Vous êtes sur la page 1sur 4

Urbanisme

5eme année architecture classique – 2010 / 2011


Enseignante : BOUKHABLA Moufida

Cours N°3
Méthodologie d’analyse urbaine :
Introduction :
Pour tout projet d’urbanisme, la connaissance de la complexité de l’espace urbain
dans lequel il s’inscrit est impérative ; cette connaissance passe par une
décomposition, une compréhension et un classement des éléments constitutifs de
l’espace urbain avec une distinction des priorités et des éléments ayant un impact
direct sur le projet urbain à concevoir. Pour cela, une démarche d’analyse cohérente et
logique s’impose.
Toutefois, il est important de savoir que cette analyse présente plusieurs approches
avec des démarches d’analyse différentes selon leur échelle d’approche et la
conception qu’elles se font de l’espace urbain. Il s’agira, néanmoins et avant tout,
d’identifier ces éléments (composantes de la ville) et d’en faire une lecture
exhaustive.

1-Délimitation de l’air d’étude :


Toute analyse urbaine doit commencer par une identification des limites de l’espace à
analyser : agglomération, ville, partie de la ville et ce, sur la base de critères de
délimitation pouvant être multiples ; on citera comme limites possibles :
- une division administrative : limites communales,
- Limite naturelle : mer, rivière, oued, lac, montagne,…
- Limite fonctionnelle : zones militaire, industrielle, d’activités,…
- Limite physique : autoroute, voie ferrée, ligne électrique de haute tension,…
Une fois l’ère d’étude déterminée, elle peut être subdivisée en quartiers, en secteurs,
en zones ou encore en entités homogènes facilitant, ainsi :
- Le recueil de l’information (chiffre ou autre),
- L’analyse et, bien sur,
- L’intervention urbaine orientée selon les caractéristiques propres à chaque
entité.
L’homogénéité sera d’ordre :
- Fonctionnel : activité dominante,
- Typo morphologique : occupation du sol et caractéristiques du cadre bâti.
Une fois l’air d’étude et les zones homogènes identifiées, l’analyse urbaine peut,
alors, être entamée, élément par élément.

2-Analyse de la structure urbaine à travers ses éléments spatiaux et


physiques :
2-1) Analyse de l’évolution historique de la ville :
L’histoire de la ville nous enseigne que chaque société produit les dispositifs spatiaux
qui correspondent à son organisation sociale, à sa division du travail et à ses
conceptions du monde ; les solutions sont, ainsi, multiples et toutes sont perfectibles.
Les villes d’hier et d’aujourd’hui ne peuvent être les villes de demain mais il est plus
que légitime de les connaitre, de les préserver, voire même de s’en inspirer pour de
nouvelles conceptions de l’espace urbain.
De plus, l’histoire de la ville n’est pas seulement une histoire de ruptures ; c’est aussi
une histoire de continuité. C’est pourquoi, une connaissance de cette histoire permet

1
Urbanisme
5eme année architecture classique – 2010 / 2011
Enseignante : BOUKHABLA Moufida

de réduire les erreurs dans le cadre d’une étude d’extension de la ville, ou dans celle
d’un projet urbain futur car elle permet de fournir certaines explications telles que :
- Le sens d’extension donné à la ville par les précédents intervenants,
- La manière dont se sont côtoyés deux tissus urbains mitoyens mais de période
différente,
- La création et le développement des axes structurants,…
2-2) Analyse du statut juridique de la propriété foncière :
Il s’agira de déterminer :
- Les propriétés publiques (de l’état) en vue de faciliter leur reconversion dans
un périmètre urbain.
- Les propriétés privées en vue d’une éventuelle expropriation pour raison
d’utilité publique.
Cette analyse permettra la confection d’une carte conventionnelle d’analyse urbaine
dans l’élaboration des études de P.O.S (Plans d’Occupation des Sols).

2-3) Analyse de l’occupation spatiale du bâti :


Il s’agira de vérifier :
- La disposition d’alignement de volumes des constructions le long des axes
orthogonaux lesquels construisent les parois urbaines.
- L’unité formelle des façades urbaines qui est confirmée par le tracé
d’implantation unitaire et donc de savoir si le système physique est unifié de
hiérarchisation et de distribution de la volumétrie urbaine des constructions.

2-4) Analyse de la structure des espaces urbains :


Il s’agira d’identifier la structure morphologique des espaces publics de relations
urbaines et territoriale qui sont :
- Les parcours urbains,
- Le maillage des voies (régulier, irrégulier) et leur dimensionnement : c’est le
« tracé régulateur »,
- La hiérarchisation des voies : primaires, secondaires, tertiaires.
- Les places : localisation, dimensions, forme,
- Les axes structurants,
- Les nœuds : type, forme, dimensions, localisation,…
2-5) Analyse du système d’accessibilité et des flux urbains :
Il s’agira d’effectuer :
- L’évaluation de la circulation et des flux mécaniques et piétons,
- L’évaluation du système relationnel du centre-ville avec les quartiers
périphériques,
- L’évaluation du réseau de distribution et de relations urbaines.

2-6) Analyse de la typologie du bâti :


Il s’agira de déterminer :
- Les typologies des constructions : tours, barres, habitations à patio,…
- Les gabarits,

2-7) Analyse de l’état du bâti :


Il s’agira de :
- Trouver l’unité de mesure du degré de transformation de la zone d’étude,
- Définir les opérations à mener selon cet indice et qui sont :
2
Urbanisme
5eme année architecture classique – 2010 / 2011
Enseignante : BOUKHABLA Moufida

*la restructuration,
*la rénovation,
*la réhabilitation,
*la restauration.

2-8) Analyse de la structure fonctionnelle et publico-collective :


Il s’agira de :
- Déterminer les activités urbaines polyfonctionnelles : commerces, services,
équipements urbains administratifs, éducatifs, sanitaires,…
- Définir la centralité de la zone d’étude et le niveau d’échange ou pôles de
convergence urbaine :
*aires résidentielle, militaire, d’équipements éducatifs,…
*équipements à caractère culturel, cultuels, sanitaire, récréatif, administratif,…
Espaces publics tels que : places, jardins, parcs,…

2-9) Analyse des points de repère et d’appel :


Il s’agira de repérer, de localiser et de définir des éléments de la zone d’étude ayant
une valeur historique et symbolique tels que : édifices anciens, ville ancienne, rue
piétonne, parcours de relation urbaine, enceinte, ouvrage d’art,…

3- Synthèse d’analyse de la structure urbaine :


Elle consiste en la superposition des cartes conventionnelles pour vérifier le degré de
cohérence fonctionnelle et formelle avec l’existant et à tirer les conclusions sur :
*la compatibilité ou non de certaines sous zones (à vocation militaire par
exemple) afin de décider de leur conservation ou de leur démolition
(récupération d’assiettes foncières dans le cadre d’un aménagement futur),
*opérations futures à mener dans le cadre :
- du cadre bâti,
- du réseau viaire,
- des activités : à déplacer ou à maintenir,
- des éléments de repère à ajouter.

4- Analyse des données physiques quantifiables :


Pour faire des choix d’aménagement judicieux et déterminer les priorités, une
connaissance et une comparaison des diverses entités sur le plan socio-économique et
démographique sont nécessaires. Les données essentielles et simplifiées pour l’usage
de l’architecte urbaniste sont les suivantes :
a- Les données démographiques :
Deux éléments importants sont à identifier :
- Le taux de croissance de la population : c’est un indicateur indispensable à
la détermination des efforts de programmation et d’investissement en matière
de logement, d’équipements collectifs et d’infrastructures.
Le taux de croissance est la résultante du mouvement naturel (naissances, décès)
et du solde migratoire (arrivées, départs).
- La pyramide des âges de la population : elle permet de savoir à quel type de
population nous avons à faire : à une population vieillissante et stagnante ou à
une population jeune et dynamique ce qui changerait l’effort de
programmation et les formes d’urbanisation pour la ville.
b- Les données économiques :

3
Urbanisme
5eme année architecture classique – 2010 / 2011
Enseignante : BOUKHABLA Moufida

L’analyse de ces données passe par l’observation de la situation économique à travers


les indicateurs suivants :
- Les catégories socioprofessionnelles et leur répartition par secteurs
d’activité : primaire (ou agricole), secondaire (ou industriel) et tertiaire (ou
services à la population) ;
- Le taux ce chômage ou d’occupation : c’est un indicateur essentiel des
tensions sociales potentielles et des efforts d’investissement à consentir ;
- Le niveau des salaires et des revenus : c’est un indicateur de la fiscalité
locale (apport des habitants selon leur richesse et de la ville selon ses
ressources) ;
- Le nombre d’emplois et son évolution : ce qui implique une connaissance du
niveau des investissements et leur évolution. Ces données renseignent sur la
dynamique de la ville et l’attraction ou la répulsion qu’elle exerce sur les
acteurs économiques.
Le rapport entre la population, d’une part, et la nature et le nombre
d’équipement collectifs, de commerces, de services et d’infrastructures, d’autre
part : cet indicateur reflète :
*le niveau d’équipement d’une ville ou d’une commune,
*le bien-être de ses habitants
*les efforts à fournir pour rattraper les retards éventuels.

c- l’occupation du logement :
La connaissance des éléments suivants s’impose :
*le parc « logements » (c.à.d. du nombre total de logements) dans la ville et
de son évolution (datation, vétusté, niveau de confort) qui permet de
déterminer le déficit entre l’offre en logements et la demande,
*le taux d’occupation par logement ou T.O.L et son évolution qui indiquent
les conditions générales d’occupation du logement :
Sur occupation ou sous occupation,
*le taux d’occupation par pièce ou T.O.P et son évolution qui montrent, avec
plus de précision, l’occupation effective des espaces de logement ;
L’action d’urbanisme doit, toujours, avoir comme objectif la diminution du T.O.L et
du T.O.P ainsi que le remplacement ou l’amélioration des habitations vétustes ou
précaires.
Remarque : pour faciliter l’interprétation des données, il importe que les diverses
statistiques réunies soient représentées sous forme de graphique.

5- établissement de propositions :
Il s’agira d’identifier :
*les zones homogènes d’intervention,
*les opérations à mener d’habitat, d’équipements, d’espaces collectifs,…
Et d’établir :
*un nouveau « schéma de structure » pour la zone d’étude,
*un règlement urbain.