Vous êtes sur la page 1sur 3

Pondichéry 2011.

Enseignement spécifique
EXERCICE 2 (5 points) (candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité)

Partie I

Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c’est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles
équilatéraux.
A

B
A′

A ′ est le centre de gravité du triangle BCD. C


Dans un tétraèdre, le segment joignant un sommet au centre de gravité de la face opposée est appelé médiane.
Ainsi, le segment [AA ′ ] est une médiane du tétraèdre ABCD.
1) On souhaite démontrer la propriété suivante :
(P1 ) : Dans un tétraèdre régulier, chaque médiane est orthogonale à la face opposée.
−−→ −→ −−→ −→
a) Montrer que AA ′ .BD = 0 et que AA ′ .BC = 0. (On pourra utiliser le milieu I du segment [BD] et le milieu
J du segment [BC]).
b) En déduire que la médiane (AA ′ ) est orthogonale à la face BCD.
Un raisonnement analogue montre que les autres médianes du tétraèdre régulier ABCD sont également
orthogonales à leur face opposée.
−−→ −−→ −−→ → −
2) a) En utilisant le milieu J du segment [BC], montrer que A ′ B + A ′ C + A ′ D = 0 .
Un raisonnement analogue permet d’établir trois autres égalités utilisant les points B ′ ou C ′ ou D ′ .
−−→ 1 −−→
b) On note G le point de l’espace tel que A ′ G = A ′ A.
−−→ −→ −→ −−→ → − 4
Montrer que GA + GB + GC + GD = 0 .
−−→ 1 −−→
c) En déduire que si B ′ est le centre de gravité de la face ACD, on a B ′ G = B ′ B.
4
′ ′
Un raisonnement analogue permet de montrer que si C et D sont les centres de gravité respectifs des faces
−−→ 1 −−→ −−→ 1 −−→
ABD et ABC, on a C ′ G = C ′ C et D ′ G = D ′ D.
4 4
d) Démontrer la propriété suivante :
(P2 ) : Les médianes d’un tétraèdre régulier sont concourantes en G.

G s’appelle le centre de gravité du tétraèdre ABCD.

Partie II
! →− → − → −"
On munit l’espace d’un repère orthonormal O, i , j , k .
On considère les points P(1; 2; 3), Q(4; 2; −1) et R(−2; 3; 0).
1) Montrer que le tétraèdre OPQR n’est pas régulier.
2) Calculer les coordonnées de P ′ centre de gravité du triangle OQR.
3) Vérifier qu’une équation cartésienne du plan (OQR) est : 3x + 2y + 16z = 0.
4) La propriété (P1 ) de la partie I est-elle vraie dans un tétraèdre quelconque ?

http ://www.maths-france.fr 1 c Jean-Louis Rouget, 2014. Tous droits réservés.



Pondichéry 2011. Enseignement spécifique
EXERCICE 2 : corrigé

Partie I
1) a)
A

D
I
B
A′

C
Soit I le milieu du segment [BD]. Puisque le triangle ABD est équilatéral, la droite (AI) est la médiatrice du segment
−→ −→
[BD] dans le triangle ABD. Par suite, AI.BD = 0. D’autre part, puisque le triangle BCD est équilatéral et que A ′
est le centre de gravité du triangle BCD, la droite (A ′ I) est également la médiatrice du segment [BD] dans le triangle
−−→ −→
BCD. Par suite, IA ′ .BD = 0. Mais alors,
−−→′ −→ !− → −−→" −→ − → −→ −−→ −→
AA .BD = AI + IA ′ .BD = AI.BD + IA ′ .BD = 0.

−−→ −→
Par symétrie des rôles des points C et D, on a de même AA ′ .BC = 0.
b) D’après la question précédente, la droite (AA ′ ) est orthogonale aux droites (BC) et (BD) ou encore la droite (AA ′ )
est orthogonale à deux droites sécantes du plan (BCD). On sait alors que la droite (AA ′ ) est orthogonale à la face
BCD.
−−→ 1 − →
2) a) Soit J le milieu du segment [BC]. On sait que JA ′ = JD. On en déduit que
3
−−→ −−→ −−→ −−→ − → −−→ − → −−→ − →
A ′ B + A ′ C + A ′ D = A ′ J + JB + A ′ J + JC + A ′ J + JD
−−→ − → −
→ − → → −
= 3A ′ J + JD (car JB + JC = 0 )
−−→ −−→
= −3JA ′ + 3JA ′


= 0.

b) La relation de Chasles permet d’écrire

−−→ −→ −→ −−→ −−→′ −−′→ −−→′ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
GA + GB + GC + GD = GA + A A + GA + A ′ B + GA ′ + A ′ C + GA ′ + A ′ D
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
= 4GA ′ + A ′ A + A ′ B + A ′ C + A ′ D
−−→ −−→
= 4GA ′ + A ′ A (d’après la question précédente)
−−→ −−→
= −4A ′ G + 4A ′ G


= 0.

http ://www.maths-france.fr 1 c Jean-Louis Rouget, 2014. Tous droits réservés.



A

G
D

B
A′

C
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ → − −−→ −−→ → −
c) On en déduit que GB ′ + B ′ A + GB ′ + B ′ B + +GB ′ + B ′ C + GB ′ + B ′ D = 0 puis 4GB ′ + B ′ B = 0 (d’après la
−−→ 1 −−→
question 2)a)) et enfin B ′ G = B ′ B.
4
−−′→ 1 −−′→ −−→ −−→
d) Puisque A G = A A, les vecteurs A ′ G et A ′ A sont colinéaires ou encore les points A, A ′ et G sont alignés. Donc
4
le point G appartient à la médiane (AA ′ ).
De même, le point G appartient aux droites (BB ′ ), (CC ′ ) et (DD ′ ). Donc les médianes du tétraèdre ABCD sont
concourantes en G.

Partie II
√ √ # √
1) OP = 12 + 22 + 32 = 14 et OQ = 42 + 22 + (−1)2 = 21. Donc OP ̸= OQ. Par suite, le triangle OPQ n’est
pas équilatéral puis le tétraèdre OPQR n’est pas régulier.
−−→ −−→ −−→ → −
2) D’après la question 2)a) de la partie I, on a P ′ O + P ′ Q + P ′ R = 0 . On en déduit que
2
• (0 − xP ′ ) + (4 − xP ′ ) + (−2 − xP ′ ) = 0 puis 3xP ′ = 2 puis xP ′ = .
3
5
• (0 − yP ′ ) + (2 − yP ′ ) + (3 − yP ′ ) = 0 puis 3yP ′ = 5 puis yP ′ = .
3
1
• (0 − zP ′ ) + (−1 − zP ′ ) + (0 − zP ′ ) = 0 puis 3zP ′ = −1 puis zP ′ = − .
3
$ %
2 5 1
Les coordonnées du point P ′ sont , ,− .
3 3 3

−−→ −→
3) Le vecteur OQ a pour coordonnées (4, 2, −1) et le vecteur OR a pour coordonnées (−2, 3, 0). Ces vecteurs ne sont
pas colinéaires et donc les points O, Q et R définissent bien un plan et un seul.
Soit P le plan d’équation 3x + 2y + 16z = 0.
• 3xO + 2yO + 16zO = 0. Donc le point O appartient au plan P.
• 3xQ + 2yQ + 16zQ = 12 + 4 − 16 = 0. Donc le point Q appartient au plan P.
• 3xR + 2yR + 16zR = −6 + 6 + 0 = 0. Donc le point R appartient au plan P.
Puisque les points O, Q et R appartiennent au plan P et que ces points définissent un unique plan, le plan (OQR)
est le plan P ou encore une équation cartésienne du plan (OQR) est 3x + 2y + 16z = 0.

→ −−→
4) Un vecteur normal $ au plan (OQR) est % alors le vecteur
$ n de coordonnées
% (3, 2, 16). Le vecteur PP ′ a quant à lui
2 5 1 1 1 10
pour coordonnées − 1, − 2, − − 3 ou encore − , − , − .
3 3 3 3 3 3
−−→ − 1 1 1 1
S’il existe un réel k tel que PP ′ = k→
n , alors d’une part, 3k = − et donc k = − , mais aussi 2k = − et donc k = −
3 9 3 6
ce qui est impossible.
−−→′ →
Donc les vecteurs PP et − n ne sont pas colinéaires ou encore la médiane (PP ′ ) n’est pas orthogonale à la face opposée
OQR. La propriété (P1 ) n’est donc pas vraie pour le tétraèdre OPQR et plus généralement, la propriété (P1 ) n’est
pas nécessairement vraie dans un tétraèdre quelconque.

http ://www.maths-france.fr 2 c Jean-Louis Rouget, 2014. Tous droits réservés.