Vous êtes sur la page 1sur 163

Riad Sattouf

LARABE
DUFUTUR
Une jeunesse au Moyen-Orient (rgl8-rg84)
J-
/\

Attary Éditions
Chapitre r
Je m'oppel\e Rsd. En ,1980, jârnrs 2 crns eb 3'éboo un hornrne- p«Çork.

1d.l,ÿr- avtSr"fu
'r
WW
w;w= y' o lreulitv<træ'"ra

6$eudu de tifrr^,L
<-
z,lA&e+
JL,ffiLe -z \(,,*W4*e

A cetÊe époque, le rnonde étoiE trn Toub ce qui Sortoibde tno borrche
brou,ttor,â p""diu de gdorrts qdmiroti8s. pro\oquoit l'étonnement ek lo .ioie.
Quresb-ce qu'il e.sE
beo§ gosse!
[[«t'oiL
tlon! tl m'd.,i
APdrlel

Les Çemmes vou\q\«rL tpu\es


mâvo,r dcrtns \curs bros. 9",rW ùr.$Mrr oH MRis Quer
ù v Rl't0uUUUUR l2

3e nUbois corrScient que quelqqes


heqre5 por jorr, rvrcris c,étoit
SuÇÇisovÈ' je
sotois bien
commmt loire dom lq vie.
o'ébqis t/enÇont unique de Mq rnàre verroiE de Bretogne c'dtoiE qn é\èJe brit\anb, et
rnes parents, qui erræ oussi et foisoit Scs études b poris. i\ qvait obtenq une boursq
Tn'oduloienb. t'lon frre étoit Sgrien. ' po'rr venir étudier à \o'
\\ verroiL d'un peLik, vi\bge, Sorbonne. lls se sonÈ,
emr.ra+, ntat-ft"^I?fc&, près de t\omi. lenconEr4s ou restâuronL
," d'q rflwtv 41w
Uhiversitoire.
SoluC go vo ? oh\
6'Pe*s
dveg ^
ry ncn,lq
\ound
vcu$ (

\\\r}
\\
Ér"

c'étoiL crr déUut des crrnées ?o. Et toi? -Tq Voppet\es


"KomeL'! eurest-cr.
Bijo.^c ;'m hpgette Abde\ -Rozoh, q,re c,est jouli !
aLFa;D
.-_ Covnrne el\e.
J'rn'opçette
c'est fronçois ço?
l4o.? J'oi pos
comme e\\e.
de vpm. r Ho q^i? c'esb
.'lou[ §d! c'esL
âqrieoitt? 6

Non, oktends, on lOu Veor.d,ffi |'lo mère arb pibid de tui. Elle esb otlé q,r rendez-
veue monger \,ous b lo g\oce de So copine.
trorrauil\es. -tirr 1$ h$res HO$L-^
L'oæio\
trr restes tb.
È1/-æ
^^À"
tlon Ère foisoit une lhèse C'étcrit en '197{. üitrtitulé delo lhèr C'esb mo nÈre q.^i
«r hrstoire corrLernporoine. Georqes Pomodoq itoit,t'l-'optn'on t'otopeÉ à lo rrudrïrt-
ll verroît d'une farnille étoit"à t;Ét9ide. publique ârongoisr eL c'àst elle qui l'o'
Swrnit-e très pouwe et h l'égard de rendqe intr.ltigrbte.
odoroit lo Frqnce,. l'Anqleterre. de
/r9{|t à {5{É.',/ "Les rekrtions
Lo Frqnce, c'est-meweill«r $uretot intewomg*s
cl.rqcqn,\l pcut tùire tÉut' tcs R«tsois, ouç(
qi 'eSt-ce qu,il veu!rci I

-q
lrs relcrtiôrs)gz'grt
ÇS plui -vanlu
I T,frÀo'
7t( \

!r l--' /
r,ïl

f^on Ère étoie obseâC, depui5 At4, coTnme il Odmit En ,t96T, il ovoiL étl toumabisC
touirurs, Pov t'ideê de lo potiLiSer i\ oroit por lo gr erre des giæ jotrrs, où
dwenir "Docteurl,
fqit htstoire. t'Eg5pte, lo Jordonie eb lo
tlï*oire, c'est bien poqr Sgrie ovq\enE, éte dcrosés
Le lrrreuæ, poqr êbre doctsff por lsroêl .
c'est médèin,...1'1os lTtoir toïre de to potitique ! -

g§tr p* p:r le song


F
Çomqe Eor.l/pgurroi
dev;pir, Ë.iü-'êbre, )e chqngeroS torrt cYrez les
.lhi kr tÊtr- qri
-s'wEL
présidenf hrh,_!_r Arobes! Je forcerais euæ à
àt,qrrntrJ oftQtrr d' être biqots, qqrils
s'édqqreYlt et enürenE ilons
le rnohde siàerrt, ,.
Ja serois qh.
bon Présideq

puis, en 't9TJ comme tÂ{5


i\ qcreq Pourtcrrrt,, it ovoik 4o',t SeS
les jerxres Sgriens de sq Puis LAn cessez-
dtrdes à lrdtronger pour
gCne-rotion, il ovoiL brons- le-{eu .1. gt c'est tà
torrng lo dé$oite orcbe
que \es tsroé\iens onE luir \e service rr,itiLdire
càntre - a*oquC/ I es
de to gueffe du Kiçparç \àchest. o\1 \es crvÔrE
., _sgri?!, eui durcrit plusiarr
onnees,
eh §presqûe victoire/. Presque l.

f€ndont cleu':c iorrrS, les f6r prochorne 1-gg mi\itoires


Éggpllg1l _q le§ syrieÀ: .ÇorS.5ero td/l des obrutisl
oiÉ'avoncd dons le-
Sinoi et.dons te colan I
Les lsYoê\iens.
étoient, çe'r'dus !

Lr.- l*" n e(1a15


ôo'r.rmïiruen I
{978 fub t'onné de rîq noismnce eE S'msuivie une \\ dcoutoit Rodio
de lo soutenqnee de sq ttrèse. période où it l,tonke- Corlo toutr
iaon pre est en8;,. devenu docteur. êtcrit un peu lo journde, eE com-
dipriroel fnentcrit t ut, @tnvne
r'566sroble" !
S'il f,oisoit por[ie
'
.s tronorobte"! c'est nul, û^ débat.
3or Pos les f€ticitoeioru du jurg t

æ Crtk. aqiwrd'lY1i qrhu


È.ffi"Hf# Zq sig9 I€':i3ts_qe
bür-, ü comp Dovil, errhre
ô:Ïl:"1u"ffi §odotr,Cor&ret Bqgih ^
tluit, qns &
thÈse pqtr r

ieryeffi
Finolement, il prdserrto :,.CeSt ou tpur des pqqs (
sq cqrdidotuie b
plusieurs \ls ont SoiE une crrubes de reïeter ù
d btthqraplne trunrtrimiti tbéom de garr
qnïvcrsibés européennes poqr
bfoute
wron rpmrâorrs 5
sroélo- éggptien. La
Sa venger de Iq Frunce. étudie
11 Ligue âqobr
Tiens, oxtotd me Fropose I
un poste de _qo§ç--o§,Sfirt
BRAvo]
IA CLASSE !!T Voiù,

puis, un joÂr,.,
ffi*ü+i ffi
i:r 3ËJ.r'
U irnotn Ktrotrcivya est tæs Chiitcs,
orrive- en Fronde, or) qutlle horretrr!
Je târnis pcts diÊ, rrro§ .1âi postuld il o trouvd reQuqe h
!!! ef.il§ one -ctüteüu,,
firTrigdi, en Ubge Neotrphte - le

oaepÈC ! rS tns proposent un


1
op.rès'. ovoir étd eæpulsd
d"lrok por le v,cQ-
*{3,uü:ili'
-T iDste de Hoître ! m
Remrde, ,ls orrt rnis
pre8iaerÈ Sqddom
'tluSgin,.. i{ÉlF,.-:q-l 4;*s@
iig[ct«rr êldet-Rozah
SottotrÇzz gut
fl1 6romahg L S"gËtr
èn Fra(,,! -',^r les
trenvetoppet
ôffi*.s

Sru*ri
J*

Ànuqro
lzrôrY

iû,ri
i .,*isr
,"C l.'

i oot"os-.
-'
€:t4p^,
rl

Hcn Ère étoitpour le pon- De no,Ere orrivé àTripoti, ll plerrvoit. eb ta po*e de lo


crrobsrne. ll dbo,t obséde'por
' ie rne scr,rviersquec
dtun vnàison &oic Èrrné por
I'dducotion des Arqbes . t5pe cktoure, des unq gYoss€. choîne.
ll pcnso,t qtre l'hommeorqbc ve(rrcs portcrrt.
deroib ÿcJûuquer pcrrr Sortir ll devait noqs ewrYsemr B,q. sÎrr, c'esk qrotuit! L
de l'obscurontism{ çetigreux. à notre vnoison, Dcrrrs ncke Étot-des ft osseP
Ëiüràiiei,rél.semerts
Reqotde ceb odropott dons hoLre
S.enverluc i Spnt groturtS
-eonStxrriL_ por 'des Éag des mosses
PoPuloiY6
--4
m

À
ffi{
l'inb*ieuç Cdtot pune,
et de lrean gouttüit §Éit.
"t!-y -v-lË,
Tier§. vatà te
livre vert'j
fiiffir
/

Attqrds,tq ne yn'os
pos d_onné \es ctés
du p\o$onô. tâ etr,&. 5 ercpceR mon fÈre t
So visim & to
c.'esL lien, il ?1",t
SociêkC ê
dR Io
dérrocr,ofuie.
.lo[o§rE w
Le Cxri&. o oboli lo propridtd lci,brt \emonde <r [n Liq5e esL. Ie potrs le
prirreê- Dons hctrre Étst aes un tort., doctsrr.
poflrloires, les rnoiscs Tqrt te mcrrde wrcmqe ?| Plus ovoncd dq' :
lhqp:s .
sont U til\È te rnchite. b u {oirm, tout \e - , monde.
monde trovoille,* -I
-tq $emme n'otrro
gu'à î«rrr« le- loqueh cornpte gonne
&ins \o 3urrrÉ. n ,
I JouYn€€

Une Sis l. t5f. pûb, ll en «r Sorti Son ... eL tfo posd


I
grrh
rYpn pèye o posC So tsureou hoîr en tetd.
Im\\ektR. exr làtn cuir plostique porte -
Srrr kr tob\e. bonheur,..'

da,
1=:a

Celo Siqniçioit, Eüy Ensuite, lo pluie ÿe* orrêtÉ et notrs Sotnmes olle6
Ynorr ÈË, qu'it'érqc §oire un tour dorrs noLre houveou qrrortier.
Clree lui.

Regonde Riod !
Voi\b XodhoQi.
c'est un qvqrd
çrCsidenUorqbPl
l'lon père hous cl ernmené rpir l'université, Sotrdoin, it o vu qqelque chose eb s'est,
quï étoiL b ô,te-. Etle oussi étcrit, üorrne. r"ris b cottir vers des crrbres.lt ovoiE.
Elte sembloit r€uve z Frqis des .Pissures I'oir 'lçÈs heqrg.rx.,
courqîenL portout sur [a {rçode.

"#
\\
a&
?rlu"t*

'!//l '4

Æ'il
ffiffi11,
-----

PErn de petits Mon père en q mongd Ensuite, il o lqncd ,.. Et, nous o foit
fruiks rrorrs et une àizoirn d'un ccup. de nouvequ un goûter.
Poitus sonk,tomb6. Je vogois lo purê du bàtoh dons
C'dhientdes rnùres. fni,b Sur So longue, ctr Yorbre,.,
il ne Qermnit jomo\s Hi hi hi
Qr Sqrie, dors rrrqr \o bouche q«rd r\
vilhde, crr oppellq tnàchoib. Quinze drs
g aËs'"totrtè1fr Que 3'en gwis
? ,
iros- vu !
t 1

I I

a
9"

æ-tr
sflË ft
'o

13
quond nous sornmes revehus b lo moison, rræ bogoges
étoient bren rongds devont lo p*be. On d,ro,t que Ie
\oquet est' fermé I

Bon iour wpn frère,


Bonïour wron $ère, qu'e.st-ce
CéÈ pourquo ?
qu i,1{os .n"= m"ü l-
tlois,vnon fêt", Je SuiS
rnoi l. Lo
ehez moisort
étoit vlde,.. Le, Guide
o donné te dro\t à tpus
tes crtogers d'hobîftEr
\q: rrni5ons inoccupéer,
br srris tien.
\l

üe suis dod,errr à t lunïvetsrtd Quand wrcn pÈre Se senloit


rno!.;e rns ollqà lo humilid, 'rt y€gprdoik toqiarrs
c/esb r-s lo Eihe r
ou loin, o\reg un petib
Sour\væ,, .t Se grottort. le
,;e uri§ polic.rer. -.
nez en ren\Çtonb.
ÿo, pougsc tes putes,
tu voSqou\rQr LtrR. ; Qq'esbce qrr/ qt vq
rnôison rrrorr$ère. T{orre ? I-

<>.>
ô
\:>

s-i;.sryry <_a
4.e=.égque.,i'"14ij
de
ry
tnol à foire lo différencc- errtre le'
Por eæ.ende, je. rnorchois ddns
de5 coreloiv§ Sqns plaÇot1d,
rève ek lo ndolité, surtnnt[ lo nuit. dcloinds b lo bougie ...

...Quond SolCoin eporoissoit qn Je- me mettois à crieç mors oucuh


tourequ incrogobtè . Son ne Sortoit de rrro bouche.
Quond ie rne retournois poür fuir,
un deuæième toureou etoie derrièÉ,
ef rne bloquoib.

/ &'^ r'
--ra-
ls.hh! I

Les de,r:c bètes me chorgeoierÈ dR tor.rtR,s .., Ynois unemoin gé«rte me


teurs forces , .. Soisissqik. et me Souvqit
ou dernier rnomenb.
Cétait lo mqin de rvpn ll me reposcriE, dons .,. ef Se remethoiE
père. tnon liL ... lo tætévision.

Diqr est. \e- plus qrahdt §l §ierr est


\e flus g«rldSll rlesE qrr-dessus
des ogvcssarrs n5f {
{esil cqnpptsrneillarr
et est'te !1
olliC des oççrin6 51

Mon frre cruort rebroqvd Norrs dormions tous Kodho$ i possoit, tout le
un tdrt, petit oppor(e§\ent dons \o vnêrne piè<e. ternps h 'lo télévision .
don5 une qif{ pour
eæpotxiés quosi-adserte . chfità oves- §^oil. 5l clrot(ei ô ï',or\âe , \àve le: t{eur. et <iæ,rtel
ovq- tnoi ! 5f fiierr est \e plqs fl t L'arvtret de \re-nnemi es\ evr
Sû,qlstliericsC te çlus j §I'emin, Sorhoitcr* me àitruiret Jl
et \es <rrwres, je
n Avc, \o §oi(ron
ïO e,\endyor PaJS !I frl
dé§enÀroi ç'oYi Frr> n
rrl l-l
.' Et lo d€ fr \k&ik-
trr1n;rère fr
i gvittetu dors rvu .1! l-l -

rÏTrrrrrn
rrnTnTn ,aaa
raar
rrrrT-rrrTl

_ --
Je t-rcuvois Qu'il Comrne rnoi, i\ q ovoiE J'oimois bien le regonder.
tne ressemb\àit. pte.rn dg gens "qui le
ContemPloient, eE Qqi lui Dieq €st orr-dessus & nlingorte
Avec to véritÉ Il eÇ ovec ogresseqr III ct 5i ; devos
rnon gistolcÈ F Je t< Sourio\ent touc le tetnp:. ^qrel
etre tnCr je le ovGc- rci!
t111erqs
\tpoussetui l tZ t
chàtcz âvà r.a!fl ctàntij
ov«. Yrloi ! rrl Dieq est te plus
gvund!fr^^13^IIl^^r

l-lf
Iles pqrents s/e*rmoienE devqnt 1èt r^n robot, mon père Se ynettoit,
to tClëvisior.r... Pos moi ! olors h porler.

çrr... t\ &oit u(8.'. une §ois...


7-
,J

..qui vivcHt ovec Sq


"ll étoit une îoS qn "...its vivoienb dqns
{omitle de fenqrds. uyr trcu Sons lumiète
PeÊit, renordeou w , l\. ovoit plein de {\èvrs et -ils clvqient toqs
€.tr Sætr6, et. tui c,*oit très {bim...-,,
le peLit ...zzz- ---
Yg*._-_-} \\
',ul/^t\n4,iù"\yr

R.112+è '1.. AlorS.ils sortoiqrrt ;e[ lr" il dvo,t\-


chosseÉ 1qs Poul€s t<llemerrt f-oim .,. zzz_
d'eorr ... È1ois ll q en Qu' il S'enàorrnoit
ovoit pcrs... AtotS its
otlcrigftt plus loin...
Et ils cublioienc te
Pc$e renordedu,
qri reruit.t trt,Srl

§Mâ & -'-tÿ1


Comrne si de rien n'etrrit, il
o dé but,
[tt[iâ!.HèY"*' e
t'Le \ivre vetE" de l,touornmor
xodhcl$i dt-it. un petiE, livre q,^i
'toL\s du Guide
ddtoillcliL la pc-nsée
s '"r
sur
prÈme tes ujets . s

" l a rnoison est à oh vo pos la


ôet* qui I hoUiæj' 'cette
Quitter - tà
dit Kodho$i ,..

ffi
ffi

En 416?, t<odho8i ovoit pos


"ll tresb doneque It ovoit d'ob*d dte-très
rehv€ksé'le vaoi Idris Ic' foisohrxobte jusÈe lcl oporÉ,ie- des occidentout.
por tln coup d' Étot, 6f6fi6rcrotie soic
-1-t6porog€. d'qq pet,_t il 'n'ovoit, oos toueYre' à
iuosirnent scins viotence. qrôupe de dePuteS leurs int/êts.
t'
âevoht ogir àu nom
Lbss"tblé populoire est à'es rrosst§,l* Pouuoir
Ltne fepfdsenk'okiorr tfornpPus€ doit Être entièremenk',, H4.,. A oropos d"s
geluï du peuPl+..,
du ocùpl€. Ld simPle eæ.isterrct femmes,,tvoions ce
dg:' poÈlementS, Sors-tend ti es[ rndfih I qu til diL ,.,
t'àUsence du peuple',' //

P,r,s il ovoit nobiorrotïsd It ovoiL Serrod to,^s les , ll oossoit oorrr être
tes entreprisas PdtYolières, bors, boites de nuit,, co8es, trts cro.rqhL. lt dtoib
cehse uwe dclns unQ
a .J a

doubld les solqires, restouronts, désormois


troqsPorroq' les polois eorrsidireê comvne des tiQr^r t€hte eb boïre du toiL
en 6otes eE irnposi de débouckre. de choYnette choque
l,orabe cotnyr;e longue rnotin.
\t
univerSitoire, Selon les qqne'coloqres,
les {emmes Iti to di§tîe'rcnce t a femvne est a{Çect,reuSq
\t Lo{emne, cot''me l'homnr, hoqmes/ otrt !e_u,r§ betle/ gltno'tive et croïntive,
13!,
yègles choqüe rnois.z ôrel, lo Semme est doree
est. un ètre humoin , J àE I' irovnrnq brutot,"-
tl n'gd ef,\ ceei crucun
eêrtk !
Kodhosi eL mon Ète portoqeoiehe h ll ovoit. essoqe'de crÉr utte §e'ddrotion
rnême odtnirqtion' potri- GorrÉt Abdet orobe ovec l'-ÉggÉ" et lo Sgrie.
Nosser ek Sort îdéè du oonorobisrrr
progressist€, Kodhogi orloit repris ttc.s Sentiments ont, un€ inQluenc(
I'idde à son compte, phqsique Srrr tes cellu\es el les qèfrs.
Èn -rÉritonE des sentirnents .dSsI
"Si une comYnundu!{ o pour àncâtres, leurS SuccessQurs detesteront
couturne de oorter du blanc spontonÉ*âÙ lo eo.r\eqr quQ eeu:c-ei
en sigrc de dàil , et q,r'une
outr:e porte du noir, ici on
d&esterà le nolr, et viee verso."

Mois il ne s/dtolE oos ,,, hi ovee Sodote Pepuis cet échec, il


errtendu ovec le dictoteur tentoiE de crér ure
sgrien, Ho.9ez Al ASsod, [F.??.Ë'Ëi*oï'JËïi €e'dérotion aPriQinQ.
qui nrétoit pos Sunnitp,,. ovee !-sroel. p.uis, ce {ut lo roee
blonch< oui a envohi
ll laut oiqrt« ttr Sotolité Aimi, la Yôee .ioqne etle oussi tbus \es
egeliggg-àË \rhistcire dls o dovnind te ménde PgI qn€
lorsou I elle s' esh tËpondue
.!:l|i""rFs
Voste entieJrise
tsien vul. Sur tirrs les conLinànts. Qolorriqliste', f
-E
c'es{ tol

tt
nont orrile \o prddomindnce
Mo,nE
de \a toce noire . ,, r ' ,u

ll considère que les Arobes


sonc norrs? rTrr-T-

1.t'irnpaAe euoî,çô!
16 joumie, mon pne êbrit J'ornis le droik de de m /dtois foit, deucc.
b l'un',versitf . llo rnère jouer dons le covnorudes.
et rtroi gordions Coqloir.
l'ogportemenC.

ww ftlat";" "'*
lndifiru- qur
pnLatk tW
-it&e dtedsttt

lls otoienk, en cornrTr,m le foit lt'les cheveux, blonds, en porticulter,


d'êkrre tototement. forineÉ \'\ndienne, qui possoit
Igp.otsisojeht
tcmpo b les totrcher.
Por moi.

A Ls Arndricoin? Les Amdricoins


orÈ \es ctrereu:ù:§i J'*
§rirS Str/ t-/e5 Ornÿricoin!

euond je dsois .,st Se mettoit à virç,


Quelqre êhose b
Aboni, el\e sélogmrt
ll orrivoit totriours un morrsrt oü tl Se rnettoit e-,nSuite à chonter
Adncrn grimpâit Sur qn truc l'hgrnrr tibgen .
dongereuæ.
ôR"JJIJ \à* r". qaræ et éotrtql
.tlP nn-.rl >r-æor..l-^t
de l'ennemi- Est er\ cYemin,
üorrnee
"-"àe{glr"rrnt ,9' §ouhoitont rne ddtruire | Æ4- -
Avee to verite-,a
.+_.oyf rtol Iî:
Pistdet, je b
rePq^sserdil

Nous chontiohs ouec Au bo,rF dLn Inorr€nt, Quelque temps opè, c'dtoit
lui de tout cær^r' So rnlre venoit le' ou tour de lo mère d'Aboni
chereher. de venir cherclrer So fi[e,
6i*-" --a.6I1
de n'importe quel
ggresseur I et si .tg tl- ?ogoncl mogone' baligalo
I

dàvois \e ür€rr je le .
tuerois ovæ mqr orF)q I
Chontez auec moi I
.t1gET[^?[f". r rT1 --- ga*d:*
\'irqi{Sl ?.-"u{lrrgl*

Aboni SÊ rnetoiL à oleurer


-tô,k Ët quelque t"mps plus t-onC , c,i1.oit
et e\\eS- po.t*àL r tA F* eri revenoit du'travoil.
deux Soirs Se toucher .

gHffili§üxl'*i
Nous altions c.hercher to no'errittrre Choque 8ou\e d"âoq"crit r-trre
dons une cæp{rotïve. tl {olloit -{laire odeui oorticutièrei L"es fernmes
la ouer-r€ , uh . iour étoiU rdserve' our sehtoieàt tcr porrssière et la
homfies, eb ,rË oubre. ourfemrnes,.o§in
/' Su eur.
d'iviker'les æntocts " irnpudiques dans Tu te ddÊc+es
les othrcupements . Conncrs§ ovOncel SoloÈe e r-
-7
.cnr,.rtdl
-avon-e. ÉÉche.
coirnord I

Les homrnes sentoisrt trè lls tronsoïroierrt. à


{ort \'urir€ et [o sueur. SroSSes iouttes,

ll.q I Foites
TA GUEULE
\o queue, vcusl FiLs DEatiENl

I'i,i-ii'

(t, È
Au bout d'urB heure, on Vous allez recevoir
finïsSoib por otteindre le autre choSe que deS
comptoir. 'On donnoit rlos æuPs? Qo §dit detrr

ffiP
tichets, SQmoine5 ouril L{ o que
deS æuçi ... t,e peËit
'Tïerrs, voilà du poin, peub pos mongir
-tt oeufs eL 3 boîtf,.s
\,re dès t-'^(t"::--
Ben donne
de Tong+ tui duTông,
oq demclnd(
à to Scrnrnt
de \'ol\oiter I

* Jus d'omnge lgophitisi


ffigk,
V -ɧ\-_uJr.

Sur [e çhemin du refa4


orr s'or€boit pour voir
Sil g ovoiL des "+otrte§

o
tJ

lffi_I%T\
Y
\
Mon &re ovoit, hcrrexr
de pi,ts des choussure. §à*l** -; 1'

) ry-ï
. lt,ù
bülL t'tt(\2

Ouond ib1ois {cn âqe, o


jè r'orürais pieds riu§l
Tu VQUT
essqger ^/
ZtesF bon'
oour les
'pieds, 7/
\»*;/
-
_\:1W
o--OO
yoici quetques eæernples de menus o$gerts pr l'État des mosses populoires
orobes libgenneS.

k^ [,ât à àr /
-câl"q4- e*Ù ,Z
*C[e n* 'z
irl "ry

nï"w
#p*",;-, e
H
ll q errt um pdriode
'dtoient oir Ëlles étaienL soit verles
tes-bcmorrs et dures ., ,
disporribles à Pc»ison,
J'1oa /tnùrq druqit
rrnorqlt^

'rpru ffrw
;\,,/

IHlt
.1

ouA,,,ü
Y.-
=_\

Ho non, en@re des Le Gutde odore


les bononeS r ïro
a Euh,,,- Sæur! ll dit Aue
oNLy BANAttA.l
c'esL le f,ruid dq
PêuPle.
TvAt4ANcE

ilt.ilH!
Au .fil des Semo\res/ rnon Ère Lo mobtliscrtion ira nienne SeroiL
s€ oloiqrrqib du nivou rndtidæ aes €æcep(ienner\e r leS votontoîres
gtuàiclnÉ. ll eomiqecrit l.eurs c.opies e.n S'engàgeonE por mïllterS .,. É1,
éotrtant Radio ÿ,t6n[e - Qorlo . Soddorn Hussein t\ Scrut on(ontir
est qn visiohnoire I
Soddorn lr\ussC,n, ie. prdsidenE irokierr, lltl g-q.^ I \o réoublique
d done loncd une .att99ue_ S.urpris€ - ..ç19Pge
vo bqttre les" is\omiste! n
contre l'lrdn ce rnotin, gst-ce lrqnierrs vitc Poit !
It fhut crrrêter
une onicrockre ou le ddbut d'uà \es Clriites y,, oû
corrf tït de gronde ovnppur ? l<.: \ra lll Lv
oErS z its dêtnirront
t

tg Tnohde,"
gm!""Stà,*, €t si ol
roeü(rit de
\o mqsiQue
ll)tt

l"lo mère ovoit QuelqueS C'esk luï, crest ll est tès .,.C'est un vroi
Cosseü.e.s oudio, donk urre de cF.rrgT $rossen cdlèbre... dietr en Fronc€,
Georges Brossens.
3i por hascrrd, s.r'l pont $ ?\
Îà"s'Àtti, t" crâiG'tà ver,É, )
.z)
le venb fripon,n Prudence )=i
S\ prcnds
goi.de' h lot irfl
e'esb nuj,-ce

=-
rlr\\\

Rhoao,..fçru{ pos dire des Ouuuïiï rnoiS bon,fout Je ne _comFrenois Pcls c€


chosPs coYninp §o,,, que c'est respecter Dieu,,. üe suis mot.. Mois puîs
de ce jour,
§ieu, §p put pos libérol , rrrois 4out. pos quond j'entærrds " Dieu'i
dieu
!!l un
être
,...
i. dire q.r',.rn homme ô'est
horr,me je vois lo tètc de Geoga
Dreu, C'est Dierr D,ACcoRD I Brossens.
r.t ffi
-Ctr* nouueaurje Comrt e -[u
c;rogqis all!â'éors
pos- crogbnt,,'
#siJ,li pieu.,,Dig

4-'Ë,rL
A dvron oussi étoiL f,oscirc.-
por lo pro[usion de bomres. Et toi , Aboni,'tu
oiYnes \eS bonclrrs,
Les boror*s,
C'esE ce Qu'i[
9 o de meitleur
qu monde.l:

I l,Â
. UI.A
)H

Aboni rre Fdoondoit . iomois


à Adrron. E[è rc le r"ËordoiL Oui, clesE
pcrs vroirnent, d'oilletirs, outit «e o
Ql'
de *reille-qr
ou rnonde .

'&,sstil
tÛ,

rËs,t§po{it#"i,"*,
cru poËodis.
C'est urr endroit
moqniSiqqe oir on .
vo {uond orr meurf,.
Lo vie q ese plus
ffissrd? belte q-u'ici,;-

't(l
/er
Dieu esL qssis Sur une Qronde ehcrix, ou
[e poradis, Cest un L rnilieu.d'un .1ordin, et les. §ens doivent te
Joràin où il 4dib toujorrs regorder eî rncrngeont des borrones,

.æâer*

r€us oussi I quond ll notrs S6griro / eL EL ort crurcr rnême pos


S€ra clu ponodis, nous donnevo tor'rtes fini de les mdnger/ que
âevro le *e3onder. les §666res qu'orr veut. Dieu nous e.n donnerct
It tors diva .iovnois '/rp6,
q Srrl-0it, t-los -trop
Ë,onge- de bonoYxs".

)?
,-î,
â-a -\

^^rr-

Kodhasi vouloit ll ovoit loncd un ll leut proposoiL Le solcrire de mon


ôuquer lo.leunesse. oppet d bllres aur de venir ehseiqh'er rire- éhoic de 3æ$
universitcrires en Libqe , e! tË $oq rois: un eXcel\enb
SÔ\<tire.
orobophores qui p"g91id do\\<*s
vivaienb àl'élrarrylr. dmerrcolhs. Allez, viens
Ou'il est beou
Alors Ço vo ici ? càrui-rà I lq
cat(e 4oque , j. ffi conprenots Qucrnd il jouoï[ ou tennis æntre le mrrr
pas grrena èhosË, Mois 1'rétois sûr de l'imrneuble, it otrivoit à foire bcrsser
d' utr truc: mon fire ét^oit fontostique . ta bcrtte por-dessrrs le bâtirnerrtl
Regorde I
J'sois
ff.Ë-I'Ll
W
,]ˤ".
_r<

w
V

-
Quond .i'essoqois, tcr bqt\e Lli, rnÈrne s<rhs tt dtcrit. ccrpobte de rne
n'otteighoiE -mème pos le nrquette, i\ envot4oiL porter d'urxi Seute moin,
fnqr. lo 'botte sur lc t6iC. qornme Si je hp Fesois rien,

\\ recohhoissqiL les tt dtole obseâe-por l'ï


oisectu:c à \eur vol . Èq de rndhg3r tes onîrrrouæ.
\ qÿc
Reqarde !
t- -Tu os dd;à vu
D"i conords\ o§ un nïd?
Ah, si j'ovois )o
'oD
un Pusil, on 'cfes[ lol
-rrc
5'ré9oteràib- ,rtr r( OoL
moisorr deS
Oi Seou:c.

.t1 REande, 6l.9


Cigognesl
s;H'?ii,j
r

_-/l )\ ,H
I lraa. \^-
o o
-
t\ o\,oit inskot\é ur'e Serrur€
Ia
b. tg porLe. de \'opportemenL. y A uN NiDl 11 uot voir
c'est inerogable!
C étoit interdtt, r',ois' il ovoiL
pris le risque qu'on Y A UN Ni»/
puïSSe sorLir S€ proynenet ensernbk. Cria P615 , t
tl d(oi€ bien
@ehe" moiS je
oTr t'ehtend .,, t/oi troulc'1
rnt ù{
A UNI ol
e
a
,l
oo

$en un æuç, crest le EL its SonE oü l" p.*


^ tÉ
un æ.u8! O-^-1. l- l Vbé des oiseourc. ec lo momon de l'æu8 7

- Its sorrt æs
c'est coTnme
tà, ils dàivent,
toi, t'gs hotrc 4oire des
@urgg3,,.

,.-
-.<i1l

eé on emmàrc
[e nid on Vo lQ
l'oeu8,
J'vois poser rnclhqer/ c'eSt-
vide, lb 1 covnme Sq. æut ]âtre un
&u.9 de coit\e I
'rO r'.
.,.^ Il
"ô / Io'l:
ü0 Llff')'
'--q=ry/.J /t oQ
o_ ;'l- \ro-o
'ib-\--'J--
-e
?;
Quond je demondois à rron
Ère de me .Poire un dessin, tlgmlssr{ Un jour, jburoi
ïi f,oisoib toujarrs lo même une Mercedes
chose.
AttenUon, je vais tr
dcssinet to meïlteqre
voitqre du rnonde:
UNE MERCEDES .

CR,RRRR

Et voi [à; ütP suPerbe


tl dessincrît \es roues rectonqulcrires,
et çg rne rendoit dinque. Sa îoiture
ne potrvait Ptrr crvonder. J 'esSogois C'est pcrs vroirrent
de lüi eæpli{uer. g ,.' Dessire - to
corl.lmQ tYrOr,,,

J/oi Soib uvr fllercedes


ousSi I Regorde .,
(r\\\\\

fvtcrts Les roues e.\\es sont Ho hot. tl veut


Pldtes I .Etle .Peut pos bouger, Je [e scris b,ïen:
tn'opprendre
C'est rru vcitur€ @mment oh
prd9{&... dessine rrne
Siiii... Sur les Merce.des.,,
ltlercedes /
etles
SOnC Comrne S

HAAAA lVoiLÀ | ÇA, c'Esr uNE


.î{ERcEDES
QUi
Cpû,re AJ i^oiNs.
50 @ DouARSl

1(\\\\\r

Lr.

//
Les Sernoines possoienL
-rno rnÈre. Deuæ {ois par Sernoim, On t'ottendoiL dcrns
lentemenE Po,rr et\e €to\e 'Sæoherirre to voitrrre, Sur le
Corn me e.l\â S/enntrqoiE, à Rodio Rorn\in, une parhinq de to t'\oiSoh
fnon Ète ovoiL Sini- por rredie libgenn<. €.t\e de lo -vodio.
lui trouver un PetiE prdsenrtoit te joarno\
Lrovoil, èh lonque 4rË.nEoise.
un ogeËt. du rég;irne
{.oue de sui§ lui f,ôurnissoik. un teæLe
on "t-'dcouEe J
€-t elte devoit. le lire'

-.---aa
-)ôaôo

fl D Bonjour b tous, it esL Le colrrne\ Kodhofi o Ci bionL porticutièrerrevrt


voicr le journo\
49 Vreqres, deôore' ee jotrr, que les lo Frqrtee j it o de'clare'
{roncophone, sur Rodio provocoUons des chiens oue t'orrneé lïbqenne se
Rcrmsin,,. àccidentouæ. m restcruient tàoït oêtc à énvohir
'Tu reconnqis pos Sons (ponse. t'Notre b tout rnoment '\lo qrtoin
C'esC fnomon I
?
ripo € Sero Sons pitie' de \rAndrique/ek. à'luï
eontre tes complcÈeirrs .9aire rendre qonge ,
ét rongers'f o-tl tl pré.i sé.
.

Um .Qois cet\e cprNre Q ui ,., pÊêrtf ,.- 9*i...


accomplie, \e Guide de t'fu1
deS rrrosses poF-t\oirss
pgrdonp$s8 Hi rt Hi !.
'Hi! Hit Htliiiiiir HA! HAI HAI HAI
qrobeS libqenr'es Cr
o0Pirrrc- aü'it n' hésitercriL
HA! HAI HNI HNI
Pos à trroverser l/oeéqn
At\onLrque pour envohir
l' Arretique 'et tuqr I e
.8;ts de ihien Reogon gui..
9ui,,.. Eæcusez-rn6i .,,

ô
lq suih de ce &u r',re err ll vou\oiE Sovoir Si kno t{orrsieur / tnô fernme nQ
direct, rno rnère fut mère ovcrit ri des porle .pos ôrobe, je vois
carvoqu{e ctpz le diredeur porotes du Guide. répondre poLrr et\e.
de lcr $oison de lo rodio. C'é+'r:,iL très gyqve.
Yoici to ç61igon de
s crise de rirq, 16
Alors ?.
Ço vous 8oiE. fguitte Sur loqueile
rire, les mmoces dc etoit t51pd le teæte
. etoit ogiro$de don:
le rr\cluvois Sch3,
E[e en cr etd SirrFrise
et o donc dctold cle
I rire nerveqsernenL.

C'est une femrre,,, Et Srcis-fu dhcrord


€lle esb qn r:eu Po,rr Quc to {emme
hgstdrique..: Hoho,.. &sse 'de b +élé?
Etle pr6ente
'esk bien eE
J:"'HJ,:i:iT el\e gote...
Euh
NoYr,
...
- Non
du {ou[,..
ttois merci
leoucoup !

itfr
-t,\L
6u'esL-cr
qu/ildit?

Je reu* eqe rno femvre C'eSb domrnoQ§,,. .fe suis de'sotde, c'étoit.
kesrc o ta Ynoison Le Guide o\rne v-oir des "te[etnent con, ce que
de3ormois_ .., ë s/acupe j9 devois lire r eue quond
de rnoh fils ,,.
fii vu que je. porvo§
'1
" pos todvrreË
{e,..Je srris
i:;/î,ffif'Je
Y)our I'E,!(JL LÉ).
ïnosses poPulotres ?à, ryPoee,'
docteur à , C'est rien,
l'universits ççr
PdgoiE. pos de

,,
;^V,I\ 5

L{-= \ \\\
Un jouf , nous Sornmes otte-s
à lioéroporb. l"lon çàre ovqit
mîs Son costxm€.
%.rl-,-[bt(Y i
Qg.,L;lbrçÿ- ôglc'
Cl{{,r^ ffi

fteqardel C'est rno rncrrnon t.

r-Ces€ mo mornqn à moi!


EL [uï, c'est lnon

l\s sentcrierrt e.æ.LrêmernenE Je. ne comprerrois Rien, et\e dib qq'ï[ esk . :
forL \o Sueur, rrsis ie rïerr de ce qu/ its
trcuvcris §o ogréoble, disoi«rt. très @u ofaüec.q, 'i\ tæssetnblq
â une €i\\e, Ses
Cheveu:c longs,
Qu'est-ce qu'elte
Mon onde sâppeloit I'lohomed, It étoit très doqæ eL Celcr faisoit 45 onS
rnais il fcrtlqit. t'oppeler ttodj genL.\. ll dtoÊ t,crîrc & qurits rre EetoienL pos
Hohomed. Ceto signi8ioiL quTil mon Ère et ovoit vus.
ovoit .foïb son çÉlerinoge -o beoudup de ehorisme.
Lcr l4ecque.
AyAAMl. Rrnaa 1
Morr -Prhe Jg qrr'il est
le prem\er softà8 à .
ovoiË tes cfeveuæ Ucnds,

LL
I/
-l-
/1
"

Une .Ooïs che-z nous., ils Ensutte ils .9irer,t \eurs prlères..le ne scrvois
S'insto[èrent. dons lcr chornbre pos. ce que c'dtoit. Hori pre je r"lt à
de rnes porranks. corrger des copies .
d'or rnis le tit contre terntr:
t qrond-mère et toh onc\e
sort" hobituds à dormîr por

T{on orrc\e tndrrnohnoi C'e qu'il


§oisoit, Mon pre éËoiL
des choses, d me selnÈtcrit +è un Peu gehe.
lonçoit des petits importcrnt.
coups d'æit.

,z
\\
ü étoiU tràs hqreur de
revorr so rnère. ll redevenoiL QeEarde i'lui . Ahd I Ahdl AMIAI'I€ t.

un petjb enftonL. bo'Ise les-Piedsf

C/est ma rnornonl I Smicn Smoch.I


ô'ot rnd momooon\ -ü'loil zghiri !!l
C'e* rno mornon b
mo\\\i\ t

l4on otrc\e gernbloiE, Qu' es[-ce qu'il o 7 'Îiens, OoSSe le verre


gêtt' pôr rno mère. d'eo,rl ie vois lui ;
Holcr ,.. ll porl. pou
ScnneLhrng to dtinh.?, ongloiS,.. lt pense ll est pos hobitud
ou-un homrne ne doit tr voir les chcveux
pos por\er b. une ou[re longs d'1ne étrongère,
€emme que to Sienne Comme §§,.'
Cô \A r"et
nilt t, \'ois9
-

|4o grond-rnère S,otrrioiL Et(e Scrutait D às qr.r'el\e


en ærYnohence. €tle ovoit toute chose ttàs se Savort.
de telt oeLiEs q€r^'c oKenLivernent. obserude 1 elle
perçcrnts' et trËs cloirs. regordoik drrns
le vogue .

--â
dtù
2./\
9-6,N
\-/ \§
\r(*J ra;-$,/

36
Dans la journé, ils re .Poisoierrt Uimrnerrb\e ge
rien. tts ottendoie.nt que rnon remPlissoit. Câst o."rPdl
pre rentre.

rtÀC
-cûc

ffi ((ë

Nous recrordion3'\ La æLiLe rnoison llon onete rrar puS ..,et se mettoiL b
dons tolproirie//à tJ tgte: Je n'g droilteurs. Son rgord
.

ll ovOib
lnorrnohrrer.
eompreroïs Fien du toub. Quitl"oit l'dcr616. t'o(r soucieux.
ll regordoit oi\tsrr6...

r--l
\--t

Le soir, rnon 1Ère discrrtqit Ensuite, it couchoib Sqt fnère . ll ovoit ockeLe'
olec eut en ofcrbp. Qe n'/hit de nombrer.r.Ses couve.rhrreSz eu' i[ empiloit
pos le mème crrobe eue adrrï Sur e\\e .
porte' err Libge.. Je- ne
ieconnoissois- plrrs un rvoL-
ÿ§""R:",1§'r3 J'oi peur qtr' e\\e
fneure de {roïd
Chæ? Horrle Fornon hndot'l
Aiii\icl .ffi-ffi
Un oprà-rnidi, nous ssnmes ollé v(siter LepÈis Mogrn. Les ruines de eette
c,ite' romcrine .se. t-15u\yoient à 42.O hitq",iEres de Triçoli.

L' etrdroiE dtoit toÊolenmt Mon mc\e eE mo gron&màte


obondonr'te', Ët tnointencrnt nrdtqient ms très
Re3crde, e'est
r
rossurds , l\b surioienL
Jl go tr\ tonglemps, de§ ruiires ! beoucotrp trop.
@ucouP de gens
vivoienk. ict,.'-
üsë*.j$*E.lS
rnond-el
Ëirî"îÀ-du
.

L]ru
ci
-L - -l- q,

ls-=-rgu-

on ne vo Pos rester Morr onele essrydi[ ll vdri8ioib qu'on ..-é- sârnsngoit


trop ... Hodj
lurgtemps de gord« un( he le regondoiE Dour toqiolrs
Mohatned n'ovoit .îorsis prestôhee. Pos," tour*. tË dos
vu lo w\er d'ou§ près. b lo rne-r.
ll oime poslroP.
t*lois fois
corià<
Si.'ret-lovals rien
dlbY le regorde pos,
Ce sont \es be bds des greno.r(ttes.
R.q.r.de dons cette rroret, Ço se rronge pos/ berht l-T
Vor\É lgs qlorï«r:c hobitnht§
de cette ütte, des tètordsl €n$in,. Les Frungois, I
ils oimerrt bierr rw.qlhg«
Clest Quot I les grenouitles hcr hcl-..
æ-i1.@
Wffim "il

---- n- -a=,
^12, I

Had Sobei ouolo ll vo {crltoir qu'on lui


benst ? I ? Coupelqs eYp.veur
qùond rnâmq,,.
Syricx
on diroit Brigitte Bcrrdctt

Chou.Po hai chood choï{i hcr\ol,


æ«e
Elle diL eqe celle-l' .
4*,t"r$'erle elle devrnoiË ferrner lo-
b"".hs, porce.qu'etl<
est trËs'impudiciue.
Quelques Semqîrcs ptrrs tard,,. Mon oncle Je n'crvcris .iomo§ rien vu d,'oussi benu
eE mo grgd-mèrc /toient reporUs en que eette cho-se lonrgue e.b rnerroEonhe.
Sgr\el Aba*., avcr,t clisporu, je r\e
jouaîs plus qu'oveq Adnon.

Reoonde, e'esk , .t oisfiole[.


C'esË un iroi,'Tr,r es 'prêt?

Urc' pet,te .Plornme étcrit tl {cr"drle,t quroh


On cr vnqrche' .longtem ps,
srtie du bo"ttl Hes oreittes trouue un en.9ont rnois on cl croise ærsowf,
td'étoge.
bourdonncrienE. Urc bonrr ü- Euer, Ço sêroiL Alors or\ cr chongé
Odeur rne piquoït le rcz. -1 ptus Protique.
Viens, on vo ürer
Sur qtrelqu'un.

P. S ïl a mis le pis:tonh
pès de sorr oreii\e. iiiiiiiitit Dieu est le plts qtondl
lles[. oudes\,rs -des
compto,ts des oqrc:
ct rt àst le meù(e,r
Avec to 8oi et \esorms
Je dd§lndvai .rron pogsl
tl,ql lo.lumière {e u
ve'rib,e- bril\orq d66
\,ENf ENDS. Àiriet a.s opgirre'sl
Yr\iiir,i,il FnnFIl
,

HAHA-I+4 Ury, ADI'!N


?AF
$H ilr)
u
(\
àÀ'1li

S-,/,

lmmddiotewrrrt, je
demqndqi un prstdet
b rnes porent§,
.c'est normot qur
to rn-ere rre vcr"rii\e
Pcrs,.. C'est unr fqmff\e.
'Torrs \es
.gaiEors-oimnt
les Ofmcs ,...|e
€en oÇQriroi rive
La 1élévisiotn libgenn< di Pg.rscrit Le dccteur Gori étsit HAI{A t Alors, Spectremon
Sgechranon, .9m. Sdrie joponoise. un homme- sinqe qui eSt enc*e ottogud çror tes
Spectremon etoit un robot qui utiliscrit to potîutâr Ne-gros !
dd§cnddit, lo tærre contre les humaire. p9.^r qanérer g'est rcrciste, 616
ottoques dq docleur Gori. des rr.n§kes,' RoP, Ço devonb

iiru jËs,.§gb I,)."


II
lr.

O.on frrrw,rat:Â^ilqf
v
- dt rrrqim

C'e=[ quoi les N.'g."s? l\s ressemb\ent crulc ÿ\ornon, e\k odqe les
ynichonk.s de Sp".t Neâros.,
C/esl les APricoins.., hi hi ,..
Qùând on dtqit jeurts,
lls sont toqs hcir5 Le doc\eur Gorl trn .'touf/ Otr\ g-tcrits eYl
ovec de. grcs*s €st doc\euY, cotnlY\e bcfi[e ôe nuit , td
iani"s et-\es chPvera {p.r, Ce {e roppe\\e... r.rÈre é+oie qSsiSP Sqr
mes q€nouÎ,,.
Ë{ . Ë, So un Np1'qui
Khi khi/ àwivà, it- ressembloid.
4.u11ggrille{*it
l'inuîte" à ôonser!

Tu te- rqds compte ?


§i e\\e ébit ottee coyttlE BorASsA
donser olec \ui, je
Mois to mère
l.'ourois quittde- ilr.t
de SqiE€,èt Er tl â rcrison.T en o
qui Scnt gerÈits.
tçHil!t!ir{iri.
Serois Jcrmcris ne '.
EL brillqn+s.
0u'elle lui
ci dit non
Bohasso, cfQsl un dictotaü ll etnprisonrËiti\ses
o.Çricoïn ou,i &âit, un qmnd opoosànts, euis \es
qmi. de Giscqrd/ \e. paSiOent ttiàiC "t 'lei SotsqiE.
rôttr. Après, i\ \eS
frshgecriL... Ho hcr\..

pourkont, eresL por§ois, I 'horrrme -


Non, c'est vroi r
t''ncris Fno eopir€-que è,inqe de rno\n du
fo.ri pos Qire "ndgrd", à",r..t tto'Ise
drqgué ovoht
t'os doite,^. Gori 4aisoit
surkoqtt en Fronce . des trucs inognito
Vu que bierrtôt q crurq Sur terre ,
ptw bue eo là-U'-os.,. q,'dtoiê une
B\en lcr'd; "port \ei rnClrEPuVfR

ffii
. .

trcnsoïs rbcistes ! po\itic\enrc.I

/ ll/l lr \
üÿ rt'I

l\S'hobit\oit en hurnoîn, Quond i\ faisoiE I r ,,' i"'i\ resembkrit


ovec des vête.ments j e ne pouvors pos vrclt(§entr o rnon Pere.
classes et viri\s. rr,' e-pêcher de tiznpr,,.
ou'est-ce qu'il
I cr?
I

lJt t t,
Quelques mois. pt\s tord, Sor, visoqe étciit Elle SentoiE
Cest fnd qfond- rrrcte pluS eæprëssi9 que
rnaterrret\e"quï est venue rErrs celui de rno Jarond-
rendre visiLà. rncre. §grterrne. . le m/demorde
vdc
oui fu tiens.
Tu te souvïers de Tü tÊ roopeltes po{rr'être bedu' Elle dolt æs
rnoi? T'deois tcut ppti\ | d€ Filori tL chot? èomrne so 1 Ç\Dir fr6.â cetp-
.f e- suis lo mgrnoà de ll s'est Soit étoser
\o moTnon I r-

Alors vot s êtes contenEs - PPf9.., tts soht foibles,


en §ronce crsec Mittewond?
prochoin€ (bf ,ctesh
l'es Sociqtos... Avec (€rrr' ü:.iH Ël*Ë:d,§
fo
Ies 'coos ha hq\j
$odinter 9ui'ôeSupprime n{ce ss'qire d'e.icéuter
to FPim rnort! des gerrs dongererr:c
Ovoht que eur, r'ls
Soh, moi ^iâi touiara L'ex:€c-ut'ent ..
vote'oot^È
r- ,.. les sËiolos Fàut-p"a t rop rrettre
d'e'moË;ff r €h int;lique
-

u!

Tu scrîs eommen\ its


eædcutoient les clens
en frqnce ? lls I e-ur
w
Ëh le dernier qu'ils
oht e:ce-cu+e', tir
Sqis qui c'étoït ?
!ïs doncl tt esL I
drôlercent bel hornm
goupolefF Jg _tête qv€e Un Arobe. Hq hot,
KodhoPi !
une' guillottre!
Soch6 Fronçois !
Qegarde to
- rotrte !
l'1o qrohd-wÈre verroit. de divorcer l'lois C'est ocrs
,J
de rnoh Srqnd-Se.El\e ovqïb l'oir
.,.
tc'es|ur\ ..,
bonhornrne-,
tristc, l'lcris comme tout. te rncrrde
el\e m âdmirort . C'est Pornpidoul

æ DÉSINE-
PomPïDou I

LË PRÉSI»ENW il-."o* +'ot


r

Pompiooul lj''à"Si.6qT',
/ crpo"a'I
I

A\1
{ù?
q$7 tq

E ne sovois pos qui étoiÊ


B!
hcris ce 'rnot
"Pornpidou, Ço otorsl Tâs vu
qvoit \hir de beo,rcor.tp comme on reconnoîL
les impressiohher- bien Scr Sole gueute!

J/a, a"sslÉ
PonPiDoul
lu\cr mère éEoie corrtenkc. de
ll esL.bie'rr Wg", Morr pre étoiC un Fr
voir scr rnère. frrcrrS bOn ,.. 1 bizqrre, ll qqrdoiE èott
cosLurne to."tc. to go.rrnâ.
Abde\-Rozoh vcr chercher Contre t ânnui,
un poste en Ftorrce. .]e t'+ omers urr Tu vcls eherdner un
ttaocr§uette bchrr àn de Poris PoStQ b Poris? I-
rrouve.rlel tÆ= rv\dtc-h.'
T'imqgines. pos
Comrne oy\ S,ennure -

ll loissoït rno rrùre et rrrr ll SembloiE ctvoîr une-


orrond-rÀere discut er Errr onvsrsqtion intdrieure o\ec
\é csrroÉ, regardoiL quelqu 'un. ç!/peuc .io.rer cr\t€c
"t sur t"oà tour-eou ?
[o tétd,àss,s une
-
choise.
Oui 5i* 5i.1

En faib, il s/inquid+oit Cdui-ci luï q1yç1ig dit que l\ t-r ovoit eu un sou\èrerrenh
ll ovoit réussi
beoucrcolp. l'armde sqrienne venoiL Sun'nik, et 45@ ærsonE
à ovoir son {rère oq de ddtruiFe lo vitte de ovoienL d{,e trre6s, 'Rcrdio
tdtdpfror,e, en Sgrie . Horro, eui e'toit situé l'lonte.- Corlo nren ovoiL,
à 4.o hitômètres du villoge jornois porlel,
faïs t'obîtîei-,-,
bien otterfr.iq. de de lo &mitle.
Pos
...je l'oi ocheté tourequ porhe- bonkeur.
quoৠje suis onr',vJ
en Frcrncr,-
lo ty'td, orr erpliquoik qre Kodhogi L'insUtsLeur devoiE devenir Pogsên/
ovqib, oromulque'ae rourue\\es lo(S oui et le- pogson ïnstil-utrrrr. Hon
ob\igej,«rh les-g«rs h 4honger leurs Jmpbis. qvait peur. ll-por\oit de,quitLer frre
lo
Libge plus tât, que prévu-

r frrtrt
rfrrrr I
IIITI
ITITr

Tu oimerqis qvoir un ÿ\ais si, ço {e plairo


peü€ frère pôur jouer tetternent t.'Tu iouerosl
.
Ah hon, oor\e
ou PooL clvec-lui ... pos de üàlheurJ
Pos un€ filte I

I
Fleïn? Cq Sercr qn€
Fit\e, peuE -èLre
Popo ek Mqrrrcrn
vült ovolr un
outrre éæ,@nYr(
t.o\ I Tu pourrrrs
jouer airec tuï I

ON Fç

Je ne cornprenais Pos Je Sent-ois: !i* que je


j e fernonquois
Por eæemple, Celo {oisoit
'bientô,t.
bien ce que totrE cc\cr grctndiSsoiS deriæ- ons que le
Sigrrrlioib, e[ j. ddidqi de nouve\\es choses. chontier visible deouis
de-{bire covtÉ,e si de noLre 4enâtre étoit '
rieh n'dtcrit, crbondonrrei

[1 trE]
[1 EfÉ
æf,) ô
-1

=-r§
ta;"=?-
><

I
Et un rnotin de À99?. ,,,
t,'a '.\
Je vous emmèrte prendre
lbvion +!'lt à l'heurel
-ru veuæ venir monqer
des * toutest' ure defrrtère
4
-Poîs ovec PoPo?

F
/
t
ê
oAe e
è
j<
Alkz, ds ou revoir a,.u.'.to*t"r"l Au revoïr lo Libge.t
Au revoîr le mur dutennisl,

mn
tnTN
mm

l'!
#
o d ô

flu rêJoir cddtel


t<odtrofit

) ô
ê
() /\
é
Chapitre 2
Nous soynrnes crrrivds e.n ttunce er\ pleirc L'oir de {"rcrnce n'crvcrit pos
nuit. I-lon pre était reste- «r Libge p"". lcr mârne odeur que t/oir libgen,
Quelques Sevn<eines e\ncore. It dtoit plus pquont
Tu \'aides à t{on c rest
f?[@Ll3'z
i-Ut rouet? , --.7.-a-rt
000oooo.,
tr Ve,rr qqg ,2
j'le f,o*?' S //A' I

lo
tto
/
;l:
le
'.:--
{S[i:
Un homtne tÊs 5ourionE est rtenq Je n'ovois oucun ll senbaib ure. odeur
rotrs chscher à t'oéroporb.c'dâit Sourlehir de lui. ocide. ll parloiE des
rnon grond-pere. {'emmeS er\ Pgrmonene.
Ouh rÀcris il
esb musc\d celui- r/as remdroqe'
crnme les §it\es
te regordenk ?

ll 4qut en pro['ite-r I l{dhd t, tl tient de


Çois un SouriF€
T.'rens,, tnoi , \ous tlotrvez
b ee'tte beoutd, tà I $4!j Je Sois ES,
mois je Vous
le. Piquerois

[loi'Po".
hs vous
'le dcrner,
tnois rnor
chruis tibrel
ÿlon qrcrnd-rère. trcrvoiitoit b TouE Sernbtoit $us ?apo, dotrcernenL,
ll dÉoiL touvioqts rïche et vivqnL entrqnce.
ç'.-cr6qq-Tê\é.<>m. il o quaEre clns -.-
en ddplocem*rt. L€s gens crvqier\t. des
visoges tr'es expressi[\. Y c^ pcrs d'lâge,
pour @rnrfisncer,
Ho si i
/ovois
tsr t"+ P9t...9"'il
devienhe urre
un footsr
pour tirer rnct
' rou\otle I r- ffisËtffi'àr :Ér
?z ,;;:2,Y
U »
N
\.,r

à-ll
{i
-É-
=tl\

<-) >

-
A lors ?. q"/esrF-ce qrrq lens, reqorde les Phcftcs de
fu me rcrorbes de beoq{ to drô\e-de maisc*r de ton
p"p.; q-u lieu d'dcouter
Je te {his pos
pe,+r^.eu$q_
Avant et.orr'ère,
r fien b dire ! .--

*ÈÈ

Tu vois cohnme .1'o, \oba\e vie l,1e B.n .'est mo[qui tu vçlæ' I
vais où
vais ou iete veui,
veur r .i'emmène
l'êYnfr)€fK mcl
rncl Ou'eo Soit ? Y cr une fonction .r
rncrlson "s, ivont ües ddploeerrtentsi Ëetârdoteur Sur rno\1 dPPcrretl/
c/est peinord ! Je.trois- t :t.t1:-
s,e"t , Cd*me §orl âi des souvenrs.
Mon gmnd-çÈre nous o m\s clons te.trcrin
le \endemoin, eh, nc rs ncl§ SomTneS retranveê
Cbrez, rno grcrnd-rnère ou eop Frétet, en Bretogne.

§s
3:'" \&tb ésf,^/14 {\/ÿ14Jtvr^^

Mo grond-rnère vivoît Seu\e, Lo rnoison ressembbie À l'€Lqe, il r{ ovoit &ux


elle S/ennugoit b"oucocrp. Elle à une moisorr honbé. gron{é_ ph6tos bïen
regorrCoit lo télé tcute tcr
JourY'\ee,

Dis donc, elle o


baucoup de chovtrre,
Ouï. c/esh
b".r" chez el§

l4dr"ère, ô, e\le deoig méhonLe


cornlne une {s.igne ! Quond j'ouois
ton âge et que l. v..ois li voir,
gonl Boytl goml
et\e me donrroit des eoqps de
bàtoh grr les uornbps.
péÈ* , lui , il étoit gentil, Quf est-ce qqe c'es[
rrsis i[ disoiL rien, Snon
it preooit qn ccup ousif

ço do;rt ètre Békke !


oh , c'est juste- Pour ,
,.r'\hvcrrs vu tout
te voirr il est Si beoul it e(Âie
Bii.,?ï1,.8:i;* -Tu vas lui
wt,t
tout dord, il o
ËiL èiàat' dû grondir
4aire Fur t lrlonl- J'&voi I
bien oUtenUorr\
Ben oui il ,
s'il {-e p\ciîtl
est là, qu'gsç-
ce qtrà {ü tui
veul?
-

9Üb
v N\hr d!^
'.L?-9-,Et»!

Bébette hobïbort urre to.rte Elle n'qvaiL pos l'ecru ni


Ho Bouuiou I çetrte rvrriscn, de t'oufure t'dtedricitd. Ette vivoit
est er,ue {u
ll"5eou tôtd du chemin. coYnme qu t{q5en-fig
qu'ovànE
!
Viens ch\ez rroi, ie Loisse-to ,lo
vcris te donvrer un
Pcruvre,,. -Oui r"ois {bu[
Viensll fgire go$.9e, on
I oppetle pos
*-.-"tT&*S ,.'dt'.,,
B6u'tte pirr
I s.â^

Chez et\e, ço sentoit to,Pumé, le -8oin


eL lo trre. Lo ser.rte tumiàre vencrit de t{oncle -\e bren la,tetrenL,
lo cherninde, comr",ë §cr +u restes Pl, s
longh,emPs t

Où *t-ç-.gue j/oi
mis \o bc§Ëe ..-.
?a;'t*
- QPêrr llotovlo I
D."! t l-l4\-l -

m.
(,,fura§:- ^ JdS.
Hal.,1/ourois t-el\ement oïmdovoir Mois rnointerrort . --
un p'tiot coYnrn€ toud..-
Reqcrrdel Reqorde rnes
ll ourcrîL, grondi eh rngin"s! .1'm'en" Suis rnème
[étérrt*_ Ps S. mio[roiL ]t" Pô reridu eor"pte, ;e
rne sris levé un mctinr
eE gis etest crrrivd:
etle.§ étoienk c.omme
a&* Çcr.

BéUett"t lt {huh
Prqrds un ouhre ou'il ctilte {oire
'Sàteou 1 3'vcris , 'lo sieste , r
§oire cdntr€ Si
té(sis b rnotré, GLPSSS ---
çendoht. c,temps

Au r(oir p'Ut R,iod\ ï' tl!rl/;


Jlm'en vors oll« crr
.!
.^)
\it rno\ ousi I
r-
cuc '.>

"'fl
ol
* anÿÿ,
\râ

rh Jt -e-
puts un jolr, Je rne suis retrcrné .)e n'crrncivors pds h
ên moLerrelle à ltéole du vit\oge . I vroirnenk ce quron covnmuniquer ouec les
là.
I

I
Scrisait enPcrnts: bæucoup
d'errtre eux crvcrit
I

I§ des cornp«ternenl5
fuffi,î fr.,G-n\ i n cohdrenËs et 4rétÉtiquo .

-o*-e^ds
tobouck
cNec Scl/
ü

^: -2'
) r-i u r-iu I

orendS
'16 bouch

HÇffi
um -: aG'

7,\.
H
Des posses/ ctveq
le Èoltorr ? r-

ry)z
f 1r$\rl

Cerboires Silles se rrettoient lls semblaierrt vroitnent,


er\ groupe ef Se porloïent, Oh jote b co$g-coùn? inconscien§ eh becruoup
tncris sqns @tnmuniQuer, Ét to, c\en] Pt§ {ous qu'Adnon eE
et ton chierr âboni.
it o / i\o, il o,
il o Pos, ll cl Ton chien et ton choh,
TstslËrüËt
-r et Satt
\'outre e\ro^L, i\s otrL
:$.*"ry
6c,t tl"'1t
quoiii i?
'f \e,rretteY
t/l\\
'r/' -'
,,.t/: .'\

J'oi -9ini pdr renconLrer un Morr , pàre , il diE, i\ diE que
ggrson un Feu moins .8ou .ie süid trts {cL it dit .'
que les outres.l\ sâpçeloiL 'ToYr fre it drE quci, àtoiZ
/ooeren. I'Th\ EU I Mot', pÈre,',\ dlt ,
i\ dib'que lÇIto h. mot ft.re
On essqie de sâttroper Tuis L'pLüS Si i\ ts vo.1oit7
pgrç-,yojr quï est te §rus
Fsuls"'R+
ltilË\i3ï:?[

è:)
é
\.,

t-o ca,nÉtiêion ibbsâoit


totolement.

Reqond" -\es hoho... €s[_ce q.^e tu


'lls
"sorrt nuls." 115 Scris .9orrà So?
§ont pos du tsrt
Nous on esL
ptus {5çq5
Qureur. .

ry#-
Hoho c'est qnoirs Viens, on vo
dfl!i,*dià,*h1;
loin Oue fnoi "' b to bolonçoirp.'
R.egqrd.e_ q,gt,
on Vcl voir oui veul pclire coc(rl-
vo \e ptus hàu[.
.1'ofrl'las là..-
ÿlais bon,
Tâ os porto.rL I
c'€st a6§cûtont t
6l'oad, oh
ge.roiL. des
J'voîs_preyenïr
r9 Fre:ÿ

É2K:'
§2
È> çÿ
activit6 créoüves occumîqrt Où est-ce que .\'étois le seul à
quemerrt +§ut nc*re tem$s. tr os oppris'o "foîre des trucs
fbire du rnodelqge? 4iguroLi8s .

Y\d t{€Ye
' e\\(/ - Hon pre i\en
' e\er^
"nà'ttl'c« o uh comYf\e
§o I Sur lo
$cr-9]«
-..ry

Atlez / vous rr,,e donnez vos dessirs


dg Rre Noël / je vois les o8{'icher
e€ on vo torÀ \es regorder.

o <b'

","fu$
\
m

Lo rnoîbresse convoeuo rr§ Ou mêrne... Sug»ouÉ? tl odessind un grond


nère pour lui dire qu'ellq Po-plgo" d"_N.Èt -
SouhoitoiL contocter ette penSe ctu,il esf
l'Aod6mie à wron Sujet: SurdoLe'f O'qÈ" FS'..
ie re 4aiso*s pos des tls gont.- mgltie.ureur,
dessins de tnon ô9.. HAE§ les s$rcloues...
Ài aZuut Ço.vg,.Puïs
ils +inissenE debiles...
Le iendemoin, je rne suis ossis h ll 4oit tabcrlement Je dieidois dressoger,
côte- de )oouei-r. On o dessire'. obsorbe- Er son Pour volr.
rnot verndnL d'ornnb
C'est ... Llmph... Comme... en orrière. Et toutes
gd -. !\mpki qurit {tcut leS ciq Secondes, i[
{b\ire -.. Po ".. Bten..- discrib un truc Scolo.
dessiner.--(--- --.-
( Coc.r f

È@
):@
l::^[1

"wN
C étoit incrogablernent
oqrdoble de Botre ces Hé bevr Riod?Tu lors
gViboui\\is. ptus de tro\is dessins!

ffi[Hu*

eueeeer I Oui c'eSL très ( À cornpter- de ce jotr, tt on entendit pluS


' èête, a!1.. rPl^X golme j'oi orrête- de dessiner jomols pcrrler de Ces
Po- pidou , et ;'oi {sib Fist,o,lp àe,, " prdver'ir,
coYhme 'touk te rronde. l' Acodém i e'ou' de \urdoué'j
6pftte de
tâ";il"*' dire-torjom
Un beou jour rnon S.re ll q oosd scr mollsttq .-. ek il en o sorti un
reoppdrut. S.r ldtcrHeT comrne Superbe. pistdeb en
d'trobitude--. plcrsüque.

C'é(aiL fràs eæcitont.


de {-oucher des choses
ovec .

Que eel objeE étoiC


beou ! J'odore Io mou.*otrel Atlezl Vq tuer tes
tous les hornmes tÈs
tmgortonts. ôk tcl ennern(s toil
C/e* pos possiUe
to rncirstobtr-. IlonEre-lerrr
qui sonE_les
v; +.ttàï to rcrser ! Sgriens 1

\
I
Mon È.e n'avoit pcrs thir de se scnür
en séiuritd dons lo' moison de mo €tle sert à rien dutout!
grdhd- rnère .

Si que\q,r'un veul-
.enler, il o jusLe
Rqorrde cel\e bovrièrel b PosserI mr-
I
de§us

3'( §ag

vth r{4 §f4^ü

-desSert
C-o à quoi
'si d'ovcir
orbres hoqts eL
I ur€ borrière eomvne §o?
[\op ;'e"rtr.r j" sors,..
t*!
t --'--ê
G':
1\'..-- r.Ç+Il
\

)tw Àr4"il/l%

Irf?.
. r.ÿ-r'
...E-(
. r
)-r,.1
Le prernier fueur a'.a,
i r
qui vienE, i\ Çoit
- . - 't , .
c hu'il veurb. -,-4 -

!'-æ
-=t
$\YLL
tr4a
)( hTpw'*
â -W
-\_=: *-__ÿ_

=
nn l'tJyz
Nous o[ions souvent qu cop frétet,
Un coup de rtenL , tu qlisses,
eb tu tè frocosses srr \-es
T âpproclre pcrs du
bcrd'! ResLe \àien ou
milieu de lo fqrh:.

'pÀNe
- elr)
ffi;
-

en ét{, tans les gouuu je vA\S To,"tBER


on'entend les
.io.rrs,
"oqnpie.rs : ils vienrrnt
Cherèher les tourïstes
Qir 3e Sdrc tue-s err
tix"bont de lo§o\oisp.

Quond elle &oit, petite, Son Ère oordoiE te ohrore.,,


Yno rrqrr\on hoUit6g dons Lo rnhison'o étd detrùite,
une .moisotrr pÈs de to mois i\ reste des -troces,
AHH !

f/vL
^nS
r t-je
À lr e-trâr.re poïnte se trotrvait le vieux
phore et les çixraoUorrs d'ure rnoison,

l,1o mère hobitoig là


Quond e\\e âcrit petite.

' ,a»*
,t'++'

i*"-.r}.h., ,3^
Quond 9 ovaiE lo temftr, elle eL lernotin, el\e 4oisoit
errtendo,t les vqques tooer lo quotre kilomi,tres à Ès qu'elle -
{o\aise eE ço 4oidoit tot.t s/esL'rnorié,
quo[Ye pottes dors le elle ol pris use
trembler lo nqïL. fossd por. oltsç 5 rncrison'ou
\'icoh.'€lls ovoit parr
que te vehL t'ernpor[e!

BRo,)ffiv 4 *

q-

l.

^P' €ri lornrnoge

Dqrce oue là .

c'àsL trèi foci(e


b chossec.

Q,E
ô' --^. ,l: I

'-r, "
ÿi.at^./aÀ
n.v{1 ^ ^^
i .-'* t6 ^"\,
F' -t
Pe.r op.à, rnoh pre 8e rniE b rcrconker
qur il qvoiE vu et enLendu des trucs Ce$e nuït. Des pqs. Cornme si
bîzcrrres dcrns to rrqison. quelqurun mcrrchcriE S,,rr le
.[ /oï entendu
] oussi r Ço SaiL
I
Ci-AC, cr^c,
lr
ça foîsoib,.
,./

/ /û
., :,. 't7', ]l,./-,
' t/t 'r»
.tl1
a'

7/
/ // /

tJîois Saut .quq. i'vous F* sotrdoin , j bi enherdu


racontc. outtc chos€.,. eoYnYneune oièce de
Hier Soir, .te. reqcrrrdcris lcr rnonnoïe qui Èornbort dons
{.été, tctrÉ ie rrroîde dorvnoit. l'escolier. CLisG / Cüll6l

Je me lève,
je uois loïr :

,..ïe vois lo æLïte rpibrre


s" mà." b rouler
de "Ricrd
toute seu\e sur to toble...
Quelques jours plus toyrd, je suis olle'
ou cimetière du villoge ovee rno grond- lls Sonb quor opÈs ?
rnère.
Ben rien, i\s res[enk
Sous chcrcune de là pour toujours, ils
Css.pierresr. 5 9 , bouoenL olus vu
euetqu,un d'allonge, qr''ù5 ssit mort,s.
, t --.
,.-t:'

.o'. ff ,

(ÿ,."8
n"*. .-
: KR L'- ::-
\âQn*
-.... ^

.,
^:n-j
-^r-I-,
Leur âme esk. chez l'bo.r Dieu. Tu vois, s§ cethe Pierre,r
c'esE, md mdYnan à rrroi qui est,
C'esE quoi c/est. ce qui
I 'ôrnc 2 S'en va dti
corps qu.ond Ehocri,Câst
on meurL. bar co que
vo ehez '.yânrtse \is
Co
-\'bêh Dieu. ,
[-[uiHz
1è) O.

KR
_'I
^:

Et dans cette M dme\h t §i c'esk


tornbe-tà, g o toi qui Pcris des
rno tonte. bruibs dons kr
Ette s'oppetoit rnoison, il {but
Il6met\e. €tle est Qu't'orrêbes: fu
mofte ['onneâ $lrip peur q tort
dernielre. le'monde.

. Y ..r,4

l":. rü.rre
Un mobin , .1e me re'vei\\e eE je guïS tout
sart dans la maison. J'opp"t\e res parents:
its ne sont, pos \à, -

Co ,^ est tutG
" ré.Ëiué? Pas de
couehemors?

7
n
)Z
Ti
Jeder",onde où sorrt rres
porerrts, C'est ta rneilleure
noule\\e dtr Sièe\e,
tls Scrnb portis à t'hôpitol
ceüe nuit, I fr roorrqn
o occotrchd r t'os un
,fi
Chapitre 3
Mon ère n'ovoit pcrs cherché Bien que foisont portie 'Tous les posEes
France ] lt ovoit.
de trclvoil qr des plus quoli.Siés, il ïmportonus éUoi*t
posLulé gour èEre prolessarr en Sgrie. n'ovàiL obten,^ qu'unQ occupe's pnr des
p\oce de roître-osiistqnh gens qui ovoient,
des relotions.
üba À!ru
o.rLlri.L ?'dtn

/r//4 ryK
:v L-l s.-it

Toujotrrs est-il gue norûs ll n'g étoit pos reto.rmé Depuis lo Sqrîe
portions nous instoller clÇuis ,l? Ons. ^qa1, pdr Èo{Ez
étoit dirigeË
tà - bos , où rnon Ère Al-Assod, un oneim
offirrnaik. ovoir beàucolp pïlote de ehosse.
d'orgenL de fornille , ' Jgr*. P.,:, ç.,
I Ovtohr Jol
toujours l'impression ÿ\ornon, reqcrrd<
g,^'a vo s'écroser, moh dessinl
-

ht Assod"va.{oË dire "le licr? L-o Sgrïe étoit une


Ço n'dtcrit pos Son vroi dicloture miliLoire sæioliste, 0h .ois qu/il
6om. Son vËoi rrom etoit prahe ottié de l'uRSS, est, miqnooon
"Al \^lach1 q"\ SigniSioiÈ eE en étot de guevre ce peE-iiiiE,l
tt
lo uâte'souvogËz- ovec lsroë\.
tW4tvlAN ! .j s

9fr,§ffi ('
-
Lo gronde mojorite' de lo Cette brorrche de l'islom Elle corrsidère 61ue le
populcrtioh Sgrierrre étoit esL très rnqjcritoire- Coron, liwe soint
Sunnite. dons le mqrde Ynusulvnon. des rnusulmcrns/ est
de noture divine...
Comme.nE. i\ s/oppet\e? OuresE-ce-que +rÂ
à becrrr, trliiiil
ÿahgo t

ll,t//rt

a_

C
-v
... eb oue t'lohomed Lo Somilte de Le chiisme est, Elle croït que
est le' orophÈte n\on ùre étoit l'ouLtæ, bronche, Ali, 1" qendre du
déPinit-rf he tihuwqnité. sunnite. mirroritoire, de proÈ,ÈtË z esL ssr
l' is\om. §uccesserç etqu'rrn
ôo^r, un messie
reviendrct sur
tcrre : le l'\ohdi ,
$S_t'rIt}@

\S
\J,
.v
\4)
)2

HoTez Al-Asscrd dtoib En Sqrie, les Aloouibe.s ll ouoib ensuitr &vorise'


Aloouite: Qui esb ure ovoierit e-té forLemerrt so corrrrnunouÇ ou
vorionte du c-hiisrne. prse-c^rtds, jusqu'à c.e détrimerrL des SunnïLes,
{u'Al-Assod 4osse .Srr
coup drEtot -
.lhi f,oiL un àe .rrt"ltÉ#ïl;:i
7'în"to9qblel.
-f

,--t I

):\
ù
Quond. 3 hvois, ton à93,
De I /or, portouE, il m' esE orrr!€ une t
qui brillo,tl rT ctventqre fnogique

C)n qordoit ies chblres qlec rnort puis, à uh ;nornenE de lo nuib, jbi
cousiX et on ovoib deêiaE de dormir '€r^ soif,, oloys jbi morchrd jusqu'O urt
dons le clromp à \o bet\e étoite. Source qui éboïb plus houb.
Et là , 'i'oi reclcrrdd l'ecru et c'ltoik
+* de t'oÉ! i tle brïtoiE comrne l 'or I
i
+ * *
) \r
è,1 -
+-Tx
tt, /

.l 'oi mis mq rnoin dedons ,Te sris otld réveiller mon I4ois ouond on
"et elle est ressontie pleire dbrl Ëousin, et ,1e luï oi r"orttré. esL oriive-s, on o
Ço- bnit\o,t r gq'esL-ce que On s'e^*, ôuvert les rnoins rnonbrd rns moins
c'âoiL hequl d'or eI on o cpuru ctu
uilloge ,. pilr pndvenir lo Molé Çice I

t('i
r++*--+
+
-Pomitte I Elles étoient
pËi'ÀËiae'uo.re I

{,ff^r:,':gY
rh-r :il-**/ ââio bouà ...
))

/
'/i/
Lo. p.emiàre chose qu'on vogott e.n orri\crnL L'oéroporE étoiE «r rnoins bon
è trcidrcport de Dornàs, c'éÉoic le. portroit éaY qu'en Ubge.
gelank d'un rnoustochu à grond Çàont .
Hq8ez Al-Assad
ftïni al kb'rri I

H@H w
&
É.o'

Au fur et àrnesure que- l'on Plus \a qr,r,eue ovOnCoit


pnogressoît dqns les cotrtoirs, eE pluS moh per<
les pontt-oits d'Fbpez At-Asrd semb\oit inquiet.
Se multipltoient..

Nctre tour arrivo. Le- mi\itoire U" tgp. r"e -Pixaib. Les oooiers de -or'
regordo te gose- p". s!"ib\oienb poser
port, eb ssdoin problèmc
sâhètrr. ffi-r' .

t{o khodom jec}re ! .


'4P§ Chohotou o\ hobiss'.
tza vncl betzabiC. ouod oh, l"lon Ère priu'o prê $izorrernent, Celuï -cr Se
mnoh.h6q[ holoo 3o f le mili'taire \ui sernUh,t r"iE b lldcor,rtor cl\€c
te plus costoud. ottention. Les outres
rnitiLoïres ontinuÈrenE. à
S'occuper de tcr {i\e.
,qqP

Q u 'est- ce qu'ils/est posÿ ?


Boh, Fien ... ll/avois
vouloiL
vérit'ier si .i foit
mon grvicË militoire

Mais .ie lui oi Chuis tronouïlle


donn'e-oueloues
dollors,'et i,esb
. îusqu' à tc>
pioeh'oire {oîs.

llll\l


Les chqulSeurs de tcrir criqïenL.
C'éLdië une CornçretlUür de
Pour ottïrer Yo\\ention .
hurderyents
Ho*.t.1 flonsl
Hor4s/
{Axi l' '-ÈAxj l" tÀxi ! 7-r/ f-lo,'ls/
'n oa,t -<N.Y"f4îffi -1exi !
I .4

ffi
l\s en venaïent auæ- rroins ' Au bout d'un momenb, Ceur oqï ovoienL lqisse-
il n'en restoiL plus tornber' reqordoienb lo
que deu:c, f in de to o6nPrqrtoticn en
S,e repeignonb,.

Puis le voinqueur, complètenrent


èsso"fFl4 rs.is {ib enËr=. dqns
Son véhicute.
En houb d'une collire / on vogâit ure
Sorte. de bunher domïner les envïrryrs.

6.'est te polrris du pÉsident I


It porirlt qu'à t/inLériâur, i\ q a
judte un opporLernenE -bd"ite.

Le chou$feur Surnolt
qn pornpier.
tt .ietoit sq cendre et Ses
Lo t-oitte du bâtirrcnt.t Comrne- rnéËpts à travers un trou
r ç/esL iusle Pôur
lrnDressionrcr
dotîs \e p\oncher.
ie perple.!

i\o['ez A\- AsFd esE,


TRÈs rc6\in! I-
a-*M*

Le villoæ. de tnon ère êl,oiE L'outorotrtB étoiU bohd& Cot''me en Lib9e, le pogs
Sibué Ërà a" Hoùns, à d'{choppes bizrrnces. Sernbtoi[ en coristrueÈioÉ,
4b kitorùLres de Dornos. ÿlon pre ovoiL le nez
collé à lo vitre. Je me
€uY'q'^* guis endormi .

ô.-::=--=1-â-

Qzr>
-â,
ye

Nous osohs éte- accræittt9 Dor le ôeP Mo qrond-r,Ère éEoit. là oussï, En&it,
de gor.itte: rnctr onc\e ttoÀ.1 t'4ohomeù, il g o-.roit tous les SoEtou.g du vit\oge .

ÿlon orrcle nous fib entrEr dons g ... eL. housz dans [o pïèce des {emmes.
moison . À ce momenL- là , nous
Îürres séporés. Mon pÈre qttd
dons lo pièce des hornrnes...

À +out a. s{ntel
Les {emrnes eibotent. totrtes voiteés. Chocune d'el\es SesErrib urre odeur
Lgs flus àgés ovoient des pièes de suerrr porUcu\ière e.t _unique.
d'or qui dépossoienE Sous le.urs t4es cheveux, blonds stut'0ioidnL
coï8§es. t'crssemb\6e .

Mo olqzouuu
mo oto.or^uu H{ he'lre'
he lé læ'

puis l'une d'etles retïro r1q qrond- mère ovoit ll g ovoib d'outres
tno chcrusselte. Ettes toujËurs [e même reqord. enfonts dons lo oièce.
Sernb\irenk Soq\oqdes Ë.tte sernbloiL ovoir vîerUt. tts pleurnichoienE'.
Dcrr [o vue de rnes-qtei\s
col\e3,

_u\
@ /lrPt
.J N/

'r§)/

puis soudoln, plusieurs petits Je n'ovois jomo'S vu Sto: Y\q qrond-mère


qcrrsons CornmencèrenL à l\s se topolent dessus I rn/ e.6couroqe<r b les
s"e boRre. -l- rejoindre. -
Arrivd près du gro.rpe, \ohoudi " signi8ioitiui$i
oeux- qarçorls me et CesE le premïer mok,
fnohLr-e-r.ent du doigb - que j'oi o6ris en orobe
Sgrien.
)AHouDi I

Ce mob ProYoquo une Mo rrÈre vinE rne récu- Bïen qu' oqonL eu reÈs
gronde eiirtcltiorr, toub le Ét=.. Je regorrdois lo rno\, iâvoiS qrond mème
rnonde rr€ toYnbo desrs, bogorre de loin. er,vteï'g rekourner ! J â{q'rs
oklire, oimonté pcrr ko
Reste-- là mointenont ' r,io\eneet.

// / t )

YAHouuu{
v-AHOuUuuDi
i _-#
Ce.tLe .Pois, deuæ qorsiohs On netrssiE, âuand
S'interposèrsnt pcur-rne deTendre . rnèrrre b r"ârràchsr qre
totr§Îe de ctreveuæ..

J'o, ca*d r"o{Ête puis^ otr bout df un long rnoment,


S$s le put\ de rs &s 4errmes omenèrenE un ploteou
mere. otc. du riz., du boulgott d.=
oS farge's. "È
C/est
to.lJ
Pos g

,,§M
Les femrr'es se rnïrent ? *!g"r^av-ec \es dogts les resbes du repcrs
leshornmes dons [o pià" 'J câte'.
Khi! lShit,t

79
Au boub cl'un mcrneht, Un @usin nous emmencl Ette éêclit qrise et
hnor\ pre réopporut . dors une mcrison sïtu{e Sernbtoit. tdrgours en
de l'outre côté de lo consLrucÈiori,
rue.
Attez !On o -Pinï,
on g vo!

T&-^.-'^ a

L'qooortemer,t etqit ætnposé Mon È" .=lol\ongeo


d'ur{è errLrde immense éào,reâ Sur uh motelos posé
clir:c ndons et de Quotre làreF se rniE'o r,ormorrrs.
pefrtes prie-ces ottenonteS.

ll venoit de Se dispqter o$ee lnlon onc\e crvqit uendq ll o vendu mes tsrres
son 4rère t\odi $ohomed, des tencoins quï Pour rieh du touE I
oppcrrterr,oient à moh tt rne \bvaiL cochét
l\ n'es! pos conLerrL Èfe. _SCll\S tur en ovoir ll pensoiL que jâl\oïs
qu/on vierine s'instolter POne .
reste.r en Euroff,,.
icll tt rn'a dib, "Tu Sero§ l[ nous donne cet\e
plus heuranæ en Europe I tncrîsoh en édnongl...
'Pourquoi
t {g reyie.gs icit
vo en ftrrncel" r-
I'tots c'est pos lo ttiêrn<

Mon-ptop.e
ftaràtr

ttttL
Nous ovons tous dormi dons lo rnêrre
J'entendois moh pre rnôrrnohner des
Fèc€ cor it n'g ovoït. pos de chouÊ[cy, -trucs. Je. m€ suis enôormi .

fW,.utr"r

puis dons lo nuitrjhï Ce 4uE l'opçæl à lo prière Çe quotre


i{j r.r{u.ilÉ g,ar ,.., heures du mcrtin. Lo iéverbprolià
hornrne ad'tâ^ssoiL éeoit drtormer le son ftoie cosrnique.
dons qn 'houl-Erl€L

Hru Kt q' il.ll|l rililtl


VI
Zr)\ \ $* Cl[? ,*--Cl+_
s-._
ta^t.io6

,-Ù

C-eto dunr trois rninules.

fiouuYuM
OUUU UUU VUU
Je f,e rne Souvenor-S
pos de [o même chose
èn Libge .

\ $n -*f OttUUU UUUWUUÜ


r I{su
Ü
fiHeuta
Ü
ù

Au loin, des chiens hurlokr,t à lo rrqb !


Le lendemoin tnotin, ce 4ut un l.ton Ère n'deoi€ pos Ma rère dsrrroit,
nouvel qpp€l à la prière qui nos là. tl ,PÀsoit trà froid. le pin à ÿahgo.
réveitto.

DiEu ESr GRAAANDI


///tl\.

fi mû E,

Lqbueê se disigoib à p"irr".


[\cr Nqrs ètes (g{s
héueït\e5! Venez rlor,

r
J/oi ure Surpriset,

,d
:

On voqcrit urp ftqmme


-hubtoL d,
por \e pcÈle, Dctns cetui -là '. et dons celui-là ' dqs
des olives... rnohdouss I
Regomdez ce gue
md soeur h'cl

â,rt\
l'\on Ê.. q d(sposd le. petit dejeurer
por terre eb s'esE ossis. ll ovqit fl6uuu \e **
i'o,r ernu de femonger b lo sgrïenn€ ,
fi-$ esL bïen *,ou t
on vcr \à re"6ré


erirGore rreit\errf.
Vous ollez voîr,
les rnohdouss,
c'est lo Sgrie.

Les olives éEoienL


Llop. On optrrïe e=*rèr.emenE
te çcrin srr tè'poële. ovnères.

C 'est ir.,r"ongeoblct

3/6tn;t t";t
8r

ll q ovoïL ousi urr ..,et en màrtte Eêon ovq\e but. J'+ essoge' *. ctélaiL
Sor-te de f,rorroge dc !e.T\p.s, l^.*,.99*
gongere'de.tÉ'
très bon.
bre\o.s ddns @LPS
"og{
ure huïle joure fluo, &ès Sucre...
Tâl.es ço,toi?
.,.e€ crr .PoiE
I .'u*, te treitEqrl le tn6long< ,
On orend unrQ dons s bdrchr.
bouih,ie dvec du
€rsu'rte, ncus auohs eæptoré
lcl rnoïsqr. là , notre chombre. Là, vatre chombre
b ton .Rère ettd.
Èocrrdezl lci,co f.ro u.,

,,. e.t lcr scrl\e de boin, u\kro


È, bon, cet\e pièce, 3ânte.
m vo. di!e- qr.te' So r
sero le débdrros t

Je. n'ovo§ gomoïs C'éEcriL un ætt lln'q ovoit r,os & Je pouvois res\.tr
vu ce qehre de verLiginerx. ' paprÉr- {.oitede , des heures dorr-s
toitete-s, Elles moiS m tugou. cette position.
e?aienE, très
proÇondes.
l4ois rno mère n'dhie pos tÈs heureuse
de l'endroiL. EL i.comffi,rd
ÿetfré c'àt kr p\Ls g*ohde'
ReoonCe tes mursl lts sohh pèce de lq rroisbn.
poi peints, ï\ g o â".8i*s,^.es
C'esk Dour ocr.rvoir
C 'est rierr ço! c'est orgonï§er .+e t grondes
Pgrce
que
gus gi^t r"I rdeeptionÿ
c,est fisstrre-!
ȧ .+" Eo s€ro
PrnE; Scr-Se vertcl

*-J,e îTf?,u.
;%,,qW'
t'^/§§Â..
,/\---;-;Ya
On vo o\\er à Ho.s De totrte Qrqon, c'est .le dots uoir un
ocheter du robïl\er de otrorigoire.Je vois "orchit-ecte lo gmoire
{àïre c.ar§.nfire une
vittcr rnoqni§ique
dons lç ct,,ôrnp 'qu'il lci/ cesb iusfe
T/en {,ois ços pur
T1^IS,sF dè'que quelques

-Tous les hobitonts


On ourq un jondïn
de -T-e.r t4oo\eh Scront
.,. Et je remonLercri
lmmense, remoli r.nonol\eê bien
d'orbres' 4ruiÈiers Jo\otræ ho hcr... Et lenLemenL 1 pour
eÉ, urc Sqccrbe là, rroiT j'ornveroi en proPiter.
ott& oour tornver dons rn6 Tlercedes
devcrhL lo mcrispn. dern'rer modète...
Nous sommes rnontés sur le toiL de Elles dÉoienL oriss e.t sembtoieng *aûes
inqChevdes. -De toncrs rr,orceouæ de
.tr-t
l'lmmer.rbleoour observer tes environs.
Le villoqà n'étoib pos tÈs grond. 4errqilles d{possoi"nÉ dnr tet'rcrsses,
-To,rtes [às mcrïsons se ressernbtoient. cornme sur 'lo nôtre-

On vogoïE oussi uhe Sôrke tl q crvcriL beoucoup cle venL. Des sclcs
de vieîtte ville en terne, eqi ptoÉUque ddrivaieint erx pertnonence dons
Senb\oit e\r rui§es. le eie.t.
De tcute .Pocpn, orr
de [eÉkdrierlr
S'en f,tx,rt
de to môisd\ l Quond
,t'on int*ietrr est SqFcrbe

Au qord 7 l'horizon dtcrit êot, À l/est, t c'{tÂiL @otement plot.7


brisc' Pdr unQ dnorrne eoltinç , hormis deux. petites qct\ines.
À l'ouest, qne bctrrère ræ.hgqs< cochqit Au sud, une gronde rnantogne
lo liEne d'træi=on : le Djebet Ansori5eh, apporoissoik dons le c.ïel , le Qurncrt
os Sourdo', le plus ho,rk sornmet du
l'4onL- Libon,

'yy

On dist inguoît oussi florns et scr


ro§§irr«ier gui brütoit nuit eb j*r.
Reqqnde llespoce enLre ces
de,i- moiscri là-bos. *u vois?-
tsh b,en il q o un trésor entoui
dons le sol-, à c€t endroiE I

It dote de
l/dpoque ron\oine.

_ _ >- *
- -€rj:.-==:-
(iEE

Un iour t'ochèberoi un
ddte?.eur"à méto.^^! r
C'est ur€ rrschïrre
quî ç dit quorrd
Jq o de l'or {q6s l€
Solt

J'irot là-bos
urP nqit., SonS
le dire'b
Personrre.-.
Nous SotY\meS ql\ds Visiter le Une route possoiL en bos de kr
villoge, rnoisoh,

Hoho\ Les Sqrierrs conduisenL


comme -des hommes I t-
-1

-4 ^ l.y< P-
. ;4ÿo^
Les rues étoient Molgrd le -Pr,o,d, ure légàre
couvertes de Sqcs odeur de m€rde ftottoit-
p\ostique et dbrdures dans l'oir,
qui sei'tb\qieht tès
oneiennes, l-es crers {Lxt cxier
\arrs-ehiens dons lo
TrrQ cornme en Frorrcel

,<î*r.-.ô^ zz*,
-=- -
=
1/o?;Qr++^ s ôê
ô ------> Â1

qens n bnL , En fiurce, les crens quï Pçf§ , c'est comme


Les ont des ehîens , -its S"Àt
Pos:* chiens,icrl les ch\ens de leurs chïensl çp.,, 4r* , pos rego«Jer
'Quelle horreur I êt c'esL to^e...

^ô '-)
a>
C'l{oie o.rand L
EL voilà, orr virtoiE j'dÉois ts^e petit!
là, ovec mes {Èeres
C âtE iot'
Ces Pierres !

C'e'àit ptus
Solide, à
\'éPoque I

G -o.--a§'T îIvlp\ ^

W, --aâs- À --nnfe-

Là , c'esL (e vieux villoge

lCi, .0out foire Le Sd'tcln; clesE


Les qens vivqîenL aLterrtîorr... t\ r,r ct le mal lJe rnis
tà deÉuis bi«r des oénres odi tæ. rocorrter ce
dvoht' le Christ I rôdeËg dons'ces Qui est orrivd à
tnoh onc\€, ici, il
Les gdnies sqrE g d lotgÈ.-Ps...-
tes crrr,ïs drr

-ÿL-^\
t ncUi Ye ouatnos I

g,\ l, |{i,u,

[\M ;r
C'est les en{onLsl 6n8ïn bre§... f 'o\\ois Une nuit, it rornène ses
raconter ce qui qsg chèvres b .ltenclos, opÈs
Les Qens Sorrt orri{é: \et b §^on onch, çrvor PoSSé !e . iournàâ ou
oquvÉs...6omvnenl tt g9 de nombre^rsqi Chorne , Hois -,^te 4oîs
tu 4ois o,rond t'es devonÈ, Probtème: e.\\es ne
peb\L/ que't'las, verrlenE pas fer.Lrer,
èrwie, ef. qrre ttt
trcûrres dàns lo

ll lorrlope dessus, ÿlon arc\e S,rrSrr{e: Ho, ie suis une Mon onc\e , o* 4oit
rten à.0oiie... A ce il 'r o urP vieitte vie'itÈ mendiont€, un bon croûoht, l,ri
inômenk- là, 'il elknd 6*e dots l'erclosl .ie n'oi nulle oatt PoiE l'ourn-ôrr eE
tÀnQ Vo\x. .ienïr dg ô o\\er-. Loîs§e- orcepte.
lo nuit .., trroi dorrnir
g'en prie...
là,je
Ouresk-ce que r-_ vas-ru REIIIBæ/ sAE
tir -0cris [à,'to
f.le les lop pot, uici\\e l- Déqoqez'
el\e.S ohf oer^r je'rtes
dotl
d€ mot! t ^ ^rentsreË
bÈEàs{

,l^t
Cethr Semrne, c'l.totE
un .génie qrei lui {bisiL

I -/
figres, t\ cr ptsSe
doris 5o je\oboh,
àiit sot-enf,ui I

Hiiii I

71
\,,
.,^U 4";a§"

vfr W
Les cretts ncrs reqondoienb
Des &is, 1s §6ton Peut cpmmd § rrous étioÏrs des
Se. cocher sotrs lo {orme
dtu.' onivnoll eæLroLerre.sbres .

C/est qroi le

o,- 7 ô.,
r- o.rf _A O^^o ôe -^l e c ô.
'Ter ÿlooteh étoiL un viltoge sqnn(he .
ll g crvoik daræ rivières. Lo première
l'lo rnère était, lo srte Eurot'enre dq coin. s'oppelcr(t Soqi ieh , e.l\e éEdiE
n>rre eE ressembLeit à un dgouk -

Alors ço, c'esE lo pnemière

Ouond i'étois Lo .{e,lpctàme riviàre étoit situde en ontrebos et


Semb\oiL plus imposonEe. C'4oït t'Oronte. -
Detit
d\ s€ Liâignoit) làl' ^

L'eou etoit, rncins C.a qrouille de I


p"r,rni d'eou là-bos!

'r t (-iY ^* /-N-- -"t'-

) ftf)- - -r>-\

Un Soir j'ovois posd un piège C'dtoit t-ptond, ils


en otlroper-. puis,reËvios Les corbedur., ils sonb
.pur
le lervleroin,..et du hrOut du
crvoierÈ rnonqé lo uete
r,,olins.,. lls tôbsewent
que j'o.vois dtrogieJ
vïlloga là-bos, .\e vois des Les ordures I du coin de l,ceil.,. Et dàs
CorbeOut vo\eÉ -en Cerc\e ou- qqe &^ t'éloiqnes. its te
dessqs de trendrolL oj $ ovoiE vo\ent. ce qul -est ô toi I
rnon piège...

%w
La Sgrie 4oisoiL portie de l'Ernpire Lo §rqnce hdriEo oinsi d'un rnandok
oktor"'dn jusqu' à td' Première G,r"ite
'Turquie Sur lo Sgrie , d" -492D A 4943.
mondio\e, Lo oqonE clrcisi
de s'ot\ier ovec t'1\\erioghez son -Tout [e sqsÈrrle d'irriqaE.ion
empïre f,ut moncetd oprès so déto,te, o éV cor,Étruit por \e§ F-,.r.rois /
Les gehs l/uLiliseht encore.
Qo n'o pos chong"',
' Cette pompe,. ,==:
,T-K F:,
'I
t )-=r
l,--l
I
I

L
*rA
ÿa)\
tÿl
+
t---)-
J---:1)4-
I I
L-r+,-T< \
lrô
o
h:@-/.tl- -.'')'.
-'- \ ,/
r,l
l,

\14 I
,8x"2
Je, jouais ïci quond j'/tois Soudoin, ou mï\ieu
d.es détritus, je vis
pcttt ; on S€ boigrorh. tb,

Fout Soire
que§ue chose grgoter. ,r, I
It

othenLion, il q o 'Tu les vois !


SouvenL des-
enfonts oqi s€
IDierrE dohs ce
réservo-ir.
C'est cpmme
6leE 3erpents,
o\ec \eucS
Prà:
5l
{l-_.
r-:L
/// / ll'
Klw ,((2 ;, .Y

ùrt',
C'est tstuest
des
trtues
Des petttes
s\_
tf'_tr- 1

iÉi:,Ë::::*
û"'$-'uu
lË#
'r-.-,_--r*
I l\
/ lq. I \s#tu
1-lè(
I

T--
- T-
/l
l=1
) \!-.,\
,U{'ttr/4 Wd* l-
Zrÿ
--1
\ll
N\a"rsn 3 o des rnousLittiques /

Its étoi"n't trois derrière On S'en 8i-he,


,7 ,i __\L t'occcrpe pos
,6iP'rsrou6 d'eux)., :-
È^iryÉf
llt ü

Yb"
,n
§GÊ ub sVW.

[-es enQonLs qrï nors


At1ends, je aois que ihi \ Suivoient ovo\enE l'orr
un coilto.r dorrs md choussuf€. rnerroçonks.
ils prenoi
des pos€s viri\e§ eE.
donnàier',t des ccrrps
de bàton sur le sd'.

66-P
{M{q
;-^ '_-.-l
\
\-a»
ô-a1

§t4a rtÿ"
l\ ovoit îaït\i d'Lrn corp.
Les en8oi'ts essogèreàe
de lui 6hopper.,.

N ^ ^Y. /f\l \ÿ - /^-.-\--' \

IWfN
qO

D . - -^^
^ t-!^

<--e -
v /-l^

,/.t\Cî'vâ êr ^
rffi
t-r ^ ^ -r
'-o Â
natn-'",D
na-a--^^
n . ? ^
^ " Ç
î

... Mois .rl etdit. trop


ropïde parr eu:c!
'îÀ
fvli1E YA HOr'lOi

nH KA.LP.13,
J.î'Ji^qX
C\llâk,
cHrAkl
/\ cr{l/K
,Æc

s

+ffi@
Voir ces erv§onts qui se Leurs visoges d{&rm6 pqr .,. rnoiscru boub drun
hoquqienL de mi æ {hire lo peirp et \o Sou{§rcrnce mornenL, jâi e.u qrtQ
f-pp"* rne. PPq^ro qn
rmrnehse plorstr.
me 'v-ovissôienE,.-, senscrEïon bizorre.

Abrutrs de solç g\i\ r ri


Aroks débites I

:(l(ll^=^iffi'fl"*r
:mY tr ';ÿttr
Jl ;^"'^ ( \)
Æ{z^ c%,(S" ^^ z"ffiSs"
Enstrite., È." nous cl emme.né de t'autre câte- du villoge , où se tro,rvoiL
le seul chou.p g*i lui opgortenoit erf,ore €t q.re soh 4è.e n'Évoib pos vencl,e.

C'est là que je 4erci consbruire Lo terre, c'est tout, c'esE


rno villo dè luæ.e, C'est un borr plus importont g,re I 'orgenk I
emplocertrenE., rcn I Quond tu possèdes lo terre,
rler, rte peuL Uorriver.

--
-ê^_§
t-

Nou.s avotrls morché


jusq"/ à lrorbre imrnense ll qo uhe liqne bhoute
te6sion quï f,osse enkre
qui bordoit lo ro.tLe. ses broncÈs r'f,ois otletrticn
dt pos t'électroeuter si
C/e.t ton orrière-
Srond- pere qui |o
* iï #.,.e.'i* *
plorÈe. C'es[ le plus
Sçnd'toqtier" du
/ii'''I
t1 '.'J'.i
,b:;
)t '

i:lji:t
@
En Sqrle, q o p\eïn de Soudcrïn/ une j"ep est, at Art
4éndnüur. -Connme r\s ont, Sortie en trorrhe de lo I UUIJT
Èâ"s le rnôrre grode, ï\s rnoison,
S grrvei\\ertL \es uns leS
quLres. Cornme C-o, ilS
+"r't pos de eofps'd'ÉLc.1.

ft/'-'"'

Ê\ o !o'a{€" rîÇ

C'est un qosse
-1 or^ ,"loit !.

C 2s! strement
\e f;ts du
générol!

.È,
lq
\tl,
-ÿ1à)-
vü' w w"z
tJetote étoit t.op pntit€ pour Les âèrres y ot\nienE b Dire qu'à rr,or,'
occueil\ir tors les anPonLs en tour dc rôle, krois ,jo,rrs [e dpoq"d, g ,ovoik
lnâme t-emPs. fnotin, eE Erois jours tbprès Persorrre ddns
midi. I Ë'cotel Les porenLs
n'ta meEtoienb pos
ll ooroîE qu'ils scnE ieu.s en$onLd.
d'en constfuire
H-\
ert tircri",'
une plus grande,
qei pôurro oacueillir
' tÀuL le rrende/
#æE
n.@
^H
ffi /ffiY

l'îoi por eæemple,ie suis


le seul de tous rnBs 4Ères
eE sæurs à scrvoir lire.
C'est, pdrcQ que j'étqt=
le p\* jeuner Quo j'oi
personne n'o rdpond,r, Ators rrEn copcrin,qui
hlors \e pro{esseur o dtoit stupide )o leve'
diE r'\ Si vtus connoissrz lo moin et o diL)lc'est
le coopob\e et que rnrs hous / Ynohsieqrl ESt-ce
te dâor,cez, je vous
3'l?n geuL owir les
dovr.,erai 5 livres sgrienrrsl' 5, liurei ?"

I{R UN HA HA }IAI II tJn hornme es[ portr Mois ey {b.it, i\s ont ju$e
sç6qoit VRAiMElsf qdil Chercher un $rsii, êt rotnend un bàton, et ùus
our6ie [es 5 tivres I ' pendcrnt ce temps - là onL tet\ernent tcrD6 ctuec
trous on pen.5it ou'crr q, 'gn o pos p,^ s'âsseoir
ll attoït mo.^|ir I On plàroiLl
HAI{AI nous onto{tropds
o. pleuroik I tlo ho I pndont une semoirn I
ek rrars onÈ, diE qg'on otbi
ètre e:cdcuLe's devonL
tout le vnonde, pcur
l'eæemple.l:

tt o bu en co\lont so Puis il o Pissd/ er\ essogdht


bouchB cl. ttou, de viser le txotr.
Moh Père s'est ottonqd sur e.lk,
eæcrd,L.".enb corr,vne. eË Llb ge .

EnSuiLe il q commened tl ovcliL l'crir de se puïs soudcrtn, les de.u


à discrrter ovec el\e, ploindre. en,Qonks eui rn'ôvaierrt
qqresse- le' so(r à'ovont
' e:coqe-rErnt
eh .) s€s
e.cPresstOttS. sdt errtrds dons lo
Heào\§gie,.. pièce .

Emm\ii, oetiloq
grrejoo\i a\rnosÉriiï I

"fry

ÿ\on &re reprib urr Mon ons\e Hodi ïloharred


postlhe norino\e et e.st entrg dcrns lo oiècs et
br'êto de se pbindre. o Solué toqt [e trnarde,
comme sr de rim r(é[o(b.
AnoS et ÿlohtor se, Mon onrc\e Les de.r:c enQcrnts ge
rnirenE à ehorrirrer, ftt un oet,h. cottèfqnL cru mur Sons
g\oo,^et+enL bruik -
de lànquetis
J
sec.

t'#*
ArrJ{\A
y'a»
ü

.le c.ompris qu'AnoS et Ces deur bru[es


-MohEoL étcrient \es e'tcrïent rr€s ccusinS .
err&ants d'l-lodj f{ohorned.,

Tout te monde sorioib.,


rnais çu se vo3oiE que Vcr chercher [q
rnon Ère el mon oncte p\+e , [t te to
s€- détes\aienb -

(1à
P* à peu, toute to §ori\R s'est regvc.^t' dons Hodj ÿlohorrnd crvoib cleux Semt es.
ia ctor"bre. de lo grcr'd-rnère- Lcr première dÉdit â9é et porloil
porf,ois (crute selrle '

08' B o- a

Lo sec-onde étdit plus ÿlon ctrc\e SinrL


jeune. c'dtolt to rria"e quitter td piàce.çor Arêt€ d. f"ott*ç
d ' Anos eF lvl okkor, @ va s/inkcler et
"+,^ vas perdre. {.on

ra gmnd - mà"e o u§€


techntque fnogique
pouf 'en\Pver
^ \cs
iat"tel â"s ge.^æ. €t\e uo oos
vrqïmertt' lui
Sitl
\âher Son ceil! Tu vqS
voir I
M\o qtond- rt'ère o ogripçre' md
têtÈ îvec Ses d€rr:Ê rnains.

2. l'-

Les 3ens gloussaienh. .


Elte o {ini por rne )z n'dvois plus mat !
Je^ sen-cois sâ \ang,l< fedreSs'ef
\ | l/
tâpe^se so.rs mo
pou gi cr€ ,

, I ,/ l-!'

2*t

Mohhr et Anos luï orrt . et\e leur o \6che' \es g €"r:t


.. pour
Soube' dess,rs ,,, ne pqs 4otrre de jolotræ.

tl ) t\l
Mon Ère o\\oik urr {ois Doy Semoinr Je n 'ovoi s pos le droi E de
b DoYhos Soire .o.^.s - t
SorUr porce que j/et^ois trop
P*i!, olors ie regorrdois por lo
lenâtre.
/ / // /-v7M-
' / ,+-r,-zT-1llÆ

/trZ'
YF
Lo {emrne en Soce Q rrand dle ovoit f,rr,,
étendoit son linge ette I' otEroport por
qucnd il pleuvoiË . Etle
/
UY\e ;Ombe.
ffi/ posoit son bdué sur
àol e., beton,
le
/,/
/Ü/
t- ,^/
(
t/" U,'./ I
z.ô.
t //,
. / /
/ /
:

/ffi2
^^ô^
- @-"-*''
Ê-l---\ L-/
7y@,
EE lorsqu'il dtait bien Pot le bolcon de lo oirsirt,
l/ ogrippe, el\e le couvrait de
bisous.
j'oprcevois une ouLre fnoison.

//
', gY, (->ô0
4_
<.)
/ kSt5
G. /c=>
a/

tg u_/ <e
/
Une f,omille très novnbreuse vivoiE tà' Lo mère ornît \/oir dp.risde- Elle
ovoiE toujo.rs un enPonb ou Sein,

'* " ;-" a' r-x^--:-=-!:-

Un qarçh, osS§ Sur un tos Son llonc soigroit. A Le oamin LircriL §o.t,
de Éïtlorrcc, ietoiE des plerres choque irnpocL, it ouvroit b \\ §disoit ço moch\noletnenk,
sur uh orE. bo.rche scrns &ire & hrutt.

1r^
;s:Jll " ^-\ t1 .t

Assez rdgu\ièrement, son C-ovnme il nbrrivo(t .,. ll se v«,geoit sur \'ânc .


Êr. le pcurôossoit ovec un pos b
)lgcroper
choussor\.

YA KAta !

-ffi
}rf

@ o r t-l -ôn'
Je restois des heures b tqorder le A rnidi, tes dcoliers rentroierrt chez
lq rue principote eE te châtâu d'eou. eu! en Courqrrb,

:-
%m
«vb
df^
O{,_
(
L_-a_-}_

lls reâpporoissoienk l'opràs - lls visoient ovec Por.§ois, deuæ. bandes Se


rnidi, qrtnê jusqu'au:c ds66, Prdc.ision les omprata5 èroisoient, t€S qorsons
des lompodoires aui prenoierÈ do p"É viriles
«ltoi ent, fourtank oæsÉes et rnenqç66ç€is.
depuls longLemps,

lr

^ t_J

ÿlois ceto dégdndrrciE .le rèvois d'<rtler \es À u çi.t a" to journe? / ïnon
Fdrement en boqarre: rejoindrr.. l\s ovcrient tbir pre renLrroit de l'universite'.
_

i b étoienL to.rs-casins, si forts.


It sembloib ptus \uiet qu'en t\ meLtoib urc je\obcrh,
Encorel,? EE t'en os
Libge. t\ se déphoit de retirq s'ossegoit pcr. t"*a p,os. m.oTe de jorer
sorr coskurrre, comrr€. s'i\ ovoit, €t Sumoib un< cigorette. tout le ternps i
peur d'être vu.
Alors? Qu'est-ce que fu Tu préPdrerqis
os -9oiL oujotrrd'hui ?- pos'oller b t'e-cde
bu". des copoins?

"Gn" gno gnq, je veu:c v.ester ll porle pos orobe, Pffç rnoïs il opprendrotE
Ovec rËmdn':,, I u vos PoS tu rros pos le mettre err deuæ ^îours,,.
resh.er ovec ff\cltv'<ltr to. te to lvloi j'pen"se qu'il &uF
b t rdcole !..
le tne-tLi'e b I 'ecole ,-,
à tqp âge j âttois
Ço vo \rendurcîr,..
à trécole, mcli - -.rrr

Au tieu de rester là torte


lo journé tr gouer dvec
de§ peLites voifures eL
des hor",mes nus ert
Les jours s'e'coutoient dans cet opportetrcnh.
l'1on gere h€, portoit gl,rs de lo vil\cr, Riad, viens, je vois te prdsenkex
des copoins. I-l

,#"fi;*4,
Y;

Voici tes cousins ilohomed eE\lqêt. Je me souvenqls d'euæ: its rn'ovoienb ddfend.
Mohomed o un qh de plus quetoi, \ors de lo boqorre du prernier soir-
eE rr.,oël o ton àç,

fe
,+

m
Lo t*oditiorr Sqrienne voulqiE Leurs choussures étoient,
qu'on se ddchdusse ovont des rnouloqes en phsliqrr
drcntrer dors ure rvroiSorr. de vroies Ésh.etsl,

W3
1
X,- ,r* {.tud, *d^-k-
idotthqtut
lls éÊatent totolemenE fasciræ's lls les ouscu\Eoierrt
pcrr mes jpueks. ChooÇ lcr siho.oj mdti orlerrserrp.nt, comvnq
cho{ g:-niolq
cornme
/
s'i[ s'agissoit dbbiets
elk est -
PreseuÎ.

$qH ry.§
t\

'aj c ^D . Crj- uo-

;j éË to\ tO \-#r

rfi q.r.J
i

lls adminoïenL les s5stèmes lls vculoienL obsdum«t t\s étoierrL très opp\iq.r6, lts
miconiques Qur perrrrc&uienL sqvcir ce qu'il q ovoik. fqisoient des trucs dontjen'ovois
l'ouverLùre des pcrtes dcs à l'intdrier.rr de's cbjets. jomois eu t'ideé,
peL,iêes voihtes, ou
t
/orticulqtïcn des bros
des tigurirrs.

Ol o j""i un morrent-, En fott, cr, dtrrie voisins, on


puis m-or. Ère
'qu'il
esL ve.hq hobltoiE s.rr te r"ème plier.
'le.'or dlre âoit terc
Pour eut de portir.
D
t)
I,L'
Z
E
À T". lvlaoleh, i\ n'q ovoit rien à goire, On ql\oit de ternps en t-er"ps fcrire
pos de pos de restouronEs, pos de cc^ rses à
:7 hïtomètres. Ho*s ,
"ot6/ des situ{e à
rrogosins. ll n'q OrroiL que des r",qiscr,s .,vec
des fornit\es de?ons -

Un vïeuæ bqs eÇ{'ec}rroit On vogoiL. lo ro,rtc Les Sens ne nous


lioison touLes les heures. dd4iler à trovers des yl.lr.
le QuitLaient po.
ploncher.

Sur lo YouLe/ on apcrce\roit


t^r€ ïrnmense usïne de À ."." \à,
rof'Sinoge de sucre.., it govoL "foq*e,
,re '{oêt,
et mointenonL, il 9 O
le rronde moderrP.
Plus on opprocVroit de [\oms tl g ovoit, de gronds ponne.crut Peinbsr
ek Êlus tes porLroits d'Ho{Ez oü i[ opporoiSSoiE, plus je.urne.
Al-Aiscld se-' mulkiP\ioienE, .

- %"O

&:N §ffi/ry:'
/t
7l

t\ u qvort une sboLue de lui L'espoc€ tibre éboïE .le- remorouoi olors
qu- milie.u d'un rond - o..üpd por des of.Picrres ôu. le buè e.n étoit
poinE, e,E des oqtocollonLs, égotemenb rernpli.

Ê*t
'r--.,O I
Iru U^e

11r
e_ oôoo
ù-
o
h !-./ ^§§' s
Avec sd moustocheT t< D'oil\eurs7 Lors les hor"t's l'\oi, i /oirnois rnoïns Assod
chouÇ8eur \u\- même du bus. à oort mon que kodholi . tt étoit moins
resSembloiL b Assod, Sre, Portoient to Ëou, moins sporbi8. ll ovoib
rnoust oche. un Sront 6ispronorbionnd
et l'Iorr un pel l'""rbe.
On vogo,t mot ses 5euæ.
Lo première- fois que j/ôr vu H"mA ll p\".".lt

ffif;Hffiffi

o^o/

FffiJæ""x
tl g ovoït des vendeurs de Ce Egpe cr Soulevé urrq ,,. ek l'o jete' plus loin
goussirrs portouk. des c,oges en flostique. sur un gros tos de
o. ott:rop uà pousiin
|ttnerte..,. poussins inerLes,

TôuLes les voitures h,lo:connoient, Les bàtiments Mon È.. nous o


!... g"§ portoub
crigient,'etïl g ovqit des ' semb[oient 4rogil<s, e-Inme.nes clons rrn

wffi
orduïes. êo Senkxib its étoient. no',É de'
rnouvois, souh.
crosse .

Tulunï#ffiuuu5

:,/7 $o È" oo-


[tùous SoYrrmes posîs *.= ,.!pe t\ Se mor'broit Sorrs
Qui ne verrdqit ciue des bossires en doqte obtbecrnk, For
6itostique. tt dtoit très pdi et très Féfionee.. Éo r"ere
g.*it crvêc rpus, étont eurcgénnt/ TnoY\
Ère Pcuvclik. ètre (,\n u le conrorS â(
.SondÉnncrire clr. r$ime. I

w:à
il $r'.1,

NoLs scrnmes oltds rndnger t'o pluport des restoq@nts Le sct dto(t plein de res\es
des gndu,rk*rs dars le posscrqe
I J
diÇfusoient ure odeLir àcre eb des rots couro(enE
couvert des hebobs. eL foisondé, portouL -

ll {out c}roisir l€ Regonde to solopriel.


bon b I'odettr.

HRH nïÊ,

q= ;-tffi
Des hornmes seuls Nou.s Sornmes possds Mon Sre o Soit mire de rre pos
rnongeoient, dcrns lo devont u.c dchoppe * on \e fernOnquer, rroïs mon crrc\e
t-üQ, sons Pdr\er. o croi sd rron cncle Hodj fious o v(rs. tl rn'cl {o,t un petih
lvlohorned. Siglre clvec Son SOndrrrich.
Dis donc, qq
o. ou ghûerïtd l.- Bcrnde
de ioler.rrs I

W
-64
h Hov.rs, ît govait des sunnites,<les
atoouitcs et- des chr4iens. Choque
c-ommrnoutÉ üvoiL dons ses qr.ravtcrs,
Les .9illes qr'* vogoit dors to rue
é€oienL diffdrentes de ce$es de
-I-er l4ooleh,

1'rp

l-es hom-es ieures étoient to§ tts s'agglutinoisrt en Lo musiqræ n'itoiU 6, s


coi816 -rr# des Arndricoirs des groppes-devonL des boutiq Ou'un Croorfement
anrteés cinquonLe, de cossetlss oudio. âlstondu.'

Çe 9pf vendoib de .iolis It o remOlt un SctC e[ l'O Et cpmmenL 3'vends les


4miL§ bien l,rskés. tendu b i",on Ère' cluLres cousin ? C,eSE
les seules Dor^mes
Donrc' rn'err un Eilo! tleiN?tnt'fous drmoi ? Tq bril\crntr.s que i'ot ! f .n
i",'os mis que des parrriest \eux me ruiner ou quol:
fe veuæ eel\es & ôevcrntl
A cette. époque, lo Sgrïe c.croyrois:§it Lo. Sgrie, c'est l'6llli{e
de gronCes pe'riodes & pdnurie. de l'U§S . Quond
les comrnunisEes auronE
qoqnd s,rr les
dqo"itotisLes, tout
Ço' vo s'reimplir/
cLiKl
'Tu crois que
les cornmunisEes
vont gagnerz l.touL esE
l Possibtt

Itll)l

ll q ovoïE de nomb,reuses
èoripures d' 4ectricitd-

pour rononter le rroml de


mo mère, rron frre lremrçrra'rt, /p lives-s, SA cdrrei
chez une Sorte de h.iosqrier Pnnis -rv\ArcH
grï ovoiL porfols des jcrrrrour ou\-oui r Li SsrL
{inrnEois. [ $»ts oui
I.TAN: IL A I vivE Li FRANCE.
i,n«,s-qgi

lr". photos un pa àénuddes" C_ertoirres poç gCitiqm Au revoir lo Fronce I


étoient couverbes qu rrorqu€ur eÉoient. corrémenk
Ahi I Ahï\. Ahi 1
por lo censure. ddcarp#s .
trrut Dos que
trr li.-s troi,+u

,fth sfusm, PA
JUV
vos me ruinerl
Us-æ bien
lentement, !

l\\
'-\-
'z - l
Mon pre parloit trà Quond lu vis dons
lt o ô^trüL treÂ^cr,^{]- al Ùtlrqlin;,:ha. ftlremqnt des crutres uh Éqs musulmdn/
tu dols 4iirre csnrt
; *ffi*,ffiï^) t cc,mmuno,.^t/".

lrs ôrétiens, pfftP...


les rnusulrnons.,. î
C/est po].acrnPlqre
À quoi ça serF diâEre T:u te converfis
et t'es trunqrit\1
H:fir.*iè:âi
[v"rsulrvron? Ç'est a5'
lo proloccltion,..

,t"^ I

6i
';»^
''-'h t'*ub))

A cette dpoque / persû\ne ne mhvoiL ll af0irrrqiE rre pos être la


eæpliqud ce qu'étoiE l'is\om cu clogont ou re\igieux, rnoïs Mois coTnrne
Censure liE to-utes
le clrris\ionisrrc ... l"1on Èo * défendoib sons cesse. les
lei-\ert "s de trdtrurger,
ScrisoiL pos lo pnière e[ il rnorryi[ sunnites en disont qtr' its te tqæ qr.ri s ixcttpg
du porc quond il vîvoiL en Rc-nce. etaient les suts à oucir C. 'r" çràn.e o Fut-
t-oisr. être du rehord,'
On posse blo Poste ?
tr"! èto de
3ue1lurot 3re
rnorrqn?
te*re

/ *o
/A_ffi§r" / _. ,L;,egi
I /,^,,
ùY:ii
-t5\J ff _ /

){ trovers lo bo1te,, le postier rous C'dtoit un lu:ce d'ovcir une boÎte postole en vit\e.
reggrdoiL . A fer Maalelr, i\ n'9 ovoit ni cotrrrier ni tétéphone.

On reuiendra \o Semoirte

1',?.YYSK
/ g/+Â.'t ^ =§ W
BR00Ùryn^4n Qu'est-e que c'esE

'n,', \{' ,'r' t/'l/VU tlnrt c'esr


','/ zfr§', /lr',/,// HoRRigtE!

i I '/ ,'1

t'|,' 't1
-,1-uffi/r
*u,-'ïoyZ,!
'ry'Ëfr
ia- ,' , /1
L-i /1

u/,§
at
y'p-
1t
, '<-'
e
I lt ttt
l;'r4' t,
C'e* hor-rible rrois c'esL

|,fr-u, ]
ndcesgi,re ,,. C'esl un
eremple... Comrre ço,
|eS æns se tienrcnE

a il-lr3
trondui\les et ôéissnh..
tl §ouÈ, leur,hire p«^r...

' tlZ ,"


d

/J,
_._/c-
<=>( \
Dcrns \e bus du retour, rrron pre Its étotent conterrts de TctrYler oppe\eit rvtsr
renoonbca un vieu:c copoirr d'er,Îone. §e retrouver, ils
ovaier,F pre'huü R.iod"ce
l'air de bæucoup shirrer. ciui signi.T(e " pre de
AtsOU RïADI Abotl Riaod.,-
Rad".

KifP la sprnld?!! EE voità Riddl.


{nûeh Tarner mon ,
{ïeuæ coPoin!
fiuiuut

/,
,a
-rt
I .-\

Dès l'oddesnure, les hommes Tarner cr Covr,mencdà Qu'est-ce qu'il lui


gquvolen-t chcf§i le prdrom cle le,^r rne poser des quesLions
fils oînd eL se PoiË ooæter que je. ne comprenois
"Abu..." Hon Ère ovo,È clorsi PfP0.-. ll uarE
te mies des cinnéeS ovonL Pos. sovcir s'tt cqrndîb
d'ovoir rerrcontre- rncl r.ère I yoh\ goreb\ jareb Dor cqrr lo
riremière sorrrohe
.1 tqptnot. 1';7; ' du cotron,..
J;
1tà

)L

-*sËI

Mani rnessodok ! Lozem tkæn


ho0ezho crôh
ghoiebl
Mon pre imitoit. le
Serpent- e! le ègee e
fecroqr^evillaiL .

Tomer o comrrend
ssss.§s I à pl«rrer.
}{ntrtnl tlA!
t" 9 t(
1/4/ /,ù
\,'c

Mon pre \'o pris Quond on étoiE çetlts 1


ll -travoillai| bienl Al-ol, it o orrê§'
dons .ps bnos pour Ses Dorents I bnt |nais un jo1r,quelqu,un l'dîok b couse ck
le onsoler. n'is t lrdcde, its
o ddcouverk ou'il' çol
ovoiE oeur des
éLoienL très pouwes Scrpcitts ! Après, HAun HAlul
ml$.tfs*
Le11erng!ts _Ffl{
tant 'le r'nondi lrrï
*aisotE le bruit-.lt
pouvoit plus vivre,,-
uq Ho§rE!
Ë'r,[Ë'ry
"ar
S\
\J
oo'@
§§o § .s;
R;oa, viens vciry
je uris'te lire
/'/ '| / guelque ôose.
,/ //.,
///7
,/',
,', /: l/'/;

'/fr

'/ / i /(,',r/

(ro c'esE le ll s'est, mis b lire errrvrc r'rontronk.


Beqpn{e. C'esE | /archonqe Gbriet du doigL \es te:cLes. ll n'ovoiE
Coâ". C'éL nabce livrc eui lro dictd o, [rophàte.
Socrd à nous, les vois te_ lire lo première pcrs lo rnâme tête qrc d'hobibde.
Je
Ça serbloiL e.rtrêmernenE
V-
So..rroEe, EcouLe.
importonh..

ÉvidernrnenÇ je nq Alors, b +.on tour HAI{A}IAI{AI{AI


cornPrendis rien du
toub'. l4ois les scrsiLds
de le tirel. Tu
Sducir ce teæ.Le
dois ,l
JE Rieot-E /"
dtoienL tràs bettes e.t por cæur ! )
a

II Tu sAts PAS
hSpnotisohtes.
? ?t - liRe I ^n
Alors tu oirnes ?
lr
?1,
Hdben olcrs, tu
vos o\ler à I'dco\e
pour lïre \e Qororr r il {ouk dàs lo SQmcrinQ
'scrvoir lirel. -t''es d'æ.ord?
prochoirc -

U'dcae, c'est obl igo{oire


'T'out le rnonde g vo.
I Si t^ comprendsl.

Donc, tu dois foire


coYnme tout le rnovxje, Tu oorlois tr-es bien
À en Ubget, ç-
Flois je sclis
pos porler I Je Tu dis qo Pour Dos

ry
Cornprends pcls
ce que lqs. gens -7 crll« à't'é'o\el ,-

':N- 0

Moi, je suis pos Pour I


tl est ehctrre p"tit eL il ... C'est rnoi quï
covnrnonde,

t// /
,/ '
/oU e
ü't-. V
Le lenderncrïn, or\ est att6 roir Je re' percevoïs qûe
le directeur, des bribes de lcr Mnis Sï, -ru
Aih I wo ohhircrn, coh{ersqtidt. compneɻs !
l'obserrk rrostomer t-
Llo?W
Oui, je c\ois 6p6 l6zern inLi ?
hsojto b I'dcole holoo.
h«r..,Je
Comgrend

8): ir2*
',rtli- s--i:
.\\\\!\j/ \-

Boinbo mo pav\er orabe... l\ s/est teud et nous


ll {out qu'il bA" shoi..,rrra o dô\^'d deur livres ll o dit quoi !
elo roh' tud. por teS È d'eôole eue rrpyl fr.e
outr-es lt o pris prdcie,rSemenk .
0 Qu'il étdik
contert- oup tu
Rjoo â eshoher le mo§ o
Cornrv,enCe\
præhoin uo minshcoS. l'doote, le rvols
prochain.
o
0
o

.fiNG riN6
Rdpondartt b \o clocYre, un I
ehàrme bruiL sotrrd o SotE Tuosvu?tt YAAAAAAAAA
trerr.b\er tout le bâtrmenlc, - esL gentil t, _

Pourlontr il ébit
Mo'ho e\scrlomeh, ào.,s lrorrnê
je crois.
avonL,

C €1
/
L
y{40444 1
Hoool L'cicdel
que
§u'est-cr.
Ço, l'dcole I
;âimois

Arus e.sL opporu dons


to 4icute. Anos o ton àqe
et il vo b trécoIe !
Tu serus dons
so closse.
P* à pcuz rnon crrcrbe s'arnétiocoiL. .crr lls nrovoient pcrs les r".â"',es jcr^eLs
ie posscris rne5 oprès-rnidl chez woè\ eg que tnoi ,
Mohov',ed quond i\S n'ovaient pos ccr"Àrs,

Heg on joue 'o


':f-,{ÀJ. o+r.*r^t ^t
lo guerre. ?

ffi-ffmr

Leuns Seuls jotrets éêoiert ro1ge6 Les soldots S5riens éEoîenE err plostique
dons un petit scrc e.n plostique. vert, le même plostiqqe que les choussqres
de mes co,rsins.' l\S ovcrient des postr.,.res de
Qui veuL les soldoLs gu«riers volqrrer:c.
Sgriens ?

lfra"or^'ht'

S^r$'"
*e&-
,l

Læs soldqLs isçq(liers dtoient err plostique


ben toi , €'os qu â prendre bleu. lls ovqimb des pos€s {ourbei et cies
$wr otlitudes de troitres.

W
A
ruul d^50/tk
C'dtotè diÇ{ici\e de iogg. de le vois
clvcc ces soldots. tts n'etôient oussi...
Das orLiculd et comme tcrrrs
btEitu,o"s dtoi sr,E ddjà dé8inies, HAur us
on ne pouvoïE pos leur fofte $A§.S,
Toire gànÀ-ehose. juiPt
-f>
C-r)
Ç.
\.-

l[ ogit e \e drogequ blonc,


ïl se Soumet hrdhô!

Hon cousin s'esL ochorné


Sur to tète du jouek ek
Qoupars-lui la têtc. l'o ddtoché ,

À *ot lo victoirel
Dieu est grond\
de. coqpcris lo tê{e Uiens-ù, o..re je
j*i!, Jo
dq gu*.1 j/oi bierr te J'vnis Lt D|RE
ôroiel. râpPRer.rNE h
cASsER. læs jolers A rron PÈql.
Qu,or,,t fncnÈte lll

t{tçl HrP! tt rro }lFF!


ire Hccl Tuer HFF I

Quand verroiL te s,ir, totrb Le rtre de tdoël eE t^olhovned Lui et mgn Se (qui ê+oik, sùr
le tnonde se olmoit,. dUid un des ,9ils de tlodj onclel 5'6x6oient beoueoupt
l"lohorned. tt étoie oro&sseur ils étcrient les seuts b ovoir
%'b a^W - & motMtqUques àr lqé,' +oit des 6tudes dons lo

trffiw 6lons le villoge d'à côir1


Alors 1 ues noEe: !
forntlle.

,\
læ1
\ (r-l
Atocs? Est-ce que vous oüez-
eiÊé bien Sc g€'crujrrrdrkxrif

iS quelq,reS rnirrutes

r N§-
\:/ F
,- C.i»
Iq
Nous ne sortiohs que pour oller
.,,eE l<. de,rx.ième Nous. nctre étoile
Sur le bi€ ou devonE le porclre, .
est'cornm€ ǧ,
Nous n'ovions pos le d.o'L de c'æt l'e?oile des ekgenctdeuæ
t\ous éoigrrer.
oui$s !A«uu! r pttends, e$Soc<
Tu &is deux ce\\e des .'rui{\,
§i tu vors un

ffi
t*iongles \nrersés, ôviorr ovec ce
quand. tu Ëesiârs
giqre, tire
r ôessqs I

b\î,
fl,Èx-ë,-uno #P
Hon IT'qr orrives ll 5 ovoit des compor\ewents
§ienf superstitiaræ à respccter.

ffiH qlTfh,À
Regorde tou.io,rrs
por terre r Si tu
VOiS pols uYr
hiËt'
D rnorce'ou de poin.

.\

l.t
-\ë ,
-:11-._-r-\--
n ô ,-l^

ApÈt" le pses
Si t'en vas un, Sur uh muret
il nad le ruvnosser ou une pierre.,
et tu dois Sorre ts";t oos ou'il
Dour
conüect
"i'rsol.
ove. te

Fout pos que le


pointouchetè Sotrn,
Si tu vois uhe
cÀcrussure cr$ec
lo Semet\e
Tetour rré .. -
Tu dois leirç

Tu re dois o<rs lo Ah ou {biÈ I T'es une.


prdsenter b 'Dieu t uedette dons rro c\osse!
Tu dois lo tourrer
u-ers le sol, vers \e
Éo bon? oui quond te
Ço. voub moitre', it ,foit
oüSSr PoUr \,oppel, î\ diL .
tes choüssures ! ton nom , e+ +'es

^'ëj
^-é-
(
s
Alors le rnoîke il o diL:
g,rard ce So§ouf vo
tt
riopporoître, ,3 vo,s HNhlNHNHAI
CoSFr rnon bôtcrt
Sur Srr kâtel'
11AHAHAHAH4

r\
:_^tIfJU1tY- Go
11 -j^, ÀtD
- -ô - t1 a ,O

129
Hohomed et, \^bè[ rn'orÈ, Sirr*r, tâs
tes insuttes Sgriehnes .LÈcHe C-e aue tr oeuæ ut,\iser
!ft§"=, !^o{ q9l=1 torrL'le tembs eE po.r
\nSutLer touà cc quï'eæi**,-
G v"rt*,.illqi
airu'\prYi e,cst \'NiertE tA't,rÈCe.'r
d;.'ic- I

Tu Oeu-'
tr'ffijry NïQUE TA
ça'eÈÈÈRe
te d\re i1
Eus »s
c$iEN I

tr
() o r) ^ -n

Les ïnsuttes devenoienL


PloS groves Quorrd on S'en Sois bien Sûr dtbre
Copoble de PÉter lo $4ÀuDif 91r
.roN
Prenoit ou Pere , cruàule ou aors à qui PERE ! 5
t'lvlAuDir sc»lr Tot ÈRs/' +ü *s go. Érce qtril
vcudrq sâreherÈ sc 'fout,.. fout §oire
ço, fort {oire gg{fe quond bottr€, Si tu lui diS t,
otLerÈion quond
\ptruDïr sorr rol.lDEgE',: tu dis so,,.sn81,,,
c'et dongprcuæ.

a.

<)
a,

€nSu,te, les insultes pouuoiüd ,i" vois't.e dire c'que


être ompli.îiés en rarnontont 'c'est qu'lo pive inslEe,
les gdr6i'otîons, O'oGE,oro;.
--
t\ t'touô,L.,. soiL,,.
t'lvtoudiL soiL le fr.re de *oa,,. ÿheu,- 0
\o m'«e delon ÈÈe.'rt- te t'opçrardte,
c'cst grctve l
ouhhhl c'est pqrc? -que ie
ghaud de dire 'ÜoiS devoir lo
Nique le ftre de L
\cr rnère 'à to tùre Bon 3'tr la dis
b Yoreille. F

a
?; n
, Cà*P insu\te, 't*r peuæ
êrridemrnerrt .pos to dire
b un rnuStrlmcrn ,

T* perlæ lq dire q, 'â


qn 'etrrétien otr un.'JuïÎ

-Tiens, voilà

V-n-nnæY?,
-n .-' c» ^AO f:n

Ou'c:È- ce aue tu Arros et ÿtohtor étoient otus


tàos tà, sole ;uiÎ? jeunes gue ÿtohomed et trlàËt,
moïs ces derniers ne pouvoient
J'nique le çÈre de pcrs rne ddfendre cor Airos et
lo mire b{o m-eref 'Plohtcrr étoienL teurs oncles.

Ou' est- cr que


rteirs faiÈeS7 vous,
à troîner clvec un

RI A»I

r€y-n',
de lui eæPliquoi
qu' Anos avoïL rnoudiE ll *out
le Dieu du $re de AitrlER scr
fu rts DoiS PAS vnd mère .
4evnit\e, l/oiwer
BATIÿ{ êvcc
1É -cnni Dlus oue
'Soi - inême.
în uue t
-être, mois
Pe-,rt
.t.r re dorS OaS
re'pondrel 'jàrrois I

Si jo-6is je te
-ottoqïeÇ
revois Hd bïen , fu t'en vos I
les So vq mol fu n'enLres pos dons
Sc possei! lo-t J"u.'
teL si c'esL eux
Vor^s èLes
qüi m'lt}oquent une fomïltel

Quelques jours plus tond,..


S alut rnes oncles I {ous cl\ez vold notre
imrneubtel Je nique \e
Avec tes 6)^'eveux P.* d.,. pr-e È +cr nère
jouqeq d.e f,its
âe juive!

Arrâte.lon...orr esL
de lo mêrrc -lomitte,
rnon ère dit ou'it-
f,out'pc s se boUrct

ll Se produisit- olors un voulois êésobeir h Quond tl


r
Je
w\c,n pere eh les Cq)ner
Phoîoinère étronqg. Je prois j'éÉois comm€ .S«o.. à I'e'co\q
vouluS repliquer rrcris je je vois {< tqei
rne mis à txemblek €n Farolg sé. OVqC fnes
riEolonb,.
eoPdinsl

t{AHAun !
tln flnuÀ ,h\\(\i(t
,.d L>

,effi'
5dI
üIll 14,ô
Le vendredi scir, le.iournot Ho0ez Al-Assod orrïvdrt en ll jetcrie de pctiEs
t/tâisé redigfusoiL dê chousseÉe.s rsuivi pcrr ur€ c,oqps d'æi\ rrcftonts
eæ.trorts de [o prière du fou\e drho^nrnes en' choussetles crqbour de lui. Le wr
pe'srider*- qu, orloib eu lieu
âons lo mdtine6. ,r r r dtoit csr.rpe', on
entendoik utl g:ctroit
pso\rnodid d',"rte
'SouroEe d6 Qoron.

-4v
--,
a. aa
?d

Le prdsidenk lonçoib le ll Se meË.oit à çtor:c


h^ouvew\ent de to priàe, [e pre.rnier...
ll jotgnoib tes moins eb
\q .Coule Soisoit poreïl.

..,e8 persorrrre ne sR relevo(t ovqnL lui.


Tu sq(s qr.ri c'est lui ? C'es[ te Bon, i\ es[ abouiLe
pre'sidenL A.=o{. l.I....,........,- il esL, pos vroirrrenl
fnrsr,rlrnqn, mois il
It est Po"t? C'est un molinl. n'emÉche..-

ll vierrE de lq Dctuvrebe',,. ll 5 avoit des Scrmit\esr elles


h so", dpoque, lds al.rouiLes étoient si pouvres, qu,e\\es Tu te çsnds
vivqierit comme des onirruur. vendcrienE leurs enHnts comptr ? lmdqine
Souvoçs dons les rrsrtogrps. comw€ escloves aur sqnnifqg. Si jete vendoïs
coh-tre une Mercedes,
Et les sqnniêes .
por exemple !
ben ils les &isoidnt
trovaill« comme des

Mois Ho8ez Al-Assod, il It o donné tous les


o p,r otler b trdrote luî, eb ÈsEes imærEonts oux
comme i\ étaie eæcetlenLen àlcrotrites' et moinlenont,
molhévotiques (çc1 s< rotb, CesE nous leurg esclove§J
ilo un grond-l'ronU), il esE
devenu pitote de chosse. *

o
o
o
-
llt
,.le ne comprerrois pôS qrond-ôoS à ll se, redressoit, lq +êk Je r'e Soisissois pos
ce qu'il rocontoit, Fnoi§so posiEion ovcs les bros. c.ornmenE unâtre
crllongde me 8o sc,inoi E. humoin poevoit. s
tcnir c,omrne So,
€ffi'T,..#*
-§/h.

- L'union des rdpuiliques .., qu cours drurte rdunion


L
Nourre\\es du Sociolistes soviétiques o ovec Hofez A\-Asscrd, ncbre
m onde, I
*6infsrqht
te,
rdiLéri Son omittd eE so. pre'sident eterne\. On
SouLien à lo rép,rblique regorde to.rt de sr,te dBs
crrobe Sgrienne, por lo voi:c imoges,
de son rninistre de lo

\\\

Les Qrotre Sqisons deVivoldi ll n'9 ovoit oucun son ni oucun


6/6x1[sienE.- comrvrentcrire.

\-_
À-.a
Mon Sre regordoit So en
marr..onnOnt. C'e-st quo "juiÇ)
-t PoPa'/ f
Comment Ço,
C'esE q"oi j,ri9?

âst lo pire rcrce qui'


C- Ahhh \ Re,gorde\.To mère,
C'esL les ennerni5 Soit. Les i,rifs et les etle crime-les iuïPsl Qnond
des Sgriens. lts AnÉricoini q^ SonÈ.lerxs je l'oï renccr,,Lr"é, e\\e ovoit
occupent \d gi"üi'àmis) bien sîrr..' fous \es discrues
P"rtàst.ire. d'Enrico tlac,bs !
pct^rouoit^
tüi aid so t Ne dis .pos (
C'est n'imPotf non/tu tsr.ouvots
Qrroi,., oue .ie lui r

rèsse'mb\oisl

t\-- - â
.Jm, cr, Pnst

Artos et Mohtory
ils dis«'t ... lls disenl
Que lnornon ek rnor,
los dû -À
c,oYnprendre, VU
'tu
on es! jui§s. par\es
Que
Pcrs arclb€ |
po,rr m'entrofrner ir devsrïr de olevcris troverser ... eL dviLev Anos el,
outonovne / rnon Èo ft 'envoulotE
J lo fuq S,eu\,.. MohEor.
porter de lo rorrrriËure à mo
grond -mère.

?
_ _ ^ -: - o ._.,
-'<=_oo
è
à- i"ffi f
l-Y) i---21ry1- ^
-
a.
^
;gï",FI:s ^
i- \-/

t-
n-
-\ ^^ -éÈ

D"gyog 8',\s de ju\vel Fifs


'soir DE cHiEN n{uDiT
r
ToN pÈRs ! -r
J'éÉois souverÈ souvd
pclr un de leurs qronds
T'entr,es pôs c}ez hotrsl &ères, qui dormài€
DÉeags æ toute lo'.iournde dons
Je v\ens qrner€.r duiF ou iE une pièd proche de
.rE
des p6rnmeS Èt FUS LN l'enËr6. '
lo grond- r.ère J RAOÊ DE TA
t{eV I Vous ta
sEemez ? ueissse-
l.E RE}ÜTRER!

[tiiin? c'es+ quiii? | Viens , viens


ïlot Rîod I EntÈe, mu' var to $rond-nùret,
Tiens md'.'ll
Voità des mvnrnes
Qu'm o roi",tendes

llsrrous orrt vo\d lo


qronde. rnoîSon,.. Q,eqordez ! Riod, il
I
t4e'md Po.^tqnoi
üi , c'est un juil, o àr"e"é des fruits
tn tuq por]es ô
So rrÈre e.st guive,,.
ce. voleirr !

Q,onr Sir o.CrerrSem enb/ ils jeté ur*


.'. eL les ont lv\o qrond- rnère rioïL et leur
cnt croqud dors chdqr por une sur le topîs, foisoit des cà\ins. J'ovois lo
Pornme en me ffæonE, ... têt€ qui [o.rrroi9 ie Suis porti.

g?
Ceoc
r.CÊoc

60c
Quelq*es jours pl"s tord r je rne Ette reqordoit r'non 4ère orrec un ctir
SuiS féveitld oq mïtieu de lo *,k, L/dlecfricite- etoit co*pd".
deconge .-
près de mcr rnère.

.!e ddc.idoi dc lroppeler.

rÉffi
ÈÈ

le SuiS Sorti
v*ust1qmdr
^
de mon
Ouvre t"r bo"clrel
en §rrsoutcrnt.
Urte Porme bo.gecrib dons te to bo,.che I
O uvre FauE Drendre
noir. i'crntibioUque t
.l'étcrts très r'.o\ode , j âvais uh<
"f ièu.e qui ne boissâiË pcls. {aiE sir
J'cri
'rts
phornnoeies ,
h'onb plus rien, i\ n'qo
plus d'onL\b,oEïques nulté
part 'ir \lovi,s,,,

/,,tlt

te. SuiS rr,,è*e


u
mssé dons ure
bo,rUique ù on
Dolie en dollcrrs.,.
Mqts its etoient.

[o fiàre te foiU

Fr is voNr qUAND
nrÈme 'n UAdE I
.lendernoïn/ r1rp ,$o\s rcn gère
L-e.
qrrt , j'essogoi d'opitoger rno 'Tu vos te {hire
rner€. Plein de copotn3
Woel rn'o dit si t'es sooe. -Tiens,.ie pose
le rroltce
que toqt, se m*ero ton 4râ'e tà , .je
rbutoië coss« bi«r ! Èdsonr,e reviens,
Sn bàkorr sur rP& osserct de
rno -tâte I bùton dessus.

ilon f,rère qrondtssait bïen.


ll mmpoit 'pcrrtout. ll rr€Uoie Fout pos moser
tor^t cc qul;t'trouvoiE dors s les Legos qui sorrt.
borrche' por terre t,

Dis doncl Viens voirl


Yo des en$onts qui
ont trouvd qn chiot,
c'est, riECo\

-?
3t
-J

>t
Au vil\oge, Personne nornit Le chien esE cPnsidére'
de chien domestique. eomb^e un onir",at imE"rr gar
b troôitbn musu\rnone.
L
'--:*

CeuE qu'on e-ntpndoiL lcr nuiL Ce chioE, crvoit dû


éÈaierrt. des c-htens erronh.s qui è€re qbondonnd por
restotent boujourS à \'édYt ôeS Scr meute.
hommes.

Litil,,i /

4p^^*/
n'n"
n^ Y.ÜLL- ^ ^Çÿ
'\o- ^ = b
Ç3:
Its ont ensuite. j*d ou læk Anos e.E Mohtcrr
q{ec. éËcrtent È. [s ÿornqscrient
beaucoup rnois se tenoietrt
b distonce.

o
-Ô -/'\
e-lN

t: ô
1 l-\ " k /i. -1o-
Cerbains gorsorrs sembloient, |\4ohEor o boloncd urr ,'., Puis un qorsorr un peu
inv ecLirer quelque chosp pierre Srrr lronimol,., plu-s ôgé -que \es aqLres
d'invisiHe. l\d prLnoienk, des esb orrirq'qv€Q r.rrre 80urs,e
poÿs 8ières .g liri\es. e[ llo olontie dons lr
ehien. '

'""lA\u".*,i

ilhi un \
ioli drooeaul ILS VONT LE TL,ER,
'At{ AH'AHl' IL FAJT L'AiDERI
Mcr rnère esE descendu< Ensuibe, un vieur tr,lpe Deuæ. fern(nes mol\es
dons to rue et ie t'oi vue est crrrivd e.t o donrê' Se Sont dirigde.s vers
esscrSer d'ottroËer [o un coup de pel\e dons tno rn-er< qui piquoit.
{iourc-Yc, le chioE e.b so tête un€ crise de- neë8s.
S'esk, envolé.

w \-/T
? c'ér;*
*rn^
ùbNtL

Tout [e rnonde riqit . .l âi essoqé Mon *ràre- t^crmocriL Sur


de descendre pour {oïre que§ue le corre\oge d< 'l'enbrde .
shose mois j'fh,:. J*e fàïbte
à CCIUSQ de lO à'tQ.\If€.

tl étcriL tombd sur qn nid


de coQards et éêâiê en
troin de gcber Eors les
oeu$s!
ôp.è. ceE dvdnevnentr je n'er.rs
le droit de sortir de tcr rnoison.
pl.rs Ce chioÈ n'dÊoiE pos Ynort en win.
Les qosses orE, Eue'

q
un ch-icn, §1rs piLidT ,
É1 ç)A lJs ÈâisArT ÊiRE !
MAis c'Estr |
§ES ENFANIS :
ll n'iro pos à lleâe TOI'S I.ES EùIFA,I(IS
ovec êlri, il esL trop Folrr çA I PFFF,
p.!it . C'est. comr§g.çcr 'Tôur ç4.. PoYR
eb pcrs dutf,emenEt, ux èrrieu I

-I.uqs reirssi à corlvoincre


tcr rnère r FoiS n'qrblie Non. Vo iouer cl{ec
.tq tu nres pcrs
pos: frqncqis,, tes homrXes nus en
eS Sqrieri l. EL en - plostique qE. vo
Sgnsr les" gargons dotvsrt Sotre des desSînsr
prendre te_ porti de lerrr Cresb mteuar-

I
I Et si tu t-,
\ü"ffiE:iî' l

s=:r
Puis un iour, rnq rère
lrdveitto me Anoset P\okbor n'otlqienE
Ën pus me tuer l.;'étois suuél
ür.* nuiL .
t\ein? Altez, prends- des
jore[s e\- péçore
Allez! C'est le tort Scrct,
ja^. ! On rerrtre
en.Srance! / / / I I /// /\
Chapitre 4
C/est Sgrion orob -oïrlines Les hôtesses &crient,
qui nouJ o
romene-s en frq6qe. Solut rna buo,{tdl ddsaqreâbtes et nt

ffi
Souriâient jarnof S,

Sotut I Bierrvenrre I gntrez I

d,1iff-'z
\ürt /,

L'ovion éÿatt un Bæing ?.4? qui lls voutcrietrk, tous posstr en


disposoit de detræ c\âsses.
'pre;nière , b t'e'toge ,_etâiE
premler.
L-a
occeipcé pcrr de riCne5 S Sriens ,
cddüla-*
\ >
(

'
*##:
VnÀ9At
ffiffi Fils
VaS-g tnort
cheii, pqsse
devdnt
de drien,
tui I

tu Snis qui
,je suis2l

Lo Seconde closse, o,i |.'lcr ptoce dtaiL à .l'e'tais ossis à côëe'


nouS düons, dtoiL une 'cruk re tongeÉ 'd', r, Al\emond,
f urn eurs. oue cet\t de lTle-s
t'arenbs,
Les pllotes de Sqrian lls de'eot\oierrt à pic,.. ... eÈ Se remetbaierÈ
orrlinàt e'taienÈ âronc iens droit err dcuæ Sceondes.
Pito'ES Ynilitdir€S .

PFRFFBE

L allerrsnd rne ietoiE It fumoit. sd cigorette.., ,,, €t lâchoib d'hornbles


dcs couÊs d'oeli un petS 'let,ides.
Deu biàrres en
'SoqrionL.

'/r-
e :/

H mm t-r.r es beou ll pensoit, que j'etais trrp


-r-endre @ù^pt
comrnQ un sucre peËit pggr .'rne
pourtont, àuec tes
'cYrevc,uoc blonds §u'it 'e'toit, le responsoblr
des pets .
-$tt-t

-fl
<\'

fl
U
Qqehues heures $us tonC,
t'crvïon 5e. poscriE (un
peq crvonb lo pisLe) à
pons...

*-4ffi:

G-
* * -
t,t ,Ü

... eV otlemisscriL golr


YOrYorYoTouYou You
t-

}lffi
de ba. BRqyo
Pito7p,1
""tT-'üvtrvorvâs.
$ YOU You You_ ÙiEU %
Ésl GRnnr»t

L'Allemoçç[ soqS§çqit le luï oi bien marc$6


t-err',blenenL des Ë,r. t". couit\es llt
orei\ks ccrr l'crvion o dû pe{\seY que
étoit descendu &op je rre I'ovois pos
viLe. {oiL erPres.
Âlu,tutxrt; H-hhh
Hcr hd
fits a!
chien !
,b

/
Cette Ès, c'esL rrlcr Elle. s/éEcilE rerrsride Mqis je. pni{ère
grond-mère qur est uerrue o\lec un homme quï
nÉus c.hsccher u tâéropcrt . c1u'on m'cri+ette
resSQ.mbloik à un octcur "ilopg" dons te
omdricqin. d'itlàu des gronds-
Enchontd j*.e hovr,rne, Pe.es.
tnoi c'est Chorles,
Comme le. prinee.

' \\
\*'";".\\
-z-J
bN< ffi,j H
x1#(

Lobcrss? xi.P scrha? d": E*,îr"t*oËi'


àu Y\orq., tu connois
te mqroc? Tu porls,
orobe , m'o-t-àn diE?

.1e crois que Sd


n,esF poS le mèrr
Tg§-gle
InÔroc(1inr h€\Yar.
Jg,._
Æ
lo o
o

o ""ll
o

Boh réponds/ ensin ! En orober il g o p\"i. de sons


Drs.quelque chose, Qu 'esL- ce qu'il qui n'ex.istent pcrs e§.Srongds.
pqrie' orifbe! e-sE, STupiDE I Je trouvois que certoins de ccs
- Sons pouvoienk roppeler le
[o \orsse-le, iL bruiE ' du votr',\ssernenE..,
J'ovoi: donc honte de pcrrbr
orobe devcrnE des incrrnnus.

It est timide,, ,

1t
-
Ç\
Nous Somvnes re.ko,rrnds hobit"r ôez Noqs d6rmiong tous dons lo rêtrr
rno grcrnd- rnère . pièce .

,, , ,rrr*îîl

-?-r- à-
tt:Lzlrt- rva{»\

C,/étcr',t lt é+;, nous crt\ions 'o It g'inerustoit, dons


to ploge. Mon Ère g le.urs pcrrUes de Vot\eg...
re.LrrourvoiE d.s connaissone€S.

t
So\uE Abaet , çs
Ço {qit
'o't
lo_ngteinps,{e'(ots AttenLion !{At{A otten\ion
je. voiS 1P\%i3iF-
flasse- où ?T-Atois ir, tôte ?
tirerl
r

\ÿ/z
q#:l
b*d
t*\

E
'ffi,
.,. Persuclde-d'ètre Sqp« bor,. Au bout ol'un mornent,
ComrnQ p\uS personne nQ
ttripcrssoiE, \a bolle, i\
Je vois recoYîmencer/- s'élàiqnoiL dq trrrcrin
ie sqis Sür que. je vois
rnorquer le poihE... ornmë S de rien nUtoit..

_H:ffi
ffi
;;,ffiffi
-I I

4-
Bdbeü€, [a vieille .Cernme qui vivaiL Elte r.,'cluoit donnd des qâteout,
comme- ctu l.logen Âge, éLoiE yrorte. et\e éb6(E gerrtit\e !
.So moison cruàtL ék vid{e. ^-.-rt-\
Qtoï? Tu t-Es AvAis ms
mAN gÉs, RASSUSÈ - MOi 2
Viens. oh - §g'
N îp, [i:fîâ""ti$!
voir tâ matsoh
de to sorciètel
vd
I îp"

UiE-ryoi
IE,RITE ! r-

tq Non, non j'^git


,_l r ên ,

'E f, Pos mcrnge --.


.çI1
"

OuT t Ccrr les sorcières domerrh


toujorrrs "Ies chdes b rnqnçr, 'Tu Scris ? C esL pl,^s !æi\t
pour eY\\tOirte.r ek ensorceler,.. gqrce quiPourquo
te Sahon por .Qdte un'lrour
roimq sc' cocher
clux. hovnrnes.
AÊs ,on g lo rvro\chonce... dons 1qs {hmYr€S.
llhous orrive des mo\teqrs...
ll {o.,! touio,rrs re$uspt [o
hoqrriture -donr'é ecrr tes
ïnconnus eb, surtsrL Fqr les ,J-r-

æ1

Chor\es s'intéressoiL Bien sirr que c'esk ll Sout être dur cr{ec eur. lt .SquE
un peu à lo polibique. des dictoLcurs I les 8orcer b s'dduquer, à o\ter b
Je suis pos idiotl, lle'cole,.. Si ür leur demqndes lqrr
Et toi r Abde\, tu err Mois ch'ez ks Àrobrs, ovis, i\s {èronL rien, ee sonE des
DenSeS Orroï de C'est di$férenE...
kodhogi ) de Assod ? {eiqnonE,s eE &s biqoÈs olors
q..Irïs ont les mèrnes -potentiets qu<
fu dirreis que ce SovrE
les out-res.-.
des dtctqtàrs ou
l4oi rje srris le seu\ qui soit, Qucmd \es Arabes sercnt
lirs et e'crire, dors lo dtrm,t\e... éà"q,^eî, ïls se libéreront
L'dæle É.qi! eo= .:btigatoire des Uie.g dictote.urs Quond. i:
tloi
rerlcoYrtre/ tu
quond j'dtois' petit..,. +ouE, seuts .. .
rèvois de {Urre
kodhosi,'r\ it est Et il I crqra quor un eorp d'Etot!
p"s^e1, .8orce à lo p\oc€ ? E's
\às Arobes 'a chonçr, jeunes dictotarrs ?

HAHA t, Quond .lrdtois jgr .te, Scri sir Sn chonce, Moi , ie sris po. r [o
il g ovoiÇ d* cotrps d'Ftot orec'àre \o ddcisioh tibdt' mois,,'. ll loutque
toiLes tes S,ernotrcs ! dui chonoe to vie et les peuptes puissenE
Normol que ;'en rèvo\s! celle âe- {oggq lo choièir j.. Les Occidentorrr,
Société .-. €€re ils veulenE eue le vronde
Celu\ qui trenE, entrer {?esse 'co*-e eux, ,,.
Jrrste. PcrsP qu'ils scnL
les plus fbrts...

Mois ço , c'est juste Un jour, je {brui


provisoire.,. un coup d'EkrrE.
eL ;e'4usitteroi
totrt te mondt .

I
7'tt,
;,1
Q ue\ques seynoines p\us tqrd, l\ q etrb ur\e dno.rre
ncr.rs crvons pris le boteou tetç'âkr duront te
à SoinL-îna\o, voqclct€. Tous les ,.- C 'est Érce