Vous êtes sur la page 1sur 10

République algérienne

démocratique et
populaire
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Module : R réseaux électriques industriels

MINI PROJET

Nom et prénom :Badreddine Ayyoub


La mise à la terre c’est quoi?

La liaison à la terre – ou le circuit de mise à la terre – est un élément principal dans la sécurité de
l’installation électrique: la prise de terre comme elle est parfois appelée (abus de langage), sert à
évacuer les courants de défaut vers la terre. Elle permet d’éviter le phénomène d’électrisation.

Comment?

Il ne suffit pas de mettre un petit tas de terre (humour, je précise) au pied d’un appareil pour dire qu’il
est raccordé à la terre. En fait, un appareil est raccordé à la terre lorsque:

 Il possède une prise de terre lui même (c’est la troisième fiche femelle sur les prises à brancher).
 La prise sur laquelle il est raccordé possède également une liaison à la terre (c’est la fiche mâle sur
les prises électrique, la fiche métallique qui ressort).
 Que cette même prise de terre de la prise électrique est raccordé à la barrette de terre du tableau
électrique.
 Que la barrette de terre du tableau électrique est connectée à la prise de terre générale.

Beaucoup de conditions avant qu’il appareil soit connecté réellement à la terre. Je reviendrai par la
suite sur l’organisation générale des circuits de mise à la terre.

La mise à la terre dans l’habitation à quoi (a qui) ça


sert?

J’ai commencé l’explication au dessus en disant que la mise à la terre permet d’évacuer les fuites de
courant vers la terre. Une fuite de courant, c’est un peut comme une fuite d’eau: le courant se déverse
ailleurs, au lieu de s’écouler entièrement dans le fil électrique.

Cas concret de mise à la terre – ou non – d’un


appareil électrique:

Prenons l’exemple d’une machine à laver (c’est un cas fréquent) Le moteur et le tambour de la
machine à laver créent beaucoup de vibrations. Il se peut qu’à force, au niveau de l’alimentation, un
des conducteurs électrique comme la phase se détache un peu (ou se cisaille légèrement). Si ce
fil électrique touche la carcasse métallique, le courant va s’écouler dans cette carcasse.

Si cette même carcasse n’est pas reliée à la terre, le courant attendra un “moyen de s’échapper”,
une personne touchant la machine à laver par exemple. Le courant électrique de fuite va s’échapper
par le corps de la personne en question, en créant plus ou moins de dégâts selon l’intensité.
Si cette carcasse de machine à laver est reliée à la terre maintenant (via la prise électrique) le
courant va passer par le conducteur de terre pour s’écouler. La personne touchant la carcasse ne
recevra donc pas le courant (en théorie, car en pratique il se peut qu’il y ait un résiduel de courant
mais très faible)

La mise à la terre de l’installation électrique sert donc à protéger les personnes dans
l’habitation contre les fuites de courant électrique
Introduction aux SLT : Schémas de Liaison à la Terre

Plusieurs schémas de liaison à la terre ?

Si nous avons déjà répondu à la question : pourquoi relier la terre (le sol) à une référence, la question
qui se pose désormais est : pourquoi plusieurs choix de liaisons ?

En fonction du contexte, notamment de importance du maintien de l'énergie électrique, de la


sensibilité aux défauts intempestifs d'une installation, ainsi que du risque de perturbations
électromagnétiques (CEM) pour un environnement sensible....

En effet, aucun schéma ne répond simultanément à toutes ces contraintes. Le choix sera donc lié au
compromis résultant de la sécurité des personnes et de l'environnement auquel le site est confronté.

Il y a aussi des cas où le pays impose un schéma de liaison à la terre.

Quelle différence avec les régimes du neutre ?


Régime du neutre est l'ancienne appellation des schémas de liaison à la terre.
Aucune différence donc... Si ce n'est... Générationnelle :-) !

TT, TN-C, TN-S, IT ?

La première lettre désigne à quoi est relié le neutre coté transformateur de distribution
électrique.

La deuxième lettre indique à quoi sont reliées les masses métalliques

Les masses ?
En clair : Toutes les carcasses des engins mais aussi les éléments de structure (piliers, fers à
béton...) et plus généralement tout élément conducteur notamment pour améliorer le
comportement en CEM.
Le schéma TT :

Comme le montre l'illustration ci-dessous,

à gauche :
Le transformateur de distribution dont le neutre est plus que correctement relié à la terre locale.

A droite l'utilisation :
Ici un moteur dont la masse (carcasse métallique) est référencé par une liaison à sa propre terre
locale.

Le schéma global :
Les connexions de terre étant distantes, une résistance électrique existe entre elles, due à la résistivité
du sol, engendrant une tension lorsque naît un courant de défaut (U = R terre × i défaut). Afin que
cette tension n'atteigne pas une valeur dangereuse, un DDR 30 mA sera installé.

Notez que les 3 pôles et le neutre sont protégés :


ici simplement par des fusibles dans un souci de clarté
On utilisera donc des protections tétrapolaires en triphasé ou bipolaires en monophasé.
Avantages du schéma TT :

 Economique et simple à mettre en œuvre


 Bonne protection avec un D.D.R. différentiel 30 mA

Inconvénients du schéma TT :

 Très sensible aux défauts à cause du 30 mA


 Impédance de boucle (se formant entre circuit et terre (sol)) non maîtrisée entre usage et
distribution
 Plutôt mauvais comportement en CEM

Le schéma TNC

Comme en schéma TT, coté transformateur une liaison locale à la terre.

Coté utilisation, point de liaison de terre, le fil de neutre achemine le référentiel de terre coté
distribution. Le schéma est simplifié et comme il devient impossible d'installer de différentiel, il n'est
pas soumis aux déclenchements "intempestifs".

Le fil de neutre n'assurant plus la seule fonction de neutre, il se nomme P.E.N pour Protection
Electrique et Neutre.

Parce qu'il assure puissance et équipotentialité, il est (en france) proscrit sur des câbles d'alimentation
inférieurs à 10 mm² cuivre ou 16 mm² aluminium. De plus, la forte intensité de fuite supportée
engendre une tension dans le fil PEN ce qui le rends incompatible avec une installation en milieu
explosif (ATEX).

Notez que seules les 3 phases sont protégées !


Il est interdit de couper le neutre qui sert d'équipotentialité ! On ne laisse jamais de potentiel
flottant sur une carcasse électrique en classe 1

NB : on va donc utiliser des disjoncteurs tripolaires en triphasé ou unipolaires en monophasé.

Avantages du schéma TNC :

 Economique et simple à mettre en œuvre


 Très peu sensible aux courants de fuite

Inconvénients du schéma TNC :

 Absence de protection des personnes, un défaut doit atteindre Icc comme vu en vidéo !
 A cause du point précédent : habilitation électrique requise !
 Coupure du neutre interdite !
 Interdit en zone ATEX car présente de tension (chute de tension U = Z × I) dans le conducteur
d'équipotentialité du fait de son impédance Z et car il sert aussi de neutre !
 Mauvais comportement en CEM...

Le schéma TNS

Hybride entre le TNC et le TT dans la mesure où la masse du récepteur est reliée à la terre mais aussi
au neutre. L'équipotentialité est optimale puisque réalisée via un fil qui assure cette seule fonction.

Un différentiel 30 mA est installé et ne mesure que les courants de fuite par différentiation de tous les
autres courant : phases, neutre. Puisque les éventuels défauts circulent via le fil PE : fil de Protection
Electrique.

Le comportement en CEM bénéficie de ce maillage.

Ce schéma est bien plus efficace que le régime TT mais aussi plus coûteux...
Avantages du schéma TNS :

 Meilleure protection des personnes : équipotentialité neutre masse et présence d'un DDR 30 mA
 Très efficace en CEM du fait de la bonne équipotentialité
 Compatible avec le TNC : TNC en amont, TNS en aval, l'ensemble se nomme alors TN-CS

Inconvénients du schéma TNS :

 Plus onéreux (1 fil de plus)


 Sensible aux courants de défauts (30 mA)

Le schéma IT

Isolé ou impudent ?

Si on raisonne en courant continu, il est isolé mais les isolants forment des condensateurs avec les
conducteurs dont la capacité, liée au déploiement du réseau, va former une impédance de fait. Le
terme impédant est donc approprié.

Comportement :

Au premier défaut, le potentiel de la terre qui était proche de celui du neutre change pour rejoindre
celui de la phase en défaut. Cela n'a aucune incidence pour un utilisateur en contact avec le sol et
avec la masse par ses mains du fait de l'absence de différence de potentiel.

Par contre, comme vu dans la vidéo, un second défaut entraîne un court-circuit franc entre phases en
défaut. Ce courant de défaut circule généralement dans les masses et créé une chute de tension dans
les fils qui les relient.

Il convient donc d'intervenir au 1° défaut

Le CPI

Le Contrôleur permanent d'Isolement est associé à un parasurtenseur et signale tout potentiel


dangereux à ses bornes et donc entre neutre et terre. Les modèles récents précisent l'état de
l'isolement (mesure d'impédance) et contribuent au dépannage par injection de courant haute
fréquence (HF).
La CEM

La boucle qui se forme entre masse, sol, CPI et neutre est à relativement haute impédance. Ainsi tout
courant de fuite dû notamment aux filtres EMI engendre une tension non négligeable néfaste car
propice aux dysfonctionnements...

Le schéma IT en images !

Le schéma IT en fonctionnement normal

Ici la phase marron est entrée en contact avec la carcasse du moteur : le sol et donc la terre est
aussi à ce potentiel : le CPI signale le défaut !
Phase noire 2 et marron 3 sont en court-circuit via les masses et donc la terre, le déclenchement
doit atteindre Icc du disjoncteur de tête. Heureusement, bien que non représenté, un fil relie
toutes les masses entre elles et la terre (sol) n'est pas seule pour acheminer cette intensité de cct !

Avantages du schéma IT :

 Continuité de service maximale


Quand tout va bien :-)
 Utilisé quand l'énergie est vitale : blocs opératoires, éclairages et aérations de sécurité...
 Le plus sécurisant, aucun risque au 1° défaut
Mais au 1° défaut seulement...
 Intensité lors du 1° défaut "nulle" ce qui le rends prisé en zone ATEX

Inconvénients du schéma IT :

 Complexe à mettre en oeuvre


 Pose des soucis de vieillissement du fait que la dégradation des isolants engendre une tension au
niveau du CPI (Contrôleur Permanent d'Isolement)
 Exige une intervention au 1° défaut et donc la présence permanente d'un électricien confirmé sur
site...
 Comportement en CEM délicat