Vous êtes sur la page 1sur 2

Association pour le Développement Concerté et Harmonieux d'Antibes Juan-les-Pins

ADECOHA
Siège Social - Maison des Associations – 288 Chemin de Saint Claude- 06600 ANTIBES
N° d'immatriculation sous-préfecture de Grasse : 006 101 8162 JO juin 2000 et 3 avril 2004
Blog : http://adecohaantibesjuanlespins.blogspot.fr/ Courriel : adecohantibes@gmail.com Tel : +33672211079

Antibes le 2 mai 2018

Monsieur Le Maire,

Dans le cadre de la révision du Plan Local d’Urbanisme, vous avez souhaité consulter les associations afin qu’elles
puissent vous faire part de leurs remarques et propositions concernant le règlement d’urbanisme actuel. Nous vous
en remercions.
Pour notre part, nous n’avons pas souhaité procéder à une réécriture du règlement d’urbanisme. Nous estimons que
cela est du ressort de professionnels et nous n’avons pas de telles compétences techniques pointues au niveau de
notre association.
Nous avons préféré vous apporter des remarques et suggestions tenant compte de la spécificité de notre
association : regrouper à la fois des résidents et des propriétaires terriens, vivant depuis de nombreuses années dans
leur quartier qu’ils aiment.
Notre orientation a toujours été d’encourager et de privilégier un développement harmonieux de la ville tenant
compte des intérêts patrimoniaux des propriétaires. Il nous semble important de construire un cadre de vie
épanouissant pour les habitants actuels ; mais aussi d’attirer, par la qualité de vie proposée et la diversité des
programmes d’habitat à édifier, de futurs résidents qui contribueront à la croissance économique de la ville. En ce
sens, nous souhaitons que les nouvelles dispositions réglementaires qui seront adoptées prennent en compte la
diversité de chaque quartier et soient adaptées à la particularité de chaque secteur. Il nous paraitrait de bonne
administration de poursuivre la concertation avec les professionnels et la population sur la base du projet de
nouveau règlement. Vous bénéficieriez ainsi de l’avis d’un plus grand nombre et peut-être recueillir des remarques
pertinentes confortant votre objectif de faire d’Antibes Juan les pins « une ville parc » qui sait également loger dans
de bonnes conditions les actifs.

Parmi les points relevés :

En ce qui concerne l’application de l’article L.151-15 du code de l’Urbanisme (logements sociaux), la question du
pourcentage à appliquer est toujours actuelle et invite à le déterminer avec pondération.
S’agissant des lotissements existants, les règles définies par leurs statuts contractuels doivent s’imposer aux règles
du PLU dans la mesure où les documents contractuels ont fait l’objet d’une publication au bureau des hypothèques
ou au livre foncier avant le 26 mars 2019. En ce qui concerne les lotissements anciens, dont les documents
contractuels ont été approuvés par le Préfet, dont c’était la règle avant 1979, la publication précitée n’a pas lieu
d’être.
A cet égard il convient de rétablir la liste des lotissements de la commune, document n° 6Ea annexé au PLU voté le
13 mai 2011. Cette annexe ne figure plus parmi les documents en vigueur à ce jour. Nous pensons que ce serait une
erreur d’appréciation que de penser que la nouvelle rédaction de l’article L 442-9 du code de l’urbanisme (issu de la

Position ADECOHA Concertation PLU 2 mai 2018


loi ALUR) a fait disparaître l’ensemble des règles régissant les lotissements (cf arrêt du 21 janvier 2016, 3ème
chambre civile de la cour de cassation, société Beval).
Concernant la zone UC et plus précisément, l’article UC6 nous souhaitons le maintien de la bande de constructibilité
principale, telle que rédigée dans le PLU actuellement en vigueur.
Si, dans certains secteurs, cette bande était amenée à disparaître une compensation en terme de constructibilité
serait à prévoir.
De même, en ce qui concerne les règles spécifiques de hauteur (UC10), nous sommes favorables au maintien des
dispositions existantes, tolérance pour les terrains en pente comprise.

Nous souhaitons également appeler votre attention sur la pertinence de créer des surfaces en rez de chaussée
destinées au commerce et/ou bureau en contrepartie de l’autorisation de bénéficier d’un étage supplémentaire.
Cette disposition qui figure actuellement au PLU en vigueur devrait être sélective et ne s’appliquer qu’à certains
îlots que l’on souhaite qualifier de centralité de proximité.

Pour l’obligation de répondre aux surfaces de jardins, il faut supprimer du décompte les surfaces végétalisées sur
toiture car l’expérience montre que ce type d’aménagement n’est souvent pas pérenne par la suite pour des motifs
techniques (infiltrations) ou économiques (prix de revient de l’entretien).
Enfin et non des moindres, le risque naturel inondation doit être appréhendé dans toutes les demandes de permis
de construire, sur l’ensemble du territoire communal, en fonction de l’impact de l’imperméabilisation du sol naturel
existant. L’objectif doit être de figer la situation actuelle, cela signifie que tout mètre carré d’imperméabilisation
doit être obligatoirement compensé par une retenue (bassin) en corrélation avec les statistiques de la crue
dévastatrice de 2015.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à nos remarques et vous prions de croire, Monsieur Le
Maire, en l’expression de nos sentiments respectueux.

Pour le Conseil d’Administration

le Président : Marcel SAUVAN

Copie à :

M. Patrick Dulbecco "patrick.dulbecco@ville-antibes.fr"

M. José Granados "jose.granados@ville-antibes.fr"

Position ADECOHA Concertation PLU 2 mai 2018

Centres d'intérêt liés