Vous êtes sur la page 1sur 116

Anthologie de cent chansons

de trouvères et de
troubadours des XIIe et XIIIe
siècles , par Jean Beck

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Beck, Jean (1881-1943). Anthologie de cent chansons de
trouvères et de troubadours des XIIe et XIIIe siècles , par Jean
Beck. 1938/12/30.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart


des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le
domaine public provenant des collections de la BnF. Leur
réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet
1978 :
- La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et
gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment
du maintien de la mention de source.
- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait
l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la
revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de
fourniture de service.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de


l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes
publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation


particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur


appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,
sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable
du titulaire des droits.
- des reproductions de documents conservés dans les
bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont
signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à
s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de
réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le


producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du
code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica


sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans
un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la
conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions


d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en
matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces
dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par
la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition,


contacter
utilisationcommerciale@bnf.fr.
Aniljûioflie

t
(lTtnt
~T

tï t
Chansons bt Ûirmwms
~L

OlrmUîaAlours
j~t~r

JtsXlI'etXin'^Utlts
par

7
2catt HJ«ck
ntholo,gie
t
OkniGT^angatts t
tt ta <ITr'ouba'ôour's
(Utorxoètts

àe*Xll'etXJIl'inèclcs

!7 par

Ifikch
~<ch

.-
ERRATA
1Nos 32 et 42, "'r--.. -'-
lire VINIER au lieu
de DINIER.
N° 75, lire VIÉS au lieu de DIËS.
N° l, folio P.
Chanson du roi de naoacre (Raynaud2075)

Su -
si cum l'uni - corne sui Qui s'es -
ba -
hist en res - gar -
dant,

Quant la pu-ce-le va mi rant, - Tant est li - e de son en -


nui,

Pas-mé-e chiet en son gi - ron, Lors l'o - cit on en tra -


i
- son.

Et moi ont mort d'au-tel sem-blant A - mors et ma da - me, pour voir:

Mon cuer ont, n'en. puis point ra-voir


II IV
10
ame, quant je devant vous fui 28 ui porroit soffrir les trestours
Et je vous vi premièrement, Et les essauz de ces huissiers ?
Mes cuers aloit si tressaillant Onques Rolanz ne Oliviers
Qu'il vos remest, quant je m'en mui. Ne vainquirent si forz estours ;
14 Lors fui menez sans raençon
En la douce chartre en prison
Dont li piler sunt de talant
32 II vainquirent en combatant,
Mais cés vaint on humiliant
Soffrirs en est confanonniers.
;
Et li huis sunt de biau veoir En cest estour dont je vos di
Et li anel de bon espoir. N'a nul secours fors de merci.
III V
||ie la chartre a la clef Amors, 'ame, je ne dout mais riens plus
19
:
Et si i a mis trois portiers
Beau Semblant non premiers, li
37
Fors tant que faille a vos amer.
Tant ai a pris a endurer
Et Beautéz en fait
ces
a

Dongier mis l'uis devant,


; seignors Que je .sui vostres tout par us :
Et se il vos en pesoit bien,
23 a a 41
Un ort, félon, vilain, puant Ne m'en puis je partir pour rien,
Qui mout est maus et pautoniers. Que je n'aie le remembrer
Cil troi sunt et prou et hardi, Et que mes cuers ne soit adès
Mout tost ont un amant saisi. En la prison, et de moi près.

46 ame, quant je ne sai guiler,


Merciz seroit de saison mais
De sostenir si grevous fais.
N° 2, folio 2b. CI)an50n du roi de naDarre (Raynaud 1152)
relatioe à la croisade de 1239

u tans ploin de se -
lo ni - e, D'en - vie et de tra -
i
- son,

De tort et de mes -
pri - son, Sanz bien et saiiz cor toi - si - e,
-

[Et] qu[e] en - tre nos ba - rons Fa - çons tot le siegle em pi rier,


- -

Que je voi es - com - me - ni - er Ces qui plus of -


frent rai - son :

Lors vuil di chan çon.

i - re ma -

II IV
Amours a corru en proie
10 reaumes de Surie 28
Nos dit et crie a haut ton, Et si m'en moinne tot pris
Se nos ne nos amendon, En l'ostel, ce m'est a vis,
!
Por Deu que n'i alons mie
14 N'i feriens se mal non.
:
32
Dont ja issir ne querroie,
S'il estoit en mon devis.
Dex ainme fin cuer droiturier ; Dame, de cui Beautez fait hoir,
De teus [genz] se vuet il aidier, [Je vos faz or bien a savoir:]
Cil essauceront son non Ja de prison n'istrai vis,
Et conquerront sa maison. Ainz morrai loiaus amis.
III V

19
Incorain mieuz toute voie 37pame, moi couvient remaindre,
Demorer au saint païs De vos ne m'en quier partir.
Que aler, povres, chaitis, De vos amer et servir
La ou ja solaz n'avroie. Ne me soi onques jor faindre.
23 Phelippe, on doit paraidis 41 Si me vaut bien un morir
Conquerre par mesaise avoir, L'amors qui [si] m'essaut sovent.
Que vos n'i troveroiz ja, voir, Adès vostre merci atent,
Bon estre, ne jeu, ne ris Que biens ne me puet venir,
Que vos avïez a pris. Se n'est par vostre plaisir.

46 (hançon, va me dire Lorant,


Qu'il se gart bien outréement
De grant folie envaïr,
Qu'en lui avroit faus mentir.
N° 3, folio 3b.
Chanson de (£>dCe Brulé (Raynaud 437)

rffyure no - -vel -
de la dou çor d'es -té - -
Que res clar cist la doix en- la
son-tainne.
Et que sont vert bois et ver - gier et pré. Et h ro - siers en mai flo - rist et grainne,

Lors chan - te - rai, que trop m'a.:vra du - ré Ire et es-maiz qui m'est au cuer ,ro - chain *ne.

Car fins a - mis, a tort a-choi-so -nez, Est mout so - vent de le - gier es -
fia - ez.

II
9
oirs est qu'Amors m'a a desroi mené,
Mais molt m'est bel qu'a son talant me moinne;
25 (ouce
(T^J.
dame,
d t
tant
IV
'th. ,
m'ont achoisonné
Faus tricheor et lor parole vainne
Car, se li plait, encor me savra gré Que lonc delai m'ont si desconforté,
12 De mon servise et de ma longue poinne. 28 Près ne m'ont mort.Dex lordoint maleestroinne!
Mais paour ai que ne m'ait oblié[e] Et, maugré lor, ai je mon cuer gardé
Par le corrouz de la fause gent vainne, Plain de l'amor qui ja n'en iert lointainne.
Dont li torz est coneüz et provez, Tant s'est en vos finement esmerez
Qu'a poinne sui sanz morir eschapez. Que si loiax n'iert mais quis ne trovez.

III V
17
£Jbant
ai d'amours mon fin cuer esprové,
Que ja sanz li n'avrai joie certainne.
33 Dame,
C-J
!
Car m'outroiez, por Deu,
merci
Un douz respons de vos en la semainne
Tant par sui touz mis a sa volunté Si atendrai par ceste seürté
20 Que nuns travauz mon desir ne refraigne. 36 Joie et merci, se granz eürs l'amaine.
Quant plus me truis pensis et esgarez, Et menbre vos que laide cruauté
Plus me recort es biens dont ele est plainne ; Fait qui ocist son lige home demainne.
Et vos, seignor, qui proiez et amez, Dame, por Deu, d'orguil vos desfendez,
Faites ainsi, se joïr en volez. Ne trahissiez vos biens ne bos biautez.

41 uiez, chançon, ja ne me resgardez !


Par mon seignorNoblet vos reclamez,
Et dites li de male hore su nez
Qui touz jors ainme et qui ja n'iert amez.
N'o 4, folio 4d. Cl)an50n du châtelain de Couct) (Raynaud 679)
uelatioe à la croisade de 1189

vous, A-mours, plus qu'a nule au-tre gent Est bien rai-sons que ma do-lour con
c
Quant il m'es-tuet par - tir outre - e - ment Et -
des se - vrer de ma le -
- plaigne,
aul com - paigne.

-
Et quant la pert, n'est riens qui mere maigne. Si sa-chiez bien, A-mours, cer tain ne - - -ment:

S'ainznuns mo. -xut por a - voircuer,do -lant, Ja mès par moi n'iert le- üz vers ne lais.

9
eau
II
sire Dex, qu'en iert donc, et cornent
Iert tex la fins qu'il m'estuet congié praigne?
? 25
e IV
me vuet Dex pas por noiant trover
Trestouz les biens qu'ai eüz en ma vie,
Oïl, par Deu, ne puet estre autrement, Ainz les me fait chierement comparer,
12 Sanz li m'estuet aler en terre estrainge. 28 S'ai grant paour ses loiers ne m'ocie.
Or ne cuit nuns que granz duelx me soffraigne, Si fera il, s'ainz Dex fist vilonie ;
Quant de li n'ai confort n'alegement, Que vilains faiz, bone amor dessevrer !
Ne de nul autre avoir joie n'atent Et je ne puis l'amor de moi oster,
Plus que de li : ne sai se c'iert ja mais. Et si m'estuet que je ma dame lais.

III V
17
eau sire Dex, que iert du desirrer, 33
,ell
e
m'en vois, dame,
q:1 e daii-ie, a Deu le Creatour
Dou douz solaz et de la conpaignie, Vos lais qui soit a vos ou que je soie.
Et de l'amour que me soloit mostrer Ne sai se ja verroiz mais mon retor ;
20 Cele qui m'est et conpaigne et amie? 36 Aventure est que ja mès vos revoie.
Et, quant recort sa simple cortoisie Por Deu vos pri, quel part que li cors traie,
Et les douz moz dont suet a moi parler, Que vos pensez au cuer, voigne ou demor.
Comment me puet li cuer ou cors durer? Je si ferai, se Dex me doint honor,
Que ne me part? Certes moult est mauvais. Que je vos ai esté amis verais.

41
r VI
seront lié li faus losangeor
Cui tant pesoit des biens qu'avoir soloie.
Mès ja de ce n'iere pelerins jor
44 Que je vers aus bone volenté aie ;
S'en porrai bien tote perdre ma voie.
Que tant m'ont fait de mal li traïtor,
Se Dex voloit qu'il eüssent m'amor,
Ne me porroit chargier nul greignor fais.
N° 5, folio 5d. Cfyartson de moniot d'flrras (Raynaud 1196)

amours me se-mont [et pri e] Que je chant, Mais ma do-lors le me desfant.


Si est bien droiz que je di - e
-
Son ta lant. - Mès trop mefait le cuer do-lant

Pour u -ne que j'ai guer»pi -e ; Et si - -se


ne cui das mi -e

Que pour nu -le rien vi - vant Lais-sas-se sa con-paig -ni-e.


II
II rant mestier avroit d'ahie
Qui ce sent
Que j'ai soffert tant longuement.
Encor n'en recroi je mie.
15 Ainçois atent
Et atendrai tot mon vivant
Tuit dient :
Une fause prophecie ;
qui merci prie
Et onques ne s'en repent,
Que merciz ne li faut mie.
N° 6, folio 6a. Reoerdie attribuée à morice de Craon (Raynaud 1387)

m l'en trant dou douz ter mi Au tens no viau,


l'es-pi-ne
- ne
Que nait la flours en
- -
Et cil oi
-
-
sel

Chan -tent par mi la gau -di-ne Se - ri et biau :


Lors me ra - saut A - mours si
- ne Dou très douz mal,

Que je ne pans a riens al Fors la ou mes cuers s'a - cli - ne. -

il e sont tuit mi consirre,


li
Ne pans riens al
II
31
$IV
touz les jors de ma vie
La servirai
Qu'a la bele qui remire Et serai en sa baillie
Mon cuer leal. Tant con vivrai,
!
15 He las je ne li os dire 35 Ne ja de sa seignorie
Mon greignor mal, Ne partirai
Car trop redout l'escondire, Et, se briement ne m'ahie,
Ne tant ne vaut. Je m'ocirai,
Beneoiz soit li ornai j Mais gariz sui, se j'en ai
Un beau semblant en ma vie.
Qu'ele me voudra ocire.
III V
21
1'-@nques d'autre n'oi envie 41
hançon, va t'en sanz demore
Ne ja n'avrai Ou douz païs
Et, se mes cuers fait folie, Ou mes cuers ainme et aore
Ainsi morrai, Et soirs et dis.
25 Car trop moing grevouse vie 45 Mais trop me cort li max sore
Des max que j'ai.
!
Hé las ele ne set mie,
Mais, se le sai,
He Diex ! Dont je languis.
verrai je ja l'ore
C'un très douz ris
Ne sai se je li dirai : Puisse avoir de son cler vis
Qui si m'ocit et acore ?
«Bele, ne m'ociez mie ! »
51
ame, valors vos honore,
Ce m'est avis,
Et touz jors croist et moillore
Vostre bons pris.
55 Toz biens a Dex en vos mis
Fors merci qui me demore.
N° 7, folio 6b. Chanson de £f?ibaut de blason (Raynaud 1402)

e mours, que por - ra de - ve - nir Li vos-très frans hons na tu raus


-
Quant ce - le ne me laitga -rir
Cui je sui fins a - mis
- -
co-raus?

Hé -
las ! pour quoi su onc teus Que li o - sai des co- - vrir

Les maus qu'el me fait sen -


tir, Dont touz jors m'est plus cru aus?
-

II IV
9
:Wout plus vaillant et [plus] lëaux 25nquerant va chascuns vassaux
Covendroit il a li servir Qui cele est por cui je sopir.
Que je ne sui, et cent itaus. A lor, qu'en tient, les deslëaus ?
12 Mais je sui cil qui plus desir 28 Mais laissent moi vivre ou morir !
A faire tot son plaisir, Bien me devroit Dex haïr,
Qui plus vers li sui fëaus, S'estoie si comunaus
Et sai mieuz celer mes max Que riens deïsse entor aus
Et en gré prendre [et soffrir]. Dont maus me deüst venir.
III .V
17 out par li siet bien son covrir 33
$inz me lairoie départir,
Et mout li siet bien li manteaus. Les membres detraire a chevaux
Avis m'est, quant je la remir, Que puissent enquerre n'oïr
20 Que soit anges esperitaus 36 Que j'ainme [nule] rien charnaul,
Que li rois celestiaus Que li mondes est si faux
A fait de ses ciels venir Que l'uns vuet l'autre trahir,
Por a moi l'ame tolir, Mais ainz savront, sanz mentir,
Qui li sui amis lëaus. De quoi servoit li Graaus.

41
la
1 douce dame lëaus,
Qui semblez après dormir
La rose qui vuet norir
Alegiez moi mes douz maus
: !
N° 8, folio 7b. Qaneon de moniot d'êlrras (Raynaud 1087)

ma dame ai - pris con -gié Et guer -pi ai son pa - ïs,

Car ve - ü ont nostre a -mis -tié -


Fe Ion, tant s'en sont en-tre-mis!

Et, se li cors s'en est par -tiz, Le cuer li ai tout lais -sié.

Car on - ques puis n'en fui saisiz Que je li oi * troi - é.


ou

9
e toutes parz sont gaitié
Amant, trop ont enemis
II

! 17
III
out eüst Dex bien jugié,
Et raisons fust, ce m'est vis,
Pour ce doivent estre esmaié Que Ii félon, mal entoichié
12 Qu'il n'ait en lor faiz n'en lor diz 20 Et de vilenie repris,
Rien dont puissent estre repris Fussent tuit a une part mis
De la gent, ne blastengié ; Et conme larron soignié,
[Car] li envious sont touz dis Si qu'adés parust en lor vis
De mesdire aparoillié. Li maus dont il sont entoichié.

IV
(')',
SE?ors
seroient amant lié
25
Et trop avroient conquis,
Se d'aus ierent desconpaignié
28 Cil qui toz jors les ont trahiz.
Certes de moi sui je touz fis
Qu'il m'eussent empirié,
S'on les vousist avoir oïz
Des maus qu'il orent endurié.
[Dont il sont tuit entoichié].
N° 9, tolio 7c. Chanson de Blondel de nesles (Raynaud 620)

-
So
-
l'en trant d'es - té, que li tans co-men-ce, Quant j'oi ces
- -
pris sui d'Amours dont mes cuersba lan ce. Dexm'endoint
- seaus sorla flor ten-tir,
oi
jo ir tôtamonplaisir.
-

Ou au - tre - ment crien mo -


rir, sanz do - :
tance. Car je n'ai ou mont autre sous - te - nan - ce

-
A mors est la riens que je plus de -sir.
II IV
9
'S 'a droit, en amours, que les biens en sente 22
TLC
! je l'aim. tant de cuer sanz faintise
las :
Cil qui nuns des maus n'en puet sostenir. Avra ja de moi merci bone Amor?
Chargiez toz les m'a en ma penitence, Mout par ai ma poinne en biau lieu assise,
ii La bele qui bien le nie puet merir. 25 Mais trop mi demore et joie et secors !
M'asouageroit ;
Touz les maus d'un an, par une semblance
moult a grant puissance
Cele qui me fait parler et taisir.
Ainz mès fins amanz en tel esperance
N'atendi d'Amours la reconoissance,
!
Cum a fait cist, las a si grant dolor.

15
fjn autre home en fust pieç'a la mort prise
S'il alast ainsi con j'ai fait touz jors.
29 e V
chant et respon, dame et douce amie,
Et a li panser me confort la nuit.
Car onques ne poi par mon beau servise Dex verrai [je] ja le jor qu'ele die :
18 Avoir biau semblant, si con j'ai d'Amours. 32 «Amis, je vos ain»? Nenil, voir, ce cuit!
Ja en beau semblant n'avrai mès fiance. Amors me sostient, ou j'ai esperance,
Se j'en l'amor per, ou j'ai m'atendance,
Asseüré m'a la flors de morir.
A ce que je sai qu'ele est bele et blanche
Ne m'en partirai, s'or m'avoit destruit.
;
36 uns ne doit Amors servir en doutance,
Car a chascun rent selonc sa vaillance
Blondel a de mort a vie conduit.
:
N° 10, folio 8a. Cl)anson de (Bautier d'Epinal Raynaud 199)

(~ - y - manz fins et ve - rais, Se li monz fust vos tre en pais,


-

N'ai je po - our ne dou-tan-ce Que de si bone es - pe - ran - ce

Vosaintnuns au - très ja - mès. Mais par fau - te de mer - ci

Mi sunt a bien près fail -


li Con - forz et bone a - ten - dan - ce-.

Tost m'iert, s'il vos plait, me - ri Ce que j'ai lonc tens ser - vi.

II IV
II IIIay!
losengier servais, 31 ouce dame, ne puis mais
De vilonie criais, D'Amours soffrir les assaiz,
De faire ennui et pesance Car plus ne sui en doutance
As ameours de vaillance De la mort, mais a fiance ;
Finerez vos ja, mauvais ? Et pour ce dou tot me tais,
16 Nenil voir, ainz iert ainsi : 36 Que forment m'a mal bailli ;
De vilain oiseau, lait cri, Et le cuer me destroint si
Et de félon, malvoillance ; Vostre dure dessevrance
N'onques de vaisseau porri Que, se n'en avez merci,
Nule bone odors n'issi. Par tens iert en dous partiz.

21
l III
n'est ennuiz ne esmaiz,
Quant me membre des ieuz gaiz,
41
usi
Et li rubiz dou balais
V

con de fevrier mais

Et de sa douce semblance, N'a de beauté nule igance,


Que ne mete en obliance, Et pis m'est la dessevrance
Quant je plus soffre grief fais. De celi dont je m'apais.
26 Ainz riens tant ne m'abeli 46 Mais or sont trestuit peri
Con le remembrer de li Si très douz fait seignori,
Et la douce sovenance ; S'el ne quiert tel délivrance
Mais si m'en truis esbahi Envers so leal ami,
Que le parler en obli. Dont felon soient honi.
N° 11, folio 8c.
Cl)anson de Pecrin d'flngicourt (Raynaud 1118)

e - mours, dont senz et cor - toi - si -


eEt toute au - tre bon - tez des - cent
- -
Con - tre le douz co men ce - - ment
Me fait chan-ter par sa maistri - e •

D'es - tev. Bien doi jo -li - e - ment Chan-ter, car bon es -


poir m'a -
ï - e

Oui me dit que cele iert m'a - mi - e Cui j'ai fait de mon cuer pre sent

II IV
M out <iiame, onques ne vos su gehie
9 me muet de très grant folie 25
Et d'outrage et de hardement, L'aspre dolours que pour vos sent.
Quant onques a nul jor envie Se Pitiez est a droit partie,
12 Me prist d'amer si hautement. 28 Je morrai en alegement.
Car je sai bien certainement J'ai en vos mis entièrement
Qu'en li amer raison oblie. Mon cuer et mon cors et ma vie :
Si croi que j'en perdrai la vie, Merci, quant el [ert] deservie
S'Amours et Pitiez le consent. Avrai, se lëautey ne ment.

III V
17
e
-1 très grant beauté est garnie,
33 Paris va, chançon jolie,
De sens et d'onour ausiment Sanz faire point d'arestement
Cele qui Amours a saisie Phelippe, chançon, di et prie
20 De moi par son commandement. 36 Qu'il te chant envoisiement.
Or [en] puet faire son talant, Et, s'onques ama lëaument,
Car il n'est qui li contredie, Por Deu, qu'il n'en recroie mie,
Se ce vaut, ma poinne iert merie, Mais touz jors aint, que que l'en die,
Onques n'i pensai fausement. Car Amours fait valoir sa gent.
N° 12, folio 8d. Chanson de £ambert Serri (Raynaud 1110)

$--mours qui m'a du tout en sa bail - li - e Me fait chan - ter et me do ne pois


san
ce
De bien a - mer lë-au-mentsanzboi -di - e
-
Ce - li en cui j'ai tou-te ma si
-
-
-
an ce:
-

n•
C'est ma da - me qui tant est bone et fran - che Qu'il n'a ou mont da - me de tel bon té.
-

Car en li a cor - toi -


sie et beau - té, Sens et ho - nor, lox et pris et vail - lan - ce.

II IV
9
ertes, Amours, la douce sovenance 25
ourc'ai je mis en servir m'esperance
Que j'ai de vos, me fait moult grant aïe, Tant con j'avrai dedanz le cors la vie
Et ce, que j'ai toz jors en remembrance Cele dont ja ne quier faire sevrance.
12 Ma douce dame et sa grant cortoisie. 28 Car de cest mont est la mieuz ensoignie
Et quant recort au cuer sa seignorie,
Et son haut pris, et sa nobileté,
Las !
mès par moi n'iert ja a li gehie
Ma grant dolour nul jor de mon aé.
Donc ai le cuer d'amours si embrasé Car tant redout sa très grande fierté
Que mes tormenz et ma poinne en oblie. Que je n'ai tant hardement que li die.

l7blier III
vuil trestoute vilenie,
V
33?ar paor ai qu'ele ne m'escondie
Amours, por vos mieuz servir sanz faillance. Si l'ai laissié toz jors par tel dotance ;
Car lëaus cuers recroire ne doit mie, S'aing mieuz soffrir ma poinne et m'ahathie
20 Por tristece naistre en desesperance. 36 Que plus avoir ne dolour ne grevance.
Car je sai bien, s'est tele ma creance : Si servirai touz jors sanz repantance
Mieuz vient morir pour amour en grieté Ma dame tant que li vanra a gré.
Que recroire par foie volenté, Quant li plaira, tost m'avra conforté
Et puis morir, sanz amours, en viltance. Et de mes maus fait avoir alegence.

41
ame
4. d'Artois, contesse d'onorance,
Oëz mon chant que j'ai au pui chantey.
Et si vos proi qu'adès en lëautey
Servez Amors, c'est ce qui plus avance.
N° 13,folio 9d. Chanson à refrain, de (BillebertdeBerneoille (Raynaud 1028)

$u be - soing voit on l'a - mi, Pieç' - a que c'est re - cor - dé.


S'or ne fait A-mours pour mi Tant que j'aie un chant trové,

Je croi que ja mais n'is -


trai De pri - son, ainz i mor -
rai.
-

Ce
- le
qui m'a mis ce - anz, Ele a fait ses sai -re - menz

Que ja mais ne main - ge -


rai, Ne par-ti-rai De la pri-son,
-

-
S'b vrai tro vé- -e -
chan çon.

II III
13
mors,je vos cri merci, 25 l'S 'or me metez en obli,
Que me donez tel pansé Amors, j'ai mon tens finé
Qu'aucun novel chant joli Et, se me gitez de ci,
Li puisse faire a son gré. Mainte grant jolivetey
17 A ce grant besoing que j'ai, 29 Encore pour vos ferey.
:
-
Autre ahie que vos n'ai
Vos estes mes sauvemenz,
N'i vaut cosins, ne parenz,
A cest besoing nommerey
Beatrix, bien me porpans
Or est doublez touz mes sens
: !
21 Ja par aus n'en garirai. 33 Hui mais au chant ne faudrai,
Point ne m'esmai
Tant garderai
Cesteprison,
Qu'aurai trovée chançan.
De la prison ;
De legier ferai chançon.

IV
37
prison ne me puet tenir,
J'en sui touz asseurez,
Ne autres maus avenir,
Quant li hauz nons est nommez.
41
Dame
d'Audenarde, pris
Me tenez en vo païs.
Mais ne sui pas esmaiez ;
Vo prison ne m'est pas griez,
45 Car en lieu d'estre grevez
Sui honorez
En la prison
De legier ferai chançon.
;
N° 14, folio b.
10
Cl)an50n de Robin du Cl)astel (Raynaud 1722)

mours qui mout mi guer - roi


- - e Me fait a ce - le pan - ser
Dont par - tir ne me por - roi Mais touz jors la vuil a
- e, - mer

Et jô- li - e - ment chan - ter - -


Por li, s'a le giezse roi - -e;
Touz mes maus o - bli - e - roi - e

II IV
10 !®|as !a li ne me savroie 28 ele est et de grant hautece
Des maus que j'ai doloser.
Mais j'ai espoir d'avoir joie,
Et ploinne de grant savoir
Por ce la vuil sanz paresce
;
Ce mi fait reconforter. Servir sanz ja removoir
14 Dame, ne vos doit peser, 32 Et, se ce m'i puet valoir,
Se mes cuers a vos s'outroie. Conquesté avrai leesce.
Fins cuers n'est il nuns qui doie N'est pas raison qu'ele mete
Son loial am grever, Son ami en non chaloir
Ne despire, ne gaber. Qui l'aimme de fin voloir.

III V
19
c,
'|iame, voz douce simplece 37
Tant est ma dame garnie
Me fait un desir avoir De beauté et de valor
Qui tant me destroint et blece Que mieuz ain perdre la vie
Que je sai bien, tot de voir, Que je retraie m'amor.
23 Que mort m'estuet recevoir, 41 Tant la voi bel ator,
Se pitiez en vos n'adr ce. Plaisant et bien ensoignie ;
Neporquant ja por destrece Se je n'ai de li aïe,
Ne lairai que main et soir Bien sai de ceste dolor
Ne vos serve a mon pooir. Ne garirai a nul jor.
N° 15, folio 10c. Chanson à refrain, anonyme (Raynaud 2010)

e pris -ai
Pour a ba -
qu'en chan - tant
do
plour
lour
Plus
Que
qu'en nule gui - se,
jus-tise.)
1
- tre ma si me

Cent so - pirs fais chas - cun jor, C'est ma rente as -


si - se,
Et le bien que j'ai d'A - mours, C'est par mon ser -
vi - se.

Chas - cuns dit que je -


fo loi, Mais nuns nel set mieuz de moi.

II IV
il es cuers a raison et droit 31
out la pris et mout la lo,
S'en li met m'entente, (Crien) qu'el n'en soit plus fiere !
Car a chascun qui la voit Avis m'est que je doi pou,
Plait et atalante. Tant l'a mes cuers chiere.
15 Nuns n'en dit bien qui ne soit, 35 Rien voi que trop haut m'encrou,
Ne mal qu'il ne mente. Mais mout vaut proiere :
Gariz iert qui la tendroit Aigue perce dur chaillou,
En chambre ou soz ente. Por qu'adès i fiere.
Chascuns dit. Chascuns dit.

21 ahautece et son vis cler


Crien ou trop se fie.
III
41
es V

cuers ne me fait nul bien


Las !
el ne mi vuet amer
S'el ne s'entroblie.
Fors poinne et domage.
Ja nou verrai lige mien
En tout mon aaige.
25 Trop a en moi povre per 45 « Cuers, tu foies, c'or t'en tieng »
A si bele amie, Or ai dit outraige.
Mais ce me fait conforter Mes ser la sor toute rien,
Ou'Amors n'eslit mie. Qu'ele est prouz et saige.
Chascuns. Chas uns.
N° 16, folio lia. Chanson de Cbevalier (Raynaud 1960)

$.u co-men-cier de ma novele a-mour Ferai chan-çon, que pris m'en est ta-lanz,
Si pri -e - rai ma da - me cui j'a-our, A cui je sui dou tot o - bé - issanz.

PorDeu, li pri que ne soit des-doig-nanz, Ainzdoint vo-loir que de moi soit ser-vi-e:

Si en se -
rai plus liez tote ma vi -
e.

8 e II
ne me doit nuns tenir a folour
Se je désir estre ses bien vuillanz,
22
t IV
neporquant touz jors la servirai
Sanz fauseté, conme leaux amis.
Puis que beautez fait de li miraour Car mes fins cuers ne doit estre avec moi,
IT Et en touz biens sont si entendement. 25 Puis que il s'est en si haut lieu assis;
Dex, con serai renvoisiez et joianz, Ainz doit panser conment soit desserviz
Se ja nul jor envers moi s'umelie, ;
Li très granz biens ou il a mis s'entente
Que par son gré l'os apeler amie ! Ne ja por mal qu'il ait ne se repente.

III V

15
Ipant me delit en l'espoir qu'en li ai, 29
1 m'est avis, qui a droit vuet jugier,
Si doucement qu'il m'est sovent avis Que nuns ne doit de bone Amour partir,
Qu'ele m'outroit s'amour de cuer verai. Qu'en mout pou d'ore rent ele telloier,
18 Mais tost me rest cist douz espoirs failliz, 32 Que nuns n'avroit pooir dou deservir.
De paour sui iriez et mal bailliz Por ce la vuil bonement obéir,
Et dot raison, s'ele i met s'entente. Et vuil proier a ma dame honorée
Sans estre amez, cuit morir en atente. Qu'avec beautey soit pitiez assamblée.
N° 17, folio 12°.
Cl)atl60n de Raoul de Soissons (Raynaud 1154)

aucune gent ont dit par felo - ni e Que je ne sai chanter fors par au-trui.
-
Il dient voir, je nes en desdi mi - e C'onques un jor si - res de moi ne fui.

Et, si vue - lent savoir a cui je sui, Je lor di - rai par ma grant cor-toi - si-e

li
Qu'Amors m'a si dou tout en sa bail- - e Que je n'ai sen, vo -
len -
té ne rai - son

Que je sanz li puisse faire chan - çon.


N° 18, folio 13d.
Pastourelle anonpme (Raynaud 960)

Mu tans d'a-oust que suil-le de bo- schet Chiet etma-tist a pe-tit de ven-tet,

Flours n'a du - ré - e, Ver - dure est pas - sé - e, Re -


maint chant d'oi -
!
sel

Blan-che ja-lé-e A la -ti-né-e


ma -
S'a pert ou pra -ël.
II IV

9
tjdonc montai sor mon cheval morel 25
a, dit Huyns, vos dites mal, Robert !
Si m'en entrai tout le fonz d'un vaucel. Ja n'i avrez fleüste ne frestel,
Grant assanblée Mais blanche espée,
Maçue cloée,
13
D'anfanz ai trovée
Dejoste un ormel. 29 Blanz ganz, vert chapel ;
La reposée Au fil Aubrée,
Ont enqui jurée S'il moinne ponée,
Delez le pradel. En ferez cembel.

17
'i III
a celui n'ait flaeuste ou frestel ;
Tuit en iront es veilles saint Marcel.
33 a>
V
dit Robins, vos dites mal, Huël !
Ou fil Aubrée a mout beau damoisel,
Robins purée S'il li agrée
Sa teste a jurée Et ele a lui bée,
Qu'il a de novel 37 Soffrez lor avel !
21
Pype achetée Qu'amors desvée
Si sera sonée Desirre mellée,
S'il puet, a revel. Hutin et trumel.

usse colée,
41
Joée adentée :
Tel sont lor avel.
N° 19, folio 15 d. Qanson de (0QCC Brulé (Raynaud 1006)

iaus m'est es - tez quant re-ten-tist la bruil-le, Que li oi - sel chan-tent per le bos cha ge, -
-
Et l'er - be vert de ro - sé - e se moil-le, Que resplandir la fait lez le ri
- va - ge.

II
De bone a-mour vuil que mes cuers s'es voille, - Que nuns fors. moi n'a vers li son co - ra-ge

Et non-pour-quant trop est de haut pa rai - -ge Ce-le cui j'ainriest pas droiz qu'el me vuille

IV
9
£ins
amanz sui, coment qu'Amors m'acuille, 25 ers bien amer je cuit riens ne mi vaille,
Car je n'ain pas con hons de mon aage. Quant pitiez est et mercizobliée
Qu'il n'est amis ne hons qui amer sueille Envers celi que si grief me travaille
Que plus de moi ne truit amorssauvage. 28 Que jeus et ris et joie m'est vaée.
12
!
Ha las, chaitis ma dame a cui s'orguille?
Vers son ami cui dolors n'assoage?
He, las, chaitis si dure dessevraille
De joie part, et la dolors m'agrée,

;
Merci, Amors, s'ele garde a parage,
Donc je sui mors mais pansés qu'ele vuille
Dont je sopir coiement a celée.
Si me rest bien, cornent qu'Amors m'essaille.

17 e III
bien amer Amors grant sen me baille;
Si me trahit, s'a ma dame n'agrée.
33
n V

mon fin cuer me vient a grant mervoille


Qui de moi vient, et si me vuet ocire.
La voluntez, pri Deu, que ne me faille, Fiers est li cuers qu'en si haut lieu travaille
20 Car mout m'est bon quant ou cuerm'est entrée. 36 Donc ma dolor ne savroie pas dire.
Tuit mi panser sunt en li, ou qu'ele aille, Einsinc sui mortz, s'Amours ne mi consoille,
Ne rien fors li ne me puet estre amée Car onques n'oi par li fors poinne et ire.
De la dolor dont sopir a celée. Mais mes sire est, si ne l'os escondire :
A mort me rent, ainz que longues m'assaille. Amer m'estuet, puis qu'il s'i aparoille.

VI
mie nuit une dolors m'esvoille
41
Que
Qu'a
ldroit
endemain me toit joer et rire,
consoil m'a dit dedanz l'oroille
44 Que j'ain celi pour cui muir a martire.
Si fais je voir, mès el n'est pas fëoille
Vers son ami qui de s'amour consire.
De li amer ne me doi escondire ;
Nou puis noier, mes cuers s'i aparoille.

49
ui de Pontiaux, Gascoz ne set que dire;
Li Dex d'Amors malement nos consoille.
N° 20, folio 16b. Cl)an50n de moniot cTHrrciS (Raynaud 863)

ien puet A - mors guier - re - do - ner Les max qu'e - le m'a fait sen -
tir.
Maint lonc jor m'a fait en - du - rer, Main - te nuit veil - lier sanz doi -
mir.

Mais ne mi so - rent tant gre - ver Que siens ne fusse sanz fau. ser,

Si m'a - vroit bien mon ser - vi - se me -


ri, Se ma da - me me te - noit a a-mi.

9
n II
vos servir et honorer
Ai mis mon cuer sanz repentir.
25
j se ne fust la cruautez
ex,
A cele malparliere gent
IV

Rien nule ne mi puet grever, Et la très granz deslëautez,


12 S'en joie me volez tenir.
Mais, se vos voi aillors penser,
28 Je l'alasse veoir sovent
Mais
;
tant redout lour fauseté !
Dont sui je mors sanz recouvrer. Douz Dex, car les desfigurez
S'en vos ne truis et pitié et merci, Des ieuz, sanz plus, que ne puissent choisir
Mort m'a mes cuers et mi huil m'ont trahi. Les fins amanz n'a l'aler n'au venir !
III V
'tladame en cui toute beautez 33
(ithançon, va t'en sanz demorer,
27
S'est mise ensi faitement Au bon Renault de Loon di
Qu'en touz les leus ou vos venez, Que ne se recroie d'amer
20 Ausi con li soloil resplant, 36 Por Deu, que je li mant et pri,
Resplandit la vostre beautez Car nuns ne puet en pris monter,
[Desour toutes autres clartez] : S'il ne sent les douz maus d'amer.
Consentez moi, s'il vos vient a plaisir, Por ce li mant que la serve toz dis,
Joie de vos, car rien tant ne désir. Que d'Amours vient joie, solaz et ris.
N° 21, folio d.
17
Qanson de Q3autier de Dargies (Raynaud 738)

^Bien font A-mors lor ta lant Qui si m'ont mis En des-troit a es-ci-ant
-
Que riens ne m'a be-list tant, Si sui pan sis, Com es- tre loing de la gent
- -

II
Dont jesui si so-pris. A-donc re-mir son cler vis Mil foiz en pen sant
A -
u nepartsou tis. - -

Mau-gre se-lons mes-di-sanz Qui dou douz pa - ïs M'ont fait lonc tans estre es -
chis.

IV
14
or Ie pois mes enemis 40
'It, se je soffre por li
[Si] sui joianz, Mal ne torment,
Quant je resgart son cler vis De rien ne m'en esbahi,
Amorous et riant. Qu'apris l'ai longuement.
18 Mon cuer a lïé et pris 44 Et je, con fins amis, sui
Si finement Si desirranz,
Qu'a tout le mont sui enclins, Ma dame i avra conquis
Frans et humilianz. [Grant] blasme de la gent.
22 Dex, tant sunt li mal plaisant 48 Et diront que cruelment
Dont je sui espris, M'avéra ocis.
Se, tandis con je sui vis, C'onques rien ne li forfis,
• Un sou beau senblant N'a mon vivant
En avoie a mon vivant. N'en traitrai autre garant.

27 ex,
S'avoie quis
III
forfait feroie grant,
Ne son fermail, ne son gan
53 a
S'avoit enquis
V
dame est si conoissanz,
Con je la ser lëaument,
A dame de haut pris. Ja ne m'en seroit pis.
31 Mais se Dex m'avançoit tant 57 Mès felon mi vont nuisant
Qu'il fust promis, Qui ont empris
Plus en seroie joianz Mon mortel destruiement
Que d'estre en paradis. [Et ma poinne a toz dis].
35 Que rose ne flors de lis 61 Ainz seroie essarciz
A li ne se prent, Que procheinnement
Et de son afaitement Ne queïsse vengement
Porroient bien dix De cés qui m'ont quis
Vivre a honor, ce m'est vis. Par quoi de li sui faidiz.

66 ame de tant m'esjoïs


Que sai verai(e)ment
Q'ou mieuz dou mont, sanz contens,
S'est mes cuers assis,
Maugré toz mes enemis.
N° 22, folio 1Sh. Chanson de croisade, de Conon de Bètf)une (Raynaud 1314)

ien me de - üs - se tar - gier De chan - çon faire et de moz et de chanz,


Quant je me doi es-loig- nier De la moil - lor de tou tes les vail lanz - -

Et si en puis fai - re voi - re ven - tan -ce Que je fais plus por Deu que nuls a - manz ;

Si en sui mout endroit l'ar-me joi-anz, Mais j'ai dou cors et pi-tié et pe - san-ce.

9 eja pour nul desirrier


II

Ne remaindrai avecques ces tiranz


25
IV
-Qui les barons empiriez
Sert, sanz eür ja tant n'avra servi
Qui sont croisié a loier Qu'il lor en preigne pitiez.
Por dismer clers et borjois et serjanz ; Por ce doit on Deu servir, que je di
13 Plus en croisa covoitie que creance. 29 Qu'il ne covient ne eür ne cheance,
Et, quant la croiz n'en puet estre garanz, Mais, qui mieuz sert, et mieuz li est meri.
A telx croisiéz sera Dex mout soffranz, Car pleüst Deu qu'Amors feïst ausi
Se ne s'en venge a pou de demorance. Envers touz cés qui en li ont fiance !
III ahait li bers qui est de tel semblance
17
'tn se doit bien esforcier 33
Con li oiseax qui conchie son ni.
De Deu servir, ja n'i soit li talanz, Pou en i a n'ait son regne honi,
En la char veincre et plaissier Por tant qu'il ait sor ses homes poissance.
Qui de pechier est adès desirranz ;
21 Adonc voit Dex la double penitence. 37 Or ai je dit des barons ma semblance.
Ha ! se nuns se doit sauver dolanz,
las Se lor en poise de ce que je le di,
Donc doit estre li merites mout granz, Si s'en preingnent a mon maistre d'Oisi
Car si dolanz nuns ne se part de France. Qui m'a apris a chanter dès enfance.
N° 23, folio 19 b. Chanson de Jel)an Erare (Raynaud 180)

pone A - mors qui son re -


pai - re Faiten moi, m'a tant re -
quis
Et proi é de chan-çon fai - re Qu'a chan-ter me re - sui pris.
-

Si so - pris sui d'un douz res gart Que bien doi a -


voir ma part
-

Des tra - vaus pen sis Et de la dou çour Qui vient de lë -


aul a - mour
- -

II out
II
mi sorent bien atraire
Si vair huil et ses douz ris
31
e IV
me puet a ces afaire
Amors grever, j'en sui fis.
Et Amors qui se set traire Car li mal et li contraire
14 Que morz sui et mal bailliz, 34 Me sunt solaz et deliz.
Se merciz Quant son vis
N'i met son esgart. Remir, moi est tart
17 Car si me point de son dart 37 De moi traire cele part.
Ou cuer, soz le piz, Quant la voi, si pris
De si grant vigor Sui pensant d'amors
Que de morir ai paor. Devant li muant colour.

III V

21
fpouce dame debonaire, 41 inz ne li osai retraire
De tel mort vuil estre ocis ; Con bien je li sui amis.
Por tant qu'il vos doie plaire, Tant crien et dout le mesfaire,
24 Je ne vuil ne mieuz ne pis. 44 Ne je ne sui si hardiz :
Voz sougiz Qu'escondiz
Sui sanz nul resgart. Me fait si coart
27 Si m'en tenroie a musart 47 Amors, ovrez de vostre art,
Et sui fox naïs,
Se por tel hidor
Refusoie tel honor.
Merci :
Que j'aie conquis
par cest tor
Garirai de ma dolor.
N° 24, folio 19 c. Cl)anôOn de (Sécart de Boulogne (Raynaud 1569)

-oI1e
Et
Amors m'a en son ser-vi-se mis, C'est bien rai - sons que plusjo-liz en soi-e,
pour ce m'est de chanter talanz pris, Qu'es -le - es - cier plus bel ne me savroi - e.

Si pri ce -
li a cui mes cuers s'ou-troi-e. De ce que l'aing ne me vuil-le blas - mer,

Car, pour tra -


vail neporpoinneen-du-rer N'ie - re je ja de s'a - mor de - par - tiz.

N° 25, folio 19fl. Chanson anonpme (Raynaud 905)

fBien est ob li chan ters, Qu'en nul n'a so - laz ne joi


- ez e,
Ne cuers d'o
-
- me n'est mès
-
clers, Je ne sai qui le des voi - -
- e.

Je chant, qui plo - rer de -


vroi - e,
Qu'a touz tnes -
che - anz sui pers,

Et sui dou mont li nom - pers, Quant j'aing ce qui me guer - roi - e
II IV
9 ame, li maus refusers 25
$.mors est con riches hons
Ocist amanz et esfroie. Cui granz cruautez cort sore,
Encor vaut mieuz li guilers Qui n'a pitié ne raison
Qui conforte toute voie. De ce dont est au desore,
Que fins amis se ravoie Ainçois li tarde et demore
13
Par les douz plaisanz parlers
Et pis vaut desesperers
; 29
Qu'il ait faite mesprison ;
Orguex, freres trahison,
Qu'autre chose que g'i voie. Ocist amanz et açore.
III
17
e,esesperers est mauvais 33 ame, mes cors vos aore,
Et perillous fait entendre Et mes cuers est en prison
En Amors. Car si grief fais En vostre belle maison
Ne puet nuns doner ne vendre, Ou il n'a qui le secorre.
21 Se merciz ne vuet descendre
En li. Je dirai après
Le gros mot tel que jamais
N'iert qui oust Amors emprendre.
N° 26, b.
folio21 motet anonyme (Raynaud1532)

II
9
ame,
Bien voi
;
je vos cri merci
n'en puis eschaper.
A mains jointes je vos pri
Que faciez vos volentez
13 De moi, et il ert mes grez
Et me vendra a plesir.
Sanz partir
Vos servirai mon aé.
N° 27, folio 21 d.
Qanson aoec des refrains (Raynaud 1596)
du roi de naoarcc

han -çon se - rai, que ta - lanz m'en est pris,De la moil - lor qui soit en tot le mont.
De la moil - lor? Je cuit que j'ai mes-pris! S'e-le fust telx, se Dex joi - e me dont,

De moi li fust au - eu - ne pi - tiez pri - se, Qui sui toz siens et si a sa de - vi - se.

-
Pi tiez de cuer, Dex ! que ne s'est as - sis - se Ensa beau-té? Da-me, cui mer - ci proi:

Je sent les maus d'a - mer por vos, Sen tez h vos por moi 7

llouce II
dame, sanz amors fui jadis
Quant je choisi vostre gente façon ; 31
IV
ouce dame, s'il vos plesoit un soir
M'avriez [vos] plus de joie doné[e]
Et quant je vi vostre très biau cler vis, Qu'onques Tristanz, qui en fist son pooir,
14 Si me raprist mes cuers autre raison. 34 N'en pot avoir nul jor de son aé ;
De vos amer me semont et jostise, La moie est tornée a pesance.
A vos en est, a vostre comandise. Hé, cors sanz cuer de vos fait grant venjance
Li cors remaint qui sent felon joïse,
18 Se n'en avez merci de vostre gré.
Cele qui m'a navré sanz deffiance
38 Et nonporquant je ne la lairai ja :
;
Li douz maus dont j'atent joie L'en doit bien bele dame amer
M'ont si grevé, morz sui s'ele mi delaie. Et s'amor garder, qui l'avra.

21
'K
r(,J':lout a Amors grant
III
force et grant pooir,
Qui sanz raison fait choisir a son gré.
4 lame, V
por vos vuil aler foloiant
Que je en ai mes maus et ma dolor ;
Sanz raison? Dex, je ne di pas savoir ! Que par les maus ma grant joie en atent,
44 Que j'en avrai, se Deu plait, aucun jor.
24 Car a mes eux en sot mes cuers bon gré,
Qui choisirent si très bele semblance
Dont jamès jor ne ferai dessevrance ;
!
Amors, merci ne soiez obliée !
S'or me failliez, c'iert trahisons doublée,
Ainz soffrerai por li grief penitence,
28 Tant que pitiez et merciz l'en prendra.
Que mes granz maus por vos si fort m'agrée
48 Ne me metez longuement en obli !
;
Dirai je vos qui mon cuer emblé m'a? Se la bele ne a de moi merci
Li doux ris et li bel huit qu'ele a. Je ne vivrai mie lonc temps ensi.

51
la granz biautez qui m'esprint et agrée,
Qui sor toutes est la plus desirrée,
M'a si lacié mon cuer en sa prison.
Dex ! je ne pans s'a li non
A moi, que ne panse ele donc?
;
N° 28, folio a.
23
[ai picus du roi de flaDarce (Raynaud 84)
N° 29, folio 25 d. Chanson de ŒfyibdUt de blason (Raynaud 1001)

-y'han ter et ren - voi - sier suel,


-
Quant je pert ce qu'a - mer vuil,
Or m'es
Riens ne
- tuet plaindre et plo - rer;
m'i puet con-for - ter.

Trop su - rent cru - el mi huil, Quant il s'o - se - rent mos - trer.

Je plour et so - pir et duil, Car for - ce mi fait a - mer.

II IV
9
!
J||e dame, de vostre ami, 25 q;"J-ouce
dame, ce m'est vis,
Por Deu, preigne vos pitié ! Bien sai que por vos morrai.
Ne le metez en obli Plus m'a vostre amor sopris
Se de vos est esloignié. Q'oisiau qui est pris aubroi.
13 Mes cuers est partiz par mi, 29 Quant resgart vostre cler vis
Vostre en est l'une moitié, Que j'ain de [fin] cuer verai ;
Si est l'autre, ce m'est vis ; Je cuit bien enragier vis,
Je sui vostres touz sougiez. Se n'avez merci de moi.

III V
17
ien me puis apercevoir 33
ln ma chançon je vos pri
Que voir est ce que l'en dit : Dame, plus ne vos demant :
Ce c'on a a son voloir Ne metez pas en obli
L'en le prise mout petit Moi qui vos ai amé tant.
21 Et, ce qu'en ne puet avoir, 37 Ce font certes enemi
Qu'en le tient a grant délit. Qui vos vont si delaiant.
Amors le m'a fait savoir, Dex doint qu'il soient honi
Qui m'a mis en son escrit. Ainz le soloil esconsant !
N° 30, folio 26a. Qaneon de (&QCC Brillé (Raynaud 565)

il qui d'A - mors me con -


soil - le Que de li doi - e par - tir, ,

Ne set pas qui me res - voil le Ne quel sont mi grief so - pir.


-

Pe - tit a sen et voi - di-- e Cil qui me vuet chas -toi- er,

Ne onc n'a - ma en savi - - e. Si fait bien -


ni ce fo-li--e

Qui s'en -
tre - met dou mes -
tier Dont il ne se set ai - dier.

il;Hia ! II
blanche et clere et vermoille,
De vos sont tuit mi désir.
31
e'
ovres
IV
cuers se desconsoille
Et lait de paour morir.
Car faites autel mervoille Li viguerous s'aparoille
Droiture et raison faillir. A biau confort de garir.
Quant je vos vuil a amie, Dame, mais rien que je die
16 Droiz nou porroit outroier. 36 Ne me vaut, que je sorquier.
Se vostre grant cortoisie, Un petit de vilonnie,
De gentil douçour garnie,
Ne me doigne consoillier,
Mar vos oï tant prisier !
Enprise de felonie
Vos fait pitié desvoier
Mar vos vi, et ma mort quier.
;
III V
21
-èui trop haut bée et esseille, 41
'iedanz troille moulteplie
Maint desconfort puet oïr! Toute preste de garir
Mes très grant Amor pareille Granz Amours fine et florie
Ce que li plait a saisir. Qui la doigneroit servir.
Sa très haute seignorie Mais l'amors qui n'est en joie
26 Fait monter et abaissier. 46 Ne puet cuers esleescier.
Douce dame, vostre ahie, Bien voi, se mors ne chastoie
Ceste qui m'a en baillie, Ma voluntez, m'enemie,
Puet bien conduire et haucier Ne puis mon biau tort laissier
Mon outrageus desirrier. Ne mon outrage changier.
51-Biau Lorenz, félon, d'envie 57 Odin, cil cui Amors lie
Me firent joie esloignier. Est chëoiz en tel baillie
Mainte douce conpaignie Que nuns n'en puet deslïer,
Ont a lor tort departie, Se Pitiez n'i vient aidier.
A mentir et a trichier,
Et riens ne s'en puet vangier.
N° 31, folio 28a. Qanson de femme, (Raynaud 21)
relatioe à la croisade de 1189, de 0uiot de Dijon

{han te - rai por mon co rai - ge Que je vuil re - con -


for - ter.
- -

Qu'a - vec - ques mon grant do mai - ge Ne quier mo. rir n'a - fo - 1er.
-

Quant de la ter - resau - va - ge Ne voi mais nul re - tor - ner,

On cil est qui ras - so - ai - ge Mes maus quant j'en oi par - 1er.

Dex, quant cri - e - ront : « Ou - tré - e », Sire, ai - diez au fie - le - rin

Por cui sui es - po - an - -


té-e, Car se Ion sunt Sar -ra-zin!
13
e II
ce sui au cuer dolante
Que cil n'est en Biauvoisis
37
e IV
ce fui je deceüe
Quant ne fui au comvoier.
En cui j'a mise m'entente
16 Or n'en ai ne jeu ne ris.
: Sa chemise qu'ot vestue
40 M'envoia por embracier.
S'il est beax, et je sui gente, La nuit, quant s'amors m'argue,
Sire, por quoi le feïs ? La met avec moi couchier
19 Quant l'un a l'autre atalante, 43 Mout estroit a ma char nue
Por que nos en departiz? Por mes maus asoagier.
Dex, quant. Dex, [quant].

25Coffrerai en tel estaige


Tant quo voie repasser.
III
49
e V
ce fui en bone entente
Quant je son homaige pris.
Il est en pelerinage, Quant l'aleinne douce vante
28 Mout aten son retorner. 52 Qui vient dou très douz païs
Car au gré de mon lignage Ou cil est qui m'atalante,
Volentiers i tor mon vis ;
Ne quier achoison trover
31 D'autrui faire mariage
Mout est fox qu'en vuet parler.
; 55 Lors m'estuet que je la sente
Par desoz mon mantel gris.
Dex, [quant]. Dex, quant crieront.
N° 32, folio 30a. Cfyaneon de Guillaume te Dinier (Raynaud 1143)

.han - çon en -
voi -
si - - e, Ne puet nus tro - ver C'onques en ma vi -e,
Sanz a - mour jo -
li - - e, De ce m'ox ven - ter:

Ho ne de mi e Ne fui sanz a - mer. S'en doi-vent dou bler


- re - - - -

Mes chan-çons en mig - no - ti - e,


En sen et en cor -
toi -
si - - e.
N° 33,folio31a. Débat à refrainde RicarddeSourniDd (Raynaud759)

hascuns qui de bien a mer Cui-de a-voir non Ne set ou moins


- a d'a -mer

Ne ou moins non. Li uns dit et vu -et pro -ver, Et par rai - son, Qu'as-sez fait

mieuz a lo - er Dame a ba - ron Que pu - ce - le, pour a - mer. Mais je di que non.

Chascuns a droite a-choi - son S'il ju - ge le jeu a bon Qu'a(i) es - pro - vé.

Que que nuns i ait tro -


:
vei J'ai mis mon cuer en jo - ne da-moi -
[se] - le

Dont ja ne par - ti -
rai mon gré.

III
18
II
qeluipuetonescuser
De mesprison
35 a dame blamer ne quier,
Lines'amor ;
Qui egaument vuet donner Com plus l'estuet covoitier,
Selonc son bon. Plus a savour.
22 Por ce vuil par droit mostrer 39 Auques m'en fait esloignier
Et sanz tençon Au chief dou tor
Que jone dame a loer Ce qu'il i a parcenier
A plus haut don Et nuit et jor.
26 Qu'a la pucele panser
N'i a fors le non.
; 43 Mais qui pucele acointier
Seit de grant valour,
Mais dame rent guierredon, Je di qu'il fait le moillor.
Et pucele est tost chanjanz Qui simple et coie et taisant
Et sanz bonté. La puet trover,
31 J'en ai mon voloir osté. 48 Mout s'i doit bien acorder.
S'aimis mon cuer Li noviaus tans
En jone dame et bele Dolt tout me renovele
Dont ja ne partirai mon gré. A vaillant damoisele amer.
IV V

52
pucele fait a prisier, 69 yhascuns dit d'amors son bon
Bienm'iassent, Et son talant,

56
Trop longuement ;
Mais ele me fait proier

Ne se s'i puet nuls fier 73


Mais pucele a plus douz non,
Car adès rent
Miel et roses a foison,
Certeinnement, Qui près la sent;
Mais dame, de tel poison
Et, ce que vuet outroier,
Change sovant. N'a mais néant.
60 Mès dame ainme sanz trichier 77 Por ce di, et par raison
Et bien tient covent. Que, tot ausiment
Pucele est archez a vent, Con novele flor d'ayglant
Tot adés son baisier vent
Bien l'ai provey,
; Et la prime voire rent
Plus de bonté,
65 Car sovent m'a escové. 82 A pucele sormonté.
Por ce ain je mieuz Por quoi j'ai mis
La jone dame et bele Mon cuer en la pucele
Dont ja ne partirai mon grei. Dont ja ne partirai mon gré.

VI
86 es dous jeus m'estuet fenir
Le jugement.
Bele dame a maintenir
Plait voirement.
90 Mais ce c'on n'i puet venir
Sans partement
Me fait d'autre part tenir.
Au finement
94 Vuil a mon oés retenir
Touse de jovent.
Plus la voi, plus l'atalant,
Bien li ai mon mautalant
Tout pardoné.
99 Tel jugement ai doné :
C'on doit touz jors
Mieuz amer la pucele -
Dont ja ne partirai mon gré.
N° 34, folio34b. Cl)ansonlde Croisade (Raynaud 757)
du roi de naoarre, relatioe à la croisade de 1239

v-j
^EDame, en-sinc est qu'il m'en co-Vienta-ler Et de-par-tir de ladou-ce con-tré-e
Ou tant ai malx sof - ferz et en-du-rez. Quant je vos lais, droiz est que je m'en hé-e.

Dex !por quoi sulater- red'Ou-tre-mer, -


Qui tant a-mant a-vra fait des-se vrer,

Donc puis ne su Amours re-con-for -té - e, Ne n'en por - ront lor joi -e re-mem-brer?
II IV
9
lia
sanz amor ne porroie durer,
Tant par i truis fermement ma pansée ; 25
Weau sire Dex,
vers vos me sui guenchiz
Tot las por vos ce que je tant amoie.
;
Ne mes fins cuers ne m'en lait retorner, Li guierredons en doit estre floriz,
Ainz pans a li, la ou il va et bée. Quant por vos per et mon cuer et ma joie.
13 Trop ai apris durement a amer, 29 De vos servir sui toz prez et garniz ;
Por ce ne voi cornent puisse durer A vos me rent, beau Pere Jhesucriz.
Sanz joie avoir de la plus desirrée Si bon seignor avoir je ne porroie ;
C'onques nuns hons osast merci crier. Cil qui vos sert ne puet estre esbahiz.

III V

17
ie ne voi pas, quant de li fui partiz, 33
ien doit mes cuers estre liez et dolanz:
Que puisse avoir bien ne solaz ne joie, Dolanz de ce que je part de ma dame
Car onques riens si ne fis a enviz Et liez de ce que je sui desirranz
Con vos lessier, se je jamès vos voie
Trop par en sui dolanz et esbahiz.
; De servir Deu qui est mes cuers et m'ame
21 37 Iceste amors est trop fine et poissanz,
Par maintes foiz m'en serai repantiz, Par la covient venir les plus saichanz ;
Quant j'onques vos aler en ceste voie C'est li rubiz, l'esmeraude et la jame
Et je recort voz debonaires diz. Qui touz garit les viez pechiez puanz.

41
ame des ciels et Roïne poissanz,
Au grant besoing me soyez secorant
De vos amer puisse avoir droite flamme !
Quant dame per, Dame me soit aidanz !
N° 35,folio36c. CI)an50UpiCUSC,duroidenaoarre (Raynaud1181)

outresdouz non a la
«
La pre-miereest Emme»,
-
Vir-ge
quise-ne -si
Ma ri -e Vos es-pon -drai. cinq le
- -
-e Que les ar mes soi-ent fors de
-
très plain-ne ment:
tor-ment:

Car par lui vint ça jus en - tre la gent Et nos ge - ta de la noi - re pri - son

Dex, qui pour nos en sof -


fri pas -si - on. 1-cest uM" est et sa Mere et s'aMi - e.

9
e ;
II
vient après droiz est que je vos die 25 «
IV
est touz droiz geüz, de bele taille
» :
Qu'en l'abécé est A premièrement. Tex su li cors, ou il n'ot qu'ensoignier,
Et tout premiers, qui n'est ploins de folie, De la Dame qui por nos se travaille,
Doit on dire le Salut doucement Beax, genz et drois, sanz teche et sanz pechié.
13 A la Dame qui en son beau cors gent 29 Por son douz cuer et por enfer brisier
Porta le Roi cui merci atendons. Vint Dex en li, quant ele l'enfanta.
Premiers su A, et premiers devint hons, Beau su et genz, et beau s'en délivra ;
Que nostre lois fut faite et estaublie. Bien fist semblant Dex que de nos li chaille.

III V

17
uis si vient R; ce n'est pas controvaille, 33 « r est de plains, bien savez sanz dotance,
»
»
Qu'«erre savons que mult fait a prisier, Quant on dit «a », c'on se plaint durement
Et si veons chascun jor, tot sanz faille, Et nos devons plaindre sanz demorance
Quant li prestres lieve le en son mostier
C'est li cors Deu qui touz nos doit jugier,
: A la Dame qui ne va el querant
37 Que li pechierres viegne a amendement.
21
Que la Dame dedanz son cors porta.
Or li prions, quant la morz nos vendra,
Tant a douz cuer, gentil et esmeré
Qui l'apele de cuer sanz fausetey
;
Que sa pitiez plus que droiz nos i vaille. Ja ne faudra a avoir repentance.

41
tQr li prions merci por sa bonté
Au douz Salut qui encomence «Ave
Maria ».
Dex nos gart de mescheance !
N° 36, folio 39fl. Cl)anson de (BdCe Brulé (Raynaud 643)

- e --
bien a - mer grant joie a tent, Car c'est ma greig-nor en
Et si sai bien cer tein ne ment Qu'A-mors a tel seig-no
- -
-
-
vi - - e,
ri - - e

Qu'a dou - ble guier - re - don en rent Ce -


lui qui en li se si
- - e;

Et cil qui d'à - mer se re - pent Ses biens tra - vail -


le pour ne - ant.

II V

9 ele est de douz acointement 33


ame, de toutes la nomper,
Et de bone compaignie, Bele et bone, a droit loée,
Saige entor enniouse gent, Ne devriez pas escouter
Qui de mon cuer est saisie. Fause gent maleürée
13 Sens et beautez en li s'estent, 37 Qu'a mentir et (a) deviner
S'en ist tote felonnie, Ont mainte amor destornée,
Fors que trop me grieve souvant Qui puis ne savoit panser
Qu'el ne set mie que je sent. La ou ele deüst aler.

III VI
17
t@nques
ne fis a esciant 41 ame,onques ne vos soï celer
Contre Amors sen ou folie, Mon desir ne ma pensée,
Ainz sui a son comandement Ainz vous aing de cuer, sanz fauser,
Et serai toute ma vie. Plus que nule autre rien née.
21 Cil remaint enniousement 45 En vos servir et honorer
De cui Amors s'est partie. Ai si m'amor atornée
Dame, si m'enseingne et apren Que ne puis, sanz merci trover,
Qu'onors est d'amer lëaument. Ne loingz garir, ne près durer.

IV
25 .-Wranz Amors ne me puet grever
Quant plus m'ocit, (et) plus m'agrée.
; 49
(uens de Blois, sanz ensi amer
Ne puet nuns en haut pris monter.
Si vuil mieuz morir et amer
Dou Barrois, vos doit remembrer
Qu'un soul jor l'aie obliée.
Qu'amours fait les bons amander.
29 Dame, qui me poez doner
Ma grant joie (ma) desirrée,
Mais trop me fait cher comparer
Qu'ennious font ennui panser.
N° 37, folio 42c. Chanson de (gautieu d'Epinal (Raynaud 1073)

- et
|®es-con-for tez de joi- e
par - tiz Me faitchan-tervo-len-tezde-sir-rie-re,
Ne por joi e -
nechant,nepormer ciz. Qu'A-mors est trop de gre-ver cos-tu-mie-re

-Les ou -
troi - iez de cuer lë -
aul a li. Je ne di pas que je m'en plai - gne si,

C'on-quesriens tant ou mont ne m'a- be - li Con cist tra-vaux et la lon-gue proi- e- re;

Mais fail- li - ai a ma joi - e pre -


mie - re.

10
t II
1 neporquant s'a ma joie ai failli,
Ne s'ai je pas achoison droituriere ;
28 ornent
IV
porroit amors durer ainsi
Que toz jors crient cele gent malparliere?
Que j'ai Amors et ma dame servi Mès, s'encore pooit plaire celi
De volenté fine et leal entière. Qu'est de beauté miraors et lumiere,
Mais sanz eür ne sera ja meri 32 Mis seroient li felon en obli
14
A fin amant ce qu'il a desservi
Que, se conforz ou pitié ou merci
; Et moi avroit de toz mes max gari.
Hé, franche riens, se vers vos m'umeli,
Peüsse avoir en aucune meniere, Ne soiez pas si dure ne tant fiere !
Ne fusse pas en toute joie arriere. Souffrez moi tant qu'adès merci requiere.

III
19
Wais en mon chant et joianz et marriz 37 '<•ar Deu, Garnier, beau m'est
C~r~
que j'ai oï
d'une gent losangiere
Me plaing sor touz Qu'Amors ont pris mon seignor et saisi.
Qui sovant ont moi et autres trahi Mais je nou voi destroit en tel meniere
En reconter mençonge noveliere ; Qu(e) il n'en traie penitence legiere.
23 Qu'a mon espoir eusse je joï
De ce que j'ai en gré Amors servi,
Se ne fussent li felon esbahi.
Mais lor mentir et lor très fause chiere
Met mainz amanz en pansée doubliere.
N° 38, folio h.
46
Chanson d'Rdam de la nale (Raynaud 1771)

ouz est li maus qui met la gent en voi - e De touz biens dire et faire et a le - ver.
Bien doiton croire en -Il
ce qui l'en-voi -e, Et li de cuer ser-vir et ho - no - - rer.

C'est bo-ne A-morsqui m'a fait chant tro - ver, Ce que fai - re ne sa -
voi - &

Quant le douz mal ne sen - toi - e Qui me fait o - res pan - ser

A la sa - vo - reu -se joi - e C'on ne puet trop a -


che - ter Ne de - sir-rer.

12
e II
plaing sovent le temps que je perdoie,
Ainçois que je comencesse a amer.
34
irans IV
cuers gentix ou touz biens mouteploie,
Cors signoriz por cuer faire eslever,
Mais doucement me confort et ravoie En vos servir nuns son temps mal n'emploie,
Et plus me fait de bien faire pener S'en n:i pooit autre bien conquester
16 Li desirriers que j'ai de recovrer 38 [Que vos veoir et merci esperer.
Le temps que perdu avoie. Plus demander n'oseroie,
S'ai grant desir que je soie Ne ja mais] ne vos diroie
19 Tex en cuer a l'esprover 41 Mon cuer fors que par chanter.
Que vers bone Amor me doie Ainçois morir me lairoie
Con fins amis aquiter Et de merci effamer
Par bien ovrer. Par consirrier.

23
ar III
moi, non li, tot avant trahiroie,
Se cuer avoie envers li de fauser
45
epor ce pis avoir je ne devroie,
V

Se je n'i os ne venir ne aler.


Et d'autre part faire ne li porroie, Car moins perdroit, se plus hardiz estoie ;
Car ma dame est tant douce a esgarder S'en deveroithumble pitié meller.
27 Que mauvestiez ne porroit demorer 49 Povres honteus fait mieuz a visiter
En cuer d'ome qui la voie. C'uns truanz qui quiert sa proie.
Et cornent [donc] li fauseroie, Cornent hardement avroie
30 Quant mieux [li] doi s'onour garder? 52 De mon cuer vers li mostrer,
Por li en cui gist ma joie Quant cuers et langue me loie,
Vuil je touz malx endurer Quant je doi a li parler
Sanz redouter. Por saluer?
N° 39, folio 47 h. Chanson du roi de naoacrc (Raynaud isii)

$m - pe-re- res ne rois n'ont nul po - oir En-vers A -mors, ce vos vuil je pro-ver.
Il pu-entbiendo-ner de lor a-voir, Terres et fiez, etmes-faitzpar-do-ner,

Et A - mors puet ho - me de mort gar - der Et do - ner joi - e qui du - re,

Ploin - ne de bone a - ven - tu - re.

II IV
8 emors fait bien un home mieuz valoir 22 ame, avra ja bien, qui merci atent?
Que nuns fors li ne porroit amender. Vos savez bien de moi au parestroit
Les granz desirs done dou douz voloir, Que vostre sui, ne puet estre autrement.
II Tex que nuns hons ne puet contrepenser. 25 Je ne sai pas se ce mal me feroit ;
Sor toutes riens doit on Amors amer
En li ne faut fors mesure
; De tant d'esains faites petit esploit
Que, se je dire l'osoie,
!
-
Et ce: qu'ele m'est trop dure. Trop me demore la joie.
III V
15
^'Amors vousist guierredoner autant 29 cuit pas qu'il onques fust nuls hon
e ne
Con ele puet, mout fust ses nons a droit. Qu'Amors tenist en point si perillous.
Mès el ne vuet, dont j'ai le cuer dolant, Tantm'idestraint que j'en per ma raison.
18 Car el me tient sanz guierredon destroit. 32 Bien sent et voi que ce n'est mie a geus
Et si sui cil, quelx que la fins en soit Que me mostroit ses semblanz amoreus.
Qui a li servir s'outroie ; Bien cuidai avoir amie,
Empris l'ai, n'en recroiroie. Mes encor ne l'ai je mie.

36 ame, ma morz et ma vie


Est en vos, que que je die.
N° 40, folio 4SC. Cl)anson de fjugue de Der3é IRaynaud 2071)

n-cor se - rai u-ne chan-çon per - du - e, Puis qu'a per - dre sunt a - tor-né mi chant;

C'on - ques ne fis chan-çon en mon vi - vant, Dont me - ri - te me soit en - cor ren - du - e.

N'on-ques, porchant, d'a-mors mieuz ne me su, Mais par es -


poir ceste a - vra tel ver - tu

Que des au - très me ren - dra ma droi - tu - re ; Me - trai cest chant sanz plus en a-ven - tu - rt. 1

II IV
9
Wien fust raisons, puis que dame est voincue 25
ranz dolours est que, ce que plus agrée
Qu'ainsi con l'en la conquiert en tirant, Covient plus tart de l'autre gent veoir.
Qu'ele fust maie a perdre autresiment. Dex, je voi tout le monde a mon voloir,
Quant on cuide avoir sa lëaul drue, Et de la riens ou mont qu'ai plus amée
13 S'a l'on dou tout en pou d'ore perdu[e] 29 M'estuet estre sauvages et eschis,
Ce dont l'en a lonc temps mal trait eu. Qui tant redout c'on conoisse a mon vis
C'est granz pechiez, quant la joie ne dure Ce que je pans de li en mon corage,
Dont l'on soffre tant de max et endure. Quant je resgart son très simple visaige.

III V
17cg)e
Ç4 iRechié fait Dex, qui
tout Amours ne rent autre soudée, 33 consent felonnie
A tout le moins fait ele mieuz valoir Celi dont tout li monz est envious.
Cés qui ainment de cuer sanz decevoir. Et ma dame me tient por angoissous,
Ne ja la mort n'iert si desesperée
21 Que l'en ne soit en son cuer plus jolis.
Et, puis qu'amors nos atrait joie et pris,
37 Hay !
Quant je li pri merci, que ne m'ocie.
simple de vis et biau parlanz,
D'orguillous cuer et d'amoreus semblant,
Jel teing a sen, que quou tiegne a folage, Cum mal semble qui voit vo boche rire
Ce dont l'en est plus vaillanz par usage. Que si saichiez asprement escondire !

1t,
41
N'est mervoille;
se je sui de vos perdre doutanz
que tant estes vaillanz
Que bien poez par tot ami eslire ;
Mais je sui cil qui sor toz vos desire.
N° 41, folio 52 c. Chanson de Colin muset (Raynaud 967)

n - mai, quant li ros


Lors m'es tuet faireun
-
si-
gno - let Chan
fla - jo - let, Si
-
tent cler ou vert bois
le se - rai d'un sau
-
-
so - net,
ce -
let.

Qu'il m'es - tuet d'à - mors fla - jo - 1er Et cha - pe -


let de florpor - ter
Por moi de-duire et de-por-ter, Qu'a-dès ne doit on pas mu - ser.

II IV
9
'autrier en mai, un matinet, 25 adamoiseleauchief blondet
M'esveillerent li oiselet ; tient tout gay et cointelet.
Me
S'alai cuillir un saucelet, En tel joie le cuer me met
Si en ai fait un flajolet. Qu'il ne me sovient de mon det.
13 Mais nuns hons n'en puet flajoler, 29 Honiz soit qui por endeter
S'il ne fait par tout a loer Laira bone vie a mener !
Enbel despendre et en amer, Adès les voit on eschaper,
Sanz faintise et sanz guiler. A quel chief qu'il doie torner.

III V
gravier, cui je vi joliet, m'apele Colin Muset,
ÎJE§''en
17
Celui donrai mon chapelet
De bel despendre s'entremet,
; 33
S'ai mangié maint bon chaponnet,
Mainte haste, maint gastelet,
En lui non a point de regret. En vergier et en praelet,
21 Et por ce li vuil je doner, 37 Et quant je puis hoste trover
Qu'il ainme bruit et hutiner Qui veut acroire et bien prester,
Et ainme de cuer sanz fauser ; Adonc me preng a sejorner
Selonc la blondete au vis cler.
Ensi le covient il ovrer.

"f^j/ai
41 cure de roncin lasser,
Après mauvais seignor troter :
S'il heent bien mon demander,
Et je, cent tanz, lor refuser.
N° 42, folio53a. Chanson de Guillaume le Dinier (Raynaud 1911)

n-cor n'est rai-sons Quemajoi- e soit tou-te fail mienzchanzfail-liz.


Que, se dechan-çonsEs-toitmavo-len-tezdepar -ti-e, -
li - e Ne li
J'envau-droi - e trop pis;

- • i
De se -
Ions mes dis En se roie as sail liz. S'aingmieuz que je di - e
- - - -

-çon en-voi-si-e,Que
Chan fus - se re -
pris Des - - -e.
se Ionsparen vi

II
13 "Mout dout les félons,
Lor cruautey et lor vilonnie
Dont chascuns est garniz.
Cuers de Guenelon
17 Ont et haute parole polie.
De verité mendis.
S'en sui esbahiz
De lor ennious diz ;
21 Que chascuns me crie
Que toute est faillie
Ma joie a touz dis.
Mais il ment, qui que l(e) die.
N° 43, folio 55 CI)an60n de (Sillebect de Berneoille
bo (Raynaud 934)

-4'toi
S'ain-sine et a-mor
est que soie
et lë - aubli-tez Sunt en moi sanz ja de fail lir.
S'aing je trop mieuz a main - te - nir
- -
o - - ez,

Lë - au - té que fol u - sa - ge. A -pris l'ai en he-ri - ta - ge:

Qui par beau ser -


vir Vient a son de - sir, Il fait mout bon vas - se -
la - ge.

II
10
Jions qui ainme et vuet estre
amez
Doit toute mauvestié haïr
Et doit estre cortois et tex
Qu'il ne se doit pas orguillir.
14 Cil eslieve son hontage
Qui par force et par outrage
Vuet d'amors joïr.
Bien i doit faillir
Qui la requiert par outrage.

III
19 ?JD'Amours ne doit estre honorez
Cil qui ne vuet bons devenir,
Ainz doit estre a tel fuer livrez
Que dame ne l'en doit oïr.
23 Mais le félon, plain d'outrage,
Sevent si bien lor langaïge
Et lor moz polir
C'on ne seit choisir
Li quelx a lëaul coraige.
N° 44, folio 57 b. Chanson d'Adam de la f>ate (Raynaud 149)

!
£jLé las n'est mais nuns qui aint Ain si -con
1
Chas-cuns
il
- - l'en de - vroit a
a-manz or - en droit saint Et vuet jo - ïr sanz en du - - - mer.
rer.

Et por ce se doit bien gar -


der Cele c'on pri-e Ou'e -le a tel

ne de -
viegne a -
mi - e Qui ne ser ve fors de gui 1er.
- -

9
t, II
quant amanz en dongier maint,
Qu'amie se fait desirrer
17
III
hascuns qui aviaire taint
Ne qui tant bel set sarmoner
Et, s'il avient qu'il la sorvaint, N'ainme pas por ce, s'il se plaint
Usage en li voudra clamer. Ne s'il est larges de doner.
13 Et cele n'osera parler 21 On voit tel amie vanter
Qu'il ne le die. Qui n'ainme mie.
Hé las ! con je plaing donc amie Por ce doit dame, ainz qu'ele outrie,
Por si vilainnement user! Son ami par œuvre esprover.
N° 45, folio 57c. Pastourelle du roi de TIaoarre vRaynaud 342)

if;'aloi l'au - trier er - rant Sanz compai - gnon Sor mon pa - le - froi, pen - sant
- e
Quant j'oï, ne sai co-ment Lez un bois - son La voix dou plus bel en -fant

A faire
C'onques ve
u - ne chan -hom.
son, Et n'es - toit pas en - ses :
si N'eùst quinze ans
- ïst nus

et de -
!
mi On-ques nu -
le riens ne vi De si gen - te sa - çon.

II IV
ers li m'en vois en riant, 37 !Ilors li pris a demander
13
;
Mis l'ai a raison
«Bele, dites moi
Mout belement
Que mi doignast esgarder
cornent,
Por Deu, vos avez non? » Et faire autre semblant.
17 Et ele saut maintenant 41 Ele comence a plorer
A son baston : Et dit itant :
« Se vos venez plus avant, « Je ne vos puis esgarder,
Ja avrez la tançon Ne sai qu'alez querant. »
21 Sire, fuiez vos de ci 45 Vers li me trais, si li di :
N'ai cure de tel ami, « Ma bele, por
Deu, merci »
Que j'ai mout plus bel choisi Ele rit, si respondi
Qu'en clainme Robeçon. » « Vos faites paour la gent ! »

III V
25
uant je la vi esfreer 49
evant moi lors la montai
durement
Si Demaintenant
Qu'el ne me doigne esgarder Et trestot droit m'en alai
Ne faire autre semblant, Lez un bois verdoiant.
29 Lors començai a penser 53 Aval les prez esgardai,
Con faitement S'oï criant
Ele me porroit amer Dous pastors par mi un bief
Et changier son talent. Qui venoient huant
33 A terre lez li m'assis. 57 Et leverent un grant cri.
Com plus regar son cler vis, Assez fis plus que ne di ;
Tant est plus les cuers espris Je la lais, si m'en fui ;
Qui double mon talant. N(e) oi cure de telx genz.
N° 46, folio 59a. Ct)an50n de Roger d'flndeli (?) (Raynaud 997)

a por ce, se d'à


Quant plus ai mal que
- mer me dueil, Ne
je ne sueil, Et
lais - se
plus me
- rai
con -
que
fort
je ne
en chan -
chant
tant.

Et main tes foiz fais bel sem - blant Que je sui do - lanz et mar - riz,
-

Si qu'a mes diz Puet l'en bien, tant. sui es - ba - hiz, Co-nois-tre par u -
sai - ge

C'u - ne do - lors est mise en monco -ra-ge - -


D'un pen se ment, dont main-tes foiz m'a-vient

Que je di - ce dont au cuer me sou - vient.

13 e II
li nul confort ne me vient
Ne d'autre nel quier ne demant.
37 e trop longue atente me duil
Et de ce plus qu'a mon vivant
IV

Bien sai qu'a morir me covient Ne verrai mès, si con je sueil,


Sanz joie avoir en atendant. Son biau vis frès, cler et riant.
17 Que cil maus que j'ai portey tant 41 !
Ha las trop me va esloignant !
Mais nuns nel fait si a enviz,
Ne puet estre sanz mort fenis.
Mais se gariz Ne ja meriz
Iere, plus seroie enrichiz N'iert nuns travaus, quant nuns deliz
21 Que nuns de mon paraige. 45 Ma dolour n'asoage.
Si me mervoil qu'en trestot mon aaige
Entre tanz maus nuns biens ne m'en avient.
— Et moi cornent, quant a li n'en sovient?
Dex !
De li amer fai folie et outrage.
por quoi l'aing? Por ce qu'amer la vuil
Je n'en puis mès : ce me firent mi huil.

III
25
ist maus et cist pensers me vient 49
Tantai de mal qu'encor m'en duil.
V

De la ou je morrai soffranz. Quant au partir li ving devant.


Mais a sosfrir le me covient Et je cuidai, si con je suil
29
Quant ma dame n'a nul talant
De moi aidier mon esciant
Se por moi ne la veint merci,
53 Ne poi dire :
Merci prier, Mais en plorant
«A deu vos cornant :
Si me su li parlers failliz.
»
Mais un respiz Puis que partiz
M'a conforté dont sui gariz. M'en fui, ne su mes chanz oïz.
33 Tant est cortroise et saige, 57 Ne ne
plaing mon domage
Et si set bien et conoist mon corage Ainz aing ensi [toz tans] sanz cuer volage
Qu'en delaiant me dit ce que je vuil. Et amerai et, se maus m'en avient,
Mort m'a ses sens et trahi m'ont si huil. N'est pas Amors dont adès me sovient.

61 Touz esbahiz sui dou bon seignorage


Et plaing mon prou et mon damage vuil.
jamès, ce croi, ne la verront mi huil.
N° 47, folio 62a. Chanson du châtelain de Couct) (Raynaud 7(0)

-;Techan-tas vo-len tiers li - e - ment, Se je tro - vasse en mon cuer l'a - choi - son.
- se -
Mès je ne puis di- re se je ne ment, Qu'aie d'a'- mors nu - le riens se bien non.

Por ce ne puis fai - re li - e chan - çon, Qu'a - mors le me des - en - sein - gne,

Quîvuetque J'aîng et ne vuet que j'a - tein - gnet En-si m'es - tuet mo-rir en des - es - poir.

Qu'e - lem'o -
cît ne ne lait joie a -
voir.

10
e
leie
II
Amors grant mal voloir
ne doi mais An-tors
Se la plus bele dou mont mon cuer me rent.
28 -
IV
ue ferai, Dex, partirai me de li,
Ainz que s'amors me par ait tot ocis?
Conques beautez ne fist si son pooir !
Nenil voir las, il ne puet estre ensi,
D'estre avec lui si esmeréement Qu'Amors me tient, et ma volontez, pris,
14 Cum ele fait en son très beau cors gent. 32 Qui a mon cuer en li por morir mis.
Que riens qui a grant beauté teingne Ne jamès tant ne mespreingne
Ne truis qu'en li n'en sa façon sosfraigne Que sanz merci ou sanz mort en reveingne !
Fors c'un petit li messiet, ce m'est vis, Qu'assez vuil mieuz morir ou douz desir
Ce que trop tient ses eulz de moi eschis. Que vivre iriez et ma vie haïr.

III V
19^uantjeresgart
son debonaire vis 37
ès que mes cuers ne s'en vost revenir
Et je la pris au beau respons avoir, De vos, dame, por cui il me gurpi,
N'est mervoille s'au resgart m'esbahis Aumosne avroiz, sou doigniez retenir ;
Quant je conois ma mort et sai de voir. Car, se revient, a moi a il failli.
23 Puis que merciz ne me doigne valoir, 41 Por vostre honor et por Deu vos en pri
Ne sai ou nul confort preigne, Que de lui pitié vos preingne,
Car ses orgueuz m'ocit et li mehaigne. Qu'il n'afiert pas a vos que riens s'en plaigne.
Ha ! douce riens cruelx, tant mar vos vi
Quant por ma mort nasquistes sanz merci !
C'au mont n'a voir si cruel trahison
Cum bel semblant et corage félon.

46 ame. cornent qu'ilm'en preingne,


;
Merci Amors de ce qu'ele me deingne
Tenir a suen ne ja de sa prison
Ne quier issir a nul jour, se morz non.
N° 48, folio 62e.
Chanson de RkbQCt Coeur de Cion (Raynaud 1891)

a
Mais par
nuns hons pris ne di
es -
fortpuet il
- ra sa rai - son
fai-rechan-çon.
A - droi-
ai
Mout
te
a
-
-
ment, se do - lan - te - ment non
-
mis, maispo vre sunt li
;
don.

Honte 1 a - vront, se por ma re - an - ÇOII Sui ça deus y - vers pris.

7
e II
sevent bien mi home et mi baron,
Ynglois, Normanz, Poitevin et Gascon
25
e V
sevent bien Angevin et Torain,
Cil bacheler qui or sont riche et sain,
Que je n'ai nul si povre compaignon Qu'encombrez sui loing d'aus, en autre main.
io Que je lessaisse, por avoir, en prison. 28 Forment m'aidessent, mais il n'en oient grain.
Je nou de mie por nule retraçon, De beles armes sont ore vuit et plain,
Car encor sui pris. Por ce que je sui pris.

13
r III
sai je bien de voir, certeinnement
Que je ne pris ne ami ne parent,
,
Vj'
31 "ivles
VI
compaignons que j'amoie et que j'ain,
Cés de Chaën et cés de Percherain ;
Quant on me faut por or ne por argent. Di lor, chançon, qu'il ne sunt pas certain.
16 Mout m'est de moi, mès plus m'est de ma gent ; 34 C'onques vers aus ne oi faus cuer ne vain.
S'il me guerroient, il feront que vilain,
Qu'après ma mort avront reprochement,
Se longuement sui pris. Tant con je serai pris.

IV

19
"N'est pas mervoille se j'ai le cuer dolant, 37 ontesse suer,
vostre pris soverain
Quant mes sires mest ma terre en tonnent. Vos saut et gart cil a cui je m'en clain ;
S'il li membrast de nostre soirement Et por ce sui je pris !
22 Que nos feïsmes andui communément, 40 Je ne di mie a cele de Chartrain,
Je sai de voir que ja trop longuement La mere Loëys.
Ne seroie ça pris.
N° 49, folio 49 c. Qanson de perrin d'f{ngicourt (Raynaud 1470)

'ai un jo-li sou- ve- nir Qui en moi maint et re -


pai - re Aser - vir Ma da-me
Qu'A-mors i a fait ve - nir Por moi com - pai - gni-e fai - re.

sanz mes - ser - vir Et sanz mes -


fai - re.
A - mours, qui tant puet me - nr,

Li doint vo - loir de men -


tir Les maus que vuil mout bien tai - re.

II IV
il fout adès quant je remir 31 ien me deüst recoillir
Son gent cors et son viaire, Et d'aucuns douz moz refaire
Ses eulz qui, au cuer saisir, Mais, s'el ne me vuet oïr
Ont semblant si debonaire, Ne por chanter, ne por taire,
15 Sanz sentir, 35 S'en sopir,
Me done Amours de joïr Et d'amoreus cuer m'ahir,
Un examplaire. Quant el n'esclaire
Mais c'est por moi sostenir, Moi qui ne li puis guenchir,
Que je ne puis bien cheïr Ainz me fait plus mal soffrir
En volunté de retraire. Qu'Alixandres ne fist Daire.

21- a III
Dex ne me doint loisir,
Trop seroie de malaire.
41 ame, je sui,
V

sanz mentir,
Vostres, et sanz contrefaire.
Je voudroie mieuz vestir Riens ne me porroit nuisir
Tout mon aaige la haire Se mes chanz vos pooit plaire.
25 Que guerpir 45 Et languir
Celi qui puet convertir Vuil bien por vos et palir
(Très) tot mon contraire
En joie et moi retenir,
Tant qu'il me paire
Voire, s'il vos plait, morir.
;
Et me puet plus enrichir Ne me sosfrez a perir
Que faire roi de Cesaire. Gentis cuer de bon afaire !
51
aintenir
Lëauté sanz repentir
Ne puet desplaire
A cuer qui sert sanz trahir.
Mais li fox s'en vuet partir.
Luès c'un pou de mal le
maire.
N° 50, folio 64d.
Cl)an50n de Colart le Boutellier (Raynaud 822)

'a
Or
-
voi - e les
mevuetA
-
-mors
sié le chan
do
-
ter Et for - ju - ré tout mon vi - vant :
ner Jor ne res-pit, ne tant ne quant,
ne -

Que je ne face un no -
veal chant De cuer jo -
li. S'aitoutmisen samer-ci

Cuer et cors en tie re ment, Por a -


voir joie ou tor -
ment.
- - -

II IV

10 '1]¡ovres cuers n'oseroit panser 28 ie n'avroie jamès voloir


La joie dou leal amant, De nule autre dame servir
Quant il a pooir d'achever. Quant tant voi de beauté paroir
Son desir entïerement. En li, quant l'esgart a loisir.
Qu'amors fait en mon cuer venir
De biens ausi :
14 Douce dame, en cui je sai tant

Soient mi traval meri


32
Si grant douceur
Que j'en obli ma dolour
Con je vos aing lëaument Et preng touz mes maus en gré
(Et) de fin cuer sanz faus talant. Por faire sa volenté.

III V

19
ie n'ox mie bien recorder 37
5^- hançon, fai
ma dame savoir,
Sa beauté qu'ele a si tres [grant], Se tu t'oses tant enhardir,
Mais itant en puis je parler Qu'ele ne fera pas savoir
C'un blanc cerf. Vis vermoil, riant S'ele fait son ami morir,
23 Avoit ele, de douz semblant, 41 Puis qu'ele a pooir d'amanrir
Quant je la vi. Ma grant dolor.
Car je l'aing de bone amor
Si m'en a si enaspri
Amors d'amer trenchamment Sanz nul point de fauseté :
Que je morrai vraiement. Si me doint Dex estre amé !
N° 51, folio66 d. Qanson d'Hdan de la fjale (Raynaud248)

-,1,
j-, en'ai -tre
au re-te-nan-ce En a-mours me
fors de mon chant
vientde-vant
En re - cor danl
Et d'u-nc doucees- pe-ran -ce Ouia-dès -

La beau-té qui m'a so - prisEt d'un douz ris a-tra-ant En un bel vi-aire as-sis Cler et ri-ant

Dont chas - cuns en res-gar-dant Doit estre es -


pris. -

II
1 n'est
12 si douce soffrance
Con de vivre en attendant
Donc ne puis je avoir grevance
;
De tel amour en soffrant.
16 De son semblant
Veoir est si granz deliz !
Car, s'aucuns l'aloit entant
De cés qui m'en ont repris,
20 D'amour ardant
L'ameroit, en escoutant
Ses saiges diz.
N° 52, folio d.
68
Chanson satirique anont)me (Raynaud 37 et 1938)

1.-4
e ne tieng mie a
sa - ge — Au - si ne fait nuls — Qui vuet es-tre noveaus druz,
Ho-me de grant a - a - ge, Puisqu'il est che - - nuz - ;
Et pu - ce-le rent sa - luz,
Il en-tre-prent tel ra - ge Qui li torne ahon-ia-ge.
II IV
9
pertes
c'est laide chose 25
out est dame blasmée
Et vilains recors, Quant ses ploiz a pris,
Quant jones cuers repose Qui puis vuet estre amée
Par dedanz viez cors. Ne monter en pris.
13 S'adonc ainme, c'est granz tors. 29 De s'amor c'est uns laiz cris,
De s'amour c'est uns décors ; C'est uns viez respris
Et tex darriers l'enchose
Qui devant parler n'ose.
Qui ne rent fors fumée
Par darriers est huée.
;
III V

17
uant verdure passe 33
ames, viez reparées
Et nature faut Qui ensi amez,
Et colors eslasse En vilaines soudées
Et veillece essaut, Vos cors deportez.
21 Li donnoiemenz pou vaut 37 Quant borsieres devenez
De char froide et de cuer chaut. Et vo tens est toz usez
Trop grant dolour amasse Traëz autre marrele :
Qui chiet en tel nasse. Ceste amours n'est pas bele.
N° 53, folio 691. Jeu parti, en forme de songe, du roi de flaDacre (Raynaud 339)

'au trenuit
sI@
D'un - jeu par - en
ti
mon dor
en chan - -
mant
tant,
Fui
Et
en
en
grant dou
grant ba
-
-
tan
lan
-
-
ce
ce,

Quant A - mours me vint de -


vant Qui me dit: Que vas que
cc -rant
Trop as co-ra - ge mo -
vant : Ce te muet d'en -
fan - ce *

II IV
ili ors tressailli durement 25
«,fm:'aies si le cuer desvé,
9 —
En grant esmaiance ; Mais en moi te fie!
Dis li: «Dame, se j'entent Qui est en ma poësté
En ma grant pesance, Plus mauvais n'est mie,
13 C'est par vostre faux semblant 29 Ainz a cent tanz plus bontey
Qui m'a mort si cruëlment.
Partir vuil de vostre gent
Par vostre esloignance. »
Plus valoir, plus largetey.
Tost t'avrai guierredoné
Met t[oi] en ma baillie. »
:
III V
«(il
17 -
A longue durée
n'avra jason voloir 33 — «
Tant m'avez beau sarmoné
Que ne lairai mie.
, Qui por mal ne poinne avoir Que ne faœ vostre gré.
Change sa pensée. Mon cuer et ma vie
21 Encor t'en puez pou doloir ! 37 Met en vostre voluntey, i

Mout doit avoir le cuer noir Malgré cés qui m'ont mesley
Qui por faire son pooir A vos cui j'ai creantey
Pert sa desirrée. »

41 «
r vos pri merci, por Dey
Que cil qui tant a amey
A estre en ahie.

!
A vos s'umilie. »
N° 54, folio 71b. Débat anonpme (Raynaud 1321)

-
'au trier
Tant es -
toie en un ver -
gier, S'o -
hi deus da - mes con soil
- - lier
qu'e-les pris-trent a tan -
cier Et lor pa - ro -
les a hau - cier.

A-co-tcz ful,lez un ro -
sier, De-soz une en -te flo -
ri-e. Dist l'une a l'au-tre:

« Con - seil quier D'un mau -


vaisquim'aimme et pri - e Pour loi - er.

A - me -
rai je donc che - va -
lier Co - art por sa me-nan -
ti - e?»
II IV
12 «
fÊJns autres
me refait proier,
Frans et cortois et beaux palliers,
34
Ïbit
la fause
De mesaise et de fain morroit.
:
« Qui vos creroit,

Et quant il reva tornoier N'aing pas chevalier qui tornoit


En son païs moillor ne quier. Et erre et despent et acroit
16 Sages est et tient son cors chier, 38 Et en yver se muert de froit,
Sanz orguil et sanz folie. Quant sa creance est faillie.
Mais il n'avroit d'amors mestier Ne quier que mes druz peceoit
19 Qui tort a merchëandie. 41 Grosse lance por s'amie,
Au premier Orendroit
Li fui cruelx a l'acointier Prenez l'onor et je l'esploit :
Por le mauvais qui me prie. » Si verrons la mieuz garnie. »

III
23
Pit la bone :
Je di par droit
Que tres bele dame amer doit
« 45
((épais toi, pute, va
Je ne te puis plus escouter.
V
!
bordeler

Bons chevaliers, s'ele aperçoit Puis que tu vuez a mal aler,


Que fins et lëaus vers li soit. Nuns ne t'en porroit destorber.
27 Et cele cui avoirs déçoit, 49 Cornent porras tu endurer
Dame ne l'apel je mie
Garce est, puis que l'en seit et voit
: En ton lit vil compaignie?»
Li voloit l'un des eulx crever.
30 Que por loier s'est honie. 52 Mais Gaces nou soffri mie
Qui la croit Au torner,
Fox est et sa folie boit, Ainz li ala des poins oster :
Quant de l'argent l'a saisie. » De tant fist il vilenie.
N° 55, folio 73 e.
Chanson de croisade, du châtelaindeCouct) (Raynaud 986)

-re- te
jfriTy

no-veax temps et maiz et vi - o
i le te Et ros - sig noz me se - moig-nent d'à
Et mes fins cuersme fait d'une a-mo - -
--
Sidouzpre sent,neldoitnuns re -
su
-
-
mer.
ser

"Or me lait Dex en tel ho - nor mon - ter Que cele ou j'ai mon cuer et mon pen - sey

Soit u - ne foiz en -tre mes braz nu - e - te, Ainz que j'aille ou - tre - mer.

II IV
9 u comencier su si franche et doucete,
cF). 25
mil sopirs que le jor doi par dete
Je ne cuidai por li maus endurer. Ne me vuet pas d'un tout soul aquiter.
Mais son cler vis et sa douce bouchete Ne Fausse Amors ne vuet que s'entremete
Et si vair huil bel et riant et cler
13 M'orent ainz pris que mi soie donez.
De moi laissier dormir et reposer
29 S'elem'ocit, moins avra a garder.
;
Mais, s'or mi vuet retenir et quiter Si ne m'en sai vengier fors au plorer,
Mieuz aing a li servir, si me promete, Car, qui Amours destruit et desherite,
Qu'a une autre achever. L'en ne set ou clamer.

III
17
mas !
por quoi l'ai de mes eulz esgardée, 33
or totes joies est V
cele coronée
La douce riens que Fause Amie a non? Que j'aid'Amours. Dex, faudrai je donc?
! par Deu, telx est ma destinée;
i
Quant de moi rit et je l'ai tant plorée, Oïl
Sidoucement ne su trahiz nuls hon. Que tel destin me donent le félon.
21 Tant con su miens, ne me fist se bien non. 37 Si sevent bien qu'il font grant mesprison,
Mais or sui siens, si m'ocist sanz raison, Car, qui ce toit dont ne puet faire don,
Et c'est por ce que de cuer l'ai amée : Il en conquiert enemis et mellée
N'i set autre achoison. N'i fait se perdre non !

41
i coiement ai ma dolor menée
VI

Qu'a mon semblant ne le coneüst on.


Se ne fussent la gent malaürée
N'eusse pas sopiré en pardon
45 Rendu m'eüst Amors mon guierredon.
:
Mais, en ce point que dui avoir mon don,
Lors su ma mors enseignie et mostrée.
Ja n'aient il pardon !
N° 56, folio 74e. Chanson du Châtelain de Coucp (Raynaud 40)

a dou -ce
M'a-dou-cit tout le cuer et
- -
voizdou ros sig notsau
ra-so
-
-
va
a
-
-
ge
ge.
Q'oi nuit et jor coin - toi - er et ten - tir
Lors ai ta-lant que chant por res-bau-dir.

Bien doichan - ter, quant il vient a plai -


sir -li que
Ce j'ai de mon cuer fait ho -ma-ge.

Bien doi a - voir grant joie en mon co - ra - ge, S'e - le me doigne a son -
oés re te -
nir;

II III
9
hançon, va t'en por faire
mon message
nques vers li n'oi saint cuer ne volage,
La ou je n'os ne parler ne tentir
Que tant redout la male gent sauvage
; 17
Si m'en devroit por ce bien avenir
Ainz aing et ser et aor par usage
:
Qui devinent, ainz que puist avenir, Li, cui je n'os mon penser descovrir.
De nos amors. Dex lor doint maleïr ! 21 Que sa beautez me fait si esbahir
13
Que tant amanz ont fait ire et domage
Por ce doit bien Guioz qu'en son aage
! Que je ne sai devant li nul lengaige,
Ne resgarder n'os son simple visaige,
Ne porroit bien eürs Amors servir. Tant en redot mes eulz a départir.
N° 57, folio 74 d. Débat de Conon de Betune (Raynaud 1574)

siau-trier vint en cel au-tre pa C'uns che - va liers ot u - ne dame a -


a - -
ïs - -
mé e,
Et la da - me, toz jors en son bon pris, Li a s'a - mor es-con-dite et ve -
hé - e.

Quant vint a - près, si li a dit <A - mis, A - mé vos ai par pa - ro -


le maint dis ,

Or est l'a - mours con-ne - üe et pro -


vé - e. Si se - rai mais dou tout vos - tre de - vis.»

9 i II
chevaliers la resgarda ou vis
Si la vit mout pale et descolorée.
; 25Çfs
IV
ertes, dame, j'ai bien oï parler
De vostre pris, mais ce n'est ore mie
Et de Troye rai je oï conter
!
« Dame» dit il, «bien sui morz et trahiz
Quant n'eüstes l'autrier ceste pensée. Qui su ja dis de mout grant seignorie :
13 Vostre cler vis qui sembloit flor de lis 29 Or n'i puet on fors la place trover.
M'est si tornez du tot de mal en pis Ensi dame, vos lo a escuser
Qu'il m'est avis que me soiez emblée
A tart avez vers moi ce consoil pris »
;! Que cil soient repris de l'eresie
Qui dès or mais ne vous voudront amer. »

III V
uant la dame s'oï si ramponner, r2
(<^uar Deu, vassaux, mar vos vint en pensey
17
Honte en ot grant, si repondi marrie : 33
Que vos m'avez reprové mon aage.
Se j'eusse ja tout mon tens usey,
« Par Deu, vassaux, je vos sai bien gaber.
Cuidiez vos donc qu'a certes le vos die? Si sui je tant riche et de haut parage
21 Nenil !par Deu, ainz ne l'oi en penser.
Savriez vos dame de pris amer?
37 Qu'en m'ameroit a mout pou de beauté.
Ne il n'a pas encor un mois passé
!
Nenil, certes Ainz avriez envie
D'un beau garçon baisier et acoler.
Que li Marquis m'envoia son message,
Et li Baviers a por m'amour ploré.
»
N° 58, folio 75 b. Cl)an60n d'Aubin de Se3anne (Raynaud 433)

If onc temps ai es té En 1--re sanz joi e; Or me vient a gré


As - - sez ai chan-tey,
-
- -
Mais je m'es for çoi
-
- e.

Que ren - -siez


voi soi - e, Qu'Amours m'a mous
- trey Que je la ser -
voi - e

A sa vo -len - té
II IV
10
ex,
tant buer su nez 28 aseoz en chantant
Cui Amours maistroie ; Dit que n'ainme gaire
Que, s'il est grevez, Qui, por mal qu'il sent
De legier rapaie. S'en bée a retraire.
14 Toz mi sui donez 32 Moi n'est il neant
Se morir devoie, Se ja por mal traire,
Ne n'ai enpensey Se je a mon vivant
Que partir en doie Pooie riens faire
Tot mon aé. A son talant.

III V
19 ele, vos m'aten,
a ame, por soffrir
Franche debonaire ;
Por un bel semblant
37
Ne porroie mie ;
Rien tant ne desir
Me poez atraire. Ne plus n'ai d'envie.
23 Quant vois remirant 41 J'ai cuer de servir
Vostre cler viaire Vos cui pas n'oblie.
Joie en ai si grant Je n'en quier partir,
Que ne mi puis taire : Ainz voudrai ma vie
Por ce chant. En ice fenir.
N° 59, folio 75 c.
Qanôon de Pétrin d'flngicouct (Raynaud 1692

t'i jo -lis maiz ne la flors qui blan choi -e -


Ne chanz d'oi seaux ne prez ne verz bo -
cha ge
- -
Ne me fait pas chanter ne me ner joi -e Tout ce me fait for - ce de seig-no ra -ge
- -

Et ma da me,cui - j'aifaitligeho-ma-ge, Cui j'aingde cuersanznu -lefau-se-tey,


De cui je toing si grant jo -
li - ve - tey Que sanz en -nui en u-se-rai ma vi-e,

Et s'en di - rai mainte chan - çon jo -


li - - e

10 )ëaus Amors que


II
toz les biens envoie
Me fait tenir un mervoillous usage :
28 é ! IV
mesdisant, amer ne vos savroie.
Dex vos envoit un mal qu'en claimme rage !
Qu'ele m'ocit, et si chant tote voie. Se ç'avenoit, que par raison diroie :
Quant plus me duil, plus ai joli corage, La fausetez parroit enz ou visage
14 Puis que por li aing et vuil mon domage. 32 Dou mesdisant et de l'amant volage.
Bien l'en deüst prendre aucune pitié. Si seroient bien et mal esprové,
!
Hé las je l'ai par ma maleürtey. Selonc le droit d'Amors guierredoné.
Je sai de voir qu'autrement n'est ce mie
Ma mescheance a pitié endormie.
: Lors si avroit li vilains vilenie
Et li lëaus amis lëaul amie.

19 (.!.J
III
ma dame son prisonier guerroie,
Mout puet petit prisier son vasselage.
37
!.I;tl;é,
Cr~p
V
franche riens, simple, gentis et coie
Cui hons je sui liges en héritage :
Car, por morir, vers li ne penseroie Quant fine Amors consent que je vos voie,
Deslëauté, vilenie n'outrage. Ja tout le jor ne doterai malage.
23 Bien me devroit torner a avantage 41 Douce dame, vos estes bien si sage
Ce que vers li ne pans fors lëauté. Qu'assez poez savoir ma volenté ;
Si m'envoit Dex garison ne santé En vos servir ai si mis mon pensey
Prochainnement, ainz que cist maux m'ocie ; Que nuit et jor i pans et estuidie.
C'onques vers li ne pensai tricherie. Se ce n'est sens, c'est ce riche folie !
N° 60, folio 771'. Chanson de martin le Béguin (Raynaud 1172)

ë - aus
ICS

Mi
de - sirs et pen
fait chan-ter, ne - sé - e jo - h
-
por-quantn'estcemi - - e Et fine A - mours, qui dou tout m'a sai - si,
e Pour nul de - duit de que j'ai - e jo - hi.

Ainz chant, sanz plus, en es - poir de mer - ci, Que j'aten -


drai jusquau chief de ma vi - - e

Et, s'ainz la mort a-voi-e - -vie


de ser -e
Joi d'a -mours,plusio-lizense-roi-e

Et plus so - vent et micuz en chante -


roi - e.

ige, bone
II III
10
Jfle, dame droit loée enseignie,
a et
Saige et vaillanz, cortoise et bone ausi :
Amors!
Que n'avez vos envie
De guerroier ma dame ausi con mi
Con fins amis et desirranz d'amie Tant qu'ele eüst coneii sa maistrie?
Por Deu vos pri ne metez en obli S'avroit, espoir, pitié de son ami.
14 Ce que touz jors si doucement vos pri 23 Je ne di pas, Amors, qu'il soit ensi.
De lëaul cuer sanz point de vilenie.
Ja vostre honors n'en seroit amendrie Trop se tendroit ma dame a mal païe,
Se je en vos aucun confort trovoie
Quelx que il fust, en bon gré le prendroie.
; Se per sohait a tel honor venoie ;
Mieuz aing servir tant que j'avoir la doie.
N°61, folio 78a. Chanson d'f{lart de Cbans(Raynaud 1635)

-
|oë-ausA mors,puisqu'en fincuers'est mi
-
se. N'en doit ja - mès par tir ne re-mo voir,
Car la do-lours qui fin a-mant jus -
ti
-
- se Sem -bledou-çour, quant on puet a
la
-
- voir.

,Nnns biens -
d'a mors ne puet pe- tit va - loir, Ainzsonttuitgrant,quantonlesaimme etpri-se;

Ce doit fins cuers et en - tendre et sa -


voir.

II IV
¿jelx puet dire 1f{
8 que la morz li est prise 22 uns ne porroit de lor jangler desfendre,
Por bien amer, qui ne dit mie voir. Tant les het Dex, ne s'en vuelent oster.
Mais faus amant le font par fause guise ; Ne plus c'on voit le vent quant il est graindre
Malvais loier lor en doint Dex avoir ! Puet on savoir lor cuer ne lor penser.
12 Qui en porroit morir en bon espoir, 26 Nuns ne se puet de lor aguet garder
S'arme seroit sanz poinne et sanz joyse. Fors que de tant que mieuz se sevent plaindre
Por ce m'en lo quant plus mi fait doloir. Que ne font cil qui se muirent d'amer.

III V
(<^f'aing ouce dame, quant ma morz vos vuet plaire,
15 lëaumentsanztrichier,sanzconfendre»
Ce dient cil qui en vuelent trichier. 30 Ainz ne morut nuns hons tant bonement.
La merci Deu, ce me font a aprendre Or est bien droiz que la granz amors paire
Dont fine amours puet plus atendrier. Dont je vos aing de cuer entièrement.
19 S'il,savoient qu'il m,'ont fait empirirer,
Lor fausetez en seroit, espoir, maindre.
33 Et cil qui dit que m'amez, il se ment
Ce poise moi, ire en ai et contraire.
;
!
Non seroit, voir qui droit voudrait jugier. Pleüst a Deu qu'il fussent voir disant !
N° 62, folio 79 b. Chanson dHdan de la fïalc (Raynaud 1186)

i
Car
jo -
liz maux que je sent ne doit mi
j'ainde cuer, s'ai pen-sée en-vo- si
- e
e
Que de chan
Et vo -len -
-té
ter me puis
de Ion - se plus te - nir.
-
gue -
mentsof- frir.

Ne ja de moi n'iert ma da me pro ï Car mer voil les


- e a - - re - mir

Co - ment nuls a cuer d'o ïr Que sa da - me l'es-con-di--e


II
9 JF;ox est qui trop en son cuidier se fie;
C'on voit aucun sus l'espoir d'enrichir
Emprendre tant qu'il après en mendie.
Tout ce me fait de li proier cremir.
13 S'aing mieuz assez user tote ma vie
En un joli sovenir
Que par trop taillant desir
Perdre ce donc j'ai envie.
N° 63, folio e.
79
Cf)0n50n anonpme (Raynaud 1445)

e brun temps voi res - clar


Qui me font le cuer fre -
-
cir
mir
Et
Et
s'oi les oi
dou - ce-ment
-
selx chan
re - mem
-
-
ter
brer

La ou Dex me doint jo ïr De bien a mer Ceque jen'oxes-pe-rer.


Queriensoumont ne -
de-sir Fors —
-
- a-com-plir.

II IV
io W al ai, je nou puis eovrir, 28 mostra
IpU'ore qu'Amors me
Et
n'en vuil eschaper,
si Tote beauté a sohait,
Que fins cuers ne puet garir, Mes fins cuers ne se garda
Mais il en doit amender. De son debonaire agait.
14 Douce dame, a vos servir 32 En resgardant le navra
Et honorer D'un douz atrait ;
Etamer [et deservir] Cist douz resgarz l'ocirra,
Irai querir Se merci n'a
Le mire a mes maux saner. De moi qui riens n'ai meffait.

III V

19
çtsist mires m'alegera 37
pliant je resgart et remir
De touz mes max, se li plait. Son gent cors et son vis cler
Qu'en son poing tient et tendra Ne je ne m'os enhardir
Ma santé et mon dehait. D'un soul mot a li parler,
23 Dex !
quel aumosne fera
Se bien me fait!
41 Lors m'estuet maint grief sopir
A estrangler.
Tot ausi me demanra, Por Deu, doingne son ami
Com li praira, Tant de lesir
Que je li quit guerre et plait. Qu'a li s'osast confesser.

çfsonforz
46 ne mi lait morir
Ne mais durer,
Quant je cuit estre a loisir
De mal soffrir,
Et je me truis au rentrer.
N0 64, folio 82b.Chanson du Châtelain de Coucp (Raynaud 671)

er-re-ment chan-çons
*Iîî
-
er-ci cla manz de mon
Car tra-hi m'a et mort,
fol
mien es-ci - ant,
-rai
Fe
Mes
la fin de mes
jo-lizcuerscui je
o - ïr.
doi tant ha - ïr.

Tel mal m'a fait por le dit d'au -tre !


gent Tuit sont par - ti de moi joi-oux ta - lant

Et, quant joi - e me faut, bien est rai - sons Qu'a-vecma joi - e -
fail-lentmeschan çons.

II IV
9
ien sai qu'il est lieux et poinz et raisons 25ainz nuns amanz ot de mesfait pardon,
Qu'a touz les biens dou mont doie faillir.
Car porquis l'ai, et moie est la saisons,
Donc mi devroit par droit bon los tenir ;
Car je forfis en bone entencion
Et, qui mal quiert, il doit bien mal soffrir. Et bien cuidai que me deüst merir.
13 Dex doint que morz m'en soit mes guierredons 29 Mais ma dame ne quiert se mon mal non.
Ainz que de moi soient lié le félon. Por ce si hé moi et ma garison ;
Mais por mentir vivrai et por veoir Et, quant mi mal li sont bel et plaisanz,
Ma bele perde et por plus mal avoir ! Por ce me hé et sui mes mal vuillanz.

l7e III V
es fins amanz prie qu'il dient voir
D'autrui amer ;
pou me sert qui me vuet conforter
mieuz le vaudroit taisir.
Car en mon cuer ne porroie trover
33
Li quelx doit mieuz par droit d'amors joïr
Ou cil qui ainme de cuer a son pooir
:
Que je de li partisse mon désir. Et ne s'i set mie tres bien covrir,
21 Se ce me fait que me vuille grever, 37 Ou cil qui prie sanz cuer por decevoir
Puis que s'amor m'a faite comparer, Et bien s'i set garder par son savoir.
Tot li pardoing a mon definement Dites, amanz, qui vaut mieuz par raison,
Et, se mes cuers li faut, m'amour li rent. Lëaus folie ou sage trahison?
N° 65, folio 83 d. Chanson anonpme (Raynaud 420)

- :Mout m'a de mo Que j'ai-ré chan


Au douz temps d'es-tey Au tre - si com
-
-e -téje so-loi
a joi-e Mais une amours
- - e.

me guer roi -e Et tient es ga ré, Ou j'ai (mis tout) mon pen - sey
- - -

En quel - que leu que je soi - e.

II III
9ovent ai ploré çvès qu'il est ensi,
Dou talant que j'en
Etplusdesirré
avoie, N'est pas droiz que je m'en plaingne
Je n'ai pas menti
;
Qu'entre ses deuz bras n'estroie.
13 Si vuil bien qu'ele m'en croie, 21 qu'ele ne me daingne.
Que j'ai mon aé Et si sui gariz
Lëaument amé, D'estre son ami,
Que nule rien n'en disoie. Il li
Se plait qu'o remaigne.

IV
25 ame, mon talant
Vos dirai sanz decevance.
Par un beau semblant
M'avrez gité de pesance,
29 Qu'ainz empereres de France
N'ot joie si grant.
Hé ! las, por que chant
Mort m'en a la remembrance.
?
N° 66, folio84a. Chanson du duc de Drabant (Raynaud1839et1846)

a
Ainz di
dou
-ent
- ce da
au- - nie, on ne me croit
cun or en-droit
-
Que vos me sa ciez chant tro
Que je faischançonssanz a -
- ver,
mer.

Mais ce ne me puet gre ver, Car je ne chant por nui lui Fors por vos, à,
- -

cui je sui. Et vostre a - mors m'en se mont Qui me maint ou cuer

par -font La l'aisen -


ti - e Et se - rai tote ma vi -- e.
II III
12
7% il
qui de bien amer recroit 23 ovent me covient desirrer
Et qui en puet son cuer oster Quant plus sui liez entre la gent,
Ne doit mie faire par droit Que je soie seus por penser
Bon chant, ne beaux diz controver. La ou sunt tuit mi pensement.
16 S'a merci puis recovrer
Ja mais jor n'avrai ennui.
27 Hé! bele et blonde au cors gent,
D'une chose ai grant désir :
Se ce non, j'ai tot perdu, Que vos peüsse tolir
ig Car riens ne pris en ce mont 30 Ou embler un douz baisier
Fors vos cui mes amours sont, Par si que, se corrocier
Ne d'autre amie Vos en cuidoie,
Ne me prist onques envie. Volentiers le vos rendroie.
N° 67,folio84b. Cf)an50n| anonpme (Raynaud1910)

flout m'a
Et
- be -
lit li chanz des oi Ions Et
-
la ver - dours et es - tez qui re - pal - re.
seil -
-
non porquant ce n'est pas l'a-choi sons Dont mes fins cuers se muet a chançon fai - re.

-
D'A mours me vient l'es -pe - rance que j'ai, Cui li - ge - ment fui et sui et se - ;
rai

Qu'en la moil-lourdou mont me fait en - ten-dre Et cuer et cors a li don - ner et ren - dre.

II IV
9 ,ens et beautez, valours et hauz renons 25rpuit mi désir, toute m'entendons,
Sunt en ma dame et a toz la font plaire. Tuit mi panser, ma joie et mi contraire
Ma dame est telx qu'Erodes et Noirons Vienent de li, certes, qu'il est raisons ;
Fussent o li cortois et debonaire ;; C'uns de ses biens vaudrait d'autres mil paire.
13 Ma dame set conforter en esmai 29 Dame et Amors, por Deu que devanrai?
Ma dame set dou faus faire verai ; Vivrai j'ensi? Se Deu plait, non ferai!
Ma dame set touz biens faire et aprendre, Vos volez tant mon guierredon contendre
Toute bontey puet on a li comprendre. Que mes morirs devancira l'atendre.

l7eau !
sire Dex quant vendra la saisons 33
E-té
las
V
! cornent me vendra guierredons?
Qui le porroit de si haut si bas traire?
Que je li os par droit mes max retraire?
Se li ne plait qu'entende mes chançons, Nuns fors qu'Amours qui donne les beax dons,
Autres proiers me sembleroit mesfaire. Qui par pitié set bien orgueil desfaire.
21 Je n'os parler de li, s'en chanterai, 37 A celi pri merci et prierai,
Et en chantant fine Amor prierai Car j'ai veü et, se Deu plait, verrai
Qu'ele, por Deu, le laz li vuille tendre Qu'Amors font bien le haut ou bas descendre
Dont ele sot mon cuer lacier et prendre. Et font planter cuer en autre et reprendre.

41
'ouce dame, sanz plus, tant vos dirai :
Quant vos m'avroiz tochié a droit essai,
Se vos trovez en m'amor que reprendre,
J'outroi qu'Amors le me puisse chier vendre.
N° 68, folio 87h. Chanson de fjugue de Bet3é (Raynaud 1821)

tuns hons
Mais, quant
ne -
seit d'a mi qu'il puet va
-
il voit le da mage a - pa
- loir De ci a - donc qu'il l'a dou tout per - dv.
roir, Adonc dit il; Hé laslcon mar i 1
lui Il
-

En -cor ne m'a ma -
da me con ne - - iï. Quant g'iere morz, lors por - ra bien sa - voir

Que pert da - me qui pert son lë - aul dru.

II IV
8
t@nques de li n'acompli
mon voloir, 22
tor quoi me fist onques au comencier
Mais ne m'a pas por tot ce recreü ; Semblant d'amors, quant or m'ocit ensi?
Ainz ferai mieuz por s'amor mon pooir Cil cui je l'oi chascun jor tant prisier
II Qu'ainz mais ne fis, se tot m'a deceü. 25 Ne jugent pas le felon cuer de li.
Onques n'oï parler d'ome veincu Large d'avoir et tenant de merci,
Que grant honor peüst après avoir : Por quel forfait me fait el repairier
Por ce vuil mieuz morir desoz l'escu. La donc j'oi près mon corage parti?

III V

15
locWorir
vuil je quant d'anors la requier, 29 ant ai chacié, bien deüsse achever.
Puis qu'ele m'a deus foiz ou trois menti. Mais ensi m'est destiné et promis
Ne promesse ne m'i puet mès aidier, Que ja nuns biens ne me vendra d'amer,
18 Ne dès or mais n'i vaillent riens chasti. 32 Puis que je sui de li veoir eschis,
Mout sui doutanz qu'ele n'ait autre ami. Ne je ne puis droite achoison trover
Bien vousisse, por issir de dongier, Por quoi je puisse aler en son païs,
Estre sanz eulz, quant je premiers la vi. Ne son gent cors veoir ne esgarder.

VI
36 'ele vousist que j'osasse parler
De ma dolor aucun de mes amis
Qui me peüst aucun confort doner,
39 Bien peüsse garir, ce m'est avis.
Ahi !
plesanz, ne vos puis oblïer !
Por vos morrai, ja n'en avrai merci ;
Ce qui n'i est, n'i puet on pas trover.
N° 69, folio 87 c. Chanson de moniot d'f{rras (Raynaud 739)

Quant ce le, qui Ion - gue ment, M'a te - nu en grant es -


mai,
- -
-

Re - çoit vise et prent. Et je plus ne li quier mi e.


mon ser - -

II III
9$t|$uer et cors entièrement
"e sai por quoi ne cornent
En son servise metrai.
17
M'avint, quant si haut pensai
Nou je pris le
;
hardement,
Beau m'est, s'ele me reprent
Si tost con je m'efferai ; Car en moi chose nen ai
13 Et, quant je a esciant 21 Qui d'amer si hautement
Ses comanz trespasserai, Me deüst metre en essai
Ja puis n'aie alegement Fors amors tant soulement
Des max dont je quier aïe. Qui sor moi a seignorie.
N° 70, folio 88d. Chanson de Jaque de Ctjsoinçj (?) (Raynaud 513)

-ovele ;
Mi
a
fait chanter
- mors qui m'est au cuer en
c'est fo
-
li - e pro -
tré - e -
D'u - ne da - me qui m'a lume et es prent
vé - e, Qu'a moi n'a - fiert d'à - mer si haute - ment.
-
-

Si en mer - ci A - mors qui me con - sent Que par li mete en tel 'leu ma pen - sé - - e

Donc ma joi -
-vroit
e de es-tre dou -blé--e Et la va - lours dou cuer que si haut tent.

9 ouce dame,
II
haute chose honorée,
A cui touz biens et toute honors apent,
25
il IV
faux amanz qui vont par la contrée,
Qui font semblant et chiere de neant
Ne cuidiez pas que je die a volée Et des dames ne quierent fors la bée,
Que je vos aing de cuer entièrement. Font as amanz maint grant ennui sovent.
Si me doint Dex d'amors confortement,
13
C'onques nul jor ne su par moi fausée.
Mais on ne set qui ainme ne qui hée,
Car une amors m'a joie ramenée ;
29 Mais je me ri et duil, ne sai cornent,

Touz jors i pans, ne riens tant ne m'agrée ;


Car chascuns dit qu'il ainme lëaument. Mais je me duil dou panser folement.

III V
17épantost com vis la bele, la sennée
33^mer m'estuet sor toutes l'esmerée,
G'i mis mon cuer si amoreusement Car mes fox cuers s'i atise et entent.
Que ne le truis ne soir ne matinée. S'en est ma joie creüe et amontée
S'ai achoison de chanter liement, De ma dolor et de mon grief torment.
21 Car bone Amors le m'enseingne et aprent. 37 Or primes sai que cuers amorous sent ;
Si ne conois ma dure destinée, Si en avrai une durée soudée,
C'onques d'amors ne pensai a rien née Car je voi bien la morz m'en iert donnée ;
Donc je par droit eüsse aligement. De cest servise autre loier n'atent.
? 71, folio e. Chanson de croisade,
90 deCononde13etune (Raynaud 1125)

i
Qui on-ques
!
mi A - mors, si du
fust
-re de-par
a - mé - e
-
ti
vi
- e Me co -ven
Dex me ra
- dra fai
moint a
- re de la moil
li par sa dou
-
lor

'OJ
ne ser - - c. - - çour

Si voi - re - ment com j'en part a do -


lor. Dex !qu'ai je dit! Ja ne m'en part je mi -e!

Se li cors va ser -
vir nos - tre Seig - nor, Touz li miens cuers re-maint en sa bail - li - e.

II IV
9 or li m'en vois sopirant en Surie, 25
.ç¿
'or vuet avoir honte et vie enniouse?
Que nuns ne doit faillir son creator. Si voist morir liez et bauz et joianz,
Qui li faudra a cest besoing d'ahïe, Car cele morz est douce et savoreuse
Sache de voir, faudra li a greignor. Ou conquis est paradis et honors.

III
13 Et saichiez bien li grant et li menor 29 Ne ja de mort n'en i morra uns sous,
Que la doit on faire chevalerie, Ainz vivront tuit en vie glorieuse.
C'on en conquiert Paradis et honor Et saichiez bien qui ne fust amorous
Et pris et los et l'amor de s'amie. Mout fust la voie bele et delitouse.

V
Sonc tens avons esté prou par oiseuse, Tuit
17 33 li clergié et li home d'aaige
Or i parra qui a certes iert preus Qui de biens faiz et d'aumosnes vivront
Vescu avons a honte doloreuse Partiront tuit a cest pelerinage ;
Donc touz li monz est iriez et honteus. Et les dames qui chastes se tendront
21 Quant a noz tens est perduz li sains leus 37 Et leauté portent cés qui iront —
Ou Dex por nos soffri mort angoisseuse, Et s'eles font par mal consoil folage,
Or ne nos doit retenir nule honors
D'aler vengier ceste perde honteuse.
Ha les quelx genz mauvaises les feront !
Car tuit li bon iront en cest viage.

VI
17
41
1cr'
ex estass en son haut héritage.
assis
Or parra bien con cil le secorront
Cui il geta de la prison ombrage
Quant il su mis en la croiz que Turc ont.
45 Certes tuit cil sont honi qui n'i vont,
S'il n'ont poverte ou veillece ou malage,
Et cil qui jone et sain et riche sont
Ne porront pas demorrer sanz hontage.
N° 72, folio c. Chanson
91
de 0illebert de Berneoille (Raynaud 138)

-
t@n-quesd'A morsn'oi nu le si grief poin-ne Quime
fë --
ist ,nul jor des-es-pe rer.
Tantaing de cuersanz pen - sé-e
-
vi-lain-ne
-
La riens dou mont qui plus fait a lo er.

Bien m'est A - mors et nuit et jor pro - chain - ne, Q'ou cuer me maint, ne me ver -ra a - ver;

Car je li doing -
quan que li puis do - ner: Etcueret corsetpen-sé-e so-vrain-ne.
II IV
9
^) nques Amors ne su de moi lointainne 25
usi vos di :qui forvoie en outrage
Ne je de li, puis que je soi amer. En fauseté, en penser folement,
Tout a mon cuer en son lige demainne, S'il vuet en bien muer son fol usage,
Et si sai bien que ne m'en puet sevrer Voist esgarder le beau contenement
13 Longue atente, tant soit a moi grevainne. 29 Et la valor de la tres bone et saige.
Tant m'a conquis qu'el me fait aorer Ravoiez ert en bon enseignement,
Li, et la croi tant qu'el me fait sembler Con marenier a cui l'estoile aprent
Que c'est li Dex de la joie mondainne. Par mi la mer le plus seür passage.

III
l7ele cui j'aing est tant de bonté plainne
Qu'il m'est avis que la doi comparer
33
V
tuens d'Anjou, j'ai mis mon cuer en
Que vers Amours n'ovrerai fausement ; ostage

A l'estoile qui nomme Tremontainne Touz jors serai lëaus en son homage.
Dont la bonté ne puet onques fauser.
Le marenier par mi la mer hautainne
Hé ! fils de roi, car li faites present
21 37 De vostres cors, ja n'i avrez domage,
Fait ravoier et a droit port sigler, Et s'en croistra [vostre honor] ausiment.
Et set et voit quel part il doit aler Car il n'est nuns, se fine Amors l'enprent,
Par l'estoile dont la ver:
est sainne. Ne soit adès plus cortois son aaige.
N° 73, folio 95 b. Chanson du roi"de HaDacre (Raynaud 237)

Pour con-for-ter ma pe-san-ce Fais un son. Cil qui conquist la toi - son,
Bons iert se il m'en a -van-ce, Car Ja-son,

N'ot pas si grief pe-ni -tan-ce. E, e, e!

8 e II
meïsmes a moi tence,
Car raison
22
IV
"M ieuz aing de li l'acointance
Et le douz non
Me dit que je fais enfance, Que le rëaume de France,
II Quant prison 25 Mort Mahom !
Teing ou ne vaut reançon
Si ai mestier d'aligence.
; Qui d'amer quiert achoison
Por esmai ne por doutance?
E, e, e E, e, e!

15 a III
dame a tel conoissance
Et tel renon
29
V
fBien ai en moi remembrance
Et compagnon ;
Que je ai mis ma fiance Touzjorsremir sa semblance
18 Jusqu'enson. 32 Et sa façon.
Mieuz aing que d'autre amor don Aiez, Amors, guierredon,
Un resgart, quan me le lance. Ne soffrez ma mescheance. !
E, e, e! E, e, e!

36 ame, j'aientencion
Que vos avroiz conoissance.
E,e,e, !
N° 74, folio 96d,
Débat, (Raynaud 1111)
entre le roi de TTaoarre et Philippe de Hanteuil

--t ar Deu, si re de Champagne et de Bri - e, Je me sui mout d'u - ne rien mer - voil liez :
Que je
-
-
voi bi - en que vos ne chantez mi e,
-
Ainz estes pou jo - liz et en - voi - siez.

Car me di - tes por quoi vos le lais - ! Es-tez


siez re - vient et la sai-sons -
fio ri-e,

Que toz li monz doit es - tre bauz et liez. Et bien sa - chiez que moins en vau-drï - ez.

-
S'A mors s'es - toit si tost de vos par - -
ti- e..
II v
10
thelippe, n'aide chançon faire envie, 37
ire, trop est Amors et douce et chiere,
Que d'Amors sui partiz et esloingniez. Et trop m'en plait li servirs et li nons.
Je l'ai lonc tens honorée et servie, Servirai la, sanz moi retraire arriere,
N'onques par li ne fui jor avanciez ; D'uevre et de cuer et de faire chançons.
14 Si ne vuil plus de li estre chargiez. 41 Quant li plaira, s'en avrai guierredon,
Par tot la voi et remese et faillie, Que je la sai leal et droituriere.
Mout est ses nons et ses pris abassiez. S'ele tot est blasmée des félons,
Dou tout m'en part, et vos si feriez, Des desloiaus qui quierent achoisons,
Se ne volez demorer en folie. Et mout m'est bel, quant il la truent fiere.
III VI
19 .ire,
a grant tort m'avez Amour blasmée, 46
helippe, Amors est fause et trop legiere.
Et dou partir fol consoil me donez. Encor direz que voire est ma raisons.
S'Amor avez mal servi et guilée,
Por ce n'est pas ses nons deshonorez
23 Que d'Amors vient toute honors et bontez.
; Quant vos savrez conoistre sa meniere,
Ne tendroiz pas les partiz a bricons.
50 Trop conois bien Am.ors et ses façons :
Qui bien la sert, en faiz et en pensée, A l'encontrer vos iert de bele chiere,
Ne puet faillir ne remaigne honorez
Que sanz Amors n'est nuns a droit loëz,
; Puis troverez guiles et trahisons,
Et, en la fin, n'en vaut neant li dons :
Et cil puet bien pou valoir qui n'i bée. Trop le covient conquerre a grant proiere.

t IV
28 heIippe, Amors est chose forsennée,
55
ire, dazait qui croira voz sarmons
o."
!
Ne nuns ne doit suigre ses volentez. A fine Amor m'outroi, qui me semont,
Tant la conois tricheresseprovée Et maintendrai ma meniere pleniere.
Que je pri[s] pou li et ses fausetez ;
58 Phelippe, encor venra autre saisons.
32 Ainz me sui si de li servir lassez Ainçois qu'aiez conquis les bons respons,
Que j'en hé ceus par cui ele est loée.
Me direz vos q'Amors n'est pas entiere.
Por ce vos pri que jamès n'en chantez,
Que vos seriez toz jors par li guilez,
Si con je sui, qui ainz n'en oi soudée.
N° 75, folio 99 c. Chanson de Guillaume de Diés maisons (Raynaud 2105)

'Çlui-enevenz. ge lé
Que je ne pans a
-nu--leene froi-du-re
cre-a-tu-re
Ne me
Tantcon je
-
por roitre -te-nirdechan-ter;
fais a le-aument a-mer

N'onques blas - mer ne m'en soi a droi - tu - re, Car, qui ain - me de fin cuer sanz fau • ser.

11 ne s'en doit plain -dre mi --e.


II III
-Q ui bien amende de bone
8 il ne dit pas ne raison ne mesure 15 amor entiere,
[Qui dit] qu'Amours face maus endurer. Je ne di pas qu'il s'en doiedoloir,
Car onques n'oi tant de bone aventure Si con je fais ma douce dame chiere,
ii Com quant je puis a ma dame penser 18 Et servirai toz jors en bon espoir.
Et remembrer sa tres douce faiture. Sanz decevoir sui siens en tel meniere
Et, quant mi huil l'osent bien esgarder, Que jamès plus ne li ferai savoir;
Jel toing a grant seignorie. Tant dout que ne m'escondie.

IV
VQnques
22 ne vi Amours cruel ne fiere
A nul ami qui aint en bon espoir ;
Mais faus am.anz se traient tost arriere,
25 Quant on ne fait maintenant lor voloir.
Mais d'un veoir et d'une bele chiere
Sui plus joianz, quant je la puis avoir,
Qu'autres ne seroit d'amie.
Ni) 76, folio d.
99
Chanson de Mabieu le Juif (Raynaud 782)

II VI
(L 1 faux amant qUI se vcntent damer Weax sire Dex,
que me vaut esloignier,
9
Font les lëaus de maie mort morir ;
Et les dames en font mout a blasmer
4I
Puis qu'envers li ne truis desfension?
Amée l'ai de leal cuer entier.
Qui aimment cés qui prient por trahir. N'onques nul mal n'i pensai, se bien non
13 Por ce morrai, c'onques ne soi fauser
Ne puis muer, mon domage ne plaigne.
; 45 Por ce morrai, c'onques ne soi trichier.
!
Las tant mar vi vostre bele semblance
Douce dame, froiz glaives vos destroigne ! Et vos beaux eulz qui m'ont navré sanz lance.
Trop me faites de parfont sopirer. Maies broches les vos puissent saichier !

17 ouce dame,
III
cui j'aour et souploi
Et servirai en trestout mon aé,
Sor tote rien a vos servir m'outroi,
49
t VII
nonporquant je ne m'en quier movoir
De vos amer, s'en devoie morir,
Que mieuz vos vuil servir en bone espoir
Se mes servises vos i venoit a gré. Que de totes celes dou mont joïr.
21 Mais cist travaux m'iert adès, bien le voi ;
Quant plus vos ser, et je plus vost ruis fiere.
53 Que Dex vos fist si faite a mon voloir
C'onques ne vi si tres bele rien née.
Mieuz fussiez vos levée en froide biere. Maie aventure et male destinée
Que longuement en gabessiez de moi. Et maus blasmes vos face moins valoir !

25
r IV
ai je dit corne fox estreloi ;
Ja li mesfaiz ne m'en soit pardonez,
Quant maudite ai celi cui plus doi foi !
57
VIII
cjprahi m'avez, douce dame, por quoi?
Ja n'ai je riens envers vos desservi.
Por vostre amor ai je guerpi ma loi
Servirai la de bone volenté, Et croi en Deu, maugré toz mes amis,
29 Et, se li plait que me retoigne a soi, 61 Et si faites de moi touz voz bofoiz.
Amerai la come ma dame chiere, Trahi m'avez, douce dame honorée
Ou, se ce non, la passions la fiere, [Trahi m'avez, vos soiez traînée.]
S'en brief terme ne prent de moi conroi ! Si voz porroiz mieuz amender vers moi !

33 ouce dame,
V
bien me devez aidier
Soul poritant que mesdisant felon
65
t, s'autrement n'en repuis joie avoir,
Dex vos face si vielle et si ridée
Se sont venté que par lor losengier Que touz li monz fors moi touz soux vos hée;
Savoir se ja me porroiz escheoir !
!
Feront partir deus amanz sanz raison.
37 Las qu'en puis je qu'en moi n'a se mal non?
Tolu m'avez et joie et alejance.
Mais veillece qui d'autrui prent vengence
Vostre gent cors si me puist justisier !
N° 77, folio îooc.Chanson de Jefyan de Brienne (Raynaud 1345)

III
8
ar II
'1]; ar Deu, Amours, se vers li
Ii ne m'aidiez, 15 TiDouce dame, nuns ne vos aimme tant
Je me plaindrai de vos tote ma vie. Com je touz sous, si en morrai d'envie.
Se j'onques fis riens que vos vousissiez, Cent foiz le jor vos resgart en pensant
: Et pri merci que ne m'ociez mie.
11 Li guierredons soit tex qu'ele me die
«Amis, bien sai que ne me haez mie
Lors seroie joianz et envoisiez
: »
18
Je n'ai pooir qu'autrement le vos die,
Et, s'il vos plait a savoir mon talant,
Et a plusors de bone compaignie. Resgardez moi, si conoistroiz ma vie.
N° 78, folio 101b. Chanson de Ricl)art de Sournioal (Raynaud 805)

8
i
c:::
II
com Equo, qui sert de recorder
Ce qu'autres dit, et par sa sorcuidance
22
IV
uit li maçon qui sevent bien ovrer
Et trestuit cil qui sevent nigromance
Ne la doigna Narcisus esgarder, 1 porroient trestout lor tens user

ii Ainz secha tote d'ardure En oevre et en portraiture


Fors la voix qui encor dure : 25
Ainz qu'il feïssent figure
Ausi perdrai tout fors merci crier Qui de beauté la peüst resembler
Et secherai de duel et de pesance. De cuer, de cors, de sen et de vaillance.

III V

15
ouce dame, qui me poez doner 29
t:ais Amors, qui Narcisus fist mirer
Sor toute riens de mes maus alegence, Et qui d'Equo vost prendre la venjance
Si me laissiez morir por bien amer, S'en leu de moi li feïst autre amer
18 Vostre en iert la mesprisure. 32 Tel qui de li n'eüst cure,
Merci, franche creature ! Mis eüst en sa droiture
A la mort sui, je n'en puis eschaper, Le grant orguil qui la fist reveler,
Se lëautez ou pitiez ne m'avance. Et s'en venist plus tost a repentance.

VI
36 as, qu'ai je dit! Qui porroit endurer?
Tant a son cuer d'orguil et de bobance !
Qui li osast soi ne s'amour véer
39 Tant fust d'estrange nature !
Qu'au siegle n'a creature
Qui de beauté puist a li cstriver,
Que sa bontez ne traissist en beance.
N° 79,folio103a. Lai anonpme (Raynaud1931)
N° 80, folio 104 a. Cl)anson d'fldan de la fiale Raynaud 1661)

IIie ne sui pas de tel cop en effroi


II IV
4'est la
raisons por quoi je ne recroi
Ne je n'en quier jamès assoagier
Car, se li maux amenuisoit en moi,
; 31
De li
amer ne de merci proier.
Quant sa bouche m'en chace et je la voi,
Il coviendroit l'amour amenuisier. En departant me covient repairier
Et, au droit jugier, Jusqu'à l'ennuier.
15
Amors art si con li feux : 35
Et, lors que je sui venus,
: !
Car de pres le sent on plus Ele me dit « Levez sus »
18 C'on ne fait de l'eschiver; 38 Ainz que je puisse parler
Et, qui ne se vuet brûler, N'il ne me loist escuser.
Si se traie ensus. Tant sui esperduz ! -

III V
21"%>e je vuil donc
amer a droit, je doi, 41
Ulé! flours dou mont, ou mes travaus emploi,
Ce qui me fait embraser, aprochier, Amoreuse por cuer raleescier,
Mais que je gart envers ma dame foy, Bele dame, saige, de maintien coi,
Si con je fais ; si me vuille ele aidier. Examples bons et beaus por chastier :!
25 ;
La crien corrocier 45
Me poëz je sui veincuz
Assez de chacier
Mes onques ne su(i) si mus !
Ses cuers vers moi, ne repus, Et dou tout a vos renduz
28 Tant m'oysse refuser 48 Por tel raençon donner
Que par son douz resgarder Con vos voudroiz demander
Ne me semblast jeus. Plus avant que nus.
N° 81, foiio I06a.
Chanson de repentir, anonpme (Raynaud 390)

II III
13
hesu Criz,ploins de vertuz, 25ex, qui sez ma conscience
Poissanz, soffranz et fors, Etdedizetdefaiz,
Soies moi verais escuz Bien conois que dès m'enfance
Contre les granz esforz Me sui [trop] vers toi mesfaiz.
17 Des assauz que m'ont renduz 29 Se ne fust ta grant soffrance,
Deables et la mors. De moi fust rouz li plaiz.
De legier serai veincuz, Done moi tel repentance
Que miens en est li tors. Que soie a toi atraiz ;
21 Se je sui au desoz, 33 Trestorne la folour
N'est pas diz li mauz moz ! Mon cuer, le traïtour,
Reçoi moi, Sirez de touz, Que je sopir et, par plour,
Tu sous es mes conforz. Face vers toi sa pais !
N° 82, folio 107e. Cl)an50n du Didame de Chartres (Raynaud 14)

II IV
II iRar tout conois mon damage
out ai pitié en vos quise
N'onques ne li poi veoir;
31
Qui me vient, ce sai de si,
Q'Amors a tel seignorage Ne celi l'avez mise
ne
Q'il le m'estuet faire ensi. Qui tôt seit et doit valoir.
15 Se mis i ai mon aage, 35 Bien avez ma mort emprise
Ne sai se ja m'iert meri Quant je plus m'en desespoir.
Puis su en vostre franchise
La bele, la prouz, la sage
18 Por cui j'ai solaz guerpi
Dont fine
;
Amors m'a trahi
38 Si sai bien qu'a estovoir
M'estuet morir ou savoir
Qui me met en son homage. Que joie m'en soit promise.

III V
21
$mors, en vostre servise 41
ame, voir, toz i morroie
M'avez mis en non chaloir. Quant je ne vos os proier,
Si savez qu'en nule guise S'en chantant ne vos disoie
Ne m'en porroie movoir. Ce dont j'ai greignor mestier.
25 Por ce m'estuet a devise 45 Bele, a cui mes cuers s'outroie,
Quanque vous volez voloir. Tuit mi celey desierrier
Mis sui en vostre franchise
28 Lëaument, en bon espoir,
Si ne puis apercevoir
Sont de vos, ou que je soi
48 Soulement tant vos requier
Que me feïssiez cuidier
:
Que pitiez vos en soit prise. S'a vostre amour avanroie.

51 plaint
LT"* felon et losengier
Avront fait maint destorbier
A cés cui Amours maistroie.
N° 83, folio 112d. Cl)0n$0n de Dlondel de nesles (Raynaud 1227)

II IV
15
(a mours, mar vi ces qui vos ont trahie, 43
^{ enil,
par Deu ançois m'iert cher vendue.
Quant vos sor moi vostre duel en vengiez. Je n'en cuit pas sanz morir eschaper.
Si n'ai je pas envers vos deservie Joie oi de li, mais or m'est retolue.
Nule chose dont doie estre esmaiez. Rien n'i ai mis qu'ele n'en vuille oster
19 Mon cuer avez, pieça n'en su aidiez, 47 Fors volenté qu'ele n'en puet giter,
Ainz m.'a lessié por vostre seignorie. Dont l'amors est en mon cuer descendue
Et, s'il vos plait, cruelment m'essaiez, Que je retoing por mon cuer desirrer.
Ce vos di Et désir
23 Car ja de mi 51 Qu'a son plaisir,
Ne ferez enemi. Me lait de li joïr,
Mais je vos pri que merci en aiez. Car autrement ne la quier engignier.
Et se vos aviez l'envie
Que g'i ai ! Me destroigniez
Mar vi beautez sanz pitiez
;! Si me soit joie rendue,
Et puisse amour recovrer,
Con je di voir sanz fauser.
III V
29 c~ grant essort ai la dolour veincue 57
ornent que soit ma joie defenie,
Qui me cuida(i) de ceste honor torner. Ainz de vivre ne fui jor ennuiez.
Si ne cuit pas qu'ele en soit recreüe, Mès or voi bien que la morz me desfie.
Que chascun jor ne la face engignier Mout par ai bien mes travauz emploiez,
33 Ma douce dame, et por moi esprover, 61 Qu'a mon voloir ai esté angoissiez.
Par cui g'i ai toute joie perdue, S'en sunt cil liez qui de moi ont envie.
Si que je n'ai de coi autrui amer Et, se par aus sui de rien empiriez,
Ne servir. Je lor pri
37 Ne deservir 65 Et si lor di
Ne puis por mal soffrir, Qu'il prient Deu por mi.
Que ma poinne vuille [guierredoner] Car je sui de si granz mesfaiz chargiez
Que je ai por li eue. Que m'ame en sera perie.
Ne sai se merci trover
Porroit en son cuer aver.
Bien voi qu'a (la) mort sui jugiez
Dex, preigne vos en pit[i]ez
:
N° 84, folio 114a. Cf)an80n à refrain,de®ontierdeSoignics (Raynaud 396)

9
-@
e
II
plaindroie mon grant ennui,
Dolanz, mais je ne sai a cui.
Onques la bele ne conui
33 e V
quier pas deslëaul amor,
Mais compaignie sanz folour,
Son bel parler et sa dou'çour,
Ne ses privez onques ne fui. Et l'un por l'autre face honour.
13 Ce que j'en sai, c'est par autrui. 37 Qui d'amours quiert plus grant loisour
Si m'a conquis, que ses hons sui. Touz jors empire au chief dou tor.
Grant. Grant.
III VI
17
on fox ai dit, si m'en repent ; 41
tropvuet avoir d'Amors conquis
Trop en paroi certeinnement, Qui plus en quiert honor et pris
Car ainz n'oi son acointement, Et en desduit et joie et pris
Si vuil quele m'aint lëaument ! Et plus cortois et mieuz apris.
21 Mais on devine plus sovent 45 Assez conquiert, ce m'est avis,
Ce dont l'en a greignor talant. Qui bons devient pour estre amis.
Grant. Grant.
IV VII
25 e quier plus — et faire nou doi —
Ma dame a cui dou tot m.'outroi,
49 ontiers mout trait grief poinne
De ceste amor lointainne :
Mais qu'en li truisse bone foi Damedex m'i ramoinne
Ne autres n'i soit mieuz de moi. Douçour et bone estroinne
29 Et, se je tant i sai et croi, 53 De perdre amor vilainne
Jamès n'en puis avoir trop poi. Et touz ces qui s'en poinnent.
Grant. Grant.
VIII
.i-inz tel mervoille mais n'oï,
57
Quant de ce muir c'onques ne vi.
Et, s'ele n'a de moi merci,
N'a soing d'amie ne d'ami.
61 Tant par desir l'amor de li
Que toutes autres en obli.
[Grant dolour est et grief poinne
Trait l'en d'amour lnintainne.J
N° 85, folio e.
115
Chanson d refrain, de Robert de Reims(?) (Raynaud 1655)

II IV
II rS mors va par : ;
aventure
L'uns i pert, l'autre i gaaingne
31
ovent rit et sovent plore
Qui bien i met
son corage ;

15
Par outrage et par mesure
En sauve l'en et mahaigne
Eürs et mesaventure
; Biens et max li corrent sore,
Son prou quiert et son domage
35 Et se joie l'en demore,
;
Sont adès en sa compaigne. N'en doit haïr son corage ;
Por c'est raisons et droiture Que li biens d'une seule hore
Que chascuns s'en lot et plaigne. Les maus d'un an assoage.
Et foie. Et foie.

21
III
rrlmors est large et avere,
Por que le voir en retraie ; 41 a V
Chievre dit sanz faintise
D'Amors, a la definaille
Amors est douce et amere Que tel con il la devise
A celui qui bien l'essaie ; La trueve chascuns sanz faille ;
25 Amors est marrastre et mere, Et cil cui Amors jostise
Qu'ele bat et si rapaie
Et cil qui plus la compere
; 45
Et qui por li se travaille
Ne porroit en nule guise
C'est cil qui moins s'en esmaie. Coillir le grain sanz la paille.
Et foie. Et Iole.
N° 86, folio 116b. Qanson anonpme (Raynaud 2056)

9
e II
sai qui m'i a neü,
Mais a tort sui mesereüz.
25or moi n'iert il ja seü;
IV

S'en ont il maint plait tenu


Mieuz voudroie estre perduz Et mout m'ont sore corru,
Que par moi fust avenu Et mainte foiz ai veü
13 Et que la gaaigne 29 Que chascuns m'aplaigne
A estre estraingne. Et agrée et ensaigne.
Tant i a dou tens perdu Or ont au devant tendu,
Con li contens sont tenu. Li renoié mesereü.

III V
ui qu'en ait le tort eü, ç ne me soit tolu
ame,
17
Dame, je me claing veincu
Que j'ai bien aperceû
; 33
Ceque j'ai tant atendu
Por haut cri, ne por faus hu
Que mi mal m'en sont venu. Que [bien] avez eonneü.
21 Mes cuers vos remaigne, 37 Cornent qu'il en praigne,
Pitié vos en praigne ; N'i avrez compaigne,
Que maint home ont deçeü Ne ja ne serai meüz
Losengier, et confondu. Dou point ou me sui tenuz.
N°87,folio in". Chanson de Robert de memberoIes(1) (Raynaud 244)

II III
uant je resgart sa semblance, "M out
a douce penitence
9
Lors covient l'amour dobler
17
En si douz maux endurer ;
Ou je n'ai point defiance Qu'a sa simple contenance
Que merci doie trover ; Et a son cortois parler
13 Ainz muir por trop desirrer 21 Me sot si mon cuer embler
Ce dont je n'avrai poissance. Que, se pitiez ne m'avance,
Mes douz maus m'estuet loer ; Suen, sanz rendre et sanz quiter,
Trop me plait, mais jou comper. Me prist tout sanz recovrer.
N° 88, folio 119a.
Chanson de Pertin d'f{ngicourt (Raynaud 460)

II IV
^uns cuers n'iert ja ploins de bonté — 28 pame, a cui Amors m'a donné
10
Pieç'a[i] que primes l'esprovai
Devant qu'Amors i ait ovré.
- Par les eulz dont vos acointai,
Car doingniez recevoir a gré
En li sui et fui et serai, Ce qu'adès servie vos ai
14 Ja n'en istrai, 32 Et servirai !
Car telx est ma destinée. Ne ja n'en sera ostée
Mais, se li max a durée Ma volentez, mais doublée,
Que je por ma dame trai, Quant plus por vos soffrerai.
Et vivre et chanter lairai. Mais trop sunt grief vostre essai !
III V
'ai touz jors puis a ame, en cui tuit bien sont planté
19
Que premièrement l'esgardai
li pensey 31
Je sui d'une chose en esmai :
Si fui sopris de sa beauté
Que lëauté li creantai.
Se mesdisant sont escouté
Que par raison hé et harrai —
-
23 Si li tendrai, 41 Par ce perdrai.
Ne ja ne iert par moi fausée. Que ma vie a sauvée
Quant ele avra esprovée Esperance qui donnée
Ma pensée et mon cuer vrai, Me su quant vos acointai ;
Se li plait, merci avrai. Se je la per, je morrai.

46 "la sanz délai,


Chançon, et sanz demorée
Droit en Brabant, car voée
Es au duc. Là te donrai ;
Mieuz emploier ne te sai.
N° 89,soho12011. Chanson aoec des refrains, (Raynaud 536)
de Jaque de Cpsoing 1

II IV
II 4oie ne riens ne m'agrée 31
"**, oiune
-"fM
tout a sa vuillance,
Fors tant qu'Amours me sostient ; Car mout bien mi set mener,
S'ai ma volenté doublée En tel lieu avoir beance
A faire quanqu'il covient Qui mon cuer fait sopirer.
15 Au cuer d'ami qui maintient 35 Amours me fait assener
Lëaus Amors bien gardée. A la plus bele de France,
Mais li miens pas ne se tient Si l'en doi mout mercier
18 Qu'il ne la serve toz jors. 38 Et di sanz favele :
« Cil doit bien merci trover « Sej'ai ami, j'ai choisi
Qui lèaument sert Amours. » D'amors la plus bele. »

III V
21
*^:mours et bone
esperance 41
ele et blonde et savorée,
Me fait a celi penser Cortoise et de bel maintien,
Ou je n'ai point de fiance tout bien enluminée
De
Que merci puisse trover. En li ne faut nule rien.
25 En son douz viaire cler 45 Amors m'a fait mout de bien
Ne truis nule asseiirance. Quant en li mis ma pensée
S'aing mieuz tot a endurer Bien me puet tenir pour sien
28 Que perdre ma poinne. 48 A faire sa volenté.
«[)'Amors vient li maus « J'ai a ma [dame] donney
Qui ensi me moinne. » Cuer et cors et quanque j'ai.
»
N" 90, folio a.
125
Siroentois de pistoleta (Raynaud 641)

9
t je
Jones
If
fussefransetdouzetplaisanz,
et sains tout adès et joioux,
Etfusebienanwzcletoutes,!.!;enL
17 E ; t j'eusse fil
vin fort et fremiant,
Hanap doré, ehar et tartre et poisson.
Etblanche nape etpastel de froment
li
Ht mieudresche\*alierse'onquesfoux,
Oue1111nsversmoinesepeiistdesfendre,
Hnfroiteelierrenfreschidefresions,
Ets'eiisse jone
13 il ,l.;dTll'te et tendre,
Et puis donar quanque ehascunsvuetprendre. Af^ras crépon ou trovasse(|iie prendre,
Et puisse far a tot le mont son gr;lt Oui bien peiistrespondreaseops donar
Ht,quant moi siet, en Paradis entrar ; Etnuit1foizn'enpelisse lassar.

N° 91, folio 125a. Chansonnette de Colin muset(7) (Raynaud 893)

II
Et ladame fustautresi
q
Cortoiseruine limariz,
Et touz jorsfèist111011plcsir,
Nuit et jor jus(]ii'au mi partir,
; VA li hostesn'en fust jalons,
1
Ainz nos lessast sovent touz sous
Xe scroie paseiiviox
:
Derlirvauch iertoz |jois| 1)11 i i-;
Après mauvais prince an^oissoux.
N° 93, folio
130e.Chanson de Robert du Cf)astel (Raynaud 1789)

II IV

8 .i
(ci
doucement me fait Amors doloir 22
GC'es
maux d'amors me lo fors de raison,
Car c'est li max qui plus m'a fait grevance.
Qu'il m'est avis cil ment par tricherie
Qui dit qu'Amors li fait mort recevoir ; Sovent me dit que ne doit guierredon
il Car bone amors est parmenauble vie 25 Pas recevoir de si haute vaillance ;
Qui bien aimme, il ne li grieve mie Mais lëauté, ou je ai ma fiance,
:
S'il a travail de veillier, de penser
C'est fins desduiz, d'amie desirer.
Fait tant por moi que je ne puis cuidier
Qu'aie servi si lonc tens sanz loier.

15
'Íe
III
la desir si de leal voloir 28
t, V
puis que j'ai si tres bele achoison
D'amer cele qui sor touz a poissance
Qu'ensi m'envoit sa douce compaignie.

18
Dex !
con je l'aing de cuer sanz decevoir,
Sanz trahison, sanz point de vilenie ! 31
De moi donner confort et garison,
Je doi soffrir et metre en sa voillance
N'est pas amanz qui trop quiert a s'amie Mon guierredon ; car j'aing mieuz par soffrance
Ne toz ses biens vuet a li achever ; Et par son gré avoir mon desirrier
Qu'estre a mon bel o li por sohaidier.
Nuns gentilx cuers ne s'i doit plus fier.

36
hançon, va t'en et si di la plus franche
Qui soit ou mont, ce os bien tesmoignier,
Por s'amour chant, n'i quier el gaaingnier.
N° 94, toiio 131a. Cbanaon de croisade (Raynaud 1126)
du châtelain de Couct) (?), relative à la croisade de 1202

9 e II
seüsse depremiers a l'emprendre
Que li congiez me tormentast ensi,
IV
25.fÈJn confort voi en vostre dessevrance
Que je n'avrai a Deu que reprochier.
:
J'eusse mise m'ame en vostre merci, Mais, quant por li me covient vos laissier,
S'alasse a Deu graces et merciz rendre Onques ne vi si dure dessevrance.
13 De ce que ainz soffrites a nul jor 29 Car cil qui voit tel amor dessevrer
Que je fusse beanz a vostre amour. Et n'a pooir que puisse revovrer
Mais je m'en tieng apaiez a l'atendre, A assez plus de duel et de pesance
Puis que chacuns vos aimme si sanz prendre. Que n'avrciit ja li rois, s'il perdoit France.

17
i III
revoier m'a mis en la folie
Donc je m'iere gardez mainte saison.
33
ar Deu
ua::.'
V

Partir m'estuet de vos sanz demorer.


balance!!
Amors, touz sui hors de balance

D'aler a li or ai quis l'achoison Tant en ai fait que ne puis plus durer

21 ;
Dont je irorrai, et se ne m.uir, ma vie
Vaudra bien mort car cil qui a apris
A estre liez, renvoisiez et joliz
37
Et, s'il ne fust de remenoirviltance
Et reproche, j'alasse demander
A ma dame congié de retorner.
A assez pris, quant sa joie est faillie Mais ele est, voir, de si tres grant vaillance
Que s'il moroit tot a une haschie. Qu'a son ami ne doit faire faillance.
N° 95, folio b.
134
Ctjanson de (daje Brillé (Raynaud 42)

II IV
8
echié fera, s'ele tient a outrage '<ÏÏ|)e
22 ceste amor, donc je trai a martyre
Ce que je l'aing si amorousement. Qui devant li me fait dormir veillant
Qu'en li amer ne crien mort ne domage, Ne porroit nuns, ce cuit, mon mieuz eslire.
II Telx est l'amours qui m'enflamme et esprent.
Morir en puis, mais point ne m'en repent.
25 Car autresi mi revoil en dormant ;
Lors vient sa joie et vient a son talant.
Que mon fin cuer li domai d'avantage, Si angoissox me truis a l'escondire
Quant j'esgardai son cors premièrement. Qu'a pou mes cuers ne part en sopirant.

III V
-W Ç»-r_,v
15 ne des riens qui plus me tient en ire 29 (UE)
ouce dame, onques ne me soi faindre
Ce me fait ce qu'ele fait beau semblant De vos amer, ensi l'ai comencié.
Vers une gent c'on ne puet trop despire, Ma volentez en est chacun jor graindre
18 Félon, sanz foi, cruel et mesdisant. 32 Ne contre ce n'avez de moi pitié.
Et quant les voi devant li ennuiant, Qu'Amors la m'a comandé et proié;
Lors si ne sai que faire ne que dire
Touz esbahiz m'en obli en estant.
; Que fins amis doit morir en atendre
Ce qu'ai touz jors pensey et covoitié.
;
VI
36 'iuns
(;-.,"'-..:1
ne se doit de lëaul Amor faindre,
Puis qu'il i a son servise outroié.
Ce n'est mestiers, tant ne mi set destraindre
39 Que ja vers li aie mon cuer irié.
Et, se li plait, moût m'a bien essaie.
Qnques ne soi decevoir ne ataindre
Dont maint felon se seront avancié.
43
ëz, Gilet, lonc tens m'a travaillé
Ma leautez qui ne puet pas remaindre.
[Si croi qu'Amors vos a mal consoillié.]
N° 96, folio 134d.
Cl)anson de Blondel de nesles (Raynaud 1095)

9
(oment
II
qu'ele m'ait lessié
En ire et en dolor menoir,
25 a IV
ne quier que nuns m'ensoint
A issir fors de prison,
Doucement m'a engignié, Ainz voil bien s'Amours m'ataint
Se ja plus n'en cuidoie avoir. Qu'envers li fais trahison,
13 Que qui m'e[n] tiegne a trichié, 29 Que ja de moi ne se claint,
Je di que bien ai emploié, Mais si, com oi me destraint,
Se ma dame fesoit de moi doloir [Me destraigne] sanz avoir garison,
Les maux qui m'ont pors'amortravaillié. Ne ja voloir ne li doint qu'ele m'aint.

17
ouce
Ç-J.
J.
III
dame, en vo(stre) cuer maint
Et en vo(stre) [clere] façon
33
t V
mon cors ont assailli
Li mal d'Amors, si m'ont grevé ;
La joie qui me soffraint Mais ainz ne s'i desfendi
Et li biens dont j'atent le don, Li [fins] cuers qu'il i ont trové.
21 Que vo franchise m'amaint. 37 Dame, or en aiez merci !
[Et s'il en vostre cuer remaint] Se de moi ai fait vostre ami,
Que je n'aie par vos se dolor non, A l'ahie de vostre grant beauté,
Donc ne sai je qui a joie remaint.
N° 97, folio 137a. Chanson de (BiHcbcrt de BerneDiUe (Raynaud 1515)

il IV
mors, mon cuer avez pris, ¡;';fanc
13 37 cuer, parfait de valor,
Certes n'en sui pas dolanz,
Ainz en sui liez et joliz ;
Mais venez toutes dedenz
A ma dame :
En toz bien fer et entier
de moillor
Ne me porroit sovenir.
17 Vo comandemenz 41 Maint leal desir
N[e] iert ja desdiz. Font en moi sejor
S'il est trop petiz, Que ja por dolor
Li cuers, et il fent, N'ierent amenri,
21 Plus joliement 45 Car de cuer d'ami
Ne puis estre ocis. La ser et aour,
De ma mort plevis N'onques mais greignor
La pès bonement. L'amor ne senti.

25 e III
finoie a tel honor,
Quant je devroie morir
49
V
(Gliançon, tu t'en iras la
Ou j'ai tout mon cuer donné.
N'avroie mie paour La dame dou mont t'avra
De si faite mort sentir. Qui plus aimme en vérité,
29 Neporquant emplir 53 Foi et lëauté,
Ne puet plus d'amors Et qui plus en a ;
Li cuers a nul jor. En sa merci m'a,
S'amors de celi Amors l'a jugié ;
33 Que je cri merci 57 Et j'ai outroié
N'i vient par ce tor, Quanque li plaira,
Porrôit de douçour Mais qu'il n'i ait ja
Bien rompre par mi. Pa[r]lé de congié.
N° 98, folio b.
140
CI}0n60n du roi de naDarre (Raynaud 1002)

II IV
8 Simple et franche, sanz orguil 22 oie et duel a cil sovent
Cuidai ma dame trover. Qui le mien mal a senti.
Mout me su de bel acuel, Mes cuers plore et je en chant
Ensi m'ont mi huil trahi !
:
II Mais ce su por moi grever. 25
Si sont en li mi panser Amors, tost avez saisi,N
Que la nuit, quant je somoil, Mais mout guierredonnez lant !
Va mes cuers merci crier. Nonporquant de moi vos pri.

ni V

15
in dormant et en veillant 29
[Hv! las, s'il ne li sovient
Est mes cuers dou tout a li, De moi, morz sui sanz faillir.
Et li prie doucement, Se savoit dont mes max vient,
18 Con a sa dame, merci. 32 Bien l'en devroit sovenir.
En sa pitié me si Cist mais me fera languir,
Que, quant g'i prent durement, Se ma dame n'en sostient
De joie toz m'entrobli. Une part par son plesir.

36 çfshançon, di li sanz mentir


C'uns resgarz le cuer me tient
Que li vis faire au partir.
N° 99, folio 140e. Chanson du Foi de TIaoarre (Raynaud 510)

II IV
8 oluntey desesperée 22
ien voi que n'i puis ataindre
Doit on geter puer. Par nul mandement,
Ne je ne vuil a nul fuer N'en quier, voir, parler avant,
il Qu'ele soit en moi entrée.
Mieuz aing mes dolors
25 Ne aillors ne m'en vuil plaindre
Ainz atendrai, voir,
;
Soffrir et mes granz paors, Sa merci de dur voloir,
Que soffrir vaut consirrée. Se pitiez ne la fait faindre.

III V
15 Iame, ainz ne m'osai complaindre 29
"m'ose entrer en son repaire,
A vos tant ne quant, Tant dout son corrouz.
Que vostre beautez tres granz - Es sopirs et ès sangloz
18 Fait mon sen ou cors estaindre, ;
32 Me tieng, que ne puis plus faire
Si que n'ai pooir Ainz vois aorant
De vos dire mon voloir ; Le leu et merci criant,
Por tant puet toz jors remaindre. Com a un haut saintuaire.

36 enaut, cil qui sent


Mes max [et] merci atent
Trop a[i] ennui et contraire.
N° 100,folio c.
141
Chansonnette anonpme (Raynaud 1657)

II
13
ie sai bien que je solos
De si haut penser.
Mais je n'en puis mès, par foi!
N'en fais a blasmer.
17 Car si bel huil cler
Dont garde ne me donoie
Vindrent a moi, lez mon foie
Mon cuer prendre et emporter.
21 Las! je ne m'en soi garder,
Qu'il me prometoient joie.
Li max que j'ai me maistroie
Si que j'en crien desvïer.

= Sitl =
TABLE DES CHANSONS
ET DES AUTEURS
AVEC LES DATES DE LEUR ACTIVITÉ POÉTIQUE

no LE ROI DE NAVARRE (1220—1253) y. MORICE DE CRAON (II60-II96)


1 si cum l'unicorne sui
Au 6 A l'entrant dou douz termine
2 Au tans ploin de felonie
27 Chançon ferai, que talanz m'en est pris THIBAUT DE BLASON (1190—1228)
28 Comencerai A faire un lay Amours, que porra devenir
7
34 Dame, ensinc est qu'il m'en covient aler
29 Chanter et renvoisier suel
35 Dou tres douz non a la Virge Marie
39 Empereres ne rois n'ont nul pooir
BLONDEL DE NESLES (1180—1220)
45 J'aioie l'autrier errant
53 L'autre nuit en mon dormant 9 A l'entrant d'esté, que li tans comence
73 Pour conforter ma pesance 83 Quant je plus sui en paour de ma vie
74 Par Deu, sire de Champagne et de Brie 96 Tant ai en chantant proié
92 Seignor, sachiez qui or ne s'en ira
98 Une chançon encor vuil GAUTIER D'ÉPINAL (1175—1210)
99 Une dolour enossée 10 Aymanz fins et verais
37 Desconfortez et de joie partiz
GACE BRULÉ (1200—1230)
3 Au renovel de la douçor d'esté PERRIN D'ANGICOURT (1240—1290)
19 Biaus m'est estez quant retentist la bruille
II Amours, dont senz et cortoisie
30 Cil qui d'Amors me consoille
36 De bien amer grant joie atent 49 J'ai un joli souvenir
59 Li jolis maiz ne la flors qui blanchoie
95 Tant m'a mené force de seignorage 88 Quant voi le felon tens finey
LE CHÂTELAIN DE COUCY (1180—1209)
LAMBERT FERRI (1240-1270)
4 A vous, Amours, plus qu'a nule autre gent
Je chantasse volentiers liement 12 Amours qui m'a du tout en sa baillie
47
55 Li noveax temps et maiz et violete
56 La douce voiz dou rossignot sauvage GILLEBERT DE BERNEVILLE(1260—1290)
64 Merci clamanz de mon fol errement 13 Au besoing voit on l'ami
94 S'onques nuls hons por dure departie 43 Foi et amor et lëautez
72 Onques d'Amors n'oi nule si grief poinne
MONIOT D'ARRAS (1212-1239) 97 Tant me plait a estre amis
5 Amours me semont et prie
8 A ma dame ai pris congié
ROBERT DU CHASTEL (1240-1270)
20 Bien puet Amors guierredoner 14 Amours qui mout mi guerroie
69 Ne 'me donne pas talant 93 Se j'ai chanté sanz guierredon avoir
No CHANSONS ANONYMES N. HUGUE DE BERZÉ (1180—1230)
15 Apris ai qu'en chantant plour 40 Encor ferai une chançon perdue
18 Au tans d'aoust que suisse de boschet 68 Nuns hons ne seit d'ami qu'il puet valoir
25 Bien est obliez chanters
26 Bien m'ont Amors entrepris COLIN MUSET (1220-1245)
52 Je ne tieng mie a sage 41 En mai, quant li rossignolet
54 L'autrier estoie en un vergier 91 Quant je voy yver retorner
63 Le brun temps voi resclarcir
ROGER D'ANDELI (1200-1230)
65 Mout m'a demoré
46 Ja por ce se d'amer me dueil
67 Mout m'abelit li chanz des oiseillons
79 Puis qu'en chantant covient que me deport RICHART CŒUR DE LION (1170—1199)
81 Povre veillece m'asaut 48 Ja nuns hons pris ne dira sa raison
86 Quant li oisseillon menu
COLART LE BOUTELLIER (1230-1265)
100 Vuiz de joie, plains d'ennoi
50 J'avoie lessié le chanter
CHEVALIER (1180—1220) AUBIN DE SEZANNE (1210—1235)
16 Au comencier de ma novele amour 58 Lonc temps ai esté
RAOUL DE SOISSONS (1220-1250) MARTIN LE BEGUIN (1230-1250)
17 Aucune gent ont dit par felonie 60 Lëaus desirs et pensée jolie
GAUTIER DE DARGIES (1200-1236) ALART DE CHANS (1235—1260)
21 Bien font Amors lor talant 61 Lëaus Amors, puis qu'en fin cuer s'est mise
CONON DE BÉTHUNE (1170—1220) LE DUC DE BRABANT (1247-1261)
22 Bien me deüsse targier
66 Ma douce dame, on ne me croit
57 L'autier avint en cel autre païs JAQUE DE CYSOING (1230—1260)
71 Oi mi Amors, si dure departie J
70 Novele amors qui m'est au cuer entrée
JEHAN ERARS (I2301259) 89 Quant la saisons est passée
23 Bone Amors qui son repaire GUILLAUMEDE VIÉS MAISONS (1220-124°)
GÉRART DE BOULOGNE (1200-1236) 75 Pluie ne venz, gelée ne froidure
24 Bone Amors m'a en son servise mis MAHIEU LE JUIF (1230—1260)
76 Par grant franchise me covient chanter
GUIOT DE DIJON (1180—1210)
31 Chanterai por mon coraige JEHAN DE BRIENNE (1224—1237)
GUILLAUME LE VINIER (1220-1245) 77 Pansis d'amors, dolanz et corrouciez

32 Chançon envoisie LE VIDAME DE CHARTRES (1220—1260)


42 Encor n'est raisons 82 Quant foillissent li boschaige

RICHARD DE FOURNIVAL (1210-1259) GONTIER DE SOIGNIES (1200-1230)


84 Quant oi tentir et bas et haut
33 Chascuns qui de bien amer
78 Puis qu'il m'estuet de ma dolour chanter ROBERT DE REIMS (1170—1200)
ADAM DE LA HALE (1245-1283) 85 Qui bien vuet Amors descrivre
38 Douz est li maus qui met la gent en voie ROBERT DE MEMBEROLES (1200—1239)
44 Hé las ! il n'est mais nuns qui aint 87 Qui d'Amors a remembrance
51 Je n'ai autre retenance
62 Li joliz maux que je sent ne doit mie PISTOLETA (1180—1210)
80 Puis que je sui de l'amoreuse loy 90 Quar eusse je cent mile mars d'argent

102

Vous aimerez peut-être aussi