Vous êtes sur la page 1sur 396

MATÉRIAUX

P0006633

NOR GN TR 13 0012.43

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LES PUBLICATIONS DU QUÉBEC

Tome 7 2013 C1-C4-épine.indd 7 2013-05-28 13:39:53


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
LES PUBLICATIONS DU QUÉBEC

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Cette publication a été préparée par le ministère des Transports du Québec
et produite par :
Les Publications du Québec
1000, route de l’Église, 5e étage
Québec (Québec)
G1V 3V9

La rédaction des présentes normes a été rendue possible grâce à l’étroite collaboration
des nombreuses personnes qui ont travaillé au sein des diverses équipes du comité
ministériel de normalisation.

Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et


uniquement dans le but d’alléger le texte.

La version électronique est disponible à l’adresse suivante :


http://www3.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/produits/ouvrage_routier.fr.html.

© Gouvernement du Québec

ISSN 1927-5455 (PDF)


ISSN 1927-5447 (version imprimée)
ISBN 978-2-551-24806-3 (version imprimée)

Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 4e trimestre de 2013

Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction par quelque procédé que ce soit et la traduction,
même partielles, sont interdites sans l’autorisation des Publications du Québec.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Demande d’information
Pour toute demande de consultation ou de renseignements concernant le présent document,
veuillez communiquer avec la :
Direction du soutien aux opérations
Service des normes et des documents contractuels
700, boul. René-Lévesque Est, 23e étage
Québec (Québec) G1R 5H1
Téléphone : 418 643-1486
Télécopieur : 418 528-1688
Courriel : normes.pub@mtq.gouv.qc.ca

Proposition de modifications (V-2512)


Pour toute demande de modifications concernant le présent document, veuillez utiliser
le formulaire suivant :
Formulaire de proposition de modifications (V-2512),
que vous trouverez sur le site des Publications du Québec :
www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca.
Dans le menu « Produits en ligne »,
choisir la rubrique Ouvrages routiers
puis Joindre le ministère des Transports (Information et proposition).

Selon les cas suivants :


• si vous êtes employé du Ministère, vous devez faire contresigner
votre proposition par le chef de service et le directeur;
• si vous êtes membre d’une association professionnelle telle que
l’ACRGTQ, l’AICQ, l’ACLE, faites parvenir votre proposition par
l’intermédiaire de votre association;
• dans les autres cas, faites parvenir directement votre proposition
par courrier ou par courriel à l’adresse mentionnée ci-dessus.

Commande et abonnement
Si vous désirez commander des livres ou vous abonner à la version électronique de
la collection Normes – Ouvrages routiers, vous pouvez joindre les Publications du Québec :
www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca Téléphone : 418 643-5150
Dans le menu « Produits en ligne », 1 800 463-2100
choisir la rubrique Ouvrages routiers
puis Pour commander.

Révisé en juin 2012


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Proposition de modifications

Identification du document visé


du Québec.

Collection Normes – Ouvrages routiers Collection des documents contractuels Autres documents

Tomes (I à VIII) CCDG – Infrastructures routières – Construction et réparation Précisez :

Chapitre CCDG – Infrastructures routières – Services de nature technique

Section CCDG – Infrastructures routières – Déneigement et déglaçage

Dessin normalisé CCDG – Services professionnels

Identification du demandeur Autorisations

Nom du demandeur (en lettres moulées) Courriel Service Signature du chef de service Date (AAAA-MM-JJ)

Signature du demandeur Date (AAAA-MM-JJ) Téléphone Poste Direction Signature du directeur Date (AAAA-MM-JJ)

Texte existant Proposition ou nouveau texte Justification et impacts

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Ministère des Transports
V-2512 (2012-06) Page 1 de 1
Illustration du formulaire Proposition de modifications (V-2512) disponible en
format, 235 mm  355 mm (8½ po  14 po), sur le site Web des Publications
Mises à jour du
Tome VII – Matériaux

Collection
Tome VII – Matériaux Normes – Ouvrages routiers Date
(numéro de la mise à jour)

Édition originale — 95 05 26

1re mise à jour 3 96 09 23

2e 5 97 06 27

3e 9 99 06 01

4e 11 99 12 01

5e 15 2000 12 01

6e 19 2001 12 15

7e 23 2002 12 15

8e 29 2003 12 15

9e 36 2004 12 15

10e 42 2005 12 15

11e 50 2006 12 15

12e 56 2007 12 15

13e 64 2008 12 15

14e 71 2009 12 15

15e 79 2010 12 15

16e 85 2011 12 15

17e 92 2012 12 15

18e 100 2013 12 15

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Répertoire des mises à jour
Collection Normes – Ouvrages routiers

Pour consulter la liste des mises à jour des années 1995 à 2007, vous devrez dorénavant aller dans le
site Web des Publications du Québec à l’adresse suivante : www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca.
Dans le menu « Produits en ligne », choisir la rubrique Ouvrages routiers puis Répertoire des mises à jour.

N° Date N° Date

58 Tome III – Ouvrages d’art 2008 01 30 80 Tome III – Ouvrages d’art 2011 01 30
59 Tome IV – Abords de route 2008 06 15 81 Tome I – Conception routière 2011 10 30
60 Tome VI – Entretien 2008 06 15 82 Tome II – Construction routière 2011 10 30
61 Tome I – Conception routière 2008 10 30 83 Tome VIII – Dispositifs de retenue 2011 10 30
62 Tome II – Construction routière 2008 10 30 84 Tome V – Signalisation routière Déc. 2011
Volume V – Traffic Control Devices Dec. 2011
63 Tome V – Signalisation routière Nov. 2008
Volume V – Traffic Control Devices Nov. 2008 85 Tome VII – Matériaux 2011 12 15
64 Tome VII – Matériaux 2008 12 15 86 Tome III – Ouvrages d’art 2012 01 30
65 Tome V – Signalisation routière Déc. 2008 87 Tome I – Conception routière 2012 06 15
Volume V – Traffic Control Devices Dec. 2008 88 Tome IV – Abords de route 2012 06 15
66 Tome III – Ouvrages d’art 2009 01 30 89 Tome VI – Entretien 2012 06 15
67 Tome V – Signalisation routière Avril 2009 90 Tome VIII – Dispositifs de retenue 2012 09 30
Volume V – Traffic Control Devices April 2009
91 Tome V – Signalisation routière Déc. 2012
68 Tome IV – Abords de route 2009 06 15 Volume V – Traffic Control Devices Dec. 2012
69 Tome I – Conception routière 2009 10 30 92 Tome VII – Matériaux 2012 12 15
70 Tome VI – Entretien 2009 12 15 93 Tome II – Construction routière 2013 01 30
71 Tome VII – Matériaux 2009 12 15 94 Tome III – Ouvrages d’art 2013 01 30
72 Tome V – Signalisation routière Déc. 2009 95 Tome VIII – Dispositifs de retenue 2013 04 15
Volume V – Traffic Control Devices Dec. 2009
96 Tome I – Conception routière 2013 06 15
73 Tome III – Ouvrages d’art 2010 01 30
97 Tome IV – Abords de route 2013 06 15
74 Tome II – Construction routière 2010 03 30
98 Tome VI – Entretien 2013 06 15
75 Tome I – Conception routière 2010 06 15
99 Tome VIII – Dispositifs de retenue 2013 09 30
76 Tome IV – Abords de route 2010 06 15
100 Tome VII – Matériaux 2013 12 15
77 Tome II – Construction routière 2010 10 30
78 Tome V – Signalisation routière Déc. 2010
Volume V – Traffic Control Devices Dec. 2010
79 Tome VII – Matériaux 2010 12 15

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Introduction
Normalisation
La collection Normes  –  Ouvrages routiers du ministère des Transports
s’inscrit dans un effort d’amélioration et d’uniformisation des pratiques
en matière de conception, de construction et d’entretien routier.
Autant les techniques que les produits évoluent à un rythme toujours
plus rapide. Les percées scientifiques amènent aussi de grands chan-
gements dans la réalisation des aménagements routiers.
La diffusion des façons de faire jugées les plus performantes
permet de positionner les opérations du ministère des Transports dans
un marché en constante évolution. Le partage des connaissances et
de l’expertise favorise l’évolution des façons de faire et l’atteinte des
objectifs de performance et d’uniformité. De plus, la publication des
normes permet d’intégrer de façon formelle toutes les nouvelles pra-
tiques. À défaut de normalisation, certaines innovations demeureraient
marginales et, parfois, passeraient presque inaperçues.
L’utilisation des normes permet aux différents acteurs du domaine
routier de bénéficier d’une expérience inestimable. Alliées au jugement
de chacun, les normes offrent des solutions efficaces en matière de
qualité, de coûts et d’atteinte des objectifs.

Organismes de normalisation
La normalisation est la vocation première de plusieurs organismes,
dont le Bureau de normalisation du Québec (BNQ), l’Office des normes
générales du Canada (ONGC), l’Association canadienne de normali-
sation (CSA). Cependant, ces organismes ont élaboré des normes qui
sont axées davantage sur les besoins de l’industrie que sur ceux du
génie routier. L’Association des transports du Canada (ATC), l’American
Association of State Highway and Transportation Officials (AASHTO), la
Federal Highway Administration (FHWA) et le Transportation Research
Board (TRB), notamment, produisent des publications techniques en
matière de transport. C’est aussi le cas de l’Association mondiale de la
route (AIPCR).
Ce sont autant de partenaires avec lesquels nous devons assurer
des échanges constants pour garantir la qualité de nos propres activités
de normalisation.

Comité ministériel de normalisation


Au ministère des Transports du Québec, les activités de normalisation
sont assurées par le comité ministériel de normalisation, avec le soutien
technique du Service des normes et des documents contractuels de la
Direction du soutien aux opérations. Ce comité a pour mission de coordon-
ner et de superviser la révision des normes de manière à faire bénéficier
les utilisateurs des plus récents progrès technologiques. Douze tables
thématiques relèvent de ce comité ministériel et se partagent l’ensemble
des sujets traités dans la collection Normes – Ouvrages routiers.

i Révisé en juin 2013


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Ces tables sont composées de représentants des directions territo-
riales et des directions centrales concernées, afin de tenir compte des
besoins réels des utilisateurs des normes tout en profitant de l’expertise
des participants.

Application des normes


Les normes sont le fruit de décennies d’expérience et d’innovation.
Elles représentent la meilleure manière de faire dans la très grande
majorité des cas et constituent des références pour les cas particuliers
où des solutions adaptées sont nécessaires. En toutes circonstances,
l’utilisateur devra faire appel à ses connaissances et à son jugement
pour choisir la meilleure manière de faire dans une situation donnée,
les normes ne pouvant remplacer la compétence.
Les normes ont été conçues pour atteindre des objectifs ministériels
et en tenant compte des effets éventuels de leur application. Elles sont
officialisées par les autorités du Ministère. Toutefois, l’ingénieur qui
authentifie ses plans et devis demeure responsable du choix qu’il fait
d’appliquer la norme, soit en totalité, soit en partie.
De manière générale, tout nouveau projet doit être réalisé selon les
critères spécifiés dans les présentes normes. L’actualisation du réseau
routier se fera graduellement, à l’occasion de travaux d’entretien majeurs
ou à l’intérieur de programmes spéciaux d’amélioration1.
Cependant, il se peut que des travaux de reconstruction ne puissent
être réalisés conformément aux présentes normes sans que cela entraîne
des dépenses disproportionnées par rapport aux avantages escomptés.
Dans ce cas, si la sécurité n’est pas en jeu, certains travaux pourront être
effectués conformément aux normes qui étaient en vigueur à l’époque
de la construction de l’ouvrage1.
Les expériences et les innovations sont encouragées; elles doivent
toutefois être justifiées. Ainsi, pour faire l’objet d’une normalisation, une
innovation devra avoir fait ses preuves. Elle devra, à la suite d’essais
d’une durée significative, avoir démontré un rendement égal ou supérieur
à la pratique courante au Ministère.
Enfin, il est important de mentionner que toutes les normes de concep-
tion et de construction doivent être appliquées sous la supervision d’un
ingénieur, comme le prescrit la Loi sur les ingénieurs (RLRQ,  chapitre  I-9).

Utilisation des dessins normalisés


Les dessins normalisés peuvent être référencés directement dans
un devis ou y être reproduits de façon intégrale, sans modification. Le
concepteur qui décide de modifier le contenu d’un dessin normalisé doit
obligatoirement produire un dessin spécifique et le présenter dans un
cartouche approprié, puis l’authentifier conformément aux exigences
du Code de déontologie de l’ingénieur. Le dessin spécifique ne peut en
aucun cas faire référence au dessin normalisé original.

1. Cela ne s’applique pas au Tome V – Signalisation routière en raison de son carac-


tère réglementaire (voir l’avant-propos du ministre dans le Tome V – Signalisation
routière ).

Révisé en juin 2013 ii


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Contenu réglementaire et complément à la norme
La collection Normes – Ouvrages routiers présente trois catégories
d’information indiquées de façon distincte : le contenu réglementaire
(que l’on trouve uniquement dans le Tome V – Signalisation routière)
présenté entre bordures grises; le contenu normatif en lettrage noir;
et le complément à la norme en lettrage italique de couleur bronze.
Le contenu réglementaire et le complément à la norme sont décrits
dans ce qui suit. Ils n’ont pas le même statut que la norme.

Contenu réglementaire
Une grande partie des normes de signalisation routière revêt un
caractère obligatoire. En vertu du Code de la sécurité routière (RLRQ,
chapitre C-24.2), tout gestionnaire de réseau routier est tenu de se
conformer aux normes du Tome V – Signalisation routière lorsqu’une
obligation y est mentionnée.

Complément à la norme
Contrairement à la norme et au règlement, il ne possède pas de
statut particulier. Il s’agit, comme son nom l’indique, de diverses infor-
mations destinées à compléter la norme. Il présente des explications,
des exemples, des solutions de rechange, des références à un ou des
ouvrages complémentaires, des marges de manœuvre ou toute autre
information jugée nécessaire au travail de l’utilisateur de la norme. Il n’a
aucun caractère obligatoire et il a pour seul but de compléter l’informa-
tion par des données que l’on ne veut pas nécessairement normaliser.
Particularité de l’annexe du Tome VIII – Dispositifs de retenue : ce
tome présente en annexe le contenu du guide Dispositifs de retenue –
Guide d’application des normes. Le texte n’a pas été présenté en bronze
pour en faciliter la lecture. Comme indiqué dans la légende de chaque
page et compte tenu du lettrage bronze utilisé pour les titres des pages
et de l’italique du texte, l’annexe est considérée dans son ensemble,
comme un complément à la norme.

Présentation
Les huit tomes des normes de conception, de construction et d’en-
tretien routier du ministère des Transports sont numérotés en chiffres
romains. Chaque tome est divisé en chapitres, numérotés en chiffres
arabes, qui, à leur tour, sont divisés en sections et en sous-sections.
Les dessins normalisés sont quant à eux numérotés avec des nombres
à trois chiffres (001, 002, 003, etc.) afin de les distinguer des numéros
de page (1, 2, 3, etc.).
Les références sont indiquées de la manière suivante :

Dessin normalisé
Tome-chapitre-numéro du dessin
Exemple :
Dessin normalisé II-2-025

iii Révisé en juin 2013


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Norme
Tome, section
Exemple :
Tome I, section 7.1
Dans les tomes I à V et VIII, les figures, les tableaux et les abaques
portent le numéro de la section à laquelle ils se rattachent, suivi d’un
numéro séquentiel.
Exemple :
Figure 7.4–1; première figure de la section 7.4
Les tomes VI et VII, portant sur les travaux d’entretien et les maté-
riaux, ont été subdivisés différemment, de manière à rattacher le numéro
d’une norme à chacun des éléments décrits. Ces tomes ne contiennent
pas de dessins normalisés.
Les références sont donc indiquées autrement. Pour le Tome VI –
Entretien, la numérotation correspond à la liste des Produits et Services
d’exploitation. Pour le Tome VII – Matériaux, les numéros des normes
sont composés du numéro du chapitre dont ils font partie, du numéro
de la section et d’un numéro séquentiel.
Exemple :
Tome VII, norme 3101
31 Chapitre 3, section 3.1
01 Première norme de la section (séquentielle)

Conclusion
Le changement le plus important apporté à cette nouvelle version
des normes est l’introduction de la notion de complément à la norme.
Cette nouvelle catégorie d’information nous permettra de clarifier le
statut que le Ministère entend donner à l’information présentée dans la
collection. Certaines données considérées jusqu’ici comme normatives
pourraient ne plus l’être dans l’avenir.
Il faut se rappeler que le tout continuera à être utilisé sous la super-
vision d’un ingénieur qui a la responsabilité d’appliquer une norme ou
de proposer une autre solution.
Les changements seront apportés progressivement. Certaines don-
nées qui ne pouvaient être présentées dans le cadre normatif habituel
pourront être ajoutées. Avec le temps, cette nouvelle façon de faire
apportera tous les avantages escomptés. Cela devrait permettre une
meilleure compréhension de la norme et de ses répercussions, donc
une meilleure utilisation de celle-ci.

Autorisé pour publication par :


Sous-ministre adjointe
Direction générale des
infrastructures et des technologies Anne-Marie Leclerc, ing., M. Ing.

Révisé en juin 2013 iv


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
TABLE DES MATIÈRES
Tome VII – Matériaux
1 Classification des sols
2 Granulats
3 Bétons et produits connexes
4 Liants et enrobés
5 Armature
6 Pièces métalliques
7 Tuyaux et accessoires
8 Matériaux électriques
9 Matériaux pour l’aménagement paysager
10 Peintures et produits de marquage
11 Bois
12 Sels de déglaçage
13 Géosynthétiques
14 Matériaux divers

Lexique
Le Lexique de la collection Normes – Ouvrages routiers est disponible pour l’ensemble de
la clientèle en version numérique seulement à l’adresse suivante :
http://www3.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/produits/ouvrage_routier.fr.html.

i
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
COLLECTION NORMES – OUVRAGES ROUTIERS

Tome I – Conception routière 8 Revêtement de protection


9 Engazonnement
1 Classification fonctionnelle
10 Arboriculture
2 Cadre environnemental
11 Boîte aux lettres
3 Notions de base en circulation routière
12 Passage à niveau
4 Éléments de la route
5 Profils en travers Tome V – Signalisation routière
6 Tracé et profil
Volume 1
7 Distance de visibilité
8 Carrefours plans 1 Dispositions générales
9 Carrefours dénivelés 2 Prescription
10 Accès 3 Danger
11 Servitude de non-accès 4 Travaux
12 Routes à faible débit Volume 2
13 Dispositifs de retenue (transféré au Tome VIII )
5 Indication
14 Stationnement
6 Marques sur la chaussée
15 Voies cyclables
7 Voies cyclables
16 Approche d’analyse avant une intervention
8 Signaux lumineux
sur une route existante

Tome II – Construction routière Tome VI – Entretien


1 Systèmes de sécurité
1 Terrassements
2 Chaussées
2 Structures de chaussée
3 Systèmes de drainage
3 Drainage
4 Abords de route
4 Bordures
5 Structures et tunnels
5 Musoirs
6 Viabilité hivernale
6 Trottoirs
7 Dispositifs de retenue (transféré au Tome VIII ) Tome VII – Matériaux
8 Clôtures et repères 1 Classification des sols
9 Mesures d’atténuation environnementales 2 Granulats
temporaires
3 Bétons et produits connexes
10 Dispositifs d’alerte
4 Liants et enrobés
Tome III – Ouvrages d’art 5 Armature
1 Classification des ouvrages d’art 6 Pièces métalliques
2 Conception des ouvrages d’art 7 Tuyaux et accessoires
3 Ponts normalisés 8 Matériaux électriques
4 Ponceaux 9 Matériaux pour l’aménagement paysager
5 Murs 10 Peintures et produits de marquage
6 Structures de signalisation, d’éclairage 11 Bois
et de signaux lumineux 12 Sels de déglaçage
7 Inventaire, inspection, évaluation et 13 Géosynthétiques
entretien 14 Matériaux divers

Tome IV – Abords de route Tome VIII – Dispositifs de


1 Architecture de paysage retenue
2 Parcs routiers (chapitre retiré) 1 Dispositions générales
3 Services publics 2 Sécurisation des abords de route
4 Éclairage routier 3 Glissières de sécurité – Conception
5 Postes et aires de contrôle routier et construction
6 Mesures d’atténuation environnementales 4 Dispositifs de retenue frontaux
permanentes 5 Dispositifs de retenue pour chantiers
7 Écrans antibruit 6 Voies de secours
ii
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome

–––
Chapitre

–––
notes gÉnÉrales Page

1
Date

Oct. 2011

Table des matières


But du chapitre 2

Système international 3

Symboles 3

Table d’équivalence 4

Organismes de référence 5

Sigles et sites Internet 5

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre

–––
notes gÉnÉrales
Page
but du chapitre
2
Date

Oct. 2011

Ce chapitre « Notes générales » a été


préparé dans le but de fournir aux différents
utilisateurs des normes des outils de travail
communs. Ce chapitre ne touche que des
éléments de base.
On y trouve les symboles du système
international, la table d’équivalence entre les
systèmes d’unités impériales et métriques
ainsi que l’adresse des sites Internet des
organismes de référence dans le domaine du
transport.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre

NOTES GÉNÉRALES –––

SYSTÈME INTERNATIONAL Page

3
Date

Déc. 2013

Symboles

Unités Symboles Unités Symboles


Kilomètre = km Degré Celcius = °C
Mètre par seconde = m/s
Kilomètre par heure = km/h Gramme = g
Kilogramme = kg
Micromètre = µm
Centimètre = cm Litre = l
Centimètre carré = cm2
Centimètre cube = cm3 Ampère = A
Mètre = m Ohm = Ω
Mètre carré = m2 Mégaohm = MΩ
Mètre cube = m3 Watt = W
Pouce = " Microhenry = µH
Microvolt = µV
Hectare = ha Volt = V
Kilovolt = kV
Newton = N Hertz = Hz
Kilonewton = kN Kilohertz = kHz
Pascal = Pa Mégahertz = MHz
Kilopascal = kPa Lux = lx
Joule = J Candela = cd
Kilojoule = kJ
Décibel = dB
Seconde = s
Minute = min
Heure = h
Jour = d
Année = a

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre

–––
NOTES GÉNÉRALES
Page
SYSTÈME INTERNATIONAL
4
Date

Déc. 2013

Table d’équivalence
Longueur
1 po = 25,4 mm 1 mm = 0,0394 po
1 pi = 0,3048 m 1 m = 3,2808 pi
1 vg = 0,9144 m 1 m = 1,0936 vg
1 mille = 1,6093 km 1 km = 0,6214 mille

Superficie
1 po2 = 645,16 mm2 1 mm2 = 0,0016 po2
1 pi2 = 0,0929 m2 1 m2 = 10,7639 pi2
1 vg2 = 0,8361 m2 1 m2 = 1,196 vg2
1 acre = 0,4047 ha 1 ha = 2,471 acres
1 mille2 = 2,59 km2 1 km2 = 0,386 mille2

Volume
1 pi3 = 0,0283 m3 1 m3 = 35,3147 pi3
1 vg3 = 0,7646 m3 1 m3 = 1,3079 vg3
1 gal Imp = 4,5461 l 1 l = 0,22 gal Imp

Masse
1 oz = 28,3495 g 1 g = 0,0353 oz
1 lb = 0,4536 kg 1 kg = 2,2046 lb
1 tonne (2000 lb) = 0,9071 t 1 t = 1,1023 tonne (2000 lb)

Force
1 lb-force = 4,4482 N 1 N = 0,2248 lb-force
1 tonne-force = 8,8964 kN 1 kN = 0,1124 tonne-force

Pression
1 lb/po2 = 6,8948 kPa 1 kPa = 0,145 lb/po2
1 ton/po2 = 13,7895 MPa 1 MPa = 0,0725 ton/po2

Éclairement
1 pi/bougie = 10,7643 lux 1 lux = 0,0929 pi/bougie

Luminance
1 pied-lambert = 3,426 cd/m2 1 cd/m2 = 0,292 pied-lambert

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre
NOTES GÉNÉRALES –––
ORGANISMES DE RÉFÉRENCE Page

Sigles et sites Internet 5


Date

Déc. 2013

Pour connaître l’adresse et le numéro de téléphone d’un ministère ou d’un organisme,


veuillez consulter leur site Internet.

ACSTA Administration canadienne de AWS American Welding Society


la sûreté du transport aérien
www.aws.org
www.catsa-acsta.gc.ca
AEMA Asphalt Emulsion
AASHTO American Association of State Manufacturers Association
Highway and Transportation
www.aema.org
Officials
www.transportation.org AI Asphalt Institute
www.asphaltinstitute.org
ACI American Concrete Institute
www.concrete.org ACA Association canadienne
d’acoustique
ANSI American National Standards www.caa-aca.ca
Institute
www.ansi.org CSA Association canadienne
de normalisation
APWA American Public Works www.csa.ca
Association
www.apwa.net CGA Association canadienne
du gaz
ASTM American Society for Testing www.cga.ca
and Materials
www.astm.org ACRGTQ Association des constructeurs
de routes et grands travaux
ASME American Society of du Québec
Mechanical Engineers www.acrgtq.qc.ca
www.asme.org
APRTQ Association des parcs de
AWWA American Water Works recherche et technopoles
Association du Québec
www.awwa.org www.newswire.ca

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre

––– NOTES GÉNÉRALES


Page ORGANISMES DE RÉFÉRENCE
6 Sigles et sites Internet
Date

Déc. 2013

ATC Association des transports CSST Commission de la santé et


du Canada de la sécurité du travail
www.tac-atc.ca www.csst.qc.ca

AFNOR Association française –– Commission de toponymie


de normalisation du Québec
www.afnor.org www.toponymie.gouv.qc.ca

AIPCR Association mondiale de CTQ Commission des transports


la route du Québec
www.piarc.org www.ctq.gouv.qc.ca

AQTR Association québécoise du CCN Conseil canadien des normes


transport et des routes www.scc.ca
www.aqtr.qc.ca
CIFQ Conseil de l’industrie
ATRAQ ATR associées du Québec forestière du Québec

www.atraq.com www.cifq.com

FAA Federal Aviation


BNQ Bureau de normalisation Administration
du Québec
www.faa.gov
www.bnq.qc.ca
FHWA Federal Highway
CRIQ Centre de recherche Administration
industrielle du Québec
www.fhwa.dot.gov
www.criq.qc.ca
FQM Fédération québécoise
CAA Club automobile du Québec des municipalités

www.caaquebec.com www.fqm.ca

GDT Georgia Department


CCN Commission de la capitale of Transportation
nationale du Canada
www.dot.ga.gov
www.canadascapital.gc.ca
HQ Hydro-Québec
www.hydroquebec.com

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre
notes gÉnÉrales –––
organismes de référence Page

Sigles et sites Internet 7


Date

Déc. 2012

IESNA Illuminating Engineering MTQ Ministère des Transports


Society of North America du Québec
www.iesna.org www.mtq.gouv.qc.ca

ITE Institute of Transportation MDDEFP Ministère du Développement


Engineers durable, de l’Environnement,
de la Faune et des Parcs
www.ite.org
www.mddefp.gouv.qc.ca
IMSA International Municipal
Signal Association –– Ministère du Tourisme
du Québec
www.imsasafety.org
www.tourisme.gouv.qc.ca
LCPC Laboratoire Central des Ponts
et Chaussées NCHRP National Cooperative Highway
Research Program
www.lcpc.fr
www.trb.org/CRP/NCHRP/NCHRP.asp
LAC Laboratoires des assureurs
du Canada inc. NEMA National Electrical
Manufacturers Association
www.ul.com
www.nema.org
MAMROT Ministère des Affaires
municipales, des Régions et –– NAV CANADA
de l’Occupation du territoire
www.navcanada.ca
www.mamrot.gouv.qc.ca
ONGC Office des normes générales
MRN Ministère des Ressources du Canada
naturelles
www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/ongc-cgsb
www.mrn.gouv.qc.ca
OTC Office des transports
MTO Ministère des Transports du Canada
de l’Ontario
www.cta-otc.gc.ca
www.mto.gov.on.ca
OQLF Office québécois de la langue
MTNB Ministère des Transports française
du Nouveau-Brunswick
www.oqlf.gouv.qc.ca
www.gnb.ca

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

–––
Chapitre

––– notes gÉnÉrales


Page organismes de référence
8 Sigles et sites Internet
Date

Déc. 2012

OACI Organisation de l’aviation FED-STD United States Federal Standard


civile internationale
www.fed-std-595.com
www.icao.int
–– Vélo-Québec
ISO Organisation internationale de
www.velo.qc.ca
normalisation
www.iso.org/iso/fr

MPO Pêches et Océans Canada


www.dfo-mpo.gc.ca

SAAQ Société de l’assurance


automobile du Québec
www.saaq.gouv.qc.ca

SSPC Society for Protective Coatings


www.sspc.org

SAE Society of Automotive


Engineers
www.sae.org

SM Standard Methods for the


Examination of Water and
Wastewater
www.standardmethods.org

TRB Transportation Research


Board
www.trb.org

TC Transports Canada
www.tc.gc.ca

UMQ Union des municipalités


du Québec
www.umq.qc.ca

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

vII
Chapitre

1
Classification des sols Page

i
Date

2009 12 15

Table des matières


1.1 Classification des sols
1101 Classification des sols

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


classification des sols Tome

VII
1.1 Classification des sols
Chapitre Norme

1 1101
Page
Classification des sols 1 4
NORME
de

Date

2009 12 15

1. Objet Les termes définis ci-dessous se


rapportent à la classification des sols
La présente norme a pour objet de déter- selon leur granularité et leurs limites de
mimer les exigences du Ministère en ce qui consistance :
a trait à la classification des sols basée sur
la granularité et les limites de consistance. Blocs (B)
Éléments d’un sol de dimensions supérieures
à 300 mm.
2. Références
Cailloux (Q)
La présente norme renvoie à l’édition Éléments d’un sol de dimensions inférieures
la plus récente de chacun des documents à 300 mm et retenus sur le tamis de 80 mm.
suivants : Gravier (G)
Éléments d’un sol passant le tamis de 80 mm
Normes et retenus sur le tamis de 5 mm.
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING Pierre (P)
AND MATERIALS Éléments minéraux dont les dimensions sont
ASTM D2487 « Standard Test Method supérieures à 5 mm. Le pourcentage de pierre
for Classification of Soils for Engineering dans un sol est exprimé par la proportion
Purposes ». des éléments retenus sur le tamis de 5 mm.
Le terme « pierre » désigne les graviers, les
BUREAU DE NORMALISATION cailloux et les blocs.
DU QUÉBEC Sable (S)
NQ 2501–025 « Sols – Analyse granulomé- Éléments d’un sol passant le tamis de 5 mm
trique des sols inorganiques ». et retenus sur le tamis de 80 µm.
CAN/BNQ 2501–090 « Sols – Détermination Silt (M)
de la limite de liquidité à l’aide de l’appareil Éléments d’un sol passant le tamis de 80 µm
de Casagrande et de la limite de plasticité ». et qui démontrent une plasticité faible ou nulle,
CAN/BNQ 2501–092 « Sols – Détermination et dont la résistance mécanique est faible ou
de la limite de liquidité à l’aide du pénétro- nulle après séchage à l’air. Aux fins de clas-
mètre à cône et de la limite de plasticité ». sification, un silt est un sol à grains fins dont
l’indice de plasticité est inférieur à 4, ou dont
3. Définitions l’indice de plasticité par rapport à la limite
de liquidité se situe sous la ligne « A » du
Les définitions suivantes s’appliquent à la diagramme de plasticité de la figure 1101–1.
présente norme :
Argile (C)
Sols Éléments d’un sol passant le tamis de 80 µm
En termes d’infrastructures de transport, et qui démontrent une plasticité variant
matériaux d’origine minérale composés de selon la teneur en eau et une forte résistance
particules ou de fragments de pierre, de mécanique après séchage à l’air. Aux fins de
gravier, de sable, de silt ou d’argile, pouvant classification, une argile est un sol à grains
être en place ou étant rapportés, générale- fins dont l’indice de plasticité est égal ou
ment de déblais, d’excavations, de carrières, supérieur à 4, et dont l’indice de plasticité par
Contenu normatif

de sablières ou de chambres d’emprunt, et rapport à la limite de liquidité se situe sur la


pouvant comprendre certains sous-produits ligne « A » du diagramme de plasticité de la
industriels. figure 1101–1 ou au-dessus.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome classification des sols
VII
1.1 Classification des sols
Chapitre Norme

1 1101
Page

2 4 Classification des sols


NORME
de

Date

2009 12 15

Sols organiques (PT) de la limite de liquidité à l’aide de l’appareil


Sols contenant des matériaux d’origine de Casagrande et de la limite de plasticité » et
organique, principalement végétale, provenant CAN/BNQ 2501–092 « Sols – Détermination
de la flore naturelle, constitués de particules de la limite de liquidité à l’aide du pénétromètre
combustibles dont la dimension varie de la à cône et de la limite de plasticité ».
grosseur moléculaire à celle de fibres de Si le sol contient 10 % ou plus d’éléments
plusieurs centimètres de longueur. supérieurs à 80 mm, ces éléments sont
Coefficient de courbure (Cc ) classifiés selon la méthode présentée à la
Rapport (D30 )2/(D10 x D60 ), où D60, D30 et D10 section 4.1. La classification ainsi obtenue est
sont les diamètres des particules, correspon- combinée à la « Classification unifiée » de la
dant respectivement à 60 %, 30 % et 10 % façon indiquée à la section 4.2.
du passant cumulatif provenant de la courbe
granulométrique de la fraction passant le 4.1 Classification des sols à
tamis de 80 mm.
grains extra-gros
Coefficient d’uniformité (Cu )
Rapport D60 /D10, où D60 et D10 sont les diamè- La classification des sols à grains extra-
tres des particules, correspondant respecti- gros considère uniquement la partie de
vement à 60 % et 10 % du passant cumulatif l’échantillon dont les éléments sont supé-
provenant de la courbe granulométrique de la rieurs à 80 mm.
fraction passant le tamis de 80 mm. – Si moins de 20 % des éléments sont infé-
rieurs ou égaux à 300 mm, donner au sol
4. Classification des sols selon la classification « blocs », B.
leur granularité et leurs limites – Si de 20 % à 50 % des éléments sont infé-
rieurs ou égaux à 300 mm, donner au sol
de consistance la classification « blocs et cailloux », BQ.
La classification des sols décrite au – Si de 50 % à 80 % des éléments sont infé-
tableau 1101–1 comporte deux niveaux de rieurs ou égaux à 300 mm, donner au sol
classification. Le premier niveau classe la la classification « cailloux et blocs », QB.
partie d’un sol dont les éléments sont supé- – Si 80 % ou plus des éléments sont infé-
rieurs à 80 mm. Ces éléments sont identifiés rieurs ou égaux à 300 mm, donner au sol
aux sols à grains extra-gros. Le deuxième la classification « cailloux », Q.
niveau correspond à la « Classification
unifiée » décrite dans la norme ASTM D2487 La détermination des pourcentages
« Standard Test Method for Classification of d’éléments supérieurs à 80 mm et à 300 mm
Soils for Engineering Purposes ». La « clas- peut être faite visuellement, par estimation
sification unifiée » considère uniquement la des volumes des gros éléments exposés (et
partie d’un sol passant le tamis de 80 mm réévaluée en termes de masse), ou effectuée
dont la granularité est établie selon la norme directement par mesure des masses et des
NQ 2501–025 « Sols – Analyse granulométri- dimensions en utilisant une méthode appro-
que des sols inorganiques » et dont les limites priée. Dans ce cas, la masse de l’échantillon
de consistance sont évaluées selon les normes doit être en relation avec la dimension maxi-
CAN/BNQ 2501–090 « Sols – Détermination male des éléments constituants.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


classification des sols Tome

VII
1.1 Classification des sols
Chapitre Norme

1 1101
Page
Classification des sols 3 4
NORME
de

Date

2009 12 15

4.2 Combinaison des


classifications
Lorsque le sol contient 50 % ou plus d’élé-
ments supérieurs à 80 mm, les codes des sols
à grains extra-gros sont indiqués devant les
codes obtenus de la « Classification unifiée »
(exemple : QB/GP).
Lorsque le sol contient moins de 50 %
d’éléments supérieurs à 80 mm, les codes
des sols à grains extra-gros suivent ceux
obtenus de la « Classification unifiée » (exem-
ple : GM/Q).
Si le sol contient moins de 10 % d’élé-
ments supérieurs à 80 mm, les codes des
sols à grains extra-gros ne sont pas ajoutés
à ceux obtenus de la « Classification unifiée ».
Pour une description globale des sols
contenant des éléments supérieurs à 80 mm,
le calibre du sol et le pourcentage de pierres
doivent être ajoutés à la suite des codes
combinés présentés au tableau 1101–1.

Exemple :
GW/QB (400–0 mm) 65 % P.
Ce sol contient au moins 50 % de sols à gros
grains et à grains fins, et entre 10 % et 50 %
de sols à grains extra-gros dont la dimension
maximale est de 400 mm. De plus, ce sol
con-tient 65 % de particules supérieures à
5 mm.

Exemple :
GM (150–0 mm) 45 % P.
Ce sol contient 90 % et plus de sols à gros
grains et à grains fins, et moins de 10 % de sols
à grains extra-gros dont la dimension maximale
est de 150 mm. De plus, ce sol contient 45 %
de particules supérieures à 5 mm et plus de
12 % de particules inférieures à 80 µm.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


4
Tableau 1101–1

1
Chapitre
Classification des sols

de

Date
VII

Page
Tome

Symboles
Principales divisions Description Critères de classification
Code Symbole

2009 12 15
Norme

1101
Blocs (B) B Blocs Si moins de 20 % des éléments sont inférieurs ou égaux à 300 mm,
donner au sol la classification « blocs », B.
Éléments > 300 mm
BQ Blocs et cailloux Si de 20 % à 50 % des éléments sont inférieurs ou égaux à 300 mm,
donner au sol la classification « blocs et cailloux », BQ.
Cailloux (Q) QB Cailloux et blocs Si de 50 % à 80 % des éléments sont inférieurs ou égaux à 300 mm,

Niveau 1
donner au sol la classification « cailloux et blocs », QB.

Sols à grains
Éléments > 80 mm
Q Cailloux Si 80 % ou plus des éléments sont inférieurs ou égaux à 300 mm,

extra-gros > 80 mm
et ≤ 300 mm
donner au sol la classification « cailloux », Q.
Graviers (G) Graviers GW Gravier bien gradué, mélange gravier– C  4 et 1 ≤ C ≤ 3
u c
Moins propres sable. Peu ou pas de grains fins.
de 50 % GP Gravier mal gradué, mélange gravier– C < 4 ou 1 > C > 3
u c
passent le sable. Peu ou pas de grains fins.
tamis de Graviers GM Gravier silteux, Limites de consistance sous la ligne « A » du diagramme de Les limites de consistance situées
5 mm (2,3) plasticité de la figure 1101–1 ou indice de plasticité inférieur à 4. dans la zone hachurée du
avec grains mélange gravier-sable-silt.
diagramme de plasticité de la
fins GC Gravier argileux, Limites de consistance au-dessus de la ligne « A » du diagramme figure 1101–1 requièrent un
de plasticité de la figure 1101–1 et indice de plasticité supérieur à 7.
mélange gravier-sable-argile. symbole double.

Sables (S) Sables SW Sable bien gradué, mélange sable – C  6 et 1 ≤ C ≤ 3


u c
50 % propres gravier. Peu ou pas de grains fins.
ou plus SP Sable mal gradué, mélange sable –

Sols à gros grains (1)


Cu < 6 ou 1 > Cc > 3
passent le gravier. Peu ou pas de grains fins.
classification des sols

tamis de Sables avec SM Sable silteux, mélange sable-silt. Limites de consistance sous la ligne « A » du diagramme de Les limites de consistance situées
plasticité de la figure 1101–1 ou indice de plasticité inférieur à 4. dans la zone hachurée du
5 mm (2,3) grains fins diagramme de plasticité de la
Limites de consistance au-dessus de la ligne « A » du diagramme
1.1 Classification des sols

Sable argileux, mélange sable-argile.

Moins de 50 % passent le tamis de 80 µm


SC figure 1101–1 requièrent un
de plasticité de la figure 1101–1 et indice de plasticité supérieur à 7.
Classification des sols

symbole double.

Niveau 2
Silts et argiles ML Silt inorganique, poussière de roche, Figure 1101–1
sable très fin silteux ou argileux,
WL ≤ 50
silt argileux de faible plasticité. Diagramme de plasticité
CL Argile inorganique de faible plasticité,
argile graveleuse, sableuse, silteuse.
OL Silt organique, mélange silt-argile
organique de faible plasticité.
Silts et argiles MH Silt inorganique et sable très fin
ou silteux de grande plasticité.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


WL > 50

Sols à grains fins (1)


CH Argile inorganique de grande
plasticité.
OH Argile organique et silt organique

50 % ou plus passent le tamis de 80 µm


de plasticité moyenne à grande.
Sols organiques f Terre noire et autres sols
PT très organiques, tourbe.
a
Notes : PTf = fibreuse PTa = amorphe
Pour la classification des sols à grains fins et de la fraction fine
1. Fraction de sol passant le tamis de 80 mm. des sols à gros grains.
Les limites de consistance situées dans la zone hachurée requiè-
2. Fraction de sol passant le tamis de 80 mm et retenue sur le tamis de 80 µm. rent un symbole double.
3. Classification basée sur le pourcentage de silt et argile : moins de 5 % passent
NORME

Équation de la ligne « A »,


le tamis de 80 µm : GW, GP, SW, SP. Plus de 12 % passent le tamis de 80 µm : horizontale à lP = 4 jusqu’à WL = 25.5, puis lP = 0.73 (W L –20)
GM, GC, SM, SC. De 5 % à 12 % passent le tamis de 80 µm : symbole double. Équation de la ligne « U »,
verticale à WL = 16 jusqu’à lP = 7, puis lP = 0.9 (WL –8)

Contenu normatif
Tome

vII
Chapitre

2
Granulats Page

i
Date

2008 12 15

Table des matières


2.1 Granulats
2101 Granulats

Normes archivées (1)
Norme (dernière version active) Remarque Archivée le
2102 Matériaux granulaires pour fondation, Norme retirée, se référer à 2007 12 15
sous-fondation, couche de roulement granulaire la norme NQ 2560–114.
et accotement (2005 12 15)
2103 Matériaux granulaires pour coussin, Norme retirée, se référer à 2007 12 15
enrobement, couche anticontaminante la norme NQ 2560–114.
et couche filtrante (2004 12 15)

1. Ces normes ont été retirées ou fusionnées et ne sont plus présentées dans le présent document.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


GRANULATS Tome

VII
2.1 Granulats
Chapitre Norme

2 2101
Page
Granulats 1 de 5
NORME Date

2007 12 15

1. Objet Classe granulaire


La classe granulaire est définie par deux
La présente norme a pour objet de dimensions d’ouverture de mailles carrées,
déterminer les termes relatifs aux granulats données dans le tableau 2101–1, avec des
utilisés dans le domaine du génie civil, de conditions déterminées de passants et de
définir la notion de classe granulaire et de refus.
classer les granulats selon leurs caractéris-
tiques intrinsèques et leurs caractéristiques Courbe granulométrique
de fabrication. Représentation graphique de la répartition
dimensionnelle cumulée des particules de
granulat (voir figure 2101–1).
2. Références
Criblure
La présente norme renvoie à l’édition la Granulat fin issu du concassage et dont 100 %
plus récente des documents suivants : des particules sont fracturées.
Filler
NORMES : Granulat fin dont les dimensions sont compri-
ses entre 0 et 315 µm.
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU Fines
QUÉBEC, LABORATOIRE DES Partie du granulat dont les particules sont de
CHAUSSÉES dimensions comprises entre 0 et 80 μm.
LC 21–040 « Analyse granulométrique ». Fuseau granulométrique
LC 21–070 « Détermination du pourcentage Zone délimitée par deux courbes granulomé-
d'usure par attrition du gros granulat au moyen triques non sécantes (voir figure 2101–1).
de l’appareil Micro-Deval ». Fuseau granulométrique de fabrication
LC 21–080 « Détermination du pourcentage Le fuseau granulométrique caractéristique
de friabilité des granulats fins ». d’une production donnée est défini par deux
LC 21–100 « Détermination du pourcentage courbes granulométriques enveloppes éta-
de particules fracturées du gros granulat ». blies sur la base des relations : passant
moyen + 2 écarts-types et passant moyen – 2
LC 21–101 « Détermination du pourcentage écarts-types pour chaque dimension.
d’usure par attrition du granulat fin au moyen
de l’appareil micro-Deval ». Un minimum de 10 analyses granulométriques
est nécessaire pour définir ce fuseau (voir
LC 21–265 « Détermination du pourcen- figure 2101–1).
tage de particules « plates » et de particules
« allongées ». Fuseau granulométrique de régularité
Le fuseau granulométrique de régularité
LC 21–400 « Détermination de la résistance définit les tolérances de dispersion maximales
à l’abrasion au moyen de l’appareil Los admissibles des passants, ou « étendues », à
Angeles ». des dimensions de tamis déterminées. C’est la
zone dans laquelle doivent se situer 95 % des
3. Définitions courbes obtenues au cours du contrôle.
Les définitions suivantes s’appliquent à la Un minimum de 10 analyses granulométriques
présente norme. est nécessaire pour définir ce fuseau (voir
Contenu normatif

Ballast figure 2101–1).


Gros granulat dont les dimensions sont com-
prises entre 20 mm et 50 mm.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome GRANULATS
VII
2.1 Granulats
Chapitre Norme

2 2101
Page

2 de 5 Granulats
Date NORME
2007 12 15

Fuseau granulométrique de spécification Graves


Fuseau granulométrique, propre à chaque Matériaux à granularité continue dont les
emploi, dans lequel doit se trouver la courbe dimensions sont comprises entre 0 et une
granulométrique moyenne du matériau dimension maximale comprise entre 5 mm
fabriqué (voir figure 2101–1). et 80 mm.
Granularité Gravillons
Répartition dimensionnelle des particules Granulats dont les dimensions sont compri-
d’un granulat. ses entre 2,5 mm et 31,5 mm.
Granulat Gros granulat
Matériau sans cohésion, formé de particules Partie du granulat dont les particules sont de
dont les dimensions sont comprises entre dimensions comprises entre 5 mm et 125 mm.
0 et 125 mm. Grosseur maximale
Granulat fin Dimension d’ouverture de mailles carrées,
Partie du granulat dont les particules sont de donnée dans le tableau 2101–1, à travers
dimensions comprises entre 0 et 5 mm. laquelle passent 100 % de la quantité du
Granulométrie granulat.
Détermination des dimensions des particu- Sable
les d’un granulat, données par des tamis de Granulat fin n’ayant pas subi de concassage.
contrôle à mailles carrées.

Contenu normatif

Figure 2101–1
Analyse granulométrique

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


GRANULATS Tome

VII
2.1 Granulats
Chapitre Norme

2 2101
Page
Granulats 3 de 5
NORME Date

2007 12 15

4. Classes granulaires Les produits 1,6 D; 1,6 d; 0,6 d et (d + D)/2


conduisent parfois à des dimensions légè-
rement différentes de celles des tamis du
4.1 Dimensions utilisées tableau 2101–1. Il faut alors choisir la dimen-
pour la définition des classes sion du tamis la plus proche.
granulaires
4.2.1 Classes granulaires d/D
Les caractéristiques granulométriques Les classes granulaires d/D (voir figure
des granulats sont déterminées selon la 2101–2) où d ≥ 2,5 mm doivent satisfaire aux
méthode d'essai LC 21–040 « Analyse gra- conditions suivantes :
nulométrique », en fonction de la grosseur
de leurs particules, mesurées au moyen de – D/d ≥1,4;
tamis à mailles carrées de la série présentée – le passant sur le tamis D est compris
au tableau 2101–1. entre :
– 99 % et 85 % si D > 1,6 d
– 99 % et 80 % si D ≤ 1,6 d
Tableau 2101–1 – le passant sur le tamis 1,6 D est 100 %;
Ouverture des mailles carrées des tamis (mm)
– le passant au tamis d est compris entre :
0,080 0,800 8,00 50,00 – 15 % et 1 % si D > 1,6 d
0,100 1,00 10,00 (1) (56,00) (1) – 20 % et 1 % si D ≤ 1,6 d
0,125 1,25 12,50 63,00 – le passant au tamis 0,6 d est inférieur à :
0,160 1,60 (14,00) (1) 80,00 (1) – 3 % si D > 5 mm
0,200 2,00 16,00 100,00 – 5 % si D ≤ 5 mm
0,250 2,50 (1) 20,00 (1) (112,00) – le passant à (d + D)/2 est compris entre :
0,315 3,15 25,00 125,00
– 25 % et 75 % si D < 2,5 d
0,400 4,00 (28,00) (1) (classe serrée)
0,500 5,00 (1) 31,50 – 33 % et 66 % si D ≥ 2,5 d
0,630 6,30 40,00 (1) (classe étalée)
1. Dimension recommandée pour la dénomination – l’étendue maximale du fuseau de régula-
des classes granulaires. rité est de :
() Tamis supplémentaire par rapport à la série – 14 % à d et D et 35 % à (d + D)/2
normale de progression géométrique de raison
10
V10 = 1,2589.
si D < 2,5 d
– 10 % à d et D et 25 % à (d + D)/2
si D ≥ 2,5 d.
4.2 Définition des classes 4.2.2 Classes granulaires 0/D
granulaires Lorsque d est inférieur à 2,5 mm, la classe
Les classes granulaires sont définies par granulaire est appelée 0/D. Dans ce cas :
d et D, qui représentent respectivement la – le passant sur le tamis D est compris entre
Contenu normatif

plus petite et la plus grande des dimensions 99 % et 85 %;


de la classe.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome GRANULATS
VII
2.1 Granulats
Chapitre Norme

2 2101
Page

4 de 5 Granulats
Date NORME
2007 12 15

– l’étendue maximale du fuseau de régula-


rité sur le tamis de 80 μm est de :
– 4 % si le passant est inférieur à 12 %;
– 6 % si le passant est supérieur ou égal
à 12 %.

5. Classification

5.1 Gros granulats


Les gros granulats sont classifiés selon
leurs caractéristiques intrinsèques et leurs
caratéristiques de fabrication.

5.1.1 Classification selon les


caractéristiques intrinsèques
Les catégories de gros granulats sont
Figure 2101–2 établies au tableau 2101–2 selon leurs carac-
Classe granulaire d/D téristiques intrinsèques de résistance à l’usure
(essai Micro-Deval (MD); méthode d'essai
– le passant sur le tamis 1,6 D est 100 %; LC 21–070 « Détermination du pourcentage
d'usure par attrition du gros granulat au moyen
– l’étendue maximale du fuseau de régula- de l’appareil Micro-Deval ») et aux chocs (essai
rité est de 10 % à D; Los Angeles (LA); méthode d’essai LC 21–400
– l’étendue maximale du fuseau de régularité « Détermination de la résistance à l’abrasion
est de 20 % aux tamis intermédiaires entre au moyen de l’appareil Los Angeles »).
2,5 mm et D;

Tableau 2101–2
Catégories de gros granulats selon leurs caractéristiques intrinsèques
de résistance à l’usure et aux chocs
Caractéristiques Méthodes Catégories de gros granulats
intrinsèques d’essais 1 2 3 4 5 6
Micro-Deval (MD) LC 21–070 ≤ 15 ≤ 20 ≤ 25 ≤ 30 ≤ 35 ≤ 40
Los Angeles (LA) LC 21–400 ≤ 35 ≤ 45 ≤ 50 ≤ 50 ≤ 50 ≤ 50
Micro-Deval et Los ≤ 40 ≤ 55 ≤ 70 ≤ 75 ≤ 80 ≤ 85
Angeles (MD + LA)
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


GRANULATS Tome

VII
2.1 Granulats
Chapitre Norme

2 2101
Page
Granulats 5 de 5
NORME Date

2007 12 15

L’appartenance à une catégorie nécessite 5.2 Granulats fins


de satisfaire simultanément les trois spécifi-
cations (MD, LA, MD + LA). Les granulats fins sont classifiés selon
leurs caractéristiques intrinsèques.
5.1.2 Classification selon les
5.2.1 Classification selon les
caractéristiques de fabrication
caractéristiques intrinsèques
Les catégories de gros granulats sont
établies au tableau 2101–3 selon leurs carac- Les catégories de granulats fins sont
téristiques de fragmentation (méthode d’essai établies au tableau 2101–4 selon leurs ca-
LC 21–100 « Détermination du pourcentage ractéristiques intrinsèques de résistance à
de particules fracturées du gros granulat ») l’usure (essai Micro-Deval (MD); méthode
et de forme (particules plates et allongées; d’essai LC 21–101 « Détermination du pour-
méthode d'essai LC 21–265 « Détermination centage d’usure par attrition du granulat fin
du pourcentage de particules « plates » et de au moyen de l’appareil micro-Deval ») et
particules « allongées »). de friabilité (méthode d'essai LC 21–080
« Détermination du pourcentage de friabilité
des granulats fins »).

Tableau 2101–3
Catégorie de gros granulats selon leurs caractéristiques de fabrication
Caractéristiques Méthodes Catégories de gros granulats
de fabrication d’essais a b c d e
Fragmentation (%) LC 21–100 100 ≥ 75 ≥ 60 ≥ 60 ≥ 50
Particules plates (%) (1) LC 21–265 ≤ 25 ≤ 25 ≤ 25 ≤ 30 —
Particules allongées (%) (1)
LC 21–265 ≤ 40 ≤ 40 ≤ 45 ≤ 50 —
1. Pour les particules plates et allongées, l’essai s’effectue sur la partie retenue au tamis de 10 mm.

Tableau 2101–4
Catégories de granulats fins selon leurs caractéristiques intrinsèques
de résistance à l’usure et de friabilité
Caractéristiques Méthodes Catégories de granulats fins
intrinsèques d’essais 1 2 3
Micro-Deval (MD) LC 21–101 ≤ 30 ≤ 35 ≤ 35
Friabilité LC 21–080 ≤ 40 ≤ 40 —
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


granulats Tome

2.1 Granulats VII


Chapitre Norme

2 2102
Matériaux granulaires pour fondation,
Page
sous-fondation, couche de roulement 1 1
NORME
de
granulaire et accotement Date

2007 12 15

Cette norme a été retirée. Veuillez maintenant vous


référer à la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
civil – Granulats », Partie II « Matériaux pour fondation,
sous-fondation, couche de roulement et accotement ».
Nonobstant l'article 1 « Objet et domaine d'application »
de la Partie II, les exigences présentées dans cette partie
doivent être appliquées après la mise en œuvre des
matériaux granulaires.
Cette page sera retirée en 2011.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
granulats Tome

2.1 Granulats VII


Chapitre Norme

2 2103
Matériaux granulaires pour coussin, Page
enrobement, couche anticontaminante 1 1
NORME
de

et couche filtrante Date

2007 12 15

Cette norme a été retirée. Veuillez maintenant vous


référer à la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
civil – Granulats », Partie III « Coussin, enrobage, couche
anticontaminante et couche filtrante ».
Nonobstant l'article 1 « Objet et domaine d'application »
de la Partie III, les exigences présentées dans cette partie
doivent être appliquées après la mise en œuvre des
matériaux granulaires.
Cette page sera retirée en 2011.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome

VII
Chapitre

BÉTONS ET 3

PRODUITS CONNEXES Page

i
Date

2013 12 15

Table des matières


3.1 Bétons 3.7 Membrane d’étanchéité
3101 Bétons de masse volumique 3701 Membrane d’étanchéité
normale
3.8 Mortiers cimentaires en sac
3.2 Béton projeté 3801 Mortiers cimentaires en sac
par procédé à sec
3201 Béton projeté par procédé à sec 3.9 Coulis cimentaires
3901 Coulis cimentaires
3.3 Béton projeté par
procédé humide
3.10 Matériaux connexes
3301 Béton projeté par procédé humide
31001 Doublure de coffrage

3.4 Éléments en béton


préfabriqués 3.11 Enduits de surface
31101 Enduits de surface pour béton
3402 Pavés
3403 Blocs remblais

3.5 Matériaux de cure


3501 Matériaux de cure

3.6 Imperméabilisants à béton


3601 Imperméabilisants à béton

Normes archivées (1)
Norme (dernière version) Remarque Archivée le
3102 Béton autoplaçant (2005 12 15) Fusionnée à la norme 3101. 2006 12 15
3103 Bétons de ciment au latex (2005 12 15) Fusionnée à la norme 3101. 2006 12 15
3104 Béton antilessivage (2005 12 15) Fusionnée à la norme 3101. 2006 12 15
3401 Bordures et musoirs (95 05 26) Norme retirée, se référer à la norme 2000 12 01
NQ 2624–210.
1. Ces normes ont été retirées ou fusionnées et ne sont plus présentées dans le présent document.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES Tome

VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Bétons de masse Page

1 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

1. Objet ASTM C1202 « Standard Test Method for


Electrical Indication of Concrete’s Ability to
La présente norme a pour objet de Resist Chloride Ion Penetration ».
déterminer les exigences du Ministère en ce
qui a trait aux caractéristiques et aux critères ASSOCIATION CANADIENNE
d’évaluation des bétons de masse volumique DE NORMALISATION
normale. CSA A23.1 / A23.2 « Béton : Constituants et
exécution des travaux/Méthodes d’essai et
2. Références pratiques normalisées pour le béton ».
La présente norme renvoie à l’édition la CAN/CSA A3000 « Compendium des
plus récente des documents suivants : matériaux liants ».
CAN/CSA S6 « Code canadien sur le calcul
NORMES des ponts routiers ».
AMERICAN ASSOCIATION OF STATE BUREAU DE NORMALISATION
HIGHWAY AND TRANSPORTATION DU QUÉBEC
OFFICIALS BNQ 2621–905 « Béton prêt à l’emploi –
AASHTO M154 « Standard Specification for Programme de certification (élaboré à partir
Air-Entraining Admixtures for Concrete ». des exigences des chapitres 4, 5 et 8 de la
norme CSA A23.1-F09/A23.2-F09) ».
AASHTO M194 « Standard Specification for
Chemical Admixtures for Concrete ». AUTRES DOCUMENTS
AASHTO T260 « Standard Method of Test
for Sampling and Testing for Chloride Ion in US DEPARTMENT OF TRANSPORTATION,
Concrete and Concrete Raw Materials ». FEDERAL HIGHWAY ADMINISTRATION
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING FHWA RD 78-35 « Styrene – Butadiene
AND MATERIALS Latex Modifiers for Bridge Deck Overlay
Concrete ».
ASTM  C260 / C260M « Standard Speci-
fication for Air-Entraining Admixtures for Gouvernement du Québec
Concrete ». MINISTÈRE DES TRANSPORTS
ASTM C295 / C295M « Guide for Petro- DU QUÉBEC, LABORATOIRE DES
graphic Examination of Aggregates for CHAUSSÉES
Concrete ». LC 21–102 « Résistance au polissage des
ASTM  C457 / C457M « Standard Test granulats : méthode par projection ».
Method for Microscopical Determination LC 21–265 « Détermination du pourcentage
of Parameters of the Air-Void System in de particules « plates » et de particules
Hardened Concrete ». « allongées ».
ASTM  C494 / C494M « Standard Specifica-
tion for Chemical Admixtures for Concrete ». 3. Définitions
ASTM  C666 / C666M « Standard Test Les définitions du chapitre  3 « Définitions »
Method for Resistance of Concrete to Rapid de la norme CSA  A23.1 « Béton  :  Constituants
Contenu normatif

Freezing and Thawing ». et exécution des travaux/Méthodes d’essai et


ASTM  C1017 / C1017M « Standard Speci- pratiques normalisées pour le béton », ainsi
fication for Chemical Admixtures for Use in que les définitions de la présente norme
Producing Flowing Concrete ». s’appliquent.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES
VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Page Bétons de masse
2 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

Béton antilessivage Réseau de bulles d’air ( L )


Mélange de matériau cimentaire, d’eau et
L’essai de distribution du réseau de bulles
d’adjuvants spéciaux dans lequel sont enro-
d’air est effectué conformément à la norme
bés des granulats fins et des gros granulats.
ASTM  C457 / C457M « Standard Test Method
Les adjuvants utilisés modifient la rhéologie
for Microscopical Determination of Parameters
du mélange et permettent une mise en place
of the Air-Void System in Hardened Concrete ».
dans l’eau tout en minimisant le lessivage du
béton au contact de l’eau et en préservant Perméabilité aux ions chlorure
ses caractéristiques physiques. L’essai de perméabilité aux ions chlorure
Béton au latex réalisé à 56 jours est effectué conformément
Mélange de matériau cimentaire, d’eau, à la norme ASTM C1202 « Standard Test
d’adjuvant, lorsque cela est nécessaire, et Method for Electrical Indication of Concrete’s
d’une proportion de 5 ou 15 % de latex styrène Ability to Resist Chloride Ion Penetration ».
butadiène dans lequel sont enrobés des gra-
Résistance aux sulfates
nulats fins et des gros granulats. L’usage du
latex dans le béton permet une amélioration Des exigences additionnelles sont
de l’adhérence et de l’étanchéité du béton. applicables lorsque le béton est exposé aux
Ce béton est habituellement utilisé pour la attaques par les sulfates. Les classes d’exposi-
réparation en couche mince non armée de tion sont établies selon le tableau  3 de la norme
dalles de ponts. Le béton contenant 5 % de CSA A23.1/A23.2 « Béton : Constituants et
latex est recouvert d’une membrane d’étan- exécution des travaux/Méthodes d’essai et
chéité et d’un enrobé à chaud, alors que celui pratiques normalisées pour le béton ».
qui comprend 15 % de latex ne l’est pas. Pour la classe  S-3, tous les types de béton
Béton de masse volumique normale sont acceptables à l’exception des types Xl et
Béton correspondant aux exigences de la XlI. Pour la classe  S-2, les types V-S, VIII, IX et
présente norme dont la masse volumique se XlII sont utilisés. Pour la classe S-1, les types
3
situe entre 2150 kg/m et 2500 kg/m .
3 VIII, IX et XlII sont utilisés en combinaison
avec un ciment de type HS.
Gâchée
Ensemble des constituants du béton obtenu Les ciments de types  HE et GUL ainsi que
après malaxage au poste de dosage et pré- les fillers minéraux sont interdits lorsqu’il y a
paré en une seule opération du tambour. une possibilité d’attaque aux sulfates ou une
exposition à l’eau de mer.
Latex
Produit constitué de la dispersion de particules Teneur en ions chlorure
de polymère organique dans l’eau. Le béton doit avoir une teneur en ions
chlorure inférieure aux limites spécifiées à
4. Caractéristiques requises du l’article 4.1.1.2 « Limites de teneur en ions
béton chlorure dans le béton » dans la norme
CSA A23.1/A23.2 « Béton : Constituants et
Les tableaux  3101–1 et 3101–2 indiquent exécution des travaux/Méthodes d’essai et
les différents types de béton utilisés dans les pratiques normalisées pour le béton ».
ouvrages routiers et dans les ouvrages d’art La teneur totale en ions chlorure peut aussi
ainsi que leurs caractéristiques.
Contenu normatif

être déterminée par la norme AASHTO T260


Le béton des ouvrages d’art doit posséder « Standard Method of Test for Sampling and
les caractéristiques mécaniques et de durabi- Testing for Chloride Ion in Concrete and
lité prescrites à la norme CAN/ CSA  S6 « Code Concrete Raw Materials ».
canadien sur le calcul des ponts routiers ».
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES Tome

VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Bétons de masse Page

3 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

Tableau 3101–1
Caractéristiques des bétons de masse volumique normale pour les ouvrages routiers
Affaissement
Résistance Masse min. Rapport Gros Teneur (mm)
Type à 28 jours liant Type de liant (1) eau/liant granulats en air (2) L max
(MPa) (kg/m³) max. (mm) (%) (μm)
± 20 ± 30

340 GU, GUL, MS, MH, HE  (3)

I 30 0,45 5–20 5–8 — 80 (5) 230


390 GUb–S (4)
GUb–SF, GUb–F/SF,
II 30 330 0,45 5–20 5–8 — 80 (5) 230
GUb–S/SF

GU, GUL, MS, MH, HE (3),


IIIA 35 (6) 340 0,45 5–20 5–8 40 — 230
GUb–SF, GUb–F/SF, GUb–S/SF

GU, GUL, MS, MH, HE (3),


IIIB 35 (6) 335 0,45 5–28 5–8 40 — 230
GUb–SF, GUb–F/SF, GUb–S/SF

410 GU, GUL, MS, MH, HE (3)


IV 35 0,40 5–20 5–8 — 80 (5) 230
420 GUb–S (4)

340 GUb–SF
V 35 0,45 5–20 5–8 — 80 (5) 230
365 GUb–F/SF, GUb–S/SF

390 GUb–SF, HEb–SF (7), HEb–N (7) 5–20


V-P 35 0,45 5–8 — 150 230
410 GUb–F/SF, GUb–S/SF 5–14

VI 35 390 GU, GUL, MS, MH, HE (3) 0,40 5–20 5–8 30 — 230

340 GUb–SF
VII 35 0,45 5–20 5–8 30 — 230
350 GUb–F/SF, GUb–S/SF

GU, GUL, MS, MH, HE (3),


XII 15 220 0,75 5–20 5–8 — 80 —
GUb–SF, GUb–F/SF, GUb–S/SF

1. - Le liant de type GUb–SF doit contenir au moins 8 % de fumée de silice.


- Les liants de types GUb–F/SF et GUb–S/SF doivent contenir au moins 5 % de fumée de silice et au moins 15 %
de cendre volante ou de laitier. La masse totale des ajouts cimentaires (cendre volante, fumée de silice et laitier)
ne doit pas être supérieure à 30 % de la masse totale du liant.
- Le liant de type HEb–N doit contenir au moins 12 % de métakaolin.
2. La teneur en air doit être conforme aux spécifications mentionnées au tableau, qu’il y ait ajout de superplastifiant ou non.
3. Le liant de type HE est autorisé seulement si la température extérieure est inférieure à 15 °C.
4. Le liant de type GUb–S peut être utilisé comme substitut du ciment de type GU dans la mesure où un taux de rempla-
cement maximal de 10 % est respecté.
5. Après ajout de superplastifiant, l’affaissement doit être de 120 ± 30 mm.
6. La résistance à la flexion à 28 jours, déterminée au moyen d’une poutre simple chargée au tiers de la portée, doit être
d’au moins 4,5 MPa.
7. Ces liants ne doivent pas être utilisés pour les ouvrages en contact avec de l’eau de mer.
Note :
– La nomenclature des types de béton correspond à :
V-P : Béton de type V de préfabrication
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


4
3
Tableau 3101–2
Chapitre
Caractéristiques des bétons de masse volumique normale pour les ouvrages d’art

de

Date
VII

Page
Tome

Résistance Masse Rapport Gros Teneur Affaissement (mm) Perméabilité aux


Étalement L max
Type à 28 jours min. liant Type de liant (1) eau/liant max. ou granulats en air (2) ions chlorure max.

11

2013 12 15
(mm) ± 50
Norme

(μm)
3101
(MPa) (kg/m³) dans l’intervalle (mm) (%) ± 30 ± 40 (Coulombs)
340 GUb–SF
V 35 0,45 5–20 5–8 80 (3) — — 230 1500
365 GUb–F/SF, GUb–S/SF
V-DC 35 340 GUb–SF 0,35 5–20 5–8 — (4) — — 230 1000
 (5)
390 GUb–SF, HEb–SF ,
HEb-N (5) 5–20
V-P 35 0,45 5–14 5–8 150 — — 230 1000
410 GUb–F/SF, GUb–S/SF
340 GUb–SF
V-S 35 0,38 à 0,42 5–20 5–8 130 — — 230 1000
365 GUb–F/SF, GUb-S/SF
VIII 50 410 GUb–SF 0,37 5–14 5–8 — 180 — 230 1000
IX 60 410 GUb–SF 0,35 5–14 5–8 — 180 — 230 1000
340 GU, GUL
XI 30 0,50 5–20 4–7 150 — — — —
330 GUb–F/SF, GUb–S/SF

XIII 50 410 GUb–SF, GUb–F/SF, 0,34 à 0,38 5–14 5–8 170 — — 230 (11) 1000
GUb–S/SF
3.1 Bétons

400 GUb–SF
XIV-C 35 (6) 0,45 5–14 6–9 — — 625 230 (12) 1000
420 GUb–F/SF, GUb–S/SF
BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES

Bétons de masse

XIV-R 35 (6) 460 GUb–F/SF, GUb–S/SF 0,35 à 0,40 (7) 2,5–10 (8) 6–9 — — 675 230 (12) 1000
volumique normale

XIV-S 35 — GUb–SF, GUb–F/SF, — 2,5–10 5–9 — — 650 300 1500


GUb–S/SF
XV 35 450 GUb–SF 0,42 2,5–10 (9) 6–9 — 200 — 230 1500

XVI-5 35 390 GUb–SF, GUb–F/SF, 0,40 2,5–10 4–8 120 — — 230 1000
GUb–S/SF

XVI-15 35 390 GU 0,40 2,5–10 3–7 (10) 150 — — 300 1000


5–14
1. – Le liant de type GUb-SF doit contenir au moins 8 % de fumée de silice. 11. À la sortie de la pompe, le facteur d’espacement doit être inférieur ou égal à 325 μm.
– Les liants de types GUb–F/SF et GUb–S/SF doivent contenir au moins 5 % de fumée 12. À la sortie de la pompe, le facteur d’espacement doit être inférieur à 260 μm.
de silice et au moins 15 % de cendre volante ou de laitier. La masse totale des ajouts
cimentaires (cendre volante, fumée de silice et laitier) ne doit pas être supérieure à Notes :

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


30 % de la masse totale du liant. – L’utilisation du liant ternaire est interdite du 15 octobre au 31 mars. Il est alors
– Le liant de type HEb–N doit contenir au moins 12 % de métakaolin. remplacé par un liant binaire conformément aux indications du tableau.
2. La teneur en air doit être conforme aux spécifications mentionnées au tableau, qu’il y ait ajout – La nomenclature des types de béton correspond à :
de superplastifiant ou non. V-DC : Béton de type V sans affaissement pour la préfabrication (dry cast )
3. Après ajout de superplastifiant, l’affaissement doit être de 120 ± 30 mm. V-P : Béton de type V de préfabrication
4. Béton à affaissement nul. V-S : Béton de type V superplastifié
5. Ces liants ne doivent pas être utilisés pour les ouvrages en contact avec de l’eau de mer. XIV-C : Béton autoplaçant de construction
6. La résistance à la compression minimale à 48 heures doit être de 10 MPa. XIV-R: Béton autoplaçant de réparation
7. Le rapport volumique sable/(liant+eau+air) doit être compris entre 0,6 et 0,8. XIV-S : Béton autoplaçant de réparation en sac
8. Le volume maximal de gros granulat est de 330 litres du volume total du mélange.
NORME

XV : Béton antilessivage
9. La proportion de granulat fin doit être entre 45 et 55 %, pourcentage calculé par rapport au XVI-5 : Béton latex 5 %
granulat total.
XVI-15 : Béton latex 15 %
10. L’exigence de 3 à 7 % s’applique pour la bétonnière mobile. Pour la centrale de dosage, la
teneur en air est de 5 à 8 %.

Contenu normatif
BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES Tome

VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Bétons de masse Page

5 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

4.1 Constituants du béton type de béton à déterminer selon l’usage


prévu du liant. La coordination de cette
4.1.1 Ciment et ajouts cimentaires gâchée d’essai demeure sous la respon-
Le ciment et les ajouts cimentaires doivent sabilité du fabricant de liant. Le béton doit
être conformes à la norme CAN/CSA A3000 être fabriqué dans une usine de malaxage
« Compendium des matériaux liants ». Le dans le but d’attester la conformité de ce
mélange des ajouts cimentaires et du ciment type de béton à la présente norme. Le
à la centrale de dosage ou à l’usine de préfa- béton doit également être conforme aux
brication est interdit. exigences suivantes :
Le Ministère doit être informé de tout - Gel-dégel (300 cycles) ASTM C666 /
changement de source d’approvisionnement C666M « Standard Test Method for
de ciment ou d’ajouts cimentaires par les Resistance of Concrete to Rapid Free-
fabricants et ce, avant la remise de la fiche zing and Thawing », module d’élasticité
descriptive du mélange de béton devant minimal de 80 %;
contenir ces matériaux. - Écaillage de surface (56 cycles)
Dans le cas où un liant n’aurait jamais été BNQ 2621–905 Annexe B, perte de
utilisé ou n’aurait pas été utilisé par le Ministère masse maximale de 0,50 kg/m2.
au cours des 5 dernières années, les fabri-
cants de liant doivent informer le Ministère au 4.1.2 Eau
moins 6  mois avant le début de son utilisation. L’eau de gâchage doit être conforme au
À l’intérieur de cette période, une validation tableau suivant :
conjointe doit être effectuée afin d’attester la
conformité du liant à la présente norme. Eau utilisée dans la fabrication du béton
Dans le cas d’un changement de la source Concentra-
d’ajouts cimentaires et dans le cas où l’ajout tion maximale
n’aurait jamais été utilisé ou n’aurait pas été Paramètre dans l’eau Méthode d’analyse (1)
utilisé par le Ministère au cours des 5 der- de gâchage
nières années, les fabricants de liant doivent (mg/l)
informer le Ministère au moins 3 mois avant 500 (béton
le début de son utilisation. Au cours de cette précontraint) MA. 300 - lons 1.3
période, une validation conjointe doit être Chlorures
1000 (béton MA. 303 - Anions 1.0
effectuée afin d’attester la conformité du liant armé)
à la présente norme.
Sulfates MA. 300 - lons 1.3
La validation de la conformité d’un liant 3000
(SO4 ) MA. 303 - Anions 1.0
par un laboratoire enregistré comporte
deux étapes : Alcalis
(Na2O + 600 MA. 200 - Mét. 1.2
1. Fournir un certificat de conformité du liant
et de tous les constituants du liant à la 0,658K20)
norme CAN/CSA A3000 « Compendium Total de
50 000 MA. 100 - S.T. 1.1
des matériaux liants ». solides
2. Réaliser une gâchée d’essai conjointement pH ≥6 MA. 100 - pH 1.1
Contenu normatif

entre le fabricant de liant, un fournisseur de 1. MA : méthode d’analyse du Centre d’expertise en


béton de son choix et le Ministère sur un analyse environnementale du Québec.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES
VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Page Bétons de masse
6 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

4.1.3 Granulats Pour le béton des chaussées en béton, les


Les granulats qui entrent dans la com- gros granulats doivent avoir un coefficient de
position du béton doivent être conformes à polissage par projection ≥ 0,45 réalisé selon
l’article 4.2.3 « Granulats » de la norme CSA la méthode d’essai LC 21–102 « Résistance
A23.1 /A23.2 « Béton  :  Constituants et exécu- au polissage des granulats : méthode par
tion des travaux/Méthodes d’essai et pratiques projection ».
normalisées pour le béton », à l’exception des 4.1.3.1 Réactivité alcalis-granulats
articles suivants : Les gros granulats ne doivent pas pré-
4.2.3.3.2.2 Granulométrie spéciale; senter de gonflement excessif au contact des
4.2.3.3.3.2 les alinéas a) et b); alcalis du mélange.
4.2.3.5.1 Réactivité alcalis-granulats; Les différentes méthodes utilisées en
4.2.3.9.3 Performances antérieures sur le lien avec la réactivité alcalis-granulats sont
terrain; décrites dans la norme CSA A23.1/A23.2
« Béton : Constituants et exécution des tra-
Tableau 12 « Les limites de substances vaux/Méthodes d’essai et pratiques norma-
nuisibles et propriétés physiques lisées pour le béton ». Elles sont précisées
des granulats ». L’exigence alter- dans les paragraphes ci-dessous.
native pour la perte à l’essai
MgSO4 est retirée, ainsi que les L’évaluation du potentiel de réactivité d’un
notes 1 à 5. granulat est effectuée conformément à la
méthode  A23.2–14A « Détermination du gon-
Les spécifications suivantes s’appliquent  : flement des granulats ».
4.2.3.2.3 c’est l’alinéa a) qui s’applique; La classification du degré de réactivité
4.2.3.3 « Granulats fins de densité nor- du granulat est basée sur le tableau 2 de la
male ». Le granulat est un GF1; méthode  A23.2–27A « Pratique normalisée de
4.2.3.4.3 « Forme des particules ».  Le détermination du degré de réactivité alcaline
mode opératoire  B de la méthode des granulats et des mesures pour éviter
d’essai CSA A23.2–13A « Par- l’expansion nuisible du béton » en utilisant
ticules plates et allongées dans les résultats de l’essai du prisme de béton.
le gros granulat » ou selon Les résultats obtenus au moyen de l’essai
la méthode B de la norme accéléré ne sont pas considérés.
LC  21–265 « Détermination Dans le cas de l’ouverture d’une nou-
du pourcentage de particules velle source de granulat à béton, l’évaluation
« plates » et de particules « allon- préliminaire peut s’effectuer au moyen de la
gées »; méthode A23.2–25A « Détection des granu-
4.2.3.7 « Examen pétrographique ». lats susceptibles de réactivité alcalis-silice par
L’essai est réalisé selon la expansion accélérée de barres de mortier ». La
méthode A de la méthode d’es- classification du degré de réactivité est basée
sai CSA A23.2–15A « Analyse sur le tableau 2 de la méthode A23.2–27A.
pétrographique des granulats ». Cette disposition n’est valide que pour un an,
La norme ASTM C295 / C295M soit le temps de réaliser les essais sur prismes
«  G u i d e fo r Pe t r o g r a p h i c de béton. Cette disposition ne s’applique pas
Contenu normatif

Examination of Aggregates for aux granulats dolomitiques.


Concrete » peut également être
utilisée.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES Tome

VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Bétons de masse Page

7 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

Pour les bétons du groupe « Ouvrages – béton de type XVI-5 :


routiers » présentés au tableau 3101–1, les - le ciment avec fumée de silice ou
granulats classifiés « modérément réactifs » ternaire est obligatoire dans ce béton.
et « très réactifs » peuvent être utilisés en
Un granulat non réactif est exigé pour le
combinaison avec une des mesures préven-
béton de type XVI-15.
tives suivantes :
Les granulats montrant une réactivité de
– limiter la teneur en alcalis du liant à un
type alcalis-carbonates ne doivent pas être
maximum de 2,4 kg/m3. La teneur en
utilisés.
alcalis du liant est calculée en multipliant
la teneur en alcalis solubles dans l’acide 4.1.3.2 Réactions nuisibles
(oxyde de sodium équivalent, soit Na20 + Les granulats doivent être conformes à l’ar-
(0,658 × K20) par le dosage de ce liant ticle  4.2.3.5.2 « Autres réactions » de la norme
dans le mélange, en kg/m3 ); CSA A23.1/A23.2 « Béton : Constituants et
– utiliser un ciment de type GUb-SF, exécution des travaux/Méthodes d’essai et
GUb-F/SF ou GUb-S/SF pour les granulats pratiques normalisées pour le béton » et à
classifiés « modérément réactifs »; l’exigence supplémentaire de l’annexe A du
– utiliser un ciment de type GUb-F/SF ou Fascicule de certification BNQ 2621–905
GUb-S/SF pour les granulats classifiés « Béton prêt à l’emploi – Programme de cer-
« très réactifs ». tification (élaboré à partir des exigences des
chapitres 4, 5 et 8 de la norme CSA A23.1-
Pour les bétons du groupe « Ouvrages
F09/A23.2-F09) ».
d’art » présentés au tableau 3101–2, les
granulats classifiés « très réactifs » ne doivent 4.1.4 Adjuvants chimiques
pas être utilisés. Les granulats classifiés
« modérément réactifs » peuvent être utilisés Les adjuvants entraîneurs d’air doivent être
en combinaison avec une des mesures pré- conformes à la norme ASTM C260 / C260M
ventives suivantes : « Standard Specification for Air-Entraining
Admixtures for Concrete » ou à la norme
– bétons des types V, V-DC, V-P, V-S, VIII, AASHTO M154 « Standard Specification for
IX, XIII et XIV-C : Air-Entraining Admixtures for Concrete ».
- limiter le teneur en alcalis du liant à un Les autres adjuvants doivent être
maximum de 2,4 kg/m3. La teneur en conformes à la norme ASTM  C494 « Standard
alcalis du liant est calculée en multi- Specification for Chemical Admixtures for
pliant la teneur en alcalis solubles dans Concrete », à la norme ASTM  C1017 / C1017M
l’acide (oxyde de sodium équivalent, « Standard Specification for Chemical Admix-
soit Na20  + (0,658 × K20) par le dosage tures for Use in Producing Flowing Concrete »
de ce liant dans le mélange, en kg/m3 ); ou à la norme AASHTO M194 « Standard
- utiliser un ciment ternaire GUb-F/SF Specification for Chemical Admixtures for
ou GUb-S/SF; Concrete ».
– béton de type XIV-R : Pour déterminer la conformité d’un adju-
- l’usage du ciment ternaire est obliga- vant entraîneur d’air à la norme ASTM C260 /
toire dans ce béton; C260M, le fabricant d’adjuvants doit utiliser
le mode opératoire A ou B et l’article 9.2
Contenu normatif

– béton de type XV :


de la norme d’essai ASTM C666 / C666M
- le ciment avec fumée de silice est « Standard Test Method for Resistance of
obligatoire dans ce béton; Concrete to Rapid Freezing and Thawing »,

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES
VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Page Bétons de masse
8 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

mais en prenant comme exigence celle qui Tableau 3101–3


est définie dans la norme ASTM  C260 / C260M Caractéristiques du latex
« Standard Specification for Air-Entraining
Propriétés Exigences
Admixtures for Concrete ».
Les adjuvants utilisés dans le béton ne Contenu en matière solide (%) 46 à 49
doivent contenir aucun chlorure; de plus, les Contenu en butadiène (%) 34 ± 1,5
adjuvants de type C ou E (accélérateurs de
prise) sont interdits. Contenu en styrène (%) 66 ± 1,5
Pour le béton de type XIII, l’utilisation de pH 9 à 11
superplastifiant est limité à deux dosages, Couleur Blanc
soit un premier à l’usine, plus un autre sur le
chantier. Selon les températures au moment de
la coulée, un retardateur de prise de type  B ou 4.2 Fiche descriptive du mélange
D conforme à la norme ASTM C494 / C494M La fiche descriptive du mélange de béton
« Standard Specification for Chemical Admix- doit être clairement numérotée, datée et
tures for Concrete » peut être utilisé. Un surdo- signée par le responsable du contrôle de la
sage de l’agent réducteur d’eau pour obtenir qualité du fabricant Les caractéristiques qui
un effet retardateur est interdit. y sont indiquées doivent être représentatives
Pour les bétons des types XIV-C, XIV-R du béton qui sera mis en place et conformes
et XIV-S, un agent colloïdal de type polysac- aux exigences de la présente norme. Toute
charide ou provenant d’un dérivé de cellulose modification apportée à une fiche descriptive
doit être employé pour prévenir la ségrégation fait en sorte que celle-ci doit être à nouveau
du béton, à moins d’utiliser un superplastifiant datée et signée par le responsable du contrôle
conçu à cet effet. Les dosages minimaux sont qualité du fabricant.
les suivants : Cette fiche doit comprendre l’information
– agent colloïdal de type polysaccharide : suivante :
1100 ml/100 l d’eau; 1- la masse volumique du béton frais à la
– agent colloïdal provenant d’un dérivé de teneur en air et à l’affaissement spécifiés
cellulose : 130 ml/100 kg de liant. en kg/m3 du mélange;
Pour le béton de type  XV, un agent antiles- 2- la masse de liant en kg/m3 avec une
sivage doit être employé, et seuls les super- variation de ± 5 % de la quantité fournie
plastifiants recommandés par le fournisseur de sur la fiche descriptive. Cependant, en
l’adjuvant antilessivage peuvent être utilisés. tout temps, la masse minimale de liant
doit satisfaire aux exigences des tableaux
4.1.5 Latex 3101–1 et 3101–2;
Le latex utilisé doit être de type « styrène 3- la quantité d’eau minimale et maximale
butadiène » et répondre aux exigences énu- en l/m3;
mérées dans le rapport FHWA RD 78-35 4- la masse des granulats fins et des gros
« Styrene Butadiene Latex Modifiers for granulats en kg/m3 du mélange (état
Bridge Deck Overlay Concrete ». Les princi- saturé, surface sèche);
pales caractéristiques sont indiquées au
Contenu normatif

tableau 3101–3. 5- le rapport massique eau/liant, en considé-


rant que les granulats sont dans un état
saturé, surface sèche;

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES Tome

VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Bétons de masse Page

9 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

6- la résistance à la compression et l’affais- du béton ou dans les sources d’approvision-


sement du mélange; nement en granulats, une nouvelle fiche doit
7- les types d’adjuvants, le nom des produits être produite.
et les quantités utilisées; Les résultats des essais concernant le
8- le type de liant, sa provenance et le nom facteur d’espacement des bulles d’air, la
de la cimenterie; réactivité alcali-granulat, la perméabilité aux
ions chlorure et la teneur en ions chlorure
9- la teneur en latex en l/m3 du mélange;
sont valides pour une durée de 3 ans après
10- le nom du latex et celui du fabricant; la publication du rapport d’évaluation. Les
11- un rapport d’un laboratoire enregistré résultats des essais pour les autres carac-
établissant pour le mélange les carac- téristiques physiques sont valides pour une
téristiques du réseau de bulles d’air durée de 1 an.
entraîné, soit la teneur en air, le facteur Les certificats d’analyse chimique et
d’espacement des bulles d’air et la surface physique du liant et des ajouts cimentaires
volumique; doivent dater de moins de 3 mois et être
12- un rapport d’un laboratoire enregistré représentatifs des matériaux utilisés pour
établissant la teneur en ions chlorure; la fabrication du béton. De plus, le certificat
13- les limites de substances nuisibles et les d’analyse chimique et physique du liant devra
propriétés physiques des granulats, ainsi indiquer les pourcentages des ajouts cimen-
que leur provenance; taires utilisés dans la fabrication du liant.
14- un rapport d’un laboratoire enregistré Un (1) résultat d’essai de perméabilité aux
établissant la réactivité alcalis-granulats, ions chlorure est requis pour chaque type de
comme indiqué à la section 4.1.3.1; béton utilisé lorsqu’une exigence s’applique.
Cependant, si le résultat du béton de type
15- un rapport d’un laboratoire enregistré éta-
V-S d’une usine est conforme, il n’est pas
blissant la perméabilité aux ions chlorure
nécessaire de fournir les résultats des autres
du mélange;
types de béton de cette usine pourvu que le
16- un certificat d’analyse chimique et phy- liant utilisé pour ces bétons soit le même et
sique du liant utilisé; provienne du même fabricant de ciment, et
17- un certificat d’analyse chimique et phy- que leur rapport eau/liant ne dépasse pas
sique pour chacun des ajouts cimentaires 0,42. Dans le cas où un fabricant de béton a
utilisés dans la fabrication du liant. plusieurs usines, si le résultat de perméabilité
Cette fiche descriptive du mélange de aux ions chlorure du béton de type V-S d’une
béton est valide pour une durée de 12 mois. usine est conforme, il n’est pas nécessaire de
Les données correspondant aux numéros 1 fournir les résultats des autres types de béton
à 10 doivent être présentées avant le début de ces usines pourvu que le liant utilisé pour
du bétonnage pour chaque contrat, alors que ces bétons soit le même et provienne du même
les données des numéros 11 à 17 peuvent fabricant de ciment, et que leurs rapports eau/
être soumises annuellement pour approbation liant ne dépassent pas 0,42.
avant le début de la fourniture du mélange. Pour un même liant provenant du même
Dans le cas de béton de type  XI et de type  XII, fabricant de ciment, un résultat de perméa-
seules les données correspondant aux numé- bilité aux ions chlorure d’un béton de type V
Contenu normatif

ros 1 à 10 doivent être présentées. Dans le peut également valider le béton de type V des
cas de changements dans les constituants autres usines d’un même fournisseur de béton.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES
VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Page Bétons de masse
10 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

Si le résultat de perméabilité aux ions 4.3 Enregistrement du dosage des


chlorure du béton de type V-P d’une usine gâchées de béton
de préfabrication est conforme, il n’est pas
nécessaire de fournir les résultats des bétons Pour chaque gâchée de béton, un enre-
de types V et XIV-C de cette usine pourvu que gistrement officiel des masses de chacun des
le liant utilisé pour ces bétons soit le même constituants entrant dans la composition du
et provienne du même fabricant de ciment. béton doit pouvoir être fourni sur demande.
Les changements qui nécessitent un Cet enregistrement doit également indi-
nouveau rapport établissant les caractéris- quer clairement la teneur en eau de tous les
tiques du réseau d’air entraîné pour un type granulats fins pour chacune des gâchées.
de béton sont les changements :
4.4 Fabrication du béton
– de type de liant;
La fabrication doit être conforme aux exi-
– de la source d’approvisionnement en gences du chapitre  5 de la norme CSA  A23.1/
granulats fins; A23.2 « Béton : Constituants et exécution
– de la source et de type d’adjuvants des travaux/Méthodes d’essai et pratiques
chimiques, sauf pour l’adjuvant retardateur normalisées pour le béton », à l’exception de
de prise; l’article  5.2.4.4 « Contrôle de la température »
– de la source d’approvisionnement en latex. et de l’article  5.2.4.3.3 « Contrôle de l’affaisse-
Le rapport établissant les caractéristiques ment du béton superplastifié sur le chantier ».
du réseau d’air entraîné, obtenu pour un type Lorsque le béton superplastifié ne répond
de béton, peut être reconnu pour une autre pas aux exigences d’affaissement, il doit être
usine du même fournisseur de béton, pourvu rabattu au moyen d’adjuvants superplastifiants
que les combinaisons de constituants soient seulement.
les mêmes et que l’usine soit du même type La température du béton livré au chan-
(malaxeur stationnaire, camion malaxeur). tier doit être conforme aux exigences du
Les changements qui nécessitent un tableau 3101–4.
nouveau rapport établissant la teneur en
ions chlorure pour un type de béton sont les 4.5 Béton autoplaçant
suivants : de réparation en sac
– source d’approvisionnement en liant;
– source d’approvisionnement en gros 4.5.1 Fiche technique
granulats;
Les caractéristiques de ce béton sont
– source d’approvisionnement en granulats données au tableau 3101–2. Les sacs utili-
fins. sés pour l’ensachage doivent être constitués
Si le résultat de la teneur en ions chlorure d’un matériau résistant à l’humidité. Les
du béton de type V-S d’une usine est conforme, exigences énoncées dans les sections 4.2
il n’est pas nécessaire de fournir les résultats et 4.3 pour le béton préparé en usine ne
des autres types de béton de cette usine s’appliquent pas.
pourvu que la source de liant, la source des
gros granulats et la source des granulats fins
Contenu normatif

soient les mêmes.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


BÉTONS ET PRODUITS CONNEXES Tome

VII
3.1 Bétons
Chapitre Norme

3 3101
Bétons de masse Page

11 11
volumique normale
NORME
de

Date

2013 12 15

Le béton de type XIV-S doit être accom-


pagné d’une fiche technique. Celle-ci doit
comprendre les indications suivantes :
– l’usage recommandé;
– les recommandations de malaxage (quan-
tité d’eau et équipement de malaxage);
– les caractéristiques du béton de type  XIV-S
démontrant la conformité aux exigences
du tableau 3101–2;
– les précautions et limitations.

4.5.2 Étiquetage
Les sacs de béton de type XIV-S doivent
porter les indications suivantes :
– le nom du fabricant;
– le nom du matériau;
– la masse sèche du béton;
– le rendement;
– le numéro de lot.

Tableau 3101–4
Température du béton au moment de la mise
en place
Épaisseur Température (°C)
de l’élément (m) Min. Max.
<1 10 30 (1)
1à2 5 25 (1)
>2 5 20
1. La température du béton de type XIII ne doit pas
dépasser 22 °C.
Entre le 15 mai et le 15 octobre, cette exigence
maximale de 22 °C s’applique également au béton
de certains éléments d’ouvrages d’art, soit :
– les dalles épaisses;
– les portiques (béquilles, goussets et dalle);
– les glissières;
– les chasse-roues;
– les trottoirs;
– les pistes cyclables;
Contenu normatif

– les bandes médianes.


Durant cette même période, la température du béton
des dalles sur poutres ne doit pas dépasser 25 °C.
Ces exigences ne s’appliquent pas aux bétons de
types XIV-S et XVI-15.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Bétons et produits connexes Tome

VII
3.2 Béton projeté par procédé à sec
Chapitre Norme

3 3201
Page
Béton projeté par procédé à sec 1 5
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet NQ 2560–114 « Travaux de génie civil –


Granulats », Partie IV.
La présente norme a pour objet de déter-
miner les exigences du Ministère en ce qui a BNQ 2621–900 « Bétons de masse volumique
trait aux caractéristiques et aux critères d’éva- normale et constituants ».
luation du béton projeté par procédé à sec.
AUTRE DOCUMENT :
2. Références
AMERICAN CONCRETE INSTITUTE
La présente norme renvoie à l’édition la ACI 506R « Guide to Shotcrete ».
plus récente des documents suivants :
3. Définition
NORMES :
La définition suivante s’applique à la
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING AND présente norme :
MATERIALS Béton projeté par procédé à sec
ASTM C 260 « Standard Specification for Mélange légèrement humidifié de granulats
Air-Entraining Admixtures for Concrete ». fins et de gros granulats et de ciment Portland,
ASTM C 457 « Standard Test Method for transporté dans un boyau à l’aide d’un jet d’air
Micro-scopical Determination of Parame- sous pression et projeté à haute vélocité sur
ters of the Air-Void System in Hardened une surface de béton ou un coffrage. La plus
Concrete ». grande partie de l’eau et les adjuvants prémé-
langés à l’eau sont introduits près de la sortie
ASSOCIATION CANADIENNE du boyau, à la lance de projection.
DE NORMALISATION
CSA A23.1 « Béton – Constituants et exécu­ 4. Caractéristiques requises
tion des travaux ».
CSA A23.2–14A « Détermination du gonfle- 4.1 Constituants du béton projeté
ment potentiel des granulats ».
4.1.1 Eau de gâchage
CSA A23.2–25A « Détection des granulats
susceptibles de réactivité alcalis-silice par l’ex- L’eau de gâchage utilisée pour le béton
pansion accélérée de barres de mortier ». projeté par procédé à sec doit respecter
les exigences de l’article 6.1.5 de la norme
CSA A23.2–27A « Méthode normalisée de BNQ 2621–900 « Bétons de masse volumique
détermination du degré de réactivité alcaline normale et constituants ».
des granulats et des mesures pour éviter
l’expansion nuisible du béton ». 4.1.2 Granulats
CAN/CSA A3000 « Compendium des maté-
riaux liants ». 4.1.2.1 Réactivité alcali-granulat
Le texte ci-dessous remplace l’article 3.4
BUREAU DE NORMALISATION de la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
DU QUÉBEC civil – Granulats », Partie IV.
BN 2501–025 « Sols – Analyse granulométri- Les gros granulats ne doivent pas présen-
Contenu normatif

que des sols inorganiques ». ter de gonflement excessif avec les alcalis du
mélange.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.2 Béton projeté par procédé à sec
Chapitre Norme

3 3201
Page

2 5 Béton projeté par procédé à sec


NORME
de

Date

2008 12 15

L’essai d’évaluation du potentiel de réacti- 4.1.3 Adjuvants


vité d’un granulat est effectué conformément Les entraîneurs d’air doivent être confor-
à la norme CSA A23.2–14A « Détermination mes à la norme ASTM C 260 « Standard
du gonflement potentiel des granulats ». Specification for Air-Entraining Admixtures
La classification du degré de réactivité for Concrete ».
du granulat est basée sur le tableau 2 de la
norme CSA A23.2–27A « Méthode normali- 4.1.4 Liant hydraulique
sée de détermination du degré de réactivité Les ciments utilisés dans la fabrication
alcaline des granulats et des mesures pour des bétons projetés doivent être de type HE
éviter l’expansion nuisible du béton », en ou des ciments composés GUb–SF, GUb–
utilisant les résultats de l’essai du prisme de S/SF ou GUb–F/SF. Les ciments Portland de
béton. Les résultats obtenus au moyen de type HE, GUb–SF, GUb–S/SF ou GUb–F/SF
l’essai accéléré ne sont pas considérés. doivent être conformes à la norme CAN/
Dans le cas de l’ouverture d’une nou- CSA A3000 « Compendium des matériaux
velle source de granulat à béton, l’évaluation liants ».
préliminaire peut s’effectuer au moyen de la
méthode CSA A23.2–25A « Détection des 4.1.5 Fibre
granulats susceptibles de réactivité alcalis- Le béton projeté doit contenir uniquement
silice par l’expansion accélérée de barres des fibres de polypropylène ayant les carac-
de mortier ». La classification du degré de téristiques suivantes :
réactivité est basée sur le tableau 2 de la – composition : à base d’homopolymère de
norme CSA A23.2–27A. Cette disposition polypropylène vierge;
n’est valide que pour un an, soit le temps
de réaliser les essais sur prismes de béton. – résistance en traction : de 275 à 415 MPa;
Cette disposition ne s’applique pas pour les – absorption d’eau : nulle;
granulats dolomitiques. – densité : de 0,90 à 0,92;
Les granulats classifiés « fortement réac- – longueur : de 12 à 20 mm;
tifs » ne doivent pas être utilisés. Les granulats – résistance à l’humidité et aux alcalis du
classifiés « modérément réactifs » peuvent béton.
être utilisés en combinaison avec une des
mesures préventives suivantes : Si une bétonnière mobile est utilisée pour
la fabrication du béton projeté sec, les fibres
– limiter le contenu en alcali du mélange de de polypropylène doivent être préalablement
béton à un maximum de 2,4 kg/m3 (voir le mélangées au granulat fin à l’usine et l’agent
tableau 5 de la norme CSA A23.2–27A); entraîneur d’air doit être introduit dans l’eau
– utiliser un ciment de type GUb–SF, du réservoir de la bétonnière mobile.
GUb–S/SF ou GUb–F/SF conforme à la
norme CAN/CSA A3000 « Compendium 4.2 Usages des constituants du
des matériaux liants ».
béton projeté
Les granulats montrant une réactivité
Seuls les accélérateurs de prise à base
de type alcali-carbonate ne doivent pas être
d’aluminate doivent être utilisés.
utilisés.
Contenu normatif

4.3 Caractéristiques du béton


projeté
Le tableau 3201–1 regroupe les caracté-
ristiques du béton projeté.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Bétons et produits connexes Tome

VII
3.2 Béton projeté par procédé à sec
Chapitre Norme

3 3201
Page
Béton projeté par procédé à sec 3 5
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 3201–1
Caractéristiques du béton projeté par procédé à sec
Résistance Masse min. de ciment (kg/m3) Rapport Gros granulats Masse min.
Teneur en air
à 28 jours Ciment eau/liant 2,5–10 mm de fibres
Type HE(2) (%)
(MPa) composé(1) max. (% masse min.) (kg/m3)

35 450 460 0,40 10 3,5–7 0,9


1. Ciment hydraulique composé de type GUb–SF, GUb–F/SF ou GUb–S/SF.
2. Utilisation au plafond seulement.

4.4 Réseau de bulles d’air Boyau


Le béton projeté doit posséder un facteur Les boyaux, d’un diamètre de 38,1 mm, doi-
d’espacement des bulles d’air inférieur ou vent être flexibles, munis de joints étanches
égal à 300 µm en moyenne, aucun résultat pour relier plusieurs sections entre elles et
ne devant être supérieur à 320 µm. pouvant supporter la pression nécessaire. Ils
doivent s’adapter parfaitement à la pompe et
La mesure est effectuée selon la méthode
à la lance de projection.
exposée dans la norme ASTM C 457 « Stan-
dard Test Method for Microscopical Determi- Lance de projection
nation of Parameters of the Air-Void System La lance de projection doit comporter un
in Hardened Concrete », en utilisant un facteur embranchement avec soupape ajustable
d’amplification qui doit être compris entre 100 pour raccorder le boyau d’alimentation d’eau.
et 125. Ces caractéristiques sont évaluées à À son arrivée dans la lance, l’eau traverse
partir d’un panneau de béton projeté. un anneau perforé qui assure un mélange
uniformément hydraté à la sortie de la lance
4.5 Matériel de projection. La garniture intérieure de cette
Le matériel utilisé pour la projection du lance de projection doit être renouvelée au
béton est décrit dans le document ACI 506R besoin. Un anneau de prémouillage doit être
« Guide to Shotcrete ». Le matériel doit être localisé à 3 m de l’extrémité de la lance de
d’une capacité suffisante pour assurer une projection.
projection uniforme et continue du béton. Compresseur
Malaxeur Le compresseur doit fournir la quantité d’air
Le malaxeur servant à la préhumidification suffisante à la pression nécessaire, et cette
des mélanges doit produire un mélange uni- dernière ne doit pas fluctuer. L’air qui arrive à
forme, dont la teneur en eau est conforme à la lance de projection doit être exempt d’huile.
celle qui est exigée. La pression d’opération, mesurée au moyen
d’un manomètre, ne doit pas être inférieure
Pompe
à 275 kPa dans les cas où 30 m ou moins de
La pompe consiste essentiellement en un boyau sont utilisés; cette pres-sion doit être
réservoir dans lequel le mélange venant du augmentée de 35 kPa pour chaque longueur
malaxeur est déversé. Une pression d’air est supplémentaire de 15 m de boyau, et de
établie à l’intérieur du réservoir à l’aide d’une 35 kPa pour chaque dénivelée ascendante
Contenu normatif

soupape ou d’un engrenage, et le boyau et la supplémentaire de 8 m entre le compresseur


lance de projection sont alimentés de façon et la lance de projection.
continue.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.2 Béton projeté par procédé à sec
Chapitre Norme

3 3201
Page

4 5 Béton projeté par procédé à sec


NORME
de

Date

2008 12 15

Pompe à eau 9- la granulométrie, la masse volumique


La pompe à eau doit être équipée d’un pilonnée à sec, la densité relative brute
manomètre. Elle doit maintenir une pression (état saturé, surface sèche), le pourcen-
d’eau supérieure de 100 kPa à celle qui est tage d’absorption des granulats fins et des
nécessaire pour la projection du béton. Cette gros granulats, de même que le module
pression est mesurée à la lance de projection. de finesse et l’indice colorimétrique des
La pompe doit fonctionner régulièrement et granulats fins;
sans secousses. 10- un rapport de laboratoire enregistré
établissant la réactivité alcali-granulat, tel
4.6 Fiche descriptive du mélange que cela est stipulé à la section 4.1.2.1.
La fiche descriptive des mélanges de
Cette fiche descriptive des mélanges de
béton projeté doit être datée et signée par
béton projeté est valide pour l’année civile
le responsable du contrôle de la qualité du
en cours. Les données correspondant aux
fabricant et être présentée avant la fourniture
numéros 1 à 6 doivent être présentées avant
du mélange. Les caractéristiques qui y sont
le début du bétonnage pour chaque contrat,
indiquées doivent être représentatives du
alors que les données des numéros 7 à 10
béton projeté qui sera mis en place et confor-
peuvent être soumises annuellement pour
mes aux exigences de la présente norme.
approbation avant le début de la fourniture du
Cette fiche doit comprendre les informations
mélange. Advenant des changements dans
suivantes :
les constituants du béton projeté ou dans les
1- la masse du ciment en kg/m3 du mélange; sources d’approvisionnement en granulats,
2- la masse des granulats fins et des gros une nouvelle fiche doit être produite.
granulats en kg/m3 du mélange (état Les résultats des essais concernant le
saturé, surface sèche); facteur d’espacement des bulles d’air et de
3- la résistance à la compression du réactivité alcali-granulat sont valides pour
mélange; trois années civiles après la publication du
4- le type de ciment, sa provenance et le rapport d’évaluation. Les résultats des essais
nom de la cimenterie; pour les autres caractéristiques physiques
sont valides pour l’année civile en cours.
5- le type d’adjuvant, le nom des produits et
les quantités proposées; Les changements qui nécessitent un
nouveau rapport établissant les caractéristi-
6- le nom de la fibre, la quantité et ses carac-
ques du réseau de bulles d’air entraîné sont
téristiques;
les changements de type de ciment, de la
7- un rapport d’un laboratoire enregistré source d’approvisionnement en granulats fins
établissant pour le mélange fourni les ainsi que de la source et de type d’adjuvants
caractéristiques du réseau de bulles d’air chimiques.
entraîné, soit la teneur en air, le facteur
d’espacement des bulles d’air et la surface 4.7 Température du béton frais
volumique;
Au moment de l’application, la température
8- les caractéristiques intrinsèques, de du béton ne doit pas être inférieure à 10 °C
fabrication et complémentaires des gra- ni être supérieure à 25 °C.
Contenu normatif

nulats fins et des gros granulats ainsi que


leur provenance;

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.2 Béton projeté par procédé à sec
Chapitre Norme

3 3201
Page
Béton projeté par procédé à sec 5 5
NORME
de

Date

2008 12 15

4.8 Béton projeté en sac 4.8.2 Étiquetage


Les mélanges ensachés doivent conte- Les sacs de béton projeté doivent com-
nir tous les constituants, y compris l’agent prendre les indications suivantes :
entraîneur d’air. – le nom du fabricant;
– le nom du produit;
4.8.1 Fiche technique
– la masse sèche;
Le mélange ensaché doit être accom-
pagné d’une fiche technique. Celle-ci doit – le rendement;
comprendre les indications suivantes:  – les recommandations d’application;
– l’usage recommandé; – la durée d’entreposage;
– les caractéristiques du béton projeté – le numéro de lot.
démontrant la conformité aux exigences
du tableau 3201–1;
– les précautions et limitations.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Bétons et produits connexes Tome

VII
3.3 Béton projeté par procédé humide
Chapitre Norme

3 3301
Page
Béton projeté par procédé humide 1 4
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet AUTRE DOCUMENT :


La présente norme a pour objet de déter- AMERICAN CONCRETE INSTITUTE
miner les exigences du Ministère en ce qui
a trait aux caractéristiques et aux critères ACI 506R « Guide to Shotcrete ».
d’évaluation du béton projeté par procédé
humide. 3. Définition
La définition suivante s’applique à la
2. Références présente norme :
La présente norme renvoie à l’édition la Béton projeté par procédé humide
plus récente des documents suivants : Mélange de matériau cimentaire, d’eau et
d’adjuvants, dans lequel sont enrobés des
NORMES : granulats fins et des gros granulats, pompé
dans un boyau et projeté à haute vélocité sur
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING AND une surface de béton.
MATERIALS
ASTM C 457 « Standard Test Method for
4. Caractéristiques requises
Micro-scopical Determination of Parame- Le béton projeté doit respecter les exigen-
ters of the Air-Void System in Hardened ces de la norme NQ 2621–900 « Bétons de
Concrete ». masse volumique normale et constituants »,
à l’exception des articles suivants :
ASSOCIATION CANADIENNE DE
5.1 Classification selon l’exposition aux
NORMALISATION
chlorures et au gel-dégel;
CSA A23.1 « Béton – Constituants et exécution
6.1.3 Ajouts cimentaires;
des travaux ».
6.3.2 Dosage des constituants préalable-
CSA A23.2–14A « Détermination du gonfle-
ment soumis à l’essai;
ment potentiel des granulats ».
6.3.3 Dosage de constituants à déterminer
CSA A23.2–25A « Détection des granulats
par des mélanges d’essai;
susceptibles de réactivité alcalis-silice par l’ex-
pansion accélérée de barres de mortier ». 6.3.4 Dosage avec ajouts cimentaires;
CSA A23.2–27A « Méthode normalisée de 7.1.2 Résistance à la compression, rapport
détermination du degré de réactivité alcaline eau/liant et catégorie de teneur en
des granulats et des mesures pour éviter air;
l’expansion nuisible du béton ». 7.2.1 Généralités;
CAN/CSA A3000 « Compendium des maté- 7.3 Température du béton à l’état plastique;
riaux liants ». 7.6 Résistance à l’écaillage des bétons
des classes d’exposition C–1 et C–2;
BUREAU DE NORMALISATION
DU QUÉBEC 8 Échantillonnage;
NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – 9.2 Fréquence des essais;
Granulats », Partie IV. 9.3 Critères d’acceptation pour la résistance
Contenu normatif

BNQ 2621–900 « Bétons de masse volumique à la compression.


normale et constituants ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.3 Béton projeté par procédé humide
Chapitre Norme

3 3301
Page

2 4 Béton projeté par procédé humide


NORME
de

Date

2008 12 15

4.1 Constituants du béton projeté 4.1.2 Adjuvants chimiques


Les adjuvants utilisés dans le béton ne
4.1.1 Granulats doivent contenir aucun chlorure; de plus, les
4.1.1.1 Réactivité alcali-granulat adjuvants de type C ou E (accélérateurs de
prise) sont interdits.
Le texte ci-dessous remplace l’article 3.4
de la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie 4.1.3 Fibre
civil – Granulats », Partie IV.
Le béton projeté doit contenir uniquement
Les gros granulats ne doivent pas présen- des fibres de polypropylène ayant les carac-
ter de gonflement excessif avec les alcalis du téristiques suivantes :
mélange.
– composition : à base d’homopolymère de
L’essai d’évaluation du potentiel de réacti- polypropylène vierge;
vité d’un granulat est effectué conformément
à la norme CSA A23.2–14A « Détermination – résistance en traction : de 275 à 415 MPa;
du gonflement potentiel des granulats ». – absorption d’eau : nulle;
La classification du degré de réactivité du – densité : de 0,90 à 0,92;
granulat est basée sur le tableau 2 de la norme – longueur : de 12 à 20 mm;
CSA A23.2–27A « Méthode normalisée de – résistance à l’humidité et aux alcalis du
détermination du degré de réactivité alcaline béton.
des granulats et des mesures pour éviter
l’expansion nuisible du béton », en utilisant Si une bétonnière mobile est utilisée pour la
les résultats de l’essai du prisme de béton. fabrication du béton projeté humide, les fibres
Les résultats obtenus au moyen de l’essai de polypropylène doivent être préalablement
accéléré ne sont pas considérés. mélangées au granulat fin à l’usine et l’agent
entraîneur d’air doit être introduit dans l’eau
Dans le cas de l’ouverture d’une nou- du réservoir de la bétonnière mobile.
velle source de granulat à béton, l’évaluation
préliminaire peut s’effectuer au moyen de la 4.2 Usages des constituants du
méthode CSA A23.2–25A « Détection des
granulats susceptibles de réactivité alcalis- béton projeté
silice par l’expansion accélérée de barres L’utilisation des accélérateurs de prise
de mortier ». La classification du degré de est interdite.
réactivité est basée sur le tableau 2 de la
norme CSA A23.2–27A. Cette disposition 4.3 Caractéristiques du béton
n’est valide que pour un an, soit le temps projeté
de réaliser les essais sur prismes de béton.
Le tableau 3301–1 regroupe les caracté-
Cette disposition ne s’applique pas pour les
ristiques du béton projeté.
granulats dolomitiques.
Les granulats classifiés « fortement réac- 4.4 Réseau de bulles d’air
tifs » ne doivent pas être utilisés.
Le béton livré au chantier doit posséder
Les granulats montrant une réactivité un facteur d’espacement des bulles d’air
de type alcali-carbonate ne doivent pas être inférieur ou égal à 230 µm en moyenne,
Contenu normatif

utilisés. aucun résultat ne devant être supérieur à


260 µm, que la teneur en air du béton durci
soit supérieure ou égale à 3 %.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.3 Béton projeté par procédé humide
Chapitre Norme

3 3301
Page
Béton projeté par procédé humide 3 4
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 3301–1
Caractéristiques du béton projeté par procédé humide
Masse min. de ciment
Résistance Rapport Gros granulats Affaissement(2) Teneur en air(3) Masse min.
(kg/m3)
à 28 jours eau/liant 2,5–10 mm de fibres
(MPa) max. (% masse min.) (mm) (%) (kg/m3)
Ciment composé(1)

35 410 0,40 25 100 ± 30 10–15 0,9


1. Ciment hydraulique composé de type GUb–SF, GUb–F/SF ou GUb–S/SF.
2. L’affaissement est mesuré après l’ajout de superplastifiant. La tolérance sur la valeur spécifiée d’affaissement
ne s’applique qu’aux fins de contrôle.
3. La teneur en air est mesurée à la sortie du camion malaxeur et après l’ajout de superplastifiant, s’il y a lieu.

La mesure est effectuée selon la méthode 3- la quantité d’eau en l/m3 du mélange;


exposée dans la norme ASTM C 457 4- la masse des granulats fins et des gros
« Standard Test Method for Microscopical granulats en kg/m3 du mélange (état
Determination of Parameters of the Air-Void saturé, surface sèche);
System in Hardened Concrete », en utilisant
5- le rapport massique eau/liant, en consi-
un facteur d’amplification qui doit être compris
dérant que les granulats sont dans un état
entre 100 et 125.
saturé, surface sèche;
4.5 Matériel 6- la résistance à la compression et l’affais-
sement du mélange;
Le matériel utilisé pour la projection du
béton est décrit dans le document ACI 506R 7- le type d’adjuvant, les noms du produit et du
« Guide to Shotcrete ». Le matériel doit être fournisseur et les quantités proposées;
d’une capacité suffisante pour assurer une 8- le type de ciment, sa provenance et le
projection uniforme et continue du béton. nom de la cimenterie;
9- un rapport d’un laboratoire enregistré
4.6 Fiche descriptive du mélange établissant pour le mélange fourni les
La fiche descriptive du mélange de béton caractéristiques du réseau de bulles d’air
doit être datée et signée par le responsable entraîné, soit la teneur en air, le facteur
du contrôle de la qualité du fabricant et être d’espacement des bulles d’air et la surface
présentée avant la fourniture du mélange. Les volumique;
caractéristiques qui y sont indiquées doivent 10- les caractéristiques intrinsèques, de fabri­
être représentatives du béton projeté qui sera cation et complémentaires des granulats
mis en place et conformes aux exigences de fins et des gros granulats ainsi que leur
la présente norme. provenance;
Cette fiche doit comprendre les informa- 11- la granulométrie, la masse volumique
tions suivantes : pilonnée à sec, la densité relative brute
1- la masse volumique du béton frais à la (état saturé, surface sèche), le pourcen-
teneur en air et l’affaissement spécifiés tage d’absorption des granulats fins et
en kg/m3 du mélange; des gros granulats ainsi que le module
Contenu normatif

2- la masse de ciment en kg/m 3 du de finesse et l’indice colorimétrique du


mélange; granulat fin;

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.3 Béton projeté par procédé humide
Chapitre Norme

3 3301
Page

4 4 Béton projeté par procédé humide


NORME
de

Date

2008 12 15

12- un rapport de laboratoire enregistré 4.7 Enregistrement du dosage des


établissant la réactivité alcali-granulat, tel gâchées de béton
que cela est stipulé à la section 4.1.1.1;
Pour chaque gâchée de béton, un enre-
13- les équipements de fabrication du gistrement officiel des masses de chacun des
béton. constituants entrant dans la composition du
Cette fiche descriptive du mélange de béton doit pouvoir être fourni sur demande.
béton est valide pour l’année civile en cours.
Les données correspondant aux numéros 1 4.8 Fabrication du béton
à 8 doivent être présentées avant le début du La fabrication du béton doit être conforme
bétonnage pour chaque contrat, alors que les aux exigences du chapitre 5 de la norme CSA
données des numéros 9 à 13 peuvent être A23.1 « Béton – Constituants et exécution des
soumises annuellement pour approbation travaux », à l’exception de l’article 5.2.4.4
avant le début de la fourniture du mélange. concernant le contrôle de la température.
Advenant des changements dans les consti-
tuants du béton ou dans les sources d’appro- Au moment de l’application, la température
visionnement en granulats, une nouvelle fiche du béton ne doit pas être inférieure à 10 °C ni
doit être produite. être supérieure à 25 °C.
Les résultats des essais concernant le
facteur d’espacement des bulles d’air et de
réactivité alcali-granulat sont valides pour trois
années civiles après la publication du rapport
d’évaluation. Les résultats des essais pour
les autres caractéristiques physiques sont
valides pour l’année civile en cours.
Les changements qui nécessitent un
nouveau rapport établissant les caractéristi-
ques du réseau de bulles d’air entraîné sont
les changements de type de ciment, de la
source d’approvisionnement en granulats fins
ainsi que de la source et de type d’adjuvants
chimiques.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.4 Éléments en béton préfabriqués
Chapitre Norme

3 3402
Page
Pavés 1 1
NORME
de

Date

2009 12 15

1. Objet
La présente norme a pour objet de
déterminer les exigences du Ministère en ce
qui a trait aux caractéristiques et aux critères
d’évaluation des pavés en béton préfabriqués
en usine.

2. Références
La présente norme renvoie à l’édition la
plus récente des documents suivants :

NORME
ASSOCIATION CANADIENNE
DE NORMALISATION
CSA A231.1/A231.2 « Precast Concrete
Paving Slabs/Precast Concrete Pavers ».

3. Caractéristiques requises
Le pavé en béton préfabriqué doit respec-
ter les exigences de la norme CSA A231.1/
A231.2 « Precast Concrete Paving Slabs/
Precast Concrete Pavers ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Bétons et produits connexes Tome

VII
3.4 Éléments en béton préfabriqués
Chapitre Norme

3 3403
Page
Blocs remblais 1 4
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 3. Définition
La présente norme a pour objet de La définition suivante s’applique à la
déterminer les exigences du Ministère en ce présente norme.
qui a trait aux caractéristiques et aux critères Bloc remblai
d’évaluation des blocs remblais en béton Élément de forme polygonale quelconque,
préfabriqués en usine. Ces blocs doivent être conçu pour empêcher le glissement l’un sur
fabriqués à l’aide d’un équipement approprié, l’autre, et servant à la construction de murs de
en utilisant un béton sans affaissement. soutènement, revêtements de talus, murets et
matelas de protection contre l’érosion.
2. Références Note :
La présente norme renvoie à l’édition la Bloc remblai est aussi connu sous l’appellation
plus récente des documents suivants : « parpaing ».

NORMES : 4. Caractéristiques requises


AMERICAN SOCIETY FOR TESTING 4.1 Constituants des blocs
AND MATERIALS remblais
ASTM C 260 « Standard Specification for Air-
Entraining Admixtures for Concrete ». 4.1.1 Liants hydrauliques
ASTM C 494 « Standard Specification for Les ciments portlands et les ciments
Chemical Admixtures for Concrete ». hydrauliques composés doivent être con-
ASTM C 979 « Standard Specification for formes aux exigences de la norme CAN/
Pigments for Integrally Colored Concrete ». CSA A3000 « Compendium des matériaux
liants ».
ASSOCIATION CANADIENNE Les ajouts cimentaires et le laitier hydrau­
DE NORMALISATION lique cimentaire doivent être conformes aux
CSA A23.2–14C « Prélèvement et détermi- exigences de la norme CAN/CSA A3000
nation de la résistance à la compression de « Compendium des matériaux liants ».
carottes de béton ».
CAN/CSA A3000 « Compendium des maté- 4.1.2 Adjuvants
riaux liants ». Les adjuvants doivent être conformes
aux exigences des normes ASTM C 260
BUREAU DE NORMALISATION « Standard Specification for Air-Entraining
DU QUÉBEC Admixtures for Concrete » et ASTM C 494
BNQ 2621–900 « Bétons de masse volumique « Standard Specification for Chemical Admix-
normale et constituants ». tures for Concrete ».
MINISTÈRE DES TRANSPORTS 4.1.3 Eau de gâchage
DU QUÉBEC L’eau de gâchage utilisée pour le béton des
Tome VII – Matériaux, blocs remblais doit respecter les exigences
Contenu normatif

Norme 12101 « Chlorure de sodium ». de l'article 6.1.5 de la norme BNQ 2621–900


« Bétons de masse volumique normale et
constituants ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.4 Éléments en béton préfabriqués
Chapitre Norme

3 3403
Page
2 4 Blocs remblais
NORME
de

Date

2008 12 15

4.1.4 Colorants Cette caractéristique doit être vérifiée


Les pigments utilisés dans la coloration selon la méthode décrite à l’article 4.4.2.
du béton doivent être des oxydes minéraux, La masse du matériau désagrégé déter-
naturels ou synthétiques, dont la stabilité sur le minée après 7 cycles, 28 cycles et 49 cycles
plan des couleurs est reconnue, et ils doivent est inscrite à 0,01 kg/m2 près et cumulée.
être conformes aux exigences de la norme
ASTM C 979 « Standard Specification for 4.4 Essais et exigences
Pigments for Integrally Colored Concrete ». Pour réaliser les essais, trois blocs rem-
blais représentatifs, prélevés au hasard, sont
4.1.5 Autres constituants nécessaires pour former un échantillon.
Les autres constituants qui entrent dans la Pour chaque bloc remblai échantillonné,
fabrication des blocs remblais ne doivent pas deux éprouvettes sont prélevées, une pour
altérer les caractéristiques du produit. l’essai de résistance à la compression et
l’autre pour l’essai de durabilité aux cycles
4.2 État de la surface de gel-dégel avec sel déglaçant.
Toutes les faces, sauf les faces éclatées, Les éprouvettes sont des carottes d’un
doivent avoir un aspect homogène et uniforme. diamètre compris entre 65 mm et 75 mm,
Elles doivent être unies et ne pas avoir de prélevées dans le sens de la mise en place
bosses ou de creux d’une hauteur ou d’une du béton.
profondeur supérieure à 3 mm.
Toutes les arêtes doivent être nettes et 4.4.1 Essai de résistance à la
régulières. Tous les éléments doivent être compression
exempts de fissures. L’essai de résistance à la compression
du béton doit être effectué selon la méthode
4.3 Caractéristiques physiques décrite dans la norme  CSA A23.2–14C « Pré-
Les caractéristiques physiques définies lèvement et détermination de la résistance
ci-après sont celles que doivent avoir les blocs à la compression de carottes de béton »,
remblais au moment de la livraison. avec conditionnement à l’humidité dans l’eau
saturée de chaux. Le diamètre des éprouvettes
4.3.1 Résistance à la compression doit être compris entre 65 mm et 75 mm. Le
Le béton doit avoir une résistance moyen- rapport longueur/diamètre de la carotte coif-
ne minimale à la compression de 35 MPa ou fée doit être compris entre 1,9 et 2,1. Dans le
plus. Cette résistance moyenne est établie à cas où la forme des blocs remblais ne permet
partir de trois résultats d’essais, dont aucun pas de prélever des carottes ayant un rapport
ne doit être inférieur à 30 MPa. longueur/diamètre entre 1,9 et 2,1, on doit
Cette caractéristique doit être vérifiée utiliser un rapport longueur/diamètre le plus
selon la méthode décrite à l’article 4.4.1. près possible de 2, sans toutefois être inférieur
à 1. Les résistances à la compression des
4.3.2 Durabilité aux cycles de carottes doivent être corrigées en fonction du
rapport longueur/diamètre qui est donné au
gel-dégel avec sel déglaçant
tableau 1 de la norme CSA A23.2–14C « Pré-
La durabilité du béton doit être telle que,
Contenu normatif

lèvement et détermination de la résistance à


après 49 cycles de gel-dégel, la perte de la compression de carottes de béton ».
masse moyenne mesurée sur trois éprouvet­
Toute anomalie de la carotte doit être
tes n’excède pas 0,60 kg/m2.
notée.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.4 Éléments en béton préfabriqués
Chapitre Norme

3 3403
Page
Blocs remblais 3 4
NORME
de

Date

2008 12 15

4.4.2 Essai de durabilité aux cycles C. Cales


de gel-dégel avec sel déglaçant Des cales doivent assurer le passage
Cet essai consiste à déterminer les pertes d’une couche de solution saline d’environ
de masse des éprouvettes de béton immer- 4 ± 2 mm sous l’éprouvette, tout en permet-
gées dans une solution saline et soumise tant l’exposition d’au moins 95 % de la face
à des cycles de gel-dégel. Le diamètre des inférieure de l’éprouvette à la solution saline.
éprouvettes doit être compris entre 65 mm Ces cales doivent être faites d’un matériau
et 75 mm. Le rapport longueur/diamètre de non corrosif (verre, céramique, plastique).
la carotte doit être compris entre 1,9 et 2,1. D. Balance
Dans le cas où la forme des blocs remblais
ne permet pas de prélever des carottes ayant La balance utilisée pour peser les débris
un rapport longueur/diamètre entre 1,9 et 2,1, du béton doit permettre de mesurer 500 g
on doit utiliser un rapport longueur/diamètre avec une précision ± 0,1 g.
le plus près possible de 2, sans toutefois être E. Solution saline
inférieur à 1.
La solution saline doit être une solution de
Le diamètre est la moyenne de deux NaCl conforme à la norme 12101 « Chlorure
mesures prises à l’angle droit et à mi-hauteur. de sodium » du Tome VII – Matériaux avec
Les mesures sont effectuées à 0,25 mm une pureté en NaCl de 99,9 % (exemple :
près. Avant de commencer l’essai, la surface sel d’adoucisseur d’eau). Elle doit avoir une
totale de l’éprouvette doit être mesurée et concentration de 3,0 ± 0,1 % et être à une
enregistrée. température comprise entre 5 °C et 30 °C.
4.4.2.1 Appareillage 4.4.2.2 Mode opératoire
A. Appareil de congélation-décongélation A. Préconditionnement de l’éprouvette
L’appareil de congélation-décongélation L’éprouvette doit être conservée à l’air
doit être une armoire ou une chambre froide ambiant, pendant une période de 7 jours, à
dont l’air ambiant, lors du cycle de congélation, une température comprise entre 15 °C et 30 °C
atteint -18 ± 3 °C dans l’heure qui suit le début et une humidité relative de 30 % à 70 %.
du cycle et, lors du cycle de décongélation,
ne dépasse en aucun temps 30 °C. B. Conditionnement de l’éprouvette
La puissance de l’appareil doit être telle L’éprouvette est placée à la verticale (l’ex-
que la température à l’intérieur des éprouvet- trémité sciée en dessous, s’il y a lieu) sur des
tes soit de -18 ± 3 °C lors des deux dernières cales à l’intérieur d’un contenant à immersion
heures du cycle de congélation, et égale ou qui ne doit contenir qu’une seule éprouvette.
supérieure à 5 °C à la fin du cycle de décon- Puis, le contenant est rempli de la solution
gélation. saline, de façon que l’éprouvette soit recou-
verte d’une épaisseur de 4 ± 2 mm, et fermé
B. Contenants d’immersion hermétiquement. Le rapport du volume de la
Les contenants utilisés pour l’immersion solution saline sur le volume de l’éprouvette
des éprouvettes doivent être fabriqués de doit être compris entre 1 et 2. Il faut s’assurer
matériaux non corrosifs et leurs dimensions que le contour de l’éprouvette est recouvert
d’au moins 2 mm de solution saline.
Contenu normatif

doivent permettre l’immersion complète des


éprouvettes dans la solution saline. Ces
contenants, munis d’un couvercle, doivent
être étanches.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.4 Éléments en béton préfabriqués
Chapitre Norme

3 3403
Page
4 4 Blocs remblais
NORME
de

Date

2008 12 15

Après un repos de 24 heures dans la F. Interruption de l’essai


solution saline, à une température comprise Si, pour des raisons quelconques, le cycle
entre 15 °C et 30 °C, l’éprouvette est prête de 24 heures ne peut être respecté, on doit
pour les cycles de gel-dégel. l’indiquer au procès-verbal; il faut alors inscrire
Après cette période, le recouvrement des au rapport d’essai le nombre de cycles et la
éprouvettes par la solution saline doit respecter durée de chaque délai allongeant les cycles
les exigences mentionnées précédemment. de gel-dégel décrits à l’article 4.4.2.2 c.
C. Cycle de gel-dégel En cas de défectuosité de l’appareil de
congélation-décongélation, l’éprouvette doit
Le cycle de gel-dégel a une durée de
être maintenue dans son contenant d’immer-
24 heures, dont 16 ± 1 heures pour la congéla-
sion, avec la solution saline, à la température
tion et 8 ± 1 heures pour la décongélation. Les
ambiante du laboratoire.
températures de l’air ambiant dans l’appareil
de congélation-décongélation ainsi que celles
de l’intérieur d’une éprouvette témoin doivent
être enregistrées, par un appareil approprié,
toutes les 30 minutes pour tous les cycles.
D. Mesure de la désagrégation
Après 7 cycles, 28 cycles et 49 cycles,
une mesure du matériau désagrégé doit être
prise.
L’éprouvette est rincée à l’eau du robinet
et nettoyée à l’aide d’un pinceau, afin d’enle­
ver toutes les particules détachées. Ces parti­
cules et celles qui sont recueillies au fond
du contenant doivent être lavées, filtrées au
tamis de 80 µm, puis séchées et pesées. Les
pertes de masses cumulatives de matériaux
désagrégés sont quantifiées en kg/m2, la
surface de calcul étant celle qui est obtenue
selon l’article 4.4.2.
Après chaque opération de mesure de
la masse du matériau désagrégé, la solution
saline doit être renouvelée.
Il n’est pas nécessaire de soumettre
l’éprouvette à une période de saturation de
24 heures après 7 cycles et 28 cycles, pourvu
qu’elle soit maintenue dans des conditions
saturées.
E. Nombre de cycles
Contenu normatif

L’essai doit se poursuivre sans interruption


pendant 49 cycles de gel-dégel, sauf si on
relève une perte supérieure à 2 kg/m2.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.5 Matériaux de cure
Chapitre Norme

3 3501
Page
Matériaux de cure 1 2
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 4. Caractéristiques requises


La présente norme a pour objet de
déterminer les exigences du Ministère en ce 4.1 Toile absorbante
qui a trait aux caractéristiques et aux critères La toile absorbante est composée de fibres
d’évaluation des matériaux de cure. synthétiques.
La toile de fibres synthétiques est consti-
2. Références tuée de polyester ou de polypropylène non
La présente norme renvoie à l’édition la tissé et aiguilleté. Elle doit avoir une masse
plus récente des documents suivants : surfacique minimale de 300 g/m2 et être de
couleur blanche.
NORMES : La toile absorbante doit avoir une largeur
d’au moins 1 m; elle ne doit pas contenir de
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING substances qui pourraient être nocives pour le
AND MATERIALS béton. La toile neuve doit être rincée à grande
eau, de façon à la rendre plus absorbante et à
ASTM C 156 « Standard Test Method for Water la débarrasser de toute substance soluble.
Retention by Concrete Curing Materials ».
ASTM C 171 « Standard Specification for 4.2 Feuille imperméable
Sheet Materials for Curing Concrete ».
ASTM C 309 « Standard Specification for La feuille imperméable doit être conforme
Liquid Membrane-Forming Compounds for aux exigences de la norme ASTM C 171
Curing Concrete ». « Standard Specification for Sheet Materials
for Curing Concrete ».
ASTM D 883 « Standard Terminology Relating
to Plastics ». La feuille imperméable est, soit :
– un papier imperméable composé de deux
3. Définitions feuilles de papier Kraft collées au moyen
d’un liant bitumineux et renforcées par des
Les définitions suivantes s’appliquent à la fibres;
présente norme : – une pellicule de polyéthylène transparente
Matériau de cure ou opaque de couleur blanche, et d’une
Matériau destiné à favoriser l’hydratation du épaisseur minimale de 0,1 mm;
ciment au cours des premières heures soit – une toile ayant une masse surfacique
en conservant l’eau de malaxage à l’intérieur minimale de 305 g/m2, recouverte d’un
du béton durant la période de durcissement côté d’une pellicule de polyéthylène opa-
initiale, soit en réduisant la perte d’humidité que de couleur blanche d’une épaisseur
du béton en scellant la surface. minimale de 0,1 mm.
Produit de cure formant membrane De plus, la feuille imperméable doit avoir
Matériau liquide composé de résines, de une largeur d’au moins 1 m, être exempte de
pigments, de plastifiants en dispersion dans déchirures et ne pas contenir de substances
l’eau ou de solvants volatils, appliqué à l’aide qui pourraient être nocives pour le béton.
d’un rouleau ou d'un pulvérisateur soit sur une
Contenu normatif

surface de béton frais, soit sur une surface de


béton décoffré avant la fin de sa période de
mûrissement.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.5 Matériaux de cure
Chapitre Norme

3 3501
Page

2 2 Matériaux de cure
NORME
de

Date

2008 12 15

4.3 Produit de cure formant 4.4 Étiquetage


membrane Les produits de cure formant membrane
Le produit de cure doit être conforme doivent être livrés dans des contenants scellés
aux exigences de la norme ASTM C 309 et comprendre les indications suivantes :
« Standard Specification for Liquid Membrane – les noms du fabricant et du produit;
Forming Compounds for Curing Concrete ». – les instructions concernant l’application;
Le produit de cure formant membrane est, – le numéro du lot de production ou de
soit : cuvée;
– translucide sans colorant (type 1); – le volume des contenants.
– translucide, avec un colorant fugace
(type 1-D);
– pigmenté blanc (type 2);
– à la base de résine de classe B tel qu’elle
est définie dans la norme ASTM D 883
« Standard Terminology Relating to Plas-
tics ».
Le produit de cure de type 2, utilisé pour
la cure des revêtements en béton, doit limiter
la perte d'humidité du béton à un maximum
de 0,35 kg/m2 après 72 heures. L’essai est
effectué selon la norme ASTM C 156 « Stan-
dard Test Method for Water Retention by
Concrete Curing Materials », en appliquant
le produit de cure selon le taux recommandé
par le fabricant.

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.6 Imperméabilisants à béton
Chapitre Norme

3 3601
Page
Imperméabilisants à béton 1 2
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 4. Caractéristiques requises


La présente norme a pour objet de déter-
miner les exigences du Ministère en ce qui a 4.1 Polymère de silicone
trait aux caractéristiques et aux critères d’éva- Les essais sur le polymère de silicone sont
luation des imperméabilisants à béton. réalisés selon le mode « Series 1 Tests » décrit
dans le rapport NCHRP 244 « Concrete Sea-
2. Références lers for Protection of Bridge Structures ».
La présente norme renvoie à l’édition la Le polymère de silicone appliqué au taux
plus récente des documents suivants : de 0,33 l/m2 sur un spécimen de béton doit
rencontrer les exigences du tableau 3601–1.
NORMES : Le polymère de silicone ne doit pas tacher
le béton ni altérer sa couleur.
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING La détermination de la composition des
AND MATERIALS polymères de silicone est effectuée par
ASTM D 5095 « Standard Test Method for l’évaluation du contenu en matières solides
Determination of the Nonvolatile Content in et par l’identification du polymère. Le pour-
Silanes, Siloxanes and Silane-Siloxane Blends centage de matières solides est déterminé
Used in Masonry Water Repellent Treat- conformément à la norme ASTM D 5095
ments ». « Standard Test Method for Determination of
the Nonvolatile Content in Silanes, Siloxanes
and Silane-Siloxane Blends Used in Masonry
AUTRE DOCUMENT :
Water Repellent Treatments ».
NATIONAL COOPERATIVE HIGHWAY
RESEARCH PROGRAM 4.2 Étiquetage
NCHRP Report 244 « Concrete Sealers for Les imperméabilisants à béton doivent être
Protection of Bridge Structures ». livrés dans des contenants scellés et porter
une étiquette mentionnant :
3. Définitions – les noms du fabricant et du produit;
La définition suivante s’applique à la pré- – les instructions concernant l’application;
sente norme : – le numéro du lot de production ou de
Polymère de silicone cuvée;
Produit dérivé des silicones, désigné sous le – le volume des bidons.
nom de « Silane » ou tout autre produit appa-
renté, utilisé pour imperméabiliser le béton
soumis à l’exposition de l’eau contenant des
sels de déglaçage.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.6 Imperméabilisants à béton
Chapitre Norme

3 3601
Page

2 2 Imperméabilisants à béton
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 3601–1
Exigences sur le polymère de silicone
(%) de réduction de (%) de réduction de de la
Produits l’absorption de l’eau(1) pénétration des chlorures (1)
(min.) (min.)
Silane
(teneur en matières solides
80 80
supérieure ou égale à 40 %
en masse)
Silane ou autres produits
apparentés
75 75
(teneur en matières solides
inférieure à 40 % en masse)
1. Par rapport à un béton témoin.

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.7 Membrane d’étanchéité
Chapitre Norme

3 3701
Page
Membrane d’étanchéité 1 4
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 3. Définition
La présente norme a pour objet de La définition suivante s’applique à la
déterminer les exigences du Ministère en ce présente norme :
qui a trait aux caractéristiques et aux critères Membrane d’étanchéité
d’évaluation d’une membrane d’étanchéité. Revêtement adhérent et imperméable à l’eau,
mis en place sur une dalle sur poutre ou sur
2. Références un tablier d’ouvrage d’art pour protéger les
La présente norme renvoie à l’édition la surfaces de béton contre l’arrivée d’eau char-
plus récente des documents suivants. gée de sels de déglaçage.

NORMES :
4. Caractéristiques requises
La membrane d’étanchéité comprend :
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING – une couche d’accrochage au béton;
AND MATERIALS
– une feuille préfabriquée qui adhère à
ASTM C 836 « Standard Specification for High la surface de la dalle par fusion.
Solids Content, Cold Liquid-Applied Elasto-
La couche d’accrochage est constituée
meric Water-proofing Membrane for Use with
par un enduit à base de bitume modifié par
Separate Wearing Course ».
un polymère SBS (styrène-butadiène-styrène).
OFFICE DES NORMES GÉNÉRALES La teneur minimale de SBS du bitume modifié
DU CANADA doit être de 8 % en volume.
ONGC 37–GP–56 « Membrane bitumineuse La feuille préfabriquée est constituée :
modifiée, préfabriquée et renforcée, pour le – d’une armature en polyester non tissée;
revêtement des toitures ». – d’un bitume élastomère SBS (styrène-
butadiène-styrène) enrobant l’armature
autres DOCUMENTS : synthétique des deux côtés. L’épaisseur
de la couche de bitume destinée à la
LABORATOIRE CENTRAL DES PONTS fusion doit être telle qu’elle permette une
ET CHAUSSÉES adhérence en tout point de la feuille au
« Caractéristiques mécaniques de matériaux support, sans endommager l’armature à
en films et en feuilles » : l’occasion du soudage;
– Détermination de la composition d’une – d’une couche supérieure de protection
feuille d’étanchéité bitumineuse. constituée de gravillons minéraux de cou-
leur grise, appliqués à un taux maximal de
– Détermination des caractéristiques en
1,2 kg/m2 et incrustés dans le bitume.
traction.
L’épaisseur minimale de la feuille pré-
– Détermination de l’adhérence.
fabriquée, mesurée en pleine feuille, est de
– Détermination de l’imperméabilité. 4,5 mm.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.7 Membrane d’étanchéité
Chapitre Norme

3 3701
Page

2 4 Membrane d’étanchéité
NORME
de

Date

2008 12 15

4.1 Essais Tableau 3701–1


Caractéristiques mécaniques de la feuille
Ces essais sont effectués avec une couche préfabriquée
d’accrochage à base de solvant et avec une
couche d’accrochage à base d’eau. Tempé- Allon-
Force
Vitesse rature gement
Pour les essais d’adhérence et de fissura­ minimale à
d’étirement pendant minimal à
la rupture
tion, le support de béton est préalablement (mm/min) l’essai la rupture
(N/mm)
enduit d’une couche d’accrochage appliquée (°C) (%)
au taux de 0,2 L/m2. Immédiatement après 100 20 30 10
l’évaporation complète du solvant ou de l’eau, 10 -10 20 —
la feuille préfabriquée est collée par fusion au
chalumeau. 4.1.3 Essai de traction sur un collage
4.1.1 Détermination de la composition L’essai de traction est réalisé sur des
éprouvettes découpées perpendiculairement
L’essai est réalisé selon le mode opéra- au joint longitudinal, de telle sorte que le
toire LCPC « Détermination de la composition collage se trouve au centre de l’haltère.
d’une feuille d’étanchéité bitumineuse », sur
des éprouvettes de 50 x 100 mm extraites au L’essai de traction sur un collage sans
trichloréthylène. choc thermique préalable comprend un essai
à 20 ± 1 °C, à une vitesse de 100 mm/min,
4.1.2 Essai de traction et un essai à -10 ± 1 °C, à une vitesse de
10 mm/min.
L’essai est réalisé sur des éprouvettes
en forme d’haltère de 25 mm de largeur et Les résultats de l’essai doivent corres­
de 85 mm de longueur (longueur mesurée pondre à au moins 70 % des valeurs obtenues
entre les mâchoires), conformément au mode à l’occasion de l’essai de traction.
opératoire LCPC « Détermination des carac-
téristiques en traction ». 4.1.4 Essai de perforation
L’essai de traction comprend : Le diamètre de l’éprouvette est de 25 mm,
le poinçon est une tige de 3 mm de diamètre,
– un essai à 20 ± 1 °C, à une vitesse terminée par un cône d’angle au sommet de
de 100 mm/min, sur des éprouvettes 30° dont l’extrémité est légèrement arrondie.
découpées dans les sens longitudinal et
transversal; Les essais sont réalisés à 20 °C et -10 °C,
à la vitesse de 500 mm/min.
– un essai à 20 ± 1 °C, à une vitesse de
100 mm/min, et un essai à -10 ± 1 °C, à une La force de pénétration doit être supé­
vitesse de 10 mm/min, sur des éprouvettes rieure à 80 N.
découpées dans le sens longitudinal, ayant
subi un choc thermique à 140 °C, avec 4.1.5 Essai d’absorption d’eau
maintien de cette température pendant L’essai consiste à immerger dans l’eau
10 min, puis décroissance jusqu’à 40 °C. une éprouvette de 100 x 100 mm pendant
Les caractéristiques mécaniques sont 5 jours, à 50 °C.
données au tableau 3701–1. L’éprouvette ne doit pas absorber plus
d’un gramme d’eau.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.7 Membrane d’étanchéité
Chapitre Norme

3 3701
Page
Membrane d’étanchéité 3 4
NORME
de

Date

2008 12 15

4.1.6 Essai d’adhérence au support 1 kg que l’on laisse tomber d’une hauteur de
L’essai est réalisé selon le mode opératoire 500 mm, présenter une marque légère mais
LCPC « Détermination de l’adhérence », à la sans subir de perforation et être étanches à
température de 20 ± 1 °C. l’eau.
L’adhérence au support doit être supé- 4.1.10 Essai de résistance au choc
rieure à 0,4 MPa.
statique
4.1.7 Essai de souplesse à basse L’essai est réalisé sur des éprouvettes de
température 200 x 200 mm, conformément au mode opé-
ratoire « Essai de perforation statique » décrit
L’essai est réalisé sur une éprouvette de dans la norme ONGC 37–GP–56 « Membrane
100 x 150 mm refroidie jusqu’à -10 °C et pliée bitumineuse modifiée, préfabriquée et renfor-
à angle droit sur un mandrin de 25 mm de cée, pour le revêtement des toitures ».
rayon en 2 secondes.
Les éprouvettes doivent pouvoir résister
L’éprouvette ne doit présenter aucun à une force de 245 N exercée à 23 ± 2 °C
signe de craquelage ou de fendillage. pendant une heure, présenter une marque
légère mais sans subir de perforation et être
4.1.8 Essai d’imperméabilité
étanches à l’eau.
L’essai est réalisé selon le mode opératoire
LCPC « Détermination de l’imperméabilité ». 4.1.11 Détermination du pouvoir
Une éprouvette de 150 mm de diamètre de colmatage des fissures
est soumise à une pression d’eau de : L’essai est réalisé conformément à la
– 0,1 MPa pendant 5 jours; norme ASTM C 836 « Standard Specification
– 0,2 MPa pendant 1 jour; for High Solids Content, Cold Liquid-Applied
– 0,3 MPa pendant 1 jour; Elasto-meric Waterproofing Membrane for Use
with Separate Wearing Course ».
– 0,5 MPa pendant 1 jour.
À une température de -20 °C, après
Au cours de l’essai, on ne doit observer 10 cycles de dilatation et de compression,
aucun passage d’eau. à une vitesse de 3 mm/h, ouvrant à 3 mm,
l’éprouvette ne doit présenter aucun signe
4.1.9 Essai de résistance au choc de craquelage, de fendillement ou de perte
dynamique d’adhérence.
L’essai est réalisé sur des éprouvettes
de 300 x 300 mm, conformément au mode 4.1.12 Détermination de la stabilité
opératoire « Essai de résistance au choc sous l’enrobé
dynamique » décrit dans la norme ONGC La feuille préfabriquée est préalablement
37–GP–56 « Membrane bitumineuse modifiée, enduite d’une émulsion anionique à rupture
préfabriquée et renforcée, pour le revêtement lente (SS–1) au taux résiduel de 0,15 l/m2,
des toitures ». puis recouverte d’une couche de 65 mm
Les essais doivent être effectués à des d’épaisseur d’enrobé de type EB–10 S, mis en
températures de 23 ± 2 °C et - 10 ± 2 °C. place à 160 °C et densifié à 94 % de la densité
Contenu normatif

Les éprouvettes doivent pouvoir résister maximale du mélange avec des pneumatiques
à un choc de 4,9 J produit par une masse de gonflés à 0,6 MPa.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.7 Membrane d’étanchéité
Chapitre Norme

3 3701
Page

4 4 Membrane d’étanchéité
NORME
de

Date

2008 12 15

La plaque est découpée en quatre parties 4.2 Étiquetage


et l’on procède sur la coupe à un examen visuel Les produits constituant la membrane
de la feuille préfabriquée et de l’enrobé afin d’étanchéité doivent être livrés dans des con­
de déceler d’éventuelles anomalies. tenants ou emballages scellés et comprendre
Deux quarts de la plaque sont ensuite les indications suivantes :
introduits pendant 2 heures dans une étuve à – les noms du fabricant et du produit;
100 °C. La feuille préfabriquée est désolidari-
sée manuellement du support et de l’enrobé, – les instructions concernant l’application;
en prenant soin de ne pas détruire ce dernier, – le numéro du lot de production;
afin d’examiner son aspect à l’interface avec – le volume des contenants de la couche
la feuille. Une fois récupérée, la feuille est d’accrochage.
examinée par transparence pour déceler les
perforations.
Sur un quart de la feuille ainsi récupérée,
le liant bitumineux est extrait à l’aide de trichlo-
réthylène afin de récupérer l’armature. Une fois
sèche, celle-ci est également examinée par
transparence pour en constater l’état.
Des observations visuelles portant sur les
points suivants doivent démontrer la stabilité
de la feuille préfabriquée sous l’enrobé :
– adhérence entre la feuille préfabriquée et
l’enrobé, et entre la feuille préfabriquée et
le support;
– tenue de la feuille préfabriquée (déforma-
tion, perforations).

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.8 Mortiers cimentaires en sacs
Chapitre Norme

3 3801
Page
Mortiers cimentaires en sacs 1 4
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 3. Définition
La présente norme a pour objet de déter- La définition suivante s’applique à la
miner les exigences du Ministère en ce qui a présente norme :
trait aux caractéristiques et aux critères d’éva- Mortier cimentaire en sac 
luation des mortiers cimentaires préparés et Mélange de liant hydraulique, de granulats fins
ensachés en usine, utilisés pour la réparation et d’adjuvants chimiques, pouvant contenir des
du béton. ajouts cimentaires, des fibres ou des polymè-
res, préparé en usine et fourni en sacs.
2. Références
La présente norme renvoie à l’édition la 4. Classification
plus récente des documents suivants : Les mortiers cimentaires sont classifiés
en trois catégories, N, R et TR :
NORMES : Catégorie N
Mortier dont le développement des résistances
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING à la compression est normal.
AND MATERIALS
Catégorie R
ASTM C109/C109M « Standard Test Method Mortier dont le développement des résistances
for Compressive Strength of Hydraulic à la compression est rapide.
Cement Mortars (Using 2-in. or 50 mm Cube
Catégorie TR
Specimens) ».
Mortier dont le développement des résistances
ASTM C 157 « Standard Test Method for à la compression est très rapide.
Length Change of Hardened Hydraulic Cement
Mortar and Concrete ». 5. Caractéristiques requises
ASTM C 348 « Standard Test Method for
Flexural Strength of Hydraulic Cement
Mortars ».
5.1 Exigences générales
ASTM C 642 « Standard Test Method for Les mortiers cimentaires doivent contenir
Specific Gravity, Absorption, and Voids in moins de 5 % de gros granulats retenus sur
Hardened Concrete ». le tamis 10 mm.
ASTM C 666 « Standard Test Method for Les polymères utilisés comme constituant
Resistance of Concrete to Rapid Freezing and du mortier cimentaire doivent être employés
Thawing ». avec ou en remplacement de l’eau de
gâchage.
ASTM C 672 « Standard Test Method for Sca-
ling Resistance of Concrete Surfaces Exposed Les fibres utilisées comme constituant
to Deicing Chemicals ». du mortier cimentaire ne doivent pas se cor-
roder ni provoquer de gonflement du mortier
ASTM C 882 « Standard Test Method for
cimentaire.
Bond Strength of Epoxy–Resin Systems Used
With Concrete by Slant Shear ». Les sacs utilisés pour l’ensachage doi-
vent être constitués d’un matériau résistant à
ASTM C 1152 « Standard Test Methods
l’humidité, afin de prévenir l’hydratation des
for Acid-Soluble Chloride in Mortar and
constituants du mortier cimentaire.
Concrete ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.8 Mortiers cimentaires en sacs
Chapitre Norme

3 3801

2
Page
4 Mortiers cimentaires en sacs
NORME
de

Date

2008 12 15

Tous les mortiers cimentaires doivent être partir du malaxage d’un échantillon selon les
accompagnés d’une fiche technique. La fiche recommandations du fabricant, en utilisant un
technique doit comprendre les informations malaxeur à mortier.
suivantes : Les spécimens sont conservés dans un
– l’usage du mortier cimentaire; moule et protégés contre l’évaporation au
– les recommandations concernant le cours des premières 24 heures, sauf les spé-
malaxage (la quantité d’eau, la quantité cimens de la catégorie TR, qui sont démoulés
de polymère, l’utilisation de polymère, les après trois heures. Une fois le démoulage
équipements utilisés pour le malaxage, complété, les spécimens sont conservés à
les quantités à malaxer, le temps de l’air ambiant du laboratoire jusqu’au moment
malaxage); des essais; cependant, les spécimens desti-
nés aux essais de gel-dégel sont conservés
– les caractéristiques du mortier cimentaire
à l’humidité jusqu’au moment des essais.
définies au tableau 3801–1;
– les recommandations concernant la pré- 5.3.1 Essai de résistance
paration des surfaces; à la compression
– les recommandations concernant la cure; L’essai de résistance à la compression doit
– les limitations du mortier cimentaire; être réalisé conformément aux exigences de
– les précautions concernant l’utilisation. la norme ASTM C109/C109M « Standard Test
Method for Compressive Strength of Hydraulic
5.2 Étiquetage Cement Mortars (Using 2 in. or 50 mm Cube
Specimens) ».
Les sacs doivent mentionner les informa-
tions suivantes : 5.3.2 Essai de résistance à la flexion
– le nom du fabricant; L’essai de résistance à la flexion doit être
– le nom du mortier cimentaire; réalisé conformément aux exigences de la
– la masse du sac; norme ASTM C 348 « Standard Test Method
for Flexural Strength of Hydraulic Cement
– le rendement; Mortars ».
– la date d’expiration, s’il y a lieu;
– les recommandations pour le malaxage; 5.3.3 Essai d’absorption d’eau
– les quantités d’eau ou de polymères L’essai d’absorption d’eau doit être réalisé
nécessaires; conformément aux exigences de la norme
– les précautions à prendre. ASTM C 642 « Standard Test Method for
Specific Gravity, Absorption, and Voids in
Hardened Concrete ».
5.3 Exigences et essais
Les mortiers cimentaires doivent res- 5.3.4 Essai de détermination
pecter les caractéristiques énumérées au de la variation de longueur
tableau 3801–1. L’essai de détermination de la variation de
Pour réaliser les essais, un sac de mortier longueur doit être réalisé conformément aux
cimentaire constitue un échantillon. Les spé- exigences de la norme ASTM C 157 « Standard
cimens destinés aux essais sont prélevés à Test Method for Length Change of Hardened

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.8 Mortiers cimentaires en sacs
Chapitre Norme

3 3801
Page
Mortiers cimentaires en sacs 3 4
NORME
de

Date

2008 12 15

Hydraulic Cement Mortar and Concrete », sur 80 µm, puis séchées et pesées. Les pertes
des spécimens de 25 × 25 × 300 mm. La de masses cumulatives de mortier désagrégé
lecture initiale est prise immédiatement après sont quantifiées en kg/m2, la surface de calcul
le démoulage : 24 heures pour les mortiers étant celle soumise à l’essai d’écaillage.
cimentaires de type N et R et 3 heures pour Après chaque opération de mesure de
les mortiers cimentaires de type TR. la masse du mortier désagrégé, la solution
saline doit être renouvelée.
5.3.5 Essai d’écaillage de surface
L’essai doit se poursuivre sans interruption
L’essai d’écaillage de surface doit être pendant 49 cycles de gel et de dégel, sauf si
réalisé conformément aux exigences de la on relève une perte supérieure à 2 kg/m2.
norme ASTM C 672 « Standard Test Method
for Scaling Resistance of Concrete Surfaces Si, pour des raisons quelconques, le cycle
Exposed to Deicing Chemicals ». de 24 heures ne peut être respecté, on doit
l’indiquer au compte rendu; il faut alors inscrire
Après 7 cycles, 28 cycles et 49 cycles, une dans le rapport d’essai le nombre de cycles
mesure du mortier désagrégé doit être prise. et la durée de chaque délai.
L’éprouvette est rincée à l’eau du robinet et En cas de défectuosité de l’appareil de
nettoyée à l’aide d’un pinceau, afin d’enlever congélation-décongélation, l’éprouvette doit
toutes les particules détachées. Ces particules être maintenue dans son contenant d’immer-
et celles qui sont recueillies au fond du conte- sion, avec la solution saline, à la température
nant doivent être lavées, filtrées au tamis de ambiante du laboratoire.

Tableau 3801–1
Caractéristiques et méthodes d’essais des mortiers cimentaires
Méthodes Catégorie de mortier
Caractéristiques
d’essais N R TR
Résistance en compression ASTM C 109 / 3h — — 17
(MPa) C 109 M 1d 12 22 —
7d 30 35 45
28d 30 35 45
Résistance à la flexion (MPa) ASTM C 348 7d 6,0
Adhérence au béton (MPa) ASTM C 882 1d 7,0
7d 10,0
Absorption d’eau (%) ASTM C 642 28d max 5,5
Variation de longueur (%) ASTM C 157 28d (eau) + 0,15
28d (air) - 0,15
Écaillage de surface (49 cycles) ASTM C 672 Perte max.(kg/m ) 2
0,50
Gel-dégel (300 cycles) ASTM C 666 Module d’élasticité 80
min.(%)
Teneur en ions chlorures (kg/m3) ASTM C 1152 — 0,60

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.8 Mortiers cimentaires en sacs
Chapitre Norme

3 3801

4
Page
4 Mortiers cimentaires en sacs
NORME
de

Date

2008 12 15

5.3.6 Essai de gel-dégel


L’essai de gel-dégel doit être réalisé
conformément aux exigences de la norme
ASTM C 666 « Standard Test Method for
Resistance of Concrete to Rapid Freezing
and Thawing ».

5.3.7 Ions chlorures


La teneur en ions chlorures du mélange
sec ne doit pas excéder 0.6 kg/m3. L’évaluation
doit être faite conformément aux exigences
de la norme ASTM C 1152 « Standard Test
Methods for Acid-Solubre Chloride in Mortar
and Concrete ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.9 Coulis cimentaires
Chapitre Norme

3 3901
Page
Coulis cimentaires 1 4
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet ASTM E 488 « Standard Test Methods for


Strength of Anchors in Concrete and Masonry
La présente norme a pour objet de Elements ».
déterminer les exigences du Ministère en ce
qui a trait aux caractéristiques et aux critères Association canadienne
d’évaluation des coulis cimentaires. de normalisation
CSA A23.1 « Béton – Constituants et exécu-
2. Références tion des travaux ».
La présente norme renvoie à l’édition la CSA A23.2–1B « Détermination de la viscosité,
plus récente des documents suivants : du ressuage, du gonflement et de la résistance
à la compression du coulis fluide ».
Normes : CAN/CSA A3000 « Compendium des maté-
riaux liants ».
American Society for Testing
and Materials BUREAU DE NORMALISATION
DU QUÉBEC
ASTM C 260 « Standard Specification for
Air-Entraining Admixtures for Concrete ». NQ 2621–900 « Bétons de masse volumique
normale et constituants ».
ASTM C 494 « Standard Specification for
Chemical Admixtures for Concrete ».
3. Définition
ASTM C 939 « Standard Test Method for Flow
of Grout for Preplaced-Aggregate Concrete La définition suivante s’applique à la
(Flow Cone Method) ». présente norme :
ASTM C 940 « Standard Test Method for Coulis cimentaire
Expansion and Bleeding of Freshly Mixed Mélange de ciment Portland, d’eau et d’adju-
Grouts for Preplaced-Aggregate Concrete in vants ayant une consistance fluide.
the Laboratory ».
ASTM C 942 « Standard Test Method for 4. Caractéristiques requises
Compressive Strength of Grouts for Preplaced-
Aggregate Concrete in the Laboratory ». 4.1 Exigences générales
ASTM C 1064 « Standard Test Method for
Tem-perature of Freshly Mixed Portland 4.1.1 Coulis en sac
Cement Concrete ». Les coulis en sac sont utilisés pour :
ASTM C 1090 « Standard Test Method for – l’ancrage au béton et autres usages;
Measuring Changes in Height of Cylindrical – l’injection de gaines de précontrainte.
Specimens of Hydraulic-Cement Grout ». Les sacs utilisés pour l’ensachage doi-
ASTM C 1107 « Standard Specification for vent être constitués d’un matériau résistant
Packaged Dry, Hydraulic-Cement Grout à l’humidité.
(Nonshrink) ». Le coulis doit être accompagné d’une
ASTM C 1152 « Standard Test Method for Acid- fiche technique. Celle-ci doit comprendre les
Soluble Chloride in Mortar and Concrete ». indications suivantes :
Contenu normatif

ASTM C 1202 « Standard Test Method for – l’usage recommandé;


Electrical Indication of Concrete’s Ability to – les recommandations de malaxage (quan-
Resist Chloride Ion Penetration ». tité d’eau et équipement nécessaires);

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.9 Coulis cimentaires
Chapitre Norme

3 3901

2
Page
4 Coulis cimentaires
NORME
de

Date

2008 12 15

– les caractéristiques du coulis démon- Le coulis préparé au chantier doit


trant la conformité aux exigences du être accompagné de la fiche descriptive du
tableau 3901–1 pour l’ancrage au béton et mélange. Celle-ci doit comprendre les indi-
autres usages et au tableau 3901–2 pour cations suivantes :
l’injection de gaines de précontrainte; – la masse du ciment;
– les précautions et limitations. – la quantité d’eau;
Le coulis cimentaire pour l’injection de gai- – le type d’équipement pour le malaxage;
nes de précontrainte doit être thixotropique.
– les types et quantités d’adjuvants chimi-
4.1.1.1 Étiquetage ques;
Les sacs de coulis doivent porter les – les caractéristiques du coulis tels que
indications suivantes : définies au tableau 3901–3.
– le nom du fabricant; 4.1.2.1 Adjuvants chimiques
– l’identification du coulis; Un agent réducteur d’eau ou un super-
– la masse sèche du coulis; plastifiant peuvent être utilisés pour réduire
– le rendement; le ressuage et augmenter la fluidité. Ces
adjuvants doivent être conformes aux nor-
– les recommandations pour le malaxage;
mes ASTM C 260 « Standard Specification
– la date d’expiration, s’il y a lieu; for Air-Entraining Admixtures for Concrete »
– les précautions à prendre, notamment ou ASTM C 494 « Standard Specification for
l’entreposage; Chemical Admixtures for Concrete ». Tous les
– le numéro de lot. adjuvants chimiques doivent être exempts de
chlorure.
4.1.2 Coulis préparé au chantier Le coulis d’ancrage doit contenir un agent
Les coulis préparés au chantier sont expansif à base de poudre d’aluminium pour
utilisés exclusivement pour ancrage au roc. produire une dilatation.

Tableau 3901–1
Caractéristiques du coulis en sac pour l’ancrage au béton et autres usages
Caractéristiques Méthodes d’essai Exigences(1)
7,0 MPa à 1 jour
Résistance minimale à la 17,0 MPa à 3 jours
CSA A23.2–1B ou ASTM C 942
compression 25,0 MPa à 7 jours
35,0 MPa à 28 jours
0,0 à 0,3 % à 1 jour
Variation de hauteur 0,0 à 0,3 % à 3 jours
ASTM C 1090
(cure humide) 0,0 à 0,3 % à 14 jours
0,0 à 0,3 % à 28 jours
Contenu normatif

Résistance minimale à
ASTM E 488 40 kN
l’arrachement (force d’ancrage)
1. La quantité maximale d’eau recommandée par le fabricant est utilisée pour déterminer la conformité avec les exigences.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.9 Coulis cimentaires
Chapitre Norme

3 3901
Page
Coulis cimentaires 3 4
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 3901–2
Caractéristiques du coulis en sac pour l’injection de gaines de précontrainte
Caractéristiques Méthodes d’essai Exigences
Résistance minimale à la 20 MPa à 7 jours
CSA A23.2–1B ou ASTM C 942
compression 45 MPa à 28 jours
Dilatation libre CSA A23.2–1B ou ASTM C 940 < 2,0 % à 3 h
Ressuage CSA A23.2–1B ou ASTM C 940 0,0 % à 3 h
min. 20 s
CSA A23.2–1B ou ASTM C 939
max. 30 s
Fluidité
CSA A23.2–1B modifiée(1) min. 9 s
ou ASTM C 939 max. 20 s
Changement de hauteur du
ASTM C 1090 0,0 % à 0,2 % à 24 h et à 28 jours
coulis durci
Chlore maximal total ASTM C 1152 0,08 %
Perméabilité aux ions chlore ASTM C 1202 modifiée(2) 2500 coulombs
Température ASTM C 1064 5°C < T° < 30°C
1. Modifier la procédure en remplissant complètement le cône et calculant le temps nécessaire pour remplir un récipient de
1 litre.
2. Utiliser un voltage de 30V durant 6 heures.

Tableau 3901–3
Caractéristiques du coulis préparé au chantier pour l’ancrage au roc
Caractéristiques Méthodes d’essai Exigences
Rapport eau/liant (max) — 0,45
Résistance minimale à la 20,0 MPa à 7 jours
CSA A23.2–1B
compression 35,0 MPa à 28 jours
Dilatation libre CSA A23.2–1B 3 à 8 %
≤ 2 %, de 0 à 24 h
Ressuage CSA A23.2–1B
0,0 % > 24 h
min. 12 s
Fluidité CSA A23.2–1B
max. 35 s
Température ASTM C 1064 5°C < T° < 30°C
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.9 Coulis cimentaires
Chapitre Norme

3 3901

4
Page
4 Coulis cimentaires
NORME
de

Date

2008 12 15

4.1.2.2 Liant hydraulique 4.3 Protection des aciers contre


Les ciments Portland utilisés pour la la corrosion
fabrication du coulis d’ancrage doivent être Les concentrations de produits chimi-
de type GU et conformes aux exigences de ques corrosifs dans les coulis ne doivent pas
la norme CAN/CSA A3000 « Compendium dépasser les limites suivantes :
des matériaux liants ».
– chlorures : 250 mg/kg de coulis;
4.2 Eau de gâchage – nitrates : 100 mg/kg de coulis.
L’eau de gâchage utilisée pour les coulis Ces teneurs sont déterminées selon les
doit respecter les exigences de l’article 6.1.5 procédures mentionnées à l’article 6.8.4.3.7
de la norme NQ 2621–900 « Bétons de masse de la norme CSA A23.1 « Béton – Constituants
volumique normale et constituants ». et exécution des travaux ».

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.10 Matériaux connexes
Chapitre Norme

3 31001
Page
Doublure de coffrage 1 3
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 3. Définition
La présente norme a pour objet de déter- La définition suivante s’applique à la
miner les exigences du Ministère en ce qui présente norme :
a trait aux caractéristiques et aux critères Doublure de coffrage
d’évaluation des doublures de coffrage.
Matériau drainant, composé généralement
d’un tissu ou d’un géotextile, tendu sur la
2. Références surface intérieure d’un coffrage et qui a pour
La présente norme renvoie à l’édition la but de diminuer la formation de bulles à la
plus récente des documents suivants : surface du béton.

NORMES : 4. Caractéristiques requises


AMERICAN SOCIETY FOR TESTING 4.1 Exigences générales
AND MATERIALS
Les exigences générales sont les
ASTM C 672 « Standard Test Method for suivantes :
Scaling Resistance of Concrete Surfaces
Exposed to Deicing Chemicals ». – La doublure de coffrage ne doit pas altérer
l’apparence de la surface de béton. L’usage
ASTM C 805 « Standard Test Method for de la doublure engendre en général une
Rebound Number of Hardened Concrete ». couleur plus foncée des surfaces béton-
ASTM C 1202 « Standard Test Method for nées; la couleur finale des surfaces de
Electrical Indication of Concrete’s Ability to béton doit s’harmoniser avec celle des
Resist Chloride Ion Penetration ». surfaces bétonnées sans la doublure.
ASTM C 1543 « Standard Test Method for – La doublure ne doit pas adhérer à la sur-
Determining the Penetration of Chloride Ion face bétonnée et doit pouvoir être enlevée
into Concrete by Ponding ». facilement au moment du démoulage.
ASTM C 1585 « Standard Test Method for – La doublure doit être conçue de manière
Measurement of Rate of Absorption of Water à drainer l’eau du béton et à bloquer le
by Hydraulic–Cement Concretes ». passage des particules fines tout en évitant
le colmatage des pores.
ASSOCIATION CANADIENNE
DE NORMALISATION – La doublure ne doit être utilisée qu’une
seule fois.
CAN/CSA A23.1 « Béton – Constituants et
exécution des travaux ». – La doublure doit être clairement identifiée
et les indications propres à son installation
CAN/CSA A23.2–6B « Méthode normalisée doivent y figurer clairement (marque de
de détermination de l’adhérence sous charge commerce et sens de pose, s’il y a lieu).
de traction ».
MINISTÈRE DES TRANSPORTS 4.2 Exigences et essais
DU QUÉBEC L’évaluation de la doublure de coffrage
Tome VII – Matériaux, Norme 3101 « Béton est basée sur la comparaison des caractéris-
Contenu normatif

de masse volumique normale ». tiques d’un élément de béton moulé, dont la

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.10 Matériaux connexes
Chapitre Norme

3 31001
Page

2 3 Doublure de coffrage
NORME
de

Date

2008 12 15

moitié du coffrage est munie d’une doublure, Dans le cas des essais nécessitant un
alors que l’autre moitié ne l’est pas. Les exi­ carottage de l’élément, cette opération peut
gences sont énoncées au tableau 31001–1. s’effectuer lorsque le béton a de 8 à 28 jours
d’âge afin que les essais débutent au moment
prévu.
Tableau 31001–1
Exigences relatives aux doublures
de coffrage
Essai Exigence
Trois fois moins que
Bullage
la surface témoin
Supérieure ou égale
Dureté de surface
au témoin
Supérieure ou égale
Traction de surface
au témoin
Inférieure ou égale
Écaillage de surface
au témoin
Pénétration des Cl– Inférieure ou égale
à 10 mm au témoin
Perméabilité aux Inférieure ou égale
ions Cl– au témoin
Inférieure ou égale
Absorption de surface
au témoin

4.2.1 Spécimen d’essai Notes :


Le spécimen d’essai consiste en une – chanfreins : 15 x 15 mm;
section de 1,0 m de longueur d’une glissière – les cotes sont en millimètres.
en béton pour chantier de type New Jersey.
Une coupe type de cet élément est illustrée Figure 31001–1
à la figure 31001–1. Le béton utilisé pour la Spécimen d’essai
confection de cet élément est de type V, tel
qu’il est spécifié au tableau 3101–1 de la
norme 3101 « Béton de masse volumique
normale ». Le bois du coffrage doit être 4.2.2 Essai d’évaluation
conforme à la norme CAN/CSA A23.1 Aucun essai ne doit être effectué sur les
« Béton – Constituants et exécution des tra- 100 premiers millimètres situés sur le pourtour
vaux ». La cure à l’eau du béton doit se faire du spécimen :
pendant 7 jours suivant le bétonnage. Le
décoffrage et l’enlèvement de la doublure ont – Bullage : l’essai consiste à comparer la
Contenu normatif

lieu 3 jours après le bétonnage. La cure à l’air superficie en millimètres carrés des bulles
ambiant du laboratoire est ensuite effectuée d’air de la surface bétonnée au contact de
sur le béton ayant de 8 à 28 jours d’âge. la doublure et de celle qui est bétonnée

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.10 Matériaux connexes
Chapitre Norme

3 31001
Page
Doublure de coffrage 3 3
NORME
de

Date

2008 12 15

sans la doublure. La superficie prise en


compte ne comprend pas les 100 premiers
millimètres. Si l’essai est non conforme, il
doit être répété sur un nouveau spécimen.
Une seule reprise est autorisée.
– Dureté de surface : l’essai est mené
conformément à la méthode ASTM C 805
« Standard Test Method for Rebound
Number of Hardened Concrete ».
– Résistance en traction de la surface :
l’essai est effectué selon la méthode CAN/
CSA A23.2–6B « Méthode normalisée de
détermination de l’adhérence sous charge
de traction » à au moins trois endroits.
– Écaillage de surface : l’essai est fait sur
deux carottes de 150 mm de diamètre
conformément à la méthode ASTM C 672
« Standard Test Method for Scaling Resis­
tance of Concrete Surfaces Exposed to
Deicing Chemicals ».
– Pénétration des ions chlorures : l’essai est
effectué sur deux carottes de 150 mm de
diamètre selon la méthode ASTM C 1543
« Standard Test Method for Determining
the Penetration of Chloride Ion into
Concrete by Ponding ».
– Perméabilité aux ions chlorures : l’essai
est effectué sur deux carottes de 100 mm
de diamètre conformément à la méthode
ASTM C 1202 « Standard Test Method for
Electrical Indication of Concrete’s Ability
to Resist Chloride Ion Penetration ».
– Absorption de surface : l’essai est effectué
sur deux spécimens de 100 mm de dia­
mètre conformément à la méthode ASTM
C 1585 « Standard Test Method for Measu­
rement of Rate of Absorption of Water by
Hydraulic–Cement Concretes ».
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Bétons et produits connexes Tome

VII
3.11 Enduits de surface
Chapitre Norme

3 31101
Page
Enduits de surface pour béton 1 3
NORME
de

Date

2012 12 15

1. Objet 3. Définitions
La présente norme a pour objet de déter- La définition suivante s’applique à la pré-
miner les exigences du Ministère en ce qui sente norme.
a trait aux caractéristiques et aux critères Enduits de surface
d’évaluation des enduits de surface pour béton. Produits à un ou deux composants formant
un film pigmenté et offrant un certain niveau
2. Références d’imperméabilisation à une surface de béton
La présente norme renvoie à l’édition la tout en améliorant son apparence.
plus récente des documents suivants :
4. Caractéristiques requises
NORMES Les enduits de surface diminuent l’absorp-
tion d’eau et de chlorures dans le béton tout
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING
en étant perméable à la vapeur d’eau. Ils
AND MATERIALS
doivent également bien adhérer au substrat
ASTM  C666 / C666M « Standard Test à la suite de cycles de gel et de dégel. Les
method for Resistance of Concrete to Rapid enduits, de type sablé, sont opaques, de
Freezing and Thawing ». couleur et de texture uniformes. L’application
ASTM D2369 « Standard Test Method for de deux couches d’enduit doit permettre de
Volatile Content of Coatings ». cacher complètement la surface du béton,
ASTM E1252 « Standard Practice for être exempte de trous d’aiguille, en plus de
General Techniques for Obtaining Infrared colmater les défauts mineurs.
Spectra for Qualitative Analysis ».
4.1 Essais de caractérisation
OFFICE DES NORMES GÉNÉRALES
DU CANADA À des fins de contrôle de la qualité et afin de
vérifier que les enduits qui seront contrôlés au
ONGC 1–GP–71 « Méthodes d’essai des chantier sont identiques aux enduits approu-
peintures et pigments ». vés en laboratoire, les enduits doivent faire
MINISTÈRE DES TRANSPORTS l’objet des essais de caractérisation suivants.
DU QUÉBEC
4.1.1 Aspect physique et teneur en
Tome VII « Matériaux »,
matière volatile
Norme 3101 « Bétons de masse volumique
normale ». Une description de l’aspect physique des
enduits est réalisée.
AUTRE DOCUMENT Une mesure du contenu en matières
non volatiles est réalisée conformément à la
NATIONAL COOPERATIVE HIGHWAY norme ASTM D2369 « Standard Test Method
RESEARCH PROGRAM for Volatile Content of Coatings ».
NCHRP Report 244: Concrete Sealers for
Protection of Bridge Structures. 4.1.2 Analyse infrarouge
Une identification « Fourier Transform
Contenu normatif

Infrared Spectroscopy » (FTIR) est réalisée


conformément à la norme ASTM E1252
« Standard Practice for General Techniques

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Bétons et produits connexes
VII
3.11 Enduits de surface
Chapitre Norme

3 31101
Page

2 3 Enduits de surface pour béton


NORME
de

Date

2012 12 15

for Obtaining Infrared Spectra for Qualitative 4.2.3 Résistance au gel-dégel


Analysis ». Les enduits à deux composants L’essai de gel-dégel est réalisé confor-
requièrent une identification FTIR pour chaque mément à la norme ASTM C666 / C666M
composant. « Standard Test method for Resistance of
Concrete to Rapid Freezing and Thawing »,
4.2 Essais de performance sur deux spécimens de béton recouverts
Les enduits de surface sont posés en deux d’enduit sur toutes les faces. Cependant, les
couches au taux recommandé par la fiche modifications suivantes sont apportées à la
technique. La deuxième couche est posée norme ASTM C666 / C666M :
après un délai de 24 ± 4 h sur toutes les faces – la durée de l’essai de gel-dégel est de
d’un spécimen de béton. Les enduits doivent 150 cycles;
rencontrer les exigences du tableau  31101–1.
– le béton des spécimens est un type V
4.2.1 Opacité conforme à la norme 3101 « Bétons de
masse volumique normale » du Tome VII
Les enduits, appliqués selon le taux de « Matériaux »;
pose total demandé, doivent cacher complè-
tement les parties noires et blanches d’une – l’enduit est appliqué sur des cubes de
éprouvette Leneta 10H-BW, conformément à dimensions 100  mm × 100  mm × 100  mm
la norme ONGC  1–GP–71 « Méthodes d’essai ayant subi une cure à l’humidité d’au moins
des peintures et pigments », méthode 14.1. 28 jours;
– une fois recouvert d’enduit, le spécimen
4.2.2 Absorption d’eau, pénétration de béton subit une cure de 14 jours à
des chlorures et transmission de l’air libre avant de débuter les cycles de
gel-dégel;
vapeur d’eau
– seul l’état physique de l’enduit est noté à
Les essais sur les enduits de surface sont
tous les 50 cycles;
réalisés selon le mode « Series II Tests » décrit
dans le rapport NCHRP Report  244 « Concrete – une photographie de chaque spécimen
Sealers for Protection of Bridge Structures ». est prise avant de débuter les essais ainsi
qu’à tous les 50 cycles.

Tableau 31101–1
Exigences pour les essais de performance
% de % de % de
réduction de réduction de transmission
Résistance
Produit Opacité l’absorption la pénétration de vapeur
au gel-dégel
d’eau (1) des chlorures (1) d’eau (1)
(min.) (min.) (min.)
Type 1
Section 4.2.1 10 10 100 150 cycles
(Standard)
Type 2
Contenu normatif

(Haut pouvoir Section 4.2.1 75 75 100 150 cycles


imperméabilisant)

1. Par rapport à un béton témoin.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Bétons et produits connexes Tome

VII
3.11 Enduits de surface
Chapitre Norme

3 31101
Page
Enduits de surface pour béton 3 3
NORME
de

Date

2012 12 15

À la suite de l’essai de gel-dégel, l’enduit


ne doit pas se décoller du béton ni former de
cloques ou s’altérer.

5. Étiquetage
Les enduits de surface pour béton doivent
être livrés dans des contenants scellés et
porter une étiquette mentionnant :
– le nom du produit et son fabricant;
– les instructions concernant l’entreposage
et la mise en œuvre;
– le numéro du lot de production;
– le volume des contenants;
– la date d’expiration.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome

VII
Chapitre

4
LIANTS ET ENROBÉS Page

i
Date

2013 12 15

Table des matières


4.1 Liants bitumineux
4101 Bitumes
4104 Bitumes fluidifiés
4105 Émulsions de bitume

4.2 Enrobés à chaud


4201 Enrobés à chaud formulés selon
le principe de la méthode Marshall
4202 Enrobés à chaud formulés selon
la méthode de formulation du
Laboratoire des chaussées

4.3 Traitements de surface


4301 Traitements de surface

4.4 Produits de colmatage de


fissures et de joints
4401 Produits de colmatage de fissures
et de joints

4.5 Enrobés à froid


4501 Enrobés pour rapiéçage à froid

Normes archivées (1)
Norme (dernière version) Remarque Archivée le
4102 Bitumes intermédiaires (95 05 26) Fusionnée à la norme 4101. 95 05 26
4103 Bitumes supérieurs (95 05 26) Fusionnée à la norme 4101. 95 05 26

1. Ces normes ont été retirées ou fusionnées et ne sont plus présentées dans le présent document.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4101

Bitumes
Page

1 8
NORME
de

Date

2013 12 15

1. Objet AASHTO T315 « Standard Method of Test


for Determining the Rheological Properties
La présente norme a pour objet de déter- of Asphalt Binder Using a Dynamic Shear
miner les exigences du Ministère en ce qui Rheometer (DSR) ».
a trait aux caractéristiques et aux critères
d’évaluation des bitumes ordonnés selon des AASHTO T316 « Standard Method of Test
classes de performance, ainsi que de définir for Viscosity Determination of Asphalt
les modes d’action en assurance de la qualité Binder Using Rotational Viscometer ».
relativement à la fabrication des bitumes. AMERICAN SOCIETY FOR TESTING AND
MATERIALS
2. Références ASTM D70 « Standard Test Method for
La présente norme renvoie à l’édition la Density of Semi-Solid Bituminous Materials
plus récente des documents suivants : (Pycnometer Method) ».
ASTM D92 « Standard Test Method for Flash
NORMES and Fire Points by Cleveland Open Cup
Tester ».
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
DU QUÉBEC Gouvernement du Québec
Tome VII – Matériaux, MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU
Norme 4202 « Enrobés à chaud formulés QUÉBEC, LABORATOIRE DES
selon la méthode de formulation du Labora- CHAUSSÉES
toire des chaussées ». LC 25–003 « Stabilité au stockage ».
LC 25–005 « Recouvrance d’élasticité ».
AUTRES DOCUMENTS
LC 25–007 « Bitume – Évaluation de la tem-
AMERICAN ASSOCIATION OF STATE pérature associée à une viscosité ».
HIGHWAY AND TRANSPORTATION LC 25–008 « Évaluation de la teneur en
OFFICIALS cendres ».
AASHTO R28 « Standard Practice for LC 25–009 « Évaluation de la résistance
Accelerated Aging of Asphalt Binder Using d’un liant bitumineux au désenrobage en
a Pressurized Aging Vessel (PAV) ». fonction d’une source granulaire donnée ».
AASHTO TP70 « Standard Method of Test
for Multiple Stress Creep Recovery (MSCR) 3. Définitions et abréviations
Test of Asphalt Binder Using a Dynamic
Shear Rheometer (DSR) ». 3.1 Définitions
AASHTO T240 « Standard Method of Test Les définitions suivantes s’appliquent à la
for Effect of Heat and Air on a Moving Film présente norme.
of Asphalt Binder (Rolling Thin-Film Oven Bitume
Test) ». Produit visqueux constitué principalement de
AASHTO T313 « Standard Method of Test composés hydrocarbonés et de leurs dérivés.
for Determining the Flexural Creep Stiffness Le bitume est obtenu par raffinage d’un pétrole
of Asphalt Binder Using the Bending Beam
Contenu normatif

brut avec ou sans additifs.


Rheometer (BBR) ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4101
Page

2 8
Bitumes
NORME
de

Date

2013 12 15

Bitume tiède (T) Température élevée de


Bitume contenant un additif qui permet le caractérisation (Te)
malaxage et le compactage de l’enrobé à au Température (°C) à laquelle le bitume est
moins 30 °C de moins que les températures susceptible de se déformer de manière
optimales de malaxage et de compactage irréversible. La méthode de calcul qui conduit
d’un enrobé à chaud fabriqué avec le même à la détermination de Te est présentée à
bitume sans cet additif. l’annexe A.
Classe de performance
Classe qui se définit par l’expression PG H L, 3.2 Abréviations
où PG signifie classe de performance (Perfor- Les abréviations suivantes s’appliquent à
mance Grade); H représente la température la présente norme :
limite (en °C) au-dessus de laquelle le bitume BBR
est susceptible de présenter des phénomènes Rhéomètre à flexion de poutre (Bending Beam
de déformation irréversibles; L représente Rheometer).
la température limite (en °C) au-dessous de
DSR
laquelle le bitume est susceptible de se fissurer
Rhéomètre à cisaillement dynamique (Dyna-
par retrait thermique.
mic Shear Rheometer).
Note :
HRD
Le bitume conserve des propriétés visco-
Haute résistance au désenrobage.
élastiques adéquates lorsqu’il est soumis à
des conditions atmosphériques comprises MSCR
dans l’intervalle défini par les valeurs de Déformation et recouvrance répétées (Multiple
H et L. Stress Creep Recovery).
Lot PAV
Un lot de bitume est défini comme une quantité Bombe de vieillissement sous pression (Pres-
de bitume de même classe de performance suring Aging Vessel).
produit par un même fabricant et ayant les RTFOT
mêmes caractéristiques rhéologiques et Étuvage accéléré en couche mince (Rolling
physicochimiques. Les quantités de bitume Thin-Film Oven Test).
représentées par un lot peuvent varier THRD
selon le procédé de fabrication choisi par le Tiède à haute résistance au désenrobage.
fabricant :
– raffinage en continu du pétrole brut; 4. Caractéristiques requises
– fabrication par cuvée; Le bitume utilisé dans la fabrication d’enro-
– mélange et homogénéisation de consti- bés doit respecter les exigences décrites au
tuants qui sont déversés directement tableau 4101–1.
dans la citerne de transport en utilisant De plus, le bitume doit permettre l’exécu-
un système de dosage informatisé. tion de tous les essais de contrôle prévus à
Température basse de la norme 4202.
caractérisation (Tb)
Température (°C) à laquelle le bitume est sus- 4.1 Bitume HRD
Contenu normatif

ceptible de se fissurer par retrait thermique.


La méthode de calcul qui conduit à la déter- En plus des exigences citées précédem-
mination de Tb est présentée à l’annexe A. ment, les bitumes HRD et THRD doivent
montrer un enrobage résiduel minimal de
95 % (LC 25–009) lorsqu’ils sont testés avec
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4101

Bitumes
Page

3 8
NORME
de

Date

2013 12 15

les granulats de référence de la source 3573- - la stabilité au stockage et le point de


0164 fournis par le Service des matériaux ramollissement moyen,
d’infrastructures de la Direction du laboratoire - la recouvrance d’élasticité lorsque
des chaussées. En contrôle de la qualité, une requise au tableau 4101–1,
tolérance de 5 % est applicable à ce paramètre.
- la teneur en cendres,
5. Assurance de la qualité - la variation de masse au RTFOT,
- la température élevée de caractéri­
5.1 Attestation de conformité sation Te,
Les modes de production du bitume, - la température basse de caractéri­
énumérés à la définition de « Lot » de la sation Tb,
section 3.1 « Définitions », doivent permettre - le module de rigidité So (60) et la pente
l’échantillonnage sécuritaire du produit final mo (60) mesurés sur le bitume d’origine,
avant la rampe de chargement. - l’enrobage résiduel lorsque requis
Pour chaque livraison de bitume, le fabri- (bitume HRD et THRD),
cant de bitume doit fournir au producteur - la recouvrance d’élasticité à 3,2 kPa
d’enrobés une attestation de conformité (R3,2), la complaisance non recouvrable
contenant l’information suivante : à 3,2 kPa (Jnr3,2) et la complaisance
– le nom du fabricant et le lieu de fabrication; non recouvrable différentielle (Jnrdiff)
– le lieu d’entreposage et d’expédition du mesurées selon les températures
bitume à l’entrepreneur; spécifiées au tableau 4101–3;
– la classe de performance du bitume suivie, – la date du contrôle;
s’il y a lieu, du suffixe HRD s’il s’agit d’un – les résultats d’essais de contrôle suivants :
bitume à haute résistance au désenro- - le paramètre G*/sin sur le bitume
bage, T s’il s’agit d’un bitume tiède ou d’origine,
THRD s’il s’agit d’un bitume tiède à haute - le module de rigidité Sc (60) et la
résistance au désenrobage; pente mc (60) mesurés sur le bitume
– le numéro de lot; d’origine,
– la date de fabrication; - la recouvrance d’élasticité lorsque
– la date de caractérisation; requise au tableau 4101–1;
– les résultats d’essais suivants : – les températures minimale et maximale
- la masse volumique à 25 °C exprimée d’entreposage;
en grammes par centimètre cube – les températures minimale et maximale
(ASTM D70), de malaxage1.
- la viscosité Brookfield à 135 °C et à
165 °C,
1. Un intervalle de 14 °C est alloué pour le malaxage. Cet intervalle est déterminé en appliquant une tolérance
de ± 7 °C sur la température optimale de malaxage correspondant à une viscosité de 0,17 Pa • s. Cette tempé-
rature est déterminée selon la méthode d’essai LC 25–007. Si ce calcul donne une température de malaxage
Contenu normatif

supérieure à 170 °C, celle-ci est fixée à 170 °C et la température minimale est fixée à 156 °C. Pour le bitume
destiné à la fabrication d’enrobé tiède, si le modèle basé sur la viscosité optimale ne peut être appliqué, les
températures minimale et maximale de malaxage sont celles recommandées par le fournisseur selon sa
propre méthodologie. Si un bitume destiné à la fabrication d’enrobé tiède peut aussi être utilisé pour la fabri-
cation d’enrobé à chaud, les températures minimale et maximale de malaxage, déterminées selon le modèle
basé sur la viscosité optimale, doivent également figurer sur l’attestation de conformité.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4101
Page

4 8
Bitumes
NORME
de

Date

2013 12 15

L’échantillon utilisé pour ces essais doit


être représentatif du produit livré aux cen-
trales d’enrobage. Si un additif est ajouté au
bitume lors du chargement dans les citernes
de transport, la caractérisation du bitume doit
être faite après l’ajout de l’additif et homogé-
néisation. Cette caractérisation peut être faite
au préalable sur un échantillon de synthèse
contenant les mêmes lots de constituants
mélangés dans les mêmes proportions.
Si un additif est ajouté au bitume après sa
livraison à la centrale d’enrobage, le fabricant
d’enrobé devient le fabricant de bitume au
sens de la présente norme. Par conséquent, le
système qualité ISO de la centrale d’enrobage
doit couvrir cette activité, notamment en ce qui
a trait aux équipements, aux produits utilisés
et aux modes d’incorporation de l’additif. De
plus, le fabricant de bitume doit fournir une
attestation de conformité du produit ainsi
modifié.

5.2 Contrôle
Les réservoirs d’expédition du bitume
doivent être contrôlés hebdomadairement.
Les caractéristiques suivantes sont
vérifiées :
– limite supérieure de la classe, par la
mesure du paramètre G*/sin sur le
bitume d’origine au regard des exigences
du tableau 4101–1;
– limite inférieure de la classe, par un essai
BBR sur le bitume d’origine au regard des
exigences du tableau 4101–2;
– recouvrance d’élasticité sur le bitume
d’origine au regard des exigences du
tableau 4101–1.
Si une des exigences spécifiées au
tableau 4101–2 pour les paramètres Sc (60)
ou mc (60) n’est pas satisfaite, la limite infé-
rieure de la classe doit être confirmée par la
Contenu normatif

détermination de la température basse de


caractérisation (Tb ) au regard des exigences
du tableau 4101–1.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4101

Bitumes
Page

5 8
NORME
de

Date

2013 12 15

Tableau 4101–1
Exigences pour la classification des bitumes
Classe de performance
Méthode
Paramètre
d’essai
PG 52–34 PG 52–40 PG 58–28 PG 58–34 PG 58–40 PG 64–28 PG 64–34 PG 70–28 PG 70–34

Température élevée de caractérisation (Te )


Min. 52,0 °C 52,0 °C 58,0 °C 58,0 °C 58,0 °C 64,0 °C 64,0 °C 70,0 °C 70,0 °C Voir
Max. 57,9 °C 57,9 °C 63,9 °C 63,9 °C 63,9 °C 69,9 °C 69,9 °C 75,9 °C 75,9 °C annexe A

Température basse de caractérisation (Tb )


Min. -39,9 °C -45,9 °C -33,9 °C -39,9 °C -45,9 °C -33,9 °C -39,9 °C -33,9 °C -39,9 °C Voir
Max. -34,0 °C -40,0 °C -28,0 °C -34,0 °C -40,0 °C -28,0 °C -34,0 °C -28,0 °C -34,0 °C annexe A

Bitume d’origine

Point éclair > 230 °C > 230 °C > 230 °C > 230 °C > 230 °C > 230 °C > 230 °C > 230 °C > 230 °C ASTM D92
Viscosité AASHTO
< 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s < 3 Pa • s
Brookfield à 135 °C T316
Stabilité au stockage ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C ≤ 2 °C LC 25–003
Recouvrance d’élas-
ticité à 10 °C, 20 cm, — ≥ 40 % — ≥ 40 % ≥ 60 % — ≥ 60 % ≥ 60 % ≥ 60 % LC 25–005
5 cm/min
Teneur en cendres ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % ≤ 0,60 % LC 25–008
DSR 10 Rad/s,
52 °C 52 °C 58 °C 58 °C 58 °C 64 °C 64 °C 70 °C 70 °C AASHTO
à T °C
T315
G*/sinδ ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa ≥ 1,00 kPa
Bitume vieilli à court terme (RTFOT)
AASHTO
Variation de masse < 1,00 % < 1,00 % < 1,00 % < 1,00 % < 1,00 % < 0,60 % < 1,00 % < 0,60 % < 1,00 %
T240
DSR 10 Rad/s,
52 °C 52 °C 58 °C 58 °C 58 °C 64 °C 64 °C 70 °C 70 °C AASHTO
à T °C
T315
G*/sinδ ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa ≥ 2,20 kPa
Bitume vieilli à long terme (RTFOT + PAV)
Vieillissement au AASHTO
90 °C 90 °C 100 °C 100 °C 100 °C 100 °C 100 °C 100 °C 100 °C
PAV, à T °C R28
BBR temps de
-24 °C -30 °C -18 °C -24 °C -30 °C -18 °C -24 °C -18 °C -24 °C
charge 60 s, à T °C
Module de rigidité AASHTO
≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa ≤ 300 MPa T313
S(60)

Pente m(60) ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300 ≥ 0,300
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4101
Page

6 8
Bitumes
NORME
de

Date

2013 12 15

Tableau 4101–2
Paramètres de contrôle des bitumes
Classe de performance
Méthode
Paramètre
d’essai
PG 52–34 PG 52–40 PG 58–28 PG 58–34 PG 58–40 PG 64–28 PG 64–34 PG 70–28 PG 70–34

Bitume d’origine

BBR temps de
charge 60 s, -24 °C -30 °C -18 °C -24 °C -30 °C -18 °C -24 °C -18 °C -24 °C
à T °C
AASHTO
Module de T313
≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1) ≤ Smax (1)
rigidité Sc (60)

Pente mc (60) ≥ 0,350 ≥ 0,350 ≥ 0,400 ≥ 0,350 ≥ 0,350 ≥ 0,400 ≥ 0,350 ≥ 0,400 ≥ 0,350

1. Le module de rigidité maximal permissible (Smax) est obtenu par la relation suivante :

Smax = So (60) + 10 × (L - Tb)

où : So est la valeur du module de rigidité mesurée à 60 s sur le bitume d’origine au moment de la caractérisation du lot
par le fournisseur.

Tableau 4101–3
Information additionnelle à fournir, selon l’essai MSCR, sur le bitume vieilli à court terme (RTFOT)
Classe de performance
Méthode
Paramètre
d’essai
PG 52–34 PG 52–40 PG 58–28 PG 58–34 PG 58–40 PG 64–28 PG 64–34 PG 70–28 PG 70–34

Température de
52 52 58 58 52 64 58 64 64
l’essai (°C)
Recouvrance d’élas-
ticité à 3,2 kPa, (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1)
R3,2 (%)
Complaisance
AASHTO
non recouvrable à (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1)
TP70
3,2 kPa, Jnr3,2 (kPa-1)
Complaisance non
recouvrable différen- (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1) (1)
tielle, Jnrdiff (%)
1. Inscrire le résultat obtenu sur l’attestation de conformité.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4101

Bitumes
Page

7 8
NORME
de

Date

2013 12 15

ANNEXE A
Détermination des températures de caractérisation

A.1 Température élevée de caractérisation (Te )

La température élevée de caractérisation est déterminée par calcul à partir des mesures du paramètre
G*/sin obtenues à diverses températures en utilisant le DSR. Ce paramètre est utilisé pour évaluer
la capacité d’un bitume à résister aux déformations. Un bitume ne devrait pas montrer de signes de
déformation permanente lorsqu’il est utilisé dans un enrobé convenablement formulé et sélectionné si
la valeur du paramètre G*/sin, à la température H de la classe PG, est supérieure à 1,00 kPa pour le
bitume d’origine et supérieure à 2,20 kPa pour le bitume vieilli à court terme (RTFOT).

À partir des résultats de deux essais DSR réalisés sur le bitume d’origine à des températures T1 et T2,
il est possible de calculer la température pour laquelle G*/sin = 1,00 kPa. Pour plus de précision, les
températures d’essais sont celles où (G*/sin)1 < 1,00 kPa et (G*/sin)2 > 1,00 kPa. L’équation 1 est
utilisée pour obtenir Te(origine) :

Te (origine) = T1 +
{ [T2 - T1] ×
[ log(1,00) - log [(G* / sin)1]
log [(G* / sin)2] - log [(G* / sin)1] ]} (équation 1)

Le même principe est appliqué sur le bitume vieilli à court terme (RTFOT), à la différence près que le
calcul est effectué pour une valeur de G*/sin = 2,20 kPa. L’équation 2 permet d’obtenir Te(RTFOT) :

Te (RTFOT) = T3 + { [T4 - T3] × [ log(2,20) - log [(G* / sin)3]


log [(G* / sin)4] - log [(G* / sin)3] ]} (équation 2)

La température la plus restrictive de Te(origine) et de Te(RTFOT), soit la plus basse, est celle qui est
retenue comme valeur de Te.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4101
Page

8 8
Bitumes
NORME
de

Date

2013 12 15

A.2 Température basse de caractérisation (Tb )

La température basse de caractérisation est déterminée par calcul à partir des mesures des paramè-
tres S(60) et m(60) obtenues sur un échantillon de bitume vieilli à long terme (RTFOT et PAV) soumis
à des essais BBR réalisés à diverses températures. Le modèle considère que la fissuration de l’enrobé
est favorisée lorsque la valeur du module de rigidité S(60) est supérieure à 300 MPa ou que la pente
de la courbe, désignée comme m(60), est inférieure à 0,300. À partir des résultats de deux essais BBR
réalisés sur le bitume vieilli à long terme (RTFOT + PAV) à des températures T1 et T2, il est possible de
calculer la température pour laquelle le module de rigidité S(60) = 300 MPa. Pour plus de précision, les
températures d’essais sont celles où S(60)1 < 300 MPa et S(60)2 > 300 MPa. L’équation 3 est utilisée
pour obtenir Tb(rigidité) :

Tb (rigidité) = T1 +
{ [T2 - T1] ×
[ log(300) - log [S(60)1]
log [S(60)2] - log [S(60)1] ]} - 10 (équation 3)

La pente m(60) doit également être prise en considération. L’équation 4 permet de déterminer la tempé-
rature Tb (pente) pour laquelle la pente m(60) est équivalente à 0,300 :

Tb (pente) = T1 + { [T2 - T1] × [ 0,300 - m(60)1


m (60)2 - m(60)1 ]} - 10 (équation 4)

La température la plus restrictive de Tb(rigidité) et de Tb(pente), soit la plus élevée, est celle qui est
retenue comme valeur de Tb.

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Liants et enrobés Tome

VII
4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4104
Page
Bitumes fluidifiés 1 3
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet AUTRES DOCUMENTS :


La présente norme a pour objet de déter- MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU
miner les exigences du Ministère en ce qui QUÉBEC, LABORATOIRE DES
a trait aux caractéristiques et aux critères CHAUSSÉES
d’évaluation des bitumes fluidifiés.
LC 26–100 « Détermination de la teneur en
bitume ».
2. Références
LC 26–110 « Détermination de la masse du
La présente norme renvoie à l’édition la filler dans le produit de l’extraction ».
plus récente des documents suivants :
3. Définitions
NORMES :
Les définitions suivantes s’appliquent à la
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING présente norme.
AND MATERIALS Bitume fluidifié
ASTM D 5 « Standard Test Method for Liant liquide à base de bitume obtenu par
Penetration of Bituminous Materials ». dissolution d’un bitume routier dans un solvant
ASTM D 95 « Standard Test Method for hydrocarboné d’origine pétrolière.
Water in Petroleum Products and Bituminous Lot
materials by Distillation ». Quantité déterminée de bitume fluidifié de
ASTM D 113 « Standard Test Method for même type et de même classe, présentant
Ductility of Bituminous Materials ». les mêmes caractéristiques physicochimiques,
ASTM D 402 « Standard Test Method for produit par le même fabricant, avec les mêmes
Distillation of Cut-Back Asphaltic (Bituminous) constituants, dans les mêmes proportions et
Products ». selon le même procédé de fabrication.
ASTM D 2026 « Standard Specification for 4. Classification
Cutback Asphalt (Slow-Curing Type) ».
ASTM D 2027 « Standard Specification for Les bitumes fluidifiés doivent appartenir
Cutback Asphalt (Medium-Curing Type) ». à une des classes suivantes :
ASTM D 2028 « Standard Specification for – Séchage rapide (RC) :
Cutback Asphalt (Rapid-Curing Type) ». Classes : RC–30, RC–70, RC–250,
ASTM D 2042 « Standard Test Method for RC–800, RC–3000
Solubility of Asphalt Materials in Trichloroethy- – Séchage moyen (MC) :
lene ». Classes : MC–30, MC–70, MC–250,
ASTM D 2170 « Standard Test method MC–800, MC–3000
for Kinematic Viscosity of Asphalts (Bitu- – Séchage lent (SC) :
mens) ». Classes : SC–70, SC–250, SC–800,
SC–3000
– Séchage mi-rapide (RM) :
Contenu normatif

Classe : RM–20
Les chiffres de chacune des classes dési-
gnent le degré de viscosité minimal du bitume.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Liants et enrobés
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4104
Page

2 3
Bitumes fluidifiés
NORME
de

Date

2008 12 15

5. Caractéristiques requises 6. Attestation de conformité


Les bitumes fluidifiés des classes RC–30 Pour chaque livraison de bitume fluidifié,
et RM–20 doivent être conformes aux exigen- le fournisseur doit fournir à l’entrepreneur une
ces du tableau 4104–1. Les autres bitumes attestation de conformité contenant l’informa-
fluidifiés doivent être conformes aux normes tion suivante :
ASTM D 2026 « Standard Specification – le nom du fabricant et le lieu de fabrica-
for Cutback Asphalt (Slow-Curing Type) », tion;
ASTM D 2027 « Standard Specification for
– le lieu d’entreposage et le lieu d’expédition
Cutback Asphalt (Medium-Curing Type) » et
du bitume fluidifié à l’entrepreneur;
ASTM D 2028 « Standard Specification for
Cutback Asphalt (Rapid-Curing Type) ». L’exi- – l’identification de l’entreprise qui entre-
gence de viscosité cinématique sur le résidu pose et livre à l’entrepreneur le bitume
de distillation ne s’applique pas. Toutefois, fluidifié;
la pénétration du résidu doit être de 80 à – la classe de bitume fluidifié;
120 dmm dans le cas des bitumes fluidifiés – le numéro de lot de bitume fluidifié;
à séchage rapide (RC) et de 120 à 250 dmm
– la date de fabrication;
dans le cas des bitumes fluidifiés à séchage
moyen (MC). – les résultats d’essais du pourcentage
de résidu de distillation (ASTM D 402
Si le bitume fluidifié sert à fabriquer un
« Standard Test Method for Distillation
mélange, la présence de ce type de bitume
of Cut-Back Asphaltic (Bituminous) Pro-
dans un enrobé doit permettre l’exécution
ducts »);
de tous les essais de contrôle prévus pour
évaluer la qualité de cet enrobé et, notam- – les recommandations concernant le trans-
ment, la teneur en bitume d’après la méthode port, la manutention et l’entreposage des
d’essai LC 26–100 « Détermination de la bitumes fluidifiés;
teneur en bitume » et la masse du filler d’après – les températures recommandées pour la
la méthode d’essai LC 26–110 « Détermina- pulvérisation, le mélange et le pompage
tion de la masse du filler dans le produit de des bitumes fluidifiés.
l’extraction ». Note :
Les essais sur le bitume fluidifié sont effectués
5.1 Étiquetage sur des échantillons prélevés au réservoir
L’étiquette de chaque baril doit comporter d’expédition.
les informations suivantes :
– le nom du fournisseur;
– la classe de bitume fluidifié;
– le numéro du lot de production;
– la date de fabrication.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Liants et enrobés Tome

VII
4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4104
Page
Bitumes fluidifiés 3 3
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 4104–1
Exigences pour les bitumes fluidifiés des classes RC–30 et RM–20
Méthodes RC–30 RM–20
Exigence
d’essai Minimum Maximum Minimum Maximum
Essais sur l’émulsion
Viscosité cinématique à 60 °C
ASTM D 2170 30 60 20 35
(mm2/s)
Essai de distillation, % du distillat
ASTM D 402
total jusqu’à 360 °C
jusqu’à 190 °C 15 — — 60
jusqu’à 225 °C 55 — 40 —
jusqu’à 260 °C 75 — 70 —
jusqu’à 315 °C 90 — 85 —
Résidu de distillation jusqu’à
50 — 50 —
360 °C, différence de volume (%)
Essais sur le résidu de distillation
Pénétration à 25 °C, 100 g, 5 s
ASTM D 5 80 120 80 200
(dmm)
Ductilité à 25 °C (cm) ASTM D 113 100 — 100 —
Solubilité dans le trichloroéthylène
ASTM D 2042 99,0 — 99,0 —
(% en masse)
Eau (% en volume) ASTM D 95 — 0,2 — 0,2
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4105
Page
Émulsions de bitume 1 5
NORME
de

Date

2013 12 15

1. Objet ASTM D7402 « Standard Practice for


Identifying Cationic Emulsified Asphalts ».
La présente norme a pour objet de déter-
miner les exigences du Ministère en ce qui ASTM D7496 « Standard Test Method for
a trait aux caractéristiques et aux critères Viscosity of Emulsified Asphalt by Saybolt
d’évaluation des émulsions de bitume. Furol Viscometer ».

AUTRES DOCUMENTS
2. Références
La présente norme renvoie à l’édition la
Gouvernement du Québec
plus récente des documents suivants :
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
DU QUÉBEC, LABORATOIRE
NORMES
DES CHAUSSÉES
AMERICAN ASSOCIATION OF STATE LC 25–005 « Recouvrance d’élasticité ».
HIGHWAY AND TRANSPORTATION
LC 25–008 « Évaluation de la teneur en
OFFICIALS
cendres ».
AASHTO T315 « Standard Method of Test
LC 25–012 « Récupération du résidu
for Determining the Rheological Properties
d’émulsion sur plaque de granit ».
of Asphalt Binder Using a Dynamic Shear
Rheometer (DSR) ». LC 25–013 « Distillation d’émulsions
bitumineuses avec polymères ».
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING
AND MATERIALS 3. Définition
ASTM D977 « Standard Specification for
Emulsified Asphalt ». Les définitions suivantes s’appliquent à
la présente norme.
ASTM D2397 « Standard Specification for
Cationic Emulsified Asphalt ». Émulsion de bitume
ASTM D6930 « Standard Test Method Mélange hétérogène instable comprenant
for Settlement and Storage Stability of une phase dispersante continue (solution
Emulsified Asphalts ». aqueuse) au sein de laquelle se trouve la
phase dispersée, constituée de gouttelettes
ASTM D6933 « Standard Test Method for de bitume. L’émulsion est stabilisée par la
Oversized Particles in Emulsified Asphalts présence de produits émulsifiants anioniques
(Sieve Test) ». (émulsions anioniques) ou cationiques (émul-
ASTM D6934 « Standard Test Method sions cationiques). Au contact des granulats,
for Residue by Evaporation of Emulsified il y a rupture de l’émulsion se manifestant
Asphalt ». par :
ASTM D6936 « Standard Test Method for – l’évaporation de l’eau et la coalescence
Determining Demulsibility of Emulsified des particules de bitume (prise);
Asphalt ». – l’évaporation de l’eau restante et des
ASTM D6997 « Standard Test Method for fractions volatiles jusqu’à ce que le liant
Distillation of Emulsified Asphalt ». résiduel ne contienne plus que des hydro-
Contenu normatif

carbures non volatils (mûrissement).

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4105
Page

2 5 Émulsions de bitume
NORME
de

Date

2013 12 15

Note livrées en vrac ». Les émulsions de bitume


L’émulsion inversée est une émulsion dont pour liants d’imprégnation sont des émul-
la phase dispersante est le bitume et la sions de type SS-1 ou SS-1h conformes à la
phase dispersée, l’eau. norme ASTM D977 « Standard Specification
Lot for Emulsified Asphalt » ou des émulsions
de type CSS-1 ou CSS-1h conformes à la
Quantité déterminée d’émulsion de bitume de
norme ASTM  D2397 « Standard Specification
même type et de même classe, présentant les
for Cationic Emulsified Asphalt ». Ces émul-
mêmes caractéristiques physicochimiques et
sions peuvent être diluées chez le fournisseur
rhéologiques, produit par le même fabricant,
jusqu’à un minimum de 30 % de bitume rési-
avec les mêmes constituants dans les mêmes
duel. Lorsqu’une émulsion est diluée dans
proportions et selon le même procédé de
les réservoirs du fournisseur ou lors de
fabrication.
son chargement, l’exigence de viscosité ne
s’applique plus et une nouvelle attestation
4. Classification de conformité avec les caractéristiques de
Les émulsions comprennent : l’émulsion diluée doit être produite. Les émul-
– Émulsions anioniques : sions pour les autres applications doivent être
conformes aux spécifications des sections
- à rupture rapide (RS); correspondantes.
- à rupture moyenne (MS);
- à rupture lente (SS). 5.1 Émulsions anioniques
– Émulsions anioniques à flottabilité Les émulsions anioniques doivent être
élevée (HF) : conformes aux exigences de la norme
- à rupture rapide (HFRS); ASTM D977 « Standard Specification for
Emulsified Asphalt ».
- à rupture moyenne (HFMS).
– Émulsions cationiques : 5.2 Émulsions anioniques à
- à rupture rapide (CRS); flottabilité élevée
- à rupture moyenne (CMS); Les émulsions à flottabilité élevée doivent
- à rupture lente (CSS). être conformes aux exigences de la norme
Note ASTM D977 « Standard Specification for
Emulsified Asphalt ».
Les émulsions de bitume peuvent être
Complément à la norme

modifiées par des polymères. Dans ce cas,


leur appellation est suivie d’un « P ». Dans
5.3 Émulsions cationiques
le texte ci-après, elles seront appelées Les émulsions cationiques doivent être
« émulsions de bitume polymère ». Dans conformes aux exigences de la norme ASTM
le cas où l’émulsion a un liant résiduel dur, D2397 « Standard Specification for Cationic
l’appellation est suivie d’un « h ». Emulsified Asphalt ». Les émulsions des
types CMS-2 et CMS-2h doivent satisfaire
5. Caractéristiques requises aux critères de la norme ASTM D2397, à
l’exception du pourcentage d’huile dans le
Les émulsions de bitume pour liants d’ac- distillat qui ne doit pas excéder 6 %.
Contenu normatif

crochage livrés en vrac doivent être conformes


aux spécifications du tableau 4105–1 « Exi-
gences pour les émulsions d’accrochage

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4105
Page
Émulsions de bitume 3 5
NORME
de

Date

2013 12 15

5.4 Émulsions de bitume polymère – l’identification de l’entreprise qui entre-


Les émulsions de bitume polymère doivent pose et livre à l’entrepreneur l’émulsion
être conformes aux exigences des normes de bitume;
ASTM D977 « Standard Specification for – le type et la classe de l’émulsion de bitume;
Emulsified Asphalt » et ASTM D2397 « Stan- – le numéro de lot de l’émulsion de bitume;
dard Specification for Cationic Emulsified – la date de fabrication;
Asphalt » pour les émulsions de bitume sans
polymère de même appellation. La distillation – pour les émulsions d’accrochage livrées
des émulsions de bitume polymère doit être en vrac, les résultats d’essais suivants :
effectuée selon la méthode d’essai LC  25–013 - la viscosité Saybolt Furol (ASTM
« Distillation d’émulsions bitumineuses avec D7496 « Standard Test Method for
polymères ». Toutes les émulsions de bitume Viscosity of Emulsified Asphalt by
polymère (y compris les produits d’entreprises) Saybolt Furol Viscometer »),
doivent avoir une recouvrance d’élasticité mini- - le pourcentage de résidu par évapo-
male (mesurée selon la méthode LC 25–005 ration (ASTM D6934 « Standard Test
« Recouvrance d’élasticité ») de 55 %, excepté Method for Residue by Evaporation of
les émulsions à flottabilité élevée, qui doivent Emulsified Asphalt ») ou par distillation
avoir une recouvrance d’élasticité minimale (ASTM  D6997 « Standard Test Method
de 50 %. for Distillation of Emulsified Asphalt »
ou LC 25–013 « Distillation d’émul-
5.5 Présence de bitume résiduel sions bitumineuses avec polymères »),
La présence de bitume résiduel dans un - le pourcentage d’huile dans le distil-
enrobé à l’émulsion doit permettre l’exécution lat, si le pourcentage de résidu est
de tous les essais de contrôle prévus pour mesuré par distillation (ASTM D6997
évaluer la qualité de cet enrobé. « Standard Test Method for Distillation
of Emulsified Asphalt ») ou LC  25–013
5.6 Étiquetage « Distillation d’émulsions bitumineuses
L’étiquette de chaque baril doit comprendre avec polymères »,
l’information suivante : - le ratio du module complexe de cisail-
– le nom du fournisseur; lement et de l’angle de phase G*/sinδ
– le type et la classe de produit; à 64 °C (LC 25–012 « Récupération
– le numéro du lot de production; de résidu d’émulsion sur plaque de
granit » et AASHTO T315 « Standard
– la date de fabrication. Method of Test for Determining the
Rheological Properties of Asphalt Bin-
6. Attestation de conformité der Using a Dynamic Shear Rheometer
Pour chaque livraison d’émulsion de (DSR) »),
bitume, le fournisseur doit fournir à l’entrepre- - le pourcentage de recouvrance
neur une attestation de conformité contenant d’élasticité selon la méthode d’essai
l’information suivante : LC 25–005 « Recouvrance d’élas-
– le nom du fabricant et le lieu de fabrication; ticité » du Ministère effectué sur le
résidu de distillation lorsqu’il s’agit
Contenu normatif

– le lieu d’entreposage et le lieu d’expédition


d’une émulsion polymère;
de l’émulsion de bitume à l’entrepreneur;

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.1 Liants bitumineux
Chapitre Norme

4 4105
Page

4 5 Émulsions de bitume
NORME
de

Date

2013 12 15

– pour les autres émulsions :


- le pourcentage de résidu par distillation
(ASTM  D6997 « Standard Test Method
for Distillation of Emulsified Asphalt »
ou LC 25–013 « Distillation d’émul-
sions bitumineuses avec polymères »),
- le résultat du pourcentage d’huile
dans le distillat (ASTM D6997 « Stan-
dard Test Method for Distillation of
Emulsified Asphalt ») ou LC 25–013
« Distillation d’émulsions bitumineuses
avec polymères »,
- le pourcentage de recouvrance
d’élasticité selon la méthode d’essai
LC 25–005 « Recouvrance d’élas-
ticité » du Ministère effectué sur le
résidu de distillation lorsqu’il s’agit
d’une émulsion polymère,
- la viscosité Saybolt Furol (ASTM
D7496 « Standard Test Method for
Viscosity of Emulsified Asphalt by
Saybolt Furol Viscometer »),
- la pénétration effectuée sur le résidu
de distillation (ASTM D5 « Standard
Test Method for Penetration of Bitu-
minous Materials »);
– les températures minimale et maximale
d’entreposage;
– les températures minimale et maximale
d’utilisation;
– la température minimale de l’air ambiant
pour l’épandage de l’émulsion;
– le type et le pourcentage de polymère dans
le résidu de distillation, avec une précision
de ± 0,5 %, lorsqu’il s’agit d’une émulsion
utilisée pour la fabrication d’enrobé coulé
à froid.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.1 Liants bitumineux VII


Chapitre Norme

4 4105
Page
Émulsions de bitume 5 5
NORME
de

Date

2013 12 15

Tableau 4105–1
Exigences pour les émulsions d’accrochage livrées en vrac
Paramètre Méthode Minimum Maximum
Charge des particules ASTM D7402 Positive
Viscosité SF à 25 °C (seconde) ASTM D7496 20 100
Stabilité au stockage 24 heures (%) ASTM D6930 — 1
Désémulsionnement (%), 35 ml,
0,8 % solution de dioctylsulfosuccinate ASTM D6936 40 —
de sodium
Essai granulométrique (%),
ASTM D6933 — 0,10
refus au 850 µm
ASTM D6934 ou
Bitume résiduel (%) ASTM D6997 ou 57 (2) —
LC 25–013 (1)
Teneur en cendres sur le résidu obtenu
LC 25–008 — 0,80
par évaporation ou par distillation (%)
Recouvrance d’élasticité (%) (1)(3) LC 25–005 40 —
LC 25–012
G*/sinδ à 64 °C (kPa) 1,00 3,50 (4)
AASHTO T315
1. Pour les émulsions polymères seulement.
2. Un résultat inférieur à 57 % obtenu par évaporation (ASTM D6934) doit être confirmé par la méthode par
distillation (ASTM D6997).
3. Sur le résidu de distillation.
4. Le critère maximal de G*/sinδ ne s’applique pas aux émulsions de bitume polymère.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4201
Enrobés à chaud formulés selon Page

le principe de la méthode Marshall 1 de 12


NORME Date

2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

1. Objet Norme 4202 « Enrobés à chaud formulés


selon la méthode de formulation du Laboratoire
La présente norme a pour objet de des chaussées ».
déterminer les exigences du Ministère en ce
qui a trait aux caractéristiques et aux critères ORGANISATION INTERNATIONALE DE
d’évaluation des enrobés à chaud formulés NORMALISATION
selon le principe de la méthode Marshall, ainsi ISO 8258 « Cartes de contrôle de Shewhart ».
que de définir les modes d’action en assurance
de la qualité relativement à la fabrication des
enrobés. AUTRES DOCUMENTS :

MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU


2. Références QUÉBEC, LABORATOIRE DES
La présente norme renvoie à l’édition la CHAUSSÉES
plus récente des documents suivants : LC 21–040 « Analyse granulométrique ».
LC 21–065 « Détermination de la densité et
NORMES : de l’absorption du granulat fin ».
LC 21–066 « Détermination de la densité
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING AND
et de l’absorption du granulat fin de classe
MATERIALS
granulaire d/D ».
ASTM D 242 « Standard Specification for Mi-
LC 21–067 « Détermination de la densité et
neral Filler for Bituminous Paving Mixtures ».
de l’absorption du gros granulat ».
ASSOCIATION FRANÇAISE DE LC 26–001 « Tenue à l’eau (par trempage) ».
NORMALISATION LC 26–005 « Échantillonnage ».
NF EN 12697–22 « Mélanges bitumineux – LC 26–060 « Méthode Marshall de déter-
Méthodes d’essai pour mélange hydrocarboné mination de la résistance à la déformation
à chaud – Partie 22 : essai d’orniérage ». d’éprouvettes ».
NF EN 12697–33 « Mélanges bitumineux – LC 26–100 « Détermination de la teneur en
Méthodes d’essai pour mélange hydrocarboné bitume ».
à chaud – Partie 33 : confection d’éprouvettes
LC 26–110 « Détermination de la masse du
au compacteur de plaque ».
filler dans le produit de l’extraction ».
BUREAU DE NORMALISATION LC 26–150 « Détermination du facteur de
DU QUÉBEC correction à utiliser pour le calcul de la teneur
NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – en bitume ».
Granulats ». LC 26–320 « Détermination du pourcentage de
Contenu normatif

vides dans les enrobés à chaud compactés ».


MINISTÈRE DES TRANSPORTS
LC 26–350 « Analyse granulométrique des
DU QUÉBEC
granulats ».
Tome VII – Matériaux,
LC 26–900 « Détermination de caractéristi-
Norme 4101 « Bitumes ». ques par le calcul de divers facteurs ».
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4201
Page Enrobés à chaud formulés selon
2 de 12 le principe de la méthode Marshall
Date NORME
2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

3. Définitions 5.2 Granulats


Les définitions suivantes s’appliquent à la Le choix du granulat doit permettre la
présente norme. réalisation sur l’enrobé à chaud de tous les
essais indiqués au tableau 4201–1.
Enrobé à chaud
Mélange de granulat et de bitume préparé à 5.2.1 Filler
chaud en centrale d’enrobage et destiné à Le filler doit être conforme à la nor-
être posé à chaud. me ASTM D 242 « Standard Specification for
Granulat bitumineux Mineral Filler for Bituminous Paving Mixtures ».
Granulat résultant du concassage d’un Les tamis 80 μm, 315 μm et 630 μm rempla-
enrobé bitumineux existant et qui est destiné cent les tamis 75 μm, 300 μm et 600 μm.
à remplacer une partie des granulats vierges
dans un nouvel enrobé. 5.2.2 Granularité
Pour la confection des enrobés à
4. Classification chaud, les granularités individuelles doivent
respecter les classes granulaires définies
Les enrobés à chaud doivent être classés à la norme NQ 2560–114 « Travaux de
dans les types suivants, selon leur utilisation : génie civil – Granulats », Partie I. Les granu-
– EB–20 : enrobé pour couche de base; larités doivent être déterminées conformé-
– EB–14 : enrobé pour couche unique ou ment aux exigences de la méthode d’essai
couche de surface; LC 21–040.
– EB–10S : enrobé pour couche de sur-
face; 5.2.3 Caractéristiques intrinsèques et
– EB–10C : enrobé pour couche de surface de fabrication
ou couche de correction; 5.2.3.1 Granulats fins
– EB–5 : enrobé pour rapiéçage manuel ou Les caractéristiques intrinsèques des
couche de correction; granulats fins doivent être conformes à la
– CH–10 : chape d’étanchéité. norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
civil – Granulats », Partie V.
5. Caractéristiques requises 5.2.3.2 Gros granulats
Les caractéristiques intrinsèques et de
5.1 Bitumes fabrication des gros granulats doivent être
Le choix de la classe de bitume doit conformes à la norme NQ 2560–114 « Travaux
permettre la réalisation sur l’enrobé à chaud de génie civil – Granulats », Partie V.
de tous les essais indiqués dans la présente
Contenu normatif

norme. Les bitumes utilisés pour les enrobés


à chaud doivent être des bitumes conformes
à la norme 4101 « Bitumes ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4201
Enrobés à chaud formulés selon Page

le principe de la méthode Marshall 3 de 12


NORME Date

2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

5.2.4 Caractéristiques Les essais du coefficient de polissage


complémentaires par projection doivent être effectués selon
la fréquence indiquée ci-dessous, suivant la
Les caractéristiques complémentaires des
valeur mesurée du coefficient de polissage
caractéristiques intrinsèques et de fabrication
par projection :
doivent être conformes aux exigences de
la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
civil – Granulats », Partie V. L’exigence relative Valeur mesurée
au pourcentage de mottes d’argile dans le du coefficient
Fréquence de l’essai
de polissage par
granulat fin s’applique au matériau provenant projection
de gravières ou de sablières seulement.
de 0,45 et 0,46 un essai par année
5.2.5 Fréquence de caractérisation de 0,47 et 0,48 un essai tous les 2 ans
Pour une source d’approvisionnement en de 0,49 et plus un essai tous les 3 ans
granulats dont l’historique d’exploitation est
déjà connu, le fabricant doit déterminer, au
minimum une fois l’an, en assurant une rotation 5.2.6 Entente sur la densité brute des
des classes granulaires, les caractéristiques granulats
suivantes : les caractéristiques intrinsèques, Avant de remettre ses formules d’enrobés,
les caractéristiques de fabrication et les le fabricant doit s’assurer que les densités
caractéristiques complémentaires des gros brutes des granulats, utilisées dans ses
granulats ainsi que les caractéristiques intrin- calculs pour déterminer les caractéristiques
sèques et complémentaires des granulats fins. des enrobés à chaud de la présente norme
Ces caractéristiques doivent être déterminées ou de la norme 4202, ont fait l’objet d’une
à partir d’au moins une classe granulaire du acceptation par le Ministère basée sur la
gros granulat et à partir d’au moins une classe procédure suivante :
granulaire du granulat fin. Cependant, pour – l’échantillonnage des granulats mis en
ce faire, le fabricant doit transmettre à l’inté- réserve doit être fait en présence des
rieur de son plan qualité une compilation des représentants du fabricant et du Ministère,
résultats des essais des années antérieures dès que les réserves sont complétées ou
(au moins deux ans) démontrant que ceux-ci qu’elles sont suffisantes pour assurer un
sont comparables d’une année à l’autre. minimum de trois jours de production au
Dans le cas d’une nouvelle source ou regard de la capacité de production de la
lorsque le fabricant ne peut répondre aux centrale;
exigences mentionnées précédemment, – au moins trois prélèvements doivent être
chaque classe granulaire des gros granulats effectués à même la réserve de granulats
et des granulats fins doit être caractérisée au d’une classe granulaire donnée en vue de
Contenu normatif

moins une fois l’an pour chacune des caracté- constituer un échantillon qui, par la suite,
ristiques des granulats pour enrobé à chaud, est divisé en trois portions, à savoir deux
selon les usages, à l’exception du coefficient aux fins d’analyse par les parties et une qui
de polissage par projection.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4201
Page Enrobés à chaud formulés selon
4 de 12 le principe de la méthode Marshall
Date NORME
2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

est scellée par le Ministère et conservée calibre de granulat fin est déterminée en
par le fabricant pour expertise ultérieure en tenant compte de la densité du passant
cas de désaccord sur l’écart maximal; 80 μm fournie par le fabricant ou d’une
– les essais sont réalisés selon les méthodes valeur fixée à 2,700;
d’essai suivantes : – si l’écart entre les résultats est supérieur
- gros granulat : LC 21–067; à l’écart maximal, le Ministère et le fabri-
cant examinent conjointement leurs résul-
- granulat fin de classe granulaire d/D :
tats de densité apparente, d’absorption et
LC 21–066;
de granulométrie en vue d’en venir à une
- autre granulat fin : LC 21–065; entente à partir des résultats obtenus ou
– après analyse, le fabricant transmet au de procéder à une reprise des essais
Ministère pour validation ses résultats de réalisés sur la portion témoin scellée.
densité apparente, d’absorption, de densi- La durée de validité de l’entente sur la
té brute (résultats individuels et moyennes densité brute d’une classe granulaire est
des deux essais) et de granulométrie ; de trois ans maximum, dans la mesure où
– pour que les résultats de la densité brute les caractéristiques ainsi que la méthode de
fournis par le fabricant soient acceptés, fabrication du granulat composant cette classe
l’écart entre les résultats moyens obtenus granulaire demeurent inchangées.
par le Ministère et le fabricant ne doit pas
être supérieur à l’exigence qui suit : 5.3 Enrobés à chaud
Écart maximal entre 5.3.1 Plan qualité
Densité deux moyennes de Le plan qualité doit traiter minimalement
deux essais des éléments de gestion suivants :
Densité brute du 1- Organigramme de la centrale d’enro-
gros granulat 0,013
bage
LC 21–067
Le fabricant doit indiquer le nom du res-
Densité brute du ponsable du système qualité conforme à
granulat fin
LC 21–065
la norme ISO et du responsable désigné
0,018
LC 21–066 0,018
à la centrale d’enrobage ainsi que les
noms des intervenants impliqués dans les
activités d’assurance de la qualité. Ces
– lorsque l’écart entre les résultats est égal activités doivent couvrir, notamment, la
ou inférieur à l’écart maximal, le fabri- gestion des non-conformités, des requêtes
cant prend la moyenne des résultats des d’actions correctives, des enregistrements
deux parties pour établir les densités des qualité et des matières premières.
Contenu normatif

granulats qui sont utilisées dans les calculs 2- Gestion des non-conformités
servant à la présentation de ses formules Le fabricant doit fournir sa procédure de
d’enrobés. La densité brute de chaque maîtrise du produit non conforme. Cette

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4201
Enrobés à chaud formulés selon Page

le principe de la méthode Marshall 5 de 12


NORME Date

2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

procédure doit prendre en considération 5.3.2 Caractéristiques physiques et


la gestion des requêtes d’actions correc- mécaniques
tives.
En centrale d’enrobage, les enrobés
3- Gestion des enregistrements qualité doivent être malaxés selon la température
Le fabricant doit fournir sa procédure de de malaxage inscrite sur l’attestation de
gestion des enregistrements qualité liée à conformité du bitume utilisé.
la fabrication de l’enrobé. Tout enregistre- Les caractéristiques physiques et mécani-
ment fournissant des preuves des activités ques des enrobés à chaud doivent être confor-
liées à la fabrication doit être consigné mes aux exigences du tableau 4201–1.
par le fabricant et être disponible pour
consultation, sur demande du Ministère. 5.3.3 Validation des résultats des
Dans chacun des rapports d’essais remis essais et des calculs
au Ministère, le fabricant doit indiquer le Pour chacun des laboratoires désignés
nom et le lieu du laboratoire ayant effectué par le fabricant et par le Ministère, le fabricant
les essais. procède, en début de saison, à une validation
4- Gestion des matières premières des résultats des essais et des calculs de
Le fabricant doit décrire la procédure qu’il divers facteurs effectués soit sur un enrobé
entend suivre pour maintenir les caracté- de la présente norme ou un enrobé de la
ristiques du bitume stipulé et éviter toute norme 4202, conformément aux exigences
altération ou contamination du bitume par décrites dans la présente norme, et ce, à
tout autre bitume de classe de performance partir de la production d’un enrobé d’un type
ou de composition différente et par tout autre que EB–5, CH–10, EGA–10, SMA–10
autre matériau. ou ESG–5.
Si le plan qualité est déclaré non conforme Si la validation des résultats des essais
aux exigences, le fabricant doit effectuer les et des calculs est réalisée sur un enrobé
modifications demandées par le Ministère. de la présente norme, le prélèvement des
L’appréciation du plan qualité par le cinq échantillons appariés est effectué par le
Ministère ne dégage en rien le fabricant de fabricant, selon la méthode d’essai LC 26–005
ses obligations contractuelles. et en présence du Ministère, pour obtenir deux
portions identiques de l’enrobé. Les quantités
Pour les contrats subséquents, le fabricant requises se trouvent également à la méthode
doit confirmer par écrit au Ministère le maintien d’essai LC 26–005.
de la validité du plan qualité déjà transmis,
en précisant le numéro d’enregistrement du Les résultats des essais et des calculs
certificat et la date de la dernière révision de sont validés si, pour chacune des caracté-
son plan qualité. ristiques, les exigences de la page suivante
Contenu normatif

sont respectées :

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4201
Page Enrobés à chaud formulés selon
6 de 12 le principe de la méthode Marshall
Date NORME
2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

Méthodes
Caractéristiques Types d’enrobés D2 D5 σd
d’essai
Total EB–20, EB–14,
≤ 24,0 ≤ 15,0 13,4 LC 26–350
granulométrique GB–20 et ESG–14
EB–10S, EB–10C,
Total
ESG–10, EG–10 ≤ 13,0 ≤ 8,0 7,2 LC 26–350
granulométrique
et EC–10
Passant 80 μm Tous les enrobés ≤ 1,20 ≤ 0,80 0,68 LC 26–350
Pourcentage de
Tous les enrobés ≤ 0,40 ≤ 0,25 0,22 LC 26–100
bitume
Pourcentage des
Tous les enrobés — ≤ 1,2 1,05 LC 26–320
vides « Marshall »
Densité maximale Tous les enrobés ≤ 0,020 ≤ 0,013 0,011 LC 26–045

D2 : Écart maximal en valeur absolue entre la D5 : Écart maximal en valeur absolue entre la
moyenne des résultats du Ministère et la moyenne des résultats du Ministère et la
moyenne des résultats du fabricant obtenus moyenne des résultats du fabricant obtenus
à partir de deux échantillons appariés consé- à partir de cinq échantillons appariés consé-
cutifs. Cet écart est calculé selon la formule cutifs. Cet écart est calculé selon la formule
suivante : suivante :
σd σd
D2 = 2,57 • D5 = 2,57 •
√2 √5

σd : Écart type maximal des différences entre D2 : L’écart en valeur absolue entre la
les résultats du Ministère et du fabricant moyenne mobile des résultats du Minis-
pour chaque échantillon apparié. Cet tère et la moyenne mobile des résultats
écart type est utilisé pour calculer D2, D5 du fabricant à partir des analyses des
ou tout autre écart maximal équivalent. deux derniers échantillons appariés.
Le Ministère se réserve le droit de procéder D5 : L’écart en valeur absolue entre la
à des validations des essais et des calculs à moyenne mobile des résultats du Minis-
l’aide d’un ou de plusieurs échantillons préle- tère et la moyenne mobile des résultats
vés par le fabricant. Ces échantillons comptent du fabricant à partir des analyses des
pour la cadence normale d’échantillonnage cinq derniers échantillons appariés.
du fabricant. La validation s’effectue en cal- Les écarts durant la saison sont consi-
Contenu normatif

culant l’écart entre les résultats des essais et dérés comme étant non significatifs si la
des calculs, les écarts D2 et D5 étant calculés moyenne mobile des différences des résultats
comme suit : des essais entre les laboratoires respecte
l’écart maximal des exigences D2 et D5 telles
qu’elles sont définies.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4201
Enrobés à chaud formulés selon Page

le principe de la méthode Marshall 7 de 12


NORME Date

2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

Tout écart significatif entre les résultats une teneur en vides comprise entre 3,0 et
des essais et des calculs de divers facteurs 4,0 %, ainsi que la stabilité, la déformation
effectués par le laboratoire désigné par le et les densités brutes et maximales à la
fabricant et celui désigné par le Ministère teneur en bitume proposée;
doit être signalé. Un effort conjoint est alors – le pourcentage de vides, le pourcentage
fait pour déterminer et corriger la source de de VAM comblé par le bitume, le VAM,
l’écart. la surface spécifique totale ainsi que la
compactabilité de l’enrobé à chaud, le
5.3.4 Formules théorique et finale pourcentage de bitume effectif, l’épaisseur
5.3.4.1 Information à fournir moyenne du feuil de bitume effectif à la
Les formules théorique et finale doivent teneur en bitume proposée;
comprendre l’information suivante : – la valeur de stabilité conservée à la teneur
– pour les granulats froids : la classe granu- en bitume proposée selon la méthode
laire, le type, la provenance, la granularité, d’essai LC 26–001;
le pourcentage utilisé1, la densité brute, – la compacité, sauf pour les enrobés ser-
le pourcentage d’absorption en eau pour vant au rapiécage ou à la correction avant
chaque classe granulaire; la pose du revêtement;
– les caractéristiques intrinsèques, de fabri- – les courbes des caractéristiques physiques
cation et complémentaires sur le combiné de l’enrobé en cinq points pour chacune
des granulats fins, selon la formule théo- des caractéristiques suivantes :
rique, ou sur chaque classe granulaire - la stabilité;
de granulats fins et sur chaque classe - l’indice de fluage;
granulaire de gros granulats;
- la masse volumique;
– la classe de performance du bitume;
- le pourcentage de vides dans l’en-
– la masse volumique à 25 °C exprimée en robé;
grammes par centimètre cube;
- le pourcentage de VAM comblé;
– la granularité, la densité brute, le pourcen-
tage d’absorption en eau et le total granu- - le feuil de bitume effectif.
lométrique du combiné, la teneur optimale 5.3.4.2 Production de la formule
en bitume proposée2 permettant d’obtenir théorique
Une formule théorique par type d’enrobé
doit être produite pour chaque classe de
1. Dans le cas d’une classe granulaire composée de bitume ou chaque fois qu’il y a un changement
granulats bitumineux, le pourcentage moyen de
bitume contenu dans le granulat bitumineux doit dans les sources d’approvisionnement en gra-
être indiqué (LC 26–150). nulats. Les caractéristiques qui y sont présen-
Contenu normatif

2. Dans le cas des enrobés avec granulats bitu- tées doivent être représentatives de l’enrobé
mineux, la teneur en bitume optimale inclut le à chaud qui sera mis en place et conformes
pourcentage moyen de bitume du granulat aux exigences de la présente norme.
bitumineux.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4201
Page Enrobés à chaud formulés selon
8 de 12 le principe de la méthode Marshall
Date NORME
2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

Si, pour une formule théorique déjà pro- sont faits par le fabricant à l’aide des résultats
duite pour un type d’enrobé, il n’y a que la d’analyses de cinq échantillons d’une produc-
classe du bitume qui diffère, le fabricant peut tion continue.
utiliser les résultats des essais et des calculs L’échantillonnage est effectué par le fabri-
de la formule théorique déjà produite, sauf pour cant selon la méthode d’essai LC 26–005.
le pourcentage des vides et la tenue à l’eau.
Sur chacun des échantillons prélevés,
Lorsque l’essai à l’orniéreur est requis et que
le fabricant est tenu de faire les essais et de
la température haute de la nouvelle classe
calculer les divers facteurs, sauf les essais
de bitume utilisée est inférieure à celle de la
de tenue à l’eau.
classe de bitume de la formule déjà produite,
la réalisation d’un nouvel essai à l’orniéreur La vérification de la compacité porte sur
est obligatoire. un minimum de trois essais faits à partir d’une
production représentative servant à évaluer
Le fabricant doit indiquer clairement sur
en production la formule théorique et à établir
la formule théorique remise au Ministère la
la formule finale de l’enrobé.
classe du bitume qui est demandée et la
classe du bitume qu’il a utilisée pour produire Pour établir qu’une formule d’enrobé est
la formule théorique. Dans le cas où seule la finale, il faut que :
classe de bitume est changée, il n’est pas – les exigences spécifiées pour les formules
tenu de procéder à une nouvelle évaluation théoriques et finales soient satisfaites;
en production de la formule théorique. – la moyenne des résultats des essais
Par contre, si des changements autres que et des calculs des divers facteurs des
la classe de bitume sont apportés à la formule analyses des cinq échantillons de même
déjà produite, il s’agit alors d’une nouvelle que la valeur moyenne des essais de
formule et le fabricant est tenu de procéder compacité soient conformes aux exigen-
à une évaluation en production de la formule ces du tableau 4201–1, sauf pour la tenue
théorique et d’établir une formule finale pour à l’eau;
la classe du bitume spécifié, et ce, comme il – l’écart entre la formule finale et la moyenne
est indiqué à la section 5.3.4.3 « Évaluation des résultats des essais pour les caracté-
en production et établissement de la formule ristiques du passant 80 μm, du total gra-
finale » de la présente norme. nulométrique et du pourcentage de bitume
5.3.4.3 Évaluation en production et soit à l’intérieur des limites de surveillance,
établissement de la formule finale fixées à ± 2σ / √5. L’étendue mesurée entre
les résultats des essais doit être inférieure
La formule finale de l’enrobé à chaud est
au double de la valeur 4σ / √5. L’écart type
établie par le fabricant après une évaluation
maximum σ est indiqué à la section 5.3.5.2
en production de la formule théorique de
« Contrôle statistique »;
l’enrobé à chaud.
Contenu normatif

– les résultats de l’essai de résistance à l’or-


L’évaluation en production de chacune
niérage soient conformes aux exigences
des formules théoriques d’enrobé et l’éta-
du tableau 4201–1, si cela est exigé.
blissement de chacune des formules finales

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4201
Enrobés à chaud formulés selon Page

le principe de la méthode Marshall 9 de 12


NORME Date

2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

5.3.4.4 Responsabilité VAM comblé) du tableau 4201–1, les derniers


Les formules théorique et finale de l’enrobé résultats de l’année précédente pourront
à chaud doivent être datées et signées par être ajoutés à ces résultats afin d’obtenir les
le responsable du contrôle de la qualité du 15 résultats nécessaires à l’analyse.
fabricant et être présentées avant la fourniture Cette cadence est réévaluée à partir de
de l’enrobé à chaud. la caractéristique du total granulométrique,
selon la formule suivante :
5.3.5 Contrôle de production
σ1 σ2
5.3.5.1 Cadence =
√5 √ n2
Les essais de contrôle sont effectués selon
la cadence suivante : σ1 : Écart type maximum du tableau de la
section 5.3.5.2 « Contrôle statistique »
Granulométrie un essai par 300 tonnes
de la présente norme
Teneur en bitume
corrigée
un essai par 300 tonnes σ2 : Écart type des écarts mesurés entre
les résultats des essais et de la formule
Densité maximale un essai par 300 tonnes
finale pour les 15 derniers échantillons
Densité brute trois essais par 1500 tonnes mesurés
La cadence des essais de contrôle est n2 : Nouvelle cadence d’essai à établir par
maintenue au moins pour les 4500 premières tranches de 1500 tonnes d’enrobé
tonnes d’enrobés produits pour le Ministère, (1500/n2 = fréquence d’essai), pour les
en couche de base ou couche unique, suivant 3000 tonnes suivantes, cette nouvelle
le tableau 4201–1 ou le tableau 4202–1 de cadence d’essai ne devant jamais être
la norme 4202, et pour les 4500 premières inférieure à deux essais par 1500 ton-
tonnes d’enrobés produits pour le Ministère, nes d’enrobé.
en couche de correction ou de surface, suivant Dans le cas de l’essai de densité brute,
ces mêmes tableaux, et ce, pour chacune de cette cadence sera de trois essais par tranche
ses centrales d’enrobage. de 1500 tonnes lorsque n2 est égal à 5 ou à 4,
Si, dans l’année précédente, le fabricant et de deux essais par tranche de 1500 tonnes
a démontré sa capacité à produire avec une lorsque n2 est égal à 3 ou à 2.
centrale d’enrobage des enrobés conformes Le calcul pour la première évaluation
et stables, la cadence est maintenue au moins est fixé à partir des 15 premiers résultats
pour les 1500 premières tonnes d’enrobés (4500 tonnes) pour chaque groupe de cou-
produits pour le Ministère avec cette même ches, et ce, pour chacune de ses centrales
centrale d’enrobage. À ce moment, si les d’enrobage. La nouvelle cadence ainsi établie
résultats satisfont aux critères des tests sta- est maintenue pour les 3000 tonnes suivantes
Contenu normatif

tistiques décrits à l’article 5.3.4.2 et respectent de production. Par la suite, la nouvelle cadence
les caractéristiques physiques (pourcentage est recalculée à partir des 15 derniers résul-
de vides, feuil de bitume et pourcentage de tats et est maintenue pour les 3000 tonnes

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4201
Page Enrobés à chaud formulés selon
10 de 12 le principe de la méthode Marshall
Date NORME
2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

de production suivantes, et ainsi de suite. Le - Les tests 1, 2, 3 et 5 de la norme


fabricant doit être en mesure de documenter ISO 8258 « Cartes de contrôle de
toute modification de sa cadence d’essai. Shewhart » doivent être réalisés.
Au moment du déplacement d’une cen- - Les limites de surveillance sont fixées
trale mobile d’un site à un autre, la cadence à ± 2 σ et les limites de contrôle, à
d’essai pour les 1500 premières tonnes doit ± 3 σ.
être égale à 5, après quoi elle ne peut être - Pour les tests 2 et 3, une zone de
inférieure à 2. tolérance de ± 0,25 σ est accordée.
5.3.5.2 Contrôle statistique – Un second type de carte de contrôle porte
Le fabricant remplit, selon la norme sur la moyenne mobile des cinq derniers
ISO 8258 « Cartes de contrôle de Shewhart », écarts mesurés entre les résultats des
des cartes de contrôle pour un enrobé de la essais et la formule finale des enrobés.
présente norme ou de la norme 4202, pour - Le test 1 de la norme ISO 8258 « Car-
les caractéristiques décrites ci-après. tes de contrôle de Shewhart » est utilisé
Les écarts types maximums utilisés pour pour ce type de carte.
établir les limites de surveillance et de contrôle - Les limites de surveillance sont fixées
des cartes de contrôle sont les suivants : à ± 2σ /√5 et les limites de contrôle, à
± 3σ / √5.
Écarts types
maximums
– Le troisième type de carte de contrôle porte
Caractéristiques Types d’enrobés
(σ) sur l’écart type mobile des cinq derniers
écarts.
Total EB–20, EB–14,
19,0 - La limite de surveillance est fixée
granulométrique GB–20 et ESG–14
EB–10S, EB–10C,
à 1,54 σ et la limite de contrôle, à
CH–10, ESG–10,
1,96 σ.
Total
granulométrique
EG–10, EC–10, 14,0 Les deux premières cartes de contrôle
EGA–10, SMA–10 doivent avoir « zéro » comme valeur centrale
et ESG–5 et doivent être centrées sur la formule finale de
Passant 80 μm Tous les enrobés 0,80 l’enrobé. La troisième carte doit avoir « zéro »
Pourcentage de comme valeur inférieure.
Tous les enrobés 0,22
bitume corrigé Pour toute la production du Ministère
Densité maximale Tous les enrobés — réalisée par une même centrale, les valeurs
mesurées sur les enrobés de types EB–20,
Trois types de cartes de contrôle sont EB–14, GB–20 et ESG–14 sont inscrites chro-
requis : nologiquement depuis le début de la saison
– Un premier type de carte porte sur l’écart sur une même carte de contrôle, et les valeurs
Contenu normatif

entre chacun des résultats des essais


individuels et la formule finale de l’en-
robé.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4201
Enrobés à chaud formulés selon Page

le principe de la méthode Marshall 11 de 12


NORME Date

2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.

mesurées sur les enrobés de types EB–10S,


EB–10C, CH–10, ESG–10, EG–10, EGA–10,
EC–10, SMA–10 et ESG–5 sont également
inscrites chronologiquement depuis le début
de la saison sur une autre carte de contrôle.

6. Entreposage
L’entreposage de l’enrobé à chaud
doit s’effectuer dans un silo isolé à l’abri des
intempéries, de façon à éviter la ségrégation,
le compactage, la contamination et le refroi-
dissement de l’enrobé à une température
inférieure à celle qui est recommandée pour
le type de bitume utilisé.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS BITUMINEUX
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4201
Page Enrobés à chaud formulés selon
12 de 12 le principe de la méthode Marshall
Date NORME
2007 12 15

Le contenu de cette norme n’est pas à jour. Vous référer à la norme 4202 « Enrobés
à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées »
pour la formulation des enrobés pour le Ministère.
Tableau 4201–1
Caractéristiques des enrobés à chaud formulés selon le principe de la méthode Marshall
Méthodes
Types d’enrobés EB–20 EB–14 EB–10S EB–10C EB–5 CH–10
d’essai
Couche unique, Couche de Rapiéçage
Couche couche de sur- Couche de surface ou manuel ou Chape
Usages
de base face ou couche surface couche de couche de d’étanchéité
de base correction correction
Nombre minimal de classes
3 3 2 2 1 2
granulaires distinctes à utiliser (1)
Tamis (% passant)
28 mm 100
20 mm 95–100 100
14 mm 65–88 95–100 100 100 100
10 mm 48–78 75–90 92–100 94–100 100 96–100
5 mm 34–55 50–65 50–65 66–78 85–100 75–85
2,5 mm 24–45 29–47 27–50 45–65 65–90 57–75
1,25 mm 16–39 20–40 18–42 30–50 — —
630 μm 9–31 14–34 12–35 20–40 25–65 25–50
315 μm 6–23 10–26 8–26 14–29 18–48 15–40
160 μm 4–15 5–17 5–17 7–18 8–30 7–25
80 μm 3,0–8,0 3,0–8,0 4,0–10,0 4,0–10,0 4,0–12,0 4,0–13,0
LC 26–100
Liant (% min.) 4,20 4,70 4,80 5,20 6,00 5,50
LC 26–110
Fluage (mm) 2,0–4,0 2,0–4,0 2,0–4,0 2,0–4,0 2,0–4,5 2,0–4,0 LC 26–060
Stabilité (N)(min.) 9000 9000 9000 9000 7000 9000 LC 26–060
Vides (%) (2) 2,0–5,0 2,0–5,0 2,0–5,0 2,0–5,0 2,0–5,0 2,0–5,0 LC 26–320
VAM comblé (% max.) 85,0 85,0 85,0 85,0 85,0 85,0 LC 26–900
Compacité (% min.) 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 LC 26–320
Résistance à l’orniérage sur plaques de 100 mm à
52, 58 ou 60 oC (selon la classe de bitume)
10,0 10,0 — — — —
à 30 000 cycles
(% max. de déformation) (3, 4, 5)
Résistance à l’orniérage sur plaques de 50 mm à
52, 58 ou 60 oC (selon la classe de bitume)
à 1000 cycles — — 10,0 10,0 — —
à 3000 cycles — — 20,0 20,0 — —
(% max. de déformation) (3, 4)
Tenue à l’eau (% min.) (6) 70 70 70 70 LC 26–001
Notes :
– L’épaisseur minimale du feuil de bitume effectif (exprimée en μm) doit être égale des réserves satisfasse individuellement aux conditions des classes granulaires d/D
ou supérieure à la plus grande valeur des trois équations suivantes: indiquées dans la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – Granulats ».
a) 9,0 – (0,005 X total granulométrique); 2. Formulation : à partir des vides visés.
b) 9,5 – (0,488 X surface des granulats (m2/kg)); 3. Lorsque l’essai de résistance à l’orniérage est exigé, il est réalisé selon les exigences
c) 8,8 – (0,18 X VAM). de la norme NF EN 12697–22 « Mélanges bitumineux – Méthodes d’essai pour
– La teneur minimale de bitume déterminée par la formule doit être au moins mélange hydrocarboné à chaud – Partie 22 : essai d’orniérage », et la préparation
supérieure de 0,40 % à la teneur en bitume qui permet d’obtenir l’épaisseur des échantillons est réalisée selon les exigences de la norme NF EN 12697–33
minimale du feuil de bitume effectif et au moins égale au pourcentage de liant « Mélanges bitumineux – Méthodes d’essai pour mélange hydrocarboné à chaud
minimal mentionné plus haut. – Partie 33 : confection d’éprouvettes au compacteur de plaque ».
Contenu normatif

1. Au moins 85 % des granulats de l’enrobé à chaud, ou 80 % dans le cas d’un enrobé 4. Les enrobés à chaud ne doivent pas présenter de ressuage à 10 000 cycles pour
recyclé, doivent être constitués de classes granulaires qui ne se chevauchent pas. les enrobés EB–10S et EB–10C ou 30 000 cycles dans le cas des enrobés de types
Cependant, une classe granulaire 0/D où D < 5 mm peut être constituée de deux EB–14 et EB–20, et ce, lorsque l’essai de résistance à l’orniérage est exigé.
ou plusieurs classes dont la valeur D peut être différente. La classe considérée 5. La quantité d’enrobé nécessaire pour l’essai à l’orniéreur est calculée par rapport
doit avoir la désignation 0/D, où D est la plus grande valeur de D des classes à une compacité visée de 95 %, et ce, selon la densité maximale de la formule.
qui la composent. L’utilisation de deux ou plusieurs classes granulaires de même 6. Lorsque l’enrobé est fabriqué avec un bitume dont la recouvrance élastique à
désignation d/D est considérée comme une seule classe, à condition que chacune 10 oC, 20 cm, 5cm/min est ≥ 60 %, cet essai n’est pas requis.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4202
Enrobés à chaud formulés selon
Page
la méthode de formulation du 1 13
NORME
de

Laboratoire des chaussées Date

2013 12 15

1. Objet ORGANISATION INTERNATIONALE


DE NORMALISATION
La présente norme a pour objet de
ISO 8258 « Cartes de contrôle de Shewart ».
déterminer les exigences du Ministère en
ce qui a trait aux caractéristiques et aux
AUTRES DOCUMENTS
critères d’évaluation des enrobés à chaud
formulés selon la méthode de formulation Gouvernement du Québec
du Laboratoire des chaussées en utilisant la
presse à cisaillement giratoire Superpave, MINISTÈRE DES TRANSPORTS
ainsi que de définir les modes d’action en DU QUÉBEC, LABORATOIRE
assurance de la qualité relativement à la DES CHAUSSÉES
fabrication des enrobés. LC 21–040 « Analyse granulométrique ».
LC 21–065 « Détermination de la densité et
2. Références de l’absorption du granulat fin ».
La présente norme renvoie à l’édition la LC 21–066 « Détermination de la densité
plus récente des documents suivants : et de l’absorption du granulat fin de classe
granulaire d/D ».
NORMES LC 21–067 « Détermination de la densité et
de l’absorption du gros granulat ».
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING LC 26–001 « Tenue à l’eau (par trempage) ».
AND MATERIALS
LC 26–003 « Détermination de l’aptitude
ASTM D242 « Standard Specification au compactage des enrobés à chaud à la
for Mineral Filler for Bituminous Paving presse à cisaillement giratoire ».
Mixtures ».
LC 26–004 « Formulation des enrobés à
ASSOCIATION FRANÇAISE l’aide de la presse à cisaillement giratoire
DE NORMALISATION selon la méthode du Laboratoire des
NF EN 12697–22 « Mélanges bitumineux – chaussées ».
Méthodes d’essai pour mélange LC  26–005 « Échantillonnage ».
hydrocarboné à chaud – Partie 22 : essai LC 26–006 « Détermination de la teneur en
d’orniérage ». bitume par ignition ».
NF EN 12697–33 « Mélanges bitumineux – LC 26–007 « Analyse granulométrique des
Méthodes d’essai pour mélange granulats d’extraction ».
hydrocarboné à chaud – Partie 33 :
confection d’éprouvettes au compacteur LC 26–045 « Détermination de la densité
de plaque ». maximale ».
LC 26–320 « Détermination du pourcentage
BUREAU DE NORMALISATION de vides et de la compacité dans les
DU QUÉBEC enrobés à chaud compactés ».
NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – LC 26–400 « Fabrication d’éprouvettes au
Granulats ». compacteur LCPC ».
MINISTÈRE DES TRANSPORTS LC 26–410 « Résistance à la déformation
Contenu normatif

DU QUÉBEC des enrobés à l’essai d’orniérage ».


Tome VII – Matériaux,
Norme  4101 « Bitumes ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4202
Page
Enrobés à chaud formulés selon
2 13 la méthode de formulation du
NORME
de

Date
Laboratoire des chaussées
2013 12 15

3. Définition 5.2 Granulats


La définition suivante s’applique à la Le choix du granulat doit permettre la
présente norme. réalisation sur l’enrobé à chaud de tous les
essais indiqués au tableau 4202–1.
Enrobé à chaud
Mélange de granulat et de bitume préparé à 5.2.1 Filler
chaud en centrale d’enrobage et destiné à Le filler doit être conforme à la norme
être posé à chaud. ASTM D242 « Standard Specification for
Mineral Filler for Bituminous Paving Mixtures ».
4. Classification Les tamis de 80 µm, 315 µm et 630 µm
Les enrobés à chaud doivent être classés remplacent les tamis de 75 µm, 300 µm et
dans les types suivants, selon leur utilisation : 600 µm.
– GB–20 : enrobé pour couche de base. 5.2.2 Granularité
– ESG–14 : enrobé semi-grenu pour couche Pour la confection des enrobés à
unique ou couche de surface. chaud, les granularités individuelles doivent
– ESG–10 : enrobé semi-grenu pour couche respecter les classes granulaires définies à
de surface. la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
– EG–10 : enrobé grenu pour couche de civil – Granulats », Partie I. Les granularités
surface. doivent être déterminées conformément
– EGM–10 : enrobé grenu mince pour aux exigences de la méthode d’essai
couche de surface. LC 21–040.
– EC–10 : enrobé de correction. 5.2.3 Caractéristiques intrinsèques et
– SMA–10 : enrobé à matrice de pierre pour de fabrication
couche de surface.
– ESG–5 : enrobé semi-grenu pour couche 5.2.3.1 Granulats fins
antifissure (pour chaussée à durée de vie Les caractéristiques intrinsèques des
prolongée). granulats fins doivent être conformes à la
– EC–5 : enrobé de correction. norme NQ 2560–114 « Travaux de génie
civil – Granulats », Partie V.
5. Caractéristiques requises 5.2.3.2 Gros granulats
Les caractéristiques intrinsèques et de
5.1 Bitumes fabrication des gros granulats doivent être
Le choix de la classe de bitume doit conformes à la norme  NQ  2560–114 « Travaux
permettre la réalisation sur l’enrobé à chaud de génie civil – Granulats », Partie V.
de tous les essais indiqués dans la présente
norme. Les bitumes utilisés pour les enrobés 5.2.4 Caractéristiques
à chaud doivent être des bitumes conformes complémentaires
à la norme 4101 « Bitumes ». Les caractéristiques complémentaires des
caractéristiques intrinsèques et de fabrication
Contenu normatif

doivent être conformes aux exigences de


la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4202
Enrobés à chaud formulés selon
Page
la méthode de formulation du 3 13
NORME
de

Laboratoire des chaussées Date

2013 12 15

civil – Granulats », Par tie V. L’exigence résultats des essais des années antérieures


relative au pourcentage de mottes d’argile (au moins deux ans) démontrant que ceux-ci
dans le granulat fin s’applique au matériau sont comparables d’une année à l’autre.
provenant de sablières1 seulement. Dans le cas d’une nouvelle source ou
5.2.4.1 Critères d’utilisation du bardeau lorsque le fabricant ne peut répondre aux
d’asphalte post-fabrication (BPF) exigences mentionnées précédemment,
chaque classe granulaire des gros granulats
Le bardeau d’asphalte post-fabrication
et des granulats fins doit être caractérisée au
peut être utilisé lorsque les critères d’utilisation
moins une fois l’an pour chacune des caracté-
suivants sont respectés :
ristiques des granulats pour enrobé à chaud,
Critères Enrobés Enrobés
selon les usages, à l’exception du coefficient
de surface de base de polissage par projection.
Les essais du coefficient de polissage
% autorisé dans par projection doivent être effectués selon
l’enrobé ≤ 3,0 % ≤ 5,0 %
la fréquence indiquée ci-dessous, suivant la
Dimension du valeur mesurée du coefficient de polissage
bardeau par projection :
≤ 10 mm ≤ 10 mm
(D de la classe
granulaire) Valeur mesurée
Conditions de DJMA < 10 000 du coefficient
Aucune Fréquence de l’essai
circulation non autorisé sur de polissage par
restriction projection
les autoroutes
Note : de 0,45 et 0,46 un essai par année
– aux fins de formulation, le bitume contenu dans le de 0,47 et 0,48 un essai tous les 2 ans
bardeau post-fabrication est mobilisable à 40 %.
de 0,49 et plus un essai tous les 3 ans

5.2.5 Fréquence de caractérisation


Pour une source d’approvisionnement en 5.2.6 Entente sur la densité brute des
granulats dont l’historique d’exploitation est granulats
déjà connu, le fabricant doit déterminer, au Avant de remettre ses formules d’enrobés,
minimum une fois l’an, en assurant une rotation le fabricant doit s’assurer que les densités
des classes granulaires, les caractéristiques brutes des granulats, utilisées dans ses calculs
suivantes : les caractéristiques intrinsèques, pour déterminer les caractéristiques des
les caractéristiques complémentaires des gros enrobés à chaud de la présente norme, ont
granulats ainsi que les caractéristiques intrin- fait l’objet d’une acceptation par le Ministère
sèques et complémentaires des granulats fins. basée sur la procédure suivante :
Ces caractéristiques doivent être déterminées – l’échantillonnage des granulats mis en
à partir d’au moins une classe granulaire réserve doit être fait en présence des
du gros granulat et à partir d’au moins une représentants du fabricant et du Ministère,
classe granulaire du granulat fin. Cependant, dès que les réserves sont complétées ou
pour ce faire, le fabricant doit transmettre qu’elles sont suffisantes pour assurer un
Contenu normatif

dans son plan qualité une compilation des

1. Le terme « sablière » inclut les gravières. Voir le Lexique.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4202
Page
Enrobés à chaud formulés selon
4 13 la méthode de formulation du
NORME
de

Date
Laboratoire des chaussées
2013 12 15

minimum de trois jours de production au – lorsque l’écart entre les résultats est égal
regard de la capacité de production de la ou inférieur à l’écart maximal, le fabricant
centrale; prend la moyenne des résultats des deux
– au moins trois prélèvements doivent être parties pour établir les densités des gra-
effectués à même la réserve de granulats nulats qui sont utilisées dans les calculs
servant à la présentation de ses formules
d’une classe granulaire donnée en vue de d’enrobés. La densité brute de chaque
constituer un échantillon qui, par la suite, calibre de granulat fin est déterminée en
est divisé en trois portions, à savoir deux tenant compte de la densité du passant
aux fins d’analyse par les parties et une qui 80 µm fournie par le fabricant ou d’une
est scellée par le Ministère et conservée valeur fixée à 2,700;
par le fabricant pour expertise ultérieure – si l’écart entre les résultats est supérieur à
en cas de désaccord sur l’écart maximal; l’écart maximal, le Ministère et le fabricant
– les essais sont réalisés selon les méthodes examinent conjointement leurs résultats
d’essai suivantes : de densité apparente, d’absorption et de
- gros granulat : LC 21–067, granulométrie en vue d’en venir à une
entente à partir des résultats obtenus
- granulat fin de classe granulaire d/D : ou de procéder à une reprise des essais
LC 21–066, réalisés sur la portion témoin scellée.
- autre granulat fin : LC 21–065; La durée de validité de l’entente sur la
– après analyse, le fabricant transmet au densité brute d’une classe granulaire est de
Ministère pour validation ses résultats trois ans au maximum, dans la mesure où
de densité apparente, d’absorption, de les caractéristiques ainsi que la méthode de
densité brute (résultats individuels et fabrication du granulat composant cette classe
moyennes des deux essais) et de granu- granulaire demeurent inchangées.
lométrie;
– pour que les résultats de la densité brute 5.3 Enrobés à chaud
fournis par le fabricant soient acceptés,
l’écart entre les résultats moyens obtenus 5.3.1 Plan qualité
par le Ministère et le fabricant ne doit pas Le plan qualité doit traiter minimalement
être supérieur à l’exigence qui suit : des éléments de gestion suivants :
1- Organigramme de la centrale d’enrobage
Écart maximal entre
Le fabricant doit indiquer le nom du res-
Densité deux moyennes de
deux essais ponsable du système qualité conforme à
la norme ISO et du responsable désigné
Densité brute du à la centrale d’enrobage ainsi que les
gros granulat 0,013 noms des intervenants dans les activités
LC 21–067
d’assurance de la qualité. Ces activités
Densité brute du doivent couvrir, notamment, la gestion des
granulat fin non-conformités, des requêtes d’actions
LC 21–065 0,018 correctives, des enregistrements qualité
LC 21–066 0,018 et des matières premières.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4202
Enrobés à chaud formulés selon
Page
la méthode de formulation du 5 13
NORME
de

Laboratoire des chaussées Date

2013 12 15

2- Gestion des non-conformités de malaxage inscrite sur l’attestation de


Le fabricant doit fournir sa procédure de conformité du bitume utilisé.
maîtrise du produit non conforme. Cette L e s c a ra c t é r i s t i q u e s p hy s i q u e s,
procédure doit prendre en considération mécaniques et granulométriques des
la gestion des requêtes d’actions correc­ enrobés à chaud doivent être conformes aux
tives. exigences énumérées au tableau 4202–1.
3- Gestion des enregistrements qualité La zone de restriction délimitée dans le
Le fabricant doit fournir sa procédure de tableau 4202–1 est une zone recommandée
gestion des enregistrements qualité liée à mais non obligatoire. Les enrobés dont
la fabrication de l’enrobé. Tout enregistre- la granulométrie passe par cette zone
ment fournissant des preuves des activités contiennent trop d’éléments fins dans la
liées à la fabrication doit être consigné fraction inférieure à 5  mm.  De façon générale,
par le fabricant et être disponible pour les enrobés dont la granulométrie passe par
consultation, sur demande du Ministère. cette zone risquent de présenter plus de
problèmes à la mise en place et à la résistance
Dans chacun des rapports d’essais remis
à l’orniérage. Cependant, il est possible de
au Ministère, le fabricant doit indiquer le
créer des enrobés qui ont de bons compor-
nom et le lieu du laboratoire ayant effectué
tements et qui passent dans cette zone.
les essais.
4- Gestion des matières premières 5.3.3 Validation des résultats des
Le fabricant doit décrire la procédure qu’il essais et des calculs
entend suivre pour maintenir les caracté- Pour chacun des laboratoires désignés
ristiques du bitume stipulé et éviter toute par le fabricant et par le Ministère, le fabricant
altération ou contamination du bitume par procède, en début de saison, à une validation
tout autre bitume de classe de performance des résultats des essais et des calculs de
ou de composition différente et par tout divers facteurs effectués sur un enrobé de la
autre matériau. présente norme conformément aux exigences
Si le plan qualité est déclaré non conforme décrites dans la présente norme, et ce, à partir
aux exigences, le fabricant doit effectuer les de la production d’un enrobé d’un type autre
modifications demandées par le Ministère. que EC–5, SMA–10 ou ESG–5.
L’appréciation du plan qualité par le Si la validation des résultats des essais
Ministère ne dégage en rien le fabricant de et des calculs est réalisée sur un enrobé de
ses obligations contractuelles. la présente norme, le prélèvement des cinq
Pour les contrats subséquents, le fabricant échantillons appariés est effectué par le
doit confirmer par écrit au Ministère le maintien fabricant, selon la méthode d’essai  LC  26–005
de la validité du plan qualité déjà transmis, et en présence du Ministère, pour obtenir
en précisant le numéro d’enregistrement du deux portions identiques de l’enrobé. Les
certificat et la date de la dernière révision de quantités requises pour les essais conven-
son plan qualité. tionnels et l’essai à la presse à cisaillement
giratoire se trouvent également dans la
5.3.2 Caractéristiques physiques, méthode d’essai LC 26–005.
mécaniques et granulométriques
Contenu normatif

Les résultats des essais et des calculs sont


En centrale d’enrobage, les enrobés validés si, pour chacune des caractéristiques,
doivent être malaxés selon la température les exigences suivantes sont respectées :

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4202
Page
Enrobés à chaud formulés selon
6 13 la méthode de formulation du
NORME
de

Date
Laboratoire des chaussées
2013 12 15

Type Méthode
Caractéristique D2 D5 σd
d’enrobé d’essai
Total granulométrique GB–20 et ESG–14 ≤ 24,0 ≤ 15,0 13,4 LC 26–007
ESG–10, EG–10,
Total granulométrique ≤ 13,0 ≤ 8,0 7,2 LC 26–007
EGM–10 et EC–10
Passant 80 µm Tous les enrobés ≤ 1,20 ≤ 0,80 0,68 LC 26–007
Pourcentage de
Tous les enrobés ≤ 0,40 ≤ 0,25 0,22 LC 26–006
bitume
Pourcentage des
Tous les enrobés — ≤ 1,2 1,05 LC 26–320
vides Marshall
Densité maximale Tous les enrobés ≤ 0,020 ≤ 0,013 0,011 LC 26–045
D2 : Écart maximal en valeur absolue entre la moyenne des résultats du Ministère et la moyenne des résultats du
fabricant obtenus à partir de deux échantillons appariés consécutifs. Cet écart est calculé selon la formule
suivante :
D2 = 2,57 × σd
2
D5 : Écart maximal en valeur absolue entre la moyenne des résultats du Ministère et la moyenne des résultats
du fabricant obtenus à partir de cinq échantillons appariés consécutifs. Cet écart est calculé selon la formule
suivante :
D5 = 2,57 × σd
5

σd : Écart type maximal des différences entre D5 : L’écart en valeur absolue entre la
les résultats du Ministère et du fabricant moyenne mobile des résultats du Minis-
pour chaque échantillon apparié. Cet tère et la moyenne mobile des résultats
écart type est utilisé pour calculer D2, D5 du fabricant à partir des analyses des
ou tout autre écart maximal équivalent. cinq derniers échantillons appariés.
Le Ministère se réserve le droit de procéder Les écarts durant la saison sont considérés
à des validations des essais et des calculs comme étant non significatifs si la moyenne
à l’aide d’un ou de plusieurs échantillons mobile des différences des résultats des
prélevés par le fabricant. Ces échantillons essais entre les laboratoires respecte l’écart
comptent pour la cadence normale d’échan- maximal des exigences D2 et D5 telles qu’elles
tillonnage du fabricant. La validation s’effectue sont définies.
en calculant l’écart entre les résultats des
essais et des calculs, les écarts D2 et D5 étant Tout écart significatif entre les résultats
calculés comme suit : des essais et des calculs de divers facteurs
effectués par le laboratoire désigné par le
D2 : L’écart en valeur absolue entre la fabricant et celui désigné par le Ministère
moyenne mobile des résultats du Minis-
Contenu normatif

doit être signalé. Un effort conjoint est alors


tère et la moyenne mobile des résultats fait pour déterminer et corriger la source de
du fabricant à partir des analyses des l’écart.
deux derniers échantillons appariés.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4202
Enrobés à chaud formulés selon
Page
la méthode de formulation du 7 13
NORME
de

Laboratoire des chaussées Date

2013 12 15

5.3.4 Formules théorique et finale des pourcentages de vides aux nombres


de girations requis correspondant au
5.3.4.1 Information à fournir pourcentage du bitume initial (Pbi) et au
Les formules théorique et finale doivent pourcentage du bitume total (Pb) (si le
comprendre l’information suivante : Pb diffère du Pbi) et la densité maximale
– pour les granulats froids  :  la classe granu- correspondant au pourcentage de bitume
laire, le type, la provenance, la granularité, initial (Pbi) et au pourcentage du bitume
la densité brute, la densité apparente, le total (Pb) (si le Pb diffère du Pbi);
pourcentage d’absorption en eau ainsi – la valeur de stabilité conservée à la teneur
que, d’après la formulation faite selon la en bitume proposée selon la méthode
méthode d’essai LC 26–004, le pourcen- d’essai LC 26–001;
tage utilisé de chaque classe granulaire; – la compacité, sauf pour les enrobés ser-
– les caractéristiques intrinsèques, de fabri- vant au rapiécage ou à la correction avant
cation et complémentaires sur le combiné la pose du revêtement.
des granulats fins, selon la formule théo-
rique, ou sur chaque classe granulaire 5.3.4.2 Production de la formule
de granulats fins et sur chaque classe théorique
granulaire de gros granulats; Une formule théorique par type d’enrobé
– pour le granulat bitumineux récupéré doit être produite pour chaque classe de bitume
(GBR) : la granulométrie, la teneur en ou chaque fois qu’il y a un changement dans
bitume du GBR, la densité brute et le les sources d’approvisionnement en granulats.
pourcentage utilisé; Les caractéristiques qui y sont présentées
doivent être représentatives de l’enrobé à
– pour le bardeau d’asphalte post- chaud qui sera mis en place et conformes aux
fabrication (BPF) : la granulométrie, la exigences de la présente norme.
teneur en bitume du BPF, la densité brute
et le pourcentage utilisé; Si, pour une formule théorique déjà
produite, il n’y a que la classe du bitume qui
– la classe de performance du bitume; diffère, le fabricant peut utiliser les résultats des
– la masse volumique à 25 °C exprimée en essais et des calculs de la formule théorique
grammes par centimètre cube; déjà produite, sauf pour le pourcentage de
– d’après la formulation faite selon la vides et la tenue à l’eau. Lorsque l’essai à
méthode d’essai LC 26–004, la granu- l’orniéreur est requis et que la température
larité finale, la densité brute, la densité haute de la nouvelle classe de bitume utilisée
apparente, la densité effective du granulat est inférieure à celle de la classe de bitume
de l’enrobé, le pourcentage d’absorption de la formule déjà produite, la réalisation
en eau du combiné, la teneur en fibres d’un nouvel essai à l’orniéreur est obligatoire.
proposées1, le total granulométrique, le Un nouvel essai est également requis si la
volume de bitume effectif (Vbe), le pour- température basse de la nouvelle classe de
centage de bitume initial correspondant au bitume utilisée est supérieure à celle de la
Vbe (exprimé au centième), le pourcentage classe de bitume de la formule déjà produite, et
de bitume total (exprimé au centième) ce, même si la température haute de la classe
avec le facteur de correction, la moyenne de bitume est demeurée la même.
Contenu normatif

1. Pour les enrobés de type SMA–10.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4202
Page
Enrobés à chaud formulés selon
8 13 la méthode de formulation du
NORME
de

Date
Laboratoire des chaussées
2013 12 15

Le fabricant doit indiquer clairement sur la Pour le calcul des vides à la presse à
formule théorique remise au Ministère la classe cisaillement giratoire dans les enrobés, les
du bitume qui est demandée et la classe du dispositions suivantes s’appliquent :
bitume qu’il a utilisée pour produire la formule – l’essai de détermination de l’aptitude au
théorique. Dans le cas où seule la classe compactage des enrobés à chaud à la
de bitume est changée, il n’est pas tenu de presse à cisaillement giratoire est effectué
procéder à une nouvelle évaluation à l’étape sur une seule éprouvette par échantillon
de la production de la formule théorique. et les exigences de l’article  8.2 « Fidélité »
Par contre, si des changements autres que de la méthode d’essai LC 26–003 ne
la classe de bitume sont apportés à la formule s’appliquent pas;
déjà produite, il s’agit alors d’une nouvelle – les pourcentages de vides dans l’enrobé
formule et le fabricant est tenu de procéder à sont calculés pour chacun des nombres
une évaluation à l’étape de la production de la de girations indiqués au tableau 4202–1.
formule théorique et d’établir une formule finale
Sur chacun des échantillons prélevés,
pour la classe du bitume spécifié, et ce, comme
le fabricant est également tenu d’effectuer
il est indiqué à la section 5.3.4.3 « Évaluation
les essais de densité maximale et, s’il veut
à l’étape de la production et établissement de
se servir de la méthode Marshall pour faire
la formule finale » de la présente norme.
le contrôle des vides, les pourcentages de
5.3.4.3 Évaluation à l’étape de la vides Marshall sont calculés selon la méthode
production et établissement de la d’essai LC 26–320.
formule finale La vérification de la compacité porte sur
La formule finale de l’enrobé à chaud est trois essais au minimum faits à partir d’une
établie par le fabricant après une évaluation à production représentative servant à évaluer
l’étape de la production de la formule théorique en production la formule théorique et à établir
de l’enrobé à chaud. la formule finale de l’enrobé.
L’évaluation à l’étape de la production de Pour établir qu’une formule d’enrobé est
chacune des formules théoriques d’enrobé finale, il faut que :
et l’établissement de chacune des formules – les exigences concernant les formules
finales sont faits par le fabricant à l’aide des théoriques et finales soient satisfaites;
résultats d’analyses de cinq  échantillons d’une
– la moyenne des résultats des essais et
production continue.
des calculs des divers facteurs des ana-
Dans l’éventualité où une formule lyses des cinq échantillons de même que
théorique identique est produite par plus d’une la valeur moyenne des essais de com-
centrale d’enrobage, l’évaluation à l’étape de pacité soient conformes aux exigences
la production doit être réalisée pour chacune du tableau 4202–1, sauf pour la tenue à
de ces centrales. l’eau;
L’échantillonnage est effectué par le – l’écart entre la formule finale et la moyenne
fabricant selon la méthode d’essai  LC  26–005 des résultats des essais pour les carac-
pour les essais conventionnels et l’essai à la téristiques du passant 80 µm, du total
presse à cisaillement giratoire. granulométrique et du pourcentage de
Sur chacun des échantillons prélevés, le bitume soit à l’intérieur des limites de
Contenu normatif

fabricant est tenu d’effectuer les essais et de


calculer les divers facteurs, sauf les essais
de tenue à l’eau.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4202
Enrobés à chaud formulés selon
Page
la méthode de formulation du 9 13
NORME
de

Laboratoire des chaussées Date

2013 12 15

surveillance, fixées à ± 2 σ/5. L’étendue Les pourcentages de vides sont calculés


mesurée entre les résultats des essais selon le nombre de girations indiqué au
doit être inférieure au double de la valeur tableau 4202–1.
3 σ/5. L’écart type maximal σ est indiqué Si la valeur moyenne de la journée du
à la section  5.3.5.2 « Contrôle statistique »; pourcentage de vides Marshall, calculé selon
– les résultats de l’essai de résistance à la méthode d’essai LC 26–320 est inférieure
l’orniérage soient conformes aux exigen- ou égale à 1,0 %, ou si cette valeur moyenne
ces du tableau 4202–1, si cela est exigé. du pourcentage de vides Marshall s’écarte
de 1,5 % ou plus du pourcentage de vides
5.3.4.4 Responsabilité Marshall de la formule finale, le fabricant
Les formules théorique et finale de l’enrobé doit effectuer les essais de détermination
à chaud doivent être datées et signées par de l’aptitude au compactage des enrobés à
le responsable du contrôle de la qualité du la presse à cisaillement giratoire, et ce, sur
fabricant et être présentées avant la fourniture chacun des échantillons correspondant à ceux
de l’enrobé à chaud. sur lesquels un essai Marshall a été effectué,
Tout amendement apporté à une formule et transmettre les résultats au Ministère.
fait en sorte que celle-ci doit être à nouveau Pour les enrobés, les exigences suivantes
datée et signée par le responsable du contrôle s’appliquent :
de la qualité du fabricant. – la cadence des essais de contrôle est
maintenue au moins pour les 4500
5.3.5 Contrôle de production premières tonnes d’enrobés produits
5.3.5.1 Cadence pour le Ministère, en couche de base ou
Les essais de contrôle sont effectués selon couche unique, suivant le tableau  4202–1,
la cadence suivante : et pour les 4500  premières tonnes d’enro-
bés produits pour le Ministère, en couche
Granulométrie un essai par 300 tonnes de correction ou de surface, suivant ces
Teneur en bitume corrigée un essai par 300 tonnes mêmes tableaux, et ce, pour chacune de
Densité maximale un essai par 300 tonnes ses centrales d’enrobage;
% de vides à la PCG ou
trois essais par 1500 tonnes
– si, dans l’année précédente, le fabricant
densité brute a démontré sa capacité à produire avec
une centrale d’enrobage des enrobés
Suivant chacun des essais de contrôle conformes et stables, la cadence est main-
faits sur un enrobé fabriqué dans le cadre d’un tenue au moins pour les 1500 premières
même contrat, par une même centrale et selon tonnes d’enrobés produits pour le Minis-
la même formule finale d’enrobé, le fabricant tère avec cette même centrale d’enrobage.
est également tenu de remettre au Ministère À ce moment, si les résultats satisfont
le pourcentage des vides Marshall ou les aux exigences de contrôle de réception
pourcentages de vides à la presse à des enrobés à chaud formulés selon la
cisaillement giratoire de cet enrobé, selon la méthode de formulation du Laboratoire
méthode de contrôle choisie. des chaussées, les derniers résultats de
La détermination du pourcentage de vides l’année précédente pourront être ajoutés à
à la presse à cisaillement giratoire est effectuée ces résultats afin d’obtenir les 15  résultats
Contenu normatif

sur une seule éprouvette par échantillon, nécessaires à l’analyse.


les exigences de l’article 8.2 « Fidélité » de
cette méthode d’essai ne s’appliquant pas.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome LIANTS ET ENROBÉS
VII 4.2 Enrobés à chaud
Chapitre Norme

4 4202
Page
Enrobés à chaud formulés selon
10 13 la méthode de formulation du
NORME
de

Date
Laboratoire des chaussées
2013 12 15

Cette cadence est réévaluée à partir de Au début de la production d’un enrobé


la caractéristique du total granulométrique, effectuée selon la présente norme ou au
selon la formule suivante : moment du déplacement d’une centrale mobile
d’un site à un autre, la cadence d’essai pour
σ1 σ2 les 1500  premières tonnes doit être égale à 5,
=
5 n2 après quoi elle ne peut être inférieure à 2.
5.3.5.2 Contrôle statistique
σ1 : écart type maximal du tableau de la
section  5.3.5.2 « Contrôle statistique » Le fabricant remplit, selon la norme
de la présente norme; ISO  8258 « Cartes de contrôle de Shewhart »,
des cartes de contrôle pour un enrobé de
σ2 : écart type des écarts mesurés entre
la présente norme, pour les caractéristiques
les résultats des essais et de la formule
décrites ci-après.
finale pour les 15 derniers échantillons
mesurés; Les écarts-types maximaux utilisés pour
établir les limites de surveillance et de contrôle
n2 : nouvelle cadence d’essai à établir
des cartes de contrôle sont les suivants :
par tranche de 1500 tonnes d’enrobé
(1500/n2 = fréquence d’essai), pour les
3000 tonnes suivantes, cette nouvelle Caractéristique Type d’enrobé
Écart-type
cadence d’essai ne devant jamais être maximal (σ)
inférieure à deux essais par tranche de Total
GB–20 et ESG–14 19,0
1500 tonnes d’enrobé. granulométrique
Dans le cas de l’essai de densité brute ESG–10, EG–10,
ou de pourcentage des vides à la presse à Total EC–10, SMA–10,
14,0
cisaillement giratoire (PCG), cette cadence granulométrique EGM–10, EC–5 et
est de trois  essais par tranche de 1500  tonnes ESG–5
lorsque n2 est égale à 5 ou à 4, et de deux Passant 80 µm Tous les enrobés 0,80
essais par tranche de 1500 tonnes lorsque n2 Pourcentage de
Tous les enrobés 0,22
est égale à 3 ou à 2. bitume corrigé
Le calcul pour la première évaluation Densité maximale Tous les enrobés —
est fixé à partir des 15 premiers résultats
(4500 tonnes) pour chaque groupe de
couches, et ce, pour chacune de ses centrales Trois types de cartes de contrôle sont
d’enrobage. La nouvelle cadence ainsi requis :
établie est maintenue pour les 3000 tonnes – Un premier type de carte porte sur l’écart
de production suivantes. Par la suite, la entre chacun des résultats des essais indi-
nouvelle cadence est recalculée à partir des viduels et la formule finale de l’enrobé.
15  derniers résultats et est maintenue pour les - Les tests 1, 2, 3 et 5 de la norme
3000 tonnes de production suivantes, et ainsi ISO 8258 « Cartes de contrôle de
de suite. Le fabricant doit être en mesure de Shewhart » doivent être réalisés.
documenter toute modification de sa cadence
d’essai. - Les limites de surveillance sont fixées
à ± 2 σ et les limites de contrôle, à
Contenu normatif

± 3 σ.
- Pour les tests 2 et 3, une zone de
tolérance de ± 0,25 σ est accordée.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


LIANTS ET ENROBÉS Tome

4.2 Enrobés à chaud VII


Chapitre Norme

4 4202
Enrobés à chaud formulés selon
Page
la méthode de formulation du 11 13
NORME
de

Laboratoire des chaussées Date

2013 12 15

– Un second type de carte de contrôle porte


sur la moyenne mobile des cinq derniers
écarts mesurés entre les résultats des
essais et la formule finale des enrobés.
- Le test 1 de la norme ISO 8258 « Car-
tes de contrôle de Shewhart » est utilisé
pour ce type de carte.
- Les limites de surveillance sont fixées
à ± 2 σ / 5 et les limites de contrôle, à
± 3 σ / 5.
– Le troisième type de carte de contrôle
porte sur l’écart type mobile des cinq der-
niers écarts.
- La limite de surveillance est fixée à
1,54 σ et la limite de contrôle, à 1,96 σ.
Les deux premières cartes de contrôle
doivent avoir « zéro » comme valeur centrale
et doivent être centrées sur la formule finale de
l’enrobé. La troisième carte doit avoir « zéro »
comme valeur inférieure.
Pour toute la production du Ministère
réalisée par une même centrale, les valeurs
mesurées sur les enrobés de types GB–20
et ESG–14 sont inscrites chronologiquement
depuis le début de la saison sur une même
carte de contrôle, et les valeurs mesurées
sur les enrobés de types ESG–10, EG–10,
EC–10, EGM–10, SMA–10 et ESG–5 sont
également inscrites chronologiquement
depuis le début de la saison sur une autre
carte de contrôle.

6. Entreposage
L’entreposage de l’enrobé à chaud doit
s’effectuer dans un silo isolé à l’abri des
intempéries, de façon à éviter la ségrégation,
le compactage, la contamination et le refroi-
dissement de l’enrobé à une température
inférieure à celle qui est recommandée pour
le type de bitume utilisé.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


4

12
Chapitre

de
Tableau 4202–1

Date
VII

Page
Tome

Caractéristiques des enrobés à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées

13

2013 12 15
Norme

4202
EGM–10 EC–5 Méthode
Type d’enrobé GB–20 ESG–14 ESG–10 EG–10 EC–10 SMA–10 ESG–5 d’essai
Couche
Couche unique, Couche Couche Couche Couche Rapiécage
Usages de couche de de de Couche de de Couche de surface manuel ou
base surface surface surface correction surface antifissure (intervention couche de
ou couche palliative) correction
de base
Nombre minimal de
classes granulaires 3 3 2 2 2 2 2 2 1
distinctes à utiliser (1)

Tamis (% passant)

28 mm 100

20 mm 95–100 100

14 mm 67–90 95–100 100 100 100 100 100

10 mm 52–75 70–90 92–100 90–100 94–100 90–100 100 90–100 100


LIANTS ET ENROBÉS

Fuseau
5 mm 35–50 40–60 52–65 40–48 66–78 25–35 85–100 35–45 90–100
4.2 Enrobés à chaud

granulométrique
2,5 mm — — — — 45–65 min. 18 50–70 min. 20 65–90

80 µm 4,0–8,0 3,0–8,0 4,0–10,0 4,0–10,0 4,0–10,0 8,0–11,0 4,0–12,0 5–11 4–12


Laboratoire des chaussées
la méthode de formulation du

2,5 mm (2) — 39,2 46,1 46,1 — — — — —


Enrobés à chaud formulés selon

(2)
1,25 mm  — 25,7–31,7 30,7–36,7 30,7–36,7 — — — — —
(2)
630 µm  — 19,1–23,1 22,8–26,8 22,8–26,8 — — — — —

Zone de
restriction(8)
315 µm (2) — 15,4 18,1 18,1 — — — — —

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Pourcentage de fibres (%) (3) 1,0 — —
(4)
Vbe (%)  10,2 11,4 12,2 12,4 12,6 14,8 14,0 11,3 13,3

Vides à 10 girations (%) ≥ 11,0 ≥ 11,0 ≥ 11,0 ≥ 11,0 ≥ 11,0 ≥ 11,0 (6 g) ≥ 11,0 ≥ 11,0 ≥ 11,0 LC 26–003

Vides à 80 girations (%) — 4,0–7,0 4,0–7,0 4,0–7,0 4,0–7,0 4,0–7,0 LC 26–003


(60 g) (50 g)
Vides à 100 girations (%) 4,0–7,0 — — 4,0–7,0 4,0–7,0 — — LC 26–003

Vides à 120 girations (%) 4,0–7,0 — —


NORME

(5)
Vides à 200 girations (%)  ≥ 2,0 ≥ 2,0 ≥ 2,0 ≥ 2,0 ≥ 2,0 ≥ 2,0 (75 g) ≥ 2,0 ≥ 2,0 ≥ 2,0 LC 26–003

(suite page suivante)

Contenu normatif
Contenu normatif

Tableau 4202–1 (suite et fin)


Caractéristiques des enrobés à chaud formulés selon la méthode de formulation du Laboratoire des chaussées
EGM–10 EC–5 Méthode
Type d’enrobé GB–20 ESG–14 ESG–10 EG–10 EC–10 SMA–10 ESG–5 d’essai
Compacité (% min.) 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 93,0 LC 26–320

Résistance à l’orniérage sur


plaques de 100 mm à 52, 58
NORME

ou 60 °C (selon la classe de 10,0 10,0 — — — — — — —


bitume) à 30 000 cycles
(% max. de déformation) (5, 6, 7)

Résistance à l’orniérage sur


plaques de 50 mm à 52, 58
ou 60 °C (selon la classe de
bitume)
à 1000 cycles — — 10,0 10,0 10,0 — — 10,0 —
à 3000 cycles — — 15,0 15,0 20,0 10,0 — 15,0 —
(% max. de déformation) (5, 6)
Tenue à l’eau (% min.) (8) 70 70 70 — 70 70 70 70 — LC 26–001

1. Au moins 85 % des granulats de l’enrobé à chaud doivent être constitués de classes granulaires qui ne se chevauchent pas. Cependant, une classe granulaire
0/D où D ≤ 5 mm peut être constituée de deux ou de plusieurs classes 0/D ou d/D dont la valeur D peut être différente. La classe considérée doit avoir la
désignation 0/D, où D est la plus grande valeur de D des classes qui la composent. L’utilisation de deux ou plusieurs classes granulaires de même désignation
d/D est considérée comme une seule classe, à condition que chacune des réserves satisfasse aux conditions des classes granulaires d/D indiquées dans la
norme NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – Granulats ». L’utilisation de granulats bitumineux récupérés (GBR) ou de bardeau d’asphalte post-fabrication
(BPF) n’est pas considéré comme un chevauchement de classes granulaires. Par contre, la vérification du chevauchement des autres classes granulaires
s’effectue avec l’ensemble des granulats, y compris les GBR ou BPF.
2. Limites de la zone de restriction suggérée.
3. Calculé selon le pourcentage de granulats.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


4. Aux fins de formulation seulement.
LIANTS ET ENROBÉS

5. Les enrobés à chaud ne doivent pas présenter de ressuage à 200 girations pour l’essai à la presse à cisaillement giratoire de même qu’à 10 000 cycles
pour l’essai à l’orniéreur dans le cas des enrobés de types EG–10, ESG–10, EGM–10, SMA–10 et EC–10 ou 30 000 cycles dans le cas des enrobés de
4.2 Enrobés à chaud

types GB–20 et ESG–14, et ce, lorsque l’essai de résistance à l’orniérage est exigé.


6. Lorsque l’essai de résistance à l’orniérage est exigé, il est réalisé selon les exigences de la méthodes d’essai LC 26–410 « Résistance à la déformation des
enrobés à l’essai d’orniérage » et la préparation des échantillons est réalisée selon les exigences de la méthodes d’essai LC 26–400 « Fabrication d’éprou-
vettes au compacteur LCPC ».
Laboratoire des chaussées

7. La quantité d’enrobé nécessaire à l’essai à l’orniéreur est calculée par rapport à une compacité visée de 95 %, et ce, selon la densité maximale de la
la méthode de formulation du

formule.
Enrobés à chaud formulés selon

8. Lorsque l’enrobé est fabriqué avec un bitume dont la recouvrance élastique à 10 °C, 20 cm, 5 cm/min est ≥ 60 %, cet essai n’est pas requis.
4

13
Chapitre

de

Date
VII

Page
Tome

13
Norme

2013 12 15
4202
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Liants et enrobés Tome

VII
4.3 Traitements de surface
Chapitre Norme

4 4301
Page
Traitements de surface 1 3
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 4. Classification
La présente norme a pour objet de déter- Les traitements de surface sont classifiés
miner les exigences du Ministère en ce qui dans les types suivants (TS1 à TS6), selon
a trait aux caractéristiques et aux critères leur utilisation.
d’évaluation des traitements de surface.
4.1 Traitement de surface
2. Références à l’émulsion de bitume
La présente norme renvoie à l’édition la (classes CRS-2P, CRS-2) :
plus récente des documents suivants : – monocouche sur surface asphaltée :
- couche de surface : TS3;
NORMES :
– multicouche sur surface asphaltée :
ASSOCIATION CANADIENNE - couche de base : TS2;
DE NORMALISATION - couche de surface : TS3 ou TS4;
CAN/CSA A23.2–5A « Détermination de la – multicouche sur surface granulaire,
teneur en particules fines du granulat passant stabilisée ou non :
le tamis 80 µm ». - couche de base : TS1;
MINISTÈRE DES TRANSPORTS - couche de surface : TS3 ou TS4;
DU QUÉBEC – préenduit : TS4.
Tome VII – Matériaux
Norme 2101 « Granulats »,
4.2 Traitement de surface
Norme 4105 « Émulsions de bitume ». à l’émulsion à flottabilité
élevée (HF) :
AUTRE DOCUMENT : – multicouche sur surface granulaire :
- couches de base et de surface : TS5
ASPHALT INSTITUTE et Asphalt ou TS6.
Emulsion Manufacturers
Association 5. Caractéristiques requises
AEMA « A Basic Asphalt Emulsion Manual »,
Manual Series no 19. 5.1 Formule théorique des
traitements de surface
3. Définition
La formule théorique des traitements
La définition suivante s’applique à la de surface doit être datée et signée par le
présente norme : responsable du contrôle de la qualité du four-
Traitement de surface nisseur et être présentée avant le début de
Procédé qui consiste en une application l’application du produit. Une formule théorique
d’émulsion de bitume immédiatement suivie doit être produite pour chaque type de liant
de l’épandage, puis du compactage des gra- ou à chaque changement dans les sources
Contenu normatif

nulats à l’aide d’un rouleau compresseur. Le d’approvisionnement en granulats. Les carac-


traitement de surface peut être monocouche téristiques qui y sont présentées doivent être
ou multicouche. représentatives du traitement de surface qui

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Liants et enrobés
VII
4.3 Traitements de surface
Chapitre Norme

4 4301
Page

2 3 Traitements de surface
NORME
de

Date

2008 12 15

sera mis en place et conformes aux exigences 5.3 Granulats


de la présente norme. Cette formule est valide
pour l’année de calendrier en cours. 5.3.1 Granularité
La formule théorique des traitements de La granularité des granulats doit être
surface (à l’émulsion de bitume et à l’émul- conforme aux exigences du tableau 4301–1.
sion à flottabilité élevée) doit comprendre les
informations suivantes : 5.3.2 Coefficient d’uniformité
– les résultats des essais de compatibilité Le cœfficient d’uniformité est le rapport
granulat-liant; D80/D20, dans lequel D80 et D20 sont les
– la provenance, la catégorie, la granulo- diamètres des grains au point de la courbe
métrie et le degré de propreté des gros granulométrique où le pourcentage passant
granulats; est de 80 % et 20 % respectivement. Pour
plus de précision, les tamis 6,3 mm et 16 mm
– la proportion des particules plates et
sont ajoutés pour l’analyse granulométrique.
allongées dans les gros granulats;
Le cœfficient d’uniformité doit être inférieur
– la proportion des particules fragmentées, à 1,6 pour les fuseaux de spécification TS1,
dans le cas des gros granulats provenant TS2, TS3 et TS4.
d’une sablière;
– la densité relative brute des gros granu- 5.3.3 Caractéristiques intrinsèques et
lats; de fabrication
– la masse volumique non tassée; Les caractéristiques intrinsèques et de
– le type et la provenance des liants bitumi- fabrication des granulats doivent être confor-
neux; mes à la norme 2101 « Granulats ».
– les taux de pose du granulat et du liant Les catégories de granulats sont données
bitumineux selon la formule utilisée par au tableau 4301–2.
le Ministère (calcul des dosages selon
l’Asphalt Emulsion Manufacturers Asso- 5.3.4 Caractéristiques
ciation) ainsi que les données utilisées. complémentaires
Pour les traitements de surface de types
5.2 Liants bitumineux TS1 à TS6, les caractéristiques complémen­
Les liants bitumineux utilisés dans les taires des gros granulats doivent être confor-
traitements de surface à l’émulsion de bitume mes aux exigences du tableau 4301–3.
(classes CRS-2P et CRS-2) et dans les trai-
tements de surface à l’émulsion à flottabilité
élevée (HF) doivent être conformes à la norme
4105 « Émulsions de bitume ».
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Liants et enrobés Tome

VII
4.3 Traitements de surface
Chapitre Norme

4 4301
Page
Traitements de surface 3 3
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 4301–1
Fuseaux granulométriques de spécification pour les traitements de surface
(TS1 à TS6)
Types de traitement TS1 (1)(2) TS2 (1)(3) TS3 (1)(4) TS4 (1)(5) TS5 TS6
de surface
Tamis (% passant)
28 mm 100
20 mm 85–100 100 100
14 mm 0–15 85–100 100 100
12,5 mm 75–95 90–100
10 mm 0–3 0–15 85–100 100 50–80 50–80
5 mm 0–3 0–15 85–100 25–50 25–50
2,5 mm 0–3 0–15 15–47 15–47
1,25 mm 0–3 10–40 10–40
630 µm 3–30 3–30
315 µm 2–20 2–20
160 µm 0–10 0–10
80 µm 0–5 0–5
1. Le diamètre moyen (D50) des particules du granulat de la couche de surface doit se situer entre
50 et 60 % du diamètre moyen (D50) des particules du granulat de la couche de base.
2. S’apparente à la classe granulaire 14/20.
3. S’apparente à la classe granulaire 10/14.
4. S’apparente à la classe granulaire 5/10.
5. S’apparente à la classe granulaire 2,5/5.

Tableau 4301–2
Catégories des granulats pour les traitements de surface
TS1, TS2, TS5 TS3, TS6
Gros granulats
Complément à la norme

4d 3d
TS4, TS5, TS6
Granulats fins
3

Tableau 4301–3
Caractéristiques complémentaires des granulats pour
les traitements de surface
Caractéristiques Méthode
Contenu normatif

complémentaires d’essai
Gros granulats — —
Propreté (% max.) CSA–A23.2–5A 0,7

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Liants et enrobés Tome

4.4 Produits de colmatage de fissures VII


et de joints Chapitre Norme

4 4401
Page
Produits de colmatage de fissures 1 2
NORME
de

et de joints Date

2009 12 15

1. Objet selon la même recette, à partir des mêmes


constituants et de la même source d'approvi­
La présente norme a pour objet de déter­ sionnement, au cours d'une période de
miner les exigences du Ministère en ce qui production ne dépassant pas trois jours de
a trait aux caractéristiques et aux critères production sans interruption.
d’évaluation des produits de colmatage de
fissures et de joints manufacturés à base Produit de colmatage de fissures et de
de bitume modifié, ainsi que de définir les joints
modes d'action en assurance de la qualité Produit manufacturé à base de bitume modifié
relativement à la fabrication de ces produits. par ajout de polymères et d’autres additifs.
Les produits de colmatage sont utilisés pour
traiter les fissures sur les chaussées en 4. Caractéristiques requises
enrobé ainsi que pour sceller les joints sur les
chaussées de béton. 4.1 Exigences techniques
Le produit de scellement de fissures et de
2. Références joints doit respecter les exigences décrites au
La présente norme renvoie à l’édition la tableau 4401–1. À cet effet, le fabricant pro­
plus récente des documents suivants : cède à la caractérisation de chacun des lots.

NormeS 4.2 Étiquetage


L’étiquette de chaque contenant ou
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING emballage de produit doit contenir l’information
AND MATERIALS suivante :
ASTM D36 « Test Method for Softening – le nom du fabricant;
Point of Bitumen (Ring-and-Ball
Apparatus) ». – la date de fabrication;
ASTM D1985 « Standard Practice for – le nom du produit;
Preparing Concrete Blocks for Testing – le numéro du lot de production;
Sealants, for Joints and Cracks ». – la température maximale de chauffage
ASTM D5329 « Standard Test Methods définie selon la norme ASTM D5167
for Sealants and Fillers, Hot-Applied, for (« Safe Heating Temperature »);
Joints and Cracks in Asphaltic and Portland – la température minimale de la mise en
Cement Concrete Pavements ». place définie selon la norme ASTM D5167
ASTM D5167 « Standard Practice for Mel­ (« Pouring Temperature »).
ting of Hot-Applied Joint and Crack Sealant
and Filler for Evaluation ». 5. Assurance de la qualité
3. Définitions 5.1 Attestation de conformité
Les définitions suivantes s’appliquent à la L’attestation de conformité est propre
présente norme : à chaque lot et doit contenir l’information
Lot suivante :
Contenu normatif

Un lot correspond à une quantité de produit, – le nom du fabricant;


déterminée par le fabricant, ayant les mêmes – le nom commercial du produit;
caractéristiques physicochimiques, fabriquée – le numéro du lot de production;

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Liants et enrobés
VII 4.4 Produits de colmatage de fissures
Chapitre Norme et de joints
4 4401
Page

2 2 Produits de colmatage de fissures


NORME
de

Date
et de joints
2009 12 15

– la date de fabrication; – l’attestation de conformité doit être datée


– les résultats des essais spécifiés au et signée par le responsable du laboratoire
tableau 4401–1; du fabricant.
– le résultat de l’essai du point de ramollis­
sement (ASTM D36); 5.2 Contrôle
– la température maximale de chauffage Le produit de colmatage de fissures et de
définie selon la norme ASTM D5167 joints est contrôlé à chaud au fondoir, et les
(« Safe Heating Temperature »); caractéristiques doivent être conformes aux
exigences du tableau 4401–2.
– la température minimale de le mise en
place définie selon la norme ASTM D5167
(« Pouring Temperature »);

Tableau 4401–1
Exigences relatives au matériau prélevé à froid (1)
Caractéristiques Minimum Maximum Méthodes d’essai
ASTM D5329
Pénétration au cône à 25 °C, 5 s (1/10 mm) 95 145
(non-immersed)
Résilience à 25 °C (%) 40 70 ASTM D5329
Fluage (mm) — 5 ASTM D5329

Point de ramollissement (2) — — ASTM D36

Adhérence à – 29 °C, élongation de 150 % ASTM D5329


3 —
(nombre de cycles réussis) (3) (non-immersed)

1. Échantillons prélevés sur un bloc de produit vierge et préparés en laboratoire, servant à caractériser le produit.
2. Le liquide utilisé pour l’essai est de la glycérine USP.
3. Aux fins de l’essai, trois éprouvettes sont préparées avec une épaisseur de 12,7 mm de scellant entre les blocs
de béton. Un cycle est considéré réussi si les trois éprouvettes sont exemptes de défaut.
Le développement à tout moment au cours de l’essai d’un défaut tel qu’une fissure, une séparation ou toute
autre ouverture ayant une profondeur de plus de 6 mm dans le scellant ou entre le scellant et le bloc de béton
constitue un échec de l’éprouvette. La profondeur de la fissure, la séparation ou l’ouverture est mesurée avec
un vernier, perpendiculairement à la surface de l’éprouvette sur laquelle est apparu le défaut.

Tableau 4401–2
Exigences de contrôle du matériau prélevé à chaud au fondoir
Caractéristiques Minimum Maximum Méthodes d’essai
ASTM D5329
Pénétration au cône à 25 °C, 5 s (1/10 mm) 85 140
(non-immersed)
Contenu normatif

Résilience à 25 °C (%) 30 70 ASTM D5329

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Liants et enrobés Tome

4.5 Enrobés à froid VII


Chapitre Norme

4 4501
Page
Enrobés pour rapiéçage à froid 1 4
NORME
de

Date

2010 12 15

1. Objet 3. Définition
La présente norme a pour objet de déter- La définition suivante s’applique à la
miner les exigences du Ministère en ce qui présente norme :
a trait aux caractéristiques et aux critères Enrobé à froid
d’évaluation des enrobés à froid utilisés pour
Mélange de granulat et de liant bitumineux,
la réparation des nids-de-poule, des pourtours
fabriqué habituellement à chaud en centrale
de puisard, des trous et des crevasses sur les
d’enrobage et destiné à être posé à froid.
routes recouvertes d’enrobés.
Lot
2. Références Un lot est défini par une quantité d’enrobé
à froid fabriqué selon la même formule, à
La présente norme renvoie à l’édition la partir des mêmes constituants provenant
plus récente des documents suivants : des mêmes sources d’approvisionnement et
ayant des caractéristiques similaires. L’enrobé
NORME doit présenter les mêmes caractéristiques
BUREAU DE NORMALISATION physico-chimiques et le mélange à la centrale
DU QUÉBEC d’enrobage doit être fait dans la même journée.
Un lot d’enrobé en sacs est limité à une quantité
NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – n’excédant pas 1000 tonnes.
Granulats ».

AUTRES DOCUMENTS
4. Classification
Les enrobés à froid sont fournis de
Gouvernement du Québec deux façons :
MINISTÈRE DES TRANSPORTS – en sacs;
DU QUÉBEC, LABORATOIRE – en vrac.
DES CHAUSSÉES
LC 26–045 « Détermination de la densité 5. Caractéristiques requises
maximale ».
LC 21–065 « Détermination de la densité et 5.1 Liant bitumineux
de l’absorption du granulat fin ».
Le liant bitumineux utilisé pour la fabrica-
LC 21–067 « Détermination de la densité et tion des enrobés à froid doit être spécialement
de l’absorption du gros granulat ». conçu à cette fin.
LC 26–015 « Enrobés pour rapiéçage à
froid – Essai de cohésion ». 5.2 Granulats
LC 26–016 « Enrobés pour rapiéçage à
froid – Essai de maniabilité ». 5.2.1 Gros granulats
LC 26–100 « Détermination de la teneur en Les gros granulats doivent être compo-
bitume ». sés uniquement de pierre concassée. Les
LC 26–350 « Analyse granulométrique des caractéristiques intrinsèques et de fabrication
granulats ». des gros granulats doivent être conformes à
Contenu normatif

la norme NQ 2560–114 « Travaux de génie


civil – Granulats », Partie V. La catégorie de
gros granulat exigée est 3a.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Liants et enrobés
VII 4.5 Enrobés à froid
Chapitre Norme

4 4501
Page

2 4 Enrobés pour rapiéçage à froid


NORME
de

Date

2010 12 15

5.2.2 Granulats fins type de liant ou à chaque changement dans


Les caractéristiques intrinsèques des les sources d’approvisionnement en granulats.
granulats fins doivent être conformes à la Les caractéristiques qui y sont présentées
norme NQ 2560–114 « Travaux de génie doivent être représentatives de l’enrobé à froid
civil – Granulats », Partie V. La catégorie de qui est produit et conformes aux exigences de
granulats fins exigée est 2. la présente norme.
La formule théorique doit comprendre
5.2.3 Caractéristiques l’information suivante :
complémentaires – l’identification du produit;
Les caractéristiques complémentaires des – les caractéristiques physiques de l’enrobé
caractéristiques intrinsèques et de fabrication (cohésion et maniabilité);
doivent être conformes aux exigences pour – pour les granulats : la classe granulaire,
couche de base du tableau 3 de la norme le type, la provenance, la granularité, le
NQ 2560–114 « Travaux de génie civil – Gra- pourcentage utilisé, la densité brute et
nulats », Partie V. l’absorption (LC 21–065 « Détermination
de la densité et de l’absorption du granulat
5.3 Enrobé à froid fin » et LC 21–067 « Détermination de la
densité et de l’absorption du gros granu-
5.3.1 Caractéristiques physiques et lat »);
granulométriques – les caractéristiques intrinsèques, de fabri-
Les caractéristiques physiques et granulo- cation et complémentaires des granulats
métriques des enrobés à froid doivent être con- fins et des gros granulats;
formes aux exigences du tableau 4501–1. – le type et le pourcentage de liant
(LC 26–100 « Détermination de la teneur
5.3.2 Mélange en bitume »);
L’enrobé à froid fourni doit être homogène
– la granularité finale du mélange.
et stable, et toutes les particules de granulats
doivent être uniformément enrobées de liant.
Il ne doit pas y avoir de surplus de liant accu- 6. Entreposage et ensachage
mulé au fond du sac ou au fond de la réserve
de l’enrobé en vrac. Les granulats doivent être 6.1 Entreposage temporaire
préalablement chauffés à une température À la suite de la fabrication, chaque réserve
appropriée (entre 90 et 100 °C) avant d’être d’enrobé en vrac doit être identifiée par le
mélangés avec le liant bitumineux pour enlever numéro de lot correspondant ainsi que la date
l’humidité dans le granulat et pour favoriser le de fabrication et être entreposée dans un abri
mouillage de celui-ci par le liant. pour la protéger des intempéries.
Le fournisseur doit prendre les mesures
5.3.3 Formule théorique de l’enrobé nécessaires afin de préserver l’intégrité de
à froid l’enrobé pendant le transport. En outre, les
La formule théorique de l’enrobé à froid camions doivent être munis d’une bâche
doit être datée et signée par le responsable étanche et celle-ci doit recouvrir l’enrobé.
Contenu normatif

du contrôle de la qualité du fabricant et être


fournie sur demande. Une formule théorique
doit être produite pour chaque changement de

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Liants et enrobés Tome

4.5 Enrobés à froid VII


Chapitre Norme

4 4501
Page
Enrobés pour rapiéçage à froid 3 4
NORME
de

Date

2010 12 15

6.2 Ensachage 7. Assurance de la qualité


Les sacs d’enrobés doivent avoir une
masse variant de 20 à 30 kg. Ils doivent être 7.1 Attestation de conformité
en polyéthylène qui comprend un additif Pour chaque livraison d’enrobé à froid,
antiultraviolet, avoir un intérieur opaque et le fournisseur doit remettre au client une
une épaisseur minimale de 150 μm. Les sacs attestation de conformité délivrée par le fabri-
doivent être hermétiquement scellés. cant, signée et datée, contenant l’information
L’information suivante doit être indiquée suivante :
sur les sacs : – le nom du fabricant;
– le nom du fabricant; – le nom commercial du produit;
– le nom du produit; – le numéro de lot de production;
– la masse en kg; – la date de fabrication;
– le volume en litres, arrondi au dixième de – la date d’ensachage pour les enrobés en
litre1; sacs;
– les instructions relatives à la pose et aux – les résultats d’essais suivants :
conditions d’utilisation.
- la teneur en liant (LC 26–100 « Déter-
6.3 Mise en palette mination de la teneur en bitume »);
Les sacs doivent être mis sur une palette - l’analyse granulométrique (LC  26–350
à deux voies d’une masse totale n’excédant « Analyse granulométrique des granu-
pas 2 tonnes. lats »);
Chaque palette doit former un tout - la densité maximale (LC 26–045
homogène de façon que les sacs soient « Détermination de la densité maxi-
adéquatement protégés durant le transport male »);
et l’entreposage. - la cohésion (LC 26–015 « Enrobés
Chaque palette doit être étiquetée de façon pour rapiéçage à froid – Essai de
que l’information suivante y soit clairement cohésion »);
indiquée : - la maniabilité (LC 26–016 « Enrobés
– le nom du fabricant; pour rapiéçage à froid – Essai de
maniabilité »).
– le nom du produit;
– le numéro de lot;
– la date d’ensachage;
– le nombre de sacs.
Le numéro de lot et la date d’ensachage
doivent être inscrits de façon permanente sur
la palette.
Contenu normatif

1. Le volume à 0 % de vides est obtenu comme suit :


Masse nominale d’un sac (kg)
Volume (L) =
Dmm • 0,997044 g/cm3

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome Liants et enrobés
VII 4.5 Enrobés à froid
Chapitre Norme

4 4501
Page

4 4 Enrobés pour rapiéçage à froid


NORME
de

Date

2010 12 15

Tableau 4501–1
Caractéristiques des enrobés à froid
Caractéristiques Exigences Méthodes d’essai
a) Physiques
Maniabilité – minimum 4,0 joules (1) LC 26–016
– maximum 6,5 joules (1)
(ou 7,5 joules) (2)
Cohésion – minimum 90 % LC 26–015
– pas d’affaissement
b) Granulométriques
Tamis (% passant)
14 mm 100
10 mm 95–100
5 mm 45–65
2,5 mm —
LC 26–350
1,25 mm 15–25
630 µm —
315 µm —
160 µm —
80 µm maximum 5,0
1. Mesurée au moins deux semaines après la date de production.
2. Mesurée deux mois ou plus après la date de production.

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome

vII
Chapitre

5
armature Page

i
Date

2012 12 15

Table des matières


5.1 Armature pour les ouvrages
en béton
5101 Armature pour les ouvrages
en béton

5.2 Armature de précontrainte


5201 Armature de précontrainte

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


armature Tome

5.1 Armature pour les ouvrages en béton VII


Chapitre Norme

5 5101
Armature pour Page

les ouvrages en béton 1 2


NORME
de

Date

2012 12 15

1. Objet 4. Caractéristiques requises


La présente norme a pour objet de déter-
miner les exigences du Ministère en ce qui 4.1 Armature
a trait aux caractéristiques et aux critères
d’évaluation de l’armature. 4.1.1 Barre crénelée
Les barres crénelées doivent être de
2. Références nuance 400W ou 400R conformément aux
exigences de la norme CSA G30.18 « Barres
La présente norme renvoie à l’édition la d’acier au carbone pour l’armature du béton ».
plus récente des documents suivants :
Pour les ouvrages routiers, les glissières
NORMES en béton doivent être de nuance 400W alors
que les nuances 400R et 400W sont permises
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING pour les revêtements des chaussées en béton.
AND MATERIALS Pour les ouvrages d’art, seule la nuance
ASTM  A123 / A123M « Standard Specifica- 400W est permise.
tion for Zinc (Hot-Dip Galvanized) Coatings Pour les ouvrages d’art, les barres
on Iron and Steel Products ». crénelées galvanisées doivent être de
ASTM  A185 / A185M « Standard Specifica- nuance 400W.
tion for Steel Welded Wire Reinforcement, Le diamètre minimal de pliage doit être :
Plain, for Concrete ». – de six fois le diamètre de la barre pour
ASTM  A497 / A497M « Standard Specifica- une barre de désignation 10, 15 ou 20;
tion for Steel Welded Wire Reinforcement, – de huit fois pour une barre de désigna-
Deformed, for Concrete ». tion 25, 30 ou 35;
ASSOCIATION CANADIENNE – de dix fois pour une barre de désigna-
DE NORMALISATION tion 45 ou 55.
CSA G30.18 « Barres d’acier au carbone
pour l’armature du béton ». 4.1.2 Treillis d’acier à mailles soudées
CAN/CSA S6 « Code canadien sur le calcul Le treillis d’acier à mailles soudées, fabri-
des ponts routiers ». qué de fil d’acier crénelé, doit être conforme
aux exigences de la norme ASTM A497 /
3. Définitions A497M « Standard Specification for Steel
Welded Wire Reinforcement, Deformed, for
Les définitions suivantes s’appliquent à Concrete ».
la présente norme : Le treillis d’acier à mailles soudées, fabriqué
Armature de fil d’acier non crénelé, doit être conforme aux
Acier sous forme de barre crénelée ou de exigences de la norme ASTM A185 / A185M
treillis utilisé dans les ouvrages en béton. « Standard Specification for Steel Welded
Barre crénelée Wire Reinforcement, Plain, for Concrete ».
Barre pourvue de crénelures pour améliorer Le fil d’acier non crénelé n’est permis que
son adhérence au béton. pour les tuyaux, les regards et les puisards
Contenu normatif

en béton.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome armature
VII 5.1 Armature pour les ouvrages en béton
Chapitre Norme

5 5101
Page Armature pour
2 2 les ouvrages en béton
NORME
de

Date

2012 12 15

4.2 Jonction mécanique des


barres crénelées
Les dispositifs d’assemblage mécanique
des barres d’armature doivent être conformes
aux spécifications de la norme CAN/CSA S6
« Code canadien sur le calcul des ponts rou-
tiers ». Lorsque les barres d’armature sont
galvanisées, les dispositifs d’assemblage
doivent être galvanisées conformément à
la norme ASTM  A123 / A123M « Standard
Specification for Zinc (Hot-Dip Galvanized)
Coatings on Iron and Steel Products ».

4.3 État superficiel de l’armature


L’armature doit être exempte de boue,
d’huile, d’enduit ou de toute autre substance
susceptible de réduire l’adhérence au béton.

4.4 Marquage
Les barres crénelées doivent être
marquées conformément aux exigences de
la norme CSA G30.18 « Barres d’acier au
carbone pour l’armature du béton ».

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


armature Tome

5.2 Armature de précontrainte VII


Chapitre Norme

5 5201
Page
Armature de précontrainte 1 1
NORME
de

Date

2006 12 15

1. Objet 4. Caractéristiques requises


La présente norme a pour objet de fixer les L’ar mature de précontrainte doit
exigences du Ministère en ce qui a trait aux être conforme aux exigences des normes
caractéristiques et aux critères d’évaluation suivantes :
de l’armature de précontrainte utilisée pour – ASTM A416 « Standard Specification for
la précontrainte du béton. Steel Strand Uncoated Seven-Wire for
Prestressed Concrete »
2. Références – ASTM A722 « Standard Specification for
La présente norme renvoie à l’édition la plus Uncoated High-Strength Steel Bars for
récente des documents suivants : Prestressing Concrete ».

NORME : 5. Marquage
L’armature de précontrainte doit être
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING marquée conformément aux exigences des
AND MATERIALS (ASTM) normes de référence régissant le produit.
ASTM A416 « Standard Specification for Steel
Strand Uncoated Seven-Wire for Prestressed
Concrete ».
ASTM A722 « Standard Specification for
Uncoated High-Strength Steel Bars for Pres-
tressing Concrete ».

3. Définitions
Les définitions suivantes s’appliquent à la
présente norme :
Armature de précontrainte :
Acier à haute résistance sous forme de
barre ou de toron qui a subi un traitement
thermique afin de lui conférer les caractéris-
tiques mécaniques requises.
Barre :
Armature de précontrainte sous forme de
barre pourvue ou non de crénelures.
Toron :
Armature de précontrainte sous forme d’un
ensemble de six fils enroulés en hélice autour
d’un fil central appelé âme.
Touret :
Dévidoir sur lequel on enroule les torons.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome

VII
Chapitre

6
PIÈCES MÉTALLIQUES Page

i
Date

2013 12 15

Table des matières


6.1 Aciers de construction
6101 Aciers de construction

6.2 Boulons, tiges d’ancrage,


écrous et rondelles en acier
6201 Boulons, tiges d’ancrage,
écrous et rondelles en acier

6.3 Éléments de glissement


en acier pour glissières
de sécurité
6301 Éléments de glissement
en acier pour glissières
de sécurité

6.4 Aluminium
6401 Aluminium

6.5 Gabions
6501 Gabions

6.6 Clôtures métalliques


6601 Clôtures métalliques

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


PIÈCES MÉTALLIQUES Tome

VII
6.1 Aciers de construction
Chapitre Norme

6 6101
Page
Aciers de construction 1 1
NORME
de

Date

2013 12 15

1. Objet rances dimensionnelles de fabrication des


pieux doivent être conformes aux valeurs
La présente norme a pour objet de indiquées dans les tableaux 11, 12, 15 et
déterminer les exigences du Ministère en ce 17 de la norme CSA G40.20 « Exigences
qui a trait aux caractéristiques et aux critères générales relatives à l’acier de construction
d’évaluation des aciers de construction. laminé ou soudé ».
L’acier des pieux profilés en H doit être
2. Références conforme aux exigences stipulées au tableau  7
La présente norme renvoie à l’édition la « Propriétés mécaniques des profilés et des pal-
plus récente des documents suivants : planches » de la norme CSA G40.21 « Aciers
de construction » ou conforme au grade  50 ou
NORMES 55 de la norme ASTM A572 / A572M « Stan-
dard Specification for High-Strength Low-Alloy
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING Columbium – Vanadium Structural Steel ».
AND MATERIALS L’acier des profilés creux de type HSS pour
ASTM  A500 / A500M « Standard drains et joints de tablier doit être de nuance
Specification for Cold-Formed Welded and 350 W, conforme aux exigences de la norme
Seamless Carbon Steel Structural Tubing in CSA G40.21 « Aciers de construction », ou
Rounds and Shapes ». être de grade C, comme stipulé à la norme
ASTM  A572 / A572M « Standard Specifi- ASTM  A500 / A500M « Standard Specifica-
cation for High-Strength Low-Alloy Colum- tion for Cold-Formed Welded and Seamless
bium – Vanadium Structural Steel ». Carbon Steel Structural Tubing in Rounds
and Shapes ».
ASSOCIATION CANADIENNE
DE NORMALISATION
3.1 Marquage
CSA G40.20/ G40.21 « Exigences générales
Les aciers de construction doivent être
relatives à l’acier de construction laminé ou
marqués conformément aux exigences de la
soudé/Acier de construction ».
norme  CSA  G40.21 « Aciers de construction ».
CAN/CSA S6 « Code canadien sur le calcul
Dans le cas de produits comprenant
des ponts routiers ».
plusieurs numéros de coulée, ces derniers
doivent être fournis avec leur emplacement
3. Caractéristiques requises dans la pièce.
Les aciers de construction doivent être Dans le cas des pieux tubulaires et des
conformes aux exigences de la norme pieux caissons, chaque tube doit être marqué
CSA G40.21 « Aciers de construction ». De conformément aux exigences de la norme
plus, les exigences thermiques et énergé- CSA G40.21 « Aciers de construction ».
tiques pour l’essai de résilience Charpy doivent Dans le cas des pieux profilés en H,
être conformes aux tableaux 10.12 et 10.13 chaque profilé doit être marqué conformé-
de la norme CAN/CSA S6 « Code canadien ment aux exigences de la norme  CSA  G40.21
sur le calcul des ponts routiers ». « Aciers de construction » ou de la norme
L’acier des pieux tubulaires et des pieux ASTM  A572 / A572M « Standard Specifi-
Contenu normatif

caissons doit être conforme aux exigences cation for High-Strength Low-Alloy Colum-
stipulées dans la norme CSA  G40.21 « Aciers bium – Vanadium Structural Steel ».
de construction », nuance 350W. Les tolé-

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
PIÈCES MÉTALLIQUES Tome

VII
6.2 Boulons, tiges d’ancrage,
écrous et rondelles en acier Chapitre Norme

6 6201
Page
Boulons, tiges d’ancrage, 1 3
NORME
de

écrous et rondelles en acier Date

2013 12 15

1. Objet ASTM F436 « Standard Specification for


Hardened Steel Washers ».
La présente norme a pour objet de déter-
miner les exigences du Ministère en ce qui ASTM F593 « Standard Specification for
a trait aux caractéristiques et aux critères Stainless Steel Bolts, Hex Cap Screws, and
d’évaluation des boulons, tiges d’ancrage, Studs ».
écrous et rondelles en acier. ASTM F594 « Standard Specification for
Stainless Steel Nuts ».
2. Références ASTM F1554 « Standard Specification for
Anchor Bolts, Steel, 36, 55, and 105 ksi
La présente norme renvoie à l’édition la Yield Strength ».
plus récente des documents suivants :
ASTM F1852 « Standard Specification for
NORMES “Twist Off” Type Tension Control Structural
Bolt/Nut/Washer Assemblies, Steel, Heat
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING Treated, 120/105 ksi Minimum Tensile
AND MATERIALS Strength ».
ASTM  A123 / A123M « Standard Specifica- AMERICAN SOCIETY OF MECHANICAL
tion for Zinc (Hot-Dip Galvanized) Coatings ENGINEERS
on Iron and Steel Products ». ASME B18.21.1 « Washers: Helical Spring-
ASTM A153 / A153M « Standard Specifica- Lock, Tooth Lock, and Plain Washers (Inch
tion for Zinc Coating (Hot-Dip) on Iron and Series) ».
Steel Hardware ».
ASSOCIATION CANADIENNE
ASTM A193 / A193M « Standard Specifi- DE NORMALISATION
cation for Alloy-Steel and Stainless Steel
Bolting for High Temperature or High Pres- CSA G40.20/ G40.21 « Exigences générales
sure Service and Other Special Purpose relatives à l’acier de construction laminé ou
Applications ». soudé/Acier de construction ».
ASTM A307 « Standard Specification for
Carbon Steel Bolts and Studs, 60 000 PSI 3. Caractéristiques requises
Tensile Strength ». Les boulons, les tiges d’ancrage, les
ASTM A325 « Standard Specification for écrous et les rondelles doivent être conformes
Structural Bolts, Steel, Heat Treated, aux exigences des normes suivantes.
120/105 ksi Minimum Tensile Strength ».
ASTM A449 « Standard Specification for 3.1 Boulons
Hex Cap Screws, Bolts and Studs, Steel, ASTM A307
Heat Treated, 120/105/90 ksi Minimum – grade A : boulons destinés à l’usage
Tensile Strength, General Use ». général.
ASTM A490 « Standard Specification for ASTM A325
Structural Bolts, Alloy Steel, Heat Treated,
150 ksi Minimum Tensile Strength ». – type  1  :  boulons en acier à moyenne teneur
de carbone;
ASTM A563 « Standard Specification for
Contenu normatif

Carbon and Alloy Steel Nuts ». – type 3 : boulons en acier à résistance


améliorée à la corrosion;
– les filets doivent être roulés.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome PIÈCES MÉTALLIQUES
VII
6.2 Boulons, tiges d’ancrage,
Chapitre Norme écrous et rondelles en acier
6 6201
Page

2 3 Boulons, tiges d’ancrage,


NORME
de

Date
écrous et rondelles en acier
2013 12 15

ASTM A449 3.3 Boulons en U en acier


– boulons en acier à moyenne teneur en inoxydable pour structures de
carbone. Les boulons à tête ronde, galva-
nisés à chaud, sont utilisés pour retenir les signalisation
éléments de glissement en tubes d’acier. Le diamètre nominal des boulons en U
ASTM A490 figurant sur les plans s’applique aussi bien à
– type 1 : boulons en acier allié; la partie filetée qu’à la partie non filetée.
– type 3 : boulons en acier à résistance ASTM F593
améliorée à la corrosion; – boulons en acier inoxydable en alliage de
– les filets doivent être roulés. la série 300.
ASTM F593
3.4 Écrous
– boulons en acier inoxydable, estampillés
F 593C, D, G, H, L ou M. ASTM A563
ASTM F1852 – les écrous à utiliser sont ceux qui figurent
– type  1  :  boulons en acier à moyenne teneur dans la colonne « Recommended » du
en carbone; tableau X1.1 « Nut and Bolt Suitability
Guide » de la norme précitée.
– type 3 : boulons en acier à résistance
améliorée à la corrosion. ASTM F594
– utilisés avec les boulons et les tiges filetées
3.2 Tiges d’ancrage conformes à la norme ASTM F593.
Le diamètre nominal des tiges d’ancrage 3.5 Rondelles
apparaissant sur les plans s’applique aussi
bien à la partie filetée qu’à la partie non filetée. ASME B18.21.1
Dans le cas des structures de signalisation et – rondelles standards;
d’éclairage, les filets des ancrages doivent – rondelles à ressort.
être roulés. Pour éviter des problèmes de
fragilisation à l’hydrogène à l’étape de la gal- ASTM F436
vanisation à chaud, la résistance à la rupture – type 1 : rondelles en acier au carbone;
des tiges à haute résistance doit être inférieure – type 3 : rondelles en acier à résistance
à 1035 MPa. Ces dernières ne peuvent être améliorée à la corrosion atmosphérique.
pliées.
ASTM  A193 / A193M 3.6 Revêtement
– grade B7 : tiges d’ancrage à haute résis- La galvanisation des boulons et des tiges
tance. d’ancrage doit être conforme à la norme
ASTM A449 ASTM A153 / A153M « Standard Specification
for Zinc Coating (Hot-Dip) on Iron and Steel
– tiges d’ancrage à haute résistance.
Hardware » ou à la norme ASTM A123 /
ASTM F1554 A123M « Standard Specification for Zinc (Hot-
– grade  105  :  tiges d’ancrage à haute résis- Dip Galvanized) Coatings on Iron and Steel
Contenu normatif

tance. Products », à l’exception des boulons qui sont


CSA  G40.20/ G40.21 conformes aux exigences de la norme
ASTM F1852 « Standard Specification for
– aciers de nuance 350W : tiges d’ancrage
d’usage général.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
PIÈCES MÉTALLIQUES Tome

VII
6.2 Boulons, tiges d’ancrage,
écrous et rondelles en acier Chapitre Norme

6 6201
Page
Boulons, tiges d’ancrage, 3 3
NORME
de

écrous et rondelles en acier Date

2013 12 15

“Twist Off” Type Tension Control Structural


Bolt/Nut/Washer Assemblies, Steel, Heat
Treated, 120/105 ksi Minimum Tensile
Strength ». Les boulons conformes aux exi-
gences des normes ASTM A490 « Standard
Specification for Structural Bolts, Alloy Steel,
Heat Treated, 150 ksi Minimum Tensile
Strength » ne doivent pas être galvanisés ni
électroplaqués.
Les tiges d’ancrage peuvent être galvani-
sées soit entièrement, soit partiellement sur
la partie filetée.
Les écrous et les rondelles doivent avoir
le même fini que les boulons et les tiges
d’ancrage.

3.7 Marquage
Les boulons, les écrous et les rondelles
doivent être marqués conformément aux
exigences de la norme de référence régissant
le produit.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
PIÈCES MÉTALLIQUES Tome

6.3 Éléments de glissement en acier VII


pour glissières de sécurité Chapitre Norme

6 6301
Page
Éléments de glissement en acier 1 2
NORME
de

pour glissières de sécurité Date

2013 12 15

1. Objet 3. Caractéristiques requises


La présente norme a pour objet de
déterminer les exigences du Ministère en ce 3.1 Éléments de glissement
qui a trait aux caractéristiques et aux critères
d’évaluation des éléments de glissement en 3.1.1 Éléments de glissement en tôle
tôle d’acier ondulée galvanisée, en câbles d’acier ondulée galvanisée
d’acier galvanisé et en tubes d’acier galvanisé. Les éléments de glissement en tôle d’acier
ondulée galvanisée et les pièces d’extrémité
2. Références doivent être fabriqués conformément aux exi-
gences de la norme NQ  3315–112 « Glissières
La présente norme renvoie à l’édition la
de sécurité – Éléments de glissement en tôle
plus récente des normes suivantes :
d’acier ondulée galvanisée et accessoires ».
NORMES 3.1.1.1 Accessoires
Les accessoires doivent être fabriqués
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING
conformément aux exigences de la norme
AND MATERIALS
NQ 3315–112 « Glissières de sécurité –
ASTM  A123 / A123M « Standard Specifica- Éléments de glissement en tôle d’acier
tion for Zinc (Hot-Dip Galvanized) Coatings ondulée galvanisée et accessoires » avec les
on Iron and Steel Products ». modifications suivantes :
ASTM  A500 / A500M  « Standard Specifica- – les plaques de renfort rectangulaire instal-
tion for Cold-Formed Welded and Seamless lées sur les glissières de sécurité flexibles
Carbon Steel Structural Tubing in Rounds doivent avoir une masse minimale du
and Shapes ». revêtement de zinc de 400 g/m2 ;
ASTM A741 « Standard Specification for – les rondelles en acier installées sur poteaux
Metallic-Coated Steel Wire Rope and de bois doivent satisfaire aux exigences
Fittings for Highway Guardrail ». de la norme ASME B18.21.1 « Washers:
AMERICAN SOCIETY OF MECHANICAL Helical Spring-Lock, Tooth Lock, and Plain
ENGINEERS Washers (Inch Series) », type B, série
régulière, diamètre nominal intérieur de
ASME B18.21.1 « Washers: Helical Spring-
16 mm, diamètre extérieur de 44,4 mm.
Lock, Tooth Lock, and Plain Washers (Inch
Ces rondelles doivent être galvanisées
Series) ».
à chaud, conformément à la norme
ASSOCIATION CANADIENNE ASTM  A123 / A123M « Standard Specifi-
DE NORMALISATION cation for Zinc (Hot-Dip Galvanized)
CSA  G40.20/ G40.21  « Exigences générales Coatings on Iron and Steel Products ».
relatives à l’acier de construction laminé ou
soudé/Acier de construction ». 3.1.2 Éléments de glissement en
câbles d’acier galvanisé
BUREAU DE NORMALISATION
DU QUÉBEC Les éléments de glissement en câbles
d’acier galvanisé et les accessoires doivent
NQ 3315–112 « Glissières de sécurité –
Contenu normatif

être conformes à la norme ASTM A741 « Stan-


Éléments de glissement en tôle d’acier dard Specification for Metallic-Coated Steel
ondulée galvanisée et accessoires ». Wire Rope and Fittings for Highway Guardrail ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome PIÈCES MÉTALLIQUES
VII 6.3 Éléments de glissement en acier
Chapitre Norme pour glissières de sécurité
6 6301
Page

2 2 Éléments de glissement en acier


NORME
de

Date
pour glissières de sécurité
2013 12 15

Le câble doit avoir un diamètre de 19 mm, 3.2 Traitement au chromate


être composé de 3 torons à 7 fils et avoir une Après la galvanisation, les éléments de
résistance minimale à la traction de 110 kN. glissement en tôle d’acier ondulée, les pièces
3.1.2.1 Étiquetage d’extrémité de même que les éléments de
Pour les éléments de glissement en glissement en tubes d’acier doivent recevoir
câbles d’acier galvanisé, une étiquette doit un traitement au chromate.
être apposée sur chaque bobine et comporter Si le traitement au chromate a lieu
l’information suivante : immédiatement après la galvanisation, il doit
– le nom du fournisseur; être réalisé par trempage de l’acier dans une
solution aqueuse contenant au moins 0,2 %
– l’année de fabrication; en poids de dichromate de sodium ou 0,2 %
– le numéro du lot de production. d’acide chromique. La température de la
solution doit être égale ou supérieure à 32 °C
3.1.3 Éléments de glissement en et l’immersion des éléments galvanisés doit
tubes d’acier galvanisé durer au moins 20 secondes.
Les éléments de glissement en tubes Si les éléments galvanisés sont à la
d’acier galvanisé (profilé creux) doivent être température ambiante, de l’acide sulfurique
conformes à la norme CSA G40.21 « Acier doit être ajouté comme activant dans la solu-
de construction », nuance 350W, ou être tion, à une concentration de 0,5 à 1 %.
de grade C comme il est stipulé à la norme
ASTM  A500 / A500M  « Standard Specifica-
tion for Cold-Formed Welded and Seamless
Carbon Steel Structural Tubing in Rounds
and Shapes », au tableau intitulé « Shaped
Structural Tubing ».
Les tubes doivent être galvanisés à chaud
conformément à la norme ASTM  A123 / A123M
« Standard Specification for Zinc (Hot-Dip
Galvanized) Coatings on Iron and Steel Pro-
ducts ». La galvanisation doit être effectuée
après le découpage et le perçage des tubes.
3.1.3.1 Étiquetage
Pour les éléments de glissement en
tubes d’acier galvanisé, une étiquette doit
être apposée sur chaque ballot et comporter
l’information suivante :
– le nom du fournisseur;
– l’année de fabrication;
– le numéro du lot de production.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Pièces métalliques Tome

VII
6.4 Aluminium
Chapitre Norme

6 6401
Page
Aluminium 1 2
NORME
de

Date

2012 12 15

1. Objet ASTM B108 / B108M
La présente norme a pour objet de déter- – alliage 356-T6 :
miner les exigences du Ministère en ce qui a fonte d’aluminium pour pièces coulées
trait aux caractéristiques et aux critères d’éva- en moule permanent pour caissons de
luation de l’aluminium servant à la fabrication sécurité, caissons de service électrique,
des structures de signalisation et d’éclairage, et brides de raccord.
des feux de circulation et des panneaux de
3.2 Tôle et plaque d’aluminium
signalisation et de supersignalisation.
ASTM B209
2. Références – alliages 5052H32 ou 6061-T6 :
La présente norme renvoie à l’édition la tôles d’aluminium pour coffrets utilisés en
plus récente des documents suivants : électrotechnique;
– alliages 5052H36 ou 5052H38 :
NORMES tôles d’aluminium pour panneaux de
signalisation;
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING – alliage 6061-T6 :
AND MATERIALS tôles pour PMV, plaques pour brides de
ASTM B85 / B85M « Standard Specification raccord et autres plaques pour structures
for Aluminum-Alloy Die Castings ». de signalisation et d’éclairage.
ASTM B108 / B108M « Standard Specifica-
tion for Aluminium-Alloy Permanent Mold 3.3 Profilé d’aluminium
Castings ». ASTM B221
ASTM B209 « Standard Specification for – alliage 6061-T6 :
Aluminum and Aluminum-Alloy Sheet and profilés extrudés pour PMV et supports
Plate ». en T pour panneaux de signalisation;
ASTM B221 « Standard Specification for – alliage 6063-T6 :
Aluminum and Aluminum-Alloy Extruded profilés de charpente pour panneaux de
Bars, Rods, Wire, Profiles, and Tubes ». signalisation;
– alliage 6351-T6 :
3. Caractéristiques requises supports en T pour panneaux de signali-
Les pièces d’aluminium doivent être sation.
conformes aux exigences des normes sui-
vantes. 3.4 Tube d’aluminium
ASTM B221
3.1 Fonte d’aluminium – alliage 6061-T6 :
ASTM B85 / B85M tubes pour longerons et membrures
– alliages 360 et A360 : secondaires de structures de signalisation
fonte d’aluminium injectée pour lumi- et d’éclairage;
naires avec résistance au brouillard – alliage 6063-T6 :
salin 3000 heures. D’autres alliages tubes pour poteaux, fûts et membrures
Contenu normatif

peuvent être acceptés lorsque la résis- principales de potences de structures de


tance au brouillard salin spécifiée est de signalisation et d’éclairage.
1000 heures.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome pièces métalliques
vii
6.4 Aluminium
Chapitre Norme

6 6401
Page

2 2 Aluminium
NORME
de

Date

2012 12 15

4. Étiquetage
Les pièces d’aluminium doivent porter
une étiquette conformément aux exigences
des normes :
– ASTM B85 / B85M « Standard Specifica-
tion for Aluminum-Alloy Die Castings »;
– ASTM B108 / B108M « Standard Speci-
fication for Aluminium-Alloy Permanent
Mold Castings »;
– ASTM B209 « Standard Specification for
Aluminum and Aluminum-Alloy Sheet and
Plate »;
– ASTM B221 « Standard Specification for
Aluminum and Aluminum-Alloy Extruded
Bars, Rods, Wire, Profiles, and Tubes ».

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


pièces métalliques Tome

VII
6.5 Gabions
Chapitre Norme

6 6501
Page
Gabions 1 3
NORME
de

Date

2008 12 15

1. Objet 3. Définitions
La présente norme a pour objet de Les définitions suivantes s’appliquent à la
déterminer les exigences du Ministère en ce présente norme :
qui a trait aux caractéristiques et aux critères Diaphragme
d’évaluation des gabions en acier galvanisé Section de treillis métallique à l’intérieur du
recouvert de polychlorure de vinyle (PVC). panier divisant le gabion en cellules.
Fil de lisière
2. Références Fil d’acier de calibre supérieur à ceux des
La présente norme renvoie à l’édition la mailles et parcourant le pourtour et les arêtes
plus récente des documents suivants : du panier.
Gabion
NORMES : Panier pouvant avoir différentes grandeurs,
ayant la forme d’une boîte, fabriqués de treillis
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING métallique galvanisé recouvert de PVC et
AND MATERIALS remplis de pierres.
ASTM A 641 « Standard Specification for Zinc- Tirant
Coated (Galvanized) Carbon Steel Wire ». Fil servant à empêcher la déformation du
ASTM A 975 « Standard Specification for gabion.
Double-Twisted Hexagonal Mesh Gabions and
Revet Mattresses (Metallic-Coated Steel Wire 4. Classification
or Metallic-Coated Steel Wire With Polyvinyl Les gabions sont classés en deux types :
Chloride (PVC) Coating) ».
– Type A : Gabions utilisés comme murs de
ASTM B 117 « Standard Practice for Operating soutènement.
Salt Spray (Fog) Apparatus ».
– Type B : Gabions-matelas utilisés pour la
ASTM D 412 « Standard Test Methods for protection des terrains en pente, la pro-
Vulcanized Rubber and Thermoplastic Elas- tection contre l’érosion des rives de cours
tomers – Tension ». d’eau et l’aménagement de l’embouchure
ASTM D 792 « Standard Test Methods for des rivières.
Density and Specific Gravity (Relative Density)
of Plastics by Displacement ». 5. Caractéristiques requises
ASTM D 1499 « Standard Practice for Filte-
red Open-Flame Carbon-Arc Exposures of 5.1 Fabrication
Plastics ».
Les gabions doivent être fabriqués en une
ASTM D 2240 « Test Method for Rubber
seule pièce de façon à ce que les côtés, les
Property – Durometer Hardness ».
bouts, le fond, le couvercle et les diaphrag-
ASTM G 152 « Standard Practice for Opera- mes puissent être assemblés sur place pour
ting Open Flame Carbon Arc Light Apparatus former des paniers rectangulaires, selon les
for Exposure of Nonmetallic Materials ». dimensions spécifiées. Le fond, le couvercle,
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome pièces métalliques
VII
6.5 Gabions
Chapitre Norme

6 6501
Page

2 3 Gabions
NORME
de

Date

2008 12 15

les bouts et les côtés doivent être, soit tressés 5.2.2 Revêtement en PVC
en une seule pièce, ou être liés au fond du Après la galvanisation, les tirants, les
gabion par une extrémité, de manière que les fils du treillis métallique, les fils de lisière et
joints soient aussi résistants que le corps du de ligature doivent être recouverts, avant le
treillis lui-même. Les mailles du treillis doi- tressage, d’une couche de protection en PVC
vent être de forme hexagonale, de 100 mm d’une épaisseur minimale de 0,38 mm.
de longueur et de 80 mm de largeur, et être
tressées à double torsion. Le PVC utilisé pour le revêtement doit être
conforme aux exigences du tableau 6501–2.
Lorsque la longueur du gabion excède
d’une fois et demie sa largeur, des diaphrag- 5.3 Dimensions des gabions
mes dont le treillis est le même que celui du
gabion doivent être ajoutés; la longueur des
cellules ne doit pas excéder leur largeur. Les 5.3.1 Gabions de type A
fils des diaphragmes doivent être du même Les dimensions des gabions de type A
calibre que ceux du treillis. Le gabion doit doivent être conformes aux exigences du
être fourni avec les diaphragmes nécessaires tableau 6501–3.
cousus au fond, de telle manière qu’aucune
attache supplémentaire ne soit nécessaire à 5.3.2 Gabions de type B
ce joint. Les dimensions des gabions de type B
doivent être conformes aux exigences du
5.2 Matériaux de fabrication tableau 6501–4.

5.2.1 Fils 5.3.3 Tolérance quant aux dimensions


Les tirants, les fils du treillis métallique, La tolérance quant aux dimensions est
les fils de lisière et les fils de ligature doivent de ± 5 %.
être conformes aux exigences de la norme
ASTM A 641 « Standard Specification for Zinc- 5.4 Résistance au défaufilage
Coated (Galvanized) Carbon Steel Wire », de Le gabion doit être fabriqué de façon à
catégorie molle et d’un revêtement de zinc de éviter qu’il se défaufile, à savoir qu’il résiste
classe 3. Les tirants, les fils du treillis métal- à l’étirement de n’importe quelle torsion à la
lique, les fils de lisière et les fils de ligature liaison formant la maille lorsqu’un simple brin
doivent être galvanisés avant le tressage et de fil est coupé à une section de la maille.
doivent avoir les dimensions données au
tableau 6501–1.

Tableau 6501–1
Diamètre des fils
Type Diamètre des fils Diamètre des fils Diamètre des fils
du treillis en de lisière en de ligature et
acier galvanisé acier galvanisé des tirants en
(mm) (mm) acier galvanisé
Contenu normatif

(mm)
Gabions 2,70 ± 0,10 3,40 ± 0,10 2,20 ± 0,10
Gabions-matelas 2,20 ± 0,10 2,70 ± 0,10 2,20 ± 0,10

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


pièces métalliques Tome

VII
6.5 Gabions
Chapitre Norme

6 6501
Page
Gabions 3 3
NORME
de

Date

2008 12 15

Tableau 6501–2
Caractéristiques physiques, mécaniques et méthodes d’essais du PVC utilisé
pour le revêtement
Caractéristiques Valeurs initiales Changement après Méthodes d’essais
les essais d’usure
accélérée (1)
– Masse volumique 1,30 à 1,35 g/cm3 < 6 % ASTM D 792
– Dureté « Shore D » 50 à 60 à l’échelle < 10 % ASTM D 2240
– Résistance à la tension > 20,6 MPa < 25 % ASTM D 412
– Allongement 200 % à 280 % < 25 % ASTM D 412
– Module d’élasticité > 18,6 MPa < 25 % ASTM D 412
– Apparence La couche de PVC
ne doit pas se déchirer
ou fendiller.
1. Essais d’usure accélérée :
– Essai de vaporisation d’eau salée : ASTM B 117 – Durée de l’essai : 3000 heures.
– Exposition aux rayons ultraviolets : ASTM D 1499 et ASTM G 152 – Durée : 3000 heures à 63 °C.

Tableau 6501–3 Tableau 6501–4


Dimensions des gabions de type A Dimensions des gabions de type B
Dimensions Nombre de Capacité Dimensions Nombre de Surface
(m) cellules (m3) (m) diaphragmes couverte
(m2)
2x1x1 2 2
30 x 2 x 0,23 18 60
3x1x1 3 3
30 x 2 x 0,30 18 60
4x1x1 4 4
30 x 3 x 0,23 27 90
2 x 1 x 0,5 2 1
30 x 3 x 0,30 27 90
3 x 1 x 0,5 3 1,5
4 x 1 x 0,5 4 2
2 x 1 x 0,3 2 0,6
Contenu normatif

3 x 1 x 0,3 3 0,9
4 x 1 x 0,3 4 1,2

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
PIÈCES MÉTALLIQUES Tome

6.6 Clôtures métalliques VII


Chapitre Norme

6 6601
Page
Clôtures métalliques 1 3
NORME
de

Date

2013 12 15

1. Objet 3. Caractéristiques requises


La présente norme a pour objet de
déterminer les exigences du Ministère en 3.1 Clôture de ferme
ce qui a trait aux caractéristiques et aux cri-
tères d’évaluation des clôtures de ferme, des 3.1.1 Poteau et grillage
clôtures grillagées à mailles et des écrans 3.1.1.1 Poteau en acier
antiéblouissement en métal déployé.
L’acier des poteaux terminaux et des
poteaux de renfort doit être conforme à la
2. Références norme  CSA  G40.20/ G40.21  « Exigences
La présente norme renvoie à l’édition la générales relatives à l’acier de construction
plus récente des documents suivants : laminé ou soudé/Acier de construction »,
nuance minimale 260W.
NORMES L’acier des poteaux intermédiaires
doit avoir une limite élastique minimale de
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING 260 MPa.
AND MATERIALS
Les poteaux terminaux, les poteaux inter-
ASTM  A53 / A53M « Standard Specification médiaires et les poteaux de renfort de la clôture
for Pipe, Steel, Black and Hot-Dipped, Zinc- de ferme sur poteaux d’acier galvanisé (non-
Coated, Welded and Seamless ». accès) doivent être galvanisés conformément
ASTM A116 « Standard Specification for à la norme ASTM A123 / A123M « Standard
Metallic-Coated, Steel Woven Wire Fence Specification for Zinc (Hot-Dip Galvanized)
Fabric ». Coatings on Iron and Steel Products ».
ASTM  A123 / A123M « Standard Specifica- 3.1.1.2 Grillage
tion for Zinc (Hot-Dip Galvanized) Coatings
on Iron and Steel Products ». Le fil constituant le grillage de la clôture
et de la barrière doit posséder les caractéris-
ASTM A370 « Standard Test Methods and tiques énumérées au tableau 6601–1.
Definitions for Mechanical Testing of Steel
Products ». Les fils longitudinaux doivent être munis
d’ondulations extensibles. Les noeuds doivent
ASTM A780 / A780M « Standard Practice for être de type à enroulement (tight-lock ou fixed-
Repair of Damaged and Uncoated Areas of knot) et fabriqués de façon à empêcher tout
Hot-Dip Galvanized Coatings ». déplacement vertical ou horizontal des fils
ASSOCIATION CANADIENNE DE constituant le grillage. Le grillage à mailles
NORMALISATION soudées n’est pas permis.
CSA G40.20/ G40.21 « Exigences générales
relatives à l’acier de construction laminé ou
3.1.2 Barrière
soudé/Acier de construction ». Le cadre de la barrière doit être fabriqué
en tube d’acier de type F, conformément à la
OFFICE DES NORMES GÉNÉRALES DU norme ASTM A53 / A53M « Standard Specifi-
CANADA cation for Pipe, Steel, Black and Hot-Dipped,
CAN/CGSB 138.1 « Grillage métallique pour Zinc-Coated, Welded and Seamless ». Le fil
Contenu normatif

clôture ». en acier galvanisé attaché sur le cadre de la


barrière doit être identique à celui du grillage.
CAN/CGSB 138.4 « Barrière pour clôture
grillagée ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome PIÈCES MÉTALLIQUES
VII 6.6 Clôtures métalliques
Chapitre Norme

6 6601
Page

2 3 Clôtures métalliques
NORME
de

Date

2013 12 15

Tableau 6601–1
Caractéristiques des fils pour clôture de ferme
Éléments
Normes de
Caractéristiques Fil Fil Nœud (1) référence
horizontal (1) vertical(1)
Force à la rupture (min.) (kN) 6 3,4 — ASTM A116
Masse surfacique (min. du
244 244 214 ASTM A116
revêtement de zinc) (g/m2)
1. Le diamètre des fils horizontaux et verticaux doit être de 2,5 mm. Le diamètre minimal du fil de nœud doit être de 2,2 mm.

Le cadre de la barrière est fabriqué à partir 3.2.1.2 Grillage


de tubes d’acier non recouvert, et ensuite gal- Le fil constituant le grillage de la clôture et
vanisé après le découpage et le soudage. La de la barrière doit être fabriqué confor­mément
masse surfacique minimale du revêtement de aux exigences de la norme  CAN/CGSB 138.1
zinc doit être de 550 g/m2. Des trous doivent « Grillage métallique pour clôture » et posséder
être prévus sur le cadre pour évacuer le sur- les caractéristiques sui­vantes :
plus de zinc et éviter l’éclatement du cadre
– type 1;
que pourrait causer la chaleur.
– catégorie A;
Le revêtement de zinc du cadre endom-
magé par le soudage doit être réparé par – genre de grillage moyen;
métallisation, conformément aux exigences – masse surfacique minimale du revêtement
de la norme ASTM A780 / A780M « Standard de zinc de 490 g/m2 (classe 2).
Practice for Repair of Damaged and Uncoated
Areas of Hot-Dip Galvanized Coatings », 3.2.2 Barrière
méthode  A3. Dans ce cas, la masse surfacique Les barrières en acier doivent être fabri-
minimale du revêtement de zinc doit être de quées conformément aux exigences de la
710 g/m2. norme CAN/CGSB 138.4 « Barrière pour
clôture grillagée ».
3.2 Clôture grillagée à mailles Le cadre de la barrière est fabriqué en tubes
d’acier du type F, conformément à la norme
3.2.1 Monture et grillage ASTM  A53 / A53M « Standard Specification
3.2.1.1 Monture for Pipe, Steel, Black and Hot-Dipped, Zinc-
Les poteaux de clôture, les barres de sup- Coated, Welded and Seamless », non recou-
port et les entretoises doivent être fabriqués vert et galvanisé après le découpage et le
en tube d’acier du type F, conformément à la soudage. La masse surfacique minimale du
norme ASTM A53 / A53M « Standard Specifi- revêtement de zinc doit être de 550 g/m2. Des
cation for Pipe, Steel, Black and Hot-Dipped, trous doivent être prévus sur le cadre pour
Zinc-Coated, Welded and Seamless ». La évacuer le surplus de zinc et éviter l’éclate-
masse surfacique minimale du revêtement ment du cadre que pourrait causer la chaleur.
Contenu normatif

de zinc doit être de 550 g/m2. Les tubes verticaux doivent être découpés et

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


PIÈCES MÉTALLIQUES Tome

6.6 Clôtures métalliques VII


Chapitre Norme

6 6601
Page
Clôtures métalliques 3 3
NORME
de

Date

2013 12 15

préparés de façon qu’ils épousent la forme du


cadre de la barrière. L’assemblage fait avec
des tubes à bouts aplatis n’est pas permis.
Le cadre de la barrière peut aussi être
fabriqué à partir de tubes d’acier galvanisé
ayant une masse surfacique minimale du
revêtement de zinc de 550 g/m2. Le revête-
ment de zinc du cadre endommagé par le
soudage doit être réparé par métallisation,
conformément aux exigences de la norme
ASTM A780 / A780M « Standard Practice for
Repair of Damaged and Uncoated Areas of
Hot-Dip Galvanized Coatings », méthode A3.
Dans ce cas, la masse surfacique minimale
du revêtement de zinc doit être de 710 g/m2.

3.3 Écran antiéblouissement en


métal déployé
3.3.1 Poteau
Chaque poteau doit être constitué d’un
tube d’acier de type F, conformément à la
norme ASTM A53 / A53M « Standard Specifi-
cation for Pipe, Steel, Black and Hot-Dipped,
Zinc-Coated, Welded and Seamless ». La
masse surfacique minimale du revêtement
de zinc doit être de 550 g/m2.

3.3.2 Panneau de métal déployé


Les panneaux de métal déployé doivent
être fabriqués en acier AISI (American Iron and
Steel Institute), de désignation 1006 à 1015.
Après la transformation et le découpage, le
panneau doit être galvanisé conformément aux
exigences de la norme ASTM A123 / A123M
« Standard Specification for Zinc (Hot-Dip
Galvanized) Coatings on Iron and Steel
Products ».
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome

vII
Chapitre

7
TUYAUX ET ACCESSOIRES Page

i
Date

2011 12 15

Table des matières


7.1 Tuyaux
7101 Tuyaux en tôle ondulée
ou nervurée et en tôle forte
ondulée et courbée

7.2 Accessoires
7202 Cadres, grilles, tampons, cales
de rehaussement et trappes
de puisard

Normes archivées (1)
Norme (dernière version active) Remarque Archivée le
7102 Tuyaux circulaires en béton armé Norme retirée, se référer aux normes 2000 12 01
et en béton non armé (97 06 27) NQ 2622–120, NQ 2622–130 et NQ 2622–126.

7103 Tuyaux en thermoplastique (95 05 26) Norme retirée, se référer aux normes 2000 12 01
NQ 3624–110, NQ 3624–115, NQ 3624–120
et NQ 3624–135.
7201 Regards, puisards et chambres de vannes Norme retirée, se référer à la norme 2000 12 01
préfabriqués en béton de ciment armé (99 06 01) NQ 2622–420.

1. Ces normes ont été retirées ou fusionnées et ne sont plus présentées dans le présent document.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


TUYAUX ET ACCESSOIRES Tome

7.1 Tuyaux VII


Chapitre Norme

7 7101
Tuyaux en tôle ondulée ou
Page
nervurée et en tôle forte 1 4
NORME
de

ondulée et courbée Date

2011 12 15

1. Objet Manchon d’accouplement


Dispositif permettant l’assemblage de deux
La présente norme a pour objet de déter- tronçons de tuyaux en tôle d’acier ou d’alu-
miner les exigences du Ministère en ce qui minium.
a trait aux caractéristiques et aux critères
d’évaluation des tuyaux en tôle ondulée Les manchons d’accouplement sont de
ou nervurée, des tôles fortes ondulées et type :
courbées, de leurs manchons d’accouplement – collier plat : collier sans ondulations ni
et de leurs garnitures d’étanchéité. projections, formé de une ou deux pièces;
– collier ondulé : collier comportant des
2. Références ondulations annulaires sur toute sa cir-
conférence;
La présente norme renvoie à l’édition la
plus récente des documents suivants : – collier partiellement ondulé : collier à ondu-
lations annulaires dont la partie centrale
NORMES est plate.

ASSOCIATION CANADIENNE 4. Caractéristiques requises


DE NORMALISATION
CAN/CSA G164 « Galvanisation à chaud 4.1 Tuyaux en tôle d’acier
des objets de forme irrégulière ».
galvanisée et ondulée
CAN/CSA G401 « Tuyaux en tôle ondulée ».
Les tuyaux en tôle d’acier galvanisée et
BUREAU DE NORMALISATION ondulée ainsi que les garnitures d’étanchéité
DU QUÉBEC et les accessoires doivent être conformes
NQ 3311–180 « Tuyaux en tôle d’aluminium aux exigences de la norme CAN/CSA G401
ondulée ». « Tuyaux en tôle ondulée ».

3. Définitions 4.2 Tuyaux en tôle d’acier


Les définitions suivantes s’appliquent à la galvanisée et nervurée
présente norme :
Les tuyaux en tôle d’acier galvanisée et
Aciérie nervurée ainsi que les garnitures d’étanchéité
Producteur de tôles en acier avec revête­- et les accessoires doivent être conformes à
ment métallique de protection utilisées pour la norme CAN/CSA G401 « Tuyaux en tôle
la fabrication des tuyaux en tôle ondulée ou ondulée ».
nervurée, ainsi que des tôles fortes en acier
qui, une fois ondulées, courbées et galvani- 4.3 Tuyaux en tôle d’acier
sées, peuvent être assemblées.
Aluminerie
aluminisée et ondulée
Producteur des tôles en aluminium utilisées Les tuyaux en tôle d’acier aluminisée et
pour la fabrication des tuyaux en tôle d’alu- ondulée ainsi que les garnitures d’étanchéité
minium ondulée. et les accessoires doivent être conformes aux
Contenu normatif

Garniture d’étanchéité exigences de la norme CAN/CSA G401


Dispositif sous forme de bague torique ou « Tuyaux en tôle ondulée ».
de manchon d’étanchéité et servant à rendre
étanche les jonctions des tuyaux.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome TUYAUX ET ACCESSOIRES
VII 7.1 Tuyaux
Chapitre Norme

7 7101
Tuyaux en tôle ondulée ou
Page

2 4 nervurée et en tôle forte


NORME
de

Date
ondulée et courbée
2011 12 15

4.4 Tuyaux en tôle d’acier 4.7.1 Collier ondulé


aluminisée et nervurée Le type collier ondulé doit avoir un profil
d’ondulation de 68 × 13 mm et être conforme
Les tuyaux en tôle d’acier aluminisée et aux exigences des tableaux 7101–1 et 7101–2,
nervurée ainsi que les garnitures d’étanchéité selon le cas.
et les accessoires doivent être conformes à
Les colliers ondulés sont serrés autour des
la norme CAN/CSA G401 « Tuyaux en tôle
extrémités des tuyaux à l’aide de brides angu-
ondulée ».
laires et de boulons, et s’adaptent parfaitement
aux ondulations annulaires des extrémités
4.5 Tuyaux en tôle d’aluminium des tuyaux.
ondulée
4.7.2 Collier partiellement ondulé
Les tuyaux en tôle d’aluminium ondulée
ainsi que les garnitures d’étanchéité et les Le type collier partiellement ondulé
accessoires doivent être conformes aux exi- doit avoir un profil d’ondulation continue de
gences de la norme NQ 3311–180 « Tuyaux 68 × 13 mm et être conforme aux exigences
en tôle d’aluminium ondulée ». du tableau 7101–3.
Les colliers partiellement ondulés sont
4.6 Tôles fortes d’acier, serrés autour des tuyaux au moyen de tiges
d’attache à travers des ferrures.
ondulées, courbées et
galvanisées 4.8 Perforations
Les tôles fortes d’acier, ondulées, cour- Lorsque des perforations sont nécessai-
bées et galvanisées ainsi que les acces- res, les tuyaux en tôle ondulée doivent
soires utilisés pour l’assemblage doivent être conformes aux exigences de la norme
être conformes aux exigences de la norme CAN/CSA G401 « Tuyaux en tôle ondulée »
CAN/CSA G401 « Tuyaux en tôle ondulée », pour les tuyaux en acier ou de la norme
sauf pour l’épaisseur minimale du revêtement NQ 3311–100 « Tuyaux en tôle d’acier ondu-
de zinc des tôles et accessoires qui doit lée » pour les tuyaux en aluminium.
être conforme à la norme CAN/CSA G164
« Galvanisation à chaud des objets de forme 4.9 Marquage
irrégulière ».
4.9.1 Tuyaux en tôle d’acier
4.7 Manchons d’accouplement Les informations suivantes doivent être
Les manchons d’accouplement des marquées ou inscrites sur chaque tuyau :
tuyaux en tôle ondulée ou nervurée doivent – le nom du fabricant;
être conformes aux exigences de la norme
applicable au tuyau. – l’épaisseur nominale de la tôle, en milli-
mètres;
La tôle servant à la fabrication des
manchons d’accouplement doit être faite du – le numéro du lot de production ou la date
même alliage que celle du tuyau. de fabrication.
Contenu normatif

Les manchons d’accouplement doivent


être de type collier plat, collier ondulé ou
collier partiellement ondulé.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


TUYAUX ET ACCESSOIRES Tome

7.1 Tuyaux VII


Chapitre Norme

7 7101
Tuyaux en tôle ondulée ou
Page
nervurée et en tôle forte 3 4
NORME
de

ondulée et courbée Date

2011 12 15

4.9.2 Tuyaux en tôle d’aluminium


Les informations suivantes doivent être
marquées ou inscrites sur chaque tuyau :
– le nom du fabricant;
– l’épaisseur nominale de la tôle, en milli-
mètres;
– le numéro du lot de production ou la date
de fabrication.

4.9.3 Tôles fortes d’acier


L’information suivante doit être marquée
sur chaque plaque :
– le numéro séquentiel correspondant au
lot de production.

4.10 Entreposage
Les plaques de tôles fortes courbées
revêtues d’une protection doivent être entre-
posées sur des supports en bois afin de
prévenir toute détérioration de leur revêtement,
d’assurer la circulation de l’air et d’éviter la
rétention d’eau entre les éléments.
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome TUYAUX ET ACCESSOIRES
VII 7.1 Tuyaux
Chapitre Norme

7 7101
Tuyaux en tôle ondulée ou
Page

4 4 nervurée et en tôle forte


NORME
de

Date
ondulée et courbée
2011 12 15

Tableau 7101–1
Caractéristiques du collier ondulé pour les tuyaux en tôle d’acier
Diamètre des tuyaux (mm)
Largeur
Type de ondulations ondulations
minimale
raccord des tuyaux de des tuyaux de
(mm)
68 × 13 mm 125 × 25 mm
Une pièce 180 300–600 —
Une pièce 300 700–1200 —
Deux pièces 300 1400–1600 1200–1600
Deux pièces 600 1800–2400 1800–2400
Trois pièces 600 — 2700–3600

Tableau 7101–2
Caractéristiques du collier ondulé pour les tuyaux en tôle d’aluminium
Diamètre des tuyaux (mm)
Épaisseur Largeur Nombre de
Type de ondulations ondulations
nominale minimale boulons
raccord des tuyaux de des tuyaux de
(mm) (mm) par pièce
68 × 13 mm 76 × 25 mm
Une pièce 1,3 180 2 300–500 —
Une pièce 1,6 300 2 600–1000 —
Une pièce 2,0 300 2 1200–1600 —
Deux pièces 2,0 600 3 1800–2200 800–2400
Trois pièces 2,0 600 3 — 2700–3000

Tableau 7101–3
Caractéristiques du collier partiellement ondulé pour les tuyaux en tôle d’acier et
pour les tuyaux en tôle d’aluminium
Épaisseur Diamètre des tuyaux (mm)
Largeur Nombre de
Type de nominale
minimale boulons
raccord d’aluminium acier aluminium
(mm) par pièce
(mm)
Une pièce 1,6 330 2 300–800(1) 300–800(1)
Deux pièces 2,0 480 4 900–2200 (1)(2)
900–2200(1)(3)
Trois pièces 2,0 480 4 2400–3600(2) 2400–3000(3)
Contenu normatif

1. Ondulations des tuyaux de 68 × 13 mm.


2. Ondulations des tuyaux de 125 × 25 mm.
3. Ondulations des tuyaux de 76 × 25 mm.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


TUYAUX ET ACCESSOIRES Tome

7.2 Accessoires VII


Chapitre Norme

7 7202
Cadres, grilles, tampons, cales de Page

rehaussement et trappes de puisard 1 1


NORME
de

Date

2011 12 15

1. Objet Les cales de rehaussement de forme


circulaire peuvent aussi être en acier de
La présente norme a pour objet de déter- nuance 300W conformément à la norme
miner les exigences du Ministère en ce qui CSA G40.20/ G40.21 « Exigences générales
a trait aux caractéristiques et aux critères relatives à l’acier de construction laminé ou
d’évaluation des cadres, grilles, tampons et soudé/Acier de construction ».
trappes de puisard fabriqués en fonte grise ou
en fonte ductile, et des cales de rehaussement 3.1 Marquage
fabriquées en fonte ductile ou en acier.
Chaque pièce coulée doit porter les indi-
2. Références cations suivantes :
La présente norme renvoie à l’édition la – le nom du fabricant;
plus récente des documents suivants : – la date de fabrication ou de codifica-
tion permettant de retracer la date de
NORMES coulée;
– le terme « ductile » ou « d.i. », dans le cas
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING AND de la fonte ductile.
MATERIALS
Selon l’utilisation à laquelle le tampon est
ASTM A536 « Standard Specification for destiné, on doit inscrire une des indications
Ductile Iron Castings ». suivantes : unitaire, pluvial, sanitaire, domes-
ASSOCIATION CANADIENNE tique ou aqueduc.
DE NORMALISATION
CSA G40.20/ G40.21 « Exigences générales
relatives à l’acier de construction laminé ou
soudé/Acier de construction ».
BUREAU DE NORMALISATION
DU QUÉBEC
NQ 3221–500 « Cadres, grilles, tampons,
trappes de puisard et bouches à clé –
Moulages en fonte grise ou en fonte ductile
pour travaux de génie civil – Caractéristiques
et méthodes d’essais ».

3. Caractéristiques requises
Les cadres, grilles, tampons, cales
de rehaussement et trappes de puisard
doivent respecter les exigences de la norme
NQ 3221–500 « Cadres, grilles, tampons,
trappes de puisard et bouches à clé –
Moulages en fonte grise ou en fonte ductile
Contenu normatif

pour travaux de génie civil – Caractéristiques


et méthodes d’essais ». À l’intérieur de la plate-
forme de la route, les grilles, les tampons et
les cales de rehaussement doivent être en
fonte ductile.
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
Tome

VII
Chapitre

8
MATÉRIAUX ÉLECTRIQUES Page

i
Date

2013 12 15

Table des matières


8.1 Conduits électriques 8.4 Unités optiques
8107 Conduits, boîtes et raccords 8403 Module à diodes
électroluminescentes
8.2 Câbles électriques pour signaux lumineux
8201 Fils et câbles électriques
8.5 Commandes pour signaux
8202 Câbles de distribution et de
contrôle pour signaux lumineux
lumineux
8501 Relais de charge à trois circuits
8203 Câbles d’amenée blindés pour
signaux lumineux 8502 Relais pour clignotants
8503 Relais de transfert
8.3 Luminaires
8504 Détecteurs de véhicules enfichables
8301 Luminaires profilés pour
à 2 et 4 canaux
l’éclairage routier
8505 Contrôleur de feux de circulation et
8302 Luminaires pour montage en surface
moniteur de conflit
8304 Luminaires ronds pour tour
8508 Boucles de détection préfabriquées
d’éclairage
8509 Détecteurs lumineux pour piétons
8511 Module enfichable de synchronisation
par satellite pour feux de circulation

Normes archivées (1)
Norme (dernière version) Remarque Archivée le
8101 Conduits et accessoires en métal rigide Norme retirée, remplacée par la norme 8107. 2008 12 15
(2007 12 15)
8102 Conduits et accessoires en polychlorure Norme retirée, remplacée par la norme 8107. 2008 12 15
de vinyle rigide (2007 12 15)
8103 Conduits métalliques flexibles (2007 12 15) Norme retirée, remplacée par la norme 8107. 2008 12 15
8104 Conduits en polyéthylène (2007 12 15) Norme retirée, remplacée par la norme 8107. 2008 12 15
8105 Tubes électriques métalliques (2007 12 15) Norme retirée, remplacée par la norme 8107. 2008 12 15
8106 Conduits rigides en fibre de verre (2007 12 15) Norme retirée, remplacée par la norme 8107. 2008 12 15
8303 Luminaires cylindriques pour l’éclairage routier Norme retirée. 2003 12 15
(96 09 23)
8305 Coffrets de branchement et de distribution pour Nouvelle numérotation, maintenant norme 8701. 2007 12 15
l’éclairage routier (2006 12 15)
8306 Coffrets de branchement pour l’éclairage routier Nouvelle numérotation, maintenant norme 8702. 2007 12 15
(2006 12 15)
8401 Lampes pour l’éclairage du réseau routier Norme retirée. 2005 12 15
(2000 12 01)
8402 Lampes pour feux lumineux (98 03 25) Norme retirée. 2007 12 15
8506 Coffrets pour feux de circulation (2006 12 15) Nouvelle numérotation, maintenant norme 8703. 2007 12 15
8507 Coffrets pour feux clignotants (2006 12 15) Nouvelle numérotation, maintenant norme 8704. 2007 12 15
8510 Têtes pour signaux lumineux (99 06 01) Norme retirée, remplacée par les normes 8601 2003 12 15
et 8602.
1. Ces normes ont été retiréesCopie
ou fusionnées
de travail et ne sont plus
- DESSAU présentées
- NOR GN TR 13dans le présent document.
0012.43
Tome

VII
Chapitre

8
Page MATÉRIAUX ÉLECTRIQUES
ii
Date

2013 12 15

8.6 Têtes de feux pour signaux


lumineux
8601 Têtes horizontales pour signaux
lumineux
8602 Têtes verticales pour signaux
lumineux
8603 Têtes de feux pour piétons
à décompte numérique
8.7 Coffrets
8700 Boîtier des coffrets
8701 Coffrets de branchement et de
distribution pour l’éclairage routier
8702 Coffrets de branchement
8703 Coffrets de distribution et de
contrôle pour feux de circulation
8704 Coffrets pour feux clignotants
8.8 Panneaux à messages
variables
8801 Panneaux à messages variables
à usage permanent

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


matériaux électriques Tome

VII
8.1 Conduits électriques
Chapitre Norme

8 8107
Page
Conduits, boîtes et raccords 1 2
NORME
de

Date

2011 12 15

1. Objet CSA C22.2 n° 211.0 « General Require-


ments and Methods of Testing for Nonme-
La présente norme a pour objet de tallic Conduit ».
déterminer les exigences du Ministère en ce
qui a trait aux caractéristiques et aux critères CSA C22.2 n° 211.2 « Rigid PVC (Unplasti-
d’évaluation des conduits, boîtes et raccords cized) Conduit ».
utilisés dans les applications électriques. CSA C22.2 n° 211.3 « Conduits (CRTR)
et raccords en résine thermodurcissable
2. Références renforcée ».
La présente norme renvoie à l’édition la 3. Caractéristiques requises
plus récente des documents suivants :

NORMES 3.1 Caractéristiques physiques


Les caractéristiques physiques des
AMERICAN SOCIETY FOR TESTING conduits, boîtes et raccords doivent satisfaire
AND MATERIALS aux exigences et aux normes présentées au
ASTM B117 « Standard Practice for Opera- tableau 8107–1.
ting Salt Spray (Fog) Apparatus ».
3.2 Exigences de fabrication et de
ASSOCIATION CANADIENNE
DE NORMALISATON mise à l’essai
CSA B137.0 « Tuyauterie sous pression Pour chaque équipement, la fabrication
en matière thermoplastique : Définitions, et les essais doivent être effectués conformé-
exigences générales et méthodes d’essai ». ment aux prescriptions des normes applica-
bles indiquées au tableau 8107–1.
CSA B137.1 « Tuyaux, tubes et raccords
en polyéthylène (PE) pour conduites d’eau La peinture extérieure de tous les conduits,
froide sous pression ». boîtes et accessoires en acier doit résister à
une exposition de 1500 heures au brouillard
CAN/CSA C22.10 « Code de construction salin sans détérioration apparente. Les essais
du Québec – Chapitre V – Électricité – doivent être effectués selon les exigences de
Code canadien de l’électricité, Première la norme ASTM B117 « Standard Practice for
partie et modifications du Québec ». Operating Salt Spray (Fog) Apparatus ».
CAN/CSA C22.2 n° 0 « Exigences géné-
rales – Code canadien de l’électricité, 3.3 Compatibilité
Deuxième partie ».
Lorsque les conduits sont utilisés avec
CAN/CSA C22.2 n° 18.1 « Boîtes de sortie d’autres pièces, utiliser, si elles existent, des
métalliques ». pièces de même matériau et ayant les mêmes
CSA C22.2 no 45 « Conduits métalliques caractéristiques que les conduits.
rigides ».
CSA C22.2 n° 56 « Flexible Metal Conduit 3.4 Marquage
and Liquid-Tight Flexible Metal Conduit ». Les inscriptions qui doivent figurer sur les
CSA C22.2 n° 83 « Tubes électriques métal- conduits sont celles qui sont mentionnées
Contenu normatif

liques ». dans les normes applicables indiquées au


tableau 8107–1. Ces inscriptions doivent être
CAN/CSA C22.2 n° 85 « Boîtes et raccords
indélébiles et lisibles.
en PVC rigide ».

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome matériaux électriques
VII
8.1 Conduits électriques
Chapitre Norme

8 8107
Page

2 2 Conduits, boîtes et raccords


NORME
de

Date

2011 12 15

Tableau 8107–1
Exigences et caractéristiques des conduits, boîtes et raccords
Marquage
Matériaux à utiliser Pièce Norme CSA
complémentaire
Acier galvanisé Conduit (1), CAN/CSA C22.10 Sigle CSA, inscription
Acier galvanisé au zinc boîte, CAN/CSA C22.2 n° 0 appropriée indiquant
avec revêtements raccord l’usage prévu.
CAN/CSA C22.2 n° 18.1
extérieur et intérieur
additionnels (2) CSA C22.2 n° 45
Aluminium ASTM B117
Métal flexible avec gaine Conduit (1), CAN/CSA C22.10 Sigle CSA, inscription
thermoplastique 75 °C raccord CAN/CSA C22.2 n° 0 appropriée indiquant
étanche au liquide l’usage prévu, dimen-
CAN/CSA C22.2 n° 18.1 sion nominale.
CSA C22.2 no 56
Acier doux Tube, boîte, CAN/CSA C22.10 Sigle CSA, inscription
Alliage d’aluminium raccord CAN/CSA C22.2 n° 0 appropriée indiquant
(EMT) l’usage prévu.
CAN/CSA C22.2 n° 18.1
CSA C22.2 n° 83
Polyéthylène de type Conduit (1), CSA B137.0
PE1404 série 50 raccord CSA B137.1
PVC rigide non plastifié Conduit (1), CAN/CSA C22.10
75 °C boîte, CAN/CSA C22.2 n° 0
raccord
CAN/CSA C22.2 n° 85
CSA C22.2 no 211.0
CSA C22.2 no 211.2
Fibre de verre de type Conduit (1), CAN/CSA C22.10 Sigle CSA ou UL,
E-Glass (3) boîte, CAN/CSA C22.2 n° 0 épaisseur nominale
raccord de la paroi.
CSA C22.2 n° 211.3 (ANSI/UL 1684)
CSA C22.2 n° 2215 (ANSI/UL 2515)
1. Inclut les coudes et les manchons.
2. Revêtement extérieur additionnel exigé :
- couche de polyester époxydique - épaisseur minimale de 76 µm - appliquée par procédé électrostatique;
OU
- couche de polychlorure de vinyle (PVC) - épaisseur minimale de 1 mm - obtenue par trempage à chaud
(  hot dip plastisol ).
Revêtement intérieur additionnel exigé :
- couche de peinture époxy acrylique - épaisseur minimale de 25 µm.
Contenu normatif

3. Résistance diélectrique minimale exigée de 19,68 kV/mm.


Coefficient d’expansion thermique maximal exigé de 2,5 × 10-5 m/m/°C.
Épaisseur minimale exigée pour la paroi du conduit : 1,78 mm.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


matériaux électriques Tome

VII
8.2 Câbles électriques
Chapitre Norme

8 8201
Page
Fils et câbles électriques 1 3
NORME
de

Date

2010 12 15

1. Objet CSA C22.2 no 129  « Neutral-Supported


Cables ».
La présente norme a pour objet de déter-
miner les exigences du Ministère en ce qui CAN/CSA C22.2 no 131 « Type TECK 90
a trait aux caractéristiques et aux critères Cable ».
d’évaluation des câbles électriques des types INTERNATIONAL MUNICIPAL
RW90, RWU90, TWU75-FT1,TECK90, NS75- SIGNAL ASSOCIATION
FT1 (aérien), SOOW (souple) et NMD90 Official IMSA Wire and Cable Specifications
XLPE, ainsi que des câbles de distribution et Manual: IMSA 19–1 « Specification for Poly-
de contrôle, d’amenée blindés pour signaux ethylene Insulated, Polyvinyl Chloride
lumineux et haute température. Jacketed Signal Cable ».

2. Références NATIONAL ELECTRICAL MANUFACTURERS


ASSOCIATION
La présente norme renvoie à l’édition la NEMA WC 70 « Power Cables Rated
plus récente des documents suivants : 2000 Volts or Less for the Distribution of
Electrical Energy ».
NORMES
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
American Society for Testing and DU QUÉBEC
Materials Tome VII – Matériaux,
ASTM B33 « Standard Specification for Tin- Norme 8202 « Câbles de distribution et de
Coated Soft or Annealed Copper Wire for contrôle pour signaux lumineux ».
Electrical Purposes ».
Norme 8203 « Câbles d’amenée blindés
ASSOCIATION CANADIENNE pour signaux lumineux ».
DE NORMALISATION
CAN/CSA C22.10 « Code de construction AUTRE DOCUMENT
du Québec – Chapitre V – Électricité –
Code canadien de l’électricité, Première UNDERWRITERS LABORATORIES INC.
partie et modifications du Québec ». UL 66 « the Standard for Safety of Fixture
CAN/CSA C22.2 no 0 « Exigences géné- Wire ».
rales – Code canadien de l’électricité,
Deuxième partie ». 3. Caractéristiques requises
CAN/CSA C22.2 no 0.3 « Test Methods for
Electrical Wires and Cables ». 3.1 Caractéristiques physiques
CSA C22.2 no 38 « Fils et câbles à isolant Tous les câbles mentionnés dans la
thermodurci ». présente norme doivent satisfaire aux exi-
CAN/CSA C22.2 no 48 « Nonmetallic Shea- gences et aux caractéristiques présentées
thed Cable ». au tableau 8201–1.
CAN/CSA C22.2 no 49 « Flexible Cords and
Cables ».
Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Tome matériaux électriques
VII
8.2 Câbles électriques
Chapitre Norme

8 8201
Page

2 3 Fils et câbles électriques


NORME
de

Date

2010 12 15

3.2 Exigences de fabrication et de


mise à l’essai
La fabrication et les essais doivent
être effectués conformément aux exigen-
ces des normes applicables indiquées au
tableau 8201–1.

3.3 Marquage
Les inscriptions qui doivent apparaître sur
l’enveloppe des câbles sont celles qui sont
mentionnées dans les normes applicables
indiquées au tableau  8201–1. Ces inscriptions
doivent être indélébiles et lisibles.

Contenu normatif

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


matériaux électriques Tome

VII
8.2 Câbles électriques
Chapitre Norme

8 8201
Page
Fils et câbles électriques 3 3
NORME
de

Date

2010 12 15

Tableau 8201–1
Exigences et caractéristiques des câbles électriques
Type Norme CSA Matériau Conducteur Gaine
RW90  (1)
CSA C22.2 n  38 o
Cuivre Toronné Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 de 600 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
NEMA WC 70
RWU90 (1) CSA C22.2 no 38 Cuivre Toronné Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 de 1000 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
NEMA WC 70
TWU75-FT1 CSA C22.2 no 38 Cuivre Un seul brin Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 plein de 600 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
NEMA WC 70
TECK90 CAN/CSA C22.2 no 131 Cuivre ou Toronné Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 aluminium de 1000 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
NEMA WC 70
NS75-FT1 (1) (2) CSA C22.2 no 129 Aluminium Toronné Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 de 600 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
SOOW CAN/CSA C22.2 no 49 Cuivre Toronné Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 de 600 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
NMD90 XLPE CAN/CSA C22.2 no 48 Cuivre Toronné Isolation pour une tension
CAN/CSA C22.10 de 300 V.
CAN/CSA C22.2 no 0
CSA C22.2 no 0.3
Câble de distribution CAN/CSA C22.10 Cuivre Toronné Isolation pour une tension
et de contrôle pour CAN/CSA C22.2 no 0 de 300 V.
signaux lumineux CSA C22.2 no 0.3
Tome VII, norme 8202
IMSA 19–1
Câble d’amenée blindé CAN/CSA C22.10 Cuivre Toronné Isolation pour une tension
pour signaux lumineux CAN/CSA C22.2 no 0 de 300 V.
CSA C22.2 no 0.3
Tome VII, norme 8203
Câble haute température CAN/CSA C22.10 Cuivre étamé Toronné Silicone avec gaine en fibre
SF2/SEW UL 3071 CAN/CSA C22.2 no 0 de verre.
CSA C22.2 no 0.3 Isolation pour une tension de
Contenu normatif

UL 66 600 V et une température de


ASTM B33 200 °C.
1. La gaine doit être résistante au soleil et identifiée « sunlight resistant » lorsque le fil est utilisé à l’air libre
donc exposé au soleil.
2. Le neutre porteur doit être du même calibre que les autres conducteurs.

Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43


Copie de travail - DESSAU - NOR GN TR 13 0012.43
MATÉRIAUX ÉLECTRIQUES Tome

VII
8.2 Câbles électriques
Chapitre Norme

8 8202
Câbles de distribution et de contrôle Page

pour signaux lumineux 1 2


NORME
de

Date

2013 12 15

1. Objet – CAN/CSA  C22.10  « Code de construction


du Québec – Chapitre V – Électricité –
La présente norme a pour objet de Code canadien de l’électricité, Première
déterminer les exigences du Ministère en ce partie et modifications du Québec »;
qui a trait aux caractéristiques et aux critères
d’évaluation des câbles de distribution et de – CAN/CSA C22.2 n° 0 « Exigences géné-
contrôle pour signaux lumineux. rales – Code canadien de l’électricité,
Deuxième partie ».
2. Références 3.1.1 Conducteurs
La présente norme renvoie à l’édition la Les câbles de distribution et de contrôle
plus récente des documents suivants : pour signaux lumineux doivent être formés
de 3, 9 ou 36 conducteurs toronnés.
NORMES
ASSOCIATION CANADIENNE
3.1.2 Calibres des conducteurs
DE NORMALISATION Le calibre des conducteurs des câbles de
distribution et de contrôle pour signaux lumi-
CAN/CSA C22.10 « Code de construction
neux doit être mesuré au moyen de la jauge
du Québec – Chapitre V – Électricité –
« Standard American Wire Gauge » (AWG).
Code canadien de l’électricité, Première
partie et modifications du Québec ». Les calibres des conducteurs doivent être
tels qu’ils sont spécifiés aux tableaux 8202–1
CAN/CSA C22.2 n° 0 « Exigences
(3 conducteurs), 8202–2 (9 conducteurs) et
générales – Code canadien de l’électricité,
8202–3 (36 conducteurs).
Deuxième partie ».
CAN/CSA C22.2 n° 0.3 « Test Methods for 3.1.3 Codes de couleurs et méthodes
Electrical Wires and Cables ». d’application des couleurs
INTERNATIONAL MUNICIPAL Les conducteurs d’un câble doivent être
SIGNAL ASSOCIATION différenciés à l’aide des codes de couleurs des
Official IMSA Wire and Cable Specifications tableaux 8202–1, 8202–2 et 8202–3.
Manual: Specification 19-1 « Polyethylene Les couleurs sur les conducteurs doivent
Insulated, Polyvinyl Chloride Jacketed être obtenues selon les façons de faire
Signal Cable ». décrites à la Spécification  19-1 « Polyethylene
Insulated, Polyvinyl Chloride Jacketed Signal
3. Caractéristiques requises Cable ».

3.1 Caractéristiques physiques