Vous êtes sur la page 1sur 4

Ministère de la Santé-2012-2016

3 OBJECTIFS ET 10 MESURES POUR


LA REORGANISATION ET LE DEVELOPPEMENT
DES URGENCES MEDICALES AU MAROC
ETAT DES LIEUX

La prise en charge de l’urgence médicale exige une étroite coordination entre les
intervenants, tant en intra sectoriel (prise en charge pluridisciplinaire) qu’en
intersectoriel Dans un souci de gestion des délais d’intervention, (Protection Civile,
privé, etc.) et ce dans un souci de gestion des délais d’intervention. Elle exige
également du personnel médical et paramédical des compétences spécifiques leur
permettant d’agir rapidement et très souvent dans des situations d’incertitude.

Sur les 142 hôpitaux publics, 118 (soit 85%) disposent de services d’urgences
fonctionnels 24h/24 et 7j/7 durant toute l’année. La garde y est assurée par des
médecins généralistes appuyés par des médecins spécialistes.

Plus de 4 millions de patients fréquentent annuellement les urgences hospitalières,


avec un accroissement annuel moyen de 10 %. Ce qui représente plus de 50% des
consultations ambulatoires des hôpitaux publics1, dont 8% se soldent par une
hospitalisation.

Il est à noter que 33,5% des interventions chirurgicales majeures sont réalisées en
urgence ce qui justifie la nécessité de restructurer ces services, d’en assurer la mise à
niveau et d’actualiser leur fonctions et attributions.

Par ailleurs, selon une enquête réalisée par le Ministère de l’Equipement et des
Transports, 80% des décès 2 en rapport avec les accidents de la circulation
surviennent sur les lieux du sinistre et/ou durant le transport des victimes vers
l’hôpital, d’où l’importance de la prise en charge préhospitalière dans la réduction de
la mortalité et de la morbidité suite aux accidents de la voie publique.

Plus de 2100 ambulances assurent le transfert sanitaire au Maroc (45 %


appartiennent au Ministère de la Santé). Cette couverture est loin de répondre aux
besoins de la population d’autant plus que la régulation médicale des urgences vient
à peine d’être instaurée.

1
Base de données de la Direction des Hôpitaux et des Soins Ambulatoires (2010)
2
Ministère de l’Équipement et des Transports (2009)
1
Ministère de la Santé-2012-2016

Ainsi, malgré les efforts mis en œuvre pour améliorer la qualité des services rendus,
de nombreuses faiblesses persistent encore et exigent une approche globale et
intégrée de la problématique des urgences médicales hospitalières et
préhospitalières.
Dans ce sens, le ministère de la santé a élaboré un nouveau plan d’action qui vise la
mise à niveau des services des urgences et la réorganisation de la filière de secours
pour pouvoir accueillir dans de bonnes conditions les 6 Millions de patients attendus
à l’horizon 2016.

LES OBJECTIFS

1. Améliorer l’accès aux urgences médicales ;


2. Améliorer les conditions de prise en charge des patients en situation d’urgence
médicale ;
3. Améliorer la coordination entre l’ensemble des intervenants et la
fonctionnalité de la chaine de secours.

LES MESURES ET LES ACTIONS

Mesure 1 : Réorganisation des urgences médicales selon une filière à trois niveaux
de recours.

- Le premier niveau : les urgences médicales de proximité. Ce type de service


est situé en dehors des hôpitaux. Ce niveau de recours aura à assurer 6
fonctions d’urgence : la permanence, le diagnostic de détresse vitale, les
gestes de premiers secours, la surveillance des patients, les analyses
biologiques de base et le transfert sanitaire simple.
- Le deuxième niveau : les urgences médico-hospitalières de base. Ils sont
prodigués au niveau des provinces et préfectures. Ce niveau de recours doit
assurer en plus des fonctions des urgences de proximité, 5 autres fonctions de
soins. Il s’agit de : les gestes de réanimation, la transfusion, l’hospitalisation, le
diagnostic et l’intervention chirurgicale.
- Le troisième niveau : les urgences médico-hospitalières complètes. Ces
services sont prodigués au niveau des Centres Hospitaliers Régionaux et des
Centres Hospitaliers Universitaires. Ce niveau de recours offre en plus des 11
fonctions de soins des urgences d’amont, 5 autres fonctions. Il s’agit de : la
réanimation polyvalente, le SMUR, les explorations de diagnostic, la régulation
médicale et la formation continue.

Mesure 2 : le développement de l’urgence médicale de proximité à travers la mise


en place de 80 unités d’urgences de proximité. Ces unités seront implantées dans les
établissements de santé de base implantés dans les chefs-lieux de centres urbains ou
ruraux des zones éloignées ne disposant pas de centres hospitaliers ou distantes des

2
Ministère de la Santé-2012-2016

hôpitaux de référence. Il est programmé d’ici 2016, la création de 80 unités pour ces
urgences médicales de proximité.

Mesure 3 : Renforcement des urgences médico-hospitalières à travers :

- la mise en place 8 SAMU ou Centres de Régulation des appels médicaux ;


- L’opérationnalisation de 15 SMUR rattachés aux SAMU fonctionnels et
couvrant 13 Régions ;
- La normalisation de l’accès aux services de recours en réanimation au niveau
des Centre Hospitalier Régionaux ;
- L’initiation de l’HéliSmur (transport sanitaire médicalisé par hélicoptère).

Mesure 4 : Développement des pôles d’urgences médicales spécialisées dans les


disciplines de l’obstétrique, de la néonatalogie, de la psychiatrie, de la prise en charge
des brûlés et des polytraumatisés (création de Trauma-centres au niveau des Centre
Hospitaliers Universitaires).

Mesure 5: Le renforcement de la disponibilité, de l’accessibilité et de la traçabilité


des médicaments et des dispositifs médicaux vitaux au niveau des filières de soins
urgences, à travers :

- L’actualisation de la liste des médicaments et dispositifs médicaux vitaux et le


renforcement de leur budget ;
- La responsabilisation des médecins et des chefs d’équipes sur la gestion de
l’utilisation des médicaments et dispositifs médicaux vitaux ;
- La mise en place de procédures de gestion des médicaments d’urgence.

Mesure 6 : Développement du système d’information des urgences et


encouragement de la recherche et de l’expertise en évaluation dans le domaine de la
médecine d’urgence ;

Mesure 7 : Elaboration et mise en place de protocoles et procédures de prise en


charge des urgences médicales ;

Mesure 8 : Renforcement des effectifs et des compétences des ressources humaines


exerçant dans les urgences médicales à travers la mise en place d’une filière de
formation paramédicale dédiée à l’urgence médicale;

Mesure 9 : Promotion de la formation continue des professionnels de santé pour


renforcer et maintenir les compétences exigés par l’exercice de la médecine
d’urgence ;

3
Ministère de la Santé-2012-2016

Mesure 10 : Mise en place et organisation du Réseau Intégré de Soins d’Urgence


Médicale (RISUM) par la création d’un comité de coordination sur la base de
convention de partenariat définissant les modalités d’intervention des différents
partenaires.