Vous êtes sur la page 1sur 18

i

DEDICACE
ii

A nos regretté cher parent ;


A nos regretté frères et soeurs
A nos chers frères et sœurs ;

A MARLON Munyampundu Bimenyimana ;

A nos ami(e) s ;

A tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce travail.


iii

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce travail est une bénédiction du Tout Puissant à qui d’abord nous
rendons grâce.

Nos remerciements s’adressent ensuite à l’Honorable Sénateur Prof. Dr. RWIGAMBA


BALINDA, Fondateur et Président de l’Université Libre de Kigali (ULK), pour tous les
efforts consentis en vue de la formation de l’élite intellectuelle de notre pays.

Nos remerciements s’adressent également au Dr. Alphonse NGAGI, Recteur de


l’Université Libre de Kigali (ULK).
Nos sentiments de reconnaissance s’adressent aussi à tout le corps professoral de la
Faculté des Sciences Economiques et Gestion de l’Université Libre de Kigali qui a
contribué à notre formation, spécialement au, MC RUTAGARAMA Laurent qui, malgré
ses multiples occupations, a accepté de diriger ce travail. Ses conseils, ses
suggestions, sa rigueur scientifique et ses remarques pertinentes nous ont été très
utiles dans la réalisation de ce travail.

Notre profonde gratitude s’adresse de même à tout le personnel de la BRALIRWA


pour leur collaboration lors de la récolte des données.
Nous tenons à exprimer également notre reconnaissance à la famille BIMENYIMANA
Martin pour le soutient moral, et financier durant nos études.
Nous ne manquerons pas d’exprimer notre gratitude à la famille KAYITABA
Damascène pour le climat de collaboration et de fraternité qui a toujours caractérisé
nos relations durant notre vie estudiantine à l’ULK.
Enfin, que tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la réalisation de ce travail,
trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude.

MUNYARUGURU Jules
iv

LISTE DES SIGLES, ABREVIATIONS ET SYMBOLES

BG : Boissons Gazeuses

BRALIRWA : Brasserie et Limonaderie du Rwanda

CT : Coût Total

C.A : Chiffre d’affaires

Ca : Coût de passation

MC : Maître de conférence

CL : Centilitre

CREDOC : Crédit Documentaire

Ct : coût de possession

CUMP : Coût unitaire Moyen Pondéré

DAL : Demande d’achats locaux

EBE : Excèdent brut d’exploitation

Ed : Edition

FIFO : First in First Out


v

FRW : Francs Rwandais

HL : Hectolitre

HTS : Heineken Technical Services

IBECOR : International Beverage Corporation

Idem : Même auteur, même ouvrage, pages différentes

ISHA : Informatics Systems of Heineken for Africa

ISO : International Standard Organization

LIFO : Last in First Out

MAGERWA : Magasins Généraux du Rwanda

N : Nombre de commande

Op.cit. : Opère Citato

% : pourcentage

$ : Dollars américains
vi

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : répartition des enquêtés selon leur groupe d’appartenance................Error:


Reference source not found
Tableau 2 : Ancienneté des enquêtes à la BRALIRWA S.AError: Reference source not
found
Tableau 3 ‫׃‬Appréciation de l’importance de la logistique à la Bralirwa S.A............Error:
Reference source not found
Tableau 4 ‫׃‬Adaptation des agents au système de gestion logistique à la..............Error:
Reference source not found
Bralirwa S.A............................................Error: Reference source not found
TABLEAU 5 : Efficacité des opérations de transport et de stockage....Error: Reference
source not found
Tableau 6 : Autres activités effectuées au sein de la gestion logistique à la

Bralirwa S.A............................................Error: Reference source not found


Tableau 7 : Evolution du chiffre d’affaires (boissons alcoolisées et non alcoolisées en
FRW........................................................Error: Reference source not found
Tableau 8 : Evolution des frais d’emmagasinage et le chiffre d’affaires.................Error:
Reference source not found
Tableau 9 : Calcul des variables................................Error: Reference source not found
Tableau 10 : Evolution des frais d’entreposage et le chiffre d’affaire....Error: Reference
source not found
Tableau 11 : Calcul des variables..............................Error: Reference source not found
vii

LISTE DES ANNEXES

ANNEXES 1 : QUESTIONNAIRES
viii

TABLES DES MATIERES

DEDICACE.....................................................................i
................................................................................................ii
REMERCIEMENTS........................................................................................................iii
LISTE DES SIGLES, ABREVIATIONS ET SYMBOLES................................................iv
LISTE DES TABLEAUX.................................................................................................vi
LISTE DES ANNEXES..................................................................................................vii
TABLES DES MATIERES............................................................................................viii
INTRODUCTION GENERALE........................................................................................1
1. CHOIX ET INTERET DU SUJET................................................................................1
2. DELIMITATION DU TRAVAIL.....................................................................................2
3. Problématique.............................................................................................................2
4. HYPOTHESE..............................................................................................................4
5. OBJECTIFS DU TRAVAIL..........................................................................................5
6. TECHNIQUES ET METHODES.................................................................................5
6.1. Techniques...............................................................................................................5
6.1.4. Technique d’échantillonnage.....................................................................................6
6.2. Méthodes .................................................................................................................7
7. SUBDIVISION DU TRAVAIL.......................................................................................8
ix
INTRODUCTION GENERALE

1. CHOIX ET INTERET DU SUJET


1.1 Choix du sujet
La place qu’occupe la Bralirwa S.A dans le secteur industriel et commercial du
Rwanda est indiscutable. Egalement, il est vrai que le processus de production d’une
entreprise produisant une gamme de produits au service d’une demande évolutive et
immense attire la curiosité de tout chercheur du comment cette firme s’en sort pour
maîtriser tout le système. C’est comme pour appuyer Guillaume j.p « qui indique que
le système de logistique ne distribue non seulement les produits et les services pour
satisfaire la demande en terme de besoins matériels, mais aussi pour les idées que
propagent le progrès culturel, social, et économique1

Cette conception de l’auteur qui place la gestion logistique au cœur du progrès social,
culturel, et économique d’une nation a motivé le choix du présent sujet de recherche.

1.2. Intérêt du sujet


Ce sujet présente trois axes d’intérêts suivants :

1.2.1 Intérêt personnel

Du point de vue personnel, les observations auxquelles nous avons participé et les
insatisfactions relatives de certains consommateurs des produits de la Bralirwa dues
au manque ou au retard d’approvisionnements, ont constitué l’intérêt majeur du
présent sujet.

1.2.2 Intérêt scientifique

La présente étude apportera au monde scientifique et aux chercheurs des


informations relatives à la gestion logistique. Ces dernières constitueront une base de

1
GUILLAUME JP, Performance logistique, Nathan Paris , 1979 p27
référence pour la formulation des idées nouvelles et stratégiques à l’amélioration des
systèmes de gestion logistique au sein des entreprises Rwandaises.

1.2.3 Intérêt pour la BRALIRWA S.A

Ce travail de recherche pourra aussi aider les gestionnaires de la BRALIRWA S.A à


améliorer leur système de gestion pour source de la croissance de leur entreprise.

2. DELIMITATION DU TRAVAIL

Tout sujet de recherche est délimité dans le domaine, l’espace et le temps. Dans le
domaine, il traite de la gestion logistique surtout en ce qui concerne la gestion de
l’emmagasinage et de l’entreposage. Dans l’espace, il se limite à la Bralirwa S.A et
dans le temps, il couvre la période de 2004 à 2007.

3. Problématique

Le progrès technique et commercial que subit actuellement le monde impose des


réalités de gestion qui, en principe convergent avec la complexité des opérations de
production, de livraison, d’approvisionnement et de vente. La maîtrise des contraintes
et complications qui caractérisent ces opérations surtout sensibles dans des
entreprises amènent à répondre à une demande nationale ou transnationale, implique
le recours à des techniques de gestion appropriées, comme la gestion provisionnelle,
la gestion logistique, la gestion ou le management.

En ce qui concerne la gestion logistique, l’une des techniques de gestion rares dans
des entreprises de petites et moyennes tailles des pays du tiers monde, « il s’agit de
la mise en évidence des opérations d’achat, d’emmagasinage et de livraison comme
l’étend SIMON V.
Cet auteur ajoute que la logistique concerne la disponibilité des biens et services là
où on en a besoin et où on les désire. Abondant dans le même sens BRENNEMANN
et SEPARI estiment que la « logistique correspond aux mouvements et aux
manutentions des marchandises du point de production au point de consommation2

Une entreprise comme la BRALIRWA S.A est l’une des entreprises commerciales
rwandaises qui adoptent un système de gestion logistique. Cependant, le problème
se pose au niveau de l’étendue du marché que cette firme est appelée à servir. Cela
implique aussi la mise à la disposition des consommateurs éparpillés sur toute
l’étendue du territoire rwandais, les produits de qualité et au moment voulu. La
satisfaction de ces deux impératifs qui sont la qualité et le moment des besoins,
semble poser le plus souvent des difficultés à l’adoption de la gestion logistique au
sein de cette entreprise. A cette difficulté s’ajoute le processus combien complexe de
la gestion logistique que Martin CHRISTOPHE qualifie de préalable à une gestion
efficace de la logistique, gestion des acquisitions, transport, emmagasinage des
matières, pièces et stocks de produits finis à travers l’entreprise et ses canaux de
distribution

Cette complexité du processus pour une entreprise comme la BRALIRWA S.A nous
amène à poser des questions suivantes :

-La gestion de la logistique est-elle efficace au sein de la BRALIRWA S.A ?

-La gestion de la logistique favorise-t-elle la croissance du chiffre d’affaires de la


BRALIRWA S.A ?

4. HYPOTHESE

Une hypothèse est une réponse à une question que l’on se pose à propos de l’objet
de recherche, formulée en des termes tels que l’observation et les résultats de la
recherche permettant de la vérifier3. En réponse aux questions posées dans la
problématique, nous avons émis les hypothèses suivantes :

2
BRENNEMANI et SEPARI, S; op cit Dunod, Paris, 2003, p335
3
GRAWITZ M., Méthodes des sciences sociales, Dalloz, Paris, 2001, P.250
-La gestion de la logistique est efficace au sein de la BRALIRWA S.A.

-La gestion de la logistique favorise la croissance de son chiffre d’affaires.

5. OBJECTIFS DU TRAVAIL

Cette étude se fixe comme objectifs :

5.1. Objectif général

Cette étude se propose d’analyser le système de gestion de la logistique au sein de


l’entreprise BRALIRWA S.A. Elle cherche à constater l’incidence de la gestion
logistique d’une firme sur son chiffre d’affaires.

5.2 Objectifs spécifiques

Ce travail poursuit les objectifs suivants :

-décrire le service de la logistique au sein de la BRALIRWAS.A,


-analyser l’efficacité de la gestion de la logistique au sein de la BRALIRWA S.A,
-apprécier l’impact de la gestion de la logistique sur la croissance du chiffre
d’affaires de la BRALIRWA S.A

6. TECHNIQUES ET METHODES

Dans le souci de bien réaliser cette recherche et pour parvenir à la vérification des
hypothèses émises, les différentes techniques et méthodes ont été utilisées.

6.1. Techniques

La technique est définie comme étant l’ensemble des moyens et des procédés qui
permettent au chercheur de rassembler les données et les informations sur un sujet
de recherche.4 Pour la collecte des données, nous avons utilisé les techniques
suivantes :

6.1.2 Technique documentaire

Cette technique nous a aidé à effectuer une fouille systématique de tout ce qui est
écrit en rapport avec le domaine de notre travail, c’est –à- dire la consultation de
différents ouvrages, rapports, mémoires et de diverses publications dont le domaine
s’avérait apparenté au sujet de la présente étude.

6.1.3. Technique d’interview

Albert Brino, cité par MULUMBATI N (1980 :28), définit l’interview comme «une
technique qui a pour but d’organiser un rapport de communication verbal entre deux
personnes, l’enquêteur et l’enquêté afin de permettre à l’enquêteur de recueillir
certaines informations concernant un objet précis ».

6.1.4. Technique d’échantillonnage

Selon DELANDSHER ; G (1982 :163) « l’échantillonnage est le fait de choisir un


nombre limite aux individus, d’objectifs, d’événements dont l’observation permet de
tirer des conclusions applicables a la population entière a l’intérieur de laquelle le
choix a été fait ».
Ainsi il est très rare de travailler avec toute population, car cela peut être impossible
ou trop coûteux. Pour notre recherche nous avons utilisé l’échantillonnage à choix
raisonné.
Selon BERTHIER ; N.,2000, Cette technique consiste à utiliser un sous groupe de la
population comme une sorte de type idéal de la population considérée qui est
théoriquement apte à mettre en évidence un phénomène donné.
Ceci vise à choisir sur terrain, les sujets à interroger en fonction de ceux qui
disposent de plus d’information intéressant l’étude.

6.1.5. Technique de questionnaire.

4
RWIGAMBA, B : Cours de méthodologie de recherche, ULK, Kigali, Licence I, 2000, P.10 inédit.
Cette technique nous a permis d’élaborer un questionnaire destiné au personnel de
la BRALIRWA S.A. afin que ce dernier réponde par écrit aux questions posées.

6.2. Méthodes

La méthode est définie comme étant l’ensemble des opérations intellectuelle pour
lesquelles une discipline cherche à atteindre les vérités qu’elle poursuit, les
démontrer et les vérifiée.5
Pour mener à biens cette recherche, les méthodes suivantes ont été utilisées :

6.2.1 Méthode analytique

Cette méthode nous a permis d’analyser de nombreuses données recueillies grâce


aux questionnaires et aux entretiens avec certains responsables et dirigeants de la
BRALIRWA S.A.

6.2.2 Méthode statistique

Cette méthode nous a permis de traiter et de comparer les données afin de dresser
les tableaux et graphiques qui sont des informations synthétiques et pertinentes pour
qui veut comprendre le rôle de la gestion logistique au sein des sociétés industrielles.

6.2.3 Méthode comparative

Celle-ci nous a permis de comparer les effets de la gestion de l’emmagasinage et de


l’entreposage pour voir leurs impacts sur le chiffre d’affaires de l’entreprise
BRALIRWA S.A.

6.2.4 Méthode structuro – fonctionnelle

5
RWIGAMBA,B.,Op.Cit, P.11
Elle a été utilisée pour décrire le fonctionnement de l’entreprise BRALIRWA S.A en
général et son système logistique en particulier afin de générer un chiffre d’affaires.

7. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Mise à part l’introduction et la conclusion générale, la présente étude est subdivisée


en trois chapitres.

Le premier chapitre définit les concepts clés du sujet et présente une littérature sur la
gestion de la logistique et le chiffre d’affaires.
Le deuxième chapitre analyse l’efficacité de la gestion de la logistique au sein de la
BRALIRWA S.A

Le troisième chapitre quant à lui analyse l’impact de la gestion de la logistique sur


l’accroissement du chiffre d’affaire de la BRALIRWA S.A.