Vous êtes sur la page 1sur 3

A l’intention du Métropolite de Zarapojié et Melitoupolis (Ukraine).

Le Métropolite Loukas de Zarapojié et de Melitoupolis (ville de miel) de l’Église d’Ukraine


(Patriarcat de Moscou) nous est connu par son franc parlé surtout en rapport à l’affaire tristement
connue d’Ukraine.

Quelques citations intéressantes : « Le Patriarche Bartholomée va causer un nouveau ‘Grand


Schisme’ comme celui de 1054 » ; « Le Patriarche Bartholomée essaye de devenir le Pape de
l’Orient », et dernièrement, « la décision de Constantinople est typique de l’obtention d’un certificat
de naissance à un cadavre », ou alors, « les schismatiques ont pris une décision de la capitale d’un
pays islamique où les Orthodoxes sont inférieurs en nombre que la plus petite périphérie
d’Ukraine », et enfin « nous allons commencé des manifestations de croyants en Ukraine contre
cette décision prise dans une contrée turque ».

Si le Métropolite Loukas croit ce qu’il dit, c’est à dire que la décision du Patriarcat Œcuménique fut
prise dans un « pays islamique » en « contrée turque », de même serait-il opportun de condamner le
support au Patriarcat de Moscou venu du Patriarche Théodoros d’Alexandrie qui, lui aussi, vit dans
un pays islamique.

Mais revenons donc à la loi canonique profonde.

A vous et à votre Église, Métropolite Louka, Je vous sais gré de vous rappeler les faits suivants :

La Grande et Sainte Église - le Trône de Constantinople - est bien Celle qui vous donnât la Foi
Orthodoxe et vous sauvât de l’idolâtrie, qui vous donnât la Lumière ; et vous vous activez à Lui
rendre les ténèbres, et vous devîntes une nation ( γένος ) sainte, mais vous Lui rendez tout ce qu’il y
a de plus sauvage en vous ; n’est-ce pas Elle qui vous apprît à écrire, et vous venez maintenant à
Lui porter atteinte.

Le Trône de Constantinople, vieux de plus de dix-sept siècles sur la même terre, est bien Celui qui
vous donnât l’autocéphalie. A l’époque, notre terre était gouvernée par des musulmans. Le Trône de
Constantinople vous érigeât en Patriarcat et vous donnât de la valeur. Mais vous ne fûtes pas à la
hauteur de votre serment et vous ne citâtes point Son Nom. Vous êtes donc un nouveau patriarcat tel
que fondé par le Trône de Constantinople et toujours sous la judicature de futurs Conseils
Œcuméniques.

Vous êtes venus attaquer la Ville de la Theotokos, et malgré les siècles écoulés, vous ne vous rendez
toujours pas compte que ce Trône est fondé sur les signatures de tant de Saints Pères et tant de
Conseils Œcuméniques. Vous convoitez ce Trône ! Vous voulez briguer les Terres Saintes de
Jérusalem ! Ce qui vous donne de la valeur ne vous est pas dû ! Pour vous, la valeur de l’Institution
équivaut à votre avancement ! Mais un certain Jean Chrysostome, le grand espoir de son époque, et
les Conseils Œcuméniques Lui ont donné la haute judicature dûe à Son Trône.

Et vous parlez avec telle disgrâce, comme s’il s’agissait de votre pire ennemi, au Trône qui vous
enfantât, qui vous offrît le lait spirituel, qui vous donnât votre hypostase ecclésiastique, grâce
Auquel vous devîntes hommes dans le Christ ! Pensez-vous que vous allez régenter Celui qui vous a
éduqué, qui ne vous a pas forcé à vous helléniser mais qui a respecté votre culture quelle qu’elle fût,
et vous vous présentez avec votre poison ! Du vinaigre, au lieu de quelques gouttes d’eau, n’est-ce
pas ?

Ceux qui vous suivent en pensant que vous êtes les sauveurs de la Foi, les tenants de la tradition et
l’avenir de l’Orthodoxie font une faute grave !

Vous essayez de vous introduire sur la Terre de l’Hellade pour passer aux mers chaudes ! N’est-ce
pas votre rêve ! Vous construisez des églises à architecture russe (?) en Grèce, terre de très haute
civilisation d’avant notre Seigneur et certainement depuis Sa Venue.

Plus que ce que vous postulez, ce qui trouble sont vos méthodes ! Vous vous êtes mêlés de nos
révoltes au dix-neuvième siècle, histoire de vous installer chez nous, mais vos mains reflètent votre
manque de respectabilité. A tout propos, vous exploitez les malheurs de la Romanité pour laquelle
vous n’avez jamais rien fait. Vous offrez du boniment avec vos entreprises oligarchiques rien que
pour accroître votre impérialisme extrême. Et il y a malheureusement des Grecs qui y croient !

Votre Patriarcat a, depuis la chute du communisme, adopté le monde du quantitatif. Tout se mesure
en nombre de croyants et en grandeur des églises construites ; ainsi, plus c’est grand et gros, plus ça
impressionne les masses et les pouvoirs ! Vos messes renvoient aux matches de football par leur
immensité, et cela a finit par « impressionner » vos fidèles ! Mais pas les Grecs.

Un fidèle russe commentât ainsi la Liturgie lors de la visite du Patriarche Cyrille de Moscou au
Patriarcat Œcuménique : Belle Liturgie ! Mais il n’y avait que deux cents personnes ! Rien à
comparer avec les Liturgies Patriarcales chez nous, en Russie ! »

N’est-ce pas vers ce petit et humble Phanarion du Patriarcat Œcuménique que se tournent votre très
grand pays, et votre peuple pour toute thérapie et solution de chaque situation spirituelle ou
ecclésiastique ! Dommage que vous ne voyez pas cette réalité.

Pour terminer, je vais vous conter une histoire qui fait partie de la culture du pays où se trouve notre
Patriarcat Œcuménique : Un jour, le fils d’une illustre famille allât apprendre l’art de la guerre à
l’école militaire. Il revînt à la demeure paternelle, quelques années plus tard, général de son rang.
Son père n’était pas encore rentré ; il embrassât sa mère et s’installât au salon, les jambes en l’air,
avec ses bottes posées sur la table basse. Lorsque son père rentrât, il ne se levât même pas, et ne
descendît pas non plus ses pieds de la table basse pour aller payer ses respects. Il lui dît
simplement : « Père, je suis devenu général d’armée ! » Son père le regardât et répondît : « t’es p’t-
être devenu général d’armée, mais t’es pas encore un homme ! »

A bon entendeur.

De Panagiotis Ant. Andriopoulos ΦΩΣ ΦΑΝΑΡΙΟΥ (fanarion.blogspot.com))

Traduit du grec par ΜΙΧΑΗΛ ΨΕΛΛΟΣ