Vous êtes sur la page 1sur 28

Christophe Maurel et Mouloud Tensaout

PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION


ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE 73
reçu en juin 2013 / accepté en août 2014 par Nicolas Berland

Proposition d’un modèle de


représentation et de mesure
de la performance globale
A model of representation
and evaluation of the global
performance
Christophe MAUREL* et Mouloud TENSAOUT**

Résumé Abstract
Notre article vise à améliorer la com- Our paper aims to improve the understand-
préhension des liens entre les dimensions ing of the links between the social, economic and
économique, sociale, et sociétale (incluant environmental performance by mobilizing a
l’environnement) de la performance globale, joint theoretical framework (the stakeholder the-
en mobilisant un cadre théorique mixte (la ory and the resource-based view theory). Also, we
théorie des parties prenantes et la théorie des develop a measurement model of the performance
ressources). Dans ce cadre, nous développons clarifying simultaneously the structural relations
un modèle de représentation et de mesure de between the three dimensions (economic, social,
la performance globale explicitant simultané- and environmental). This conceptual model is
ment les relations structurelles entre ses diffé- validated on worker cooperatives data, then we
rentes dimensions. Ce modèle conceptuel est examine the theoretical and managerial implica-
validé sur des données collectées auprès des tions.
sociétés coopératives et participatives (SCOP)
et ses implications sont discutées.

* Maître de conférences HDR, Université du Mans, Gains-Argumans


** Maître de conférences, Université du Mans, Gains-Argumans

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
74 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Mots-clés : modèle de mesure – mo- Keywords: measurement – performance


dèles d’équations structurelles – per- – social responsibility – structural equa-
formance – parties prenantes – RSE tion model – stakeholder theory – worker
– SCOP cooperative

Correspondance : Christophe MAUREL Mouloud TENSAOUT


Université du Mans, Gains-Argumans Université du Mans, Gains-Argumans
Av. Olivier Messiaen Av. Olivier Messiaen
72085 Le Mans cedex 72085 Le Mans cedex
cmaurel@univ-lemans.fr
Remerciements : Les auteurs remercient les réviseurs de CCA pour leurs suggestions qui nous ont permis
d’améliorer ce papier.

Introduction
Appréhendée originellement sur un plan strictement financier, la performance a été progressivement
élargie, au cours du vingtième siècle, afin de prendre en considération la « responsabilité sociale » de
l’entreprise vis-à-vis de ses différents ayants droit ou « stakeholders »1 (Zenisek 1979). Cette vision
d’une performance élargie conjuguant les dimensions sociale, économique, sociétale et environne-
mentale fait référence à la notion de « performance globale », qui vise à dépasser la définition segmen-
tée des performances économique et sociale dans les organisations dont l’objectif est de délivrer des
avantages sociaux et environnementaux (Elkinghton 1997 ; Paton 2003). Ainsi Baret (2006) définit
la performance globale comme « l’agrégation des performances économiques, et sociales et environ-
nementales », ou Reynaud (2003) comme la réunion de la performance financière, de la performance
sociale et de la performance sociétale. Cette conceptualisation de la performance est celle soutenue par
la théorie des parties prenantes (TPP). En effet, le terme de performance globale a émergé pour tenir
compte des stratégies annoncées de développement durable (Capron et Quairel-Lanoizelée 2010)
et de responsabilités sociale et sociétale (RSE), même si le concept admet une diversité d’acceptions
selon que l’on s’inscrive dans la vision européenne ou américaine de la RSE. Ainsi, cette vision de la
performance s’oppose à une performance hiérarchisée entre les dimensions économique, sociale et
sociétale (Brignall et Modell 2000 ; Weaver et al. 1999).
Par ailleurs, la place de la performance sociétale et/ou environnementale (nous utiliserons les deux
termes accolés par la suite) dans la performance globale peut admettre deux perspectives (Wolff et al.
2009) : une approche normative avec des travaux relatifs à l’éthique des affaires (Business Ethics), et
une approche pragmatique s’intéressant au rôle de l’entreprise dans la société (Business and Society).
Selon la première approche, les comportements des acteurs et l’activité de l’entreprise sont sujets au
jugement moral des parties prenantes (Evan et Freeman 1988), et le fait d’agir de manière responsable

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
75

est justifié par des considérations d’ordre moral et éthique. Dans la seconde optique, l’organisation ne
peut être déconnectée de son environnement social (Donalson 1982) et la dimension sociétale-envi-
ronnementale, à travers le développement durable et la responsabilité sociétale, représente un levier
susceptible de créer de la valeur (Sharma 2001). Cette approche rejoint l’idée d’une conception élargie
de la responsabilité et de la performance, cependant la prise en compte progressive des préoccupations
économiques, sociales et environnementales par l’organisation suppose un intérêt à internaliser. Or,
les résultats des travaux empiriques sur le sens et l’intensité des relations entre la performance finan-
cière, la performance sociale et la performance sociétale sont contrastés (Allouche et Laroche 2005 ;
Orlitzky et al. 2003  ; Margolis et Walsh 2003  ; Mackey et al. 2007  ; Surroca et al. 2010). Ainsi,
l’hypothèse d’un modèle de la performance contenue dans la notion de globalité est questionnée.
Cependant, ces travaux empiriques comportent des faiblesses théoriques et méthodologiques : a) les
contenus des définitions de la performance sont souvent ambigus et sujets à des critiques (Griffin et
Mahon 1997 ; Dohou et Berland 2007), b) les dimensions de la performance restent segmentées,
parfois hiérarchisées (Ces travaux juxtaposent les composantes de la performance globale, telles que
les recherches fondées sur l’adaptation des balanced scorecard) et s’éloignent de la définition d’une
performance globale, c) les méthodes statistiques utilisées (les méthodes des événements, les analyses
statistiques bivariées) ne sont pas en mesure d’appréhender la complexité des interactions entre les
différentes composantes de la performance. Cet article s’inscrit alors dans la continuité des travaux
qui visent à mieux clarifier le contenu de la performance globale et à comprendre les relations causales
entre ses différentes dimensions.
L’objectif de cette recherche est donc d’apporter des éclairages sur la représentation et la mesure de
la performance globale. Pour ce faire, nous présentons un modèle conceptuel de la performance qui
tient compte simultanément des interactions entre ses différentes composantes. Au niveau méthodo-
logique nous spécifions un modèle d’équations structurelles qui explicite les relations causales entre
les différentes dimensions de la performance et les pratiques de management, sociales et sociétales. Sa
validation repose sur des données collectées auprès des sociétés coopératives, dont l’identité duale les
amène à rechercher une performance à la fois économique et sociale (Chédotel et Pujol 2012).
Ce papier est organisé en deux parties. Dans la première nous présentons les fondements
théoriques d’un modèle de mesure de la performance globale, puis la procédure de sa validation.
Dans la seconde partie nous discutons les résultats des analyses empiriques, avant d’en exposer les
implications.

1. Les fondements théoriques de la recherche :


l’opérationnalisation de la performance globale
Nous avons évoqué l’élargissement des dimensions prises en compte dans le concept de performance,
lequel peut avoir de multiples sens (Bourguignon 1995 ; Lorino 2003) venant discuter sa mesure.
Notre conception est donc que l’appréciation de la performance globale est mesurable, et qu’elle peut
se définir comme un construit multidimensionnel, résultat des interactions entre ses déterminants
économique, social et sociétal (Reynaud 2003 ; Dohou et Berland 2007). C’est dans cette perspective
que nous développons un modèle de mesure de la performance globale.

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
76 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

1.1. Les déterminants de la performance globale


Nous exposons l’émergence de la notion de performance globale puis les difficultés de son évaluation,
nous amenant à proposer un modèle de la représentation de la performance globale.

1.1.1. DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE


À LA PERFORMANCE GLOBALE
Le concept de la performance globale émerge en Europe depuis quelques années avec l’apparition
du développement durable, mais ses prémices se trouvent dans des concepts plus anciens tels que la
responsabilité sociétale, développée aux États-Unis par Carroll (1979). Ce dernier l’a précisé en 1999
comme étant la capacité d’une firme à répondre aux pressions sociales, et a fait émerger la notion
de performance sociétale en la considérant comme le croisement de trois dimensions : les principes
de responsabilité sociétale (économiques, légaux, éthiques et discrétionnaires), les philosophies de
réponses apportées aux problèmes sociétaux qui se présentent (allant du déni à l’anticipation) et
les domaines sociétaux au sein desquels l’entreprise est impliquée. Cette définition précise celle que
Clarkson (1995) avait proposée, à savoir la capacité à gérer et à satisfaire les stakeholders.
Cependant cette performance sociétale n’est qu’une partie du concept de performance globale,
qui se définit comme « l’agrégation des performances économiques, sociales et environnementales »
(Baret 2006, p. 2 ; Reynaud 2003) ou se forme « par la réunion de la performance financière, de
la performance sociale et de la performance sociétale » (Germain et Trébucq 2004). En ce sens, la
performance globale vise à intégrer différentes performances (le triptyque des définitions ci-dessus)
dans une approche synthétique, et « cette intégration peut sous-entendre une cohérence entre les trois
dimensions avec des modèles de causalité reliant différents facteurs issus de dimensions différentes »
(Capron et Quairel-Lanoizelée 2010, p. 7). Même si des débats illustrent des conceptions différentes
entre les organisations (ONG et entreprises) et entre les approches anglo-saxonnes et européennes
(Acquier et Aggeri 2007), rendant le concept un peu flou (Pesqueux 2004), on peut avancer que la
performance globale s’appuie sur un sous-bassement théorique postulant une responsabilité sociétale
envers les parties prenantes, une prise en compte des acteurs ayant des ressources stratégiques, et la
recherche d’une légitimité dans l’environnement. Ces facteurs forment le socle théorique de nos pro-
positions qui sont détaillées ci-dessous.
La notion de responsabilité sociale et/ou sociétale (RSE) introduite dans le concept de la per-
formance globale renvoie à la représentation de la nature et du rôle de l’organisation. Si les théories
néoclassiques (Friedman 1962) récusent toute idée de responsabilité sociale, celles du courant éthique
(Business ethics) affirment cette responsabilité à l’égard de la société lorsque l’organisation souhaite
pérenniser sa légitimité et le pouvoir qui lui a été confié (Davis 1973), ou pour des questions de rela-
tion publique (réputation).
Parallèlement cette approche par les parties prenantes implique que l’identification et la prise en
compte des parties prenantes contribuent à la capacité de créer de la valeur et de l’activité (Freeman
1984). Par ailleurs, en s’intéressant à l’étude des relations organisations-stakeholder elle nécessite de
définir ces derniers : si Freeman a une vision large des stakeholders, Caroll (op.cit.) donne une liste plus
précise. Nous retiendrons, dans notre conception des pratiques sociétales influençant la performance

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
77

globale, la vision de Caroll qui a été opérationnalisée pour identifier la responsabilité vis-à-vis des
parties prenantes. Nous utilisons donc la perspective instrumentale de la théorie des parties prenantes.
Notre objectif est d’examiner la validité des hypothèses de la TPP sur la performance globale, en déve-
loppant un modèle structurel explicitant les relations causales telles que prédites par la TPP.
Par ailleurs, la prise en compte de pratiques sociale, sociétale, environnementale peut s’expliquer
par la théorie de la gestion par les ressources (Barney 1991). Cette théorie fait dépendre l’organisation
des acteurs de son environnement, notamment de l’aptitude à gérer les demandes de groupes diffé-
rents, en particulier ceux dont les ressources et le soutien sont déterminants pour sa survie (Pfeffer et
Salancik 1978). Les recommandations en termes d’identification des groupes sociaux dont dépend
l’organisation, d’ajustements des actions à leurs demandes et d’influence afin de réduire les incerti-
tudes, rendent la « légitimité sociale » une ressource stratégique dont dépend l’organisation pour sa
survie2. Néanmoins, la théorie de la dépendance aux ressources inscrit la responsabilité sociétale dans
la vision économique traditionnelle des finalités d’entreprise (Capron et Quairel-Lanoizelée 2010) : les
organisations s’engagent dans la responsabilité sociétale lorsqu’elles sont contraintes de l’assumer pour
répondre aux pressions et attentes des apporteurs de ressources. Aussi nous mobilisons cette approche
pour la prise en compte des pratiques (internes) de l’organisation sur le niveau de performance. Le
terme global est donc un élargissement équilibré des domaines couverts par la performance.
Ces théories des parties prenantes et des ressources nous permettent de considérer la performance
globale comme un construit multidimensionnel conjuguant les aspects économique, financier, social
et sociétal-environnemental (Figure  1, infra), qui constitueraient la performance globale, telle que
définie par les auteurs précédents.
Si les deux théories se complètent pour expliquer la prise en compte dans un modèle de perfor-
mance globale des environnements interne et externe, elles supposent une intégration des dimensions.
Des travaux ont montré les liens positifs existants entre ces éléments de la performance globale et
certains évoquent des interrelations entre ces déterminants (Brammer et Millington 2008 ; Margolis
et Walsh 2003  ; Mackey et al. 2007  ; McWilliams et Siegel 2000  ; Orlitzky et al. 2003). Nous
sommes conscients que des auteurs (Capron et Quairel- Lanoizelée op.cit., Brignall et Modell op.cit.)
supposent que la dissociation des dimensions est préférable pour mieux en compte et mesurer la per-
formance, laquelle fait référence à une logique de territoire des différents managers, ou bien qu’une
mesure segmentée de la performance est plus aisée (Weaver et al. 1999). Cependant nous cherchons à
dépasser les travaux représentant la performance globale comme une juxtaposition des performances
intermédiaires - économiques, sociales, environnementale - pour proposer une vision intégrée de la
performance. Cette dernière s’inscrit dans le courant systémique où le caractère global d’un élément
correspond à plus que la somme de ses parties. Autrement dit, les interrelations théoriques entre les
dimensions de la performance globale impliquent une évaluation du concept à un niveau agrégé plu-
tôt qu’une mesure dissociée des dimensions évinçant les relations.

1.1.2. LA QUESTION DE LA REPRÉSENTATION ET DE L’ÉVALUATION


DE LA PERFORMANCE GLOBALE
Pour évaluer la performance globale, les auteurs font souvent référence à l’exercice de la responsabilité
et proposent une liste de parties prenantes ou de processus identifiés ; aussi, la performance globale

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
78 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

couvre les impacts des activités de l’organisation auprès de l’ensemble de ses parties prenantes et
nécessite de relier différents facteurs issus de dimensions différentes. Cependant les représentations
existantes dissocient souvent ces dimensions.
À ce titre, Reynaud (2003) propose de schématiser la performance globale à partir de trois compo-
santes que sont la performance économique, sociale (appréciée avec l’égalité de traitement, les condi-
tions de travail et le respect des droits de l’Homme) et la performance environnementale (comprenant
la diminution de la pollution et des ressources, la sécurité des produits et des installations) mais les
items ne sont pas testés ni les relations supposées.
Une autre représentation permettant l’évaluation de la performance globale est proposée par les
travaux portant sur l’élargissement du Balanced Scorecard (BSC), où le caractère « environnemental »
est pris en compte par des critères spécifiques dans les quatre axes de la BSC ou bien dans un axe
particulier (Bieker 2002). Ainsi le Sustainability BSC (il s’agit d’un BSC spécifique à la responsabilité
sociétale, mettant en œuvre les objectifs sociaux et environnementaux, Hockerts 2001) et le Total
BSC (un modèle reposant sur une série de six relations causales entre les parties prenantes, Supizet
2002). Cependant, ces représentations segmentent les dimensions de la performance et les hiérar-
chisent (Germain et Trébucq 2004) et par ailleurs, les liens de causalité ne sont presque jamais analysés
(Ittner et Larcker 2004).
L’évaluation peut également se faire à travers l’approche anglo-saxonne du concept Triple Bottom
Line (Elkington 1997). En mettant en avant une « valeur sociale ajoutée » ou un impact sur la société
le Triple bottom line est une piste pour une mesure globale comprenant une triple contribution à la
prospérité économique, à la qualité de l’environnement et l’amélioration de la cohésion sociale. Mais
le bilan reste segmenté en trois parties distinctes présentées ensemble sans causalité ; de même que
l’approche retenue par le reporting global (Global Reporting Initiative – GRI) pourtant citée pour
l’évaluation de la performance globale (Dohou et Berland 2007).
De ces différentes approches théoriques, dont la visée explicative est celle d’une performance dépas-
sant la dimension économique et financière, sont extraits des déterminants externes et internes afin de
proposer une conceptualisation intégrant les interactions entre les différentes dimensions (Figure 1,
infra). Fondée sur le principe de la systémique qui stipule que la totalité est plus que la somme des
parties constitutives, elle dépasse la vision segmentée de la performance globale. Cette modélisation
de la performance permet ainsi de calculer un score qui agrège les différentes dimensions de la perfor-
mance. Une fois normalisé sur un échantillon représentatif d’une population d’organisations cible, cet
indicateur de performance peut être utilisé à des fins de comparaisons longitudinale ou transversale.
D’un point de vue méthodologique, cette conceptualisation de la performance globale peut être
représentée par un modèle de mesure de second ordre comportant deux niveaux d’abstraction : la
performance globale (le superfacteur h) et ses déterminants économiques, sociaux et sociétaux (fac-
teurs xi) (Figure 1). C’est pourquoi nous adoptons la procédure de développement d’un modèle de
mesure préconisé dans la littérature (Jarvis et al. 2003). Bien que nous privilégions cette conceptuali-
sation de la performance (approche européenne), nous avons aussi spécifié un modèle de mesure dans
lequel les dimensions sociales, économiques et sociétales sont prises isolement (approche Business
Ethics). L’objectif est de déterminer laquelle de ces deux conceptualisations s’ajuste le mieux aux
données (principe de parcimonie) par le biais d’indicateurs statistiques du modèle d’équations struc-
turelles estimé (voir méthodologie, infra).

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
79

Figure 1a Figure 1b
Modèle théorique de mesure Modèle segmenté
formatif de second ordre de la performance (ou indice
de la performance globale composite de la performance globale)

PERFECO PERFECO
ξ

PERFSOC PERFGLOB PERFSOC PERFGLOB

PERFENV PERFENV

Légende et notation : Performance économique (PERFECO), Performance sociale (PERFSOC), Performance


sociétale/environnementale (PERFENV), Performance globale (PERFGLOB) – et le terme d’erreur ξ qui
représente les autres facteurs non inclus.

1.2. Cadre conceptuel et hypothèses théoriques de recherche

1.2.1. LE MODÈLE CONCEPTUEL


Le modèle de mesure de la performance globale (figure 1) explicite les interactions entre la perfor-
mance économique et financière, la performance sociale et sociétale conformément à la définition
retenue décrite plus haut. Formellement, ce modèle en soi est sous-identifié, et nécessite d’autres rela-
tions structurelles pour l’estimation de ses paramètres. Dans le cas de la performance globale, celles-ci
portent sur les pratiques associées aux différentes dimensions de la performance globale. Elles sont
dénommées pratiques d’entreprise ou de management, pratiques sociales et pratiques sociétales-envi-
ronnementales, et font apparaître la performance économique et la performance sociale, comme des
performances intermédiaires par rapport à un objectif de performance globale.
L’articulation des différentes variables retenues repose sur le paradigme SCP (Structure-
Comportement-Performance) (Durand 2000). Néanmoins, notre modèle conceptuel diffère sur plu-
sieurs points du modèle SCP à la fois dans le contenu des variables, mais aussi dans l’articulation
des trois composantes de l’analyse SCP. Ainsi, dans notre modèle, les facteurs de structures sont des
variables de contrôle (secteur d’activité, taille, chiffre d’affaires) et les facteurs de comportements cor-
respondent aux pratiques sociales, sociétales et économiques des organisations.

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
80 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Pour le sens des relations entre les différentes variables, la théorie des parties prenantes (perspective
instrumentale) prédit une relation causale positive entre les pratiques sociétales- environnementales
et la performance économique. Quant à l’approche par les ressources elle prédit que les pratiques
d’entreprise et les pratiques sociales (qualificatifs de Côté 2009) influencent positivement les perfor-
mances économiques et sociales3. Ces deux performances, associées aux pratiques sociétales - environ-
nementales expliqueraient la performance globale, comme le suggèrent les modèles issus de la RSE
(Reynaud 2003).
Au regard de ces différents apports, notre modèle conceptuel de mesure de la performance globale
est représenté par la figure n° 2.

Figure 2
Le modèle conceptuel

Les pratiques Les performances La performance


intermédiaires attendue
+
Pratiques d’entreprises Performance économique
et financière +
+/-
Pratiques sociétales + Performance +
Performance globale
et environnementales environnementale

+ +
Pratiques sociales Performance sociale
+

Variables de contrôle : secteur d’activité, taille (effectifs, chiffre d’affaires).

Comme le montre la figure n° 2, les liens de causalité attendus sont tous positifs – hormis ceux entre
« les pratiques sociétales et environnementales » avec la « performance économique et financière » et
« les pratiques d’entreprises » où la littérature admet des relations positives et négatives (ainsi, Berman
et al. 1999, ou Hillman et Keim 2001, attestent d’une relation positive entre la performance financière
et des notations sociétales incluant les salariés et la société civile ; mais la notation environnementale
apparaît sans relation avec la performance financière ou avec une relation négative selon Trébucq et
d’Arcimoles 2003). Il est aussi posé que les pratiques sociétales - environnementales influencent à la fois
la performance économique (réduction de risques, de coûts par réutilisation des déchets, et améliora-
tion de l’image commerciale) et la performance environnementale. De même que les pratiques sociales
influencent les pratiques sociétales (Savall et Zardet 2001) et la performance économique (Martory
2009). Le sens (les signes) et la direction des relations structurelles attendues entre les variables du
modèle conceptuel sont argumentés dans la présentation du contenu des construits et leurs mesures.

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
81

1.2.2. DÉFINITIONS DES CONSTRUITS


Cette phase essentielle de délimitation des contenus des différents construits du modèle conceptuel
repose à la fois sur la littérature (items du modèle de Côté (2009) et items du référentiel SD210004)
et l’avis d’experts (cf. la méthodologie détaillée infra et en annexe 2).
Les pratiques d’entreprise
En utilisant les items du modèle d’équilibre de Côté (2009), nous avons retenu pour les « pratiques
d’entreprise » trois variables caractérisant une entreprise, à savoir un système d’objectifs et de mesure
de résultats, un suivi financier et l’insertion dans son environnement concurrentiel.
Les pratiques sociales
Pour opérationnaliser les «  pratiques sociales  », nous avons repris les quatre dimensions de Côté
(2009), comprenant des pratiques d’information (des membres principalement), de formation et
d’éducation, de consultation, et de décision. Par la suite, en nous appuyant sur les items du référen-
tiel SD21000 qui propose une approche opérationnelle de ces dimensions, nous avons retenu les six
variables suivantes : l’accueil des salariés, la communication interne, l’investissement dans la forma-
tion des salariés, l’importance de la promotion interne, le pourcentage de participation aux réunions
et leur représentativité.
Les pratiques sociétales et environnementales
Étant donné l’importance de l’enjeu, il existe de nombreux instruments permettant de traduire et de
communiquer « l’inscription citoyenne » et catégoriser ces outils n’est pas aisé, comme le soulignent
Capron et Quairel-Lanoizelée (2010). Afin de décliner les différentes facettes des pratiques sociétales,
nous avons mobilisé celles énumérées par Reynaud (2003) et Caroll (1999), complétées par l’opé-
rationnalisation proposée par le référentiel SD21000. Par la suite, nous avons présenté la liste à des
experts (détails méthodologiques, infra) et retenu les variables les plus citées. Aussi, sont mobilisées
des variables en référence à l’environnement (diminution des pollutions notamment), au développe-
ment local (par exemple, développement économique territorial), à la communication avec les parties
prenantes (les relations avec les structures extérieures) et des soutiens aux initiatives citoyennes et aux
publics prioritaires.
La performance économique et financière
Elle est mesurée par trois types de rentabilité, car la littérature présente une grande diversité de défini-
tions et plusieurs types d’indicateurs sont utilisés (Brammer et Millington 2008). Nous avons retenu
des mesures « comptables » de la performance pour faciliter les comparaisons fondées sur la rentabilité
(Berman et al. 1999). Pour cela, nous mobilisons trois ratios généralement utilisés pour évaluer la
performance (Hart et Ahuja 1996) et visant à obtenir une mesure comparable : la rentabilité écono-
mique mesurée par le ROA (Return On Assets), la rentabilité financière mesurée par le ROE (Return on
Equity) et la rentabilité commerciale via le résultat rapporté au chiffre d’affaires.
La performance sociale
Elle comprend également différentes variables : selon Savall et Zardet (2001) la « performance sociale
se définit par le degré de satisfaction des acteurs », et selon le schéma de Reynaud (2003), elle fait

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
82 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

référence à l’égalité de traitement, de bonnes conditions de travail et le respect des droits de l’Homme.
Nous reprenons ces idées, en mesurant par trois variables la performance sociale  : la participation
élevée aux réunions, l’encadrement de l’échelle des salaires5, et la présence de conditions de travail
favorisant l’implication. Le respect de ces éléments se traduit également par une performance sur la
dimension sociale dans le référentiel SD21000.

La performance environnementale
Ce concept a été opérationnalisé avec la liste des items proposés dans le référentiel SD 21  000,
complétés par deux items propres aux SCOP proposés par les experts. Nous avons alors retenu des
variables en référence aux dimensions du référentiel, et plus précisément à la responsabilité sociétale
(exemple, la prise en compte de l’impact sociétal attachés aux produits/services), le développement
durable (exemple, la présence d’une Stratégie environnementale et d’écoconception) et la transparence
envers les parties prenantes (exemple, les informations aux clients et la coopération durable avec les
fournisseurs).

La performance globale
Ce construit est par définition multidimensionnel (figure 1). Étant donné sa complexité, nous avons
retenu d’une part ses déterminants social, économique, sociétal et environnemental (causes) en réfé-
rence au modèle de Reynaud (2003) et au triple bottom line (performance économique et sociale
et légitimité institutionnelle), et d’autre part ses manifestations (indicateurs réflectifs) appréciées à
l’aide des critères évoqués par Belucci et al. (2012), à savoir la croissance du chiffre d’affaires (dimen-
sion économique), la recherche d’échanges de savoirs et d’absence de conflit (dimension sociale), la
recherche de placement éthique, la gestion des risques de pollution, la participation à l’intérêt général
(dimension sociétale-environnementale pour légitimité). Ces éléments (indicateurs formatifs et réflec-
tifs) ont été proposés aux mêmes experts que ceux pour apprécier les pratiques sociétales et retenus
selon leur hiérarchisation. Ainsi, le modèle de mesure de la performance globale est représenté par un
modèle de type MIMIC (Multi-Indicateurs/Multi-Causes).
Nous discutons maintenant de nos hypothèses de recherche.

Les hypothèses de recherche


Nous retenons une hypothèse générale (HG) qui stipule que la performance globale est un construit
multidimensionnel (figure  1)  : il est déterminé simultanément par les performances économique,
sociale et environnementale (niveau II) et, indirectement, par les pratiques d’entreprise, pratiques
sociale et les pratiques sociétale-environnementale (niveau I).
Un postulat et trois hypothèses adjacentes à HG sont énoncés pour valider les sous-modèles repré-
sentatifs du déterminisme général de cette recherche :
–– Postulat : les organisations étudiées recherchant une performance économique et sociale ont une
identité duale représentée par des pratiques qualifiées à la fois d’entreprises et associatives (Chédotel
et Pujol 2012 ; Côté 2009).
H1 : les « pratiques associatives » ou « sociales » influencent significativement et positi-
vement la performance sociale (Côté 2009 ; Martory 2009).

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
83

H2 : les « pratiques d’entreprise » influencent significativement et positivement la per-


formance économique (Côté 2005 ; 2009 ; site CGSCOP).
H3 : les « pratiques sociétale-environnementale » influencent significativement la perfor-
mance économique et la performance environnementale (Capron et Quairel-Lanoizelée
2010 ; Margolis et Walsh 2003 ; Mackey et al. 2007 ; Reynaud 2003).
La section suivante présente le processus de validation de ces hypothèses.

2. Résultats des analyses empiriques

2.1. Méthodologie de la recherche


L’étude empirique s’appuie sur la spécification d’un modèle d’équations structurelles comportant un
modèle de mesure (les échelles de mesures des construits) et un modèle structurel : les relations cau-
sales entre la performance globale et ses dimensions, et les interactions entre les différentes dimensions
(figure 2). La phase de validation est réalisée sur des données collectées auprès d’entreprises spécifiques
que sont les SCOP (sociétés coopératives et participatives, présentées infra), car ces organisations sont
particulièrement concernées par une performance à la fois économique et sociale, voire une perfor-
mance élargie à plusieurs dimensions (Defourny et Nyssens 2008 ; Côté 2009).
Pour rappel, contrairement aux entreprises publiques ou privées, le capital des coopératives est
constitué par l’apport des salariés. Cette mise en commun du capital permet aux membres de la coo-
pérative, grâce à leur statut de propriétaire-client, d’être acteurs et bénéficiaires de leur propre réseau :
c’est donc la coopération des salariés qui permet d’assurer la performance économique et sociale. Les
SCOP reprennent ainsi les principes coopératifs habituels, avec une spécificité  : les salariés y sont
majoritairement les membres associés et donc, à la fois, employés et propriétaires de l’entreprise ou
« co-entrepreneurs »6. Les enquêtes de la Confédération Générale des SCOP (CGSCOP, 2011, site
internet) montrent que cette forme d’organisation facilite également les investissements des salariés
en faveur de la Société, notamment au sein d’associations et de conseils municipaux. Les sociétés
coopératives peuvent donc être considérées comme un pont entre l’entreprise traditionnelle, les coo-
pératives et le monde associatif dont elles combinent certains traits, et sont directement concernées
par la notion de performance globale. Cette caractéristique va naturellement influencer les résultats
obtenus puisque le terrain de recherche correspond au postulat et permet d’étudier les relations entre
les trois dimensions de la performance globale et d’en proposer une mesure intégrée. Aussi des orga-
nisations a priori sensibles aux concepts étudiés sont nécessaires pour répondre à notre interrogation.
En revanche cette caractéristique limite l’extrapolation des résultats observés.

2.1.1. LE TERRAIN DE RECHERCHE


La Confédération Générale des SCOP a mis à notre disposition le fichier national des 360 SCOP
dont l’effectif est strictement supérieur à 15 personnes, afin de comporter un système de gestion
développé, pour répondre aux différentes thématiques contenues dans notre questionnaire portant

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
84 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

sur les dimensions de la performance. De ce fait, parmi les 1920 SCOP en France, nous avons adressé
un fichier à 360 et obtenu 140 réponses dont 121 exploitables (les non-réponses ont été supprimées
afin de ne pas biaiser les résultats statistiques). La taille de cet échantillon est appréciable car il est issu
d’une population réduite7. Le tableau 1 décrit les caractéristiques de cet échantillon.

Tableau 1
Statistiques descriptives de l’échantillon

National (enquête Répondants issus


31/12/2011) de l’échantillon
Population de Scop 1910 121 (issues des 360)
Moyenne des effectifs 21 28,5
Moyenne des chiffres d’affaires (millions d’euros) 2 7
% secteur BTP 27 27,1
% secteur de la métallurgie, électricité 19 14.5
% secteurs éditions, bois, verre, étoffe 4 7,4
% secteur Alimentation, agriculture 5 9,5
% secteur des services matériels 15 9,5
% secteur des services intellectuels 18 16,5
% autres secteurs (sanitaire et social, sport, éducation…) 13,5 15,5

La surreprésentation des grandes SCOP (cf. les effectifs et chiffres d’affaires) dans l’échantillon
est due au choix d’un seuil plancher d’effectifs dans l’administration du questionnaire. Néanmoins,
les caractéristiques sectorielles de notre échantillon sont assez proches de celles de la population. En
conséquence la généralisation de nos résultats empiriques à l’ensemble de la population des SCOP de
plus de 15 salariés n’est pas problématique pour la validité externe.

2.1.2. LES ÉCHELLES DE MESURE


Le processus de développement et de purification de ces items est réalisé en deux temps. En premier,
les définitions opérationnelles des différents construits et les mesures souvent parcellaires proposées
dans la littérature, nous ont permis de générer un ensemble d’énoncés pour chaque échelle. La validité
faciale de ces échelles a fait l’objet d’un entretien semi directif auprès de dirigeants de cinq SCOP
et de la CGSCOP8. Après avoir jugé que la validité de contenu était satisfaisante, un questionnaire
comportant les différentes échelles a été envoyé aux SCOP. Ce questionnaire est structuré sur la base
du modèle conceptuel présenté et comporte une fiche signalétique de l’entreprise, les pratiques en
matière d’évaluation et mesure de la performance, les pratiques sociales, et les pratiques sociétales
et environnementales. Les items des échelles de mesures des différents construits sont donnés dans
l’annexe 1 avec l’alpha de Cronbach obtenu9.
Au final, nous avons développé des modèles de mesure pour chacun des construits théoriques :
l’annexe 2 résume les principales étapes de validation des construits. Notre procédure s’appuie sur

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
85

les travaux récents sur le développement d’une mesure (Jarvis et al. 2003)  : l’examen des validités
convergente et discriminante des échelles de mesure a été effectué avec des analyses exploratoires et
confirmatoires et la validité prédictive et nomologique des échelles de mesure a été examinée dans le
cadre des analyses confirmatoires du MES (annexe n° 2).

2.1.3. LE MODÈLE STRUCTUREL


Pour examiner les relations de dépendance hypothétiques postulées par les hypothèses générale et
adjacentes décrites plus haut (figure 2) nous avons dans un premier temps spécifié un modèle d’équa-
tions structurelles10 (figure n° 3, infra) :
Modèle I : modèle d’équation structurelle sans les variables modératrices
h = Bh + Gx + z (1)
Avec la notation suivante : h (PerfECO, PerfSOC, PerfENV, PerfGLOB) et x (PratENT, PratSOC,
PratSOCIET, z le terme d’erreur.
Nous avons aussi spécifié un modèle structurel rival dans lequel la performance globale est segmen-
tée (figure 1b), à savoir :
PERFGLOB = f1 PERFSOC + f2 PERFECO + f3 PERENV + z (2)
Avec PERFECO= Sai Indecoi  ; PERFSOC= Sbi Indsoci  ; PERFENV= Sgi Indenvi  ; Indeco,
Indsoc, Indenv sont respectivement les indicateurs de mesure de la performance économique, sociale
et environnementale (les items des échelles de mesures) et les coefficients f, a, b, g représentent le
poids de chacun des indicateurs. Pour juger de la validité d’un modèle, nous avons retenu les indices
d’ajustements préconisés dans la littérature (Kline 2011). Le tableau 2 résume les principaux indices
d’ajustement du modèle I sont satisfaisants. Il montre que relativement aux seuils admis, le modèle I
ne peut être rejeté. Par ailleurs, le modèle rival11 (équation 2) est rejeté relativement au modèle I. Nous
pouvons donc soutenir qu’un modèle conceptuel d’une performance globale conjuguant ces diffé-
rentes dimensions a un pouvoir explicatif supérieur à un modèle dissociant les différentes dimensions
de la performance12.
Tableau 2
Tests et indices d’ajustement du modèle I

Indices d’ajustement Seuil d’acceptation


• χ2 (ddl = 108) = 170,6
p = 0,00179 • P > 0,05
• χ2 normé (χ2/ddl) = 1,62 •<4
• NFI = 0,91 • > 0,9
• RMSEA = 0,064 • < 0,08
• AGFI = 0,92 • > 0,9

Par ailleurs, les coefficients de déterminations multiples des construits sont satisfaisants (les R2
supérieurs à 0.5) sauf pour la performance globale dont la variance expliquée par les trois dimensions
de la performance (PerfEco, PerfSOC, PerfENVT) est de 39,2 %. Ce résultat encourageant montre

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
86 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

néanmoins que le contenu de ce construit est relativement difficile à délimiter et donc à expliquer
malgré les pré-tests (cf. les recherches ultérieures).
Nous discutons maintenant en détail les principaux résultats avant de conclure sur les implications
managériales.

2.2. Résultats et interprétation


Pour apprécier l’importance relative de chacune des dimensions de la performance, nous reportons les
paramètres estimés standardisés (figure 3). Par la suite, nous fournirons les paramètres non standardi-
sés qui serviront à effectuer des expérimentations contrefactuelles (cf. tableau 5).
La figure 3 ne fait pas apparaître les relations entre les pratiques (pratiques d’entreprise avec pra-
tiques sociales, pratiques d’entreprise avec pratiques sociétales, et pratiques sociales avec performance
économique) car elles sont statistiquement non significatives au sein de notre échantillon.
Dans un premier temps les facteurs de structure (taille, secteur d’activité) ne sont pas pris en
compte. Les principaux résultats sont résumés dans le tableau 3. Les résultats du modèle d’équations
structurelles estimé (Modèle I, équation 1) sont reportés sur la figure 3.

Figure 3
Modèle d’équations structurelles estimé

PratENT 0,57* PerfEco

0,1** 0,25*
0,10**

PratSOCIET 0,79* PerfENVT 0,18 PerfGlobale

0,09**
0,62* 0,48*

PratSOC 0,71* PerfSoc

Légende : * α à 5 %, ** α à 10 %


Pratiques d’entreprises (PratEnt) ; pratiques sociétales et environnementale (PratSoc-envt ) ; pratiques sociales
(Pratsoc)  ; performance économique  (perfEco)  ; performance environnementale  (perfEnvt)  ; performance
sociale (perfsoc) ; performance globale (PERFGlobale).

Il ressort que les hypothèses HG, H1, H2 et H3, sont confirmées (pour la H3 a = 0,10).

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
87

Nous constatons aussi que la performance sociale impacte deux fois plus la performance globale
que la composante économique et financière. Ce résultat est intéressant et supporte l’idée d’élargir
la notion de la performance économique et financière pour tenir compte des aspects sociaux de la
performance. Néanmoins le rôle de la dimension sociétale et environnementale (PratSOC-ENVT)
largement discuté dans la littérature est marginal et influence peu la performance économique et
globale. Ainsi son effet direct sur la performance globale n’est que de 0.09, moins d’un dixième de sa
variance, et l’effet indirect médiatisé par la performance économique est seulement de 0,028 ; soit un
effet total relativement faible (0,028 + 0,09 = 0,118).

Tableau 3
Validation empirique des hypothèses sur les relations structurelles

Hypothèses Résultats
testées Sens attendu de la relation Acceptation de l’hypothèse (a = 0,05)
HG Confirmée oui
H1 Confirmée oui
H2 Confirmée oui
H3 Confirmée significatif avec a = 0,10

2.2.1. LES FACTEURS MODÉRATEURS


Précédemment, nous avons estimé un modèle structurel sous l’hypothèse d’homogénéité des com-
portements des SCOP. Nous avons souligné que cette hypothèse forte sera ensuite relâchée pour tenir
compte de leurs spécificités en fonction de leurs tailles (effectifs, chiffres d’affaires) et du secteur d’acti-
vité. Ces variables de contrôle ont déjà été discutées dans la littérature sur les stratégies d’entreprises
et nous souhaitons ici examiner leurs impacts sur les principales relations causales entre les différentes
performances. En conséquence, nous retenons une hypothèse générale qui ne précise pas le sens de
l’impact des facteurs modérateurs.
HG1 : L’intensité des relations causales entre les pratiques et les performances sur la performance
globale dépend des facteurs de contingence (taille, secteur d’activité, chiffres d’affaires). Cette hypo-
thèse postule une hétérogénéité dans les comportements des SCOP.
Pour tester cette hypothèse, nous avons spécifié deux modèles imbriqués. Dans le modèle I, les
facteurs de contingence sont posés comme des variables confondantes (variables de contrôles), c’est-à-
dire des causes communes à la performance économique et à la performance sociale (figure 4). Dans
le modèle II (équation 3), nous avons ajouté une variable qui représente le terme d’interaction qui
mesure les effets modérateurs des facteurs de contingence.
Modèle II : Avec la variable modératrice Taille
h = Bh + Gx + P hx + z * (3)

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
88 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Figure 4
Modèle II – Le facteur Taille comme variable confondante

PratENT 0,50* PerfEco

0,1** 0,28*
0,10**
0,15*

PratSOCIET 0,79* PerfENVT 0,18 PerfGlobale

0,09** 0,08* 0,53*


0,57*

PratSOC 0,71* PerfSoc 0,05* Taille

* significatif au seuil α à 5 % ; ** au seuil α à 10 %

Ce modèle ne présente pas les relations non significatives telles que les liens entre pratiques d’entre-
prise et pratiques sociales, ou pratiques d’entreprise et pratiques sociétales-environnementales.

2.2.2. L’IMPACT DES VARIABLES MODÉRATRICES


Les résultats des estimations du modèle I et du modèle II montrent que les effets d’interaction sont
négligeables, et seules les variables Taille et Secteur d’activité (notamment du BTP13) ont des impacts
significatifs positifs sur les performances des SCOP.
D’après la figure  4, nous pouvons souligner que la taille impacte positivement la performance
économique et faiblement la performance sociale. En ce qui concerne l’impact du secteur d’activité,
les performances économiques sont relativement supérieures dans le secteur de BTP, lequel représente
un tiers de la population des SCOP et d’individus dans notre échantillon.
Le tableau 4 résume les indices d’ajustement, lesquels sont satisfaisants.

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
89

Tableau 4
Indices d’ajustement du modèle II

Indices d’ajustement Seuil d’acceptation


• χ (ddl = 105) = 166,5
2

p = 0,00114 • P > 0,05


• χ2 normé (χ2/ddl) = 1,58 •<4
• NFI = 0,91 • > 0,9
• RMSEA = 0,061 • < 0,08
• AGFI = 0,94 • > 0,9

Globalement peu de changements sont observés par rapport aux indices du premier modèle
(tableau 2). Néanmoins, les principaux résultats sont i) qu’avec l’augmentation des effectifs la per-
formance économique et sociale est supérieure, ii) que le secteur industriel (BTP) a une performance
économique supérieure au secteur des services mais ne modifie pas la performance globale, et iii) les
pratiques sociétales-environnementales ont un impact relativement faible (statistiquement significa-
tif qu’au seuil de 10 %) sur la performance économique et sur la performance globale lorsque les
variables de contrôle sont introduites.
Ce résultat mitigé du rôle des pratiques sociétales-environnementales est ensuite discuté.

2.2.3. L’IMPACT DES PRATIQUES


Les figures 3 et 4 illustrent, de manière stable, un impact positif des « pratiques d’entreprises » sur la
performance économique et financière, de même pour les « pratiques sociales » sur la performance
sociale et les pratiques sociétales sur la performance environnementale. Ces résultats confirment et
prolongent ceux de Côté (2009), qui supposait un effet positif de ces pratiques sur les performances
économique et sociale. Cependant les pratiques sociales jouent un rôle central sur les pratiques socié-
tales et la performance environnementale. Ce résultat est intéressant car il montre que les pratiques
sociétales, apparentées à la RSE, sont le résultat des pratiques sociales et que son rôle comme détermi-
nant des performances observées est loin d’être décisif.
Nos résultats viennent démontrer l’impact positif des pratiques et des performances économiques
et sociales sur la performance globale, et soutenir l’idée que les organisations qui intègrent des pra-
tiques d’entreprise, des pratiques sociales et environnementales voient leur performance globale
s’améliorer. Ces relations, testées sur des sociétés coopératives, confirment les éléments théoriques
précédents (TPP et théorie des ressources) et soulignent les impacts des pratiques sociales sur les pra-
tiques sociétales-environnementales et la faiblesse de ces dernières sur la performance économique.
Ce résultat plaide pour une approche globale des pratiques d’une organisation afin d’apprécier la
performance dans ses différentes dimensions.
Néanmoins des écarts avec certaines études antérieures montrant un fort effet des pratiques socié-
tales-environnementales et suggérant des investissements en RSE, nécessitent des explications. En
effet, relativement aux hypothèses portant sur l’influence positive des performances économique,

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
90 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

sociale et environnementale sur la performance globale, nos résultats apparaissent concluants, excepté
pour l’impact des pratiques sociétales-environnementales sur la performance globale où la relation
est faible. Alors que le terrain mobilisé était favorable à la validation des hypothèses, à travers un lien
statistiquement significatif qu’au seuil de 10 %, nous retrouvons les débats sur les difficiles relations
qu’entretiennent les investissements en RSE et la performance économique et financière (Allouche et
Laroche 2005 ; Berman et al. 1999 ; Trébucq et d’Arcimoles 2003).
Une explication peut résider dans l’horizon long terme de l’influence des pratiques sociétales-envi-
ronnementales qui peut être en décalage avec le caractère court-termiste de la mesure de la perfor-
mance considérée (mesure de rentabilité). Cet écart entre nos résultats et les promoteurs d’une vision
positive du lien entre «  pratiques sociétales-environnementales  » et performance économique peut
aussi s’expliquer par une contingence de ce lien (i.e. l’historique de l’organisation avec ses parties pre-
nantes), ou bien s’expliquer par des comportements opportunistes de la part de certains répondants
(s’approprier de manière inéquitable des ressources, ce qui détruit des bénéfices issus des pratiques
environnementales et détériore l’influence sur la performance économique).

2.3. Discussion des résultats


Dans le cadre des SCOP, les résultats de nos analyses statistiques montrent qu’une représentation
intégrée des dimensions économiques, sociales, et sociétales-environnementales de la performance
(équations 1 et 3) a un meilleur pouvoir explicatif qu’une représentation segmentée (équation 2). Cela
montre que les analyses empiriques mobilisant tour à tour deux dimensions de la performance ne sont
pas satisfaisantes car elles ignorent la complexité des mécanismes d’interactions entre les pratiques et
les dimensions de la performance globale. Sur la base de ces résultats, avec ou sans la prise en compte
des variables de contrôle, on peut envisager des implications théoriques et managériales et suggérer des
pistes de recherches sur l’évaluation de la performance globale.

2.3.1. IMPLICATIONS THÉORIQUES


Nos résultats confirment la nature multidimensionnelle de la performance et à l’aide d’un premier
modèle testé sur des organisations cette recherche enrichit les travaux portant sur la performance
globale. La mobilisation des deux cadres théoriques (la théorie des parties prenantes et théorie des res-
sources) pour leurs aspects instrumentaux complémentaires permet d’obtenir un modèle intégrateur
de la performance globale, tenant compte des interactions entre les trois dimensions mises en évidence
dans la revue de littérature. Précisément, nous confirmons les principales prédictions de la TPP et de
la théorie de la dépendance aux ressources concernant les liens positifs entre les trois composantes de
la performance globale et l’intérêt du concept même de performance globale lorsqu’il est intégré. Les
travaux de réflexion (Pesqueux 2004 ; Capron et Quairel 2006) sont alors précisés par une approche
formalisée qui démontre les résultats souvent pressentis par les premières recherches (les hypothèses de
Capron et Quairel 2006) et nuance certains travaux sur l’impact de la performance environnementale,
tout en révélant le poids de la performance sociale dans la performance globale.
Ainsi les résultats indiquent qu’il faut aussi nuancer certaines prédictions de la TPP. En observant
les paramètres structurels du MES, il apparaît que la dimension sociale impacte plus fortement la

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
91

performance globale que les deux autres dimensions économique et environnementale. Bien qu’elles
soient liées, il semblerait que l’on puisse envisager une hiérarchisation des effets des trois dimensions
de la performance globale au sein de notre échantillon. De même, si la théorie de la dépendance aux
ressources apparaît validée au regard des relations positives entre les pratiques et les performances
intermédiaires, les résultats nuancent la TPP : les liens entre les pratiques sociétales-environnemen-
tales et la performance globale sont faibles (mais statistiquement significatifs au seuil de 10 %). Il est
cependant possible qu’un délai soit nécessaire entre le recensement des pratiques et la mesure des effets
sur la performance globale puisque les démarches sont récentes dans les SCOP étudiées et nécessitent
un temps pour produire des impacts.
Enfin, la validation du modèle de mesure de la performance globale appelle d’autres travaux théo-
riques et empiriques. Il serait par exemple intéressant d’examiner les effets de la performance globale
sur les comportements des parties prenantes, et d’identifier les mécanismes d’influence (i.e. la réputa-
tion).

2.3.2. IMPLICATIONS MANAGÉRIALES


Relativement aux SCOP, qui constituent le terrain d’étude du modèle théorique, les résultats peuvent
aider l’évaluation des pratiques de ces entreprises sur leurs résultats économiques, sociales et in fine sur
leur performance globale. En effet, les SCOP sont auditées chaque année ou tous les 5 ans selon leur
statut de société anonyme à responsabilité limitée ou non, par l’intermédiaire d’auditeurs réglementés
dans le cadre de la révision coopérative. Le décret de 1984 présente la révision comme « un bilan des
activités juridiques, sociales et économiques ».
Dans la mise en pratique, les réviseurs appartenant à une des cinq unions régionales membres de la
CGSCOP s’appuient sur un document adapté par les unions régionales, d’où des pratiques différen-
ciées, parfois éloignées du décret, et orientées vers le recueil de données aisées – le respect des règles
légales coopératives, les aspects économiques à partir des soldes de gestion et d’un bilan fonctionnel,
et parfois des aspects sociaux tels que la formation, la politique de rémunération - car les réviseurs
ne disposent que d’une journée pour rencontrer les responsables et traiter les informations. Avec
les variables présentées dans le modèle, il est possible d’identifier des indicateurs clefs pour opérer
un jugement. En effet ces organisations recherchent une performance économique et sociale, et si
possible élargie aux aspects sociétaux et environnementaux pour légitimer leurs actions. Les variables
retenues dans le modèle peuvent constituer les éléments clef de réussite d’une performance qualifiée
de globale et faire l’objet d’un recueil d’information lors de la révision.
Par ailleurs, un des principaux enseignements de notre travail est le rôle relativement faible des
pratiques sociétales-environnementales dans la performance globale des SCOP. D’après les résultats
de notre modèle structurel, il semble que ces pratiques soient plus une conséquence des pratiques
sociales des SCOP. Les attentes en termes de retombées économiques et financières apparaissent alors
faibles et la question d’un investissement conséquent dans les démarches de type RSE pour améliorer
la rentabilité est posée.
En outre, le modèle structurel (figure 2) peut être utilisé pour élaborer, par exemple, de bonnes
pratiques au sein des SCOP. Afin d’apprécier la richesse de cette conceptualisation relativement
aux indices composites, nous avons effectué plusieurs simulations résumées par le tableau  5. La

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
92 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

construction de ce tableau repose sur le processus suivant. Dans un premier temps, nous avons cal-
culé les scores des différentes variables du modèle I sans standardiser les paramètres. Cette étape est
usuelle avec la régression linéaire, Y = aX +b + e dans laquelle le paramètre d’une variable explicative
X s’interprète comme l’effet causal de X sur Y. Bien entendu, notre modèle est plus riche car il per-
met d’estimer à la fois l’effet direct, l’effet indirect et donc total d’une variable sur une autre. Dans
un second temps, nous avons calculé la taille de l’effet de chacune des pratiques sur les différentes
dimensions de la performance.
Tableau 5
Taille des effets des pratiques sur les performances

Pratiques \ Performances PERFSOC PERFENV PERFECO PERFGLOB


Pratiques sociales 7,1 % – 2,1 % 3,3 %
Pratiques d’entreprise – – 5,5 % 1,5 %
Pratiques sociétales – 1,8 % – 1,1 %

L’interprétation des coefficients sur le tableau est simple. Par exemple une augmentation de 1 %
du score des pratiques sociales produirait une augmentation du score de la performance globale de
3,3 %, de 7,1 % pour le score de la performance sociale et de 2,1 % la performance économique.
Par ailleurs, ce modèle estimé peut permettre d’effectuer des analyses comparatives nationales entre
sociétés coopératives.

2.3.3. VOIES DE RECHERCHE


Notre modèle structurel complète les études sur la performance globale en validant des études de cas
et des enquêtes sur le terrain des coopératives (Côté 2005 ; Daudigeos et Valiorgue 2010) en clarifiant
le poids de chaque variable dans le réseau nomologique. Dans ce cadre nous avons montré que les pra-
tiques sociétales et environnementales ont un impact relativement faible dans les résultats des SCOP.
Ce résultat complète donc l’indécision des résultats issus des revues de littérature (Griffin et Mahon
(op.cit), supra), où apparaît un impact soit fort, soit faible, soit absent ; et ceci sur un échantillon
d’organisations a priori sensibles aux éléments sociaux, sociétaux et environnementaux (les SCOP).
Cependant l’absence d’un lien statistiquement significatif entre les pratiques sociétale-environnemen-
tale et la performance économique et financière est ténue dans le cadre des SCOP françaises. Ce résul-
tat peut amener plusieurs prolongements conceptuels et méthodologiques. Premièrement, la validité
de nos construits peut être améliorée, notamment les items de la performance globale dont l’alpha de
Cronbach est relativement faible. Deuxièmement, l’impact des pratiques sociétale-environnementale
est dynamique et nécessite donc des travaux sur des données longitudinales de longue période. Enfin,
malgré la prise en compte des interrelations entre les pratiques et les performances, notre modèle
reste relativement linéaire à travers la méthode des équations structurelles. Cependant les résultats
montrent qu’une organisation se comportant en « entreprise citoyenne » influencera favorablement
sa performance globale, et ceci de manière relativement générale sur l’échantillon considéré. Aussi
nous enrichissons les recherches portant sur la qualification de la performance globale en proposant

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
93

un modèle stabilisé et un ensemble de construits pour les concepts de performance économique,


performance sociale et performance globale. Ces résultats complètent les premières recherches sur la
performance globale ayant une approche qualitative.

Conclusion
Cette recherche s’est appuyée sur un cadre théorique mixte (la théorie des parties prenantes et théorie
des ressources) pour éclairer la compréhension des liens entre les dimensions sociale, économique
et sociétale-environnementale de la performance globale. Devant les résultats divergents obtenus, le
plus souvent par des études hétérogènes, l’objectif était de proposer une modélisation fondée sur la
méthode des équations structurelles pour tester simultanément les relations entre les dimensions de
la performance globale auprès d’organisations a priori favorables au concept. Tout d’abord, nos résul-
tats montrent que le recours à un management « intégré », avec des pratiques d’entreprises, sociales
et sociétales, influence positivement la performance globale. D’autre part, nos résultats démontrent
l’effet positif de la performance sociale sur la performance globale et des pratiques sociales sur les
pratiques sociétale-environnementale. Cependant, le modèle obtenu aboutit à une certaine hiérarchi-
sation des effets des trois dimensions de la performance globale, ce qui interroge la notion de gestion
intégrée de la performance, notamment dans les organisations étudiées qui étaient a priori favorables
à ces pratiques. En outre, les résultats doivent être interprétés en tenant compte d’un certain nombre
de limites attachées à ce premier modèle de performance globale, notamment le choix des variables
pour opérationnaliser les pratiques sociétales-environnementales et la performance globale. Aussi,
pour augmenter la validité externe de ce modèle de mesure de la performance et étendre la recherche
à d’autres contextes organisationnels, d’autres études empiriques sont souhaitables.
Si les variables utilisées pour l’évaluation de la performance globale semblent encore à améliorer,
elles constituent un premier pas vers une mesure ou estimation de ce concept par nature englobant.
En effet, si le moyen le plus couramment utilisé est, par facilité, de dissocier les dimensions de la per-
formance, une approche intégrative paraît préférable à la juxtaposition des performances pour appré-
cier la nature globale. En ce sens, les variables proposées peuvent créer une dynamique d’apprentissage
et élargir les options pour les décisions.

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
94 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Notes différentiel de salaires modéré et l’attribution de


la « part travail » à tous les salariés en cas de béné-
1. C’est-à-dire une partie prenante, ou « un individu fices) mais s’exprime aussi au travers des notions
ou groupe d’individus qui peut affecter ou être de gouvernance démocratique et de transparence
affecté par la réalisation des objectifs organisation- de l’information.
nels » (Carroll et Buchholtz 2000, p. 66).
7. La marge d’erreur de cet échantillon se calcule
2. L’appropriation de ces ressources est source d’avan-
sur la base d’une population parente réduite.
tages concurrentiels soutenables pour l’entreprise.
En tenant compte de la taille de notre popula-
Les modèles formulent ainsi des relations de cau-
tion, notre échantillon est en réalité équivalent à
salité entre un niveau de ressources, d’avantages
300 individus dans le cas d’un tirage au sein d’une
concurrentiel et un niveau de performance (Fahy
population de grande taille.
2002 ; Bharadwaj et al. 1993).
8. Les « experts » correspondent aux cinq dirigeants
3. Comme nous nous intéressons aux organisations
de coopératives et quatre réviseurs coopératifs,
poursuivant des objectifs plus larges que la seule
c’est-à-dire des professionnels agréés par le minis-
performance financière, nous mobilisons le cadre
tère pour effectuer la révision coopérative selon
du modèle d’équilibre coopératif proposé par
l’article 1er du décret 84-1027.
Côté (2009), distinguant dans les organisations
les pratiques managériales en référence à l’entre- 9. Seuls des extraits du questionnaire sont présen-
prise, dites pratiques d’entreprises, et des pratiques tés car le nombre important des items ne permet
managériales en référence aux aspects sociaux, dites pas l’exhaustivité ; cependant les items listés cor-
pratiques sociales. Cette segmentation s’appuie sur respondent à ceux gardés à l’issue de l’épuration
la reconnaissance d’une identité duale au sein des d’items et les coefficients Alpha indiquent une
organisations étudiées, ce qui correspond à notre bonne cohérence interne des échelles de mesure.
échantillon. 10. L’estimation des paramètres a été effectuée avec le
4. Norme française sur le management des entreprises logiciel Lisrel 8.80.
et le développement durable publiée par l’AFNOR 11. Ce modèle est imbriqué (ou niché) dans le
en mai 2003, dont la rédaction suit le modèle d’un modèle I. Les tests statistiques de comparaison ont
guide pratique. Son intérêt est d’avoir été testé sur été effectués à l’aide des métriques suivantes : CFI,
différentes structures et de contenir une approche BIC, AIC.
opérationnelle facilitant sa prise en compte. 12. Par ailleurs les corrélations observées (les coeffi-
5. Les réponses à cette question sont confrontées aux cients du modèle structurel) entre les différentes
données comptables fournies et étudiées à partir dimensions sont confirmées par les analyses facto-
de la définition de « l’entreprise solidaire » donnée rielles (cf. la méthodologie, annexe n° 2).
dans le code du travail : « la moyenne des rému- 13. Le test a été fait avec cette variable codée  :
nérations des cinq salariés ou dirigeants les mieux BTP = 1 ; autres secteurs = 0. Il est difficile de tenir
rémunérés n’excède pas cinq fois le SMIC ». compte des différents secteurs d’activité dans notre
6. Le statut de SCOP impose qu’au moins 51 % du échantillon car le nombre de SCOP présent dans
capital social soit détenu par les salariés associés et chacun est faible.
au moins 65 % des droits de vote, toujours selon
le principe « une personne, une voix », tout sala-
rié ayant vocation à devenir associé au bout d’une Bibliographie
certaine période, fixée par l’entreprise. Ce droit
de vote permet, notamment, aux salariés d’élire Acquier, A., Aggeri, F. (2007). Une généalogie de la
leur dirigeant. Cette considération se traduit pensée managériale sur la RSE. Revue française de
sous forme de reconnaissance financière (avec un gestion 11 (180): 131-157.

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
95

Allouche, J., Laroche, P. (2005). A Meta-analytical management in the public sector. Management
investigation of the relationship between Accounting Research 11: 281-306.
Corporate Social and Financial Performance. Buysse, K., Verbeke, A. (2003). Proactive environmen-
Revue de Gestion des Ressources Humaines, juillet- tal strategies: A stakeholder management perspec-
septembre : 18-42. tive. Strategic Management Journal 24 : 453-470.
Bharadwaj, S., Varadarajan, P. R., Fahy, J. (1993). Capron, M., Quairel, F. (2006). Evaluer les stratégies
Sustainable competitive advantage in service de développement durable des entreprises : l’uto-
industries: a conceptual model and research pro- pie mobilisatrice de la performance globale. Revue
positions. Journal of Marketing 57 (4): 83-99. de l’organisation responsable 1 (1) : 5-17.
Baret, P. (2006). L’évaluation contingente de la Perfor­ Capron, M., Quairel-Lanoizelée, F. (2010). La respon-
mance Globale des Entreprises : Une méthode pour sabilité sociale d’entreprise. Paris  : La Découverte,
fonder un management sociétalement responsable ? coll. Repères.
2ème journée de recherche du CEROS, 1-24.
Carroll, A.B. (1979). A three-dimensional concep-
Barney, J. B. (1991). Firm resources and sustained tual model of corporate performance. Academy of
competitive advantage. Journal of Management Management Review 4 (4): 497-505.
17 (1): 99-120.
Carroll, A.B. (1999). Corporate Social Responsibility.
Belucci, M, Bagnoli, L, Biggeri, M., Rinald, V. (2012). Business & Society 38 (3): 268-295.
Performance measurement in solidarity economy
Carroll, A.B., Buchholtz A. K. (2000). Business &
organizations: The case of fair trade shops in Italy.
Society, Ethics and Stakeholder Management. South-
Annals of Public and Cooperative Economics 83 (1):
Western Publishing, Cinn., Ohio.
25–59.
Chédotel, F., Pujol, L. (2012). L’influence de l’identité
Berman, S.L., Wicks, A.C., Kotha, S., Jones, T.M.
sur la compétence collective lors de prises de déci-
(1999). Does stakeholder orientation matter? The
relationship between stakeholder management sions stratégiques. Finance Contrôle Stratégie 15 (2)
models and firm financial performance. Academy [En ligne].
of Management Journal 42 (5): 488-506. Clarkson, M.B.E. (1995). A stakeholder framework
Bieker, T. (2002). Managing corporate sustainability for analysing and evaluating corporate social
with the Balanced Scorecard: Developing a Balanced performance. Academy of Management Review
Scorecard for Integrity Management. Oikos PhD 20: 92-117.
summer academy. Cohen, J. (1994). The world is round (p < .05).
Bollen, K.A. (1989). Structural Equations with Latent American Psychologist 49: 997–1003.
Variables. JohnWiley & Sons. Côté, D. (2005). Loyauté et identité coopérative :
Borsboom, D., Mellenberghet Van Heerden, J. l’implantation d’un nouveau paradigme coopéra-
(2003). The theoretical status of latent variables. tif. Revue Internationale de l’Économie Sociale 295 :
Psychological Review 110 (2): 203-219. 50-69.
Bourguignon, A. (1995). Peut-on définir la perfor- Côté, D. (2009). Gestion de l’équilibre coopératif :
mance  ? Revue Française de Comptabilité 269  : Cadre théorique. Économies et solidarités 38 (1)  :
61-65. 112-126.
Brammer, S., Millington, A. (2008). Does it pay to be Daudigeos, T., Valiorgue, B. (2010). Les liens incer-
different? An Analysis of the relationship between tains entre RSE et création de valeur marchande.
corporate social and financial performance. Revue Française de Gestion 203 : 25-39.
Strategic Management Journal 29 (12): 1325-1343. Davis, K. (1973). The Case For and Against Business
Brignall, S., Modell, S. (2000). An institutional Assumption of Social Responsibilities. Academy of
perspective on performance measurement and Management Journal 16: 312–322.

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
96 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Defourny, J., Nyssens, M. (2008). Social Enterprise in Accounting, Organizations and Society 35 (1):
Europe: Recent Trends and Developments. Social 63–80.
Enterprise Journal 4: 202-228. Hillman, J., Keim G. (2001). Shareholder value,
Dohou, A., Berland, N. (2007). Mesure de la perfor- stakeholder management, and social issues : what’s
mance globale des entreprises. 28ème Congrès de l’As- the bottom line? Strategic Management Journal
sociation Francophone de Comptabilité, Poitiers. 22 (2) : 125-139.
Donaldson, T. (1982). Corporations and Morality. Hipp, J. R., Bauer, D. J., Bollen, K. A. (2005).
Englewood Cliffs, N.J.: Prentice Hall. Conducting tetrad tests of model fit and contrasts
Durand, R. (2000). Analyse par les ressources de la of tetrad-nested models: A new SAS macro.
performance des entreprises françaises. In Le Structural Equation Modeling 12 (1): 76-93.
management stratégique des compétences (Quélin, Hockerts, K. (2001). Corporate sustainability mana-
B., Arrègle, J.-L). Ellipses, 83-125. gement, towards controlling corporate ecological and
Elkington, J. (1997). Cannibals with forks: The triple social sustainability. Proceedings of Greening of
bottom line of 21st century business. Capstone: industry network conference, Bangkok.
Oxford. Horvathova, E. (2010). Does environmental perfor-
Evan, W. M., Freeman, R. E. (1988). A stakehol- mance affect financial performance? A meta analy-
der theory of the modern corporation: Kantian sis. Ecological Economies 70 (1): 52-59.
capitalism. In Ethical Theory and Business (Eds, Ittner, C., Lacker, D. F. (2004). Coming up short on
Beauchamp, T.L., Bowie, N.E). Englewood Cliffs, nonfinancial performance measurement. Harvard
97-106. Business Review (2): 88-93.
Fahy, J. (2002). A resource-based analysis of sustai- Jarvis, C.B., Mackenzie, S.B., Podsakoff, P.M. (2003).
nable competitive advantage in a global environ- A critical review of construct indicators and mea-
ment. International Business Review 11 (1): 57-77. surement model misspecification in marketing and
Freeman, R.E. (1984). Strategic Management: A consumer research. Journal of Consumer Research
Stakeholder Approach. Pitman. 30 (2): 199-218.
Friedman, M. (1962). Capitalism and freedom. Uni­­ Kline, R.B. (2011). Principles and Practice of Structural
versity of Chicago Press. Equation Modeling. 3me éd. New York: Guilford
Germain, C., Trébucq, S. (2004). La performance Press.
globale de l’entreprise et son pilotage  : quelques Lorino, P. (2003). Méthodes et pratiques de la perfor-
réflexions. Semaine sociale Lamy, 35-41. mance - Le guide du pilotage. Eds d’Organisation.
Griffin, J.J., Mahon, J.F. (1997). The Corporate Social Lorino, P. (2001). Le balanced scorecard revisité :
Performance and Corporate Financial Performance dynamique stratégique et pilotage de performance,
Debate. Business and Society 36: 5-31. exemple d’une entreprise énergétique. 22ème Congrès
Hart, S., Ahuja, G. (1996). Does it pay to be green? An de l’Association Francophone de Comptabilité.
empirical examination of the relationship between Mackey, A., Mackey, T.B., Barney, J.B. (2007). Cor­
emission reduction and firm performance. Business porate Social Responsibility and firm performance:
Strategy and the Environment 5 (1):30-37. Investor preferences and corporate strategies.
Haugh, H., Kitson, M. (2007). The Third Way and Academy of Management Review 32 (3): 817-835.
the third sector: New Labour’s economic policy McWilliams, A., Siegel, D. (2000). Corporate
and the social economy. Cambridge Journal of Social Responsibility and financial perfor-
Economics 31: 973-994. mance: Correlation or misspecification? Strategic
Henri, J.F., Journeault, M. (2010). Eco-control : Management Journal 21 (5): 603-610.
the influence of management control system on MacKenzie, S.B., Podsakoff, P.M., Jarvis, C.B.
environmental and organizational performance. (2005). The problem of measurement model

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
97

misspecification in behavioral and organizatio- Supizet, J. (2002). Total balanced scorecard, un pilo-
nal research and some recommended solutions. tage aux instruments. L’informatique professionnelle
Journal of Applied Psychology 90 (4): 710-730. 209 : 15-20.
Margolis, J.D., Walsh, J.P. (2003). Misery loves com- Surroca, J., Tribó, J. A., Waddock, S. (2010).
panies: Rethinking social initiatives by business. Corporate responsibility and financial perfor-
Administrative Science Quarterly 48 (2): 268-305. mance: the role of intangible resources. Strategic
Martory, B. (2009). Contrôle de gestion sociale. 6ème éd., Management Journal 31 (5): 463-490.
Paris: Vuibert. Trébucq, S., d’Arcimoles, C.H. (2003). Etude de l’in-
Orlitzky, M., Schmidt, F.L., Rynes, S.L. (2003). Cor­ fluence de la performance sociétale sur la performance
porate social and financial performance: A meta financière et le risque des sociétés françaises cotées
analysis. Organization Studies 24 (3): 403‑441. (1995-2002). Colloque La responsabilité globale
Paton, R. (2003). Managing and Measuring Social de l’entreprise, un nouveau modèle de régulation
Enterprises. Thousand Oaks, Calif.: Sage. de l’entreprise ? Audencia, Nantes.
Pesqueux, Y. (2004). La notion de performance glo­bale Weaver, G.R., Trevino, L.K., Cochran, P.L. (1999).
en question. 5me Forum international ETHICS, Integrated and Decoupled Corporate Social Per­
Tunis. formance : Management Commitments, Ex­­ternal
Pfeffer, J., Salancik, G.R. (1978). The External Control Pressures and Corporate Ethics Practices. Academy
Of Organizations : Resource Dependence Perspective, of Management Review. 16 (4): 691-718.
Harper and Row. Wolff, D., Roy, C., Berthelot, S. (2009). Projet d’in-
Reynaud, E. (2003). Développement durable et entre- tégration du développement durable au tableau de
prise : vers une relation symbiotique. Journée AIMS bord des PME par une adaptation du SD 21000.
Atelier développement durable, Angers. 30ème Congrès de l’Association Francophone de
Comptabilité, Strasbourg.
Savall, H., Zardet, V. (2001). Evolution des outils de
contrôle et des critères de performance face aux défis Zenisek, T.J. (1979). Corporate Social Responsibility:
de changement stratégique des entreprises. 22ème A conceptualization based on organizational lite-
Congrès de l’AFC. rature. Academy of Management Review 4 (3):
359‑368.
Sharma, S. (2001). L’organisation durable et ses stake-
holders. Revue Française de Gestion novembre-
décembre 154-167.

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
98 ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Annexe 1 : Extraits du questionnaire avec les échelles de mesures


construites pour les pratiques et les performances associées
(appréciées par une échelle de Likert sur le degré d’accord)
Pratiques d’entreprises (a de Cronbach : 0,88)
La stratégie est déclinée en objectifs opérationnels pour toutes les activités
Les activités font l’objet de mesures en termes de coûts, de qualité et de délais
votre SCOP subit les règles légales de votre secteur d’activité
votre SCOP subit les règles du jeu concurrentiel de votre secteur d’activité
Pratiques sociales (a de Cronbach = 0,86)
Diriez-vous que dans votre SCOP les nouveaux salariés sont bien accueillis (tutorat ; livret accueil ; réunions
d’information ; formations) ?
Diriez-vous que dans votre SCOP la part des salariés bénéficiant de formation est plus importante que la
moyenne du secteur ?
Diriez-vous que dans votre SCOP l’évolution des salariés est privilégiée en interne par rapport aux
recrutements extérieurs ?
Pratiques sociétales-environnementales (a de Cronbach = 0,81)
Dans votre SCOP la participation/représentation des salariés fait l’objet de critère de représentativité
Dans votre SCOP il y a de nombreuses relations avec les élus locaux, les associations syndicales
Votre SCOP cherche à diminuer la consommation de matières polluantes
Dans votre SCOP il y a une maîtrise des impacts liés à l’utilisation et à l’élimination du produit ou du service
Votre SCOP participe à des événements locaux pour favoriser le développement économique du territoire
Performance sociale (a de Cronbach = 0,85)
Dans votre SCOP le taux de participation moyen aux réunions est important (au moins 90 %) 
Dans votre SCOP il y a une recherche d’échanges des savoirs entre salariés
Dans votre SCOP il n’y a pas de conflits sociaux
Dans votre SCOP il y a une limitation dans la hiérarchie des salaires
Performance globale (a de Cronbach = 0,61)
Lorsqu’il y a des choix de placements financiers à effectuer dans votre SCOP, une certaine éthique est
recherchée dans les placements
Dans votre SCOP il y a une recherche de suppression/limitation des contentieux
Dans votre SCOP il y a un soutien aux initiatives citoyennes des salariés (par exemple du temps pour le
bénévolat) 
Avec vous le sentiment que votre SCOP participe à l’intérêt général de la collectivité ?
Performance environnementale (a de Cronbach = 0,75)
Diriez-vous que votre SCOP subit les règles environnementales et légales de votre secteur d’activité ?
Votre SCOP fait-elle l’objet de certification ou de score d’une agence de notation environnementale ?
Dans votre SCOP il y a une stratégie environnementale et d’éco-conception
Dans votre SCOP il y a une intégration des facteurs environnementaux dans la chaîne d’approvisionnement,
de production, et de commercialisation
Dans votre SCOP il y a une information précise donnée aux clients et une coopération durable avec les
fournisseurs

Comptabilité – Contrôle – Audit /Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Christophe Maurel et Mouloud Tensaout
PROPOSITION D’UN MODÈLE DE REPRÉSENTATION
ET DE MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE
99

Annexe 2 : Processus de développement et de validation


d’un modèle de mesure formatif dans le cadre de LISREL
Phases de Processus de validation Références
développement
Définitions A) Validité faciale
conceptuelles Jugement par les pairs (comité d’experts) des définitions Jarvis et al. (2003)
Mackenzie et al. (2005)
Génération B) Validité de contenu
des mesures Examen avec les pairs de la nature des mesures (réflec- MacKenzie et al. (2005)
tives/formatives) pour représenter le construit Jarvis et al. (2003)
Examen de l’unidimensionnalité du construit Borsboom et al. (2003)
Examen de l’interchangeabilité des mesures : vérifier que
la suppression de l’une d’elle n’altère pas la signification
du construit
Réalisations des expérimentations mentales pour s’assu-
rer des liens de causalité entre les mesures et le construit
Purification C) Validité convergente
des items Examen de l’unidimensionnalité Bollen (1989)
Analyses factorielles exploratoires (calcul des valeurs Hair et al. (2006)
propres, nombre de facteurs avec rotation des axes, et
l’alpha de Cronbach) et analyses factorielles confirma-
toires (comparaison des modèles imbriqués avec le test
du khi-2, calcul des AVE (variance moyenne extraite pour
les construits)
D) Validité discriminante
Analyses factorielles exploratoires Bollen (1989)
Analyses confirmatoires (comparaisons des variances Kline (2011)
communes entre les construits et les AVE des échelles de Hair et al.(2006)
mesure)
Analyses E) Validité de construit (prédictive et nomologique)
confirmatoires Tests sur les différentes hypothèses et contraintes Kline (2011)
induites par la spécification retenue MacKenzie et al. (2005)
Test sur la validité du MES théorique (Calcul d’indices Hipp et al. (2005)
d’ajustement avec LISREL)
Test des tétrades
Tests de comparaison des modèles rivaux

Comptabilité – Contrôle – Audit / Tome 20 – Volume 3 – Décembre 2014 (p. 73 à 99)


Copyright of Comptabilité Contrôle Audit is the property of Association Francophone de
Comptabilite c/o Solle and its content may not be copied or emailed to multiple sites or posted
to a listserv without the copyright holder's express written permission. However, users may
print, download, or email articles for individual use.