Vous êtes sur la page 1sur 21

FISCALITE DES ENTREPRISES

CH1 : Introduction au système fiscal marocain :

Notion du droit fiscal :


Le droit fiscal fait partie du droit public à couté du droit constitutionnelle et du droit administratif il
s’agit d’un ensemble de règle de droit destiné à permettre à l’Etat de percevoir auprès des citoyenne
leur contribution aux charge financière exigé par l’intérêt public.

A. Les composants du S.F.M.

Le SFM comprend des impôts directes (IR IS …) et des impôts indirectes (TVA Droit des douanes …)
par ailleurs autre les droit d’enregistrements et de droit de conservation foncière divers autre impôts
et taxe relevant des budgets des collectivités locales (TP TH TSC…)

B. Les sources du D.F.M

On Distingue les sources internes et les sources internationales :

1) Les sources internes :


a) La loi :

Il constitue la source essentiel du droit fiscal, en effet la loi de finance autorise chaque année la
perception de l’impôt et en fixe les barèmes et les taux.

b) Les décrets et les arrêtes ministériels.


c) La jurisprudence :

Elle s’agit des décisions juridictionnelles qui constituent des sources interprétatives du droit fiscal.

2) Les sources internationales :

Le réseau conventionnel marocain : Le conventionnel fiscal est le cadre juridique dans les relations
fiscal international.

C. L’autonomie du droit fiscal marocaine :


I. L’étude technique de l’impôt :
1) Définition :
L’impôt est un prélèvement pécuniaire (argent) obligatoire à titre définitif et sans contre partie
déterminer dans le but de :
 Financer les dépenses publiques
 Réalisé les redistributions du revenu
 Intervenir dans l’activité économique

2) Distinction entre l’impôt et autre prélèvements

12
a) La taxe :

Est un prélèvement obligatoire payé en contre partie d’un service rendu ex : TH TSC

b) La redevance :

C’est un prélèvement qui différent de l’impôt au sens qu’elle due par les contribuables en contre
partie d’un service public.

c) Parafiscalité :

C’est un ensemble des prélèvements obligatoires effectués dans un intérêt économique et des
organismes sociaux ex : déclaration CNSS et AMO.

3) Classification des impôts :


d) Impôt sur le revenu IR :

L’imposition est au moment ou le revenu est perçu au produit (IR IS)

e) Impôt sur la dépense :

L’imposition est au moment ou le revenu est dépensé et consommer ex : TVA

f) Impôt direct :

Il existe une relation directe entre le contribuable et la trésorerie publique ex : TP TH

g) Impôt indirect :

Il existe un tiers collecteur qui intervient pour encaisser l’impôt à la trésorerie ex : TVA

h) Impôt personnel :

C’est un impôt qui prend en considération la situation personnel de contribuable ex : IR

i) Impôt réel :

C’est un impôt qui ne prend pas en considération la situation du contribuable ex : TVA

II. Techniques fiscales :

Le processus de l’application de l’impôt repose sur une démarche qui porte sur :

 Champ d’application : Définir les opérations imposables ex : revenu foncier


 L’assiette : (la base sur la quelle on calcul l’impôt) Définir la base imposable ex : Revenu
Locatif RL
 Liquidation : C’est la somme exigible
 Recouvrement : l’encaissement des sommes due au trésor public.

12
CH 2 : LA FISCALITE LOCALE
La fiscalité locale regroupe l’ensemble des taxes institues au profit des communes urbaines et rurales
et provinces et régions.

I. La taxe professionnelle (TP):


Toute personne (physique ou morale) de nationalité marocaine ou étrangère doit payer la taxe
professionnelle en contre partie de l’exercice de la profession imposable.

La taxe professionnelle est un impôt direct qui s’applique sur la situation permanente que représente
l’exercice d’une profession en tenant compte de certains indices :

 La nature de la profession (épicier, avocat …)


 La valeur locative des locaux et installations
 L’importance des éléments de la taxe professionnelle
A. Le champ d’application :
1. Activité imposable :

P Toute personne exerce l’activité au Maroc

PT Assujettis Habituel

Activité Exercice But lucratif

Pour son propre compte

2. Exonération :
a. Exonérations permanentes :
 Les exploitations agricoles
 Les associations sans but lucratif
 La fondation Hassan II contre lutte au cancer
 La fondation Mohamed VI pour la solidarité
b. Exonérations temporaires :
Toute activité professionnelle nouvellement crée bénéficier de
l’exonération pendant une période de 5ans à compter du début de
l’activité.
B. La base imposable :

La taxe professionnelle est établit sur la valeur locative annuelle normale et actuelle, des
magasins usine et autre locaux servant à l’exercice d’une activité imposable.

C. liquidation de la taxe :

la TP est établit au lieu de situation des locaux, les personnes n’ayant pas des locaux sont tenu
délire un domicile fiscal.

La taxe est due pour l’année entière à raison des faits existant de mois de janvier.

TP=VL*Taux VL=valeur locative

12
Exemple 1 :

Une E/se exerce une profession classé dans la classe 2 sa valeur locative mensuelle est de
1500DH.
classes taux
Base imposable=1500*12=18000 C1 30%
C2 20%
TP=18000*20%=3600 C3 10%

Exemple 2 :

VL=1500 Matériel et Outillage=400000 Matériel de Transport=200000(NB exonéré)

Base imposable= (15000*12) + (400000*3%)=30000

TP=30000*20%=6000

Remarque : le redevable qui exerce plusieurs activités professionnelles dans un même locale est
imposable d’après le taux de la classe de l’activité principale.

80% budget de la commune

Intérêt TP 10% chambre de commerce

10% budget général

II. La taxe d’habitation (TH):


a) champ d’application :
1) les biens imposables :

La taxe d’habitation porte annuellement sur les immeubles bâtis occupés en totalité ou en partie par
leurs propriétaires à titre d’habitation principale ou secondaire ou mis bénévolement, par ces
propriétaires, à la disposition de leur conjoint ascendant ou descendant à titre d’habitation.

2) Les personnes imposables :

La TH est établit au nom du propriétaire ou de l’usufruitiers et à défaut au nom du possesseur ou de


l’occupant. En cas d’indivision la taxe est établit au nom des héritiers.

3) Les exonérations :
 Les exonérations permanentes :
 Demeures royale
 Les immeubles appartenant à l’Etat
 Les collectivités locales
 Les immeubles appartenant aux associations reconnues

 Les exonérations temporaires


 Bénéficient de l’exonération temporaire, les constructions nouvelles réalisées par des
personnes aux titres de leur habitation principale pendant une période de 5 années
suivant celle de leur achèvement
b) La base imposable :

12
La TH est assise sur la valeur locative des immeubles. La VL est révisé tout les 5 ans par une
augmentation de 2%.

 Remarque : la VL afférente à l’habitation principale est diminué d’un abattement de 75%


c) Liquidation de la taxe :

La TH est calculé en appliquant à la valeur locative retenue le barème suivent :

Tranche de la VL Taux Somme à déduire


0 à 5000 0% 0
5001 à 20000 10% 500
20001 à 40000 20% 2500
40001 et plus 30% 6500
TH=VL x Taux-S à D VLI=VL-(VLx75%)

Exemple :

Mr Ahmed est propriétaire d’une résidence principale où habit avec ses enfants d’un loyer estimé de
2500dh. Calculé la TH

VL=25000x12=30000

VLI=30000-(30000x75%)=7500

TH= (7500x 10%)-500=250DH

Exemple 2 :

Même cas avec une application secondaire

VL=300000

VLI= (30000x20%)-2500=3500

Exemple 3 :

Mr Jamal dispose des constructions suivantes :

 Habitation secondaire la VL est 18000dh donc TH=18000x10%-500=1300


 Donnée à titre gratuit à la collectivité urbaine de rabat (exonéré)
 Habitation principale la VL est 20000dh donc TH= 20000-(20000x75%)=4000(exonéré)

III. Taxe des services communaux (TSC) :


La TSC est établit annuellement au nom du propriétaire à défaut au nom du possesseur ou de
l’occupant sur :

12
 Les immeubles bâtis
 Matériel et outillage et tout moyen de production de la taxe professionnel
 Les terrains affectés à une exploitation

La TSC est déterminé en appliquant à la valeur locative VL le taux suivant :

 10.5% pour les immeubles situés dans la commune urbaine


 6.5 pour les immeubles situés dans les zones périphériques
 Remarque : la VL afférente à l’habitation principale est diminué d’un abattement de 75%

Exemple :

La VL fixé pour un appartement situé au centre ville habité à titre principale est de 40000dh

Calculé la TH et la TSC

VL=40000

VLI=40000-(40000x75%) =10000

TH=10000x10% - 500=500

TSC=10000x10.5%=1050

IMPOT SUR LES SOCIETES (I.S)


I. Les personnes imposables :
L’IS est appliqué soit d’une manière obligatoire soit d’une manière optionnelle soit sous le régime
d’exonération, s’applique à l’ensemble des bénéfices et revenus des sociétés et autres personnes
morales.

12
A. Les sociétés assujetties de plein droit :
 Les sociétés de capitaux SA et SCA
 Les SARL
 La SNC, SCS et société de faite qui comprennent parmi leur associes des personnes moral
 Etablissement public : qui exerce une activité à caractère commercial
B. Les sociétés assujetties sur option : l’option doit être formulée par écrit et elle est irrévocable
 SNC ne comportant que des personnes physiques
 SCS ne comportant que des personnes physiques
 Société de participation
C. Les exonérations :
1) Exonérations permanentes :
 Les associations sans but lucratif
 La banque islamique de développement
 La FH II, F Med V
2) Exonérations temporaires :
 Les entreprises exportatrice sont exonérés à 100% pendant les 5 premiers
années et de 17.5% au-delà de 5 ans (exonération concerne seulement le chiffre
d’affaire d’exportation)
 Les revenus agricoles jusqu’à 31/12/2013
II. La base imposable :
A. Résultat imposable :
Il est déterminé à partir du CPC

Résultat comptable= produits comptabilisés – charges comptabilisés

B. Résultat fiscal :

L’appréciation fiscal des produits et charges d’une entreprise fait apparaitre des rectifications fiscal à
apporter au résultat comptable pour déterminer le résultat fiscal. Il s’agit principalement de :

 Certain produit comptabilisé mais qui ne sont pas imposable ex : les dividendes reçus par la
société ne sont pas des produits imposables.
 Certain charge comptabilisé mais qui ne sont pas admise fiscalement ex : les pénalités ne
sont pas admise fiscalement.

Les produits admise fiscalement sont appelés produits imposables

Les charges admise fiscalement sont appelés déductibles (imposables)

Résultat fiscal = produits imposables – charges déductibles

Résultat fiscal = RC + CNI – PNI

RF = RC + Réintégrations(CNI) – déductions(PNI)

Exemple :

Une E/se a dégagé un RC avant l’impôt composé des éléments suivant :

Les Produits : P1 8000, P2 6000(dividende), P3 10000, P4 30000

Les charges : C1 2000, C2 3000, C3 7000 (pénalité)

12
RC= (P1+P2+P3+P4) – (C1+C2+C3) =54000 – 12000=42000

RF=PI-CD= (P1+P3+P4) – (C1+C2) =43000

RF=RC+CNI-PNI=42000+7000-6000=43000

C. Détermination de la base imposable:


A. Appréciation fiscal des produits :
a) Les produits d’exploitations :
 Le chiffre d’affaire : est constitue des montants des recettes et créances acquises se
rapportant au produit livré et au service rendu.
 Les autres produits d’exploitations soumis à l’IS sont : les variations de stock, les
immobilisations produites par l’E/se elle-même, les subventions d’exploitation, et les reprises
d’exploitation.
 Les produits financiers : il s’agit d’intérêt et produits assimilés acquis dans le cadre d’activité
professionnelle de l’E/se
 Gaine de change
 Les écarts de conversion passif relatif à l’augmentation des créances à la diminution des
dettes libellés à la monnaie étrangère
 Les reprises financières
 Les produits de placement et autres titres immobilisés (les produits de placement à revenu
variable appelé les dividendes ils bénéficient d’un abattement de 100% pour éviter la double
imposition car ils sont été imposé chez la société distributrice : sont passible d’une retenu à la
source de 10%
 Les produits de placement à revenu fixe : (les obligations, les dépôts bancaires) il s’agit
d’intérêt reçus et sont soumis à une retenu à la source au taux de 20% non libératoire des
impôts
 Les intérêts reçus doit être imposé avec le montant brut et la taxe retenue à la source
constitue un crédit d’impôt imputé sur le montant de l’IS exigé

 Application :

Une E/se a dégagée un résultat avant l’impôt de 600000dh parmi les produits on relève : dividende
400dh, et intérêt net d’un compte bloqué à la BMCE 3000dh

TAF : calculé le résultat fiscal et IS exigé

IB – IN= taxe de placement à revenu fixe (TPRF)

IB – IN=IB x 0.2 donc IN=IB – (IB x 0.2) soit IN=IB (1 – 0.2) donc IB=3000/0.8=3750

12
TPRF=IB – IN donc TPRF=3750 – 3000 =750dh

FR=RC + R – D =60000 + 750 – 400 =596750

IS brut = 596750 x 30% = 179025

IS exigible = 179025 – 750 = 178275 DH

b) Charges d’exploitations :
 Les achats : doivent être inscrit et déduit au titre de l’exercice où la réception a été effectuée
sans tenir compte de la facturation
 Les autres charges externes : on peut citez :
 Les loyers : versé à des tiers (et non à soi même) au titre des locaux professionnel des
matériels et des locaux affectés au logement des personnels
 Entretien et réparation : ils sont déductibles lors qu’ils ont pour objet de maintenir
les éléments de l’actif en bonne état sans prolonger la durée de vie d’une manière
consistante
Exemple :
Le 01/01/2010 l’E/se a acheté un moteur pour une voiture montant 4000dh la
voiture est amortissable sur 5 ans le comptable à enregistre cette opération parmi les
charges. TAF qu’il est le traitement fiscal ?
L’achat du moteur est une dépense qui permet de prolongé la durée de vie de la
voiture dons l’appréciation fiscal la concéderai comme immobilisation
Réintégré la dépense de 4000dh et déduire la dotation 4000x20%=800dh
 Les primes d’assurance : il s’agit des primes d’assurance ce rapportant à l’exploitation
de l’entreprise
 Transport et déplacement
 Frais d’annonce et de publicité : toute les dépenses engagées par la société pour la
promotion de ses produits constitue des charges déductibles (frais de publicité légal
sont concéderai comme des immobilisations en non-valeur)
 Les cadeaux publicitaires sont déductibles à condition leur prix unitaire ne dépasse
pas 100dh et quel porte le Nom, le Signe, la Marque de l’E/se
 Les Dons : dans la limite de 2 ‰ du CA du donateur, les dons accordé aux œuvres
social public ou privé
 Les frais de déplacement et de réception : ces frais sont déductibles TTC à condition
quel soit engagé dans l’intérêt de la société
 Les frais du personnel
 Les impôts et taxe : tous les impôts et taxes se rapportant à la gestion de l’E/se sont
déductible (ne sont pas déductible : IR/salaire IS et la TVA récupérable)
 Les dotations d’exploitation aux amortissements : sont déductibles fiscalement sous 4
conditions :
 L’amortissement doit être comptabilisé
 L’amortissement ne s’applique que sur les éléments de l’actif immobilisé appartenant
à l’entreprise
 L’amortissement s’applique aux biens qui se déprécient en respectant les normes
fiscales (la partie exagéré de l’amortissement doit être réintégré)
 L’amortissement ne doit pas être exclus des droits de la déduction : ce la exclus relatif
à l’excédent de la voiture du tourisme à 30000dh amortissable au taux max de 20%
 Pour que les provisions soit déductible doit obier à des conditions de fond et de forme :

12
1) Les conditions de fond :
 La provision doit être destinée à faire face à une perte ou à une charge déductible
 L’origine de la perte ou la charge doit situer dans l’exercice en cours
 La déductibilité des provisions pour créance douteuse est conditionnée par l’introduction
d’un recours judicaire
2) Les conditions de forme :
 Les provisions doivent être effectivement constaté est comptabilisé
 Les provisions doivent être optées sur un tableau des provisions avec la déclaration fiscal

Remarque : les provisions non déductibles : les provisions pour propre assureur, les provisions pour
perte de change, les provisions pour créance douteuse lorsque un recours judicaire n’a pas été
introduire, les provisions pour amende et pénalité etc.

 Les charges financières :

Les intérêts payé par l’E/se sont déductibles fiscalement à condition que l’emprunt soit contracté
dans l’intérêt de la société. D’une manière générale les dépenses exceptionnelles supporté par l’E/se
sont déductible se pendant les majorations, les amendes, les pénalités et aussi les charges non
justifies ne sont pas déductibles

 Remarque : ne sont pas déductibles égale ou supérieur à 10000dh dans le règlement n’est
pas justifié à ce titre ne sont déductible que à concurrence de 50% de leur montant
 Remarque relative au charge financière : il y a un traitement fiscal spécial pour les intérêts
versé aux associes qui accorde des crédits à la société pour qu’il soit déductibles les intérêts
doivent remplir 3 conditions :
 Le capital social doit être entièrement libéré
 Le montant de l’emprunt ne doit pas dépassé le capital social
 Le taux d’intérêt ne doit pas dépassé un taux déterminé par le ministère de la finance

Exemple : le capital social d’une SA au 31/12/2010 est de 400000dh, le montant du C.C.A est de
300000dh le taux de rémunération de cet emprunt est de 12%

Cas1 :

 Le capital social est entièrement libéré


 Le montant d’emprunt est inférieur du montant de capital social
 Taux appliqué 12% inférieur au taux légal 13%

Donc : intérêt = 300000 x 12% = 36000 (ces intérêts 36000 sont déductibles

Cas2 :

Même conditions sauf le taux appliqué 12% supérieur au taux légal 10%

Donc : intérêt comptabilisé = 36000

12
Et intérêt déductible 300000 x 10%=30000 donc 6000dh à réintégré

III. Liquidation du l’IS :


1) Taux de l’impôt :

L’IS est calculé en appliquant à la base imposable un taux fixe :

 Taux normal : 30 % s’applique aux E/se commercial ou industriel non soumises à un autre taux
 Taux spéciaux :
 37% s’applique aux E/se bancaires et aux organismes assimilés
 20% s’applique aux PPRF (Produit de Placement à Revenu Fixe)
 10% pour les produits et part social
2) Cotisation minimale CM :

Au terme de l’article 15(CGI) le montant de l’IS ne doit pas être inferieur à une CM

La CM est le minimum d’imposition que les contribuables sont tenu de versé même en absence du
Bénéfice

 Base de calcul de la CM = chiffre d’affaire CA


+ Autres produits d’exploitation
+ Produits financières
+ Subventions, primes et dons reçu de l’Etat
 Le taux de la CM : le taux de la CM est fixé à 0.5% de la base de calcul, ce taux est ramené à
0.25% pour les sociétés dont les prix sont réglementés, toute fois le montant de la CM ne
peut être inferieur à 1500dh
 Exonération de la CM : la CM n’est pas due par les sociétés pendant les 36 mois suivant la
date de début de leur exploitation, ou 60 mois à partir de leur constitution

Application :

Au titre de l’exercice 2009 l’E/se ATLAS dégage un résultat comptable bénéficiaire de 150000DH

Pour les produits :

 La société a reçu 12000dh de dividende pour les titres de participation au capital d’une Sté
 Elle a réalisé une plus value de 25000dh sur cession d’un matériel

Pour les charges :

 Salaire de Mr Ahmed Directeur Générale 90000dh


 L’E/se distribué 200 cadeaux publicitaire de 150dh/unité à ses clients
 Elle a réglée 2400dh Amende et pénalité pour une fraction de code de circulation et 600dh de
majoration pour paiement tardif de la TVA due
 Elle a réglée en espèce une facture des frais généraux 15000dh
 Elle a réglée 9000dh de M/se sans facture

T.A.F : déterminer le résultat fiscal ainsi que l’impôt exigible

12
Réponse :

Eléments Réintégrations Déductions


Résultat Comptable 150000
Analyse Des Produits :
 Dividende : Pts Exonéré De 100% 12000
 Plus Value : Pts Non Courant
Analyse Des Charges :
 Salaire : Charge Déductible Car Le Travail Est
Effectif
 Les Cadeaux Publicitaires : Sont Des Charges Non 30000 (200x150)
Déductible Car Dépassent 100dh
 Amende Et Pénalité : Sont Des C N D 2400
 Majoration : C N D 600
 Les frais généraux : réintégration de 50% car il
s’agit d’un règlement sup à 10000dh 7500
 M/se sans facture : charge non justifie 9000
Totaux 199500 12000
Résultat fiscal 187500

RF= RC + R – D = 150000 + 49500 – 12000

RF = 187500dh

IS = 187500 x 30% = 56250

Remarque:

 Le report déficitaire: c’est la possibilité pour une E/se de déduire d’un exercice donné les
déficits des années antérieur. Le report ne peut s’exercer que sur une période de 4 ans
 Les jetons de présence : se sont des rémunérations accordé aux membres du conseil
d’administration et dont le montant global annuel ont fixé par l’assemblé général des
actionnaires, ces rémunérations constituent une charge fiscalement déductible
 Tantienne spécieux : se sont des rémunérations accordé à certain administrateur pour des
missions qui leur sont confiés à titre spécial et provisoire ces rémunérations sont fiscalement
déductible

3) Paiement de l’impôt :

Au titre de l’exercice comptable en cours l’impôt est payé Spontanément par le versement de 4
acomptes provisionnels dont chacun est égal 25% du montant dû au titre du dernier exercice appelé
exercice de référence.

12
Les versements des acomptes sont effectués Spontanément auprès du receveur de l’administration
fiscal avant l’expiration du 3ème 6ème 9ème et 12ème mois suivant la date de l’ouverture de l’exercice
comptable en cours.

Exemple :

Exercice de référence : 2010

Résultat fiscal de 2010 = 40000

L’IS = 40000 x 30% = 12000

Les acomptes provisionnels à verser :

1er acompte à verser avant le 31/3/2011 est 12000 x 25% = 3000

2ème acompte à verser avant le 31/6/2011 est 12000 x 25% = 3000

3ème acompte à verser avant le 31/9/2011 est 12000 x 25% = 3000

4ème acompte à verser avant le 31/12/2011 est 12000 x 25% = 3000

Exemple 2 :

Exercice de référence 2008

IS = 120000

CM = 80000

Exercice d’imposition 2009

IS = 130000

CM = 90000

TAF : procéder à la liquidation de l’impôt au titre de 2009 et 2010

Les acomptes provisionnels à verser au titre de 2009 sont :

1er acompte à verser avant le 31/3/2011 est 120000 x 25% = 30000

12
2ème acompte à verser avant le 31/6/2011 est 120000 x 25% = 30000

3ème acompte à verser avant le 31/9/2011 est 120000 x 25% = 30000

4ème acompte à verser avant le 31/12/2011 est 120000 x 25% = 30000

Le 31/12/2009 d’après bilan le résultat 2009 = 433333 donc impôt dû IS = 130000 l’entreprise a
versée les acomptes de 120000 donc Régularisation complémentaire de 10000 à payer avant le
31/3/2010.

Les acomptes provisionnels à verser au titre de l’année 2010 sont :

1er acompte à verser avant le 31/3/2011 est 130000 x 25% = 32500+10000=42500

2ème acompte à verser avant le 31/6/2011 est 130000 x 25% = 32500

3ème acompte à verser avant le 31/9/2011 est 130000 x 25% = 32500

4ème acompte à verser avant le 31/12/2011 est 130000 x 25% = 32500

Remarque :

Le paiement du minimum de la cotisation soit 1500dh doit s’effectuer en un seul versement avant
l’expiration du 3ème mois suivant la date de l’ouverture de l’exercice comptable en cours.

Exemple 3 :

Soit une société qui a payé au 2010, 4 acomptes du montant total 240000dh L’IS dû selon le RF
déclaré au titre de 2010 est 180000dh.

Le total des acomptes versées est supérieur à L’IS dû ce qui entraine l’imputation des trop versé sur
les acomptes dû au titre de l’exercice 2011

L’excédent d’impôt versé en 2010 est 60000 (240000 – 180000)

1er acompte à verser avant le 31/3/2011 est 180000 x 25% = 45000 à imputer (reliquat 60000-45000)
donc l’E/se verse 0dh

2ème acompte à verser avant le 31/6/2011 est 180000 x 25% = 45000 dont 15000 à imputer soit 30000
à verser par L’E/se

3ème acompte à verser avant le 31/9/2011 est 180000 x 25% = 45000

12
4ème acompte à verser avant le 31/12/2011 est 180000 x 25% = 45000

Remarque :

 Exécution forcé : c’est l’une des garanties et privilège puissant dont dispose l’administration
fiscal pour le recouvrement de l’impôt
 Dégrèvement : c’est l’annulation ou la réduction des impositions constater par rôle (avis) qui
sont reconnu formant surtaxe, double, faux emploi

Spontanément (volontairement)

Recouvrement de l’impôt Appel de montant pour l’Adm. Fiscal (rôle d’imposition)

Retenu à la source

12
IMPOT SUR LES REVENUS L’IR

L’IR est un impôt direct qui frappe le Revenu Globale d’une personne physique et de certain de leur
groupement (société de personne)

I. Champ d’application:

L’IR frappe l’ensemble des revenus acquis par des personnes physique pour une période de référence
qui est l’année civile

A. Les revenus imposables :

Le revenu au quel s’applique l’impôt est un revenu globale, la loi fiscal distingue 5 types de revenu
imposable à L’IR :

 Les revenus salariaux


 Les revenus professionnels
 Les revenus agricoles
 Les revenus fonciers
 Les revenus des capitaux mobiliers
B. Les personnes imposables :

L’IR ne concerne en principe que les personnes physiques mais il peut aussi concerner les
groupements des personnes physiques qui n’ayant pas opté pour l’IS il s’agit de SNC, SCS, SF (Sté de
faite)

C. Les personnes exonérés :


 Les sociétés agricoles jusqu’au 31/12/2013
 Les E/ses exportatrice pendant les 5 premier exercices
D. La territorialité :

Résidence habituelle Au MAROC Hors du MAROC


Revenu de source marocaine Imposable à l’IR Imposable à l’IR
Revenu de source étranger Imposable à l’IR Non Imposable à l’IR

Le contribuable est considéré avoir sa résidence habituelle au Maroc lorsqu’il a au Maroc :

 Un foyer permanent d’habitation


 Le centre de ses intérêts économique
 Séjourné de manière continu ou discontinu plus +183 jours/an au Maroc

12
II. Les modalités d’imposition :

Le contribuable est imposé chaque année sur son revenu globale de l’année précédente, pour les
revenus salariaux de source marocaine l’impôt est établit au cours de l’année de leur acquisition
toute fois, le contribuable a disposé d’autre revenus pendant la même année, il devra régulariser sa
situation en fonction de l’ensemble de ses revenus.

III. Les revenus professionnels :

Sont considérés comme les revenus professionnels : les bénéfices réalisés par les personnes
physiques et les sociétés de personne prévenant de l’exercice d’une profession commercial, industriel
ou artisanal, d’une profession libérale

 Les régimes d’imposition :


 Régime de résultat net réel (R.N.R)
 Régime de résultat net simplifié (R.N.S)
 Régime de bénéfice forfaitaire (B.F)

Le résultat imposable dans le cadre des revenus professionnels est déterminé sur la base réelle qui
tien compte des produits et charges effectifs

Ces éléments sont appréhendés selon des principes sont considérés comme des résultats net réel
(R.N.R)

Toutefois il est admis que les contribuables puis déterminer leur bénéfice imposable selon des règles
plus simple, en optant soit pour le régime de R.N.S ou de régime de bénéfice forfaitaire.

activités R.N.R R.N.S Forfait


Commerciale
Industrielle C.A > 2 000 000 1MC < C.A ≤ 2M CA ≤ 1M
Artisanale
Prestation de service
C.A > 500 000 0.25 M< C.A ≤ 0.5 M C.A ≤ 0.25 M
Profession libérale

 Régime R.N.R :

En règle générale, les règles fiscales à respecter en matière de L’IR sont approximativement les même
que celle prévu en matière de L’IS

 Régime R.N.S :

Le résultat net imposable est déterminé selon les règles est dans les même conditions applicable au
R.N.R avec toutefois une simplification

Le R.N.S de chaque exercice est déterminé d’après des excédents des produits imposables et sur les
charges déductibles à l’exclusion des provisions, en cas de déficit le report n’est pas admis.

12
R. Profs/ régime forfaitaire
Revenu Avant 01/03/N+1
Revenus autres que les R. Profs
Déclaration de revenu
globale année N
Régime R.N.R
Revenu Profs Avant 01/04/N+1
Régime R.N.S

 Régime du bénéfice forfaitaire (BF):

Le B.F est applicable pour les contribuables réalisant un C.A modeste (faible) cependant il y a des
professions et activités sont exclus du régime forfaitaire exemple : les médecins, avocat, notaire, les
exploitants des renseignements privé, les assureurs, les pharmaciens, les bijouteries…

 Détermination de revenu professionnel imposable :

Exemple 1 :

Un contribuable marie avec 2 enfants à charge exerce une activité vente des produits
alimentaires en détail déclare en 2011 un CA de 720000dh sa valeur locative correspond au loyer
annuel du local est de 30000dh

 Coefficient applicable au CA est 20% donc BF = CA x 20%


 Coefficient de valeur locative 5 donc Minimum BM = VL x 5

TAF : déterminer le résultat net imposable et l’impôt à payer ?

BF = 720000 x 20% = 144000

BM = 30000 x 5 = 150000

BM > BF donc L’E/se sera imposé sur la base minimum BM

IR dû = (150000 x 34%) – 17200 – 1080 (2 enfants et la femme 360 x 3)

L’IR dû = 3272dh

Exemple 2 :

Même question avec un CA de 140000 coefficient CA 15% VL=800dh/mois CVL 2

BF = 140000 x 15% = 21000

BM = 800 x 12 x 2 = 19200

BF > BM donc l’E/se sera imposé sur la base du BF est L’IR=0 (BF <30000dh)

C.A déclaré x taux Base fiscal (BF)

12
Base imposable sur R. Forfaitaire

V.L x coefficient Base Minimum (BM)

IV. Les revenus et profits fonciers :


A. Les revenus fonciers :
1. Les revenus fonciers imposables :

On entend par les revenus fonciers par les besoins d’application de l’impôt sur le revenu :

 Les revenus prévenant de la location des immeubles bâtis et non bâtis (terrain)
 Les revenus prévenant de la location des propriétés agricoles
 La valeur locative des immeubles et constructions mis par leur propriétaire gratuitement à la
disposition des tiers autre que les ascendants et descendants
 Les indemnités d’éviction versée aux occupants des biens immeubles par les propriétaires de
ces biens immeubles
2. Les revenus fonciers exonérés temporairement :

Se sont ceux qui provient de la location de la construction nouvelle ou addition de construction


pendant les trois 3 années selon de leur achèvement

3. Détermination de la base imposable :

Pour le revenu foncier net des propriétés agricoles est obtenu en appliquant à l’abattement de 40%
sur le revenu foncier brut

R.F.B.I = montant brut des loyers

+ dépenses à la charge du propriétaire mais supporter par le locataire

– dépenses à la charge du locataire mais supporter par le propriétaire (T.S.C)

R.F.N.I = R.F.B.I – (40% R.F.B.I) soit R.F.N.I = R.F.B.I x 60% (zone urbaine)

Exemple 1:

12
Soit un propriétaire qui dispose d’un appartement donnée en location pour une mensualité de
5000dh et ce à compter du février 2010

TAF : déterminer le revenu net imposable et l’IR à payer par ce contribuable

RFBI = 5000 x 11 (mois) = 55000dh

RFNI = 55000 x 60% = 33000dh

IR dû = 33000 x 10% - 3000 = 300dh

Exemple 2 :

Soit un contribuable marié a déclaré pour l’année 2011 les revenus suivants :

 Un appartement acquis en 2003 donnée en location pour un loyer mensuel de 6000dh (la
TSC est à la charge du locataire mais supporter par le propriétaire)

Valeur locative imposable = 6000 x 12 = 72000dh

TSC = 72000 x 10.5% = 7560dh

RFBI = 72000 – 7560 = 64440dh

RFNI = 64440 x 60% = 38664

IR dû = 38664 x 10% - 3000 – 360(femme)

IR dû = 506.40dh

B. Les profits fonciers :

C’est un impôt qui est dû par le cédant

Profit net imposable = prix de cession (- frais de cession) – le prix d’achat (+ frais d’acquisition)

 Prix de cession c’est le prix de vente ou valeur estimative déclaré


 Frais de cession charge justifié et supporté par le vendeur ou le donateur (frais de publicité,
frais d’annonce publicitaire, les frais de courtage, les indemnités d’éviction…)
 Prix d’acquisition c’est le prix d’acquisition du cédant ou donateur
 Frais d’acquisition : les frais d’acte, les frais de courtage, les droits d’enregistrement et de
timbre, droit de conservation foncière

15% prix d’acquisition (PA) (forfaitaire) frais non justifie


Frais d’acquisition(FA) =
Montant réel justifié lorsque FA > 15% PA

Exemple :

12
PC = 500 000dh

PA = 300 000dh

FA = 40 000dh

Coefficient de réévaluation 1.41

Coût d’acquisition CA :

 PA = 300 000dh
 FA engagé = 40 000dh
 FA autorisé = 300 000 x 15% = 45 000dh > 40 000

Donc CA = 300 000 + 45 000 = 345 000dh

CA autorisé = 345 000 x 1.41 = 486 450

Profit = PC – CA = 500 000 – 486 450 = 13 550

Calcule de l’impôt :

IR / Profit Foncier = 13 550 x 20%= 2710dh


IR/PF < CM donc montant à payer 15000dh
CM = 500 000 x 3% = 15 000dh

12