Vous êtes sur la page 1sur 8

SESSION 2018 MPMA206

ÉPREUVE SPÉCIFIQUE - FILIÈRE MP


____________________

MATHÉMATIQUES 2

Jeudi 3 mai : 8 h - 12 h
____________________

N.B. : le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la


rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui sembler être une erreur d’énoncé, il le
signalera sur sa copie et devra poursuivre sa composition en expliquant les raisons des initiatives qu’il
a été amené à prendre.

___________________________________________________________________________________

Les calculatrices sont interdites

Le sujet est composé de deux exercices et d’un problème, tous indépendants.

1/6
EXERCICE I
On note E l’espace vectoriel des applications continues sur le segment [ −1,1] et à valeurs réelles.

Q1. Démontrer que l’on définit un produit scalaire sur E en posant pour f et g éléments de E :
1
( f g ) = ∫−1 f ( t ) g ( t ) dt.

Q2. On note u : t  1, v : t  t et F = vect {u , v} , déterminer une base orthonormée de F.

Q3. Déterminer le projeté orthogonal de la fonction w : t  et sur le sous-espace F et en déduire

( )
 1 2 
la valeur du réel inf 2  ∫ et − ( a + bt ) dt  .
( a ,b )∈  −1 
On pourra simplifier les calculs en utilisant le théorème de Pythagore.

EXERCICE II
Dans cet exercice, n est un entier tel que n ≥ 2.

Q4. Question préliminaire


Soient un réel 0 < λ < 1 et ( X n )n≥1 une suite de variables aléatoires qui suivent chacune une
λ
loi binomiale de paramètres n et p = .
n
 n n −1 n − k + 1
Justifier que, pour tout entier k ≥ 1,
lim  .... 1 et déterminer
=
n→ +∞  n n n 
lim P ( X n = k ) . On convient alors d’approximer pour n ≥ 50, p ≤ 0, 01 et np < 10 la loi
n→+∞
binomiale de paramètres n et p par la loi de Poisson de paramètre λ = np.

Q5. Un examinateur interroge à l’oral du concours CCP n candidats tous nés en 1998. On
suppose que les dates de naissances des n candidats sont uniformément réparties sur les 365
jours de l’année 1998. On note X n la variable aléatoire égale au nombre de candidats qui
sont convoqués le jour de leur anniversaire. Déterminer la loi de la variable X n et donner
son espérance.

Q6. Dans le cas où l’examinateur interroge 219 candidats, donner une estimation de la probabilité
que deux étudiants soient convoqués le jour de leur anniversaire. Prendre 0,55 comme valeur
approchée de e − 0,6 .

2/6
PROBLÈME

On note, pour n entier tel que n ≥ 2, Mn (  ) l’espace vectoriel des matrices carrées d’ordre n à
coefficients réels. On s’intéresse dans ce problème, à travers divers exemples, à la réduction de
 aA bA 
matrices par blocs du type   ∈ M2n (  ) où A∈ Mn (  ) et a, b, c, d sont quatre réels non
 cA dA 
tous nuls.
On rappelle qu’un produit de matrices par blocs se fait de manière similaire à un produit classique :
 A B  A′ B′   AA′ + BC ′ AB′ + BD′ 
  =  (chaque matrice bloc étant une matrice de Mn (  ) ).
 C D  C ′ D′   CA′ + DC ′ CB′ + DD′ 
On pourra utiliser sans démonstration que si P ∈ GLn (  ) , A et B sont deux matrices de Mn (  ) et
si T est un polynôme, A = P −1BP ⇒ T ( A ) = P −1T ( B ) P.
 A B
On rappelle que si A, B, C sont des matrices de Mn (  ) , det   = det A.det C.
0 C

Questions préliminaires
L’objectif est de démontrer le résultat suivant : "une matrice M ∈ Mn (  ) est diagonalisable sur
 si et seulement s’il existe un polynôme P scindé sur  , à racines simples, vérifiant P ( M ) = 0 ".
Pour cela on considère une matrice M ∈ Mn (  ) et on note u l’endomorphisme de  n
canoniquement associé à M.

Q7. On suppose que u est diagonalisable et on note λ1 , λ2 ,..., λ p ( p ≥ 1) les valeurs propres

= ( )
( X − λ1 )( X − λ2 ) .... X − λ p est annulateur
distinctes de u. Démontrer que le polynôme P =
de u.

Q8. Réciproquement, on suppose que µ1 , µ2 ,..., µr sont r nombres réels distincts ( r ≥ 1) tels que
Q= ( X − µ1 )( X − µ2 ) .... ( X − µr ) est un polynôme annulateur de u. En utilisant le lemme
des noyaux, démontrer que u est diagonalisable sur  et que le spectre de u est inclus dans
l’ensemble {µ1 , µ2 ,..., µr } .

3/6
a b 
Un exemple où la matrice   est diagonalisable sur 
c d 

 4 2
Q9. On suppose que V =   . Démontrer que V est diagonalisable sur  et donner une
 − 3 − 1
α β 
matrice inversible que l’on notera P =   et une matrice diagonale D vérifiant :
γ δ 
V = PDP −1 (on précisera P −1 ).

α I β In 
Q10. Soit A∈ Mn (  ) . On pose alors la matrice par blocs Q =  n . Justifier que la
 γ In δ I n 
matrice Q est inversible, donner la matrice Q −1 et démontrer que la matrice
 4A 2A A 0 
  ∈ M2 n (  ) est semblable à la matrice
= B   ∈ M2 n (  ) .
 −3 A − A   0 2A

Q11. On suppose que la matrice A est diagonalisable sur , ce qui signifie qu’il existe une matrice
R inversible et une matrice ∆ diagonale telles que A= R∆R −1. Calculer le produit de
 R −1 0   R 0 
matrices par blocs :  B .
 0 R −1   0 R 
 
 4A 2A
Que peut-on en déduire pour la matrice  ?
 −3 A − A 

Q12. On se propose de démontrer la réciproque du résultat précédent. On suppose que la matrice


 4A 2A
  est diagonalisable. Soit T un polynôme scindé à racines simples annulateur de
 −3 A − A 
cette matrice, calculer T ( A ) . Donner une condition nécessaire et suffisante sur la matrice A
 4A 2A
pour que la matrice   soit diagonalisable.
 −3 A − A 

a b 
Un exemple où la matrice   est trigonalisable sur 
c d 
 3 −2 
Q13. Démontrer que la matrice E =   est trigonalisable sur  et donner une matrice
 2 −1 
 1 −2  −1
inversible P telle que E = P  P .
0 1 

 3 A −2 A 
Q14. A∈ Mn (  ) , démontrer que la matrice   est semblable à la matrice
 2A −A 
 A −2 A 
F = .
0 A 
4/6
Q15. On suppose que la matrice F est diagonalisable sur . Soit U ∈  [ X ] un polynôme
annulateur de F, scindé sur  et à racines simples. On note U ′ le polynôme dérivé de U.

 U ( A ) −2 AU ′ ( A ) 
Démontrer que   ∈ M2 n (  ) est la matrice nulle.
 0 U ( A ) 

Q16. Vérifier que le polynôme minimal de la matrice A est X. En déduire la valeur de la matrice A.

Q17. Donner une condition nécessaire et suffisante sur la matrice A pour que la matrice
 3 A −2 A 
  soit diagonalisable.
 2A −A 

Q18. On suppose que la matrice F est trigonalisable sur . Exprimer le polynôme caractéristique
de F en fonction de celui de A. En déduire que F est trigonalisable sur  si et seulement si A
est trigonalisable sur .

 3 A −2 A 
Q19. Donner un exemple de matrice A∈ M2 (  ) telle que la matrice   ∈ M4 (  ) ne
 2A −A 
soit pas trigonalisable sur .

Applications

Q20. Soit u un endomorphisme de  4 dont la matrice dans la base canonique ( e1 , e2 , e3 , e4 ) de


1 3 2 6
 
2 2 4 4
 4 est M =  .
 2 6 1 3
 
 4 4 2 2
Déterminer deux sous-espaces vectoriels de dimension 2 stables par u.
On pourra s’inspirer de la question Q10.

Q21. En adaptant la démarche présentée dansle premier exemple de ce problème (page 4),
4 0 2 0
 
0 4 0 2
démontrer que la matrice M =  est diagonalisable sur . Déterminer une
2 0 4 0
 
0 2 0 4
matrice D diagonale et une matrice P inversible telles que M = PDP −1 .

Q22. Utiliser la question Q21 pour donner les solutions du système différentiel de fonctions
inconnues x1 , x2 , x3 , x4 de la variable réelle t :
=x1′ 4 x1 + 2 x3
=
 x2′ 4 x2 + 2 x4
 (on ne demande pas de détails).
=x3′ 2 x1 + 4 x3
=
x4′ 2 x2 + 4 x4

5/6
a 
 
b
Q23. Sachant que la solution ϕ sur  du système différentiel X ′ = MX vérifiant ϕ ( 0 ) =   est
c 
 
d 
a 
 
b
la fonction t  etM   où etM désigne l’exponentielle de la matrice tM , déterminer la
c 
 
d 
matrice e M .

FIN

6/6
I M P R I M E R I E N A T I O N A L E – 18 1053 – D’après documents fournis