Vous êtes sur la page 1sur 3

<Article terminologique bilingue (cf.

ISO 12616)_ exemple>

Numéro de l’entrée : 2
Domaine : médecine, O.R.L.
Terme fr. : hypoacousie
Catégorie grammaticale* : n.f.
Statut : [terme normalisé], [surdéterminé : scientifique, médical]
Marque chronologique* : [néologisme]
Etymologie1 : hypo- (gr. « au-dessous, en deçà ») + akousis (gr. « action d’entendre »)

Synonyme fr. 1 : surdité


Note d’usage : [variante commune2]
Synonyme fr.2 :
Marque chronologique* : [obsolète]
Note d’usage :
Synonyme fr. 3 :
Note d’usage : [forme abrégée]
…..3
Définition fr. : diminution de l’acuité auditive
Source fr. : Nouv. P. Rob. 2007
Explication fr : L’organe de l’audition est constitué d’un appareil de perception et d’un appareil de
transmission. Pour cette raison, on décrit deux types d’hypoacousie : l’hypoacousie de perception et
l’hypoacousie de transmission.
Source fr. :Vulgaris-Médical (http://www.vulgaris-medical.com)

Contexte fr. :
Source fr.4 :
Date d’entrée5 :
Entré par6 :

Terme ro. : hipoacuzie
Catégorie grammaticale* : n.f.
Statut : [terme normalisé], [surdéterminé : scientifique, médical]
Marque chronologique* : [néologisme]
Etymologie : du français hypoacousie (emprunt)

Degré d’équivalence : exact

Synonyme ro. 1 : surzenie


Note d’usage : [variante commune7]
Etymologie : surziV+ -enie (dérivé)
Synonyme ro. 2 : surditate
Note d’usage : [VGOS8]

1
Rubrique non comprise dans la norme ISO évoquée (Terminographie axée sur la traduction), mais utile en
terminographie, en particulier non axée directement sur la traduction, dans un glossaire thématique (notamment
médical), pour l’accès à la structuration lexicale-conceptuelle de termes sinon opaques au sujet parlant ordinaire.
2
Sous restriction de sens, et dans le même registre (scientifique : technolecte médical), surdité (« perte sévère à
totale de l’acuité auditive ») n’est plus synonyme de : hypoacousie (« perte partielle de l’acuité auditive »).
3
Rubriques non illustrées par l’exemple envisagé, mais qui peuvent être pertinents dans d’autres cas.
4
Si vous avez prévu une explication, vous pouvez ne plus prévoir d’autre contexte.
5
Voir Remarques après la fiche.
6
Voir Remarques.
7
www.stiripescurt.ro/stiri/jucariile-happy-meal-provoaca-surzenie/111846.html
8
Vocabulaire général d’orientation scientifique. Niveau de spécialisation moyen, donc. Du moins pour
l’acception où ce terme est synonyme de : hipoacuzie. Noter cependant les termes scientifiques composés de :

1
Etymologie : du français surdité (emprunt)

Synonyme ro. 3 :
Marque chronologique* : [obsolète]
Note d’usage : [remplacé par …suite à …]
Synonyme ro. 4 :
Note d’usage : [forme abrégée]
…..
Définition ro. : hipoacuzia reprezinta diminuarea acuitatii auditive (cu cel mult 20 decibeli)
Source ro. : http://www.romedic.ro

Explication ro : în functie da partea afectata exista doua tipuri de hipoacuzie : de perceptie si de


transmisie.
Source ro. : http://www.romedic.ro

Contexte ro.9 :
Source ro. :
Date d’entrée10 :
Entré par11 :

N.B. Les items marqués d’un astérisque sont optionnels.

Remarques.
Dans le cas des fiches incluses dans un glossaire à auteur unique (comme il en va de votre
projet terminologique à finalité didactique d’évaluation de la maîtrise des techniques de
compilation de glossaires/ rédaction de fiches terminologiques), par défaut, le responsable de
toutes les entrées sera l’auteur du glossaire. Cela étant, vous pourrez faire l’économie de cette
spécification (pour la mémoire : « entré par ») dans les fiches particulières.
Il en va de même de la rubrique « date d’entrée », si elle coïncide (en pratique, pour toute fin
utile) à la date de compilation du mini-glossaire/ date de dépôt du projet (marquée sur la page
de garde).
Mêmes remarques dans le cas du volet roumain de l’article terminologique.

surditate psihica, surditate verbala, où surditate ne commute pas avec hipoacuzie (à l’instar de leurs
correspondants (et étymons) français).
9
La note « Si vous avez prévu une explication, vous pouvez ne plus prévoir d’autre contexte » vaut également
du volet roumain de l’article terminologique.
10
Voir Remarques.
11
Voir Remarques.

2
La Mention du statut terminologique exprime la situation effective du terme au regard des
usages constatés et des décisions de politique linguistique (terminologique) affectant ses usages
futurs.
L’origine de la mention est la personne physique ou morale dont émane l’avis ou (selon le cas) la
décision cités.

Statut intrinsèque d’un terme :


 Proposé : ne fait l’objet d’aucune attestation. Origine : un locuteur (terminographe) donné.
 Attesté : terme dont l’existence est confirmée dans au moins une source donnée (écrite,
sonore, visuelle…).
 Validé : terme dont l’adéquation/ la « bonne formation » ont été confirmées par une autorité
compétente au moins, ou par consultation diverses et complémentaires d’informateurs ou de
documents pertinents et fiables.
 Normalisé : terme dont la « bonne formation » a été confirmée par un organisme d’autorité
réglementaire.
 Homologué : terme, validé ou non, dont l’utilisation est préconisée ou acceptée dans le
contexte d’une activité spécifique (par un donneur d’ordre particulier, dans la perspective de
l’exécution d’une tâche spécifique).
 Surdéterminé : terme dont l’utilisation est « bloquée » en vertu de son application exclusive à
un type de condition d’exploitation particulier : terme scientifique, juridique, désignation
protégée, marque commerciale etc.

Statut relatif d’un terme :


 Exclusif : dans une série de termes concurrents, seul terme dont l’usage est (ou sera)
accepté :
- en vertu de de la décision d’une autorité compétente ;
- en vertu de d’une contrainte absolue de variété de langue ;
- par un donneur d’ordre particulier.

Le terme exclusif devient norme nationale (normalisation terminologique nationale),


norme sectorielle (normalisation d’un langage professionnel spécialisé) ou norme locale
(normalisation d’entreprise).
 Recommandé (= privilégié12): dans une série de termes concurrents, seul terme dont l’usage
est conseillé, de préférence à tout autre, de l’avis d’un organisme ou groupe compétent.
 Dominant : dans une série de termes concurrents, terme le plus répandu, au vu de sources
pertinentes et diverses.
 Récessif : dans une série de termes concurrents, terme dont l’usage diminue ou se perd, au vu
de sources pertinentes et diverses.
 Conseillé : terme dont l’utilisation est conseillée par au moins un spécialiste averti.
 Proscrit: terme dont l’utilisation est interdite, notamment par un donneur d’ordre particulier, ou
en vertu d’une contrainte absolue de codification d’une variété de langue fonctionnelle.
 Déconseillé : terme dont l’utilisation est déconseillée par un organisme d’autorité ou, à défaut,
par au moins un spécialiste averti.
 Toléré (= admis13): terme dont l’utilisation est acceptée en dépit de réserves fondées.

Variante attestée : terme désigant le même objet/ concept que le terme de référence, mais qui
présente au moins un domaine d’application différente, n’étant pas substituable à celui-ci (à la
différence du synonyme). Variante géographique, diachronique (néol., vx), fonctionnelle (nom
scientifique, latin, variante spécialisée, variante vulgaire), connotée/ neutralisée, idiolectale (usage
d’un locuteur/ scripteur donné).

(cf. GOUADEC, D. – 1994, Terminoguide n°1 : données & informations


terminologiques & terminographiques. Nature & valeurs, La Maison du dictionnaire,
Paris, pp. 19-21 ; 73).

12
ISO 12616.
13
ISO 12616.