Vous êtes sur la page 1sur 18

Les adolescents

Approches sociologiques et enjeux éducatifs

Francas Bourgogne – Association des centres de loisirs du Migennois


10 octobre 2009

Gilles Droniou
Chargé de recherches, JEUDEVI
droniou@jeudevi.org
www.jeudevi.org

L’adolescence?

1
Les adolescents aujourd’hui.

 L’adolescence n’existe pas!


 L’adolescence est une construction sociale et historique.
 Lien avec les transformations physiologiques (puberté)
 Les « années collège »
 Des bornes et des contours flous; aucun consensus
scientifique.

 Au 1er janvier 2009 (données pour la France) :


– 7 970 273 jeunes de 11 à 20 ans (soit 12,4% de la population);
– Dont 3 862 852 jeunes de 11-15 ans (6% de la population;
48,8% de filles)

Les deux aspects de la jeunesse :

 a – Une période singulière dans la vie de la


personne : « accès à soi et à autrui» , la
personne

 b – Une interaction avec le monde adulte :


relations intergénérationnelles, jeunesse
miroir, le milieu; âge de la vie

2
Les analyses sociologiques de
l’adolescence

Les analyses sociologiques et autres


de l’adolescence

 19e siècle : « découverte » de l’adolescence comme période de la vie et


concept (développement de la scolarisation)
– Association de l’adolescence à la puberté, à la « crise » et à l’encadrement.
– Approches psychologiques, pédagogiques et médicales
 Début du 20e siècle
– Rencontre des psychologies française et américaine; adolescence comme âge
spécifique
– Apports de la psychanalyse: la puberté + les évolutions et le contexte social ->
pathologisation, médicalisation de l’adolescence
 Les analyses sociologiques de la fin du 20e siècle:
– Prise en compte de la jeunesse et du passage à l’âge adulte
– Peu d’analyse globale de l’adolescence (exemple: recherches sur les genres et les
milieux sociaux) mis à part Michel Fize
– Porosité entre l’adolescence et la jeunesse (Galland)
– Adolescence = caractère itératif + définition de soi + prise de distance avec les
institutions familiales et scolaires

– http://www.ressourcesjeunesse.fr/L-emergence-de-l-adolescence.html?var_recherche=chantal%20de%20linares
– "Regard sur les jeunes en France", coordonné par Bernard Roudet

3
Évolutions sociologiques
IDENTITES
 Disparition des cadres traditionnels d’intégration (modèle de l’expérimentation,
Galland)
 Époque de « la construction de soi » ou de la « société réflexive » (Giddens)
 De ce fait, déclin de l’institution (Dubet)
 Individualisme négatif par déficit de cadres collectifs (Castel)
 Fatigue d’être soi (Erhenberg)

ESPACES
 Modifications de la morphologie urbaine, ORU, péri urbanisation et étalement
urbain, diminution progressive de la part des espaces publics dans l’aménagement
des communes (lotissements)
 Modifications des pratiques spatiales des jeunes : affaiblissement des « pôles
traditionnels de regroupement », accroissement des mobilités urbaines et
interurbaines, rejet des équipements publics existants.

PRATIQUES
 Apparition de l’espace public numérique (téléphones portables, messagerie
instantanée, blogs…)
 Pratiques de plus en plus mobiles
 Fort équipement des ménages en matière notamment de vidéo et de jeux vidéo
 Idéologie de la consommation (capitalisme pulsionnel, Stiegler)

Le phénomène de l’allongement de la
jeunesse
 Adonaissance et allongement de la période de la
jeunesse
– Ados plus jeunes (de Singly); déconnection avec la puberté; prise de
distance avec le milieu familiale pour une appartenance
générationnelle; individualisation; différences selon les milieux
– Phénomène Tanguy à l’autre extrémité

 Déconnexion entre les seuils :


– Études / travail
– Décohabitation / trajectoire matrimoniale

 Evolution des transmissions


– Phénomène « d’appauvrissement » (Chauvel)
– Époque de la construction de soi
– Evolution des structures familiales et de la paternité
– Familiarisation du soutien aux jeunes français

4
Evolution du statut des 20-24 ans de 1975 à 1995

80

70

60
% d'étudiants 20-24 ans

50
Taux d'activité 20-24 ans

40
% de 20-24 ans en emploi

30
Taux de 20-24 ans actifs au
chômage
20

10

0
1975 1980 1985 1990 1995

Hypothèse de
Adolescence- singularité l’émergence à la personne
Analyse Analyse critique,
Distanciation, absence de choix
de la situation Déconstruire les certitudes pour voir des
possibles

Ni…Ni…Ni…

Enfance Politisation, accès à la


Monde de l’autre,
personne adulte =
Adhésion sans distance
Imprégnation Présence publique, capacité à
négocier avec l’altérité
Appropriation
Intervention dans
la situation Non mais…

5
Emergence à la personne à l’adolescence et impact sur les autres
modalité
modalités rationnelles

LANGAGE OUTIL PERSONNE NORME


APPROPRIATION DE SOI MAITRISE DE SOI
Capacité sociale
Je suis
Capacité Capacité Identité Responsabilité Capacité éthique
logique technique
Classement social Engagement Je veux
social
Je sais Je fais

Déjà acquis
En cours d’installation

DYNAMIQUE DE LA Bouleversements profonds

PERSONNE

Les axes à analyser

 ADOLESCENCE - JEUNESSE :
 Décalage pubertaire et appropriation de son histoire
– 1 - Espaces publics
– 2 - Identité, construction de soi singulière par le groupe de pairs
– Identité, construction de « l’être pour autrui » par le regard de l’autre
– Trois étapes dans le passage : séparation – marge - agrégation
– 3 - Responsabilité, contribution/délégation, interdépendance
– 4 - Maîtrise de soi, codification sociale des désirs = apprentissage
collectif, (vertige, ivresse, sexualité)

 Singularisation – politisation (quê


(quête / choix)
 Processus d’agré
agrégation (rô
(rôle des adultes)
 Articulation corps physiologique/position sociale

6
L’absent
Voyageurs en souffrance Silence-fugue –
Excès de singularité repli sur soi
Déplacement, présence-absence
Analyse de la
Recherche identitaire, Pb sédimentation des expériences
situation Pas de responsabilités individuelles durables
Attrait pour le risque et l’ivresse
, transgression « absurde »

Villageois cré
créatifs
Politisation
Présence publique, appropriation durable des
territoires
Appropriation d’éléments identitaires en continuum
Capacité à négocier avec l’altérité (parité)
Souhait de contribution sociale
L’enkysté, le bernique Attrait pour le risque et l’ivresse dans une
Adhérence à la situation transgression structurante
consignés dans une ethnicité discriminée,
difficulté à sortir du quartier, intériorisent des
risques, décalage et souffrance entre cette
adhésion communautaire, et le non respect des
préceptes religieux. Peuvent peser sur l’action Hypothèse de
institutionnelle, être menaçants - culpabilité
typologie des jeunes
Intervention dans
la situation Milieu urbain

Très peu d’action


Absence de projet et d’outils
Voyageurs Enjeu pour le PARENT d’ados
NI… NI… (PHASE 2)
Reconnaître les singularités
Avoir un tiers dans la rupture (pour le jeune, pour l’animateur) Et nécessité d’une
Valoriser l’image de soi du jeune VIGILANCE COLLECTIVE et
Bouillonnement émotionnel à accompagner (sexe, ivresse, d’accompagnement éducatif
vertige)
Travailler sur les transgressions dans le non jugement
Stimuler pour les « sans envie », dépression, trouver la passion

Une partie de l’action actuelle : Villageois


espaces publics, Oui mais…
mais…
Enfance Convivialité Valorisation publique
Monde de l’autre, Valoriser les passages, l’l’agré
agrégation
Enjeu pour les citoyens et
Adhésion sans Développer les liens avec le politique
nécessité d’un processus
distance Travailler sur le plaisir, les freins,
d’agrégation
l’émotionnel
’émotionnel

Polarisation de l’action actuelle

Enjeu pour le PARENT d’enfants


(PHASE 1)

7
Conclusions provisoires sur les
comportements adolescents
• Enjeu identitaire prédominant
- Accéder à soi
- Quête de reconnaissance, déficit fréquent d’estime de soi
- Difficulté à instaurer la permanence de la personne
- Difficulté à articuler singularité et politisation
- La souffrance dans l’existence sociale peut générer un repli sur la divergence
identitaire (incapacité à négocier, à faire avec, à être avec).

• Enjeu comportemental et émotionnel à accompagner


• Compensation émotionnelle d’un déficit à être
• Recours à la douleur, à l’ivresse, pour exister
• Tendance à la jouissance immédiate
• Déficit social d’apprentissages de la restriction
• La souffrance dans l’existence sociale peut générer une « insensibilisation »
(absence de culpabilité et ultra jouissance) ou une apathie (incapacité à vouloir)

- Tous ces enjeux sont fonction, bien sûr :


- A – de la structuration de la personne
- B – de l’environnement social

Les adolescents et la société

8
Glissements anthropologiques

 Évolution du champ de la relation à l’autre


 Trajectoires matrimoniales moins cadrées par le social,
mais démystification de la sexualité
 Fin des codifications festives : lieux, habits, régimes
alimentaires, programmes, danses ne sont plus
prescrites
 Les rites de passage sont devenus flous (inexistants?)

 L’enjeu de la rencontre festive a totalement changé


 L’entrée dans la fête est une épreuve majeure :
l’ivresse est un seuil, la violence en est un autre ; l’ennui
est une menace, un vide à remplir, un risque pour son
identité

Les rites de passage


Rites de marge
Espaces extérieurs à l’âge adulte en
Enseignement anthropologie
Mort symbolique
A. Van Gennep
Sans l’adulte aujourd’hui…
Autonomisation et privatisation
des pratiques juvéniles

Rites d’agrégation
Rites de Passage officiel
Attributs d’adulte
séparation
Reconnaissance sociale
Regard de la cité
Déficit aujourd’hui…

9
4 Hypothèses pour comprendre
l’adolescence

 Hypothèse 1 : Le décalage entre le processus cognitif et les


processus social et comportemental

 Hypothèse 2 : L’adolescent se singularise en rupture avec son


état d’enfant

 Hypothèse 3 : Le passage par l’adolescence provoque des


bouleversements émotionnels qui impliquent de se réapproprier le
registre des connaissances

 Hypothèse 4 : Le déficit de reconnaissance sociale durant la


jeunesse génère un investissement important sur le vécu corporel
(vertige, ivresse, risques), qui contribuerait à expliquer les
différences comportementales entre garçons et filles

Impact de l’é
l’émergence
mergence à la personne sur les autres modalité
modalités
rationnelles

LANGUE STYLES SOCIAL CODES

Informations théoriques Réaliser des Identité Responsabilité Négocier avec soi ses affects, ses
sur la sécurité routière opérations de conduite désirs
Appartenance Contribution
S’autoriser des plaisirs
Statut Rôle
Capacité à calculer la Elaborer un trajet S’interdire des débordements
S’engager
prise de risque Maîtriser ses consommations
Négociation avec l’altérité Se répartir les tâches
Alterner des statuts Déléguer
Alterner une singularité et
une politisation
4 – Déficit de reconnaissance
sociale = sur investissement
émotionnel

1 - Accès à la singularité
En cours d’acquisition

2 - Remise en cause
des connaissances 3 - Bouleversements
acquises profonds

10
L’évolution des pratiques festives

Conformisme poli
Rester soi, Restriction
sédimenter des
Cérémonie Obligation
expériences
Attente
Se contenir et
consommer Vécu émotionnel
canalisé

Sortir de soi, ECM


Fusionner avec Licence
Liesse les autres
Transgression
Bouger, danser
Présentéisme
Autonomie
émotionnelle

Hypothèse sur l ’évolution actuelle

Moins d’attente ou
D’obligation
Cérémonie Disparition
partielle
Garçons / filles

Injonction à la
licence
Transgression
Liesse Perte de sens massive
Fuite en avant Régulation
sécuritaire
inadéquate

11
Les loisirs des jeunes
structures de loisirs fréquentées

100
91,1
90
82,2
80 75,3
70

60
Mené
50 47,7
43 Rennes
40 38 Rennes couronne 1
29,2 30,3 Rennnes couronne rurale
30 25,1
20 19,4 18,4
20
12,3
10 8,2 9 7

0
club sportif équipement autre équipement
jeunes équipement privé

 Dans le Mené
Mené : 455 jeunes, 7,4 % de la population, contre
22,5 % à Rennes et 11,5 % dans les communes de la mé
métropole

Les garçons privilégient le sport tandis que les filles privilégient les
sorties entre ami(e)s. Les activités varient avec l’âge: avec l’avancée
en âge, les activités sportives diminuent au profit des sorties entre
copains.

12
Importance du sport dans les activités
des jeunes
 Notamment chez les garçons et en milieu rural;
 Les 15-24 ans sont les plus sportifs (toutes générations
confondus): 9 garçons sur 10 et 8 filles sur 10 pratiquent
une ou plusieurs activités physiques ou sportives
(données INSEE 2003: 90% de pratiquants, 46% de
pratiquants institutionnalisés, 19% de compétiteurs);
54% de jeunes bretons pratiquant une activité sportive
dans un club ou une asso en 2007
 47% des gars et 27% des filles le font en club ou asso
(enquête ministère des sports, 2000).
 Une plus grande diversité de sports pratiqués; (quatre
sports pratiqués en moyenne contre 2.5 pour les 45 ans
et plus)
 Toutefois des pratiques qui évoluent avec l’âge: baisse
de la pratique après 18 ans et creux jusque 22 ans;

La nouvelle culture du numérique


Serge Tisseron
 Les NTIC transforme notre culture à travers : la représentation de
soi; la relation aux autres; le rapport aux images (auto-produites
ou non); le rapport au temps et à l’espace
 Représentation de soi = multiplicité des identités; création de
plusieurs blogs (joyeux, sombre); recherche d’une
reconnaissance par les jeunes à travers ces identités multiples
 Relation aux autres = mon identité est celle reconnue par les
autres (le plus d’amis; système Google)
 Rapport à l’image = intérêt des jeunes pour savoir comment sont
produites les images (making-of)
 Rapport espace-temps : le proche devient lointain et vice-versa;
question de la place du corps; absence des contacts corporels

 Les NTIC renforce la privatisation et l’individualisation


 Frontière entre l’univers domestique (privé) et l’univers amical
(public)
 Rapport au corps??

13
Enjeux éducatifs

Pistes/réflexions sur les enjeux


éducatifs

 Prise en charge des adolescents: protection ou être


protégé?

 Renouvellement des espaces d’accueil des 11-15


ans (accueil de loisirs; accueil informel; animation-
présence de rue)

14
Données de cadrage sur les
adolescents
 Les ados sont bien portants pour la grande majorité, plein de vitalité
 Des risques spécifiques à cet âge, avec des différences fortes entre les
genres
 5 à 10 % de mal être selon les études
 15-20 % de « vulnérables »
 Entre 1 et 7,5 % d’absentéisme scolaire selon les études, mais une
préoccupation accrue depuis 1979
 Une progression des consommations de psychotropes
 Une progression supposée de la délinquance, discutée
 Progression de la monoparentalité (18 % dans le Départ 35, 20 % en ville, 12
% dans le Finistère)
 Augmentation des prises en charge psychiatriques, notamment pour les filles
 Progression des grossesses (4,3/1000) et de l’IVG (9/1000)
 Recours au psychiatrique : de 16 à 28 /1000 entre 1991 et 2000

 Les adultes : qu’ils apportent des réponses à mes questions 88 %, qu’ils


m’aiment et me rassurent 88 %, qu’ils m’aident à réussir ma vie 85%, qu’ils
aient de l’autorité 57 %, qu’ils soient des copains 43 %.

Ce qui compte le plus...


Sondage Ipsos 2006, 800 ados de 15 à 18 ans

Famille
Amis
Amour
Santé
Résultats scolaires
Argent
Sport
Musique
Loisir
Vie à l'école
Religion

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

 Pour 92 %, éducation parentale est une clé essentielle


 85 % d’inquiets pour la société
 Pour 82 %, l’argent est le moteur de la société
 85 % pensent que les jeunes peuvent faire bouger les choses

15
Questionnaire ré
réalisé
alisé auprè
auprès de 123 jeunes
- Indices de Vulné
Vulnérabilité
rabilité –
LARES/Université
LARES/Université Rennes 2 / équipe de pré
prévention spé
spécialisé
cialisée Quimper
 5 % de solitaires
 18 % n’ayant que peu de personnes sur qui compter
 Pour un tiers des jeunes, les adultes sont indifférents, ne s’intéressent pas aux
jeunes
 38 % sortent tous les soirs entre le lundi et le jeudi

 Lorsque l’on sort entre copains, 43% consomment souvent des produits (alcool
ou cannabis), 10 % toujours
 27 % pour « se défoncer », 10 % pour être bien chaud, 29 % pour se détendre
 56 % ne demandent pas l’autorisation pour sortir

 51 % ont l’impression de prendre souvent ou toujours des risques dans leur vie ;
60 % ont l’impression que leurs copains prennent des risques
 14 % avec des problèmes de santé

 47 % n’ont pas de projet pour les deux prochaines années

16
Quels sont les adultes qui peuvent jouer un rôle auprès des jeunes
sur ta commune ?
- 300 adolescents de 12-18 ans
interrogés en péri-urbain - LARES/Université Rennes 2

Non réponse 59,9


Personne 15,5

Animateur 7,7
Entraineur de Sport 7,4

Famille 3,4
Elus 2,4

Parent d'Amis 2
Professeur 1,3
Eglise 0,3

0 10 20 30 40 50 60

17
Enjeux et responsabilités publiques
1. Accompagner le passage dans l’adolescence : le
préparer, en lien avec les collèges
2. Maintenir et renforcer les relations à l’adulte
3. Penser les temps et les espaces partagés
4. Travailler l’appartenance à la cité, l’identité,
5. Travailler le rapport à l’altérité (garçons filles, adultes,
origines et styles culturels…), l’estime de soi
6. Soutenir les pratiques sociales et culturelles,
l’engagement (loisirs,TIC, jeux, fête, socioculturel…)
7. Faciliter la contribution sociale, et l’avenir professionnel
8. Faciliter l’apprentissage de la régulation
émotionnelle, ( désirs, comportements,
consommations), le rapport à l’autorité
9. Approche spécifique pour les 5-15 % de jeunes en
souffrance

18