Vous êtes sur la page 1sur 7

Problèmes de Mathématiques

Structure des groupes abéliens finis


Énoncé

Structure des groupes abéliens finis


Notations :
– Pour tout n ≥ 1, on désigne par Un le groupe cyclique des racines n-ièmes de l’unité.
– On note U le groupe multiplicatif des nombres complexes de module 1.
– Dans ce problème, G désigne un groupe abélien fini d’ordre ≥ 2.
La loi de G est notée par juxtaposition : (a, b) 7→ ab. On note e le neutre de G.
– On appelle caractère de G tout morphisme de G dans U.
On note c
G l’ensemble des caractères de G.
L’objet de ce problème est de prouver le théorème de structure des groupes abéliens finis :
Théorème
Soit G un groupe abélien d’ordre ≥ 2.
Il existe une unique suite d1 , d2 , . . . , dr d’entiers supérieurs ou égaux à 2, tels que :
– Pour tout k de {1, . . . , r−1}, l’entier dk divise l’entier dk+1 .
– Le groupe G est isomorphe au groupe produit Ud1 × Ud2 × · · · × Udr .

I. Prolongement d’un caractère d’un groupe abélien fini


Soit H un sous-groupe strict de G. On se donne un élément ϕ de c H.
On se propose de montrer que ϕ se prolonge en un caractère φ de G.
Pour cela, on se donne un élément x de G \ H, et on note L le sous-groupe de G engendré par
H et x, c’est-à-dire le plus petit sous-groupe de G (pour l’inclusion) contenant à la fois H et x.
1. Justifier l’existence de n = min{m ≥ 2, xm ∈ H} et de ω dans U tel que ω n = ϕ(xn ). [ S ]
2. Montrer que tout y de L s’écrit de façon unique y = xk z, avec 0 ≤ k < n et z ∈ H. [ S ]
3. Avec les notations précédentes, on pose ψ(y) = ω k ϕ(z).
Montrer que ψ est un caractère de L, qui prolonge ϕ. [ S ]
4. Montrer finalement l’existence d’un caractère φ de G, qui prolonge ϕ. [ S ]

II. Exposant d’un groupe abélien fini


On rappelle que l’ordre d’un élément x de G est le plus petit entier m ≥ 1 tel que xm = e.
On note ici q le ppcm des ordres des différents éléments de G.
On dit que l’entier q est l’exposant du groupe G.
On se propose ici de montrer qu’il existe dans G un élément d’ordre q.
r
pαi i (les pi sont premiers distincts deux à deux, les αi sont dans N∗ .)
Q
Pour cela, on note q =
i=1
1. On se donne un entier j dans {1, . . . , r}.
α
Montrer qu’il existe xj dans G dont l’ordre s’écrive mj pj j , avec mj ∧ pj = 1. [ S ]
m
2. Avec les notations précédentes, quel est l’ordre de yj = xj j ? [ S ]
3. Conclure en considérant l’élément x = y1 y2 · · · yr . [ S ]

Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Structure des groupes abéliens finis
Énoncé

III. Existence de la décomposition d’un groupe abélien fini


Avec les notations de II, on se donne un élément x de G d’ordre q.

1. Pour 0 ≤ k < q, on pose ϕ(xk ) = ω k , avec ω = exp 2iπ


q .
Montrer que ϕ est un caractère de (x). [ S ]
2. On prolonge ϕ en un caractère φ de G (cf I.)
Montrer que tout y de G s’écrit de façon unique y = xk z, où 0 ≤ k < q et z ∈ ker φ. [ S ]
3. En déduire que le groupe G est isomorphe à Uq × ker φ. [ S ]
4. En raisonnant par récurrence sur l’ordre de G, montrer l’existence de l’isomorphisme
évoqué en préambule de l’énoncé. [ S ]

IV. Unicité de la décomposition d’un groupe abélien fini


On se propose ici de prouver l’unicité de la décomposition évoquée dans le théorème de l’énoncé.
H = Ud1 × Ud2 × · · · × Udr 2 ≤ d1 | d2 | · · · | dr
 
Pour cela, on se donne les groupes avec .
K = Uδ1 × Uδ2 × · · · × Uδs 2 ≤ δ1 | δ2 | · · · | δs
On notera indifféremment e l’élément neutre de H et celui de K.
On suppose que H et K sont isomorphes. Sans perdre de généralité, on peut supposer r ≤ s.
Pour conclure, il faut donc établir r = s, et dj = δj pour tout j de {1, . . . , r}.
1. On se donne m et n dans N∗ . On note m ∧ n le pgcd de m et de n.
Montrer que dans Un l’équation xm = 1 possède m ∧ n solutions distinctes. [ S ]
2. Pour tout m ≥ 1, combien l’équation xm = e possède-t-elle de solutions distinctes dans
H et dans K respectivement ? Pourquoi ces deux nombres sont-ils égaux ? [ S ]
3. En appliquant ce qui précède à l’entier m = δ1 , prouver que r = s et que d1 = δ1 . [ S ]
4. Conclure en appliquant ce qui précède aux entiers m = δ2 , m = δ3 , etc [ S ]

V. Applications

1. Donner (à un isomorphisme près) le nombre de groupes abéliens d’ordre 72. [ S ]


2. Dans cette question, on montre que les groupes G et c
G sont isomorphes.
(a) Pour n ≥ 1, montrer que U
cn est cyclique d’ordre n (donc isomorphe à Un .) [ S ]

(b) Soient H1 , H2 , . . . , Hr des groupes abéliens, et H = H1 × H2 . . . × Hr .


Montrer que le groupe c H est isomorphe à d H1 × d
H2 . . . × d Hr .
r
Q
Indication : Pour tous ϕj ∈ d Hj , définir ϕ sur H par ϕ(x1 , . . . , xn ) = ϕj (xj ). [ S ]
j=1
(c) Conclure. [ S ]

Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Structure des groupes abéliens finis
Corrigé

Corrigé du problème
I. Prolongement d’un caractère d’un groupe abélien fini
1. Dans le groupe fini G, l’élément x engendre un groupe cyclique d’ordre q.
On a donc xq = e (et q ≥ 2 car x n’est pas dans H donc est distinct de e.)
Ainsi l’ensemble {m ≥ 2, xm ∈ H} est non vide puisqu’il contient l’entier q.
Cette partie de N possède donc un plus petit élément n ≥ 2.
Puisque xn est dans H, on peut parler de z = ϕ(xn ) qui est dans U.
Cet élément de U possède n racines n-ièmes distinctes, toutes dans U également.
Si ω est l’une d’elles, on a bien ω n = ϕ(xn ). [ Q ]
2. Le sous-groupe L est égal à {y = xm h, m ∈ Z, h ∈ H} (on vérifie facilement que ce
dernier ensemble est un sous-groupe de G contenant x et H, et évidemment inclus dans
tout sous-groupe de G qui contiendrait lui-même x et H.)
Avec ces notations, notons m = qn + r la division euclidienne de m par n.
On a y = xm h = xr h0 , où h0 = (xn )q h est dans H car xn et h sont dans ce sous-groupe.
Ainsi tout élément de L peut s’écrire y = xk z, avec 0 ≤ k < n et z dans H.
0
Pour montrer l’unicité, supposons y = xk z = xk z 0 , avec 0 ≤ k 0 ≤ k < n et (z, z 0 ) ∈ H 2 .
0
On a alors xk−k = z 0 z −1 , qui est élément de H.
Puisque 0 ≤ k − k 0 < n, la définition de n implique k = k 0 , et il en découle z = z 0 .
Conclusion : tout y de L s’écrit de façon unique y = xk z, avec 0 ≤ k < n et z ∈ H. [ Q ]
3. Tout d’abord il est clair que ψ prolonge ϕ, car y ∈ H ⇔ (k = 0 et z = y).
Il est clair également que ψ est à valeurs dans U, car ω est lui-même dans U.
0
Soient y = xk z et y 0 = xk z 0 dans L, avec 0 ≤ k, k 0 < n, et (z, z 0 ) ∈ H 2 .
Soit k + k 0 = qn + r la division euclidienne de k + k 0 par n (en fait q ∈ {0, 1}.)
On a yy 0 = xr z 00 avec z 00 = (xn )q zz 0 , donc ψ(yy 0 ) = ω r ϕ(z 00 ).
Mais ϕ est un caractère de H donc ϕ(z 00 ) = ϕ(xn )q ϕ(zz 0 ) = (ω n )q ϕ(z)ϕ(z 0 ).
0 0
Ainsi ψ(yy 0 ) = ω nq+r ϕ(z)ϕ(z 0 ) = ω k+k ϕ(z)ϕ(z 0 ) = ω k ϕ(z) ω k ϕ(z 0 ) = ψ(y)ψ(y 0 ).
Conclusion : ψ est un caractère de L qui prolonge le caractère ϕ de G. [ Q ]
4. Le sous-groupe L de G contient strictement H.
Si L = G c’est terminé, sinon on peut se donner x0 dans G \ L.
Soit L0 le sous-groupe de G engendré par x0 et L.
On construit comme précédemment un caractère ψ 0 de L0 qui étend ψ donc ϕ.
Si L0 = G c’est fini, sinon on continue avec un élément x00 de G \ L0 .
Au bout d’un nombre fini d’étapes (car G est lui-même fini) on parvient ainsi au groupe
G lui-même, et on dispose alors d’un caractère φ du G qui est une extension du caractère
ϕ défini sur le sous-groupe H. [ Q ]

Page 3 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Structure des groupes abéliens finis
Corrigé

II. Exposant d’un groupe abélien fini


1. On raisonne par l’absurde. Cela revient à supposer que si x est quelconque dans G alors
α −1
son ordre m(x) est au plus divisible par pj j .
Mais dans ces conditions l’exposant de G, c’est-à-dire le ppcm des ordres m(x), serait
α −1
lui-même au plus divisible par pj j , ce qui est absurde.
α
Il existe donc un élément xj de G dont l’ordre m(xj ), est divisible au moins par pj j (et
α
donc exactement par pj j sinon cela contredirait la factorisation de q.)
α
On peut alors écrire m(xj ) = mj pj j , avec mj ∧ pj = 1. [ Q ]
α
2. Avec les notations précédentes, on a xk = e ⇔ mj pj j | k.
mj k α α
Ainsi yjk = e ⇔ xj = e ⇔ mj pj j | mj k ⇔ pj j | k.
α
Cela prouve que l’élément yj est d’ordre pj j . [ Q ]
3. L’ordre m(x) de l’élément x est de toutes façons un diviseur de q.
r
Q β
Autrement dit, on peut écrire m(x) = pj j , avec 0 ≤ βj ≤ αj pour tout j de {1, . . . , r}.
j=1
Supposons par l’absurde qu’on ait (par exemple) l’inégalité stricte β1 < α1 .
α
Posons q1 = pβ1 1 et qj = pj j pour tout j de {2, . . . , r}.
r r
α 0
L’entier q 0 = pβ1 1 qj est alors un multiple de m(x) donc xq = e.
Q Q
p j j = q1
j=2 j=2 r
qj 0 q
Du fait que yj = e pour tout j de {2, . . . , r}, on peut alors écrire xq = y1q1 yj j = y1q1 .
Q
j=2
Ainsi y1q1 = e avec 1 ≤ q1 < pα1 1 , ce qui est absurde.
On en déduit β1 = α1 , et bien sûr βj = αj pour tout j de {1, . . . , r}.
Ainsi l’élément x de G est bien d’ordre q (le pccm des ordres des éléments de G.) [ Q ]
III. Existence de la décomposition d’un groupe abélien fini
1. Tout d’abord ϕ est bien une application de (x) dans U.
On se donne k, k 0 dans {0, . . . , q−1}. Posons k + k 0 = sq + r, avec s ∈ {0, 1} et 0 ≤ r < q.
0 0 0
On a xk xk = xk+k = (xq )s xr = xr (car xq = e) donc ϕ(xk xk ) = ω r .
0 0
Dans le même temps, ϕ(xk )ϕ(xk ) = ω k ω k = ω sq+r = (ω q )s ω r = ω r car ω q = 1.
0 0
On a donc ϕ(xk xk ) = ϕ(xk ) ϕ(xk ), ce qui établit que ϕ est un caractère de (x). [ Q ]
2. Soit y un élément de G. On sait que y q = e. Il en résulte 1 = φ(y q ) = φ(y)q .
Ainsi φ(y) est un élément de Uq , sous-groupe de U engendré par ω.
Il existe donc k dans {0, 1, . . . , q−1} tel que φ(y) = ω k = φ(xk ).
Si on pose z = yx−k , on alors φ(z) = φ(y)φ(xk )−1 = e c’est-à-dire z ∈ ker φ.
On donc trouvé k dans {0, 1, . . . , q−1} et z dans ker φ tels que y = xk z.
0
Supposons maintenant y = xk z = xk z 0 , avec 0 ≤ k 0 < n et z 0 ∈ ker φ.
0 0
On a φ(y) = φ(x)k = φ(x)k donc ω k = ω k c’est-à-dire k 0 ≡ k (q), donc k 0 = k puis z 0 = z.
Ainsi le couple (k, z) de {0, . . . , q−1} × ker φ tel que y = xk z est unique. [ Q ]

Page 4 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Structure des groupes abéliens finis
Corrigé

3. L’application f de Uq × ker φ dans G définie par f (ω k , z) = xk z est bijective.


En effet l’application ω k 7→ k est bijective de Uq dans {0, . . . , q − 1} et l’application
(k, z) 7→ xk z est (on vient de le voir) bijective de {0, . . . , q−1} × ker φ dans G.
Soient k, k 0 dans {0, . . . , q−1} et z, z 0 dans ker φ. Posons k + k 0 ≡ r (q), avec 0 ≤ r < n.
0 0 0 0
f ((ω k , z)(ω k , z 0 )) = f (ω k+k , zz 0 ) = f (ω r , zz 0 ) = xr zz 0 = xk z xk z 0 = f (ω k , z)f (ω k , z 0 ).
0 0
(On a évidemment utilisé xk+k = xr car xq = e, et ω k+k = ω r car ω q = 1.)
Cela montre que f est un morphisme (donc un isomorphisme) de Uq × ker φ dans G. [ Q ]
4. Si G est un groupe d’ordre n = 2, alors il est isomorphe à U2 (plus généralement, tout
groupe d’ordre premier p est isomorphe à Up .) Cela établit la propriété au rang n = 2.
On se donne maintenant un groupe commutatif d’ordre n ≥ 3 et on suppose que la
propriété est établie à tout ordre strictement inférieur à n.
Comme dans les questions précédentes, soit d ≥ 2 l’exposant de G.
On a vu qu’il existe un isomorphisme entre G0 × Ud , où G0 est un sous-groupe de G
(G0 = ker φ avec les notations utilisées.)
Si G0 se réduit à {e} alors c’est terminé.
Sinon les éléments de G0 sont des éléments particuliers de G et leur ordre divise donc
l’entier d. Il en découle que l’exposant d0 de G0 (càd le ppcm des ordres des éléments de
G0 ) est lui-même un diviseur de d.
L’hypothèse de récurrence affirme l’existence d’un isomorphisme entre G0 et un produit
H 0 = Ud1 × Ud2 × · · · × Udr , avec d1 | d2 | · · · | dr . Cet isomorphisme fait se correspondre
les ordres des éléments de G0 et ceux de H 0 .
En particulier les groupes H 0 et G0 ont le même exposant.
Or pour tout z = (z1 , z2 , . . . , zr ) de H 0 , on a z dr = (z1dr , z2dr , . . . , zrdr ) = (1, 1, . . . , 1), car dr
est multiple des ordres d1 , d2 , . . . , dr des groupes cycliques Ud1 , Ud2 , . . . , Udr . Ainsi l’ordre
de tout élément de H 0 (donc l’exposant de H 0 ) est un diviseur de dr .
En fait l’exposant de H 0 (donc celui de G0 ) est exactement égal à dr : il y a en effet des
éléments d’ordre dr dans H 0 , comme z = (1, . . . , 1, ω), où ω est un générateur de Udr .
Résumons-nous : il y a un isomorphisme entre G et G0 × Ud et un isomorphisme entre G0
et H 0 = Ud1 × Ud2 × · · · × Udr . Il en résulte donc un isomophisme entre le groupe G et le
groupe H 0 × Ud = Ud1 × Ud2 × · · · × Udr × Ud . D’autre part d1 | d2 | · · · | dr . Enfin on a
constaté que l’entier dr (l’exposant de G0 ) divise l’entier d (l’exposant de G.)
Ceci établit la propriété au rang n = d1 · · · dr d et achève la récurrence. [ Q ]

IV. Unicité de la décomposition d’un groupe abélien fini

1. Posons d = m ∧ n, m = dm0 et n = dn0 , avec m0 ∧ n0 = 1.


On a Un = {ω k , 0 ≤ k < n}, avec ω = exp 2iπ k
n . Posons x = ω , avec 0 ≤ k < n.
On a xm = 1 ⇔ ω km = 1 ⇔ n | km ⇔ dn0 | kdm0 ⇔ n0 | km0 ⇔ n0 | k (Gauss.)
0
Les solutions de xm = 1 dans Un sont donc les xqn , où q 0 ∈ {0, 1, . . . , d−1}.
Ainsi l’équation xm = 1 possède d = m ∧ n solutions distinctes dans Un . [ Q ]

Page 5 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Structure des groupes abéliens finis
Corrigé

2. Soit x = (x1 , . . . , xr ) un élément de H, avec xj dans Udj pour tout j de {1, . . . , r}.
On a xm = 1 ⇔ (xm m m m
1 , x2 , . . . , xr ) = 1 ⇔ ∀ j ∈ {1, . . . , r}, xj = 1.

Pour tout j, l’équation xm


j = 1 a m ∧ dj solutions distinctes dans Udj .
r
Pour l’équation xm = e dans H, le nombre de solutions distinctes est donc
Q
(m ∧ dj ).
s j=1
(m ∧ δj ) solutions distinctes pour xm = e dans K.
Q
De même, il y a
j=1
Ces deux nombres sont identiques car il y a un isomorphisme f de H sur K, et les solutions
de l’équation y m = e dans K sont les images des solutions de l’équation xm = e dans H.
En effet, si y = f (x) on a : y m = e ⇔ f (x)m = e ⇔ f (xm ) = e ⇔ xm = e. [ Q ]
s r r
(m ∧ dj ) équivaut à δ1s =
Q Q Q
3. Avec m = δ1 , l’égalité (m ∧ δj ) = (δ1 ∧ dj ).
j=1 j=1 j=1
Puisque r ≤ s, cette égalité impose r = s et δ1 ∧ dj = δ1 pour tout j de {1, . . . , r}.
Ainsi l’entier δ1 divise l’entier d1 (donc divise d2 , . . . , dr .)
Puisque maintenant r = s, on peut inverser les rôles de H et K et on trouve d1 | δ1 .
On a donc obtenu les égalités r = s et d1 = δ1 . [ Q ]
r r r r
(m ∧ dj ) ⇒ d1 δ2r−1 = d1 (δ2 ∧ dj ) ⇒ δ2r−1 =
Q Q Q Q
4. Avec m = δ2 : (m ∧ δj ) = (δ2 ∧ dj )
j=1 j=1 j=2 j=2
Comme précédement, cela implique δ2 | d2 , donc δ2 = d2 par symétrie du problème.
Une récurrence évidente permet alors de montrer successivement δ3 = d3 , . . . , δr = dr .
On ainsi établi l’unicité de la décomposition évoquée dans le théorème de l’énoncé. [ Q ]

V. Applications

1. Il suffit de déterminer toutes les séquences d1 , . . . , dr avec d1 | · · · | dr et d1 · · · dr = 72.


On factorise 72 = 23 32 .
2, 2, 2 · 32 2, 22 · 32

2, 2 · 3, 2 · 3
On trouve les six séquences suivantes :
2 · 3, 22 · 3 23 · 32 3, 23 · 3
Ainsi il y a six groupes abéliens d’ordre 72 qui sont, à un isomorphisme près :
U2 × U2 × U18 , U2 × U6 × U6 , U2 × U36 , U6 × U12 , U72 et U3 × U24
Parmi ces six groupes, seul U72 est cyclique. [ Q ]

2. (a) On a Un = {ω k , 0 ≤ k < n}, avec ω = exp 2iπ


n . Soit ϕ : Un 7→ U un caractère de Un .
Pour tout z de Un , on a z n = 1 donc ϕ(z)n = ϕ(z n ) = ϕ(1) = 1. Ainsi ϕ(z) ∈ Un .
Autrement dit, ϕ est un endomorphisme du groupe multiplicatif Un .
Il est bien sûr entièrement déterminé par les n valeurs possibles de ϕ(ω).
En effet, si ϕ(ω) = ω m , avec 0 ≤ m < n, alors : ∀ k ∈ {0, . . . , n−1}, ϕ(ω k ) = ω mk .
En d’autres termes, ϕ = ϕm
1 , en notant ϕ1 : z 7→ z l’application identité de Un .

Conclusion : le groupe des caractères de Un est cyclique d’ordre n et engendré par


l’application identité ϕ1 : z 7→ z de Un .

Page 6 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Problèmes de Mathématiques
Structure des groupes abéliens finis
Corrigé

Attention : la loi sur le groupe des caractères de Un est une loi produit (dérivée du
produit dans C) et ce n’est pas la loi de composition des applications ! Par exemple
ϕ21 est l’application de Un dans lui-même définie par ϕ21 (z) = z 2 . [ Q ]

(b) Notons ej le neutre de Hj pour tout j de {1, . . . , r}, et e = (e1 , . . . , er ) celui de H.


Pour tout j de {1, . . . , r}, soit ϕj : Hj → U un caractère du groupe Hj .
Pour tout x = (x1 , x2 , . . . , xn ) de H, on pose alors ϕ(x) = ϕ1 (x1 )ϕ2 (x2 ) · · · ϕn (xn ).
Q
L’application ϕ (que nous noterons ϕj ) est visiblement à valeurs dans U.
De plus c’est un caractère du groupe H.
En effet, soient x = (x1 , . . . , xr ) et y = (y1 , . . . , yr ) deux éléments de H :
ϕ(xy) = ϕ(x1 y1 , x2 y2 , . . . , xr yr ) = ϕ1 (x1 y1 )ϕ1 (x2 y2 ) · · · ϕn (xr yr )
= ϕ1 (x1 )ϕ1 (x2 ) · · · ϕn (xr ) ϕ1 (y1 )ϕ1 (y2 ) · · · ϕn (yr ) = ϕ(x)ϕ(y)
L’application (ϕ1 , ϕ2 , . . . , ϕr ) 7→ ϕ est un morphisme de dH1 × · · · × d
Hr dans c
H.
Q Q Q
En effet si ϕ = ϕj et si ψ = ψj , il est clair que ϕψ = (ϕj ψj ).
Q
Enfin, l’application (ϕ1 , ϕ2 , . . . , ϕr ) 7→ ϕ = ϕj est bijective.
Cela résulte de ce que pour tout j de {1, . . . , r}, l’application ϕj est caractérisée
par :
∀ xj ∈ Hj , ϕj (xj ) = ϕ(e1 , . . . , ej−1 , xj , ej+1 , . . . , er ).
Conclusion : les groupes cH et d H1 × d H2 × · · · × d Hr sont isomorphes. [ Q ]

(c) Le groupe G, abélien et fini, est isomorphe à Ud1 × Ud2 × · · · × Udr .


On en déduit que cG est isomorphe à d Ud1 × d Ud2 × · · · × d
Udr .
Mais chaque dUdj est isomorphe à Udj .
G est isomorphe à Ud1 × Ud2 × · · · × Udr donc à G. [ Q ]
On en déduit que c

Page 7 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.