Vous êtes sur la page 1sur 5

Année 2015-2016

Niveau : 3me année


Durée : 2 heures

Examen de Traitement de signal


(Aucun document n’est autorisé)

Questions de cours :

Soient les signaux suivants (8 pts) :


𝑥(𝑡) 𝑦(𝑡)
+A
A
𝑇 𝑇 𝑡
𝑇− 𝑇+
2 2
𝑡 𝑇 𝑇
−𝑇 − −𝑇 +
2 2
𝑇 𝑇
− + -A
2 2

1. Déterminer la puissance totale et l’énergie totale des signaux x(t) et y(t).


2. Déterminer X(f) la transformée de Fourier de x(t)
3. Tracer sur le document réponse (DR1 page 5/5), le spectre X(f) en module de x pour A=3 et T=2
4. Déterminer y(t) en fonction de x(t) puis déduire Y(f) à partir de X(f)

Problème : Transmission digitale de la voie

Introduction :La transmission des signaux vocaux sur le réseau téléphonique utilise des techniques de
modulation de signaux numériques et notamment la technique de Modulation par Impulsion et Codage
(MIC).
Autres Autres
abonnés abonnés
Entrée Sortie Entrée Sortie
Analog MIC MIC Analog
MUX MUX
Canal
Interface

Interface
abonné

abonné
Codec

Codec

MUX MUX
Canal
Sortie Sortie
Analog Entrée Entrée
MIC Autres MIC
Autres Analog
abonnés abonnés

Figure1 : Communication Inter-abonnés en MIC à travers des circuits CODECs

Dont le schéma de principe de CODEC est le suivant :

Entrée Filtre de Codeur Registre Sérialisation Sortie


Analogique MIC
transmission A/D MIC de sortie

Sortie Filtre de Décodeur Registre dé- Entrée


Analogique sérialisation de sortie MIC
Réception A/D MIC

Figure2 : MIC : organisation Interne


1/5
Dans cette étude ( Examen) on ne s’intéresse qu’aux quelques fonctions de base du CODEC :
échantillonnage, reconstruction et Quantification.

1. Echantillonnage :

Le signal à transmettre (signal vocal limité à la bande 300-3400 Hz en téléphonie) est échantillonné,
quantifié et codé. Le train de bits ainsi obtenu peut être envoyé directement sur la ligne de transmission
ou modulé (QAM, PSK, FSK, ..etc), dans le cas d’une transmission hertzienne, plusieurs voies peuvent
être multiplexés avant transmission. A la réception, le signal est démultiplexé, démodulé , décodé ,
échantillonné et filtré pour reconstituer les signaux de différents canaux.

1.1 Echantilleunnage naturel ( 16 pts)

On multiplié un signal f(t) de bande [0,Fm] par un train r(t) d’impulsions rectangulaires de hauteur
1 1
𝐴 = 1/𝜏 , de largeur 𝜏 et de période 𝑇𝑒 = 𝑓𝑒 = 2𝐹
𝑚

r(t)
A

t
1 0 1 Te

𝜏 𝜏
Figure3 : peine de Dirac
1.1.1 Déterminer l’expression analytique du spectre 𝑅(𝑓) de ce train d’impulsions 𝑟(𝑡)
1.1.2 En déduire l’expression du spectre 𝐹𝑒 (𝑓) du signal échantillonné : 𝑓𝑒 𝑡 = 𝑓 𝑡 . 𝑟(𝑡)
1.1.3 Le spectre du signal 𝑓(𝑡) est donné sur la figure suivante :

F(f)

f
-Fm +Fm
Figure 4 : spectre de f(t)

Tracer sur document réponse (DR2 page 5/5) le spectre 𝐹𝑒 (𝑓) du signal𝑓𝑒 𝑡 pour Fm=3.4Khz et
𝜏
𝑇𝑒 = 0.4

Préciser, sur le schéma, le tracé de la courbe enveloppe ainsi que les coordonnées des points principaux.

1.1.4 Dans l’hypothèse du filtre idéal, peut-on régénérer le signal 𝑓(𝑡) non déformé à partir
de 𝑓𝑒 𝑡 ? justifier la réponse
1.1.5 Comment est affecté le spectre 𝐹𝑒 (𝑓) ( forme , position en fréquence) si l’on utilise
poour r(𝑡) un train d’impulsions triangulaires ( au lien de rectangulaires) ? ( deux à
trois phrases suffisent)

2/5
1.2 Echantillonnage blocage (4 pts) :
Avec la technique d’echantillonnage naturel précédent, le sommet des impulsions du signal
échantillonné n’est pas constant. La quantification nécessite des impulsions de sommet plat d’où
la necessité de technique echantillonnage blocage. D’un point de vue théorique, l’opération
d’échantillonnage-blocage peut être modélisé par la suite d’opérations décrites ci-dessus :
Après avoir effectué un echantillonnage parfait ( idéal) du signal 𝑓(𝑡) par multiplication par une
peigne de dirac de période 𝑇𝑒 , on applique ce signal échantillonné (idéalement) 𝑓 ∗ (𝑡) sur l’entrée
d’un filtre linèaire stationnaire dont la réponse impulsionnelle est donnée dans la figure ci-dessus :
q(t)
1
𝜏

t
𝜏 0 𝜏
−2 2
Figure 5 : réponse impulsionnelle du Filtre linèaire stationnaire
1.2.1 Déterminer l’expression analytique temporelle 𝑓𝑒𝑏 (𝑡) du signal issu de ce filtre .
expliciter le résultat en une seule phrase.
1.2.2 Montrer que l’expression analytique de la transformée de fourier 𝐹𝑒𝑏 (𝑓) du signal
𝑛=⋯.
𝑓𝑒𝑏 (𝑡) peut s’écrire sous la forme : 𝐹𝑒𝑏 𝑓 = 𝑘 𝑛=⋯. 𝛼 𝜏, 𝑓 . 𝛽(𝑛, 𝑇𝑒 , 𝑓)
- donner les bornes de la somme de n
- exprimer 𝛼 𝜏, 𝑓 et 𝛽(𝑛, 𝑇𝑒 , 𝑓)
- que représente le terme 𝛽 𝑛, 𝑇𝑒 , 𝑓 par rapport au spectre F(f) du signal f(t)

1.2.3 Comparer l’expression de 𝐹𝑒𝑏 (𝑓) avec celle de 𝐹(𝑓) obtenu à la question 1.3

2. Reconstitution du signal (4 pts)


La régénération du signal à partir de 𝑓𝑒𝑏 (𝑡) se fait par filtrage passe bas.
2.1 Compte tenu de la distorsion du spectre introduite par la méthode de l’échantillonnage-
blocage, déterminer l’expression de la fonction de transfert du filtre de réception qui
permettrait de corriger cette distorsion.
𝜏
2.2 Pour quelles valeurs du rapport 𝑇 peut-on assurer une distorsion du spectre restitué inférieure
𝑒

à 1% si l’on approxime la fonction de transfert du filtre passe bas à une simple fonction
1 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑓 ≤ 𝑓𝑚
rectangulaire. 𝐻𝑓 (𝑓) =
0 𝑎𝑖𝑙𝑙𝑒𝑢𝑟𝑠
Ce filtre est il physiquement réalisable
3. Quantification (8 pts) :
Les valeurs des échantillons analogiques 𝑥=𝑥(𝑘. 𝑇𝑒 ) sont arrondues aux valeurs les plus proches
prises dans une ensemble de q niveaux quantifiés 𝑥𝑖 =𝑥𝑖 (𝑘. 𝑇𝑒 ), réguliérement espacés d’un pas
P ; q est un entier pair et i est un entier qui prend ses valeurs dans l’ensemble [1,…….q/2] . La

3/5
caractéristique du quantificateur est donnée ci-dessous pour une dynamique d’entrée maximaum
de ∓𝑀.
𝑥𝑖 (𝑘. 𝑇𝑒 )
𝑞
+ 𝑃 +𝑥𝑞/2
2

+𝑥2

+P +𝑥1 P
𝑥(𝑘. 𝑇𝑒 )
-P
-M +P +M
−𝑥1
-P
−𝑥2

−𝑥𝑞/2
𝑞
− 𝑃
2

Figure 6: caractéristique du quantificateur

3.1 Exprimer M et 𝑥𝑖 en fonction de P et q.


3.2 A partir de la caractéristique de la figure 4, donner l’expression de la loi qui associé 𝑥𝑖 à une plage
de valeurs de 𝑥 ; présenter le résultat sous la forme : … < 𝑥 < ⋯ → 𝑥𝑖 = ⋯
3.3 On appelle erreur de quantification 𝜀 , la différence entre le niveau du signal échantillonné et le
niveau de quantification le plus proche 𝜀 = 𝑥 − 𝑥𝑖 . On suppose dans un premier temps que
−𝑃 +𝑃
toutes les valeurs de 𝜀 sont équiprobables dans l’intervalle ; auteur de la valeur de 𝑥𝑖
2 2

Déterminer la puissance du bruit de quantification 𝑃𝑏 en fonction de P

3.4 On appelle puissance de crête du codeur 𝑃𝑐 , la puissance du signal sinusoïdal ayant l’amplitude
maximale =M

Exprimer 𝑃𝑐 en fonction de P et q , en déduire l’expression du rapport signal sur bruit (𝑆 𝐵)𝑚𝑎𝑥 en


fonction du nombre de niveaux q.

3.5 Donner l’expression du rapport signal sur bruit (𝑆 𝐵)𝑥 pour un signal x(t) de puissance donnée 𝑃𝑥
en fonction de q, 𝑃𝑐 et 𝑃𝑥
3.6 Dans le cas où les niveaux quantifiés𝑥𝑖 sont sont codés en binaire sur N bits, montrer que le rapport
signal sur bruit maximum exprimé en dB peut s’écrire sous la forme :
(𝑆 𝐵)𝑚𝑎𝑥 ,𝑑𝐵 = 𝑎 + 𝑏𝑁 , Derminer a et b

AN : en téléphonie MIC , on a souvent N=8 bits , calculer (𝑆 𝐵)𝑚𝑎𝑥 ,𝑑𝐵 .

%Fin de l’épreuve%

4/5
Année 2015-2016
Niveau : 3me année
Durée : 2 heures

Nom : ………………………………………………. Prénom : ……………………. N° d’examen (facultatif):


………………………..

Document A rendre avec la copie d’examen

Document Réponse DR1 ( Questions de cours 2)

𝑋(𝑓)
6
𝐹𝑒 (𝑓)

−1 −0.5 0.5 1 1.5 2

Document réponse DR2 (Question 1.1.3)

𝐹𝑒 (𝑓)

𝐹𝑒 (𝑓)

𝑓
−𝑓𝑒 𝑓𝑒 2𝑓𝑒 3𝑓𝑒

5/5