ou de la non-existence de réseaux (électricité, gaz, téléphone,
etc.) souterrains dans l’emprise des travaux prévus ;
Éventuellement, les plans et schémas permettant de situer le plus exactement possible.

En zone urbaine, les renseignements fournis pouvant être inexacts, une détection des
réseaux enterrés doit être systématiquement réalisée avant toute excavation. Cette
opération s’impose par ailleurs lors des interventions d’urgence pour lesquelles les
informations citées ci-dessus ne sont pas disponibles à cause des délais nécessaires.

Page 50 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Figure 31: Exemples de croisements de réseaux possibles

3.6.3 Risque sismique


Les conduites enterrées sont très exposées au séisme. En effet, les séismes se
caractérisent avant tout par des mouvements du sol, ce qui génère de fortes sollicitations sur
les canalisations souterraines.

On peut prévenir certains dégâts possibles sur les canalisations, lors de la conception d’un
réseau en zone soumise à un risque sismique :
Prévoir des jonctions avec les ouvrages susceptibles de se déformer. Par exemple
par l’ajout de lyres au niveau des réservoirs ou stations de pompage, l’utilisation de
joints avec élastomère plutôt que joints soudés ;
Dans les tranchées, la qualité du compactage doit être suivie avec soin pour réduire
les risques de dégâts dus au séisme ;
Les courbes sont moins affectées que les lignes droites;
Les traversée de routes et voies doivent être réalisée de préférence en fourreau
rectiligne ;
Eviter les points durs, singularité, coudes brusques, piquage sur une conduite
maitresse en zone sismique ;
Traversée de faille ou changement de terrain : une surlargeur de part et d’autre de la
tranchée facilitera sa déformation ;
Les réseaux doivent être conçus et positionnés pour pouvoir être réparés à tout
moment, ce qui inclus le repérage des conduites, la disponibilité des pièces et de la
main d’œuvre qualifiée ;
Choisir de préférence des implantations accessibles par des engins et des moyens
techniques pour intervenir rapidement suite à une casse par exemple.

Certains types d’assemblages résistent mieux aux déformations du sol :


Le joint soudé

Page 51 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

La soudure permet la continuité du matériau par fusion. Il n’y pas de possibilité de déviation
au niveau du joint lui-même. Ce type de joint est à éviter pour les zones sismiques.

Le joint élastomère
Il assure une discontinuité mécanique et électrique, ainsi qu’une étanchéité, tenue à la
pression. Il permet une déviation angulaire tout en restant étanche jusqu’à une limite fournie
par le constructeur. Il n’assure pas la reprise des efforts de poussée. Il y a donc un risque de
déboitement dû aux mouvements de terrain.

Le choix des assemblages doit être complémentaire avec le choix du matériau. Le PVC est
un matériau est semi-rigide, donc déformable.
Les conduites en PVC peuvent subir d’importantes déformations sous l’effet d’un séisme :
les joints élastomères, s’ils permettent une déformation, peuvent être endommagés (sortir de
l’emboiture ou de la bride, par exemple). Des écrasements de la conduite peuvent
apparaitre, dépendamment notamment de la classe de résistance du matériau.

Les conduites en PVC seront de préférence à éviter en zone fortement sismique. Toutefois,
pour des zones limites, on peut prendre pour précaution de sur timbrer les conduites, c’est-à-
dire de choisir une classe de résistance plus haute par rapport à la pression de service.

3.6.4 Terrains instables (sol mouvant)


Un terrain instable est un sol qui se déforme facilement, comme cela peut être le cas dans
une zone marécageuse. Une étude de sol permettra de choisir des conduites et des
raccordements adaptés, mais on peut retenir que, comme pour les zones sismiques, les
conduites doivent pouvoir se déformer, que ce soit par la nature même des matériaux ou
celle des raccords qui doivent pouvoir suivre des déformations du sol.

Les conduites en PVC seront de préférence à éviter dans les zones soumises à un important
risque de déformation.

Figure 32: Risques de déformation en cas de sols mouvants

3.6.5 Terrains saturés


Lorsque la conduite traverse une zone saturée d’eau en permanence, comme dans le cas de
zones marécageuses, elle est soumise à l’effet de la poussée d’Archimède, lorsque la
conduite est vide. La conduite devra alors résister à cette déformation ce qui est
généralement assuré par son poids.

Les conduites en PVC seront de préférence à éviter dans terrains saturés.

Page 52 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

3.6.6 Terrains présentant un risque élevé de corrosion (sebkas,


marécages, etc.)
Une étude géologique permet de qualifier la nature des sols traversée. Les zones salines
présentent un risque important de corrosion pour les appareillages métalliques
éventuellement installés sur les réseaux (vannes, raccords). Les pièces métalliques
(raccords, fontainerie, etc.) devront recevoir une protection spécifique.

Figure 33: Sebkha de Arzew


Crédits photo : Maxime Metzmacher (Créative Commons)

3.6.7 Voies ferrées, autoroutes


Les techniques de pose sans tranchée sont détaillées au chapitre ci après. Concernant les
voies ferrées et les autoroutes, une autorisation doit être demandée au gestionnaire de
l’ouvrage. C’est cet organisme qui délivrera ou non son accord, au cas par cas, selon les
techniques de poses spécifiques proposées. Il sera généralement préférable de retenir un
tracé permettant à la conduite de traverser via un ouvrage d’art existant (pont, passage
busé, etc.) afin de ne pas risquer d’endommager la voirie traversée.

Figure 34: Exemple d'un forage dirigé pour traverser des voiries

3.7 Pose spécifique


3.7.1 Pose des tuyaux en aérien
Les conduites en PVC ne peuvent être posées en aérien qu’à titre exceptionnel. Elles
devront alors dans tous les cas être protégées contre le gel, l’exposition directe à la lumière
du soleil, le vandalisme, et les déformations liées à la dilatation. En cas de fixation des
tuyaux par des colliers rigides, il faudra veiller à placer entre le collier et le tuyau un matériau

Page 53 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

compressible afin de permettre la libre contraction ou dilatation des tuyaux qui pourraient
être provoquées par des variations de température.

3.8 Massifs de butée


L’étude du comportement d’un réseau d’eau sous pression montre que les contraintes sont
concentrées en particulier sur certains accessoires tels que les coudes, les tés, les cônes
et les plaques pleines (Figure 35).
Afin d’équilibrer la poussée hydraulique pouvant provoquer le désassemblage d’un ou
plusieurs accessoires, des massifs en béton, d’une certaine masse volumique, sont mis en
place, en opposition et perpendiculairement à la poussée.

Les hypothèses de calcul vont permettre de déterminer le volume de béton à prévoir. Deux
solutions sont à envisager :
o soit on ne prend pas en compte la butée des terres et à partir de là, la masse de
béton majorée du coefficient de glissement est considérée comme suffisante,
o soit on met en appui le massif de béton sur la paroi verticale de la tranchée et
dans ce cas, la poussée sera repartie sur une surface de sol suffisante. Il y a
dans ces conditions, une dépendance forte du massif vis-à-vis du sol.

Certains fabricants fournissent des abaques de calcul aidant à dimensionner ces butées.

Il est à noter que les assemblages verrouillés pour les conduites, ainsi que les conduites
soudées permettent de réduire le nombre de butées nécessaires voire de ne pas en avoir
besoin.

Figure 35: Types de butées

Page 54 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

4 Références normatives
Tableau 16 Correspondance entre les normes Algériennes (NA) et normes
européennes(EN)/Internationales(ISO)
Référence
Source Titre
algérienne
Systèmes de canalisations en plastique pour l'alimentation en eau, pour
NA7746-1 ISO 1452-1 :2009 branchements et collecteurs d'assainissement enterrés et aériens avec pression -
Poly(chlorure de vinyle) non plastifié (PVC-U) - Partie 1: Généralités
Systèmes de canalisations en plastique pour l'alimentation en eau, pour
NA 7746-2 ISO 1452-2 :2009 branchements et collecteurs d'assainissement enterrés et aériens avec pression -
Poly(chlorure de vinyle) non plastifié (PVC-U) - Partie 2: Tubes
Systèmes de canalisations en plastique pour l'alimentation en eau, pour
NA 7746-3 ISO 1452-3 :2009 branchements et collecteurs d'assainissement enterrés et aériens avec pression -
Poly(chlorure de vinyle) non plastifié (PVC-U) - Partie 3: Raccords

5 Bibliographie, sources
Document Technique Règlementaire : règles de pose des canalisations en plastique destinées aux
projets d’alimentation en eau potable Polyéthylène et polychlorure de vinyle non plastifié (PE et PVC-
U), République Algérienne Démocratique et Populaire, 2008

Recueil et analyse comparative des différentes normes, studio Altieri Spa,

Instructions du Ministère des Ressources en Eau, de 2004 à 2012

Fascicule 70 CCTG « Ouvrages d’assainissement », Novembre 2003, mis à jour par l’arrêté du 30 mai
2012

Fascicule 71 CCTG « Fourniture et pose de conduites d’adduction et de distribution d’eau », Janvier


2003, mis à jour par l’arrêté du 30 mai 2012

Réservoirs et canalisations d’eau destinée à la consommation humaine : inspection, nettoyage et


désinfection, Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement (ASTEE)

Guide Sétra-LCPC : Remblayage des tranchées et réfection des chaussées, mai 1994 et Compléments
au Guide SETRA, 2007

Normes ISO, EN et NA citées ci avant.

6 Lexique
Caractéristiques des tuyaux

Page 55 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Lu : Longueur utile, en m- e : épaisseur nominale, en mm - Dia.DE : Diamètre Extérieur


nominal du fût, en mm - Dia.DI : Diamètre Intérieur nominal de l’entrée de l’emboîture, en
mm - P : Profondeur nominale de l’emboîture, en mm - Dia.B : diamètre nominal de la
collerette de l’emboîture, en mm

Accessoire :
Composant autre que tuyau ou raccord incorporé à une conduite

Appui :
Partie de l'ouvrage qui soutient le tuyau entre le fond de la tranchée et le remblai latéral ou le remblai
initial. L'appui est constitué par le lit de pose et l'assise. Dans le cas de tuyaux posés directement sur
le fond de tranchée, ce dernier constitue le lit de pose.

Assemblage :
Jonction des extrémités de tuyaux et/ou raccords dans laquelle une garniture de joint est utilisée pour
assurer l’étanchéité (ex : assemblage à brides, flexibles, verrouillés, etc.)

Blindage :
Dispositif de maintient des parois des tranchées au dessus de 1,30 m de profondeur

Bout uni ou embout mâle :


Extrémité mâle d’un tuyau ou d’un raccord

Bride :
Composant de canalisation servant au raccordement d’un autre composant lui-même équipé d’une
bride ; l’étanchéité est obtenue par compression d’un joint en élastomère.

Canalisation :
Assemblage de tuyaux, raccords et joints entre des regards ou d'autres structures.

Diamètre nominal :
Il s’agit d’une désignation numérique du diamètre d’un composant, laquelle est un nombre entier
approximativement égal à la dimension réelle en millimètres. De façon générale, dans les conduites
plastiques, le DN ne correspond (exactement) ni au diamètre intérieur, ni au diamètre extérieur…

Emboiture :
Extrémité femelle d’un tuyau ou d’un raccord (parfois appelé « tulipe »)

Enrobage :
Remblai situé autour du tuyau et comprenant l'appui, le remblai latéral et le remblai initial.

Épaisseur de couche de compactage :


Épaisseur de chaque nouvelle couche de matériau de remblai avant son compactage.

Extrémité unie :
profondeur maximale d’emboitement du bout uni.

Page 56 sur 57
Guide technique de pose de canalisations – 2014 - MRE – République Algérienne Démocratique et Populaire
Partie 4 : PVC

Hauteur de recouvrement :
Distance verticale entre la génératrice supérieure du tuyau et la surface du sol.

Largeur minimale de tranchée :


Distance minimale nécessaire pour la sécurité et la mise en œuvre entre les parois de la tranchée au
niveau supérieur du lit de pose ou, le cas échéant, en tout point entre les blindages.

Pression d’épreuve admissible (PEA) :


Pression hydrostatique maximale à laquelle un composant est capable de résister pendant un temps
relativement court en assurant l’intégrité et l’étanchéité de la conduite

Pression de fonctionnement :
Pression qui s’applique dans le tuyau en fonctionnement « normal »

Pression de fonctionnement admissible (PFA) :


pression hydrostatique maximale à la quelle un composant est capable de résister de façon
permanente en service

Pression maximale admissible (PMA) :


pression y compris le coup de bélier, à laquelle un composant est capable de résister lorsqu'il y est
soumis de façon intermittente en service.

Pression Nominale (PN)


C’est la pression qui sert souvent dans le dimensionnement d’une canalisation en PVC ou en PEHD.
Cette valeur est exprimée en bar (pour l’élément de canalisation ou de robinetterie) comme étant la
pression pour la laquelle l’équipement est capable de supporter une pression sans défaillance et avec
une sécurité convenable pendant un temps à une température donnée. Cette pression varie dans le
temps et selon la température, il faut donc prendre beaucoup de précaution lorsque l’on utilise cette
notion pour dimensionner un réseau.

Pression de Service (PS)


C’est la pression dynamique d’un réseau lorsque ce dernier n’a qu’un seul régime de fonctionnement.
Ces conditions sont rarement atteintes, le régime est souvent variable, ce terme de pression est donc
à proscrire notamment auprès des fournisseurs de canalisations.

PEHD :
Polyéthylène Haute Densité

PRV :
Polyester Renforcé de fibres de Verre

PVC :
Polychlorure de vinyle

Remblai initial :
Couche de matériau de remblai juste au-dessus de la génératrice supérieure du tuyau.

Remblai proprement dit :


Remblai entre le dessus de l'enrobage et la surface du sol, le sommet du remblai indéfini, ou, le cas
échéant, la base du corps de chaussée ou du ballast de chemin de fer.

Sol d'origine :
Sol provenant du creusement de la tranchée.

Page 57 sur 57