Vous êtes sur la page 1sur 9

DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS

Extrait du La Cliothèque
http://clio-cr.clionautes.org/discours-sur-l-origine-de-l-univers.html

Etienne KLEIN

DISCOURS SUR L'ORIGINE DE


L'UNIVERS
- Service de presse - Société -

Date de mise en ligne : dimanche 7 novembre 2010

Copyright © La Cliothèque - Tous droits réservés

Copyright © La Cliothèque Page 1/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS

D'où vient l'univers ?


D'où vient qu'il y a un univers ?

C'est par ces interrogations fondamentales, pour ne pas dire ontologiques, que s'ouvre le dernier ouvrage du physicien Etienne
Klein. Passeur reconnu du savoir astrophysique, Etienne Klein, physicien au CEA1] , enseignant à l'Ecole centrale, docteur en
philosophie des sciences, s'est déjà attaqué entre autre à la question du temps2] , au croisement de la physique et de la
philosophie.
Dans cet ouvrage où se mêlent astrophysique, cosmologie et métaphysique, Etienne Klein, tout en exposant les dernières
connaissances scientifiques concernant l'histoire et la formation de notre univers, s'efforce de rendre intelligible les tenants et les
aboutissants de la question de l'origine de l'univers sans faire l'économie des complexes hypothèses astrophysiques en cours,
telles la théorie des supercordes ou de la gravitation quantique...
Comme l'historien, Étienne Klein remonte le temps et nous entraîne au-delà de notre histoire, aux confins de celle de l'univers et
tente, avec nous, l'ascension du fameux mur de Planck3] ...Vertiges garantis4]...

Avis de brouillard sur l'aurore du monde5] , enjeux et défis de la question


de l'origine

Obsédante question que celle de l'origine de l'univers, elle est aussi fuyante à notre Raison. Le brouillard y règne, elle est alors
terre à conquérir... Philosophie, religion, sciences, toutes sont parties en quête de cet ultime Graal de la vie, mais aucune, pour le
moment, n'a su le ravir définitivement.
Cependant, les extraordinaires progrès de la physique depuis la fin du XIXème siècle ainsi que par ricochet, ceux de la
cosmologie ont suscité un immense espoir pour beaucoup. Le Graal serait-il enfin à portée de télescopes ou d'équations des

Copyright © La Cliothèque Page 2/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
astrophysiciens et cosmologiques ?
En scientifique cartésien, Etienne Klein se montre plus que prudent sur les capacités de la science actuelle à lever l'ultime voile
de brouillard drapant encore l'aurore du monde et raille même à demi-mots les quelques scientifiques imprudents6] annonçant
cette terre promise.
Réaliste et honnête, il remet dans leur perspective les futurs résultats tant attendus du LHC7] et du satellite Planck8] . Le premier
ne reproduira pas des Big Bang sur Terre et le second ne dévoilera pas l'image ultime de l'univers, le « visage de Dieu »9] .
Et pour Etienne Klein le danger est ici, dans la confusion et la désinformation du grand public, voire, tout simplement dans le
mensonge scientifique destiné à « faire du tirage »...

Étienne Klein conclut son introduction en s'interrogeant sur les capacités des théories, des équations, des ordinateurs à lever cet
ultime voile et se demande même si nous ne nous serions pas laissé abuser par la théorie du Big Bang et son « explosion
originelle » ?
Entre doutes et impertinence, Etienne Klein pose une première question vertigineuse dont le présent ouvrage est truffé : «
Sommes-nous certain que l'univers ait eu un commencement ? »10]

Histoire de l'idée d'origine de l'univers, des doutes aux certitudes ?

On appelle cosmologie la science qui s'intéresse à l'étude de l'univers (sa forme, son histoire, son évolution, ses caractéristiques)
et de ce qu'il contient (ses objets : des astéroïdes aux amas de galaxies en passant pas les étoiles et les trous noirs).
S'appuyant pour cela sur les théories (et les équations, lois) de la physique quantique et de la relativité générale, la cosmologie a
réussit à reconstituer les derniers 13,7 milliards d'années de l'histoire de l'univers affirmant ainsi que celui-ci n'a pas toujours été
semblable à ce que nous pouvons observer, qu'il a une histoire, qu'il change et plus précisément qu'il se dilate et se refroidit...
Ceci est la principale certitude obtenue par la science au cours du dernier siècle.
Balayé le cosmos immuable des Anciens, et bienvenue la conception moderne de l'univers promue par Galilée, soutenant l'idée
révolutionnaire que l'univers était mathématisable c'est-à-dire que son existence et son développement répondait à des lois
physiques universelles exprimées dans le langage mathématique. Cette conception de l'univers est ensuite reprise par Newton qui
élabore alors la première théorie universelle, celle de la gravitation.
Cependant, l'univers ne devient véritablement objet physique à part entière qu'avec la célèbre théorie de la relativité générale
enfantée en 1915 par le génie mathématique d'Albert Einstein. La relativité générale est une théorie de la gravitation dépassant
celle de Newton car la gravitation n'y est plus une simple force mais une déformation de l'espace-temps courbé par la matière et
l'énergie qu'il contient. Cette théorie est alors proprement révolutionnaire et d'une ampleur jusque-là inégalée car elle donne à
l'univers une consistance physique propre, celle de la géométrie dessinée par le tissu espace-temps et pouvant être modifiée par la
matière et l'énergie.
L'univers n'acquiert une histoire qu'après la découverte d'Edwin Hubble (et indépendamment Georges Lemaître), en 1929, qui
remarque que les galaxies s'éloignent car le tissu spatio-temporel de l'univers s'étend11]... Et en prenant cette expansion à
rebours, on démontre alors que l'univers, dans un passé lointain, était beaucoup plus petit et beaucoup plus dense qu'aujourd'hui...
C'est ainsi que naît l'idée scientifique d'origine de l'univers, une fois admise l'idée que l'univers soit un objet physique à part
entière et qu'il soit en mouvement, plus précisément en expansion.
Ainsi, la cosmologie est une science très jeune, tout comme l'idée d'univers dont il est désormais acquis qu'il a une histoire... Et
qui dit histoire, dit forcément commencement... Et curieusement, après ce tel raisonnement, c'est ici qu'Étienne Klein en
rigoureux scientifique nous interpelle et nous prodigue la prudence...
Le mirage n'est peut-être pas si loin...

Le Big Bang n'a jamais eu lieu, entre illusions et mensonges des mots

Cette origine de l'univers porterait un nom, le big bang12] . Du point de vue des cosmologistes, le big bang désigne un instant
très dense et très chaud que l'univers aurait connu, il y a 13,7 milliards d'années. Mais avec le temps, cette expression en est

Copyright © La Cliothèque Page 3/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
venue à désigner l'instant zéro, l'acte de naissance de la matière, de l'énergie, du temps et de l'espace ; en clair, la création du
monde.
C'est là qu'Étienne Klein nous met en garde, en nous dévoilant les coulisses de ce « big bang »...
En effet, cette singularité physique qu'est le Big Bang correspond au moment, dans l'histoire de notre univers, où l'infiniment
grand rejoint l'infiniment petit, c'est-à-dire pour la Science, où la théorie de la relativité générale (expliquant les mouvements des
objets à grande échelle) rencontre la physique quantique (explique les objets et leurs mouvement à l'échelle atomique). Or, ces
deux théories de la physique contemporaine sont...Incompatibles !
Quel coup de théâtre dans la pièce mettant en scène l'origine de l'univers ! Les dialogues des acteurs en présence ne
correspondent pas ! Concrètement, dans un univers petit, chaud et dense, la relativité générale est incapable de décrire le
comportement de la matière et de l'énergie et les cosmologistes doivent alors convoquer la physique de l'infiniment petit, la
physique quantique mettant en scène les trois autres forces à l'oeuvre dans l'univers : les forces nucléaire faible, forte et
l'électromagnétisme. Or, la quatrième force, celle décrite par la relativité générale, la gravitation, n'est pas convoquée par la
physique quantique.
En résumé, l'expression big bang ne désigne pas l'origine, le point zéro de l'histoire de notre univers mais « seulement » une
singularité physique sur laquelle buttent actuellement les deux grandes théories de la physique contemporaine.
Étienne Klein regrette cette malheureuse expression qui laisse à penser que l'univers aurait jailli d'une explosion originelle à un
instant zéro d'où serait ensuite nés la matière, l'espace et... Le temps ! Mais Étienne Klein regrette encore plus l'usage imprudent
et peu scientifique qu'en font certains vulgarisateurs auprès du public les laissant croire cette contre-vérité.
Et c'est ici que la physique rejoint la philosophie voire la théologie : si explosion primordiale il y aurait eu, qui ou quoi l'aurait
déclenché ? La question de l'origine en vient donc à rejoindre la question de l'être et du néant. Quelque chose peut-il sortir de rien
? L'être peut-il émerger du néant ? De ces questions, Dieu n'est jamais bien loin...
Étienne Klein nous emmène alors aux frontières de la connaissance physique du moment, c'est-à-dire au pied du mur de Planck,
limite actuelle des équations... Limite actuelle de notre physique et non de la physique, là encore, les mots ont leur importance...

A l'assaut du mur de Planck, les dernières théories des cosmologistes et la


fin de l'origine...

Par un abus de langage une fois de plus dénoncé par Étienne Klein, on associe très souvent le mur de Planck à l'univers tel qu'il
était il y a 10 puissance moins 43 secondes. Or, pour les physiciens, ce mur de Planck désigne au contraire la plus ancienne
période de l'univers accessible aux équations, ce qui est totalement différent.
S'approcher encore plus de l'éventuelle origine de l'univers consisterait d'abord à franchir le mur de Planck. Mais comment ?
En unifiant la physique quantique qui décrit la matière et ses interactions et la relativité générale qui décrit la manière dont cette
matière structure l'espace-temps.
En effet, au sein de l'univers primordial existaient les particules dotées d'une énergie colossale et interagissant entre elles. Les
physiciens ont déjà réussi à mettre sur pied un modèle mathématique décrivant le jeu de trois des quatre forces, dépendantes les
unes des autres au départ, c'est ce que l'on appelle le modèle standard. Mais ce modèle est incomplet car il exclut la gravitation.
Une poignée de théories encore à l'état d'hypothèses tentent de réunir ensembles, dans un même formalisme mathématique, les
quatre forces de la physique moderne.

La première et la plus célèbre est la fameuse théorie des cordes ou supercordes. Contre la physique nucléaire, elle postule non
plus l'existence d'atomes c'est-à-dire de particules ponctuelles mais de cordes dont la manière de vibrer déterminerait le type de
particules et donc ses propriétés. Dans cette théorie, l'espace-temps de l'univers contiendrait 6,7, 10, 22 dimensions imposées par
le formalisme mathématiques et imperceptibles pour nous car repliées sur elles-mêmes.
Quoiqu'il en soit, de cette théorie, plusieurs scénarios de l'origine voient le jour :
Le rebond de l'univers. L'univers aurait rebondit sur lui-même, c'est-à-dire qu'après une phase d'expansion, il aurait connu une
phase de contraction, le big bang, puis connaîtrait alors, par un mouvement de rebond sur lui-même, une nouvelle phase
d'expansion.
Collision de branes. Notre univers serait une brane, notre univers serait une 3-brane, qui flotterait dans un espace vide13] . Le
big bang correspondrait alors à une collision de deux branes.

Copyright © La Cliothèque Page 4/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
L'univers, fini mais sans bords selon Hawking, n'aurait pas de commencement et nos concepts d'espace et de temps n'auraient
émergé qu'à un moment de l'histoire de l'univers
Cependant, la théorie des cordes si elle prédit un résultat, celui d'une température élevée mais non infinie il y a 13,7 milliards
d'années, comporte un écueil scientifique de taille : elle n'est pas prouvable de manière expérimentale... La taille des cordes étant
trop petite et donc inaccessible aux scientifiques pour le moment.
Concernant, l'origine, cette théorie et les différents scénarios qui en découlent, font du big bang non plus une singularité initiale
mais plutôt une transition.

Le deuxième type de théorie d'unification, (de théorie du tout comme on les nomme) est fondé sur une conception différente de
l'espace-temps. Celui-ci n'est plus continu comme en physique quantique ou avec la relativité générale, mais il est granulaire,
comme un morceau de tissu aux fibres entremêlées. Mais cette trame si serrée apparaît continu, lisse, à grande échelle. Cette
théorie permet de postuler que l'espace-temps était discontinu à très petite échelle, celle du mur de Planck justement, c'est
pourquoi cette théorie se nomme la théorie de la gravitation quantique à boucles.
Bizarrement, ici aussi, on aboutit à une même vision du big bang : il n'est plus une singularité initiale de l'histoire de l'univers
mais une phase de transition, car on retrouve ici aussi l'idée du rebond car l'univers ayant atteint une certaine densité, température
ne peut plus se contracter et ne peut alors que rebondir violemment sur lui-même et s'étendre à nouveau.

Pour certains physiciens, ce serait le vide quantique qui jouerait le rôle de matrice de l'univers et la force de gravité permettrait le
déploiement de l'énergie contenue dans ce vide quantique primordial. Grâce à l'expansion très rapide de l'univers, son inflation
dit-on, les particules gagnent de l'énergie et se matérialisent. Comme tous les scénarios, celui du vide quantique tente de marier
relativité générale et physique quantique, mais surtout il apporte l'idée séduisante que l'univers se serait auto-engendré... Ici aussi,
l'origine de type « big bang » s'évanouit... Mais plus vertigineux encore, ce scénario envisagerait donc une chaîne de création
d'univers bulles nés de l'énergie du vide quantique qui resterait constante alors que la matière, du fait de l'expansion, se raréfie,
on retombe sur la situation initiale, celle où le vide quantique domine...

Enfin, d'autres cosmologistes remettent tout simplement en cause l'hypothèse de l'unicité de l'univers diluant ainsi l'origine de
celui-ci dans une myriade d'autres origines et dans ce cas-là, existerait-il une origine plus « originelle » que les autres ?
C'est la théorie des multivers fondée sur le scénario de « l'inflation éternelle ». En effet, l'univers primo-primordial aurait connu
une phase d'expansion exceptionnelle, une inflation accélérée et aujourd'hui ralentie. Cependant, d'autres régions de l'univers
continuerait de connaître une telle phase d'expansion et verraient alors se former une multitude d'univers indépendants les uns
des autres. Et c'est ici que ce scénario rejoint la théorie des cordes et de ces branes.
Cette théorie ne nous en dit pas forcément plus sur l'origine mais répond à la question de la spécificité des paramètres physiques
de notre univers : les dés auraient été jetés une multitude de fois créant ainsi des univers aux lois physiques différentes ou aux
lois physiques identiques mais aux paramètres dissemblables.

Nature et origine de l'univers, au carrefour de l'ignorance des cosmologistes

En effet, même si un Einstein serait aujourd'hui abasourdi par les progrès de la physique et de la cosmologie, il n'en reste pas
moins que ces derniers ignorent 90% de l'univers. Or, d'après la relativité générale, le contenant, l'espace-temps, est lié au
contenu de l'univers (planètes, étoiles, galaxies...).
Malgré les découvertes en physique des particules qui se sont succédé à un rythme effréné au cours du XXème, la majorité de la
matière échapperait encore aux physiciens car celle-ci ne rayonnerait pas, c'est la matière noire. Cette obscure matière fut
découverte au détour d'observations astronomiques pointant une différence entre masse réelle et masse apparente des galaxies, il
manquerait quelque chose à ces galaxies pour justifier leur influence gravitationnelle sur les trajectoires de la lumière.
Et les cosmologistes n'ont pas fini de broyer du noir car ils se sont également aperçus que l'expansion de l'univers connaissait une
phase d'accélération non prévue par les modèles... Elle serait provoquée par une énergie inconnue nommée énergie sombre qui
viendrait contrecarrer la force de gravité.

Copyright © La Cliothèque Page 5/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
Ces deux ignorances cosmologiques nourrissent de profondes questions et notamment celle des lois physiques en vigueur :
Sont-elles vraiment universelles ?
Faut-il changer les lois ou chercher de nouvelles particules constituant cette matière mystérieuse ? De ces questions et de leurs
éventuelles réponses, dépend, par ricochet, la question de l'origine.
Pour Etienne Klein, la question de l'origine ne peut être élucidée à partir du moment où pèsent, sur les lois physiques actuelles de
telles zones d'ombre. La physique moderne est-elle à l'aube d'une nouvelle révolution ? Ce qui semble certain pour Etienne
Klein, c'est que le corpus théorique physique ne peut en sortir totalement indemne...

La question de l'origine entre pourquoi et pour quoi ?, entre physique et


philosophie

Aujourd'hui, nombre de physiciens se sont engagés dans une quête, celle de l'unification, celle de la théorie du tout, c'est-à-dire
un formalisme mathématique réunissant les quatre interactions fondamentales. Le but d'une telle théorie ? Embrasser la totalité
du réel, rien de moins.
Et c'est ici, une fois de plus, qu'Etienne Klein nous met en garde contre les dérapages plus ou moins contrôlés de certains
scientifiques14] qui ont vite fait de quitter le champs de la physique pour celui de la métaphysique et, emportés par leur plume et
parfois leur lyrisme agnostique ou non, de nous vendre de l'absolu...
Quelque soit le destin de cette hypothétique théorie, aucune équation mathématique ne dévoilera le sens du monde, aucune nous
dira pourquoi et pour quoi il y a quelque chose plutôt que rien15] .
La physique ne peut traiter que les questions de physiques et ne peut donc traiter la totalité des questions qui se rapportent à
l'origine de l'univers car celles-ci, comme celle du sens, ne sont pas toutes d'ordre physique. La science peut éclairer des
questions d'ordre philosophique mais en aucun cas prétendre les résoudre.

Entre immanence et transcendance, la physique aux portes du néant

A partir de là, après avoir fait le point sur les connaissances physiques à notre disposition et après avoir délimité le champ
d'opération de ces connaissances, Etienne Klein interroge la physique pour savoir ce qu'elle dit du surgissement, du processus
créatif : est-il immanent, c'est-à-dire contenu dans l'univers ou transcendant, c'est-à-dire provenant de l'extérieur ?
On arrive ici au point d'orgue de la réflexion d'Etienne Klein, et au détour de chaque page de cette avant-dernière partie, nous
guette la sensation de vertige...
A travers trois exemples, la nucléosynthèse primordiale, la masse des particules et le temps, Etienne Klein conclut que la
physique est fondée sur le principe d'immanence, c'est-à-dire que pour expliquer un phénomène, elle doit s'appuyer sur un « déjà
là ». En clair, la physique, comme l'histoire du reste et toutes les sciences construisent des généalogies.
Mais sauf une question, apparemment, qui hésite entre transcendance et immanence, et c'est là peut-être le moment le plus
passionnant et le plus étourdissant de l'ouvrage, lorsqu'Etienne Klein, prenant son courage à deux mains pose la question de la
transcendance ou de l'immanence des lois physiques.
Ainsi, les lois physiques existaient-elles avant la création de l'univers ou ont-elles été « fabriquées » ensuite ? L'univers aurait-il
produit les lois qui dirigent sa propre évolution ? Ces questions relèvent-elles de la métaphysique ? Pas totalement car ce n'est
que par l'intermédiaire de ces lois que les cosmologistes scrutent les premières lueurs de l'univers et, à un moment donné, il faut
bien se demander quel statut accordons-nous à ces lois, quelles relations entretiennent-elles avec l'univers ?

Dans cet épais brouillard, une seule certitude, ces lois semblent immuables, elles étaient pour ainsi dire les mêmes, il y a 13,7
milliards d'années.
Mais cette invariance des lois physiques pose problème, ou du moins des interrogations : Comment un univers qui évolue peut-il
être régi par des lois qui ne changent pas ? Ou alors changent-elles progressivement et imperceptiblement ?
Quel est le statut de ces lois par rapport à l'univers ? Sont-elles hors de l'univers ou en font-elles partie ? Si ces lois sont hors du
monde comment peuvent-elles agir sur lui ? Ces lois auraient-elles un statut spécifique échappant à toute historicité ?

Copyright © La Cliothèque Page 6/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
Ces lois sont d'abord des constructions de la pensée humaine, pourra-t-on répondre, mais comment l'homme, infime partie de
l'univers pourrait-il saisir la structure de ce qui l'englobe, à savoir l'univers ?
L'invariance des lois nous pousserait à croire qu'elles appartiennent à un autre monde que celui matériel, spatio-temporel.
Le physicien Lee Smolin propose une intéressante explication mariant physique et biologie : les lois physiques feraient partie de
l'univers et évolueraient avec lui selon un processus adaptatif de type darwinien, des lois physiques qui s'actualiseraient une fois
l'objet effectivement présent. Hypothèse qui ne résout pas tout : ces lois évolueraient-elles en vertu de quoi ? D'une métaloi ? Et
d'où viendrait cette métaloi ? Ect....

Face à ce problème de poupées russes, c'est finalement la question du néant qui se tapie dans l'ombre et qui est sans cesse
repoussée par la physique, fondée sur le lien de causalité. Comment penser ce néant primordial ? Comment un néant aurait-il pu
engendrer de l'être ? On retrouve ici la théorie du vide quantique.
Etienne Klein, résigné ou à bout de souffle peut-être après une telle ascension, pointe notre incapacité à penser ce surgissement,
c'est-à-dire le changement au sein du néant.
Ici, proche des cimes, ne règne que le silence. Silence de la physique, silence de la Science, silence de la Raison...

Conclusion, impuissance du langage et frustration de la Raison

Après avoir gravi, prise par prise, la montagne de l'origine, après s'être enivré des dernières théories cosmologiques, après s'être
abreuvé et étourdi au contact des réflexions d'Étienne Klein, c'est un goût d'inachevé, un peu amer qui nous reste au fond de la
gorge, au terme de cette cordée, pourtant guidée de main de maître par l'auteur.
Pourquoi un tel sentiment de frustration nous assaille-t-il ainsi après un tel périple ?
La réponse est limpide pour Étienne Klein, la question de l'origine est une question avant tout métaphysique qui ne cesse de nous
obséder car nous pensons que l'origine renferme le sens et le devenir de l'univers et par la même occasion, de nos existences.
Pour Étienne Klein, ce goût d'inachevé, cette frustration cette impuissance n'est pas celle de notre Raison mais celle de notre
langage voire de notre culture. C'est ainsi que sur le chemin du retour, il effectue un détour par la Chine afin d'observer leur
manière de se départir de ce problème de l'origine. Il y découvre une piste de réflexion intéressante. La langue chinoise ne décrit
pas des « étants » mais des processus, des transitions continues, silencieuses et indolores comme la neige qui fond ou l'herbe qui
pousse... En effet, à y regarder de plus près notre physique moderne, celle-ci ne décrit jamais que des généalogies, des
métamorphoses.
L'origine de toutes les origines échappe donc à notre langage et à nos concepts et nous condamne pour l'instant au silence.

Étienne Klein signe donc là, un ouvrage remarquable qui flirte avec la physique, la cosmologie et la philosophie comme en
témoigne la bibliographie proposée où figurent des ouvrages récents certes mais où sont convoqués côte à côte aussi bien Platon,
Bergson, Kant que Reeves, Hawking, Luminet et même... Veyne !
Ouvrage limpide également tant le propos d'Etienne Klein se montre clair et accessible mais également précis et rigoureux ne
cédant jamais à la simplicité même lorsque les idées et concepts se font ardus.
Un livre à lire absolument, même pour les historiens dont le travail n'est autre, dans le fond, que la recherche d'origines et la
reconstitution de généalogies fondées sur les liens de causalités comme en physique. Dans les propos d'Etienne Klein, ils
pourront, assurément y puiser le sens de la relativité concernant les origines ainsi que celle des phénomènes humains. Ils
pourront, en outre, se façonner ou consolider une prise de hauteur salutaire sur les insignifiantes péripéties et facéties du genre
humain...

Pour aller plus loin...

Un des premiers livres à lire pour découvrir la cosmologie et l'histoire de notre univers est sans doute celui, très récent, de
Sylvie VAUCLAIR sous le patronage de son directeur de recherche, Hubert Reeves :

Copyright © La Cliothèque Page 7/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
VAUCLAIR Sylvie, La Terre, l'espace et l'au-delà, Paris, Albin Michel, 2009.

Pourront suivre aisément et avec profit,

REEVES Hubert, Chroniques des atomes et des galaxies, Paris, Le Seuil, 2007.

REEVES Hubert, Patience dans l'azur, Paris, Le Seuil, collection "Points Sciences",1988.

REEVES Hubert, L'heure de s'ennivrer, Paris, Le Seuil, collection "Points Sciences",1992.

REEVES Hubert (dir.) et ses amis, Petite histoire de la matière et de l'univers, Paris, Le Pommier, 2009.

On pourra ensuite poursuivre l'aventure en images par deux très beaux livres :

REEVES Hubert, Poussières d'étoiles, Album illustré, édition revue et corrigée, collection « Science ouverte », Le Seuil, 2008.

COLLECTIF (Bénédicte LECLERC, Etienne KLEIN, Marc LACHIEZE-REY, Roland LEHOUCQ), Le grand récit de l'univers,
Coll. Le collège de la Cité, Le Pommier, 2007.

Pour les intrépides qui auraient pris goût à l'aventure et aux vertiges cosmiques :

LEHOUCQ Roland, La forme de l'univers, Paris, Flammarion, 2004.

LUMINET Jean-Pierre, L'invention du Big Bang, Paris, Seuil, collection "Points sciences", 2004.

KLEIN Etienne, Les secrets de la matière racontés en famille, Paris, Plon, 2008.

HAWKING Stephen, Une brève histoire du temps, du Big Bnag aux trous noirs, Paris, Flammarion, 1989.

VAUCLAIR Sylvie, La Naisance des éléments, du Big Bang à la Terre, Paris, Odile Jacob, 2006.

Et enfin cheminer au gré des bibliographies et de l'actualité littéraire de ces différents auteurs...

[1] Centre de l'Énergie Atomique.

[2] KLEIN Etienne, Les Tactiques de Chronos, Paris, Flammarion, 2003.


KLEIN Étienne, Le facteur temps ne sonne jamais deux fois, Paris, Flammarion, 2007.

[3] Le Mur de Planck représente un moment particulier de l'histoire de l'univers et constitue une limite, pour l'instant infranchissable, de la physique actuelle
incapable de décrire ce qui s'est passé en amont de cet instant équivalent à 10 puissance moins 43 secondes.

[4] Étienne Klein est également un passionné d'alpinisme, ce à quoi renvoie la couverture de son ouvrage tout comme la métaphore de l'ascension du Mur de

Copyright © La Cliothèque Page 8/9


DISCOURS SUR L'ORIGINE DE L'UNIVERS
Planck qu'il emploie lui-même dans son introduction.

[5] On reprend ici le titre joliment trouvé de l'auteur pour présenter dans son introduction les enjeux et les défis de la question de l'origine de l'univers.

[6] Sont ici très implicitement visés Stephen Hawking et les frères Bogdanov respectivement pour leur dernier livre.

[7] Le LHC, Large Hadron Collider, est le plus grand collisionneur de particules jamais construit au monde, aux frontières franco-suisse en 2008.

[8] Le satellite Planck lancé par l'Agence aérospatiale européenne en 2009 est chargé de photographier le fond diffus cosmologique, lumière résiduelle de
l'univers alors « âgé » de 380 000 ans.

[9] Cette expression a été employée, pour la première fois par George Smoot, père du satellite Cobe, lancé en 1989 par la NASA afin de photographier le fond
diffus cosmologique. Cette expression a été reprise pour titrer le dernier ouvrage des frères Bogdanov...

[10] Page 15.

[11] Ironie de l'histoire peut-être, cette expansion ne fut pas acceptée tout de suite par Einstein alors que cette expansion fut démontrée par Georges Lemaître, dès
1927, à l'aide des équations de la relativité générale...

[12] Ironie de l'histoire cosmologique ici encore, c'est un des détracteurs de ce scénario de l'origine, Fred Hoyle en 1949, qui lui donna le sobriquet de « big bang
» conçu comme une explosion cataclysmique. Fred Hoyle prônait, lui, un univers statique se régénérant en permanence par création de matière de manière
homogène dans l'univers.

[13] Il n'existe pas de vide absolu en physique, même vidé de ses particules de matière, l'espace reste rempli d'énergie.

[14] Dans un de ses ouvrages, Stephen Hawking prétend qu'une théorie du Tout pourrait nous faire connaître la pensée de Dieu, Une brève histoire du temps,
Flammarion, 1989.

[15] Le philosophe Leibniz est le premier a avoir formulé la question sous cette forme dans ses Principes de la nature et de la grâce en 1714.

Copyright © La Cliothèque Page 9/9