Vous êtes sur la page 1sur 8

EM TD7 TSI 2015-2016

OEM dans le vide - L’onde incidente arrive sous une incidence de

également suivant ' )


45° sur le plan conducteur et se propage

Exercice 1 : Description des ondes électromagnétiques

* et se propage également suivant ' )


dans le vide (**) - L’onde réfléchie « repart » à 45° déphasée de

A) Du cours, du cours et encore du cours…


1) Rappeler les équations de Maxwell dans le vide. Ecrire et décrire le champ électrique résultant

 se propageant dans le vide.


2) Soit une Oem plane progressive harmonique de
vecteur d’onde 
Exercice :

    
./01 = 0 → − .  = 0 ↔  ⊥ 
 en utilisant la notation
Montrer que les champs électrique et magnétique
sont perpendiculaires à  , 
/01 = 0 ↔  ⊥   
complexe. Montrer également que (  ,  , 
) >
  = − 89
67

-
A)
,
8:


67  = µ
<
8=
+
constitue un trièdre orthogonal direct.
3) Donner l’équation de propagation du champ 8:

De plus ∆ − µ
<

8@ =

=0
Si  = 
exp (( − ))
,
électrique.
4)  quel est la polarisation 8: @

de l’Oem, sa direction et son sens de propagation ?


Si on injecte l’OPPH dans l’équation de propagation
alors : 1 = =&=
A C
électrique donné par  = 
exp (( − ))
 se
5) Montrer qu’une OPPH décrite par un champ
B DEF GF

propage une vitesse constante pour toute pulsation


en injectant cette solution dans l’équation de B) S’il s’agit d’une OemPPH alors nous pouvons proposer

propagation précédente. une description du type :

 =   . '

exp (0 −   liée à une direction
 ) avec 
B) Description d’une onde plane progressive

1 
# 1 
#
On considère la propagation dans le vide de l’onde  =  1" 
Par identification  
= 
−1" 
 et  
0 
$ 0 
$
cartésienne (,  et 
sont des constantes positives) :
électromagnétique suivante décrite dans la base

Cette onde se propage donc dans la direction 


# + .

#
1 
 (, ) = 
exp  − ( + ) −1" 

1 
#
C’est-à-dire dans la direction donnée par le vecteur

0 
$  
unitaire  # ′ =
C
 1" 
 
 et donc  = √2# ′
0 
√I
$
1) Montrer que cette onde est bien une Oem
plane progressive harmonique, préciser sa La direction du champ électrique, donc sa polarisation,

   facilitant la


direction de propagation et sa polarisation.
# ′,  ′, $ ′)
est bien transverse à la direction de propagation :

1 
#
Proposer une base (



= 
−1"  
 = −√2
 ′
Ecrire une relation liant ,  et & (vitesse des
description d’une telle onde.

0 
$
2)

(, ) dans
Evaluer le champ magnétique 
OEM dans le vide)

  


3)
(# ′,  ′, $ ′)
Nous avons défini l’onde plane comme pouvant être

  


décrite par une seule variable cartésienne et telle que
# ′,  ′, $ ′)
4) Calculer la valeur moyenne du vecteur de ses fronts d’onde soient plans, dans la base (
Poynting. ce champ est donc bien décrit comme une OemPPH :


# ′
0
 (, ) = −√2
exp( −  )" 

C) Description d’une onde incidente et d’une onde
′
K

0 
réfléchie
 ′ $
On considère une onde électromagnétique formée de
La propagation dans le vide impose & = =
A A
B √IL
pulsation ), polarisées suivant l’axe ', de même
deux ondes planes, progressives, harmoniques de même

amplitude maximale 
se propageant dans un demi-
espace vide ( < 0) délimité par un plan conducteur
parfaitement réfléchissant placé en  = 0 :
EM TD7 TSI 2015-2016

A noter que la loi de la réflexion sur un métal se


démontre en écrivant la continuité de la composante
tangentielle du champ électrique.

Exercice 2 : Etude énergétique de l’onde lumineuse

Le champ électrique reste toujours dans la même On considère une onde lumineuse envoyée par un laser.

direction car les deux composantes sont en opposition Cette onde sera supposée monochromatique et polarisée

de phase : il s’agit donc d’une onde polarisée rectilignement. L’onde plane progressive harmonique est
donc une bonne candidate pour décrire cette onde
  
rectilignement. En prenant un trièdre direct
orthonormé ( # ′,  ′, $ ′) :
champ électrique donné par : = 
TU( − )
 dans
lumineuse. On va donc considérer la propagation d’un

0
0 0
 = M−√2
exp (0( − ′)> 
 = N >
l’air, milieu assimilé à du vide.

√2

0 − exp (0( − ′)


&
magnétique  et de son intensité 

1) Donner l’expression du vecteur champ

Donc : O*
P = 2 ×
=F@
#K
 2) Donner la définition du vecteur de Poynting *
.
IEF R

vecteur en fonction de 
, & et µ

3) Exprimer la valeur moyenne temporelle de ce

Rq : Dans la base (
,
# ,
  )
$ on retrouve naturellement
Le laser, de puissance moyenne < _ >= 400b ,
 =
le même résultat avec : 
B ∧= 4)
A
émet dans un faisceau cylindrique de 4mm de

TU0( − ( + ))
 (, ) = M−
TU0( − ( + ))>
diamètre. Quelle est l’amplitude du champ

0
électrique associé ?

1) D’après Maxwell Faraday :


 = c∧= = − =F TU( − )
 .
$ Donc 
=
=F
Donc :
R R R
1  
TU0( − ( + ))
 =
Par définition : *
=∧9

(, ) = V> ∧ M− TU0( − ( + ))>

 0

2)
0
µF

3) Si on utilise la notation complexe :

1 0
(, ) =
 M 0 > 1 


I
 −2 TU0( − ( + )) <*
 >= dT ∧ 
∗  = T$ =
 
T



2& µ
$

Et donc : Avec la notation réelle  = 


&7f( − ) et se ramène
à la valeur moyenne d’un cosinus carré : < *
 >= T

=F @


1> 
I 1> 
I
I IRµF #
O*
P = M1 = M1 = 

µ
 µ
& #K
0 √2&µ
0 4) On sait que le vecteur de Poynting nous donne
la puissance par unité de surface. Donc en
C)Dans ces conditions le champ électrique total s’écrit :
supposant cette puissance uniformément
0 0
W = X = B M1> et pour l’onde
Pour l’onde incidente 
répartie sur le pinceau de lumière, on

a :< _ >= g, 
= h ≈
=F @ ijkIRµF
$ 1
√I
IRµF l
Donc :
0 240n/p Ce qui est énorme !
Y = M−1>
réfléchie 
B

1
√I

Exercice 3 : problème de physique


 

exp (0  − ( − )" − 
exp (0  − ( + )"
 = NN √2 √2 > Le soleil rayonne au niveau de la Terre un champ
0
0
électrique d’environ 1000V/m sur des panneaux solaires
dont le rendement est de 20%. Estimer l’énergie
 
 exp 0 Z [ − exp −0 Z [
 = 
exp (0 Z − √2 √2 >
lumineuse récupérable en une journée et la comparer à
[ N
√2 0
la consommation électrique d’une famille
0
On utilise encore < * >= ≈ 1b/pI
=F @

Et  = −2
sin   sin ( − )
#
B B IREF
√I √I

Donc pour une maison de 100pI on perçoit 10b


L’onde obtenue se propage suivant l’axe Oz et présente
une structure d’onde stationnaire suivant Oy.
EM TD7 TSI 2015-2016

Pour une journée, on trouve à peu près 1000bℎ La structure des ondes incidentes et réfléchies, prises
séparément, est celle d’OemPPH :

 
W
Une famille utilisant pendant 12h, 10 appareils


W
consommant une puissance 1kW chacun (four, lave linge,


sèche linge…) consomme 120kWh : la maison peut être
autonome ! 
Y

Réflexion des OEM sur conducteur métallique 


Y 

O*
(0, )P = − $ et O*
 (0, )P = $

=F@ =F@
Y IEF R W IEF R
Pour la toute la suite, et conformément au programme,

Soit /g = /g


$ un élément de surface orienté à
on admettra les relations de passage des champs à

l’interface en  = 0, le coefficient de réflexion en


l’interface d’une nappe de charges et de courant
surfacique :
énergie est défini par :

O*(0, )P. /g


d=V V=1
Milieu 1 Milieu 2
Y
0 O*(0,
W )P. /g
CwI

Surface g chargée (densité ‡) et/ou Exercice 5 : Energie dissipée par effet Joule dans un
conducteur (*)

uv (ˆv ‰ = ˆŠ. p
densité de courant  wC ‰)
siège d’un courant surfacique (vecteur

(charge – T, de masse p) de densité volumique y ont une


Dans un conducteur métallique les électrons libres
On a une discontinuité de la composante normale à g du
champ électrique : vitesse d’ensemble 1 par rapport au réseau cristallin et

I (0, ) − 
∆ =  C (0, ) = ∆

r =

∥ = 0
$ soit ∆

sont soumis de la part de ce dernier à « une force de
s
frottement » en −
z{
GF |
.

On a une discontinuité de la composante tangentielle à g


}
1) Donner l’origine de cette force et interpréter
du champ magnétique :

 = 
∆ I (0, ) − 
C (0, ) = ∆
∥ = µ

uv ∧  
CwI soit ∆ 
r = 0
2) Le métal est mis en régime sinusoïdal forcé

localement est décrit par  = 



exp (0).
sous l’action d’un champ électrique, qui

Exercice 4 : Réflexions sur la réflexion sur un


Etablir la loi d’Ohm locale (reliant le vecteur
conducteur parfait (*)

électrique) u = ~ et exprimer la conductivité
densité de courant volumique au champ

Soit le demi-espace  > 0 occupé par un conducteur plan


complexe ~ en fonction de ~
= et de }
€ @ |
et parfait (pour  < 0 le milieu est assimilé à du vide). z

telle que  < U{ > }≪ 1 } ≫ 1.


On considère la réflexion d’une onde incidente définie 3) Exprimer la puissance volumique moyenne
W = 
exp (0( − ))
.
# dans les cas et
Interpréter.

réflexion 6 en amplitude du champ électrique


1) Définir puis donner la valeur du coefficient de
Exercice :

d
2) Définir puis donner l’expression du coefficient
La force de fluide modélise les pertes énergétiques
de réflexion moyen de l’énergie
occasionnées par les interactions entre électrons
électromagnétique

interpréter à des chocs et } ≈ 10wCƒ f traduit un temps


mobiles et les ions du réseau. Classiquement, on peut les

.
: (0, ) = 0
Avec l’hypothèse du conducteur parfait : 
caractéristique entre deux chocs.

Avec la RFD : p
„{

exp (0) −
= −T
z{
Ainsi, la continuité de la composante tangentielle „: |

En utilisant la notation complexe : 1 =



w|€= F /z
assure :

Y (0, )
C)…|A

6= = −1

W (0, ) u =

|€ @ = F /z
~=
C)…|A
On obtient l’expression et donc

=
|€ @ †F
z(C)…|A) C)…|A
EM TD7 TSI 2015-2016

par U{ = u.  et donc la valeur moyenne est obtenue


La puissance volumique cédée aux charges est donnée possibilité d’avoir un champ électrique à l’intérieur du

∗ )
conducteur.
aussi par < U{ >= dT(u. 
C
I
Y = 
,Y TU0( − )
 #
Avec les résultats précédents : < U{ >= dT(~
I )
C
I pêpT U7‹60f‹07y &‹6 p鋏 0f767UT
.
,pêpT Uf‹07y &‹6 7y/T 0ffT / 6‹7yyTpTy /Tf éT&67yf T&0é U‹6 
W
>
Ainsi en hautes fréquences ~ →
†F
- 
,Y &‹6 y /Uéℎ‹f‹‘T Tf U7ff0’T
…|A ,
et les électrons par
+ TU0( − )U6é&f0T “T  7y/TfU67U‹‘T f01‹y '
K )

leur inertie sont animées d’un mouvement de plus en


plus limité n’engendrant plus la possibilité d’une
conservée :  Y (0w , ) = 
W (0w , ) +  : (0) , ) ce qui se
La composante tangentielle du champ électrique est

< U{ >→ 0 on parle alors de transparence (typiquement


collisions et donc de prélèvement d’énergie au champ :

traduit par :
,Y = −
ainsi le champ électrique total
dans l’UV)
est :


TU0( + ) − 
TU0( − )
 = 
En basses fréquences, la conductivité est réelle et
< U{ >=
†F =F@
0 "
0
I
: de l’énergie est prélevée au champ qui

TU(0) − TU(−0)
= 
TU0()  0 "
voit donc son amplitude diminuer.

0
= 2
TU0() × sin ()
#
Exercice 6 : Réflexion sous incidence normale (partie 1)
(**)

Donc :  = −2


f0y() × sin ()
# et donc le champ

demi-espace des  < 0. Une onde électromagnétique


On considère un conducteur parfait, plan, occupant le
magnétique total est, d’après MF (et sans utiliser la

 = − I=F &7f() × cos ()


notation complexe de l’opérateur nabla réservée aux
OPPH) :  
incidente se propageant dans un milieu assimilé à du
R


W = 
TU0( + )
# et arrive sous incidence normale.
vide est décrite par un champ électrique tel que :

: est
On admettra que le champ électrique transmis 
Le champ électrique incident accélère les charges libres
du conducteur qui rayonnent à leur un champ : le champ

l’onde réfléchie telle que 


Y = 
,Y TU0( − )
#
nulle en tout point à l’intérieur du conducteur.On écrit réfléchi. Avec la relation de passage du champ
magnétique et la nullité du champ magnétique dans le
conducteur parfait :

2

1) Montrer qu’il s’établit des ondes stationnaires

− &7f() × 
 = µ

uv ∧ (
)
& $
pour le champ électrique.
2) Décrire également le champ magnétique.

Donc : 
uv = &7f()
,
I=F

 = 0 sur le métal et exprimer le vecteur


Expliquer l’origine d’un courant de surface en
EF R # le courant est en phase avec la

densité de courant de surface 


uv associé.
champ électrique incident qui en est à l’origine.

3) Exprimer le vecteur de Poynting *


 puis
Avec les expressions précédentes des champs, on a :
calculer sa valeur moyenne. Conclure

I
 =
* f0y(2) × sin (2)
$

4) Exprimer la densité d’énergie


électromagnétique moyenne. Conclure

On considère un second plan conducteur placé en  = ‹ L’énergie ne se propage pas (elle est stationnaire
également), elle reste confinée entre deux nœuds
‹ = 3&p
et dans lequel une onde électromagnétique est confinée.
(électrique et ou magnétique).

5) Montrer par une analyse qualitative, qu’il y a Enfin O*  :


P = 0 l’énergie des ondes incidentes et
sélection de certaines ondes stationnaires et réfléchies conduisent à un vecteur de Poynting moyen
que cette cavité résonante joue le rôle de nul.
filtre passe haut. Calculer la fréquence à la
première résonance. Pour la densité d’énergie électromagnétique :

€z = 2
I <
&7f I ()&7f I () + f0yI ()f0yI ()
Dans le cas d’un conducteur parfait la puissance
dissipée aux charges (pour des fréquences inférieures à
celles de UV) est < U{ >= . Cependant si ~
→ ∞
†F =F@
Donc en moyenne, on a le double d’une seule OemPPH (ce
I
alors < U{ >→ ∞ même pour un champ fini ! Pour grandeur linéaire avec le champ) : €z = 
I <

qui n’était pas évident vu que l’énergie n’est pas une

répondre à cette situation, nous devons exclure la


EM TD7 TSI 2015-2016

électrique en  = 0 et  = ‹. Si l’on souhaite superposer


La présence de deux plans impose la nullité du champ On peut reprendre tous les résultats précédents en
conservant des OPPH :
parfaitement les jeux d’ondes stationnaires après
chaque réflexion alors il faut que – = avec y ∈ ℕ∗ . La
— Il est intéressant de remarquer que le vecteur de
I
Poynting total instantané est la somme des vecteurs de
longueur d’onde la plus grande (et donc la fréquence la
= ‹ ainsi  =
— šR Poynting des ondes incidentes et réfléchies (ce qui
I ›
plus petite) est celle qui vérfie et
œ= = 5žŸ.
R
n’était pas évident vu que l’énergie est une grandeur
I› quadratique).

W + 
 Y  ∧ 
W + 
Y  W ∧ 
 Y  + Y ∧ 
W 
*
 = =*W + *Y +
Plus quantitativement, si l’on suppose que chaque
µ
µ

réflexion amplitude 6 < 0 (donc 6 I = d après deux 


I
réflexion est caractérisée par un coefficient de

=* W + *
Y = f0y(2) × sin (2) $

 = ‹ est donnée par :


réflexions) en alors l’onde totale se propageant vers

Ces résultats sont généraux à tout système d’ondes



: : =  
T…(A:wB$) (1 + dT w…BI¡ + ⋯ )
1
stationnaires (corde, câble coaxial…)

≈ 

× T…(A:wB$)
1 − dT w…BI¡ Onde sur une OEM réfléchie One

C
corde sur un électromagnétique
Cw£€ ¤¥¦@§
L’amplitude d’une telle onde plane est fixée par conducteur sur un câble
et l’intensité du vecteur de Poynting est proportionnel à coaxial
son module soit : Le PFD conduit Les équations Lois des mailes et
à deux de Maxwell des nœuds

I 
I
=
grandeurs couplent les conduisent au
(1 − d&7f(2–))I + (df0y(2–))I 1 + d I − 2d&7f2–
©1 ©ª
couplées champs couplage tension-
¨ =
© © © ©0
électrique et courant
= −–
©  © ©
magnétique

  =
Donc un maxima pour les ondes se propageant suivant
les valeurs croissantes pour 2– = 2y* soit – = 67

I ©
(, ) =
1(, )  œ  −  + ‘( + )
Ainsi : Si : Si
# #
  R R
= œ  −  = (œ  − 
& &
  0(, )
Alors :
+ ‘( + ) + ‘( + ))  
& & $ = œ  −  /«
&

ª(, ) −œ + ‘ − ‘( + )/«
Donne alors : Alors
 =
 
 &
= −«œ + «‘ &
Avec « = ¨&
La puissance Le vecteur de La puissance

position  à  position  à  est


traversant la Poynting est traversant la
alors donné

_(, ) (‘I − œ I ) _(, )


est donc : par : donc :

= ª(, )1(, ) *
 = 
# = (, )0(, )

_(, ) _(, )
= (œ + ‘)(−œ = (œ + ‘)(œ − ‘)/«
Dans le cas
+ ‘)« _(, )
d’onde
_(, ) = (œ I − ‘I )/«
= (‘I − œ I )« œ = ±‘ et sont
stationnaire
Dans le cas d’onde

ainsi < * >= 0


sinusoïdales
œ = ±‘ et sont
Dans le cas stationnaire
d’onde

œ = ±‘ et sont < _ >= 0


stationnaire sinusoïdales ainsi

ainsi < _ >= 0


sinusoïdales

De même :

<
1
€z =  + 
Y  +  + 
Y 
I I
 
2 W 2µ
W
EM TD7 TSI 2015-2016

W 
 Y 
W 
€z = €z,­ + €z,Y + <
 Y  +
µ
forme  = ()exp (0( − $ )u
.
3) On cherche le champ électrique résultant sous la
·

nécessité de la fonction ().


Expliquer la

W 
Or :  W 
Y = − Y & I donc :

l’équation que doit vérifier ().


4) En utilisant l’équation de propagation, obtenir

€z = €z,­ + €z,Y et < €z >= 2€z,­ = <



I
 =

›
5) Montrer alors que . Interpréter la
On obtient le double de la densité d’une OPPH seule (ce solution obtenue.

œR, (dépendant du mode) au dessous de laquelle il


qui n’était pas évident car les grandeurs énergétiques 6) En déduire qu’il existe une fréquence de coupure
sont quadratiques et pas forcément additives).
n’y a pas de propagation ($ étant alors réel). AN
Exercice 7 : Réflexion sous incidence normale (partie 2) si œR,C = 2,5žŸ, calculer ‹

L’équation de propagation est ∆ − µ


<

(*)
=0
8@ =
8: @

conducteurs distants de ‹ = 6&p. Chaque plan


1) Un espace délimité par deux plans

Si on injecte l’OPPH dans l’équation de propagation


alors : 1 = =&=
A C

énergie de d = 0,99995. Au bout de combien


présente un coefficient de réflexion en
B DEF GF

de temps l’onde ne présente-t-elle plus que 1%


La propagation en zigzag se traduit par :
de son énergie initiale ?


2) Un objet de la vie courant utilise la réflexion


totale des OEM sur un conducteur parfait.
Quel est cet objet et expliquer comment il


est fabriqué.

0
réfléchie est d. Notons ° le nombre d’aller-retour
Après une réflexion le pourcentage de l’énergie

 = X± > et I = A − $I



@

associé à cette atténuation de 1% : d ± ²


=
³F
$
R@
C

et donc
°=−
I´C

´£
.
Rq : Onde incidente et réfléchie ne donne pas une Oem
= 37µf, ce qui
I±›
R
Donc le temps de décroissance est PPH mais une onde avec un caractère d’onde
stationnaire. Donc le champ total n’est pas une
est rapide
OemPPH !
Un miroir est recouvert d’un métal d’argent poli
(possédant un bon coefficient de réflexion dans le Le champ électrique doit vérifier la continuité de la
composante tangentielle et la nullité du champ dans le
visible) et recouvert un verre protecteur transparent.

. En utilisant l’équation de propagation dans le vide du


conducteur supposé parfait : donc le champ dépend de
Exercice 8 : Propagation entre deux plans conducteurs
(***) champ électrique et en y injectant la solution proposée,
on a :

parallèles au plan ', d’abscisse  = 0 et  = ‹. Une / I () I


On considère deux plans parfaitement conducteurs,

+ ¸ I − $I ¹ () = 0
onde électromagnétique se propage suivant 
$ entre ces / I &

deux plans. On appelle & la vitesse de la lumière dans le


Rq : La solution à retenir est la solution oscillante (seule
vide.
solution à pouvoir vérifier les conditions imposées par

1) Etablir l’équation de propagation du champ les plans) :

/ I ()
+ I () = 0
électrique dans le milieu assimilé à du vide

/ I
entre &, le nombre d’onde  et la pulsation 
compris entre les deux plans. Rappeler la relation

() = Š&7f  + ºf0y( ) et avec les conditions


limites Š = 0 et  = avec y ∈ ℕ∗ : () = ºf0y( )
d’une OemPPH dans ce milieu.

›
2) La propagation d’une OemPPH entre les deux
plans conduit à une trajectoire en zigzag.

0
Justifier que le vecteur des ondes incidentes et Donc la solution complète est :

 = X± >
réfléchies soit du type   = ºf0y( )cos ( − $ )u
·
$
EM TD7 TSI 2015-2016

Elle possède un caractère hybride d’onde stationnaire c) Donner l’expression du champ magnétique
(avec des modes de vibration quantifiés comme pour une associé.

progressive par la composante $


corde, c’est l’effet des conducteurs) et d’onde d) En déduire l’expression du vecteur de
Poynting moyen. Calculer la distance

š I š I
= $I + I = $I +   et donc $I = − 
caractéristique de pénétration de
A@ A@
R@ › R@ ›
Avec l’énergie.

Si $ réel alors la propagation d’une onde sera possible + = 0 avec } = ≈ 10wCÃ f. Ce temps est
8Â Â GF
8: | †F
On obtient
Rš I
mais il faut I >   .
›
ª ≈ 0,5 × 10wCÄ f. Ainsi, nous pourrons considérer le
à comparer avec le temps avec la période de l’onde

Soit œR, >


R

milieu comme globalement neutre en présence de l’onde.

De même, dans le domaine visible : Å Å ≈ G FA ≈ 10Ä


On a donc un support de type passe haut, utile pour la EF †F = †

ÆÇ
EF GF F
ÆÈ
 = µ
~

 
donc 67
propagation des Hyper-fréquence (ici a=6cm)

Donc : 
6767  /01  − ∆ donne ∆ = µ
~ 8=
   = ‘6‹/
Rq : On peut remarquer que le champ magnétique n’est
pas transversal (ce qui n’est pas choquant car l’onde 8:

 67
De même 67    /01
  = ‘6‹/  − ∆
 donne aussi
étudier n’est pas une OPPH) :
− f0y( )cos ( − $ )
»¼ B½

 = N >
A
 0  = µ
~ 89
∆
8:
&7f( )sin ( − $ )
»¼ B½
A
En injectant  = 
exp (0( − )
# dans l’équation de
propagation, on obtient  I = −µ
~
 et donc  =
Exercice 9 : Réflexion sur un conducteur réel (***) Cw­
À
en

posant Á = h et donc  = 


T w$/À cos ( − )
# et
I $
EF †F A À
On considère la propagation d’une onde

conducteur réel pour lequel la conductivité ~ ≈ 10¾ g/p


électromagnétique du spectre visible dans un donc avec Maxwell Faraday (il est plus prudent d’utiliser
cette relation car il ne s’agit pas d’une OemPPPH mais
  = −
d’une pseudo-OemPPH : 67

89

conducteur occupe le demi-espace  > 0. On donne la


sera considérée comme constante et réelle. Le
8:

constante diélectrique du vide <


≈ 10 wCC
¿/p. 0 

T w$/À expi ( − )
  = É 0 Ê ∧ Ë
67 Á Ì
© 0
© 0
1) A l’aide de l’équation de Maxwell-Gauss et de

0

l’équation de conservation de la charge,
$
 T wÀ expi  − 
= Î−
Á (1 + 0)Ð
montrer qu’une accumulation de charge en

Á
Í 0 Ï
volume au sein d’un conducteur n’est
observable que très brièvement et que nous
½

 =
¤ ½

Donc  (1 + 0)

=F € Ñ Ò·ÓÔA:wÑ
pourrons considérer le milieu conducteur
comme électriquement neutre.
À­A 

$ 
2) Ecrire l’équation de Maxwell-Ampère et

T wÀ expi  − 
 =
 Á (1 − 0)

montrer que le courant de déplacement est
négligeable dans nos conditions. Á
$ 

T wÀ expi  −  0*
3) Montrer alors que l’équation de propagation du

 =
 Á
√2TU(− ) 

Á 4 
champ électrique dans le conducteur est du
type ∆ = µ
~ . Montrer que le champ
8=
8:

√2
w$/À  *
 =
 T cos ( − − )

magnétique vérifie le même type d’équation.
Á Á 4 
électrique de la forme  = 
exp (0( − )
#
4) On considère la propagation d’un champ

a
On peut quand même faire le calcul suivant :
avec priori complexe pour traduire

 = Bc∧=
 ½ 
= 
B=
 =
√I=F
exp (0( −  − )
š

l’absorption de l’onde.
Montrer que  =
Cw­ A A AÀ ƒ
À
a) où l’on précisera
l’expression de Á en fonction des données  = √I=F T w$/À cos ( − $ − š)
soit  .

AÀ À ƒ
du sujet.
b) Montrer que le champ électrique est une
On obtient alors le vecteur de Poynting moyen :
onde amortie sur une distance
caractéristique que l’on précisera.
EM TD7 TSI 2015-2016

O*
P = T wI$/À 
$ ainsi l’énergie est atténuée sur une
=F @
IEF AÀ
dans cette direction sur à l’action d’un champ

distance Á/2 ≈ 5yp et est en moyenne non nulle (ce qui


électrique. Comme dans le cas d’un métal, les
ondes de polarisation associée à cette
traduit bien la propagation d’une onde atténuée)
direction sont donc atténuées et non
Questions qualitatives transmises : les ondes de polarisation
transverses ont transmises.
a) En TP, on utilise une source d’ondes
électromagnétiques centimétriques (10 GHz).
On réalise une onde stationnaire à l’aide d’un
plan métallique. Préciser comment on peut
déterminer la longueur d’onde de cette onde à
l’aide d’un récepteur mobile.
b) Four à micro-onde :
- Expliquer le principe physique de
fonctionnement d’un four micro-ondes
- En ouvrant un tel four. Qu’observe-t-on de
l’autre côté de m’émetteur ? Pourquoi fait-on
tourner les aliments ?
- La structure du revêtement de la porte
présente des alvéoles transparentes de moins
de 1mm de diamètres. Interpréter.
c) A l’aide de vos connaissances sur la réflexion,
donner une explication du fonctionnement d’un
polariseur. On utilisera le fait que les
polariseurs les plus simples dans le domaine
optique sont composés de molécules très
allongé dans une certaine direction. Quelle
composante du champ électrique sera
transmise et laquelle sera arrêtée ? Comment
construire alors un polariseur pour ondes
centimétrique ?

Exercice :

a) Il suffit d’utiliser un capteur mobile repérant


les ventres d’oscillations. La distance entre
deux ventres est une demi-longueur d’onde.
b) Un four à micro-ondes utilise une source (un
magnétron) rayonnant dans le four (cavité
résonante). Ces ondes vont entraîner une
oscillation des molécules d’eau à 2,45 GHz
entraînant une agitation thermique
supplémentaire. On fait tourner les aliments
pour uniformiser le chauffage. Les ondes sont
confinées car les parois sont métalliques. Sur
la paroi en verre (permettant de voir les
aliments chauffés) est posé un film métallique

Õ. Ainsi entre deux trous, le


percés de trous distants d’une longueur bien
inférieure à
champ reste faible et les fuites sont
négligeables)
c) De nombreux polariseurs sont constitués de
longues chaînes de polymères étirés après
échauffement dans une direction. Cette
structure permet aux électrons un mouvement