Vous êtes sur la page 1sur 94

ISTA BAB DOUKKALA - OFPPT

Diagnostic financier
Cours approfondi et exercices
Fadel IDBRAIM

Septembre 2013
Sommaire

Analyse du patrimoine et de la solvabilité l’entreprise

 Analyse du bilan : Approche patrimoniale (financière)

 Objectifs ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………………………………….. 04

 Passage du bilan comptable au bilan patrimonial (financier / liquidité)


 Conditions à respecter ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..……………… 04
 Démarche (Tableau de passage du bilan comptable au bilan financier) 05
. . . . . . . ................................................

 Retraitements et Reclassements du bilan comptable ………………………………...………………………………..………………………………………………………………………………………… 07


 Elaboration du bilan financier condensé .......................................................................……………………………...………………………………..………………………………………………………………………………………… 44
 Exercices .......................................................................……………………………...………………………………..……………………………………………………………………………………… ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ...… ........ ........ ........ 44

 Fonds de Roulement Financier ; Besoin en Fonds de Roulement ; Trésorerie Nette ........ ........ ........ ........

 Analyse par les ratios

 Rations de structure ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ .......

 Ratios de liquidité ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ .......

 Autres ratios ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ......

Analyse de la rentabilité et de la solvabilité de l’entreprise

 Analyse du CPC : l’Etat des Soldes de Gestion

 Intérêt et définition de l’Etat des Soldes de Gestion ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ...

2
 Tableau de formation des résultats ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........

 Capacité d’Autofinancement (CAF) ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........

 Méthode additive ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ......

 Méthode soustractive ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........

 Exercices ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ...

 Analyse par les ratios

 Ratios de rentabilité ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........

 Ratios d’activité ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ .....

 Autres ratios ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ .......

 Exercices ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ .......

Analyse des flux financiers : Tableau de financement

 Notion de flux et définition du tableau de financement ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ........ ....

 Synthèse des Masses du Bilan ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ...... ... .... ........ ... ....... ...... ... .... .....

 Tableau des Emplois et Ressources ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ..... ... ..... ... ..... ...

 Utilisation des Etats d’Informations Complémentaires (ETIC) ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ..... ... .....

...

 Tableau des immobilisations (B2) ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ...

 Tableau des amortissements (B2 bis) ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....

 Tableau des provisions (B5) ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .....

 Exercices ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ....... ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... .... ........ ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ..... ... ...

3
Chapitre I

Approche patrimoniale (liquidité / financière)

I. Objectifs

Le bilan comptable est élaboré afin de connaître le patrimoine de l’entreprise. Or, ce même-bilan
contient des valeurs théoriques, juste estimées (VNA), mais pas réelles correspondant aux valeurs de
marché.

En outre, certains éléments inscrits à l’actif de l’entreprise n’ont aucune valeur dans le patrimoine de
l’entreprise.

Ainsi, au cas où le propriétaire de l’entreprise souhaite vendre son entreprise, il doit connaître la
1
valeur exacte de son entreprise (valeur de son patrimoine ). Et comme mentionné précédemment, le
bilan comptable ne donne pas des valeurs exactes pour les actifs de l’entreprise.

Pour cette raison, le propriétaire de l’entreprise (qui veut vendre son entreprise) et l’acquéreur
potentiel (qui compte acheter l’entreprise), ne peuvent pas se fier au bilan comptable tel qu’il est. Ils
doivent procéder à certaines modifications et élaborer un nouvel bilan, appelé « patrimonial » ou
« financier ». Ce qui leur permettraient de connaitre la valeur réelle de l’entreprise, d’analyser sa
solvabilité et ses capacités de financement.

II. Passage du bilan comptable au bilan financier

A- Conditions à respecter

 Le bilan financier est élaboré dans une logique de cessation d’activité ;


 Les montants des actifs sont considérés « Nets » ;
 Les éléments du bilan financier sont classés selon un ordre de liquidité ou d’exigibilité
croissant.

1
Valeur de l’entreprise, appelée : Actif Net Comptable Corrigé (ANCC) = Actif Réel – Dettes.

4
B- Démarche

Dans un 1er temps, on élabore un tableau de passage du bilan comptable au bilan financier :

Eléments Actif Actif Trésorerie Capitaux Dettes de Passif Trésorerie


Immobilisé Circulant Actif Propres Financement Circulant Passif

(2) (3) (51) (11  13) (14  17) (4) (55)

Dans ce tableau, on reprend les classes du bilan (1 à 5), sauf pour la classe 1 « Financement
Permanent » qui est divisée en deux blocs : Capitaux Propres \ Dettes de Financement.

Le bloc « Capitaux Propres » comporte deux rubriques :

 Capitaux Propres : rubrique 11


 Capitaux Propres & Assimilés : rubrique 13

Le bloc « Dettes de Financement » comporte deux rubriques :

 Dettes de financement : rubrique 14


 Provisions Pour Risques et Charges : rubrique 15
 Ecart de Conversion Passif (plus d’un an) : rubrique 17

Après que le tableau est tracé, on reporte, pour chaque colonne, les totaux figurant sur le bilan
comptable (Montants Nets).

Actif Actif Trésorerie Capitaux Dettes de Passif Trésorerie


Immobilisé Circulant Actif Propres Financement Circulant Passif
Eléments
(2) (3) (51) (11  13) (14  17) (4) (55)
Montants
initiaux ………. ………. ………. ………. ………. ………. ……….
(Nets)

5
Ensuite, le vrai travail d’observation et d’analyse commence, il faut observer tous les actifs et passifs
du bilan comptable et modifier ceux qui posent problème.

Cette modification peut se traduire par une augmentation ou une diminution de deux colonnes ou
plus. Exemples :

(-) Actif Immobilisé ; (+) Actif Circulant

(+) Actif Immobilisé ; (+) Capitaux Propres

(-) Actif Circulant ; (-) Capitaux Propres

(-) Passif Circulant ; (+) Capitaux Propres

Etc.

Ces modifications sont désignées par les mots : Retraitements et Reclassements. Elles sont dressées
dans le tableau de passage du bilan comptable au bilan financier :

Actif Actif Trésorerie Capitaux Dettes de Passif Trésorerie


Immobilisé Circulant Actif Propres Financement Circulant Passif
Eléments
(2) (3) (51) (11  13) (14  17) (4) (55)
Montants
initiaux ………. ………. ………. ………. ………. ………. ……….
(Nets)
Elément
(+) (-)
1
Elément
(+) (+)
2
Elément
(-) (+)
3
Etc.
Totaux
(Bilan ………. ………. ………. ………. ………. ………. ……….
financier)

Une fois, les modifications (reclassements et retraitements) sont terminées, on calcule le total de
2
chaque colonne pour le retranscrire dans un nouveau bilan, appelé « bilan financier condensé ».

2
Condensé : car on ne met pas tous les postes de l’actif et du passif, mais uniquement, les classes (tout en
divisant la classe 1 en deux rubriques : Capitaux Propres et Dettes de Financement).

6
C- Retraitements et reclassements du bilan comptable

Les reclassements de l’actif et du passif

Un reclassement est une modification du bilan comptable qui a pour effet de diminuer une rubrique
de l’actif (ou du passif) et d’augmenter une autre rubrique de l’actif (ou du passif). Ce qui n’a aucune
incidence sur le total de l’actif (ou du passif). Exemples :

(-) Actif Circulant ; (+) Actif Immobilisé

(-) Actif Immobilisé ; (+) Actif Circulant

(-) Capitaux Propres ; (+) Passif Circulant

(-) Passif Circulant ; (+) Dettes de Financement

Etc.

Les principaux reclassements sont :

3
Reclassements sans changement de la valeur patrimoniale

 Actif immobilisé devenu à moins d’un an :


4
L’actif est toute dépense que l’entreprise peut récupérer ultérieurement , si la récupération de
l’argent se fera dans moins d’un an, il s’agit d’actif circulant, par contre si elle se fera dans un an et
plus, il s’agit alors d’actif immobilisé.

Ainsi figure dans l’actif immobilisé du bilan comptable certains éléments qui ne seront plus récupérés
dans plus d’un an, mais dans une échéance inférieure à l’année, comme :

- Créances et prêts immobilisés (rubrique 24) : Au moment où l’analyste financier élabore le bilan
financier, si l’échéance de la créance est devenue à moins d’un an, il faut donc reclasser cette
créance (ou prêt) en la déduisant de l’actif immobilisé et en l’ajoutant à l’actif circulant, dans la
rubrique 34 (Créances de l’actif circulant).

3
Voir page 3, valeur du patrimoine.
4
Toute dépense que l’entreprise ne peut pas récupérer est considérée comme une charge et non pas un actif.

7
- Titres de participation: Ce sont des actions destinées à rester dans le portefeuille de l’entreprise, si
cette dernière compte les vendre, elles ne doivent plus apparaître dans l’actif immobilisé (rubrique
25), il faut les transférer à l’actif circulant et précisément la rubrique 35 : Titres et Valeurs de
Placement.

Pour résumer, toute immobilisation financière qui est devenue à moins d’un an, sera rectifiée au
tableau de passage comme suit :

(-) Actif immobilisé ; (+) Actif circulant

 Stock Outil : Stock minimum (de sécurité) destiné à rester en permanence dans l’entreprise :

Ce stock n’est plus exposé pour être vendu. Il sera gardé et immobilisé. Donc sa valeur ne sera pas
récupérée dans quelques mois, mais à plus d’un an.

Il faut donc le retrancher de l’actif circulant et le reclasser dans l’actif immobilisé.

(-) Actif circulant ; (+) Actif immobilisé

 Créances circulantes à plus d’un an : Au moment où l’analyste financier élabore le bilan


financier, si l’échéance de la créance est devenue à plus d’un an (Exemple : le client a demandé à
l’entreprise de prolonger l’échéance), il faut donc reclasser cette créance en la déduisant de l’actif
circulant (rubrique 34) et en l’ajoutant à l’actif immobilisé, dans la rubrique 24.

(-) Actif circulant ; (+) Actif immobilisé

 Effets de commerce à escompter (plafond d’escompte) : La société peut négocier avec sa


banque en vue d’escompter les effets de commerce qu’elle a envers ses clients.

Si la banque accepte, elle recevra donc l’argent et la créance qu’elle a envers le client est annulée.

Toutefois, la banque peut ne pas accepter d’escompter tous les effets de commerce, mais se
contentera d’un montant maximum (plafond d’escompte) qu’elle ne dépassera pas.

C’est ainsi en élaborant le bilan financier, l’analyste doit tenir en compte le plafond d’escompte dont
bénéficie l’entreprise, puisque ses effets de commerce escomptable doivent être assimilés à la
trésorerie (puisqu’ils peuvent être encaissés à tout moment par l’entreprise). D’où le reclassement
suivant :

(-) Actif circulant ; (+) Trésorerie Actif

8
 TVP facilement cessibles (négociables / vendables) : Les titres et valeurs de placement sont
des actions et/ou obligations achetées par l’entreprise pour les vendre et réaliser un gain, ils seront
gardés par elle pour quelques semaines ou mois et donc, la valeur dépensée au moment d’achat sera
récupérée dans moins d’un an, d’où l’inscription de ses titres dans l’actif circulant (rubrique 35).

Néanmoins, certains titres (actions ou obligations) sont très demandés dans le marché boursier et
peuvent être revendus dans quelques jours (ou le même jour de leur achat, par exemple), de ce fait,
ces titres peuvent être assimilées à la trésorerie (Exemple : un chèque bancaire peut être encaissé le
même jour ou dans 48 heures maximum).

Dans ce cas, on procède au reclassement suivant :

(-) Actif circulant ; (+) Trésorerie Actif

 TVP difficilement cessibles (négociables) : Pour différentes raisons, il arrive que l’entreprise
n’arrive pas à vendre ses titres, la société sera obligée de les garder pour une longue durée, si cette
dernière dépasse l’année, alors ces titres devront être reclassés comme suit :

(-) Actif circulant ; (+) Actif Immobilisé

 Dettes de financement à moins d’un an : Au moment où l’analyste financier élabore le bilan


financier, si l’échéance de la dette est devenue à moins d’un an, il faut donc reclasser cette dette en
la déduisant de la rubrique 14 (Dettes de financement) et en l’ajoutant au passif circulant, dans la
rubrique 44 (Dettes circulantes ou Dettes du passif circulant).

(-) Dettes de financement ; (+) Passif Circulant

 Dettes du passif circulant à plus d’un an : Au moment où l’analyste financier élabore le bilan
financier, si l’échéance de la dette est devenue à plus d’un an (C’est-à-dire que l’entreprise a
demandé auprès de son fournisseur (par exemple) de prolonger l’échéance), il faut donc reclasser
cette dette en la déduisant de la rubrique 44 (Dettes circulantes) et en l’ajoutant aux dettes de
financement (rubrique 14).

(-) Passif Circulant ; (+) Dettes de Financement

9
 Provision pour risque et charge durable devenue à moins d’un an : Au moment de la
constatation de la provision pour risque et charge durable, le comptable a passé l’écriture suivante :

61955 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

risques et charges durables

151. / 155. Provisions pour risques / Provisions pur charges X

Pendant que l’analyste financier élabore le bilan financier, il se peut que le risque ou la charge dont
la réalisation a été prévue à une année et plus, serait concrétisée dans quelques mois. Le risque (ou
la charge) n’est plus durable, il (elle) est momentané(e).

Pour cette raison, l’ancienne provision pour risques et charges durables doit être annulée (reprise) et
5
remplacée par une provision pour risques et charges momentanés. (Ecriture extra-comptable ) :

Annulation de l’ancienne provision

151. / 155. Provisions pour risques / Provisions pur charges X

7195 Reprises sur provisions pour X

risques et charges

Constatation de la nouvelle provision

61957 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

risques et charges momentanées

450. Autres provisions pour risques et charges X

Regardons maintenant l’impact qu’auraient ces écritures sur le bilan financier :

- En débitant le compte 15.., on fait diminuer la rubrique 15 qui fait partie des « Dettes de
financement » ;

- En créditant le compte 7195, on fait augmenter les produits, donc le résultat comptable (1191) et
par conséquent la rubrique 11 « Capitaux Propres » ;

5
On ne passe aucune écriture dans le journal, on imagine juste les modifications que le bilan devrait avoir si les
écritures ont été réellement comptabilisées.

10
- En débitant le compte 61957, on fait augmenter les charges ce qui diminuera le résultat (1191) et
donc la rubrique 11 « Capitaux Propres » ;

- En créditant le compte 450., on fait augmenter la rubrique 45 qui fait partie du « Passif Circulant » ;

(-) Dettes de financement ; (+) Capitaux Propres ; (-) Capitaux Propres ; (+) Passif Circulant

(-) Dettes de financement ; (+) Passif Circulant

 Provision pour risque et charge momentanée devenue à plus d’un an : Au moment de la


constatation de la provision pour risque et charge momentanée, le comptable a passé l’écriture
suivante :

61957 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

risques et charges momentanées

450. Autres provisions pour risques et charges X

Pendant que l’analyste financier élabore le bilan financier, il se peut que le risque ou la charge dont
la réalisation a été prévue dans quelques mois, serait reporté et concrétisé dans une année ou plus.
Le risque (ou la charge) n’est plus momentané(e), il (elle) est durable.

Pour cette raison, l’ancienne provision pour risques et charges momentanés doit être annulée
(reprise) et remplacée par une provision pour risques et charges durables. (Ecriture extra-
comptable) :

Annulation de l’ancienne provision

450. Autres provisions pour risques et charges X

7195 Reprises sur provisions pour X

risques et charges

11
Constatation de la nouvelle provision

61955 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

risques et charges durables

151. / 155. Provisions pour risques / Provisions pur charges X

Regardons maintenant l’impact qu’auraient ces écritures sur le bilan financier :

- En débitant le compte 450., on fait diminuer la rubrique 45 qui fait partie du « Passif Circulant » ;

- En créditant le compte 7195, on fait augmenter les produits, donc le résultat comptable (1191) et
par conséquent la rubrique 11 « Capitaux Propres » ;

- En débitant le compte 61955, on fait augmenter les charges ce qui diminuera le résultat (1191) et
donc la rubrique 11 « Capitaux Propres » ;

- En créditant le compte 151., on fait augmenter la rubrique 15 qui fait partie des « Dettes de
Financement » ;

(-) Passif Circulant ; (+) Capitaux Propres ; (-) Capitaux Propres ; (+) Dettes de Financement

(-) Dettes de financement ; (+) Passif Circulant

Reclassements avec changement de la valeur patrimoniale

 Dividendes à distribuer : Si le bilan financier est élaboré à partir d’un bilan comptable avant
répartition (au 31/12/N), le résultat net cache une dette latente : les dividendes à distribuer aux
actionnaires.

En fait, après que l’entreprise ait déterminé à la fin de l’exercice N son résultat, si ce dernier est
positif (bénéfice), l’entreprise doit affecter une partie de son bénéfice aux actionnaires comme
rémunération de l’argent qu’ils ont apporté (capital social).

12
Ainsi, une assemblée générale ordinaire (AGO) sera tenue en N+1 (maximum juin N+1) pour se
mettre d’accord sur le montant des dividendes à répartir sur les actionnaires et sur le montant des
réserves à garder par l’entreprise. S’il y a un reliquat, il sera reporté et ajouté au bénéfice de
l’exercice suivant (report à nouveau SC).

Avant la répartition du bénéfice en N+1 (c’est-à-dire, avant l’AGO), l’entreprise doit constater
l’écriture suivante :

1191 Résultat Net de l’exercice N (SC) X

1181 Résultat Net en instance d’affectation (SC) X

On remarque que cette écriture n’a aucune incidence sur le bilan, puisque on a diminué la rubrique
11 (Capitaux Propres) et augmenter la même rubrique.

Après la répartition, le résultat net en instance d’affectation sera annulé à son tour et remplacé par
les comptes : Dividendes et réserves.

1181 Résultat Net en instance d’affectation (SC) X

1140 Réserves légales X

1151 Réserves statutaires X

1152 Réserves facultatives X

4465 Associés, dividendes à payer (Dividende net) X


6
4458.1 Etat-TPA X

1161 Report à nouveau (SC) X

Exemple :
L’entreprise « P & G » a réalisé au cours de l’exercice 2013 un bénéfice de 840.000 DH enregistré dans
le compte 1191.

Elle prévoit une AGO le 05 avril 2014, afin de distribuer une partie du bénéfice aux actionnaires.
Avant cette date, au 01 avril 2014, le comptable a enregistré l’écriture suivante :

6
L’actionnaire ne reçoit pas le dividende convenu dans l’AGO (appelé : Dividende Brut), puisque la loi fiscale
impose à l’entreprise de retenir à la source 15% du montant du dividende et de le verser à l’Etat (cette retenue
est désigné par : TPA : Taxe sur le Produit des Actions). Ainsi l’actionnaire ne touche que 85% du dividende brut
(appelé par : Dividende Net).

13
1191 Résultat Net de l’exercice N (SC) 840.000

1181 Résultat Net en instance d’affectation (SC) 840.000

Le 05 avril, suite à l’AGO, il a été décidé de répartir le bénéfice comme suit :

 Réserve légale : 42.000

 Réserve statutaire : 84.000

 Réserve facultative : 200.000

 Dividendes : 500.000 (85% versé aux actionnaires et 15% à l’Etat)

 Le reste (report à nouveau) sera ajouté au bénéfice de l’exercice suivant

Le comptable, procès-verbal de l’AGO à l’appui, a comptabilisé l’opération :

1181 Résultat Net en instance d’affectation (SC) 840.000

1140 Réserves légales 42.000

1151 Réserves statutaires 84.000

1152 Réserves facultatives 200.000

4465 Associés, dividendes à payer 425.000

4458.1 Etat-TPA 75.000

1161 Report à nouveau (SC) 14.000

On remarque que l’affectation du bénéfice (1181) aux comptes réserves (114/115) n’a aucune
incidence sur le bilan, puisqu’on diminue la rubrique (11 – Capitaux Propres) du montant des
réserves et on ajoute le même montant à la même rubrique. Idem, pour l’affectation du bénéfice au
compte (Report à nouveau SC).

Par contre, l’affectation du bénéfice en dividendes a pour conséquence de diminuer les capitaux
propres (rubrique 11) et d’augmenter les dettes circulantes (4465 + 4458.1), ce qui changera la
structure du bilan et aussi modifiera la valeur de l’entreprise (ANCC = Actif Réel – Dettes) (Cf.
Chapitre I – I – Page 4).

14
Le reclassement des dividendes à verser aura pour conséquence :

(-) Capitaux Propres ; (+) 85% Passif Circulant

(+) 15% Passif Circulant

(-) Capitaux Propres ; (+) Passif Circulant

 Impôt latent sur subvention d’investissement : Une subvention est une aide financière
accordée à l’entreprise, par l’Etat, les collectivités publiques et éventuellement par des tiers.

On distingue :

- Subvention d’exploitation
- Subvention d’équilibre
- Subvention d’investissement

Comme son nom l’indique, la subvention d’investissement est une aide financière accordée à
l’entreprise pour l’encourager et l’aider à investir dans une zone géographique ou dans une activité
précise.

Toute aide est en principe donnée définitivement à son receveur et n’est pas remboursable. C’est le
cas notamment des subventions d’exploitation et d’équilibre. Et puisque toute recette qui est gardée
définitivement par l’entreprise est considérée comme un produit, on inscrit ces deux subventions
dans la classe 7.

Par contre, l’entreprise n’est pas sûre de garder et de s’approprier la subvention d’investissement,
car l’Etat a le droit de récupérer la subvention au cas où l’entreprise n’a pas respecté les conditions
exigées dans la convention signée par les deux parties.

De ce fait, la subvention d’investissement ne peut être comptabilisée comme produit au début, mais
elle sera enregistrée en premier lieu comme un passif. Mais est-ce qu’on peut la considérer comme :
une dette de financement (rubrique 14) ou un capital propre (rubrique 11) ?

En fait, la subvention n’est pas une dette, puisque l’entreprise ne sera pas obligée de rembourser la
subvention si le projet est achevé en respectant les conditions émises par l’Etat.

Elle n’est pas aussi considérée comme un capital propre à la société, parce que les capitaux propres
ne sont remboursés par la société qu’avec sa volonté, à son gré. Alors que la subvention
d’investissement sera remboursée contre la volonté de l’entreprise si les conditions ne sont pas
honorées.

15
Nonobstant, si la société conclut le projet en respectant les conditions, elle gardera définitivement la
subvention, qui deviendrait sa propriété. C’est ainsi, qu’on peut assimiler la subvention
d’investissement aux capitaux propres en l’inscrivant dans la rubrique 13 : Capitaux Propres et
Assimilés, et précisément dans le compte 1311.

L’enregistrement de la subvention se fait en 2 étapes :

- 1ère étape : Notification puis réception de la subvention

A la notification (convention entre l’entreprise et le donneur (Etat), ce dernier faisant promesse de


verser la subvention), l’entreprise a une créance envers le donneur :

34511 Subventions d’investissement à recevoir X

1311 Subventions d’investissement reçues X

A la réception de la subvention, l’entreprise n’a plus de créance envers le donneur :

5141 Banque X

34511 Subventions d’investissement à recevoir X

- 2ème étape : Avancement du projet

L’investissement pourra être étalé sur plusieurs exercices et à fur et à mesure qu’il avance et que les
conditions sont respectées, l’entreprise peut s’approprier définitivement, une partie de la
subvention qui sera créditée comme produit (7577) et annulée du poste 131 « Subventions
d’investissement » par le débit du compte 1319.

1319 Subventions d’investissement inscrites au compte x

de produits et charges

7577 Reprises sur subventions d’investissement x

Une fois, toute la subvention enregistrée en produit, le total débiteur du compte « 1319 » sera égal
au montant inscrit au crédit du compte « 1311 ». Par conséquent, le poste « 131 » sera nul.

Pour le supprimer du bilan comptable, on annulera les comptes 1311 et 1319, en les enregistrant au
sens opposé de leurs écritures initiales :

16
1311 Subventions d’investissement reçues X

1319 Subventions d’investissement inscrites au compte X

Exercice

Une société a reçu l’accord de l’Etat pour l’octroi d’une subvention le 30/09/N de l’ordre de 300.000
DH.

La subvention ne sera encaissée que le 10/01/N+1. L’investissement sera réalisé sur 3 années, une
tranche par année.

Solution

 30/09/N

34511 Subventions d’investissement à recevoir 300.000

1311 Subventions d’investissement reçues 300.000

 10/01/N+1

5141 Banque 300.000

34511 Subventions d’investissement à recevoir 300.000

Au 31/12/N+1, la 1ère tranche est réalisée et donc un tiers de la subvention est acquis définitivement :

1319 Subv. d’inv. Inscrites au compte de produits et charges 100.000

7577 Reprises sur subventions d’investissement 100.000

Au 31/12/N+2, la 2ème tranche est réalisée et donc un tiers de la subvention est acquis définitivement :

1319 Subv d’inv. Inscrites au compte de produits et charges 100.000

7577 Reprises sur subventions d’investissement 100.000

17
Au 31/12/N+3, la 3ème et dernière tranche est réalisée et donc un tiers de la subvention est acquis
définitivement :

1319 Subv d’inv. Inscrites au compte de produits et charges 100.000

7577 Reprises sur subventions d’investissement 100.000

A cette date, la subvention obtenue (300.000 DH) a été complètement enregistrée en produit. A la
lecture du bilan (Passif), on trouvera que le poste « 131 : Subventions d’investissement » présente un
solde nul 7 (puisque le compte « 1311 » créditeur est égal au compte « 1319 » débiteur. Dès lors, pour
éliminer le poste au solde nul, afin qu’il n’apparaît plus au bilan, on procédera à l’annulation des
comptes 1311 et 1319.

1311 Subventions d’investissement reçues 300.000

1319 Subv d’inv. Inscrites au compte de produits et charges 300.000

Attention :

La subvention d’investissement cache un impôt, puisqu’elle est enregistrée au début au passif, mais
après, elle est transférée au compte 7577, ce qui augmentera les produits et donc le résultat et par
conséquent l’impôt sur les sociétés (dette fiscale) :

8
6701 Impôt sur les bénéfices 30% de la subvention

4453 Etat, Impôt sur le résultat 30% de la subvention

Revenons maintenant à notre analyse du bilan. Supposons que le futur acquéreur de l’entreprise
observe dans le passif de l’entreprise une subvention d’investissement (qui a été déjà obtenue par le
propriétaire actuel), et qu’il décide de poursuivre l’investissement.

7
La subvention n’est plus un passif (ressources ou recettes pouvant être remboursées, mais elle est désormais
acquise définitivement par l’entreprise.
8
L’IS = Résultat * 30%

18
A la fin de l’investissement, le futur acquéreur (qui deviendrait le nouveau propriétaire de
l’entreprise) devrait transférer la subvention du passif (poste 131) aux produits (poste 757), comme
vu précédemment :

1319 Subventions d’investissement inscrites au compte x

de produits et charges

7577 Reprises sur subventions d’investissement x

Voyons comment cette écriture modifiera le nouveau bilan (financier) de l’entreprise :

- En débitant le compte 1319 : On diminue la rubrique « Capitaux Propres » ;

- En créditant la classe 7, on augmente les produits, donc, le résultat comptable (1191) et donc la
rubrique « Capitaux Propres »

(-) Capitaux Propres ; (+) Capitaux Propres

 Rien à signaler : On remarque que cette écriture comptable n’a aucune incidence sur le bilan
financier.

Toutefois, en inscrivant la subvention au compte 7577, le résultat comptable et donc fiscal vont
augmenter du montant de la subvention. L’IS va donc augmenter de 30% (comme traité
précédemment) :

6701 Impôt sur les bénéfices 30% de la subvention

4453 Etat, Impôt sur le résultat 30% de la subvention

Voyons comment cette écriture modifiera le nouveau bilan (financier) de l’entreprise :

- En débitant le compte 6701 : On va augmenter les charges (de 30% du montant de la subvention),
ce qui va diminuer (de 30%) le résultat comptable (1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres » ;

- En créditant le compte 4453, on augmente la classe 4 « Passif Circulant ».

(-30%) Capitaux Propres ; (+30%) Passif Circulant

19
 Provisions pour risques sans objet :

Traitement comptable de la provision pour risque

Lorsque l’entreprise risque de perdre l’argent (exemple : indemnité à verser probablement à un


salarié), le comptable doit passer une provision pour risque (principe de prudence).

Comme vu précédemment (provisions devenues à plus ou à moins d’un an), si le risque pourra se
réaliser dans une échéance supérieure ou égale à une année, l’écriture à enregistrer est comme suit :

61955 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

risques et charges durables

151. / 155. Provisions pour risques / Provisions pur charges X

Si le risque pourra se réaliser dans une échéance inférieure à l’année, l’écriture à enregistrer est
comme suit :

61957 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

risques et charges momentanées

450. Autres provisions pour risques et charges X

Une fois le risque est annulé, le comptable doit annuler la provision :

- Risque durable :

151. / 155. Provisions pour risques / Provisions pur charges X

7195 Reprises sur provisions pour X

risques et charges

- Risque momentané :

450. Autres provisions pour risques et charges X

7195 Reprises sur provisions pour X

risques et charges

20
Lorsque le risque est annulé, mais que la provision ne l’est pas encore, on dit que la provision est
devenue sans objet.

Traitement financier de la provision pour risque devenue sans objet

Lors de l’élaboration du tableau de passage du bilan comptable au bilan financier, on va analyser


comment le bilan serait modifié si la provision a été annulée.

- Risque durable :

Dans un 1er temps, si le comptable a passé l’écriture d’annulation,

151. / 155. Provisions pour risques / Provisions pur charges X

7195 Reprises sur provisions pour X

risques et charges

Le bilan serait modifié ainsi :

- En débitant le compte 151., on fait diminuer la rubrique 15 qui fait partie des « Dettes de
Financement » ;

- En créditant le compte 7195, on fait augmenter les produits et donc le résultat (1191) et par
conséquent la rubrique 11 « Capitaux Propres ».

Toutefois, l’augmentation du résultat comptable se traduira par une augmentation du résultat fiscal
et donc une augmentation de 30% de l’IS.

6701 Impôt sur les bénéfices X * 30%

4453 Etat, Impôt sur le résultat X * 30%

Le bilan serait modifié ainsi :

- En débitant le compte 6701, on fait augmenter les charges, ce qui diminuera le résultat comptable
(1191) et donc la rubrique 11 « Capitaux Propres » par 30% de X.

- En créditant le compte 4453, on fait augmenter la rubrique « Passif Circulant » par 30% de X.

21
On a donc quatre modifications qui seront apportées au nouveau bilan financier :

(-100%) Dettes de financement ; (+100%) Capitaux Propres

(+30) Passif Circulant ; (-30%) Capitaux Propres

(-100%) Dettes de financement ; (+100% - 30%) Capitaux Propres ; (+30) Passif Circulant

(-100%) Dettes de financement ; (+70%) Capitaux Propres ; (+30) Passif Circulant

- Risque momentané :

Dans un 1er temps, si le comptable a passé l’écriture d’annulation,

450. Autres provisions pour risques et charges X

7195 Reprises sur provisions pour X

risques et charges

Le bilan serait modifié ainsi :

- En débitant le compte 450., on fait diminuer la rubrique 45 qui fait partie du « Passif Circulant » ;

- En créditant le compte 7195, on fait augmenter les produits et donc le résultat (1191) et par
conséquent la rubrique 11 « Capitaux Propres ».

Toutefois, l’augmentation du résultat comptable se traduira par une augmentation du résultat fiscal
et donc une augmentation de 30% de l’IS.

6701 Impôt sur les bénéfices X * 30%

4453 Etat, Impôt sur le résultat X * 30%

22
Le bilan serait modifié ainsi :

- En débitant le compte 6701, on fait augmenter les charges, ce qui diminuera le résultat comptable
(1191) et donc la rubrique 11 « Capitaux Propres » par 30% de X.

- En créditant le compte 4453, on fait augmenter la rubrique « Passif Circulant » par 30% de X.

On a donc quatre modifications qui seront apportées au nouveau bilan financier :

(-100%) Passif Circulant ; (+100%) Capitaux Propres

(+30) Passif Circulant ; (-30%) Capitaux Propres

(-100% + 30%) Passif Circulant ; (+100% - 30%) Capitaux Propres

(-70%) Passif Circulant ; (+70%) Capitaux Propres

Les retraitements de l’actif et du passif

Un retraitement est une modification du bilan comptable qui a pour effet de diminuer une rubrique
de l’actif et une autre du passif ou bien d’augmenter une rubrique de l’actif et une autre du passif. Ce
qui modifie le total de l’actif et du passif et change la valeur de l’entreprise. Exemples :

(+) Actif Immobilisé ; (+) Capitaux Propres

(-) Actif Immobilisé ; (-) Capitaux Propres

(-) Actif Circulant ; (-) Capitaux Propres

(+) Actif Circulant ; (+) Capitaux Propres

Etc.

23
Les principaux retraitements sont :

 Créances (ou prêts) devenues irrécouvrables :

Au moment où l’analyste financier élabore le bilan financier, il se peut qu’un tiers (client, fournisseur,
salarié...) dont l’entreprise a une créance envers lui, soit incapable de régler sa dette.

La créance qui devait être recouvrable et récupérable (actif) devient désormais irrécouvrable, et par
là, elle doit être annulée de l’actif et constatée comme charge (perte définitive).

Si le comptable aurait constaté la perte de la créance, l’écriture comptable serait comme suit :

Si la créance (ou prêt) est immobilisée (échéance supérieure ou égale à l’année) :

6182 / 6585 Pertes sur créances irrécouvrables / X

Créances devenues irrécouvrables

241. / 248. Prêts immobilisés / autres créances financières X

Si la créance (ou prêt) est circulante (échéance inférieure à l’année) :

6182 / 6585 Pertes sur créances irrécouvrables / X

Créances devenues irrécouvrables

34.. Créances de l’actif circulant X

Cette écriture aurait modifié le bilan ainsi :

Si la créance (ou prêt) est immobilisée (échéance supérieure ou égale à l’année) :

- En débitant le compte de charge 61 ou 65, on augmente les charges, ce qui fera diminuer le résultat
(1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres ».

- En créditant un compte de 241. ou 248., on diminue la rubrique « Actif Immobilisé ».

(-) Actif Immobilisé ; (-) Capitaux Propres

24
Si la créance (ou prêt) est circulante (échéance inférieure à l’année) :

- En débitant le compte de charge 61 ou 65, on augmente les charges, ce qui fera diminuer le résultat
(1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres ».

- En créditant un compte de 34.., on diminue la rubrique « Actif Circulant ».

(-) Actif Circulant ; (-) Capitaux Propres

 Stock rossignol (abîmé ou non vendable) :

Un stock rossignol est un stock qui est devenu pour certaines raisons (pluie, soleil, cassé...) abîmé,
c’est-à-dire, ne sert plus à être utilisé et donc ne pourra plus être vendu.

Le stock qui était enregistré comme actif (31..), puisqu’il avait une valeur que l’entreprise pourra
récupérer devra donc être annulé de l’actif et transférée en charge (puisque sa valeur est perdue).

Si le comptable avait constaté la perte de valeur avant l’élaboration du bilan financier, l’écriture
serait la suivante :

6114 / 6124 Variation des stocks de marchandises / X

Variation des stocks de matières et fournitures

31.. Stocks... X

- En débitant le compte de charge 61.., on augmente les charges, ce qui fera diminuer le résultat
(1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres ».

- En créditant un compte de 31.., on diminue la rubrique « Actif Circulant ».

(-) Actif Circulant ; (-) Capitaux Propres

 Immobilisations en non valeur :

Ce sont des charges (dépenses perdues définitivement) qui devraient être enregistrées au CPC pour
l’intégrité de leur montant, mais vu leur importance, elles risquent de plomber le résultat de
l’entreprise et de ne pas donner une image fidèle sur la réalité économique de l’entreprise.

25
De là, la loi comptable marocaine autorise les entreprises à inscrire –temporairement- ces dépenses
définitives au bilan dès leur réalisation.

Il s’agit donc d’actifs fictifs qui n’ont aucune valeur, puisqu’ils ne correspondent pas à des biens ou
créances que l’entreprise peut vendre et récupérer, mais à des dépenses perdues définitivement et
qu’on ne peut pas récupérer.

Au cours de l’exercice N :

21 Immobilisations en non-valeurs X

51/44 Trésorerie/Dette X

Cet actif (sans valeur) sera amorti sur un délai maximum de 5 années, en créditant le compte
« Amortissement des immobilisations en non valeur » approprié, et en débitant le compte « Dotation
d’exploitation aux amortissements de l’immobilisation en non-valeurs » approprié.

Ainsi, chaque année, une fraction (20%) de la charge (dotation) apparaîtra dans le CPC, ce qui ne
risque pas de plomber le résultat, contrairement au cas où la charge aurait été enregistrée en un seul
exercice :

Au 31/12/N :

6191. / 6391 D.E.A des … / D.A.A des P.R.O X

281. Amortissements des non-valeurs X

La même écriture est comptabilisée jusqu’au 5ème exercice (N+4) :

Au 31/12/N+1 :

6191. / 6391 D.E.A des … / D.A.A des P.R.O X

281. Amortissements des non-valeurs X

26
Au 31/12/N+2 :

6191. / 6391 D.E.A des … / D.A.A des P.R.O X

281. Amortissements des non-valeurs X

Au 31/12/N+3 :

6191. / 6391 D.E.A des … / D.A.A des P.R.O X

281. Amortissements des non-valeurs X

Au 31/12/N+4 :

6191. / 6391 D.E.A des … / D.A.A des P.R.O X

281. Amortissements des non-valeurs X

A la fin du 5ème exercice (N+4), le compte « 21.. » (Débiteur) est égal au compte « 281. » (Créditeur),
on procédera à leur annulation en inversant leurs sens.

281. Amortissements des non-valeurs X

21.. Immobilisations en non-valeurs X

Nota Bene :

L’amortissement des non-valeurs se fait sans appliquer la règle de prorata (puisqu’il ne s’agit pas
d’une dépréciation d’un actif réel).

Ces immobilisations en non-valeurs sont constituées principalement de :

 Frais préliminaires

Ce sont des charges qui précèdent une opération de grande envergure, comme :

- Constitution de la société
- Augmentation de capital
- Fusion
- Lancement de nouveau produit (frais de publicité)
- Etc.

27
Exemple :

Le 01/07/N, l’entreprise compte lancer une nouvelle gamme de produits, à cette fin, elle a utilisé tous
les canaux publicitaires (Chaînes TV ; radios ; panneaux publicitaires ; journaux et magazines … », le
coût total de publicité est de 1.250.000 DH qu’elle décide d’enregistrer en actif (à amortir sur 5
années) au lieu de le comptabiliser comme charge.

Ecriture à passer le 01/07/N :

2117 Frais de publicité 1.250.000

51../44.. Trésorerie / Dette 1.250.000

A la fin du 1er exercice (N):

61911 D.E.A. des frais préliminaires 250.000

28117 Amortissements des frais de publicité 250.000

A la fin du 2ème exercice (N+1):

61911 D.E.A. des frais préliminaires 250.000

28117 Amortissements des frais de publicité 250.000

A la fin du 3ème exercice (N+2):

61911 D.E.A. des frais préliminaires 250.000

28117 Amortissements des frais de publicité 250.000

A la fin du 4ème exercice (N+3):

61911 D.E.A. des frais préliminaires 250.000

28117 Amortissements des frais de publicité 250.000

A la fin du 5ème exercice (N+4):

61911 D.E.A. des frais préliminaires 250.000

28117 Amortissements des frais de publicité 250.000

28
A la fin du dernier exercice (N+4), les frais de publicité « 2117 » seront totalement amortis (le compte
«2117 » débiteur deviendra égal au compte « 28117 » créditeur), ils doivent donc être annulés pour
ne plus apparaître dans le bilan :

28117 Amortissements des frais de publicité 1.250.000

2117 Frais de publicité 1.250.000

 Charges à répartir sur plusieurs exercices

Dépenses ne procédant aucune opération en particulier (contrairement aux frais préliminaires), elles
concernent l’opération elle-même, telles que :

- Frais d’acquisition des immobilisations (droits de conservation foncière, honoraires…)


- Frais d’émission des emprunts
- Autres charges à répartir (Grosses réparations ; frais d’essai engagés lors de la mise en
service d’une usine ; frais de découverte de gisements …)

Enregistrement :

Il est semblable à celui des frais préliminaires. On remplace :

- Le compte de la rubrique « Frais préliminaires » (211.) par un compte de la rubrique


« Charges à répartir sur plusieurs exercices » (212.)
- Le sous-compte « 2811. : Amortissements des frais préliminaires » par le sous-compte
« 2812. : Amortissements des charges à répartir »

- Le sous-compte « 61911 : D.E.A des frais préliminaires » par le sous-compte « 61912 : D.E.A
des charges à répartir »

Exemple :

Le 30/09/N, l’entreprise a effectué une grosse réparation de ses locaux, le coût total de cette
opération s’élève à 850.000 DH qu’elle décide d’amortir sur 5 années. (Paiement par la banque).

Ecriture à passer le 30/09/N :

2128 Autres charges à répartir 850.000

5141 Banque 850.000

29
A la fin du 1er exercice (N):

61912 D.E.A. des charges à répartir 170.000

28128 Amortissements des autres charges à répartir 170.000

A la fin du 2ème exercice (N+1):

61912 D.E.A. des charges à répartir 170.000

28128 Amortissements des autres charges à répartir 170.000

A la fin du 3ème exercice (N+2):

61912 D.E.A. des charges à répartir 170.000

28128 Amortissements des autres charges à répartir 170.000

A la fin du 4ème exercice (N+3):

61912 D.E.A. des charges à répartir 170.000

28128 Amortissements des autres charges à répartir 170.000

A la fin du 5ème exercice (N+4):

61912 D.E.A. des charges à répartir 170.000

28128 Amortissements des autres charges à répartir 170.000

A la fin du dernier exercice (N+4), la charge de réparation sera totalement amortie, elle doit être
annulée pour ne plus apparaître dans le bilan :

28128 Amortissements des autres charges à répartir 850.000

2128 Autres charges à répartir 850.000

30
 Primes de remboursement des obligations

Ce compte sera traité ultérieurement (Cf. Chapitre III – Tableau de financement – page ...)

Il est à noter toutefois que son enregistrement est identique à celui des « frais préliminaires » et des
« charges à répartir sur plusieurs exercices ».

Revenons maintenant à l’analyse du bilan, la valeur patrimoniale de l’entreprise est calculée ainsi :

Actif Réel – Dettes

Toutefois, le bilan comptable contient des actifs qui ne sont pas réels (biens & créances qu’on peut
vendre), qu’on appel actifs fictifs ou en non valeur (immobilisations en non valeur), ces derniers ne
sont que des charges inscrits provisoirement en actif (21..).

Pour corriger la valeur de l’entreprise, ces actifs en non valeur doivent être éliminés de l’actif et
transférés à leur vraie destination : classe 6 (charges), comme traité précédemment :

6191. / 6391 D.E.A des … / D.A.A des P.R.O X

281. Amortissements des non-valeurs X

Cette écriture modifiera la structure du nouveau bilan financier :

- En débitant le compte 6191 ou 6391, on augmente les charges et par conséquent, on diminue le
résultat comptable (1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres » ;

- En créditant le compte (281.), on diminue la rubrique « Actif Immobilisé »

(-) Actif Immobilisé (-) Capitaux Propres

31
 Ecarts de Conversion Actif (Diminution de créances) non accompagnés d’une provision
pour dépréciation :

Définition de l’écart de conversion

En finance et comptabilité, la conversion signifie : « Changer le libellé d’une transaction commerciale


(achat / vente), d’une devise étrangère (€ / $ / £ …) vers la monnaie locale (MAD).

Suite à ce change, il se peut que l’entreprise gagne de l’argent (écart de conversion positif) ou qu’elle
le perde (écart de conversion négatif).

Le 1er écart est appelé : Ecart de Conversion Passif, le second : Ecart de conversion Actif.

Traitement comptable

 Ecart de conversion Passif

Au moment de la transaction : T0

Exemple :

Le 15/02/N, une entreprise a acquis un matériel informatique d’un fournisseur belge (payable dans 12
mois) : 3.000 €, à cette date, 1 € vaut 10 DH.

Pour enregistrer cette opération, il faut d’abord convertir le montant de l’opération en Dirham
Marocain, soit : 3.000 * 10 = 30.000 DH.

2355 Matériel Informatique 30.000

1486 Fournisseurs d’immobilisations 30.000

Au 31/12/N

A la fin de l’exercice, l’entreprise doit élaborer le bilan comptable, ce dernier doit refléter la valeur
des actifs et passifs à cette date. Ainsi, la dette « 1486 » doit paraître au bilan à sa vraie valeur au
31/12/N.

32
Le fournisseur doit à l’entreprise la somme de 3.000 € (et non pas 30.000 DH), puisqu’il sera payé en
euros.

Supposant qu’au 31/12/N, 1 € = 9 DH (au lieu de 10 DH), la valeur de la dette à afficher sur le bilan
devienne : 3.000 * 9 = 27.000 DH.

Le solde initial de la dette était de 30.000 DH (créditeur) qui doit passer à 27.000 DH (créditeur), soit
un écart de 3.000 DH. Pour le faire, il suffit de débiter la dette (1486) de la différence (3.000 DH).

Pour diminuer la dette, il suffit donc de la débiter par la différence de change.

Fournisseurs d’immobilisations

30.000

3.000

Nouveau SC = 27.000

En d’autres mots, au lieu de payer 30.000 DH, l’entreprise peut ne payer probablement que 27.000
DH, soit un gain probable de 3.000 DH, cette recette n’est pas définitive, elle est juste probable /
provisoire. Par conséquent, on ne peut pas l’enregistrer comme un produit, mais comme un passif :
« Ecart de conversion passif ».

Puisque la dette est supérieure à une année, l’écart correspondant l’est aussi, et sera donc enregistré
en « Financement permanent » et pas en « Passif circulant », sous la rubrique 17 « Ecart de
conversion – Passif », dans l’un des deux comptes :

1710 : Augmentation des créances immobilisées

1720 : Diminution des dettes de financement

Puisque l’écart concerne une diminution de dette de financement, il sera enregistré dans le compte
« 1720 ».

L’écriture à passer est la suivante :

1486 Fournisseurs d’immobilisations 3.000

1720 Diminution des dettes de financement 3.000

33
Cette écriture a uniquement pour but d’afficher la vraie valeur de la créance / dette au bilan
comptable de fin d’exercice, cette écriture devienne donc inutile au début de l’exercice suivant
(01/01/N+1), pour cela elle doit être extournée (contre-passation) :

1720 Diminution des dettes de financement 3.000

1486 Fournisseurs d’immobilisations 3.000

Au moment du paiement

Au cours de l’exercice N+1, le règlement de la créance / dette, donnera une recette ou une dépense
définitive, qui ne seront plus enregistrées en passif ou en actif (Ecart de conversion), mais plutôt en
produit (gain de change) ou en charge (perte de change).

Hypothèse 1 :

Supposant qu’au 15/01/N+1 (date d’échéance), 1 € = 9,60 DH, l’entreprise doit régler sa dette (3.000
€), pour cela, elle doit verser la somme de : 3.000 * 9,60 = 28.800 DH.

Au lieu de verser le montant prévu initialement (30.000 DH), elle ne payera que 28.800 DH, soit un
gain de change définitif de 1.200 DH.

1486 Fournisseurs d’immobilisations 30.000

51.. Trésorerie 28.800

7332 Gain de change 1.200

Hypothèse 2 :

Supposant qu’au 15/01/N+1, 1 € = 10,80 DH, l’entreprise doit régler sa dette (3.000 €), pour cela, elle
doit verser la somme de : 3.000 * 10,80 = 32.400 DH.

Au lieu de verser le montant prévu initialement (30.000 DH), elle payera plus (32.400 DH), soit une
perte de change définitive de 2.400 DH.

34
1486 Fournisseurs d’immobilisations 30.000

6332 Perte de change 2.400

51.. Trésorerie 32.400

Remarque :

Si la dette ou la créance est à court terme (inférieure à l’année), l’écart positif (gain de change
probable suite à une diminution de dette ou à une augmentation de créance) correspondant sera
enregistré au passif circulant, dans la rubrique 47 « Ecart de conversion – Passif (Eléments
circulants) ».

 Ecart de conversion Actif

o Augmentation des dettes (de financement ‘’14’’ ou circulantes ‘’44’’)

Au moment de la transaction : T0

Au 30/04/2011, l’entreprise acquiert une machine à crédit (18 mois) au prix de 30.000 €. 1€ = 10 DH.

Au 31/12/2011 (date d’élaboration du bilan), 1 € vaut 10,50 DH.

Solution :

Au 30/04/2011, le comptable enregistrera l’écriture suivante :

23321 Matériel 300.000

1486 Fournisseurs d’immobilisations 300.000

Au 31/12/2011

A la fin d’exercice, l’entreprise doit élaborer le bilan comptable, ce dernier doit refléter la valeur des
actifs et passifs à cette date, la dette (fournisseurs d’immobilisations) n’est plus de 300.000 DH
(30.000 * 10), mais plutôt de 315.000 DH (30.000 * 10,50), soit une augmentation de 15.000 DH.

La dette a été enregistrée initialement à une valeur de 300.000 DH, elle doit donc être augmentée
d’un montant de 15.000 DH pour que le solde affiche la valeur réelle au 31/12, à savoir 315.000 DH.

35
Pour augmenter la dette, il suffit donc de la créditer par le montant approprié.

Fournisseurs d’immobilisations

300.000

15.000

Nouveau SC = 315.000

Interprétation :

Au lieu de verser 300.000 DH, l’entreprise pourra décaisser plus (315.000 DH), soit une perte
probable (pas définitive) de 15.000 DH.

Ainsi, cette perte de 15.000 DH n’est pas une charge (perte de change), puisqu’elle n’est pas
définitive, mais probable, et donc, elle sera enregistrée en actif : « Ecart de conversion – Actif »

Si l’écart concerne une créance ou dette à plus d’un an, il sera enregistré en actif immobilisé
(Rubrique 27).

Et s’il concerne une créance ou dette à moins d’un an, il sera enregistré en actif circulant (Rubrique
37).

Puisque la dette est supérieure à l’année, l’écart de conversion actif sera enregistré en actif
immobilisé (27) dans l’un des deux comptes :

2710 : Diminution des créances immobilisées

2720 : Augmentation des dettes de financement

Il est clair que cet écart de conversion (15.000 DH) concerne une augmentation de la dette, d’où
l’écriture :

2720 Augmentation des dettes de financement 15.000

1486 Fournisseurs d’immobilisations 15.000

Cette écriture a uniquement pour but d’afficher la vraie valeur de la créance / dette au bilan
comptable de fin d’exercice, cette écriture devienne donc inutile au début de l’exercice suivant
(01/01/N+1), pour cela elle doit être extournée :

1486 Fournisseurs d’immobilisations 15.000

2720 Augmentation des dettes de financement 15.000

36
Au moment du paiement

Voir : Ecart de conversion Passif ; page 32.

o Diminution des créances (immobilisées ‘’24’’ ou circulantes ‘’34’’)

Au moment de la transaction : T0

Le 15/09/2011, l’entreprise vend à crédit une machine produite à un client belge au prix de 25.000 €
(1 € = 9 DH). Le règlement s’effectuera dans 14 mois.

Au 31/12/2011, 1 € vaut 8,15 DH.

Solution :

Au 15/09/2011, la vente est réalisée, d’où l’écriture :

2487 Créances immobilisées 225.000

71221 Ventes de produits finis 225.000

Au 31/12/N

A la fin d’exercice, l’entreprise doit élaborer le bilan comptable, ce dernier doit refléter la valeur des
actifs et passifs à cette date, la créance client n’est plus de 225.000 DH (25.000 * 9), mais plutôt de
203.750 DH (25.000 * 8,15), soit une diminution de 21.250 DH.

La créance client a été enregistrée initialement à une valeur de 225.000 DH, elle doit donc être
diminuée d’un montant de 21.250 DH pour que le solde affiche la valeur réelle au 31/12, à savoir
203.750 DH.

Pour diminuer la créance, il suffit donc de la créditer par le montant approprié.

Créances immobilisées

225.000 21.250

Nouveau SD = 203.750

37
Interprétation :

Au lieu de recevoir 225.000 DH, l’entreprise pourra ne pas recevoir que 200.000 DH, soit une perte
probable (pas définitive) de 25.000 DH.

Ainsi, cette perte de 25.000 DH n’est pas une charge (perte de change), puisqu’elle n’est pas
définitive, mais probable, et donc, elle sera enregistrée en actif, comme « Ecart de conversion –
Actif »

Si l’écart concerne une créance ou dette à plus d’un an, il sera enregistré en actif immobilisé
(Rubrique 27).

Et s’il concerne une créance ou dette à moins d’un an, il sera enregistré en actif circulant (Rubrique
37).

2710 Diminution des créances immobilisées 21.250

2487 Créances immobilisées 21.250

Cette écriture a uniquement pour but d’afficher la vraie valeur de la créance / dette au bilan
comptable de fin d’exercice, cette écriture devienne donc inutile au début de l’exercice suivant
(01/01/N+1), pour cela elle doit être extournée :

2487 Créances immobilisées 21.250

2710 Diminution des créances immobilisées 21.250

Contrairement aux autres types d’écart de conversion, l’écart de conversion actif – diminution de
créances doit être accompagné d’une provision (principe de prudence) au 31/12/N :

Si la créance a une échéance de paiement supérieure à l’année, la provision est comptabilisée ainsi :

6392 Dotations aux provisions pour 21.250

dépréciation des immobilisations financières

2948 Provisions pour dépréciation des 21.250

autres créances financières

38
Si la créance a une échéance de paiement inférieure à l’année, la provision est comptabilisée ainsi :

61964 Dotation d’exploitation aux provisions pour 21.250

dépréciation des créances de l’actif circulant

3942 Provisions pour dépréciation des 21.250

clients et comptes rattachés

Au moment du paiement

Voir : Ecart de conversion Passif ; page 32.

Traitement financier de l’écart de conversion actif – diminution de créances

Parfois, certains comptables négligent d’ajouter l’écriture de la provision en complément de


l’écriture de l’écart, on dit que l’écart de conversion actif n’est pas couvert par une provision.

Pour corriger cette erreur au niveau du bilan financier, on va tester quelles sont les rubriques qui
auraient été modifiées si la provision a été comptabilisée :

o Cas 1 : Ecart de conversion actif – diminution des créances immobilisées

Le comptable devait enregistrer l’écriture suivante :

6392 Dotations aux provisions pour X

dépréciation des immobilisations financières

2948 Provisions pour dépréciation des X

autres créances financières

Voyons comment cette écriture modifiera le nouveau bilan (financier) de l’entreprise :

- En débitant le compte 6392 : On va augmenter les charges, ce qui va diminuer le résultat comptable
(1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres » ;

- En créditant le compte 2948, on diminue la classe 2 « Actif Immobilisé ».

(-) Actif Immobilisé ; (-) Capitaux Propres

39
o Cas 2 : Ecart de conversion actif – diminution des créances circulantes

Le comptable devait enregistrer l’écriture suivante :

61964 Dotation d’exploitation aux provisions pour X

dépréciation des créances de l’actif circulant

3942 Provisions pour dépréciation des X

clients et comptes rattachés

Voyons comment cette écriture modifiera le nouveau bilan (financier) de l’entreprise :

- En débitant le compte 61964 : On va augmenter les charges, ce qui va diminuer le résultat


comptable (1191) et donc la rubrique « Capitaux Propres » ;

- En créditant le compte 3942, on diminue la classe 3 « Actif Circulant ».

(-) Actif Circulant ; (-) Capitaux Propres

Pour résumer :

Si l’écart de conversion actif – diminution de créance a été enregistré comptablement avec sa


provision (écart de conversion actif couvert par une provision), il n’y a donc aucune erreur comptable
et de la sorte, aucune modification à effectuer au niveau du bilan financier.

En revanche, si l’écart de conversion actif – diminution de créance n’a pas été couvert par une
provision, le bilan financier doit être redressé comme suit :

 Ecart sur une créance à échéance de moins d’un an :

(-) Actif circulant (-) Capitaux Propres

 Ecart sur une créance à échéance de plus d’un an :

(-) Actif Immobilisé (-) Capitaux Propres

Les autres types d’écart de conversion (actif ou passif) ne nécessitent aucun traitement financier.

40
 Plus ou moins-values latentes (Ecart de réévaluation):

Les actifs peuvent avoir en réalité une valeur supérieure ou inférieure (valeur de marché) à leur
valeur comptable, dans ces cas, il faut corriger la valeur de ces actifs.

Le compte 1130 « Ecart de réévaluation » enregistre à son crédit la contrepartie des augmentations
de valeur des actifs.

Exemple 1 :

Le compte 2311 « Terrains nus » figure au bilan de la société « W & B » pour une valeur nette de
540.000 DH.

Après réévaluation, sa valeur réelle (de marché) est estimée à 600.000 DH.

La constatation de l’écart est la suivante :

2311 Terrains nus 1130 Ecart de réévaluation

540.000 60.000

60.000

Nouveau SD = 600.000

Exemple 2 :

Le compte 2311 « Terrains nus » figure au bilan de la société « W & B » pour une valeur nette de
540.000 DH.

Après réévaluation, sa valeur réelle (de marché) est estimée à 400.000 DH.

La constatation de l’écart est la suivante :

2311 Terrains nus 1130 Ecart de réévaluation

540.000 140.000

140.000

Nouveau SD = 400.000

41
Si la réévaluation des actifs n’a pas été effectuée au niveau du bilan comptable (facultative), il est
obligatoire d’y procéder au niveau du bilan financier.

Comme vu dans les exemples 1 et 2, la réévaluation se fait soit en :

- augmentant l’actif (immobilisé / circulant ou trésorerie) et en augmentant le compte 1130 et donc


la rubrique 11 « capitaux Propres » ;

(+) Actif Immobilisé ; (+) Capitaux Propres

(+) Actif Circulant ; (+) Capitaux Propres

(+) Trésorerie Actif ; (+) Capitaux Propres

Soit en,

- diminuant l’actif (immobilisé / circulant ou trésorerie) et en diminuant le compte 1130 et donc la


rubrique 11 « capitaux Propres » ;

(-) Actif Immobilisé ; (-) Capitaux Propres

(-) Actif Circulant ; (-) Capitaux Propres

(-) Trésorerie Actif ; (-) Capitaux Propres

42
Tableau récapitulatif de tous les reclassements et retraitements

D.F
A.I A.C T.A K.P P.C T.P
Eléments (14 
(2) (3) (51) (11  13) (4) (55)
17)
Montants initiaux (Nets) ………. ………. ………. ………. ………. ………. ……….
Actif immobilisé devenu à moins
(-) (+)
d’un an
Actif circulant à plus d’un an :
- Stock outil
(+) (-)
- Créances circulantes devenues à
plus d’un an
Plafond d’escompte (-) (+)
TVP facilement cessibles (-) (+)
TVP difficilement cessibles (+) (-)
Dettes de financement à moins d’un
(-) (+)
an
Provision pour risque et charge
(-) (+)
durable devenue à moins d’un an
Dettes du passif circulant à plus d’un
(+) (-)
an
Provision pour risque et charge
momentanée devenue à plus d’un (+) (-)
an
Dividendes à distribuer (-) (+)
Impôt latent sur subvention
(-30%) (+30%)
d‘investissement
Provisions pour risques durables
(+70%) (-100%) (+30%)
devenues sans objet
Provisions pour risques
(+70%) (-70%)
momentanés devenues sans objet
Créances immobilisées devenues
(-) (-)
irrécouvrables
Créances circulantes devenues
(-) (-)
irrécouvrables
Stock rossignol (-) (-)
Immobilisations en non valeur (-) (-)
Ecart de conversion actif
(immobilisé) non couvert par une (-) (-)
provision
Ecart de conversion actif (circulant)
(-) (-)
non couvert par une provision
Plus ou moins values latentes sur
(+/-) (+/-)
actif immobilisé
Plus ou moins values latentes sur
(+/-) (+/-)
actif circulant
Plus ou moins values latentes sur
(+/-) (+/-)
trésorerie actif
Totaux (Bilan financier) ………. ………. ………. ………. ………. ………. ……….

43
D- Bilan financier condensé

Les totaux calculés au niveau du tableau de passage seront repris dans un bilan condensé.

Actif Montant Passif Montant


Actif immobilisé Financement permanent(*)
Actif circulant Passif circulant
Trésorerie Actif Trésorerie Passif
Total Total
(*) Cette classe peut être dispatchée en 2 : Capitaux Propres ; Dettes de Financement.

E- Exercices

Exercice 1

Soit le bilan au 31/12/2013 de la société « KANOUN II »

Actif Brut Amort. & Prov. Net


Immobilisations en non valeur - - -
Immobilisations incorporelles - - -
Immobilisations corporelles 3.200.000 700.000 2.500.000
Immobilisations financières (1) (2) 600.000 - 600.000
Ecart de Conversion Actif - - -
Stocks (3) 120.000 30.000 90.000
Créances de l’actif circulant (4) (5) 460.000 110.000 350.000
Titres et Valeurs de Placements (6) (7) 370.000 70.000 300.000
Ecart de Conversion Actif - - -
Trésorerie actif 160.000 - 160.000
Total 4.910.000 910.000 4.000.000

Passif Nets
Capital Social 2.000.000
Réserves 100.000
Résultat Net (-) 190.000
Dettes de Financement (8) 900.000
Provisions durables pour risques et charges (9) 150.000
Ecart de Conversion Passif -
Dettes du passif circulant (10) 790.000
Autres provisions pour risques et charges (11) 200.000
Ecart de Conversion Passif -
Trésorerie passif 50.000
Total 4.000.000

44
Informations complémentaires

(1) Un prêt pour un associé de 80.000 DH a désormais une échéance de 9 mois.

(2) Certaines actions ne seront plus conservées par l’entreprise et seront vendues dans quelques
mois : 120.000 DH.

(3) L’entreprise a constitué un stock outil de 75.000 DH.

(4) Un client a demandé à l’entreprise de reporter l’échéance à 14 mois, montant de la créance :


25.000 DH.

(5) L’entreprise dispose de 200.000 DH d’effets de commerce, seulement 90.000 DH d’effets peuvent
être escomptés par la banque.

(6) Les actions « CDG » sont facilement cessibles : 40.000 DH.

(7) Les actions « INVOLYS » sont difficilement vendables : 110.000 DH.

(8) Un emprunt de 100.000 DH doit être remboursé dans 8 mois.

(9) Une provision de 70.000 DH a été constitué suite à un litige avec un ancien salarié, le verdict sera
annoncé dans 4 mois.

(10) L’entreprise a demandé à son fournisseur de prolonger l’échéance à 16 mois, le fournisseur a


accepté le prolongement, montant de la dette : 300.000 DH.

(11) Une provision de 200.000 DH a été constitué suite à un litige avec un concurrent, le jugement
sera reporté à 2015.

Travail demandé :

1) Elaborez le tableau de passage du bilan comptable au bilan financier ;


2) Construisez le bilan financier condensé ;
3) Calculez le fonds de roulement financier, le besoin en fonds de roulement, la trésorerie
nette ;
4) Analysez la situation financière de l’entreprise.

45
Exercice 2

Soit le bilan (avant répartition du bénéfice) au 31/12/2012 de la société « CHOBAT »

Actif Brut Amort. & Prov. Net


Immobilisations en non valeur - - -
Immobilisations incorporelles 800.000 240.000 560.000
Immobilisations corporelles 5.600.000 1.100.000 4.500.000
Immobilisations financières (1) (2) 170.000 - 170.000
Ecart de Conversion Actif - - -
Stocks (3) 350.000 90.000 260.000
Créances de l’actif circulant (4) (5) 130.000 10.000 120.000
Titres et Valeurs de Placements (6) (7) 50.000 - 50.000
Ecart de Conversion Actif - - -
Trésorerie actif 340.000 - 340.000
Total 7.440.000 1.440.000 6.000.000

Passif Nets
Capital Social 3.000.000
Réserves 440.000
Résultat Net (8) 200.000
Subvention d’investissement (9) 400.000
Dettes de Financement (10) 1.600.000
Provisions durables pour risques et charges (11) (12) 200.000
Ecart de Conversion Passif -
Dettes du passif circulant (13) 110.000
Autres provisions pour risques et charges (14) (15) 50.000
Ecart de Conversion Passif -
Trésorerie passif -
Total 6.000.000

Informations complémentaires

(1) Une créance client de 30.000 DH sera encaissée dans 3 mois.

(2) Les actions « TIMAR » seront vendues en 2013. Montant : 130.000 DH.

(3) Parmi les articles stockés se trouve des articles immobilisés par l’entreprise (stock de sécurité) :
45.000 DH.

(4) Un prêt pour un associé de 60.000 DH ne sera récupéré qu’en 2014.

(5) Plafond d’escompte : 55.000 DH

(6) Les actions « ENNAKL » sont facilement négociables : 25.000 DH.

(7) Pour des raisons de marché, les actions « RISMA » ne sont pas cessibles pendant une année :
20.000 DH.

46
(8) 75% du bénéfice sera distribué aux associés en avril 2013.

(9) Taux de l’IS : 30%.

(10) Un emprunt de 600.000 DH a une échéance de moins d’un an.

(11) Une provision pour risque de 170.000 DH a été comptabilisée suite à une affaire en justice, le
risque pourra se concrétiser dans quelques mois.

(12) Une provision pour risque de 30.000 DH est devenue sans objet.

(13) Un associé a accepté de repousser l’échéance à 18 mois, montant de son compte courant
d’associé : 49.000 DH.

(14) Une provision de 16.000 DH a été constitué, toutefois le risque est devenu à plus d’un an.

(15) Une provision de 20.000 DH a été constitué, toutefois le risque est annulé et ne se réalisera plus.

Les tâches à consigner :

1) Elaborez le tableau de passage du bilan comptable au bilan financier ;


2) Construisez le bilan financier condensé ;
3) Calculez et commentez le fonds de roulement financier, le besoin en fonds de roulement, la
trésorerie nette ;
4) Faites un diagnostic plus détaillé de cette entité économique.

Exercice 3

Soit le bilan (après répartition du bénéfice) au 30/04/2014 de la société « ATHAR »

Actif Brut Amort. & Prov. Net


Immobilisations en non valeur 300.000 60.000 240.000
Immobilisations incorporelles (1) 700.000 200.000 500.000
Immobilisations corporelles (2) 2.000.000 400.000 1.600.000
Immobilisations financières (3) (4) 60.000 - 60.000
Ecart de Conversion Actif (5) 100.000 - 100.000
Stocks (6) 200.000 20.000 180.000
Créances de l’actif circulant (7) 640.000 120.000 520.000
Titres et Valeurs de Placements (8) 100.000 - 100.000
Ecart de Conversion Actif (9) 200.000 - 200.000
Trésorerie actif 200.000 - 200.000
Total 4.500.000 800.000 3.700.000

47
Passif Nets
Capital Social 2.000.000
Réserves 500.000
Résultat Net -
Subvention d’investissement -
Dettes de Financement 400.000
Provisions durables pour risques et charges (10) 500.000
Ecart de Conversion Passif -
Dettes du passif circulant 100.000
Autres provisions pour risques et charges (11) 200.000
Ecart de Conversion Passif -
Trésorerie passif -
Total 3.700.000

Informations complémentaires

(1) Il s’agit d’un brevet d’invention dont la valeur réelle est estimée à 640.000 DH.

(2) Les terrains figurent au bilan pour une VNA de 700.000 DH, leur valeur de marché est de
1.100.000 DH.

Les machines dont la VNA est de 550.000 DH ont une valeur réelle de 450.000 DH.

(3) Parmi les titres immobilisés détenus par l’entreprise, certains titres ont perdu 15.000 DH de leur
valeur.

(4) Un prêt de 27.000 DH ne sera plus récupéré par l’entreprise.

(5) Relatif à une diminution des créances immobilisées, l’écart a été couvert par une provision.

(6) Un lot de marchandises de 35.000 DH est abîmé.

(7) Deux créances dont le montant global est de : 115.000 DH sont irrécouvrables.

(8) Les actions « CGI » achetés pour 57.000 DH ont une valeur actuelle de 50.000 DH.

Les actions « S.M. MONETIQUE » achetées à 40.000 DH, sont évaluées à 49.000 DH.

(9) Relatif à une diminution des créances circulantes, l’écart n’a pas été couvert par une provision.

(10) Une provision pour litige de 300.000 DH a été comptabilisée suite à un licenciement d’un salarié
ayant saisi la justice, l’ex-salarié a abandonné sa poursuite judiciaire.

(11) Concerne une provision pour litige avec un courtier, cependant l’entreprise vient de gagner le
procès.

48
Travail requis :

1) Elaborez le tableau de passage du bilan comptable au bilan financier ;


2) Construisez le bilan financier condensé ;
3) Calculez et commentez le fonds de roulement financier, le besoin en fonds de roulement, la
trésorerie nette ;
4) Que pourriez-vous dire sur la santé financière de l’entreprise ?

Exercice 4

Soit le bilan avant répartition du résultat du 31/12/2009 de la société « NISANE »

Actif Brut Amort. & Prov. Net


Immobilisations en non valeur 20.000 2.000 18.000
Immobilisations incorporelles 50.000 5.000 45.000
Immobilisations corporelles (1) 100.000 20.000 80.000
Immobilisations financières 60.000 - 60.000
Ecart de Conversion Actif (2) 20.000 - 20.000
Stocks (3) 80.000 10.000 70.000
Créances de l’actif circulant (4) 100.000 20.000 80.000
Titres et Valeurs de Placements (5) 40.000 - 40.000
Ecart de Conversion Actif (6) 20.000 - 20.000
Trésorerie actif 60.000 - 60.000
Total 550.000 57.000 493.000

Passif Nets
Capital Social 129.000
Réserve légale 7.000
Autres réserves 18.000
Report à nouveau 1.000
Résultat Net (7) 80.000
Subvention d’investissement 10.000
Dettes de Financement 100.000
Provisions durables pour risques et charges (8) 8.000
Ecart de Conversion Passif 15.000
Dettes du passif circulant (9) 100.000
Autres provisions pour risques et charges (10) 10.000
Ecart de Conversion Passif 5.000
Trésorerie passif 10.000
Total 493.000

49
(1) Dont un terrain acquis pour 10.000 DH vaut actuellement 19.000 DH et une machine dont sa
valeur nette d’amortissement est de 8.000 DH n’a qu’une valeur actuelle de 6.000 DH.

(2) Dont 4.000 DH non couvert par des provisions.

(3) Dont stock rossignol : 1.000 DH.

(4) Dont des créances clients de 1.500 DH irrécouvrables non comptabilisés.

(5) La valeur boursière de ces actions est de 63.000 DH.

(6) Dont 2.000 DH non couvert par des provisions.

(7) L’affectation du bénéfice se fera de la façon suivante : 50.000 DH à titre de dividendes ; 30.000
DH mis en réserves.

(8) Concerne un litige, le juge a statué au profit de l’entreprise.

(9) Dont une dette de 60.000 DH devenue à plus d’un an.

(10) Cette provision est devenue sans objet.

Comment vous devez procéder pour diagnostiquer la situation financière de l’entreprise ? :

1) D’abord, construisez le tableau de passage du bilan comptable au bilan financier ;


2) Ensuite, créez le bilan financier condensé ;
3) Après, analysez le fonds de roulement financier, le besoin en fonds de roulement, la
trésorerie nette ;
4) Enfin, utilisez les différents ratios possibles?

50
Exercice 5

A l’aide du bilan au 31/12/2015 de l’entreprise « AYYAR », il vous est demandé de :

1) Présenter le bilan liquidité en grandes masses ;


2) Faire un diagnostic financier complet de l’entreprise.

Immobilisations en non valeur Capitaux Propres


Frais préliminaires 24.000 Capital social 4.000.000
Charges à répartir sur plusieurs exercices 15.000 Réserve légale 250.000
Immobilisations incorporelles Autres réserves 42.000
Fonds commercial 795.000 Report à nouveau 6.000
Immobilisations corporelles Résultat net de l’exercice 218.000
Terrains 1.000.000 Capitaux propres assimilés
Constructions 900.000 Subvention d’investissement 470.000
Installations techniques, M & O 1.400.000 Dettes de financement
Immobilisations financières Autres dettes de financement 1.513.000
Prêts immobilisés (a) 14.767 Provisions durables pour risques et
Ecart de conversion actif 300.000 charges
Stocks Provisions pour risques 13.400
Matières et fournitures consommables 1.515.000 Provisions pour charges 46.000
Produits finis 600.000 Dettes du passif circulant
Créances de l’actif circulant Fournisseurs et comptes rattachés 893.407
Clients et comptes rattachés 930.000 Organismes sociaux 92.100
Titres et valeurs de placement (b) 302.000 Etat créditeur 53.029
Ecart de conversion actif Autres créanciers 451.840
(éléments circulants) 18.400 Ecart de conversion passif
Trésorerie actif (éléments circulants) 1.200
Banque, TG et chèques postaux 535.809
(a) dont 6.200 DH à moins d’un an.

(b) comporte des actions « MED PAPER » rencontrent d’énormes difficultés pour être vendues, elles
ne sont pas négociables : 102.000 DH.

Les actions « DELATTRE LEVIVIER MAROC » achetées à 140.000 DH, peuvent être vendues dans
quelques jours au prix de 166.000 DH.

Informations complémentaires

- Le résultat sera intégralement porté en réserves.

- L’écart de conversion actif n’est pas couvert par une provision. Il s’agit d’écarts relatifs à des
diminutions de créances.

- Le stock des matières et fournitures consommables a une valeur de marché de 1.420.000 DH.

Le stock des produits finis garde encore sa valeur comptable.

51
- Parmi les créances clients, l’entreprise dispose de 500.000 DH d’effets de commerce, seulement
400.000 DH peuvent être escomptés.

- Les provisions pour risques et charges peuvent être considérés comme stables (durables).

- Les échéances des dettes extraites de l’ETIC sont les suivantes :

Dettes Total Plus d’un an Moins d’un an


Dettes de financement
Autres dettes de financement 1.513.000 513.000 1.000.000
Dettes du passif circulant
Fournisseurs et comptes rattachés 893.407 200.000 693.407

Exercice 6

Soit le bilan de la société « HAZIRANE » au 31/12/20N (avant répartition)

ACTIF Net PASSIF N


Actif immobilisé Capitaux propres
Frais préliminaires 28.000 Capital social 1.053.500
Terrains 72.100 Réserves légales 68.500
Constructions 400.900 Réserves statutaires 64.300
Installations techniques, M&O (d) 785.000 Réserves facultatives 72.500
Autres immobilisations corporelles 76.800 Réserves réglementées 5.200
Autres créances immobilisées 9.400 Report à nouveau 1.000
Titres de participation (a) 184.300 Résultat de l’exercice (f) 256.000

Total de l’actif immobilisé 1.556.500 Dettes de financement


Emprunts obligataires (c) 200.000
Actif circulant (HT) Autres dettes de financement 267.000
Stocks
Matières premières 333.300 Provisions durables pour risques et
En-cours de production 464.700 charges (e)
Produits finis (g) 49.000 Provisions pour risques 120.000
Créances de l’actif circulant Provisions pour charges 25.400
Fournisseurs, avances et acomptes 14.800
Clients et comptes rattachés (b) 711.500 Total du financement permanent 2.133.400
Autres débiteurs 9.500
Titres et valeurs de placement (h) 22.100 Passif circulant (HT)
Dettes du passif circulant
Total de l’actif circulant 1.604.900 Fournisseurs et comptes rattachés 633.900
Clients créditeurs 233.600
Trésorerie actif Autres créanciers 184.200
Banque 23.700
Total du passif circulant 1.051.700
Total trésorerie actif 23.700
Total Général 3.185.100 Total Général 3.185.100

52
(a) dont 24.000 DH à moins d’un an.

(b) dont 12.000 DH à plus d’un an.

(c) dont 15.000 DH remboursable au cours de cette année.

(d) comporte une machine dont la VNA est de 424.000 DH, dans un marché d’occasion, ladite
machine vaut seulement 388.000 DH.

(e) Provisions pour risques : Tous les risques sont réels, 80.000 DH représentent des risques à court
terme.

Provision pour charges : Cette provision sera considérée comme une dette à long terme.

(f) Le bénéfice de l’exercice sera affecté comme suit : 9% du capital social à titre de dividendes, le
solde sera affecté aux réserves et au report à nouveau.

(g) dont 9.000 DH entièrement périmé.

(h) les titres et valeurs de placement sont très liquides et peuvent être assimilés à de la trésorerie.

Leur valeur réelle est de 21.900 DH.

A faire : une analyse approfondie de la santé financière de cette entreprise.

Exercice 7

En vue de réaliser un diagnostic de l’équilibre financier de l’entreprise « TAMMOUZE », la direction


financière vous communique les informations suivantes au 31.12.N.

Bilan de fin d’exercice en KDH

Amort.
Actif Brut Net Passif Montant
/Prov.
Actif immobilisé Financement permanent
Immob. en non valeur Capitaux propres
- Frais préliminaires 500 100 400 Capital social 9.000
- Charges à répartir sur 200 20 180 Prime d’émission 1.700
plusieurs exercices Réserves légales 900
- Prime de remboursement 130 - 130 Autres réserves 4.000
des obligations Report à nouveau 50
Immob. Incorporelles Résultat net de l’exercice 3.800
- Immob. en recherches et 300 100 200 Capitaux prop. et assimilés
développement Subv. d’investissement 4.700
- Fonds commercial 3.400 - 3.400 Dettes de financement
Immob. Corporelles Emprunt obligataire 1.150
- Terrains 2.600 - 2.600 Autres dettes de fin. 2.090

53
- Constructions 8.000 2.000 6.000
- Inst. Tech., Mat. & out. 9.000 5.000 4.000 Passif circulant HT
Immob. Financières Dettes du passif circulant
- Prêts immobilisés 10 - 10 Fournisseurs et CR 3.100
- Titres de participation 2.000 250 1.750 Personnel – créditeur 850
- Autres titres immobilisés 170 - 170 Etat – créditeur 250
Ecart de conversion actif 15 - 15 Autres créanciers 40
Comptes de rég. Passif 60
Actif circulant HT Autres provisions pour 1.550
Stocks risques et charges
- Matières premières 2.400 150 2.250
- Produits finis 4.000 250 3.750 Ecart de conversion passif 10
Créances de l’actif circulant
Clients et comptes rattachés 11.800 200 11.600 Trésorerie passif
Autres débiteurs 180 - 180 Crédit de trésorerie 2.000
Comptes de rég. actif 400 - 400 Crédit d’escompte 1.850
Titres et val. de placement 50 - 50

Trésorerie actif
Banque 12 - 12
Caisse 3 - 3
Total actif 45.170 8.070 37.100 Total passif 37.100

Autres informations

- 1.200 de bénéfice sera distribué lors de l’exercice N+1 ;

- l’entreprise possède dans son portefeuille 45 d’effets de commerce escomptables ;

- Parmi les prêts immobilisés, 3 seront encaissés dans quelques mois et 4 ne seront plus récupérés ;

- les écarts de conversion actif ne sont pas provisionnés ;

- le stock de sécurité des matières premières est de 1.145 ;

- un lot de produits finis de 106 est abîmé ;

- Certaines actions de types « TVP » et d’une valeur de 14 sont difficilement négociables ;

- 500 de la provision pour risques et charges concerne un procès dont le jugement ne sera rendu que
courant N+2 ;

- 1.000 de la provision pour risques et charges est injustifié ;

- 80 de « autres débiteurs » ne sont pas réalisables ;

Travail demandé :

1) Elaborez le tableau des redressements ;


2) Construisez le bilan financier condensé et analyser la santé financière de l’entreprise.

54
Exercice 8

La société « TSGE SYNTHESE 2011 » SARL située à Tétouan, commercialise des matériels pour
industries pharmaceutiques. Dans le but de porter un jugement sur sa solvabilité et sa liquidité, son
directeur financier vous soumet un certain nombre d’informations :

1- Le bilan au 31-12-2010 :

ACTIF PASSIF
Charges à répartir 52.250 Capital social 990.000
Constructions 715.000 Réserves 75.900
Matériel et outillage 330.000 Résultat net de l’exercice 156.200
Matériel de transport 275.000 Emprunts 305.250
Titres de participation 57.200 Provisions pour risques 16.500
Ecart de conversion actif 13.200 Fournisseurs 177.100
Stock de marchandises 148.500 Organismes sociaux 34.100
Autres provisions pour
Clients 39.600 28.600
litiges
Clients effets à recevoir 27.500 Ecart de conversion passif 26.400
Autres débiteurs 12.100
TVP 77.000
Banque 49.500
Caisse 13.200
TOTAL 1.810.050 TOTAL 1.810.050

2- Extrait de l’étude d’évaluation des éléments du bilan :

 Le fonds commercial peut être estimé à 210.000 DH ;


 La valeur des constructions ne représente que 85% de leur valeur réelle ;
 Etat des titres de participation :

Titres Nombre Prix d’achat unitaire Cours au 31/12/2010


ABC 75 600 550
XYZ 30 700 900

 90% seulement des écarts de conversion actif sont couverts par des provisions ;
 Le stock outil de marchandises est de 45.000 DH ;
 Le stock rossignol est de 25.000 DH ;
 Le plafond d’escompte des effets est fixé à 25.000 DH ;
 Les TVP se composent des actions suivantes :
o FRP pour une valeur globale de 40.000 DH : sont facilement négociables. Elles peuvent être
vendues à 95% de leur valeur.
o MAR pour une valeur globale de 37.000 DH seront négociables dans quelques mois.
 70% seulement du montant des autres débiteurs sont réalisables.

55
 Les autres provisions pour litiges correspondent à des indemnités à verser dans 3 mois à un
ouvrier licencié ;
 Les provisions pour risques de 7.000 DH sont fondées à échéance lointaine. Le reste de la
provision est injustifié. (IS 30%) ;
 80% des emprunts sont à plus d’un an ;
 La société a l’habitude de mettre en réserves 65% du bénéfice net.

Travail à faire :

1. Etablir le tableau des retraitements (15 points)

2. En déduire le bilan financier (5 points)

3. Calculer et commenter le FRF (2 points)

4. Calculer et commenter les ratios suivants : (8 points)

Formule Moyenne du secteur


Capitaux Propres / Financement permanent 0,6
Financement permanent / AI + BFR 1,15
Actif circulant / Passif circulant 1,05
Total actif / Total dettes 2,7

Exercice 9

La SA « TCE SYNTHESE 2013 » est installée à Tanger, elle est spécialisée dans le textile et
l’habillement, elle fabrique et commercialise des vêtements de travail.

Pour aider le responsable financier à analyser l’équilibre financier de l’entreprise, on vous


communique le bilan comptable au 31-12-2012.

Document : bilan de la société au 31-12-2012

BILAN ACTIF Montant BILAN PASSIF Montant


ACTIF IMMOBILISE 1.440.000 FINANCEMENT PERMANENT 2.266.000
IMMOBILISATIONS EN NON-VALEURS CAPITAUX PROPRES
Frais préliminaires 20.000 Capital social 1.000.000
Charges à répartir sur plusieurs exercices 10.000 Réserve légale 80.000
IMMOBILISATIONS CORPORELLES Autres réserves 180.000
Terrains 400.000 Résultat net de l’exercice 550.000
Constructions 300.000 DETTES DE FINANCEMENT
Matériel et outillage 400.000 Autres dettes de financement 250.000
Matériel de transport 200.000 PROVISIONS DURABLES POUR
RISQUES ET CHARGES

56
Mobilier, matériel de bureau 50.000 Provisions pour risques 120.000
IMMOBILISATIONS FINANCIERES Provisions pour charges 86.000
Autres créances financières 60.000
ACTIF CIRCULANT HT 850.000 PASSIF CIRCULANT HT 196.000
Matières et fournitures consommables 150.000 Fournisseurs et comptes 140.000
rattachés
Produits finis 50.000 Clients créditeurs, avances et 20.000
acomptes
Clients et comptes rattachés 400.000 Organismes sociaux 16.000
Etat 70.000 Etat 20.000
Titres et valeurs de placement 180.000
TRESORERIE ACTIF 190.000 TRESORERIE PASSIF 18.000
Banque 100.000 Crédits de trésorerie 18.000
Caisse 90.000
TOTAL ACTIF 2.480.000 TOTAL PASSIF 2.480.000

Informations relatives à l’évaluation du bilan :

1. Les terrains peuvent être cédés à 160% de leur prix d’achat ;

2. La valeur réelle des constructions du matériel et outillage est estimée à 80% de leurs valeurs
comptables ;

3. La moitié des « autres créances financières » est remboursable le 31/03/2013 ;

4. 80.000 DH des TVP sont facilement négociables et leur prix de cession actuelle est estimé à 110%
de leur prix d’achat ;

5. Les stocks outils s’élèvent à 150.000 DH ;

6. Les provisions pour charges représentent des dettes à moins d’un an, et les provisions pour risques
représentent des dettes probables à plus d’un an ;

7. Le résultat net de l’exercice (2012) sera réparti comme suit :

 Réserves : 300.000 DH
 Dividendes : 250.000 DH

Travail à faire :

1) Etablir le tableau de redressement des éléments du bilan ; (6 points)

2) Présenter le bilan financier condensé ; (5 points)

3) Calculer et commenter le FR, le BFR et la TN ; (5 points)

4) Calculer les ratios suivants : autonomie financière et liquidité de l’actif (générale et immédiate) ; (4
points).

57
III. Fonds de Roulement Financier ; Besoin en Fonds de Roulement et
Trésorerie Nette

 Fonds de Roulement Financier (FRF)

L’entreprise est une unité de production de biens et de services, mais pour réaliser la production, elle
a besoin de locaux, de machines de production, de matériel de transport…C’est-à-dire,
d’investissements, pour réaliser ces derniers, l’entreprise a besoin en premier lieu de l’argent, c’est-
à-dire de ressources financières pour financer ces investissements et aussi l’activité(financement).

Ainsi, on peut schématiser le circuit financier de l’entreprise comme suit :

Financement Investissement Exploitation

 En terrains, locaux, machines,  Achat


Fonds Fonds matériel de transport, matériel
Propres à  Production
empruntés informatique, mobilier de bureau…
l’entreprise  Vente
 En ressources humaines

Les bénéfices non distribués : Bénéfices


Bénéfices – Dividendes
(autofinancement)

Comme nous le montre le schéma, les fonds collectés par l’entreprise (Financement permanent)
seront employés pour réaliser les investissements nécessaires (terrains, locaux, machines, matériel
de transport : Actif immobilisé).

Les dirigeants de l’entreprise ne doivent pas commettre l’erreur d’employer tous les fonds dans
l’acquisition de ces immobilisations (investissements), ils se trouveront sans argent et ne pourront
plus assurer la continuité et le roulement de l’activité (exploitation).

58
Ainsi, le financement permanent de l’entreprise (capital social, emprunts...) sera utilisé pour financer
les investissements (machines, locaux...), le reste (Financement Permanent – Actif Immobilisé) sera
utilisé pour assurer le roulement de l’activité, cet excédent d’argent est appelé : Fonds de
Roulement Financier (FRF) :

FRF = Financements Permanents – Actif Immobilisé

 Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

Comme on a vu précédemment, le financement permanent permet à l’entreprise d’investir, les


investissements (machines, matériel de transport...) permettront à leur tour de commencer
l’exploitation en vue de réaliser des bénéfices.

Et pour entamer l’exploitation, il faut tout d’abord acheter les matières premières nécessaires qui
9
seront stockées quelques jours avant de les utiliser en production, ce stock va engendrer des coûts
supplémentaires (Electricité, personnel du magasin…)

 Prix d’achat des matières premières = Dépense d’argent

 Frais de stockage = Dépenses d’argent

 Prix d’achat + Coûts de stockage = Valeur du stock de matières premières = Dépenses


d’argent

On constate que le cycle approvisionnement engendre des dépenses d’argent, et donc l’entreprise
doit chercher des ressources financières pour compenser ces dépenses et financer ce cycle.

Une partie ou la totalité du stock des matières premières sera utilisée dans la production qui va durer
quelques jours et qui va nécessiter des dépenses d’argent supplémentaires (main d’œuvre, entretien
des machines…)

Les biens produits ne trouveront pas, tous, immédiatement des clients qui vont les acheter, ainsi
l’entreprise va stocker les produits finis non vendus.

Comme pour les matières premières, le stock de produits finis va engendre des coûts
supplémentaires.

9
Le stock de matières premières a peut être effectué pour plusieurs raisons : anticipation de la hausse des prix,
machines de production déjà occupée avec la transformation des matières premières précédentes, etc.

59
 Coût de production des produits finis = Dépenses d’argent

 Coûts de stockage des produits finis = Dépenses d’argent

 Coût de production + Coûts de stockage = Valeur du stock de produits finis = Dépenses


d’argent

On constate que le cycle production engendre des dépenses d’argent, et donc l’entreprise doit
chercher des ressources financières pour compenser ces dépenses et financer ce cycle.

Enfin, les produits finis nécessiteront des coûts supplémentaires (frais de distribution…) pour les
écouler et les vendre aux clients (Coût de distribution)

L’entreprise ne sera pas, souvent, payée immédiatement (au comptant) sur les produits finis écoulés
et vendus aux clients, car ces derniers demandent un délai de quelques semaines/mois avant de
payer l’entreprise.

 Valeur de stock des produits finis = Dépense d’argent

 Coût de distribution des produits finis = Dépenses d’argent

 Créance clients (Montant du crédit) = Valeur de stock des produits finis vendus mais non
payés + Coût de distribution

On constate que le cycle commercialisation engendre des dépenses d’argent, et donc l’entreprise
doit chercher des ressources financières pour compenser ces dépenses et financer ce cycle.

Récapitulatif :

(-)
(-) (-) (-)
Achat de 15 jours
Stock 2 jours Stock
matières
premières Production

8 jours

(+) 30 jours (-)


Règlement des Ventes aux

clients clients

60
Ainsi, le cycle d’exploitation (approvisionnement + production + commercialisation) engendre des
dépenses d’exploitation depuis son début (achat de matières premières) jusqu’à la date de
règlement des clients de leurs créances.

Donc, c’est un cycle qui génère un besoin financier, s’il n’est pas financé, l’activité (l’exploitation)
s’arrêtera à un moment donné, on dit que l’entreprise a besoin d’argent (de fonds) pour assurer le
roulement de l’activité, de là, ces besoin est appelé : Besoin en Fonds de Roulement : B.F.R.

Toutefois, comme l’entreprise accorde des délais de règlement à ses clients, il demandera, à son
tour, à ses fournisseurs, à ses salariés et autres créanciers, de lui accorder un délai de règlement et
donc, de ne pas les payer immédiatement (Dettes).

Ce décalage de paiement permettra à l’entreprise de diminuer son besoin en fonds de roulement.

B.F.R = Stocks + créances clients + ... – Dettes (fournisseurs ; personnel ; Etat...)

BFR = Actif Circulant – Passif Circulant

Ce besoin (BFR) sera couvert (financé) par les fonds qui ont été déjà mis à côté par l’entreprise
(Fonds de Roulement Financier).

 Trésorerie Nette (TN)

C’est l’excédent qui reste du fonds de roulement financier après avoir couvert les besoins
d’exploitation (BFR).

TN = Fonds de Roulement Financier – Besoin en Fonds de Roulement

On peut le calculer autrement :

TN = Trésorerie Actif – Trésorerie Passif

61
Synthèse des Masses du Bilan Montant

1 Financement Permanent
2 Actif Immobilisé
3 Fonds de Roulement Financier (1-2) (+) ou (-)
4 Actif Circulant
5 Passif Circulant
6 Besoin en Fonds de Roulement (4-5) (+) ou (-)
7 Trésorerie Nette (3-6) (+) ou (-)

Différents scénarios : Interprétations et recommandations

 Scénario 1 : FRF positif ; BFR positif (FRF > BFR  TN positive)

Interprétation :

Les ressources stables ont financé la totalité des investissements de l’entreprise, le fonds de
roulement qui en découle a permis de couvrir la totalité du besoin de financement engendré par
l’exploitation, ce qui explique l’excédent de trésorerie.

Recommandations :

L’entreprise a intérêt à négocier avec ses fournisseurs pour allonger les délais de règlement, en
même temps, elle doit effectuer une meilleure gestion et rotation de ses stocks (à travers une bonne
prévision de ventes).

Enfin, si les rapports de force le permettent, l’entreprise peut réduire les délais de crédit accordés
aux clients.

 Scénario 2 : FRF positif ; BFR positif (FRF < BFR  TN négative)

Interprétation :

Les ressources stables ont financé la totalité des investissements de l’entreprise, le fonds de
roulement qui en découle n’a permis de couvrir qu’une partie du besoin d’exploitation, ce qui a
obligé l’entreprise à faire recours à des concours bancaires à court terme (d’où une trésorerie nette
négative).

62
Recommandations :

L’entreprise a intérêt à négocier avec ses fournisseurs pour allonger les délais de règlement (retarder
le décaissement), en même temps, elle doit effectuer une meilleure gestion et rotation de ses stocks
(à travers une bonne prévision de ventes).

Si les rapports de force le permettent, l’entreprise peut réduire les délais de crédit accordés aux
clients (accélérer l’encaissement).

L’entreprise peut également contracter de nouvelles ressources stables pour couvrir le BFR.

 Scénario 3 : FRF positif ; BFR négatif (TN positive)

Interprétation :

Les ressources à long terme ont financé la totalité des investissements de l’entreprise d’où un fonds
de roulement à la disposition de l’entreprise.

En même temps, l’exploitation de l’entreprise a permis de dégager des ressources financières (BFR
négatif).

Grâce à ces deux constats, l’entreprise affiche un excédent de trésorerie très important, synonyme
toutefois d’une situation de sous-emploi de capitaux.

Recommandations :

L’entreprise a une panoplie de possibilités :

- Rembourser une partie de ses emprunts avant l’échéance (afin de réduire les intérêts 
augmenter la rentabilité)
- Investir (afin de produire plus, de vendre plus et donc d’augmenter la rentabilité)
- Accorder des délais de crédit aux clients plus longs (afin de booster les ventes et
d’augmenter la rentabilité)
- Régler ses fournisseurs au comptant (afin d’obtenir des escomptes importants et donc
d’augmenter la rentabilité).
- Placer les disponibilités (banque et caisse) dans les valeurs mobilières (TVP) sans risque.
- Etc.

63
 Scénario 4 : FRF négatif ; BFR positif

Interprétation :

Les ressources à long terme n’ont pas été suffisantes pour financer la totalité des investissements de
l’entreprise.

D’autre part, le cycle d’exploitation de l’entreprise connait aussi un besoin de financement.

Cette situation a contraint l’entreprise à faire recours aux crédits bancaires à court terme pour
financer l’exploitation et la partie d’investissements non assurée par des ressources stables, ce qui
présente un énorme risque pour l’entreprise, en cas de non rentabilité des investissements.

Recommandations :

L’entreprise doit absolument disposer de nouvelles ressources stables :

- Augmentation du capital social (apports en numéraire)


- Nouveaux emprunts (indivis ou obligataire)

En plus, l’entreprise peut augmenter les délais fournisseurs, réduire les délais clients et assurer une
meilleure gestion de ses stocks.

Aussi, elle peut procéder à la cession d’éléments d’actifs, et principalement les TVP (actions,
obligations, bons…) qu’elle possède.

 Scénario 5 : FRF négatif ; BFR négatif (FRF < BFR  TN négative)

Interprétation :

La partie des investissements non couverte par des ressources stables a été financée en partie par les
ressources dégagées de l’exploitation, le reste par des crédits bancaires à court terme.

Recommandations :

L’entreprise a besoin de collecter de nouveaux financements permanents (augmentation de capital ;


nouveaux emprunts ; cessions d’éléments d’actifs…)

64
 Scénario 6 : FRF négatif ; BFR négatif (FRF > BFR  TN positive)

Interprétation :

La partie des investissements non financée par des ressources à long terme a été couverte en totalité
par les ressources dégagées de l’exploitation. Cet excédent d’exploitation a même permis de dégager
un excédent de trésorerie.

Recommandations :

Bien que l’entreprise affiche un excédent de trésorerie, elle doit équilibrer sa situation financière en
couvrant l’actif immobilisé par de nouvelles ressources stables au lieu de ressources à court terme.

Si l’entreprise a pu disposer de nouvelles ressources permanentes, elle peut se permettre une légère
diminution des dettes fournisseurs (rétrécissement des délais) ou une légère augmentation des
créances clients (allongement des délais), sans que ces mesures puissent détériorer sa trésorerie.

Evolution du fonds de roulement et du BFR

Pour mieux comprendre le FRF et le BFR, il faut analyser son évolution d’une année à une autre, pour
cela, on utilisera le tableau « Synthèse des Masses du Bilan »

Exercice Variation
Synthèse des Masses du Bilan
N N-1 Emplois Ressources
1 Financement Permanent (-) +
2 Actif Immobilisé + (-)
3 Fonds de Roulement Financier (1-2) (-) +
4 Actif Circulant + (-)
5 Passif Circulant (-) +
6 Besoin en Fonds de Roulement (4-5) + (-)
7 Trésorerie Nette (3-6) + (-)

- Si le financement permanent ou le passif circulant augmentent de (N-1) à N, il s’agit d’une


ressource supplémentaire (augmentation du capital, nouvel emprunt...). Le cas contraire
(diminution), il s’agirait d’un emploi d’argent (remboursement de dette...).
- L’augmentation de l’actif immobilisé ou l’actif circulant signifie un emploi d’argent
(acquisition d’un terrain, prêt d’argent...), son diminution constitue une ressource
(récupération d’un prêt, cession d‘un actif...).

65
- L’amélioration du fonds de roulement est synonyme d’une augmentation de ressources, sa
diminution représente un emploi d’argent.

- L’augmentation du BFR indique l’augmentation des emplois, sa diminution constitue une


ressource pour l’entreprise.

- L’augmentation de la trésorerie nette représente un emploi, sa diminution est considérée


comme une ressource pour l’entreprise.

Exemple :

(En mille DH) Exercice du…………au…………

Exercice Variation
Synthèse des Masses du Bilan
2011 2010 Emplois Ressources
1 Financement Permanent 1630 1020
2 Actif Immobilisé 790 900
3 Fonds de Roulement Fonctionnel (1-2)
4 Actif Circulant 1245 950
5 Passif Circulant 590 750
6 Besoin de Financement Global (4-5)
7 Trésorerie Nette (3-6)

Correction

(En mille DH) Exercice du…………au…………

Exercice Variation
Synthèse des Masses du Bilan
2011 2010 Emplois Ressources
1 Financement Permanent 1.630 1.020 - 610
2 Actif Immobilisé 790 900 - 110
3 Fonds de Roulement Financier (1-2) 840 120 - 720
4 Actif Circulant 1.245 950 295 -
5 Passif Circulant 590 750 160 -
6 Besoin en Fonds de Roulement (4-5) 655 200 455 -
7 Trésorerie Nette (3-6) 185 -80 265 -

66
En 2010, les ressources stables ont permis d’assurer la totalité des investissements, d’où un fonds de
roulement de (120.000 DH), cependant il n’est pas suffisant pour financer la totalité du besoin
d’exploitation (200.000 DH), ce qui a obligé l’entreprise à contracter des crédits bancaires à court
terme, d’où une trésorerie nette négative (-80.000 DH).

En 2011, le fonds de roulement a augmenté (840.000 DH) et a permis de financer la totalité du


besoin d’exploitation (655.000 DH) et de dégager un excédent de trésorerie de 185.000 DH.

Afin d’améliorer la situation financière de l’entreprise, on peut lui proposer quelques suggestions :

L’entreprise doit négocier avec ses fournisseurs afin d’obtenir des délais de crédit plus longs, en
même temps, si la situation concurrentielle le permet, elle doit essayer de réduire le délai de crédit
accordé à ses clients et aussi de réduire ses stocks.

Pour ce qui est de l’argent disponible en trésorerie, on peut recommander à l’entreprise, soit de
rembourser une partie de ses emprunts (ce qui va diminuer les intérêts et donc améliorer la
rentabilité), soit d’investir ces fonds pour augmenter la capacité de production de l’entreprise
(acquisition de nouvelles machines) afin de booster ses ventes et réaliser plus de bénéfices.

Exercices :

Retour aux exercices de la page 44 à 57.

67
IV. Analyse du bilan par les ratios

Un ratio est un rapport entre deux grandeurs. Il n’est pas significatif en lui-même, il n’a de sens que si
on envisage son évolution dans le temps ou si on le compare à celui d’autres entreprises.

Comparaison dans le temps

L’analyse d’un ratio (de rentabilité par exemple) permet de déterminer si la rentabilité (par exemple)
d’une entreprise s’est améliorée ou détériorée dans le temps.

Comparaison dans l’espace

Consiste à comparer les ratios de l’entreprise avec ceux d’entreprises similaires (concurrents).

Les ratios de structure financière

Autonomie financière

R 1 = Capitaux Propres / Total Passif > = 0,50

Ou : R2 = Dettes totales / Total Passif < = 0,50

Si le ratio 1 est supérieur (ou égal) à 0,50 : l’entreprise assure son autonomie financière, elle se
finance par ses capitaux propres plus que par des capitaux empruntés.

Si le ratio 1 est inférieur à 0,50 : l’entreprise n’est pas capable d’assurer son autonomie financière,
elle se finance par des dettes plus que par ses capitaux propres, d’où un risque de faillite si elle
n’arrive pas à rembourser ses dettes.

Capacité d’endettement à terme

Dettes de financement / Capitaux propres < 1

Si ce ratio est inférieur à 1 : l’entreprise a encore la capacité de prendre de nouveaux emprunts.

Si ce ratio est supérieur (ou égal) à 1 : l’entreprise n’a plus la capacité de prendre de nouveaux
emprunts.

68
Ou :

Dettes de financement / Financement Permanent < 0,5 ou (50%)

Ou :

Capitaux Propres / Financement Permanent > 0,5 ou (50%)

Capacité de remboursement

Dettes de financement / Capacité d’autofinancement < 5

Ce ratio mesure le nombre d’années nécessaires à l’entreprise pour assurer le remboursement total
des dettes à long terme.

Plus il est faible, plus l’entreprise a la possibilité de s’endetter. Ce ratio doit être inférieur à 5
(années), l’idéal est que ce ratio soit inférieur à 3.

Exemple :

Si ce ratio = 3,5  l’entreprise a besoin de 3 ans et demi pour rembourser ses dettes de financement.

Les ratios de liquidité

La liquidité traduit la solvabilité à court terme de l’entreprise, c’est-à-dire sa capacité à régler ses
dettes à court terme avec des actifs réalisables ou disponibles.

Liquidité générale

(Actif circulant + Trésorerie Actif) / (Passif circulant + Trésorerie Passif) >=1

Ce ratio mesure l’aptitude de l’entreprise à faire face à ses dettes à court terme au moyen de la
réalisation de son actif circulant (stocks, créances...) et de sa trésorerie actif.

69
Si ce ratio est supérieur (ou égal) à 1 : L’entreprise a la capacité de rembourser ses dettes à court
terme.

Si ce ratio est inférieur à 1 : L’entreprise n’a pas la capacité de rembourser ses dettes à court terme.

Liquidité réduite

Comme la liquidité des stocks n’est pas toujours évidente (stock outil…), on utilise généralement le
ratio de liquidité réduite :

(Actif circulant + Trésorerie actif – Stocks) / (Passif circulant + Trésorerie passif) > = 0,70

Ce ratio mesure l’aptitude de l’entreprise à faire face à ses dettes à court terme au moyen de sa
trésorerie actif et de la réalisation de son actif circulant (sans compter sur la vente de son stock).

Si ce ratio est supérieur (ou égal) à 0,70 : l’entreprise est en mesure de rembourser ses dettes à court
terme sans aucune difficulté.

Si ce ratio est inférieur à 0,70 : l’entreprise aura beaucoup de difficultés pour rembourser ses dettes
à court terme.

Ratios de gestion du BFR

Ratios de rotation des stocks

Ces ratios permettent de déterminer le délai moyen d’écoulement des stocks :

 Rotation du stock de marchandises


10
(Stock moyen de marchandises / Coût d’achat des marchandises revendues) * 360 j

Le stock moyen est égal à : (Stock Initial + Stock Final) /2

10
En cas de manque d’information (l’entreprise ne dispose pas d’un système de comptabilité analytique), on
peut remplacer le coût d’achat par le poste 611 « Achats revendus de marchandises ».

70
Exemple d’interprétation (Ratio = 20 jours) :

 L’entreprise a besoin de 20 jours pour vendre ses marchandises.

 Rotation du stock des matières premières et matières et fournitures consommables

(Stock moyen des matières et fournitures / Coût d’achat des matières et fournitures) * 360 j

Exemple d’interprétation (Ratio = 16 jours) :

 Les matières et fournitures restent 16 jours en stock avant d’être consommés.

 Rotation du stock des produits finis

(Stock moyen des produits finis / Coût de production des produits finis vendus) * 360 j

Exemple d’interprétation (Ratio = 24 jours) :

 L’entreprise a besoin de 24 jours pour vendre ses produits finis.

Rotation du crédit fournisseurs

[(Fournisseurs et comptes rattachés – Avances & acomptes) / Achats TTC] * 360 j

Ce ratio mesure le délai moyen de règlement accordé par les fournisseurs.

Exemple d’interprétation (Ratio = 85 jours) :

 Le délai moyen de règlement des dettes fournisseurs est de 85 jours.

71
Rotation du crédit clients

[(Clients et comptes rattachés – Avances & acomptes) / Chiffre d’Affaires TTC] * 360 j

Ce ratio mesure le délai moyen de règlement accordé aux clients, il ne doit pas être supérieur au
ratio de rotation du crédit fournisseurs, sinon, l’entreprise risque d’avoir des problèmes de
trésorerie.

Exemple d’interprétation (Ratio = 70 jours) :

 Le délai moyen de règlement accordé aux clients est de 70 jours.

Comparons les deux ratios (crédits fournisseurs / clients) en même temps :

Exemple d’interprétation 1 :

Ratio de rotation des crédits fournisseurs : 60 jours

Ratio de rotation des crédits clients : 40 jours

 L’entreprise encaisse ses créances clients (40 jours) avant de décaisser ses dettes fournisseurs, ce
qui est bien pour sa trésorerie.

Exemple d’interprétation 2 :

Ratio de rotation des crédits fournisseurs : 30 jours

Ratio de rotation des crédits clients : 50 jours

 L’entreprise décaisse ses dettes fournisseurs (30 jours) avant d’encaisser ses créances clients (50
jours), ce qui risque de lui causer des problèmes de trésorerie.

72
Chapitre II

Analyse de la rentabilité et de la solvabilité de l’entreprise


(Etat des Soldes de Gestion)

I. Intérêt et définition de l’Etat des Soldes de Gestion

C’est un document qui permet de visualiser comment l’entreprise a généré son bénéfice et pour
pouvoir comparer les entreprises les unes avec les autres et apprécier leurs performances.

L’ESG est élaboré directement à partir du CPC :

- certains de ces soldes apparaissent directement à la lecture du CPC (les résultats partiels) ;

- d’autres peuvent être aisément calculés à partir des produits et charges figurant au CPC (marge
brute, VA, EBE)

II. Tableau de formation du résultat

73
Tableau 1 de l’ESG

Exercice du …………….au………….
Exercice
I. Le Tableau de Formation du Résultat
N N-1
1 Ventes de marchandises
2 - Achats revendus de marchandises
I = MARGE BRUTE SUR VENTES EN L'ETAT
II + PRODUCTION DE L'EXERCICE:(3+4+5)
3 Ventes de biens et services produits
4 Variation de stock de produits
5 Immobilisations produites par l'entreprise
pour elle-même
III - CONSOMMATION DE L'EXERCICE:(6+7)
6 Achats consommés de matières et
fournitures
7 Autres charges externes
IV = VALEUR AJOUTEE : (I+II-III)
8 + Subventions d'exploitation
9 - Impôts et taxes
10 - Charges de personnel
V = EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION
(E.B.E.)
ou INSUFFISANCE BRUTE D'EXPLOITATION
(I.B.E.)
11 + Autres produits d'exploitation
12 - Autres charges d'exploitation
13 + Reprises d'exploitation, Transferts de
charges
14 - Dotations d'exploitation
VI = RESULTAT D'EXPLOITATION (+ou-)
VII ± RESULTAT FINANCIER (+ou-)
VIII = RESULTAT COURANT (+ou-)
IX ± RESULTAT NON COURANT (+ou-)
15 - Impôts sur les sociétés
X = RESULTAT NET DE L'EXERCICE (+ou-)

74
Signification des soldes de gestion

Marge brute
Elle concerne les entreprises commerciales. Elle s’obtient par la différence entre :

- d’une part, les ventes de marchandises nettes des RRR accordés par l’entreprise ;
- et d’autre part, les achats revendus de marchandises nets des RRR obtenus sur achats.

Marge Brute = Ventes de marchandises - Achats revendus de marchandises

Pour mieux interpréter cet indicateur, il faut l’exprimer en pourcentage :

Taux de marge = Marge brute / Chiffre d’affaires H.T

L’augmentation du taux de marge peut s’expliquer soit par :

 une augmentation du prix de vente des marchandises, soit par


 une diminution du prix d’achat de ces mêmes marchandises.

Sa diminution signifie l’inverse.

Exemple :

Eléments 2008 2009 2010 2011

Ventes de marchandises 8 000 000 8 500 000 8 880 000 9 160 000

Achats revendus de marchandises 6 409 000 6 943 000 7 321 000 7 654 000

Marge brute 1 591 000 1 557 000 1 559 000 1 506 000

Taux de marge 19,89 % 18,32 % 17,56 % 16,44 %

On constate une baisse du taux de marge. Cette diminution est due soit à une diminution du prix de
vente des marchandises ou à une augmentation de leur prix d’achat.

75
Production de l’exercice
Concerne les entreprises ayant une activité de fabrication ou de transformation de biens et de
services. C’est le total de la production élaborée par l’entreprise.

La production de l’exercice résulte de trois composantes principales :

- les ventes (la production vendue)

- la variation de stocks de produits en cours et de produits finis (production stockée) ;

- la production réalisée par l’entreprise pour elle-même.

Production vendue

Production de l’exercice Production stockée

Production immobilisée

Production de l’exercice = Ventes de biens et services produits (+ ou -) variations des stocks +


immobilisations produite par l’entreprise pour elle-même

Consommations de l’exercice
Il s’agit de toute charge concernant l’achat de matières ou de services à l’extérieur (en provenance
de tiers)

Consommation de l’exercice = Achats consommés de matières et de fournitures + autres charges


externes

76
Valeur Ajoutée
La valeur ajoutée représente la véritable production de l’entreprise et son apport à la production et
l’économie nationale.

Plus l’entreprise produit et participe dans plusieurs activités économiques, plus sa valeur ajoutée est
grande. Ainsi, une entreprise commerciale qui achète et revend des marchandises aura une valeur
ajoutée faible, alors qu’une société industrielle qui transforme des matières premières en produits
finis aura une valeur ajoutée plus forte.

Il est calculé comme suit :

Valeur Ajoutée = Marge brute + Production de l’exercice – Consommations de l’exercice

L’analyse de la valeur ajoutée est plus pertinente en ratio :

Valeur Ajoutée / Chiffre d’affaires (HT)

Une amélioration de ce ratio dans le temps peut avoir plusieurs causes :

 Augmentation du prix de vente (des marchandises / produits finis / services) ;


 Diminution du prix d’achat des marchandises et/ou des matières et fournitures ;
 Maîtrise des dépenses (publicité, transports…)

Une baisse de ce ratio signifie évidemment le contraire.

La valeur ajoutée permet également de mesurer le degré d’intégration de l’entreprise (à quel point,
elle effectue elle-même des opérations confiées normalement à des fournisseurs ou des sous-
traitants) à travers le ratio :

Valeur Ajoutée / Production

Plus le ratio est proche de 1, plus il traduit une forte intégration de l’entreprise.

77
On peut aussi calculer la productivité du personnel à travers le ratio de productivité :

Valeur Ajoutée / Effectif moyen

Il indique la valeur ajoutée générée par employé (ou bien, l’apport de chaque employé dans la
production nationale).

Enfin, la valeur ajoutée sert à rémunérer les agents et facteurs qui ont aidé l’entreprise dans la
production :

Agents ou facteurs de production Rémunération


Personnel Charges de personnel
Etat Impôts et taxes + IS
Bailleurs de fonds (prêteurs) Intérêts
Equipements Amortissements
Actionnaires Dividendes
Le reste sera gardé par l’entreprise Réserves (autofinancement)

Cette répartition de la valeur ajoutée peut être exprimée en % (Ratios de répartition de la valeur
ajoutée) :

 Part du personnel

Charges de personnel / Valeur Ajoutée

 Part de l’Etat

(Impôts & Taxes + IS) / Valeur Ajoutée

 Part des bailleurs de fonds

Charges d’intérêt / Valeur Ajoutée

 Part des actionnaires

Dividendes / Valeur Ajoutée

 Part de l’entreprise

Autofinancement / Valeur Ajoutée

78
Exemple :

Dividendes / Valeur ajoutée = 20%

Interprétation :

 Les dividendes représentent 20% de la valeur ajoutée.

Ou bien :

 Les actionnaires obtiennent 20% de la valeur ajoutée.

Excédent Brut d’Exploitation


L’E.B.E représente le surplus monétaire provenant du cycle d’exploitation.

EBE = VA + subventions d’exploitation - impôts et taxes - charges de personnel

N.B : Si ce solde est négatif, il s’agit d’une Insuffisance Brute d’Exploitation (IBE).

Comme pour la marge brute et la valeur ajoutée, l’EBE est mieux interprété en % (Ratio de
rentabilité d’exploitation)

Excédent Brut d’Exploitation / Chiffre d’Affaires (HT)

Son augmentation signifie :

- Amélioration de la marge brute.


- Augmentation du prix de vente produits finis / services ;
- Diminution du prix d’achat des matières et fournitures ;
- Maîtrise des dépenses (publicité, transports…)
- Amélioration de la productivité.

Sa diminution signifie l’inverse.

79
Résultat d’exploitation
Ce résultat indique l’enrichissement (l’augmentation du patrimoine) ou l’appauvrissement (la
diminution du patrimoine) créé par le cycle d’exploitation.

Résultat d’exploitation = EBE + Autres produits d’exploitation + Reprises d’exploitation - Autres


charges d’exploitation - Dotations d’exploitation

Résultat financier
Ce résultat indique l’enrichissement (l’augmentation du patrimoine) ou l’appauvrissement (la
diminution du patrimoine) créé par la politique de financement de l’entreprise.

Résultat financier = Produits financiers - Charges financières

Résultat courant

Résultat courant = Résultat d’exploitation + Résultat financier

Résultat non courant

Résultat non courant = Produits non courants - Charges non courantes

80
Résultat net
Ce résultat indique l’enrichissement (l’augmentation du patrimoine) ou l’appauvrissement (la
diminution du patrimoine) créé par l’ensemble des activités de l’entreprise (exploitation, financières,
non courantes).

Résultat net = Résultat courant (+ ou -) Résultat non courant - impôts sur les résultats

A partir du résultat net, on peut calculer le ratio de rentabilité financière :

Résultat Net / Capital social

Exemple :

Résultat Net / Capital social = 0,15

Interprétation :

Chaque Dirham investi et apporté par l’actionnaire, lui rapporte 0,15 DH de bénéfice.

81
III. CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F) – AUTOFINANCEMENT (A.F)

Tableau 2 de l’ESG

II-CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F) - AUTOFINANCEMENT

1 Résultat net de l'exercice


. Bénéfice +
. Perte -

2 + Dotations d'exploitation (1)

3 + Dotations financières (1)

4 + Dotations non courantes (1)

5 - Reprises d'exploitation (2)

6 - Reprises financières (2)

7 - Reprises non courantes (2) (3)

8 - Produits des cessions d'immobilisations

9 + Valeurs nettes d'amortissement des immobilisations cédées


I CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT (C.A.F)

10 - Distributions de bénéfices
II AUTOFINANCEMENT
(1) A l'exclusion des dotations relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie
(2) A l'exclusion des reprises relatives aux actifs circulants et à la trésorerie
(3) Y compris reprises sur subventions d'investissement
NOTA : Le calcul de la CAF peut également être effectué à partir de l'E.B.E

Capacité d’autofinancement (CAF)


C’est le surplus monétaire généré par l’activité de l’entreprise (sans prendre en compte la cession de
ses immobilisations).

La CAF permet à l’entreprise de :

- Rémunérer les actionnaires (dividendes)


- Financer sa croissance (investissements)
- Rembourser ses emprunts
- Faire face à des risques dans l’avenir

82
Elle est calculée à partir de 2 méthodes :

 Méthode additive

CAF = Résultat Net + Dotations durables + VNA IC

– Reprises durables – PCI

Méthode additive : parce qu’on ajoute les dotations durables (d’exploitation, financières, non
courantes)

 Méthode soustractive

CAF = EBE + Autres produits d’exploitation – Autres charges d’exploitation

+ Reprises d'exploitation, transferts de charges – Dotations d’exploitation

+ Produits financiers (hors reprises durables) - Charges financières (hors dotations durables)

+ Produits non courants (hors reprises durables et PCI) - Charges non courantes (hors dotations
durables et VNA IC)

- IS

Méthode soustractive : parce qu’on soustrait (déduit) les dotations circulantes (d’exploitation,
financières et non courantes).

La CAF permet aussi de mesurer la capacité de remboursement des emprunts (voir page 69 - Ratios)

L’autofinancement
C’est le surplus monétaire généré par l’entreprise (après avoir rémunéré les actionnaires) et qui sera
utilisé pour financer ses investissements.

AF = CAF - Dividendes distribués en N (au titre de l’exercice N-1)

83
IV. Exercices
Exercice 1

Soit le CPC de la société « ÄB » au 31.12.A :

Produits et charges A
Produits d’exploitation
Ventes de marchandises 325.000
Ventes de biens et services produits 580.000
Variation de stock des produits finis (-) 50.000
Immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même 80.000
Subventions d’exploitation 60.000
Autres produits d’exploitation 30.000
Reprises d’exploitation (1) 75.000
Total I 1.100.000
Charges d’exploitation
Achats revendus de marchandises 265.000
Achats consommés de matières et fournitures 216.000
Autres charges externes 86.000
Impôts et taxes 79.000
Charges de personnel 215.000
Autres charges d’exploitation 25.000
Dotations d’exploitation (2) 98.000
Total II 984.000
III Résultat d’exploitation (I – II) 116.000
Produits financiers
Revenus des titres de participation et autres titres immobilisés 30.000
Gain de change 8.000
Intérêts et autres produits financiers 4.000
Reprises financières (3) 8.000
Total IV 50.000
Charges financières
Charges d’intérêt 31.000
Perte de change 9.000
Autres charges financières 11.000
Dotations financières (4) 14.000
Total V 65.000
VI Résultat financier (IV – V) (-) 15.000
VII Résultat courant (III + VI) 101.000
Produits non courants
Produit de cession des immobilisations 38.000
Subvention d’équilibre 7.000
Reprises sur subvention d’investissement 5.000
Autres produits non courants 3.000
Reprises non courantes (5) 8.000
Total VIII 61.000

84
Charges non courantes
VNA des immobilisations cédées 42.000
Subventions accordées 1.000
Autres charges non courantes 6.000
Dotations non courantes (6) 15.000
Total IX 64.000
X Résultat non courant (VIII – IX) (-) 3.000
XI Résultat avant impôt (VII + X) 98.000
XII Impôt sur le résultat 30.500
XIII Résultat net (XI – XII) 67.500

(1) dont 17.000 relatives aux éléments circulants

(2) dont 8.000 relatives aux éléments circulants

(3) dont 2.000 relatives aux TVP, le reste relatives aux TP

(4) dont 5.000 relatives aux TP, le reste relatives aux TVP

(5) dont 2.400 relatives aux éléments circulants

(6) dont 12.000 relatives aux éléments durables

Autres informations complémentaires :

- Les dividendes distribués au courant de cet exercice s’élèvent à : 39.700 DH.

- L’effectif du personnel : 35 personnes.

Travail demandé :

1) Etablir l’ESG ;

2) Calculer la CAF à partir des deux méthodes ;

3) Calculer les différents ratios possibles

85
Exercice 2

Soit le CPC de la société « AYLOUL » au 31.12.Y :

Produits et charges A
Produits d’exploitation
Ventes de marchandises 280.000
Ventes de biens et services produits 640.000
Variation de stock des produits finis 35.000
Immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même 60.000
Subventions d’exploitation 40.000
Autres produits d’exploitation 34.000
Reprises d’exploitation (1) 32.000
Total I 1.121.000
Charges d’exploitation
Achats revendus de marchandises 215.000
Achats consommés de matières et fournitures 245.000
Autres charges externes 72.000
Impôts et taxes 67.000
Charges de personnel 198.000
Autres charges d’exploitation 39.000
Dotations d’exploitation (2) 118.000
Total II 954.000
III Résultat d’exploitation (I – II) 167.000
Produits financiers
Revenus des titres de participation et autres titres immobilisés 42.000
Gain de change 24.000
Intérêts et autres produits financiers 16.000
Reprises financières (3) 6.000
Total IV 88.000
Charges financières
Charges d’intérêt 49.000
Perte de change 12.000
Autres charges financières 5.000
Dotations financières (4) 7.000
Total V 73.000
VI Résultat financier (IV – V) 15.000
VII Résultat courant (III + VI) 182.000
Produits non courants
Produit de cession des immobilisations 69.000
Subvention d’équilibre 16.000
Reprises sur subvention d’investissement 9.000
Autres produits non courants 4.000
Reprises non courantes (5) 3.000
Total VIII 101.000
Charges non courantes
VNA des immobilisations cédées 47.000
Subventions accordées 5.000
Autres charges non courantes 3.000

86
Dotations non courantes (6) 4.000
Total IX 59.000
X Résultat non courant (VIII – IX) 42.000
XI Résultat avant impôt (VII + X) 224.000
XII Impôt sur le résultat 74.000
XIII Résultat net (XI – XII) 150.000

(1) dont 6.000 relatives aux éléments circulants

(2) dont 3.500 relatives aux éléments circulants

(3) elle concerne les TVP

(4) elle concerne les TP

(5) relatives aux autres provisions pour risques et charges (momentanées)

(6) relatives aux provisions durables pour risques et charges

Autres informations complémentaires :

- Les dividendes distribués au courant de cet exercice s’élèvent à : 84.000 DH.

- L’effectif du personnel : 42 personnes.

- Le stock moyen des marchandises est de 27.000 DH.

- Le solde des créances clients est de 153.300 DH

- Le solde des dettes fournisseurs est de 99.650 DH.

- Taux de la TVA : 20%.

En tant qu’analyse financier, votre mission consiste à :

1) Etablir l’ESG ;

2) Calculer la CAF à partir des deux méthodes ;

3) Calculer les différents ratios possibles

87
Exercice 3

Soit le CPC de la société « TECHRINE I » au 31.12.Y :

Produits et charges A
Produits d’exploitation
Ventes de biens et services produits 1.520.000
Variation de stock des produits finis 53.000
Autres produits d’exploitation 96.000
Reprises d’exploitation (a) 48.000
Total I 1.717.000
Charges d’exploitation
Achats consommés de matières et fournitures 577.600
Autres charges externes 125.000
Impôts et taxes 119.000
Charges de personnel 495.000
Autres charges d’exploitation 49.000
Dotations d’exploitation (b) 139.000
Total II 1.504.600
III Résultat d’exploitation (I – II) 212.400
Produits financiers
Intérêts et autres produits financiers 59.000
Reprises financières (c) 38.800
Total IV 97.800
Charges financières
Charges d’intérêt 95.900
Autres charges financières 18.000
Dotations financières (d) 19.000
Total V 132.900
VI Résultat financier (IV – V) (-) 35.100
VII Résultat courant (III + VI) 177.300
Produits non courants
Produit de cession des immobilisations 79.400
Reprises sur subvention d’investissement 5.000
Autres produits non courants 16.000
Reprises non courantes (e) 10.200
Total VIII 110.600
Charges non courantes
VNA des immobilisations cédées 39.500
Autres charges non courantes 28.000
Dotations non courantes (f) 29.300
Total IX 96.800
X Résultat non courant (VIII – IX) 13.800
XI Résultat avant impôt (VII + X) 191.100
XII Impôt sur le résultat 58.800
XIII Résultat net (XI – XII) 132.300

88
(a) dont 10.000 relatives aux éléments durables

(b) dont 5.100 relatives aux provisions pour dépréciation des créances de l’actif circulant

(c) totalement relatives aux éléments circulants

(d) dont 2.800 relatives aux TP

(e) totalement relatives aux éléments circulants

(f) totalement relatives aux éléments circulants

Autres informations complémentaires :

- Les dividendes distribués au courant de cet exercice s’élèvent à : 67.000 DH.

- L’effectif du personnel est de 56 personnes.

- Le solde des créances clients est de 314.500 DH

- Le solde des dettes fournisseurs est de 77.000 DH.

- Taux de la TVA : 20%

- Le capital social est de 600.000 DH.

- Les dettes de financement sont de 749.350 DH.

Travail à effectuer :

1) Etablir l’ESG ;

2) Calculer la CAF à partir des deux méthodes ;

3) Calculer les différents ratios possibles

89
Exercice 4

Vous disposez d’un extrait de la balance (après inventaire) par soldes des comptes de la société
« TECHRINE II »

N° de Comptes Débit Crédit


compte
6111 Achats de marchandises 963.452
6114 Variation de stocks de marchandises 16.144
6119 RRR obtenus sur achats de marchandises 20.400
6131 Locations et charges locatives 26.276
6133 Entretien et réparation 8.508
6134 Primes d’assurances 1.864
6136 Rémunérations d’intermédiaires et honoraires 5.288
6142 Transports 1.344
6143 Déplacement, missions et réceptions 560
6144 Publicité, publications et relations publiques 5.336
6145 Frais postaux et frais de télécommunication 1.260
6147 Services bancaires 200
6167 Impôts, taxes et droits assimilés 9.288
6171 Rémunérations du personnel 95.920
6174 Charges sociales 41.336
6182 Pertes sur créances irrécouvrables 500
6193 Dotations d’exploitation aux amortissements des 14.000
immobilisations corporelles
6196 Dotations d’exploitation aux provisions pour dépréciation de 1.396
l’actif circulant
6311 Intérêts des emprunts et dettes 4.228
6386 Escomptes accordés 224
6388 Autres charges financières des exercices antérieurs 1.500
6393 Dotations aux provisions pour risques et charges financières 796
(durables)
6513 Valeur nette d’amortissement des immobilisations corporelles 2.400
cédées
6585 Créances devenues irrécouvrables 3.884
6595 Dotations non courantes aux provisions pour risques et 2.656
charges (momentanées)
6701 Impôt sur le résultat 2.884
7111 Ventes de marchandises 1.148.012
7321 Produits des titres de participation et des autres titres 4.768
immobilisés
7381 Intérêts et produits assimilés 2.512
7392 Reprises financières sur provisions pour dépréciation des 2.616
immobilisations financières
7513 Produits des cessions des immobilisations corporelles 2.140
7577 Reprises sur subventions d’investissement de l’exercice 2.824
7585 Rentrées sur créances soldées 532

90
Informations complémentaires :

- Les dividendes distribués au titre de l’exercice précédent sont de : 3.464 DH.

- L’effectif du personnel est de 10 personnes.

- Le capital social est de 50.000 DH.

- Les dettes de financement sont de 28.928 DH.

Il vous est demandé de :

1) Etablir l’ESG ;

2) Calculer la CAF à partir des deux méthodes ;

3) Calculer les différents ratios possibles

Exercice 5

La société « KANOUN I » qui a pour activité la fabrication des pâtes alimentaires vous engage pour
faire partie de son service comptable et financier. Au cours de votre stage vous devez effectuez les
travaux suivants :

1) Elaborer l’Etat des Soldes de Gestion ;

2) Procédez à une analyse financière détaillée.

Pour cela, vous disposez des documents suivants :

Annexe 1 : Balance après inventaire et avant virement au CPC, au 31/12/2013

N° de Comptes Soldes Soldes


compte débiteurs créditeurs
6111 Achats de marchandises 406.994,50
6114 Variation de stocks de marchandises 1.879,50
6119 RRR obtenus sur achats de marchandises 1.240,00
6121 Achats de matières premières 735.979,50
6122 Achats de matières et fournitures consommables 127.500,00
61241 Variation de stock des matières premières 1.875,00
61242 Variation de stock des matières et fournitures 908,25

91
613 Autres charges externes 15.835,50
616 Impôts et taxes 6.312,75
617 Charges du personnel 318.601,50
618 Autres charges d’exploitation 8.349,00
6193 Dotations d’exploitation aux amortissements des 204.300,00
immobilisations corporelles
61955 Dotations d’exploitation aux provisions pour risques et 6.374,25
charges durables
6196 Dotations d’exploitation aux provisions pour dépréciation 30.828,75
de l’actif circulant
631 Charges d’intérêt 38.358,75
6385 Charges nettes sur cessions de TVP 3.150,75
6394 Dotations aux provisions pour dépréciation des TVP 16.725,75
651 Valeur nette d’amortissement des immobilisations cédées 39.255,75
6585 Créances devenues irrécouvrables 6.069,75
6594 Dotations non courantes aux provisions réglementées 3.150,00
6701 Impôt sur le bénéfice 227.467
711 Ventes de marchandises 611.486,25
712 Ventes de biens et services produits 1.659.317,00
7132 Variation des stocks des produits finis 48.153,00
714 Immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même 11.642,25
718 Autres produits d’exploitation 1.657,50
7196 Reprises sur provisions pour dépréciation de l’actif circulant 8.326,50
7197 Transferts de charges d’exploitation 18.750,00
7321 Produits des titres de participation et des autres titres 66.603,75
immobilisés
7380 Intérêts et autres produits financiers 19.957,50
7385 Produits nets sur cessions de TVP 7.493,25
7392 Reprises sur provisions pour dépréciation des 21.758,25
immobilisations financières
7394 Reprises sur provisions pour dépréciation des TVP 1.653,75
751 Produits des cessions des immobilisations 48.750,00
758 Autres produits non courants 14.666,25
75955 Reprises non courantes sur provisions pour risques et 1.650,00
charges (durables)

Annexe 2 : Informations complémentaires

- L’AGO a décidé de porter le résultat intégralement en réserves ;

- Le stock moyen de marchandises est de 20.194 DH.

- Les concurrents écoulent leurs marchandises en 10 jours.

- Le taux de marge du secteur est d’environ 40%.

- Le solde clients est de 317.900 DH, celui des fournisseurs est de 127.000 DH.

- Les concurrents encaissent leurs créances clients en 35 jours et décaissent leurs crédits fournisseurs
en 44 jours.

92
Chapitre III

Analyse des flux financiers : le Tableau de Financement

I. Notion de flux financier et utilité du tableau de financement

Un flux financier est un mouvement d’argent, il peut être un flux d’entrée (nouvelle ressource) ou un
flux de sortie (dépense ou emploi d’argent).

Le tableau de financement est un document qui permet de ressortir les mouvements financiers
intervenus au cours d’un exercice, c’est-à-dire, les ressources nouvelles que l’entreprise a obtenu et
comment ils ont été employés (utilisés).

En règle générale, tout accroissement d’un élément d’actif (exemple : acquisitions de biens…) et
toute baisse d’un élément du passif (exemple : remboursement d’emprunts…) constituent des
emplois.

A contrario, toute augmentation d’un poste de passif (exemple : nouvel emprunt…) et toute
diminution d’un poste d’actif (exemple : cession de biens…) représentent une ressource.

II. Présentation du tableau de financement

Il est composé en 2 parties :

• Synthèse des Masses de Bilan

• Tableau des Emplois et Ressources

A- Synthèse des Masses du Bilan

Elle décrit la variation du fonds de roulement, du besoin en fonds de roulement et de la trésorerie


nette, d’une année à l’autre.

Déjà traité au chapitre I, voir page 65.

93
B- Tableau des Emplois et Ressources

Il a pour utilité de détailler l’origine des ressources et emplois entraînant la variation du fonds de
roulement (qui a été calculée dans la synthèse des masses du bilan).

Il est élaboré à partir de 2 bilans comptables de fin d’exercice successifs. Ce sont les bilans au
31/12/N-1 et au 31/12/N.

EXERCICE EXERCICE PRECEDENT


EMPLOIS ET RESSOURCES
Emplois Ressources Emplois Ressources
I. RESSOURCES STABLES de l’exercice (FLUX)
Autofinancement (A)
Capacité d’autofinancement
(-) Distribution de bénéfices
Cessions et réductions d’immobilisations (B)
Cessions d’immobilisations incorporelles
Cessions d’immobilisations corporelles
Cessions d’immobilisations financières
Récupérations sur créances immobilisées
Augmentation des capitaux propres et assimilés (C)
Augmentation du capital, apports
Subventions d’investissement
Augmentation des dettes de financement (D)
(nette de primes de remboursement)
TOTAL I : RESSOURCES STABLES (A+B+C+D)
II. EMPLOIS STABLES de l’exercice (FLUX)
Acquisitions et augmentation d’immobilisations (E)
Acquisitions d’immobilisations incorporelles
Acquisitions d’immobilisations corporelles
Acquisitions d’immobilisations financières
Augmentations sur créances immobilisées
Remboursement des capitaux propres (F)
Remboursement des dettes de financement (G)
Emplois en non-valeur (H)
TOTAL II : EMPLOIS STABLES (E+F+G+H)
III. Variation du besoin de financement global (BFG)
IV. Variation de la trésorerie nette
TOTAL GENERAL

Afin de déterminer la variation de chaque élément (ressource et/ou emploi), on peut utiliser, soit, les
comptes schématiques des éléments concernés, soit, l’Etat des Informations Complémentaires
(ETIC) :

- tableau des immobilisations (B2)

- tableau des amortissements (B2 Bis) et tableau des provisions (B5)

94