Vous êtes sur la page 1sur 35

Fine Arts Paris

DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS
Fine Arts Paris
DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Horaires d’ouverture au public

Mardi 6 novembre 2018 / Vernissage de 15h à 22h


Mercredi 7 novembre 2018 / de 14h à 20h
Jeudi 8 novembre 2018 / Nocturne de 12h à 22h
Vendredi 9 novembre 2018 / de 12h à 20h
Samedi 10 novembre 2018 / de 12h à 20h
Dimanche 11 novembre 2018 / de 12h à 19h

Entrée 15€ (catalogue offert dans la limite


des stocks disponibles) / Tarif réduit (-26 ans) 7,50€

FINE ARTS PARIS VISITE PRESSE


Bureau d’organisation MARDI 6 NOVEMBRE
68, Bd Malesherbes, 75008 PARIS À PARTIR DE 14H
Hélène Mouradian :
+ 33 (0)1 45 22 08 77 Réseaux sociaux
Claire Dubois et Manon Girard : Art Content
+ 33 (0)1 45 22 61 06 Denise Hermanns
contact@finearts-paris.com & Jeanette Gerritsma
+31 30 2819 654
Contacts presse info@artcontent.eu
Agence Art & Communication
29, rue de Ponthieu, 75008 PARIS
Sylvie Robaglia : + 33 (0)6 72 59 57 34
sylvie@art-et-communication.fr
Samantha Bergognon : + 33 (0)6 25 04 62 29
samantha@art-et-communication.fr
Charlotte Corre : + 33 (0)6 36 66 06 77
charlotte@art-et-communication.fr
Crédit Tanguy de Montesson
Fine Arts Paris
DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

« Nous souhaitons faire de FINE ARTS PARIS un évènement important pour les
Beaux-arts et pour Paris, une date repère dans le calendrier des collectionneurs.
C’est la raison pour laquelle nous avons choisi le Carrousel du Louvre qui nous
offre plus d’espace que le Palais Brongniart, et c’est pourquoi nous développons
aussi un programme culturel inédit avec les musées. »

LOUIS DE BAYSER,
Président de FINE ARTS PARIS
Galerie de Bayser

« We are very happy to be exhibiting at FINE ARTS PARIS. For us, this fair has an
admirable commitment to a refined presentation of art of the highest quality. »

LORENZ VAN DER MEIJ,


Van der Meij Fine Arts, Amsterdam

« Nous sommes impatients et très fiers d’exposer depuis la première édition à


FINE ARTS PARIS qui participe au rayonnement de Paris et du marché français
dans le monde ! »
CHARLY BAILLY,
Bailly Gallery Genève

« Poussin a sculpté, Canova a peint [...] Campana et Nélie Jacquemart, connus


comme de grands collectionneurs de peintures, collectionnaient aussi la sculpture.
Nous souhaitons montrer ces dialogues permanents entre les Beaux-arts. »

BERTRAND GAUTIER,
membre fondateur de FINE ARTS PARIS,
Talabardon & Gautier

« C’est le seul Salon auquel je participe, on s’y sent bien un peu comme chez soi,
d’ailleurs ma sélection reflètera mon goût général du Moyen-âge au XXème siècle. »

EDOUARD AMBROSELLI,
Galerie Edouard Ambroselli

4
Fine Arts Paris
DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

LE SALON QUI RÉVEILLE


LES BEAUX-ARTS
Crédit Tanguy de Montesson

Créé en 2017 par les organisateurs du Salon du Nouveau cette année :


dessin, en partenariat avec Paris Tableau,
/ FINE ARTS PARIS montre son engagement culturel
la seconde édition du salon FINE ARTS PARIS,
en créant la Semaine de la Sculpture, un parcours
s’installera au Carrousel du Louvre du 7 au 11
hors-les-murs qui décuple les rencontres avec l’art en
novembre 2018.
partenariat avec les grands musées (Le Louvre, le Petit
Palais, le Centre Pompidou, les musées Zadkine,
FINE ARTS PARIS illustre la richesse et la variété de ce
Bourdelle, Rodin, Maillol,...)
que Paris peut offrir sur le marché de l’art international.
/ Ce programme culturel sera prolongé par une
• Plus de 40 stands où les marchands établis exposition muséale au sein du salon intitulée
côtoient les galeries émergentes « Sculpteurs - Peintres / Peintres - Sculpteurs :
• Une diversité de propositions mêlant art ancien l’exemple de Henry de Triqueti », réalisée en
et art moderne, établissant un dialogue entre les partenariat avec le musée des Beaux-Arts d’Orléans et
différentes disciplines : la sculpture, la peinture le musée Girodet de Montargis, ainsi qu’une publication
et le dessin scientifique sur « La Sculpture triomphante : 1850-1880 »
• Des marchands qui ne se contentent pas de présentée au Petit Palais le 7 novembre à l’occasion
présenter des œuvres mais qui affirment leur goût d’une journée d’étude.

5
Fine Arts Paris
DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

EXPOSANTS
FINE ARTS 2018
Didier AARON / Paris LEMOINE-BOUCHARD Fine Arts / Paris
Galerie Edouard AMBROSELLI / Paris José de la MANO Galerìa de Arte / Madrid
Paolo ANTONACCI / Rome Van der MEIJ Fine Arts / Amsterdam
BAILLY Gallery / Genève Galerie MENDES / Paris
F. BAULME Fine Arts / Paris Galerie Mathieu NEOUZE / Paris
De BAYSER / Paris Jill NEWHOUSE Gallery / New York
Galerie BERES / Paris Galerie MALAQUAIS / Paris
CALLISTO Fine Arts / Londres Galerie Maurizio NOBILE / Paris - Bologne
Galerie CANESSO / Paris Galerie ORSAY PARIS / Paris
Galerie CHAPTAL / Paris Galerie PERRIN / Paris
Galerie CHARVET / Paris Galerie de la PRESIDENCE / Paris
Galerie Eric COATALEM / Paris Artur RAMON Art / Barcelone
Art CUELLAR-NATHAN / Zürich Galerie RATTON-LADRIERE / Paris
Galerie Michel DESCOURS / Lyon ROSENBERG & Co. / New York
Galerie Xavier EECKHOUT / Paris Galerie STEINITZ / Paris
Galerie LES ENLUMINURES / Paris-New York-Chicago TALABARDON & GAUTIER / Paris
Galerie Fabienne FIACRE / Paris Galerie TARANTINO/ Paris
Galerie L’HORIZON CHIMERIQUE / Bordeaux Galerie TERRADES / Paris
Galerie Chantal KIENER / Paris Galerie TREBOSC VAN LELYVELD / Paris
LANCZ Gallery / Bruxelles UNIVERS DU BRONZE / Paris
Galerie Jacques LEEGENHOEK / Paris

Les exposants en bleu participent pour la première fois à FINE ARTS PARIS

MEMBRES DU COMITÉ D’ORGANISATION

Hervé Aaron, Louis de Bayser, Bruno Desmarest, Bertrand Gautier, Chantal Kiener, Alfred van Lelyveld,
Jacques Leegenhoek, Gabriel Terrades.

6
Fine Arts Paris
DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

GUIDE DE VISITE

FINE ARTS
PARIS
FINE ARTS PARIS accueillera au Carrousel du Louvre plus de 40 galeries
galeries parmi lesquelles Didier Aaron, la galerie Canesso, Xavier
Eeckhout, Trebosc Van Lelyveld, Ratton-Ladrière, Talabardon & Gautier,
Michel Descours, la galerie Terrades, de Bayser, les galeries américaines
Jill Newhouse, Rosenberg & Co, les marchands espagnols Artur Ramon
et José de la Mano, les suisses Art Cuéllar Nathan et Bailly Gallery, ainsi
que les italiens Paolo Antonacci et Maurizio Nobile.

FINE ARTS PARIS ouvrira aussi ses rangs à 17 nouveaux exposants tels
que la galerie Steinitz, la galerie Perrin, Eric Coatalem, la galerie Berès,
Baulme Fine Arts, la galerie Mendes, la galerie Malaquais, Les
Enluminures, l’Univers du Bronze, L’Horizon Chimérique, Jacques
Leegenhoek, la galerie belge Lancz Gallery, la galerie anglaise Callisto, et
aussi à de jeunes marchands comme la galerie Chaptal, et le hollandais
Lorenz Van der Meij.

7
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

LA SCULPTURE
EN MAJESTÉ
Le parcours hors-les-murs lancé pour la première
fois cette année par FINE ARTS PARIS, en
partenariat avec les musées et institutions, sera
consacré à la sculpture. Une discipline longtemps
sous-estimée et remise en valeur chez la plupart
des marchands de FINE ARTS PARIS qui mélangent
avec talent dessin, peinture et sculpture, ou chez
les galeristes spécialisés tels que Trebosc Van
Lelyveld, Univers du Bronze, la galerie Malaquais
ou Xavier Eeckhout.

Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875)


Buste de Madame la Baronne de Sipière
Plâtre Haut. 88 cm
© Trebosc Van Lelyveld

Le goût et l’expertise
de Trebosc Van
Lelyveld

Depuis la création de leur galerie


en 1992, Alfred Van Lelyveld et
Olivier Trebosc ont su combiner
leur goût et leur expertise dans le
domaine de la sculpture
européenne allant de la
Renaissance au début du XXe
siècle. Leurs stands sont sublimes
à l’image de leur galerie
scénographiée par Jacques Garcia
où ils reçoivent sur rendez-vous.
À FINE ARTS PARIS, on
remarquera un buste en plâtre de
Jean-Baptiste Carpeaux ou encore
un bronze d’une Ecole vénitienne
du XVIe siècle représentant un nu
debout d’un raffinement extrême.

8
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Enrico-Manfredo Di Palma-Falco (1886-1988)


Deux jeunes Springles
Cachet du fondeur E. Robecchi
Bronze signé, Exemplaire unique
© Xavier Eeckhout

Charles Le Brun (1619-1690) Une redécouverte


Paire de groupes d'Hercule, vers 1690
Bronze à patine brun-noir chez Xavier Eeckhout
H sans la base : 27,5 cm / H totale : 39,9 cm
© Galerie STEINITZ L’exemplaire unique du bronze de plus d’un mètre de
long représentant deux jeunes chiens, réalisé par Di
Palma est une véritable découverte pour plusieurs
raisons. Non seulement l’œuvre provenant directement
de l’atelier de l’artiste, n’a jamais été présentée sur le
marché mais aussi Di Palma fait partie de ces artistes que
Xavier Eeckhout adore remettre en lumière. En effet, il fut
le praticien et par ailleurs ami inséparable de Sandoz, qui
lui fit promettre de ne jamais exposer de sculptures
animalières de sa production personnelle. Ainsi, Di Palma
resta dans l’ombre du maître durant toutes ses années de
création. Heureusement, Di Palma parvint à faire une
légère entorse au contrat moral qui le liait à Sandoz, étant
donné que cette pièce unique fut exposée au Salon des
Artistes Français en 1931.

L’univers Steinitz à Fine Arts Paris

Le mythique mobilier d’argent de Louis XIV comptait une


série de douze flambeaux représentant chacun des
douze travaux d’Hercule, dessinés vers 1669 par Charles
Le Brun, premier peintre du Roi. La paire de groupes
d’Hercule en bronze présentée par la galerie Steinitz est
la seule répertoriée à ce jour en rapport direct avec
la série de Versailles.

9
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Aimé-Jules Dalou (1838-1902)


La sagesse soutenant la Liberté, 1899
Bronze (Fondeur Hérard )
62 cm avec la base
© Callisto Fine Arts

Le grand sculpteur
de la Troisième République
française célébré par la galerie
anglaise Callisto Fine Arts

Aimé-Jules Dalou est le grand sculpteur de la Troisième


République, défendant les valeurs républicaines dans les
nombreux monuments publics qu’il réalisa. Il est l’auteur
du Triomphe de la République de la Place de la Nation à
Paris. La sculpture présentée par la galerie londonienne
Callisto Fine Arts, fut réalisée à l’origine pour le
Monument à Gambetta de Bordeaux qui fut achevé après
la mort de l’artiste en 1904. La sculpture y resta en place
jusqu’en 1961 avant d’être démontée.

Pablo Atchugarry (né en 1954)


Untitled, 2003
Marbre de carrare
Haut 53 cm
© Rosenberg & Co

Un sculpteur qui ne laisse pas de


marbre chez Rosenberg & Cie

Le marbre est son matériau de prédilection et lui a


valu de nombreux prix. Pablo Atchugarry, qui
partage aujourd’hui sa vie entre l’Italie et l’Uruguay,
a plus de 80 expositions personnelles et collectives
à son actif. Une de ses œuvres sera exposée chez
Marianne Rosenberg aux côtés de dessins d’Henri
Hayden, artiste fétiche de la galerie new-yorkaise.

10
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Antoine-Louis Barye (1795-1875)


Apollon conduisant le char du Soleil (1858/1861)
Commande d’Isaac PEREIRE
Pendule (95 x 94 cm) & Candélabres (112 x 50 cm) d’apparat en bronze doré
Pièce unique en bronze doré sur marbre griotte
© Univers du Bronze

Barye muséal et monumental chez Univers du Bronze


C’est une pièce muséale monumentale qu’Univers du Bronze a réservée pour sa première participation à FINE ARTS PARIS.
Commandée en 1858 à Barye par l’homme d’affaires Isaac Pereire en deux exemplaires, à la condition formelle que le
moule soit brisé aussitôt après, cette garniture de cheminée en bronze doré trônait dans l’un des salons les plus fréquentés
de la capitale. Elle fera des admirateurs et au moins un envieux en la personne de James de Rothschild, rival d’Isaac Pereire.
Le second exemplaire patiné vert et brun réalisé pour le château d’Armanvilliers, aujourd’hui détruit, a été dispersé :
la pendule est conservée au Musée d’Orsay et les chandeliers dans la famille Fabius.

L’orang-outan de Pompon
à la Galerie Malaquais

Dans la représentation animale, le singe a toujours été considéré


comme un animal à part, en raison de sa ressemblance troublante
avec l’homme. C’est seulement au début du XIXe siècle que la
connaissance des singes progresse, quand les premiers orangs-
outans vivants arrivent en Occident. De Pompon, le public plébiscite
l’ours blanc et pourtant cette tête d’orang-outan, une des dernières
créations de l’artiste, est devenue célèbre. Très troublante, elle donne
le sentiment d’un portrait. Elle sera présentée par la galerie
Malaquais spécialisée dans la sculpture figurative indépendante.

François Pompon (1855-1933)


Tête d’orang-outan, 1930
Plâtre
H. 34,5 ; L. 23 ; P. 21 cm
© Galerie Malaquais

11
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Au Louvre,
il y a 120 ans,
clin d’œil de la Galerie
Charvet

Absente des salons depuis une dizaine


d’années, la Galerie Charvet a choisi avec
une attention particulière des œuvres
originales et de qualité pour sa première
participation à FINE ARTS PARIS. La scène
du tableau d’E. Fos rappelle que depuis
son ouverture en 1793, maintes
générations d'artistes, de toutes
nationalités se sont succédées au Louvre
pour y copier les chefs-d'œuvres des
maîtres du passé. Ici, une jeune femme à
l'arrière-plan travaille au milieu des
célèbres antiques, au rez-de-chaussée de
l'aile Sully. On distingue immédiatement
la Vénus de Milo, découverte en 1820, et
offerte par Louis XVIII en 1821.

E. Fos (circa 1890)


Vue de la salle de la Vénus de Milo au Louvre
Huile sur toile, 61,5 x 49,5 cm
Signé en bas à droite : E. Fos

12
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

1. 2.

De Degas à Dadamaino à la galerie Berès 1. Edgar Degas


Cheval au galop,1919
Bronze, 36,5 x 36,5 x 13 cm
Les grands noms de l’art moderne se retrouvent tant en sculpture, peinture
© Galerie Berès
ou œuvres sur papier sur le stand de la galerie Berès. Une gouache de
Kupka, côtoie un bronze de Degas qui répond à une œuvre de Dadamaino.
2. Dadamaino
Dadamaino, figure de l’art italien du XXe siècle, va donner de l’ampleur
Volume, 1958
à la notion de spatialisme développé par Fontana avec ses fameuses fentes
Hydro-peinture sur toile, 30 x 20 cm
et elle va trouer la toile de formes elliptiques jusqu’à ce que le
© Galerie Berès
vide devienne volume.

La galerie de la
Présidence
présente Hartung

La galerie de la Présidence présentera


un ensemble d’œuvres de Hans
Hartung, un artiste, qui dans la lignée
de Soulages, a enregistré des records
de prix en 2017. La composition,
choisie également pour l’affiche du
salon, est parfaite, mêlant pastels
sombres, pastels de couleurs vives et
griffures sur l’ensemble de la feuille.
Hans Hartung (1904-1989) Hartung y exprime toute l’élégance, la
Composition, P1960-109, 1960 simplicité et la légèreté de son écriture.
Pastel sur papier, 48,5 x 72 cm, Signé et daté en bas à droite Une œuvre symbolique de l’éclectisme
© Galerie de La Présidence du salon.

13
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Gaston Chaissac (1910-1964)


Métissage réussi chez Art Cuéllar Nathan
Totem, 1961
« On peut montrer des objets d’art d’époques très différentes à partir du moment Huile sur bois, 240 cm
où ils sont de qualité » témoigne Arturo Cuéllar (Art Cuéllar-Nathan - Zürich) qui avait Signé en bas à droite
exposé Jeff Koons aux côtés d’un paysage de Courbet lors de la dernière édition de © CUELLAR-NATHAN
FINE ARTS PARIS. Cette année il fera une mise en scène gaie et colorée mêlant de
Totem – Moins qu’on croit, 1961
grands totems de Gaston Chaissac à des œuvres plus classiques comme un dessin Huile sur bois, 213 x 32 x 7,5 cm
de Géricault et des peintures de la seconde Ecole de Paris. Signé en bas à gauche,
Timbre studio à l’arrière
© CUELLAR-NATHAN

Totem – Visage et éléments


cernés, 1960
Huile sur bois, 293 x 30,3 cm
© CUELLAR-NATHAN

14
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Danse exaltée
chez Lancz Gallery

Le galeriste bruxellois Patrick Lancz est spécialisé


dans les artistes de l’Ecole Belge de la fin du XIXème
siècle au milieu du XXème siècle. Les plus illustres
d’entre eux, Théo Van Rysselberghe, Rik Wouters ou
encore Léon Spilliaert feront partie de l’accrochage.
Mais ce qui passionne ce marchand installé en
Belgique depuis plus de 20 ans, c’est de faire
découvrir à l’étranger des artistes belges talentueux.
C’est le cas du sculpteur Victor Rousseau qui a
notamment travaillé avec Rodin et Horta et que l’on
retrouve dans beaucoup de collections publiques
belges. Trois bronzes dont « La danse exaltée » de
1912 seront présentés sur le stand de la galerie
Lancz.

Victor Rousseau (1865-1954)


Danse exaltée, circa 1912
Bronze, 33 x 20 x 18 cm
Cachet de la Fonderie Nationale des Bronzes - J. Petermann,
Saint-Gilles (Bruxelles),
signée en bas à gauche sur la terrasse Victor Rousseau.
Il en existe 9 tirages
© Vincent Everarts de Velp photographie

La modernité de Sonia Delaunay


à la Galerie Orsay Paris
Sonia Delaunay fit descendre l’art dans la rue : elle drapait
les femmes de peintures abstraites, envoyait le
modernisme à la plage, habillait les acteurs de films.
L’ensemble de gouaches présentées par la Galerie Orsay
Sonia Delaunay (1885-1979)
Paris, sont des études pour des tissus « simultanées » Etude simultanée, circa 1925
datant des années 1925-30. Provenant de la Collection Gouache sur papier, 8 x 10 cm
Robert Perrier, célèbre éditeur de tissus de Sonia Provenance : Collection Robert Perrier
Delaunay, cette collection apparait pour la première fois (éditeur de tissus de Sonia Delaunay)
sur le marché, à l’occasion de FINE ARTS PARIS. © Galerie ORSAY PARIS

15
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Le goût de Fabienne Fiacre Georges Leroux (1877-1957)


Jardins de la villa Médicis
entre naturalisme et symbolisme Huile sur toile, 42 x 94,5 cm
© Galerie Fabienne Fiacre

La Galerie Fabienne Fiacre présentera un ensemble de tableaux et dessins d’artistes de la


même génération, moins connus du public que les impressionnistes, Alphonse Osbert,
Charles Guilloux, Charles Lacoste, Georges Leroux, ou Jean Despujols, oscillant entre
naturalisme et symbolisme. On a particulièrement remarqué un ensemble inédit de tableaux
de Georges Leroux issus de la collection de ses descendants qui viendra éclairer le parcours
de l’artiste, élève de Léon Bonnat à l’École des Beaux-arts, Prix de Rome en 1906 et résident Ramon Casas (1866-1932)
Marina, Cau Ferrat, ca 1910
à la villa Médicis de 1907 à 1909. Un séjour qui l’inspira tout au long de sa carrière comme
Huile sur toile, 50 x 61 cm
dans cette œuvre où son sens de l’espace s’allie à une palette lumineuse, dans un parti-pris
Signé R. Casas
décoratif qui le rapproche souvent de la peinture de son ami Maurice Denis.
© Guillem Fernandez-Huerta

Le chef de file du
modernisme catalan
chez Artur Ramon

Le peintre et affichiste Ramon Casas,


mis à l’honneur par la galerie
espagnole Artur Ramon, fut un maître
du dessin, du portrait, des paysages et
des compositions populaires, une
véritable star de l’Art Nouveau, entre
Paris et Barcelone (1866-1932). En
2016, pour le 150ème anniversaire de sa
naissance, pas moins de 7 expositions
furent organisées à Barcelone pour
célébrer cet artiste important.

16
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Peder Balke (1804-1887)


Cascade
Huile sur panneau, 12 x 10 cm
Signé en bas à droite
© Van der Meij Fine Arts, Amsterdam

Peder Balke, le « Turner » scandinave chez Lorenz Van der Meij


Quel raffinement dans la sélection de Lorenz Van der Meij, seconde génération de marchands d’art d’Amsterdam. Sa
sensibilité va à la peinture européenne du XIXe siècle avec un goût particulier pour la peinture scandinave, allemande et
hollandaise comme en témoigne son accrochage pour FINE ARTS PARIS auquel il participe pour la première fois. Il
présentera notamment une petite huile sur panneau du norvégien Peder Balke d’une rare qualité. Influencé par le travail
de Turner, Peder Balke est le peintre de la lumière du Nord. Le roi Louis-Philippe lui avait acheté quelques œuvres que
l’on retrouve aujourd’hui au Louvre.

17
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Alphonse Legros (1837-1911)


La Barque en Péril, 1903
Mine graphite, plume
encre et aquarelle,
28 x 42,5 cm, signé et daté
© Galerie Chaptal

Alphonse Legros, peintre et sculpteur


à la galerie Chaptal
Totalement en rapport avec le thème de l’exposition « Sculpteurs - Peintres / Peintres - Sculpteurs », qui se tient au
cœur du Salon, Julien Petit (Galerie Chaptal) présentera un dessin d’Alphonse Legros. Elève en même temps que
Rodin à L’Ecole Impériale de dessin et de mathématiques, Alphonse Legros qui réalise la plus grande partie de sa
carrière en Grande-Bretagne, reste très lié à Rodin. Dessinateur exceptionnel, c’est lui qui l’initiera à la technique de
la pointe sèche en 1881.

Le goût des autres


par Mathieu Néouze

Le goût de Mathieu Néouze pour les courants restés en marge


des avant-gardes au début du XXe siècle, est apprécié par de
nombreuses institutions tant françaises qu’étrangères parmi
lesquelles le musée d’Orsay et le musée Rodin à Paris, le Dallas
Museum of Art aux États-Unis ou encore l’Auckland Art Gallery
en Nouvelle-Zélande. Il présentera notamment une paire
d’aquarelles de Georges de Feure, dont l’immense talent
commence à être remarqué dès le début des années 1890
lorsqu’il réalise des aquarelles de style symboliste pour les
journaux et reçoit des commandes d'affiches. Celles présentées
ici ont été publiées dans Le Courrier Français le 9 juillet 1893.

Georges de Feure (Paris, 1868 - 1943)


Fleurs et Fruits, 1893
Paire d'aquarelles sur papier
38,5 x 13 cm chaque
Signé ou monogrammé en bas à droite
© Galerie Mathieu Néouze

18
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

L’atmosphère lumineuse
de Marquet chez Bailly
Gallery

Marquet, comme Bonnard et Dufy,


incarne parfaitement une certaine
tradition française du paysage,
reconnue partout dans le monde. Rien
de plus apaisant qu’un tableau
d’Albert Marquet où il exprime avec
délice l’impalpable : les persiennes
closes aux heures où le soleil se fait
trop insolent, la palpitation de l’air, son
souffle, sa chaleur, la lumière éclatante.
Albert Marquet (1975-1947)
Une atmosphère à apprécier chez
Le repos d’été, 1944
Huile sur toile Charly Bailly, exposant de la première
50,5 x 65,6 cm heure à FINE ARTS PARIS.
Signé en bas à gauche : marquet
Signé, titré et daté au dos : me le repos d’été 44
© Bailly Gallery Genève-Paris

Le soleil d’Emile
Bernard à l’Horizon
Chimérique
Cette huile sur panneau réalisée en
1888 par Emile Bernard, à une
période charnière de sa carrière, a fait
l’objet de plusieurs expositions
dans les années 60. Provenant
d’une collection particulière de
Bordeaux, elle fera partie de
l’accrochage de la galerie bordelaise
L’Horizon Chimérique.

Emile Bernard (1868-1941)


Le soleil, 1888
Huile sur panneau,
87 x 75 cm
Cachet d'atelier en bas à droite
© L'Horizon Chimérique

19
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Eugène Boudin (1824-1898), Coucher de soleil Henri-Joseph Harpignies (1819-1916)


Pastel sur papier bleu-gris, 11,7 x 15 cm, Signé en bas à droite : E. Boudin Le pavillon de Flore vu des quais de Seine
Timbre de l’atelier en bas à droite (Lugt 828) Huile sur toile faisant partie d‘une paire
© Galerie Terrades 131 x 71,5 cm, © T. Hennocque

Le « roi des ciels » Paris peint par Harpignies


à la Galerie Terrades à la galerie Aaron
Eugène Boudin a utilisé de multiples techniques dont L’attention au dessin, à la composition et au cadrage, le
l’aquarelle et le pastel. Le pastel présenté par la galerie rendu des lumières sont caractéristiques du travail
Terrades est typique du travail de l’artiste sur les jeux de d’Harpignies. La galerie Aaron a choisi une paire de toiles
lumière qui décomposent et absorbent les formes. de l’artiste représentant le pavillon de Flore vu des quais
de la Seine et la vue du Pont-Neuf depuis les quais.

Un dessin de Millet
chez Jill Newhouse
En dehors des musées d’Orsay et de Cherbourg, la
plupart des œuvres de Jean-François Millet sont
conservées aux États-Unis et au Japon. Et il a influencé
nombre de peintres américains tels qu’Edward Hopper.
La galerie américaine Jill Newhouse présentera un très
beau dessin de celui qui fut le peintre du labeur.

Jean-Francois Millet (1814-1875)


Le départ pour les champs, 1863
Crayon sur papier, 44 x 30 cm
© Jill Newhouse

20
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Un graphisme moderne
et précurseur choisi
par Edouard Ambroselli

Marcus Behmer a très tôt entretenu des relations


étroites avec les artistes de la Sécession parmi
lesquels figuraient Gustav Klimt et Koloman Moser,
et le dessin présenté par Edouard Ambroselli en
constitue le puissant témoignage graphique. Il
s’agit d’un rare projet d’affiche, sans doute réalisé
par l’artiste au début de l’année 1902 pour la
treizième exposition de la Sécession Viennoise,
manifestation au sein de laquelle il présente un
important ensemble de dessins. Figure au dos de
la feuille une étude de masques étranges et de
crânes humains qui semblent refléter les
découvertes de la psychanalyse naissante de
Freud, son compatriote.

Marcus Behmer (1879 – 1958)


Kunstausstellung Secession
Recto : Projet d’affiche pour la XIIIème exposition
de la Sécession Viennoise, février - mars 1902
Verso : études de crânes et de masques
Ca. 1902
Fusain sur papier vélin jaune - 25 x 14,5 cm
© Galerie Edouard Ambroselli

Une image puissante


chez Talabardon & Gautier

La galerie Talabardon & Gautier a le don pour trouver des


images puissantes. Le dessin de Puvis de Chavannes
représentant Sainte Radegonde prenant le voile, en est un bon
exemple. Ce dessin au fusain est l’œuvre préparatoire au
Ravitaillement de Paris, une frise de l’immense décor du
Panthéon qui fut commandé à l’artiste. Puvis de Chavanne, le
célèbre décorateur et l’un des plus grands peintres de son
temps, mourut en 1898 avant de pouvoir l’achever et ce fut
l’artiste Victor Koos qui la termina d’après ses cartons.

Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898)


Sainte Radegonde prenant le voile
fusain et estompe sur papier
66,7 x 47,2 cm
Cachet de l’artiste en bas à droite
© TALABARDON & GAUTIER Paris - Guillaume Benoit

21
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Codazzi en triple
à la galerie Canesso

Comme l’art moderne, l’art ancien occupe une place de


choix à FINE ARTS PARIS comme le montre l’accrochage
spectaculaire de la galerie Canesso. Le grand marchand
franco-italien Maurizio Canesso présentera trois
immenses toiles de Niccolò Codazzi, artiste audacieux,
créateur de grandes perspectives, et qui travailla à
Versailles pour la décoration de l’escalier de la Reine en
1681 et 1682. Probablement peintes pour le palais
Spinola à Gênes, ville où il arriva après son séjour en
France, la provenance de ces œuvres a été un critère
décisif dans la sélection du marchand.

Niccolò Codazzi (1642-1693)


et pour les figures Domenico Piola (1627-1703)
Baptême de Constantin
Huile sur toile
144 x 114,3 cm
© Galerie CANESSO

22
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Michel II Corneille (1642-1708)


Le repentir du Grand Condé
Huile sur toile, 65 x 80 cm
Tableau préparatoire à la peinture
de même sujet conservée au musée
Condé à Chantilly.
© de Bayser

L’esquisse d’un tableau commandé par le


Grand Condé découverte par de Bayser

Ce tableau est l’esquisse du Repentir du Grand Condé par Michel II Corneille


qui se trouve au centre de la galerie des Batailles du château de Chantilly.
Découverte par la galerie de Bayser, sa composition est semblable à celle de
l’œuvre achevée, même si l’on compte de nombreuses différences et beaucoup
de repentirs. Ce qui la rend d’autant plus intéressante !

Baroque italien
à la galerie Jacques
Leegenhoek

Excellent paysagiste, Francesco Cozza


réalisa des scènes mythologiques
représentées en « plein air » qui
ré v è l e n t une contemplation
chaleureuse et un peu mélancolique
de la nature. On le constate dans cette
grande toile présentée par la galerie
Jacques Leegenhoek, représentant
une scène biblique qui avait
également inspiré Rembrandt.

Francesco Cozza (1605-1682)


L’Anesse de Balaam
Huile sur toile, 122 x 145 cm
© Galerie Jacques Leegenhoek

23
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Une scène de l’Histoire


de France par Pajou
chez Michel Descours

Cette huile représentant Marie-


Antoinette séparée de sa famille au
Temple est due au pinceau de
Jacques-Augustin-Catherine Pajou, le
fils du célèbre sculpteur. Plusieurs
tableaux de ce peintre d’histoire et
portraitiste figurent dans les
collections du Louvre. En 1814, il
peint trois tableaux qui célèbrent le
retour des Bourbons, le tableau
présenté par la galerie Michel
Descours a été peint quatre ans plus Jacques - Augustin - Catherine Pajou (1766-1828)
Marie - Antoinette séparée de sa famille au temple, 1818
tard en 1818.
Huile sur papier marouflée sur toile
31 x 40 cm
© Galerie Michel DESCOURS

Chinard avant la Révolution


Française chez Ratton-Ladrière
Il fut le portraitiste officiel de la famille Bonaparte.
Joseph Chinard s’est fait connaitre pour combiner
habilement les nouvelles tendances du néo-
classicisme aux traditions héritées du XVIIIe siècle.
Mais revenons quelques années en arrière. Le
groupe en plâtre présenté par la galerie Ratton-
Ladrière est un précieux témoignage du concours
Balestra de l’Académie Saint Luc que Chinard
remporte à Rome en 1786. En effet, la révolution
empêcha l’artiste d’exploiter son succès romain et de
le diffuser. On ne connait donc de ce premier chef-
d’œuvre qu’un marbre, une grande terre cuite et une
réduction en terre cuite conservée au Musée de
Detroit de taille similaire à notre plâtre.

Joseph Chinard (1756-1813)


Persée délivrant Andromède, vers 1786
plâtre patiné terre cuite, 44,5 cm
© RATTON-LADRIERE

24
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Le Martyre de Saint
Sébastien, une image forte
de la fin du XVIIe siècle à la
galerie Mendes

Les différentes expositions qu’il organise avec la


collaboration d’historiens de l’art traduisent son
goût pour la peinture de caractère. Philippe
Mendes (Galerie Mendes) présentera une œuvre
de Sebastian Muñoz, nommé peintre du roi
Charles II, en 1688, après avoir décoré l'Alcazar de
Madrid. Le Martyre de Saint Sébastien réalisé à
cette période, est une version plus petite et
d’exécution plus précise que celle figurant au
Musée Goya de Castres. Une peinture religieuse à
la fois brillante et dynamique inscrite au sein
du courant Baroque.

Sebastian Muñoz
Le Martyre de Saint Sébastien, Vers 1687
Huile sur toile, 107,5 x 83 cm
© Galerie MENDES

Pierre Patel
chez Eric Coatalem
Il fut considéré comme l'un des
paysagistes les plus doués de
sa génération et participa à
d'importants chantiers, dont celui
du « Cabinet de l'Amour » à L’hôtel
Lambert. Il est aussi l’auteur d’un
tableau commandé par Louis XIV et
représentant le Château de
Versailles en 1668, rare témoignage
du Château inachevé.

Pierre Patel (1605-1676)


Paysage de ruines antiques
Huile sur toile, 59,6 x 80,8 cm
© Galerie Eric Coatalem

25
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Exposition
exceptionnelle
organisée par
Les Enluminures
A l’occasion de FINE ARTS PARIS, la galerie
« Les Enluminures » présentera une
exposition exceptionnelle de quatre livres,
remarquables témoignages de ce que les
gens lisaient au Moyen-âge. Cet ensemble
comprendra la plus belle des Bibles
médiévales (le plus grand texte de la
civilisation occidentale), l'un des plus anciens
Livres d'Heures (les plus célèbres manuscrits
médiévaux), une biographie (la légende
unique d'une princesse anglo-saxonne), et
l'histoire de Troie (la plus ancienne histoire
chevaleresque de l'histoire européenne).

Ce sont tous des manuscrits inconnus sur le


marché depuis au moins quatre-vingts ans.
Tous sont richement illustrés, avec un total de
133 miniatures pour l’ensemble des pièces,
des centaines de bordures ainsi que des
animaux et grotesques magnifiquement
enluminés. Une publication richement
illustrée accompagnera l'exposition.

Roman de Troie, en prose française (détail)


Manuscrit en français enluminé sur parchemin
Le sud des Pays-Bas, probablement Bruxelles, vers 1450-60
Dix-sept grandes miniatures par le Maître du Girart de Roussillon et son atelier
Visuel : Folio 69v-70, Achille et Ajax jouant aux échecs dans une tente
© Les Enluminures

26
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Réapparition d’une œuvre majeure Louis de Boullogne (1654- 1733)


Pallas et les Arts, vers 1680- 1683
de Louis de Boullogne à la galerie F. Baulme Fine Arts Huile sur toile, 93 x 188,5 cm
Signé en bas à gauche
‘Boulogne fecit’
La réapparition de cette œuvre majeure de Louis de Boullogne, inédite jusqu’à maintenant,
© F. Baulme Fine Arts
constitue une pièce essentielle de l’histoire de la Ville de Paris. Cette grande toile
représentant Athéna, présentée par la galerie F. Baulme Fine Arts, avait été conçue comme
dessus de porte pour décorer le cabinet des Beaux- Arts du célèbre écrivain Charles Perrault,
situé rue des Bons-Enfants à Paris. Grand amateur d’art, Perrault avait réuni les meilleurs
peintres de son époque pour leur confier la décoration de son hôtel particulier qui fut détruit
en 1683 pour aménager la place des Victoires. On perd alors la trace des peintures. C’est la
présence du dessin préparatoire de cette toile dans les collections d’art graphique du Musée
du Louvre qui a permis de faire le lien avec le décor du cabinet de Perrault.

Romantisme à l’italienne
chez Paolo Antonacci

Paolo Antonacci, dont la galerie se situe en


plein cœur de Rome, montrera ce dessin subtil
de Francesco Hayez, représentant Rinaldo et
Armida. Celui que Stendhal considérait
comme le meilleur peintre de son temps s’est
illustré à plusieurs reprises dans le genre de la
peinture troubadour, peignant des scènes
historiques et littéraires, à l’instar des peintres
romantiques français. En 1823, il représente le
mariage de Roméo et Juliette et immortalise
Francesco Hayez (1791-1882), Rinaldo et Armida le dernier baiser des deux amants dont l’excès
Crayon et aquarelle sur papier, 15,7 x 22,9 cm
de réalisme scandalisera la société milanaise
© Galerie Paolo Antonacci
et restera célèbre.

27
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

1. 2.

1. Hydrie attique de type Kalpis à figures noires.


Argile orangée. Haut. 39 cm.
2. Archange
Rome, XVIIe siècle
L’éclectisme
Provenance : Coll. Mikas (Paris, années 40-50), Terre cuite, H. 42 cm, au plus haut niveau
puis coll. Krimitsas (Paris) L. 49 cm, l. 34 cm
© Galerie Perrin
La passion d’Antoine Tarantino pour les vases grecs
a été nourrie par son expertise en dessins anciens.
En effet, on peut attribuer les dessins y figurant à
des ateliers connus. Ce vase datant du VIe siècle
avant J.C. est l’œuvre du groupe de Léagros. La
galerie Perrin qui participe pour la première fois au
Salon présentera des tableaux et sculptures dont
cet archange en terre cuite datant du XVIIe siècle.

Le spécialiste de la peinture
espagnole ancienne

Cette impressionnante huile sur toile est présentée


par la galerie madrilène José de la Mano,
spécialiste de la peinture espagnole du XVIe au
XIXe siècle. Cette œuvre a été réalisée par Zacarías
González Velázquez, un artiste qui a par ailleurs
décoré plusieurs salles du Palais du Prado et du
Palais royal de Madrid.

Zacarías González Velázquez (1763-1834)


L’Immaculée Conception, circa 1790
Huile sur toile
185 x 130 cm
©Jose de la Mano Galeria de arte

28
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

Les deux seules temperas


connues de Péquignot
chez Maurizio Nobile

Quelle atmosphère délicate et quelle grâce


dans les figures ! Les œuvres retrouvées de
Jean-Pierre Péquignot sont peu
nombreuses. La galerie Maurizio Nobile
présente les deux seules temperas connues
de l’artiste. Une rareté expliquée non
seulement par la mort prématurée de
l’artiste à l’âge de 40 ans, mais aussi par
l’immense travail et l’intense réflexion
requises pour chaque réalisation : richesse
des détails, recherche dans la création et
finesse du dessin, sont autant d'indices de
l'importance qu'il accordait à chacune
de ses œuvres.

Jean-Pierre PEQUIGNOT (1795-1807/1808)


Paysage avec Homère, Circa 1800,
Gouache, 51 x 61,5 cm
© Michel Bury

29
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

SCULPTEURS -
PEINTRES /
PEINTRES -
SCULPTEURS
L’EXEMPLE
DE HENRY DE TRIQUETI

Exposition au sein du Salon réalisée


en partenariat avec le musée des
Beaux-Arts d’Orléans et le musée
Girodet de Montargis.

Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans et le musée


Girodet de Montargis s’associent le temps du Salon
FINE ARTS PARIS pour présenter la richesse et la
diversité de l’œuvre de Henry de Triqueti (1803-1874),
un peintre devenu célèbre comme sculpteur.

Les deux établissements, légataires de la fille de


l’artiste, Blanche Lee Childe, conservent une grande
partie du fonds d’atelier dont ils exposeront des
morceaux choisis. A la diversité des matériaux s’y allie
la variété des techniques utilisées par Triqueti – dessin
au trait, polychromie, esquisse en terre cuite, peinture
à l’huile, modello en plâtre, marbre fin – personnalité
bien représentative par ses recherches du
foisonnement créatif propre au XIX siècle. Supports
e

et arts du dessin se conjuguent librement chez lui


comme chez Eugène Devéria ou d’autres
contemporains pour s’adapter à une pensée
esthétique originale et séduisante.

Henry de Triqueti (1803-1874)


Icare, dit aussi Le Prisonnier
Musée des Beaux-arts d’Orléans
© Christophe Camus

30
Fine Arts Paris
DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018
CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

LA SEMAINE

DE LA
SCULPTURE
En parallèle du Salon, FINE ARTS PARIS lance un programme culturel
très riche en événements qui sera, cette année, dédié à la sculpture.
Forts de leur expérience avec la Semaine du dessin qui fédère près de 30
musées et institutions autour du Salon du dessin, les organisateurs ont
souhaité avec la Semaine de la Sculpture, remettre à l’honneur le
patrimoine sculptural exceptionnel réparti dans les nombreux musées de
la capitale mais aussi omniprésent dans son urbanisme et ses monuments.

Musées et institutions participants à la Semaine de la Sculpture

Musée d’Orsay Musée Zadkine


COARC (Conservation des Œuvres d’Art Beaux-Arts de Paris
Religieuses et Civiles) Atelier Brancusi/Centre Pompidou
Musée Bourdelle Bibliothèque nationale de France
Musée de la Vie Romantique Musée du Louvre
Petit Palais Maison de Victor Hugo
Chapelle Expiatoire Musée Maillol
Musée de Cluny-musée national du Musées Rodin (Paris et Meudon)
Moyen-âge Musée Condé - Domaine de Chantilly
Musée de la Chasse et de la Nature
Ecole du Louvre

Atelier Brancusi, Centre Pompidou


© Centre Pompidou

31
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

VISITER LES RÉSERVES DE SCULPTURES


DU MUSÉE DU LOUVRE OU LE DÉPÔT DES ŒUVRES
D’ART DE LA VILLE DE PARIS

La Semaine de la Sculpture, permettra à des visiteurs privilégiés de pénétrer dans les


réserves des grands musées (dont les réserves du Musée du Louvre ou le dépôt des
Œuvres d’Art de la Ville de Paris), d’assister à des visites privées inédites notamment à
l’occasion de l’ouverture de la nouvelle galerie des sculptures du Petit Palais inaugurée le 7
novembre, de découvrir les différentes techniques de la sculpture à travers des ateliers ou
des rencontres avec des artistes contemporains.

UN COLLOQUE SCIENTIFIQUE

Nouveau également cette année, une table ronde suivie de deux communications consacrées à La Sculpture
Triomphante : 1850-1880, sous la direction d’Antoinette Le Normand-Romain, se déroulera au Petit Palais et
sera ouverte à tous les visiteurs. Elle donnera lieu à la publication, réalisée par Fine Arts Paris, d’un recueil de
12 textes scientifiques écrits par d’éminents spécialistes.

Cette matinée d’études se poursuivra par des interventions sur « Les monuments dans la ville (1880-1914) » et « La
statuaire à l’épreuve de la commande républicaine », sous la direction de Claire Barbillon, Directeur de l’Ecole du
Louvre, et Cécilie Champy-Vinas, Conservateur du département des sculptures au Petit Palais.

Galerie de sculptures du Petit Palais © Petit Palais

32
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

VISITES PRIVÉES DANS LES MUSÉES ET INSTITUTIONS

Les grands musées de sculptures participent à la Semaine de la Sculpture organisée par FINE ARTS PARIS ;
Le Musée d’Orsay, le Musée Bourdelle, le Musée de la Vie romantique, la Chapelle Expiatoire, le Musée de
Cluny-musée national du Moyen-âge, le Musée Zadkine, les Beaux-Arts de Paris, le Musée Maillol et le Musée
Rodin et l’Atelier Brancusi du Centre Pompidou proposeront des visites privées de leurs expositions
temporaires ou de leurs collections avec leurs conservateurs.

ET ÉVÈNEMENTS EXCLUSIFS

La Bibliothèque nationale de France fera une présentation autour des dessins de sculpteurs.

La Chapelle Expiatoire, édifiée à partir de 1816 sur les ordres de Louis XVIII afin de réaffirmer l’autorité du
principe monarchique et de rappeler le péché que constitue la mort de Louis XVI, a souvent été menacée
de démolition avant d’être classée Monument Historique en 1914. L’administrateur du monument proposera
une visite thématique spécifique « Bosio, Cortot, Gérard, sculpture néoclassique et deuils romantiques ».

La Maison de Victor Hugo organisera non seulement une visite de son exposition sur les « Caricatures de
Victor Hugo » mais aussi un parcours à travers les sculptures présentes dans l’appartement et proposera
également un concert privé intitulé « Faire chanter la sculpture » autour de mélodies composées par des
sculpteurs à l’image de James Pradier. Le concert sera donné dans l’appartement de Victor Hugo.

Le Musée Condé, Domaine de Chantilly organisera un parcours parmi les sculptures exposées et les décors
sculptés du musée Condé, allant du XVIe siècle à la fin du XIXe siècle, suivi d’une présentation de sculptures
de petites dimensions provenant de la réserve des collections présentées dans la Bibliothèque du Théâtre,
lieu inaccessible au public.

Henri Chapu, Pluton, marbre, Musée Condé, Domaine de Chantilly © Musée Condé, Domaine de Chantilly

33
Fine Arts Paris / DU 7 AU 11 NOVEMBRE 2018 / CARROUSEL DU LOUVRE / PARIS

LA SCULPTURE SOUS LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE

Le Petit Palais a choisi d’inaugurer sa nouvelle galerie de sculptures le 7 novembre au moment de FINE
ARTS PARIS. Une trentaine de sculptures ont été choisies pour montrer la diversité des sujets de la sculpture
sous la Troisième République, par ailleurs sujet de la Journée d’études qui se déroulera le 7 novembre. C’est
un retour aux origines que célèbre ainsi le Petit Palais, conçu pour l’Exposition Universelle de 1900 comme
la vitrine de la commande publique parisienne.

À la fin du XIXe siècle, la


sculpture est partout : dans les
musées, mais aussi dans les rues,
sur les façades, sur les places et
dans les jardins. La « statuomanie »
triomphe. La Ville de Paris, par
ses commandes, a largement
contribué à faire de la capitale un
vaste musée de sculptures
officielles à ciel ouvert. Fait
exceptionnel, la municipalité
parisienne a conservé les modèles
en plâtre des sculptures qu’elle a
fait exécuter, en marbre ou en
bronze, pour orner l’espace public. Dépôt des Œuvres d’Art de la Ville de Paris © Jean-Marc Moser / COARC / Ville de Paris.

C’est la COARC (Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles) qui conserve tout le patrimoine
sculpté de la Ville de Paris à Ivry dans un ancien hall des machines d’une usine de traitement des eaux
désaffectée. Cette architecture industrielle protège plus de 2000 plâtres originaux.

La collection constitue le plus riche ensemble de sculptures publiques conservé en France et sera
exceptionnellement accessible pour une visite privée pendant la Semaine de la Sculpture.

UN PARTENARIAT
AVEC LES ATELIERS DU CARROUSEL

Enfants et adultes, plusieurs groupes d’élèves des Ateliers


du Carrousel viendront visiter le salon. Depuis 1953, Les
Ateliers du Carrousel accueillent chaque année plus de
1800 élèves de tous âges dans 112 cours d’arts plastiques
variés : dessin, peinture, sculpture, bande dessinée,
maquette, mode... Les 40 enseignants - plasticiens,
céramistes, designers, historiens - transmettent la
vocation d’origine des Ateliers : « Éveiller les facultés
créatrices de chacun au contact des matières, des objets
et des œuvres ».

34
Dépôt des Œuvres d’Art de la Ville de Paris
© Claire Pignol / COARC / Ville de Paris.
DOSSIER DE PRES SE

C O N TA C T S

Fine Arts Paris


Bureau d’organisation
68, Bd Malesherbes, 75008 PARIS
Hélène Mouradian : + 33 (0)1 45 22 08 77
Claire Dubois et Manon Girard : + 33 (0)1 45 22 61 06
contact@finearts-paris.com

Agence Art & Communication


29, rue de Ponthieu, 75008 PARIS

Sylvie Robaglia :
+ 33 (0)6 72 59 57 34
sylvie@art-et-communication.fr

Charlotte Corre : Samantha Bergognon :


+ 33 (0)6 36 66 06 77 + 33 (0)6 25 04 62 29
charlotte@art-et-communication.fr samantha@art-et-communication.fr

Réseaux sociaux
Art Content
Denise Hermanns & Jeanette Gerritsma
+31 30 2819 654
info@artcontent.eu