Vous êtes sur la page 1sur 93

I

I
b

F
ô'b
FRANG'IS G'ABRET
SPECIAL GU ITARE TABLATIJ RES

INTEGR/ALE VOLIJ^ E 3

LESCH EVAu ERSCATHARES 43


DAME D'UN SO/R------- 34
DOCTEUR 78
EDtrtc.xspÉc:ALE t6
ENCORE ET FNCORE 69
L ' E N F A N TA U I D O R T 26
LA FILLEAUI M'ACCOMPAGNE 6
G/IANS 64
L'HOMME QUI MARCHE 50
JE TE SUIVRAI 59
LE LAC HURON a8
LEILA ET LESCHASSFURS 29
LISA 74
PHOTOS DF VOYAGE 84
AUEIAU'UN DE L'lNIÉRiEUR 40
QU'EST-CEQUE JE VIENS DE DIRE 54
AUFSI/ON D'ÉQTJILIBRE 2
SAID ET MOHAMED 2t
LE TEMPS S'EN ALLAIT to
IOURNFR IFS HEuCOS 46

Réolisotion: MUSICOM S.A.


R e l e v é s: D o n i e l " P o x " P o c h o n & Y o n n i c k R o b e r t
Grovure : EditionsConnection
lmprimerie Lobot - 3/5, rue Lobot 75018 PARIS
Tous droits réservés pour tous poys
Dépôt légol 3e trimestre 1992
QUFSI/OND'FQUILIBRE
Poroles
: Froncis / Musique: GeorqesAUGIER
CABREL DFMOUSSAC

CAPO lère CASE


Fm7 Eb Ab Eb Fm7 Eb

Ab Eb
x Fm7 Eb Ab Eb

Fm7 Eb F7sus4

x'x'
l . J ' s u i st o u t J'ai les bras- ,col - lés au comp - toir
fA :.^. BÉ,î'
r t ''l ,
o*t ,{- lt r(ko'/
BblL' J'o,',

(mæ''- r'^r v'J / 3- ,l* F./


3 1 71 ' t ' '^
, y

3 1 ô I ruede Ponthieu
Olç83 by Editions Z5OOBPARIS
Tousdroilsréservéspourtouspoys
3

les pieds_ en bas dans la pous - sière_ la tê


À.,nt' 1",t" ,t Ltr*t '''Ln*o- -'t*6V
Sb6 csç Ltt

cesiq- i,7r4yl / 2,4\* Ur*.î .^,1 /-


T

- haut dans le
û4- 6'- db'
Eb

,L lb r< /,tJtl
v/.tr

Dans tous les cou - loirs_ re - volr les cour - bes de ton corp6
6 ( lu- a 4r/t t^lnn rlî/-t \<to'l p.u tu't * ?'; P"r;u+J f' '
Bbm tAb
Bbm

'{- -
l*"a k''
/,11-^4)
+11 0*r2. Tt-ttlr l1lt'^
7", 1.,.u

tou - tes les salles des a e - ro-garcs


4\^- W,'n ,lur* fo' At/w "'.4 7t+l^rJnll
tt in taL
t/ t/

_ Dans toutes les cales du port

/1,,)tb(nl.;, tA b' - l^- lÀ^" r | .l^. "i,, il.tn, â ^ /P * , i '


a ' ^
110 Fsus4
) r r r l

L_l t r l l

t t t l t t t l
5

Le plan - cher m'ap- pelle

GmTadda AblBb

GmTadda

| | | I
)
INSTRUMENTAL

xx
0
CODA
Introadlib.
puis

2. Fautpasm'envouloir 3. Encoreun verre


J'suispasen étatde te revoir Aprèsje me couchepar terre
J'ai laissétoutesles larmesde mon corps Je veux dormir en essayantde croire
Couler dansle ruisseauen bas du trottoir Que c'estencoreun de tes retards
Et tous les autresm'agacent Mais tous les autresm'agacent
Ceux qui parlenttant, ceux qui parlentfort Ceux qui parlenttant, ceux qui parlentfort
Je ne vois que toi danslesgrandesglaces Je ne vois que toi dansles grandesglaces
Entre les bouteillesde "SouthernComfort" Entre les bouteillesde "SouthemComfort"
(Refiain) (Refrainet CODA)
6

A FILLE
QU/M'ACCOMPAGNE
et musique. Froncis
Poroles CABRET

Elle par - le comme I'eau des fon - taines Com - me les ma - tins_ sur la mm.
Au fond de ses veux
- de mi - rorrs- Elle a em - pri - -son_ - né mon i_
r, t.
pb 3' ctL t-U: u^aaY*"i't { I i'"'-U, n**,Çt' d- lw}-â ){rw}'
i. /æ6be
,L M â^Laa

Elle a les yeux pres - qu'aus- si que les murs blancs

3l 'ôl ruede Ponthieu


O1983 by Edition.s Z5OOBPARIS
pourtouspcvs
lousdroitsréservés
7

Le bleu nuit_ de ses rê - ve - ries m'at - tire


J'ai brû - lé tous mes vieux sou-ve-nirs
',)^. i"-" tL- 5"-t. .. ,.i- e4^f, /{
Ab

Même_ si elle con - nait les mots_ qui dé - chirent_ j'ai pro - mis de ne Ja - mals men - ltr_
De - puis qu'ellea mon cæur en_ point de mire_ et je gar - de mes nou- velles i - mase._
i,-l 4^/) , , t t t i e + . , 4 a , 7 . rta'n' /t)
^ 4".-
LM Ab f v./ T*- ytv^ ,a1{r' t',/) . !a 4ae

A l a tll - le qui--- m'ac - com - pa


Pour la f i l l e a - v e c q u i
'.'uu.i i e "Etu\+
.t -; 7Y1n '4/û ' D
l'.L-
Elle pren - dra_ ja - mais- mon cæur

Ab
I

x S conn

a)

Db6 Db Cm
9
a Y
ll/r
/Al ù I
I I

l--i a : 3
ID'

Elle sait les iles auxquellesje pense On s'estjuré lesmotsdesenfantsmodèles


Et I'autre moitié de mes secrets On setiendratoujoursloin destourbillonsgéans
Je saisqu'uneautrenuit s'avance Jeprendraijamaissoncæurpour un hôtel
Lorsquej'entendsglissersescolliers Elle dira lesmotsquej'attends

Un jour je batirai un empire Elle sait les iles auxquellesje pense


Avec tous nos instantsde plaisirs Et I'autre moitié de mes délires
Pour que plus jamais rien ne m'éloigne' Elle sait déjà qu'entre elle et moi
De la fille qui m'accompagne Plus y'a d'espaceet moins je respire
(Coda, instrumental)
ro

S'E/VALLAIT
LETEMPS
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

A(m)
PalmMute---:-i

2
rAB i -1-2
0 u

(ler coudet8vb)
X

j'at filles----_-.-et
aux--__-.- billes-

: ----/
)- -

i)-

tout mon temps-

nes des fleurs-et


ché mon

GTIF

Tous droits ré3


pour tous pa
PRODUCTIONS
c o 1 9 8 3b r C H A N D E L L E
6 I . ruede Ponthieu 75008Paris
- gné soir je

G/A Am

les feuilles- des pla - tanes- sous les

g-L9._

AL CODAO

le bruit des gui - tares- de

Am
0
rAB t
2
3

pe - tits en -

F7M
- - 0 -
l -
T A B â -
cou - rais

mps s'en

\m

toi mon en fant que j'aime

LJ L]
E
- 00

rAB j

ï t t
l
t
t
T

t
5
l
v

ceux
C
0-
i ' Y v 1-
TAB- i. i- 2 '
3 -

I i,- I mL_-

E
0
0
rAB -9 I
2
z

L J I i LJ L-l l_
(break instrument guitare)

z --
:
:-(l
- - a
- 5J - J
- - I- + iJ - - J - - i
1
i
i

TnB n-J- '' . I Lr -T- l


-lll i - l r i i .Il i + l l
T bt I Lj ' I

5 3 2 -'
ri
s 3 - 5 1 1
bout de ma canne

Am
0-
- 2l -
2-

G
: v

;:

t - I
2
-u ;
l
ll.
(orchestre ad lib.)

E
0
0
I
z
2

i-t-

GIA E
0

rAB -i.
0
_
-r
I

L l
t--
v v

r
I

2 0 -

i utl
Reprisead lib.

D sus4 D add9
0

-)
Et tout le tempsqueje passe 3- Tu vois cesbras de misère 4- Ce matinj'ai joué aux billes
Assis à la mêmeplace Ont fait le tour de la Terre J'ai couru les filles
Justeà bougerles yeux Pour une fille de cheznous J'ai pris tout mon temps
Avec mes vieillesrengaines Ils ont fait sauterles tables J'ai accrochémon cæur
Mon écharpede laine Et desplagesde sable Aux épinesdesfleurs
Même quandle ciel est tout bleu Et deshordesde loups Etj'ai gagnésouvent
Toujoursla voix qui s'embrume On était tellementbien Ce soir j'ai plus de problème
La crainte du rhume On était tellementloin Tout le mondem'aime
Ou le bruit desavions Qu'on était presqueperdu Mais c'estpas pareil qu'avant
Et dansle froid qui s'approche On était tellement haut Parcequ'ilyale
J'ai peur que les cloches Et tellementbeaux Codn:
Chantentbientôt mon prénom Qu'on ne se reconnaîtplus bout de ma canne
I
Je courais(4 fois) On courait (3 fois) les feuillesdesplatanes I l,'
Et le tempss'enallait Et le tempss'enallait Et c'estI'automnetout Ie temps J
Je courais (3 fois) Toi mon enfantquej'aime...
l6

SPECIALE
EDITIOIV
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

T AB

L
D'a-bord-y'a cet - tc

D D7 D 7 D

-TAB

&
L
ë

fille dansla boî-te de verre-qui dit:"bm'nuit à de-main


v

sur un bout-de mu-s4

D D l G D D] D 7 D

T\B
T
Tous droits rtsl
l9lt3 bv CHANDELLE PRODUCTIONS
Pour tous Prrr
Ponthieu 75008 Paris
l7

_des à I'en-vers_ et puis a - près


bons-hon-rnes plus j'é-taislà à huit heures

D] D6D D6 D A7 A A T A
I I I 3- 3 3
.l-^Er 2 2 2 4-2 4 2
Inu 0 0 0 0_- -
I I 1 I

AL COD.{ O

pourlesmau-vai-ses nou-velles elle m'a lais-sé tout seul_a-vec mesen-vies d'elle der-rière son vi-sase

D7 G
0 0
TAB 0 0

Da-v-sa ge de neige_et puis a -près plus rien

D A D7 D]

TAB

(a - prèsje prends
mon pote)

D 7 D DTIG
1
2
9--I 0 r)- -
f r-l
fti
i-t I
plus rien

DTIG D7 D7

purs a - près é-di-tion

D] D

TAB o_

ciale en cou-leur na - tu - relle mes en -


en grandew na -ture-ses yeux sur
D] IG DTIG

TAB

- vles d'elle etpuisa - près


le mur
D D D T D
1-3
2-2
TAB t - 0 f - 0 1 0 - - ï -

é-di-tion é-di-tion

DTIG DTIG

'3
en grandeur na-ture_ sesyeux sur le mur
en cou-leur na- lu - rellemes en - vies d'elle
Dl IG C

TAB

(et puis a-près jecherche

A7
_2__J
TAB l t 2 -4
f 11t lf ' ' 2 2 11
I 0+ Jt--l o0-- i
o |l o TI :i - l ll
+ l l

a - près mi -di

et puis a-près

G add9

Tacet la lère fois

D7lG
0 - 0 ,
0 0 - 00- - - 2
I
2 |
_ï_=_+l r '
? TI ?I f I tI |I 3 . -' 1
| ]
E=-J L_J I_J
é - di -tion-

D] IG DTIG

TAB

T.\B

.\près je prendsmon pote 3- Et puis aprèsje cherche 4- (orchestre)


Sur la radiolocale Quelqu'unqueje connais
.\u milieu d'un discours Qui soit encoredebout 5- Quandje me lève
C'estle tempsqu'il espère Faut pasqueje me leurre La fille dans la boîte de verre
.\u dessusde sonbocal A I'heurequ'il est A déjà dit bonjour
S'il arrive à faire jour On doit pas être beaucoup Mon pote est reparti
Parèequ'il paraîtqu'il y a le feu J'ai du mal à dormir Dans une autre colère
.\ la moitié de la Terre A côté de personne Sur un autrediscours
Et qu'on attenddu mieux Le silencem'attend Mais la nuit arrive vite
Justepour les sagittaires Je I'entendqui résonne A ceux qui ont peur d'elle
"Allez salutbonsoir" Y'a deschosesqu'on évite
Après un dernierverre
Le souffle desétoiles Le bruit quandje raccroche Pasfacile avec elle
Et puis aprèsplus rien Et puis aprèsplus rien Après-midi tranquille
Et puis aprèsplus rien Et puis aprèsplus rien
Coda : Après-midi banal
tRefrain) (Refrain) Et puis après(3 fois)
Edition spéciale(7 fois)
2l

tt

SAIDETMOHAMED
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

Eaddg E Eaddg Baddg B Baddg B

TAB ?

\i
a
Elle
ç

I'hô+el_ les traces de doigts sur lespou-belles_


{,t"1,,l/ ,tLtn- (t ç"' b f,& h[k'^tâ L l"4o "Lnû^r'

4 À
A I'v --,
+-
4
2

O 1983 by CHANDELLE PRODUCTIONS


I Tous droits résenés
61, rue de Ponthieu 75008 Paris pour ious pays
22

" "
- ron-delle au mi - lieu-des cor-beaux_elle
chan-tait Des pe - ra-do moi j'a-vais

Ff Ff,adaq A addg
';-
0
X \-/
u -
X'v/
- '
z:- ,
2,
0.

du re-tard sur le som-meil- je m'é-taisfait dou-bler par le so- leil- elle de I'au-tr

E B

TAB

cô-té du mi-roir elle fai-sait chan-ter les mi-roirs j'ai pas-sé

Ff, F#adds A
0
2
TAB

une heure de sa vie une heure-sous le so-leil d'A1-gé-rie sousla corr-.


^l+ F#
cf- Lfirn/
23

-se des pla-nètes y'a des mo-mentsqu'on re-grette der-rière sespau -

E
0
0
TAB I
2
- --0

t--Ll
piè-res mi-closes je vo-yais plus de gris_que de rose quandje sui.
.r'lim
#- A^ ^,^l+
AlCfr

-o
*z ' . 2-r
1
2-
= -' 'ffiT
[l l i- ]J
| 6
+ 1 I
1
z
I
t -
41 +-+ ,

.._ar-

par ti_ j'ai bien com-pris que je per - dais quel-que chose

AlE A A/C#

(sesen-fants) toi t'en-voiesdir franc.

A
. l - - 4 - - 2
+. -4- ) v -2
- i '
t
^ v
2_
:
u

l l t 1

pour les en-fantsdu Gange- par-ce- que t'as vu_ les pho-tos_ qui dé-rangent t'en-voies
dix francs_

D E
pour les en-fants d'ail-leurs_ parce_ que t'as vu_ les pho-tos_ qui font peur_et elle_ que tu crol\ô

en bas de chez toi oue tu cro|:ê..

TAB

en bas de chez toi (de-puis_ qtr

T.\B

COD.\O

l*
L
l
chan-ter les mi-roirs chan-ter les mi-roirs

A A/C# AIE
2
2
TAB 1.
0 - l

I I

chan-ter les mi-roirs chan-ter les mi-roirs

E
4
rAB i
2-
B F #
- ) l 1 -
4 I ;? iz
TAB =! - - A- _ _.
I| ;i'. i:---
>< iL,_
| | T-r | -. I r , j: J= ,
rI I I I .l) i l l r
LJ L--lJl l l t l I I
i - r|
l/
lLll l-l-

A E
0
0
2
2 -
0

l Sesenfantsqui font rien à l'école


Et qui ont les pochespleinesde tubesde colle
De toute façon personnene t'aide
Quandtu t'appellesSaïdou Mohamed
C'estle ciel en tôle onduléepour toujours
C'estla fenêtresur la troisièmecour
C'estle cri desvoisins plein les oreilles
Et les heuresde mauvaissommeil

Mais si y'a quelqu'unautourqui comprend


Le mauvaisfrançais,le musulman
Sousla coursedesplanètes
Ça seraitbien qu'il s'inquiète
Avant que cespaupièresn'explosent
Qu'ellesprennentce gris en overdose
Quandje suisparti j'ai bien compris
Qu'on y pouvait quelquechose

3- Depuisqueje suis retournéà Marseille


Sesamis n'ont pas de nouvelles
Y'a trop d'hirondelles
Ou trop peu de corbeaux
Elle a dû changerde ghetto
Moi je crois plutôt qu'elle
Changeles drapsd'un autrehôtel
D'autrestracesde doigts
Sur d'aufrepoubelles
De I'autrecôté d'un couloir
Elle doit faire chanterles miroirs

(Coda)
26

QUIDORT
[,E/VFA/VI
- M u s i q u e: G , A U G I E R
P o r o l e s: F r o n c i sC A B R E L e t F r o n c i sC A B R E L
de MOUSSAC

.lufio.i," caddg
6 - 6 6 " 6 6 6 6 6 6-6
TAB -9 9- 9-1 9

Lais-sez rê -ver-l'en-fant- qui dort-


i-, rrru .'{^" v.-r: *lvl/'v:r ,l^ " 11,tttA
ui
(sus4) (sus4) tlft PmglC
0 0 * 0 ' - 0
6 - J 6 - f f
1__5 1 _1_5 1_s ï J_ f"' 0
TAB +-0f|- 0

('n/ J' n' U4 1n"U;t 2 ./!


fç'^-tr
|'ltu 4 ,0 tt*
lc,-l-.'ln- I;t/

aux fu-mées bleues- des- châ-æaux

I OJ 0 I 0 1 0 -
TAB

c,(.t- Vt*,<- lllntvful à* u'L

Wa .\d1 ../\Wavv â l; t 'rJLt4


l/r'-a L u?l lousdroitsrema
e 1983 by CHANDELLE PRODUCTIONS
I pour tous pa!!
6 1. rue de Ponthieu 75008 Paris
27

c'est tou - jours_ pa - reil_

(c)

1 2 . 4s..

tou-jours_pa -reil

Cadd9 G gbtnb
'
* Lrw'rt'rt' Gsus4
A//L. I 4( k-r0
2 - 2 - 0O- 0 0 -
t---t---0
0
1
TAB- 2 0-0

AL CODAO
(ralentirpourfinir)

temps mal-mène_ ces hommes_ qui traînent_ le

Cm7

T A B ' -
-0

phra - sesvides_ leurslar - messèches

Db addslAb

TAB

leursan-néesd'ef-fort
Ebtc
l l
T A B _ , , - _ , . - 9_ l - - ; I,J
28

pa-trouil - le de-hors

j l 4 d , 3 , - 3 DbaddslUb
0 0 0 l l

J J

0 2 1 2

2- Le coin desrues commedesfrontières


Et toujourspenserà se taire
La ville encercléesousle gel
Depuisc'esttoujourspareil

(Refrain)

3- C'està peine si les pavésrésonnent


Sousle pas lourd desmoitiés d'homme
Les mains ferméessur leur colère
Les yeux commeprivés de lumière

(Orchestre)

4- Peut-êtreun jour si Dieu s'enmêle


La pluie remonteraau ciel
Versnos immobilesremords
Mais c'esttoujourspareil dehors

(Refrain)

5- (Orchestre...)
Et si il veut vivre ici longtemPs
(Orchestre...)
Surtoutlaisserrêver I'enfant
29

,,

LEILAETtES CHASSEURS
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

A(m) add9 F TM,.trr|t


o. v - -
t - t l
i v X v -
, t_ l, ,-_

Leï tu sa-vaisles yeux_qu'elle a_quand elle voit s'ap-pro - cher_ les

Am A(m) add9
--0

chas - seurs

I 1983by CHANDELLE PRODUCTIONS Tous droits réservés


6l , rue de Ponthieu 75008 Paris pour tous pays
yeux-qu'elle a-quand elle voit

3ème fois
AL CODA I(

F 7Ml11#

pas la pei - ne de men sait ce que veut-dire

A(m) add9

1
' ses hanctg
ce feu sousles- pau res blanches- qui de
I
I
i e F 7Ml11f
6èmefois 31.
ALCODA 2{}

cesmotshu-mi - desde_ pluie

rAB ;;-;: -i

près les é-clairs fa - ciles

I] D
T
,' 1'- î-- î-
20. ]t=S-
Iran

ils chas - senttous_quel - que chose

coDA 1{}

2
TAB
Am7 D/A
0

TAB

xt

c o D A2 0

ca - chent tous_quel - que chose ils chas - senttous_quel - que chose

TAB
3:]

orchestre ad lib.

Am7

F add9
rT-r
T ^ n )
lAtt _
:; _ i 3

2- Leila elle les connaît trop 4- Ils parlent tellement fort


Faux nez et faux numéros Ils sont tellement nombreux
Même par terre même morts
Qu'un soir de fatigue elle s'endort
Et quand même les plus forts Contre la peaude I'un d'eux
Leurs phrasespleines de détours Pour peu qu'il soit d'une'autresorte
Qui craignent la lumière du jour Un peu moins menteur que les autres
Ils cachenttous quelquechose Elle aura le gris du matin
Ils chassenttous quelquechose Et les fleurs du papier peint

(Refrain) (Refrain puis Codal )

3- Y'a ceux qui pleurentde joie 5- Leïla n'y peut pas grand chose
En ajoutant une croix Si elle a la fraîcheurdesroses
Ceux qui aiment à tout jamais Elle est la cible de vos flèches
Et qui ont un avion juste après Mais c'estpasvous qu'ellecherche
Ceux qui ont des barquessur la Seine Elle rêve d'un fragile, d'un fou
Trop loin pour queje t'y emmène
Qui I'embrasseau quinzièmerendez-vous
Ceux qui ont de I'or plein deschâteaux
Qui tremble en lui prenant la main
Ceux qui ont des ports plein de bateaux Et surtoutqui ne dise rien

6- Lei'la elle les connaît trop


Faux nez et faux numéros
Même par terre même morts
Et quandmême les plus forts
(Coda 2) Ils cachenttous quelquechose
Ils chassenttousquelque
34

DAMED'UNSO/R
- M u s i q u e: G , A U G I E R
P o r o l e s: F r o n c i sC A B R E L de MOUSSAC

Eaddg E E addeA/C# A6 A/Cf,


- -
A/cf A/D
)- - v 4' - - 4 4 2 a
- :\-/
s - -25v - 5
)-
+I -v ,
l - - -- ,
+j \ _- /
-----4 I 7
I : .
z: .
x v
z z
2- 2- -4 ; v
z
4 ' 4 - ,
4 ' - - 4 t

E addg

TAB

1983by CHANDELLEPRODUCTIONS Tous droits Ésnèj


61. ruede Ponthieu75008Pris pour tous pays
\v-v_

ne_quand

A/cf

Je men

Eaddg E E addg A/c# A


4-2 2
5
rAB___ t -z
z

laire laisse toi sou - l e -


h p'{ y,1,w""1 tlr'--- Ylr L',,r .t-1yru-'L

TA

- ver -
fer me les yeux_
r"l*
lÇ^.^ ,d*- r-t,!t*.a
A E Eaddg E
a À -
+
t - a a 1
5 Ji . = v 1 ) - f1
+'
2 j- 1-i-
de hors il pleut-
ul *" P'?-iM hi^tt<t

G D
t '
: . ; .
(l
It - 0-
?-
-l
I
I
I

un peu
F"J/
trt,;ltt 'dl^'t
E

/tn. ,'xr-l'4l7l-

le so leil
a- y'"c^tl^t-/ &.- ;.p4

nou - veau jour quel - qu'un t'at - tend ,


l) /r4-,n t*.-Oy.t 4L Sl/rxr-4
t /
(//* Eaddg E

--r-ll-r
y'..0ir'L^|- F'7-

-ce - an

B B sus4

rAB - *x. 4 - '4 4

Eaddg E A7M/cf A/cf A6lc#

Eaddg E
CODA
0

B sus4 B
2 - 2 2 2
5 4 4 4 5-5 4 4-'4
4 4 4 A A-- A
4 ' 4 4
4-4 4 4 4 + + +
2 2 2 2 2

nou velle

r#tn D
-2:

TAB , , -

roses et blancs les yeux-

Eaddg E

TAB 27-2-

D
2:

TAB

lr ,)
B sus4

TAB 1T

E addg ttvtcfr rycf eorcf


4_4
4_4
/.'*

Eaddg E
- , , - ^ - ^a
-
t5= - s
2 --
-
rAB i-_)

.|
Dame d'un soir je t'imagine sanseffort
Dame d'un soir je te dessinequandje m'endors
Les sirèneste préviennentqu'un voilier approchede ton corps
Plein de rubanset de papillons blancs pour tes ailes d'enfant
Nos épaulesse frôlent nos voiles se fondent au même feu
Nos corps se glissentjusqu'auxplagesd'Atlantis

3- (Orchestre)
Les sirèneste préviennentqu'un voilier approchede ton corps
Plein de rubanset de papillons blancs pour ton ventre d'enfant
Le silenceimmensejuste la musiquede ton cæur
Personneautour que nos haleinesd'amour

Coda : Aquarellenouvelle
Sur des fils de laine roseset blancs
Fermeles yeux dehorsil pleut
Un peu un peu
40

DEI'INIER/FUR
QUEIQU'UN
et musique: Froncis
Poroles CABREL

Am

cha - leur

pour I'a - mour- - tre des pers


Per - sonne au - tour- le ven
qui vio - lent- qui cal - culent et vendent
Ces hommes qui chassent

Ff,m

01983 bv 3l -6l ruede Ponthieu


' Editions Z5OOBPARIS
Tousdroitsréservéspour lousPoYs
4l

par les bou - les d'a - cier et les zé - ros du comp - teur
vou - que j'aille con- fes-ser mes er - reurs

G E

Té - ton - nes pas_ si_ je quel - qu'un


T'é - ton - nes pas_ si_ je
A

Quel - qu'un de

- rieur_
l. J'ai sup - po - sé qu'on s ' h a - b i - t u e _
2.3. C'est pas le cou - rage qui me manque_
n
U
42

Et que ça se - rait ma_ vie J'é - tais un peu mal au dé - but_


Qui m'em - pê - che de sou - nre Y'a des mo - ments tel le - ment beaux_

Bm

mals Je t'as s u - r e qu'au jour - d'hui 1.2. J'en ris plus sou - vent que j'en pleure
y'a qu'le si len - ce pour le dire 3. T'as pris toute la place dans mon cæur

(1
Bm

Je suis quel - qu'un de I'in - té - rieur


Dsus4
2ème fois
a

Je les regardequi dansent


Et qui parlentet qui parlent
Et qui disentplus que ce qu'ils pensent
Qui se séduisentà coup de phrasesde rien du tout
Qui parlenttellement
Qu'ils trouventqueje parle pas beaucoup

Alors ils croient que je suis triste


Mais si je mettais mon cæur là
Au milieu de la piste
Ils verraient des couleurs
Ils saventmême pas qu'elles existenl
(Au pont) Peut-êtreils croient queje suis calrne
Que je compte les étoiles
Au milieu de leur vacarme
Mais si un jour je dévoile
Les secrets de mon âme
(Au pont)

Instrumental ad lib.
43

t ESCHEVAI/ERSCATHARES
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

Daddg D Daddg
2 2 2 o: ' z3- 3
2 o o o
3 3 3 3: 3 3 3
. .) -) -) :) . 1 . ) 1 f 1

Les che-va-liers ce -men

T.{B

D Daddg
_l-!-_3= g._-3_ 3-3-3
r ^ n t - ; : - ,i 1 ; ' - 4- 4z - 4 z z 2
fAB ,.' I : I z^.
Y t - f 1 - l - 0 0 _ _ 0 0 0

tiri3 by CHANDELLE PRODUCTIONS


I I . rue de Ponthieu 75008 Pris Tous droits éservés
pou tous pays
44

cend-

Aaddg A Aadd9
0 0 0 0 0: 0 0'0
; : - : ô ô 0 2 r 0 = 0 0 0
\ - i ' t ) . 1 1 - 2 i :
--i-r,-i
^ a v i : i -t-t i-iZ 1-z z
0 1'1---ff0--0 0- 0 0 0

comrneu-ne der

A
-9--3I
i - - - ' \ \ 4 j - - - ' 2 2 :
I 9:- 9-9I
i : , t t ; ï L , 1 -

*4
6

au mi-lieu du tu-multe

Bmaddg Bm Bmaddg
a -- 2 2 2 2 2 2- 2 2 2
ï- 2 2 2 3 2 ,= , 1 1
- l-' 4 4-q 4 4-4- 4 4 4
TAB 4: v , - 4 4 4 4 4 4 = 4 T 41 4t -
^
2 1 7 1 f f 2 f f t ï

It.z.

en ro be de ci-ment

Aadd9 A Aaddg
) - 1- ' t ' r ) 2 2 -
-j 1 v :
- ^1 7 r : r - { 3-3 3 3- 3
aY i a a i: ) )-') | )-l
--- -r - ---Ï r-1: u -u u-u--r T-1
45

D D sus4
2 2_3 3 3 3
3
) )
3 3 3 3 3
1 1 1 1
3 i - : 3 3 1 33 l : l l i
L Z

I1 - i s: - 8i Bi B B - 8 8 : z- 28
i-i-i-i=-z

AL CODAO

A7 A6A Daddg
-3-?
3 3- -2-0 0-
2 2 - - , 2 i i t , t = t ; 2 ,
rAB l - l -; - }( .4 i zi i (r- 11=iiz ^ t: a i ; i: :. ) )_z z 2
4 1-1 2 f 2 oillltY tr-

CODA
0

' 2 Daddg D
) ) 2 ) ' ) 1 r
i:-1 i 5 : i: i i j : J
TAB--- ?3 i*i i-i|--z-z 2-2-2 )_a_a
0-0

La fuméedesvoitures 3- On les a sculptésdansla pierre 4- N'en déplaisentà ceux qui décident


Les cailloux desenfants Qui leur a casséle corps Du passéet du présent
Les yeux sur les yeux de torture Le visagedansla poussière Ils n'ont que septsièclesd'histoire
Et les poubellesdevant De leur ancientrésor Ils sonttoujoursvivants
C'estquelqu'undu dessusde la Loire Sur le grand panneaude lumière J'entendtoujours le bruit des armes
Qui a du dessinerles plans Racontéaussileur mort Etje vois encoresouvent
Il a oublié sur la robe Les chevaliersCathares Des flammesqui lèchentdesmurs
Les tachesde sang Y pensentencore Et des charniersgéants

5- (reprendrele Ier coupletpuis Coda)


46

IESHEuCOS
TOURNFR
Po r o l eest mu si q u:eF ro n ciCs A B RET

_ ton temps à plan - quer

Fflm

pa - quets de pa - piers blancs tes mor - ceaux d'i - dées notres


Ff,m

tu dé - files Dour trois ti - ckets de res - to

Z5O0BPARIS
' Edrtons3 I ô I ruede Ponthieu
OIgBO bv
Tousdroilsréservéspourfouspoys
47

pars tran

Ffim

Al Coda $

- ner les

Dr

lt t
t--

les cils_ tu sais que mê - me le sang_


48

s'ef - face pau - vres gens en e - xil-

Cfi

pas être leur place_ 3. Y'a des villes

Cil

$ conn

Elle en - tend tour - ner les hé - li - cos

Cfrm Cflm D i l E

elle en - tend
49

Ffim Bsus4Æ

tour - ner les hé - li - cos tour ner les hé - li - cos tour - ner les hé - li - cos tour ner les hé - li - cos

F#m Film

Quand on te parle du diable,tu balancesun peu de sel


'ton
bel imperméablene passepas sousles échelles
T as le chien qui bougela tête à I'arrièrede I'auto
f as deux fois plus d'appétità l'heuredes infos
Quandelle,elle entend,elle entendtournerleshélicos

Y'a des villes qui se réveillentsousles coupsde roquettes


Tu siroteston whisky le cul sur ta moquette
Et même si quelquefoist'asde I'eaudansle regard
A la premièrepub qui passetout le monde se marre
Elle, elle entend.elle entend...

Y'a des villes qui se réveillentsousles coupsde roquette


Tu siroteston whisky le cul sur ta moquette
Tu redemandesen colèreun peu de glaceen morceaux
Pendantqu'à I'autre bout de la terre
Au fond de Soweto
Elle, elle entendtoumer les hélicos
so

L'HOMMEQUIMARCHE
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

| 2 f o
: s l t 1 * 1

-0 0-- '- 0 0 0
0 0 0 0
TAB -1
3 3 - 3 3 I ? 1 3
- f 3 3 1 1 3

AL CODA{

chaque les vi - sa-ges se cachent

C C add9

)- l ) 0 0 0 - - 0 0 - -
TAB o o o - - tI j o Ô A 39 13
3 3-3 . ' J J J l r r l l l 3 l t 3

est ve - nu voir pas-serlhom-mequi marche

Em (add9)

Tous droits résewés


O 1985 by CHANDELLE PRODUCTIONS pour tous Pays
6 l. rue de Ponthieu75008 Paris
/,
t
ça pa -raît_ tell' - ment_ fa - cile

F(add9) G (add9)

\B 5-5-3 3 5 5 3 3 7 1-5-5 7-'7 5- 5


3 * - 3 3 ' 3 3 3

di -rait qu'il est te-nu pardes fils

F(add9) G (add9)

- 5 5- 3 3 -- 5 5 3 3 7'5 7 5-5
3 3 3' 3 --'3 3
l l l

re- gar-dezbien c'estle der

G (add9) C add9

I \B 7 7-5-5

I
e
nouson mar-chaita-vant c'é-tait y'a long - temps c'estpresqueou- bli

C add9 F add9
3
{ n
{tJ 3 3'l - 3 3+
5 fr--.-' 5 5* 1 t|

i'aim'-raisbienI'ai-dermais c'estle der


(Reprise 3ème fois seulemen
pour chorus orchestre)
X

Bbaddg

BDadd9

entreles nu- ages de gaz-et de pous-sière

à cha-que pas com-medes taches de lu - mière ça fait des

F
s3

A
r au pro-chain

/ . ,

;
est ve - nu_voir pas-serlhom-mequi marche

/,,u 0
2 s s#5-5J
J 3 3 3

Reprisead lib.
/n

r
/ , ,

Il en est tellementvenu desgensde toutessortes 4- Au prochain coin de rue I'homme va disparaître


Depuislongtempsdéjà on n'ouvreplus les portes On va rester longtemps le nez à nos fenêtres
Respirerc'esttoute une histoire À se dire qu'on est bien dansnos maisons
TellementI'air est mauvaissur les trottoirs Entre les grilles de fer des aérations

,Refrain) 5- Derrière chaquefenêtre les visagesse cachent


Tout le mondeest venu voir I'hommelui marche...
Entreles avionsles voituresqui sautent
Et les avionsqui tombent (Coda)
Il pourra chercherlongtempsquelqu'un qui lui réponde
Il appellemais on n'ouvrirapas
On s'esttous fait piéger au moins une fois

rRefrain)

(Pont)
54

DE DIRE?
CE QUEJE Y/E/VS
QU'EST
- M u s i q u e: G , A U G I E R
P o r o l e s: F r o n c i sC A B R E L e t F r o n c i sC A B R E L
de MOUSSAC

3
0
0
2

TAB

Coupletff'

sal - le de clas per-son-ne ne mur - mure iuste le

A(m) F

Tous droits réseilés


O 1985by CHANDELLEPRODUCTIONS
6 I . ruede Ponthieu75008Paris Pouf tous Pays
55

-'\
;
mor-ceaude craie_sur_ le mor-ceaude mur j'é-tais mieux_

G A(m)

'.^B --8y 8_8 8 v 8 8 --2 ) ' . . ' - - . ? ' 2 2 - 2 2


1 i-i--ta ---T r-,
2 - 2 2 2 2 0 0-0-J- I f l

-l

;
chezmoi_que dansces li -vresd'his - toire volx de - dans me

:.$

3 3 3

|1.3.

;
va bien (dans les)

\B

l z+
.
I
I
J -
z
"tout "
va bien t'as la tête ail-leurs Jus-qu-a_cque ce
Dm
t--
- :: =\ 0 '

f\B 6=
fou vienne hur - ler dansleshaut-par - leurs veur_qu'est cquejVens de dire

Am7 F add9

veur_qu'est c'quejViers de dire_?" j'é-tais

BDadd9

j'a-vouequej'é-tais ail leurs-

C add9 Bb BDadd9

TAB --? .
J .

[ ] Ï
CODA 57
0

tout ce bruit_au - tour

;1 fl - q_ o-
_À v I
À

3-- 3 3 f--
it ll
-

a
tout ce bruit tout ce bruit au-tour

F add9 Dm
lJ =.
:i
0l- 1

Am7

..8

;
hey qu'est c'que_je viens_de dire?"

t \B
58
.1. .|.

arr - reurs
"qu'est j'viens de dire ? " "qu'est j'viens de dire ? "
ail
c'que c'que

Bb BDadd9 C add9

TAB

Reprisea<

ail-- leum
j'é-tais ail leurs ail-leurs-ail-leurs ail-leurs ail-leurs ail-leurs

Bb BDadd9 AmTlD

I)ens les rangéesdu haut on conjuguele futur 4- Mais y'a quelqu'unqui appelleentreles tourellesdeschar
[:r moij'apprendsla géo sur les plaquesdesvoitures Y'a le doigt qui vise une tête prise au hasard
J .ri bien fait de m'asseoirà côté des fenêtres Je dormais mieux chez moi que sur ces paquetsde sable
"tout "tout
Ilr la voix me dit : va bien t'as la tête ailleurs" Et la voix dedansme dit : va bien t'as la tête ailleurs
i u.qu'à ce que ce fou viennehurler dansles haut-parleurs Jusqu'àce que ce fou vienne hurler dans les haut-parleurs
je " "Rêveurqu'estce que je viens de dire ? " (bis)
Rêreur qu'estce que viensde dire ?

Rtti'ain ) (Refrain)

\ettoyer la boue dansles trous desvesteskakis 5- Aujourd'hui encorej'ai les yeux qui voyagent
"il
F-riter les coupset les ballesau bout des fusils Mais personnene me dérangeon dit : cherchedes imal
"Et
J ei les mainsglacéesdansla cour immense commentvoulez-vousqu'il arrive à écrire
"tout Si vous faites
[:r la voix dedansme dit : va bien"

(Coda) Tout ce bruit autour ?


Tout ce bruit autour ?
"Hey qu'estce queje viens de dire ? "

(Refrain ad libitum)
59

JE TESUIVRAI
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

a t

Am
0
I
-
\B 5-L
0:- :-

a
Y'a plu-siewsmè-ftesd'eau_dans les ruesde ma peine

Am c/B

-,-Z

r
/"
plu-sieurs ton-nesde boue_ dansle flot de mes ve

G Dm
-1_

rlr5 by CHANDELLEPRODUCTIONS Tousdroitsréservés


- I . ruede Ponthieu75008Paris pourtouspays
60

la ri - vière- char-rie-les fils du té - lé -phone

G
l;--l

-l
'- - -'--
-- __-1 2. --9
rAB_i
:a:r
'.-
--
-'L
,-
-
---2 t

a - vec en-core de-dans-mes ap-pels- qui ré-sonnen

la pluie a dé - la - vé tous les mots- quej'in-vente.

Am GÆ

l-r I

les oi -seaux-ont cri - é-pour pas que tu m'en-tendes-


4èmefois fl
AL CODA2O

a..

aux en-droits_où t'é -tais_ y'a des mor+eauxde glace

F G
I
- 2I
J
'..$ 0-
2 0-
-.- ' 2-
-t---
J

l-l I

3ème fois
AL CODA l0

;
et des arbres_en tra-vers_pourpasque je passe

Am
I
'..$
2

t l -l

a..
I - ras te te sur-vrar le te sul-vral

E Am F add9

\B

I ll.

; -

Bb

l/
mêmeau plus pro - fond du si-lence_
- ,^ l+
tr/utl

6 6

jTen-tendsen- core me dire_

D addeÆ# E
-- -2
0-0
-r^D 2 | I
rnu 2 2 2 2 2
5'' 5 2 2
2-' 2 0 0 ffi

on s'ap-pro - che du ciel nos li-vres fer - més_se ba-lancen


rl
- t^a
D add9 b/ul1

6 - 6 - - 4 4 - ' -
TAB

j'veux pas_tom-ber tout seul ber tout seul- j'veux

D addeÆf G

TAB X -
z-

x
pas tom-ber_ tout seul

E
ODA 1 63
o xx
;n
l r

l-ras te te sul-vrar

E
A E/G# E sus4Æ# E sus4
/ ,,, 4 2 2 -
7-.7 2 - 2 2 2
2-2 2-2
2 2 -

tODA 2
ralentir...
0
/"

\ - j'o
a-vantqu'unjour se dire quej'aime quelqu'un d'autre

Am G F add9

rB

\lême quand tu aurasfermé


Ta centainede portes
\Iême quandt'auraspleuré
Pourles enfantsd'un autre
\lême quandtu auraséteint Si tu veux j'aimerai
Ce qui brûlait de mieux Ceux qui te tôuchent
\Iême si tu parsplus loin Ceux qui ont le goût de toi
Que ne portentmes yeux Encoreplein la bouche
Où tu irasje te suivrai Même ceux que je hais
Même ceux que tu aimes
Ilyatellementd'eau
Dans les rues de ma peine
Où tu iras je te suivrai

J't'entendsencoreme dire Il a neigé partout


On s'approchedu ciel Aux rebords des fenêtres
J'veux pas tomber tout seul De cetteville floue
Tomber tout seul De ne plus le connaître
J'veuxpastomber tout seul Encore combien d'hivers
Passerontsousma porte
Avant qu'unjour j'ose dire
Quej'aime quelqu'und'autre
64

GITAIVS
P o r o l e se t m u s i o u e: F r o n c i sC A B R E L

Dm4lA

C add9
3 -.=.- 3 3 ^
TAB r o T i o
2 f f i 2 + 2 f f

tu as lais-sé seul' ment

Dm4lA

i 1985 by CHANDELLE PRODUCTIONS Tous droits résenés


61. rue de Ponthieu75008 Pris pour tous paYS
u - ne vor-ture en mor-ceaux

3 . ^ 3 3 ^ 3

t'aspris teschai-sesde bam - bou ta gur-ta re de rien du tout

? 2 2 . .

r H 3 I 3 1

t'asmis le vent soustâ peau

C add9
? 1 2 2

)
l / "
r t'as ca-res- sé les oi - seaux

/ ,
0
l z z. .s . 5ème fois
AL CODAo

où al - lais tu ?

C add9

TAB

lz.
lt \

j'ai peurdes lu- miè - res desvilles

Em7ll1
67

desgrandes mai-sons des jar-dins tout au-tour

c619
1 1 2

\B _2 +_;

,la
_ l

t r -
I j'aipeurqu'onem-mè - ne d'of-fice

G add9 C add9
3 -: 3 3 '. 3-
2 I - T '-2 ^ ---
..fl 2 f
- o ' 2- 'i-
o +
3

/n,

\ -
au boutdu fu - sil des mi-lices fants de notre a -mour
C add9
? _2
/ +-)
,, ; l ;4 rT-4

/n,
l r -
I

Em9 Em9
I \r1
68 CODA
0

C add9

ralentir...

Em9

TAB

l- T'as mis despierressur le feu J'ai peur des lumièresdesvilles


Les femmesaux longs cheveux Des grandesmaisonsimmobiles
Ont tout lavé dansdes seaux Desjardins bâtis tout autour
Séchéle linge sur desbuissons J'ai peur qu'on emmèned'office
Rentréles gossesdansles camions Au bout du fusil desmilices
Sur les paniersde roseaux Les enfants de notre amour
Et caresséles oiseaux, caresséles oiseaux Ils traitentnos filles de voleuses
Où allais-tu? Du fond de leursmaisonspeureuses
Pleinesde chiensde combat
Ils attachentleurs volailles
Ils surveillentleursferrailles
3- A part les flaquesde boue On ne se ressemble pas...
Et quelquestracesde roues
Tu n'asrien voulu laisser
4- (Orchestre)
T'as mis ta fierté gitane
Aux rideaux des caravanes
Comme des drapeauxpliés 5- Y'a un panneaudepuis
T'as caresséles oiseaux, caresséles oiseaux Emplacementinterdit
Où allais-tu? Comme si il y avait eu la peste
T'as plus qu'à chercherailleurs
Des gensqui aurontmoins peur
En espérantqu'il en reste
Et caresserles oiseaux
69

FNCORFETFNCORF
Po r o l e:sF ro n ciCs A B R E/ LMu si que: RogerSECCO

D'a - bord vos corps quL se sé - parent_ T'es seu - le dans la_
L'ins - tant a - près le vent se dé - chaine_ Les heu - res s'al- longent
\
r 1
Fm7 fm/ Fm7

I t
I a
t l
^ 9 ^
r

9
I
!

ù t
ù
H

t l
v

t t t l

_ lu - mière des phares Et t'en - tends à chaque_ fois que tu res - plres
commme des s e - malnes Tu te re trou - ves_ seule as- sise par terre

Fm7 Ab Ab
H

Comme un bout S U qui se dé - chire


à bon - dir que bruit de por - tière

Ab

O 1985 by Editions
3 I 6l ruede Ponthieu
Z5O0BPARIS
ousdroitsréservés
pourtouspoys
70

_ en - core et en - core_ C'est que le dé - but- d'ac - cord d'ac - cord-

r\l
l)v BbmT BbmT

f| -r' '"'

Fm7

xx
1 . 2 . Q u e l- q u e c h o sur les la

Ab

- mes de ton plan c'est tou - jours_ le mê me film

Eb Fm Fm
7l

T'es tou - te seule


\

T'as per - son ne dp - vant_

Tacet
\ Per - son-ne

B'nr^ Bbm

Fau - drail qu't'ar- rives a en par - ler au pas - sé


Dis toi qu'il e s t de I'au - tre_ cô - té du pôle
Eb

;
Fau - drait qu't'ar- nves à n'plus_ pen - ser à ça Fau - drait que tu I'ou - blies à
\ Dis toi sur - tout qu'il ne re - vien-dra pas Et Ça te fait mar - rer les

Fm Db Ab Eb

I
72

lon - gueur de jour - née


oi - seaux q u i s'en - volenl

Eb

Dbsus2 EbIF

oi - seaux qui s'en - volenl

EbIF

Tu comp - tes les chances


Ebsus4
73

/^

\ i Tu a - vais du con - fon les lu - mières_ d'une é toile_

I
i}
a

et d'un ré - ver Et ça con - ti - nue_ en - core et . en - core

Db

).

c'est que le dé - but___ d'ac - cord d'ac - cord

t )
-xx

t:
Demier refrain :
':nrenuit que la nuit d'avant
.: crles endroitsdeux fois trop grands Y'a descouplesqui se défont
.::',ie\ corTlrTr€
dansdes couloirs Sur les lamesde son plafond
:-r.rnÊ€s pouréviterles miroirs C'esttoujoursle même film qui passe
: -()ntinueencoreet encore T'es toute seuleau fond de I'espace
iue le débutd'accordd'accord T'as personnedevant...personne
74

LISA
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

E'

TAB

BD Bbsus4 Bb

TAB

dans le grand bas- sin


nos barques en Pa - Pler

8 8 -

T AB

AL CODA{

Tous droits réservés


e 1985by CHANDELLE PRODUCTIONS pour rous pays
6 l. rue de Ponthieu 75008 Paris
75

Dre - mrers Din - ceaux de noir_ pour les yeux_

Db AD
^- 1 +
6 6

A
r di - sais_ sou-vent

F/C
6
l0--
10-
8

7-i
,i
- leurs Je cou- rais me ca - cher quand je vou-lais_ quetupleures

F F IC
ll
,:1
tl
Jr

:i

quel-ques hom-mesjouent en - core com-me en - fants cruels


Flt

----9 9

J )

t :

Gm
3- -' ^'3 - 6 6 6
3 3 6* 6 6 6
3 - l t - l
r

i +
76

solr O -des s'en-dort- sous le ciel-

Db Ah

TAB
-tr '6
A-+

It T l r
l-J

F add9/C EV

EI

2-- I
+
- ^a
JOur

Fm C add9
- 7
1\ D
u 8 8 5
8-- 8- t-8 5 ]_-5 1-5

/o
r

CODA
ralentir...
0
.7-
/ t-

,'

DD Ab addg Ab
.-5 5
6 6

t Lt,-
l0
8

. -'.t partoutles mêmes 3- Lisa des soldatssurveillent 4- Lisa accrochéeaux aile


.':rL;es desavions Les camionsde courrier Des oiseauxdissidents
.:.' du mauvaiscôté de I'horizon Tes mots en reviennenttout déshabillés (AL CODA)
- .... trainsqui partent (orchestre)
-'. lrainsde banlieue
.-.:rtendretesmains
: !' r ide au milieu
-:,.rn\ons retombent Quelqueshommesjouent encore
.::t()\cleshôtels Comme desenfantscruels
78

DOCTEUR
- M u s i q u e: J . - P .B U C O L Oe t F r o n c i sC A B R E L
P o r o l e s: F r o n c i sC A B R E L

A7M
2--2 -2

0-0

PM

TAB 0 0 -
0-0

T AB

doc - teur mal_

ua,
- 3 3 2 0
TAB 2 2
0-0
0

198-sby CHANDELLE PRODUCTIONS Tous droits Éservés


6 I . rue de Ponthieu 75008 Pmis pour tous pays
pas_ mal d'an

F#m7 DÆf
2'-'2 2 2 -2
0 _0___J_ 0 0
2. ' _ 2
t-'--I t
/ l-J

der

G6

0-0-0

Y i v
2 0 ll-
Y : .
t
v
2 0 U-1. ; v
U-

mon age est-ce_ que Peux

D/A
2 2-3
- 2 2-2
-);i
{)\ --- ) 2-O
__1
lo: -T


de mon
\ -
F#mz DÆ#
I_,, "-- _
3- 2 3-2

2 2--
t--/l t
v l-J
80

vi - sage

G6
J J J
0 0 0

- ) J

l t

tu ef- faces-

2-2
2-2 2
TAB 2 2 2

Refrain

mon_corps

2-2
TAB

c l - ment-- che - veux- dans la

B(m)

rAB -i- i 1--i


'1J 1,
ll
8l

pein - ture

--i 2 2
2 - - 2
2
2
IAB 3- 3 0 0
2-2-2

A
r -ti

B(m)
- rai plus mals plu - sieurs cou ches de

---4 . 4 n
\B
'-i Li 2
'-
^ A a i ^
I a
1 l 2 2 2
tr l - t lltl t

mille a

2 2 - . - 2
z 2 2 2
2 3 1 - i 2 2 2

/^':

I'ar - gent
\ '

B(m) G

 - u
1
5
1 5
5
3 3 f t ? 3--.-'' l J

A,:
hey_
\ '
Pf,m E sus4 A
l
I1
-les

-
l i-3)

TAB

CODA
0

E sus4
-
[ -- 'n-'-:s-r--__-
'^"
-;,,=
tl :. :v I
n ? ; :. z^-1
ff-- e I-' - 1_:I
H 7, - . - r | ?| - - - - +| 0: v l I
f l - l
It I t t
I ,
1 t l ,
L J V I V
lère fois solo orchestre

moms que mon âge .est-ce_ que

D/A
2 3
2

-t 2-O
0
0-0

r, L
faire mé - nage sur peau_ de mor

F#m7
/ r , 'r- -3 2 - 2 . 2- Y- 2 - . 2
1 0 0 0 0* 0
2 ' 2
L-l I
V

I
l,n 0 - 0 0 0
2

-
rais faire

ir l-

'a: , .\rrcierpourquoi sommes-nousfiers 3- (orchestre) Coda : J'aimeraisfaire moins que mon âe


r'::lc'desrochers Est-ceque tu peux
i-: - .r-.comme du vgffe (Refrain) Faire un peu le ménage
,: - - --:irc' le silex Sur la peaude mon visage
: -"':'.fr\qui passe
:. - : ..lurpasseavec Je préfère le silex
.il :"-"-:J. I,a comme un éCheC Ce tempsqui passe
Et moi qui passeavec
comme un échec
84

PHOIOSDEVOYAGES
Poroles
et musique
. Froncis
CABREL

4èmefoisà laCoda6
XX

l. Com - me I'en - fant des iles_ a - vec rien sur la peau_

G A

qui re - gar - de tran - quille_

croi - ser les pa - que - bots

3l -6l ruede Ponthieu


@1985 by Editions Z5OOBPARIS
pourtouspovs
Tousdroitsréservés
85

Tu des - cends tu t'ap - proches T'as I'ar - gent dans les poches_
\

Tu te prends en pho - to
\

I
àt;

T' D
-l
F+rm

l'ç

son_ temps_ toi_ t'as ton ap - pa - reil_

4
86

Tu crois_ que t'es heu - reux

Tous ces in - sectes par - tout

Ces cham - bres plei - nes de_ sable

Film
87

xx
Ces femmes à ne de bout
Esus4 E
it a a.t al
, I

. l l

l r

) ?

Com - me fant des iles A - vec rien sur Deau

--
l-

\ Qui re - gar - de tran - qurlle

/r

Croi - ser les pa - que - bots_

G A

.lu\o\age T'as tes repasd'affaires Dans le fond de ta ville


'rn. du salon Et tesnuitsde travail T'as remis ton manteau
i - t r ) nv i s a g e Il est assispar terre Quelquefoisça descend
..:- .lc carton Les cheveuxjusqu'àla taille Quinze en-dessous de zéro
r,,lr': à chaussures Il réparela nasse Sur le bord de sa case
.liralures Pour les poissonsqui passent Que la chaleurécrase
. 1. r i i o n La barrièrede corail Il boit le lait de coco
(Refrain) (Refrain)
88

LELAC HUROIV
P o r o l e se t m u s i q u e: F r o n c i sC A B R E L

Palm Mute

-l-\D
|.-\D 2-2 +-2- 2 2 )çe<x
2 2: 2 2 2 )+xxx
0 0 0 0 0 xxxl
I l r l- l L l -- , | . . l

tom - bé au pre-mierma-tin-de-vant mamère


ma mere à ge - noux-

tr
:------
PM

T.\B x
I
2
L
2 < - x-
- nT - 2r t 2) æ 2 € )+<
0 0 0 T _
tt l
l

(,
at
on m'a fait boire le lait des chienschauf

T.\B

sur les cail loux en - core au -


\ é
DIE

/,*u

qri br CHANDELLE PRODUCTIONS Tous droits réservés


r ruc de Ponthieu75008 Paris pour tous paYS
89

- Jour d'hui quandj'ai le sang qui bout_quand je sens que mon te I'o - rage_

DIE

t.\B - ^
a l
t t
I +
A - ^a r
;
5 5 5 5
0 0 0 - - 0 0 0 0

;
je peux hur jus-qu'àce que les_loups

DIE E

\B rr
2- 2 1 ' 2 2 2 )ê-#
t-- --z
+ 1 1 + a +
5 5 5 5 5 i - i0 1 x =x x
0 0 0 0 0 0 o
I I l, 1| | l+r
- - -

vlen -nent me lé - cher

DIE G/A
1
: v
) -
5 -

I 1--
h -
J
( je sa-)

G/A GIA
13
(+-
Itr
(5f r (51

trt [:
ce solr je marche_com-me_ a - vant nous mar - chions-comme- quand l.r

A add9 B addg
90 reprisepour finir
et ALCODA0

é - Tait- large_ au bord_du lac au bord_du lac

Ir
x
Hu - ron (on m'a)

P M P

T.\B

t,
L
monde a tour-né trop vite_il t'a

A A add9

em-por -té tout droit t'as pas eu le temps_de prendre

B A addg

l
l.\B
2
9l

a-vec toi où tu trouv'- ras

A addg

TAB â

A
..-'
2
que ton his-toire esttrop_ jeune_ y'au-raplus son - ne oans

A add9
0
0
2
2
0

I+o* :t\l
E
(on J \u

-'l tl
2 r T 2 z 2 + + + ; æ ) ) X X X X
2 2 2 z : X X X X
0 0 0 0 x)€< 0 0 0 0 0 X X X X
t l
l i
-
TAB

l- Je savaislire les marquesdu temps


Sur les écorcesdesarbres
Je savaiscompterles éclatsde marbre
Sur la peaudes serpents
Ça faisait desmilliers de millions d'années
Que c'étaitsuffisant
Ils sontquandmêmevenuscherchermes enfants
Pour leursécolesfédérales

rRe.frain)
3- On m'a fait vivre pour d'autresrègles
On m'a fait suivred'autreslois
"petit vent ne lève pas
On m'a dit : le se
Sur les plumesdes aigles"
Je ne saisplus reconnaîtretes empreintes
Ni dessinermesdiscours
J'pourraismêmeplus t'écriredesphrasesd'amour
Sur ma figure peinte

(Refrainpuis pont)
4- On a vu tomber aux pieds desvisagespâles
Le dernier caribou
Pendantqu'épuiséil rêvait debout
Contreles murs de toile
Je ne saismême pasce que peuventen penser
Les grandsManitous
Quandla nuit tombeje perdsmon chemin
Danstoutescesnouvellesétoiles

(Refrainpuis Coda)