Vous êtes sur la page 1sur 211

Formation Ism-ATEX

FORMATION Ism-ATEX
Niveau 2 Electrique et Mécanique
présentée par Marc DECHOUX

Programme
JOUR 1

• Introduction / réglementation 30mn

• Généralités sur les ATEX 2h00

• La directive 1999/92/CE 1h30

• Le classement des zones 1h00

• La directive 94/9/CE 2h00

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Programme
JOUR 2

• Les modes de protection d - e – p – n 3h00

• Le mode de protection i 2h00

• L’étude de cas 2h00

Programme
JOUR 3

• Les modes de protection non électrique 3h30

• Les règles d’intervention sur site 1h

•Les règles d’installation et de maintenance 2h30

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Programme
JOUR 4

• Les règles d’installation et de maintenance (suite) 2h00

• Les marquages 30mn

• Référentiel ISM-ATEX 1h

• Évaluations par questionnaires 2h

• Correction des évaluations 1h

• Bilan de la formation 30mn

LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE
Directives européennes

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Le contexte réglementaire ATEX

TOTAL La Mède (1992)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Toulouse
2001

Aria 34227 : Explosion dans une raffinerie à sucre


aux USA le 07/02/2008

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Directives sociales
Directive économique
europé
européennes
europé
européenne
Directive 89/391/CEE Directive 94/9/CE
Mise en œuvre de Rapprochement des
mesures visant à législations des États
promouvoir membres pour les appareils
l’amélioration de la et systèmes de protection
sécurité et la santé des destinés à être utilisés en
travailleurs ATEX

Directive 1999/92/CE
Ministè
Ministère de l’l’Industrie
Protection en matière
de sécurité et de
santé des travailleurs
exposés au risque Décret 96-
96-1010 en
d’ATEX date du 10 novembre
1996
Ministè
Ministère du Travail Ministè
Ministère du Travail

- Loi 91-
91-1414 du 31/12/91 - Décrets 2002-
2002-1553 et 1554
du 24 décembre 2002
- Décret 2001-1016 du 5/11/01
- Arrêtés du 8 juillet 2003
- Arrêté du 28 juillet 2003

Bureau d’ingénierie
Fabricants
Directive ATEX
94/9/CE
Installateurs

Réparateurs
Utilisateurs
Directive ATEX
1999/92/CE
Maintenance

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Fabricants
Directive ATEX
94/9/CE

Directive ATEX 94/9/CE du 23 mars 1994

►Décret n° 96.1010 du 19 novembre 1996


•Arrêté du 20 décembre 1996 (ON = INERIS - LCIE)
•Arrêté du 3 mars 1997 (exemple de déclaration CE de conformité)
•Arrêté du 21 août 2000 (fonctionnement de la commission)
•Arrêté du 22 septembre 2000 (membres de la commission)
•Arrêté du 8 novembre 2004 (renouvellement des membres)

►Décret n°2002-695 du 30 avril 2002 (modif. du 96.1010)

Utilisateurs
Directive ATEX
1999/92/CE

Directive ATEX 1999/92/CE du 16 décembre 1999

►Décrets 2002-1553 et 2002-1554 du 24 décembre 2002


•Arrêté du 8 juillet 2003 (Zones, mesures
organisationnelles)
•Arrêté du 8 juillet 2003 (signalisation des zones)
•Arrêté du 28 juillet 2003 et sa circulaire d’application
(complète décret du 14 novembre 1988 - installation des
matériels électriques)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Directive 1999/92/CE

Article 8 – Document Relatif à la Protection Contre les Explosions -


(DRPCE)
Il doit entre autre faire apparaître :
- que les lieux et équipements de travail, y compris les dispositifs
d’alarme, sont conç
conçus,
us utilisés et entretenus en tenant compte de la
curité ”
sécurité

Les normes utilisées et


applicables

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les normes
Règles de construction des matériels électriques / ATEX gaz :

modes de protection Anciennes normes Normes actuelles

Règles générales EN 50014 EN 60079-0


Immersion dans l'huile « o » EN 50015 EN 60079-6
Surpression interne « p » EN 50016 EN 60079-2
Remplissage pulvérulent « q » EN 50017 EN 60079-5
Enveloppe antidéflagrante « d » EN 50018 EN 60079-1
Sécurité augmentée « e » EN 50019 EN 60079-7
Sécurité intrinsèque « i » EN 50020 EN 60079-11
Mode de protection « n » EN 50021 EN 60079-15
Encapsulage « m » EN 50028 EN 60079-18
Systèmes de sécurité intrinsèque EN 50039 EN 60079-25
Matériels II 1 G EN 50284 EN 60079-26

Les normes
Normes utiles et applicables

Intitulé Normes applicables

Traçage électrique EN 60079-30-1


Traçage électrique EN 60079-30-2
Prévention de l’explosion EN 1127-1
Classement de zone EN 60079-10-1
Classement gaz vapeur EN 60079-20-1
Détecteur gaz EN 60079-29-1
Données pour gaz et vapeurs EN 60079-20
Matériels (EPL) EN 60079-26
pressurisation bâtiments (salles) EN60079-13

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les normes
Règles d’installation, d’entretien et de maintenance des matériels
électriques / ATEX gaz (G) :

normes CENELEC Normes actuelles

Installations électriques en zones (G) EN 60079-14 CEI 60079-14

Inspection et entretien des


installations EN 60079-17 CEI 60079-17
électriques en zones (G)

Réparation des
matériels électriques EN 60079-19 CEI 60079-19
électriques utilisés en zones (G)

Les normes
Matériels électriques en ATEX poussières (D) :

Anciennes normes Normes actuelles

Règles générales EN61241-0 EN60079-0 (2010)


Mode de protection tD EN 61241-1 EN 60079-1
Mode de protection pD E,61241-4
Mode de protection mD EN61241-18
Mode de protection iD EN61241-11

installation, entretien des matériels EN 50281-1-2 EN61241-14


inspection et maintenance EN61241-17

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les normes

Installations électriques à basse tension (G & D) :

norme Française

Installations électriques à basse tension NF C 15-100 : Mars 2009


Emplacements à risque d ’explosion (BE3)

Recueil d’instruction générales de sécurité UTE C 18-510


d’ordre électrique

Le risque industriel
En 17 ans, 1 195 explosions ont été recensées

Sur une période de 17 années, 354 des accidents répertoriés impliquent les
13 raffineries implantées en France, soit une occurrence moyenne d’1,6
accident par an et par établissement et 1 982 événements ont impliqué les
700 établissements de productions chimiques et pharmaceutiques français

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Le risque industriel

La répartition des causes est donnée


en pourcentage du nombre
d’accidents français pour lesquels
certaines d’entre elles sont connues,
soit 7 459 accidents de janvier 1992 à
décembre 2008 et 648 des
évènements répertoriés en 2008.

Seul ou associé à une défaillance matérielle, le facteur organisationnel et humain prime


en 2008 dans au moins 61 % des accidents répertoriés

Quelques rappels juridiques


Notions de responsabilités

j1 - page
Formation Ism-ATEX

La gradation des délits

Les certifications volontaires dans le


domaine des ATmosphères EXplosibles

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les certifications volontaires

Pour le personnel et les entreprises extérieures :

• Réparation en atelier des équipements ATEX :

• Conception,
Conception Réalisation et Maintenance sur site des installations :

Le référentiel ISM-ATEX

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Quel est le champ d’application de


la Certification Ism-ATEX ?

CONCEPTION

ƒ Choix des appareils électriques et adéquation zones / appareils


électriques ;
ƒ Réalisation des plans d’implantation des appareils électriques ;
ƒ Réalisation des schémas de câblage, de raccordement et des notes
de calcul
ƒ Réalisation d’un dossier technique (notices, documents de certification,
documents systèmes, documents nécessaires à l’utilisateur pour la réalisation du
document relatif à la protection contre les explosions)
ƒ Contrôle des travaux exécutés, inspection initiale, essais et réglages ;

Réalisation
ƒ Vérification des appareils électriques reçus et préparation de l’outillage
ƒ Pose des canalisations
ƒ Implantation et montage des appareils électriques
ƒ Câblage et raccordement des appareils électriques
ƒ Contrôle des travaux exécutés, inspection initiale, essais et réglages

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Maintenance

Dans le présent référentiel, on entend par maintenance, l’ensemble


de toutes les actions techniques, durant
le cycle de vie d’un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans
un état dans lequel il peut accomplir la
fonction requise.

ƒ Entretien sur site, dépannage


ƒ Inspections
ƒ Contrôles, réglages
ƒ Révisions, réparations et remises en état
(les exigences Saqr-ATEX doivent être respectées)

Formation et certification
des intervenants

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Formations & É valuations


Évaluations

Certifications & « autorisation »

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Domaines de certification - Personnes

‰ Personnel Intervenant Niveau 0

‰ Chargé d’Exécution Niveau 1 (E et/ou M)

‰ Personne Autorisée Niveau 2 (E et/ou M)

‰ Formateur Niveau 3 (E et/ou M)

‰ Auditeur Niveau 4 (E et/ou M)

Certificat Personne Autorisée

• Validité : 3
ans

ƒ 1 certificat
ƒ 3 options

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Traçabilité / Historique des interventions

Opérations réalisées lors de chaque intervention, les matériels


visés, les documents associés ainsi que les dates d’intervention

ƒ cet historique des interventions peut être mis en place


en intégrant les éléments liés au client (GMAO, etc.)

ƒ fournir à l’utilisateur ce qui suit :


¾ le détail des défauts ou non-conformités détectés
¾ tous les détails du travail de réparation,
révision ou remise en état
¾ la liste des parties remplacées ou remises en état
¾ les résultats de tout contrôle, réglage ou essai

GENERALITES SUR LES


ATmospheres EXplosives
Gazeuses et Poussiéreuses

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Un incendie, une explosion sont des réactions


chimiques

Mélange avec l'air, dans les conditions


atmosphériques,....

• Température ambiante : entre -20°C et +40°C

• Pression atmosphérique : 1013 mbar

• L'air contient 21% d'oxygène

j1 - page
Formation Ism-ATEX

...de substances inflammables sous forme

• de gaz : méthane, butane, hydrogène, ...

• de vapeurs, de brouillards : sulfure de carbone, alcool éthylique,


oxyde d'éthylène, acétone, ...

• de poussières : aluminium, amidon, céréales, charbon, sucre, ...

Gaz, Vapeurs et Brouillards


Grandeurs caractéristiques
vis-à-vis du risque d ’explosion

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Point éclair d’un liquide


Le point éclair est la température à partir de laquelle un liquide produit
suffisamment de vapeurs pour atteindre la limite inférieure
d'inflammabilité
Une simple étincelle peut enflammer les vapeurs du mélange
Le point éclair est une caractéristique du produit

Quelques valeurs de Points d'éclair

• oxyde d'éthylène - 17°C

• éther éthylique - 45°C

• essence (io 100) - 37°C

• sulfure de carbone - 30°C

• acétone - 17°C

• éthanol à 100% 12°C

• gas-oil 55°C

j1 - page
Formation Ism-ATEX

LES LIMITES D’
D’ INFLAMMABILITE

LIE : Limite Inférieure d ’ Explosivité


LSE : Limite Supérieure d ’ Explosivité

Quelques limites d'explosivité

LIE % LSE %
ƒ acétone 2,6 13
ƒ butane 1,8 8,4
ƒ oxyde d'éthylène 3,5 100
ƒ oxyde de propylène 2,8 37
ƒ oxyde de carbone 2,5 74
ƒ éthanol 3,3 19
ƒ essence (io 100) 1,4 7,4
ƒ éther éthylique 1,9 36
ƒ hydrogène 4 75
ƒ méthane 5 15

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Classement des substances inflammables


(gaz, vapeur ou brouillard)

DEUX CRITERES ESSENTIELS :

EMI IEMS
(JOULE) (mm)

ENERGIE INTERSTICE
MINIMALE EXPERIMENTAL
d'INFLAMMATION MAXIMAL DE
SECURITE

Quelques valeurs d'EMI


(Gaz, vapeur ou brouillard)

• méthane 300 µJ I ou IIA


• butane 250 µJ IIA
• éthanol 140 µJ IIA
• éthylène 70 µJ IIB
• oxyde d'éthylène 60 µJ IIB
• hydrogène 17 µJ IIC
• sulfure de carbone 15 µJ IIC

L'énergie dans l'étincelle d'une bougie automobile


est d'environ 1J

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Quelques valeurs d'IEMS


ƒ acétone 1,01 mm IIA
ƒ méthane 1,14 mm I / IIA
ƒ propane 0,92 mm IIA
ƒ éthanol 0,91 mm IIA
ƒ éther éthylique 0,87 mm IIB
ƒ oxyde de propylène 0,70 mm IIB
ƒ éthylène 0,65 mm IIB
ƒ oxyde d'éthylène 0,59 mm IIB
ƒ hydrogène 0,28 mm IIC
ƒ acétylène 0,37 mm IIC
ƒ sulfure de carbone 0,20 mm IIC

1er classement : Groupe de gaz


En conséquence, les matériels destinés à être utilisés dans une
atmosphère explosive portent un groupe ou subdivision :
I, II, IIA, IIB ou IIC

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Température d ’autoinflammation

Pour les gaz, vapeurs ou brouillard :

la température d‘autoinflammation est la température minimale à


laquelle le mélange Air/ Gaz ou vapeurs, s'enflamme
spontanément.
Cette donnée est à prendre en compte lorsqu’une atmosphère
explosive est susceptible d’entrer en contact avec une paroi
chaude.

Quelques températures d‘autoinflammation

ƒ Méthane 595°C
ƒ hydrogène 560°C
ƒ acétone 465°C
ƒ essence (io 100) 460°C
ƒ oxyde d'éthylène 430°C
ƒ éthanol 363°C
ƒ butane 287°C
ƒ éther éthylique 160°C
ƒ sulfure de carbone 102°C
ƒ Disulfure de carbone 95°C

j1 - page
Formation Ism-ATEX

D’où le classement du matériel

2ème classement : Classes de température

Classe de température

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Poussières
Grandeurs caractéristiques
vis-à-vis du risque d ’explosion

Silo de BLAYE : 20 Août 1997


11 morts

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les poussières

Une atmosphère explosive poussiéreuse réagit différemment


d'une atmosphère explosive gazeuse.

• La ventilation n'a pas le même effet


• Le risque dépend non seulement de la substance mais aussi :
ƒ de sa granulométrie « généralement < 0,3 mm »
ƒ de son taux d'humidité
• La détection d'une atmosphère explosive poussiéreuse n'est pas facile

Les poussières

Caractéristiques de la poussière :

• Température d'inflammation en couche


• Température d'inflammation en nuage
• Résistivité électrique en couche
Poussières conductrices : Poussières ayant une résistivité électrique
égale ou inférieure à 1000 ohm.

• Autres caractéristiques :
ƒ granulométrie « généralement < 0,3 mm »
ƒ dispersibilité
ƒ limite inférieure d'inflammabilité
ƒ énergie minimale d'inflammation

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Quelques valeurs d'EMI (poussières)

ƒ toner <10 mJ
ƒ aluminium en poudre 15 mJ
ƒ Résine époxydique 15 mJ
ƒ charbon de bois 20 mJ
ƒ amidon de blé 25 mJ
ƒ sucre 30 mJ
ƒ vitamine C 60 mJ
ƒ cacao 100 mJ

Concentration minimale d'explosion


(nuages de poussières en g/m3)

ƒ toner 60
ƒ aluminium en poudre 40
ƒ résine époxydique 20
ƒ charbon de bois 140
ƒ amidon de blé 25
ƒ sucre 45
ƒ vitamine C 70
ƒ cacao 75

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Températures d ’inflammation

MATIERE Températures d'inflammation


nuage couche
ƒ Aluminium 520 410
ƒ Amidon 350 345
ƒ Céréales 520 300
ƒ Charbon 600 250
ƒ Farine de bois 490 340
ƒ Lait en poudre 610 340
ƒ Poudre époxy 510 Fusion
ƒ polyéthylène 440 Fusion
ƒ Sucre 490 490

Données sur les produits

Gaz et vapeurs
CEI 60079-20 : « données pour gaz et vapeurs inflammables, en
relation avec l ’utilisation des matériels électriques »

Poussières
Guide BIA : base de donnée en ligne GESTIS :
http://www.hvbg.de/e/bia/fac/expl/index.html

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les sources d ’inflammation


Gaz, vapeurs, brouillards et poussières

Energies suffisantes

étincelles d'origine mécanique :


ƒ Energies importantes à mettre en jeu quant à la mise
en œuvre d’une explosion
ƒ Limitation de certains matériaux
ƒ Chocs et frottements

étincelles d'origine électrique :


ƒ Energies plus faibles quant à la mise en œuvre d’une
explosion

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Arcs ou étincelles d'énergie suffisante

ÉTINCELLE D'ORIGINE MÉCANIQUE


son énergie dépend de :

ƒ la taille de la particule
ƒ la vitesse de la particule
ƒ la nature des matériaux en présence

Arcs ou étincelles d'énergie suffisante

ÉTINCELLE D'ORIGINE ELECTRIQUE


elle est produite par :

ƒ les effets de l'électricité statique (environ 40%


des accidents)
ƒ les matériels électriques
ƒ les différences de potentielles importantes

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Arcs ou étincelles d'énergie suffisante

LES EFFETS DE L'ÉLECTRICITÉ


STATIQUE :

ƒ contact de deux corps

ƒ les charges électriques se


produisent à la séparation

ƒ accumulation de charges
électriques sur la partie isolée

ƒ étincelle de décharge entre la


partie chargée et la terre

Autres sources d'inflammation

• Flammes nues

• Réactions exothermiques

• Ondes électromagnétiques (radio-fréquences)

• Ondes électromagnétiques (domaine du visible)

• Ultrasons

• Rayonnement ionisant

• Foudre

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Sources d'inflammation
sources d’inflammation causes de la source d’inflammation

Matériel électrique Étincelles, échauffement, court circuit, mauvais serrage,


mauvais calcul, utilisation sur charge, charbons, collecteurs,
etc.

Surfaces chaudes Procédé, échauffement, frottement, mauvais graissage,


traçages, chauffages

Étincelles et points chauds Fortement, chocs, abrasion, réaction aluminothermie, casse


mécaniques mécanique

Feu, flamme, braise Cigarette, fours, briquets, soudure, meulage

Travaux, outillage, engin de Travaux avec feu, étincelles, points chauds, température
chantier moteur,

Équipements individuel Vêtement, chaussure, électricité statique, graisse + oxygène,


téléphones portables

La directive 1999/92/CE
Protection et santé
dans le milieu du travail
Risques d’atmosphères explosives

j1 - page
Formation Ism-ATEX

La directive 1999/92/CE
¾ Objectifs : fixer et harmoniser les prescriptions minimales visant
à améliorer la protection en matière de sécurité et de santé des
travailleurs susceptibles d’être exposés au risque d ’atmosphères
explosives

¾ Cadre : 15ième directive particulière au sens de l ’article 16 de la


directive 89/391/CEE

¾ Complé
Complément social de la directive ATEX 94/9/CE

¾ Transposition en droit français : par le ministère chargé du


travail

¾ Date d’
d’application : 30/06/2003

La directive 1999/92/CE

• Cette directive s'adresse aux employeurs, lorsque des


atmosphères explosives sont susceptibles de se former sur les lieux
de travail, de sorte qu'ils puissent prendre les mesures
nécessaires afin de préserver la santé et la sécurité des
travailleurs, et qu'une surveillance adéquate soit assurée
conformément à l'évaluation des risques.

• C’est une directive qui porte sur les lieux de travail, pas sur les
matériels. Elle nécessite donc une analyse de risques globale,
prenant en compte le couple emplacement-matériels.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Champ d’application

Sont concernées toutes


les installations où des
produits
combustibles sont mis
en œuvre et où des
ATEX peuvent se
former (y compris celles
exploitées par les
PMI/PME)

Sont exclus du champ d’application


Code du travail : Article R4227-42
Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

¾ Les zones servant au traitement médical de patients


¾ L’utilisation des appareils à gaz conformément à la directive
90/396/CEE
¾ Les industries extractives
¾ L’utilisation des moyens de transport pour lesquels s’appliquent des
accords internationaux
¾ La fabrication, la manutention et le stockage des explosifs

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Transposition en droit français


• Code du travail (décrets n°1553 et n°1554 du 24 décembre 2002)
¾ Chapitre II : Aménagement des lieux de travail - Prévention de l ’incendie,
s’applique aux locaux existants
¾ Chapitre V : Dispositions applicables aux opérations de construction dans
l ’intérêt de l ’hygiène et la sécurité du travail pour les nouvelles constructions

• Arrêté du 8 juillet 2003


¾ pour la classification des zones
¾ pour les prescriptions visant à améliorer la protection
¾ pour la sélection des appareils et systèmes de protection

• Modifications de certains arrêtés


¾ arrêté du 19/12/1988 (installations électriques en ATEX) par l’arrêté du 28
juillet 2003 et sa circulaire d’application du 6 août 2003
¾ arrêté du 4/11/1993 (signalisation) par l’arrêté du 8 juillet 2003

Décret 2002-1553 : Obligations de l’employeur

Prévention des explosions :

• Empêcher la formation d ’atmosphères explosives ou,


• Eviter l’inflammation d’atmosphères explosives et,
• Réduire les effets nuisibles d ’une explosion

• Prévention des explosions et protection contre leurs effets (sécurité


intégrée)
• Évaluation des risques d’explosion
• Obligations générales
• Devoir de coordination
• Subdivision des emplacements où des ATEX peuvent se présenter
• Document relatif à la protection contre les explosions

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Article R4227-52
Créé par Décret n°2008-244 du
Le DRPCE 7 mars 2008 - art. (V)

Le DRPCE définit la méthodologie d’analyse du risque


d’explosion, les résultats de ces analyses et les mesures de
protection/ prévention adoptées pour assurer la sécurité des
équipements et des travailleurs.

Le DRPCE doit faire apparaître :


ª que les risques d ’explosion ont été évalués
ª que les mesures seront prises pour satisfaire à la directive
ª les emplacements des zones classées
ª les emplacements où s’appliquent les prescriptions minimales de la
directive
ª que les lieux et équipements de travail sont conçus, utilisés et
entretenus en tenant compte de la sécurité

Le DRPCE

Le DRPCE pourrait être découpé comme suit :

1- Évaluation du risque d ’explosion

2- Classement de zones

3- Évaluation et mise en conformité des installations existantes

4- Règles d’exploitation

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Impact pour le chef d’établissement


Ö Évaluation du risque d ’explosion

Ö Classer les zones

Ö Faire un état des lieux pour les équipements

- matériels électriques conformes à une directive (ATEX)


- matériels électriques autres

- équipements non électriques (mécaniques, hydrauliques....)

Ö Mise en conformité selon les prescriptions minimales

- matériels électriques autres


- équipements non électriques

Ö Formalisation du DRPCE

La signalisation « Obligatoire en France »


Code du travail: Article R4227-51
Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars
2008 - art. (V)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Classement des zones à risque


d’explosion

Principaux textes concernant le classement


des zones
Textes ré
réglementaires Textes normatif Guides professionnels
- Arrêté
Arrêtés du 4 septembre 1967 relatifs - NF EN 60079-
60079-10
aux usines de traitement de pépétrole brut, de - IP 15
ses dé
dérivé
rivés et ré
résidus - CEI 31-
31-35 - IGE/SR/25
- Arrêté
Arrêtés du 9 novembre 1972 et l’ l’arrêté
arrêté - NF EN 50281-
50281-3 - UIC
du 19 novembre 1975 relatif aux dé dépôts
d ’hydrocarbures liquides et liqué
liquéfié
fiés - NPR 79140-
79140-2 - FIPEC
- Arrêté
Arrêté du 31 mars 1980 relatif aux - GESIP
installations électriques dans les ICPE où

- NFPA 497
peuvent exister des atmosphè
atmosphères Ouvrage de ré
référence
explosibles - API 505
- A.W. Cox,
Cox, F.P. Lees and
- Arrêté
Arrêté du 19 dédécembre 1988 relatif aux M.L. Ang,
Ang, 1990.
1990. - NFPA 499
installations électriques dans des Classification of hazardous - FFCAT
emplacements préprésentant des risques locations. Institution of
d’explosion chemical engineers - SNITER
- Arrêté
Arrêté du 8 juillet 2003 relatif à la
protection des travailleurs susceptibles
d’être exposé
exposés à une atmosphè
atmosphère explosible

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Nouvelle réglementation du travail

Ministère du travail
Arrêté du 08/07/2003
Protection des travailleurs susceptibles d’être exposés à une atmosphère explosible

Zone 0/20 : Emplacement où une atmosphère explosive est présente dans


l'air en permanence pendant de longues périodes ou fréquemment.

Zone 1/21 : Emplacement où une atmosphère explosive est susceptible


de se présenter occasionnellement en fonctionnement normal.
Exemple : zone à proximité d’un débranchement de flexible.

Zone 2/22 : Emplacement où une atmosphère explosive n'est pas


susceptible de se présenter en fonctionnement normal ou, si elle se
présente néanmoins, elle n'est que de courte durée.

Objectif du classement des zones à risque


d’explosion
(1) Engager la démarche d’analyse de risques P(Expl) = P(Atex) x P(SI)

Attention : La probabilité d’apparition d’Atex [P(Atex)] n’est pas égale à probabilité


d’explosion [P(Expl)].
Cette dernière doit également prendre en compte la probabilité de présence d’une source
d’inflammation P(SI)

(2) Préciser la catégorie de matériel

j1 - page
Formation Ism-ATEX

1- APPROCHE ANALYTIQUE DU CLASSEMENT


DE ZONES

Étape 1 : Rassemblement des caractéristiques des produits


Étape 2 : Analyse fonctionnelle de l’installation
Étape 3 : Identification des sources de dégagement
Étape 4 : Détermination de la probabilité d’apparition d’une ATEX
Toutes les phases de fonctionnement doivent être examinées :
• phases de démarrage/arrêt
• régime normal de fonctionnement
• dérangement prévisible
• incident (situation anormale)
Étape 5 : Détermination du type de la zone
Étape 6 : Détermination de l’étendue de la zone

Exemple d’application au cas d’un camion en cours


de dépotage (Source IP 15)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Gaz et vapeurs
Déclassement par la ventilation

Le niveau de déclassement potentiel reste fonction


des conditions de réalisation de la ventilation :

- Zone 0 à HZ : disponibilité 3
- Zone 1 à HZ : disponibilité 2
- Zone 2 à HZ : disponibilité 1

- Zone 0 à 1 : disponibilité 2
- Zone 1 à 2 : disponibilité 1 ou 2

Attention : le déclassement total n’est possible que si le


débit d ’émission de la source est connu avec exactitude.

Gaz et vapeurs
Déclassement par la ventilation
• Ventilation bien réalisée (1) :
- Panne signalée et repérée ;
- Contrôle du flux d’air ;
- Asservissement des équipements d ’un type non protégé (le
cas échéant)

• Ventilation bien réalisée avec garanties supplémentaires (2) :


- idem (1) ;
- Ventilateur de secours alimenté par une ligne de distribution
d ’énergie distincte (double ventilation) ;
- Alarme de défaut sur le fonctionnement du ventilateur
principal

• Ventilation bien réalisée avec garanties absolues (3) :


- idem (2) ;
- Source d ’énergie de secours indépendante du réseau public

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Déclassement, cas des poussières :

• Plan de nettoyage
• Pourcentage de poussières accompagnant les produits granuleux
• Système de dépoussiérage
• Etc ...

LE CLASSEMENT DOIT ETRE REVU PERIODIQUEMENT

Exemples de classement
de zones

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Gazomètre

zone 2

Source : IGE

Atelier (ventilé artificiellement)

Atelier ventilé
ventilé
efficacement

Taux de
renouvellement d ’air
de 6 à 12 r/h

Source : FIPEC

j1 - page
Formation Ism-ATEX

LA DIRECTIVE EUROPEENNE
94/9/CE

DIRECTIVES 94/9/CE ‘NOUVELLE APPROCHE’


CONCERNE:

ƒ Mines
ƒ Industries de surface
ƒ ATEX due à la présence de gaz et de poussière

ƒ Harmonisation des exigences essentielles uniquement


ƒ Élaboration des spécifications techniques par la normalisation
ƒ Maintien du statut volontaire des normes
ƒ Présomption de conformité

j1 - page
Formation Ism-ATEX

L'APPROCHE GLOBALE

Dossier
ƒ Marquage technique
ƒ Les organismes notifiés
ƒ Le dossier technique
ƒ Les procédures d'évaluation de la conformité
ƒ La surveillance du marché par les autorités publiques
ƒ Les accords de reconnaissance mutuelle

APPAREILS

Par appareils, on entend


ƒ les machines, les matériels, les dispositifs fixes ou mobiles, les
organes de commande, l'instrumentation et les systèmes de
détection et de prévention
qui, seuls ou combinés,
ƒ sont destinés à la production, au transport, au stockage, à la
mesure, à la régulation, à la conversion d'énergie et à la
transformation de matériau
qui:
ƒ par les sources potentielles d'inflammation qui leur sont
propres, risquent de provoquer le déclenchement d'une
explosion.
Nota : Le risque électrostatique devra être pris en compte si le matériel à une autre source
d’inflammation (électrique ou autres). Sinon, le risque devra être pris en compte vis à vis de la
99/92/CE

j1 - page
Formation Ism-ATEX

SYSTÈMES DE PROTECTION
Dispositifs dont la fonction est d ’arrêter immédiatement les
explosions naissantes et/ou de limiter la zone affectée par une
explosion et qui sont mis séparément sur le marché comme
systèmes à fonction autonome.
Ces systèmes sont soumis à la directive 94/9/CE même si ceux ci n’ont pas leur propre
source d’inflammation.

Exemples :
ƒ pare-feu
ƒ arrêts-barrages à auges d ’eau
ƒ lignes d ’extincteurs
ƒ systèmes d ’expansion en cas d ’explosion
(évents..)

COMPOSANTS
Pièces qui sont essentielles au fonctionnement sûr des appareils et
systèmes de protection mais qui n'ont pas de fonction autonome.
Les composants définis dans la EN 60079-0 le sont également au titre
de la 94/9/CE
Les composants ne doivent pas porter la marque CE

Exemples :
ƒ borniers
ƒ enveloppes « d » vides
ƒ Boutons –poussoir
ƒ Relais

Selon l'article 8.3 la conformité des composants doit être évaluée de la même manière
(procédure) que l’équipement

j1 - page
Formation Ism-ATEX

DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ
Soumis à la directive si :
ƒ ils contribuent ou sont nécessaires au fonctionnement sûr des
appareils et systèmes de protection vis à vis de la source
d’inflammation soit du risque d’explosion.
ƒ même s’ils sont situés en dehors d ’une atmosphère explosible
Exemples :
ƒ unités de contrôle de détection gaz
ƒ alimentation électrique connectée à un système de mesure à
sécurité intrinsèque (Ex i) utilisée pour la surveillance de
paramètres d’un processus
ƒ Protection thermique du moteur à sécurité augmenté
ƒ Système de mesure et contrôle des sondes de température
bobinage d’un moteur si celles ci sont imposés par l’AECE.

PRODUITS EXCLUS

ƒ Dispositifs médicaux
ƒ Danger d’explosion dû à la présence de matières explosives ou
chimiques instables
ƒ Environnement domestique
ƒ Équipements de protection individuelle
ƒ Navires de mer et unités off-shore mobiles
ƒ Moyens de transport des personnes
ƒ Maintien de l’ordre

j1 - page
Formation Ism-ATEX

CATÉGORIES DE MATÉRIEL

APPAREILS DE CATEGORIE 1 ou M1
et SYSTÈMES DE PROTECTION

j1 - page
Formation Ism-ATEX

APPAREILS ÉLECTRIQUES ET DIESEL


DE CATEGORIE 2 ou M2

* O.N. = Organisme Notifié

APPAREILS AUTRES DE CATEGORIE 2 ou M2


(mé
(mécaniques, hydrauliques, pneumatiques,..)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

APPAREILS DE CATEGORIE 3

Contrôle interne (A.VIII)

Catégorie 3 ou

Vérification à l'unité
par O.N.

* O.N. = Organisme Notifié

Assemblage appareils
Exemple :
• En catégorie 2, Assemblage d’une pompe non électrique couplée à
un moteur électrique
Si les appareils ont été évalués séparément selon les procédures
d ’évaluation qui leur sont applicables :

=> Pas de nouvelle évaluation si association des deux


n’engendrent pas de risques (analyse de risque)
=> Marquage CE, déclaration CE de conformité + notice

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Assemblage appareils

Exemple :
• En catégorie 2, Assemblage d’une pompe non électrique couplée à
un moteur électrique
Si le moteur a été évalué selon les procédures d’évaluation qui lui
sont applicables (AECE + AQ) et que la pompe n’a pas été
évaluée :

=> le produit résultant de l’assemblage doit être considéré


comme un appareil non-électrique (voir schéma de
certification):
=> Contrôle interne + dépôt de dossier
=> Marquage CE, déclaration CE de conformité + notice

Assemblage appareils

Exemple :
• En catégorie 2, Assemblage d’une pompe non électrique couplée à
un moteur électrique
Si le moteur n’a pas été évalué selon les procédures d’évaluation
qui lui sont applicables (AECE + AQ) et que la pompe n’a pas
été évaluée :

=> le produit résultant de l’assemblage doit être considéré


comme un appareil électrique :
=> AECE + AQ
=> Marquage CE, déclaration CE de conformité + notice

j1 - page
Formation Ism-ATEX

SOURCES POTENTIELLES D'INFLAMMATION


Les sources d’inflammation sont à analyser avec soin.
En première approche, le fabriquant doit examiner, de façon
systématique, les sources potentielles suivantes (liste non exhaustive):

• surfaces chaudes,
• flammes, feux nus, élément incandescent,
• étincelle électrique,
• étincelle mécanique (frottement, choc, abrasion),
• coups de foudre,
• décharge électrostatique,
• ondes électromagnétiques,
• réactions exothermiques.

INFLUENCES PERTURBATRICES EXTÉRIEURES

ƒ conditions ambiantes changeantes


ƒ tensions parasites
ƒ humidité
ƒ vibrations
ƒ pollution
ƒ Risques chimiques
ƒ Température
ƒ Ultra violet et infrarouge (rayonnement)
ƒ Risques CEM (compatibilité électromagnétique)
ƒ Etc.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

MARQUAGE

nom et adresse du fabricant


+ numéro O.N.
désignation de la série ou du type
N° de série s'il existe
Année de construction

+ groupe + catégorie + la lettre G ou D

toutes les indications nécessaires à la sécurité d'emploi

MARQUAGE

j1 - page
Formation Ism-ATEX

EXEMPLE DE MARQUAGE

CE PARIS
2 rue du cherche midi
75000 PARIS
0081
GV 480
N° de série : 125478
2000
II 2 G
Ex d IIB T4
INERIS 99ATEX2053 X
..........

EXEMPLE DE MARQUAGE

Metrox
2 rue pierre Villard
92400 Villepinte

OST 820
N° de série : 125478
1999
II 3 GD
Ex nA II T4
IP 65 T 125°C
..........

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les documents liés à la Directive

j1 - page
Formation Ism-ATEX

NOTICE D'INSTRUCTION

• rappel du marquage
• instruction pour effectuer sans risques :
ƒ la mise en service (installation, réglage,....)
ƒ l'utilisation
ƒ la maintenance (entretien et dépannage)
ƒ si nécessaire, les instructions de formation
• la notice est établie dans une des langues communautaires
• chaque appareil livré est accompagné de la notice dans la langue
du pays ainsi que de la notice originale

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ

• nom et adresse du fabricant ou de son mandataire


• description de l'appareil
• toutes les dispositions pertinentes auxquelles répond l'appareil
• le cas échéant :
ƒ nom, numéro d'identification, adresse de l'ON ainsi que le numéro de
l'attestation CE de type
ƒ référence aux normes harmonisées
ƒ normes et spécifications techniques utilisées
ƒ autres directives appliquées
• identification du signataire ayant pouvoir d'engager la responsabilité
de l ’entreprise

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Marquage CE ATEX

Le marquage CE ATEX permet de vérifier l’adéquation des


équipements.

En plus de l’adéquation du marquage, la maîtrise du risque Atex


dépend :
- du bon état du matériel pour maintien du niveau de
sécurité ;
- du mode d’exploitation conforme aux prescriptions du
fabricant .
- du respect des règles d’installation et de maintenance.

(2)
(2)
Appareil ou système de protection destiné à être utilisé en atmosphères explosib
Appareil ou système de protection destiné
Directive à être utilisé en atmosphères explosib
94/9/CE
Attestation
Attestation
Directive 94/9/CE
dd ’examen
’examen
ATTESTATION
ATTESTATIOND’EXAMEN
D’EXAMENCE
CEDE
DETYPE CE
(1)
(1) TYPE CE de
de
(3)
(3)
(4)
(4)
Numéro de l'attestation d'examen CE de type : INERIS 08ATEX0003 X
Numéro de l'attestation d'examen CE de type : INERIS 08ATEX0003 X
Appareil ou système de protection :
Appareil ou système de protection :
type
type
MOTEUR ELECTRIQUE SIMPLE PHASE A INDUCTION TYPE IExHA06-.. or IExHA08-..
MOTEUR ELECTRIQUE SIMPLE PHASE A INDUCTION TYPE IExHA06-.. or IExHA08-..
(5) Constructeur : SAMWHA M TECH Co., Ltd.
(5) Constructeur : SAMWHA M TECH Co., Ltd.
(6) Adresse : 327 Dabok-ri
(6) Adresse : 327 Dabok-ri
Boksu-myun Geumsan-gun
Boksu-myun Geumsan-gun
CHUNGNAM,312-923
CHUNGNAM,312-923
REPUBLIC OF KOREA
REPUBLIC OF KOREA

(7) Cet appareil ou système de protection et toute autre variante acceptable de celui-ci sont décrits
(7) dans
Cetl'annexe
appareildeoulasystème
présentede protectionetet
attestation toute
dans les autre variante
documents acceptable
descriptifs citésde
danscelui-ci
cette sont décrits
annexe.
dans l'annexe de la présente attestation et dans les documents descriptifs cités dans cette annexe.
(8) L'INERIS, organisme notifié et identifié sous le numéro 0080, conformément à l'article 9 de la
(8) Directive
L'INERIS,duorganisme notifié du
Conseil 94/9/CE et 23
identifié sous certifie
Mars 1994, le numéroque 0080, conformément
cet appareil ou système à l'article 9 de la
de protection
Directive
répond aux du Conseil Essentielles
Exigences 94/9/CE du de 23 Sécurité
Mars 1994,et decertifie
Santéque
en cet appareil
ce qui ou système
concerne de protection
la conception et la
répond auxdes
construction Exigences
appareilsEssentielles de Sécurité
et des systèmes et de Santé
de protection en ce àquiêtre
destinés concerne
utiliséslaenconception et la
atmosphères
construction
explosibles, des appareils
décrites en annexe etIIdes
de lasystèmes
Directive.de protection destinés à être utilisés en atmosphères
explosibles, décrites en annexe II de la Directive.
Les examens et les essais sont consignés dans le rapport confidentiel n° P95325/08 .
Les examens et les essais sont consignés dans le rapport confidentiel n° P95325/08 . (12) Le marquage de l'appareillage ou du système de protection devra contenir :
(9) Le respect des Exigences Essentielles de Sécurité et de Santé est assuré par :
(9) Le respect des Exigences Essentielles de Sécurité et de Santé est assuré par :
- la conformité à :
- la conformité à : II 2 G Ex d IIB T4
EN 60079-0 : 2006
ENEN 60079-0 : : 2004
60079-1 2006
EN 60079-1 : 2004
- les solutions spécifiques adoptées par le constructeur pour satisfaire aux Exigences Essentielles de
- les solutions
Sécurité spécifiques
et de Santé décritesadoptées
dans lespar le constructeur
documents pour satisfaire aux Exigences Essentielles de
descriptifs.
Sécurité et de Santé décrites dans les documents descriptifs.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les organismes notifiés en Europe

Allemagne PTB, DMT/BVS


Autriche TUV-A
Belgique ISSEP
Danemark DEMKO
Espagne LOM
Finlande VTT
France INERIS et LCIE
Italie CESI
Norvège NEMKO
Pays Bas KEMA
Royaume Uni EECS, SCS, ISC

CONFORMITÉ À LA DIRECTIVE

ƒ Le constructeur ou l'importateur sont les seules


personnes pouvant attester de la conformité à la
directive et autoriser le marquage CE
ƒ Ils définissent les conditions d'utilisation de leur
matériel
ƒ Ils en déduisent les directives auxquelles le matériel
doit répondre
ƒ Ils gèrent les différentes modules d'examen
ƒ Ils établissent pour chaque matériel une déclaration
CE de conformité

j1 - page
Formation Ism-ATEX

MODES DE PROTECTIONS DES


MATERIELS ELECTRIQUES ATEX
Règles applicables aux appareils
installés en ATEX Gaz

Zone d’implantation – Catégories - EPL

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Modes de protection
1/4

Modes de protection 2/4

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Modes de protection 3/4

Modes de protection des maté


matériels électriques

Atmosphère explosive

Explosion

Source Propagation
d'inflammation

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Classes de température
Températures maximales de surface
Température la plus élevée, atteinte en service dans les conditions
les plus défavorables par toute partie ou toute surface d'un
matériel électrique susceptible de provoquer une inflammation de
l'atmosphère explosive environnante

Groupes de subdivision

‰ Groupe I = mines grisouteuses


(méthane)

‰ Groupe II = industrie de surface

ƒ IIA : propane
ƒ IIB : éthylène
ƒ IIC : hydrogène, acétylène

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Température ambiante

De -20°C à +40°C

Relations EPL et matériels

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Relations EPL et matériels

Règles communes aux matériels


(EN 60079-0)

‰ Enveloppes non métalliques

‰ Enveloppes contenant des métaux légers

‰ Marquages

‰ Composants

‰ La visserie

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Enveloppes non-métalliques

Charges électrostatiques :

ƒ résistance d’isolement < à 1 Gigaohms


ƒ OU limitation des surfaces non métalliques :

ƒ OU essai d’inflammation direct

Enveloppes non-métalliques
Diamètre ou largeur des pièces longues

Limitation de l’épaisseur de la couche non-métallique

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Enveloppes contenant des métaux


légers
Zone 0 : EPL Ga
ƒ 10 % au total, d’aluminium, magnésium,
titane et zirconium, ou 7,5 % au total, de magnésium,
titane et zirconium

Zone 1 : EPL Gb
ƒ 7,5 % de magnésium et titane

Zone 2 : EPL Gc
ƒ pas d’exigences sauf pour les
ventilateurs et enveloppes (carters et grilles)

Marquage de la directive 94/9/CE

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Marquage normatif (CENELEC)

Marquage complet

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Marquages d’avertissement

Composants
1/2

composant Ex
partie de matériel électrique ou module (autre
qu’une entrée de câble Ex), marquée du
symbole «U», ne devant pas être utilisée seule
et nécessitant une certification
complémentaire lorsqu'elle est incorporée à
un matériel électrique ou à un système pour
atmosphères explosives

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Composants
2/2

ƒ enveloppe vide

ƒ composants destinés à être utilisés avec des matériels


conformes aux exigences d’un ou plusieurs modes de protection

ƒ à l’inté
intérieur d’
d’une enveloppe : borne, ampèremètre,
appareils de chauffage, thermostat “d”, alimentation “i”...

ƒ à l’exté
extérieur d’
d’une enveloppe : borne de terre “e”, capteur “i”...

ƒ à l’interface d’
d’une enveloppe :
bouton-poussoir, lampe de signalisation

Marquage
composants

Metrox
2 rue pierre Villard
92400 Villepinte
OST 820
N° de série : 125478
1999
II 2 G

Ex d IIB
INERIS 98ATEX9011 U
..........

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Combinaison de modes de
protection
Ex deq IIC T4

La visserie
Lorsque l'une des normes concernant un mode de protection
spécifique impose une fermeture spéciale, celle-ci doit être
conforme à ce qui suit:

– Le filetage doit être un filetage métrique à pas, conforme à


l'ISO 262, avec une tolérance de 6g/6H
- Les têtes des vis ou des écrous doivent être conformes à l'ISO
4014, à l'ISO 4017, à l'ISO 4032 ou à l'ISO 4762
- Les couples de serrage doivent être respectés

j1 - page
Formation Ism-ATEX

La visserie
Limite élastique et résistance à la rupture

La limite élastique Re est la valeur de la contrainte au


point de transition élastique/plastique La résistance
mécanique Rm est la valeur de la contrainte à la rupture.

Visserie acier
Exemple : pour une vis de classe
12.9:

la limite élastique Re est supérieure à


1080 MPa. → 12 x 9 x 10
la limite de rupture Rm vaut au moins
1200 MPa, → 12 x 100

Règles applicables aux matériels


implantés
en ATEX Gaz

‰ Règles applicables aux maté


matériels “d”
‰ Règles applicables aux maté
matériels “e”
‰ Règles applicables aux maté
matériels “p”
‰ Règles applicables aux maté
matériels “i”
‰ Règles applicables aux maté
matériels “n”

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles applicables aux


matériels “d”

‰ Principe du mode de protection

‰ Règles d’
d’installation et d’
d’entretien

‰ Réparation

ATEX Enveloppe antidéflagrante Ex ‘d’

Spécifications techniques auxquelles doivent


répondre les types de matériel électriques à
enveloppe antidéflagrante.

Conformément à :
L’arrêté du 18 Juin 1963 ‘STF’ Spécifications
Techniques Françaises.
Aux normes Européenne NF EN 50018.
Et la EN 60079-1 et EN60079-14

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Principe du mode de
protection

Dans ce mode, les pièces qui peuvent enflammer une atmosphère


explosive sont enfermé
enfermées dans une enveloppe qui ré résiste à la
pression dédéveloppé
veloppée lors d'une explosion interne d'un mélange
explosif et qui empêche la transmission de l'explosion à
l'atmosphè
l'atmosphère environnante de l'enveloppe.
Ex d IIB T4
i

Exemple d’un coffret “d”


PORTE D’ACCES

FENETRE DE VISITE

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « d »

ƒ joint
oint antidé
antidéflagrant

ƒ longueur de joint L

ƒ interstice
nterstice i

ƒ volume

Joints antidéflagrants
Types de joints antidéflagrants :
ƒ joints non fileté
filetés : plans, à emboîtement, coniques, dentelés
ƒ joints fileté
filetés
ƒ joints scellé
scellés
ƒ traversé
traversées d’
d’arbre

Joint à emboîtement Joint fileté


Joint plan

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Joints antidéflagrants

Joints non fileté


filetés :
ƒ longueur, interstice,
ƒ rugosité moyenne Ra des surfaces
des joints ≤ 6,3 microns

Joints fileté
filetés :
ƒ diamètre, pas, nombre de filets
en prise, profondeur de vissage et
classe de qualité

Composants 1/2

ƒ dispositifs de respiration et de drainage


ƒ dispositifs d’étanchéité de conduit non filetés
ƒ entrées de câble non filetées
ƒ enveloppe vide

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Composants 2/2

Les enveloppes antidéflagrantes possédant uniquement un


certificat de composant Ex pour l’enveloppe (marquées avec « U »)
ne doivent pas être installées. Elles doivent toujours avoir un
certificat de matériel pour l’assemblage complet.
La modification de composants internes au matériel n’est pas
admissible sans une réévaluation du matériel,

Fixations et dispositifs d’obturation

Vis et écrous de fixation :


ƒ la résistance à la traction la plus faible des vis et des écrous
doit être au moins égale à 240 N/mm2

Dispositifs d’
d’obturation :
ƒ si des ouvertures prévues dans une enveloppe antidéflagrante
ne sont pas utilisées, elles doivent être obturé
obturées de telle sorte
que les propriétés antidéflagrantes de l’enveloppe soient
maintenues

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Entrées de câble

ƒ les entrées de câbles filetées peuvent être évaluées


comme des appareils

ƒ les autres entrées de câble peuvent seulement être évaluées


en tant que composant

Choix des entrées de câble

ƒ conformes au type de câble employé

Si source d’inflammation interne

ƒ enveloppes > 2 litres ou groupe IIC :


presse étoupe avec masse de remplissage
(requis si groupe IIC ou si zone 1 et si volume > 2 dm3)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Installations sous conduit

ƒ conduits rigides : soit en acier fileté à haute résistance,


étiré ou à soudure continue

ƒ conduits flexibles métalliques ou composites


dont le classement de la résistance mécanique
est conforme à l’ISO 10807

ƒ cinq filets engagés au minimum

ƒ coupe-feu à une distance ≤ 50 mm

Obstacles solides

Dans le cas des joints


plats :

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Protection des joints ADF

ƒ proté
protégés contre la corrosion (matériaux d’étanchéité
si prévus dans les documents descriptifs)

‰ graissage des plans de joint


¾ graisses non corrosives et non
durcissantes

ƒ ils ne doivent pas être peints avant assemblage


La mise en peinture (par l’utilisateur) des enveloppes après assemblage complet
est admissible.

Moteurs alimentés à fréquence et tension


variables
Variateur de vitesse ou démarreur progressif

ƒ soit contrôle direct de la température à l’aide des capteurs de


tempé
température internes spécifiés dans la documentation du moteur
ou d’autres moyens efficaces de limitation de la température de
surface de l’enveloppe du moteur

ƒ soit le moteur doit avoir fait l’objet d’un essai de type à cette fin
en association avec le convertisseur spécifié dans
les documents descriptifs et avec le dispositif
de protection fourni

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles applicables aux


matériels “e”

‰ Principe du mode de protection

‰ Règles d’
d’installation et d’
d’entretien

‰ Réparation

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Principe du mode de protection « e »

Mode de protection consistant à appliquer des mesures afin


d'é
d'éviter, avec un coefficient de sésécurité
curité élevé
levé, la possibilité
possibilité de
tempé
températures excessives et l'apparition d'arcs ou
d'é
d'étincelles à l'inté
l'intérieur et sur les parties externes du
maté
mat é riel électrique qui n'en produit pas en service normal.

Ex e II T4

Exemples

ƒ luminaires

ƒ boîte à bornes

ƒ boîtiers de jonction/raccordement

ƒ batteries

ƒ transformateurs

ƒ moteurs à induction à cage

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Boî
Boîte à bornes « e »

‰ Distances d’
d’isolement
‰ Lignes de fuite

Degré de protection IP

Enveloppes :

‰ IP54 si pièces conductrices nues


et actives

‰ IP44 si parties actives sont isolées

‰ Enveloppe contenant des circuits « i » :


ƒ avertissement : NE PAS OUVRIR QUAND LES CIRCUITS
DE SÉCURITÉ NON INTRINSÈQUES SONT SOUS TENSION ou
ƒ couvercle IP30 sur les parties NSI portant également
un avertissement de danger d’ouverture sur tension

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Entrées de câble

ƒ entrée de câbles appropriés au type de câbles et conservant le


mode de protection « e » en incorporant un élément d’étanchéité

ƒ entrée de câbles filetée pour plaques d’ d’entré


entrée de câbles fileté
filetées
ou pour enveloppes d’ d’une épaisseur de 6 mm ou plus
ne nécessitent aucune étanchéité supplémentaire entre le
dispositif d’entrée de câbles et la plaque d’entrée de câbles
ou l’enveloppe

Machines tournantes 1/5

Dispositif de protection ampè


ampèremé
remétrique pour éviter
de dépasser la température limite

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Machines tournantes 2/5

Machines tournantes 3/5

En cas d’utilisation d’un dispositif de protection


ampèremétrique, le rapport du courant de démarrage iA/iN
et la durée tE doivent être déterminés et marqués

Te ≥ 5 s
IA/IN ≤ 10

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Machines tournantes – Protection


thermique 4/5

‰ Dispositifs de protection contre les surcharges réglés de


telle sorte que non seulement le courant du moteur soit contrôlé,
mais aussi que le moteur bloqué soit déconnecté dans le délai tE
indiqué sur la plaque de marquage.

‰ Courbes des caracté courant-temps indiquant le


caractéristiques courant-
délai de déclenchement du relais de surcharge en fonction du
rapport entre le courant initial et le courant doivent être
détenues par l’utilisateur.

Machines tournantes 5/5

Les moteurs alimentés sous fréquence et tension variables


par un convertisseur doivent être soumis à un essai et
certifiés pour ce service en même temps que le
certifié
convertisseur selon ses spécifications dans les documents
descriptifs.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles applicables aux matériels “p”

‰ Principe du mode de protection

‰ Règles d’installation et d’
d’entretien

‰ Réparation

Principe du mode de protection

La pénétration d'une atmosphère environnante à l'intérieur de


l'enveloppe du matériel électrique est empêchée par le
maintien, à l'intérieur de la dite enveloppe, d'un gaz de
protection à une pression supérieure à celle de l'atmosphère
environnante. La surpression est maintenue avec ou sans débit
du gaz de protection.

Ex px II T4

air

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Principe du mode de protection

Quelques dé
définitions

ƒ surpression interne
ƒ gaz de protection
ƒ compensation de fuite
ƒ balayage
ƒ surpression interne statique

Principe du mode de protection

ƒ surpression mode px : de zone 1 à “non dangereux”


ƒ surpression mode py : de zone 1 à zone 2
ƒ surpression mode pz : de zone 2 à “non dangereux”

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Alimentation en gaz de protection

ƒ Gaz de protection : non combustible, non toxique,


exempt d’humidité, de graisse, de poussières, etc.
ƒ Tempé
Température < 40°
40°C à l’entrée de l’enveloppe

ƒ Attention au risque d’
d’asphyxie avec les gaz inertes

ƒ Ventilateur, compresseur : pas de danger supplémentaire

Conduites

ƒ doivent supporter :
¾ soit 1,5 *surpression maximale spécifiée
¾ soit la surpression maximale si tous les orifices
sont fermés

ƒ entrée de gaz de protection : emplacement non dangereux

ƒ conduites traversant un emplacement dangereux :


¾ exemptes de fuite si la pression est < à la Patm

ƒ matériels de pressurisation : emplacement non dangereux

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Dispositifs et dispositions de sécurité


(sauf pour la surpression statique)
Séquence des actions des dispositifs de sécurité

- Après le lancement de la séquence, le débit de balayage au travers


de l’enveloppe et la surpression dans celle-ci doivent être contrôlés selon
la présente norme. Le débit de balayage doit être contrôlé à la sortie de l’enveloppe à
surpression interne

- Lorsque le débit minimum du gaz de protection est établi (La durée de


balayage doit être augmentée du temps nécessaire pour réaliser le balayage du volume libre des
canalisations associées qui ne font pas partie du matériel certifié, par une quantité de gaz de protection
au moins égale à cinq fois le volume des canalisations avec la valeur du débit minimal spécifié par le
et que la surpression est dans les limites spécifiées, la
constructeur)
temporisation de balayage peut démarrer.
- Après l’expiration du temps de balayage, (La durée de balayage minimale
le matériel
spécifiée par le constructeur après vérification et essais type par constructeur et ON)
est alors prêt à être mis sous tension.

Dispositifs et dispositions de sécurité

Dispositif(s) de sé
sécurité
curité automatique(s) doivent être
prévus
lorsque la surpression tombe au-dessous de la valeur
minimale spécifiée par le fabricant :

ƒ signal provenant directement de l’enveloppe


ƒ pas de vanne entre le capteur et l’enveloppe
ƒ vérification possible des dispositifs
ƒ mise en sécurité de l’installation
du ressort de l’utilisateur

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Dispositifs et dispositions de sécurité

Mode px :

ƒ mise
ise HT automatique des matériels à l’ouverture
des portes et couvercles

ƒ matériels restant sous tension dans l’enveloppe :


protection (e, d, i, etc…)

Actions à entreprendre en cas de panne


de la pressurisation

Maté
Matériels sans source de dé
dégagement interne :

ƒ zone 2 et matériel non approprié : alarme

ƒ zone 1 et matériel non approprié : alarme et mise HT

ƒ zone 2 avec matériel approprié : aucune action

ƒ zone 1 avec matériel approprié : alarme

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Actions à entreprendre en cas de panne


de la pressurisation

Maté
Matériels avec source de dé
dégagement interne :

ƒ respect
espect des instructions de montage « constructeur »
(limiteur de débit, régulateur de pression,
coupe-flammes)
ƒ tenir
enir compte de la probabilité
probabilité et des consé
conséquences
d’une fuite de gaz de protection (ex : pression du gaz
de procédé < pression du gaz de protection)
ƒ dé
éfaut de pressurisation : alarme + action corrective

Marquages

‰ Évaluation par un ON de la conformité


conformité de l’
l’installation :
Ex px II T4

‰ Enveloppe ADF avec un systè


système de commande
de pressurisation : Ex d [px] IIB T4

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles applicables aux matériels “n”

ƒ Principe du mode de protection

ƒ Règles d’installation et d’
d’entretien

Principe du mode de protection

Mode de protection qui s'applique au matériel,


dans des conditions normales de fonctionnement
et dans certaines conditions anormales prévues
par la norme, de telle manière qu'il ne soit pas capable
d'enflammer l'atmosphère explosive environnante

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Plusieurs modes de protection

‰ Maté
Matériels « n »
ƒ matériel ne produisant pas d’étincelles nA
ƒ dispositifs à coupure fermée et composants
non incendiaires nC
ƒ dispositifs hermétiquement scellés nC
ƒ appareils et circuits à énergie limitée iC
ƒ enveloppes à respiration limitée nR
ƒ Surpression simplifiée pZ

‰ Règles de construction similaires à celles


des autres modes de protection (version
« allégée »)

Moteurs alimentés à tension et fréquence


variable

Lorsque l’on utilise des convertisseurs présentant des


impulsions haute fréquence en sortie, il convient de veiller
à ce que les surtensions brè
brèves et les plus hautes
tempé
températures qui peuvent être produites au moteur ou à
son bornier soient prises en compte

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles applicables
aux installations
de sécurité intrinsèque

Principe du mode de protection

Un circuit de sécurité intrinsèque est un


circuit dans lequel aucune étincelle ni aucun
effet thermique,
thermique produit dans les conditions
d'épreuve prescrites par la norme EN 50 020
(qui couvrent le fonctionnement normal et
les conditions spécifiées de défaut) n'est
capable de provoquer l'inflammation d'une
atmosphère explosive donnée.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Circuit de sécurité intrinsèque

liaison électrique

[i] i
Hors ATEX En ATEX

Symbole d'un matériel associé Symbole d'un matériel à sécurité


(situé hors zone explosive ou intrinsèque
protégé par un mode de (situé en zone explosible)
protection normalisé)

Quelques mots clefs

ƒ matériel électrique de sécurité intrinsèque


ƒ matériel associé
ƒ matériel simple
ƒ système de sécurité intrinsèque

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Évaluation d’un système simple (calcul de boucle)


Hors zone explosible En zone explosible GIIC
câble
A
B
[i] "i"
Licâble =1 µH/m
Uo = 24 V Ui = 28 V
Cicâble = 200 pF/m
Io = 0,12 A Ii = 0,16 A
Câble
Lo < 2,6mH Li = 1mH
Co < 0,15 µF Ci = 0,1 µF
Exigences
Alimentation Transducteur
Uo <Ui
Io < Ii
Lo > Licâble + Li
Co > Cicâble + Ci

Évaluation d’un système simple (calcul de boucle)

‰ Longueur admissible du câble : lc


ƒ vis à vis de la capacité :
Cicâble = Co - Ci = 0,05 µF ⇒ lc = 250 m

ƒ vis à vis de l'inductance :


Licâble = Lo - Li = 1,6 mH ⇒ lc = 1 600 m

‰ Longueur maximale autorisée : 250 m

j1 - page
Formation Ism-ATEX

EN 60079-14 Nouvelle édition


• Calculs de boucles « i » - prise en compte du risque
capacitif et inductif :

Exigences
Uo ≤ Ui
Io ≤ Ii

Si Li < 1% Lo ou Ci < 1% Co :
L câble = Lo - Li
C câble = Co - Ci

Si Li > 1% Lo et Ci >1% Co :
L câble = Lo/2 - Li
C câble = Co/2 - Ci

Niveaux de protection des matériels

ƒ « ia » : le matériel reste de sécurité en fonctionnement


normal et en présence d'un défaut et de deux défauts
simultanés

ƒ « ib » : le matériel reste de sécurité en fonctionnement


normal et en présence d'un défaut quelconque

ƒ « ic»
ic» : le matériel reste de sécurité en fonctionnement
normal (zone 2)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Matériels associés

Maté
Matériel électrique associé
associé : matériel électrique qui contient à
la fois des circuits de sécurité intrinsèque et des circuits de
sécurité non intrinsèque, et qui est réalisé de sorte que les
circuits de sécurité non intrinsèque ne puissent pas affecter
défavorablement les circuits de sécurité intrinsèque
[Ex ia] IIB

Matériel simple

Peuvent ne pas être obligatoirement certifiés :

ƒ les composants passifs

ƒ les sources ré
réserves d’é
d’énergie
nergie
ayant des paramètres bien définis

ƒ les sources gé
génératrices d’é
d’énergie
nergie
ne délivrant pas plus
de 1.5 V, 100 mA et 25 mW

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Installations en zone 1

ƒ installations équipés de maté


matériels « ib » au moins

ƒ maté
matériels associé
associés situés de pré
préférence à l’exté
extérieur de
l’emplacement non dangereux : autrement mode de
protection requis : Ex d [ib] IIB T4

ƒ matériels électriques connectés aux bornes NSI


d’un matériel associé ne doivent pas être alimentés
à une tension > à Um et le courant de CC prévu pour
l’alimentation ne doit pas être supérieur à 1500A

ƒ composants et câblage de SI montés dans


une enveloppe IP20 (a minima)

Types de câbles utilisables

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Types de câbles « mono » utilisables

Caractéristiques :
ƒ tension d’essai entre conducteurs actifs et terre :
500 VAC ou 750 VCC
ƒ tension d’essai entre conducteurs actifs et écran
ƒ tension d’essai entre écran et terre

ƒ diamè
diamètre minimal des conducteurs ou brins individuels
≥ 0,1 mm

ƒ les paramè
paramètres électriques doivent être connus
(inductance et capacité linéique)
¾ données fournies par le constructeur
¾ mesures sur un échantillon
¾ 200 pF/m et 1 µH/m (ou 30 µH/Ω)

Exemple de câble multiconducteurs

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de pose des câbles

Les câbles doivent répondre à l’une des prescriptions suivantes :


ƒ les câbles de SI doivent être sé
séparé
parés de tous les câbles NSI
ƒ ou les câbles de SI doivent être proté
protégés contre le risque
de dommage mé mécanique
ƒ ou les câbles de SI ou NSI doivent être munis d’
d’une armure,
d’une gaine mé
métallique ou d’
d’un écran

Identification des circuits de SI

‰ Marquage des câbles


ƒ les câbles comportant des circuits de SI doivent être marqué
marqués
si absence d’armure, écran ou gaine métallique

‰ Repé
Repérage des circuits
ƒ seul le bleu clair peut être utilisé pour le repérage
ƒ s’il y a risque de confusion lié à l’utilisation de la couleur,
d’autres mesures de marquage sont nécessaires
(regroupement des conducteurs de SI en faisceaux,
étiquetage, organisation claire et séparation spatiale)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mise à la terre des circuits de SI (1/2)

Les circuits de SI peuvent être

ƒ soit isolé
isolés de la terre

ƒ soit au potentiel de ré
référence
de l’emplacement dangereux
en un point seulement

Mise à la terre des circuits de SI (2/2)

ƒ la section de la liaison à la terre doit être obtenue par :


¾ soit au moins deux conducteurs distincts capables
de transporter Imax et de 1,5 mm2 Cu
¾ soit un conducteur ayant une section d’au moins 4mm2

ƒ les bornes de mise à la terre des barrières de sécurité


sans isolement galvanique doivent être :
¾ raccordé
raccordées au systè
système de liaison équipotentielle
par le chemin le plus court possible

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Matériel
"SI"
Barrière zener
R R
F
N
1 2
u Vz
SI
SI Tresse
du
Raccordement tresse => câble
Hors ATEX

Raccordement des armures

ƒ armure raccordée au systè


système de liaison équipotentielle par
le biais des dispositifs d’entrée de câble à chaque extrémité
(y compris au niveau des boîtes de jonction intermédiaires)

ƒ si le raccordement n’est pas réalisable en un point d’entrée


de câble, au moins une liaison électrique entre l’armure et
le système de liaison équipotentielle doit être assurée

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Raccordement des conducteurs de réserve

Dans un câble multi-conducteurs,


chaque conducteur non utilisé doit :

ƒ être isolé de la terre et des autres conducteurs


à chacune de ses extrémités

ƒ ou connecté au point de terre utilisé pour mettre à la terre


tous les circuits de SI faisant partie du câble
(les autres extrémités devant être isolées de la terre)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

NON [EEx ‘ i ’ ]
Cloison métallique
ép. ≥ 0,9 mm equipment
(plastique)
ép.. ≥ 0,45 mm
(métallique)

d ≥ 50 mm
[EEx ‘ i ’ ] shunt
barrier diodes

Liaison à la terre
Earth d ≥ 6 mm (deux circuits ‘ i ’
connexion distincts)

d ≥ 50 mm

NON [EEx ‘ i ’]
equipment

Installations en zone 0

ƒ matériel et matériel associé de caté


catégorie « ia »

ƒ il est préférable d ’utiliser un matériel associé présentant


un isolement galvanique entre circuits SI et NSI

ƒ si la mise à la terre du circuit est requise pour des raisons


fonctionnelles, le raccordement à la terre doit être réalisé
à l’exté
extérieur de la zone 0,
0 mais aussi près que
raisonnablement possible du matériel situé en zone 0

ƒ dispositif de protection contre les surtensions


(de préférence à moins de 1 m de l’entrée de la zone 0)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

ATEX
Câble multi-
conducteur
A C
d H2

Boîtes de
dérivation
CH4
B D

non ATEX

Document descriptif système (EN 60079-25)

ƒ le document descriptif systè


système doit fournir une analyse
adéquate du niveau de sécurité atteint par le système

ƒ il doit être établi pour tous les systè


systèmes

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Catégories de classement

ƒ un système peut avoir plusieurs caté


catégories («
(« ia » et « ib »)
ƒ une boucle n'a qu'une seule catégorie (« ia » ou « ib »)
ƒ la catégorie d'une boucle est à priori celle du matériel
interconnecté ayant la caté
catégorie la plus basse

Règles applicables
aux matériels implantés
en ATEX poussières

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles générales de construction

‰ Définitions :
ƒ Poussiè
Poussière combustible : poussière pouvant brûler ou
se consumer dans l ’air et former un mélange explosif
avec l’air dans des conditions de pression atmosphérique
et de température normales
ƒ Poussiè
Poussière conductrice : poussière dont la résistivité
électrique est égale ou inférieure à 1000 Ω

‰ Règles de construction générales proches de celles


des matériels destinés à être utilisés en ATEX gaz

Critères de sélection

ƒ caté
catégorie du maté
matériel
ƒ degré
degré d’étanch
’étanché
éité
ité IP
ƒ tempé
température limite de surface
ƒ influences exté
extérieures

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Groupe de matériel

• Matériel pour ATEX poussières : Groupe III

• Subdivisions :

ƒ III A : particules combustibles en suspension


ƒ III B : poussières non conductrices
ƒ III C : poussières conductrices

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Catégories

Matériels pouvant être installés en Catégories autorisées

Zone 20 1 D EPL Da

1 D EPL Da
Zone 21
2 D EPL Db
1 D EPL Da
Zone 22 2 D EPL Db
3 D EPL Dc

Règles communes aux matériels


(EN 60079-0)

ƒ Enveloppes non métalliques

ƒ Enveloppes contenant des métaux légers

ƒ Marquages

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Enveloppes non-métalliques

Charges électrostatiques
Le matériel doit répondre à une des exigences suivantes :

ƒ résistance de surface ≤ 1 GΩ
ƒ tension de claquage ≤ 4 kV
ƒ épaisseur d’isolation externe sur les parties métalliques ≥ 8 mm
(afin d’éviter les décharges glissantes de surface)

ƒ limitation du transfert de charge selon essais spécifiés


ƒ inaptitude à stocker une charge dangereuse en mesurant la
capacité selon des essais spécifiés

Enveloppes contenant des métaux légers

Zone 20 : EPL Da
ƒ 7,5 % au total de magnésium et titane

Zone 21 : EPL Db
ƒ 7,5 % au total de magnésium et titane

Zone 22 : EPL Dc
ƒ pas d’exigences sauf pour les
ventilateurs et enveloppes (carters et grilles) de ventilateurs
doivent être conformes aux exigences EPL Db

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Températures de surface

ƒ Tmax admissible = 2/3 Tnuage

ƒ Tmax admissible = T5mm - 75K

ƒ couches de poussières importantes


¾ entre 5 et 50 mm réduction de Tmax
¾ épaisseurs excessives :
essais spéciaux pour déterminer Tmax

Modes de protection à paraître

Maté
Matériels « D »

ƒ protection par enveloppe « tD »


ƒ protection par pressurisation « pD »
ƒ protection par sécurité intrinsèque « iD »
ƒ protection par encapsulage « mD »

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Protection par enveloppe (tD)

Protection contre la pénétration

Le marquage selon le dé
décret 96-
96-1010
du 19 novembre 1996 (ATEX)

S.A.I.P.
23, avenue de Lorraine
D- 4563 LÜNEN

SWU 15/34/98
N° de série : 45367
2000
II 2 D b T130°C IP65

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Le marquage selon le dé
décret 96-
96-1010
du 19 novembre 1996 (ATEX)

S.A.I.P.
23, avenue de Lorraine
D-4563 LÜNEN
0080
SWU 15/34/98
N° de série : 45367
2000
II 1 GD
EEx ia IIA T4 IP 65 T130°
INERIS 00ATEX5032X

REGLES DE PROTECTION ET
D’INSTALLATION DES
EQUIPEMENTS ELECTRIQUES
En zone ATEX

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Contexte réglementaire et normatif

•Arrêté du 28/07/03 → NF C 15-100 (partie BE3 / chapitre 424)


•NF EN 60079-14 (G)
•NF EN 50281-1-2 (D) (aujourd’hui EN61241-14)
Dans les emplacements à risque d’explosion, les installations électriques doivent être limitées au strict
nécessaire et être réservées exclusivement à l’alimentation des équipements présents dans ces emplacements.

•Matériels électriques neufs selon 94/9/CE

•Installations électriques existantes avant le 01/07/03, OK si


conformes à l’arrêté du 19/12/1988 (utilisateurs) → matériels
électriques décret 1978 (constructeurs)

Protection contre les contacts indirects

Sché
Schémas de liaison à la terre
ƒ schéma TNC (interdit en ATEX)
ƒ schéma TNS
ƒ schéma TT
ƒ schéma IT

1ère lettre : position du neutre par rapport à la terre


2ème lettre : position des masses métalliques par rapport
à la terre

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Protection contre les contacts indirects

Liaisons équipotentielles :
raccordement des masses à effectuer au système de liaison
équipotentielle
ƒ section minimale de 4mm² (capteurs) et 6 mm² (autres cas)
: cf. NFC 15 100

- Les connexions doivent être fixées de telle sorte


qu'elles ne se desserrent pas d'elles-mêmes.

- Les masses n'ont pas besoin d'être raccordées


séparément au système de liaison équipotentielle si
elles sont en contact métallique avec des
éléments structurels ou des canalisations y étant
raccordés et si elles sont solidement fixées à eux.

Section minimale des conducteurs


de protection (EN 60079-0)

Les éléments de connexion doivent être conçus de telle sorte que les
conducteurs électriques ne puissent pas être facilement desserrés ou
tordus. La pression de contact sur les connexions électriques doit
être maintenue

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Autres dangers d’inflammation particuliers


d’inflammation

Electricité
Electricité statique :
ƒ dispositions pour réduire à un niveau sûr les effets
de l’électricité statique

Foudre :
ƒ protection contre les effets de la foudre
(arrêté du 15/01/08 et normes associées)

Protection cathodique des parties mé métalliques :


ƒ surveillance et entretien régulier
ƒ Les installations avec protection cathodique ne doivent pas
être raccordées au système de liaison équipotentielle.

Protection contre les surcharges

Câbles:
ƒ protection contre les surcharges (relais thermique), les courts-circuits et
les défauts à la terre
Maté
Matériels et canalisations :
ƒ protection contre les CC
ƒ protection contre les défauts
à la terre

Le ré-enclenchement automatique des dispositifs de protection contre les CC et les défauts à la


terre ne doit pas être possible tant que le défaut subsiste.
Précautions visant à éviter les pertes de phase des moteurs (échauffement si fonctionnement sur 2
phases).

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Protection contre les influences externes

¾Protection contre les dommages mécaniques, les influences corrosives


ou chimiques, la chaleur, les vibrations (Guide pratique UTE C -15103
« Choix des matériels, y compris les canalisations, en fonction des
influences extérieures » + tableaux 52D et 52E du paragraphe 522 de la
NFC 15-100 )

Choix des câbles

Zone 0 : câbles de SI uniquement


Zones 1 et 2 : câbles NF C 15-100 (en France) et/ou câbles de SI
Zones

Les conducteurs et câbles, les systèmes de conduits, de goulottes, les chemins


de câbles doivent satisfaire à l'essai de non propagation de la flamme
(catégorie C2 pour les câbles et conducteurs).

U-1000 RGPFV

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Choix des câbles


Les canalisations doivent être protégées contre les défauts d'isolement :

a)en schéma TN ou TT, par des dispositifs à


courant différentiel résiduel de courant
différentiel résiduel assigné au plus égal
à 300 mA.

b) en schéma IT, par un contrôleur permanent d'isolement avec alarme


sonore et/ou visuelle.
Une instruction appropriée doit
indiquer, que lors d'un premier défaut sur
l'un des circuits d'un local BE3, il doit
être procédé à la coupure manuelle de
ce circuit.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Choix des câbles (NF C15 -100)


C15-100)

Les câbles doivent remplir toutes les conditions suivantes :


ƒ avoir une tension nominale de 1000 V
(séries R2V, RVFV, RGPFV, …)
ƒ être soustraits au risque mé
mécanique
ƒ être non-propagateurs de la flamme
(catégorie C2 de la norme NF C 32-070)
C2 = non-propagateur de la flamme
ƒ être protégés contre les détériorations chimiques
ƒ réduire de 15 % les valeurs de courants
admissibles dans les conducteurs
ƒ assurer à l’origine du circuit la protection contre les surcharges

Exception n°1 à la rrègle


n°1 ègle des 1000 V

Il est possible d’
d’utiliser des câbles de tension nominale infé
inférieure
à 1000 V sous ré
réserve de respecter les conditions suivantes :

ƒ tension nominale au moins égale à 250 V

ƒ circuit TBTS (circuit de signalisation et d’


d’alarme)

ƒ l’intensité maximale, même en cas de défaut,


ne doit pas excéder 40 mA (IIB et IIC) et 50 mA (IIA)

ƒ protection par 2 feuillards d’


d’acier d’épaisseur au moins
égale à 0,2 mm ou d’une manière équivalente

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Exception n°2 à la rrègle


n°2 ègle des 1000 V

Câbles souples pour usage intensif :

du type H07RN-F (voir tableau 52D C15-100)

H07BB-F

H07RN-F

H07BN4-F

Exception n°3 à la rrègle


n°3 ègle des 1000 V

Câbles d’
d’instrumentation :
Les câbles d’instrumentation armés répondant aux spécifications

pétrolières NF M 87-
87-202 sont acceptables dans les conditions AG2 et

AG3 s’ils sont C2. Dans les conditions AG1, ils peuvent ne pas être

armé
armés.
(UTE - PV 15-261 d’octobre 2003)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Âmes conductrices en aluminium

Section minimale = 16 mm2

Les âmes en aluminium doivent avoir une section minimale de 16 mm2 et des
connexions appropriées doivent être utilisées.
Lorsque des conducteurs Alu sont utilisés il convient de prendre garde des
possibles réactions chimiques au niveau des contacts Al-Cu. C’est pourquoi, un
raccordement spécifique est prévu.

Conducteurs non câblés


câblés

Ils ne peuvent être utilisés que s’ils sont installés à l’inté


intérieur
de tableaux de distribution,
distribution, d’enveloppes proté
protégées,
es
Un conducteur nu, non cablé peut être la source d’une DdP

L'extrémité dans l’emplacement dangereux de chaque brin inutilisé dans les


câbles multibrins doit être soit raccordée à la terre, soit isolée
convenablement au moyen d’extrémités appropriées au mode de protection.
L'isolation par ruban uniquement n'est pas admissible.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mise en œuvre des entrées de câble 1/2

Mode de pose des câbles


Caniveaux, corbeaux et tablettes moulés sur les parois :
ƒ aucune contre-indication

Colliers, étriers, goulottes, tubes, gouttières…


matériaux inflammables :
constitués de maté
Tube IRL
ƒ interdits (non C2)

Chemins de câbles et conduits métalliques :


ƒ liaisons à la terre et équipotentialité

Traversé
raversées de parois et de canalisations dans caniveaux :
ƒ ne doivent engendrer un risque
de communication d’atmosphères entre zones à risque différent

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de pose des câbles

Les circuits desservant les zone ATEX (BE3) doivent être réservés
exclusivement à l’alimentation de ces emplacements.

Conducteurs nus par voie aérienne interdit en zones.


Lorsqu’une ligne dessert des emplacements dangereux, l’alimentation doit se faire
par une canalisation enterrée d’une longueur d’
d’au moins 20 mè
mètres.

Raccordement des câbles aux matériels


matériels

Entrées de câbles adaptées


Les ouvertures non utilisées dans les enveloppes
des matériels électriques doivent être obturées

Bouchon et obturateur
«e»

Bouchon « d » et « e »

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mise à la terre des armures et des é crans


écrans

Liaison de l’armure normalement requise aux deux extrémités

Le contact fortuit entre l’armure ou


la gaine métallique potentiellement
chargé (CEM ou autre) et la
tuyauterie ou l’équipement doit être
évité.
La mise à la terre des armures doit
se faire aux deux extrémités par le
biais des PE au risque d’un
amorçage en cas de défauts à la
terre.

Mise à la terre des armures et des é crans


écrans

Attention lors de l’utilisation en réseau déséquilibré


ou avec un câble unipolaire. Des courants importants
peuvent prendre naissance dans le feuillard.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mise à la terre des armures et des é crans


écrans

ERREUR
Le feuillard du
câble ne peut être
mis à la terre sur ce
montage

Dispositif de
mise
à la terre de
l’armure
La mise à la
terre de l’armure
peut être faite à
l’intérieur de
l’enveloppe

Installation de matériels au dessus d


matériels ’une zone ATEX
d’une

Le matériel pouvant générer des particules chaudes ou avoir des


surfaces chaudes situées à moins de 3,5 m au-dessus d’une zone
ATEX doit soit:
- soit être totalement encapsulé,
- soit être fourni avec des barrières ou des écrans adaptés afin
d’empêcher que toute source d’inflammation puisse tomber dans l’emplacement
dangereux.

Exemples :de matériels:


• des fusibles qui peuvent produire des arcs, des
étincelles ou des particules chaudes;
• des commutateurs qui peuvent produire des arcs, des
étincelles ou des particules chaudes;
• des moteurs ou des générateurs qui ont des contacts
glissants ou des balais;
• des matériels auxiliaires comme des ballasts, des Las lampes à vapeur de sodium
condensateurs etc. basse pression ne doivent pas être
installées au-dessus d’un
emplacement dangereux.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Installation des prises de courant en zone poussières


poussières

Les prises de courant ne sont pas autorisées dans


les emplacements exigeant l’EPL « Da ».
Les socles des prises de courant doivent être installés de sorte que
la poussière n’y pénètre pas, une fiche engagée ou non.

Pour réduire au minimum la pénétration


de poussière dans le cas où un couvercle
anti poussière ne serait pas, par mégarde,
remis en place, les socles de prises de courant
doivent être positionnés sous un angle inférieur
à 60° par rapport à la verticale et l'ouverture
dirigée vers le bas.

Dispositif de chauffage par résistance


‰ Limitation en tempé
température :
ƒ respect des instructions

‰ Dispositif de protection :
ƒ doit mettre hors tension le dispositif de résistance
chauffante soit directement, soit indirectement et
doit être d’un type à ré-enclenchement manuel
ƒ Tout dispositif de protection de T° exigé doit être indépendant du
dispositif de commande de la T° de fonctionnement et doit couper
l’alimentation du dispositif à résistance chauffante.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Dispositif de chauffage par résistance

En TT ou TN :
ƒ temps de fonctionnement du DDR (< 100 mA) ne dépassant pas 5 s
pour le courant différentiel de fonctionnement assigné et
ne dépassant pas 0,15 s pour cinq fois le courant différentiel
de fonctionnement assigné.
En IT :
ƒ contrôleur d’
d’isolement coupant l’alimentation pour
une résistance d’isolement inférieure à 50 ohms par volt
de tension assignée.

Tout dispositif de protection de T° exigé doit être indépendant du dispositif de


commande de la T° de fonctionnement et doit couper l’alimentation du dispositif
à résistance chauffante.

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-1)
La norme EN 30079-30-1 est un complément de la
norme EN 60079-0

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-1)

Règles de protection
ƒ Isoler de l’alimentation tous les conducteurs mis à la terre.
ƒ Protection contre les surintensités pour chaque circuit de
branchement.
ƒ Défaut d’isolement en schéma TT et TN : DDR 30 mA
ƒ Défaut d’isolement en schéma IT : CPI qui déconnecte
l’installation si R isolement < 50 Ω/V.

Les mécanismes d’inflammation


Des matériels non électriques

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Sources d’inflammation pour le matériel


non-électrique
ƒ Frottement (friction)
ƒ Impact
ƒ Echauffement
ƒ Electricité statique

Règles générales relatives à la


conception des matériels non-
électrique (EN 13463-1).

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Évaluation du risque d’explosion

Catégorie 3 (zone 2) :
ƒ fonctionnement normal seul

Catégorie 2 (zone 1) :
ƒ dysfonctionnements fréquents (défauts dont il faut
habituellement tenir compte)

Catégorie 1 (zone 0) :
ƒ tout dysfonctionnement (y compris les dysfonctionnements
rares)

Ex : palier à roulements
Catégorie 3 - fonctionnement normal seul :
Roulements lubrifiés et conformes à la norme « sécurité par
construction »

Catégorie 2 - dysfonctionnements fréquents :


+ Surveillance et maintenance régulières (fréquences spécifiées par le
fabricant) y compris les intervalles de remplacement

Catégorie 1 - dysfonctionnements rares :


+ Sondes de température raccordées et asservies au fonctionnement
de la machine (ex : si la température dépasse de 15°C la
température de fonctionnement)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Ex : palier à roulements

LES MODES DE PROTECTION


DES MATERIELS NON-
ELECTRIQUES ATEX

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les modes de protection non-


électriques
Valables pour les ATEX gaz et poussières :

ƒ Enveloppe à circulation limitée « fr »


ƒ Enveloppe antidéflagrante « d »
ƒ Sécurité par construction « c »
ƒ Contrôle de la source d ’inflammation « b »
ƒ Immersion dans un liquide « k »
ƒ Par pressurisation « p »

Les modes de protection non-


électriques

Atmosphère explosive
« k »« fr »« p »

Explosion

Source
d'inflammation Propagation

«c» «b» «k» «d»

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Règles communes à tous les modes de


protection
ƒ Évaluation du risque d ’explosion
ƒ Parties métalliques et non-métalliques
ƒ Matériaux de scellement et parties translucides
ƒ Essais
ƒ Marquage

Mode de protection « fr » (NF EN 13463-


2)
Mode de protection contre l’inflammation qui, à l’aide d’une enveloppe,
abaisse à un niveau acceptable la probabilité de pénétration de
l’atmosphère explosive environnante dans l’enveloppe de sorte que la
concentration à l’intérieur de l’enveloppe se situe en dessous de la
limite inférieure d’explosivité

• II 3 G fr T6

T°C

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « fr »
Une atmosphère explosive autour d’une enveloppe peut y pénétrer sous l’influence
de trois mécanismes principaux :
— ventilation
— égalisation des pressions entre l’intérieur et l’extérieur (respiration)
— diffusion

Un échange entre les atmosphères intérieur et extérieur à travers les joints ne se


produit que s’il existe une différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur.
Cette différence de pression peut être due à des variations de température et
nécessite alors la «respiration» de l’enveloppe.

Mode de protection « fr »
• Les enveloppes à circulation limitée sont des enveloppes simples qui
empêchent, avec une probabilité convenable, que l’atmosphère à l’intérieur de
l’enveloppe ne devienne explosive si l’atmosphère à l’extérieur de l’enveloppe
devient explosive

• Cette propriété n’est validée que dans de rares occasions et seulement pour de
courtes durées.

C’est la raison pour laquelle leur emploi est limité au respect des exigences de la
catégorie 3.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « d » (NF EN 13463-


3)
Dans ce mode de protection, les pièces qui peuvent enflammer une
atmosphère explosive sont enfermé
enfermées dans une enveloppe qui rérésiste à
la pression dé développé
veloppée lors d'une explosion interne d'un mélange
explosif et qui empêche la transmission de l'explosion à l'atmosphè
l'atmosphère
environnante de l'enveloppe.

ƒ II 2 GD d IIB T4 (T135°C)

Principe du mode de protection

Dans le principe, ce mode de protection est identique au mode de protection


« d » pour le matériel électrique (NF EN 60079-1).

La norme NF EN 13463-3 fait apparaître les différences avec le matériel


électrique.
Cette norme est utilisable pour les appareils M2, 2G et 2D (sauf poussières
de souffre et péroxydes organiques)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Exemple d’une explosion dans un coffret


“d”
PORTE D’ACCES

FENETRE DE VISITE

Pompe submersible « d » et « c »

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c » (NF EN 13463-


5)
Mode de protection dans lequel les sources d ’inflammations sont
évitées grâce à des règles de conception, de construction, d ’utilisation et
de maintenance. Les mesures de construction sont appliquées de manière
à protéger l'appareil contre toute inflammation générée par les pièces
mobiles.
ƒ II 2 GD c T4 (T135°C)

Mode de protection « c »

Protection contre la pénétration :

ƒ Enveloppe au moins IP54 pour les gaz et

ƒ Enveloppe au moins IP6X pour les poussières

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »
Joints pour pièces mobiles :

ƒ Joints, garnitures, manchons d’accouplement, etc. non lubrifiés sans


métaux légers.

ƒ Joints « presse-étoupe » autorisé si T° surface ≤ classe de T° appareil.

ƒ Les joints avec lubrifiant d'entretien

La lubrification doit être sûre et la notice d’instruction doit donner des


précisions relatives à la lubrification, la surveillance et la maintenance des
joints

Mode de protection « c »
Lubrification/refroidissement :

ƒ L’alimentation en lubrifiant ne doit pas pouvoir être interrompue

ƒ La quantité de lubrifiant doit être contrôlée

ƒ TAI des lubrifiants > de 50 K température maximale de surface

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Ex : garniture mécanique
Catégorie 3 - fonctionnement normal seul :
Échauffement de la garniture : liquide de refroidissement

Catégorie 2 - dysfonctionnements fréquents :


+ Surveillance de la présence de liquide (niveau, pression, etc.)

Catégorie 1 - dysfonctionnements rares :


+ Surveillance de la température et arrêt de la machine

Mode de protection « c »

Pièces mobiles :
ƒ Dimensionnement des jeux entre pièces mobiles non lubrifiées et pièces
fixes ne permettant pas un contact par friction
ƒ Si lubrification nécessaire :
• lubrification par barbotage
• ou graissage automatique
• ou système de surveillance manuel /visuel
• ou détection automatique avec alarme

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »
Paliers :
Les paliers constituent un point sensible de l’appareil. Eléments
devant être pris en compte dans l’analyse de risque ainsi que dans le
cadre de la maintenance :
ƒPalier conçu pour vitesse, T°, charge, variations de vitesse et de charge
ƒDurée de vie du palier
ƒAjustage adéquat du palier dans logement et arbre (jeux C3/C4, type,...)
ƒAlignement correct
ƒCharges axiales et radiales (dilatation)
ƒPénétration d’eau et de particules solides Le liquide de
lubrification peut être
ƒCourants électriques vagabonds le liquide de process
ƒIntervalles de maintenance
ƒEtc...

Mode de protection « c »
Transmissions de puissance :
ƒ Engrenages : exigences relatives aux pièces mobiles + protection
supplémentaire « k » si nécessaire
ƒ Courroies : caractère « antistatique » et « antifeu » tension de la courroie
maintenue, alignement correct.
ƒ Chaînes : guidage positif de la chaîne ou débrayage du pignon en cas de
casse de la chaîne

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »
Transmissions pneumatiques, hydrauliques :

ƒ Surfaces chaudes < température maximale de surface


ƒ Liquide de transmission :
- degré de résistance au feu approprié spécifié dans la norme
- T° max < T° max de l’appareil

Mode de protection « c »
Embrayages et accouplements (embrayage à cloche, accouplements
hydrauliques, ...) :
ƒ Surfaces chaudes et étincelles électrostatiques prises en compte
(dispositif de contrôle des phases de glissement/patinage : protection
supplémentaire « b »)
ƒ Durée maximale d’accouplement à ne pas dépasser

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »

Frein à tambour

Freins et systèmes de freinage : arrêt d’urgence, frein de service,


frein de stationnement.

Principe :
ƒ Dissipation de l’énergie sans que la T° max de surface ne soit
dépassée .
ƒ Aucune étincelle produite capable d’enflammer une ATEX.

Mode de protection « c »

Ressorts et éléments absorbants :

ƒ Rupture à prendre en compte (surfaces chaudes et/ou étincelle)


Un système de lubrification ou de refroidissement peut être prévu.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »

Bandes de convoyeurs :

ƒ Idem courroies : caractère « anti-statique » et « anti-feu »


ƒ Dispositifs complémentaires à prévoir si en cas de patinage et de
désalignement la T° peut dépasser la T° max de surface (tendeurs,
surveillance T°,...)

Mode de protection « b » (NF EN 13463-


6)
Mode de protection comportant des Capteurs intéintégré
grés détectant les
sources d ’inflammation et déclenchant des Actions empêchant les
sources d ’inflammation de devenir actives :
ƒ II 2 GD b T4 (T135°C)

C
A

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « b » (NF EN 13463-


6)
Définitions :
ƒ L’ensemble Capteur/Actionneur est appelé Systè
Système de pré
prévention de
l ’inflammation (SPI)
ƒ La fiabilité du Système de prévention de l ’inflammation (l’ensemble
Capteur/Actionneur) est appelé Niveau de pré
prévention de l ’inflammation
(NPI)

Mode de protection « b »

Paramètres de contrôle :
ƒTempérature de fonctionnement normal et survitesse maximale admissible
ƒPression de fonctionnement normal et surpression maximale admissible
ƒVibrations normales et maximales admissibles
ƒQuantité normale et débit minimal du liquide de refroidissement
ƒUsure maximale admissible sur des garnitures de frein ou d’embrayage
ƒNiveau normal et niveau minimal du lubrifiant
ƒAlignement normal et défaut d’alignement maximal

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « b »
Système de prévention de l ’inflammation (SPI) :

ƒLorsque le système de prévention de l’inflammation est un dispositif lié à la


sécurité, il doit fonctionner indépendamment
des commandes de fonctionnement normales de l’appareil qu’il protège.
ƒLorsque l’action des SPI est d ’arrêter l’équipement qu’il protége, la fonction
d’arrêt reste verrouillée et doit nécessiter un réarmement volontaire
ƒ Le réglage des SPI et leurs seuils doivent figurer dans la notice
d’instruction de l ’équipement
ƒ Les SPI doivent être eux-mêmes protégés contre l’explosion

Mode de protection « b »

Système de prévention de l ’inflammation (SPI) :

Lorsque le système de prévention de l’inflammation est un dispositif lié à la


sécurité, il doit fonctionner indépendamment
des commandes de fonctionnement normales de l’appareil qu’il protège.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « b »

Niveaux de prévention de l’inflammation (NPI) :

ƒ NPI 1 : composant éprouvé qui empêche la source de devenir effective ou


avertissement et dont on vérifie le fonctionnement en maintenance périodique
ƒ NPI 2 : composant éprouvé qui empêche la source de devenir effective et
qui en présence d ’un défaut ne perd pas sa fonction, dont on vérifie
fréquemment le fonctionnement en maintenance périodique

Mode de protection « k » (NF EN 13463-


8)
Mode de protection dans lequel les sources potentielles d’inflammation
sont rendues inactives ou sont séparées de l’atmosphère explosive, soit
en les immergeant totalement dans un liquide de protection,
protection soit en
les immergeant partiellement et en recouvrant continuellement leurs
surfaces actives d’un liquide de protection :
ƒ II 2 GD k T4 (T135°C)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « k »

ƒ L ’enveloppe doit résister à la pression de service


ƒ Desserrages accidentels des fixations internes et externes rendus
impossibles (rondelle de blocage, scellement de filetage)
ƒ Le liquide peut être un liquide inflammable, à partir du moment où il ne
crée pas une ATEX
ƒ Équipements de contrôle de niveau ou pression/débit

Mode de protection « p » (NF EN 60079


60079--
2)

Le mode de protection électrique s’applique pour le matériel non électrique.

La pénétration d'une atmosphère environnante à l'intérieur de l'enveloppe du


matériel électrique est empêchée par le maintien, à l'intérieur de la dite
enveloppe, d'un gaz de protection à une pression supérieure à celle de
l'atmosphère environnante. La surpression est maintenue avec ou sans débit du
gaz de protection.
II2G p II T4

air

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Chariots élévateur ATEX (NF EN 1755)

INSTALLATION ET
MAINTENANCE DES MATERIELS
NON-ELECTRIQUES UTILISES
EN ATEX

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Que demande l ’Ism-ATEX ?


• Objectifs :
ƒ Maintenir le niveau de protection du matériel :
• conservation du mode de protection (équipement ATEX)
• Respect de l ’analyse de risque réalisée par l ’utilisateur
(directive 1999/92/CE)

Que demande l ’Ism-ATEX ?


• Documents à prendre en compte, si disponibles :
ƒ Exigences client
ƒ Dossier relatif à l’installation
ƒ Documentations constructeurs
ƒ Spécifications techniques Saqr-ATEX
ƒ Normes de conception des équipements pour ATEX
ƒ Règles d’intervention en ATEX (outils, vêtements, etc.)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Que demande l ’Ism-ATEX ?

• Documents devant être remis au client :


ƒ le détail des défauts ou non-conformités détectés
ƒ tous les détails du travail de réparation, révision ou remise en état
ƒ la liste des parties remplacées ou remises en état
ƒ les résultats de tout contrôle, réglage ou essai

Exigences pour les matériels non


électriques
• Le référentiel SAQR-ATEX s’applique à la réparation, la révision, la remise
en état et la modification du matériel certifié ou agréé utilisable en
atmosphères explosibles construit soit suivant les spécifications techniques
françaises, soit suivant les normes harmonisées (ancienne approche) ou
soit suivant la directive 94/9/CE (nouvelle approche).

L’objectif du référentiel étant de garantir que le mode de protection


conforme aux exigences essentiels de la directive 94/9/CE d’un
équipement n’a pas été dégradé et est toujours opérationnel.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Exigences pour les matériels non


électriques
Dans le cas des matériels non-électriques, non conformes à la directive
94/9/CE mais validés par le Document Relatif à la Protection Contre les
Explosions de l’utilisateur (article R. 232-12-29 du code du travail – directive
1999/92/CE) seuls sont autorisés les cas de réparation et de révision
suivants, effectués selon les règles de l'art :

• - La réparation, révision ou la remise en état est réalisée à l’identique,


• - La réparation, révision ou la remise en état entraîne une modification.
Cette modification doit être validée par une instruction écrite de l’utilisateur.
• - La réparation suivant les instructions précises de l’utilisateur,
conformément à l’évaluation de risques validée par le DRPCE.
Le matériel, une fois réparé, ne pourra être plaqué donc certifié SAQR-
ATEX

Que demande l ’Ism-ATEX ?


• Dans le cas d ’une réparation, révision ou remise en état, une
Attestation de réparation doit être remise au client

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Que demande l ’Ism-ATEX ?


• En cas d’intervention remettant en cause la protection d’un
équipement, un document “Accord de déclassement ” doit être
transmis au client
• Le marquage ATEX doit être modifié en conséquence et sans
ambiguïté.

Pose et dépose du matériel

ƒ Réalisées selon les préconisations du constructeur


ƒ Nettoyer les pièces après démontage avec un produit adapté
ƒ Réaliser un lignage soigné et adapté
ƒ Veiller à l’accostage, à la pose ou au scellement des organes
d’entraînement
ƒ S’assurer que les dispositifs de mise à la terre et des liaisons
équipotentielles sont en bon état
ƒ Assurer la continuité électrique entre toutes les parties métalliques ainsi
que la mise à la terre avant mise ou remise en service (vérification visuelle
et si nécessaire mesure physique

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Pose et dépose du matériel

ƒ Respecter scrupuleusement les procédures de démarrage


ƒ Si la notice d’instruction du constructeur prévoit des contrôles périodiques
(vibrations, T°, etc...), ils devront être réalisés lors de la remise en service.

Ex : Prescription constructeur (compresseur) :

Les garnitures mécaniques


Causes principales de dé
défaillance
Fuite de la garniture au démarrage
Éclats ou rayures sur le joint secondaire, au cours du
montage.
Taux de serrage du joint secondaire.

La garniture fuit goutte à goutte ou grince en cours de fonctionnement


Liquide de la garniture vaporisant au niveau des faces de frottement.
Quantité insuffisante de liquide pour lubrifier les faces de la garniture.

Courte durée de vie de la garniture


Le fluide est abrasif et provoque une usure excessive des faces du joint
Garniture fonctionnant à une température élevée par
rapport à la température du fluide à étancher.
Machine décentrée
Défaillance du ressort.
Détérioration du matériel due à l’érosion.
Corrosion des mécanismes d’entraînement.
Défaillance des joints toriques, due au vieillissement.
Attaque chimique.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les garnitures mécaniques


Les matériaux utilisés ont été définis par le constructeur en fonction des
caractéristiques du fluide process
(viscosité, pouvoir lubrifiant, pression de service, etc.)
mais également des modes de fonctionnement de
l’équipement (vitesse, diamètre, régimes transitoires,
fonctionnement à sec, etc.)

Leur remplacement ne peut être réalisé que par des


pièces d’origines ou bien suite à une
réévaluation des risques du constructeur.

Les garnitures mécaniques/Vérifications


Avant et au démarrage puis pendant le fonctionnement du matériel :

ƒ Sens de rotation
ƒ Absence de fuite
ƒ Quench (limitation fuites) bien disposé et alimenté
ƒ Flushing (fonction de refroidissement) bien disposé ou en service
ƒ Absence de vibrations, bruit, échauffements anormaux
ƒ Alimentation des circuits auxiliaires
ƒ Paramètres de fonctionnement

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Poulies et courroies

• Lors du montage :

ƒ Les courroies doivent être remplacées par des éléments identiques. Le


matériau et le profil doivent être respectés.
ƒ On vérifiera l'état d'usure des composants de la transmission (poulies
notamment)
ƒ On utilisera les outils adaptés, sans leviers pour monter la courroie sur les
poulies et sans forcer sur la courroie.
ƒ Le carter de protection devra être soigneusement remis en place et on
vérifiera la présence de l’ensemble des fixations.

Poulies et courroies
• Lors du montage :

ƒ On s’assurera de la continuité électrique entre les différents


éléments du système.
ƒ la résistance électrique de la ligne de fuite vers la terre doit être < 1
GΩ
ƒ Lors du remontage sur site, on veillera particulièrement au lignage
des poulies et on s’assurera de la tension correcte de la
courroie.
ƒ Le cas échéant, le fonctionnement des dispositifs utilisés pour
garantir une tension correcte de la courroie et éviter son
désalignement sera vérifié.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Interventions sur les roulements


Lors du démontage des roulements, une attention particulaire doit
être portée sur les jeux de fonctionnements de la machine.
Si une modification du type de roulement est nécessaire, dans le
cadre d’une maintenance corrective par exemple, celle-ci devra
s’effectuer en concertation avec le fournisseur, le constructeur de
l’équipement et l’utilisateur.
Toujours s’assurer du bon fonctionnement du système de graissage.

Les roulements
Les roulements représentent prêt de 70% des dysfonctionnements dits
mécaniques. Ces dysfonctionnements sont sources d’inflammation
lorsque ceux ci se produisent en zone ATEX.

Causes principales de défaillance


- Surchauffe
- charge, Lubrification, usure, vibration, montage, pollution, lignage
- Etincelles
- Courants de circulation, phénomènes électrostatiques,
phénomènes électromagnétiques (induction).
- Flamme vive
- Réaction chimique du lubrifiant, TAI lubrifiant non adapté,
surchauffe dépassant la TAI du lubrifiant

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les roulements

Origine des dysfonctionnements

- Choix : lors de la conception ou lors du remplacement


- Défaut de fabrication
- Problèmes de transport (choc, vibration, environnement, etc.)
- Stockage (vibration, propreté, emballage, température, empilage,
manipulation, etc.)
- Montage (Jeux et tolérances (ne pas confondre jeu de construction et jeu
de fonctionnement), chocs physique et/ou thermique, propreté)
- Installation et exploitation sur site (lignage, dilatations, environnement,
vibrations, vitesse, charges, fréquence de démarrage, etc.)
- Lubrification : Compatibilités, périodicité, quantités, procédure de
graissage, caractéristiques du lubrifiant, attention aux palier dit lubrifiés à
vie.

Les roulements
Les roulements ne sont pas techniquement
réparables.
Ceux-ci, considérés comme pièces d’usures,
doivent être remplacés par des roulements
neufs «identiques ».

-Le stockage des roulements doit être maitrisé. Ceux-ci doivent être
maintenus dans leur emballage d’origine non ouvert (oxydation). Durée du
stockage 3 à 5 ans maximum
-La dimension du roulement doit être approprié afin de ne pas modifier le
joint antidéflagrant une fois le remontage effectué. Les jeux internes et
tolérances au roulement (C3, C4, etc.) ne doivent pas être modifiés sans
l’accord du constructeur.
-Le graissage des roulements doit être effectué avec une graisse
compatible avec celle utilisée par l’utilisateur.
Un excès ou un manque de graissage sont tout aussi nocifs.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les roulements
• Démontage du roulement de l’arbre :
ƒ Utiliser les outils adéquats pour cette opération;
ƒFaire attention pour ne pas endomager l’arbre en particulier
sur les joints anti-déflagrants;
ƒVérifier s’il y a des problèmes (coups, corrosion ou autres) sur
l’arbre;
ƒToujours replacer les bagues d’etanchéité du moteur
ƒ Attention à la température de chauffe des roulements lors du
démontage (ne pas abimer ou fragiliser l’arbre)

Ne jamais taper
directement sur le
roulement

Les roulements

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Joints d’étanchéité
Causes principales de dé
défaillance
Déformation
•Mauvais choix de matière
•Non-respect des bonnes conditions de stockage
•Non-respect des bonnes conditions de montage
•Lignages défectueux
•Contraintes excessives
•Pression ou température excessive
Echauffement
•Conditions de service hors de la plage prévue
•Fonctionnement à sec
•Vitesse excessive
•Ventilation défectueuse
•Lubrification insuffisante
•Lubrifiation excessive
•Serrage du joint excessif
• Détérioration dans le temps

Joints d’étanchéité

Les joints d’étanchéité ne sont pas techniquement réparables (ex : joints


torique) Ceux-ci doivent être remplacés par des joints neufs.

-Le stockage des joints d’étanchéité doit être maitrisé, ( stockage à plat
pour éviter les déformations.
- Protection chimiques et environnementale (vieillissement, durcissement,
etc.).
- La dimension du joint doit être approprié afin de ne pas modifier le joint
antidéflagrant une fois le remontage effectué.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

La visserie
Limite élastique et résistance à la rupture
La limite élastique Re est la valeur de la contrainte au point de transition
élastique/plastique
La résistance mécanique Rm est la valeur de la contrainte à la rupture.

Visserie acier
Exemple : pour une vis de classe 12.9:
la limite élastique Re est supérieure à 1080
MPa. → 12 x 9 x 10
la limite de rupture Rm vaut au moins 1200
MPa, → 12 x 100

Peinture
• Les finitions de surface telle que la peinture peuvent influer sur la classe
de température et sur le risque électrostatique.

Qualité peinture
Éviter les surépaisseurs :
- 2 mm dans les ATEX dues à des
produits des subdivisions IIA et
IIB ou poussière
- 0,2 mm dans les ATEX dues à des
produits de la subdivision IIC

Penser au traitement préalable


anticorrosion ...

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »

• Étanchéités :

ƒ Respecter les instructions du fournisseur quant au choix des


garnitures d ’étanchéité

ƒ La lubrification, la surveillance et la maintenance de ces joints


doivent s ’effectuer conformément aux instructions du fabricant
(fréquence, quantité, ...)

Mode de protection « c »
• Joints presse-étoupe :
ƒ Le remplacement doit toujours garantir de ne pas dépasser la T°
maximale de surface

• Vibrations :
ƒ Respecter les plages de fonctionnement de l ’appareil

• Lubrification :
ƒ Dans le cas d ’un système manuel de surveillance du niveau
d ’huile, respecter les instructions sur la maintenance périodique
et la fréquence recommandée d ’inspection

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mode de protection « c »
•Lubrifiants, liquides de refroidissement, fluides de l’appareil :
ƒCes fluides doivent correspondre à ceux préconisés par le constructeur
•Transmission par engrenage :
ƒ Si un réducteur est livré sans huile après révision ou réparation, il
devra comporter une étiquette mentionnant : « REDUCTEUR
SANS HUILE »
•Lubrification :
ƒ Dans le cas d ’un système manuel de surveillance du niveau
d ’huile, respecter les instructions sur la maintenance périodique
et la fréquence recommandée d ’inspection

Mode de protection « c »

• Selon l ’analyse de risque et la catégorie d ’équipement, les matériels


« c » peuvent être équipés de dispositifs de surveillance :
ƒ température
ƒ présence de lubrifiant
ƒ contrôle des phases de glissement/patinage (embrayages et
accouplements)
ƒ etc.

• ⇒ Respecter les procédures et intervalles de maintenance


recommandés pour ces dispositifs

j1 - page
Formation Ism-ATEX

MODE DE PROTECTION « d »
• Une réparation en toute sécurité doit conserver :

• La résistance mécanique de l ’enveloppe pour qu’elle


contienne toujours l’explosion interne éventuelle.
i

• L ’intégrité de l ’enveloppe pour qu’elle empêche la


transmission de l ’explosion interne éventuelle à
l ’extérieur.
• La température de surface de l ’enveloppe pour qu’elle
n ’enflamme pas l ’atmosphère explosive.

Et la réparation ne doit pas créer de source


d’inflammation supplémentaire.

MODE DE PROTECTION « d »
entretien des joints
Le graissage des joints doit se faire conformément au instructions du
constructeur.

Les joints antidéflagrants doivent être protégés contre la corrosion. Les


interstices doivent être protégés contre la pénétration de l’eau. Les produits
utilisés doivent avoir des caractéristiques non durcissantes.

Si pas d ’informations utiliser une graisse silicone adaptée à la température et à


l ’ATEX.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les ventilateurs

ƒ Vérifier périodiquement les niveaux de bruit, de température et de


vibration (usure et fissures paliers, courroies, entraînement et joints
flexibles)
ƒ Assurer un nettoyage interne périodique permettant de retirer
tous les dépôts de poussières
ƒ Remplacer les pièces d’usure bien avant l’échéance de leur durée
de vie théorique (maintenance préventive)
ƒ Inspecter les pales (nuisance équilibrage)
ƒ Vérifier la tension des courroies et l’adéquation des paliers (force
radiale)

Comment limiter le risque


d’apparition d’une ATEX ?

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mesures de protection pour limiter le


risque de formation d ’ATEX
ƒ Limitation des dégagements
ƒ Ventilation forcée
ƒ Inertage
ƒ Détection gaz
ƒ Séparation physique des emplacements dangereux

Ventilation forcée (EN 60079-10)

ƒ L ’extraction doit se faire en partie basse pour les gaz et vapeurs plus lourds
que l ’air
ƒLa captation doit se faire au plus près de l ’émission
ƒL ’air frais doit être introduit à distance de l ’extraction
ƒLa ventilation peut être continue ou intermittente

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inertage

¾ Suppression du comburant
¾ Disponibilité (moyens de contrôle et de réglage) Source Alsatec

Source INRS

Détection gaz
Source : Oldhmam
¾ Implantation

¾ Fonction de sécurité Source : Oldhmam

¾ Étalonnage

Source : Oldhmam

Source : Oldhmam

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Comment empêcher et/ou limiter


les effets de l’explosion ?

Mesures de protection pour limiter les


effets d ’une explosion
ƒ Mode de construction résistant à l’explosion

ƒ Décharge de la pression d’explosion

ƒ Suppression de l’explosion

ƒ Prévention de la propagation de l’explosion

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mesures de protection pour limiter les


effets d ’une explosion
Systè
Systèmes d’
d’isolement (gaz et
vapeurs)

¾ Un arrête-flammes (AF) permet d ’arrêter la flamme se propageant dans


une ATEX gazeuse contenue dans une canalisation

Source : ALSATEC

Les arrête-flammes

ƒ Le principe de fonctionnement d ’un AF repose sur le coincement des


flammes et la hauteur du triangle élémentaire est liée à la valeur de l ’IEMS
(interstice maximal expérimental de sécurité) de l ’ATEX considérée

ƒ On distingue :
ƒ les AF « en ligne » destinés à être installés dans une canalisation
ƒ les AF « bout de ligne » destinés à être installés à l ’extrémité d ’une
canalisation

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Mesures de protection pour limiter les


effets d ’une explosion
Systè
Systèmes d’
d’isolement (poussiè
(poussières)

¾ Vannes ou soupapes à fermeture rapide


¾ Écluse rotative
¾ Pot de découplage

Source : ALSATEC

Source : ALSATEC

Protection contre les effets d ’une


explosion
•Vanne VENTEX
•Vanne à fermeture rapide

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Cas particulier des machines utilisant


des substances inflammables
• Équipements thermiques industriels
ƒ turbines à gaz

• Machines susceptibles de dégager des substances inflammables


ƒ sécheur
ƒ cabine de peinture
ƒ machine de lavage

• ⇒ Normes directive « Machines » donnent des concept de sécurité


« clef en main » vis-à-vis du risque d ’explosion

REGLES D’INTERVENTIONS
En zone ATEX

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Interventions au voisinage de la tension

¾ Un matériel électrique contenant des parties sous tension (non


de s.i.) ne doit pas être ouvert en zone ATEX

¾ Néanmoins, dans le cas d’une intervention de maintenance ou de


dépannage sur un matériel électrique ayant un mode de protection
autre que s.i ( ex d, ex p, ex e, etc.), les instructions générales de
sécurité d’ordre électrique (Publication UTE C 18-510) doivent
être appliquées.

Interventions sous tension

¾ Instructions générales de sécurité d ’ordre électrique

- Soit assurer un contrôle permanent de l’atmosphère durant


toute l’intervention (autorisation
autorisation écrite du responsable de
l’emplacement nécessaire, permis de feu, etc.)

- 25% LIE : Alarme. Préparation à l’arrêt de l ’intervention + Suppression des


sources d ’inflammation (fermeture de l ’enveloppe, etc.)
- 50% LIE : Arrêt immédiat de l ’intervention + toute source
d ’inflammation interdite

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Interventions sous tension

-Soit limiter l’intervention aux seuls circuits de s.i.

En cas d’ouverture d’appareillages : soit contrôle de l’absence d ’ATEX en


permanence, soit éviter tout risque de court circuit entre composants ou
circuits internes (mise en place d ’écran, etc.)

- Soit assurer une ventilation permanente avec contrôle


d’atmosphère

Interventions hors tension

¾ En cas d ’intervention électrique hors-tension, assurer la consignation


électrique (même en TBT) : (C18-510)

1. Couper et séparer de toute source


2. Condamner le(s) moyen(s) de séparation
3. Identification
4. Vérifier l'absence de tension Contrôle permanence de
5. Mise à la terre si nécessaire l’atmosphère si réalisé en zone
ATEX

¾ Attention aux indications sur les dé


délais à respecter avant toute
intervention (ouverture d’une enveloppe, arrêt de surpression, etc.)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Outillage

¾ Des précautions doivent être prises pour s ’assurer que les maté
matériels
portatifs ou mobiles certifié
certifiés ne sont utilisés que dans des emplacements
appropriés à leur mode de protection, au groupe de gaz (ou
caractéristique des poussières) et à leur classe de température

Outillage

¾ Maté
Matériels électriques personnels : aides acoustiques, télécommande,
lampes, portables, etc.
¾ Autorisé
Autorisés en zone :
- Montre à quartz : acceptable en zone dangereuse
- Autres matériels sous réserve d’une évaluation spécifique
Les matériels personnels fonctionnant sur piles ou cellules solaires (par exemple les montres bracelets électroniques,
les aides acoustiques, les télécommandes des alarmes pour voitures, les lampes de poche, les calculettes, etc.) sont
parfois portés par le personnel et emmenés par inadvertance dans un emplacement dangereux.
Avec les montres électroniques, le risque est faible et leur utilisation en emplacement dangereux est généralement
acceptable.
Pour l'utilisation de tous les autres matériels fonctionnant sur piles ou cellules solaires (y compris les montres-bracelets
avec calculette incorporée) il convient, soit de se baser sur une étude montrant qu'ils peuvent être utilisés dans un
emplacement dangereux, soit de ne les introduire dans un emplacement dangereux qu'après qu'un certificat garantissant
l'absence d'une atmosphère inflammable ait été établi.
Les piles au lithium qui peuvent alimenter les matériels électroniques personnels présentent un risque accru et il convient
que leur utilisation fasse l'objet d'une étude comme indiqué dans cet article.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Outillage

¾ Le maté
matériel amovible utilisable en zone ATEX ne doit pas être une
source potentielle d’inflammation sinon son emploi devra nécessiter
des précautions particulières (permis de feu, utilisation d’un
explosimètre…)

¾ Deux types d’
d’outils :

a) Outils qui ne peuvent produire que des étincelles uniques


quand ils sont utilisés (tournevis, clés, etc.) ;

b) Outils qui conduisent à la formation d’une gerbe d’étincelles quand


ils sont utilisés lors de travaux de sciage ou de broyage

Outillage
zone Outil type a) Outil type b)
0 / 20 Interdit Interdit
1 (IIC, H2S, C2H4O, CO) Interdit * Interdit *
Autorisé si
1 (autres) Interdit *
acier
Autorisé si
2 Interdit *
acier
Autorisé sous
Autorisé si
21 / 22 certaines
acier
conditions **

* Admissibles si on peut assurer qu’aucune ATEX n’est présente sur le


lieu de travail
** Autorisés si les dépôts de poussière ont été préalablement évacués
du lieu de travail et si ce lieu de travail est séparé et protégé des zones
21 et 22 restantes.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Risque électrostatique

¾Prévention : port de tenues spé


spécifiques (chaussures, vêtements, gants)

¾Attention à l ’accumulation de charges électrostatiques pendant le


nettoyage des matériels électriques non conducteurs

INSPECTION ET ENTRETIEN
Des installations électriques

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Principaux facteurs ayant une influence sur la détérioration
de l’installation et du matériel :

- corrosion (air salin,…)


- produits chimiques (solvants,…)
- accumulation de poussières, saletés.
- T° ambiante
- rayonnements ultraviolets
- dommages mécaniques
- vibrations anormales
- faiblesse de conception

Concerne le matériel fixe et mobile

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
La norme EN 60079-17 est un complément des normes :

- CEI 60364-6 : Installations électriques à basse tension - Partie 6 :


vérification

- CEI 60079-19 : Les réparations et remises en état de matériel


protégé contre les explosions.

L’inspection et les travaux de maintenance doivent être réalisés par du


personnel qualifié et formé ATEX (EN 60079-17- Annexe B) +
formation spécifique à l’installation concernée.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Documentation nécessaire:

- DRPCE ou partie du DRPCE (zonage, nature des produits,…)

- Documentation technique (notice d’instruction du constructeur,


plans, déclaration CE de conformité, document descriptif du
système SI).

- Dossiers d’inspections et de maintenance antérieurs pour les


intallation déjà existantes.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Avant la mise en service de l’installation :

Inspection de tous les matériels, systèmes et


installations électriques

Permet de vérifier que le mode de protection et son


installation sont conformes

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Objectif des inspections régulières :


Garantir que l’installation est maintenue dans un état satisfaisant
permettant de fonctionner dans un emplacement dangereux.

Exigences :
- Soit des inspections périodiques régulières.
- Soit une surveillance continue.

Nota : On considère qu’il n’y a pas de surveillance continue si l’installation


n’est pas contrôlée plus fréquemment qu’une fois par semaine.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Degrés d’inspection :

- Visuelle : Examen sans utilisation d’outils (état général, vis


manquantes).

- De près : Examen visuel avec utilisation d’outils (vis désserrée,…). Pas


d’ouverture de l’enveloppe. Pas de mise hors tension.

- Détaillée : Examen avec ouverture de l’enveloppe.


La norme EN 60079-17 définit sous forme de tableaux les points de contrôle en
fonction du mode de protection et du degré d’inspection.
(pour les matériels, l’installation et l’environnement)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Périodicité à définir par l’utilisateur :
Installations fixes variable en fonction :

ƒ Du type de matériel
ƒ Des indications du constructeur
ƒ De l’expérience
ƒ Du niveau de protection EPL
ƒ De l’environnement
Jamais supérieur à 3 ans.

Effectuer des inspections par sondage pour valider la pertinence de la


périodicité et du degré d’(inspection).

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-
60079-17)

Périodicité à définir par l’utilisateur :


Equipements mobiles :

¾ 12 mois
¾ 6 mois pour les enveloppes fréquemment ouvertes
¾ Examen visuel avant chaque utilisation par l’utilisateur.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Exigences relatives à l’entretien.

ƒ Pas de modification sans l’avis du constructeur

ƒ Remplacement des pièces à l’identique

ƒ Réparation et remise en état du matériel conformément à la


norme CEI 60079-19.

ƒ Se conformer à la notice d’instruction du constructeur,


notamment lorsque le marquage comporte le suffixe « X ».

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Mise hors service et démontage du matériel.


Les extrémités des conducteurs lors de la dépose doivent être, soit :

ƒ Correctement enfermés dans une enveloppe appropriée,

ƒ Ou isolées de toutes les sources d’énergie et isolées,

ƒ Ou isolées de toutes les sources d’énergie et mises à la terre.

Si le matériel est retiré définitivement du service, le câble doit être


déposé ou son extrémité doit être placée dans une enveloppe
appropriée.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Luminaires :

ƒ Remplacement des lampes selon le type définit par le


constructeur.

ƒ Les parties translucides ne doivent pas être modifiées (peinture,


écran de protection,…).

ƒ Respecter la périodicité de remplacement des lampes selon la


notice d’instruction du constructeur.

ƒ Respecter l’angle de service

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Câbles et flexibles :

ƒ Veiller particulièrement aux extrémités

ƒ Remplacement si endommagés ou défectueux.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Dispositifs anti condensation :


Les éléments de respiration et de drainage ou de
chauffage doivent être vérifiés.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « d »

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Dans la pratique : Mode de protection « d »

ƒ Permis de travail et permis de feu


ƒ Vérifier l’adéquation du marquage et l’état général
ƒ Vérifier l’absence de modification du matériel
ƒ Vérifier la boulonnerie de l’enveloppe (complets, identiques)
ƒ Vérifier les presse-étoupes et les bouchons (marquage, serrage)
ƒ Vérifier l’état des portées ADF (rayures, corrosion, jeux)
ƒ Vérifier les mises à la terre.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « d »

Caisse à outils :

ƒ Explosimètre
ƒ Historique maintenance et notice constructeur
ƒ Clés/Tournevis
ƒ Papier abrasif 400/« Scotch-brite »
ƒ Jeux de cale/Pied à coulisse
ƒ Graisse

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « e »

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « e »

ƒ Permis de travail et permis de feu


ƒ Vérifier l’adéquation du marquage et l’état général
ƒ Vérifier l’absence de modification du matériel
ƒ Vérifier la boulonnerie de l’enveloppe (complets)
ƒ Vérifier les presse-étoupes et les bouchons (marquage, serrage)
ƒ Vérifier l’état du joint d’étanchéité
ƒ S’assurer que le matériel à l’intérieur de l’enveloppe est ATEX
ƒ Vérifier le câblage (serrage, distance d’isolement)
ƒ Vérifier l’absence de point d’échauffement.
ƒ Vérifier les mises à la terre.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « e »

Caisse à outils :

ƒ Explosimètre
ƒ Historique maintenance et notice constructeur
ƒ Clés/Tournevis
ƒ Thermomètre
ƒ Réglet (Attention si utilisation au voisinage de pièces nues sous
tension, à n’utiliser que hors tension)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-
60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection «p» et « pD »

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « p » et
« pD »

ƒ Permis de travail et permis de feu


ƒ Vérifier l’adéquation du marquage et l’état général
ƒ Attention au système de précoupure
ƒ Vérifier l’état général du système de pressurisation
(tuyauterie,…)
ƒ Vérifier la pression
ƒ Vérifier l’absence de fuite et l’état des joints d’étanchéité
ƒ Vérifier le report d’alarme
ƒ Vérifier le seuil pressostat
ƒ Vérifier le cycle de balayage

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « p » et
« pD »

Caisse à outils :

ƒ Explosimètre
ƒ Historique maintenance et notice constructeur
ƒ Appareil de mesure approprié pour la vérification de
l’instrumentation (seuils de déclenchement, hystérésis, etc.)

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « i », « iD »
et « nL(iC)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « i », « iD »
et « nL(iC)

ƒ Permis de travail et permis de feu


ƒ Vérifier le marquage des matériels (barrière, récepteur) :
Adéquation avec le document descriptif du système
ƒ Vérifier l’état général des matériels
ƒ Le remplacement d’éléments du circuit doit être réalisé à
l’identique
ƒ Vérifier le cheminement des câbles (règles SI et NSI) et leur
repérage
ƒ Vérifier l’implantation des barrières
ƒ Vérifier l’état des cartes imprimées
ƒ Vérifier les mises à la terre (écrans et armures)

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Instructions générales de sécurité d’ordre
électrique (Publication UTE C 18-510) pour la s.i

Seuls les travaux d ’entretien suivants pourront être exécutés sur


des matériels de s.i. sous tension :
- déconnexion, démontage, remplacement de parties du matériel électrique et du
câblage
- réglage et étalonnage du matériel ou système électrique
- démontage et remplacement de prise de courant dans les composants et
ensembles
- utilisation des instruments spécifiés dans la documentation ou n ’affectant pas la
sécurité intrinsèque du circuit

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Instructions générales de sécurité d’ordre
électrique (Publication UTE C 18-510) pour la s.i

Seuls les travaux d ’entretien suivants pourront être exécutés sur


des matériels de S.I. sous tension :
- Règles identiques si le matériel reste interconnecté avec le matériel de s.i.
installé en zone
- Les liaisons de mise à la terre des barrières de sécurité ne doivent pas être
enlevées si le matériel reste interconnecté avec le matériel de s.i. installé en
zone
- Utilisation des instruments spécifiés dans la documentation ou n’affectant pas
la sécurité intrinsèque du circuit

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Mode de protection « i », « iD »
et « nL (iC)

Caisse à outils :

ƒ Explosimètre
ƒ Historique maintenance et notice constructeur
ƒ Document descriptif du système
ƒ Appareil de mesure spécifié dans la documentation

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Complément pour les modes de
protection « n » et « tD »

Mode de protection « n » :
ƒ S’assurer que les dispositifs enfermés et hermétiquement scellés
(nC) ne sont pas endommagés
ƒ S’assurer que les enveloppes à respiration limitée (nR) sont en
bon état ainsi que les joints d’étanchéité.

Mode de protection « tD » :
S’assurer du bon état de l’enveloppe et des joints d’étanchéité.

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Dans la pratique : Exemple d’un ensemble
électropompe

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
En plus des vérifications propres aux modes de protections ATEX
du moteur, de la pompe et de l’accouplement, l’assemblage
doit être évalué afin de prendre en compte les sources
d’inflammations pouvant être générées par :
ƒ Lignage (vibration, échauffement, casse, etc.)
ƒ Raccordement électrique (serrage, réglage des protections électriques,
entrées de câble, cheminement, etc.)
ƒ Contraintes tuyauteries (efforts, dilatations, vibrations, etc.)
ƒ Adéquation moteur et pompe (puissance, vitesse, couples de démarrage,
couple maximal, sens de rotation, etc.)
ƒ Structure et châssis (fréquence propre, fixations adéquates, problèmes de
résonnance, etc.)
ƒ protection accouplement (frottement, dilatation, matière, etc.)
ƒ Les phénomènes de dilations de l’ensemble doivent être connus et
maitrisés
ƒ Equipotentialité de l’ensemble

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-2)
Conception – Installation - Maintenance

Objectif : Les résistances de traçage ne doivent pas provoquer de risque


inacceptable dans une atmosphère explosive même dans les conditions
les plus défavorables.

• Les régulateurs de T° doivent être installés dans des


emplacements non dangereux

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-2)
Conception – Installation - Maintenance

INSTALLATION

ƒ Installation des terminaisons froides selon les instructions du


constructeur.
ƒ Revêtement métallique relié à la terre.
ƒ Raccordements, épissures selon les instructions du constructeur.

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-2)
Conception – Installation - Maintenance

INSTALLATION

ƒ Etiquette d’information sur tuyauterie (d≤6m) pour indiquer le


traçage ainsi que sur chaque vanne et équipement qui nécessite de
la maintenance périodique.
ƒ R isolement ≥ 5 MΩ après installation et avant mise en œuvre.

Aucune humidité ne doit pénétrer dans l’isolation thermique.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-2)
Conception – Installation - Maintenance

MAINTENANCE

Les principaux défauts sont :

ƒ Dommage mécanique (démontage, remontage)


ƒ Corrosion (étanchéité enveloppe)
ƒ Surchauffe
ƒ Infiltration d’humidité (étanchéité enveloppe)

Traçage par résistance électrique


(EN 30079-30-2)
Conception – Installation - Maintenance

MAINTENANCE doit être réalisée et définie suivant :

ƒ Périodicité annuelle (+ en fonction de l’environnement)

ƒ Les instructions du constructeur.

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Ce que l’on ne doit pas voir

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Ce que l’on ne doit pas voir

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Ce que l’on ne doit pas voir

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Ce que l’on ne doit pas voir

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Ce que l’on ne doit pas voir

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)
Ce que l’on ne doit pas voir

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

Inspection et entretien des installations électriques


(EN 60079-17)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

MARQUAGES
Interprétation des différents marquages

Marquages
(industries de surface)

ƒ Spécification Techniques françaises :


marquage selon l’arrêté du 18/06/63

ƒ Ancienne approche :
marquage selon les normes CENELEC (EN 50014)

ƒ Nouvelle approche :
marquage selon le décret 96-1010 (+ marquage complémentaire
selon la(les) norme(s) utilisées)

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Le marquage selon les S.T.F.


Arrêté
Arrêté d ’agré
agrément

Arrêté du 18 juin 1963


(Industries de surface)

DUPONTD
ATR 15
N° 0023-71
AE N° 587/71
ADF
III A + H 2 200°C

Le marquage selon les S.T.F.


Certificat de conformité
conformité

Arrêté du 18 juin 1963


(Industries de surface)

CAM
ATR 150
N° 89-1001
AE 81.1099
d IIB T4

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Le marquage selon EN 50014


(Industries de surface)

DUVAL Cie
Type CT 2004
N° 8976
EEx d IIC T6
CERCHAR 83.5889 X

Le marquage selon EN 50014


(Industries de surface)

DUVAL Cie
Type CT 2004
N°96-0020
EEx e II T4
INERIS 96 D 5190 X

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Le marquage selon EN 50014


(Industries de surface)

DUVAL Cie
Type CT 2005
N°98-0023
EEx de IIB T4
INERIS 98 E 5259 X

2ème génération des normes

Le marquage selon le dé
décret 96-
96-1010
du 19 novembre 1996 (ATEX)

HBCM
BP 1
13590 MEYREUIL
0080
KST 820
N° de série : 125478
2000
I M1
EEx ia I
INERIS 00ATEX7039 X

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les marquages – Exemples – Coffret

Les marquages – Exemples – Moteur

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les marquages – Exemples – Moteur

Les marquages – Exemples – Moteur

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les marquages – Exemples – Pompe

Les marquages – Exemples – Lignage laser

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les marquages – Exemples – Téléphone Sans Fils

Les marquages – Exemples – Zone de pré


prélèvement
mobile - Débit mètre

j1 - page
Formation Ism-ATEX

Les marquages – Exemples – Zone de pré


prélèvement
mobile - Armoire électrique

Les marquages – Exemples – jaugeur

j1 - page