Vous êtes sur la page 1sur 32

L’évaluation à l’école

Stage des directeurs


juin 2016
Vincent Fréal , IEN Grenoble 5
Dominique Gourgue, CPC Grenoble 5
Textes de référence
• Décret n° 2015 – 1929 du 31 décembre 2015 relatif à l’évaluation des acquis
scolaire des élèves et au livret scolaire, à l’école et au collège
• Arrêté du 31 décembre 2015 fixant le contenu du livret scolaire de l’école
élémentaire et du collège
• Arrêté du 31 décembre 2015 portant le modèle national de la synthèse des
acquis scolaires de l’élève à l’issue de la scolarité à l’école maternelle
Décret n° 2015 – 1929 du 31 décembre 2015
relatif à l’évaluation des acquis scolaire des élèves et au livret scolaire,
à l’école et au collège
le décret vise :
• à faire évoluer et à diversifier les modalités de notation et
d'évaluation des élèves de l'école primaire et du collège
• pour éviter une « notation-sanction » à faible valeur pédagogique
• et privilégier une évaluation positive, simple et lisible
• valorisant les progrès, encourageant les initiatives
• et compréhensible par les familles.
Décret n° 2015 – 1929 du 31 décembre 2015
relatif à l’évaluation des acquis scolaire des élèves et au livret scolaire,
à l’école et au collège
L’évaluation doit permettre de mesurer :
• le degré d'acquisition des connaissances et des compétences
• la progression de l'élève

Le décret définit le livret scolaire de la scolarité obligatoire, qui permet


un suivi des acquis scolaires des élèves tout au long de la scolarité
obligatoire et qui remplace le livret personnel de compétences.
Article 8/Décret n° 2015 – 1929
Article D 321-10 (code de l’éducation)

• Les modalités d'évaluation des apprentissages des élèves au regard des


objectifs des programmes sont définies par les enseignants en conseil de cycle
• L'évaluation des acquis de l'élève est réalisée par l'enseignant
• Sa fonction est d’aider l'élève à progresser et de rendre compte de ses
acquis.
• Les élèves ainsi que les parents sont informés des objectifs, des modalités et
des résultats de cette évaluation
Article 1/Décret n° 2015 – 1929 Article 17/Décret n° 2015 – 1929
Article D 111-3 (code de l’éducation) Article D 337-176 (code de l’éducation)

Les parents sont tenus régulièrement informés


de l’évolution des acquis scolaires de leur enfant
Ecole maternelle Carnet de suivi
Ecole élémentaire Livret scolaire
Collège et lycée Bulletin et livret scolaire
Transmis plusieurs fois par an selon une périodicité décidée par :
le Conseil des Maitres : maternelle, élémentaire/le Conseil d’Administration : 2 degré
le livret personnel de compétences devient
le livret scolaire de la scolarité obligatoire
Article 4/Décret n° 2015 – 1929
Article D 111-6 (code de l’éducation)

Le livret scolaire
• Rend compte de l’évolution des acquis scolaires des élèves
• Sert d’instruments de liaison entre les enseignants et les parents
• Est établi pour chaque élève soumis à l’obligation scolaire
• Créé lors de la 1ère inscription
• Est mis à jour lors de tout changement d’école ou d’établissement
• Peut être consulté par l’élève, ses parents, les équipes pédagogiques
du cycle concerné ou du cycle suivant, par le responsable de l’école
ou de l’établissement dans lequel l’élève est inscrit
• ger
Article 5/Décret n° 2015 – 1929 Article 7/Arrêté 31 dec. 2015
Article D 311-7 (code de l’éducation) Articles D 312-41, D 312-47-2, D 312-43
(code de l’éducation)

Le livret scolaire comporte dans le même support :

• Les bilans périodiques de l'évolution des acquis scolaires


de l'élève du cycle concerné (selon le positionnement de l’élève
au regard des objectifs d’apprentissage fixés pour la période )
• Les bilans de fin de cycle (selon l’échelle de niveau : socle)
• Les attestations PSC1, ASSR, Savoir nager
Articles 2 et 3
Arrêté du 31 déc. 2015 Les bilans périodiques comportent :
C2 C3
Une appréciation générale de Un bilan de l’acquisition des connaissances et
la progression durant la période compétences et des conseils pour progresser
Un suivi des acquis scolaires qui mentionne :
Les principaux éléments du programme travaillé / Les acquisitions, progrès et
difficultés éventuelles / Le positionnement de l’élève au regard des objectifs
d’apprentissage fixés pour la période
- sur une des 4 positions : objectifs d’apprentissage non atteints / objectifs
d’apprentissage partiellement atteints / objectifs d’apprentissage atteints /
objectifs d’apprentissage dépassés
- au niveau de chaque composante pour le français (langage oral, lecture et
compréhension, écriture, étude de la langue (grammaire, orthographe, lexique)
et pour les maths (nombres et calcul, grandeurs et mesures, espace géométrie)
Annexes 1 et 2
Arrêté du 31 déc. 2015 Les bilans périodiques comportent :
C2 C3
Le cas échéant, la mention des projets mis en œuvre durant la période dans le cadre du
parcours d’éducation artistique et culturel et du parcours citoyen
Le cas échéant, la mention de la ou des modalités spécifiques d’accompagnement en cours
mises en place parmi la liste suivante :
- Projet d’accompagnement spécialisé (PAP)
- Projet d’accueil individualisé (PAI)
- Projet personnalisé de réussite éducative (PPRE)
- Projet personnalisé de scolarisation (PPS)
- Réseau d’aide spécialisé aux élèves en difficulté (RASED)
- Unité locale pour l’inscusion scolaire (ULIS)
- Unité pédagogique pour élèves allophones (UPE2A)
Article 5/Arrêté du 31 déc. 2015
Article D 122-3 (code de l’éducation)

Les bilans de fin de cycle comprend :

• Une évaluation du niveau de maitrise de chacune des composantes du


1er domaine et de chacun des 4 autres domaines du socle commun de
connaissances, de compétences et de culture. Cette évaluation se fait selon
l’échelle de référence qui comprend 4 échelons : maîtrise insuffisante /
maîtrise fragile / maîtrise satisfaisante / très bonne maîtrise
• Une appréciation sur les acquis scolaire du cycle et, le cas échéant,
des conseils pour le cycle suivant
Article 5/Arrêté du 31 déc. 2015
Article D 122-3 (code de l’éducation)

Les bilans de fin de cycle

• Evaluation du niveau de maitrise


de chacune des composantes du socle
commun de connaissances,
de compétences et de culture

Fin C3
Article 6/Décret n° 2015 – 1929
Article D 311/8 (code de l’éducation)
Article 7/Décret n° 2015 – 1929
Article D 311/9 (code de l’éducation)

le livret scolaire est renseigné par :

Ecole élémentaire Enseignants du cycle concerné


Collège Enseignants concernés sous la coordination du
prof. principal
Il est transmis aux écoles et établissements successifs.
A la fin des cycles 2, 3 et 4, l'évaluation du niveau de maîtrise de chacune
des composantes du 1er domaine et de chacun des 4 autres domaines du socle
est remise aux parents de l'élève.
Article 6/Arrêté du 31 déc. 2015
Les bilans périodiques
Les bilans de fin de cycle

Sont visés par :

Ecole élémentaire Enseignants de la classe


Directeur
Parents
Collège Professeur principal
Chef d’établissement
Parents
Article 8 /Arrêté du 31 déc. 2015

le livret scolaire unique numérique :


• Les éléments constitutifs du livret scolaire sont numérisés dans
une application nationale dénommée livret scolaire unique
numérique (LSUN)
• En cas de changement d’école ou d’établissement scolaire, y compris à
l’occasion du passage entre l’école élémentaire et le collège : le livret
scolaire est transmis à la nouvelle école ou au nouvel établissement par
le biais de cette application
Article 8/Décret n° 2015 – 1929
Article D 321-10 (code de l’éducation)

Un carnet de suivi des apprentissages :

• permet de rendre compte des progrès de l'élève


• est régulièrement renseigné par l'enseignant de la classe,
selon une fréquence adaptée à l'âge de l'élève
• suit l'élève en cas de changement d'école au cours de sa scolarité
en C1
Article 8/Décret n° 2015 – 1929
Article D 321-10 (code de l’éducation)

Une synthèse des acquis scolaires :

• est établie, selon un modèle national fixé par arrêté du ministre


chargé de l'éducation nationale.
• est renseignée en conseil de cycle par les enseignants du C1
(3 niveaux de réussite : (1) ne réussit pas encore, (2) est en voie de réussite, (3) réussit
souvent – un espace pour indiquer points forts et besoins à prendre en compte)

• est transmise à l'école élémentaire lors de l'admission de l'élève


en 1ère année du C2 des apprentissages fondamentaux
• est communiquée aux parents
Evaluation positive
= valoriser les réussites,
par une observation personnalisée
L’évaluation repose sur : observables Mottier Lopez

• une observation attentive : observations opportunes en situations informelles


(coins jeux, accueil) et observations au fil de la classe (situations structurées)
• une mise en valeur : du résultat obtenu, du cheminement de l’enfant,
des progrès qu’il fait par rapport à lui-même
• des échanges didactiques avec l’enfant autour des apprentissages (procédures,
critères de réussite, lien vers d’autres tâches mobilisant les mêmes connaissances) :
langage second qui permet à l’enfant de comprendre ce qu’il fait à l’école
Le carnet de suivi = forme libre
On peut envisager :
• Un support évolutif qui s’étoffe tout au long de la scolarité en maternelle.
Par exemple une organisation (de type classeur, reliure temporaire, …)
avec une personnalisation des traces
• Pour chaque domaine, la liste des attendus est présente dans le document
pour information, sans qu’elle ne devienne une liste des acquisitions à pointer
• Un outil simple, fonctionnel, léger. L’absence d’exhaustivité nécessitant des
choix expliqués aux parents. Il ne s’agit pas de compiler des fiches d’activités
Le carnet de suivi # autres outils
Il est différent des :
• Outils de l’enseignant qui permettent aux enseignants de noter les
besoins/les "difficultés" de certains élèves (grilles d’observation, fiches de suivi
individuelles, tableau de bord, cahier …). Ces informations seront
communiquées aux familles individuellement et oralement.
• Outils de la classe : cahier de vie, cahier ou classeur supports d’activités,
classeur de savoirs (collectif)…
En résumé,
l’évaluation en maternelle
Un exemple à Grenoble 5

Un exemple sur Eduscol


l’évaluation à l’école
« Le plus important ce ne sont pas les objets d’apprentissages distingués par le maître, mais
l’activité de l’élève. Celui-ci doit identifier lui-même dans l’expérience, dans l’effectuation de la tâche
l’apprentissage suggéré de manière implicite ». Héloise DURLER, l’autonomie obligatoire, 2014

Tâche prévue dans la impliquer l’élève dans une Prendre le temps de s’intéresser à
préparation de classe et activité (1) qui a du sens l’élève dans ce qu’il sait, ce qu’il a
les progressions pour lui, (2) dont il compris
entrevoit les moyens de Construire un dialogue didactique
réussir qui permette la dévolution et
l’institutionnalisation
ACTIVITÉS
OBJECTIFS Avoir des connaissances didactiques
COMPLEXES
CONSIGNES sur la discipline enseignée
EXPLICITÉES PAR
DEROULEMENT Faire confiance aux élèves
L’ÉLÈVE
l’évaluation à l’école
Connaissances,
Capacités à transférer
(G. BROUSSEAU, 1976)
Élève Promouvoir la dévolution
Contrat Présenter un problème qui va devenir
didactique celui de l’élève…
Promouvoir l’institutionnalisation
Avec ses élèves, le maître repère,
Enseignant Savoirs reconnaît, valide des démarches,
procédures, connaissances, …
Démarches de l’enseignement Adaptation des Le maître donne un statut de savoir
Connaissances didactiques contenus aux culturel et social aux connaissances et
élèves compétences mobilisées par les élèves

Métaphore de la dévolution : l’enseignant doit à la fois (1) soumettre l’élève aux exigences scolaires, (2) Faire
en sorte que l’élève fasse de lui-même (H. DURLER)
l’évaluation à l’école
« Construire des situations artificielles pour permettre aux élèves de s’emparer d’un problème en
vue de proposer la construction de connaissances nouvelles » (S. JOSHUA, J. DUPIN, 2009)

Maîtriser les étapes et les procédures pour être autonome :


Élève « L’élève doit montrer qu’il est capable de maîtriser les
dialogue raisonnements et gestes cognitifs lui permettant d’apprendre »
didactique (Héloïse DURLER, 2015)
 Formuler, expliciter les étapes et les procédures déployées au
Enseignant cours d’une tâche , d’un raisonnement
Favoriser une prise de conscience des procédures qui se font
de manière plus de plus en plus inconsciente
l’évaluation à l’école
Tâche simple ou complexe ? Au CE1 : calcule 12+5
En maths, si un élève résout une opération ou un problème rapidement en mobilisant des
connaissances ou procédures automatisées, c’est pour lui une tâche simple. Celle-ci devient complexe
dès lors qu’il ne peut pas mobiliser rapidement ses ressources pour répondre rapidement à la question.
Le concept de situation problème : Une situation devient une situation problème à
partir du moment où l’élève ne peut accéder directement au traitement de la situation et
aux résultats de ce problème (JONNAERT 2010)
Une situation complexe est une situation à laquelle on ne peut pas répondre en
appliquant simplement une règle, une procédure, un algorithme. « Il faut inventer une
solution réfléchir envisager diverses stratégies c’est-à-dire conduire un raisonnement.
(P. PERRENOUD)
l’évaluation à l’école
Activités de niveaux faibles  Tâches simples  Restitution, Applications de connaissances
Activités de niveaux élevés  Tâches complexes  Activités exerçant des compétences
L’évaluation à l’école - ACTIVITÉS Le maître comptabilise
comme les activités - se fonde Textes à trous les items, les erreurs et en
majoritairement sur des Mots à compléter déduit une réussite en
activités ou tâches simples Questions fermées référence à des
[Le maître fait la correction] compétences

(1) Restituer (2) Appliquer (3) Choisir (4) Mobiliser Exemples d’évaluation
Niveaux d’activité cognitive Charles HADJI, 2015 F. Albertini

Les dispositifs de problématisation encouragent l’élève à (1) Transformer son expérience en


objet de questionnement ou problème, (2) S’exprimer sur les activités par des retours sur les
apprentissages, (3) Décontextualiser son expérience (H. DURLER)
l’évaluation à l’école
Être au clair sur les : Connaissances / Compétences / Activités / Apprentissages progressifs
La connaissance est Pour un élève, une Activités
mobilisable immédiatement, compétence c’est mobiliser
sans réfléchir. Elle est des ressources (connaissances ECD+Verbe

compétences
restituée de la mémoire sans entres autres) pour réussir Être capable de …
délai (SCALLON, 2007) une activité scolaire (nouvelle
et complexe) Connaissances
Pour stabiliser et ancrer une
connaissance, il faut l’entrainer et On peut déterminer des critères Procédures
la mobiliser dans le temps, dans de réussite pour une
des activités de plus en plus en compétence en jouant sur les Environnement
plus éloignées des activités connaissances, l’environnement, Motivation
d’apprentissage le temps, la durée, la motivation,
l’effort, l’estime de soi Estime de soi
Effort
l’évaluation à l’école
Travailler et distinguer les connaissances utiles comme des aides pour réussir les activités

NUMÉRATION / CALCUL - Les fractions - JE SAIS …


Ce qu’est un chiffre
Qu’un nombre est composé de plusieurs chiffres
Que chaque chiffre a une valeur différente en fonction de sa position
Qu’il y a plusieurs classes : classe des unités simples, des milliers, des millions…
Que dans chaque classe, il y a toujours 3 chiffres : unité, dizaine et centaine.
Ecrire en lettres les chiffres , les nombres
Exemples
GRENOBLE 5 [F ALBERTINI]
l’évaluation à l’école
Préciser les compétences en se projetant dans des activités, en contextualisant les tâches

NUMÉRATION / CALCUL - Les fractions - JE SUIS CAPABLE DE …


Compter
Calculer une addition et une soustraction en posant les nombres correctement
Ecrire un grand nombre
Lire un grand nombre
Classer des nombres dans l’ordre croissant et décroissant
Décomposer un nombre Exemples d’activités
Faire la différence entre chiffre et nombre de… F. Albertini (4 vidéos)
Placer un nombre sur une droite numérique
l’évaluation à l’école
La progressivité des apprentissages se construit en faisant varier

1 – Les connaissances requises (complexité)


Activités
1 bis – Les étapes pour résoudre un problème en maths ECD+Verbe
2 – Les types de tâches et leur « éloignement » par rapport aux activités
d’entrainement des connaissances (capacités à transférer)
Être capable de …
3 – L’environnement dans lequel on propose l’activité (aide/seul/temps/
autocorrection/supports /régulation /essais/devant un public/etc.) Connaissances
Procédures
Attendus de fin de cycle
Comprendre et utiliser des nombres entiers pour dénombrer, ordonner, repérer, comparer
Environnement
Connaissances et compétences associées Exemples de situations, d’activités et
de ressources pour l’élève Motivation
Comprendre et utiliser des nombres entiers pour dénombrer, ordonner, repérer, comparer Estime de soi
Effort
l’évaluation à l’école
De l’enseignement à l’apprentissage auto-régulé des élèves… L. COSNEFROY, Lucie MOTTIER LOPEZ

Donner à l’élève l’occasion et le pouvoir à l’élève de réguler son action ;


avant, pendant et après l’activité.
BUT
Critères de l’apprentissage autorégulé
Il propose et fait faire des choix FEED BACK
 Il place devant des défis
 Il permet de contrôler des apprentissages AJUSTEMENT
 Il instaure une collaboration entre les pairs (enseignants, élèves)
L’évaluation est intégrée dans les apprentissages, tantôt pour montrer les progrès
[formative], tantôt pour valider un parcours d’apprentissage [certificative].
l’évaluation à l’école
Pourquoi c’est si difficile de prendre en compte les nouvelles dimensions
de l’enseignement par compétences ?
Sur le plan personnel et de la motivation
 Il faut avoir de bonnes raisons de le faire
 Il faut pouvoir éprouver un sentiment d’efficacité personnelle
 Il faut posséder les compétences requises
Des postures nouvelles qui impliquent de…
1 - Accepter de « perdre » du temps en séance pour travailler oralement en début d’activité dans un cadre
qui rassure l’élève au niveau didactique et affectif POUR gagner en efficacité dans le parcours
d’apprentissage de l’élève.
2 - Se risquer à annoncer une compétence non encore stabilisée et arrêtée pour en étudier sa faisabilité
avec les élèves ET donc, renoncer à la formulation d’une consigne pour exécuter une tâche.
3 – Se risquer à entendre des éléments constitutifs de l’élève relevant de la motivation qui peuvent gêner,
empêcher ou à l’inverse favoriser, accélérer l’apprentissage. (C. HADJI, 2015)