Vous êtes sur la page 1sur 42

PREPAFOOT_V_1200-OK_couv 14/03/13 16:12 Page1

C
et ouvrage a pour objectif de présenter la place de la préparation physique
Une saison de

Alexandre
Dellal
moderne dans l’entraînement du footballeur durant une saison complète, de la
trêve estivale jusqu’à la fin des matchs retours tout en différenciant le jeune
footballeur, les amateurs, les professionnels et les féminines, et tout en considérant
l’expression des qualités techniques et tactiques.

Alexandre Dellal, préparateur physique et docteur en sciences du sport, a souhaité pré-


préparation physique
senter les principes fondamentaux de l’entraînement de la condition physique en asso-
ciation avec leurs applications pratiques accessibles à tous. Il présente :
• une expertise de l’activité du footballeur moderne selon les niveaux ;
en football
• une analyse succincte des différents facteurs de la performance (la vitesse et l’explosivité, PRÉ-SAISON COMPÉTITION TRÊVE HIVERNALE TRÊVE ESTIVALE
l’endurance, le stretching, la coordination, la force) ;
• les principaux tests d’évaluation spécifiques au football ;
• la relation entre la préparation physique et la composante psychologique ;
• les différents rôles du préparateur physique moderne avec la présentation de différentes
organisations (FC Barcelone et Real Madrid) ;
• les différentes variantes de préparation physique au cours d’une saison complète :
la trêve estivale, la pré-saison, la phase de compétition aller, la trêve hivernale et
la phase de compétition retour ;

Une saison de préparation physique en football


• les différentes notions clés en lien avec chaque partie et sous-partie illustrées par ALEXANDRE
de nombreux tableaux, figures, photos et fiches annexes en couleurs.
DELLAL
Différents joueurs de renom (Lisandro Lopez, Didier Drogba, Miralem Pjanic, Kolo Touré,
Dario Cvitanich, Jérémy Toulalan, Jérémy Pied, Corine Franco, etc.) ont permis d’illustrer
ce livre, et plusieurs entraîneurs et spécialistes ont orienté cet ouvrage (José Mourinho,
Claude Puel, Arsène Wenger, Josep Guardiola, Didier Deschamps, Philippe Lambert, Rui
Faria, Antonio Pintus, Dr Serratosa, Dr Pruna, Dr Nöel, Dr Sonnery-Cottet, Pelé, Maradona).

Ainsi, ce livre permettra d’affiner vos connais-


sances sur la préparation physique durant une
saison complète. Vous pourrez élaborer vos
entraînements avec plus de précisions quel que
soit le moment de la saison et le public que
vous avez en charge. Il vous servira à construire
ou à étoffer votre méthodologie d’entraîne-
ment conformément à votre cohérence et
votre logique. La réussite de vos entraînements
et de la gestion de votre équipe ne tient qu’à
vous, à votre ressenti, à votre capacité à sans
cesse vous adapter et à votre réflexion.
Conception graphique : Primo&Primo

ISBN : 978-2-8041-7152-0

9 782804 171520 www.deboeck.com


PREPAFOOT
Ce livre soutient
la FONDATION LENVAL

Cette fondation a été créée afin de soutenir les enfants de l’Hôpital


Lenval dont l’OGC Nice est également un partenaire.

Une partie des bénéfices de ce livre sera reversée à la fondation LENVAL afin de
la soutenir dans ses projets et ses structures actuelles. Vous pouvez également
effectuer des dons en envoyant un courrier directement à « Fondation LENVAL -
57 avenue de la Californie - 06000 NICE ».
UNE SAISON
DE PRÉPARATION
PHYSIQUE
EN FOOTBALL
UNE SAISON
DE PRÉPARATION
PHYSIQUE
EN FOOTBALL
Alexandre Dellal
Pour toute information sur notre fonds et les nouveautés
dans votre domaine de spécialisation, consultez notre site web :
www.deboeck.com

© Groupe De Boeck supérieur s.a., 2013


Éditions De Boeck Université
Rue des Minimes, 39
B-1000 Bruxelles

Maquette intérieure : Nord Compo

Tous droits réservés pour tout pays.


Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notam-
ment par photocopie) partiellement ou totalement le présent ouvrage, de le
stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public, sous
quelque forme et de quelque manière que ce soit.

Imprimé en Belgique
Dépôt légal :
Bibliothèque Nationale, Paris : mars 2013
Bibliothèque royale de Belgique : 2013/0074/112
ISBN : 978-2-8041-7152-0
I N T R O D U C T I O N

À travers les différentes citations suivantes, l’importance de l’évolution du rôle


de préparateur physique moderne en tant que véritable entraîneur adjoint est
devenue une évidence. Toutefois, les fonctions et les objectifs du préparateur
physique vont dépendre des orientations technico-tactiques impulsées par
le coach. Nous sommes au service du coach et du technico-tactique et nous
devons nous adapter à lui selon le moment de la saison.

« Le football tient de l’alchimie. On ne peut pas y jouer seul, il y a une dimension


magique dans l’harmonie qui naît entre coéquipiers. Une passe bien calibrée
au buteur est tout aussi importante que le but lui-même. Quand les joueurs
sont au diapason, le football devient une mélodie, une chorégraphie exécutée
à la perfection ». « Avant mon arrivé au Cosmos New York, une des clauses de
mon contrat prévoyait que le Pr Mazzei soit également embauché, au poste
d’entraîneur adjoint et préparateur physique »,
PELÉ.

« Avec tout le travail que nous avait infligé le préparateur physique, j’ai abordé
le Mondial 1982 exténué, surentrainé, raide mort, sans la moindre étincelle,
dépourvu de ce coup de reins qui était ma marque de fabrique »,
DIEGO MARADONA.

« Je défends la globalisation du travail, sans séparation des composantes


physiques, techniques, tactiques et psychologiques ». « Les concepts traditionnels
que nous pouvons rencontrés dans les livres sont des méthodes d’entraînements
générales et son loin de ce que je pense être bon. Il n’y a pas de perspective de
force, résistance et vitesse sans contextualisation du football et fondamentale-
ment selon notre forme de jeu »,
JOSÉ MOURINHO.

VII
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

« Je vois le football comme une occasion d’interrelation des uns avec les autres.
Je n’attends pas d’un joueur qu’il gagne le match, ni qu’il soit responsable de la
phase défensive, ou de tous les buts. Le football est un sport si bon, si imprévisible,
si ouvert, que tout dépend de tout le monde : nos interactions. Et l’effort d’un
joueur contamine les 10 autres »,
PEP GUARDIOLA.

« Toutes les connaissances que vous accumulez à travers votre carrière et des
formations comme à Coverciano ont besoin de rebondir et d’être associées,
mélangées. La science du sport, la préparation physique, la technique et la
tactique doivent être mariées dans une même méthode »,
MARCELO LIPPI.

« Les choses changent constamment. Divers aspects ont évolué : tels que le
professionnalisme du recrutement, les systèmes d’analyse et l’aspect médical qui
continue à atteindre de nouveaux niveaux de savoir-faire. On cherche toujours
des moyens de faire la différence. La nouvelle génération a grandi dans un
environnement différent de celui de mon époque. Le travail est devenu plus
individuel tandis que de mon temps tout était axé sur l’équipe. Aujourd’hui
nous avons de petits groupes où nous travaillons individuellement avec les
joueurs. Des domaines tels que la science sportive et la psychologie ont revêtu
davantage d’importance ces dernières années. Un coup franc, un contre, un
effort individuel peuvent être déterminants. La transition devient de plus en plus
importante. La vitesse de réaction est essentielle, les joueurs doivent être vigilants
et la condition physique doit être optimale »,
JÜRGEN KLISMANN.

« Le footballeur d’aujourd’hui a de moins en moins d’espace, il doit agir le plus


vite possible et le plus qualitativement possible. La vitesse de jeu actuelle entraîne
une vitesse d’exécution qui se doit d’être optimisé. Ces notions de vitesse d’exé-
cution sont bien évidemment liées à la capacité d’enchaînements techniques du
joueur, à son anticipation et à sa perception du jeu. De nos jours, la majorité
des buts sont marqué sur des attaques rapides. Les joueurs modernes doivent
alors associer vitesse et technique et pouvoir répéter les actions explosives le plus
longtemps et le plus qualitativement tout au long du match. Si le joueur n’est
pas en bonne condition physique, ses qualités de footballeur ne s’exprimeront
pas aux mieux. Le travail de la vitesse est délicat et précieux »,
VAHID HALILHODŽIĆ.

VIII
INTRODUCTION

« Dans le contexte actuel des choses, le football est à la fois technique, tactique
et physique. L’aspect physique est même devenu primordial. Le footballeur
est devenu un véritable athlète qui a besoin d’exploiter de manière optimale
ses capacités techniques et tactiques tout au long du match. L’approche de
la préparation physique a évolué. Elle s’est généralisée mais elle s’est surtout
améliorée dans la qualité du travail effectué. Tous les joueurs ont besoin de
travailler physiquement afin d’exploiter au mieux leurs qualités footballistiques.
Même un joueur avec un petit gabarit va compenser son manque de puissance
et de force par son caractère. Tous les joueurs ont besoin de travailler la
vitesse, la puissance et de constituer une base cardio-vasculaire importante
afin de pouvoir encaisser l’enchaînement des matchs tous les trois jours durant
certaines périodes de compétition. La base sera de pouvoir être régulier match
après match ! Nous effectuons un travail individualisé. Le staff technique doit
agir comme un cuisinier, en modifiant les menus de chaque joueur selon les
besoins du moment de chacun. Tout le groupe doit être dans un même état
de performance. L’individualisation des charges constitue une des bases de la
préparation physique du football moderne. Nous devons adapter selon différents
paramètres tels que les temps de jeu, le suivit physiologique… Ainsi, nous
effectuons des séances communes et d’autres à la carte, individualisé »,
CLAUDE PUEL.

« Moi et Rui Faria, ne croyons pas aux pics de forme, en l’alternance entre
le volume et l’intensité de travail, je ne crois pas au volume de travail, mais
uniquement à l’intensité du premier jour d’entraînement au dernier jour
d’entraînement de la saison »,
JOSÉ MOURINHO.

« Voir vite et courir vite sont des qualités essentielles et fondamentales pour le
football de haut niveau car cela va permettre d’effectuer des gestes techniques
le plus rapidement possible et donc d’apporter de la vitesse au jeu. De même, un
haut niveau de vitesse de course va permettre de jouer plus en bloc : les défen-
seurs qui courent vite jouent volontairement plus haut. La vitesse et l’explosivité
chez un attaquant sont fondamentales avec ou sans ballon (à condition que
l’appel soit fait dans le bon timing). Dans le recrutement également, le fait de
courir vite et d’agir vite sont deux paramètres de choix »,
FRÉDÉRIC ANTONETTI.

« Notre forme était due aux séances de physique, avant et après chaque entraî-
nement. Wenger ne menait pas lui-même ces sessions, mais il s’assurait qu’elles
étaient bien réglées »,
HIRAYAMA
(ancien joueur japonais sous les ordres de Arsène WENGER).

IX
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

« Le suivi physiologique est important dans le football moderne tout comme la


préparation physique, la prise en charge des blessés et le travail de prévention
en pré- et post-entraînement sont essentiels. Chaque joueur est un individu
à part qu’il faut traiter selon son profil et ses spécificités tout en respectant et
n’interférant pas sur le travail du coach »,
Dr SERRATOSA
(Médecin du Real Madrid).

« La coordination entre le staff médical et le staff technique est une clef de la


gestion de l’effectif. En particulier, le ou les préparateurs physiques sont au
centre d’échanges permanents entre les entraîneurs adjoints, le coach, les
physiothérapeutes et les médecins. L’entente et l’écoute doivent être parfaite afin
de bien gérer tout les joueurs que nous avons en charge »
Dr PRUNA
(Médecin du FC Barcelone).

« Le préparateur physique est un entraîneur adjoint à part entière et il est


indispensable à la constitution d’une séance, au suivi des joueurs et à la gestion
des différents facteurs de la performance en football. Son avenir reste clair »,
CLAUDE PUEL.

X
L’auteur
Alexandre DELLAL est un entraîneur adjoint chargé de la préparation
physique dans le milieu professionnel de haut niveau depuis de longues
années. Il est à la fois un homme de terrain (titulaire du BEES 2 et du DEF)
et un scientifique internationalement reconnu, membre du Centre Médical
Excellence FIFA de Lyon. Il a publié de nombreux articles scientifiques dans
des revues internationales et est également l’auteur de trois ouvrages
aux éditions De Boeck : De l’entraînement à la performance en football,
Entraîner des jeunes footballeurs, et Le foot en 7 langues.
Il vous fait part de son expérience et de ses connaissances afin de vous
permettre d’optimiser votre pratique quotidienne, en toute humilité et
respect. Cet ouvrage n’est en aucun cas un modèle, mais un partage.

Remerciements
Dans le cadre de l’écriture de cet ouvrage, je tiens à remercier spécialement Claude
PUEL, Vahid HALILHODZIC, Michel DUFOUR, Philippe LAMBERT, Frédéric AUBERT, Martin
BUCHHEIT, Antonio PINTUS et Karim CHAMARI pour leurs conseils, leurs connaissances,
leurs passions, leurs expertises et leurs recherches qui ont contribué à sans cesse me
remettre en question. Je remercie ces experts pour m’avoir transmis une partie de leurs
connaissances et de leurs savoir faire.

De même, je suis très reconnaissant de la présence sur différentes photos de Drogba


Didier, Lisandro Lopez, Miralem Pjanic, Kolo Touré, Renato Civelli, Camel Meriem, Jérémy
Pied, Mahamane Traoré, Jéremy Toulalan, Jean II Makoun, Dario Cvitanich, Timothée
Kolodziejczak, Corine Franco, Camille Abily, Romain Genevois, Franck Dja Dje Dje, Djibreel
Owusu, etc.

Je remercie aussi les différents photographes ayant accepté la publication des photos :
Antonio Mesa et Hervé Galand (FFF), Stéphane Guiochon (Le Progrès. Yannick Farault
(OGC Nice média) et Willy Mellet (Icon Sport).

…et à Mickaella, Tiago, Mathis, Laura, Fred, Irène, Kimsy, Eliott, Francine, Amor, Fatima,
Sabrina, Sarah, Nizar, Jennifer, Nadia, Marie, Maxime, Julien, Maria, Carlos, Joao, Jeff,
Abdel, Slim, Katia, Kiki, Aziz, Faeza, Amel, Leia, Said, Alain y Karim.

XI
1

PARTIE 1

ANALYSE DE L’ACTIVITÉ,
FACTEURS DE LA PERFORMANCE
ET MÉTHODES D’ÉVALUATION
1
PARTIE 1 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...

Le football est une activité qui est multi-factorielle, c’est-à-dire que la performance
d’un joueur dépend de l’interaction de ses capacités techniques, tactiques, physiques
et mentales. Chaque poste de jeu présente des spécificités qui varient selon les exi-
gences et les orientations technico-tactiques (animation défensive et offensive) impul-
sées par le staff technique. Comme beaucoup de techniciens de très haut niveau le
disent, la préparation physique tient une place importante dans le football moderne,
qu’elle soit intégrée, dissociée ou associée.
Partant de ce constat, nous devons connaître exactement l’activité physique et tech-
nique du footballeur moderne de haut-niveau au cours d’un match en football. Ces
éléments permettront :
1 – d’orienter l’entraînement en adéquation avec la réalité du terrain ;
2 – de spécifier et individualiser les séances selon les différents postes occupés sur
le terrain ;
3 – de donner des repères et des objectifs pour les footballeurs de niveau amateur
et les jeunes joueurs, c’est-à-dire vers quelle performance ils doivent tendre, avec le
football professionnel comme miroir.

1. ANALYSE DE L’ACTIVITÉ DU FOOTBALLEUR


AU COURS D’UN MATCH
L’analyse de l’activité au cours d’un match de football peut se réaliser au moyen
de différents outils tels que : les grilles d’observations, l’analyse d’enregistrement
vidéo, les transmetteurs électroniques en système triangulaire, les GPS, les accélé-
romètres ou encore les analyses vidéos semi-automatiques (Amisco©). Ces derniers
systèmes d’analyses sont les plus fiables dans l’évaluation des implications phy-
siques et techniques au cours d’un match de football.

1.1. Analyse chez les professionnels


a. Activité physique
• Importance de l’endurance et du métabolisme aérobie
L’activité du footballeur moderne de haut-niveau a bien évolué (Tableau 1 et 2).
En 1952, les joueurs parcouraient une distance totale de 3 361 m tandis que de
nos jours, ces valeurs se situent entre 10 425 m à 11 780 m selon les postes de jeu
(Dellal et al, 2011), correspondant à des valeurs moyennes de fréquence cardiaque
situées entre 80 et 90 % de la fréquence cardiaque maximale (Stolen et al, 2005).
Cette augmentation de la distance totale que parcourt un joueur peut s’expliquer
par le fait que les organisations de jeu, les animations offensives et les animations
défensives ont changées. Le football moderne nécessite que chaque joueur soit
concerné par le jeu et qu’il s’implique dans les phases défensives où il doit se repla-
cer par rapport à ses partenaires, à ses adversaires et par rapport au ballon afin de

3
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

protéger son but. Chaque joueur constitue une pierre indispensable à la construc-
tion du bloc défensif de l’équipe. Il doit également essayer de participer aux phases
de jeu offensives, être systématiquement en mouvement autour du porteur de balle,
suivre les mouvements des partenaires et tout ceci afin de garder également un bloc
équipe. En phase offensive, les joueurs doivent très rarement être isolés. Ils ont
besoin de soutien et de mouvement autour d’eux afin de pouvoir créer un maximum
d’incertitudes chez l’adversaire qui, par conséquent, sera plus facile à surprendre.
Par ailleurs, différentes études se sont intéressées à la différence de performance
en comparant les distances parcourues durant la 1re et la 2e mi-temps. Il a été
constaté que les joueurs baisseraient leurs niveaux de performance physique entre
ces deux mi-temps avec des différences comprises entre 1 % et 8 % (Dellal, 2008 ;
Rampinini et al, 2007 ; Barros et al, 2007 ; Mohr et al, 2004). De la même façon, les
attaquants effectueraient des distances parcourues plus importantes quand leur
équipe est en phase offensive alors que les défenseurs présenteraient une activité
plus importante en phase d’animation défensive (Dellal et al, 2011).

Tableau 1. Relevé des distances totales parcourues par des footballeurs au cours de matchs officiels.

Distance totale parcourue


Auteurs Niveau
(en mètres)

Gamblin et Winterbottom (1952) Professionnel anglais 3 361

Agnevik (1970) Professionnel suédois 10 200

Saltin (1973) Amateur suédois 12 000

Whitehead (1975) Professionnel anglais 11 700

Smaros (1980) Division 2 finlandaise 7 100

Whiters et al (1982) Sélection australienne 11 500

Ekblom (1986) Amateur suédois 10 000

Gerisch et al (1988) Amateur allemand 9 000

Reilly (1994 et 1996) 2ème division anglaise 9 660

Bangsbo (1994) International danois 10 550

Rienzi et al (2000) International sud-américains 8 638

Mohr et al (2004) Professionnel danois 10 333

Hawkins (2004) Professionnel anglais 15 000

Di Salvo et al (2007) Professionnel espagnol 11 393

Barros et al (2007) Professionnel brésilien 10 012

Rampinini et al (2007) Professionnel anglais 10 864

Dellal et al (2010) Professionnel français 10 425 – 11 726

Professionnel
Dellal et al (2011) 10 496 – 11 780
espagnol – anglais

4
Tableau 2. Relevé des distances totales parcourues à différentes intensités et selon les différents postes occupés sur le terrain,
durant tous les matchs officiels du championnat espagnol (Liga) et anglais (FAPL) au cours de la saison 2006-2007 (Dellal et al, 2011).

Distance totale Pourcentage Distance totale Pourcentage


Distance totale parcourue de la distance totale parcourue à haute de la distance
Nombre
Postes de jeu Ligue parcourue à très haute intensité parcourue intensité totale parcourue
d’analyses
(en mètre) (> 24 km/h) à très haute intensité (21-24 km/h) à haute intensité
(en mètre) (%) (en mètre) (%)

LIGA n = 624 10 496,1 193.6 1.8 226.1 2.1


Défenseur central
PARTIE

FAPL n = 1 704 10 617,3 208.5 1.8 240.8 2.2


1

LIGA n = 212 10 649,7 248.9 2.3 284.8 2.5


Arrière latéral

5
FAPL n = 132 10 775,3 263.0 2.5 270.1 2.7

LIGA n = 616 11 247,3 203.3 1.8 279.6 2.9


Milieu défensif axial
FAPL n = 1 356 11 555,6 245.8 2.2 319.1 2.5

LIGA n = 82 11 004,8 222.2 2.0 278.0 3.1


Milieu offensif axial
FAPL n = 76 11 779,5 267.3 2.5 334.0 2.5

LIGA n = 100 11 240,8 250.8 2.2 310.6 2.5


Milieu excentré
FAPL n = 50 11 040,8 259.2 2.2 298.0 2.8

LIGA n = 262 10 717,7 260.0 2.4 288.6 2.8


Attaquant
FAPL n = 724 10 802,8 278.2 2.6 299.8 2.7
ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

• Importance de la qualité à répéter des efforts explosifs


Les joueurs effectueraient entre 18 et 31 sprints par match et parcourraient une
distance totale comprise entre 605 et 997 m à très haute intensité (> 19,8 km/h)
(Rampinini et al, 2007), les défenseurs étant les joueurs parcourant la plus petite
distance totale à haute intensité. Ces courses à très hautes intensités représentent
entre 2 et 5 % de l’activité totale mais si nous l’exprimons en relation au temps de
jeu effectif, qui est souvent compris entre 52 et 60 min de jeu, ce pourcentage pour-
rait monter à 10-15 % (Dellal, 2008). Toutefois, les joueurs présenteraient une baisse
de 18 % de l’activité à haute intensité quand nous comparons l’activité durant les
15 premières et les 15 dernières minutes du match à la fois pour des joueurs interna-
tionaux ou nationaux (Bradley et al, 2010). De plus, les joueurs effectueraient entre
1 110 et 1 200 actions dont 200 sont intensives et auxquels nous pouvons ajouter
400 changements de direction, 200 à 400 m de course arrière et 30 à 40 sauts
(Iaia et al, 2009). Toutes ces informations indiquent l’importance de cette capacité à
répéter des efforts très intenses tout au long du match.
Par ailleurs, les modifications des systèmes et des schémas de jeu modifieraient
l’activité des joueurs en sprint et à très haute intensité, et spécialement celles
des attaquants (Bradley et al, 2011). Cette information implique que l’entraîneur
doit maîtriser l’ensemble des implications physiques de l’utilisation des différents
systèmes et des différentes animations à la fois offensives et défensives qu’il
demande aux joueurs d’appliquer.

b. Activité technique
Le football moderne se caractérise par une vitesse de jeu, un rythme et une inten-
sité élevée, ce qui est illustré par le nombre de touche de balle moyen effectué
par possession de balle (1,7-2,2 tdb) et une durée totale de possession dépassant
rarement 1 min ou 1,30 min (Tableau 3). Les joueurs présentent des pourcentages
de passes réussies entre 75 % et 81 % (Dellal et al, 2011) avec des valeurs attei-
gnant les 84-90 % dans les meilleurs équipes européennes (Real Madrid, Olym-
pique Lyonnais, Manchester United, FC Barcelone, Bayern Munich, etc.). La notion
de duel est également centrale en football et elle discrimine souvent les équipes
qui perdent les matchs ou les différents postes de jeu (sauf cas particuliers). Les
performances techniques diminueraient entre la 1re et la 2nde mi-temps du match,
et certains auteurs ont même décrit que la baisse du nombre de possession et
du pourcentage de passes réussies dans une équipe désignait régulièrement les
équipes perdantes (Rampinini et al, 2009).
Par ailleurs, les modifications des systèmes de jeu modifieraient également l’acti-
vité technique des joueurs et spécialement des attaquants (Bradley et al, 2011).
Le schéma de jeu et ses implications offensifs/défensifs préconisés par le staff
technique, induit des modifications de l’activité technique du joueur, du type de
passes qu’il effectuera, des situations dans lesquelles il va se trouver, du nombre
de duels et des schémas préférentiels.

6
Tableau 3. Relevé des performances techniques durant tous les matchs officiels du championnat espagnol (Liga) et anglais (FAPL)
selon les différents postes occupés sur le terrain au cours de la saison 2006-2007 (Dellal et al, 2011).

Nombre Nombre
% Durée totale % de duel % de duel
Nombre de passes Nombre total de touche
Postes de jeu Ligue de passes de possession aérien au sol
d’analyses vers de possession de balle par
réussies (sec) gagné gagné
l’avant possession

LIGA 624 77,00 15.32 43,40 43,89 1,76 59,44 56,04


PARTIE

Défenseur central
FAPL 1 704 75,00 15.16 41,22 41,72 1,74 61,89 55,84
1

LIGA 212 79,00 18.28 54,38 54,40 1,79 61,48 54,20


Arrière latéral

7
FAPL 132 81,00 20.30 58,88 59,76 1,84 59,41 55,42

LIGA 616 78,00 14.13 53,60 63,61 2,03 48,99 50,13


Milieu défensif axial
FAPL 1 356 77,00 14.52 53,22 60,76 2,01 47,55 49,96

LIGA 82 78,00 13.42 60,96 84,04 2,26 40,19 50,75


Milieu offensif axial
FAPL 76 80,00 13.06 57,12 76,09 2,24 39,21 50,74

LIGA 100 77,00 14.44 55,30 67,23 2,03 46,46 49,66


Milieu excentré
FAPL 50 80,00 14.46 56,24 77,85 2,24 49,05 49,67

LIGA 262 74,00 6.52 41,52 55,87 2,16 39,38 47,70


Attaquant
FAPL 724 70,00 7.79 43,04 54,19 2,01 34,98 46,61
ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

La domination « statistique » de la possession collective de la balle ne constitue pas


systématiquement un gage de succès au cours d’un match. Par contre, la stabilité
de la manière de jouer et de la possession de balle est un gage de stabilité tactique
et de philosophie de jeu et caractériseraient les équipes du haut de classement
comme cela a été démontré pour les équipes du championnat espagnol de première
division. Par exemple, les 4 premiers du classement présentaient un coefficient de
variation inférieur aux équipes classées dans le bas du classement comme illustré
dans le tableau 4 (Lago-Penas et Dellal, 2010).

Tableau 4. Stabilité des possessions de balle collective au sein de toutes les équipes
du championnat espagnol durant la saison 2008-2009 (Lago-Penas et Dellal, 2010).

Possession de balle
Classement final Équipes Coefficient de variation
moyenne sur la saison

1 FC Barcelona 64,3 8,4

2 Real Madrid 53,2 11,5

3 Sevilla 54,6 12,2

4 Atlético de Madrid 52,8 10,8

5 Villarreal 50,2 12,0

6 Valencia 54,3 12,3

7 Deportivo 49,0 12,4

8 Málaga 44,9 12,1

9 Mallorca 47,3 13,4

10 Espanyol 48,3 12,7

11 Almería 49,4 14,0

12 Racing 46,7 14,4

13 Athletic 46,5 14,2

14 Sporting 44,6 16,1

15 Osasuna 49,0 15,6

16 Valladolid 50,4 15,7

17 Getafe 51,9 16,3

18 Betis 48,9 15,9

19 Numancia 46,2 16,8

20 Recreativo 48,1 17,2

8
PARTIE 1 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...

1.2 Analyse chez les jeunes footballeurs


Durant les matchs, le jeune footballeur présente une activité physique infé-
rieure à celle des adultes. Les joueurs professionnels parcourent une distance
totale plus importante que les jeunes footballeurs. Les joueurs de catégorie U16
seraient également plus performants que les catégories plus jeunes (U15-U14-
U13-U12) sur les activités athlétiques et notamment concernant la distance totale
parcourue à haute intensité et sur l’activité en sprint (Haley et al, 2010).
Les performances lors de tests physiques tels que le 10 m ou le 30 m sont corrélées
à l’âge mais aussi au niveau de maturation, de puberté et de croissance des jeunes
joueurs. En effet, selon les évolutions physiologiques, de grandes différences appa-
raîtraient au niveau de la VO2max, des qualités de vitesse, des performances en
test d’explosivité, sur le poids, la taille, les qualités de force, etc. Les différences
physiques sont plus marquées selon les postes occupés (Gil et al, 2007) et selon la
période de l’année dans laquelle le joueur est né. Les joueurs nés en début d’année
présentent des caractéristiques anthropométriques et physiques supérieures aux
joueurs nés en fin d’année civile. Par conséquent, certains clubs professionnels
utilisent la méthode relative age effect (RAE) pour recruter leurs joueurs tout en
prenant en compte leur niveau de maturation et leur âge physiologique.
Toutefois, les joueurs nés en fin d’année et présentant moins de qualités physiques,
développeraient des qualités de footballeur (capacité d’anticipation, prise d’infor-
mations, lecture de jeu, réalisation technique, compréhension tactique) supérieures
à ceux nés en début d’année, tout en ayant un taux de passage au monde profes-
sionnel plus grand (Carling et al, 2009).

1.3 Analyse chez les féminines


La charge physiologique durant un
match est équivalente entre homme
et femme. Toutefois, les joueuses
présentent des qualités athlétiques
inférieures que ce soit au niveau
aérobie et anaérobie (Mujika et al,
2009 ; Krustrup et al, 2010). Ainsi,
les distances totales parcourues à
hautes intensités par des femmes
sont 30 % inférieures chez les
hommes pour un même niveau de
compétition (Krustrup et al, 2005).
L’activité diffère entre les joueuses
féminines de niveau internationale
et nationale ( Tableau 5), notam-
ment en course à haute intensité
et en sprint (Figure 1). Photo de Antonio Mer (F.F.F.)

9
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

Tableau 5. Analyse de l’activité chez des joueuses de niveau internationale et de niveau


nationale en matchs officiels (Andersson et al, 2011).

Joueuses internationales
Joueuses de niveau nationale
de la Suède et du Danemark

Défenseurs Milieux Attaquants Défenseurs Milieux Attaquants

Distance totale
9 500 m 10 600 m 9 800 m 9 500 m 10 100 m 9 500 m
parcourue

Distance totale
600 m 610 m
en marche arrière

Distance totale
1 530 m 1 330 m
à haute intensité

Distance totale
parcourue à très 221 m 316 m 262 m 230 m 221 m 191 m
haute intensité

Figure 1. Activité de joueuses de haut niveau et de top class internationale en matchs officiels
(Mohr et al, 2008).

Haut niveau 120


2000
Distance totale parcourue en sprint (en m)

Haut niveau
Top niveau
Top niveau
Distance totale parcourue (en m)

1750 # 100
#
*
1500 *
80
1250
#
1000 60 # *

750 #
40
500

250 20

0 0
0-15 15-30 30-45 + 45-60 60-75 75-90 + 0-15 15-30 30-45 + 45-60 60-75 75-90 +
Temps (min) Temps (min)

Les joueuses d’une des meilleures équipes du monde féminin présentent des don-
nées qui ne sont pas comparables avec celles observées chez les garçons. Elles
présentent des performances techniques et athlétiques « inférieurs » à celle des
garçons du même niveau (Tableau 6 et 7).

10
Tableau 6. Analyse de l’activité athlétique de joueuses d’une des meilleures équipes au monde en match officiel.

DISTANCE DISTANCE DISTANCE DISTANCE


TEMPS DE JEU DISTANCE TOTALE
+27 KM/H 25-27 KM/H 23-25 KM/H 21-23 KM/H
(mn) (m)
(m) (m) (m) (m)

Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2

Arrière
94 46 48 10 507 5 339 5 167 16 16 0 0 0 0 77 26 51 150 42 108
latérale

Arrière
69 46 23 8 104 5 503 2 600 0 0 0 0 0 0 26 8 18 59 36 24
PARTIE

latérale
1

Défenseur
94 46 48 9 595 4 916 4 679 0 0 0 0 0 0 67 57 10 140 30 110
centrale

11
Défenseur
94 46 48 9 967 5 131 4 836 0 0 0 14 14 0 30 15 15 84 25 59
centrale

Milieu
94 46 48 10 869 5 458 5 411 0 0 0 86 0 86 84 51 33 83 20 63
défensif

Milieu
94 46 48 11 640 6 118 5 523 0 0 0 11 11 0 12 12 0 125 63 63
défensif

Milieu
78 46 31 9 492 5 704 3 789 20 20 0 95 76 19 86 61 24 195 162 34
excentré

Milieu
94 46 48 12 131 6 063 6 068 0 0 0 14 0 14 47 0 47 175 68 107
offensif

Attaquant 94 46 48 10 977 5 310 5 667 103 56 47 78 13 65 283 105 178 249 138 111

Attaquant 52 46 5 6 492 5 736 756 0 0 0 18 18 0 28 17 11 186 137 49


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...
Tableau 7. Analyse de l’activité technique de joueuses d’une des meilleures équipes au monde en match officiel.

DUEL AÉRIEN DUEL AU SOL


TEMPS DE JEU TOUCHE DE BALLE PASSES RÉUSSIES
GAGNE GAGNE BALLONS PERDUS
(mn) PAR POSSESSION (%)
(%) (%)

Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2 Total MT1 MT2

Arrière latérale 94 46 48 40 – 40 57 60 56 1,3 1,5 1,1 23 15 8 67 67 67

Arrière latérale 69 46 23 50 50 – 33 25 50 1,4 1,4 1,5 14 8 6 66 74 50

Défenseur centrale 94 46 48 100 100 100 62 67 57 1,6 1,7 1,6 18 7 11 69 73 60

12
Défenseur centrale 94 46 48 100 100 – 50 60 43 1,2 1,2 1,1 15 5 10 71 82 44

Milieu défensif 94 46 48 50 50 – 55 54 57 2,4 2,2 2,7 21 10 11 68 77 56

Milieu défensif 94 46 48 25 0 33 50 55 47 2,0 1,7 2,2 11 3 8 90 95 87

Milieu excentré 78 46 31 67 60 100 52 54 50 2,2 2,1 2,4 32 19 13 51 49 56

Milieu offensif 94 46 48 43 67 25 38 41 30 2,2 2,1 2,4 38 21 17 57 57 57

Attaquant 94 46 48 100 100 100 50 55 43 2,2 2,2 2,2 20 12 8 85 86 84

Attaquant 52 46 5 50 50 – 40 44 0 2,4 2,2 3,3 10 8 2 68 67 100


U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL
PARTIE 1 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...

1.4 Les différents constats


Il apparaît nécessaire que les joueurs disposent d’une capacité aérobie suffisante
afin de pouvoir encaisser les efforts tout au long du match, lors de la répétition des
rencontres sur de courtes périodes et sur l’ensemble de la saison, quelque soit le
niveau de jeu. D’autre part, ils doivent être capables d’enchaîner différentes actions
et notamment des efforts à très hautes intensités avec des temps de récupérations
très variables (actif, semi-actif et/ou passif ). Ces éléments sont les garants du rythme
que les joueurs peuvent donner au cours d’un match de haut-niveau. Il apparaît claire-
ment que le football se caractérise comme une activité de type intermittent dont les
implications varient selon les différents postes de jeu, le niveau de jeu, l’âge (jeune
footballeur) et le genre (footballeuses vs footballeurs).
L’ensemble de ces informations physiques doit être relié aux performances techniques
qui nécessitent une vitesse de jeu importante et des caractéristiques bien précises.
Partant de là, le staff technique devra prendre en considération l’ensemble des ces com-
posantes et orientera l’entraînement selon les objectifs fixés et la période de la saison.
Dans cet ouvrage, nous nous focaliserons sur les aspects athlétiques et de prépara-
tion physique à travers une présentation succincte des différents facteurs de la per-
formance en football et une proposition d’organisation de la préparation physique
selon les différentes périodes de la saison (pré-saison, compétition période 1, trêve
hivernale, compétition période 2, trêve estivale).

NOTIONS CLÉS
• Le football est un sport à caractère intermittent.
• Les activités physiques et techniques au cours d’un match varient
en fonction du poste occupé, du schéma tactique, des plans de jeu,
des consignes concernant les animations offensives et défensives, le
niveau de jeu, l’âge et le genre.
• Importance de présenter une bonne capacité aérobie.
• Une des principales caractéristiques athlétiques consiste en la capa-
cité à répéter les efforts à hautes intensités.

13
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

2. LES FACTEURS DE LA PERFORMANCE


EN FOOTBALL
2.1 L’endurance
a. Définition
La qualité d’endurance permet à la fois de développer et d’optimiser les systèmes
cardio-vasculaires et cardio-respiratoires en effectuant des actions maintenues
à une intensité donnée et durant un temps donné. Elle est fondamentale dans
la performance en football. Elle permet d’exprimer ses qualités footballistiques
sur un match ou sur un enchaînement de match. Son développement fait appel à
une méthodologie précise à laquelle nous devons faire correspondre nos objectifs
(Figure 2). Différentes méthodes permettent de la développer et de l’optimiser.

b. Différentes méthodes d’endurance


• L’endurance fondamentale
Elle consiste à effectuer une course continue à une allure supérieure à 50 % de la
vitesse maximale aérobie (VMA) provenant d’un test continu. Elle va permettre le
développement des structures favorisant l’endurance en permettant notamment de
développer la capillarisation irriguant les fibres musculaires et d’accroître les sur-
faces d’échanges métaboliques.

• La capacité aérobie
Elle est constituée d’un travail continu à une allure comprise entre 70 et 85 % de
la VMA. Ce type de travail va permettre de favoriser l’utilisation des structures
et des systèmes cardio-vasculaires et cardio-respiratoires avec une hausse de la
taille et du nombre des éléments indispensables aux qualités d’endurance (les
mitochondries).

• La puissance maximale aérobie (PMA)


Elle correspond à l’intensité à partir de laquelle le joueur peut développer et opti-
miser ses qualités d’endurance au travers d’une amélioration des systèmes physio-
logiques (enzymes glycolytiques et oxydatives). Elle englobe des types de courses
continues ou par intervalles (temps de passage) à des intensités comprises entre
90 % et 120 % de la VMA.

• Le travail intermittent
Il s’agit d’une constituante du travail de PMA qui permet une sollicitation mixte
à la fois aérobie et anaérobie. Il est défini comme une alternance de temps de
travail et de récupération active ou passive durant un bloc de travail. Par exemple,
un « 30-30 RA Bloc 12 min » représenterait 30 s d’effort alterné avec 30 s de récu-
pération active durant un bloc de 12 min. Cette méthode de travail est intéressante
car elle correspondrait à l’activité du joueur au cours d’un match. En comparaison

14
PARTIE 1 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...

avec le travail continu, elle permet une accumulation de lactate moindre, une
sollicitation à des intensités plus élevées, une augmentation de la durée de tra-
vail, une hausse du temps de réaction et des structures physiologiques (enzymes
oxydatives). Elle se distingue en différentes sous-catégories : les efforts intermit-
tents longs (1,30 min à 6 min), mi-longs (45 s à 1,30 min) et de courte durée (2 s
à 30 s). Les plus utilisés en football sont :
– 5-25/5-5/5-15 ;
– 10-10/10-20/10-30 ;
– 15-15/15-30/15-45 ;
– 20-20/20-40 ;
– 30-30/30-15/30-45 ;
– mixtes : 5-25/10-20…
Les efforts intermittents se caractérisent par la durée et l’intensité de travail, la
nature et la durée des temps de récupération (active, semi-active ou passive), la
nature de l’effort (travail en ligne, avec changement de direction, intégrant un tra-
vail de motricité ou un travail technique, etc.), la durée et le nombre de blocs et les
ratios entre temps de travail et temps de récupération.

Figure 2. Organisation chronologique du développement des qualités d’endurance


chez le footballeur (Dellal et Grosgeorge, 2006).

Général Spécifique

EXERCICE INTERMITTENT TRAVAIL


COURSE
CONTINUE INTÉGRÉ
Intermittent en ligne Intermittent navette

Développement Utilisation des structures – Optimisation


des structures de l’endurance spécifique

• Le travail intégré et les jeux réduits


Ce sont des techniques qui permettent de développer l’endurance à un plus faible
niveau que les autres méthodes citées précédemment. Toutefois, les exercices inté-
grés et les jeux réduits peuvent entretenir les qualités d’endurance durant la saison
et la phase de compétition constituant une alternative très intéressante car elles sol-
licitent à la fois la composante physique, technique et tactique. Certains jeux réduits
permettraient d’atteindre un niveau de sollicitation cardiaque et aérobie équivalent
aux efforts intermittents (Dellal et al, 2008). Par exemple, la comparaison durant

15
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

12 semaines d’entraînements (4 semaines en pré-saison + 8 semaines en période de


compétition) d’un groupe de joueur pratiquant des jeux réduits (3 contre 3, 4 contre
4, 5 contre 5) et d’autres effectuant des interval-training (4 × 4 min à 90-95 % de
la fréquence cardiaque maximale avec 3 min de RA) montraient que les jeux réduits
permettaient :
– une sollicitation cardiaque équivalente ;
– une augmentation équivalente du pic de consommation d’oxygène ;
– une hausse similaire des niveaux des seuils lactates ;
– et une amélioration équivalente de l’économie de courses.
Par ailleurs, les jeux réduits reproduisent la vitesse de jeu, certaines caractéristiques
tactiques observées, et l’intensité des enchaînements techniques et physiques lors
d’un match de football (Tableau 8).
Toutefois, il faut faire attention aux différentes règles et différents formats de jeu
car ils influencent directement les implications physiques, techniques et tactiques
(Dellal et al, 2011 ; Hill- Haas et al, 2011 ; Mallo et Navarro, 2008 ; Rampinini
et al, 2007). Nous devons bien définir et prendre en considération les éléments
suivants :
– la présence et la dimension des buts ;
– la présence ou non du gardien de but ;
– la taille du terrain et le ratio par joueur ;
– la consigne du jeu (conservation, stop-ball, match, utilisation des hors-jeu…) ;
– le nombre de touche de balle autorisée ;
– le nombre de joueurs et ratios de joueurs équilibrés ou non ;
– la présence de joueurs positionnés en tant qu’appui extérieur ;
– l’encouragement provenant des coachs ;
– le nombre et durée des séquences de travail ;
– le type et durée des séquences de récupération.

c. Chez les professionnels


L’ensemble de ces méthodes d’entraînement en endurance est utilisé chez le foot-
balleur professionnel. Toutefois, l’utilisation privilégiée de l’une ou l’autre dépend
du moment de la saison (pré-saison, trêve, période de compétition), des objectifs
définis par le club et l’entraîneur, des animations de jeu préconisées par le staff
technique et de la méthode de travail du préparateur physique. Il est important de
s’adapter aux profils athlétiques de chacun et de mixer les sollicitations tout au
long de l’année. La variation entre travail continu et efforts intermittents est indis-
pensable, c’est-à-dire que certaines périodes de la saison vont nécessiter un travail
spécifique et d’autres vont exiger de sortir des efforts spécifiques. Cette partie sera
détaillée un peu plus loin.

16
PARTIE 1 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ, FACTEURS DE LA PERFORMANCE...

d. Chez les amateurs


Le travail d’endurance chez les amateurs dépend également du niveau de jeu, de
la période de la saison, du nombre d’entraînements et des objectifs définis par les
dirigeants, l’entraîneur et le club. Quoi qu’il en soit, le niveau amateur (à ne pas
confondre avec semi-professionnel) ne peut prétendre à mettre en place trop de
séances d’entraînements et doit prendre en compte que les joueurs travaillent la jour-
née, et de ce fait, qu’ils peuvent arriver fatigués à l’entraînement. Ces informations
sont indispensables et l’entraîneur devra bien choisir entre un travail continu (qui
peut oxygéner les joueurs) et un travail spécifique qui peut-être intégré. Selon les
contraintes de nombre et de durée d’entraînements, l’entraîneur effectue souvent des
séances mixtes. Le contenu en endurance selon les différentes périodes de la saison
sera également détaillé plus loin dans cet ouvrage.

Tableau 8. Conséquences de la modification du nombre de touche de balle lors de jeu réduits


(Dellal et al, 2011).
Analyse physiologique
Nombre
Jeux Lactatémie
de touche RPE (CR-10) FCmax (bpm) %FCmax %FCreserve
réduits (mmol·l-1)
de balle
1TDB 3.9 ± 0.3 8.2 ± 0.7 182.1 ± 5.4 90.3 ± 2.6 87.2 ± 3.5
2 vs 2 2TDB 3.5 ± 0.3 7.7 ± 0.6 181.6 ± 4.5 90.1 ± 2.2 86.9 ± 3.0
Jeu libre 3.4 ± 0.2 7.6 ± 0.6 181.5 ± 4.1 90.0 ± 2.3 86.8 ± 3.0
1TDB 3.8 ± 0.4 8.1 ± 0.7# 181.4 ± 4.8 90.0 ± 2.4 86.6 ± 3.1
3 vs 3 2TDB 3.3 ± 0.5 7.9 ± 0.7 180.2 ± 4.8 89.3 ± 2.8 85.9 ± 3.6
Jeu libre 3.0 ± 0.5 7.5 ± 0.5 180.7 ± 4.0 89.6 ± 2.2 86.2 ± 2.9
1TDB 2.9 ± 0.3 8.0 ± 0.7 176.6 ± 4.5 87.6 ± 2.5 83.6 ± 3.3
4 vs 4 2TDB 2.8 ± 0.1 7.9 ± 0.8 172.5 ± 5.6 85.6 ± 2.9 80.8 ± 4.0
Jeu libre 2.9 ± 0.2 7.2 ± 0.5 170.7 ± 3.8 84.7 ± 2.7 79.7 ± 3.5
Analyse athlétique
Distance
% Distance Distance % Distance
totale
Nombre totale totale totale
Jeux Distance totale parcourue
de touche parcourue parcourue parcourue
réduits parcourue à très haute
de balle à très haute à haute à haute
intensité
intensité intensité (m) intensité
(m)
1TDB 1305.5 ± 62.1 232.3 ± 19.5 17.8 ± 1.6 330.0 ± 29.4 24.7 ± 2.0
2 vs 2 2TDB 1211.8 ± 72.1 195.1 ± 20.1 16.1 ± 1.7 271.3 ± 38.6 21.9 ± 3.1
Jeu libre 1157.7 ± 82.9 177.5 ± 21.8 15.4 ± 2.2 245.4 ± 37.8 21.3 ± 3.6
1TDB 2247.6 ± 157.0 397.0 ± 33.8 17.7 ± 1.8 523.2 ± 56.1 23.4 ± 2.8
3 vs 3 2TDB 2124.7 ± 172.0 351.2 ± 48.4 16.6 ± 2.3 473.9 ± 46.5 22.4 ± 2.8
Jeu libre 2013.9 ± 154.5 315.6 ± 52.6 15.7 ± 2.4 422.4 ± 33.4 21.1 ± 2.1
1TDB 3057.3 ± 249.8 493.2 ± 60.5 16.2 ± 2.7 638.9 ± 56.2 21.0 ± 2.3
4 vs 4 2TDB 2814.6 ± 220.3 438.0 ± 62.3 15.7 ± 2.9 562 ± 66.4 20.1 ± 2.8
Jeu libre 2663.6 ± 236.6 381.8 ± 56.5 14.5 ± 2.5 482.7 ± 71.2 18.3 ± 3.2

17
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

Analyse technique
Nombre Nombre Nombre Nombre de
Jeux Nombre % de passes
de touche de duel de ballon ballon perdu
réduits de duel réussies
de balle par minute perdu par minute
1TDB 17.1 ± 1.9 2.1 ± 0.2 42.5 ± 4.7 23.5 ± 4.4 2.9 ± 0.5
2 vs 2 2TDB 28.5 ± 4.2 3.6 ± 0.5 60.5 ± 4.2 14.1 ± 2.6 1.8 ± 0.3
Jeu libre 26.1 ± 3.8 3.2 ± 0.4 66.4 ± 4.1 13.9 ± 2.4 1.7 ± 0.3
1TDB 30.9 ± 3.6 2.5 ± 0.3 52.0 ± 3.9 17.1 ± 3.6 1.4 ± 0.3
3 vs 3 2TDB 28.1 ± 3.3 2.4 ± 0.3 69.9 ± 2.1 15.1 ± 2.7 1.3 ± 0.2
Jeu libre 26.8 ± 4.2 2.2 ± 0.3 71 ± 2.6 14.3 ± 5.2 1.2 ± 0.4
1TDB 18.0 ± 3.6 1.1 ± 0.2 49.8 ± 5.3 14.8 ± 4.4 0.9 ± 0.3
4 vs 4 2TDB 16.5 ± 3.2 1.0 ± 0.2 68.9 ± 4.9 13.6 ± 4.2 0.8 ± 0.3
Jeu libre 25.1 ± 3.6 1.5 ± 0.2 73.4 ± 7.2 13.2 ± 4.8 0.8 ± 0.3

e. Dans les catégories de jeunes


La qualité d’endurance évoquée précédemment doit être travaillée et optimisée
chez les jeunes. Un continuum doit être appliqué au cours de l’évolution du jeune
footballeur avec pour objectif qu’il atteigne son potentiel quasi maximal entre 18
et 22 ans (Tableau 9). Cette base de travail dépend également du nombre d’entraî-
nements et des schémas tactiques préconisés au sein du club. Il est important de
noter que la préparation physique est au service du technico-tactique et que le
jeune joueur doit acquérir un minimum fondamental au cours de sa formation de
footballeur.

Tableau 9. Répartition des sollicitations en endurance tout au long du cursus de formation


du jeune footballeur.

Méthode de travail/
U6-U7 U8-U9 U10-U11 U12 U13 U14 U15 U16 U17 U19 PRO 2
Catégories

Évolution en %
50 60 70 79 87 94 100
de son niveau requis

Endurance
55 50 40 30 20 10 10
fondamentale

Capacité aérobie 35 30 30 20 20 20 15

Travail continu à PMA 5 10 15 25 30 25 25

Intermittent ≥ 100 %
5 10 15 25 30 45 50
VMA

18
TABLE DES MATIÈRES
PARTIE 1. ANALYSE DE L’ACTIVITÉ,
FACTEURS DE LA PERFORMANCE
ET MÉTHODES D’ÉVALUATION ............................................. 1

1. Analyse de l’activité du footballeur au cours d’un match...... 3


1.1. Analyse chez les professionnels....................................................... 3
a. Activité physique................................................................................... 3
b. Activité technique ................................................................................. 6

1.2 Analyse chez les jeunes footballeurs .............................................. 9

1.3 Analyse chez les féminines ................................................................ 9

1.4 Les différents constats ........................................................................ 13

2. Les facteurs de la performance en football ........................... 14


2.1 L’endurance .............................................................................................. 14
a. Définition ................................................................................................. 14
b. Différentes méthodes d’endurance ................................................. 14
c. Chez les professionnels ...................................................................... 16
d. Chez les amateurs ................................................................................ 17
e. Dans les catégories de jeunes .......................................................... 18

2.2 La vitesse et l’explosivité .................................................................... 19


a. La vitesse ................................................................................................ 19
b. L’explosivité ............................................................................................. 29

2.3 Le renforcement musculaire en football ........................................ 31


a. Les fibres musculaires ........................................................................ 31
b. Les différents régimes de contraction ........................................... 33
c. L’organisation du travail de renforcement musculaire
en football ............................................................................................... 39
d. Le travail de renforcement sans charge ........................................ 41
e. Le travail de renforcement selon l’âge ........................................... 42

187
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

2.4 La coordination ...................................................................................... 44


a. Les principaux aspects de la coordination du footballeur ....... 44
b. Le travail de coordination chez le footballeur adulte ................ 47
c. Le travail de coordination chez les jeunes footballeurs ........... 47
2.5 Les étirements ...................................................................................... 51
a. Les étirements sont-ils un facteur de la performance
en football ? ............................................................................................ 51
b. Pratiqués régulièrement, permettent-ils de réduire
le nombre de blessures musculaires ?........................................... 52
c. Quels types d’étirements le préparateur physique
doit-il utiliser ? ...................................................................................... 53
d. Quand faut-il les faire et quelle fréquence et durée accorder
aux étirements ?.................................................................................... 56

3. Les principaux tests d’évaluation en football ....................... 59


3.1 Pourquoi les tests d’évaluation en football ? ................................ 59
3.2 Les tests anthropométriques ............................................................ 61
3.3 Les tests isocinétiques ........................................................................ 62
3.4 L’évaluation de la capacité aérobie et d’endurance .................... 62
a. Le Vameval (Cazorla, 1990) ................................................................ 62
b. Le Léger-Boucher (Léger et Boucher, 1980) .................................. 63
c. Le Yo-Yo endurance test (Bangsbo, 1994)...................................... 64
d. Le test temps-limite ou temps de maintien
(Billat, 1998) ........................................................................................... 64
3.5 Les tests intermittents et de répétitions d’efforts
à haute intensité.................................................................................... 64
a. Le Yo-Yo endurance intermittent test (Bangsbo, 1994) ............. 65
b. Le Yo-Yo endurance intermittent recovery test (Bangsbo, 1994) . 65
c. Le 30-15 Intermittent Fitness Test, 30-15IFT
(Buchheit, 2008) .................................................................................... 66
d. La capacité à répéter des sprints (RSA) ou des efforts à haute
intensité ................................................................................................... 66
3.6 L’explosivité ............................................................................................. 68
a. Les performances de vitesse ............................................................ 68
b. Les bondissements .............................................................................. 68

188
TABLE DES MATIÈRES

3.7 Les tests de force spécifique ............................................................. 69


a. Le test de force avec charge ............................................................. 69
b. Le test de force sans charge ............................................................. 70
3.8 Le D-Test : un test de motricité et coordination complet ......... 71
3.9 L’évaluation et l’intérêt de la fréquence cardiaque ..................... 72
a. La fréquence cardiaque maximale et de repos ........................... 74
b. La fréquence cardiaque au cours de l’effort................................. 74
c. La fréquence cardiaque après l’effort (post-exercice)............... 76

4. La relation entre le mental et la préparation physique .... 77


4.1 Quelle relation le préparateur physique doit avoir
avec les joueurs et les différents staffs ? ...................................... 78
4.2 Quelle gestion le préparateur physique doit avoir
avec des joueurs blessés ? ................................................................. 80
4.3 Quelle approche est conseillée avec les joueurs
qui jouent peu ou pas du tout ? ........................................................ 81
4.4 Quel est le rôle du préparateur physique avant,
pendant et après le match ? .............................................................. 81
a. Avant le match ....................................................................................... 81
b. Pendant le match.................................................................................. 82
c. Après le match ....................................................................................... 82
4.5 Sensibiliser sur « l’entraînement invisible »
et en être tenu informé ........................................................................ 83

5. Le rôle du préparateur physique moderne.............................. 83

PARTIE 2. LA PRÉPARATION PHYSIQUE


AU COURS D’UNE SAISON COMPLÈTE ........................ 89

1. L’inter-saison – La trêve estivale ................................................. 92


1.1 Comment gérer cette période ? ......................................................... 92
a. Les objectifs ........................................................................................... 92
b. Le maintien des qualités .................................................................... 93
c. Un programme préventif pour chaque joueur .............................. 93

189
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

1.2 La spécificité des jeunes footballeurs ............................................ 94


a. De U7 à U11 ............................................................................................ 94
b. De U12 à U15 .......................................................................................... 95
c. De U16 à U19 .......................................................................................... 95

2. La préparation physique du début de saison –


La pré-saison ........................................................................................ 96

2.1 La prise en charge de l’équipe............................................................ 96


a. Quand et où ? ......................................................................................... 97
b. Quoi faire ? .............................................................................................. 97

2.2 Les différents objectifs ....................................................................... 97

2.3 L’agencement des différents facteurs de la performance ........ 97


a. Étape 1 – PHASE GÉNÉRALE : la base aérobie, la mobilité,
le renforcement et le rééquilibrage .................................................. 97
b. Étape 2 – PHASE SPÉCIFIQUE : amener les joueurs
vers la spécificité de l’activité ............................................................ 98

2.4 Les tests d’évaluation de pré-saison .............................................. 99


a. La semaine 1 ......................................................................................... 99
b. Les semaines 2 à 5 .............................................................................. 100
2.5 Le suivi médical ..................................................................................... 101
2.6 Les blessures .......................................................................................... 102
2.7 Le travail de prévention générale ..................................................... 104
2.8 Le stage de pré-saison ........................................................................ 111
a. Quels sont les objectifs du stage ? ................................................. 111
b. Combien de stage : un ou deux ? ..................................................... 111
c. Où et combien de temps ?.................................................................. 111
d. Quel environnement choisir ?............................................................ 111
e. Quels seront les moyens humains et matériels à disposition
et quelle sera la logistique nécessaire ? ....................................... 112
f. Quels seront les contenus des entraînements ? .......................... 112
g. Quel est le cahier des charges du préparateur ?
Quels matériels doit-il amener ?...................................................... 112
h. Une activité extérieure ? ..................................................................... 112

190
TABLE DES MATIÈRES

i. Des séances à jeun ? ............................................................................ 112


j. Le réveil musculaire est-il utile ? ...................................................... 113
k. Plusieurs séances quotidiennes ? ................................................... 113
l. Un travail de musculation ? ................................................................ 113
m. Amène-t-on les joueurs blessés ? .................................................. 113
2.9 La pécificité des jeunes footballeurs .............................................. 114
a. De U7 à U11 ............................................................................................ 114
b. De U12 à U15 .......................................................................................... 115
c. De U16 à U19 .......................................................................................... 115

3. La préparation physique au cours de la saison –


La période de compétition.............................................................. 117
3.1 L’optimisation ou le maintien des performances ......................... 117
a. L’endurance ............................................................................................. 117
b. La vitesse et la coordination ............................................................. 118
c. La force .................................................................................................... 118
d. La souplesse et la mobilité................................................................ 119
3.2 Les joueurs ayant peu de temps de jeu .......................................... 123
a. La séance immédiatement après le match................................... 123
b. La séance de lendemain de match.................................................. 123
3.3 Des séances de pré- et post-entraînement ? ............................... 124
3.4 Faut-il doubler les séances quotidiennes ? .................................. 125
a. Si l’équipe à 1 match par semaine .................................................. 125
b. Si l’équipe à 2 matchs dans la même semaine ........................... 126
c. La phase aller et phase retour .......................................................... 126
d. La séance d’avant match et de 2 jours
avant le match ....................................................................................... 126
e. Le décrassage ........................................................................................ 129
3.5 La gestion des mini-trêves ................................................................. 130
a. Un match amical est il opportun ? .................................................. 131
b. Le préparateur physique doit-il ajouter une charge de travail ? 131
c. Le préparateur physique doit-il privilégier la récupération ?........ 131
d. Comment agencer les séances ? Quel contenu
afin de conserver une implication maximale des joueurs ? .... 131

191
U N E SA I S O N D E P R É PA R AT I O N P H YS I Q U E E N FO OT BA LL

3.6 Le suivi médical ..................................................................................... 132


a. Les blessures ......................................................................................... 132
b. Le travail de prévention individualisé ............................................. 137
3.7 Des échauffements adaptés (durées et contenus) ..................... 139
a. L’échauffement de match ................................................................... 139
b. L’échauffement des remplaçants ..................................................... 139
c. L’échauffement à la mi-temps ? ....................................................... 139
d. L’échauffement à la vitesse ............................................................... 140
e. L’échauffement intégré ........................................................................ 141

3.8 La spécificité des jeunes footballeurs............................................ 141


a. Les objectifs de travail ........................................................................ 141
b. Le cycle de travail ................................................................................. 142
c. Le pré-entraînement et le post-entraînement ............................. 142
d. Les blessures ......................................................................................... 142

4. La préparation physique au cours de la trêve hivernale..... 145


4.1 Les différents objectifs ........................................................................ 145
a. Chez les amateurs ................................................................................ 145
b. Chez les professionnels ...................................................................... 146
4.2 Le suivi médical ..................................................................................... 148
4.3 Les blessures .......................................................................................... 148
4.4 Le travail de prévention générale ..................................................... 148
4.5 La spécificité des jeunes footballeurs............................................ 149

Terminologie des termes en préparation physique .................. 155


Annexes.......................................................................................................... 163
Références et lectures conseillées................................................... 179
Table des matières.................................................................................... 187

192
PREPAFOOT_V_1200-OK_couv 14/03/13 16:12 Page1

C
et ouvrage a pour objectif de présenter la place de la préparation physique
Une saison de

Alexandre
Dellal
moderne dans l’entraînement du footballeur durant une saison complète, de la
trêve estivale jusqu’à la fin des matchs retours tout en différenciant le jeune
footballeur, les amateurs, les professionnels et les féminines, et tout en considérant
l’expression des qualités techniques et tactiques.

Alexandre Dellal, préparateur physique et docteur en sciences du sport, a souhaité pré-


préparation physique
senter les principes fondamentaux de l’entraînement de la condition physique en asso-
ciation avec leurs applications pratiques accessibles à tous. Il présente :
• une expertise de l’activité du footballeur moderne selon les niveaux ;
en football
• une analyse succincte des différents facteurs de la performance (la vitesse et l’explosivité, PRÉ-SAISON COMPÉTITION TRÊVE HIVERNALE TRÊVE ESTIVALE
l’endurance, le stretching, la coordination, la force) ;
• les principaux tests d’évaluation spécifiques au football ;
• la relation entre la préparation physique et la composante psychologique ;
• les différents rôles du préparateur physique moderne avec la présentation de différentes
organisations (FC Barcelone et Real Madrid) ;
• les différentes variantes de préparation physique au cours d’une saison complète :
la trêve estivale, la pré-saison, la phase de compétition aller, la trêve hivernale et
la phase de compétition retour ;

Une saison de préparation physique en football


• les différentes notions clés en lien avec chaque partie et sous-partie illustrées par ALEXANDRE
de nombreux tableaux, figures, photos et fiches annexes en couleurs.
DELLAL
Différents joueurs de renom (Lisandro Lopez, Didier Drogba, Miralem Pjanic, Kolo Touré,
Dario Cvitanich, Jérémy Toulalan, Jérémy Pied, Corine Franco, etc.) ont permis d’illustrer
ce livre, et plusieurs entraîneurs et spécialistes ont orienté cet ouvrage (José Mourinho,
Claude Puel, Arsène Wenger, Josep Guardiola, Didier Deschamps, Philippe Lambert, Rui
Faria, Antonio Pintus, Dr Serratosa, Dr Pruna, Dr Nöel, Dr Sonnery-Cottet, Pelé, Maradona).

Ainsi, ce livre permettra d’affiner vos connais-


sances sur la préparation physique durant une
saison complète. Vous pourrez élaborer vos
entraînements avec plus de précisions quel que
soit le moment de la saison et le public que
vous avez en charge. Il vous servira à construire
ou à étoffer votre méthodologie d’entraîne-
ment conformément à votre cohérence et
votre logique. La réussite de vos entraînements
et de la gestion de votre équipe ne tient qu’à
vous, à votre ressenti, à votre capacité à sans
cesse vous adapter et à votre réflexion.
Conception graphique : Primo&Primo

ISBN : 978-2-8041-7152-0

9 782804 171520 www.deboeck.com


PREPAFOOT